Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Deuxième partie. Repérage et Inventaire

Chapitre IV. Diversité des éléments empruntables

Texte intégral

1Quand on parle d’emprunt linguistique, c’est d’abord aux mots que l’on pense. Il n’est besoin, en effet, d’aucune science ni d’aucune préparation spéciale pour en reconnaître un certain nombre. Les mots constituent d’ailleurs la majeure partie des emprunts. Mais, outre les mots, les langues peuvent emprunter aussi des morphèmes, des phonèmes, des accents, des sens, des tours syntaxiques. Il est permis d’affirmer que tous les éléments d’une langue sont empruntables. Mais tous ne s’empruntent pas avec la même facilité : plus l’élément est lexical, plus il est empruntable ; mais plus il est grammatical, moins il est empruntable. Je vais tâcher de le montrer en passant en revue les diverses catégories linguistiques.

***

  • 1 The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 224.

2Dans le vocabulaire, tous les éléments sont empruntables, mais pas avec la même fréquence. Le linguiste américain E. Haugen 1 a calculé, d’après une étude des emprunts en norvégien et en suédois des États-Unis, des pourcentages qui sont fort suggestifs :

3noms : 71 à 75 %

4verbes : 18 à 23 %

5adjectifs : 3 à 4 %

6adverbes et prépositions : env. 1 %

7interjections : env. 1 %

8Je ne reviendrai pas sur les noms empruntés : d’innombrables exemples ont déjà été cités. Mais il convient d’insister ici sur deux cas particuliers : les sigles (ou abréviations par initiales) et les noms de nombre.

  • 2 Cf. F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, vol. I, 19 (...)

9La mode des sigles a bien des chances d’être, en français moderne, empruntée à l’anglais. La plupart des linguistes en conviennent2. Le point de départ a été le langage sportif à une époque où le sport s’était largement popularisé. De là le procédé s’est étendu aux écoles, à l’armée, aux affaires. Il arrive que l’homme de la rue ne sache plus exactement quels sont les mots abrégés et qu’il emploie les groupes de lettres comme des noms autonomes, avec une valeur conventionnelle. Cela se réalise a fortiori quand une abréviation est utilisée dans un pays alloglotte. Ce n’est guère qu’à cette condition que nous avons pu emprunter, en français, une série d’abréviations étrangères comme : W. C. (prononcé vécé), de l’anglais water-closet « cabinet à eau » ; Tchéka, du russe Črezvyčajnaja Komissija « commission extraordinaire » ; Guépéou, du russe Gosu-darstvennoje Političeskoje Upravlenie « administration politique d’État » ; Gestapo, de l’allemand Geheime Staatspolizei « police secrète d’État » ; Stalag, de l’allemand Stamm-Lager « camp définitif » ; Radar, de l’anglais Radio Detection and Ranging « détection et repérage par radio » ; Jeep, de l’anglo-américain General Purpose « (voiture) à tout usage ».

10Une autre catégorie de noms empruntés mérite une attention particulière : ce sont les noms de nombre. En effet, on admet généralement en linguistique que les noms de nombre sont parmi les éléments les plus stables du vocabulaire et qu’il faut être un parfait bilingue pour ne pas continuer, en parlant une langue étrangère, à compter mentalement dans sa langue maternelle. Pour réelle qu’elle soit, cette stabilité n’a pas empêché les noms de nombre d’être souvent empruntés dans une quantité de langues.

  • 3 A. S. C. Ross, An Indoeuropean-Finnougrian Loanword Problem, dans Transactions of the Philological (...)
  • 4 Β. Migliorini, art. Prestito — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Arti (...)
  • 5 O. Jespersen, Language. Its Nature, Development and Origin, Londres, 1922, p. 211.
  • 6 Ibid.

11Déjà à l’époque préhistorique, il semble que le groupe linguistique finno-ougrien ait emprunté à l’indo-européen, ou du moins à certains dialectes, les noms des nombres 7, 10 et 1003. En petit russe, sorok « 40 » remonte, par l’intermédiaire de la langue religieuse, au grec τεσσαράκοντα4. Au Jutland, les conducteurs de bétail, parlant danois, avaient coutume de compter de 20 à 90 en bas-allemand, c’est-à-dire dans le parler de la région d’Hambourg et du Holstein où ils vendaient habituellement leurs bêtes. Sans doute voulaient-ils éviter ainsi l’incommodité des formes danoises : que l’on compare, par exemple, le danois halvtredsindstyve « cinquante » au bas-allemand föfdix. 5C’est pareillement l’incommodité de la façon de compter en esquimau (« le troisième orteil sur le second pied du quatrième homme » etc.) qui a entraîné l’introduction en groenlandais des noms danois pour 100 et 1000, avec toutefois une finale esquimaude : untritigdlit et tusintigdlit6.

  • 7 Ibid.
  • 8 Ibid.
  • 9 A. G. Haudricourt, Les phonèmes et le vocabulaire du thai commun, dans Journal Asiatique, 236 (194 (...)
  • 10 Liste chez H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (D (...)

12Dans plusieurs régions de l’Angleterre, les noms de nombre celtiques ont été employés jusqu’à une date relativement récente pour compter les moutons, alors que les numéraux anglais servaient dans les autres domaines7. Le chinois a fourni la plupart des noms de nombre au japonais 8 et probablement plusieurs aussi au thai9. Le swahili a repris à l’arabe plusieurs de ses noms de nombre10.

  • 11 O. Jespersen, loc. cit.
  • 12 Ibid.
  • 13 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 13.

13Il faut encore ajouter que des manières de compter spéciales et, en quelque sorte, techniques ont été transportées d’un pays à l’autre en relation avec certains jeux. Jusqu’à une date relativement récente, les joueurs de dés et de trictrac comptaient, en Angleterre, au moyen des mots français ace, deuce, tray, cater, cinque et size11. Dans certains pays, notamment en Russie, les joueurs de tennis ont longtemps compté en anglais12. Au Japon, dans la langue des sports, les noms anglais one, two, three, four etc., ainsi que first, second, third, ont eu la préférence sur les mots indigènes13. Il y a sans doute d’autres exemples dans les langues spéciales.

***

  • 14 D’après Jean Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LXX.

14Un deuxième élément lexical, l’adjectif, n’a pas manqué d’être emprunté. Tandis que le substantif est aisément entraîné hors de sa langue par l’objet ou la notion qu’il représente, l’adjectif se prête beaucoup moins à l’emprunt parce qu’il n’a pas d’autonomie. Pareil emprunt implique une certaine pénétration dans la mentalité étrangère. C’est pourquoi sans doute Gaston Paris disait que l’influence d’une race sur une autre se manifeste surtout dans l’emprunt des adjectifs14.

15Si l’on songe au bilinguisme germano-roman et au mélange des populations du Nord de la Gaule entre les 5e et 8e siècles de notre ère, on ne sera pas étonné de trouver en français tant d’adjectifs d’origine germanique : blanc, bleu, brun, fauve, frais, franc, gris, laid, morne, riche, sale, sur (= acide) et quelques autres qui sont aujourd’hui désuets. Considérable, mais moins profonde, l’influence italienne au temps de la Renaissance nous a apporté aussi quelques adjectifs : brave, poltron, brusque et burlesque.

  • 15 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 194-195.

16Dans la péninsule des Balkans, le slave a joué un rôle plus marquant encore que le germanique en Occident. En roumain, de nombreux mots de civilisation ont été empruntés anciennement au slave. A titre d’exemples typiques, je me borne à relever ici quelques adjectifs d’emploi courant : drag « aimé, chéri » (v. sl. dragǔ), bogat « abondant, riche » (v. sl. bogatǔ), mândru, mîndru « fier, orgueilleux » (v. sl. mạdrǔ), gol « nu, vide » (v. sl. golǔ)15.

***

17Il faut, en principe, être quelque peu informé de la conjugaison d’une langue pour lui emprunter un verbe. Théoriquement, un minimum de bilinguisme est nécessaire. Sans doute, quand le système verbal de la langue donneuse est semblable à celui de la langue emprunteuse, la difficulté est-elle considérablement réduite. L’emprunt de verbe est, dans ce cas, presque aussi facile que l’emprunt de nom. C’est ainsi que le français a acquis une série de verbes d’origine francique, tels que bannir, choisir, garer, haïr, honnir, et que l’italien a pris au longobard notamment scherzare « plaisanter », spaccare « fendre » et tuffare « plonger, tremper ».

  • 16 E. Bourciez, op. cit., p. 421 et 731 ; W. Taylor, Arabic Words in English, Oxford, 1933, p. 595.

18En revanche, les divergences irréductibles qui existent entre la conjugaison du type sémitique et celle du type indo-européen ont totalement empêché l’échange de verbe entre Arabes et Espagnols dans la péninsule ibérique. Ces populations ont pu vivre juxtaposées pendant sept ou huit siècles sans que nous trouvions, dans leurs lexiques, de verbes empruntés16.

***

  • 17 D’après O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 212.

19Les pronoms personnels et démonstratifs, ainsi que les articles, sont très rarement empruntés. Quand l’emprunt s’est produit, nous sommes fondés à penser que des causes vraiment exceptionnelles ont agi, et tel se trouve être réellement le cas de l’anglais, qui a adopté les formes pronominales Scandinaves they, them, et l’adjectif correspondant their. Pour forte qu’ait été l’influence française en Angleterre médiévale, il n’en reste pas moins vrai qu’elle est superficielle en comparaison de l’apport linguistique des colons danois et norvégiens implantés anciennement dans le Nord des Iles Britanniques. Il y avait une grande similitude entre le vieil-anglais et les anciens parlers Scandinaves. Aussi, une fois apaisée l’hostilité des premiers contacts, les envahisseurs et la population indigène se mêlèrent rapidement, car il leur était possible, dans une certaine mesure, de se comprendre mutuellement, au même titre que deux peuples parlant des dialectes d’une même langue. C’est cette intime fusion qui explique que l’anglais a pu emprunter des pronoms au scandinave17.

  • 18 W. Taylor, op. cit., p. 595.

20Un autre exemple est celui du pronom indéfini fulano « un tel » que l’espagnol a emprunté à l’arabe fulān18.

***

  • 19 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 80.
  • 20 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Etrennes E. (...)
  • 21 W. Taylor, loc. cit. — Il en va de même du portugais oxalá, aujourd’hui désuet.
  • 22 D’abord réservé à des cas difficiles, l’usage de ki s’est répandu de plus en plus en turc moderne. (...)
  • 23 Exemple : It was mentioned apropos of the holidays « il en a été parlé à propos des vacances » (Ha (...)
  • 24 G. Sandry et M. Carrère, Dictionnaire de l’argot moderne, Paris, 1953, s. v. bicause (p. 26).
  • 25 The Oxford English Dictionary, 2e éd., vol. VIII, 1933, s. v. per ; Ch. Cestre et M. M. Dubois, Gr (...)
  • 26 Le même usage spécial de per s’est étendu à d’autres langues, par exemple au danois : cf. O. Jespe (...)

21Les mots invariables qui constituent les autres catégories du lexique, ont été aussi quelquefois empruntés par une langue à une autre. Ainsi, c’est du slave que provient l’adverbe roumain prea « très, trop »19. En wallon liégeois, anfin et tant mieux ont été repris au français. Il n’est pas rare d’entendre l’interjection anglaise well au début d’une phrase irlandaise20. En espagnol, ojalá remonte à une ancienne exclamation arabe avec le nom d’Allah21. Le turc moderne a emprunté au persan la conjonction ki « que », qui simplifie considérablement la construction des propositions subordonnées22. Enfin, il y a des prépositions empruntées. Sans compter, l’usage assez rare d’apropos en anglais 23 et de bicause en argot français24, on retiendra en particulier l’exemple de per, préposition latine qui s’est progressivement fait une place en anglais et en allemand. Ce sont des expressions empruntées, les unes latines comme per accidens, les autres françaises comme perchance, qui ont servi de modèles en anglais pour la création dans la langue juridique et commerciale de per instance, per invoice, per bearer, per express etc25. L’influence de la langue commerciale internationale paraît plus nette encore dans les expressions allemandes per Bahn, per Schiff, per Jahr, per Pfund. 26

***

  • 27 Essai sur l’analogie, Paris, 1883, p. 11.

22« Il faut, écrivait Victor Henry27, mettre les linguistes en garde contre cette idée trop répandue que l’influence d’une langue sur une autre dans un contact intime et prolongé de deux peuples d’origine différente n’affecte jamais que le lexique et laisse intacte la grammaire. Sans doute l’élément grammatical est beaucoup plus stable, mais il n’est pas à l’abri de la contagion. »

  • 28 Cf. A. Meillet, Le problème de la parenté des langues, dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Li (...)

23Il est bien certain, en effet, que les emprunts grammaticaux sont beaucoup plus difficiles et moins fréquents que les emprunts lexicaux. Les sons et la grammaire forment des systèmes fermés dont toutes les parties sont liées les unes aux autres. C’est par la persistance de ces systèmes que se traduit linguistiquement la volonté continue de parler une certaine langue et que se définit donc la parenté linguistique28. Le locuteur réagit spontanément contre tout ce qui lui paraît déséquilibrer son système et il n’admet l’emprunt d’éléments grammaticaux qu’accidentellement ou inconsciemment, le plus souvent parce qu’il en a pris petit à petit l’habitude en maniant certains mots empruntés qui les contiennent.

24D’un autre côté, si l’on emprunte moins d’éléments grammaticaux que de mots, c’est évidemment aussi parce que ceux-là répondent moins directement et moins complètement que ceux-ci aux besoins matériels et même affectifs des sujets parlants.

***

  • 29 Ce mécanisme est souligné particulièrement par Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, (...)

25Les préfixes sont, parmi les morphèmes, les éléments qui se rapprochent le plus des noms. Leur fonction est pareille à celle d’un premier terme de composé nominal. C’est pourquoi ils s’empruntent sans trop de difficulté. Cependant, comme tous les morphèmes, les préfixes étrangers — sauf peut-être certains préfixes savants — ne sont pas empruntés isolément et directement. Ils s’introduisent le plus souvent dans une langue par l’intermédiaire d’une série plus ou moins nombreuse de noms empruntés. La confrontation de ces noms fait ressortir la forme et le sens du préfixe commun, qui est alors détaché et remployé dans des formations indigènes29.

26En français moderne, nous n’avons plus guère que des préfixes savants, c’est-à-dire empruntés au grec et au latin. Presque partout, les formes héréditaires ont été éliminées systématiquement par les formes savantes : entrerompre est devenu interrompre et pour-mener, promener. Si combattre et consolider sont justifiables par la phonétique française, au contraire la forme des préfixes dans correspondance, coaccusé, illégal, irréligieux, succéder et subdiviser ne peut s’expliquer que par la phonétique latine des emprunts savants.

27De nombreux préfixes de la langue scientifique moderne ont été repris au grec et au latin. Il n’importe que certains, comme auto- et mono- procèdent non de préfixes anciens, mais de mots autonomes à l’origine : ils jouent maintenant le rôle de préfixes. Il suffira de citer entre autres amphi-, auto-, dis-, équi-, eu-, Mmi-, hypo-, iso-, multi-, pan-, philo-, quasi-, syn-, tachy-, télé-, ultra-, et de rappeler que ces préfixes fonctionnent pareillement en anglais, en allemand, en italien et dans combien d’autres langues. Par l’intermédiaire de l’anglais, anti- a pénétré jusqu’en japonais.

