Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Première partie. L’infrastructure hospitalière

Chapitre III. Le potentiel hospitalier et charitable

Texte intégral

A. Les hôpitaux

1. Dernier quart du xiie siècle - début du xiiie siècle

Léproserie de Cornillon

  • 1 G. KURTH, La lèpre en Occident avant les croisades, ds. Compte rendu du deuxième congrès scientifi (...)
  • 2 La liste des léproseries présentée par G. KURTH, La lèpre..., p. 145-146, doit être réduite. Liège (...)
  • 3 EVERHELM, op. cit., p. 298.
  • 4 RAOUL, Gesta abbatum Trudonensium. Continuationes, éd. C. de BORMAN, t. I, Liège, 1877, p. 23.

1Présente en Europe occidentale depuis l’occupation romaine, la lèpre subsistera à l’état endémique durant tout le haut Moyen Age1, même si elle semble en régression aux 10e et 11e siècles. A cette époque, l’Europe du nord-ouest ne compte quasi plus de léproserie organisée2. Les lépreux apparaissent seuls, errant à la recherche d’un hôpital qui voudra bien les abriter3, ou parfois groupés autour du tombeau d’un saint dans l’attente d’une hypothétique guérison4.

  • 5 Ch. DE CONINCK et W. BLOCKMANS, Geschiedenis van de Gentse leprozerie « Het rijke Gasthuis » vanaf (...)
  • 6 Nous avons limité nos exemples au diocèse de Liège. J. STIENNON, Etude critique des deux premiers (...)
  • 7 D'autres exemples sont donnés par A. MOREAU-NERET, L’isolement des lépreux au Moyen Age et le prob (...)

2Au 12e siècle, par les contacts accrus avec le Proche-Orient, la maladie se propage. En 1200, presque toutes les grandes villes ont vu se créer une léproserie : Gand (entre 1146 et 1169), Tournai (1153), Huy (avant 1160), Bruxelles (1174), Cologne (1180), Mons (1182), Louvain (1197)5. Au siècle suivant, parfois avant, nombre de petites villes ou villages en possèdent une : Malmedy (1158-1188), Thuin (1233), Orchimont (1235), Jodoigne (1247), Lamines (1267), Tirlemont (1270), Amay (1270), Bouvignes (1289), Fosses (1289)6. Devenue épidémique, la lèpre qui auparavant frappait les classes défavorisées, n’épargne plus personne : Gilles, comte de Duras (1162-1192), Baudouin IX, comte de Flandre (1195-1205), Renaud, comte de Soissons, Raoul de Vermandois, comte de Crépy, etc.7 sont touchés.

3Face à cette expansion extraordinaire, les communautés urbaines les premières menacées réagirent. Leur réflexe ne diffère pas des réponses précédentes : comme dans l’Antiquité, les malades sont exclus. Ceux-ci se groupèrent à l’extérieur des remparts pour former de petites communautés qui allaient se structurer et susciter l’intérêt des autorités civiles et religieuses pour des raisons qui ne transparaissent pas toujours clairement.

  • 8 Des lépreux (leprosi in suburbio civitatis nostre manentes) sont signalés dans un acte, daté de 11 (...)
  • 9 Domus leprosorum Cornelii montis usque ad nostrum tempus multo subsidio indigebat : rebus pauper, (...)
  • 10 M. JOSSE, Le domaine de Jupille, des origines à 1297, s.l., 1966, p. 76-80.
  • 11 Nous en connaissons quelques exemples légèrement postérieurs, Documents relatifs à la léproserie d (...)
  • 12 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 314 ; P. BONENFANT, Origine des hôpitaux en Belgique, ds. A.S B.H.H.(...)
  • 13 G. KURTH, Les origines de la commune de Liège, ds. B.I.A.L., t. XXXV, Liège, 1905, p. 246 ; Th. GO (...)
  • 14 C.S.L., t. I, p. 530-531.

4C’est ainsi que les choses se sont passées à Liège où une léproserie apparaît pour la première fois en 11768. A cette date, les échevins de Liège adressent à la domus leprosorum Cornelli montis un acte dont le préambule est significatif et atteste des origines de l’établissement : « la maison des lépreux du mont Cornillon a été jusqu’à présent, dans une grande indigence : pauvre en biens, une humble bâtisse et de rares visiteurs. Mais Dieu dont la providence n’est jamais en défaut, a inspiré à certains de se donner eux et leurs biens au service des malades pour venir faire leur salut au milieu d’eux »9. Regroupant depuis quelques années ou tout au plus quelques décennies les malades chassés de la cité, la léproserie de Cornillon ne doit pas sa situation au fruit du hasard. Installée hors des limites de la cité, à quelques centaines de mètres de la porte d’Amercœur, sur une terre sans maître, — l’autorité de l’Eglise de Verdun dont elle dépendait, était alors toute théorique10 —, elle était aussi établie le long de la route d’Aix-la-Chapelle, sillonée par des pèlerins et des marchands auxquels on pouvait toujours demander l’aumône. Aidée par des personnes saines qui se « donnèrent » et lui abandonnèrent tout ou partie de leurs biens11, elle est issue d’un groupement spontané des lépreux12, et non, comme l’ont affirmé des historiens13, d’une décision de la ville. En 1176, les échevins ne créent pas une léproserie, mais tentent d’y imposer leur autorité en établissant un embryon d’organisation économique et en jetant les bases d’une vie communautaire. La communalisation a commencé. Elle se poursuivra, non sans heurts, jusqu’en 1247 : le 14 novembre, l’évêque Henri de Gueldre reconnaît que la léproserie est une fondation de la cité et qu’elle a le droit d’en désigner les administrateurs14. A partir de ce moment, la communalisation de la léproserie ne sera plus contestée, et celle-ci suivra les aléas de la vie communale.

Hôpital Sainte-Agathe ou Sainte-Marguerite

  • 15 Il porte indifféremment les deux appellations, hospita de Sainte-Magriete, C. de BORMAN, Les échev (...)

5On possède peu d’information sur cet établissement dédié à sainte Agathe et installé dans le faubourg Sainte-Marguerite15.

  • 16 M. YANS, Le cartulaire..., p. 80-81 ; M. YANS, A propos du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, c (...)

6L’hôpital apparaît pour la première fois dans un acte de 1183 par lequel Albert, archidiacre de Liège, bénéficiaire de la cure d’Avroy, s’engage à garantir les droits que l’abbaye de Saint-Laurent possède dans les trois églises paroissiales de Sainte-Gertrude, Sainte-Marguerite et Saint-Christophe et ne pas tracasser les ministériaux de l’abbaye, ni les pauvres des hôpitaux de Sainte-Marguerite et de Saint-Christophe16.

  • 17 E. FAIRON, Notes sur la domination bourguignonne dans la principauté de Liège (1468 à 1476), ds. B (...)

7L’abbaye de Saint-Laurent en était-elle la fondatrice ? Peut-être. Les documents anciens sont muets. Au 15e siècle, la chose semblait acquise : en 1470, les Bourguignons l’exemptent de taxes parce « qu’il est appartenant à l’abbaye de Saint-Laurent lez Liège »17.

  • 18 C. de BORMAN, op. cit., t. I, p. 445 ; A.E.L., Pauvres en Ile, no 214, f° 103, no 223, f° 25v ; A. (...)
  • 19 Th. GOBERT, op. cit., t. VII, p. 182.

8L’établissement paraît fort modeste. On ne lui connaît pas de cour de tenants. Géré par un mambour, il tirait ses maigres revenus essentiellement de dons18. Il était tellement pauvre qu’il dut faire appel à la générosité de l’abbé de Saint-Laurent pour sa restauration19 en 1435.

  • 20 C.S.L., t. IV, p. 239.

9Situé au bord de la route de Hesbaye, à l’extérieur de la porte Sainte-Marguerite20, il devait servir de refuge à quelques pauvres de la paroisse et aux pèlerins.

Hôpital de Saint-Christophe ou des Coquins

  • 21 Pour la localisation, voir Th. GOBERT, op. cit., t. IV. p. 315.
  • 22 M. YANS. Le cartulaire..., p. 80-81.
  • 23 L’acte est connu par deux copies. La première (fin du 14e siècle) porte unno ab incarnatione Domin (...)
  • 24 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV. p. 562, donne les noms suivants. Garnero videlicet et Anthonio (...)

10Situé au fond d’une ruelle débouchant sur la rue Saint-Gilles21, l’hôpital Saint-Christophe est déjà constitué en 118322. En juillet 119923, l’abbé Otton et les moines de Saint-Laurent autorisent trois ou quatre frères24 vivant selon la règle de saint Augustin à s’installer dans leur hôpital (in hospitali nostro) de Saint-Christophe. Ils leur permettaient aussi pour venir en aide aux pauvres d’user, avec l’assentiment unanime des bourgeois qui sont frères de l’hôpital (unanimi assensu civium qui sunt predicti hospitalis fratres...) des biens de celui-ci et de choisir le desservant de l’église de Saint-Christophe.

  • 25 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV. p. 562 ; A.Ev.L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32.
  • 26 C’est le cas également pour l'hôpital Saint-Calixte de Jambes que l'on présente comme une fondatio (...)

11A une date impossible à déterminer, probablement après 1150, un groupe de bourgeois désireux d’accomplir un acte de piété, et peut-être de consacrer leur vie aux pauvres, décident de fonder un hôpital et une chapelle (la future église paroissiale de Saint-Christophe). Leur choix, dont nous ignorons les motifs, se porte sur un territoire qui faisait partie des alleux de Saint-Laurent. Moyennant certaines concessions, — investiture du desservant de la chapelle et droit de l’exclure en cas de méconduite —, l’abbaye autorisa la fondation. Les bourgeois conservaient le droit de choisir le desservant et les frères et sœurs qui voudraient entrer au service de l’hôpital. Ils s’occupaient également de son fonctionnement quotidien et de son administration. In hospitali nostro ad Sanctum-Xhristophorum25 ne signifie pas que l’hôpital appar tenait à l’abbaye, mais simplement qu’il était placé sous sa protection26. S’il n’en était pas ainsi, on voit mal pourquoi l’abbaye aurait établi un hôpital à l’extérieur de son enceinte et surtout pourquoi elle en aurait confié la gestion et l’administration à des bourgeois.

  • 27 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 563-564, reproduit une première confirmation de l'acte de 1 (...)
  • 28 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 249 ; A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 38.

12Durant toute la première moitié du 13e siècle, l’abbé de Saint-Laurent tentera d’étendre son autorité sur l’hôpital en contestant aux frères leur droit d’élire le desservant de la chapelle. Les frères feront appel à plusieurs reprises aux légats de passage à Liège, et à Rome pour faire confirmer leur droit d’élection27. L’abbé, s’il échoue sur ce point, parviendra cependant à obtenir le droit de visite et celui de confirmer l’élection du maître de l’hôpital28.

  • 29 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 249.
  • 30 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 251.

13Les frères, vivant selon la règle de saint Augustin, introduits en 1199, imposèrent rapidement leur observance à toute la communauté hospitalière. Quant Robert de Thourotte approuve, en septembre 1241, le règlement qui lui est présenté, c’est aux « magister et fratres hospitalis Sancti-Christophori Leodiensis, sub observentia regulari divina inspiratione » qu’il s’adresse29. Cette règle d’inspiration divine dont la substance est, dit-il, l’obéissance, la chasteté et la pauvreté30 ne peut être identifiée qu’avec celle de saint Augustin.

  • 31 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32 ; JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 562, (...)
  • 32 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 61v-62.
  • 33 P. DE SPIEGELER, Documents relatifs à la léproserie de Cornillon et à l'hôpital Saint-Christophe, (...)
  • 34 Hospitaule Saint-Xristofre en Liege condist de kokins, R. VAN DER MADE, Inventaire analytique et c (...)
  • 35 F. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve si (...)
  • 36 Item, que tous cockins et bribeurs que ne sont point de ceste cité et pays vuident hors, de solcai (...)

14Fondé à l’origine pour recevoir pauvres et malades31, l’hôpital changera d’affectation et deviendra, dans la seconde moitié du 14e siècle, un hôpital pour pèlerins et mendiants. En 1349, on y reçoit toujours des infirmes, mais aussi des pauvres passants32. Au début de 15e siècle, le processus est achevé : le règlement de 1414 ne parle plus que des « poevres trespassans et repairans a dit hospital »33. Cette mutation fut très sensible puisqu’il changea de nom. A la fin du 14e siècle, l’hôpital Saint-Christophe devenait hôpital de Saint-Christophe dit des Coquins, puis plus simplement hôpital des Coquins34. Coquin désigne le cuisinier, mais aussi le mendiant35. C’est avec cette acception qu’on le trouve à Liège, notamment dans une ordonnance sur le maintien de l’ordre dans la cité36.

Hôpital Saint-Jean-Baptiste ou Saint-Abraham37

  • 37 Cet hôpital était situé en Jehanstrée (actuellement Féronstrée), cf. Th. GOBERT, op. cit., t. V, p (...)
  • 38 G. KURTH, La cité..., t. I, p. 302-303 ; analyse par E. PONCELET, Inventaire analytique des charte (...)
  • 39 A.E.L., Dominicains, chartrier (1290-1316), acte d’août 1290.

15Dans le courant du 12e siècle, un bourgeois fonda l’église paroissiale de Saint-Jean-Baptiste sur un alleu de la collégiale Sainte-Croix. En 1189, la collégiale reconnaît à ses descendants, Henri de Cologne et Marthe, et aux maîtres de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste, le droit de choisir le desservant de l’église de Saint-Jean-Baptiste en échange du payement d’un cens38. Le lien entre l’hôpital et l’église paroissiale qui sont situés l’un à côté de l’autre, n’est pas clairement établi. Ont-ils le même fondateur ? L’acte de 1189 ne le dit pas, en tout cas, les descendants du fondateur de l’église n’ont plus aucun droit sur l’hôpital. S’ils ont un fondateur commun, il faut supposer qu’il abandonna tous ses droits sur l’hôpital. Mais à qui ? Aux paroissiens de Saint-Jean-Baptiste qui, au 13e siècle, élisent les maîtres de l’hôpital39. C’est possible, et aucun texte ne nous permet d’entrevoir une autre solution.

  • 40 G. KURTH, La paroisse Saint-Jean-Baptiste à Liège, ds. B.S.A.H.D.L., t. XIV, Liège, 1903, p. 238-2 (...)
  • 41 G. KURTH, La paroisse..., p. 240 ; R.C.L., t. I, p. 38-39.
  • 42 G. KURTH, La paroisse.... p. 241.
  • 43 Ibid., p. 241-242.

16L’emprise de l’hôpital sur la paroisse va en s’accentuant. En 1237, le dernier descendant du fondateur de l’église Saint-Jean-Baptiste cède son droit de patronage à l’hôpital40. Cette décision n’a, semble-t-il, pas plu aux autorités ecclésiastiques liégeoises. Le pape Innocent IV n’enverra pas moins de trois bulles pour faire admettre la situation. La première, envoyée le 25 mai 1246, à la demande des maîtres, du maïeur et des échevins de Liège, reconnaît que le patronage de Saint-Jean-Baptiste a été concédé par les descendants du fondateur de l’église aux maîtres de l’hôpital41. La deuxième, datée du 7 juillet 1249, déclare que les maîtres de l’hôpital ne peuvent être contraints par lettres du Saint-Siège ou d’un légat à pourvoir quelqu’un dans l’église Saint-Jean-Baptiste42. La dernière est la notification de ce privilège adressée au doyen de la cathédrale43. Ce droit ne sera plus contesté par la suite.

  • 44 Infirmis hospitalis Sancti-Johannis-Baphiste, J. CUVELIER, op. cit., p. 164 (février 1261) ; legs (...)
  • 45 Paiet a Johan de Mamedie... pour 29 olnes de gris draps pour revestir les enffans... dudit hospita (...)

17Après avoir accueilli, durant tout le Moyen Age, des malades44, l’hôpital Saint-Jean-Baptiste hébergera à la fin de la première moitié du 16e siècle et peut-être même plus tôt, des enfants45. Orphelins ou enfants abandonnés ? Les textes ne le précisent pas. Probablement les deux.

Nouvel-Hôpital ou hôpital Saint-Mathieu à la Chaîne

  • 46 Chronicon rythmicum..., p. 134-135.
  • 47 L’hôpital était situé sur le marché, à l’emplacement où s’élevaient à la fin du xiiie siècle, les (...)
  • 48 NIZON de SAINT-LAURENT, Vita Friderici episcopi Leodiensis, éd. W. WATTENBACH, M.G.H., SS., t. XII (...)
  • 49 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 587.
  • 50 G. KURTH, Etude critique sur Jean d'Outremeuse, ds. B.A.R.B., Classe des Lettres, 2e série, t. VII (...)
  • 51 Le récit le plus complet est donné par le Breviloquium de incendio ecclesiae sancii Lamberti, éd. (...)
  • 52 C.S.L., t. I, p. 139-141, édité à la date inexacte du 25 janvier 1204. L'acte est clairement daté (...)
  • 53 Maître Gauthier de Chauvency commença sa carrière au chapitre de Saint-Lambert en 1171 comme diacr (...)
  • 54 A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 2 mai 1347.

18Le premier hôpital de la cathédrale, fondé par Wazon, fut reconstruit ou agrandi, vers 1118, par l’abbé de Notre-Dame-aux-Fonts Hellin. Le bâtiment qui comprenait des greniers, des celliers, une arrivée d’eau et une chapelle, est comparé par le chroniqueur, avec emphase, à un palais royal46. Mais l’image est visiblement exagérée. A son emplacement, on ne construira que deux maisons47 après sa disparition. S’il est encore cité accidentellement dans le récit d’un miracle qui se serait déroulé près de la sépulture de l’évêque Frédéric († 1121)48, il n’en est plus question par la suite. Jean d’Outremeuse le fait disparaître dans l’incendie qui détruisit partiellement la cathédrale en 118549. Il semble que ce fait doit être rangé parmi les affabulations dont sa chronique est coutumière50. L’événement frappa les imaginations et les chroniqueurs contemporains lui réservèrent une large place dans leurs écrits. Le feu qui avait pris dans la maison d’un chanoine, se communiqua aux cloîtres pour ravager ensuite la cathédrale, l’ancien palais épiscopal et la collégiale Saint-Pierre. Toutefois, la destruction de la cathédrale ne fut pas totale. La partie sud de l’édifice et l’église Notre-Dame-aux-Fonts furent épargnées51. L’hôpital, situé non loin de là, ne paraît pas avoir été touché. Néanmoins, en 1203, il n’existait plus. Le 25 janvier, le légat Guy de Palestrina confirme la fondation d’un nouvel hôpital dans les cloîtres de Saint-Lambert et d’un autel, attaché à l’hôpital, dédié à saint Mathieu52. Cette fondation, due à l’initiative du doyen de la cathédrale, Gauthier de Chauvcncy53, est l’héritière directe de l’hôpital de l’abbé Hellin dont elle se voit gratifiée des revenus54.

  • 55 E. PONCELET, La cessation de la vie commune dans les églises canoniales de Liège, ds. A.H.L., t. I (...)
  • 56 C.S.L., t. I, p. 132-135 et 150-151 ; J.-L. KUPPER, Liège..., p. 314.

