Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Troisième partie. La vie hospitalière

Chapitre II. Les assistés

Texte intégral

A. Essai d’une typologie

1La perception de la pauvreté ne fut pas linéaire du 11e au 15e siècle. Le mouvement érémitique qui va toucher toute l’Europe entre la fin du 11e siècle et 1150, est l’une des composantes d’un mouvement plus vaste de remise en question de la riche Eglise féodale. Des clercs, des chevaliers instruits se retirent du monde et attirent auprès d’eux des groupes de marginaux : lépreux, vagabonds, mendiants, prostituées, etc. Leur but était de rétablir la dignité des pauvres et d’annoncer à tous le salut par la pauvreté pour et par les pauvres. Ce mouvement qui finit par s’étioler ou par se fondre dans des formes conventuelles classiques, eut pour principal résultat de susciter la réflexion de certains théologiens. Celle-ci aboutit à une formulation, peu originale, mais cohérente de la fonction du pauvre qui trouvait ainsi sa place dans la hiérarchie sociale. La pauvreté acquérait une valeur sur le plan spirituel, donc une utilité : le pauvre servait au riche de moyen de sanctification.

2Sans rejeter ni mépriser le monde, contrairement aux ermites du 12e siècle, saint Dominique, saint François et leurs disciples voulurent vivre pauvre parmi les pauvres, là où ils se trouvaient, dans les villes. L’originalité de leur pensée fut de prôner l’estime du pauvre pour sa valeur spirituelle et humaine propre et non plus comme instrument de salut du riche. Ces idées généreuses, révolutionnaires pour d’aucuns, restèrent un idéal que bien peu réalisèrent. Les contingences économiques, l’égoïsme naturel des classes possédantes, et la permanence des clichés anciens freinèrent leur pénétration et limitèrent leur effet pratique.

  • 1 Cette synthèse rapide est fondée sur J.M. BIENVENU, Pauvreté, misères et charité en Anjou aux xie e (...)

3Les deux siècles qui suivirent, adaptèrent mais ne rénovèrent pas la pensée de saint François. Enfermés dans des images héritées du 12e et du 13e siècles, les prédicateurs mendiants eurent beaucoup de difficultés à intégrer cette nouvelle catégorie que constituent les pauvres laborieux. Ils continuèrent à définir les pauvres par leurs particularités physiques ou morales : affamé, aveugle, boiteux, infirme, lépreux, orphelin, vieillard. Le changement de visage de la pauvreté, à partir du 14e siècle, paraît avoir été mal perçu par les contemporains. La majorité des pauvres urbains était composée de gens sans travail, de salariés démunis, de vagabonds, de mendiants. Cette masse que les bourgeois verront, avec surprise, se révolter ne sera dès lors plus seulement méprisée ou prise en pitié, mais crainte et haïe. Le fossé s’élargit entre une pauvreté idéalisée au plan spirituel et l’indigence réelle. Des mesures furent prises pour sérier les pauvres, pour exclure les fauteurs de troubles, vagabonds et mendiants professionnels, des vrais pauvres qui seuls avaient droit à l’assistance. Même la pauvreté volontaire est de plus en plus mal tolérée : les béguines, par exemple, furent accusées de parasitisme. Partout, au 15e siècle, la peur et le mépris du pauvre croissent1.

4Dans quelle mesure la société d’une ville moyenne, comme Liège, fut-elle sensible à ces changements, surtout perceptibles dans la pensée des théologiens ? La chose est difficile à mesurer, d’autant que l’on ignore comment ces idées se sont transmises, comment les prêches des Mendiants, moyen probablement le plus fréquent de diffusion des idées, ont été compris. Seuls deux types de source, les chroniques et les testaments, nous permettent d’essayer de voir, à Liège, qui était considéré comme pauvre.

5L’ensemble des sources narratives accorde une place réduite aux pauvres. Ils n’apparaissent qu’à deux occasions, lors des famines graves et de certaines révoltes. Est-ce le reflet de leur place dans la société ? Pas entièrement. Chroniques et annales ont leurs lois. On n’écrit pas tout. Tout n’est pas digne d’être relaté. Les chroniqueurs notent les événements marquants de la vie de leur communauté, de leur église ou de leur région. Parfois, leur horizon s’élargit et ils nous content des faits plus lointains. Mais dans tous les cas, la part des humbles, n’a que peu ou pas de place dans leurs récits. Or quoi de plus commun que les pauvres, si ce n’est quand ils meurent en très grand nombre ou quand ils ont le mauvais goût de clamer trop haut leurs difficultés.

  • 2 RAOUL, Gesta..., t. I, p. 6 ; ANSELME, op. cit., p. 221 ; GODESCALC de GEMBLOUX, Gesta abbatum Gemb (...)
  • 3 RAOUL, Gesta..., t. I, p. 6 ; ANSELME, op. cit., p. 221.
  • 4 GODESCALC de GEMBLOUX, op. cit., p. 547 ; RENIER de SAINT-JACQUES, op. cit., p. 138.

6Les descriptions des famines sont brèves. L’événement pour grave qu’il soit ne semble pas mériter de longs commentaires. Il est suffisamment connu des contemporains. Les auteurs procèdent par rappel et évoquent l’année, les causes, presque toujours climatiques, puis quelques faits saillants : la hausse des prix des grains qui oblige les pauvres à se nourrir de ce qu’ils trouvent, herbes, cadavres d’animaux ; leur mort en masse après quelques semaines ; leurs cadavres qui gisent dans les rues ; l’exiguïté de certains cimetières où l’on doit ouvrir des fosses communes2. Certaines années particulièrement pénibles, les chroniqueurs ajoutent que les riches comme les pauvres sont touchés, entendons par là que les riches sont atteints dans leurs revenus3. C’est aussi l’occasion de rappeler les actes de charité de certains prélats4.

  • 5 ANSELME, op. cit., p. 217.
  • 6 ANSELME, op. cit., p. 221.
  • 7 ANSELME, op. cit., p. 221. L’allusion aux pauvres honteux, c’est-à-dire aux déclassés, est l’une de (...)

7Les pauvres ne sont pas le sujet du récit. Ils en sont de simples acteurs qu’il n’est pas besoin de présenter. L’information les concernant est donc très sommaire. On se contente de parler des pauperes sans plus. On ne sait qui ils sont. Seul Anselme (milieu du 11e siècle) est plus explicite. Lors de la fondation de l’hôpital de la cathédrale par Wazon, il nous donne la liste des pauperes qui ont droit à l’assistance : les malades, les vieillards, les exilés, les infirmes (aveugles, boiteux), les veuves et les orphelins5. Ce qui correspond grosso modo aux conceptions de l’époque carolingienne. Plus étonnante est l’aide que l’évêque Wazon apporta lors de la famine de 1043 aux tenanciers (mansonarius) auxquels il donna de l’argent pour leur éviter de s’endetter ou de vendre leurs instruments de travail et de venir ainsi gonfler le nombre des mendiants6. Il soutint également de ses deniers les nobles que la famine appauvrissait et ceux qui, par pudeur, n’osaient mendier7. C’est un des rares exemples d’une vision pertinente des causes de la paupérisation d’une partie de la population. Il est caractéristique de son époque. La majorité des pauvres ou de ceux qui risquent de le devenir, vivent encore à la campagne. Le type d’assistance préventive proposé par Wazon témoigne d’une attitude particulièrement clairvoyante mais qui ne connaîtra aucune postérité.

  • 8 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 581, les autres récits de famine sont tout aussi dénués d’in (...)

8Après le 12e siècle, les récits de famine sont de moins en moins nombreux et de plus en plus lapidaires. Certes, à partir du 13e siècle, la fréquence des famines diminua, mais ceci n’explique pas la brièveté des notes qui leur sont consacrées. Les pauvres qui occupaient déjà fort peu de place dans cette littérature, disparaissent presque complètement ou sont l’objet de récit sans intérêt. Même le chroniqueur Jean d’Outremeuse, d’habitude si prolixe, est d’une sobriété inaccoutumée quand il décrit la famine de 1335. Après de grandes pluies en août, écrit-il, le grain fut rare par quoy li povre peuple oit grant messaisi (difficulté)8. Il n’ajoute rien de plus.

  • 9 JEAN de LOOZ, op. cit., p. 80.

9Les révoltes de pauvres qui bouleverseront nombre de villes d’Europe, épargneront Liège. Quelques émeutes se dérouleront à la fin du 15e siècle. Elles eurent peu d’ampleur, causèrent peu de dégâts et furent vite réprimées. Jean de Looz est le seul chroniqueur à leur accorder quelques lignes. A la fin de l’hiver 1481-1482, le pain devint cher et rare pour les pauvres. Des « artisans » (mechanicos), notamment des houilleurs, se rassemblèrent près du palais pour que l’on prenne des mesures. Pour toute réponse, l’évêque fit décapiter deux meneurs9. Cela n’alla pas très loin et en tout cas, il ne se produisit rien de suffisamment grave pour effrayer les possédants. L’intérêt principal de ce texte est de faire apparaître le groupe social qui devait fournir la majorité des pauvres.

10Le bilan établi à partir des sources narratives reste très imprécis. Par les testaments, nous allons tenter de préciser ce que recouvre le terme générique pauperes et de voir vers quel type d’assistance se dirige de préférence les legs testamentaires.

  • 10 Cette opération se traduit par une simple formule stéréotypée, volo et ordino quod... forefacta mea (...)
  • 11 Sur les pratiques successorales liégeoises, voir M. YANS, L’équité et le droit liégeois du Moyen Ag (...)

11Le but du testament est à la fois religieux et économique. Le testateur avant de mourir désire organiser sa succession, afin que sa disparition ne soit pas une occasion de déchirement pour le groupe familial, et préparer son passage vers l’au-delà. L’acte est divisé en deux parties. La première vise à régler les derniers détails de la vie terrestre et à faciliter l’accession au paradis. Le testateur y choisit son lieu de sépulture, ordonne ses obsèques, répare les torts faits à autrui10 et désigne les institutions religieuses ou charitables auxquelles il veut que des dons soient faits. Seule cette partie retiendra notre attention. La seconde est constituée par le dispositif successoral11.

  • 12 Il semble cependant qu'à Liège la législation successorale laisse au testateur une très grande lati (...)
  • 13 C.S.L., t. IV, p. 25-27.
  • 14 Les statuts..., p. 36.
  • 15 Les statuts..., p. 36.
  • 16 Les statuts..., p. 24-25, ces dispositions en faveur des églises paroissiales seront confirmées par (...)

12La liberté laissée au testateur est limitée. La rédaction n’est pas à proprement parler un acte individuel. Elle s’effectue en présence de membres de la famille, du curé de la paroisse ou de religieux des couvents voisins. Elle doit se couler dans des formules que le notaire connaît. La coutume successorale prescrit et empêche certaines pratiques12. L’Eglise, elle aussi, a édicté des règlements en cette matière. Les obsèques des chanoines de la cathédrale et des collégiales sont réglementées. Une partie des legs pieux doit obligatoirement être accordée à la cathédrale ou à la collégiale dont ils font partie13. Les statuts synodaux de Jean de Flandre (1288) prennent des mesures qui s’adressent à l’ensemble de la population du diocèse. Outre quelques recommandations d’ordre général, comme de faire des legs à la cathédrale, aux églises paroissiales et aux autres institutions religieuses14, les articles consacrés aux testaments visent principalement à la défense des intérêts du clergé paroissial. Il est ordonné aux laïcs de faire leur testament en présence de leur curé15. Si le choix du lieu de sépulture reste libre, toute personne qui souhaiterait être enterrée ailleurs que dans l’église ou le cimetière de sa paroisse, doit d’abord être transportée dans l’église paroissiale où une messe sera célébrée avant de procéder à l’inhumation à l’endroit requis. Ces mesures sont prises pour contrecarrer les entreprises de certains religieux qui faisaient pression sur les malades riches et influents pour qu’ils élisent leur sépulture dans l’église de leur couvent. Pour encourager le choix de l’église paroissiale, l’évêque accordait quarante jours d’indulgence aux testateurs16.

