Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

Jean de Hainaut, comte de Beaumont et de Chimay, entre Jean le Bel et Jean Froissart

Martine Thiry-Stassin

Texte intégral

  • 1 La présente communication est la version revue d’une communication inédite faite le 28 mai 1988 lor (...)

1Jean de Hainaut, « chevalier vaillant », « prince conquérant » (v. 403) comme l’appelle le clerc picard auteur des Vœux du Héron (1340-1342), maître et modèle de Jean le Bel, comme celui-ci le reconnaît lui-même et comme l’affirment après lui Jacques de Hemricourt et Jean d’Outremeuse, Jean de Hainaut, sire de Beaumont, de Chimay, comte de Soissons, a été également un des héros préférés de Jean Froissart au début de ses Chroniques1.

  • 2 Les Vrayes Chroniques de messire Jehan le Bel, éd. M.-L. Polain, 2 vols, Bruxelles, F. Heussner Li (...)
  • 3 Œuvres complètes de Froissart, éd. par Kervyn de Lettenhove, 25 vols, Bruxelles, Devaux-Closson, 1 (...)
  • 4 Ed. G. Bertoni, in Archivum Romanicum, V, 1921, pp. 426-436.
  • 5 Li Regret Guillaume, comte de Hainaut, poëme inédit du xive siècle par Jehan de Le Mote, publié pa (...)
  • 6 Le Poème sur la bataille de Crécy est inséré dans Gilles Li Muisis, Chroniques et annales (1272-135 (...)

2Ses prouesses et sa valeur militaire ont été reconnues tant par les Hesbignons et les Liégeois que par les Hainnuyers et les Picards ; sa mise en littérature a été multiple : Chroniques de Jean le Bel2, de Jean Froissart3, Vœux du Héron4, Mort du Comte de Hainaut5, Poème sur la bataille de Crécy6.

  • 7 Des éclaircissements sur Jean de Hainaut, sa vie et sa parenté figurent dans la Biographie nationa (...)

3Troisième fils de Jean II d’Avesnes et de Philippe de Luxembourg, né à Valenciennes après Jean, comte d’Ostrevant tué à la bataille de Courtrai en 1302 et Guillaume, « le bon comte Guillaume », comte de Hainaut, Jean épousa en 1316 Marguerite de Soissons, fille de Hugues de Soissons, seigneur de Chimay et de Jeanne, dame de Dargies. Ses alliances familiales l’apparentaient hautement en Europe occidentale et particulièrement aux monarchies anglaise et française qu’il servit successivement. Une de ses cinq sœurs était l’épouse du comte de Norfolk, maréchal d’Angleterre, une autre, celle de Robert II d’Artois, Isabelle, celle de Raoul de Clermont, connétable de France, Marie, enfin, celle de Louis, duc de Bourbon. Par sa mère, il était parent de Bonne de Luxembourg, première épouse du roi Jean. Il serait trop long d’énumérer les alliances et les obligations que lui valurent les noces de ses neveux et nièces. Son unique enfant légitime, Jeanne, épousa en 1336 Louis de Châtillon, comte de Blois, qui mourut à Crécy (26 août 1346)7.

  • 8 Cf. KL, vol. XVIII, p. 274 n., copie du traité.

4Jean, ce personnage important, ami des fêtes, des joutes, mais aussi fervent partisan de chevauchées militaires et négociateur habile, se recommanda à l’attention de sa classe en ramenant en Angleterre la reine Isabelle et en aidant à mettre sur le trône Edouard III, qu’il avait lui-même fait chevalier (Chandeleur 1326). À maintes reprises, il accorda son aide au jeune monarque, combattant les Ecossais, se rendant en ambassade pour Édouard à Paris, assistant aux parlements qu’il tenait à Anvers, Hal, Vilvorde, Malines, rehaussant ses fêtes par sa présence, mettant le siège devant Tournai (1340). En septembre 1345, il se porta à l’aide de son neveu, le jeune comte de Hainaut. Le 21 juillet 13468, Jean de Hainaut s’engagea à servir le roi de France, il assista à ses côtés à la bataille de Crécy (26 août 1346), prenant ensuite part à l’ost d’Amiens et devant Calais ; il fut encore mandé pour combattre les Anglais un an avant sa mort le 11 mars 1356. Il fut inhumé au couvent des Frères Mineurs de Valenciennes, auprès de son épouse, Marguerite de Soissons, non loin de son frère.

5À quatre années près, la vie active de Jean de Hainaut s’inscrit dans la durée de la chronique de Jean le Bel : l’œuvre du chanoine de Liège rapporte en effet les « guerres et choses avenues » depuis 1326 jusque peu au-delà du traité de Brétigny (8 mai 1360) et elle outrepasse de six ans les limites du premier livre des Chroniques de Jean Froissait.

  • 9 On dispose désormais d’une excellente monographie sur le chroniqueur liégeois : N. Chareyron, Jean (...)

6Suivons Jean de Hainaut pas à pas, parfois, en nous arrêtant à ses paroles, parfois en commentant ses attitudes dans les facettes que nous livrent de lui un chanoine liégeois9, plus que sexagénaire, et un chanoine du Hainaut, du même âge ; l’un, ami de sa maturité, l’autre, dévoué à divers membres de sa famille, le premier l’ayant bien connu, le second, aussi, peut-être, mais à l’extrême fin de la vie du héros, par le double philtre de son modèle, de ses amis, de ses parents.

