Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Première partie. Définition et Importance

Chapitre II. Importance et universalité du phénomène

Texte intégral

1Dans toutes les régions du monde, il y a des mots nombreux qui ont accompli et accomplissent encore de surprenants voyages, entraînant avec eux des éléments linguistiques moins directement perceptibles, mais non moins influents. Surtout quand ils sont allés très loin, ils ont reçu le nom de « mots voyageurs » et cette dénomination les personnalise non sans leur conférer un peu de cette poésie qui auréole les héros imaginaires. Pour peu que l’on se souvienne de la formule homérique ἔπεα πτερóεvτα, on se les représenterait volontiers comme de petits êtres qui auraient fait et feraient à tire-d’aile de merveilleuses pérégrinations.

2En retraçant ici un certain nombre de ces voyages de mots, je me propose de montrer, en quelque sorte sur le terrain et sans long commentaire, la diversité, la complexité et l’universalité du phénomène de l’emprunt, et d’en souligner du même coup l’importance peu commune parmi les éléments qui constituent le langage et les langues.

3Je voudrais en même temps et par avance justifier la portée générale des conclusions qu’il me faudra tirer de quelques exemples choisis en des domaines particuliers. Car il importe de tracer dès maintenant cette perspective qui valorise les observations isolées, au même titre qu’une vue aérienne situe dans le plan général d’un site les tranchées d’une fouille, ouvertes ci et là.

4Mieux qu’un examen détaillé, un rapide survol fera ressortir l’uniformité foncière du phénomène de l’emprunt linguistique dans le monde. En même temps, on verra se poser souvent, en termes concrets, les problèmes généraux qu’il nous appartiendra de traiter et de résoudre dans la suite.

***

  • 1 Ce graphique est une reproduction simplifiée de la figure 7 de G. Matoré, La méthode en lexicologi (...)

5Je commence par le français, ma langue maternelle, qui fournit un très grand nombre d’exemples bien étudiés. Il est incontestable que le français se présente, au point de vue de sa structure, comme une forme historique du latin. Mais il s’en faut que tout son vocabulaire soit issu, par une évolution continue et régulière, du vocabulaire latin. En vérité, la majeure partie des mots du français moderne a été « empruntée » au latin des livres, ancien et médiéval, et à un grand nombre de langues diverses. Naturellement, cette richesse lexicale n’a pas été rassemblée de façon systématique, mais progressivement, irrégulièrement et par à-coups. Ainsi l’invasion des latinismes savants date surtout de la Renaissance ; l’italianisme est surtout la marque du 16e siècle, tandis que l’anglomanie a commencé seulement au 18e. Certains graphiques, fondés, il est vrai, sur des données numériques encore imprécises, sont à cet égard très suggestifs : tel celui-ci où se trouvent schématisées les influences exercées par quatre grandes langues étrangères sur le vocabulaire français depuis 15001 :

6Parmi les longues listes de mots que le français doit à l’étranger, je me bornerai ici à relever certains termes fréquents dont l’usager oublie souvent qu’ils sont des produits d’importation.

7Par suite des invasions germaniques dans la Gaule romanisée et à la faveur d’un bilinguisme germano-roman temporaire, un bon nombre de vocables germaniques, particulièrement franciques, ont passé en gallo-roman et, de là, ont survécu jusque dans notre français. Ce sont d’abord des mots de la langue militaire : guerre, guetter, hache, hardi. D’autres comme alleu, bannir, gage témoignent d’un renouvellement des institutions politiques et judiciaires. Le vocabulaire de la vie sociale et même de la vie privée a subi dès lors une certaine germanisation : choisir, gagner, garder, gerbe, haïr, halle, honnir, orgueil, riche.

8Au cours du Moyen Age, l’influence germanique continue de se manifester dans des domaines divers. Voici des vocables du vieux-haut-allemand et du moyen-haut-allemand qui apparaissent alors en ancien français : agrafer, bouter, brèche, bride, danser, écrevisse, galoper, laid, laie, morne, rider, sale, trompe.

9A l’époque moderne, nous n’avons pas cessé de faire appel à nos voisins d’Outre-Rhin, en particulier dans certains domaines où nous les avons jugés excellents ou excessifs. A ces soldats — anciennement surtout à des mercenaires mal considérés —, nous avons emprunté, parfois avec une nuance péjorative, bivouac, blindé, blockhaus, chenapan, halte, havresac, képi, lansquenet, obus, reître, rosse et sabre. A la sévère science allemande, nous devons notamment bismuth, cobalt, gangue, potasse, quartz, spath, tungstène et zinc. Mais soyons justes, nous devons aussi à nos voisins de l’Est, landau et calèche, bière, bock et chope, kirsch et vermouth, choucroute, quenelles et nouilles, fifre et harmonica, valse et trinquer.

10L’italianisme date de la Renaissance. Les guerres d’Italie et surtout le « règne » de Catherine de Médicis ont fait qu’en matière d’emprunts, rien ne surpasse l’influence italienne sur le français préclassique. On connaît trop la précellence des Italiens dans les arts et les techniques aux 14e, 15e et 16e siècles pour s’étonner que nous leur ayons emprunté des termes comme arcade, artisan, balcon, baldaquin, balustrade, banderolle, belvédère, bronze, cartouche, corniche, façade, galbe, médaille, médaillon et mosaïque. Si l’on sait que les Italiens nous ont fait connaître les fêtes à grand spectacle, un théâtre où la mimique et le geste avaient la faveur, et pour tout dire une manière surprenante d’extérioriser la fantaisie et les sentiments, on ne sera pas surpris de leur devoir, depuis la même époque, ballet, bouffon, brusque, burlesque, caprice, caresse, carnaval, carrousel, cavalcade, charlatan, fantasque, forfanterie, masque, mascarade et saltimbanque. Si altesse, courtisan, favori, intrigue et spadassin évoquent les brillantes cours princières qu’illustre le nom de Borgia, nous trouvons tout à côté, dans la même Italie, les origines de canaille, de populace, de malandrin et d’assassin. On sait moins peut-être que nous devons aux Italiens de la Renaissance non seulement des mots essentiels de notre terminologie financière tels que banque, banqueroute, bilan, crédit, douane, faillite, mais encore la meilleure part de notre vocabulaire militaire : alerte, arsenal, attaquer, barricade, bataillon, brave, brigade, canon, caporal, camp, casemate, cavalier, cavalerie, citadelle, colonel, embuscade, escadre, escadron, escarmouche, escorte, fantassin, infanterie, parapet, sentinelle et soldat.

11Au 17e siècle, l’Italie a perdu sa prédominance culturelle, mais elle a gardé, aux yeux des Français, assez de prestige dans le domaine de l’art et de l’ornementation pour qu’ils aient emprunté alors archivolte, cascade, costume, coupole, esquisse, filigrane, fresque, fronton, paravent, pastel, ressaut et salon. Si l’on y ajoute quelques mots divers, agio et solde, cortège et régate, farniente, estafette, bandit, lazaret, carafe, vermicelle, céleri et chou-fleur, on conclura que le 17e siècle français a manifestement moins emprunté à l’italien que les siècles précédents.