13La volonté du testateur doit donc s’insérer dans une série de formules dictées par la coutume, les traditions familiales et locales. Son expression s’en trouve par là même fort réduite. L’éventail des possibilités qui subsistent, favoriser telle institution plutôt que telle autre, être enterré dans une église conventuelle plutôt que paroissiale, faire distribuer du pain aux pauvres le jour de son enterrement ou non, est cependant suffisamment vaste pour faire apparaître des évolutions, reflet des schémas de pensée collective. Les testaments n’ont dès lors de signification qu’envisagés collectivement.

  • 17 Ph. GODDING, op. cit., p. 279-280.
  • 18 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte de 1245.
  • 19 J. CHIFFOLEAU, La comptabilité de l'Au-Delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Av (...)

14L’acte testamentaire reste exceptionnel jusque dans la première moitié du 13e siècle dans la principauté de Liège et dans les comtés et duchés alentours17. Le premier testament liégeois, celui de Marie d’Ile, date de 124518. La pratique est très lente à se répandre. Au 15e siècle, alors que dans le sud de la France, elle a gagné toutes les catégories sociales19, à Liège, elle ne touche que les couches supérieures de la population : le monde des artisans et des compagnons représente moins de 10 % des testaments enregistrés par les échevins.

  • 20 Les statuts..., p. 40.
  • 21 Dans le tableau qui suit nous n'avons pas jugé nécessaire de distinguer les laïcs des chanoines par (...)

15La conservation des testaments liégeois est très lacunière. Théoriquement, l’officialité devait enregistrer et prendre copie de tous les testaments20. Aucun de ces volumes ne nous est parvenu. Les archives notariales ne sont conservées qu’à partir du 17e siècle. Nous avons donc dû dépouiller l’ensemble des archives ecclésiastiques pour les 13e et 14e siècles. La moisson fut maigre : 42 testaments (31 de laïcs et 11 de chanoines ou de chapelains) pour le 13e siècle, et 49 testaments (29 de laïcs et 20 de chanoines ou de chapelains) pour le 14e siècle21. Pour le 15e siècle, nous disposons des registres aux convenances et testaments des échevins de Liège conservés à partir de 1407. Entre 1407 et 1505, les échevins enregistrèrent environ 1.640 testaments provenant de toute la principauté dont 680 d’habitants de Liège, en majorité (97 %) des laïcs. Parmi ces derniers, nous avons pris un échantillon de 200 testaments, 100 de 1401 à 1450 et 100 de 1451 à 1500.

16Pour la période allant de 1250 à 1400, la valeur représentative de nos testaments est limitée. Tout d’abord, ne figurent parmi les testateurs que des représentants de la classe supérieure : échevins, bourgmestres, halliers, changeurs, propriétaires de biens fonciers et béguines riches. Ensuite, les testaments proviennent de fonds différents, plus ou moins bien conservés, ce qui donne parfois l’impression fausse que la population a favorisé tel couvent au détriment de tel autre alors qu’il s’agit simplement d’un problème de sources. Un seul exemple : Liège possède, au milieu du 13e siècle, trois couvents d’ordre mendiant, Dominicains, Franciscains et Carmes ; pour la période antérieure à 1300, seules les archives des Dominicains ont été conservées ; d’où le sentiment d’une plus grande générosité à leur égard. Aussi, les constatations que nous pourrons faire pour cette période resteront-elles prudentes.

17Les legs pieux forment dans l’esprit du testateur un ensemble dont il serait artificiel d’extraire les legs faits aux institutions hospitalières et charitables qui sont des institutions religieuses comme les autres. Ainsi avons-nous reproduit toutes les donations faites aux établissements religieux.

Tableau VI : Répartition des legs pieux

Tableau VI : Répartition des legs pieux

1 Nous n’avons compté pour ce tableau qu’un legs par établissement et par testament.
2 Les chanoines réguliers occupèrent le couvent jusque vers 1410 ; à cette date ils furent remplacés par des Frères de la vie commune. Ils furent à leur tour remplacés par des chanoines réguliers de Saint-Augustin venus du prieuré de Bethléem. En 1439, les chanoines sont affiliés à la congrégation de Windesheim, voir L. HALKIN, op. cit., p. 26 et sv.

3 Diocèse de Trèves.

4 Transféré au lieu-dit Beaurepart en 1288.

5 Afin de ne pas allonger inutilement ce tableau, nous n’avons pas cité individuellement toutes les paroisses mentionnées dans les testaments.

18Il n’est pas question d’analyser ici le comportement de la population liégeoise face à la mort. Nous nous limiterons à étudier la place des hôpitaux et des pauvres comme intercesseurs.

  • 22 A l’exception de Jean Mostarde et de Lambert Binet qui laissèrent la majorité de leurs biens à l’hô (...)

19Les 13e et 14e siècles se caractérisent par une grande dispersion des legs (en moyenne 11 legs à des établissements différents par testament au 13e siècle et six legs au 14e siècle) et notamment des legs gratuits auxquels n’est attachée aucune demande de messe ou de prière. Bien sûr toutes les institutions ne sont pas mises sur un pied d’égalité : celle où le testateur élit sa sépulture reçoit les dons les plus importants. Les couvents des Dominicains, des Franciscains, des Croisiers, les abbayes cisterciennes au 13e siècle, et les églises paroissiales, ou les collégiales pour les chanoines sont les plus prisés. Les hôpitaux qui sont rarement oubliés (trente-cinq testaments sur quarante-deux leur font un legs au 13e siècle, et trente-trois sur quarante-neuf font de même au 14e siècle), ne sont jamais choisis comme lieu de sépulture, ni comme légataire principal22. Ce comportement est significatif de la distance que la classe possédante entend maintenir avec les pauvres. Elle accepte de leur faire des dons, parfois très généreux, mais son humilité ne va pas jusqu’à reposer parmi eux.

  • 23 M.-Th. LORCIN, Vivre et mourir en Lyonnais à la fin du Moyen Age, Lyon, 1981, p. 150-151 ; J. CHIFF (...)
  • 24 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. II, p. 50-51 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 437.

20Les préférences marquées pour certaines institutions hospitalières ne sont guère explicables. A Lyon et en Avignon, le passage sous le contrôle de la ville de certains hôpitaux avait encouragé la générosité des donateurs23. Cette théorie ne peut s’appliquer à Liège où les institutions dirigées par la ville, Cornillon et l’Aumône de la cité, n’apparaissent pas plus favorisées que d’autres, tel l’hôpital de la cathédrale sous contrôle exclusivement ecclésiastique. La taille et la richesse des fondations ne semblent pas non plus jouer un rôle prépondérant. Si certains hôpitaux que l’on peut considérer comme riches, — le Nouvel Hôpital ou Cornillon —, n’attirent plus les dons à partir du 14e siècle, ce n’est pas au profit de petites fondations pauvres, — l’hôpital Sainte Marguerite, Saint-Guillaume ou Saint-Séverin —, qui demeurent négligées jusqu’à la fin du 15e siècle. L’efficacité n’est pas un critère qui doit être retenu. Autrement, comment interpréter le succès extraordinaire de l’hôpital Saint-Jacques dont nous montrerons plus loin qu’il est l’un de ceux à remplir le moins bien sa mission. Aucune théorie globale ne peut expliquer ces préférences. Mais quelques explications ponctuelles peuvent éclairer certains faits. Tout d’abord, toute nouvelle fondation produit un effet attractif pendant dix à vingt ans, comme l’hôpital Tirebourse et celui des Sacs au 13e siècle, l’hôpital Saint-Julien au 14e siècle et les Cellites au 15e siècle. L’hôpital Saint-Jean-Baptiste est le seul à se concilier les faveurs des testateurs durant tout le Moyen Age. Ce succès est dû à sa situation dans une paroisse riche et peuplée, à son mode d’organisation qui fait qu’il appartient en quelque sorte aux paroissiens, et au soutien de quelques puissantes familles, particulièrement les Surlet24.

21Il est probable que les changements que nous observons au 15e siècle, ne sont pas nés avec ce siècle ; mais la faiblesse numérique de notre échantillon pour le 14e siècle nous empêche d’affiner notre chronologie.

  • 25 Jean, seigneur de la Roche, avoué de Fléron et échevin de Liège fait des dons à six couvents et cin (...)

22L’élément majeur est le repli sur la paroisse. Les testateurs laissent d’abord à leur paroisse et aux établissements situés sur son territoire. L’espace religieux se rétrécit. Au 13e siècle, on donnait dans tout le diocèse, au 14e siècle les legs faits à des établissements situés à l’extérieur de la ville se raréfient, pour devenir exceptionnels au 15e siècle. Ils sont, alors, le fait de testateurs immigrés à Liège depuis peu et qui laissent à l’église paroissiale de leur lieu de naissance. Le don gratuit disparaît presque complètement. Le nombre d’établissements bénéficiaires des largesses diminue (en moyenne deux à trois par testament), signe de la dépression économique qui marque le siècle, sûrement, mais aussi effet de l’élargissement de la base sociale de notre échantillon. La classe riche (échevins, marchands, possesseurs fonciers) pour qui le legs est aussi une manière de faire montre de puissance, continue à donner à un nombre élevé d’institutions25. Par contre, les éléments plus modestes de la bourgeoisie se contentent habituellement d’un seul legs à l’église paroissiale où ils se font enterrer.

  • 26 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 17, f° 122v.

23Autre élément neuf, l’apparition de testaments sans legs pieux (dix-sept entre 1401 et 1450 et quinze entre 1451 et 1500). Le phénomène n’est vraisemblablement pas spécifique au 15e siècle. L’élargissement de notre base documentaire doit en être la cause. Les testaments qui ont été conservés pour les 13e et 14e siècles l’ont été uniquement parce qu’ils contenaient la trace de donations. Les testateurs précisent rarement les raisons qui ont dicté un tel choix. Jean delle Croissette après avoir légué un seul florin au curé de Saint-André, stipule qu’il fait si peu car je ay fait a mon vykant asseis a la dite eglise26. C’est une explication. Le désintérêt pour l’au-delà est peu probable. On constate qu’au moment de la rédaction, le conjoint du testateur est toujours en vie et qu’il a généralement des enfants. On peut y voir un signe de confiance en ceux qui restent et qui sauront agir à bon escient au moment de sa mort.

  • 27 M.-TH. LORCIN, op. cit., p. 140-149 ; J. CHIFFOLEAU, op. cit., p. 340-346.
  • 28 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 7, f° 122v.
  • 29 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 7, f° 168r-v°.
  • 30 Le trentain dont la pratique était répandue au 13e siècle (onze testaments sur quarante-deux au 13e(...)

