Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Deuxième partie. Contrôle et gestion des établissements

Chapitre I. Les autorités de tutelle

Texte intégral

  • 1 J. IMBERT, op. cit., p. 67-73, 239.
  • 2 Il y avait des hôpitaux de ce type dans les villages d’Auvelais, Bossière, Chevetogne et Custinne, (...)

1Jusqu’au 12e siècle, il n’existait guère que deux types d’hôpitaux : les hôpitaux monastiques que la règle plaçait sous le contrôle de l’abbé et les hôpitaux capitulaires dirigés soit par les chapitres soit par l’évêque. Avec le 12e siècle, apparaissent des nouvelles formes hospitalières : les hôpitaux fondés par des laïcs ou des confréries et les léproseries qui se développèrent en dehors de la tutelle des autorités ecclésiastiques. Là où celles-ci voulurent imposer leur surveillance, des conflits surgirent. Ils se réglèrent d’abord à l’échelon local suivant le rapport des forces en présence, tantôt à l’avantage de l’évêque, tantôt à celui des communautés urbaines ou des confréries. Un temps assez long s’écoula avant que l’Eglise ne réagisse et n’établisse une législation qui puisse être appliquée par tous les évêques. C’est dans le courant du 13e siècle que les théologiens conçurent une législation qui avait pour but de donner aux évêques un droit de regard sur tous les hôpitaux. Pour ce faire, ils divisèrent les hôpitaux en deux catégories : les uns seront des loci religiosi ou loci publici, les autres des hospitalia privata. Pour appartenir au premier groupe, il suffisait que l’hôpital fût doté d’une chapelle. La conception médiévale de la bienfaisance rendant quasi nécessaire l’adjonction d’une chapelle à un hôpital, presque tous les hôpitaux entraient dans cette catégorie. Les conséquences de ce subtil classement sont capitales. L’hôpital, reconnu locus religiosus, jouissait d’office des immunités attachées aux maisons religieuses, mais il était aussi soumis à l’autorité religieuse : l’évêque y aura droit de visite, de juridiction et de correction. Dans la deuxième catégorie sont rangés les hôpitaux qui ne possèdent pas d’autel permanent et qui, de ce fait, ne dépendent pas de l’autorité épiscopale1. Ceux-ci sont rares. On les trouve habituellement dans les villages. Il s’agit de petits établissements pouvant donner le gîte et le couvert à quelques pèlerins ou voyageurs2.

2Cette législation qui soumettait théoriquement tous les hôpitaux ou presque à l’évêque, souffrait de graves lacunes. Née au 13e siècle, elle apparaissait après la création de la plupart des grands hôpitaux et ne tenait aucun compte des situations acquises. Ces textes, dont on peut se demander dans quelle mesure ils étaient connus des églises locales, étaient inadaptés aux situations que vivaient les évêques. En fait, l’exercice de l’autorité supérieure ou de tutelle (droit de visite, de correction, de nomination, etc.) appartenait selon les cas à l’évêque, au chapitre, aux autorités urbaines, aux assemblées paroissiales ou à des confréries.

A. L’évêque

3Entre le désir de certains théologiens de voir exercer par l’évêque un droit de visite et de correction à l’ensemble des hôpitaux du diocèse et la pratique quotidienne, la marge était considérable. Afin de mesurer cet écart, nous allons analyser, dans le cadre du diocèse, les diverses formes de l’intervention des évêques et de ses collaborateurs.

1. L’application des décrets conciliaires

  • 3 J. AVRIL, Le IIIe concile de Latran et les lépreux, ds. Revue Mabillon, t. LX, 1981, p. 28-35.
  • 4 R. FOREVILLE, Latran I, II, III et Latran IV. Histoire des conciles œcuméniques, t. VI, Paris, 196 (...)

4Les décrets conciliaires en matière hospitalière furent peu nombreux. Si l’on excepte ceux de l’époque carolingienne, le premier date du IIIe concile de Latran (1179). Il concerne exclusivement le statut des léproseries. A l’origine de ces décisions, on trouve l’extension considérable de la lèpre au 12e siècle et la multiplication des léproseries dont les réglementations sur le choix et les droits du chapelain, l’admission des malades et le statut des biens variaient à l’extrême. Presque partout, les léproseries avaient adopté un mode de vie conventuelle et étaient dotées d’une chapelle filiale de la paroisse. Ces chapelles s’étaient vu concéder des droits spirituels et des privilèges. Ceux-ci furent la cause de frictions avec certains ecclésiastiques qui auraient voulu les voir réduits. Le pape dut intervenir à plusieurs reprises, dans les années 1160-1170, pour rétablir les droits de certaines léproseries3. Le canon 23 du concile de Latran est issu du désir de clarifier et d’uniformiser le statut des maladreries. Son but principal était d’assurer aux lépreux une assistance religieuse permanente. C’est pourquoi, après avoir dénoncé l’attitude de certains ecclésiastiques qui abandonnaient les malades à leur sort et refusaient de leur accorder une chapelle, un cimetière et le ministère d’un chapelain, il ordonna que les communautés lépreuses soient dotées d’une chapelle, d’un cimetière et d’un chapelain, mais sans que ceci porte préjudice au droit paroissial des églises primitives. Il accordait en plus aux lépreux le privilège de ne pas payer la dîme sur leur jardin et sur la nourriture de leurs animaux4.

  • 5 J. AVRIL, op. cit., p. 35-52.

5L’application du décret ne fut ni immédiate ni uniforme. Les statuts restèrent variés. Mais le point essentiel de la réforme, — l’adjonction d’une chapelle et d’un desservant —, semble avoir été très largement appliqué, même si, ici ou là, certains refusèrent d’abandonner une part de leurs droits paroissiaux5.

  • 6 J.-L. KUPPER, Raoul de Zähringen, évêque de Liège (1167-1191). Contribution à l’histoire de la pol (...)
  • 7 R.C.L., t. I, p. 8 ; E. DENIS, op. cit., p. 149.
  • 8 E. DENIS, op. cit., acte no IV, p. 151-152.
  • 9 E. DENIS, op. cit., acte no V, p. 153.
  • 10 Proprium sacerdotem habere permittimus qui tante libertatis sit ad eorum electionem ut non decano (...)

6Malgré la présence de l’évêque du diocèse, Raoul de Zähringen, au concile de Latran6, l’application des décisions conciliaires prit, à Liège, quelques années. La situation juridique de la léproserie de Cornillon vis-à-vis de la paroisse de Jupille, — territoire sur lequel elle était installée —, n’est pas connue. Dans les premiers statuts de la léproserie (1176), il n’est fait mention ni de chapelle ni de cimetière. Le prêtre ou la personne choisie par la communauté pour diriger le chapitre hebdomadaire ne peut être considéré comme un chapelain attaché en permanence à l’institution7. L’octroi des privilèges de Latran suscita quelques problèmes que l’on devine à travers les actes diplomatiques. En 1185, l’archidiacre de Condroz, Albert, accordait aux lépreux de Cornillon l’ensemble des privilèges du concile de Latran. Il leur concédait, en outre, le libre choix du chapelain qui ne devrait obéissance ni au doyen ni au concile, mais uniquement à l’archidiacre8. Donné six ans après le concile de Latran, cet acte fut probablement le fruit de longues négociations. La solennité qui présida à la rédaction du document établi en présence de l’ensemble des curés du concile, des clercs de l’archidiacre, de l’avoué de la cité et de bourgeois, le laisse penser. Les pertes financières et le transfert d’autorité que constituait la création de l’enclave de Cornillon dans le territoire de la paroisse de Jupille, durent être les causes des réticences du curé de l’endroit. Toutefois, la cause n’était pas entendue. L’évêque ne donna pas son approbation aux décisions de l’archidiacre. Il est probable qu’il sentit son autorité lésée par la dépendance directe du chapelain de Cornillon à l’archidiacre. Il fit appel à Rome. Du moins, peut-on le supposer, puisque le 4 novembre 1186, le pape Urbain III prenait sous sa protection les biens de la communauté de Cornillon et confirmait les privilèges reçus à une exception près : le prêtre choisi par la communauté sera présenté à l’évêque seul9. Raoul de Zähingen, en 1188, confirmait les privilèges du concile de Latran, la bulle d’Urbain III et, paraphrasant les termes de l’acte de l’archidiacre, spécifiait que le chapelain ne devrait obéissance ni au doyen, ni au concile mais uniquement à l’évêque10.

  • 11 Histoire des hôpitaux..., p. 69-74.
  • 12 Ch.-J. HEFELE, Histoire des conciles, trad. H. LECLERCQ, t. VI, 2, Paris, 1915, p. 684-686 ; J. LE (...)

7Il fallut attendre un peu plus de cent trente ans pour voir à nouveau un concile se préoccuper du sort des hôpitaux. La seconde moitié du 13e siècle avait vu se développer une série d’abus et de négligences dans la gestion de ces établissements. Le plus grave était la transformation des hôpitaux en bénéfice qui avait entraîné l’absentéisme, la dilapidation du patrimoine, le détournement des biens des institutions dans d’autres buts que la charité11. L’Eglise, lors du concile de Vienne (1311), réagit vigoureusement contre cet état de choses. Elle interdit qu’une maison soit conférée en bénéfice à un clerc séculier et exigea que ceux qui en auraient la charge, jurent de faire l’inventaire des biens et de rendre compte de leur administration annuellement12. Il semble que le décret conciliaire ait été sans objet dans le diocèse de Liège, non que la vie de ses hôpitaux fut exemplaire en tous points, mais ce type particulier d’abus ne paraît pas avoir eu cours.

2. L’arbitrage

8L’arbitrage épiscopal est cantonné aux problèmes posés par les droits paroissiaux et de collation. L’examen des faits et la rédaction des termes de l’accord sont habituellement réalisés par les spécialistes des questions juridiques de l’entourage de l’évêque, Jean de Nivelles, Renier de Tongres, Francon de Lowaige, Philippe le Brun, l’évêque lui-même se contentant de les charger de l’affaire et de ratifier la sentence prise en son nom.

  • 13 C.S.L., t. I, p. 409 ; A. GALAND, La chapelle de Bellaire, ds. Leodium, t. XIII, Liège, 1914, p. 6 (...)
  • 14 R. VAN DER MADE, Le grand hôpital de Huy. Organisation et fonctionnement (1263-1795), ds. Anciens (...)
  • 15 de REIFFENBERG, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxemb (...)

