Version classiqueVersion mobile

Stérilités mystérieuses et naissances maléfiques dans l’Antiquité classique

 | 
Marie Delcourt

Chapitre V. Les Fléaux en Sicile au temps d’Empédocle

Texte intégral

1Il faut dire un mot d’une curieuse histoire qui figure chez les biographes d’Empédocle et dont les éléments ne sont pas faciles à distinguer.

  • 1 Apud Diog. Laert. VIII, 60. ἀσκούς διέτεινε ne peut guère signifier que tendre des peaux ou gonfle (...)

2Timée raconte que les vents étésiens avaient soufflé avec tant de violence que les fruits gâtaient. Empédocle fit écorcher des ânes et tendre les peaux sur les collines et les sommets, afin d’arrêter le vent. Celui-ci ayant cessé, on appela Empédocle Kôlusanemas1. Cette version, plusieurs fois répétée, implique un arrêt mécanique des vents, soit par des outres où ils s’engouffrent (souvenir de l’épisode d’Eole dans l’Odyssée), soit par une sorte de barrage de peaux. C’est en tout cas ainsi qu’ont compris les auteurs qui ont ensuite rationalisé cet épisode.

3Plutarque (de Curios. I, p. 515. C), trouvant probablement ces peaux d’ânes absurdes, dit qu’Empédocle a procédé en faisant boucher une fissure de rocher par où soufflait le Notus et qu’ainsi le λοιμός a été écarté du pays. Même renseignement, à peu près dans les mêmes termes, dans Adv. Col. (32, 4, p. 1126, B) : Empédocle fait construire un mur pour empêcher le vent du Sud d’apporter à la ville la stérilité et le fléau (ἀκαρπία καὶ λοιμός).

  • 2 Strom. VI, 30 (II, 445, 11 St.). λέγεται (Εμπεδοκλῆς) ἀπò τοῦ Ἀκράγαντος ὄρoυς πνέοντός ποτε ἀνέμο (...)

4Clément d’Alexandrie raconte qu’Empédocle a arrêté (il ne dit pas comment) un vent qui faisait souffrir les habitants et qui rendait les femmes stériles. Il est le premier à situer l’histoire à Agrigente2.

  • 3 H. orph. 82, 5 sqq.

5Ces trois témoignages rationalisent le moyen employé par Empédocle : un mur paraît plus admissible qu’un barrage de peaux. Ils contiennent deux invraisemblances : d’abord, le Notus, vent du Midi, est celui qui apporte la fécondité3 ; ensuite, le site d’Agrigente rend impossible toute protection contre un vent venu de la mer. Timée, qui parle de vents étésiens, c’est-à-dire du Nord-Ouest, ne nomme pas Agrigente. Cela montre que cette histoire existait avant d’être localisée dans l’espace et peut-être aussi avant d’être attribuée à Empédocle. Elle contient un détail précieux : λοιμός dans la langue de Plutarque peut signifier une maladie épidémique quelconque ; mais ce qui prouve qu’il s’agit bien d’une stérilité, c’est que le λοιμός s’accompagne d’une infécondité de la terre (ἀκαρπία) et des femmes (ἀγονία).

  • 4 Apud Diog. Laert. VIII, 70. ἐμπεσόντος λοιμοῦ διὰ τὰς ἀπò τοῦ παρακειμένου ποταμοῦ δυσωδίας, ὥστε (...)

6Diodore d’Ephèse raconte qu’un λοιμός causé par un fleuve empesté frappe les gens de Sélinonte, provoquant des fausses couches. Empédocle, à ses frais, fait mélanger deux fleuves voisins ; l’eau devient douce, le λοιμός cesse ; les gens de Sélinonte font un banquet sur la rive du fleuve ; Empédocle apparaît à la manière d’un dieu ; les gens se lèvent, l’adorent et lui adressent des prières. C’est alors que, voulant encourager ce sentiment, il se jette dans le feu4.

7Essayons d’isoler, dans ces histoires, les éléments dont l’origine est discernable.

8Empédocle lui-même avait promis à ses disciples de leur donner la science des remèdes et le pouvoir d’arrêter les vents qui gâtent les fruits de la terre :

  • 5 Diels, Vorsokr., Emped. fr. III, 3-4. Cf. la pénétrante étude que J. Bidez (La Biographie d’Empédo (...)

