Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Première partie. L’infrastructure hospitalière

Chapitre II. La bourgeoisie, secours des miséreux

Texte intégral

  • 1 G. DUBY, Guerriers et paysans viie-xiie siècle. Premier essor de l'économie européenne, Paris, 197 (...)
  • 2 G. FOURQUIN, Histoire économique de l'occident médiéval, Paris, 1969, p. 172.

1L’Europe occidentale connut, dans le dernier quart du 12e siècle, une première phase d’essor économique préparée par les progrès de l’agriculture, le développement des industries urbaines et la pénétration de la monnaie dans les échanges commerciaux1. Cette mutation économique s’accompagna d'une transformation du tissu social. Le perfectionnement des techniques agricoles, l’extension des surfaces cultivables et l’amélioration des rendements furent à la fois causes et conséquences de la croissance démographique2. Dans les régions où les zones de culture ne pouvaient guère s’étendre, les masses paysannes libérées du travail de la terre quittèrent les campagnes pour gagner les villes et précipiter leur renaissance. Fournissant de la main-d’œuvre à l’industrie et pratiquant le commerce, elles contribuèrent à la formation d’une classe sociale nouvelle dont l'importance fut grandissante au fil des siècles : la bourgeoisie.

  • 3 Les premières traces remontent aux environs de l'an 1000 où des marchands liégeois, hutois et nive (...)
  • 4 K. HÖHLBAUM, Hansisches Urkundenbuch, t. III, Halle, 1894, p. 385-388 ; E. FAIRON, Régestes de la (...)
  • 5 Die Urkunden der deutsche Könige und Kaiser, t. VI, Die Urkunden Heinrichs IV.. éd. I). von GLADIS (...)
  • 6 G. DESPY et C. BILLEN, Les marchands mosans aux foires de Cologne pendant le xiie siècle, ds. Acta (...)
  • 7 Compte rendu de l’article de G. DESPY, Pour un « Corpus »..., par A. JORIS, ds. M.A., t. LXXIX, 19 (...)
  • 8 RENIER de SAINT-JACQUES, Annales, éd. L.C. BETHMANN et J. ALEXANDRE, Liège, 1874, p. 61 ; F. BOURQ (...)
  • 9 M.W. HALL, H.C. KRUEGER et R.L. REYNOLDS, Guglielmo Cassinese (1190-1192), t. I-II, Turin, 1938, n(...)
  • 10 Deux halles à drap apparaissent au début du 13e siècle, de nouvelles rames à drap sont construites (...)
  • 11 M.-CL. CHAINEUX, Culture de la vigne et commerce du vin dans la région de Liège au Moyen Age, Lièg (...)
  • 12 Comme l’a montré A. JORIS, A propos du commerce mosan aux xiiie et xive siècles, ds. Annales de la (...)

2La vallée de la Meuse participa largement à ce mouvement. La carence des sources ne permet pas d’établir avec précision les débuts du commerce liégeois3. En 1103, des Liégeois et des Hutois vendaient, à Cologne, de la laine et des étoffes de lin4. En 1104, ils sont cités dans le tarif du tonlieu de Coblence5. Pour G. Despy, ces documents faux auraient été fabriqués, l’un vers 1175-1200, l’autre vers 1150 sur base d’actes vrais6. Ces démonstrations qui ne convainquent pas entièrement, ont été contestées par A. Joris et J.-L. Kupper7. Sans entrer dans le débat, nous pouvons affirmer sans risque que les Liégeois commerçaient régulièrement avec la région rhénane dans la seconde moitié du 12e siècle et peut-être déjà au début du siècle. A la même époque, ils trafiquaient aussi avec les foires de Champagne8. Mais c’est l’Italie qui constituait le pôle d’attraction principal. Une colonie liégeoise est installée à Gênes dans la seconde moitié du 12e siècle et s’y maintiendra jusqu’au début du siècle suivant9. Elle importait des toiles et des draps de Liège et participait à diverses opérations commerciales avec les pays du pourtour méditerranéen. Son commerce témoigne de la vitalité de la draperie liégeoise10, seule activité qui dépassa, pendant quelque temps, les limites régionales. La viticulture, la tannerie, la sidérurgie et la houillerie qui occupent une main-d’œuvre abondante disséminée dans une multitude de petites entreprises artisanales, n’auront jamais d'autre ambition que de satisfaire la demande locale11. Avec le déclin de sa draperie dès la seconde moitié du 13e siècle, Liège disparaît des marchés internationaux12.