9Les affaires d’atteinte aux droits paroissiaux répondent toujours au même schéma. La création d’un hôpital ou d’une léproserie dotée d’une chapelle attire les dons des paroissiens. Certains d’entre eux demandent à y être enterrés. Dans certains cas, la chapelle hospitalière vide l’église paroissiale de ses fidèles aux heures des messes. Il s’ensuit pour le desservant de la paroisse une perte de revenus dont il s’accommode mal et qui l’amène à réclamer auprès des autorités de tutelle de l’hôpital. Celles-ci, incapables ou peu désireuses de résoudre le problème, font appel à l’évêque. Les solutions apportées ne permettent jamais aux curés de récupérer la totalité de leurs revenus. L’évêque, en effet, se trouve bien en peine d’interdire aux fidèles de faire des dons aux établissements hospitaliers d’autant qu’il les a parfois lui-même encouragés13. Il ne pouvait, dès lors, que limiter l’accès de la chapelle aux seuls malades et au personnel de l’hôpital. Quant au droit de sépulture, il l’accordait uniquement à ceux qui l’avaient demandé par testament14. Ce type de conflit, assez rare dans le diocèse, fut bien souvent évité par les autorités ecclésiastiques qui prévirent, au moment de l’érection d’une chapelle hospitalière, la limite de ses droits et de ceux de la paroisse15.

  • 16 A.C. WOTQUENNE, Documents du cartulaire de Lobbes relatifs aux évêques de Liège, ds. Leodium, t. X (...)
  • 17 J. BARBIER, Documents concernant le prieuré de Wanze, ds. A.H.E.B., t. XII, Louvain, 1875, p. 41-4 (...)

10L’origine souvent peu claire des fondations hospitalières anciennes fut la cause de litiges touchant le droit de collation de leur chapelle. En 1231, l’évêque Jean d’Eppes départagea l’abbé de Lobbes et le curé de Thuin qui réclamaient tous deux le droit de patronage de la chapelle des lépreux de Thuin16. De même, en 1249, l’élu Henri de Gueldre mit fin à la contestation qui opposait l’abbé de Floreffe et la ville de Huy à propos de la collation de deux autels de la léproserie de cette ville, en attribuant à chacune des parties la collation d’un autel17.

  • 18 E. PONCELET, Actes... Hugues de Pierrepont..., p. 186-187.

11Les arbitrages concernant des questions économiques furent très rares. A vrai dire, on n’en connaît qu’un seul. La léproserie de Cornillon s’était vue dénier le droit de couper du bois dans la forêt d’Avernoisbois-lez-Clermont-sur-Meuse par Thomas de Hermalle et son épouse. L’affaire fut portée devant l’évêque qui désigna deux juges, Walter, doyen de Saint-Jean l’Evangéliste, et Pierre de Dînant, chanoine de la cathédrale. Ceux-ci, après une enquête, ont clos la question, le 7 décembre 1220, en réintégrant la léproserie dans ses droits18.

  • 19 J-PAQUAY, Cartulaire..., 1ère partie, p. 611-615, 2e partie, p. 3-8.

12Après le 13e siècle, le recours à l’arbitrage épiscopal tomba en désuétude. A l’origine des différends se trouvaient des fondations nouvelles qui devaient se créer un espace économique et institutionnel parfois au détriment d’institutions plus anciennes ou de simples particuliers qui inévitablement réagirent. Avec le 14e siècle, la période des grandes fondations s’achevait tarissant ainsi nombre de causes de conflit. Le tribunal de l’official fut cependant encore saisi de l’une ou l’autre cause. Il dut, par exemple, en 1399, trancher un conflit entre le Magistrat de Tongres et l’hôpital Saint-Jacques car la ville exigeait que ses bourgmestres soient de droit mambours de l’hôpital19.

3. Le droit de visite

  • 20 Ch.-J. HEFELE, op. cit., t. V,2, p. 1344 ; R. FOREVILLE, op. cit., p. 341,354.
  • 21 Ch.-J. HEFELE, op. cit., t. VI, 1, p. 200-202 ; H. WOLTER et H. HOLSTEIN, Lyon I et Lyon II. Histo (...)
  • 22 Pour la biographie de Jacques de Vitry, on se reportera à l’ouvrage de Ph. FUNK, Jakob von Vitry. (...)
  • 23 L. LEGRAND, Statuts d'hotels-Dieu et de léproseries. Recueil de textes du xiie au xive siècle, Par (...)
  • 24 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 146-148.
  • 25 Ph. FUNK, op. cit., p. 52.
  • 26 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 148-149.
  • 27 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 149-151.
  • 28 Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 137-138.
  • 29 Histoire des hôpitaux..., p. 56.
  • 30 Sa biographie a été retracée par Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 361-362.
  • 31 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 102-103.
  • 32 R.B.C. HUYGENS, Lettres de Jacques de Vitry, Leyde, 1960, p. 123-153.
  • 33 Malgré les missions importantes dont il fut chargé par l’évêque et la papauté, il n'occupa jamais (...)

13Le pouvoir réel, tel que le définissent les théologiens et les canonistes des 13e et 14e siècles, est constitué par le droit de visite et de correction, c’est-à-dire le pouvoir d’organiser et de contrôler la vie des hôpitaux. Ce droit, les évêques de Liège ne l’appliquèrent qu’à quelques hôpitaux. La plupart de leurs interventions eurent lieu entre la fin du 12° siècle et le troisième quart du 13e siècle. Ceci n’est pas sans signification. Durant cette période, l’Eglise fut en proie à une remise en question jamais vue jusqu’alors, qui l’obligea à prendre des mesures énergiques. Elle commença par éliminer les Cathares et les Vaudois qui la menaçaient de destruction. Ensuite, elle intégra dans des structures établies les mouvements qui la contestaient de l’intérieur. Ce fut l’oeuvre du IVe concile de Latran (1215) qui reconnut la création de l’ordre des frères prêcheurs et imposa aux nouvelles communautés l’adoption d’une règle reconnue, celle de saint Benoît ou celle de saint Augustin20. Quand le IIe concile de Lyon (1274) décida d’éliminer certains ordres, surtout mendiants, non reconnus21, on peut estimer que le mouvement de révonation de l’Eglise avait vécu. Parmi les communautés nouvelles qui prirent naissance à la fin du 12e siècle, certaines créèrent des hôpitaux. Jacques de Vitry22 nous a laissé un témoignage exceptionnel sur ces établissements. Le chapitre qu’il consacre aux hôpitaux dans l’Historia occidentalis, rédigée entre 1221 et 1224, est un texte incontestablement militant et donc à accepter avec prudence23. Il décrit dans une première partie ce qui est, pour lui, l’hôpital idéal, c’est-à-dire où l’on vit selon la règle de saint Augustin24. C’est elle qu’il voudrait voir appliquer dans tous les hôpitaux. Il se fait ainsi l’écho des prescriptions du IVe concile de Latran auquel il participa25. Ensuite, viennent les hôpitaux organisés de façon critiquable. Ce sont les maisons fondées par les mercatores et les caupones (artisans) où le personnel vit sans règle et où les pires abus sont commis : argent détourné, malades négligés et exploités, licences de tous ordres26. Notons qu’aucun témoignage contemporain ne vient confirmer ou infirmer ces affirmations. Jacques de Vitry termine en citant quatre hôpitaux dépendant d’ordre hospitalier auxquels il reconnaît une certaine valeur, puis quelques villes (Paris, Noyon, Provins, Tournai, Liège, Bruxelles) où existent des hôpitaux conformes à ses vœux dans lesquels le personnel vit en congrégation régulière27. Ses buts sont clairs : replacer les congrégations laïques sous le contrôle de l’Eglise par l’adoption de la règle de saint Augustin de préférence aux ordres hospitaliers. Ce choix est celui d’un homme qui fut au début de sa carrière chanoine régulier puis évêque et cardinal28. Les ordres hospitaliers, avec leur hiérarchie propre et leur dépendance directe de la papauté, étaient fermés à l’influence épiscopale, alors que les communautés augustiniennes, malgré une certaine autonomie, y étaient plus perméables. Les idées de Jacques de Vitry étaient partagées par nombre d’ecclésiastiques et elles avaient déjà connu des applications avant la publication de l’Historia occidentalis. Les conciles provinciaux, tenus à Paris en 1212 et à Rouen en 1214, avaient exigé le respect des trois vœux et le port de l’habit religieux par les communautés hospitalières29. A Liège, le mouvement de réforme s’était fait jour dès la fin du 12e siècle. A son origine, on trouve un universitaire d’un rayonnement considérable : maître Jean de Nivelles30. Celui-ci étudia la théologie à Paris en même temps que Foulques de Neuilly et Jacques de Vitry. Il restera en contact sa vie durant avec ce dernier qui le considérait comme un des principaux prédicateurs de son temps31. C’est à son talent d’orateur que Jacques de Vitry s’adressa en 1220 et en 1222 pour diffuser les nouvelles de la croisade32. Mais son activité principale se déploya au service de l’évêque Hugues de Pierrepont dont il fut un des principaux conseillers33.

  • 34 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent. G III 2, f° 32 r-v ; JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 56 (...)
  • 35 C.S.L., t. I, p. 121-123, 135-138.
  • 36 C.S.L., t. I, p. 139-141.
  • 37 E. PONCELET, Actes..., p. 92.
  • 38 Ibid., p. 109.
  • 39 Ce personnage semble avoir été un collaborateur de Jean de Nivelles, cfr Ch. RENARDY, Les maîtres. (...)
  • 40 E. DENIS, op. cit., acte no 14, p. 158-159.
  • 41 Sur cet aspect de sa carrière, cfr Ch. RENARDY, op. cit., p. 361-362.
  • 42 Stadsarchief Tongeren, Sint-Jacobsgasthuis, reg. 14, f° 3.
  • 43 C.S.L., t. I, p. 409.

