Version classiqueVersion mobile

Autour du XVe siècle

 | 
Paola Moreno
, 
Giovanni Palumbo

L’Automne du Moyen Âge : Johan Huizinga et Henri Pirenne ou « plusieurs vérités pour la même chose1 »

Marc Boone

À la mémoire de Bryce Lyon (1920-2007).

Texte intégral

  • 1 En préparant le texte suivant j’ai pu profiter des remarques judicieuses de quelques lecteurs crit (...)

1De nos jours, aucune considération autour de la relation entre texte et représentation au bas Moyen Âge ne se conçoit, ou difficilement, sans faire référence à una œuvre que l’on peut qualifier à juste titre de livre classique, L'Automne du Moyen Âge de Johan Huizinga. Si, du vivant de l’historiographe néerlandais, la relation susdite était déjà problématique elle l’est encore aujourd’hui : aussi bien pour un historien que pour un historien de l’art ou de la littérature. Voilà ce qui m’a incité à explorer l’aventure intellectuelle qu’a été la genèse et la réception de L'Automne. Je l’ai fait en considérant l’état des recherches en histoire médiévale aux alentours de la Grande Guerre, à l’aide des œuvres des deux géants et contemporains Huizinga (1872-1945) et Pirenne (1862-1935), deux historiens médiévistes actifs durant ces premières et souvent tragiques décennies du xxe siècle, mais formés suivant les principes d’une histoire rigoureuse et positiviste du xixe siècle. Jeter un regard rétrospectif sur cette époque constitue un passage obligé pour qui veut contribuer aux débats méthodologiques, voire idéologiques, qu’engendre la pratique de l’histoire de nos jours. Or, cela se traduit souvent par un débat entre une approche postmoderne de l’histoire et une attitude à première vue plus conservatrice, approche qualifiée parfois de néo-positiviste.

  • 2 J. Huizinga, « L’État bourguignon. Ses rapports avec la France et les origines d’une nationalité n (...)

2Huizinga et Pirenne se sont bien évidemment rencontrés à plusieurs reprises, d’abord comme collègues appartenant à la même partie de l’Europe et, en tant que médiévistes, intéressés à l’histoire d’une partie du passé européen, caractérisée par un lent cheminement vers une unité de fait : les anciens Pays-Bas. Puis, l’actualité de l’époque qu’ils ont vécue les a rapprochés à nouveau vers la fin de leur carrière. La correspondance de Huizinga vient d’être éditée et nous livre entre autres cette remarque formulée par Pirenne dans une lettre de 1931 dans laquelle il réagit à un tiré à part que Huizinga venait de lui envoyer, un article sur l’unité bourguignonne2 :

  • 3 Édité et commenté par Huizinga lui-même dans la notice biographique qu’il publia après le décès de (...)

Je dirais volontiers qu’étant donné votre point de vue, vous avez raison. Mais, en envisageant le sujet d’une manière plus concrète, dans les faits plutôt que dans les idées, dans ce que les ducs ont fait sans peut-être avoir voulu le faire, on le voit apparaître, me semble-t-il, d’une manière un peu différente. Il y a, en somme, plusieurs vérités pour une même chose : c’est un peu, comme en peinture, une question d’éclairage. L’essentiel est de faire réfléchir3.

  • 4 J. Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” : Huizinga et Pirenne », in Revue Belge de Philolo (...)
  • 5 « Si, comme je le crois, la tâche ultime de l’historien est de faire penser des générations, si ce (...)

3Mon collègue louvaniste, Jo Tollebeek, a découvert que la dernière phrase que je viens de citer — « l’essentiel est de faire réfléchir » — se retrouve mot à mot, bien qu’en néerlandais, dans le journal de Paul Fredericq, collègue et compagnon de route de Pirenne, à un endroit où Fredericq parle de Pirenne à un autre élève du maître gantois, Victor Fris (en 1898)4. Et pour ceux qui raffolent des allusions intertextuelles, signalons que Jan Dhondt a à son tour donné un écho à cette petite phrase de Pirenne en écrivant que ce dernier comptait parmi les plus grands historiens « pour avoir fait penser deux générations5 ».

  • 6 « Deze woorden moet men uit den mond van dezen robusten realist, weinig gericht op bespiegeling en (...)

4En tous cas, nous disposons d’un commentaire de Huizinga sur la lettre de Pirenne, puisqu’il a repris la citation dans une notice biographique concernant Pirenne, datant de 1934-1935. Huizinga précise que sous la plume « d’un réaliste robuste » comme Pirenne, les mots « il y a en somme plusieurs vérités pour la même chose » ne s’interprètent pas du tout comme le signe d’un doute quelconque concernant la connaissance positiviste de l’histoire6. Faut-il y voir une interprétation bienveillante d’un homme qui se sentait attaché à Pirenne par des liens d’amitié, mais qui, sur le plan des aspects épistémologiques de l’histoire, se sentait très éloigné du maître belge ?

  • 7 G. Oestreich, « Huizinga, Lampreda und die deutsche Geschichtsphilosophie : Huizingas Groninger An (...)
  • 8 J. Tollebeek – T. Verschaffel, De vreugden van Houssaye. Apologie van de historische interesse, Am (...)
  • 9 F.R. Ankersmit, Narrative logic. A semantic analysis of the historian's language, Den Haag, Nijhof (...)
  • 10 « Van de redactie », in Feit & fictie. Tijdschrift voor de geschiedenis van de representatie, I, 1 (...)
  • 11 H. White, Metahistory. The historical imagination in nineteenth-century Europe, Baltimore-Londres, (...)
  • 12 N.F. Cantor, Inventing the Middle Ages. The Uves, works, and ideas of the great medievalists of th (...)

5Les deux historiens, Pirenne et Huizinga, ont marqué l’historiographie de leur époque et surtout l’image que les générations suivantes ont pu se faire de la fin du Moyen Âge. Mais le succès de leurs écrits reste très inégal et révèle une évolution importante. Encore en 1972, lors d’un colloque organisé à Groningue à l’occasion du centenaire de la naissance de Huizinga, un des orateurs, Gerhard Oestreich (Université de Marburg) se plaignait de la perte nette d’intérêt pour l’histoire telle que la pratiquait Huizinga. Cette façon d’aborder le passé lui semblait totalement éclipsée par le succès de l’histoire socio-économique, de préférence quantitative, qui avait totalement fait perdre de vue les réjouissances esthétiques de l’histoire culturelle7. Quelle différence avec notre époque où les partisans d’une approche esthétique et post-modeme de l’histoire semblent dominer le débat historiographique ! Pour ces derniers, Huizinga est un précurseur et un maître à penser, même si la notion centrale de la « sensation historique » qu’ils lui empruntent n’a pas vraiment été analysée par Huizinga. Par « sensation historique », à laquelle il faisait référence dans sa leçon inaugurale présentée à Groningue le 4 novembre 1905, notion qui traitait des « éléments esthétiques dans la représentation historique », Huizinga entendait « un contact direct, presque sensuel avec le passé8 ». Même révérence pour Huizinga le précurseur chez le représentant à Groningue de l’école post-modeme, Frank Ankersmit9. On ne s’étonnera pas de retrouver les mêmes noms dans la revue Feit & fictie. Tijdschrift voor de geschiedenis van de representatie (« Faits et fiction. Revue de l’histoire de la représentation ») tenue sur les fonts baptismaux en 1993 et dont la déclaration de principe nomme un seul historien néerlandophone : Johan Huizinga10. Cette déclaration est suivie par un article de Hayden White, le « pape » de l’histoire postmoderne, l’auteur d’œuvres emblématiques de ce courant, devenu respectable et critiquable11, qui, à son tour réunit dans une même phrase les noms de Huizinga, Droysen et Burckhardt. Ajoutons que dans le livre irritant, mais non sans fondement de l’américain Norman Cantor, esquissant les portraits des médiévistes du xxe siècle, Huizinga est décrit essentiellement sur la base de son Herfsttij, à la fois comme le précurseur des Annales, de l’école américaine d’anthropologie symbolique (C. Geertz), de l’histoire culturelle soviétique (M. Bakhtin) et de la disciple à Princeton de cette dernière école, N.Z. Davis12 ! En soi, un exercice postmoderne plus que réussi.

  • 13 En Belgique la polémique ne faisant pas partie des traditions intellectuelles, l’introduction des (...)

6À l’heure actuelle, pour évaluer la résonance scientifique d’une œuvre, il est possible de compter les références qui lui sont faites, les hits. Dans le moteur de recherche « Google », j’ai ainsi retrouvé (le 1er mai 2004) 6 920 entrées pour « Henri Pirenne » contre 21 100 pour « Johan Huizinga ». Retournement complet de la situation telle que la déplorait encore Oestrich en 1972, mais retournement sans surprise : si l’histoire socio-économique et positiviste semble avoir du plomb dans l’aile, l’histoire culturelle, elle, a le vent en poupe et semble, depuis le « tournant linguistique », avoir conquis des bastions comme la revue des Annales13. Cette position de force m’oblige à parler dans ce qui suit, en pole position de Huizinga. Pirenne suivra. Dans un dernier paragraphe, je reviendrai sur les contacts entre les deux hommes et sur ce qui les a séparés et rapprochés, « plusieurs attitudes pour la même chose » en quelque sorte.

Huizinga : un postmoderne classique ?

  • 14 J. Huizinga, « Mijn weg tot de historie », in ID., Verzamelde werken, cit., vol. I (le texte origi (...)
  • 15 La littérature sur Huizinga est devenue très abondante ; pour ce qui suit, je me suis inspiré de J (...)
  • 16 J. Huizinga, De Vidûsaka in het Indische toneel, Groningue, Noordhoff, 1897, IV-155 pp.
  • 17 Sur l’importance de Huysmans, et sur son influence entre autre sur le jeune historien Huizinga, vo (...)
  • 18 Voir les remarques de E. Peters-W. Simons, « The new Huizinga and the old Middle Ages », in Specul (...)
  • 19 W. Thys, « Huizinga en de beweging van Tachtig », in Bijdragen en Mededelingen betreffende de gesc (...)
  • 20 A. Van Der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk in beeiden & documenten, Amsterdam, Wereldbibliothee (...)
  • 21 G. Deneckere, « Turbulentie rond de vernederlandsing van de Gentse universiteit na de Eerste Werel (...)

7Johan Huizinga a fait son entrée dans le monde des historiens par une porte dérobée. Dans une courte notice auto-biographique Mijn weg tot de historie (Mon cheminement vers l’histoire) écrite vers la fin de sa vie, Huizinga suggère pourtant que le sort l’avait en quelque sorte prédestiné à devenir historien14. La prédestination : une notion pas si surprenante en fin de compte pour un protestant néerlandais au début du xxe siècle. Son père, Dirk Huizinga, avait d’ailleurs fait des études dans le but de devenir pasteur baptiste avant de se tourner vers les sciences, pour finalement devenir professeur en physiologie à Groningue. Son grand-père, Jakob Huizinga, fut un pasteur intransigeant et moralisateur sur l’île de Texel15. Le jeune Johan Huizinga, dès qu’il eut choisi son trajet intellectuel, développe une sensibilité grandissante pour la littérature et les arts, les cultures du monde et l’exotisme en général : il étudie finalement le sanskrit, et après des études à Groningue — le détail me semble important — il part étudier la linguistique comparée à Leipzig. En 1897, il soutient une thèse sur le vidûshaka (le bouffon de cour, figure stéréotypée et comique) dans le théâtre classique hindou16. Durant ses études à Groningue et à Leipzig, Huizinga s’abreuve de la littérature et des débats philosophiques qui marquent la fin de siècle aux Pays-Bas, avec une véritable boulimie. Citons, dans le champ de la fiction, des auteurs francophones comme Joris-Karl Huysmans (le Huysmans de Là-bas, 1891) ou Rémy de Gourmont, et des revues telles De Nieuwe Gids ou Kroniek, qui accueillaient des œuvres littéraires néerlandaises des années 1880 et 1890, laissant libre cours aux sentiments « fin de siècle17 ». Dans cette dernière revue, un auteur, André Jolies, enfant prodigue de la littérature à Amsterdam, avait publié dans les premiers numéros une série d’articles sur la renaissance italienne. Il devint vite un ami très proche de Huizinga et le resta durant une trentaine d’années. Jolies, lui même proche de l’historien de l’art Aby Warburg, a certainement influencé Huizinga et sa conception de la notion de « renaissance ». De plus, l’œuvre scientifique de l’historien de l’art Jolies tournait autour de la question, essentielle pour le Huizinga du Herfsttij, de la relation entre forme et contenu18. Leur relation prit fin pendant l’année fatidique de 1933, quand Jolies (déjà volontaire dans l’armée allemande en 1914, puis professeur à Gand en 1916, pendant l’occupation, ce qui a lourdement pesé sur ses tentatives, soutenues à l’époque par Huizinga, pour devenir professeur aux Pays-Bas) opta pour le national-socialisme allemand19. Aucun des Néerlandais qui avaient accepté d’enseigner à l’université de Gand, « flamandisée » par l’occupant allemand (la soi-disante université Von Bissing), a pu, après cet épisode, poursuivre une carrière académique aux Pays-Bas20. L’ironie de l’histoire a voulu que Huizinga ne se soit pas éloigné plus tôt de cet ami « encombrant », sachant combien la question de l’université de Gand avait marqué l’existence de son collègue gantois Pirenne et à quel point ce dernier s’était battu dans les années 1920 et 1930 du xxe siècle pour contrecarrer toute tentative d’imposer le néerlandais comme langue d’enseignement, allant même jusqu’à démissionner de son poste à Gand vers la fin de sa carrière21.

