Version classiqueVersion mobile

Stérilités mystérieuses et naissances maléfiques dans l’Antiquité classique

 | 
Marie Delcourt

Conclusion

Texte intégral

1Dans son étude sur la Théogonie d'Hésiode, M. Mazon, commentant l'épisode de la mutilation d'Ouranos, dit : « La force mystérieuse qui fait naître la vie, si rien ne vient la régler et la contenir, ne crée que confusion et mort : elle détruit aussitôt ce qu'elle vient de mettre au jour ... Mais Ciel est mutilé par son fils et un terme est enfin mis à son odieuse et stérile fécondité. Aphrodite va régner sur le monde. La vie ne se perpétuera plus désormais indéfiniment, au hasard : le pouvoir d'enfanter appartiendra aux créatures elles-mêmes. Deux êtres, en s'unissant, pourront faire œuvre de vie, — deux êtres de même espèce, car l'amour ne se conçoit qu'à l'intérieur de l'espèce. La fixité des espèces, voilà le premier point solide auquel s'est attachée la pensée des premiers humains lorsque, parcourant d'un regard anxieux l'immensité de la création, elle y cherchait un principe d'ordre. Que, dans des millions d'êtres de même espèce, les mêmes organes se retrouvent toujours à la même place, pour remplir les mêmes fonctions ... n'y a-t-il pas là un sujet d'émerveillement capable de devenir le point de départ de toute une philosophie ? »

2Une étude minutieuse des croyances relatives à la stérilité et aux naissances monstrueuses montre combien cette synthèse est exacte.

3Les Grecs ont redouté une extinction de l'espèce humaine. Beaucoup d'entre eux s'imaginaient, comme Hésiode, le monde peuplé successivement de races qui, une à une, avaient disparu. Tout se passe comme s'ils craignaient de voir décliner de leur vivant celle à laquelle ils appartenaient.

4Plus nette encore est leur terreur devant une déviation de l'espèce. Il ne s'agit pas seulement ici du type humain ; leur inquiétude est la même devant une singularité de structure dans un être vivant, végétal ou animal. Une mule qui met bas paraît un présage aussi mauvais à Hérodote qu'à Paul Orose.

  • 1 MorrisJastrow, Babylonian-Assyrian Birth Omens, dans Relig. Vers. u. Vorarb. XIV (1914), p. 5. — Pl (...)

5Les Babyloniens et les Assyriens, mis en présence d'un être monstrueux, le traitent comme ils feraient de n'importe quelle pièce du matériel divinatoire. Le présage qu'ils en tirent est souvent défavorable, mais non pas toujours. Les Grecs et les Latins considèrent tout être mal formé comme maléfique, même dans des cas où, interprétée suivant notre logique, l'étrangeté aurait pu apparaître comme un signe heureux. Il n'y a à cette règle que des exceptions apparentes. Si le devin Lampon tire, de la vue d'un bélier difforme, un heureux présage pour Périclès, si les aruspices déclarent à César que le monde lui appartiendra parce que son cheval a des pieds presque humains, cela signifie simplement qu'un pauvre prêtre ne s'expose pas à mécontenter des grands seigneurs. En d'autres circonstances, ces malformations auraient reçu une interprétation fâcheuse1.

6Les prêtres babyloniens, non seulement énumèrent complaisamment toutes les hypothèses possibles en fait de difformités, mais, entraînés par une sorte d'humour féroce, ils continuent leurs séries à l'infini, parlent, après les jumeaux, les tridymes et les tétradymes, d'enfants qui naissent par six, huit, dix à la fois, ou qui ont cinq, six, dix têtes. Chacun de ces cas a été, sinon constaté du moins prévu, et il a reçu d'avance son interprétation particulière. Les Grecs parlent le moins possible des vices concrets à quoi on reconnaît qu'un être qui naît est un τέρας. Ils ne nous donnent sur ce point aucun détail. Il faut attendre les auteurs latins pour savoir enfin ce que c'est qu'un monstre. Tout se passe comme si les Grecs avaient eu si peur des déviations de l'espèce qu'ils eussent craint de les évoquer en les décrivant.

7Les calamités annoncées par les naissances monstrueuses concernent tout le pays où elles apparaissent. Hésiode pense que la race de fer s'éteindra quand les hommes naîtront avec les tempes blanches. L'antiquité tout entière semble avoir anxieusement cherché, sur le corps des nouveau-nés. les signes à quoi on pourrait reconnaître que la race humaine n'était plus semblable à elle-même et qu'elle allait disparaître.

8Cette angoisse devant l'altération de la race, deux peuples l'ont éprouvée pendant des générations. Elle se marque dans leurs croyances et dans leurs rites. Aucun poète, à notre connaissance, ne l'a exprimée, excepté Hésiode. Hésiode a décrit la paix que donne au monde la naissance d'Aphrodite. Mais cette paix peut être précaire. Quatre races ont apparu et se sont évanouies Deux d'entre elles se sont rendues odieuses aux dieux qui les ont anéanties. Que deviendra la cinquième ? Malheur au jour où elle attirera sur elle la colère divine, où elle verra naître d'elle des enfants qui ne ressemblent pas à leurs parents, — malheur au jour où les nouveau-nés auront des cheveux blancs !

Notes

1 MorrisJastrow, Babylonian-Assyrian Birth Omens, dans Relig. Vers. u. Vorarb. XIV (1914), p. 5. — Plut., Périclès, 6 ; Alex., 57 ; Suét., J. César, 61. — Il est cependant possible que la réponse des aruspices à César doive s'expliquer, non par la simple servilité, mais par la tradition étrusque, qui paraît avoir été différente de la tradition latine sur ce point. Le peu qu'on sait des doctrines étrusques relatives aux prodiges semble indiquer qu'elles prévoient des cas où le prodige est favorable, ce qui est exclu par les doctrines strictement romaines. Il en résulte qu'il existe une divination par les prodiges en Étrurie, comme en Babylonie et en Assyrie, alors que la chose est inconnue à Rome. Du reste la naissance d'un anormal, en Étrurie, comme à Rome, était toujours fâcheuse. Cf. C. O. Thulin, die Etruskische Disciplin, III : die Ritualbuecher, Goeteborg, 1909, pp. 76 sqq. Mais les faits ne sont pas toujours faciles à interpréter. Thulin dit, en renvoyant à Macrobe, Sat. III, 7, 2, que la traduction par Tarquilius Priscus du livre étrusque des prodiges était encore en usage sous l'Empire ; elle portait que les béliers à toison rousse ou jaune étaient signe de bonheur pour l'empereur. L'attribution à l'empereur du présage favorable rend toute l'histoire suspecte : il était trop aisé de fabriquer des textes de ce genre pour permettre à un personnage haut placé d'échapper au caractère universellement maléfique des prodiges. Cependant, si la tradition d'un Ostentarium Tuscum s'est conservée, c'est qu'il y avait eu une divination étrusque par les prodiges. On ne peut rien affirmer de plus.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search