24Les modes d’intercession ne changent guère, mais un glissement dans les institutions qui en sont chargées, s’opère. La messe anniversaire, célébrée une fois l’an, reste, et ce, depuis le 13e siècle pour la majorité des testateurs (83 % entre 1401 et 1450 et 80 % entre 1451 et 1500) le mode d’intercession favori. Dans les classes les plus fortunées, ces messes sont multipliées : on en instaure deux, trois parfois jusqu’à neuf ou dix. Les fondations se font en premier lieu dans la paroisse de résidence (52 % entre 1401 et 1450 et 57 % entre 1451 et 1500), mais aussi dans les couvents (13 % entre 1401 et 1450 et 12 % entre 1451 et 1500) ou dans l’une et l’autre (7 % entre 1401 et 1450 et 5 % entre 1451 et 1500). Les couvents des ordres mendiants de Liège et les Croisiers drainent la majorité des demandes adressées aux couvents. Les monastères des ordres bénédictin, à l’exception de l’abbaye Saint-Jacques, et cistercien, éloignés géographiquement et ne correspondant plus aux aspirations religieuses de la bourgeoisie, sont complètement abandonnés. L’habitude de concentrer un très grand nombre de messes, parfois plusieurs centaines, dans la période qui suit immédiatement le décès, pratique majoritaire dans le sud de la France27, est exceptionnelle à Liège. En 1442, Jean de Chereit demanda qu’après sa mort une messe de requiem soit dite tous les jours pendant un an28. Isabelle de Clermont fit la même demande en plus de quarante-trois messes qu’elle commanda au curé de Saint-Michel où elle voulait reposer29. Dans la seconde moitié du 15e siècle, on note une certaine renaissance du trentain30, mais ces comportements demeurent minoritaires.

  • 31 Cette raréfaction des legs a été également observée dans le sud de la France, M.-Th. LORCIN, op. ci (...)

25Le nombre de legs faits aux institutions hospitalières et charitables en échange de prières ou de services religieux diminue par rapport aux siècles antérieurs31, présents dans 31 % des testaments entre 1401 et 1450, ils figurent encore dans 20 % entre 1451 et 1500. Les hôpitaux sont victimes de la réduction globale des legs, notamment des dons gratuits et de leur concentration sur la paroisse. Un hôpital qui n’est pas situé dans une paroisse riche et peuplée, a peu de chance de recevoir beaucoup de dons. On ne peut, semble-t-il, y voir une perte de confiance vis-à-vis de l’institution hospitalière puisque les dons octroyés directement aux pauvres suivent la même courbe descendante. Des distributions directes le jour des obsèques sont prévues par treize testateurs entre 1401 et 1450 et par huit entre 1451 et 1500.

  • 32 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 56.
  • 33 J. CUVELIER, op. cit., p. 132.
  • 34 Cfr première partie, chapitre II.
  • 35 A.E.L., Carmes en Ile, reg. 47, f°95.
  • 36 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 438 (21 mai 1281) ; A.E.L., Collégiale Saint-Denis, chartri (...)
  • 37 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 4 octobre 1287.
  • 38 C.S.L., t. II, p. 477 (19 mai 1291), t. III, p. 582 (8 décembre 1340).
  • 39 A.E.L., Aumône de la cathédrale, Stock, f° 498 (27 septembre 1379).
  • 40 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 33v, f° 61v, f° 142 ; reg. 4, f° 5 (...)
  • 41 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 8, f° 79 ; reg. 21, f° 43.
  • 42 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 2, f°217v°.
  • 43 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 27 novembre 1287.
  • 44 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 5, f° 40 (30 juillet 1438).

26Aucune image nette du pauvre ne se dégage des testaments. Le pauvre reste anonyme. Nous n’avons relevé qu’un seul exemple où un pauvre était cité nommément. L’échevin de Liège, Jean le Poulain, lègue à Lynard delle Vaulx de Nandren, un poevre sot qui demeurt en me maison a Alleur que ons li fache faire chascun an dedens le jour delle Toussain des vestement pour le valleur de trois muis spelte tout son vikant32. Les membres de la famille et les proches ne se voient jamais accoler le qualificatif de pauvre. Ici aussi une exception, Henri dit Damage et sa femme lèguent une somme d’argent à leurs neveux qualifiés de pauvres orphelins33. Il est possible que « pauvre » ne décrive pas une situation économique, mais plutôt une absence de protection34. Certains legs sont parfois destinés à sauver de la misère des serviteurs âgés qui se retrouveraient à la rue après la mort de leur maître si celui-ci ne pensait à leur venir en aide. Le grand mayeur Eustache Chabot donne une rente de vingt-trois muids d’épeautre aux Carmes pour nourrir et gouverner, vetir, chauser, son serviteur Augustin sa vie durant35. Dans l’ensemble, les pauvres sont désignés par des formules qui varient peu à travers les siècles et qui sont peu explicites : commons poures36, poures gens37, pauperibus aegrotantibus38, pauvres et pauvres mendiants39, pouvres ou poevrez gens40, poevrez pour Dieu ou communs poevres pour Dieu41, a tous communs pouvres mendions ou pauperes mendicantes42. Rares sont les énumérations plus précises. Le chanoine Henri de Tongres demanda que six bonniers de terre soient vendus et que l’argent soit distribué aux pauvres honteux, infirmes et mendiants43. Baudouin de Lardier souhaitait que le reste de ses biens soient vendus et distribués aus poures personnes hommes et femmes a marieir, a honteuz poures honeiste, a commons poures mendians44.

27Tout ce que nous pouvons déduire de ces mentions, c’est qu’il existe trois grands « types » de pauvres : les pauvres communs, les malades et les infirmes, et les mendiants. Le pauvre commun, le plus fréquemment cité, est celui qui n’est ni malade ni mendiant. Son identité n’est guère plus connue pour la cause. Henri de Tongres et Baudouin de Lardier donnent quelques exemples, les pauvres filles et jeunes hommes à marier et les pauvres honteux. Mais ces catégories ne forment probablement pas la masse des pauvres communs. Il serait dangereux d’aller plus loin et de voir sous cette appellation les pauvres laborieux.

  • 45 A.E.L., Cure de Saint-André, reg. 12, p. 164.

28On a l’impression que bourgeois ou chanoines de Liège se refusent à trancher et même à se demander qui est pauvre. Y a-t-il des catégories qui méritent l’aumône plutôt que d’autres ? Comme le dit l’un des testateurs, on donnera a tout pouvrez demandant l’amoisne45, autrement dit, est pauvre celui qui se considère comme tel.

  • 46 M. MOLLAT, op. cit., p. 349-352 ; B. GEREMEK, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Pari (...)
  • 47 JEAN de STAVELOT, op. cit., p. 400.
  • 48 Chronique du règne de Jean de Home, éd. S. BALAU, ds. Chroniques liégeoises, t. I, Bruxelles, 1913, (...)
  • 49 Cfr première partie, chapitre II.

29L’essentiel pour les bourgeois, c’est que des pauvres soient présents le jour de l’enterrement afin de prier pour le repos de leur âme. Il n’y a pas de discrimination. Les professionnels de la mendicité sont admis au même titre que les catégories choyées par les théologiens, les pauvres honteux. Chez les autorités urbaines et ecclésiastiques, l’absence d’exclusive se retrouve. On n’assistera pas à Liège, comme dans nombre de villes de Pays-Bas, de France et d’Italie46, à une chasse systématique des mendiants et des vagabonds. Bien sûr, à l’occasion de famines particulièrement graves, la cité prendra des mesures visant à expulser de la ville les pauvres étrangers. A la fin de l’année 1438, la famine sévit. Lors d’une donnée de pains devant l’église des Franciscains, une bousculade se produisit. Dix-huit personnes périrent écrasées. Suite à cet incident, les maîtres et le conseil de la cité décidèrent que tous les étrangers qui ne résidaient pas dans la cité et que les pauvres étrangers capables de travailler devraient quitter Liège dans les trois jours47. En janvier 1491, pour diminuer le nombre de bouches à nourrir, la ville fit expulser, du jour au lendemain, les étrangers pauvres et les religieux des ordres mendiants48. Mais il s’agit là d’actions ponctuelles dictées par l’urgence de la situation. Liège n’est certes pas le paradis des pauvres étrangers, des mendiants et des vagabonds. L’assistance des autorités urbaines est d’abord réservée aux pauvres locaux non mendiants49. Mais les autres catégories de pauvres restent, sauf événement exceptionnel, tolérées.

  • 50 Une seule mesure d’expulsion des mendiants étrangers fut prise, en 1488, par l’évêque Jean de Horne (...)
  • 51 A.E.L., Collégiale Saint-Jean l’Evangéliste, comptes du Mandé et du luminaire, reg. 440, f° 62, reg (...)

30Les autorités ecclésiastiques firent preuve de la même tolérance50. En plus des distributions du Mandé, la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste accordait des aumônes individuelles. Celles-ci représentaient peu de chose, à peine dix à trente livres par an. Mais leur comptabilité a été tenue avec grand soin. Entre 1396 et 1472, cinq cent septante-huit aumônes furent données. Le groupe de pauvres qui reçoit le plus d’aumônes est celui, des pauvres mendiants étrangers avec cent soixante et une aumônes, soit 27,8 % du total. Les autres groupes se répartissent comme suit : pauvres sans autre qualificatif, cent cinquante-huit aumônes ; pauvres clercs ou prêtres, cent trois ; pèlerins, soixante-six ; infirmes, vingt-deux ; femmes enceintes, dix-huit ; moines, onze ; captifs, neuf ; aveugles, six ; pauvres béguines, six ; marins, quatre ; prédicateurs, trois ; juifs convertis, trois ; ermites, deux ; pauvres nobles, deux ; innocent, un ; boiteux, un ; borgne, un ; Egyptien, un51.

31Les sources que nous venons d’examiner, ne permettent de cerner que fort imparfaitement la pauvreté réelle, commune. Ce que l’on perçoit, c’est l’image qu’en donnent les classes possédantes. Et cette image reste très statique. A la limite, on a l’impression que la bourgeoisie n’enregistre pas les modifications du visage de la pauvreté. Les catégories définies par Anselme, au milieu du 11e siècle, restent valables jusqu’au 15e siècle. La pauvreté laborieuse n’apparaît qu’exceptionnellement. De même les schémas d’intégration sociale du pauvre restent ceux du 12e siècle. Le pauvre demeure un simple moyen de sanctification du bourgeois parmi d’autres. L’idée qu’il mérite d’être estimé pour lui-même semble n’avoir aucune influence. Si nous manquons de témoignages pour la première moitié du 13e siècle, en tout cas dans la suite, on n’entrevoit nulle part les traces des conceptions de saint François.

B. Le nombre de pauvres

32Quantifier la pauvreté est une idée qui n’effleura aucune autorité au Moyen Age. Dès lors, les historiens doivent recourir à des sources indirectes dont les plus satisfaisantes sont les rôles fiscaux. Ceux-ci ne sont cependant pas la panacée. Ils n’apparaissent pas avant le 14e siècle et ils doivent être examinés avec prudence, surtout quand il s’agit d’établir des comparaisons. Dans certaines régions, ceux qui ne peuvent payer l’impôt ne sont pas signalés, ce qui rend les évaluations très aléatoires. La pression fiscale diffère d’un endroit à l’autre, tel qui est réputé pauvre à Lyon ne le sera pas en Brabant. Ceci explique l’extrême diversité des pourcentages de pauvres observés.

  • 52 M. MOLLAT, op. cit., p. 282-285 ; N. GONTHIER, Lyon..., p. 10.

