Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Première partie. Définition et Importance

Chapitre I. Un emprunt sans restitution

Texte intégral

  • 1 Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1 (...)

1« Le match Carpentier-Dempsey sera … le grand event pugilis-tique de la saison ». Cette courte phrase, que Robert Frey1 a relevée dans le Figaro du 18 mai 1921 et qui ressemble à tant d’autres rencontrées à la page sportive des journaux, contient trois emprunts à l’anglais. Mais combien le savent parmi les amateurs de sports qui les lisent familièrement et qui les comprennent d’emblée, même s’ils n’ont guère fréquenté l’école ? Car l’homme de la rue (que d’aucuns appellent, avec plus de distinction, the man in the street) manie les emprunts comme Monsieur Jourdain faisait de la prose : sans le savoir. Si d’aventure on les lui révèle, il en reste surpris, même un peu incrédule. Ah ! la belle chose que les emprunts ! Et que la linguistique est une science étonnante !

2Mais notre sportif (on ne dit plus guère sportsman aujourd’hui) est bien mieux outillé que ne l’était Monsieur Jourdain. Qu’il ouvre son « Nouveau Petit Larousse Illustré », dernière édition, il peut lire : match, mot anglais. Voilà donc un mot que nous avons repris quelque jour à nos voisins d’Outre-Manche, mais qui nous est devenu si familier que nous n’avons plus le sentiment d’employer un mot étranger.

3Il n’en va pas de même pour event. Les successeurs de Pierre Larousse ne lui ont pas fait de place dans le N. P. L. I. et, si nous le rangeons instinctivement à côté d’événement, nous sentons bien que c’est un mot qui n’est pas français comme les autres. Tandis que match est un emprunt assimilé, event est encore un mot à demi étranger.

  • 2 Ibid.

4Quant à saison, c’est bien, d’apparence, le mot français que nous connaissons, mais les romanistes nous apprennent que le sens qu’il a ici procède de l’anglais season2. C’est une autre forme de l’emprunt.

  • 3 Sull’imprestito linguistico, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 7 (...)

5Point n’est besoin d’en dire davantage pour qu’aux yeux mêmes des non-linguistes, le phénomène de l’emprunt surgisse en pleine lumière. Quand un groupe d’hommes parlant une langue définie se trouve en relations avec un autre groupe utilisant une langue distincte, il arrive presque toujours que des mots, des éléments grammaticaux, des significations s’introduisent d’un parler dans l’autre. Cette diversité des formes de l’emprunt justifie la définition suivante que je reprends, en la traduisant, à Vittore Pisani : l’emprunt est une forme d’expression qu’une communauté linguistique reçoit d’une autre communauté3.

***

6Le terme emprunt mérite quelques commentaires. D’abord, il est employé avec deux sens bien distincts : « action d’emprunter » et « chose empruntée ». La même confusion un peu gênante existe en italien pour prestito et imprestito. En revanche, l’allemand présente des mots différents pour les deux notions : d’une part Entlehnung, de l’autre Lehnwort et Lehngut. Il en va de même de l’anglais qui distingue loan et borrowing de loanword et borrowed word. Il y a sûrement ici un avantage de clarté.

  • 4 P. ex. O. Jespersen, Language, Its Nature, Development and Origin, Londres, 1922, p. 208 n. 1 ; E. (...)

7D’un autre côté, l’appellation emprunt et ses équivalents étrangers prêtent le flanc à une objection facile. Il est inexact, a-t-on dit, d’appeler emprunt un élément dont le prêteur n’est pas plus dépourvu après qu’avant et que l’emprunteur n’a ni l’obligation ni l’intention de restituer4. A première vue, cette objection semble parfaitement justifiée.

8Sans doute a-t-on fait remarquer, non sans tomber parfois dans la manie nationaliste, que certains mots, d’ailleurs peu nombreux, étaient revenus de l’étranger à leur bercail linguistique. Les mieux connus de ces « emprunts aller-retour » sont les mots de l’ancien français qui, passés en anglais, ont été rempruntés par le français moderne : on passe ainsi de bougette « petit sac » à budget, de tenez « terme du jeu de paume » à tennis, de pied de grue « image de l’arbre généalogique » à pedigree, de desport « jeu, amusement » à sport (par apocope en anglais), de goune « robe fourrée » à gown, de record « souvenir » et de chalenge « défi » à record et à challenge des sportifs.

9Il faut dire que ces mots nous sont revenus avec des sens spéciaux et c’est cela naturellement qui explique le remprunt. Parfois même ces enfants prodigues ont tellement changé qu’on a peine à les reconnaître. Ainsi parçonier ou parcenier « associé », devenu parcener en moyen-anglais, a subi l’analogie de part et a pris la forme partner : c’est cette forme que nous avons reprise pour en faire ensuite partenaire.

