Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Chapitre liminaire. La région liégeoise de 1730 à 1830. Forces et faiblesses de l’économie et du système social1

Texte intégral

A. — Le pouvoir politique

  • 1 Ce chapitre se fonde sur des ouvrages généraux consacrés par des historiens liégeois à différents a (...)
  • 2 J. Lejeune, Liège, De la Principauté à la Métropole, Liège, 1967, p. 219.

1Au XVIIIe siècle, la Principauté de Liège devient une « république aristocratique »2. Le Règlement de 1684 a bridé la démocratie municipale. L’influence politique des métiers est brisée. Le peuple liégeois sort épuisé d’une lutte séculaire.

2Le Gouvernement est entre les mains du Conseil Privé formé de chanoines, du grand mayeur de la Cité, de quelques échevins et d’un secrétaire. Face à ce Conseil, les États forment la représentation nationale mais il s’agit en fait d’une aristocratie peu nombreuse : le Chapitre cathédral composé de 60 tréfonciers, nobles ou gradués représente seul le clergé, l’État Noble ne comprend au maximum que 15 familles et le Tiers se compose de députés de la Cité et des 22 Bonnes Villes. Chacune y envoie un représentant à l’exception de Liège qui, depuis 1684, a droit à deux voix. Les États ont seuls le droit de lever les impôts directs et indirects.

3Des deux bourgmestres de Liège, l’un est tiré au sort par le Prince, l’autre par un collège de 576 électeurs dont 320 nobles et 160 marchands notables. Les artisans n’ont que 96 voix et ne peuvent être élus comme bourgmestres ou conseillers. Dans les campagnes, les deux bourgmestres sont élus chaque année par les chefs de famille en possession d’un petit bien. Ces mêmes électeurs sont convoqués chaque fois qu’il s’agit d’approuver une décision de quelqu’importance.

  • 3 F. Magnette, Précis d'histoire liégeoise, p. 250.
  • 4 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l’Ourthe, p. 242.

4Au contraire du XVIIe siècle, troublé par les guerres et les émeutes, le XVIIIe siècle est, pour la Principauté, un siècle de paix relative à l’extérieur et de tranquillité à l’intérieur, à deux exceptions près. Lors de la guerre de Pologne qui éclate en 1734, les Liégeois doivent, à la suite de traités avec les puissances belligérantes, payer des sommes énormes. La guerre de Succession d’Autriche (1740-1748) est désastreuse pour le plat-pays qui devient la base de ravitaillement des troupes françaises. Les régiments étrangers épuisent les campagnes. Les réquisitions de vivres, de fourrages et de charrois se sont élevées à près de 9 millions de livres3, ce qui représente plus de cinq fois les ressources moyennes annuelles des États4.

B. — Le contexte économique : ressources et handicaps

  • 5 I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au xviiie siècle, Liège, Paris, 1945, (...)

5Les deux tiers de la population tirent leurs ressources du travail de la terre. Le territoire situé sur la rive gauche de la Meuse est particulièrement fertile. « Par ses productions consistant principalement en céréales, par son absence presque totale de bois et de bruyères, par la densité de sa population particulièrement forte, par son absence d’industrie, la Hesbaye offre un saisissant contraste avec la plus grande partie du reste de la Principauté »5.

6En Ardenne condruzienne, « mince bande de territoire surplombant la vallée de la Meuse et longeant le fleuve depuis Huy jusque Liège », les terres sont avant tout consacrées à la culture des céréales pauvres. Une grande partie du sol des communes est occupée par des forêts.

  • 6 L. Dechesne, Industrie drapiere de la Vesdre avant 1800, Paris, Liège, 1926, p. 29 et P. Lebrun, L' (...)
  • 7 G. Hansotte, La Principauté de Stavelot-Malmédy à la fin de l'Ancien Régime, Bruxelles, 1973, pp. 3 (...)

7L’Ardenne liégeoise se confond en quelque sorte avec le Marquisat de Franchimont. On y cultive les céréales pauvres. Cette région est semi-industrielle car il s’y trouve trois centres importants (Verviers, Theux et Spa) qui fournissent du travail à une nombreuse population. Ainsi, au XVIIIe siècle, la filature a gagné tout le ban de Theux et y occupe près de 2000 personnes. De même, dans les environs immédiats de Verviers, les villages d’Ensival, de Stembert et d’Andrimont vivent du tissage6. En Ardenne stavelotaine, près des deux-tiers du territoire appartiennent à la lande et à la fagne marécageuse. Pays d’agriculture très pauvre, cette région supplée par l’élevage à l’insuffisance de ses cultures7.

  • 8 L. Dechesne, op. cit., p. 17.
  • 9 Ibidem, p. 31.
  • 10 Ibidem, pp. 233-234.

8Dans le Limbourg, province des Pays-Bas, c’est l’élevage qui prédomine mais comme cette activité n’est guère accaparante, elle permet aux habitants de se consacrer à d’autres travaux et de cumuler ainsi occupations agricoles et industrie à domicile. La Régence des hauts bans de Herve, Charneux, Chaineux et Thimister écrit, en 1767, au Conseil des Finances : « Ces bans sont extraordinairement peuplés et l’agriculture y exige peu de mains. Tout y est réduit en pâturages et, les premiers jours du printemps, lorsqu’il s’agit de la clôture des haies, et le peu de temps qu’on emploie à faire le foin sont les deux époques où le manant est le plus occupé. La plus grande partie de l’année, il reste les bras croisés, s’il ne s’occupe aux manufactures qui sont la seule ressource pour soutenir sa famille et subvenir aux tailles, pas seulement personnelles mais encore à celles qui s’imposent sur son fond, dont le produit ne suffit pas pour y satisfaire »8. La majorité du Limbourg liégeois gravite ainsi dans l’orbite de Verviers et trouve, dans le travail de la laine, sa principale ressource. « La plupart d’iceluy ne subsiste uniquement que par la manufacture du Pays de Liège, particulièrement celle des draps et étoffes, les fils desquels se donnent à travailler à une infinité de pauvres familles dudit Pays de Limbourg »9. Dans le bassin de la Vesdre, l’industrie de la laine occupe au XVIIIe siècle près de 25.000 personnes, soit à temps plein, soit partiellement10.

  • 11 Localités cloutières de la banlieue liégeoise : Angleur, Ayeneux, Bellaire, Beyne, Cerexhe, Chênée, (...)
  • 12 G. Hansotte, L'industrie métallurgique dans la vallée de la Vesdre aux Temps Modernes, dans B.I.A.L (...)

