Version classiqueVersion mobile

1898-1998. Fines de siglos. Historia y litteratura hispanoamericanas

 | 
Jacques Joset
, 
Philippe Raxhon

Conclusions

Philippe Raxhon

Texte intégral

1Le moment est venu de conclure ce Ier colloque international organisé par le Créamé, moment aigre-doux, moment périlleux : aigre-doux car les travaux s’achèvent et après l’effort vient le juste réconfort pour ceux qui se sont investis, mais qui vont se séparer, avec le sentiment que tout est passé trop vite. C’est en tout cas le mien, et je ne doute pas que se soit aussi celui de Jacques Joset. Moment périlleux, car il faut ramasser les propos, donner du sens, et faire bref comme il convient, en étant le moins appauvrissant possible. Et ceci sans recul, or l’historien en est friand. Par conséquent, c’est une conclusion qui reste à écrire que je vous propose, à l’image, au fond, de l’exposé de Pierre Vayssière, dont l’esquisse — selon son expression — n’en demeurait pas moins de la belle ouvrage — selon nous. Dans cet exposé inaugural, il n’a pas posé les bornes de nos propos, il les a plutôt bousculées d’entrée de jeu, secouant le cocotier des dates par une réflexion habile autour d’un titre. Les fins de siècles sont mobiles, et renvoient plutôt à une image subjective, à une métaphore. Une fin de siècle induit l’idée de décadence, de décrépitude, d’accomplissement aussi, de chute mais aussi de renouveau. Un siècle qui s’achève est un tournant qui plus ou moins se négocie. Mais le réel ne se plie guère aux contraintes de la chronologie toujours arbitraires, bien que nécessaires. La commémoration est aussi un piège, et il faut savoir s’en dégager.

2Partant de l’idée qu’une fin de siècle autorise néanmoins le bilan d’une époque, un examen rétrospectif, un retour sur soi pour constater une évolution ou une fracture, Pierre Vayssière se demande si l’on peut transférer à l’Amérique latine ce concept de fin de siècle, car cet espace continental a son rythme, sa temporalité, sa chronologie. La thèse qu’il développe par des exemples de structures politiques, de dimensions socio-économiques, d’arrimage culturel, est que la fin du xixe siècle en Amérique latine correspondrait plutôt aux années 1910-1920. Voguant sur la datation, le regard qu’il jette sur 1998, regard provisoire sur le présent qui n’est jamais qu’un passé immédiat, l’invite à conclure que l’optimisme démocratique des années 80 a fait place à une certaine désillusion dans les années 90, comme le démontrent un certain nombre de perspectives institutionnelles et politiques, économiques, sociales et culturelles, et notamment identitaires.

3Les dates vont se rebeller chez d’autres intervenants, chez Fernando Moreno par exemple, qui nous fait part de ses réflexions sur les répercussions dans le domaine littéraire d’un événement historique chilien, la « Révolution » ou la « Contre-Révolution » de 1891, selon les choix idéologiques, dont fut victime le régime présidentiel. La littérature qui s’empare ainsi de l’histoire pour en faire sa chose nous ouvre les yeux — quoique ici ce serait plutôt les oreilles — sur la polyphonie de l’imaginaire latino-américain, à travers une fictionnalisation de l'historiographie, comme en témoigne un corpus de romans hostiles ou non au régime.

4La littérature a fait son miel de l’histoire dans le cas de Lope de Aguirre également, homme du passé, personnage historique plutôt discret mais transfiguré par le roman. Robin Lefère nous a proposé à bride abattue une analyse chaleureuse de trois de ceux-ci, où Aguirre, figure utopique de l’apocalypse, incarnation de la colère de Dieu — ou victime — à une autre époque de rupture pour l’Espagne, est transfiguré, jusqu’à l’éclatement de l'historiographie dominante. Comme un tryptique, les trois romans investissent l’histoire par traces, l’histoire aléatoire, l’histoire mal éclairée parce que légitimement soumises aux sources, laissant grande ouverte la porte des imaginaires, de la fascination aussi. Le moment où la littérature rend compte de la transition politique est toujours un moment riche. Le passage à l’acte romanesque est aussi un passage à la synthèse, à travers un jeu de miroir.

5Jacques Joset suit la veine littéraire par une approche fort élaborée d’Emilio Diaz Valcárcel, auteur moins méconnu aujourd’hui. C’est l’écrivain dans sa dimension culturelle qui est soulignée, dans la mesure où cette dimension est attachée à la société de son temps. Comparant les destins des littératures cubaines et porto-ricaines, Jacques Joset appréhende la dégradation de la représentation sociale de l’écrivain, que veut bien rendre l’œuvre d’Emilio Diaz Valcárcel, blessé, brisé par la société de consommation bruyante aux oreilles et silencieuse au cœur.

6Mais l’histoire ne pouvait en rester là. L’historiographie a de gros besoins, qui passent aussi par la traque de l’information, ou des reflets d’une époque. C’est ce qui apparaît dans l’exposé de Nadine Dejonc et son analyse de Donde van a morir los elefantes, de José Donoso, au fond, matière première aussi, petite pierre pour l’édifice, l’édification d’un portrait de deux Amériques, donc d’un formidable conflit identitaire, que les événements de 1898 contribuèrent à mettre à nu.