12Il n’y aurait guère plus à relever au 18e siècle ; il suffirait de citer aquarelle, pittoresque, camée, maquette, pastiche, dilettante, villégiature, franco, bravo, cantaloup, macaroni et chipolata, si l’Italie n’avait, à ce moment-là, donné au français, comme à presque toutes les langues du monde, la terminologie classique de la musique : sonate, ariette, cantate, arpège, fugue, barcarolle, ténor, cantatrice, bel canto, contralto, soprano, violoncelle, adagio, andante, solfège, allegro, forte, presto, piano, solo etc.

13Depuis le 19e siècle, les emprunts à l’italien se sont faits plus rares : rappelons, par exemple, brio, fantoche, fiasco, fioriture, flemme, impresario, libretto, maestro, malaria. Il n’en reste pas moins vrai, — et notre liste est évidemment loin d’être complète —, que le nombre des mots français tirés de l’italien est véritablement impressionnant puisqu’il atteint environ le millier.

14Malgré l’intérêt de pareils recensements, je ne puis refaire ici le catalogue historique des emprunts du français à d’autres langues. Je me bornerai à en évoquer l’étonnante diversité au travers des exemples les plus connus.

15Au provençal, le parler de Paris a emprunté environ quatre cents mots : entre autres abeille, auberge, badaud, ballade, bourgade, cabestan, caisse, courtier, escargot, fat, figue, flamant, luzerne, rossignol et troubadour.

16De l’Espagne nous sont venus quelques termes militaires, maritimes, littéraires et artistiques, de nombreux mots arabes et une série de noms de produits exotiques — au total environ trois cents mots — parmi lesquels je relève adjudant, alcôve, algarade, anchois, bandoulière, bizarre, cacao, caïman, camarade, cannibale, caracoler, caramel, casque, castagnette, cédille, chocolat, cigare, désinvolte, écoutille, embarcadère, escouade, fanfaron, flottille, guérilla, guitare, hamac, intransigeant, mantille, matamore, nègre, récif, romance, sarabande, sérénade, sieste, soubresaut et tabac. D’autres noms exotiques ou désignant des objets exotiques nous ont été transmis par le portugais : par exemple acajou, bambou, banane, bayadère, caste, fétiche, mandarin, palanquin et véranda.

17Au hollandais et au flamand, le français a pris notamment : amarrer, bélître, bouquin, brodequin, cambuse, chaloupe, colza, digue, étape, frelater, gruger, kermesse, lambrequin, manne, mannequin, matelot, quille, vacarme et vilebrequin.

  • 2 Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire. I… Anglicismes français, thè (...)

18L’influence anglaise sur le français commence au temps du Roi-Soleil, mais c’est proprement au 18e siècle que l’anglomanie s’est développée en France. Aux 19e et 20e siècles, l’introduction d’anglicismes s’est poursuivie de plus belle par suite notamment des contacts forcés de deux guerres et aussi à la faveur d’un certain snobisme. Toutefois il faut noter que la plupart des emprunts récents appartiennent à des langues techniques et notamment à la langue des sports, d’où ils ne passent que peu à peu dans la langue commune. La question des anglicismes en français est maintenant des mieux connues grâce à un livre récent de Frazer Mackenzie2. En renvoyant à cet ouvrage, il me suffira de choisir ici quelques exemples dont l’origine n’est plus guère perceptible au commun des usagers : bifteck, bol, bouledogue, boulingrin, boxe, budget, châle, chèque, clown, coke, comité, confort, corporation, express, flanelle, flirt, humour, international, jury, jute, lunch, paquebot, partenaire, rail, redingote, revolver, rosbif, sandwich, snob, sport, tender, ticket, toast, touriste, tramway, tunnel, verdict, vote et wagon.

19Certains termes, concernant surtout la marine, sont Scandinaves et nous ont été fournis par les Normands, descendants des Vikings : tels sont crique, étambot, étrave, hauban, hune, tillac, turbot et vague.

20Le breton nous a donné quelques mots comme baragouin, bijou, biniou, dolmen.

21Il n’a été question, jusqu’ici, que d’emprunts directs du français à une autre langue. J’ai seulement fait remarquer que plusieurs mots empruntés à l’espagnol ou au portugais avaient une origine arabe ou exotique. Ainsi chocolat vient, en réalité, par l’espagnol, du nahuatl, langue des Aztèques. Si l’on ne tient pas compte des intermédiaires, on peut dire que le français s’est approprié des vocables de presque toutes les langues du monde.

22Si nous considérons l’Europe occidentale et septentrionale, nous rencontrons le gaëlique (écossais) représenté par slogan, le gallois par flanelle, le norvégien par ski. En Europe orientale, nous trouvons une origine tchèque pour calèche, obus, pistole, robot ; hongroise pour coche, dolman, hussard, schako, soutache ; serbe pour vampire ; polonaise pour baba, mazurka, polka ; et russe pour isba, knout, moujik, samovar, scorbut, steppe, troïka et zibeline.

  • 3 Il sera question spécialement des emprunts savants au chapitre V.
  • 4 Au sens de « certificat » et de « contrat ».

23Il est autrement compliqué de dénombrer ce que nous devons au grec. Les emprunts s’échelonnent de l’antiquité à nos jours. Du grec ancien, une série de mots nous sont venus par le canal du latin. Au point de vue du français, ce sont donc des mots « héréditaires ». Tels sont, par exemple, baptême, basoche, beurre, blâmer, boîte, cerise, église, moine, parole, pierre et prêtre. Plus nombreux sont les mots empruntés au grec par la voie « savante » depuis la Renaissance3. Là aussi, d’ailleurs, le latin a souvent servi d’intermédiaire. Citons académie, asthme, céramique, cothurne, démocratie, mélopée, métamorphose, oedème, phosphore, squelette, sympathie, thème etc. Il arrive que certains emprunts savants procèdent du même modèle grec ancien que des mots héréditaires : ainsi basilique et basoche, blasphémer et blâmer, parabole et parole. Il faudrait ajouter sarcophage, emprunt savant, à côté de cercueil, apporté en Gaule au Moyen Age par des missionnaires de l’Église grecque en passant par la vallée du Danube. Quelquefois le mot grec ancien, emprunté par le latin, n’est parvenu en français que par l’intermédiaire de l’italien : c’est le cas de céleri, chiourme, mirabelle et riz. Icone et pope sont passés par le russe, alambic et fanal par l’arabe. Au grec byzantin et médiéval remontent boutique, chaland, drogman, émeri, endive, galère, ganache, golfe, moustache, police et timbre4.

  • 5 Le moyen-indien sakkhara procède du sanskrit çarkarā « grain » : la forme sous laquelle le sucre é (...)