  • 13 H. VAN WERVEKE, De Zwarte Dood in de Zuidelijke Nederlanden (1349-1351), ds. Med. kon. Vl. Acad. W (...)
  • 14 C.S.L., t. VI, p. 334-337.
  • 15 S. BORMANS, Le bon métier des tanneurs de la Cité de Liège, ds. Bulletin de la société liégeoise d (...)
  • 16 S. BORMANS, Le bon métier des drapiers de la Cité de Liège, Liège, 1866, doc. VI, p. 118 ; Id., Le (...)

3Touchée par la récession qui affecte l’ensemble de l’Europe à partir de 1350, Liège, dont le marché intérieur subit moins qu’ailleurs les effets de la grande peste13, résiste apparemment mieux. En l’absence d’étude complète sur la situation économique de la ville aux 14e et 15e siècles, nous nous contenterons d’enregistrer les manifestations les plus visibles de la crise. En 1350, l’évêque Englebert de la Marck supprime une des deux foires qui se tenaient dans la cité14. En 1373, l’un des trois moulins à foulon de la ville15 est arrêté et certains métiers prennent des mesures pour limiter la production16.

4Alors que dans la deuxième moitié du 15e siècle, la relance est presque partout tangible, Liège ne semble guère sortir de sa torpeur. La guerre avec la Bourgogne (1466-1468), la prise et la destruction de la ville (1468), l’occupation bourguignonne (1468-1477) et la guerre civile (1482-1492) annihileront les effets d’une conjoncture plus favorable. Il faudra attendre l’extrême fin du 15e siècle et le début du 16e siècle pour que les signes de reprise soient manifestes.

  • 17 Sur ces familles, voir J. BOURGEOIS, Le patriciat urbain liégeois. Son origine. Sa première histoi (...)
  • 18 F. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 25-33.
  • 19 C’est le cas des viniers qui fournissent des vins étrangers aux classes aisées et aux communautés (...)

5C’est durant la période d’expansion commerciale qui va du début du 12e siècle au début de la seconde moitié du 13e siècle que certaines familles se bâtirent des fortunes confortables17. Désireuses de doubler leur pouvoir économique d’un pouvoir politique en accédant aux postes de commande de la cité, elles se confondent peu à peu à partir du 13e siècle avec les familles de l’échevinat et de la ministérialité. Genre de vie identique et fortunes assises sur la propriété foncière facilitèrent la fusion de ces groupes à l'origine différents, en une seule classe appelée commodément « patriciat »18. A Liège, la fin du grand commerce international ne signifia pas la ruine économique. En dépit d’un ralentissement évident, le marché intérieur restait important. Membres du patriciat, chanoines de la cathédrale et des collégiales, et communautés religieuses, tous solidement implantés en Hesbaye dont ils tiraient des revenus substantiels, continuent à faire travailler une foule d’artisans et de commerçants19.

  • 20 L. GENICOT, Les grandes villes de l'Occident en 1300, ds. Mélanges offerts à Edouard Perroy, Paris (...)
  • 21 G. KURTH, Notger..., t. II, p. 16-28 ; Id., La cité..., t. I, p. 296-301 ; E. POLAIN, La formation (...)
  • 22 Deux paroisses sont créées : Saint-Georges avant 1144 et Saint-Jean-Baptiste avant 1189, L. LAHAYE (...)
  • 23 A. FAYEN, L'Antigraphum Petri et les lettres concernant Lambert le Bègue conservées dans le manusc (...)
  • 24 M. JOSSE, Aux origines : l'Ile de la cité ; son peuplement, ds. La collégiale Saint-Jean de Liège, (...)
  • 25 E. POLAIN. op. cit., p. 17.
  • 26 H. VAN WERVEKE. op. cit., p. 18-20.

6Première ville du diocèse, deuxième de l’Empire avec 5.000 à 10.000 habitants au 11e siècle20, Liège conserva durant tout le Moyen Age une population nombreuse. Si l’absence de données chiffrées rend hasardeuse toute évaluation, les agrandissements successifs de l'enceinte et plus encore l’apparition de quartiers nouveaux21 attestent du développement continu de la population du 12e à la fin du 13e siècle. Dès le début du 11e siècle, le quartier qui prolonge le marché déborde de l’enceinte notgérienne au-delà de la porte Hasseline. Puisant son dynamisme dans la population marchande qui l’habite, il s’étend, durant tout le siècle suivant, le long de Jehanstrée (actuellement rue Féronstrée) et de la rue Hors-Château22. A l’autre bout de la ville, le quartier de Saint-Christophe se peuple de pelletiers et de tisserands23, et accueille à partir du début du 13e siècle, une importante population de béguines. Au 13e siècle, l’Ile autour des rues du Pot-d’Or, de la Casquette, du pont d’Avroy24 et le quartier d’Outremeuse d’abord près de Saint-Pholien, ensuite le long de Puits-en-Sock se peuplent de manière intensive. A la fin du siècle, l’enceinte de la cité a atteint une dimension qui sera toujours la sienne au début du 19e siècle25. Tout plaide en faveur de la stabilité de la population de la fin du 13e siècle au milieu du 15e siècle. Généralement épargnée par les épidémies26 qui décimèrent l’Europe au 14e siècle, elle voit sa croissance enrayée : plus aucun quartier ne connaît d’extension spectaculaire, plus aucune paroisse n’est créée.

