Version classiqueVersion mobile

1898-1998. Fines de siglos. Historia y litteratura hispanoamericanas

 | 
Jacques Joset
, 
Philippe Raxhon

Historia

Regards et intérêts belges face aux crises du monde ibérique et ibéro-américain au xixe siècle

Eddy Stols

Texte intégral

1À la suite de l’éclatement du Royaume Uni des Pays-Bas en 1830, les commerçants et industriels d’Anvers, de Liège, de Verviers, de Gand et de Bruges perdaient leur accès assez facile aux colonies hollandaises tant en Indonésie que dans les Antilles et le Surinam. Pour garantir l’approvisionnement indispensable en matières premières et retrouver des marchés pour ses produits industriels, le nouvel état belge se réorienta tout naturellement sur l’Espagne, le Portugal et leurs anciennes colonies. En effet, ce monde ibérique et ibéro-américain avait été pendant plus de trois siècles le principal partenaire économique des anciens Pays-Bas méridionaux, qui, malgré la fermeture de l’Escaut, avaient su en tirer profit pour développer une production artisanale particulièrement riche et diversifiée et même lancer une véritable proto-industrialisation.

  • 1 Dans le même sens, on peut mentionner encore F. Vaden Bussche, Flandre et Portugal, Bruges, 1874 ; (...)
  • 2 L.P. Gachard, Les Bibliothèques de Madrid et de l’Escurial. Notices et extraits des manuscrits qui (...)
  • 3 I. Hye Hoys, Fondations pieuses et charitables des marchands flamands en Espagne, in Précis histor (...)
  • 4 F. et B. Vidal Galache, Fundación Carlos de Amberes. Historia del Hospital de San Andrés de los Fl (...)

2Il appartenait aux historiens de l’époque d’étudier l’ampleur, la diversité et la continuité de ces relations commerciales. Déjà en 1841 le baron de Reiffenberg publia son Coup d’œil sur les relations qui ont existé jadis entre la Belgique et le Portugal, tandis que l’année suivante Adolphe Levae sortit ses Recherches historiques sur le commerce des Belges aux Indes pendant le xviie et le xviiie siècle1. En 1843 l’archiviste du Royaume, Louis-Prosper Gachard fut chargé d’une mission gouvernementale en Espagne, où il séjourna à plusieurs reprises jusqu’en 1846. Il y visita les bibliothèques de Madrid et de l’Escorial et réussit à ouvrir en quelque sorte les archives nationales, très importantes et riches, conservées depuis Philippe II dans le château de Simancas. Il en résulta une documentation particulièrement riche non seulement d’ordre politique mais également d’intérêt économique, dont l’inventaire analytique fut par la suite publié dans la grande collection de la Comission royale d’Histoire2. Lors d’un voyage dans la Péninsule ibérique vers 1845, Isidore Hye Hoys, un Gantois, curieux des antiquités et lui-même descendant d’une ancienne famille de négociants avec l’Espagne, s’y mit à la recherche des vestiges de cette présence flamande. À Séville, à Cadix, à Malaga et à Madrid, il retrouva plusieurs anciennes fondations pieuses et charitables des marchands flamands3. La capilla de San Andrés de los Flamencos à Madrid serait d’ailleurs par la suite réactivée pour prêter assistance aux Belges en difficulté en Espagne, à l’exemple des nouvelles Sociétés belges de bienfaisance fondées peu auparavant à Rio de Janeiro et à Buenos Aires, respectivement dans les années 1850 et 18604.

  • 5 G. Janssens et J. Stengers, Nouveaux regards sur Léopold 1er & Léopold II, Bruxelles, 1997, pp. 11 (...)

3C’est sans doute dans ce contexte que Léopold II, encore prince héritier, se fit montrer, lors d’une visite à Séville en avril-mai 1862 à l’Archivo de Indias, toute une documentation qui prouvait la rentabilité de l’empire colonial espagnol et pouvait justifier son rêve de doter son petit pays d’une colonie sinon de tout un empire5. Au même moment, il put lire avec quelque satisfaction dans les journaux espagnols les nouvelles sur un projet d’un mariage de son frère Philippe avec une fille de la reine Isabelle d’Espagne, qui devraient alors se candidater au trône du Mexique. En réalité ce furent son beau-frère l’archiduc Maximilien d’Habsbourg et sa sœur Charlotte, qui allèrent porter la couronne de cet empire éphémère, tandis que le comte de Flandre échoua également dans un autre prétention impériale des Saxe-Cobourg, celle de son mariage à une des princesses brésiliennes.

  • 6 E. Stols, « Utopies, mirages et fièvres latino-américains », in A. Morelli (éd.), Les Émigrants be (...)

4Déjà auparavant, leur père, le roi Léopold Ier avait cherché à acquérir pour la Belgique un domaine ou une colonie dans l’ancien empire espagnol, soit à Cuba, soit à Cozumel près de la côte mexicaine ou encore à plusieurs autres endroits. En 1844 il avait donné tout son appui à l’organisation d’une Compagnie de colonisation à Santo Tomás de Guatemala, qui devait autant servir d’entrepôt pour la pénétration des marchandises belges en Amérique centrale qu’offrir des terres de colonisation aux émigrants belges6. Simultanément, il avait également encouragé, au moins dans un premier temps, une autre compagnie de colonisation de l’ingénieur Charles van Lede, qui avait obtenu au Brésil dans la province de Santa Catarina pour le compte de négociants brugeois et anversois une grande concession pour la faire mettre en valeur par des immigrés belges. Vers la même époque plusieurs autres projets de colonisation belge virent le jour, toujours au Brésil à Campos, au Texas et en Argentine.

  • 7 E. Stols, « L’expansion belge en Amérique latine », in Bulletin de l’ARSOM, 1979, pp. 100-134.

5Pour sa part, le gouvernement belge avait établi, dès les premières années de l’indépendance, des relations diplomatiques non seulement avec l’Espagne et le Portugal mais encore avec le Brésil et le Mexique7. En outre, il cherchait à favoriser et à protéger le commerce belge par la signature de traités de commerce, notamment avec le Brésil, et par la nomination de consuls dans les ports et grandes villes. Bientôt, on trouvait des consuls belges aussi bien en Espagne et au Portugal qu’aux Canaries, aux Philippines et à Cuba. En Amérique latine le réseau consulaire s’étendait de Rio de Janeiro à Montevideo et à Buenos Aires et se prolongeait sur les côtes occidentales de l’Amérique du Sud, du Chili, à Santiago et à Valparaiso, au Pérou, à Lima, et encore au Mexique. Certains postes étaient rémunérés, d’autres purement honorifiques et occupés par des hommes d’affaires.

  • 8 L. Greindl, A la recherche d’un état indépendant : Léopold II et les Philippines (1869-1875), Brux (...)
  • 9 La Compagnie Royale Asturienne des Mines, 1853-1953, Bruxelles et Paris, 1954 ; G. Chastagnaret, « (...)
  • 10 A. Lamarche, « Liérganes, Jean Curtius en Espagne », in Bulletin de l’Institut Archéologique Liége (...)

6C’était notamment le cas à Séville, où Isidore van Montenaeken dirigea vers 1868 la Industrial Sevillana avant d’émigrer plus tard au Chili, où il devait investir des capitaux du comte de Flandre dans une distillerie à Santa Fé8. Cependant d’autres Belges avaient engagé des capitaux en Espagne. En 1849 la Compagnie Royale Asturienne des Mines fut fondée par des hommes d’affaires verviétois, Adolphe Lesoinne et Jules Hauzeur, en association avec des notables espagnols9. Cette entreprise, qui deviendrait un des fleurons des relations industrielles belgo-espagnoles, reprenait en quelque sorte l’engagement des capitalistes, techniciens et ingénieurs liégeois dans la métallurgie espagnole, qui remontait au dix-septième siècle10. Il faudrait mentionner ici et examiner de plus près les livraisons de l’armurerie liégeoise aux armées des pays ibériques et ibéro-américains.

