Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Deuxième série : notes historiques et critiques

Annexe 3. D’une édition avortée à l’action missionnaire1

Texte intégral

  • 1 Complément au chapitre Le retard de l’édition. Cfr p. 249, note 1.
  • 2 L’« Exposición » d’Antolinez…, p. 431.
  • 3 Hist. C.D., t. IX, p. 382.
  • 4 VIII, ch. 59.
  • 5 Les raisons de la réticence première du P. Doria sont exprimées comme suit par Francisco de Santa M (...)
  • 6 Réf. D., t. VIII, ch. 60.
  • 7 Hist. C.D. t. VII, p. 333.
  • 8 Ib.
  • 9 Hist C.D., t. VII, ch. 21.

1Le P. Ledras, qui nous parle de « l’expéditif Tomás de Jesús », ne doute pas que ce dernier ait effectivement travaillé à l’édition prévue par le Définitoire en 1601, mais il est porté à croire qu’il a mené les choses plutôt rondement : « On n’a pas trace d’une réquisition d’originaux et de copies », observe-t-il2. Bien que le défaut de résultat n’invite pas à le penser, admettons que le Carme ait eu du goût à la tâche assignée par le Définitoire. L’opposition d’Alonso de Jesús María à l’édition étant démontrée avec un haut degré de probabilité, n’y a-t-il pas lieu de voir là un facteur propre à tiédir ou brider ce zèle hypothétique ? Le P. Alonso était alors provincial de Nouvelle-Castille, et Francisco de la Madre de Dios se disposait à tout entreprendre pour faire de lui son successeur3. Si l’influence d’Alonso était grande, le P. Thomas, de son côté, ne devait pas manquer d’y être réceptif. Il ruminait les grands desseins missionnaires qui devaient le mener finalement à Rome (ce que peut-être il ne prévoyait pas), et l’entreprise qui lui avait été jusqu’alors la plus chère, il l’avait menée de front avec le P. Alonso. Tomás et Alonso étaient unis par une œuvre accomplie en commun. Aussi, puisque le dépistage des coïncidences est en train, pourquoi ne pas relever que dans l’affaire de l’édition, les trois personnes mises en cause de 1601 à 1607 sont justement trois zélateurs émi-nents de l’entreprise des Déserts ? Thomas de Jésus conçut cette forme d’organisation semi-érémitique alors qu’il était professeur au Collège de Séville. Il passa en 1591 au collège de San Cirilo de Alcalá, et le projet dormait dans ses papiers lorsqu’un jour, en son absence, le recteur Juan de Jesús María entra dans sa cellule et prit par hasard connaissance des notes étalées. L’enthousiasme du Recteur mit le branle à l’affaire : il ordonna à Thomas de n’en rien communiquer qu’à ses jeunes collègues Alonso de Jesús María et Francisco de Santa Maria, le futur chroniqueur de l’Ordre. C’est ce dernier qui, dans la Reforma, nous conte les faits par le menu4. En 1592, Tomás et Alonso allèrent de concert plaider leur cause à Madrid. Le P. Doria, d’abord réticent, finit par donner son accord le plus entier5. Le premier Désert de la Réforme fut créé dès l’été de 1592 à Bolarque6 ; le P. Thomas étant indispensable ailleurs, Doria en confia la direction au P. Alonso. Doria, Thomas de Jésus et Alonso s’étaient préalablement concertés pour fixer les normes d’observance applicables aux Déserts. En 1594, Doria tint un Définitoire à Bolarque pour émettre les premiers actes de règlement7. En 1601 — année où Juan de Jesús María et Thomas de Jésus reçurent commission d’agir en vue de l’édition de Jean de la Croix — le P. Thomas et Alonso, toujours supérieur de Bolarque, intervinrent de façon prépondérante dans la mise au point de cette législation8. Comme Provincial de Vieille-Castille, Thomas de Jésus avait eu la joie, en 1599, d’ordonner la fondation de Las Batuecas, troisième Désert de la Réforme, et le plus prestigieux9. B ne lui déplut sans doute pas d’aller le gouverner en 1604. Sa grande idée s’était développée à la suite de sa collusion avec Juan de Jesús María et Alonso de Jesús María, le tout sous la houlette de Doria.

2Trois hommes s’unissent pour réaliser une entreprise. On les retrouve mêlés à une autre affaire, qui celle-là échoue, et à laquelle l’un d’eux ne touche qu’en tant qu’il en souhaite l’échec (ou du moins est hautement suspect de le souhaiter). Y a-t-il lieu d’établir un rapprochement ? Si les deux affaires ne sont liées en rien, le rapprochement est simplement possible, mais ne prête guère à conclusion. B en va autrement si un lien quelconque est perceptible.

