Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

François Villon, Jean de Meun et la mort

Michel Zink

Texte intégral

  • 1 Huitain 118, vv. 1178-1179, « Maistre Jehan de Meun s’en mocqua / De leur façon ; si fist Mathieu (...)

1François Villon était familier du Roman de la Rose. Il y fait une allusion précise, sous le nom de Jean de Meun, au v. 1178 du Testament, à propos des frères mendiants et du débat sur la mendicité volontaire1. Et il le mentionne dès les vers 113-114 :

  • 2 Testament, éd. cit., huitain 15, vv. 113-118.

Et comme le noble Rommant
De la Roze dit et confesse
En son premier commancement
C’on doit jeune cueur en jeunesse,
quant on le voit viel en viellesse,
Excuser, helas ! il dit voir2.

2À vrai dire, ce n’est pas le début du Roman de la Rose qu’il paraphrase dans ces vers, mais celui du Testament de Jean de Meun :

  • 3 Quatrain 3, v. 9-10, cf. ‘Le Testament Maistre Jehan de Meun. Un caso letterario, éd. S. Buzzetti (...)

Bien doit estre escusé jone euer en jonesce
Quant Diex li donne grasce d’estre viel en viellesce3.

  • 4 Le Testament Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, 2 vols, Genève, Droz (« TLF », 207-208), 1974, vo (...)
  • 5 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4409-4514.

3Toutefois, comme le font observer Jean Rychner et Albert Henry4, la confusion n’est pas sans fondement, car au début de la partie du Roman de la Rose revendiquée par Jean de Meun, Raison consacre une centaine de vers à l’opposition entre Jeunesse, la chambrière de Délit, qui expose l’homme aux périls d’une vie dissolue, et Vieillesse, qui l’arrache à ces plaisirs coupables5. Or l’enchaînement des idées et des motifs dans les deux cents vers du Testament qui suivent la mention du Roman de la Rose montre que Villon avait probablement à l’esprit ce passage, mais aussi, et plus sûrement encore, un autre, qui se trouve beaucoup plus loin dans le poème de Jean de Meun.

4À la fin du huitain 15, dont on a cité plus haut le début, Villon observe que ses ennemis se soucient peu de le laisser vieillir assez pour qu’il ait le temps de s’assagir : il est permis d’entendre là comme un écho des vers 4489-4491 du Roman de la Rose, où Raison renseigne l’amant sur le séjour de Vieillesse,

Car la te convient il aller,
Se Mort ne te fet avaler
Ou tens de Jennece en sa cave.

5Cette remarque l’entraîne dans l’excursus que constitue l’exemple d’Alexandre et de Diomède. Quand, près de cinquante vers plus loin, il reprend le fil de son propos, c’est pour faire entendre la plainte célèbre :

  • 6 Testament, éd. cit., huitain 22, vv. 169-172.

Je plains le temps de ma jeunesse
— Ouquel j’ay plus qu’autre gallé
Jusqu(ues)’à l’entrée de viellesse —,
Qui son parlement m’a cellé6.

6Le regret de la jeunesse si vite enfuie va de pair avec celui de l’avoir mal employée. Au lieu d’étudier, le poète « fuyait l’école comme fait le mauvais enfant », il s’adonnait à la débauche avec des compagnons qui ont connu ensuite des destins divers. Inutile de citer des vers que chacun connaît par cœur. Mais n’y trouve-t-on pas l’écho du discours de Raison ?

  • 7 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4409-4440.

Par Jonece s’en va li hons
En toutes dissolucions
Et suit les males conpaignies
Et les desordenees vies
Et mue son propos souvent.
[...]
Jeunece met home es folies,
Es boules, es ribauderies,
Es luxures et es outrages,
Es mutacions de courages,
Et fet conmencier tex mellees
Qui puis sunt enviz desmellees.
Et tex perilx les met Jennece,
Qui les queurs a Delit adrece7.

7Curieusement, au milieu de ce développement, Jean de Meun consacre près d’une vingtaine de vers à celui qui, ne supportant pas la liberté que Nature a mise en lui, fuit sa propre jeunesse en se réfugiant au monastère, pour le regretter ensuite :

  • 8 Ibid., vv. 4414-4432.