  • 11 E. Nyssens, Souvenirs de ma vie, 1815-1906, Bruxelles, 1907 ; E. Stols, « L’expansion belge en Amé (...)

7D’une dimension bien plus modeste et personnelle furent les affaires espagnoles d’un petit entrepreneur anversois, Émile Nyssens, mais elles sont très indicatives des activités des PME insuffisamment appréciées par l’histoire économique belge11. Au cours de deux voyages de prospection en Extrême-Orient entre 1843 et 1847, le jeune Nyssens visita Manille et commença à s’intéresser au tabac philippin pour la fabrique de cigares, qu’il mit sur pied à Anvers. L’exportation de ce tabac était soumis au monopole d’état espagnol et ses premiers achats se firent probablement en contrebande. À partir de 1854, associé à un homme d’affaires espagnol, il put réaliser des achats importants auprès du gouvernement de Madrid et se mit à exporter en contrepartie des produits industriels belges vers Manille. Bientôt il approvisionna en tabacs philippins plusieurs autres fabricants de cigares anversois comme Florent Pauwels ou François Craen, tandis qu’il fonda une fabrique de miroiterie. En effet, dans le beau monde ibéro-américain, les espejos belgas fondaient pour les dames, à l’égal des armes pour les hommes, le prestige de l’industrie belge. En 1869, un voyage à Madrid pour lancer une opération de grande envergure avec un crédit fourni par Aguirre et Rothschild échoua, mais lui fit découvrir l’importation des vins d’Alicante. À la fin de la même année, il fit tout de même un troisième voyage aux Philippines et put y acheter, en forçant la main à un autre négociant et ancien consul de Belgique à Manille, Jean Deman, et grâce aux lettres de recommandation fournies par le général Prim, de belles quantités de tabac. Son propre fils Georges vint s’installer à Manille et semble y avoir pris, ensemble avec un autre Belge, Jean Hens, des intérêts dans une plantation de tabac et plus tard, après la fin du monopole du Registro del Tabaco, dans une fabrique de cigares, la Hensenia. Un autre fils de Nyssens, Henri, partit en 1873 au Mexique pour y acheter du cèdre et d’autres bois précieux.

  • 12 J. Possemiers, « Les relations Belgique-Mexique (1830-1864) », in Les Belges et le Mexique, Louvai (...)

8Depuis les années 1840, les négociants anversois brassaient des affaires assez considérables dans l’importation de matières premières en provenance de l’Amérique latine : sucres de Cuba, où quelques Belges s’étaient également engagés dans les plantations, cuirs et laines d’Argentine, caoutchouc de l’Amazonie brésilienne, riz du Maranhão, cafés de Rio de Janeiro, guano du Pérou, bois précieux du Mexique. Quelques Anversois comme les Kreglinger, Pécher, Schuchard, Grisar, ou des Verviétois comme les Peltzer établirent des maisons de commerce à Rio de Janeiro, à Buenos Aires, à Valparaiso et à Mexico12. En dehors de marchandises assez traditionnelles comme les cierges, le genièvre, les toiles et dentelles, le papier et le verre, la clouterie et les armes, la Belgique commençait à écouler du matériel ferroviaire pour les premières lignes sud-américaines de chemin de fer. Les Ateliers de Couillet livrèrent en 1856 les premières locomotives pour la ligne de Vera Cruz à Mexico, tandis que la présence d’un ingénieur militaire, Henri Vleminckx, dans la construction du chemin de fer Dom Pedro II, qui devait relier à terme Rio de Janeiro à São Paulo et l’intérieur de Minas Gerais, ouvrait la voie à la vente de rails et de voitures. Il en résulterait plus tard une sorte de joint venture entre la S.A. Métallurgique Dyle et Bacalan de Louvain et des hommes d’affaires brésiliens pour la construction du chemin de fer de Paranaguá à Curitiba.

  • 13 A. Lopes-Sabino, L’Étoile du Nord. Présences portugaises en Belgique et en Hollande, Bruxelles, 19 (...)
  • 14 E. Stols, « Les étudiants brésiliens en Belgique, 1815-1914 », in Revista de Historia, C, 1975, pp (...)

9À leur tour, les pays ibériques et ibéro-américains envoyaient leurs représentants à Bruxelles ou à Anvers. Ce furent souvent des hommes de lettres. Ainsi le premier diplomate portugais nommé à Bruxelles fut le poète Almeida Garrett13. De par son système monarchique et constitutionnel, son mélange de libéralisme et conservatisme, sa neutralité, la Belgique leur apparaissait comme un modèle de sagesse et modération politique, qui en outre favorisait le développement économique et n’enrayait pas le progrès des idées modernes. Les libéraux espagnols de l’Instituto de Enseñanza voulaient s’inspirer des écoles et universités belges. Les machines belges soulevaient l’intérêt des émissaires mexicains et brésiliens, qui visitaient les grandes expositions de Londres et de Paris ou voyagaient en Europe. Des étudiants espagnols, cubains ou mexicains, portugais ou brésiliens commençaient à fréquenter l’Université de Bruxelles ou de Gand ou l’Institut Supérieur du Commerce à Anvers14.

10Somme toute, malgré quelques beaux succès au niveau des importations belges de laines argentines et de cafés brésiliens, il faut bien constater que les premiers résultats de tous ces efforts et échanges pendant près de quatre décennies restaient en dessous des possibilités ou des réalisations d’autres pays comme la Suisse ou les États allemands et certainement de la Grande-Bretagne et de la France. Les colonies belges au Guatemala et à Santa Catarina se désintégrèrent rapidement ou végétèrent et l’émigration belge vers l’Amérique latine pendant les années 1850 et 1860 resta extrêmement modeste. À cette même époque la tentative d’assurer des liaisons maritimes par une ligne régulière de bateaux à vapeur vers Rio de Janeiro et La Plata fit long feu. Si des obligations des trésors espagnol, portugais ou latino-américains n’étaient pas absentes des portefeuilles belges, les capacités financières des classes possédantes ne cherchèrent jamais une application plus directe et active par la fondation d’une banque ou l’ouverture d’une filiale bancaire en Amérique latine à l’exemple de ce qui firent la Grande-Bretagne ou la France. En conséquence les quelques maisons d’importation belges dans les grands ports latino-américains se trouvèrent presque toujours à court de crédit et ne purent déployer leurs activités au niveau de leurs concurrents allemands. Les entrepreneurs et ingénieurs des mines belges tardèrent à mettre à profit leur savoir et expérience pour s’aventurer dans l’exploitation minière au Mexique, dans les pays andins ou au Brésil.

  • 15 P. De Meester, Belgische Spanjereizigers van 1830 tot 1914, Mémoire de licence dactylographié, Lou (...)
  • 16 E. Stols, « A flora brasileira e os naturalistas e horticultores belgas no século XIX », in Revist (...)