  • 10 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. xvi.

7On rappellera que l’ouvrage de Jean le Bel pour ses trente-neuf premiers chapitres, jusqu’à la trêve d’Esplechin (25 septembre 1340) a été composé « postérieurement au mois de mars 1352 et antérieurement au 11 mars 135610 » mais que c’est Jean de Hainaut, dont le chanoine fut un familier, qui l’avait encouragé auparavant à écrire cette chronique. Jean d’Outremeuse rapporte que Jean le Bel dut soumettre sa rédaction à son commanditaire :

  • 11 Jean d’Outremeuse, Ly myreur des histors, éd. A. Borgnet et S. Bormans, 7 vols, Bruxelles, Hayez ( (...)

Et quant ilh l’auroit fait, si fust mostreis al dit monsangnour Johans de Bealmont et aux altres qui avoit esteit present al fait, et fust corregiet a leur vraie volenteit, sens finction. Ly queis mesire Johan li Beals, al commandement del dit mesire Johans de Bealmont, ilh mist en escript toute la veriteit de la mateire de la dite guerre ; et fut publiiet et corregiet par le dit monsangnour Jehan de Bealmont, le castelain de Waremme, et pluseurs altres qui avoient esteit presens, et puis mis en fourme11.

  • 12 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. xvi.

8« La deuxième partie, comprenant les chapitres xl à cii inclusivement, [fut composée] dans le courant de l’année 1358. Enfin, dans les sept derniers chapitres, le chroniqueur suit le cours des événements, de 1359 au mois d’avril 136112. »

  • 13 In Froissart Historian, éd. J.J.N. Palmer, Woodbridge-Rochester (NY), Boydell Press, 1981, pp. 7-2 (...)
  • 14 Cité ci-dessus, n. 3, pp. ix-xxii.

9D’autre part, on ne va pas examiner ici le statut des textes du premier livre des Chroniques de Froissart. On se permettra de renvoyer à J.J.N. Palmer, Book I (1325-1378) and its Sources13, et à l’enquête menée par G.T. Diller dans son édition du manuscrit d’Amiens14.

10Après cette brève évocation des deux miroirs de Jean de Hainaut, revenons au modèle.

11Jean de Hainaut est surtout présent et joue un rôle important dans les quatorze premiers chapitres de Jean le Bel, jusqu’au mariage du jeune Edouard III et de sa nièce, Philippa de Hainaut (24 janvier 1328). Dans les chapitres parallèles des Chroniques de Froissart, on ne pourra que s’incliner devant la grande fidélité de celui-ci à son modèle : cette fidélité est souvent littérale, mais enrichie de précisions historiques, de personnages nouveaux, et organisée selon un sens de la mise en scène ou du romanesque, qui ira grandissant selon les différentes visions des chroniques du Hainnuyer.

  • 15 Cf. JB, i, p. 12,1. 10, et SHF, § 8, p. 21,1. 1 ; Amiens, § 13,1. 39, et Rome, v, 1. 9.
  • 16 JB, ch. i, p. 12,11. 15-17.
  • 17 Rome, ch. vi, pp. 65-67.
  • 18 Rome, ch. vii, p. 68, et ch. viii, p. 71.

12Jean de Hainaut apparaît dans la Chronique de Jean le Bel, dès la fin du premier chapitre : la reine Isabelle, accompagnée du comte de Kent, de Mortimer et des chevaliers anglais, quitte la France et se réfugie en Cambrésis chez un pauvre chevalier, que Froissart dans les trois rédactions dénommera d’Aubrecicourt selon la réalité historique15. La nouvelle de l’arrivée royale parvient alors à Jean de Hainaut qui, dit le chanoine liégeois « l’ala tantost veoir et luy fist toute l’onnour et la reverence que il peut, car bien le scavoit faire16 ». Cette mention d’un comportement courtois et compétent, qui va éclairer toute la scène de demande d’aide d’Isabelle à messire Jehan, est reprise textuellement par les trois rédactions de Froissart, mais « l’ala tantost veoir » est au préalable glosé dans les deux premières rédactions, voire enflé dans la rédaction de Rome. Dans le texte de la SHF et dans le ms. d’Amiens, les deux frères, le comte et messire Jean, le sage et le courtois, se concertent à Valenciennes et Jean part « bien acompagniés de chevaliers et d’escuiers » ou « a privee mesnie » vers l’Ostrevant. Dans le ms. de Rome, la concertation des deux frères — qui procède des deux versions de Froissart — donne lieu d’abord à un court échange de vue, suivi de décision (p. 59, 11. 19-26), à l’énumération de ceux qui accompagnent Jean (11. 27-40), au détail de son itinéraire (1. 41-58), à l’accueil policé de la reine et de sa suite (11. 59-64). Froissart ne résiste pas au plaisir de décrire, dans ses dernières années, avec un souci de décorum et d’authenticité, avec des effets de plausible, des préparatifs précis, des gestes gracieux, des circonstances multipliées à l’envi ; il en ira de même lorsqu’il lui fera escorter la reine et sa suite à la cour de Valenciennes17, ou lorsqu’il fera organiser le voyage de la reine de Valenciennes vers Dordrecht18.