24A la porte de l’Asie, le turc nous a donné café, caviar, cravache, divan, kiosque, odalisque. A l’hébreu nous devons jubilé et rabbin, à l’arabe alcool, algèbre, almanach, chiffre, zénith et pas mal d’autres mots auxquels nous reviendrons bientôt. Azur, bazar, caravane, carquois, lascar, lilas, orange, safran, spahi sont tirés du persan, polo du tibétain, avatar et mandarin du sanskrit, sucre du moyen-indien5, pyjama et shampooing de l’hindoustani, mangue du malabare, cachou du tamoul, bambou, thé et orang-outang du malais, sampan et kaolin du chinois, horde du tartare, mammouth de l’ostiaque, soya du mandchou, enfin bonze et kimono du japonais.

25Tournons-nous vers l’Afrique. L’égyptien nous a fourni oasis, une langue de la Guinée banane, et les parlers nord-africains modernes fez, fourbi, gourbi, matraque, nouba, razzia, smala, zouave, sans oublier les mots populaires ou argotiques maboul, bèzèf, kifkif et macache.

26Outre Atlantique, voici les langues du Nouveau Monde, qui nous ont fourni aussi une série de noms. Cannibale, colibri, ouragan, pécari et pirogue sont dus aux Caraïbes des Antilles et de l’Amérique centrale. Hamac, maïs, savane et tabac sont empruntés plus spécialement à la langue des Arouaks d’Haïti. Nous devons caribou, manitou, mocassin, opossum et peut-être totem aux Algonquins du Canada. Le nahuatl, langue des Aztèques, est à l’origine de cacao, chocolat, copal, coyotte, haricot et tomate. Du quetchua (Pérou) viennent alpaga, condor, guano, lama, pampa et puma. Caoutchouc et coca sont issus de la même région. Caïman paraît tiré d’un ancien parler colombien. Le tupi du Brésil a fourni acajou, jaguar, manioc, tapir et toucan, tandis que le guarani a donné ananas, nandou et tapioca (ce dernier aussi en tupi).

27Enfin, que doit la langue française à la cinquième partie du monde ? Signalons que boomerang et kangourou sont originaires de l’Australie, tabou d’un coin de la Polynésie.

  • 6 Un bref exposé, très suggestif, des emprunts de l’anglais aux diverses langues du monde est donné (...)

28Comme on le voit, il n’est pour avoir quelques notions de l’importance et de l’universalité du phénomène de l’emprunt, que de se pencher sur le vocabulaire de notre langue maternelle6.

***

29Il ne serait sans doute pas moins instructif de suivre la fortune des mots français dans les autres langues. On sait combien la littérature française a excité l’admiration de l’étranger, particulièrement au 12e et au 13e siècle par son originalité, au 17e par sa perfection, au 18e par la hardiesse de ses idées. Depuis le Moyen Age, le français a été largement parlé hors de France. Il a été et demeure encore, mais avec un certain recul, une des grandes langues de civilisation. Faut-il s’étonner de trouver dans le monde tant de gallicismes relatifs aux sciences, aux arts, à la vie militaire, à la vie mondaine, à la cuisine et à d’autres domaines ?

  • 7 Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire. II… Gallicismes anglais, thè (...)

30Ainsi l’Angleterre a gardé, surtout depuis la conquête normande, une foule de mots français. Du catalogue imposant dressé dernièrement par Frazer Mackenzie7, je ne retiens que quelques exemples : alloy (aloi), apéritif, attorney (atorné), avenue, bill (billet), coat (cotte), concil, constable (connétable), curtain (courtine), energy, mess (mets), mistress, navy, reason, rendez-vous, routine, soldier, treaty, usher (huissier).

31L’allemand connaît Adresse, Cliché, Coupé, Liquidation, Liste, Literatur, Lorgnette, Parterre, Portier, Prinz, Rouleau, Salon, Salve, Satin, Zivilisation.

32En italien, nous retrouvons argento, biglietto, bigotto, decadenza, follia, giardino, gioia, malmenare, mangiare, profitto, siluetta ; en espagnol, arrivista, avanguarda, bamboche, banal, bisutería, equipaje, etiqueta (bonnes manières), fondan, hesitar, jardín, jefe (chef), matiné, parvenú, sindicato, suaré (soirée), tirabuzón ; en portugais, berço, chapéo, charrua, loja (boutique), rua.

33En suédois, voici buljong (bouillon), dessert, fason, favör, garage, karikatyr, konselj, matiné (au théâtre), mätress, memoarer (écrits), parveny, ridikyl, tapisseri ; en hongrois, brillantin, brilliroz (briller), lakáj (laquais, valet), lampion, omlett, páráde, zsüri (jury), zsúr (jour = réception intime, thé, gala), szalon ; en roumain, curaj, egoism, funcţionar, milionar, pension, prinţesǎ, salon, simplu, soldat, toaletǎ, et une foule d’autres gallicismes.

34Pour terminer cet aperçu, passons d’un coup au japonais où nous avons aussi quelques représentants : manto, shappo, mayonezu, cognac, hors d’œuvre, shamfan (champagne), rikyu (liqueur), qui ne sont cependant pas tous également répandus dans l’usage.

***

35Si le français nous a permis d’apprécier l’importance et la diversité de l’emprunt, il n’est, pour en juger aussi l’universalité, que de se tourner vers quelques autres langues du monde, anciennes et modernes.

  • 8 L’essentiel a été excellemment exposé par Antoine Meillet dans Esquisse d’une histoire de la langu (...)
  • 9 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 57 ss
  • 10 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 186.
  • 11 Plaute, Pseudolus, aux vers 653-654.
  • 12 Esquisse, p. 111.

36Grande langue assurément et des mieux étudiées par des générations de philologues et de linguistes8, le latin nous fournit une surprenante documentation. C’est au grec que le latin a le plus emprunté9. Depuis le 7e siècle environ avant J.-C, les Grecs installés en Sicile et dans l’Italie méridionale ont exercé une influence considérable sur les régions environnantes grâce à leur supériorité dans maints domaines de la vie matérielle et intellectuelle. Rome, créée sous le régime étrusque au carrefour de plusieurs voies commerciales importantes, a naturellement subi très fort cette influence grecque apportée, de jour en jour, par des gens d’affaires, des marins, des artisans, des maîtres d’école, des voyageurs de toute espèce. Il n’est pas exagéré de reconnaître là une cause majeure de son précoce et extraordinaire essor en comparaison des autres cités italiques. Pour ce qui concerne la langue, les premiers textes conservés ne nous font malheureusement pas remonter au-delà de la seconde moitié du 3e siècle avant notre ère. A cette époque, nous trouvons la première manifestation d’une littérature qui s’inspire incontestablement des modèles grecs, mais qui recourt dès alors à des moyens linguistiques différents. D’un côté, Plaute laisse ses personnages, ses esclaves notamment, parler — ou presque — la langue populaire urbaine, familière, colorée, volontiers triviale. Dans cette langue, les mots grecs nombreux viennent de la rue. « Ils équivalent, écrit Jacques Perret10, aux mots italiens ou espagnols qui traînent dans l’argot marseillais ». Peut-être, d’ailleurs, existait-il un certain bilinguisme gréco-latin fort imparfait et d’usage populaire : certaines plaisanteries, comme celle de Pseudolus sur le nom d’Harpax11, supposent (Meillet en a justement fait la remarque12) « que les auditeurs — c’est-à-dire le gros public — comprenaient des mots grecs familiers ».

