Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Première partie. L’infrastructure hospitalière

Chapitre I. L’évêque, « père des pauvres » ?

Texte intégral

  • 1 A. JORIS, Du ve au milieu du viiie siècle. A la lisière de deux mondes, Bruxelles, 1967, p. 30-32  (...)
  • 2 La matricule est une liste sur laquelle étaient inscrits les pauvres auxquels on versait, en espèc (...)
  • 3 Ces institutions sont citées dans le testament du diacre Adalgisel-Grimo (30 décembre 634), cf. W. (...)
  • 4 M. ROUCHE, op. cit., p. 88.
  • 5 Histoire des hôpitaux..., p. 26-31.

1Les migrations germaniques du 5e siècle, ruinant la structure administrative romaine, affectèrent peu les premières communautés chrétiennes de l’est. Maestricht, siège de l’évêché de l’ancienne civitas Tungrorum, Namur et, probablement, Huy et Dînant, étaient les points d’ancrage d’un christianisme fraîchement établi. Durant la période mérovingienne, ces agglomérations se développèrent en cumulant les fonctions religieuse, commerciale et économique1. C’est dans ce cadre urbain naissant qu’apparaissent, en 634, les premières traces d’une bienfaisance organisée : une léproserie à Maestricht et une matricule2 à Huy3. Preuve d’une organisation paroissiale avancée et d’un certain caractère urbain, ces institutions disparurent sans laisser de trace. Raréfaction de la maladie, pour la première, inadaptation de ce type d’assistance à la société carolingienne, pour la seconde, sont les causes probables de leur disparition. La matricule, institution destinée aux pauvres des villes, ne parvint pas à prendre en compte les mutations sociales dont la principale, le dépeuplement des villes, allait pousser la masse des pauvres vers les campagnes. A partir du 7e siècle, les matricules se sclérosent et finissent par ne plus accorder d’aide qu’à certains pauvres, à l’exclusion de tous les autres ; ces quelques privilégiés deviennent de véritables prébendiers4. Dès lors, les pauvres des campagnes se détourneront d’une charité urbaine à laquelle ils n’ont plus accès, et rechercheront une charité plus proche et mieux adaptée à leurs besoins : celle des monastères5.

  • 6 G. DESPY. Naissance de villes et de bourgades, ds. La Wallonie. Le pays et les hommes, t. I, Bruxe (...)
  • 7 J. STIENNON, Des temps romains aux temps romans, ds. Liège et son palais, Anvers. 1980, p. 21-28 ; (...)
  • 8 Le meilleur travail reste celui de G. KURTH, La cité de Liège au Moyen Age, 3 vol., Bruxelles-Lièg (...)

2Cependant, dans ce monde rural, quelques villes (Dînant, Namur, Huy) continuent leur croissance, d’autres naissent : Nivelles et Liège. Leurs origines sont pourtant toutes différentes. Si l’agglomération de Nivelles naît fort classiquement d’un marché qui transforme et vend les productions agricoles des domaines de l’abbaye6, les causes de la naissance de Liège tiennent à la fois au hasard, à la religion et à la politique. Rien en effet ne destinait le vicus Leudicus, centre d’un domaine rural, à devenir le centre du diocèse de Tongres-Maestricht. Les faits sont connus. L’évêque de Maestricht Lambert est assassiné à Liège vers 705. Rapidement, le lieu de l’assassinat attira les pèlerins de tout le diocèse. Le geste décisif fut posé, en 718, par l’évêque Hubert, successeur de Lambert, qui fit transférer les reliques de l’évêque martyr de Maestricht à Liège. Le déplacement définitif du siège de l’évêché à Liège aura lieu dans la seconde moitié du 8e siècle7. La suite de l’histoire de la cité et de son développement ont été étudiés8, il n’y a pas lieu d’y revenir.

  • 9 Pour les références aux canons, voir J. IMBERT, op. cit., p. 34 et M. ROUCHE. op. cit., p. 86-89.

3Nombreux sont les canons des conciles régionaux9 de l’époque mérovingienne qui concernent l’assistance aux pauvres : leur contenu se résume à peu de chose. Les biens de l’Eglise doivent être respectés et défendus car, en dernière analyse, ils sont les biens des pauvres. Ces biens doivent servir à leur entretien : s’y attaquer, c’est s’attaquer aux pauvres donc au Christ. Celui qui agira ainsi se verra qualifié de nectator pauperum. Malheureusement pour les pauvres, l’Eglise mérovingienne est faible. La répétition de cette législation en est la preuve. Incapable de faire triompher ses principes et d’empêcher les spoliations, elle reste en outre attachée à des formes d’assistance urbaine (matricule et xenodochion) que les églises des villes souvent fort démunies, ne peuvent plus, sauf exception, assumer convenablement.

  • 10 K. BOSL, Polens und pauper. Begriffsgeschichtliche Studien zur gesellschaftlichen Differenzierung (...)
  • 11 Concilia aevi karolini, éd. A. WERMINGHOFF, t. I, 1ère partie, Hanovre-Lipse, 1906, p. 307-464.
  • 12 Ch. DEREINE, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952, p.  (...)
  • 13 Concilia..., t. I, cap. CXLI, p. 416-417.

4Le principal apport de la civilisation carolingienne est d’avoir tenté d’appliquer certaines mesures de protection et d’aide aux pauvres à l’ensemble d’un Etat. Les premiers essais datent du règne de Charlemagne qui par certains capitulaires10 s’était attaqué aux abus les plus flagrants dont les pauperes et les minus potens étaient les victimes. Mais le caractère disparate et ponctuel de ces décisions avait nui gravement à leur efficacité. Les réformes réalisées par Louis le Pieux et ses conseillers eurent un caractère différent parce que plus générales et mieux structurées. Il s’agissait de réformer l’Eglise par l’intermédiaire de ses deux ordres les plus puissants et les plus nombreux : les clercs et les moines. Telle fut l’oeuvre du concile réuni à Aix-la-Chapelle en 816. Son but était d’unifier les divers modes de vie des clercs séculiers vivant en communauté. La première partie des travaux fut consacrée à rassembler les textes des conciles et des Pères concernant la vie du clergé. La seconde, l’institutio canonicorum11, visait à établir un mode de vie commun à tous les chanoines, inspiré de celui qui avait été imposé par saint Chrodegang aux clercs de Metz12. Un des chapitres de cette règle disait que les églises capitulaires devraient prévoir un local (receptaculum) pour accueillir et entretenir les pauvres. Une partie des dîmes était affectée à la gestion de l’hôpital dont l’administration était confiée à un chanoine qui devait également recevoir les étrangers et les pèlerins13.