13La scène de promesse entre Isabelle, la reine et Jean, composée d’une suite subtile de plaintes de la reine, de réactions de compassion de Jean, de promesses solennelles de Jean, de gestes de gratitude d’Isabelle, est annoncée et illustrée par l’attitude chevaleresque du sire de Beaumont :

Certes, Dame, veez cy vostre chevalier qui ne vous fauldra pour mourir, se tout le monde faloit, ains feray tout mon povoir de vous et vostre filz conduire et remettre en vostre estat en Angleterre a l’ayde de vos amis qui delà mer sont, ainsy comme vous dites ; et je et tous ceux que je pourray prier y mettrons ainchois la vie et aurons, se Dieu plaist, gens d’armes assez sans l’ayde des Françoys (ch. ii, 11. 3-10).

  • 19 SHF, § 9, ll. 11 ss ; Amiens, § 15, p. 21, ll. 5-10 ; et Rome, ch. v, p. 61, ll. 90-99, légèrement (...)

14Froissart, dans toutes ses rédactions19, y souscrit pleinement par l’adoption de la formule et par l’étroite imitation de la structure de la scène.

15Durant le séjour d’Isabelle de France à la cour de Hainaut, Jean le Bel nous dévoile un seigneur convoquant ses amis et alliés (ch. ii, p. 14, ll. 11-20) mais réprimandé par son propre frère et par une partie du conseil à cause du danger de l’expédition qui visait à remettre sur le trône celle qui en était chassée (ch. ii, p. 14, ll. 21-25). Malgré les blâmes, Jean se déclare prêt à :

prendre la mort avecques celle noble dame dechassee se morir y debvoit, que aultre part ; car tous chevaliers doibvent ayder et conforter a leur povoir toutes dames et puchelles dechassees et desconfortees a leur besoing mesmement quant ilz en sont requis (ch. ii, p. 15, ll. 5-9).

  • 20 Cf. SHF, § 10, p. 25, ll. 5-10 ; et Amiens, § 17, p. 24, ll. 25-29.
  • 21 Rome, ch. vii, pp. 68-69.
  • 22 Rome, ch. vi, p. 67,11. 131-137.

16Froissart fait partager au sire de Beaumont textuellement cette déclaration d’honneur20, mais dans Rome, il dévoile un seigneur de Beaumont moins chevaleresque dans ses paroles et plus préoccupé de préparatifs et de manœuvres21, mais il est vrai que, dans cette version, l’opposition du comte Guillaume n’était pas marquée et que le danger de l’entreprise n’était pas semblablement souligné22.

  • 23 JB, ch. i, p. 16, 11. 3 ss ; SHF, §11, p. 27 ; Amiens, § 19, ll. 43-48.

17La navigation en mer du Nord fut difficile et hasardeuse et toute la compagnie échoua sur le sable, en des lieux inconnus, à la merci de ses ennemis23. Seule la rédaction de Rome communique des détails supplémentaires comme la description de la nature et des réalités marines (ch. IX, p. 74,11. 5-19), comme une délibération sur le sort des mariniers hollandais (ch. IX, p. 75, 11. 20-34), comme des détails sur leur retour en Hollande où ils mettent en émoi le comte de Hainaut (ch. ix, pp. 75-76, ll. 47-64) : c’est par le biais de ces additions que réapparaît, comme individu et comme chef d’expédition, messire Jean dont on s’inquiète à l’égal de la reine (surtout ch. IX, p. 75,11. 58 ss).

  • 24 JB, ch. iv, p. 24, 11. 8-9 ; SHF, § 16, 11. 16-18 ; Amiens, § 24, 11. 2-3.
  • 25 Rome, ch. xiii, p. 89, 11. 69-85.

18Mais les alliés regroupés du parti de la reine se joignent à la suite d’Isabelle et vont assiéger Bristol : les habitants, devant une aussi forte puissance, ouvrent leurs portes. Jean de Hainaut est alors privilégié à l’instar de la reine Isabelle car sont relevés son logement de Bristol, sa présence au jugement de Hugues Spencer le Vieux (11 octobre 1326), son aide à la reconquête du royaume par Edouard, le fils aîné : toutes les opérations se font « soubs le confort et conduite du gentil chevalier messire Jehan de Haynau et de sa compaignie24 ». Lors du retour triomphal de la reine à Londres, la courtoisie de messire Jean est si bien perçue qu’il est honoré et fêté des dames et demoiselles. La position de responsabilité qu’il occupe est magnifiée dans le manuscrit de Rome ; au lieu du conseil des barons et des chevaliers rassemblés pour statuer sur le sort du roi Edouard II, cette version va jusqu’à mettre dans la bouche de Jean de Hainaut un noble plaidoyer pour l’emprisonnement de celui qui fut roi d’Angleterre, préférable à sa mort25.

19Le texte de la SHF (§ 19) et celui d’Amiens (§ 27) calquent la suite du quatrième chapitre de Jean le Bel : y sont présentés les récompenses accordées aux Hainnuyers, l’octroi de leur congé et leur voyage de retour ; la même scène, qui se développe dans la version de Rome dans les chapitres xvi et xvii, pourrait, si mon propos n’était pas discursif, être prétexte à l’examen de l’art de l’amplification chez Froissart : en fait, on se croirait dans un roman en prose à l’heure solennelle d’une cour royale.

  • 26 Rome, ch. xix, pp. 104-106.

