Version classiqueVersion mobile

Stérilités mystérieuses et naissances maléfiques dans l’Antiquité classique

 | 
Marie Delcourt

Chapitre premier. Les Fléaux

Texte intégral

  • 1 Dieterich, Mutter Erde, pp. 44 sqq. — Schol. de Lucien, Dial. des court. 2, i ; éd. Rabe, Leipzig, (...)

1Les Anciens ont vu dans la fécondité de la terre et des espèces vivantes un seul phénomène régi par la même volonté divine. Les mots dont ils se servent pour désigner la génération et ses organes sont les mêmes lorsqu’il s’agit de la terre labourée, ensemencée, et du couple humain. Cette croyance est toujours restée parfaitement explicite et bien des rites en ont gardé la trace. Déméter est invoquée dans les fêtes du mariage. Les Thesmophories sont celles de la fécondité. Au cours des Arrhétophories, pour agir à la fois sur la génération des semences et sur celle des hommes, — car, dit le scholiaste qui nous conserva ce règlement, elles obéissent à la même loi — on jetait dans des trous les « offrandes mystérieuses », des porcs vivants et des gâteaux en forme de phallus et de serpents ; on apportait des rameaux avec des pommes de pin ; les pommes de pin et les porcs figuraient dans la cérémonie à cause de leur caractère prolifique, comme symbole de la multiplication des fruits et des hommes. Les historiens donnent aujourd’hui une autre explication de la présence des porcs sacrifiés, mais celle du scholiaste rend compte de ce qu’on pensait de son temps et c’est ce qui nous intéresse ici ; acceptons-la donc avec le sens dont elle est chargée et constatons que les Athéniens pensaient jeter dans les trous des emblèmes de la fécondité sous ses trois aspects. Les gâteaux et les porcs étaient en partie mangés par des reptiles. Ce qui en restait, les Puiseuses le relevaient et le mettaient sur l’autel. Les gens venaient chercher un peu de cette matière et la mêlaient aux semences pour avoir de belles récoltes. En 17 avant notre ère, quand Auguste fera célébrer les Fêtes séculaires, bien des rites de celles-ci rappelleront les cérémonies et l’esprit des Thesmophories athéniennes1.

2La fécondité éternelle de la terre et des espèces vivantes a été, pour les anciens, la grande espérance. Leur crainte a été de voir cette fécondité s’arrêter ou dévier. Aussi, lorsqu’ils sentent les dieux en colère, le châtiment le plus terrible qu’ils puissent redouter, c’est la stérilité sous ses trois aspects : stérilité végétale, animale, humaine. Et, lorsqu’ils envisagent un arrêt de la vie, ils ne le voient pas seulement dans l’image d’une femme qui n’a pas d’enfants, ou dont l’enfant meurt, mais aussi d’une femme dont l’enfant est anormal. Une stérilité s’accompagne d’apparitions étranges, où les espèces refusent de se reconnaître.

3Une calamité envoyée par les dieux s’appelle un λοιμός. Ce mot signifie exactement la même chose que le français Fléau et on le traduira ainsi dans les pages qui suivent. Il ne désigne pas une peste quoique, parfois, une maladie puisse accompagner une calamité. Lorsqu’on trouve un Fléau décrit avec une certaine précision, on constate aussitôt que ce mot si vague fait presque toujours allusion à une stérilité.

  • 2 Boisacq, Dict. étym. s.v. ; Osthoff, Arch. f. Relig. VIII, 51 sqq. (1905).

4On n’essaiera pas de tirer de l’étymologie plus qu’elle ne peut donner : ce que l’on cherche à atteindre, ce n’est pas une origine inaccessible, mais simplement le sentiment des anciens tel qu’il se livre dans les textes. Cependant, on peut bien signaler que λιμός, λοιμός et λοιγός semblent apparentés entre eux et au latin letит ; que τέρας apparenté à πέλωρ signifie d’abord apparition miraculeuse et significative, puis monstre2. Le Fléau par excellence, c’est la faim et l’extinction de la vie ; le Signe par excellence, c’est l’enfant anormal.

§ 1. LE FLÉAU DE STÉRILITÉ.

5Zeus, dit Hésiode, punit l’injustice et récompense l’équité. Et le vieux poète nous donne une précieuse description du châtiment et de sa contre-partie :

  • 3 V. 235 τίκτονσι δὲ γμυaῖκες ἐοικόta τέκa γονεῦσιν.

6« Ceux qui sont justes envers étrangers et nationaux, ceux qui jamais ne transgressent la justice, leur ville est florissante, le peuple y est prospère ; la paix, nourricière de jeunes gens, règne dans le pays ; Zeus ne leur envoie point la guerre funeste. Ces hommes aux sentences droites, la faim ne les suit pas, ni le désastre : ils jouissent des fruits qu’ils ont récoltés. Pour eux, la terre porte des vivres abondants. Sur leurs montagnes, le chêne est chargé de glands à son sommet et d’abeilles en son milieu ; leurs brebis laineuses traînent de lourdes toisons ; leurs femmes mettent au monde des enfants semblables à leurs parents3 ; ils s’épanouissent dans la prospérité ; ils n’ont pas besoin de prendre la mer : la terre fertile porte du fruit » (Travaux, 227-237).

  • 4 τοῖσιν δ’oὐρavόθεv μέγ’ ἐπήγαγε πῆμα Κρoνίων,
    λιμòν ὁμοῦ καὶ λοιμόν ἀποφθινύθουσι δὲ λαοὶ
    oὐδὲ γυνaῖ (...)

7Au contraire, « souvent une ville entière souffre à cause d’un seul homme qui va vers le mal et le prépare. Sur eux tous, du haut du ciel, Zeus fait tomber une grande calamité, Faim et Fléau tout ensemble. Les peuples dépérissent, les femmes n’enfantent plus, les maisons s’épuisent par le conseil de Zeus Olympien »4 (Trav., 240-245).

8Justice immédiate, avec la prospérité ou la ruine matérielle pour sanction ; récompense et châtiment collectifs, tout le groupe étant puni avec un seul coupable. Platon ne se satisfera pas d’une telle morale ; mais elle restera populaire pendant toute l’antiquité. Ce qui nous intéresse ici, c’est de savoir ce qu’est exactement le Fléau dont Zeus menace le coupable.

  • 5 Bien entendu, il ne faut pas rapprocher ce vers d’Hésiode de celui où Théocrite (Ptol. 43) parle d (...)
  • 6 Contre Ctésiphon, III μήτε γῆν καρποὺς φέρειν, μήτε γυναῖκας τέκνα τίκτειν γονεῦοιν ἐοικότα ἀλλὰ τ (...)

9Tous les traducteurs entendent, au vers 243, λιμòν ὁμοῦ καὶ λοιμόν dans le sens de la Famine et la Peste. Comme Hésiode, dans sa description du bonheur des justes, y inclut la paix, on veut trouver ici la plus ancienne mention des trois maux qui menacent l’humanité, la Guerre, la Famine et la Peste ; un moderne prend forcément ce dernier mot comme équivalent de maladie. Or, qu’on veuille bien regarder le texte de plus près, on verra que le poète ne mentionne aucun mal qui atteigne le corps humain, excepté lorsqu’il dit : « les femmes n’ont plus d’enfants », ce qui peut signifier, ou bien qu’elles sont stériles, ou bien qu’elles n’accouchent pas heureusement. La comparaison avec d’autres textes nous amènera à préférer la seconde interprétation. De plus, elles mettent au monde des enfants qui ne sont pas semblables à leurs parents5, litote dont le sens devient clair lorsqu’on rapproche la vieille malédiction rapportée par Eschine dans son discours contre Ctésiphon. Il parle de la première guerre sacrée, à l’époque de Solon : les gens de Cirrha ont commis des sacrilèges envers le temple de Delphes ; le dieu, consulté, répond qu’il faut faire la guerre aux Cirrhéens et ravager leur pays ; les Amphictyons promettent d’exécuter l’ordre et vouent ceux qui désobéiraient à la malédiction d’Apollon, Artémis, Léto et Athéna ; l’exécration est formulée en ces termes : « Que la terre ne porte plus de fruits, que les femmes ne mettent plus au monde d’enfants semblables à leurs parents, mais des monstres, que, même dans les troupeaux, les nouveau-nés ne soient pas conformes à la nature de leur genre »6. Dans cette formule, l’anomalie est représentée comme un châtiment plus terrible que la simple stérilité.

