Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

Le lignage de Guillaume d’Orange dans la tradition italienne : l’exemple du Libro del Povero Avveduto

Paola Moreno

Texte intégral

1Les recherches sur la production proprement italienne en matière chevaleresque au xive siècle n’ont pas permis, jusqu’aujourd’hui, de faire état de témoins directs : la plupart des manuscrits qui nous sont parvenus remontent au xve siècle, et il n’est pas simple de reconstruire un cadre chronologique précis de cette production.

2Mais nous disposons d’un point de repère très important, représenté par les longues compilations d’Andrea di Jacopo de’ Mangiabotto da Barberino di Valdelsa, mieux connu sous le nom d’Andrea da Barberino. Plusieurs oeuvres, on le sait, lui sont sûrement attribuées : I Reali di Francia, L’Aspramonte, I Nerbonesi, Guerrin Meschino, Ugone d’Alvernia, Aiolfo del Barbicone. Le corpus chevaleresque d’Andrea est imposant par son étendue, certes, mais aussi par la capacité de l’auteur d’organiser en un seul récit une grande quantité de narrations provenant de chansons de geste antérieures. L’oeuvre d’Andrea a donc une importante fonction de médiation entre la période encore médiévale de la production chevaleresque et celle que l’on peut attribuer à l’esprit nouveau de la Renaissance.

3Le succès de l’œuvre barberinienne fut grand, et plusieurs générations d’auteurs en ont fait leur modèle, sur le plan narratif, mais aussi sur le plan stylistique et rhétorique.

  • 1 Dorénavant LPA. Le texte est conservé dans le ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Pluteo 44, 30. (...)
  • 2 Les références à l’oeuvre d’Andrea da Barberino, mentionnée comme le « Libro del Nerbonese », sont (...)

4Parmi eux nous retrouvons sans doute l’anonyme auteur du Libro del Povero Avveduto1, qui affirme à plusieurs reprises s’inspirer des Nerbonesi d’Andrea da Barberino, et qui se réfère volontiers au texte barberinien comme à une autorité2. Mais l’auteur du LPA s’est également inspiré du Ciriffo Calvaneo, un poème écrit à quatre mains par Luca et Luigi Pulci, vraisemblablement pendant le troisième quart du xve siècle.

5Combinant personnages et épisodes narratifs de l’un et de l’autre, l’auteur du LPA construit un long récit, ayant pour protagonistes les personnages de Povero Avveduto et de Ciriffo Calvaneo, justement, où ne manquent pas les rebondissements d’action et les rencontres surprenantes. L’auteur anonyme du LPA fait preuve d’une bonne connaissance de la culture classique (il y fait référence à Médée, à Jason, à Thésée et Ariane, à Déjanire et Hercule), de la Divine Comédie et des Trionfi de Pétrarque, mais surtout d’une familiarité très étroite avec le texte d’Andrea da Barberino.

  • 3 La question a déjà fait l’objet d’un article, auquel je me permets de renvoyer : P. Moreno, « Il C (...)

6Je ne m’attarderai pas ici sur les rapports intertextuels entre le LPA et le Ciriffo Calvaneo3 ; je m’intéresserai plutôt aux liens qui unissent le roman anonyme à la vaste compilation barberinienne.

7Commençons donc par Andrea da Barberino. Le principe ordonnateur de sa compilation n’est pas tout à fait nouveau (il était déjà employé dans les cycles épiques français et dans la construction cyclique de la « Geste Francor » franco-vénitienne), mais il est, on le sait, ambitieux : dans l’ensemble constitué par les Reali di Francia, l’Aspramonte et les Nerbonesi, par exemple, Andrea réunit tout le matériau narratif dont il dispose, remontant dans la généalogie des empereurs carolingiens jusqu’à Constantin, et arrivant à raconter les exploits des derniers descendants d’Aymeri de Narbonne. Il manie avec assurance les relations généalogiques entre les différents personnages, conduisant le lecteur à travers les vicissitudes de chaque branche d’une grande et unique famille. Les rappels des aventures précédentes et des liens de sang entre les différents personnages constituent alors l’expédient narratif qui garantit la cohésion du récit ; ils sont souvent placés à des endroits stratégiques du texte, tels les raccordements entre différents épisodes, l’apparition d’un nouveau personnage, etc.

  • 4 M. Tyssens, « Poèmes franco-italiens et Storie Nerbonesi. Recherche sur les sources d’Andrea da Ba (...)

8Le rapport avec la tradition des textes épiques est étroit et ininterrompu : Andrea sélectionne, traduit, invente des raccordements, coordonne, avec une grande capacité combinatoire, qui n’est pas loin de celle dont faisaient preuve les remanieurs des manuscrits cycliques, inventeurs de la technique des incidences. Parfois, il est même possible de reconnaître les sources manuscrites auxquelles Andrea a puisé : Madeleine Tyssens, par exemple, a pu démontrer les liens directs que les Nerbonesi entretiennent avec les versions franco-italiennes de Foucon de Candie et d’Aliscans, conservées dans des manuscrits d’origine vénitienne, encore aujourd’hui consultables à la Biblioteca Marciana de Venise4.

  • 5 Les manuscrits vénitiens VI (Venezia, Biblioteca nazionale di San Marco, fr. xix) et V2 (Venezia, (...)
  • 6 C’est très vraisemblablement des Nerbonesi que les frères Pulci se sont inspirés, faisant du Pover (...)

9C’est justement dans Foucon de Candie que fait son apparition pour la première fois le personnage de Povre-veü, le fils naturel de Guy de Commarchis et d’une payenne nommée Falsaprent ; la forme italianisée de son nom, Povero Avveduto, paraît déjà dans les trois témoins franco-vénitiens de la chanson. Dans le poème franco-vénitien, toutefois, ce personnage n’est pas très développé5, tandis qu’Andrea lui fait une plus grande place, le rangeant de plein droit parmi les petits-neveux de Guillaume les plus méritants6.