  • 22 Thys, « Huizinga en de beweging van Tachtig », cit., pp. 177-179.
  • 23 Avec une reproduction des maquettes des titres : Van Der Lem, Johan Huizinga, cit., p. 138.
  • 24 Un survol des traductions et des changements de titre : Peters-Simons, « The new Huizinga and the (...)
  • 25 Le doute vient du fait que la traduction anglaise de 1996 s’inspire non du texte original en néerl (...)

8Johan Huizinga fut éclectique dans le choix de ses amis. Dès le début de sa carrière académique, par exemple, il se lia d’amitié pour la vie avec le couple Roland Holst, Richard Roland Holst et son épouse la poétesse Henriette Roland Holst-Van der Schalk, deux intellectuels profondément engagés dans le mouvement socialiste22. C’est d’ailleurs à Henriette Roland Holst-Van der Schalk que nous devons les titres, pleins de mélancolie, du Herfsttij der Middeleeuwen et du livre prémonitoire que Huizinga publia en 1935, In de schaduwen van morgen (littéralement Dans l’ombre de demain, mais dont la traduction française officielle est Incertitudes. Essai de diagnostic du mal dont souffre notre temps, Paris, Médicis, 1939), livre dans lequel il met en garde contre les dérapages du national-socialisme. Je reviendrai sur le dernier livre, mais il est important de s’attarder sur la notion de Herfsttij, un néologisme dans la langue néerlandaise de l’époque, désormais intégré dans les dictionnaires qui continuent à mettre en garde contre l’usage abusif du suffixe tij, en faisant référence au titre du livre de Huizinga ! Le choix du mot reste révélateur du sens très développé de l’esthétisme chez Huizinga qui, en tant que dessinateur très doué, s’occupait activement des aspects bibliophiliques de ses publications, des illustrations et du choix des types de lettres, de caractères, etc. Les archives Huizinga (dans la salle Dousa, collection de manuscrits occidentaux de l’Université de Leyde) contiennent nombre de maquettes de sa main de la page initiale du livre qu’il préparait sur la culture bourguignonne et pour lequel il avait hésité entre des titres comme De eeuw van Bourgondië (Le siècle de Bourgogne), In den Spiegel van Jan Van Eyck (Dans le miroir de Jan van Eyck, référence au détail de la peinture dite les époux Arnolfini), Een eeuw van uitbloei (Un siècle de floraison tardive) et Herfstgloed der Middeleeuwen (Ferveur automnale du Moyen Âge), avant d’en arriver à la suggestion de Henriette Roland Holst-Van der Schalk, Herfsttij der Middeleeuwen23. Comme la notion de Herfsttij (automne) suggère une suite à un printemps et à un été médiéval, Huizinga, qui s’opposait à l’interprétation logique qui découle de ce constat, c’est-à-dire à une vision cyclique de l’histoire, prit soin d’éviter le malentendu dans les traductions. Le livre s’intitule en effet en français Le Déclin du Moyen Age (au moins dans la première traduction tardive de 1932 ; depuis, le livre a été édité à nouveau en 1975 sous L’Automne du Moyen Âge) et en anglais The Waning of the Middle Ages24. Mais en langue anglaise également, l’image forte de l’automne s’est finalement imposée. La nouvelle traduction — on devrait dire la première traduction du texte intégral, jusqu’ici des générations d’étudiants anglais et américains ont glosé sur une version reader’s digest du texte de Huizinga —, d’une qualité douteuse, datant de 1996, porte le titre The Autumn of the Middle Ages25.

9Que ce jeune intellectuel néerlandais, destiné à première vue à rester professeur d’une école secondaire à Haarlem et puis, à partir de 1903, privaat-docent à Amsterdam, chargé de cours en histoire culturelle des Indes, se soit finalement, à partir de 1905, retrouvé à Groningue comme professeur d’histoire médiévale, peut sembler paradoxal et lié au hasard. Avant d’occuper ce poste, il avait encore perfectionné sa connaissance de l’Orient chez le spécialiste de la civilisation indienne à Leyde, H. Kern, qui l’avait convaincu que le bouddhisme était devenu une religion complètement rigide et ritualisée dans les formes, ayant perdu graduellement tout lien avec les valeurs et le contenu qu’elle était censée promouvoir. Une façon de voir les choses qui allait se retrouver chez Huizinga dans sa conception de la culture à l’époque bourguignonne.

  • 26 J. Huizinga, « De opkomst van Haarlem », in Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidku (...)
  • 27 Sur l’historien Blok : J. Tollebeek, « De tien jaren van Blok », in De geschiedenis van de Middele (...)
  • 28 J. Huizinga, Rechtsbronnen der stad Haarlem, La Haye, Nijhoff, 1911, CVIII-559 pp. (Werken der Ver (...)
  • 29 C. Santino, « ‘De Middeleeuwen ontsluierd’ : de beoefening van de middeleeuwse geschiedenis in Ned (...)
  • 30 Sur l’incident, voyez l’étude, non sans ironie, de F.W.N. Hugenholtz, « “Bella diplomatica brandti (...)

10Peu de choses, sinon aucune, ne laissait prévoir avant 1905 qu’il allait accepter la proposition de son ancien maître à Groningue, le médiéviste P.J. Blok, de rejoindre le corps professoral de cette université. Pourtant, Blok l’avait déjà orienté vers une étude classique, exécutée tout à fait selon les règles de l’art de l’histoire médiévale, sur la ville de Haarlem26. L’étude en question vit le jour en 1905 ; elle s’alignait sur les études d’histoire urbaine classique, que Blok lui-même avait consacrées à la ville de Leyde et qui n’étaient pas sans ressemblance avec les études d’histoire urbaine qu’un certain Henri Pirenne avait fait naître en Belgique (son étude sur la constitution de la ville de Dînant de 1889 était en quelque sorte un modèle du genre)27. Huizinga développa dans son étude le thème de l’origine, sinon de l’inspiration brabançonne du droit urbain à Haarlem. Une thèse qu’il allait renforcer par une deuxième publication, une édition de sources classique : Rechtsbronnen der stad Haarlem en 1911 — entre-temps, il avait rendu visite à Pirenne à Gand, en 1908, pour s’informer quant à l’organisation d’un cours pratique en histoire médiévale, inspiré par les séminaires à l’allemande introduit par G. Kurth et Pirenne en Belgique28. Après bien des tergiversations, Huizinga, pressé par l’archiviste Muller, avait accepté en 1915 d’éditer les comptes des comtes de Hollande de la période hennuyère, mais il avait finalement renoncé au projet, en déclarant qu’à ses yeux, les sources ne méritaient pas tant d’efforts29. Or, ces sacrifices sur l’autel de l’érudition allaient revenir avec une véhémence imprévue : en 1921, une thèse soutenue à Utrecht par C.D.J. Brandt, élève d’Otto Oppermann, professeur d’origine allemande d’histoire médiévale à Utrecht — poste qu’Oppermann occupait depuis 1904 — avait jeté le doute sur la nature des privilèges de Haarlem. Huizinga réagit deux ans plus tard, en 1923, avec une attaque en règle visant Oppermann à travers Brandt, engageant ainsi une « bataille d’érudits » qui lui permettait de prendre pour toujours ses distances vis-à-vis d’une histoire médiévale devenue à ses yeux la victime de l’obsession technique des sciences auxiliaires, rendue rigide par un positivisme sans limites30. Ainsi, Huizinga saisissait l’occasion de divulguer aux yeux de tous une opinion qu’il avait déjà formulée sans ambiguïté dans une lettre à Henri Pirenne, pendant la captivité de ce dernier en Allemagne (lettre du 23 octobre 1917) :

  • 31 J. Huizinga, Briefwisseling, éd. L. Hanssen, W.E. Krul et A. Van Der Lem, 3 vols, Utrecht, Veen, 1 (...)

Et pourtant les dernières années m’ont rendu de plus en plus incapable de goûter ces ouvrages ultra-scientifiques et illisibles qui abondent dans notre science. Je dis souvent à mes étudiants qu’un livre illisible est un mauvais livre, quel que soit le sujet (excepté en mathématiques je pense, mais peut-être ces messieurs les mathématiciens trouvent-ils illisibles beaucoup de choses qui ne nous le semblent pas). J’ai sous main un beau spécimen d’un tel ouvrage justement à présent. Vous connaissez M. Oppermann, professeur à Utrecht. Il a présenté à notre Académie royale une dissertation sur les sources de l’histoire de la Hollande du xe au xiie siècle, que je dois lire pour en faire le compte rendu. Vous savez combien est maigre cette tradition d’Egmond dont il s’agit. Et vous savez peut-être que M. O. a la manie de signaler partout les falsifications. Il voit partout des moines infiniment astucieux et d’une habileté de faussaires incomparable. Il les démasque tous. Mais les grands travaux demandent de grands efforts, et voilà qu’il met 968 pages sans les pages, numérotées a b c d, à disqualifier nos braves Dirk et Floris, qui nous ont été chers depuis l’enfance.
On raconte de Voltaire qu’il dit en montrant à un visiteur dans sa bibliothèque les gros volumes des pères de l’Église : « Je les ai lus, mais ils me le paieront. » Il me coûtera un effort de sentiments chrétiens pour ne pas dire la même chose à propos de mon collègue31.

  • 32 « Voyez par exemple les prodiges d’ingéniosité dépensés à découvrir de prétendues falsifications. (...)
  • 33 Nous ne disposons pas d’indications directes quant à la présence de Huizinga lors des cours de Lam (...)
  • 34 Sur Lamprecht, voir la notice que lui a consacrée L. Schorn-Schütte dans Historikerlexikon von der (...)
  • 35 Voir l’esquisse des attitudes changeantes (vers toujours moins de compréhension) de Huizinga vis-à (...)
  • 36 J. Tollebeek, « Historiografie en politiek omstreeks de eeuwwende : Bloks sociale geschiedenis », (...)
  • 37 W.E. Krul, « Johan Huizinga (1872-1945) », cit., p. 99.