  • 7 III, 65 γῆ τε καρπòν ἐκφέροι καὶ γυναῖκές τε καὶ ποῖμναι τίκτοιεν.

10Au contraire, c’est de stérilité qu’il est question dans deux passages d’Hérodote. Cambyse mourant confie à ceux de son entourage le soin de reprendre l’empire des mains des mages ; s’ils obéissent, « que la terre porte du fruit, que les femmes et les femelles accouchent »7.

  • 8 VI, 139 οὔτε γῆ καρπòν ἔφερε οὔτε γυναῖκές τε καὶ ποῖμναι ὁμοίως ἔτικτον καὶ πρò τoῦ πιεζόμενοι δὲ (...)

11Les Pélasgiens de Lemnos tuent leurs concubines athéniennes et les enfants de celles-ci parce que les bâtards l’emportaient sur les enfants légitimes. Il en résulte une stérilité générale : la terre ne porte plus de fruit, ni les femmes ni les femelles n’ont plus la même postérité qu’auparavant. Épuisés par la faim et par le manque d’enfants, ils consultent l’oracle de Delphes8.

  • 9 Hymne à Art., 125 sqq. κτήνεά φιν λιμòς καταβóσκεται, ἔργα δὲ πάχνη Λιμóς est donné par les meille (...)

12On voit que, dans aucun de ces passages, il n’est question de maladies qui frappent les adultes. Cette idée ne figure pas davantage dans le couplet imité d’Hésiode où Callimaque loue la puissance d’Artémis lorsqu’elle punit les hommes injustes : « La famine dévore leurs troupeaux9 et la gelée leurs travaux ; les vieux rasent leur tête à cause de la mort de leurs enfants ; les femmes, ou bien sont blessées et meurent en couches, ou bien, échappant à la mort, mettent au monde des créatures dont aucune ne pourra se tenir debout sur des chevilles droites ».

  • 10 Hymne à Art., 128 τίκτονσιν τῶv oὐδὲν ἐπὶ σφυρòν ὀρθòν ἀνέστη.
  • 11 Galien, De usu partium, III, 2 ὀρθòς δὲ μόνος ἀπάντων ζῴων ἄ νθρωπος’ μόνῳ γὰρ αὐτῷ κατεὐθὺ τῶv (...)

13Les enfants dont les vieillards portent le deuil, ce sont les jeunes gens morts à la guerre, et, cette guerre, c’est la guerre civile : Callimaque, en louant les justes, dit que la « discorde ne ronge pas leur race » (οὐδὲ διχοστασίη τρώει γένος). Le sort des femmes est décrit ici plus explicitement que chez Hésiode : ou bien elles meurent en couches, ou bien elles mettent au monde des êtres qu’il aurait mieux valu ne pas voir naître10. Les enfants qui ne pourront pas se tenir debout sur leurs chevilles, ce ne sont pas seulement des enfants débiles, comme le veulent les commentateurs, ce sont des enfants anormaux : la station droite est le propre de l’humanité11. Callimaque, comme Hésiode, désigne par une litote ceux que la malédiction conservée par Eschine appelle crûment des monstres.

***

14Prenons provisoirement le mot λοιμός dans le sens de Fléau envoyé par les dieux et continuons à demander au contexte de nous éclairer sur la nature de ce châtiment. Dans les Perses, lorsque Darius demande à Atossa qui lui annonce la ruine de la puissance perse :

λοιμοῦ τις ἦλθε σκηπτòς ἢ στάσις πóλει ;

15M. Mazon entend : « Est-ce la famine ou la guerre civile qui s’est abattue sur l’État ? », prenant ainsi λοιμός, sans contexte, dans son sens le plus général de stérilité. En profondeur, l’antithèse signifie : « Souffrons-nous d’un Fléau envoyé par les dieux ou d’un mal né de la volonté des hommes ? »

  • 12 Esch, Suppl., 659-662 μήποτε λοιμòς ἀvδρῶv | τávδε πóλιν κεvώσαι’ | μηδ’ ἐίπιχωρίοις <δόρυ> | πτώμ (...)

16Il faut probablement donner le même sens au mot λοιμός dans la bénédiction que les Danaïdes prononcent sur Argos lorsque la ville consent à les accueillir. « Que jamais, disent-elles, un Fléau ne vide d’hommes la cité, que la guerre ne souille pas le sol du sang des jeunes gens »12, « que les vieillards emplissent la salle » (666), « que de nouvelles naissances viennent sans cesse donner des chefs à ce pays et qu’Artémis veille sur les couches des femmes » (674-678), « que l’essaim douloureux des maladies aille se poser loin du front des Argiens » (684-685). « Que Zeus rende la terre fertile en toute saison et que les brebis des champs soient fécondes » (689-691).

  • 13 Suppl. 686-7 εὐμενὴς δ’ ὁ Λύκειoς ἔσ\τω πάσᾳ veoλaíᾳ.

17On retrouve ici les trois thèmes qui figurent dans les passages d’Eschine et d’Hérodote : fécondité de la terre, des troupeaux et des femmes. La guerre fait partie du Fléau décrit par Hésiode et par Callimaque. Eschyle insiste particulièrement sur le thème de la dépopulation humaine. Ce chœur des Suppliantes est le seul de tous les textes de ce genre qui mentionne formellement les maladies parmi les maux qu’on prie les dieux d’épargner aux hommes. Dans l’ἑσμòς νούσων du vers 684, M. Mazon reconnaît, certainement avec raison, les maladies qui frappent les enfants, spécialement confiés à Apollon Lycien13. L’idée dominante est toujours celle de la persistance de la race.

  • 14 Trad. Mazon, Eum. 785 et 815 λειχὴν ἄφυλλος ἄτεκvoς.

18Dans les Euménides, les Erinyes menacent Athènes d’une « lèpre mortelle à la feuille, mortelle à l’enfant »14. Athéna les prie de retourner leur imprécation en bénédiction et de donner en Attique la fécondité au sol, aux troupeaux, et à la semence humaine (904-909). Réconciliées avec la ville, elles développent ces trois thèmes dans le chœur qui termine la pièce.

***

  • 15 VIII, 115 ἐπιλaβὼv δὲ λοιμός τε τòν στρατòv καὶ δυσεντερίη διέφθειρε.

19Dans la langue courante du ve siècle, le mot λοιμός a donc un sens religieux et il désigne une calamité envoyée par les dieux. Hérodote prend le mot avec ce sens, une fois dans la formule qui est déjà chez Hésiode, λιμὸς καὶ λοιμός (VII, 171), une autre fois en parlant d’une maladie mystérieuse rangée dans une série de σημεῖα inquiétants (VI, 27), une autre fois encore pour désigner la dysenterie qui s’empare des Perses affamés lorsque, pendant leur retraite de Thessalie, ils mangent des herbes et des écorces15. A ne lire que ce dernier texte, on pourrait penser que λοιμός va désigner une maladie épidémique quelconque, même dénuée de caractère mystérieux. Mais Thucydide ne se sert jamais de ce terme pour désigner la peste de 430. Il l’appelle νόσος (II, 47,3 ; 49,6 ; 50,I), νόσημα (49,6 ; 51,I et 6 ; 53,I) et κακόν (47,4). Le mot λοιμός apparaît à la fin de la description, dans le texte d’un oracle (54,2 et 3) et dans la phrase solennelle qui introduit la description en rappelant que jamais on n’a gardé le souvenir d’une telle calamité : οὐ ... τοσοῦτός γε λοιμòς οὐδὲ φθορὰ ... ἐμνημονεύετο γενέσθαι (47,3). Λοιμός signifie donc pour lui fléau en général et non maladie.