19A la fin du 12e siècle, le chapitre de Saint-Lambert connut de profondes mutations. La vie commune n’y était plus que facultative et le chœur était deserté par les chanoines55. Si un retour à la situation ancienne s’avérait totalement impossible, des réformes étaient nécessaires. L’initiateur ou du moins l’un des initiateurs de celles-ci fut le doyen Gauthier. Entre 1200 et 1204, avec le soutien du légat, il pourvoira au service du chœur en détachant dix prébendes de l’abbaye de Notre-Dame-aux-Fonts pour former le collège de Saint-Materne chargé de chanter les heures canoniales et fixera les devoirs des chanoines vivant toujours en communauté. A la même époque, le chapitre de Saint-Lambert réformera radicalement la gestion du temporel en divisant la mense capitulaire en prébendes individuelles56.

  • 57 Concilia..., t. I, p. 416-417.
  • 58 L’hôpital Saint-Nicolas a été fondé par le chapitre collégial de Saint-Feuillien à Fosses sous le (...)
  • 59 Les statuts ne disent pas explicitement que l'hospitarius doit être un chanoine, J. BORGNET, Cartu (...)
  • 60 A. JORIS, Huy..., p. 386.

20C’est dans ce contexte qu’il convient d’envisager la fondation du Nouvel-Hôpital. Comme la cathédrale, l’ancien hôpital dut souffrir de négligences qui amenèrent, sinon sa disparition, du moins sa désorganisation complète. En l’absence de texte, on peut supposer que son fonctionnement était semblable à celui des autres hôpitaux canoniaux des 11e et 12e siècles où la règle d’Aix, qui prévoyait la désignation d’un chanoine pour la réception des étrangers et des pèlerins et l’administration des biens de l’hôpital57, était d’application. Les statuts de l’hôpital Saint-Nicolas de Fosses58, rédigés au début du 12e siècle, stipulaient qu’un homme (vir), choisi par le prévôt, dirigerait l’hôpital59 et rendrait compte de son administration deux fois l’an devant le doyen et le chapitre. A Huy, l’hôpital de la collégiale Notre-Dame était administré, au 12e siècle, par un proviseur chanoine désigné par ses collègues60.

  • 61 C.S.L., t. I, p. 140-141.
  • 62 M. YANS, Le prieuré..., p. 387.
  • 63 E. SCHOOLMEESTERS, Un document concernant l'hôpital Saint-Mathieu « ad catenam » appelé le Nouvel (...)
  • 64 En 1233, l’évêque Jean d’Eppes accorde aux frères de l’hôpital Saint-Jacques de Tongres les statut (...)

21Vers 1200, le doyen Gauthier abandonna ce mode de gestion et adopta un type d’organisation différente, en introduisant, à l’hôpital Saint-Mathieu, des frères vivant selon la règle de saint Augustin61. Contrairement aux affirmations de M. Yans62, le développement de cette communauté fut rapide. Dès 1220, les frères et les sœurs interviennent régulièrement dans les actes concernant l’hôpital63 et on peut considérer qu’avant 1233, ils sont définitivement organisés et possèdent des statuts64.

  • 65 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 39.
  • 66 Les exemples de transformation d’hôpitaux en bénéfice ne manquent pas, surtout en France, J. IMBER (...)
  • 67 Ce fut le cas à Augsbourg et à Mayence, S. REICKE, op. cit., t. I. p. 49.

22L’introduction de communautés augustiniennes dans les hôpitaux cathédraux et collégiaux est très fréquente au 13e siècle65. Rendue nécessaire par la cessation de la vie commune et par l’extension des activités des hôpitaux, elle évitait certains écueils. Laisser l’administration, la gestion et l’accueil d’un hôpital important à un seul chanoine pour qui cette charge ne constituait qu’une occupation secondaire, c’était courir le risque de voir l’institution se transformer en bénéfice et perdre à plus ou moins long terme toute fonction d’assistance66. La confier à un ordre hospitalier, — chevaliers de Saint-Jean de Jérusalem, Trinitaires ou autres —, c’était pour le chapitre renoncer à toute influence dans l’hôpital. L’installation du Nouvel-Hôpital dans le cloître de Saint-Lambert témoigne, semble-t-il, d’une volonté de contrôle. Néanmoins, on ne peut exclure des causes de ce déplacement un problème d’espace : certains hôpitaux cathédraux installés dans des locaux trop exigus pour répondre aux besoins nouveaux, furent contraints de déménager67. Les deux phénomènes ont pu se conjuguer.

  • 68 C.S.L., t. I, p. 217, 261, 307-308, t. IV, p. 626.
  • 69 Gesta abbreviata..., p. 133 ; C.S.L., t. I, p. 139 ; A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, (...)
  • 70 C.S.L., t. III, p. 559-560, t. IV, p. 626-633.
  • 71 C.S.L., t. IV, p. 631 ; A.E.L., Cathédrale, Prévôté, Liber cartarum (1252-1447), n° 2, f° 13v-14.
  • 72 C.S.L., t. IV, p. 630-631.
  • 73 C.S.L., t. IV, p. 631.
  • 74 Ibid., p. 631.
  • 75 Item, ordinons que personnes dedit hospitaule ne soient nient oyseuz, mais que cascuns soit occupe (...)
  • 76 A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 15 juillet 1299 ; S. BORMANS, Répertoire chro (...)

23Si l’hôpital primitif de Wazon pouvait être considéré comme une fondation épiscopale, doté d’une partie des revenus de la mense épiscopale, les autres et surtout le Nouvel-Hôpital sont des hôpitaux du chapitre. Le prévôt et le doyen contrôlent et dirigent son administration et sa gestion68. Comme la plupart des hôpitaux primitifs, le Nouvel-Hôpital recevait et secourait pratiquement toutes les catégories de nécessiteux, malades, infirmes, pèlerins69. Les choses changèrent, probablement dans la première moitié du 14e siècle. En tout cas, avant 1340, il a limité son activité charitable à l’entretien d’un cinquantaine de famuli ou familiairs, de quelques béguines et peut-être de quelques malades70. Vu les renseignements peu nombreux que l’on possède sur ces familiers, on éprouve quelques difficultés à les classer parmi les catégories communément représentées dans les hôpitaux. Leur nombre ne pouvait dépasser quarante-huit, trente-six femmes et douze hommes. Leur entrée à l’hôpital était soumise à deux conditions : ne pas être marié et avoir moins de trente ans pour les hommes et quarante ans pour les femmes71, ce qui, même au regard des critères médiévaux, ne les situe pas parmi les personnes âgées. Une fois entrés à l’hôpital, ils étaient tenus de respecter les trois vœux imposés par la règle et de porter un habit qui les distinguait des laïcs vivant à l’extérieur72. Mais ils ne font pas partie de la communauté augustinienne. Ils ne participent pas au chapitre ni à aucune des décisions auxquelles sont associés les frères et les sœurs de l’hôpital73. Ils ne sont pas prébendiers, les deux sous qu’ils reçoivent chaque semaine74 ne pouvant être considérés comme une prébende. Leur origine sociale paraît modeste. Le prieur leur confie, de préférence aux autres personnes qui peuplent l’hôpital, les tâches manuelles75. Quand ils apparaissent dans les documents, ils sont désignés simplement par un prénom ou un surnom76. La catégorie dont les familiers se rapprochent le plus sont les béguines bien que les textes maintiennent, entre eux, une distinction qui n’est peut-être qu’une question de vocabulaire.

2. Deuxième moitié du xiiie siècle

Hôpital de Sainte-Elisabeth

  • 77 On ne possède aucune édition complète de cette oeuvre, KERVIN de LETTENHOVE, Chronica Petri monach (...)
  • 78 Pierre Impens fit profession en 1468 au prieuré de Bethléem où il devint rapidement sous-prieur. E (...)
  • 79 H. NELIS, op. cit., p. 209.

24L’histoire énigmatique de l’hôpital des pauvres de Sainte-Elisabeth repose sur le récit d’une seule chronique : le Chronicon Bethleemiticum77, rédigé au début du 16e siècle, par Pierre Impens78. Son but initial était d’écrire l’histoire du prieuré augustin de Bethléem, mais chemin faisant, il fut amené à retracer l’histoire des autres fondations de la congrégation de Windesheim. H. Nélis, le meilleur connaisseur de Pierre Impens, le considère comme « un compilateur zélé des notes écrites avant lui dans son monastère », mais un contrôle sévère s’impose pour les autres fondations79.

LES HOPITAUX DE LIEGE (xie-xiiie S.)

LES HOPITAUX DE LIEGE (xie-xiiie S.)

1. ANCIEN HÔPITAL DE LA CATHEDRALE (debut du 11e siecle)
2. LEPROSERIE DE CORNILLON (av. 1176)
3. HÔPITAL SAINTE-MARGUERITE (av. 1183)
4 HÔPITAL SAINT-CHRISTOPHE (av. 1183)
5. HÔPITAL SAINT JEAN-BAPTISTE (av. 1189)
6. NOUVEL HOPITAL DE LA CATHEDRALE OU HOPITAL SAINT-MATHIEU-A-LA-CHAINE (vers 1203)
7. HÔPITAL SAINTE ELISABETH (vers 1245)
8. HÔPITAL DE SAINT-JEAN L’EVANGELISTE (av. 1 252)
9. LEPROSERIE DE SAINTE WALBURGE (vers 1259)
10. HÔPITAL DES FRERES SACS (1265)
11. HÔPITAL TIREBOURSE (av 1267)
TRACE APPROXIMATIF DES MURAILLES (xiie S.)

  • 80 L. HALKIN, op. cit., p. 10-13 et 49-50.
  • 81 Ibid., p. 11-12.
  • 82 C.S.L., t. I. p. 479-481 ; L. HALKIN, op. cit., p. 11.
  • 83 L. HALKIN, op. cit., p. 16.

25Voici comment Impens retrace la fondation de l’hôpital Sainte-Elisabeth. Le culte de sainte Elisabeth s’étant répandu parmi les religieux liégeois, l’une de ses filles, Sophie, épouse du duc de Brabant Henri II, fit construire à Liège, une petite église, dédiée à sainte Elisabeth, et pour imiter l’exemple maternel, elle fonda à côté un hôpital pour les pauvres auquel elle adjoignit une habitation pour trois ou quatre chanoines de Saint-Augustin qui gèreraient les biens des pauvres, sous le contrôle de l’abbé du Neufmoustier. Mais, les biens furent rapidement dilapidés et l’endroit devint un lieu de débauche. L’évêque retira à l’abbé la direction et fit de l’hôpital un établissement où de jeunes garçons seraient élevés jusqu’à la puberté selon la coutume des frères de Deventer. Il reçut le nom de maison des Bons-Enfants80. L. Halkin, au vu des quelques éléments chronologiques fournis par Impens, situait la fondation de l’hôpital vers 124581. Et réfutant l’argument de ceux qui trouveraient étrange qu’une duchesse de Brabant fondât une église et un hôpital dans une principauté avec laquelle le Brabant était en conflit quasi permanent depuis le 12e siècle, il signalait que l’évêque Robert de Thourotte avait conclu un traité d’alliance avec le duc de Brabant le 1er avril 124582. Malgré le silence absolu des sources liégeoises et hutoises sur l’hôpital, il acceptait le témoignage du Chronicon comme globalement vrai, faisant seulement remarquer une erreur manifeste, les Frères de Deventer, créés en 1384, ne pouvaient reprendre une maison d’éducation établie au milieu du 13e siècle83.

  • 84 Legamus etiam... Bonis Pueris in Leodio marcham in pitantia, J. CUVELIER, op. cit., p. 131.
  • 85 J. CUVELIER, op. cit., p. 165 (Février 1261) ; J. PAQUAY, Cartulaire de lu collégiale Notre-Dame à (...)
  • 86 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 443, 445 ; A.E.L., Dominicains, chartrier, acte de févr. 1 (...)
  • 87 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 105-107, reproduit par L. HALKIN, op. cit., p. 43-45.
  • 88 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 105.
  • 89 Les grandes chroniques de France, éd. J. VIARD, t. VIII, Paris, 1934, p. 250-251.
  • 90 CORNEILLE DE ZANTFLIET, Chronicon, éd. MARTENE et DURANT, ds. Veterum scriptorum et monumentarum.. (...)
  • 91 L. HALKIN, op. cit., p. 22-26.

26Le couvent des Bons-Enfants est mentionné pour la première fois dans un testament de juin 125484, et est régulièrement cité par la suite85. Ses activités sont mal connues. Mais il paraît bien s’agir d’un monastère où toute trace d’hôpital, s’il a existé, a disparu. Chez les testateurs qui prennent soin de grouper leurs legs pieux, les églises secondaires et paroissiales, les couvents et les monastères, les béguinages et les hôpitaux, il est toujours classé dans la deuxième catégorie86. Le seul document qui apporte quelque lumière sur la vie du couvent est une bulle du pape Alexandre IV du 11 juillet 1260. Bien qu’elle ne soit connue que par la copie qu’en donne Jean d’Outremeuse87, rien ne permet d’en suspecter la véracité. Par contre, le récit que fait Jean d’Outremeuse de la découverte de la bulle relève du plagiat. En 1306, écrit-il, le peuple de Paris, en révolte contre les mutations monétaires, s’en prit à la demeure d’Etienne Barbette, maître de la Monnaie, et la pilla. Le roi reprit les choses en main et ordonna quelques pendaisons. Mais quelle ne fut pas la surprise des gens du roi de découvrir dans la maison de Barbette des privilèges et des bulles dont une était adressée à la maison des Bons-Enfants de Liège et « si fut renvoiet a Liege par I messagier del roy »88. Ce récit est la transcription presque textuelle d’un passage des Grandes chroniques de France89 à l’exception bien entendu des lignes consacrées à la découverte des bulles. Contrairement à ce que pensait L. Halkin, le fait que Corneille de Zantfliet90 fasse en d’autres termes le même exposé ne corrobore en rien la relation de Jean d’Outremeuse. Zantfliet qui rédige sa chronique dans le deuxième tiers du 15e siècle, a simplement adapté le récit du chroniqueur liégeois. La bulle d’Alexandre IV, adressée au couvent des Bons-Enfants de Liège de l’ordre des chanoines réguliers de Saint-Augustin, fixe les conditions de réception des frères, le mode d’élection du prieur, et les droits respectifs de la paroisse et du couvent concernant le droit de sépulture à l’intérieur de celui-ci. Mais, elle ne fait pas la moindre allusion à l’existence d’un hôpital dont il serait l’héritier, ni ce qui est plus curieux, aux tâches éducatives des chanoines, alors que, comme l’a démontré L. Halkin, les maisons des Bons-Enfants à Paris, Reims, Tournai, etc. s’occupaient toutes de l’éducation des enfants91.

  • 92 Ibid., p. 31-41.

27La suite de l’histoire des Bons-Enfants est bien connue. Au début du 15e siècle, après un bref passage des frères de la vie commune, l’évêque fit appel aux frères du couvent Bethléem pour le réformer et, en 1433, les Bons-Enfants sont redevenus un monastère de chanoines réguliers de Saint-Augustin, filiale de Bethléem. Dès ce moment et peut-être avant, il ne remplit plus de tâche éducative92.

  • 93 Sur la diffusion du culte de sainte Elisabeth, voir Sankt Elisabeth. Fürstin. Dienerin, Heilige, é (...)

28En résumé, peu d’éléments sont prouvés. Vers 1250, une église dédiée à sainte Elisabeth et un couvent de chanoines réguliers de Saint-Augustin furent fondés à Liège. Le culte de sainte Elisabeth a connu une diffusion suffisamment rapide et importante93 pour qu’il soit inutile d’imaginer à leur origine une intervention quelconque de la duchesse de Brabant. L’existence d’un hôpital qui repose sur un témoignage postérieur de deux siècles et demi aux faits, demeure très hypothétique.

Hôpital de Saint-Jean l’Evangéliste ou de Saint-Abraham

  • 94 Sur la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste, voir La collégiale de Saint-Jean de Liège. Mille ans d (...)
  • 95 Decanus et capitulant ecclesia beati Joannis in Leodio provisores hospitalis siti insta ecclesiae (...)
  • 96 C’est le cas des hôpitaux Tirebourse et Mostarde.
  • 97 L’hôpital était situé rue de la Casquette, cf. Th. GOBERT, op. cit., t. IV, p. 42 et 44. Il était (...)
  • 98 Hospitali Sancti-Johannis in insula quinque solidos ad pitanciam infirmorum, A.E.L., Dominicains, (...)
  • 99 Lego beghinis commorantibus et pauperibus iacentibus in hospitali Sancti Johanis Leodiensis, A.E.L (...)
  • 100 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 252-287 ; A. CORDANI-SONTAG, Les établissements hospitaliers en Alle (...)
  • 101 En 1311, les nouvelles béguines de Saint-Jean s’engageaient à laisser à leur mort leurs meubles, l (...)
  • 102 L. LAHAYE, Inventaire..., t. I, p. 272, 291, 409-410.
  • 103 Il suffit pour s’en persuader de consulter les comptes du béguinage, A.E.L., Collégiale Saint-Jean(...)

29L’hôpital Saint-Jean l’Evangéliste apparaît pour la première fois en avril 1252. A l’époque, le doyen et le chapitre de la collégiale94 Saint Jean l’Evangéliste en étaient les administrateurs95. La collégiale l’avait probablement fondé bien qu’on ne puisse exclure a priori la possibilité d’un fondateur extérieur qui aurait confié l’administration à la collégiale. Mais il est rare, dans ce cas, qu’il ne laisse pas au moins son nom à l’institution96. De plus, sa situation à l’intérieur du territoire claustral tendrait à confirmer la première hypothèse97. A l’origine, l’hôpital abritait des malades et des infirmes98. Peu de temps après, en 1269, apparaissent aux côtés des malades, des béguines99. Dès ce moment, il n’est plus question de pauvres dans l’hôpital. Sa transformation en béguinage ne dut pas être immédiate. Le phénomène est fréquent au Moyen Age100. L’entretien d’un hôpital coûte cher. Pour augmenter les revenus, les administrateurs admettent des personnes, généralement âgées, ayant quelques biens qu’elles cèdent à l’institution, à charge pour celle-ci de les entretenir101. Si les finances ne s’améliorent pas, on accepte de plus en plus de prébendiers qui finissent par exclure de facto les indigents. Les choses se sont peut-être déroulées ainsi à Saint-Jean. Au début du 14e siècle, le béguinage qui continuera encore longtemps à s’appeler hôpital de Saint-Jean ou de Saint-Abraham102, n’exerce plus aucune fonction caritative103.

Léproserie de Sainte-Walburge

  • 104 E. DENIS, op. cit., p. 168-169.
  • 105 Th. GOBERT, op. cit., t. XII, p. 412 ; A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 227, f° 136.
  • 106 A. JORIS, Huy..., p. 387-388 ; J.L. CHARLES, La ville de Saint-Trond au Moyen Age, des origines à (...)
  • 107 Th. GOBERT, op. cit., t. XII, p. 413.
  • 108 Jean le Cheron lègue vingt miches blanches... aux malades de Saint-Walbour ou a cely qui ut a cous (...)
  • 109 A.E.L., Hôpital de Saint-Jacques, reg. 303, f° 50v-51 (17 août 1438).

