Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Troisième partie. La vie hospitalière

Chapitre III. Les bâtiments

Texte intégral

  • 1 U. CRAEMER, Das Hospital als Bautyp des Mittelalters, Cologne, 1963 ; D. LEISTIKOW, Dix siècles d' (...)

1L’histoire de l’architecture hospitalière a pu être reconstituée par l’étude des grands ensembles qui ont subsisté. Ceux-ci ont généralement dû leur survie au maintien d’activités hospitalières jusqu’à nos jours1.

  • 2 M. YANS, Le prieuré..., p. 404.
  • 3 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse no 4.
  • 4 Th. GOBERT, Liège..., t. IV, p. 318-319.
  • 5 Th. GOBERT, Liège..., t. IV, p. 422-423.
  • 6 Ch. de BEYS, La chapelle romane du monastère des Carmélites de Cornillon à Liège, ds. Bul. du Vieu (...)
  • 7 Le patrimoine..., p. 199-203.
  • 8 Les dessins et les photographies les plus intéressants ont été édités ou réédités par Mme Cl. Nico (...)
  • 9 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114 ; A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 6, f° 238v ; A.E.L., H (...)
  • 10 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, comptes de 1471-1472. L’ardoise, extraite des ardoisières ardennaise (...)
  • 11 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, f° 45v, 128, 224 ; J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. au (...)
  • 12 Il s’agit de l’inventaire de l’hôpital Mostarde (9 juillet 1440), M. YANS, Les archives..., p. 561 (...)

2Les hôpitaux liégeois fondés au Moyen Age ont mal traversé les siècles. Les petites fondations déjà déliquescentes au 15e siècles (hôpital Sainte-Marguerite, Saint-Guillaume et la léproserie de Sainte Walburge) disparurent au 16e siècle sans laisser de traces. L’hôpital Saint-Mathieu fut transformé, en 1592, en séminaire avant d’être démoli peu après 17862. Les maisons des Aveugles seront détruites en 16123. L’hôpital Saint-Christophe fut fermé en 1652 et occupé par des Sépulchrines4. Les autres établissements se maintiendront tant bien que mal jusqu’à la fin du 18e siècle, pour tomber les uns après les autres, victimes des rénovations de bâtiments, des élargissements de chaussées et du percement d’artères nouvelles. Les locaux de l’hôpital Saint-Julien serviront d’école (1826-1840), de halle aux viandes (1842-1876) puis de synagogue pour être finalement rasés en 19005. Le dernier édifice à avoir résisté fut l’hôpital Saint-Jean-Baptiste. Partiellement détruit à la fin du 18e siècle, il sera définitivement démoli en 1960. Quelques épaves ont, malgré tout, survécu, l’abside romane de chapelle de Cornillon (fin du 12e siècle)6 et des éléments de l’hôpital des cellites (première moitié du 16e siècle)7. C’est peu de chose. Les représentations iconographiques et photographiques n’aident guère. Les seules qui soient suffisamment détaillées datent de la fin du 18e siècle ou de la fin du 19e siècle et du 20e siècle. Elles nous montrent des bâtiments profondément remaniés qui ne laissent rien transparaître de leur aspect primitif8. Restent les informations éparses fournies par les sources écrites. Celles-ci sont sans surprise. Elles mentionnent des dortoirs pour les membres féminins et masculins du personnel et pour les assistés, un réfectoire apparemment commun, une cuisine, une buanderie et une chapelle située dans la salle des malades afin qu'ils puissent assister aux offices de leur lit ou dans une pièce et un bâtiment indépendant pour les autres établissements9. Ce sont les seuls éléments communs, avec les toitures d’ardoise10.Composition et disposition des bâtiments, nombre de pièces, diffèrent selon l’importance, la situation et la destination. Dans les zones où l’habitat est le moins dense, les hôpitaux (Cornillon, Saint-Julien, Saint-Christophe) ont l’aspect d’une exploitation agricole avec des granges, des étables, un jardin, un verger, et parfois des vignes11. Dans les zones où l’habitat est dense, les hôpitaux sont obligés de concentrer dans un seul bâtiment les dortoirs, le réfectoire, les greniers pour le stockage des redevances en nature et les celliers, comme le montrent les deux seuls inventaires qui aient été conservés12.

  • 13 On aura une idée précise de ce qu’était un hôpital de cathédrale ou de collégiale en consultant, U (...)
  • 14 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes 1409-1410.

3L’hôpital Mostarde, fondé en 1336, et l'hôpital Saint-Jacques, fondé en 1427, recevaient des pèlerins. Ils furent installés dans des maisons bourgeoises qui subirent probablement quelques aménagements. Des établissements comme l’hôpital de la cathédrale ou l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, construits pour recevoir des pauvres et des malades, ne devaient ressembler que de très loin à ces maisons13. Les inventaires étaient dressés pour répertorier les meubles et les ustensiles que possédait l’hôpital. Le rédacteur ne s’attarde dès lors pas à décrire ni à situer les pièces avec exactitude. Celles qui ne contenaient pas de meubles, n’étaient pas consignées dans les procès-verbaux. C’est le cas des greniers dont on trouve par contre la trace dans les comptabilités14. L’hôpital Mostarde possédait un étage au moins puisque le compteur signale l’existence d’une chambre au-dessus de la cuisine et d’une espèce de remise qualifiée de garde-robe (warde robe) où s’entassent pèle-mêle deux lits, un châssis de lit, deux mauvaises couvertures, une armoire, des draps de lit, deux vieilles tables, des bancs, etc. Un deuxième étage servait probablement de grenier, en suivant l’ordre de l’inventaire qui ne donne aucun détail sur l’agencement de ce qui suit, on découvre une première pièce en façade contenant trois lits et deux châssis de lit ; ensuite vient la chapelle de modestes dimensions puisque, les objets destinés au culte exceptés, elle ne contient qu’un long banc et un coffre ; suivent deux dortoirs, le premier avec cinq lits, le second avec quinze lits, une salle (elle caterye) servant de réfectoire et de chauffoir, avec quatre tables et quatre bancs, — c’est la seule pièce avec la cuisine à être dotée d’une cheminée —, un local réservé au compteur avec une table, une chaise et un tonneau à saler, une autre pièce faisant fonction à la fois de trésorerie puisqu’on y trouve quatre hanaps d’argent, de dépôt d’archives et de remise où sont rangés les draps de lit, les couvertures, les traversins, les nappes, un châssis de lit, une hache, etc., la cuisine qui paraît bien équipée (quatre chaudrons, plusieurs poêles, plusieurs plats en étain, etc...) et finalement la chambre de la domestique qui ne compte qu’un lit, des couvertures et une lampe.