  • 5 D. C. Hesseling, Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen (...)
  • 6 P. Burguière, Les mots voyageurs, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 321-322.
  • 7 Κ. Sandfèld, Linguistique balkanique. Problèmes et résultats, Paris, 1930, p. 23 n.

10Le grec moderne notamment fournit aussi de beaux exemples d’« emprunts aller-retour ». Ainsi le vénitien ormeggiare « amarrer », emprunté au grec byzantin όρμίζειυ, puis altéré en remeggiare par analogie du nom italien de la rame, est entré dans le vocabulaire maritime du grec moderne sous la forme ρεμετζάρω5. Les anciens noms grecs de la pistache, πιστάκιον, et de la noisette (κάρνον) ποντικόν, ont survécu dans le turc sous les formes fistik et funduk. C’est là que, fort curieusement, le grec moderne les a repris : φιστίκι et φουντούκι6. Pareillement, le nom actuel de l’opium, ἀφιόνι, remonte au grec ancien όπιov en passant par le turc afyon, qui a donné aussi le persan apyūn et l’arabe afyūn7.

11Le hollandais, qui, au 14e siècle, avait donné au français son vocable matelot, le lui a remprunté, vers la fin du 16e, sous la forme matroos.

  • 8 S. Simonyi, Die ungarische Sprache. Geschichte und Charakteristik, Strasbourg, 1907, p. 60-61 (qui (...)

12Le schako, que sans raison nous écrivons aussi à l’anglaise shako, remonte, par l’allemand Tschako, au hongrois csákó : c’était une coiffure militaire à pointe rabattue et pendante. Or, csákó, abréviation de csákos süveg « coiffure à pointe », vient de l’allemand zack(e) « pointe ». L’allemand Tschako était donc un emprunt en retour8.

  • 9 P.-L. Goulard, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 93.

13Notre vocable magasin remonte, par un intermédiaire provençal ou italien, à l’arabe mahàzin, pluriel de mahzin « dépôt, bureau ». Il désignait, au 15e siècle, des entrepôts commerciaux de l’Afrique du Nord, puis il a été appliqué à tout dépôt de marchandises diverses. Après avoir repris le mot au français, les Anglais ont, à un moment donné, dénommé fort joliment magazine une revue composite, contenant des articles de tout genre. Quand des revues analogues ont été créées en France, on a tenté d’abord de les appeler aussi magasin : on se souvient encore du fameux Magasin pittoresque. Mais c’est la forme anglicisée magazine qui, en ce sens spécial, l’a finalement emporté et, curieusement, elle se répand aujourd’hui, depuis le français, dans l’arabe nord-africain d’où le mot était parti9.

  • 10 A. Dauzat, Études de linguistique française, 2e éd., Paris, 1946, p. 190 ; M. Pei, Histoire du lan (...)

14Rappelons enfin l’histoire du mot apache. Depuis qu’en 1902, des journalistes parisiens appliquèrent plaisamment ce nom d’une tribu de Peaux-Rouges à une bande de malfaiteurs, le mot a servi à désigner, en français populaire, un certain type du « milieu ». Avec cette acception nouvelle, apache s’est répandu dans de nombreuses langues et il a repris notamment le chemin de l’Amérique où il est un synonyme de « gangster ».10 Pauvres Peaux-Rouges !

15Il est évident que le retour de ces enfants prodigues de la lexicologie est exceptionnel. Après tout, il est inexact de parler de retour quand nous voyons que ces voyageurs ont généralement si bien changé de forme et de signification qu’ils sont devenus d’autres mots. En vérité, on peut soutenir qu’il n’y a pas de retour : la linguistique ne connaît qu’un emprunt sans restitution.

  • 11 Essai sur la poésie épique (1733), chap. III.
  • 12 Voyage du jeune Anacharsis (1788), chap. XII.

16Faut-il pour cela donner raison à ceux qui trouvent incorrect l’emploi du terme emprunt et ne l’acceptent qu’à contrecoeur pour se conformer à une tradition irrévocable ? La langue française, en tout cas, n’impose pas cette rigueur, puisque l’usage, un vieil usage, permet d’employer le verbe emprunter avec le sens adouci de « tirer de, prendre de, recevoir de ». Les linguistes des deux derniers siècles n’ont fait que spécialiser dans leur discipline des termes employés déjà auparavant en parlant d’idées, de procédés littéraires, de modèles artistiques etc. « Virgile, écrivait Voltaire11, a emprunté d’Homère quelques comparaisons, quelques descriptions. » L’Abbé Barthélemy ne s’exprimait pas autrement : « Les Grecs ont emprunté des Égyptiens l’idée et la forme des temples12. » Et qui ne connaît l’emploi figuré plus large que Boileau atteste dans ses deux vers fameux :

  • 13 Ces passages d’écrivains sont cités par LITTRÉ dans son dictionnaire, s. v. « emprunter ».

