Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

IVe partie. Œuvres, annexes et autres moyens : la symphonie des sources

IVe partie. Œuvres, annexes et autres moyens : la symphonie des sources

Texte intégral

1Parmi les écrivains dont les livres ont été ornés d’une notice biobibliographique figurent en plus grand nombre les ecclésiastiques. Les historiens, dans l’ensemble, sont plutôt mal représentés. Hérodote, qui n’était pas coutumier des confidences personnelles, Josèphe, pour des raisons qui tiennent au métier d’éditeur, Juste, dont l’œuvre prêtait mal aux épanchements, tout comme le discours Pour Alexandre d’Amyntianos, autant de textes qui réclamaient un appendice. En fait, la même conclusion vaut pour la plupart des auteurs chrétiens, hérétiques ou orthodoxes : la correspondance édifiante de Clément de Rome, les apologies diverses (Apollinaire de Hiérapolis, Justin, Eusèbe, Eunome de Cyzique), les traités d’ascétique (Évagre le Pontique) ou la spéculation théologique supposent d’abord le renoncement à titre individuel.

2Il y a plus. La comparaison permet de relever des manipulations plus ou moins subtiles des faits littéraires, qui, la plupart du temps, répondent à un schéma manichéen. Dans le sens négatif d’abord. Ainsi, pour Juste de Tibériade et pour Eunome de Cyzique, deux écrivains « maudits » qui n’avaient d’intérêt que pour faire contrepoint à Josèphe ou à Basile de Césarée. En revanche, Josèphe, Justin, Hippolyte de Rome, Piérios d’Alexandrie, Eusèbe de Césarée, Évagre le Pontique, Synésios de Cyrène, Philippe de Sidé, Éphrem d’Antioche firent l’objet d’une présentation à intention publicitaire. La portée de chaque notice ressort avec clarté, quand on peut la comparer avec le document réputé parallèle (Hippolyte, Piérios, Eusèbe, par exemple), l’article de la Souda ou de la traduction grecque de De viris.

3Le moins étonnant n’est pas de constater un phénomène semblable à propos d’un théologien comme Éphrem, qui n’a jamais pu figurer dans le trop célèbre « Épitomé » d’Hésychios. Un autre cas, comme celui d’Héraclianos, ne peut conduire qu’à une seule conclusion : Photios n’a jamais connu le manuel en question, si tant est qu’il ait jamais existé.

4La quatrième partie, où je montrerai Photios maniant des techniques variées, en particulier la comparaison entre textes et documents annexes, offrira une confirmation de la troisième et préludera avec bonheur à la synthèse terminale.

C 1. Théopompe (cod. 176)

  • 1 Cod. 176, II, p. 173, I. 19 - p. 176, 1. 22 ; tous les textes sont groupés commodément par F. IACOB (...)
  • 2 Souda, Θ 172 s.v. Θεόπομπος :
    Il écrivit un résumé des histoires d’Hérodote en 2 livres, des
    Philipp (...)

5Parmi tous les témoignages qu’a légués l’Antiquité sur la biographie de l’historien Théopompe, la notice de Photios, qui forme l’essentiel du cod. 176, est de loin la plus complexe et la plus détaillée1. À part une liste d’œuvres, celle d’Hésychios, dont la Souda nous a conservé les restes2, n’offre que des données très pauvres, avec lesquelles concordent, il est vrai, celles de Photios, au moins partiellement :

  • 3 II, p. 173, I. 19 - p. 174, 1. 21 : Ἔστι δὲ ό Θεόπομπος Χίος μὲν τò γένος, υιòς Δαμοστϱάτου, φυγεῖν (...)
  • 4 Souda, l.l. : Θεόπομπος, Χῖος ϱήτωϱ, υἱòς Δαμασιστϱάτου, γεγονὼς τοῖς χϱόνοις ϰατὰ τὴν ἀναϱχίαν Ἀϑη (...)

PHOTIOS3

HÉSYCHIOS4

Théopompe est originaire de Chios ; fils de Damostratos, on dit qu’il fut exilé de sa patrie en même temps que son père, quand ce dernier fut condamné pour tendances laconiennes.

Théopompe de Chios, rhéteur fils de Damasistratos : il fut à l’apogée de sa carrière au temps de l’anarchie athénienne, durant la 93e olympiade (sc. 408/405 aCn).

  • 5 Il n’y a point de variante dans les manuscrits de la Bibliothèque.
  • 6 PAUSANIAS, VI, 18, 5 :
    Lorsqu’il (sc. Anaximènc de Lampsaque) eut un différend avec Théopompe, le fi (...)
  • 7 115 T 4 = ATHÉNÉE, X, 412 b ; T 14 = DIODORE DE SICILE, XIV, 84. 7 ; T 17 = ibid., XVI, 3, 8 ; T 20 (...)
  • 8 Cod. 70, I. p. 102, 1. 2 - p. 104, I. 39.
  • 9 II, p. 174, 11. 21-30 : Ἄνασωϑῆναι δὲ τῇ πατϱίδι τελευτήσαντος αὐτῷ τοῦ πατϱός, τὴν δὲ ϰάϑοδον Ἀλεξ (...)

6Pourtant, malgré les traits qui apparaissent parallèlement de part et d’autre, rien ne plaide en faveur de la thèse d’un emprunt de Photios à Hésychios ou au soi-disant « Epitomé » de sa bibliographie raisonnée. D’abord, le nom du père n’est pas identique dans les deux sources. Celui que transmet Photios est isolé dans la tradition5, alors que le Damasistratos mentionné par Hésychios reçoit la caution d’un autre écrivain6. La genèse du nom erroné s’explique aisément : Δαμασίστϱατος a été copié avec omission de la syllabe centrale par saut du même au même ; le scribe a ensuite refait le nom en Δαμόστϱατος. Les origines chiotes de Théopompe sont rappelées dans différentes sources plus anciennes, notamment Diodore de Sicile7, que Photios a recensé précédemment8. Quant aux dates, celles que proposent Hésychios et Photios sont inconciliables. C’est ce que montre clairement la suite de la notice dans la Bibliothèque9 :

Il fut rendu à sa patrie après la mort de son père, grâce à des lettres adressées à des gens de Chios par le roi Alexandre, lesquelles permirent son retour ; Théopompe avait alors 45 ans ; exilé de partout après la mort d’Alexandre, il se rendit en Égypte ; Ptolémée, qui en était roi, ne reçut point l’écrivain ; au contraire, il l’aurait même laissé mettre à mort comme intrigant, si l’intercession de quelques-uns de ses amis (se. de Théopompe) ne l’avait pas sauvé.

  • 10 Voir SIG3, 283. Pour ces rappels, qui n’ont aucune prétention à l’originalité, je suis R. LAQUEUR, (...)
  • 11 Voir F. JACOBY, 115 T 2 (Komm., pp. 352-353) n’essaie pas de lui assigner une date ; R. LAQUEUR, o. (...)
  • 12 F. JACOBY, 115 T 1 (Komm., p. 352) voit dans les indications d’Hésychios le résultat d’un grossier (...)

7La précision des indications est telle que des dates peuvent être assignées à la plupart des événements relatés ici. Les lettres d’Alexandre, connues par une inscription, ont été envoyées en 333/2 : un simple calcul donne la date de 378/7 pour la naissance de l’historien10. Même si l’on jette la suspicion sur cette identification pour ne retenir que les rapports difficiles entre Théopompe et Ptolémée, la notice d’Hésychios n’en continue pas moins à receler une double difficulté, voire impossibilité. En effet, si l’on donne au vocable γεγονώς le sens, traditionnel chez les chronographes, de « il arriva au sommet de sa carrière », Théopompe serait né au milieu du Ve siècle, dans les années 448/5. Toujours en activité après la mort d’Alexandre, il aurait bénéficié d’une longévité tout à fait prodigieuse. D’autre part, si le participe grec a l’acception de « il naquit », on comprend mal que, d’après le sommaire de Photios, Ptolémée ait pu juger l’octogénaire « intrigant ». Par ailleurs, en raison des carences de nos informations sur l’histoire de Chios au IVe siècle, la date du premier exil de Théopompe pose des problèmes trop difficiles pour que je m’y attarde ici11. Quoi qu’il en soit, les erreurs de l’article d’Hésychios sont patentes12 : Photios ne lui doit rien.

  • 13 II, p. 174, 11. 30-3 : Συνακμάσαι δὲ λέγει αὐτòς ἐαυτòν Ἰσοϰϱάτει τε τῷ Ἀϑηναίῳ ϰαί Θεοδέϰτῃ τῷ Φασ (...)

8La suite du codex provient du texte même des Philippica13 :

À son propre sujet, il dit lui-même que sa carrière fut contemporaine de celle d’Isocrate d’Athènes, de Théodecte de Phasélis et de Naucratès d’Erythrées et que ceux-ci occupent avec lui les premiers rangs dans la connaissance de l’art oratoire chez les Grecs, mais qu’Isocrate et Théodecte, par manque de ressources, écrivaient des discours et étaient sophistes pour de l’argent, enseignant les jeunes et tirant de là le moyen de subvenir à leurs besoins, tandis que, possédant eux-mêmes des revenus suffisants, Naucratès et lui pouvaient alors donner tous leurs loisirs à la philosophie et à leur goût pour l’étude ; et qu’il n’y avait rien d’anormal pour lui à revendiquer les premiers rangs, après avoir composé des discours d’apparat comptant plus de vingt mille lignes, et plus de 150.000 lignes dans lesquelles on peut trouver le récit des actions des Hellènes et des barbares jusqu’à son temps (μέχϱι νῦν).

  • 14 II, p. 174, 11. 3-7 : Ἔτι δὲ ϰαὶ διότι οὐδείς ἐστι τόπος ϰοινòς τῶν Ἑλλήνων οὐδὲ πόλις ἐξιόχϱεως, ε (...)

9Même si l’on ne dispose d’aucun texte parallèle permettant la vérification, on peut tenir pour sûr que la forme de la locution « jusqu’à son temps » atteste un emprunt à l’original. On dispose de plus de garanties pour les lignes qui suivent14 :

En plus, (il dit) encore qu’il n’est aucun lieu public chez les Hellènes ni ville de quelque importance où il n’ait résidé lui-même et donné des lectures de ses discours en y laissant un grand souvenir de sa gloire et de ses qualités d’orateur.

  • 15 DENYS D’HALICARNASSE, Lettre à Pompée, 6 : Δῆλος γάϱ ἐστιν, εἰ ϰαὶ μηδὲν ἔγϱαψε, πλείστην μὲν παϱασ (...)

10Visiblement, la modestie n’était pas la qualité maîtresse de l’historien-orateur. Un passage de Denys d’Halicarnasse corrobore, semble-t-il, la citation de Photios15 :

Car il est évident, même s’il (sc. Théopompe) n’en a rien dit par écrit, qu’il s’est livré dans ce but (sc. la rédaction de travaux historiques) à des préparatifs très importants et qu’il a dépensé des sommes très grandes pour en rassembler la documentation, et qu’en outre, il est quantité de lieux qu’il a vus de ses propres yeux, quantité de personnes avec lesquelles il est entré en relation, hommes politiques occupant alors les premières places ou généraux, orateurs du peuple ou philosophes, pour les besoins de la mise en œuvre.

11Dans le texte grec, le jeu des particules permet de croire que la concessive ne porte que sur les deux premiers éléments du témoignage.

  • 16 II, p 175, 11. 7-14 : Ταῦτα αὐτòς πεϱὶ αὑτοῦ λέγων, τοὺς ἐν τοῖς ἔμπϱοσϑεν χϱόνοις ἔχοντας ἐν λόγοι (...)

12Dans le dernier passage emprunté à l’œuvre, Photios rend, semble-t-il, le ton polémique de l’original16 :

Parlant en ces termes de lui-même, il montre que les écrivains qui ont, aux époques précédentes, occupé les premiers rangs dans la littérature, sont de beaucoup inférieurs à ceux de sa génération, après lesquels ils ne méritent même pas le second rang, et cela est évident, dit-il, d’après les œuvres que les uns et les autres ont composées et laissées, car grand est le développement qu’a pris ce genre d’études de son temps.

  • 17 F. JACOBY. 115 F 24-246 (Komm., p. 359) et F 24-27 (Komm. p. 360) ; R. LAQUEUR, o.l., coll. 2191-21 (...)
  • 18 Les déclarations sur les capacités de l’écrivain et ses mérites sont un topos du genre qui remonte (...)
  • 19 11, p. 175, 1. 22 : Ἀλλὰ Θεόπομπος μὲν ταῦτα.

13Les spécialistes s’accordent à reconnaître que les passages ici traduits appartenaient au préambule des Philippica17 : Photios s’est contenté de procéder à une paraphrase18. Après quoi, il a décidé d’en rester là19 :

Mais tels sont les propos de Théopompe.

  • 20 II, p. 175, 11. 14-18 : Ἀλλὰ τίνας λέγει τοὺς ἐν τοῖς ἔμπϱοσϑεν χϱόνοις, οὐκ ἔχω σαφῶς συμβαλεῖν · (...)

14Entre les trois passages présentés plus haut et la phrase finale, il a glissé un paragraphe où il s’interroge sur l’exacte signification des critiques lancées. Comme lui, on doit l’étudier en y distinguant deux parties. En effet. Théopompe faisait, à bon droit, une différence entre son métier d’orateur et son activité d’historien20 :

1. Mais qui sont ceux qu’il appelle « les écrivains des époques précédentes », je ne puis le concevoir de façon claire : car il n’a sûrement pas, je le suppose, osé remonter à Hérodote et à Thucydide (il est tout de même de beaucoup inférieur à ces écrivains à tous égards).

  • 21 C’est le codex 60, I, p. 57, I. 16 - p. 58, 1. 42.
  • 22 I, p. 58, 11. 17-19 : Ἰωνιϰῆς δὲ διαλέϰτου κανών ἂν οὗτος εἴη, ὡς ἀττιϰῆς Θουϰυδίδης. À propos de C (...)

15Comme on voit, Hérodote et Thucydide, cités, très logiquement, dans l’ordre chronologique, font figure de modèles du genre historique. L’apparition du premier se justifie aisément21. Photios lui a consacré précédemment une sèche analyse, contenant un bref parallèle stylistique avec Thucydide22 :

Pour le dialecte ionien, (Hérodote) pourrait faire figure de modèle, comme, pour l’attique, Thucydide.

  • 23 C’est à Thucydide que Photios compare notamment Agatharchide de Cnide (III, p. 124, 1. 10), Dion Ca (...)

