Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Première partie. L’appauvrissement

Chapitre premier. Le diagnostic des contemporains

Texte intégral

  • 1 E. Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, de la nature de la misè (...)
  • 2 R. Demoulin, Le règne de Guillaume 1er et l'expansion économique des provinces belges, p. 224.
  • 3 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, cause de décadence et de prospérité, sa situation act (...)

1Le paupérisme, « cet ennemi menaçant de la civilisation »1, règne de façon endémique dans la région liégeoise à la fin du XVIIIe siècle et dans les premières décennies du XIXe siècle. Son intensité est variable selon les époques et les lieux. Il est loin de régresser sous le régime français et, s’il faut en croire les responsables des Bureaux de bienfaisance, la situation est semblable sinon pire sous le régime hollandais. Le nombre des pauvres progresse à un rythme plus rapide que celui de la population. En 1817, les indigents représentent 12 % de la population ; en 1828, ils sont 14,2 %2. En 1838, Briavoine estime que le quart de la population belge est dans le besoin3.

  • 4 J. Cowe, Sur l’état des pauvres et sur les moyens de l'améliorer, dans Recueil de mémoires sur les (...)
  • 5 Briatte, Offrande à l'humanité ou traité sur les causes de la misère en général et de la mendicité (...)

2Une fois le mal constaté, encore faut-il poser un diagnostic. Quelles sont les causes de la misère qui, bon an mal an, accable un cinquième de la population liégeoise ? Un philanthrope qui vivait à la fin du XVIIIe siècle détermine six facteurs susceptibles d’engendrer la pauvreté : 1° la cherté des objets de première nécessité, 2° la fainéantise, 3° le défaut d’économie domestique d’une partie de la population, « l’incommodité de leurs habitations et la routine pour ainsi dire superstitieuse qui les enchaîne à un régime, à un costume particulier », 4° la multitude des cabarets, 5° la dépravation morale et l’extrême répugnance pour l’instruction, 6° l’imprévoyance générale4. Cette confusion entre causes et effets est constante durant le XVIIIe siècle, la plupart des penseurs et philanthropes ont perçu simultanément les causes de la misère, la morale et l’économie. Il faut cependant signaler deux exceptions. Un ecclésiastique namurois, Briatte, répète les mêmes lieux communs lorsqu’il s’agit d’énoncer les causes mais il touche du doigt les raisons profondes de la misère lorsqu’il s’agit d’étudier les remèdes possibles5.

  • 6 J. de Heusy, Essai sur le projet de l’établissement d'un Hôpital Général dans la ville de Liège, L (...)
  • 7 A. Pletain, Quels sont les moyens pratiques les plus efficaces pour extirper le paupérisme dans la (...)
  • 8 Encyclopédie, t. VIII, 676 a.
  • 9 A.É.L., Fonds Ghysels, 30.

3Jacques de Heusy également, dans son Essai sur le projet de l'établissement d’un Hôpital Général dans la ville de Liège va plus loin dans l’analyse et attribue à une natalité trop élevée, au chômage et à la stagnation des fabriques, la misère de ses contemporains. « Rien n’est plus absurde que de dire à des personnes qui demandent l’aumône : allez travailler, vous êtes fort et puissant [...]. L’homme de la meilleure volonté peut être misérable, faute de trouver de l’occupation »6. Au XIXe siècle pourtant, l’inconduite et l’imprévoyance seront encore dénoncées comme « la cause la plus générale et la plus habituelle de la misère »7. Quant aux auteurs de l’Encyclopédie, ils attribuent la misère à la mauvaise administration du gouvernement8. Ils trouvent un écho à Liège chez l’auteur de l’Avis aux âmes charitables qui parle des « obligations de l’État qui doit à tous les citoyens une subsistance assurée, la nourriture, un vêtement convenable et un genre de vie qui ne soit point contraire à la santé »9.

