Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

Le Testament de Villon selon Coislin : pour une unité de composition

Rika Van Deyck

Texte intégral

  • 1 Cf. F. Villon, Œuvres d’après le manuscrit Coislin, textes, variantes et concordances, éd. R. Van (...)
  • 2 Cf. R. Van Deyck, « Les ‘Testaments’ de Villon, une écriture ironique », in Actes du IIIe Colloque (...)

1Nous plaiderons pour l’unité de composition du Testament sur base du discours métadiscursif développé par Villon autour de son texte. Cette forme d’ironie romantique lui permet de commenter le projet poétique par une autoréflexion critique à laquelle il associe le lecteur. Nous lirons Villon d’après Coislin (C, BnF, fr. 20041, f. 107v-153v). La conception de ce manuscrit en tant que collection d’œuvres d’auteur lui accorde en effet un intérêt tout particulier. Outre le Roman de Melusine de Coudrette, il ne contient que l’œuvre testamentaire de Villon. Dans l’arrangement du texte en deux sections avec une rédaction abrégée du Lais et la version la plus complète pour le Testament1, toutes deux sont encadrées par des ballades faisant appel. La « Ballade des pendus » introduit le petit testament et la « Ballade de l’appel » le grand. Ces appels s’intensifient en fin d’œuvre dans l’« Epistre a ses amis » avant de déboucher sur le « Probleme » ou la ballade de Fortune, posée en guise de débat final. Un tel assemblage ne peut qu’être l’indice d’une vision particulière2. Les leçons rares que présente maint passage du grand Testament augmentent la valeur du témoin. Ballades, rondeaux et chansons s’insèrent dans un enchaînement continu de huitains qui constituent le canevas de base de l’œuvre. Les derniers développent dans le testament argumentatif une rhétorique persuasive à laquelle participent les pièces lyriques et qui trouvera son complément dans la série des legs burlesques du testament réel. Un lien organique structurel s’établit ainsi entre les huitains et les poésies intercalaires qu’ils englobent.

1. Le huitain 57

2Le huitain nous servira de point de départ :

Ceste leçon icy leur baille

La belle et bonne de jadiz ;

Bien dit en mal ; vaille que vaille

564

Enregistrer j’ay fait ces diz

Par mon clerc Fremin, I’estourdiz,

Aussi rassiz que je pense estre.

Il me desment, je le mauldiz :

568

Selon le clerc est Deu le maistre.

  • 3 Titre de Clément Marot.
  • 4 Cf. Le ‘Testament’ Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, 2 vols., Genève, Droz (« TLF », 207-208), 1 (...)
  • 5 Cf. Villon, Poésies complètes, éd. C. Thiry, Paris, Librairie Générale Française, 1991, pp. 134-13 (...)
  • 6 Cf. e.a. Rychner-Henry, éd. cit., vol. I, p. 59. Les éditeurs mentionnent la graphie « on » pour « (...)

3Ce huitain, à première vue anodin et qui n’a suscité que peu de commentaires, mérite cependant d’être examiné de plus près. Il intervient à l’issue de la ballade de « La belle Heaulmiere aux filles de joie3 » et le commente. Le syntagme « ceste leçon », placé en tête de huitain et renforcé par « icy » (‘cette leçon même’4) reprend le discours rapporté qu’adresse « la belle et bonne de jadiz » aux jeunes filles communes. Il établit donc un lien grammatical et logique précis entre la ballade et le huitain. Le choix du terme « leçon » lui confère un caractère officiel et l’associe avec cette connotation, à l’écolière du vers 534 : « Qui escolliere souliez estre » (‘qui aviez l’habitude de fréquenter l’école’) ; la relative se rapporte à la « belle Gaultiere », mais elle s’applique à toutes les belles de la ballade. L’énoncé est d’autant plus surprenant que l’enseignement prôné par celle qui, tragiquement, fut belle jadis mais ne l’est plus, s’oppose à celui de l’Église. La syntaxe de l’ordre focalise d’une part l’objet direct, de l’autre il met le sujet inversé dans une position charnière. Il a le double rôle de sujet de « baille » (‘dispenser cet enseignement particulier’) comme de « bien dit » qui en apprécie la valeur. Mieux encore, Villon s’approprie le discours rapporté au point de l’inclure dans son propre testament. C’est à tout prix, « vaille que vaille », qu’il entend faire « enregistrer » les propos de la belle Heaulmiere par son « clerc Fremin », fût-il fictif. Tant l’emploi d’un prédicat technique ‘inscrire dans le registre’ que la situation d’énonciation suggérant la dictée du testament soulignent le caractère officiel du document5. Et Villon d’arguer que la belle a raison : « Bien dit en mal », c’est-à-dire elle parle juste dans le mal, ou plutôt dans ce qu’il est convenu d’appeler le mal. Le manuscrit Coislin est seul à donner la lectio difficilior avec la préposition « en », là où les autres sources présentent la conjonction « ou ». La ponctuation que nous proposons diffère de celle des éditeurs qui ont écarté Coislin pour retenir « Bien dit ou mal, vaille que vaille, [...]6 ».