  • 14 Capitularía regum Francorum, éd. A. BORETIUS, t. I, Hanovre, 1883, p. 343-349 ; La règle de saint (...)

5Le 10 juillet 817, le capitulare monasticum réalisait la seconde partie de la réforme en prescrivant l’application générale de la règle de saint Benoît aux monastères et réglait le problème de l’entretien des pauvres en affectant à l’aumônerie un dixième de tous les dons reçus14.

6Contrairement à beaucoup de décisions de l’époque carolingienne, celles-ci eurent une réelle pérennité en Lotharingie. La règle d’Aix resta d’application, surtout dans les chapitres impériaux, jusqu’à la cessation de la vie commune au 12e siècle. La règle de saint Benoît fut la seule que connurent les moines jusque dans la deuxième moitié du 11e siècle, époque où apparaissent des ordres inspirés par la règle de saint Augustin.

  • 15 Histoire des hôpitaux..., p. 25.
  • 16 Th. SCHIEFFER, Die Urkunden der Karolinger, t. III Die Urkunden Lothars I und Lothars II, Berlin-Z (...)
  • 17 S. REICKE, op. cit., p. 30-33.
  • 18 Histoire des hôpitaux..., p. 24.
  • 19 J. BORGNET, Cartulaire de la commune de Fosses, Namur, 1867, p. 5-8, A. JORIS, La ville de Huy au (...)

7Il ne faut cependant pas se leurrer. Les réalisations furent lentes. Les décisions du concile durent être renouvelées à de nombreuses reprises15. Tous les chapitres n’abandonnant pas de gaieté de cœur la part de leurs revenus destinée à la construction et à l’entretien de l’hôpital. Dans l’Empire, on ne connaît que quatre hôpitaux avant le 11e siècle : Cologne (866)16, Eichstätt (entre 888 et 912), Augsbourg (entre 923 et 975) et Brême (entre 937 et 988)17. En France, quelques fondations sont attestées à la fin du 9e et au 10e siècle18. Dans le diocèse de Liège, les hôpitaux canoniaux apparaissent tardivement : Huy (1066), Fosses (fin du 12e siècle), Dînant (1217)19.

  • 20 Sous Hartgart (838/840-857), voir H. PIRENNE, Sedulius de Liège, Bruxelles, 1882 ; sous Francon (8 (...)
  • 21 G. KURTH, Notger de Liège et ta civilisation au xe siècle, t. I, Paris-Bruxelles-Liège, 1905, p. 1 (...)
  • 22 Vita Notgeri episcopi Leodiensis, éd. G. KURTH, Notger de Liège, t. II, 1905, p. 10-15. Ce texte d (...)

8A Liège, les évêques du 9e siècle accueillaient et abritaient des pèlerins, notamment des Scotti20, sans pour cela qu’il y ait d’hôpital organisé. La plupart des historiens s’accordent pour attribuer à Notger (972-1008) la paternité de l’hôpital de la cathédrale21. Cette affirmation repose sur un passage de la Vita Notgeri22 « Hospitalis adeo fuit, at de ipso scriptum est :

  • 23 Vita Notgeri..., p. 14.

Nusquam sic collitur totis affectibus hospes.
In laribus putat esse suis, qui venerat exul.
Pauperibus victus nudis non desit amictus. »23

  • 24 ANSELME, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. R. KOEPKE, M.G.H., SS., (...)

9Ce texte comporte deux parties : « Hospitalis... est », phrase écrite par l’auteur du 12e siècle ; suivent trois vers extraits d’un poème datant de la première moitié du 11e siècle intégré dans la Vita. C’est l’auteur du 12e siècle qui parle d’un hôpital, or à cette époque, celui-ci existait depuis un siècle au moins. Le poème du 11e siècle signale une aide, dont la forme n’est pas déterminée, à trois catégories de défavorisés : les étrangers, les exilés et les pauvres. Sans vouloir tirer de l’argument a silentio plus que l’on est en droit d’en tirer, il convient de noter que la source la plus contemporaine du règne de Notger, la chronique d’Anselme24 n’attribue pas à Notger de fondation hospitalière. L’absence d’organisation hospitalière structurée n’a pas de quoi surprendre. Au 10e siècle, les cathédrales et collégiales étaient loin d’être toutes dotées d’un hôpital.

  • 25 R. LE JAN-HENNEBICQUE, « Pauperes et Paupertas » dans l’Occident carolingien aux ixe et xe siècles(...)
  • 26 Ces catégories de pauvres sont citées dans un des canons du concile d'Aix-la-Chapelle (839) où l’o (...)
  • 27 Sur Rathier, évêque de Vérone (931-934, 946-948, 962-968) et de Liège (953-955), voir Ch. RENARDY,(...)
  • 28 Lettres adressées aux clercs du diocèse de Vérone (966 et 968), F. WEIGLE, Die Briefe des Bischofs (...)
  • 29 SEDULIUS SCOTTUS, Carmina, éd. L. TRAUBE, M.G.H. Poetae 3, Berlin, 1896, p. 220 ; FOLCUIN, Gesta a (...)
  • 30 Les buts de la fondation d’une collégiale sont multiples. Par le chant de l’office divin les chano (...)
  • 31 L. HALPHEN et F. LOT, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (954-987), Paris (...)
  • 32 Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, t. II, Die Urkunden Otto des II. und III, éd. T. SIC (...)
  • 33 ANSELME, op. cit., chap. 25, p. 203 ; Cl. GAIER, Art et organisation militaires dans la principaut (...)
  • 34 ANSELME, op. cit., chap. 25 à 30, p. 203-206.
  • 35 Ibid., chap. 30, p. 206.
  • 36 Vita Notgeri..., p. 14.
  • 37 Quando ergo a majoribus negotiis ad quietem evadere poterai, ad Sanctum Johannem se conferebat. Ib (...)