Παύσεις δ’ἀκαμάτων ἀνέμων μένος, οἵτ’ ἐπὶ γαῖαν
ὀρνύμενοι πνοιαῖσι καταφθινύθουσιν ἀρούρας.5

9Le titre de Kôlusanemas pourrait n’avoir pas d’autre origine qu’un souvenir de ces vers.

  • 6 καταμί ξαντα γλνκῆναι τὰ ῥεύματα ne peut guère avoir d’autre sens. Cluverius, qui a visité Sélinon (...)
  • 7 Elien, Hist. Nat., IX, 64 ; Diels, Vorsokr., Emped. Α., 66.

10Diodore d’Ephèse dit qu’Empédocle assainit la région de Sélinonte en rendant douces les eaux salées d’un marais6. Il semble qu’il y ait ici une contamination de deux renseignements différents : des travaux exécutés dans les marais que l’on draina en y faisait passer l’Hypsas et le Sélinos, travaux auxquels Empédocle est peut-être complètement étranger ; et, d’autre part, les recherches d’Empédocle sur la présence, dans l’eau de mer, d’eau douce en quantité suffisante pour nourrir les poissons, recherches qui furent reprises ensuite par Démocrite, Aristote et Théophraste7. La réputation d’Empédocle comme savant d’une part, comme thaumaturge d’autre part, a dû lui faire attribuer tous les travaux que, de son temps et dans son pays, on considérait comme prodigieux.

11Restent maintenant quelques détails que nous pouvons expliquer et qui vont éclairer ce qu’on peut appeler la méthode d’Empédocle.

12Dans les deux faits il y a un élément commun : le mal se manifeste par de la stérilité. Les vents, dit Clément, rendent les femmes stériles ; la mauvaise odeur de l’eau, dit Diodore, cause des fausses couches. Ce détail doit être ancien, car il est étranger aux vers d’Empédocle qui ont influencé la légende. Timée et Plutarque l’ont écarté, probablement comme absurde. Timée dit que les vents font gâter les fruits, Plutarque (de Curios.) dit qu’ils apportent un λοιμός dans la contrée. Mais, dans Adv. Col., il dit que ce λοιμός s’accompagnait d’une ἀκαρπία, d’une stérilité végétale. On se souvient des vers du Περὶ φύσεως d’Empédocle à propos des vents qui gâtent les produits de la terre :

... καταφθινύθουσιν ἀρούρας.

13On comprend donc très bien que les auteurs qui rationalisent à demi aient gardé le détail des fruits gâtés, et supprimé celui des femmes qui ont des couches malheureuses : le vent peut avoir un effet sur la maturité des fruits ; il paraît moins capable d’en avoir un sur la génération humaine. Tenons donc pour ancien le détail de l’ἀκαρπία, de l’ἀγoνία et du τὰς γυναῖκας δυστοκεῖν . Il ne se retrouve point parmi les séries de miracles attribués à Abaris, à Pythagore, à Empédocle lui-même dans la légende tardive, telle qu’elle est conservée par Porphyre et Jamblique.

  • 8 Od. X, 19-22 : δῶκε δέ μ’ ἐκδείρας ἀσκòν βoòς ἐννεώρoιo,
    ἔνθα δὲ βυκτάων ἀνέμων κατέδησε κέλευθα,
    κε (...)

14Timée a conservé un autre renseignement précieux : Empédocle combat le Fléau en faisant écorcher des ânes. Encore une fois, nous touchons certainement ici un fonds archaïque. Dans le passage de l’Odyssée où il raconte son voyage chez Eole intendant des Vents, Ulysse dit que le dieu les lui remit dans des outres en peau de bœuf. Empédocle se souvient certainement d’Eole, intendant des vents, lorsqu’il promet à son disciple que lui aussi pourra les gouverner à son gré8. Et, inversement, Eustathe, dans son commentaire au passage de l’Odyssée (p. 1643) mentionne Empédocle parmi les hommes qui ont eu le pouvoir, non d’arrêter, mais de régler les vents. Un seul détail échappe au parallélisme : les ânes écorchés de l’histoire sicilienne.

