Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

Les figures du bourgeois dans le Roman en prose de Guillaume d’Orange

Nadine Henrard

Texte intégral

1Il est bien connu que le xiiie siècle surtout, et le xive siècle encore, ont été marqués par le développement des villes, par l’essor du commerce et, corollairement, par la montée au pouvoir de la classe bourgeoise qui s’appuie sur ces deux phénomènes. Les biens circulent, l’argent se répand, le commerce prospère, la richesse séduit ; c’est l’ère des grands marchands et du négoce international, et Henri Pirenne a montré tout le poids que la fonction économique a eu dans la naissance et la croissance des villes depuis les débuts du Moyen Âge.

2La réussite des villes et de ceux qui en sont les principaux animateurs s’est forcément accompagnée d’une évolution générale de la société et d’un changement des mentalités. De ce bouleversement, Jacques Le Goff, nous invite à prendre la juste mesure dans son ouvrage sur La Civilisation de l’Occident médiéval :

  • 1 J. Le Goff, La Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1997 [1964], p. 269.

Même si les villes médiévales n’ont pas été ce défi à la féodalité, cette exception antiféodale qu’on a souvent décrite, il n’en reste pas moins qu’elles se présentent d’abord comme un phénomène insolite et, pour les hommes de l’époque de l’essor urbain, comme des réalités nouvelles au sens scandaleux que le Moyen Âge donne à cet adjectif1.

3Sans doute, pour reprendre les termes de Le Goff, n’y a-t-il donc pas eu à proprement parler de « défi à la féodalité », mais il n’empêche que l’ascension de la classe moyenne va susciter l’opposition de cette bourgeoisie conquérante à la noblesse, puis, plus tard, du petit peuple à la bourgeoisie, faisant ainsi du cadre urbain le théâtre d’âpres luttes sociales.

  • 2 À titre d’exemple pour le domaine épique, on renverra aux travaux de H. Krauss, « Aspects de l’his (...)

4La sphère littéraire, on le sait, n’a pas échappé aux conséquences de cette transformation de la société, soit que la mentalité et les aspirations de la bourgeoisie aient pesé sur la création ou l’évolution interne des genres2, soit que l’émergence de ces « hommes nouveaux » ou les antagonismes entre les classes aient trouvé écho dans les textes.

  • 3 J.-M. Moeglin, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002, (...)

5Froissait — qu’a si bien fait revivre le Professeur Alberto Varvaro durant toute cette année et dont la production fut au centre de la Chaire Francqui dont ce symposium célèbre la clôture — a, quant à lui, voué l’essentiel de son travail littéraire à exalter un monde chevaleresque en passe d’être révolu, et ce, tant dans son œuvre poétique et romanesque que dans ses Chroniques, qui se caractérisent par un réel parti pris aristocratique. Toutefois, en tant qu’historien, il pouvait difficilement s’abstenir d’ouvrir son œuvre aux mouvements de son temps et aux événements touchant la bourgeoisie. Dans un très récent ouvrage consacré aux Bourgeois de Calais, Jean-Marie Moeglin vient même de montrer comment Froissait, enchérissant sur les données que lui fournissait Jean le Bel, est allé jusqu’à créer un modèle de comportement héroïque propre aux bourgeois. Remanié au fil des différentes rédactions, l’épisode célèbre où six Calaisiens — les plus riches et les plus puissants de la ville — acceptent de se sacrifier pour sauver leurs concitoyens, sera ainsi construit de manière à fabriquer des héros dont la figure est bien éloignée de celle du bourgeois rebelle et fauteur de troubles qu’incarnera Étienne Marcel, par exemple. Conscient d’écrire « à une époque où les couches supérieures de la société urbaine affirment leur importance et apparaissent aussi comme des consommateurs de littérature historique en langue vulgaire3 », Froissait fut donc amené à dépasser ses préjugés initiaux et à faire des concessions au public.

  • 4 Ibid., pp. 98-99.

6Mais l’esprit qui émane de ce morceau relatif aux Bourgeois de Calais reste malgré tout assez exceptionnel dans l’œuvre de Froissait, chez lequel « la prouesse individuelle gratuite, pour la gloire et pour l’honneur, prime [...] sur toute idée de dévouement pour le bien commun et pour l’“État”4 », comme le souligne Jean-Marie Moeglin.

  • 5 Le Roman de Guillaume d'Orange, édition critique établie en collaboration par M. Tyssens, N. Henra (...)

7Le culte de l’idéal chevaleresque, les armes et l’amour qui sont si chers au nostalgique Froissait, c’est aussi ce qu’entend célébrer le remanieur, qui, quelques décennies après la mort de l’écrivain hennuyer, a entrepris de mettre en prose les chansons du vaste cycle de Guillaume d’Orange. La première phrase du prologue, où il adresse son roman à un public « [q]ui d’armes, d’amours, de noblesse et de chevalerie vouldra ouïr beaux mos et plaisans racompter5 », éclaire sans ambiguïté ses intentions et l’orientation qu’il entend donner à son œuvre.

  • 6 F. Suard, Guillaume d’Orange. Étude du roman en prose, Paris, Champion, 1979, pp. 100 et ss.

8De cet homme qui a composé le Roman de Guillaume et du commanditaire de ce travail de mise en prose, nous ignorons tout, mais F. Suard a étayé par des arguments assez convaincants l’hypothèse que le Roman a été rédigé aux alentours de 1450 en milieu bourguignon, sans avoir pour autant fait directement l’objet d’une commande ducale6. Les deux copies complètes qui nous ont transmis le Roman — les mss apparentés B.N.F. fr. 1497 et 796 — sont de peu postérieures ; elles ont appartenu à Jacques de Nemours, qui fut décapité sur ordre de Louis XI en 1477. Bibliophile passionné, le duc de Nemours fréquenta les ducs de Bourgogne, et il acquit pour sa librairie plusieurs ouvrages liés au domaine bourguignon.

9Le public ciblé par le romancier, c’est donc avant tout celui des nobles gravitant dans l’entourage de la cour de Bourgogne. C’est à leur intention et afin de satisfaire leur goût pour les preux héros d’autrefois que composa l’auteur, en qui F. Suard voit un lettré à l’instar de David Aubert ou de Jean Wauquelin, plutôt qu’un clerc. Le remanieur anonyme a toutefois tenu à adapter l’ancienne matière épique à l’esprit et aux mœurs de son temps. On est loin, ici, d’une simple opération de dérimage : non content même d’avoir gommé les disparates entre les différentes chansons de la geste des Aymerides qu’il a fondues en un ensemble harmonieux, le prosateur a marqué le vieil héritage des trouvères de son empreinte personnelle en inscrivant le roman dans sa propre époque. Partagés entre la conquête de la gloire et la quête amoureuse, les héros ont chez lui perdu de leur démesure et de leur violence primitives pour se parer de vertus aristocratiques qui les rendent plus proches des lecteurs contemporains. Au xve siècle, la beauté des corps, l’élégance des manières ou la noblesse de l’âme fascinent davantage que la vigueur guerrière, et s’il s’avère riche d’intérêt pour l’étude de l’évolution des genres épique et romanesque, le Roman de Guillaume a aussi quelque chose à nous apprendre sur la transformation des mentalités à la fin du Moyen Âge.