  • 16 Banquet 188 Β λοιμοί coordonné à νοσήματα ; Lois 188 B, coordonné à πόλεμος, ἀπορία, νόσοι.
  • 17 Banquet 201 D.
  • 18 Lois 906 С φαμὲν δ’ εῖναί που τò νῦν ὀνομαζόμενον ἁμάρτημα, τὴν πλεονεζίαν, ἐν μὲν σαρκίνοις σώμασ (...)

20Platon prend deux fois le mot λοιμός dans le sens de calamité en général16, une fois pour désigner la peste d’Athènes, mais dans un passage qui a une couleur religieuse très marquée, puisqu’il s’agit du rôle thaumaturgique de Diotime qui fléchit les dieux et obtient que le fléau soit retardé de dix ans17. On n’a donc nullement le droit de conclure de cette phrase que, régulièrement, λοιμός signifie peste. Un quatrième passage, très curieux, oppose λοιμός à νόσημα et reprend certainement le mot dans son premier sens, celui des textes ci-dessus, où il désigne une calamité frappant la terre, les animaux et la postérité des hommes. C’est ce passage des Lois qui dit qu’une seule réalité, l’avidité, peut se présenter sous trois aspects différents ; « elle est maladie lorsqu’elle frappe les corps, λοιμός lorsqu’elle frappe les saisons et les années, et, par un simple changement de nom, injustice lorsqu’elle atteint les États et les constitutions »18.

21Plus tard, le mot garde cette valeur religieuse. Plutarque mentionne un λοιμός dans une série de calamités mystérieuses (Coriolan, 13) mais, parlant de la peste d’Athènes, il l’appelle une λοιμωδὴς νόσος et de même Pausanias (I 3,4). Ce terme, et celui de λοιμικòν πάθος, est celui dont se servent également les physiciens, — Aristote dans ses écrits d’histoire naturelle — lorsqu’ils veulent parler d’une véritable maladie épidémique. Est-il nécessaire de faire remarquer que, dans ces termes unis, c’est πάθος ou νόσος qui signifie maladie, l’adjectif tiré de λοιμός marquant simplement le caractère universel, effrayant, d’un mal présenté comme un châtiment divin ? Encore Hippocrate n’emploie-t-il ni le substantif ni l’adjectif. Le traité des épidémies est intitulé περὶ τῶν ἐπιδημιῶν et l’auteur les appelle νονσήματα ἐπιχώρια.

  • 19 C’est peut-être par cette croyance qu’il faut expliquer le vers 348 des Travaux : οὐδ’ ἂν βοῦς ἀπό (...)

22Un λοιμός est donc exactement ce que nous appelons un Fléau, un châtiment envoyé par les dieux et frappant une collectivité19. La forme classique du Fléau, dans l’antiquité, c’est une stérilité de la terre, des femelles et des femmes, stérilité aggravée par la naissance d’êtres anormaux, contraires à la nature. La description la plus complète d’un Fléau de ce genre a été donnée par Sophocle dans Œdipe-Roi. Mais l’importance du début de cette tragédie comme document religieux a été si totalement méconnue qu’il n’est pas inutile d’en faire ici une étude un peu approfondie.

§ 2. LE FLÉAU DANS ŒDIPE-ROI.

  • 20 Musgrave semble avoir été le premier à proposer le rapprochement. Malheureusement, il fut suivi pa (...)
  • 21 Œd.-R. 93.
  • 22 Un médecin humaniste ne s’y trompera pas. Le Dr. Béteau, auteur d’une excellente étude sur la mala (...)

23On a voulu voir dans la calamité thébaine une allusion à l’épidémie qui ravagea Athènes en 430 et, dans Œdipe lui-même, une sorte de figure de Périclès20. Disons tout de suite que le rapprochement n’aurait pu être suggéré que par le pire ennemi de Périclès. En effet, si l’on fait appel à Œdipe pour guérir le fléau, c’est lui uniquement qui en est responsable et la confiance des Thébains repose sur le plus tragique des malentendus. On ne voit pas très bien non plus le fils de Xanthippe invitant un de ses conseillers, comme Œdipe le fait dans une minute de démagogie, à faire devant tout le peuple rapport sur sa mission21. Vouloir à tout prix trouver des allusions historiques dans l’un des poèmes les plus inactuels qu’on ait jamais écrits, c’est s’exposer à en fausser le sens pour y introduire de force ce qu’on est décidé à y découvrir ensuite22.

24Lorsqu’on lit la tragédie sans idée préconçue, on s’aperçoit que Sophocle n’a entendu décrire ni une maladie, ni une épidémie au sens moderne du mot. Le Fléau qui éprouve Thèbes est une stérilité. Les seuls êtres menacés sont les femmes en couches et leurs fruits.

25Le malheur qui pèse sur Thèbes est deux fois décrit, une première fois dans le prologue par le grand-prêtre, une seconde fois par le chœur dans le commentaire lyrique de la parodos. C’est la technique tragique employée par Eschyle dans les Perses, dans les Sept, dans Promethée, par Sophocle lui-même dans les Trachiniennes, et, d’une façon plus mouvementée, dans Philoctète et dans Ajax. Quelques mentions rapides, dans le premier épisode, rappellent le Fléau. La dernière allusion est dans la bouche de Jocaste qui entre en disant à Œdipe et Créon (v. 635-636) : « N’avez-vous pas honte, quand l’État souffre tant, d’agiter des querelles personnelles ? » Puis, c’est tout. Déjà à l’apparition de Jocaste, les spectateurs, pris tout entiers par la question : « qui a tué Laïos ? », ne devaient plus guère penser au Fléau. Personne n’en reparlera plus à la fin de la pièce.

26La ville, dit le grand-prêtre, est accablée par l’orage :

φθίνουσα μὲν κάλυζιν ἐγκάρποις χθονός,(25)
φθίνουσα δ’ ἀγέλαις βουνόμοις τόκοισί τε
ἀγόνοις γυναικῶν ἐν δ’ ὁ πυρφόρος θεòς
σκήψας ἐλαύνει, λοιμòς ἔχθιστος, πόλιν,
ὑφ’ οὗ κeνοῦταı δῶμα Καδμεῖον μέλας δ’
Ἅιδης στεναγμοῖς καὶ γόοις πλουτίζεται. (30)

  • 23 Il faut justifier cette traduction. Ἀγóνοις (27) qui, grammaticalement, est attribut de τόκοισι, d (...)

27« La ville périt dans les germes fructifères de la terre, dans les troupeaux des bœufs en pâture, dans les accouchements des femmes, qui, tous, se terminent sans naissances. Le dieu porte-feu, le haïssable Loimos, s’étant élancé, malmène la cité et, par lui, se vide la maison cadméenne tandis que le noir Hadès s’enrichit de larmes et de déplorations. »23

28Le chœur décrit ensuite le fléau dans la deuxième strophe et la deuxième antistrophe de la parodos :

ὦ πόποι, ἀνάριθμα γὰρ φέрω (167)
πήματα νοσεῖ δέ μοι πρόπας στόλος, οὐδ’ ἔvi φροντίδος ἔγχος (170)
ᾧ τις ἀλέξεται . oὔτe γὰρ ἔκγονα
κλυτἃς χθονòς αὔξεται, oὔτε τόκοισιν (175)
ἰηίων καμάτων ἀνέχουσι γυναῖκες
ἄλλον δ’ἂν ἄλλῳ προσίδοις ἄπερ εὔπτερον ὄρνιν
κρεῖσσον ἀμαιμακέτου πυρòς ὄρμενον
ἀκτὰν πρòς ἑσπέρου θεoῦ.
ὧν πόλις ἀνάριθμος ὄλλυται
νηλέα δὲ γένεθλα πρòς πέδῳ θαναταφόρα κεἳται ἀνοίκτως (180)
ν δ’ ἄλοχοι πολιαί τ’ ἔπι ματέρες
ἀκτὰν παραβώμιον ἄλλοθεν ἄλλαι
λυγρῶν πόνων ἱκετῆρες ἐπιστενάχουσιν. (185)
παιὰν δὲ λάμπει στονόυσσά τε γῆρυς ὅμαυλος
ὧν ὕπερ , ὧ χρυσέα θύγατερ Διός,
εὐῶπα πέμψον ἀλκάν (189)

  • 24 Le scholiaste explique : ἔκγονα χθονός ἢ τὰ δέvδρα ἢ τοὺς παῖδάς φησιν.