  • 9 Le renseignement est conservé par deux sources qui malheureusement sont altérées l’une et l’autre (...)
  • 10 Col., de Re rustica, X, 331 sqq.
  • 11 Palladius, de Re Rust., I, 35, 6. Equae caluaria sed non uirginis intra hortum ponenda est, uel et (...)
  • 12 Bidez, Biogr. d’Emp. pp. 43, 122, 139 ; Diels, Vorsokr., Emp. fr. 136, 117, 137.

15Or, nous savons qu’à Tarente on offrait des ânes aux Vents9. D’autre part, un passage de Columelle montre que le sacrifice de l’âne servait à la fois à écarter les vents mauvais et tous les fléaux, et à amener la fécondité. Jupiter Porte-Fléau sévit par de lourdes averses ; des calamités surviennent ; pour y échapper, les paysans tentent toutes sortes d’expériences et ils parviennent enfin à apaiser les vents furieux, à écarter le mauvais temps, par des sacrifices toscans. Suivent alors quatre méthodes : le sang et les entrailles d’un jeune chien écartent la rouille qui grille l’herbe ; — le Tyrrhénien Tagès plante à la limite de son champ la tête écorchée d’un ânon ; — Tarchon met des couleuvres autour de sa maison pour la préserver de la foudre ; — Mélampe a appris de Chiron à mettre des chauves-souris en croix10. La tête d’âne paraît figurer dans cette liste comme moyen apotropaïque, d’abord à cause du contexte, ensuite parce qu’on la plante à la limite du champ. Mais nous ignorons ce qu’elle devait écarter. Et, d’autre part, on dit ailleurs qu’un crâne d’âne, de jument ou d’ânesse appelle la fécondité, lorsqu’on le met au milieu du champ11. Nous trouvons donc, parmi les superstitions relatives à l’âne, les deux détails qui sont également conjoints dans les anecdotes de la vie d’Empédocle : les vents et la fécondité. Les superstitions, lorsqu’elles sont localisées, sont référées à l’Italie du Sud-Est. Il semble bien que l’on ait attribué à Empédocle l’usage, en Sicile, d’une méthode contre la stérilité. Sous l’influence du passage d’Homère relatif à Eole intendant des vents et du passage d’Empédocle lui-même promettant à ses disciples la maîtrise des vents, des historiens qui avaient de la mémoire ont passé des ânes sacrifiés, moyen magique, aux outres en peau d’âne, moyen mécanique, puis au mur dans la montagne. Et le travail de rationalisation s’est poursuivi, soutenu par l’idée qu’on se faisait, d’après ses propres œuvres, d’un Empédocle hostile au sacrifice des animaux12.

16Qu’est-ce que c’était que la méthode d’Empédocle, telle que nous l’entrevoyons dans les anecdotes de sa biographie ?

17Il attribuait la stérilité à des causes secondes naturelles, l’air, l’eau. Nous trouvons les mêmes idées dans le traité hippocratique Des airs, des eaux et des lieux, où la fécondité est mise en rapport avec le climat (ch. V) et où il est dit notamment que, « près des marais, les femmes conçoivent difficilement et leurs accouchements sont pénibles ; les nouveau-nés sont gros et boursouflés ; pendant la nourriture ils maigrissent et deviennent chétifs » (VII). Un moderne reconnaîtra là une description des effets dé la malaria. Il n’est pas impossible que cette théorie se soit répandue même parmi ceux qui voyaient dans la stérilité un phénomène d’ordre religieux, grâce à la croyance qui refuse à la terre toute action néfaste. Si, comme le dira Pline, la terre est toujours et invariablement bienfaisante, alors que les autres éléments nous témoignent parfois de l’hostilité, c’est dans l’air et dans les eaux qu’il faut chercher la cause des calamités.

18Les traditions présentent Empédocle comme agissant tantôt par des moyens naturels, en assainissant un marais, tantôt par des moyens magiques, en sacrifiant des ânes aux Vents, ou en suspendant leurs dépouilles dans les champs.

19Empédocle croyait-il à l’efficacité des deux méthodes ? ou bien croyait-il à la première seule tout en pratiquant la seconde afin de frapper l’imagination des gens ? Nous l’ignorons. Mais le détail des ânes sacrifiés nous permet d’aller un peu plus loin dans une autre direction.

***

  • 13 Le fait est attesté par C. I. G. I, p. 807, 14.