  • 7 Ibid., p. 602.

10Dans les pages de conclusion de son analyse littéraire, F. Suard revient sur le caractère aristocratique du Roman, qui vise d’abord à proposer des modèles à un public de nobles ; il ajoute toutefois que des lecteurs bourgeois, soucieux de s’identifier aux aventures des grands, auraient également pu tirer profit d’une telle œuvre, et que l’accès du Guillaume en prose à la forme imprimée aurait permis de le mettre à disposition d’un tel lectorat7.

11Ce n’est pas le lieu ici de s’interroger longuement sur les raisons pour lesquelles les imprimeurs du xvie siècle n’ont pas jugé bon de publier, après tant d’autres, la mise en prose des aventures de Guillaume d’Orange et de lui assurer cette large diffusion. Il n’est pas impossible que l’ampleur du projet ait pu jouer un rôle : les 549 grands folios du manuscrit A correspondent aujourd’hui à un total de 1200 pages serrées dans les deux volumes de l’édition que nous achevons à Liège. La dignité à laquelle le romancier s’est astreint en évitant des concessions au merveilleux et aux péripéties romanesques faciles a peut-être pu laisser craindre à certains éditeurs un succès aléatoire. Enfin, la confis cation des copies à la mort du duc de Nemours et leur intégration dans des bibliothèques privées ont dû éloigner le Roman des canaux de l’impression.

12L’objectif de la présente contribution est d’explorer la voie ouverte par F. Suard, et de voir dans quelle mesure le romancier a tenu compte de ce lectorat potentiel en faisant une place aux figures de bourgeois et en ouvrant son œuvre aux préoccupations de cette classe.

  • 8 K.-H. Bender, « Un aspect de la stylisation épique : l’exclusivisme de la haute noblesse dans les (...)
  • 9 M. Augier, « Remarques sur la place des marchands dans quelques chansons de geste », in Actes du V (...)
  • 10 J. Le Goff, « Guerriers et bourgeois conquérants. L’image de la ville dans la littérature français (...)
  • 11 R. Berger, « Les Bourgeois dans la littérature romane (Zone Ouest) », in Revue de l'Université de (...)
  • 12 C. Clamote Carreto, « Dérision, division, déviation. Incidences poétiques de l’imaginaire marchand (...)

13Il importe en premier lieu de souligner qu’à propos des thèmes de la vie urbaine et de la bourgeoisie, le romancier trouvait déjà dans ses sources matière à développement. Le phénomène mérite d’être épinglé, car il n’est déjà pas si fréquent pour le genre épique, comme nous le rappelle avec force le titre d’une communication présentée par K. Bender au Congrès de la Société Rencesvals à Heidelberg : « Un aspect de la stylisation épique : l’exclusivisme de la haute noblesse dans les chansons de geste du xiie8 ». Dans un article consacré à la place des marchands dans quelques chansons de geste, Michèle Augier montre que cette situation d’hégémonie naturelle de la haute noblesse dans l’épopée française évolue quelque peu au cours du xiiie siècle. Parmi les trois poèmes que l’auteur étudie en raison de l’importance qu’ils accordent au type du négociant, figurent les Enfances Vivien9. La geste de Guillaume occupe aussi une place d’honneur dans le corpus examiné par Jacques Le Goff dans sa contribution aux Mélanges Charles Morazé sur le thème « Guerriers et bourgeois conquérants. L’image de la ville dans la littérature française du xiie siècle10 » : sur les sept textes qui composent ce corpus, on ne compte en effet que deux chansons de geste, et toutes deux appartiennent à la Geste des Narbonnais. Ce sont deux des plus anciennes chansons du cycle, à savoir le Charroi de Nîmes et la Prise d'Orange que J. Le Goff a ainsi privilégiées pour son analyse, à côté de quatre Lais de Marie de France (Lanval, Yonec, le Laüstic et Eliduc) et du Perceval de Chrétien de Troyes. L’épopée se fait étonnamment discrète, en revanche, dans la recherche de Roger Berger sur « Les Bourgeois dans la littérature romane11 », où l’auteur ne cite pour le genre épique que quelques occurrences du mot bourgeois dans la seule Chanson des Saisnes de Jean Bodel. Enfin, récemment, c’est l’imaginaire marchand et l’opposition entre les valeurs guerrières et celles de l’économie marchande dans l’épopée qu’a explorés C. Clamote Carreto, dans une étude qui porte notamment sur les Enfances Vivien et le Charroi de Nîmes12.

  • 13 Pavie, qui fut un centre actif à l’époque carolingienne, est aussi citée dans le Perceval comme un (...)

14Les références aux marchands et aux bourgeois dont j’ai opéré le relevé systématique dans le Roman de Guillaume d’Orange courent sur l’ensemble du texte, avec toutefois des pics de concentration ou des manifestations dignes d’un intérêt plus marqué dans certains épisodes. On mentionnera d’ores et déjà dans la partie Aymeri de Narbonne, l’ambassade à Pavie, dont le romancier fait revivre la vie urbaine animée et opulente à travers ses commerçants13, ou la participation des bourgeois au débat sur la légitimité de Louis dans le Couronnement de Louis. Mais ce sont bien sûr les trois morceaux dont les textes-sources ont été cités plus haut qui livrent la plus riche moisson et l’on ne s’étonnera donc pas de la place majeure occupée par les négociants et les habitants du bourg dans le Charroi de Nîmes, la Prise d’Orange et, surtout, dans les Enfances Vivien.

  • 14 Cf. Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, Paris, Dictionnaires le (...)

15Si l’on se réfère au Robert historique d’Alain Rey, le bourgeois, c’est d’abord et avant tout l’habitant d’un bourg, mot qui désignait à l’origine une petite ville fortifiée et qui s’est appliqué ensuite à un gros village où se tiennent les marchés. Le terme bourgeois, au Moyen Âge, implique donc un statut juridique, celui de l’appartenance à une communauté urbaine ; comme il s’agit souvent d’une ville commerçante, soustraite par des chartes de franchise à l’influence du seigneur, le terme bourgeois deviendra ainsi au xiiie s. un synonyme de « marchand », en impliquant « une certaine aisance et la possession de droits ou de biens immeubles sur le territoire de la cité14 ».