4Quand Villon veut faire enregistrer son testament, il entend coûte que coûte y reprendre la ballade, accompagnée de son commentaire métadiscursif. Sa prise de position face à l’Église quant à l’enseignement à dispenser est donc actée par testament et acquiert ainsi un caractère solennel.

2. En amont

  • 7 Cette nouvelle ponctuation donne un sens satisfaisant : ‘car au moment de la mort : tout (est) ass (...)

5Or, en amont, quand Villon déclarait au huitain 33 — emplacement stratégique par la seule valeur symbolique du chiffre — avoir mis en écrit son intention poétique, c’était également à la faveur d’un débat, plus particulièrement celui de la vanité de l’existence. Ici aussi, la thématique des ubi sunt, introduite par les huitains 29 et 30, culminait dans un triptyque de ballades, les ballades « du temps jadis », alors que cet enchaînement de séquences se préparait dans le vers final du huitain 28 : « Car a la mort : tout assouviz » (vers 224)7.

6L’incident dans lequel il s’est mis et qui ne l’avance en rien d’après les deux premiers vers, c’est précisément la composition de son testament à en juger par les deux derniers :

En cest incident me suis mis

Qui de riens ne sert a mon fait ;

Je ne suis juge, ne commis

260

Pour pugnir n’assouldre meffait :

De tous suis le plus imparfait,

Loué soit le doulx Jhesucrist !

Que par moy leur soit satisfait

264

Ce que j’ay escript en escript.

  • 8 Cf. e.a. Rychner-Henry, éd. cit., vol. I, p. 39, et vol. II, p. 42-43.

7Après avoir loué Dieu aux vers 259-262 de n’avoir pas à juger autrui et même d’être le plus imparfait de tous, Villon exprime le vœu de faire réparation (« satisfaire a aucun ») par ce qu’il a mis en écrit. La lectio difficilior avec la préposition « en », abandonnée par les éditeurs en faveur de « est » selon l’Imprimé Levet (I), rappelle la parole de Pilate : « Ce que j’ay escript est escript8. » Villon, selon Coislin, manipule cet énoncé en focalisant la finalité de sa propre poésie. L’idée de la réparation du méfait par l’œuvre se précisera davantage dans le don de sa librairie et du « roumant du Pet au Deable » fait à Guillaume de Villon en 88, au début du testament réel, et que commentent les trois derniers vers de ce huitain : « Combien qu’il soit rudement fait, / La matiere est tres notable / Qu’elle admende tout le meffait » (vv. 862-864).

  • 9 Cf. J. Dufournet, Recherches sur le Testament de François Villon, 2 vols, Paris, Champion, 1971, v (...)

8Ici aussi, Villon prenait position dans le débat quand il parlait de son intention poétique et ici aussi il le faisait à l’issue de ballades, celles du temps jadis qu’il intègre dans le corps même de son argumentation. C’est sous la métaphore identificatoire « povre marcerot de Regnes » (v. 417) qu’il entre, en personne, dans le vif du sujet en arguant que sa poésie, ses « estrines » (v. 419)9, survivront aux dames et seigneurs illustres et même à l’évolution de la langue. Et c’est ainsi qu’avec le huitain 42 se clôt la thématique des ubi sunt :

Puis que pappes, roys, filz de roys

Et conceuz en ventre de roynes,

Sont enseveliz mors et froys,

416

En aultruy mains passe leurs regnes,

Moy, povre marcerot de Regnes,

Morrai ge pas? Oy, se Dieu plaist ;

Mais que j’aye fait mes estrines,

420

Honneste mort ne me desplaist.