14Ce n’est donc pas fortuitement que nous le trouvons comme témoin de l’acte de 1199 par lequel l’abbé de Saint-Laurent, Otton, autorise trois ou quatre frères vivant selon la règle de saint Augustin à introduire celle-ci dans l’hôpital Saint-Christophe34. Or, il est important de rappeler qu’avant cette date le personnel de l’hôpital était composé de bourgeois vivant sans règle. Vers 1200, il aida le doyen de la cathédrale Gauthier de Chauvency à réformer l’abbatialité de Notre Dame35. Il est probable qu’il participa à la réorganisation de l’hôpital de la cathédrale que le doyen entreprit peu de temps après. Bien que nous n’ayons conservé de cette réorganisation qu’un acte du légat Guy de Palestrina autorisant la fondation d’un autel dans la chapelle de l’hôpital, on sait que des prêtres vivant selon la règle de saint Augustin faisaient partie de son personnel36. Durant toute sa période d’activité à Liège, il continua à s’occuper des affaires hospitalières. En 1211, il arbitra un conflit opposant l’abbaye du Val-Saint-Lambert et l’hôpital de la cathédrale37. L’année suivante, il est témoin d’une donation du chevalier Arnold de Lowaige à ce même hôpital38. A une date inconnue, entre 1200 et 1216, il rend en compagnie de Jean de Liro39 une sentence d’arbitrage en faveur de la léproserie de Cornillon40. Comme tous les réformateurs de cette époque, son activité ne se limita pas au seul domaine hospitalier. On lui doit la fondation du premier béguinage liégeois. Il joua également un rôle actif dans la création de plusieurs abbayes cisterciennes41. Après sa mort, le mouvement réformateur se poursuivit. Malheureusement, nous ignorons l’identité de ceux qui en furent les chevilles ouvrières entre 1220 et 1243. En 1233, l’évêque Jean d’Eppes accorde à l’hôpital Saint-Jacques de Tongres la règle de saint Augustin selon la forme observée à l’hôpital de la cathédrale42. Cette tentative d’uniformisation fut poursuivie par son successeur Robert de Thourotte qui accorda la même règle, en 1240, au Nouvel-Hôpital de Saint-Trond43.

  • 44 P. DE SPIEGELER, La léproserie..., p. 5-9.
  • 45 E. DENIS, op. cit., p. 128-135 ; F. BAIX et C. LAMBOT, La dévotion à l'Eucharistie et le VIIe cent (...)
  • 46 Les événements que nous allons résumer, sont décrits dans la Vita R. Julianae, ds. AA.SS., Aprilis(...)
  • 47 Vita B. Julianae..., p. 455-456.
  • 48 Vita B. Julianae..., p. 464.
  • 49 E. DENIS, op. cit., p. 16 et 59-60.
  • 50 C.S.L., t. I, p. 434-436.
  • 51 Ibid., t. I, p. 530-531.
  • 52 Après le saccage de sa demeure par les bourgeois, l’auteur de la Vita B. Julianae..., p. 464 attri (...)

15C’est aux environs de cette date qu’éclata un conflit entre la léproserie de Cornillon et la cité. Depuis sa fondation, la communauté des lépreux de Cornillon à laquelle s’était jointe une communauté saine, possédait une large autonomie malgré les interventions de plus en plus fréquentes de l’évêque et de la cité. En fait, un flou institutionnel régnait et aucune des deux parties n’avait de droits précis à faire valoir. Les communautés de la léproserie vivaient ainsi sans problème apparent depuis la fin du 12e siècle selon une règle inspirée de celle de saint Augustin44. Mais à la suite de l’élection, vers 1240, d’une nouvelle prieure, Julienne, future promotrice de la Fête-Dieu45, à la tête de la communauté féminine saine, le calme allait être gravement perturbé46. Sa vita nous la présente comme un esprit mystique tout imprégné de la lecture de saint Augustin et comme une grande admiratrice de la règle cistercienne. Les soeurs, à l’époque, vivaient de manière fort relâchée. La nouvelle prieure voulut immédiatement rétablir la discipline et provoqua ainsi le mécontentement de certaines d’entre elles47. L’opposition latente se mua en conflit ouvert à la suite de l’élection du nouveau prieur de la communauté masculine saine. Julienne, qui le soupçonnait de diverses malhonnêtetés, dissimula les titres et les documents comptables afin qu’il ne dilapide pas les biens de la communauté. Certains de ses membres estimèrent que Julienne avait outrepassé ses droits. Ils firent appel aux bourgeois de Liège qui se répandirent dans la léproserie, saccagèrent la demeure de la bienheureuse mais ne purent mettre la main sur les documents. Julienne, qui s’était prudemment retirée de l’établissement, porta l’affaire devant l’évêque48. Ses bonnes relations avec des membres du chapitre de Saint Martin et, notamment, avec Jean de Lausanne, favorisèrent probablement l’aboutissement de cette démarche49. L’évêque Robert de Thourotte ordonna une enquête. Le prieur, reconnu simoniaque, fut chassé et remplacé. Julienne réintégra Cornillon. Et, dans le courant de 1242, l’évêque octroyait à la léproserie un nouveau règlement conforme aux idées de la sainte. L’autonomie de la léproserie vis-à-vis des pouvoirs laïcs y était affirmée. La règle de saint Augustin serait appliquée et chaque profès devrait jurer de la respecter50. La vie de la communauté allait se poursuivre ainsi jusqu’à la mort de Robert de Thourotte, le 16 octobre 1246. Aussitôt, les frères et les sœurs rappellent le prieur exilé et chassent celui installé par l’évêque. Le nouvel élu de Liège, Henri de Gueldre, prend possession de l’évêché à la fin du mois d’octobre 1247. A peine quinze jours plus tard, il accorde aux maîtres, mayeurs, échevins de la cité, un règlement qui équivaut à une communalisation complète de la léproserie51. Parmi les protagonistes de ces événements, seule l’attitude des évêques varia. Julienne de Cornillon veut une application stricte de la règle et refuse « l’injuste servitude » que veulent lui imposer les bourgeois52, c’est-à-dire le contrôle de la ville. La ville désire conserver les droits de fait qu’elle s’était octroyés dans la léproserie. Que voulait Robert de Thourotte ? Apparemment la même chose que Julienne. En tout cas, il ne profita pas du différend pour imposer sa tutelle à la léproserie. Avec Henri de Gueldre, la politique épiscopale change totalement de cap. L’autonomie de Cornillon est supprimée, la ville obtient des droits plus étendus qu’auparavant et l’évêque s’accorde un droit de visite théorique et le droit d’installation du chapelain. Si ce n’est le désir de ne pas s’opposer à la cité dès le début de son règne, on voit mal les raisons de ce revirement. Cet épisode illustre une des caractéristiques de la politique épiscopale en matière hospitalière : le manque de suivi. Avec la communalisation de Cornillon, une page était tournée. La puissance des communes était un élément avec lequel il fallait désormais compter. Les évêques, bon gré mal gré, en tinrent compte.

  • 53 Il semble que cette réputation, dont se sont fait l’écho les meilleurs historiens (H. PIRENNE, Hen (...)
  • 54 Ch. RENARDY, Le monde..., p. 236-237, 244-247.
  • 55 J. PAQUAY, Regesta..., p. 1-74 ; Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 426-427.
  • 56 J. PAQUAY, Regesta..., p. 64-67 ; Th. J. LACOMBLET, op. cit., I. II, p. 288 ; Ch. PIOT, op. cit., (...)

16Henri de Gueldre (1247-1274), malgré une réputation d’homme violent et indigne de sa charge53, sut s’entourer de conseillers de valeur (Godefroid de Gueldre, Renier de Tongres, Francon de Lowaige) qui se chargèrent de la direction des affaires spirituelles de l’évêché54. Ceux-ci, et particulièrement Renier de Tongres, réussirent à éviter l’affrontement avec les communes tout en maintenant pendant quelque temps encore la présence épiscopale. Contrairement à Jean de Nivelles, Renier de Tongres exerça des charges élevées dans la hiérarchie diocésaine. Il commença sa carrière comme proviseur de l’hôpital Saint-Jacques de Tongres, avant d’obtenir, le 21 juillet 1238, un canonicat dans la collégiale de cette ville dont il sera écolâtre à partir de 1255. Avant le 21 mars 1243, il est nommé conservateur des béguines du concile de Tongres. Le 15 juin 1252, il fut choisi par Hugues de Saint-Cher, cardinal au titre de Sainte-Sabine, comme visiteur apostolique de la cité et du diocèse. Conseiller d’Henri de Gueldre depuis 1249, celui-ci en fait son vicaire général en 1261. Le 1er août 1266, alors qu’à sa demande il est relevé de sa charge de vicaire général, l’évêque le nomme visiteur des béguines et des bégards ainsi que des religieux des recluseries, hôpitaux et léproseries de la cité et du diocèse55, charge créée pour lui et qui disparaîtra après sa mort (29 octobre 1267). Il s’agit donc d’un homme qui connaît bien les problèmes posés par les hôpitaux et les béguines. Envers ces dernières, dont les autorités urbaines se désintéressent, il put mener une politique tranchée et directe. La multiplication anarchique des béguinages dans les villes rendait leur contrôle impossible. Afin de le rendre efficace, Renier de Tongres entreprit de regrouper toutes les béguines d’une même ville dans une seule paroisse et de les placer sous l’autorité du curé de la paroisse ou du gardien des Dominicains. Sous son impulsion, Henri de Gueldre prit des dispositions pour réaliser ces transferts à Tongres (1257), à Aix-la-Chapelle (1262), et à Saint-Trond (1265)56.

  • 57 C. VAN DEN HAUTE, op. cit., p. 200-204.
  • 58 J. PAQUAY, Regesta..., p. 55-56.
  • 59 R. RAYMAEKERS, Het kerkelijk en liefdadig Diest, Diest, 1896, p. 531.
  • 60 E. REUSENS, Documents..., p. 263-265.

17L’hôpital Saint-Calixte de Jambes, fondé le 17 octobre 1252 et destiné aux béguines malades et infirmes de cette ville, apparaît comme le dernier établissement où toute l’influence laïque a été écartée. L’hôpital était placé sous la protection de l’évêque et son personnel qui vivait selon la règle de saint Augustin, dépendait uniquement du curé de la paroisse et de l’archidiacre d’Ardenne57. Ailleurs, les concessions aux bourgeois ne purent être évitées. En 1249, Renier de Tongres est chargé de réorganiser l’hôpital Saint-Jacques de Tongres. Il y maintiendra l’observance de la règle et le contrôle du chapitre collégial. Mais les membres de la communauté devront être présentés au chapitre ainsi qu’au mayeur et à quelques notables bourgeois58. En octobre 1250, il trancha un conflit opposant l’abbaye de Tongerloo et la commune de Diest à propos de la construction d’un hôpital et d’une chapelle dans cette ville. Il parviendra à obtenir que la communauté hospitalière respecte la règle de saint Augustin et que l’évêque en désigne le chapelain, mais il devra reconnaître le contrôle de l’hôpital par la commune59. De même le 4 janvier 1261, il autorisera l’hôpital de Hasselt à ériger une chapelle dont le desservant sera choisi par les procurateurs, désignés par la ville, et investi par le curé60.

