Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Deuxième partie. Repérage et Inventaire

Chapitre III. Les critères d’identification

Texte intégral

1Le linguiste qui traite des emprunts fait penser à un policier du service des étrangers. Si, dans beaucoup de cas, sa besogne est relativement facile, il en est d’autres où l’enquête se resserre si bien que le policier se change en détective. Sans doute, le flair du limier importe beaucoup. Mais le « roussin » le plus fouinard ne marche pas sans son dossier, sans ses fiches, ses portraits et ses empreintes digitales. Sa perspicacité ne s’exerce avec profit qu’à partir de ces données précises. Il n’en va pas autrement du linguiste. Je vais donc tâcher de déterminer les diverses indications qui constituent le dossier d’un emprunt. On peut distinguer quatre sortes d’indices : historiques, phonétiques, morphologiques et sémantiques. Est-il besoin de dire que l’on ne dispose pas toujours de tous ces critères à la fois et qu’il n’est, dès lors, pas toujours possible de passer du probable au certain ?

***

2Le critère historique d’un emprunt, c’est l’histoire de l’élément linguistique emprunté et éventuellement celle de l’objet désigné, dans la mesure où il est possible de les retracer au moyen des textes et des documents archéologiques. Les résultats sont parfois surprenants : qui soupçonnerait raisonnablement qu’intransigeant en français est d’origine espagnole et que nous devons indésirable et international à l’anglais.

  • 1 D’après V. Pisani, Sull’ imprestilo linguistico, dans Rendiconti dell’ Istituto Lombardo di Scienz (...)

3A considérer, au point de vue des sons, les noms anciens du « chanvre », grec κάνναβις, latin cannabis, vieux-haut-allemand hanaf et anglo-saxon haenep, rien n’empêcherait de considérer ces mots comme continuant une forme indo-européenne unique * kannabis. Tout au plus attendrait-on en latin *cannibis, mais on trouve, dans d’autres mots comme calamus et anatis (génitif), un a intérieur après a initial accentué, et la difficulté n’est pas insurmontable. Mais nous savons que le chanvre n’était pas connu des Indo-Européens avant la séparation des dialectes. Cette plante est venue d’Orient et a été introduite de Scythie en Grèce vers la fin du 5e siècle. Hérodote, dans son Histoire (IV, 74), en parle comme d’une chose peu connue. Ce sont les Grecs qui, dans la suite, ont fait connaître la cannabis aux Romains et qui en ont apporté la culture dans la Gaule méridionale, où, au dire d’Athénée (V, 206 s.), les plantations sur le Rhône étaient déjà célèbres au 3e siècle avant J.-C. C’est par les Gaulois que la connaissance du chanvre est passée finalement aux anciens Germains. Il est évident que si nous ignorions cette histoire du chanvre, nous ne saurions pas que les formes grecque, latine et germaniques de son nom sont des emprunts successifs1.

  • 2 Cf. A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909, p. 30-32.

4Nous ne saurions pas non plus que toute une série de mots attestés dans les textes latins n’appartenaient pas originellement au parler de Rome, si des remarques disséminées un peu partout dans la littérature latine, depuis Plaute jusqu’aux glossateurs de basse époque, ne nous indiquaient que ces mots étaient entachés de rusticitas, qu’ils dénotaient une peregrina insolentia, ou plus précisément qu’ils provenaient de dialectes ou de patois dont nous ne connaissons que ce que nous apprennent les emprunts identifiés2. C’est seulement parce que des textes nous renseignent quelque peu sur leur histoire que nous reconnaissons comme des emprunts certains mots latins, dont la forme ne présente aucun trait caractéristique.

5Il arrive que l’origine d’un mot qui n’est vraisemblablement pas héréditaire, demeure incertaine. Vers quelle langue faut-il orienter la recherche ? L’observation des courants historiques de civilisation est encore, dans ce cas, un critère valable. On cherchera de préférence en italien le modèle d’un terme d’art ou de musique qui, en français, resterait sans étymologie. En hongrois, il est pareillement utile d’avoir observé que beaucoup de mots relatifs à l’agriculture et à l’élevage ont été empruntés au turc.

  • 3 Voir les remarques d’A. L. Corin, Nouveaux propos d’un braconnier, dans Bulletin du Dictionnaire W (...)

6Quelquefois les linguistes savent sûrement qu’un mot a été emprunté à une famille linguistique déterminée, mais ils ne peuvent préciser de quelle langue de la famille il s’agit. Ainsi l’origine germanique de bon nombre de vocables wallons liégeois est assurée, mais les spécialistes hésitent à choisir un parler plutôt qu’un autre. Dans ce cas encore, à défaut d’autres indices, c’est en observant l’ordonnance géographique des parlers germaniques autour du domaine wallon et en déterminant la succession des déplacements ethniques sur ces domaines qu’on peut essayer de découvrir la langue donneuse3.

***

7Mais le second critère de l’emprunt, le critère phonétique, est incontestablement le plus décisif et le plus significatif aux yeux du linguiste. Dans bien des cas, il permet de rectifier le témoignage d’un auteur ou de préciser l’histoire embrouillée d’un mot.

  • 4 A. Ernout, op. cit., p. 36-37.

8Les éléments dialectaux du vocabulaire latin seraient bien mal connus s’il fallait se contenter du témoignage des auteurs latins. Les glossateurs même n’en indiquent qu’un petit nombre, dont l’origine, pour des raisons diverses, leur apparaît particulièrement limpide. Pourtant, jamais ou presque jamais ils n’ont indiqué les caractères qui différencient une forme dialectale de la forme romaine correspondante. « C’est donc au linguiste de chercher et de trouver, si faire se peut, pourquoi un mot est latin, pourquoi un autre ne l’est pas, et pourquoi cet autre provient d’une région de l’Italie plutôt que d’une autre. C’est la phonétique qui, dans la plu- part des cas, contribuera à résoudre le problème… Elle permet d’allonger la liste des dialectismes fournie d’abord par l’affirmation des anciens, en expliquant par l’emprunt les dérogations aux lois phonétiques latines autrement inexplicables, et en même temps elle est un instrument de contrôle et de vérification des témoignages déjà recueillis. » 4

  • 5 Paulus Diaconus ex Festo, 28, 23.

