Version classiqueVersion mobile

Les hôpitaux et l’assistance à Liège (Xe-XVe siècles)

 | 
Pierre De Spiegeler

Introduction

A Monsieur le Professeur André Joris

Texte intégral

  • 1 S. REICKE, Das deutsche Spital und sein Recht im Mittelalter, 2 vol., Stuttgart, 1932.
  • 2 J. IMBERT, Histoire des hôpitaux français. Les hôpitaux en droit canonique, Paris, 1947.
  • 3 R.M. CLAY, The medioeval hospilals of England, 2e éd., Londres, 1966.
  • 4 P P M. ALBERDINCK-THYM. De Gestichten van liefdadigheit in België van Karel den Groote tot aan de (...)
  • 5 Les efforts qu'avait entrepris dans ce sens P. Bonenfant, furent interrompus par sa mort. Ils avai (...)

1L’histoire de la pauvreté peut être abordée de deux manières. La première consiste à étudier les institutions mises en place pour venir en aide aux pauvres. Depuis le 19e siècle, ce type d'approche, facilité par la relative abondance des sources hospitalières, donna naissance à un nombre important de monographies locales, de valeur inégale, et à quelques solides synthèses nationales. Nous citerons pour l’Empire, celle de S. Reicke1, pour la France, celle de J. Imbert2 et pour l'Angleterre, celle de R.M. Clay3. Notre pays accuse en la matière un retard historiographique considérable. Si l’on excepte l’ouvrage très vieilli d’Alberdinck-Thym4, aucune synthèse n’a, jusqu’à présent, vu le jour5.

  • 6 Ces recherches ont débouché sur la publication de plusieurs volumes dont les principaux sont : Etu (...)

2La deuxième méthode, sans négliger les institutions, est axée sur leurs destinataires, les pauvres, qui avaient été jusqu'alors fort oubliés. A l’initiative du professeur M. Mollai, un groupe de chercheurs tenta de combler cette lacune. Mais, l’étude des pauvres se heurte à un problème majeur qui se pose pour toute étude ne portant pas sur les couches supérieures de la société : l’absence de sources directes. Leur recherche se fonda dès lors sur tout ce que la société médiévale produisit comme écrits les concernant (récits hagiographiques, sermons, archives judiciaires, relevés fiscaux, etc.)6. Leur apport principal est d’avoir montré que la pauvreté n’était pas une notion statique. Elle évolua quantitativement et qualitativement. Entre l’époque mérovingienne et la fin du 15e siècle, les pauvres avaient changé, ils ne se recrutaient plus dans les mêmes milieux. La vision de la société, elle aussi, évolua, souvent avec un retard important par rapport aux réalités de la misère. En fonction de ces modifications, les institutions destinées à recevoir et secourir les pauvres essayèrent, avec plus ou moins de bonheur et de rapidité, de s’adapter et de répondre aux besoins nouveaux.

  • 7 C'est dans cette perspective de renouveau des études hospitalières qu’il convient de replacer troi (...)

3Ces deux méthodes ne s’excluent pas. L’élément qui les sépare est la nature des sources qu’elles mettent en oeuvre. C’est en raison du type de sources dont nous disposons à Liège, que nous avons opté pour la première en l’intégrant dans la problématique plus vaste de l’histoire de la pauvreté7.

4Les archives qui nous auraient permis d’écrire une véritable histoire du paupérisme sont inexistantes. Cette carence est due aux multiples destructions dont les archives liégeoises furent victimes, mais aussi au fait que l’Etat liégeois comme la commune de Liège ne se dotèrent jamais d’un corps administratif comparable à celui des états voisins. Le résultat de cette atrophie des institutions, notamment des institutions financières, est l’absence de rôles fiscaux avant le 17e siècle. Les archives criminelles comme celles de l’administration de la cité ont été détruites. Il ne nous restait dès lors que les documents émanant des institutions d’assistance elles-mêmes. Malgré un volume respectable, ils se révélèrent très fragmentaires. Seules certaines archives économiques, titres de propriété et recueils de cens et rentes, ont été partiellement conservées. L’absence de polyptyques, de relevés complets des biens, de séries comptables courant sur une période suffisamment longue, rend impossible toute analyse économique sérieuse. En utilisant ces archives de l’assistance et en recourant à des documents provenant des fonds les plus divers dont les principaux sont les archives de la cathédrale, des collégiales et des échevins, nous avons néanmoins pu approcher les institutions d’assistance dans leur organisation et leurs effets sociaux.

5Le but de ce travail est de voir comment dans une ville de moyenne importance au plan européen, capitale d’un évêché d’Empire, située aux limites de la France, un système d’assistance se mit en place et se transforma.

  • 8 Nous citerons ces articles dans le corps du texte.

