Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Conclusions

Texte intégral

Au commencement était la fable.
P. VALÉRY, Petite lettre sur les mythes, dans Variété.

§ 1. Photios ne fut pas un historien des lettres

1L’histoire des lettres appartient de plein droit au domaine de la recherche pure. Au moment où Photios sentit s’éveiller en lui le sens critique, elle avait derrière elle un long passé, dont j’ai marqué à grands jalons les étapes significatives. L’analyse détaillée et exhaustive des notices de la Bibliothèque ne révèle en aucune façon un homme soucieux de renouveler ou d’approfondir les connaissances de son temps sur le terrain de la biographie littéraire. Au contraire, d’un bout à l’autre, nous avons vu à l’œuvre un maître de la lecture intelligente, qui eût mérité le surnom donné par Platon au plus illustre de ses disciples. À l’affût du moindre indice, il a érigé la paraphrase en art, pour rendre la substance de préfaces éclairantes, par exemple, lorsque étaient en cause des écrivains peu avares de confidences, comme Diodore de Sicile, Denys d’Halicarnasse, Dion Cassius ou Pamphila. Certes, d’autres œuvres se montraient nettement moins prodigues : les titres des manuscrits, les dédicaces ou parfois, au détour d’une page, telle phrase isolée ont fait l’objet d’une exploitation judicieuse. Ce qui est surprenant, c’est la rareté des cas où, manifestement, Photios a commis une grossière erreur. Un seul exemple irrécusable s’est présenté, celui de Jean le Lydien. Encore convient-il d’ajouter que l’écrivain manie, si l’on peut dire, un « hexagonal » tellement déplaisant qu’il n’existe pas à ce jour de traduction intégrale de son œuvre en langue vernaculaire. Qui s’est un peu colleté avec le grec de Jean rendra plutôt hommage à Photios de n’avoir point perdu patience et de n’avoir pas laissé glisser le manuscrit avant la fin. Les notices sont nécessairement tributaires du contenu des « éditions » qu’il lisait.

2Pareille conclusion n’étonnera personne. À plusieurs reprises, j’ai essayé de jeter quelque lumière sur la présentation extérieure du manuscrit qu’il avait eu entre les mains. Maintes fois, ces témoins, aujourd’hui perdus, contenaient de véritables éditions savantes : ainsi, pour le traité Sur le tout du pseudo-Josèphe ou plutôt, quoi qu’on en ait dit, de s. Hippolyte de Rome. Bien entendu, tel écrivain n’a pas pour toutes ses œuvres bénéficié d’un appareil de présentation identique. Pour s. Eulogios d’Alexandrie, Photios eut à sa disposition un texte tantôt dépourvu d’introduction tantôt muni au moins d’une Hypothesis.

3Même en faisant la part belle aux suggestions formulées autrefois par G. Wentzel et reprises récemment par W.T. Treadgold, on a constaté combien étaient nombreux au ixe siècle les manuscrits pourvus d’appendices sous forme de Vita, de Génos ou d’Hypothesis plus ou moins longs. On pourra en prendre une vue synoptique grâce au tableau qui figure aux pages 493-494.

4Même pour les auteurs à propos desquels mes prédécesseurs ont cru découvrir des similitudes patentes avec le document réputé être la source directe de Photios, le prétendu « Epitomé » d’Hésychios, je crois avoir montré que ces analogies ne résistaient pas à une analyse approfondie sur la base de ce que l’on sait tant de la technique du recenseur que de la structure du manuel. Deux arguments viendront corroborer cette conclusion sceptique. On a vu que Photios avait mis en œuvre des notices qui, pour des raisons diverses, n’avaient pas retenu l’attention d’Hésychios. Au contraire, un écrivain aussi important qu’Agatharchide de Cnide n’avait pas trouvé place dans l’«Épitomé ». Il en alla de même, mais cette fois, très probablement pour des raisons chronologiques, dans les cas, par exemple, d’Héraclianos de Chalcédoine, d’Éphrem d’Antioche ou de Jean Moschos. En revanche, quantité d’articles figurant, paraît-il, dans l’« Épitomé » ont été négligés par l’auteur de la Bibliothèque, comme il va ressortir du tableau suivant, où pour esquiver les problèmes de date, les références seront données d’après l’ordre alphabétique des auteurs (p. 495).

