Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Deuxième série : notes historiques et critiques

Annexe 4. La dimension ecclésiale de l’exégèse pratiquée par Jean de la Croix1

Texte intégral

  • 1 Cfr p. 302, note 2.
  • 2 Vol. ***, p. 501.
  • 3 J’ai déjà relevé que cette réserve me paraît arbitraire (cfr p. 293, note 1).
  • 4 Op. cit., vol. *****, p. 503.
  • 5 Ib.
  • 6 Ib.

1Dans son grand ouvrage sur Les quatre sens des Ecritures, le P. de Lubac rencontre M. Vilnet lorsqu’il constate que ce que le Saint « demande avant tout à la Bible, c’est d’éclairer sa propre expérience par l’expérience analogue des saints de l’Ancien Testament : Job, Elie, Jérémie, le Psalmiste ... »2. Il avoue aussi que le premier Déchaux se montre enclin à infuser sa pensée aux saints personnages qu’il sacre ses prédécesseurs ; ce genre de confusion s’exerce parfois de façon si manifeste que le P. de Lubac n’arrive pas toujours à admettre que le Saint ait pu lui-même s’y tromper3. Mais l’auteur des Quatre sens de l’Ecriture est également conscient de la dette du mystique à la collectivité chrétienne et de l’harmonisation de sa vie la plus singulière aux grands mouvements qui animent l’Eglise. Il relève que « l’expérience de saint Jean de la Croix s’est fait jour au sein d’une communauté elle-même modelée depuis toujours par la réflexion sur l’Ecriture »4. « L’analogie de la foi », proclame-t-il, « ne s’arrête pas aux limites de chaque individu »5. Et de poursuivre : « Combien de chrétiens, dans l’Eglise, qui ont peu lu la Bible ou qui ne l’ont guère scrutée, et qui, néanmoins lui doivent beaucoup, dans leur être le plus intime ! Tel texte, tel personnage biblique est choisi par saint Jean de la Croix parce qu’il se prête à traduire une réalité de la vie intérieure à l’origine de laquelle il pouvait se trouver déjà, concurremment peut-être à bien d’autres. En ce sens encore, l’expérience mystique du Saint est une expérience ecclésiale, comme l’est son exégèse »6.

  • 7 Les poèmes mystiques de saint Jean de la Croix, Paris, 1966.
  • 8 Ib.

2Il faut aussi rappeler que parmi les canciones, il en existe au moins une qui insère ouvertement le sort de l’âme dans l’histoire du salut de la communauté chrétienne de tous les temps. Le Saint s’appuie à cet effet sur une antique et vénérable tradition d’analogie entre l’arbre du péché et le bois de la Croix. Voilà donc dans le poème le précédent d’une attitude qui se retrouve dans la glose et qui même la fonde en tant que présupposé. Dans un ouvrage d’orientation essentiellement spirituelle, le P. J. G. Hondet, O.S.B., précise le fondement ecclésial de la position de Jean de la Croix sur le point particulier du « symbolisme nuptial » (le terme symbolisme, dans l’optique de l’A., étant opportun) : « Les noces du Fils de Dieu, épousant l’humanité par l’Incarnation, furent consommées sur la Croix par l’effusion de son sang, (le sang de la nouvelle et éternelle alliance), car il fallait que le Verbe-Epoux rachetât et sanctifiât celle dont il devait faire son ‘Eglise-Epouse’ sans tache ni vice, ni rien de semblable, et digne d’être présentée en hommage d’amour au Roi, son père »7. Le P. Hondet ajoute que chaque membre de l’Eglise, tout en étant uni aux autres, « garde pourtant sa personnalité distincte qui en fait un monde particulier dans un monde universel », et conclut que c’est ainsi que « chaque âme peut donc être, à son tour, à titre personnel, l’épouse du Christ »8. C’est tout à fait la position exposée de façon lapidaire dans la strophe « Debajo del manzano », qui établit ouvertement la relation entre la Rédemption et le mariage spirituel : « alli conmigo fuiste des-posada ». La strophe et son commentaire ne font cependant pas expliciment allusion à l’Eglise. Ceci dit, cette référence implicite justifie les digressions relatives aux guirlandes que forment sur la tête du Christ les divers chœurs des membres de l’Eglise céleste en 21.3.

  • 9 Op. cit., p. 76. Cette dépendance, sur laquelle l’auteur ne donne pas de détails, se manifeste dans (...)

3Le P. Hondet souligne d’autre part que le Cantique s’inscrit fort nettement dans la ligne des sermons de saint Bernard9. Or, celui-ci appliquait alternativement ses propos à l’âme spirituelle et à l’Eglise, comme jadis Origène, père lointain de la tradition d’exégèse mystique du Cantique des Cantiques.