6Il s’avérait nécessaire, dans un premier temps, d’établir le profil de chacune des fondations : quand elles apparaissent, qui en est le fondateur et à qui elles sont destinées. Cette recherche était d’autant plus indispensable qu’hormis quelques articles8 aucune étude d’ensemble ne leur avait jamais été consacrée.

7Les hôpitaux et les Aumônes ne naquirent pas dans un terrain institutionnellement vierge. Ils furent confrontés à une hiérarchie ecclésiastique et aux autorités de la cité. Celles-ci exercèrent sur l’assistance un contrôle et une influence dont il s’agit de mesurer la portée réelle.

8Finalement, nous tenterons de cerner la vie quotidienne dans ces établissements, les secours dispensés par ces institutions, leur nature et leur importance.

9Le choix des termes chronologiques posa quelques problèmes. Le terminus a quo, la fin du 10e siècle, s’imposa de lui-même. Il correspond au moment où apparaissent les premières traces d’une assistance organisée. Le terminus ad quem, la fin du 15e siècle, est arbitraire. Les institutions d’assistance liégeoises ne connurent aucune transformation fondamentale qui en aurait modifié profondément l’aspect ou l’organisation. Comme ni le règne d’un évêque, ni un événement de l’histoire politique, religieuse ou économique n’eurent suffisamment d’incidence pour provoquer une rupture dans leur existence, nous nous sommes résolu à opter pour l’une de ces périodes où l’on s’accorde à faire se terminer le Moyen Age. Ce choix ne nous a pas empêché de jeter un regard sur le siècle suivant, ni d’en utiliser les sources quand le besoin s'en faisait sentir.

***

10Au terme de cette étude, d’abord présentée comme thèse de doctorat, nous tenons à remercier Mademoiselle J. Caille, maître assistant à l’Université Paul Valéry — Montpellier III, Madame N. Haesenne Peremans, conservateur à l’Université de Liège, Monsieur le Professeur J. Stiennon dont les remarques nous ont été particulièrement utiles ainsi que Monsieur J.-L. Kupper, chercheur qualifié du F.N.R.S., pour la constante attention qu’il a portée à nos recherches.

11Nous devons de très vifs remerciements à Monsieur le Professeur A. Joris qui a dirigé cette thèse et qui n’a cessé de nous ménager ses conseils et ses encouragements.

12Liège, le 29 juin 1984

Notes

1 S. REICKE, Das deutsche Spital und sein Recht im Mittelalter, 2 vol., Stuttgart, 1932.

2 J. IMBERT, Histoire des hôpitaux français. Les hôpitaux en droit canonique, Paris, 1947.

3 R.M. CLAY, The medioeval hospilals of England, 2e éd., Londres, 1966.

4 P P M. ALBERDINCK-THYM. De Gestichten van liefdadigheit in België van Karel den Groote tot aan de XVIe eeuw, Bruxelles, 1883.

5 Les efforts qu'avait entrepris dans ce sens P. Bonenfant, furent interrompus par sa mort. Ils avaient cependant déjà abouti à la création des Annales de la société belge d'histoire des hôpitaux où s'accumulent les matériaux qui permettront tôt ou tard de réaliser cette synthèse. On trouvera quelques éléments de réflexion dans l'article de P. BONENFANT, Les problèmes hospitaliers en Belgique dans les derniers siècles du Moyen Age, ds. A.S.B.H.H., t. III, Bruxelles, 1965. p. 22-44.

6 Ces recherches ont débouché sur la publication de plusieurs volumes dont les principaux sont : Etudes sur l'histoire de la pauvreté (Moyen-Age - xvie siècle), sous la direction de M. MOLLAT, 2 vol., Paris, 1974 ; B. GEREMEK, Les marginaux parisiens aux xive et xve siècles, trad. du polonais par D. BEAUVOIS, Paris, 1976 ; J.L. GOGLIN, Les misérables dans l'Occident médiéval Paris. 1976 ; M. MOLLAT, Les pauvres au moyen âge. Etude sociale, Paris, 1978 ; N. GONTHIER, Lyon et ses pauvres au moyen âge (1350-1500), Lyon, 1978.

7 C'est dans cette perspective de renouveau des études hospitalières qu’il convient de replacer trois travaux récents : G. MARECHAL, De sociale en politieke gebondenheid van het Brugse hospitaalwezen in het middeleeuwen, Courtrai, 1978 ; J. CAILLE, Hôpitaux et charité publique à Narbonne au Moyen Age de la fin du xie à la fin du xve siècle, Toulouse, 1978 ; Histoire des hôpitaux en France, sous la direction de J. IMBERT, Toulouse, 1982.

8 Nous citerons ces articles dans le corps du texte.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search