  • 61 J. DARIS, Documents historiques touchant l'origine du séminaire de Liège, ds. A.H.E.B., t. II, Lou (...)

18Après sa mort, les interventions épiscopales seront peu nombreuses. Elles se limiteront à des autorisations de fonder des chapelles ou des autels et à fixer le nombre de frères de certains hôpitaux61. Il est tentant de mettre en rapport cette raréfaction des interventions avec la communalisation croissante des hôpitaux du diocèse qui se déroula sans conflit majeur avec les évêques. Il est probable que ceux-ci et leur entourage n’aient pas voulu envenimer les rapports souvent difficiles qu’ils entretenaient avec les villes en essayant d’empêcher la communalisation ou en intervenant dans les hôpitaux communalisés. Cet abandon fut d’autant plus aisé que l’hôpital bourgeois, où les communautés vivaient sans règle, avait disparu, et que les villes ne pensèrent jamais, bien au contraire, à détruire l’organisation religieuse de ces institutions.

  • 62 R. VAN DER MADE, op. cit., p. 203-204.
  • 63 J. LEJEUNE, Liège..., p. 61-62.
  • 64 C.S.L., t. II, p. 397-398.
  • 65 J. LEJEUNE, Liège..., p. 85-87 et 260.
  • 66 C.S.L., t. II, p. 447.
  • 67 G. KURTH, La cité..., t. II, p. 48.
  • 68 A. JORIS, Adolphe de Waldeck, ds. Biographie Nationale, t. XXXII, Bruxelles, 1964, col. 753.
  • 69 J. BORGNET, Cartulaire..., p. 16-19.
  • 70 Ibid., p. 28.

19A la fois symbole et partie intégrante de la commune, les hôpitaux et les léproseries eurent à subir, au même titre que n’importe quelle institution urbaine, les effets des différends entre les villes et l’évêque. Pour être tendus, les rapports évêque-ville ne furent pas toujours négatifs. A la suite des difficultés qu’éprouvent les hôpitaux, les léproseries et les Communs Pauvres de Huy à percevoir les cens, rentes et autres redevances qui leur sont dus, l’évêque Jean de Heinsberg, le 23 juin 1437, demanda à ses officiers d’apporter toute l’aide possible aux percepteurs des hôpitaux hutois62. Cet acte de collaboration paraît exceptionnel dans l’ensemble des relations que les prélats avaient avec les villes. Pour les évêques de la fin du 13e siècle et des siècles suivants, les hôpitaux ne sont plus un enjeu mais un instrument que l’on peut éventuellement utiliser pour faire pression sur la ville. Ainsi, durant le long conflit qui opposa la ville et le chapitre cathédral sur la question des impôts, on vit l’évêque, nouvellement élu, Jean de Flandre se concilier le chapitre en annulant l’excommunication lancée sur lui par son prédécesseur Jean d’Enghien63 et remettre en vigueur, le 5 avril 128564, le règlement accordé par Robert de Thourotte à la léproserie de Cornillon en 1242. Ceci équivalait à rendre à la léproserie son indépendance vis-à-vis de la cité. Cet acte poussa les Liégeois à s’allier au duc de Brabant. Mais la volte-face de ce dernier et l’abandon des gens de métier amena les autorités urbaines à négocier. Le 7 août 1287, la paix des Clercs était signée et l’affaire des impôts réglée65. Le 31 janvier 128966, l’évêque confirmait le règlement d’Henri de Gueldre pour Cornillon : la léproserie repassait sous contrôle urbain et, en échange, échevins et jurés s’engageaient à ne pas lever l’impôt de la fermeté sur Cornillon et à ne pas y construire de fortification. Semblable scénario, ou presque, se répéta lors de la guerre que se livrèrent de 1325 à 1332, la cité et l’évêque Adolphe de la Marck. Ce dernier confisqua certains biens appartenant à Cornillon. Il fallut attendre la fin de la guerre et la paix de Wihogne pour que « satisfait de voir la cité exécuter avec promptitude et loyauté un des principaux articles de la Paix (celui concernant le partage des aisemences entre le prince et la cité) Adolphe voulut lui témoigner sa satisfaction en lui restituant »67 les biens confisqués. Au début du 14e siècle, un conflit éclata entre le chapitre de Saint-Feuillien de Fosses et les bourgeois au sujet du gouvernement de la ville. L’évêque, Adolphe de Waldeck, décida de s’y rendre pour régler le problème. Son arrivée provoqua un soulèvement de la population. L’évêque fut bloqué dans son château et ne dut sa délivrance qu’à l’arrivée des milices hutoises68. Fort mécontent du traitement qu’il avait subi, Adolphe de Waldeck imposa à la ville un règlement (7 juillet 1302) qui réduisait à néant les rêves d’autonomie des habitants de Fosses et renforçait son contrôle sur la localité. Entre autres, il s’attribuait l’administration de la léproserie de la ville69. Ce contrôle fut de courte durée car, en 1314, Adolphe de la Marck rendit sa direction à la ville70.

  • 71 Liège et Bourgogne (catalogue de l’exposition tenue à Liège en octobre-novembre 1968), introductio (...)

20Les évêques voulaient-ils aller plus loin et remettre en cause la tutelle urbaine ou faut-il envisager les mesures qu’ils prirent comme de simples mesures de rétorsion à l’encontre des villes ? Pour répondre à cette question, il est intéressant de voir comment agirent les évêques durant les rares périodes où ils purent exercer un pouvoir presque absolu sur la principauté. De pareilles situations se présentèrent à deux reprises. Par deux fois, les révoltes des communes contre leur évêque se terminèrent par leur écrasement complet. Après les batailles d’Othée (1408) et de Brustem (1467) que les évêques remportèrent avec l’aide massive des troupes bourguignonnes, les métiers furent dissous et les villes perdirent tous leurs privilèges. Les évêques Jean de Bavière et Louis de Bourbon connaîtront, grâce à leur victoire, une dizaine d’années de pouvoir sans partage de 1408 à 1418 et de 1468 à 147671. Que feront-ils de ce pouvoir ? Finalement peu de chose dans le domaine limité qui nous intéresse.

  • 72 J. PAQUAY, Carlulaire..., 2e partie, p. 48-50.

21Jean de Bavière, qui avait remplacé les anciennes directions urbaines par des gens à sa dévotion, pouvait peser directement sur l’administration et la gestion des hôpitaux et des Tables des pauvres. Il n’en fit rien. La seule décision qu’il prit en matière hospitalière, fut circonstancielle. Il décida, le 2 janvier 1409, de procéder au remplacement des membres de la communauté de l’hôpital Saint-Jacques de Tongres et de les mettre sous la dépendance du chapitre de Notre-Dame72. Les motifs de ce changement, sur lesquels l’acte reste muet, doivent être liés à des raisons de politique strictement locale.

  • 73 E. JOPKEN, Onze hommes et princes-évêques, ds. A.C.H.S.B., t. XVI, Huy, 1908, p. 82 ; R. VAN DER M (...)
  • 74 R. VAN DER MADE, op. cit., p. 207-209.

22Louis de Bourbon, toujours à la recherche d’argent frais, ne vit apparemment pas autre chose dans le pouvoir étendu qui lui était offert qu’un moyen de faire distribuer des prébendes à des membres subalternes de son entourage73. Le règlement qu’il donna, le 28 novembre 1476, au Grand Hôpital de Huy est uniquement consacré au sujet qui lui tient à cœur, celui des prébendes. Si, pour la forme, il rappelle que l’hôpital a été créé pour venir en aide aux pauvres, le reste du texte ne parle que des personnes qui peuvent recevoir les prébendes, de ce qu’elles laisseront à l’hôpital après leur mort, des moyens d’éviter les fraudes et, pour terminer, l’évêque s’octroie le droit de distribuer celles-ci et de faire entendre les comptes de l’hôpital par sa cour des comptes74.

  • 75 S. BORMANS, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, Namur, 1881, p. 320-323.

23Ainsi, une fois les pouvoirs des villes réduits à la portion congrue, les évêques ne pensent nullement à accroître leur autorité sur le système d’assistance, mais simplement à en tirer quelques menus avantages. On n’y voit en tout cas aucune velléité de réforme, ni de désir d’amélioration. La décision la plus importante prise par Louis de Bourbon est frappante à cet égard. Il affecta, en 1472, pour dix ans aux travaux de reconstruction de l’église Notre-Dame de Dînant les revenus des hôpitaux de cette ville75. Cet acte, faut-il le dire, signait l’arrêt de mort du système hospitalier dinantais.

B. Le chapitre de Saint-Lambert

  • 76 C.S.L., t. I, p. 140-141.
  • 77 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 21 juillet 1376.
  • 78 C.S.L., t. IV, p. 626.
  • 79 C.S.L., t. IV, p. 627-628.
  • 80 C.S.L., t. I, p. 261-262.
  • 81 C.S.L., t. I, p. 217.
  • 82 E. PONCELET, Les actes..., p. 109 ; C.S.L., t. I, p. 307-308 ; E. SCHOOLMEESTERS, Un document..., (...)
  • 83 C.S.L., t. III, p. 579-580, t. IV, p. 626-633.
  • 84 C.S.L., t. VI, p. 345-346.

24Le chapitre cathédral possède sur le Nouvel-Hôpital toutes les attributions habituelles de l’autorité supérieure. Il nomme et installe le chapelain de l’hôpital76. C’est au doyen et au prévôt que les frères et les sœurs demandent la confirmation de l’élection de leur prieur77. Leur autorité est couronnée par le droit de visite et de réglementation qu’ils exercent en tant que soverains et visenteurs auzqueis ilh appartient institueir, destitueir, visenteir, corrigier et renfourmier l’estat delle maison et des personnes doudit hospitaule78.. Chaque année ils entendent également les comptes79. Dans l’état de la documentation, il est impossible de déterminer quelles étaient les attributions exactes de chacun d’eux. Au 13e siècle, le doyen semble s’occuper plutôt des questions de discipline. Le pape confirmera, le 28 mai 1230, au doyen la juridiction qu’il exerçait sur les chanoines de Saint-Materne, sur les clercs du réfectoire et sur les chapelains et les frères de l’hôpital80 prévôt, comme c’était le cas dans l’organisation primitive du chapitre, intervient dans les affaires importantes où entre en jeu le patrimoine de l’établissement81. Encore qu’en cette matière, il arrive que doyen et prévôt donnent collégialement leur approbation82. A partir du 14e siècle, le problème ne se pose plus. Quand ils apparaissent, c’est uniquement pour des affaires importantes et toujours ensemble83. La gestion quotidienne est abandonnée complètement au prieur et à la communauté. Dès la deuxième moitié du 14e siècle, ils ne se déplacent plus et laissent effectuer visites et réformes par le vice-doyen et le vice-prévôt84.

