Version classiqueVersion mobile

La pauvreté dans la région liégeoise à l’aube de la révolution industrielle

 | 
Nicole Haesenne-Peremans

Avant-propos

A mon fils, Thierry

Texte intégral

  • 1 De nombreux travaux ont paru depuis pour compléter ou éclairer certains points de la thèse de P. B (...)
  • 2 R. Hankart, Mendiants et vagabonds dans la Principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans (...)

1Depuis quelques années, la révolution industrielle et le prix dont s’est payée la croissance économique et sociale retiennent l’intérêt des chercheurs. Ce courant profond s’accompagne d’une curiosité très vive pour les « laissés pour compte » de cette lente promotion sociale, ceux qui font aujourd’hui partie du Quart Monde et qu’au moment de la Révolution française, on désignait comme le « Quatrième État ». Paul Bonenfant a fait, en Belgique, œuvre de pionnier en la matière lorsqu’il a publié, en pleine crise économique, Le problème du paupérisme en Belgique à la fin de l’Ancien Régime1. On y trouve posé d’emblée le problème essentiel : la révolution industrielle a-t-elle accru les maux qu’on lui attribue communément : bas salaires, travail des femmes et des enfants, ignorance, alcoolisme ? Ou bien la misère était-elle plus profonde au XVIIIe siècle mais, à défaut de grandes enquêtes sociales, moins bien connue ? L’auteur limite son enquête aux anciens Pays-Bas autrichiens et néglige la Principauté de Liège. Aucune étude d’ensemble sur l’indigence dans la Principauté n’a été publiée à ce jour, à l’exception de quelques monographies sur des formes particulières d’assistance ou de répression2. C’est cette lacune que nous avons voulu combler. Par ailleurs, nous avons évité de nous enfermer dans un seul régime politique, celui des Princes-Évêques. Nous avons préféré étendre ce travail aux régimes français et hollandais afin de déterminer s’il y avait eu au long de ces trois périodes une amélioration ou une dégradation dans les conditions de vie de la population.

1. L’objet

  • 3 B. Geremek, Renfermement des pauvres en Italie ( XIVe- XVIIe siècles). Remarques préliminaires, da (...)
  • 4 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIX(...)

2Les pauvres ont leur place au fond de la scène de l’histoire sociale, non pas en tant que « masse amorphe aux contours mal dessinés » comme l’affirme Geremek3 mais plutôt à la fois en tant que force productrice obscure et sans droit et en tant que danger pour l’ordre public4.

  • 5 Nous suivons en cela L. A. Coser, The sociology of poverty, dans Social. Problems, vol. 13, no 2, (...)
  • 6 J. P. Gutton, La société et les pauvres en Europe (XVIe- XVIIIe siècles), Paris, 1971.

3Qui faut-il considérer comme pauvre ? C’est là une question à laquelle il n’est pas possible de répondre d’emblée car la pauvreté et la richesse sont toujours relatives. Mais, alors qu’il est facile de mesurer la richesse, la pauvreté s’y prête mal même si elle comporte des degrés. Pour notre part, nous avons considéré comme pauvre celui qui est perçu comme tel par la société dans laquelle il vit, société où la classe dominante joue un rôle prépondérant puisque c’est elle qui en « détermine la conscience et la non-conscience »5. La plupart des gens du XVIIIe et du début du XIXe siècle s’accordent à considérer comme pauvre celui qui n’a que son travail pour vivre6. Cette condition peut être passagère, temporaire, directement soumise à l’influence de la conjoncture, en particulier au poids du chômage ; plus rarement, elle est permanente.

  • 7 Cinquante ans d'assistance publique à Liège, 1925-1975, s.l., s.d., p. 290.
  • 8 P. De Meester, La C.A.P. et les indigents, dans B.C.C.B., t. 107, 1974, p. 9.
  • 9 J. P. Launay, La France sous-développée : 15 millions de pauvres, Paris, 1970 ; F. Perroux, Masse (...)
  • 10 H. Van Der Wee, Les archives hospitalières et l'étude de la pauvreté aux Pays-Bas du XVe au XVIIIe(...)