20Les événements historiques reprennent le pas sur le suivi du comportement, voire l’exaltation des qualités de messire Jean ; le chapitre v rapporte le parlement tenu à Londres à Noël 1326 — Jean y assiste — à la suite duquel Édouard II fut déposé et la couronne transmise à son fils. Le chapitre vi du chanoine liégeois est consacré à la gloire de Jean de Hainaut. Certes le jeune Édouard est couronné à seize ans mais, par un singulier ajustement de perspective, Jean, placé immédiatement après la reine, est honoré, couvert de bijoux et de richesses. Son départ pour le tournoi de Condé-sur-Escaut, après l’Épiphanie, est regretté. Froissart est visiblement plus encore soucieux d’assigner une place éclatante à Jean : dans Rome, il souligne le rang de choix qui lui revient dans les fêtes du couronnement et dans les festivités qui suivirent26.

  • 27 JB, ch. vii, p. 36, 11. 18-19.
  • 28 SHF, § 24, pp. 43-44 ; Amiens, § 34, pp. 46-47 ; Rome, ch. xxi, p. 114, 11. 120-151.

21Le septième chapitre du chanoine liégeois rapporte, après Pâques 1327, le défi du roi Robert Bruce d’Écosse à Édouard. Aussitôt le jeune roi rappelle Jean de Hainaut pour venir le rejoindre à York au jour de l’Ascension. Jean rassemble une armée du Hainaut, de la Flandre, du Brabant et « des [parmi les] Hesbignons y vinrent Jehan li Beaulx, chanoyne de Liege, et en sa compaignie messire Henry son frere27 ». On a épinglé ici la présence du chroniqueur liégeois mais il est remarquable que Froissart reprenne quasi textuellement cette précise levée d’alliés28.

  • 29 Cf. M.-T. De Medeiros, « De l’Ourthe à la Tyne : Jean le Bel, un précurseur de la destruction des (...)
  • 30 Rome, ch. xxiii, pp. 119-120, 11. 55-81.

22Le chapitre viii rapporte la fête royale donnée à York en l’honneur de Jean de Hainaut et de ses compagnons. Ce fut surtout l’occasion d’une rixe — mineure aux yeux de l’histoire, significative pour le chanoine qui y assiste, ou encore mettant à mal un mythe, celui de « l’indiscutable supériorité guerrière du chevalier sur l’homme du commun » comme l’écrivait M.T. de Medeiros29 — sobrement rapportée par Jean le Bel, retravaillée en tacticien d’escarmouches urbaines dans les différentes versions de Froissart mais qui, dans Rome, donne en outre au chanoine de Chimay l’occasion de monter une scène où Jean, en colère, ose adresser des reproches au jeune roi, extrêmement royal et mûr. Froissart recrée alors en Jean un seigneur hors de lui mais retors que son allié de Liège, présent aux faits, n’avait pas imaginé30.

  • 31 Par exemple, comparez JB, ch. xiii, p. 71, 11. 6-7 : « Je vys pluseurs fois vendre ung clou de che (...)

23Les chapitres ix à xiii rapportant le déroulement de la première campagne d’Écosse figurent parmi les plus pittoresques et les plus réalistes de Jean le Bel : ils ont été écrits sous le « nous » du narrateur participant aux épreuves, parfois émaillé d’interventions personnelles en je31, le narrateur homodiégétique. Chez Froissart, l’instance narratrice devient hétérodiégétique, néanmoins tous deux ne livrent du chef de guerre Jean qu’une vision stéréotypée : honneur rendu par le roi au capitaine, attribution et partage de récompenses, souci du dédommagement des siens.

  • 32 JB, ch. xiv, p. 75, 1. 10 ; SHF, § 38,1. 23.
  • 33 Rome, ch. xxxiii, p. 157, 1. 68.
  • 34 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. 79, notes 1 et 2.

24Le chapitre xiv accorde à Jean de Hainaut un honneur que l’histoire ne lui a pas tout à fait accordé : il sert de premier intermédiaire, « boins moiens32 » ou « promoteres33 » au mariage du jeune roi Édouard et de Philippa de Hainaut : on se demande comment, après cette campagne d’Écosse, Jean le Bel et, à plus forte raison, Froissart, ont pu ainsi exalter, voire exagérer la puissance de Jean de Hainaut, alors que des promesses d’épousailles furent scellées dès l’automne 1326 et que des demandes de dispenses furent envoyées à la cour romaine dès le 25 mars 132734. Froissart multiplie les intermédiaires pour parvenir à l’entreprise matrimoniale de messire Jean, mais ces intermédiaires restent de l’ordre du vraisemblable et contribuent à entretenir un climat romanesque et curial.

  • 35 JB, ch. xviii, p. 92, 11. 2-5.

25Il serait inutile de multiplier les occasions de mettre en scène Jean de Beaumont : qu’il suffise de savoir que, à plusieurs reprises, Jean le Bel le montrera agissant en diplomate ou en homme de bon conseil, de concert avec son frère le comte de Hainaut. Il en est parfois le double (en août 1328 où ils tiennent un camp d’armes face aux Flamands à Cassel35) ou le remplaçant (Guillaume souffrant, Jean reçoit l’évêque de Lincoln envoyé par Édouard III pour demander son aide afin de recouvrer la couronne de France). Froissait ne modifiera pas le trait et retiendra aussi messire Jean dans son rôle d’allié privilégié — son frère le comte étant mort — d’Edouard III à ses parlements d’Anvers (décembre 1338), de Hal (mi-août 1339) ou de Malines (1er septembre 1339).

