Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Première partie. L’appauvrissement

Chapitre II. Les fluctuations permanentes

Texte intégral

A. — L’évolution du coût de la vie

1. Les prix

  • 1 Cfr H. Hasquin, Une ère de calamités publiques, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, pp. (...)
  • 2 P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, p. 56 et F. Labrou (...)
  • 3 Voir graphiques nos 2, 3 et 4.
  • 4 Sur les crises de subsistance à Liège, voir E. Hélin, La disette et le recensement de 1740, dans A. (...)
  • 5 A.É.L., F.H., 2497, Herve.
  • 6 A.É.L., F.H., 2502, Fosse.
  • 7 A.É.L., F.H., 2497 et 2502, Dalhem, Bolland, Clermont.
  • 8 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance de Dalhem. Cfr J. Kops(...)
  • 9 Voir graphiques 5 à 8 et tableau no 1.

1A la fin du XVIIe siècle, se produit une véritable flambée des prix des céréales panifiables qui atteignent en 1698, des niveaux qui, pour le froment et le seigle ne seront plus jamais atteints1. Après une baisse durant les premières années du XVIIIe siècle, on assiste, durant tout le reste du siècle, à une hausse continue du prix des denrées, particulièrement des denrées alimentaires de première nécessité. Ce fait n’est pas particulier au Pays de Liège ; il s’agit là d’un des traits marquants de la vie économique et sociale dans toute l’Europe occidentale2. Au début du XIXe siècle, la hausse du prix des céréales perdure pour parvenir, en 1817, à un niveau critique3. Cette hausse continue est encore accentuée lors des crises, particulièrement fortes en 1740, 1770, 1789, 1795, 1802, 1811-1812 et 1816-18174. A ces époques, le prix des céréales double ou triple par rapport aux années antérieures. Les prix se maintiennent encore à un niveau élevé en 1818 et 1819, puis, ils diminuent fortement jusqu’en 1824. Les bourgmestres des cantons ruraux se plaignent d’ailleurs, en 1823, du bas prix des denrées agricoles qui a des conséquences funestes sur le sort des agriculteurs. Ceux-ci n’arrivent qu’à grand-peine à amortir les achats de grains et de matériel5, leur marge bénéficiaire se réduit d’autant que les parcelles exploitées sont fort « exiguës »6. Ils sont forcés de congédier un grand nombre d’ouvriers agricoles qui vont grossir les rangs des chômeurs7 et glissent eux-mêmes d’une médiocre aisance vers l’indigence8. Ainsi, des prix agricoles trop bas sont préjudiciables à l’agriculteur alors que leur effet est bénéfique pour le consommateur. Pour assurer l’existence du producteur, il lui faut, à la fois, des prix rémunérateurs et la possession d’une surface arable capable de lui assurer le minimum vital. Un mouvement de hausse s’amorce à nouveau, dès 1825, mais les prix n’atteignent plus les niveaux des périodes de crises9.

GRAPHIQUE no 2. Prix de l'hectolitre de froment d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

GRAPHIQUE no 2. Prix de l'hectolitre de froment d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe.
Légende : - - - - moyenne mobile, calculée sur 10 ans.

GRAPHIQUE no 3. Prix de l'hectolitre de seigle d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

GRAPHIQUE no 3. Prix de l'hectolitre de seigle d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l’Ourthe.
Légende : - - - -
moyenne mobile, calculée sur 10 ans.

GRAPHIQUE no 4. Prix de l'hectolitre d'épeautre d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

GRAPHIQUE no 4. Prix de l'hectolitre d'épeautre d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817

Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe.
Légende :
- - - - moyenne mobile, sur 10 ans.

  • 10 Briatte, Offrande à l'humanité, pp. 130-131.
  • 11 Graphique nos 9, 11 et 12.

2La nourriture est importante, bien sûr, mais elle ne suffit pas à un homme qui vit en société. Selon Briatte, « d’après la proportion établie par le temps et l’usage dans les prix des objets nécessaires à la vie, la nourriture ne forme pas la moitié de la valeur de la subsistance humaine. L’entretien est plus coûteux que l’aliment, même pour le peuple. Un habit grossier qui puisse le garantir des injures du temps, un logement médiocre et chétivement meublé ; un seul feu, une lumière entretenus par les mains de l’économie, du linge proportionné et par la qualité et par la quantité aux besoins les plus pressane, nécessitent plus de dépenses aux individus de la classe inférieure qui peuvent se les procurer que les denrées qui composent leurs aliments et leur boisson »10. Les fluctuations de ces dépenses sont cependant moins grandes que celles des denrées alimentaires. Aussi l’allure de la courbe représentant l’indice du mouvement des prix à la consommation est semblable à celle du mouvement des prix des produits alimentaires. Aux fortes hausses des prix du pain correspondent de grandes dépenses ménagères11. On ne peut toutefois se dispenser de tenir compte des dépenses d’entretien lorsque l’on parle budget.

  • 12 Graphique no 10.
  • 13 M. Deprez, Les mouvements des prix et des revenus dans le département de l’Ourthe, 1798-1830, Liège (...)
  • 14 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 401 et C. El-Kefi-Clockers, La population fém (...)

3Lorsqu’on envisage le prix des vêtements, on s’aperçoit qu’au XIXe siècle, il y a eu deux périodes de forte hausse, la première, de 1808 à 1812, coïncidant avec une crise de subsistance, et la seconde en 1823-24, en période de bas prix des aliments12. Quant aux loyers, ils baissent de façon continue jusqu’en 1820. Par la suite, leur coût s’élève mais n’atteint plus les niveaux du début du siècle13. En 1837, un logement ouvrier coûte, à Verviers, de 100 à 110 francs par an. En 1844, la dépense minimum que doit consentir un foyer de 4 personnes pour son loyer est de 6 francs 50 par mois14.

TABLEAU no 1. Prix des différentes denrées

TABLEAU no 1. Prix des différentes denrées

Indice de base : x̄ 1811 — 1815 = 100 %.
Source : M. Deprez, Essai sur les mouvements des prix et des revenus en à Liège de 1798 à 1830

Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, pp. 4, 14, 37, 39, 45, 46, 47, 48.

GRAPHIQUE no 5. Indice du prix des légumineuses de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 5. Indice du prix des légumineuses de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, p. 27.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 6. Indice du prix des céréales de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 6. Indice du prix des céréales de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, op. cit., p. 27.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 7. Indice du prix des produits alimentaires du règne animal (viande, beurre, œufs) de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 7. Indice du prix des produits alimentaires du règne animal (viande, beurre, œufs) de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, op. cit., p. 52.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 8. Indice du prix de la viande de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 8. Indice du prix de la viande de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, op. cit., p. 49.
Indico de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 9. Indice des prix à la consommation populaire : le chauffage et l'éclairage de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 9. Indice des prix à la consommation populaire : le chauffage et l'éclairage de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, op. cit., p. 107.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 10. Indice des prix à la consommation populaire : les vêtements de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 10. Indice des prix à la consommation populaire : les vêtements de 1798 à 1830

Source : M. Deprez, op. cit., p. 107.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 11. Indice des prix à la consommation populaire : les produits alimentaires de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 11. Indice des prix à la consommation populaire : les produits alimentaires de 1798 à 1830

Source : M. DEPREZ, op. cit., p. 107.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

GRAPHIQUE no 12. Indice des prix à la consommation populaire : produits alimentaires vêlements, chauffage, éclairage de 1798 à 1830

GRAPHIQUE no 12. Indice des prix à la consommation populaire : produits alimentaires vêlements, chauffage, éclairage de 1798 à 1830

Légende : - - - - moyenne mobile calculée sur 10 ans.
Source :
M. Deprez, op. cit., pp. 107-108.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.

TABLEAU no 2. Indice national du loyer immobilier

Années

Indice

avant 1801

104

1801-1805

103,2

1806-1810

100,4

1811-1815

92,8

1816-1820

91,4

1821-1825

96,3

1826-1830

95,2

après 1830

96,1

Source : M. Deprez, op. cit., p. 191.
Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100 (Anvers compris).

  • 15 E. Vlierbebg et R. Ulens, La population de la Hesbaye au XIXe siècle, contribution à l'étude de l'h (...)
  • 16 Ibidem, p. 45.

4Le loyer de la terre, par contre, augmente au début du XIXe siècle et passe en Hesbaye de 60 francs l’hectare en 1800, à 70 francs en 1810 et à 80 francs en 183015. Or, lorsque le prix des terrains est élevé, les fermages suivent le même mouvement en régime de faire-valoir indirect et absorbent en partie la rémunération normale du travail agricole16.

  • 17 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1580.
  • 18 E. Ducpetiaux, Des subsistances et des salaires, dans B.C.C.S., 1855, p. 188. Voir aussi H. Hasquin (...)

5Les conséquences d’une hausse des prix sont multiples. Tout d’abord, elle plonge la classe ouvrière dans un état proche de la famine, car les pauvres seuls « faute de moyens [...] achètent les denrées au jour la journée et les paient beaucoup plus cher que les autres »17. Son résultat le plus immédiat est une diminution de la demande et de la consommation des produits fabriqués au profit des denrées alimentaires. Comme un grand nombre d’employeurs restreignent leur personnel, le chômage se développe et avec lui, se produit un afflux de main-d’oeuvre sur le marché de l’emploi. Les salaires ont alors tendance à baisser suivant la loi de l’offre et de la demande18. On assiste alors à une recrudescence de la mendicité. A long terme, la dégradation du revenu entraîne une paupérisation accrue et un exode vers les villes des chômeurs campagnards.

2. Les salaires

  • 19 J. Cedras, Histoire de la pensée économique, des origines à la révolution marginaliste, Paris, 1973 (...)

6Au XVIIIe siècle, mais surtout au début du XIXe siècle, s’applique ce qu’on pourrait appeler la théorie du salaire-marchandise, définie par les économistes classiques. C’est la loi de l’offre et de la demande qui se combine, à l’époque, avec la « loi d’airain » des salaires. « La force contractuelle supérieure des employeurs tend à réduire le taux du salaire au coût de production de la force du travail, c’est-à-dire au minimum physiologique d’existence, en dessous duquel elle ne pourrait vivre et se reproduire »19.

  • 20 J. Arrivabene, Considérations sur les principaux moyens d’améliorer le sort des classes ouvrières, (...)

7Cette notion est expliquée clairement par Arrivabene : « Le taux des salaires ne pourrait pas monter trop haut, ou descendre trop bas, sans amener une réaction, sans changer, après un temps plus ou moins long, suivant les circonstances des différents pays, la proportion entre l’ouvrage et les ouvriers. S’il montait trop haut, la grande aisance qui s’ensuivrait pour les ouvriers les porterait tous à des mariages précoces et leur donnerait les moyens d’élever une nombreuse famille ; d’autre part, les entrepreneurs gagnant peu, ne pourraient pas donner une grande étendue à leur industrie ; le nombre des ouvriers égalerait ou surpasserait la quantité d’ouvrage et le taux des salaires baisserait. Si le taux des salaires descendait trop bas, le malaise des ouvriers causerait une diminution ou un retard dans les mariages, rendrait les familles moins nombreuses : les entrepreneurs, d’autre part, gagnant beaucoup, donneraient une grande étendue à leurs entreprises, le nombre d’ouvriers deviendrait égal ou même inférieur à l’ouvrage et le taux des salaires hausserait »20.

  • 21 R.A.R.P., t. 1, pp. 30-38, 27 thermidor an II.

8Mais qu’est-ce qu’un juste salaire ? On peut supposer qu’il s’agit d’une rémunération suffisante pour « assurer la subsistance aux artisans, ouvriers, journaliers et pourvoir aux besoins de tous les individus qui se nourrissent du produit de leur travail » et que dès lors, le prix de la main-d’oeuvre et de la journée de travail doit « toujours être réglé et fixé proportionnellement au prix des denrées et des marchandises »21. C’est du moins ainsi que l’entendaient les Représentants du Peuple. Cette notion est l’ancêtre de ce que nous appellerions aujourd’hui l’indexation automatique.

  • 22 A. Verhaegen, Note sur le travail et les salaires en Belgique au XVIIIe siècle, dans Bulletin de l' (...)
  • 23 Même remarque chez M. Deprez, op. cit., p. 143.

9Qu’en est-il au XVIIIe et au XIXe siècle ? Établir des séries complètes de salaires pour le XVIIIe siècle est une tâche complexe22. Quant aux salaires indiqués lors des grandes enquêtes statistiques, au XIXe siècle, ils diffèrent de ceux trouvés dans les archives. Ils sont, en règle générale, plus élevés23.

  • 24 V. P. Vanden Broeck, Aperçu sur l'état physique et moral de certaines classes ouvrières, Bruxelles, (...)

10Si certains ouvriers sont payés à la journée, d’autres sont rémunérés à la tâche car « on est certain de les voir déployer dans l’exécution de leurs travaux, toute la célérité nécessaire pour retirer le plus de profit possible du temps qu’ils auront employé ». C’est le cas, dans les mines, pour les houilleurs chargés de l’abattage. A l’époque française, le maximum du salaire payé à un houilleur de Grâce-Montegnée est de 28 sous. Le plus souvent, il n’est que de 11 à 18 sous. Il varie d’après les époques, les exploitations et la nature du travail fourni24.

  • 25 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 257.
  • 26 A l’époque hollandaise, un cordonnier touche 2 florins 66 pour une paire de chaussures et un taille (...)
  • 27 E. Vlierberg et R. Ulens, L’Ardenne, p. 122.
  • 28 A.É.L., F.F., Préf., 708, 14 janvier 1812.
  • 29 Voir p. 68.
  • 30 Voir p. 73.

11Sous le régime hollandais, il faut qu’un houilleur ait extrait cent kilos de houille pour gagner 12½ centimes25. La plupart des artisans sont payés à la pièce26, il en va de même des armuriers et de certains ouvriers du textile. Enfin en Ardernne, au début du XIXe siècle, l’ouvrier agricole est payé en nature27 et, en Hesbaye, les cultivateurs payent la nourriture des moissonneurs en été et celle des batteurs en hiver28. Par ailleurs, dans la clouterie, l’armurerie et le textile, l’habitude s’installe, au XVIIIe siècle, de payer les ouvriers en marchandises, malgré les défenses répétées des princes29 ou de les rémunérer avec des monnaies dépréciées30. Il ne faut pas oublier que les apprentis ne gagnent rien, que le salaire des femmes est fort bas et que les domestiques et les journaliers sont, en partie, payés en nature. Il est dès lors très malaisé de déterminer, en argent, les ressources d’une famille.

  • 31 J. S. Renier, op. cit., p. 291.
  • 32 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812 et A.N.P., F 16, 1 (...)
  • 33 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et prévenir l'indigence et d'éteindre la mendicité, Bruxelles (...)
  • 34 R. De Vleeschouwer, Logique sociale et législation du travail en Belgique au cours de la première m (...)
  • 35 A. Verhaegen, op. cit., p. 73 et A.R.A., B.Z.A.W., 12 D, 21 août 1824.
  • 36 Ibidem, p. 74.
  • 37 Ibidem, p. 78.
  • 38 Ibidem, p. 80 et P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers, pp. 321-325.

