Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Introduction

Texte intégral

1Que voilà, me dira-t-on peut-être, un sujet rebattu ! Un regard, en effet, sur la bibliographie placée en appendice et l’on verra qu’il n’est guère de langues dont on n’ait cherché à dénombrer les éléments empruntés, guère d’aspects de l’emprunt qui n’aient été ci ou là décelés et mis en évidence. Il n’existe pourtant pas, que je sache, de publication où le phénomène de l’emprunt linguistique soit traité d’une façon complète : essayer de combler cette lacune, voilà qui justifie cet ouvrage.

  • 1 Je cite ma source ou mes sources toutes les fois que je le crois utile. Toutefois, pour éviter de (...)

2On comprendra sans peine qu’il ne puisse être question, dans un livre qui ne veut pas être un dictionnaire ou une encyclopédie, de tout dire concernant l’emprunt, même pas de répéter tout ce qu’on en a dit dans des ouvrages de grand mérite. L’intention de ce livre est d’être une synthèse. Fondé essentiellement sur un choix de faits linguistiques1, il doit contenir assez d’exemples pour n’être pas un squelette qu’une imagination volontiers fantasque « rencharnerait » librement, mais il ne doit pas en comporter trop pour éviter tout autant un empâtement sous lequel on aurait grand peine à percevoir encore une ossature. Il fallait choisir, et là n’était pas la moindre difficulté.

  • 2 Dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 293.

3Aucune langue n’est exclue a priori. J’ai fait largement la part aux langues anciennes, aux langues mortes, parce qu’elles ont été longuement et minutieusement étudiées et que j’étais, d’une façon spéciale, orienté vers elles. Mais les langues modernes, les langues vivantes, en particulier le français, m’ont fourni à foison de bons exemples et des parallèles suggestifs. Il n’est point nécessaire de redire combien l’observation du langage contemporain enrichit les études linguistiques. « Trop longtemps, remarquait le romaniste anglais John Orr2, par une habitude acquise à l’étude des langues classiques, les linguistes ont accordé une importance excessive au passé, oubliant que, s’il est vrai que le présent s’éclaire et s’explique par le passé, il est surtout vrai, en matière de linguistique, que seul le présent, dont nous sommes à même de mesurer toute la complexité vivante, nous fait entrevoir, encore que fort obscurément, ce qu’a pu être la vie du langage aux époques révolues. »

4L’emprunt linguistique est un phénomène souvent très apparent et le commun des usagers quelque peu cultivés d’une langue le perçoivent dans beaucoup de cas et ont une idée au moins vague et générale de sa nature et de son rôle. Nous ne sommes donc pas en terrain inconnu. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il soit inutile de définir encore, avec toute la précision linguistique requise, le problème que nous abordons, tout en délimitant exactement le domaine dans lequel nous nous proposons de moissonner ou du moins de glaner.

  • 3 Les trois linguistiques saussuriennes, dans Vox Romanica, 5 (1940), notamment p. 27 et 29 du tirag (...)

5Tout d’abord, demandons-nous quel est le rôle exact de l’emprunt dans le mécanisme complexe du langage, tel qu’il a été élucidé par Ferdinand de Saussure et les linguistes qui se sont inspirés de ses principes. Il faut bien dire pour commencer que l’emprunt est une notion relative : il ne se conçoit évidemment que par rapport à une langue définie, c’est-à-dire, rappelons-le, à un système de signes linguistiques arbitraires en usage à un moment donné dans une société donnée. Il est un élément étranger introduit dans ce système et défini par opposition à l’ensemble des éléments antérieurs. C’est par excellence un de ces facteurs qu’Albert Séchehaye a qualifiés de contingentiels3.

6La doctrine saussurienne présente, en effet, la langue comme un organisme toujours changeant, mais qui rétablit sans cesse son équilibre interne compromis. Il y a dès lors deux façons de la considérer et de l’étudier. Si l’on distingue un état de la langue en un certain lieu et à un moment donné, c’est de la synchronie. Mais si l’on envisage les transformations de cette langue au cours d’une période plus ou moins longue, c’est de la diachronie. Pour reprendre une définition imagée, on peut dire que la synchronie correspond à une seule photographie d’un film de cinéma dont le déroulement représente la diachronie.

