Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

L’édition de la correspondance de Jean Lemaire de Belges

Anne Schoysman

Texte intégral

  • 1 La monographie la plus complète sur la vie et les œuvres de Jean Lemaire est celle de P. Jodogne, (...)

1La correspondance de Jean Lemaire de Belges (1473 – après 1518) est celle d’un indiciaire et historiographe profondément lié à la tradition littéraire franco-bourguignonne des Grands Rhétoriqueurs ; elle nous offre l’exemple particulier de la pratique épistolaire d’un des auteurs les plus connus, en Bourgogne et en France, à l’automne du Moyen Âge1. Au moment d’en entreprendre l’édition critique, il convient de souligner, d’une part, les questions méthodologiques que soulève cette correspondance et, d’autre part, l’intérêt qu’elle présente. Or, ces deux perspectives, nous allons le voir, sont intimement liées.

  • 2 A. Le Glay, Analectes historiques ou documents inédits pour servir à l'histoire des faits, des mœu (...)
  • 3 Jean Lemaire de Belges, Œuvres, éd. J.-A. Stecher, 4 vols, Louvain, J. Lefever, 1882-1891, vol. IV, (...)
  • 4 Pour la liste de ces lettres avec leurs références respectivement aux Archives du Nord, dans les é (...)
  • 5 É. Charavay, Revue des Documents historiques, III, Paris, A. Lemerre & C. Motteroz, 1875-1876, pp. (...)
  • 6 BnF, f. fr., nouv. acq., 1412, recopié par Stecher in Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 396-409 et p. (...)
  • 7 C. Cochin – M. Bruchet, Une lettre inédite de Michel Colombe, suivie de nouveaux documents sur Jea (...)
  • 8 Munn, A Contribution to the study of Jean Lemaire de Belges, cit., p. 70, no 64, et pp. 200-201 : (...)
  • 9 F. Neubert, « Die Briefe Jean Lemaires (1507-1512) », in Die Neueren Sprachen, 62, 13, pp. 451-472

2La première étape exige de constituer le corpus. La quasi totalité des lettres qui nous sont aujourd’hui connues le sont grâce à des recherches qui remontent au xixe siècle. André Le Glay a publié, en 1838 et en 1851, dix lettres de Jean Lemaire en langue française et en prose, provenant de la Chambre des Comptes de Lille (Archives du Nord), accompagnées d’autres lettres et documents relatifs à des correspondants ou à l’activité de Lemaire2. En 1891, Jean Stecher3 reprend le matériel publié par Le Glay4, auquel il ajoute une autre lettre déjà publiée par Étienne Charavay5, ainsi qu’une lettre inédite provenant de la Bibliothèque Nationale6. L’édition Stecher est malheureusement défigurée par un manque de soin philologique qu’on lui a déjà reproché à de nombreuses reprises ; les lettres proposées recopient les éditions précédentes, sans ordre chronologique, sans aucune description matérielle, pêlemêle avec les lettres de correspondants ou d’autres documents simplement reproduits d’après les travaux de Le Glay, dont est à peine reproduite l’annotation très insuffisante. Le corpus de l’édition Stecher, qui a malgré tout le mérite de regrouper un premier ensemble de lettres de Lemaire et de ses correspondants, n’a été un peu étoffé au xxe siècle que par les travaux de Max Bruchet et de Claude Cochin, qui ont publié de nouveaux documents provenant de la Chambre des Comptes de Lille, dont trois lettres de Jean Lemaire7. Deux grandes études de synthèse sur l’œuvre de Lemaire apportent ensuite d’utiles mises au point sur la correspondance : celle de Kathleen M. Mutui, en 1936, qui fournit une bibliographie exhaustive des manuscrits et des imprimés des textes de Lemaire, signalant notamment une lettre autographe mentionnée dans les notes du bibliothécaire Émile Picot8 ; et celle de Pierre Jodogne, en 1972, qui recourt aux lettres dans son étude exhaustive de la biographie, de la critique et de l’œuvre de Lemaire, et qui éclaire les relations de Lemaire avec des correspondants de grande envergure, comme Josse Bade, et probablement Cornelius Agrippa ; j’y reviendrai. Une seule étude a été consacrée spécifiquement à la correspondance de Jean Lemaire : celle de Fritz Neubert9, en 1963 ; mais cette synthèse n’élargit pas le corpus qui s’était constitué pour l’essentiel au cours du xixe siècle sur la base des Archives de la Chambre des Comptes de Lille.

  • 10 Jean Lemaire de Belges, Des Anciennes pompes funeralles, éd. M.-M. Fontaine et E. Brown, Paris, So (...)
  • 11 Cit. fol. 2v du manuscrit ; cf. A. Schoysman, « Jean Lemaire de Belges et la Généalogie d’Anne de (...)
  • 12 P. Zumthor, Le Masque et la Lumière. La poétique des Grands Rhétoriqueurs, Paris, Seuil, 1978.