« Aimez donc la raison : que toujours vos écrits
« Empruntent d’elle seule et leur lustre et leur prix13. »

***

  • 14 Ce point sera étudié au chapitre IV, en même temps que la variété des éléments empruntés.

17On entend souvent par « emprunt » le seul emprunt de mot ou emprunt lexical. Il est, en effet, le plus fréquent, le plus apparent, le plus largement connu. On ne doit cependant pas oublier que les langues s’approprient aussi des sons, des façons d’accentuer, des traits morphologiques, des sens, des tours syntaxiques. Mais c’est de l’emprunt de mot que procèdent, en réalité, tous les autres, sauf peut-être certaines influences syntaxiques. Le mot emprunté apporte avec lui des éléments grammaticaux qui secondairement se développent de façon autonome14. C’est pourquoi une étude de l’emprunt est et doit être, avant tout, lexicologique. Presque à toutes les pages de cet ouvrage, il sera question, en majeure partie, des « mots des autres ». Et il n’y aura pas à s’en étonner.

  • 15 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 184.

18Hâtons nous d’ajouter pourtant qu’il n’y a de linguistique, à proprement parler, qu’au-delà des listes de mots. « C’est au début de son enquête, note Jacques Perret15, que le lexicographe se sent le plus à l’aise : il connaît au moins son gibier ; rien n’est plus facile que de relever dans un texte latin les mots empruntés au grec. Sans doute y a-t-il bien quelques embûches à éviter : certains mots sont-ils des emprunts ou des formations parallèles ; tels autres n’ont-ils pas été plutôt empruntés et par le latin et par le grec à une langue méditerranéenne ? Mais, en somme, les cas litigieux sont rares.

19Seulement, une fois achevée la lecture du texte, une fois dressée la liste des mots d’origine grecque, c’est aussitôt l’embarras inhérent à la plupart des recherches lexicographiques : l’invraisemblable diversité du matériel rassemblé, la particularité des problèmes posés presque par chaque mot ; le lexicographe est vraiment l’homme qui travaille sur de la poussière, sur ce « sable » sans chaux dont Caligula faisait une malédiction.

20Comme l’on s’explique aisément qu’à ce point de leur travail » la plupart des philologues capitulent et rassurent leur conscience en dressant des listes alphabétiques ».

21Sans doute, Jacques Perret exagère-t-il un peu la facilité du travail philologique qui consiste à dresser des listes d’emprunts. Il n’en reste pas moins vrai qu’une tâche plus compliquée incombe au linguiste : aller au-delà des listes. C’est proprement l’objet de cette étude.

Notes

1 Das englische Lehnwort im modernsten Französisch (nach Zeitungsexzerpten von 1920-1940), Zurich, 1943, p. 61.

2 Ibid.

3 Sull’imprestito linguistico, dans Rendiconti dell’Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 73, 1 (1939-40), reproduit dans le livre Linguistica generale e indeuropea, 1946, spécialement p. 55.

4 P. ex. O. Jespersen, Language, Its Nature, Development and Origin, Londres, 1922, p. 208 n. 1 ; E. Haugen, The Analysis of linguistic Borrowing, dans Language, 26 (1950), p. 211-212 ; E. Kaufmann, Der Fragenkreis ums Fremdwort, dans Journal of English and Germanic Philology, 38 (1939), p. 43, n. 3.

5 D. C. Hesseling, Les mots maritimes empruntés par le grec aux langues romanes, dans Verhandelingen der Koninklijke Akademie van Wetenschappen te Amsterdam, Afd. Letterkunde, Ν. R. 5, n° 2 (1903), spécialement p. 8, 15, 29.

6 P. Burguière, Les mots voyageurs, dans Vie et Langage, 1 (1952), p. 321-322.

7 Κ. Sandfèld, Linguistique balkanique. Problèmes et résultats, Paris, 1930, p. 23 n.

8 S. Simonyi, Die ungarische Sprache. Geschichte und Charakteristik, Strasbourg, 1907, p. 60-61 (qui cite aussi l’exemple du slave okov « ferrure »).

9 P.-L. Goulard, dans Vie et Langage, 2 (1953), p. 93.

10 A. Dauzat, Études de linguistique française, 2e éd., Paris, 1946, p. 190 ; M. Pei, Histoire du langage, trad. de M. et F. Gubler, Paris, 1954, p. 106.

11 Essai sur la poésie épique (1733), chap. III.

12 Voyage du jeune Anacharsis (1788), chap. XII.

13 Ces passages d’écrivains sont cités par LITTRÉ dans son dictionnaire, s. v. « emprunter ».

14 Ce point sera étudié au chapitre IV, en même temps que la variété des éléments empruntés.

15 Les hellénismes du vocabulaire latin, dans L’Information Littéraire, 3 (1951), p. 184.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search