4Il subsiste toujours dans notre pays diverses catégories de pauvres, même si des dispositions légales ont été prises qui visent à protéger les travailleurs contre les aléas de la vie : assurance maladie-invalidité, allocations familiales, assurance chômage, pensions, pécule de vacances, loi garantissant un minimum de moyens d’existence. Il n’y a pas de statistiques officielles en la matière mais des membres des Commissions d’Assistance publique affirment qu’un certain nombre de personnes ne disposent pas, à ce jour, de revenus suffisants pour subvenir à leurs besoins matériels. En décembre 1975, la Commission d’Assistance publique de Liège devait secourir encore 1089 ménages7. Des familles entières sont dans la gêne parce que la personne qui subvient à leurs besoins est dans l’incapacité de travailler à la suite d’une maladie, d’un accident ou d’une quelconque circonstance8. En Grande-Bretagne, dans les années soixante, de 4 à 9 % de la population vivaient en dessous des normes considérées comme un minimum par le gouvernement. Aux États-Unis, en 1962, on dénombrait, selon les critères de l’administration fédérale, 35 millions d’indigents soit près de 1/5 de la population totale. En 1970, un auteur français assurait que dans son pays il y avait 15 millions de pauvres9. Et que dire alors du Tiers Monde où la misère prolifère à l’état endémique ! Si le sort des Européens pauvres, en cette fin du XXe siècle, n’a qu’un rapport très lointain avec celui des laissés pour compte des siècles précédents, il n’en reste pas moins que la pauvreté était et reste un « problème fondamental »10 même si ses caractères ont changé.

  • 11 P. Bonenfant, op. cit., p. 4.

5Son étude est une contribution à l’histoire d’une société et d’une période mais elle peut également éclairer l’histoire du droit, des institutions et des idées11.

2. L’unité de temps

6La pauvreté n’est pas seulement la somme des infortunes individuelles, c’est un phénomène de masse et c’est sous cette forme qu’il faut la saisir si l’on veut en déterminer les causes. Elle atteint, au XVIIIe et au XIXe siècles, des catégories entières de la population.

  • 12 B. Geremek, op. cit., p. 216.
  • 13 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, 1966, t. 1 (...)
  • 14 P Bonenfant, op. cit.
  • 15 J. P. Gutton, op. cit.

7« La montée dynamique du paupérisme »12 se situe à la fin du Moyen Age. Cette situation oblige les autorités et la population à réviser leur attitude en face des pauvres. La législation contre les vagabonds fait son apparition dans toute l’Europe à cette époque. Elle exprime une prise de conscience devant le danger que constitue une masse de misérables que les historiens évaluent alors à près de 20 % de la population13. Parallèlement à ces mesures répressives, des organismes charitables voient le jour pour dispenser l’aumône aux malheureux, sans pour autant leur reconnaître aucun droit. Dans les Pays-Bas, de Charles-Quint à Joseph II, tous les régimes sont aux prises avec l’indigence14. La Principauté de Liège n’échappe pas à ces difficultés qui sont le lot de toute l’Europe15.

  • 16 C Bloch, L’assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, 1764-1790, Paris, 1908, p. (...)
  • 17 Des Essarts, Dictionnaire de la police, sub verbo Hôpital, cité par C. Bloch, op. cit., p. 5.
  • 18 M. Leroy, Histoire des idées sociales en France, Paris, 1946, p. 324.