3Au minimum, il y a certainement un lien en ceci que la création des Déserts et l’opposition à Jean de la Croix sont deux phénomènes, l’un positif, l’autre négatif, de « dorismo ».

4Si, à présent, ces deux phénomènes sont dépourvus entre eux de connexion intime, le lien sera peu significatif. La question qui se pose est la suivante : le « Désert » tel que l’admit et l’implanta Doria répond-il à un esprit qui pourrait être commun à Jean de la Croix et à Doria, ou qui au contraire refléterait la différence de leurs orientations ?

5En d’autres termes, saint Jean de la Croix eût-il agréé cette idée ?

6Le jeu des futuribles est toujours périlleux, mais ici, à première vue, on croirait pouvoir répondre franchement oui.

7L’affection de Jean de la Croix pour la vie érémitique est évidente. Saint Jean de la Croix fonda la Réforme en fondant un « désert » à Duruelo.

  • 10 B.N.M., ms. 12738, p. 1006 : « Hija, entre las piedras me hollo mejor que con nombres ». C’est la r (...)
  • 11 Cfr supra, p. 7, note 1.

8Mais il ressort de son histoire et de ses écrits que l’aspiration à la vie contemplative est chez lui permanente et qu’il la conçoit portée constamment au suprême degré. « Ma fille, parmi les pierres, je me trouve mieux que chez les hommes10 ». Le mot (qu’il ne faut pas prendre tout de même en un sens trop inhumain) n’est certainement pas inventé. Les charges pesaient au frailecillo et aucune ne lui fut plus lourde que celle de recteur de Baeza11. Quant à son œuvre, il est connu qu’elle se détourne de la méditation pour aller tout de suite vers les purifications radicales. « Pour les débutants, il y a bien assez d’écrits ». Lorsqu’il part des étages supérieurs, comme dans la Montée du Carmel, il vise tout de suite l’union. Via recta !

  • 12 Hist. C.D., t. VII, ch. 13, p. 338.
  • 13 Jerónimo de San José, Historia del Carmen Descalzo, t. I, L. 1, ch. 14, n° 8, citó d’après Hist. C. (...)
  • 14 Ib.

9Or, le Désert est un lieu où l’on va se retremper dans la contemplation, où l’on va s’y adonner davantage, pour retourner ensuite à une vie où elle a moins de place dans l’organisation des jours. Certes, examinant les Constitutions de 1628, le P. Silverio souligne que, pour assurer dans ces retraites la permanence d’un esprit et l’instruction des hôtes provisoires, les Constitutions prévoient au moins quatre ermites permanents. Les autres sont envoyés par le Général pour un an au moins12. « Il y a dans ces maisons quelques Religieux qu’on appelle ermites perpétuels, parce que d’ordinaire ils y persévèrent jusqu’à la mort, pour conserver plus inviolablement le mode et l’ordonnance de cette vie ; d’autres vont pour un an seulement, ou pour plus longtemps, selon ce qui leur est concédé, afin que leur esprit, s’il s’était quelquefois distrait dans les occupations ordinaires des autres couvents, ou y eût fléchi quelque peu sur le chemin de la perfection, puisse se refaire, gagne un zèle accru et les forces qui sont nécessaires pour revenir s’efforcer en tel domaine que l’obéissance assignera »13. Le désert, ainsi conçu, est une pause, quelque chose comme l’hôpital des âmes contemplatives un peu bousculées. Il peut aisément devenir le creuset de l’esprit apostolique. Lorsque Jerónimo de San José, auteur des lignes citées plus haut, explique le bel équilibre de vie active et de vie contemplative établi chez les ermites, il expose d’abord le lot de la première, puis il souligne la présence de la seconde non sans l’assujettir indirectement à une fin extérieure. « Tout le reste est oraison et contemplation perpétuelle, bien que non sans souci de se disposer pour servir le salut du prochain si l’obéissance vient à ordonner qu’on s’en charge »14.

  • 15 Même ses tâches de direction spirituelle et ses écrits de théorie mystique s’intègrent dans cette p (...)
  • 16 Paul V envoya Thomas de Jésus en France et aux Pays-Bas « ad erigenda aliqua monasterio pro iuvandi (...)
  • 17 Op. cit., p. 317.