  • 1 Respectivement cod. 32, I, p. 18, ll. 16-21 = 87, p. 50 von Gebhardt ; cod. 141, II, p. 109, 11. 9 (...)

5Il va sans dire que, du répertoire, j’ai exclu les écrivains qui, tout en ayant fait l’objet d’un article dans le pseudo-Sophronios, n’ont pas trouvé refuge dans la Souda : tels sont Athanase d’Alexandrie, Gélase de Césarée, ainsi que Pamphile1. À l’évidence, les carences que l’on peut observer marquent tout le champ de la Bibliothèque. Allons-nous, pour défendre la thèse de G. Wentzel, prêter à Photios une curiosité et un zèle à intermittences ? Tout ce que l’on sait de son œuvre interdit pareille supposition.

Auteurs

Bibliothèque

Emplacement dans l’ouvrage

Documents de référence

État de conservation des textes

Agatharchide

cod. 213

C 2

-

Perdu

Amyntianos

cod. 131

B 7

-

Perdu

Apollinaire

cod. 14

B 10

ps.-SOPHRONIOS

Perdu

Arrien

cod. 58

C 5

Souda

Perdu

Basile de Cilicie

cod. 95

C 10

-

Perdu

Basile de Séleucie

cod. 168

C 14

-

Partim

Césaire

cod. 210

B 18

Souda

Conservé

Choricios

cod. 160

C 15

-

Conserve

Clément d’Alexandrie

cod. 111

C 17

ps.-SOPHRONIOS

Conserve

Clément de Rome

codd. 112-113

B 9

ps.-SOPHRONIOS

Conservé

Denys d’Halicarnasse

cod. 84

C 3

Souda

Perdu

Dion de Pruse

cod. 209

B 6

Souda

Partim

Éphrem d’Antioche

cod. 228

B 21

-

Perdu

Éphrem de Nisibe

cod. 196

C 18

Sozomène

Conservé

Eulogios

cod. 226

I.ch. IX. §6

-

Perdu

Eunome

cod. 137

B 17

-

Conservé

Eunome

cod. 138

B 17

-

Perdu

Eusèbe de Césarée

cod. 95

B 16

ps.-SOPHRONIOS

Perdu

Eusèbe de Thessalonique

cod. 162

B 22

-

Perdu

Évagre

cod. 201

B 19

-

Conservé

Flavius Josèphe

cod. 76

B 3

Autobiographie

Conserve

Héliodore

cod. 73

B 8

Divers

Conserve

Héraclianos

cod. 85

B 1

-

Perdu

Hérodote

cod. 60

B 2

Souda. M A RCE LLI NOS

Conservé

Hippolyte

cod 121

B 14

ps.-SOPHRONIOS. Souda

Perdu

Irénée

cod. 120

B 11

ps.-SOPHRONIOS

Traductions

Auteurs

Bibliothèque

Emplacement dans l’ouvrage

Documents de référence

État de conservation des textes

(ps.-) Josèphe

cod. 48

I. ch. IX. § 5

ps.-SOPHRONIOS

Perdu

Julius Africanus

cod. 34

B 13

ps.-SOPHRONIOS, Souda

Perdu

Juste

cod. 35

B 4

Autobiographie de JOSÈPHE

Perdu

Justin

cod. 125

B 12

ps.-SOPHRONIOS. Souda

Partim

Lesbonax

cod. 74

B I

-

Partim

Libanios

cod. 90

C 12

Souda

Conservé

Malchos

cod. 78

C 8

-

Perdu

Philippc

cod. 35

B 5

-

Perdu

Philon

cod. 105

C 16

ps.-SOPHRONIOS. Souda

Conservé

Piérios

cod. 119

B 15

ps.-SOPHRONIOS

Perdu

Syncsios

cod. 26

B 20

Epître 105

Conservé

Thúmistios

cod. 74

C 13

-

Partim

Théodore

cod. 38

C 19

-

Perdu

Théopompe

cod. 176

C 1

Souda

Perdu

Les indications B et C renvoient respectivement aux troisième et quatrième parties du présent ouvrage; I, ch. au chapitre correspondant de la première partie.