9Le reste de l’industrie est concentré le long de la Meuse et des principaux cours d’eau. Les charbonnages sont établis aux environs immédiats de Liège (Ans, Glain, Montegnée, Vottem). Les villages tels que Romsée, Saive, Beyne-Heusay comptent également une forte proportion de houilleurs ainsi que les villages longeant le fleuve entre Liège et Flémalle. Au-delà et jusqu’à Huy, ce sont les alunières qui constituent la principale ressource. L’industrie du fer s’échelonne le long des rivières de l’Entre-Sambre-et-Meuse liégeoise et dans la vallée du Hoyoux. Le Pays de Liège se consacre presqu’exclusivement aux fabrications métalliques. Sur la Vesdre et sur la Hoegne, on trouve de nombreuses platineries qui fournissent une tôle convertie dans les forges voisines en objets de fer battu. Sur la Vesdre toujours, des artisans façonnent des canons de fusil pour le compte de l’industrie armurière. Sur la Vesdre inférieure et la basse Ourthe sont installées les fenderies qui produisent des verges métalliques que les forges installées surtout à l’Est de la région liégeoise11, convertissent en clous12.

1. L’agriculture

a) Le régime d’exploitation des terres

10Dans les campagnes, la propriété paysanne et le faire-valoir direct prédominent dans les régions pauvres. Par contre, là où le sol est fertile, la plupart des terres cultivées n’appartiennent pas aux pauvres. Ceux-ci les louent.

  • 13 La part paysanne est réduite à moins de 25 % à Celles, Héron, Huccorgne, Seraing-le-Château, Trogné (...)

11C’est le cas notamment en Hesbaye où près des deux tiers du sol sont détenus par des non-paysans avec des différences importantes selon les villages13. Partout cependant apparaît la prédominance des terres louées sur celles exploitées en faire valoir direct.

TABLEAU no 1 Répartition de la propriété foncière dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle (a)

TABLEAU no 1 Répartition de la propriété foncière dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle (a)

(a) I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle, pp. 70-96 et pp. 293-302.

  • 14 Ibidem, pp. 84-85.
  • 15 Ibidem, pp. 79-84.

12En Ardenne condruzienne, la propriété foncière est concentrée entre les mains de quelques personnes sauf dans les villages de Beaufays, Boncelles et Outrelouxhe où les paysans occupent plus de 50 % des terres14. Dans le Condroz, la majorité des terres appartient à la noblesse alors que le clergé n’en détient qu’une part réduite15.

  • 16 C’est le cas à Alleur, Bierset, Chapon-Seraing, Celles, Ciplet, Crehen, Donceel, Fize-Fontaine, Gle (...)

13Ainsi, dans le Condroz, l'Ardenne condruzienne et dans la partie occidentale et méridionale de la Hesbaye, les grandes censes forment l’élément caractéristique du paysage16. Aussi la population se divise-t-elle en deux groupes : d’une part les gros censiers ayant à demeure de nombreux domestiques, d’autre part, les journaliers et les artisans. Pourtant, même dans les régions des grandes fermes, la majorité de la population exploite un lopin de terre qui lui permet d’assurer une part de ses besoins alimentaires. Malheureusement, les charges qui grèvent la propriété foncière obèrent de façon substantielle les revenus. Ces exploitations, insuffisantes pour assurer la subsistance d’une famille paysanne, constituent néanmoins un appoint précieux pour les journaliers.

  • 17 Ibidem, pp. 91-92 et J. Ruwet, L'agriculture et les classes rurales au Pays de Herve sous l'Ancien (...)

14Par contre, dans l’Entre-Vesdre-et-Meuse, encore appelée Pays de Herve et ressortissant au Duché de Limbourg, les biens du clergé et de la Noblesse sont des plus réduits. Plus des 3/4 du sol sont la propriété de la bourgeoisie, des paysans et des ouvriers. La propriété ouvrière est nombreuse mais peu importante en superficie. Chaque parcelle ne dépasse guère deux bonniers. « Elle pouvait donc tout au plus fournir à son exploitant un supplément de ressources, dont le principal était trouvé dans la manufacture ou le commerce »17.

15Dans le Nord de la Hesbaye wallonne, notamment dans la vallée du Geer, on est également en régime de petite et moyenne exploitation.

  • 18 I. Delatte, op. cit., pp. 92-93.

16Dans le Marquisat de Franchimont également, la possession du sol est presque tout entière entre les mains de la bourgeoisie et des paysans. Dans les centres exclusivement ruraux, les paysans détiennent la presque totalité du sol mis en valeur mais il n’a pas dû en être de même dans les centres urbains et les bourgs industriels (Theux, Spa, Ensival) où la bourgeoisie accapare la majorité des biens-fonds18.

b) Propriété paysanne et droits d’usage

  • 19 Surtout à Ciplet, Haneffe, Lamine, Noville, Remicourt, Roloux, Viemme, Voroux-Goreux et Waleffe.
  • 20 Ainsi, à Lantremange, sur 31 propriétaires, 6 possèdent plus de cinq bonniers et 8, plus de trois b (...)

17En Hesbaye wallonne, une bourgeoisie rurale de censiers propriétaires détient des terres très importantes19. Ce mode d’exploitation est aussi fort répandu dans le Condroz. Là où la propriété paysanne domine, il s’agit de petites propriétés de moins de dix bonniers. Le plus souvent, la quasi totalité des paysans n’exploite même pas cinq hectares et la plus grande partie n’en a même pas trois20.

  • 21 Cfr J. Ruwet, op. cit., pp. 194-199 et I. Delatte, op. cit., pp. 116-124.

18Au XVIIIe siècle, les paysans continuent à jouir, dans diverses régions de la Principauté, de biens communaux étendus et de droits d’usage dans les forêts. La jouissance de ces droits est d’une importance primordiale pour la partie la moins aisée de la population rurale. Grâce à eux, des manœuvres peuvent entretenir une vache et quelques porcs. Pour les régions qui nous occupent, les biens communaux sont particulièrement importants dans le Marquisat de Franchimont et dans nombre de communes du Condroz. Ces terres consistent tantôt en pâturages, tantôt en forêts. C’est le cas notamment dans les Ardennes. En Hesbaye, par contre, ces terres sont peu étendues. Dans le Pays de Herve, les terrains communaux sont « rendus à stuit local » à de petits exploitants, mis en valeur par la commune qui paye des ouvriers ou encore affermés. La dépaissance communale y a donc pratiquement disparu au XVIIIe siècle21.

  • 22 A.É.L., Chambre des comptes, 354. Remontrance très humble et informatoire à Messeigneurs les doyen (...)

19Tout au long de ce siècle, ces droits font également l’objet, dans la Principauté de Liège, d’une réglementation de plus en plus précise allant dans le sens d’une restriction de plus en plus grande mais, devant l’opposition des communautés paysannes, le Pouvoir doit souvent postposer les effets de ces décisions ou se résoudre à ne pas les appliquer. Si l’agitation est vive dans les campagnes contre les tentatives d’empiétement, c’est que, disent les paysans, « les pâturages communs les mettent dans le cas de tenir chacun plusieurs bêtes à cornes, ce qui est tenu très grande ressource pour les gens de la campagne, que les bois fournissent à leur chauffage, qu’ils ont chacun la liberté d’essarter telle portion de terrain qu’ils peuvent labourer à la bêche [...] que ce serait ôter les moyens de vivre et de se sustenter que de les priver [...] alors il ne leur resterait pour ressource, en quittant leurs foyers, que de prendre la besace »22.

c) Les charges

  • 23 I. Delatte, op. cit., pp. 171-180.
  • 24 Pour les indications relatives au climat, voir R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, (...)
  • 25 Voir p. 94-96.
  • 26 Cfr C. E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Pari (...)