C. La cité

25La direction supérieure que les villes établirent sur certains hôpitaux ou institutions charitables est un pouvoir de fait dont les modalités et l’étendue diffèrent d’une ville à l’autre.

  • 85 G. KURTH, Les origines..., p. 246.
  • 86 E. DENIS, op. cit., p. 148-150 ; R.C.L., t. I, p. 7-9.
  • 87 Non quidem a nobis inventum sed a sanctis patribus prescriptum..., E. DENIS, op. cit., p. 149 ; R. (...)
  • 88 Ne inordinate vivendo per modos bestiales evangentur et beneficiorum fidelium in eis fructus inane (...)
  • 89 P. DE SPIEGELER, La léproserie..., p. 7-8.

26A Liège, ce pouvoir apparut précocement. Il est lié directement à la naissance de la commune. L’acte par lequel les échevins de Liège accordaient, en 1176, à la léproserie de Cornillon un embryon d’organisation fut considéré comme le premier acte d’autonomie de la ville85. Ce règlement, d’ailleurs très prudent, ne créait aucun lien de dépendance entre la léproserie et les échevins. Il prenait cependant quelques dispositions d’ordre religieux qui, en principe, ressortissaient au domaine de l’évêque, comme d’instituer un noviciat d’un an ou de demander la réunion d’un chapitre hebdomadaire présidé par un prêtre ou par celui que la communauté estimerait le plus digne d’exercer cette charge86. Percevant le côté inaccoutumé de leur démarche, les échevins s’empressent de la justifier. Leur argumentation est de deux ordres. Elle est d’abord théologique : les échevins déclinent toute responsabilité quant aux règles religieuses qu’ils imposent car elles furent «édictées, non par eux, mais par les Saints Pères »87. Elle est ensuite économique : ils agissent par crainte qu’on ne perde « par une conduite désordonnée le fruit de la charité des fidèles envers eux (les lépreux) »88. En prenant ainsi la défense des intérêts des fidèles (c’est-à-dire des donateurs), les échevins se posent, pour la première fois, en représentants d’une communauté, celle des habitants de Liège, et non plus du seigneur. Un pas important venait d’être franchi, mais on était loin de la communalisation de l’établissement. La léproserie allait vivre pendant trois quarts de siècle encore en jouissant d’une large autonomie. Durant cette période, les représentants de la ville apparaissent sporadiquement dans certains actes économiques. Toutefois, leurs interventions n’ont aucun caractère systématique, ce qui rend impossible toute définition de la nature et de l’étendue de leur pouvoir, d’autant que l’évêque intervient lui aussi dans les mêmes types d’actes89. Ce flou institutionnel ne semble avoir dérangé personne, du moins jusqu’aux événements de 1240-1242. A ce moment, sainte Julienne qui, comme nous l’avons vu, désirait rétablir une stricte discipline et affranchir Cornillon de toute tutelle urbaine, allait déclencher un conflit qui, en définitive, aboutit à un résultat diamétralement opposé : la communalisation complète de la léproserie en 1247. Il est probable que son action ne fit qu’accélérer un processus en cours qui aurait fini, tôt ou tard, par se réaliser.

27La deuxième institution municipalisée fut l’Aumône de Saint-Michel. Le cheminement qui fit d’elle, avant 1235, l’Aumône de la cité, reste inconnu. Tout ce que nous pouvons affirmer, c’est que l’origine laïque de la confrérie et son indépendance vis-à-vis des structures paroissiales existantes favorisèrent son passage sous le contrôle de la cité.

  • 90 A. JORIS, Huy..., p. 388-392.
  • 91 J. LEMPEREUR, op. cit., p. 34-38.
  • 92 J. BORGNET, Les Grands-Malades, ds. A.S.A.N., t. I, Namur, 1849, p. 354-356 ; G. LAPERCHE, L'hôpit (...)
  • 93 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 196-208 ; A. CORDANI-SONTAG, op. cit., p. 54-55.
  • 94 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 202-206.
  • 95 E. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 48-56 et 64.
  • 96 J. LEJEUNE, Liège..., p. 346.
  • 97 R.C.L., t. I, p. 215.

28Là s’achève la communalisation qui, si elle se déroula rapidement n’atteignit pas la même ampleur que dans les autres villes mosanes et de l’Empire. A Huy, dans la première moitié du 14e siècle, la ville contrôle les principaux établissements charitables : le Grand Hôpital (dès sa fondation en 1263), la léproserie des Grands Malades (dans le courant de la première moitié du 14e siècle), l’hôpital Mottet (dès sa fondation en 1329), l’Aumône des Communs Pauvres90. A Dînant, l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, la léproserie et la Table des Pauvres sont administrés par la ville, entre 1297 et 1342, à la suite d’un lent processus qui débuta en 123691. A Namur, où l’infrastructure hospitalière se réduit à une léproserie, un hôpital et une Table des Pauvres, la ville dirige l’ensemble des institutions à partir de la seconde moitié du 14e siècle92. Dans l’Empire où, dès le 14e siècle, l’hôpital municipalisé est la règle93, Liège fait figure d’exception. Même dans les villes épiscopales qu’étudia particulièrement S. Reicke, les autorités urbaines parvinrent, après des heurts plus ou moins graves, à prendre pied dans tous les hôpitaux à l’exception parfois de quelques hôpitaux capitulaires94. Cette situation particulière paraît d’autant plus étonnante que les évêques ne défendirent jamais avec fermeté leurs prérogatives en matière hospitalière. Il serait vain d’échafauder des hypothèses que rien ne vient étayer. Contentons-nous d’enregistrer un état de fait. Une seule chose semble établie : à aucun moment la municipalisation des autres hôpitaux n’a été un des objectifs de la commune95. On ne peut interpréter l’arrestation du prieur de l’hôpital Saint-Christophe, en 1325, comme une tentative de municipalisation ainsi que le pensait J. Lejeune96. Il nous semble qu’en l’occurrence J. Lejeune force le texte. Le 14 février 1325, Adolphe de la Marck lançait l’interdit sur la cité et notait parmi les faits qui justifiaient cette décision que des bourgeois avaient forcé les portes de l’hôpital Saint-Christophe97. Mais rien dans l’acte ne permet de préciser les mobiles et les intentions exactes des assaillants. De plus, cet incident se situe dans une série d’agressions dont furent victimes des prêtres, des chanoines et d’autres religieux sans que les bourgeois aient eu l’intention de municipaliser les institutions auxquelles ils appartenaient.

  • 98 R.C.L., t. I, p. 65, 149-151, 208-209, 305-307, 330-332, 390-393.
  • 99 C.S.L., t. I, p. 530-531 ; E. DENIS, op. cit., P.J. n°31, p. 168-169.

29La ville exerçait son autorité sur l’Aumône et la léproserie par l’intermédiaire de délégués, les mambours, dont la fonction se limitait, au 13e siècle, à l’exécution des résolutions de la ville. Aucune décision en matière de baux, de vente ou d’échange de biens n’était prise sans l’accord du conseil de la ville98. Il réglait également l’entrée des frères et des sœurs à Cornillon, la nomination du recteur et du receveur dont il vérifiait les comptes99. Force est de constater que durant les trois siècles où nous avons observé l’administration de la ville, on est bien en peine de dégager des lignes directrices ou d’y observer des changements notables. Sa gestion est faite d’une série d’actions ponctuelles sans rapport direct entre elles avec pour seul dénominateur commun le désir de conserver un minimum de discipline à Cornillon et de maintenir l’équilibre financier des institutions. Cette volonté est essentielle dans une société où les institutions de bienfaisance vivent uniquement des revenus de leur patrimoine et ne peuvent espérer aucune aide financière de leur autorité de tutelle.

  • 100 C.S.L., t. II, p. 397-398.
  • 101 Ibid., p. 447.
  • 102 R.C.L., t. I, p. 123-125.

30En 1285, l’évêque Jean de Flandre, alors en conflit avec la cité, rétablissait le règlement de 1242 de Robert de Thourotte par lequel la léproserie retrouvait le libre choix de son chapelain100. Quelques années plus tard, la paix revenue, il rendit à la cité, le 31 janvier 1289, le choix du chapelain101. Il s’ensuivit une période de flottement durant laquelle, en l’absence de chapelain, la communauté se trouva sans direction spirituelle. La discipline s’en ressentit. La ville décida, le 21 février 1290, de réorganiser l’administration spirituelle de l’établissement. Un nouveau recteur fut choisi. Pour le seconder dans ses tâches, la ville lui adjoignit un prêtre coadjuteur et un marguillier. Des revenus fixes leur étaient accordés102.

  • 103 S. REICKE, op. cit., t. II, p. 187-206.
  • 104 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114-115.
  • 105 Voir les actes aux A.E.L., Cornillon, reg. 77 et 78.

31Dans la majorité des hôpitaux municipalisés de l’Empire, les autorités urbaines accueillirent un nombre croissant de prébendiers afin d’augmenter les revenus des hôpitaux103. Cette pratique, si elle n’est pas strictement contrôlée, finit par produire l’effet inverse à celui recherché. Les prébendiers, trop nombreux, constituent une menace pour l’équilibre financier de l’institution. A Cornillon, le seuil critique fut atteint en 1353. Les prébendiers étaient alors trente et un. Cette croissance inquiétante compromettait la survie même de la communauté lépreuse. La ville fut donc contrainte de réagir. Elle limita à dix-huit le nombre de prébendiers, et profita de ce nouveau règlement pour rappeler certains points de la règle de saint Augustin104. Une telle situation n’avait pu s’installer en quelques mois. Elle est le signe du relâchement du contrôle urbain qui ne fera que s’accentuer. Dès cette époque, les mambours ont de plus en plus d’autonomie et contractent eux-mêmes quasi tous les actes économiques105.

  • 106 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 118-119.
  • 107 R.C.L., t. III, p. 372-380.