10L’intention apostolique peut se réclamer du souci qu’avait Thérèse de combattre par sa Réforme le progrès du luthéranisme. L’arme personnelle de la Fondatrice était la prière, et la cuirasse de ses Filles, la paix de clôtures où la professe s’abrite pour la vie. Mais il est bien connu que son esprit chevaleresque l’inclinait à penser que les hommes avaient à contribuer plus directement à la conversion des mécréants. Vu l’organisation de la société, et compte tenu de la part qu’elle assignait à l’homme et à la femme respectivement, les Déchaux, sans déroger pour l’essentiel à l’orientation mystique, continuèrent de réserver une part à la pastorale, au pupitre, à la chaire. Jean de la Croix lui-même, avec un sens du devoir éminent, s’assujettit à ces contingences, sans doute avec plus d’effort que d’autres plus doués pour la part de Marthe selon l’Evangile. Mais rassembler et développer dans des temps et des lieux privilégiés la part de Marie, n’était-ce pas du même coup augmenter dans la vie ordinaire l’accent mis sur le dehors ? On dira que rien ne fut changé dans l’Observance ordinaire des Couvents, que les Déserts dans l’ordre contemplatif, étaient du plus, et non du moins. Le fait même qu’on institutionnalisât dans l’ordre contemplatif du plus et du moins supposait du plus et du moins dans l’ordre opposé. Une fois la mystique intensive établie comme exercice spécial, on s’occupa d’en faire autant du côté de l’action. La preuve en est que les Déserts installés, l’infatigable Thomas de Jésus s’enflamma pour le développement des missions : le reste de sa vie fut un effort d’aventure missionnaire15. Inutile de rappeler les tempêtes de la fuite à Rome et de la Congrégation de Saint-Paul. Son travail aux Pays-Bas, première ligne du front contre l’hérésie, est à considérer tout spécialement sous l’angle apostolique16. Il quitta l’Espagne parce qu’il s’y vit dans l’impossibilité de réaliser le deuxième volet de son grand plan. Son affaire était d’organiser le balancement de la vie contemplative à l’activité. Le P. José de Jesús Crucificado donne un juste reflet de son influence lorsqu’il observe que « sur ses treize ans de séjour en Flandre (1610-1623), le Vénérable Père fonda dix couvents de Religieuses et six de Religieux, parmi lesquels on mentionnera, comme expression caractéristique de son double esprit thérésien, le Désert de Marlagne près de Namur et le Séminaire des Missions à Louvain, établissement destiné à l’éducation de jeunes gens qui devaient se consacrer à la conversion des hérétiques en Allemagne, en Angleterre, en Ecosse et en Hollande »17.

11Pour Juan de Jesús Aravalles, on ne peut rien avancer de précis, mais il est certain qu’Alonso de Jesús María aborda la fondation des Déserts dans l’esprit le plus étroitement conforme à Doria, qui voulait « l’Observance, rien que l’Observance » et abolissait le monde, où il ne voyait que tentation au relâchement. C’est au nom d’un ascétisme sourcilleux et spectaculaire qu’Alonso devait condamner Jean de la Croix : doctrine d’abandon au Feu purificateur, prétention à l’égalité d’amour avec Dieu ne pouvaient que le mettre en inquiétude.

12Les deux positions qu’on entrevoit à l’origine de l’entreprise du Désert impliquaient l’une et l’autre des attitudes inconciliables avec la ligne de Jean de la Croix.

13Peut-être parce qu’on était sur le sol même du premier Déchaux, et parce que l’impulsion de Doria s’alanguissait à force d’effets négatifs, l’éclipse due à l’influence d’Alonso eut cependant un caractère plutôt accidentel et laissa tout de même filtrer la lumière de l’édition de 1618. Née de l’infusion du meilleur sang espagnol, la créativité de la Congrégation italienne eut, sans complot, des effets asphyxiants plus constants : la publication de Jean de la Croix y coïncide à peu près avec la mort de Thomas de Jésus.

  • 18 Je ne vise évidemment pas ici le fait même de l’implantation de la Réforme en Italie, qui fut le fa (...)
  • 19 H. Peltier, Histoire du Carmel, La Vigne du Carmel, 1957, p. 199. Cet ouvrage, malgré de nombreuses (...)
  • 20 Ib.
  • 21 Ib.