20Pindare dit que les Hyperboréens offrent à Apollon de superbes hécatombes d’ânes (XePyth. 50 sqq.), ce qui doit signifier que, de son temps, on offrait des ânes à Apollon Hyperboréos13.

  • 14 Jambl., Pyth., 92, 135 et 140 ; Porph., Pyth., 27 et 28 ; Apoll. Hist. Mir. 6 ; Elien, Var. Hist. I (...)
  • 15 P. Corssen attribue cet embellissement de la légende à Héraclide Pontique, Rhein. Mus. 67 (1912), (...)

21Or, une légende ancienne faisait de Pythagore thaumaturge une réincarnation d’Apollon Hyperboréos. Cette légende est formellement rapportée par Apollonius de Tyane et par Elien à Aristote ; celui-ci n’a certainement pas voulu reprendre à son compte ces histoires absurdes, mais simplement montrer quelle idée on se faisait de Pythagore dans les milieux qui lui étaient fidèles14. On y racontait aussi comment Abaris, prêtre d’Apollon Hyperboréos, reconnaissait le dieu en la personne de Pythagore15. On sait qu’Abaris, Pythagore et Empédocle voisinent dans des listes de thaumaturges et que leurs légendes se sont influencées mutuellement. Est-il téméraire de penser que les peaux d’ânes qui figurent dans la biographie d’Empédocle ont un rapport avec le culte d’Apollon, exactement comme dans le passage de la XePythique ?

  • 16 Jambl. Pyth. 141, κατέλυε ἐv τοῖς ίεροῖς , καὶ οὔτε πίνων οὔτε ἐσθίων ὤφθη ποτὲ οὐδέν. λέγεται δὲ (...)
  • 17 Δοκεῖ δὲ τότε ἀνακομισθῆναι ὁ ὀϊστὸς μετὰ τῆς καρποφόρου Δήμητρας διὰ τοῦ ἀέρος : Eratosth. Catast (...)
  • 18 Paus. I, 18, 5.
  • 19 Porph. Pyth., 28-29 ; Jambl., Pyth., 135-136.

22En effet, Apollon Hyperboréos est un guérisseur de Fléaux. Jamblique raconte qu’Abaris, ce prêtre voyageur qui reconnut le dieu en Pythagore, descendait dans les temples sans boire ni manger, qu’il prédit un λοιμός, qu’à Sparte il fit les sacrifices qui devaient empêcher le mal et qu’à la suite de cela il n’y eut plus jamais de λοιμός à Sparte16. De plus, Abaris avait une flèche d’or qui lui montrait le chemin et qui lui faisait franchir les obstacles. Cette flèche qu’il donna ensuite à Pythagore, était celle dont Apollon s’était servi pour tuer les Cyclopes et venger Esculape. Menacé par Zeus, il avait caché la flèche chez les Hyperboréens ; lorsque le dieu eut terminé son année de servage et d’expiation chez Admète, la flèche lui revint « à travers les airs, avec la féconde Déméter »17 Dans l’état actuel de nos connaissances, il nous est impossible de tirer au clair cette étrange histoire. Mais ce qui semble certain, c’est que le λοιμός guéri par Abaris était bien une stérilité contre laquelle il requérait l’aide de Déméter, en imitant son jeûne, et d’Apollon Hyperboréos. La flèche d’or d’Apollon est liée à l’histoire d’Admète, dans la maison de qui Apollon apporte une exceptionnelle opulence. Une légende racontait qu’Ilithye était venue de chez les Hyperboréens à Délos pour secourir Léto18. Entendons qu’on honorait une Ilithye Hyperboréa que l’on mettait en rapport avec le culte d’Apollon. Les histoires de la flèche d’or, d’Abaris l’Hyperboréen, semblent donc bien recouvrir de vieux récits de fécondité ramenée. Or, Porphyre et Jamblique, dans leurs Vies de Pythagore, fondées sur des sources communes, disent que Pythagore détourna des λοιμοί, arrêta des vents, prédit des tremblements de terre et fit d’autres miracles, en compagnie d’Empédocle, d’Epiménide et d’Abaris19. Il serait bien inutile de chercher à faire la part de chacun des thaumaturges. Mais ce qui ressort clairement de ces histoires, c’est que le culte d’Apollon Hyperboréos florissait, au vie et au ve siècle, en Grande-Grèce et en Sicile, et que l’on invoquait ce dieu dans des cas de stérilité, comme étant celui qui rend la richesse à la terre. Les ânes écorchés de la Vie d’Empédocle ont probablement été offerts comme κωλυτήρια à Apollon Hyperboréen. Les vieilles superstitions qui attribuent un pouvoir fécondant aux têtes d’ânesses doivent être en rapport avec les idées d’opulence, de naissance heureuse, qui caractérisent les divinités hyperboréennes.