  • 30 Sur les préfixes savants en français, voir entre autres F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de gramma (...)

28Il peut arriver que ces préfixes se répandent dans la langue vulgaire. Hyper- s’emploie maintenant chez les Français cultivés et super- est tout à fait à la mode (superbudget, superchampion, superfilm)30.

  • 31 Un régulier dans le siècle, p. 208.

29C’est parmi les préfixes empruntés de caractère savant qu’il faut ranger aussi l’anglais self-, qui est entré en français par une série d’anglicismes tels que self-control, self-made man, self-defence, self-government, self-induction, self-help. Il sert parfois aujourd’hui, surtout dans la langue philosophique, à former des néologismes hardis, tels que cette self-étreinte forgée par Julien Benda 31 pour exprimer l’« amour de soi-même ».

30D’après des composés bas-latins dont le deuxième terme était d’abord à l’ablatif (ex consule), on a accoutumé en français, depuis le 17e siècle, d’employer le préfixe ex- pour indiquer qu’une profession n’est plus exercée : ex-laquais, ex-roi. Cette façon de dire a passé dans d’autres langues européennes : anglais ex-king, allemand ex-König, danois ex-Konge, espagnol exrey etc.

  • 32 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 214.

31Toute une série de préfixes allemands (par exemple be-) sont devenus productifs dans les langues Scandinaves32.

  • 33 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 80.

32En roumain, parmi les préfixes d’origine slave, il faut relever particulièrement ne-, qui fonctionne comme in- en français ou un-en allemand : neputinţǎ « incapacité », nevëzut « invisible », nespus « indicible »33.

33Il est arrivé que l’emprunt d’un préfixe étranger ait été favorisé par le fait qu’il s’est amalgamé avec un préfixe indigène dont il a modifié la valeur. C’est le cas du préfixe germanique fur-, for-(allemand et néerlandais ver-) qui a influencé le gallo-roman for-(four-), forme réduite de fors (du latin forīs « dehors »). On tient souvent forbannir pour une adaptation francique *firbannjan (allemand verbannen « bannir »). Mais ce n’est pas sûr ni nécessaire. Il semble que fors suffit à expliquer forclore, forfiler (et fourfiler d’où faufiler), forjeter, forlancer, forligner, formarier, fourvoyer etc.

  • 34 Il n’y a pas lieu de mettre dans le même groupe quelques mots pris relativement tard au néerlandai (...)

34Ce qu’il faut justifier, c’est la multiplication et le succès de ces formes à partir du début de l’époque romane. Peut-être faut-il seulement dire que la formation française en for- ne se serait pas développée comme nous la connaissons, sans le modèle germanique en fur-, for-34.

35En wallon liégeois, le contact est beaucoup plus étroit et plus évident. On connaît une cinquantaine de mots préfixés avec for-, dont il n’est pas toujours facile de dire s’ils sont de formation romane ou s’ils procèdent de modèles néerlandais ou allemands. Il est raisonnable d’attribuer une origine romane aux termes suivants où for- a le sens de « dehors, hors de la limite » : forclôre « forclore », fordjèter « avorter, mettre bas prématurément », si for-djurer « se parjurer » (cf. v. fr. forjurer), forminer et fornahi « surmener, en parlant d’un cheval » (cf. v. fr. fortraire), forpasser « outrepasser », fortchèrwer « empiéter avec la charrue », forcrèhe « dépasser, en grandissant, la taille des vêtements, croître démesurément », si forbouter (= si bouter foû, littéralement « se pousser dehors »), « sortir de sa réserve ».

36Une simple extension possible du sens de for- permet de considérer aussi comme des formations romanes une série de verbes préfixés dont le simple existe en liégeois. Mais il serait difficile de nier que des verbes germaniques en ver- ont servi de modèles à ces formations. C’est vraisemblablement le cas de :

si forbeûre « boire avec excès » — néerl. veririnken, all. vertrinken.
si fordiner « se tromper en donnant les cartes à jouer » — néerl. vergeven, all. vergeben.
si fordwèrmi « dormir au-delà de l’heure voulue » — néerl. zich verslapen, cf. all. Verschlafen
si forloukî « ne pas voir le nombre juste, se tromper en regardant » — néerl. zich verzien, all. sich versehen.
si forparler « se trahir en parlant » — néerl. zich verspreken, zich verpraten, all. sich versprechen, sich verreden.
si forpougnî « se tromper en prenant ou en donnant une poignée » — néerl. zich verğrijpen, all. sich vergreifen.
si forsonner « s’épuiser en saignant, saigner excessivement » — néerl. zich verbloeden, all. sich verbluten.
forvîli « vieilli outre mesure, suranné » — néerl. verouderd, all. veraltet.

37Il ne reste que quelques verbes préfixés en for-, dont le simple n’existe pas en liégeois, et qui ont été sûrement empruntés au néerlandais ou à l’allemand :

  • 35 Je reprends ce dernier exemple à J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in (...)

forzàrder « renoncer à fournir d’une couleur en jouant aux cartes » : emprunt du néerl. verzaken « renoncer ».
forzoûmer « négliger » : emprunt du néerl. verzuimen (cf. all. versäumen).
si forlôper « donner trop par erreur, se tromper » : emprunt du néerl. zich verloopen (cf. all. sich verlaufen).
su forschnaper (Malmédy) « se trahir en parlant » : emprunt de l’ail. sich verschnappen35.

  • 36 Sur le préfixe roman for- et l’influence germanique, voir entre autres : J. Brüch, Die bisherige F (...)

38En wallon liégeois se manifeste donc une influence germanique beaucoup plus nette qu’en français. Néanmoins ici aussi ver- s’est confondu avec le roman for-, en en modifiant seulement l’emploi comme préfixe. S’il est difficile de départager les faits, il est cependant permis de conclure qu’en wallon comme en français, l’étude du préfixe for-36 décèle plutôt un emprunt de sens qu’un emprunt de forme. Ce fait implique naturellement, à son origine, un minimum de bilinguisme oral.

***

  • 37 Mais ce remploi n’est pas une règle. Ainsi le « suffixe français » -quin qui apparaît dans les emp (...)

39L’emprunt de plusieurs mots étrangers comportant un même suffixe a souvent eu aussi comme conséquence le remploi de ce suffixe dans des formations nouvelles de la langue emprunteuse37.

  • 38 Cf. P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 109-110 ; A. Meillet, Ape (...)

40En grec ancien, pour former des féminins de substantifs, on s’est avisé sur le tard d’utiliser la finale -ισσα (< * ικ-yα) de certains ethniques comme Κίλισσα « Cilicienne » et Φοίνισσα « Phénicienne ». Dès le temps de Xénophon, nous trouvons βασίλισσα « reine ». A l’époque hellénistique, l’usage du suffixe -ισσα s’est répandu dans la κοινή : noms propres de femmes comme ’Aντιόγισσα et Σινώπισσα, appelations ethniques comme Γαλάτισσα et Καππαδόκισσα, noms communs, enfin, tardivement attestés comme βαλάνισσα « maîtresse des bains », ἱέρισσα « prêtresse », διακόνισσα « diaconesse », πατρώνισσα « protectrice », μαγείρισσα « cuisinière ». Plus tard, ce préfixe a continué à vivre en grec byzantin (γεώργισσα, στρα-τήγισσα, φυλάκισσα) et en grec moderne (γειτόνισσα, συντρόφισσα, γάλισσα, γερόντισσα, δασκάλισσα). Mais, du grec tardif, il est passé avec certains mots en latin chrétien. Sur le modèle d’emprunts grecs comme diaconissa, le latin a créé des formes nouvelles comme abbatissa, equitissa, prophetissa, sacerdotisssa, fratrissa etc. Par le même processus, le suffixe a passé ensuite dans les langues romanes, où il a été également productif : par exemple en français, abbesse, chanoinesse, duchesse, mairesse, chasseresse ; en italien, badessa, leonessa, principessa, professoressa, sonettessa ; en espagnol, abadesa, deesa, duquesa ; en roumain, împǎrǎteásǎ « impératrice », jupaneásǎ « maîtresse », préóteásǎ « prêtresse ». Du français, le suffixe a passé, avec une série de mots d’emprunt, en néerlandais, en allemand et surtout en anglais, où il a encore fructifié : p. ex. shepherdess « bergère » et seeress « voyante, prophétesse »38.

  • 39 M. Niedermann, op. cit., dans Recueil Niedermann, p. 18.

41Le suffixe verbal grec -ιζειν, qui était largement répandu à l’époque hellénistique, a été emprunté en latin sous deux formes. Dans la plus ancienne langue, nous trouvons une adaptation en -issāre : badissare, cyatissare, moechissare, graecissare, atticissare, sicilissare, pitissare, apolactissare, purpurissare, comissari etc. En latin plus tardif, le grec a été plus exactement transcrit : en -izare dans les emprunts savants et en -idyare (idiare) dans les emprunts populaires. Le type verbal en -idyare est représenté en français par -oyer (p. ex. flamboyer), en italien par -eggiare (p. ex. amareggiare), en provençal par -ejar (p. ex. aurejar « aérer »), en espagnol par -ear (p. ex. falsear). Le type savant en -izare apparaît très clairement dans les formations romanes qui le continuent : français -iser (p. ex. brutaliser), italien -izzare (p. ex. polverizzare), espagnol -izar (p. ex. moralizar)39. Ce dernier suffixe s’est même étendu hors du domaine roman. On connaît notamment les formes germaniques : allemand -isieren, néerlandais -iseeren, anglais -ise et -ize.

  • 40 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, (...)

42Le suffixe nominal grec -ισμος a eu une fortune plus remarquable encore. Il s’est largement répandu en latin, particulièrement dans le vocabulaire savant de l’époque impériale : soloecismus, barbarismus, Syllogismus, gargarismus, rheumatismus, christianis-mus, exorcismus, archaismus, catechismus, cynismus, paganismus etc40. Du latin, il est passé, par emprunt savant, dans un très grand nombre de langues, où il figure dans beaucoup de néologismes et particulièrement dans des termes internationaux dont il suffira de citer un seul : socialisme, italien et espagnol socialismo, anglais socialism, allemand Sozialismus, néerlandais socialisme, russe socializm etc.

43La fortune du grec -ιστης, devenu en latin -ista (par exemple γραμματιστήζ, grammatista) a été parallèle de celle d’-ισμος. Il suffira d’évoquer la foule des dérivés français en -iste, italiens en -ista, anglais en -ist, allemands en -ist, hongrois en -ista, russes en -ist, etc.

  • 41 Cf. ibid., p. 54-55.

44C’est encore par les emprunts successifs des langues savantes que le suffixe grec -ικός, par l’intermédiaire du latin -icus41, est devenu le français -ique, l’italien -ico, l’espagnol -ico, l’anglais -ic etc. (ἀθλητικός, athleticus, athlétique, atlético, athletic etc.)

  • 42 Ibid., p. 55-57.

45C’est évidemment du latin qu’il faut partir pour faire l’histoire du suffixe -ārius caractéritique des noms de métiers et de fonctions. D’un côté, avec l’occupation romaine, il s’est répandu en grec impérial et en grec byzantin par toute une série de mots empruntés : ἀκτωάριος, βενεφικιάριος, βεστιάριος, καγκελλάριος, λιβλά-ριος, νοτάριος etc. Les noms du charbonnier, άνθρακάριος, et du cordonnier, ύποδηματάριος, attestent une certaine productivité du suffixe en grec. Tardivement s’est constituée, à côté de -aριος, une forme -άρης qui est encore vivante en grec moderne42.

  • 43 Nouveaux essais d’étymologie française, p. 109 ss.
  • 44 A. MEILLET, Sur une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académi (...)

46D’un autre côté, le suffixe latin est naturellement passé dans les langues romanes. Pourtant, la forme française -ier, qui nous est familière dans chancelier, portier, rentier etc., ne procède pas directement de -ārius. Antoine Thomas 43 a démontré que le suffixe s’est établi en français sous la forme qu’il avait prise dans la bouche des Francs. Dans le Nord de la Gaule, temporairement bilingue après les invasions germaniques du 5e siècle, le suffixe -ārius existait simultanément sous une forme latine et sous une forme germanique, et c’est finalement la prononciation des dirigeants germains qui l’a emporté, sans doute parce qu’il s’agissait de fonctions publiques44. Il faut dire, en effet, que la fortune du suffixe latin -ārius a été extraordinaire dans les langues germaniques. Le passage s’est opéré sans heurt par l’intermédiaire d’une série de noms de professions repris tels quels par les Germains. Il suffira de citer, par exemple, le nom du « meunier », latin molinārius, devenu gotique mulinareis, vieux-haut-allemand mul(i)nari, moyen-haut-allemand mülnaere, allemand moderne Müller, néerlandais molenaar, anglais miller, etc. ; et le nom du « péager » ou du « douanier », latin tolonārius, devenu gotique tolnareis, vieux-haut-allemand zolonāri, moyen-haut-allemand zölnaere, allemand moderne Zöllner, vieil-anglais tolnére, néerlandais tollenaar, etc.

47Dès lors, le suffixe a été remployé pour former de nouveaux termes germaniques : en gotique bōkāreis « scribe », wullāreis « foulon » ; en vieux-haut-allemand fiskāri « pêcheur », snitāri « faucheur » ; en moyen-haut-allemand gaertenaere « jardinier », etc. Dans les langues germaniques modernes, on sait l’extension prodigieuse qu’a prise le suffixe, englobant toutes sortes d’appellations de personnes qui accomplissent une action quelconque : allemand Schneider « tailleur », Wagner « charron », néerlandais verver « teinturier », wever « tisserand », anglais cooper « tonnelier », smoker « fumeur », suédois slagtare « boucher », lögnare « menteur » etc.

48Le suffixe -arius a également été emprunté en slave : dès le vieux-slave, on trouve des formations originales comme grǔnĭčarjĭ « portier », ovičarjĭ « berger », rybarjĭ « pêcheur », vinarjĭ « vigneron », zlatarjĭ « orfèvre ».

  • 45 A. Meillet, Le problème de la parenté des langues, dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Lingui (...)

49Le même suffixe latin s’est également répandu en celtique et il a même pénétré, par le grec, dans une langue sémitique, le syriaque45.

  • 46 Cf. J. Brüch, Die bisherige Forschung über die germanischen Einflüsse auf die romanischen Sprache, (...)
  • 47 Cf. A. Dauzat, Les noms de famille de France, Paris, 1945, p. 68-87.

50Plusieurs suffixes du français ont une origine germanique. Le suffixe -aud46 est issu phonétiquement des mots germaniques bald « audacieux » et surtout wald « maître » employés comme seconds termes de noms composés. Il est d’abord attesté, à date ancienne, dans de nombreux noms de personnes d’origine germanique, tels que Arnaud, Garnaud, Grimbaud, Maraud, Renaud, Ri gaud, Thiébaud etc47. Cette finale fréquente a été sentie en français comme un suffixe et c’est sans doute l’emploi d’un ou de plusieurs noms propres en -aud comme sobriquets (par exemple maraud et grimaud) qui a provoqué, surtout aux 15e et 16e siècles, l’extension du suffixe à d’autres adjectifs désignant, avec une pointe d’amusement, des particularités physiques (courtaud, noiraud, rougeaud, salaud, sourdaud), des attitudes (pataud, penaud, quinaud, soûlaud) et des traits de caractères (finaud, lourdaud, maraud, nigaud, ribaud rustaud).