37On découvre, chez Plaute, une série de mots empruntés au vocabulaire grec des affaires : epistula, symbolus, syngraphus, trapezita. D’autres remontent à une science grecque déjà vulgarisée : philo-sophari, glaucuma, dolus. Le plus grand nombre désignent des objets et des activités de la vie courante : c(h)orda, colap(h)us, techina, mina, talentum, drachuma, oleum, ampulla, opsonare etc. Le vocabulaire du plaisir est farci de grec : hilarus sonnait sans doute, au début de l’emprunt, comme notre « rigolo », et il ne serait pas déplacé, pour rendre cinaedus en français, de recourir à tel mot argotique qui brave l’honnêteté. Pour les Latins du temps de Plaute, graecari, pergraecari, congraecari « faire le Grec », c’est ce que nous appelons « faire la noce » ou encore, d’un mot emprunté au nord-africain, « faire la nouba ». Il a dû y avoir, dans l’emploi de pas mal d’hellénismes, quelque chose d’irrévérencieux et de volontairement débraillé : opsonare, opsonitare, c’est « aller à la boustifaille, boustifailler » ; philosophari, c’est « pérorer » ou même « barratiner ». Il n’est pas jusqu’aux multiples jurons qu’on ne se soit plu à imiter des Grecs : hercle, mehercle, ecastor, mecastor, pol, edepol, euge, eugepae, age et apage.

38Mais tandis qu’un courant d’hellénisme de mauvais ton s’installait ainsi dans le parler vulgaire de Rome, les gens distingués, les aristocrates, les écrivains qui, comme Ennius, Pacuvius et Attius, cultivaient des genres sérieux, ceux qui, comme Térence, faisaient rire avec mesure un public soucieux de dignité, ont épuré leur latin de trop d’emprunts dégradants et n’ont conservé que les termes nécessaires pour désigner des notions étrangères, par exemple philosophus (au sens correct), eunuchus, parasitus, tyrannus.

39Mais d’un autre côté, les poètes se sont tournés vers les grands modèles grecs, vers Homère et les tragiques notamment, et ils leur ont emprunté d’autres mots grecs sans rapport avec le parler vulgaire et susceptibles de rehausser le ton poétique : musa, melus, delphis, tropaeum. C’est la tradition « académique » qu’illustrent plus abondamment Virgile et Horace à la belle époque.

40Autre tradition parallèle et académique elle aussi, c’est l’emprunt au grec de la terminologie scientifique, philosophique ou technique, notamment par des prosateurs comme Cicéron, Pline l’Ancien et Vitruve. Il suffit de citer geometria, physica, embolia, gyrus, podium, tropus, dialectica, grammatica, rhetorica.

  • 13 Cf. entre autres Silvia Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Em (...)

41Entre les deux influences hellénisantes, l’une vulgaire, l’autre littéraire et savante, il convient de faire encore une place à une autre vague d’hellénisme qui a envahi le monde romain après la victoire de Pydna et surtout après le testament d’Attale III (133 av. J.-C.) et l’organisation de la province d’Asie. Le dernier siècle de la République et les deux premiers de l’Empire, en particulier, ont vu affluer de Grèce, dans les classes les plus hautes de la société romaine, les idées de luxe, de vie gracieuse, de sentimentalité délicate, et il en est résulté une mode nouvelle des mots et des tours grecs dans la langue latine pour exprimer les plaisirs de la table, les soins de beauté, les affaires de cœur, les formes de libertinage : par exemple archimagirus « cuisinier en chef », orexis « appétit », epidipnis « dessert », aliptes « masseur des thermes », dropax « instrument à épiler », popysma « gazouillement », zelotypus « jaloux », draucus « pédéraste »13.

42Ainsi, sous l’angle de l’hellénisme, le latin classique présente, à mon avis, quatre aspects sensiblement distincts : l’hellénisme populaire, l’hellénisme poétique, l’hellénisme scientifique et l’hellénisme de raffinement. C’est dire que le même écrivain peut employer des emprunts grecs avec des valeurs ou des nuances très différentes. Quand Cicéron prononce un discours en public, il évite les mots étrangers et n’accepte que les hellénismes anciens, adoptés dans la langue « académique ». Dans ses traités philosophiques, il fait naturellement appel à des termes techniques grecs ou à leurs calques latins. Mais quand il écrit librement, surtout dans les lettres à son ami Atticus, il emploie souvent des expressions grecques qui ont, pour lui, des nuances et des résonances sans équivalent en latin. Je ne veux en prendre qu’un exemple (ad Att., I, 14, 6) : ille alter uno vitio minus vitiosus quod iners, quod sommi plenus, quod imperitus, quod ἀπρακτότατος, sed voluntate ita καχέκτης ut Pompeium … odisse coeperit « Chez le second, — pourrait-on traduire —, un seul vice rend les autres défauts moins redoutables : il est paresseux, endormi, propre à rien, poltronissimo, mais avec cela tellement malintenzionato qu’il s’est mis à détester Pompée lui-même… ».

  • 14 Sur la diversité des hellénismes chez Pétrone, voir : A. H. Salonius, Die Griechen und das Griechi (...)

43Après la bataille décisive d’Actium, la société romaine a changé profondément. La vieille aristocratie, gardienne fidèle de la pureté de la langue, disparaît. On voit affluer dans la capitale de l’Empire, une lie internationale parlant sinon le grec, du moins un sabir à base de grec hellénistique. Il se produit alors, à Rome, une montée du parler populaire et, à partir de Néron, une recrudescence d’hellénismes, tantôt techniques, tantôt non-techniques et vulgaires. Pétrone, à ce point de vue, rejoint Plaute14. Enfin, tardivement, au fur et à mesure que baisse, chez les lettrés, la connaissance du grec, on traduit et on transpose du grec en latin un bon nombre d’ouvrages scientifiques et religieux : il en résulte encore une fois un riche apport d’hellénismes.

  • 15 Voir l’appendice bibliographique p. 361-367.
  • 16 D’après J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 80, il y aur (...)

44Toute cette influence du grec sur le latin a été étudiée dans un grand nombre d’ouvrages spéciaux15. On ne peut songer à faire l’histoire de la langue latine sans accorder une très large place aux hellénismes16.

***

  • 17 Cf. W. Schulze, Zur Geschichte der lateinischen Eigennamen, Berlin, 1904.
  • 18 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguis (...)

45Mais le latin n’a pas emprunté seulement au grec. Les Étrusques, fondateurs et premiers organisateurs de Rome, ont dû laisser, en latin, des traces linguistiques appréciables, si l’on en juge d’après l’importance des éléments étrusques décelés dans l’onomastique17. Malheureusement, nous ne connaissons encore que très mal la langue étrusque et les essais pour établir l’origine étrusque de certains mots latins restent presque toujours des hypothèses incontrôlables18.

  • 19 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 91-92.

46Dans son expansion, le latin s’est trouvé aussi en contact avec d’autres langues comme le gaulois, l’ibère, le germanique avant les invasions du 5e siècle. Il serait trop long d’entrer davantage ici dans le détail de ces questions19 : il suffira de les avoir signalées por montrer l’importance des emprunts dans une des principales langues de l’antiquité.