10L’auteur du poème se fait simplement l’écho du rôle de protection et d’assistance aux pauvres de l’évêque, rôle sur lequel les législations du 9e et du 10e siècle avaient lourdement insisté. Durant cette période, la défense des déshérités s’était placée plus sur le terrain juridique que sur celui de l’assistance effective. La masse des pauvres était constituée d’hommes libres possédant quelques biens, souvent peu importants, mais qui suscitaient néanmoins la convoitise des potentes et des seigneurs. C’est de cette catégorie que vont se préoccuper les législations royales et conciliaires afin de défendre ces malheureux contre les dénis de justice, les sentences injustes et les voies de fait. Malgré cette législation, leur sort ne fait qu’empirer. Les possibilités de recours contre les abus deviennent plus rares du fait de l’affaiblissement du pouvoir royal qui, incapable d’assurer efficacement leur défense, les poussera à entrer dans la dépendance des puissants25. Pour « les veuves, les orphelins, et tous les autres pauvres et indigents »26, les secours sont réduits à ce que peuvent leur apporter les monastères et les évêques. Or les réalisations ne suivent pas. Les meilleurs évêques rappellent à l’ordre leur clergé, comme en témoigne la correspondance de l’évêque Rathier27 de Vérone, qui, à de nombreuses reprises, attire l’attention de son clergé sur ses obligations envers les pauvres28. Les axes prioritaires du développement de l’Eglise d’Otton ne passent pas par la défense des pauvres. Les objectifs primordiaux des évêques impériaux étaient la grandeur de l’Eglise et le maintien du pouvoir de l’empereur sur l’évêché qui leur avait été confié. L’image qu’en donnent les Gesta, est significative : elles nous les montrent avant tout comme des défenseurs du territoire et des constructeurs d’églises. L’évêque Francon (ca. 858-901) combat l’épée à la main les envahisseurs normands29. Eracle (959-971) et son successeur Notger (972-1008) sont à l’origine de l’édification de cinq collégiales à Liège30. En construisant la collégiale Saint-Martin sur le Publémont, Eracle ne songeait pas seulement à glorifier le Seigneur. Il voulait aussi occuper un point stratégique pour la défense de la cité et y transférer la cathédrale31. Notger, après avoir obtenu de l’empereur Otton II, en 98032, l’immunité pour les terres de saint Lambert, s’emploiera à les protéger contre les empiétements des seigneurs locaux. L’épisode de la prise du château de Chèvremont, qui représentait une menace constante pour la sécurité de Liège, en est l’événement le plus marquant33. Le chroniqueur Anselme, qui écrit quarante ans après la mort de Notger, lui consacre six chapitres34. Un seul, le dernier, qui traite de sa personnalité ou plus exactement de ses vertus, signale qu’il était aimable envers les pauvres (pauperibus mitis) et terrible pour les orgueilleux et les riches35. C’est peu. L’image de l’évêque, bon avec les pauvres et dur avec les riches qui font un mauvais usage de leur fortune, semble n’être qu’un de ces clichés éculés qui abondent dans les gesta depuis l’époque mérovingienne, d’autant qu’aucun exemple n’illustre ces affirmations. Les autres chapitres traitent de la prise de Chèvremont (chap. 25), de la construction des collégiales Sainte-Croix, Saint-Denis et Saint-Jean (chap. 26-27), du soin qu’il apporta à développer les écoles claustrales, des élèves qu’elles formèrent et de leur carrière qui porta le renom des écoles de Liège dans toute la chrétienté (chap. 28-29). Il semble bien que ce soient ces réalisations, qualifiées dans la Vita Notgeri de majora negocia36, qui fassent la véritable grandeur de l’évêque, plus que la prière, la visite des infirmes, la distribution de l’aumône ou la « dictée » de ses œuvres qui sans être accessoires paraissent moins essentielles37.

  • 38 Ce testament est connu par les résumés très semblables qu’en donne la Vita Balderici, episcopi Leo (...)
  • 39 ANSELME, op. cit., p. 207-208.
  • 40 ANSELME, op. cit., p. 208.
  • 41 ANSELME, op. cit., p. 217.

11La politique des évêques de la première moitié du 11e siècle n’est pas fondamentalement différente, mais on constate chez eux un souci plus grand des pauvres. Baldéric II (1008-1018) abandonna, par testament, une partie de ses biens aux églises du diocèse et à la cathédrale. A ces dons, il ajoute les revenus d’une église pour l’entretien quotidien de vingt-quatre pauvres38. S’agit-il de la fondation d’une Aumône ou de celle d’un hôpital ? Le texte est très laconique. Si le but de la donation avait été la fondation d’un hôpital, on voit mal pourquoi le mot n’apparaîtrait pas clairement. De plus, les revenus d’une seule église auraient-ils permis la construction et l’entretien de locaux pour recevoir vingt-quatre pauvres ? Nous ne le pensons pas. Dans les quelques chapitres qu’Anselme consacre à l’évêque Wolbodon (1018-1021), les traits majeurs de sa personnalité sont l’humilité et la charité39. Sans qu’il ne soit à l’origine d’aucune fondation connue, on sait qu’il faisait distribuer de la nourriture aux pauvres. Il leur remit aussi l’argent qu’il avait réuni pour amadouer l’empereur Henri II auquel il avait déplu40. C’est à Wazon, alors prévôt de la cathédrale (1029-1042), que revient le mérite d’avoir donné à l’église de Saint-Lambert les structures hospitalières qui seront les siennes pendant plusieurs siècles. Il crée un hôpital, destiné à recevoir trente pauvres, qu’il dote de certaines dîmes provenant de la mense épiscopale. Il ajoute à l’Aumône de Baldéric des biens permettant l’entretien de douze pauvres supplémentaires41, portant ainsi à trente-six le nombre de pauvres entretenus par la cathédrale.

  • 42 M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 53-72.
  • 43 Per manus pauperum omnia Christo reddere non cessaret, ANSELME, op. cit., p. 208.
  • 44 F. ROUSSEAU, La Meuse et le pays mosan en Belgique. Leur importance historique avant le xiiie sièc (...)
  • 45 Dès la fin du 10e siècle, la population urbaine de l’ouest de l'Europe a tendance à croître, cfr L (...)

12Des raisons de cet intérêt subit pour les pauvres, la chronique ne dit rien. La place et la fonction que leur assignent les théologiens ne sont pas différents au début du 11e siècle de ce qu’elles furent dans les deux siècles précédents42. Ils restent les intercesseurs privilégiés entre les hommes et Dieu, et l’image du Christ sur la terre. C’est à ce titre qu’il convient de les aider et de les soulager. Anselme n’exprime pas d’autre idée lorsque parlant de Wolbodon, il dit « il ne cessait de rendre tout (les biens qu’il avait reçus) au Christ par la main des pauvres »43. L’idée d’une montée du paupérisme n’est pas à rejeter a priori, mais les éléments pour la prouver manquent. La vallée de la Meuse s’anime, ses commerçants apparaissent sur les marchés étrangers44. Mais l’accroissement probable de la population liégeoise45 et la présence d’une population marchande dans la ville n’implique pas que le nombre de pauvres ait suivi lui aussi une courbe ascendante, d’autant que la croissance économique se poursuivra au-delà de la première moitié du 11e siècle alors que les efforts pour améliorer le sort des miséreux seront stoppés ou tout au moins largement freinés.

