Version classiqueVersion mobile

La Genèse du « Cantique spirituel » de saint Jean de la Croix

 | 
Roger Duvivier

Deuxième série : notes historiques et critiques

Annexe 1. Saint Jean de la Croix à Medina del Campo en 1578 ?1

Texte intégral

  • 1 Ce bref état de la question est le complément à la note 2 de la page 22. Je m’en suis tenu à l’esse (...)
  • 2 V. y Obr., ch. 10, note 24.
  • 3 ms. Vat. 25, f°s 16 et 29.

1Le P. Crisógono2 rapporte l’affirmation de deux Religieuses de Medina del Campo, Elvira de San Ángelo et Francisca de Jesús, selon lesquelles le Saint se serait présente à leur couvent en compagnie de Germán de San Matías, peu après l’évasion3. Ces deux témoignages, formels et détaillés, sont trop longs pour être repris ici.

  • 4 V. y Obr., Ep., 1.

2Le P. Crisógono, en définitive, ne retient pas l’éventualité d’un passage à Medina en 1578, essentiellement pour trois raisons : 1) parce que les Religieuses disent que saint Jean rencontra à cette occasion « le P. Provincial », ce qui était impossible à l’époque, le P. Gracián étant caché à Madrid, et le P. Antonio se trouvant en Andalousie ; 2) parce que les domestiques de don Pedro ont accompagné le Saint de Tolède à Almodovar ; 3) parce que saint Jean de la Croix, se rendant à Medina, n’eût pas manqué de rencontrer à Avila la Mère Fondatrice, rencontre que dément la lettre à Catalina de Jesús4. Les faits signalés par les Mères de Medina se rapporteraient à la première incarcération du Saint par les Mitigés, au début de 1576.

  • 5 Op. cit., pp. 83-6.
  • 6 Cfr p. 7, note 6.

3Dans son c. r. déjà cité de la 4e éd. de la V. y Obr. (Rev. de esp., 1956), le P. José Vicente consacre plusieurs pages à une critique serrée5 de la note du P. Crisógono. Il montre que le P. Gracián a joui de plus de liberté de mouvement que ne suppose le biographe, qu’il a même pu se trouver à Medina ; il interprète la lettre à la Mère Catalina de Jesús dans le sens que j’ai signalé précédemment6. En conclusion, le P. José Vicente incline à admettre le voyage à Medina, et dans la 5e éd. de la V. y Obr., le P. Matías del Niño Jesús estime « sérieuses » ses objections aux vues du P. Crisógono.

4Mais malgré les trésors d’érudition et d’ingéniosité que dépense le P. José Vie, il paraît impossible d’envoyer Jean de la Croix vers le Nord quand les témoins directs nous disent qu’il est parti vers le Sud sous la protection des gens de don Pedro.

  • 7 Ch. 8, note 25.
  • 8 Mem. hist., ms. B.N.M. 13484, J, n° 73.
  • 9 Cfr V. y Obr., ch. 7, note 33, où le P. Crisóg. corrige sur ce point Al. de la M. de Dios, ms. B.N. (...)
  • 10 A la p. 789.
  • 11 Cfr V. y Obr., p. 114.

5Le P. Crisógono est pris en défaut sur un seul point : il rapporte le témoignage des Sœurs de Medina au premier enlèvement, mais il a opiné précédemment7 que le compagnon du Saint fut en cette occasion Francisco de los Apóstoles, alors que c’est Germán de San Matías qui est cité par les déposantes. Puisque rejeter en bloc les témoignages de Medina ne paraît pas plus raisonnable que de les opposer à ceux de Tolède, de deux choses l’une : ou bien les Sœurs de Medina, ignorantes ou oublieuses de l’identité du compagnon, l’ont confondu avec Germán de San Matías, qu’elles avaient entendu citer en rapport avec l’épisode plus célèbre du deuxième enlèvement ; ou bien il faut s’en tenir à ce qu’elles disent, et le P. Crisógono aurait eu tort de faire de Francisco de los Apóstoles le premier compagnon de captivité. L’identification proposée par le P. Crisógono (qui sur ce point suit Alonso de la Madre de Dios) n’a d’autre fondement qu’une inscription relevée par Andrés de la Encarnación dans les mémoires de défunts d’Almodovar : « El hermano fray Francisco de los Apóstoles, natural de Malquende, estuvo preso con nuestro padre fray Juan de la Cruz »8. Mais Francisco de los Apóstoles eut la réputation d’avoir été le premier compagnon du Saint comme confesseur à l’Incarnation9. Le fait est que le frère Francisco, comme d’autres Déchaux, avait vécu aux côtés du Saint avant que celui-ci ne passât du couvent des Carmes à la casita. Almodovar étant loin d’Ávila, il y a pu, là aussi, y avoir confusion. Le Couvent se serait attribué une gloire qui ne lui revenait pas. Il semble décisif que l’intéressé, dans sa déposition du ms. B.N.M. 1273810, ne se présente pas comme ancien compagnon de captivité du Saint. Quoi qu’il en soit de ce détail obscur, les déclarations d’Elvira et de Francisca concordent beaucoup mieux avec les circonstances de 1676 qu’avec celles de 1578. En 1576, les prisonniers furent emmenés à Medina, justement, et se retrouvèrent bientôt libres, ensemble11. On conçoit mal qu’en août ou en septembre 1578, Jean de la Croix, échappé de Tolède, se soit rendu à Medina de concert avec Germán de San Matías, évadé de San Pablo de la Moraleja quelque cinq mois plus tôt. On remarquera d’autre part que dans sa correspondance, et notamment dans le passage cité plus haut, sainte Thérèse ne semble connaître l’état de l’évadé que sur le rapport de tiers : depuis l’emprisonnement du frailecillo, nous n’avons qu’une série de documents où elle s’efforce de lui venir en aide par la plume, et toujours avec peu de succès.

Notes

1 Ce bref état de la question est le complément à la note 2 de la page 22. Je m’en suis tenu à l’essentiel.

2 V. y Obr., ch. 10, note 24.

3 ms. Vat. 25, f°s 16 et 29.

4 V. y Obr., Ep., 1.

5 Op. cit., pp. 83-6.

6 Cfr p. 7, note 6.

7 Ch. 8, note 25.

8 Mem. hist., ms. B.N.M. 13484, J, n° 73.

9 Cfr V. y Obr., ch. 7, note 33, où le P. Crisóg. corrige sur ce point Al. de la M. de Dios, ms. B.N.M. 13460, f° 56.

10 A la p. 789.

11 Cfr V. y Obr., p. 114.

© Presses universitaires de Liège, 1971

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search