33Si des tendances générales se dégagent, comme la montée du paupérisme entre 1350 et 1500 et son déplacement des campagnes vers les villes, les disparités régionales sont énormes. Dans le Brabant et le Hainaut, le nombre de pauvres représente, au 15e siècle, de 20 à 30 % de la population. Il s’accroît régulièrement au cours du siècle dans les villes importantes. A Lyon, le pourcentage de pauvres fiscaux oscille entre 50 et 60 % avec des écarts parfois considérables, 79 % en 1417 et 40 % en 1499. A Dijon, on dénombre 83 % de feux pauvres et mendiants en 1397, 85 % en 1431 et 88 % en 143352.

  • 53 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 320, ss. fol.
  • 54 Le nombre de pauvres auxquels vont les distributions varie fortement d'une année à l’autre sans que (...)

34A Liège, l’absence de rôles fiscaux avant le 17e siècle, rend impossible toute évaluation sérieuse. En 1461, l’Aumône de la Cité, dont le champ d’action s’étend à toutes les paroisses intra-muros, distribue 1.300 méreaux53. Or, la population de la ville est estimée, en 1468, à environ 20.000 habitants. Donc 6,5 % de la population avait droit à l’assistance de la cité. Si l’on y ajoute les 300 à 450 personnes54 auxquelles le Mandé de la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste donne du pain pendant quelques semaines entre mars et mai et les quelques dizaines, peut-être la centaine, de pauvres qui participent aux distributions des aumônes secondaires, on obtient un total d’assistés qui n’atteint pas 10 % de la population. Et rien ne prouve qu’un même pauvre ne participait à plusieurs aumônes, ce qui tendrait encore à réduire le nombre des assistés.

35Sauf dans le cas peu probable où Liège compterait une population indigente inférieure à 10 %, les différentes Aumônes ne touchent qu’une partie de la masse des pauvres. Dans l’hypothèse la plus optimiste, celle où les pauvres ne constitueraient que 20 % de la population, les exclus représenteraient plus de 50 % des pauvres. Ce chiffre à lui seul situe une des limites de l’assistance.

  • 55 C.S.L., t. IV, p. 631 ; J. BAURIN, op. cit., p. 136 ; Th. GOBERT, Liège..., t. III, p. 153 ; A.E.L. (...)
  • 56 E. HELIN, La population des paroisses liégeoises aux xviie et xviiie siècles, Liège. 1959, p. 108-1 (...)
  • 57 F. BOINET, Le lit d'hôpital en France. Etude historique, Paris, 1945, p. 22-24.
  • 58 N. GONTHIER, Les hôpitaux..., p. 283, 287-288.
  • 59 Ch. de la RONCIERE, Pauvres..., p. 713 ; id., Prix et salaires à Florence au xive siècle (1280-1380 (...)
  • 60 B. GEREMEK, op. cit., p. 194-195.
  • 61 Histoire des hôpitaux..., p. 107-110 ; G. MARECHAL, op. cit., p. 232.

36Le nombre de lits des hôpitaux n’est guère mieux connu. L’hôpital Saint-Mathieu abritait aux 14e et 15e siècles, quarante-huit famuli, la maison des aveugles, quatre aveugles et leur famille. La léproserie de Cornillon logeait, en 1443, quinze lépreux et lépreuses, quinze en 1445, 1475 et 1476, quatorze en 1478, sept en 1482, huit en 1489, dix en 1491 et six en 1502. L’hôpital Mostarde possédait vingt-trois lits en 1440 et l’hôpital Saint-Jacques, neuf lits en 1562. En 1652, les chanoinesses du Saint-Sépulcre s’engagèrent à entretenir huit lits pour seize pèlerins comme le faisaient les frères de l’hôpital de Saint-Christophe. L’hôpital Tirebourse hébergea, au 15e siècle, une moyenne de trente béguines malades ou âgées. La maison de la Cigogne prévue pour recueillir douze enfants pauvres avait encore deux lits en 149255. On n’a aucune information sur les petits hôpitaux de Sainte-Agathe, Saint Séverin, Saint-Guillaume, Saint-Julien, les Cellites et la léproserie de Sainte-Walburge. Ils ne devaient rassembler au maximum qu’une quarantaine de lits. Le seul hôpital où des malades pouvaient être reçus, l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, comptait trente à quarante lits au 18e siècle56. Il est peu probable qu’il ait jamais dépassé cette capacité au Moyen Age. L’addition de ces données très lacunaires fournit un total approximatif de cent cinquante à cent quatre-vingts lits, à la fin du 15e siècle. Si l’on considère que les lits pouvaient être occupés par deux personnes57, Liège disposait d’une place par lit d’hôpital pour cinquante-cinq à soixante-cinq habitants. Les éléments de comparaison sont assez rares. Lyon, dont la population, au milieu du 15e siècle, est comparable à celle de Liège, possède plus ou moins deux cents lits58. Florence, en 1338, avec environ 110.000 habitants approche les 1.000 lits59. Paris, dont la population peut être évaluée à 200.000 personnes, en 1328, peut accorder aux malades 1.000 à 2.000 places et autant aux pèlerins et passants60. Globalement, Liège a un nombre de lits légèrement inférieur à celui des autres villes. Mais dans ces cent cinquante à cent quatre-vingts lits, nous avons réuni tous les types d’assistés, ce qui masque certaines réalités de l’infrastructure hospitalière. En effet, de nombreuses catégories de pauvres, les vieillards incurables, les infirmes, les orphelins, les enfants abandonnés et les femmes enceintes, n’ont aucun établissement pour les secourir. La proportion de lits dévolus aux soins des malades est étonnamment basse puisque l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, avec ses trente à quarante lits et peut-être moins, est le seul à remplir cette fonction. Même ramenée à l’échelle du Moyen Age, une telle situation est particulièrement déficitaire. L’Hôtel-Dieu de Paris accueillait 500 malades, les hôpitaux de Bruges, à la fin du 15e siècle, offraient plus de 150 places aux malades pour une population d’environ 30.000 habitants61. La position des pèlerins et des passants qui disposent de 60 à 70 lits est par contre mieux assise. Ce déséquilibre remonte à la première moitié du 14e siècle quand les hôpitaux Saint-Mathieu et Saint-Christophe qui recevaient des malades, se transformèrent, le premier en une sorte de béguinage et le second en hôpital pour pèlerins.

C. L’aide aux pauvres

37Maintenant que nous connaissons, avec une précision toute relative, les catégories de pauvres et leur nombre, il reste à voir l’aide que la société liégeoise pouvait ou voulait bien leur accorder. Pour des raisons de commodité, nous traiterons séparément l’aide spirituelle, matérielle et médicale bien qu’elles soient indissolublement liées dans la pensée du temps.

1. L’aide spirituelle

38Dans l’hôpital qui est, rappelons-le, une institution religieuse dans son but et dans son organisation, la chapelle joue un rôle capital. Sa fonction est double, assurer le service du personnel et des assistés, célébrer et entretenir le souvenir du fondateur et des bienfaiteurs.

  • 62 Chronicon rythmicum..., p. 134 ; C.S.L., t. I, p. 139-141 ; R.C.L., t. I, p. 28 ; A.Ev.L., Abbaye d (...)
  • 63 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse 4.
  • 64 Les documents abondent, nous ne donnons ici que quelques exemples significatifs ; L. HALKIN, op. ci (...)
  • 65 C.S.L., t. I, p. 141.
  • 66 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 39-40.
  • 67 C.S.L., t. IV, p. 617.
  • 68 R.C.L., t. I, p. 123-124.
  • 69 C.S.L., t. I, p. 261 ; G. KURTH, La paroisse..., p. 245.
  • 70 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes 1477-1478, ss. fol.
  • 71 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes 1477-1478, ss. fol., reg. 271, comptes 1485-1486 e (...)

39Dès leur fondation, tous les hôpitaux furent dotés d’une chapelle62, à l’exception de la maison des Aveugles pour laquelle l’église paroissiale de Saint-Thomas remplissait ce rôle63. Les fondateurs et les autorités de tutelle veilleront avec un soin attentif à son bon fonctionnement. Cette attention était motivée par le désir de ne pas abandonner sans direction et assistance spirituelle les personnes hébergées et le personnel, mais aussi par des raisons plus matérielles. La chapelle polarisait nombre de donations faites aux pauvres à la condition que des messes anniversaires soient célébrées pour les donateurs64. La chapelle était de ce fait une importante source de revenus. Certains, afin de faciliter ces apports, obtiennent de Rome ou de ses légats des documents octroyant aux donateurs des indulgences. Le doyen de la cathédrale, Gauthier de Chauvency, profita du passage du légat Guy de Palestrina pour faire confirmer la fondation de la chapelle du Nouvel-Hôpital et aussi pour faire accorder une remise de pénitence à ceux qui feraient des aumônes à l’hôpital65. Le fondateur de l’hôpital Saint-Julien obtiendra de quatre archevêques et huit évêques résidant en Avignon une charte concédant quarante jours d’indulgence à ceux qui viendraient, lors de certaines grandes fêtes, faire leurs dévotions dans la chapelle de l’hôpital et y laisser une aumône66. Les autorités de tutelle soucieuses de ne pas rompre le contrat tacite qui lie les bienfaiteurs aux hôpitaux, veillent à ce que les livres anniversaires soient tenus à jour et à ce que les vigiles des morts soient dites régulièrement67. L’accumulation des anniversaires et des messes diverses obligera les hôpitaux à augmenter le personnel attaché à la chapelle. En 1290, le conseil de la cité adjoint au recteur de la chapelle de Cornillon, un prêtre coadjuteur et un marguillier68. Les hôpitaux Saint-Mathieu et Saint-Jean-Baptiste augmentent le nombre de chapelains à la fin du 13e siècle69. A l’hôpital Saint-Jacques, ils sont trois à desservir la chapelle à la fin du 15e siècle70. Cette multiplication du nombre de chapelains, des frais de luminaire et d’entretien de la chapelle grèvent fortement le budget des petits hôpitaux. Les hôpitaux Saint-Julien et Saint-Jacques consacraient à ces dépenses environ 20 % de leur budget dans le dernier quart du 15e siècle71.

  • 72 J. IMBERT, op. cit., p. 131.
  • 73 M. YANS, Les archives..., p. 542.
  • 74 A. FAYEN, Lettres..., t. II, p. 43-44.
  • 75 C. TIHON, Lettres..., t. I, p. 400.

40En dehors des services religieux et de la distribution des sacrements, l’aide morale qu’apportait le chapelain aux déshérités est insaisissable. Règlements et comptabilités n’enregistrent pas les gestes individuels de charité. L’on considérait à l’époque qu’il fallait veiller à l’âme avant de guérir le corps. Ainsi dans de nombreux établissements, le malade ou le pèlerin était pris en charge dès l’entrée par un portier qui le conduisait au chapelain afin qu’il se confesse et qu’il reçoive la communion72. A Liège, aucune trace d’habitude semblable. Certains fondateurs exigent que les chapelains n’aient d’autres charges que celle de la chapelle de l’hôpital73 sans qu’il soit possible de faire la part entre la crainte des négligences dans le service de la chapelle que provoque le cumul des charges et le désir de doter l’hôpital d’un prêtre toujours disponible aux besoins des assistés. Mais, le cumul des charges, répandu à tous les niveaux de la hiérarchie ecclésiastique, ne fut pas évité. La chapelle de l’hôpital de Sainte-Marguerite est tenue, en 1326, par Jean Piscatoris qui est aussi chanoine de Saint-Materne, recteur de l’autel Saint-Elegius à la collégiale Sainte-Croix et vicaire de l’église Sainte-Marguerite74. En 1371, elle sera desservie par Jacques dit le Seigneur, recteur de l’autel Saint-Jacques à l’église Sainte-Marie de Walcourt75.