  • 48 Cf. J. Brüch, loc. cit. (avec bibl. antér.) ; A. Hatzfeld et A. Darmesteter, op. cit., p. 67.

51Le processus est exactement le même pour -ard, qui est issu du mot germanique hard « dur, fort » fréquemment employé comme second terme d’anthroponymes composés (Bernard, Bouvard, Evrard, Gérard, Guillard etc.). Le locuteur français a dû avoir très tôt le sentiment d’un suffixe -ard. Que le nom propre Renard devînt, au 13e siècle, le surnom littéraire, bientôt populaire, de l’astucieux et méchant goupil, il n’en fallut pas davantage pour que -ard exprimât, dans des formations nominales nouvelles, une nuance dépréciative. Cette valeur, évidente dans bâtard, bavard, capitulard, couard, criard, fuyard, jobard, mignard, mouchard, paillard, patriotard, pendard, pillard, traînard, vantard, est très affaiblie dans campagnard, montagnard, vieillard, billard, corbillard, poignard, tandis que dans gaillard, grognard, richard, veinard, elle est même devenue, non sans quelque impudence, plutôt admirative48.

52Les mots en -ade ne sont pas français à l’origine : c’est ainsi que, par exemple, brigade, carbonnade, cascade, cavalcade, pommade, tirade ont été empruntés à l’italien ; marmelade est portugais ; parade, peuplade et sérénade sont venus de l’espagnol ; ballade et aubade sont d’origine provençale. Mais ces mots ont fini par constituer, en français, un groupe si nombreux que, de bonne heure, -ade a été remployé dans des formations nouvelles comme barricade, cotonnade, fusillade, galopade, grillade, œillade, palissade, promenade, ruade etc.

53Le suffixe -esque du français nous est venu de l’italien (où il a une origine germanique). A côté des adjectifs empruntés barbaresque, burlesque, chevaleresque, gigantesque, grotesque, pédantesque, pittoresque, tudesque, nous avons des créations charlatanesque, donjuanesque, funambulesque, livresque, moliéresque, prud’hommesque, romanesque, simiesque, vaudevillesque etc.

  • 49 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 77.

54Parmi les nombreux gallicismes de l’allemand figure une quantité de verbes en -ieren dont la finale a été accommodée par addition de -en à l’infinitif : anciennement loschieren, parlieren, salvieren, tschantieren etc. ; aujourd’hui encore abandonnieren, abonnieren, adressieren, affichieren, akkompagnieren, akkordieren, applanieren, arrangieren, dressieren, dublieren, exploitieren, füsilieren, jonglieren, karambolieren, korrespondieren, retuschieren etc. Le suffixe s’est si bien acclimaté qu’il a servi à d’innombrables créations comme buchstabieren, stolzieren, halbieren, hantieren, et qu’il s’est même répandu, avec l’influence allemande, dans d’autres langues comme le hongrois, qui l’a adapté en -irol et -iroz (hazárdírol, rezouiroz, elabrandíroz 49 etc.).

  • 50 Cf. F. Seiler, Die Entwicklung der deutschen Kultur im Spiegel des deutschen Lehnworts, t. III, Ha (...)
  • 51 Cf. entre autres O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 214.

55Le français a donné à l’allemand toute une série d’autre suffixes : -ie, -ei, -erei, -tät, -abel, -age, -aut, -at et -ist50. En anglais, -ess, -ment, -ance et -age ont aussi une origine romane51. Il serait long d’en dresser aussi la liste en néerlandais.

56La première culture intellectuelle du Japon a été apportée de Chine, en même temps qu’une influence linguistique profonde. Il n’est donc pas étonnant que le japonais ait emprunté au chinois des suffixes qui sont devenus productifs. C’est ainsi que -kasuru, qui équivaut à notre -ifier ou -iser, est employé dans jōkasuru « purifier », denkasuru « électrifier », risokasuru « idéaliser », nihon-kasuru « japoniser ».

  • 52 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 35.

57Pareillement le suffixe chinois des noms abstraits -sei se trouve dans nigensei « humanité », kakkansei « objectivité », kanōsei « possibilité », hitsuzensei « nécessité », fuhensei « universalité, shiretsusei « intensité », jūyōsei « importance » etc. A date plus récente, on a tiré d’une série d’emprunts anglais en -ism, un nouveau suffixe -izmu qui est parfois remployé : par exemple yukiatartbattarizmu « le fait de croire à son étoile »52.

  • 53 Cf. A. Hatzfeld et A. Darmesteter, op. cit., p. 105.
  • 54 Sur l’extension plaisante de l’emploi du suffixe -ite dans des dérivés tels que moutonite, trouill (...)
  • 55 F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., 1937, (...)

58La terminologie de la science moderne, en particulier de la médecine, a adopté un certain nombre de suffixes grecs. Pour nous borner ici à la forme française de cette terminologie53, citons -ite qui désigne une inflammation (bronchite, péritonite, sinusite)54, -otde qui exprime une ressemblance (anthropoïde, hélicoïde, typhoïde), -algie qui signifie une douleur (névralgie, céphalalgie, gastralgie), -logie qui a le sens d’un savoir spécial (astrologie, minéralogie, ostéologie). Il est vain de séparer -algie et -logie parce qu’ils remontent à des mots autonomes ἄλγος et λόγος : en français, il s’agit fonctionnellement de véritables suffixes. On peut en dire autant de -fère (umbellifère, carbonifère, somnifère) et de -fuge (vermifuge, centrifuge, hydrofuge) dont l’origine est latine55 : ils fonctionnent en français de la même façon que -ium employé par les chimistes et les physiciens pour créer des noms de produits nouveaux, par exemple : aluminium, cadmium, lithium, polonium, potassium, radium, uranium.

  • 56 E. Pichon, op. cit., p. 15 ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 69 et 154-155.
  • 57 Th. H. Savory, The Language of Science. Its Growth, Charakter and Usage, Londres, 1953, p. 132.

59Un cas particulier est constitué par le remploi comme suffixes de certaines finales latines coupées arbitrairement d’emprunts savants. D’après omnibus, on a refait, en français, autobus, aéro-bus, trolleybus, électrobus, bibliobus et on a même proposé cinébus et muséobus, tandis que l’italien a créé filobus. Dans la langue de la musique, quatuor a servi de modèle pour sextuor et septuor. Préventorium a été fabriqué d’après sanatorium, et planétarium, herbarium, lactarium d’après solarium.56. Tout récemment, par suite des progrès de la physique atomique, on assiste, en français comme dans la plupart des grandes langues modernes, à une extraordinaire prolifération de la finale -tron, qui prend place ainsi progressivement dans la catégorie des suffixes. Le point de départ a été l’emprunt grec électron. Sur son modèle ont été successivement créés neutron, cyclotron, positron, magnétron, bêtatron 57 et ainsi de suite jusqu’à la dernière invention russe de 1955, le synchrophasotron, qui surpasse de beaucoup, nous dit-on, le précédent cyclosynchrotron.

  • 58 Ο. Uren, Le vocabulaire du cinéma français, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 48.

60Ces dernières considérations montrent combien la diachronie s’oppose à la synchronie dans le phénomène de l’emprunt. Maintes fois, un nom employé comme second terme de composé est réduit, s’il est emprunté, à jouer le rôle de suffixe dans la langue étrangère. Aux exemples déjà mentionnés, il faut ajouter le suivant que son actualité rend extrêmement suggestif. Est-il tellement téméraire de penser qu’un jour l’anglais -man deviendra, en français, un suffixe caractérisant des noms de professions et d’occupations ? L’idée surgit aisément de la longue liste des anglicismes en -man : barman, businessman, chairman, clergyman, clubman, comingman, congressman, crossman, liftman, limitman, policeman, racingman, recordman, rugbyman, scratchman, six-dayman, sportsman, tennisman, watt-man, yachtman. Déjà la langue du cinéma français a créé l’hybride perchman pour désigner l’employé qui tient un micro au bout d’une perche58. Il est vrai que l’évolution des langues est un des domaines où il y a grand risque à jouer au prophète.

  • 59 M. Valkhoff, Sur un suffixe flamand en français, en picard et en wallon, dans Neophilologus, 19 (1 (...)
  • 60 Comme le français bien dans un homme bien et qui se porte bien.

61Il arrive aussi, mais plus rarement, qu’un véritable suffixe emprunté soit intégré, à l’étranger, dans une autre catégorie grammaticale. C’est ce qui est arrivé au suffixe flamand -ken (-ke), dont la valeur proprement diminutive se double souvent, on le sait, d’une nuance péjorative. Emprunté en wallon liégeois sous la forme -kè, qu’on écrit aussi souvent -kèt, il est devenu et demeure encore productif. A côté de mots d’emprunt comme potikè « petit pot » (flam. potteke) et manikè ou manèkè « petit homme, nabot » (flam, manneke), on trouve des termes créés comme bonikè « petit bonnet », deûkè « doigtier pour un doigt malade », mazoukè « nabot, nain ». Mais le plus remarquable, c’est la faculté d’ajouter -èkè (-èkèt) à n’importe quel mot pour lui donner une valeur restrictive ou péjorative : on dira par exemple on docteûrèkè « un médecin malhabile », ine costîrèkè « une mauvaise couturière », ine mohonèkè « une maisonnette, une maison mal faite », on marièdjèkè « un mariage mal assorti », de boûrèkè « du beurre de mauvaise qualité », et même, avec un verbe, vos l’kinohé-èkè « vous le connaissez à moitié ou très mal »59. Ce dernier exemple montre bien que èkè n’est plus exactement un suffixe, mais qu’il est devenu un mot distinct, tantôt adjectif et tantôt adverbe60. Nous en avons une autre preuve dans le fait que mohonèkè, par exemple, porte en réalité deux accents d’intensité égale, l’un sur le second o, l’autre sur le second è. Il serait évidemment plus exact d’écrire mohone èkè, ainsi que docteûr èkè, costîre èkè, boûre èkè, vos l’kinohé èkè.

***

62L’emprunt de désinences flexionnelles ne se trouve guère et cela est compréhensible, puisque la déclinaison et la conjugaison forment un système dont le remplacement équivaudrait à un changement de langue. En fait, il s’agit toujours d’accidents isolés qui n’ont apporté qu’une modification légère à la structure de la langue emprunteuse.

  • 61 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés (...)
  • 62 Voir entre autres : pour le néerlandais, C. G. N. de Vooys, Nederlandse Spraak-kunst, Groningue et (...)

63L’hypothèse que l’ancien pluriel en -s de l’allemand et du néerlandais aurait été emprunté au vieux-français, est abandonnée. Les faits germaniques sont antérieurs à l’époque — le 13e siècle — où l’-s est devenu la marque de tout le pluriel en français 61 et il a existé, en revanche, un authentique pluriel vieux-saxon en -os, qui a survécu en bas-allemand. Mais en allemand moderne, on ne peut nier que les influences anglaise et surtout française ont favorisé l’extension du pluriel en -s dans plusieurs catégories nominales. S’agit-il toutefois d’un pur emprunt ou de la rénovation d’une désinence ancienne au contact de langues étrangères ? 62

64En anglais, l’extension du pluriel en -s a été favorisée par l’influence française au Moyen Age. Mais on ne peut dire que la désinence -s est empruntée au français, puisqu’elle existait à l’origine au moins dans un noyau de formes germaniques.

65Dans l’expression portugaise de l’Inde, souvent citée, gobernador’s casa, il n’est pas sûr que l’on doive reconnaître l’emprunt du génitif anglais de gobernor’s house. Il en existe une autre explication sur laquelle je reviendrai plus loin (p. 239).

  • 63 Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen der Koninklijke (...)
  • 64 A. Mirambel, Grammaire du grec moderne, Paris, 1949, p. 139, rem. 3.

66L’histoire d’une désinence verbale du grec moderne est-elle plus solide ? On sait que l’influence italienne sur la langue maritime grecque a été considérable, et, d’autre part, il ne fait pas de doute que, dans un pays comme la Grèce, le parler des marins a influé largement sur l’usage courant. C’est dans cette perspective que s’inscrit une hypothèse de D. C. Hesseling63. Il existe, en grec moderne, un certain nombre d’impératifs en -α64, notamment τρέχα « cours », στέκα « tiens-toi », Фεύγα « pars », dont la finale est singulière (on attend seulement τρέχε, etc.) et qui ne distinguent pas les aspects perfectif et duratif. Pour Hesseling, le point de départ pourrait se trouver dans la langue des marins, où sont en usage des impératifs empruntés à l’italien : ἀλάργα (it. allarga « prenez le large »), βόλτα (it. volta « virez »), Фἐρμα (it. ferma « arrêtez »), μόλα (it. mòlla « lâchez tout »), τιραμόλα (it. tira mòlla « tirez et lâchez »), ὄρτσα (it. orza « allez au lof »). Ces impératifs indiquant des actions momentanées ressemblent extérieurement aux impératifs des verbes grecs périspomènes (αγάπα). C’est ainsi que, selon Hesseling, les Grecs ont dû se familiariser avec l’idée que tout commandement pouvait se faire à l’aide des impératifs en -a, sans que l’aspect du verbe fût exprimé. Mais cette hypothèse n’est nullement prouvée : en tout cas, elle n’est pas requise pour expliquer l’extension de -α, qui peut être analogique.

  • 65 M. L. Wagner dans Zeitschrift für Romanische Philologie 54 (1934), p. 121.

67Enfin, il est arrivé exceptionnellement qu’une langue qui ignorait tout du concept linguistique de verbe tel que nous nous le représentons, ait emprunté à une langue étrangère son système de conjugaison. C’est, paraît-il, le cas du guarani (Amérique du Sud) qui, sur le modèle des verbes espagnols en -ear, s’est constitué des verbes comme mbureá « mugir »65.

***

68A la faveur des emprunts de mots, ce ne sont pas seulement des morphèmes qui passent d’un parler à l’autre, mais il arrive aussi qu’une langue s’approprie des phonèmes étrangers.

  • 66 Plus tard, à une date imprécise, dont on peut seulement dire qu’elle est antérieure au 12e siècle, (...)
  • 67 E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Diale (...)

69Nous en avons un bel exemple dans w et h du gallo-roman. Le latin vulgaire parlé en Gaule au 6e siècle de notre ère ne possédait ni h ni w (w anglais) : le h avait disparu de l’usage ordinaire depuis l’épcque classique et il ne subsistait que dans certaines graphies ; le u, qui avait anciennement la valeur de w devant une voyelle, avait passé à v (labio-dental) depuis la fin du Ier siècle après J.-C.66. Or, après les invasions germaniques du 5 e siècle de notre ère en Gaule, le latin est entré en contact étroit et continu avec des par-lers germaniques qui utilisaient des sons différents des siens. Les Germains qui s’étaient mis de plus en plus à parler latin (car ce sont eux plus que les Gallo-Romains qui semblent avoir été bilingues) ne manquaient pas d’introduire, par besoin ou par facilité, des mots germaniques dans leur conversation en conservant naturellement la prononciation authentique. De leur côté, les Gallo-Romains se sont efforcés de reproduire ces mots en imitant au mieux l’articulation germanique : peut-être certains mettaient-ils une certaine élégance à prononcer comme les maîtres de l’heure. C’est ainsi que portés par une série de mots d’emprunt67, w et h se sont fait une place dans le système des sons du latin vulgaire. Mais ils n’ont pas eu la même fortune.

  • 68 Cf. entre autres : E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 164-165 (§ 170) (...)