16Que les conjectures de Photios fassent référence à des canons littéraires n’est pas douteux. Quant à Thucydide, aucun chapitre ne lui a été réservé dans la Bibliothèque. Toutefois, la fréquence des allusions à ses procédés d’écriture atteste certainement un contact personnel avec l’Histoire de la Guerre du Péloponnèse23.

  • 24 II, p. 175, 11. 18-22 : "H τάχα πϱòς Ἑλλάνιϰον ϰαὶ Φίλιστον ἀφοϱᾷ τοὺς ἱστοϱιϰούς, ἢ Γοϱγίαν ϰαὶ Λυ (...)

2. Peut-être vise-t-il Hellanicos et Philistos pour les historiens ou est-ce à Gorgias, à Lysias et à des auteurs du même genre, qui ont vécu à une époque voisine de la sienne, qu’il fait allusion : pourtant, ils ne sont pas à ce point inférieurs dans leurs œuvres24.

  • 25 Le premier apparaît dans un passage où Ctésias (cod. 72, I, p. 128, 11. 18-21) polémique contre ses (...)
  • 26 Respectivement VIII, p. 43, 1. 27 = ps.-PLUTARQUE, Vies des dix orateurs, 832 F, p. 45 Cuvigny (Ant (...)
  • 27 J’étudierai ailleurs cette question délicate. Elle appelle à mon sens une réponse négative.
  • 28 L. GERNET, dans l’édition des Discours de Lysias, I, Paris, 1924, par L.G. et M. BIZOS, p. 2 et p.  (...)
  • 29 W.K.C. GUTHRIE, Les sophistes, Paris (trad. J. Cottereau), 1976, p. 275, avec la n. 2. Stricto sens (...)

17Même si les deux historiens sont mentionnés ailleurs dans la Bibliothèque, rien dans les passages en question n’autorise à supposer que Photios ait pu avoir un contact personnel avec certains de leurs livres25. La même proposition vaut pour Gorgias, dont le nom apparaît seulement à propos des Vies d’Antiphon et d’Isocrate26. On ne peut se montrer beaucoup plus formel pour Lysias, dont le nom surgit plusieurs fois. On pourrait, il est vrai, supposer que la critique très nuancée du style de l’orateur laissée par Photios repose bien sur une lecture personnelle. J’essaierai de montrer ailleurs que les lignes du cod. 262 ne doivent rien à la sagacité littéraire du savant byzantin. Rien ne prouve qu’au moment où il lisait Théopompe, il ait été en mesure d’émettre le moindre jugement sur la manière de Lysias27. En revanche, placer ce dernier dans le voisinage chronologique de Théopompe est parfaitement correct : même si les documents antiques ne permettent pas une très grande précision chronologique, on peut situer sa vie approximativement entre les années 440 et 360 aCn28. On dispose de moins de points de repère pour Gorgias : les sources fixent sa naissance en 490 ou peu après et donnent à son existence une longueur exceptionnelle, 105 ou 109 ans29. Dans ce dernier cas, il aurait encore appartenu à ce monde vers 380, soit peu avant la naissance de Théopompe.

18On observera enfin qu’aux dates près, l’ordre

19Hellanicos - Philistos

20Gorgias - Lysias

21répond parfaitement à la succession des générations. De ce point de vue, l’érudition dont témoigne Photios est sans faille. Mais elle ne suffit pas à prouver un contact personnel avec les œuvres correspondantes : une parfaite connaissance de manuels d’histoire littéraire eût pu donner lieu à des remarques aussi vagues. Il vaut d’ailleurs la peine de souligner la prudence avec laquelle le lecteur byzantin nuance les prétentions hautaines de l’historien. Rien décidément dans ces lignes qui trahisse des lectures autres que celle des Philippica.

  • 30 II, p. 175, 11. 23-34 : Φασὶ δὲ αὐτόν τε ϰαι Ἔφοϱον Ἰσοϱϱάτους γενέσϑαι μαϑητάς. Δῆλον δὲ τοῦτο ποι (...)

22Pour l’essentiel, le restant de la notice est emprunté à des sources étrangères à l’ouvrage de Théopompe. Pourtant, çà et là pointent des traits propres au recenseur. Cette fois encore, pour qui étudie la méthode biographique de Photios, la difficulté réside dans le partage. Seules des particularités rédactionnelles le permettent30.

On dit qu’Éphore et lui ont été les disciples d’Isocrate. — C’est ce que rendent évident les textes aussi : car est fréquente dans les écrits de Théopompe la forme imitant la manière d’Isocrate, même s’il y manque de la précision dans l’élaboration —. « Et les sujets historiques leur ont été proposés par le maître, ceux du temps ancien à Éphore, à Théopompe, les faits qui ont suivi l’histoire hellénique de Thucydide, à proportion du tempérament et de la tâche de chacun. C’est pourquoi également les préambules de leurs histoires offrent, tant pour la pensée que pour les autres éléments, de très grandes similitudes, comme s’ils avaient pris chacun le même point de départ dans la carrière historique. »

  • 31 II. ρ. 175.
  • 32 La seule connaissance directe qu’il a eue de l’écrivain, Photios la doit à Stobée (cod. 167, II, p. (...)
  • 33 Vie, 11. 107-116, p. XXXVI Mathieu-Brémond : Ώς ἑώϱα τòν Θεόπομπον μιϰϱὰν ὑπόϑεσίν τινα λαμβάνοντα (...)

23D’allure chaotique, la période qui court d’un seul tenant dans le texte grec jusqu’à « chacun » permet de rendre son bien à Photios. Ce qui a la source pour origine a dû, faute d’autre moyen typographique, être placé entre guillemets. Quelques mots d’explication ne seront pas inutiles. La seconde proposition est traduite à tort par R. Henry31 : « Leurs écrits le démontrent ». Dans la suivante, qui lui sert de justificatif, il n’est question que du seul Théopompe. Point n’est donc besoin de joindre les deux historiens dans une même critique. On a d’autant moins de raisons de le faire que Photios ne semble pas avoir eu une connaissance personnelle de l’écrivain de Cymé32. On observera d’autre part que l’argument utilisé est d’ordre purement stylistique. Par la suite, dans une proposition organisée autour d’un infinitif amené par le « on dit » initial, Photios revient à des considérations relevant de l’histoire littéraire. La rédaction mérite cette fois encore un bref commentaire. Je ne suis pas sûr que l’on doive traduire, comme R. Henry : « La tâche lut répartie d’une manière appropriée au tempérament de chacun. » Dans le texte grec, la répartition des domaines entre les deux historiens est exprimée à la faveur d’une construction en chiasme (II, p. 175, 11. 28-29 : τὰς μὲν ἄνω τῶν χϱόνων Ἐφόϱῳ, Θεοπόμπῳ δὲ τὰς μετὰ Θουϰυδίδην Ἑλληνιϰάς), qui fait ressortir l’opposition entre les tâches et les tempéraments. C’est ce qui me fait croire que la préposition πϱός ‘à proportion de’ a un double régime. On connaît bien les raisons sur lesquelles se fondent les précautions prises par Isocrate. Raillant ses deux disciples, l’orateur a eu un jour, d’après une Vie anonyme, la saillie suivante33 :

Voyant Théopompe prendre un petit sujet, l’étendre démesurément et en parler d’abondance, comme il l’a fait dans son Histoire de Philippe, alors qu’Éphore prenait un grand sujet, réclamant même de nombreux développements, mais en parlait en si peu de mots, voire de façon insuffisante, (Isocrate) dit ceci : « J’ai deux disciples, dont l’un a besoin d’un fouet, l’autre d’un frein. » Il parlait de « fouet » à propos d’Éphore, parce qu’il avait un naturel lourd et lent, de « frein » pour Théopompe, en raison de l’abondance et de l’intempérance de sa langue.

24Il y avait lieu par conséquent d’attribuer une matière énorme à Éphore (l’histoire universelle jusqu’à Thucydide) pour pallier sa tendance à la lourdeur et à la sécheresse ; en revanche, un domaine relativement bien circonscrit serait, en raison de ses goûts pour l’emphase et le délayage stylistique, traité par Théopompe avec une ampleur comparable. C’est à ce partage que fait allusion la source utilisée par Photios.

  • 34 II, p. 175, 11. 35-36 : Πλείσταις μὲν οὖν παϱεϰβάσεσι παντοδαπῆς ιστοϱίας τούς ἱστοϱιϰοὺς αυτοῦ λόγ (...)

25La suite de la recension se caractérise par le même mouvement de va-et-vient. À une comparaison ! entre les préambules des deux historiens succède une réflexion personnelle sur les digressions qui délaient le récit de Théopompe34.

Or, le fait est que de très nombreuses digressions faites de récits variés traînent en longueur les écrits historiques de Théopompe.

  • 35 II, p. 175, I. 36 - p. 176, 1. 41 : Διò ϰαί Φίλιππος, ὁ πϱòς Ῥωμαίους πολεμήσας, ἐξελὼν ταύτας ϰαί (...)

26Photios rattache ainsi les constatations qu’il a tirées de sa lecture de l’œuvre aux indications que lui offrait sa source. Mais les lignes suivantes reviennent en droit à cette dernière35 :

C’est pourquoi aussi (Διò ϰαί) Philippe, qui fit la guerre aux Romains, en les enlevant et en regroupant les exploits de Philippe, qui étaient l’objectif de Théopompe, a ramené l’ensemble à 16 livres seulement, sans rien ajouter de son cru ni retrancher rien d’autre, comme il est dit, que les digressions, en donnant (au texte) de justes proportions.

27La parenthèse trahit l’emprunt. En outre, l’ouverture de la phrase par un Διό ϰαί est la réplique exacte d’une autre formule d’introduction que l’on a lue précédemment. Si l’on peut être sûr que cette dernière indication provient de la source, la similitude dans la construction encourage à voir dans la seconde également l’indice d’un emprunt.

  • 36 II, p. 176, 11. 41-9 : Δοῦϱις μὲν οὖν ό Σάμιος ἐν τῇ πϱώτη τῶν αὑτοῦ ιστοϱιῶν οὕτω φησίν · « Ἔφορος (...)

28Avant de conclure cette partie, Photios produit encore deux citations qu’il assortit de commentaires. Tels sont les points qu’il faut aborder à présent36 :

Or, Douris de Samos, dans le premier livre de ses Histoires, s’exprime ainsi : « Éphore et Théopompe ont été laissés loin derrière par les écrivains précédents, car ils n’ont reçu dans le style aucun talent ni à imiter ni pour éveiller le plaisir, mais le fait même d’écrire fut leur seule préoccupation. » Et cependant, Douris, même au point de vue de l’ordonnance dans les matières, pour lesquelles il les critique, est laissé loin derrière par les (deux) écrivains.
Mais est-ce en réplique à la phrase prétentieuse de Théopompe, qui ne jugeait les écrivains plus anciens plus anciens même pas dignes du second rang, qu’il a décoché ce jugement, je n’ai pas le moyen de le dire, à un point près pourtant : qu’aucun d’entre eux n’ait fait l’objet d’une critique pertinente, c’est là encore une thèse que je soutiendrais vigoureusement.

  • 37 PLUTARQUE, Alcibiade, 32, 2 = DOURIS, 76 F 70 Jacoby. Sur ce point, voir A. LESKY, GGL. p. 821.
  • 38 Voir ici même p. 360 et II, p. 175, 11. 24-27. Photios a recensé précédemment l’œuvre d’Isocrate à (...)

29Une lecture rapide pourrait faire supposer que Photios tire de son propre fond culturel la matière d’une comparaison de Douris à Théopompe et à Éphore. Pour Douris, les seuls passages de la Bibliothèque où il soit mentionné apparaissent justement dans la présente page. Il est donc fort douteux que Photios soit le responsable de la critique adressée à l’écrivain samien, dont quelques aspects méritent des remarques. Douris n’est pas comparé à ses prédécesseurs pour les qualités d’un style dont il fustigeait les faiblesses, mais pour l’ordonnance des récits. Fort acerbe vis-à-vis des défauts de composition que présentaient les œuvres de Théopompe et d’Éphore, il méritait lui-même de graves reproches de ce point de vue. Ainsi, Plutarque signale que le retour d’Alcibiade à Athènes en 407 après son premier exil, dans le récit qu’en laissa Douris, est surchargé de détails romanesques que l’on chercherait en vain chez Théopompe, Éphore ou Xénophon37. Apparemment, l’appréciation figurant dans la source qu’utilisait Photios renfermait un jugement très nuancé sur Douris. Mais le recenseur a manifesté le souci de comparer les éléments de documentation qu’il a pu glaner à ses constatations personnelles. C’est ce qu’indiquent les conclusions très prudentes qui ferment le paragraphe. Photios s’y déclare incapable de décider si les remarques de Douris sont provoquées par le dédain qu’affiche Théopompe pour les grands historiens du passé. Toutefois, il a pu vérifier à quel point le style de Théopompe était imité de celui d’Isocrate38. Il avait donc toute raison de taxer Douris de mauvaise foi tant pour Théopompe, qu’il connaissait, que pour Éphore.

  • 39 H, p. 176, 11. 9-16 : Κλεοχάϱης δὲ ὁ Σμυϱλεανός, υπὲϱ τῶν Ἰσοϰϱατιϰῶν απάντων, οἶμαι, λέγων (τοῦτο (...)

30Le dernier fragment n’offre plus qu’un rapport assez ténu avec l’historien en cause. Sans doute Photios l’a-t-il retenu parce que, grâce à une couple d’images très éloquentes, il dépeint de façon frappante l’art de Démosthène et d’Isocrate39 :

  • 40 Auteur du IIe siècle aCn, Cléocharès de Smyrléa en Bithynie semble être né aux alentours de 300 et (...)

Cléocharès40 de Smyrléa parlant, je pense, pour la défense de toutes les œuvres d’Isocrate (son opinion, dans la comparaison qu’il fait avec Démosthène, est qu’il ne faut pas leur assigner un rang trop éloigné) dit que les discours de Démosthène ressemblent en tout point à des corps de soldats, ceux d’Isocrate à des corps d’athlètes. Or, il est clair que Théopompe ne mérite pas moins d’honneur pour ses discours qu’Isocrate pour aucun des siens.

  • 41 Ps.-PLUTARQUE, o.l. (Démosthène), 845 D, p. 73 : Έκάλει δὲ τοὺς μεν αὐτοῦ λόγους όμοιους τοῖς στϱατ (...)

31La même comparaison figure dans le corpus plutarchéen, mais, cette fois, dans la bouche de Philippe41 :

Il (sc. Philippe) citait ses discours (sc. ceux de Démosthène) comme semblables à des soldats, en raison de leur vigueur polémique, ceux d’Isocrate (comme semblables) à des athlètes, car ils procurent le plaisir du spectacle.