9Ainsi, une fois que le comparatiste a établi, au moyen d’exemples tirés de textes osques et ombriens, que les occlusives labiovélaires indo-européennes n’ont pas subi, dans ces parlers, le même traitement qu’en latin, il lui est possible de caractériser comme emprunts des mots du vocabulaire de Rome dont la latinité ne semblait pas jusque là suspecte. Tel est le cas du latin brūtus, que l’on connaît surtout comme prénom plébéien, mais qui est, en fait, un adjectif signifiant « lourd » et surtout « lourd d’esprit, lourdaud ». Attesté déjà dans un fragment de Naevius, brūtus paraît avoir sonné aux oreilles romaines comme un vieux mot peu courant, mais savoureux : il est aussi bien à sa place dans un vers de Lucrèce ou d’Horace que dans une lettre savamment familière de Cicéron à Atticus. Tardivement, comme beaucoup d’archaïsmes, il revient à la mode, surtout dans la langue de l’Église. Le lexicographe Festus semble donc dans la vérité quand il écrit : brutum antiqui gravem dicebant5. Mais il n’existe pas d’étymologie latine du mot. Et c’est ici qu’entre en jeu le critère phonétique pour nous indiquer que brūtus pourrait représenter l’équivalent osque du latin gravis. En effet, le thème indo-européen *gwrәw-, qui est attesté en sanskrit par gurúh, en avestique par gouruš, en grec par βαρύς, en gotique par kaurus, en latin par gravis, avec la signification commune de « lourd », doit régulièrement donner en osque bru-. De là vient l’adjectif latinisé brūtus. Si l’on se souvient alors que Brūtulus est un prénom osque et que le poète Naevius, qui le premier nous fait connaître brūtus, est probablement originaire de la Campanie, il ne restera plus guère de raison d’hésiter.

  • 6 Une dissimilation analogue de *vov- en bov- s’est produite en wallon liégeois, où vôvale « liseron (...)

10Il en va de même du nom latin du bœuf, bōs, qui, à cause de son b initial, doit être tenu pour originellement étranger au parler de Rome. Pour représenter l’indo-européen *gwow-, on attendrait, en latin, un thème *vov- au lieu de bov-. Or le b initial de bōs est justifiable en osco-ombrien et peut-être aussi dans le latin de certaines localités rurales du Latium. D’après la phonétique, il semblerait donc que, par suite de circonstances économiques, les Romains ont été amenés à employer la forme campagnarde et dialectale bōs, d’autant plus facilement peut-être qu’une dissimilation de *vov- (prononcée wow-) en bov- répondait à une tendance spontanée de la prononciation6.

  • 7 D’autres exemples sont cités par A. Ernout, op. cit., p. 67-68.

11C’est encore le traitement des labiovélaires qui autorise à déclarer que lupus « loup » est probablement un vocable sabin et que popina « gargotte » est une forme osque équivalente du latin coquīna « cuisine »7.

  • 8 D’après V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 69-71.

12Quand deux mots sont attestés en grec et en latin avec des formes assez semblables, c’est encore l’examen phonétique qui permet de savoir s’il s’agit de formes héritées indépendamment de l’indo-européen ou si une langue a emprunté le terme à l’autre. Si, par exemple, on considère calx et χάλιξ « pierre à chaux, chaux », il est exclu que ces mots soient tous les deux la continuation d’un même prototype indo-européen, car c- du latin suppose, à l’origine, une occlusive *k, qui donne en grec κ- ; et vice versa, χ- du grec suppose un primitif *gh- ou *kh-, à quoi correspondrait, en latin, h-. Pour pouvoir considérer les deux mots comme héréditaires, il faudrait calx /* κάλιξ ou *halx / χάλιξ. Il reste donc l’hypothèse d’un emprunt. Or χάλιξ ne peut venir de calx, car, dans ce cas, un c- latin initial serait rendu, en grec, par κ-. En revanche, on sait par d’autres exemples que les occlusives aspirées grecques χ θ φ sont rendues, dans le latin de l’époque républicaine, par les sourdes c t p. On doit conclure que le latin calx est l’emprunt du grec χάλιξ8, à moins que les deux mots n’aient été empruntés à une source méditerranéenne commune.

  • 9 Sur l’étymologie de clāvis, voir A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954. p. 60 ; et (...)
  • 10 Cāmus, qui n’est pas attesté avant l’Itala, doit, en raison de sa forme, être tenu pour un emprunt (...)

13La phonétique d’un mot latin peut non seulement en dénoncer l’origine hellénique, mais parfois elle permet de fixer la date et la région de l’emprunt. Ainsi, dans Achīvī « Achéens », oliva « olive » et clāvis « clé »9, la notation de ν (prononcé w) entre voyelles implique que ces mots ont été empruntés à une forme du grec où le digamma intervocalique n’était pas amui. Ceci exclut l’ionien-attique, où cet amuissement était réalisé bien avant l’époque des emprunts du latin, et nous oriente vers une source dorienne. Pareillement dans macina (plus tard māchina) « appareil, machine », dans malum « pomme », dans pānus « fil à tisser » et dans cāmus « muselière », le maintien de ā suppose aussi des modèles doriens μᾶχανά, μᾶλον, πόνος et καμός, puisque, dès l’époque homérique, l’ionien attique ne connaissait plus que μηχανή, μῆλον, πῆνος et κημός10. Point n’est besoin, bien entendu, de chercher bien loin la source grecque de ces emprunts anciens du latin : ce sont les colonies de la Sicile et du Sud de l’Italie, doriennes en majorité, qui n’ont pas eu part à l’immense extension de l’hellénisme oriental aux 3e et 2e siècles avant J.-C. et qui ont rejeté l’usage de la κοινή au profit d’un dorien réduit, malgré Archimède et Théocrite, au rôle de parler régional.

  • 11 Il est cependant permis de penser que, même dans un mot emprunté comme rosa, la présence d’un r in (...)
  • 12 Cf. A. Ernout, op. cit., p. 52 et note 1.
  • 13 La forme la plus anciennement attestée du nom préindo-européen de l’âne dans les régions méditerra (...)