11Cette attitude frileuse se retrouvait aussi dans l’approche culturelle. Les voyages en Espagne devinrent à la mode, mais aucun écrivain belge n’en retirait une œuvre majeure15. Hormis les expéditions de collecteurs de plantes comme Louis van Houtte au Brésil, de Henri Galeotti et Jean Linden au Mexique, au Venezuela et à Cuba, l’exploration scientifique belge de l’Espagne ou des pays latino-américains, que ce soit dans la minéralogie et dans d’autres sciences naturelles ou dans les domaines de l’ethnographie ou de l’archéologie, fut presque inexistante16. On retiendra très peu de livres de voyages d’auteurs belges comparables aux travaux d’un Jacques Antoine Moerenhout dans les îles du Pacifique ou de Pierre J. Benoit au Surinam. L’effort du chargé d’affaires à Rio de Janeiro, Auguste van der Straten Ponthoz de dresser dans Le Budget du Brésil (Bruxelles, 1854) un bilan global des qualités et des potentialités de ce pays et de le comparer aux États-Unis présenta une exception assez remarquable. Toutefois, à cause de son préjugé favorable à l’Amérique anglo-saxonne, cette œuvre fut assez contestée et eut très peu de répercussions.

  • 17 « Dessins anciens des environs de Rio de Janeiro : B. Mary, peintre de la flore brésilienne », in (...)
  • 18 E. De Bruyn, Théodore’ t Scharner, Bruxelles, 1908.
  • 19 W. Tillie, Henry Cleenewerck, Watou 1818-Brussel 1901, Poperinghe, 1995.
  • 20 L. Vints, « Photographie et expansion : l’aventure mexicaine “devant l’objectif” (1864-1867) », in(...)
  • 21 P. Maréchal et P. Van Schuylenbergh-Marchand, « Les volontaires belges au Mexique (1864-1867). Imp (...)

12Quelques peintres comme Jean-François Portaels ou François Bossuet s’en furent dresser leurs chevalets en Espagne, mais leurs tableaux n’atteignirent pas la qualité des orientalistes belges qui œuvrèrent au Moyen Orient. En ce qui concerne l’Amérique latine, on peut à peine mentionner les dessins et gouaches, d’ailleurs magnifiques et très originaux, du premier chargé d’affaires au Brésil, Benjamin Mary17. Toutefois, ses albums restèrent longtemps très confidentiellement gardés dans les collections royales et seulement quelques dessins furent repris comme gravures dans la célèbre Flora Brasiliensis de Spix et von Martius. Les dessins qu’Antoine-Théodore T’Scharner réalisa de 1850 à 1853 au long de son périple vers la Californie en passant par le cap Horn, disparurent dans les destructions d’Ypres pendant la première guerre mondiale18. Lors d’un séjour à Cuba vers 1865-1868, Henry Cleenewerck brossa avec une grande sensibilité des vues de la forêt tropicale, mais ses toiles se vendirent surtout aux États-Unis19. Celles qu’il ramena en Belgique ne connurent aucune ou peu de divulgation et finirent même par être volées d’une remise à l’hôtel de ville de Poperinghe, sa ville natale. Les quelques dessins, peintures, gravures, photographies et autres images produites par des participants à la fameuse expédition des volontaires belges au Mexique (1864-1867) répandirent une iconographie qui accentuait surtout le pittoresque et le caricatural de ce « pays d’indiens sales et ignorants et de bandits20 ». C’était, d’ailleurs, en gros l’impression globale qu’on devait retenir d’une production livresque assez abondante concernant ce pays à partir des souvenirs d’expéditionnaires battus ou captifs comme Loiseau, Loomans, Walton21.

13Avec l’ignominieuse défaite des troupes belges à Tacambaro et l’exécution de l’empereur Maximilien, le discrédit des pays ibériques et ibéro-américains atteignait le fond de l’abîme. Depuis l’invasion des troupes révolutionnaires françaises en 1808 et la perte de son empire colonial, les crises politiques, pronunciamientos militaires, révolutions et guerres civiles n’avaient cessé, pendant plus d’un demi-siècle, de secouer l’Espagne et de freiner son développement économique. Des expériences parallèles avaient été le lot de la plupart des nouvelles nations ibéro-américaines. La désintégration et le morcellement des grands vice-royaumes y avaient engendré des disputes frontalières et des guerres fratricides, des luttes incessantes entre libéraux fédéralistes et conservateurs unitaristes, des endettements croissants et des interventions anglaises, françaises ou espagnoles, des disformités politiques comme le caudillismo et le militarisme.

  • 22 E. De Laveleye, Lettres de voyage, Paris-Verviers, 1896, p. 83.

14Tous ces peuples et états semblaient à beaucoup de Belges, comme à d’autres Européens, irrémédiablement voués à la violence, l’anarchie et l’oisivité. Ce terrible gâchis dans ce qui était par nature un paradis humain devait expliquer les maigres résultats ou échecs des entreprises belges et justifier la plus grande réserve et l’abstention d’autres initiatives. Pour un libéral vertueux comme Émile de Laveleye, qui visita l’Espagne en 1869 au moment de sa grande crise politique, « tout est possible ici, excepté ce qui est bien22 ».

15Seuls le Portugal et l’empire du Brésil, qui avaient pu terminer plus tôt leurs guerres civiles entre libéraux et miguélistes ou entre unitaristes et séparatistes, s’en sortaient nettement mieux et jouissaient depuis les années 1840 d’une continuité institutionnelle et d’une paix civile et internationale presqu’exemplaire. Cette performance de deux pays latins passait quelque peu inaperçue. Dans le cas du Portugal, pour être un pays un peu marginal et assez pauvre ou s’attribuer à la séculaire et bienfaisante influence anglaise. Le Brésil, quant à lui, méritait l’exclusion ou l’opprobre à cause de l’esclavage, pour lequel il ne trouvait pas de solution.

16Pourtant vers le début des années 1870 un tournant se produit et une conjoncture nettement plus favorable semble s’amorcer. Les Espagnols, exténués après trois guerres carlistes et l’échec de la première république, s’accommodaient finalement depuis 1875 de la Restauration de la Monarchie. Celle-ci, de son côté, acceptait d’être purement constitutionnelle et s’en remettait, sous la régence de la reine Maria Cristina, à la sagesse de ses hommes d’état et à l’alternance au pouvoir des conservateurs de Antonio Cánovas del Castillo et des libéraux de Práxedes Mateo Sagasta. Le pays pouvait enfin accélérer son industrialisation et sa modernisation, et marquer quelques points pour rattraper son retard, presque séculaire, par rapport aux autres puissances occidentales.

17Simultanément, l’Amérique latine semblait également suivre la voie de la raison et de la modernisation. Le Mexique trouvait une stabilité assez remarquable sous les présidents Benito Juárez, Lerdo de Tejada et Porfirio Díaz. Ce dernier put revenir au pouvoir et s’y maintenir pendant plus de deux décennies sous le couvert d’élections savamment manipulées et d’un libéralisme affiché, mais partagé en fait avec la technocratie positiviste des científicos. Cette formule d’un autoritarisme quelque peu éclairé trouvait des émules ailleurs, notamment au Venezuela avec Antonio Guzmán Blanco (1870-1888) et au Guatemala avec Justo Rufino Barrios (1871-1885). La Regeneración de Rafael Nuñez (1879-1894) imposait à la Colombie un certain équilibre entre libéralisme et conservatisme.