***

  • 20 Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 304.
  • 21 Ibid., p. 305.
  • 22 J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. 159-160. Sur l’influence latine en (...)

47Contrairement au latin, le grec ancien, classique et postclassique, n’a guère été réceptif aux emprunts. « La fierté que les Grecs avaient de leur civilisation, a écrit Antoine Meillet20, se traduit d’une façon remarquable dans la langue : toutes les langues empruntent des mots aux langues voisines ; or, aucune n’a moins emprunté — à date historique — que le grec ». On ne trouve, en effet, en grec ancien, que quelques termes techniques étrangers, quelques noms d’objets importés. Pourtant, si la langue des classes supérieures de la population n’admet guère d’emprunts, on doit supposer qu’il en était autrement dans le peuple, surtout dans la population mêlée des cités coloniales. Les vers du poète Hipponax renferment des éléments pris à des langues d’Asie Mineure. Le grec de Sicile connaissait, au moins dans l’usage vulgaire, des mots venus d’Italie comme λίτρα, ỏγκία et πόρκος. « Il n’y a pas, continue Meillet, » de langue plus rebelle à l’emprunt à des langues étrangères que le grec de l’époque classique parce qu’il n’y a eu nulle part de civilisation plus évidemment supérieure aux civilisations voisines que n’était, dans l’antiquité, la civilisation hellénique. Et de conclure un peu plus loin21 : « Pour déterminer l’entrée d’une masse plus grande de mots latins et ensuite de mots romans, il a fallu la ruine de la civilisation hellénique ». En effet, sous l’occupation romaine, on assiste à une certaine pénétration du latin. Mais cette influence demeure purement lexicologique. La phonétique et la morphologie ne sont jamais entamées. La syntaxe l’est parfois, mais d’une façon passagère, superficielle, on peut même dire artificielle, si l’on pense à tels sénatus-consultes où le traducteur a rendu l’ablatif absolu du latin par un datif grec (au lieu du génitif) et a transposé scribundo adfuerunt en γραФομένῳ παρῆσαν. On douterait davantage que ces tournures aient jamais été réellement en usage si l’on savait que les versions grecques des sénatus-consultes étaient faites à Rome par des Romains22.

48En grec byzantin, la pénétration latine est réelle dans l’administration et le droit. Dès alors et au Moyen Age, on assiste, par l’effet du trafic maritime, à une influence étrangère, surtout italienne, de plus en plus marquée. Qu’on songe à des mots comme πονέντε, λεβάντε, κουρσάρος, πλάτζα ou πιάτζα.

49A l’époque moderne, c’est surtout l’italien qui a fourni à la Grèce la meilleure part de ses termes de civilisation : entre autres βάλσι « valse », τραῖνο « train », καπρίτζιο « caprice », Фρουττα « fruits », ἐντράδα « entrée » (dans un repas), κομπλίμεντα « compliment », κραβάτα « cravate », καναπές « canapé », κατσαρόλα « casserole », κορσέτο « corset », σούπα « soupe », λεμόνι « citron », ỏμπρελλα « parapluie », μπιλιάρδο « billard », πατάτα « pomme de terre », etc.

***

  • 23 Bien observé déjà par Marcel Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, Paris, (...)

50Parmi les grands domaines de l’emprunt linguistique, on ne peut manquer de citer aussi l’arabe. L’expansion musulmane, en portant depuis le 7e siècle la langue du Coran en Asie, en Afrique et en Europe, a provoqué des contaminations d’une espèce peu commune, puisque le plus souvent les types linguistiques en présence étaient fort différents. En Europe, les vocables arabes ont pénétré de multiples manières. D’une façon générale, les deux grandes portes par où des arabismes sont entrés dans l’Europe occidentale, sont la Sicile, conquise par les Sarrazins, et la péninsule ibérique, soumise à la domination des Maures23. Le français a connu amiral et matelas par la Sicile, calife et girafe par l’Espagne.

  • 24 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 422 ; W. Taylor, Arabic Words in E (...)

51C’est principalement par les universités réputées de Salerne d’une part, de Séville, Tolède, Grenade et Cordoue d’autre part, que la science arabe s’est répandue en Occident, nous apportant, par l’enseignement direct ou par le moyen de traductions latines, des termes savants qui ont survécu jusqu’aujourd’hui en italien, en espagnol, en français et ailleurs. Pour nous borner au français, citons en astronomie zénith, en alchimie alambic et alcool, en mathématiques chiffre et algèbre, en médecine et en pharmacie élixir et sirop. L’influence de ces postes avancés arabes ne doit pourtant pas faire oublier les arabismes rapportés par les Croisades, comme gazelle, ni ceux qui proviennent des relations commerciales avec l’Orient, comme coton, que nous devons aux marins génois. Dans plusieurs cas, les Arabes nous ont transmis des mots qu’ils avaient eux-mêmes empruntés. Du persan sont issus azur, caravane, safran, carquois, orange et sucre (ce dernier originaire de l’Inde). Par ailleurs, ce sont des mots latins oryza, persica, pastinaca, praecoquum, Castrum, qui, par le canal de l’arabe, ont donné en espagnol respectivement arroz, alberchiga, biznaga, albaricoque (notre « abricot ») et alcazar24.

  • 25 W. Taylor, op. cit., p. 567.

52Parfois, entre l’arabe et les langues occidentales, il y a des intermédiaires : le grec byzantin pour carquois, le turc pour divan, sofa et café, le nord-africain pour razzia, smala, zouave, nouba, matraque et maboul. Le nombre des emprunts arabes diffère naturellement dans chacune des langues romanes occidentales : tandis que l’italien et le français en ont relativement peu, on en a compté environ six cents en portugais et à peu près mille en espagnol. En anglais on a compté environ un millier d’arabismes, mais il n’y en a guère que 260 qui soient d’usage courant25. Il n’est pas nécessaire d’insister sur les problèmes variés qui se posent concernant tous ces emprunts.

  • 26 H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Z (...)

53La moisson d’exemples serait plus riche encore si nous pointions les arabismes en persan, en turc, en ourdou, en soudanais, en swahili. Quelle surprise pour un helléniste de rencontrer, dans le parler de Zanzibar, les mots jinsi (ginsi) « genre, manière, air », karatasi « papier », kalamu « plume à écrire », qui, par l’entremise des transcriptions arabes ğins, qirţās (pl. qarāṭīs) et qalam, représentent les vieux vocables grecs bien connus, γένος, χάρτης et κάλαμος26 !

***

  • 27 En tamoul actuel, plus du tiers du vocabulaire vient du sanskrit. Il y a naturellement beaucoup pl (...)
  • 28 Il faut savoir que le sankrit a joué dans l’Inde le même rôle que le latin scolas-tique en Europe (...)

54Un aspect différent de l’emprunt se présente dans l’Inde. Il y a, dans les langues dravidiennes, un nombre si important de mots d’origine sanskrite 27 que même des pandits orthodoxes ont cru longtemps que ces langues étaient issues du sanskrit28.