12Les salaires fluctuent selon la conjoncture économique. Ainsi, en 1735, une ouvrière du textile de Verviers déclare qu’elle « gagnait davantage jadis mais que sa journée actuellement est de dix sous à cause de la faiblesse et stérilité moderne du commerce »31. Les salaires sont également fonction de la saison, du lieu, de la loi de l’offre et de la demande. Ainsi, en 1812, la présence à Liège de prisonniers espagnols a contribué à augmenter la misère « parce que travaillant à bon compte, ils ont fait baisser le prix de la journée du manoeuvre à tel point qu’un ouvrier peut à peine subsister même en se contentant seulement de pain et de pommes de terre »32. Le taux du salaire dépend du rapport entre la population et la richesse disponible. « Si la population s’accroît avec trop de rapidité, la proportion entre le nombre des ouvriers et la somme des capitaux destinés à rétribuer leur travail est dérangée, le salaire baisse et aussitôt, la misère arrive »33. Lorsque la masse des demandeurs d’emploi est considérable, « l’offre de salaire peut tendre vers le strict minimum vital »34. Les salaires de la plupart des ouvriers sont payés à la semaine sur la base du nombre de jours ou de demi-jours prestés. Ils sont, en règle générale, plus élevés en été (1er avril au 1er novembre) pour les ouvriers qui travaillent en plein air et pour les journaliers agricoles car leurs journées sont alors plus longues. Ils travaillent en effet du lever au coucher du soleil35. Dans les charbonnages, la durée du travail est fixée à douze heures. Le salaire varie aussi selon les endroits. Celui d’un manoeuvre à la campagne est moins élevé que celui de son homologue de la ville. Dans la Principauté de Liège, il est, au XVIIIe siècle, de cinq à sept sous pour un manoeuvre ordinaire et de sept à huit sous pour un manœuvre qualifié. A Liège-ville, par contre, le manoeuvre ordinaire touche de huit sous et demi à dix sous. Les salaires pratiqués alors dans la Principauté sont fort semblables à ceux pratiqués dans le Hainaut et le Namurois. Lorsqu’on se rapproche de Bruxelles, le montant du salaire d’un manoeuvre peut atteindre douze sous et demi36. Cette remarque se vérifie également chez les artisans. Le salaire de ceux-ci à Liège est de 16 % moins élevé qu’à Bruxelles37. Dans la région verviétoise, les tondeurs et les laineurs gagnent de douze à quatorze sous par jour. Il s’agit là d’un salaire moyen dans de grandes entreprises38.

  • 39 Études sur l’histoire de la pauvreté, p. 749.
  • 40 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 331.
  • 41 Briatte, op. cit., pp. 270 et 287. A Mayence, les jours ouvrables se réduisent à 283 « en admettant (...)
  • 42 Vauban, Projet d'une dixme royale, suivi de deux écrits financiers, publ, par F. Coornaert, Paris, (...)
  • 43 C. De Brouckère, Lettre à M. le Comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Liège, 1845, (...)
  • 44 A.É.H., Communes, Amay, 509.
  • 45 Bbiatte, op. cit., t. 1, p. 290.
  • 46 M. Deprez, op. cit., t. 2, p. 111.
  • 47 G. Hansotte, La clouterie liégeoise et la question ouvrière au XVIIIe siècle, p. 14.
  • 48 G. Hansotte, L'émigration ouvrière dans la province de Liège sous le régime du royaume des Pays-Bas (...)
  • 49 Voir à ce propos, M. Ansiaux, L'industrie du tressage de la paille dans la vallée du Geer, Bruxelle (...)
  • 50 G. Dupeux, op. cit., p. 78. Cfr R. Leboutte, Une société en transition : la population de Visé aprè (...)

13On ignore aussi quel était le nombre des jours chômés dans chaque type de métier. A Lyon, on estime qu’il y a, en moyenne, deux jours sur sept sans salaire39. Les journaliers agricoles n’ont pas d’occupation en hiver, les houilleurs ne travaillent parfois que deux ou trois jours par semaine. Le lundi, l’absentéisme est important. Sans oublier les dimanches et les nombreuses fêtes religieuses durant lesquels tout travail cesse. Briavoine considère que 300 jours de travail par an est « fort exagéré »40. Briatte, qui écrit à la fin du XVIIIe siècle, estime que le travail est suspendu « pendant le quart de l’année ». « 70 à 75 jours de dimanches et de fêtes sont consacrés au repos [...] sans compter les jours chômés par le mauvais temps ou par le défaut d’ouvrage »41. Au début du XVIIIe siècle, Vauban considérait qu’un tisserand ou un manoeuvre ne travaille que 180 jours par an, si l’on décompte les dimanches, les jours de fête, les périodes de forte gelée, les époques de maladie42. Or, lorsqu’il ne travaille pas, le peuple ne gagne rien. En 1845 encore, Charles de Brouckère déplore le chômage des « jours de foire, de kermesse, de carnaval et enfin des nombreux jours de fêtes supprimées ou remises »43. A Amay, le maire affirme qu’un pontonnier ne touche de salaire que pendant les deux tiers de l’année44. Il faudrait donc que le taux du salaire « compensât dans les jours ouvrables la perte des jours chômés »45. Comme c’est loin d’être le cas, certains ouvriers, pour s’efforcer de réduire les effets du chômage, pratiquent plusieurs métiers. Des ouvriers agricoles sont employés dans les houillères en mauvaise saison ou passent à la forge les mois d’hiver46. Des maçons ou des journaliers deviennent cloutiers en hiver ou s’occupent à la filature47, des houilleurs se font briquetiers ou travailleurs agricoles en été48. Dans la vallée du Geer, la fabrication des chapeaux de paille fournit une ressource supplémentaire49. En fait, « la pluralité des métiers est, aux bas échelons, une règle de la société professionnelle d’autrefois »50.

  • 51 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 546.
  • 52 Constans, Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 100. Cfr J. Lewinski, L’évolution indust (...)
  • 53 Briatte, op. cit., pp. 263-264.
  • 54 Voir tableau no 3.

14L’appoint le plus courant, cependant, provient du travail des femmes et des enfants, encore s’agit-il là d’une main-d’œuvre sous-rémunérée. Au milieu du XIXe siècle, Briavoine assure qu’« on ne peut songer sans gémir aux journées de tous ceux qui sont employés dans [...] la fabrication des clous » et que, pour compenser ce manque à gagner, il faut que « l’homme, la femme et les enfants s’occupent » ou qu’on cumule plusieurs métiers suivant la saison et varie son « genre de travail suivant l’opportunité du moment »51. « La mère de famille, à la tête de son ménage donne un bras au levier du soufflet, quand l’autre soutient son enfant à la mamelle »52. « Les femmes de la classe indigente, travaillent beaucoup et gagnent peu [...]. Quelques journées d’un travail pénible ou rebutant, des occupations viles ou infructueuses, des ouvrages du prix le plus mince comme la filature, le tricotage, etc. forment à peu près le gagne-pain du sexe parmi le peuple. La récompense qu’il obtient pour les travaux qu’il exécute ne suffit pas à sa propre subsistance »53. Une ouvrière agricole gagne la moitié ou six dixièmes du salaire de son homologue masculin. Sous l’Ancien Régime, le salaire des lavandières et repasseuses n’est que de douze sous54.

  • 55 Voir annexe no 5.
  • 56 Briatte, op. cit., p. 251. Cfr N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 401.
  • 57 B. S. Chlepner, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Bruxelles, 1958, p. 98.
  • 58 É. Hélin, L’opinion d’autrui, un miroir déformant ?, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1 (...)
  • 59 H. Lebeau, Topographie médicale, p. 86.
  • 60 H. Hasquin, L'industrie charbonnière belge de la fin du Régime français à 1830, dans Mémoires et pu (...)
  • 61 Cfr Déclaration du Dr Selade dans son Rapport sur le travail des enfants et la condition des ouvrie (...)

15Le travail des enfants est encore moins rémunéré. Alors qu’une fileuse gagne douze à quinze sous, sous le régime français, l’enfant n’en touche que six. Les apprentis touchent à peine la moitié du salaire des ouvriers55. Or, mettre les enfants au travail est une nécessité si l’ouvrier veut boucler ses fins de mois. « Ce qui rend en général cette portion précieuse d’hommes si à plaindre, c’est précisément la nécessité où ils sont réduits de forcer trop tôt leurs enfants d’exécuter des travaux pénibles, de les assommer de fardeaux écrasans, avant que les nourritures et les années aient développé leurs forces et donné à leurs membres la consistance dont ils ont besoin pour résister sans danger aux fatigues des uns et soulever les autres, de les faire pour ainsi dire succomber sous la peine pour les empêcher de périr de faim »56. La situation n’a pas changé cinquante ans plus tard, malgré un décret impérial de 1813 interdisant le travail souterrain aux enfants de moins de 10 ans57. « Les trois quarts des familles ouvrières, à la ville comme à la campagne, envoient leurs enfants dès leur bas âge chercher leur pâture dans les houillères qui sont en grand nombre, vastes cimetières d’hommes vivants. De petits malheureux vont là s’enterrer dès l’âge de sept ans pour gagner leur subsistance ; quand ils n’y meurent pas, ils en sortent rabougris (...) »58. « Qu’on se figure comment doit se développer un infortuné, obligé de traîner chaque jour pendant dix heures un poids au-dessus de ses forces, dans la position la plus gênante, et renfermé dans une mine dont l’air humide et vicié n’est jamais corrigé par la lumière du soleil ; si l’on ajoute qu’il ne prend qu’une nourriture insuffisante, malsaine et qu’il abuse des liqueurs fortes, seul moyen de remonter son courage, on peut se faire une idée de l’état déplorable de sa constitution »59. Sur 9267 ouvriers occupés par l’industrie charbonnière dans la province de Liège, en 1828, on dénombre 208 enfants (2,25 %) et 1521 femmes (16,4 %). Rien qu’à Montegnée, sur 397 houilleurs, 50 ont moins de 16 ans et les plus jeunes n’ont que 7 ans60. Ainsi, le journalier est toujours placé devant l’affreux dilemne : améliorer le sort du ménage ou préserver la santé de ses enfants61.

TABLEAU no 3. Salaires dans la province de Liège en 1830

TABLEAU no 3. Salaires dans la province de Liège en 1830

Source : Documents statistiques, 4e publication officielle, Bruxelles, 1833.

  • 62 Cahiers d'histoire des prix, 1958, pp. 176-177 et A. Verhaegen, op. cit., p. 80.
  • 63 G. Hansotte, La clouterie, pp. 15-16.
  • 64 Ibidem, pp. 67-68.
  • 65 Annexe no 5.

16Au XVIIIe siècle, alors que la hausse des prix est continue, les salaires restent stables de 1739 à 178962. Ainsi, le revenu professionnel des ouvriers cloutiers exprimé en unités monétaires n’augmente pas du début à la fin du XVIIIe siècle. S’il forge de grands clous, le cloutier gagne un salaire moyen d’ouvrier qualifié mais le travailleur réduit à ne vivre que de la fabrication des petits clous est rémunéré aussi modestement qu’un manœuvre agricole63. En 1768, le salaire journalier des cloutiers est tombé à six ou sept sous pour les ouvriers les mieux payés, à six liards pour les plus malchanceux, soit environ la moitié de la rémunération que leur assuraient les tarifs. « Tous les cloutiers des environs de Liège ont mis bas (sic) et ne veulent plus travailler au prix auquel les marchands les veulent régler ; il est si modique qu’ils ne peuvent gagner cinq sous [du Luxembourg] en travaillant du matin jusqu’au soir ; la misère est affreuse [...] et ce qu’il y a de plus mal, c’est que la plupart des marchands payent en marchandises »64. Dans le même temps, un houilleur gagne de douze à dix-neuf patards, les ouvriers du bâtiment de vingt-sept à trente sous65.

17Dès le régime français, s’amorce un mouvement de hausse quasi continu. Un léger fléchissement s’observe dans les premières années du régime hollandais mais, dès 1826, les salaires en reviennent au niveau nominal de la fin de l’époque française.

  • 66 A.É.L., F.H., 2497, Melen, 1823.
  • 67 Ibidem, Ayeneux-Soumagne, 1823. Cfr G. Hansotte, La clouterie, p. 16.

18Pourtant cette hausse est insuffisante. A l’époque hollandaise, le salaire des cloutiers est encore si faible qu’ils « ne sauraient entretenir une famille puisqu’ils gagnent à peine pour eux »66. Cette profession est, comme sous l’Ancien Régime, livrée à la cupidité des intermédiaires (martchotè) qui les exploitent en fixant à leur convenance le prix de la façon et en pratiquant le trucksystem. Ils forcent les ouvriers à s’approvisionner chez eux en denrées à des prix excessifs67.

TABLEAU no 4. Indice liégeois des salaires de 1798 à 1830

Années

Indice

1798-1800

83,9

1801-1805

94,4

1806-1810

98,4

1811-1815

104,6

1816-1820

101,9

1821-1825

101,9

1826-1830

104,6

Agrégat : séries mines, alunières, métallurgie du fer et des non-ferreux, agriculture, textile, bâtiment. Il s’agit de moyennes quinquennales.
Source :
M. Deprez. op. cit., t. 2, p. 143.

  • 68 A.É.L., F.H., 2497, Mortier-Trembleur, 1823.
  • 69 A.É.L., F.F., Préf., 605, Micheroux, an IX.
  • 70 A.É.L., F.F., Préf., 628, Rosoux, an IX.
  • 71 A.É.L., F.H., 2482, Villers-le-Temple au gouverneur, 30 janvier 1817.
  • 72 A.É.L., F.H., 2493, Observations du commissaire royal du district communal de Huy, 1823.
  • 73 A.É.L., F.F., Préf., 613, Thimister, an IX.
  • 74 A.É.L., F.H., 2490, Canton de Louveigné, enquête de 1818.

19Dans la filature, la journée du mari ne suffit pas pour faire vivre toute une famille68. A Micheroux, les membres du Bureau de bienfaisance assurent que le salaire des ouvriers dans leur commune « peut à peine suffire à eux-mêmes » et ne leur permet pas de mettre leurs parents à l’abri du besoin69. A Rosoux, on affirme même que le salaire est « insuffisant pour subsister »70. A Villers-le-Temple, on reconnaît que les journaliers « auraient besoin d’assistance pour suppléer à l’insuffisance de leur journée »71. Dans l’ensemble de l’arrondissement de Huy, le salaire des journaliers agricoles en bonne saison « est souvent insuffisant à l’entretien et à l’alimentation de leur famille ». Que dire dès lors de leurs besoins en hiver ?72. Le travail de la laine n’est pas plus rémunérateur. Il est incapable de pourvoir à la nourriture d’une nombreuse famille73. Dans le canton de Louveigné, les membres du Bureau de bienfaisance considèrent, en 1818, que nombre de parents ne peuvent, « vu la modicité de leur salaire », fournir à leur progéniture aliments et vêtements et l’on croit que le remède le plus adéquat pour réduire la misère serait de « proportionner le prix des denrées de première nécessité au salaire que le travail journalier peut fournir »74.

  • 75 A.É.L., F.H., 2499, 1823.
  • 76 Briatte, op. cit., p. 258.
  • 77 Turgot, Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, dans Œuvres, t. 2, p. 537, Pa (...)
  • 78 H. Hatzfeld, op. cit., pp. 13-16. Chez Marx, Ricardo et J. B. Say, on retrouve cette notion.
  • 79 A.N.P., F 15, 319 B, la Commission administrative des hospices civils à l’administration centrale d (...)
  • 80 A.É.L., F.F., Préf., 615, Flémalle-Haute, an IX.
  • 81 A.É.L., F.H., 2497, Beyne-Heusay, 1823. Cfr Inglis, Poverty and the industrial revolution, p. 9.

