Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

Les représentations de l’empereur Khoubilai Khan dans les manuscrits français du Devisement du monde de Marco Polo

Philippe Ménard

Texte intégral

  • 1 Voir Marco Polo, Le Devisement du Monde, éd. publiée sous la direction de Ph. Ménard, Genève, Droz, (...)
  • 2 Les sigles désignent les mss. suivants : Paris, BNF, fr. 5631 (A1) ; Paris, BNF, fr. 2810 (A2) ; Pa (...)
  • 3 La scène de remise de la tablette d’or au fol. 59v (voir planche 1 bis) est atypique et déforme com (...)
  • 4 Le ms. D (Bruxelles, Bibliothèque royale, 9309) possède une enluminure initiale où ne figure que Ma (...)

1Dans la version française du Devisement du Monde de Marco Polo l’empereur de Chine Khoubilai Khan occupe une place si importante que plusieurs manuscrits de la famille B donnent à l’ouvrage le titre de Livre du Grant Caam1. Il serait utile d’engager une enquête iconographique, d’étudier les représentations du souverain, de chercher à en comprendre les divers détails (ils ne sont pas toujours simples et faciles d’interprétation), de comparer ces images aux portraits officiels encore conservés aujourd’hui en Extrême-Orient. Dans la masse des illustrations je ferai ici une sélection des miniatures les plus instructives. J’ai choisi deux thèmes proches : d’une part l’arrivée de la famille Polo devant le souverain et d’autre part la remise de la tablette d’or au moment du départ de Chine. Les mss. A3 et A4 ont une peinture pour le premier sujet, et non pour le second2. Le deuxième thème se rencontre dans quatre manuscrits : A2, B1, B2 et C3. Je laisserai de côté cette scène dans le ms. B1 : Khoubilai n’est pas très heureusement représenté et une énorme méprise défigure la scène3. Pour l’étude de ce codex il est plus satisfaisant de choisir le premier thème. Cela permet aussi de mettre en parallèle trois manuscrits pour chacun des deux thèmes. Pour le manuscrit Al dépourvu des deux types d’images énumérées, j’examinerai la peinture initiale où figure le souverain. Au total, sur les huit copies enluminées parvenues jusqu’à nous, sept manuscrits seront pris en compte4. La proximité ou l’identité des sujets permettra de mieux apprécier l’inspiration et la technique de chaque peintre. Autant que faire se peut, les manuscrits seront présentés dans un ordre approximativement chronologique.

  • 5 Voir à ce sujet D.J.A. Ross, in Scriptorium, VI, 1952, pp. 63-65 et R.H. Rouse and M.A. Rouse, Manu (...)
  • 6 Nous avons imprimé par erreur 36 dans notre édition, p. 43. C’est l’occasion de rectifier.

2Le codex le premier en date (c’est celui que nous publions dans notre édition) est le manuscrit de Londres (British Library, Royal 19 D 1, sigle B1). Il a sans doute été écrit à la fin du premier tiers du xive siècle, peu après 13335, et il a été enluminé à Paris. Premier programme iconographique de trente-huit peintures6, à vrai dire de faible intérêt esthétique. À regarder ces enluminures, assez ordinaires, du style gothique international, on a rarement l’impression de se trouver en Asie.

3Sans trop m’attarder sur ce codex, je présente le folio 61 (planche I). Les deux frères Polo et le jeune Marco arrivent devant le souverain de Chine. Le texte déclare : « Ci dit le. xiiii. chapitre comment mesire Nicole et mesire Mafe et Marc alerent devant le Grant Caan. » Le miniaturiste ne dépeint, toutefois, que les deux frères et oublie Marco. Sans doute il n’a pas assez de place pour représenter le jeune homme. La taille modeste des enluminures et le petit espace disponible ne lui permettaient sans doute pas de représenter les trois voyageurs. C’est une raison qu’il faut parfois invoquer pour rendre compte des différences entre l’illustration et le texte.

4Notons qu’ici le Khan a une tête oblongue, étrangère au type morphologique des Mongols. On excusera naturellement l’artiste. Le siège sur lequel le prince est assis est curieux : il ressemble un peu au siège curule des Romains. On ne voit pas de dossier. Deux énormes têtes de chien sont sculptées en haut des pieds et tiennent lieu d’accoudoirs. Cela dorme une impression d’étrangeté, mais cet effet reste encore modeste. Les deux Polo sont à genoux. Ils tiennent les mains jointes, dans une attitude de vénération et de soumission. Ils ont une tenue de voyage : longue robe avec capuchon rabattu en haut du dos. Le souverain a une jambe croisée, très haut en l’air ; ce qui lui donne une posture peu digne. Il porte un collier de barbe, mais sa tête est dépourvue de cheveux. Elle paraît chauve. Si je ne m’abuse, un timide effort d’exotisme est visible ici. Ce n’est pas fréquent dans ce manuscrit.

5Il faut convenir, toutefois, que la technique un peu froide du peintre, quels que soient les sujets, ne lui permet guère de susciter poésie ou dépaysement. Les scènes ne nous font presque jamais quitter le monde occidental. Le premier enlumineur est un peu décevant. On ne sent chez lui ni vibration intérieure ni recherche de couleurs surprenantes ni début de rêverie face à au monde immense de l’Asie. Il faudra attendre plusieurs décennies pour trouver dans les illustrations du texte de Marco Polo quelque mystère et un certain souffle poétique.