14Le flambeau était en effet bel et bien passé à la Congrégation de Saint-Elie. Celle-ci joua un rôle déterminant dans la recherche de l’équilibre toujours fuyant, mais toujours poursuivi depuis que les Carmes étaient revenus de Terre-Sainte au xiiie siècle. Thomas de Jésus eut une part déterminante dans ce transfert et dans les résultats dont il fut l’occasion18. Considérant « Saints Déserts et Missions » comme les deux volets d’un dyptique, M. le Chanoine H. Peltier opine : « Un homme s’est trouvé certainement inspiré de Dieu pour les harmoniser »19. Parlant de « la vie presque totalement érémitique » et de « l’activité essentiellement apostolique », il ajoute que Thomas de Jésus « ne sera pas seulement le théoricien de l’une et l’autre vie, il les réalisera en lui-même en une harmonieuse alternance »20. Et il conclut : « Son exemple sera lumineux pour les générations futures »21.

15La dette actuelle des Déchaux à Thomas de Jésus ne me paraît pas douteuse, et il ne m’appartient pas de l’apprécier. Nous ne devons pas pour autant méconnaître qu’il fut essentiellement une figure marquante de la Contre-Réforme post-tridentine. Spirituel sérieux, mais grand capitaine, il eut à cœur d’organiser le balancement de la vie en Dieu à la conquête du siècle, et cela, en rapport avec les nécessités du temps. Idéal de Jésuite, en quelque sorte, avec une obstination de contemplatif qui s’exprimait en théories admirablement construites et furieusement savantes, mais de moindre sève que les œuvres de Jean de la Croix, car le Saint, au départ de la poésie, écrivait de mystique en mettant sa vie dans ses écrits.

  • 22 Sa tendance naturelle était de préférer, même comme moyen d’action, la prière à l’action. Dans le m (...)
  • 23 Dans V. y Obr., au ch. 14, à la note 127, il est toutefois observé que les discours prêtés à Jean d (...)

16Dans les Traités du premier Déchaux, même là où la vêture et l’ordonnance extérieure ont une forme rigoureusement scolastique, la Nuit, intuition mêlée à l’expérience, anime et nourrit l’exposition. Et la nuit est dévorante, elle laisse peu d’esprit pour les affaires, auxquelles on réserve la part que prescrit la Charité. Il est vrai que les œuvres, selon Jean de la Croix, sont la pierre de touche de l’expérience. Elles n’en deviennent jamais le but, si bien qu’il lui échoyait toujours plus de dispersion qu’il n’eût désiré22. On sait aussi qu’il émit des réserves sur les projets de mission23.

17Il avait voulu passer chez les Chartreux, et Thérèse le convainquit de créer parmi ses frères d’habit ce qu’il voulait chercher ailleurs. C’était un peu une méprise. Comment mener au mysticisme absolu des moines qui prêchaient, enseignaient, exerçaient au dehors la direction spirituelle ? Jean de la Croix poursuivit au Carmel son rêve de Chartreux. Aussi, avec un correctif d’aménité franciscaine dû au parcours des paysages et à la suavité de la rencontre d’autrui, le frailecillo écrivit comme pour des ermites. Il trouva son meilleur écho auprès des moniales, qui de fait menaient et mènent encore aujourd’hui la vie la plus retirée. Quant à lui-même, il lui fallut une rare qualité d’âme pour atteindre en son Ordre — le plus inquiet, le plus tumultueux de tous en son temps — l’idéal qu’il se proposait.

  • 24 Op. cit., p. 40.

18Ne nous y trompons pas. Pour les Déchaux, la Réforme thérésienne fut un épisode parmi les mutations anxieuses à travers lesquelles, depuis son retour de Palestine, l’Ordre du Carmel eut à chercher sa voie. Jean de la Croix n’avait guère songé à s’imposer aux autres. Il n’écrivit que sollicité. Il fut l’initiateur, non le plasmateur. Thérèse n’avait pas une conception très précise sur la Réforme du Carmel masculin et s’en remit fort à Gracián, qui qui n’avait pas « l’esprit ». La main de fer de Doria s’abattit, Jean de la Croix bientôt quitta la scène, suivi d’assez peu par Doria lui-même. Le « dorisme », s’enracinant dans le sol d’Espagne, donna pour sec rejeton un formalisme sombre et dépourvu de réelle perspective mystique, la doctrine pointilleuse incarnée dans Alonso de Jesús-María, « Doria redivivo ». Une branche neuve du Carmel fleurit d’autre part sur les terres étrangères ; elle fut implantée et développée par des gens qui concevaient la contemplation comme la matrice des entreprises, rejoignant dans le style de leur siècle — à savoir le baroque — le mot de saint Thomas d’Aquin appliqué par M. Peltier aux Carmes selon Simon Stock : « aliis contémplala tradere »24.