  • 10 R. Van Deyck, « Création verbale et valorisation sémique dans le Testament’ de François Villon », (...)

9Rappelons que dès le 10e huitain, et ce pour la première fois, Villon avait formulé sa décision de faire un testament qu’il y qualifie d’unique et irrévocable. Il en respectera d’ailleurs toutes les formalités juridiques à commencer par l’invocation de la précarité de sa santé, santé pécuniaire bien plus que physique, suivi de la datation, en 11, jusqu’aux dernières dispositions pour l’enterrement données dans les huitains 176-18610 et qui débouchent dans une première conclusion de l’œuvre sur les ballades « de mercy » et « de conclusion » :

Et pour ce que foible me sens

Trop plus de biens que de sancté,

Tant que je suis en mon plain sens

76

(Sy peu que Dieu m’en a presté,

Car d’autre ne l’ay emprunté),

J’ai ce testament tres estable

Fait, de derreniere voulenté,

80

Seul pour tout et inrevocable.

10D’étape en étape il diffèrera le geste concret de tester pour se donner le temps d’argumenter le bien-fondé de son raisonnement. À chaque fois, quand il parle de son intention poétique, il marque ce métadiscours de sa présence.

  • 11 Le jeu de mots maulx/mots est relevé par A. Lanly, François Villon. Œuvres, traduction en français (...)

11Les deux métaphores d’identification, arguments clefs du discours argumentatif, figurent en des endroits stratégiques du texte. En 13 Villon se présentait déjà comme le pèlerin des mots sous le couvert de « pelerins de Esmaulx ». Il se nomme pèlerin des maux (des misères) et, simultanément, des mots (des propos, des discours, de son œuvre)11 et cette métaphore annonce déjà le « povre marcerot de Regnes ». Elle intervient immédiatement après les huitains 10 et 11 qui contiennent l’argument crucial du faire testamentaire :

Combien au plus fort de mes maulx.

En cheminant sans croix ne pille,

Dieu, qui les pelerins de Esmaulx

100

Conforta, ce dit l’Euvangille,

Me monstra une bonne ville

Et pourveue du dons d’esperance ;

Combien que pechiez si soit ville,

104

Riens ne het que perseverance.

3. En aval

  • 12 Cf. Van Deyck, « Les ‘Testaments’ de Villon, une écriture ironique », cit.

12En aval, le huitain 58 fait partie de la longue argumentation amorcée dans la ballade de la belle Heaulmiere et visant, sous le couvert d’une cascade d’hypothétiques, Catherine de Vaucelles avant de l’associer, à la fin du testament argumentatif, plus précisément au huitain 73, à Thibaud d’Aussigny. L’accusation est une réplique du procès que Villon avait fait à l’évêque dans un syllogisme développé dans les huitains 2, 3 et 4 au tout début de l’œuvre12. La boucle du discours persuasif est donc bouclée avant d’en arriver au testament réel des legs virulents qui complèteront la démonstration rhétorique de la culpabilité de ses antagonistes.

Sy apperçoy le grant danger

Duquel l’omme amoureux se boute...

Et qui me vouldroit laidanger

572

De ce mot, en disant : « Escoute !

Se d’amer t’estrange et reboute

Le barrat de celles nommees,

Tu faiz une bien folle doubte,

576

Car se sont femmes diffamees.