10L’auteur du LPA, lui, donne une plus grande épaisseur psychologique au personnage. L’amplification des récits liés au Povero Avveduto se fait selon un mécanisme de duplication. Dans Foucon de Candie, le héros tombe amoureux d’une belle sarrasine, Anfelise ; le couple est calqué sur le modèle Guillaume-Guibourg ; à son tour, le couple Guy de Commarchis-Falsaprent, dont naît le Povre-veü, est constitué selon le même schéma : Falsaprent est l’une des dames de compagnie d’Anfelise, que Guy a malheureusement abandonnée. Dans Ciriffo Calvaneo, Faliprenda, la mère du Povero Avveduto, laissée seule par Guido di Cormaris, rencontre Massima, elle aussi désespérée car Atrando l’a abandonnée, alors qu’elle est enceinte de Ciriffo ; les deux enfants sont alors élevés ensemble, et boivent du même lait. Dans le LPA, Povero Avveduto se rend coupable de la même faute que son père et que le père de Ciriffo, car il abandonne enceinte la belle païenne Leandrina, qui aura à son tour deux jumeaux. C’est d’ailleurs de la rencontre fortuite entre Ciriffo et Leandrina que l’action du LPA prend son origine, car Ciriffo jure d’aller rechercher son frère de lait et de l’obliger à épouser Leandrina, toute disposée à se convertir pour rendre le mariage possible. Povero reconnaîtra ses torts et se mettra avec Ciriffo à la recherche de Leandrina, qu’il veut racheter : suit toute une série d’aventures auxquelles les deux frères seront confrontés.

11Ce complexe enchevêtrement de récits et de personnages, qui semblent se reproduire à l’infini, comme dans un jeu de miroirs, se tient grâce au souci constant des auteurs-compilateurs de remémorer les faits antécédents, quelques fois même d’anticiper des épisodes futurs, et surtout de rappeler les liens familiaux unissant les différents personnages (parfois, comme nous l’avons vu, ces liens comportent de véritables tares génétiques !). Pour ce faire, toutes les occasions narratives sont bonnes : ainsi, par exemple, Andrea da Barberino rappelle-t-il, le plus souvent qu’il peut, que Povero Avveduto est le fils de Guido di Cormaris, qui est à son tour le fils de Buovo di Cormaris, fils d’Amerigo di Nerbona et frère de Guglielmo d’Oringa. En l’espace de dix feuillets (ff. 1-10), par bien six fois l’auteur du LPA fait raconter à Ciriffo l’histoire de sa mère, de la mère de Povero et de Leandrina, toutes les trois misérablement abandonnées par leurs amants, sans jamais manquer de préciser les liens de parenté entre les protagonistes.

  • 7 Cf. l’édition établie par mes soins en appendice, sous le no 3.
  • 8 Cf. Table 1.

12Là où l’auteur du LPA nous trace un véritable arbre généalogique de la famille des Narbonnais, c’est lorsque Ciriffo se rend à Orange, auprès de Guglielmo et de Tiborga. Accueilli avec beaucoup d’allégresse et célébré par une grande fête, Ciriffo explique les raisons qui l’ont poussé à se mettre à la recherche de Povero Avveduto7. Craignant que l’idée de rejoindre Leandrina ne pousse Povero Avveduto à quitter la foi chrétienne, Guglielmo tient à rappeler à Ciriffo de quelle famille provient Povero ; il lui propose alors de se reposer après les fêtes dans sa chambre où, nous dit le texte, « era istorata tutta la vita di Charlo » (f. 9v). Les images qui décorent la pièce, en effet, rappellent toute la généalogie de la famille, depuis l’empereur Constantin jusqu’au roi Charles, dont plusieurs épisodes de la vie sont repris : depuis les histoires de Berthe, en passant par l’enfance du roi, jusqu’aux batailles d’Aspremont, d’Espagne, et aux épisodes impliquant Aymeri de Narbonne et ses fils8.

  • 9 A. Da Barberino, Le Storie Nerbonesi, éd. I.G. Isola, 2 voll., Bologna, G. Romagnoli, 1877-1887, v (...)
  • 10 Ibid., p. 340.
  • 11 Ibid.
  • 12 Cf. Table 2.

13L’épisode, tel que l’auteur du LPA nous le raconte, rappelle de très près un épisode des Nerbonesi d’Andrea da Barberino9. Lors du couronnement du roi Louis, en effet, Andrea nous décrit les tapisseries qui décorent la place de Paris, où la cérémonie doit avoir lieu. Aux quatre coins de la place sont disposées sur des « tappeti e cortine10 » les représentations de scènes des quatre religions du monde : « giudei, pagani, saraini e cristiani11 ». Dans la partie illustrant la Chrétienté, justement, les images représentent notamment les histoires de Constantin et de ses descendants, jusqu’au fils de Charlemagne, le roi Louis. Le compilateur en profite alors pour rappeler la généalogie des descendants de Constantin12.

  • 13 1) LPA ne nomme pas le fils de l’empereur Constantin, mais il y fait allusion ; 2) selon le LPA Bu (...)

14Lorsqu’on compare les deux arbres généalogiques, celui du LPA et celui des Nerbonesi, on s’aperçoit que la ressemblance est presque parfaite, à quelques détails près13. Ce qui différencie plus nettement les deux généalogies est le fait que l’auteur du LPA a voulu ajouter à la branche de la famille de Mangiane (celle dont provient directement Charlemagne) celle des descendants d’Aimeri de Narbonne, issus de la branche « di Fratta ». Il s’agit, bien évidemment, d’une différence de taille, qui se justifie par la volonté de Guglielmo de rappeler à Ciriffo Calvaneo — et à son lecteur — quelles sont les origines du Povero Avveduto.