29« Hélas ! innombrables sont les maux que j’endure. Tout le peuple souffre et l’esprit ne trouve aucune arme pour écarter le mal. En effet, les fruits de cette terre illustre24 ne poussent plus et les femmes ne se relèvent plus, dans leurs accouchements, des souffrances qui les font crier. Vie après vie, sous tes yeux, comme l’oiseau aux ailes vigoureuses, plus vite que le feu irrésistible, s’élance vers la rive du dieu occidental.

30Comblée de morts, la ville périt. Abandonnés de tous, les nouveau-nés porteurs de mort gisent par terre, sans que nul les pleure. Et les jeunes femmes avec les mères aux cheveux gris, le long de la rive de l’autel, l’une ici, l’autre là, implorant la fin du terrible malheur, gémissent. Et le péan éclate, mêlé aux lamentations. Pour tout cela, fille rayonnante de Zeus, envoie le secours au beau visage ».

  • 25 La traduction des vers 180-181 sera justifiée dans un chapitre suivant. Pour le reste, voici quelq (...)

31Ici encore, je ne vois que la description d’une stérilité. Les femmes mettent au monde des enfants morts ou des enfants anormaux qu’on expose25 et elles meurent elles-mêmes. C’est pour cela qu’on voit, dans les temples, des épouses (ἄλοχοι) prier avec leurs mères pour que ce sort affreux leur soit épargné. Le scholiaste commente ce vers en disant : ἐκ τούτου δῆλον ὅτι καὶ τέλειοι ἀπέθνησκον, ceci prouve que des adultes mouraient également. Cette remarque montre que, pour lui, le Fléau comporte essentiellement la mort des germes et des nouveau-nés.

32En effet, pas un instant personne ne parle d’une contagion qui menacerait, soit Œdipe, soit les hommes qui composent le chœur. Le seul endroit où Œdipe paraît craindre pour lui-même, c’est celui où il dit à Créon, pour justifier son ordre de parler devant tout le peuple :

τῶνδε γὰρ πλέον φέρω
τὸ πένθος ἢ καὶ τῆς ἐμῆς ψυχῆς πέρι (93-4),

33mais on s’aperçoit bientôt que ces mots ont une valeur toute générale : « J’ai plus de soucis pour eux que pour ma propre vie. » Cela ne veut pas dire qu’il craigne rien pour sa vie, mais ignifie simplement que, en sa qualité de roi, il porte le tourment de tout son peuple, idée déjà exprimée aux vers 59-61.

34Toutes ses autres paroles définissent une stérilité, non une maladie. Au moment de maudire le meurtrier inconnu, il résume le mal auquel il veut porter remède et dit qu’il travaille au bénéfice du pays qui périt, privé de fruits, privé des dieux.

γῆς ᾧδ’ ἀκάρπως κἀθέως ἐφθαρμένης (v. 254).

35Aucune allusion à une épidémie dans le sens courant du mot. La conjonction άκάρπως καὶ ἀθέως s’explique parfaitement. Les dieux manifestent leur faveur par la fécondité, leur colère par la stérilité. Celle-ci, à cause de son caractère destructeur, est ensuite (190-202) identifiée à un Arès qui n’aurait besoin d’aucun appareil guerrier pour accomplir son œuvre de mort (ἄχαλκος ἀσπίδων) et l’on prie Zeus de l’arrêter.

36Plus loin, lorsqu’Œdipe ordonne aux Thébains d’exécuter l’ordre d’Apollon tel qu’il a été rapporté de Delphes par Créon, il prie les dieux de punir les désobéissants en leur refusant tout fruit né de la terre, tout enfant né d’une femme, et de les atteindre personnellement par le fléau actuel ou par un autre plus affreux encore :

μήτ’ ἄροτον αὐτοῖς γῆς ἀνιέναι τινὰ
μήτ’ οὖν γυναικῶν παῖδας, ἀλλὰ τῷ πότμῳ
τῷ νῦν φθερεῖσθαι κἄτι τοῦδ’ ἐχθίονι.

37Ces vers sont d’une logique parfaite. Si quelqu’un désobéit à l’ordre du dieu et accueille le meurtrier de Laïos, le Fléau continuera ses ravages. Mais il est possible que le contrevenant n’ait pas encore été touché personnellement. Dans ce cas, Œdipe appelle sur lui le Fléau collectif transformé en punition individuelle, mais il ne demande pas aux dieux d’en modifier le caractère. Ce qui frappera le coupable, c’est une stérilité sous ses trois aspects classiques, stérilité de la terre et des troupeaux, stérilité des femmes. Φθερεῖσθαι ne signifie nullement qu’il périra en personne, — pas plus que νοσεῖν, dans les passages cités plus haut, ne signifiait qu’il dût tomber malade, — mais qu’il sera atteint par des forces destructrices, acharnées après sa maison.

38On le voit, il n’y a rien de commun entre la maladie contagieuse admirablement décrite par Thucydide et la stérilité mystérieuse dont Sophocle ne montre qu’un effet indirect : l’effroi des hommes devant le mal qui menace d’anéantir les récoltes et les familles.

39Une dernière remarque : la tragédie grecque ignore ce que nous appelons les maladies et les morts naturelles. Sophocle dans Philoctète a peint la souffrance physique, étonnante hardiesse que Wagner renouvellera dans Parzival. Sophocle, comme Wagner, relève la souffrance sur le plan poétique en lui donnant une origine mystérieuse, divine. Œdipe vieux ne pourra mourir naturellement : les dieux devront s’en mêler et le faire disparaître. La légende même ne connaît guère que des morts violentes. Ariane meurt en couches, mais la mort d’une jeune femme avec son fruit est précisément un signe de la colère divine. Et, au surplus, la curieuse légende d’Ariane demanderait à être étudiée de plus près.

***

  • 26 Mutter Erde, p. 41.
  • 27 Dès qu’on étudie dans le détail le texte d’Œdipe-Roi, on est frappé de voir le grand nombre de pas (...)

40Dans Mutter Erde, A. Dieterich, colligeant les superstitions anciennes relatives à la Terre-Mère, a allégué tous les passages qui sont relevés ci-dessus, excepté le début d’Œdipe-Roi. Dans ce livre charmant, le philologue poète regrette que Sophocle, « influencé par sa formation sacerdotale, ait été inattentif aux croyances populaires »26. Les commentaires ont masqué le texte aux yeux de Dieterich. La description du Fléau de Thèbes est inspirée par les mêmes croyances que la prière des Suppliantes27 : pour Sophocle, comme pour Eschyle, la fécondité du monde est une idée simple, identique sous plusieurs manifestations, qu’il s’agisse de la Terre, des troupeaux, des familles humaines.

41Il est vrai que Sophocle n’invoque nulle part la déesse Gê, qui joue un grand rôle chez les autres tragiques. Ici, on demande à Artémis, à Apollon, surtout à Athéna, de faire cesser le Fléau. Or, ce sont précisément ces divinités qui sont invoquées par les amphictyons contre Cirrha, dans la prière de même contenu, mais de signe contraire, qui nous est conservée par Eschine. Toute la description de Sophocle paraît donc empruntée à une tradition religieuse singulièrement homogène, parfaitement pure de tout enjolivement littéraire.