20Dans le courant du XVIIIe siècle, on assiste à une hausse importante du prix des céréales, de l’ordre de 50 % pour le seigle, de 35 à 40 % pour le froment et l’épeautre. Cette hausse se manifeste brusquement de 1738 à 1750 et se maintient jusqu’à la Révolution23. Elle est due en partie aux nombreux passages de troupes et surtout aux saisons défavorables qui se succèdent, presque sans interruption de 1764 à la Révolution24. Elle est la contrepartie de récoltes déficitaires. Elle a été, pour la plus grande partie de la population, tant urbaine que rurale, une cause d’appauvrissement car les salaires n’ont pas suivi, au XVIIIe siècle, le mouvement des prix25. En France, le pouvoir d’achat du travailleur, entre la période 1726-1741 et les années 1771-1789, tombe de moitié26.

  • 27 I. Delatte, op. cit., p. 195.
  • 28 Ibidem, p. 203.

21Les charges qui pèsent sur les terres sont lourdes. En Hesbaye wallonne, alors que les frais d’exploitation des terres se montent toujours à 35 % de la valeur de la récolte, le fermage absorbe encore près de la moitié du revenu net27. Il ne reste donc au fermier qu’un tiers de la récolte pour subsister et faire face aux autres charges (impôts, dîmes, semences). En cas de mauvaise récolte, de ravage ou « fourragement », les baux prévoient des réductions ou modérations, mais la Cathédrale, « la plus généreuse en cette matière », n’accorde une telle faveur que si les dégâts touchent au moins un cinquième de la récolte. Pour d’autres propriétaires, il faut que les dommages atteignent le tiers, sinon la moitié des grains28.

  • 29 I. Delatte, op. cit., p. 214.
  • 30 La dîme est un pourcentage de récolte livrée à l’Église chaque année, en fonction d’une coutume bib (...)

22En plus des charges du fermage, la fiscalité accable le paysan. Il faut distinguer entre fiscalité principautaire, communale, droits seigneuriaux et dîme. L’impôt sur le muid de braz est celui qui pèse le plus sur les classes paysannes, même s’il est minime (moins d’un centime par deux litres de bière) car la bière occupe une place importante dans l’alimentation. Quant à la fiscalité communale, son montant varie d’une région à l’autre. Elle consiste essentiellement en taille réelle ou impôt foncier et en taille personnelle qui, selon les endroits, est ou n’est pas proportionnelle au revenu et que doit payer chaque chef de ménage. En Hesbaye et en Condroz, ces impôts représentent une faible charge, même si l’absence de proportionnalité dans certains villages devait parfois mécontenter la partie la plus pauvre de la population rurale. Dans le Marquisat de Franchimont, par contre, les charges sont, par endroit, excessives. Cette région subit en effet de nombreux passages de troupes et les communautés s’endettent pour faire face aux réquisitions et autres exactions. Ainsi, à Jalhay, en 1753, le bourgmestre déclare : « Tous les coffres sont épuisés par la dernière guerre. Nous avons subi des frais immenses par les troupes alliées, sans indemnité d’une obole [...] impossible de satisfaire aux créanciers, qui travaillent à leur ruine en procurant la nôtre en citations, décrets, exploits, exécutions, etc. quoique, pendant la dernière guerre, il n’ait pas été possible de lever un hard des tailles et que, depuis sa fin, on ait payé 22.000 écus de frais de guerre »29. La communauté de Jalhay paraît avoir payé chaque année en impôts plus ou moins 15.000 florins liégeois, soit près de 50 florins par famille. La situation de Sart n’est guère plus enviable30.

23Au XVIIIe siècle, les droits seigneuriaux sont réduits à peu de chose : les charges paysannes consistent essentiellement en rentes seigneuriales de peu d’importance et en banalités. La dîme31 par contre est une charge autrement lourde. Elle prélève souvent de 10 à 11 % de la récolte. Aussi les petits exploitants sont-ils souvent obligés d’y consacrer une partie du grain qui aurait été indispensable à l’entretien de leur famille et, pour assurer leur subsistance, d’en racheter parfois à des conditions peu avantageuses, c’est le cas notamment quand les récoltes ont été compromises.

  • 31 J. Ruwet, op. cit., pp. 126-137.

24Dans le duché de Limbourg et au comté de Dalhem, soumis au gouvernement des Pays-Bas, le régime fiscal est différent, les impôts y sont étroitement liés à l’agriculture. Le cadastre est généralisé dès 1705. Les propriétés foncières sont imposées selon leur nature, leur qualité et leurs revenus et un tiers de ces impôts alimente la caisse communale. On perçoit de la sorte 4 à 5 liards par florin de revenu annuel cadastral. En fait, cet impôt absorbe 4 % des revenus réels du paysan limbourgeois31.

  • 32 Ibidem, p. 137, note 3.
  • 33 Ibidem, pp. 142-143.
  • 34 Ibidem, pp. 105-120.

25A côté de cet impôt foncier, le paysan doit encore acquitter des taxes communales personnelles : la taxe professionnelle qui frappait d’une redevance l’exercice d’un métier ou d’un négoce et le « bedryff » ou « espèce de défructuation que le propriétaire paye lorsqu’il défructue ses biens par lui-même et qui est à la charge du locataire lorsqu’ils sont rendus à louage »32. Il faut encore ajouter la taxe domiciliaire ou droit de « manandise » qui atteint chaque chef de ménage domicilié dans une commune du Limbourg et varie selon les communautés33. Comme dans la Principauté de Liège, les paysans sont également soumis à la dîme mais cet impôt ne touche souvent que les cultures de céréales et non les herbages34.

  • 35 I. Delatte, op. cit., p. 233 et J. Ruwet, op. cit., pp. 151-156. A Liège surtout, le poids de la de (...)

26De plus, les propriétés de la Principauté comme du duché de Limbourg sont souvent grevées de rentes qu’avaient dû contracter les exploitants pour faire face aux guerres et aux passages de troupes. Au Pays de Herve, au XVIIIe siècle, plus de la moitié des revenus des terres servaient à couvrir les dépenses que nécessitaient les rentes. En Hesbaye, sous le régime français, beaucoup de biens sont grevés au-delà de leur valeur. Au début du XIXe siècle, les propriétés paysannes sont chargées de rentes pour près de la moitié de leur valeur locative35.

d) Le sort des paysans

  • 36 I. Delatte, op. cit., p. 234.