70Les mots franciques *want, *wardôn, *wadi, *waigaro etc. ont d’abord été empruntés avec un w- et cette prononciation est demeurée dans le Nord de la Gaule, où les Germains relativement nombreux ont contribué à la généraliser. C’est ainsi qu’on la retrouve aujourd’hui dans les dialectes picard, wallon, lorrain et romand. En liégeois, par exemple, les mots franciques précités survivent sous les formes want, warder, wadje, wêre. Plus au sud, compte tenu peut-être d’une certaine aspiration qui faisait entendre hw, on a substitué à w le phonème composé gw qui existait dans les formes héréditaires d’onguent, langueur etc. : de là, en ancien français, guant, guarder, guage, guère, qui sont devenus gant, garder, gage, guère (avec u graphique) par amuissement de w entre le 8e et le 12e siècle. Il y a donc eu emprunt du phonème w dans le Nord du domaine gallo-roman et adaptation par substitution dans le Sud68.

  • 69 Il n’y avait aucune raison de l’introduire dans des mots latins hérités.
  • 70 Cf. notamment L. Remacle, Les variations de l’h secondaire en Ardenne liégeoise, Liège, 1944, p. 3 (...)

71Dans le cas de h, emprunté avec des termes franciques comme *hatjan « haïr » *helm « heaume », *haunjan « honnir », *haunita « honte », il n’y avait pas de substitution possible. Il semble que l’effort pour acquérir le phonème nouveau se soit étendu très rapidement jusque dans le Midi à l’exception du Sud-Est, mais comme il n’était porté que par des mots d’emprunt germaniques 69 sans doute de moins en moins usités au fur et à mesure qu’on allait vers le sud, son adoption était aussi de plus en plus précaire. Aussi, à partir du Sud-Est, où le provençal dit elm, comme l’italien et l’espagnol elmo, en regard du français heaume, la réaction vint très tôt. Après un maximum d’extension vers le 8e siècle, h s’est perdu dans tout le domaine d’oc (sauf la Gascogne) vers le 10e siècle. L’amuissement s’étendit au domaine d’oïl, Centre et Ouest, vers le 16e siècle. Au début du 18e siècle, il n’y avait plus d’h prononcé dans le Hainaut, le Brabant wallon et le Namurois. Aujourd’hui, il ne reste plus de h que dans quelques régions marginales du gallo-roman : dans certains parlers gascons et normands, dans le gaumais, dans le wallon ardennais oriental et dans le wallon liégeois70. Il résulte de cette histoire que les parlers gallo-romans qui avaient emprunté un phonème nouveau par suite d’un déséquilibre linguistique passager, l’ont ensuite progressivement éliminé au fur et à mesure que le fonds latin reprenait le dessus sur le germanique.

  • 71 Cette question est discutée en détail par Jules Bloch, Sanskrit et dravidien, dans Bulletin de la (...)

72En Inde ancienne, l’apparition de consonnes cérébrales en sanskrit ne paraît pas explicable autrement que par l’influence du substrat préindo-européen. Ces cérébrales font, en effet, partie du système phonétique normal des langues munda et dravidiennes. Mais il n’est pas possible de dire exactement quelle famille linguistique a été d’abord en contact avec le groupe aryen71.

  • 72 L. Bloomfield, Language, New York, 1933, p. 447 ; E. Sapir, Le langage, trad. de S. M. Guillemin, (...)

73En vieil anglo-saxon, les phonèmes v et j (prononcé dj) ne se trouvaient jamais à l’initiale : on ne les rencontrait qu’après des voyelles (p. ex. over, hedge). C’est l’emprunt de mots français qui présentaient v et j à l’initiale (p. ex. vicious, valour, judge), qui a entraîné une modification du système phonologique anglais et a fait en sorte que des formations nouvelles non empruntées peuvent maintenant commencer par ces phonèmes (p. ex. jab)72.

  • 73 L. Bloomfield, loc. cit.

74Le groupe sk est aussi emprunté en anglais. En effet, sk de l’ancien anglais s’est perdu en se changeant en une chuintante : ainsi v. angl. [sko :h] est devenu shoe. Mais un nouveau groupe sk est rentré dans la langue avec des mots d’emprunt Scandinaves tels que sky, skin, skirt (à côté de l’ancien shirt) et, de là, il s’est étendu à des formations nouvelles comme scatter, scrawl et scream. Progressivement, sk est devenu une partie intégrante du système phonique de l’anglais moderne73.

  • 74 Les phénomènes anglais et tchèques sont signalés par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowi (...)

75Pareillement, en tchèque moderne, g ne se trouve à l’initiale que dans des emprunts ; ailleurs, il est seulement un allophone de k74.

  • 75 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française 3, Berne, 1950, p. 177 (n° 285).

76En russe, comme d’ailleurs dans les autres langues slaves, un f-ouvrant une syllabe devant une voyelle ne se présente que dans des mots empruntés : famílija, figúra, Filip, Fédor etc. Ailleurs, il n’y a de f que celui qui résulte de la prononciation de v dans certaines conditions : par exemple, russe vsë « tout »75.

  • 76 E. Haugen, op. cit., p. 226, citant S. I. Kolehmainen.

77Le groupe s + consonne est exclu du système phonologique du finnois : le mot germanique stove, emprunté anciennement, a été adapté en touvi. Mais récemment une brèche s’est produite en finnois d’Amérique : le groupe sk a été introduit avec le mot repris de l’anglais sceptic76.

  • 77 Cf. entre autres E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Franç (...)

78Certains phonéticiens admettent que le français moderne a, par l’emprunt d’une série de mots anglais comme camping, meeting et smoking, acquis un n vélaire qui lui manquait. D’autres le contestent et, de toute façon, il est prématuré de parler d’emprunt de phonème quand on entend aussi des prononciations plus populaires métingue et smokigne77.

79Il faudrait citer ici les nombreux sons qui apparaissent dans certaines langues et qu’on suppose, avec plus ou moins de raison, empruntés au substrat : le ü du français réputé d’origine celtique, les affriquées de l’arménien tenues pour caucasiennes etc.

80Dans le langage, les phonèmes sont naturellement moins nombreux que les morphèmes et que les mots, et ils sont dès lors, bien moins que ces derniers, caractéristiques d’une langue ou d’une famille de langues. C’est leur agencement dans un système phonologique qui est caractéristique.

81Si, dans des cas bien définis, on est tout à fait assuré qu’un son d’une langue a été emprunté par une autre, il arrive aussi souvent que l’explication par un emprunt reste sans démonstration possible. On observe, par exemple, que le souabe, contrairement aux autres dialectes allemands, possède une voyelle nasalisée à la place d’une ancienne voyelle suivie de n. Par là, le souabe se rapproche du français, dont il est voisin et qui possède justement d’abondantes voyelles nasalisées. L’explication par une lointaine parenté indo-européenne est évidemment hors de question. Faut-il dès lors parler d’emprunt de phonème ? On ne peut qu’en formuler l’hypothèse sans avoir de quoi la prouver.

82Pareillement, le russe et d’autres langues slaves se caractérisent par l’emploi d’une voyelle au son faible et mouillé, appelée yérie, qui manque dans les langues indo-européennes apparentées tels que l’allemand, le grec, l’arménien, le persan etc., mais qui se retrouve curieusement dans les langues ouralo-altaïques. La question d’un emprunt de phonème se pose, mais n’est pas directement démontrable.

83En Amérique du Nord, les nombreux parlers indiens échelonnés à l’ouest des Montagnes Rocheuses, de l’Alaska méridional au centre de la Californie, appartiennent à quatre fonds linguistiques sans parenté. Or tous ou presque tous ont en commun des séries d’occlusives glottales tout à fait spéciales et d’un effet acoustique fort étrange. Comment faut-il expliquer ce phénomène ?

  • 78 Il faut remarquer que cette contagion se manifeste aussi par un phénomène qui est apparemment le c (...)

84Sans rejeter à priori l’hypothèse d’un emprunt de phonème, pas plus d’ailleurs que celle d’une lointaine communauté d’origine, Nicolas Troubetzkoy a proposé, en se plaçant à un point de vue synchronique, de parler non de familles, mais d’alliances de langues (Sprachbünde) et d’appliquer aux similitudes observées l’appellation d’affinités phonologiques. Il s’agit donc de coïncidences dans le système des sons qu’il serait difficile de justifier par des développements indépendants, mais que l’on ne peut pas non plus expliquer uniquement par des emprunts. On doit penser que, sur des aires étendues comprenant des langues diverses, des tendances à choisir certains sons ou à les articuler de façon spéciale se seraient développées inconsciemment à partir d’un domaine central à travers les frontières linguistiques, aboutissant par convergence à une réelle uniformité et sans, pour cela, modifier profondément la structure des langues en présence. En somme, c’est un phénomène de contagion qui constitue une forme affaiblie et indirecte de l’emprunt de son78.

***

  • 79 Principes de phonologie, p. 56.
  • 80 Cette syllabe est normalement accentuée en tchèque.

85Parmi les éléments morphologiques susceptibles d’être empruntés, il faudrait encore citer l’accent. Mais il est peut-être le moins em-pruntable. L’accentuation de la langue maternelle constitue une habitude si inconsciemment tenace que les plus parfaits bilingues n’arrivent pas à lui substituer tout à fait celle de la seconde langue : « le Russe, même s’il parle bien tchèque — remarque N. Troubetz- koy79 — allongera toujours quelque peu la première syllabe brève 80 des mots tchèques et confondra en général les longues et les brèves ; le Tchèque, par contre, même s’il parle bien russe, renforcera toujours quelque peu la première syllabe du mot… et placera mal l’accent. La différence dans l’interprétation de la quantité et de l’accent sépare toujours Tchèques et Russes, même s’ils possèdent bien les deux langues ».

  • 81 Ibid., p. 358.
  • 82 Loc. cit.

86Sans doute, il arrive que les locuteurs d’une langue prononcent les pérégrinismes, c’est-à-dire les mots encore sentis comme étrangers, en conservant plus ou moins parfaitement l’accentuation originelle. En allemand, par exemple, Offizíer, Religión, Kultúr sont accentués sur la syllabe finale conformément à la prononciation française, et contrairement à la règle germanique. Dans ce cas, on ne peut dire qu’il y ait vraiment emprunt d’accent. Roman Jakobson me paraît avoir exactement tranché la question à propos des emprunts russes en tsigane de Russie81. Les Tsiganes qui, dans leur langue, accentuent normalement la dernière syllabe, ont remarqué qu’en russe, l’accent change de place et affecte le plus souvent l’avant-dernière syllabe : c’est pourquoi ils placent régulièrement sur la pénultième l’accent des mots empruntés au russe. Ainsi les locuteurs gardent le sentiment de deux couches stylistiques particulières, les mots autochtones et les mots empruntés qui s’opposent par une place distincte de l’accent fixe. Mais, note Jakobson82, « si le sentiment de l’origine étrangère des em- prunts du tsigane au russe s’effaçait et si les deux couches fusionnaient, il en résulterait ou bien une unification de la place de l’accent, ou bien une opposition des deux accents, celui de la finale et celui de la pénultième comme moyen de différencier les significations des mots. Ainsi nous voyons que les emprunts par eux-mêmes ne modifient pas la phonologie propre de la langue : ce n’est que leur assimilation qui est capable d’y introduire des éléments nouveaux. Or, même dans ce dernier cas, la langue ne s’approprie pas nécessairement des éléments insolites. La solu- tion la plus simple et, semble-t-il, la plus usitée, est celle qui consiste à adapter les mots d’origine étrangère aux lois de la structure indigène ».

  • 83 Cette explication a été soutenue notamment par Antoine Duraffour, Walther von Wartburg et Charles (...)

87Pourtant, il y a des cas où tout un groupe social semble s’être mis progressivement à prononcer sa langue sinon avec un accent étranger, du moins avec un accent altéré par l’influence étrangère. C’est ce qui s’est produit, semble-t-il, en Gaule romanisée après les invasions germaniques du 5e siècle. A l’imitation des Germains quand ils parlaient la langue de Rome, les Gallo-Romains ont mis plus d’intensité dans l’accentuation du latin. L’équilibre des mots latins en a été rompu. C’est ce qui semble avoir provoqué la diphtongaison des voyelles toniques et l’affaiblissement ou la chute des voyelles atones, et avoir différencié pour une bonne part le français non seulement du latin, mais encore des autres langues romanes83.

***

  • 84 En allemand Bedeutungsentlehnung ; en anglais semantic borrowing.

88On n’emprunte donc pas que des mots entiers. On emprunte aussi des parties de mots, morphèmes et phonèmes. Mais il arrive souvent également que l’on prenne à l’étranger quelque chose de plus immatériel : des significations nouvelles, qui viennent s’ajouter aux sens anciens de mots traditionnels. C’est l’emprunt sémantique84.

  • 85 Cf. Matthieu, XXVI, 45-46 : « Voici que l’heure est venue où le Fils de l’homme va être livré aux (...)

89Comme on l’attend, il y a, dans le grec des Évangiles, quantité d’emprunts sémantiques à l’hébreu et à l’araméen. Il n’est pas étonnant que des Juifs aient involontairement établi entre leur parler maternel sémitique et le grec (la κοινή) qu’ils parlaient et écrivaient, des équivalences de sens qui outrepassaient le bon usage hellénique, mais qui ont pu quelquefois se propager. Ainsi la phrase de saint Matthieu (3,2) ἢγγικε γὰρ ἡ βασιλεία τῶν οὐρανῶν, qu’un helléniste non averti traduit « car le royaume des cieux est proche », signifie exactement : « car le royaume des cieux est arrivé ». L’évangéliste donne à ἐγγίζειυ les deux sens de la racine hébraïque qrb : « s’approcher, être proche », mais aussi, contrairement à l’usage grec, « arriver, être arrivé »85.

90Si l’on sait que la Judée est un pays montagneux, on est surpris de lire encore chez saint Matthieu (24, 16) : « Que ceux qui sont dans la Judée s’enfuient dans les montagnes (έἰς τὰ ὄρη) ». C’est que la traduction fondée sur le grec traditionnel est inexacte. Il suffit de comparer un autre passage (18, 12) où saint Matthieu emploie l’expression ἐπὶ τὰ ὄρη, avec le récit parallèle de saint Luc (15, 4), pour voir que celui-ci, mieux informé du bon usage grec, a écrit ἐυ τῇ ἐρήμῳ « dans le désert ». En réalité, chez saint Matthieu, όρος « montagne » est employé (au pluriel) avec le sens de « région désertique » suivant une façon sémitique de s’exprimer. En effet, à côté de dabr « montagne » attesté en éthiopien et en arabe, l’hébreu midbār signifie « désert » ; pareillement, en judéo-araméen, ṭūrā a les deux sens de « montagne » et de « campagne inculte ».

  • 86 D’après Paul Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, dans Recherches de Science Religieuse, (...)
  • 87 Cf. A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine 5, Paris, 1948, p. 276.
  • 88 P. Joüon, dans Recherches de Science Religieuse, 30 (1940), p. 239-242.