  • 36 JB, ch. xxxix, p. 188.
  • 37 JB, ch. xxxii, p. 159, 11. 1 ss.
  • 38 KL, vol. iii, p. 21.

26Jean le Bel n’évoque vraiment, avec abondance et précision, Jean de Hainaut que jusqu’au chapitre xxxix36 (trêve d’Esplechin, le 25 septembre 1340), mais dès le chapitre xxxi, à la fête de Saint-Lambert de 1339, au moment où le roi d’Angleterre quitte Vilvorde pour attaquer Philippe de Valois et mener sa première campagne sur le continent (siège de Cambrai, Buironfosse, Thun l’Evêque, Tournai), dès ce moment-là, l’attention portée à Jean de Hainaut va aller en diminuant, Froissait puisera à d’autres sources mais continuera l’élaboration du personnage héroïque. Dans la chevauchée de l’armée anglaise — où messire Jean sert à nouveau — en Vermandois, en Laonnais, en Thiérarche, Jean le Bel avoue seulement que Jean de Hainaut, en compagnie des comtes de Salisbury et de Suffolk, brûle les faubourgs et la bonne ville de Crécy-sur-Serre37 ; Froissart, dans les différentes versions, lui accorde un assaut à Honnecourt, des dégâts à Saint-Quentin et à Origny-Sainte-Benoîte mais le décrit courroucé car les gens du seigneur de Fauquemont (Valkenborg) ont incendié des églises « car il deffendoit et gardoit les eglises à son pooir38 ». Froissart, au fil des versions, peut approfondir l’analyse d’un comportement de Jean de Beaumont. D’un fait mentionné brièvement :

[Jehans de Haynnau] prist son tour et rapassa Oize à Guize, où madamine de Blois sa fille estait més pour ce ne laissa il mies la ville a ardoir et les moulins à abattre » (Amiens, § 215, 11. 24-26).

27à une démarche rapportée :

Si s’en vint à Guise, si entra en le ville, et le fist toute ardoir, et abattre les moulins. Dedens la forterece estoit ma dame Jehane sa fille, femme au conte Loeis de Blois, qui fu moult effraée de l’arsin et dou convenant monsigneur son pere. Et li fist priier que, pour Diu, il se volsist deporter et retraire, et qu’il estoit trop dur consilliés contre li, quant il ardoit l’iretage a son fil le conte de Blois. Nonobstant ce, li sires de Byaumont ne s’en volt onques delaiier, si eut fait se entrepresure (SHF, § 82, p. 172, 11. 2-11).

  • 39 L’ensemble occupe la première partie du ch. lxxxvi, 11. 3-36.

28il élabore une scène dans la rédaction de Rome ; Froissart construit un véritable scénario, avec acteurs secondaires, analyse de leurs motivations, démarche de la dame protectrice, discours direct d’interventions constituant une petite scène (lieu, déplacement, argumentation). On n’en livrera que quelques extraits39. Froissart évoque l’espoir des habitants de la ville confiant dans leur protectrice, la comtesse de Blois, fille de Jean :

Et se confioient chil de la ville sus lor dame la contesse de Blois, pour tant que elle estoit fille a messire Jehan de Hainnau, que il ne deuissent point estre assalii, mais si furent (Rome, ch. lxxxvi, 11. 7-10).

29Il décrit les préparatifs des habitants pour mettre leurs biens, femmes, enfants, bétail, à l’abri. La comtesse apprit que son père faisait partie de cette chevauchée et crut pouvoir empêcher la mise à feu de la ville « pour l’amour de li » (11. 11-25). Elle descendit du château, se posta à la première porte et força par ses prières son père à venir lui parler (11. 25-28) :

[...] et li demanda tout ireusement : « Que voes tu monsigneur ? Que ceste ville soit deportee de non estre arse, cela poés vous bien faire, et tout pour l’amour de moi qui sui vostre fille » — « Et pour ce que tu es ma fille, respondí mesires Jehans de Hainnau, sera elle arse. Et remonte la sus en dongnon, que la furniere ne te face mal. » La contesse de Blois n’en pot aulire cose avoir, car la ville de Guise fu arse (Rome, ch. lxxxvi, 11. 29-36).

30Les devoirs de l’homme d’armes, chef mais allié, passent avant les sentiments du père... un père qui reste cependant attentif au danger que pourrait courir sa fille unique.

  • 40 SHF, § 85, pp. 176-177 ; Amiens, § 219, 11. 6-22 et § 220, 11. 1-30 ; Rome, ch. lxxxvii, 11. 15-65
  • 41 KL, vol. iii, p. 475.

31Froissart illustre aussi en ces escarmouches guerrières, la générosité et le sens des responsabilités de Jean de Hainaut : ainsi l’épisode du seigneur de Fagnuelles qui, pris par des routiers allemands du roi d’Angleterre, sera rançonné mais libéré grâce à l’intervention généreuse du sire de Beaumont qui lui fera même rendre son cheval40. Il ne s’agit pas là d’un trait inventé par Froissart pour parfaire le portait de Jean, une lettre d’Édouard III41 atteste l’aventure survenue le dimanche 24 octobre 1339.

  • 42 SHF, vol. i, § 91, pp. 188-205 et vol. II, § 99 à 108, pp. 1-24 ; Amiens, § 235-266 ; Rome, chap. (...)