Or se rant an aucun couvent,
Qu’il ne set garder la franchise
Que Nature avoit an lui mise,
Et cuide prendre au ciel la grue
Quant il se met illeuc en mue,
Et remaint tant qu’il soit profés ;
Ou, s’il resent trop grief le fes,
Si s’en repent et puis s’en ist ;
Ou sa vie, espoir, i fenist,
Qu’il ne s’en ose revenir
Pour honte qui l’i fet tenir,
Et contre son queur i demeure :
La vit a grant mesese et pleure
La franchise qu’il a perdue
Qui ne li peut estre rendue,
Se n’est que Dex grace li face,
Qui sa mesese li efface
Et le tiegne en obedience
Par la vertu de pacience8.

  • 9 Testament, éd. cit., huitain 30, vv. 237-239.

8Ne serait-ce pas lui que l’on retrouve, sous la plume de Villon, parmi les « gracieux galants » de jadis, entrés « en cloîtres de célestins ou de chartreux », mais qui, bostés, houlsés com pescheurs d’oestres, laissent une tenue bien peu monastique trahir leur regret du monde9 ?

9Rapprochements lointains ? Peut-être. Mais qu’en est-il de cet autre passage dont on parlait plus haut ? Il se trouve près de douze mille vers plus loin, dans la longue description de l’activité de Nature qui précède sa confession. Le fait vaut d’être relevé. Car si Villon, comme je le crois, a associé ce passage à celui qui vient d’être cité et s’ils étaient simultanément présents à sa mémoire quand il écrivait le début de son Testament, c’est qu’il avait bien vu un point capital pour l’interprétation du Roman de la Rose : dans le poème de Jean de Meun, Raison et Nature ne s’opposent pas, l’une blâmant le désir de l’amant tandis que l’autre le favorise. Tout au contraire, Raison et Nature s’accordent, tiennent le même langage et poursuivent la même visée.

  • 10 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4249-4328.
  • 11 « Amors, ce est pez haineuse, / Amors, c’est haine amoureuse ; / C’est leautez la desleaus, / C’es (...)

10Cet accord de Raison avec Nature se manifeste dès le début du discours de la première. La description même de l’amour qu’elle fait à l’amant10 est empruntée au De planctu Naturae d’Alain de Lille, qui le place dans la bouche de Nature. Raison porte donc sur l’amour le regard même de Nature. Certes, cette description de l’amour par une succession d’oxymores11 montre qu’il échappe précisément à la raison, puisqu’il est par nature illogique et contradictoire, mais le début du passage transporte cette contradiction dans le discours même de Raison et en fait le principe même de sa méthode :

  • 12 Ibid., vv. 4249-4254.

Or te demonstreré sanz fable
Chose qui n’est pas desmontrable,
si savras tantost sans sciance
et connoistras sanz connoissance
ce qui ne peut estre seü
ne demonstré ne conneü12.

11Surtout, Raison s’accorde avec Nature pour exalter l’amour, mais, un amour fécond, et donc fort différent de celui du rêveur, dont la préoccupation essentielle n’est certes pas la procréation. Le principal reproche que Raison fait à l’amour, au terme de la définition clinique qu’elle en donne, est de chercher seulement le plaisir et non pas le fruit (vv. 4355-4358) :

  • 13 Ibid., vv. 4347-4358.

Amors, se bien sui apensee,
c’est maladie de pensee
antre .II. persones annexe,
franches entr’els, de divers sexe,
venantz a genz par adeur nee
de vision desordenee
pour acoler et pour besier
pour els chamelment aesier.
Amant autre chose n’entant,
ainz s’art et se delite en tant.
De fruit avoir ne fet il force,
au deliter sanz plus s’esforce13.

  • 14 Cf. ibid., vol. I, p. LIII (résumé des vv. 4373-4394, cités ci-dessous).

12Or, continue-t-elle, « le seul but légitime de l’amour est la procréation et le maintien de l’espèce ; le plaisir qu’on y trouve n’est qu’une ruse de Nature pour attirer l’homme. Celui qui fait de ce plaisir l’essentiel ne fait pas ‘a droit’14 » :

  • 15 Ibid., vv. 4373-4394.