18L’Argentine, sous des présidents libéraux plus authentiques comme Bartolome Mitre, Domingo Faustino Sarmiento et Nicolás Avellaneda, trouvait enfin un équilibre institutionnel entre la prééminence de Buenos Aires et le dynamisme des provinces de l’intérieur. En refoulant et en éliminant les derniers Indiens, elle agrandissait son territoire et l’ouvrait à la colonisation et à l’exploitation de richesses agricoles très demandées sur le marché mondial. Ses exportations de laines, de viande et de blé augmentaient constamment. En outre, elle avait défendu et garanti ses frontières par sa victoire sur le Paraguay du dictateur sanguinaire López, dans la guerre de la Triple Alliance (1865-1870), aux côtés de l’Uruguay et du Brésil. L’Empire brésilien jouissait maintenant d’une stabilité institutionnelle remarquable au point que dom Pedro II put se permettre trois longs voyages en Europe, aux États-Unis et au Moyen-Orient. La question de l’esclavage semblait pouvoir se résoudre à terme par un abolitionnisme progressif comme la loi du ventre libre en 1872. Même à Cuba, une première fièvre d’indépendantisme et une décennie de guerres révolutionnaires (1868-1878) se terminait par une accalmie et cette colonie pouvait renouer avec la prospérité, bien que l’aristocratie créole cédait de plus en plus la place aux entrepreneurs américains.

19La paix civile et la présence d’administrations responsables offraient désormais des conditions pour un développement économique plus soutenu de presque toute l’Amérique latine. L’extension des grandes monocultures et les projets de colonisation appelaient des émigrants européens, à nouveau des Espagnols et Portugais, mais aussi de plus en plus d’Italiens et d’Allemands, voire même déjà des Juifs d’Europe orientale et des Turcos ou des chrétiens arabes du Moyen-Orient. La modernisation de l’infrastructure, la construction des chemins de fer, l’urbanisation et les embellissements des grandes capitales, la mise en place des services publics attiraient des capitaux étrangers, qui dans une première période furent à prédominance anglaise.

  • 23 E. Stols, « Colonisation et intérêts belges en Argentine (1830-1914) », in Wirschaftskräfte und Wi (...)
  • 24 A. Broder, « Les investissements étrangers en Espagne au xixe siècle », in Revue d’histoire économ (...)
  • 25 M. Dumoulin, « Les investissements belges au Portugal (xixe et xxe siècles) », in J. Everaert et E (...)

20Les Belges suivaient dans la foulée des Anglais, reprenant par exemple à Rio de Janeiro l’exploitation de la Companhia do Gaz, ou s’engageaient dans de véritables entreprises multinationales comme celles de Tornquist et Bunge en Argentine ou de la Liebig’s Extract of Meat Company en Uruguay. Des Verviétois mais surtout des Anversois achetaient de grandes estancias en Argentine23. En Espagne les investissements belges s’orientaient sous l’impulsion d’Édouard Otlet vers les transports et services publics24. Depuis l’exposition de Porto en 1864 et la fondation de la maison de commerce Henry Burnay à Lisbonne en 1875, le Portugal n’échappait pas, lui non plus, à l’attention des hommes d’affaires belges soit pour des livraisons importantes de constructions métalliques — notamment le fameux double pont de Porto — et de matériel ferroviaire, soit pour des investissements dans le secteur minier et dans les services publics avec la fondation en 1886 de la Companhia do Gaz de Lisbonne25.

21Si les émigrants belges préféraient encore longtemps la France voisine ou les États-Unis, ils étaient à partir de 1885 plusieurs milliers à s’embarquer à Anvers à destination de l’Argentine et, dans une moindre mesure, du Brésil. Ce courant prit une ampleur spectaculaire au point d’inquiéter à la fois les dirigeants socialistes du mouvement ouvrier et les gros propriétaires catholiques. Les uns s’inquiétaient de perdre des militants, les autres une main-d’œuvre abondante et bon-marché. On essayait à nouveau d’organiser et concentrer ces émigrants dans des colonies spécifiquement belges, qui bénéficieraient éventuellement d’une assistance spirituelle par des prêtres catholiques et qui devraient en tout cas constituer un marché réservé aux produits belges. La tentative de colonisation de Charles Loomans, Nueva Bélgica à San Francisco del Concho dans la province de Chihuahua au Mexique débouchait très vite sur un échec total et celle du père Vanesse à Porto Feliz au Brésil faisait également beaucoup de mécontents, tout en abandonnant un groupe sur place. Par contre la colonie organisée par Eugène Schepens à Villaguay dans l’Entreríos argentin devint une réelle réussite, qui devait servir d’exemple à d’autres initiatives.

  • 26 E. Stols, « Présences belges dans la modernisation de l’Amérique latine », in E. Stols et R. Bleys(...)

22Un fait nouveau de cette émigration fut la participation plus nombreuse d’éléments issus de la classe moyenne26. L’encombrement des carrières et les salaires assez bas décidaient de plus en plus de diplômés et techniciens belges à s’expatrier. Certains se faisaient embaucher déjà en Belgique pour occuper des postes dans l’enseignement comme les vétérinaires Charles Tombeur, Lambert Charles et Désiré Berszier et les ingénieurs agronomes Gustave André, Jules Froment et Camille Gillet en 1882 pour la nouvelle École agronomique de Santa Catalina en Argentine. D’autres partaient un peu à l’aventure ou sur des promesses d’assistance de la part de camarades d’études latino-américains. Ce fut le cas de Louis Cruls, qui deviendrait dans les années 1880 le directeur de l’Observatoire impérial à Rio de Janeiro et dirigerait l’expédition pour délimiter le futur emplacement d’une nouvelle capitale à l’intérieur du pays.

23En effet, dans les écoles d’ingénieur de Gand, de Liège et de Louvain, dans les facultés de médecine ou de droit de Gand et Bruxelles et dans les facultés d’agronomie de Gembloux ou de Louvain le nombre d’étudiants latino-américains, surtout brésiliens et chiliens, augmentait considérablement. Ils y formaient des clubs ou se distinguaient par des publications telles que Les blancs au Brésil de Santos Barreto. Il ne faudrait pas oublier le Conservatoire de Musique de Bruxelles, qui attirait le talent musical de plusieurs compositeurs latinos.

24Ces échanges et présences enrichissaient les informations et amélioraient quelque peu l’image de l’Amérique latine. Surtout le Brésil faisait déjà des efforts de propagande assez considérables, en sollicitant à l’occasion des rectifications de fausses nouvelles auprès des éditeurs de journaux ou même en subventionnant des publications comme Le Brésil actuel de C. Hygin-Furcy (Bruxelles, 1885) ou la revue Le moniteur de l’émigration. L’empereur lui-même visita à plusieurs reprises la Belgique, reçut un doctorat honoris causa de l’Université de Louvain et devint en 1871 un des membres fondateurs de la Société royale de Géographie d’Anvers. Dans le Bulletin de cette Société le consul du Brésil, Alexandre Baguet publiait régulièrement des articles assez substantiels sur les différentes provinces de l’Empire, tandis qu’à la première grande exposition internationale d’Anvers en 1885, le Brésil se fit remarquer par une participation assez importante. À Bruxelles le ministre plénipotentiaire du Brésil, le comte de Villeneuve tenait table ouverte et un salon fréquenté par des poètes symbolistes et des musiciens. Les relations diplomatiques entre la Belgique et le Mexique, interrompues après l’exécution de l’empereur Maximilien, furent rétablies. De son côté l’Argentine éleva sa représentation consulaire au niveau diplomatique. Dans les villes principales, on trouvait suffisamment de notables pour porter des titres de consul honoraire, même de pays, qui n’existaient pas réellement comme le Royaume d’Araucanie ou la République fantôme du Cunani.

  • 27 C. d’Ursel, Sud-Amérique. Séjours et voyages au Brésil, à La Plata, au Chili, en Bolivie et au Pér (...)