2. L’aide matérielle

41Quelle aide pouvaient attendre les pauvres des différentes institutions d’assistance ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire de sérier les problèmes. Ces institutions ne s’adressent pas toutes aux mêmes catégories de nécessiteux, dès lors les secours qu’elles leur apportent varient.

42Les Aumônes touchent en premier lieu les pauvres valides, capables de se rendre au lieu où se font les distributions. Les hôpitaux accueillent des pauvres malades, des invalides et des voyageurs auxquels ils accordent la nourriture, le gîte et les soins.

43Placer toutes les Aumônes sur un pied d’égalité serait une erreur de perspective, tant celles-ci diffèrent par leur but et leur efficacité.

  • 76 L’épeautre est une variété de froment à grain vêtu (R. BALON, L’importance et les problèmes de l’ép (...)
  • 77 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. II, p. 50.
  • 78 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 4 octobre 1287 ; C. de BORMAN, Les échevins..., (...)
  • 79 Sur les tares prêtées aux mendiants, voir B. GEREMEK, op. cit., p. 208-222.
  • 80 C.S.L., t. III, p. 582.
  • 81 L’hectolitre d’épeautre pèse de 40 à 50 kilos (renseignement fourni par l’Institut Agronomique de G (...)

44Les Aumônes temporaires ou annuelles sont issues de la volonté de testateurs désireux de voir, le jour de leur mort, de leur enterrement ou de l’anniversaire de leur décès, des pauvres prier pour le repos de leur âme en échange d’une distribution de vivres ou de vêtements. Nous en avons repéré 78, entre 1250 et 1500, dans les testaments dépouillés. La majorité des « données » (58 cas) consiste uniquement en pain d’épeautre76. Certains font donner de l’argent (6 cas) ou demandent à leurs exécuteurs testamentaires de convertir des sommes d’argent en pitance (7 cas) composée d’une ration de pain, de vin, de viande ou de poisson77. Quelques-uns (5 cas) pensent à les vêtir et demandent à leurs exécuteurs d’acheter des chemises et des souliers78. Plus on avance dans le 14e siècle, plus les distributions tendent à se réduire au seul pain. La disparition des distributions d’argent peut s’expliquer par des raisons économiques. En période de hausse des prix des produits de première nécessité, il est plus intéressant de recevoir directement du pain que de l’argent. Il est aussi possible que, face à la croissance du nombre de pauvres mendiants, accusés de paresse et de s’adonner à la boisson79, les testateurs aient craint de voir leur argent mal utilisé. Ces distributions représentent peu de chose. En 134080, l’archidiacre de Liège, Jacques de Moilant, demande que l’on cuise deux muids de pain d’épeautre qui seront partagés entre 240 pauvres, ce qui représente environ 400 à 500 grammes de pain par personne81.

  • 82 Moyenne calculée d’après les comptes des années 1471 à 1489, A.E.L., Aumône de Catherine de Flémall (...)

45Les Aumônes permanentes n’étaient guère plus efficaces. L’Aumône de Catherine de Flémalle distribuait annuellement en moyenne 70 aunes de drap, 80 aunes de toile et 600 harengs82 à un nombre de pauvres dont le compte n’a pas été tenu, mais qui ne pouvait être élevé.

  • 83 A.E.L., Cathédrale, Aumône, reg. 262, f 9-10.

46L’Aumône de la cathédrale voit ses revenus presque entièrement consacrés à l’entretien des duodeni (chanteurs du chœur) et aux écoliers de la cathédrale. Elle n’a plus de fonction charitable. En 1485, les aumônes qu’elle accorde se montent à quelques aidants83.

47Le Mandé de la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste, le plus riche et le mieux organisé, parvient à secourir 300 à 400 pauvres qui reçoivent un pain durant trois ou quatre semaines pendant le Carême et le mois de mai.

  • 84 Les maîtres de l'Aumône estimaient qu’un muid d'épeautre produit 130 pains (A.E.L., Pauvres en Ile, (...)
  • 85 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v, reg. 352, ss. fol. (fin du reg.).
  • 86 Nous avons choisi l’année 1459 qui est une année de cherté relative de l'épeautre, parce que nous p (...)
  • 87 M.J. TITS-DIEUAIDE, L'assistance..., p. 436-437.
  • 88 Ch. de la RONCIERE, Pauvres..., p. 719.
  • 89 N. HAESENNE-PEREMANS, La pauvreté..., p. 121.

48Seule l’Aumône de la cité secourt les pauvres toute l’année. Ceux qui ont le droit de participer à l’ensemble des distributions, reçoivent deux pains par semaine, soit par an 104 pains ou 39 à 49 kilos de farine d’épeautre84, une somme d’argent équivalant au salaire d’une demi-journée de travail d’un manœuvre, quelques aunes de toile et une paire de chaussures85. Si l’on tente une évaluation chiffrée de ces données pour l’année 1459, on obtient par pauvre la somme de 30 livres et 13 sous soit environ 12 journées de travail d’un manœuvre86. Les points de comparaison sont rares. A Louvain, un « provendier » de la Grande Table reçoit, annuellement, entre 1470 et 1488 : 78,72 kilos de pain de seigle, 26 litres de bière, 2,3 litres d’huile de navette, 100 fagots, 138 litres de charbons de bois, une paire de souliers, 2,04 mètres de toile, 20 à 30 harengs, quelques figues et une somme équivalente à environ sept journées de salaire d’un manœuvre87. A Florence, où Ch. de la Roncière a étudié une institution du même type, les sommes distribuées journellement sont plus importantes : une journée et demi à deux journées de travail de manœuvre88. Mais les chiffres fournis portent uniquement sur le 14e siècle et l’on ignore combien une même personne pouvait recevoir annuellement. L’apport de l’Aumône de la cité est faible. Quand on sait que l’on estime, à la fin de l’Ancien Régime, la quantité journalière nécessaire à la subsistance d’un individu à un demi-kilo de pain89, les 800 grammes à un kilo de farine donnés par semaine sont insuffisants pour une personne seule et a fortiori sont loin en dessous du minimum vital s’il s’agit de nourrir une famille. De telles rations apportaient sans doute un modeste réconfort aux bas salaires, mais pouvaient à peine empêcher les pauvres sans revenus de mourir de faim.

  • 90 L. STOUFF, Ravitaillement et alimentation en Provence aux xive et xve siècles, Paris-La Haye, 1970, (...)

49Dans l’état où elles apparaissent au 15e siècle, le seul où l’on puisse en observer le fonctionnement effectif, toutes les Aumônes sont archaïques. Le pain possède une primauté grandissante que sa seule place comme base de l’alimentation90 ne peut expliquer. Sa valeur symbolique semble l’emporter sur les nécessités alimentaires. Nul ne pense à faire donner des combustibles, des graisses, des légumes. La viande, la bière, les vêtements n’apparaissent que très rarement.

  • 91 C.S.L., t. I, p. 435 ; P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 124.
  • 92 A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 34-34v, reg. 100, f° 24v, 52v, 80v.
  • 93 J. IMBERT, op. cit., p. 169-172.
  • 94 A.E.L., Cour féodale, reg. 53, f°26v.

50La situation dans les hôpitaux est fonction de leur spécialisation. Il y a peu de points communs entre le pèlerin ou le voyageur pauvre qui passe une ou deux nuits dans un hôpital et le lépreux ou le familier de Saint-Mathieu qui est installé à vie dans l’institution qui l’accueille. Dans ces établissements, l’existence des assistés est fort semblable à celle du personnel. A Cornillon, le décalque est complet. Les lépreux élisent un prieur, portent un habit religieux et sont astreints aux mêmes obligations religieuses91. Ils perçoivent la même prébende que les membres de la communauté saine : 7 muids d’épeautre pour les hommes et 6 muids pour les femmes92. La seule différence entre eux réside dans le statut personnel des lépreux. Dans le droit liégeois comme dans la plupart des droits de l’époque93, la personne jugee et atainte de la maladie monsieur saint Lazar... estoit morte a ce monde94. Dès lors, les individus reconnus lépreux perdent immédiatement tout droit sur leurs biens et sur leurs fiefs. L’entrée à la léproserie, si elle permettait d’assurer l’existence, signifiait une séparation définitive du monde.

  • 95 C.S.L., t. IV, p. 627, 630, 631.
  • 96 Il s'agit de la prison de l’archiprêtre dont l’entretien incombait au prieur de Saint-Mathieu, A.Ev (...)
  • 97 S. BORMANS, Les conclusions..., p. 14.
  • 98 C.S.L., t. IV, p. 631.
  • 99 C.S.L., t. IV, p. 631.
  • 100 C.S.L., t. III, p. 579-580.
  • 101 C.S.L., t. IV, p. 628.
  • 102 A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 17.

51Les familiers de l’hôpital Saint-Mathieu, bien qu’ils ne prononcent pas les vœux de la règle de saint Augustin, étaient tenus, tout comme les frères et les sœurs de l’hôpital, d’obéir au prieur, de rester chaste et d’assister aux Heures95. En cas de désobéissance, les peines prévues par la règle leur étaient appliquées. La punition la plus courante était la mise au pain et à l’eau. Dans certaines circonstances particulièrement graves, le familier pouvait être enfermé dans la prison de l’hôpital96. En 1452, les délégués du chapitre de Saint-Lambert condamnent à une peine de prison un familier, du nom de Bernard, accusé d’avoir jeté le trouble et la zizanie dans l’établissement97. En échange du respect de la discipline, l’hôpital prenait les familiers complètement en charge. Leur nourriture était composée d’un potage, d’une portion de pain et de bière98 parfois améliorée par des pitances de vin, de viande ou de poisson. Leurs vêtements, destinés à renforcer l’aspect conventuel de l’établissement, étaient constitués d’une longue robe de drap et d’une pelisse pour les femmes99. Tous recevaient en plus, chaque semaine, un peu d’argent, deux sous quatre deniers pour les hommes et deux sous pour les femmes100. Cela dit, leur vie quotidienne reste mal connue. Tout au plus sait-on que les familiers101 pouvaient être chargés par le prieur d’effectuer des travaux manuels et que les lépreux de Cornillon, à certains moments de l’année, travaillaient dans les vignes102.

52Dans ces hôpitaux, les assistés sont, comparativement au reste des pauvres et même à une part importante de la population laborieuse, de véritables privilégiés pour lesquels toutes les nécessités de la vie matérielle sont assurées.

53A partir de la comptabilité de trois hôpitaux pour pèlerins, nous examinerons la ventilation des dépenses de ce type d’établissement au 15e siècle et la composition de la nourriture distribuée aux pauvres.

54Dans la présentation des budgets, nous avons tenté de respecter, quand faire se pouvait, l’esprit dans lequel ils avaient été rédigés. Ainsi, lorsque les compteurs parlent des revenus de l’hôpital, il faut entendre par là les sommes effectivement reçues, provenant des domaines ruraux et urbains, desquelles sont déjà soustraits les cens et rentes dus par l’hôpital. En ce qui concerne le classement des dépenses, nous avons choisi la répartition adoptée par les compteurs de l’hôpital Saint Jacques. Le poste « frais de justice et d’administration » comprend : les frais de justice proprement dits, les frais de déplacement du compteur, les salaires, les chaussures et les vêtements des domestiques ainsi que les achats de papier, de registres, d’encre nécessaires à la comptabilité, et éventuellement le remboursement des dettes contractées les années précédentes. Le poste « entretien et réparations » comprend : les frais occasionnés par les réparations des bâtiments et du matériel de l’hôpital et les achats de lits, couvertures, meubles, vaisselle, ustensiles de cuisine, etc. Le poste « chauffage et éclairage » comprend : les achats de combustible (charbon et fagots), de chandelles, cire et torches nécessaires au luminaire de la chapelle et à l’éclairage des locaux.