11Dans sa condamnation du positivisme à outrance à la Oppermann, Huizinga faisait savoir à Pirenne, sans s’en prendre directement à l’historien belge qu’il admirait trop, ses sentiments sur la question. Qu’on se garde toutefois de supposer une opposition entre les deux hommes sur la question des effets d’une érudition exagérée. Une note de Pirenne « sur la spécialisation en histoire » écrite pendant sa captivité en Allemagne et datée du 7 février 1918 reprend dans des mots fort semblables les mêmes préoccupations32. Huizinga, lui, restait sur les positions qu’il avait déjà occupées lors de sa leçon inaugurale de 1905 : une position anti-positiviste, qui se rapprochait des convictions néo-kantiennes à la mode en Allemagne vers la fin du xixe siècle et défendues dans le Methodenstreit qui sévissait à l’époque. N’oublions pas que Huizinga avait étudié à Leipzig en 1895-1896, au moment même où Karl Lamprecht (1856-1915) y enseignait l’histoire33. Le Methodenstreit a parfois été qualifié de Lamprechtstreit, tellement Lamprecht incarnait la tentative de sauver le positivisme du xixe siècle de l’asphyxie intellectuelle qui le menaçait en proposant l’existence de « lois naturelles à fondements socio-psychologiques », aptes à transformer une nouvelle histoire culturelle en une histoire totale, englobant l’histoire économique, sociale, politique et culturelle traditionnelle34. Bref, une tentative de sauver l’essentiel du positivisme qui, d’un côté, s’enlisait dans une fascination stérile pour le détail et, de l’autre, était sous la pression d’une approche herméneutique revigorée. Par la suite, Lamprecht formula ses convictions dans deux publications théoriques, son Die Kulturhistorische Methode (1900) et le Moderne Geschichtswissenschaft de 1905 : selon lui, la science historique devait aboutir à une construction de notions, non d’images, ce qui menait à une typologie chronologique de l’histoire, pour laquelle Lamprecht utilisait la notion de Kulturzeitalter, une notion qui, avec le temps, trouvait de moins en moins grâce aux yeux de Huizinga35. Autant Blok, à Groningue, que Pirenne à Gand ont été profondément marqués par Lamprecht et n’ont jamais caché cette influence36. La leçon inaugurale de Huizinga à Groningue en 1905 se démarquait de cette approche à la Lamprecht, et dans ce sens, Blok dut être déçu si vraiment, comme le suggère Krul, il avait espéré avoir renforcé les “lamprechtophiles”, en œuvrant pour la nomination de Huizinga à Groningue37.

  • 38 Oestreich, « Huizinga, Lamprecht und die deutsche Geschichtsphilosophie », cit., p. 147.
  • 39 J. Huizinga, « Het aesthetische bestanddeel van geschiedkundige voorstellingen », in Id., Verzamel (...)

12Dans sa leçon, Johan Huizinga avait en effet choisi le camp des opposants à Lamprecht, à savoir des néo-kantiens comme Wilhelm Dilthey (1833-1911), Georg Simmel (1858-1918), Wilhelm Windelband (1848-1915), Heinrich Rickert (1863-1936), Eduard Spranger (1882-1963), tous abondamment cités par lui et tous exprimant la logique innée des sciences humaines, de l’histoire en premier lieu, basée sur l’intuition et sur une approche idéographique (donc mettant l’accent sur l’individuel et le descriptif) de l’histoire, accompagnée d’une réfutation de l’existence de « lois » historiques38. Sur le plan méthodologique, cette quête néo-kantienne (Dilthey caractérisait son œuvre comme une « Kritik der historischen Vernunft ») se traduisait par l’accent mis sur l’image comme instrument pour pénétrer l’histoire et également comme produit de la recherche historique, dans un souci esthétique et littéraire : connaître la réalité historique reviendrait à « nicht Abbilden, sondern Umbilden, und zwar immer Vereinfachen » — ainsi Huizinga cite-t-il dans sa leçon Rickert39. Le Herfsttij illustre, comme les autres livres d’histoire culturelle de Huizinga — son livre sur l’Amérique Mensch en menigte in Amerika (1918), Homo ludens (1938), Nederland’s beschaving in de zeventiende eeuw (1941) —-sa façon d’appliquer ces recettes.

  • 40 Voir, sur la réception du Herfsttij, F.W.N. Hugenholtz, « The fame of a masterwork », in Bijdragen (...)
  • 41 Dans une réaction parue dans un magazine à caractère général : F. Muller, Onze Eeuw, vol. I, 1920, (...)
  • 42 Hugenholtz, « The Fame of a Masterwork », cit., p. 240.
  • 43 J. Tollebeek, « Renaissance’ and ‘Fossilization’ : Michelet, Burckhard, and Huizinga », in Renaiss (...)

13Il devient clair, en lisant la correspondance de Huizinga au début de sa carrière tardive comme médiéviste, marquée par la parution en 1919 du Herfsttij — l’auteur avait déjà 47 ans à ce moment —, qu’il a également voulu se faire une place à lui. Ce fut relativement facile vis-à-vis de ses collègues à la Oppermann, avec lesquels une quelconque identification était par ailleurs exclue dès le début. Le petit monde des médiévistes néerlandais réagit à la publication du Herfsttij avec un certain embarras : le livre, sa tonalité, l’esthétisme et l’aspect littéraire, dominant aussi bien dans la sélection des sources que dans le récit même de Huizinga, se trouvaient loin de leurs préoccupations quotidiennes. Ils formaient un cercle occupé à réduire le retard qu’avaient pris les études médiévales dans un pays où la période privilégiée par la recherche historique était (et est encore de nos jours) la période de faste de la République de la fin du xvie et du xviie siècle40. Dans un tel contexte, Huizinga dérangeait, et le succès qu’il récoltait dans les milieux littéraires n’arrangeait pas l’affaire. L’influent archiviste d’Utrecht, Sam Muller, lui avait d’ailleurs fait remarquer que les lauriers littéraires étaient dangereux pour un historien41. Attitude qu’on retrouve ailleurs qu’aux Pays-Bas : le médiéviste utrechtois Fritz Hugenholtz raconte qu’à sa grande surprise, lors de ses études à Gand dans les années 1947-1948, Huizinga n’était pas lu par les étudiants et la lecture de ses œuvres pas du tout encouragée42. On peut donc supposer chez Huizinga une volonté de se démarquer de ses collègues néerlandais, opération facile dans la mesure où le désaccord était réciproque, mais moins évidente vis-à-vis de Lamprecht, dont l’éloignement intellectuel est venu graduellement, mais dont la notion de Kulturzeitalter avait en soi de quoi séduire Huizinga. Distance également vis-à-vis de celui que grand nombre de contemporains — parmi eux Henri Pirenne — avaient identifié comme un précurseur et inspirateur de Huizinga, l'influent historien suisse Jacob Burckhardt (1818-1897), dont l’œuvre majeure Die Kultur der Renaissance in Italien avait vu le jour en 1860. La notion de « renaissance » avait une grande importance dans les écrits de Huizinga, et, comme le souligne Jo Tollebeek dans une série d’observations pénétrantes, les deux auteurs, Burckhardt et Huizinga, abordaient l’histoire culturelle en partant d’un point de vue « médical » : là où Burckhardt mettait l’accent sur l’aspect thérapeutique — un remède également sur le point personnel —, Huizinga privilégiait le sentiment de maladie et de déclin43.

  • 44 La notion « book of remembrance » se retrouve dans W.E. Krul, « In the mirror of Van Eyck : Johan (...)
  • 45 Voir Van Der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., p. 137.

14Les maladies et le déclin se taillaient une place toujours plus grande dans la vie personnelle de Huizinga, surtout pendant les longues années au cours desquelles prit forme le Herfsttij, et durant lesquelles il lisait en abondance des auteurs historiques et littéraires du bas Moyen Âge, tel Froissait. Sur le plan personnel, Huizinga avait perdu son épouse le 21 juillet 1914, et le 28 octobre de la même année il avait accepté une nomination comme professeur d’histoire à Leyde ; entre ces deux dates, importantes pour l’homme, se situe le fatidique 1er août, le début de la Grande Guerre. Il travaillait pendant cette période à son Herfsttij, « a hook of remembrance » en ce qui concerne sa personne, mais également en référence à l’époque qu’il vivait44. Le Herfsttij a été publié en 1919, donc après la Première Guerre mondiale, mais Huizinga a travaillé sur le livre pendant le conflit qui l’a marqué profondément, et les répercussions ne se limitent pas uniquement aux perturbations de la vie privée, si bien illustrée par la photo de l’été 1915 montrant un Huizinga en costume, s’exerçant dans les dunes de Katwijk à défendre son pays si besoin en était45. La Première Guerre mondiale fut aussi, pour Huizinga et pour Pirenne, l’occasion — dont ils se seraient bien passés tous les deux — de s’engager dans une correspondance épistolaire soutenue.

15Les deux hommes se connaissaient bien sûr et s’appréciaient, tout en étant conscients de ce qui les séparait en tant qu’historiens, par le tempérament, la méthodologie et l’estime de la communauté des collègues.

Pirenne : un maître à penser classique ?

  • 46 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., pp. 64, 84 pour les express (...)
  • 47 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 92.
  • 48 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 99 (no 68). Les « cours pratiques » donnés à Gand par F (...)
  • 49 Huizinga, Briefwisseling, cit, vol. I, p. 100 (no 70 et 71).
  • 50 Ibid., p. 202 (no 190). Autre détail qui révèle l’observateur Huizinga, il raconte comment, étant (...)
  • 51 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 74.
  • 52 Lyon, Henri Pirenne, cit., pp. 187, 203 ; Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 162 (no 141).
  • 53 Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 415.

16Si Pirenne se classe, en effet, loin derrière Huizinga en ce qui concerne l’attention que son œuvre suscite de nos jours, ce ne fut pas du tout le cas pendant sa vie. « Une avalanche d’honneurs » ou encore « un ensemble barnumesque » : voilà les expressions utilisées par Jan Dhondt, l’auteur d’une étude perspicace du phénomène Pirenne, pour caractériser l’intérêt déjà porté par ses contemporains à Pirenne46. Pour ne citer qu’un seul des multiples honneurs dont Pirenne fut comblé, rappelons que le 25 juin 1919, il reçut le doctorat honoris causa à Oxford, en compagnie de trois amiraux anglais, des maréchaux Joffre, Pershing et Haig et de Herbert Hoover ; le 11 novembre de la même année, il y ajoutait un doctorat honoris causa à Strasbourg : date et lieu on ne peut plus symboliques, car Pirenne incarnait en effet, dès la fin du conflit mondial, la Belgique artyre47. C’est donc à un monument de gestation que Huizinga s’adressait pendant la guerre à Pirenne, et dont témoigne sa correspondance. Les deux médiévistes se connaissaient personnellement depuis qu’en 1908, Huizinga s’était rendu à Gand pour se « renseigner personnellement sur le fonctionnement et l’organisation de votre cours pratique » ; et il ajoutait : « mon vif désir de faire votre connaissance », lettre datée du 7 avril à Pirenne48. De la lecture des lettres datant du 25 avril (à Pirenne) et du 14 juillet (à Paul Fredericq), nous pouvons déduire que la visite a eu lieu le 23 avril et qu’elle s’est clôturée par un repas chez les Pirenne en compagnie de Fredericq et du latiniste gantois Paul Thomas (petit détail linguistique : Huizinga écrivait à Pirenne en français, à Fredericq en néerlandais)49. Des années plus tard, en 1917, en écrivant à Pirenne lors de l'emprisonnement de ce dernier en Allemagne, Huizinga reviendra sur les heureux souvenirs que lui a laissés son passage à Gand. Il se rappelle la tenue des floralies gantoises à l’époque et la visite de l'Agneau Mystique des Van Eyck50. Le 9 mai 1909, il insiste auprès de Pirenne pour avoir des détails sur le financement de son cours pratique, un modèle d’enseignement inspiré de ce qui se passait en Allemagne, à l’époque où l’historien avait accompli les années décisives de sa formation intellectuelle, chez Arndt, Breslau, Schmoller et avant tout Lamprecht51. Durant l’été fatidique de 1914, Pirenne se rendit à son tour à Groningue pour y recevoir le1er juillet un doctorat honoris causa (après en avoir reçu un des universités allemandes de Leipzig [1909] et Tübingen [1911]) dont Huizinga était le promoteur52. Mais la cérémonie eut lieu sans Huizinga, retenu par le drame personnel qui se préparait53. II perd en effet son épouse le 21 juillet et semble atterré, toutes les lettres parlent en abondance de ce qu’il ressent et de ses douleurs, sauf une : le 7 août, il trouve le courage d’écrire à Henri Pirenne, à qui il s’adresse en le désignant pour la première fois comme « cher collègue et ami », pour exprimer « l’indignation que nous a suscitée l’outrage brutal et cynique dont les Belges souffrent aujourd’hui », l’armée allemande ayant en effet franchi la frontière belge à partir du 4 août et Huizinga continue ainsi :

  • 54 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 164 (no 145).