16Ces deux sens — celui très général d’« habitant de la ville » et celui plus spécifique de « marchand » — se retrouvent chez l’auteur du Roman de Guillaume, sans que la frontière ténue qui sépare les deux acceptions soit toujours perceptible. Dans certains cas, les bourgeois sont cités distinctement dans des énumérations à côté des marchands et d’autres catégories sociales. Parlant des Pavesans qui apportent du bois aux Narbonnais pour préparer le festin dont ils veulent éblouir Boniface, le romancier distinguera ainsi « les mesnaigiers, les bourgois, les marchans » (ni, 17) ; dans le Couronnement de Louis, il est question d’un débat qui agite « nobles hommes, bourgois, marchans, et ausques tout le commun des villes et cités de France » à propos de la légitimité du fils de Charlemagne (xxxi, 4) ; plus loin, dans la liste détaillée des habitants d’Orange que Guillaume emmène pour secourir Vivien à Arles, figurent les « prestres et clercs, bourgois, marchans, laboureurs et gens de mestier » (lxxix, 5) ; Guillaume, citant ceux qu’il a perdus dans la bataille, évoque de même « les bons marchans, et bourgois, et aultres mesnaigiers » (lxxxii, 15). Quand on a affaire à des binômes toutefois, il n’est pas toujours facile de savoir si l’auteur pratique, selon son habitude, l’itération synonymique ou s’il différencie les termes conjoints. On trouve ainsi associés en couples « citoiens et bourgois » (xiv, 3), « bourgois et habitans de la cité » (xxvii, 1), « les bourgois et communnaultez des villes » (xxxi, 5), « les bourgois et marchans » (lxiv, 5). Enfin, le terme bourgois revient plusieurs fois dans la partie des Enfances Vivien avec le sens très clair de « marchand » pour désigner Godefroy et ses amis négociants. Certains des exemples donnés plus haut laissent aussi déjà percevoir l’évolution sémantique liée à l’évolution sociale qui fera, au xviie s., que le bourgeois ne se définira plus par son caractère urbain mais par son appartenance à un groupe social. Plusieurs occurrences du Guillaume nous situent ainsi les borgois dans une classe moyenne, entre les nobles et le commun des villes.

17L’activité de ces bourgeois et leur fonction dans l’espace urbain sont illustrées dans de multiples aspects.

18On les trouve d’abord associés aux grands événements qui marquent la vie de la cité. Massés en foule le long des mes, ils convoient le cortège nuptial d’Hemengart à Pavie (IV, 9), de Blanchefleur à Paris (xxxii, 9) comme aussi celui d’Orable à Orange, sous des fenêtres richement pavoisées (xxxvi, 20). On les voit saluer avec regret le departement des fils d’Aymery (vii, 8), célébrer la victoire de Guillaume sur Corbault (xxx, 12), ou fêter avec joie le retour de Vivien à Aussenne (lxxiii, 14). Avec les prêtres, les clercs et les nobles, ils forment encore une procession pour accueillir Maillefer et son épouse Clarisse qui reviennent à Pourpaillart après de longues aventures, et ils se pressent pour leur offrir des cadeaux (cxix, 2). On pourrait multiplier les exemples, mais dans tous ces cas, il ne s’agit que d’une figuration colorée pour animer un tableau ou pour souligner par l’empathie des citoyens les moments forts en émotion qui touchent l’un ou l’autre membre du lignage narbonnais.

  • 15 Le prosateur dit s’inspirer pour l’histoire de la reine Sibille d’un « rommant sur ce faict » (χχχ (...)
  • 16 Ibid., p. 139.
  • 17 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du XIIe siècle, éd. E. Langlois, Paris, Champion (« CFMA (...)

19Le rôle accordé aux bourgeois est plus significatif en revanche dans le Couronnement de Louis, où le romancier innove par rapport à la chanson en faisant appel à la tradition de la Reine Sibille, pour expliquer par sa bâtardise la disgrâce de Louis et la tentative d’usurpation du trône par le traître Hernaïs15. Comme le souligne F. Suard, « à l’époque où écrit P [i.e. le prosateur], il doit être très difficile de dissocier l’histoire des rébellions contre Louis du récit des circonstances de sa naissance16 ». On se rappelle que dans la Chanson du Couronnement de Louis, Charlemagne transmet la couronne à son fils avant de mourir, devant une haute assemblée, mais dès la mort de l’empereur, un groupe d’abbés et de clercs conspirateurs profitent de la faiblesse du jeune roi pour tenter d’asseoir à sa place sur le trône Acelin, le fils de Richart de Normandie. Pour le romancier en revanche, il n’est pas question d’une passation de pouvoir du vivant de l’empereur, mais un large débat a lieu à propos de la légitimité de Louis au lendemain de la mort de Charles, en raison des soupçons d’adultère qui pesaient sur la reine. À cette occasion, le romancier met en exergue la fidélité des bourgeois et du peuple des villes à leur suzerain (xxxi, 5) ; il peint aussi leur joie et celle des marchands à l’annonce du sacre de Louis après la victoire de Guillaume sur les conjurés (xxxii, 5). Au contraire, quand le terme bourgeois est utilisé dans la Chanson correspondante (vv. 1875, 1885 et 2072)17, c’est chaque fois pour désigner des sujets de l’usurpateur Acelin ou de son père, Richard, et il n’est jamais fait mention du soutien des bourgeois à Louis. Après les troubles sociaux qui ont secoué la France en opposant les bourgeois au pouvoir en place durant le siècle précédent, il n’est pas impossible que le romancier du xve s. ait choisi quant à lui de prêcher l’ordre par l’exemple en offrant le tableau d’une communauté urbaine fidèle à son roi. Le thème de la soumission des bourgeois apparaît aussi dans l’épisode de Pavie, où le prosateur précise que les marchands n’auraient pas osé désobéir aux ordres de Boniface, qui les somme de rembourser le trop perçu sur des denrées qu’il avait lui-même précédemment commandé de vendre aux Narbonnais à un prix exorbitant (III, 26).

20Une image positive des bourgeois et des marchands est encore offerte par les scènes de siège et de combat. Ainsi, par exemple, lors de la seconde attaque de Narbonne par Desramé, le romancier ajoute à sa source de longues descriptions qui montrent tout le peuple de la ville affairé à organiser la résistance. Les marchands, notamment, participent activement aux opérations :

Sy firent alumer grans feus au long des murs et aporter par les gens laboureur de mestier et marchans charbon, bois sec et aultre, avecques souflés et ventoueres pour alumer, pour rougir et pour embraser grans bendes de fer, de laton et d’aultre metail, et pour fondre plomb, huille, poix noire et blache, trebentine et aultres gresses sentans legierement la chaleur du feu, pour eulx aidier contre les Sarrasins. [...] Et les laboureux, marchans, habitans et nobles hommes de la cité gectoient chaulx vive en poinssons, caques [...], si que ils deffonçoient, et aveugloient, cuisoient et affolloient (xv, 5 et 7).