3Aucune recherche systématique de la correspondance de Lemaire n’ayant jamais été entreprise, hormis à Lille et, partiellement, à la Bibliothèque Nationale, on peut donc s’attendre à ce que de nouveaux documents fassent surface. Beaucoup de dépôts d’archives ont affiné leur catalogation au cours du xxe siècle. En outre, nous avons acquis récemment de nouvelles données sur la biographie de Lemaire, nous indiquant des pistes à suivre : par exemple, les relations de Lemaire avec l’entourage de Pierre Sala, l’érudit lyonnais dans les manuscrits duquel Marie-Madeleine Fontaine a reconnu une copie du traité Des anciennes pompes funeralles de Lemaire (1507)10 ; ou encore les relations de Lemaire avec la famille de la Tour d’Auvergne, l’entourage d’Anne de Bretagne et la région de Boulogne, puisqu’on a récemment repéré la présence de Lemaire dans le manuscrit d’une généalogie d’Anne de la Tour d’Auvergne compilée « d’après pluseurs grans et divers livres et volumes qui sont dans les tresors de Nostre Dame de Boloigne [...] en Picardie11 ». On peut dire que l’état actuel du corpus des lettres de Lemaire reflète l’histoire de la critique relative à la production des Grands Rhétoriqueurs : après l’intérêt que l’on a manifesté au xixe siècle pour leur biographie et leur rôle d’historiographes, on a souvent voulu voir chez eux, dans la seconde moitié du xxe siècle, une poétique axée sur les jeux de langage, masquant ainsi la réalité historique et biographique12. La correspondance ne pouvait intéresser cette perspective critique. L’essor des travaux sur le moyen français, dans les dernières décennies, a conduit à la découverte de nouvelles pistes qui aboutissent très souvent à l’élargissement du corpus des auteurs.

4Toute édition d’une correspondance pose le problème des limites du corpus : si les lettres missives s’éclairent grâce aux responsives, il s’agit d’établir dans quelle mesure il est pertinent d’insérer les lettres des correspondants à des tiers, ou d’insérer des documents qui ne sont pas épistolaires mais auxquels les lettres font allusion, ou qu’elles accompagnent. Aucune réponse arbitraire ne peut être donnée à ces questions ; il faut se régler, cas par cas, sur le tableau que le matériel épistolaire est susceptible de reconstituer, et, sur ce point, les problèmes méthodologiques ne peuvent se passer de l’examen du contenu des lettres.

  • 13 Lettre à Jacques Lecocq, veille de la Toussaint [1507] (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 373-374). L (...)
  • 14 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 371-373 ; ID., Des Anciennes pompes, cit., pp. 83-88.
  • 15 Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., p. 102 ; Lemaire, Des Anciennes pompes, cit., p. 87, n. 307

5Nous avons vu que le corpus des lettres de Jean Lemaire actuellement connu est relativement limité (le matériel publié par Stecher puis Cochin et Bruchet comprend un peu plus d’une vingtaine de lettres et documents), mais il est relativement dense et homogène. Il couvre les années 1507-1512, soit la période où Jean Lemaire recouvre la charge d’indiciaire de Bourgogne, comme successeur de Jean Molinet, mort en août 1507 ; c’est du reste cette position officielle qui explique la subsistance de la correspondance pour cette période. Lemaire est très proche de la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite d’Autriche, et il connaît bien les hauts fonctionnaires de la cour. Il est lié à Jacques Lecocq, dit Luxembourg, héraut d’armes, à qui il écrit en 1507 pour lui envoyer ses Chansons de Namur, qui exaltent le courage d’un groupe de paysans ardennais dans un épisode de la guerre de Gueldre13 Il a des relations suivies avec Jean de Mamix, secrétaire de Marguerite, à qui il écrit une lettre en latin14 qui nous révèle son intérêt pour les antiquités brabançonnes : on venait en effet de découvrir, en 1507, un tumulus gallo-romain sur le territoire de Zaventem, et Lemaire envoie à Jean de Mamix un livret contenant les dessins des objets qu’on y avait retrouvés afin que ce dernier le montre à Marguerite. Cette lettre ne révèle pas seulement la familiarité qui existait entre les deux hommes ; elle nous apprend aussi que Lemaire était lié au cercle des frères Gilles et Jérôme de Busleyden, humanistes renommés qui seront à l’origine de la création du collège trilingue de Louvain15, et que l’on voit ici intéressés aux antiquités gallo-romaines à une époque où l’on croit ce genre de curiosités réservées à l’Italie.