Je conçois quelle douleur doit être la vôtre, vous qui avez donné l’expression historique à l’âme belge, qui avez aidé par cela à former la nationalité même qui est aux prises maintenant. Et c’est votre sol natal : Verviers, le pays liégeois qui a été envahi ! Et sans doute plus d’un de vos quatre fils est à l’armée54.

  • 55 Cette phase dramatique du cheminement intellectuel de Pirenne a fait l’objet d’une étude de fond d (...)
  • 56 Voir, sur cet épisode, B. Lyon, « The war of 1914 and Henri Pirenne’s revision of his methodology  (...)
  • 57 Pour les détails, voir Tollebeek, « Au point sensible de l’Europe », cit., p. 416. En ce qui conce (...)
  • 58 Sur le séjour de Pirenne, voir : The Journal de guerre of Henri Pirenne, éd. B. et M. Lyon, Amster (...)
  • 59 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 102.
  • 60 Huizinga, Briefwisseling, cit, vol. I, p. 200 (no 188).
  • 61 Ibid., p. 203 (no 191).

17En effet, après la Grande Guerre, la vie ne sera plus tout à fait la même, pas plus pour Pirenne que pour Huizinga. Pirenne, de son côté, a dû remettre en question les liens intellectuels qui le liaient à l’Allemagne. De retour de sa captivité allemande, il devient recteur de l’université de Gand et tient, le 18 octobre 1921, un discours inaugural dont le titre résume bien l’esprit d’ensemble : « ce que nous devons désapprendre de l’Allemagne55 ». Il s’agit également d’exclure les collègues allemands, membres des académies belges et françaises et signataires du fameux « appel des 93 », le Aufruf an die Kulturwelt. C’est la condamnation d’une vision de l’histoire fondée sur l’exaltation du génie de la race et sur la revendication pangermaniste. Pendant la guerre, la rupture avec Lamprecht fut consommée56. Déjà Lamprecht avait rejoint 1’« appel des 93 ». En 1915, peu avant sa mort inopinée, Lamprecht s’était rendu à Bruxelles pour y gagner le soutien des intellectuels, avant tout des historiens, pour le Flamenpolitik allemand, ce qui — la lecture du journal de Fredericq est éloquente sur ce point — ne lui fut pas si facilement pardonné57. Ce fut à cause de leur opposition à l’expression très concrète de cette Flamenpolitik, à savoir la germanisation de l’université de Gand, qu’Henri Pirenne aussi bien que Paul Fredericq payèrent de leur personne, par une captivité en Allemagne à partir du 18 mars 1916, puis, dans le cas de Pirenne, par la relégation dans un village de Thuringe, Creuzburg58. Pendant ce séjour imposé en Allemagne, Pirenne, qui a tenu un « journal de guerre », a dû faire face à des événements qui étaient de nature à détruire tout ce que sa génération tenait pour essentiel et acquis, une immense foi en la sagesse humaine et en la marche lente, mais imperturbable, vers un avenir meilleur. Or, « cet optimisme a été anéanti en 1914 en même temps que beaucoup de ceux qui le partageaient. Et ceux qui ont survécu ne furent plus jamais les mêmes59 ». À cela s’ajoutait le drame personnel d’avoir perdu un de ses fils lors des combats sur l’Yser en novembre 1914. Nous trouvons des échos de ces évènements dans la correspondance avec Huizinga, devenue régulière depuis le séjour de Pirenne (redevenu « cher collègue ») à Creuzberg en 1917. Huizinga y tient Pirenne au courant des avancées de ses « études sur la civilisation de l’époque bourguignonne », en ajoutant : « Ça me coûte infiniment d’efforts et de soupirs, je me dis souvent que j’ai conçu une œuvre trop haute et trop lourde pour mes forces60. » Mais il est également question des enfants, de la littérature, du temps et des colis que Huizinga, avec d’autres collègues hollandais, envoyait à Pirenne, contenant essentiellement des vivres. Dans la lettre du 24 avril 1917, on sent Huizinga embarrassé quand il écrit : « Je crains un peu que le Pindakaas n’ait été une désillusion, c’est un article fait d’apenootjes, un mot qui n’aura pas figuré dans votre enseignement du hollandais aux messieurs russes », passage qui ne fait que regretter davantage que les lettres de Pirenne à Huizinga ne soient pas conservées61.

  • 62 Ibid., p. 271 (no 269).
  • 63 A. Uyttebrouck, « Henri Pirenne et les ducs de Bourgogne », in La fortune historiographique des th (...)
  • 64 A.G. Jongkees, « Une génération d’historiens devant le phénomène bourguignon », in Bijdragen en Me (...)
  • 65 Il le fait en s’inspirant des considérations d’ordre méthodologique élaborées par Bernard Guinée : (...)
  • 66 Voir en général les observations qui prennent comme point de départ les thèmes historiques abordés (...)

18Immédiatement après la Grande Guerre, en 1919, Huizinga publie donc son Herfsttij, œuvre mal reçue par ses collègues médiévistes, aux Pays-Bas surtout, mais qui suscite également des débats avec Pirenne. Un débat qui toutefois se situe à un autre niveau que celui de la négation ou de l’incompréhension, un débat né de l’émerveillement suscité par ce livre inhabituel. Les remarques de Pirenne tournaient surtout, selon la réaction de Huizinga conservée dans une lettre (où Pirenne est de nouveau « cher collègue et ami »), autour du fait que Huizinga se serait trop laissé influencer par Burckhardt en ce qui concerne la notion de « renaissance », ce dont Huizinga se défend expressément62. Le vrai débat sous-jacent n’est toutefois pas relevé, c’est-à-dire la façon souvent diamétralement opposée dont Pirenne et Huizinga, utilisent respectivement leurs sources pour en arriver, finalement, à une approche très différente de l’époque bourguignonne. Derrière cette utilisation des sources se cache bien sûr, une vision différente de l’histoire, de ses méthodes, des buts et des fonctions qu’elle est censée atteindre. Pour Huizinga, l’intérêt de l’époque bourguignonne et des sentiments et « mentalités » à l’œuvre dans cet univers, point de mire de son livre majeur, est évident. Pour Pirenne le fait bourguignon en soi ne l’est pas moins. Paradoxe, comme l’a très bien relevé encore en 1985 le regretté André Uyttebrouck : bien que Pirenne accordât une importance toute particulière à l’époque bourguignonne dans sa conception finaliste de l’histoire de Belgique, son « bilan bourguignon » reste relativement maigre. En effet, dans la recherche personnelle de Pirenne (livres, articles, éditions de sources, notices biographiques), l’époque bourguignonne fait figure de parent pauvre63. Si l’on relit le tome deux de l’histoire de Belgique, celui qui traite la tranche chronologique du début du xive siècle à la mort de Charles le Téméraire en 1477, on constate que Pirenne a largement puisé son information dans les sources littéraires (les Froissait, Chastellain, d’Escouchy, La Marche, Monstrelet et autres Commynes), qui sont exactement les piliers sur lesquels repose le livre de Huizinga. Cette prédilection pour les sources narratives était naturelle, puisqu’au moment où écrivaient Pirenne et Huizinga ces sources étaient largement disponibles à travers des éditions — l’éventail de sources disponibles de nos jours (sources diplomatiques mais avant tout sources comptables) attendant à l’époque en très large majorité un dépouillement primaire. Toutefois, la lecture des mêmes textes a mené à un résultat historiographique on ne peut plus différent : la phrase « plusieurs vérités pour la même chose » que Pirenne avait adressée à Huizinga et auquel ce dernier faisait allusion dans sa notice nécrologique de Pirenne trouve là son illustration personnelle et irréfutable. La célèbre phrase a fait l’objet de plusieurs considérations, de nature classique dans le chef d’Adriaan Gerard Jongkees, élève d’Oppermann, l’un des successeurs de Huizinga à la chaire d’histoire médiévale de Groningue, connaisseur reconnu également de l’époque bourguignonne64. Une autre voix, plus jeune, plus perspicace, car marquée par l’approche anglo-saxonne et anthropologique, a également pris le « plusieurs vérités pour la même chose » de Pirenne comme point de départ d’une série de considérations sur la façon d’utiliser une source narrativa en particulier (la chronique de Georges Chastellain) par les deux géants de l’historiographie. L’historien écossais Graeme Small, dans l’introduction à son étude sur l’indicaire, l’historiographe officiel de la cour de Bourgogne, Georges Chastellain, a en effet centré le débat concernant l’utilisation des sources historiques narratives sur la production historique et la fonction de la mémoire comme élément constitutif de la construction bourguignonne65. De ces considérations ressort l’impression que la juxtaposition Huizinga-Pirenne se limite en effet à une énième illustration du fait que deux historiens, travaillant sur les mêmes sources, sont condamnés à produire un travail différent, aussi bien en ce qui concerne les constats et les conclusions, que du point de vue des tonalités et de la méthodologie66.

  • 67 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. II, p. 464 (no 974). Le texte en question : J. Huizinga, Over (...)
  • 68 Concernant cette affaire : F.G. Von der Dunk, « De Prins weergekeerd onder Professoren. De Colenbr (...)

19Dans l’après-guerre, les contacts directs entre Huizinga et Pirenne se sont espacés, Pirenne étant occupé par des devoirs de représentation, les deux hommes étant appelés à s’occuper de la gestion de leurs institutions respectives. Une seule remarque de Pirenne, formulée dans une lettre du 11 février 1933 adressée à Huizinga, dans laquelle il clôt pour sa part une triste affaire qui avait mis Huizinga dans un embarras personnel et institutionnel, fait référence au texte du discours rectoral de Huizinga sur le jeu et le sérieux dans la civilisation67. L’article en question préfigure un livre célèbre de Huizinga, publié en 1937, Homo Ludens. La réaction de Pirenne illustre à merveille le fossé qui séparait les deux historiens en termes de tempérament, de méthodologie et d’approche du passé. Huizinga parlait de culture, Pirenne revenait à l’économie en avouant combien le texte lui avait fait penser au livre de l’économiste allemand Bücher et en demandant en toute sincérité en quoi « le jeu est-il conscient ? En quoi, par exemple, un spéculateur en bourse se différencie-t-il d’un joueur de Monte Carlo, ou un champion de tennis d’un aviateur ? ». Toutefois, la lettre du 11 février 1933 était consacrée pour l’essentiel à une tout autre affaire, celle du plagiat au détriment de Pirenne, commis par un collègue de Huizinga à Leyde, le contemporanéiste Herman Theodoor Colenbrander. Ce dernier avait tenu, le 6 janvier 1933, à l’occasion du quatrième centenaire de la naissance de Guillaume le Taciturne une communication on ne peut plus officielle sur le prince, en présence de la famille royale néerlandaise. L’affaire Colenbrander occupe une grande partie de la correspondance de Huizinga, pendant l’année 1933, annus horribilis à plusieurs égards. Peu après la publication du texte dans la revue culturelle De Gids, l’historien néerlandais Pieter Geyl (professeur d’histoire néerlandaise à Londres) avait crié au scandale. Geyl dévoilait dans sa réaction que Colenbrander avait plagié dans une très large mesure le texte que Pirenne avait consacré aux événements du xvie siècle dans son Histoire de Belgique. Geyl, grootnedelander et défenseur de l’unité culturelle et politique de tous les néerlandophones, menait sa propre petite guerre contre l’historien de l’État belge, Pirenne, mais saisissait l’occasion de demander une attitude plus scientifique et morale de la part des détenteurs des chaires importantes à Leyde. Huizinga — sa correspondance ne laisse guère de doute à ce sujet — fut démoli par cette affaire dans laquelle il était impliqué en tant qu’ancien rédacteur du Gids et, surtout, comme recteur de l’université de Leyde, position qui ne lui laissait aucune échappatoire68. Colenbrander n’acceptant pas la proposition de Huizinga d’avouer et de se retirer de toute fonction scientifique, ce dernier partit à Berlin pour faire une série de communications, les 27 et 28 janvier 1933. Deux jours plus tard, les élections en Allemagne se soldaient par la victoire et l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler. Comme Pirenne en 1914, Huizinga allait être pris dans un engrenage d’incidents.