14En latin, le rhotacisme, c’est-à-dire le passage à r de s simple intervocalique, préalablement sonorisé, est un fait accompli vers 350 environ avant notre ère. Les s placés entre voyelles dans des mots antérieurs à cette date ont été normalement touchés par cette modification articulatoire11. Si donc nous trouvons, dans les textes latins, des mots qui conservent un s intervocalique sans qu’une dissimilation préventive en justifie le maintien, nous pouvons penser qu’ils n’appartiennent pas au vieux fonds héréditaire, mais qu’ils sont des néologismes ou des emprunts postérieurs au milieu du 4e siècle, à moins de supposer toutefois que des mots étrangers, empruntés même à une date plus ancienne, auraient comporté et gardé un s différent de l’s latin12. Ainsi dēsuper « d’en haut » et resēminō « je reproduis, je régénère » sont des composés de création récente. Basis « base, piédestal » et pausa « pause, arrêt » ont été empruntés au grec, cisium « cabriolet » et gaesum « javelot » au celtique à des dates relativement tardives. Le latin doit probablement asinus « âne » à un idiome d’Asie Mineure13, mais on ignore encore quel fut l’intermédiaire. Ce mot pose un problème historique et phonétique.

15L’étude de la forme des emprunts permet, dans certains cas, de dater un phénomène linguistique dans l’évolution d’une langue.

  • 14 A. Meillet, Caractères généraux des langues germaniques 7, Paris, 1949, p. 39.

16On constate, par exemple, que des mots empruntés par le germanique au celtique ont subi la mutation consonantique : ainsi rīg-« roi » se retrouve dans le gotique reiks, le vieil-islandais rïke, le vieil-anglais rice, le vieux-saxon rīki avec une occlusive sourde -k-. La mutation est donc intervenue après l’emprunt, lequel a dû se produire lors de l’extension de l’empire celtique entre le 5e et le 3e siècle avant J.-.C.14. Pareillement, on sait que les mots latins sapō « savon », brāca « braie » et camisia « chemise », qui sont attestés à partir du commencement de notre ère, remontent, par l’intermédiaire du gaulois, à des modèles germaniques dont les formes allemandes modernes sont Seife, Bruch et Hemd. La présence d’occlusives sourdes (p, c) dans les formes latines montre que l’emprunt, cette fois aussi, est antérieur à la mutation consonantique du germanique. Celle-ci a donc eu lieu quelque temps après que les Gaulois eurent repris les mots qu’ils ont transmis aux Romains vers le début de notre ère. En combinant les indications des deux séries d’emprunts, il est permis de situer au plus tôt la Lautverschiebung vers le 3e ou le 2e siècle avant J.-C.

  • 15 Avec le vieux-haut-allemand chihhira, ainsi que le moyen-bas-allemand et le moyen-néerlandais keke (...)
  • 16 V. Pisani, Sull’’imprestito linguistico, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo di Scienze e Lette (...)

17Pour illustrer le profit qu’apporte la phonétique historique à l’étude de l’emprunt, le linguiste italien Vittore Pisani cite le cas complexe des noms allemands du pois chiche. Puisque le latin et l’allemand sont deux langues indo-européennes, on pourrait croire, à première vue, que cicer (prononcé *kiker) et Kicher, qui désignent le pois cliche dans ces deux idiomes, continuent, chacune directement, un même prototype indo-européen. La phonétique nous assure du contraire : la forme héréditaire devrait être, en allemand, *hiher ou *higer. En réalité, Kicher 15 est l’emprunt du latin cicer. Quand a eu lieu cet emprunt ? Le fait qu’à c latin correspond, en allemand, une occlusive sourde, montre qu’il est postérieur à la mutation consonantique du germanique, c’est-à-dire qu’il s’est produit au plus tôt vers le 1er siècle avant J.-C. D’autre part, il apparaît que cicer a été pris à une époque où c devant e et i gardait, en latin, sa prononciation gutturale et n’était pas encore spirantisé : on sait que l’on a prononcé tse tsi (ou se si) en latin vulgaire de Gaule à peu près au 5e siècle après J.-C. Il résulte de là que Richer a été emprunté au latin entre le Ier siècle avant notre ère et le 5e siècle après, et cette conclusion concorde parfaitement avec l’indication historique qui nous apprend que le pois chiche s’est répandu tardivement, à partir de l’Italie, en Gaule et en Germanie, et qu’il était encore considéré comme un légume de luxe au temps de Grégoire de Tours, c’est-à-dire au 6e siècle. Il existe aussi, en allemand, une forme Zieser (vieux-haut-allemand ciser, néerl. sisser) qui a été aussi empruntée au latin, mais après le 5e siècle, puisqu’elle implique une prononciation spirante des c de cicer16.

18Le critère phonétique n’est pas moins utile dans les langues modernes, alors même que nous disposons de documents plus nombreux pour retracer l’histoire des emprunts. A condition de savoir que la palatale devant a s’est spirantisée en français et non en italien, on peut affirmer que les mots italiens gioia et mangiare ne sont pas hérités de latin gaudia et manducare, mais sont les emprunts de joie et de manger du français.

  • 17 Th. Thienemann, Die deutschen Lehnwörter der ungarischen Sprache, dans Ungarische Jahrbücher, 2 (1 (...)

19Les mots allemands adoptés en hongrois présentent souvent des particularités phonétiques indiquant qu’ils ont été pris à l’autrichien : ainsi hóhér « bourreau », sógor « beau-frère », lóding « giberne », et obsit « congé » reposent sur des formes autrichiennes avec ó au lieu de ā/a des termes moyen-haut-allemands háher, Schwager, ladung et abschied17.

  • 18 G. S. Colin dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 26 (1925), p. 109 ; V. Bertoldi, (...)

20Le nom français du grand prophète arabe Mahomet, comme l’espagnol Mahoma et l’italien Maometto, ne procède pas directement de l’arabe classique Muḥammad, comme la forme anglaise, allemande et hollandaise Mohammed. Mais l’examen phonétique nous assure que la source précise se trouve, au 16e siècle, dans le marocain vulgaire, altéré par une métathèse, Maḥummad18.

  • 19 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguis (...)
  • 20 Il faut reconnaître pourtant que toutes les variations de forme ne justifient pas des reconstructi (...)
  • 21 Cette hypothèse a été développée par R. Fohalle, A propos de κυβερνᾶν gu-bernāre, dans Mélanges J. (...)