  • 46 E. de MOREAU, Histoire de l’Eglise en Belgique, 2e éd., t. II, Bruxelles, 1947, p. 73-74.
  • 47 E. SABBE, Notes sur la réforme de Richard de Saint-Vanne dans les Pays-Bas, ds. R.B.P.H., t. VII, (...)
  • 48 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 242.
  • 49 H. DAUPHIN, Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun † 1046, Louvain-Paris, 1946, p.  (...)
  • 50 Rappelons que Poppon à l'époque où il était moine à Saint-Thierry de Reims, s’occupait de la récep (...)
  • 51 EVERHELM, Vita Popponis abbatis Stabulensis, éd. W. WATTENBACH, M.G.H., SS., t. XI, Hanovre, 1854, (...)
  • 52 Disciple de Richard dont il reçut l'oblature, il fut avant son accession à l’abbatiat de Saint-Hub (...)
  • 53 K. HANQUET, op. cit., p. 28-29.
  • 54 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 226-228.
  • 55 H. DAUPHIN, op. cit., p. 201-202.
  • 56 L’importance d’OIbert comme réformateur a été montrée par A. BOUTEMY, Un grand abbé du xie siècle, (...)
  • 57 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 228.
  • 58 ANSELME, op. cit., p. 218.
  • 59 Omnes peregrini supervenientes sine equis reciperentur ; eos qui cum equis venissent recipere uutu (...)
  • 60 Ph. SCHMITZ, Histoire de l’ordre de saint Benoît, t. II, Maredsous, 1942, p. 44-45 ; W. WITTERS, P (...)
  • 61 ANSELME, op. cit., p. 205. Encore au début du 13e siècle, la perte du manuscrit de la règle d'Aix, (...)
  • 62 Cum traditio sanctorum patrum dimidiam partem vel etiam aecclesiasticarum facultatum pauperibus et (...)
  • 63 Pour les références aux textes conciliaires, voir M. ROUCHE, op. cit., p. 86-87.

13L’évêché est traversé, au début du 11e siècle, par le grand mouvement de réforme monastique de l’abbé Richard de Saint-Vanne. Cette réforme, comme celle de Gérard de Brogne, visait à une application plus rigoureuse de la règle dans les monastères46. Mais, à la différence de ce dernier qui basait son action sur une ascèse plus profonde47, « Richard considérait qu’une bonne organisation et une bonne exploitation des biens étaient une des conditions primordiales de l’épanouissement de la vie spirituelle »48. Pour les pauvres, une meilleure organisation et une meilleure application de la règle signifiait, avec des créations nouvelles, une augmentation de la part qui leur était réservée. Richard donna lui-même l’exemple. On le voit, durant les famines, faire vendre les ornements des églises, se plaindre de ce qu’on n’augmente pas les secours distribués aux pauvres, écrire aux évêques, aux princes pour qu’ils accentuent leur aide aux nécessiteux49. Ses disciples n’agirent pas autrement. Poppon50, durant son abbatiat à Stavelot (1020-1048), s’était fait une telle réputation de charité, qu’en dehors des distributions quotidiennes, un grand nombre de pauvres, jusqu’à trois cents selon son biographe, accourait à chaque calendes51. L’abbé Thierry I de Saint-Hubert (1055-1086)52, en plus de l’aumône commune du monastère, nourrissait chaque jour douze pauvres auxquels il l’avait les pieds et les mains53. Or, les contacts entre le réformateur bénédictin ou ses disciples et les évêques de Liège furent nombreux. Baldéric entretenait des rapports avec Olbert de Gembloux54. Wolbodon installa Richard de Saint-Vanne à la tête de l’abbaye de Saint-Laurent à Liège55 et nomma un autre réformateur bénédictin, Olbert de Gembloux56, comme abbé de Saint-Jacques57. Mais c’est chez Wazon, ancien condisciple et ami intime de Poppon58, que l’influence bénédictine est la plus nette. Dans son récit de la fondation de l’hôpital de la cathédrale, Anselme précise que Wazon se faisait un devoir d’accueillir tous les étrangers qui se présentaient sans cheval, mais qu’il pensait qu’il était aussi de son devoir de recevoir ceux qui arrivaient à cheval59. L’allusion à la coutume bénédictine de recevoir aussi bien les riches que les pauvres, les gens venus à cheval que les gens venus à pied60, est évidente. Réduire les sources de la pensée de Wazon aux seules influences bénédictines serait inexact. L’organisation et la dotation de l’hôpital sont directement dictées par les prescriptions du concile d’Aix qui sont restées très vivaces dans le diocèse de Liège61. La troisième source d’inspiration est constituée par la tradition patristique. Wazon estime qu’il n’a pas assez donné aux pauvres « alors que la tradition des saints Pères considère que la moitié ou plus du patrimoine de l’Eglise est due aux pauvres et aux étrangers »62. Cette phrase est surprenante puisque, depuis le 5e siècle, textes conciliaires et écrits des Pères63 s’accordent pour laisser aux pauvres un quart ou un tiers des revenus des biens ecclésiastiques, mais en aucun cas la moitié ou plus. Nous n’avons pu identifier à quelle oeuvre ce texte trop précis pour être une simple formule faisait allusion. Il est peu probable que l’on puisse y voir une référence à l’histoire du publicain Zachée qui donna la moitié de ses biens aux pauvres (Luc XIX, 1-10).

  • 64 Chronicon rythmicum Leodiense, éd. C. de CLERCQ, ds. Reimbaldi Leodiensis opera omnia, Turnhout, 1 (...)
  • 65 Sur l’abbé Hellin, voir J. DEMARTEAU, La première église de Liège. L’abbaye de Notre-Dame, ds. B.S (...)

14Sans nier le poids des mutations démographiques et sociales, il semble que la part des hommes ait été prépondérante. L’oeuvre d’assistance de Wazon ne fut pas poursuivie ou, si elle le fut, c’est sur un mode mineur. Ses successeurs, bons évêques impériaux mais moins soucieux de leur mission religieuse, plus proche du modèle notgérien, n’innovèrent pas. Pendant près de soixante-dix ans, ni l’hôpital, ni l’Aumône n’apparaissent dans les sources. Il faut attendre le début du 12e siècle pour voir mentionner à nouveau l’hôpital de la cathédrale64, à l’occasion des travaux d’agrandissement qu’y fit effectuer Hellin, abbé de Notre-Dame-aux-Fonts65.

  • 66 Sur les causes de cette implantation tardive, voir Ch. DEREINE, Clercs et moines au diocèse de Liè (...)
  • 67 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 205-209 ; F. VERCAUTEREN, Notes sur les origines de Sai (...)
  • 68 Olbert à Saint-Jacques ; Richard de Saint-Vanne, puis son disciple Etienne à Saint-Laurent.
  • 69 M. YANS, Le cartulaire de l'abbaye de Saint-Laurent-lez-Liège, conservé au British Museum, ds. B.S (...)