Huizinga et Pirenne : deux historiens aux prises avec leur temps et face à l’impossible modernité

  • 69 Une description avec tous les détails nous livre Van der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., (...)
  • 70 Il s’agit de J. Huizinga, « Burgund, eine Krise des romanisch-germanischen Verhältnisses », in His (...)

20Au mois d’avril de la même année 1933 se tenait en effet à Leyde une conférence du International Student Service avec Huizinga dans le rôle du président d’honneur, en sa qualité de recteur de l’université. À la tête de la délégation allemande se trouvait le Dr. Johann von Leers (1902-1965), auteur d’une brochure antisémite (Forderung der Stunde : Juden raus !, Berlin, 1928, 1933). Le 11 avril, Huizinga convoquait Monsieur von Leers pour lui faire part de la désapprobation de la communauté universitaire ; la rencontre se termina par le départ imposé de la délégation allemande69. De retour à Berlin, Von Leers se vengea en manœuvrant pour obliger la rédaction du Historische Zeitschrift à ajouter au texte d’une des communications faites par Huizinga à Berlin, un post-scriptum dans lequel la revue prenait ses distances, admettant que si elle avait été tenue au courant de l’incident de Leyde, elle aurait refusé de faire imprimer un texte de Huizinga70. À son tour, la revue Tijdschrift voor Geschiedenis résiliait son abonnement au Historische Zeitschrift, et Pirenne, dans la dernière lettre, jamais envoyée à Huizinga, de rajouter, dans un élan qui rappelle la lettre que Huizinga lui avait adressé en 1914 :

  • 71 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. II, p. 492 (no 1064) où l’on trouve l’identification de la ci (...)

Votre belle attitude à l’égard de la brutalité hitlérienne a été digne d’eux. L’Historische Zeitschrift vous a exclu honoris causa et nous avons tous applaudi ici à la riposte si méritée de la Tijdschrift voor geschiedenis. Jusqu’où les aberrations du racisme entraîneront-elles ces malheureux allemands ? Qui donc a dit : « Der Weg der Menschheit geht von Humanität, durch Nationalität, zur Bestialität71 » ?

  • 72 Sproemberg, Mittelalter und demokratische Geschichtsschreibung, cit., p. 443. Le reste de la citat (...)

21Dans une lettre à l’historien allemand Sproemberg, datée du 18 septembre 1933, Pirenne fait allusion à l’incident : « La note insérée dans le dernier no de l'Historische Zeitschrift (incident Huizinga) avait produit ici une fâcheuse impression. Vous avez peut-être vu la riposte du Tijdschrift voor Geschiedenis en Hollande72. »

  • 73 Lyon, Henri Pirenne, cit., pp. 386-390.
  • 74 J. Huizinga, « Twee worstelaars met den engel », in De Gids, LXXXV, 1921, pp. 454-487 ; réédité da (...)
  • 75 J. Huizinga, Geschonden wereld. Een beschouwing over de kansen op herstel van onze beschaving, Haa (...)
  • 76 Voir pour les références abondantes sur Huizinga comme observateur critique de la culture : Tolleb (...)
  • 77 Van der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., p. 247-258. Tollebeek, « “Au point sensible de l (...)

22À son tour donc, et une guerre plus loin, Huizinga dut faire face à la réalité politique ; quelques années plus tard, militaire, éloigné de ses travaux intellectuels, il se retrouva finalement dans une position peu confortable et par de nombreux aspects comparable à celle de Pirenne pendant la Grande Guerre. Dans les années 30, la question de savoir dans quelle direction évoluait une société dans laquelle il se sentait condamné à vivre, le préoccupait de plus en plus. Des soucis qui lui ont inspiré des considérations où se mêlaient le sentiment de déclin et de fatalité déjà mis en œuvre dans le Herfsttij. Le 8 février 1935, Huizinga parle à Bruxelles de la crise culturelle mais ne semble pas y avoir rencontré Pirenne, qui pourtant vivait à Uccle à cette époque (Pirenne, confronté aux maladies de son épouse, à la mort de son fils Henri le 28 mai, devait succomber à son tour suite à une pneumonie, le 24 octobre)73. Vers la fin de la même année, Huizinga publiait son In de schaduwen van morgen. Een diagnose van het geestelijk lijden van onze tijd (en traduction française : Incertitudes. Essai de diagnostic du mal dont souffre notre temps), un essai dans lequel il décrit les systèmes totalitaires de l’époque, stalinisme et nazisme, tout en y ajoutant des considérations critiques concernant la culture. Il constate une perte alarmante de normes éthiques, esthétiques et intellectuelles. À la surprise de son auteur, le livre fut un succès : en janvier 1936, plus de vingt mille exemplaires avaient trouvé un acheteur. En six mois, le livre fut réimprimé six fois (cinq tirages en allemand entre 1935 et 1937), entre 1935 et 1939, et fut traduit en neuf langues européennes. On a trop facilement reproché à Huizinga, sur la base de ce texte, d’être un des multiples historiens de l’entre-deux guerres, mettant en avant une vision cyclique de l’histoire, imprégné d’un pessimisme culturel, à la manière d’Oswald Spengler (Untergang des Abendlandes. Umrisse einer Morphologie der Weltgeschichte, 1918) par exemple. Or, il suffit de lire la recension ironique que, déjà en 1921, Huizinga avait écrite au sujet du livre de ce dernier, reprochant à son auteur d’avoir exagéré jusqu’au ridicule les théories de Dilthey, Windelband, Rickert et Simmel (reprises et soutenues jadis, comme nous l’avons constaté, par Huizinga) concernant la différence entre l’histoire et les sciences naturelles74. À la fin de sa vie, dans un de ses derniers textes publié après sa mort de Huizinga, survenue le 1er février 1945, mais écrit dans le courant de 1943, son Geschonden wereld. Een beschouwing over de kansen op herstel van onze beschaving (en traduction française : À l’aube de la paix. Etudes sur les chances de rétablissement de notre civilisation), Spengler est éreinté. Huizinga l’attaque sur un point révélateur, la différence entre culture et civilisation, cette dernière notion référant à une réalité stérile et moribonde, tandis que la culture incarnerait au contraire tout ce qui est de l’ordre du vital75. Mais le Geschonden wereld reste — il suffit d’en lire la conclusion — une œuvre marquée par un optimisme qui dérange presque, de la part de l’auteur du Herfsttij en pleine guerre mondiale, alors que beaucoup de choses semblaenit perdues pour toujours. La discussion autour des notions de « culture » et « civilisation » entamée avec Spengler prend dans cette perspective le caractère d’un acte de résistance. Or cette discussion, j’y reviendrai en guise de conclusion, est l’écho d’une discussion déjà vieille de plusieurs décennies et dominante chez les historiens allemands. Elle s’est, malheureusement pour Huizinga et pour un grand nombre de ses contemporains, soldée par une victoire des partisans d’une histoire vitaliste, au détriment d’une certaine modernité. Entre-temps, dans les années précédant le début de la guerre, Huizinga, après ses prises de position dans In de schaduwen van morgen et dans d’autres publications, voyant son prestige moral et intellectuel s’accroître. Il fut même considéré, à partir de la publication de son œuvre Homo ludens. Proeve eener bepaling van het spelelement der cultuur (en traduction française Homo Ludens. Essai sur la fonction sociale du jeu) en 1938, comme l’un des plus importants philosophes culturels de son époque76. Il représentait son pays dans de nombreuses organisations internationales et connut dans ces années une activité et un bonheur inhabituels (en 1937 il se mariait pour la deuxième fois)77. Rien d’étonnant donc à ce que l’occupant nazi s’en soit pris à ce symbole de l’identité néerlandaise : le premier juin 1942, il fut obligé de démissionner comme professeur d’université ; le 7 août, il fut pris comme otage et transporté dans un campement à Sint-Michielsgestel, d’où il fut, après des interventions internationales et à cause de son âge et de l’état de sa santé, transféré en liberté surveillée loin de l’université, en Gueldre. Il y décéda le 1er février 1945, sans avoir vécu la libération des Pays-Bas. Cette fin tragique et les circonstances qui l’accompagnent rappellent, une fois de plus, le parcours d’Henri Pirenne lors de la Grande Guerre. Et avec du recul, leur sort et leur importance se confondent de la même façon.

  • 78 Sur la relation de Pirenne avec Bloch et Febvre, voir l’édition de sources et l’introduction impor (...)
  • 79 Sur cette question et sur la littérature que ce débat a engendrée : Tollebeek, « “Au point sensibl (...)
  • 80 Concernant la répercussion que l’affaire Von Leers a eue en France : cf. ibid., p. 431.
  • 81 Jongkees, « Une génération d’historiens », cit., p. 231. La conférence de L. Febvre a été publiée (...)
  • 82 Le compte rendu fut publié dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, VII, 1928, pp (...)

23Car dans l’atmosphère pesante de l’entre-deux-guerres, nombreuses étaient les tentatives pour revigorer l’histoire et chercher de nouvelles approches, permettant de surmonter la faillite de l’histoire traditionnelle, chère à Lamprecht et aux autres tenants de l’« historisme » dominant vers la fin du xixe siècle. L’entreprise la plus connue, couronnée d’un succès considérable, a été la mise sur pied de la revue Annales d'histoire économique et sociale à partir de 1929, à Strasbourg, par deux historiens, Lucien Febvre et Marc Bloch. Pirenne bien sûr, parce qu’il était francophone et à l’apogée de sa renommée internationale, fut l’un des « maîtres à penser » dont Febvre et Bloch voulurent à tout prix gagner le soutien. En témoignent une correspondance très nourrie et le fait que, si Pirenne a finalement refusé de devenir le premier directeur de la nouvelle revue, il a néanmoins contribué à son lancement en publiant dans les premiers numéros des Annales78. On n’oubliera pas non plus que les Annales étaient conçues dès le début — la correspondance entre Pirenne et ses deux collègues strasbourgeois étant on ne peut plus explicite sur ce point — comme une arme pour combattre une renaissance éventuelle du Vierteljahrschrift für Sozial-und Wirtschaftsgeschichte. Certes, la concurrence était effectivement à craindre, mais une collaboration plus poussée et un regain de confiance mutuel auraient marqué le retour de l’Allemagne, toujours exclue de la communauté scientifique internationale dans cette décennie suivant la Grande Guerre, vers des convictions historiques plus modérés79. Et Huizinga ? Il est intéressant de noter qu’il ne fut invité à écrire dans les Annales — il déclina d’ailleurs l’invitation — qu’après l’affaire Von Leers de 1933, qui lui avait donné une aura de résistant contre le nazisme80. Pourtant, dans l’œuvre de Huizinga et dans la méthodologie qu’il avait mise en œuvre avant tout dans le Herfsttij, les éléments qui ont permis par la suite de voir en lui un précurseur des Annales ne manquaient pas. À Jongkees revient le mérite d’avoir rapproché Huizinga et Lucien Febvre. Ce dernier venait, en 1912, de succéder à Joseph Calmette à Dijon, à la chaire d’histoire de Bourgogne. Dans sa leçon inaugurale, Febvre avait traité le sujet suivant : Les ducs Valois de Bourgogne et les idées politiques de leur temps. Il traitait de la construction d’une croyance collective en faveur de l’action des ducs, apte à marquer l’imagination collective. « Il y a — conclut Jongkees — dans l’œuvre de Huizinga, des passages qui sont du pur Lucien Febvre, la fougue en moins ; il y a, surtout, dans l’œuvre de celui-ci, des pages qui se lisent comme du pur Huizinga, transposé dans un autre style81. » Néanmoins, le rapprochement personnel, qui aurait été logique, ne s’est pas fait. Sans doute le retard qu’a pris la première traduction française, qui n’a vu le jour qu’en 1932 (le livre datant de 1919,) en est-il en grande partie responsable. La version française du Herfsttij était de plus pourvue d’une introduction maladroite (de la main de l’ancien académicien Gabriel Hanotaux), mettant l’accent sur tout ce qui pouvait repousser un public proche de la sensibilité des Annales. Pourtant, auparavant, des comptes rendus des traductions allemandes, dont un signé par Marc Bloch, avaient reconnu l’importance du livre82.