4L’hôpital Saint-Jacques présente un ensemble de pièces moins nombreuses mais plus vastes, réparties sur un rez-de-chaussée et un étage, le second étage étant réservé au stockage des grains. La description débute par la chapelle qui comprend de nombreux objets de culte (calice, encensoir, chandeliers, chappes, aubes, chasubles) et plusieurs bancs. Suit la pièce principale, salle assez vaste avec cheminée qui servait de lieu de réunion pour les membres de la confrérie, de chauffoir et de réfectoire pour les pèlerins. C’est là qu’étaient conservées dans plusieurs coffres les robes noires utilisées lors de l’enterrement d’un des confrères. Vient ensuite un local appelé chambre az moibles où étaient enfermés la vaisselle, — six douzaines d’assiettes en étain, vingt-trois gobelets, des pots en pierre —, mais aussi six seaux en cuir bouilli, une paire de draps de lit, une couverture et un lit. La dernière pièce du rez-de-chaussée est la cuisine qui comptait trois chaudrons, six poêles, une fourchette, une louche, deux lampes et les ustensiles nécessaires à l’entretien du feu. Au premier étage, se trouvaient la chambre du domestique et le dortoir des pauvres comprenant neuf lits, neuf paires de draps et tout autant de couvertures.

5Sans être d’une richesse particulière, ces établissements possédaient tout ce qui était nécessaire à la réception des pèlerins. La literie paraît correcte : il y a pour chaque lit une ou deux paires de draps, au moins une couverture et des oreillers ou des traversins. Le matériel de cuisine était suffisant pour préparer les repas de quelques pèlerins. On notera, avec surprise, dans l’inventaire de l’hôpital Mostarde, l’absence d’assiettes, de cuillères et de couteaux. Il est possible que le rédacteur ne les ait pas jugés suffisamment précieux pour figurer à l’inventaire.

Notes

1 U. CRAEMER, Das Hospital als Bautyp des Mittelalters, Cologne, 1963 ; D. LEISTIKOW, Dix siècles d'architecture hospitalière en Europe. Une histoire de l'architecture hospitalière, Ingelsheim, 1967.

2 M. YANS, Le prieuré..., p. 404.

3 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse no 4.

4 Th. GOBERT, Liège..., t. IV, p. 318-319.

5 Th. GOBERT, Liège..., t. IV, p. 422-423.

6 Ch. de BEYS, La chapelle romane du monastère des Carmélites de Cornillon à Liège, ds. Bul. du Vieux Liège, no 173, Liège, 1971, p. 25-45. Des bâtiments de Cornillon subsiste encore un ensemble de la 2e moitié du 17'siècle appelé cour des prébendiers, cfr Le patrimoine monumental de la Belgique, vol. 3, Ville de Liège, Liège, 1974, p. 44-46.

7 Le patrimoine..., p. 199-203.

8 Les dessins et les photographies les plus intéressants ont été édités ou réédités par Mme Cl. Nicolas dans la nouvelle édition de Th. GOBERT, Liège..., ill. no 1191, 1618, 1640, 1648, 2636.

9 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114 ; A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 6, f° 238v ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 255, f° 14r-v ; A.E.L., Hôpital Saint-Julien, liasse 204, comptes de 1471-1472 ; M. YANS, Les archives..., p. 561-563.

10 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, comptes de 1471-1472. L’ardoise, extraite des ardoisières ardennaises, couvrait la plupart des bâtiments importants de Liège, cfr M.L. FANCHAMPS, Les ardoisières en Ardennes et le transport des ardoises sur la Meuse (xiie-xvie siècles), ds. M.A. t. LXXVIII, Paris, 1972, p. 261-262.

11 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, f° 45v, 128, 224 ; J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. aux cens, rentes et pensions, no 9, ss. fol., cens de 1477-1478 ; A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 11, 15, 17r-v, 28.

12 Il s’agit de l’inventaire de l’hôpital Mostarde (9 juillet 1440), M. YANS, Les archives..., p. 561-563, et de celui de l’hôpital Saint-Jacques (15 juillet 1563), A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 255, f° 14-15v.

13 On aura une idée précise de ce qu’était un hôpital de cathédrale ou de collégiale en consultant, U. CRAEMER, op. cit., p. 15-27, A. SAINT-DENIS, op. cit., p. 50-55 et un hôpital pour malades, U. CRAEMER, op. cit., p. 54-69.

14 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes 1409-1410.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search