  • 18 Les Narbonnais, éd. H. Suchier, Paris, Didot (« SATF »), 1898, vv. 7675 et 7683.

21Et Clargis de s’exclamer : « Ce n’est que peine pardue, sire, que assaillir la cité, car elle est trop forte a grant merveilles ». Une fois les Sarrasins mis en déroute, le butin est partagé. Tandis que le trouvère use de formules très générales pour évoquer le profit que les combattants tirent de la victoire (« Mout grant avoir ont noz genz conquesté » ; « Chascun an ot tant com li vint a gre »)18, notre prosateur accorde à nouveau une attention particulière aux marchands : « Et tant en enrichy Nerborute et les marchans qui y demouroient » (xvi, 25). Bourgeois et marchands sont encore explicitement mentionnés au siège de Barbastre (xlv, 1 ; xlvi, 15), ou dans les combats devant Arles (lxxix, 5). Dans cette section, le romancier détaille à diverses reprises la composition des troupes que Guillaume a emmenées au secours de Vivien et qui ont été décimées en Aliscans. À côté des nobles compagnons d’armes, des chevaliers et des soudoiers prennent place les bons marchans et bourgois (lxxix, 5 ; lxxxii, 14 et 15). Le romancier établit toutefois une distinction entre ceux du premier groupe, voués au métier des armes, et les autres, en laissant entendre que les seconds se sont engagés sur réquisition :

J’ay tout pardu en Arleschant : Gerart le grant [...] et Vivien meesmes, et toute la chevallerie, soudoierie et mesgnie que je y menay ; et meesmeement les bons marchans, et bourgois et aultres mesnaigiers, que je contraigni en ma compaignie, sont mors, octis et detranchiés (lxxxii, 15).

  • 19 Et encore au chap. lxxxii, 17, le romancier ajoute les bourgeoises aux riches dames et danzelles q (...)

22On comprend mieux que le héros, qui s’interroge sur l’accueil que va lui manifester Guibour, s’inquiète aussi de la réaction qu’auront les nobles borgeoises à l’annonce de tant de morts (lxxxii, 4)19.

23Au chapitre de la protection des villes, on évoquera encore brièvement les allusions à ces milices bourgeoises qui assurent la surveillance de la cité et l’ordre public. Il en est question dans l’épisode de Pavie (iii, 12), ou lors de l’altercation entre Guillaume et le chastelain d’Orléans, qui lui a demandé de présenter son autorisation de circuler en ville : voyant qu’on s’en prend au gouverneur, un bourgeois s’interpose, fait sonner la cloche de la commune et rameute ceux qui sont chargés de la sécurité (lxxxiii, 3).

  • 20 La même thématique se retrouve dans les Enfances Vivien, où on souligne le rôle qu’exercent l’infr (...)

24Les bourgeois dans le Roman de Guillaume, ce sont aussi ces multiples hôtes chez qui les Narbonnais prennent logis quand ils s’arrêtent dans des villes au fil de leurs aventures. Ceux-ci cultivent l’accueil comme une vertu, et le romancier se plaît à le souligner. Dans le Charroi de Nîmes déjà, Guillaume, sous son déguisement de marchand, motive son escale dans la cité en expliquant au gouverneur qu’il a été attiré par la renommée de l’hospitalité offerte à Nîmes, par la réputation des hôtels et des vins (xxxiii 5)20. Les borgois hostellains qui traversent le texte ne se bornent pas à offrir le gîte et le couvert. Ils informent et conseillent les héros, leur prodiguent aide ou mise en garde. Après le désastre d'Aliscans, quand Guillaume va chercher du secours en France, l’hospitalité généreuse qu’il reçoit d’un bourgeois contraste singulièrement avec l’ingratitude du roi, qui refuse d’abord l’entrée au héros, avant de lui reprocher de déparer sa cour par son piètre accoutrement. À l’opposé, le vaillant bourgois de Paris propose quant à lui au comte d’Orange une nourriture fine et abondante, soigne son cheval au mieux qu’il peut, et le met au fait de l’arrivée d’Aymery à la cour ; « mon hostel est bien voustre et tous les biens qui y sont pareillement a faire le voustre plaisir », résume-t-il, en se souvenant qu’il est redevable de sa fortune à Guillaume (lxxxiii, 12-13). On mesure toute la différence entre la prodigalité du bourgeois et le manque de reconnaissance de Louis, qui doit pourtant son trône au fils d’Aymery !

  • 21 Les Deux Rédactions en vers du Montage Guillaume, chanson de geste du XIIe siècle, éd. W. Cloetta, (...)

25Dans l’épisode du siège de Paris, Guillaume, une fois de plus interdit d’entrée par le roi, trouve à se loger aux portes de la cité dans la masure du pauvre Bernart du Fossé. Bernart cherchera du ravitaillement pour Guillaume et pour sa monture, et il fournira quantité de renseignements utiles à propos du géant Ysoré que Guillaume s’apprête à affronter (cxxv, 4 et ss.) ; il ira ensuite avertir Louis de la victoire de son champion (cxxvii, 4). Bemart, qui est un noble déchu, recevra en récompense de ses services « une rue entiere dedans Paris ». Une rue, ce qui implique des biens fonciers et sans doute des commerces qui rapporteront des revenus... Dans la chanson, le poète ennoblit ce don, d’une nature inhabituelle pour le monde de l’épopée, en rapportant l’action à une investiture (« Le rois l’a fait mout bien apareillier / Une grant rue li a douné en fief »)21. Le romancier donne une autre vision des choses en insistant sur le fait que Bemart pourra tirer de sa rue « esmolumens et prouffis pour vivre lui et son estat comme le plus noble bourgois de la cité » (cxxvii, 5). Par l’accent mis sur la richesse et le profit, le roman s’éloigne plus encore que sa source de l’esprit des premières chansons de geste françaises.

26Mais l’ambiance des villes, la vie des bourgeois et des marchands trouve surtout sa pleine expression dans l’épisode des Enfances Vivien, auquel il convient de réserver maintenant une place particulière.