15En dehors de l’action épiscopale, les autres formes d’assistance se résument à peu de chose. Alors que dans nombre de régions d’Europe la charité repose pour l’essentiel sur les monastères bénédictins, à Liège, ils ne jouèrent qu’un rôle effacé. Les monastères bénédictins de Saint-Jacques et de Saint-Laurent, situés à quelques centaines de mètres des remparts de la cité, apparaissent tardivement66. Le premier fut fondé en 1015-1016, et le second entre 1018 et 102567. La qualité des premiers abbés68 de ces établissements permet de supposer qu’ils les dotèrent, comme le prévoyait la règle, d’une aumônerie. Les premières traces de celle de Saint-Laurent ne sont cependant pas antérieures à 115969 et rien ne laisse entrevoir une action plus étendue.

  • 70 Miraculum sancti Nicolai Leodiense, ds. Analecta Bollandiana, t. XX, Bruxelles, 1901, p. 430.
  • 71 J. DEMARTEAU, La fondation de l’église Saint-Nicolas-aux-Mouches, à Liège et Wazelin II, abbé de S (...)
  • 72 Miraculum..., p. 398.

16La charité privée est pour ainsi dire inexistante. Une adaptation liégeoise d’un miracle de saint Nicolas, dont le but était de justifier la création de l’église Saint-Nicolas-aux-Mouches, nous apprend qu’un clerc nourrissait quotidiennement quelques pauvres70. Malheureusement, le récit du miracle n’est probablement pas contemporain. Son auteur ne connaît ni le nom du clerc, ni la date où se déroulèrent les faits, qu’il situe sous le règne de l’empereur Conrad (26 mars 1027 - 4 juin 1039) et l’épiscopat de Réginard (janvier 1025 - 5 décembre 1037). La rédaction du miracle71 se situe donc entre 1027-1037 et le 12e siècle, date du premier manuscrit où il fut recopié72. Nous n’oserions dès lors affirmer l’exactitude des faits rapportés.

  • 73 F. VERCAUTEREN, Marchands..., p. 662.
  • 74 ANSELME, op. cit., p. 209-210.

17La structure hospitalière mise en place dans la première moitié du 11e siècle suffisait-elle à satisfaire les besoins de la population ? Cette question posée en des termes aussi modernes est sans objet. Durant tout le Moyen Age, personne ne fonda d’hôpitaux pour répondre à un besoin social : les motifs qui président à cette création sont toujours d’ordre religieux. Lorsque la pression sociale se fait sentir, quand le nombre de pauvres croît de manière visible en temps de guerres ou de famines, le système de bienfaisance révèle à la fois son incapacité à réagir et sa fonction réelle. Sous le règne de Réginard (1025-1037), une foule de misérables arriva à Liège, venant des régions occidentales dévastées par des combats. Il s’agit peut-être de personnes qui avaient fui la Flandre Impériale où, de 1033 à 1035, eurent lieu d’importantes opérations militaires qui firent tomber une partie de la marche d’Eename aux mains du comte de Flandre, Baudouin IV73. Très rapidement, ces gens n’ayant pas les moyens d’acheter du pain se mettent à mendier. Certains deviennent menaçants. L’équilibre alimentaire de la ville, déjà précaire, est compromis. L’évêque, obligé de procéder à des distributions d’argent, est contraint d’accueillir lui-même trois cents personnes74.

  • 75 F. CURSCHMANN, Hungersnöte im Mittelalter. Ein Beitrag zur deutschen Wirtschaftsgeschichte des 8. (...)
  • 76 De telles mesures sont tellement rares que Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, éd. (...)
  • 77 « ... boves vendere aut de caetero terram inaratum relinquere cogerentur, sicque erumnosam vitam a (...)

18A la suite de l’été pluvieux de 1042, l’Europe connut une grande famine qui se prolongea jusqu’en 104475. Ses résultats auraient été encore plus catastrophiques si Wazon, avec une clairvoyance peu commune, n’avait pris des mesures pour en limiter les effets. Voyant se préparer la disette, il fit engranger d’importantes quantités de grains qu’il fit ensuite distribuer76. Il aida les communautés religieuses. Mais, fait plus exceptionnel, il avait compris qu’une des répercussions les plus graves de la famine était l’endettement des paysans : il leur fit donner de l’argent pour ne pas les obliger à vendre des bœufs ou à laisser la terre inculte et ainsi à mener une vie malheureuse ou bien à mendier77. En de telles circonstances, les secours traditionnels sont inefficaces et impuissants. Leur fonction n’est d’ailleurs pas là. Ils n’ont pas été créés pour venir en aide à ce type de pauvres. Ils ne s’adressent qu’aux pauvres « structurels », à ceux qui, dans la société médiévale, se retrouvent sans protection. Ils sont destinés aux veuves, aux orphelins, aux malades, aux vieux ou aux handicapés physiques (les boiteux, les aveugles) qui sont dans l’incapacité de subvenir à leurs besoins, et non aux exilés ou aux paysans chassés de leur terre par la famine ou l’endettement.

  • 78 At pauperum greges, lurida facie, amaro animo, in dolore non habebant modum... Abstulisti, aiebant (...)
  • 79 M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 53-58.

19« Les troupeaux de pauvres, la face livide, l’âme amère n’avaient pas de mesure dans la douleur... Tu as emporté, disaient-ils, Seigneur, le bâton de notre pauvreté, celui qui nous faisait paître, qui nous tendait des vêtements, qui nous visitait souvent, qui veillait à nos blessures... »78, de pareilles scènes de détresse se produisirent à la mort de Baldéric et de Wazon. Ces deux personnages avaient sûrement mérité par leurs œuvres l’appellation de « père des pauvres » dont on qualifiait les évêques mérovingiens79. Mais il serait hasardeux d’étendre cette image à l’ensemble des successeurs de saint Lambert. Pendant les quatre siècles que nous venons de survoler, l’action caritative des évêques est caractérisée par l’absence de toute « politique » suivie. Elle dépend de leur degré de piété et surtout de la forme qu’ils entendent donner à la manifestation tangible de celle-ci. Les premières réalisations durables mises en place dans la première moitié du 11e siècle resteront les seules structures d’accueil pour les pauvres jusqu’au dernier quart du 12e siècle, époque où naissent des institutions nouvelles d’origine différente.