21Il arrive que la phonétique oblige à supposer, entre un emprunt et son modèle, un intermédiaire non attesté. C’est ainsi qu’on ne peut expliquer la forme des mots latins urceus « pot, cruche », sporta « corbeille », amurca « marc d’olive », triump(h)us « triomphe » en face de leurs modèles grecs ὒρχη, σπυρίδα (accusatif), ἀμόργη et θρίαμβος, à moins de supposer un passage par l’étrusque. En effet, la langue étrusque ne distinguait pas phonologiquement les occlusives sourdes et les occlusives sonores, et, dans l’écriture, c’est régulièrement la forme sourde qui était notée. L’hypothèse de cet intermédiaire explique le plus vraisemblablement la présence de sourdes dans les mots latins19. D’autres fois, pourtant, pareille hypothèse ne résout pas les difficultés. Les divergences phonétiques20 entre des mots grecs et latins manifestement apparentés font supposer que, directement ou indirectement, le latin ne peut venir du grec, ni le grec du latin. La nature des phonèmes — laissons ici de côté le détail de cette immense question — amène à restituer, au-delà du grec et du latin, un fonds linguistique méditerranéen commun duquel les deux langues classiques auraient tiré indépendamment certains vocables. Pour des raisons surtout phonétiques, c’est dans cette perspective que l’on rapproche communément σῦκον (τῦκον) et fīcus « figuier », μαλάχη et malva « mauve », amos et pirus « poirier », κυβερνάν et gubernare « piloter un navire », et plusieurs autres mots21.

22On a vu combien la phonétique, science très précise sans être une science exacte, a d’importance dans la recherche des emprunts, et combien elle exige d’être maniée avec une prudente maîtrise.

***

  • 22 Le signe n note un phonème sensiblement équivalent à ng dans le mot allemand Finger.
  • 23 Cf. khmer tang, stieng tōng, batak tan-am « main ».
  • 24 La finale sanskrite -ah correspond à -os du grec et à -us du latin.
  • 25 Cette étymologie de matañgaḥ est exposée par Manfred Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indis (...)

23Il existe un troisième critère par quoi l’emprunt peut être décelé : c’est le critère morphologique. Plus rarement, mais avec non moins de clarté que les critères historiques et phonétiques, il permet de découvrir la source d’un emprunt ou l’intermédiaire qui l’a transmis en lui imprimant sa marque. La structure d’un mot, la présence d’un préfixe ou d’un suffixe sont, pour le linguiste, des indices particulièrement clairs. Un exemple suggestif est le nom sanskrit de l’éléphant mătañgah. Il n’existe pas d’étymologie indo-européenne sérieuse de ce mot. En réalité, il s’agit d’un emprunt du vieil-indien à un parler du groupe austro-asiatique. En effet, en Kinta-Sakai notamment, il existe, pour désigner l’éléphant un mot qui ressemble fort au nom sanskrit précité : c’est mēnton22. L’analyse de ce mot est claire : il se compose du préfixe mē- qui exprime la possession, d’un infixe nasal -n- intraduisible, et du nom de la « main » ton23. Ceci nous fournit l’étymologie de mătañgaḥ, qui contient donc les éléments suivants : le préfixe mă-, le mot tang (non précédé d’un infixe nasal) et la désinence sanskrite des noms thématiques -aḥ24. L’éléphant est donc désigné comme un animal « muni d’une main », c’est-à-dire « d’une trompe fonctionnant comme une main ». Cette conception est familière en Inde. D’après la Maitrāyaṇi-Saṃhitā (4, 5, 7), il y a trois espèces d’être vivants qui se servent non seulement de la bouche, mais encore de la main pour manger : ce sont les hommes, les singes et les éléphants. En sanskrit même, l’éléphant porte deux autres noms qui pourraient bien être des calques de matangaḥ : hastín- et karín-, dérivés de hástah et karah « main » au moyen du suffixe possessif -in-. On retrouve la même relation lexicale en indonésien, entre lima « main » et liman « éléphant », et probablement en dravidien (tamoul) entre kay « main » et kayam « éléphant »25. Une fois découverte par un spécialiste, la structure morphologique de matangaḥ ne laisse pas de doute sur son origine et elle écarte d’emblée toute hésitation à décider qui, du sanskrit et du mon-khmer, a emprunté le mot à l’autre.

24En latin, la présence, dans un mot, de certains suffixes invite à chercher une origine ou un intermédiaire étrusque. Si par exemple cisterna, comme cista, vient du grec κιοτή « boîte, récipient », si lanterna représente le grec λαμπτήρ « lampe », l’addition du suffixe -rna, connu comme étrusque, oblige à penser que l’Étrurie a servi d’intermédiaire entre la Grèce et Rome. Le critère morphologique est significatif, sans être toutefois absolument décisif, car le suffixe -rna a pu être étendu, par analogie, à des mots non empruntés : c’est ainsi que lucerna pourrait bien être analogique de lanterna.

  • 26 J’ai proposé un rapprochement étymologique du hourrite šiu- « dieu » et du (pré) grec θεός dans mo (...)

25Dans la première moitié du deuxième millénaire avant notre ère, le hourrite a joué, entre le suméro-akkadien et le hittite, le même rôle d’intermédiaire que l’étrusque plus tard entre le grec et le latin. Les deux situations se ressemblent d’autant plus que l’on ne connaît guère mieux le hourrite que l’étrusque. Néanmoins, les spécialistes s’accordent à reconnaître un suffixe -ni, qui, fonction-nellement, équivaut à peu près à l’article défini du français. Quand, en hittite cunéiforme, nous trouvons šiuniš « dieu, divinité », je crois que la présence du suffixe -ni implique un emprunt au hourrite et condamne l’hypothèse souvent formulée d’un rattachement au thème indo-européen *deyw- « dieu » (latin deus, divus etc.)26. Le nom hittite du prêtre, šankunniš procède incontestablement du sumérien sa(n)gu qui a le même sens, mais le suffixe -ni oblige à supposer un intermédiaire hourrite. Que des termes du vocabulaire religieux hittite aient été repris au hourrite, il n’y a pas à s’en étonner : c’est le reflet linguistique d’un courant bien connu d’influences religieuses.

  • 27 W. von Wartburg, Grundfragen der etymologischen Forschung, dans Neue Jahrbücher für Wissenschaft u (...)

26J’ai rappelé déjà que la plupart des arabismes ont pénétré dans les langues d’Europe occidentale par deux portes principales, la Sicile et l’Espagne. Il est remarquable que les emprunts ibériques se distinguent des italiens par un trait morphologique : l’article arabe préposé al-27. Le contraste ressort bien du tableau suivant :

  • 28 Si les formes avec l’article al- se sont moins répandues que les autres, il faut sans doute en rec (...)

27A défaut d’autres indices, la présence ou l’absence de l’article al- dans un arabisme suffirait à déceler la voie suivie par l’emprunt28.