13Dans une chaîne référentielle révélatrice, « celles nommees » (‘celles qui ont été nommées’), désignent les filles de joie de la ballade de la belle Heaulmiere et rappellent par la même occasion l’enseignement qui leur est dispensé au huitain 57. Pronom démonstratif et participe assurent la liaison grammaticale des séquences par le jeu ponctuel des antécédents afin d’y ajouter, à ce stade de l’argumentation, un nouvel élément qui doit préparer le passage logique du virtuel à la réalité confirmée. C’est concevoir une crainte insensée que de rejeter (« rebouter ») la fourberie (« le barrat ») des femmes citées « Car se [sic] sont femmes diffamees ». Le motif est incontestablement juste et le dire n’est pas médire. La preuve effective de la fourberie de Catherine de Vaucelles en particulier, qui sera fournie dans la suite de la démonstration, autorisera Villon de l’inclure dans la catégorie de « celles nommees » ; elle transformera de ce fait le virtuel initial des hypothèses en vérité démontrée.

14« Katherine de Vauselles » sera citée explicitement au vers 661, dans le cadre privilégié d’une nouvelle ballade, la « Trepple Ballade », alors que Villon particularise à nouveau la situation d’énonciation en déclarant vouloir parler de lui-même :

De moy, povre, je vueil parler :

J’en fuz batu comme a ru telles,

Tout nu, ja ne le quiers celler.

660

Qui me fist macher ses groselles,

Fors Katherine de Vauselles ?

Noel, le tiers, ot, qui fut la,

Mitaines a ses nopces telles.

664

Bien est eureux † est qui riens n’y a !

15Villon désigne Catherine, témoin à l’appui (« Noel, le tiers [...] qui fut la ») comme responsable de ses malheurs. Dans le huitain 65, qui fait suite à la ballade, Villon déclare sans ambages que si elle n’avait pas caché son jeu, il n’aurait pas été dupe :

Se celle que jadiz servoye

De si bon cueur et loyaulment

Dont tant de grief j’avoye

676

Et soufffoye tant de tourment

Se dit m’eust, au commancement,

Sa voulenté (mais nennil, las !),

J’eusse mis paine aucunement

680

De moy retraire de ses las.

16Après avoir donné toute la mesure de la malhonnêteté de Catherine dans la série de huitains allant de 65 à 69, il la dit responsable de sa mort en 70 :

Je regnye Amours et despite

Et deffie a feu et a sang.

Mort par elle me precepicte

716

Et si ne leur vault pas d’un blanc.

17C’est à ce moment précis qu’il reconfirme, en 71, au vers 724, son intention de tester : « Poursuivre je vueil mon entente. »

18Au moment où, à l’approche de la mort, il est en droit de tout dire « Qui meurt a ses loix de tout dire » (vers 728), Villon rappelle en 72 que sa Jehanneton (v. 732), qui représente Catherine parmi toutes les femmes de mauvaise vie, l’a délaissé, vieux, alors qu’il était encore jeune :

Je congnois approucher ma seuf ;

Je crache blanc comme coton

Jacoppins groz comme ung estuef.

732

Qu’esse a dire ? que Jehanneton

Plus ne me tient pour valleton,

Mais pour ung viel usé rocquart :

De viel porte voix et le ton,

736

Et ne suis q’un jeune cocquart.

19Enfin, au huitain 73 la conjonction « et » fait la jonction entre cette Jehanneton et « Tacque Thibault », camouflant à peine l’évêque. Après une rupture syntaxique stratégique et l’exclamation expressive « Dieu mercy », il est parvenu à réunir ses antagonistes :

Dieu mercy et Tacque Thibault,

Qui tant d’eaue froide m’a fait boire,

En ung bas, non pas en ung hault,

740

Menger d’angoisse mainte poire,

Enferré... Quant j’en ay memoire,

Je prie pour luy, et relicqua,

Que Dieu lui doint, et voire, voire !

744

Ce que je pense... et cetera.

20Le tout premier legs virulent du testament réel, s’adresse précisément à cette amie, appelée ironiquement ici « m’Amour, ma chiere Rose ». L’attribut que lui donne Villon en se ravisant alors qu’il n’avait pas au départ l’intention de lui donner quoi que ce soit (« ne cueur ne foye »), c’est, dans une séquence question-réponse mettant le don en évidence, « une grant bourse de soye » :

Item, m’Amour, ma chiere Rose,

Ne luy laisse ne cueur ne foye,

(Elle aymeroit mieulx autre chose,

913

Combien qu’elle ait asses monnoye).