  • 83 Ibid., p. 245.

24Des occasions manquées donc, à cause l’éloignement des médiévistes allemands ou du rapprochement raté entre Huizinga et l’école des Annales. Ce n’est en effet que très tard que l’école des Annales a découvert Huizinga et son œuvre, à un moment où ses propres méthodologies concernant l’étude des mentalités avaient pris un essor tel que Huizinga et sa façon de traiter les sources par une intuition artistique et personnelle ne suffisait plus83.

  • 84 Pour cette expression, tirée du mot de Pirenne à l’occasion de la fête en son honneur (il fut fêté (...)
  • 85 Tenue le 27 janvier 1933 devant le Deutsche Hochschule für Politik, publiée par la suite dans Grun (...)
  • 86 Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., pp. 433-434.

25En ce qui concerne la fin de leurs vies respectives, l’observateur avisé sent un malaise aussi bien chez Pirenne que chez Huizinga. Pour le premier, la néerlandisation de l'université de Gand, symbole de la montée en puissance d’un certain nationalisme flamand, sonnait le glas de la Belgique unifiée et adorée, dont il avait été le chantre historique. Sur le plan personnel, malgré l’avalanche des honneurs et la reconnaissance publique, la déception de s’être tellement trompé vis-à-vis de ses amis allemands d’avant la guerre et l’impossibilité de donner à la Belgique et aux représentants de sa communauté scientifique le rôle d’intermédiaires entre une Allemagne humiliée et mise au ban de l’Europe d’un côté et le monde anglo-saxon et français de l’autre, ont pesé lourdement. Sa vision d’une Belgique unie « au point sensible de l’Europe » comme trait d’union était ébranlée84. Huizinga a en quelque sorte repris le rôle de chantre de l'unicité des anciens Pays-Bas, comme go-between entre les grandes nations européennes : le texte d’une des deux fameuses conférences de janvier 1933 à Berlin s’intitulait non sans cause Die Mittlerstellung der Niederlande zwischen West-und Mitteleuropa85. Mais comme Pirenne avant lui, cet idéalisme s’est soldé par une désillusion grandissante face à la montée de l’intolérance et à la perte de valeurs86. Autour des deux historiens, le monde historique toutefois continuait à évoluer et une fois de plus avec une intensité dont on se serait parfois passé en Allemagne.

  • 87 O G. Oexle, « Das Mittelalter und das Unbehagen an der Moderne. Mittelalterbeschwörungen in der We (...)
  • 88 O.G. Oexle, L’Historisme en débat. De Nietzsche à Kantorowicz, Paris, Aubier, 2001 [trad. de Gesch (...)
  • 89 Ibid., pp. 234-240.
  • 90 Notamment dans A. Boureau, Histoires d'un historien : Kantorowicz, Paris, Gallimard, 1990, pp. 12- (...)
  • 91 Dans l’historiographie néerlandophone cette tendance a trouvé un porte-parole dans l’œuvre d’Anker (...)

26Les études récentes d’Otto Gerhard Oexle ont admirablement illustré comment une certaine idée de l’histoire médiévale a finalement contribué à façonner les armes pour démolir et finalement anéantir la République de Weimar, cette éphémère tentative d’installer pour la première fois une démocratie parlementaire et républicaine sur le territoire allemand. Dans cette opération de démolition, les notions clés furent celles de « collectivité », de « totalité » (Ganzheit) ; les maladies dont on cherchait à se débarrasser à travers cette quête d’un nouveau Moyen Âge, conçu comme un état de grâce retrouvé, furent l’individualisme, la rationalité et l’historisme de la culture moderne87. Prenant appui sur l’œuvre emblématique de Paul Ludwig Landsberg (1901-1944), Die Welt des Mittelalters und wir. Ein geschichtsphilosophischer Versuch über den Sinn eines Zeitalters, paru en 1922, Oexle expose cette évolution, qui ne s’arrête pas avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, mais semble connaître une deuxième vie dans le courant actuel du postmodemisme, également mal à l’aise dans la façon d’aborder la modernité. Sous la plume de Landsberg, juif finalement victime des forces qu’il avait encouragées au détriment d’une science humaine et rationnelle à la Max Weber, le Moyen Âge devenait une force culturelle pleine de vitalité. Sa notion de culture contient un grand nombre d’éléments déjà présents dans l’œuvre de Spengler. L’idée d’un certain catholicisme (projeté sur le Moyen Âge), tel que le propageaient les cercles littéraires, culturels et historiques autour du poète Stefan George, jouait un rôle influent. Mais dans les mêmes cercles se développait également une vision d’une Allemagne secrète, le culte des héros du passé, de préférence médiévaux, le culte de penseurs virils comme Nietzsche, et surtout, malgré le passé académique de beaucoup d’adeptes de George, un rejet du positivisme et de l’historisme du passé. Dans une collection d’essais, Oexle a fait le bilan de cette évolution, de cette juxtaposition de la science et de la vie, tellement influente sur une génération d’historiens allemands, souvent au début disciples des néo-kantiens (et adversaires farouches de Lamprecht dans le Methodenstreit de la fin du xixe siècle)88. Il prend finalement comme pièce à conviction le Frédéric II d’Ernst Kantorowicz (paru en 1927) et livre de chevet de Himmler et Göring, livre dont s’est distancié l’auteur d’origine juive, exilé depuis 1933 aux États-Unis, où la chasse aux vrais et prétendus communistes sous MacCarthy l’avait fait exclure de Berkeley89. Le même Kantorowicz s’est longtemps opposé à une réédition de son Frédéric II : il n’empêche que de nos jours, le livre est de nouveau salué comme une perle de l’historiographie moderne et de l’histoire narrative. Le Kantorowicz de Frédéric II (peu après son installation aux États-Unis se révéla un deuxième Kantorowicz, celui du King’s two bodies, 1957) a même été salué comme le Marc Bloch allemand90. Tout comme le postmodemisme d’après 1989, a salué dans un premier élan et après avoir avalé une dose de Fukuyama, la disparition des grands récits du passé91. Le trajet intellectuel de Pirenne et de Huizinga devrait toutefois mettre en garde contre de tels exercices de récupération facile, sinon erronée. La réalité historique existe et reste « la même chose autour de laquelle plusieurs vérités » peuvent se développer, et il y a des méthodes rationnelles, contradictoires et scientifiques permettant de l’approcher comme telle, pas forcément comme un récit à côté d’autres. C’est pourquoi il reste important de sonder les manuscrits de Froissart et d’autres en quête d’une vérité, fût-elle approximative. La vérité et les idéalistes ont souvent du mal à vivre ensemble, la première ayant la fâcheuse habitude de s’imposer en fin de compte aux derniers.

Notes

1 En préparant le texte suivant j’ai pu profiter des remarques judicieuses de quelques lecteurs critiques : Élodie Lecuppre-Desjardin, Thérèse de Hemptinne et Walter Prevenier. Qu’ils en soient vivement remerciés, les erreurs d’interprétation ne sont évidemment imputables qu’au seul auteur.

2 J. Huizinga, « L’État bourguignon. Ses rapports avec la France et les origines d’une nationalité néerlandaise », in Id., Verzamelde werken, 9 vols, Haarlem, Tjeenk Willink, 1948-1953, vol. II, pp. 161-215, publié en première version dans Le Moyen Âge, 1930-1931.

3 Édité et commenté par Huizinga lui-même dans la notice biographique qu’il publia après le décès de Pirenne (J. Huizinga, « Henri Pirenne », in Handelingen en levensberichten van de Maatschappij der Nederlandsche Letterkunde te Leiden, 1934-1935, pp. 179-184), rééditée dans les œuvres complètes : Id., Verzamelde werken, cit., vol. V, p. 504.

4 J. Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” : Huizinga et Pirenne », in Revue Belge de Philologie et d'Histoire, LXXIV, 1996, p. 429 (réimprimé dans son De ekster en de kooi. Nieuwe opstellen over geschiedschrijving, Amsterdam, Bakker, 1996, p. 243). La référence au journal de Fredericq se trouve dans la publication posthume de H. Van Werveke, Paul Fredericq in de Spiegel van zijn dagboek, Bruxelles, Palais des Académies, 1979, p. 54. Une Spielerei post-moderne avant la lettre est à exclure, Pirenne n’a pas pu prendre connaissance du journal, puisqu’un embargo avait été imposé jusqu’en 1970 : voir l’introduction par W. Prevenier à la publication posthume de Van Werveke concernant Fredericq (ibid., p. 4). Les deux hommes, Pirenne et Fredericq, ont entre autres partagé l’expérience d’être ensemble prisonniers-exilés en Allemagne lors de la Grande Guerre. L’ironie de l’histoire veut que Fredericq termine sa considération sur Pirenne en... allemand : « Pirenne met zijn anti-Vlaamsche en autoritaire stelsels brengt het verstand van zijne leerlingen bepaald op hol. Maar hij dwingt hen tot nadenken. Das ist die Hauptsache. »

5 « Si, comme je le crois, la tâche ultime de l’historien est de faire penser des générations, si ce n’est pas les pages imprimées qui importent, mais la vie nouvelle qui en jaillit, alors on conviendra que Henri Pirenne, pour avoir fait penser deux générations, est l’égal des plus grands » (J. Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », in Annali della fondazione italiana per la storia amministrativa, III, 1966, réédité dans la collection des essais de Dhondt : Hommes et pouvoirs. Les principales études de Jan Dhondt sur l'histoire du XIXe et du XXe siècles, Gand, Fondation Jan Dhondt, 1976, p. 119).

6 « Deze woorden moet men uit den mond van dezen robusten realist, weinig gericht op bespiegeling en vreemd aan scepticisme, allerminst opvatten als een vertwijfeling aan de positieve kenniswaarde der historie » (Huizinga, Verzamelde werken, cit., vol. V, p. 504).

7 G. Oestreich, « Huizinga, Lampreda und die deutsche Geschichtsphilosophie : Huizingas Groninger Antrittsvorlesung von 1905 », in Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, LXXXVIII, 1973 (numéro thématique Johan Huizinga, 1872-1972), p. 144. Le numéro de la revue a été réédité par après : Johan Huizinga 1872-1972. Papers delivered to the Johan Huizinga Conference (Groningen, 11-15 december 1972), éd. W.R.H. Knoops, E.H. Kossmann et G. Van der Plaat, Den Haag, Nijhoff, 1973.

8 J. Tollebeek – T. Verschaffel, De vreugden van Houssaye. Apologie van de historische interesse, Amsterdam, Wereldbibliotheek, 1992, pp 17-18. La conférence de Groningue : J. Huizinga, « Het aesthetische bestanddeel van geschiedkundige voorstellingen », in Id., Verzamelde werken, cit., vol. VII, pp. 3-28.

9 F.R. Ankersmit, Narrative logic. A semantic analysis of the historian's language, Den Haag, Nijhoff, 1983, pp. 86, 124.

10 « Van de redactie », in Feit & fictie. Tijdschrift voor de geschiedenis van de representatie, I, 1993, no 1, p. 8.

11 H. White, Metahistory. The historical imagination in nineteenth-century Europe, Baltimore-Londres, Johns Hopkins Univ. Press, 1973, et du même auteur : The content of the form. Narrative discourse and historical representation, ibid., 1987. Une critique virulente des courants post-modemes dans le monde historique néerlandophone reste P.H.H. Vries, Verteilers op drift. Een verhandeling over de nieuwe verhalende geschiedenis, Hilversum, Verloren, 1990, et, du même auteur : Verhaal en betoog. Geschiedbeoefening tussen postmoderne vertelling en sociaal-wetenschappelijke analyse, Rijksuniversiteit Leiden, 1995.