27Resituons brièvement le contexte des chapitres lviii à lxxiii. Vivien a été échangé contre son père Garin, qui était prisonnier à Luiseme. Alors que l’enfant est sur le point d’être supplicié, le roi païen Gourmont attaque la ville ; Vivien est délivré et vendu à une riche bourgeoise chrétienne de Pampelune, dont le mari est en voyage d’affaires depuis sept ans. Informée des origines de Vivien, la marchande donne à celui-ci une bonne éducation et quand Godefroy rentre de son périple, elle lui fait croire sans peine que l’enfant est leur propre fils. Godefroy décide d’initier Vivien au négoce, mais le jeune garçon ne pense qu’à la chasse et à la guerre et il ne manifeste aucun sens du commerce : il brade les précieuses marchandises que son père lui confie et s’achète pour une somme exorbitante des armes et un cheval. Godefroy hésite entre la colère et le désespoir, mais la marchande, qui éprouve une réelle affection pour son fils adoptif, s’efforce de calmer le jeu. Lorsque Taillefer attaque Gourmont, Vivien s’illustre dans la bataille et il demande en récompense des exonérations de taxes pour les marchands. Vivien se rend ensuite à la foire d’Aumarie. En chemin, avec l’aide des marchands qui l’ont élu pour chef, il s’empare de Luiseme et tue Archillant. Mais la ville est bientôt assiégée par des Païens, et voilà Vivien et ses troupes en difficulté. Apprenant la situation, la marchande révèle les véritables origines de Vivien à Godefroy, puis elle décide d’aller chercher secours auprès des Narbonnais, qui sont à ce moment là chez le roi. À contrecœur, Louis finit par accepter de lever une armée. Luiserne est délivrée et les Chrétiens s’emparent aussi de Pampelune. Vivien peut enfin retrouver sa vraie famille et être adoubé, non sans avoir auparavant fêté le couple de bourgeois auquel il doit tant.

  • 22 Faute de place, nous ne nous attarderons pas à l’activité des foires. Le roman — comme déjà la cha (...)

28À travers les personnages de Godefroy et de ses confrères, ce sont toutes les pratiques du négoce que les Enfances Vivien font revivre, et en priorité celles du grand commerce. Godefroy et ses compagnons sont de gros commerçants ; ils fréquentent les foires les plus renommées22. Leurs affaires sont d’importance, tant par l’espace géographique où elles s’étendent que par le volume de marchandises échangé. Cette intense activité a d’ailleurs retenu le père adoptif de Vivien sept années loin de chez lui, en le menant Outre-Mer, où il est allé s’approvisionner en produits précieux, draps d’or, de soie, camocas et joyaulx estranges (lxiii, 5) ; elle lui a valu une fortune considérable (« il ramena tant de marchandise que plus est riche que. iij. des autres Crestiens », lxiv, 4).

29Si ce négoce international est rentable, il n’est pas sans risque, et le romancier introduit à diverses reprises dans son texte le motif conventionnel — et néanmoins très justement réaliste — des dangers du voyage : tempêtes ou pirates en mer (lxiii, 2 ; lxvi, 7 ; cix, 1, 2 ; cxv, 2) ; détrousseurs sur les chemins (xcviii, 8). De manière plus originale, il glisse aussi une allusion aux conséquences qu’un éloignement prolongé du foyer peut entraîner pour la vie privée, et il nous laisse entendre que les marchands sont parfois trop crédules. À son retour, sans remettre en doute l’histoire que lui sert son épouse, Godefroy reçoit Vivien comme son propre enfant :

[...] sy le prist le bourgois Godeffroy et en le levant entre ses bras, le baisa moult doulcement, cuidant que ce feust son fils ainssy comme la bourgoise lui avait fait acroire. Et en ceste maniere et pis la moitié sont maint bons bourgois et notables marchans abusés par les parolles de leurs femmes, desquelles l’istoire ne veult plus parler a present et pour cause (lxiii, 3).

  • 23 « L’enfant qui fu remis au soleil », in Nouveau recueil complet de fabliaux, éd. W. Noomen et N. V (...)

30Les déboires conjugaux des marchands devaient faire parler d’eux et d’autres que Godefroy ont dû endosser la paternité d’un enfant illégitime dont la présence imprévue est justifiée par des contes plus ou moins crédibles. Et l’on ne peut s’empêcher ici de penser au fabliau de L'enfant qui fu remis au soleil, où un négociant, après une longue absence, trouve à son retour un fils, fruit d’amours adultères. Le marchand feindra de croire les explications de sa femme, qui prétend que sa grossesse est venue d’un flocon de neige tombé dans sa bouche. À l’instar de Godefroy, il élève ce fils comme s’il était le sien en l’initiant au commerce, puis il le vend à des marchands d’esclaves lors d’un voyage, en racontant qu’il revient seul parce que l’enfant a fondu lors de la traversée des pays chauds23. Godefroy n’aura pas à en venir à cette extrémité, car si Vivien n’est pas de lui, il n’est pas non plus un fils adultérin. La marchande de Pampelune est une femme respectable, plus encore même que dans la chanson de geste, où elle a acheté le témoignage de deux neveux pour convaincre Godefroy, qui ne s’attendait nullement à trouver sa famille agrandie. Le romancier lui évite cette manœuvre avilissante en imaginant que Godefroy, quand il est parti, l’a laissée enceinte d’un enfant qui n’a pas survécu. Le brave Godefroy se laisse donc persuader sans peine que Vivien est son rejeton.

  • 24 Et encore Clarisse, l’épouse de Maillefer, qui se fait passer pour une marchande effectuant un pèl (...)
  • 25 Sur les rapports entre l’éducation reçue par Vivien chez les marchands et sa destinée de héros, vo (...)

31D’une manière générale, le romancier souligne d’ailleurs fréquemment la moralité des marchands. Crestien, notable, bon bourgois et de bonne vie, comptent parmi les notations — toujours positives — qui reviennent le plus souvent pour désigner le couple de bourgeois qui a adopté Vivien ou les autres marchands de leur entourage (lxi, 6 ; lxiii, 1, 3, 9 ; lxv, 9 ; lxviii, 5, etc.). Il les montre assistant régulièrement aux offices, pratiquant la prière, partant en pèlerinage (lxiii, 10 ; lxviii, 10)24. Le romancier insiste également sur le souci qu’a la marchande de donner à Vivien une bonne éducation, et de l’envoyer à l’école, comme les enfants des autres Chrétiens de la cité (lxiii, 1,4, 9, 10). Elle même est apprise à se comporter dans tous les milieux, et lors de sa visite à la cour, le romancier note qu’on remarque à son maintien et à son discours qu’il s’agit d’une personne honorable (lxviii, 5). Mais cette recherche de respectabilité a aussi pour pendant une crainte du qu’en-dira-t-on : pour justifier l’arrivée de Vivien et éviter les rumeurs, la mère adoptive prétendra à ses voisines que l’enfant avait été placé en nourrice (lxiii, 1) ; quant à Godefroy, il s’inquiète d’être la risée des autres marchands qui ont pu apprécier les piètres talents de commerçant de son fils (lxiii, 1, 14)25.