Quoy ? une grant bourse de soye,

Plaine d’escuz, parfonde et large ;

Mais pendu soit il, qui je soye,

917

Qui luy laira escus ne targe,

21Le lien entre le testament argumentatif et le burlesque est donc clairement établi puisque sa Rose ou sa Jehanneton deviennent grâce à l’attribut de la bourse « Katherine la Bourciere » de la ballade de la belle Heaulmiere à laquelle « Katherine de Vauselles » de la Trepple Ballade se trouve associée. Quand Villon se ressaisit à nouveau quant au don à lui laisser, il le fera à nouveau, en 93, sous forme d’une ballade : « Ceste ballade luy envoye / Qui se termine tout par erre. » La lettre caractérise le destinataire du poème. Par son initiale, Rose entre dans le paradigme de noms propres désignant l’amie, car la ballade qui lui est adressée est en effet la « Ballade a s’amye » (titre de Marot). Elle en redit toute le « faulse beaulté » en renchérissant sur les huitains 65-69 où Villon conclut être « l’amant remis et renyé ». Il est donc en droit de la nommer responsable de sa perte : « Nommer que puis, de ma deffaçon seur, / Cherme felon, la mort d’un povre cueur. »

  • 13 Cf. Rychner-Henry, éd. cit., vol. II, pp. 186-187.

22C’est dans le même ordre d’idées que Villon vise les coupables quand, en parlant ironiquement, par antiphrase, de ses « troys povres orphelins » aux vers 945-946 du huitain 127, il les caractérise par « N’a mieulx saichant leur tour d’escolle » (v. 1279). Les trois riches spéculateurs en question connaissent en effet toutes les ruses du métier13. L’école en question n’est pas celle de l’autorité ecclésiastique. Or, c’est précisément cet enseignement que Villon récuse quand il déclare dans la Ballade des « Contrediz de Franc Gontier » (titre de Marot) « a tel escolle une seule journee / Ne me tendraient, non une marinee « (vv. 1496-1497). Ici à nouveau Villon se démarque de l’enseignement officiel qui préconise la pauvreté et déclare y préférer la vie dans de luxe du chanoine : promiscuité préférée à l’hypocrisie.

23Dans la suite logique du raisonnement, l’enseignement de la belle Heaulmiere destiné aux filles de joie, et plus particulièrement à « Katherine la Bourciere », en termes de : « N’envoyez plus les hommes paistre : / Car qui belle n’est ne perpestre / Leur masle grace, mais leur rie. / Laide viellesse amour n’impestre, / Ne que monnoye c’on descrie. », légitimisé en 57, sera à nouveau repris en 151 :

Item, a Marion l’Idolle

Et a la grant Jehanne de Bretaigne

Donne tenir publicque escolle

1631

Ou l’escollier le maistre enseigne.

Lieu n’est ou se marchié se tiengne,

Synom a la grisle de Meun,

De quoy je diz : « Fy de l’enseigne,

1635

Puis que l’ouvraige est si commun ! »

  • 14 Cf. ibid., vol. II, pp. 227-228 ; voir aussi Thiry, éd. cit., p. 220. Il rappelle à juste titre la (...)
  • 15 Thiry, ibid., explique, comme d’autres, la version de Coislin par antiphrase tout en lui préférant (...)

24En effet, tant Marion l’Idolle que la grant Jehanne de Bretaigne font partie de ces femmes diffamées auxquelles Villon accorde (‘donner’ suivi d’une infinive) de tenir une école publique, c’est-à-dire ouverte à tous, où le maître, la prostituée, se soumet au client14. Le renversement surprenant des rôles enseignant-élève conduit vers le thème de la culpabilité, thème au cœur même du débat dans le Testament, par un glissement subtil vers l’argument du lieu où se fait cette convention entre les deux parties (« ou se [sic] marchié se tiengne ») : c’est la prison (« grisle ») de Meung. Elle montre du doigt le principal coupable, l’évèque de Meung. La leçon de Coislin, écartée par la plupart des éditeurs pour « ne tiengne » (I A F)15, donne un sens approprié au passage puisqu’elle oppose ironiquement l’école de la prostitution ouverte à tous à la réclusion de la prison et de son prisonnier, Villon, qui y a presque laissé la vie. Le flou calculé dans l’emploi du démonstratif ’ce’ de ‘ce marché’, qui réfère tant à la « publicque escolle » qu’à la « grisle de Meun », déplace le centre d’intérêt des participants à l’accord vers le lieu où il est conclu et amène aux deux derniers vers la conclusion logique de son raisonnement : le « marchié » conclu en ce dernier lieu Villon le refuse avec dédain : « Fy de l’enseigne » et ce refus rappelle sans aucun doute celui formulé en début d’œuvre quand Villon déclarait ne rien tenir sous la main de l’évêque (« [...] Soubz la main Thibault d’Aucigny. / S’evesque il est, [...], / Qu’il soit le mien je le regny. / Mon seigneur n’est ne mon evesque, / Soubz luy ne tiens, [...] », vv. 6-10). Les arguments du débat s’articulent donc dans une rhétorique persuasive en développements circulaires qui gardent leur cohérence tout au long du trajet.