  • 4 Op. cit., p. 7.

7Ce qui relie entre elles la synchronie et la diachronie, c’est l’innovation qu’un locuteur introduit à un certain moment dans l’usage et qui vient modifier l’équilibre momentané du système ; c’est le mouvement ou le geste qui rend chaque photographie d’un film légèrement différente de celle qui la précède. Cette innovation est en soi un accident, une dérogation individuelle à l’usage commun, l’acte particulier et concret d’un locuteur qui recourt à un moyen d’expression inouï : dans la terminologie saussurienne, c’est un fait de parole et, plus précisément, de parole organisée4.

  • 5 Op. cit., p. 29.

8Les faits de parole qui dérangent imperceptiblement, mais constamment l’équilibre interne de la langue, sont déterminés par les facteurs que nous avons appelés contingentiels et qui agissent sur le comportement des individus. Les uns sont intérieurs, psychiques : ce sont par exemple les goûts, les tendances, la mentalité. Les autres sont extérieurs, matériels : ce sont notamment les institutions, les occupations, les techniques, les déplacements5.

9On voit, dans cette conception du langage, quelle place l’emprunt occupe et comment il dérange l’équilibre momentané du système linguistique. Il est naturellement une cause importante de l’évolution des langues et, par conséquent, un fondement de la diachronie.

  • 6 Op. cit., p. 29 et 37.

10Mais il importe de rappeler, avec Albert Séchehaye, que les facteurs contingentiels n’agissent pas seuls dans le développement de la langue. Il faut prendre également en considération les facteurs organiques, c’est-à-dire les exigences du système grammatical, dont l’inertie pèse sur les sujets parlants et les détermine à maintenir l’équilibre de l’ensemble en n’admettant de modifications que dans certaines conditions6. Ces facteurs organiques sont aussi d’espèces multiples : ils constituent ce que j’appellerai plus loin d’un nom plus familier la réaction contre l’emprunt.

  • 7 G. Matoré, Le néologisme : naissance et diffusion, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 87-92. (...)
  • 8 Op. cit., p. 88.
  • 9 Op. cit., p. 90-92.

11L’emprunt est donc une innovation du domaine de la parole. Il affecte des parties diverses de la langue : phonétique, morphologie, syntaxe, vocabulaire. Dans ce dernier cas, le plus fréquent, les grammairiens usent du terme « néologisme » quand ils veulent ranger l’emprunt dans une catégorie lexicologique précise. Le mot emprunté est en effet, par essence, un néologisme, c’est-à-dire une acception nouvelle introduite dans le vocabulaire d’une langue à une époque déterminée. Il se présente sous les différentes formes possibles du néologisme : mot nouveau, mot connu doté d’une signification nouvelle, mot transféré d’une catégorie grammaticale dans une autre (p. ex. « lavabo »)7. Ses causes sont celles qui justifient en général le néologisme sous ses autres formes8. Il ne s’en distingue pas non plus sous le rapport de la pénétration et de la diffusion dans l’usage9.

  • 10 Op. cit., p. 90.

12Cette dernière considération mérite cependant de nous retenir un moment, car elle est décisive pour marquer la limite qui sépare, du mot étranger, l’emprunt et surtout sa forme minimale, le pérégrinis-me. Il n’y a de néologisme à proprement parler que s’il existe un certain usage dans une société pendant un certain temps. Une plante exotique n’est pas acclimatée parce qu’on en a semé une graine qui n’a pas germé ou ne l’a fait qu’à peine. Les créations d’un Théophile Gautier, comme baroquerie ou othellotiser10, sont de plaisantes fantaisies qu’un lettré peut goûter et même retenir, mais ce ne sont pas — ou pas encore ! — des néologismes. C’est pareillement un certain usage qui conditionne les qualifications d’emprunt et de pérégrinisme. Quand André Gide écrit ces phrases dont je ne prétends pas apprécier le mérite littéraire :

  • 11 Je reprends ces exemples à J. M. Gautier, Notes sur le vocabulaire d’André Gide, dans Le Français (...)