  • 27 I. PIRSON, Contribution à l’étude critique de la destruction et de la reconstruction de Liège en 1 (...)
  • 28 R. MOLS. Introduction à la démographie historique des villes d'Europe du xive au xviiie siècle, t. (...)
  • 29 I. PIRSON, op. cit., p. 130-137.

7Les relevés effectués par les Bourguignons permettent d'évaluer la population de la ville, avant 1468, à environ 20.000 habitants intra muros, et 5.000 habitants dans les faubourgs (Saint-Laurent, Saint-Christophe, Sainte-Marguerite et Saint-Léonard)27. Elle fait toujours partie des villes importantes des Pays-Bas et de l’Empire : seules Gand (35.000 à 50.000 habitants au 14e siècle), Bruges (30.000 habitants), Bruxelles (30.000 à 40.000 habitants) et Anvers (50.000 habitants) à la fin du 15e siècle, Cologne, Lubeck (30.000 à 40.000 habitants) et peut-être Prague (25.000 à 30.000 habitants)28 la dépassent. Après sa destruction, elle mettra vingt ans pour retrouver son chiffre de population de 146829.

  • 30 Vidi et teteros Flandrie et Brabantieque populos lanificos et textores ; vidi Leodium, insignum cl (...)
  • 31 Jérôme Munzer, médecin de Nuremberg, voyage de 1494 à 1495 en Europe du sud-ouest de l'Espagne aux (...)
  • 32 Monetarias. Voyage aux Pays-Bas (1495), trad., introduit et annoté par P. CISELET et M. DELCOURT, (...)

8Liège, ville moyenne peuplée de bourgeois et d’artisans, où l’industrie variée et répartie en petites unités n’a jamais donné naissance à un véritable prolétariat, est aussi une ville de clercs. C’est du moins l’image que retiennent les quelques voyageurs étrangers qui s’y sont arrêtés au 14e et au 15e siècle. Le 21 juin 1333, Pétrarque écrit au cardinal Jean Colonna : « j’ai vu les populations de la Flandre et du Brabant qui vivent du travail de la laine et du tissage ; j’ai vu Liège, la cité des clercs... »30. Jérôme Munzer31, un siècle et demi plus tard, est lui aussi frappé par la dominante cléricale de la cité : « nulle part, il n’y a plus de clergé, tant séculier que régulier » et plus loin « on peut voir à Liège tous les degrés de la hiérarchie des couvents, des ermitages, des abbayes, toute la vie collective du clergé »32. Les chiffres ne démentent pas leur impression. Outre la cathédrale (soixante chanoines tréfonciers et dix chanoines de Saint-Materne), elle compte sept collégiales et 210 chanoines, huit couvents intra muros, auxquels s’ajoutent le clergé paroissial (vingt-quatre paroisses), les chapelains et les clercs attachés aux diverses institutions religieuses, au total plus de mille personnes.

9C’est dans ce milieu, rapidement esquissé, que vont naître les hôpitaux et les institutions d’assistance dont nous allons retracer la mise en place et l’évolution de la deuxième moitié du 12e siècle à la fin du 15e siècle.

Notes

1 G. DUBY, Guerriers et paysans viie-xiie siècle. Premier essor de l'économie européenne, Paris, 1973, p. 292 et sv.

2 G. FOURQUIN, Histoire économique de l'occident médiéval, Paris, 1969, p. 172.

3 Les premières traces remontent aux environs de l'an 1000 où des marchands liégeois, hutois et nivellois sont signalés à Londres, J. de STURLER, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l'Angleterre au Moyen Age. L'étape des laines anglaises en Brabant et les origines du développement du port d'Anvers, Paris, 1936, p. 69-70.

4 K. HÖHLBAUM, Hansisches Urkundenbuch, t. III, Halle, 1894, p. 385-388 ; E. FAIRON, Régestes de la cité de Liège, t. I, Liège, 1933, p. 1-3.