15D’ailleurs, l’auteur anonyme du LPA ne manque pas de le souligner :

  • 14 LPA, ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Pluteo 44,30, f. l0r.

E ttu llettore, non pigliare amirazione, ché tutto quel cchessi dice non è qui istoriato, se no la vita di Charllo. Ma tutto disse el chonte Ghuglielmo, per dare notizia al detto Cirifo Chalvaneo; e però prima movendo le nazione dond’erano dicesi e Nerbonesi.
[...] Fu necessario che’l chonte Ghuglielmo dicessi a Cirifo Chalvaneo nazione per nazione, inchominccando in questa forma a ddire: «Dicessi prima la stirpe dond’erano dirivati eglino, dipoi ritorneremo al verbo prencipale per meglio distendere nostra matera»14.

16L’écart est ainsi justifié à deux reprises en l’espace de quelques lignes, ce qui, à mon avis, est l’indice d’une réelle dépendance du LPA vis-à-vis du texte des Nerbonesi, au point que l’auteur du roman en prévient le lecteur, de même qu’à d’autres endroits, lorsqu’il veut donner plus de crédibilité à ses paroles, il renvoie explicitement ce même lecteur au texte d’Andrea da Barberino.

17Par ailleurs, il est important de remarquer que la généalogie des Aymerides est parfaitement conforme à celle que nous pouvons reconstruire en utilisant d’autres lieux du texte d’Andrea, y compris dans des détails originaux, comme par exemple les noms de Viviano dell’Argento et Viviano della Cera Grifagna, propres à la compilation barberinienne.

18Notons, enfin, que peu avant la description de la place de Paris, dans le texte des Nerbonesi est citée une partie de la famille des Aymerides. En effet, Guglielmo convoque à la cérémonie du couronnement toute sa famille, ce qui donne à Andrea l’occasion d’en reconstruire l’arbre généalogique :

  • 15 A. Da Barberino, Le Storie Nerbonesi, cit., vol. I, pp. 336-337 (Libro III, cap. xviii).

E ordinò Guglielmo che’l padre suo Amerigo, e la sua madre Almingarda venissino, e menassino la sua figliuola, e sorella di Guglielmo, chiamata Brancifìor [...]. Buovo [i.e. le frère de Guillaume, Beuve de Commarchis] vi menò due sua figliuoli maggiori, l’uno avia nome Gherardo, e l’altro Guido. Arnaldo [i.e. Hernaut de Gironde, fière de Guillaume] vi menò uno suo figliuolo maggiore, ch’avia nome Guidolino. Guerino [i.e. Garin d’Anseüne, fière de Guillaume] vi menò uno suo figliuolo minore, ch’avia nome Guiscardo, e l’altro suo figliuolo il maggiore non venne con lui, ma venne poi isconosciuto ; per la quale venuta fu chiamato Viviano de l’Argiento. E’l franco Namieri [i.e. Aimer le Chétif, fière de Guillaume] vi menò la sua donna con due figliuoli piccoli, l’uno avia nome Berlinghieri, e l’altro Gualtieri. Vennevi Ghibellino [i.e. Guibelin, fière de Guillaume], colla suo donna, e due suoi figliuoli piccolini, l’uno avia nome Namerighetto, e l’altro era ancora in fascia, e avia nome Milon, e sanza questi n’ebbe poi otto, e questi furono i primi, poi il terzo ebbe nome Anternas, l’altro Ferantino, il quinto Rinieri, il sesto Dionisi, il settimo Ugonotto, l’ottavo Alorino, il nono Arnaldo, il diecimo Parigino ; e questi furono sua figliuoli di Ghibellino. Vennevi Ugo da Fieravilla [i.e. l’époux de la soeur de Guillaume] colla suo donna, e con un suo figliuolo, ch’avia nome Folco [...]. Fece Bernardo [i.e. Bernard de Brubant, fière de Guillaume] venire la suo donna, e uno suo figliuolo grande da portare arme, [...] e fu chiamato Beltramo Paladino [...]15.

19Voilà donc que l’auteur du LPA disposait, à peu de distance de la généalogie de Charlemagne, de l’arbre généalogique des Aymerides presque complet ; il lui a suffi de coordonner toutes les informations et de les intégrer dans le récit adressé par Guillaume d’Orange à Ciriffo Calvaneo. Il a donc mis en place un processus de composition et d’amplification par juxtaposition de la matière de base, qui est exactement le même qu’Andrea da Barberino a mis au point dans sa compilation.

  • 16 Cf. Table 3.

20Lorsqu’on compare le dernier passage cité des Nerbonesi avec la généalogie des Aymerides racontée par Guillaume16, nous nous apercevons que manquent dans le LPA les noms des enfants de Ghibellino dell’Anfemace, dont seul le premier, Namerighetto dell’Anfernace, est cité :

  • 17 LPA, ms. Firenze, Biblioteca Mediceo Laurenziana, Pluteo 44,30, fol. 11.

El settimo e utimo figliuolo d’Amerigho ebbe nome Ghibellino dell Άnfernace el quale ebbe 10 figliuoli de’quali e’n’è qui uno che a nome Namerighetto dell’Anfemace17.

21Mais dans la marge de droite de la page, une main, qui pourrait ne pas être celle du copiste principal, a noté sous la forme abrégée les noms des neuf autres enfants de Ghibellino :

e-sechondo mill el 1/3 attorra el 1/4 fierran el 1/5 rinier el 1/6 ughone el 1/7 dionig el 1/8 alorin el 1/9 parigi el 1/10 arnal.