30Le 20 novembre 1247, la cité interdisait l’entrée de la léproserie communale de Cornillon aux lépreux étrangers104. En 1259, une seconde maladrerie apparaît dans le faubourg de Sainte-Walburge105. Bien que rien ne le prouve, il est tentant d’établir un lien entre les deux événements. D’autant que de semblables interdictions provoquèrent à Huy, à Saint-Trond et dans d’autres villes106 la naissance d’une seconde léproserie non contrôlée par la ville. Des lépreux qui se rassemblèrent là, on ne sait rien. L’établissement resta jusqu’à sa disparition, au début du 17e siècle107, fort pauvre. On ne lui connaît pas de cour de tenants. Il vécut principalement de donations testamentaires et d’aumônes qu’il faisait collecter à travers la ville108. Il fallut attendre presque deux siècles pour qu’il soit doté d’une chapelle grâce à une donation d’Henri Habadeal109.

Hôpital des frères Sacs

  • 110 K. ELM, Ausbreitung, Wirksamheit und Ende der Provencalischen Sackbrüder (Fratres de Poenitentia J (...)
  • 111 En 1274, K. ELM, op. cit., p. 269-276 et 285, dénombrait 113 couvents.
  • 112 G. KURTH, La cité..., t. I, p. 305-306 ; C.S.L., t. VI, p. 257. Ils s’installèrent à l’entrée du f (...)

31L’ordre des frères de la pénitence de Jésus Christ, appelé communément frères Sacs, prit naissance en Provence vers 1240110. Il connut une rapide extension dans toute l’Europe occidentale. Des maisons s’installent dans la plupart des grandes villes de nos régions (Bruges, Gand, Bruxelles, Tournai, Cologne)111. Le 1er août 1265, les frères Sacs sont autorisés à s’établir à Liège, à condition d’être la seule maison de leur ordre dans le diocèse112.

  • 113 K. ELM, op. cit., p. 301-308.

32Le deuxième concile de Lyon (1274), voulant canaliser le foisonnement des familles religieuses, en supprima certaines. Les Sacs, bien qu’ils ne figurent pas explicitement parmi celles-ci dans les canons du concile, furent du lot. Il semble que le motif qui ait poussé à leur suppression fut leur naissance en milieu albigeois et le soupçon d’hérésie jeté sur eux par d’autres ordres mendiants. Aux Pays-Bas et dans les régions voisines, tous les couvents des Sacs disparurent entre 1291 et 1300113.

  • 114 Ils sont encore mentionnés en 1294, A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 227, f° 198v. Le testament de la (...)
  • 115 Ces informations sont fournies par un acte du 24 octobre 1331, A.E.L., Hôpital de Saint-Abraham, r (...)
  • 116 L. LAHAYE, Les Sacs..., p. 96-97.
  • 117 K. ELM, op. cit., p. 276-277 ne cite pas de sources à ce sujet mais se réfère à l’ouvrage de M. HE (...)
  • 118 A.E.L., Dominicians, chartrier, acte du 5 août 1265 et de novembre 1267, L. HALKIN, op. cit., p. 4 (...)

33A Liège, ils disparurent entre 1294 et 1297114. Leurs biens et leurs revenus passèrent à l’hôpital Saint-Jean-Baptiste. En échange, les maîtres de cet hôpital s’étaient engagés à faire célébrer les services religieux fondés à la chapelle du couvent et à maintenir l’asile où les malades étaient soignés et des étrangers hébergés115. C’est la seule trace que nous possédions de l’activité charitable des Sacs. Si les services religieux continuèrent à être dits à la chapelle, il semble que par la suite l’asile disparut116. Il est vrai que la charité ne fut pas leur domaine de prédilection. Leurs « constitutions » ne prévoyaient pas l’exercice de tâches hospitalières. Comme les autres ordres mendiants, leur mission principale était la prédication. Seules les communautés d’Esslingen, Strasbourg et Bruxelles paraissent s’être occupées du soin des pauvres117. Les testaments, seules sources contemporaines qui en parlent, n’en font qu’un couvent mendiant comme les autres et jamais on n’y trouve d’allusion à l’existence d’un hôpital118.

Hôpital Tirebourse

  • 119 Nous nous limiterons aux travaux les plus importants, G. KURTH, De l'origine liégeoise des béguine (...)
  • 120 J. GOOSSENS, De kwestie Lambertus « li Beges » († 1177), Bruxelles, 1984, p. 44-65, 84-86.
  • 121 P. POSWICK, op. cit., p. 65-70 ; R. LEJEUNE, L’évêque de Toulouse Folquet de Marseille et la Princ (...)

34Les origines du mouvement béguinal ont fait depuis le début du siècle, couler beaucoup d’encre119. D’après les recherches récentes de J. Goossens, il semble probable que l’on ne puisse plus voir en Lambert le Bègue l’initiateur de ce mouvement120. Quoi qu’il en soit les premières mulleres religiosae, appelées plus tard béguines, apparurent à Liège dans le courant du premier quart du 13e siècle121.

  • 122 Aucun relevé complet n’a été établi jusqu’à présent, on trouvera quelques éléments dans Th. GOBERT (...)
  • 123 Pierre Tirebourse est issu d’une famille de la ministérialité de Saint-Lambert. Il fut lié au trib (...)
  • 124 J. PAQUAY, Regesta de Renier, écolâtre de Tongres, vicaire-général de Henri de Gueldre, ds. B.I.A. (...)
  • 125 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 366-367 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 439 ; A.E. (...)
  • 126 L.J.M. PHILIPPEN, op. cit., p. 304-306. Cet acte serait la confirmation de la règle établie, en 12 (...)

35Durant tout le 13e siècle et le début du 14e siècle, des béguinages seront créés dans toute la cité122. Mais ceux de la paroisse Saint-Christophe resteront les plus nombreux et les plus importants. C’est donc tout naturellement cette paroisse que choisit Pierre Tirebourse123 vers 1267124, pour établir un hôpital destiné aux béguines malades et âgées125. A l’origine, l’hôpital Tirebourse devait posséder une administration indépendante, comparable à celles des béguinages. Le règlement édicté par Robert de Thourotte, en 1246, pour l’ensemble des béguinages du diocèse indique que ceux-ci étaient dirigés par une béguine, appelée maîtresse ou prieure, sous le contrôle d’un ecclésiastique126. Pour des raisons qui tiennent à l’évolution générale du mouvement béguinal, l’hôpital Tirebourse perdra peu à peu son indépendance et sera intégré au béguinage de Saint-Christophe.

  • 127 Ph. FUNK, Jakob von Vitry. Leben und Werke, Leipzig-Berlin, 1909, p. 117130 ; R. LEJEUNE, op. cit.(...)
  • 128 MIRAEUS et FOPPENS, Opera diplomatica et historica..., 2e éd., t. I, Bruxelles, 1723, p. 429-430 ; (...)
  • 129 Ce fut le cas à Aix-la-Chapelle (1262), Th. J. LACOMBLET, Urkundenbuch für die Geschichte des Nied (...)
  • 130 Mc DONNELL, op. cit., p. 175 ; J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie. L’Eglise et les clercs face aux (...)
  • 131 L.J.M. PHILIPPEN, op. cit., p. 303-307.
  • 132 E. REUSENS, op. cit., p. 125-128.
  • 133 Les statuts synodaux de Jean de Flandre, évêque de Liège (16 février 1288), publiés et traduits pa (...)
  • 134 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 1, f° 298 v°, reg. 2, f° 437 v° ; E. VAN WINTERSHOVEN,(...)
  • 135 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 272-274.
  • 136 J.-Cl. SCHMITT, op. cit., p. 60, 111.
  • 137 A.E.L., Béguinage de Saint-christophe, chartrier, acte du 22 septembre 1325 ; E. VAN WINTERSHOVEN,(...)

36Le mouvement béguinal suscita dans les milieux ecclésiastiques des réactions en sens divers, allant de l’enthousiasme à l’opposition ouverte. Comment ne pas se méfier d’un mouvement presque exclusivement féminin, organisé en marge de toute structure établie et dont l’origine fut attribuée à un personnage soupçonné d’hérésie127 ? Une fois le mouvement reconnu par Rome128, il s’avérait néanmoins nécessaire de le surveiller et de le structurer. On lui imposa des règlements. On tenta, dans plusieurs villes, de regrouper toutes les béguines dans un même endroit, de préférence légèrement à l’écart129. La dernière phase de cette reprise en main consista à placer les béguines sous la surveillance directe d’une autorité religieuse reconnue (abbé cistercien ou supérieur d’un ordre mendiant)130. Dans le diocèse de Liège, Robert de Thourotte amorça le mouvement par son règlement de 1246131. L’évêque Henri de Gueldre désigna son vicaire général. Renier, comme visiteur diocésain des béguines et de bégards132. Jean de Flandre, afin d’éliminer les béguines vivant seules, octroya des privilèges à celles qui étaient groupées dans un béguinage133. Dans la cité, la dispersion des béguines était telle qu’il fut impossible de les installer dans une seule paroisse. L’attention des autorités ecclésiastiques se porta dès lors sur la paroisse Saint-Christophe qui possédait la plus forte concentration de béguinages. Profitant d’abus dont nous ignorons la nature, l’évêque Jean de Flandre édicta un règlement, le 12 août 1283, qui plaçait l’ensemble des béguinages de Saint-Christophe sous l’autorité d’un conseil composé du curé de la paroisse et de quatre prieures-béguines choisies, probablement par les béguines elles-mêmes, parmi les plus âgées et les plus vertueuses. La charge principale de ce collège était la correction des fautes commises par les béguines134. L’acte ne précise pas si Tirebourse dépendait de l’autorité de ce conseil. Une vingtaine d’années plus tard, le contrôle des autorités religieuses sera renforcé par Adolphe de la Marck. Le 2 août 1315, l’évêque modifiait la composition du conseil qui comprendra dorénavant le curé de Saint-Christophe et douze béguines désignées par l’abbé de Saint-Jacques et le chantre de Saint-Paul. Le conseil voyait ses compétences élargies. En plus de la correction des mœurs, il pouvait statuer sur toutes les affaires intéressant le béguinage et était chargé, avec l’aide du prieur des Dominicains, de l’administration du béguinage, de l’hôpital et des autres fondations charitables dépendant du béguinage135. Bien que le texte n’y fasse aucune référence, il est difficile de ne pas voir dans ces mesures de surveillance accrue une conséquence du mouvement antibéguinal qui s’était développé surtout dans la vallée du Rhin et dont le concile de Vienne (1311) s’était fait l’écho en interdisant les béguines ne vivant pas en béguinage et en prenant des mesures contre certaines béguines allemandes hérétiques136. Le béguinage et ses dépendances resteront dirigés ainsi jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Seul le nombre de béguines siégeant au conseil sera modifié : elles ne seront plus que huit à partir de 1325137.

  • 138 M. PISSART, Tirebourse et Florichamps, ds. A.H.L., t. IV, Liège, 1950, p. 286-287. Dès 1461, les r (...)
  • 139 M. PISSART, op. cit., p. 286-287.
  • 140 E. VAN WINTERSHOVEN, op. cit., p. 80-82.
  • 141 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f°106v-107.
  • 142 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f° 106v-107 ; E. VAN WINTERSHOVEN, op. cit., p. 10 (...)

37L’intégration de l’hôpital Tirebourse dans les structures du béguinage sera complète en 1473. A partir de cette date, le compteur ne fait plus aucune distinction entre les revenus et les charges propres de l’hôpital et du béguinage138. Il faut y voir une simple mesure de rationalisation plutôt que la preuve de l’incapacité de l’hôpital à faire face à ses charges, comme l’a affirmé M. Pissart139. En effet, depuis le règne de Jean d’Arckel (1364-1378) au moins, l’indépendance financière de Tirebourse était fictive puisque ses revenus et ceux du béguinage étaient gérés par le compteur de Saint-Christophe140 lequel fournissait à la pitancière de l’hôpital l’argent nécessaire à son fonctionnement141. La cearesse ou pitancière, choisie par le conseil du béguinage, assurait la direction de Tirebourse. Sa charge principale était la conservation des biens de l’hôpital et les soins aux béguines malades142. C’est du moins la situation que nous montrent les documents des 15e et 16e siècles. Il est probable qu’il en était ainsi depuis la création en 1315 du conseil chargé de diriger le béguinage de Saint-Christophe.

  • 143 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, chartrier, acte de janvier 1304 ; Able : petit poisson blan (...)
  • 144 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 272 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 20, f° 104.
  • 145 L'établissement était situé approximativement au croisement des rues Saint-Gilles et Bassenge.
  • 146 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 223, f° 28v ; D.D. BROUWERS, Documents..., p. 273 ; A.E.L., Béguinage (...)
  • 147 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f° 109r-v ; M. LAVOYE, Le béguinage Saint-Christop (...)
  • 148 M. LAVOYE, op. cit., p. 142.
  • 149 M. PISSART, op. cit., p. 296-297 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 5, f° 234, reg. 6, (...)

38A côté de l’hôpital Tirebourse, le béguinage gérait deux autres institutions de bienfaisance : le potage d’able ou d’auble et la léproserie de Florichamps. Le potage d’able apparaît en 1304143. Il distribuait des secours à des veuves, des orphelins et des femmes sans ressource qu’il hébergeait à l’occasion144. La léproserie145, créée avant 1304146, était une annexe de l’hôpital réservée aux béguines lépreuses. Au 15e siècle, suite à la régression de la maladie, elle donna asile à quelques pauvres147. Ce petit établissement était doté de quelques revenus propres mais insuffisants pour assurer son entretien qui reposait presque entièrement sur les subsides accordés par le receveur de Saint-Christophe148. Florichamps était dirigée par une béguine, la governese, et possédait une chapelle particulière desservie par un chapelain désigné par le curé de Saint-Christophe149.

3. xive-xve siècles

Hôpital Saint-Julien

  • 150 FOULLON, Historia Leodiensis per episcoporum et principum seriem digesta..., t. I, Liège, 1735, p. (...)
  • 151 L. FABRY-ROSSIUS, Testamentum Joannis dicti Fabri clerici de uno altari Beate Virginis, Beati Joha (...)
  • 152 D.D. BROUWERS, Documents relatifs à l’hôpital Saint-Julien de Liège, ds. Chronique archéologique d (...)

39Selon Foullon et Th. Gobert150, Gilles le Corbesier, bourgeois de la cité, serait le fondateur de l’hôpital Saint-Julien. Nos recherches n’ont pu confirmer cette affirmation. Quoi qu’il en soit, Saint-Julien est bien une fondation bourgeoise dont la création se situe peu avant 1311151. Encore mal assurée, elle dut, en 1319, demander l’aide de la papauté qui accorda une indulgence de quarante jours à ceux qui feraient des donations à l’institution152.

  • 153 Th. GOBERT, Liège..., t. VI, p. 419 dit avoir trouvé ce renseignement dans un règlement de 1442 qu (...)
  • 154 Ils ne reçoivent plus pour cette charge que deux chapons par an, A.E.L., Hôpital Saint-Julien, lia (...)
  • 155 D.D. BROUWERS, Documents... Saint-Julien..., p. 38-39.
  • 156 C.S.L., t. III, p. 375.

40Sa direction et sa gestion étaient confiées à deux mambours153. Mais à la suite d’un processus dont nous ignorons tout et que nous ne pouvons observer qu’à son stade final, dans la seconde moitié du 15e siècle, l’hôpital se trouva géré et administré par quelques prébendiers. Ceux-ci, qui se qualifient eux-mêmes de frères et sœurs de l’hôpital, vivaient sans règle, indépendamment de toute autorité civile ou religieuse. Ils choisissent seuls les nouveaux membres de leur communauté et le comptable. Lors d’une assemblée annuelle, les comptes sont lus et approuvés par la communauté. Ils sont transmis ensuite au prieur du couvent du Val des Ecoliers ou au curé de la paroisse Saint-Nicolas en Outremeuse154. Cette coutume est la seule trace de dépendance de l’hôpital vis-à-vis d’une autorité. La charge de mambour, qui s’est maintenue jusque-là, n’est plus qu’un symbole155. La réalité du pouvoir de cette charge, représentation de l’hôpital en justice et dans les actes économiques, est remplie par les frères156.

  • 157 D.D. BROUWERS, Documents... Saint-Julien..., p. 40.
  • 158 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, liasse no 204, acte recopié dans les comptes de 1471-1472.
  • 159 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. I, p. 310-311. L’approbation du testament de Guillaume Gillar (...)

41Situé à l’extérieur de la porte de Choke157, sur la route qui menait à Aix-la-Chapelle et au Rhin, l’hôpital était réservé à l’origine aux voyageurs et pèlerins158. Après 1450, ceux-ci continuent à être accueillis, mais leur part est réduite à la portion congrue. En 1473, dans un accord passé entre les frères et le compteur, les revenus nécessaires à l’accueil des pauvres étaient estimés à vingt muids d’épeautre alors que les pensions des frères et les salaires du compteur et du desservant de la chapelle s’élevaient à cent trente-deux muids d’épeautre159.

Hôpital Saint-Guillaume

  • 160 Th. GOBERT, Liège..., t. XII, p. 412.
  • 161 A.E.L., Abbaye de Saint-Jacques, chartrier, acte du 28 juillet 1353 ; E. PONCELET, Inventaire Sain (...)
  • 162 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 104 ; A.E.L., Convenances et testaments, reg. 13, f° 132
  • 163 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 104.
  • 164 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 3, f° 1.

42En 1329 ou 1330, Guillaume Gillar Des Canges, fils de l’échevin Guillaume Des Canges, léguait une partie de ses biens afin de construire un hôpital, dédié à saint Guillaume, à l’extérieur de la porte de Sainte-Walburge159. Th. Gobert croyait que Saint-Guillaume n’était qu’une annexe à la léproserie de Sainte-Walburge160. Il n’en est rien. Les documents contemporains les distinguent nettement161. La fondation était destinée à recevoir et héberger des pauvres de la paroisse Saint-Servais et des pèlerins162. Initialement, Guillaume Des Canges en avait donné la gestion au gardien des frères mineurs et aux maîtres de l’hôpital Saint-Jean-Baptiste163. Au 15e siècle, ces derniers géraient sans partage les biens de l’hôpital Saint-Guillaume auquel ils rétrocédaient une partie de ses revenus164.

Hôpital Mostarde

  • 165 M. YANS, Les archives de la bienfaisance publique à Liège, I., L’hôpital Mostarde, ds. A.H.L., t.  (...)

43L’hôpital Mostarde est un exemple typique des petites fondations bourgeoises des 14e-15e siècles. Jean Mostarde, célibataire vivant des revenus confortables que lui procuraient des rentes urbaines et rurales, décida, peut-être sur les conseils de son peire espirituele le curé de Saint-André, de fonder un hôpital pour les poevres trespassans, deventrains et afforains165. Le 28 mars 1336, Jean Mostarde et sa nièce Marie faisaient établir l’acte de fondation de l’hôpital de la Meire-Dieux. La postérité oublia rapidement ce nom pour ne retenir que celui du fondateur.

  • 166 M. YANS, op. cit., p. 539. Sur son emplacement, voir S. BORMANS, Recherches sur les rues de l’anci (...)
  • 167 M. YANS, Les archives..., p. 540-541.
  • 168 Ibid., p. 541-544.
  • 169 Ibid., p. 542-543.