12 N.F. Cantor, Inventing the Middle Ages. The Uves, works, and ideas of the great medievalists of the twentieth Century, New York, Morrow, 1991, p. 381.

13 En Belgique la polémique ne faisant pas partie des traditions intellectuelles, l’introduction des stratégies discursives a donné lieu à moins de passion, voir G. Deneckere, « Sociale geschiedenis, het einde van de ideologie en de terugkeer van de bezieling. Een essay met de focus op het onderzoek naar collectieve actie in de jaren 1990 », in Tijdschrift voor sociale geschiedenis, XXVI, 2000, pp. 239-262. Une tentative pour ranimer le débat : J. Dumolyn, « Het kind en het badwater ? Het kritisch-realisme als post-positivistische filosofie voor historici », in Revue belge d'histoire contemporaine, XXXIV, 2004, pp. 133-152.

14 J. Huizinga, « Mijn weg tot de historie », in ID., Verzamelde werken, cit., vol. I (le texte original fut publié de façon posthume un an plus tôt, au même moment qu’une traduction allemande, d’ailleurs).

15 La littérature sur Huizinga est devenue très abondante ; pour ce qui suit, je me suis inspiré de J.-A. Kossmann-Putto, « Huizinga als mediëvist in Groningen », in De geschiedenis van de Middeleeuwen aan de Groningse Universiteit (1614-1939), éd. C. Santing, Hilversum, Verloren, 1997, pp. 97-108 ; et par W.E. K.rul, « Johan Huizinga (1872-1945) », in Historici van de twintigste eeuw, éd. A.H. Huussen, E.H. Kossmann et H. Renner, UtrechtAntwerpen, Spectrum, 1981, pp. 94-109. Du même auteur (un des éditeurs de la correspondance de Huizinga) est disponible une série d’essais sur Huizinga : W.E. Krul, Historicus tegen de tijd. Opstellen over leven & werk van J. Huizinga, Groningue, Historische uitg., 1990. La notice biographique « officielle » : F.W.N. Hugenholtz, « Huizinga Johan (1872-1945) », in Biografisch Woordenboek van Nederland, vol. I, Den Haag, Instituut voor Nederlandse geschiedenis, 1979 [mise à jour électronique du 5-9-2003 : http://www.inghist.nl/Onderzoek/Projecten/BWN/lemmata/bwnl/huizingal.

16 J. Huizinga, De Vidûsaka in het Indische toneel, Groningue, Noordhoff, 1897, IV-155 pp.

17 Sur l’importance de Huysmans, et sur son influence entre autre sur le jeune historien Huizinga, voir R. Van Kesteren, Het verlangen naar de Middeleeuwen. De verbeelding van een historische passie, Amsterdam, Wereldbibliotheek, 2004, pp. 335-378.

18 Voir les remarques de E. Peters-W. Simons, « The new Huizinga and the old Middle Ages », in Speculum, LXXIV, 1999, pp. 611-612.

19 W. Thys, « Huizinga en de beweging van Tachtig », in Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, LXXXVIII, 1973 (numéro thématique Johan Huizinga, 1872-1972), pp. 187-188.

20 A. Van Der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk in beeiden & documenten, Amsterdam, Wereldbibliotheek, 1993, p. 199.

21 G. Deneckere, « Turbulentie rond de vernederlandsing van de Gentse universiteit na de Eerste Wereldoorlog. Analyse van een besluitvormingsproces », in Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, n.s., XLVIII, 1994, pp. 214-227 (Henri Pirenne faisait partie comme « président d’honneur » avec son fils Jacques, de la « Ligue Nationale pour la défense de Tuniversité de Gand et de la liberté des langues »).

22 Thys, « Huizinga en de beweging van Tachtig », cit., pp. 177-179.

23 Avec une reproduction des maquettes des titres : Van Der Lem, Johan Huizinga, cit., p. 138.

24 Un survol des traductions et des changements de titre : Peters-Simons, « The new Huizinga and the old Middle Ages », cit., p. 587-590.

25 Le doute vient du fait que la traduction anglaise de 1996 s’inspire non du texte original en néerlandais, mais d’une traduction en allemand de 1924, et qu’elle reprend malheureusement les nombreuses erreurs que cette dernière avait multipliées. Voir le compte rendu convaincant fait par W. Simons dans Speculum, LXXII, 1997, pp. 488-491.

26 J. Huizinga, « De opkomst van Haarlem », in Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 4e série, IV 1905, pp. 412-446 ; 4e série, V, 1906, p. 16-175 ; repris dans Id., Verzamelde werken, cit., vol. I, p. 203-364.

27 Sur l’historien Blok : J. Tollebeek, « De tien jaren van Blok », in De geschiedenis van de Middeleeuwen aan de Groningse Universiteit (1614-1939), éd. C. Santing, Hilversum, Verloren, 1997, pp. 57-84. Sur l’importance de l’histoire urbaine dans l’œuvre de Pirenne, voir les contributions de R. Van Uytven et de W. Prevenier dans La Fortune historiographique des thèses d’Henri Pirenne. Actes du colloque organisé à l’occasion du cinquantenaire de la mort de l’historien belge par l’Institut des Hautes Études de Belgique (Bruxelles, 10-11 mai 1985), à l’initiative de G. Despy et A. Verhulst, Bruxelles, Archives et bibliothèques de Belgique, 1986.

28 J. Huizinga, Rechtsbronnen der stad Haarlem, La Haye, Nijhoff, 1911, CVIII-559 pp. (Werken der Vereeniging tot uitgaaf der bromen van het oud-vaderlandsche recht, 2e s., XIII).

29 C. Santino, « ‘De Middeleeuwen ontsluierd’ : de beoefening van de middeleeuwse geschiedenis in Nederland », in De geschiedenis van de Middeleeuwen aan de Groningse Universiteit (1614-1939), éd. C. Santing, Hilversum, Verloren, 1997, p. 179.

30 Sur l’incident, voyez l’étude, non sans ironie, de F.W.N. Hugenholtz, « “Bella diplomatica brandtiana und Kein Ende”, C.D.J. Brandt en de mediëvistiek », in Utrechtse Historische Cahiers, I, 1980, pp. 1-20.

31 J. Huizinga, Briefwisseling, éd. L. Hanssen, W.E. Krul et A. Van Der Lem, 3 vols, Utrecht, Veen, 1989-1991, vol. I, p. 208. Le livre en question D’oppermann n’est finalement pas paru dans la série de l’Académie royale, mais dans une série locale d’Utrecht : Untersuchungen zur nord-niederländischen Geschichte des 10. bis 13. Jahrhunderts, 2 vols, Utrecht, Oosthoek, 1920-1921 (Bijdragen van het Instituut voor middeleeuwsche geschiedenis der Rijksuniversiteit te Utrecht, dl. 3-5). Ajoutons que des recherches plus récentes, notamment celles de J. Kruisheer ont confirmé les positions de Huizinga : J.-A. Kossmannputto, « Huizinga als mediëvist in Groningen », cit., p. 101.

32 « Voyez par exemple les prodiges d’ingéniosité dépensés à découvrir de prétendues falsifications. C’est le comble des virtuosités érudites et d’une absence totale d’intelligence. On suppose à des moines du Xe siècle un degré de fourberie qui fait honneur à l’imagination des jongleurs de textes qui l’ont inventé » (B. Lyon – M. Lyon – J.-H. Pirenne (†), « “Réflexions d’un solitaire” by Henri Pirenne », in Bulletin de la Commission Royale d'Histoire, CLX, 1994, p. 201).

33 Nous ne disposons pas d’indications directes quant à la présence de Huizinga lors des cours de Lamprecht, réputé comme orateur et animateur : Oestreich, « Huizinga, Lamprecht und die deutsche Geschichtsphilosophie », cit., p. 156, qui souligne en plus à quel point Blok, le professeur d’histoire de Huizinga lui-même, avait publiquement dans sa leçon inaugurale à Leyde, confessé ses choix intellectuels en faveur de Lamprecht.

34 Sur Lamprecht, voir la notice que lui a consacrée L. Schorn-Schütte dans Historikerlexikon von der Antike bis zur Gegenwart, éd. R. Vom Bruch et R.A. Müller, München, Beck, 20022, p. 189. Sur le Methodenstreit déclenché par les 12 tomes de son Deutsche Geschichte à partir de 1891, voir G. Oestreich, « Die Fachhistorie und die Anfänge der sozialgeschichtliche Forschung in Deutschland », in Historische Zeitschrift, CCVIII, 1969, pp. 320-363 ; R. Vom Bruch, Wissenschaft, Politik und öffentliche Meinung. Gelehrtenpolitik im wilhelmischen Deutschland (1890-1914), Husum, Matthiesen, 1980.

35 Voir l’esquisse des attitudes changeantes (vers toujours moins de compréhension) de Huizinga vis-à-vis de Lamprecht dans un ex-cursus du livre d’A. Van der Lem, Het eeuwige verbeeld in een afgehaald bed. Huizinga en de Nederlandse beschaving, Amsterdam, Wereldbibliotheek, 1997, pp. 68-73.

36 J. Tollebeek, « Historiografie en politiek omstreeks de eeuwwende : Bloks sociale geschiedenis », in Tijdschrift voor sociale geschiedenis, XIII, 1987, fasc, II, pp. 132-137 ; B. Lyon, « The letters of Henri Pirenne to Karl Lamprecht », in Bulletin de la Commission Royale d’Histoire, CXXXII, 1966, pp. 161-231, à compléter par H. Van Werveke, « Karl Lamprecht et Henri Pirenne », ibid., CXXXVIII, 1972, pp. 39-60.

37 W.E. Krul, « Johan Huizinga (1872-1945) », cit., p. 99.

38 Oestreich, « Huizinga, Lamprecht und die deutsche Geschichtsphilosophie », cit., p. 147.

39 J. Huizinga, « Het aesthetische bestanddeel van geschiedkundige voorstellingen », in Id., Verzamelde werken, cit., vol. VII, p. 12. D’après H. Rickert, Kulturwissenschaft und Naturwissenschaft, Freiburg, Mohr, 1899, p. 30

40 Voir, sur la réception du Herfsttij, F.W.N. Hugenholtz, « The fame of a masterwork », in Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, LXXXVIII, 1973 (numéro thématique Johan Huizinga, 1872-1972), pp. 236-239. Une traduction française du texte est disponible comme F.W.N. Hugenholtz, « Le Déclin du Moyen Âge (1919-1969) », in Acta Historicae Neerlandica, V, 1971, pp. 40-51.

41 Dans une réaction parue dans un magazine à caractère général : F. Muller, Onze Eeuw, vol. I, 1920, pp. 78-104.

42 Hugenholtz, « The Fame of a Masterwork », cit., p. 240.

43 J. Tollebeek, « Renaissance’ and ‘Fossilization’ : Michelet, Burckhard, and Huizinga », in Renaissance studies, XV, 2001, pp. 361-363 (avec une discussion des critiques de Pirenne et d’autres concernant l’inspiration par Burckhardt dont se défendait Huizinga : p. 361).

44 La notion « book of remembrance » se retrouve dans W.E. Krul, « In the mirror of Van Eyck : Johan Huizinga’s ‘Autumn of the Middle Ages’ », in The Journal of Medieval and Early Modem Studies, XXVII, 1997, pp. 370-371.

45 Voir Van Der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., p. 137.

46 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., pp. 64, 84 pour les expressions citées. Sur le plan biographique, le lecteur se doit de prendre connaissance de la « grande biographie » par le médiéviste américain B. Lyon, Henri Pirenne. A biographical and intellectual history, Gand, Story-Scienta, 1974 ; pour une réaction : W.P. Blockmans, « Mandarijnenhulde en wetenschapsgeschiedenis », in Handelingen der Maatschappij voor Geschiedenis en Oudheidkunde te Gent, n.s., XXIX, 1975, pp. 27-37.