Auteurs

Titres

Bibliothèque

Referente

Souda

Achille Tatios

Leucippe et Clitophon

cod. 87

II. p. 11, ll. 14-28

A 4695

Aelius Denys

Mots a/tiques

cod. 152

I, p. 112, l. 21

Δ 1171

Aphthonios

Exercices oratoires

cod. 133

II. p. 105, ll. 24-28

A 4630

Aristide

Discours divers

codd. 246-248

VII. p. 8, l. 8-p. 126.l. 14

A 3902

Diodore

Contre le destin

cod. 223

IV. p. 8, l. 2

Δ 1149

Épiphane

Panarion

cod. 122

II. p. 8, ll. 2-14

E 2742

Eusèbe

Exercices oratoires

cod. 134

II. p. 105, ll. 24-28

E 3737

Galien

Sur les sectes

cod. 164

II. p. 135, l. 17-p. 136.l. 12

Γ 32

Grégoire

Pour Basile, contre Eunome

cod. 6

I, p. 8, ll. 17-26

Γ 450

Helladios

Lexique alphabétique

cod. 145

II. p. 110, ll. 40-12

E 732

Jean Chrysostomc

Commentaires

cod. 25

I, p. 15, ll. 22-26

I 463

Jean Philopon

Sur la résurrection

cod. 21

I, p. 13, ll. 25-29

I 464

Jean Siobée

A lithologie

cod. 167

II. p. 149, l. 14-p. 159, l.31

I 466

(Flavius) Joséphe

Guerre des Juifs

cod. 47

I, p. 32.l, 18-p. 33, l. 12

I 503

Juste

Chronique

cod. 33

I, p. 18.l, 23-p. 19, l.5

I 450

Lucien

Phalaris. etc.

cod. 128

II. p. 102, l.23-p. 103, l. 10

Λ 683

Oribase

Abrégé de Galien

cod. 216

III. p. 131, l. 34-p. 132, l.20

O 543

Origène

Des principes

cod. 8

I, p. 9.l.35-p. 10.l. 16

Ω 182

Palladios

Exercices oratoires

cod. 132

II. p. 105, ll. 24-28

Π 35

Pausanias

Lexique alphabétique

cod. 153

II, p. 113, l.41 -p. 114, l. 12

Π 819

Philostrate

Vie d’Apollonios

cod. 44

I, p. 28.l, 20 - p. 30, l. 32

Φ 421

Phrynichos

Préparation sophistique

cod. 158

II. p. 115, l. 33-p. 119.l.31

Φ 764

Plutarque

Vies

cod. 245

VI. p. 174, l.7-p. 194, l.6

Π 1793

Polycarpc

Lettre aux Philippiens

cod. 126

11. p. 99, ll. 40-3

Π 1970

Procope de Césarée

Guerres de Justinien

cod. 63

I, p. 64, l. 19-p. 76, l. 10

Π 2479

Sopatros

Extraits variés

cod. 161

II. p. 123, l. 18-p. 128, l. 14

Σ 845

Synésios

Discours et lettres

cod. 26

I, p. 15, l.28-p. 16, 1.4

Σ 1511

Theophraste

Divers

cod. 278

VIII. p. 157, l.31 - p. 170, l.23

Θ 199

6Au début de ce travail, j’ai montré que, dans la théorie du savant allemand, le fameux « Epitomé » d’Hésychios, dont on a fait la source des notices bio-bibliographiques de la Bibliothèque, reposait sur deux piliers à la solidité extrêmement précaire. Restait à éprouver la valeur du troisième, la somme de Photios. De la présente étude, il ressort que celle-ci ne plaide absolument pas en faveur de l’existence de ce document mystérieux. Dans l’état de nos connaissances, le mieux est de le tenir pour un fantôme créé par des philologues en mal d’inspiration.

§ 2. La Bibliothèque, un témoignage sur la tradition biographique en littérature

7Le premier tableau qu’on a pu parcourir des yeux a offert un aperçu général de tous les Génê, Vitae, Historiae ou Hypotheseis qu’a paru révéler un examen attentif de la Bibliothèque. Il est aisé de s’apercevoir qu’ils n’obéissent pas tous au même dessein ou, pour mieux dire, qu’ils ne proviennent pas tous de la même école.