23Toutefois, il faut faire une distinction très nette parmi les traditions relatives à Pythagore et à Empédocle considérés comme thaumaturges. Pythagore agit par des méthodes purement religieuses : c’est probablement à lui qu’on faisait honneur d’avoir développé le culte d’Apollon Hyperboréen. Empédocle semble faire des recherches sur les causes secondes, après quoi il agit sur elles tantôt par des remèdes naturels, tantôt par un appel aux forces divines. Nous ne saurons jamais pourquoi on a consigné les méthodes par lesquelles il essayait de guérir la stérilité. En faisant assainir un marais (et c’était là remonter très exactement à la cause, la malaria), a-t-il scandalisé les esprits religieux par son rationalisme ? Ceux qui ont associé son nom aux offrandes d’ânes pour Apollon Hyperboréos, étaient-ce des savants choqués par les concessions qu’il faisait à la religion populaire ? Nous sommes condamnés, avec cet étrange et complexe esprit, à terminer par une question toutes les études qui le concernent.

Notes

1 Apud Diog. Laert. VIII, 60. ἀσκούς διέτεινε ne peut guère signifier que tendre des peaux ou gonfler des outres. Pour les autres récits qui ne font que copier celui-ci, cf. Diels, Vorsokr., Emped. A, 2.

2 Strom. VI, 30 (II, 445, 11 St.). λέγεται (Εμπεδοκλῆς) ἀπò τοῦ Ἀκράγαντος ὄρoυς πνέοντός ποτε ἀνέμου βαρὺ καὶ νοσῶδες τοῖς ἐγχωρίοις, ἀλλὰ καὶ ταῖς γυναίζὶν αὐτῶν ἀγοvίας αἰτίου νιννομένου, παῦσαι τòν ἄνεμον.

3 H. orph. 82, 5 sqq.

4 Apud Diog. Laert. VIII, 70. ἐμπεσόντος λοιμοῦ διὰ τὰς ἀπò τοῦ παρακειμένου ποταμοῦ δυσωδίας, ὥστε καὶ αὐτοὺς φθείρεσθαι καὶ τὰς γυναῖκας δυστοκεῖν, ἐπινοῆσαι τòν Ἐ. καὶ δύο τινὰς ποταμούς τῶν σύνεγγυs ἐπαγαγεῖν ἰδίαις δαπάναις καὶ καταμίξαντα γλνκῆναι τὰ ῥεύματα.

5 Diels, Vorsokr., Emped. fr. III, 3-4. Cf. la pénétrante étude que J. Bidez (La Biographie d’Empédocle, pp. 43 sqq.) a consacrée aux contaminations entre l’œuvre et la légende.

6 καταμί ξαντα γλνκῆναι τὰ ῥεύματα ne peut guère avoir d’autre sens. Cluverius, qui a visité Sélinonte et les environs au début du xviie s., y a encore vu des eaux salées et stagnantes et il fait remarquer que Diodore se trompe en parlant d’un fleuve empesté alors qu’il s’agit d’un marais. Cette anecdote, comme celle des vents, a été colportée par des gens qui ne connaissaient plus les lieux. Cf. Cluverius, Sicilia antiqua, Leyde, 1619, p. 227, et Head, Historia Numorum, p. 147 sqq.

7 Elien, Hist. Nat., IX, 64 ; Diels, Vorsokr., Emped. Α., 66.

8 Od. X, 19-22 : δῶκε δέ μ’ ἐκδείρας ἀσκòν βoòς ἐννεώρoιo,
ἔνθα δὲ βυκτάων ἀνέμων κατέδησε κέλευθα,
κεῖνον γὰρ ταμίην ἀνέμων ποίησε Κρονίων
ἠμὲν πανέμεναι ἠδ’ ὀρνύμεν ὄν κ’ ἐθέλησιν.
Περὶ φύσεως, fr. iii (Diels), 5 :
καὶ πάλιν, ἢν ἐθέλγησθα, παλίντιτα πνεύματ’ ἐπάζεις.