8A la fin du XVIIIe siècle apparaît une notion nouvelle qu’on peut résumer ainsi : tout homme a droit à sa subsistance. C’est de cette époque, en effet, que date la thèse selon laquelle l’assistance des pauvres doit être « un service national, assuré dans l’intérêt commun, par les représentants officiels de la collectivité, avec les moyens et les ressources dont la puissance sociale légitimement dispose »16. « Si la charité est un devoir de l’homme, la bienfaisance publique est un devoir des nations. C’est la vertu la plus chère des gouvernements éclairés. Tous les administrateurs animés par l’amour du bien public en font la base de leurs opérations »17. Mais il faudra encore longtemps avant que soit reconnu ce droit de chacun au minimum vital. Au XIXe siècle, le pauvre va plutôt être considéré sous l’angle économique d’un homme sans travail, un chômeur et bientôt, perdant son individualité, il se fondra dans l’anonymat du prolétariat18.

  • 19 C. Bloch, op cit.
  • 20 En 1977, Les Commissions d’Assistance publique se transforment en Centres publics d’aide sociale p (...)

9C’est ce passage de l’Ancien au Nouveau Régime que nous avons choisi d’étudier. Se limiter à une période aboutirait en effet à tronquer toute explication. Cette époque de transition est intéressante à plus d’un titre. Outre l’apparition de notions neuves et généreuses à l’égard de l’individu défavorisé, survient un changement profond dans la nature des institutions d’assistance. La Révolution française, fille des Lumières, sécularise la bienfaisance et en fait un objet d’administration générale. Cette nouvelle aide de caractère public, est désormais inspirée plus par des idées de justice sociale et de solidarité que par la charité19. Elle aboutit sous le Directoire, à la constitution des Commissions administratives des hospices civils et des Bureaux de bienfaisance, à l’échelon de chaque municipalité. Nos régions, rattachées à la France, ont adopté, de ce fait, cette nouvelle organisation des secours aux pauvres. Ce mode d’assistance a résisté à deux changements de régime pour durer jusqu’au premier quart du XXe siècle. Le 10 mars 1925, ces institutions ont vécu. La loi organique de l’Assistance publique fusionne les Hospices civils et les Bureaux de bienfaisance et les remplace par une institution unique : la Commission d’Assistance Publique qui reprend à sa charge le soulagement et la prévention de l’indigence de même que le service hospitalier20. Ainsi, au déclin du XVIIIe siècle, apparaissent des institutions qui allaient perdurer dans leurs grandes lignes jusqu’à nos jours.

10La fin du XVIIIe et le début du XIXe siècle sont en outre une période de bouleversements politiques et sociaux importants. Les guerres révolutionnaires laissent après elles de profondes séquelles. Les corporations de métiers, les confréries, les aumônes, les mutuelles de secours sont abolies. Ces suppressions se traduisent-elles par une recrudescence de l’indigence ?

11Au point de vue économique, cette période marque le début de la révolution industrielle, particulièrement dans le textile verviétois et ultérieurement dans la métallurgie liégeoise. A ce développement est associée la genèse d’une classe nouvelle de travailleurs dont les bas salaires, le chômage technologique et conjoncturel deviennent le lot courant. On pouvait se demander si la révolution industrielle qui est à l’origine d’un accroissement de la richesse nationale et partant, d’une amélioration générale des conditions de vie, a eu d’emblée des conséquences bénéfiques pour les indigents. Dans sa première phase, amène-t-elle une réduction de la misère ou, au contraire, multiplie-t-elle une nouvelle espèce de malheureux ? Tout l’éclairage sous lequel se présente l’histoire sociale du XIXe siècle dépend de la réponse apportée à cette question.

3. Une région géographique propice aux comparaisons

12Il était nécessaire de trouver un cadre géographique qui juxtapose des situations contrastées et suggère ainsi des explications synthétiques. De même qu’en se bornant à un seul régime politique, on néglige les changements profonds, en limitant cette étude à la seule ville de Liège, nous perdions la possibilité d’éclairantes comparaisons entre des zones présentant des caractères géomorphologiques et économiques dissemblables : Liège, chef-lieu de province et ancienne capitale, Verviers, à la pointe de l’industrialisation et Huy, en proie aux difficultés d’une reconversion.