32L’accord de 1424 témoigne du même laisser-aller. L’affaire avait pour origine un point que le règlement de 1353 avait laissé en suspens, et que l’on peut résumer ainsi : fallait-il abandonner une prébende de frère sain au recteur de Cornillon ? Ce problème, somme toute mineur, allait agiter les esprits à Cornillon pendant longtemps. Il eut pour conséquence la désaffection du rectorat puisque les différents chapelains qui acceptèrent ce poste l’abandonnèrent après quelque temps pour non-payement des revenus attachés à la charge. Le rectorat resta ainsi vacant durant plusieurs années. La ville ne s’inquiéta nullement de la question. Il fallut attendre que les prieurs trouvent une solution et proposent à la ville d’accorder au chapelain une pension complète de frère sain pour que ce problème qui avait fini par provoquer des désordres, dont on ignore la nature, trouve enfin une solution106 Malgré l’apathie dont elle faisait montre depuis plus d’un siècle, la cité entreprit de réformer son Aumône en 1444. Il faut dire que les circonstances l’y poussaient. Après les récoltes catastrophiques de 1438 et de 1439, nombre de tenanciers se trouvaient dans l’impossibilité de verser les cens et les rentes dus à l’Aumône. Devant les pertes de revenus qu’enregistrait l’institution, la cité décida de revoir ou plus exactement de fixer les obligations du compteur, cible principale du règlement, des mambours et des autres commis de l’Aumône. Le but poursuivi était, semble-t-il, de mieux surveiller les entrées et les sorties d’épeautre, de froment et d’argent. Ainsi exigea-t-on du compteur qu’il tienne plusieurs registres distincts où seraient notés le nom des tenanciers qui avaient payé, de ceux qui n’avaient pas payé ou qui ne l’avaient fait que partiellement, la liste des dettes anciennes et nouvelles, les pensions versées par l’institution, etc. Ces réformes qui parais sent élémentaires, montrent à quel point la comptabilité de l’Aumône était restée primitive et le contrôle de la ville peu minutieux. Dans le même temps, les pouvoirs que les mambours exerçaient sur l’administration quotidienne de l’Aumône107 étaient entérinés.

  • 108 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 119-121.
  • 109 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 122-126.

33Sans que l’on puisse en déterminer les étapes, l’abandon du pouvoir de la cité sur sa léproserie avait atteint un point tel au début du 16e siècle, qu’il nécessita finalement une intervention énergique de l’évêque. Selon le règlement que la cité donna à Cornillon, en 1507, les désordres étaient dus aux pertes de revenus qu’avait encourues la léproserie à la suite de la guerre qui avait ravagé la principauté de 1482 à 1492. Les prébendes n’avaient pu être payées intégralement et en temps voulu. Un nombre important de frères avait dû chercher du travail à l’extérieur. On avait permis, pour compenser les pertes, l’entrée d’un nombre accru de prébendières. Les heures canoniales et les offices n’étaient plus suivis avec régularité. Pour remédier à ces maux, la cité fixa le nouveau taux des prébendes et demanda à ses mambours qu’elles soient payées régulièrement. Elle diminua également le nombre de soeurs prébendières108. Mais elle ne parvint pas à redresser la situation. La description de la léproserie donnée par les envoyés de l’évêque prouve que l’autorité de la ville était devenue toute théorique. Les mambours et les prieurs dont l’ascendant sur la communauté paraît bien faible, disposaient des biens de l’établissement comme bon leur semblait. Ils vendaient eux-mêmes les prébendes. Les membres de la communauté ne respectaient plus aucun des vœux de la règle. Ils s’attribuaient des pensions supplémentaires aux dépens de l’institution. L’évêque résolut de mettre fin à ces pratiques109. Qu’il fasse usage pour la première fois, entre 1521 et 1538, d’un droit de visite qu’il n’avait jamais exercé depuis trois siècles, n’est pas dû au hasard. Cette visite n’était pas, à notre avis, destinée à détrôner la cité ou à rogner ses privilèges. Cornillon restait malgré tout une maison religieuse et il n’était peut-être pas bon pour une population travaillée par les premiers échos de la réforme protestante qu’elle fasse par trop étalage de sa décadence.

  • 110 a M. MOLLAT, Histoire..., p. 94.
  • 111 N. GONTHIER, Lyon..., p. 215-217 ; id., Les hôpitaux.... p. 306-308.
  • 112 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 276.
  • 113 E. JOPKEN, Les onze Hommes. Contribution à l’histoire des institutions communales de la ville de H (...)
  • 114 W.J. MARX, op. cit., p. 93-97.
  • 115 D. JACQUART, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, p. 127-131 ; M. MOLL (...)

34La deuxième moitié du 15e siècle n’est pas marquée à Liège comme dans de nombreuses villes d’Europe par une politique active de réforme hospitalière entreprise à l’initiative des autorités urbaines. Les réformes opérées par les municipalités vont dans trois directions : suppression ou regroupement de petits hôpitaux, création de collèges gérant plusieurs hôpitaux et engagement de médecins chargés de la visite des malades. A Montpellier, les hôpitaux trop exigus, entassés au centre de la ville, sont fermés et remplacés par un seul établissement situé dans la périphérie110. A Lyon, le consulat, qui devint, dans les trente dernières années du 15e siècle, seul responsable de l’assistance publique de la ville, fait visiter les hôpitaux, supprime ou regroupe les établissements difficilement viables et aide financièrement par des crédits extraordinaires les hôpitaux en difficulté111. Dans la deuxième moitié du 15e siècle, Aix-la-Chapelle place sous la tutelle d’une commission unique les hôpitaux du Saint-Esprit, de Saint-Biaise, de Sainte-Elisabeth et la léproserie112. Avec une avance exceptionnelle, la ville de Huy crée, en 1377, un collège de onze hommes chargé de réorganiser complètement la gestion du patrimoine des hôpitaux sous le contrôle de la ville. Ce collège qui n’était au départ qu’une simple commission d’enquête provisoire, devint un rouage permanent de l’administration urbaine. Il entreprit de redresser la situation des hôpitaux hutois en rentabilisant les terres abandonnées et en exigeant le remboursement des dettes. Pour faciliter leur tâche, les XI hommes firent établir, en 1389, un inventaire des biens et des revenus des hôpitaux. Dès la fin du 14e siècle, ils interviennent dans toutes les transactions relatives aux biens des hôpitaux113. Plus rarement, certaines communes tentèrent d’améliorer la qualité des soins. Après avoir rencontré beaucoup de difficultés, Antoine de Drayer, chirurgien de la ville de Louvain, parvint, avec le soutien actif de cette dernière, à faire remplacer la communauté augustinienne de l’hôpital municipal qui s’était montrée très négligente à l’égard des pauvres et des malades qu’elle devait héberger114. Malgré certaines difficultés de recrutement, des chirurgiens et des médecins, payés par les villes, visitent les malades des hôpitaux ou sont attachés, dans certaines grandes villes, en permanence à un seul établissement. Ce mouvement de médicalisation des hôpitaux, amorcé au 14e siècle, s’était amplifié considérablement au 15e siècle. Toutes les villes importantes du Nord et du Midi de la France possédaient un médecin ou au moins un chirurgien chargé de visiter les hôpitaux115.

  • 116 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 314, ss. fol. (fin du reg.), reg. 352, ss. fol. (fin du reg.).
  • 117 R.C.L., t. III, p. 376-377.
  • 118 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v°, reg. 352, ss. fol.
  • 119 M. TITS-DIEUAIDE, L'assistance aux pauvres à Louvain au xve siècle, ds. Hommage au professeur Paul (...)

35A Liège, on ne voit rien de pareil. La gestion de la ville frappe par son côté routinier et peu novateur. Du 14e siècle à la fin du 15e siècle, la nature et le nombre des distributions de l’Aumône sont immuables : deux « données » de pain hebdomadaires, des chaussures et des chemises à la Toussaint et quatre fois l’an une distribution exceptionnelle de pain et d’argent116. La ville avait laissé le choix, depuis 1444117, des jours de distributions exceptionnelles aux mambours. Mais ils ne se sont pas démarqués de ce qui se faisait antérieurement. Les grandes fêtes religieuses, tel le Carême, restent, comme pour les aumônes ecclésiastiques, des moments privilégiés. En 1419, les dates retenues étaient trois dimanches du Carême et le jour de la Saint-Pierre et Paul (29 juin). En 1498, trois dimanches du Carême et le jour de la Saint-Jean-Baptiste furent choisis118. Alors que dans les villes importantes de la région, durant les 13e et 14e siècles, l’activité des Aumônes est comparable à ce que l’on observe à Liège, le 15e siècle, surtout dans sa seconde moitié, est porteur de changement. Les besoins des pauvres semblent mieux perçus. On leur distribue en plus du pain, des chaussures, de l’argent et des chemises, de la viande de porc, du bois de chauffage, de l’huile et parfois du vin et des figues. La pratique des distributions aux fêtes religieuses, sans disparaître, est supplantée par des distributions quotidiennes ou trois ou quatre fois par semaine119.

  • 120 A Montpellier et à Lyon, la corrélation entre les épidémies, les révoltes de pauvres et les mesure (...)
  • 121 Chronique de Jean de Looz, éd. P.-F.-X. DE RAM, ds. Documents relatifs aux troubles du pays de Liè (...)
  • 122 F. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 42-105 ; J. STIENNON, Les Liégeois et leurs « crestes » (de 1390 (...)
  • 123 Hocsem quand il décrit les révoltes urbaines utilise les termes assez vagues de populares opposé a (...)
  • 124 Chronique d’Adrien d'Oudenbosch, éd. C. de BORMAN, Liège, 1902, p. 263-264 ; Chronique de Jean de (...)
  • 125 Cl. GAIER, Les séditions des Rivageois, ds. Mélanges Jacques Stiennon, Liège, 1982, p. 262-263.
  • 126 GUILLAUME DE MEEFF, La mutinerie des Rivageois, éd. M.-L. POLAIN, Liège, 1835 ; Cl. GAIER, Les séd (...)
  • 127 E. HELIN, Equipement hospitalier sous l'Ancien Régime. Le cas de Liège, ds. L'hôpital belge, t. IX (...)