§ 3. LE FLÉAU DU PREMIER LIVRE DE L’ILIADE

  • 28 Notamment Bruhn, dans la préface à sa révision de l’éd. Schneidewin-Nauck et Robert, Œdipus, p. 29 (...)
  • 29 Par exemple, cent vers plus bas, Achille jure à Agamemnon que les Grecs le rappelleront un jour en (...)

42Plusieurs commentateurs de Sophocle ont pensé que sa description du malheur de Thèbes est une réplique à celle qu’Homère fait du camp grec au début de l’Iliade28. A vrai dire, un autre passage d’Homère aurait pu être allégué, parallèlement à Œdipe-Roi, mais personne ne semble avoir pensé à le faire. Dans l’Odyssée (XIX, 109 sqq.), Ulysse salue Pénélope et lui dit que sa renommée est celle du bon roi qui, craignant les dieux, gouvernant sur des peuples nombreux et forts, tient ferme les sentences justes, et la terre noire porte froment et orge ; les arbres plient sous les fruits, les brebis mettent bas régulièrement ; la mer donne du poisson ; tout cela vient de son bon gouvernement et les peuples prospèrent sous son règne. Le tableau traditionnel des fécondités envoyées par les dieux est traité ici avec une certaine fantaisie : le détail de la mer qui donne du poisson en abondance est bien homérique et ne se retrouve pas ailleurs. Du même fond, Eschyle fait promettre par les Euménides (937) la richesse des mines du Laurium. Les descriptions classiques parlent uniquement de la terre, des femelles et des femmes. Encore cette description de l’Odyssée est-elle bien plus conforme à la tradition que le fléau du début de l’Iliade. Ce texte curieux mérite quelques mots d’explication. Il offre un exemple parfait de ce qu’on trouve si souvent chez Homère : une superstition populaire utilisée dans un récit après avoir été vidée de son sens religieux et ne gardant plus qu’une valeur pittoresque29.

  • 30 Il. I, 51-52 βέλος ἐχεπευκὲς ἐφιεὶς | βάλλ’ αἰεὶ δὲ πυραὶ νεκύων καίοντο θαμειαί.
  • 31 Рhil. 105.

43Agamemnon ayant outragé le prêtre d’Apollon, une punition frappe collectivement tous les Grecs. Cette punition est appelée νοῦσος (10), λοιμός (61) et λοιγός (97), que, malheureusement, les modernes ont pris dans le sens de maladie et de peste. Avec certains scholiastes anciens du reste, ils ont donc cru que les flèches d’Apollon blessaient d’abord et amenaient une maladie ensuite. Or, nulle part dans le texte, il n’est dit que quelqu’un soit malade. Les flèches partent, les bûchers s’allument aussitôt30. Les flèches d’Apollon tuent immédiatement et inévitablement, comme celles qu’il a remises à Hercule et celui-ci à Philoctète31. De plus, la notion même de maladie est rigoureusement exclue de la poétique épique. Les héros d’Homère peuvent être blessés, mais leurs organes ne se dérangent pas. Νόσος doit donc signifier mal (sens qu’il a gardé dans le grec de toutes les époques) et λοιμός, avec son équivalent λοιγός que nous lisons avec Aristarque au vers 97, signifie, comme partout ailleurs, mal collectif d’origine mystérieuse.

  • 32 Schol. ad Il. I, 50 (Didyme et Ven. A).
  • 33 Schol. ad Il. I, 50, λοιμòςπò ἐκφλογώσεως γίνεται, γῆθεv ἀναφερόμενος ἐξ ἀναθυμιάσεως (Didyme et (...)
  • 34 Quaest. hom. 14, p. 22 (Leipz. 1910) Ὅμηρος δὲ καὶ οφόδρα φυσικῶς τὴν περὶ τὰ λοιμικὰ τῶv παθημάτω (...)

44Si les modernes ont cru que le Fléau déchaîné par la colère d’Apollon comportait des blessures mortelles et une maladie, c’est la faute de quelques scholiastes qui le disent explicitement. Et ceux-ci ont été amenés à le penser à propos des vers 50-52, où l’on voit les mulets et les chiens frappés les premiers. Ce détail leur parut bizarre et ils cherchèrent à l’expliquer vaille que vaille. Les uns disaient que la divinité procédait miséricordieusement, frappant d’abord les animaux afin d’éclairer les hommes et de leur donner le temps de se repentir32. La plupart, cherchant une explication naturelle, prirent λοιγός dans le sens de maladie contagieuse et dirent que les animaux sont frappés les premiers parce qu’ils sont plus près de la terre d’où vient le « mauvais air »33. Les chiens la flairent et s’exposent ainsi à la contagion ; les mulets sont particulièrement frappés parce qu’ils sont des hybrides. Des explications de ce genre ont dû se former assez tôt. Zoïle reprochait déjà à Homère d’avoir prêté à Apollon une colère absurde et insinuait qu’il est indigne d’un dieu de massacrer des animaux innocents. Du moins comprenait-il encore qu’ils sont tués à coups de flèches. Héraclide Pontique répond qu’il y a là chez Homère un trait d’observation exacte, que tous ceux qui ont observé les épidémies savent qu’elles commencent par les quadrupèdes34.

45Explication inventée pour le passage, car il n’y a pas d’épizooties qui frappent aussi les hommes. Et, pour la rendre possible, Héraclide a dû substituer à λοιμός, qui est dans le texte d’Homère, λοιμικὴ νόσος qui n’y est pas, mais qu’il traite comme équivalent. Nous avons montré plus haut qu’aucun écrivain grec, aucun physicien, aucun médecin, ne paraît avoir admis cette équivalence, — sauf peut-être Hérodote. En dehors des deux passages cités ci-dessus (p. 14) et du présent passage des scholies de l’Iliade, λοιμός et λοιμικὴ νόσος ne sont jamais traités comme synonymes. Nul doute qu’ici Héraclide n’ait sollicité le texte pour arriver à l’expliquer. Mais il a des excuses : la notion de λοιμός pouvait, à la rigueur, inclure des maladies (cf. supra, p. 14) ; et le Fléau homérique, qui diffère de la « triple stérilité » traditionnelle, a dû beaucoup l’embarrasser.

46L’erreur qui consiste à voir une maladie au début de l’Iliade remonte, disons-nous, à des explications inventées pour rendre raison du détail gênant des animaux massacrés. Or, ce détail, Homère l’a certainement pris dans des descriptions de Fléaux analogues à celle qui est chez Hésiode. On y voit toujours mentionnées, dans un ordre à peu près invariable, la terre, les femelles des animaux et, pour finir, les femmes. Les femelles sont souvent impliquées dans un collectif : κτήνη, βοσκήματα, ποῖμναι. De cet ensemble, Homère garde uniquement les détails qui cadrent avec la description d’un camp d’envahisseurs. Dans toute l’Iliade, il n’est pas question une seule fois de rien récolter sur cette terre qui cependant a dû nourrir les Grecs pendant les dix années du siège. Le thème de la stérilité du sol disparaît donc, comme celui de la stérilité des femmes. Le poète aurait pu garder ce qui est relatif aux femelles, mais les Grecs, pas plus qu’ils ne font de culture, ne font d’élevage : le poète parle donc simplement d’animaux exterminés. Le détail, isolé de son contexte naturel, puis altéré (la stérilité des femelles remplacée par la destruction des mâles) est devenu une simple disparate. Chose curieuse, il est resté à sa place, précédant ce qui concerne les humains. Qu’il faille le comprendre dans le cadre d’un λοιμός primitif, cela ne fait pas de doute. Le fait qu’une fécondité miraculeuse est présentée dans l’Odyssée comme une récompense du bon gouvernement indique que le thème était familier aux poètes homériques ; il est aisé de comprendre pourquoi on pouvait l’utiliser dans le cadre d’Ithaque et de la vie patriarcale, tandis qu’on n’a pu l’intégrer à l’épisode troyen qu’en lui infligeant une torsion qui le rend méconnaissable.