13Puisque notre étude couvre trois régimes politiques auxquels correspondent des limites géographiques différentes, nous avons limité le cadre du présent travail à l’entité géographique la plus étroite, c’est-à-dire, aux trois arrondissements de Liège, Huy et Verviers sous le régime hollandais. Nous négligeons de la sorte les parties du territoire de la Principauté qui seront démembrées pour être rattachées aux autres provinces ainsi que les cantons de l’Est qui seront détachés du département de l’Ourthe lorsque nos régions formeront avec la Hollande, le royaume des Pays-Bas. Cette entité géographique limitée à dessein, a l’avantage de correspondre au territoire de la province de Liège jusqu’après la première guerre mondiale et de permettre des comparaisons à travers le temps.

4. Des méthodes qui se complètent

  • 21 Une synthèse sur le rôle des gouvernants en matière d’assistance publique paraîtra sous peu dans A (...)
  • 22 Il faut attendre que soit mis à la disposition des historiens le répertoire complet des patronymes (...)

14Il y a mille manières d’aborder l’indigence. Nous aurions pu envisager de traiter de la bienfaisance et de ses moyens. Mais comment apprécier les institutions sans connaître les hommes pour lesquels elles sont créées21 ? Une étude démographique et sociale appronfondie de la classe indigente aurait fourni, à elle seule, la matière d’un livre mais, dans l’état actuel des sources, cette recherche est encore impraticable22. Aussi, notre travail est-il conçu comme un point de départ en vue de recherches ultérieures. Nous nous sommes avant tout efforcée de donner à cette catégorie sociale des contours démographiques, sociaux, professionnels et culturels plus nets.

15Nous aurions pu aborder l’étude de la criminalité en tant que fille de la misère et nous pencher sur le régime pénitentiaire. Chaque cause eût mérité un développement important. L’examen de la structure économique, sociale et démographique de la population globale eût, lui aussi, été intéressant mais il dépassait nos objectifs.

  • 23 Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 1, p. 495.

16Une des difficultés d’un tel travail réside dans la dispersion des sources et dans leur nature parfois hétéroclite. En 1846, lorsque la Commission centrale de statistique avait manifesté le désir d’obtenir des données sur l’état du paupérisme à Liège durant la première moitié du XVIIIe siècle, la Commission provinciale de Liège déclara : « Les sources sur ce sujet sont peu nombreuses. On ne trouve aux archives de l’État que des édits émanant des princes, édits qui, pendant plusieurs siècles, se répètent les uns les autres et ne présentent aucune donnée qui puisse être utilisée au point de vue de la statistique ou des améliorations philanthropiques : c’est la promulgation pure et simple des édits répressifs. Les archives des hospices de Liège renferment certainement des documents propres à éclairer la question, mais tout en supposant le courage nécessaire pour dépouiller les milliers de volumes in-fol. qui s’y trouvent et que l’on n’a pas ouvert depuis 50 ans, il est douteux qu’on puisse rencontrer des éléments suffisants pour exécuter le travail projeté. Ajoutons encore que différentes collections, même des plus importantes ont disparu lors des invasions du Pays de Liège et ont été transportées au-delà du Rhin d’où elles ne sont jamais revenues »23. Les milliers de volumes du Fonds de la bienfaisance publique aux Archives de l’État à Liège renferment surtout des indications sur la gestion du patrimoine des hospices et des hôpitaux : comptes, registres de fermages, cens et rentes, procès contre des débiteurs, donations, aliénations du patrimoine. Des pauvres eux-mêmes, aucune mention, à de très rares exceptions près. Pour se représenter la vie quotidienne, les misères, les difficultés d’une grande partie de la population au XVIIIe siècle, force est de se rabattre sur les sources fiscales. Elles ont l’avantage de se prêter à l’élaboration statistique et apportent des précisions importantes sur ces ancêtres qu’on aurait pu croire rélégués à tout jamais dans les zones d’ombre de l’histoire. Dans ce domaine pourtant, il est malaisé d’établir des séries représentatives de l’ensemble du territoire étudié. Des remarques semblables s’appliquent aux comptes des menses paroissiales. Par ailleurs, l’usage du formulaire n’étant pas encore répandu, les contenus de documents appartenant à la même espèce sont parfois difficilement comparables.