Mes je sai bien, pas nou devin,
continuer l'estre devin
a son poair voloir deüst
quiconques a fame geüst,
et soi garder an
son senblable,
pour ce qu’il sunt tuit corrunpable,
si que ja par succession
ne fausiste generacion ;
quar puis que pere et mere faillent,
Nature veust que li filz saillent
pour recontinuer ceste euvre,
si que par l’un l’autre requeuvre.
Pour ce i mist Nature delit,
pour ce veust que l’en si delit
que cest ovrier ne s’en foïssent
et que ceste euvre ne haïssent,
quar maint n’i treroient ja tret,
se n’iert deliz qui les atret15.

13Raison dira un peu plus loin plus crûment encore :

  • 16 Ibid., vv. 4515-4523.

Mes conment que la besoigne aille,
qui veust d’amor joïr sanz faille,
fruit i doit querre et cil et cele,
quel qu’ele soit, dame ou pucele,
ja soit ce que du deliter
ne doivent pas leur part quiter.
Mes je sai bien qu’il an sunt maintes
qui ne veulent pas estre ençaintes ;
et s’els le sunt, il leur an poise16.

  • 17 Ibid., vv. 5783-5787 et vv. 7039-7047. Guillaume de Lorris ne disait pas autre chose aux vv. 2969- (...)
  • 18 Ibid., vv. 16738-16754.
  • 19 Dans l’économie du poème, c’est donc Raison, à la charnière entre les deux parties de l’œuvre, qui (...)

14La passion érotique du rêveur est donc le piège que lui tend Nature, sachant qu’il n’écoutera pas de lui-même la voix de Raison. C’est le piège qui l’amènera à suivre exactement les conseils de Raison, alors qu’il croit les dédaigner. Raison et Nature poursuivent exactement le même but, qui leur a été fixé par Dieu, dont la première est la fille17, la seconde la « chambrière », voire le « connétable » et le « vicaire18 » : compenser la mort des individus par la survie des espèces19. C’est le travail même que s’impose Nature dans sa forge.

15Cet accord entre Raison et Nature pour favoriser la fécondité comme une victoire sur la mort nous amène enfin au passage dont Villon a pu se souvenir.

  • 20 G. Contini, « Un nodo della cultura medievale : la serie ‘Roman de la Rose’ – ‘Fiore’ – ‘Divina Com (...)
  • 21 Le ms. Pierpont Morgan illustre cette mort de façon saisissante par une miniature montrant Guillau (...)

16Gianfranco Contini a soutenu que le Roman de la Rose est peut-être la seule grande œuvre de la littérature mondiale dont la mort soit totalement absente, alors qu’à l’inverse dans la Divine Comédie, tous les personnages sont morts sauf celui qui dit « je20 ». L’observation est ingénieuse et brillante. Elle est juste s’agissant de la Divine Comédie. L’est-elle autant du côté du Roman de la Rose ? La mort en est-elle vraiment absente ? Non, puisque Guillaume de Lorris, nous dit Jean de Meun, est mort21. Non encore, puisque, comme le reconnaît indirectement Contini, c’est à propos de la mort de Manfred que Jean de Meun utilise le procédé dont on a pu prétendre qu’il l’ignorait et dont l’emploi marque, selon Gilson, la grande supériorité de Dante sur lui : utiliser des personnages exemplaires plutôt que des notions personnifiées.

17Non enfin, et surtout, puisque toute l’œuvre tourne autour de Nature et de la loi de Nature. Si Nature est contrainte de sans cesse travailler dans sa forge, de sans cesse y forger de nouvelles « pièces » qui assurent la perpétuation des espèces, c’est parce que les « pièces » meurent. C’est parce que la première loi de Nature est la corruption et la mort que la loi de la génération et l’impératif de reproduction sont essentiels. Cette réalité serait-elle gazée dans le Roman de la Rose ? Le poème insisterait-il sur la génération des êtres sexués sans dire qu’elle est la contrepartie de leur mort ? Tout au contraire, le lien est explicite chez Jean de Meun.