5 Die Urkunden der deutsche Könige und Kaiser, t. VI, Die Urkunden Heinrichs IV.. éd. I). von GLADISS, Berlin, 1941, p. 662-664 ; G. DESPY, Pour un « Corpus » des tarifs de tonlieu de l'Europe occidentale au moyen âge, ds. Acta Historica Bruxellensia. t. II, Bruxelles, 1970, p. 284-287 ; Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, I. VI, 3e partie, Die Urkunden Heinrichs IV., éd. A. GAWLIK, Hanovre, 1978, p. 749-751.

6 G. DESPY et C. BILLEN, Les marchands mosans aux foires de Cologne pendant le xiie siècle, ds. Acta Historica Bruxellensia, t. III, Bruxelles, 1974, p. 31-61 ; G. DESPY, Pour un « Corpus »..., p. 253-287.

7 Compte rendu de l’article de G. DESPY, Pour un « Corpus »..., par A. JORIS, ds. M.A., t. LXXIX, 1973, p. 545-547 ; J.-L. KUPPER, Liège..., p. 98-99.

8 RENIER de SAINT-JACQUES, Annales, éd. L.C. BETHMANN et J. ALEXANDRE, Liège, 1874, p. 61 ; F. BOURQUELOT, Etude sur les foires de Champagne... aux xiie, xiiie et xive siècles, Paris, 1865, p. 254-255 ; H. LAURENT, Un grand commerce d’exportation au Moyen Age. La draperie des Pays-Bas en France et dans les pays méditerranéens, Paris, 1935, p. 61-63 ; R.H. BAUTIER, Les foires de Champagne. Recherches sur une évolution historique, ds. Recueils de la société J. Bodin, t. V, La foire, Bruxelles, 1953, p. 108-130 ; M. BUR, La formation du comté de Champagne v. 950 - v. 1150, Nancy, 1977, p. 292-307.

9 M.W. HALL, H.C. KRUEGER et R.L. REYNOLDS, Guglielmo Cassinese (1190-1192), t. I-II, Turin, 1938, no 8, 143, 761, 828, 970, 1010, 1013, 1659, 1672 ; R. DOEHAERD, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l'Outremont d’après les archives notariales génoises aux xiiie et xive siècles, t. II, Bruxelles-Rome, 1941, n° 368, 391 ; A. SCHAUBE, Handelgeschichte der romanischen Völker des Mittelmeergebiets bis zum Ende der Kreuzzüge, Berlin-Munich, 1906, p. 421 ; R. REYNOLDS, A market for northern textiles in Genoa, ds. R.B.P.H., t. VIII, Bruxelles, 1929, p. 831-851 ; id., Genoese sources for the twelfth Century history of Liège, with a special attention to John of Liège, ds. Etudes d’histoire dédiées à la mémoire de H. Pirenne, Bruxelles, 1937, p. 291-298.

10 Deux halles à drap apparaissent au début du 13e siècle, de nouvelles rames à drap sont construites à la même époque, JACQUES de HEMRICOURT, Œuvres, éd. C. de BORMAN, A. BAYOT et E. PONCELET, t. I, Bruxelles, 1910, p. 305-306 ; J. CUVELIER, Cartulaire de l’abbaye du Val-Benoît, Bruxelles, 1906, p. 80-82 ; A.E.L., Ecoliers, reg. 2, f° 221.

11 M.-CL. CHAINEUX, Culture de la vigne et commerce du vin dans la région de Liège au Moyen Age, Liège-Louvain, 1981, p. 94-100 ; J. POLINARD, Recherches sur la tannerie dans le pays mosan du xiiie au xve siècle, mém. de lic. dact., Liège, 1976-77, p. 67-73 ; J. LEJEUNE, La formation du capitalisme moderne dans la Principauté de Liège au xvie siècle, Liège, 1939, p. 129-133 ; C. GAIER, L'industrie et le commerce des armes dans les anciennes Principautés belges du xiiie à la fin du xve siècle, Paris, 1973, p. 149-154 ; F. VERCAUTEREN, Luttes sociales à Liège (xiiie-xive siècles), 2e éd., Bruxelles, 1946, p. 30.

12 Comme l’a montré A. JORIS, A propos du commerce mosan aux xiiie et xive siècles, ds. Annales de la fédération archéologique et historique de Belgique, Gand, 1956, p. 227-227-244 ; id., Les villes de la Meuse et leur commerce au Moyen Age, ds. Studia historiae oeconomicae, t. VI, Poznan, 1971, p. 1-20, Liège est la première des villes mosanes à disparaître des marchés internationaux. Sur les causes du déclin de la draperie liégeoise, voir, P. DE SPIEGELER, La draperie de la cité de Liège, des origines à 1468, ds. M.A., t. LXXXV, Bruxelles, 1979, p. 71.