Notes

1 A. JORIS, Du ve au milieu du viiie siècle. A la lisière de deux mondes, Bruxelles, 1967, p. 30-32 ; A. JORIS, Un temps de mutations ( ve- viie siècles), ds. Histoire de la Wallonie, Toulouse, 1973, p. 96-100.

2 La matricule est une liste sur laquelle étaient inscrits les pauvres auxquels on versait, en espèce ou en nature, la part qui leur était réservée des revenus d’une église ; Mgr. LESNE, Histoire de la propriété ecclésiastique en France, t. I, Epoque romaine et mérovingienne, Paris, 1910, p. 370-389 ; M. ROUCHE, La matricule des pauvres. Evolution d’une institution de charité du Bas Empire jusqu'à la fin du Haut Moyen Age, ds. Etudes sur l'histoire de la pauvreté, t. I, Paris, 1974, p. 83-110.

3 Ces institutions sont citées dans le testament du diacre Adalgisel-Grimo (30 décembre 634), cf. W. LEVISON, Das Testament des Diakons Adalgisel-Grimo vom Jahre 634, ds. Trierer Zeitschrift, t. VII, 1932, p. 80-81 ; H.-W. HERRMANN, Das Testament des Diakons Adalgisel-Grimo, ds. Bericht der staatlichen Denkmalpflege im Saarland. Beiträge zur Archäologie und Kunstgeschichte. Abteilung Bodendenkmalpflege, Saarbruck, 1975, p. 67-89.

4 M. ROUCHE, op. cit., p. 88.

5 Histoire des hôpitaux..., p. 26-31.

6 G. DESPY. Naissance de villes et de bourgades, ds. La Wallonie. Le pays et les hommes, t. I, Bruxelles, 1975, p. 107-111.

7 J. STIENNON, Des temps romains aux temps romans, ds. Liège et son palais, Anvers. 1980, p. 21-28 ; J.-L. KUPPER, Saint Lambert. De l'histoire à la légende, ds. R.H.E., t. LXXXIX, Louvain, 1984, p. 5-49.

8 Le meilleur travail reste celui de G. KURTH, La cité de Liège au Moyen Age, 3 vol., Bruxelles-Liège, 1909-1910.

9 Pour les références aux canons, voir J. IMBERT, op. cit., p. 34 et M. ROUCHE. op. cit., p. 86-89.

10 K. BOSL, Polens und pauper. Begriffsgeschichtliche Studien zur gesellschaftlichen Differenzierung im frühen Mittelalter und zum « Pauperismus » des Hochmittelalters, ds. Frühformen der Gesellschaft im mittelalterlichen Europa, Munich-Vienne, 1964, p. 110-111 et 119-121.

11 Concilia aevi karolini, éd. A. WERMINGHOFF, t. I, 1ère partie, Hanovre-Lipse, 1906, p. 307-464.

12 Ch. DEREINE, Les chanoines réguliers au diocèse de Liège avant saint Norbert, Bruxelles, 1952, p. 14-16.

13 Concilia..., t. I, cap. CXLI, p. 416-417.

14 Capitularía regum Francorum, éd. A. BORETIUS, t. I, Hanovre, 1883, p. 343-349 ; La règle de saint Benoît, int., trad. et notes A. de VOGÜE, texte établi et présenté par J. NEUFVILLE, t. II, 1972, cap. XXXI, p. 556-558, cap. LIII, p. 610-614 ; S. REICKE, op. cit., t. I, p. 12.

15 Histoire des hôpitaux..., p. 25.

16 Th. SCHIEFFER, Die Urkunden der Karolinger, t. III Die Urkunden Lothars I und Lothars II, Berlin-Zurich, 1966, p. 425 ; V. von WOIKOWSKY-BIEDAU, Das Armenwesen des mittelalterlichen Köln in seiner Beziehung zur wirtschaftlichen und politischen Geschichte der Stadt, Breslau, 1891, p. 3.

17 S. REICKE, op. cit., p. 30-33.

18 Histoire des hôpitaux..., p. 24.

19 J. BORGNET, Cartulaire de la commune de Fosses, Namur, 1867, p. 5-8, A. JORIS, La ville de Huy au Moyen Age. Des origines à la fin du XIVe siècle, Paris, 1959, p. 88 ; J. LEMPEREUR, Les aspects juridiques de la bienfaisance à Dînant jusqu'au XIVe siècle, ds. A.S.B.H.H., t. VII, Bruxelles, 1969, p. 23.

20 Sous Hartgart (838/840-857), voir H. PIRENNE, Sedulius de Liège, Bruxelles, 1882 ; sous Francon (858-901), voir E. DÜMMLER, Briefe und Verse des neunten Jahrhunderts, ds. Neues Archiv der Gesellschaft für ältere deutsche Geschichtskunde, t. XIII, Hanovre, 1888, p. 360-363 ; Epistolae karolini aevi, éd. E. PERELS et E. DÜMMLER, t. VI, Berlin, 1925, p. 195-197.

21 G. KURTH, Notger de Liège et ta civilisation au xe siècle, t. I, Paris-Bruxelles-Liège, 1905, p. 160 ; G. KURTH, La cité..., t. I, p. 37-38 ; P. BONENFANT, Origine des hôpitaux en Belgique, ds. A.S.B.H.H., t. III, Bruxelles, 1965, p. 12.

22 Vita Notgeri episcopi Leodiensis, éd. G. KURTH, Notger de Liège, t. II, 1905, p. 10-15. Ce texte dont Kurth situait la rédaction entre 1060 et 1096, daterait, en réalité, du xiie siècle et aurait été rédigé entre 1126 et 1185 selon les termini établis par J. DECKERS, Les Vitae Notgeri : une source capitale pour l’histoire de la collégiale SaintJean l'Evangéliste à Liège, ds. La collégiale Saint-Jean de Liège, Liège, 1981, p. 21-23 et J.L. KUPPER, Liège et l’Eglise impériale xie-xiie siècles, Paris, 1981, p. 17.

23 Vita Notgeri..., p. 14.

24 ANSELME, Gesta episcoporum Tungrensium, Traiectensium et Leodiensium, éd. R. KOEPKE, M.G.H., SS., t. VII, Hanovre, 1846, p. 189-234. Ces Gesta ont été écrites par un chanoine de la cathédrale nommé Anselme qui fit partie de l’entourage de l’évêque Wazon (1042-1048). La fin de la rédaction des Gesta se situe entre le 3 mars et le 24 décembre 1056, cf. J.-L. KUPPER, Les « Gesta pontificium leodicensis ecclesiae » du chanoine Anselme, ds. Problématique de l'histoire liégeoise, Liège, 1981, p. 29-31.