  • 7 M.G. Pauthier Le Livre de Marco Polo, Paris, Firmin Didot, 1865 (réimpr. par Slatkine, Genève, 1978 (...)
  • 8 Voir Marco Polo, Le Devisement du Monde, éd. Ménard cit., vol. III. L’Empereur Khoubilai Khan, éd. (...)

6Une image assez réussie sert de frontispice au manuscrit fr. 5631 de la Bibliothèque nationale de France (sigle A1), de la deuxième moitié du xive siècle, le meilleur manuscrit de la famille A, qui ne possède, cependant, que deux illustrations au total. Au xve siècle ce codex a appartenu au duc de Berry, qui possédait plusieurs manuscrits du texte de Marco Polo. Il a jadis été publié par M.G. Pauthier7. Au frontispice (fol. 3) l’enluminure d’ouverture ne manque pas de force expressive, malgré l’importance du gris clair et du gris-vert foncé (planche ii). On y voit le Khan debout sur une plate-forme portée par plusieurs éléphants. La posture du souverain le rend plus impressionnant que s’il était assis. Le peintre représente un passage qui, loin d’être situé au début du texte, se trouve en plein milieu du récit lorsqu’il est fait mention des chasses du Khan (ch. 92, 58-62). On nous dit alors que le Grand Seigneur se déplace grâce à quatre éléphants sur lesquels il a fait placer « une belle chambre en bois », couverte à l’intérieur d’étoffes d’or battu et à l’extérieur de peaux de lions8. Le texte et la miniature témoignent de la puissance du souverain et aussi de sa singulière manière de se déplacer. Par les éléphants, étrangers au monde occidental, l’image est porteuse d’étrangeté. Le long sabre recourbé brandi par le Khan est une sorte de menace permanente à l’égard de ceux qui songeraient à se révolter. Un groupe de soldats à cheval le précède, tenant lances, hallebardes et pertuisanes. Un fanion flotte au vent. Tout cela crée un climat de force guerrière et marque la puissance redoutable du personnage. Du haut de la plate-forme l’empereur domine le monde extérieur. Nul ne peut lui nuire, nul n’est son égal. La couleur pourpre du fond suggère peut-être que le sang pourrait couler si l’on osait contester le pouvoir du maître de la Chine. Sans le savoir, le peintre retrouvait une des couleurs impériales de la Chine ancienne. L’artiste qui a inventé cette scène ne manquait ni d’imagination, ni du sens de la mise en scène. Un indéniable exotisme est présent dans cette peinture suggestive. Nous l’avons choisie pour la couverture du tome I de notre édition de Marco Polo.

  • 9 Une erreur est commise par le Catalogue, qui déclare : « Les deux frères reçus par Barkhai Khan » ( (...)

7Le manuscrit de la Pierpont Morgan Library M 723 (sigle A4) de New York, dont je présente maintenant une illustration est certainement de la deuxième moitié ou de la fin du xive siècle. Le catalogue de la bibliothèque, que l’on peut consulter sur le web (site : corsair.morganlibrary.org), déclare avec une fausse précision qu’il date de 1375-1399. Il a été vendu à l’hôtel Drouot en 1927 par la famille La Rochefoucauld et acheté par un mandataire de Pierpont Morgan. Il possède trente-quatre dessins en grisaille, rehaussés de quelques couleurs, qui ne sont pas aussi surprenants que le déclare le Catalogue. Ils relèvent d’un art assez simple, au dessin rapide, aux couleurs sommaires, où prédominent les teintes grises. Dans ce codex on dénombre sept dessins représentant Khoubilai Khan. J’en donnerai ici un seul, à savoir la peinture de l’arrivée des deux frères Polo devant le Khan lors de leur premier voyage (planche III)9 au folio 73v. Il n’y a pas dans ce manuscrit d’illustration de l’arrivée des voyageurs accompagnés de Marco devant le Khan (fol. 77). Il n’y a pas non plus d’enluminure de la remise de la tablette d’or au terme du premier (fol. 74v) ou du second voyage (fol. 80v).

  • 10 Voir le ms. B1 (Londres, British Library, Royal 19 D 1), fol. 59v, et ici les remarques faites dans (...)

8La rubrique placée sous l’illustration dit simplement : « Comment les. II. freres vindrent au Grant Kaan ». Matteo et Niccolò ont presque ici une tenue de frères franciscains. À vrai dire, la longue robe grise est susceptible de plusieurs interprétations. Il doit s’agir plutôt d’un manteau de voyage muni d’un chaperon. Autour de la taille on voit une ceinture, et non une cordelière. Il n’y a pas non plus de tonsure sur la tête des personnages. Ne parlons pas d’erreur de l’enlumineur. La tenue des personnages n’est pas aussi marquée que dans le ms. B110. Il s’en faut de beaucoup. À mon avis, les deux frères n’ont nullement ici un vêtement religieux. C’est une fausse impression. On a affaire à deux laïcs. Nous sommes dans un univers de grisaille. Tous les personnages ont des tenues plus ou moins grises dans les illustrations de ce manuscrit.