25Enfin au huitain 155 il est question d’une dernière « leçon de mon escolle » :

Item, riens aux Enffans Trouvés ;

Mais aux perdu fault que consolle ;

Sy doivent être retrouvez,

1663

Par droit, sur Marion l’Idolle.

Une leçon de mon escoll

Leur lairay, qui ne dure guerre :

Teste n’ayent dure ne folle ;

1667

Escoute ! et vecy la derreniere.

  • 16 Cf. Rychner-Henry, éd. cit., vol. Il, p. 232 sur la valeur juridique de ‘devoir’ accompagné de la (...)

26Le conseil de Villon s’adresse aux « (Enffans) perdus », qui font écho aux « Enffans Trouvés » du premier vers. L’association « trouves » (‘enfants abandonnés’), « perdu » et « retrouvez » conduit vers le responsable où ils sont à chercher : comme de juste (« de droit »)16, soit chez Marion l’Idolle. Le lien avec le huitain 151 est ainsi clairement établi. Or, cet enseignement légué aux « Enffans [...] perdu », dont les femmes nommées ont causé la perte, Villon y compris, nous amène à la ballade que Marot a intitulé en en focalisant le contenu « Ballade de bonne doctrine ». Une fois de plus Villon y prendra position contre l’Église et contre les puissants de ce monde et il ponctue ce choix par le refrain « Tout aux tavernes et aux filles » répété aux vers 1699, 1707, 1715 et 1719.

  • 17 Cf. surtout ibid., vol. I, p. 128, et vol. II, p. 232. Ils défendent l’expression « lire une leçon (...)

27Le prédicat « lairay » en Coislin se distingue de la version « liray » des autres sources (I A F) qui sera retenue par les éditeurs17. Le choix du terme technique se défend pourtant parfaitement et constitue même un nouvel indice de l’intention de Villon quant à l’inclure dans le faire contractuel.

28La fin du Testament s’achemine avec la « Ballade de mercy » (titre de Marot) qui réitère au travers du refrain « Je crye a toutes gens mercys » (vv. 1975, 1983, 1991 et 1995) les appels de la « Ballade des Pendus » et de la « Ballade de l’appel » avant de s’exprimer, avec plus d’insistance encore, dans l’« Espitre (a ses amis) ». Quant à la « Ballade de conclusion » qui fait immédiatement suite à celle « de mercy », elle constitue, pour les éditeurs, la fin du Testament alors qu’elle n’en est qu’un achèvement provisoire. Tout comme le début du testament réel, la vraie fin de l’œuvre est différée. Elle l’est jusqu’au « Problème » final, soit la « Ballade au nom de la Fortune ». Le climax ainsi construit fait que de ballade en ballade les thèmes fondamentaux du débat se trouvent valorisés dans la toile de fond des huitains.

4. Conclusion

29Les commentaires de Villon à propos des pièces lyriques intercalées entre les huitains du Testament les constituent en arguments textuels ; ils font donc, de fait, partie intégrante de l’œuvre. Ce métadiscours, dans lequel Villon justifie sa démarche, fournit la preuve effective de leur insertion dans le concept poétique.

30De même, l’ancrage grammatical qui fait la liaison entre pronoms démonstratifs, possessifs ou indéfinis avec leurs antécédents établit des références ponctuelles entre ces mêmes pièces lyriques intercalaires et le canevas de base des huitains.