  • 42 VIII, ρ. 64, 11. 24-30 :’Εϱομένου δε αυτόν τινος τῶν συνήθων τίνες ἂν εἶεν πιϑανώτεϱοι καί δυνατώτε (...)

32De cette anecdote, Photios a donné une adaptation légèrement différente42 :

Un de ses familiers lui (sc. à Philippe) demandait quels étaient les discours les plus persuasifs et les plus vigoureux, ceux de Démosthène ou ceux d’Isocrate : « Ceux de Démosthène », dit-il, « ressemblent à des soldats, car leur vigueur polémique va jusqu’à la véhémence, et ceux d’Isocrate à des athlètes ; en effet, c’est le plaisir du spectacle qu’ils procurent. »

  • 43 C’est ce qui explique une phrase en légère contradiction avec celle qu’on a pu lire plus haut p. 36 (...)

33Photios n’établit aucun rapprochement entre les deux passages. Conscient d’avoir cédé lui-même à la tentation de la digression, il s’en excuse, en rattachant hâtivement43 à la première citation un bref jugement sur Théopompe qu’il vient d’étudier.

  • 44 II, p. 176, II. 17-22 : Τò μὲν οὖν Θεοπόμπου γένος ϰαὶ ἡ παίδευσις ϰαὶ ὁ διδάσϰαλος ϰαὶ οἱ συναϰμάσ (...)

34Le codex 176 s’achève sur une brève récapitulation44 :

Ceci dit, pour l’origine de Théopompe, son éducation, son maître, ses contemporains, ses écrits, son genre de vie, la forme et les principes utilisés dans ses œuvres, suivant une énumération sommaire, l’époque où il a été au sommet de sa carrière et tous les événements qu’il a connus durant sa vie, c’en est assez.

  • 45 F. LEO, Die griechisch-römische Biographie nach ihrer litterarischen Form, Leipzig, 1901, p. 30.
  • 46 Les éléments marqués d’un astérisque sont ceux que Photios a prélevés au fil de sa lecture.

35F. Leo trouve que cette énumération « ist nicht sehr bündig und entspricht nicht ganz dem Texte »45. En fait, le jugement est un peu trop rapide et sévère, car, à un détail près, il correspond point par point avec les données du chapitre. Un simple tableau permettra de le montrer46 :

(1) Origines

II, p. 173, ll. 19-20

(2) Éducation

II, p. 174, ll. 37-39 (*)

(3) Maître

II, p. 175, ll. 23-24 (cf. 2)

(4) Contemporains

II. p. 174, ll. 30-36 (cf. 3) (*)

(5) Écrits

II, p. 174, ll. 39-3

(6) Genre de vie

II, p. 174, ll. 3-7* (cf. 2)

(7) Forme et principes

II, p. 175, ll. 24-27 + ll. 35-36 ; p. 176, ll. 41-3 ; ll. 15-16

(8) Acmé

II, p. 174, l. 30 (*)

(9) Événements remarquables

II, p. 173, ll. 19-p. 174, l. 30

  • 47 R. HENRY, II, p. 125, n. 3 rappelle que les seuls passages de Diogène Laerce mentionnés par Photios (...)
  • 48 II, p. 125, II. 41-10 : Σύγϰειται δὲ αὐτῷ ϰαὶ ἐϰ τῶν Δαμοστϱάτου ἀλιευτιϰῶν λόγου δευτέϱου, ϰαὶ ἐϰ (...)

36À juste titre, le philologue allemand rapproche les présentes lignes d’un autre passage47 où Photios rappelle le contenu du recueil de Diogène Laërce48 :

(Le sixième livre de Sopatros) est composé (...) d’extraits des livres un et cinq, six et dix des Vies des philosophes de Diogène Laërce, dans lesquels il expose les éléments qui les concernent : d’où cette chose sacrée qu’est la philosophie a tiré son origine, comment elle est arrivée à l’apogée, l’identité des fondateurs et des chefs des diverses sectes, ceux qui furent leurs amis et leurs adversaires, le caractère que montra chacun d’eux, l’endroit où ils sont nés, l’occupation qui fut la leur au début et à la date d’apogée de leur carrière.

  • 49 R. HENRY, ibid.
  • 50 F. LEO. o.l., pp. 35-36.

37A propos de ces lignes, que l’on chercherait en vain telles quelles dans Diogène Laërce, R. Henry faisait observer qu’elles n’ont certainement pas été inspirées à Photios par une lecture des Vies des philosophes49. Elles donnent la substance des têtes de chapitre de l’introduction à l’ouvrage de Diogène. Il y est question50 «de l’origine (1-11) et du nom de philosophie (12), des différences entre les tendances, de leur signification et des relations littéraires des philosophes (16), des parties de la philosophie (18), des écoles et de leurs chefs ». Sopatros est sans doute responsable de cette table, que Photios a simplement reprise pour sa valeur documentaire. Celle qui ferme le codex réservé à Théopompe a fort probablement une origine identique, la Vie à laquelle Photios a pris le plus clair de sa documentation.

38Avant de revenir en finale aux lignes qui servent de prélude au chapitre, force est d’indiquer quelques problèmes qui restent pendants. Notamment, on voudrait être mieux éclairé sur le contenu exact du Bios et sur l’art avec lequel Photios mit en œuvre le matériel d’érudition dont il disposait. On vient de constater que la table terminale du cod. 176. était vraisemblablement prise à la Vie même. On ne voit malheureusement pas le moyen d’élucider formellement si elle y venait au début ou à la fin. L’emplacement où elle figure dans le codex suggère plutôt de retenir la seconde hypothèse.

39On a montré également que Photios n’a pas suivi servilement les indications de sa source. Ainsi les notes qu’il lui a empruntées sur les vicissitudes qu’a connues l’existence de l’historien (p. 173, 1. 19 - p. 174, 1. 30) s’interrompent pour céder la place à une série d’extraits du préambule (p. 174, 1. 30 - p. 175, 1. 14) assortis de commentaires personnels (p. 175, II. 14-22). Le recenseur revient alors au Bios, dont il suit l’ordonnance :

son maître

II. p. 175, ll. 23-24

son contemporain (Éphore)

p. 175, ll.27-30

ses écrits, formes et principes

p. 175, l. 36-p. 176, l. 5 ; p. 176, ll. 9-15

40Chaque fois, il a comparé les informations qu’il a recueillies avec ses constatations personnelles ; les déductions qu’il tire en matière d’histoire littéraire sont extrêmement prudentes. On ne doit pas se dissimuler cependant que tout n’est pas clair dans la notice. On aimerait savoir, par exemple, pourquoi les événements de la carrière de Théopompe figurent non pas à la fin du chapitre, selon les indications de la table des matières, mais au contraire au début. Les notes sommaires sur l’éducation (2), le genre de vie (6) et l’acmé (8) sont purement et simplement prises à Théopompe et sont rappelées dans la table finale. En somme, on échappe difficilement à l’impression que Photios a utilisé le Bios comme un canevas qu’il a nourri des éléments tirés de ses lectures et de ses constatations personnelles. Pareillement, la table des matières a été reproduite d’après la source, mais complétée après coup à la hâte. Que l’ensemble du travail de Photios soit le fruit d’un travail rapide est manifeste d’ailleurs, quand on considère la présentation légèrement disparate de certains points. Ainsi, Théopompe n’avoue pas avoir suivi l’enseignement d’Isocrate (p. 174, ll. 30-34) dont fait état la biographie (p. 175, ll. 23-24). Photios n’a pas relevé non plus l’ironie avec laquelle Théopompe parle d’Isocrate en montrant en lui un maître de rhétorique stipendié.

  • 51 Tous les renseignements offerts par HANSLIK, dans son article Menophanes (2) de R. E., XV, 1 (1931) (...)
  • 52 II, p. 172, II. 6-14 : Άνεγνώσϑη Θεοπόμπου λόγοι ἱστοϱιϰοί. N’δὲ ϰαὶ γ’εἰσὶν οἱ σῳζόμενοι αὐτοῦ τῶν (...)

41À première vue, le texte de Photios incite à donner pour auteur de la biographie un certain Ménophane. À supposer que le fait soit avéré, ce ne serait là qu’une maigre précision51, car nous ne connaissons du personnage que ce que veut nous en dire le présent codex, dont il faut relire les premières lignes avant de conclure52 :

Lu de Théopompe des ouvrages historiques. Ceux de ses livres historiques qui sont conservés sont au nombre de 53. Certains des anciens ont dit aussi que le sixième, le septième, le neuvième, le vingtième, et le trentième ont disparu. Mais ces livres, nous ne les avons pas vus non plus ; or, un certain Ménophane affirme dans des développements relatifs à Théopompe (il est un écrivain ancien et qu’il ne faut pas prendre à la légère) que le douzième (livre) a également disparu avec les autres ; et pourtant, nous, nous l’avons lu avec les autres.

  • 53 II, p. 172, II. 14-17 et p. 173, II. 17-18 : Καὶ πεϱιέχει ὁ δωδέϰατος λόγος · πεϱί τε Παϰώϱιος τοῦ (...)

42La composition de la suite du codex est, pour une bonne part, dictée par la nécessité d’administrer la preuve que sont bien réelles les lectures dont se prévaut Photios. Avant d’utiliser, avec la sagacité prudente que l’on connaît, la Vie de Théopompe, le savant byzantin réplique à son prédécesseur53 :

Et le douzième livre contient : Sur Pacoris, le roi des Égyptiens, comment il traita avec les barbares et travaillait en faveur d’Évagoras de Chypre, en tant qu’adversaire du Perse (...) Tel est donc le contenu du douzième livre, disparu aux yeux de Ménophane.

  • 54 Ce sont respectivement les codices 262 et 265. Je reviendrai ailleurs sur ces questions.
  • 55 On ne sait rien du texte aminci dont on est redevable à Philippe V. On l’a vu, la Vie insiste sur l (...)

43Photios fait comprendre d’entrée de jeu que, pour l’essentiel, sa technique reposera sur une comparaison entre l’aspect ou le contenu du manuscrit qu’il avait sous les yeux et la source des renseignements dont il disposait. Par conséquent, il n’y a pas à chercher la provenance des remarques qu’il attribue à « certains des anciens » ou à Ménophane ailleurs que dans ce dernier document. Devait y figurer aussi une parenthèse sur la valeur de ce critique. La conclusion n’a rien d’étonnant. Très complet, le Bios renfermait d’autres informations sur les avatars du texte de Théopompe, sans compter un choix de critiques sur l’art de l’historien. On peut trouver ailleurs dans la Bibliothèque des biographies taillées sur le même patron : ainsi, celles des orateurs Lysias et Démosthène54. Même si tout indice fait défaut dans le cod. 176, le recours systématique à la comparaison des textes suggère que la Vita faisait partie intégrante du manuscrit des Philippica que Photios eut la chance d’exhumer.55.

C 2. Agatharchide (cod. 213)

44Le codex 213 que Photios consacre à Agatharchide de Cnide offre un certain nombre de particularités qu’il faut souligner d’entrée de jeu. Contrairement à la plupart des chapitres où sont étudiés des historiens, on n’y distingue que trois parties ; la description de l’ouvrage, une notice bio-bibliographique et une critique de style, une des plus longues de la Bibliothèque.

  • 56 Cod. 213, III, p. 124, II. 27-29 et p. 124, I. 12 - p. 125, I. 17 : "Εστι δέ, ἐξ ὧν τòν ἄνδϱα τοὺς (...)

451. La dernière est des plus enthousiastes. Photios gratifie Agatharchide de qualités exceptionnelles. On va pouvoir en juger par quelques morceaux significatifs56 :

Cet auteur a, d’après les traits que nous avons pu constater à la lecture de ses ouvrages, le style magnifique et sentencieux (...) Et il est l’émule de Thucydide dans les harangues, tant par l’ampleur que par la disposition, et, sans être son second pour la grandeur du style, il surpasse cet écrivain en clarté. Tel est en effet cet auteur qui tient la gloire de son métier de grammairien, et si même le suffrage peu lucide (de la postérité) ne lui a pas accordé le renom d’un rhéteur, il me paraît à moi néanmoins qu’il ne fait figure de second ni parmi les grammairiens ni parmi les rhéteurs, par ce qu’il écrit et enseigne.

46Il n’y a pas à douter que le jugement de Photios repose bien sur un contact personnel avec l’œuvre. Les réflexions qui terminent le codex font référence à l’opposition traditionnelle entre professeurs des enseignements du second et du troisième degré, au moins dans le jargon contemporain. Or, c’est la modeste qualification professionnelle d’Agatharchide qui fait se rebéquer Photios contre les aléas du sort et l’arbitraire des jugements littéraires. On chercherait en vain ailleurs dans la Bibliothèque d’autres exemples de réflexions analogues inspirées par des sentiments identiques. Il sera important pour la suite de voir contre qui polémique Photios et quelle œuvre a suscité une admiration aussi vive.

  • 57 P. 123, 1. 6 : Άνεγνώσϑη Άγαϑαϱχίδου ἱστοϱιϰόν

472. La description de l’ouvrage ne nous aidera pas à trancher le dernier point57 :

Lu d’Agatharchide un ouvrage d’histoire.

48On ne peut rien rêver de plus vague.

  • 58 P. 123, II. 6-15 : ἔνιοι δὲ αὐτòν Άγάϑαρχον ὀνομάζουσι. Τούτῳ πατϱὶς μὲν ἡ Κνίδος ἦν, ἡ δὲ τέχνη γϱ (...)

493. Heureusement, la suite est de nature à éclairer davantage, à condition de la regarder de près58 :

Mais quelques-uns le nomment Agatharchos. Il avait Cnide pour patrie ; l’art dont il faisait profession était celui de grammairien ; grâce aux services qu’(Agatharchide) lui rendit, Héraclide Lembos lui procura l’occasion de gagner de la notoriété en tant que secrétaire et lecteur. Il avait été aussi esclave dans la maison de Cinnéas. Nous avons appris que cet auteur avait écrit une Histoire d’Asie en 10 livres ; et son Histoire d’Europe en couvre jusqu’à 49 ; mais 5 livres de lui décrivent toute la Mer Rouge et les régions environnantes.

  • 59 On lui doit notamment un résumé de l’Histoire des Diadoques de Sotion d’Alexandrie (voir DIOGÈNE LA (...)
  • 60 Souda, H 462 s.v. Ήϱαϰλείδης-’Οξυϱυγχίτης (...) ὃς τὰς πϱòς Άντίοχον ἔϑετο συνϑήϰας.