32Parmi les aspects auxquels le prosateur s’est montré plus attentif encore que le poète épique, on relèvera le rôle des marchands dans le développement des villes et, conjointement, le problème des taxations commerciales.

  • 26 « Il chevaulcha aussi la terre et le païz circuit et voisin sans lequel relever et aidier a souste (...)

33Au début de l’histoire déjà, quand Aymery fait réédifier Narbonne, il s’occupe de relever la région pour relancer le travail et l’activité commerciale (iii, 1)26, alors que dans le poème, l’unique souci est de restaurer la religion chrétienne (éd. L. Demaison, laisse 37). Dans les Enfances Vivien, pour réhabiliter sa cité de Luiserne après la guerre, la première démarche d’Archillant est aussi d’attirer les marchands par des exonérations de taxes et de favoriser leur accueil sur place :

Et quant Archillant [...] vist la ville qui n’estoit mye en sy suffisant estat come il l’avoit veue autreffois, il pensa de la faire valloir et le voulut ainssy faire. Sy estably et ordonna certains messaigiers pour aller par le païs crier et publier es lieux esquyeulx se tendroient foires et marchiés que tous marchans qui vouldroient venir a Luisarne a ung certain jour qu’ils desclairerent, ils pourroient vendre et acheter franchement sans rien du monde payer pour le premier an (lxvi, 3).

34Et encore plus loin :

par mos exprés commanda que on feist par la cité publier et crier haultement que chascum meist peine que les marchans feussent bien repceus et qu’ils n’eussent disecte nulle de vivres se ils ne vouloient mespreandre envers luy (lxvii, 3).

35Et à l’issue de la guerre contre Taillefer, dans des chapitres qui sont étrangers à la chanson, Gourmont offre à Vivien la main de sa fille Siglate en récompense des services rendus au combat, mais Vivien refuse cette proposition et requiert à la place une exemption de la redevance annuelle pendant sept ans pour les très nombreux marchands chrétiens qui peuplent la ville de Pampelune, ce que Gourmont lui accorde par des lettres scellées (lxv, 15-16).

  • 27 Voir par exemple chap. xxxiii, 1-5 (Charroi de Nîmes) ou chap. cix, 5 (Moniage Rainouari).
  • 28 Suard Guillaume d’Orange, cit., p. 265, n. 44.

36Les allusions aux redevances diverses qui sont imposées aux marchands sont récurrentes dans le roman27, et l’auteur se montre sur ce plan mieux informé du langage technique que les poètes de la geste. Faute de temps, on se contentera d’épingler ici les listes des taxes énumérées successivement aux chapitres lxvi, 4 (« il ne prendra, demendera ne fera paier nesung subside du monde, estalaige, tonlieu ne maltote, et ainssy s’en pourront les marchans aller de la feste qu’il veult faire franchement et quictement ») et lxvii, 1 (« franchis de tous drois, de tous truaiges, de toulyz, d’estalaiges et de males toltes »). Comme le fait observer F. Suard, « toutes les taxes imaginables sont ainsi évoquées : droits sur l’étal (estalaige), droits sur le transport des marchandises (tonlieu), droits “extraordinaires” (maltote)28 ».

  • 29 Pour illustrer la cohésion de cette communauté multiculturelle en vue du bien commun (la sauvegard (...)

37Pour clôturer ce point, il convient de revenir un instant sur un cas assez remarquable de gestion urbaine, c’est celui de la riche et bonne cité de Pampelune évoquée plus haut. La politique de tolérance pratiquée par Gourmont contribue indubitablement à la prospérité de la ville. Le romancier y revient plusieurs fois. Juifs et Chrétiens sont autorisés à habiter Pampelune par treü, contre une redevance (lxi, 6, lxv, 2, lxviii, 13, lxxiii, 12). Les Chrétiens — quatre mille marchands environ — se groupent spécialement dans quatre rues (lxiv, 1) ; ils fréquentent les écoles (lxiii, 1) et sont soumis à des obligations militaires : l’armée qui portera Gourmont à la victoire unit des Chrétiens et des Sarrasins, chaque Chrétien ayant dû fournir un combattant pour la guerre contre Taillefer (lxiv, 1 ; lxv, 2)29. On s’écarte ici nettement de la conception dichotomique des rapports entre Chrétiens et Sarrasins qui émane en général de la littérature épique pour tendre vers une vision moins partiale et en tout cas plus conforme à ce qui s’était historiquement passé dans l’Espagne musulmane, terre multiculturelle où différentes populations coexistaient sans troubles majeurs.

38Le dernier élément qu’il convient d’aborder avant de conclure constitue un des ressorts majeurs des Enfances Vivien : c’est l’opposition entre la mentalité des marchands et celle des nobles. Et derrière elle, ce sont bien sûr les rapports entre les classes qui se dessinent. Dans le récent volume du Grundriss consacré à la Geste des Narbonnais, M. Tyssens a parfaitement résumé les données du poème : alors que Godefroy ne rêve que d’apprendre le commerce à Vivien pour en faire son héritier, l’enfant ne pense qu’à s’acheter destrier, braque ou épervier :

  • 30 M. Tyssens — J. Wathelet-Willem, « La Geste des Narbonnais (Cycle de Guillaume d’Orange) », in Gru (...)

les choix que Vivien proclame ainsi révèlent la race de jeune noble égaré dans le milieu marchand, comme le révèlent son allure ou sa mélancolie. Mais le conflit de classes est avant tout prétexte à de petites scènes de genre, et le trouvère ne marque aucun mépris pour le monde du négoce30.

39Le romancier s’inscrit dans le même esprit. Vivien retrait a son lignaige (lxiv, 5), et en le voyant porter les armes et caracoler fièrement sur son cheval au beau milieu de la place de Pampelune, tous se disent qu’il semble issu d’un noble lieu. La bourgeoise, qui n’ignore rien des origines de Vivien, déborde d’affectueuse admiration, mais les marchands jugent le spectacle avec plus de circonspection :

ce n’est mye son estat d’armes sieuvir, et mye n’est le sien pere du lieu venu qu’il deust a son enffant faire telle follie, et bien s’en pourra en la fin repentir, car jamais ne vouldra hanter la marchandise, ains vouldra faire a sa guise et sieuvir les nobles hommes qui le sien luy aideront a despandre meschamment et l’appelleront vilain, car telle est la coustume (lxiv, 3).

  • 31 À la cour de Louis où la marchande se présente pour demander secours, tout le monde est aussi répa (...)

40On ne sort pas si aisément de son milieu, et l’on n’a d’ailleurs rien à y gagner. Chacun doit rester à sa place31.

  • 32 La marchande s’est pourtant, elle aussi, constitué des économies personnelles quand elle a dû repr (...)