  • 18 Il y a toutefois deux inversions : entre Ugone et Dionigi et entre Parigino et Arnaldo. La même li (...)

22C’est exactement la liste de noms indiquée par Andrea da Barberino, dans le passage mentionné ci-dessus18.

  • 19 La main qui a écrit dans la marge, bien qu’aussi ancienne, semble différente de la main principale (...)

23Il ne m’est pas possible d’affirmer avec certitude s’il s’agit là d’une intégration après coup du copiste principal, qui avait par erreur omis les noms des enfants de Ghibellino, ou bien d’une annotation faite par un lecteur particulièrement adroit, et connaissant en profondeur les Nerbonesi19.

24Si la première hypothèse est vraie, les allusions aux Nerbonesi dont le roman en prose abonde ne sont pas seulement un expédient rhétorique pour donner plus d’autorité à l’histoire racontée, mais sont aussi des marques précises de rapports intertextuels étroits entre l’œuvre d’Andrea da Barberino et le LPA.

  • 20 C’est un des aspects les plus caractéristiques de la tradition italienne de la matière chevaleresq (...)

25Si, par contre, l’auteur des annotations marginales est un des lecteurs du LPA, nous avons sous nos yeux un bel exemple de comment les références au texte d’Andrea parlaient au public de ce roman chevaleresque : nous nous apercevons alors que ce public n’était certainement pas aussi naïf qu’on pourrait le croire. Il est aussi intéressant de noter que l’attention portée par les auteurs aux liens de sang entre les protagonistes de leurs récits — et qui se justifie par leur volonté de rassembler histoires et personnages provenant de textes indépendants à l’origine — correspond également à un intérêt et à un engouement certains de la part des lecteurs20.

26Dans les deux cas, nous nous trouvons face à un échantillon très intéressant de ce processus combinatoire qui a caractérisé l’entrée et l’expansion de la littérature chevaleresque en Italie, au moins jusqu’à Luigi Pulci. Le texte se constitue par accumulations progressives, par duplication ou multiplication de situations narratives et de personnages selon des modules identiques, par combinaison d’éléments déjà existants et légitimés par la tradition.

  • 21 P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, p. 82.

27Peu importe donc que l’auteur des annotations marginales du ms. du LPA soit un lecteur ou le romancier anonyme car, dans l’univers médiéval dont fait partie le roman du Povero, « un rapport de participation active rattachait chaque énoncé au vaste texte virtuel et objectif de la “tradition”, univers de référence à la fois imaginaire et verbal, qui constituait le “lieu commun” de l’auteur et de l’auditeur21 ».

28De ce point de vue, nous pouvons dire que le LPA se situe encore en deçà de la conception rhétorique qui sous-tend la littérature chevaleresque de la Renaissance. L’originalité du LPA, de même que celle de ses sources, Ciriffo Calvaneo et les Nerbonesi, ne peut que s’exprimer à l’intérieur d’un système déjà constitué, au moyen d’une technique combinatoire qui relève exclusivement de l’elocutio, et qui peut se manifester sous diverses formes, telles, par exemple, l’amplificatici, l’interpretado ou l’expolitio, pour ne citer que celles que l’on retrouve dans l’exemple que j’ai illustré ici. C’est dans la reconnaissance de ce système que se situe le plaisir du lecteur, qui peut même contribuer à ce processus d’accumulation des matériaux préexistants.

29Aucune place n’est laissée ici à l’invendo, qui sera à la base, par exemple, de ce chef-d’œuvre qu’est l’Orlando furioso de l’Arioste.

30Mais pour arriver à ce degré d’élaboration littéraire il fallait être passé par la tradition médiévale, il fallait que les personnages restent vivants dans l’imaginaire collectif, que la littérature sur la littérature prépare le terrain et fournisse les outils à une littérature qui, tout en se servant de la tradition et faisant appel au principe de l’imitation, ne soit plus auto-référentielle, mais soit profondément ancrée dans la réalité et porteuse des nouvelles valeurs du Rinascimento.

Table 2 Nerbonesi, III, 22

Table 2 Nerbonesi, III, 22

Annexes

Appendice I

1) A. da Barberino, Le Storie Nerbonesi, éd. cit., Libro III, cap. xviii:

E ordinò Guglielmo che’1 padre suo Amerigo, e la sua madre Almingarda venissino, e menassino la sua figliuola, e sorella di Guglielmo, chiamata Brancifior [...]. Buovo vi menò due sua figliuoli maggiori, l’uno avia nome Gherardo, e l’altro Guido. Arnaldo vi menò uno suo figliuolo maggiore, ch’avia nome Guidolino. Guerino vi menò uno suo figliuolo minore, ch’avia nome Guiscardo, e l’altro suo figliuolo il maggiore non venne con lui, ma venne poi ¡sconosciuto; per la quale venuta fu chiamato Viviano de l’Argiento. E’l franco Namieri vi menò la sua donna con due figliuoli piccoli, l’uno avia nome Berlinghieri, e l’altro Gualtieri. Vennevi Ghibellino, colla suo donna, e due suoi figliuoli piccolini, l’uno avia nome Namerighetto, e l’altro era ancora in fascia, e avia nome Milon, e sanza questi, n’ebbe poi otto, e questi furono i primi, poi il terzo ebbe nome Antemas, l’altro Ferantino, il quinto Rinieri, il sesto Dionisi, il settimo Ugonotto, l’ottavo Alorino, il nono Arnaldo, il diecimo PariParigino; e questi furono sua figliuoli di Ghibellino. Vennevi Ugo da Fieravilla colla suo donna, e con un suo figliuolo, ch’avia nome Folco [...]. Fece Bernardo venire la suo donna, e uno suo figliuolo grande da portare arme, [...] e fu chiamato Beltramo Paladino [...].