50a) Si l’on s’en tient à la traduction de R. Henry, on a l’impression qu’une des sources de ces informations n’est autre que le second maître d’Agatharchide, Héraclide Lembos : « Il fut aussi scribe et lecteur : c’est Héraclide Lembos au service de qui il était, qui nous l’apprend. » Il est à peine besoin de souligner que γνωϱίζεσϑαι a été rendu comme si le texte avait porté γνῶναι. À dire vrai, Héraclide est relativement bien connu59 : contemporain de Ptolémée VI Philométor, au iie siècle aCn, il se fit un renom à la fois comme historien et compilateur. Rien pourtant de ce que l’on sait de son œuvre ne donne à supposer qu’il ait mis sa plume au service de celui qui fut son lecteur et son secrétaire. A priori, dans le chef d’un personnage que les circonstances amenèrent à jouer un rôle politique assez important, l’idée paraît peu vraisemblable. La Souda nous apprend60

qu’il conclut des traités avec Antiochos.

  • 61 FGH 68 Τ 2 Jacoby (Kommentar) ; Éd. WILL, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, 196 (...)
  • 62 La crise eut lieu vers 170 : voir Edw. BEVAN, Histoire des Lagides, Paris (trad. de E.J. Lévy et J. (...)

51Le pacte en question est probablement celui qui sanctionna le conflit durant lequel s’opposèrent Antiochos IV Épiphane (175-163 aCn) et Ptolémée VI (181-145)61 pendant les années 170-16962, et qui s’acheva par la mise sous tutelle de la monarchie lagide. Mais rien ne donne à supposer qu’Agatharchide ait été mêlé, de près ou de loin, au personnel diplomatique qui participa à ces manœuvres de chancellerie.

52b) On voudrait en connaître davantage sur l’autre maître d’Agatharchide, celui auquel Photios donne le nom de Cinnéas. S’agit-il du même dignitaire appelé Cinéas qui, aux côtés de Comanos, supplanta Eulaios et Lénaios comme ministre du futur Ptolémée VIII Evergète II (145-116), alors que Ptolémée VI Philométor avait fui Alexandrie et était prisonnier d’Antiochos ? Bien que la certitude soit hors d’atteinte, le fait n’est pas invraisemblable. Dans ce cas, Héraclide Lembos et Cinéas (Cinnéas) seraient sensiblement contemporains.

53c) Si on comprend bien le passage de Photios, la carrière d’Agatharchide serait passée par les trois étapes suivantes : esclave de Cin(n)éas, lecteur et secrétaire d’Héraclide puis professeur de littérature. La description, selon toute apparence, procède à reculons.

  • 63 III, p. 123, II. 15-19 : Τὴν οὖν εἰϱημένην ἅπασαν συγγϱαφὴν ϰαὶ αὐτòς ἐπὶ τέλει τοῦ ε’λόγου εἰς μνή (...)

54d) Faut-il chercher loin la source des informations de Photios ? Ce n’est pas sûr. On lit dans les lignes qui suivent63 :

Toute cette activité d’écrivain, il la remet en mémoire lui aussi à la fin de son livre V, où il affirme aussi avoir cessé d’écrire entre autres raisons parce que le nombre de ses années le faisait pencher vers le déclin de son âge.

  • 64 VII, p. 189, II. 3-13 = fr. 110 Müller : Τὰ μὲν οὖν ὑπὲϱ τῶν ἐϑνῶν τῶν ἐϰϰειμένων πϱòς μεσημβϱίαν, (...)

55Or, Photios a consacré à notre historien le cod. 250, où l’exactitude des précédentes allégations est facile à contrôler64 :

Nous avons donc relaté en cinq livres, avec autant de soin qu’il nous était possible, les faits qui touchent les peuples situés au sud ; quant aux îles découvertes plus tard, aux peuples se trouvant au-delà, aux aromates que porte le pays des Troglodytes, nous avons abandonné complètement le projet d’en faire l’exposé, après nous être excusés sur le fait que notre âge ne permet pas de supporter aussi aisément le travail, que nous avons mis par écrit quantité de données sur l’Europe et sur l’Asie, et que les sources, en raison des séditions survenues en Égypte, ne donnent pas une vision exacte des faits.

56La correspondance entre les deux passages est patente. De l’épilogue du traité étudié pour la rédaction du cod. 250, Photios ne pouvait déduire qu’une conséquence : Agatharchide était l’auteur d’une œuvre importante qui comportait au moins les Histoires d’Asie et d’Europe. Mais les précisions dont nous sommes redevables à l’historien lui-même n’autorisaient pas à conjecturer l’ampleur des deux traités. Je ne vois qu’une seule façon de concilier les données des textes : la référence de Photios vise évidemment l’épilogue du livre V Sur la Mer Rouge, qu’il a recopié ailleurs. Toutefois, les précisions sur la composition des autres ouvrages historiques n’en peuvent provenir. Photios a comparé ce qu’il avait appris par ailleurs avec les informations que lui offrait une introduction jointe au manuscrit dont il disposait.

  • 65 III, p. 123, n. 1. Il évoque le témoignage d’A. LESKY, GGL, p. 831 (référence modifiée) et de J. SC (...)
  • 66 86 F 1-22 Jacoby.
  • 67 C’est la question que posait F. JACOBY, 86 T 2 § 2 (Kommentar) avec beaucoup de pertinence : « Hat (...)

57d) La présente conclusion peut paraître gênante. Si l’on en croit R. Henry65, « l’ouvrage d’histoire dont il est question ici, c’est le vaste ensemble que constituaient l’Histoire d’Asie et l’Histoire de l’Europe réunies ». On voudrait être éclairé sur les fondements de cette identification. On peut à tout le moins juger surprenante la discrétion sur le contenu du traité que Photios pousse jusqu’au silence absolu. En plus, dans ce cas, la recension porterait sur un corpus énorme (cinquante-neuf livres au total) et le ton détaché qui y est adopté ne peut manquer d’étonner (« nous avons appris »). Ce n’est pas là normalement la manière d’un homme qui sort d’une lecture importante : on a vu plus haut l’enthousiasme que lui avait inspiré celle-ci. Des deux Histoires dont le titre est cité subsistent un certain nombre de fragments conservés notamment par Diodore, Josèphe et Athénée66. Ils attestent qu’elles devaient bien avoir l’ampleur indiquée dans la Bibliothèque. Le mutisme de Photios est de nature à faire douter qu’il ait bien eu ces volumineux traités entre les mains67. Dans ce cas, il reste à déterminer le sens exact de la locution vague « ouvrage historique ».

  • 68 86 F 20 b = A.J., XII, 5, repris ibid. a = Contre Apion, I, 205-212.
  • 69 Voir, par exemple, 86 F 3 = ATHÉNÉE. XII, 539 b-d, où il est question, dans un contexte anecdotique (...)
  • 70 C’est à peu près ce qu’écrivent Th. REINACH et L. BLUM, dans leur édition du Contre Apion de Flaviu (...)
  • 71 Les structures du Sur la Mer Rouge n’ont pas été jusqu’ici correctement étudiées. On n’a pas assez (...)

58e) Il faut probablement s’orienter vers une autre solution. Cet « ouvrage historique » n’a rien à voir avec les Histoires d’Asie et d’Europe, pas plus qu’avec l’Histoire des Diadoques mentionnée par Josèphe68. On peut supposer logiquement que, dans son Histoire d’Asie, Agatharchide avait réservé de longues pages aux rivalités qui dressèrent les Diadoques les uns contre les autres69. Rien n’oblige à croire que l’historien juif avait personnellement mis la main sur une Histoire des Diadoques inconnue par ailleurs70. Le traité en question pourrait bien n’avoir pour origine qu’un choix d’extraits significatifs roulant sur les troubles qui déchirèrent l’époque. À mon sens, le traité d’Agatharchide à propos duquel fut rédigé le cod. 213 n’est autre que celui qui, sous une autre forme, circulait sous le titre de Sur la Mer Rouge71.

  • 72 La signification exacte du nom de Lembos n’est pas sûre. On a proposé récemment une interprétation (...)
  • 73 III, p. 123, II. 19-27 : Πλήν γε εἰσὶν oἵ φασιν αὐτòν ϰαὶ ἑτέϱας συγγεγϱαφέναι πϱαγματείας ὧν ἡμεῖς (...)

59f) La suite du codex offre un catalogue d’autres productions littéraires d’Agatharchide. On reconnaît dans les titres la pratique de la compilation scolaire qu’Héraclide72 avait mise à l’honneur73.

À part cela, il en est qui affirment qu’il avait composé encore d’autres traités : nous n’en connaissons encore aucun. Ils disent qu’il a rédigé en un livre un résumé de ses écrits Sur la Mer Rouge, sans compter 5 livres sur les Troglodytes, mais aussi un résumé de la Lydé d’Antimaque et un résumé à nouveau des auteurs (qui ont traité) de la combinaison des vents merveilleux, et qu’il a compilé lui-même des extraits d’histoires et d’autres sur les rapports entre amis.

  • 74 R. HENRY, III, p. 123, n. 4 : « Il n’existe pas de trace de ces ouvrages. »
  • 75 C’était l’avis d’Ed. SCHWARTZ (o.l., col. 740) : « Ausserdem fand Photios (cod. 213) vermutlich in (...)

60La locution « il en est » (εἰσὶν oἵ) rappelle le « quelques-uns » (ἔνιοι) du début de la notice. Dans les deux cas, les expressions introduisent des nuances, ou plutôt des détails complémentaires. Les « épitomai » et autres collections de la même veine ont intégralement disparu74. Ces productions avaient d’autant moins d’avenir qu’elles étaient peutêtre partiellement le fruit de l’activité d’Agatharchide au service du diligent compilateur que fut Héraclide Lembos. Ainsi s’expliquerait qu’au terme de sa trajectoire littéraire personnelle, Agatharchide n’eût pas jugé bon de rappeler dans son bilan les œuvres d’une jeunesse besogneuse. Quoi qu’il en soit, l’ajout était d’une parfaite pertinence puisqu’il visait à parachever une présentation trop étroitement centrée sur le seul traité De la Mer Rouge75.

61g) Même si elle s’appuie sur de maigres indices, la présente conclusion permet cependant de rendre compte point par point de l’attitude de Photios à l’égard de l’« ouvrage historique ».

  • 76 À propos de l’allusion au livre V, R. HENRY (III, p. 123, n. 3) écrit : « Cette phrase signifie ou (...)

621. L’imprécision du titre. Photios n’a pas éprouvé le besoin de le répéter parce qu’il avait les notes qui forment le corps du cod. 250 sous les yeux au moment où il rédigeait l’analyse du cod. 213. Au moins, c’est ce que donne à penser la référence très précise à la fin du livre V76.

632. Les indications sur la carrière d’Agatharchide faisaient partie de l’introduction du manuscrit. Photios avait appris par ailleurs l’existence des grands traités antérieurs de l’historien, mais il doit à la Vita d’en connaître l’ampleur exacte. La locution « nous avons appris » fait écho à « il la remet en mémoire ». C’est pourquoi la précision « en dix livres » est détachée dans le texte grec : elle y forme une parenthèse. Pour la description de l’Histoire d’Europe et des livres sur la Mer Rouge, Photios a changé de style parce qu’il s’est contenté, sans référence personnelle, d’adapter les indications de la Vie. Jointe au troisième traité, elle était forcément un peu plus explicite sur le contenu du livre. On ne voit donc pas pourquoi la recension se fût étendue plus longuement sur un traité dont il avait été question au long de force pages.

643. La locution « nous n’en connaissons encore aucun » répond à « nous avons appris ». On vient de voir pourquoi Agatharchide n’avait pipé mot de ces derniers ouvrages.

654. Si l’on comprend bien la notice, le commentateur a adopté un ordre inverse pour retracer la carrière de l’historien. Aussi les ouvrages les moins remarquables ont-ils été relégués tout à la fin du développement. Ordre éminemment logique d’ailleurs. J’ai montré le zèle avec lequel Photios avait regimbé contre les décrets de la postérité en matière de littérature.

665. Photios a attendu de pouvoir mettre la main sur un exemplaire complet du traité d’Agatharchide avant de prononcer un jugement stylistique très circonstancié. Ainsi s’expliquent les longues lignes du cod. 213 qu’il a consacrées à cette partie de l’analyse et l’absence de tout développement de même nature dans le cod. 250.

C 3. Denys d’Halicarnasse (codd. 83-84)

  • 77 Souda Δ 1174 s.v. Διονύσιος’Αλεξάνδρου ‘ Αλικαρνασσεύς, ρήτωρ ϰαὶ παντοίως λόγιος, γέγονε δὲ ἐπὶ Κα (...)

67Il y a peu à tirer de l’article « Denys » de la Souda77, prétendument emprunté à l’« Épitomé » d’Hésychios :

  • 78 Cet Alexandre n’est pas connu par ailleurs : Germaine AUJAC, dans son édition des Opuscules rhétori (...)

Denys, fils d’Alexandre78, d’Halicarnasse, rhéteur et lettré dans tous les domaines ; il vécut sous César Auguste ; ancêtre de l’Atticiste qui vécut sous Adrien.

  • 79 R. HENRY, I, p. 191, n. 1.

68Comme l’avait bien vu R. Henry79, les indications de Photios au cod. 83 proviennent du texte même de l’Histoire Romaine. Pour se convaincre de l’habileté du savant byzantin à pratiquer la paraphrase, il suffira de mettre en colonnes les textes parallèles :

  • 80 I, p. 190, 1. 2 - p. 191, 1. 10 :’Ήϰμασε δὲ οὗτος ἐπὶ τῶν Αὐγούστου χρόνων ϰαταπλεύσας εἰς Ἰταλίαν (...)
  • 81 DENYS D’HALICARNASSE, Histoire romaine, I, 7, 2 : Ἐγὼ ϰαταπλεύσας εἰς Ἰταλίαν ἅμα τῷ ϰαταλυϑῆναι τò (...)

PHOTOS80

DENYS81

Cet homme atteignit le sommet de sa carrière quand, au temps d’Auguste, il débarqua en Italie, au moment où s’apaisa la guerre civile à laquelle se livraient Antoine et Auguste lui-même ;

Pour moi, depuis mon débarquement en Italie, au moment où s’apaisa la guerre civile, au milieu de la cent quatre-vingt-septième olympiade,

à la faveur d’un séjour, comme il le dit. de vingt-deux ans,

à la faveur d’un séjour de vingt-deux ans que j’ai fait à Rome durant la période qui suivit jusqu’au moment présent,

grâce à une parfaite pratique de la langue des Romains,

après avoir appris à fond la langue romaine,

après avoir appris à fond leurs antiquités, et réuni, en se préparant, toute la documentation qui fournit la trame du récit, il commence ainsi son travail.

et pris connaissance des écrits topiques, j’ai travaillé sans cesse, pendant tout ce temps, les faits qui formaient la trame de ce sujet.