  • 16 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 392-396 ; sur cette lettre et les circonstances de sa rédaction, v. (...)
  • 17 Lettre du 18 décembre 1509 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 376-377). Le Sophi Ismaïl Ier (1487-152 (...)
  • 18 Lettre à Louis Barangier du 15 juillet 1509 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 374-376) ; pour la dat (...)
  • 19 Lettre du 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 397) ; sur le Palais d’Honneur feminin, (...)
  • 20 Sur cette période de la vie de Lemaire, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 108-127.
  • 21 Lettres à Marguerite, 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 389-409) ; 22 novembre 1511 (...)
  • 22 Lettre à Marguerite du 20 novembre 1510 (ibid., pp. 398-409) ; lettre à Louis Barangier du 8 septe (...)
  • 23 Lettre à Jean de Mamix du 20 août 1510, aujourd’hui perdue (Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., (...)
  • 24 Trois lettres à Louis Barangier entre septembre et décembre 1511 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 3 (...)
  • 25 Lemaire à Louis Barangier du 8 septembre 1511 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 384).
  • 26 Lemaire à Marguerite, 20 novembre 1510 (ibid., pp. 404, 408), et 14 mai 1512 (ibid., p. 426).
  • 27 Lemaire à Marguerite, 22 novembre 1511 (ibid., pp. 410-412), et 14 mai 1512 (ibid., p. 426).

6Mais la plus grande partie de la correspondance qui nous est parvenue couvre les années 1509-1511, lorsque Lemaire, revenu du second voyage qu’il fit en Italie, en 1508, s’établit dans le Sud-Est. Une lettre de Lemaire à Marguerite16 nous apprend qu’il a sollicité lui-même, au printemps 1509, une retraite à Dole, « à cause de l’estude et université », car il a l’intention de terminer plusieurs travaux encore inachevés, qu’il énumère, ce qui est une information précieuse sur ses travaux littéraires. C’est de Dole que Lemaire écrit à Marguerite pour lui envoyer sa traduction du traité sur les Gestes de Sophy, qui servait la cause du vieux rêve de la croisade contre les Turcs17 ; en juin 1509, il annonce à Louis Barangier, secrétaire de Marguerite, qu’il a composé la Légende des Vénitiens18 ; en novembre 1510, de Bourg-en-Bresse, il annonce à la princesse qu’il travaille au Palais d'Honneur féminin19. Mais Lemaire a aussi, peut-être surtout, d’autres occupations : la gouvernante des Pays-Bas lui a confié la supervision de la construction des somptueux tombeaux de Brou qu’elle projette d’élever à la mémoire de son époux défunt, Philibert, duc de Savoie20, et la correspondance nous renseigne amplement sur ces travaux. Il faut tenir Marguerite au courant de leur avancement21. Il faut trouver le matériau de la meilleure qualité : Lemaire voudrait utiliser l’albâtre de Saint-Lothain de Poligny, et il a toutes les peines du monde à convaincre Marguerite de ce choix22. Il faut régler des questions financières, pour lesquelles Lemaire écrit directement à Marguerite, mais aussi aux hauts fonctionnaires Jean de Marnix23 et Louis Barangier24. Il faut assurer l’embauche et entretenir des relations avec les artistes25 : Lemaire recommande la collaboration du peintre Jean Perréal, dit Jean de Paris26, et du sculpteur Michel Colombe27.

  • 28 Jean Perréal à Louis Barangier, 30 mars [1509 ?] (Le Glay, Nouveaux analectes, cit., p. 330 ; Lema (...)
  • 29 Jean Perréal à Marguerite : P. Pradel, « Les autographes de Jean Perréal », in Bibliothèque de l'É (...)
  • 30 Jean Perréal à Marguerite, 17 octobre 1512 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 389-391).

7On comprend que la nature de cette correspondance rend nécessaire non seulement la publication des lettres responsives aux missives de Lemaire, mais aussi celle des lettres de correspondants relatives aux travaux de Brou, ainsi que celle de documents annexes où apparaît le nom de Jean Lemaire. Il existe des lettres de Jean Perréal, où le peintre s’adresse soit confidentiellement à Louis Barangier pour se plaindre de Lemaire28, soit à Marguerite pour l’informer de l’avancement des travaux de Brou29. Particulièrement intéressante est celle du 17 octobre 151230, où Perréal diffame Lemaire auprès de la princesse, l’accusant d’ingratitude. Ce qui se dit dans les coulisses est fondamental pour comprendre ce qui se passe sur la scène de la correspondance de Jean Lemaire à l’époque où il quitte le service de Marguerite pour se rendre à la cour de France.

  • 31 PH.A. Becker, Jean Lemaire, der erste humanistische Dichter Frankreichs, Strasbourg, Karl J. Trübn (...)