25De leur côté des diplomates belges comme Ernest van Bruyssel, Édouard Sève, Charles Pécher fournissaient dans le Recueil consulaire des informations plus précises et circonstanciées concernant les progrès économiques et les efforts de modernisation. Certains publièrent même des livres, franchement optimistes, qui eurent un certain retentissement à Paris dans plusieurs rééditions27. Ainsi Charles d’Ursel élogiait non seulement les embellissements urbains et la bonne tenue des écoles à Rio de Janeiro ou les facilités modernes de voyage à l’intérieur, mais insistait aussi sur les allures démocratiques de la vie publique, les audiences de l’empereur aux gens de condition modeste et le haut niveau des travaux parlementaires. L’abondance de tramways à Rio de Janeiro surprenait Eugène de Robiano, qui, lui aussi, octroyait un satisfecit politique à ce Brésil qui, « régi par des lois constitutionnelles, march[ait] d’un pas rapide à un état de civilisation ».

  • 28 W. de Sélys-Longchamps, Notes d’un voyage au Brésil, Bruxelles, 1875.
  • 29 E. Stols, « Imagens do Brasil escravista na Bélgica do século XIX », in Revista da Sociedade Brasi (...)

26De cet état d’esprit plus ouvert et réceptif témoignaient également les observations d’autres voyageurs belges comme le naturaliste Walthère de Sélys-Longchamps28. Au-delà des clichés d’un Brésil tenaillé entre son exotisme facile et les affres de l’esclavage, il faisait découvrir un pays, qui disposait d’une capitale bien éclairée, d’une presse abondante et libre, d’une école de médecine réputée et même d’une ville d’eaux thermales. À l’intérieur du pays le trafic des muletiers, des diligences et aussi des trains s’intensifiait. On y buvait une bière de fabrication nationale, meilleure que celle importée d’Angleterre. Les relations sociales s’y nouaient avec une grande facilité et simplicité et les conversations y atteignaient « un niveau intellectuel incontestablement supérieur à celui de la majorité de nos populations rurales ». L’empereur, qui ne possédait pas de fortune personnelle, disposait d’une liste civile médiocre et repoussait les crédits pour l’embellissement de son palais. Néanmoins, on y trouvait beaucoup de républicains et des prêtres franc-maçons, tandis qu’un président de conseil conservateur y avait fait voter la première loi d’abolition progressive de l’esclavage. Sur cette question scandaleuse, Sélys-Longchamps formulait sans doute des points de vue d’un libéral convaincu, mais toujours bien nuancé et réfléchi29. Dans l’indolence et la paresse du peuple ou des pêcheurs, qui limitaient leurs prises pour ne pas trop faire baisser le prix du poisson, il reconnaissait « l’indépendance du travail face au capital ».

  • 30 A. Verhaeren, Notes et souvenirs d’un voyage à la Plata, Verviers, 1885 ; H. Van de Putte, « La pr (...)
  • 31 J. Leclercq, Voyage au Mexique. De New York à Vera Cruz en suivant les routes de terre, Paris, 188 (...)

27Les vues aussi originales de cet aristocrate belge se complétaient par des analyses plus terre à terre d’hommes d’affaires comme Albert Verhaeren ou Hubert Van de Putte, qui venaient prospecter les marchés sud-américains et savaient déjà apprécier le dynamisme de la province de São Paulo et de l’Argentine30. Même le Mexique se mit à recouvrir sa respectabilité grâce à des livres de voyage, plus substantiels et mieux documentés comme ceux de l’avocat-globetrotter Jules Leclercq ou du jésuite Charles Croonenberghs31.

  • 32 Félicien Rops, Catalogue de l’exposition, Bruxelles, 1985, p. 9 ; Verhaeren, « Impressions d’artis (...)

28Parallèlement, la découverte et l’appréciation de la culture espagnole s’approfondissaient grâce aux voyages de peintres comme Emiel Claus (1874), Félicien Rops (1880), Constantin Meunier et Théo Van Rysselberghe (1882) et Émile Wauters (1884). Ils y découvraient les grands peintres Velázquez et El Greco, auxquels le critique Lucien Solvay consacra une étude pionnière, L’Art espagnol, précédé d’une introduction sur l’Espagne et les Espagnols (Paris et Londres, 1887). Pour Félicien Rops : « Ces jours de Séville ne peuvent s’oublier. On sent là une plénitude de vie que l’on ne sent nulle part, on est plongé dans l’ivresse de la lumière et des fleurs. » Par la présence d’artistes comme Dario de Regoyos et ses contacts avec le groupe des XX, Émile Verhaeren s’enthousiasma également pour l’Espagne et y voyagea32.

29Par contre, la littérature latino-américaine restait encore une grande inconnue. Pourtant, Charles d’Ursel pouvait, grâce à un séjour de cinq ans au Brésil, lire en portugais et appréciait déjà des romanciers comme Bernardo Guimarães ou José de Alencar ou même la culture populaire. Néanmoins, dans les milieux intellectuels et artistiques beaucoup de conditions étaient désormais réunies pour une prise de conscience de l’appartenance commune à une culture et mentalité latine, quelque peu différente de celle, essentiellement anglo-germanique, qui prédominait de plus en plus dans le monde économique.

30Soudainement, une singulière série noire d’évènements dramatiques et de crises politiques vint perturber et suspendre ce rapprochement entre la Belgique et le monde ibérique et ibéro-américain. Elle débuta au Brésil, le 15 novembre 1889, par la destitution de l’empereur Pedro II et la proclamation de la république, coïncidant avec une fièvre boursière assez inquiétante. Il s’ensuivit une période troublée par les ambitions et rivalités militaires et par des tentatives de restauration de la monarchie. Les premières difficultés dans l’installation d’un système fédéral à l’américaine et la guerre civile au Rio Grande do Sul faisaient craindre que le Brésil finalement se désintégrerait à son tour en une myriade de petites républiques. Ces perspectives de démembrement suscitaient tout de suite parmi plusieurs puissances européennes des convoitises pour s’y réserver des zones d’influence ou même des colonies.

31En Argentine, une deuxième génération de présidents libéraux, Julio Roca et son beau-frère Juárez Celman, bien moins désintéressés et plus cyniques, poursuivait le boom économique des armées 1870 au prix d’émissions de papier-monnaie trop abondant, d’une dette extérieure de plus en plus élevée et d’une inflation galopante. Les dernières vagues d’immigrés ne trouvaient plus de terres disponibles et des milliers de désœuvrés s’entassaient dangereusement à Buenos Aires ou à Córdoba à la recherche d’emplois. Ces mécontents grossissaient, ensemble avec une partie de la classe moyenne, les rangs d’un nouveau parti d’opposition radicale, l’Unión Cívica. En avril 1890 un crash boursier et plusieurs banqueroutes retentissantes, suivies de manifestations politiques, forcèrent Juárez Celman à démissionner en faveur de son vice-président Carlos Pellegrini. Celui-ci et son successeur, Luis Saenz Peña, durent encore affronter plusieurs révoltes des radicaux avant de pouvoir rétablir en 1896 une pacification minimale et redresser la situation économique.

32Au Chili, les parlementaires, jaloux de leurs prérogatives, acceptaient de plus en plus mal l’autoritarisme et l’interventionnisme économique du président José Manuel Balmaceda. En outre, ses mesures étatisantes et nationalistes irritèrent les milieux économiques liés aux intérêts britanniques, tandis que les ouvriers du secteur des nitrates manifestèrent leur mécontentement. Lorsque des officiers de la marine se mirent en révolte, un affrontement violent devint inévitable. La défaite de ses partisans obligea Balmaceda à se réfugier à l’ambassade d’Argentine, où il finit par se suicider le 19 septembre 1891.