9Le Grand Khan se tient debout. Il porte une tunique ocre, fendue sur le devant à hauteur des cuisses. Du haut des épaules jusqu’au mollet pend une longue bande d’étoffe. Une ceinture souple entoure sa taille, ornée d’un nœud souple sur le devant. On voit par dessous la tunique une longue robe grise. Sa barbe, volumineuse, avec deux grosses touffes qui descendent jusque sur la poitrine, vise à donner au personnage à la fois un aspect oriental et une dignité majestueuse. Elle est à la mesure de son pouvoir sur l’immense empire qu’il régit. Un couvre-nuque tombe sur ses épaules. Une discrète recherche d’exotisme est visible ici. Un chapeau pointu et comu (orné d’une couronne indiquant le rang du personnage) va vers l’arrière. Il est aussi un signe. C’est souvent sur la tête des personnages que se marquent leur statut social et leur appartenance à un monde étranger, voire à un monde lointain.

  • 11 Le catalogue de la Pierpont Morgan Library déclare à propos des enluminures : « They are neat, but (...)

10Nous nous trouvons dans une esthétique qui ne recherche pas les grands effets, qui semble assez neutre, dénuée de frémissements et d’éclat. Les images de ce manuscrit ne brillent pas par leur puissance évocatrice. Elles sont un peu grises, un peu temes, un peu froides. L’artiste ne vibre pas. La prédominance des gris en est une illustration. Le petit nombre de personnages aussi. Sans être vraiment médiocre, cet art ne parle pas profondément à la sensibilité. Il reste simple11.

  • 12 Sur la date de ce ms. et ses peintures attribuées à un peintre anglais (Johannes) et à son équipe j (...)
  • 13 Mme C.W. Dutschke a soutenu que B2 recopiait B1 dans un article « The Truth in the Book : The Marco (...)

11Évoquons maintenant un manuscrit du début du xve siècle : le ms. Bodley 264 (sigle B2) de la Bodleian Library d’Oxford. Ce codex, composé vers 1400-141012 possède trente-huit miniatures, comme le ms. B1, auquel il est étroitement apparenté13. Il s’agit d’un ms. écrit et enluminé en Grande-Bretagne. Sept illustrations représentent le Grant Khan. Elles ne sont pas les plus intéressantes du codex. J’en présente deux pour qu’on puisse voir les différences dans le traitement du personnage.

12D’abord le départ de Chine des deux frères Polo au terme de leur premier voyage. Nous sommes au folio 219 du manuscrit (planche IV). Regardons le portrait de l’empereur. Il est assis sur un trône majestueux, assez large, de couleur gris clair et il remet lui-même une tablette d’or de commandement (elle ressemble à un gros livre) aux trois envoyés, qui sont les deux frères Polo et un baron mongol qui les accompagne. Aucune différence morphologique entre les personnages. Point de visage oriental. On pourrait même se demander si l’artiste, contrairement à ce que dit le texte, n’a pas voulu représenter les trois Polo. En pareil cas le jeune Marco serait peint en vert à l’arrière.

13La robe du souverain, d’un puissant bleu d’outremer, fourrée d’hermine, a une ampleur prodigieuse, et elle descend jusqu’aux pieds. La très longue barbe blanche qu’il porte est évidemment un symbole d’autorité et d’appartenance à l’Orient. Un curieux chapeau rouge, assez haut, nanti d’une couronne, vise à donner aussi une touche d’exotisme à la scène. Il n’est jamais facile pour un peintre d’imaginer l’empereur d’un pays lointain dont il ne connaît rien. Le texte ne lui était d’aucun secours. Sans montrer un talent exceptionnel, il s’est tiré honorablement d’affaire. Certes, les personnages à l’arrière-plan n’ont pas un aspect étranger. Le Khan lui-même a un visage occidental. Mais il ne faut pas trop demander en ce domaine à l’artiste.

14Autre scène dans le même manuscrit, pour apprécier les constantes et les variations. Au folio 237 (planche v) nous sommes au début de la deuxième partie du récit, dans le chapitre consacré à Khoubilai, à son portrait physique, à ses femmes et à ses concubines. L’artiste ne s’inspire ni du texte qui le précède, ni du texte qui suit. On a affaire à une scène de remise de présents à l’empereur. Il faudrait peut-être dire remise de tributs. Il en est question bien plus loin dans le récit. On peut se demander si les trois personnages présents, le premier agenouillé, les autres debout, vêtus d’habits somptueux fourrés d’hermine, ne seraient pas les trois Polo. Quoi qu’il en soit, ni devant l’empereur, ni derrière, les visages des gens n’ont rien d’oriental.

15Le Khan est assis sur un trône monumental, recouvert d’une splendide étoffe de couleur vermeille, surmonté d’un baldaquin. Deux gardiens, de chaque côté, à l’arrière, montrent leur tête et veillent sur le souverain. L’empereur a toujours à la taille cette curieuse ceinture large, épaisse et dorée qui ressort sur ses habits et que l’on a déjà vue dans la miniature antérieure. C’est un détail répété, de même que la couleur bleu profond de la robe du souverain. L’importance du siège, sa largeur, le dais qui le surmonte, la très noble étoffe qui le recouvre, le couvre-chef en pointe, orné, en outre, d’une couronne, la ceinture sans doute faite de plaquettes d’or, tout suggère la richesse fabuleuse du Khoubilai. Il prend le curieux vase au long pied et au couvercle pointu qui lui est offert. Il recevra d’autres pièces d’orfèvrerie puisque des visiteurs tiennent entre leurs mains de précieux objets. Cet empereur ne donne rien. Il prend, il reçoit, il est l’objet de marques de vénération et d’admiration.