91Il faut en dire autant de plusieurs autres mots du grec évangé-lique : χαρά « joie, réjouissance », mais aussi « fête, festin, banquet » (comme l’hébreu śimha, le syriaque ḥadūtā et l’arabe syrien faraḥ ; διέρχεσθαι « traverser, passer », mais aussi « s’avancer, marcher, aller » (comme l’hébreu ’ābar) ; ῥῆμα « parole », mais aussi « ordre » (comme l’hébreu dābār, le syriaque melletā) ; διδόναι « donner », mais aussi « mettre » (comme l’hébreu nātan) ; oi καθήμενοι « les assis », mais aussi « les habitants » (comme l’hébreu yāšab, l’araméen yetab « s’asseoir » et « habiter ») ; φέρειυ « porter », mais aussi « mener, conduire » (comme l’araméen ’ōbil)86. En latin chrétien, dominus a servi à désigner la divinité d’après le grec κύριος qui, dans ce sens, est lui-même inspiré d’un usage biblique87. En grec ancien, παρρησία signifie « franc parler, liberté de langage » et il a pris ensuite le sens de « liberté de manières, aisance, confiance ». Le datif παρρησίạ veut dire « ouvertement, franchement », et la même valeur se retrouve dans la locution μετά παρρησίας « en toute franchise » et dans le verbe dérivé παρρησιάζεσθαι « parler librement, franchement ». Mais comment en est-on venu à employer l’expression εν παρρησία pour dire « en public, publiquement », dans le grec du Nouveau Testament ? Il ne s’agit pas d’une évolution sémantique régulière. Il faut savoir que παρρησία avait été emprunté en judéo-araméen sous la forme parhesiā avec le sens de « publicité », et qu’on en avait tiré une formation proprement sémitique beparhesiā « en public, publiquement ». C’est en décalquant mécaniquement beparhesiā par ἐυ παρρησίạ que saint Jean et saint Paul ont attaché un sens nouveau au mot grec88.

  • 89 Ph. Derchain, Une origine égyptienne de l’emploi du mot θαλλός = cadeau dans les papyrus grecs d’É (...)

92Si, en grec d’Égypte, θαλλός « rameau feuillu » s’est employé aussi avec le sens, inconnu en Grèce, de « présent, cadeau », c’est très probablement d’après un modèle égyptien. En effet, à côté de mnh « tige de papyrus », il existait, en égyptien, un homophone mnh.t « don, présent », qui n’avait avec le premier aucune parenté étymologique, mais qui en était couramment rapproché comme il apparaît dans l’écriture hiéroglyphique89.

  • 90 A. Meillet, Esquisse…, p. 214. Cf. A. Yon, Rātio et les mots de la famille de reor, Paris, 1933.

93En grec ancien, λόγος signifiait à la fois « compte » et « raison », λογίζεσθαι « compter » et « penser ». En puisant dans la culture grecque, les Latins ne manquèrent pas de démonter l’expression de leur pensée : ils s’avisèrent fort justement d’employer ratiō, qui ne désignait jusque là que le « compte », pour signifier la « raison » et putare « compter » pour exprimer la notion de « penser ». Et pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Disputare, qu’on trouve encore chez Plaute (Aul. 529) pour « mettre un compte au net », est devenu l’équivalent du διαλογίζεσθαι des philosophes grecs90.

  • 91 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

94Si mundus « monde » a été employé pour désigner « la toilette féminine » (mundus muliebris), c’est que le second sens lui a été attribué d’après le modèle du grec κόσμος « monde » et « toilette féminine » (κόσμος γυναικεῖος)91.

  • 92 M. Lejeune, Sur le nom grec du « cas » grammatical, dans Revue des Études Grecques, 63 (1950), p. (...)

95Le mot πτῶσις « chute » apparaît en grec ancien à partir du 4e siècle avant J.-C. Dans la langue spéciale du jeu, il désignait le « coup de dés » et, par extension, la « combinaison de nombres » qui résulte de ce coup. Pax une métaphore que connaît aussi le français « jeu » quand nous disons « un jeu d’outils, un jeu de clefs », πτωσις a pris ensuite le sens de « combinaison » en général et c’est à ce titre qu’Aristote l’a employé pour signifier une combinaison ou un jeu de formes grammaticales. C’est depuis Chrysippe le Stoïque, au 3e siècle avant J.-C, que πτῶσις apparaît spécialisé au sens de « forme nominale combinatoire » c’est-à-dire de « forme de la déclinaison ». Peu à peu, par l’intermédiaire du grammairien Denys de Thrace, célèbre au 2e siècle, le mot grec est parvenu jusqu’à Rome où Varron l’a rendu en latin par casus : équivalent de πτῶσις au sens de « chute », le mot latin recevait aussi le sens de « cas grammatical » d’après le modèle grec. Il est bien certain que Varron, comme les Grecs tardits, ne savait plus exactement quel lien unissait le « cas » à la « chute ». Il n’y a donc pas eu d’évolution sémantique parallèle, mais seulement un emprunt de sens purement mécanique comme celui qui s’est produit quand l’allemand a rendu, à son tour, par Fall, le latin savant casus92.

  • 93 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française 3, Berne, 1950, p. 176 (n° 284).

96Entre « édifier un temple » et « édifier quelqu’un par sa conduite », il y a un écart de signification qui n’est peut-être qu’en apparence facile à franchir. En réalité, nous avons hérité cette bivalence du latin tardif, où elle s’explique par un emprunt. Les auteurs latins chrétiens se sont servis du verbe aedificare, équivalent normal d’οỉκοδoμεῖν « bâtir », pour exprimer aussi le sens moral donné au verbe grec par les Pères de l’Église93.

  • 94 Corpus Glossarum Latinarum, III, 218, 15, βάλε υερόυ mitte recentem ; 653, II, πίωμεν υερὸυ ἐκ τ (...)
  • 95 Cf. par exemple tamoul tannīr « eau », de tan « frais » et (archaïque) nīr « eau ».
  • 96 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

97En écrivant quelque part (70, 12) le bout de phrase recentes frigidas bibendo, l’écrivain tardif Sextus Empiricus nous atteste un nom de l’eau, recens, qui est extrêmement curieux. C’est une appellation vulgaire dont a été tiré le verbe recentiare, prototype du parmesan ardintsär et du français rincer. Comme il ressort de certaines gloses 94 de basse époque, recens est l’équivalent du grec υερόυ. Ce mot tardif υερόυ (du grec ancien neutre singulier υεαρόυ « nouveau, récent, frais ») a servi secondairement à désigner l’« eau » (grec moderne νερό : littéralement « eau fraîche »95). C’est du grec que le latin recens « nouveau, récent, frais » a emprunté son deuxième sens d’« eau »96.

  • 97 P. Chantraine, Remarques sur le parallélisme sémantique du latin locus et du grec τόπος, dans Méla (...)

98Le latin locus « lieu, endroit » doit à son équivalent grec τόπος la plupart des significations techniques qu’il a prises dans la langue littéraire et scientifique : « partie du corps », « passage d’un ouvrage », « lieu commun », « thème d’un discours ». Mais la domination politique de Rome sur la Grèce depuis le milieu du 2e siècle avant J.-C, a déterminé curieusement une influence en sens inverse. Quand Polybe (I, 88, 2) emploie la tournure διά τò μή κατα-λείπεσθαί σφισι τόπον ἐλέους μηδ ὲσυγγνώμης « parce qu’ils n’avaient laissé de place ni pour la pitié ni pour le pardon », il donne à τόπος un sens de « moment propice, occasion » qui vient du latin locus dans des expressions comme celle-ci de Cicéron (Pro Murena, 12) : maledicto nihil loci est « il n’y a pas de place pour le blâme ». Cette nouvelle valeur de τόπος, empruntée tardivement au latin, a fait son chemin : on la trouve notamment chez Flavius Josèphe, Plutarque, Epictète et Saint-Paul97.

  • 98 Kr. Sandfeld, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 167-168 ( (...)

99C’est par parallélisme avec la bivalence de l’allemand Schloss qu’en tchèque, puis en polonais, zamek « serrure » a pris aussi le sens de « château ». En russe, la bivalence est sanctionnée par une opposition d’accent : zamók « serrure », mais zámok « château » (ce dernier imité du polonais). C’est d’après l’allemand Stadt, « lieu » puis « ville », que le danois stad, le polonais miasto, le tchèque město ont ajouté, au sens de « lieu », celui de « ville »98.

  • 99 Ibid. — Aussi S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 79.

100La bivalence du roumain lume et du hongrois világ, « lumière » puis « monde », est calquée du slave : le vieux-slave svetǔ a déjà les deux significations99.

  • 100 P. Aebischer, Argentum et plata en ibéro-roman, dans Mélanges A. Dauzat (1951), p. 11-21.

101On ne s’explique pas, à première vue, pourquoi le mot plata « plaque, feuille » a, au iie siècle, évincé argento en espagnol, en portugais, en sarde et en provençal. C’est en catalan, où argent a aujourd’hui repris le dessus, que le phénomène a son point de départ. Dès les 8e-9e siècles, Barcelone a été un important centre de monnayage d’argent. C’est là qu’au 10e siècle apparaît, pour désigner l’argent monnayé, l’appellation plata inspirée de l’arabe qui emploie, en ce sens, deux mots apparentés à des noms de la « feuille » : lağan et waraq100.

  • 101 H. Kronasser, Handbuch der Semasiologie, Heidelberg, 1952, p. 141.

102Quand Luther a traduit la Bible hébraïque en moyen-haut-allemand, il a rendu avec raison l’hébreu tāmīm par from, qui a le même sens de « bon, honnête, probe, loyal ». Mais, dans certains passages, l’hébreu tāmīm signifie « pieux, craignant Dieu » : là aussi, Luther s’est servi de from, en lui prêtant une valeur nouvelle qui, dans la langue du temps, aurait été plus normalement rendue par got-vorhtec, gotwërt, gotliep ou gotelich. L’autorité de la traduction luthérienne de la Bible a dès lors si bien imposé, dans l’usage allemand, le deuxième sens de from qu’il a fini par éliminer presque entièrement le premier. Il ne reste de celui-ci, dans l’allemand moderne fromm, que la valeur péjorative « doux, innocent, inoffensif »101.

  • 102 En allemand, par opposition à Kultur, le mot Zivilisation a pris, depuis Nietzsche et Spengler, un (...)
  • 103 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 9.
  • 104 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.
  • 105 Chr. Nyrop, Un anglicisme sémantique, dans Linguistique et histoire des mœurs. Mélanges posthumes, (...)
  • 106 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935). p. 303-304.
  • 107 Cf. entre autres Chr. Nyrop, op. cit., p. 269-273 ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Pa (...)
  • 108 Détails et références dans : E. De Ullmann, « dada » au figuré, dans Le Français Moderne, 15 (1947 (...)

103En français, jalousie a pris son second sens de « sorte de persienne » à l’italien gelosia. Convention et parlement, mots d’origine bien française, doivent à l’anglais leur valeur politique. Si culture est devenu une sorte de synonyme de « civilisation », c’est que cette valeur lui est venue de l’allemand Kultur102. Dans la langue savante, contribution a pris le sens de l’allemand Beitrag pour désigner l’exposé d’une recherche partielle103. En musique et en littérature, motif a un sens très différent de la signification première : le modèle en est l’allemand Leitmotiv104. Le sens littéraire de nouvelle a été emprunté, dès la Renaissance, à l’italien novella. Les Romantiques ont appelé ballade, non plus un poème à forme fixe, mais une pièce de vers épique et dramatique : cette valeur nouvelle a été inspirée de l’allemand Ballade ou de l’anglais ballad105. Au 18e siècle, finaliste était seulement un adjectif relatif à la philosophie : aujourd’hui, par l’influence de l’anglais finalist, il sert, en outre, à désigner, dans la langue des sports, un joueur ou un coureur qui, sorti avec succès d’éliminations successives, prend part à une dernière épreuve décisive. Quand un amateur de sport dit qu’« un tennisman est d’une classe extraordinaire, qu’il est en grande forme, et que grâce à son jeu scientifique, il a des chances d’être qualifié pour la finale », il emploie des mots authentiquement français, mais avec des sens récents empruntés à l’anglais class, form, scientific et qualify106. Malgré l’hostilité de grammairiens et de littérateurs, réaliser paraît maintenant bien implanté en français avec le sens de l’anglais to realize « concevoir, comprendre »107. Il n’est pas jusqu’au mot enfantin dada « cheval de bois » qui n’ait été, à la fin du 18e siècle, chargé du sens figuré de l’anglais hobby-horse « idée ou occupation favorite »108.

  • 109 Cf. notamment R. Denis, L’anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec, thès (...)

104En franco-canadien, pas mal de mots se sont enrichis de sens empruntés aux homonymes de l’anglais tout proche. On entend dire ordonner un habit d’après to order « faire faire », être appointé secrétaire d’après to appoint « nommer », décharger un domestique d’après to discharge « congédier », anticiper un beau succès d’après to anticipate « prévoir, présager », être anxieux de se rencontrer d’après anxious « désireux », ignorer une objection d’après to ignore « ne pas tenir compte », se donner du trouble d’après trouble « embarras »109.

  • 110 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.
  • 111 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 11-12, d’après Brand (...)
  • 112 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés (...)
  • 113 Comme application en franco-canadien : cf. R. Denis, op. cit., p. 81.
  • 114 Ces exemples et beaucoup d’autres sont cités par R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemp (...)

105On pourrait faire ainsi le tour de toutes les langues. Voici encore l’allemand Geschmack, qui a pris au français goût sa valeur esthétique110 ; et la participe ausgesprochen « exprimé », employé comme le français prononcé avec le sens de « fortement marqué, accusé »111. Voici, sous l’influence du français, le hollandais woord « mot, parcle » avec la nuance de « parole d’honneur » (cf. « donner sa parole »), et geest « esprit » au sens de « vivacité piquante de l’esprit » (cf. « avoir de l’esprit »)112. Le phénomène est fréquent en hispano-américain par suite du contact fréquent avec l’anglais : aplicación « application » a pris le sens de « demande, sollicitation » d’après l’anglais application113 ; fastidioso « fastidieux » signifie aussi « difficile, dédaigneux, délicat » d’après fastidious ; asumir « assumer » est employé aussi avec le sens de to suppose « supposer » ; cartón « carton » veut dire aussi « caricature » d’après l’anglo-américain cartoon114.

  • 115 E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 214, citant Pap.

106Le portugais d’Amérique humoroso « capricieux » a emprunté le sens de « plaisant, drôle, comique » à l’anglais humorous115.

  • 116 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

107En italien, à une époque où le nationalisme s’efforçait d’éliminer les mots étrangers, on a vu apparaître (mais sans grand succès) un emploi nouveau de ponte « pont » pour désigner le jeu qui s’appelle en anglais bridge. Il n’importe que bridge, en ce sens, soit d’origine orientale et ait été secondairement confondu avec bridge « pont » : au point de vue synchronique, il y a, en anglais, un même mot avec deux valeurs distinctes et l’emprunt italien était parfaitement logique116.

  • 117 S. Ichikiwa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 36.

108En japonais, uragakisuru « endosser » en est arrivé à signifier aussi « approuver, sanctionner, confirmer » d’après la bivalence de l’anglais to endorse117.

  • 118 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 44.

109Il importe de noter que l’on n’emprunte pas seulement des sens à l’étranger, mais qu’une langue commune reprend aussi des significations aux langues spéciales et aux argots du même pays. C’est ainsi, par exemple, que l’expansion du journal a fait passer dans le français commun et ajouter à des mots usités des sens spéciaux de la langue des typographes : coquille « faute résultant de la substitution d’une ou plusieurs lettres à une ou plusieurs autres », manchette « titre en gros caractères en tête de la première page », leader « article de fond, principal article », corps « épaisseur d’un caractère d’imprimerie », œil « relief d’un caractère d’imprimerie »118.