13 H. VAN WERVEKE, De Zwarte Dood in de Zuidelijke Nederlanden (1349-1351), ds. Med. kon. Vl. Acad. W. et Lett. Sch. Kunsten van België, K.L. Lett., t. XII/3, Bruxelles, 1950, p. 18-20 ; G. DESPY, La « grande peste noire de 1348 » a-t-elle touché le roman pays de Brabant ?, ds. Centenaire du séminaire d’histoire médiévale de l’Université libre de Bruxelles 1876-1976, Bruxelles, 1977, p. 195-218.

14 C.S.L., t. VI, p. 334-337.

15 S. BORMANS, Le bon métier des tanneurs de la Cité de Liège, ds. Bulletin de la société liégeoise de littérature wallonne, t. V, Liège, 1862, doc. IV, p. 280-283.

16 S. BORMANS, Le bon métier des drapiers de la Cité de Liège, Liège, 1866, doc. VI, p. 118 ; Id., Le bon métier des tanneurs..., p. 163 et 262.

17 Sur ces familles, voir J. BOURGEOIS, Le patriciat urbain liégeois. Son origine. Sa première histoire, mém. de lic., Liège, 1952-1953, p. 161-179.

18 F. VERCAUTEREN, Les luttes..., p. 25-33.

19 C’est le cas des viniers qui fournissent des vins étrangers aux classes aisées et aux communautés religieuses, des halliers et des merciers qui ramènent d'Anvers et de Berg-op-Zoom draps de luxe et épices, M.-Cl. CHAINEUX, op. cit., p. 91-94 ; S. WALCH, Les relations économiques du pays mosan aux xiiie, xive et xve siècles, mém. de lic. manus., Liège, 1931-1932, p. 88 et sv. ; R. DOEHAERD, Marchands mosans sur le marché d'Anvers à la fin du Moyen Age, ds. Mélanges F. Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 265-281.

20 L. GENICOT, Les grandes villes de l'Occident en 1300, ds. Mélanges offerts à Edouard Perroy, Paris, 1973, p. 211 ; Id., Entre l'Empire et la France, ds. Histoire de la Wallonie, Toulouse, 1973, p. 157 ; sur la valeur de ces chiffres, voir G. DESPY, Naissance..., p. 97-101.

21 G. KURTH, Notger..., t. II, p. 16-28 ; Id., La cité..., t. I, p. 296-301 ; E. POLAIN, La formation territoriale de la cité de Liège, ds. R.N., t. XVIII, Lille, 1932. p. 3-22 ; Ph. LECOUTURIER, Liège. Etude de géographie urbaine, Liège, 1930, p. 66-86.

22 Deux paroisses sont créées : Saint-Georges avant 1144 et Saint-Jean-Baptiste avant 1189, L. LAHAYE. Les paroisses de Liège, ds. B.I.A.L., t. XLVI, Liège, 1921, p. 47 et 51.

23 A. FAYEN, L'Antigraphum Petri et les lettres concernant Lambert le Bègue conservées dans le manuscrit de Glasgow, ds. B.C.R.H., t. LXVIII, Bruxelles, 1899. p. 344.

24 M. JOSSE, Aux origines : l'Ile de la cité ; son peuplement, ds. La collégiale Saint-Jean de Liège, sous la direction de J. DECKERS. Liège, 1981, p. 7-12.

25 E. POLAIN. op. cit., p. 17.

26 H. VAN WERVEKE. op. cit., p. 18-20.

27 I. PIRSON, Contribution à l’étude critique de la destruction et de la reconstruction de Liège en 1468, mém. de lic. dact., Liège, 1946-1947, p. 19-22.

28 R. MOLS. Introduction à la démographie historique des villes d'Europe du xive au xviiie siècle, t. II, les résultats, Louvain, 1955. p. 509-510 et 520-521.

29 I. PIRSON, op. cit., p. 130-137.

30 Vidi et teteros Flandrie et Brabantieque populos lanificos et textores ; vidi Leodium, insignum clero locum..., M. DYKMANS, Les premiers rapports de Pétrarque avec les Pays-Bas, ds. B.I.H.B.R., t. XX, Bruxelles-Rome, 1939, p. 53.

31 Jérôme Munzer, médecin de Nuremberg, voyage de 1494 à 1495 en Europe du sud-ouest de l'Espagne aux Pays-Bas. Il passa à Liège au début du mois d'avril 1495.

32 Monetarias. Voyage aux Pays-Bas (1495), trad., introduit et annoté par P. CISELET et M. DELCOURT, Bruxelles, 1942, p. 61 et 63.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search