44Jean Mostarde possédait deux maisons rue du Pont166. Il y installa son hôpital. A cette dotation constituée de deux maisons et de diverses rentes, vinrent s’ajouter des terres, une maison et d’autres rentes que laissèrent sa nièce Marie et un tanneur nommé Evrard167. Afin d’assurer la pérennité de son institution et la commémoration de sa mémoire, Jean Mostarde prit soin de fixer, dans les détails, l’organisation matérielle et spirituelle de l’hôpital. La gestion des biens était assurée par deux mambours choisis chaque année par les fondateurs puis, après leur mort, par les paroissiens de Saint-André. Ces mambours, aidés du curé de la paroisse, étaient aussi chargés de vérifier les comptes et d’en faire rapport à l’assemblée paroissiale168. Le service de la chapelle était assuré par un prêtre choisi d’abord par les fondateurs, puis par le curé de Saint-André. Le chapelain devait dire la messe à un autel de l’église Saint-André, fondé par J. Mostarde, trois jours par semaine ; les autres jours, il devait la dire à l’autel de l’hôpital. Le chapelain était également receveur des biens de l’hôpital. Sa comptabilité était vérifiée annuellement par le curé et les mambours qui pouvaient éventuellement le renvoyer169.

Maison des Aveugles

  • 170 Le testament a été recopié partiellement dans un acte du 2 février 1437, A.E.L., Pauvres de Saint- (...)
  • 171 R.C.L., t. I, p. 379, 392, 414, 508-511 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 218-219.

45Par un testament dont la date n’a pas été conservée, un drapier, Guillaume de Bêche, léguait à quatre aveugles six maisons170 situées en Gobiérue, appelée plus tard rue des Aveugles. Cinq d’entre elles étaient données en location, la sixième servait de logement aux quatre aveugles, à leur famille et à un domestique. Parmi les exécuteurs testamentaires de Guillaume de Bêche, figure Lambert le Rosseau, drappier. Ce Lambert Rousseau fut échevin de Liège de 1349 à 1387 et maître de la cité en 1355 et 1369171. On peut dès lors supposer que le testament est antérieur à 1349.

  • 172 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse 4.
  • 173 R. VAN DER MADE, Inventaire..., p. 159 ; A.E.L., Guillemins, chartrier, no 171.

46La maison des Aveugles était placée sous la surveillance des mambours et du curé de la paroisse Saint-Thomas. Ce dernier avait le pouvoir de corriger les abus, de régler les conflits et éventuellement de chasser les aveugles rebelles172. Il procédait également, avec l’aide des mambours, au choix d’un nouvel aveugle lorsqu’une place était vacante. Il semble que la gestion des biens et la représentation en justice aient été laissées aux aveugles et à leur famille173.

Hôpital Paquay ou Saint-Séverin

  • 174 A.E.L., Echevins de Liège, Œuvres, reg. 4, f° 51v. Selon Th. GOBERT, Liège..., t. X, p. 406-407 qu (...)
  • 175 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 1, reg. 35, f° 84-88.
  • 176 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 8, doc. 16 et 17.
  • 177 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 1 et n° 8, doc. 16 et 17.

47Ce petit établissement, situé derrière l’église Saint-Séverin, apparaît pour la première fois en 1424174. Son fondateur serait un certain Baudouin Pacheal ou Paquay qui n’est pas autrement connu175. L’hôpital, placé sous la direction du curé de Saint-Séverin et des mambours de la paroisse176, accueillait les pauvres errants, les pèlerins, et assurait le gîte et certaines distributions de vivres aux pauvres de la paroisse177.

Maison de la Cigogne

  • 178 A.E.L., Collégiale Saint-Denis, chartrier, acte du 9 mars 1393.
  • 179 Sur sa biographie, voir C. TIHON, Lettres de Grégoire XI (1371-1378), t. II, Bruxelles-Rome, 1962, (...)

48A la fin de son testament178 rédigé le 22 octobre 1382, Pierre Braibechon179, chanoine de la collégiale Saint-Denis, demanda à ses exécuteurs testamentaires d’acquérir une maison proche de Saint-Denis pour accueillir douze enfants pauvres. Il ne prenait pratiquement aucune disposition quant à l’organisation de sa fondation qui était, semble-t-il, laissée à la libre appréciation des exécuteurs. Seuls les revenus de la maison étaient décrits et détaillés.

  • 180 Cette maison était située près de la tour de la collégiale de Saint-Denis dans la rue de Donceel.
  • 181 A.E.L., Collégiale de Saint-Denis, reg. 551, comptes 1486-1487, ss. fol.
  • 182 A.E.L., Collégiale de Saint-Denis, reg. 551, inventaire des meubles de la maison de la Cigogne (13 (...)

49Les volontés du testateur furent respectées. Une maison, la maison de la Cigogne180, fut achetée et sa gestion confiée au chapitre de Saint-Denis181. Mais à la fin du 15e siècle, les maigres revenus alloués à la fondation en vertu du testament de Pierre Braibechon ne lui permettaient plus de remplir efficacement ses fonctions. Outre le fait que certaines chambres de la maison étaient louées à des chanoines, le mobilier réduit à quelques ustensiles ménagers, quelques meubles, deux lits, deux couvertures et deux châssis de lit182, ne pouvait guère assurer le logement de douze enfants.

Hôpital Saint-Jacques

  • 183 Sur la prétendue existence de l'hôpital en 1078, voir P. DE SPIEGELER, Les statuts de la confrérie (...)
  • 184 L'hôpital installé à l'emplacement de l'actuelle banque de Schaetzen, boulevard d'Avroy.
  • 185 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier no 241.
  • 186 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, chartrier, no 58.
  • 187 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier no 241.

50Peu avant 1427183, des bourgeois de Liège, revenant d’un pèlerinage à Saint-Jacques de Compostene, se constituèrent en confrérie. Près du pont d’Avroy184, ils achetèrent une maison qui devait servir de lieu de réunion pour les confrères, et d’hôpital pour les voyageurs pauvres et les pèlerins185. Le 11 janvier 1429186, la confrérie demandait l’autorisation d’adjoindre à l’hôpital une chapelle qui fut consacrée, le 12 mai 1437, par Denis Stéphani, évêque suffragant et Jean de Heinsberg, évêque de Liège187.

  • 188 P. DE SPIEGELER, Les statuts..., p. 209-215.
  • 189 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, chartrier, no 58.

51Hôpital et confrérie jouissaient d’une large autonomie. L’assemblée des confrères choisissait ses maîtres, leur valet, le compteur et même les chapelains sans qu’elle ait besoin de l’assentiment d’une quelconque autorité religieuse. Elle avait aussi le droit de modifier les règlements188. Seule restriction à son pouvoir, l’obligation, imposée par l’évêque, de présenter une fois l’an la comptabilité à l’abbé de Saint Laurent189. Encore que nous n’ayons aucune trace, ni dans les archives de l’abbaye, ni dans les comptes de l’hôpital, de l’accomplissement de ce devoir.

Maison des frères Cellites ou Lollards

  • 190 Jusqu’à présent aucune synthèse ne leur a été consacrée, cfr A. MENS, art. Cellites et Alexiens, d (...)
  • 191 A. MENS, op. cit., col. 119-120.
  • 192 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 350-351 ; F. RAPP, L’Eglise et la vie religieuse en Occident à la (...)
  • 193 A. MENS, op. cit., col. 120.

52L’origine des Cellites reste très obscure190. Au début du 14e siècle, des groupes d’hommes, appelés Cellites ou Alexiens, apparaissent un peu partout, principalement en Brabant, Hollande, Rhénanie et Allemagne du Nord. A cette époque, les Cellites n’avaient rien d’un ordre organisé : il s’agissait simplement de congrégations pieuses de laïcs qui se chargeaient des soins aux malades à domicile et surtout de l’ensevelissement des morts191. A la suite des pestes, de nombreuses villes firent appel à eux. Mais leur insertion dans un cadre ecclésiastique reconnu sera lente. Leurs activités, leur statut mal défini, les liens réels ou supposés qui les unissaient aux hérétiques bégards et lollards en firent une cible privilégiée pour les inquisiteurs et certains prélats192. Afin d’être acceptés, ils durent se plier à une règle, ce qu’ils firent en 1459 en adoptant celle de saint Augustin193.

LES HOPITAUX DE LIEGE (xive-xve S.)

LES HOPITAUX DE LIEGE (xive-xve S.)

1. LEPROSERIE DE CORNILLON (av. 1176)
2. HÔPITAL SAINTE-MARGUERITE (av. 1183)
3. HÔPITAL SAINT-CHRISTOPHE (av 1183)
4. HÔPITAL SAINT-JEAN-BAPTISTE (av. 1189)
5. NOUVEL HÔPITAL DE LA CATHEDRALE ou HOPITAL SAINT MATHIEU-A-LA-CHAINE (vers 1203)
6. LEPROSERIE DE SAIΝΤΕ - WALBURGE (vers 1259)
7. HÔPITAL TIREBOURSE (av. 1267)
8. HÔPITAL SAINT-JULIEN (av. 1311)
9. HÔPITAL SAINT-GUILLAUME (1329 ou 1330)
10. MAISON DE L’AUMONE DES PAUVRES DE LA CITE
11. HÔPITAL MOSTARDE (1336)
12. MAISON DES AVEUGLES (av. 1350)
13. MAISON DE LA CIGOGNE (vers 1382)
14. HÔPITAL PAQUAY ou DE SA INT-SEVERIN (fin 14e siècle)
15. HÔPITAL SAINT-JACQUES (14 2 7)
16. MAISON DES FRERES CELLITES (vers 1466. 1er emplacement)
17. MAISON DES FRERES CELLITES (1519 2ème emplacement)
TRACÉ APPROXIMATIF DES MURAILLES (xiiie s.)

  • 194 J. DARIS, Les Alexiens à Liège, ds. B.I.A.L., t. XI, Liège, 1872, p. 273-282, leur a consacré une (...)
  • 195 A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f° 110 et 195v.
  • 196 A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f° 124v.
  • 197 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 353.
  • 198 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2-7.
  • 199 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2.
  • 200 On vit régulièrement des Cellites demander l'aumône au chapitre de Saint-Denis, A.E.L., Collégiale (...)
  • 201 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2-3.
  • 202 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 354-356.

53Les Cellites s’installèrent194 à Liège, vers 1466195, en Chodelistrée (actuellement rue Sœurs de Hasque)196 où ils demeurèrent jusqu’en 1485 au moins. De 1493 à 1496, ils résidèrent au couvent des Bons-Enfants197. Peu après, à une date que nous ne saurions préciser, ils quittèrent la ville pour n’y revenir qu’en 1519, à l’insistance des autorités urbaines198. Selon les termes mêmes de l’accord qu’ils passèrent avec la cité, leur départ était dû au fait qu’ils avaient vendus, aliéné, distribué... a leur particulier prouffit199 les biens du couvent. L’extrême pauvreté de l’établissement200 permet de supposer que c’est bien là une des causes de leur départ. Toujours est-il que la recrudescence des épidémies au début du 16e siècle amena la cité à réclamer leur retour201. On leur accorda, bien sûr, de substantiels avantages : exemption de tout impôt ou taxe, octroi d’une rente de cent muids d’épeautre et autorisation de fabriquer de la bière sans acquitter les droits du métier. Ils s’établirent provisoirement dans l’hôpital de Saint-Séverin, puis, définitivement, rue Volière202.

  • 203 A. MENS, op. cit., col. 120.
  • 204 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 1.
  • 205 A.E.L., Cellites, reg. 1, f° 70.
  • 206 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 360-361.

54Les Cellites s’occupaient à Liège, comme partout ailleurs203, de donner des soins aux malades et d’enterrer les morts204, y compris les morts de la peste205. Au début du 16e siècle, ils accueillaient également des aliénés206. Nous ignorons s’il en était ainsi lors de leur première installation.

B. Les institutions d’assistance

1. Les aumôneries monastiques

55Les aumôneries les plus anciennes sont celles des monastères bénédictins. Après avoir été, dans bien des endroits, les seules institutions à fournir une aide aux pauvres, elles verront leur rôle considérablement réduit par le développement d’autres institutions d’assistance et le déplacement des pauvres vers les villes.

  • 207 Der liber Ordinarius des lütticher St. Jakobs-Klosters, éd. P. VOLK, ds. Beiträge zur Geschichte d (...)
  • 208 La règle..., t. II, p. 610-614 ; W. WITTERS, op. cit., p. 204-210.
  • 209 Der Liber..., p. 21-23, 78.

56A Liège, leur action, en raison sans doute de l’implantation tardive des monastères, paraît, dès l’origine, fort limitée. A vrai dire, aucun témoignage ancien ne nous est parvenu. Cela ne signifie évidemment pas que les abbayes liégeoises n’eurent aucune activité charitable, mais il est vraisemblable que le service de l’aumônerie monastique resta embryonnaire. Le Liber Ordinarius207 de Guillaume de Julémont, qui réforma le monastère de Saint-Jacques entre 1280 et 1294, paraît confirmer cette hypothèse. En cette fin du 13e siècle, l’office n’a plus l’importance qu’il revêtait dans la règle primitive et dans les premiers coutumiers bénédictins208. Distribuer quelques vivres aux pauvres et aux pèlerins de passage et organiser la réception de quatre-vingt-douze pauvres lors de la cérémonie du Mandé ou Mandatum le Jeudi Saint209 n’est qu’une charge secondaire.

  • 210 W. WITTERS, op. cit., p. 195-196.
  • 211 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 16 mars 1265 ; J. CUVELIER, op. cit., p. 204 ; A.E.L., Col (...)

57A l’instar de l’ancienne coutume bénédictine210, les cisterciennes de Robermont et du Val-Benoît et les chanoines réguliers du Val des Ecoliers211, donnent aussi les aumônes à la porte du monastère. La fonction charitable ne joue ici qu’un rôle accessoire. Ce maigre bilan n’a rien de surprenant. Le développement d’un système d’assistance laïque, la spécialisation des fonctions religieuses qui donna naissance aux ordres spécifiquement hospitaliers et le déplacement du foyer de la pauvreté ont déchargé les monastères bénédictins, et dans une moindre mesure, les institutions cisterciennes, d’une mission qu’ils étaient les seuls jusqu’au 11e siècle à pouvoir remplir mais qui n’était pas la raison d’être profonde de leur ordre.

2. Les mandés capitulaires

58A la suite d’un processus dont nous ignorons les étapes, les aumôneries de la cathédrale et des collégiales liégeoises adoptèrent la forme particulière du mandé.

  • 212 W. WITTERS, op. cit., p. 198-204.
  • 213 A notre connaissance aucune étude n’a jamais été consacrée au mandé capitulaire, voir J. de MAHUET (...)

59Saint Benoît avait prescrit à l’abbé et à la communauté monastique de laver les pieds des hôtes. Cette cérémonie, appelée Mandatum, revêtait une importance toute particulière le Jeudi Saint212. Imitant les usages monastiques, certains évêques, à partir du 7e siècle, ont, semble-t-il, introduit dans leur cathédrale le rite du lavement des pieds. Ce cérémonial, qui se déroulait le Jeudi Saint, commémorait le geste accompli par le Christ pour ses apôtres. C’est au 10e siècle que cette coutume se répandit en Occident où, dans certaines églises, on l’avait les pieds à cent pauvres avant de leur offrir une aumône et un repas213.

  • 214 L. LAHAYE, Inventaire... Saint-Jean, t. I, p. 20-21.
  • 215 Provisoribus elemosine seu mandati nostre ecclesie..., C.S.L., t. III, p. 184 ; elemosina ecclesie (...)
  • 216 J.G. SCHOONBROODT, Inventaire analytique et chronologique des chartes du chapitre de Saint-Martin (...)

60Les distributions d’aumônes qui suivaient la cérémonie du mandé prirent, à Liège, une extension particulière. Les dates d’apparition, Saint-Jean l’Evangéliste (1180)214, cathédrale où le mandé portait aussi le nom d’Aumône (1256)215, Saint-Martin (1256), Saint-Denis (1318), Saint-Pierre (1324), Saint-Paul (1324), Sainte-Croix (1361)216, sont uniquement tributaires de la bonne conservation des archives capitulaires et ont peu de signification.

  • 217 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 436 à 454 ; A.E.L., Cathédrale, Aumône, no 4, 6, 9, 260, 262.
  • 218 A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, reg. 107, f° 1v. et 14. reg. 190, f° 32 r-v ; A.E.L., Collégiale (...)

61A la cathédrale et à la collégiale Saint-Jean, le mandé possédait une organisation propre et une comptabilité distincte du reste des finances capitulaires217. Dans les autres collégiales, ses biens étaient intégrés à l’ensemble des biens du chapitre qui, le moment venu, leur rétrocédait une somme forfaitaire218.

  • 219 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 10, f° 14 ; C.S.L., t. IV, p. 246.

62Là où le mandé avait une administration propre, le chapitre désignait chaque année, comme mambours, deux chanoines et un compteur219. Ailleurs, un chanoine était appelé à surveiller la bonne ordonnance des distributions.

  • 220 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 436, f° 61, reg. 438, f° 37, reg. 439 à 444, ss. fol.
  • 221 A.E.L., Collégiale Saint-Martin, reg. 97, f° 39v-40 ; A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, reg. 107, f (...)

63A Saint-Jean, les distributions avaient lieu deux fois l’an. Le mandé de Carême commençait le premier lundi du Carême de Pâques et se prolongeait durant quatre à six semaines à raison de trois à cinq distributions hebdomadaires. Le mandé d’été commençait la première semaine du mois de mai et se prolongeait durant trois à quatre semaines, à raison de trois à cinq distributions hebdomadaires. Chaque distribution journalière attirait cent à trois cents pauvres, parfois plus, qui recevaient un pain220. Dans les autres collégiales, bien que nous ayons moins de détails, on retrouve deux mandés et la prééminence de celui de Carême sur celui d’été221.

3. L’Aumône de la cité

64Les Aumônes communales ou tables des pauvres sont localisées dans les régions les plus urbanisées de l’Europe : nord de la France et de l’Italie, Flandre, Brabant, vallée de la Meuse et Rhénanie. Leur apparition dans les sources, à la charnière des 12e et 13e siècles, coïncide avec leur communalisation.

  • 222 P. BONENFANT, Origine..., p. 19-21 ; M.-J. TITS-DIEUAIDE, Les tables des pauvres dans les ancienne (...)

65Il est pratiquement impossible de reconstituer la genèse de ces institutions. Au départ de la plupart d’entre elles se trouve une confraternité, groupant des laïcs et parfois aussi des prêtres et des clercs, ou une table paroissiale dont la création remonte au milieu du 12e siècle222.

66L’Aumône de la cité de Liège ne fait pas exception à la règle : on ne dispose que de deux textes pour en retracer la première histoire.

  • 223 Domum meam que est in foro leodiensi fraternitati sancti Michaelis el infirmis de Cornelio..., R.C (...)
  • 224 R.C.L., t. I, p. 28.