9 Le renseignement est conservé par deux sources qui malheureusement sont altérées l’une et l’autre et qu’on a bien été obligé de corriger l’une par l’autre : Et. Magn. s. ν. Ἀνεμύτας (corrigé en ἀνεμώτας) παρὰ Tαραντίνοις ὁ ὄνος ó ἀνέμοις θυόμενος. Hés. s. ν. Ἀνεμύτας ὄνομα ἀφεκτòς (corr. en ὄνος ἄφεκτος) ἱερòς τοῖς ἀνέμοις θυόμενος ἐv Tαραvτίvοις.

10 Col., de Re rustica, X, 331 sqq.

11 Palladius, de Re Rust., I, 35, 6. Equae caluaria sed non uirginis intra hortum ponenda est, uel etiam asinae. Creduntur enim sua praesentia fecundare quae spectant. — Geopon, XII, 6 : Kρανίoν ὄνου είς τò µέσον τοῦ κήπου ἀπόθοιο.

12 Bidez, Biogr. d’Emp. pp. 43, 122, 139 ; Diels, Vorsokr., Emp. fr. 136, 117, 137.

13 Le fait est attesté par C. I. G. I, p. 807, 14.

14 Jambl., Pyth., 92, 135 et 140 ; Porph., Pyth., 27 et 28 ; Apoll. Hist. Mir. 6 ; Elien, Var. Hist. II, 26 ; Diog. Laert. VIII, 11.

15 P. Corssen attribue cet embellissement de la légende à Héraclide Pontique, Rhein. Mus. 67 (1912), pp. 37 sqq.

16 Jambl. Pyth. 141, κατέλυε ἐv τοῖς ίεροῖς , καὶ οὔτε πίνων οὔτε ἐσθίων ὤφθη ποτὲ οὐδέν. λέγεται δὲ καὶ ἐν Λακεδαιμονίοις θῦσαι τὰ κωλντήρια, καὶ διὰ τοῦτο οὐδένα ποτὲ ὔστερον ἐv Λακδαίμονι λοιμòν γενέσθαι. Cfr. ibid 92.

17 Δοκεῖ δὲ τότε ἀνακομισθῆναι ὁ ὀϊστὸς μετὰ τῆς καρποφόρου Δήμητρας διὰ τοῦ ἀέρος : Eratosth. Catast. rel. ΧΧΙΧ (ed. Robert, 1878). Robert supprime Δημήτρος qui, dit-il, a dû être ajouté par un lecteur ignorant pour expliquer καρποφόρον. Mais les sch. de l’Aratus latin et les fragm. de Catastérismes du Vat. gr. 1087 donnent également le détail. Hygin (Astr. II, 15, sagittam uento perlatam cum frugibus) l’a certainement lu aussi dans la source qu’il suit. On trouvera cités et classés par A. Roehm, Rhein. Mus. LXVII (1912), pp. 417 sqq, les cinq textes sur lesquels repose l’histoire de la flèche d’or d’Apollon devenue une constellation. Robert rapproche l’allusion à Déméter et à ses fruits des offrandes de prémices qu’Hérodote réfère déjà aux Hyperboréens (IV, 33) et dont parle Callimaque (H. Ap. Dél. 278 et 283). Que les épis soient des emblèmes de fécondité, cela ne fait pas de doute. Mais l’histoire de la flèche plantée en terre recouvre probablement aussi un très vieux rite de fécondité (Dieterich, Mutter Erde, p. 16, n. 1) et doit s’expliquer comme une représentation magique de la blessure fécondante faite par le ciel à la terre (Esch. fragm. 44 : ἐρᾷ µὲν ἁγνòς οὐρανòς τρῶσαι χθόνα). Sur les Hyperboréens, cf. Otto Schroeder, Arch. f. Rel. VIII (1905) pp.69 sqq. ; sur les sacrifices d’ânes, Cook, Journ. of hell, st. XIV (1894) pp. 81 sqq.

18 Paus. I, 18, 5.

19 Porph. Pyth., 28-29 ; Jambl., Pyth., 135-136.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search