18Bien plus, la mise en évidence de ce lien et l’insistance sur le pouvoir de la mort sont pour lui l’occasion de montrer qu’il est un vrai poète, qualité qu’on lui a si souvent refusée et qui n’est pas celle que lui accordent le plus volontiers ceux-là mêmes qui l’ont réhabilité. À preuve, les vers 15861-15926, dans lesquels Jean de Meun montre que tous, certes, doivent mourir un jour, mais aussi que la mort ne peut attraper tout le monde à la fois et qu’il y en a toujours qui lui échappent, tandis que Nature, dans sa forge, ne cesse de forger singulieres pieces / por continuer les espieces (vv. 15867-15868). Attachons-nous particulièrement au passage qui, à très juste titre, semble avoir frappé Villon. La Mort, dit Jean de Meun, ne peut venir à bout de tout le monde en même temps : pendant qu’elle est occupée à attraper un individu, les autres se sauvent. Et il énumère alors les occupations de la vie comme autant de façons de fuir devant la mort :

  • 22 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 15885-15912.

Car quant ele (la Mort) a tué le pere,
remaint li filz ou fille ou mere,
qui s’en fuient devant la Mort
quant il voient celui ja mort ;
puis reconviet il ceus mourir,
ja si bien ne savront courir,
n’i vaut medecine ne veuz.
Don saillent nieces et neveuz,
qui fuient por eus deporter
tant con piez les peuent porter,
don l’un s’anfuit à la querole,
l’autre au mostier, l’autre a l'escole,
li autre a leur marchaandises,
li autre aus arz qu’il ont aprises,
li autre a leur autres deliz
de vins, de viandes, de liz ;
li autre, por plus tost foïr,
que Mort ne les face anfoïr,
s’an montent seur les granz destriers
a tout leur sororez estriers ;
l’autre met an un fust sa vie
et s’an fuit par mer a navie
et maine au regart des esteles
sa nef, ses avirons, ses veles ;
l’autre, qui par veu s’umilie,
prant un mantel d’ypocrisie,
don an fuiant son panser queuvre
tant qu’il pere dehors par euvre.
Ainsinc fuient tuit cil qui vivent
qui volantiers la Mort eschivent22.

19Est-il besoin de souligner ce qui rend ces vers saisissants ? Toutes les activités humaines sans exception sont un prétexte pour ne pas penser à la mort, un divertissement. Que l’on se consacre aux plaisirs, aux études, à la religion, aux affaires, aux voyages, à la guerre, c’est tout un. Mais en outre, l’image de la fuite est filée tout au long du passage : la Mort s’empare du père, et aussitôt tous les membres de la famille courent à leurs affaires pour la fuir, pour lui échapper, pour se réfugier dans des occupations dont la plupart impliquent littéralement le mouvement ou le déplacement : la danse, les voyages lointains sur les grands destriers ou les grands bateaux. La mort fait si peur que pour mettre le plus d’espace possible entre elle et soi, on s’expose, de façon illogique, aux périls de la guerre ou de la mer.

20Or tout cela, on le retrouve chez Villon, mais comme redistribué et dans un ordre différent. La famille qui s’égaille, se disperse, se sauve, laissant la Mort s’emparer du père ? C’est, non le début, mais la fin de son morceau de bravoure :

  • 23 Testament, éd. cit., huitain 40, vv. 318-320.

Et n’est qui de ses maulx l’alege,
Car enffant n’a, fiere ne seur
Qui lors voulsist estre son plege23..

21« L’état divers » des hommes, les occupations variées avec lesquelles ils tentent d’occuper leur vie ? Ce sont les destins contrastés qu’ont connus les « gracieux galants » : Voyez l’estat divers d’entr’eux (Testament, v. 240). L’hypocrisie de ceux qui se sont entrés en religion (Roman de la Rose, vv. 15909-15012) ? Ce sont, une fois de plus, ceux qui se sont faits célestins ou chartreux, bostés, houlsés com pescheurs d’oestres (Testament vv 237-239).