8À cet égard, le plus caractéristique est celui qui porte sur les Philippica de Théopompe : outre des ingrédients proprement biographiques, on y trouve un choix de critiques et même une esquisse de l’histoire du texte à travers l’Antiquité. Rien là qui corresponde au schéma d’un « Epitomé » quelconque. Bien plutôt Photios a reproduit le succédané d’un Hypomnéma, où l’apparat érudit rappelle les productions de l’époque alexandrine. On sait comment, chemin faisant, de tels documents ont franchi les siècles, en se grossissant d’apports successifs et combinés : c’est ce que révèlent les recueils de scholies, mais aussi l’évolution des Vies dont on peut retracer les métamorphoses.

9Sans doute le Bios relatif à Agatharchide est-il loin d’offrir la même riche substance. Les fragments exceptés, c’est à lui que nous devons le plus clair de nos informations sur l’écrivain : le tracé relativement précis d’une carrière littéraire ascendante et une liste d’ouvrages disposée dans un ordre remarquablement logique. Le tout respire une érudition solide et sans faille, puisée probablement à très bonne source.

10Pour Hérodote, Photios fut nettement moins favorisé. L’Hypothesis dont il disposa offrait tout juste un repère chronologique inutilisable sur le plan scientifique et une anecdote éculée en forme de symbole littéraire. Naguère, on enseignait dans les classes que Corneille faisait vivre ses héros dans le sublime, Racine, sur la terre et Crébillon, aux Enfers. Schéma mnémotechnique commode. À travers l’Antiquité, les larmes de Thucydide ont coulé sur les colonnes ou les pages de garde de plus d’un volumen ou codex réservé à l’usage scolaire.

11À n’en pas douter, Photios put utiliser à loisir d’autres « éditions savantes ». Le Bios d’Arrien qu’il a découvert dans son manuscrit de l’Histoire des Parthes offrait maints parallélismes avec celui qu’on lisait dans l’Onomatologos d’Hésychios, mais renfermait en plus une brève mais intéressante critique de style. L’une et l’autre ont probablement des origines similaires, mais de la Vie initiale à Hésychios, le plan a été modifié et la matière allégée. Nous ne saurons jamais si les altérations furent le fait du savant milésien ou d’un de ses prédécesseurs. Jointe à une édition de Choricios, une double notice sur l’orateur et son maître Procope trahit de la sorte probablement une origine gazéenne.

  • 2 Au moment où je rédigeais mon chapitre sur Eunome de Cyzique, je n’avais pu me servir que du tome  (...)

12Les contacts de la Grèce avec une des grandes religions du livre allaient faire naître des besoins nouveaux, y compris en matière de biographie littéraire. J’ai nommé la création du concept d’orthodoxie et son corollaire, la censure intellectuelle. C’est à elle que nous devons le Bios singulier qui accompagnait la Chronique de Juste de Tibériade. L’œuvre de Josèphe, en particulier les Antiquités Judaïques, allait au cours des siècles faire l’objet d’un procès en canonisation. Le résumé de l’Autobiographie qu’un « éditeur » avait joint au manuscrit des Antiquités en porte des traces. Pendant ce temps, le livre de Juste entamait une lente descente aux Enfers, mais il n’avait pas encore atteint sa destination au ixe siècle : l’Hypothesis dont on avait muni le manuscrit valait un titre de transport. Celle qui fut rédigée ab irato pour mettre en garde contre les Apologies d’Eunome de Cyzique préserva en partie les livres d’une disparition totale2 : il faut en rendre grâce au dossier qu’avait réuni Basile de Césarée sur la question. Les passages de Photios montrent la griffe de Grégoire de Nysse : autant présenter une estampille.