  • 82 A. LESKY, GGL, p. 886 ; G. AUJAC, o.l., p. 12 ; G.M.A. GRUBE, The Greek and Roman Critics, Londres, (...)
  • 83 Histoire romaine, I, 7, 3 : Καὶ τὰ μὲν παρὰ τῶν λογιωτάτων ἀνδρῶν, οἷς εἰς ὁμιλίαν ἦλϑον, διδαχῇ πα (...)

69Les notes de Photios n’appellent guère que des observations de portée assez limitée. Les spécialistes situent l’arrivée de Denys en Italie vers 30 aCn, conformément aux indications approximatives du texte tant de la préface à l’Histoire Romaine que de la Bibliothèque82. La rareté des renseignements disponibles sur Denys ne permet pas de vérifier les données sur son acmé, car nous ne connaissons ses dates ni de naissance ni de mort. Pour aider le lecteur, Photios a jugé bon d’ajouter le nom du second des protagonistes de la guerre civile, absent du texte original. L’omission de la date, indiquée en olympiades chez Denys, a permis d’esquiver tout reproche de pédanterie. On le sait, l’horreur des précisions techniques en matière de chronologie caractérise le goût et les exigences des Byzantins vis-à-vis de l’histoire, car le genre relevait d’abord de la rhétorique. Quant aux ajouts sur la documentation, greffés sur la fin du morceau pris à Denys, ils proviennent tous de la suite du préambule. Il suffira, pour le prouver, d’en relire les lignes suivantes83 :

Et les uns, je les tiens (sc. les renseignements) de l’enseignement prodigué par les hommes fort diserts avec lesquels je suis entré en relation, les autres, je les ai recueillis d’après les récits historiques qu’ont composés, entre autres prédécesseurs romains dont on fait l’éloge, Porcius Caton, Fabius Maximus, Valerius (...), et en outre quantité d’autres hommes qui ne sont point obscurs ; sur la base de ces travaux (ils sont semblables aux chronographies grecques), j’ai alors entrepris la rédaction (de mon texte).

  • 84 I, p. 190, 11. 40-2 : Διέρχεται δέ καί αὐτòν ἐκεῖνον, καί τελευτᾷ εῖς τὴν ρ’και κη’ὀλυμπιάδα, ἔτους (...)

70Malgré l’emploi constant qu’il a fait du préambule de Denys, on doit tenir pour assuré que Photios a mené sa lecture consciencieusement jusqu’au bout de l’œuvre. La référence à la fin de l’Histoire Romaine, où il était question de la guerre entre Pyrrhos d’Épire et Rome, n’apparaît pas dans la préface qui ouvre le livre I. Or, on peut lire dans la Bibliothèque84 :

Il parcourt jusqu’au bout le règne même de celui-ci (sc. Pyrrhos), et il termine au commencement de la troisième année de la 128e olympiade : c’est à partir de là, dit-il aussi, que Polybe de Mégalopolis a jeté les prémisses de son histoire.

  • 85 De YHistoire romaine qui renfermait au total vingt livres, seuls les dix premiers sont intégralemen (...)
  • 86 P. PÉDECH, dans son édition des Histoires de Polybe, livre 1, Paris, 1969, p. XV ; Alb. LESKY, GGL.(...)
  • 87 Éd. WILL (Histoire politique du monde hellénistique, I, Nancy, 1966, pp. 111-112) où est décrite la (...)

71Le passage correspondant est perdu85. Le dernier fait relaté date de 264 aCn. Or, on le sait, l’Histoire de Polybe décrit dans les livres I-II les événements qui se déroulèrent entre 264 et 22086. Pour la succession chronologique des œuvres de Denys et de Polybe, le raccord indiqué par Photios est impeccable. C’est certainement moins le cas pour les données relatives à Pyrrhos d’Épire : il fut tué à l’automne de 272 en faisant le siècle d’Argos87. Apparemment, Photios a seulement noté les derniers épisodes marquants de l’Histoire Romaine.

  • 88 Alb. LESKY, GGL. p. 830 et n. 3. Pour les fragments de Posidonios, voir 87 F Jacoby ; pour les Mémo (...)
  • 89 SCHMID-STÄHLIN, GGL. IL I. p. 393, bien qu’ils offrent une importante énumération de titres et d’œu (...)

72Comme on sait, l’Histoire de Polybe fit école dans l’Antiquité. Posidonios avouait, dans le titre d’une de ses œuvres, avoir pris la plume pour compléter l’œuvre de Polybe. Ainsi faisait également Strabon88. Aucun moderne ne paraît s’être aperçu que Denys d’Halicarnasse s’était assigné un objectif semblab1e89.

  • 90 Cod. 84, II, p. 8, 1. 22 - p. 9, I. 35.
  • 91 II, p. 8, II. 23-32. En longueur, elle vaut celle du cod. 83 (I, p. 191, II. 10-20).
  • 92 II, p. 8, 1. 32 - p. 9, 1. 35 : Δῆλον σ’ὡς οὗτος ὁ συγγραφεὺς Δίωνός τε τοῦ Κοκκίου καὶ Ἀππιανοῦ το (...)

73Denys avait composé lui-même un résumé de sa grande Histoire Romaine : de cette œuvrette, il ne subsiste rien excepté le compte rendu qui fait l’objet du cod. 8490. Hormis pour les spécialistes dans le domaine de l’histoire de la critique littéraire91, la substance de ce chapitre est d’une pauvreté désespérante. La partie la plus intéressante est sans conteste la sèche notice biographique qui la termine92 :

Il est évident que cet historien se situe, dans le temps, à une époque plus ancienne que Dion Cassius et Appien d’Alexandrie qui ont composé des Histoires Romaines.

  • 93 I, p. 104, I. 41 - p. 105, 1. 33.
  • 94 I, p. 46, 1. 21 - p. 50, I. 21.

74Que les historiens de la littérature ne cherchent pas ici un renseignement neuf. Photios a lu aussi bien Dion Cassius qu’Appien : l’un a fait l’objet du cod. 7193, l’autre, celui du cod. 5794. Dans les deux cas, Photios avait été en mesure d’utiliser au mieux, à des fins d’histoire littéraire, les données qu’il avait trouvées dans les œuvres respectives. On vient de lire, à propos du cod. 83, que notre savant lecteur avait élevé la paraphrase au niveau de l’art. La préface de la grande Histoire Romaine avait permis des conclusions nettement plus intéressantes que l’Épitomé issu de la même plume.

  • 95 Cod. 13, 1. p. 11, 11. 8-9.
  • 96 C’est ce que supposait G. WENTZEL (o.l., p. 42). La conclusion correcte figure dans W.T. TREADGOLD (...)

75Faut-il fustiger la notice du cod. 84 d’un sévère : quandoque bonus dormitat Photius ? C’est ce que je ne puis croire. L’ordre de succession dans le temps des trois historiens était, aux yeux de Photios, une évidence aveuglante. À quoi bon dans ce cas en encombrer la BiBibliothèque ? Je ne vois qu’une explication plausible. Si Photios s’y est résigné, c’est par scrupule de « scholar » attentif et minutieux. Les mots « cet historien... Romaine » figuraient, au moins, pour la substance, à la fin du manuscrit dont l’analyse forme la trame du cod. 84. À propos d’Eusèbe de Césarée, on constate le recours à un procédé identique95. On peut supposer que le scribe chargé de reproduire la synopsis de l’Histoire Romaine avait quelque teinture de connaissance littéraire : c’est elle qui a produit les noms de Dion et d’Appien. Était-il plus familiarisé avec la grande œuvre historique de Denys : c’est possible, mais rien ne permet de le garantir. Dans le chef de Photios, la locution « Il est évident que... » trahit une déception : celle de n’avoir pu en apprendre davantage. Manifestement, Photios n’a pas consulté l’«Épi-tométomé d’Hésychios » pour compléter ses chapitres sur Denys d’Halicarnasse96.

C 4. Nicolas de Damas (cod. 189)

  • 97 R. HENRY, III, p. 234 (n. complémentaire à la p. 49).
  • 98 Ibid., p. 49, n. 2.

76Le cod. 189 recense un recueil de mirabilia de trois écrivains, Sotion, un contemporain de Tibère97, Acestoridès, qui est mal connu, et Nicolas de Damas, du ier siècle aCn98 :

  • 99 III, p. 49, 11. 28-29 : Ἁνεγνώσϑη Σωτίωνος τῶν σποϱάδην πεϱὶ ποταμῶν ϰαὶ ϰϱηνών ϰαὶ λιμνῶν παϱαδοξο (...)
  • 100 Ρ. 49, 11. 35-37 : Ἐν ταὐτῷ δὲ συνανέγνων ϰαί Νιϰολάου λόγον Ἡϱώδῃ τῷ’Ἰουδαίων βασιλεῖ πϱοσπεφωνημέ (...)
  • 101 Ρ. 50, 11. 15-16 :’Εν ταὐτῷ δὲ τεύχει συνανεγνώσϑη ἐν λόγοις δ’Ἀϰεστοϱίδου τῶν ϰατὰ πόλιν μυϑιϰῶν.

a99 Lu de Sotion Sur les propos paradoxaux émis en divers endroits à propos des fleuves, des sources et des lacs.
b100. Dans le même (volume), j’ai lu également un autre récit de Nicolas, dédié à Hérode, le roi des Juifs : on y trouve un recueil de coutumes paradoxales.
c101. Dans le même volume, lu aussi en 4 livres, d’Acestoridès, des Fables de la ville.

  • 102 Ρ. 50,11. 8-14 = 90 Τ 13 Jacoby :’Ὁ ἐϰ Δαμασϰοῦ δ’έστίν οὗτος, οἶμαι, Νιϰόλαος, ὁ ἐπὶ τῶν Αὐγούστου (...)

77Un coup d’œil sur le chapitre suffit à montrer que Photios a, dans les trois cas, utilisé la même technique d’analyse. Un détail ressort pourtant : Nicolas est le seul qui ait fait l’objet d’une note bio-bibliographique à forte teinte anecdotique102 :

Cet écrivain de Damas est, je pense, le Nicolas qui atteignit le sommet de sa carrière au temps d’Auguste, lequel le gratifia du titre d’« ami » ; c’est aussi depuis lors qu’une espèce de gâteau plat qu’il avait fait parvenir à César, reçut de ce dernier, en hommage à l’auteur de la politesse, l’appellation de « nicolas ». Cet auteur a laissé aussi une copieuse Histoire d’Assyrie, d’après les informations d’un vieux mémoire de lectures que nous possédons.

  • 103 Ο.l., ρ. 54.
  • 104 Ο.l, ρ. 56.

78Si l’on en croit G. Wentzel103, les indications de Photios recouvriraient très exactement celles de la Souda. W.T. Treadgold104 a repris à son tour la même antienne. Avant de risquer pareille conclusion, il eût importé de définir au préalable la nature de la source de la Bibliothèque et les relations de Photios avec elle.

  • 105 Souda N 393 s.v. Νικόλαος = 90 T 1 Jacoby : Δαμασϰηνός, γνώϱιμος Ἡϱώδου τοῦ τῶν’Ιουδαίων βασιλέως ϰ (...)

79D’abord, on chercherait en vain dans la Souda un article consacré à Sotion et à Acestoridès. On a donc quelque raison de supposer qu’Hésychios n’avait pas étudié les deux écrivains. D’autre part, on doit souligner qu’au début de sa notice, Photios ne fait pas état d’un recours à un document précis, mais d’une réminiscence fort vague (« je crois »). Dans la Souda, on peut lire105 :

Nicolas de Damas, connaissance d’Hérode, le roi des Juifs, et d’Auguste César, philosophe péripatéticien et platonicien. Il écrivit une Histoire universelle en 80 livres et un Guide pour la vie en César. Ce dernier se l’était attaché au point que, les gâteaux plats (ou de miel) qu’il lui avait envoyés, César les appelait des « nicolas », et le nom subsiste de nos jours encore. Il écrivit aussi un Sur sa vie personnelle et sur sa propre conduite.

80La comparaison est assez éloquente. Si l’on tient à l’hypothèse d’un emprunt, force est de convenir qu’il n’a été que très partiel. Le rappel d’Hérode était inutile : la dédicace du recueil suffisait à attester les relations de Nicolas avec le prince. De toute façon, seule l’historiette gastronomique a passé dans la Bibliothèque.

  • 106 ATHÉNÉE, XIV, 652 a, signalé par J. HUBAUX-M. LEROY (o.l., p. 108, n. 5) : Πεϱὶ δὲ τῶν νιϰολάων ϰαλ (...)

81Les traits du genre ont fait florès à l’époque romaine. On lit chez Athénée106 :

Sur les dattes appelées « nicolas », que l’on débarquait de Syrie, j’ai tout juste le moyen de vous dire qu’elles ont mérité le surnom donné par l’empereur Auguste du fait qu’il avait un goût extrême pour cet aliment : Nicolas de Damas, son compagnon, lui en faisait envoyer continuellement.

  • 107 PLUTARQUE, Propos de table, VIII, 4 (Moralia, 723 D) :’Ο γούν βασιλεύς, ὥς φασι,ν, ἀγαπήσας διαφεϱό (...)

82On peut en lire une variante légèrement aberrante chez Plutarque107 :

Ce qui est sûr, c’est que l’empereur, pour l’affection extraordinaire, comme on le dit, qu’il vouait au philosophe péripatéticien Nicolas, un homme doux de caractère, à la taille svelte et élancée, au visage couvert des pustules d’une couperose rubiconde, appelait « nicolas » les plus grosses et les plus belles des dattes du palmier ; tel est, aujourd’hui encore, le nom qu’elles portent.

  • 108 Je suis ici la brillante interprétation de J. HUBAUX-M. LEROY (o.l., pp. 108-110).
  • 109 Pour la citation, voir J. HUBAUX-M. LEROY, o.l, p. 110. Plutôt qu’à une réminiscence biblique, on p (...)

83Le quatrième témoin paraît bien refléter le mieux la tradition originale. D’après les naturalistes anciens, les dattes de première qualité avaient reçu en effet le nom de « nicolas » ; le mot désignait donc aussi bien l’arbre que son fruit, en l’occurrence, la caryote de la palmeraie de Jéricho108. Jean Hubaux et Maxime Leroy ont prouvé que, pour une bonne part, la physionomie que Plutarque prête à Nicolas devait ses traits au fruit dont il s’était fait l’ambassadeur près la cour d’Auguste109 : « Ce Nicolas était grand et svelte comme un palmier ; au demeurant, il était un homme aux mœurs douces, un de ceux dont les prophètes de son propre pays avaient dit qu’ils seraient florissants comme un palmier. « L’exégèse invite à poursuivre dans le même sens : juché au sommet d’un corps long et souple, le visage couperosé de l’historien-philosophe symbolise le régime du dattier. Ainsi s’expliquerait parfaitement l’assimilation du fruit à Nicolas, dont l’apparition rappelait de succulentes agapes.