16La permanence de certains motifs (longue barbe, bleu de la tunique, grosse ceinture dorée, couronne) s’unit à certains changements : ici l’empereur était tourné vers notre droite, là vers notre gauche ; ici le trône est en bois, recouvert d’une étoffe somptueuse, là il paraît en pierre ou en marbre ; ici un personnage plie le genou, là trois personnages sont agenouillés. Il y a donc des variations dans le traitement de ces scènes voisines.

  • 14 Pour les artistes qui ont peint ce ms. je renvoie à l’étude de F. Avril dans Marco Polo, Le Livre d (...)
  • 15 L'ex libris du duc de Berry est encore visible, malgré le grattage, à la fin du volume : voir la re (...)

17Occupons-nous maintenant d’un manuscrit très célèbre de la première décade du XVe siècle, le ms. fr. 2810 de la Bibliothèque nationale de France, illustré par de très grands artistes (ms. A2). Il possède quatre-vingt quatre miniatures du texte de Marco Polo. Il a été enluminé par plusieurs artistes14. Le commanditaire est le duc de Bourgogne, Jean sans Peur. Le ms. a été offert au duc de Berry aux étrennes de janvier 141315. Il est donc légèrement antérieur à cette date. Sauf erreur, je dénombre dans ce manuscrit quinze peintures du Grand Khan. Il serait intéressant d’étudier les diverses variantes dans les représentations du Grand Khan. La place manque pour le faire ici. Je me contenterai de présenter et de commenter une seule image représentative de l’art des enlumineurs de ce manuscrit.

18Regardons au folio 3v (planche VI) la scène de remise de la tablette d’or servant de sauf-conduit aux deux frères Polo lors de leur départ de Chine à la fin de leur premier voyage. La tablette ici est assez grande. Laissons de côté les deux Polo, vêtus de robes blanches et de cottes rouges, chaussés de bottes rouges et enfin parés de ceintures rouges. L’artiste aime la douceur des teintes laiteuses et aussi les accords de couleurs. Le Khan est habilement dépeint. On remarquera la teinte rouge bordeaux du bois du siège, le haut dossier bleu-noir, le coussin doré sur lequel reposent ses pieds, la barbe fournie à deux pointes, et surtout le couvre-chef extraordinaire, tout doré, qui orne sa tête. C’est une sorte de casque à pointe, pourvu d’une longue visière et d’une couronne royale. Le personnage a fière allure. La couleur dorée revient comme un leitmotiv : autour du col, autour des manches, sur le coussin, autour du cou du serviteur, au-dessus de ses genoux, enfin sur la tablette elle-même. Cette teinte confère à la scène richesse et faste. La couleur, toutefois, reste discrète. Elle ne s’étale pas impunément. Le doigt levé suggère les ordres donnés aux deux Polo, envoyés vers le Pape. Un effort très réussi d’exotisme se voit aussi dans la tenue de l’auxiliaire au bonnet pointu, à la robe coupée par des pans, aux hauts de chausse dorés, aux bas de chausse blancs. Naturellement tout est inventé dans ces tenues. Par la composition harmonieuse, la variété des couleurs, l’habileté du dessin, l’artiste donne à la scène une poésie immanente. Il sait aussi montrer de manière suggestive une scène d’intérieur en coupant habilement une cloison. L’ensemble est du grand art.

19Deux manuscrits du xvie siècle méritent enfin d’être examinés. L’un est le ms. 3511 de la Bibliothèque de l’Arsenal (sigle A3), qui date de la fin du xve siècle ou du début du xvie siècle. Il n’a qu’une miniature en frontispice au folio 2 (planche VII). C’est une illustration ample, voire monumentale, de bonne qualité. La scène est emplie de personnages. Le souverain a une taille gigantesque. Comme il est le plus important, il domine tous les autres, selon un vieux principe esthétique du Moyen Âge. Il se trouve au centre, assis sur un trône élevé, surmonté d’un dais en forme de tente, d’où descend une splendide étoffe, rouge à l’endroit, verte et étoilée à l’envers. On voit les deux frères Polo, un genou à terre, devant le souverain. Ils le saluent, le chapeau à la main, à la façon des hommes de la Renaissance. Nous assistons à la première audience donnée aux voyageurs étrangers. Laissons de côté la foule des courtisans qui entourent l’empereur. Relevons simplement les couvre-chefs orientaux des hommes. Remarquons la tenue exotique du souverain imaginée par l’artiste. Serait-ce un habit inventé ou un costume turc ? Je pencherai pour la seconde interprétation. Sur la tête, un turban qui dessine trois lobes (il est attaché par des bandelettes dorées, passant sous le menton et, sur le côté, flottant au vent). A la ceinture, un pan d’étoffe blanche forme un ample nœud sur le devant. Une somptueuse tunique bleue aux étoiles d’argent, largement ouverte, laisse voir des bottes rouges ornées en haut d’une bande bleue. On devine une fourrure d’hermine, à l’intérieur de la tunique. Les pieds du Khan reposent, non point sur le sol (cela manquerait de dignité pour une scène d’intérieur), mais sur un support recouvert d’un précieux tapis. Un grand homme se distingue des autres par l’endroit où il pose les pieds.

  • 16 Voir J. Paviot, Les ducs de Bourgogne, La Croisade et l'Orient, Paris, Presses de l’Université de P (...)