« La pièce de C. n’est pas blushful du tout » (Journal, XI, 374),
« Le roman le plus libre, le plus lawless » (Faux-Monnayeurs, XII, 268),
« un des plus beaux I ever saw » (Tchad, XIV, 91),
« un stripling plein de convoitise » (Caves du Vatican, VII, 329)11,

13il nous livre des mots anglais qu’il est seul à employer dans un contexte français et qui ne sont directement identifiables et compréhensibles qu’à des lecteurs connaissant la langue anglaise. Il n’y a point de fraction sociale française où l’on se serve réellement de pareils termes pour s’exprimer et s’il se trouve des gens pour parler à la façon de Gide, ce ne peut être que pour se singulariser, pour le plaisir spirituel ou orgueilleux de rompre avec l’usage. Il n’est pas question d’admettre ces citations fugitives dans le trésor de la langue française. Un mot étranger cité une ou plusieurs fois n’est pas, sinon en puissance, un pérégrinisme au sens où je l’entends dans cet ouvrage.

  • 12 Peut-être faut-il signaler dès à présent que, dans cette étude, je ne distinguerai pas ordinaireme (...)

14En me référant ainsi à l’usage et au sentiment des locuteurs de chaque langue, j’ai essayé de déterminer la limite des emprunts par le bas, c’est-à-dire du côté où l’assimilation est la plus faible et où l’on est le plus près des langues étrangères. En sens inverse, on doit se demander quelle est la limite de l’emprunt par le haut, c’est-à-dire peut-on définir un moment où l’élément étranger parfaitement assimilé cesse d’être un emprunt pour se fondre dans le patrimoine héréditaire ? S’il fallait ici prendre comme critère le sentiment des usagers, il serait facile, du moins en principe, de fixer un terminus : c’est la limite où s’arrête en réalité, pour moi, le stade du pérégrinisme et où commence celui de l’emprunt proprement dit, celui-ci ayant pour caractéristique d’être parfaitement assimilé et tout à fait méconnaissable au premier abord. Mais l’histoire littéraire, la philologie et surtout la linguistique interviennent ici pour suivre bien plus loin dans la langue d’aujourd’hui et dans celle d’autrefois la fortune des emprunts. A moins que l’absence de documents écrits 12 ne dresse devant la recherche une barrière forcée, on ne découvre ici d’autre limite que celle de la langue elle-même dans l’espace et dans le temps.

  • 13 Cf. A. Meillet, Comment lei mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906 = Linguist (...)

15L’idée qu’une langue possède, sinon une fin qu’on peut attendre encore, du moins un commencement historique ou préhistorique, appelle une remarque supplémentaire qu’il convient de souligner au seuil d’une étude de l’emprunt. On ne peut logiquement qualifier d’emprunts dans une langue donnée que des éléments qui y ont pénétré après la date plus ou moins précise marquant conven-tionnellement le début de cette langue. On n’appellera, par exemple, « germanismes » en français que des éléments empruntés à des parlers germaniques depuis le 9e ou tout au plus le 6e siècle après J.-C. Un terme francique acclimaté antérieurement en Gaule ne serait un germanisme qu’en latin, tandis qu’en français il serait un mot hérité. On verra plus loin que si carrus est un celtisme en latin, le français char, qui est historiquement le même mot, n’est pas un emprunt pour le romaniste13.

16Une fois assimilé, l’emprunt — quand on peut encore l’identifier — n’est plus discernable qu’au spécialiste, philologue ou linguiste. C’est le cas de presque tous les emprunts anciens. Le principal critère pour le distinguer réside dans les anomalies qu’il présente par rapport aux termes hérités. Il faut se rappeler, en effet, que l’histoire d’une langue au cours d’une période déterminée se caractérise par un certain nombre d’altérations phonétiques, de transformations morphologiques, de changements syntaxiques et d’évolutions sémantiques, dont la régularité n’atteint certes pas à la rigidité des lois physiques, mais qui se produisent cependant avec assez de précision pour qu’on les ait appelés, avec un optimisme confiant, des règles. Tandis que les éléments hérités d’une langue présentent normalement toutes les marques d’application de ces règles, les emprunts y échappent en tout ou en partie selon qu’ils sont entrés plus ou moins tardivement dans la langue envisagée. Nous retrouvons donc la relativité foncière de l’emprunt. L’exception n’existe que dans la mesure où il y a une règle, et selon qu’une règle est certaine, vraisemblable ou mal assurée, l’exception — en l’occurrence la marque de l’emprunt — s’en détache avec la note « sûrement », « probablement » ou « peut-être ». Il n’en faut point dire davantage pour montrer qu’une étude des emprunts est solidaire des progrès de la grammaire historique et de son prolongement, la grammaire comparée. Pour se situer d’une certaine façon en marge ou même en dehors du domaine normal et principal de ces disciplines, la présente étude n’est cependant concevable qu’avec elles et par elles.