  • 10 Tableaux nos 1 à 4 et graphique no 1.
  • 11 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l’indigence et d’éteindre la mendicité, Bruxe (...)
  • 12 Idem, Des subsistances et des salaires et de l’accroissement de la population dans leurs rapports (...)

4Les enquêteurs chargés, en 1823, de s’informer du véritable état des pauvres dans le royaume, se sont également intéressés au paupérisme. Les réponses qu’ils ont reçues, par commune, des différents comités de bienfaisance présentent un double intérêt : elles dressent le constat objectif d’une situation de fait et expriment une réaction subjective qui témoigne de l’époque et de sa mentalité économique et sociale. Les principaux facteurs du paupérisme diffèrent selon les cantons ; toutefois, dans les trois arrondissements de Liège, Verviers et Huy, les causes économiques prédominent10. Diminution des ressources, défaut de travail, stagnation de l’agriculture, de l’industrie et du commerce, bas salaires, cherté des vivres pour les consommateurs, vil prix des denrées produites, introduction des mécaniques, impôts trop lourds, l’éventail des doléances est large. Des penseurs du XIXe siècle ont cependant tendance à considérer ces éléments comme « des lois nécessaires qu’il est donné aux classes laborieuses de connaître »11. Les facteurs d’ordre économique apparaissent de plus en plus souvent, sous la plume des publicistes du XIXe siècle, pour expliquer la misère ambiante. Ainsi Ducpétiaux relève parmi les causes « générales et immédiates » du paupérisme, le prix élevé des denrées et des articles de première nécessité, l’insuffisance des salaires, le ralentissement ou le manque de travail dans certaines industries et l’augmentation trop rapide de la population12.

  • 13 Cfr Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Age - XVIe siècle), sous la direction de Michel M (...)

5Au XXe siècle, les historiens attribuent la misère des populations aux XVIIIe et XIXe siècles à des raisons démographiques et économiques : croissance rapide de la population, non suivie d’un développement correspondant de la richesse nationale, chômage, salaires insuffisants, accroissement important du coût de la vie, séquelles des guerres anciennes ou récentes13.

6On ne peut trouver au paupérisme, tel qu’il existe dans la région liégeoise à la fin du XVIIIe siècle et dans les premières décennies du XIXe siècle, une cause unique et permanente. Plusieurs facteurs interviennent à des degrés divers selon les régions et les époques. Là, le passage répété des troupes a appauvri une communauté ; ailleurs, le mode de possession des terres engendre un prolétariat agricole à qui le travail manque une partie de l’année ; ailleurs encore, la décadence d’une industrie locale entraîne un chômage important ; autour de Verviers, c’est l’introduction des mécaniques qui prive une partie de la population du principal de ses ressources. Parfois, le renchérissement brusque du prix des denrées de première nécessité met leur consommation hors de portée des moins biens nantis. Partout, des salaires insuffisants, associés à un chômage partiel ou saisonnier important, mettent l’ouvrier dans l’incapacité d’épargner pour les mauvais jours.

TABLEAU no 1. Les causes du paupérisme selon l'enquête de 1818

TABLEAU no 1. Les causes du paupérisme selon l'enquête de 1818

N.B. : La cherté des vivres étant partout invoquée durant cette période de crises, elle n’intervient pas dans les colonnes ci-dessus.
Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.

TABLEAU no 2. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823.

TABLEAU no 2. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823.

Sources : A.É.I., F.H., 2497-2504.

TABLEAU no 3. Cause principale du paupérisme selon l’enquête de 1823 (cas observés)

TABLEAU no 3. Cause principale du paupérisme selon l’enquête de 1823 (cas observés)

Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.

GRAPHIQUE no 1. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823

GRAPHIQUE no 1. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

  • 14 A.É.L., F.F., n.cl., Housse, 4 germinal an III.

7Durant les crises, les différentes causes se combinent souvent et exacerbent encore l’extrême pénurie dans laquelle sont plongés les indigents. Ainsi, en 1795, on se demande à Housse, « comment ont pu subsister les trois quarts et plus des habitants qui sont des ouvriers ne possédant rien du tout et cela depuis huit mois que tout commerce est cessé, toutes les manufactures fermées, toutes les branches de l’industrie taries ; ajouté à cela la cherté des comestibles, les rigueurs de l’hiver, etc. »14.