20L’empereur porte la barbe : autre touche orientale. Il tient une lettre dans la main droite. Je pense qu’il s’agit d’une missive reçue du Pape, et non de la lettre qu’il envoie au Souverain Pontife. Ici l’artiste a condensé les deux voyages en une seule et même scène, sans toutefois faire place à Marc. La seule illustration du manuscrit résume en elle l’essentiel de la mission assignée aux Polo lors du second voyage. Ils sont devenus les ambassadeurs du Pape. Au terme de leur second voyage ils apportent à l’empereur de Chine un message du chef de la chrétienté. La multiplicité foisonnante des personnages secondaires (j’en compte une vingtaine), l’élévation du souverain, la richesse de sa tenue, tout cela crée une impression de profond dépaysement. On se trouve dans un autre monde, dans un Orient riche et somptueux. À la fin du Moyen Âge on connaît les Turcs. Par rapport au début du siècle, la situation a complètement changé. On sait comment ils sont vêtus. Des Chrétiens ont rencontré des Sarrasins en Terre Sainte, d’autres des Mamelouks au Caire, certains ont pénétré dans l’Empire ottoman16. D’où la touche plus vive de couleur locale dans la peinture faite ici d’un souverain d’Asie.

21Un dernier manuscrit, plus tardif (il est peut-être des années 1520-1530) appelle un bref commentaire, à savoir le ms. 5219 de l’Arsenal (sigle Ci), pourvu d’une très vaste série de 197 miniatures. Chaque chapitre est précédé d’une illustration. Si j’ai bien compté, dix-huit miniatures représentent Khoubilai Khan. Malgré leur date tardive, elles ne manquent pas d’intérêt. Je m’en tiendrai ici au départ définitif de la famille Polo et à la remise de la tablette d’or (fol. 17v). Il s’agit, en fait, du chapitre 14 du texte de la version française, quoi que dise la rubrique de ce manuscrit (planche viii). Le chapeau du souverain (sommet rouge en pointe, avant fourré d’hermine, qui se relève en pointe) offre le même dessin qu’au folio 15 lors de l’arrivée des Polo devant le Khan. C’est la seule curiosité, le seul trait d’exotisme de la scène.

22Autres détails qui se retrouvent identiques dans les deux peintures : l’étoffe bleue recouvrant de part en part le siège du souverain, ou bien les trois Polo à genoux les uns derrière les autres, le jeune Marco se trouvant au troisième plan et paraissant ici un jeune homme (à l’arrivée il semblait un jeune enfant, car il était nettement plus petit). Les habits de la famille Polo sont semblables dans les deux scènes. Les voyageurs tiennent poliment leur bonnet à la main. L’artiste a tenu à maintenir un certain nombre d’éléments reconnaissables. En revanche, la tenue du Grand Khan a changé. Le souverain était vêtu de gris au folio 15, maintenant il a des habits de couleur ocre foncé. Il ne porte plus des bottes rouges comme au folio 15. Il tient lui-même à la main la table d’or de dimensions moyennes (pour la taille elle ressemble à un livre in-8°) qu’il va remettre aux Polo. D’autre part, la tapisserie placée à côté du Khan constitue une nouveauté. Il y a donc à la fois permanence pour l’essentiel et un certain renouvellement dans le détail. L’effort d’exotisme est réduit. Le Khan a un visage tout à fait occidental. La personne qui l’entoure aussi. Mais le chapeau de l’empereur est fait pour nous dépayser et pour suggérer un pays lointain. Cet élément suffit-il à lui seul ? J’en doute.

  • 17 Reproductions dans Masterpieces of Chinese Portrait Painting in the National Palace Museum, Taipei (...)

23Après ce survol des manuscrits à peintures du Moyen Âge, on peut regarder, à titre de comparaison, les portraits authentiques de Khoubilai Khan conservés autrefois à l’intérieur du palais impérial de Pékin, puis transportés à Nankin et dans le Sichuan pendant la guerre sino-japonaise et durant la guerre civile, et enfin amenés à Taiwan en 1947, avec d’autres trésors, pour qu’ils échappent au pouvoir communiste. Deux portraits de Khoubilai se trouvent aujourd’hui au National Palace Museum de Taipei17. Je les présente dans l’ordre présumé de création.

24D’abord la scène de chasse (planche ix), qui est datée de 1280. Elle est l’œuvre de Liu Guandao, peintre connu de l’époque Yüan. La date vient de l’inscription placée sur le portrait qui déclare : « Respectueusement peint par le Préposé à l’Office de la Garde-Robe impériale, Liu-Kuan-Tao, dans la dix-septième année de Chih-yüan ». L’ère nouvelle de la dynastie Yüan aurait commencé en 1263-1264. D’où l’équivalence avec notre année 1280.

  • 18 A. Jing, « The Portraits of Khubilai Khan and Chabi by Anige (1245-1306). A Nepali Artist at the Yu (...)

25Cette peinture complexe à trois étages traduit bien les réalités et les goûts du temps. En haut dans le fond, cheminant à travers un désert, une caravane de chameaux. Elle rappelle l’origine mongole du souverain. La scène se passe en plein désert. Au milieu, un groupe de chasseurs entourant Khoubilai et l’impératrice Chabi. À vrai dire, le souverain, engoncé dans des vêtements de cérémonie, semble un spectateur plutôt qu’un chasseur. Il n’a aucune arme, en effet, ce qui est révélateur. En 1280 il avait 65 ans, âge avancé pour l’époque. L’impératrice semble aussi une spectatrice. Chabi ne semble pas avoir de vêtement de fourrure comme son royal époux. Khoubilai porte un manteau fourré d’hermine, avec au col et au bout des manches une fourrure noire, sans doute de la zibeline, par dessus le somptueux vêtement impérial de couleur pourpre qui l’enveloppe. Il a des bottes de la même couleur pourpre, ce qui confère à sa tenue une belle harmonie de teintes. La scène se passe en hiver : en effet, le souverain cache ses mains dans sa fourrure de zibeline. Sa corpulence est imposante, voire inquiétante. Il ne suffit pas de dire qu’il paraît robuste, comme le font certains commentateurs18. L’abus de la bonne chère lui donne un aspect volumineux. Il est dépourvu de barbe et porte seulement une petite moustache. L’apparence du personnage ici est curieuse car elle contraste avec le portrait en buste où Khoubilai a un collier de barbe autour du visage et au-dessous du menton une barbe courte à deux pointes.