20En 1823, les autorités communales affirment à Seraing-le-Château que « ce qui cause la détresse n’est pas le défaut de travail mais l’insuffisance du produit de leur travail »75. A la fin du XVIIIe siècle, Briatte n’écrit-il pas déjà que « le taux des salaires est fixé de manière qu’ils ne représentent que le nécessaire de l’homme qui scait travailler, qui a de l’ouvrage et du pain à bon marché, trois conditions toujours supposées dans la théorie mais qui se trouvent rarement réunies dans la pratique »76. En 1766, Turgot assure : « Le salaire de l’ouvrier est borné, par la concurrence entre les ouvriers, à sa subsistance. Il ne gagne que sa vie [...] le salaire de l’ouvrier se borne à ce qui lui est nécessaire pour lui procurer sa subsistance »77. Cette assimilation du salaire au minimum vital se retrouve, au XIXe siècle, chez la plupart des économistes78. Cet équilibre est, en effet, rompu au moindre incident. Une naissance nouvelle, une cherté des denrées, un chômage partiel, et l’ouvrier bascule dans la catégorie des indigents. L’« insuffisance du produit du travail » est une réalité à ce point admise à l’époque que la Commission administrative des hospices de Liège tend à assimiler ouvrier et indigent79. En l’an IX, à Flémalle-Haute, « tous les journaliers qui ne possèdent aucune propriété et qui tirent une rétribution à jour fixe » sont indigents80. Le Bureau de bienfaisance de Beyne-Heusay emboîte le pas en 1823, en déclarant : « tous les ménages n’ayant pour toutes ressources que le produit de ses mains doivent être considérés dans le nombre des nécessiteux »81.

  • 82 M. Deprez, op. cit., pp. 179-180.
    Bénéfice de l'exploitation d’un bonnier de seigle.
  • 83 E. Ducpétiaux, Des substances et des salaires, p. 191.
  • 84 Ibidem, p. 190.

21L’exploitation d’une petite terre n’est guère plus rentable. Le bénéfice est absorbé, le plus souvent, par le loyer et les contributions82. En 1846, affirme Ducpétiaux, un tiers de la classe ouvrière belge est indigente. Il s’agit là des individus secourus officiellement recensés. Il faut encore y ajouter des pauvres honteux en nombre important83. Le Bureau de bienfaisance a pour mission, parmi d’autres, de fournir à l’ouvrier le supplément qui lui permet de combler le déficit entre son salaire et ses dépenses. Malheureusement « une fois inscrit sur les registres de l’assistance publique, l’ouvrier ne se relève plus d’ordinaire de cette espèce de tutelle ; il l’accepte, soit par nécessité, soit par habitude et le chiffre des inscriptions ne peut que s’accroître à raison des nouveaux désastres qui viennent pour ainsi dire périodiquement affliger la population »84.

  • 85 A.E.L., F.H., 2483, le Comité général de subsistance à la députation des États, 15 mars 1817.
  • 86 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers, 4 juillet 1818
  • 87 A.É.L., F.F., n.cl., Hodimont à l’administration du Limbourg, 24 nivôse an III.
  • 88 A.É.L., Adm. centrale, 15, 3 nivôse an III, aux membres composant l’administration d’arrondissement (...)
  • 89 Voir tableau no 5 et graphique no 13. Cfr Ch. Dejace, Une famille rurale au XVIIIe siècle au Pays d (...)

22Ce salaire, déjà insuffisant en période normale, devient « absolument trop en dessous de la cherté excessive des denrées » en temps de crise85. A Verviers, on considère que l’ouvrier bien portant parvient à peine « dans les temps ordinaires » à faire vivre sa famille mais, s’il survient une hausse dans le prix des denrées de première nécessité ou si un membre de sa famille est malade, il doit recourir aux secours publics86. Au début du régime français, la dépréciation des assignats a été particulièrement préjudiciable à la classe pauvre. Les ouvriers sont alors payés en assignats. En échange de ces billets, ils ne peuvent même pas se procurer du grain87. Pour obtenir du pain ou de la viande, il leur faut vendre ces billets à des « agioteurs » qui, contre une « petite somme d’argent », leur réclament « une grosse somme en assignats »88. Le 1er ventôse an IV, cent livres en assignats valent encore cinq sous89.

3. Le pouvoir d’achat

  • 90 E. Ducpétiaux, Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique, dans B.C.G.S., t. VI, Bruxell (...)

23Avant de parler de niveau de vie ou de pouvoir d’achat, il faudrait d’abord déterminer en quoi consistent les dépenses d’un ménage ouvrier ou paysan à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle. Les enquêtes portant sur les budgets de famille ne voient le jour, en Belgique, que dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elles auraient pourtant été bien précieuses pour préciser, à travers la répartition des dépenses, l’espèce, la qualité et la quantité des biens et services achetés90 !

TABLEAU no 5. Dépréciation des assignats (a)

TABLEAU no 5. Dépréciation des assignats (a)

(a) Collection générale des tableaux de dépréciation du papier-monnaie et R. De Vleeschouwer, Contribution à l'Histoire des assignats en Belgique, 1794-1795, dans Contribution à l'histoire économique et sociale, t. 1, p. 168.

GRAPHIQUE no 13. Dépréciation des assignats de l’an II à l’an IV

GRAPHIQUE no 13. Dépréciation des assignats de l’an II à l’an IV

Source : collection générale des tableaux de dépréciation du papier monnaie.

  • 91 Briatte, op. cit., pp. 166-231 et tableau no 6. Il faut comparer à une tentative semblable dans Vau (...)
  • 92 Ibidem, pp. 130-131. Voir aussi B. De Morogues, De la misère des ouvriers et de la marche à suivre (...)
  • 93 Ibidem, p. 242.
  • 94 Ibidem, p. 290.

24Dès l’Ancien Régime, Briatte fournit pourtant des indications précieuses, même si on n’y trouve pas l’étude de cas concrets mais plutôt l’élaboration d’un budget idéal qui permettrait à l’ouvrier de vivre dans de bonnes conditions. Briatte y fait intervenir la nourriture, le vêtement, le chauffage, le logement, les soins de santé, le prix de l’éducation, les dépenses du culte, le montant des diverses taxes et impôts, les accidents fortuits, une épargne nécessaire et, chose exceptionnelle à l’époque, il prévoit un poste « divertissements », comme « condition essentielle au bien-être du peuple », auquel il attribue une somme annuelle de huit florins91. Si une famille est incapable de subvenir à toutes ces dépenses, Briatte la considère comme une « famille indigente et malheureuse »92. Après de savants calculs, Briatte évalue à trois cents florins la somme annuelle nécessaire, lorsque le grain est à un prix moyen, pour qu’un individu puisse satisfaire à toutes ces dépenses. Ce montant peut être réduit à cent cinquante florins lorsqu’il s’agit de membres d’une même famille car, dans ce cas, certaines dépenses n’ont lieu qu’une fois. Il s’agit bien là, toutefois, de l’argent nécessaire à chaque individu, jeune ou vieux, travailleur ou inoccupé. Or, seul un sixième de la population est active et Briatte le prouve par trois constatations : « La première, que les individus agissans doivent gagner dans la courte période de leur existence où ils jouissent de la force, de la santé, de la capacité, ou la subsistance de leur vie tout entière ou celle de trois individus chacun. La seconde, que les femmes qui sont la moitié de ces êtres agissans, ne gagnant rien, ou que peu de chose, ce sont les hommes qui doivent y suppléer et fournir avec leurs gains, et leur propre subsistance et celle de tous les autres. Et la troisième, que le quart du temps étant perdu par les jours chômables ou chômés, c’est durant les trois autres quarts, que [les] ouvriers doivent [se] procurer la nourriture et l’entretien »93. Pour éviter l’indigence à l’un ou l’autre moment de son existence, chaque ouvrier devrait dès lors gagner non plus cent cinquante florins mais jouir d’un revenu de sept cent cinquante florins par an et chaque ouvrière d’une somme de cent cinquante florins, ce qui équivaudrait, pour chaque homme, à toucher un salaire journalier de quarante et un sous trois deniers et pour chaque femme, un salaire de neuf sous94.

TABLEAU no 6. Budget idéal d'un ouvrier au XVIIIe siècle

TABLEAU no 6. Budget idéal d'un ouvrier au XVIIIe siècle

Source : Briatte, op. cit., pp. 232-233.

  • 95 A.É.L., Fonds Ghysels, 30.
  • 96 A.Ê.L., Prévôté, 3, farde 12.
  • 97 A.É.L., F.F., Préf., 576, pétitions, 21 nivôse an XII.
  • 98 Briatte, op. cit., p. 166 et A.É.L., Fonds Ghysels, 30. Voir à ce propos, C. Vandenbroeke, Agricult (...)
  • 99 J. Ruwet, L'agriculture et les classes rurales au Pays de Herve, pp. 264-265. Cfr ci-dessous, chapi (...)
  • 100 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III. Réponse de l’administration d’arrondissement d (...)
  • 101 G. Hansotte, Histoire de la Révolution dans la Principauté de Stavelot-Malmédy, p. 116.
  • 102 G. Hansotte, La vie quotidienne à Herstal sous le régime français, dans V.L., 1959, p. 363.
  • 103 M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812), phénomènes et remèdes dans le dépar (...)
  • 104 A. Sprunck, Études sur la vie économique et sociale dans le Luxembourg au XVIIe siècle, t. 1, pp. 5 (...)

25Le raisonnement de Briatte est loin d’être suivi par ses contemporains. Dans un mémoire écrit, en 1775, en réponse à des questions posées par la Gazette de Liège, Bertho évalue à quatre sous la somme nécessaire à un ouvrier pour assurer journellement sa subsistance, à condition d’être logé95. Mais le prix des loyers diffère de région à région, de quartier à quartier même. Ainsi, à Liège, en 1776, le prix d’une chambre oscille de cinq liards à cinq sous selon qu’elle se situe dans une grande ou une petite paroisse. Le curé de Saint-Étienne prétend même que le coût général de la vie suit le même mouvement96. En l’an XII, on paye six francs par mois pour une petite chambre97. On est très mal renseigné sur la nourriture journalière des ouvriers, paysans et artisans, à plus forte raison sur les quantités absorbées. Briatte et Bertho évaluent à une livre et demie de pain par jour et par personne la quantité nécessaire pour ne pas souffrir de la faim98. C’est aussi cette quantité qu’arrêtent, en 1789, les commissaires provinciaux au recensement de la production indigène et à la consommation dans le duché de Limbourg99. Mais, durant la disette de l’an III, les Liégeois en sont réduits à une demi-livre de pain, « ration bien modique pour la classe indigente et laborieuse, ration qui lui manque très souvent plusieurs jours de suite »100 et, dans le comté de Logne, cette ration n’excède pas un quart de livre101. En 1812, on estime à une livre de pain soit 0,46793 kg., la quantité journalière nécessaire à la nourriture d’une personne102. Selon M. Deprez, la part des dépenses ouvrières en denrées alimentaires est de 60 % et le pain représente environ 50 % de ce total en année normale103. Pour se procurer le grain nécessaire à leur subsistance, les pauvres ont tendance à recourir au crédit. « Le grain se mange entretems, la dette s’oublie, la paresse augmente ; il n’y a que le nouveau besoin qui oblige le débiteur à se ressouvenir de son créditeur [...] le pauvre malheureux [...] prend souvent ce qu’il a de mieux pour en faire présent à la femme du livrancier ou au livrancier lui-même et paie ainsi à triple denier le crédit qu’on lui accorde. Au moien de ce présent, on veut bien lui faire une nouvelle livraison, qu’on renouvelle encore l’année suivante, parmi la même récompense ». Ce système est désastreux à la longue pour le créancier. « Ce commerce a ruiné deux tiers des villages de l’Ardenne depuis qu’il s’y exerce et tous les particuliers qui doivent passer par là sont dans le cas de devoir essuier la vente de leurs meubles et biens fonds au bout d’un laps de cinq à dix ans »104.

  • 105 E. Ducpetiaux, Budgets économiques, pp. 95 et 112. Cfr chapitre VIII.

26Comment un homme du peuple est-il vêtu, à quel rythme renouvelle-t-il ses vêtements ? On en est réduit aux suppositions. On pourrait prendre pour base les quantités utilisées dans les hospices mais les membres des Commissions assurent que le sort de leurs pensionnaires est plus enviable que celui des indigents. Selon Ducpétiaux, un ouvrier achète tous les cinq ans un habillement de dimanche mais le plus souvent, il met des habits rapiécés et les fait durer autant que possible105.

  • 106 M. Halbwachs, L'évolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, 1933, p. 19 et A. Longrée,(...)

27Il faut toutefois remarquer, en suivant en cela la loi de Engel, que « plus le revenu est faible, plus est grande la proportion de la dépense totale qui doit être consacrée à la nourriture [et] en même temps que la proportion de la dépense nourriture augmente, la nourriture elle-même devient plus médiocre, à mesure qu’on passe à des revenus plus faibles, c’est-à-dire que la dépense absolue pour la nourriture diminue »106.

28R. Gascon, dans une étude consacrée à Lyon, s’efforce d’exprimer numériquement le seuil de la pauvreté à l’aide d’une équation

Rjd = Sj X 7/10 X 5/7 = Sj/2

  • 107 Études sur l’histoire de la pauvreté, p. 749.
  • 108 E. Ducpétiaux, Budgets économiques, pp. 107-111.

29qu’il explique de la façon suivante. Le Revenu journalier (Rjd), si l’on tient compte des jours chômés, est égal aux 5/7 du salaire journalier (Sj). Comme une partie du revenu qu’il estime à 3/10 est absorbé par les dépenses de logement, de chauffage, d’habillement et par l’achat de denrées diverses, à l’exception du pain, le seuil de pauvreté est atteint lorsque le revenu journalier disponible est égal aux dépenses du pain (D) ; il est franchi lorsqu’il lui est inférieur et on entre dans la pauvreté lorsque D > Sj/2. Les dépenses en pain sont évidemment fonction du nombre des bouches à nourrir et du prix des blés107. De telles proportions valent pour l’Ancien Régime ou en période de crise. Elles devraient être révisées pour le XIXe siècle. La proportion de l’alimentation dans le budget d’un ouvrier agricole de Waremme, en 1846, est de 60 % et celle du pain est de 30 %108.

  • 109 Voir à ce propos E. Hélin, La taille des ménages avant la révolution industrielle. Le cas de Liège (...)

30Si l’on applique la formule, en 1783, à une famille de quatre personnes où seul le père travaille, et si l’on table sur une consommation d’une livre et demie de pain par personne, on s’aperçoit que la plupart des métiers ne préservent pas leurs membres de l’indigence, puisque, pour consommer du pain noir, il faut disposer d’un revenu journalier de 13 sous 6 deniers au moins. Pour manger du pain de méteil, il faudrait recevoir un salaire journalier de deux florins quatre ; le travail des femmes et des enfants doit absolument concourir aux besoins du ménage. Or, il s’agit ici d’un cas favorable puisque la taille moyenne des ménages avant la révolution industrielle est d’ordinaire supérieure à quatre personnes109.

  • 110 E. Ducpétiaux, op. cit., p. 94. Sur 199 budgets envisagés, 193 sont en déficit plus ou moins consid (...)

31Les ressources se sont accrues au cours du XIXe siècle mais les salaires sont insuffisants pour couvrir les dépenses et il faut avoir recours à l’assistance pour combler le déficit110.

  • 111 E. Ducpétiaux, Budgets économiques, p. 154.
  • 112 Ibidem, pp. 136-137.

32A la fin du régime hollandais, le salaire masculin suffit à peine à couvrir les dépenses d’alimentation et d’entretien. Mais, comment payer le loyer ? Comment subsister en période de maladie ? Avec quoi payer ses impôts ? Selon Ducpétiaux, les revenus du peuple ne lui permettent pas d’atteindre, au milieu du siècle, « nous ne dirons pas à l’ordinaire du marin ou du soldat, mais même à celui du prisonnier »111. Toutes ces remarques prouvent à suffisance que « le sort de l’ouvrier est en tout temps des plus précaires, qu’il se trouve le plus souvent à l’extrême limite qui sépare l’état d’indépendance de la pauvreté. Le moindre événement fâcheux, la circonstance en apparence la plus insignifiante peut, dans cette situation, précipiter sa ruine complète. L’équilibre entre ses ressources et ses dépenses une fois rompu, il n’a guère de chance de reprendre le dessus ; alors commence pour lui une vie de privations toujours croissantes qui, en énervant ses forces, lui ôtent l’énergie nécessaire pour triompher des embarras qui l’assiègent »112.