13Comme Josèphe et, comme lui, sans être chrétien, Philon d’Alexandrie avait produit une œuvre où maints passages étaient susceptibles de fournir des arguments utiles à l’apologétique de la religion nouvelle bientôt dominante. La Vita qu’a conservée Photios montre en plein développement le processus déjà esquissé à propos de Josèphe, à cette différence près que des éléments romanesques ont trouvé place dans ce document curieux. Un personnage aussi ambigu que Synésios de Cyrènc représentait tout autant un cas limite. Partagé entre des convictions philosophiques franchement platoniciennes et son appartenance hiérarchique à l’Église en place, il était l’auteur d’une œuvre difficile à classer correctement. Dans l’intérêt du christianisme, de la littérature et des livres, la question devait être tranchée : au mépris de la vérité, c’est ce qu’a fait la Vita, au plus grand bénéfice de l’orthodoxie.

14Quantité de notices offrent d’évidentes accointances avec le recueil du pseudo-Sophronios : Philon d’Alexandrie, Clément de Rome, Apollinaire de Hiérapolis, Irénée de Lyon, Justin, Clément d’Alexandrie, Julius Africanus, Hippolyte de Rome, Piérios d’Alexandrie appartiennent au nombre. L’exemple de Philon d’Alexandrie est assez démonstratif pour que l’on ne doive pas chercher ici la preuve d’un recours à un quelconque manuel d’histoire de la littérature ecclésiastique. Je l’ai dit, il apparaît bien au contraire que l’ouvrage essentiel en la matière, le pseudo-Sophronios, fut dépecé pour les besoins de l’érudition et que, dans la tradition indirecte, la substance en survécut partiellement par le biais des éditions savantes et des lexiques postérieurs comme la Souda.

15Privés des modèles qu’offrait l’érudition post-callimachéenne, les savants chrétiens eurent à se frayer une voie nouvelle pour les écrivains que ne recensait pas le catalogue hérité de s. Jérôme. Ainsi, la notice relative à Éphrem de Nisibe repose de toute évidence sur un extrait de Sozomène. Les sources de l’Hypothesis touchant Éphrem d’Antioche sont impossibles à identifier : le texte offre un aperçu extrêmement satisfaisant, où ne manque pas le trait hagiographique. On ne pouvait en attendre moins, quand il s’agissait d’un théologien qui fut un des suppôts les plus inconditionnels de la politique religieuse de Justinien. C’est la même intention publicitaire qui a inspiré la plume de l’« éditeur » obscur auquel nous devons des notes sur Basile de Séleucie.

16Sans doute est-on tenté d’objecter : « Montrez-moi un de ces manuscrits ! ». Force est de répondre par un constat de carence à peu près total. Toutefois, la démonstration qu’on a lue dans le corps du présent travail a pu mettre un cas en exergue : la brève esquisse réservée au romancier Héliodore (cod. 73). Semblablement, je montrerai ailleurs à quel point la Vie d’Eschine au cod. 61 est proche du Sur Eschine transmis effectivement dans certains manuscrits médiévaux.

17Pour le reste, les dernières observations que l’on fera prendront nécessairement le ton du « lamento ». Quand on retrace l’histoire d’un texte quelconque, la plupart du temps, on ne peut dépasser autrement que par hypothèse l’époque de la translittération : c’est ce qu’indiquent les traits pointillés de nos modernes stemmata codiami. Encore, beaucoup des oeuvres que Photios nous a décrites ont disparu irrémédiablement : Agatharchide (cod. 213), Amyntianos (cod. 131), Apollinaire de Hiérapolis (cod. 14), Arrien (cod. 58), Basile de Cilicie (cod. 95), Dcnys d’Halicarnasse (cod. 84), Éphrem d’Antioche (cod. 228), Eunome de Cyzique (cod. 138), Eusèbe de Césarée (cod. 13), Héraclianos de Chalcédoine (cod. 85), Hippolyte de Rome (codd. 48 et 121), Irénée de Lyon (cod. 120), Julius Africanus (cod. 34), Malchos (cod. 78), Philippe de Sidé (cod. 35), Piérios d’Alexandrie (cod. 119), Théodore de Mopsueste (cod. 38) et Théopompe (cod. 176) forment un long martyrologe des lettres, qui correspond à plus d’un tiers des cas attestés (20 sur 44).

  • 3 Voir supra, p. 283, n. 11.