17Voilà donc comment l’étude de l’emprunt s’insère dans la linguistique. Voilà son domaine, ses principes et ses conditions. Il faut dire encore quelle est l’ordonnance de mon ouvrage, sous quels angles j’ai tâché d’observer le phénomène et comment j’ai cru devoir classer et exposer les résultats de mon enquête. Le plan que l’on verra à la fin de ce volume, comporte cinq parties conçues comme une suite à la fois logique et chronologique. La première partie est réservée à des questions préliminaires : définition, terminologie, importance de l’emprunt. Dans la seconde partie, je me place avant le phénomène pour déterminer les traits qui distinguent l’élément emprunté, les catégories grammaticales auxquelles il peut appartenir et les formes du langage d’où il peut provenir. L’objet de la troisième partie se situe au départ du phénomène : il s’agit de rechercher les causes matérielles et les raisons psychologiques de l’emprunt. La quatrième partie examine le phénomène linguistique au cours même de son déroulement. Par quels intermédiaires est-il introduit ? Jusqu’à quel point pénètre-t-il dans l’usage ? Comment est-il adapté pour la forme et pour le sens ? A quelles altérations est-il exposé ? Enfin, la cinquième partie essaie de décrire les principales conséquences de l’emprunt : les réactions contre l’apport étranger, le profit de l’étude des emprunts pour le linguiste et pour l’historien, la question des langues mixtes et des langues internationales.

  • 14 Cf. André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière, Paris, 1943 ; Évolution e (...)

18Faut-il encore souligner que l’intérêt de l’emprunt déborde très largement la linguistique au sens strict ? Il est, à la vérité, un merveilleux reflet, plus ou moins trompeur, des relations multiples et incessantes que tous les groupes humains du monde entretiennent et ont toujours entretenues. Hugo Schuchardt avait sans doute raison d’affirmer qu’il n’y a pas et qu’il n’y a jamais eu de langue tout à fait isolée et par conséquent dépourvue d’emprunts. Comment hésiter à le croire quand on voit l’ethnologie nous affirmer aujourd’hui que parmi les innombrables groupes humains qui occupent et qui ont occupé depuis des millénaires la surface de la Terre, il n’en est pas un que l’on puisse qualifier sûrement d’isolé ? Même pour les époques très anciennes qui dépassent la limite des textes et des rapports oraux, pour lesquelles les archives font défaut et sur lesquelles les seuls témoignages de l’art et des techniques nous font apercevoir lointainement le cours de la vie humaine, on doit admettre certaines influences entre les groupes, certaines intercommunications qui n’impliquent pas pourtant de migrations massives, en deux mots : certains emprunts14.

19Cette conclusion ferme de l’ethnologie invite à réfléchir et il n’est assurément pas sans profit pour le linguiste qui aborde le problème des voyages des mots, de regarder un peu, au préalable, comment aussi voyagent et ont voyagé les objets, les manières de les fabriquer et les façons de s’en servir. Ce n’est pas la place de reprendre, même en bref, l’exposé de pareille question, qui est vaste et complexe. Mais il serait presque impardonnable de ne point signaler en passant quelques points où apparaît particulièrement et profitablement le parallélisme des observations ethnologiques et des études linguistiques.

  • 15 Milieu et techniques, p. 420-421.