8Un problème lié à l’établissement du corpus de la correspondance de Lemaire est celui que posent des lettres d’attribution incertaine. Ph. Aug. Becker et, à sa suite, Pierre Jodogne, penchent en faveur de l’attribution à Lemaire de quatre lettres latines adressées anonymement au jeune Cornelius Agrippa (1486-1535), qui se trouvait dans les années 1509-1510 à Dole, où Jean Lemaire a pu entendre ses lectures publiques et faire sa connaissance. Si Lemaire ne mentionne jamais le nom du jeune savant allemand, c’est probablement pour ne pas se compromettre avec un suspect d’hérésie. Mais c’est bien l’indiciaire de Bourgogne que l’on peut soupçonner d’être l’ami qui écrit à Agrippa pour le féliciter de son discours à la louange de Marguerite d’Autriche, pour lui proposer de le traduire en français, pour lui conseiller de s’appliquer à une œuvre écrite et de ne pas se limiter aux discours selon l’exemple de Pic de la Mirandole, de Politien, de Lorenzo Valla31. Nous aurions là une autre facette de l’activité de Lemaire dans le Sud-Est, et un éclairage intéressant sur la nature de son humanisme.

  • 32 Lemaire, Des Anciennes pompes, cit., p. 83 et 88, n. 309.
  • 33 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 430-432.
  • 34 A. Schoysman, « Jean Lemaire de Belges et Josse Bade », in Le Moyen Âge, CXII (3-4), 2006, pp. 580 (...)
  • 35 A Pierre Picot, 1506 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 427-428 ; Jodogne, Jean Lemaire de Belges, ci (...)

9D’autre part, la question de l’usage du latin ou du français a, elle aussi, certaines répercussions dans la définition du corpus d’une correspondance comme celle de Jean Lemaire. Si celui-ci s’adresse à Jean de Mamix, dans des lettres privées, tantôt en latin (lettre du 17 novembre 1507), tantôt en français (toutes les autres lettres au secrétaire de Marguerite), le choix de la langue semble purement contingent ; toujours est-il que la citation de quelques vers de la huitième églogue de Pétrarque dans la lettre latine, où il est question de fouilles d’antiquités, nous plonge dans un climat fortement marqué d’humanisme32. Le choix du latin a une autre valeur lorsque Jean Perréal adresse à Jean Lemaire une épître intitulée De laudibus lingue Gallicane, épître publiée dans l’édition de 1512 du premier livre des Illustrations de Gaule et Singularitez de Troie33 : il s’agit ici d’une épître élogieuse, comparable à l’épître latine que Josse Bade adressera en 1514 à Lemaire en guise de préface à un volume contenant des traités sur les Turcs. Il ne s’agit plus ici de correspondance privée, mais les commentaires de Josse Bade sur le style de Lemaire sont du plus haut intérêt34. Et lorsque Jean Lemaire envoie à Pierre Picot une petite lettre où il fait l’éloge de Symphorien Champier, dans un mélange voulu de latin et de français, nous avons là une lettre qui confine avec le genre de l’épigramme35.

  • 36 JEAN Lemaire De Belges, Les Epîtres de l'Amant vert, éd. J. Frappier, Lille-Genève, Giard-Droz, 19 (...)
  • 37 Sur les Epîtres à Jean Picart, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 158-170.
  • 38 L'Épitaphe de Chastellain et Molinet est publiée dans La pompe funeralle des obseques du feu Roy d (...)
  • 39 Jean Lemaire de Belges, La Légende des Vénitiens, éd. A. Schoysman, Bruxelles, Académie Royale de (...)
  • 40 Brown, Poets, Patrons and Printers : Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, Cornell U (...)

10Les lettres que Lemaire a écrites à l’époque où il supervisait le chantier de Brou sont autographes, originales ou minutes signées, et proviennent de fonds d’archives ; elles touchent certes à l’activité de Lemaire comme fonctionnaire attaché à Marguerite d’Autriche, mais elles sont d’une teneur plus ou moins confidentielle, voire privée. Pour établir le corpus épistolaire, il faudra en exclure un autre type de lettres, caractéristique de l’époque : les lettres publiques. Je ne parle pas ici des épîtres « artificielles », dans le sillon du succès des Héroïdes d’Ovide, comme les Épîtres de l’Amant Vert et l’Épître du roi à Hector de Troie36. Je ne parle pas non plus des Épîtres en vers que Lemaire composa pour le compte de Louis de Luxembourg, Comte de Ligny, dans la correspondance versifiée que ce dernier entretenait avec Jean Picart37. Ces textes relèvent du genre de l’épître littéraire. Je me réfère ici à ces lettres publiées, rédigées comme des lettres privées, avec adresse et datation, adressées à des correspondants réels, en prose, souvent comme dédicaces aux textes avec lesquels elles sont imprimées. Ces lettres ne sont pas de simples préfaces adulatoires, car elles rendent compte des relations de l’auteur, et de la vie intellectuelle, politique et militaire contemporaine. Celles de Lemaire sont nombreuses. On en trouve dans presque toutes les éditions de ses œuvres ; elles sont riches d’informations sur les conditions de diffusion des textes, et sur l’idée que l’auteur veut donner du son œuvre ou de son métier. Par exemple, dans l’épître à Charles Le Clerc que Lemaire publie à la suite de son épitaphe de Chastellain et de Molinet, il revendique la succession à la charge d’indiciaire qu’un rival anonyme semble lui avoir contestée38 ; ou encore, dans l’édition de la Légende des Vénitiens, une lettre à Louis de Gorrevod, en guise de préface, exalte les victoires de Louis XII contre les Vénitiens, et une autre à Claude Thomassin, en guise de Péroration, décrit le retentissement qu’a eu à Lyon la victoire française de 1509 contre Venise, et fait notamment l’éloge d’une peinture de Jean Perréal représentant la défaite des Vénitiens39. Il est cependant exclu de les intégrer au corpus des lettres manuscrites des fonds d’archives : les écrivains de l’automne du Moyen Âge avaient trop conscience du pouvoir de l'imprimerie pour confondre lettres privées et publiques40. Mais si la nature publique de ces lettres les exclut du corpus des missives privées, les unes et les autres représentent différentes facettes du genre épistolaire au tournant entre xve et xvie siècle, et les lettres « privées » se caractérisent notamment par contraste avec les lettres imprimées. Il faudra les garder à l’esprit pour commenter l’édition des lettres « privées ».