19Le P. Ledrus et le P. Eulogio ont montré que la survivance du dorismo en Espagne constituait un obstacle à la diffusion publique de la doctrine de Jean de la Croix. Dans l’immédiat, la doctrine des « nadas » n’avait pas beaucoup plus de chances auprès de la tendance qui se dessinait en Italie et par laquelle Thomas de Jésus était séduit (et sans doute n’était-il pas le seul, puisque Doria avait eu précédemment à combattre l’esprit missionnaire de Gracián, par qui Thomas de Jésus serait plus tard appelé aux Pays-Bas).

  • 25 Etant entendu que nous ignorons celle d’Aravalles.

20Tout bien considéré, on est donc en droit de se demander si le sort de l’édition projetée n’a pas été défavorisé par l’entrecroisement des rapports de trois personnages qui avaient collaboré, chacun dans sa perspective25, à la mise en œuvre d’un projet vraisemblablement contraire à l’optique de Jean de la Croix. L’écheveau est impossible à débrouiller. Dans le trio considéré, les deux responsables de l’édition étaient membres du Définitoire, et l’un d’eux a été perdu en chemin ; le troisième personnage, opposant décidé, est un Général en puissance. l’a-t-il eu manœuvre ?

21Quoi qu’il en soit, l’avortement de l’édition projetée est à porter au compte des échecs du pauvre Général Francisco de la Madre de Dios, cet amoureux maladroit de la pureté de la Réforme, ce zélé obtus si bien joué par Bérulle, si bien tancé par son successeur Alonso.

22Surtout, il faut convenir que l’entreprise n’avait pas été confiée aux mains les plus propres à la faire aboutir. Avancer des hypothèses précises serait non moins arbitraire que déplaisant. Pour l’historien et surtout pour l’historien improvisé que je me trouve être ici, des séries de faits incomplètes ne s’organiseraient que trop vite en mythes complets, alors que les vides sont peut-être simplement occupés par le désintérêt, l’apathie, ou par une accumulation de menus accidents. Les responsabilités historiques sont toujours infiniment plus diluées, et souvent plus banales et plus profondes à la fois qu’on ne pourrait le croire. Thomas de Jésus en a eu sa part, que toutefois nous ne savons, ni définir, ni qualifier. Il n’est pas plus légitime de la nier que de l’exagérer à loisir.

  • 26 Giovanna délla Croce, O.C.D., notamment, expose les marques de prédilection (Verliebe) de Juan de J (...)
  • 27 José María de la Cruz Moliner, Historia de la literatura mística en España, Burgos, 1961, cfr allus (...)

23Loin de moi la velléité de reprocher au père des Carmes de Belgique de ne pas avoir sué sang et eau pour faire connaître le père de la Réforme, pour mener à terme une entreprise qui peut-être à ses yeux n’était autre qu’une « quijotada ». Il était bien libre de hiérarchiser ses choix, et personne n’est libre de les juger. Mais qu’on ne fasse pas pour autant de saint Jean de la Croix une figure de proue de la Contre-Réforme, opinion qui est sans doute plus légitime dans le cas de sainte Thérèse. Surtout, qu’on ne considère pas que Thomas de Jésus et Jean de la Croix, c’était tout un. S’il en avait été ainsi, le fondateur de Las Batuecas n’eût pas manqué de divulguer l’œuvre du premier Déchaux, que ce soit dans une édition ou à travers la sienne propre. Ce ne peut tout de même pas être par hasard qu’il ne le cite ouvertement dans aucun de ses Traités imprimés. Qu’il glane chez lui des matériaux ne prouve rien sinon qu’il savait lier sa gerbe. D’ailleurs, Jean de la Croix n’avait-il pas tout dit avec une vertigineuse simplicité. Ecrit-on la Divine Comédie après Dante ? Il y a bien assez à faire à la commenter. C’est ainsi qu’en ont usé avec sainte Thérèse, au xviie siècle, les deux grands théologiens espagnols de la Congrégation italienne26. Disciples de Jean de la Croix, leur tâche la plus immédiate n’eût-elle pas été de s’interroger, par sympathie et extrapolation, sur ce qu’aurait pu être la fin de la Montée du Carmel et de la Nuit obscure ? Pouvaient-ils avancer leurs synthèses doctrinales propres sans écarter, volens nolens, celle qu’avait conçue le Réformateur en personne ? S’ils prenaient la parole après lui, c’est qu’ils avaient autre chose à dire, ou qu’ils voulaient user d’un autre langage, ce qui revient presque au même. On a recouru à lui, il est vrai, mais comme à une source d’abord cachée, et pour alimenter des controverses qui n’eussent pas effleuré sa pensée, tel le débat sur la contemplation acquise, notion forgée par Thomas de Jésus27. Des docteurs subtils entreprennent de nous montrer que la deuxième génération des théoriciens de la Réforme est en harmonie avec le père spirituel. J’avoue les suivre avec peine sur le terrain qui est le leur, et je n’ai pas qualité pour les contredire. Mais on peut voir de l’identité partout. Peut-on attendre, entre le père et les fils, plus qu’un rapport de filiation ? La littérature des Thomas de Jésus procédait d’une situation différente, correspondait à une phase nouvelle du développement et de l’orientation de l’Ordre. Si on peut la mettre en équation avec celle de Jean de la Croix, c’est peut-être simplement parce que les spéculations froidement intellectuelles du grand virtuose constituent une algèbre fort riche en signes où l’on peut mettre n’importe quoi. Une chose est certaine : œuvres d’hommes qui affrontaient la circonstance, elles répondaient, sous leur apparat sévère, à la circonstance. Elles dressaient un rempart et une façade pour l’Eglise et pour l’Ordre en combat. Nées d’hommes sensibles à la pression d’une situation, à l’opportunité du prestige, elles étaient beaucoup plus intimement liées que celle de Jean de la Croix à une philosophie déterminée, à savoir celle du temps (pour l’Eglise du moins).