27En Hesbaye, la classe moyenne paysanne semble avoir connu de grandes difficultés. A la veille de la Révolution, le bénéfice moyen d’une exploitation de 20 bonniers est seulement de deux francs par jour36. Or, il fallait, avec ce revenu, faire vivre toute une famille. Le manouvrier se procurant habituellement un supplément de ressources par le travail de sa femme et de ses enfants, les moyens et petits exploitants ne paraissent pas avoir bénéficié de conditions de vie fort supérieures à celles de leurs salariés. Il en va de même dans le reste de la Principauté. Parmi la main-d’œuvre agricole, il faut distinguer entre domestiques et manœuvres. Les domestiques reçoivent en règle générale des gages insuffisants mais ils sont logés et nourris par le fermier. Le sort des manouvriers est plus précaire. Ils ne touchent que 50 centimes par jour quand ils sont nourris, 60 à 75 centimes lorsqu’ils ne le sont pas. Il s’agit là d’un revenu d’autant plus faible que ces ouvriers chôment un grand nombre de jours, tantôt en raison des fêtes religieuses, tantôt à cause des intempéries. Or, dans la dernière décennie du XVIIIe siècle, le pain de seigle coûte habituellement 10 centimes le kilo et un ménage en consomme facilement 3 kilos par jour. Les salaires sont donc tout à fait insuffisants pour couvrir les autres besoins même si, pendant la bonne saison, presque tous les membres de la famille viennent apporter un supplément de ressources.

2. L’industrie

  • 37 L. Dechesne, Histoire économique et sociale de la Belgique depuis les origines jusqu’en 1914, Liège (...)
  • 38 J. Ruwet, Avant les révolutions, le XVIIIe siècle, Bruxelles, 1967, p. 22.

28A Liège, à l’intérieur de l’enceinte, l’artisanat règne encore. C’est ainsi, qu’au XVIIIe siècle, la ville est un centre de production assez important de la dentelle. Elle occuperait 1600 dentellières dont les produits se vendent à Spa, à Aix-la-Chapelle, en Hollande, en Allemagne et en France37. L’industrie est disséminée dans la banlieue. L’alunerie est en décadence ; par contre, la houillerie est en plein essor mais emploie un personnel peu important. Les plus grosses houillères occupent rarement plus de cent ouvriers. La production est dispersée entre des fosses trop nombreuses (98 en 1761) et les méthodes d’exploitation sont traditionnelles. En 1773, on ne compte que dix pompes à feu de Newcomen. La pénuriede capitaux handicape le bassin liégeois. La majorité des puits d’extraction sont aux mains de très petites sociétés de « comparchonniers », modestes capitalistes aux moyens fort limités38

a) La crise de la clouterie

  • 39 J. Demarteau, La Révolution française à Liège et les classes populaires, dans C.S.A.H.D.L., 2e séri (...)
  • 40 R.O.P.L., 3e série, t. 1, p. 726, t. 2, pp. 47, 56, 155, 191, 192, 207, 414, 475. Cfr A.É.L., Placa (...)

29L’industrie des clous est réputée. Si ses produits sont exportés jusqu’en Turquie et dans les colonies, l’essentiel de la production s’écoule dans les Provinces-Unies, aux Pays-Bas méridionaux, en France, en Espagne et dans le Saint-Empire. Il s’agit de l’activité métallurgique la plus importante de la grande banlieue liégeoise. Elle occupe, au XVIIIe siècle, environ 15.000 personnes, si l’on compte, outre les cloutiers, les membres de leur famille. Certains ne s’adonnent à cette industrie que l’hiver lorsque le climat interrompt le travail des champs ou de la construction. On en compte un millier à Chênée, plus de 800 à Soumagne, plus de 600 à Fléron. En 1812, ils sont encore payés au tarif fixé un demi-siècle auparavant par le Prince-Évêque. « Tout avait renchéri autour d’eux, leur travail seul ne rapportait plus »39. L’ouvrier cloutier est en outre soumis aux exigences du « martchoté », intermédiaire qui se charge de lui fournir le fer et de livrer les clous au marchand. Ce « martchoté » pratique volontiers le truck System. Souvent il tient boutique et fait pression sur l’ouvrier afin qu’il accepte en guise de payement des marchandises qui ne sont pas toujours de première qualité ni de première nécessité. Ces marchandises sont souvent évaluées à un prix excessif. En cas de maladie ou de chômage, les ouvriers deviennent les débiteurs du « martchoté » qui peut alors les exploiter tout à son aise. De tels excès, souvent dénoncés et réprimés par des ordonnances du Prince, sont cependant profondément enracinés et ont encore cours sous le régime hollandais40

  • 41 G. Hansotte, La clouterie liégeoise, p. 36.
  • 42 Les premières grèves organisées dans la clouterie liégeoise commencent en 1719. D’autres grèves imp (...)

30Par ailleurs, les cloutiers sont réduits au chômage lorsqu’échappe à leur patron l’adjudication des clous de marine commandés par les Hollandais ou lorsque les intempéries interrompent le travail des fenderies. Ils sont en outre victimes des tarifs protectionnistes pratiqués par la France puis les Pays-Bas soucieux de défendre leur propre production. Les cloutiers sont ainsi réduits à des salaires de famine et au chômage durant une partie de l’année. En face d’eux, le patronat s’efforce de concurrencer les clous limbourgeois sur lesquels pèsent des impôts moins lourds. Pour réduire un prix de revient trop onéreux, il va tenter de faire pression sur « la seule composante qui n’échappe pas à son contrôle : le salaire de la main-d’œuvre »41. Le conflit salarial et les tensions qu’il entraîne hypothèquent l’industrie cloutière pendant une grande partie du XVIIIe siècle. Les ouvriers ont recours à la grève42. Le Prince s’efforce d’arbitrer le conflit et, par mandement de 1721, impose un tarif et des salaires uniformes mais cette première tentative dirigiste se solde par un demi échec. Les marchands échappent à cette ordonnance en faisant fabriquer des clous appartenant à des catégories dont le coût n’est pas réglementé. Les autorités imposent en outre aux marchands de cesser leur concurrence effrénée, qui a pour effet de faire baisser les prix, et de s’entendre entre eux pour répartir le travail entre toutes les forges à clous sur toute la durée de l’année. Ainsi, se crée, par deux fois, en 1743 et en 1770, une Société des Marchands. Grâce à ces mesures, les conflits sociaux s’apaisent et l’industrie cloutière connaît, dans le dernier quart du XVIIIe siècle, une prospérité relative.

b) Essor et décadence de l’armurerie

31L’industrie des armes est réputée. Après 1600, elle est en pleine expansion. Elle reçoit des commandes de l’Europe entière et même des insurgente, au moment de la guerre d’indépendance. La production consiste essentiellement en armes de guerre, armes de chasse et armes de traite.

  • 43 C. Gaier, Quatre siècles d’armurerie liégeoise, Liège, 1976, p. 69.
  • 44 Ibidem, p. 60.