32Froissart composera un récit beaucoup plus détaillé que celui de Jean le Bel de l’attaque de Chimay et des vingt villages des seigneuries de Chimay et de Beaumont, du sac d’Haspres et du sac d’Aubenton (contre-revanche de celui de Chimay), du conflit entre le comte Guillaume II de Hainaut, neveu de messire Jean, et le roi de France42. Jean de Hainaut fut très présent dans les différentes opérations militaires et le récit que dessine Jean Froissart le montre bon capitaine en toutes circonstances et responsable avisé lorsqu’il administre le comté de Hainaut en l’absence de son neveu :

Tout li orent en convenant de bonne volenté, car il [les nobles et les conseils des bonnes villes] sentoient et congnisoient le dit mesire Jehan de Hainnau si voillant et si prudent que il ne lor requerroit cose qui ne lor fust raisonable (Rome, ch. xcvii, 11. 79-82).

33Plus précis et plus varié que le chanoine de Liège, le chanoine de Chimay anime un Jean de Hainaut chef de troupes en campagne, tacticien, administrateur de comté, conscient de ses devoirs militaires mais père responsable, généreux jusqu’à une certaine prodigalité, cependant soucieux des hommes qui lui sont confiés.

  • 43 JB, vol. II, chap. lxxii, p. 89.
  • 44 JB, vol. II, chap. lxxx, p. 132.

34Dans la deuxième partie de la chronique de Jean le Bel (chap. xl-cii) rédigée après 1358, les mentions de messire Jean se font rares : on ne trouve que deux lignes sur Jean ramenant malgré lui au soir de Crécy, le roi Philippe VI à La Broye « pour son corps et son honneur garder43 » et une mention de sa participation à une ambassade tenue à l’intervention de deux cardinaux pour décider du sort de Calais, Jean figure alors parmi les quatre envoyés du roi Philippe44. Froissart n’en restera pas là, il continue à doter messire Jean d’une épaisseur psychologique : il mettra en scène un Jean de Hainaut aux qualités chevaleresques éclatantes malgré l’âge venu, ainsi il soulignera sa bravoure lorsqu’il se porte au secours de son neveu, le comte Guillaume II à la bataille de Stavoren. Il s’agit cependant d’une bravoure proche de l’entêtement fatal et de la folie « tous foursenés, parellement se voloit aller perdre », puisque messire Jean n’échappe à sa propre mort que grâce à l’intervention vigoureuse de l’un de ses écuyers qui le chargea « a force de bras » sur son vaisseau. Dans le manuscrit de Rome, c’est sur cet aspect d’irresponsabilité né du chagrin que Froissart insiste à trois reprises « ses gens le prisent a force » (ch. clxxxix, 1. 54), « l’emporterent a sa navie, ensi que tout maugret li » (ibid., 1. 55), « Et l’encarga, a force de bras, uns siens esquiers, fors homs durement, qui se nommait Robers de Ghines, et le mist au vassiel » (ibid., 11. 56-57).

  • 45 Rome, ch. ccxxvi, 11. 12-13.
  • 46 KL, vol. v, pp. 79-80 ; Rome, ch. ccxxix, 11. 20-31 ; absent dans Amiens.

35Froissart évoquera aussi le loyal conseiller de la veuve du jeune comte. Une fois que messire Jean aura changé d’alliance, il louera sa sagesse de chevalier expérimenté aux côtés de Philippe de Valois, au soir de Crécy ; en éloignant le monarque du lieu de la bataille, Jean conclut son discours de persuasion par : « Vous perderés celle fois, et vous gagnerés une aultre. Ensi vont les pareçons d’armes et les fortunes en ce monde45. » Généreux et sans peur, c’est ainsi que Froissart le dépeindra lorsque, au lendemain de Crécy, il excusera Godemar du Fay que Philippe de Valois voulait faire prendre et pendre pour ne pas avoir mieux arrêté la marche des Anglais sur la Somme46. En 1355, un an avant sa mort survenue à Beaumont, la nuit de la Saint-Grégoire, le 11 mars 1356, messire Jean répondra encore à une invitation du roi de France, Jean II le Bon, à aller combattre les Anglais.

36Froissart accorde ainsi une plus longue et plus fructueuse carrière au seigneur de Beaumont que ne le fit son prédécesseur et modèle.

  • 47 JB, vol. ii, ch. lxx, p. 65.

37Avant de conclure ce rapide parcours, il semble nécessaire de s’interroger sur la diminution de l’intérêt ou de l’attention portée à Jean de Hainaut par Jean le Bel depuis les événements de l’année 1339, voire sur sa quasi-disparition de la chronique après la trêve d’Esplechin (25 septembre 1340) mais il ne faudrait pas attribuer cette attitude à un désaveu du changement d’alliance du 21 juillet 1346. Plusieurs raisons plaident en cette faveur : 1) la baisse d’intérêt se marque dès 1339 alors que Jean de Hainaut va se dévouer pour Edouard III sur le continent ; 2) l’acte d’engagement auprès de Philippe de Valois n’est nullement invoqué et, par conséquence, nullement commenté : subsiste seulement dans la liste des feudataires convoqués à Paris47 par le roi Philippe avant Crécy, le nom « Messire Jehan, sire de Beaumont » ; 3) le chanoine liégeois devait être resté en contact avec « son seigneur et amy messire Jehan de Haynau » puisque dans le courant de 1358, alors qu’il approche de ses soixante-dix ans, au moment de rapporter les péripéties de Crécy, il prévient :

Je l’ay escript au plus prez de la vérité, ainsy que je l’ai ouy recorder à mon seigneur et amy messire Jehan de Haynau, que Dieu absoulle, de sa propre bouche, et à dix ou à douze chevaliers et compaignons de son hostel qui furent en la presse avecques le proeu et gentil roy de Bohême auxquelz les chevaulx furent tuez dessoubs eulx, et si l’ay aussy ouy recorder en telle maniere a pluseurs chevaliers angles et d’Alemaigne qui furent là de l’autre partie (JB, lxxii, p. 89,11. 25-32).