31Un enchaînement isotopique révélateur relie, par le contenu, l’« escolliere » du vers 534, « ceste leçon » du vers 561, « leur tour d’escolle » du vers 1279, « tel escolle » du vers 1496, la « publicque escolle » du vers 1630 et « une leçon de mon escolle » du vers 1664 dans une association qui en valorise les constituants. Il traverse ballades et huitains. Quant aux personnages « Marion l’Idolle », « la grant Jehanne de Bretaigne », la « Jehanneton », la « Rose », ils forment un paradigme de termes substituables qui désignent les filles communes et cet ensemble inclut au travers d’une argumentation astucieuse l’influente Catherine de Vaucelles. Villon pourra lui associer Thibaud d’Aussigny grâce au flou d’un discours double. Les termes relatifs à l’enseignement comme aux participants recouvrent ainsi des réalités diverses simultanément présentes dans l’articulation du texte. La synthèse entre la passion et la raison crée dans ce discours à double entendre le lyrisme argumentatif caractéristique de Villon.

32De fait, le sens premier des mots existe, mais n’est pas perceptible à l’état pur. Il ne se réalise qu’en combinaison avec des connotations comme c’est le cas des sons qui se perçoivent forcément comme le résultat du son fondamental combiné avec des harmoniques. Des sèmes du sens premier peuvent s’en détacher pour se rattacher à d’autres dans une constellation complexe. Cette recomposition du sens crée des emplois figurés qui engendrent une subtile articulation de couches de signification dans le discours. Villon a pleinement exploité cette stratégie tout en autorisant son lecteur à gloser l’œuvre comme bon lui semble, mais qu’il prenne part à sa défense.

  • 18 Cf. R. Van Deyck, « Pour un panorama des études villoniennes », in La recherche. Bilan et perspect (...)

33Dans la controverse qui oppose les tenants de la thèse d’une composition dispersée de l’œuvre sur base de contradictions internes comme d’arguments externes de chronologie — I. Siciliano en premier, suivi de G. Paris et de bien d’autres —, à ceux qui défendent l’unité de composition du Testament — tels que F. Nery, J. Fox, J. Rychner, A. Henry, J. Dufoumet —, nous avons résolument opté pour la dernière18. Les points de vue ne sont cependant pas irréconciliables comme l’avait suggéré J. Dufoumet. Des poèmes conçus à l’origine comme des pièces d’anthologie ont pu trouver ensuite un emplacement et un rôle nouveaux dans la conception du Testament. Le témoignage de Coislin en constitue la meilleure preuve.

Notes

1 Cf. F. Villon, Œuvres d’après le manuscrit Coislin, textes, variantes et concordances, éd. R. Van Deyck, traitement automatique par R. Zwaenepoel, 2 vols, Saint-Aquilin-de-Pacy, Mallier (« Textes et Traitement automatique », 2), 1974, vol. I, p. 14. Dans le petit Testament manquent les huitains 4-9 et 36-39 alors que dans le grand seul le huitain 39 manque.

2 Cf. R. Van Deyck, « Les ‘Testaments’ de Villon, une écriture ironique », in Actes du IIIe Colloque International sur la littérature en Moyen Français (Milan, mai 2003) [= L'Analisi Linguistica e Letteraria, t. 1-2], Milan, Vita è Pensiero, 2004, pp. 367-399.

3 Titre de Clément Marot.

4 Cf. Le ‘Testament’ Villon, éd. J. Rychner et A. Henry, 2 vols., Genève, Droz (« TLF », 207-208), 1974, vol. II, p. 83. Les éditeurs interprètent « Ceste leçon icy » comme ‘Voilà la leçon que leur donne’ avec insistance sur la démonstration plutôt que sur l’ipséité, alors que pour nous « ceste » et « icy » ont des valeurs spécifiques qui se complètent dans le syntagme.

5 Cf. Villon, Poésies complètes, éd. C. Thiry, Paris, Librairie Générale Française, 1991, pp. 134-135.

6 Cf. e.a. Rychner-Henry, éd. cit., vol. I, p. 59. Les éditeurs mentionnent la graphie « on » pour « ou » dans le ms. de Stockholm (F), sans doute un problème purement graphique de jambage.