32Sa capacité annuelle maximale est de l’ordre de 200.000 armes. Grâce au bon marché de la main-d’œuvre, Liège est également un centre de réparation et de transformation des armes usagées. Cette industrie occupe de 2000 à 2500 personnes43. A la fin du XVIIIe siècle, « Liège est vraisemblablement le plus grand centre armurier de l’Occident »44.

33Cette industrie apparaît comme une activité principalement faubourienne. Les ouvriers sont concentrés dans les limites administratives de la Cité mais en dehors des anciens remparts. Bon nombre d’entre eux habitent également le long de la Vesdre où, au milieu du XVIIIe siècle, on compte près de 40 usines à forer les canons de fusil, sur le Plateau de Herve, en bordure de la rive droite de la Meuse, à Herstal et à Vottem.

  • 45 Ibidem, p. 75.
  • 46 Ibidem, p. 77.

34L’ouvrier armurier installé en dehors de la ville échappe aux contraintes du régime corporatif mais également à ses avantages (sécurité et protection du travail). Les entreprises sont surtout familiales. Les ouvriers sont des façonniers, travaillant à domicile dans de petits ateliers. Ils ont rarement recours à la main-d’œuvre extérieure. Parmi eux, on compte 70 % d’analphabètes45. Ils trouvent des ressources complémentaires dans la culture d’un jardin, le petit élevage ou les travaux agricoles saisonniers. Les ouvriers canonniers, par contre, travaillent en usine et sont salariés par des maîtres de forge. Les aléseurs de canons gagnent, en 1745, 10 sous par jour (soit un quart du salaire d’un forgeron) mais ils sont nourris46.

  • 47 Ibidem, p. 67.
  • 48 R.O.P.L., 3e série, t. 2, p. 47, 4 septembre 1745.

35Comme dans la clouterie, les armuriers ruraux dépendent de quelques donneurs d’ouvrage à façon (les recoupeurs, par exemple). Ces derniers traitent directement avec les marchands liégeois, donnent aux ouvriers l’outillage, la matière première, les commandes et la rémunération. « Le fait pour les recoupeurs ou les maîtres d’usine à canons de fournir le fer dont les ouvriers ont besoin, afin d’exécuter les commandes, constitue déjà en soi un moyen de pression qui contrecarre la liberté de l’emploi. La valeur de la matière première, livrée bien entendu au prix fort, est défalquée de celle du travail fourni, habituellement payé à la pièce. En cas de chômage, l’ouvrier s’endette car l’ouvrage rendu n’équivaut pas toujours au coût du fer qui lui a été confié. Pour apurer ses comptes, il s’engage à travailler davantage, et s’enferme ainsi dans un cercle infernal qui l’assujettit de plus en plus à son patron »47. Ces intermédiaires prennent, tout comme les « martchotés » l’habitude de payer les ouvriers en marchandises qu’ils vendent à des prix exagérés, ce qui constitue « une défraudation effective du salaire mérité par le pauvre ouvrier à la sueur de son front »48. Comme dans la clouterie également, les marchands s’efforcent de rechercher la compétitivité en abaissant le coût de la production, c’est-à-dire, en diminuant les salaires. Ce procédé est facilité par la présence d’une main-d’œuvre nombreuse sur le marché de l’emploi. Ainsi, l’organisation du travail dans l’armurerie est analogue à celle de la clouterie, de la platinerie et de l’industrie de la laine au Pays de Liège.

  • 49 J. Fraikin, L'industrie armurière liégeoise et le Banc d’épreuves des armes à feu de Liège, Liège, (...)
  • 50 C. Gaier, op. cit., p. 92.

36Dans le marché des armes, c’est le secteur militaire qui joue un rôle déterminant. Aussi, l’occupation de la Principauté par les armées françaises, durant la guerre de Sept Ans, amène-t-elle une crise dans l’industrie armurière car l’occupant défend l’exportation des armes. A ce moment, de nombreux ouvriers émigrent en France49. Le dernier tiers du XVIIIe siècle voit un certain déclin du volume des affaires et, en 1795, après l’instauration du régime français, cette industrie, qui a profondément souffert des désordres de la Révolution, a réduit ses activités de plus de deux tiers50.

c) Croissance de l’industrie textile

  • 51 D. Berlamont, Occupations militaires et finances urbaines aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'exemple ve (...)
  • 52 P. Lebrun, op. cit., pp. 124-128, L. Dechesne, op. cit., pp. 124-137. Voir aussi J. Mathieu, Histoi (...)
  • 53 J. S. Renier, Histoire de l’industrie drapière au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 61.

37Au XVIIIe siècle, l’industrie drapière verviétoise traverse de cruelles vicissitudes. Au début du siècle, la ville est épuisée par les séjours des troupes51 et l’industrie languit. L’impôt du 60e perçu à la sortie des draps verviétois est une entrave à la production, d’autant que, dans le Limbourg voisin, la manufacture en est exempte. Cet impôt sera supprimé en 1755 pour « relever la manufacture chancelante »52. Par ailleurs, dans la première moitié du siècle, les taxes imposées par les Pays-Bas à l’entrée des draps verviétois subissent certaines augmentations, ce qui entraîne, en 1751-52, l’émigration d’un certain nombre d’ouvriers en Moravie et en Prusse, pour échapper à la misère « excessive »53.

  • 54 Ibidem, p. 53.
  • 55 Ibidem, p. 69.

38L’industrie lainière est en outre tributaire des conditions atmosphériques. Ainsi, en 1723, suite à une crue de la Vesdre, la digue du canal qui traverse Verviers pour alimenter les usines est emportée. « La manufacture cessa faute d’eau dans le canal où se lavait la laine, et où étaient les teintureries et fouleries, ce qui causa une grande misère dans la ville »54. En 1766, une sécheresse en été, suivie d’un hiver subit et rigoureux, suspend le lavage de la laine. « Cette interruption avait rendu les artisans misérables et réduit la plupart à l’extrémité »55.

  • 56 P. Lebrun, op. cit., p. 215.
  • 57 P. Lebrun, op. cit., pp. 440-442. Cfr J. Ruwet, op. cit., pp. 247, 272-273, L. Dechesne, op. cit., (...)

39L’industrie drapière verviétoise échappe aux restrictions corporatives. Cependant, au XVIIIe siècle, de nombreux conflits sociaux mettent aux prise patrons et ouvriers car la situation de ces derniers est particulièrement instable. L’industrie textile utilise une main-d’œuvre variée, tantôt indépendante, tantôt groupée en fabriques, tantôt disséminée à la campagne. On y rencontre des drapiers travaillant à leur compte qui achètent la laine, la font filer au dehors, tissent les draps avec quelques aides et apprentis et les vendent après les avoir fait fouler, tondre et achever, mais leur nombre va en diminuant pendant le XVIIIe siècle. On trouve également des marchands drapiers qui occupent des tisserands à domicile. Le nombre de ces tisserands s’accroît à Verviers dans le courant du siècle au détriment des drapiers indépendants. « La cause la plus profonde réside dans un mouvement de concentration qui, éliminant les moins aptes, a prolétarisé un grand nombre de drapiers »56. On en trouve aussi dans le Limbourg. Quant aux fileurs et fileuses, un petit nombre seulement demeure en ville. La majorité réside à la campagne, dans le Limbourg, le Franchimont et l’Ardenne et ajoute à un revenu agricole insuffisant, celui d’un travail industriel57. Ils dépendent parfois de façonnaires, sortes d’intermédiaires entre les marchands de la ville et les ouvriers de la campagne.