47 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 92.

48 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 99 (no 68). Les « cours pratiques » donnés à Gand par Fredericq et Pirenne s’inspiraient largement du modèle du séminaire d’histoire allemande, Fredericq avait même publié en 1899 un rapport sur la question après une inspection dans plusieurs pays d’Europe à la demande du gouvernement belge : P. Fredericq, L'Enseignement supérieur de l'histoire. Notes et impressions de voyage, Gand-Paris, Vuylsteke, 1899. En général, sur les méthodes d’enseignement et de l’organisation de la recherche à l’époque, voir J. Tollebeek, Writing the Inquisition in Europe and America. The correspondence between Henry Charles Lea and Paul Fredericq, Bruxelles, Commission Royale d’histoire, 2004, pp. CII-CIII.

49 Huizinga, Briefwisseling, cit, vol. I, p. 100 (no 70 et 71).

50 Ibid., p. 202 (no 190). Autre détail qui révèle l’observateur Huizinga, il raconte comment, étant dans la chapelle où se trouvait l’Agneau mystique, « était assis un monsieur au visage important, et vous dîtes à M. Frédéricq : tiens, c’est Fierens ». Or, dans la gestation du Herfsttij on s’accorde à penser qu’à côté de la visite à la grande exposition organisée sur les Primitifs Flamands à Bruges en 1902, la lecture de certaines œuvres d’historiens de l’art, dont La Renaissance septentrionale (datant de 1905) d’Hippolyte Fierens-Gevaert (1870-1926, professeur à Liège et conservateur aux Musées Royaux des Beaux-Arts), ont joué un rôle clef. Pour Huizinga, rencontrer l’auteur de cette œuvre phare dans la chapelle Vijdt de la cathédrale de Gand a dû constituer une sensation historique forte.

51 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 74.

52 Lyon, Henri Pirenne, cit., pp. 187, 203 ; Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 162 (no 141).

53 Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 415.

54 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. I, p. 164 (no 145).

55 Cette phase dramatique du cheminement intellectuel de Pirenne a fait l’objet d’une étude de fond de C. Violante, La fine della « grande illusione ». Uno storico europeo tra guerra e dopoguerra, Henri Pirenne (1914-1923). Per una rilettura della ‘Histoire de l'Europe’, Bologna, il Mulino, 1997 ; voir la notice bibliographique au sujet de ce livre de P. Toubert, « Henri Pirenne et l’Allemagne (1914-1923) », in Le Moyen Âge, CVII, 2001, pp. 317-320. Le livre de Violante vient d’être édité dans une traduction allemande posthume en 2004, avec une importante introduction sur Violante de la main de Giorgio Cracco : C. Violante, Das Ende der "grossen Illusion ". Ein europäischer Historiker im Spannungsfeld von Krieg und Nachkriegszeit, Henri Pirenne (1914-1923). Zu einer Neulesung der ‘Geschichte Europas’, Berlin, Duncker & Humblot.

56 Voir, sur cet épisode, B. Lyon, « The war of 1914 and Henri Pirenne’s revision of his methodology », in De lectuur van het verleden. Opstellen over de geschiedenis van de geschiedschrijving aangeboden aan Reginald de Schryver, éd. J. Tollebeek, G. Verbeeck, T. Verschaffel, Leuven, Universitaire press, 1998, pp. 511-512.

57 Pour les détails, voir Tollebeek, « Au point sensible de l’Europe », cit., p. 416. En ce qui concerne Pirenne, un texte posthume et inachevé reste de grande valeur : H. Sproemberg, Mittelalter und demokratische Geschichtsschreibung. Ausgewählte Abhandlungen, [éd. M. Unger], Berlin, Akademie Verlag, 1971, pp. 377-446 (avec en annexe l’édition d’une série de lettres de Pirenne à Sproemberg, marquée par un sentiment de gratitude vis-à-vis du pays dont il gardait un bon souvenir, tout en étant vigilant quant aux dérives national-socialistes, ainsi écrivait-il dans une des dernières lettres datant du 30 septembre 1935, donc moins d’un mois avant sa mort : « Les photographies de Berlin que vous avez eu la gracieuseté de m’envoyer m’ont fait le plus grand plaisir. J’ai tant appris dans son Université et j’y ai laissé tant de bons souvenirs ! Le reverrai-je avant de mourir ? »)

58 Sur le séjour de Pirenne, voir : The Journal de guerre of Henri Pirenne, éd. B. et M. Lyon, Amsterdam-New York, North Holland, 1976, p. 54 (où il fait mention des paquets et lettres reçues de Huizinga et autres collègues néerlandais).

59 Dhondt, « Henri Pirenne : historien des institutions urbaines », cit., p. 102.

60 Huizinga, Briefwisseling, cit, vol. I, p. 200 (no 188).

61 Ibid., p. 203 (no 191).

62 Ibid., p. 271 (no 269).

63 A. Uyttebrouck, « Henri Pirenne et les ducs de Bourgogne », in La fortune historiographique des thèses d’Henri Pirenne, cit., pp. 87-91.

64 A.G. Jongkees, « Une génération d’historiens devant le phénomène bourguignon », in Bijdragen en Mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, LXXXVIII, 1973 (numéro thématique Johan Huizinga, 1872-1972), pp. 227-229 (pour la comparaison PirenneHuizinga), réédité dans une version légèrement modifiée dans Burgundica et varia. Keuze uit de opstellen van prof. dr. A.G. Jongkees, éd. E.O. Van Der Werff, C.A.A. Linssen et B. Ebels-Hoving, Hilversum, Verloren, 1990, pp. 130-149.

65 Il le fait en s’inspirant des considérations d’ordre méthodologique élaborées par Bernard Guinée : G. Small, George Chastellain and the shaping of Valois Burgundy. Political and historical culture at court in the fifteenth Century, Woodbridge, Royal Historical Society 1997, pp. 1-8.

66 Voir en général les observations qui prennent comme point de départ les thèmes historiques abordés par les deux : B. Lyon, « Henri Pirenne and Johan Huizinga in search of historical truth : two different approaches », in Papers from the second interdisciplinary Conference on Netherlandic studies (Georgetown University 7-9 june 1984), éd. W.H. Fletcher, Lanham-New York, Univ. Press of America (American Association for Netherlandic studies. Papers in Netherlandic studies, II), 1987, pp. 3-16.

67 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. II, p. 464 (no 974). Le texte en question : J. Huizinga, Over de grenzen van spel en ernst in de cultuur, Haarlem, Willink, 1933, 32 pp., réédité dans Id., Verzamelde werken, cit., vol. V, p. 3-25.

68 Concernant cette affaire : F.G. Von der Dunk, « De Prins weergekeerd onder Professoren. De Colenbrander-affaire van 1933 », in De Gids, CL, 1987, pp. 536-554.

69 Une description avec tous les détails nous livre Van der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., p. 229.

70 Il s’agit de J. Huizinga, « Burgund, eine Krise des romanisch-germanischen Verhältnisses », in Historische Zeitschrift, CXLVIII, 1933, pp. 1-28 (réédité dans ID., Verzamelde werken, cit., vol. II, pp. 238-265).

71 Huizinga, Briefwisseling, cit., vol. II, p. 492 (no 1064) où l’on trouve l’identification de la citation, tirée d’un poème de Franz Grillparzer, poète autrichien du XIXe siècle.

72 Sproemberg, Mittelalter und demokratische Geschichtsschreibung, cit., p. 443. Le reste de la citation illustre la volonté de Pirenne de rétablir les liens avec les historiens allemands tout en restant vigilant quant aux dérives possibles : « D’autre part une phrase de votre dernière lettre où vous m’affirmez que vous êtes un partisan convaincu de l’indépendance de la Belgique pourrait laisser croire que certains historiens allemands ne partagent pas sur cette question votre manière de voir. Vous voyez que je vous parle avec une entière franchise. » Les faits allaient donner raison à Pirenne : pendant la Seconde Guerre mondiale, les occupants nazis n'hésiterant pas à répéter l’opération de charme de Flamenpolitik mise à l’œuvre lors de la Grande Guerre, d’ailleurs non sans succès.

73 Lyon, Henri Pirenne, cit., pp. 386-390.

74 J. Huizinga, « Twee worstelaars met den engel », in De Gids, LXXXV, 1921, pp. 454-487 ; réédité dans ID., Verzamelde werken, cit., vol. IV, p. 441-496 (p. 445 pour les références aux théories de Dilthey).

75 J. Huizinga, Geschonden wereld. Een beschouwing over de kansen op herstel van onze beschaving, Haarlem, 1945, xn-242 pp., réédité dans Id., Verzamelde werken, cit., vol. VII, pp. 487-488 pour la critique de Spengler.

76 Voir pour les références abondantes sur Huizinga comme observateur critique de la culture : Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 433.

77 Van der Lem, Johan Huizinga. Leven en werk, cit., p. 247-258. Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 426.

78 Sur la relation de Pirenne avec Bloch et Febvre, voir l’édition de sources et l’introduction importante de B. et M. Lyon, The birth of Annales history : the letters of Lucien Febvre and Marc Bloch to Henri Pirenne (1921-1395), Bruxelles, Palais des Académies, 1991.

79 Sur cette question et sur la littérature que ce débat a engendrée : Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 422.

80 Concernant la répercussion que l’affaire Von Leers a eue en France : cf. ibid., p. 431.

81 Jongkees, « Une génération d’historiens », cit., p. 231. La conférence de L. Febvre a été publiée dans la Revue bourguignonne de l’Université de Dijon, XXIII, 1913, no 1.

82 Le compte rendu fut publié dans le Bulletin de la Faculté des Lettres de Strasbourg, VII, 1928, pp. 33-35 ; pour la réception manquée du Herfsttij en France, voir Hugenholtz, « The fame of a masterwork », cit., pp 243-244.

83 Ibid., p. 245.

84 Pour cette expression, tirée du mot de Pirenne à l’occasion de la fête en son honneur (il fut fêté en mai 1912 pour ses 25 ans de professorat), voir Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., p. 414.

85 Tenue le 27 janvier 1933 devant le Deutsche Hochschule für Politik, publiée par la suite dans Grundfragen der internationalen Politik, V, Leipzig-Berlin, B.G. Teubner, 1933, 19 pp. (repris dans ID, Verzamelde werken, cit., vol. II, pp. 284-303), une version française a également vu le jour : J. Huizinga, « Du rôle intermédiaire joué par les Pays-Bas entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale », in Bulletin 7 du Centre Européen de la Dotation Carnegie, division des relations internationales, 1933, pp. 813-838.

86 Tollebeek, « “Au point sensible de l’Europe” », cit., pp. 433-434.

87 O G. Oexle, « Das Mittelalter und das Unbehagen an der Moderne. Mittelalterbeschwörungen in der Weimarer Republik und danach », in Spannungen und Widersprüche. Gedenkschrift für Frantisek Graus, éd. S. Burghartz, H.-J. Gilomen, G. Marchal, R.C. Schwinges et K. Simon-Muscheid, Sigmaringen, Thorbecke, 1992, pp. 125-153.

88 O.G. Oexle, L’Historisme en débat. De Nietzsche à Kantorowicz, Paris, Aubier, 2001 [trad. de Geschichtswissenschaft im Zeichen des Historismus, Göttingen, Vandenhoeck und Ruprecht, 1996], passim.

89 Ibid., pp. 234-240.

90 Notamment dans A. Boureau, Histoires d'un historien : Kantorowicz, Paris, Gallimard, 1990, pp. 12-13, voir les commentaires d’Oexle et d’autres : Oexle, L'Historisme en débat, cit., p. 239.

91 Dans l’historiographie néerlandophone cette tendance a trouvé un porte-parole dans l’œuvre d’Ankersmit, qui comme on l’a vu s’est efforcé de récupérer Huizinga pour la tendance postmoderne, voir les citations et les remarques (approbatrices) de J. Tollebeek, « De drang naar hoger leven. Geschiedbeoefening en fin de siècle in Nederland », in Tijdschrift voor Sociale geschiedenis, XVII, 1991, p. 268.

© Presses universitaires de Liège, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search