  • 103 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. cens, rentes et pensions, 10, ss. fol.
  • 104 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de 1479-1480.
  • 105 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1489-1490.
  • 106 Mêmes constatations à Bruges où en cas de difficultés, l’aide aux pauvres est le premier poste à su (...)
  • 107 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1468-1469.
  • 108 Le compteur notait en 1489 achateit ceste annee III couvertoirs pour les poevrez et ossi les gensda (...)

55Il serait illusoire de vouloir, avec des données aussi fragmentaires, retracer l’évolution de la gestion financière de ces hôpitaux. Quelques constatations sont cependant possibles. L’endettement n’atteint jamais les dimensions telles qu’il mette en péril l’existence des établissements, ni ne perturbe gravement leur fonctionnement. Dans les moments les plus critiques, le remboursement de la dette n’absorbe jamais plus de 20 % du budget. Les dettes sont imputables non à l’excès des dépenses, mais au tarissement des revenus. Pour l’année comptable 1425-1426, les revenus théoriques de l’hôpital Saint-Christophe se montaient à 864 muids et 3 setiers d’épeautre dont 711 muids et 7 setiers provenant des rentes rurales (82,3 %), 102 muids et 1 setier des domaines urbains (11,8 %) et 50 muids et 3 setiers de revenus divers, dons, parts dans des houillières (5,9 %)103. Pour l’année 1479-1480, les revenus théoriques de l’hôpital Saint-Jacques étaient estimés à 4.096 livres 6 sous : domaines ruraux, 3.183 livres (77,7 %) ; domaines urbains, 810 livres 4 sous (19,7 %) ; dons des confrères, 103 livres 2 sous (2,6 %)104. La majorité des revenus étant issus des cens et rentes ruraux, la moindre mauvaise récolte provoque un écroulement des revenus. Durant l’année comptable 1489-1490 qui cumula les effets des intempéries et des guerres entre les Homes et les La Marck, l’hôpital Mostarde ne reçut que 70 muids et 3 setiers d’épeautre au lieu des 253 muids et 6 setiers normalement prévus105. Nous mettons ici le doigt sur l’une des principales faiblesses du système d’assistance médiévale106 : son incapacité à répondre aux besoins des pauvres dans les périodes difficiles. En 1468, les troupes bourguignonnes occupent tout le pays, ruinent les campagnes et perturbent les communications. L’hôpital Mostarde ne perçut pour toute l’année que 6 muids et 4 setiers d’épeautre107. En temps de troubles et de pénuries alors que les prix grimpent, que le nombre de pauvres augmente, que les habitants des campagnes environnantes refluent vers la ville108, les Aumônes et les hôpitaux dont les revenus décroissent, sont incapables de faire face et se révèlent encore moins efficaces qu’en temps normal.

Tableau VII : Distribution du budget de l’hôpital Mostarde’

Tableau VII : Distribution du budget de l’hôpital Mostarde’

1 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122.
2 Année commençant le 23 juin.

TABLEAU DES EQUIVALENCES MONETAIRES

Livre (l.) = 20 sous

aidant (aid.) = 24 sous

sou (s.) = 12 deniers

griffon (grif.) = 20 boddragers

florin (fl.) = 20 aidants

boddragrer (bod.) = 10 sous 6 deniers3

3 H. FRERE, Numismatique liégeoise. Notes sur la monnaie de compte dans la Principauté de Liège, ds. B.I.A.L., t. LXXX, Liège, 1967, p. 93-102.

Tableau VIII : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Julien1

Tableau VIII : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Julien1

1 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7 et 104.
2 Année commençant le 1er septembre.

  • 109 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, comptes de l’année 1483-1484.
  • 110 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de l'année 1480-1481.
  • 111 La même constatation a été faite à Bruges, G. MARECHAL, op. cit., p. 257-259 et à Cologne, A. CORDA (...)
  • 112 L. STOUFF, op. cit., p. 252-253 ; Cl. HOHL, Alimentation et consommation à l'Hôtel-Dieu de Paris au (...)
  • 113 Nous ignorons les quantités achetées et le nombre de pauvres auquel la nourriture fut distribuée, i (...)
  • 114 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 272, comptes de 1496-1497; A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122 (...)
  • 115 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 204, comptes de 1471-1472, reg. 7, f° 7v, 8v, 10, 45v.
  • 116 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. aux cens, rentes et pension, no 9, ss. fol., à la fin de ren (...)
  • 117 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114-115; Vita Julianae..., p. 443-444.

56La ventilation des budgets appelle quelques observations. Le poste « chauffage et éclairage » reste stable. Les écarts perceptibles sont dus à l’achat, certaines années, de quantités de charbon plus importantes, sans que l’on puisse en attribuer la cause à une augmentation du nombre de pauvres reçus, — ce qui ne semble pas être le cas puisque les dépenses en nourriture n’augmentent pas dans les mêmes proportions —, à un hiver plus rigoureux, ou simplement au fait que les revenus autorisaient une rentrée plus considérable. Dans tous les hôpitaux, la majorité des dépenses (60 à 80 %) est absorbée par les frais de justice, d’administration et de réparations. A l’intérieur de ces postes, les différences proviennent non des frais de justice et des achats nécessaires à la bonne tenue de l’hôpital (vaisselle, draps, couvertures, etc...) mais de certaines dépenses administratives et des réparations des bâtiments. En 1483, l’hôpital Saint-Julien acquit une rente pour 3.840 livres, soit 93,2 % de ses dépenses « administratives »109. En 1481, l’hôpital Saint-Jacques entreprit la réparation de la toiture et des cheminées, et des travaux de maçonnerie pour un total de 4.600 livres, soit 91,6 % des dépenses d’entretien110. La part réservée à l’alimentation des pauvres paraît modeste111. Afin de l’estimer à sa juste valeur, nous ne devons pas oublier qu’il s’agit uniquement d’hôpitaux réservés aux passants qui ne séjournaient que peu de temps et qui ne demandaient pas, comme les malades, une nourriture particulièrement abondante et variée112. La base de l’alimentation des pauvres est le pain, la soupe de pois, la bière et le porc ou, dans les périodes maigres, le hareng et les poissons de rivière113. A ces rations ordinaires viennent s’ajouter à l’occasion de certaines fêtes (la Toussaint, la Noël, le Mardi Gras) du vin, du mouton, du bœuf et du veau114. Mais nous ne perçevons là qu’une partie de la réalité. En effet, nous connaissons uniquement ce que les hôpitaux achetaient. Or, à l’exception des hôpitaux situés dans la partie la plus urbanisée de la ville (Nouvel-Hôpital et Mostarde), tous possédaient des jardins et élevaient de la volaille. Le compteur de Saint-Julien fait acheter, tous les trois mois, un setier d’orge pour les poules de la basse-cour de l’hôpital. Il notait aussi scrupuleusement les achats d’arbres fruitiers ou de graines de choux et de navet pour le jardin de l’hôpital115. En 1478, le prieur de l’hôpital Saint-Christophe passe avec Allard le vigneron un bail de six ans concernant la boverie de l’hôpital située en Avroy. Aux termes du contrat, Allard devait chaque année la somme de dix-huit clinkars d’or plus la moitié de la production de fruits et de vin de la boverie. Il était en outre tenu de planter chaque année treize nowe arbrez boin et profitable pour et selon le jardin, et d’engraisser une vache ou un bœuf pour les frères de l’hôpital116. La boverie de Cornillon, exploitée en faire valoir direct juqu’au milieu du 14e siècle, produisait elle aussi la viande, le lait, la volaille, et les œufs nécessaires à la communauté117. Il est donc probable qu’une partie de ces produits venait améliorer et diversifier la nourriture fournie aux pauvres.

Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1

Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1

1 Année commençant le 1erseptembre.
2 Année commençant le 1er octobre.

Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1

Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1
  • 118 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1453-1454, 1483-1484, 1484-1485, 1488-1489.
  • 119 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de 1480-1481.

57La part réduite, réservée aux frais d’alimentation des pauvres, est le signe du faible taux d’occupation des lits de ces hôpitaux. L’hôpital Mostarde pouvait accueillir une quarantaine de personnes. A l’occasion de certaines fêtes religieuses, des distributions supplémentaires étaient accordées aux pauvres qui y séjournaient. Leur nombre varie entre cinq et huit118. L’alimentation et l’entretien de cinq à six prébendiers coûtent à l’hôpital Saint-Julien deux à trois fois plus que les sommes consacrées aux pèlerins. On peut en déduire que le nombre moyen de pèlerins hébergés par jour à l’hôpital devait osciller entre deux ou trois. Quant à l’hôpital Saint-Jacques, on peut considérer qu’il ne reçoit pour ainsi dire plus personne. A titre indicatif, les deux repas qui eurent lieu pour célébrer la dédicace de la chapelle rassemblent, en 1480, treize personnes et coûtèrent 136 livres 2 sous alors que la somme dévolue aux pèlerins pour toute l’année s’élevait à 49 livres 4 sous119.

58La fonction d’assistance des hôpitaux pour pèlerins, dans la seconde moitié du 15e siècle, est quasiment nulle. Leur maintien ne peut s’expliquer que par le peu d’intérêt des autorités et par la modification de leurs attributions. L’hôpital Saint-Julien abrite des prébendiers. L’hôpital Saint-Jacques sert à alimenter les besoins de la confrérie. Seul l’hôpital Mostarde maintient encore une activité réduite d’assistance.

3. L’assistance médicale

  • 120 On trouve des médecins dans certains hôpitaux de Paris et de Marseille, D. JACQUART. op. cit., p. 1 (...)
  • 121 E. PATZELT, Moines-médecins, ds. Etudes de civilisation médiévale. Mélange E.-R. Labande, Poitiers, (...)

59La médicalisation des hôpitaux est un phénomène tardif. C’est seulement à partir du 14e siècle que les établissements de quelques grandes villes s’attachent les services permanents de médecins120. Avant cette période, leur présence est exceptionnelle. Il est probable que dans les hôtelleries des monastères, où furent sauvés les restes de la science médicale de l’antiquité, quelques moines experts en cet art aient pu, bien que leur activité soit mal connue, secourir des malades121.

  • 122 Cfr, IIIe partie, chapitre 1.

60En règle générale, les soins aux malades étaient laissés à la charge des frères et des sœurs des hôpitaux. Le travail de ce personnel sans grande qualification est mal défini. Les quelques éléments que nous avons pu rassembler, montrent que leur aide était plus domestique que thérapeutique122.

  • 123 Sur les causes de cette lenteur, voir Histoire des hôpitaux..., p. 130-133.
  • 124 Histoire des hôpitaux..., p. 131-132 ; S. REICKE, op. cit., t. II, p. 115-116.
  • 125 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. aux cens, rentes et pensions, no 2, ss. fol. ; A.E.L., Hospi (...)
  • 126 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, f° 132v.
  • 127 N. GONTHIER, Les hôpitaux..., p. 306-307 ; J. CAILLE, op. cit., p. 99-100 ; J. IMBERT, op. cit., p. (...)