  • 19 Ni Marco Polo, ni Odoric de Pordenone n’en parlent.

26À côté de l’empereur se trouvent plusieurs chasseurs. Tout le monde regarde dans la direction de l’archer mongol qui bande son arc et s’apprête à décocher une flèche à un oiseau qui tourne dans le ciel. À la droite de Khoubilai se trouve un Mongol, pourvu d’un imposant carquois, d’où dépassent de longues flèches Il tient replié sous son bras gauche un ample drapeau blanc. Ce fanion doit servir à arrêter la partie de chasse sur l’ordre du souverain19. De l’autre côté un immense Noir vêtu de rouge brandit une sorte de baguette recourbée. Tous les regards sont tournés vers le ciel.

27Les cinq cavaliers qui se trouvent au-dessous du groupe central ont des postures et des fonctions diverses. Deux portent des oiseaux de proie sur le poing. Le troisième chasseur tient par une corde un guépard derrière lui, sur son cheval.

  • 20 Voir H. Yule, The Book of Ser Marco Polo, nouv. éd., 2 vols, London, Murray, 1903, vol. I, p. 398 ( (...)

28Dans son Devisement du Monde Marco Polo évoque les guépards apprivoisés (qu’il appelle des léopards, liepars, ch. 91) dans les chasses du Grand Khan20. À droite, deux cavaliers ont de hautes perches, au sommet desquelles apparaissent des crins blanc ou noirs. Ce sont sans doute des bannières mongoles.

  • 21 Jing, The Portraits of Khubilai Khan and Chabi by Anige, cit., p. 53 et planche I. Selon le critiqu (...)
  • 22 A. Mostaert, « À propos de quelques portraits d’empereurs mongols », in Asia Major, IV, 1927, pp. 1 (...)
  • 23 Gengis Khan est vêtu d’une semblable tunique dans le portrait conservé à Taipei. L’image de Gengis (...)

29Terminons maintenant avec le portrait bien connu de Khoubilai (planche X), auquel on attribue la date de 1294, dernière année de la vie du Khan, et qui serait l’œuvre d’un artiste népalais, Anige21. L’empereur paraît toujours corpulent. Il a le visage rond (comme les gens de son pays), les yeux fendus en amande, les cheveux liés en fines nattes derrière l’oreille, selon l’usage habituel des Mongols22. Une calotte couvre sa tête. Ce visage ne ressemble nullement à celui des autres souverains, dont nous voyons le portrait sur le site chinapage.com/emperor. Nous avons, semble-t-il, le droit de parler du réalisme de cette image, même si l’habit est conventionnel et la posture traditionnelle23.

30Quelques mots de conclusion. Entre les images occidentales et les portraits officiels faits du vivant de Khoubilai il n’y a rien de comparable. Les divergences et les écarts sont considérables. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. Comment des portraits inventés pourraient-ils ressembler au réel ?

31Aucun des peintres occidentaux ne semble s’être inspiré d’un enlumineur antérieur du texte de Marco Polo. Il y a une complète indépendance entre les artistes. Les peintres des manuscrits du xve siècle ne semblent pas avoir connu les illustrations des miniaturistes du xive siècle.

32La couleur locale et la recherche de l’exotisme sont pour nous aujourd’hui des problèmes importants. Au Moyen Âge aucune image de Chine n’était passée sous les yeux des artistes occidentaux. Il en résulte une totale liberté d’invention pour représenter l’empereur de ce pays lointain. Les deux détails qui reviennent avec insistance et servent à créer une impression d’étrangeté et d’éloignement dans l’espace sont d’une part le port de la barbe, et d’autre part la présence d’un couvre-chef surprenant sur la tête. Pour ce qui est de l’habillement, seuls les artistes les plus doués tentent de lui donner une certaine touche orientale. Au xvie siècle la connaissance de l’Orient s’est enrichie. Des voyageurs et des croisés se sont frottés aux Sarrasins ou aux Turcs. D’où le caractère très particulier, et peut-être en partie ottoman, de l’habillement de Khoubilai dans le frontispice du manuscrit 3511 de l’Arsenal.

33Les portraits occidentaux nous transportent habituellement dans un monde imaginaire. On trouve chez les peintres le désir d’embellir et d’exalter la figure du puissant empereur de Chine. Qui a le mieux réussi dans ce genre ? Procédons par ordre croissant. À n’en pas douter, les enlumineurs des manuscrits B1, A4 et C3 témoignent d’un art simple et sommaire. Le miniaturiste le plus ancien, celui du ms. B1, n’est pas doué d’une imagination fertile et ne montre pas une grande habileté pour nous dépayser. L’artiste du manuscrit B2 a bien plus de savoir-faire, sans toutefois s’avérer un illustrateur hors pair quand il représente le Grand Khan. En revanche, les peintres des manuscrits Al, A2 et A3 se signalent à des titres divers par un talent très remarquable. Ils savent susciter le rêve et la poésie. Ils ont triomphé des difficultés du sujet et ils laissent entrevoir un Orient coloré et fabuleux. Il faut leur en savoir gré.