***

  • 29 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans Études de linguistique française 2, Pari (...)

28Un quatrième et dernier critère est d’ordre sémantique. « Lorqu’un mot emprunté se retrouve dans plusieurs langues qui, phonétiquement, peuvent avoir fourni l’emprunt, l’origine doit être attribuée à la langue qui possède un sens primitif dont les autres peuvent être dérivés, mais qui, inversement, ne peut en être issu »29.

29Ainsi, pour la forme, le français bizarre pourrait avoir été emprunté, au 16e siècle, aussi bien à l’espagnol qu’à l’italien. Mais l’espagnol bizarro signifie seulement « courageux, mâle », tandis que l’italien bizzarro, emprunté à l’espagnol, a pris le sens différent d’« ombrageux, colérique, d’humeur incertaine ». A cause de la signification, il n’est pas douteux que fr. bizarre vient de l’italien.

30Le verbe français réaliser s’emploie de plus en plus aujourd’hui avec le sens nouveau de « concevoir, se rendre compte ». A première vue, il peut sembler que c’est le résultat d’une évolution sémantique régulière du vieux terme réaliser. Mais que l’on examine les attestations de plus près, on doit constater que le sens nouveau ne dérive pas de l’ancien et que son apparition ne s’explique pas par l’usage antérieur. En vérité, on a attribué à réaliser une valeur supplémentaire distincte sur le modèle de l’anglais to realize. Seul le critère sémantique nous assure de cette influence étrangère sur un mot dont la forme demeure inaltérée.

31Ce critère sémantique est évidemment le plus faible et, à lui seul, il suffit rarement à démontrer une étymologie par l’emprunt. En effet, l’évolution sémantique d’un mot pourrait souvent se restituer de plusieurs façons vraisemblables, si elle n’était éclairée et déterminée par des textes datés et par d’autres documents historiques. C’est pourquoi le critère sémantique n’est souvent qu’un complément du critère historique.

  • 30 Le nom représente probablement le latin Zephyrus. Cf. les dictionnaires étymologiques du français.

32Ainsi, par exemple, il est indubitable que le mot français zèbre, attesté depuis 1600, est l’emprunt de zebro ou zebra, qui, en portugais comme en espagnol du 16e siècle, désignait une sorte d’âne sauvage de la péninsule ibérique30. Mais le sens de « zèbre », c’est-à-dire de petit cheval rayé vivant en Afrique, nous oblige à supposer, même si nous n’en avons pas d’attestation écrite, que la langue donneuse a été sans doute le portugais en usage dans une colonie africaine, probablement dans l’Angola. C’est ainsi que le voyageur anglais Francis Drake a pu prétendre avoir entendu le nom du zèbre de la bouche des indigènes du Congo, lors d’un passage en Afrique dans le dernier quart du 16e siècle.

***

33La recherche des emprunts réclame beaucoup de précision et non moins de prudence. C’est une des parties de la linguistique où les risques d’erreur sont les plus nombreux.

  • 31 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, vol. I, Paris, (...)

34On ne saurait trop insister sur la chronologie des documents pour établir la direction de l’emprunt. Ainsi le terme français de marine ballast a été considéré longtemps comme un anglicisme : c’était notamment l’opinion de Bonaffé dans son Dictionnaire des anglicismes et de Hatzfeld, Darmesteter et Thomas dans le Dictionnaire général. Or, le romaniste P. Barbier a découvert des attestations du mot en français depuis 1399, alors qu’on ne le trouve en anglais qu’en 1530. Si l’on observe, en outre, qu’on ne peut expliquer, en anglais, les graphies anciennes ballasse, bollais, ballace, on est amené à conclure que le terme anglais a été emprunté au parler des marins français, qui l’auraient eux-mêmes repris aux Hollandais31. Mais, comme terme ferroviaire, ballast est indiscutablement un anglicisme.

  • 32 Mots anglo-français, dans Le Français Moderne, 14 (1946), p. 87-99 (nombreux exemples).

35Une autre difficulté qu’on éprouve à discerner l’emprunt, vient de la nécessité de déterminer la langue donneuse. Les anglistes, soulignait Léo Spitzer32, n’ont pas reconnu l’origine française de beaucoup de mots anglais parce qu’ils se sont référés seulement aux dictionnaires de la langue académique, alors qu’il faut puiser aussi dans les glossaires des parlers régionaux, notamment des patois de l’Ouest de la France, et tenir compte des formes anciennes qui ne sont pas relevées dans les dictionnaires.

36Il est une autre erreur facile dans l’identification des mots empruntés : c’est de prendre pour des mots d’origine étrangère des régionalismes qui sont, en réalité, des archaïsmes marginaux. Le piège a été signalé différentes fois à propos du français de Belgique. Le Français d’aujourd’hui qui entend un Liégeois appeler pape de la « bouillie », pourrait soupçonner immédiatement quelque germanisme, d’autant plus qu’on trouve, avec le même sens, pap en néerlandais et pappe en allemand dialectal. En réalité, ce sont les langues germaniques qui ont emprunté le mot. Pape représente le latin pappa et s’il a disparu de l’usage français, on en connaît encore, dans certains parlers régionaux (comme en liégeois), un diminutif papin. Un adjectif empapiné est attesté dans les « Cents Nouvelles nouvelles » dès le milieu du 15e siècle.

  • 33 G. Cohen, Le parler belge, dans Vie et Langage, 3 (1954). p. 263-270.

37Pareillement l’expression belge Je suis quitte de pour « j’ai perdu, je n’ai plus », est un archaïsme : on le trouve bien attesté chez Malherbe33. Vouloir reconnaître là un germanisme en partant du flamand ik ben kwijt, c’est évidemment faire l’histoire à rebours.

***

38Il faut bien dire qu’en dépit du recours à tous les critères possibles, de nombreux emprunts demeurent encore insuffisamment éclaircis. En voici un exemple typique. Il est établi que le polonais husar, huzar, le russe gusar, le serbo-croate gusar (usar), le tchèque husar, l’allemand Husar, l’italien ussaro, le français houssard ou hussard, et l’anglais hussar procèdent, en définitive, du hongrois huszar, qui désignait un soldat à cheval. L’excellence des Hongrois dans le métier de soldat leur ayant valu, au début de l’époque moderne d’être engagés pour former des régiments renommés à l’étranger, il n’est pas étonnant qu’une certaine terminologie militaire hongroise, comprenant des mots comme hussard, dolman, schako, se soit répandue à travers l’Europe.