41Il est trop clair en tout cas que les valeurs ne sont pas les mêmes chez les nobles ou chez les bourgeois, et l’importance de l’argent pour les seconds est un motif répété. Ainsi, quand Vivien veut rallier les commerçants au combat, il sait le langage qu’il faut parler à ses troupes, en leur promettant de grandes richesses (lxvi, 5-6). Le romancier ne se prive toutefois pas de dénoncer ce goût du lucre immodéré, tout d’abord par la voix pleine de bon sens mais quelque peu méprisante de Vivien (« Qui tousjours gaigneroit, on seroit trop riche. Une fois gaignier et l’autre perdre est droit estat de marchant », lxiii, 7), puis, ce qui est peut-être plus inattendu, par celle de la marchande (« Que voullés vous faire de sy grans tresors amasser ? », lxiii, 13)32.

  • 33 « N’iert pas vilaine, fille fut d’un marchis, / Por grant avoir la dona on ensi / a Godefroid, qui (...)

42Nobles et bourgeois marchands forment bien deux castes séparées, mais les rapports qu’ils peuvent entretenir semblent plus souples que dans la geste. Au début de l’histoire, le romancier envoie ainsi les jeunes Aymerides jouer avec les filles des bourgeois de la cité (vii, 1, 3). Il ne se sent plus obligé de justifier la personnalité généreuse, l’audacieuse indépendance et la noblesse des sentiments de la marchande en faisant d’elle, comme jadis le trouvère, la fille d’un marquis33. Il omet une scène de la chanson où Vivien entre dans une fureur noire parce qu’il s’est fait traiter de marchand (vv. 2041 et ss.). Mais cette ouverture vers la classe moyenne garde ses limites. Si Vivien dévoile ses plans à ceux de son rang, il en tient les marchands à l’écart : « mais a leur consseill ne se trouverent mye les marchans, car en eulx ne se voulu mye tant fier comme il faisoit en Gerart le sien cousin et es aultres barons et nobles chevalliers » (lxvi, 13). Et plus tard dans Aliscans, Guillaume en colère et qui s’apprête à forcer la porte de Louis, prie le bourgois hostellain de ne pas l’accompagner, car les nobles, dit-il, doivent régler leurs affaires entre eux : « Et fol est qui s’entremet de debas de seigneurs ; car ils pacifient emsamble » (lxxxiii, 15).

  • 34 Ainsi par exemple P. Racine, « Le marchand, un type de la société médiévale », in Le marchand au M (...)
  • 35 Sur ces « nouveaux seigneurs », et notamment les marchands devenus propriétaires fonciers et qui o (...)

43Le Roman de Guillaume décrit des figures de négociants animés par l’esprit d’entreprise et par l’appât des bénéfices, et ces portraits littéraires sont assez conformes à ceux que dressent les historiens qui ont étudié les marchands de la fin du Moyen Âge34. Cette âpreté au gain n’entache pourtant pas le type du bourgeois marchand, dont la personnalité offre d’autres qualités. Sous la plume du romancier, le monde de la cité et de ses habitants est un monde qui bénéficie d’une image valorisée. Plus encore que certains des poètes de la geste, le romancier se montre bien conscient de la fonction économique des villes, des mécanismes commerciaux, et forcément du rôle des marchands dans ce cadre. Mais l’enjeu dépasse le seul aspect financier. Il s’agit d’abord de promouvoir l’image morale des acteurs urbains, de braves gens, hospitaliers, généreux, solidaires, pieux, soucieux d’éducation, honorables somme toute. En cela, le romancier rencontre l’horizon d’attente d’un nouveau public, qui n’est plus seulement celui des nobles. De surcroît, il s’efforce de proposer à ce public potentiel des modèles de comportement dont la société entière peut tirer profit. En mettant en scène des bourgeois fidèles à l’autorité royale, des marchands aussi héroïques au combat que vertueux dans la vie, il dorme matière à leçon à une classe moyenne dont les remous ont agité la fin du Moyen Âge. Enfin, avec ces nobles bourgois et nobles marchans qui participent aux exploits des preux et qui s’élèvent aux valeurs d’une autre classe, le roman reflète à sa manière les mutations de la structure sociale et l’émergence de ce patriciat urbain qui a accaparé le pouvoir dans la plupart des villes35.

44On le répètera une fois encore : le Guillaume en prose n’est pas le simple dérimage de la geste. Par bien des aspects, c’est une œuvre nouvelle, inscrite vigoureusement dans l’époque qui l’a produite.

Notes

1 J. Le Goff, La Civilisation de l'Occident médiéval, Paris, Flammarion, 1997 [1964], p. 269.

2 À titre d’exemple pour le domaine épique, on renverra aux travaux de H. Krauss, « Aspects de l’histoire poétique de Charlemagne en Italie », in Charlemagne et l'épopée romane. Actes du VIIe Congrès de la Société Rencesvals, Liège, 1978, pp. 103-123, et Id., Epica feudale e pubblico borghese. Per la storia poetica di Carlomagno in Italia, Padova, Liviana Editrice, 1980, qui montrent comment la matière épique française s’est adaptée au contexte historique de l’Italie du Nord des xiiie et xive siècles.

3 J.-M. Moeglin, Les Bourgeois de Calais. Essai sur un mythe historique, Paris, Albin Michel, 2002, p. 94.

4 Ibid., pp. 98-99.

5 Le Roman de Guillaume d'Orange, édition critique établie en collaboration par M. Tyssens, N. Henrard et L. Gemenne, 3 vols, Paris, Champion, 2000-2006.

6 F. Suard, Guillaume d’Orange. Étude du roman en prose, Paris, Champion, 1979, pp. 100 et ss.

7 Ibid., p. 602.

8 K.-H. Bender, « Un aspect de la stylisation épique : l’exclusivisme de la haute noblesse dans les chansons de geste du xiie », in Actes du Congrès de la Société Rencesvals, Heidelberg, K. Winter, 1969, pp. 95-105.

9 M. Augier, « Remarques sur la place des marchands dans quelques chansons de geste », in Actes du VIe Congrès international de la Société Rencesvals (Aix, 1973), Aix-en-Provence, Université de Provence, 1974, pp. 747-760. En plus des Enfances Vivien, l’auteur analyse les Enfances Renier et Huon de Bordeaux.

10 J. Le Goff, « Guerriers et bourgeois conquérants. L’image de la ville dans la littérature française du xiie siècle », in Mélanges en l'honneur de Charles Morazé. Culture, science et développement, Toulouse, Privat, 1979, pp. 113-136. Cet article a été republié dans Id., L'Imaginaire médiéval, Paris, Gallimard, 1991, pp. 208-241.