38Le Liégeois accorde toujours sa confiance en premier lieu à son commanditaire ; il le juge toujours digne de foi. Peut-être faut-il compter avec l’âge, qui rend les événements importants de la jeunesse plus brillants et plus précis (que l’on pense à l’attitude de Jean de Joinville !), avec la présence personnelle du chroniqueur sur le terrain, avec un changement de perspective car après l’exposé des événements de 1340, la vision de Jean le Bel s’émiette et se disperse et surtout ne s’attache plus qu’au sort des plus grands comme le noble Édouard, le second Arthur. Peut-être la mort de son ancien ami (11 mars 1356) lui fait-elle perdre le désir de rapporter son destin... Aucune raison ne semble vraiment s’imposer.

39Finalement, ce motif ne serait-il pas à rechercher dans la composition de sa Chronique ? Ainsi Coville, cherchant une raison au manque de conclusion, écrivait :

  • 48 Coville, Poèmes historiques de l’avènement de Philippe VI de Valois au traité de Calais (1328-1360 (...)

L’œuvre de Jean le Bel peut donc être considérée comme une œuvre d’historien pour la première partie [c.à.d. jusqu’au chapitre xlvi], et pour la seconde comme une œuvre de chroniqueur.48

  • 49 Chareyron, Jean le Bel, cit., p. 294.

40Lourdement et abondamment redevable de sa matière à Jean le Bel, Froissait, surtout dans sa vieillesse, a fait de Jean de Hainaut un portrait plus complet, plus parfait du modèle du chevalier. À l’image qu’a retenue Nicole Chareyron chez le chanoine liégeois, « celle du chevalier à la reine éplorée49 »J’aimerais surimposer celle du bon capitaine, vassal dévoué, diplomate consommé, courtois et large.

Notes

1 La présente communication est la version revue d’une communication inédite faite le 28 mai 1988 lors de la journée « Froissart » à Chimay, placée sous l’égide du groupe de contact F.N.R.S. « Philologie médiévale ».

2 Les Vrayes Chroniques de messire Jehan le Bel, éd. M.-L. Polain, 2 vols, Bruxelles, F. Heussner Libraire-Editeur, 1863 (« Académie Royale de Belgique ») = JB. On a utilisé également, notamment pour ses notes, La Chronique de Jean le Bel, éd. J. Viard et E. Deprez, Paris, Renouard, 1904 (« Société de l’Histoire de France »).

3 Œuvres complètes de Froissart, éd. par Kervyn de Lettenhove, 25 vols, Bruxelles, Devaux-Closson, 1867-1877 = KL ; Froissart, Chroniques, édité pour la Société de l’Histoire de France par S. Luce, G. Raynaud et L. Mirot, 15 vols, Paris, Rainouard et alii, 1869-1975 = SHF ; Froissart, Chroniques, édition du manuscrit de Rome Reg. lat. 869 par G.T. Diller, Genève, Droz, 1972 (« TLF », 194) = Rome ; Froissart, Chroniques. Livre I. Le manuscrit d’Amiens, B.M. 486, édité par G.T. Diller, Droz, Genève, vol. I, 1991 (« TLF », 407) et vol. II, 1992 (« TLF », 415) = Amiens. Les sigles cités figurent dans Froissart, Chroniques. Livre I et livre II, éd. et textes présentés et commentés par P.F. Ainsworth et G.T. Dlller, Paris, Livre de Poche, 2001 (« Lettres gothiques »), p. 70.

4 Ed. G. Bertoni, in Archivum Romanicum, V, 1921, pp. 426-436.

5 Li Regret Guillaume, comte de Hainaut, poëme inédit du xive siècle par Jehan de Le Mote, publié par A. Scheler, Louvain, Lefever, 1882. Objet d’un examen récent : P.F. Dembowski, « Jehan de Le Mote et ses ‘Regret Guillaume, comte de Hainaut’ », in Convergences médievales. Epopée, lyrique, roman. Mélanges offerts à Madeleine Tyssens, éd. N. Henrard, P. Moreno et M. Thiry-Stassin, Bruxelles, De Boeck Université, (« Bibliothèque du Moyen Âge », 19), 2001, pp. 139-147.

6 Le Poème sur la bataille de Crécy est inséré dans Gilles Li Muisis, Chroniques et annales (1272-1352), publiées par H. Lemaître, Paris, Renouard, 1905 (« Société de l’Histoire de France ») et figure aussi dans Trouvères Brabançons, Hainuyers, Liégeois et Namurois, éd. A. Dinaux, vol. IV, Bruxelles, Heussner, 1863, p. 170. Les trois œuvres citées ont été étudiées par A. Coville, « Poèmes historiques de l’avènement de Philippe VI de Valois au traité de Calais (1328-1360) », in Histoire Littéraire de la France, vol. XXXVIII, Paris, Imprimerie Nationale, 1949, pp. 234-258.