  • 34 A. G. Preobraženskij, Dictionnaire étymologique de la langue russe (en russe), Moscou, 1910-1914, (...)
  • 35 Les étymologistes ne semblent pas connaître ce mot, qui se trouve dans un texte grec de la période (...)
  • 36 Qu’est-ce qu’un « hussard n ? dans Mélanges E. Boisacq, vol. 1 = Annuaire de l’Institut de Philolo (...)
  • 37 Dictionnaire étymologique de la langue française 4, Paris, 1949, s. v. hussard.
  • 38 Ces mots sont apparentés au verbe χώνω (ancien χώννυμι) « enfouir, cacher ».
  • 39 Les formes slaves du nord sont empruntées au slave du sud. 2 Le toast et le verre à boire : à prop (...)

39Le problème est de savoir d’où le mot hongrois huszar tire son origine. Les uns 34 supposent que huszar s’appliquait d’abord à des pillards, qui furent ensuite incorporés dans l’armée régulière : le mot procéderait du nom du brigand, du pirate en slave méridional : vieux-slave kourǔsarî, χourǔsarǐ, gousarǐ, xousarǐ, bulgare korserǐ, serbe gusar, gusa, usar, croate kursar, gusar, gusa. Le slave lui-même est issu du bas-grec κουρσάρης ou κουρσάρος 35 et, par là, de l’italien ancien corsaro dans un seas qu’atteste aussi notre emprunt français corsaire. Mais les byzantinistes Henri Grégoire et P. Orgels 36 ont proposé une autre étymolcgie de huszar, qui est adoptée notamment par A. Dauzat37. Pour eux, il faudrait partir des termes grecs byzantins χωσά (χονσά) « embuscade » et χωσάριος (χονσάριος) « éclaireur »38. On sait par des textes que χονσά était déjà au 10e siècle emprunté en slave du sud avec le sens d’« embuscade, coup de main, bande de pillards ». La diversité des formes serbo-croates au 13e siècle, notamment gusa « embuscade, coup de main, bande de pillards » et gusar, gursar, kursar, guisar « pillard, pirate »39, doit s’expliquer par un croisement entre les représentants de χωσά et χωσάριος et ceux de κοῦρσα et κουρσάρος d’origine italienne. Il serait, je crois, exagéré de dire qu’il ne reste plus de problème touchant l’origine de « hussard ».

  • 40 Le toast et le verre à boire : à propos du russe stakán, dans Revue des Études Slaves, 28 (1951), (...)
  • 41 Jean Deny, comme d’autres turcologues, emploie par commodité turk pour désigner l’ensemble du grou (...)
  • 42 Cf. M. Vasmer, Russisches etymologisches Wörterbuch, III. Band, Heidelberg, 1955. s. v. stakan (p. (...)

40Voici un autre exemple de la complexité des questions qui restent posées au sujet de certains emprunts. Il est reconnu que l’ancien français toste « grillé » est devenu l’anglais toast au sens de « tranche de pain rôtie » et qu’en 1769, nous avons repris ce mot à l’anglais avec le même sens et sous la forme toste. C’est seulement au 19e siècle que la graphie étrangère toast l’a emporté. Mais l’anglais toast a aussi le sens d’« action de boire à la santé de quelqu’un » : de là le verbe to toast « boire à la santé de quelqu’un ». C’est avec cette signification spéciale que toast est passé d’abord en français : toster en 1750, toste en 1762, toast et toaster au 19e siècle. Pour relier le deuxième sens au premier, les anglistes expliquent qu’avant de boire à la santé de quelqu’un, on avait coutume, en Angleterre, de tremper une rôtie dans son verre. Nous serions bien forcés de croire à l’effet linguistique surprenant de ce geste, si l’orientaliste français Jean Deny n’avait récemment jeté le doute dans la question40. En effet, explique-t-il, il y a, en persan, un mot dostkān, doublet altéré de dostkām (de dost « ami » et kām « amour »), dont le sens propre est « ami, objet aimé », et qui a signifié ensuite « action de boire du vin avec des amis, en passant le verre à la ronde pour exprimer l’amitié » ; de là le mot a désigné aussi la « coupe de l’amitié » et, par extension, un « récipient à boire » en général. Cette coutume a été imitée par les Mongols dont le deuxième grand empire a fiori aux 17e et 18e siècles sous les règnes de Jâhângîr, Shâh Jahân et Aurangzeb. On retrouve en turk41, c’est-à-dire sur un large domaine allant du Kazan au Turkestan, l’emprunt persan tustagan ou tostagan avec des sens se ramenant à celui de « récipient à boire ». Du turk, au temps de la domination mongole, le mot a été repris par le vieux-russe dostokanǔ (16e siècle), d’où vient le russe moderne stakán (dial. stokán) « verre à boire »42, ainsi que des formes altérées lituaniennes et polonaises. C’est également du turk que procèdent le mongol tosha « coupe de bienvenue, coupe » et le mandchou tushu. Si l’on songe qu’au 17e siècle, des représentants anglais, parmi lesquels il faut citer l’orientaliste Sir Thomas Roe, ont pris contact avec la Perse et l’Inde et ouvert la tradition coloniale de l’Angleterre, on peut se demander si toast, au sens d’« action de boire à la santé », ne serait pas un mot oriental repris, avec la coutume, à la cour du grand Mongol et confondu avec le gallicisme toast « rôtie ». Étrange problème de l’emprunt qu’éclairciront peut-être des recherches ultérieures.

***

  • 43 E. Bonaffé, L’anglicisme et l’anglo-américanisme dans la langue française. Dictionnaire étymologiq (...)
  • 44 F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 267 s. — S (...)
  • 45 En anglais, c’est un « fabricant d’allumettes » ou un « arrangeur de mariages ».
  • 46 En anglais, racing man signifie seulement « amateur de courses de chevaux ».
  • 47 D’après John Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 2 (...)