  • 58 P. Lebrun, op. cit., pp. 213-215 et L. Dechesne, op. cit., pp. 50-51.

40Un certain nombre d’opérations, dans la préparation de la laine, n’ont lieu qu’en ville : la tonte, le lainage et le cardage. Les ouvriers occupés à ces travaux sont le plus souvent groupés en fabriques. Dans ces ateliers travaillent également des éplucheuses, des noppeuses, des rentrayeurs, des relieurs de chardons et des presseurs58.

  • 59 P. Lebrun, op. cit., p. 106.
  • 60 M. L. Polain, Commerce et industrie au Pays de Liège au XVIIIe siècle, dans B.I.A.L., t. 3, 1857, p (...)
  • 61 L. Dechesne, op. cit., pp. 157-209 et J. S. Renier, op. cit., pp. 64-65.
  • 62 L. Dechesne, op. cit., p. 208 citant une représentation du Tiers État du Limbourg, à Son Exc. touch (...)
  • 63 R. Detrooz, Histoire du Marquisat de Franchimont et particulièrement de la ville de Verviers et de (...)
  • 64 En août 1759, le cours imposé par les fabricants était de 10 florins d’Allemagne et 30 kreutzers po (...)
  • 65 L. Dechesne, op. cit., p. 206 et P. Lebrun, op. cit., p. 266.
  • 66 Ibidem, p. 207.

41A Verviers, la population s’accroît de deux tiers pendant le XVIIIe siècle59. L’élément étranger est important. Cet apport est peu apprécié par les ouvriers indigènes qui y voient une sérieuse concurrence, aussi réclament-ils du Prince qu’on interdise l’exercice de leur profession aux étrangers. Les ouvriers demandent également l’abandon du truck System moins répandu cependant dans cette industrie que dans l’armurerie ou la clouterie60. Bien plus grave est l’habitude qu’ont les patrons de payer leur personnel avec de mauvaises monnaies ou de modifier le « tarif », c’est-à-dire le cours des monnaies61. Ainsi, en 1757, « quoique la ville de Verviers soit une des principales villes du pays de Liège, cependant on tolère qu’on y débite les espèces sur le cours d’Allemagne et les marchands manufacturiers de cette ville payent tous leurs ouvriers sur le plus haut cours des espèces »62. Ils y gagnent de la sorte « environ 50 sous par florin d’or neuf »63. Cet état de chose se complique de la différence de cours légal existant entre le Pays de Liège et le Limbourg. Ces abus entraînent une diminution du salaire réel car les commerçants n’acceptent ces monnaies qu’avec une perte notable64. Le salaire n’échappe pas non plus à l’action des crises qui frappent l’industrie. Les fabricants du Limbourg affirment, en 1763, que « le salaire diminue ou augmente selon qu’il arrive un changement notable en bien ou en mal dans la fabrique »65. Ces crises entraînent également un chômage important. Si l’ouvrier de la campagne peut supporter une privation momentanée du travail, il n’en va pas de même à la ville où les ouvriers doivent parfois « se dépayser ou aller gueuser pour ne point faire quelque chose de pis »66.

  • 67 Ibidem, p. 229. Cfr D. Brouwers, La fabrique des queues et pennes dans le duché de Limbourg en 1766 (...)

42Au XVIIIe siècle, il n’y a guère d’années prospères pour les ouvriers dans l’industrie lainière. Le plus souvent, on a à déplorer la misère, les bas salaires, le chômage, les abus de payement en nature et en mauvaise monnaie. Par ailleurs, dans les campagnes, l’élevage ne parvient pas à compenser le manque à gagner de l’industrie durant les années de crise. Aussi, au Limbourg, dit un mémoire de 1766, « les habitants [...], à l’exception des membres des États, des juges subalternes, des chefs des principaux endroits, quelques avocats et quelques marchands, sont pauvres »67.

***

  • 68 P. Lebrun, op. cit., p. 325.
  • 69 Cfr B. Hélin, Il y a deux siècles : un premier diagnostic du malaise de l'économie liégeoise, dans (...)
  • 70 J. De Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général dans la ville de Liège, su (...)
  • 71 Ibidem, p. 22.

43Ainsi, dans la Principauté de Liège, si on assiste à un accroissement de production dans les principales industries, il n’est pas accompagné d’améliorations des conditions de vie ouvrière. Bien au contraire, alors que les salaires sont de façon générale, fort stables dans le courant du XVIIIe siècle, les prix par contre sont en hausse. Leur coefficient d’augmentation est de 3 et de 3,5 pour les céréales68. On peut donc parler de « malaise de l’économie liégeoise », fort bien perçu d’ailleurs par l’ancien bourgmestre Jacques de Heusy69 : « Nos manufactures quoique nombreuses et solidement établies ne peuvent occuper des ouvriers en proportion de notre population forcée de chercher fortune ailleurs. On rencontre des Liégeois dans les quatre parties du monde. Interrogez tous ces expatriés dont un grand nombre font honneur aux arts dans les pays où ils sont établis, la majeure partie vous répondra qu’ils n’ont pas trouvé à s’occuper dans leur patrie »70. Aussi Heusy préconise-t-il l’accroissement de la richesse nationale71. Mais pour cela, il fallait d’abord briser les frontières économiques trop étroites, rejeter les théories protectionnistes, révolutionner l’industrie par l’introduction des mécaniques, répandre l’instruction et assurer une meilleure répartition des impôts. Si nombre de ces innovations apparaissent au XIXe siècle, toutes les difficultés de la classe ouvrière n’en seront pas résolues pour autant.

  • 72 A.E.H., Bienfaisance, nv. régime, 1747, le sous-préfet à la Commission des hospices, 27 mai 1806.
  • 73 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris dans la première moitié du XIXe si (...)

44Parler de prolétariat pour désigner la masse des travailleurs liégeois serait anachronique. De même, le terme « classe ouvrière » évoque un groupe homogène, ce qui est loin d’être conforme aux réalités du XVIIIe siècle. En fait, à l’exception de certaines branches d’industrie où les ouvriers vivent au coude à coude et ressentent la nécessité de se grouper pour défendre leurs intérêts, la plupart des travaileurs sont dispersés72. Ils n’ont en commun qu’une même précarité d’existence, une même insécurité du lendemain. Les contemporains les appelaient « les classes inférieures ». Les historiens parlent plutôt de « classes laborieuses et de classes dangereuses » ou les réunissent sous le vocable de « Laboring poor »73.