7L’histoire par traces, l’histoire qui se construit par témoignages a été intelligemment mise en valeur par Carmen Pont et ce carnet de route, carnet de guerre d’un combattant porto-ricain, dont le regard, les émotions, l’indignation, l’expérience personnelle en somme, voisinent avec une ambition documentaire moins subjective. Ce journal paru à Madrid en 1922 nous entraîne dans le vif de l’action, dans la chaleur du moment vécu, et ici par une âme tourmentée, qui transcende ses jours en les récitant, et qui n’a évidemment jamais songé de son vivant aux honneurs d’internet.

8Internet ? Qu’en pense Alvaro Mutis qui passe pour ne pas précisément être un champion de la modernité ? Ce « chouan égaré dans le xxe siècle » aime le décalage provocateur, et Patrick Collard nous l’a bien montré. Cette voix atypique, dont l’œuvre est imprégnée d’histoire et d'historiographie, qui combine l’imaginaire et les événements historiques, dénoterait-elle dans le champ des mentalités ? Ce réactionnaire, partisan de la monarchie absolue, porteur d'un modèle nostalgique, triste comme une pierre de ne pas avoir sous la main un prince de Ligne réduit en poussière, nous offre une vision pessimiste et fataliste, frustré qu’il est par l’époque contemporaine, frappé par l’illégitimité des guerres d’indépendance du début du xixe siècle, regrettant les temps flamboyants d’une Espagne pour laquelle 1898 est le coup de grâce. Et que Dieu garde Mutis.

9Qu’auraient eu à se dire ce dernier et José Martí ? Voilà peut-être le sujet d’une nouvelle ? En attendant, Yolanda Dachner Trujillo nous a restitué ce libertador des pauvres dans son contexte, référence morale, figure héroïsée de la Révolution cubaine, monumentalisé au point d’être à entrées multiples et de servir des causes contradictoires. Il n’en reste pas moins que ce créole, principal idéologue de la cause indépendantiste cubaine, aurait voulu prolonger le rêve de Bolivar, mais en complétant le processus d’indépendance avorté, par l’intégration dans le jeu de l’histoire de tous les Amérindiens. La vision américaniste de Martí, son rêve d’union spiritualiste des nations latino-américaines, étaient aussi conçus en fonction de l’existence d’une nation nord-américaine envahissante.

10Carmen Ruiz Barrionuevo évoqua les questions de culture et d’identité cubaine à travers le groupe des « minoristes », dans les années 20 et 30, sensibilisé par la détérioration de la vie nationale, du rôle de l’État. Ce groupe a un programme politique pour régénérer la République dans tous les domaines, programme diffusé par le support de l’écrit, de la publication, de la revue. Leur nationalisme social ne s’inscrit-il pas aussi dans cette constante cubaine qui est cette volonté d’exister, en réponse aux constantes pressions espagnoles puis nord-américaines ? Les nombreux exemples littéraires que nous propose Carmen Ruiz Barrionuevo entre 1920 et 1930 semblent nous l’indiquer.

11Les événements qui se déroulaient de l'autre côté de l'atlantique concernaient aussi la Belgique, attentive aux événements de 1898. Appétit féroce des Belges pour le gros gâteau latino-américain ? Eddy Stols nous invite à prendre connaissance de tout un contexte d’échanges bien engagés sur une large échelle entre la Belgique et des zones déterminées et diversifiées des espaces ibéro-américains. L’attrait pour les Amériques a touché de nombreux milieux, de nombreux secteurs, et divers groupes sociaux. Les intérêts se chevauchent, sont perméables et répondent à des critères autres que ceux des frontières. Décidément, la mondialisation n’a rien d’original, contrairement à un certain discours contemporain qui tient à nous convaincre de la nouveauté du phénomène.

121898, la crise agiterait-elle toute l’Amérique du sud ? Hans Vogel s’est penché sur la question du Rio de La Plata qui fut le creuset d’une immigration européenne massive, vecteur de transformations et de mutations régionales, avec des connections européennes intenses. Dans les années 90, le Río de La Plata traverse une crise grave qui conduit à une réorganisation de l’économie et de l’État. L’euphorie retombe, jusqu’aux années 1910. Des auteurs de toutes origines, militaires, religieuses, médicales...ont publié des textes sur le Río de La Plata, apportant leur point de vue. Le progrès chez tous ces voyageurs, c’est ce qui ressemble à l’Europe, dans les paysages ou dans les mœurs. C’est l’européocentrisme exporté hors de l’Europe, par des Européens qui découvrent un monde avec des îlots de modernité parfois plus massifs qu’en Europe elle-même, en dépit d’une choquante pauvreté, d’une corruption généralisée, et d’autres facettes tragiques. Hans Vogel, avec talent, nous fait le portrait de ce qui fut aussi un choc culturel en cette fin du xixe siècle.

13Que reste-t-il à faire, sinon à étoffer ces conclusions, mais aussi à constater que l’histoire et la littérature font décidément bon ménage, parce que l’une a besoin de l’autre et vice-versa. Ce colloque fut dense et souple. Dense par la richesse des exposés présentés, souple par la multiplicité des sujets traités, facilitée par un thème central qui, tout en étant spécifique, n’en demeurait pas moins assez lâche. Alors bon vent à tous, sur vos caravelles respectives.

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search