41La tâche de reconnaître les emprunts se heurte encore à une dernière difficulté qui est plus exactement un piège : c’est l’existence de « faux emprunts ». On entend par là des mots nouveaux créés au moyen d’éléments étrangers, et qui n’ont pas été empruntés tels quels. C’est ainsi qu’en français, footing « exercice de marche », dont l’usage déborde largement la langue du sport, n’a pas été repris à l’anglais, qui l’ignore et qui ne connaît footing qu’au sens de « point d’appui » : en réalité, c’est une invention française43. Pareillement rallye-paper a été forgé de bric et de broc au 19e siècle pour désigner une épreuve sportive que les Anglais nomment paper-chase. Wattman, créé chez nous en 1897, n’existe pas en anglais, où l’on dit tram-driver. Il en va de même pour speaker « annonceur à la radio », shake-hand « poignée de mains », carter « pièce abritant la chaîne ou d’autres organes d’une machine, high-life « grand monde, d’allure très distinguée » et standard « meuble employé dans les administrations importantes pour les communications téléphoniques »44. C’est surtout dans le jargon des sports que le snobisme a introduit récemment pas mal de pseudo-anglicismes : matchmaker « celui qui apparie les adversaires » 45(d’après bookmaker), betting « partie d’un terrain de courses réservée aux paris », sellinger « cheval qui prend part à un selling », motoball « sorte de football où les joueurs sont montés sur des motocyclettes », comingman « jeune espoir du sport », recordman « titulaire d’un record », racingman « équipier du Racing-Club de France »46, crossman « coureur qui participe à une épreuve de cross-country », rugbyman « joueur de rugby » et tennisman « joueur de tennis »47.

  • 48 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés(...)

42Ces faux emprunts ne sont naturellement pas une spécialité française. Il en existe partout où, à un moment donné, les mots étrangers ont été à la mode. L’allemand a ses faux gallicismes tels que die Blamage, créé à côté de blamieren « ridiculiser, compromettre », et die Beletage, équivalent de notre « premier étage » ou simplement « premier ». Le hollandais a pareillement inventé baronnes, danseres, secretaresse, pikanterie, artillerist, astronomist, atheīst, colonist, portretteren, dueller en, contrebanderen, antichambreren et une série d’autres néologismes dont le seul tort est de heurter le bon usage48.

  • 49 Sur les faux latinismes, voir J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 154.

43Il y a même de faux emprunts savants, c’est-à-dire exactement des pseudo-latinismes. Harmonium a été créé, en 1840, par le facteur d’orgue Debain. Critérium, introduit en français par Jean-Jacques Rousseau en 1750, est du latin philosophique récent ; depuis 1872, c’est devenu aussi un terme sportif fréquent. Il n’y a pas de latin authentique motus : c’est une latinisation plaisante (depuis 1662) de mot, qu’on employait souvent dans l’ancienne langue au sens de « pas un mot ». Vulgum pecus est un étrange solécisme dont on se demande s’il est une plaisanterie d’écolier ou un mauvais souvenir du profanum vulgus d’Horace. Enfin, toujours familier, citons rasibus « à ras » qui, contrairement à ce qu’on pourrait croire, n’est pas moderne, mais tire son origine d’un argot scolaire du 14e siècle49.

44On voit que le chasseur d’emprunts ne peut pas s’avancer à la légère sur un domaine qui est théoriquement illimité. Ses pistes le conduisent partout et, sans repères précis, il court grand risque de s’égarer. Encore n’a-t-il été question, jusqu’ici, que de mots. Nous allons voir que l’emprunt revêt des formes bien plus subtiles : emprunts de sons, de morphèmes, de sens, de syntagmes, dont l’étude ne va pas sans le recours à des critères extrêmement précis.

Notes

1 D’après V. Pisani, Sull’ imprestilo linguistico, dans Rendiconti dell’ Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 73, 1 (1939-40), reproduit dans le volume Linguistica generale e indeuropea, 1946, p. 62-63 ; et L’etimologia, Milan, 1947, p. 72-73. — Pour T. E. Karsten, Les anciens Germains, adapt. fr. par F. Mossé, Paris, 1931, p. 68 et 185, le nom germanique aurait été emprunté à une langue indéterminée de l’Europe orientale.

2 Cf. A. Ernout, Les éléments dialectaux du vocabulaire latin, Paris, 1909, p. 30-32.

3 Voir les remarques d’A. L. Corin, Nouveaux propos d’un braconnier, dans Bulletin du Dictionnaire Wallon, 19 (1934), p. 121, et les objections d’E. Gamillscheg, Autour des mots wallons d’origine germanique, dans Mélanges Jean Haust, Liège, 1939, p. 159-160.

4 A. Ernout, op. cit., p. 36-37.

5 Paulus Diaconus ex Festo, 28, 23.

6 Une dissimilation analogue de *vov- en bov- s’est produite en wallon liégeois, où vôvale « liseron des haies » (du latin *volvella) présente une variante bôvale.

7 D’autres exemples sont cités par A. Ernout, op. cit., p. 67-68.

8 D’après V. Pisani, L’etimologia, Milan, 1947, p. 69-71.

9 Sur l’étymologie de clāvis, voir A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954. p. 60 ; et les dictionnaires étymologiques du latin.

10 Cāmus, qui n’est pas attesté avant l’Itala, doit, en raison de sa forme, être tenu pour un emprunt ancien au grec. Cf. A. Ernout, op. cit., p. 72.

11 Il est cependant permis de penser que, même dans un mot emprunté comme rosa, la présence d’un r initial a, par une sorte de dissimilation préventive, empêché s (si c’est un s ordinaire) de se rhotaciser. On sait que cette explication a été avancée pour expliquer des mots authentiquement latins : cf. M. Niedermann, Précis de phonétique historique du latin, Paris, 1940, p. 129-130.

12 Cf. A. Ernout, op. cit., p. 52 et note 1.

13 La forme la plus anciennement attestée du nom préindo-européen de l’âne dans les régions méditerranéennes et proche-orientales paraît être le sumérien anšu. Mais le détail des faits reste encore obscur, en dépit d’une série d’études qu’il serait trop long de citer ici.

14 A. Meillet, Caractères généraux des langues germaniques 7, Paris, 1949, p. 39.

15 Avec le vieux-haut-allemand chihhira, ainsi que le moyen-bas-allemand et le moyen-néerlandais keker.

16 V. Pisani, Sull’’imprestito linguistico, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 73, 1 (1939-40), reproduit dans le volume Linguistica generale e indeuropea, 1946, p. 56-58.

17 Th. Thienemann, Die deutschen Lehnwörter der ungarischen Sprache, dans Ungarische Jahrbücher, 2 (1922), p. 107.

18 G. S. Colin dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 26 (1925), p. 109 ; V. Bertoldi, Regionalismi arabi nel romanzo, dans Rivista degli Studi Orientali, 13 (1931-32), p. 367.