33Après sa victoire dans la Guerre du Pacifique (1876-1883), le Chili s’était emparé des territoires de ses adversaires vaincus, le Pérou et la Bolivie, qui perdaient ainsi une bonne partie de leurs mines et revenus douaniers. Ces deux pays, confrontés à une opposition croissante entre leurs populations créoles et indiennes, accumulaient coups d’état, guerres civiles et régimes militaires. Pour la Bolivie on prévoyait même une polonisation, la division pure et simple de son territoire entre ses voisins argentin, chilien et péruvien. En 1889, la débâcle de la Compagnie du Canal du Panama coupait court aux espérances de communications plus faciles et de commerce accru, tandis que cette faillite française ouvrait un peu plus la voie au know-how et à l’expansion économique nord-américains.

34Pour l’Espagne, les nuages commençaient à s’amonceler en 1892 avec la fondation de deux partis indépendantistes dans ses dernières colonies : le Partido Revolucionario Cubano de José Martí, qui débarquerait en 1895 sur Pile pour y déchaîner une longue guerre de guerrilla, et la Liga Filipina de José Rizal aux Philippines. Ce dernier avait séjourné en Belgique pour sa pratique médicale et venait d’ailleurs de publier cette année-là, à Gand, son roman El Filihusterismo à la gloire de trois prêtres révolutionnaires et exécutés. Il finit lui-même par être fusillé en 1896. Parmi les étudiants cubains en Belgique, il y avait également des partisans de l’indépendance et un d’eux, Pedro Herrera, donna même une conférence-débat sur le thème pour la Société générale des Étudiants libéraux à Gand. Auparavant déjà, début février 1897, l’ambassadeur espagnol de la Vinaza était intervenu sans succès auprès du Ministère belge des Affaires étrangères pour faire interdire un concert organisé à Liège en faveur des blessés cubains.

  • 33 J. Pan-Montojo (éd.), Más se perdió en Cuba. España, 1898 y la crisis de fin de siglo, Madrid, 199 (...)

35Dans la Péninsule même, la montée de la violence se faisait sentir par les sanglants attentats anarchistes dans le Gran Teatro del Liceo de Barcelona en 1893 et par l’assassinat de Cánovas del Castillo en 1897. Le 15 février 1898, l’explosion du Maine dans le port de La Havane provoqua la guerre avec les États-Unis qui, en moins de six mois d’opérations, forcèrent l’Espagne à abandonner ses dernières colonies importantes. Il s’ensuivit une crise de conscience très profonde parmi ses intellectuels et artistes33.

36Faut-il rappeler ici qu’une autre monarchie latine, le Royaume d’Italie venait d’essuyer une défaite encore plus humiliante devant les troupes du négus abyssin. En comparaison, seul le Portugal restait encore un havre de paix, mais serait finalement perturbé par la montée du républicanisme, l’assassinat du roi Carlos et de son fils en 1908 et la proclamation de la république en 1910. Au Mexique, Porfirio Díaz tenait fermement les leviers du pouvoir, mais déjà des observateurs étrangers se rendaient compte qu’il armait en fait une bombe à retardement. Elle ne manquerait pas d’exploser tôt ou tard et effectivement la révolution de 1910 plongea le pays dans d’interminables guerres pour plus d’une décennie.

37Inévitablement les regards et les appréciations belges sur l’Espagne et l’Amérique latine en souffrirent et se détériorèrent. Ce fut précisément en 1896 qu’Émile de Laveleye ne se gêna nullement pour publier des opinions, — déjà mentionnées —, très négatives sur la société espagnole, le retard de son agriculture et ses perspectives de développement économique. Ses Lettres de voyage dataient pourtant d’un séjour réalisé près de trente ans auparavant et ignoraient superbement la modernisation et les progrès économiques que ce pays était en train de réaliser.

  • 34 C. de Buisseret, Paysages étrangers, Bruxelles, 1897.

38Un mépris et une condescendance semblables, masqués par le goût du pittoresque, se retrouvaient, par exemple, chez Conrad de Buisseret, chargé d’affaires par intérim au Brésil vers 189234. Il avait pourtant voyagé pas mal, aussi bien dans les provinces au nord de Rio de Janeiro qu’à l’intérieur du pays, et pouvait encore le comparer à ses voisins méridionaux. Les Indiens rencontrés portaient « les traces d’une profonde dégradation », tandis que la hantise de l’extrême cruauté de leurs anciens maîtres semblait poursuivre les noirs. Il notait leur omniprésence dans les villes, où « les nègres manifestent leur émancipation récente dans cette orgie de couleurs tapageuses ». Une discrimination raciale s’y exprimait par des codes vestimentaires plus que confus et contradictoires et par le port de cravates ou de souliers, qui déterminaient le statut social et l’accès éventuel au tram. L’homme tropical ne connaissait ni harmonie ni nuance et copiait les tons criards du paysage tropical pour en barrioler sa demeure ou pour en orner ses vêtements.

39Buisseret n’appréciait nullement l’architecture de Rio de Janeiro. S’il reconnaissait déjà le dynamisme de São Paulo, il se plaignait de la mauvaise qualité de l’enseignement. Les chemins de fer n’y fonctionnaient pas bien et les déraillages étaient fréquents. Le catholicisme y était plus que superficiel et le clergé donnait le mauvais exemple. Le bruit dans les églises l’excédait et les enterrements s’y faisaient au galop. Il en était de même pour le positivisme que les dirigeants professaient avec légèreté et sans profondeur. Il ne reconnaissait au peuple brésilien aucune mentalité militaire et l’on devait y recruter des soldats par razzia. Selon lui, la guerre civile dans les provinces méridionales ne passait que « d’une guerre servile, passablement anodine en somme, et plus désastreuse de part et d’autre par l’argent qu’on y gaspilla que par le sang répandu ». Les dirigeants rencontrés tel le président Floriano Peixoto ou l’amiral rebelle le surprenaient par leur extrême simplicité.

40Rio de Janeiro ne connaissait pas de vraie saison mondaine. La nonchalance des commerçants, qui disposaient rarement de petite monnaie et remettaient au besoin le paiement à plus tard, l’agaçait. Dans l’auberge à Uberaba, le garçon s’asseya sans plus ni moins sur son lit et se versa également une tasse de café. Si Buisseret savait apprécier « ces mœurs moins patriarcales que démocratiques, si profondément ancrées au Brésil », c’était surtout pour préférer « la foule bigarrée, franchement exotique, mais d’allures simples, qui remplit la rua Ouvidor, à ces jeunes gandins pommadés et prétentieux, qui se prélassent ici devant la porte des confiseries à la mode », qu’il découvrait peu après à Buenos Aires. Si ses observations ne manquaient pas de perspicacité, elles rabaissaient constamment le Brésil au niveau d’un pays pas très sérieux et passaient complètement à côté de son essor économique et culturel, qui se poursuivait alors malgré ces années difficiles. La différence de ton de son texte par rapport à celui de Sélys-Longchamps était assez significative.

  • 35 M. Vanderbiest, De Belgische houding tegenover de Cubaanse onafhankelijkheidsoorlogen, 1830-1902, (...)

41La perte de confiance dans ce monde ibérique et ibéro-américain se manifesta très clairement dans l’opinion belge au moment de la crise cubaine en 1898. Si plusieurs journaux, surtout Le Précurseur, L’Indépendance belge et Le Bien Public de tendance catholique, prenaient plutôt la défense de l’Espagne, on se rendait bien compte de l’inévitabilité de sa défaite35. Certains, comme Charles de Ricault d’Héricault dans la Revue générale, fulminaient contre « cette barbarie nouvelle représentée par le yankisme », tandis que dans La Belgique militaire Léon Chomé constatait : « Tremblez, peuples latins. Votre règne est fini. La grande invasion anglo-saxonne s’étend sur toute la surface du monde. » Il est vrai que les libéraux acceptaient plus facilement cette victoire américaine et leur intervention à Cuba. Dans la Revue de Belgique, M. Wilmotte considérait cette guerre comme la dernière étape de la décadence espagnole : « Pendant ce temps les États-Unis, grâce au protestantisme et au fédéralisme, marcheront de plus en plus vers l’organisation de la démocratie, basée sur la science et la liberté. Contraste saisissant, contraste instructif pour nous qui avons encore le temps d’opter. » La Réforme était même franchement favorable à une annexion de Cuba par les vainqueurs.