  • 119 Les deux cas sont bien distingués par O. Uren, Le vocabulaire du cinéma français, dans Le Français (...)
  • 120 E. Haugen, op. cit., p. 219.

110On voit par les exemples précédents que l’emprunt sémantique résulte d’une équivalence reconnue entre deux mots appartenant à des langues distinctes, mais que cette équivalence peut être établie tantôt d’après le sens, tantôt d’après la forme. Le premier cas, c’est celui, par exemple, de l’anglais hobby-horse et du français familier dada « cheval de bois ». Il implique un bilinguisme du locuteur ou du traducteur qui l’introduit. Le second cas, c’est celui de l’anglais to appoint « désigner, nommer » et du français appointer « donner un salaire fixe ». Il implique aussi un certain bilinguisme, mais imparfait, car le rapprochement est, en réalité, une méprise119. Mais si le processus diffère sensiblement dans les deux cas, le résultat linguistique est le même : un mot emprunte à l’autre un sens nouveau et le juxtapose à sa signification première comme s’il l’avait acquis par une évolution sémantique interne. Le linguiste américain Einar Haugen 120 a proposé de parler de loan synonyms dans le premier cas et de loan homonyms dans le second. Il cite, à ce propos, quelques bons exemples tirés du portugais d’Amérique. Livraria « librairie, bibliothèque privée » a pris le sens supplémentaire de library et a donc remplacé le portugais authentique bibliotheca. Par rapport à livraria « librairie », livraria « bibliothèque » est un « synonyme d’emprunt ». En revanche, grosseria « grossièreté, parole grossière » a reçu fort curieusement le sens d’« épicerie » d’après l’anglais grocery. Il est bien certain que les locuteurs distinguent les deux grosseria comme des mots différents : grosseria « épicerie » est un « homonyme d’emprunt ».

  • 121 R. Thurneysen, dans Indogermanische Forschungen, 21 (1907), p. 177 ; V. Pisani, L’etimologia, Mila (...)

111Le processus de l’emprunt sémantique est quelquefois plus compliqué. Le latin cortīna « chaudron » évoquait, par la forme, cōrs, gén. cōrtis (< cohors) « enclos, cour ». Or l’équivalent de cōrs en grec, αόλη « cour », avait un dérivé αυλαία « tenture, rideau ». D’après αύλαία, on a donné à cortīna le sens nouveau de « tenture, rideau, courtine »121.

  • 122 P. Schach, Semantic Borrowing in Pennsylvania German, dans American Speech, 26 (1951), p. 258. — J (...)

112En allemand des États-Unis d’Amérique, le verbe gleichen « ressembler » a pris et n’a plus que le sens de l’anglais to like « aimer ». Cette équivalence entre gleichen et to like s’est imposée par parallélisme avec celle des adjectifs gleich et like « semblable »122.

  • 123 Ibid., p. 259.

113Pareillement eig(e)nen « donner en propre » a pris la signification de l’anglais to own « posséder » : de là der Eig(e)ner « le possesseur, le propriétaire », comme the owner. Par une extension abusive, eig(e)nen a même emprunté récemment à to owe une signification supplémentaire « devoir, être redevable ». Le point de départ de ce parallélisme établi entre eig(e)nen et to own est l’équivalence sémantique des adjectifs eigen et own « propre à soi »123.

  • 124 Ibid., p. 266.

114L’allemand de Pennsylvanie nous fournit un cas encore plus complexe. A sa signification propre de « ramasser, recueillir », le verbe auflesen a ajouté trois autres sens par emprunt : d’abord « attraper (une maladie) » d’après l’anglais to pick up ; ensuite « lire minutieusement, éplucher, détailler » d’après to read up (lesen = to read « lire ») ; enfin, « délacer » d’après to lace up « enlacer », mais avec interférence fautive de auflösen « délier, dénouer »124. Il n’est sans doute pas de meilleur exemple pour montrer que l’emprunt de sens est un des plus subtils qui soient.

***

  • 125 L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 116.
  • 126 Histoire de la langue française, tome II3, Paris, 1947, p. 215.
  • 127 Ueber den Einfluss des Französischen auf die deutsche Sprache im 17. und 18. Jahrhundert, dans Upp (...)

115Enfin, les langues empruntent aussi les unes aux autres des tours syntaxiques. Mais, en syntaxe, l’emprunt est souvent difficile à prouver et l’on peut, dans la plupart des cas, avancer sans risque l’hypothèse d’un développement parallèle des façons de parler dans deux langues différentes. Peut-être d’ailleurs faut-il distinguer les grandes règles de la syntaxe d’une langue (par exemple, la place du verbe en allemand) et les tournures particulières (par exemple, l’emploi d’une préposition). Nous nous trouvons ici très près du vocabulaire et c’est, je suppose, en se référant aux seules règles essentielles que certains linguistes ont pu nier qu’il existât un emprunt syntaxique. « Dans l’état actuel de nos connaissances, disait » J. J. Salverda de Grave en 1913125, je me refuse à admettre une influence du français sur la syntaxe du néerlandais ; à mon avis, toute la structure intérieure, toute l’armature de la langue est à l’abri des influences égrangères. Et il citait l’opinion concordante d’autres linguistes. Celle de Ferdinand Brunot126 : « Je ne crois pas non plus à certaines transformations de la syntaxe. Celle aussi de P. A. Lange127 : « On peut admettre que l’exemple du français a aidé à répandre davantage en allemand des constructions qui existaient simultanément en français et en allemand, mais de là à les considérer comme des gallicismes, il y a loin ».

116Mais il ne manque pas d’opinions contraires (notamment de H. Schuchardt, A. Meillet, J. Vendryes, O. Jespersen, A. Dauzat et Ch. Bruneau) et, comme je vais le montrer, d’exemples soumis à notre appréciation.

  • 128 Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 440.
  • 129 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 184.

117Commençons encore une fois par le latin, où la question des influences grecques sur la syntaxe a été posée depuis longtemps et discutée à de multiples reprises. Que faut-il entendre par un hellénisme de syntaxe ? « C’est, écrivait J. Brenous 128 en 1885, une cons- traction à laquelle, selon toute vraisemblance, le latin, abandonné à lui-même, ne serait pas arrivé et qu’il n’a formée qu’en reproduisant le type grec… L’hellénisme n’est pas seulement une construction contraire au génie du latin. Il consiste aussi et surtout dans l’extension d’une tournure au-delà des limites propres au latin. La définition récente de Jacques Perret 129 reste pareillement nuancée : « Il est rare, dit-il,… que des constructions totalement étrangères au latin y aient été purement et simplement transposées ; ce qu’on note, ce sont des structures bien latines, appartenant sûrement au vieux fonds de la langue, mais qui, soudain, se sont mises à élargir leur domaine, à manifester une vitalité imprévisible, dans des conditions et circonstances telles que l’influence du tour grec parallèle pourrait bien y avoir été pour quelque chose ».

  • 130 Le vocabulaire latin, [1945], dans le volume Philologica, 1946, p. 15-16.

118La controverse tend donc à s’apaiser autour d’une définition qui manquait au début. Il est raisonnable de reconnaître, en latin, un certain nombre d’héllénismes syntaxiques. « Ils apparaissent d’abord, explique Alfred Ernout130, chez des auteurs tout imbus de culture grecque, dont les œuvres étaient écrites pour un cénacle de lettrés, dont le goût exigeait l’écriture rare et recherchée, et qui aimaient retrouver dans leurs lectures latines le parfum du parler grec. Aucune littérature ne dépend aussi étroitement d’une autre que la littérature latine de la grecque : il y a là un fait unique, exceptionnel. Peut-on soutenir qu’après avoir em- prunté sans les modifier des mots dont la forme répugnait à la phonétique latine, qu’après avoir créé une déclinaison grecque, des modes de dérivation et de composition grecs, les écrivains de Rome aient reculé devant l’emploi de certains tours, dont quelques-uns d’ailleurs trouvaient en latin des correspondants plus ou moins proches, et pouvaient se justifier par une exten- sion analogique ? Ils étaient assez éloignés de l’usage pour produire une impression de nouveauté et de raffinement, ils en demeuraient assez voisins pour demeurer intelligibles. N’avons-nous pas souvent le témoignage du modèle grec, dont Virgile reproduit exactement la construction ? Au surplus, sur ces hellé- nismes de syntaxe, nous avons le jugement des Latins eux-mêmes, à qui l’on ne peut dénier quelque compétence en la matière. Quintilien n’enseigne-t-il pas que « nombre de constructions sont traduites du grec, notamment chez Salluste, ainsi « amat fieri » ; chez Horace qui affectionne particulièrement ce procédé

119Nec ciceris nec longue inuidit auenae

120chez Virgile

121Tyrrhenum navigat aequor

  • 131 Quintilien, Inst. Orat., 9, 3, 17.
  • 132 Cf. Dag Norberg, Syntaktische Forschungen auf dem Gebiete des Spätlateins und des früheren Mittell (...)

122ou une tournure comme saucius pectus qui s’est répandue maintenant jusque dans le journal officiel131 ? Il faut retenir ces derniers mots de Quintilien. Après avoir forcé l’entrée de la langue par l’effort et pour la satisfaction d’une élite, ces constructions sont peu à peu devenues familières au public ; l’écolier les rencontrait chez des auteurs promus très vite au rang de classiques et expliqués dans les écoles, tels Virgile et Horace : par là, elles se sont répandues dans la langue commune, où elles se sont maintenues pendant toute la durée du latin, au point qu’on en trouve des traces jusque dans Grégoire de Tours et même au-delà132.

  • 133 Cf. P. Courcelle, Les lettres grecques en Occident de Macrobe à Cassiodore, Paris, 1943, p. 46 ss. (...)

123A ceux qui refuseraient de croire à cette influence de la syntaxe, il suffirait de signaler que l’on trouve dans les homélies de saint Jérôme des hellénismes de syntaxe bien autrement audacieux que ceux qu’ils refusent d’admettre chez un Virgile ou un Horace »133.

  • 134 On pourra se reporter notamment aux longues discussions de J. Brenous, Étude sur les hellénismes d (...)
  • 135 J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 185.
  • 136 J. Brenous, op. cit., p. 440.

124Il serait long de citer ici des exemples d’hellénismes syntaxiques en latin littéraire, par exemple la construction du participe parfait passif avec l’accusatif ou celle de certains adjectifs avec le génitif. Chaque cas demanderait une discussion pour laquelle nous manquons de place ici134. Il serait intéressant aussi de passer en revue les auteurs latins en signalant ce que leur syntaxe doit au grec. On verrait, par exemple, que Salluste, qui paraît avoir très soigneusement évité les mots empruntés au grec, affectionnait les hellénismes de syntaxe135. En réalité, l’emprunt syntaxique est souvent inconscient : « Tandis que Cicéron s’excuse quand il emploie des mots grecs, nous ne voyons pas qu’il agisse de même quand il se sert de constructions hellénisantes »136. Le propre de ces tournures et la cause de leur succès, ce n’était pas d’être grecques, mais d’être nouvelles, inédites, piquantes.

  • 137 P. Chantraine, Remarques sur le parallélisme sémantique du latin locus et du grec τόποί, dans Méla (...)
  • 138 P. Chantraine, Quelques emprunts du grec au latin, dans Revue des Études Latines, 15 (1937), p. 88 (...)
  • 139 Loc. cit.

125Des hellénistes ont relevé aussi, dans le grec hellénistique et impérial, certaines tournures syntaxiques qui sont, selon toute apparence, calquées du latin. Ces calques sont dus le plus souvent à des auteurs qui connaissaient le latin et utilisaient des documents rédigés en cette langue. Ainsi, quand Diodore de Sicile écrit (XXXVIII-XXXIX, 3) Mεpóλας ὁ αἱρθεὶς ὓπατος εἰς τòν τοῦ Κίννα τόπον, on devine qu’il reproduit une phrase de construction bien latine (avec locō) comme Merula consul Cinnae locō creatus137. Pareil-lement, lorsque Polybe emploie la formule ὑπ’ ἐξουσίαν τινὸς ἀγεîv, il doit avoir dans l’esprit in potestatem redigere138. « La question serait à reprendre, conclut Pierre Chantraine139, en critiquant les faits et en prenant garde que, dans les inscriptions et les papyrus, certains latinismes ne sont que des gaucheries de personnages qui ne sont pas Grecs et savent mal la langue ».

  • 140 Il y a hébraïsme quand la syntaxe grecque est nettement transgressée, mais aussi quand une tournur (...)
  • 141 P. Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, dans Recherches de Science Religieuse, 18 (1928), (...)

126Le grec des Evangiles contient aussi pas mal de syntagmes empruntés à l’hébreu et à l’araméen de Palestine140. Ces langues sémitiques ne possèdent pas, par exemple, de formes comparatives et emploient la forme positive en laissant au contexte la charge de suggérer la nuance. Cette manière de s’exprimer se retrouve en grec, même chez ce fin lettré qu’était saint Luc : V, 39, ‛O παλαιὸς χρηστός ἐστιν « le vieux est meilleur » ; X, 42, Μαρία γὰρ τὴν ἀγαθὴν μερίδα ἐξελέξατο « Marie a choisi la meilleure part »141 ; XIII, 2, Ασκείτε δτι οί Γαλιλαίοι ουτοι αμαρτωλοί παρὰ πάντας τοὺς Γαλιλαίους ἐγένοντο « Vous croyez que ces Galiléens sont plus pécheurs que tous leurs compatriotes ».

  • 142 P. Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, même revue, 17 (1927), p. 337-338.
  • 143 Ibid., p. 345-346.

127Dans cette dernière phrase, on trouve un emploi de παρά « en comparaison de » qui, pour être compréhensible à un Grec, heurte pourtant le bon usage : c’est une transposition du tour hébraïque avec la préposition min142. Cette préposition sémitique qui signifie proprement « depuis », sert aussi en hébreu et en arabe, avec une valeur affaiblie, pour indiquer le moment d’une action. Ainsi l’hébreu mimmāhārāt « le lendemain » (et non « depuis le lendemain »). C’est ce syntagme sémitique qui, chez saint Matthieu (IX, 22), explique la tournure ἀπò τῆςὣρας ἐκείνης « sur l’heure, à l’instant même » (et non « depuis ce moment-là »)143.

  • 144 A. Erman, "Ovoς ὑπò οἴνου, dans Hermes, 28 (1893), p. 479-480 ; J. Vergote, Het probleem van de Ko (...)

128Dans le grec d’Égypte, une tournure comme ὄνος ὑπὸ οἴνου « un âne chargé de vin » est le calque d’une façon égyptienne de parler144.

  • 145 A. Meillet, Une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académie de (...)

129Le bilinguisme latin-francique qui a suivi, en Gaule, les invasions du 5e siècle, a pu faire passer en français des germanismes syntaxiques. Ainsi, l’habitude de placer le sujet après le verbe soit pour indiquer l’interrogation, soit si la phrase commence par quelque détermination (ci-gît Pierre), serait imputable, d’après certains linguistes, à une influence germanique. Mais cet emprunt syntaxique n’est pas démontré, ni peut-être même démontrable145.

  • 146 J. Vendryes, Le langage, Paris, 1923, puis, avec un nouvel appendice bibliographique, Paris, 1939, (...)

130A l’exemple des langues slaves, les Autrichiens mettent volontiers le prédicat ou l’objet en tête de la phrase : Guten Morgen wünsche ich Ihnen « je vous souhaite le bonjour », Gut ist es gegangen « ça s’est bien passé »146.