25 R. LE JAN-HENNEBICQUE, « Pauperes et Paupertas » dans l’Occident carolingien aux ixe et xe siècles, ds. Revue du Nord, t. L, Lille, 1968, p. 176 ; K. BOSL, op. cit., p. 111-117 ; M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 45-49.

26 Ces catégories de pauvres sont citées dans un des canons du concile d'Aix-la-Chapelle (839) où l’on rappelle au roi ses obligations envers les pauvres « Ipse enim debet primo defensor esse ecclesiarum et servorum Dei, viduarum, orfanorum ceterorumque pauperum necnon et omnium indigentium » Concilia aevi karolini..., t. I, p. 716.

27 Sur Rathier, évêque de Vérone (931-934, 946-948, 962-968) et de Liège (953-955), voir Ch. RENARDY, Les écoles liégeoises du ixe au xiie siècle : grandes lignes de leur évolution, ds. R.B.P.H., t. LVII, 1979, p. 311 ; Series episcoporum ecclesiae catholicae occidentalis ab indio usque ad annum MCXCVIII, series V Germania, t. I Archiepiscopatus Coloniensis, Stuttgart, 1982, p. 64-65 ; R. PAULER, Das Regnum Italiae in ottonischer Zeit. Markgrafen, Grafen und Bischöfe als politische Kräfte, Tubingen, 1982, p. 89-92 ; sur la place des pauvres dans sa pensée, voir K. BOSL, op. cit., p. 130-134.

28 Lettres adressées aux clercs du diocèse de Vérone (966 et 968), F. WEIGLE, Die Briefe des Bischofs Rathier von Verona, Weimar, 1949, p. 138 et 171-173.

29 SEDULIUS SCOTTUS, Carmina, éd. L. TRAUBE, M.G.H. Poetae 3, Berlin, 1896, p. 220 ; FOLCUIN, Gesta abbatum Lobiensium, éd. G.H. PERTZ, M.G.H., SS., t. IV, Hanovre, 1841, p. 62 ; ANSELME, op. cit., chap. 19, p. 198-199 ; A. D'HAENENS, Les invasions normandes en Belgique au ixe siècle. Le phénomène et sa répercussion dans l'historiographie médiévale, Louvain, 1967, p. 103-104, 199-201, 215-217, 238-238-239 ; Series episcoporum..., p. 59-60 ; sur les représentations de l’évêque dans les Gesta, voir M. SOT, Gesta episcoporum. Gesta ahhatum, Turnhout, 1981, p. 54-57.

30 Les buts de la fondation d’une collégiale sont multiples. Par le chant de l’office divin les chanoines attiraient sur le diocèse la protection divine. L’évêque disposait, grâce à celle-ci, d’un nombre important de collaborateurs et de conseillers. De plus, par la distribution de prébendes aux membres des familles de l’aristocratie, l’évêque s’assurait l’alliance de celles-ci, cfr J.-L. KUPPER, Liège..., p. 327-328.

31 L. HALPHEN et F. LOT, Recueil des actes de Lothaire et de Louis V, rois de France (954-987), Paris, 1908, p. 50-53 ; J. STIENNON, Des temps..., p. 34-35, J.-L. KUPPER, Saint Lambert..., p. 8.

32 Die Urkunden der deutschen Könige und Kaiser, t. II, Die Urkunden Otto des II. und III, éd. T. SICKEL, Hanovre, 1888-1893, p. 238-239.

33 ANSELME, op. cit., chap. 25, p. 203 ; Cl. GAIER, Art et organisation militaires dans la principauté de Liège et dans le comté de Looz au Moyen Age, Bruxelles, 1968, p. 54-57 ; Cl. GAIER, Grandes batailles de l’histoire liégeoise au Moyen Age, Liège, 1980, p. 17-24.

34 ANSELME, op. cit., chap. 25 à 30, p. 203-206.

35 Ibid., chap. 30, p. 206.

36 Vita Notgeri..., p. 14.

37 Quando ergo a majoribus negotiis ad quietem evadere poterai, ad Sanctum Johannem se conferebat. Ibi in domo adherente interiori claustro, quam sibi edificaverat, domi erat ; ibi tamquam in familiari sinu operis sui orazioni et lectioni et infirmorum visitationi et pauperum alimonie vacabat ; ibi tabelariis et scriptoribus scribenda dictabat. Vita Notgeri..., p. 14.

38 Ce testament est connu par les résumés très semblables qu’en donne la Vita Balderici, episcopi Leodiensis, éd. G.H. PERTZ, t. IV, Hanovre, 1841, p. 726-727, et ANSELME, op. cit., p. 206 ; sur la valeur et la date de la Vita Balderici, voir. Ch. LAYS, Etude critique sur la Vita Balderici, episcopi Leodiensis, Liège, 1948 ; Ch. DEREINE, Note sur la date de la Vita Balderici, ds. Scriptorium, t. III, 1949, p. 137-139 et J. STIENNON, Etude sur le chartrier et le domaine de l’abbaye de Saint-Jacques de Liège (1018-1209), Paris, 1951. p. 190-191.

39 ANSELME, op. cit., p. 207-208.

40 ANSELME, op. cit., p. 208.

41 ANSELME, op. cit., p. 217.

42 M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 53-72.

43 Per manus pauperum omnia Christo reddere non cessaret, ANSELME, op. cit., p. 208.

44 F. ROUSSEAU, La Meuse et le pays mosan en Belgique. Leur importance historique avant le xiiie siècle, ds. A.S.A.N., t. XXXIX, Namur, 1930, p. 82 et sv. ; F. VERCAUTEREN, Marchands et bourgeois dans le pays mosan aux xie et xiie siècles, ds. Mélanges Félix Rousseau, Bruxelles, 1958, p. 655-666 ; A. JORIS, Der Handel der Maasstädte im Mittelalter, ds. Hansische Geschichtsblätter, t. LXXIX, Cologne-Graz, 1961, p. 17-26 et 30-31 ; G. DESPY, Naissances..., p. 112-115.

45 Dès la fin du 10e siècle, la population urbaine de l’ouest de l'Europe a tendance à croître, cfr L. GENICOT, Sur les témoignages d’accroissements de la population en Occident du xie au xiiie siècle, ds. Cahiers d’histoire mondiale, t. I, 1953, p. 446 et sv.

46 E. de MOREAU, Histoire de l’Eglise en Belgique, 2e éd., t. II, Bruxelles, 1947, p. 73-74.

47 E. SABBE, Notes sur la réforme de Richard de Saint-Vanne dans les Pays-Bas, ds. R.B.P.H., t. VII, Bruxelles, 1928, p. 564-565.

48 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 242.