  • 29 L’ouvrage capital sur les langues dravidiennes reste celui de R. Caldwell, A Comparative Grammar o (...)

55Il a fallu l’apport des savants européens, principalement de R. Caldwell29, pour démontrer que le tamoul, le télougou, le kannara et le malayalam constituent une même famille distincte du sanskrit et plus généralement de l’indo-aryen. Les éléments communs aux deux groupes s’expliquent donc par des emprunts.

  • 30 Le mot tamoul col signifie « mot ». Les termes grammaticaux cités se traduisent littéralement : iy (...)
  • 31 Sur cette terminologie, voir entre autres : H. Beythan, Praktische Grammatik der Tamilsprache, Lei (...)

56Compte tenu de cet avertissement, nous pouvons tirer largement profit des travaux des grammairiens de l’Inde sur les mots sanskrits empruntés par le dravidien. Ainsi, dans la plus ancienne des grammaires tamoules connues, le Tolkāppiyam (vers 400 après J.-C), nous trouvons les mots répartis en quatre catégories lexicales : les mots ordinaires ou iyaṟcol, les termes savants ou tiricol, les régionalismes et dialectismes dravidiens ou ticaiccol, enfin les sanskritismes ou vaṭaccol30. Ces derniers sont ensuite partagés en deux classes par les grammairiens. D’une part, le terme emprunté est appelé taṟcamam (du sanskrit tatsamah), quand il conserve en tamoul, sauf à la finale, les mêmes lettres qu’en sanskrit : c’est donc l’emprunt inaltéré. D’autre part, on l’appelle taṟpavam (du sanskrit atbhavaḥ) s’il présente d’autres lettres en tamoul qu’en sanskrit : c’est donc l’emprunt altéré 31. La même distinction a été faite plus tard dans les grammaires du telougou, du kannara et du malayalam. Pareille observation se retrouve souvent dans les études modernes de l’emprunt.

57La période la plus ancienne d’introduction de mots sanskrits en tamoul est attestée par le Tolkāppiyam déjà mentionné. Ce sont des vocables que des brahmanes immigrants ont apportés dans le Sud avec leurs institutions et leurs cérémonies. On relève à cette époque déjà teyvam (skr. daivam « divinité »), kāraṇam (skr. kāraṇam « cause, origine »), kālam (skr. kālaḥ « laps de temps, destin, fin »), ulakam (skr. lōkaḥ « monde »), pūtam (skr. bhūtaḥ « être, créature »), paruvam (skr. parvan « section, division du temps »), uvamam (skr. upamā « comparaison, ressemblance ») etc.

58Mais ce ne sont pas exactement les mots sanskrits varņah « forme, couleur, sorte, caste », nityam « toujours », cūrṇam « poudre » et ājñā « ordre, commandement » que représentent, dans le Tolkappiyam, respectivement vaṇṇam, niccam, cuṇṇam et āṇei : les modèles sont incontestablement des formes prâkrites, c’est-à-dire évoluées et correspondant à l’usage parlé contemporain.

59Une deuxième période d’emprunt du tamoul aux parlers aryens est celle de la prépondérance jaïniste. Il y a eu, alors, une grande production d’ouvrages tamouls dans lesquels les Jaïns ont fait entrer pas mal de prâkritismes : citons, en renvoyant, pour plus de clarté, au sanskrit, tammam (skr. dharmaḥ « loi, règle »), accaṇandi (skr. aryaṇandin « fils de noble »), kappam (skr. kalpah « règle sacrée »), uyyānam (skr. udyānam « parc »), vatam (skr. vratam « vœu, règle d’observance »). A la même époque, le travail de traduction introduit, dans le tamoul savant et littéraire, un grand nombre de termes proprement sanskrits. Il faut compter aussi, dans les premiers siècles de notre ère, par suite de l’influence du bouddhisme cingalais, avec l’intrusion de mots pâlis. Dès cette époque, les grammairiens tamouls ont codifié la transcription des mots sanskrits, mais ils ne se sont pas inquiétés des emprunts moins respectables aux prâkrits et au pâli.

  • 32 D’après S. Anavaratavinavakam Pillai, The Sanskritic Element in the Vocabularies of the Dravidian (...)

60Enfin, on distingue une troisième période, relativement récente, d’introduction de mots sanskrits en tamoul. Cette fois, par un phénomène qui caractérise aussi chez nous les emprunts récents, les mots sanskrits sont pris sous leur forme authentique et translitérés rigoureusement grâce à l’appoint de signes nouveaux (j, ş, s, h, kş) puisés dans l’écriture grantha. C’est ainsi qu’à côté des emprunts anciens et classiques ceyam, kaţţam, vattu, ari, on voit apparaître des formes nouvelles jayam « victoire », kastam « mal, malheur », vastu « objet, réalité » et hari « fauve, lion, cheval, singe, Vichnou »32.

***

  • 33 Une bibliographie et un état de la question sont donnés par Manfred Mayrhofen dans les Symbolae Hr (...)

61Il y a un moins grand nombre d’emprunts du sanskrit aux langues dravidiennes. La grande langue indienne de civilisation a naturellement moins reçu qu’elle n’a donné. Le préjugé d’antériorité que les savants de l’Inde ont longtemps attaché au sanskrit, les a pendant lontemps empêchés de reconnaître quel était l’emprunteur. Ce sont encore une fois les linguistes européens qui ont le mérite d’avoir décelé ces éléments étrangers du sanskrit et non seulement les éléments dravidiens, mais aussi les emprunts aux langues austro-asiatiques33. Dès le 19e siècle, nīrám « eau » et mīnáḥ « poisson » ont été rapprochés des mots tamouls de même sens nīr et mīņ. Aujourd’hui, de savants indianistes ont pu dresser de longues listes de mots sanskrits dont l’origine dravidienne est parfaitement établie. Je n’en relève que quelques exemples en les faisant suivre de quelques-unes des formes dravidiennes correspondantes :

  • 34 De là dérive le nom de la Grande Déesse indienne Kāli : cf. J. Przyluski, La Grande Déesse, Paris, (...)

anala- « feu » (tamoul aņal, malayalam anal « feu ») ;
kāla- « noir » (tamoul kār, kannara kār « noirceur »)34 ;
kuṭi- « hutte, maison » (tamoul et malayalam kuti « hutte, maison ») ;
cumb- « donner un baiser » (tamoul cūppū, cūmpu « sucer ») ;
Paṇḍita- « sage, savant, érudit » (télougou paṇḍu « mûrir », « mûr », paṇḍa
 sagesse, intelligence ») ;
bala- « force » (tamoul valant, kannara balume « force ») ;
mālā- « grappe, guirlande » (tamoul mālai, malāyālam et télougou māla « grappe, guirlande »).

  • 35 D’après Th. Burrow, The Sanskrit Language, Londres, 1955, p. 379-388.

62Il y a très peu d’emprunts dravidiens dans la langue de la littérature védique. La majorité apparaissent dans le sanskrit classique au cours d’une période qui couvre à peu près les cinq derniers siècles avant J.-C. A cette époque, les rapports avec les régions dravidien-nes de l’Inde du Sud sont peu suivis et il y a tout lieu de penser que les emprunts du sanskrit ont été faits à des parlers dravidiens qui étaient encore vivants dans le Nord de la péninsule, notamment dans la vallée du Gange, et qui ont aujourd’hui complètement disparu35.