7 Cette nouvelle ponctuation donne un sens satisfaisant : ‘car au moment de la mort : tout (est) assouvi’ et fait de la leçon isolée du ms. Coislin une lectio difficilior intéressante ; elle s'oppose à la version des autres sources « tout s’assouvit, s’assouvist (I) », retenue par les éditeurs : cf. e.a. Rychner-Henry, éd. cit., vol. I, p. 37, et ibid., vol. II, p. 39 (‘tout s’achève’) et rend inutile le motif pour écarter C donné par Thiry, éd. cit., p. 108.

8 Cf. e.a. Rychner-Henry, éd. cit., vol. I, p. 39, et vol. II, p. 42-43.

9 Cf. J. Dufournet, Recherches sur le Testament de François Villon, 2 vols, Paris, Champion, 1971, vol. I, p. 211, pour qui la locution « faire ses estrenes » désigne la fiction testamentaire de Villon.

10 R. Van Deyck, « Création verbale et valorisation sémique dans le Testament’ de François Villon », in Néologie et création verbale. Actes du Colloque international de Montréal (octobre 1996) [= Le Moyen Français, 39-41], éd. G. Di Stefano et R. Bidler, Montréal, CERES, 1996-1997, pp. 637-648, et Ead., « L’afférence dans le ‘Testament’ de François Villon », in Actes du Ier Colloque International sur la littérature du Moyen Français (Milan, mai 1998) [= L'Analisi linguistica e letteraria, 1-2], Milan, Vita e Pensiero, 2000, pp. 209-27.

11 Le jeu de mots maulx/mots est relevé par A. Lanly, François Villon. Œuvres, traduction en français moderne accompagnée de notes explicatives, 2 vols, Paris, Champion, 1969, vol. I, p. 251, n. 1, à propos de l’interprétation du vers 1647 Car povres gens ont assez de maulx. Cf. aussi J. Dufournet, « Les formes de l’ambiguïté dans le Testament de Villon », in Revue des langues romanes, LXXXVI, 1982, p. 213.

12 Cf. Van Deyck, « Les ‘Testaments’ de Villon, une écriture ironique », cit.

13 Cf. Rychner-Henry, éd. cit., vol. II, pp. 186-187.

14 Cf. ibid., vol. II, pp. 227-228 ; voir aussi Thiry, éd. cit., p. 220. Il rappelle à juste titre la valeur de la locution tenir escolle ‘être passé maître dans Part de...’qui est d’application aux deux expertes en amour mentionnées et à leur école aux rapports hiérarchiques inversés.

15 Thiry, ibid., explique, comme d’autres, la version de Coislin par antiphrase tout en lui préférant celle de I, compte tenu du vers 1635.

16 Cf. Rychner-Henry, éd. cit., vol. Il, p. 232 sur la valeur juridique de ‘devoir’ accompagné de la locution adverbiale ‘de droit’.

17 Cf. surtout ibid., vol. I, p. 128, et vol. II, p. 232. Ils défendent l’expression « lire une leçon » dans le sens de ‘enseigner’ et refusent le prédicat « lairay » en raison d’un futur qui est inhabituel dans le faire testamentaire. Pourtant le Testament propose quelques prédicats au futur signifiant l’acquit du légataire à l’aide de « avoir ». Ils suggèrent un don à faire ironiquement dans un avenir incertain : « il aura avec ce ung reau » (v. 1026), « Item, mon procureur Fournier / Aura pour toutes ses corvees [...] » (vv. 1031-1032), « Les bources des Dix Huit Clercs / Aront ; je m’y vueil traveiller [...] » (vv. 1322-1323).

18 Cf. R. Van Deyck, « Pour un panorama des études villoniennes », in La recherche. Bilan et perspectives. Actes du colloque international de Montréal (octobre 1998) [= Le Moyen Français, 46-47], éd. G. Di Stefano et R. Bidler, Montréal, CERES, 2000, pp. 578-590 (voir en particulier, pp. 587-590).

Auteur

Université de Gand

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search