49 H. DAUPHIN, Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun † 1046, Louvain-Paris, 1946, p. 267-271.

50 Rappelons que Poppon à l'époque où il était moine à Saint-Thierry de Reims, s’occupait de la réception des pauvres dans le xenodochion. C’est là que Richard le remarque, U. BERLIERE, Abbaye de Stavelot-Malmedy, ds. Monasticon belge, t. II, Province de Liège, Maredsous, 1928-1929, p. 78 ; H. DAUPHIN, op. cit., p. 182-183.

51 EVERHELM, Vita Popponis abbatis Stabulensis, éd. W. WATTENBACH, M.G.H., SS., t. XI, Hanovre, 1854, p. 312.

52 Disciple de Richard dont il reçut l'oblature, il fut avant son accession à l’abbatiat de Saint-Hubert, écolâtre à Stavelot sous Poppon, à Verdun sous Waleran, à Mouzon sous Rodolphe, puis moine à Lobbes, cf. K. HANQUET, La chronique de Saint-Hubert dite Cantatorium, Bruxelles, 1906, p. II ; H. DAUPHIN, op. cit., p. 199.

53 K. HANQUET, op. cit., p. 28-29.

54 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 226-228.

55 H. DAUPHIN, op. cit., p. 201-202.

56 L’importance d’OIbert comme réformateur a été montrée par A. BOUTEMY, Un grand abbé du xie siècle, Olbert de Gembloux, ds. A.S.A.N., t. XLI, Namur, 1934, p. 43-85.

57 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 228.

58 ANSELME, op. cit., p. 218.

59 Omnes peregrini supervenientes sine equis reciperentur ; eos qui cum equis venissent recipere uutumuns episcopi interesse, ANSELME, op. cit., p. 217.

60 Ph. SCHMITZ, Histoire de l’ordre de saint Benoît, t. II, Maredsous, 1942, p. 44-45 ; W. WITTERS, Pauvres et pauvreté dans les coutumiers monastiques du Moyen Age, ds. Etudes sur l'histoire de la pauvreté, t. I, Paris, 1974, p. 190-191 ; Histoire des hôpitaux..., p. 28-29.

61 ANSELME, op. cit., p. 205. Encore au début du 13e siècle, la perte du manuscrit de la règle d'Aix, à la suite de la prise de la ville par les Brabançons, fut durement ressentie par le clergé de la cathédrale, cf. Triumphus S. Lamberti in Steppes, cd. J. HELLER, M.G.H., SS., t. XXV, Hanovre, 1880, p. 176.

62 Cum traditio sanctorum patrum dimidiam partem vel etiam aecclesiasticarum facultatum pauperibus et peregrines censeat deberi, ANSELME, op. cit., p. 217.

63 Pour les références aux textes conciliaires, voir M. ROUCHE, op. cit., p. 86-87.

64 Chronicon rythmicum Leodiense, éd. C. de CLERCQ, ds. Reimbaldi Leodiensis opera omnia, Turnhout, 1966, p. 134-135. Cette chronique, rédigée par un chanoine de la cathédrale, retrace l’histoire des années 1117 à 1119, elle est strictement contemporaine, E. EVRARD, Etudes sur le Chronicon rythmicum Leodiense, ds. A.H.L., t. XXI, Liège, 1982, p. 115-195.

65 Sur l’abbé Hellin, voir J. DEMARTEAU, La première église de Liège. L’abbaye de Notre-Dame, ds. B.S.A.H.D.L., t. VII, Liège, 1892, p. 53-54.

66 Sur les causes de cette implantation tardive, voir Ch. DEREINE, Clercs et moines au diocèse de Liège, du xe au xiie siècle, ds. A.S.A.N., t. XLV, Namur, 1949-1950, p. 183-203 et H. SILVESTRE, Sur une des causes de la grande expansion de l’ordre canonial dans le diocèse de Liège aux xe et xie siècles, ds. R.B.P.H., t. XXXI, Bruxelles, 1953, p. 65-74.

67 J. STIENNON, Etude sur le chartrier..., p. 205-209 ; F. VERCAUTEREN, Notes sur les origines de Saint-Laurent de Liège, ds. Saint-Laurent de Liège, église, abbaye et hôpital militaire. Mille ans d’histoire, Liège, 1968, p. 19-22.

68 Olbert à Saint-Jacques ; Richard de Saint-Vanne, puis son disciple Etienne à Saint-Laurent.

69 M. YANS, Le cartulaire de l'abbaye de Saint-Laurent-lez-Liège, conservé au British Museum, ds. B.S.A.H.D.L., t. XLVII, Liège, 1967, p. 46.

70 Miraculum sancti Nicolai Leodiense, ds. Analecta Bollandiana, t. XX, Bruxelles, 1901, p. 430.

71 J. DEMARTEAU, La fondation de l’église Saint-Nicolas-aux-Mouches, à Liège et Wazelin II, abbé de Saint-Laurent, ds. Leodium, t. III, Liège, 1904, p. 117, attribue sa rédaction à Wazelin II (1150-1158), mais ceci reste une simple hypothèse.

72 Miraculum..., p. 398.

73 F. VERCAUTEREN, Marchands..., p. 662.

74 ANSELME, op. cit., p. 209-210.

75 F. CURSCHMANN, Hungersnöte im Mittelalter. Ein Beitrag zur deutschen Wirtschaftsgeschichte des 8. bis 13. Jahrhunderts, Leipzig, 1900, p. 116-118 ; H. VAN WERVEKE, De middeleeuwse Hongersnood, Bruxelles, 1967, p. 13-15 ; P. ALEXANDRE, Le climat au moyen âge en Belgique et dans les régions voisines (Rhénanie, Nord de la France), Liège-Louvain, 1976, p. 66.

76 De telles mesures sont tellement rares que Sigebert de Gembloux, Gesta abbatum Gemblacensium, éd. G.H. PERTZ, M.G.H.. SS., t. VIII. Hanovre, 1848, p. 539-540, citant le cas d’Olbert. abbé de Gembloux, qui prit le même type de mesure, les qualifie de miraculeuses.

77 « ... boves vendere aut de caetero terram inaratum relinquere cogerentur, sicque erumnosam vitam aut mendicando ducere... », ANSELME, op. cit., p. 221.

78 At pauperum greges, lurida facie, amaro animo, in dolore non habebant modum... Abstulisti, aiebant, o dominator, nobis paupertatis nostrae baculum, qui nos pascebat vestes praebebat, frequenter visitabat, vulneribus nostre, studium adhibebat ; Vita Balderici..., p. 735 ; les mêmes idées sont développées chez ANSELME, op. cit., p. 234.

79 M. MOLLAT, Les pauvres..., p. 53-58.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search