  • 36 Verzameling der vollegige Kluchtige en Politieke liederen van Karel Waeri, Gand, 1899, pp. 377-379

42Plus grave était sans doute l’effet de tous ces évènements sur l’émigration belge et l’exportation des capitaux belges. On en trouve déjà un exemple saisissant avec la caravane d’ingénieurs belges, organisée par le professeur Louis Cousin à la demande du président chilien, pour diriger les grands travaux dans ce pays. Le suicide de Balmaceda fit annuler une série de contrats et plusieurs de ces ingénieurs durent rebrousser chemin. La campagne contre l’émigration en Argentine ou au Brésil s’amplifia et trouva même des échos dans les chansons populaires du Gantois Karel Waeri36. Le gouvernement se vit obligé d’afficher des mises en garde contre l’enrôlement d’émigrants par la cession de passages gratuits et fit interroger les émigrants malheureux à leur retour à Anvers. Quant aux investissements belges, l’échec argentin des Chemins de fer sud-américains, pour lesquels Édouard Otlet avait pu réunir pas moins de dix millions de francs, jetta un froid sur d’autres projets pour de longues années.

  • 37 H. Van Leynseele, « Léopold II et les Philippines en 1898 », in Bulletin de l’ARSOM, II, 1956, pp. (...)
  • 38 E. Stols, « Les Belges au Mato Grosso et en Amazonie ou la récidive de l’aventure congolaise, 1895 (...)

43Au plus haut niveau, le roi Léopold II ne souffrait pas d’états d’âme devant les dernières dépouilles de l’empire espagnol. Depuis les mésaventures mexicaines de sa sœur et les premiers refus de l’Espagne et du Portugal de lui vendre une colonie, il avait joué la carte d’un domaine personnel au cœur de l’Afrique, constitué en État libre. Maintenant, en parfait ogre impérialiste, il manifesta aussitôt son appétit pour l’une ou l’autre colonie. Sans vergogne, il chargea les diplomates belges à Madrid de continuelles démarches pour son compte personnel. Tantôt il proposa de céder la gestion des Philippines à sa Société générale africaine, tout en maintenant une souveraineté espagnole nominale, tantôt il fit des avances pour obtenir les îles Canaries, les côtes du Sahara espagnol ou les îles Carolines37. De l’empire brésilien déchu il convoitait d’abord un territoire en litige avec la France, l’Oyapoc sur la frontière de l’Amazonie, et puis, plus à l’intérieur, la province de l’Acre, qui venait de faire sécession de la Bolivie38. Parallèlement il engageait d’anciens officiers de son État libre dans des manœuvres d’occupation et d’exploitation de grandes concessions de caoutchouc à partir d’une entreprise belge au Mato Grosso, la Cibils.

44Le dédain manifeste du roi pour la souveraineté de ces pays encouragait certains hommes d’affaires à vouloir profiter de leur affaiblissement pour obtenir également des avantages supplémentaires. Ainsi, à Rio de Janeiro, Ropsy-Chaudron essaya de marchander la reconnaissance du nouveau gouvernement républicain par la Belgique contre de nouvelles facilités à la Companhia do Gaz belge. Les petits épargnants, qui s’étaient très engagés dans l’Emprunt hispano-cubain de 1886, se plaçaient sur la défensive et créaient des associations comme le Comité des détenteurs de fonds espagnols et cubains pour faire pression sur le Ministère des Affaires étrangères belge et obtenir des remboursements plus favorables.

45En conséquence, le gouvernement belge se voyait obligé de se ranger aux côtés des exigences et des menaces des grandes puissances et adoptait des attitudes du small power imperialism. Ce faisant, la Belgique dilapidait une partie de son expérience ibéro-américaine, de son capital de sympathie et de ses atouts de petit pays neutre, qui, avant la Suisse, aurait pu devenir le partenaire préféré de l’industrialisation latino-américaine. Ainsi laissait-on échapper des occasions uniques pour engager Cockerill très tôt dans le développement d’une grande industrie métallurgique au Mexique déjà depuis 1895, au Chili en 1897 et ensuite au Brésil. Par contre les capitaux et la technologie belges se dirigèrent beaucoup plus vers la Russie, la Chine, l’Égypte, la Malaisie et de plus en plus vers le Congo. À long terme ce ne fut pas le meilleur choix.

46Sans doute ne faudrait-il pas trop noircir ce tableau et exagérer la rétrogression dans les rapports belges avec le monde ibérique et ibéro-américain. Un rebondissement se produisait dès le début du vingtième siècle. Plusieurs autres pays latino-américains avaient finalement pu retrouver la paix et renouer avec une forte croissance économique : le Brésil à partir de la présidence Campos Salles en 1898, l’Argentine, le Chili et même la Bolivie sous la présidence libérale d’Ismaël Montes. La Belgique remontait la pente dans ses relations avec l’Espagne, le Portugal et l’Amérique latine, mais elle avait néanmoins sacrifié des acquis et ne rattraperait plus si facilement son retard devant les avances de ses concurrents.

Notes

1 Dans le même sens, on peut mentionner encore F. Vaden Bussche, Flandre et Portugal, Bruges, 1874 ; Id., « L’hospice royal de la nation flamande à Madrid », in La Flandre, 1873-1875 ; J. Finot, Étude historique sur les relations commerciales entre la Flandre et l’Espagne au Moyen Âge, Paris, 1899.

2 L.P. Gachard, Les Bibliothèques de Madrid et de l’Escurial. Notices et extraits des manuscrits qui concernent l’histoire de Belgique, Bruxelles, 1875 ; G. Janssens, « L.-P. Gachard en de ontsluiting van het Archivo General de Simancas », in Liber Amicorum Dr. J. Scheerder, Louvain, 1987, pp. 313-341.

3 I. Hye Hoys, Fondations pieuses et charitables des marchands flamands en Espagne, in Précis historiques, t. 31, 1882.

4 F. et B. Vidal Galache, Fundación Carlos de Amberes. Historia del Hospital de San Andrés de los Flamencos, 1594-1994, Madrid, 1996.

5 G. Janssens et J. Stengers, Nouveaux regards sur Léopold 1er & Léopold II, Bruxelles, 1997, pp. 11-113.

6 E. Stols, « Utopies, mirages et fièvres latino-américains », in A. Morelli (éd.), Les Émigrants belges, Bruxelles, 1998, pp. 241-258 ; S. Van den Bossche, Een kortstondige kolonie, Santo-Tomás de Guatemala (1843-1854). Een literaire documentaire, Tielt, 1997.

7 E. Stols, « L’expansion belge en Amérique latine », in Bulletin de l’ARSOM, 1979, pp. 100-134.

8 L. Greindl, A la recherche d’un état indépendant : Léopold II et les Philippines (1869-1875), Bruxelles, 1962, pp. 106-107.

9 La Compagnie Royale Asturienne des Mines, 1853-1953, Bruxelles et Paris, 1954 ; G. Chastagnaret, « Une réussite dans l’exploitation des minerais non ferreux espagnols au xixe siècle. La Compagnie Royale Asturienne des Mines », in Aux origines du retard économique de l’Espagne, xvie- xixe siècles, Paris, 1983, pp. 81-113.