20Il existe, notons-le tout d’abord, une réelle fusion entre l’emprunt et l’invention : le groupe ethnique dans un certain état de développement peut indifféremment emprunter ou inventer. La condition est la même : un certain besoin. L’invention n’est pas un acte isolé : un groupe ethnique n’invente que s’il est en possession d’éléments préexistants qui n’ont pas encore trouvé le jeu d’associations favorables, mais qui suffisent pour fonder l’innovation. Pour que l’invention éclose, il n’est dès lors besoin, en général, que d’une cause immédiate : un objet ou une idée arrivant du dehors, de l’étranger. Il en résulte un complexe emprunt-invention qui est sensible dans un grand nombre de cas historiques et qui apparaît particulièrement dans les exemples suivants que je reprends à M. Leroi-Gourhan. « On voit, écrit-il15, les Sibériens orientaux, possédant le renne de traîneau, tirer des groupes de la steppe la selle de cheval pour créer un matériel et une technique du renne de selle ou, en Europe, les roues du char se greffer sur le travois pour aboutir à la charrette à brancards. » Et il ajoute, se référant à l’époque moderne : « Dans notre civilisation, on voit les diverses nations occidentales prendre alternativement le pas dans l’évolution des machines par des inventions nationales qui s’inspirent de thèmes étrangers. Il est donc difficile en pratique d’envisager isolément l’emprunt et l’invention : cette distinction arbitraire à laquelle nous devons sacrifier provisoirement, est la source des plus grands déboires de l’Ethnologie, de l’impossibilité où l’observateur se trouve presque normalement de trancher en faveur de l’emprunt ou de la convergence technique. » A la réflexion, il n’en va pas autrement pour les faits de langue. On serait tenté, à première vue de croire que la forme des mots, plus que celle des objets, permet une distinction moins hésitante entre l’emprunt et la création indigène. Mais c’est oublier que les langues empruntent non seulement des mots (qu’elles adaptent d’ailleurs et défigurent souvent), mais aussi des significations, des tours syntaxiques et des procédés stylistiques dont on ne peut pas toujours démontrer l’origine purement étrangère et qui demeurent comme accrochés dans la marge de la création linguistique. La part de l’invention, plus que celle de l’emprunt, est difficile à préciser et, dans bien des cas, parler d’emprunt, c’est n’envisager qu’une face ou qu’une partie d’un phénomène complexe dont on néglige, inconsciemment ou par une convention tacite, les autres aspects.

  • 16 Op. cit., p. 395.

21L’ethnologie nous éclaire aussi remarquablement sur les conditions de l’emprunt. Car les groupes ethniques ne reprennent pas à d’autres avec une même aisance les objets et les techniques qu’ils ne possèdent pas encore. Une simple herminette, même d’un modèle particulier, ne s’emprunte guère parce que, dans chaque groupe, on a dû depuis longtemps se créer un moyen de tailler le bois et que la contrainte naturelle a provoqué des améliorations progressives de cet outillage. Mais une technique compliquée, en revanche, apparaît étonnamment empruntable, alors que le milieu externe ne l’impose pas. Ainsi, au lieu de perfectionner l’usage de feuilles pour se vêtir, tel groupe ethnique emprunte d’un coup à un autre plus cultivé l’art de couper des orties, de les rouir, de les teiller, de les peigner, de les filer, de les tendre en une chaîne, d’y suspendre un harnais et de tisser une étoffe16. Détail surprenant : cette technique empruntée vient se juxtaposer souvent, dans un complexe culturel, à des procédés demeurés incroyablement archaïques. Il n’est pas sans profit pour le linguiste d’observer cet illogisme, au moins apparent, de l’emprunt ethnologique, qui le retiendra de chercher dans l’emprunt linguistique une stricte rationalité.

  • 17 Op. cit., p. 396.

22Le chemin de l’emprunt de chose n’est pas non plus toujours celui que le raison abstraite supposerait. L’objet emprunté ne se fixe dans un groupe différent du sien que s’il rencontre un milieu favorable. « Il y a, écrit M. Leroi-Gourhan17, dans la diffusion des objets tout autre chose que leur progression sur le terrain géographique et le simple fait que toutes les techniques praticables sous tous les climats n’existent pas encore partout démontre que l’emprunt n’est pas une simple question de présence d’un objet empruntable dans la zone d’action de n’importe quel groupe ethnique. Cela seul porterait à mettre en doute la valeur absolue des cartes de diffusion progressive des objets. N’a-t-on pas vu, en trois quarts de siècle, toute l’industrie européenne passer d’un trait par dessus l’Eurasie pour ne se fixer complètement qu’au Japon ? »

  • 18 Op. cit., p. 382-383.