  • 147 C. De Boer, Syntaxe du français moderne, Leyde, 1947, p. 27 ; L. Remacle, Syntaxe du parler wallon (...)
  • 148 A. Meillet, La méthode comparative en linguistique historique, Oslo et Paris, 1925 ; rééd. Paris, (...)

131A l’encontre du bon usage, le français belge emploie fréquemment la formule interrogative : Qu’est-ce pour une fleur ? Qu’est-ce que c’est pour une fleur ? au lieu de : Quelle fleur est-ce ? Quelle espèce de fleur est-ce ? C’est une tournure répandue dans le nord et dans l’est du domaine gallo-roman. Elle est courante en wallon, en lorrain et en suisse romand. Il ne paraît pas déraisonnable de la considérer comme un calque ancien d’une tournure germanique, qui est encore d’usage quotidien en allemand (Was ist das für eine Blume ?) et en néerlandais (Wat is dat voor een bloem ?)147. Il n’est pas sans intérêt d’observer que cette tournure germanique a été aussi calquée en slave148.

  • 149 J. Vendryes, loc. cit.

132En gallois, le superlatif des adjectifs s’exprime d’une manière empruntée à l’anglais : dans da iawn « très bon », iawn rend very de very good149.

  • 150 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 228 (n° 360) et p. 23 (...)

133En allemand, le type syntaxique der Fall Wagner a été tiré du français : L’affaire Dreyfus, le procès Stavisky150.

  • 151 L’emprunt s’est donc opéré d’abord dans la langue écrite. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 192 (...)
  • 152 Ch. Cestre et M. M. Dubois, Grammaire complète de la langue anglaise, Paris, 1949, p. 96 (n° 175) (...)

134En anglais, l’usage de la proposition infinitive formée d’un sujet à l’accusatif et d’un verbe à l’infinitif (Suffer the little children to come unto me), qui était très restreint en vieil-anglais, a étendu très largement son domaine par influence du latin151. L’infinitif de narration, beaucoup plus rare aujourd’hui que dans l’ancienne langue (Spenser : So they to fight) est imité du français (et eux de se battre)152.

  • 153 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 165 ss. et 173 ss. ; O. Jespersen, op. cit. (...)

135Dans la région balkanique, on trouve, entre des langues différentes, des concordances syntaxiques manifestement transmises par des populations frontalières bilingues : ce n’est pas par hasard que l’infinitif a pareillement disparu du grec moderne, du roumain et de l’albanais153.

  • 154 Ce tour syntaxique, familier dans les dialectes siciliens et calabrais, devient moins employé au f (...)

136L’italien méridional a emprunté à l’arabe ou au grec médiéval une curieuse manière de répéter deux fois un mot pour indiquer un cheminement continu : jiri ciumi ciumi c’est « aller le long du fleuve », jiri muru muru « aller le long du mur ». Cette tournure s’était déjà introduite dans les documents latins des rois de Sicile : collam collam « le long de la colline », serram serram « le long de la crête de la montagne », flumen flumen « le long du fleuve » etc.154

137En sanskrit classique, quand on cite une pensée ou une proposition en style direct dans une phrase, on la fait suivre immédiatement de la particule iti « ainsi », qui joue le même rôle d’isolateur que nos guillemets. Voici, par exemple, une phrase de ce genre extraite d’un conte du Pañcatranta : Tvam svāmīti matvā nātra praveçitah « je ne t’ai pas introduit ici en pensant : c’est un roi » (svāmī + iti). Ce procédé, à quoi ne correspond exactement rien dans les dialectes indo-européens en dehors du groupe indo-aryen, a sans doute une origine dravidienne. On trouve, en effet, la même construction dans les parlers dravidiens, par exemple dans cette phrase en télougou où aṇṭi joue le même rôle que le sanskrit iti :

  • 155 M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = (...)

Pōnāvad natt odar aņti nivvu monnā
« Viens me chercher » (iti) toi avant-hier
Śeppindadiśind nitt odarag osti
ayant dit, te prendre je suis venu.155

  • 156 Traité de formation des mots composés dans la langue française, 1874. — Il ne faut cependant pas r (...)

138L’influence de la syntaxe anglaise sur le français moderne est devenue de plus en plus sensible depuis un siècle. Déjà en 1874, Arsène Darmesteter 156 admettait que des formations comme malle-poste et timbre-poste (qui ne continuent qu’en apparence le type vieux-français Hôtel-Dieu), avaient été créées à l’imitation des composés anglais comme mail-coach et postage-stamp. Elles répondaient au besoin de simplicité et de rapidité dans les affaires, autant qu’à la mode envahissante de l’anglicisme.

  • 157 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 307-308.
  • 158 F. De Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 270 ; J. M(...)

139En particulier, le fait de placer en tête de composé un substantif pris adjectivement est contraire à l’usage syntaxique français. Cet ordre des mots a été repris à l’anglais par l’intermédiaire d’une nombreuse série d’emprunts du type Orient-Express ou music-hall. Le vocabulaire sportif, outrancièrement anglicisant, a contribué au maximum à propager ce mode nouveau de composition : qu’on songe à Racing-Club, Tennis-Club, Football-Club, Paris-Sport, etc. Le tourisme et le cinéma anglo-saxons ont aidé aussi à répandre des appellations comme Paris-Plage, Versailles Palace, Gaumont-Palace. Partie de certaines langues spéciales, cette syntaxe nouvelle envahit inévitablement et rapidement le français commun. L’usage glisse presque insensiblement du type café-concert au type Paris-Plage par l’intermédiaire de formes équivoques comme papier-monnaie dans lesquelles on ne sait pas exactement quel est le déterminant157. En outre, quelques adjectifs calqués de l’anglais, tels que nord-africain et sud-coréen, sont venus renforcer le même courant158.

  • 159 Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949, et (...)
  • 160 Ibid. — Cf. aussi J. Marouzeau, op. cit., p. 150-157.

140Il est évident que, sur ce point, la syntaxe française traditionnelle est modifiée. Les puristes ne pourront rien contre l’usage de millions d’individus pour lesquels la langue est un outil de travail et qui considèrent la clarté et la brièveté comme des qualités primordiales159. Nierons-nous que les raccourcis inspirés de l’anglais, achetez français, votez socialiste, cuisinez électrique, buvez Vitelloise, sont bien commodes et qu’il y a même quelque élégance dans la formule commerciale (vestes) faites main, qui démarque l’anglais hand-made160.

Notes

1 The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 224.

2 Cf. F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, vol. I, 1939, p. 137.

3 A. S. C. Ross, An Indoeuropean-Finnougrian Loanword Problem, dans Transactions of the Philological Society, 1944, p. 45-93.

4 Β. Migliorini, art. Prestito — Linguistica, dans Enciclopedia Italiana di Scienze, Lettere ed Arti, vol. XXVIII, Rome, 1935, p. 214.

5 O. Jespersen, Language. Its Nature, Development and Origin, Londres, 1922, p. 211.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 Ibid.

9 A. G. Haudricourt, Les phonèmes et le vocabulaire du thai commun, dans Journal Asiatique, 236 (1948), p. 235.

10 Liste chez H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Zanzibar), Leyde, 1948, p. 232.

11 O. Jespersen, loc. cit.

12 Ibid.

13 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 13.

14 D’après Jean Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. LXX.

15 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 194-195.

16 E. Bourciez, op. cit., p. 421 et 731 ; W. Taylor, Arabic Words in English, Oxford, 1933, p. 595.

17 D’après O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 212.

18 W. Taylor, op. cit., p. 595.

19 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 80.

20 M. L. Sjoestedt, L’influence de la langue anglaise sur un parler local irlandais, dans Etrennes E. Benveniste, Paris, 1928, p. 100.

21 W. Taylor, loc. cit. — Il en va de même du portugais oxalá, aujourd’hui désuet.

22 D’abord réservé à des cas difficiles, l’usage de ki s’est répandu de plus en plus en turc moderne. Cf. H. Jansky, Éléments de la langue turque, adapté de l’allemand par E. Missir, Paris, 1949, p. 207-211 ; G. L. Lewis, Teach yourself Turkish, Londres, 1953. p. 122-123.

23 Exemple : It was mentioned apropos of the holidays « il en a été parlé à propos des vacances » (Harrap’s Standard French and English Dictionary, ed. by J. E. Mansion, Londres, 1953, s. v. apropos).

24 G. Sandry et M. Carrère, Dictionnaire de l’argot moderne, Paris, 1953, s. v. bicause (p. 26).

25 The Oxford English Dictionary, 2e éd., vol. VIII, 1933, s. v. per ; Ch. Cestre et M. M. Dubois, Grammaire complète de la langue anglaise, Paris, 1949, p. 357 et 384.

26 Le même usage spécial de per s’est étendu à d’autres langues, par exemple au danois : cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 211.

27 Essai sur l’analogie, Paris, 1883, p. 11.

28 Cf. A. Meillet, Le problème de la parenté des langues, dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, I, 2e éd., Paris, 1926, réimp. 1948, spécialement p. 84-85.

29 Ce mécanisme est souligné particulièrement par Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 43 n. 2.

30 Sur les préfixes savants en français, voir entre autres F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., Paris, 1937, p. 211-212 ; une liste est donnée par A. Dauzat, Dictionnaire étymologique de la langue française10, Paris, 1949, p. XXXVI-XXXVII.

31 Un régulier dans le siècle, p. 208.

32 O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 214.

33 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 80.

34 Il n’y a pas lieu de mettre dans le même groupe quelques mots pris relativement tard au néerlandais : frelater de verlaten « transvaser », freluquet de vierlinc « petite pièce de monnaie », normand-picard ferlamper « boire avidement » de verslam-pen. Le locuteur français les distingue nettement des verbes composés avec foret il n’y a jamais senti la présence d’un préfixe susceptible d’être séparé et remployé ailleurs avec une valeur déterminée. — La forme et l’étymologie ne permettent pas de joindre non plus d’autres mots comme farfouiller, fredaine, fredonner, vermoulu, verglas, frapouille, ferloque. Voir sur ces mots P. Barbier, A Contribution to the History of a Germanic Prefix in French and the French Dialects, dans Revue de Linguistique Romane, 6 (1930), p. 210-305 ; et J. J. Salverda de Grave, Sur un préfixe germanique en français et en italien, dans Mélanges Hauvette, 1934, p. 7-11 ; Un préfixe français, dans Neophilologus, 28 (1943), p. 82-88. — On peut en dire autant de l’italien fra-, fras-. Le sens de ce préfixe (du latin infra, mais croisé avec tra-, tras-) suffit à expliquer frapendere, frastenere, frastagliare, frastingolo, frastuono, frastornare, frastogliere. Cf. trafugare, tralasciare, tralignare (cf. fr. « forligner »), traviare (cf. fr. « fourvoyer »).

35 Je reprends ce dernier exemple à J. Warland, Glossar und Grammatik der germanischen Lehnwörter in der wallonischen Mundart Malmedys, Liège, 1940, p. 279. Tous ceux qui précèdent sont dus à Jean Haust, Dictionnaire Liégeois, Liège, 1933. — Voir aussi les exemples romands cités par R. Tappolet, Die alemannischen Lehnwörter in den Mundarten der französischen Schweiz (I), Bâle, 1913, p. 89.

36 Sur le préfixe roman for- et l’influence germanique, voir entre autres : J. Brüch, Die bisherige Forschung über die germanischen Einflüsse auf die romanischen Sprachen, dans Revue de Linguistique Romane, 2 (1926), p. 47-48 (bibl. antér.) ; P. Barbier, A Contribution to the History of a Germanic Prefix in French and the French Dialects, dans la même revue, 6 (1930), p. 210-305 ; F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., 1937, p. 210 ; É. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 206 ; E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et de Dialectologie, 16 (1942), p. 174.

37 Mais ce remploi n’est pas une règle. Ainsi le « suffixe français » -quin qui apparaît dans les emprunts au flamand brodequin, mannequin, lambrequin, bouquin, ramequin, troussequin, n’a pas été remployé et n’est donc pas emprunté à proprement parler. Il en va de même du suffixe -in qui est seulement attesté dans des mots d’origine italienne : bambin, cassetin, escarpin, fortin, gradin. Sur ce dernier cas, cf. M. Niedermann, dans Sprachgeschichte und Wortbedeutung. Festschrift Albert Debrunner, Berne, 1954, p. 329 n. 1.

38 Cf. P. Chantraine, La formation des noms en grec ancien, Paris, 1933, p. 109-110 ; A. Meillet, Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 253 ; G. Redard, Les noms grecs en -τηs, -τις, Paris, 1949, p. 224 ; V. Pisani, Sull’im-prestito linguistico, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 73, 1 (1939-40), reproduit dans le volume Linguistica generale e indeuropea, 1946, p. 55-56 ; G. Alessio, dans Studi Etruschi, 18 (1944), p. 106 ; W. Meyer-Lübke, Grammaire des langues romanes, II, 1895, §§ 366-367 ; M. Niedermann, L’interpénétration des langues (1949), reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spéc. p. 18 ; R. Levy, La désinence - eresse en vieux-français, dans Romance Philology, 7 (1953-1954). p. 187-190.

39 M. Niedermann, op. cit., dans Recueil Niedermann, p. 18.

40 S. Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 53.

41 Cf. ibid., p. 54-55.

42 Ibid., p. 55-57.

43 Nouveaux essais d’étymologie française, p. 109 ss.

44 A. MEILLET, Sur une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1931, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 94-95.

45 A. Meillet, Le problème de la parenté des langues, dans Scientia, 15 (1914), reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, I, 2e éd., Paris, 1926, réimpr. 1948, p. 87 ; M. Niedermann, L’interpénétration des langues, reproduit dans Recueil Niedermann, 1954, spéc. p. 19 ; W. Porzig, Das Wunder der Sprache, Berne, 1950, p. 209.

46 Cf. J. Brüch, Die bisherige Forschung über die germanischen Einflüsse auf die romanischen Sprache, dans Revue de Linguistique Romane, 2 (1926), p. 49 s. (avec bibl. antér.) ; Α. Hatzfeld et A. Darmesteter, Dictionnaire général de la langue française 6, Paris, 1932, vol. I, p. 66.

47 Cf. A. Dauzat, Les noms de famille de France, Paris, 1945, p. 68-87.

48 Cf. J. Brüch, loc. cit. (avec bibl. antér.) ; A. Hatzfeld et A. Darmesteter, op. cit., p. 67.

49 S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 77.

50 Cf. F. Seiler, Die Entwicklung der deutschen Kultur im Spiegel des deutschen Lehnworts, t. III, Halle, 1924, p. 65-67.

51 Cf. entre autres O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 214.

52 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 35.

53 Cf. A. Hatzfeld et A. Darmesteter, op. cit., p. 105.

54 Sur l’extension plaisante de l’emploi du suffixe -ite dans des dérivés tels que moutonite, trouillite etc., voir E. Pichon, Les principes de la suffixation en français, Paris, 1942, p. 11-12.

55 F. Brunot et Ch. Bruneau, Précis de grammaire historique de la langue française, nouv. éd., 1937, p. 208.

56 E. Pichon, op. cit., p. 15 ; J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 69 et 154-155.

57 Th. H. Savory, The Language of Science. Its Growth, Charakter and Usage, Londres, 1953, p. 132.

58 Ο. Uren, Le vocabulaire du cinéma français, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 48.