CARTE No 1
Zones agricoles et zones industrielles dans le département de l'Ourthe selon les statistiques ministérielles
Légende :
Zones rurales : vert
Zones industrielles : brun
Source : A.N.P., F 16 1034.

CARTE No 2
L’économie dans le département de l'Ourthe
Légende :
Agriculture : vert
Industrie métallurgique et carrières : bleu Industrie textile : mauve
Régions mixtes :
agriculture — industrie — textile : orange
agriculture — industrie métallurgique : jaune
industrie métallurgique — industrie textile : brun
Source : A.N.P., F 16 1034.

Notes

1 Ce chapitre se fonde sur des ouvrages généraux consacrés par des historiens liégeois à différents aspects politiques et économiques de la Principauté de Liège. Il n’a d’autre prétention que de situer le contexte dans lequel vivait le peuple liégeois au moment où commence notre étude.

2 J. Lejeune, Liège, De la Principauté à la Métropole, Liège, 1967, p. 219.

3 F. Magnette, Précis d'histoire liégeoise, p. 250.

4 L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l’Ourthe, p. 242.

5 I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au xviiie siècle, Liège, Paris, 1945, p. 31.

6 L. Dechesne, Industrie drapiere de la Vesdre avant 1800, Paris, Liège, 1926, p. 29 et P. Lebrun, L'industrie de la laine à Verviers pendant le xviiie siècle et le début du xixe siècle, Liège, 1948, pp. 270-271. Voir cartes nos 1, 2.

7 G. Hansotte, La Principauté de Stavelot-Malmédy à la fin de l'Ancien Régime, Bruxelles, 1973, pp. 31-32.

8 L. Dechesne, op. cit., p. 17.

9 Ibidem, p. 31.

10 Ibidem, pp. 233-234.

11 Localités cloutières de la banlieue liégeoise : Angleur, Ayeneux, Bellaire, Beyne, Cerexhe, Chênée, Embourg, Evegnée, Fléron, Grivegnée, Jupille, Magnée, Melen, Micheroux, Queue-du-Bois, Retirme, Romsée, Saive, Soumagne, Tignée, Vaux-sous-Chèvremont. On trouve encore Xhendelesse et Soiron (Duché de Limbourg) et Olne (Provinces-Unies). Cfr G. Hansotte, La clouterie liégeoise et la question ouvrière au XVIIIe siècle, dans Anciens Pays et Assemblées d'États, t. LV, p. 11, 1972.

12 G. Hansotte, L'industrie métallurgique dans la vallée de la Vesdre aux Temps Modernes, dans B.I.A.L., t. 75, 1962, pp. 165-220, Idem, L'industrie métallurgique dans le bassin de la Hoegne aux Temps Modernes, dans B.I.A.L., t. 76, 1963, pp. 5-44 ; Idem, Contribution à l'histoire de la métallurgie dans le bassin du Hoyoux aux Temps Modernes : l'évolution du paysage industriel, dans B.I.A.L., t. 80, 1967, pp. 59-90, ; Idem, La clouterie au Pays de Herve et la question ouvrière au xviiie siècle, dans B.S.V.A.H., t. 42, 1955, pp. 181-183.

13 La part paysanne est réduite à moins de 25 % à Celles, Héron, Huccorgne, Seraing-le-Château, Trognée, Vaux-et-Borset, Vieux-Waleffe, Vinalmont, Wanze, Wasmont. Il en va de même à Landen, Bierset, Alleur, Heure-le-Romain et Villers-Saint-Siméon. Dans d’autres localités par contre, la propriété paysanne est importante (+ ou - 60 %). C’est le cas à Attenhoven, Wezeren, Fexhe-Slins, Glons, Liers, Milmort, Roclenge-sur-Geer, Slins, Voroux-lez-Liers. Cfr I. Delatte, op. cit., pp. 71-79.

14 Ibidem, pp. 84-85.

15 Ibidem, pp. 79-84.

16 C’est le cas à Alleur, Bierset, Chapon-Seraing, Celles, Ciplet, Crehen, Donceel, Fize-Fontaine, Gleixhe, Haneffe, Héron, Huccorgne, Hollognesur-Geer, Jehay-Bodegnée, Latiime, Lens-sur-Geer, Lamontzée, Marneffe, Meeffe, Noville, Roloux, Seraing-le-Château, Tourinne, Trognée, VieuxWaleffe, Villers-le-Bouillet, Vinalmont, Voroux-Goreux, Waleffe, Wanze, Waret-l’Évêque et Wamont. Cfr I. Delatte, op. cit., pp. 147-148.

17 Ibidem, pp. 91-92 et J. Ruwet, L'agriculture et les classes rurales au Pays de Herve sous l'Ancien Régime, Liège, Paris, 1943, pp. 211-232.

18 I. Delatte, op. cit., pp. 92-93.

19 Surtout à Ciplet, Haneffe, Lamine, Noville, Remicourt, Roloux, Viemme, Voroux-Goreux et Waleffe.

20 Ainsi, à Lantremange, sur 31 propriétaires, 6 possèdent plus de cinq bonniers et 8, plus de trois bonniers.

21 Cfr J. Ruwet, op. cit., pp. 194-199 et I. Delatte, op. cit., pp. 116-124.

22 A.É.L., Chambre des comptes, 354. Remontrance très humble et informatoire à Messeigneurs les doyen et chapitre de la très illustre Cathédrale de Liège, sede vacante, par les habitants de la communauté de Beaufays et autres, 1784, p. 26 ; citée par I. Delatte, op. cit., p. 123.

23 I. Delatte, op. cit., pp. 171-180.

24 Pour les indications relatives au climat, voir R. Courtois, Recherches sur la statistique physique, agricole et médicale de la Province de Liège, t. 1, pp. 240-247 et B.U.L., Ms 1165, pp. 162-165. Cfr I. Delatte, op. cit., pp. 178-179.

25 Voir p. 94-96.

26 Cfr C. E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle, Paris, 1932, pp. 570 à 624.

27 I. Delatte, op. cit., p. 195.

28 Ibidem, p. 203.

29 I. Delatte, op. cit., p. 214.

30 La dîme est un pourcentage de récolte livrée à l’Église chaque année, en fonction d’une coutume biblique, par les agriculteurs d’Ancien Régime.
Elle peut être levée directement par le clergé ou par des exacteurs salariés, que celui-ci commet à cet effet. Ou bien elle peut être affermée par les décimateurs chaque année, en nature, à la veille de la récolte, aux bons soins d’un fermier décimal. Des recherches récentes menées sous la direction de E. Le Roy Ladurie ont montré l’intérêt de la dîme en tant qu’indicateur du produit agricole. Cfr E. Le Roy Ladurie, Le territoire de l'historien, Paris, 1973, pp 271-280 et Les fluctuations du produit de la dime, conjoncture décimale et domaniale de la fin du Moyen Age au XVIIIe siècle, Paris, La Haye, 1972.