23Le parallélisme des conclusions des ethnologues et des linguistes reste suggestif si l’on en vient à la question de la pénétration et de l’adaptation. Quand un objet rencontre à l’étranger un milieu favorable et qu’il est réellement emprunté, il s’assimile, subit l’empreinte personnelle du groupe emprunteur, prend un « facies » local. L’ustensile se plie aux exigences des matières premières de son nouvel habitat. Ainsi, en passant des indiens forestiers aux esquimaux, l’arc et la flèche se voilent de caractères accessoires qu’ils partagent avec les armes locales plus anciennes, les harpons et les lances. Le bois est remplacé par l’os ou par l’ivoire. Recevant un couteau de pierre ou une marmite indienne, l’esquimau en fait, dès la première copie, un objet esquimau et l’on peut dire dès lors qu’il entre dans l’emprunt une part indéfinissable d’invention18.

  • 19 Op. cit., p. 384.

24C’est évidemment la part échappée à l’assimilation qui constitue le critère de l’emprunt et qui apporte le témoignage guetté et utilisé par l’ethnologue aussi bien que par le linguiste. Tournons-nous encore une fois vers certains groupes arctiques qui tous possèdent par déterminisme technique ou par tradition un vêtement de peau à manches, coupé et cousu. Il ressort d’un examen minutieux et comparatif que ceux de l’Ouest eurasiatique ont une pelisse modérément croisée, ceux de l’Est eurasiatique une pelisse croisée très haut sur l’épaule droite et ceux d’Amérique une blouse fermée. Ces trois formes correspondent à l’influence de l’Europe, de la Chine et des Indiens nord-américains19.

25Dans certains cas, la pénétration de l’objet est restée superficielle. Elle s’est heurtée à une inertie du milieu intérieur, à une stagnation technique ou même à un refus d’emprunter. Pourtant l’objet n’a pas été entièrement rejeté. A la condition de ne pas choquer les traditions mentales ou d’avoir malgré tout flatté le goût d’innovation de la première génération d’emprunteurs, il a été retenu tel quel ou presque sans changement et il a gardé une allure étrangère qu’on aime de lui retrouver. On sait qu’en cela réside le charme de certains vêtements et de certains bijoux apportés ou imités de l’étranger. C’est la même raison qui explique les pérégrinismes linguistiques.

  • 20 Op. cit., p. 398-399.
  • 21 Op. cit., p. 398.

26Il n’est pas nécessaire d’insister beaucoup sur les réactions que provoque, dans un groupe ethnique, l’introduction soudaine d’une nouveauté étrangère. Dans bien des cas, celle-ci finit par être rejetée après une brève tentative d’infiltration. Tantôt ce rejet est dû à l’infériorité technique du groupe emprunteur, qui ne peut se livrer aux associations indispensables ; tantôt il provient de son inertie technique, qui l’empêche d’éprouver le besoin d’un effort d’assimilation ; tantôt encore le groupe, dans un état de plénitude technique, n’a que faire des éléments proposés du dehors20. On pourrait soutenir, avec M. Leroi-Gourhan21, que l’échec de l’emprunt est tout aussi intéressant que sa réussite. Il n’est guère possible à l’ethnologue, pas plus qu’au linguiste, de dresser des cartes d’« absences » et de faire le catalogue des éléments qui n’ont pas traversé le crible du milieu intérieur d’un groupe donné, mais on conçoit sans peine que des peuples se caractériseraient bien mieux par le manque de certains objets ou de certaines techniques que par la présence d’une quantité d’autres.

27Enfin, qu’il soit permis au linguiste de demander encore à l’ethnologue quels sont les effets constatés des emprunts sur le niveau et le mode de vie des groupes ethniques. Pareil bilan est naturellement complexe. Il y a une majorité d’emprunts discrets, qu’on ne saisit presque jamais sur le vif, qui se sont admirablement assimilés à leur nouveau milieu et qui dès lors ne paraissent pas avoir apporté une réelle modification ou un enrichissement appréciable. Pourtant l’accumulation progressive de ces emprunts discrets, surtout s’ils sont orientés dans un même sens, finit par changer vraiment le milieu intérieur, mais le temps qui s’est écoulé entre deux stades de civilisation, donne le droit de se demander quelle est la part de l’emprunt et celle de l’évolution ou du progrès naturel.