36Il faut dire à la décharge de la cité que cette époque fut peu propice aux innovations ou même aux simples améliorations. Après deux ans de guerre, la ville fut détruite en 1468. Les Bourguignons occupèrent ensuite le pays qu’ils pressurèrent d’impôts jusqu’en 1476. La ville mit une vingtaine d’années à se reconstruire et à reconstituer sa population. La situation n’était pas encore totalement rétablie que commençait la guerre qui opposa, de 1482 à 1492, les Hornes aux La Marck. Si Liège elle-même n’eut pas à en souffrir directement, les campagnes avoisinantes connurent de nombreuses destructions. Celles-ci compromirent parfois considérablement l’équilibre financier des institutions de bienfaisance qui tiraient l’essentiel de leurs revenus des rentes rurales. De plus, aucune des causes ponctuelles, — épidémies ou révoltes de pauvres —, qui forcèrent bien des municipalités à effectuer des réformes120, ne se présentèrent à Liège. Non que la ville fut épargnée par l’une et l’autre, mais elles ne furent jamais suffisamment graves pour que les autorités s’interrogent sur le sort des pauvres et le fonctionnement des institutions qui leur étaient destinées. Dans la deuxième moitié du 15e siècle, on ne note guère qu’une épidémie, en 1483, qui ne causa pas de ravages extraordinaires121. Liège ne connut pas de révolte de pauvres avant le dernier quart du 15e siècle. Les historiens ont justement mis l’accent sur le caractère presque exclusivement politique122 des nombreux soulèvements dont ses habitants furent les acteurs depuis la seconde moitié du 13e siècle. Et même si l’élément de classe joue un rôle, ce ne sont jamais les classes les plus démunies qui luttent pour l’accession au pouvoir. Ce que les chroniqueurs appellent populares123, — ils ne disent d’ailleurs pas pauperes —, ce sont les petits patrons et la foule des petits artisans. Les classes pauvres n’apparaissent jamais dans ces événements. La seule véritable révolte de pauvres eut lieu en 1481, et encore, s’agit-il plutôt d’une émeute. Le 8 avril, les pauvres poussés par la cherté du pain s’assemblent devant le palais épiscopal pour réclamer une réglementation du prix du pain. Dix jours plus tard, les houilleurs se soulèvent, descendent sur la ville et insultent les bourgmestres. Les choses commencent à tourner suffisamment mal pour décider l’évêque à rentrer dans sa capitale. Il fait immédiatement décapiter deux meneurs124. Sa réaction rapide stoppa l’agitation et les autorités, peu impressionnées, ne donnèrent aucun écho aux réclamations des pauvres. Les troubles de 1488 et 1491 sont trop liés au contexte de la guerre civile125 pour que nous les considérions comme l’expression du mécontentement des pauvres. Même la grande révolte de 1531 menée par les habitants de la banlieue dont les revendications dépassaient largement les simples préoccupations alimentaires pour remettre en cause certains privilèges fiscaux et judiciaires du clergé126, se solda par une sévère répression, sans le moindre résultat. Les réformes se feront attendre longtemps. La ville n’y aura aucune part. Les nouveaux hôpitaux qui apparaissent à partir de la fin du 16e siècle, sont pour la plupart nés de l’initiative privée127.

D. Assemblée paroissiale et confrérie

  • 128 G. KURTH, La paroisse..., P.J., no V à VIII, p. 242-245 ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier n(...)

37L’assemblée des paroissiens de Saint-Jean-Baptiste et celle des confrères de Saint-Jacques possèdent des droits sur les hôpitaux Saint Jean-Baptiste et Saint-Jacques qui permettent de les assimiler à une autorité de tutelle au même titre que la ville ou le chapitre. Elisant les mambours de l’hôpital ainsi que son chapelain sans en référer à aucune autorité civile ou religieuse, elles supervisent leurs activités, vérifient les comptes une fois l’an et édictent des règlements128. Tout comme la ville et le chapitre, ces organismes se préoccupent presque uniquement de la gestion économique des hôpitaux. Leur personnel exclusivement domestique posa peu de problème et on n’enregistra, au cours du Moyen Age, aucune velléité de changement ou d’amélioration tant dans les soins ou l’organisation des établissements que dans l’aide apportée aux malades et aux pèlerins.

Notes

1 J. IMBERT, op. cit., p. 67-73, 239.

2 Il y avait des hôpitaux de ce type dans les villages d’Auvelais, Bossière, Chevetogne et Custinne, CLAUSSET (abbé) et MAUCLET (abbé), Auvelais et Arsimont, Namur, 1905, p. 145-146 ; A.E. PIRLOT, Fondation d'un hospice à Chevetogne, en 1451, ds. A.S.A.N., t. XXXIX, Namur, 1930, p. 301-312.

3 J. AVRIL, Le IIIe concile de Latran et les lépreux, ds. Revue Mabillon, t. LX, 1981, p. 28-35.

4 R. FOREVILLE, Latran I, II, III et Latran IV. Histoire des conciles œcuméniques, t. VI, Paris, 1965, p. 221.

5 J. AVRIL, op. cit., p. 35-52.

6 J.-L. KUPPER, Raoul de Zähringen, évêque de Liège (1167-1191). Contribution à l’histoire de la politique impériale sur la Meuse moyenne, Bruxelles, 1974, p. 62-64.

7 R.C.L., t. I, p. 8 ; E. DENIS, op. cit., p. 149.

8 E. DENIS, op. cit., acte no IV, p. 151-152.

9 E. DENIS, op. cit., acte no V, p. 153.

10 Proprium sacerdotem habere permittimus qui tante libertatis sit ad eorum electionem ut non decano non concilio, sed soli episcopo obedientiam debeat, C.S.L., t. I, p. 116, alors que l’acte de l'archidiacre portait,... ipsum sacerdotem qui etiam tante libertatis sit ut non decano, non concilio sed soli archidiacono... obedientiam debeat, E. DENIS, op. cit., acte no IV, p. 152.

11 Histoire des hôpitaux..., p. 69-74.

12 Ch.-J. HEFELE, Histoire des conciles, trad. H. LECLERCQ, t. VI, 2, Paris, 1915, p. 684-686 ; J. LECLER, Vienne. Histoire des conciles œcuméniques, t. VIII, Paris, 1964, p. 158-159.

13 C.S.L., t. I, p. 409 ; A. GALAND, La chapelle de Bellaire, ds. Leodium, t. XIII, Liège, 1914, p. 60.

14 R. VAN DER MADE, Le grand hôpital de Huy. Organisation et fonctionnement (1263-1795), ds. Anciens Pays et Assemblées d'Etats, t. XX, Courtrai, 1960, p. 197-199.

15 de REIFFENBERG, Monuments pour servir à l’histoire des provinces de Namur, de Hainaut et de Luxembourg, t. I, Bruxelles, 1844, p. 146-148 ; E. REUSENS, Documents relatifs à l'abbaye de Herckenrode, ds. A.H.E.B., t. XVI, Louvain, 1879, p. 263-265.

16 A.C. WOTQUENNE, Documents du cartulaire de Lobbes relatifs aux évêques de Liège, ds. Leodium, t. XXIX, Liège, 1936, p. 39.

17 J. BARBIER, Documents concernant le prieuré de Wanze, ds. A.H.E.B., t. XII, Louvain, 1875, p. 41-43 ; un conflit du même type fut réglé à Tongres en 1337, J. PAQUAY, Cartulaire..., p. 354-357.

18 E. PONCELET, Actes... Hugues de Pierrepont..., p. 186-187.

19 J-PAQUAY, Cartulaire..., 1ère partie, p. 611-615, 2e partie, p. 3-8.

20 Ch.-J. HEFELE, op. cit., t. V,2, p. 1344 ; R. FOREVILLE, op. cit., p. 341,354.

21 Ch.-J. HEFELE, op. cit., t. VI, 1, p. 200-202 ; H. WOLTER et H. HOLSTEIN, Lyon I et Lyon II. Histoire des conciles œcuméniques, Paris, 1966, p. 284-285.

22 Pour la biographie de Jacques de Vitry, on se reportera à l’ouvrage de Ph. FUNK, Jakob von Vitry. Leben und Werke, Leipzig-Berlin, 1909 ; pour son séjour et sa carrière dans le diocèse de Liège, Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 137-139.

23 L. LEGRAND, Statuts d'hotels-Dieu et de léproseries. Recueil de textes du xiie au xive siècle, Paris, 1901, p. 1-5 ; J.-P. HINNEBUSCH, The historia occidentalis of Jacques de Vitry. A critical edition, Fribourg, 1972, p. 146-151, ce texte bien connu des historiens des hôpitaux a fait l'objet d'un commentaire éclairant de la part de A.-M. BONENFANT-FEYTMANS, Les organisations hospitalières vues par Jacques de Vitry (1225), ds. A.S.B.H.H., t. XVIII, Bruxelles, 1980, p. 19-45.

24 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 146-148.

25 Ph. FUNK, op. cit., p. 52.

26 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 148-149.

27 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 149-151.

28 Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 137-138.

29 Histoire des hôpitaux..., p. 56.

30 Sa biographie a été retracée par Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 361-362.

31 J.-P. HINNEBUSCH, op. cit., p. 102-103.

32 R.B.C. HUYGENS, Lettres de Jacques de Vitry, Leyde, 1960, p. 123-153.

33 Malgré les missions importantes dont il fut chargé par l’évêque et la papauté, il n'occupa jamais de charge importante dans la hiérarchie diocésaine. Il fut chanoine de la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste de 1200 à 1215-1219, puis chanoine régulier au prieuré d’Oignies jusqu’au 15 ou 16 mars 1233 date de sa mort. Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 361.

34 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent. G III 2, f° 32 r-v ; JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 562-563 ; l’adoption de la règle de saint Augustin sera confirmée par l’évêque Robert de Thourotte en septembre 1241, JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 249-251.

35 C.S.L., t. I, p. 121-123, 135-138.

36 C.S.L., t. I, p. 139-141.

37 E. PONCELET, Actes..., p. 92.

38 Ibid., p. 109.

39 Ce personnage semble avoir été un collaborateur de Jean de Nivelles, cfr Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 355-356.

40 E. DENIS, op. cit., acte no 14, p. 158-159.

41 Sur cet aspect de sa carrière, cfr Ch. RENARDY, op. cit., p. 361-362.

42 Stadsarchief Tongeren, Sint-Jacobsgasthuis, reg. 14, f° 3.

43 C.S.L., t. I, p. 409.

44 P. DE SPIEGELER, La léproserie..., p. 5-9.

45 E. DENIS, op. cit., p. 128-135 ; F. BAIX et C. LAMBOT, La dévotion à l'Eucharistie et le VIIe centenaire de la Fête-Dieu, Gembloux-Namur, 1946 ; J. COTTIAUX, L'office liégeois de la Fête-Dieu. Sa valeur et son destin, ds. R.H.E., t. LVIII, Louvain, 1963, p. 5-81, 405-459.