24A travers les notes du repertorium mis en relief par le P. Simeón, on entrevoit l’estime nourrie par des plus grands Carmes, au début du xviie siècle, à l’égard de Jean de la Croix, cet initiateur déjà lointain qui allait redevenir de plus en plus proche. Ils ont eu la probité de ne pas le dénaturer pour s’en faire une enseigne. L’œuvre de sainte Thérèse, qui n’était pas une « lettrée », pouvait sans abus être convertie en sommes structurées. Aussi Thomas de Jésus et le grand Juan de Jesús Maria ont-ils à bon droit recouru à son œuvre comme à une matière première. Reconnaissons-leur parallèlement un respect motivé des synthèses propres à Jean de la Croix. Si le silence à son propos commença avec les rancunes cristallisées dans des conflits, sachons admettre que chez les nouveaux doctrinaires de la Réforme, la continuation du même silence fut probablement mêlée d’une authentique réserve filiale.

25La situation qui fit ces hommes et leurs écrits est passée, la philosophie sur laquelle ils ont bâti est peut-être en train de passer. Saint Jean de la Croix, dont le rayonnement n’est pas plus lié à la scolastique que celui de Pascal au jansénisme, est revenu, lui, dans son Ordre et partout. Il n’a fait que croître. L’Eglise ne l’a pas seulement mis sur les autels, mais elle l’a finalement donné pour Docteur à la catholicité. Il est non moins vrai que son œuvre appartient désormais à la chrétienté tout entière, et enfin à tous les hommes. De 1588 à 1590 environ, voulant écrire pour les Religieux et les Religieuses qu’il affectionnait, l’humble Carme écrivait en même temps pour un monde à venir. En tout cas pas pour son Ordre considéré comme une fin en soi, ni pour les théoriciens qui prendraient temporairement sa relève et font aujour d’hui l’objet d’études strictement érudites. Dans ce que je prends la liberté d’en dire, je ne le considère pas uniquement comme auteur religieux, mais comme grand écrivain. « Senequita » ou « jilguero de Dios », il était bien naturel qu’il ne trouvât sa place au firmament de la Pensée et de la Poésie qu’une fois décantées les données de situation. Le phénomène n’est pas neuf en littérature.

  • 28 Tr. hist., p. 41, note 11.