18Même relativement favorable à première vue, ce chiffre doit être nuancé considérablement. Pour beaucoup d’auteurs, le volume décrit par Photios ne coïncide pas avec celui que nous pouvons lire aujourd’hui. Le savant byzantin avait eu en mains un recueil de quinze discours de Basile de Séleucie (cod. 168) : nous possédons encore quarante et un discours, sans compter un certain nombre d’homélies. L’histoire critique du texte de Basile reste à faire, pour ne pas parler d’une édition satisfaisante. Quant au manuscrit où Photios découvrit les Constitutions apostoliques de Clément de Rome (codd. 112-113), il comportait en plus des textes qui continuent à poser aux historiens des problèmes d’une complexité extrême : apparemment, on n’est pas sur le point de jeter une vive lumière sur ces questions embrouillées3.

  • 4 Voir J. QUASTEN, o.l., II, p. 29 ; Fr. SAGNARD, dans son édition des Extraits de Théodote de Cléme (...)

19Pour le pseudo-Nil, sc. Évagre le Pontique (cod. 201), on attend toujours une édition critique, a fortiori une histoire du texte. De Lesbonax, nous n’avons plus guère que trois discours sur seize. Le recueil de Justin (cod. 125) dont usa Photios ne nous est conservé que dans une proportion infime. Décrire les étapes de la transmission des Parénèses d’Éphrem de Nisibe ne pourrait se faire sans la collaboration d’un nombre extraordinaire de savants polyglottes : c’est dire que, depuis les Assemani, au xviiie siècle, on attend toujours une édition critique. Sur les trente-six discours de Thémistios, trente-quatre seulement nous sont parvenus en tradition directe. Le texte des Stromates de Clément d’Alexandrie (cod. 111) est conservé par deux manuscrits importants : Laurentianus V,4 un parchemin du χie siècle, et le BN Suppl. grec, papier du xiiie siècle, copie plus complète du premier1. On y trouve, outre les Stromates, les Excerpta ex Theodoto et les Eclogae propheticae, dont il n’y a pas trace au cod. 111. En somme, autant que l’on puisse voir, le nombre des cas où une collation des contenus demeure possible se réduit à une petite dizaine.

20Il est inutile, je crois, d’allonger l’énumération. La plupart des textes conservés que Photios eut sous les yeux avant nous ne figuraient pas à son époque dans des manuscrits dont le patron répondait à celui qui nous est familier. Le fait inspire des réflexions touchant la genèse de ce que l’on a appelé, à juste titre, « le premier humanisme byzantin ».

  • 5 Voir supra, pp. 170-172.
  • 6 Les manuscrits, 2e édition, Paris, 1964, p. 127.

21La première a trait à la translittération. Sauf erreur, le seul passage où Photios fasse allusion dans la Bibliothèque à de « vieux livres » concerne la Chronique historique d’Eunape de Sardes, dont il a exhumé deux exemplaires différents5. La locution est si vague qu’elle n’autorise aucune conclusion sur l’écriture des textes analysés. On aurait tort, en tout cas, de déduire qu’à l’opposé des autres ouvrages recensés, l’Eunape aujourd’hui perdu était de cc fait nécessairement écrit en onciales. Même si, à la suite de W.T. Treadgold, je considère qu’il faut classer au rayon des fantaisies philologiques l’hypothèse du cercle de lecture itinérant présidé par Photios, on peut, je crois, souscrire, mutatis mutandis, à l’opinion émise par A. Dain6 sur la nature des manuscrits utilisés : « Il est à présumer que les deux cent quatre-vingts ouvrages dont Photios et ses amis firent la lecture à haute voix au cours de leur ambassade en Orient (d’autres disent avant) n’étaient pas encore translittérés. » Cette dernière opération a dû, fort logiquement, s’accompagner d’un nouveau choix de textes à reproduire, avec d’autres regroupements. Divers volumes ont ainsi perdu des pièces qui leur servaient d’introduction à date plus ancienne. Enfin, cachés dans les réserves des bibliothèques, de plus malchanceux n’ont plus été produits au grand jour.

  • 7 P. LEMERLE, o.l., p. 108.
  • 8 Sur le personnage, qui semble bien avoir été indifférent aux querelles théologiques contemporaines (...)