  • 36 Ibid., p. 377-379. — Je reviendrai plus loin (p. 56) à l’étymologie de mātangah.

63Bien que notre connaissance des langues austro-asiatiques, en particulier des langues muņda, soit encore fort insuffisante, il a été possible de retrouver de ce côté-là l’origine d’une petite série de mots sanskrits : par exemple anganā « femme », kārpāsa-« coton », tāmbūla- « bétel », mātanga- « éléphant », lāngala- « charrue »36.

  • 37 Ibid., p. 373.

64C’est à l’influence du substrat et de l’adstrat que l’indo-aryen doit sans doute d’être la seule branche indo-européenne à posséder des occlusives cérébrales37. Il est remarquable qu’une série de mots comportant le groupe de consonnes cérébrales ṇḍ, sont des emprunts : kuṇḍam « vase à soma » et gaṇḍah « bosse » seraient d’origine dravidienne, tandis que aṇḍam « œuf », daṇḍaḥ « bâton », piṇḍaḥ « motte, boulette », paṇḍaḥ « eunuque » viendraient plutôt de l’austro-asiatique.

65On imagine sans peine combien pareils emprunts ouvrent de perspectives inattendues et fournissent de repères précieux aux historiens et surtout aux préhistoriens de cette Inde ancienne à laquelle la notion du temps et le sens de l’histoire semblent avoir toujours manqué.

***

  • 38 Cf. entre autres l’inventaire suggestif dressé par Ph. M. Palmer, Neuweltwörter im Deutschen, Heid (...)
  • 39 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948.

66Il est une autre histoire que les mots d’emprunt contribuent amplement à écrire et qui serait, sans eux, incomplète : c’est celle des grandes découvertes et de la colonisation européenne dans les régions lointaines de l’Ancien et du Nouveau Monde. Du portugais et de l’anglais parlés dans l’Inde, des mots ont passé inévitablement dans le portugais et l’anglais d’Europe et par là ils se sont souvent répandus dans d’autres langues occidentales. N’en prenons comme exemple que bazar et boy. Premiers découvreurs de l’Amérique, les Espagnols et les Portugais, puis les Anglais, ont repris à des parlers indigènes pas mal de mots qui ont rayonné ensuite dans la plupart des langues européennes : on connaît surtout les noms du tabac, du maïs, de la tomate, du chocolat et de toute une série de produits naturels38. Les mots empruntés dans ces conditions à une multitude de parlers répandus partout dans le monde, sont venus, en quelque sorte, s’agglomérer d’abord dans trois ou quatre langues européennes, avant de se répandre ailleurs. C’est pourquoi on les a quelquefois appelés des emprunts « périphériques »39.

***

  • 40 Voir E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 561-562 ; et les ouvrages cit (...)

67Certaines langues sont des paradis de l’emprunt. On voudrait pouvoir s’attarder, par exemple, au roumain, qui doit à son histoire et à sa situation géographique particulière tant d’éléments slaves, hongrois, turcs et grecs40. On ferait aussi ample moisson à glaner dans le turc moderne les mots innombrables empruntés non seulement à l’arabe et au persan, au grec et à l’italien, mais encore à l’anglais, à l’allemand et au français. Bornons-nous à citer quelques-uns des gallicismes qui illustrent le mieux la pénétration, en Anatolie contemporaine, de la civilisation moderne occidentale : alfabe, apartiman (appartement, étage), barometre, demokrasi, gazette (d’où gazetici « journaliste »), grup, istasiyon (station, gare), kilo, klüp (club = association), kültür, kumandan, lüks (luxe), madam (madame, femme chrétienne), marş (marche), meteorologi, mizampli (mise-en-pli), morfin (morphine), rejim, şimendifer (chemin de fer), sinema, spor, tren (train), etc.

  • 41 D’après L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, n° 3 = Word, 10 (...)

68La plus ancienne influence marquante de la civilisation moderne sur les Esquimaux du Nord du continent américain, est d’origine russe. Elle se marque dans les nombreux emprunts russes qui subsistent encore aujourd’hui dans les parlers esquimaux. Ce sont des mots qui désignent des aliments, des objets ménagers, des vêtements, des habitations, des animaux domestiques, des techniques et, enfin, des notions religieuses et intellectuelles. En voici quelques exemples : kalapīnaq « fusil » (russe karabín), kasītaq « journal » (russe gazéta), kuluvaq « vache » (russe korόva), kaltūfilaq « pomme de terre » (russe kartόfel’), masinat « machine, moteur » (russe masina), paltuk « manteau » (russe pal’tó), sahalaq « sucre » (russe sákhar)41.

  • 42 D’après A. G. Day, HOW to talk in Hawaii, dans American Speech, 26 (1951). p. 22.
  • 43 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 38.

69Dans d’autres pays, c’est souvent l’anglais qui a pénétré en même temps que les marques matérielles de la civilisation européenne occidentale. Voici, en hawaïen, hokela de l’anglais hotel, kaa de car, kelepona de telephone, kula de school, nupepa de newspaper, pipi de beef et puke de book42. Il en va de même aujourd’hui en japonais au point qu’un bon connaisseur, le professeur Sanki Ichikawa, de l’Université de Tokyo, a pu écrire en 1929 : « Un homme qui ne connaît pas l’anglais dans le Japon d’aujourd’hui ne peut pas comprendre exactement tout ce qui est écrit dans les journaux. Et d’ajouter : « Il faut noter que le japonais parlé emploie volontiers plus de mots anglais que le japonais écrit. Celui-ci évite les mots étrangers : leur notation réclame trop d’espace, alors que les mots indigènes s’écrivent très brièvement dans l’écriture chinoise usitée au Japon43 ».

70C’était un dernier aspect spécial que je ne pouvais manquer de signaler avant d’achever ce survol rapide des problèmes multiples que pose universellement le phénomène de l’emprunt linguistique.

Notes

1 Ce graphique est une reproduction simplifiée de la figure 7 de G. Matoré, La méthode en lexicologie. Domaine français, Paris, 1953, p. 84.

2 Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire. I… Anglicismes français, thèse de Paris, 1939, 335 p. Cf. aussi les études d’E. De Ullmann citées dans l’appendice bibliographique p. 382.

3 Il sera question spécialement des emprunts savants au chapitre V.

4 Au sens de « certificat » et de « contrat ».

5 Le moyen-indien sakkhara procède du sanskrit çarkarā « grain » : la forme sous laquelle le sucre était présenté dans le commerce, a entraîné une spécialisation du sens.

6 Un bref exposé, très suggestif, des emprunts de l’anglais aux diverses langues du monde est donné par W. J. Entwistle, Aspects of Language, Londres, 1955, p. 255.