28Il existe, en revanche, d’autres emprunts, comme celui de l’agriculture par exemple, qui se traduisent en un temps relativement réduit par une mutation complète d’une partie très importante du milieu technique. De pareils emprunts ne sont pas pourtant d’une autre essence que les premiers, mais ils produisent leurs effets à une échelle différente. Tandis que la tradition absorbe simplement un modèle nouveau de manche d’outil, au contraire l’introduction d’une lame d’un type inconnu peut entraîner l’apparition d’une nouvelle technique de taille de toutes les lames.

  • 22 Op. cit., p. 387-389.

29Pour mettre en lumière les effets d’un emprunt important, M. Leroi-Gourhan fait état d’un exemple récent. « De 1890 à 1900, le gouvernement américain a importé chez les Eskimo d’Alaska des rennes et quelques pasteurs lapons pour développer l’élevage dans les groupes de chasseurs décimés par la disparition des cétacés, les compagnies de chasse et de pêche et la Ruée vers l’Or. Cette tentative a partiellement réussi, puisque plusieurs groupes d’Eskimo se sont adaptés à l’élevage du renne ; on dispose par conséquent d’un cas daté, et suivi depuis un demi-siècle de substitution de l’état d’éleveur à celui de chasseur-pêcheur. Que s’est-il produit ? Les Eskimo connaissaient le renne sauvage… L’emprunt leur apportait un animal connu dans ses emplois de consommation vestimentaire, alimentaire et de matières premières, mais inconnu dans les techniques de son élevage et dans ses possibilités d’extension aux transports. Un nouveau groupe technique, le matériel d’élevage : lasso, licol, entraves, marques de propriété, parcs, enfumage contre les moustiques est venu s’insérer dans le groupe préexistant. Conformément à une règle très générale de proportions, les techniques antérieures ont été réduites dans la mesure où l’élevage est venu absorber le temps d’activité quotidienne : la chasse et la pêche, rendues partiellement inutiles et impraticables par la nouvelle activité technique, sont passées à l’état d’appoint, exactement comme chez les semi- rustiques et les semi-industriels. Toute une portion des traditions du milieu technique s’est ainsi ruinée d’une année à l’autre… »22 La peau de renne a remplacé celle de phoque pour le vêtement. La chair de renne s’est substituée en grande partie à celle des animaux aquatiques. Le traîneau à chiens a été adapté en traîneau à rennes. Le chien, affecté antérieurement aux transports et à la chasse, a été dressé pour la garde des troupeaux. Le nomadisme traditionnel fondé sur l’alternance saisonnière des tâches marines et terrestres a été modifié, ébranlant du même coup l’organisation sociale et religieuse traditionnelle.

30On voit combien importants peuvent être les effets de l’emprunt sur le plan technique et social. On verra que de pareils bouleversements ne sont pas exclus sur le plan linguistique, par exemple quand l’influence étrangère dérègle gravement le système phonologique d’une langue.

  • 23 Op. cit., p. 399-400.

31Mais en provoquant des transformations successives sur de larges domaines, l’emprunt n’est-il pas le facteur principal d’une uniformisation mondiale des techniques, des modes de vie, des conventions sociales, des religions et enfin des races ? C’est l’aboutissement idéal de certaines théories poussées au-delà des conséquences où leur auteur les a fixées. Mais on n’observe rien d’absolument pareil dans la réalité. Certes, on ne peut nier un rapprochement des diverses formes de la civilisation humaine. Mais nous demeurons loin de toute unification. On ne voit pas que le monde ancien, dans tous les documents qu’on en possède, ait été plus divers qu’à l’heure présente. En fait, il y a des mécanismes très puissants qui défendent chaque groupe contre l’éparpillement et la compénétration. Chaque peuple semble affirmer son existence en livrant un combat continuel aux influences qui le pénètrent du dehors. Les unités ethniques changent et se remplacent, mais elles répugnent à se fondre et à s’unifier. Aucun signe ne laisse penser qu’un nivellement des civilisations puisse être attendu même dans un avenir prolongé23. Cette conclusion de l’ethnologie rejoint encore celle de la linguistique. Bien qu’on soit arrivé à uniformiser de par le monde un certain vocabulaire savant et technique, le rêve d’une langue commune reste assurément encore une chimère.