22D’autre part, la survivance jusqu’au ixe siècle de tant de documents, conservés ou perdus aujourd’hui, montre que, durant les siècles dits « obscurs », on a continué à oeuvrer au maintien de la culture sacrée et profane dans l’ombre douce des scriptoria ou des bibliothèques. On devra longtemps encore méditer ces lignes de M.P. Lemerle7 : « Le triomphe de l’iconoclasme (coïncida) avec l’obscurcissement non certes de toute culture, mais de cette forme de culture qui prolongeait la tradition antique. (...) Les iconoclastes n’étaient point pour autant de grossiers barbares. » Du reste, le précédent de Léon le Philosophe prouve qu’il en fut bien ainsi8. À sa manière, la Bibliothèque témoigne davantage en faveur de la continuité que du renouveau : pour cette raison, elle mérite le titre de « Musée littéraire vivant ».

Notes

1 Respectivement cod. 32, I, p. 18, ll. 16-21 = 87, p. 50 von Gebhardt ; cod. 141, II, p. 109, 11. 9-23 = 116, pp. 57-58 v. G. ; codd. 88-89, II, p. 12, 1. 30 - p. 13, 1. 31 et p. 15, ll. 28-29 = 130, p. 61 v.G. ; cod. 118, II, p. 90, 1. 41 - p. 92, 1. 29 = 75, pp. 45-46 v. G. Dans tous les cas, les références à la Bibliothèque visent les premières occurrences des écrivains.

2 Au moment où je rédigeais mon chapitre sur Eunome de Cyzique, je n’avais pu me servir que du tome I de l’édition par B. SESBOÜÉ-G.M. de DURAND et L. DOUTRELEAU du Contre Eunome de Basile de Césarée, Paris, 1982. Je dispose à présent du t. II (Paris, 1983), qui permet de donner quelques utiles compléments d’information. L. Doutreleau s’est chargé d’étudier la tradition d’Apologie I d’Eunome. Il a relevé vingt et un témoins, dont le plus ancien date du xie siècle (ibid., pp. 198-199). Le Gudianus 85 du xve siècle porte un avertissement significatif : son intention et son style trahissent toutefois une rédaction fort sensiblement antérieure (ibid., p. 234) :
Ce discours n’a pas été copié pour une autre raison que pour faire la preuve de l’accusation. En effet, ses propos sur Dieu, qu’il dit inengendré, et sur le Fils, qu’il dit engendré, et ses autres sottises sont des sommets d’impiété, et ils sont extérieurs à notre pieuse foi. Prends donc garde, lecteur, à ne pas être détourné de la voie droite.
Οὗτος ὁ λόγος oὐ δι’ ἄλλο τι γέγϱαπται ἢ ἵνα δειϰνύηται ἡ γϱαφή. Ἃ γὰϱ λέγει πεϱὶ Θεοῦ ὡς ἀγέννητος ϰαὶ γεννητòς ὁ Υἱός, ϰαὶ ἕτεϱα ὅσα ληϱεῖ, ἀσεβέστατά εἰσι ϰαὶ ἔξω τῆς εὐσεβοῦς ἡμῶν πίστεως. Πϱόσχες γοῦν, ὁ ἀναγινώσϰων, ἵνα μὴ παϱατϱαπῇς τῆς εὐϑείας ὁδοῦ.

3 Voir supra, p. 283, n. 11.

4 Voir J. QUASTEN, o.l., II, p. 29 ; Fr. SAGNARD, dans son édition des Extraits de Théodote de Clément d’Alexandrie, 2e édition, Paris, 1970, p. 49.

5 Voir supra, pp. 170-172.

6 Les manuscrits, 2e édition, Paris, 1964, p. 127.

7 P. LEMERLE, o.l., p. 108.

8 Sur le personnage, qui semble bien avoir été indifférent aux querelles théologiques contemporaines, voir P. LEMERLE, o.l., pp. 148-178 et N.G. WILSON, Scholars of Byzantium, Londres, 1983, pp. 79-84. On croit savoir, par exemple, que Léon possédait un Achille Tatios, d’après Anthologie, IX, 203. Or, c’est là un auteur auquel Photios a consacré un compte rendu, cod. 87, II, p 11, ll. 14-28. Voir R. WALTZ, dans R.W.-G. SOURY, édition de l’Anthologie grecque, VII, Paris, 1957, p. 80, n. 4, continuée p. 8.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search