2) A. da Barberino, Le Storie Nerbonesi, éd. cit., Libro III, cap. xxii:

Come Folieri mostra ’adornezza della quarta parte della piazza, nella quale parte tocca molte istorie de’cristiani dall’avvenimento di Cristo per insino al tempo d’aluigi, e così dice.

Nella quarta parte della piazza di Parigi dice Folieri che v’era una grande parte delle istorie de’cristiani. Inprima v’era parte de’miracoli, che fece il nostro Signore Giesù Cristo, e come e’fu tradito, e crocifisso. [...] E da l’una delle parti allato a la sedia reale, posta in su la piazza, erano ne’tappeti tutta la nazione de’Reali di Francia, cominciando a Gostantino; di Gostantino nacque Fuobo, primo re di Francia del loro legnaggio; di Fuobo nacque Fiorello, e Fiore; del quale Fiore nacque Lione, e Lionetto, e questi morirono sanza reda. Di Fiorello, re di Francia, nacque Fioravante, e di Fioravante nacque Gisberto, e Ottaviano. Di Gisberto re Michele, e del re Michele nacque lo re Angiolo, e dello re Angiolo nacque lo re Pipino, e di Pipino nacque Carlo Magno, e di Carlo nacque Aloigi. De l’altro figliuolo Ottaviano nacque Buovetto, di Buovetto il duca Guidone, e di Guidone Buovo d’Antona, e di Buovo Sinibaldo, e Guidone, e Guglielmo, re d’Inghilterra. Del primo Sinibaldo nacque Guerino, di Guerino nacque Gherardo da Fratta, e Bernardo di Belanda, e Milone Alamanno, e Guerino di Provenza. Del primo Gherardo da Fratta nacque Rinieri, di Rinieri nacque Ulivieri, il quale fu il più bello giovane che si trovasse in que’tempi. E nacquene Alda la bella, che somigliò il fratello, che fu la più bella dama che in que’tempi si trovasse, la quale fu moglie del franco conte Orlando, di cui si nomina tanto la sua franchezza. Pure di Gherardo appresso nacque Arnaldo, Guicciardo, e Milone d’Agrante. Da Arnaldo nacque Guiciardo, re di Puglia; di Guiciardo nacque Gherardo, di Milone nacque Guerino, detto il Mischino. De l’altro figliuolo di Guerino nacque Bernardo; di Bernardo nacque Amerigo di Nerbona. Del terzo figliuolo di Gurino, Milone Alamanno, e di lui nacque Don Chiaro, e Buoso. E del quarto figliuolo di Guerino, ciò fu Guerino, nacque Buoso da Vernia. E queste generazioni erano istoriate intorno alla sedia, per onoranza della corona. Ancora v’era come de l’altro figliuolo di Buovo, ciò fu Guidone, nacque Bernardo di Chiaramonte, e come di Bernardo nacque Buovo, Amone, e Ottone, Lionello, Girardo, Melone, e gli altri due bastardi, ciò fu Ansuigi di Brava, e Lamberto di Tramogna. Del primo Buovo nacque Viviano, e Malagigi; del secondo figliuolo, ciò fu Amone, nacque Rinaldo, che fu chiamato poi Rinaldo da Monte Albano, e Alardo, e Guicciardo, e Ricciardetto, tutti e quattro frategli del terzo, ciò fu Ottone, e d’Ottone nacque Astolfo, e di Astolfo nacque Ottone d’Altieri. E del quarto figliuolo di Bernardo, ciò fu Lione, e’non nacque figliuoli, perché fu papa di Roma. Del quinto, ciò fu Girardo, nacque Ansuigi il Forte, e di Milone nacque Orlando. Ed eravi molte altre generazioni, e istorie, che a me pareva un tedio a scrivere, e però le lasciai, e questo ò detto per onore della corona d’Aloigi.

3) Libro del Povero Avveduto, ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Pluteo 44,30, fol. 9v-l 1r22:

E chosì, posto fine alla festa, andorono a dormire e Ghuglielmo, e Beltramo, e Namerighetto, e Chalvaneo in una chamera, nella chamera del conte Ghuglielmo dov’era istorata tutta la vita di Charlo. [...] Alora el chonte Ghuglielmo, si ridendo alquanto, voltòssi a Chalvaneo23 e ghuardòlo, e di poi alquanto ghuardandolo gittò un gran sospiro e disse a Chalvaneo24: «Egli è ben dovere ch’io ti dia lume e fama d’un tant’uomo quant’è in questa aleghante istoria, e per alt<r>o in questa chamera non f ò menato, se non che’ttu’ssappi appieno la fama e’lla groria di chi a sostenuto e sostiene la fede Christiana, e senpre sotto la // [f. l0r] suo fama viveri! Sappi che quel cche’ttu vedi cholà, in su la manritta, si è Ghostantino inperadore, e quel che tu vedi batezare a quella fonte, e quel altro che’ttu vedi che amazza quel vecchione e che pare un fanccullo, egli è quello inperadore che’ssi’ffa christiano per papa Silvestro; vedi poi qui, dove questo fanccullo fugge, vedilo poi chapitare in Francca. Vedi qui le gran bataglie che de’’ffa, e aquista la Sansognia, la Picchardia e lla Normandia, e lla Buemia, ella Ghuaschonia, e’lla Provenza, ella Borghognia, ella Savoia, e lla Lombardia. E queste sono le gran battaglie che fece a Roma, qu<a>ndo el padre25 l’aveva isbandito, dove uccise quatro rre di chorona chon più di 4 mila di Saraini; e di poi in Francca tornò, e ne regnio suo, al tenpo, ebbe due figliuoli maschi: l’uno ebbe nome Fiore26 e l’altro Fiorello. Di questo Fiore non tuffo qui memoria, percché ne naque valentissimi uomini che non son qui, ma farencci al primo nato, el rre Fiorello, ch’ebbe un figliuolo che ffu chiamato Fioravante. Di Fioravante naque due figliuoli, che ll’uno ebbe nome Gisberto del Fiero Visaggo, l’altro ebbe nome Ataviano del Lione; del quale Ataviano del Lione è del sanghue ond’è diceso el sanghue mio, chome apresso udirai». Ettullettore, non pigliare amirazione, ché tutto quel cche ssi dice non è qui istoriato, se no la vita di Charllo. Ma tutto disse el chonte Ghuglielmo per dare notizia al detto Chalvaneo27; e però prima movendo le nazione dond’erano dicesi e Nerbonesi.