67Le premier document est une donation avant décès par laquelle une certaine Engilia donne, en 1185, sa maison sur le Marché à la fraternité de Saint-Michel et aux lépreux de Cornillon223. Le second, daté du 3 septembre 1235, est un acte par lequel le mayeur, les échevins et les jurés de Liège font savoir que le prêtre qui desservira l’autel de la chapelle Saint-Michel transféré à la cathédrale recevra de l’Aumône de la cité (Elemosina civitatis) une somme de cinq oboles par semaine pour y chanter certaines messes224.

  • 225 Th. GOBERT, Liège..., t. I, p. 515 et sv. ; M. YANS. Métiers et bienfaisance publique à Liège, ds.(...)

68Avant d’examiner les hypothèses que les historiens ont émises sur cette question225, il convient de préciser les liens qui unissent ces deux actes.

69Liège possède, en 1185, une fraternitas sancti Michaelis dont la fonction est de distribuer des secours aux pauvres. La présence, comme témoins de la donation, des membres de la Commune dont c’est la première apparition dans les sources, permet de supposer que la confrérie était placée sous le contrôle total ou partiel de la cité. En 1235, les autorités urbaines disposent d’une Aumône qui a des obligations vis-à-vis d’une chapelle Saint-Michel. On a, dès lors, établi une filiation entre la fraternité Saint-Michel, contrôlée par la cité, et l’Aumône de la cité dont les rapports avec la chapelle Saint-Michel restaient à établir. Jusqu’à ce point, nous pouvons marquer notre accord avec nos prédécesseurs. Mais où nous ne pouvons les suivre, c’est dans l’explication qu’ils donnent de l’origine de la fraternité et de la fonction de la chapelle Saint-Michel.

  • 226 Th. GOBERT, Liège..., t. I, p. 515-517. M. YANS, Métiers..., p. 390 tenta de contester cette thèse (...)
  • 227 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 400-402.
  • 228 R. HANKART, L'hôpital..., p. 160-171 cherche d’ailleurs moins à établir les origines de l’Aumône q (...)

70Selon Th. Gobert, l’Aumône de la Cité serait issue du démembrement des institutions charitables de la cathédrale. Après l’incendie en 1185 qui détruisit la cathédrale, son hôpital et la chapelle Saint-Michel sur le Marché qui le desservait, les malades auraient reçu asile dans le Nouvel-Hôpital des cloîtres de Saint-Lambert, les secours aux indigents, précédemment distribués par l’ancien hôpital, seraient passés sous le contrôle de la cité et son autel aurait été transféré de Saint-Michel à la cathédrale226. Dans son étude sur l’église Saint-Michel sur le Marché, Jean Lejeune tenta de montrer que l’édifice n’avait pas été détruit en 1185 mais qu’il avait subsisté jusqu’au sac de 1468. Chemin faisant, l’historien fut confronté aux origines de l’Aumône de la cité. Suivant ses assertions, l’Aumône de la cathédrale ou fraternité Saint-Michel aurait été municipalisée entre 1176 et 1185. L’acte du 3 septembre 1235 serait le résultat d’un conflit, —-dont il ignore le motif —, entre le clergé et le Magistrat : les parties auraient consenti à un compromis qui stipulait que l’autel de Saint-Michel sur le Marché serait transféré dans la cathédrale, mais que le desservant serait désigné par le Magistrat. Dans le même temps ou peu avant, l’hôpital de la cathédrale et son Aumône auraient été dissociés. Le premier abandonnant la maison de l’abbé Hellin pour s’installer dans l’encloître de Saint-Lambert, la seconde pour s’établir dans la paroisse Saint-Martin en Ile227. Dans un article récent, R. Hankart tenta de concilier les deux thèses, mais sans y apporter d’éléments neufs228.

  • 229 Cfr chapitre précédent.
  • 230 Chronicon..., p. 134-135.

71Sans prétendre résoudre toutes les questions posées par ces textes, il nous paraît nécessaire de revoir ces hypothèses qui nous semblent discutables. Elles reposent en effet sur l’idée que les institutions charitables de Saint-Lambert se seraient décomposées et qu’une partie de leurs attributions seraient passées à la fraternité Saint-Michel puis à l’Aumône de la cité. Or s’il est indéniable que les institutions charitables de la cathédrale connurent une période de décadence, elles furent réformées et donnèrent naissance au Nouvel-Hôpital et à l’Aumône ou mandé de la cathédrale229 qui subsista bien au-delà de 1235. L’Aumône de la cité ne peut dès lors en être issue. De même, faire de Saint-Michel la chapelle de l’ancien hôpital est inexact. Le passage du Chronicon rythmicum retraçant la fondation de l’abbé Hellin, est très clair : l’hôpital fut doté d’une chapelle située en son sein230 et non à quelques dizaines de mètres de ses bâtiments.

  • 231 V. von WOIKOWSKY-BIEDAU, op. cit., p. 25 ; P. BONENFANT, Cartulaire de l'hôpital Saint-Jean de Bru (...)

72Ne serait-il pas plus simple de voir dans la fraternité Saint-Michel une confrérie charitable fondée par des bourgeois, comme il s’en créa d’ailleurs, à la même époque, à Cologne (avant 1186) et à Bruxelles (en 1186)231, et dont la communalisation fut rapide ?

  • 232 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 396-409.

73La fonction de la chapelle Saint-Michel et ses rapports avec l’Aumône de la cité seraient ainsi éclairés. Sans entrer dans le dédale de la démonstration de Jean Lejeune, on peut considérer que l’édifice conserva sa fonction religieuse jusqu’en 1235232. Rien n’empêche de penser qu’il fut la chapelle de la fraternité Saint-Michel, ce qui expliquerait le fait que l’Aumône de la cité ait continué à faire dire des messes à l’autel de Saint-Michel après son transfert dans la cathédrale. En effet, comme toute confrérie, celle de Saint-Michel dut recevoir des dons en échange de messes. L’argent versé au desservant de l’autel Saint-Michel par l’Aumône de la cité serait la manifestation du désir de perpétuer les obligations contractées par la confrérie à l’égard de certains donateurs.

  • 233 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 402.
  • 234 C. de BORMAN, op. cit., t. I, p. 95.
  • 235 Jusqu’à la deuxième moitié du 14e siècle, l'Aumône de la cité s’intitulait li poures de la citeit, (...)
  • 236 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 229, f° 28.
  • 237 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 218, f° 4, reg. 220, f° 99 ; R. HANKART, L’hôpital..., p. 184.

74Quant au déplacement de l’Aumône de la cité dans l’Ile, il se situerait non pas peu après 1235233, mais entre 1292, année du décès de l’échevin Everard d’Ile234, et 1303, date du premier testament de Lambert Binet, chapelain de Saint-Paul et receveur de l’Aumône qui lui légua certains revenus afin que soit fais un oratoirs et une capelle en l’onour saint Michiel auz despens des dis Po lires235 en le maison qui est ors an temps des dis Poures qui jadit fut Evrar d’Ilhe, esquevins de Liege, seante en Ilhe236. Le 13 juin 1336, par un second testament, Lambert Binet renouvelle ses dons et sa demande, mais les maîtres de l’Aumône mirent peu d’empressement à réaliser ses dernières volontés : la construction de la chapelle commença en 1437237. Ceci nous amène à formuler deux observations. D’une part, il est difficilement imaginable que pendant plus de soixante ans, l’Aumône n’ait pas eu de local ; toutefois on peut supposer qu’elle continua d’occuper pendant un certain temps la chapelle désaffectée de Saint-Michel. D’autre part, l’absence de chapelle durant deux siècles est étrange, à moins que l’Aumône ne se soit contentée d’utiliser l’autel Saint-Michel dans la cathédrale. Nous ne nous cachons pas la précarité de ces hypothèses, mais en l’absence de texte plus précis, nous n’en perçevons pas d’autres.

  • 238 A.E.L., Dominicains, chartrier, chartes no 44 et 57 ; R. HANKART, L’hôpital..., p. 186-188.
  • 239 J· LEJEUNE, Liège et son Pays. Naissance d'une patrie (13e-14e siècles), Liège, 1948, p. 383-384.
  • 240 R.C.L., t. III, p. 376, 380, t. IV, p. 443-444.

75La fraternité Saint-Michel devenue, dès avant 1235, l’Aumône de la cité, était une institution gérée et administrée entièrement par les autorités urbaines qui désignaient à sa tête quatre puis six mambours nommés à vie238. Le principal effet des luttes sociales qui secouèrent la ville dans la première moitié du 14e siècle, fut la diminution progressive du nombre d’échevins parmi les mambours de l’Aumône. A partir de 1384, l’échevinage est réduit au seul rôle de tribunal. Son effacement politique est pratiquement achevé239. Le gouvernement de la cité, et par voie de conséquence, celui de l’Aumône, sont désormais tout entier aux mains des représentants des métiers. Dès cette époque, les mambours, au nombre de quatre, sont choisis par les métiers et le collège est annuellement renouvelable par moitié240.

  • 241 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 50-51v, reg. 321, ss. fol. ; R.C.L., t. III, p. 376-376-377 ; (...)
  • 242 R.C.L., t. III, p. 376-377.
  • 243 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v.
  • 244 R.C.L., t. III, p. 277.
  • 245 Pièce de métal prouvant que son possesseur pouvait participer aux distributions.
  • 246 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 321, 322, 323, ss. fol.
  • 247 Sur un total de 1312 méreaux, douze seulement étaient attribués à des mendiants, A.E.L., Pauvres e (...)

76L’organisation et le type de secours apportés par l’Aumône ne sont guère connus avant le 15e siècle et nous n’oserions affirmer qu’ils revêtaient la même forme dans les siècles précédents. A la fin du moyen âge, les pauvres inscrits à l’Aumône recevaient du pain deux fois par semaine, une paire de souliers et quelques aunes de toile le jour de la Toussaint241. Chaque année, l’Aumône organisait quatre distributions de pain supplémentaires à des dates fixées par les mambours242. En 1417, trois eurent lieu durant le Carême et la quatrième le dimanche après la Saint-Pierre et Paul (29 juin)243. Les conditions à remplir pour en bénéficier sont inconnues. Après la réforme administrative de 1444, des employés subalternes de l’Aumône, les mereliers, établissaient quinze jours avant la première distribution, la liste des povres necessairs qui seraient admis aux aumônes244. Cette expression reste très vague. Des listes où fut noté le nombre de méreaux245 accordés246, on peut simplement déduire qu’il fallait résider dans l’une des paroisses de la cité et ne pas être considéré comme un mendiant247.

  • 248 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I. p. 437.
  • 249 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 223, fo 26.

77Outre ces distributions habituelles, l’Aumône s’était vue chargée par certains testateurs de donner du pain aux pauvres le jour anniversaire de leur mort ou de leur enterrement. Ainsi, l’échevin Gilles Surlet, en 1291, légua à l’Aumône une rente annuelle de trente muids d’épeautre que les mambours devaient distribuer le jour anniversaire de sa mort248. En 1304, Henri dit Quartas demande que l’Aumône donne vingt muids de pain le jour de son enterrement ou le lendemain249.

4. Les aumônes privées

  • 250 Ayant le même terrain d’action et le même but, il semble que les personnes désireuses de venir en (...)

78Une des principales conséquences de l’instauration de l’Aumône de la cité fut le faible développement des menses paroissiales250 et le peu d’importance prise par les fondations d’aumônes privées. La plupart des testateurs qui désiraient faire célébrer l’anniversaire de leur mort par une distribution aux pauvres, chargèrent de cette tâche l’Aumône de la cité. Seuls quelques-uns s’en remirent à leurs exécuteurs testamentaires ou à un groupe de personnes choisies à cet effet.

  • 251 P. HANQUET, Les archives de la bienfaisance publique à Liège, II, L'aumône Graveteau, ds. A.H.L., (...)
  • 252 P. HANQUET, op. cit., p. 132-133, 137-138.

79En 1339, le pelletier Lambert Graveteau abandonne à ses exécuteurs testamentaires des rentes qui devront être distribuées aux pauvres. Ainsi chaque vendredi matin, les administrateurs de l’aumône procédaient dans l’ancienne demeure Graveteau en Souverain Pont à une « donnée » de deux muids et y ajoutaient au début de l’hiver des chemises et des souliers251. Cette fondation subsistera jusqu’à la première moitié du 19e siècle252.

  • 253 A.E L., Aumône de Catherine de Flémalle, reg. 3 bis, comptes 1471-1489, ss. fol.
  • 254 A.E.L., Aumône de Catherine de Flémalle, reg. 1, f° 92v-110v.

80La seconde Aumône, à l’existence durable, fut fondée par la veuve du bourgmestre de Liège Renwar de Montegnée. A sa mort, peu après 1419, Catherine de Flémalle réserva certains de ses biens au secours des ménages nécessiteux (communs pauvres mesnage et nesaissier) qui bénéficiaient, à une fréquence non précisée par le testament, de dons en argent, drap, toile, viande et hareng253. D’autres furent attribués aux pauvres de la paroisse Saint-Adalbert qui recevaient six muids de pain à la Noël, sept la semaine de Pâques et sept à la Pentecôte. L’ensemble était géré par quatre mambours, — le prieur des chartreux, le vicaire de Saint-Adalbert, un chanoine de Saint-Paul et un parent de la défunte —, qui désignaient une personne chargée de distribuer les aumônes et de tenir les comptes254.

  • 255 A.E.L., Abbaye Saint-Jacques, chartrier, charte no 252 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 4 (...)

81A côté de ces Aumônes permanentes, quelques testateurs laissèrent des rentes d’un demi à cinq muids de pain à donner le jour anniversaire de leur mort255. On ignore généralement dans quelle mesure leurs dernières volontés furent respectées et si elles le furent, pour combien de temps.

***

82Le développement des villes, la croissance de la population et la montée d’une classe nouvelle, la bourgeoisie, imposent, au 12e siècle, des changements institutionnels et religieux auxquels les structures hospitalières qui, à des degrés divers, se révélaient presque partout insuffisantes ou inadéquates, n’échappent pas.

  • 256 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 52-53, 93-149.
  • 257 J. IMBERT, op. cit., p. 212-216 ; Histoire des hôpitaux..., p. 55-59, 66, 81.
  • 258 J. IMBERT, op. cit., p. 60, 212-216.
  • 259 A. CORDANI-SONTAG, op. cit., p. 40-41.

83Avec une puissance économique grandissante qui n’est doublée d’aucun pouvoir politique, la bourgeoisie, pour s’imposer dans les villes où s’exercent ses activités, commence, dans la seconde moitié du 12e siècle, à s’installer par la négociation ou par la force dans les conseils urbains. Réagissant contre l’incapacité des anciennes paroisses, dont le clergé peu nombreux et mal formé ne pouvait assumer l’encadrement des populations, elle crée des paroisses nouvelles et surtout fournit aux ordres mendiants les hommes et l’argent indispensable à leur réussite. Au manque d’institutions d’assistance qui laissaient sans secours bourgeois ou commerçants, victimes de revers de fortune, personnes âgées ou pauvres venus des campagnes, elle réagit en devenant grâce à sa fortune, un élément moteur du renouveau hospitalier qui se situe grosso modo entre 1150 et 1250. Dans les régions les plus urbanisées de l’Empire, les laïcs isolés ou groupés en confrérie créeront leurs propres hôpitaux256. En France, les confréries laïques auront tendance à se structurer en ordre hospitalier pour donner ainsi naissance aux Antonins ou à l’ordre du Saint-Esprit257. Dans les zones moins urbanisées, l’initiative revint souvent aux seigneurs locaux et aux ordres militaires et hospitaliers issus de la croisade258. Face à ces transformations, les réactions épiscopales furent rares. Une minorité d’évêques, dans le sud de l’Allemagne notamment, réformèrent les hôpitaux et les Aumônes dont ils avaient la charge, soit en confiant leur gestion à l’un des ordres précités, soit plus rarement par des fondations nouvelles259.

  • 260 S. REICKE, op. cit., t. I. p. 308-310 ; Histoire des hôpitaux..., p. 118-119.

84Dès la seconde moitié du 13e siècle, les grandes mutations du système d’assistance sont achevées ou en voie d’achèvement. Les fondations, qui verront le jour par la suite, sont de petites dimensions et d’origine généralement privée. Le seul élément qui retient l’attention aux 14e et 15e siècles, est l’apparition dans les grandes villes d’établissements spécialisés pour les aveugles, les fous et les vérolés260.

85L’évolution du système d’assistance liégeois ne diffère guère de ce que l’on peut observer dans les régions voisines. La plupart des hôpitaux liégeois datent du dernier quart du 12e siècle. Six fondations dont quatre d’origine bourgeoise sont établies entre 1175 et 1204 : la léproserie de Cornillon (avant 1176), Sainte-Agathe (avant 1183), Saint Christophe (avant 1183), l’Aumône (avant 1185), Saint-Jean-Baptiste (avant 1189) et le Nouvel-Hôpital (1203). Ensuite le mouvement est enrayé. Au 13e siècle, un seul hôpital important se crée, celui de Tirebourse (vers 1267), une modeste léproserie et deux fondations éphémères : l’hôpital de Saint-Jean l’Evangéliste et la maison des frères Sacs. A la fin du 13e siècle, Liège compte huit hôpitaux et une Aumône importante. Il est tentant d’établir un lien entre la période d’efflorescence hospitalière et la période d’expansion commerciale de la ville qui atteint son sommet vers 1200 pour s’achever vers 1250. Néanmoins, d’autres causes peuvent avoir présidé au ralentissement des fondations après 1200 : il est possible que l’infrastructure hospitalière ait alors été jugée suffisante ou encore que l’argent ait connu de nouvelles affectations favorables aux béguinages et aux ordres mendiants qui apparaissent alors.

86Des fondations se créent encore au 14e siècle, six, et au 15e siècle, deux, auxquelles viennent s’ajouter quelques Aumônes, mais il s’agit uniquement de petits établissements instaurés par des bourgeois et des artisans aisés.

  • 261 Cologne comptait environ 30.000 habitants à la fin du 15“siècle, V. von WOIKOWSKY-BIEDAU, op. cit.(...)

87A la fin du 15e siècle, Liège compte quinze hôpitaux, une aumône importante et deux ou trois Aumônes d’importance secondaire pour une population de 20.000 à 25.000 habitants. Ces chiffres sont sensiblement les mêmes que ceux relevés dans des villes de taille équivalente. Cologne possède à la même époque une quinzaine d’hôpitaux, Bruges dix, Lyon une vingtaine, Narbonne dix ou onze à la fin du 13e siècle et huit ou neuf à la fin du 15e siècle, et Douai quatorze à la fin du 14e siècle261. Toutefois cette constatation n’a guère de signification, car ce qui importe c’est la capacité d’accueil qui, comme nous le verrons, est peu élevée dans les hôpitaux liégeois.

88Jusqu’à la fin du 13e siècle, l’ensemble paraît équilibré : deux léproseries (Cornillon et Sainte-Walburge), un hôpital pour les béguines (Tirebourse), trois hôpitaux pour les malades (Saint-Christophe, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Jean l’Evangéliste) et deux hôpitaux qui reçoivent aussi bien les malades que les pèlerins (Sainte-Marguerite, le Nouvel Hôpital). Au début du 14e siècle, l’hôpital Saint-Jean l’Evangéliste se transforme en béguinage. Saint-Christophe devient un hôpital pour passants et, dans la seconde moitié du siècle, Saint-Mathieu à la Chaîne n’abrite plus que des familiers.