31 J. Ruwet, op. cit., pp. 126-137.

32 Ibidem, p. 137, note 3.

33 Ibidem, pp. 142-143.

34 Ibidem, pp. 105-120.

35 I. Delatte, op. cit., p. 233 et J. Ruwet, op. cit., pp. 151-156. A Liège surtout, le poids de la dette est énorme. Voir à ce propos, D. Henry, Les finances de la Cité de Liège au XVIIIe siècle, dans Finances publiques d'Ancien Régime, finances publiques contemporaines en Belgique de 1740 à 1860. Processus de mutation, continuités et ruptures, (Actes du Colloque de Spa, 19-22 décembre 1972), pp. 193-213.

36 I. Delatte, op. cit., p. 234.

37 L. Dechesne, Histoire économique et sociale de la Belgique depuis les origines jusqu’en 1914, Liège, Paris, 1932, p. 297.

38 J. Ruwet, Avant les révolutions, le XVIIIe siècle, Bruxelles, 1967, p. 22.

39 J. Demarteau, La Révolution française à Liège et les classes populaires, dans C.S.A.H.D.L., 2e série, Liège, 1889, p. 269. Cfr L. F. Thomassin, Mémoire statistique du Département de l’Ourthe, pp. 441-442.

40 R.O.P.L., 3e série, t. 1, p. 726, t. 2, pp. 47, 56, 155, 191, 192, 207, 414, 475. Cfr A.É.L., Placards imprimés, 22 mai 1739, 001473 A, 8 février 1742, 000047 A, 11 septembre 1759, 001473 A, 3 mars 1763, 001276 A et Le Politique, no 234, 1er octobre 1829, p. 2, col. 3.

41 G. Hansotte, La clouterie liégeoise, p. 36.

42 Les premières grèves organisées dans la clouterie liégeoise commencent en 1719. D’autres grèves importantes ont lieu en 1756, 1759, 1764, 1765, 1767, 1768. Entretemps, le malaise se manifeste par des agitations et des émeutes sporadiques. Cfr G. Hansotte, op. cit.

43 C. Gaier, Quatre siècles d’armurerie liégeoise, Liège, 1976, p. 69.

44 Ibidem, p. 60.

45 Ibidem, p. 75.

46 Ibidem, p. 77.

47 Ibidem, p. 67.

48 R.O.P.L., 3e série, t. 2, p. 47, 4 septembre 1745.

49 J. Fraikin, L'industrie armurière liégeoise et le Banc d’épreuves des armes à feu de Liège, Liège, 1940, p. 36.

50 C. Gaier, op. cit., p. 92.

51 D. Berlamont, Occupations militaires et finances urbaines aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'exemple verviétois, dans A.H.L., t. 13, 1972, pp. 59-106.

52 P. Lebrun, op. cit., pp. 124-128, L. Dechesne, op. cit., pp. 124-137. Voir aussi J. Mathieu, Histoire sociale de l’industrie textile de Verviers, Dison, 1946, pp. 47-77.

53 J. S. Renier, Histoire de l’industrie drapière au Pays de Liège, Liège, 1881, p. 61.

54 Ibidem, p. 53.

55 Ibidem, p. 69.

56 P. Lebrun, op. cit., p. 215.

57 P. Lebrun, op. cit., pp. 440-442. Cfr J. Ruwet, op. cit., pp. 247, 272-273, L. Dechesne, op. cit., pp. 49-50.

58 P. Lebrun, op. cit., pp. 213-215 et L. Dechesne, op. cit., pp. 50-51.

59 P. Lebrun, op. cit., p. 106.

60 M. L. Polain, Commerce et industrie au Pays de Liège au XVIIIe siècle, dans B.I.A.L., t. 3, 1857, p. 107 et E. Fairon, Luttes sociales à Liège, p. 80.

61 L. Dechesne, op. cit., pp. 157-209 et J. S. Renier, op. cit., pp. 64-65.

62 L. Dechesne, op. cit., p. 208 citant une représentation du Tiers État du Limbourg, à Son Exc. touchant l’évaluation des espèces.

63 R. Detrooz, Histoire du Marquisat de Franchimont et particulièrement de la ville de Verviers et de ses fabriques, t. 2, p. 67, Liège, 1809.

64 En août 1759, le cours imposé par les fabricants était de 10 florins d’Allemagne et 30 kreutzers pour un carolin ou un louis neuf, de 8 florins pour un louis vieux, de 4 florins et 30 kreutzers pour un ducat, de 2 florins et 37 ½ kreutzers pour un écu neuf. Or, à la même date, il est jugé forcé et réduit à 9 florins et 45 kreutzers, 7 florins et 45 kreutzers, 4 florins et 15 kreutzers, 2 florins et 22 ½ kreutzers. (P. Lebrun, op. cit., pp. 321-322). Il s’agit donc, selon les monnaies, d’une réduction de 5 à 10 % de leur valeur.

65 L. Dechesne, op. cit., p. 206 et P. Lebrun, op. cit., p. 266.

66 Ibidem, p. 207.

67 Ibidem, p. 229. Cfr D. Brouwers, La fabrique des queues et pennes dans le duché de Limbourg en 1766, dans B.S.V.A.H., t. 4, 1903, p. 287.

68 P. Lebrun, op. cit., p. 325.

69 Cfr B. Hélin, Il y a deux siècles : un premier diagnostic du malaise de l'économie liégeoise, dans V.W., t. XLVIII, 1974, pp. 99-104.

70 J. De Heusy, Essai sur le projet de l'établissement d'un Hôpital Général dans la ville de Liège, sur celui d'extirper la mendicité, de la prévenir et d'occuper utilement les citoyens, Liège, 1773, p. 23.

71 Ibidem, p. 22.

72 A.E.H., Bienfaisance, nv. régime, 1747, le sous-préfet à la Commission des hospices, 27 mai 1806.

73 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris dans la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1956 et J. Kaplow, The culture of poverty in Paris on the eve of the Revolution, dans International Review of social history, t. 12, 1967, pp. 277-291.

Table des illustrations

Titre TABLEAU no 1 Répartition de la propriété foncière dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle (a)
Légende (a) I. Delatte, Les classes rurales dans la Principauté de Liège au XVIIIe siècle, pp. 70-96 et pp. 293-302.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6778/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende CARTE No 1Zones agricoles et zones industrielles dans le département de l'Ourthe selon les statistiques ministériellesLégende :Zones rurales : vertZones industrielles : brunSource : A.N.P., F 16 1034.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6778/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende CARTE No 2L’économie dans le département de l'OurtheLégende :Agriculture : vertIndustrie métallurgique et carrières : bleu Industrie textile : mauveRégions mixtes :agriculture — industrie — textile : orangeagriculture — industrie métallurgique : jauneindustrie métallurgique — industrie textile : brunSource : A.N.P., F 16 1034.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6778/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search