17Au XIXe siècle, les documents sont un peu moins laconiques mais ils émanent toujours des autorités. Le pauvre est muet. De ses pensées, on ne trouve trace nulle part. Aucun récit ne relate la manière dont il ressent ses besoins, ses souffrances, ses joies. Ce silence est rompu parfois, lorsque la relation d’un bref sursaut de révolte, d’une émeute ou d’une grève révèle à l’historien les problèmes lancinants dans lesquels se débattait alors la majeure partie de la population. Ainsi, le pauvre apparaît d’abord comme un élément dangereux pour la société dans laquelle il vit.

  • 24 J. P. Gutton, op. cit., p. 5.

18Cependant, il s’agit là, en nombre, de la partie la moins importante des pauvres. La plus grande masse des indigents, pauvres honteux ou pauvres honnêtes, est silencieuse. « Il faut raconter des gens qui ne se sont presque jamais racontés [...] or, ces masses muettes, par leur nombre, par leur présence obsédante, ont posé des problèmes, ont fait peur aussi, aux aisés et aux « médiocres », aux riches et aux classes moyennes, dirions-nous aujourd’hui. Aussi, si les pauvres n’ont eu ni le loisir, ni les moyens d’écrire, administrateurs et particuliers ont écrit pour eux. Mais ces témoignages sont orientés par des préoccupations immédiates qui sont celles de charité, d’assistance, de maintien de l’ordre public. Ainsi donc, il faut faire revivre les pauvres avec des documents dont les auteurs se recrutent presque tous hors de leurs rangs »24. Pourtant, c’est à travers les dires, les réactions et les initiatives des dirigeants et des intellectuels qu’il faut arriver à cerner la réalité de la pauvreté, non plus du point de vue souvent subjectif du contemporain privilégié mais du point de vue objectif de l’historien. Là où nous avons rencontré de brefs renseignements sur la vie quotidienne du pauvre, nous nous sommes efforcée de laisser parler les textes, allongeant parfois les citations, puisqu’elles apportaient l’indispensable touche de saveur et de vécu.

5. Une démarche

19Afin de déterminer qui était pauvre à la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant, d’évaluer l’ampleur de l’indigence et de retracer le sort de la frange la plus défavorisée de la population liégeoise, nous nous sommes assignée quatre étapes.

20Un chapitre liminaire esquisse dans ses grandes lignes la situation politique et économique dans notre région durant ce siècle de « Lumières et de révolutions ».

21Il fallait ensuite s’interroger quant aux causes. Des raisons démographiques, économiques ou morales pouvaient expliquer l’état de pauvreté d’une partie considérable de la population et nous avons rendu à chacune d’elle son importance réelle, dans le contexte liégeois.

22Enfin, à travers divers types de sources, tant fiscales que statistiques, nous avons tenté de cerner la « classe pauvre », de déterminer son importance, ses composantes sociales et économiques, sa répartition dans le temps et dans l’espace.

23Nous nous sommes enfin demandé si les moyens mis en œuvre pour les assister étaient réellement efficaces.

6. Les sources

24Comme nous l’avons déjà signalé, les sources directes pour une histoire sociale des plus défavorisés, c’est-à-dire des documents émanant des indigents eux-mêmes, sont pratiquement inexistantes. Les sources indirectes, par contre, sont nombreuses mais elles sont dispersées dans de nombreux fonds d’archives.