  • 262 E. VAN CAUWENBERG, Les pèlerinages expiatoires et judiciaires dans le droit communal de la Belgiqu (...)

89Au début du 15e siècle, avec les nouvelles fondations qui sont presque toutes destinées aux pèlerins et aux passants, Liège compte encore un seul hôpital pour malades (Saint-Jean-Baptiste), quelques établissements spécialisés réservés aux aveugles (Maison des aveugles), aux écoliers pauvres (Maison de la Cigogne), aux béguines (Tirebourse), aux lépreux (Cornillon et Sainte-Walburge), et sept hôpitaux pour pèlerins (Sainte-Marguerite, Saint-Christophe, Saint-Julien, Saint-Guillaume, Mostarde, Paquay, Saint-Jacques). La place prise par les institutions pour pèlerins et passants peut surprendre dans une ville qui n’est ni un centre de pèlerinage, ni un nœud routier de première importance262. Peut-être, les fondateurs ont-ils, en l’absence de politique d’implantation, répondu à un impératif économique. Ces établissements qui se satisfaisaient de locaux de petites dimensions et d’un personnel réduit, étaient nettement moins onéreux.

90La topographie hospitalière n’offre guère de surprise. Les léproseries, surtout pour des motifs psychologiques, sont installées à quelques centaines de mètre des zones les plus peuplées de la ville. Les hôpitaux pour pèlerins sont situés, soit sur les principaux axes routiers, — Saint-Christophe et Sainte-Marguerite sur la route terrestre qui doublait la route fluviale en direction de Huy, Saint-Julien sur la route de l’Ardenne, l’hôpital Paquay sur la route de Hesbaye —, soit approximité d’un apleit (débarcadère), — Saint-Jacques près de l’apleit d’Avroy —, soit comme l’hôpital Mostarde dans la rue qui se trouve dans le prolongement du seul pont qui traversait la Meuse. A l’exception des hôpitaux Paquay, Mostarde et Saint-Julien, tous ces établissements se trouvent à l’extérieur des remparts.

Notes

1 G. KURTH, La lèpre en Occident avant les croisades, ds. Compte rendu du deuxième congrès scientifique international des catholiques (Paris, 1-6 avril 1891), Paris, 1891, p. 125-147 ; G. PICHON, Essai sur la lèpre du haut Moyen Age, ds. M.A., t. XC, Bruxelles, 1984, p. 331-356.

2 La liste des léproseries présentée par G. KURTH, La lèpre..., p. 145-146, doit être réduite. Liège et Bruges, par exemple, ne possédaient pas de léproserie au 10e siècle.

3 EVERHELM, op. cit., p. 298.

4 RAOUL, Gesta abbatum Trudonensium. Continuationes, éd. C. de BORMAN, t. I, Liège, 1877, p. 23.

5 Ch. DE CONINCK et W. BLOCKMANS, Geschiedenis van de Gentse leprozerie « Het rijke Gasthuis » vanaf de Stichling (ca. 1146) tot omstreeks 1370, ds. A.S.B.H.H., t. V, Bruxelles, 1967, p. 5 ; F.F.J. LECOUVET, Léproseries de Tournay et du Tournaisis, ds Messager des sciences historiques et des arts de Belgique, t. XXIII, Gand, 1855, p. 10 ; A. JORIS, La ville de Huy..., p. 388 ; P. BONENFANT, L'ancienne léproserie Saint-Pierre à Bruxelles, ds. A.S.B.H.H., t. III, Bruxelles, 1965, p. 86 ; J. ASEN, Das Leprosenhaus Melaten bei Köln, Bonn, 1908, p. 20 ; W. de KEYSER, Une léproserie en mutation : la bonne maison Saint-Ladre de Mons aux xiiie et xive siècles, ds. A.S.B.H.H., t. XIV, Bruxelles, 1976, p. 5 ; W.J. MARX, The development of charity in medieval Louvain, New York, 1936, p. 41. Elles apparaissent à la même époque en France et dans l’Empire, J. IMBERT, op. cit., p. 151-154 et S. REICKE, op. cit., t. I, p. 313-314.

6 Nous avons limité nos exemples au diocèse de Liège. J. STIENNON, Etude critique des deux premiers actes relatifs à la léproserie de Malmedy, ds. B.C.R.H., t. CXV, Bruxelles, 1950, p. 449 ; R. SATINET, Recherches sur l'histoire de la ville de Thuin au Moyen Age, Mém. lic. dact., Liège, 1962-1963, p. 97 ; J. BARBIER, Documents concernant les monastères de Waulsort et d’Hastière, ds. A.H.E.B., t. XVI, Louvain, 1879, p. 133 ; R. HANON DE LOUVET, Histoire de la ville de Jodoigne, t. I, Gembloux, 1941, p. 321 ; A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, charte du 27 septembre 1267 ; E. BROUETTE, La plus ancienne mention de la léproserie de Danebroeck à Tirlemont, 1270, ds. Leodium, t. LVII, Liège, 1970, p. 47-48 ; A. JORIS, Documents relatifs à l’histoire économique et sociale de Huy au Moyen Age, ds. B.C.R.H., t. CXXIV, Bruxelles, 1959, p. 244 ; D.D. BROUWERS, Cens et rentes du comté de Namur au xiiie siècle, t. II, Namur, 1911, p. 53, 68 et 328.

7 D'autres exemples sont donnés par A. MOREAU-NERET, L’isolement des lépreux au Moyen Age et le problème des « lépreux errants », ds. Mémoires de la fédération des sociétés d'histoire et d’archéologie de l’Aisne, t. XVI, 1970, p. 23 ; A. BOURGEOIS, Lépreux et maladreries du Pas-de-Calais, xe- xviiie siècles. Psychologie collective et institutions charitables, ds. Mémoires de la commission départementale des monuments historiques du Pas-de-Calais, t. XV, Arras, 1972, p. 70-71 ; GISLEBERT (de Mons), Chronicon Hanoniense, éd. L. VANDERKINDERE, Bruxelles, 1904, p. 219 et 238 ; L. DUVAL-ARNOULD, Les dernières années du comte lépreux Raoul de Vermandois (v. 1147-1167), ds. Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, no 142, Paris, 1984, p. 81 et sv.

8 Des lépreux (leprosi in suburbio civitatis nostre manentes) sont signalés dans un acte, daté de 1171-1181, de l’évêque Raoul de Zähringen, cfr E. SCHOOLMEESTERS, Deux actes inédits de Radulphe de Zaehringen, ds. Leodium, t. III, Liège, 1904, p. 109. L’acte de 1176 a connu deux éditions critiques, E. DENIS, Sainte Julienne et Cornillon, Liège, 1927.doc. no 1, p. 148-150 (la meilleure) et R.C.L., t. I, p. 7-9. Sur l’authenticité de cet acte, voir, P. DE SPIEGELER, La léproserie de Cornillon et la cité de Liège (xiie-xve siècles), ds. A.S.B.H.H., t. XVIII, Bruxelles, 1980, addendum, p. 15-16.

9 Domus leprosorum Cornelii montis usque ad nostrum tempus multo subsidio indigebat : rebus pauper, structura humilis rarosque sentiens visitatores. Deus autem, cujus providentia in sua dispositione non fallitur, spiritus quorumdum suscitavit qui se et suis in obsequiis infirmorum positis suam in medio eorum salutem operari decreverunt. E. DENIS, op. cit., p. 148.

10 M. JOSSE, Le domaine de Jupille, des origines à 1297, s.l., 1966, p. 76-80.

11 Nous en connaissons quelques exemples légèrement postérieurs, Documents relatifs à la léproserie de Cornillon lez Liège, ds. A.H.E.B., t. XXII, Louvain, 1890, p. 149 (1190) ; E. DENIS, op. cit., doc. 33, p. 169-170 (8 juin 1249).

12 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 314 ; P. BONENFANT, Origine des hôpitaux en Belgique, ds. A.S B.H.H., t. III, Bruxelles, 1965, p. 16-17 ; W. de KEYSER, op. cit., p. 5.

13 G. KURTH, Les origines de la commune de Liège, ds. B.I.A.L., t. XXXV, Liège, 1905, p. 246 ; Th. GOBERT, Liège à travers les âges, t. IV, Bruxelles, 1975, p. 336 et sv. ; R. HANKART, L'hospice de Cornillon à Liège (3e partie). L’Eglise. Opposition des pouvoirs temporel et spirituel, ds. La Vie Wallonne, t. XLI, 1967, p. 80.

14 C.S.L., t. I, p. 530-531.

15 Il porte indifféremment les deux appellations, hospita de Sainte-Magriete, C. de BORMAN, Les échevins de la souveraine justice de Liège, t. I, Liège, 1892, p. 445 ; alle hospita Sainte-Aghisse, A.E.L., Chapitre de Saint-Materne, cart. no 2, f° 106.

16 M. YANS, Le cartulaire..., p. 80-81 ; M. YANS, A propos du domaine de l’abbaye de Saint-Laurent, contributions de paléographie et de diplomatique à l’étude de l'expansion urbaine de Liège. I. Le Publémont et l’alleu de Saint-Laurent ; II. Chartes suspectes du cartulaire de Saint-Laurent relatives à l’église d’Avroy, ds. A.H.L., t. V, Liège, 1957, p. 918-920, a émis quelques doutes sur l’authenticité de cet acte. Il est possible que certaines clauses garantissant les droits de Saint-Laurent soient interpolées, mais il n’y a pas de raison de douter de l’existence des églises et des hôpitaux cités.

17 E. FAIRON, Notes sur la domination bourguignonne dans la principauté de Liège (1468 à 1476), ds. B.I.A.L., t. XLII, Liège. 1912, p. 63.

18 C. de BORMAN, op. cit., t. I, p. 445 ; A.E.L., Pauvres en Ile, no 214, f° 103, no 223, f° 25v ; A.E.L., Chapitre de Saint-Materne, cart. no 2, f  106.

19 Th. GOBERT, op. cit., t. VII, p. 182.

20 C.S.L., t. IV, p. 239.

21 Pour la localisation, voir Th. GOBERT, op. cit., t. IV. p. 315.

22 M. YANS. Le cartulaire..., p. 80-81.

23 L’acte est connu par deux copies. La première (fin du 14e siècle) porte unno ab incarnatione Domini millesimo centesimo nonagesimo nono, indictione secunda, die mense julii, JEAN d'OUTREMEUSE, Ly mireur des histors, éd. A. BORGNET et S. BORMANS, t. IV, Bruxelles, 1877, p. 563 ; la seconde (première moitié du 17e siècle) porte anno ab incarnatione Domini MCXC nono, indictione secunda, A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32 v.

24 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV. p. 562, donne les noms suivants. Garnero videlicet et Anthonio ac Johanne et Servatio : la copie du cartulaire de Saint-Laurent, A. Ev. L.. Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32, Carnero [...] Antonio et Joanne.

25 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV. p. 562 ; A.Ev.L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32.

26 C’est le cas également pour l'hôpital Saint-Calixte de Jambes que l'on présente comme une fondation épiscopale alors que l’évêque le prend simplement sous sa protection et lui accorde un règlement, cfr C. VAN DEN HAUTE, L’hôpital Saint-Calixte à Jambes, ds. A.S.A.N., t. XXVI, Namur, 1905, p. 196-198. Autres exemples cités par J.-L. KUPPER, Liège..., p. 352-353.

27 JEAN d'OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 563-564, reproduit une première confirmation de l'acte de 1199 par Hugues, cardinal et évêque d'Ostie et de Velletri et par Leon, cardinal au titre de Sainte-Croix, qu'il date erronément du 11 mai 1201. A cette époque, le cardinal Hugues de Segni n’était pas encore évêque d'Ostie et de Velletri, il ne le deviendra qu’en 1206 (O. BONMANN, art. Gregor IX., ds. Lexikon für Theologie und Kirche, t. IV, Fribourg, 1961, col. 1186-1187). De plus, aucun légat n’est signalé dans l'Empire à cette époque. Les deux cardinaux se rendront en légation dans l'Empire à trois reprises : mai 1207, mai-juin 1208 et février-juin 1209 (H. ZIMMERMANN, Die päpstliche Legation in der ersten hälfte des 13. Jahrhunderts. Vom Regierungsantritt Innocenz III. bis zum Tode Gregors IX. (1198-1241), Paperborn. 1913, p. 39-40). La confirmation doit se situer à l'une de ces dates. Le légat Conrad, évêque de Porto est appelé à trancher un nouveau conflit entre l'abbé et les frères de l'hôpital à propos du droit d’élection du desservant de la chapelle. Le 4 juin 1224, Conrad confirme les droits de l'hôpital ainsi que l’acte de ses prédécesseurs, A. Ev. L.. Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 35 v. Le pape Grégoire IX, qui n'est autre que Hugues de Segni, confirmera encore les actes précités le 16 et le 26 janvier 1236, JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 252-253.

28 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 249 ; A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 38.

29 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 249.

30 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 251.

31 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 32 ; JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. IV, p. 562, t. V, p. 251.

32 A. Ev. L., Abbaye de Saint-Laurent, G. III 2, f° 61v-62.

33 P. DE SPIEGELER, Documents relatifs à la léproserie de Cornillon et à l'hôpital Saint-Christophe, ds. B.C.R.H., t. CLIII, Bruxelles, 1987, p. 117.

34 Hospitaule Saint-Xristofre en Liege condist de kokins, R. VAN DER MADE, Inventaire analytique et chronologique du chartrier des Guillemins de Liège (1317-1669), Bruxelles, 1955, p. 79 (acte du 24 mai 1384) ; alle maison delle hospitaul des frers des kokins..., J.R.L., Hôpital Saint-Christophe, chartrier, acte du 30 septembre 1414 ; la boverie de hospital des Cockins... (1470), E. FAIRON, Notes..., p. 65. L’appellation Saint-Christophe ne disparut cependant pas totalement, voir P. DE SPIEGELER, Documents..., p. 115.

35 F. GODEFROY, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, t. IX, Paris, 1900, p. 196.

36 Item, que tous cockins et bribeurs que ne sont point de ceste cité et pays vuident hors, de solcai luisons, sur paine d’estre pendus, S. BORMANS, Recueil des ordonnances de la Principauté de Liège, 1ère série, 974-1506, Bruxelles, 1878, p. 763 (25 novembre 1488).

37 Cet hôpital était situé en Jehanstrée (actuellement Féronstrée), cf. Th. GOBERT, op. cit., t. V, p. 148. Pour des raisons que nous ignorons, à partir du 15e siècle, l’hôpital changea progressivement de nom et devint l’hôpital Saint-Abraham, C.S.L., t. V, p. 33 (première mention de ce nom 7 novembre 1405).

38 G. KURTH, La cité..., t. I, p. 302-303 ; analyse par E. PONCELET, Inventaire analytique des chartes de la collégiale Sainte-Croix à Liège, t. I, Bruxelles, 1911, p. 20-21.

39 A.E.L., Dominicains, chartrier (1290-1316), acte d’août 1290.

40 G. KURTH, La paroisse Saint-Jean-Baptiste à Liège, ds. B.S.A.H.D.L., t. XIV, Liège, 1903, p. 238-239 (acte du 2 mai ou du 26 juillet 1237).

41 G. KURTH, La paroisse..., p. 240 ; R.C.L., t. I, p. 38-39.

42 G. KURTH, La paroisse.... p. 241.

43 Ibid., p. 241-242.

44 Infirmis hospitalis Sancti-Johannis-Baphiste, J. CUVELIER, op. cit., p. 164 (février 1261) ; legs de dix marcs liégeois pour acheteir rentes por faire pitanche a malaides del dit hospitaul..., C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 437(21 mai 1281) ; aux malades dudit hospital, A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 101 v (3 juin 1359) ; pour conforteir et aidier les malades, A.E.L., Abbaye Saint-Jacques, chartrier (1377-1382), acte du 19 mars 1382 ; aus malaidez la gissans, A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, no 3, foliotation détruite (1451).

45 Paiet a Johan de Mamedie... pour 29 olnes de gris draps pour revestir les enffans... dudit hospital, A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, no 147, comptes généraux (1542-1557), reg. ss. fol., compte de l’année 1546-1547.

46 Chronicon rythmicum..., p. 134-135.

47 L’hôpital était situé sur le marché, à l’emplacement où s’élevaient à la fin du xiiie siècle, les maisons aux enseignes du Loup et du Paon, M. YANS, Le prieuré de Saint-Mathieu à la chaîne à Liège, ds. Monasticon belge, t. II, Gembloux, 1955, p. 384.

48 NIZON de SAINT-LAURENT, Vita Friderici episcopi Leodiensis, éd. W. WATTENBACH, M.G.H., SS., t. XII, Hanovre, 1856, p. 507.

49 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 587.

50 G. KURTH, Etude critique sur Jean d'Outremeuse, ds. B.A.R.B., Classe des Lettres, 2e série, t. VII, Bruxelles, 1910, p. 43-75.

51 Le récit le plus complet est donné par le Breviloquium de incendio ecclesiae sancii Lamberti, éd. W. ARNDT, M.G.H., SS., t. XX, Hanovre, 1868, p. 620 ; voir également Vitae B. Odiliae Viduae Leodiensis libri duo priores, ds. Analecta Bollandiana, t. XIII, 1894, p. 207 ; Annales Fossenses, éd. G.H. PERTZ, M.G.H., SS., t. IV, Hanovre, 1837, p. 31 ; LAMBERT LE PETIT, Annales, éd. L.C. BETHMANN et J. ALEXANDRE, ds. Société des bibliophiles liégeois, no 12, Liège, 1874, p. 43.

52 C.S.L., t. I, p. 139-141, édité à la date inexacte du 25 janvier 1204. L'acte est clairement daté du style de Noël, anno incarnati verbi M°CC°III°, mense januario in conversione beati Pauli.

53 Maître Gauthier de Chauvency commença sa carrière au chapitre de Saint-Lambert en 1171 comme diacre. Il occupa ensuite diverses charges dans le diocèse, prévôt de Fosses (1184), écolâtre de Saint-Lambert, archidiacre de Famenne, puis doyen de la cathédrale de 1198 à sa mort le 22 novembre 1207, Ch. RENARDY, Les maîtres universitaires dans le diocèse de Liège. Répertoire biographique (1140-1350), Paris, 1981, p. 122-124. Le doyen Gauthier est désigné par les sources comme le fondateur de l’hôpital (Gesta pontificum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium abbreviata, éd. J. HELLER, M.G.H., SS., t. XXV, Hanovre, 1880, p. 133) où il sera enterré. Il est qualifié dans son épitaphe de fundator huius hospitalis, J.P.R. STEPHANI, Mémoires pour servir à l’histoire monastique du pays de Liège, éd. J. ALEXANDRE, t. I. Liège, 1876, p. 86-87.

54 A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 2 mai 1347.

55 E. PONCELET, La cessation de la vie commune dans les églises canoniales de Liège, ds. A.H.L., t. IV, Liège, 1952, p. 613-648.

56 C.S.L., t. I, p. 132-135 et 150-151 ; J.-L. KUPPER, Liège..., p. 314.

57 Concilia..., t. I, p. 416-417.

58 L’hôpital Saint-Nicolas a été fondé par le chapitre collégial de Saint-Feuillien à Fosses sous le règne de l’évêque Henri de Verdun (1075-1091), J. BORGNET, Cartulaire... Fosses, p. 5-8.