TABLEAU no 7. Pouvoir d'achat à Liège de 1798 à 1830

Années

Consommation populaire (a) Moyenne régionale en francs

Salaires (b) en francs

Rapport salaire-prix

1798-1800

1,85

1,33½

0,72

1801-1805

1,98

1,50

0,76

1806-1810

1,88 ¾

1,56½

0,83

1811-1815

1,86½

1,65

0,88½

1816-1820

1,94

1,61½

0,83½

1821-1825

1,62½

1,61½

0,99 ½

1826-1830

1,66 ½

1,65

0,99

Source : M. Deprez, op. cit., pp. 148-150.
(a) Calculée sur la base de douze produits de consommation courante par période quinquennale : pain (1 Kg par jour), pommes de terre (400 grs), café, bière, viande de boeuf (180 grs par semaine), œufs, beurre (1/2 livre/quinzaine), chandelle, bois de chauffage, charbon, coutil (3 chemises tous les 5 ans et 1 pièce de calicot tous les 2 ans).
(b) Salaires moyens régionaux d’un ouvrier adulte (mines, métallurgie, textile, bâtiments, agriculture).

33Ainsi, d’après les philanthropes du XIXe siècle, l’ouvrier est incapable de prendre en main son existence et de la transformer fondamentalement car les conditions de vie auxquelles il est soumis engendrent l’apathie et le découragement. C’est donc aux pouvoirs publics de veiller à améliorer son sort. Ducpétiaux trouve ainsi une nouvelle justification au paternalisme social.

  • 113 P. Laslett, The world we have lost, 2e édition, Londres, 1971 et B. de Morogues, De la misère des o (...)

34Grâce à l’espacement des crises agricoles et à l’intervention des pouvoirs publics qui diminuent, par des distributions de grains et un sévère contrôle des marchés, l’impact de la hausse des prix sur les classes défavorisées, une tendance à l’amélioration du niveau de vie s’amorce au début du XIXe siècle même si le pauvre a toujours besoin de l’aide d’autrui pour subsister. Pour combler le déficit entre dépenses et salaires, il faut recourir au travail des femmes et des enfants, solliciter la générosité des âmes charitables ou encore — et n’est-ce pas ce qui explique la persistance d’une mendicité endémique —, il faut tendre la main dans les rues pour rapporter quelques sous. Dans les campagnes, la culture d’un petit jardin, la pratique du glanage, le ramassage du bois mort, l’élevage de quelque volaille, d’une chèvre ou d’un cochon, sont autant de ressources d’appoint. Mais il ne faut pas s’exagérer leur importance. Elles permettent tout au plus à l’indigent d’éviter le trépas113.

B. — Le sous-emploi114

  • 114 Le mot chômeur n’est introduit dans la langue française qu’en 1876. (Cfr Robert et Littré, S. verbo (...)
  • 115 J. De Heusy, Essai sur l'établissement d'un Hôpital Général, p. 6.
  • 116 Ibidem. Cfr Les expressions patriotiques, p. 16.
  • 117 J. de Heusy, op. cit., p. 22.
  • 118 Ibidem, p. 25.

35Durant le XVIIIe siècle, les publicistes ont tendance à assimiler indigents valides et fainéants et vitupèrent le « paresseux valide, qui n’est indigent que parce qu’il se refuse au travail »115. D’autant que la « douceur de vivre » dans le Pays de Liège est bien connue à l’époque : « Liège est une des villes d’Europe qui favorisent le plus le penchant naturel des gens du commun à l’oisiveté : la douceur du gouvernement, le logement, le chauffage, les boissons et les denrées de première nécessité qui y sont à bas prix, sont une première occasion à la fainéantise, mère des désordres »116. Il y aura toujours, car ce n’est l’apanage ni du Pays, ni du XVIIIe siècle, des individus qui préfèreront une vie oisive à la contrainte du travail et ne rougiront pas de dépendre d’autrui pour leur subsistance. Malheureusement la paresse de quelques-uns rend suspecte l’inactivité forcée de la majorité des indigents. Pourtant, dès la fin du XVIIIe siècle, des économistes perspicaces se rendent compte que quelles que soient les mesures pour combattre la mendicité, « tout cela ne suffiroit point [...] quelque règlement que l’on oppose au besoin, l’impérieuse loi de la nécessité l’enfreindra toujours aussi longtemps qu’il y aura des gens qui ne sauront trouver de l’occupation »117. Les manufactures existantes sont incapables d’absorber toute la main-d’œuvre potentielle118 qui en est réduite à souffrir de la faim sur place ou à s’expatrier.

36On découvre ainsi une des réalités du XVIIIe et du début du XIXe siècle : le chômage sévit et touche une partie importante de la population active. Tantôt il est complet, tantôt il est partiel, tantôt il est structurel, tantôt il est conjoncturel.

  • 119 A.É.L., F.F., Préf., 615, Engis, an IX et Communes, Amay, 1003, 15 décembre 1827.
  • 120 C. Gaier, Quatre siècles d'armurerie liégeoise, p. 109.
  • 121 X. Carton De Wiart, La vie et les voyages d'un ouvrier foulon du Pays de Verviers au XVIIIe siècle,(...)
  • 122 A.R.A., B.Z.A.W., 7444, le maire de Liège au Ministre de l’Intérieur, 30 janvier 1823. Cfr A.É.L., (...)
  • 123 H. Rolin, Les institutions des charbonnages de Mariemont et de Bascoup, pp. 14-15 et voir aussi H. (...)
  • 124 Cahier d’histoire des prix, 1958, pp. 176-177.
  • 125 Gazette de Liège, 24 décembre 1787.

37Nombre de métiers subissent un chômage saisonnier important. Dans l’industrie alunière, les ouvriers chôment chaque année trois mois au moins durant l’hiver119. Dans l’armurerie, la cadence de production dépend du débit des cours d’eau. En période de crue, on travaille même la nuit afin de gagner du temps ; par contre, l’été, l’arrêt de la roue à aubes provoque le chômage technique120. Il en va de même dans les fouleries : la sécheresse les réduit à l’inactivité121. Un hiver trop rigoureux a des résultats tout aussi désastreux pour la main-d’oeuvre et « épuise le peu de ressources qui restaient à un grand nombre d’honnêtes familles dont la subsistance dépend de l’occupation journalière »122. Dans les houillères, on ne travaille que durant les deux tiers de l’année123. Les variations saisonnières du volume de la main-d’oeuvre peuvent atteindre, dans ce secteur, 30 %. La plupart des ouvriers du bâtiment ne gagnent, pendant les quatre mois d’hiver, que les trois quarts du salaire normal et certains travaillent souvent moins d’un jour par semaine, évitant de justesse le chômage complet124. Or, le produit du travail d’un ouvrier est si modique qu’il ne souffre aucune interruption. Ainsi, lorsqu’un marchand d’armes publie, dans la Gazette de Liege, une annonce pour recruter un ouvrier monteur, il prend la peine de préciser qu’« il aura de l’ouvrage pendant toute l’année et ne perdra pas un jour »125.

  • 126 Voir p. 299.

38Pour restreindre au minimum les effets du chômage saisonnier, certains ouvriers sont polyvalents et pratiquent selon les saisons des métiers différents126.

  • 127 G. Hansotte, La clouterie liégeoise, p. 8.
  • 128 Ibidem, pp. 51-60. Création d’une Société de Marchands qui rencontre de nombreux avatars.

39Certaines industries sont atteintes par un chômage structurel plus grave. C’est le cas de la clouterie. Chaque année, l’adjudication de la fourniture de clous à la Hollande, principal acheteur, est emportée par l’un ou l’autre marchand établi à Liège, qui fait travailler ses ouvriers. Cette façon de procéder présente un vice fondamental. L’adjudication « assure pendant un an la prospérité du négociant qui a su l’obtenir et procure du pain, pendant de longs mois d’hiver à la main-d’oeuvre que ce marchand salarie ; mais, durant cette année, les concurrents de ce marchand connaîtront peut-être la gêne et leurs ouvriers la misère »127. Dès 1750, des initiatives sont prises pour supprimer ce monopole annuel et s’efforcer par là même de résorber le chômage structurel128.

  • 129 A.N.P., F 15, 1010, 24 fructidor an XIII.
  • 130 A.É.L., F.F., Préf., 612, le maire de Battice au préfet, 5 germinal an IX. Cfr F.F., Préf., 614, le (...)
  • 131 A.É.L., Fonds Ghysels, 29, farde 250.

40Tout chômage est si préjudiciable à la classe ouvrière qu’à Eupen, on affirme qu’une interruption d’un mois dans le travail des fabriques suffit à tripler le nombre des indigents129. A Battice où, à l’époque française, la moitié de la population travaille à la clouterie ou à la draperie, le nombre des pauvres est fonction de la vitalité de ces entreprises. Chômer six mois réduit ces travailleurs à l’indigence la plus complète et ils ont d’autant plus besoin de secours « que ce n’est point la fainéantise qui les met dans le cas d’en exiger »130. Ainsi, lorsque les industries périclitent, la misère augmente aussitôt. Le dépérissement des houillères à Herstal, à la fin du XVIIIe siècle, aggrave le paupérisme dans la commune131.

  • 132 R. V. Gaillard, Quelques souvenirs sur le pays de Liège, Liège, 1804, p. 8.

41Velbruck l’avait bien compris, lorsqu’il voulait par « l’instruction et le travail [...] relever, utiliser la population indigente si cruellement abaissée à Liège, quelquefois si inquiétante »132. L’intention est une chose, la réalisation en est une autre. Le volume de l’emploi dépend des entreprises privées. Les Hôpitaux Généraux ne résolvent pas ce problème.

  • 133 A.E.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 10 décembre 1806.
  • 134 M. G. Nautet, Notices historiques, t. 3, p. 351.

42La période révolutionnnaire ne vient rien arranger. La plupart des entrepreneurs émigrent, abandonnant manufactures et ouvriers à leur triste sort. Aussi, sous le régime français, Micoud d’Umons propose-t-il d’attirer dans les villes « toutes les personnes qui, par nécessité ou par goût faisoient travailler, que la révolution avait éloignées ». Rentrés d’émigration, ces entrepreneurs préféraient souvent résider à la campagne afin de ne pas payer double contribution. Pour les ramener en ville, il faut, dit le préfet, leur procurer plaisirs et distractions. « En y dépensant une partie de leurs revenus, cette dépense tournera au profit de la classe commerçante et de la classe ouvrière »133. Le retour des fabricants est d’ailleurs accueilli avec joie par la population. Dans ses Notices historiques, Nautet décrit ainsi le retour du Verviétois Meunier : « Qui pourrait dire avec quelles acclamations il fut reçu ; on ne pouvait voir sans verser des larmes la multitude des mendiants qui l’attendaient à sa porte ; ses ouvriers et une infinité d’autres coururent à sa rencontre pour le complimenter, en criant : vive Monsieur Meunier, il nous ramène l’ouvrage [...] »134.

  • 135 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, l’administration d’arrondissement de Liège aux représentants près (...)
  • 136 J. Ovart, Les élections dans le département de l'Ourthe, 1797-1813, p. 37.
  • 137 A.N.P., F1C III Ourte 6, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 5 décembre 1813.
  • 138 C. Gaier, op. cit., p. 106. Cfr A.N.P., F 20, 142 et F 1C III Ourte 6, le préfet au Ministre do l’I (...)
  • 139 C. Gaier, op. cit., p. 107. Briavoine affirme que sous l’Empire, on ne compte plus que 14 fabricant (...)

43Le chômage conjoncturel et structurel perdure durant le régime français. Au début, les manufactures et fabriques périclitent à cause de la loi du maximum et des réquisitions135. On évalue alors à 20.000 le nombre des armuriers et à 15.000 le nombre des houilleurs sans travail136. La situation est particulièrement critique dans l’armurerie qui perd près de neuf dixièmes de sa main-d’œuvre, alors que sous l’Ancien Régime, il y avait à Liège « autant d’armuriers que de pavés »137 ! Beaucoup d’ouvriers émigrent vers d’autres départements. « Depuis la Révolution jusque sous la Restauration, l’encadrement des ouvriers dans les établissements d’armement français fut très souvent liégeois »138. En 1798, le nombre des fabricants d’armes est réduit de moitié et tombe à 40. En 1807, il n’est plus que de 21139.

  • 140 A.É.L., F.F., n.cl., 24 nivôse an III.
  • 141 A.É.L., F.F., n.cl., 9 ventôse an III.
  • 142 Constans. op. cit., p. 94. Cfr Renier, Histoire de l’industrie drapiere, p. 328.
  • 143 A.N.P., F 1 C III Ourte 6, le préfet au Ministre de l'Intérieur, 10 mars 1811 et F 16, 551, le prés (...)
  • 144 A.N.P., F 16, 1034.
  • 145 Tableau no 8.
  • 146 A.N.P., F 20, 142.

44A Hodimont, en l’an III, l’Administration municipale évalue à quatre ou cinq cents le nombre des ouvriers sans travail140. A Petit-Rechain, à la même époque, l’arrêt des manufactures de draps précipite une bonne partie de la population dans l’indigence141. Constane évalue à 1500 le nombre des ouvriers verviétois qui sont morts de froid ou de faim, après être devenus chômeurs142. En 1811 encore, on assiste à Verviers à de nombreuses faillites de fabricants ; pour se maintenir à flot, les autres doivent licencier une partie de leur personnel. Seul Simonis, un des patrons les plus opulents, s’engage à distribuer chaque jour un potage à tous ceux de ses ouvriers auxquels il ne peut plus donner du travail. Le préfet fait alors remarquer au Ministre de l’Intérieur que « le département de l’Ourthe est le plus industrieux de l’Empire, eu égard à la population qu’il renferme, que plus de 30.000 ouvriers sont emploiés à la seule fabrication des draps et que beaucoup seront forcés de s’expatrier laissant leurs femmes et enfants à la charité publique si on ne vient pas au secours de la fabrique »143. La situation est d’autant plus dramatique que le textile est alors le seul secteur en expansion comme le montre un relevé statistique du nombre des individus occupés dans les fabriques et manufactures du Département en 1808144. A cette date, les pertes d’emplois sont considérables et sont évaluées à 7482. Elles sont particulièrement sensibles dans la clouterie, l’armurerie et les industries extractives. Elles atteignent 12144 personnes mais sont compensées par un gain d’emplois (4662) dans l’industrie textile en plein développement et par une demande de main-d’œuvre dans le secteur primaire145. Le chômage atteint alors 10,5 % des travailleurs de plus de douze ans. La majorité des pertes d’emplois sont localisées dans l’arrondissement de Liège —, la ville elle-même subit une diminution de 8518 emplois, — tandis que la plupart des gains profitent à l’arrondissement de Malmédy. Cette mauvaise conjoncture économique est déjà ressentie deux ans plus tôt par le préfet qui reconnaît qu’un grand nombre d’ouvriers « n’ayant que leurs bras pour ressource » ne peuvent trouver du travail. « On ne peut se faire une idée de l’état de misère et de dénuement où est réduite cette portion infortunée du peuple » assure-t-il146.

  • 147 M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812). Phénomènes et remèdes dans le dépar (...)

45Depuis 1811, l’activité commerciale se ralentit, le volume de la production industrielle diminue d’un tiers en 1812. Les industriels se résolvent à licencier une partie de leur personnel et à mettre au chômage partiel le reste des travailleurs147.

  • 148 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806 et F.F., Préf., 557, le conseiller d (...)
  • 149 A.N.P., F 15, 2759 et F 16, 1034, le préfet au Ministre, 15 octobre 1813.
  • 150 A.N.P., F 15, 292, 9 pluviôse an V. Cfr R. Van Santbebgen, Robert de Paris et le pays de Liège en 1 (...)
  • 151 A.N.P., F 20, 142.