  • 110 J. ANDRÉ (L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 84) se contente de donner une descri (...)

84Autre chose est de montrer par quel intermédiaire le fruit est devenu un gâteau par la suite. Peut-on risquer, sur les pas de la Souda (= Hésychios ?), un pied dans la cuisine de l’époque ? On a vu que le mot πλαϰοῦς gâteau (plat) est coordonné à μελιτοῦττα (gâteau) au miel. Sur le plan gastronomique devait exister un lien entre les denrées : la douceur, c’est-à-dire la richesse en glucides. Succédané plus raffiné du miel, le sucre de la datte a été employé comme condiment110. Par extension, le « nicolas » a pris l’aspect d’une pâtisserie à forme plate : on conçoit que, travaillant de mémoire, Photios n’ait retenu qu’un des deux termes du document qui passe pour être sa source.

  • 111 F. JACOBY, FGH 90 (Kommentar, p. 229).

85Les indications chronologiques de Photios n’ont qu’une précision apparente. Né vers 64 aCn111, Nicolas avait presque quarante ans à l’époque où Auguste était devenu le maître de Rome. Rien de pareil ne figure dans la Souda : dans la Bibliothèque, la date ne paraît pas indépendante de l’anecdote qui en est le support.

  • 112 On peut les lire dans 90 F 1-102 Jacoby.
  • 113 F. JACOBY, FHG 90 (Kommentar, p. 231).

86On ne connaît pas l’Histoire d’Assyrie de Nicolas de Damas. On se rappelle que l’Histoire universelle comportait cent quarante-quatre livres. Qu’une œuvre aussi étendue ne nous soit parvenue que sous forme de fragments n’étonnera personne112 Il est même douteux quelle ait connu une vaste diffusion : Athénée et Josèphe par exemple n’en citent que les livres CXVI-CXXIV, mais le second avait encore, paraît-il, la possibilité de consulter l’ouvrage dans son intégralité. Les citations accidentelles de Strabon, des scholies homériques et de Socrate ne portent que sur les premiers livres, tandis que Stéphane de Byzance faisait état seulement des livres IV et V113. À juste titre, cette masse de textes pouvait décourager un lecteur, même intrépide.

  • 114 Sauf probablement au cod. 167 (II, p. 156, 1. 11), où un Nicolas est donné comme philosophe. Mais l (...)

87Quoi qu’il en soit, la Souda ne semble pas avoir connu cette mystérieuse Histoire d’Assyrie. Sans doute n’y a-t-il pas lieu non plus de créditer Photios d’un contact personnel avec l’œuvre de Nicolas par l’intermédiaire d’un autre livre que celui qu’il a recensé ici : l’historien n’apparaît pas ailleurs dans l’ensemble de la Bibliothèque114.

88Les traductions du passage du codex en langue vernaculaire sont passablement ambiguës :

  • 115 III, p. 50 ad. 1.
  • 116 W.T. TREADGOLD, o.l.. pp. 63-64.

R. Henry115 : « Cet auteur a laissé également, si mes souvenirs d’anciennes lectures sont bons, une volumineuse Histoire d’Assyrie. »
W.T. Treadgold116 : « This man also left a History of Assyria in a large book, as far as we can remember reading long ago. »

  • 117 Par exemple, SOPHOCLE, OEdipe Roi, 1246 ; OEdipe à Colone, 509.

89Il faut sans doute écarter l’idée que Photios ait pu avoir en mains ce livre si rare que personne d’autre ne l’a cité. Du reste, si tel avait été le cas, sans doute ne se fût-il pas entouré de réserves aussi nettes. Les deux traductions que j’ai citées reposent d’ailleurs sur une interprétation du texte où l’adjectif « ancien » portant sur « mémoire » est explicitement rattaché à « lectures ». En outre, le verbe « nous possédons » est indûment mis sous le boisseau parce qu’il est gênant. Enfin, un processus mental aussi courant que la réminiscence se fût, d’après une telle analyse, exprimé par une tournure étrangement alambiquée, que l’on retrouve avant tout chez les poètes, chez lesquels d’ailleurs le vocable « mémoire » n’est jamais accompagné d’un adjectif117.

90On doit, à mon sens, relire le passage au ras des mots : Photios avait en mains ou possédait un carnet de lectures qui mentionnait Nicolas et l’Histoire d’Assyrie. Rien n’oblige à supposer qu’à un titre ou à un autre, il avait pris quelque part à la rédaction de cet aide-mémoire. Peut-être l’ouvrage de Nicolas n’était-il qu’un choix d’extraits portant sur l’Assyrie, prélevé dans le grand ensemble que formait l’Histoire universelle ou l’une ou l’autre partie reproduite sous un titre partiel. Mais plus rien n’en existait à l’époque de Photios.

91Une anecdote s’imprime aisément dans le cerveau. Si Photios avait pu disposer de l’« Épitomé » d’Hésychios dont serait tributaire l’historiette sur les « nicolas », on peut juger singulier qu’il ne rappelle en rien l’importante œuvre historique de Nicolas : les récits d’une ampleur comparable à l’Histoire universelle ne furent jamais légion. Le mémoire qui faisait référence à l’Histoire d’Assyrie n’avait certainement rien de commun avec la production de l’encyclopédiste du VIe siècle ou un de ses dérivés. Les lacunes de nos connaissances dans la tradition des textes dissuadent de tenter d’assigner un nom à son auteur ou une date à sa rédaction. Les recueils du même genre que les Mémoires historiques mêlés de Pamphila (cod. 175) peuvent aussi bien avoir transcrit des informations de l’espèce. En tout état de cause, si l’aspect de la notice du cod. 189 empêche d’y voir un vestige de l’enseignement d’Hésychios, ce serait risqué d’essayer d’en savoir davantage.

C 5. Arrien (cod. 58)

  • 118 Ce sont les codd. 58 (I, p. 51, 1. 23 - p. 52, 1. 23) ; 91 (II, p. 16, 1. 23 - p. 20, 1. 41) ; 92 ( (...)

92Photios a réservé à Arrien une série de quatre chapitres118. Dans le premier, outre la notice biographique, une sorte de catalogue bibliographique et la critique littéraire forment les nœuds du codex. Tels sont les éléments qu’il faut analyser en détail l’un après l’autre.

1. Le catalogue

  • 119 1. p. 51, 11. 23-28 : Ἀνεγνώσϑη Ἀϱϱιανοῦ Παϱϑιϰὰ ἐν βιβλίοις ιζ’. Οὗτος δε συντάττει πάντων ἄμεινον (...)

93Le catalogue suit immédiatement la description habituelle qui forme l’en-tête de chacun des codices119 :

Lu d’Arrien (Histoire) des Parthes en 17 livres. C’est lui qui compose aussi une (1) Histoire d’Alexandre de Macédoine, supérieure aux autres, et encore un autre traité sur les Antiquités de Bithynie, d’où il était originaire, en intitulant son livre (2) Histoire de Bithynie, il narre aussi les faits et gestes des Alains sous le titre de (3) Histoire des Alains.

94À première vue, Photios offre ici un relevé partiel des ouvrages d’Arrien qu’il analysera dans la suite :

(1)

cod. 91

Histoire des faits postérieurs à Alexandre

cod. 92

(2)

cod. 93

(3)

 ?

95En fait, le présent schéma donne à supposer qu’au moment d’écrire ces lignes, Photios n’avait pas encore pris connaissance de (1) et de (2). On s’expliquerait mal autrement l’absence du traité recensé au cod. 92 dans la liste et du codex consacré à (3) dans le restant de la Bibliothèque. Reste à voir où Photios a trouvé ses informations.

  • 120 O.l., p. 61, qui n’éprouve cependant pas le besoin d’étayer ses conclusions.

96La locution « supérieure aux autres » ne résulte sûrement pas d’une comparaison avec un ouvrage analogue à (1) recensé précédemment, car il ne s’en trouve point. Le premier à venir par la suite est précisément (1). L’emploi du présent de l’indicatif présent, d’autre part, s’accorde mal avec la forme que prennent d’ordinaire les notes empruntées à une source bibliographique. Tels sont les arguments qui me font admettre la conclusion de W.T. Treadgold120 : « ... his source for the beginning of the codex, which has no parallel in the Suda, was probably the preface of Arrians’s lost Parthica (...). »

  • 121 Respectivement p. 51, 11. 34-5 ; 11. 5-7 et p. 51, 1. 7 - p. 52, 1. 10.
  • 122 P. 51, 11. 28-34.

97Du contenu de l’ouvrage, le chapitre ne propose qu’un aperçu extrêmement sommaire, sous forme de rappel d’épisodes privilégiés : la conquête de l’indépendance parthe aux temps d’Antiochos, les origines de l’émigration du peuple parthe, enfin la soumission de celui-ci à Rome sous le règne de Trajan121. L’ensemble est précédé d’une sorte de table des points qui vont être mis en exergue au cours de l’analyse122.

2. La notice

98La Souda aurait emprunté à l’« Épitomé » d’Hésychios une intéressante notice sur l’historien. Il vaut la peine de la comparer à celle de Photios.

  • 123 I, p. 52, 11. 11-20 : Οὗτος ὁ Ἀϱϱιανòς φιλόσοφος μὲν ἦν τὴν ἐπιστήμην, εἷς τῶν ὁμιλητῶν Ἐπιϰτήτου, (...)
  • 124 Souda, A 3868 s.v. Ἀϱϱιανός Νιϰομηδεύς, φιλόσοφος Ἐπιϰτήτειος, ἐπιϰληϑεὶς Νέος Ξενοφών.5 Ην δὲ ἐν Ῥ (...)

PHOTIOS = 156 T 2123

HÉSYCHIOS ( ?) = 156 T 1124

Cet Arrien, un des familiers d’Épictète, avait la science d’un philosophe
et, aux temps d’Adrien, d’Antonin le Pieux et de Marc, fils d’Antonin, il connaissait la célébrité. On le nommait « le nouveau Xénophon ».

Arrien de Nicomédie, philosophe (de l’école) d’Épictète,
que l’on surnomme « le nouveau Xénophon ».

À cause de sa remarquable culture, entre autres magistratures qu’on lui confia, il accéda même au rang de consul.

Il vivait à Rome sous les empereurs Adrien, Marc et Antonin, en y occupant des dignités et ce, jusqu’au consulat même, comme le dit Hélicon, en raison de sa culture.

Il écrivit aussi d’autres livres : les Entreliens de son maître Épictète (que nous connaissons), huit livres, et les Leçons du même Épictète, douze livres.

99En éditant les deux esquisses comme des documents indépendants l’un de l’autre, Jacoby s’est montré, à juste titre, plus circonspect que W.T. Treadgold. On objectera qu’entre l’article de l’« Épitomé » et la notice de Photios, les similitudes sont pourtant patentes. En effet, les traits sont identiques de part et d’autre. On doit cependant souligner au passage quelques nuances :

100a) Photios marque davantage la diversité des connaissances d’Arrien.

101b) L’historien y est désigné comme un homme célèbre.

  • 125 Souda, Ε 851 s.v.
    Ἑλιϰώνιος · σοφιστὴς Βυζάντιος, ἔγϱαψε χϱονιϰὴν ἐπιτομὴν ἀπò τοῦ’Αδὰμ μέχϱι Θεοδοσ
    (...)

102c) La source d’information d’Hésychios, le sophiste Hélicon de Byzance, n’est plus citée dans la Bibliothèque125 On s’explique mal la disparition du nom propre.

  • 126 Cod. 93, II, p. 33, II. 35-3 et infra, p. 391. On sait que pareilles données figuraient parmi les e (...)

103d) Pareillement, Hésychios précisait la ville natale de l’historien. On ne doit pas supposer que l’indication a été omise parce que Photios avait déjà noté plus haut qu’Arrien était Bithynien de naissance. Plus loin, le cod. 93 ajoutera que l’historien provenait de Nicomédie126. Sauf si Photios a travaillé avec grande hâte et négligence pour la rédaction du cod. 58, on doit bien admettre que le toponyme faisait défaut dans la source mise en œuvre. Le passage ne porte aucune trace décelable de l’incurie du recenseur.

  • 127 La collection des Entretiens ne comporte plus aujourd’hui que quatre livres. Il fut donc un temps o (...)
  • 128 Voir ici même, p. 370.

104e) L’« Épitomé » laissait dans le vague le titre des autres ouvrages d’Arrien. Autant que l’on puisse voir, la source de Photios était plus riche. Elle indiquait au moins les œuvres où Arrien s’illustra en tant que nouveau Xénophon, c’est-à-dire où il rendit à Épictète le même service que Xénophon à Socrate, en l’honneur de qui il rédigea les Mémorables. Les huit livres des Entretiens dont parle Photios ont posé aux spécialistes du stoïcisme des problèmes qu’il ne m’appartient pas de tenter de résoudre127. On aurait tort, je crois, de trop insister sur « que (ὅσα) nous connaissons » pour en déduire que Photios avait lu les Entretiens. L’antécédent du corrélatif est « livres », en sorte que la référence perd toute précision. Impossible de déceler nettement si Photios vise uniquement l’ensemble des écrits épictétéens d’Arrien ou tel titre déterminé. Rien ne prouve en somme que Photios ait véritablement lu l’un d’entre eux. D’autre part, la présence de données bibliographiques en chiffres, avec le détachement de la précision « huit livres », un trait stylistique que l’on peut constater dans un passage traitant d’Agatharchide, par exemple, fait présumer qu’elles figuraient dans la source utilisée128.

  • 129 I, p. 52, 11. 21-22 : Φασὶ δὲ αὐτòν ϰαὶ ἕχεϱα γϱάψαι, ἃ οὔπω εἰς ἡμετέϱαν ἀφίϰετο γνῶσιν.

105f) Avant d’offrir en deux parties une sèche analyse de style, Photios ajoute129 :

On dit qu’il écrivit aussi d’autres ouvrages dont nous n’avons pas encore eu connaissance.

  • 130 156 Τ 2 (Kommentar), p. 552.