59 Les statuts ne disent pas explicitement que l'hospitarius doit être un chanoine, J. BORGNET, Cartulaire... Fosses, p. 6-7.

60 A. JORIS, Huy..., p. 386.

61 C.S.L., t. I, p. 140-141.

62 M. YANS, Le prieuré..., p. 387.

63 E. SCHOOLMEESTERS, Un document concernant l'hôpital Saint-Mathieu « ad catenam » appelé le Nouvel hôpital (1220), ds. Leodium, t. VI, Liège, 1907, p. 143 ; E. PONCELET, Actes des princes-évêques de Liège : Hugues de Pierrepont, 1200-1229, Bruxelles, 1941, p. 198-199 ; C.S.L., t. I, p. 217-218.

64 En 1233, l’évêque Jean d’Eppes accorde aux frères de l’hôpital Saint-Jacques de Tongres les statuts du Nouvel-Hôpital de Liège, Stadsarchief Tongeren, Fonds Sint-Jacobsgasthuis, reg. 14, f° 3.

65 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 39.

66 Les exemples de transformation d’hôpitaux en bénéfice ne manquent pas, surtout en France, J. IMBERT, op. cit., p. 203-217.

67 Ce fut le cas à Augsbourg et à Mayence, S. REICKE, op. cit., t. I. p. 49.

68 C.S.L., t. I, p. 217, 261, 307-308, t. IV, p. 626.

69 Gesta abbreviata..., p. 133 ; C.S.L., t. I, p. 139 ; A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 24 mai 1294.

70 C.S.L., t. III, p. 559-560, t. IV, p. 626-633.

71 C.S.L., t. IV, p. 631 ; A.E.L., Cathédrale, Prévôté, Liber cartarum (1252-1447), n° 2, f° 13v-14.

72 C.S.L., t. IV, p. 630-631.

73 C.S.L., t. IV, p. 631.

74 Ibid., p. 631.

75 Item, ordinons que personnes dedit hospitaule ne soient nient oyseuz, mais que cascuns soit occupeis en bonnes ovrez solonc son estant et condition, et par espetiaul li familiaires en oevrez manualz..., C.S.L., t. IV, P. 628.

76 A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 15 juillet 1299 ; S. BORMANS, Répertoire chronologique des conclusions capitulaires du chapitre cathédral de Saint-Lambert à Liège, ds. A.H.E.B., t. VI, Louvain, 1869, p. 12 et 14.

77 On ne possède aucune édition complète de cette oeuvre, KERVIN de LETTENHOVE, Chronica Petri monachi Bethleemitici, ds. Chroniques relatives à l'histoire de la Belgique sous la domination des ducs de Bourgogne, t. III, Bruxelles, 1876, p. 339-468 en publia des extraits d’après un résumé fait au 18e siècle ; H. NELIS, Notes sur le Chronicon Bethleemiticum de Pierre Impens, ds. B.C.R.H., t. XLIII, Bruxelles, 1929, p. 210-243 publia les têtes de chapitre du Chronicon ; L. HALK.IN, La maison des Bons-Enfants de Liège, ds. B.I.A.L., t. LXIV, Liège, 1940, p. 49-53 édita le chapitre consacré à l’histoire de l’hôpital Sainte-Elisabeth et du couvent des Bons-Enfants.

78 Pierre Impens fit profession en 1468 au prieuré de Bethléem où il devint rapidement sous-prieur. Envoyé comme recteur des moniales du Val-Notre-Dame de Diest, il revint après seize ans d’absence au prieuré de Bethléem pour y exercer la charge de prieur de 1504 au 13 décembre 1523, date de sa mort ; L. HALKIN, op. cit., p. 6 ; E. PERSOONS, Le prieuré de Bethléem, à Herent, ds. Monasticon belge, t. IV, Maredsous, 1969, p. 1018.

79 H. NELIS, op. cit., p. 209.

80 L. HALKIN, op. cit., p. 10-13 et 49-50.

81 Ibid., p. 11-12.

82 C.S.L., t. I. p. 479-481 ; L. HALKIN, op. cit., p. 11.

83 L. HALKIN, op. cit., p. 16.

84 Legamus etiam... Bonis Pueris in Leodio marcham in pitantia, J. CUVELIER, op. cit., p. 131.

85 J. CUVELIER, op. cit., p. 165 (Février 1261) ; J. PAQUAY, Cartulaire de lu collégiale Notre-Dame à Tongres jusqu’au xve siècle, Tongres, 1909, p. 205 (3 juil. 1267) ; L. HALKIN, op. cit., p. 46 (mars 1272) ; A.E.L., Val des Ecoliers, reg. 2, f° 309 (mai 1275) ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 439 (21 mars 1281), p. 443 (13 févr. 1283), p. 445 (20 juil. 1287) ; A.E.L., Dominicains, chartrier, acte de févr. 1288 ; C.S.L., t. II, p. 481 (19 mai 1297) ; A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 19 oct. 1297.

86 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 443, 445 ; A.E.L., Dominicains, chartrier, acte de févr. 1288 et du 19 oct. 1297.

87 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 105-107, reproduit par L. HALKIN, op. cit., p. 43-45.

88 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. VI, p. 105.

89 Les grandes chroniques de France, éd. J. VIARD, t. VIII, Paris, 1934, p. 250-251.

90 CORNEILLE DE ZANTFLIET, Chronicon, éd. MARTENE et DURANT, ds. Veterum scriptorum et monumentarum... amplissima collectio, t. V, Paris, 1729, col. 152.

91 L. HALKIN, op. cit., p. 22-26.

92 Ibid., p. 31-41.

93 Sur la diffusion du culte de sainte Elisabeth, voir Sankt Elisabeth. Fürstin. Dienerin, Heilige, éd. de la Philipps-Universität Marburg, Sigmaringen, 1981. Selon La chronique liégeoise de 1402, éd. E. BACHA, Bruxelles, 1900, p. 163, l’évêque de Liège Jean d’Eppes aurait participé aux travaux du procès de canonisation d’Elisabeth de Thuringe (1236).

94 Sur la collégiale Saint-Jean l’Evangéliste, voir La collégiale de Saint-Jean de Liège. Mille ans d'art et d'histoire, sous la direction de J. DECKERS, Liège, 1981.

95 Decanus et capitulant ecclesia beati Joannis in Leodio provisores hospitalis siti insta ecclesiae nostrae..., A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 4. Novas liber stipalis, f° 137 ; analyse dans L. LAHAYE, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Saint-Jean l'Evangéliste à Liège, t. I. Bruxelles) 1921, p. 70.

96 C’est le cas des hôpitaux Tirebourse et Mostarde.

97 L’hôpital était situé rue de la Casquette, cf. Th. GOBERT, op. cit., t. IV, p. 42 et 44. Il était parfois appelé hôpital à la chaîne de Saint-Jean, L. LAHAYE, Inventaire..., t. I, p. 272.

98 Hospitali Sancti-Johannis in insula quinque solidos ad pitanciam infirmorum, A.E.L., Dominicains, chartrier (1240-1289), acte de juil. 1266.

99 Lego beghinis commorantibus et pauperibus iacentibus in hospitali Sancti Johanis Leodiensis, A.E.L., Dominicains, chartrier (1240-1289), acte du 27 novembre 1269.

100 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 252-287 ; A. CORDANI-SONTAG, Les établissements hospitaliers en Allemagne aux xive et xve siècles, ds. A.S.B.H.H., t. IX, Bruxelles, 1971, p. 77-78 ; G. MARECHAL, De sociale en politieke gebondenheid van het brugse hospitaalwezen in de middeleeuwen, Courtrai, 1978, p. 186-188.

101 En 1311, les nouvelles béguines de Saint-Jean s’engageaient à laisser à leur mort leurs meubles, leurs vêtements, leur argent et à payer à l’entrée une somme de douze gros tournois, L. LAHAYE, Inventaire..., t. I, p. 137-138.

102 L. LAHAYE, Inventaire..., t. I, p. 272, 291, 409-410.

103 Il suffit pour s’en persuader de consulter les comptes du béguinage, A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. de Saint-Abraham, non classé et ss., fol.

104 E. DENIS, op. cit., p. 168-169.

105 Th. GOBERT, op. cit., t. XII, p. 412 ; A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 227, f° 136.

106 A. JORIS, Huy..., p. 387-388 ; J.L. CHARLES, La ville de Saint-Trond au Moyen Age, des origines à la fin du xive siècle, Paris, 1965, p. 321 ; J. GODARD, La maladrerie de Saint-Ladre et la condition des lépreux à Amiens, au Moyen âge, ds. But. de la Société des Antiquaires de Picardie, t. XXXV, Paris-Amiens, 1933-1934, p. 237-238.

107 Th. GOBERT, op. cit., t. XII, p. 413.

108 Jean le Cheron lègue vingt miches blanches... aux malades de Saint-Walbour ou a cely qui ut a coustume pour eaulx d’aleir querir et demandeir leur dimoine avecque lez cheval..., A.E.L., Convenances et testaments, reg. 4, f° 10 v.

109 A.E.L., Hôpital de Saint-Jacques, reg. 303, f° 50v-51 (17 août 1438).

110 K. ELM, Ausbreitung, Wirksamheit und Ende der Provencalischen Sackbrüder (Fratres de Poenitentia Jesu Christi) in Deutschland und den Niederlanden. Beitrag zur kurialen und konziliaren Ordenspolitik des 13. Jahrhunderts, ds. Francia, t. I, Munich, 1973, p. 260.

111 En 1274, K. ELM, op. cit., p. 269-276 et 285, dénombrait 113 couvents.

112 G. KURTH, La cité..., t. I, p. 305-306 ; C.S.L., t. VI, p. 257. Ils s’installèrent à l’entrée du faubourg Saint-Léonard, Th. GOBERT, Les Sacs à Liège, ds. Leodium, t. XIV, Liège, 1921, p. 66.

113 K. ELM, op. cit., p. 301-308.

114 Ils sont encore mentionnés en 1294, A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 227, f° 198v. Le testament de la béguine Ode de Saint-Servais signale clairement leur disparition, je l’ai aussi trois sous de ligois et IX deniers de cens sor un cortilh ki gist entre Sain-Lienar et le maison ki fu jadis les freres des Sais, A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 19 octobre 1297. Th. GOBERT, Les Sacs..., p. 67 estimait que les Sacs se maintinrent à Liège jusqu'au début du 15e siècle. Ses arguments furent réfutés par L. LAHAYE, Les Sacs à Liège, ds. Leodium, t. XIV, Liège, 1921, p. 94-95.

115 Ces informations sont fournies par un acte du 24 octobre 1331, A.E.L., Hôpital de Saint-Abraham, reg. 4, f" 215 cité par L. LAHAYE, Les Sacs..., p. 95-96. Ce registre a disparu dans le bombardement que les A.E.L. subirent en 1944.

116 L. LAHAYE, Les Sacs..., p. 96-97.

117 K. ELM, op. cit., p. 276-277 ne cite pas de sources à ce sujet mais se réfère à l’ouvrage de M. HEIMBUCHER, Die Orden und Kongregationen der katholischen Kirche, t. I, Paderborn, 1934, p. 612 dont les informations ne sont pas non plus de première main.

118 A.E.L., Dominicians, chartrier, acte du 5 août 1265 et de novembre 1267, L. HALKIN, op. cit., p. 47 ; A.E.L., Val des Ecoliers, reg. 2, f° 309 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. L p. 439 ; JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. II, p. 27 ; A. Ev. L., Hôpital Saint-Mathieu, chartrier, acte du 4 octobre 1287 ; C.S.L., t. II, p. 482.

119 Nous nous limiterons aux travaux les plus importants, G. KURTH, De l'origine liégeoise des béguines, ds. Pul. de lu classe des Lettres et sciences morales et politiques et de la classe des Beaux-Arts, Bruxelles, 1912, p. 437-462 ; id., Encore l’origine liégeoise des béguines, ds. Bul. de la classe des Lettres et des sciences morales et politiques, Bruxelles, 1919, p. 133-168 ; J. GREVEN, Die Anfängen der Beginen. Ein Beitrag zur Geschichte der Volksfrömmigkeit und des Ordenswesens im Hochmittelalter, Münster, mou-1912 ; L.J.M. PHILIPPEN, De begijnhoven. Oorsprong, geschiedenis inrichting, Anvers, 1918 ; P. POSWICK, Lambert le Bègue et l’origine des béguinages, ds. B.S.A.H.D.L., t. XXXII, Liège, 1946, p. 59-74 ; A. MENS, Oorsprong en betekenis van de nederlandse begijnen en begardenbeweging. Vergelijkende Studie : XIIde-XIIIde eeuw, ds. Hand. Kon. VI. aca. wetenschappen, letteren en schone kunsten van België, IX, n" 7, Anvers, 1947 ; E.W. Mc DONNELL, The beguines and beghards in medieval culture with specials emphasis on the belgian scene, New Brunswick, 1954.

120 J. GOOSSENS, De kwestie Lambertus « li Beges » († 1177), Bruxelles, 1984, p. 44-65, 84-86.

121 P. POSWICK, op. cit., p. 65-70 ; R. LEJEUNE, L’évêque de Toulouse Folquet de Marseille et la Principauté de Liège, ds. Mélanges Félix Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 433-448.

122 Aucun relevé complet n’a été établi jusqu’à présent, on trouvera quelques éléments dans Th. GOBERT, Liège..., t. III, p. 23, 260, t. VIII, p. 61,70, 82, 438, t. IX, p. 295-296, 623, t. XI, p. 104, 150-159. La majorité des paroisses liégeoises possèdent, à la fin du 14'siècle, au moins un béguinage. Ils sont particulièrement nombreux dans les paroisses Saint-Adalbert, Saint-Servais et Saint-Pholien.

123 Pierre Tirebourse est issu d’une famille de la ministérialité de Saint-Lambert. Il fut lié au tribun liégeois Henri de Dînant, G. KURTH, Note complémentaire sur l’extraction de Henri de Dînant, ds. B.A.R.B., Bruxelles, 1907, p. 730-736 ; H. PIRENNE, Sur la condition sociale de Henri de Dînant, ds. B.A.R.B., Bruxelles, 1909, p. 64.

124 J. PAQUAY, Regesta de Renier, écolâtre de Tongres, vicaire-général de Henri de Gueldre, ds. B.I.A.L., t. XXXV, Liège, 1905, p. 73.

125 JEAN d’OUTREMEUSE, op. cit., t. V, p. 366-367 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 439 ; A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 19 octobre 1297.

126 L.J.M. PHILIPPEN, op. cit., p. 304-306. Cet acte serait la confirmation de la règle établie, en 1243, pour les béguines du diocèse de Liège par Jacques de Troyes, le futur Urbain IV, alors qu’il était archidiacre de Campine, E. REUSENS, Un document très important, établissant l’origine liégoise de l’institut des béguines, ds. A.H.E.B., t. XX, Louvain, 1886, p. 125-128.

127 Ph. FUNK, Jakob von Vitry. Leben und Werke, Leipzig-Berlin, 1909, p. 117130 ; R. LEJEUNE, op. cit., p. 439 ; A. MENS, op. cit., p. 410. Les réactions d’opposition aux béguines furent moins vives dans le diocèse de Liège qu’ailleurs, Mc. DONNELL, op. cit., p. 539-546.

128 MIRAEUS et FOPPENS, Opera diplomatica et historica..., 2e éd., t. I, Bruxelles, 1723, p. 429-430 ; Mc. DONNELL, op. cit., p. 155-157.

129 Ce fut le cas à Aix-la-Chapelle (1262), Th. J. LACOMBLET, Urkundenbuch für die Geschichte des Niederrheins, t. II, Düsseldorf, 1844, p. 288 ; à Saint-Trond, Ch. PIOT, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Trond, t. I, Bruxelles, 1870, p. 321.

130 Mc DONNELL, op. cit., p. 175 ; J.-Cl. SCHMITT, Mort d'une hérésie. L’Eglise et les clercs face aux béguines et aux béghards du Rhin supérieur du xive au xve siècle, Paris-La Haye-New York, 1978, p. 60.

131 L.J.M. PHILIPPEN, op. cit., p. 303-307.

132 E. REUSENS, op. cit., p. 125-128.

133 Les statuts synodaux de Jean de Flandre, évêque de Liège (16 février 1288), publiés et traduits par E. SCHOOLMEESTERS, Liège, 1908, p. 87-88.

134 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 1, f° 298 v°, reg. 2, f° 437 v° ; E. VAN WINTERSHOVEN, Notes et documents relatifs à l’ancien béguinage de Saint-Christophe à Liège, ds. A.H.E.B., t. XXIII, Louvain, 1892, p. 68-70, la mesure sera confirmée par l’évêque Hugues de Châlons le 24 septembre 1296, D.D. BROUWERS, Documents relatifs à l'administration du béguinage Saint-Christophe à Liège, ds. A.H.E.B., t. XXXII, Louvain, 1906, p. 270-272.

135 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 272-274.

136 J.-Cl. SCHMITT, op. cit., p. 60, 111.

137 A.E.L., Béguinage de Saint-christophe, chartrier, acte du 22 septembre 1325 ; E. VAN WINTERSHOVEN, op. cit., p. 77-78.

138 M. PISSART, Tirebourse et Florichamps, ds. A.H.L., t. IV, Liège, 1950, p. 286-287. Dès 1461, les revenus en espèce étaient déjà intégrés dans l’ensemble des revenus du béguinage, A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 28, f° 145.

139 M. PISSART, op. cit., p. 286-287.

140 E. VAN WINTERSHOVEN, op. cit., p. 80-82.

141 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f°106v-107.

142 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f° 106v-107 ; E. VAN WINTERSHOVEN, op. cit., p. 100.

143 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, chartrier, acte de janvier 1304 ; Able : petit poisson blanc, ablette, cfr F. GODEFROY, op. cit., t. VIII, complément, p. 14-15.

144 D.D. BROUWERS, Documents..., p. 272 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 20, f° 104.

145 L'établissement était situé approximativement au croisement des rues Saint-Gilles et Bassenge.

146 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 223, f° 28v ; D.D. BROUWERS, Documents..., p. 273 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, chartrier, acte du 20 juillet 1348.

147 A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 23, f° 109r-v ; M. LAVOYE, Le béguinage Saint-Christophe au moyen âge, mém. de lic. manuscr., 1926-1927, p. 142.

148 M. LAVOYE, op. cit., p. 142.

149 M. PISSART, op. cit., p. 296-297 ; A.E.L., Béguinage de Saint-Christophe, reg. 5, f° 234, reg. 6, f° 42v, 68v, reg. 33, f° 59v, 86v, reg. 37, f° 60v-61v.

150 FOULLON, Historia Leodiensis per episcoporum et principum seriem digesta..., t. I, Liège, 1735, p. 394 ; Th. GOBERT, Liège..., t. VI, p. 418 affirme avoir trouvé ce nom dans les archives de l’hôpital.

151 L. FABRY-ROSSIUS, Testamentum Joannis dicti Fabri clerici de uno altari Beate Virginis, Beati Johannis Baptiste et sancti Nicolay, M.CCC.XI, ds. B.I.A.L., t. II, Liège, 1854, p. 263.