59 M. Valkhoff, Sur un suffixe flamand en français, en picard et en wallon, dans Neophilologus, 19 (1934), p. 241 ss. ; J. Haust, Dictionnaire liégeois, Liège, 1933, s. v. -èkè, -èkèt.

60 Comme le français bien dans un homme bien et qui se porte bien.

61 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 117-118.

62 Voir entre autres : pour le néerlandais, C. G. N. de Vooys, Nederlandse Spraak-kunst, Groningue et Batavia, 1947, p. 46 n. 1 ; pour l’allemand, E. Oehmann, Der s- Plural im Deutschen, dans Annales Academiae Scientiarum Fennicae, ser. B, t. XVIII, n° 1, Helsinki, 1924, 128 p. ; R. Priebsch et W. E. Collinson, The German Language, 3e éd., Londres, 1948, p. 203-204.

63 Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen der Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, Afd. Letterkunde, Ν. R. 5, n° 2 (1903), p. 10-11.

64 A. Mirambel, Grammaire du grec moderne, Paris, 1949, p. 139, rem. 3.

65 M. L. Wagner dans Zeitschrift für Romanische Philologie 54 (1934), p. 121.

66 Plus tard, à une date imprécise, dont on peut seulement dire qu’elle est antérieure au 12e siècle, un w est apparu sur une partie du domaine gallo-roman, par suite, semble-t-il, d’une évolution phonétique normale. D’une part, kw intervocalique (p. ex. lat. aqua) est devenu w dans le Centre (v. fr. ewe) et dans le Nord (wall. liég. mod. êwe). D’autre part, gw (p. ex. lat. lingua) s’est réduit à w en wallon (liég. mod. linwe), mais non en francien (fr. langue). Ces évolutions phonétiques sont vraisemblablement postérieures à l’influence germanique qui a introduit w en gallo-roman. Cf. E. Bourciez, Précis historique de phonétique française, 8e éd., Paris, 1937, p. 191-193 ; L. Remacle, Le problème de l’ancien wallon, Liège, 1948, p. 73-74.

67 E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 180 : « Il s’agit là de sons nouveaux, introduits avec les mots qui les renfermaient ».

68 Cf. entre autres : E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 164-165 (§ 170) et p. 302 (§ 269 6) ; A. Meillet, Sur une période de bilinguisme en France, dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 94.

69 Il n’y avait aucune raison de l’introduire dans des mots latins hérités.

70 Cf. notamment L. Remacle, Les variations de l’h secondaire en Ardenne liégeoise, Liège, 1944, p. 357-365.

71 Cette question est discutée en détail par Jules Bloch, Sanskrit et dravidien, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 25 (1924-1925), p. 1-21.

72 L. Bloomfield, Language, New York, 1933, p. 447 ; E. Sapir, Le langage, trad. de S. M. Guillemin, Paris, 1953, p. 183.

73 L. Bloomfield, loc. cit.

74 Les phénomènes anglais et tchèques sont signalés par E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 217.

75 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française 3, Berne, 1950, p. 177 (n° 285).

76 E. Haugen, op. cit., p. 226, citant S. I. Kolehmainen.

77 Cf. entre autres E. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 325-326 (citant P. Fouché) ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 62-63 (citant Martinet).

78 Il faut remarquer que cette contagion se manifeste aussi par un phénomène qui est apparemment le contraire de l’emprunt : la perte de certaines distinctions. C’est le cas, par exemple, de la confusion du l ordinaire et du l dur qui a séparé le tchèque des langues slaves en le rapprochant de l’allemand. Cf. spécialement sur ce problème : Roman Jakobson, Sur la théorie des affinités phonologiques entre les langues, texte revu dans N. S. Troubetzkoy, Principes de phonologie, traduit par J. Cantineau, Paris, 1949, p. 351-365 ; aussi Ed. Sapir, Le langage. Introduction à l’étude de la parole, trad. de S. M. Guillemin, Paris, 1953, p. 187-190. — Dans le domaine de la prosodie et de la métrique, qui appartient à l’étude littéraire, mais qui se trouve tout à côté de la phonétique, signalons en passant qu’il s’est aussi produit des emprunts. Le plus célèbre est sans doute l’adoption, par les poètes latins, de l’hexamètre grec, lui-même issu probablement du fonds égéen préhellénique.

79 Principes de phonologie, p. 56.

80 Cette syllabe est normalement accentuée en tchèque.

81 Ibid., p. 358.

82 Loc. cit.

83 Cette explication a été soutenue notamment par Antoine Duraffour, Walther von Wartburg et Charles Bruneau. Mais d’autres la contestent. Un bon résumé de la question se trouve dans : E. Legros, Le Nord de la Gaule romane, dans Bulletin de la Commission Royale de Toponymie et Dialectologie, 16 (1942), p. 187-193.

84 En allemand Bedeutungsentlehnung ; en anglais semantic borrowing.

85 Cf. Matthieu, XXVI, 45-46 : « Voici que l’heure est venue où le Fils de l’homme va être livré aux mains des pécheurs. Levez-vous ! Allons. Voilà que celui qui me livre est arrivé ».

86 D’après Paul Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, dans Recherches de Science Religieuse, 17 (1927), p. 537-540 ; 18 (1928), p. 345-359 ; aussi Quelques aramaïsmes sous-jacents au grec des Évangiles, même revue 17 (1927), p. 210-229.

87 Cf. A. Meillet, Esquisse d’une histoire de la langue latine 5, Paris, 1948, p. 276.

88 P. Joüon, dans Recherches de Science Religieuse, 30 (1940), p. 239-242.

89 Ph. Derchain, Une origine égyptienne de l’emploi du mot θαλλός = cadeau dans les papyrus grecs d’Égypte, dans Chronique d’Égypte, 30 (1955), p. 323-326.

90 A. Meillet, Esquisse…, p. 214. Cf. A. Yon, Rātio et les mots de la famille de reor, Paris, 1933.

91 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

92 M. Lejeune, Sur le nom grec du « cas » grammatical, dans Revue des Études Grecques, 63 (1950), p. 1-7 — Une série d’exemples analogues sont cités par A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 86-90.

93 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française 3, Berne, 1950, p. 176 (n° 284).

94 Corpus Glossarum Latinarum, III, 218, 15, βάλε υερόυ mitte recentem ; 653, II, πίωμεν υερὸυ ἐκ τοῦ βαυκιδίου bibamus recentem de gillone.

95 Cf. par exemple tamoul tannīr « eau », de tan « frais » et (archaïque) nīr « eau ».

96 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

97 P. Chantraine, Remarques sur le parallélisme sémantique du latin locus et du grec τόπος, dans Mélanges A. Ernout, Paris, 1940, p. 51-60.

98 Kr. Sandfeld, Notes sur les calques linguistiques, dans Festschrift W. Thomsen, 1912, p. 167-168 (série d’autres exemples).

99 Ibid. — Aussi S. Simonyi, Die ungarische Sprache, Strasbourg, 1907, p. 79.

100 P. Aebischer, Argentum et plata en ibéro-roman, dans Mélanges A. Dauzat (1951), p. 11-21.

101 H. Kronasser, Handbuch der Semasiologie, Heidelberg, 1952, p. 141.

102 En allemand, par opposition à Kultur, le mot Zivilisation a pris, depuis Nietzsche et Spengler, une valeur fortement péjorative. Il désigne surtout le côté extérieur, superficiel, mécanisé de la civilisation.

103 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 9.

104 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.

105 Chr. Nyrop, Un anglicisme sémantique, dans Linguistique et histoire des mœurs. Mélanges posthumes, trad. par E. Philippot, Paris, 1934, p. 269.

106 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935). p. 303-304.

107 Cf. entre autres Chr. Nyrop, op. cit., p. 269-273 ; S. Ullmann, Précis de sémantique française, Paris et Berne, 1952, p. 203.

108 Détails et références dans : E. De Ullmann, « dada » au figuré, dans Le Français Moderne, 15 (1947), p. 214 ; et le même S. Ullmann, Précis de sémantique française, p. 204. — L’allemand Steckenpferd est aussi un calque de l’anglais.

109 Cf. notamment R. Denis, L’anglicisme dans le parler franco-canadien de la province de Québec, thèse de Paris, Montréal, 1952, p. 61-83.

110 A. Carnoy, La science du mot. Traité de sémantique, Louvain, 1927, p. 230.

111 J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 11-12, d’après Brandstäter.

112 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 109.

113 Comme application en franco-canadien : cf. R. Denis, op. cit., p. 81.

114 Ces exemples et beaucoup d’autres sont cités par R. J. Alfaro, El anglicismo en el español contemporaneo, dans Boletín del Instituto Caro y Cuervo, 4 (1948), p. 115-118.

115 E. Haugen, The Analysis of Linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 214, citant Pap.

116 V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 77.

117 S. Ichikiwa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 36.

118 M. Schöne, Vie et mort des mots, Paris, 1947, p. 44.

119 Les deux cas sont bien distingués par O. Uren, Le vocabulaire du cinéma français, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 48.

120 E. Haugen, op. cit., p. 219.

121 R. Thurneysen, dans Indogermanische Forschungen, 21 (1907), p. 177 ; V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 76-77 ; A. Ernout et A. Meillet, Dictionnaire étymologique de la langue latine3, Paris, 1951, s. v. cōrtīna.

122 P. Schach, Semantic Borrowing in Pennsylvania German, dans American Speech, 26 (1951), p. 258. — Je donne l’orthographe allemande correcte sans noter la prononciation particulière des Allemands de Pennsylvanie, qui n’a pas d’importance ici.

123 Ibid., p. 259.

124 Ibid., p. 266.

125 L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 116.

126 Histoire de la langue française, tome II3, Paris, 1947, p. 215.

127 Ueber den Einfluss des Französischen auf die deutsche Sprache im 17. und 18. Jahrhundert, dans Uppsatser i Romansk Filologi tillägnade Prof. P. A. Geijer, 1901.

128 Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 440.

129 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 184.

130 Le vocabulaire latin, [1945], dans le volume Philologica, 1946, p. 15-16.

131 Quintilien, Inst. Orat., 9, 3, 17.

132 Cf. Dag Norberg, Syntaktische Forschungen auf dem Gebiete des Spätlateins und des früheren Mittellateins, p. 62 ss. ; 119 ss. ; 208.

133 Cf. P. Courcelle, Les lettres grecques en Occident de Macrobe à Cassiodore, Paris, 1943, p. 46 ss., d’après Dom Germain Morin, Anecdota Maredsolana, I-III, et Études, textes et découvertes, I, passim.

134 On pourra se reporter notamment aux longues discussions de J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895.

135 J. Perret, Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 185.

136 J. Brenous, op. cit., p. 440.

137 P. Chantraine, Remarques sur le parallélisme sémantique du latin locus et du grec τόποί, dans Mélanges A. Ernout, Paris, 1940, p. 59.

138 P. Chantraine, Quelques emprunts du grec au latin, dans Revue des Études Latines, 15 (1937), p. 88 (-89), n. 1.

139 Loc. cit.

140 Il y a hébraïsme quand la syntaxe grecque est nettement transgressée, mais aussi quand une tournure, qui peut à la rigueur être grecque, est employée avec une fréquence qui ne s’explique que par sa coïncidence avec l’hébreu. Cf. J. H. Moulton, A Grammar of New Testament Greek, I, Prolegomena, p. 10 et 72 ; II (édité par Howard) General Introduction, p. 14 ss. ; F. M. Abel, Grammaire du grec biblique, Paris, 1927, p. XXVI-XXVIII.

141 P. Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, dans Recherches de Science Religieuse, 18 (1928), p. 352.

142 P. Joüon, Notes philologiques sur les Évangiles, même revue, 17 (1927), p. 337-338.

143 Ibid., p. 345-346.

144 A. Erman, "Ovoς ὑπò οἴνου, dans Hermes, 28 (1893), p. 479-480 ; J. Vergote, Het probleem van de Koine volgens de laatste historisch-philologische bevindingen, dans Philologische Studiën (Louvain), 4 (1932-33), p. 213.

145 A. Meillet, Une période de bilinguisme en France, dans Comptes rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1931, reproduit dans Linguistique historique et linguistique générale, II, Paris, 1936, p. 97 ; A. Dauzat, Voyage à travers les mots, Paris, 1947, p. 34. — Mais l’antéposition de l’adjectif épithète en français ne peut être imputée sûrement à une influence germanique : cf. K. Michaëlsson, L’antéposition de l’adjectif épithète en français est-elle due à une influence germanique ? dans Mélanges A. Dauzat [1951], p. 215-223.

146 J. Vendryes, Le langage, Paris, 1923, puis, avec un nouvel appendice bibliographique, Paris, 1939, p. 342 ; l’auteur renvoie à H. Schuchardt, Slawo-deutsches und Slawo-italienisches, Graz, 1884, p. 90.

147 C. De Boer, Syntaxe du français moderne, Leyde, 1947, p. 27 ; L. Remacle, Syntaxe du parler wallon de La Gleize, tome I, Liège et Paris, 1952, p. 381-391.

148 A. Meillet, La méthode comparative en linguistique historique, Oslo et Paris, 1925 ; rééd. Paris, 1954, p. 81.

149 J. Vendryes, loc. cit.

150 Ch. Bally, Linguistique générale et linguistique française3, Berne, 1950, p. 228 (n° 360) et p. 238 (n° 379).

151 L’emprunt s’est donc opéré d’abord dans la langue écrite. Cf. O. Jespersen, Language, Londres, 1922, p. 215.

152 Ch. Cestre et M. M. Dubois, Grammaire complète de la langue anglaise, Paris, 1949, p. 96 (n° 175) et p. 332 (n°877).

153 Kr. Sandfeld, Linguistique balkanique, Paris, 1930, p. 165 ss. et 173 ss. ; O. Jespersen, op. cit., p. 215 ; mais inversement A. Graur, A propos de l’article postposé, dans Romania, 55 (1929), p. 475-481, et Notes sur l’article postposé en roumain, dans Romania, 60 (1934), p. 233-237 (ces deux articles ont été reproduits dans le recueil d’A. Graur, Mélanges linguistiques, Paris et Bucarest, 1936, p. 50-55 et 56-60.

154 Ce tour syntaxique, familier dans les dialectes siciliens et calabrais, devient moins employé au fur et à mesure qu’on remonte dans le Nord : en Toscane, il est peu commun et se trouve seulement avec des mots comme riva, marina, costa, terra, piaggia. Ce tour est emprunté à l’arabe selon G. Alessio, Le origini del francese, Florence, 1946, p. 110 ; ce serait plutôt au grec médiéval selon G. Rohlfs, Historische Grammatik der italienischen Sprache und ihrer Mundarten, t. II, Berne, 1949, p. 114-118.

155 M. Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = N. F. 3 (1953), p. 235-236.

156 Traité de formation des mots composés dans la langue française, 1874. — Il ne faut cependant pas ranger dans cette catégorie des composés appositifs tels que café-concert, wagon-restaurant, wagon-lits, dont la structure est la même que celle de chirurgien-dentiste, avocat-conseil et épicerie-mercerie. Cf. A. Dauzat, Précis d’histoire de la langue et du vocabulaire français, Paris, 1949, p. 159.

157 J. Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 307-308.

158 F. De Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 270 ; J. Marouzeau, Notre langue, Paris, 1955, p. 115-117.

159 Ch. Bruneau, Regard d’ensemble sur la langue française d’aujourd’hui, dans Neophilologus, 1949, et en tirage à part, p. 9.

160 Ibid. — Cf. aussi J. Marouzeau, op. cit., p. 150-157.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search