25L’essentiel de notre documentation provient des Archives de l’État à Liège. Pour étudier les pauvres sous l’Ancien Régime, le Fonds du Conseil Privé, ceux de la Prévôté, des États et des Cures ont été mis largement à contribution. Nous y avons non seulement découvert des renseignements de caractère administratif, mais également des détails sur l’organisation des secours à domicile et des précisions sur la condition sociale et économique des classes populaires. Les protocoles des notaires ont également été consultés avec profit, notamment pour éclaircir les réactions populaires au moment du legs de Georges-Louis de Berghes. Le Fonds de la Bienfaisance publique, au titre très prometteur, s’est par contre révélé peu utile à l’objet de notre étude. On n’y trouve pas de renseignements concrets sur les hôtes des hospices et hôpitaux, les conditions d’admission ou les mouvements d’entrées et de sorties.

  • 25 Il faut y ajouter trois séries de pièces non inventoriées et disséminées en divers points du dépôt

26Pour le XIXe siècle, les Fonds français et hollandais constituent nos sources de base. Ils sont très riches, tant en ce qui concerne l’organisation administrative de la bienfaisance publique, qu’en ce qui a trait aux conditions de vie de la classe laborieuse25.

27Nous nous sommes efforcée de compléter tous les documents ainsi rassemblés par des renseignements contenus dans le Fonds des Communes. Nous avons en outre dépouillé aux Archives Nationales à Paris et à l’Algemeen Rijksarchief de La Haye, les liasses concernant le département de l’Ourthe et la Province de Liège. Si, à l’examen, le premier de ces Fonds s’est révélé riche en documents complétant les archives liégeoises, le dépouillement des liasses du Binnenlandse Zaken, Armenwesen a été fort décevant. Les pièces sont dispersées dans les différentes liasses selon un classement strictement chronologique et les renseignements obtenus sont souvent d’un intérêt mineur.

28Les Archives de l’Évêché de Liège se sont révélées fort intéressantes pour une étude de la bienfaisance sous l’Ancien Régime, qu’il s’agisse des rapports des visites archidiaconales ou des suppliques aux archidiacres, des papiers de la cure de Saint-Nicolas au Trez ou de la chronique de l’Hôpital des Incurables. La quarantaine de volumes des Documenta Leodiensia par contre renferment peu de précisions sur l’indigence à Liège ou dans la Principauté au XVIIIe siècle.

29La Bibliothèque communale des Chiroux conserve des archives relatives à la période française. Il s’agit principalement d’actes émanant du secrétariat de la mairie ou de correspondance adressée à la municipalité qui complètent des sources conservées aux archives de l’État.

30Les interventions quotidiennes des Bureaux de bienfaisance et des Commissions des hospices sont relatées au jour le jour dans les procès-verbaux des séances. Ceux de Liège sont conservés au siège du Centre public d’aide sociale. Les rapports de la Commission des hospices sont conservés au complet depuis le 2 vendémiaire an VII (23 sept. 1798) par contre, le premier volume des procès-verbaux du Bureau de bienfaisance instauré en l’an V n’a pu être retrouvé alors qu’il avait encore été consulté en 1961 par Julien Lambert lors de l’élaboration de son mémoire de licence. La Commission d’Assistance publique de Verviers a, elle aussi, conservé ses archives. On y retrouve les procès-verbaux des séances du Bureau de bienfaisance et de la Commission des hospices de Verviers et du bourg de Hodimont.

31A Huy, les archives de la bienfaisance publique ont été déposées aux Archives de l’État mais leur classement est encore provisoire. On peut néanmoins y trouver une documentation abondante, d’un intérêt égal à celui des archives de l’Assistance publique de Liège pour la condition des pauvres au XIXe siècle. Pour compléter notre documentation sur Huy et sa région, nous avons également prospecté le Fonds intitulé Ville de Huy, les Fonds des cures et des communes, ainsi que les notes laissées par l’ancien archiviste Fernand Discry.