7 Des éclaircissements sur Jean de Hainaut, sa vie et sa parenté figurent dans la Biographie nationale de Belgique, Bruxelles, E. Bruylant, vol. X, 1888-1889, col. 402-408, s.v. Jean de Hainaut par A. Wauters, et ibid., col. 292-307, s.v. Jean d’Avesnes par A. Wauters (descendance, col. 303) ; ainsi que dans KL, vol. XX, pp. 289-293.

8 Cf. KL, vol. XVIII, p. 274 n., copie du traité.

9 On dispose désormais d’une excellente monographie sur le chroniqueur liégeois : N. Chareyron, Jean le Bel. Maître de Froissart, Grand Imagier de la guerre de Cent Ans, Bruxelles, De Boeck Université, (« Bibliothèque du Moyen Âge », 7), 1996. Après avoir présenté l’homme et sa chronique (pp. 11-85), l’auteur a privilégié la représentation de faits historiques et de portraits (pp. 87-323).

10 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. xvi.

11 Jean d’Outremeuse, Ly myreur des histors, éd. A. Borgnet et S. Bormans, 7 vols, Bruxelles, Hayez (« Collection des Chroniques belges »), 1861-1887, vol. VI, p. 322.

12 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. xvi.

13 In Froissart Historian, éd. J.J.N. Palmer, Woodbridge-Rochester (NY), Boydell Press, 1981, pp. 7-24.

14 Cité ci-dessus, n. 3, pp. ix-xxii.

15 Cf. JB, i, p. 12,1. 10, et SHF, § 8, p. 21,1. 1 ; Amiens, § 13,1. 39, et Rome, v, 1. 9.

16 JB, ch. i, p. 12,11. 15-17.

17 Rome, ch. vi, pp. 65-67.

18 Rome, ch. vii, p. 68, et ch. viii, p. 71.

19 SHF, § 9, ll. 11 ss ; Amiens, § 15, p. 21, ll. 5-10 ; et Rome, ch. v, p. 61, ll. 90-99, légèrement délayé.

20 Cf. SHF, § 10, p. 25, ll. 5-10 ; et Amiens, § 17, p. 24, ll. 25-29.

21 Rome, ch. vii, pp. 68-69.

22 Rome, ch. vi, p. 67,11. 131-137.

23 JB, ch. i, p. 16, 11. 3 ss ; SHF, §11, p. 27 ; Amiens, § 19, ll. 43-48.

24 JB, ch. iv, p. 24, 11. 8-9 ; SHF, § 16, 11. 16-18 ; Amiens, § 24, 11. 2-3.

25 Rome, ch. xiii, p. 89, 11. 69-85.

26 Rome, ch. xix, pp. 104-106.

27 JB, ch. vii, p. 36, 11. 18-19.

28 SHF, § 24, pp. 43-44 ; Amiens, § 34, pp. 46-47 ; Rome, ch. xxi, p. 114, 11. 120-151.

29 Cf. M.-T. De Medeiros, « De l’Ourthe à la Tyne : Jean le Bel, un précurseur de la destruction des mythes ? » in Et c’est la fin pour quoy sommes ensemble. Hommage à Jean Dufournet, études recueillies par J.-Cl. Aubailly, E. Baumgartner, Fr. Dubost, L. Dulac et M. Faure, Paris, Champion, 1993, p. 950.

30 Rome, ch. xxiii, pp. 119-120, 11. 55-81.

31 Par exemple, comparez JB, ch. xiii, p. 71, 11. 6-7 : « Je vys pluseurs fois vendre ung clou de cheval six estrelins [...] » ; et Amiens, § 63, 11. 16-17 : « et y vendi on mil claux de fier, chacun claux VI. estrelins ».

32 JB, ch. xiv, p. 75, 1. 10 ; SHF, § 38,1. 23.

33 Rome, ch. xxxiii, p. 157, 1. 68.

34 Cf. Viard, éd. cit., vol. I, p. 79, notes 1 et 2.

35 JB, ch. xviii, p. 92, 11. 2-5.

36 JB, ch. xxxix, p. 188.

37 JB, ch. xxxii, p. 159, 11. 1 ss.

38 KL, vol. iii, p. 21.

39 L’ensemble occupe la première partie du ch. lxxxvi, 11. 3-36.

40 SHF, § 85, pp. 176-177 ; Amiens, § 219, 11. 6-22 et § 220, 11. 1-30 ; Rome, ch. lxxxvii, 11. 15-65.

41 KL, vol. iii, p. 475.

42 SHF, vol. i, § 91, pp. 188-205 et vol. II, § 99 à 108, pp. 1-24 ; Amiens, § 235-266 ; Rome, chap. xcii-cviii.

43 JB, vol. II, chap. lxxii, p. 89.

44 JB, vol. II, chap. lxxx, p. 132.

45 Rome, ch. ccxxvi, 11. 12-13.

46 KL, vol. v, pp. 79-80 ; Rome, ch. ccxxix, 11. 20-31 ; absent dans Amiens.

47 JB, vol. ii, ch. lxx, p. 65.

48 Coville, Poèmes historiques de l’avènement de Philippe VI de Valois au traité de Calais (1328-1360), cit., p. 249.

49 Chareyron, Jean le Bel, cit., p. 294.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search