61La médicalisation fut lente et géographiquement très inégalement répartie123. La plupart des grandes villes de France et de l’Empire possèdent, à la fin du 15e siècle, au moins un médecin attaché à la visite des hôpitaux de la ville124. Liège paraît singulièrement en retard. On ne note la présence d’aucun médecin dans ses hôpitaux. En l’occurrence, nos sources ne peuvent être mises en cause puisque nous avons conservé pour toutes les institutions importantes la liste des « pensions » versées aux personnes attachées à l’hôpital ou lui ayant rendu des services. Des barbiers sont bien employés par l’hôpital Saint-Christophe et la léproserie de Cornillon, mais uniquement pour le barbage125 des frères. En 1483, l’hôpital Saint-Julien fait appel à un médecin pour soigner une servante qui s’est blessée126. Cet exemple est trop isolé pour que l’on puisse conclure que les hôpitaux avaient recours à des médecins venus de l’extérieur. Les autorités de la cité ne tentèrent pas non plus de s’adjoindre les services d’un médecin qui aurait visité régulièrement les malades des hôpitaux, habitude qui se répand ailleurs au 15e siècle127.

  • 128 Cette expression signifie qu’Hermann de Coblence était un praticien qui ne possédait pas de diplôme (...)
  • 129 A.E.L., Hôpital des Cellites, reg. 2, f° 1r-v°.

62L’unique initiative pour apporter une aide médicale aux pauvres fut prise par les Cellites. Le 25 avril 1480, l’évêque Louis de Bourbon autorisa Hermann de Coblence, frère de l’ordre de Celles, que l’acte qualifie de in medicalibus et chirurgiae actibus prout veridicorum... relatione sufficenter expertus128, à pratiquer son art tant pour les riches que pour les pauvres129. Son intervention, demandée par les Cellites eux-mêmes, est justifiée par les plaintes de certains habitants de la cité. Ni le motif des plaintes, ni la qualité des plaignants ne sont précisés. Mais on peut supposer qu’il s’agit de médecins et de chirurgiens qui craignaient de se voir enlever une partie de leur clientèle par les soins gratuits des Cellites. Les effets pratiques de cette aide médicale, déjà limités par le fait qu’Hermann de Coblence ne pouvait exercer en dehors du couvent sans une autorisation de l’évêque, furent de courte durée puisque peu après 1496, les Cellites quittèrent Liège pour n’y revenir qu’en 1519.

Notes

1 Cette synthèse rapide est fondée sur J.M. BIENVENU, Pauvreté, misères et charité en Anjou aux xie et xiie siècles, ds. Le Moyen Age, t. LXXII, 1966, p. 389-424, t. LXXIII, 1967, p. 189-216 ; M. MOLLAT, op. cit., p. 92-164 ; Ch.-M. de la RONCIERE, Pauvres et pauvreté à Florence au xive siècle, ds. Etudes sur l’histoire de la pauvreté (Moyen Age - xvie siècle), t. II, Paris, 1974, p. 661-745 ; C. LIS et H. SOLY, Poverty and capitalism in pre-industrial Europe (1350-1850), trad. du néerlandais par J. COONAN, Bristol, 1979, p. 26-96.

2 RAOUL, Gesta..., t. I, p. 6 ; ANSELME, op. cit., p. 221 ; GODESCALC de GEMBLOUX, Gesta abbatum Gemblacensium. Continuatio, éd. G.H. PERTZ, M.G.H., SS., t. VIII, Hanovre, 1848, p. 547 ; Annales Fossenses..., p. 31 ; RENIER de SAINT-JACQUES, op. cit., p. 53, 54, 136, 138.

3 RAOUL, Gesta..., t. I, p. 6 ; ANSELME, op. cit., p. 221.

4 GODESCALC de GEMBLOUX, op. cit., p. 547 ; RENIER de SAINT-JACQUES, op. cit., p. 138.

5 ANSELME, op. cit., p. 217.

6 ANSELME, op. cit., p. 221.

7 ANSELME, op. cit., p. 221. L’allusion aux pauvres honteux, c’est-à-dire aux déclassés, est l’une des premières à apparaître dans un texte non hagiographique, cfr G. RICCI, Naissance du pauvre honteux : entre l’histoire des idées et l’histoire sociale, ds. A.E.S.C., t. XXXVIII, Paris, 1983, p. 166-169.

8 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 581, les autres récits de famine sont tout aussi dénués d’intérêt, JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 129, 140, 222 ; Chronique de 1402..., p. 349 ; Gesta abbatum Trudonensium..., t. II, p. 252.

9 JEAN de LOOZ, op. cit., p. 80.

10 Cette opération se traduit par une simple formule stéréotypée, volo et ordino quod... forefacta mea et injuste acquisita restituantur per executores meos infrascriptos, C.S.L.. t. II, p. 477.

11 Sur les pratiques successorales liégeoises, voir M. YANS, L’équité et le droit liégeois du Moyen Age. Etude historique des successions, Liège, 1946.

12 Il semble cependant qu'à Liège la législation successorale laisse au testateur une très grande latitude dans la libre disposition de ses biens, à l'exception bien entendu des contrats précédents liant le testateur. Ph. GODDING. Dans quelle mesure pouvait-on disposer de ses biens par testament dans les anciens Pays-Bas méridionaux ?, ds. Tijdschrift voor rechtsgeschiedenis, t. L, Leyde, 1982, p. 286.

13 C.S.L., t. IV, p. 25-27.

14 Les statuts..., p. 36.

15 Les statuts..., p. 36.

16 Les statuts..., p. 24-25, ces dispositions en faveur des églises paroissiales seront confirmées par la paix de Saint-Jacques (28 avril 1487), S. BORMANS, Recueil..., t. I, p. 724.

17 Ph. GODDING, op. cit., p. 279-280.

18 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte de 1245.

19 J. CHIFFOLEAU, La comptabilité de l'Au-Delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Age (vers 1320-vers 1480), Rome, 1980, p. 50-55.

20 Les statuts..., p. 40.

21 Dans le tableau qui suit nous n'avons pas jugé nécessaire de distinguer les laïcs des chanoines parce que le comportement de ces derniers ne diffère guère de celui du reste de la population, hormis dans le fait qu’ils doivent obligatoirement faire des legs au chapitre auquel ils appartiennent.

22 A l’exception de Jean Mostarde et de Lambert Binet qui laissèrent la majorité de leurs biens à l’hôpital qui porte son nom pour le premier et à l’Aumône de la cité pour le second.

23 M.-Th. LORCIN, Vivre et mourir en Lyonnais à la fin du Moyen Age, Lyon, 1981, p. 150-151 ; J. CHIFFOLEAU, op. cit., p. 318-321.

24 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. II, p. 50-51 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 437.

25 Jean, seigneur de la Roche, avoué de Fléron et échevin de Liège fait des dons à six couvents et cinq églises paroissiales, A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 1, f° 25-27v° ; Guillaume Surlet donne à cinq paroissiales, neuf couvents et deux hôpitaux, A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 32-32-33v ; Marie, veuve du bourgmestre Gilles de Meeffe. donne à quatre paroissiales, cinq couvents, deux confréries, quatorze hôpitaux et six béguinages, A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 87-92 ; Ghoert Dabel, marchand de vin, donne à deux paroissiales, quatorze couvents et deux hôpitaux, A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 12, f° 121-122v.

26 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 17, f° 122v.

27 M.-TH. LORCIN, op. cit., p. 140-149 ; J. CHIFFOLEAU, op. cit., p. 340-346.

28 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 7, f° 122v.

29 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 7, f° 168r-v°.

30 Le trentain dont la pratique était répandue au 13e siècle (onze testaments sur quarante-deux au 13e siècle) avait quasi disparu pour réapparaître à la fin du 15e siècle, A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 17, f° 34V-35, f° 164, f° 203-203-203v° ; reg. 18, f° 126v° ; reg. 21, f° 37.

31 Cette raréfaction des legs a été également observée dans le sud de la France, M.-Th. LORCIN, op. cit., p. 150-155 ; J. CHIFFOLEAU, op. cit., p. 305-319.

32 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 56.

33 J. CUVELIER, op. cit., p. 132.

34 Cfr première partie, chapitre II.

35 A.E.L., Carmes en Ile, reg. 47, f°95.

36 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 438 (21 mai 1281) ; A.E.L., Collégiale Saint-Denis, chartrier, acte du 16 septembre 1318.

37 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 4 octobre 1287.

38 C.S.L., t. II, p. 477 (19 mai 1291), t. III, p. 582 (8 décembre 1340).

39 A.E.L., Aumône de la cathédrale, Stock, f° 498 (27 septembre 1379).

40 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 33v, f° 61v, f° 142 ; reg. 4, f° 5v° ; reg. 8, f° 81v° ; reg. 13, f° 108 ; reg. 17, f° 164 ; reg. 18, f° 11v°.

41 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 8, f° 79 ; reg. 21, f° 43.

42 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 2, f°217v°.

43 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 27 novembre 1287.

44 A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 5, f° 40 (30 juillet 1438).

45 A.E.L., Cure de Saint-André, reg. 12, p. 164.

46 M. MOLLAT, op. cit., p. 349-352 ; B. GEREMEK, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, Paris, 1976, p. 189-191.

47 JEAN de STAVELOT, op. cit., p. 400.

48 Chronique du règne de Jean de Home, éd. S. BALAU, ds. Chroniques liégeoises, t. I, Bruxelles, 1913, p. 442 ; M.-L. FANCHAMPS, Recherches statistiques sur le problème annonaire dans la principauté de Liège de 1475 à la fin du xvie siècle. Tendances, cycles, crises, Liège, 1970, p. 81-82.

49 Cfr première partie, chapitre II.

50 Une seule mesure d’expulsion des mendiants étrangers fut prise, en 1488, par l’évêque Jean de Hornes, S. BORMANS, Recueil..., t. I, p. 763.

51 A.E.L., Collégiale Saint-Jean l’Evangéliste, comptes du Mandé et du luminaire, reg. 440, f° 62, reg. 441, f° 66, reg. 444, f° 61, reg. 445, ss. fol., reg. 446, f° 63v, reg. 447, f° 59v, reg. 448, f° 76v, reg. 449, f° 76v, reg. 450, f° 73v-74v, reg. 451-465, ss. fol., reg. 466, f° 58.

52 M. MOLLAT, op. cit., p. 282-285 ; N. GONTHIER, Lyon..., p. 10.

53 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 320, ss. fol.

54 Le nombre de pauvres auxquels vont les distributions varie fortement d'une année à l’autre sans que se dessine une tendance nette, si ce n’est une certaine augmentation après 1420. Le Mandé assistait par jour en moyenne : 379 pauvres en 1386, 323 en 1390, 322 en 1392, 293 en 1396, 386 en 1397, 312 en 1399, 401 en 1400, 334 en 1402, 430 en 1422, 681 en 1423, 484 en 1426, 443 en 1428, 435 en 1429 et 450 en 1438 ; A.E.L., Collégiale Saint-Jean l'Evangéliste, comptes du Mandé et du luminaire reg. 436, f° 61, reg. 437, ss. fol., reg. 438, f° 57, reg. 439, 440, 441, 442, 443, 448, 449, ss. fol., reg. 450, f” 79-82, reg. 452, ss. fol.