106La phrase vaut en imprécision celle qui ferme l’article de la Souda. F. Jacoby doit dépenser des trésors d’imagination pour suggérer des titres130 : il s’agirait des récits qu’Arrien a consacrés à la Sicile (sc. les biographies de Timoléon et de Dion), mais sûrement pas de son histoire des Diadoques. Et pourquoi pas tel petit traité comme le Cynégétique, où l’écrivain put donner libre caractère à son goût pour Xénophon ? La mention des œuvres d’Arrien est disposée en deux panneaux. L’un présente avec les détails utiles les livres où il servit la gloire de son Socrate personnel. Elle justifie la familiarité qu’eut Arrien avec Épictète : c’était, on se le rappelle, le premier trait sur lequel insistait la notice. La seconde évoque d’autres ouvrages sans en dire davantage : c’est souligner en même temps la « polymathie » de l’historien. « Polygraphe » est aussi un vocable qui décrit parfaitement l’activité de Xénophon. Le vague cache une intention d’amplification qu’il ne faut surtout pas dissiper à coup d’identifications plus ou moins pertinentes.

3. La critique littéraire

  • 131 I, p. 52, II. 20-21 et 22-23 : Ἰσχνòς δὲ τὴν φϱάσιν ἐστὶ ϰαὶ μιμητὴς ὡς ἀληϑῶς Ξενοφῶντος (...) Δῆλ (...)

107Visiblement, la critique littéraire que donne Photios confirme la réputation d’Arrien131 :

Il est sec dans son style et il est un imitateur aussi véritable que possible de Xénophon (...). Il est évident qu’en matière de rhétorique, il n’a en rien été laissé à distance pour l’habileté et la puissance.

  • 132 R. HENRY, II, p. 32, n. 1. Voir, ρ. 32, 1. 40 - ρ. 33, 1. 30.

108Au fond, elle ne recèle qu’une seule appréciation positive, celle qui fait observer la sécheresse du style. Les deux autres traits sont les effets d’une comparaison avec Xénophon. En traduisant avec plus d’élégance que moi « Il est évident qu’il n’a manqué ni d’habileté ni de puissance oratoire », R. Henry laisse échapper l’image et égare sur la véritable signification du passage. Les seules qualités que Photios trouve à mettre à l’actif d’Arrien sont celles mêmes qui rattachent son art à celui de son modèle. On ne peut juger qu’étrange le contraste entre la présente appréciation et celle qui termine le cod. 92132, « une des plus longues appréciations littéraires qu’on puisse lire dans toute la Bibliothèque ». Très logiquement, le cod. 93 ne contient pas d’analyse stylistique. En somme, la page du cod. 92 reflète le dernier état de la pensée de Photios sur la manière de l’écrivain. Au moment de rédiger le cod. 58, il n’était pas, semble-t-il, en mesure de prononcer un jugement fondé : la lecture d’une seule œuvre ne lui permettait pas encore de marquer en pleine connaissance de cause l’originalité d’Arrien. Si la seconde partie de la critique se situe bien dans le droit fil de la première, les indications valent autant pour Xénophon que pour son admirateur. On aurait tort de chercher la preuve du sens critique de Photios dans le cod. 58 ou la garantie qu’il a bien lu Xénophon : les analogies peuvent aussi bien avoir été indiquées déjà dans la source qu’il mettait en œuvre.

109En définitive, une analyse minutieuse de la notice biographique du cod. 58 relève des différences assez nettes par rapport à l’article de l’« Épitomé » pour que l’on soit en droit de mettre en question le dogme d’un emprunt direct par Photios. En dépit des similitudes de part et d’autre, on a pu voir à quel point la présentation de la première marquait énergiquement les liens de dépendance entre Arrien et Épictète, sensiblement plus en tout cas que le document tenu pour sa source. Excellente mise en relief, d’où peut-être le souci de publicité n’est pas à exclure. C’est pourquoi le texte utilisé par Photios citait explicitement les souvenirs épictétéens d’Arrien comme preuve irrécusable. Selon toute apparence, il renfermait également une brève caractérisation de style que Photios a pour l’essentiel reprise à son compte, après lecture. Où l’a-t-il trouvée ? Si le jeune intellectuel a découvert en tête de l’Histoire des Parthes un rappel des œuvres précédentes d’Arrien et n’a pas manqué de mettre à profit ces informations de première main, l’hypothèse la plus économique est de supposer qu’il n’a pas dû chercher ailleurs celles qui terminent le chapitre. Si mon exégèse est correcte, l’édition que Photios eut entre les mains contenait en appendice une brève Vita d’Arrien. Comme l’eût fait tout érudit, il en a scrupuleusement reproduit les données en ajoutant ici et là des notes qui eussent, en d’autres temps, pu s’écrire sur nos fiches sous la forme d’un vidi ou d’un non vidi, voire une succincte approbation à de maigres rapprochements stylistiques.

110Fort heureusement, la seconde notice biographique de Photios offre beaucoup moins de difficultés. Elle renferme des enseignements de trois ordres :

  • 133 II, p. 33, 11. 34-3 :... τῇ πατϱίδι δῶϱον ἀναφέϱων τὰ πάτϱια · Νιϰομήδειον γάϱ τι τò γένος αὐτοῦ ἐν (...)

1. Les origines de l’écrivain133.
(Arrien) offre en hommage à sa patrie l’histoire de ses pères ; il déclare en effet dans ce travail que sa famille est de Nicomédie, que c’est dans cette ville (sc. de Nicomédie) qu’il a été mis au monde, élevé et instruit, et qu’il y a exercé la charge de prêtre de Déméter et de sa fille (sc. Coré), auxquelles, dit-il, la cité est aussi consacrée.

  • 134 R. HENRY, II, p. 33, n. 1 :... il n’y a guère de rapports entre les fragments et le présent « codex (...)

111Que ces indications, ainsi d’ailleurs que celles qui suivent, soient tirées du texte même ne fait aucun doute : Photios avoue deux fois sa dépendance par rapport à l’original. Malheureusement, la pauvreté des fragments conservés n’autorise aucun contrôle134.

  • 135 II, p. 33, 11. 11-18 : Φαίνεται δε τετάρτην γϱάφων τὴν τῆς πατϱίδος ἀφήγησιν μετά τε γὰϱ τὰ πεϱὶ Ἀλ (...)

2. Chronologie littéraire135.
Manifestement, il écrit en quatrième lieu ce récit sur sa patrie, car ce fut après ses livres sur Alexandre, Timoléon et Dion, après les biographies de ces personnages, que cet écrit a été composé : c’est d’emblée, dès qu’il eut la force de tenir une plume, qu’il avait voulu mettre sur pied et donner une composition sur le sujet, mais la préparation rendue nécessaire par son insuffisance dans l’information avait allongé les délais : telle est la cause qu’il donne lui-même de sa lenteur.

112Les lignes suivantes donnent les fondements de ses déductions :

  • 136 II, ρ. 33, 11. 3-10 : Μέμνηται δὲ ἐν ταύτῃ τῇ συγγϱαφῇ ϰαὶ ἑτέϱων πϱαγματειῶν ὧν ἡ μὲν ὅσα Τιμολέον (...)

3. Autres œuvres136.
Il rappelle dans ce travail aussi d’autres ouvrages ; parmi eux, l’un rapporte les actes de Timoléon de Corinthe en Sicile, un autre les exploits mémorables accomplis par Dion de Syracuse, lorsqu’il tentait de libérer la cité et toute la Sicile de Denys II, qui était le fils de Denys I, ainsi que des barbares qu’avait amenés ce dernier pour exercer la dictature avec sécurité.

  • 137 On sait que le titre original est loin d’être assuré. Au cod. 91 (II, p. 12, 1. 23), Photios intitu (...)
  • 138 A.B. BOSWORTH, o./., p. 12.

113Évidemment, Photios ne procède dans ces lignes qu’à un rappel partiel des titres indiqués dans la préface d’Arrien. Citer derechef la biographie d’Alexandre, l’ouvrage le plus célèbre de l’historien, que l’on désigne plutôt sous le titre d’Anabase, eût été oiseux137 : elle a fait l’objet d’une analyse détaillée au cod. 91. Les deux autres livres ne nous sont connus que par leur titre138. Il faut craindre qu’il ne soit pas possible d’en savoir jamais davantage à leur sujet : sans doute étaient-ils perdus depuis longtemps à l’époque de Photios.

C 6. Appien (cod. 57)

  • 139 Souda A 3198 s.v.’Αππιανός. Très décevant, l’article ne renferme qu’une description de l’Histoire r (...)
  • 140 Cod. 57, I, p. 50, 11. 13-15 : Οὗχος δὲ ὁ’Αππιανòς τò μὲν γένος ἦν’Αλεξανδϱεύς, ἐν Ῥώμῃ δὲ τὰ πϱῶτα (...)

114On a tôt fait de constater que la courte notice biographique de Photios sur Appien ne doit rien à Hésychios, source supposée de l’« Épitomé », qu’aurait utilisé la Souda139. Alors que l’article « Appien » ne contient rien de proprement biographique, Photios écrit140 :

Cet Appien était originaire d’Alexandrie ; à Rome ; il se mit d’abord à plaider comme avocat de la défense, mais ensuite, il reçut aussi la dignité de procurateur impérial.

  • 141 I, p. 50, η. 2. Le fait est correctement indiqué également par W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 60.
  • 142 APPIEN, Préface, 15 Gabba : Τίς δὲ ὢν ταῦτα συνέγραψα, πολλοὶ μὲν ἴσασι ϰαὶ αὐτòς προέφηνα, σαφέστε (...)

115Comme l’avait bien vu R. Henry141, Photios a tiré les renseignements de la préface à l’œuvre même142 :

Qui suis-je, moi qui ai composé ces écrits, c’est ce que beaucoup savent, et je l’ai déclaré moi-même précédemment, mais, pour le dire en termes plus nets, (je suis) Appien d’Alexandrie, qui parvins aux premiers postes dans ma patrie, plaidai à Rome comme avocat de la défense sous les empereurs Adrien et Antonin jusqu’à ce qu’ils m’accordent la dignité de procurateur impérial.

116Les correspondances verbales sont assez fortes pour exclure un emprunt à tout autre passage. La note sur les hauts postes remplis à Alexandrie n’a pas retenu l’attention parce que l’on ne pouvait rien en tirer et aussi, peut-être, parce qu’elle sent la fatuité.

  • 143 I, p. 50, 1. 21 :’Ήϰμασε δè ἐν τοῖς χρόνοις Τραιανοῦ ϰαὶ Ἀδριανοῦ.

117Il est plus difficile d’identifier l’origine de l’indication chronologique qui finit le cod. 57143 :

Le sommet de sa carrière se place aux temps de Trajan et d’Adrien.

  • 144 Éd. WILL, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, 1967, p. 469. Né au plus tard sous (...)
  • 145 Préface, 13 : τοὺς χρόνους ἐπὶ πᾶσι περισσòν ἡγούμην ϰαταλέγειν, ἐπὶ δὲ τῶν ἐπιφανεστάτων ἐϰ διαστή (...)

118Les dates des empereurs en question (98-117 et 117-138) n’autorisent aucune conclusion. On situe la naissance de l’historien sous Domitien (81-96) et sa mort avant 165144. L’Histoire dut être achevée aux environs de 160. On doit sans doute se résigner pour jamais à ne rien savoir de plus sur ces questions, car Appien professait une parfaite indifférence en la matière145 :

Quant aux dates, en général, je trouvais superflu de les enregistrer, mais, à propos des faits les plus célèbres, je rappellerai celles-ci par intervalles.

  • 146 Ibid., 7 : Καὶ ἔστι ϰαὶ τοῖσδε τοῖς αὐτοϰράτορσιν ἐς τòν παρόντα χρόνον ἐγγυτάτω διαϰοσίων τῶν ἄλλω (...)

119Pour définir l’époque où il mit le point final à son grand ouvrage, il se contente d’indications fort sommaires146 :

Et il y a depuis ces empereurs (sc. Jules César) jusqu’à la présente époque un intervalle tout proche de deux cents autres années, durant lesquelles la cité principalement reçut sa constitution, les revenus s’accrurent au maximum et tout, au cours d’une paix de longue durée et fermement assise, s’achemina vers un bonheur sûr.

120En raison de son imprécision, la note finale laisse supposer qu’elle a une déduction pour origine. Autre chose est de montrer qu’elle fut le fait de Photios ou qu’elle est la reproduction d’une note marginale ou d’une suscription de copiste. Bien que l’emplacement de la phrase me fasse incliner vers la seconde hypothèse, la pauvreté des renseignements dont nous disposons oblige à laisser la question ouverte.

C 7. Les deux Gélase (codd. 88-89)

1. Gélase de Cyzique

121Photios eut l’occasion d’étudier de près les circonstances qui entourèrent le concile de Nicée en 325. L’intérêt de ce chapitre est de montrer le savant lecteur multipliant les conjectures sur les ouvrages qu’il a lus.

  • 147 On trouve cod. 16, I, p. 12, 11. 29-32 (Actes du troisième concile, Éphèse 431) ; cod. 17, I, p. 12 (...)
  • 148 Cod. 15, I, p. 12, 11. 23-27 :’Aνεγνώσϑη πραϰτιϰòν τῆς πρώτης συνόδου ἐν τρισὶ τόμοις. Γελασίου δὲ (...)

122Le premier texte du genre est analysé au début de la Bibliothèque. Photios nous offre à lire une série d’analyses d’actes conciliaires147, dont la première collection se distingue radicalement des suivantes148 :

  1. Lu les Actes du premier concile en trois tomes.

  2. Le livre portait le nom de Gélase dans l’intitulé,

  3. mais il n’est pas plus un procès-verbal qu’un historique.

  4. Il est simple et bas dans le style ;

  5. par ailleurs, c’est dans le détail qu’il raconte les faits du concile.

  • 149 Cod. 88, II, p. 12, 11. 30-32 :’Aνεγνώσϑη βιβλίον, ὡς ἐν ἱστορίας τύπῳ, τὰ ϰατὰ τὴν ἐν Νιϰαίᾳ σύνοδ (...)

123Plus loin se lit un compte rendu sensiblement plus détaillé d’un ouvrage analogue149 :

1. Lu un livre, qui a en gros la forme d’un récit historique, Les Actes du concile de Nicée ; le livre est en trois tomes.

  • 150 II, p. 13, 11. 30-33 : Καὶ ταῦτα μὲν τόδε τò βιβλίον · οὐ γὰρ ἐπεγέγραπτο αὐτῷ ἡ ϰλῆσις τοῦ γράψαντ (...)

124L’exemplaire était, semble-t-il, anépigraphe150 :

  • 151 II, p. 13, 11. 33-35 : ‘ H δὲ φράσις εἰς τò ταπεινòν ϰαὶ χυδαῖον τοῦ λόγου λίαν ϰατενηνεγμένη.