32Les Archives générales du Royaume à Bruxelles ont également reçu notre visite. Les Fonds prospectés (Administration centrale et supérieure de la Belgique, papiers Bouteville, Ministère de la Justice, Fonds d’Ursel) ont fourni quelques renseignements de caractère fort marginal.

  • 26 L’interprétation do ces sources fait l’objet d’un autre ouvrage N. Haesenne-Peremans, Les pauvres (...)

33A côté des sources d’archives, nous avons utilisé un grand nombre de sources imprimées. Le sort des pauvres a, en effet, préoccupé, à la fin du XVIIIe et surtout dans le courant du XIXe siècle, beaucoup de philanthropes et d’économistes. Nous ne pouvions ignorer leur conception de la bienfaisance, l’image qu’ils se faisaient des indigents, les solutions qu’ils proposaient aux autorités pour adoucir la misère de leurs concitoyens26.

  • 27 Cfr A. Vermeersch, De pers en het pauperisme in Viaanderen : 1845-1848, dans Bijdragen voor de ges (...)

34Enfin, lorsqu’on aborde la période contemporaine, on ne peut négliger l’attitude de la presse locale. Jusqu’en 1830, elle n’est guère polémique sur le problème de la misère. Qu’il s’agisse des libéraux ou des catholiques, ils n’entendent pas, comme ce sera le cas plus tard27, mettre en cause la politique du gouvernement en matière sociale et économique, même à la fin du régime hollandais.

35Nous avons limité nos dépouillements, pour l’époque française, à la Gazette de Liège, pour l’époque hollandaise, au Courrier de la Meuse, de tendance catholique et au Mathieu Laensberg, de tendance libérale.

  • 28 Voir la bibliographie ci-dessous, p. 37-56.

36Les travaux historiques qui traitent du sort des pauvres, de leur place dans la société, des moyens mis en œuvre pour les secourir, deviennent de plus en plus nombreux et témoignent de l’intérêt grandissant pour les problèmes sociaux des siècles passés. Nous n’avons pas l’ambition d’avoir été exhaustive. Nous nous sommes efforcée de tenir compte dans la mesure du possible, des découvertes récentes les plus importantes de l’historiographie en ce domaine28.

Notes

1 De nombreux travaux ont paru depuis pour compléter ou éclairer certains points de la thèse de P. Bonenfant et pour poursuivre son étude dans le temps. La revue Tijdschrift voor Geschiedenis a notamment consacré, en 1975, un numéro spécial au paupérisme et à la bienfaisance dans les anciens Pays-Bas et dans les Provinces-Unies, t. 88, 1975, pp. 449-636 et un doctorat a été défendu par mademoiselle Lis à la V.U.B. sur un sujet analogue.

2 R. Hankart, Mendiants et vagabonds dans la Principauté de Liège aux XVIIe et XVIIIe siècles, dans V.L., 1955, pp. 500-510, G. Henry-Joris, Tentatives liégeoises pour créer un hôpital général au XVIIe siècle, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. 9, 1971, pp. 93-111, Idem, L'Hôpital général de Liège, dans Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux, t. 10, 1972, J. Noël, L'origine et le développement de la Maison de Miséricorde dite Hôpital de Bavière, Liège, Mémoire, 2 vol., 1948, M. Dewé, Les orphelinats de Liège, 1620-1801, Accueil, éducation et formation professionnelle des enfants, dans Annales de la Société belge d'histoire des hôpitaux, t. 13, 1975, pp. 29-128, É. Hélin, Équipement hospitalier sous l'ancien régime. Le cas de Liège, dans Annales de la Société belge d’histoire des hôpitaux, t. 2, 1964, pp. 25-45, Idem, Le sort des enfants trouvés au XVIIIe siècle, dans V.L., 1953, pp. 203-206, Idem, Une approche de la pauvreté : Qui recevait les aumônes distribuées par les curés liégeois ?, dans Leodium, t. 58, 1971, pp. 64-83, P. Demaret, La bienfaisance publique à Verriers, XVIe - XVIIIe siècles, Liège, thèse, 1931 et E. Van Der Made, Le Grand Hôpital de Huy, organisation et fonctionnement (1263-1795), Louvain, 1960.