Planche i : ms. B1, fol. 61

Planche i bis : ms. B1, fol. 59

Planche ii : ms. A1, fol. 3

Planche iii : ms. A4, fol. 73

Planche iv : ms. B2, fol. 219

Planche v : ms. B2, fol. 237

Planche vi : ms. A2, fol. 3

Planche vii : ms. A3, fol. 2

Planche viii : ms. C3, fol. 17

Planche ix : Khoubilai Khan à la chasse, National Palace Museum (Taipei)

Planche x : Détail central de Khoubilai Khan à la chasse

Planche xi : Portrait de Khoubilai Khan, National Palace Museum (Taipei)

Notes

1 Voir Marco Polo, Le Devisement du Monde, éd. publiée sous la direction de Ph. Ménard, Genève, Droz, vol. I. Départ des voyageurs et traversée de la Perse, éd. par M.L. Chênerie, M. Guéret-Laferté et Ph. Ménard, 2001, pp. 43-46.

2 Les sigles désignent les mss. suivants : Paris, BNF, fr. 5631 (A1) ; Paris, BNF, fr. 2810 (A2) ; Paris, Arsenal 3511 (A3) ; New York, Pierpont Morgan Library, M 723 (A4) ; Londres, British Library Royal 19 D 1 (B1) ; Oxford, Bodleian Library, Bodley 264 (B2) ; Paris, Arsenal 5219 (C3).

3 La scène de remise de la tablette d’or au fol. 59v (voir planche 1 bis) est atypique et déforme complètement le texte : les deux voyageurs sont présentés dans une tenue de frères franciscains (robe de bure brune, cordelière à nœuds passée autour de la taille et même tonsure sur la tête). Impossible de les prendre pour des marchands ou pour des ambassadeurs du Khan. Pourquoi ? Serait-ce en raison de la mission que leur a assignée Khoubilai. Ils doivent porter une lettre au Pape et revenir en Chine avec des missionnaires. Quoi qu’il en soit, le fait est là. Les Polo ont revêtu un habit religieux. La tablette d’or est devenue, de surcroît, une énorme table d’or posée sur deux tréteaux. Il est évident que le peintre a pris malheureusement au pied de la lettre le mot table d'or qui figure dans le texte. Le rédacteur dit toujours table, et non tablette. Cette dernière méprise est unique parmi les illustrateurs du livre de Marco Polo. D’une manière générale on a rarement vu de semblables altérations de la teneur du récit. Le personnage de Khoubilai, quant à lui, a une allure assez occidentale : il a une tête allongée de dolichocéphale. Son aspect n’est guère instructif : il se tient debout, près de la table d’or, face aux deux franciscains, à qui il donne des instructions. Le geste des mains le suggère. Il porte une sorte de toge ocre, posée sur une longue robe bleue. Seul élément oriental : la longue barbe encadrant le visage.

4 Le ms. D (Bruxelles, Bibliothèque royale, 9309) possède une enluminure initiale où ne figure que Marco Polo. Signalons qu’aucune image de Khoubilai ne se trouve dans les mss. des versions toscane et vénitienne. La rédaction latine de Pipino, dont nous avons presque 65 mss, n’offre que deux miniatures chétives de l’empereur : l’une (Glasgow, University Library, Hunter 458, fol. 1) abîmée et peu visible, l’autre (Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Gud. lat. 3, fol. 43) de taille minuscule et sans intérêt (un roi fluet tenant un sceptre et portant couronne). En dehors de la version française il n’y a quasiment pas d’illustration de qualité.

5 Voir à ce sujet D.J.A. Ross, in Scriptorium, VI, 1952, pp. 63-65 et R.H. Rouse and M.A. Rouse, Manuscripts and their Makers. Commercial Book in Medieval Paris, 1200-1500, Londres, Harvey Miller, 2000, pp. 244-247 (ils proposent entre 1332 et 1337)..

6 Nous avons imprimé par erreur 36 dans notre édition, p. 43. C’est l’occasion de rectifier.

7 M.G. Pauthier Le Livre de Marco Polo, Paris, Firmin Didot, 1865 (réimpr. par Slatkine, Genève, 1978).

8 Voir Marco Polo, Le Devisement du Monde, éd. Ménard cit., vol. III. L’Empereur Khoubilai Khan, éd. par J.-C. Faucon, D. Quéruel et M. Santucci, Genève, Droz, 2004, p. 88 : « Et soiez certain que le Grans Seigneur va sus IIII. granz olifans sus quoy il a fait faire une moult belle chambre de fust, qui est dedenz toute couverte de draps a or batti et dehors est couverte de cuir de lion. » Je cite le texte du ms. B1 que nous avons publié.

9 Une erreur est commise par le Catalogue, qui déclare : « Les deux frères reçus par Barkhai Khan » (p. 9).

10 Voir le ms. B1 (Londres, British Library, Royal 19 D 1), fol. 59v, et ici les remarques faites dans la note 3.

11 Le catalogue de la Pierpont Morgan Library déclare à propos des enluminures : « They are neat, but of mediocre quality » (p. 3).