8Le rôle de l’historien est de déterminer dans quelle mesure, chaque élément a pu intervenir comme facteur de paupérisation, de rechercher si son effet a été épisodique ou permanent et s’il a eu une action locale, ou, au contraire, générale.

TABLEAU no 4. Les causes de l'indigence dans la province de Liège en 1823 selon l'âge des individus

TABLEAU no 4. Les causes de l'indigence dans la province de Liège en 1823 selon l'âge des individus

Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.

Notes

1 E. Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, de la nature de la misère, de son existence, de ses causes, de l'insuffisance des remèdes qu'on lui a apportés jusqu'ici, dans Économie politique, Bruxelles, 1842, p. 452.

2 R. Demoulin, Le règne de Guillaume 1er et l'expansion économique des provinces belges, p. 224.

3 N. M. Briavoine, De l'industrie en Belgique, cause de décadence et de prospérité, sa situation actuelle, t. 2, p. 555.

4 J. Cowe, Sur l’état des pauvres et sur les moyens de l'améliorer, dans Recueil de mémoires sur les établissements d’humanité, no 33, p. 124, s.d. (publié en 1803).

5 Briatte, Offrande à l'humanité ou traité sur les causes de la misère en général et de la mendicité en particulier et sur les moyens de tarir la première et de détruire la seconde, Amsterdam, 1780.

6 J. de Heusy, Essai sur le projet de l’établissement d'un Hôpital Général dans la ville de Liège, Liège, 1773, p. 22.

7 A. Pletain, Quels sont les moyens pratiques les plus efficaces pour extirper le paupérisme dans la province de Hainaut, p. 14, 1844.

8 Encyclopédie, t. VIII, 676 a.

9 A.É.L., Fonds Ghysels, 30.

10 Tableaux nos 1 à 4 et graphique no 1.

11 E. Ducpétiaux, Des moyens de soulager et de prévenir l’indigence et d’éteindre la mendicité, Bruxelles, 1832, pp. 6-7. Même réflexion dans A. Pletain, op. cit., p. 16.

12 Idem, Des subsistances et des salaires et de l’accroissement de la population dans leurs rapports avec la situation économique des classes ouvrières en Belgique, dans B.B.C.S., Bruxelles, 1855, p. 187. Il ne détermine pas moins de 34 causes possibles à la misère dans Le paupérisme en Belgique, causes et remèdes, Bruxelles, 1844, pp. 20-22 (voir annexe no 3).

13 Cfr Études sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Age - XVIe siècle), sous la direction de Michel Mollat, Paris, 1974, p. 747 ; J. Lothe, Paupérisme et bienfaisance à Namur au XIXe siècle (1815-1914), Crédit communal, 1978, pp. 113-149 et P. Bonenfant, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l'Ancien Régime, Bruxelles, 1934, pp. 30-72.

14 A.É.L., F.F., n.cl., Housse, 4 germinal an III.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 1. Les causes du paupérisme selon l'enquête de 1818
Légende N.B. : La cherté des vivres étant partout invoquée durant cette période de crises, elle n’intervient pas dans les colonnes ci-dessus.Source : A.É.L., F.H., 2489 à 2492.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 349k
Titre TABLEAU no 2. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823.
Légende Sources : A.É.I., F.H., 2497-2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6784/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Titre TABLEAU no 3. Cause principale du paupérisme selon l’enquête de 1823 (cas observés)
Légende Source : A.É.L., F.H., 2499 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6784/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre GRAPHIQUE no 1. Causes du paupérisme selon l’enquête de 1823
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6784/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre TABLEAU no 4. Les causes de l'indigence dans la province de Liège en 1823 selon l'âge des individus
Légende Source : A.É.L., F.H., 2495 à 2504.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6784/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 350k

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search