Version classiqueVersion mobile

L’Emprunt linguistique

 | 
Louis Deroy

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Philosophie, Paris, F. Bernouard, 1927, p. 80.

1Il n’est pas besoin d’être linguiste ou historien pour se pencher parfois avec curiosité sur les étonnantes ressources de la langue qu’on entend parler tous les jours. Georges Courteline nous en a donné fort plaisamment l’exemple. « Les mots, écrivait-il, me font l’effet d’un pensionnat de petits garçons que la phrase mène en promenade. Il y en a des bruns, il y en a des blonds, comme il y a des brunes et des blondes dans les Cloches de Corneville, et je les regarde défiler, songeant : « En voilà un qui est gentil, il a l’air malin comme un singe » ; ou « Ce que celui-là est vilain ! Est-il assez laid ce gaillard- là ! » C’est que les mots ont une vie à eux, une petite vie qui leur est propre, qu’ils ont puisée, où ? on ne sait pas… dans les lointains des balbutiements et des siècles.1 »

2Mais il y aurait, dans notre pensionnat, bien d’autres particularités à observer. Détaillant mieux les visages, on se surprendrait à dire, par exemple : « En voilà un qui est joliment basané ! Bien sûr, il n’est pas du pays : c’est un méridional, un Italien peut-être ! » ; ou bien : « Ah ! ce qu’il est sympathique, ce négrillon qui rit de toutes ses dents ! Je voudrais bien savoir de quel pays il vient ». Puis s’approchant, on entendrait un grand garçon très mince s’exprimer avec un accent que l’on reconnaîtrait tout de suite, et l’on songerait : « Ah ! vraiment, qui donc, à le voir, l’aurait soupçonné d’être Anglais ? »

3C’est une enquête de cette sorte que j’ai tâché de mener dans le pensionnat de Courteline, et aussi dans tous les pensionnats de mots qu’on rencontre de par le monde. J’ai pénétré familièrement dans les plus accessibles ; je n’ai jeté dans d’autres qu’un regard de curieux, par la fenêtre ou à travers la grille. Le livre que voici est le résultat de cette enquête.

4Je l’ai composé comme j’avais poursuivi ma recherche : avec le plaisir qu’on éprouve toujours en allant de découverte en surprise, sans contraindre ma plume à cette austérité morose dont on fait parfois — hélas ! — l’attribut de la science. Si j’ai dû trier mes exemples, je n’ai pas trié mes sources. J’ai pris mon bien partout où je le trouvais. J’ai, sans scrupule, fait voisiner l’argot irrévérencieux avec la langue académique, le journal avec le livre scientifique, le chansonnier avec le linguiste. J’ai cité sans réticence tous les écrits, quels qu’ils fussent, dont je tirais profit.

5J’ai tenu à accuser ainsi toutes mes dettes, avec d’autant plus de soin qu’en bien des domaines, je n’ai pu employer qu’une documentation partielle ou de seconde main.

6Mais, souvent aussi, j’ai tiré profit de l’information orale. Je serais un ingrat si je ne disais ici tout ce que je dois à des maîtres et à des amis qui, tant de fois, m’ont offert les ressources de leur érudition, qui toujours de bonne grâce se sont prêtés à mes questions, fût-ce à l’improviste, au détour d’un couloir, et que je n’ai pas pu citer chaque fois qu’il l’aurait fallu. Qu’ils veuillent bien tous se reconnaître dans ces lignes et accepter que je les remercie ici encore, sans les nommer.

7Je voudrais témoigner spécialement ma gratitude à MM. Michel Lejeune, Maurice Leroy, Joseph Warland et Louis Remacle, membres de la commission de lecture, qui m’ont si aimablement fait part de leurs remarques et dont les suggestions m’ont été précieuses pour améliorer le fond et la forme de ce livre.

8Mais ma reconnaissance va surtout à mon maître, M. René Fohalle. Non content de m’avoir formé aux études linguistiques, il m’a généreusement fourni, depuis huit ans, la possibilité de poursuivre mes recherches. J’ai eu l’avantage de profiter sans cesse de ses conseils et, aux moments difficiles, de ses encouragements. Qu’il veuille me permettre de lui dédier bien simplement ce livre, dont le sujet est de ceux qu’il aime, comme le modeste intérêt du capital spirituel qu’il m’a confié.

9Liège, le 19 février 1956. L. D.

Notes

1 Philosophie, Paris, F. Bernouard, 1927, p. 80.

© Presses universitaires de Liège, 1956

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search