  • 41 Lettre à Marguerite du 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 407 ; voir aussi p. 408, où (...)
  • 42 Lettre à Marguerite d’Autriche, 1509 (ibid., pp. 392-396, p. 393 pour la citation).
  • 43 Lemaire à Marguerite du 20 novembre 1510 (ibid., p. 402 pour la citation, mais aussi pp. 398, 400)
  • 44 Lemaire à Louis Barangier du 28 mars 1512 (ibid., pp. 419-423).

11Quoique l’essentiel de la correspondance privée de Lemaire concerne son activité comme fonctionnaire au service de Marguerite, ces lettres sont attachantes parce qu’elles n’ont pas le ton neutre du courrier officiel. Lemaire est très proche de la princesse depuis de nombreuses années, il lui manifeste une affection réelle et il lui parle avec la plus grande franchise. Il n’hésite pas à réclamer sans détour ses gages ou un meilleur logement : « il fault que je me tiegne tousjours à l’hostellerie, comme se, pour tant de labeur, je n’eusse pas mérité avoir une povre chambre41 », ni à lui manifester l’amertume qu’il éprouve à cause de rivalités et de contrastes qu’il évoque à plusieurs reprises. Lorsqu’il demande une retraite à Dole, en 1509, il explique qu’il a toujours trouvé dans le Lyonnais et dans le Bourbonnais « amistié, credit, faveur, recueil et humanité », alors que dans les Pays-Bas, dit-il, « j’ay trouvé pour certain que nul n’est prophète en son pays, car, comme il appert, j’ay receu par deça trop de malheurs, oultraiges, envies et scandales, à la grand damnation de ceulx qui les ont faulsement controuvez42 ». Il se plaint ouvertement auprès de Marguerite de ce qu’elle a été mal conseillée lorsqu’elle a refusé d’utiliser l’albâtre qu’il avait choisi pour les monuments de Brou : « Ma fortune est telle que je bas tousjours les buissons et ung autre prent les oisillons. [...] Je suis donc de semblable qualité comme Cassandra, laquelle estait tres bonne devineresse, mais jamais elle n’estoit creue ny auctorisee43. » Sa déception atteint son comble au moment où il quitte le service de Marguerite, à la fin de 1511 ou au tout début de 1512, pour se rendre à la cour de la reine Anne de Bretagne. Si les circonstances précises de ce déplacement ne nous sont pas bien connues, une lettre touchante adressée à Louis Barangier, datée de Blois, le 28 mars 151244, reflète l’état d’esprit dans lequel se trouve alors l’historiographe. Il laisse entendre que des malveillances ont circulé sur son compte dans l’entourage de Marguerite, et remercie Barangier de l’avoir soutenu contre ses détracteurs :

  • 45 Lemaire à Louis Barangier du 28 mars 1512 (ibid., pp. 421-422).

il me semble que ce sont occasions bien frivolles et bien extraordinaires que de me mettre sus d’avoir mal dict ou escript de Madame. Et prie à Dieu que quand je le penseray de faire, je puisse morir subitement et sans confession. Car se je ne l’eusse tant aymée, je n’eusse pas tant escript de bonnes choses à sa louenge. Et autant que j’en ay escript d’elle, en ecriprai je de la royne, ma noble maistresse qui me fait tant de biens. Et en ce ne feray je nul tort à Madame ; car là où je sens, mon cueur s’adonne du tout, et la raison le veult bien. [...] Mon tres honnouré seigneur, comment qu’il en soit, je vous prie et requiers estre recommandé en toute humilité à l’excellence de Madame, comme son povre serviteur que j’ay esté, ce que je ne sçauroie jamais escripre sans larmes. Car tant m’a fortune bestoumé, transporté, ramoné et pelotté en son service que je ne sçay comment je suis peu eschapper45.

