Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Conclusion

Texte intégral

1En ce 15e siècle finissant, la fonction sociale des institutions d’assistance liégeoise paraît fortement émoussée. Près de la moitié des lits d’hôpitaux est réservé aux pèlerins ; le reste, soit à peine 70 à 90 lits, est réparti entre les malades, les lépreux, les aveugles et les béguines. De nombreuses catégories de défavorisés : vieillards impotents, femmes enceintes, enfants abandonnés ou orphelins... ne disposent pas d’établissement qui leur soit réservé.

2Le personnel hospitalier, composé pour une part importante de prébendiers, consomme les revenus des hôpitaux et ne rend que peu ou pas de service aux pauvres. Aucun hôpital ne s’est attaché les services d’un médecin. Les Aumônes ont été incapables d’améliorer qualitativement et quantitativement leurs distributions. Seule une fraction, que l’on peut évaluer probablement à moins de la moitié de la masse des nécessiteux bénéficie de secours, d’ailleurs limités.

3Cet état de fait résulte d’une orientation qui s’est dessinée au siècle précédent. Jusqu’à la fin du 13e siècle, le système hospitalier resta équilibré, en tout cas en ce qui concerne la destination des établissements existants. Avec le 14e siècle, le nombre de prébendiers s’accroît et les problèmes de discipline s’amplifient ; les petites fondations pour pèlerins se multiplient tandis que certains hôpitaux abandonnent leur vocation initiale d’accueil aux malades pour celle, plus commode, d’hébergement des pèlerins et passants.

4Une telle évolution n’est pas le fruit d’une volonté délibérée. Les initiatives individuelles des bourgeois qui sont à l’origine des institutions d’assistance, ne furent relayées que fort partiellement par les autorités civiles et religieuses. La plupart des établissements conservèrent une large autonomie. Ni l’évêque, ni la cité, contrairement à la plupart des villes de l’Empire, ne leur portèrent un grand intérêt. L’évêque se contenta d’imposer par l’intermédiaire de certains collaborateurs, dans la première moitié du 13e siècle, la règle de saint Augustin aux communautés hospitalières et de jouer, dans les conflits, un rôle d’arbitre de plus en plus discret au fil des siècles. La cité, une fois qu’elle eut pris en main les destinées de la léproserie de Cornillon et de l’Aumône, se limita à les gérer mais elle ne put ou ne voulut pas étendre son champ d’action aux autres institutions d’assistance. L’immobilisme des autorités ne fut pas secoué par des révoltes de pauvres qui eurent, dans le sud de la France et en Italie, le mérite de faire éclater au grand jour les carences du système d’assistance et d’engager ses responsables dans la voie des réformes. Liège n’eut pas cette opportunité et ni réformes, ni améliorations n’y apparurent.

5L’inadaptation croissante et les détournements du système d’assistance dont personne ne s’émeut à l’époque, prouvent, si besoin en était, que la mission ultime des hôpitaux et des Aumônes n’est pas l’extinction du paupérisme. Tout au plus permettent-ils d’en atténuer certains effets. L’assistance trouve sa finalité dans sa fonction religieuse. Hôpitaux et Aumônes sont organisés pour rassembler des pauvres afin qu’ils prient pour les fondateurs et les donateurs. Tout, tant dans l’organisation du personnel qui vit selon une règle, que dans l’aménagement des locaux dont le cœur est la chapelle, tend vers ce but. Les pauvres trouvent dans ces institutions leur fonction sociale. Ils resteront jusqu’à la fin du 15e siècle, dans l’esprit de la bourgeoisie liégeoise, une entité collective.

6Cette conception stéréotypée est la caractéristique principale de la pensée liégeoise. A partir de la deuxième moitié du 13e siècle, les institutions se figent et la perception du pauvre n’évolue plus. Les idées sur la valeur individuelle du pauvre, lancées par saint François, ne semblent pas avoir influé sur l’univers mental des Liégeois qui voient et continueront à voir dans le pauvre un moyen de rédemption parmi d’autres. Ceci ne fut pas sans conséquence.

7En reconnaissant aux pauvres une valeur individuelle, saint François laissait supposer qu’il était permis d’établir entre eux des distinctions. La crise économique aidant, certains ne manquèrent pas de l’utiliser pour en conclure que tous les pauvres n’avaient pas le même droit à l’aide de la société. Certaines catégories pouvaient en être exclues. Ce courant d’idées n’ayant pas eu beaucoup de succès à Liège, on n’y assistera pas, comme dans d’autres villes, à la chasse systématique aux mendiants et aux vagabonds et cela même si l’assistance tend à être d’abord réservée aux pauvres locaux.

8Ainsi, si les institutions liégeoises étaient loin de tendre vers plus d’efficacité, elles étaient également fort loin de préconiser la solution radicale du grand enfermement et de l’hôpital général.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search