7 Les relations de l’Angleterre et de la France d’après le vocabulaire. II… Gallicismes anglais, thèse complémentaire de Paris, 1939, spécialement p. 279-287. Cf. aussi les articles de vulgarisation France- Grande Bretagne des origines à nos jours de Marguerite-Marie Dubois, dans Vie et Langage, I (1952), p. 307-311, 349-353 ; et 2 (1953). p. 17-21.

8 L’essentiel a été excellemment exposé par Antoine Meillet dans Esquisse d’une histoire de la langue latine, 5e éd., Paris, 1948.

9 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 57 ss

10 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 186.

11 Plaute, Pseudolus, aux vers 653-654.

12 Esquisse, p. 111.

13 Cf. entre autres Silvia Jannaccone, Recherches sur les éléments grecs du vocabulaire latin de l’Empire, I, Paris, 1950, p. 74-76 (les mots grecs chez Juvénal et Martial).

14 Sur la diversité des hellénismes chez Pétrone, voir : A. H. Salonius, Die Griechen und das Griechische in Petrons Cena Trimalchionis, diss. de Helsingfors, 1927 ; A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 81-84.

15 Voir l’appendice bibliographique p. 361-367.

16 D’après J. Brenous, Étude sur les hellénismes dans la syntaxe latine, Paris, 1895, p. 80, il y aurait en latin quelque 6950 mots empruntés au grec.

17 Cf. W. Schulze, Zur Geschichte der lateinischen Eigennamen, Berlin, 1904.

18 Cf. A. Ernout, Les éléments étrusques du vocabulaire latin, dans Bulletin de la Société de Linguistique de Paris, 30 (1930), p. 82-112, reproduit dans le volume Phi-lologica, Paris, 1946, p. 21-51. Pour illustrer la difficulté des étymologies étruscolatines, citons l’exemple du latin persona qui pourrait bien, comme d’aucuns le pensent, être rattaché à Φersu, nom d’un personnage masqué représenté deux fois dans la Tomba degli Auguri à Tarquinia. Mais, sans compter la justification du suffixe -na, la sémantique réclame des explications qui ne semblent pas encore avoir été mises tout à fait au point : il faudrait mieux connaître les croyances et les rites funéraires des Étrusques pour pouvoir passer sûrement du nom d’un personnage mythique des Enfers à celui d’un personnage typique des jeux ou du théâtre.

19 Cf. A. Ernout, Aspects du vocabulaire latin, Paris, 1954, p. 91-92.

20 Aperçu d’une histoire de la langue grecque6, Paris, 1948, p. 304.

21 Ibid., p. 305.

22 J. Psichari, Études de philologie néo-grecque, Paris, 1892, p. 159-160. Sur l’influence latine en grec, voir aussi les études de B. Meinersmann, de R. Cavenaile et de H. Zilliacus citées dans l’appendice bibliographique p. 357, 359 et 361.

23 Bien observé déjà par Marcel Devic, Dictionnaire étymologique des mots d’origine orientale, Paris, 1876, republié avec le supplément à E. Littré, Dictionnaire de la langue française 2, Paris, 1923, p. 11.

24 E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 422 ; W. Taylor, Arabic Words in English, Oxford, 1933, p. 595.

25 W. Taylor, op. cit., p. 567.

26 H. P. Blok, A Swahili Anthology, with notes and glossaries. Vol. I : Ki-unguja Texts (Dialect of Zanzibar), Leyde, 1948, p. 231.

27 En tamoul actuel, plus du tiers du vocabulaire vient du sanskrit. Il y a naturellement beaucoup plus de sanskritismes dans le tamoul des milieux cultivés de Madras que dans le tanittamil (« tamoul pur ») et dans les dialectes provinciaux. Cf. M. Fowler, The Segmental Phonemes of Sanskritized Tamil, dans Language, 30 (1954), p. 360-367.

28 Il faut savoir que le sankrit a joué dans l’Inde le même rôle que le latin scolas-tique en Europe occidentale. C’est la langue savante dans laquelle ont été traités de préférence les sujets scientifiques et philosophiques, même dans le Dekkan.

29 L’ouvrage capital sur les langues dravidiennes reste celui de R. Caldwell, A Comparative Grammar of the Dravidian or South-Indian Family of Languages, 1e éd., Londres, 1856 ; 3e éd., Londres, 1913. C’est Caldwell qui a mis en usage le terme dravidian.

30 Le mot tamoul col signifie « mot ». Les termes grammaticaux cités se traduisent littéralement : iyaṟcol « mot naturel », tiricol « mot mouvant, difficile à saisir », ticaiccol « mot d’une région environnante », vaṭaccol « mot du nord ».

31 Sur cette terminologie, voir entre autres : H. Beythan, Praktische Grammatik der Tamilsprache, Leipzig, 1943, p. 168 et 175.

32 D’après S. Anavaratavinavakam Pillai, The Sanskritic Element in the Vocabularies of the Dravidian Languages, Madras, 1919, p. 1-12.

33 Une bibliographie et un état de la question sont donnés par Manfred Mayrhofen dans les Symbolae Hroznỳ, vol. V = Archiv Orientalni, 18 (1950), fasc. 4, p. 367-370. Cf. du même savant, le Kurzgefasstes etymologisches Wörterbuch des Altindischen, en cours de publication depuis 1953. Voir aussi les articles de Th. Burrow cités p. 406, ainsi que l’ouvrage The Sanskrit Language, Londres, 1955, chapitre VIII : Non-Aryan Influence on Sanskrit (p. 373-388).

34 De là dérive le nom de la Grande Déesse indienne Kāli : cf. J. Przyluski, La Grande Déesse, Paris, 1950, p. 194-197. — Notons aussi que Nala, le célèbre héros d’un épisode du Mahābhārata, porte un nom significatif, dérivé de la racine dravidienne nal « être beau » ; cf. Μ.-Β. Emeneau, A Dravidian Etymology of the Sanskrit Proper Name Nala, dans University of California Publications, 12 (1943), p. 255 s.

35 D’après Th. Burrow, The Sanskrit Language, Londres, 1955, p. 379-388.

36 Ibid., p. 377-379. — Je reviendrai plus loin (p. 56) à l’étymologie de mātangah.

37 Ibid., p. 373.

38 Cf. entre autres l’inventaire suggestif dressé par Ph. M. Palmer, Neuweltwörter im Deutschen, Heidelberg, 1939.

39 V. Bröndal, Substrat et emprunt en roman et en germanique, Copenhague et Bucarest, 1948.

40 Voir E. Bourciez, Éléments de linguistique romane 4, Paris, 1946, p. 561-562 ; et les ouvrages cités dans l’appendice bibliographique p. 387-390.

41 D’après L. L. Hammerich, The Russian Stratum in Alaskian Eskimo, dans Slavic Word, n° 3 = Word, 10 (1954), fasc. 4, p. 401-428. — Presque tous les mots empruntés ont été pourvus d’une finale -q (occlusive postvélaire) qui caractérise les noms à l’absolutif en langue esquimaude.

42 D’après A. G. Day, HOW to talk in Hawaii, dans American Speech, 26 (1951). p. 22.

43 S. Ichikawa, Foreign Influences in the Japanese Language, Tokyo, 1929, p. 38.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search