Notes

1 Je cite ma source ou mes sources toutes les fois que je le crois utile. Toutefois, pour éviter de surcharger mon texte sans nécessité et sans profit pour le lecteur, j’ai négligé de le faire quand il s’agit de mots qui appartiennent à des langues largement connues et dont l’étymologie n’est plus discutée par les principaux spécialistes. Le lecteur qui le désire n’aura aucune peine à se reporter aux différents dictionnaires des langues en question.
Pour marquer la prononciation, j’ai renoncé à employer l’écriture phonétique internationale, qui dérouterait sans doute désagréablement la majorité de ceux qui, sans être des linguistes, s’intéressent à la question de l’emprunt. J’ai cru devoir suivre en cela d’illustres exemples et notamment celui de J. Vendryes dans son Langage.

2 Dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 293.

3 Les trois linguistiques saussuriennes, dans Vox Romanica, 5 (1940), notamment p. 27 et 29 du tirage à part

4 Op. cit., p. 7.

5 Op. cit., p. 29.

6 Op. cit., p. 29 et 37.

7 G. Matoré, Le néologisme : naissance et diffusion, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 87-92. — Cf. É. Pichon, L’enrichissement lexical dans le français d’aujourd’hui, dans Le Français Moderne, 3 (1935), p. 209-222 et 325-344 ; J. Damourette et É. Pichon, Des mots à la pensée, 2e éd., I, Paris, 1951, p. 154.

8 Op. cit., p. 88.

9 Op. cit., p. 90-92.

10 Op. cit., p. 90.

11 Je reprends ces exemples à J. M. Gautier, Notes sur le vocabulaire d’André Gide, dans Le Français Moderne, 20 (1952), p. 31-40. Les références sont faites aux « Œuvres complètes » éditées par Martin-Chauffier. Il faut souligner que les mots anglais contenus dans ces phrases ne sont nullement justifiés par un souci de couleur locale, comme c’est le cas dans d’autres passages où Gide appelle par exemple bordj une auberge nord-africaine et seghia une oasis.

12 Peut-être faut-il signaler dès à présent que, dans cette étude, je ne distinguerai pas ordinairement la « langue écrite » de la « langue parlée ». Ces deux notions s’opposent mal au point de vue linguistique. Selon les sujets et les circonstances, il y a des gens qui écrivent comme on parle, d’autres qui parlent comme on écrit. Il me paraît plus adéquat d’opposer, au besoin, l’usage académique à l’usage vulgaire, l’usage savant à l’usage commun. Chaque fois qu’il sera utile, je m’en tiendrai de préférence à ces distinctions, qui valent même pour les époques anciennes où nous n’avons que des écrits pour en juger.

13 Cf. A. Meillet, Comment lei mots changent de sens, dans L’Année Sociologique, 1905-1906 = Linguistique historique et linguistique générale, I, nouv. éd., Paris, 1948, p. 252-253 ; A. Dauzat, Histoire de la langue française, Paris, 1930, p. 167 ; V. Pisani, Sull’imprestito linguistico, dans Rendiconti dell’ Istituto Lombardo di Scienze e Lettere, Lett., 73, 1, Milan, 1939-40 = Linguistica generale e indeuropea, 1946, p. 58.

14 Cf. André Leroi-Gourhan, Évolution et techniques. L’homme et la matière, Paris, 1943 ; Évolution et techniques. Milieu et techniques, Paris, 1945 (notamment p. 374 et suivantes du second volume).

15 Milieu et techniques, p. 420-421.

16 Op. cit., p. 395.

17 Op. cit., p. 396.

18 Op. cit., p. 382-383.

19 Op. cit., p. 384.

20 Op. cit., p. 398-399.

21 Op. cit., p. 398.

22 Op. cit., p. 387-389.

23 Op. cit., p. 399-400.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search