  • 46 Lemaire, Œuvres, éd. cit., vol. IV, Notice, p. xci. Les italiques sont de l’éditeur Stécher.
  • 47 Ibid.

12Ce ton vaudra à Lemaire la triste réputation d’un esprit grognon et plaintif. Jean Stécher tire de cette correspondance des considérations sur le caractère de l’homme, et le portrait qui en ressort n’est guère flatteur. « Les rares lettres qu’on a pu retrouver de lui », dit-il, « nous montrent dans un style sincère et nullement latinisé comme ses livres, un homme plus enclin au plaisir qu’à la lutte, à la soumission qu’à la résistance, et que facilement on pouvait duper46 ». S’interrogeant sur les raisons pour lesquelles Lemaire n’a pas accédé, comme Jean Perréal, à la cour de François Ier, Jean Stécher imagine qu’il a pu être l’objet de la haine du peintre, puisque « leur correspondance fait entrevoir des conflits d’intérêts de toute nature47 ».

  • 48 Sur ce texte, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 215-254.
  • 49 Cf. supra, n. 19.

13Mais cet aspect psychologique a surtout pour nous l’intérêt de révéler une pratique épistolaire qui se plie aux humeurs du moment. Car à côté de ces soubresauts d’orgueil ou de rancune saisis sur le vif, l’écrivain recourt aussi, dans ses lettres, à une langue digne d’un de ses plus beaux textes, la Couronne margaritique48, par exemple lorsqu’il utilise la métaphore architecturale pour décrire son travail d’écriture du Palais d'Honneurféminin49 :

  • 50 Lemaire à Marguerite, 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 397).

pour lequel executer et mettre en euvre, tout tel simple ouvrier et architecte que je suis, j’avoie desja le compas en main, l’escarre preste, le plomb et le lyveau tous agensez, et mes massons, qui sont mes dix sens naturels, tant intrinsecques comme extrinsecques, a tout leurs ciseaux, marteaux et autres instrumens duisans a massonnerie, tous uniz, assemblez et encouraigez de bien faire. La matiere estoit sur le lieu et les grandz quartiers de marbre, qui sont mes livres espars çà et là devant mes yeulx [...]50.

  • 51 Fabri, Le Grant et Vray Art de pleine rhetorique, fac-similé de l’édition de Rouen, 1521, Genève, (...)
  • 52 Érasme, De conscribendis epistolis, trad. C. Fantazzi, in Collected Works : Literary and Education (...)

14Lettres administratives, lettres privées, sautes d’humeur, langue littéraire, références humanistes, tableaux de la vie politique et littéraire contemporaine : la correspondance de Lemaire se présente comme un ensemble complexe, voire composite. On sait que l’automne du Moyen Âge voit naître un nouveau genre de correspondance, qui s’affranchit du modèle épistolaire médiéval. La tradition de Vars dictaminis recommande depuis le xiiie siècle une structure formelle fixe, généralement tripartite, comprenant exordium, narratio et petitio ; en 1521 encore, Pierre Fabri recense et classe quarante-sept genres épistolaires avec, pour chacun, un plan établi en trois ou quatre parties et un modèle, dans son traité Le Grant et Vray Art de pleine rhetorique51, largement traduit de l'Ars epistolandi de Franciscus Niger, de la fin du xve siècle. C’est Erasme qui théorisera un renouvellement profond du genre, en refusant le moule rigide de la dispositio au profit de l'elocutio : on connaît sa célèbre formule, selon laquelle « [le style épistolaire] doit être flexible et, de même que le poulpe s’adapte aux conditions de son environnement, de même la lettre doit s’adapter à tous les sujets et à toutes les circonstances52 ». Les recommandations d’Érasme sont déjà parfaitement appliquées dans la correspondance de Jean Lemaire de Belges.

Notes

1 La monographie la plus complète sur la vie et les œuvres de Jean Lemaire est celle de P. Jodogne, Jean Lemaire de Belges, écrivain franco-bourguignon, Bruxelles, Palais des Académies, 1972. Pierre Jodogne a lui-même entrepris l’édition de la correspondance de Lemaire, et largement entamé le travail de relevé et de transcription. Je lui suis extrêmement reconnaissante de me léguer le dossier qu’il a déjà préparé.

2 A. Le Glay, Analectes historiques ou documents inédits pour servir à l'histoire des faits, des mœurs et de la littérature, Paris, Techener, 1838, reproduit 3 lettres de Lemaire ; et ID., « Nouveaux analectes ou documents inédits pour l’histoire des faits, des mœurs et de la littérature », in Mémoires de la Société Nationale des Sciences, de l’Agriculture et des Arts de Lille, année 1850, Lille, L. Danel, 1851, pp. 304-85, reproduit 7 lettres de Lemaire.