55 C.S.L., t. IV, p. 631 ; J. BAURIN, op. cit., p. 136 ; Th. GOBERT, Liège..., t. III, p. 153 ; A.E.L., Cornillon, reg. 98, f° 34, 69, reg. 100, f° 24v, 52v, 80v, reg. 101, f° 116v ; M. YANS, Les archives..., p. 561-563 ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 255, f° 15v ; Th. GOBERT, Liège..., t. IV, p. 318-319 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 22, f° 109 et sv., reg. 32, f° 106 ; A.E.L., Collégiale Saint-Denis, reg. 551, ss. fol.

56 E. HELIN, La population des paroisses liégeoises aux xviie et xviiie siècles, Liège. 1959, p. 108-109.

57 F. BOINET, Le lit d'hôpital en France. Etude historique, Paris, 1945, p. 22-24.

58 N. GONTHIER, Les hôpitaux..., p. 283, 287-288.

59 Ch. de la RONCIERE, Pauvres..., p. 713 ; id., Prix et salaires à Florence au xive siècle (1280-1380), Rome, 1982, p. 628-635.

60 B. GEREMEK, op. cit., p. 194-195.

61 Histoire des hôpitaux..., p. 107-110 ; G. MARECHAL, op. cit., p. 232.

62 Chronicon rythmicum..., p. 134 ; C.S.L., t. I, p. 139-141 ; R.C.L., t. I, p. 28 ; A.Ev.L., Abbaye de Saint-Laurent, G.III 2, f° 32r-v ; D.D. BROUWERS, Documents..., p. 39-40 ; M. YANS, Les archives..., p. 542 ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, acte n° 58, dossier 241.

63 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse 4.

64 Les documents abondent, nous ne donnons ici que quelques exemples significatifs ; L. HALKIN, op. cit., p. 47 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 437 ; A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 214, f° 30, f° 143, reg. 223, f°12v-13 ; C.S.L., t. III, p. 583 ; A.E.L., Collégiale de Saint-Denis, chartrier, acte n° 169 ; A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 88v, f°141, reg. 12, f° 23v.

65 C.S.L., t. I, p. 141.

66 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 39-40.

67 C.S.L., t. IV, p. 617.

68 R.C.L., t. I, p. 123-124.

69 C.S.L., t. I, p. 261 ; G. KURTH, La paroisse..., p. 245.

70 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes 1477-1478, ss. fol.

71 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes 1477-1478, ss. fol., reg. 271, comptes 1485-1486 et 1488-1489 ; A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 240, comptes 1471-1472, 1476-1477, reg. 7, comptes 1480-1481.

72 J. IMBERT, op. cit., p. 131.

73 M. YANS, Les archives..., p. 542.

74 A. FAYEN, Lettres..., t. II, p. 43-44.

75 C. TIHON, Lettres..., t. I, p. 400.

76 L’épeautre est une variété de froment à grain vêtu (R. BALON, L’importance et les problèmes de l’épeautre dans les cultures céréalières de Haute-Belgique, ds. Colloque d’information scientifique du C.R.A. L’épeautre — 10 mars 1978, Gembloux, s.d., p. 5-6). Elle est au Moyen Age la céréale panifiable la plus cultivée en Hesbaye d’où provient l’essentiel du ravitaillement de Liège.

77 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. II, p. 50.

78 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 4 octobre 1287 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 445-446 ; A.E.L., Echevins de Liège, convenances et testaments, reg. 3, f° 12.

79 Sur les tares prêtées aux mendiants, voir B. GEREMEK, op. cit., p. 208-222.

80 C.S.L., t. III, p. 582.

81 L’hectolitre d’épeautre pèse de 40 à 50 kilos (renseignement fourni par l’Institut Agronomique de Gembloux), le muid équivaut à 245,69 litres. Le muid de pain pèse de 98,275 kilos à 122,850 kilos. Sur les anciennes mesures liégeoises, voir P. DE BRUYNE, Les anciennes mesures liégeoises, ds. B.I.A.L., t. LX, Liège, 1936, p. 289-316.

82 Moyenne calculée d’après les comptes des années 1471 à 1489, A.E.L., Aumône de Catherine de Flémalle, reg. 3bis.

83 A.E.L., Cathédrale, Aumône, reg. 262, f 9-10.

84 Les maîtres de l'Aumône estimaient qu’un muid d'épeautre produit 130 pains (A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 313, R. VAN SANTBERGEN, Les bons métiers des meuniers, des boulangers et des brasseurs de la cité de Liège, 2e éd., Paris, 1977, p. 245). Selon les données actuelles 100 kilos d’épeautre produisent 50 kilos de farine (R. BISTON, Valeur alimentaire et d'utilisation de l'épeautre, ds. Colloque d'information scientifique du C.R.A., L'épeautre — 10 mars 1978, Gembloux, s.d., p. 62) un muid d’épeautre produit dès lors entre 49 et 61,425 kilos de farine.

85 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v, reg. 352, ss. fol. (fin du reg.).

86 Nous avons choisi l’année 1459 qui est une année de cherté relative de l'épeautre, parce que nous possédions toutes les données chiffrées du problème. Le calcul se décompose comme suit : toile et souliers, 5 livres 12 sous, somme reçue en argent 1 livre 1 sou, 104 pains équivalent au trois quarts du prix d'un muid d'épeautre qui se vendait, le 30 novembre, 24 livres, soit 18 livres. Un manoeuvre de charpentier reçoit pour une journée de travail salaire d’été, 2 livres 2 sous ; A.E L., Pauvres en Ile, reg. 317, ss. fol. ; A.E.L.. Collégiale Saint-Denis, reg. 596, f° 17v.

87 M.J. TITS-DIEUAIDE, L'assistance..., p. 436-437.

88 Ch. de la RONCIERE, Pauvres..., p. 719.

89 N. HAESENNE-PEREMANS, La pauvreté..., p. 121.

90 L. STOUFF, Ravitaillement et alimentation en Provence aux xive et xve siècles, Paris-La Haye, 1970, p. 232-236 ; M. SAINT-ELOY, Dépenses alimentaires à la charge de la ville de Nevers du xveau xvie siècle. Nourriture des malades atteints de peste et festins offerts par la communauté, ds. Bul. philologique et historique du comité des travaux historiques et scientifiques, année 1968, Paris, 1971, p. 292.

91 C.S.L., t. I, p. 435 ; P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 124.

92 A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 34-34v, reg. 100, f° 24v, 52v, 80v.

93 J. IMBERT, op. cit., p. 169-172.

94 A.E.L., Cour féodale, reg. 53, f°26v.

95 C.S.L., t. IV, p. 627, 630, 631.

96 Il s'agit de la prison de l’archiprêtre dont l’entretien incombait au prieur de Saint-Mathieu, A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 15 mai 1389.

97 S. BORMANS, Les conclusions..., p. 14.

98 C.S.L., t. IV, p. 631.

99 C.S.L., t. IV, p. 631.

100 C.S.L., t. III, p. 579-580.

101 C.S.L., t. IV, p. 628.

102 A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 17.

103 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. cens, rentes et pensions, 10, ss. fol.

104 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de 1479-1480.

105 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1489-1490.

106 Mêmes constatations à Bruges où en cas de difficultés, l’aide aux pauvres est le premier poste à subir des diminutions drastiques, G. MARECHAL, op. cit., p. 260, voir également, W. PREVENIER, En marge de l'assistance aux pauvres : l'aumônerie des comtes de Flandre et des ducs de Bourgogne (13e -début du 16e siècle), ds. Liber amicorum Jan Buntinx, Louvain, 1981, p. 104-106.

107 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1468-1469.

108 Le compteur notait en 1489 achateit ceste annee III couvertoirs pour les poevrez et ossi les gensdarmez, personnes et gens de villaige qui ont esteit hebergiez en dit hospitaul, comme chascun sceit, 631.3s, A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes 1489-1490.

109 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, comptes de l’année 1483-1484.

110 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de l'année 1480-1481.

111 La même constatation a été faite à Bruges, G. MARECHAL, op. cit., p. 257-259 et à Cologne, A. CORDANI-SONTAG, op. cit., p. 84.

112 L. STOUFF, op. cit., p. 252-253 ; Cl. HOHL, Alimentation et consommation à l'Hôtel-Dieu de Paris aux xve et xvie siècles, ds. Bul. philologique et historique du comité des travaux historique et scientifique, t. I, Paris, 1968, p. 191-193.

113 Nous ignorons les quantités achetées et le nombre de pauvres auquel la nourriture fut distribuée, il nous est dès lors impossible de calculer des rations par individu.

114 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 272, comptes de 1496-1497; A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1410-1411 et 1453-1454.

115 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 204, comptes de 1471-1472, reg. 7, f° 7v, 8v, 10, 45v.

116 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. aux cens, rentes et pension, no 9, ss. fol., à la fin de rentes de 1477-1478.

117 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114-115; Vita Julianae..., p. 443-444.

118 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122, comptes de 1453-1454, 1483-1484, 1484-1485, 1488-1489.

119 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, reg. 270, comptes de 1480-1481.

120 On trouve des médecins dans certains hôpitaux de Paris et de Marseille, D. JACQUART. op. cit., p. 129.

121 E. PATZELT, Moines-médecins, ds. Etudes de civilisation médiévale. Mélange E.-R. Labande, Poitiers, 1974, p. 577-588.

122 Cfr, IIIe partie, chapitre 1.

123 Sur les causes de cette lenteur, voir Histoire des hôpitaux..., p. 130-133.

124 Histoire des hôpitaux..., p. 131-132 ; S. REICKE, op. cit., t. II, p. 115-116.

125 J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, reg. aux cens, rentes et pensions, no 2, ss. fol. ; A.E.L., Hospice de Cornillon, reg. 98, f° 7, 28.

126 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7, f° 132v.

127 N. GONTHIER, Les hôpitaux..., p. 306-307 ; J. CAILLE, op. cit., p. 99-100 ; J. IMBERT, op. cit., p. 139 ; M. MOLLAT, op. cit., p. 344-345 ; S. REICKE, op. cit., t. II, p. 116.

128 Cette expression signifie qu’Hermann de Coblence était un praticien qui ne possédait pas de diplôme universitaire.

129 A.E.L., Hôpital des Cellites, reg. 2, f° 1r-v°.

Table des illustrations

Titre Tableau VI : Répartition des legs pieux
Légende 1 Nous n’avons compté pour ce tableau qu’un legs par établissement et par testament.2 Les chanoines réguliers occupèrent le couvent jusque vers 1410 ; à cette date ils furent remplacés par des Frères de la vie commune. Ils furent à leur tour remplacés par des chanoines réguliers de Saint-Augustin venus du prieuré de Bethléem. En 1439, les chanoines sont affiliés à la congrégation de Windesheim, voir L. HALKIN, op. cit., p. 26 et sv.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende 3 Diocèse de Trèves.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende 4 Transféré au lieu-dit Beaurepart en 1288.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende 5 Afin de ne pas allonger inutilement ce tableau, nous n’avons pas cité individuellement toutes les paroisses mentionnées dans les testaments.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau VII : Distribution du budget de l’hôpital Mostarde’
Légende 1 A.E.L., Hôpital Mostarde, liasse 122.2 Année commençant le 23 juin.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Tableau VIII : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Julien1
Légende 1 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, reg. 7 et 104.2 Année commençant le 1er septembre.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1
Légende 1 Année commençant le 1erseptembre.2 Année commençant le 1er octobre.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Tableau IX : Distribution du budget de l’hôpital Saint-Jacques1
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6333/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search