22Les huitains 15 à 41 du Testament font ainsi entendre l’écho mêlé du discours de Raison et du grand éloge de Nature, le souvenir des vers 4409-4514 et des vers 15885-15912 du Roman de la Rose. Et l’on comprend ainsi ce qui fonde l’enchaînement, en apparence lâche, de ces huitains. Jeunesse et vieillesse, vieillir ou mourir, occupations de la vie, fuite devant la mort : avec le génie qui est le sien, et sans que ce mouvement ait rien de réducteur, Villon ramène à l’émotion personnelle, à sa situation personnelle (la pauvreté) et au lieu commun du temps qui passe et de la mort universelle la réflexion plus générale de son prédécesseur sur la lutte que livrent Raison et Nature pour que la génération l’emporte sur la corruption et la vie sur la mort.

Notes

1 Huitain 118, vv. 1178-1179, « Maistre Jehan de Meun s’en mocqua / De leur façon ; si fist Mathieu (Mattheolus) », cf. Villon, Poésies complètes, éd. C. Thiry, Paris, Le Livre de Poche, 1991, p. 185. Le Testament de Villon sera cité d’après cette édition. Villon pense ici au développement très argumenté contre la mendicité volontaire que Jean de Meun place dans la bouche de Faux-Semblant aux v. 11263-11494 du Roman de la Rose, cf. Guillaume de LorrisJean de Meun, Le Roman de la Rose, éd. F. Lecoy, 3 vols, Paris, Champion (« CFMA », 92, 95 et 98), 1965-1970, vol. II, pp. 93-100. Le Roman de la Rose sera cité d’après cette édition.

2 Testament, éd. cit., huitain 15, vv. 113-118.

3 Quatrain 3, v. 9-10, cf. ‘Le Testament Maistre Jehan de Meun. Un caso letterario, éd. S. Buzzetti Gallarati, Alessandria, Edizioni dell’Orso, 1989, p. 121.

4 Le Testament Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, 2 vols, Genève, Droz (« TLF », 207-208), 1974, vol. II Commentaire, pp. 28-29.

5 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4409-4514.

6 Testament, éd. cit., huitain 22, vv. 169-172.

7 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4409-4440.

8 Ibid., vv. 4414-4432.

9 Testament, éd. cit., huitain 30, vv. 237-239.

10 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 4249-4328.

11 « Amors, ce est pez haineuse, / Amors, c’est haine amoureuse ; / C’est leautez la desleaus, / C’est la desleautez leaus ; / C’est poor toute asseüree, / Esperance desesperee », etc. (ibid., vv. 4263-4268).

12 Ibid., vv. 4249-4254.

13 Ibid., vv. 4347-4358.

14 Cf. ibid., vol. I, p. LIII (résumé des vv. 4373-4394, cités ci-dessous).

15 Ibid., vv. 4373-4394.

16 Ibid., vv. 4515-4523.

17 Ibid., vv. 5783-5787 et vv. 7039-7047. Guillaume de Lorris ne disait pas autre chose aux vv. 2969-2975.

18 Ibid., vv. 16738-16754.

19 Dans l’économie du poème, c’est donc Raison, à la charnière entre les deux parties de l’œuvre, qui permet de reconnaître, derrière la belle nature peinte au début du poème, Nature ouvrière et maîtresse de la création et, derrière l’élan érotique et printanier, le plan de Nature pour le salut de la création (une sorte de « salut immanent », qui correspond peut-être à l’esprit du Beau Parc décrit à la fin par Génius). Paradoxalement, c’est Génius, porte-parole de Nature, qui laissera entrevoir un au-delà de la fécondité. Mais le paradoxe n’est qu’apparent : le prêche de Génius se trouve tout à la fin du roman, au moment où le poète explique enfin au lecteur, comme il le lui promettait depuis le début, le sens de l’œuvre, un sens cohérent, de même que le point de vue de Raison est cohérent avec celui de Nature.

20 G. Contini, « Un nodo della cultura medievale : la serie ‘Roman de la Rose’ – ‘Fiore’ – ‘Divina Commedia’ », dans Id., Un’idea di Dante. Saggi danteschi, Torino, Einaudi, 1976, p. 261.

21 Le ms. Pierpont Morgan illustre cette mort de façon saisissante par une miniature montrant Guillaume étendu nu et mort, tandis que Jean approche, venant du fond du verger.

22 Roman de la Rose, éd. cit., vv. 15885-15912.

23 Testament, éd. cit., huitain 40, vv. 318-320.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search