  • 10 La portée de l’expérience qui soutient l’exégèse étant revêtue d’un caractère général, cet aspect n (...)
  • 11 Op. cit., vol. ****, p. 502. « La Bible », se demande à cet endroit le P. de Lubac, « a-t-elle vrai (...)
  • 12 Op. cit., vol. 1, pp. 198-205.
  • 13 Histoire générale des religions de Gorce et Mortier, section Catholicisme moderne, article saint Je (...)
  • 14 Op. cit., vol. I, p. 205.
  • 15 Cfr Sr Silv., pp. 158-166.

4Prenons donc acte de l’apologie du P. de Lubac. Mais l’adaptation du sens biblique à un cas personnel n’en reste pas moins le trait le plus marquant de l’exégèse pratiquée par Jean de la Croix10. Quoique le P. de Lubac atténue les termes du « dilemme »11 que lui impose un chapitre de M. Georges Morel intitulé « L’expérience, l’Eglise et l’Ecriture »12, il serait malaisé de réfuter l’auteur du Sens de l’existence selon saint Jean de la Croix lorsqu’à propos d’un « certain tragique » relevé par Baruzi13 dans la Montée du Carmel et la Nuit obscure, il opine que chez Jean de la Croix, « c’est moins la Bible qui a orienté son expérience... que cette expérience qui a influencé sa lecture de la Bible »14. Bien d’autres points donneraient lieu à la même conclusion : nous nous tiendrons pour notre part à l’exemple significatif de la copieuse citation de Job produite et interprétée dans la declaración de 13-1415.

5Pour nous résumer, nous rappellerons, selon le langage de M. Foucault, que Jean de la Croix vit dans un monde culturel où subsiste l’unité des mots et des choses, et nous ajouterons que pour le premier Déchaux, le principe de cette unité réside dans la Parole, accueillie par la Foi et répercutée — ce qui n’est pas banal — dans une aventure qui recule les bornes apparentes du possible. L’ingénieuse réceptivité d’une foi ardente se double dès lors de toute la hardiesse qui anime l’élan mystique.

Notes

1 Cfr p. 302, note 2.

2 Vol. ***, p. 501.

3 J’ai déjà relevé que cette réserve me paraît arbitraire (cfr p. 293, note 1).

4 Op. cit., vol. *****, p. 503.

5 Ib.

6 Ib.

7 Les poèmes mystiques de saint Jean de la Croix, Paris, 1966.

8 Ib.

9 Op. cit., p. 76. Cette dépendance, sur laquelle l’auteur ne donne pas de détails, se manifeste dans l’esprit général et dans l’explication de certains points. Peut-être même a-t-elle déterminé le choix de quelques images dans le poème.

10 La portée de l’expérience qui soutient l’exégèse étant revêtue d’un caractère général, cet aspect n’apparaît pas de façon directe, si bien que Jean de la Croix pourrait extérieurement ne pas sembler différer profondément des nombreux auteurs contemplatifs qui, comme lui, ont fait, selon l’expression de H. G. Tillmans (De Aanwezigheid van het Bijbels Hooglied in het « Cántico espiritual » van San Juan de la Cruz, Brussel, 1967, p. 5) une nouvelle expérience du salut dans le développement de leur propre foi. Mais le côté psychologique des descriptions et l’enchevêtrement des images de la Bible avec un symbolisme vécu en acte dans le progrès mystique donnent à la démarche du premier Déchaux un caractère nouveau.

11 Op. cit., vol. ****, p. 502. « La Bible », se demande à cet endroit le P. de Lubac, « a-t-elle vraiment modelé son expérience ? Les images qui s’y trouvent furent-elles proprement inspiratrices ? Est-ce bien l’idée biblique de Dieu qui a conféré à sa doctrine son incomparable grandeur ? Ou bien ne faudrait-il pas ‘renverser le propos’ en avouant qu’il n’a cherché dans la Bible qu"une formulation’ pour une expérience mûrie en dehors d’elle ? Le dilemme ne paraît pas s’imposer dans des termes aussi tranchés ». Le problème est tout de même posé et ne peut pas être esquivé.

12 Op. cit., vol. 1, pp. 198-205.

13 Histoire générale des religions de Gorce et Mortier, section Catholicisme moderne, article saint Jean de la Croix, p. 189. L’affirmation partiellement mise en cause par M. Morel est ainsi libellée : « On peut affirmer qu’un certain tragique est venu à Jean de la Croix de l’Ancien Testament ». Le P. de Lubac se range du côté de Baruzi.

14 Op. cit., vol. I, p. 205.

15 Cfr Sr Silv., pp. 158-166.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search