3 Jean Lemaire de Belges, Œuvres, éd. J.-A. Stecher, 4 vols, Louvain, J. Lefever, 1882-1891, vol. IV, 1891, [réimpression Hildesheim-New York, Olms, 1972 ; Genève, Slatkine Reprints, 1969], pp. 371-426.

4 Pour la liste de ces lettres avec leurs références respectivement aux Archives du Nord, dans les éditions de Le Glay et de Stecher citées ci-dessus, voyez K.M. Munn, A Contribution to the study of Jean Lemaire de Belges, New York, Columbia University, 1936 [Genève, Slatkine Reprints, 1975], p. 87, no 8.

5 É. Charavay, Revue des Documents historiques, III, Paris, A. Lemerre & C. Motteroz, 1875-1876, pp. 36-43, recopié par Stecher in Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 392-396 et p. XCVII, n. 8 (lettre de Lemaire à Marguerite d’Autriche, 1509).

6 BnF, f. fr., nouv. acq., 1412, recopié par Stecher in Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 396-409 et p. XVII, n. 6 (lettre de Lemaire à Marguerite d’Autriche, 20 novembre 1510).

7 C. Cochin – M. Bruchet, Une lettre inédite de Michel Colombe, suivie de nouveaux documents sur Jean Perréal et Jean Lemaire de Belges, Paris, E. Champion, 1914 ; M. Bruchet, Marguerite d’Autriche, Duchesse de Savoie, Lille, L. Danel, 1927, pp. 187-265 : Répertoire des documents archéologiques relatifs à Brou. Pour la liste de ces lettres, voyez Munn, A Contribution to the study of Jean Lemaire de Belges, cit., p. 90, no 20.

8 Munn, A Contribution to the study of Jean Lemaire de Belges, cit., p. 70, no 64, et pp. 200-201 : lettre de Lemaire à Marguerite d’Autriche, 7 septembre 1511, d’après Picot, Répertoire historique (notes manuscrites), BnF, nouv. acq fr. 23240, vol. 48, « Le Maire, Jehan ».

9 F. Neubert, « Die Briefe Jean Lemaires (1507-1512) », in Die Neueren Sprachen, 62, 13, pp. 451-472.

10 Jean Lemaire de Belges, Des Anciennes pompes funeralles, éd. M.-M. Fontaine et E. Brown, Paris, Société des Textes Français Modernes, 2001, pp. XXI-LI.

11 Cit. fol. 2v du manuscrit ; cf. A. Schoysman, « Jean Lemaire de Belges et la Généalogie d’Anne de la Tour d’Auvergne dans le ms. 74 G 11 de La Haye (1518) », in Le Moyen Français, 57-58 (2005-2006), pp. 315-333 (Actes du 1er colloque international du Groupe de recherche sur le moyen français, La Littérature à la cour de Bourgogne, Actualités et perspectives de recherche, éds. Cl. Thiry et T. Van Hemelryck, Université catholique de Louvain, Louvain-la-Neuve, 8-10 mai 2003).

12 P. Zumthor, Le Masque et la Lumière. La poétique des Grands Rhétoriqueurs, Paris, Seuil, 1978.

13 Lettre à Jacques Lecocq, veille de la Toussaint [1507] (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 373-374). L’édition princeps des Chansons de Namur a paru chez Henri Heckert, Anvers, 1507 : cf. Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 103, 299-311.

14 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 371-373 ; ID., Des Anciennes pompes, cit., pp. 83-88.

15 Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., p. 102 ; Lemaire, Des Anciennes pompes, cit., p. 87, n. 307.

16 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 392-396 ; sur cette lettre et les circonstances de sa rédaction, v. Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 104-105, 108-110.

17 Lettre du 18 décembre 1509 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 376-377). Le Sophi Ismaïl Ier (1487-1524), shâh de Perse, luttait âprement contre les Turcs et se voulait l’allié des princes chrétiens. Sur ce texte, traduit de l’italien, cf. Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 344-347.

18 Lettre à Louis Barangier du 15 juillet 1509 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 374-376) ; pour la date, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., p. 321, η. 1.

19 Lettre du 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 397) ; sur le Palais d’Honneur feminin, texte aujourd’hui disparu dont le sujet lui avait été suggéré par Marguerite, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 112-113.

20 Sur cette période de la vie de Lemaire, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 108-127.

21 Lettres à Marguerite, 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 389-409) ; 22 novembre 1511 (ibid., pp. 410-413).

22 Lettre à Marguerite du 20 novembre 1510 (ibid., pp. 398-409) ; lettre à Louis Barangier du 8 septembre 1511, où il annonce que Marguerite a enfin accepté l’albâtre proposé (ibid., pp. 382-384).