46 Les événements que nous allons résumer, sont décrits dans la Vita R. Julianae, ds. AA.SS., Aprilis, t. I, éd. G. HENSCHENIUS, Anvers, 1675, p. 435-475, œuvre d’un clerc anonyme, peut-être chanoine de Saint-Martin de Liège, rédigée entre 1261 et 1264. Il s’agit d’une oeuvre partisane due à un clerc qui partageait les idées de Julienne de Cornillon et était très hostile aux interventions de la bourgeoisie. Malgré ces réserves, il semble que l’on puisse accepter son témoignage en ce qui concerne la trame des faits, cfr S. BALAU, Les sources de l’histoire de Liège au moyen âge, Bruxelles, 1903, p. 438-442 ; S. ROISIN, L'hagiographie cistercienne dans le diocèse de Liège au XIIIe siècle, Louvain-Bruxelles, 1947, p. 148-149.

47 Vita B. Julianae..., p. 455-456.

48 Vita B. Julianae..., p. 464.

49 E. DENIS, op. cit., p. 16 et 59-60.

50 C.S.L., t. I, p. 434-436.

51 Ibid., t. I, p. 530-531.

52 Après le saccage de sa demeure par les bourgeois, l’auteur de la Vita B. Julianae..., p. 464 attribue à Julienne la phrase suivante Gratias Deo, neque enim illi placet, ut ipsi cives chartas nostras habeant, et domus haec servitudi indebitae supponatur.

53 Il semble que cette réputation, dont se sont fait l’écho les meilleurs historiens (H. PIRENNE, Henri de Gueldre, ds. Biographie nationale, t. IX, Bruxelles, 1886-1887, col. 193-202 ; J. LEJEUNE, Liège..., p. 82) ait pour origine un faux composé au 14e siècle, cfr Ch. RENARDY, Le monde des maîtres universitaires du diocèse de Liège (1140-1350). Recherches sur sa composition et ses activités, Paris, 1979, p. 282-283.

54 Ch. RENARDY, Le monde..., p. 236-237, 244-247.

55 J. PAQUAY, Regesta..., p. 1-74 ; Ch. RENARDY, Les maîtres..., p. 426-427.

56 J. PAQUAY, Regesta..., p. 64-67 ; Th. J. LACOMBLET, op. cit., I. II, p. 288 ; Ch. PIOT, op. cit., t. I, p. 321-325.

57 C. VAN DEN HAUTE, op. cit., p. 200-204.

58 J. PAQUAY, Regesta..., p. 55-56.

59 R. RAYMAEKERS, Het kerkelijk en liefdadig Diest, Diest, 1896, p. 531.

60 E. REUSENS, Documents..., p. 263-265.

61 J. DARIS, Documents historiques touchant l'origine du séminaire de Liège, ds. A.H.E.B., t. II, Louvain, 1865, p. 480-481 ; J. PAQUAY, Cartulaire..., Iere partie, p. 354-357 ; A.Ev.L., Archidiaconé de Famenne, D. VI 4, p. 82-84 ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier 241 ; D.D. BROUWERS, Documents..., p. 272-274 ; A. Ev. L., Abbaye de Saint Laurent, G. III 2, f° 61v-62v.

62 R. VAN DER MADE, op. cit., p. 203-204.

63 J. LEJEUNE, Liège..., p. 61-62.

64 C.S.L., t. II, p. 397-398.

65 J. LEJEUNE, Liège..., p. 85-87 et 260.

66 C.S.L., t. II, p. 447.

67 G. KURTH, La cité..., t. II, p. 48.

68 A. JORIS, Adolphe de Waldeck, ds. Biographie Nationale, t. XXXII, Bruxelles, 1964, col. 753.

69 J. BORGNET, Cartulaire..., p. 16-19.

70 Ibid., p. 28.

71 Liège et Bourgogne (catalogue de l’exposition tenue à Liège en octobre-novembre 1968), introduction historique par J. LEJEUNE, Liège, 1968, p. 30-44 et 72-89.

72 J. PAQUAY, Carlulaire..., 2e partie, p. 48-50.

73 E. JOPKEN, Onze hommes et princes-évêques, ds. A.C.H.S.B., t. XVI, Huy, 1908, p. 82 ; R. VAN DER MADE, op. cit., p. 204-207 ; A.E.L., Cornillon, reg. 27, f° 156v°-157.

74 R. VAN DER MADE, op. cit., p. 207-209.

75 S. BORMANS, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, Namur, 1881, p. 320-323.

76 C.S.L., t. I, p. 140-141.

77 A.Ev.L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 21 juillet 1376.

78 C.S.L., t. IV, p. 626.

79 C.S.L., t. IV, p. 627-628.

80 C.S.L., t. I, p. 261-262.

81 C.S.L., t. I, p. 217.

82 E. PONCELET, Les actes..., p. 109 ; C.S.L., t. I, p. 307-308 ; E. SCHOOLMEESTERS, Un document..., p. 143.

83 C.S.L., t. III, p. 579-580, t. IV, p. 626-633.

84 C.S.L., t. VI, p. 345-346.

85 G. KURTH, Les origines..., p. 246.

86 E. DENIS, op. cit., p. 148-150 ; R.C.L., t. I, p. 7-9.

87 Non quidem a nobis inventum sed a sanctis patribus prescriptum..., E. DENIS, op. cit., p. 149 ; R.C.L., t. I, p. 8.

88 Ne inordinate vivendo per modos bestiales evangentur et beneficiorum fidelium in eis fructus inanescat..., E. DENIS, op. cit., p. 149 ; R.C.L., t. I, p. 8.

89 P. DE SPIEGELER, La léproserie..., p. 7-8.

90 A. JORIS, Huy..., p. 388-392.

91 J. LEMPEREUR, op. cit., p. 34-38.

92 J. BORGNET, Les Grands-Malades, ds. A.S.A.N., t. I, Namur, 1849, p. 354-356 ; G. LAPERCHE, L'hôpital Notre-Dame à Namur, des origines au xvie siècle, mém. de lic. dact., Liège, 1934, p. 22 ; A.-M. BONENFANT-FEYTMANS, Aux origines du Grand Hôpital de Namur, ds. A.S.A.N., t. LX, Namur, 1980, p. 47.

93 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 196-208 ; A. CORDANI-SONTAG, op. cit., p. 54-55.

94 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 202-206.

95 E. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 48-56 et 64.

96 J. LEJEUNE, Liège..., p. 346.

97 R.C.L., t. I, p. 215.

98 R.C.L., t. I, p. 65, 149-151, 208-209, 305-307, 330-332, 390-393.

99 C.S.L., t. I, p. 530-531 ; E. DENIS, op. cit., P.J. n°31, p. 168-169.

100 C.S.L., t. II, p. 397-398.

101 Ibid., p. 447.

102 R.C.L., t. I, p. 123-125.

103 S. REICKE, op. cit., t. II, p. 187-206.

104 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 114-115.

105 Voir les actes aux A.E.L., Cornillon, reg. 77 et 78.

106 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 118-119.

107 R.C.L., t. III, p. 372-380.

108 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 119-121.

109 P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 122-126.

110 a M. MOLLAT, Histoire..., p. 94.

111 N. GONTHIER, Lyon..., p. 215-217 ; id., Les hôpitaux.... p. 306-308.

112 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 276.

113 E. JOPKEN, Les onze Hommes. Contribution à l’histoire des institutions communales de la ville de Huy, ds. A.C.H.S.B., t. XV, Huy, 1906, p. 128-160 ; A. JORIS, Huy..., p. 392-393 ; C. PARMENTIER, Evolution et gestion du patrimoine foncier du Grand Hôpital de Huy pendant la dépression du bas Moyen Age (1263-1477), ds. A.C.H.S.B., t. XXXVII, Huy, 1983, p.213-217.

114 W.J. MARX, op. cit., p. 93-97.

115 D. JACQUART, Le milieu médical en France du xiie au xve siècle, Genève, 1981, p. 127-131 ; M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 130-133.

116 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 314, ss. fol. (fin du reg.), reg. 352, ss. fol. (fin du reg.).

117 R.C.L., t. III, p. 376-377.

118 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v°, reg. 352, ss. fol.

119 M. TITS-DIEUAIDE, L'assistance aux pauvres à Louvain au xve siècle, ds. Hommage au professeur Paul Bonenfant, Bruxelles, 1965, p. 425-427 ; id., Les tables..., p. 577-578 et 582.

120 A Montpellier et à Lyon, la corrélation entre les épidémies, les révoltes de pauvres et les mesures prises en matière hospitalière est évidente, cfr M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 94 ; N. GONTHIER, Les hôpitaux..., p. 306-308.

121 Chronique de Jean de Looz, éd. P.-F.-X. DE RAM, ds. Documents relatifs aux troubles du pays de Liège sous les princes-évêques Louis de Bourbon et Jean de Home (1455-1505), Bruxelles, 1844, p. 90.

122 F. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 42-105 ; J. STIENNON, Les Liégeois et leurs « crestes » (de 1390 à 1794), ds. Histoire de la Wallonie, Toulouse, 1973, p. 275-286.

123 Hocsem quand il décrit les révoltes urbaines utilise les termes assez vagues de populares opposé aux insignes, JEAN de HOCSEM, Chronicon, éd. G. KURTH, Bruxelles, 1927, p. 21, 33, 106, 124, 136, 214.

124 Chronique d’Adrien d'Oudenbosch, éd. C. de BORMAN, Liège, 1902, p. 263-264 ; Chronique de Jean de Looz..., p. 80.

125 Cl. GAIER, Les séditions des Rivageois, ds. Mélanges Jacques Stiennon, Liège, 1982, p. 262-263.

126 GUILLAUME DE MEEFF, La mutinerie des Rivageois, éd. M.-L. POLAIN, Liège, 1835 ; Cl. GAIER, Les séditions..., p. 266-275.

127 E. HELIN, Equipement hospitalier sous l'Ancien Régime. Le cas de Liège, ds. L'hôpital belge, t. IX, 1967, p. 48-56.

128 G. KURTH, La paroisse..., P.J., no V à VIII, p. 242-245 ; A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier no 241, reg. 267, f° 263v° ; P. DE SPIEGELER, Les statuts..., p. 208-215.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search