10 A. Lamarche, « Liérganes, Jean Curtius en Espagne », in Bulletin de l’Institut Archéologique Liégeois, CV, 1993, pp. 171-234 ; S. Coll Martín, « La mineria del carbón en España a finales del Antiguo Régimen (1770-1835) », in P. Tedde (éd.), La economía española al final del Antiguo Régimen, II ; Manufacturas, Madrid, 1982, pp. 274-276.

11 E. Nyssens, Souvenirs de ma vie, 1815-1906, Bruxelles, 1907 ; E. Stols, « L’expansion belge en Amérique latine », in Bulletin de l’ARSOM, 1979, pp. 100-134.

12 J. Possemiers, « Les relations Belgique-Mexique (1830-1864) », in Les Belges et le Mexique, Louvain, 1993, pp. 9-35.

13 A. Lopes-Sabino, L’Étoile du Nord. Présences portugaises en Belgique et en Hollande, Bruxelles, 1994, pp. 37-45.

14 E. Stols, « Les étudiants brésiliens en Belgique, 1815-1914 », in Revista de Historia, C, 1975, pp. 653-692 ; Id., « Latijns-Amerikaanse Studenten aan de Rijksuniversiteit te Gent (1854-1914) », in Uit het verleden van de R.U.G., I, 1976.

15 P. De Meester, Belgische Spanjereizigers van 1830 tot 1914, Mémoire de licence dactylographié, Louvain, 1985.

16 E. Stols, « A flora brasileira e os naturalistas e horticultores belgas no século XIX », in Revista de Historia, LXXXVIII, 1972, pp. 155-171 ; J. Possemiers, « Naturalistes belges au Mexique (1830-1840) », in Les Belges et le Mexique, Louvain, 1993, pp. 31-35.

17 « Dessins anciens des environs de Rio de Janeiro : B. Mary, peintre de la flore brésilienne », in G. Ferrez (éd.), Catalogue d’exposition, Bruxelles, 1874.

18 E. De Bruyn, Théodore’ t Scharner, Bruxelles, 1908.

19 W. Tillie, Henry Cleenewerck, Watou 1818-Brussel 1901, Poperinghe, 1995.

20 L. Vints, « Photographie et expansion : l’aventure mexicaine “devant l’objectif” (1864-1867) », in Les Belges et le Mexique, Louvain, 1993, pp. 79-103.

21 P. Maréchal et P. Van Schuylenbergh-Marchand, « Les volontaires belges au Mexique (1864-1867). Impressions et visions du nouveau monde », in Les Belges et le Mexique, Louvain, 1993, pp. 37-77 ; B. De Groof, « Le Régiment Impératrice Charlotte : des Volontaires belges au service de l’Empire mexicain (1864-1867) », in E. Stols et R. Bleys (éds.), Flandre et Amérique latine, 500 ans de confrontation et de métissage, Anvers, 1993, pp. 294-307.

22 E. De Laveleye, Lettres de voyage, Paris-Verviers, 1896, p. 83.

23 E. Stols, « Colonisation et intérêts belges en Argentine (1830-1914) », in Wirschaftskräfte und Wirtschaftswege. Fetschrift für Hermann Kellenbenz, 4, 1978, pp. 287-312 ; Id., « Presencia belga en la República Argentina : emigrantes y expatriados, comerciantes y empresarios (siglos XIX y XX) », in B. DE Groof, P. Geli, E. Stols et G. Van Beeck (éds.), En los deltas de la memoria, Bélgica y Argentina en los siglos XIX y XX, Louvain, 1998, pp. 9-36.

24 A. Broder, « Les investissements étrangers en Espagne au xixe siècle », in Revue d’histoire économique et sociale, LIV, 1976, pp. 29-63.

25 M. Dumoulin, « Les investissements belges au Portugal (xixe et xxe siècles) », in J. Everaert et E. Stols (éds.), Flandre et Portugal. Au confluent de deux cultures, Anvers, 1991, pp. 305-313.

26 E. Stols, « Présences belges dans la modernisation de l’Amérique latine », in E. Stols et R. Bleys (éds.), Flandre et Amérique latine, 500 ans de confrontation et de métissage, Anvers, 1993, pp. 229-242.

27 C. d’Ursel, Sud-Amérique. Séjours et voyages au Brésil, à La Plata, au Chili, en Bolivie et au Pérou, Paris, 1889 ; E. de Robiano, Dix-huit mois dans l’Amérique du Sud, le Brésil, l’Uruguay, la République Argentine, les Pampas et le voyage au Chili par la Cordillère des Andes, Paris, 1879.

28 W. de Sélys-Longchamps, Notes d’un voyage au Brésil, Bruxelles, 1875.

29 E. Stols, « Imagens do Brasil escravista na Bélgica do século XIX », in Revista da Sociedade Brasileira de Pesquisa Histórica, IV, 1987-1988, pp. 17-27.

30 A. Verhaeren, Notes et souvenirs d’un voyage à la Plata, Verviers, 1885 ; H. Van de Putte, « La province de Sao Paulo du Brésil », in Bulletin de la Société Royale Belge de Géographie, XIII, 1889, pp. 537-568 ; XIV, 1890, pp. 45-88.

31 J. Leclercq, Voyage au Mexique. De New York à Vera Cruz en suivant les routes de terre, Paris, 1885 ; Ch. Croonenberghs, Trois ans dans l’Amérique septentrionale, 1885, 1886, 1887. Le Mexique, Paris, 1893.

32 Félicien Rops, Catalogue de l’exposition, Bruxelles, 1985, p. 9 ; Verhaeren, « Impressions d’artiste. A Dario de Regoyos », in Art moderne, VIII, 1888, pp. 196-197, 221-222, 235-236 et 250-252 ; ID., Impressions, Paris, 1926 ; E. Verhaeren et D. de Regoyos, España negra, Madrid, 1963 ; J. Warmoes, Émile Verhaeren, « El Flamenco español », Bruxelles, 1985.

33 J. Pan-Montojo (éd.), Más se perdió en Cuba. España, 1898 y la crisis de fin de siglo, Madrid, 1998 ; España y Filipinas, 1898, Catalogue de l’exposition, Cádiz, 1998.

34 C. de Buisseret, Paysages étrangers, Bruxelles, 1897.

35 M. Vanderbiest, De Belgische houding tegenover de Cubaanse onafhankelijkheidsoorlogen, 1830-1902, mémoire de licence dactylographié, Louvain, 1982.

36 Verzameling der vollegige Kluchtige en Politieke liederen van Karel Waeri, Gand, 1899, pp. 377-379.

37 H. Van Leynseele, « Léopold II et les Philippines en 1898 », in Bulletin de l’ARSOM, II, 1956, pp. 928-929 ; E. Stols, « Les Canaries et l’expansion coloniale des Pays-Bas Méridionaux au seizième siècle et de la Belgique vers 1900 », in IV Coloquio de Historia Canario-Americana (1980), Las Palmas de Gran Canaria, 1982, pp. 905-933.

38 E. Stols, « Les Belges au Mato Grosso et en Amazonie ou la récidive de l’aventure congolaise, 1895-1910 », in M. Dumoulin et E. Stols (éds.), La Belgique et l’étranger aux xixe et xxe siècles, Louvain-la-Neuve, 1987, pp. 77-112 ; R. Coolsaet, België in zijn buitenlandse politiek, 1830-1990, Louvain, 1998, pp. 121-182.

Auteur

K.U. Leuven

© Presses universitaires de Liège, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search