3 B. Geremek, Renfermement des pauvres en Italie ( XIVe- XVIIe siècles). Remarques préliminaires, dans Mélanges F. Braudel, t. 1, p. 205, Paris, 1972.

4 L. Chevalier, Classes laborieuses et classes dangereuses à Paris pendant la première moitié du XIXe siècle, Paris, 1958.

5 Nous suivons en cela L. A. Coser, The sociology of poverty, dans Social. Problems, vol. 13, no 2, 1965, voir aussi B. Geremek, op. cit., p. 205.

6 J. P. Gutton, La société et les pauvres en Europe (XVIe- XVIIIe siècles), Paris, 1971.

7 Cinquante ans d'assistance publique à Liège, 1925-1975, s.l., s.d., p. 290.

8 P. De Meester, La C.A.P. et les indigents, dans B.C.C.B., t. 107, 1974, p. 9.

9 J. P. Launay, La France sous-développée : 15 millions de pauvres, Paris, 1970 ; F. Perroux, Masse et classe, Tournai, 1972, pp. 104-105 et L. A. Coser, op. cit., pp. 142 et 145.

10 H. Van Der Wee, Les archives hospitalières et l'étude de la pauvreté aux Pays-Bas du XVe au XVIIIe siècle, dans Revue du Nord, t. 48, 1966, p. 5.

11 P. Bonenfant, op. cit., p. 4.

12 B. Geremek, op. cit., p. 216.

13 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, 1966, t. 1, p. 413 et H. Soly, Economische ontwikkeling en sociale politiek in Europa tijdens de overgang van middeleeuwen naar nieuwe tijden dans Tijdschrift voor Geschiedenis, t. 88, 197S, p. 585.

14 P Bonenfant, op. cit.

15 J. P. Gutton, op. cit.

16 C Bloch, L’assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, 1764-1790, Paris, 1908, p. 1.

17 Des Essarts, Dictionnaire de la police, sub verbo Hôpital, cité par C. Bloch, op. cit., p. 5.

18 M. Leroy, Histoire des idées sociales en France, Paris, 1946, p. 324.

19 C. Bloch, op cit.

20 En 1977, Les Commissions d’Assistance publique se transforment en Centres publics d’aide sociale pour répondre aux besoins spécifiques actuels. Voir à ce propos A. Copin, Le projet de loi sur les Centres d'aide sociale, dans B.C.C.B., t. 113, 1975, pp. 152-154 et Cinquante ans d’assistance publique, pp. 671-679.

21 Une synthèse sur le rôle des gouvernants en matière d’assistance publique paraîtra sous peu dans Anciens Pays et Assemblées d’États.

22 Il faut attendre que soit mis à la disposition des historiens le répertoire complet des patronymes contenus dans les registres paroissiaux. D’autre part, une reconstitution de familles portant sur plusieurs milliers d’individu et ce, pendant un siècle, ne peut être menée à bien que par une équipe.

23 Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. 1, p. 495.

24 J. P. Gutton, op. cit., p. 5.

25 Il faut y ajouter trois séries de pièces non inventoriées et disséminées en divers points du dépôt.

26 L’interprétation do ces sources fait l’objet d’un autre ouvrage N. Haesenne-Peremans, Les pauvres et le pouvoir. Un siècle et demi d'initiatives gouvernementales en matière d’assistance et de répression dans la région liégeoise (1689-1830), dans Ancien Pays et Assemblées d’États (sous presse).

27 Cfr A. Vermeersch, De pers en het pauperisme in Viaanderen : 1845-1848, dans Bijdragen voor de geschiedenis der Nederlanden, t. 13, 1958. pp. 81-100.

28 Voir la bibliographie ci-dessous, p. 37-56.

© Presses universitaires de Liège, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search