47Dans l’Hymne à Artémis (122 sqq), Callimaque, qui imite à la fois le passage des Travaux relatif aux châtiments collectifs et le début de l’Iliade, montre la déesse frappant, comme Apollon, à coups de flèches. Celles-ci atteignent d’abord des arbres, puis un animal, puis une ville coupable : on reconnaît là encore l’ordre traditionnel, dont le sens toutefois est obscurci par les enjolivements dont le poète surcharge le vieux thème religieux. Cette introduction est du reste suivie de l’excellente description analysée plus haut.

  • 35 Schol. ad. Il. I. 56 μηδεμιᾃς ἀνθρώπων οὔσης εὐσεβείας.

48Les Chants Cypriens racontaient une curieuse histoire d’après laquelle la Terre, accablée par le poids des hommes et par leur injustice, demande à Zeus de lui donner un allègement35. La guerre thébaine d’abord, puis la guerre de Troie tuent beaucoup d’hommes et diminuent le fardeau. Il est certain que, dans ce contexte, le détail de l’impiété des hommes est étranger au récit primitif. La conclusion indique que la cause primitive du mal dont souffre la Terre, c’est le poids matériel dont les hommes pèsent sur elle. Ici encore, la disparate doit provenir de la description d’une stérilité. Les deux ordres d’idées se seront contaminés parce que le thème de la guerre apparaît dans l’un et dans l’autre. Dans un Fléau, elle est une sanction ; dans le récit des Chants Cypriens, elle est un remède. C’est probablement pour cela qu’on aura introduit une cause morale dans un ensemble qui, à l’origine, ne devait rien comporter de semblable.

§ 4. LA STÉRILITÉ MYSTÉRIEUSE.

  • 36 Μήτε γῆ μ[ήτε θάλασ]σα δέξαιτo μηδὲ καρποὺς ἐνέγ[κοι αὐτoῖς] inscription d’Asie-Mineure publiée et (...)

49Les Anciens n’ont jamais cessé de redouter le châtiment des dieux tel qu’il se manifestait par la stérilité de la terre et des espèces vivantes. Le serment de fidélité imposé par l’empereur Auguste aux Paphlagoniens comporte une formule de malédiction pour les contrevenants et pour leur descendance : la terre et la mer refuseront de les porter et elle (entendons : la terre) ne portera plus de fruits36 ; deux formules d’exécration ont été contaminées, mais elles étaient bien connues l’une et l’autre et tout le monde les attendait dans un semblable contexte.

  • 37 Toutefois, dans le papyrus magique de Paris publié par Wessely (Denkschr. d. kais. -kön. Ak. d. Wi (...)

50La stérilité ne figure pas dans les malédictions des defixionum tabellae. Cela se comprend assez bien : ces formules concernent une population plus urbaine que paysanne ; de plus, celui qui les lance est préoccupé d’atteindre un ennemi bien déterminé, de l’atteindre tout de suite et d’un coup : ταχύ, ταχύ, ἤδη, ἤδη. Il ne cherche nullement à frapper l’entourage. La stérilité était un mal collectif qui se développait lentement37.

  • 38 II, 5, 9 ; II, 5, II ; ΠΙ, 7, I ; III, 7, 5 ; III, 12, 6 ; III, 15, 8.

51Les mythographes nous ont conservé de nombreuses mentions relatives à des périodes de stérilité. Apollodore emploie rarement le mot λοιμός, mais, lorsqu’il l’emploie, c’est bien dans le sens archaïque d’ἀκαρπία, comme le prouve la double narration relative au sacrilège d’Augé (II, 7, 4 et III, 9, 1) où la même calamité est désignée une fois comme un λοιμός puis par ces mots : ἀκάρπου τῆς γῆς μενούσης. Apollodore mentionne de très nombreux cas de stérilité38 ; il ne donne aucune description, mais raconte généralement comment on y a porté remède, ce qui nous amènera à revenir plus tard sur ces récits. Il rapporte même ce qu’on pourrait appeler une stérilité truquée (II, 9,I) : Ino, la méchante belle-mère, fait dessécher les semences, de telle sorte que la terre ne produit plus rien. Son mari Athamas envoie à Delphes pour demander la fin du mal, et les serviteurs d’Ino rapportent une réponse mensongère aux termes de laquelle l’ἀκαρπία cessera si Phrixos est sacrifié à Zeus.

***

  • 39 De agricultura, 141 : Mars pater te precor quaesoque uti sies uolens propitius mihi domo familiaeq (...)
  • 40 Od. XIX, 109 sqq. ; vide supra, p. 22.

52La littérature latine ne nous rapporte, sur la croyance à la stérilité, que des renseignements décousus. La prière du paterfamilias, conservée par Caton, demande la fécondité pour les troupeaux et pour la terre39. Virgile parle deux fois de calamités, mais les deux exposés sont difficiles à interpréter. Dans les Géorgiques (III, 440 sqq), il s’agit d’abord d’une épizootie des brebis (440-478), puis d’une sorte de contagion frappant tous les animaux y compris les poissons. Ce détail relève de l’amplification poétique, à laquelle Virgile a si souvent sacrifié la simple donnée ; il provient peut-être de l’Odyssée40. Cette maladie semble être une maladie naturelle, pour laquelle les bergers cherchent et trouvent des remèdes. Dans l’Enéide, III, 135, sqq Enée est chassé de Crète par une lues qui frappe les végétaux et les hommes ; il n’est pas question des animaux. Le mal semble être d’origine mystérieuse, comme le Fléau sophocléen, mais il est mis en rapport avec l’air (corrupto caeli tractu) et la saison (Sirius). Dans les stérilités classiques, envoyées par les dieux pour punir les hommes, les causes naturelles ne sont pas invoquées ; il n’est fait allusion aux vents et à la sécheresse qu’à partir du moment où comme nous le verrons ci-dessous, on a commencé à chercher des explications naturelles du phénomène. Les deux descriptions virgiliennes, comme celle du début de l’Iliade, relèvent de la critique littéraire, même si elles sont faites d’éléments qui ont une lointaine origine religieuse. Elles se rattachent aussi aux débuts de l’histoire des sciences.

  • 41 Cf. infra, p. 59 ce qui est dit d’un passage de Julius Obsequens (ch. 50) pour l’année 50 avant J. (...)

53Les historiens nous donnent de nombreux détails relatifs aux enfants monstrueux dont la naissance est l’un des symptômes de la colère des dieux. L’apparition des nouveau-nés anormaux est parfois mise directement en rapport avec la stérilité41, mais cela est en somme assez rare. Paul Orose raconte une stérilité en l’année de Rome 470 (IV, 2) : une épidémie de fausses couches se manifeste parmi les troupeaux et fait mourir de nombreuses femmes. Mais, d’une façon générale, les quatre phénomènes qu’Hésiode, Eschine, Callimaque considèrent comme connexes — à savoir la stérilité de la terre, des femelles et des femmes, ainsi que l’apparition d’êtres anormaux, — ces phénomènes se présentent, dans les croyances romaines, comme isolés ; le dernier prend une importance démesurée, rejetant les autres dans l’ombre. Cependant, un texte important prouve que le monde latin faisait toujours écho à la vieille idée qui voit dans la stérilité du monde une réalité unique aux manifestations multiples, c’est le Chant séculaire, prière aux dieux pour qu’ils écartent de Rome la stérilité. Le Chant séculaire et les rites de purification après l’apparition d’un anormal sont peut-être d’origine grecque. Mais c’est leur mise en pratique sur le sol romain qui nous permet le mieux de dégager l’origine chthonienne des Fléaux, origine que la mythopée grecque a une tendance à obscurcir. Nous reviendrons sur ce sujet à propos de l’éviction des enfants anormaux et des cérémonies qui la suivaient.