19 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 30 (1930), p. 82-112, reproduit dans le volume Philologica, Paris, 1946, p. 21-51 (passim).

20 Il faut reconnaître pourtant que toutes les variations de forme ne justifient pas des reconstructions comme celles dont il est question. Seules les anomalies qui se retrouvent pareilles ou presque pareilles dans plusieurs mots et qui constituent donc des séries cohérentes, permettent de reconstruire, avec des garanties suffisantes, un état de langue antérieur, non autrement attesté. La vraisemblance des hypothèses est diversement appréciable dans les différentes disciplines, selon le nombre et la nature des documents dont on dispose et aussi selon le tempérament et la formation des spécialistes.

21 Cette hypothèse a été développée par R. Fohalle, A propos de κυβερνᾶν gu-bernāre, dans Mélanges J. Vendryes, Paris, 1925, p. 157-178 ; elle a été reprise différentes fois après lui.

22 Le signe n note un phonème sensiblement équivalent à ng dans le mot allemand Finger.

23 Cf. khmer tang, stieng tōng, batak tan-am « main ».

24 La finale sanskrite -ah correspond à -os du grec et à -us du latin.

25 Cette étymologie de matañgaḥ est exposée par Manfred Mayrhofer, Die Substrattheorien und das Indische, dans Germanisch-Romanische Monatschrift, 34 = N. F. 3 (1953), p. 239-240.

26 J’ai proposé un rapprochement étymologique du hourrite šiu- « dieu » et du (pré) grec θεός dans mon article L’œil, déterminatif des divinités, paru dans Minos, 3 (1954).p. 20-29.

27 W. von Wartburg, Grundfragen der etymologischen Forschung, dans Neue Jahrbücher für Wissenschaft und Jugendbildung, 7 (1931), p. 227 s.

28 Si les formes avec l’article al- se sont moins répandues que les autres, il faut sans doute en reconnaître la cause historique dans l’isolement politique de l’Espagne au temps de l’expansion des arabismes. La question de savoir pourquoi les Espagnols ont gardé l’article al-, alors que les Italiens le rejetaient, sera examinée plus loin (p. 213 s.).

29 A. Dauzat, Les mots d’emprunt dans l’argot français, dans Études de linguistique française 2, Paris, 1946, p. 263-264.

30 Le nom représente probablement le latin Zephyrus. Cf. les dictionnaires étymologiques du français.

31 F. Mackenzie, Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire, vol. I, Paris, 1939, p. 51, n. 1. Cf. O. Bloch et W. von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française 2, Paris, 1950, s. v. ballast.

32 Mots anglo-français, dans Le Français Moderne, 14 (1946), p. 87-99 (nombreux exemples).

33 G. Cohen, Le parler belge, dans Vie et Langage, 3 (1954). p. 263-270.

34 A. G. Preobraženskij, Dictionnaire étymologique de la langue russe (en russe), Moscou, 1910-1914, s. v. gusar ; M. Vasmer, Russisches etymologisches Wörterbuch, I. Band, Heidelberg, 1953, Ρ. 323 ; F. Kluge-A. Götze, Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache, 16e éd., 1953, s. ν. husar ; O. Bloch-W. von Wartburg, op. cit., s. v. hussard.

35 Les étymologistes ne semblent pas connaître ce mot, qui se trouve dans un texte grec de la période vénitienne : cf. A. Delatte, Les portulans grecs, Liège, 1947. p. 183, ligne 15.

36 Qu’est-ce qu’un « hussard n ? dans Mélanges E. Boisacq, vol. 1 = Annuaire de l’Institut de Philologie et d’Histoire orientales et slaves de l’Université de Bruxelles, 5 (1937). p. 443-451.

37 Dictionnaire étymologique de la langue française 4, Paris, 1949, s. v. hussard.

38 Ces mots sont apparentés au verbe χώνω (ancien χώννυμι) « enfouir, cacher ».

39 Les formes slaves du nord sont empruntées au slave du sud. 2 Le toast et le verre à boire : à propos du russe stakán, dans Revue des Études Slaves, 28 (1951). p. 43-49.

40 Le toast et le verre à boire : à propos du russe stakán, dans Revue des Études Slaves, 28 (1951), p. 43-49.

41 Jean Deny, comme d’autres turcologues, emploie par commodité turk pour désigner l’ensemble du groupe turco-mongol, et turc quand il s’agit de la langue propre de la Turquie.

42 Cf. M. Vasmer, Russisches etymologisches Wörterbuch, III. Band, Heidelberg, 1955. s. v. stakan (p. 2).

43 E. Bonaffé, L’anglicisme et l’anglo-américanisme dans la langue française. Dictionnaire étymologique et historique des anglicismes, Paris, 1920, s. v. footing, cite les attestations littéraires suivantes : A. Hermant, Frisson de Paris (1895), p. 167 : « Michel se laissa encore prier quelques minutes avant de consentir à remplacer… le cycling par le footing » ; M. Prévost, Princesse d’Erminge (1904), p. 109 ; E. Rostand, Chantecler (1910), III, 1. Je ne sais si vraiment le puriste Abel Hermant a été l’inventeur de ce faux anglicisme, comme l’affirme J. Marouzeau, dans Aspects du français, p. 147. — Le mot anglais qui signifie « exercice de marche » est walking.

44 F. de Grand Combe, De l’anglomanie en français, dans Le Français Moderne, 22 (1954), p. 267 s. — Spécialement sur shake-hand, voir B. Foster, « Shake-hand » : une nouvelle datation, ibid., p. 181-183 ; et G. Esnault, shake-hand, ibid., p. 252.

45 En anglais, c’est un « fabricant d’allumettes » ou un « arrangeur de mariages ».

46 En anglais, racing man signifie seulement « amateur de courses de chevaux ».

47 D’après John Orr, Les anglicismes du vocabulaire sportif, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 299-302.

48 J. J. Salverda de Grave, L’influence de la langue française en Hollande d’après les mots empruntés, Paris, 1913, p. 92, cite aussi quelques mots qui n’étaient peut-être pas reçus dans la langue académique en 1913, mais qui n’étaient pas pour autant inconnus en France. Le français d’aujourd’hui, en tout cas, n’ignore pas principiel, comploteur, styliste, titulature, narcotiser, normaliser et subsidier.

49 Sur les faux latinismes, voir J. Marouzeau, Aspects du français, Paris, 1950, p. 154.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/677/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/677/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search