Come el chonte Ghuglielmo volle che Chalvaneo28intendessi tutta la genelogia e nazione di tutti e Nerbonesi, nazione per nazione; chosì la storia seghuirà di mano i’mano, di nacimento i’nacimento. C. viiio.

Fu necessario che’l chonte Ghuglielmo dicessi a Chalvaneo29 nazione per nazione, inchominccando in questa forma a’ddire: «Dicessi prima la stirpe dond’erano dirivati eglino, di poi ritorneremo al verbo prencipale per meglio distendere nostra matera. Seghuirono d’Ataviano del Lione che ne dirivò due chase, coè di chasa di Chiaramonte e difFratta; e della chasa di Fratta n’ucì la chasa di Nerbona. D’Ataviano naque un figliuolo ch’ebbe nome Bovetto, la qual30, per sua virtù, prese ggà l’anticha Banbelonia. E di Bovetto naque un figliuolo ch’ebbe nome Ghuidone, el quale Ghuidone pose una ccittà detta Antona, posta in sul chanale di Fiandra. Di Ghuidone d’Antona naque un figliuolo detto Buovo d’Antona, che-ffu quello // [f. 10v] che più volte31 diliberò la Christianità, chome dimostra nella vita sua. E di Buovo naque due figliuoli, che l’uno ebbe nome Sinibaldo. Del quale Ghuidone dicese la chasa di Chiaromonte, e di Sinibaldo la chasa di Fratta, perché fece un chastello in Borghognia e poseli nome la Fratta, e di qui dirivò el nome loro. E questo Sinibaldo ebbe quatro figliuoli: el primo ebbe nome Gherardo da Ffratta; el sechondo ebbe nome Bernardo di Tremognia; el terzo ebbe nome Milione Alamanno; el quarto e utimo ebbe nome Ghuerrino32. E di Gherardo, primo figliuolo di Sinibaldo, naque quatro figliuoli: el primo ebbe nome Arnaldo di Bellanda, el sechondo ebbe nome Rinieri di Vienna, el terzo ebbe nome Ghuicardo, el quarto ebbe nome Alamanno. Del primo figliuolo ebbe nome Arnaldo, chome abian detto, ebbe un figliuolo che’ssi chiamò Ghualtieri d’Amulione. E di Rinieri di Vienna, sechondo figliuolo di Gherardo, ebbe due figliuoli: un maschio e una femina; el maschio ebbe nome Ulivieri di Vienna, e lla femina ebbe nome Alda la Bella. E di Ghuiccardo terzo figliuolo no naque figliuoli perché govane morì ne regnio di Napoli, dopo la struzione del rre Agolante. Di Mellone, quarto figliuolo di Gherardo, naque Ghuerrino Meschino33, che andò tanto tenpo tribulando pel mondo pe’ritrovare il padre34. E qui finì le stirpe del primo figliuolo di Sinibaldo, detto Gherardo da Fratta. Di Bernardo di Tremognia naque un figliuolo ch’ebbe nome Namerighetto, el quale Namerighetto re Charllo, sopra35 el chorpo del padre, lo fece ducha di Nerbona e riserbòlla al tenppo che, tornando dall’aqui stata Ispagnia, passò da Nerbona e miselo in sigmoria. E dettegli moglie una gentil figliuola d’un gentile rre36, taluno detto Disiderio di Pavvia, laquai donna fu molta savia e verde, e chiamòssi madonna Almingharda, della quale n’<e>bbe sette figliuoli maschi e due femine. El primo figliuolo d’Amerigho ebbe nome Bernardo di Busbante: ebbe un figliuolo valentissimo e savio che ebbe nome Beltramo el Timonieri, e questo qui è desso. Ed el sechondo figliuolo d’Amerigho ebbe nome Buovo di Chormanzis; di questo Buovo ne naque due figliuoli: l’uno ebbe nome Ghuidone, e l’altro ebbe nome // [f. 11r] Viviano della Cera Grifagnia. Di Ghuido primo figliuolo di Vuovo n’è nato el Povero Aveduto el qual tu di’che’sse’fratello di latte. E Viviano della Cera no ne37 rimase reda perchéffu morto dal rre TiTibaldo; che chol tenppo ne farò vendetta, Viviano! El terzo figliuolo d’Amerigho ebbe nome Arnaldo di Gironda, el qual ebbe due figliuoli: el primo Ghuido, el sechondo Ghuidolino; no ne rimase reda perché morirono nelle bataglie sute di Tibaldo. El38 quarto figliuolo d’Amerigho ebbe nome dell’Ansidonia39, ch’ebbe due figliuoli, che ll’uno ffu Viviano dell’Argento, el sechondo Ghuischardo orghoglioso, e quali furono fieri e fforti di loro persone, e pela loro fierezza e grand’animo so’morti nelle bataglie del rre Tibaldo. El quinto figliuolo d’Amerigho ebbe nome el Chativo Naimeri, perché ffu maladetto dal padre: ebbe tre figliuoli, due legittimi, uno bastardo; el primo ebbe nome Ghualtieri, el sechondo Berlingieri, e quali sono rre di Spagnia e quali non anno avuto ancho reda; el bastardo ebbe nome Lionetto di Cipri, che naque d’una gentildonna di Cipri p(er) essa da Namieri quando40 la raquistò dal rre Tibaldo, el quale disaventuratamente’ffu morto dal Povero in sul ponte d’Aschalona e del quale ne rimase un figliuolo detto Leone Isventura, ch’è chol rre Aluigi in Francca. Del sesto figliuolo d’Amerigho el nom’è Ghuglielmo, el quale son desso io che non ò figliuoli. El settimo e utimo figliuolo d’Amerigho ebbe nome Ghibellino dell’Anfernace, el quale ebbe 10 figliuoli de’quali e’n’è qui uno che a nome Namerighetto dell’Anfemace41. E questa è tutta la stirpe, chome più apresso intenderai ».