46En temps de marasme économique, les autorités françaises se proposent d’organiser de grands travaux publics pour occuper les chômeurs148. Encore faut-il pouvoir les payer : or « il n’existe point de fonds pour ces travaux »149. Un effort semblable avait été entrepris dans les premières années du régime mais un certain nombre d’ouvriers employés aux travaux ont été réduits à la mendicité parce qu’ils n’ont pas été dédommagés150. L’intervention publique en matière de travail se solde ainsi par un échec. Pourtant le préfet ne se fait pas faute d’affirmer que le plein emploi est le remède le plus efficace pour lutter contre la mendicité151.

TABLEAU no 8. Mouvement de l'emploi dans le Département de l'Ourte en 1808

Secteurs d’activité

Gains d’emplois

Pertes d’emplois

Agriculture

278

Forges- Hauts-fourneaux

40

112

Fenderies, martinet

10

Houillères

340

Houillères et alunières

46

Houillères et armurerie

47

Alunières- Armurerie - Clouterie

95

Armurerie- Clouterie - Dentelle

8518

Clouterie- Fonderie

118

Clouterie

2129

Tannerie

225

Filature

510

Draperie

4334

Fabriques de serge

4

Total

4662

12144

Source : A.N.P., F 16, 1034.

  • 152 A.G.R., Fonds d’Ursel, L 351. Les négociants et fabricants de la province de Liège au duc d’Ursel, (...)
  • 153 I. J. Brugmans, Statistieken van de nederlandse nijverheid uit de eerste helft der 19de eeuw, La Ha (...)
  • 154 G. Hansotte, La sidérurgie belge du XIXe siècle avant l’acier, dans Revue d’histoire de la sidérurg (...)
  • 155 H. Hasquin, L’industrie charbonnière, p. 186.

47Sous le régime hollandais, la situation des industries ne s’améliore pas. Après les années difficiles qui marquent la fin de l’Empire, l’industrie du fer pâtit, dès 1815, de la fermeture du marché français, du rétablissement de la concurrence anglaise, de l’émigration de la main-d’oeuvre attirée en Prusse et en France. Presque tous les secteurs économiques sont en déclin. Les droits de douane élevés grèvent les produits liégeois et entravent la libre circulation des matières premières152. La statistique de 1820 indique une situation économique languissante153. La plupart des entreprises sont alors dans un état pire qu’en 1814. Les années 1825-1829 sont à nouveau marquées par la dépression154. Dans l’industrie charbonnière, la productivité s’accroît entre les dernières années de l’Empire et 1830 mais elle n’est pas suivie d’une augmentation équivalente de la main-d’oeuvre. Dans le bassin liégeois, alors que la production croît de 62 %, le nombre des ouvriers n’augmente que de 42 %155.

  • 156 A.É.L., F.H., 2488, Observations du sous-intendant de l’arrondissement de Liège.
  • 157 A.R.A., B.Z.A.W., 238, la députation des États au Ministre de l’Intérieur, 17 mai 1817.
  • 158 A.É.L., F.H., 2484, A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1466 et Ville de Huy, 416, les hospices au bo (...)
  • 159 A.É.L., Communes, Amay, 1003, 15 décembre 1827.
  • 160 A.É.L., F.H., 2497, Herstal et Wandre.
  • 161 Μ. N. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 257. Depuis 1795, les années de prospérité sont rares : 1805 et (...)
  • 162 A.É.L., F.H., 2497, Herstal.
  • 163 A.É.L., F.H., 2497, Thimister.
  • 164 A.É.L., F.H., 2502, Membach.
  • 165 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance du canton de Dalhem.
  • 166 A.É.H., Communes, Couthuin, 46 et 48.

48En 1818, dans l’arrondissement de Liège, 7980 personnes tombent à charge de la charité publique par manque de travail156. A la même époque, une foule d’individus sont sans asile parce qu’ils ne gagnent même plus de quoi payer un loyer157. Dans les cantons de Dalhem et de Stavelot, les fabriques de draps sont arrêtées. Dans ceux de Herve et d’Aubel, les fileurs sont sans travail. A Verviers, de nombreux ouvriers sont inoccupés. A Huy, les industries stagnent et les ouvriers chôment. Dans le canton de Fléron, il y a plus d’ouvriers que de travail ; dans ceux de Hollogne et de Bodegnée, les alunières sont inactives158. Dans la seule région d’Amay, « plus de mille individus sont obligés de quitter leurs foyers pendant neuf mois pour se porter partout où ils peuvent y arracher l’existence »159. La stagnation des industries traditionnelles de la région liégeoise : la houillerie, la clouterie et l’armurerie est ressentie avec acuité dans nombre de communes. Ainsi, dans les houillères, les mineurs ne travaillent plus que deux ou trois jours par semaine, pour un salaire de 61 1/2 cents160. Le début du régime hollandais est pour elles une époque de « grande détresse »161. L’armurerie qui a périclité sous le régime français est, dans certaines communes des environs de Liège, « totalement nulle »162. L’industrie textile n’est guère mieux lotie. Ainsi, à Thimister, de 1812 à 1821, quatre fabriques de draps sur dix ont dû fermer leurs portes163. Dans les communes frontalières qui travaillent surtout pour les fabriques de draps prussiennes, les droits de douane grèvent les draps liégeois164 et leurs prix, rendus ainsi moins compétitifs, entraînent un ralentissement du débit et des échanges165. En 1828 encore, on compte à Couthuin, plus de cent journaliers qui ont besoin de secours parce qu’ils manquent d’ouvrage166.

  • 167 Tableau no 2.
  • 168 Tableau no 3 et graphique no 14.

49Au niveau provincial, en 1823, 30 % de la population indigente est secourue, parce qu’elle manque d’ouvrage. Le chômage sévit dans les cantons industriels de l’arrondissement de Liège. Dans l’arrondissement de Verviers, il touche plus de 40 % des indigents pour atteindre, dans les cantons d’Aubel, près de 60 %. Dans l’arrondissement de Huy, par contre, pas un canton n’accède à la moyenne provinciale à l’exception de celui d’Avennes (29,58 % contre 29,96 % pour la province)167. Ce mal frappe la moitié de la population pauvre entre 12 et 50 ans et reste important dans les couches plus âgées où près de 13 % des plus de 65 ans sont encore secourus en raison du manque de travail168. Le sous-emploi apparaît, surtout dans les arrondissements de Liège et de Verviers, comme l’élément déterminant qui, plus que l’âge ou les infirmités, entraîne la misère, misère d’autant plus grave qu’elle atteint la population non seulement active mais également en âge de procréer et hypothèque ainsi les chances des générations futures.

  • 169 Tableau no 1.
  • 170 A.É.L., F.H., 2488, Observations du sous-intendant de l’arrondissement de Verviers, 4 juillet 1818.
  • 171 A.É.L., F.H., 2492, Rapport de Stavelot ; F.H., 2490, le Bureau de bienfaisance du canton de Herve (...)
  • 172 Tableau no 2.
  • 173 Constans, Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 85.
  • 174 Cfr L. F. Thomassin, op. cit., p. 479 et R. Demoulin, op. cit., p. 273.
  • 175 Μ. N. Briavoine, op. cit., t. 1, p. 212. Cfr R. Demoulin, op. cit., p. 274 et F. E. Manuel, L’intro (...)
  • 176 A.É.L., F.H., 2497, Slins, Cheratte, Mortier, Trembleur, Argenteau.
  • 177 A.É.L., F.H., 2497, Argenteau.
  • 178 A.É.L., F.H., 2497, Wihogne. Cfr tableau no 9.
  • 179 A.É.L., F.H., 2502, Clermont.
  • 180 A.É.L., F.H., 2502, Henri-Chapelle.
  • 181 A.É.L., F.H., 2502, Aubel.
  • 182 A.R.A., B.Z.A.W., 4774, 31 janvier 1823.

50Le défaut de travail est à ce point manifeste que 80 communes de la province, en 1818, en font le facteur déterminant du paupérisme169. Un représentant peut affirmer que « la classe autrefois industrieuse peut être appelée la classe indigente »170. D’autres communes, sans citer le manque d’emploi, invoquent ses causes : l’absence d’industrie ou la stagnation des fabriques existantes voire, dans les régions textiles, l’introduction des métiers à filer mécaniques. Pendant la saison d’hiver, cette dernière innovation prive les paysans d’une ressource qui leur permettait « de se procurer abondamment les denrées nécessaires à la vie pour la majeure partie de l’année mais encore de quoi se vêtir proprement et vivre dans une sorte d’aisance »171 et enlève aux enfants en bas âge l’espoir d’une occupation « proportionnée à leurs forces ». L’introduction des métiers mécaniques dans la filature et le chômage qui en résulte parmi les fileurs figurent encore parmi les griefs évoqués le plus fréquemment dans l’enquête sur la bienfaisance de 1823 ; respectivement 34 et 30 fois172. Une telle mécanique, actionnée par trois personnes peut, en effet, remplacer 200 fileurs173. Thomassin évalue à 21 210 le nombre des ouvriers réduits au chômage à la suite de l’introduction des machines. Simonis qui occupait à lui seul 2500 ouvriers n’en emploie plus que 1625 depuis l’usage des mécaniques174. En Angleterre, en France et en Prusse, à la même époque, les ouvriers brisent les métiers dans lesquels ils voient une menace pour la main-d’œuvre175. Dans les cantons de Dalhem et d’Aubel, où la main-d’œuvre est occupée principalement dans l’industrie textile, presque toutes les communes attribuent aux nouvelles mécaniques le sort malheureux de leur population car la filature à la main fournissait non seulement du travail aux adultes mais aussi aux vieillards et aux enfants176. Ceux-ci, dès l’âge de six à sept ans, ne trouvent plus à s’occuper que dans les mines de houille, à condition d’être assez robustes mais « leur nombre est si grand qu’ils ont peine à trouver de quoi travailler deux ou trois jours par semaine »177. D’aucuns vont jusqu’à envisager d’interdire de telles innovations dans les régions populeuses178. A Clermont, « avant l’établissement des machines à filer et autres inventions pour diminuer le nombre de bras nécessaires à la fabrication du drap, cette commune étoit ouvrière et n’avoit guère que le tiers des pauvres qu’elle a aujourd’hui. Presque la moitié de sa population générale étoit occupée aux fabriques de draps et gagnoit très bien sa vie, à filer, tisser, lainer, tordre, éplucher, etc. [...]. De grands cultivateurs même ne dédaignoient pas de filer pendant la saison que leur culture ne les occupoient pas. Depuis l’introduction de ces machines, il n’y a plus que quelques tisserands qui, heureusement n’ont pu encore être remplacés par des mécaniques. Tous les ouvriers sont réduits à la mendicité par le défaut de travail. Il n’y a, dans cette commune, aucune espèce d’atelier capable d’occuper le plus petit nombre d’ouvriers. Il y a même à remarquer que le petit nombre de ceux qui se donnent pour fabricants de drap et prennent patente à ce sujet, ne font que peu de draps à façon et pour occuper leur famille. En général, tous les indigents étoient fileurs, quelques-uns tissoient, tondoient ou lainoient mais seulement un sur quinze »179. A Henri-Chapelle, l’introduction des machines a multiplié le nombre des mendiants qui « viennent pour ainsi dire forcer les habitants des villages à leur faire la charité »180. Il en va de même à Aubel181. A Charneux, le nombre des indigents atteint 900 depuis l’établissement des métiers à filer182.

GRAPHIQUE no 14. Le chômage en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823

GRAPHIQUE no 14. Le chômage en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

TABLEAU no 9. Solutions proposées pour réduire l'indigence lors de l'enquête de 1823 (a)

TABLEAU no 9. Solutions proposées pour réduire l'indigence lors de l'enquête de 1823 (a)

(a) A.É.L., F.H., 2499 à 2504.

  • 183 G. Hansotte, L’émigration ouvrière, p. 308.
  • 184 Mathieu Laensberg, no 116, 17 mai 1826, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1 et no 117, 18 mai 1826, p. 2, co (...)
  • 185 R. Demoulin, op. cit., pp. 276-277.

51Ce chômage forcé est ressenti d’autant plus durement qu’une reconversion de cette main-d’oeuvre inactive dans le secteur primaire est, sinon impossible à tout le moins inopportune puisque l’agriculture elle-même est en crise. Le chômage forcé entraîne une émigration de plus en plus importante des fileurs et des tisserands vers les centres textiles français, notamment Sedan183. Une telle situation amène la presse à s’interroger sur l’effet de l’emploi des machines à court et à long terme. « Un ouvrier fait l’ouvrage de plusieurs, cela est vrai mais quel en est le résultat si ce n’est de donner à la Nation qui emploie le métier à vapeur, une supériorité immense dans tous les marchés du monde et d’accroître indéfiniment la consommation de ses produits. La charrue est aussi une machine, faut-il la détruire pour en revenir au travail lent, coûteux de la bêche [...] ? Sans doute […] l’emploi des machines au moment où elles sont introduites, nuit aux intérêts de la classe ouvrière ; une partie du capital, au lieu de nourrir des hommes est consacrée à entretenir des machines. Mais cet effet n’est que temporaire, en général peu senti, parce que les perfectionnements ne se font pas tout à coup et que le tems où l’on invente les machines sont des époques de vie industrielle où le capital croît rapidement »184. En fait, « le remplacement du travail à la main par les machines en Belgique, de 1800 à 1830, a causé de sérieuses perturbations dans la vie sociale par une production en masse, dépassant les besoins de la consommation, alors que des guerres, des difficultés diplomatiques et des resserrements du crédit jetaient le trouble dans les relations commerciales »185.

  • 186 A.É.L., F.H., 2497, Wandre.
  • 187 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance du canton de Dalhem.
  • 188 Tableau no 1 et tableau no 2.

52Conscients de la situation économique alarmante, les responsables des Bureaux de bienfaisance proposent d’en revenir au mercantilisme. Ils prônent la protection et le développement des industries existantes sous l’impulsion de capitaux fournis par des particuliers ou même par l’État, seules méthodes capables de résorber le chômage. Ainsi, à Wandre, ils proposent d’exploiter de nouveaux puits de mine et de relancer les manufactures d’armes186. A Dalhem, ils souhaiteraient que l’État encourage les industries textiles en affectant une partie de leur production à l’équipement des troupes187. D’autres, plus nombreux, incapables d’imaginer le progrès à long terme qui résultera de l’introduction des machines, uniquement conscients du danger immédiat qu’elles font courir à la maind’oeuvre, proposent leur suppression pure et simple188. Dans l’arrondissement de Huy, plus rural, les remèdes visent plutôt à fournir du travail aux journaliers agricoles : augmenter, par l’essartage, les surfaces exploitables et leur procurer, par la libre disposition des communaux, des ressources supplémentaires.

  • 189 Il s’agit là d’une réaction remarquable pour, ne l’oublions pas, des contemporains de Malthus.

53Quant aux philanthropes, ils espèrent que la classe ouvrière deviendra moins prolifique, seule solution, à leur avis pour résorber le chômage189. Ayant à renverser une conjoncture économique défavorable, les ouvriers sont désarmés. La loi le Chapelier leur interdit toute coalition. La pratique des livrets ouvriers les rendent dépendants de leur employeur. Quant à la grève, l’arme par excellence des combats ouvriers, elle n’est, à l’époque que l’ultime sursaut de désespoir d’hommes aux abois.