Notes

1 Dieterich, Mutter Erde, pp. 44 sqq. — Schol. de Lucien, Dial. des court. 2, i ; éd. Rabe, Leipzig, 1906, pp. 275-6 ; — Plut. Conj. praec. 138 B.

2 Boisacq, Dict. étym. s.v. ; Osthoff, Arch. f. Relig. VIII, 51 sqq. (1905).

3 V. 235 τίκτονσι δὲ γμυaῖκες ἐοικόta τέκa γονεῦσιν.

4 τοῖσιν δ’oὐρavόθεv μέγ’ ἐπήγαγε πῆμα Κρoνίων,
λιμòν ὁμοῦ καὶ λοιμόν ἀποφθινύθουσι δὲ λαοὶ
oὐδὲ γυνaῖκες τίκτουσιν, μινύθουσι δὲ οῖκοι
Zηvòς φραδμοσύνησιν Ὀλυμπίον.

5 Bien entendu, il ne faut pas rapprocher ce vers d’Hésiode de celui où Théocrite (Ptol. 43) parle des femmes infidèles dont les enfants ne ressemblent pas à leur père. Les mss. d’Hésiode hésitent entre γονεῦσι et τοκεῦσι, qui sont tous deux admissibles.

6 Contre Ctésiphon, III μήτε γῆν καρποὺς φέρειν, μήτε γυναῖκας τέκνα τίκτειν γονεῦοιν ἐοικότα ἀλλὰ τέρατα, μηδὲ βοσκήματα κατὰ φύσιν γονὰs ποιεῖσθαι.

7 III, 65 γῆ τε καρπòν ἐκφέροι καὶ γυναῖκές τε καὶ ποῖμναι τίκτοιεν.

8 VI, 139 οὔτε γῆ καρπòν ἔφερε οὔτε γυναῖκές τε καὶ ποῖμναι ὁμοίως ἔτικτον καὶ πρò τoῦ πιεζόμενοι δὲ λιμᾣ τε καὶ ἀπαιδίη ἐς Δελφοὺς ἔπεμπον. — Πιεζόμενοι λιμῷ καὶ ἀπαιδίη explique le ἀποφθινύύθονσι λαοί d’Hésiode.

9 Hymne à Art., 125 sqq. κτήνεά φιν λιμòς καταβóσκεται, ἔργα δὲ πάχνη Λιμóς est donné par les meilleurs mss ; il est tout à fait inutile d’accepter la lectio facilior λιμóς des recentiores. La fin du vers indique que le poète a voulu introduire des métaphores inattendues.

10 Hymne à Art., 128 τίκτονσιν τῶv oὐδὲν ἐπὶ σφυρòν ὀρθòν ἀνέστη.

11 Galien, De usu partium, III, 2 ὀρθòς δὲ μόνος ἀπάντων ζῴων ἄ νθρωπος’ μόνῳ γὰρ αὐτῷ κατεὐθὺ τῶv σκελῶν ἡ ῥάχις ἐστίν. Lorsque Ovide dit : Os homini sublime dedit, cœlumque tueri iussit, il met l’accent sur l’aspect intellectuel du privilège humain, lequel, certainement, avait été remarqué dès une époque très ancienne.

12 Esch, Suppl., 659-662 μήποτε λοιμòς ἀvδρῶv | τávδε πóλιν κεvώσαι’ | μηδ’ ἐίπιχωρίοις <δόρυ> | πτώμασιν αίματίσαι πέδον γᾶς. δóρν est une conjecture très vraisemblable de M. Mazon.

13 Suppl. 686-7 εὐμενὴς δ’ ὁ Λύκειoς ἔσ\τω πάσᾳ veoλaíᾳ.

14 Trad. Mazon, Eum. 785 et 815 λειχὴν ἄφυλλος ἄτεκvoς.

15 VIII, 115 ἐπιλaβὼv δὲ λοιμός τε τòν στρατòv καὶ δυσεντερίη διέφθειρε.

16 Banquet 188 Β λοιμοί coordonné à νοσήματα ; Lois 188 B, coordonné à πόλεμος, ἀπορία, νόσοι.

17 Banquet 201 D.

18 Lois 906 С φαμὲν δ’ εῖναί που τò νῦν ὀνομαζόμενον ἁμάρτημα, τὴν πλεονεζίαν, ἐν μὲν σαρκίνοις σώμασι νόσημα καλούμενον, ἐv δὲ ὥραις ἐτῶv καὶ ἐνιαύτoις λοιμόν, ἐv δὲ πόλεσιν καὶ πολιτείαις τοῦτο, ῥήματι μετεσχηματισμένον, ἀδικίαν.

19 C’est peut-être par cette croyance qu’il faut expliquer le vers 348 des Travaux : οὐδ’ ἂν βοῦς ἀπόλοιτο, εἰ μὴ γείτων κακὸς εἴη. « Un taureau passait facilement d’un troupeau à un autre », dit Wilamowitz dans son commentaire. C’est exact, mais un homme méchant porte malheur puisque la faute d’un seul peut faire punir toute la communauté. Un mauvais voisin est maléfique du seul fait de sa méchanceté.

20 Musgrave semble avoir été le premier à proposer le rapprochement. Malheureusement, il fut suivi par Hermann. On s’est ensuite servi de la prétendue allusion pour dater la pièce. Cf. Sudhaus, König Œdipus’ Schuld, Rektoratsrede de Kiel, 1912, pp. 9 sqq.

21 Œd.-R. 93.

22 Un médecin humaniste ne s’y trompera pas. Le Dr. Béteau, auteur d’une excellente étude sur la maladie dépeinte par Thucydide, nous écrit : « Dans ce prologue d’Œdipe-Roi, rien de naturel, rien d’humainement possible, mais un phénomène mythique à l’échelle des personnages. Pas d’assimilation possible du fléau à une épidémie ».

23 Il faut justifier cette traduction. Ἀγóνοις (27) qui, grammaticalement, est attribut de τόκοισι, domine également κάλυξιν et ἀγέλαις. Ainsi que φθίνουσα, il fait oxymoron avec ἐγκάρποις et avec τόκοισι ; d’une façon plus sourde, avec ἀγέλαις, qui, en insistant sur le nombre des bêtes, évoque leur multiplication. Il devrait y avoir prolifération ; on ne voit qu’avortement. — Ἐv δ’...σκήψας (27-28) : la plupart des commentateurs font remarquer que Sophocle emploie 180 θαναταφόρα ou θανατάφoρα L2 θαναταφόρω L1 θαναταφόῳ recc.
ἐν...δέ avec la valeur homérique de ensuite ; ils en tirent argument pour dire que les vers 25-27 décrivent une stérilité à laquelle s’ajoute une peste, une maladie définie par les vers suivants. Il est exact que Sophocle emploie ἐν...δέ avec le sens de ensuite ; c’est le cas infra 181, Trach., 206, probablement aussi dans Œd. Col. 55. Mais, en dehors de ces trois cas, je n’en vois aucun où ἐν ne puisse s’expliquer comme faisant partie du verbe. C’est le cas pour έμμεστοῦμαι (Ant. 420, El. 713). Quant à Ajax 675, le texte paraît gâté. Ajax énumérant les vicissitudes de la vie, parle des souffles qui se calment après avoir agité la mer en furie, puis il dit : ἐν δ’ ὁ παγκρατὴς ὔπνος | λύει πεδήσα, οὐδ’ άεὶ λαβὼν ἔχει.
Impossible d’expliquer ici un item (avec Wunder) ou un simul (avec Ellendt). Les détails, visiblement, ne sont pas coordonnés entre eux, mais simplement subordonnés à l’idée dominante. La correction ὴδ’, adoptée par Schneidewin Nauck, ne vaut pas mieux que le texte traditionnel. On pourrait peut-être proposer ἐκ δ’... λύει, tous les éléments de ce passage étant simplement reliés par δέ après le μέν du vers 670. — ἐνσκήψας est au surplus le terme courant lorsqu’il s’agit d’un fléau qui s’abat. Le Fléau Porte-Feu n’est donc pas quelque chose qui s’ajoute à la φθίσις c’est elle-même. Inutile de vouloir retrouver la fièvre (πυρετός) dans le terme banal de πυρφόρος. Le dieu néfaste auquel on identifie ici la calamité destructrice, c’est Arès, dont le chœur parlera tout à l’heure et pour lequel πυρφόρος est une épithète courante. Ici, le Fléau, identifié à un dieu, traverse la ville en rafale et la dépeuple pour enrichir Hadès. Rien n’indique qu’il s’agisse d’autre chose que des maux décrits par les vers 25-27.