Notes

1 Dorénavant LPA. Le texte est conservé dans le ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Pluteo 44, 30. Ce volume est composé de 240 fol., numérotés en chiffres arabes et reliés en quinions. Chaque cahier est pourvu d’un rappel au bas du dernier feuillet ; le texte est disposé sur deux colonnes de longueur variable (de 30 à 35 lignes). Le roman est divisé en 115 chapitres, numérotés jusqu’à 60 et précédés d’un bref résumé introductif. Des espaces blancs ont été laissés par le copiste, afin de permettre la décoration des initiales de chapitre, mais cette opération n’a jamais été effectuée. Le ms. est acéphale et se termine au fol. 240v par un colophon : « Chosì per Deo gratia si poffine alla vita del Povero Aveduto nato del gentil sangue di Narbona, finito addì 8 Aprile 1303, per me maestro Girolamo chomposta questa materia » ; mais la datation ne peut pas être aussi ancienne : plusieurs arguments portent à croire que sa composition se situe dans les dernières décennies du xve siècle (cf. à ce sujet R. Ankli, « Un problema di attribuzione sempre aperto : il Ciriffo Calvaneo », in Testi, cotesti e contesti del franco-italiano. Atti del Io simposio franco-italiano, Bad Homburg, 13-16 aprile 1987, edd. G. Holtus – H. Krauss – P. Wunderli, Tübingen, Max Niemeyer Verlag, 1989, pp. 259-304). Il existe aussi un fragment du LPA, conservé dans le ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Mediceo-Palatino 186 ; il ne compte que deux quinions, dont le premier est acéphale, pour un total de 18 feuillets (numérotés deux fois : de 133 à 150 au centre de la marge supérieure ; de 295 à 312 en haut à droite). L’édition critique du roman est en cours de préparation par mes soins.

2 Les références à l’oeuvre d’Andrea da Barberino, mentionnée comme le « Libro del Nerbonese », sont au moins trois : fol. 34r (« E densi pella più gente bench’e libro del Nerbonese non ne parli apertamente, per non tôrre la fama a Ghuglielmo di Nerbona, che amazzò un serpente, chome chiaro si dice e si sa anche in queste vie e in questi asprissimi diserti tra Ί mezo della zona chalda e ffredda, coè tra mezodì e tramotana, inverso le parte setantronale, che Ί Povero un dì amazassi un gran serpente »), 222r, (« Lionetto di Cipri morto pelle mani del Povero, chome chontiene nel libro del Nerbonese »), 240v (« Ma richordasi perché nelle predette ghuerre disgraziatamente fu morto el Povero, chome appare nel ultimo libro del Nerbonese »).

3 La question a déjà fait l’objet d’un article, auquel je me permets de renvoyer : P. Moreno, « Il Ciriffo Calvaneo dei fratelli Pulci e il Libro del Povero Avveduto », in Convergences médiévales. Épopée, lyrique, roman. Mélanges offerts à Madeleine Tyssens, éd. N. Henrard, P. Moreno et M. Thiry-Stassin, Bruxelles, De Boeck, 2001, pp. 357-366.

4 M. Tyssens, « Poèmes franco-italiens et Storie Nerbonesi. Recherche sur les sources d’Andrea da Barberino », in Testi, cotesti e contesti delfranco-italiano, cit. pp. 307-324.

5 Les manuscrits vénitiens VI (Venezia, Biblioteca nazionale di San Marco, fr. xix) et V2 (Venezia, Biblioteca nazionale di San Marco, fr. xx) suppriment, en effet, un grand nombre de laisses en correspondance des épisodes ayant pour protagoniste le Povre-veü : les raisons ne sont pas liées à une volonté d’amoindrir le rôle joué par ce personnage, mais par des contraintes internes au poème, qui est le résultat de la juxtaposition de deux continuations à la chanson originale (cf. P. Moreno, La tradizione manoscritta del ‘Foucon de Candie’. Contributo per una nuova edizione, Napoli, Liguori, 1997, pp. 107-159).

6 C’est très vraisemblablement des Nerbonesi que les frères Pulci se sont inspirés, faisant du Povero Avveduto le frère de lait de Ciriffo Calvaneo, cf. Moreno, La tradizione manoscritta del ‘Foucon de Candie’, cit., pp. 297-307.

7 Cf. l’édition établie par mes soins en appendice, sous le no 3.

8 Cf. Table 1.

9 A. Da Barberino, Le Storie Nerbonesi, éd. I.G. Isola, 2 voll., Bologna, G. Romagnoli, 1877-1887, vol. I, pp. 353-358 (Libro III, cap. xxii). Cf. la reproduction en appendice, sous les nos 1 et 2.