152 D.D. BROUWERS, Documents relatifs à l’hôpital Saint-Julien de Liège, ds. Chronique archéologique du Pays de Liège, t. I, Liège, 1906, p. 39-40.

153 Th. GOBERT, Liège..., t. VI, p. 419 dit avoir trouvé ce renseignement dans un règlement de 1442 qui reproduisait les volontés du fondateur. Nous n’avons pas retrouvé ce document.

154 Ils ne reçoivent plus pour cette charge que deux chapons par an, A.E.L., Hôpital Saint-Julien, liasse no 204, comptes de 1477-1478.

155 D.D. BROUWERS, Documents... Saint-Julien..., p. 38-39.

156 C.S.L., t. III, p. 375.

157 D.D. BROUWERS, Documents... Saint-Julien..., p. 40.

158 A.E.L., Hôpital Saint-Julien, liasse no 204, acte recopié dans les comptes de 1471-1472.

159 JACQUES de HEMRICOURT, op. cit., t. I, p. 310-311. L’approbation du testament de Guillaume Gillar Des Canges était consignée dans le registre n°4, f° 215 des archives de l’hôpital Saint-Abraham détruit en 1944, cfr Th. GOBERT, Liège..., t. XII, p. 412. Elle n’est plus connue que par une analyse du 17e siècle, A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 104.

160 Th. GOBERT, Liège..., t. XII, p. 412.

161 A.E.L., Abbaye de Saint-Jacques, chartrier, acte du 28 juillet 1353 ; E. PONCELET, Inventaire Sainte-Croix, t. I, p. 377-378, t. II, p. 48 ; A.E.L., Convenances et testaments, reg. 3, f° 88, reg. 4, f° 10v.

162 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 104 ; A.E.L., Convenances et testaments, reg. 13, f° 132.

163 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 2, f° 104.

164 A.E.L., Hôpital Saint-Abraham, reg. 3, f° 1.

165 M. YANS, Les archives de la bienfaisance publique à Liège, I., L’hôpital Mostarde, ds. A.H.L., t. III, Liège, 1946, p. 539 et 558.

166 M. YANS, op. cit., p. 539. Sur son emplacement, voir S. BORMANS, Recherches sur les rues de l’ancienne paroisse Saint-André, Liège, 1867, p. 161-162.

167 M. YANS, Les archives..., p. 540-541.

168 Ibid., p. 541-544.

169 Ibid., p. 542-543.

170 Le testament a été recopié partiellement dans un acte du 2 février 1437, A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse 4, cet extrait a été édité par Th. GOBERT, Liège..., t. III, p. 152, note 556.

171 R.C.L., t. I, p. 379, 392, 414, 508-511 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 218-219.

172 A.E.L., Pauvres de Saint-Thomas, liasse 4.

173 R. VAN DER MADE, Inventaire..., p. 159 ; A.E.L., Guillemins, chartrier, no 171.

174 A.E.L., Echevins de Liège, Œuvres, reg. 4, f° 51v. Selon Th. GOBERT, Liège..., t. X, p. 406-407 qui ne cite aucune source, l'hôpital daterait du 14e siècle.

175 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 1, reg. 35, f° 84-88.

176 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 8, doc. 16 et 17.

177 A.E.L., Cure de Saint-Séverin, Pauvres, farde no 1 et n° 8, doc. 16 et 17.

178 A.E.L., Collégiale Saint-Denis, chartrier, acte du 9 mars 1393.

179 Sur sa biographie, voir C. TIHON, Lettres de Grégoire XI (1371-1378), t. II, Bruxelles-Rome, 1962, p. 143-144.

180 Cette maison était située près de la tour de la collégiale de Saint-Denis dans la rue de Donceel.

181 A.E.L., Collégiale de Saint-Denis, reg. 551, comptes 1486-1487, ss. fol.

182 A.E.L., Collégiale de Saint-Denis, reg. 551, inventaire des meubles de la maison de la Cigogne (13 mai 1492) copié au début des cens et rentes de 1491-1492.

183 Sur la prétendue existence de l'hôpital en 1078, voir P. DE SPIEGELER, Les statuts de la confrérie Saint-Jacques de Liège (23 mai 1479), ds. B.C.R.H., t. CXLVII, Bruxelles, 1981, p. 205-206.

184 L'hôpital installé à l'emplacement de l'actuelle banque de Schaetzen, boulevard d'Avroy.

185 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier no 241.

186 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, chartrier, no 58.

187 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, dossier no 241.

188 P. DE SPIEGELER, Les statuts..., p. 209-215.

189 A.E.L., Hôpital Saint-Jacques, chartrier, no 58.

190 Jusqu’à présent aucune synthèse ne leur a été consacrée, cfr A. MENS, art. Cellites et Alexiens, ds. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XII, Paris, 1953, col. 118-122.

191 A. MENS, op. cit., col. 119-120.

192 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 350-351 ; F. RAPP, L’Eglise et la vie religieuse en Occident à la fin du Moyen Age, Paris, 1971, p. 193-196, 206.

193 A. MENS, op. cit., col. 120.

194 J. DARIS, Les Alexiens à Liège, ds. B.I.A.L., t. XI, Liège, 1872, p. 273-282, leur a consacré une étude fort incomplète pour la période médiévale. A Liège, on les appelait indifféremment Cellites ou Lollards, aux Lollars manans en Choidelistree a Liege, A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f° 124v ; freres delle Celle a Liege, A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f°110.

195 A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f° 110 et 195v.

196 A.E.L., Convenances et Testaments, reg. 15, f° 124v.

197 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 353.

198 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2-7.

199 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2.

200 On vit régulièrement des Cellites demander l'aumône au chapitre de Saint-Denis, A.E.L., Collégiale Saint-Denis, reg. 27, f° 27v, 37, 39v, 41v.

201 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 2-3.

202 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 354-356.

203 A. MENS, op. cit., col. 120.

204 A.E.L., Cellites, reg. 2, f° 1.

205 A.E.L., Cellites, reg. 1, f° 70.

206 Th. GOBERT, Liège..., t. XI, p. 360-361.

207 Der liber Ordinarius des lütticher St. Jakobs-Klosters, éd. P. VOLK, ds. Beiträge zur Geschichte des alten Mönchtums und des Benediktinerordens, t. X, Münster, 1923.

208 La règle..., t. II, p. 610-614 ; W. WITTERS, op. cit., p. 204-210.

209 Der Liber..., p. 21-23, 78.

210 W. WITTERS, op. cit., p. 195-196.

211 A.E.L., Dominicains, chartrier, acte du 16 mars 1265 ; J. CUVELIER, op. cit., p. 204 ; A.E.L., Collégiale Saint-Barthélémy, chartrier, acte du 22 août 1272.

212 W. WITTERS, op. cit., p. 198-204.

213 A notre connaissance aucune étude n’a jamais été consacrée au mandé capitulaire, voir J. de MAHUET, art. Lavement des pieds, ds. Catholicisme, t. VII, Paris, 1975, col. 92-99.

214 L. LAHAYE, Inventaire... Saint-Jean, t. I, p. 20-21.

215 Provisoribus elemosine seu mandati nostre ecclesie..., C.S.L., t. III, p. 184 ; elemosina ecclesie nostre que vulgatirer appellatur mandatum, C.S.L., t. III, p. 234 ; A.E.L., Abbaye de Robermont, reg. 12, f° 214.

216 J.G. SCHOONBROODT, Inventaire analytique et chronologique des chartes du chapitre de Saint-Martin à Liège, Liège, 1871, p. 18 ; A.E.L., Collégiale Saint-Denis, chartrier, acte du 16 septembre 1318 ; A.E.L., Collégiale Saint-Pierre, reg. 143, f° 5 ; A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 223, f° 11v ; A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, reg. 107, f° 14.

217 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 436 à 454 ; A.E.L., Cathédrale, Aumône, no 4, 6, 9, 260, 262.

218 A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, reg. 107, f° 1v. et 14. reg. 190, f° 32 r-v ; A.E.L., Collégiale Saint-Pierre, reg. 143, f° 5, 69, reg. 146, f° 29v, reg. 147, f° 29v.

219 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 10, f° 14 ; C.S.L., t. IV, p. 246.

220 A.E.L., Collégiale Saint-Jean, reg. 436, f° 61, reg. 438, f° 37, reg. 439 à 444, ss. fol.

221 A.E.L., Collégiale Saint-Martin, reg. 97, f° 39v-40 ; A.E.L., Collégiale Sainte-Croix, reg. 107, f° 14 ; A.E.L., Collégiale Saint-Pierre, reg. 143, f° 69, reg. 146, f° 29v, reg. 147, f° 29v, reg. 148, f° 29, reg. 149, f° 34v, reg. 150, f° 34.

222 P. BONENFANT, Origine..., p. 19-21 ; M.-J. TITS-DIEUAIDE, Les tables des pauvres dans les anciennes principautés belges au moyen âge, ds. Tijdschrift voor geschiedenis, t. LXXXVIII. Groningue, 1975, p. 562-565.

223 Domum meam que est in foro leodiensi fraternitati sancti Michaelis el infirmis de Cornelio..., R.C.L., t. I, p. 10.

224 R.C.L., t. I, p. 28.

225 Th. GOBERT, Liège..., t. I, p. 515 et sv. ; M. YANS. Métiers et bienfaisance publique à Liège, ds. Annales du XXXIIIe congrès de la Fédération archéo. et histo. de Belgique (Tournai, 1949), Tournai, 1951. p. 389-390 ; J. LEJEUNE. Saint-Michel sur le Marché et la commune de Liège, ds. A.H.L., t. VI. Liège. 1959, p. 361-423 ; R. HANKART, L’hôpital Saint-Michel dit des communs pauvres-en-Ile à Liège. Histoire de ses origines (xiie-xve siècles), ds. B.I.A.L., t. XC. Liège, 1978, p. 157-195.

226 Th. GOBERT, Liège..., t. I, p. 515-517. M. YANS, Métiers..., p. 390 tenta de contester cette thèse. A son avis, il aurait existé une chapelle Saint-Michel au pied du Publémont. Cette institution charitable prenant de l’ampleur aurait été rattachée à la cathédrale. A la suite du transfert, sa compétence aurait été étendue à toutes les paroisses de la ville. Tout ceci étant une suite d’affirmations gratuites sans le moindre fondement documentaire, nous n’avons pas jugé utile d’y accorder plus d’attention.

227 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 400-402.

228 R. HANKART, L'hôpital..., p. 160-171 cherche d’ailleurs moins à établir les origines de l’Aumône qu’à démontrer vainement que la chapelle Saint-Michel disparut en 1185.

229 Cfr chapitre précédent.

230 Chronicon..., p. 134-135.

231 V. von WOIKOWSKY-BIEDAU, op. cit., p. 25 ; P. BONENFANT, Cartulaire de l'hôpital Saint-Jean de Bruxelles, Bruxelles, 1953, p. VIII-IX, p. 5-7.

232 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 396-409.

233 J. LEJEUNE, Saint-Michel..., p. 402.

234 C. de BORMAN, op. cit., t. I, p. 95.

235 Jusqu’à la deuxième moitié du 14e siècle, l'Aumône de la cité s’intitulait li poures de la citeit, A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 227, f° 1, reg. 229, f° 1, à partir de cette époque, l'expression Pauvres en Ile se répand pour se généraliser au 15e siècle, A.E.L., Abbaye de Robermont, reg. 28, f° 4, A.E.L., Pauvres en Ile, chartrier, no 53, 68, 76, 81, 83, etc.

236 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 229, f° 28.

237 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 218, f° 4, reg. 220, f° 99 ; R. HANKART, L’hôpital..., p. 184.

238 A.E.L., Dominicains, chartrier, chartes no 44 et 57 ; R. HANKART, L’hôpital..., p. 186-188.

239 J· LEJEUNE, Liège et son Pays. Naissance d'une patrie (13e-14e siècles), Liège, 1948, p. 383-384.

240 R.C.L., t. III, p. 376, 380, t. IV, p. 443-444.

241 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 50-51v, reg. 321, ss. fol. ; R.C.L., t. III, p. 376-376-377 ; Stadsarchief Tongeren, Paweilhar, f° 569.

242 R.C.L., t. III, p. 376-377.

243 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 309, f° 51v.

244 R.C.L., t. III, p. 277.

245 Pièce de métal prouvant que son possesseur pouvait participer aux distributions.

246 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 321, 322, 323, ss. fol.

247 Sur un total de 1312 méreaux, douze seulement étaient attribués à des mendiants, A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 321, 322, 323.

248 C. de BORMAN, Les échevins..., t. I. p. 437.

249 A.E.L., Pauvres en Ile, reg. 223, fo 26.

250 Ayant le même terrain d’action et le même but, il semble que les personnes désireuses de venir en aide aux pauvres aient préféré l’Aumône de la cité. Les menses paroissiales apparaissent tardivement (mense de la paroisse de Saint-Hubert, 1292, A.E.L., Collégiale Saint-Martin, chartrier, charte no 138 ; mense de la paroisse SaintRémy, 1317, A.E.L., Abbaye Saint-Jacques, chartrier, charte no 172 ; mense des paroisses Sainte-Catherine et Saint-Jean-Baptiste, 1337 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 457). Elles ne disposèrent jamais que de moyens très modestes et ce jusqu'à la fin de l’Ancien Régime, N. HAESENNE-PEREMANS, La pauvreté dans la région liégeoise à l'aube de la révolution industrielle. Un siècle de tension sociale (1730-1830), Paris, 1981, p. 407-411 ; N. HAESENNE-PEREMANS, L'assistance dans la Principauté de Liège au xviiie siècle, ds. Leodium, t. LXII, Liège, 1977, p. 19-28.

251 P. HANQUET, Les archives de la bienfaisance publique à Liège, II, L'aumône Graveteau, ds. A.H.L., t. V, Liège, 1953, p. 144-146.

252 P. HANQUET, op. cit., p. 132-133, 137-138.

253 A.E L., Aumône de Catherine de Flémalle, reg. 3 bis, comptes 1471-1489, ss. fol.

254 A.E.L., Aumône de Catherine de Flémalle, reg. 1, f° 92v-110v.

255 A.E.L., Abbaye Saint-Jacques, chartrier, charte no 252 ; C. de BORMAN, Les échevins..., t. I, p. 457 (2 août 1337) ; A.E.L., Aumône de la cathédrale. Stock, f° 496v (27 septembre 1379) ; A.E.L., C. et T., reg. 3, f° 87v (10 mai 1437), reg. 17, f° 37v. (24 octobre 1473).

256 S. REICKE, op. cit., t. I, p. 52-53, 93-149.

257 J. IMBERT, op. cit., p. 212-216 ; Histoire des hôpitaux..., p. 55-59, 66, 81.

258 J. IMBERT, op. cit., p. 60, 212-216.

259 A. CORDANI-SONTAG, op. cit., p. 40-41.

260 S. REICKE, op. cit., t. I. p. 308-310 ; Histoire des hôpitaux..., p. 118-119.

261 Cologne comptait environ 30.000 habitants à la fin du 15“siècle, V. von WOIKOWSKY-BIEDAU, op. cit., p. 9-61 ; Bruges environ 30.000 habitants à la fin du 15e siècle, G. MARECHAL, op. cit., p. 216 ; Lyon environ 20.000 habitants au milieu du 15e siècle, N. GONTHIER, Les hôpitaux et les pauvres à la fin du Moyen Age : l’exemple de Lyon, ds. M.A., t. LXXXIV, Bruxelles, 1978, p. 281-300 ; Narbonne environ 28 à 30.000 habitants au début du 14e siècle J. CAILLE, Hôpitaux et charité publique à Narbonne au Moyen Age de la fin du xi à la fin du xve siècle, Toulouse, 1978, p. 37-40, 43-47 ; Douai environ 18.000 habitants à la fin du 14e siècle, F. LECLERE, Recherches sur la charité des bourgeois envers les pauvres au xive siècle à Douai, ds. Revue du Nord, t. XLVIII, Lille, 1966, p. 144-145.

262 E. VAN CAUWENBERG, Les pèlerinages expiatoires et judiciaires dans le droit communal de la Belgique au moyen âge, Louvain, 1922, p. 74-85 ; J. VAN HERWAARDEN, Opgelegde bedevaarten. Een Studie over de praktijk van opleggen van bedevaarten (met name in de stedelijke rechtspraak) in de Nederlanden gedurende de late middeteeuwen (ca 1300-ca 1550), Assen, 1978, p. 87-109 ; F. ROUSSEAU, La Meuse..., p. 243-247 ; C. DE CRAECKER-DUSSART, La notion de « route » au Moyen Age. A propos de deux itinéraires à travers la Basse Lotharingie (xiiie siècle), ds. Le Moyen Age, t. LXXXVI, Bruxelles, 1980, p. 52-59.

Table des illustrations

Titre LES HOPITAUX DE LIEGE (xie-xiiie S.)
Légende 1. ANCIEN HÔPITAL DE LA CATHEDRALE (debut du 11e siecle)2. LEPROSERIE DE CORNILLON (av. 1176)3. HÔPITAL SAINTE-MARGUERITE (av. 1183)4 HÔPITAL SAINT-CHRISTOPHE (av. 1183)5. HÔPITAL SAINT JEAN-BAPTISTE (av. 1189)6. NOUVEL HOPITAL DE LA CATHEDRALE OU HOPITAL SAINT-MATHIEU-A-LA-CHAINE (vers 1203)7. HÔPITAL SAINTE ELISABETH (vers 1245)8. HÔPITAL DE SAINT-JEAN L’EVANGELISTE (av. 1 252)9. LEPROSERIE DE SAINTE WALBURGE (vers 1259)10. HÔPITAL DES FRERES SACS (1265)11. HÔPITAL TIREBOURSE (av 1267)TRACE APPROXIMATIF DES MURAILLES (xiie S.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6315/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre LES HOPITAUX DE LIEGE (xive-xve S.)
Légende 1. LEPROSERIE DE CORNILLON (av. 1176)2. HÔPITAL SAINTE-MARGUERITE (av. 1183)3. HÔPITAL SAINT-CHRISTOPHE (av 1183)4. HÔPITAL SAINT-JEAN-BAPTISTE (av. 1189)5. NOUVEL HÔPITAL DE LA CATHEDRALE ou HOPITAL SAINT MATHIEU-A-LA-CHAINE (vers 1203)6. LEPROSERIE DE SAIΝΤΕ - WALBURGE (vers 1259)7. HÔPITAL TIREBOURSE (av. 1267)8. HÔPITAL SAINT-JULIEN (av. 1311)9. HÔPITAL SAINT-GUILLAUME (1329 ou 1330)10. MAISON DE L’AUMONE DES PAUVRES DE LA CITE11. HÔPITAL MOSTARDE (1336)12. MAISON DES AVEUGLES (av. 1350)13. MAISON DE LA CIGOGNE (vers 1382)14. HÔPITAL PAQUAY ou DE SA INT-SEVERIN (fin 14e siècle)15. HÔPITAL SAINT-JACQUES (14 2 7)16. MAISON DES FRERES CELLITES (vers 1466. 1er emplacement)17. MAISON DES FRERES CELLITES (1519 2ème emplacement)TRACÉ APPROXIMATIF DES MURAILLES (xiiie s.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6315/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search