26Si ces lignes doivent être connues un jour dans l’Ordre, dont les Fils et les Filles m’ont réservé le plus charitable accueil et l’aide la plus généreuse, je supplie qu’on ne soupçonne dans mes intentions, ni ingratitude, ni impertinence. Un jour, répondant à un haut personnage, Dom Chevallier eut à contester que le Saint Docteur appartînt en propre au Carmel. En notre temps postconciliaire, je crois qu’il n’y a plus lieu de s’opposer à une prétention de l’espèce, quitte à reconnaître le titre de propriété relatif que méritent l’abondance de la documentation et la qualité des études. Si demain, grâce aux importants moyens dont ils disposent, les savants carmélitains pouvaient nous raconter jour par jour les phases de l’avortement survenu entre 1601 et 1604 ou 1607, je tiendrais que du point de vue de Sirius — le seul qui soit proche du fond des choses — la conjoncture où s’inscrit l’épisode différerait peu de ce que j’ai ébauché. Quoi qu’il en soit des apparences, je n’ai pas prétendu dispenser aux géants du Carmel pensums et satisfecits, ni même débrouiller l’écheveau des responsabilités. Je n’ai effleuré les considérations de personnes que pour aboutir aux considérations de situation. Dans les controverses relatives aux écrits de Jean de la Croix, on n’a que trop recherché des coupables. Si j’ai au passage évoqué des responsabilités possibles, c’était au pas d’une recherche faite à tâtons. Tant que le progrès des études ne nous mettra pas en main les détails, je veux bien m’arrêter au constat de carence émis par le P. Eulogio, pleinement objectif dans sa négativité : « había fallado Juan, fallaba ahora Tomás »28. Défection de Juan, défection de Thomas, simples péripéties, soit. Mais le P. Eulogio a mis en avant Alonso de Jesús María, non sans prendre soin, il est vrai, de le placer dans un contexte. Il m’a paru opportun d’élargir le contexte, parce que la mise en relief des responsabilités d’Alonso aurait aisément pour incidence de mettre hors cause un « suspect » plus d’une fois mis en avant, et qui engage bien plus que lui-même.

Notes

1 Complément au chapitre Le retard de l’édition. Cfr p. 249, note 1.

2 L’« Exposición » d’Antolinez…, p. 431.

3 Hist. C.D., t. IX, p. 382.

4 VIII, ch. 59.

5 Les raisons de la réticence première du P. Doria sont exprimées comme suit par Francisco de Santa María : « ... en ninguna manera convenia introducir esto en la Religión, porque los buenos y perfectos (columnas de ella) se irían a los desiertos, dejándola en manos de principiantes y menos celosos, con daño conocido suyo » (Réf. D., L. VIII, ch. 59, n° 2, cité d’après Hist. C.D., t. VII, p. 321).

6 Réf. D., t. VIII, ch. 60.

7 Hist. C.D. t. VII, p. 333.

8 Ib.

9 Hist C.D., t. VII, ch. 21.

10 B.N.M., ms. 12738, p. 1006 : « Hija, entre las piedras me hollo mejor que con nombres ». C’est la réplique du Saint à une Religieuse qui s’apitoya sur son exil à la Sierra Morena (Cfr V. y Obr., ch. 19, note 38).

11 Cfr supra, p. 7, note 1.

12 Hist. C.D., t. VII, ch. 13, p. 338.

13 Jerónimo de San José, Historia del Carmen Descalzo, t. I, L. 1, ch. 14, n° 8, citó d’après Hist. C.D., t. VII, p. 344.

14 Ib.

15 Même ses tâches de direction spirituelle et ses écrits de théorie mystique s’intègrent dans cette perspective dominante si on tient compte de l’échelle des valeurs à laquelle il soumettait son comportement pratique.

16 Paul V envoya Thomas de Jésus en France et aux Pays-Bas « ad erigenda aliqua monasterio pro iuvandis fidelibus ac haereticis ad fidem reducendis (Cfr José de Jesús Crucificado, O.C.D., El P. Tomás de Jesús, escritor místico, 1re partie, Ephem. Carmeliticae, 1949, p. 316).

17 Op. cit., p. 317.

18 Je ne vise évidemment pas ici le fait même de l’implantation de la Réforme en Italie, qui fut le fait de Pedro de la Madre de Dios, et en second lieu, du grand Juan de Jesús María (« el Calagurritano »).

19 H. Peltier, Histoire du Carmel, La Vigne du Carmel, 1957, p. 199. Cet ouvrage, malgré de nombreuses inexactitudes de détails et certains raccourcis expéditifs, est remarquable par la netteté et la hauteur de vue de ses synthèses. Il s’appuie notamment sur des notes inédites du P. Zimmerman. Œuvre d’un auteur non-carmélitain, il n’a pas été écrit sans consultation avec les milieux du Carmel.