24 Le scholiaste explique : ἔκγονα χθονός ἢ τὰ δέvδρα ἢ τοὺς παῖδάς φησιν.

25 La traduction des vers 180-181 sera justifiée dans un chapitre suivant. Pour le reste, voici quelques explications :
Noσεἳ μοι πρόπας στóλoς ne signifie nullement que tout le peuple soit malade. La métaphore est tellement usée en grec que, s’il fallait prendre le mot au pied de la lettre dans tous les passages où on le rencontre, on s’exposerait à d’étranges contre-sens. Aux vers 60-61, Œdipe l’applique à lui-même et au chœur, voulant dire simplement : Nous sommes tous malheureux, et moi, comme roi, plus encore que vous. Au surplus, ceux qui voudraient donner à vοσεῖ son sens littéral seraient obligés d’entendre : Nous tous qui sommes ici, nous sommes frappés, à quoi, heureusement, personne ne songe.
τόκοισιν : simplement, comme le veut le scholiaste, ἐν τόκοισιν. L’interprétation de Jebb : par des naissances, par la mise au monde d’un enfant vivant, est séduisante à première lecture, mais reprend une idée qui est épuisée par le vers précédent ; οὔτε ἔκγονα, οὔτε γυναῖκες : mort des germes, mort des mères.
ἄλλον δ’ἄν ἄλλῳ πρoaίδoις. Le masculin auquel se réfère ἄλλον. n’est pas indiqué et il ne se dégage pas aisément du passage. L’image suggère, pour le substantif repris par ce pronom, φυχή. Le sens suggérerait plutôt τέκνον puisque l’idée qui domine le tout est celle de l’appauvrissement de la cité par la mort des germes. Le plus simple est encore de suppléer un mot comme νέκρóς qui, ne cadrant pas avec l’image de la rafale funèbre, n’est pas exprimé. C’est ainsi qu’entend le scholiaste qui écrit : ἄλλον ἐπ’ ἄλλῳ ἵδoις ἀποθνήσκοντα, ώςρνιθες ἐν τῇ πτήσει ἄλλοςπ’ ἄλλῳ πέτεται.

26 Mutter Erde, p. 41.

27 Dès qu’on étudie dans le détail le texte d’Œdipe-Roi, on est frappé de voir le grand nombre de passages où le rapprochement s’impose avec les Suppliantes d’Eschyle. Cf. Marie Delcourt, Antiquité classique, 1937, P. 63 sqq.

28 Notamment Bruhn, dans la préface à sa révision de l’éd. Schneidewin-Nauck et Robert, Œdipus, p. 292.

29 Par exemple, cent vers plus bas, Achille jure à Agamemnon que les Grecs le rappelleront un jour en vain. Il jure par son bâton, et un scholiaste rappelle qu’ainsi faisaient les archontes athéniens. Achille ajoute (I, 234 sqq.) que le bâton a été écorcé et poli, qu’il ne refleurira donc jamais. Détails inutiles dans un tel contexte (rudimentaires, dirait Zielinski), mais qui s’expliquent parfaitement s’ils ont fait partie d’un serment promissoire du type : « Je ne reviendrai pas avant que ce bâton ait refleuri » (Cf. Il. XXIII, 42 sqq.).

30 Il. I, 51-52 βέλος ἐχεπευκὲς ἐφιεὶς | βάλλ’ αἰεὶ δὲ πυραὶ νεκύων καίοντο θαμειαί.

31 Рhil. 105.

32 Schol. ad Il. I, 50 (Didyme et Ven. A).

33 Schol. ad Il. I, 50, λοιμòςπò ἐκφλογώσεως γίνεται, γῆθεv ἀναφερόμενος ἐξ ἀναθυμιάσεως (Didyme et Ven. A).

34 Quaest. hom. 14, p. 22 (Leipz. 1910) Ὅμηρος δὲ καὶ οφόδρα φυσικῶς τὴν περὶ τὰ λοιμικὰ τῶv παθημάτων συντυχίαν διὰ τούτου παρίστησιν ’ oἱ γὰρ ἐμπειρίαν ἰατρικῆς τε καὶ φιλοσοφίας ἔχοντες δι’ ἀκριβοῦς παρατηρήσεως ἔγνωσαν ἐν ταῖς λοιμικαἳς νóσοις τò δεινòν τῶv τετραπóδων ζῴων ἀρχόμενον.

35 Schol. ad. Il. I. 56 μηδεμιᾃς ἀνθρώπων οὔσης εὐσεβείας.

36 Μήτε γῆ μ[ήτε θάλασ]σα δέξαιτo μηδὲ καρποὺς ἐνέγ[κοι αὐτoῖς] inscription d’Asie-Mineure publiée et commentée par F. Cumont, Rev. Et. Gr. XIV (1901), pp. 26 sqq.

37 Toutefois, dans le papyrus magique de Paris publié par Wessely (Denkschr. d. kais. -kön. Ak. d. Wiss. zu Wien, phil.-hist. Kl. 1888), on trouve le λοιμός personnifié invoqué à côté de notions abstraites et de fantômes particulièrement irrités et malfaisants : Μοίραις, ’Aνάγκαις, Βασκοσύναις, Λοιμῷ, Φθóνῳ, φθιμένοις ἀώροις βιομόροις πέμττω τροφάς. (Βάσκανος étant un croquemitaine chthonien, Βασκοσύνη doit en être une sorte d’hypostase). Cf. Dieterich, De hymnis orphicis, p. 49. Voir aussi, dans les Orphica d’Hermann, fr. 11, 15, le λοιμός figurant dans une liste de calamités, dans un texte orphique probablement surchargé de falsifications juives et chrétiennes.

38 II, 5, 9 ; II, 5, II ; ΠΙ, 7, I ; III, 7, 5 ; III, 12, 6 ; III, 15, 8.

39 De agricultura, 141 : Mars pater te precor quaesoque uti sies uolens propitius mihi domo familiaeque meae quoius rei ergo agrum terram fundumque meum suouetaurilibus circumagi jussi. | Uti tu morbos | uisos inuisosque | uiduertatem | uastitudinemque | calamitates | intemperiasque | prohibessis defendas | auer-runcesque ; | ut fruges frumento | uineta uirgultaque | grandire dueneque | euenire siris | pastores pecuaque | salua seruassis | diuque donam salutem | ualetudinemque | mihi domo | familiaeque nostrae, | harumce rerum ergo, fundi terrae agriquemei lustrandi lustrique faciendi ergo, sic uti dixi, macte hisce suouetaurilibus lactentibus immolandis esto, macte hisce suouetaurilibus lactentibus esto. Quel est le sens exact, à cette époque, de uiduertas ? Festus (p. 369, 15) dit : Viduertas, calamitas, dicta quod uiduet bonis, explication qui pourrait bien avoir été inventée pour le passage. La uiduertas a peut-être été la stérilité. M. Hubaux qui m’a rendue attentive à ce passage, me fait remarquer que le Dieu invoqué pour donner l’abondance à la ferme, c’est Mars. Dans la parodos d’Œdipe-Roi, le Fléau est identifié à Arès.

40 Od. XIX, 109 sqq. ; vide supra, p. 22.

41 Cf. infra, p. 59 ce qui est dit d’un passage de Julius Obsequens (ch. 50) pour l’année 50 avant J.-C.

© Presses universitaires de Liège, 1986

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search