23 Lettre à Jean de Mamix du 20 août 1510, aujourd’hui perdue (Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., p. 112, n. 5) ; au même, le 24 octobre 1510, où il annonce que Marguerite a soldé ses factures (Cochin-Bruchet, Une lettre inédite de Michel Colombe, cit., pp. 33-35), et le 2 mai 1511 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 381-382).

24 Trois lettres à Louis Barangier entre septembre et décembre 1511 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 382-384 ; Cochin-Bruchet, Une lettre inédite de Michel Colombe, cit., pp. 40-42, 45-46).

25 Lemaire à Louis Barangier du 8 septembre 1511 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 384).

26 Lemaire à Marguerite, 20 novembre 1510 (ibid., pp. 404, 408), et 14 mai 1512 (ibid., p. 426).

27 Lemaire à Marguerite, 22 novembre 1511 (ibid., pp. 410-412), et 14 mai 1512 (ibid., p. 426).

28 Jean Perréal à Louis Barangier, 30 mars [1509 ?] (Le Glay, Nouveaux analectes, cit., p. 330 ; Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 377-380).

29 Jean Perréal à Marguerite : P. Pradel, « Les autographes de Jean Perréal », in Bibliothèque de l'École des Chartes, CXXI, 1963, p. 180 ; Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., p. 115, n. 1 ; lettre du 20 juillet 1512 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 387-389).

30 Jean Perréal à Marguerite, 17 octobre 1512 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 389-391).

31 PH.A. Becker, Jean Lemaire, der erste humanistische Dichter Frankreichs, Strasbourg, Karl J. Trübner, 1893 [Genève, Slatkine Reprints, 1970], pp. 132-134, 365-371 ; Jodogne, Jean Lemaire de Beiges, cit., pp. 116-120.

32 Lemaire, Des Anciennes pompes, cit., p. 83 et 88, n. 309.

33 Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 430-432.

34 A. Schoysman, « Jean Lemaire de Belges et Josse Bade », in Le Moyen Âge, CXII (3-4), 2006, pp. 580-584.

35 A Pierre Picot, 1506 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 427-428 ; Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 89-90).

36 JEAN Lemaire De Belges, Les Epîtres de l'Amant vert, éd. J. Frappier, Lille-Genève, Giard-Droz, 1948 ; Jean Lemaire De Belges, « Epistre du roy à Hector » et autres pièces de circonstance [...], éd. A. Armstrong et J. Britnell, Paris, STFM, 2000.

37 Sur les Epîtres à Jean Picart, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 158-170.

38 L'Épitaphe de Chastellain et Molinet est publiée dans La pompe funeralle des obseques du feu Roy dom Phelippes [...], Anvers, Vorsterman, 1507, fol. C5r-C6r. Pour le texte de l’épître, voir Lemaire, Œuvres, éd. cit., pp. 321-323.

39 Jean Lemaire de Belges, La Légende des Vénitiens, éd. A. Schoysman, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1999, pp. 1-2 (lettre dédicatoire à Louis de Gorrevod) et 37-40 (Peroration à Claude Thomassin).

40 Brown, Poets, Patrons and Printers : Crisis of Authority in Late Medieval France, Ithaca, Cornell University Press, 1995 ; A. Armstrong, Technique and Technology. Script, Print and Poetics in France, 1470-1550, Oxford, Clarendon Press, 2000.

41 Lettre à Marguerite du 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 407 ; voir aussi p. 408, où il réclame ses gages d’une année entière passée dans sa fonction d’indiciaire).

42 Lettre à Marguerite d’Autriche, 1509 (ibid., pp. 392-396, p. 393 pour la citation).

43 Lemaire à Marguerite du 20 novembre 1510 (ibid., p. 402 pour la citation, mais aussi pp. 398, 400).

44 Lemaire à Louis Barangier du 28 mars 1512 (ibid., pp. 419-423).

45 Lemaire à Louis Barangier du 28 mars 1512 (ibid., pp. 421-422).

46 Lemaire, Œuvres, éd. cit., vol. IV, Notice, p. xci. Les italiques sont de l’éditeur Stécher.

47 Ibid.

48 Sur ce texte, voir Jodogne, Jean Lemaire de Belges, cit., pp. 215-254.

49 Cf. supra, n. 19.

50 Lemaire à Marguerite, 20 novembre 1510 (Lemaire, Œuvres, éd. cit., p. 397).

51 Fabri, Le Grant et Vray Art de pleine rhetorique, fac-similé de l’édition de Rouen, 1521, Genève, Slatkine, 1972.

52 Érasme, De conscribendis epistolis, trad. C. Fantazzi, in Collected Works : Literary and Educational Writings, éd. J. Kelley, Toronto, Toronto University Press, 1985, vol. XXV, p. 19, cité en traduction française par C. LA Charité, in L'Épistolaire au xvie siècle, Paris, Éditions Rue d’Ulm – Presses de l’École normale supérieure, 2001 (« Cahiers V. L. Saulnier », 18), p. 27.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search