20 Ib.

21 Ib.

22 Sa tendance naturelle était de préférer, même comme moyen d’action, la prière à l’action. Dans le ms. B.N.M. 12738 (p. 225), le P. Inocencio de San Andrés relate la réplique faite lors du Chapitre d’Almodovar de mai 1583, au P. Gracián, qui reprochait au P. Jean de ne pas faire assez de visites, pourtant propres à assurer l’afflux des aumônes nécessaires à la vie des couvents : « Padre nuestro, si el tiempo que yo he de gastar en visitar estas personas y persuadirlas a que me hagan alguna limosna lo ocupo yo en nuestra celda en pedir à Nuestro Señor mueva a esas almas a que hagan por Él lo que habían de hacer por mi persuasión, y Su Majestad con esto me provee mi convento de lo necesario, ¿para qué he de visitar, si no es en alguna necesidad u obra de caridad ? » (cfr V. y Obr., p. 220). Qu’on note bien les derniers mots « si no es en alguna necesidad u obra de caridad ». Ils désignent nettement la place, plutôt occasionnelle, que Jean de la Croix réserve aux actions bien déterminées. Cela ne signifie pas qu’il considère que la contemplation ne se traduise pas en bénéfice pour le prochain. Le « Dictamen » 10 qui lui est attribué selon V. y Obr. (p. 1168), contient ceci, en manière de commentaire d’une sentence de l’Aréopagite : « esto es, que la suprema perfección de cualesquiera sujetos, en su jerarquía y en su grado es subir y crecer, según su talento y caudal a la imitación de Dios, y lo que es más admirable y divino, ser cooperador suyo en la conversion y reducción de las almas ». Cette vision enthousiaste de l’apostolat considère ce dernier comme un débordement de la vie contemplative, dont elle ne le distingue pas nettement : « l’es tanto el fervor y fuerza de su caridad que los tales poseídos de Dios no se pueden estrechar ni contentar con su propia y sola ganancia ; antes pareciéndoles poco el ir solos al cielo, procuran con ansias y celestiales afectos y diligencias exquisitas llevar muchos al cielo consigo » (ib.).

23 Dans V. y Obr., au ch. 14, à la note 127, il est toutefois observé que les discours prêtés à Jean de la Croix sur ce sujet par Jerónimo de San José (Jer. Hist., L. V, ch. 7, pp. 519-521) est suspect, étant donné la position hostile de l’historiographe à l’égard de Gracián. Grâce à la collaboration du P. Nazario de Santa Teresa, le P. Lucinio présente à la suite des Dictámenes, dans V. y Obr. (p. 1170), un extrait d’un ouvrage intituló Tesoro escondido en el Santo Carmelo mexicano par Agustín de la Madre de Dios. Ce document, trop long à citer ici, présente des discours attribués à Doria, Gracián et Jean de la Croix à propos de la question des missions débattue au Chapitre d’Almodovar de 1583. Doria considère les Carmes comme des ermites : « y asi es bien encerrarlos y tenerlos en la clausura y coro ». Gracián se réfère aux décisions d’Innocent IV ; il tient que les Carmes ne sont plus des ermites depuis qu’ils sont revenus de Terre-Sainte, mais mendiants et cénobites au même titre que les Augustins, « y asi no estamos más desobligados que ellos a ayudar las almas y a la fe ». Jean de la Croix a une position intermédiaire inspirée des principes exposés à la note précédente : « Andar vagos los frailes por los montes, estancias y rancherías, gastando allá mucho tiempo (si no es un caso raro), claro está que es ajeno del retiro que nuestro estado profesa ; pero salir a convertir almas en pueblos circunvecinos, volviendo luego a reforzar las redes, aun en España se hace y lo hemos hecho todos desde el tiempo que se empezó la Reforma ». Ces paroles conçoivent une simple transplantation du genre de vie qu’il a lui-même établi ; on y notera la crainte de la perte du temps, des déplacements, et l’insinuation d’une certaine note champêtre harmonisée à la vie érémitique.

24 Op. cit., p. 40.

25 Etant entendu que nous ignorons celle d’Aravalles.

26 Giovanna délla Croce, O.C.D., notamment, expose les marques de prédilection (Verliebe) de Juan de Jesús Maria Ustarroz pour la doctrine de la Réformatrice (Der Karmel und seine Mystische Schuhle, Jahrbuch für Mystische Theologie, 8, 1962, pp. 24-5) ; il la cite à foison, la commente, raconte sa vie. Thomas de Jésus est défini comme suit : « P. Thomas von Jesus was der grosse Mitarbeiter des ehw. P. Johannes von Jesus Maria bei der Ausbreitung der Theresianischen Spiritualität in der jungen Reform » (op. cit., p. 35).

27 José María de la Cruz Moliner, Historia de la literatura mística en España, Burgos, 1961, cfr allusion à Thom. de J. (pp. 263-4). Indépendamment de l’utilité que le concept de contemplation acquise a pu avoir dans l’inspiration du style de direction spirituel carmélitain, l’équivoque qui lui est inhérente a été démontrée avec une entière rigueur par R. Dalbiez, la controverse de la contemplation acquise, dans Technique et contemplation, Etudes carmélitaines, 1949, pp. 81-145.

28 Tr. hist., p. 41, note 11.

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search