12 Sur la date de ce ms. et ses peintures attribuées à un peintre anglais (Johannes) et à son équipe je renvoie à l’excellente étude de K.L. Scott, dans A Survey of Manuscripts Illuminated in the British Isles, sous la direction de J.J.G. Alexander, vol. VI. Later Gothic Manuscripts 1390-1490, London, Harvey Miller, 1996, n. 13, pp. 68-73, avec une importante bibliographie.

13 Mme C.W. Dutschke a soutenu que B2 recopiait B1 dans un article « The Truth in the Book : The Marco Polo Texts in Royal 19 D I and Bodley 264 », in Scriptorium, LII, 1999, pp. 278-300. Je crois que les preuves manquent et qu’en fait B2 (au moins par un intermédiaire supplémentaire) et B1 remontent au même ancêtre commun. Rien de plus. Les images de B1 et de B2 sont radicalement divergentes. Si elles se trouvent au même endroit du texte, c’est tout simplement qu’il en allait ainsi dans leur ancêtre commun. Leurs fautes communes prouvent simplement qu’ils procèdent d’un même archétype. Il arrive que B2 commette des erreurs personnelles, absentes de B1, qui témoignent, semble-t-il, qu’il ne copie pas ce manuscrit.

14 Pour les artistes qui ont peint ce ms. je renvoie à l’étude de F. Avril dans Marco Polo, Le Livre des Merveilles, texte intégral traduit par M.-H. Tesnière, essai critique par F. Avril, commentaire aux images par M.-T. Gousset, Tournai, La Renaissance du Livre, 1999 pp. 197-221.

15 L'ex libris du duc de Berry est encore visible, malgré le grattage, à la fin du volume : voir la reproduction en noir et blanc de H. Omont, Livre des Merveilles, Paris, Bibliothèque Nationale, s.d. [= 1907], vol. I, p. 5. De bonnes reproductions en couleurs ont été faites pour le grand public : Marco Polo, Le Livre des Merveilles, éd. Tesnière-Avril-Gousset cit., et M.-T. Gousset, Le Livre des Merveilles du monde, Marco Polo, Paris, Bibliothèque de l’Image, 2002.

16 Voir J. Paviot, Les ducs de Bourgogne, La Croisade et l'Orient, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2003 : en particulier, pp. 39-40 sur la défaite de Nicosie en 1396 et les prisonniers restés entre les mains de Bajazet ; p. 76 sur le pèlerinage à Jérusalem de Bertrandon de la Broquière ; p. 85 sur le voyage de Pedro Tafur au Caire ; p. 101 sur le siège de Rhodes par les Mamelouks, etc.

17 Reproductions dans Masterpieces of Chinese Portrait Painting in the National Palace Museum, Taipei (Taiwan), National Palace Museum, 1971, nn. 32 et 33 et sous un format agrandi dans le gros et bel album (en chinois malgré le titre) Age of the Great Khan. Pluralism in Chinese Art and Culture under the Mongols, Taipei, National Palace Museum, 2001, planches I, 1 et I, 5. J’ai donné une étude d’ensemble des images chinoises représentant Khoubilai dans mon article « Les représentations de Khoubilai Khan dans la peinture chinoise », in Contez me tout, Mélanges de langue et de littérature médiévales offerts à Herman Braet, Louvain, Peeters, 2006, pp. 577-600.

18 A. Jing, « The Portraits of Khubilai Khan and Chabi by Anige (1245-1306). A Nepali Artist at the Yuan Court », in Artibus Asiae, LIV 1994, p. 73.

19 Ni Marco Polo, ni Odoric de Pordenone n’en parlent.

20 Voir H. Yule, The Book of Ser Marco Polo, nouv. éd., 2 vols, London, Murray, 1903, vol. I, p. 398 (sur le Cheeta or Hunting-Leopard), et H. Cordier, Ser Marco Polo, Notes and Addenda, London, J. Murray, 1920, p. 69.

21 Jing, The Portraits of Khubilai Khan and Chabi by Anige, cit., p. 53 et planche I. Selon le critique il s’agirait d’un portrait posthume, qui serait le modèle des portraits de l’empereur faits ensuite sur textile et distribués dans les monastères bouddhiques (ibid., p. 53). Je doute, pour ma part, qu’on ait affaire à un portrait posthume.

22 A. Mostaert, « À propos de quelques portraits d’empereurs mongols », in Asia Major, IV, 1927, pp. 147-149. Il cite justement un passage de Guillaume de Rubrouck à propos des cheveux « de quibus faciunt duas cordas et ligant unamquamque post aurem ».

23 Gengis Khan est vêtu d’une semblable tunique dans le portrait conservé à Taipei. L’image de Gengis Khan est reproduite en couleurs dans le volume Masterpieces of Chinese Portrait Painting in the National Palace Museum, cit., planche 30.

Table des illustrations

Légende Planche i : ms. B1, fol. 61
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Légende Planche i bis : ms. B1, fol. 59
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Planche ii : ms. A1, fol. 3
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Planche iii : ms. A4, fol. 73
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Légende Planche iv : ms. B2, fol. 219
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Planche v : ms. B2, fol. 237
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Planche vi : ms. A2, fol. 3
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Planche vii : ms. A3, fol. 2
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Légende Planche viii : ms. C3, fol. 17
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Planche ix : Khoubilai Khan à la chasse, National Palace Museum (Taipei)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Planche x : Détail central de Khoubilai Khan à la chasse
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Planche xi : Portrait de Khoubilai Khan, National Palace Museum (Taipei)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6681/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search