10 Ibid., p. 340.

11 Ibid.

12 Cf. Table 2.

13 1) LPA ne nomme pas le fils de l’empereur Constantin, mais il y fait allusion ; 2) selon le LPA Buovo d’Antona n’a que deux fils, Guidone di Chiaramonte et Sinibaldo di Fratta, alors que Nerb. nomme aussi Guglielmo ; 3) selon le LPA Sinibaldo di Fratta a quatre fils, dont le dernier s’appelle Ghuerrino, qui meurt jeune sans héritiers ; pour Nerb. Sinibaldo a un fils, Guerino, dont naissent quatre enfants : Gherardo da Fratta, Bernardo di Bellanda, Milione Alamanno et Guerino di Provenza ; dans Nerb. il y a donc une génération de plus, où le père (Guerrino) et un des fils (Guerrino di Provenza) ont le même nom : la confusion dans LPA peut être aisément expliquée comme un « saut du même au même » dans la généalogie ; 4) LPA dit que Guerino (Guerrino di Provenza selon Nerb.), le fils de Sinibaldo, meurt jeune, tandis que dans Nerb. on dit qu’il a un fils, Ugo, et un petit-fils, Buoso da Vernia ; 5) LPA ne s’arrête pas sur la branche Chiaramonte, alors que Nerb. consacre une bonne partie de la généalogie aux descendants de Guidone di Chiaramonte ; 6) LPA appelle Gualtieri d’Amulione le fils d’Arnaldo di Bellanda, nommé Guiciardo di Puglia dans Nerb. ; 7) LPA dit que Guiciardo (le fils de Gherardo da Fratta) n’a pas d’enfants, alors que Nerb. lui attribue un fils, nommé Gherardo : là aussi, la coïncidence des deux noms a pu tromper l’auteur du LPA ; 8) l’aïeul des Aymerides est appelé Bernardo di Tremognia dans le LPA, Bernardo di Belanda dans Nerb.

14 LPA, ms. Firenze, Biblioteca Laurenziana, Pluteo 44,30, f. l0r.

15 A. Da Barberino, Le Storie Nerbonesi, cit., vol. I, pp. 336-337 (Libro III, cap. xviii).

16 Cf. Table 3.

17 LPA, ms. Firenze, Biblioteca Mediceo Laurenziana, Pluteo 44,30, fol. 11.

18 Il y a toutefois deux inversions : entre Ugone et Dionigi et entre Parigino et Arnaldo. La même liste de noms, bien qu’incomplète, paraît encore une fois dans les Nerbonesi (mais l’ordre est toujours le même, du moins dans le manuscrit pris comme base pour l’édition de I.G. Isola) : cf. A. Da Barberino, Le Storie Nerbonesi, éd. cit., vol. II, p. 146 (Libro VI, cap. i).

19 La main qui a écrit dans la marge, bien qu’aussi ancienne, semble différente de la main principale du manuscrit. Par ailleurs, cette main paraît la même que celle ayant inséré plusieurs fois « Cirifo » dans l’interligne, à côté du nom « Chalvaneo », généralement employé seul par le copiste principal, ainsi que quelques notes précisant l’identité de certains personnages. Cf. Appendice 1, num. 3, note 22.

20 C’est un des aspects les plus caractéristiques de la tradition italienne de la matière chevaleresque ; cf. à ce sujet M. Villoresi, La letteratura cavalleresca. Dai cicli medievali all'Ariosto, Roma, Carocci, 2000, pp. 72-74.

21 P. Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, p. 82.

22 Pour cette édition, j’ai respecté la graphie du manuscrit, en insérant ponctuation, majuscules et signes diacritiques selon l’usage moderne. Les mots raturés dans le manuscrit ont été reproduits en note de bas de page, entre crochets renversés (>...<) ; les intégrations figurant dans l’interligne ou dans les marges — imputables probablement à une deuxième main — sont transcrites entre deux crochets verticaux (^...^). Les leçons rejetées sont signalées dans les notes de bas de page, après la mention « Ms. : » ; mes intégrations paraissent entre crochets, dans le texte (<...>). Pour la distinction entre les mains, voir supra, note 19.

23 Ms. : voltassi ^acirifo^ chalvaneo.

24 Ms. : edisse ^Pacirifo^ chalvaneo.

25 Ms. : pardre.

26 Ms. : fuore.

27 Ms. : aidetto ^cirifo^ chalvaneo.

28 Ms. : che ^cirifo^ chalvaneo.

29 Ms. : a ^cirifo^ chalvaneo.

30 Sic.

31 Ms. : volote.

32 Ms. : nome>arnaldo dibellanda<ghuerrino.

33 Ms. : ghuerrino ^sop(r)anome^ meschino.

34 Ms. : il padre^ e lla madre^.

35 Ms. : namerighetto ^recharllo^ sopra.

36 Ms. : gentile Irre.

37 Ms. : cera ^grifagna^ none.

38 Ms. : nel.

39 Ms. : nome ^guerrino^ dellansidonia.

40 Ms. : qu^a^ndo.

41 Sul margine esterno della pagina vengono declinati verticalmente i nomi dei nove altri fratelli di Namerighetto (il segno indica il passaggio al rigo seguente) : e-sechondo mill el 1/3 atterra el 1/4 ferran el 1/5 rinier el 1/6 ughone el 1/7 dionig el 1/8 alorin el 1/9 parigi el 1/10 arnal.

Table des illustrations

Titre Table 1 LPA
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6693/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Table 2 Nerbonesi, III, 22
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6693/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Table 3 LPA
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6693/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search