11 R. Berger, « Les Bourgeois dans la littérature romane (Zone Ouest) », in Revue de l'Université de Bruxelles, IV, 1978, pp. 429-436.

12 C. Clamote Carreto, « Dérision, division, déviation. Incidences poétiques de l’imaginaire marchand sur quelques chansons de geste des xiie et xiiie siècles », in L'Épopée romane. Actes du XVe Congrès international Rencesvals (Poitiers, 21-27 août 2000), éd. D. Bianciotto et CL. Galderisi, 2 vols, Université de Poitiers, CESCM, 2002, vol. I, pp. 265-280.

13 Pavie, qui fut un centre actif à l’époque carolingienne, est aussi citée dans le Perceval comme un modèle de richesse, cf. l’éd. F. Lecoy, 2 vols, Paris, Champion (« CFMA », 100 et 103), 1973-1975, vol. II, p. 128, vv. 6421-6422.

14 Cf. Dictionnaire historique de la langue française, sous la dir. d’A. Rey, Paris, Dictionnaires le Robert, 1988, vol. I, pp. 475-477.

15 Le prosateur dit s’inspirer pour l’histoire de la reine Sibille d’un « rommant sur ce faict » (χχχι, 3). Selon Suard, Guillaume d’Orange, cit., p. 111, n. 48, il s’agit soit d’un roman en prose perdu, soit de la chanson en alexandrins dont il ne reste que des fragments.

16 Ibid., p. 139.

17 Le Couronnement de Louis, chanson de geste du XIIe siècle, éd. E. Langlois, Paris, Champion (« CFMA », 22), 19652.

18 Les Narbonnais, éd. H. Suchier, Paris, Didot (« SATF »), 1898, vv. 7675 et 7683.

19 Et encore au chap. lxxxii, 17, le romancier ajoute les bourgeoises aux riches dames et danzelles qui, dans le poème, regrettent leurs maris. Voir Aliscans, éd. Cl. Régnier, 2 vols, Paris, Champion (« CFMA », 110-111), 1990, vv. 2281-2282.

20 La même thématique se retrouve dans les Enfances Vivien, où on souligne le rôle qu’exercent l’infrastructure hôtelière et les installations commerciales pour attirer dans une ville des marchands étrangers (lxvii, 2-3).

21 Les Deux Rédactions en vers du Montage Guillaume, chanson de geste du XIIe siècle, éd. W. Cloetta, 2 vols, Paris, Didot (« SATF »), 1906-1911, vv. 6494-6495.

22 Faute de place, nous ne nous attarderons pas à l’activité des foires. Le roman — comme déjà la chanson (voir Augier, « Remarques sur la place des marchands dans quelques chansons de geste », cit., p. 756) — en offre une peinture fidèle et en décrit avec réalisme les différentes étapes qui s’étendaient sur plusieurs semaines (afflux de marchands étrangers, déballage des marchandises, vente et échange des biens, paiements). Voir par exemple lxiii, 5-6 ; lxvi, 3-6.

23 « L’enfant qui fu remis au soleil », in Nouveau recueil complet de fabliaux, éd. W. Noomen et N. Van den Boogaard, Assen-Maastricht, Van Gorcum, 1990, vol. V, pp. 211-221.

24 Et encore Clarisse, l’épouse de Maillefer, qui se fait passer pour une marchande effectuant un pèlerinage, au motif — non désintéressé — de favoriser les voyages et les affaires de son mari (chap. cxv, 2).

25 Sur les rapports entre l’éducation reçue par Vivien chez les marchands et sa destinée de héros, voir A. Richard, « Vivien chez Mabile dans les Enfances Vivien : une fenêtre sur l’avenir », in Par la fenêtre. Études de littérature et de civilisation médiévales, Aix-en-Provence, Publications du CUER MA (« Senefiance », 49), 2003, pp. 373-384. Concernant l’opposition entre l’idéal chevaleresque et les valeurs du monde marchand dans les Enfances Vivien, voir aussi Clamote Carreto, « Dérision, division, déviation », cit.

26 « Il chevaulcha aussi la terre et le païz circuit et voisin sans lequel relever et aidier a soustenir et a entre[te]nir les bons hommes, les bons marchans et laboureus de la contree, ceulx de la cité ne pouent mie finer de toutes leur necessités. »

27 Voir par exemple chap. xxxiii, 1-5 (Charroi de Nîmes) ou chap. cix, 5 (Moniage Rainouari).

28 Suard Guillaume d’Orange, cit., p. 265, n. 44.

29 Pour illustrer la cohésion de cette communauté multiculturelle en vue du bien commun (la sauvegarde de la ville), le romancier a cette phrase qu’on ne trouverait sans doute pas chez les anciens poètes épiques : « Sy sailli hors atout ses gens d’armes par une porte et les crestiens par ung aultre, jasoit ce qu’ils feussent tous ung, comme si estoient ils, si non en loy et en creance » (lxv, 2).

30 M. Tyssens — J. Wathelet-Willem, « La Geste des Narbonnais (Cycle de Guillaume d’Orange) », in Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, vol. III, tome 1/2, fasc. 3, Heidelberg, Carl Winter-Universitätsverlag, 2001, pp. 60-61.

31 À la cour de Louis où la marchande se présente pour demander secours, tout le monde est aussi réparti sellon son estat. La marchande est bousculée et on se moque d’elle parce qu’elle prétend aller parler au roi (lxviii, 10-11).

32 La marchande s’est pourtant, elle aussi, constitué des économies personnelles quand elle a dû reprendre le commerce en l’absence de Godefroy ; mais elle fera généreusement profiter Vivien de ce magot et lui fournira l’équivalent de la somme qu’il a gaspillée au marché de manière à laisser croire à son père qu’il n’a rien perdu (Lxiii, 12-13).

33 « N’iert pas vilaine, fille fut d’un marchis, / Por grant avoir la dona on ensi / a Godefroid, qui est pros et gentis » (Les Enfances Vivien, chanson de geste, éd. C. Wahlund et H. Von Feilitzen, Upsala-Paris, Librairie de l’Université-Librairie É. Bouillon, 1895, vv. 2408-2410).

34 Ainsi par exemple P. Racine, « Le marchand, un type de la société médiévale », in Le marchand au Moyen Âge. XIXe Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (Reims, 1988), Reims/Paris, CID éditions, 1992, pp. 1-9.

35 Sur ces « nouveaux seigneurs », et notamment les marchands devenus propriétaires fonciers et qui obtiennent des lettres d’anoblissement, voir par ex. M. Mollat, Genèse médiévale de la France moderne. XIVe-XVe siècle, Paris, Arthaud, 1977, pp. 233-235.

Auteur

Université de Liège ; Université de Louvain-la-Neuve

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search