C. — La pression démographique

  • 190 G. Dupeux, La Société française, 1789-1960, Paris, 1964, pp. 10-12.
  • 191 Voir à ce propos E. Hélin, Nouvel essor de la population, dans La Wallonie, le pays et les hommes, (...)
  • 192 I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle, pp. 40-41.
  • 193 G. Hansotte, La Principauté de Stavelot-Malmédy à la fin de l'Ancien Régime, Bruxelles, 1973, p. 29
  • 194 A. Cordewiener, Organisations politiques et presse en régime censitaire, l'expérience liégeoise de  (...)
  • 195 I. Delatte, op. cit., pp. 40-41. Si l’on ne tient pas compte des bourgs industriels, la population (...)
  • 196 De 1815 à 1830, la population croît de 11.752 unités. Cfr R. Demoulin, op. cit., p. 400.

54La croissance démographique est un phénomène caractéristique du XVIIIe siècle et du début du XIXe siècle. Elle se manifeste moins par un accroissement de la natalité que par un recul de la mortalité, notamment dans les classes populaires190. Il ne nous appartient pas ici d’en démêler les causes191. La densité de la population qui était, au XVIIIe siècle, de 67 habitants au km2 dans la Principauté de Liège192 et de 26 dans la Principauté de Stavelot-Malmédy193, passe, en 1815, à 124 et, en 1831, à 129 habitants par km2 dans la province de Liège194. Au XVIIIe siècle déjà, plus du tiers de la population réside dans les villes et les bourgs industriels195. Au début du XIXe siècle, la population des trois villes va encore s’accroître en attirant celle des campagnes. Elle passe de 20,3 %, en 1815, à 25,78 % en 1830196.

  • 197 É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 8. A l’exception d (...)

55Au XVIIIe siècle, il est malaisé de mesurer le taux d’accroissement de la population, faute de relevés statistiques. C’est seulement par un comptage minutieux de tous les habitants recensés lors des capitations, tout au long du siècle, qu’on en arrive à préciser les notions parfois très vagues des contemporains mais, « les risques de lacunes, les problèmes de critique sont multipliés » car chaque liste est élaborée différemment197.

  • 198 É. Hélin, La population de Liège à la fin de l'Ancien Régime, dans Bulletin de Statistiques, no 4, (...)
  • 199 É. Hélin, La population des paroisses, pp. 381-383.
  • 200 P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers, p. 106.
  • 201 G. Hansotte, op. cit., p. 27.
  • 202 F. Granville, Histoire d’Ans et de Glain, pp. 219bis-220.
  • 203 Bruxelles excepté. H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 3, p. 184.
  • 204 J. Ruwet, Avant les révolutions, Bruxelles, 1967, p. 12.

56De 1645 à 1791, le taux de croissance de la population de Liège est de 20 % dans le meilleur des cas et de 6 % dans l’hypothèse la plus mauvaise. La moyenne annuelle des baptêmes est passée de 1690,9 pour les années 1775-1784 à 1736,5 pour 1785-1789198. Le nombre des habitants passe de 45-51.000 âmes à 53-55.000 âmes en un siècle et demi. La multiplication des habitations durant la même période suit et même dépasse l’accroissement de la population puisqu’elle est d’un cinquième ou peut-être même d’un tiers199. Cette remarque s’applique également aux villes et aux villages. A Verviers, la population s’accroît des deux tiers au XVIIIe siècle200. Dans la Principauté de Stavelot-Malmédy, la population croît d’un quart entre 1750 et le début du régime français. Cette augmentation est de 30 % à la fin de l’époque française201. A Ans, une des communes limitrophes de Liège, de 1728 à 1790, la population passe de 1227 habitants à 3400, soit près d’un triplement202. En 1790, Liège et sa banlieue dépassent la population des plus grandes villes belges203. Liège est alors une des trois villes de l’actuelle Belgique à avoir plus de 50.000 habitants204.

  • 205 L. De Saint Moulin, La construction et la propriété des maisons, expressions des structures sociale (...)
  • 206 A.É.L., F.H., enquête de 1818, Aubel.
  • 207 Tableau no 10. Les résultats donnés par M. R. Olbrechts, op. cit., diffèrent de ceux trouvés dans J (...)
  • 208 Tableau no 11. Sur les crises et la croissance démographique, voir C. Rollet, L'effet des crises éc (...)

57Le taux d’accroissement sous le régime français est de 9,27 pour mille. Pour les 30 premières années du XIXe siècle, il est de 8,35 d’après Quetelet et Smits mais il s’agit probablement d’une sousestimation. Cette poussée démographique est particulièrement importante dans les communes en cours d’industrialisation. Ainsi, la population de Seraing qui était d’environ 2000 âmes en 1800 passe à près de 3000 en 1830205. Les membres du Bureau de bienfaisance du canton d’Aubel attribuent la croissance démographique que l’on constate en ce premier tiers du XIXe siècle à la « prospérité économique » du siècle précédent206. La province de Liège est pourtant, sous le régime hollandais, celle où la croissance est la moins marquante. Sous le régime français, elle occupe, pour le taux de croissance, la sixième place avant le Limbourg et Anvers et est à égalité avec la Flandre Orientale ; mais alors que dans ces provinces, le processus s’accélère, il est à peine perceptible à Liège qui descend, sous le régime hollandais, à la dernière place207. Les périodes de crise accusent une forte baisse de natalité, particulièrement en 1817-1818. Il en va de même dans le domaine de la nuptialité. On remarque une baisse sensible de la mortalité sous le régime hollandais. Lors de la disette de 1817, le taux, le plus élevé pourtant de toute la période hollandaise, atteint à peine le niveau des décès de l’époque française. Il en va de même en 1829, autre période de renchérissement des denrées alimentaires208.

TABLEAU no 10. Croissance démographique des provinces belges de 1806 à 1829

TABLEAU no 10. Croissance démographique des provinces belges de 1806 à 1829

Source : M. R. Olbrechts, Le mouvement de la population des provinces belges depuis le début du XIXe siècle jusqu'à la révolution de 1830, dans Bulletin de Statistique, 33e année, no 12, 1947, p. 1529.

  • 209 Cfr Class and Conflict in nineteenth Century England, 1815-1850, éd. Patricia Honnis, Londres, s.d. (...)
  • 210 J. de Heusy, Essai sur l'établissement d'un Hôpital Général, pp. 7-8. Cfr É. Hélin, La démographie (...)

58Dès la fin du XVIIIe siècle, Malthus dénonçait dans son Essay on Population la croissance démographique comme devant entraîner inéluctablement une misère grandissante209. Pourtant, elle n’est pas souvent ressentie par les Liégeois comme un facteur de paupérisation. Ils sont surtout sensibles à une natalité élevée. Heusy s’en expliquait déjà au XVIIIe siècle. « La fécondité si désirable et si désirée, cette ancienne bénédiction du ciel toujours répandue à pleine main sur cette classe de citoyens, devient souvent elle-même par ses suites, une source de malheurs. La nouvelle accouchée, dénuée, je ne dirai point des aisances, mais des choses de première nécessité tombe souvent aussitôt qu’elle est devenue mère dans des accidens qui la retiennent chez elle : les secours qu’elle tiroit de son travail, manquent au moment qu’ils sont le plus nécessaires, les gains du mari ne suffisent point pour subvenir aux besoins triplés du ménage : la mère et l’enfant périssent souvent et l’État perd en eux deux citoyens. S’ils survivent à leurs désastres, leurs effets ont été vendus, ils sont accablés par les dettes et par la misère, ils ne voyent aucune main bienfaisante pour les aider à s’en retirer, ils trouvent ce prétexte qui leur semble innocent pour se livrer à la mendicité »210.

TABLEAU no 11. Évolution des taux de la natalité, de la nuptialité et de la mortalité en Belgique de 1806 à 1830

TABLEAU no 11. Évolution des taux de la natalité, de la nuptialité et de la mortalité en Belgique de 1806 à 1830

Source : M. R. Olbrechts, Le mouvement de la population des provinces belges depuis le début du XIXe siècle jusqu'à la révolution de 1830, dans Bulletin de Statistique, 33e année, no 12, 1947, p. 1530.

  • 211 Tableau no 2.
  • 212 A.É.L., F.H., 2499, Fosse, Forêt.
  • 213 A.É.L., F.F., Préf., 202. Cfr É. Hélin, Aux origines du raisonnement, dans Annales du Cercle Hutois (...)

59En 1823, une grande natalité passe encore dans certains cantons de la province, ceux de Hollogne et de Bodegnée par exemple, pour être un facteur déterminant de l’accroissement du paupérisme, d’autant qu’elle entraîne une diminution des ressources pour l’ensemble des habitants211. La « détresse » attribuée au grand nombre d’enfants revient souvent sous la plume des responsables de la bienfaisance212. Pourtant, la misère semble entraîner une sorte d’autorégulation des mariages et des naissances parmi les classes les plus défavorisées. Ainsi, dans le canton de Nandrin et de Huy, « l’état peu aisé des habitants [...] influe le plus sur la diminution des mariages » et le préfet affirme au Ministre de l’Intérieur « qu’on ne doit pas se dissimuler qu’il y auroit eu un plus grand nombre de mariages et de naissances sans la conscription et sans la misère qui est grande dans ce département »213.

  • 214 Graphique no 15 et tableaux no 2 et 3.

60Les cantons sont amenés à secourir près de 13 % des indigents, en raison de leur nombreuse famille, principalement entre 25 et 50 ans. Cette aide entraîne aux yeux de certains un prélèvement exagéré dans les caisses, encore que le pourcentage des gens aidés à cause du nombre élevé de leurs enfants soit très variable de canton à canton et peut osciller de moins de 1 % à Aubel à plus de 20 % à Avennes214.

  • 215 J. De Heusy, op. cit., p. 23. Cfr Briatte, Offrande à l’humanité, t. 1, p. 107.
  • 216 G. Hansotte, L’émigration ouvrière, p. 305.
  • 217 G. Hansotte, op. cit., p. 307.

61Cette croissance démographique provoque d’ailleurs une émigration de la population en surnombre, incapable d’assurer sa subsistance. Au XVIIIe siècle déjà, l’émigration est importante. « On recontre des Liégeois dans les quatre parties du monde »215. L’émigration ouvrière est également considérable sous le régime hollandais. Ainsi, en 1818, sur 231 ouvriers quittant la province, 194 veulent exercer leur métier à l’étranger216. Cette pratique est favorisée par des « émissaires étrangers » qui recrutent la main-d’oeuvre locale pour les usines de leur pays, même si cette façon d’agir est illégale. De 1816 à 1823, le nombre des émigrants décuple. Il faut y voir une conséquence des crises agricoles et de l’appauvrissement général217.

  • 218 Briatte, op. cit., p. 107, J. De Heusy, op. cit., p. 22 et A.É.L., F.H., enquête de 1818, Aubel.
  • 219 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l'indigence et d'éteindre la mendicité, p. 6.

62Cette croissance démographique n’est pas accompagnée d’une multiplication correspondante des subsistances218. Or, « si la population s’accroît avec trop de rapidité, la proportion entre le nombre des ouvriers et la somme des capitaux destinés à rétribuer leur travail est dérangée, le salaire baisse et aussitôt arrive la misère. Il importe donc, pour maintenir le taux du salaire en rapport avec leurs besoins, que les classes laborieuses apportent dans leurs mariages la même prévoyance que dans la disposition de leurs modiques revenus »219.

GRAPHIQUE no 15. La famille nombreuse en tant que cause du'paupérisme d'après l'enquête de 1823

GRAPHIQUE no 15. La famille nombreuse en tant que cause du'paupérisme d'après l'enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

  • 220 Mathieu Laensherg, no 5, 6 janvier 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.

63En 1827 encore, un journaliste s’inquiète de savoir si l’accroissement de la population se fait de façon égale à tous les niveaux sociaux, car l’augmentation disproportionnée de la classe laborieuse serait préjudiciable à ses intérêts. « Si la classe ouvrière s’accroissait dans une proportion plus forte que celle des besoins de l’industrie, ce serait pour elle un grand malheur. Le nombre des ouvriers devenant chaque jour plus grand, leur salaire baisserait de plus en plus et leur misère croîtrait dans le même sens que leur nombre »220.

  • 221 M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798 (...)
  • 222 Briatte, op. cit., pp. 114-115.

64Nous apercevons l’effet que peut avoir la croissance démographique sur la paupérisation. Suivant la loi de l’offre et de la demande, un afflux de bras sur le marché de la main-d’oeuvre risque d’entraîner sinon une chute, tout au moins une stagnation des salaires, le patron étant toujours sûr de trouver une main-d’œuvre abondante qui acceptera, vu la concurrence, de travailler pour un salaire de misère. Ainsi, alors que le salaire moyen du mineur de fond est à Liège, en 1810, de 1,24 ½ franc, il passe, en 1823, à 1,18 franc. La main-d’oeuvre de réserve a augmenté par suite de la disparition, en 1812-1813, de dix-sept petites exploitations et le salaire nominal moyen a baissé221. Briatte avait déjà perçu ce phénomène lorsqu’il écrit : « Ces hommes, réduits à la rétribution de leur travail manuel, pour toute prétention à la subsistance, se sont accrus en raison composée de la population d’une part et de la diminution des propriétaires des fonds et des possesseurs des métaux de l’autre. Leur concurrence fortifiée par leur nombre, ensuite par leur empressement, qui est toujours égal à l’étendue et à la violence de leurs besoins, les a mis dans la dépendance la plus cruelle. Les salaires avilis n’ont plus été une récompense obtenue sans peine par les hommes soudoyés mais un sacrifice fait avec regret par l’avarice qui les soudoie »222.

65Si cette baisse de salaire se conjugue à une natalité élevée, les inconvénients de la croissance démographique se multiplient.

Notes

1 Cfr H. Hasquin, Une ère de calamités publiques, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, pp. 359-361 et J. C. G. M. Jansen, Landbouw en economische golfbeweging in Zuid Limburg, 1250-1800, Assen, 1979.

2 P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, p. 56 et F. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, t. 2, p. 362.

3 Voir graphiques nos 2, 3 et 4.

4 Sur les crises de subsistance à Liège, voir E. Hélin, La disette et le recensement de 1740, dans A.H.L., t. VI, 1959, pp. 443-477 et M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812). Phénomènes et remèdes dans le département de l’Ourthe, dans V.L., 1953, pp. 244-257.

5 A.É.L., F.H., 2497, Herve.

6 A.É.L., F.H., 2502, Fosse.

7 A.É.L., F.H., 2497 et 2502, Dalhem, Bolland, Clermont.

8 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance de Dalhem. Cfr J. Kops, État de l'agriculture dans le royaume des Pays-Bas pendant l’année 1823, pp. 132-133, La Haye, 1817-1828.

9 Voir graphiques 5 à 8 et tableau no 1.

10 Briatte, Offrande à l'humanité, pp. 130-131.

11 Graphique nos 9, 11 et 12.

12 Graphique no 10.

13 M. Deprez, Les mouvements des prix et des revenus dans le département de l’Ourthe, 1798-1830, Liège, s.d., t. 2, p. 191.

14 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, t. 2, p. 401 et C. El-Kefi-Clockers, La population féminine active de l'industrie textile verviétoise. Essai d'interprétation du recensement de 1856, Université de Liège, mémoire de licence inédit, 1975-1976, pp. 95 et 151.

15 E. Vlierbebg et R. Ulens, La population de la Hesbaye au XIXe siècle, contribution à l'étude de l'histoire économique et sociale, dans Mémoires de l'Académie Royale de Belgique, Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques et classe des Beaux-Arts, série in-8°, Bruxelles, t. 5, 1909, p. 81.

16 Ibidem, p. 45.

17 A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1580.

18 E. Ducpetiaux, Des subsistances et des salaires, dans B.C.C.S., 1855, p. 188. Voir aussi H. Hasquin, op. cit., p. 359 et M. Drepez, Une crise agricole, p. 245.

19 J. Cedras, Histoire de la pensée économique, des origines à la révolution marginaliste, Paris, 1973, pp. 49, 65 et 85-86. Cfr A. Smith, The wealth of Nations, t. 1, pp. 74-79, Londres, 1961, rééd. de l’édition originale de 1774. Ricardo et J. B. Say lient également le salaire à l’offre et à la demande du travail.

20 J. Arrivabene, Considérations sur les principaux moyens d’améliorer le sort des classes ouvrières, Bruxelles, 1832, p. 11.

21 R.A.R.P., t. 1, pp. 30-38, 27 thermidor an II.

22 A. Verhaegen, Note sur le travail et les salaires en Belgique au XVIIIe siècle, dans Bulletin de l'Institut des recherches économiques et sociales, t. 29, 1953, pp. 71-87.

23 Même remarque chez M. Deprez, op. cit., p. 143.

24 V. P. Vanden Broeck, Aperçu sur l'état physique et moral de certaines classes ouvrières, Bruxelles, 1843, p. 55 et M. Ponthir, Histoire de nos charbonnages. Houillères à Grâce-Montegnée sous les régimes français et hollandais, dans B.I.A.L., t. 68, p. 172.

25 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 257.

26 A l’époque hollandaise, un cordonnier touche 2 florins 66 pour une paire de chaussures et un tailleur évalue la façon de trois sarraults à J florin 01. (A.É.L., F.H., 2747).

27 E. Vlierberg et R. Ulens, L’Ardenne, p. 122.

28 A.É.L., F.F., Préf., 708, 14 janvier 1812.

29 Voir p. 68.

30 Voir p. 73.

31 J. S. Renier, op. cit., p. 291.

32 A.É.L., F.F., Préf., 557, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1812 et A.N.P., F 16, 1034, lettre au Ministre, 20 novembre 1812.

33 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et prévenir l'indigence et d'éteindre la mendicité, Bruxelles, 1832, p. 6.

34 R. De Vleeschouwer, Logique sociale et législation du travail en Belgique au cours de la première moitié du xixe siècle, dans Revue de l'Institut de Sociologie, t. 1, 1962, p. 457.

35 A. Verhaegen, op. cit., p. 73 et A.R.A., B.Z.A.W., 12 D, 21 août 1824.

36 Ibidem, p. 74.

37 Ibidem, p. 78.

38 Ibidem, p. 80 et P. Lebrun, L’industrie de la laine à Verviers, pp. 321-325.

39 Études sur l’histoire de la pauvreté, p. 749.

40 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 331.

41 Briatte, op. cit., pp. 270 et 287. A Mayence, les jours ouvrables se réduisent à 283 « en admettant qu’il n’y eut ni maladie, ni trop mauvais temps ». (G. Dreyfus, Sociétés et mentalités à Mayence dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, p. 347.)

42 Vauban, Projet d'une dixme royale, suivi de deux écrits financiers, publ, par F. Coornaert, Paris, 1933, pp. 75 et 79. Cfr G. Dufeux, La Société française, 1789-1960, Paris, 1964, p. 79.

43 C. De Brouckère, Lettre à M. le Comte J. Arrivabene sur la condition des travailleurs, Liège, 1845, p. 24. Vauban proposait déjà au début du XVIIIe siècle de supprimer la moitié des fêtes « en faveur des Artisans des villes et des Païsans de la Campagne qui, par ces quinze ou vingt jours de travail, pouroient très bien gagner de quoy payer leur Contribution et plus. Ce qui leur feroit un bien inconcevable, s’ils en scavoient profiter » (Vauban, op. cit., p. 81).

44 A.É.H., Communes, Amay, 509.

45 Bbiatte, op. cit., t. 1, p. 290.

46 M. Deprez, op. cit., t. 2, p. 111.

47 G. Hansotte, La clouterie liégeoise et la question ouvrière au XVIIIe siècle, p. 14.

48 G. Hansotte, L'émigration ouvrière dans la province de Liège sous le régime du royaume des Pays-Bas, dans Album Dr. M. Bussels, p. 307, Hasselt, 1967. Voir aussi M. L. Polain, Commerce et industrie du pays de Liège au XVIIIe siècle, dans B.I.A.L., t. 3, 1857, p. 106. Cfr A.É.L., P.H., 2497, Fléron, 1823 et N. Caulier-Mathy, La Composition d’un prolétariat industriel. Le cas de l'entreprise Cockerill, dans Revue d'histoire de la sidérurgie, t. 4, 1963-1964, p. 210.

49 Voir à ce propos, M. Ansiaux, L'industrie du tressage de la paille dans la vallée du Geer, Bruxelles, 1900 et L. F. Thomassin, op. cit., p. 461.

50 G. Dupeux, op. cit., p. 78. Cfr R. Leboutte, Une société en transition : la population de Visé après l'effondrement de l’Ancien Régime, dans B.I.A.L., t. 89, 1977, pp. 117-133 et Idem, Démographie et industrialisation : la population de Herstal en 1812, dans Les Cahiers de Clio, no 55, Bruxelles-Liège, 1978, pp. 44-46 qui donne de nombreux exemples.

51 N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 546.

52 Constans, Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 100. Cfr J. Lewinski, L’évolution industrielle de la Belgique, Bruxelles, 1911, p. 30.

53 Briatte, op. cit., pp. 263-264.

54 Voir tableau no 3.

55 Voir annexe no 5.

56 Briatte, op. cit., p. 251. Cfr N. M. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 401.

57 B. S. Chlepner, Cent ans d’histoire sociale en Belgique, Bruxelles, 1958, p. 98.

58 É. Hélin, L’opinion d’autrui, un miroir déformant ?, dans La Wallonie, la terre et les hommes, t. 1, p. 464, citant Lepeintre qui écrit en 1828.

59 H. Lebeau, Topographie médicale, p. 86.

60 H. Hasquin, L'industrie charbonnière belge de la fin du Régime français à 1830, dans Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, t. 84, fasc. 2, 1971-1973, p. 186 et M. Ponthir, Histoire de nos charbonnages, dans B.I.A.L., t. 68, pp. 173-174.

61 Cfr Déclaration du Dr Selade dans son Rapport sur le travail des enfants et la condition des ouvriers de la capitale, Bruxelles, 1847, p. 23 : « Cette somme (le salaire annuel des enfants) améliorera à la vérité la condition du ménage, mais si, à côté de cet avantage, on réfléchit aux inconvénients qu’un travail prématuré produira sur la constitution physique et sur le moral du jeune ouvrier, on aura la conviction que le secours apporté dans la famille sera trop chèrement payé ». Cité par R. De Vleeschouwer, op. cit., p. 458.

62 Cahiers d'histoire des prix, 1958, pp. 176-177 et A. Verhaegen, op. cit., p. 80.

63 G. Hansotte, La clouterie, pp. 15-16.

64 Ibidem, pp. 67-68.

65 Annexe no 5.

66 A.É.L., F.H., 2497, Melen, 1823.

67 Ibidem, Ayeneux-Soumagne, 1823. Cfr G. Hansotte, La clouterie, p. 16.

68 A.É.L., F.H., 2497, Mortier-Trembleur, 1823.

69 A.É.L., F.F., Préf., 605, Micheroux, an IX.

70 A.É.L., F.F., Préf., 628, Rosoux, an IX.

71 A.É.L., F.H., 2482, Villers-le-Temple au gouverneur, 30 janvier 1817.

72 A.É.L., F.H., 2493, Observations du commissaire royal du district communal de Huy, 1823.

73 A.É.L., F.F., Préf., 613, Thimister, an IX.

74 A.É.L., F.H., 2490, Canton de Louveigné, enquête de 1818.

75 A.É.L., F.H., 2499, 1823.

76 Briatte, op. cit., p. 258.

77 Turgot, Réflexions sur la formation et la distribution des richesses, dans Œuvres, t. 2, p. 537, Paris, 1914, cité par Hatzfeld, Du paupérisme à la sécurité sociale, 1850-1940, Paris, 1971, p. 15.

78 H. Hatzfeld, op. cit., pp. 13-16. Chez Marx, Ricardo et J. B. Say, on retrouve cette notion.

79 A.N.P., F 15, 319 B, la Commission administrative des hospices civils à l’administration centrale du département de l’Ourthe, 30 brumaire an VI. Cfr G. Dreyfus, op. cit., p. 347.

80 A.É.L., F.F., Préf., 615, Flémalle-Haute, an IX.

81 A.É.L., F.H., 2497, Beyne-Heusay, 1823. Cfr Inglis, Poverty and the industrial revolution, p. 9.

82 M. Deprez, op. cit., pp. 179-180.
Bénéfice de l'exploitation d’un bonnier de seigle.

Image 100000000000014300000064989F980B6288668D.png

Cfr Mathieu Laensberg, no 6, 7 janvier 1825, p. 2, col. 2, reproduisant un extrait du discours de M. Meulenaere aux États Généraux, le 4 janvier 1825 : « L’homme des champs n’achète pas son pain, le grain est le produit de son travail : il forme en nature le salaire de ses peines ; pour nourrir sa famille, il doit vendre une partie pour payer la taxe sur le grain qu’il consomme et au prix auquel on vend actuellement le froment, il doit sacrifier un tiers de la quantité pour pouvoir consommer le reste ».

83 E. Ducpétiaux, Des substances et des salaires, p. 191.

84 Ibidem, p. 190.

85 A.E.L., F.H., 2483, le Comité général de subsistance à la députation des États, 15 mars 1817.

86 A.É.L., F.H., 2492, Rapport du Bureau central de bienfaisance du canton de Verviers, 4 juillet 1818.

87 A.É.L., F.F., n.cl., Hodimont à l’administration du Limbourg, 24 nivôse an III.

88 A.É.L., Adm. centrale, 15, 3 nivôse an III, aux membres composant l’administration d’arrondissement de Liège.

89 Voir tableau no 5 et graphique no 13. Cfr Ch. Dejace, Une famille rurale au XVIIIe siècle au Pays de Liège, dans B.S.A.H.D.L., t. 3, 1883, p. 29.

90 E. Ducpétiaux, Budgets économiques des classes ouvrières en Belgique, dans B.C.G.S., t. VI, Bruxelles, 1855, pp. 261-440 et F. Le Play, Les ouvriers européens. Étude sur les travaux, la vie domestique et la condition sociale des populations ouvrières de l'Europe, précédée d’un exposé sur la méthode d'observation, Paris, 1855. Des tentatives dans ce domaine ont été menées en Angleterre et en France dès le XVIIIe siècle, Cfr A. Longrée, Budgets ouvriers en Belgique, de 1853 à 1914, Liège, Mémoire, 1974-1975, p. 31.

91 Briatte, op. cit., pp. 166-231 et tableau no 6. Il faut comparer à une tentative semblable dans Vauban, op. cit., pp. 74-81.

92 Ibidem, pp. 130-131. Voir aussi B. De Morogues, De la misère des ouvriers et de la marche à suivre pour y remédier, Paris, 1832, pp. 62-65. Sur une étude menée à ce propos dans les Pays-Bas au XVIe siècle, voir E. Scholliers, Le pouvoir d'achat dans les Pays-Bas au XVIe siècle, dans Studia Historica Gandensia, no 192, Gent, 1975 et Idem, De levenstandaard der arbeiders op het einde der 16 de eeuw te Antwerpen, dans Tijdschrift voor geschiedenis, t. LXVIII, 1955, pp. 80-103.

93 Ibidem, p. 242.

94 Ibidem, p. 290.

95 A.É.L., Fonds Ghysels, 30.

96 A.Ê.L., Prévôté, 3, farde 12.

97 A.É.L., F.F., Préf., 576, pétitions, 21 nivôse an XII.

98 Briatte, op. cit., p. 166 et A.É.L., Fonds Ghysels, 30. Voir à ce propos, C. Vandenbroeke, Agriculture et alimentation, Louvain, 1975.

99 J. Ruwet, L'agriculture et les classes rurales au Pays de Herve, pp. 264-265. Cfr ci-dessous, chapitre VIII.

100 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 15, 17 pluviôse an III. Réponse de l’administration d’arrondissement de Liège à l’agent principal des subsistances militaires du Bureau central et 3 pluviôse an III, l’administration d’arrondissement de Liège à l’administration centrale et supérieure de la Belgique.

101 G. Hansotte, Histoire de la Révolution dans la Principauté de Stavelot-Malmédy, p. 116.

102 G. Hansotte, La vie quotidienne à Herstal sous le régime français, dans V.L., 1959, p. 363.

103 M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812), phénomènes et remèdes dans le département de l'Ourthe, dans V.L., 1953, p. 245.

104 A. Sprunck, Études sur la vie économique et sociale dans le Luxembourg au XVIIe siècle, t. 1, pp. 52-53.

105 E. Ducpetiaux, Budgets économiques, pp. 95 et 112. Cfr chapitre VIII.

106 M. Halbwachs, L'évolution des besoins dans les classes ouvrières, Paris, 1933, p. 19 et A. Longrée, Budgets ouvriers en Belgique de 1853 à 1914, Mémoire, Liège, 1974-1975, pp. 107-116.

107 Études sur l’histoire de la pauvreté, p. 749.

108 E. Ducpétiaux, Budgets économiques, pp. 107-111.

109 Voir à ce propos E. Hélin, La taille des ménages avant la révolution industrielle. Le cas de Liège en 1801, dans Recherches économiques de Louvain, t. XXXV, no 4, pp. 233-250, Louvain, 1969 et Household and family in past time, éd. P. Laslett et R. Wall, Cambridge, 1972.

110 E. Ducpétiaux, op. cit., p. 94. Sur 199 budgets envisagés, 193 sont en déficit plus ou moins considérable. Cfr Ph. Pirotte, Bureaux de bienfaisance et population indigente en Hesbaye, 1830-1870, dans Annales du Cercle hutois des Sciences et Beaux-Arts, t. 32, 1978, pp. 203-312. Cfr E. W. Gilboy, Wages in Eighteenth Century England, Cambridge, Mass., 1934, p. 204, cité par P. Léon, Économies et sociétés pré-industrielles, t. 2, 1650-1780, Paris, 1970, p. 399, Les budgets ouvriers dans la région de Leeds, à la fin du xviiie siècle sont en déficit.

111 E. Ducpétiaux, Budgets économiques, p. 154.

112 Ibidem, pp. 136-137.

113 P. Laslett, The world we have lost, 2e édition, Londres, 1971 et B. de Morogues, De la misère des ouvriers, pp. 50-51, 1832.

114 Le mot chômeur n’est introduit dans la langue française qu’en 1876. (Cfr Robert et Littré, S. verbo chômeur) mais la réalité qu’il recouvre est antérieure.

115 J. De Heusy, Essai sur l'établissement d'un Hôpital Général, p. 6.

116 Ibidem. Cfr Les expressions patriotiques, p. 16.

117 J. de Heusy, op. cit., p. 22.

118 Ibidem, p. 25.

119 A.É.L., F.F., Préf., 615, Engis, an IX et Communes, Amay, 1003, 15 décembre 1827.

120 C. Gaier, Quatre siècles d'armurerie liégeoise, p. 109.

121 X. Carton De Wiart, La vie et les voyages d'un ouvrier foulon du Pays de Verviers au XVIIIe siècle, Bruxelles, 1920, p. 56.

122 A.R.A., B.Z.A.W., 7444, le maire de Liège au Ministre de l’Intérieur, 30 janvier 1823. Cfr A.É.L., F.H., 2497, Berneau, 1823.

123 H. Rolin, Les institutions des charbonnages de Mariemont et de Bascoup, pp. 14-15 et voir aussi H. Hasquin, Une mutation : le Pays de Charleroi aux XVIIe et XVIIIe siècles. Aux origines de la révolution industrielle en Belgique, 1971, pp. 288-289 et Idem, L'industrie charbonnière belge de la fin du régime français à 1830, dans Mémoires et publications de la Société des Sciences, des Arts et des Lettres du Hainaut, t. 84, fasc. 2, 1971-1973, p. 184.

124 Cahier d’histoire des prix, 1958, pp. 176-177.

125 Gazette de Liège, 24 décembre 1787.

126 Voir p. 299.

127 G. Hansotte, La clouterie liégeoise, p. 8.

128 Ibidem, pp. 51-60. Création d’une Société de Marchands qui rencontre de nombreux avatars.

129 A.N.P., F 15, 1010, 24 fructidor an XIII.

130 A.É.L., F.F., Préf., 612, le maire de Battice au préfet, 5 germinal an IX. Cfr F.F., Préf., 614, le maire de Chockier au préfet, 2 germinal an XI : « l’interruption des travaux pendant quatre mois a jeté quelques nouvelles familles dans une indigence absolue ».

131 A.É.L., Fonds Ghysels, 29, farde 250.

132 R. V. Gaillard, Quelques souvenirs sur le pays de Liège, Liège, 1804, p. 8.

133 A.E.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire de Liège, 10 décembre 1806.

134 M. G. Nautet, Notices historiques, t. 3, p. 351.

135 A.É.L., F.F., Adm. centrale, 17, l’administration d’arrondissement de Liège aux représentants près les armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, 21 prairial an III.

136 J. Ovart, Les élections dans le département de l'Ourthe, 1797-1813, p. 37.

137 A.N.P., F1C III Ourte 6, le préfet au Ministre de l’Intérieur, 5 décembre 1813.

138 C. Gaier, op. cit., p. 106. Cfr A.N.P., F 20, 142 et F 1C III Ourte 6, le préfet au Ministre do l’Intérieur, 5 décembre 1813.

139 C. Gaier, op. cit., p. 107. Briavoine affirme que sous l’Empire, on ne compte plus que 14 fabricants d’armes à Liège. N. M. Briavoine, op. cit., t. 1, p. 272.

140 A.É.L., F.F., n.cl., 24 nivôse an III.

141 A.É.L., F.F., n.cl., 9 ventôse an III.

142 Constans. op. cit., p. 94. Cfr Renier, Histoire de l’industrie drapiere, p. 328.

143 A.N.P., F 1 C III Ourte 6, le préfet au Ministre de l'Intérieur, 10 mars 1811 et F 16, 551, le président du tribunal de commerce de Verviers au préfet, 2 avril 1811.

144 A.N.P., F 16, 1034.

145 Tableau no 8.

146 A.N.P., F 20, 142.

147 M. Deprez, Une crise agricole grave (juin 1811 - juillet 1812). Phénomènes et remèdes dans le département de VOurthe, dans V.L., 1953, pp. 247-248.

148 A.É.L., F.F., Préf., 339, le préfet au maire, 10 décembre 1806 et F.F., Préf., 557, le conseiller d’État au préfet, 7 octobre 1813. A.N.P., F 11, 715.

149 A.N.P., F 15, 2759 et F 16, 1034, le préfet au Ministre, 15 octobre 1813.

150 A.N.P., F 15, 292, 9 pluviôse an V. Cfr R. Van Santbebgen, Robert de Paris et le pays de Liège en 1795, p. 50.

151 A.N.P., F 20, 142.

152 A.G.R., Fonds d’Ursel, L 351. Les négociants et fabricants de la province de Liège au duc d’Ursel, Commissaire général ayant le département de l’Intérieur de la Belgique, 5 septembre 1814.

153 I. J. Brugmans, Statistieken van de nederlandse nijverheid uit de eerste helft der 19de eeuw, La Haye, 1956, t. 1, pp. 248-417.

154 G. Hansotte, La sidérurgie belge du XIXe siècle avant l’acier, dans Revue d’histoire de la sidérurgie, p. 214, Jarville, 1966. Cfr R. Demoulin, Guillaume 1er et la transformation économique des provinces belges, pp. 123-124.

155 H. Hasquin, L’industrie charbonnière, p. 186.

156 A.É.L., F.H., 2488, Observations du sous-intendant de l’arrondissement de Liège.

157 A.R.A., B.Z.A.W., 238, la députation des États au Ministre de l’Intérieur, 17 mai 1817.

158 A.É.L., F.H., 2484, A.É.H., Bienfaisance, nv. régime, 1466 et Ville de Huy, 416, les hospices au bourgmestre, 23 janvier 1824.

159 A.É.L., Communes, Amay, 1003, 15 décembre 1827.

160 A.É.L., F.H., 2497, Herstal et Wandre.

161 Μ. N. Briavoine, op. cit., t. 2, p. 257. Depuis 1795, les années de prospérité sont rares : 1805 et années suivantes et 1826 à 1828.

162 A.É.L., F.H., 2497, Herstal.

163 A.É.L., F.H., 2497, Thimister.

164 A.É.L., F.H., 2502, Membach.

165 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance du canton de Dalhem.

166 A.É.H., Communes, Couthuin, 46 et 48.

167 Tableau no 2.

168 Tableau no 3 et graphique no 14.

169 Tableau no 1.

170 A.É.L., F.H., 2488, Observations du sous-intendant de l’arrondissement de Verviers, 4 juillet 1818.

171 A.É.L., F.H., 2492, Rapport de Stavelot ; F.H., 2490, le Bureau de bienfaisance du canton de Herve au sous-intendant de la province de Liège, 18 juillet 1818 et F.H., 2488, Observations du Bureau central de bienfaisance du canton d’Aubel, 1er juillet 1818.

172 Tableau no 2.

173 Constans, Tableau politique du département de l’Ourthe, p. 85.

174 Cfr L. F. Thomassin, op. cit., p. 479 et R. Demoulin, op. cit., p. 273.

175 Μ. N. Briavoine, op. cit., t. 1, p. 212. Cfr R. Demoulin, op. cit., p. 274 et F. E. Manuel, L’introduction des machines en France et les ouvriers. La grève des tisserands de Lodève, dans R.H.M., 1935, pp. 209-225 et pp. 252-272.

176 A.É.L., F.H., 2497, Slins, Cheratte, Mortier, Trembleur, Argenteau.

177 A.É.L., F.H., 2497, Argenteau.

178 A.É.L., F.H., 2497, Wihogne. Cfr tableau no 9.

179 A.É.L., F.H., 2502, Clermont.

180 A.É.L., F.H., 2502, Henri-Chapelle.

181 A.É.L., F.H., 2502, Aubel.

182 A.R.A., B.Z.A.W., 4774, 31 janvier 1823.

183 G. Hansotte, L’émigration ouvrière, p. 308.

184 Mathieu Laensberg, no 116, 17 mai 1826, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1 et no 117, 18 mai 1826, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1. Des réflexions semblables voient le jour en Angleterre. Voir à ce propos un extrait de W. Carpenter, Political Lettere, 4 février 1831, cité dans Class and Conflict in nineteenth Century England, 1815-1850, éd. Patricia Hollis, Londres, s.d., pp. 67-69.

185 R. Demoulin, op. cit., pp. 276-277.

186 A.É.L., F.H., 2497, Wandre.

187 A.É.L., F.H., 2493, Observations générales du Bureau central de bienfaisance du canton de Dalhem.

188 Tableau no 1 et tableau no 2.

189 Il s’agit là d’une réaction remarquable pour, ne l’oublions pas, des contemporains de Malthus.

190 G. Dupeux, La Société française, 1789-1960, Paris, 1964, pp. 10-12.

191 Voir à ce propos E. Hélin, Nouvel essor de la population, dans La Wallonie, le pays et les hommes, t. 1, pp. 409-421, Bruxelles, 1975.

192 I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle, pp. 40-41.

193 G. Hansotte, La Principauté de Stavelot-Malmédy à la fin de l'Ancien Régime, Bruxelles, 1973, p. 29.

194 A. Cordewiener, Organisations politiques et presse en régime censitaire, l'expérience liégeoise de 1830 à 1848, Liège, thèse de doctorat, 1972, t. 1, pp. 11-12. R. Dumoulin, Guillaume 1er et la transformation économique des Pays-Bas, p. 400.

195 I. Delatte, op. cit., pp. 40-41. Si l’on ne tient pas compte des bourgs industriels, la population urbaine représente 25 % du total et celle de Liège, Verviers et Huy de 18 à 19 % de l’ensemble de la principauté. Cfr G. Hansotte, op. cit., p. 28. Dans la Principauté de Stavelot-Malmédy, la population des villes représente 27,9 % du total.

196 De 1815 à 1830, la population croît de 11.752 unités. Cfr R. Demoulin, op. cit., p. 400.

197 É. Hélin, La population des paroisses liégeoises aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 8. A l’exception de Liège, on possède peu d’études démographiques sur des localités liégeoises. Voir E. Hélin, Chênée, Olne et Gemmenich, dans Cinq études de démographie locale (XVIIe - XIXe siècles), Bruxelles, 1962.

198 É. Hélin, La population de Liège à la fin de l'Ancien Régime, dans Bulletin de Statistiques, no 4, 1952, p. 3.

199 É. Hélin, La population des paroisses, pp. 381-383.

200 P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers, p. 106.

201 G. Hansotte, op. cit., p. 27.

202 F. Granville, Histoire d’Ans et de Glain, pp. 219bis-220.

203 Bruxelles excepté. H. Pirenne, Histoire de Belgique, t. 3, p. 184.

204 J. Ruwet, Avant les révolutions, Bruxelles, 1967, p. 12.

205 L. De Saint Moulin, La construction et la propriété des maisons, expressions des structures sociales. Seraing depuis le début du XIXe siècle, Bruxelles, 1969, p. 44 et 75-79. Cfr J. Duchêne et R. Lesthaeghe, Essai de reconstitution de la population belge sous le régime français : quelques caractéristiques démographiques de la population féminine, dans Population et Famille, t. 36, 1975, pp. 1-47.

206 A.É.L., F.H., enquête de 1818, Aubel.

207 Tableau no 10. Les résultats donnés par M. R. Olbrechts, op. cit., diffèrent de ceux trouvés dans J. Duchêne et R. Lesthaeghe, p. 5. Selon ces auteurs, le département de l’Ourthe occupe la 3e place après le Luxembourg et le Hainaut.

208 Tableau no 11. Sur les crises et la croissance démographique, voir C. Rollet, L'effet des crises économiques du début du XIXe siècle sur la population, dans R.H.M.C., t. 17, 1970, pp. 391-410 et J. Ruwet, Crises démographiques : problème économique ou crises morales ?, dans Population, 1954, pp. 451-476.

209 Cfr Class and Conflict in nineteenth Century England, 1815-1850, éd. Patricia Honnis, Londres, s.d., p. 27.

210 J. de Heusy, Essai sur l'établissement d'un Hôpital Général, pp. 7-8. Cfr É. Hélin, La démographie à Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, p. 196.

211 Tableau no 2.

212 A.É.L., F.H., 2499, Fosse, Forêt.

213 A.É.L., F.F., Préf., 202. Cfr É. Hélin, Aux origines du raisonnement, dans Annales du Cercle Hutois des Sciences et des Beaux-Arts, t. 29, 1976, pp. 99-107. Voir aussi L'aménorrhée de famine (XVIIe - XXe siècle), dans E. Le Roy-Ladurie, Le territoire de l'historien, Paris, 1973, pp. 331-348..

214 Graphique no 15 et tableaux no 2 et 3.

215 J. De Heusy, op. cit., p. 23. Cfr Briatte, Offrande à l’humanité, t. 1, p. 107.

216 G. Hansotte, L’émigration ouvrière, p. 305.

217 G. Hansotte, op. cit., p. 307.

218 Briatte, op. cit., p. 107, J. De Heusy, op. cit., p. 22 et A.É.L., F.H., enquête de 1818, Aubel.

219 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l'indigence et d'éteindre la mendicité, p. 6.

220 Mathieu Laensherg, no 5, 6 janvier 1827, p. 2, col. 2, p. 3, col. 1.

221 M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, p. 110.

222 Briatte, op. cit., pp. 114-115.

Table des illustrations

Titre GRAPHIQUE no 2. Prix de l'hectolitre de froment d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817
Légende Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe.Légende : - - - - moyenne mobile, calculée sur 10 ans.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre GRAPHIQUE no 3. Prix de l'hectolitre de seigle d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817
Légende Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l’Ourthe.Légende : - - - - moyenne mobile, calculée sur 10 ans.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE no 4. Prix de l'hectolitre d'épeautre d'après les effractions des Échevins de Liège de 1650 à 1817
Légende Source : L. F. Thomassin, Mémoire statistique du département de l'Ourthe.Légende : - - - - moyenne mobile, sur 10 ans.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU no 1. Prix des différentes denrées
Légende Indice de base : x̄ 1811 — 1815 = 100 %.Source : M. Deprez, Essai sur les mouvements des prix et des revenus en à Liège de 1798 à 1830
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Légende Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, pp. 4, 14, 37, 39, 45, 46, 47, 48.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre GRAPHIQUE no 5. Indice du prix des légumineuses de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, Essai sur le mouvement des prix et des revenus en Belgique au début du XIXe siècle (1798-1830), t. 2, p. 27.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre GRAPHIQUE no 6. Indice du prix des céréales de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, op. cit., p. 27.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre GRAPHIQUE no 7. Indice du prix des produits alimentaires du règne animal (viande, beurre, œufs) de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, op. cit., p. 52.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre GRAPHIQUE no 8. Indice du prix de la viande de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, op. cit., p. 49.Indico de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre GRAPHIQUE no 9. Indice des prix à la consommation populaire : le chauffage et l'éclairage de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, op. cit., p. 107.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre GRAPHIQUE no 10. Indice des prix à la consommation populaire : les vêtements de 1798 à 1830
Légende Source : M. Deprez, op. cit., p. 107.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre GRAPHIQUE no 11. Indice des prix à la consommation populaire : les produits alimentaires de 1798 à 1830
Légende Source : M. DEPREZ, op. cit., p. 107.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre GRAPHIQUE no 12. Indice des prix à la consommation populaire : produits alimentaires vêlements, chauffage, éclairage de 1798 à 1830
Légende Légende : - - - - moyenne mobile calculée sur 10 ans.Source : M. Deprez, op. cit., pp. 107-108.Indice de base : x̄ 1811-1815 = 100.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre TABLEAU no 3. Salaires dans la province de Liège en 1830
Légende Source : Documents statistiques, 4e publication officielle, Bruxelles, 1833.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre TABLEAU no 5. Dépréciation des assignats (a)
Légende (a) Collection générale des tableaux de dépréciation du papier-monnaie et R. De Vleeschouwer, Contribution à l'Histoire des assignats en Belgique, 1794-1795, dans Contribution à l'histoire économique et sociale, t. 1, p. 168.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre GRAPHIQUE no 13. Dépréciation des assignats de l’an II à l’an IV
Légende Source : collection générale des tableaux de dépréciation du papier monnaie.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU no 6. Budget idéal d'un ouvrier au XVIIIe siècle
Légende Source : Briatte, op. cit., pp. 232-233.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre GRAPHIQUE no 14. Le chômage en tant que cause du paupérisme d'après l'enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre TABLEAU no 9. Solutions proposées pour réduire l'indigence lors de l'enquête de 1823 (a)
Légende (a) A.É.L., F.H., 2499 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU no 10. Croissance démographique des provinces belges de 1806 à 1829
Légende Source : M. R. Olbrechts, Le mouvement de la population des provinces belges depuis le début du XIXe siècle jusqu'à la révolution de 1830, dans Bulletin de Statistique, 33e année, no 12, 1947, p. 1529.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre TABLEAU no 11. Évolution des taux de la natalité, de la nuptialité et de la mortalité en Belgique de 1806 à 1830
Légende Source : M. R. Olbrechts, Le mouvement de la population des provinces belges depuis le début du XIXe siècle jusqu'à la révolution de 1830, dans Bulletin de Statistique, 33e année, no 12, 1947, p. 1530.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre GRAPHIQUE no 15. La famille nombreuse en tant que cause du'paupérisme d'après l'enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6787/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 36k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search