2 a) Tel est aussi ce livre. En effet, dans l’intitulé n’est pas indiqué le nom de l’écrivain,
b) Dans un autre (manuscrit) qui offrait les mêmes données, cependant, c’est à Gélase de Césarée en Palestine que j’ai trouvé le livre attribué.
3151 Le style se laisse trop emporter vers la bassesse et le relâchement.

125Entre les deux descriptions, il est possible d’établir les correspondances suivantes :

cod. 15

cod. 88

1

1

2

2 b

3

1

4

3

126Tout, on le voit, pousse à identifier les deux documents.

127Que l’auteur du second ouvrage ait été Gélase de Cyzique n’est pourtant pas douteux. Photios a pris soin de recueillir toutes les informations que donnait l’écrivain sur sa carrière. Encore la technique mise en œuvre par le savant lecteur ne va-t-elle pas sans susciter quelques réflexions. Mais d’abord, on doit présenter au lecteur les pièces du dossier en un tableau comparatif.

  • 152 II, p. 14, 11. 16-18 : φησὶ δ’ἑαυτòν ὁ συγγραφεὺς οὗτος ἐπὶ Βασιλίσϰου, ὃς ἐϰβαλὼν Ζήνωνα ἐτυράννησ (...)
  • 153 CÉLASE, Histoire ecclésiastique, I, Pr., 9, p. 3, 11. 16-20 Lœschcke-Heinemann : Μετὰ δὲ ϰαιρούς τι (...)

1 PHOTIOS152

GÉLASE DE CYZIQUE153

Cet historien dit de lui-même qu’il fut au sommet de sa carrière sous Basiliscus qui, après l’expulsion de Zénon, usurpa le trône,

À la suite de certaines circonstances favorables, j’étais parvenu là, je veux dire, dans la province de Bithynie, grâce à la bienveillance de Dieu, à une époque où un mouvement et une vaste enquête étaient suscités de toute part, lors de l’insurrection de l’impie Basiliscus, pour détruire l’Église apostolique et catholique de Dieu et la foi des Apôtres qui y prévalait.

  • 154 On lira la suite de GÉLASE (o.l., I, Pr., 10-12, p. 3, 1. 20 - p. 4, 1. 4 L.-H.). Voir G. BARDY (da (...)

128Dans la suite, Gélase expose les circonstances qui l’amenèrent à rédiger son Histoire ecclésiastique. Le revirement en faveur des monophysites caractérisa le bref règne de Basiliscus, au moins en ses débuts : la promulgation d’une Encyclique cononisant la doctrine de s. Cyrille mais condamnant les décisions issues du concile de Chalcédoine signifiait entre autres le retour aux immixtions impériales dans les matières théologiques et sonnait à nouveau l’heure des persécutions religieuses, inspirées notamment par les partisans d’Eutychès154. De ceci, Photios n’a pas soufflé le moindre mot.

  • 155 II, p. 14, 11. 18-20 :... ϰαὶ ἀνεγνωϰέναι τὰς τῆς συνόδου πράξεις ἐν παλαιαῖς μεμβράναις ἔτι ϰατὰ τ (...)
  • 156 GÉLASE, ο.l., I, Pr. 2, p. 2, 11. 7-10 L.-H. : Πάντα τὰ ἐν ἐϰείνῃ τῇ ἐναρέτῳ ϰαὶ ἁγίρ συνόδᾳ λεχϑέν (...)

2 PHOTIOS155

CÉLASE156

et il avait lu les Actes du concile dans de vieux parchemins, quand il séjournait encore dans la maison paternelle.

Tous les procès-verbaux, les actes et les résolutions adoptés au cours de ce vertueux et saint concile, je les avais lus à une époque fort ancienne de ma vie, au temps où je séjournais encore dans la maison paternelle ; je les avais trouvés dans un livre très ancien, écrit sur feuilles de parchemin, qui les contenait tous sans exception.

  • 157 GÉLASE, o./., I, Pr., 2-3, p. 2 L.-H.

129Les lignes suivantes de Gélase offrent des détails complémentaires sur la nature de la source dont il avait disposé. Le manuscrit avait appartenu à un certain évêque de Cyzique nommé Dalmatios ; il figurait sur les rayons de la bibliothèque de son père qui avait été prêtre dans la même ville157. Pour la description du volume, Photios n’a retenu que le vocabulaire technique utilisé par Gélase, mais rien des aventures qu’il traversa. Seul un point sur lequel je reviendrai méritait d’être mis en exergue.

  • 158 II, p. 14, 11. 20-22 : ὧν τὴν μνήμην ἔχοντα, ϰαὶ ἐξ ἑτέρων γραμμάτων ὅσα χρήσιμα συναγείροντα, τὴν (...)
  • 159 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 3-4, p. 2, 11. 15-21 L.-H. : ᾗτινι ἱερᾷ βίβλῳ ἐντυχὼν ϰαὶ σχολὴν πολλὴν ἐν αὐ (...)

3 PHOTIOS158

GÉLASE159

Bien que j’aie trouvé ce saint livre et que je lui aie consacré beaucoup de mes loisirs,

Ce fut à l’aide du mémoire de ses lectures

je n’étais pas en mesure d’en tout rapporter dans un mémoire (aucun homme en effet ne pourrait rapporter dans un mémoire ou par cœur l’océan ineffable des données qui y figuraient) ;

et d’un recueil de tous les écrits utiles qu’il avait composé son histoire.

pour la plupart, les nombreux documents que j’ai consignés (sont) les doctrines inspirées par la saine raison qu’a promulguées l’enseignement de nos saints pères et évêques.

  • 160 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 4-7, p. 2, 1. 21 - p. 3, 1. 11 L.-H.

130Dans la suite de la préface, Gélase énumère les sources dont il a tiré la substance de son récit, au moins dans sa partie dogmatique : l’ensemble des libelles que brandirent de part et d’autre les théologiens durant le concile, sans compter les documents que fit produire Constantin lui-même. Cette longue énumération n’a trouvé place dans la Bibliothèque que sous la forme de la sèche locution « tous les écrits utiles »160.

  • 161 II, p. 14, 11. 22-24 : Μνημονεύει δ’οὗτος ϰαὶ ῥητῶν τινων, Γελασίου τινός, Γελάσιον αὐτòν ϰαὶ ‘ Pου (...)

1314. Un point pourtant a intrigué Photios. Gélase de Cyzique ne s’exprime pas toujours clairement sur la provenance exacte de certains emprunts. On lit dans le cod. 88161 :

Il fait encore mention de citations d’un certain Gélase qu’il appelle Gélase en même temps que Rufin.

  • 162 GÉLASE, o.l., I, 2, 1, p. 7,11. 15 et 18, avec la note de Lœschcke-Heinemann ad l.
  • 163 O.l., I. 8, 1-2, p. 13, 11. 5-19. Les faits datent de 313. Voir E. STEIN, o.l., I, pp. 92-93.
  • 164 L. 1., p. 13,11. 3-4 : Περὶ Λιϰιννίου πεμπομένου παρὰ τοῦ εὐσεβοῦς Κωνσταντίνου ϰατὰ τοῦ ἐπ’ἀνατολῆ (...)

132On conçoit l’embarras du lecteur. À propos des empereurs contemporains de Constantin, Maxence et Maximin, Gélase indique en effet comme référence un passage de « Rufin » qu’il avoue ne citer que dans l’exacte mesure où il est en concordance avec les données d’Eusèbe de Césarée. Or, les phrases qui suivent ne se lisent nulle part dans la suite latine de l’Histoire ecclésiastique par Rufin162. Plus loin, lorsqu’il décrit les débuts politiques de Licinius, investi co-empereur sous la direction de Constantin après ses noces avec Constantia, sœur du premier Auguste, Gélase a soin de ne rien omettre de l’action favorable aux Chrétiens qu’il mena contre Maximin163. La narration a sa place dans l’ouvrage après un intitulé de chapitre ainsi rédigé164 :

Sur Licinius envoyé par le pieux Constantin pour affronter le tyran d’Orient. En vérité, Rufin, c’est-à-dire Gélase présente les faits de la façon suivante.

133Que, pour les événements en cause, Rufin ait donné des renseignements à Gélase de Cyzique est parfaitement impossible : la suite qu’il donna en deux livres à l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe s’ouvre avec le concile de Nicée.

  • 165 Ο.l., I, Pr., 21-22, ρ. 5, 11. 20-25 L.-H. : παρὰ (...) Ἰωάννῃ μέν τινι πρεσβυτέρῳ ἀνδρὶ παλαιῷ ἄγα (...)

134L’historien de Cyzique n’avait rien d’un expert dans le maniement des documents. Ainsi, il reconnaît avoir puisé165 :

chez un certain prêtre Jean, un auteur ancien très versé dans l’Écriture, dans des quaternions fort anciens (...) ainsi que dans différents autres historiens, Eusèbe Pamphile, évêque de Césarée, et Rufin, prêtre de Rome, qui prirent aussi part à ce saint concile (...)

  • 166 B. ALTANER, ο.l., p. 550.
  • 167 E. HONIGMANN, Gélase de Césarée et Rufin d’Aquilée, dans le Bulletin de la Classe des Lettres et de (...)
  • 168 E. HONIGMANN, l.l.
  • 169 II, p. 12, 11. 33-34 où Photios les appelle Biton et Vicentius, à la suite de sa source, probableme (...)

135Né vers 345 et mort vers 410166. Rufin est mis sur le même pied qu’Eusèbe dont il traduisit l’Histoire ecclésiastique en lui donnant aussi une suite de son propre cru, pour une participation, imaginaire, au premier concile œcuménique167. Les seuls prêtres romains qui assistèrent aux séances de Nicée s’appelaient Vitus et Vincentius168, où ils étaient les représentants de l’évêque Silvestre169. Photios jugeait médiocre l’ouvrage de Gélase : la critique moderne a souligné à l’envi la pauvre valeur intellectuelle du Syntagma.

  • 170 II, p. 14, 11. 24-25 : Λέγει δὲ αὑτοῦ ϰαὶ πατρίδα τὴν Κύζιϰον ϰαὶ πατέρα τῶν ϰατ’αὐτὴν πρεσβυτέρων (...)
  • 171 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 2, p. 2, 11. 13-15 : (...) περιελϑούσαις δὲ εἰς τòν τοῦ ποτε ἡμετέρου οἴϰου δ (...)

PHOTIOS170

GÉLASE171

Il dit encore que sa patrie est Cyzique et que son père était un prêtre qui y officiait

(...) qui (sc. les feuilles de parchemin) étaient parvenues entre les mains du maître de ce qui fut autrefois notre maison, je veux dire, mon père selon la chair (il avait reçu la dignité de prêtre de la même sainte Église).

136On vient de le voir, le plus clair de ces notes hâtives n’a pas d’autre provenance que la préface de Gélase. Dans le codex, (1), (2), (5) et (4) n’ont pu être indiqués qu’après lecture globale de plusieurs chapitres du livre I de Gélase. Rien de moins systématique que la méthode utilisée par Photios. Contrairement à ses habitudes, il n’a pas sacrifié à la paraphrase. Seuls les termes techniques, « parchemin » par exemple, réapparaissent dans la notice. Les piètres qualités du style le dissuadèrent sans doute de trop longuement laisser parler l’écrivain lui-même. D’ailleurs, le désordre dans lequel se présentent les éléments suggère l’hypothèse que Photios n’a pas travaillé le calame à la main. On ne peut expliquer le sens particulier du vocable « acmé » qu’à la lumière de la supposition suivante : absent de l’original, il a été accroché à la mention du dernier en date des souverains byzantins. Les circonstances exactes qui ont présidé à la rédaction du Syntagma de Gélase ont sombré dans l’oubli. Incontestablement, ce n’est pas sans quelque légèreté que Photios a croqué en quelques phrases la biographie de l’écrivain.

  • 172 II, p. 14, 11. 8-16 : Καὶ τελευτᾷ δὲ εἰς τὴν τοῦ μεγάλου Κωνσταντίνου τελευτήν, ἐν ᾗ ϰαὶ τò τῆς ἀφέ (...)

137Bien entendu, l’attribution du Syntagma à Gélase de Césarée constitue une erreur d’intitulé. Pourtant, il vaut la peine de dire un mot de la structure de l’ouvrage. On lit sous la plume de Photios172 :

Il (sc. l’ouvrage) se termine avec la fin de la vie de Constantin au cours de laquelle celui-ci reçut aussi le bain divin de la rémission, dont l’eau le débarrassa des souillures qu’un homme contracte naturellement durant sa vie. Il aurait obtenu le baptême, dit-il, de la main d’un orthodoxe qui lui avait dévoilé les mystères (du christianisme) auxquels il l’avait initié, et non pas, comme certains l’ont cru, de celle d’un hérétique.

  • 173 Cet Eutokios avait reçu le testament de Constantin en l’absence de son fils Constance II, d’après S (...)
  • 174 Mentionné en II, p. 12, l. 32 où il est censé représenter Silvestre, l’évêque de Rome, mais au cod.(...)

138Dans le troisième livre du traité de Gélase, on chercherait en vain la moindre allusion à cet événement célèbre. Accompagné d’Eutokios, le confesseur arien de sa sœur Constantia173, l’empereur était allé d’abord se recueillir à Hélénopolis auprès du tombeau de Lucien d’Antioche, puis il s’était rendu dans sa villa d’Ancyre, non loin de Nicomédie. Ce fut l’évêque local, Eusèbe, qui lui conféra le baptême quelques jours avant sa mort en 337. On sait que ce maître de l’intrigue allait reprendre à son tour le flambeau laissé par Arius. Le pèlerinage de Constantin sur la sépulture de Lucien d’Antioche, un des précurseurs de l’arianisme, ne peut guère être tenu que pour un signe d’allégeance vis-à-vis des thèses hérétiques. Dans ces quelques lignes, Gélase de Cyzique prend le contre-pied de la tradition historique généralement admise : c’était là faire œuvre de propagande en faveur de l’empereur « très pieux » et montrer un parangon d’orthodoxie dans la personne du promoteur du concile de Nicée qui y avait envoyé un représentant espagnol, Hosius de Cordoue174.

2. Gélase ou Rufin : un fait nouveau ?

  • 175 Je reprends, en le modifiant légèrement, un titre de H. GRÉGOIRE, Gélase ou Rufin ? un fait nouveau (...)
  • 176 R. HENRY, II, p. 13 ad. 1.

139L’autre ouvrage175, dont l’analyse forme la substance de la première partie du cod. 88, était anonyme, au moins dans l’intitulé du volume que Photios avait eu sous les yeux. Toutefois, R. Henry avait tort, semble-t-il, de traduire de la façon suivante la phrase où Photios compare les deux ouvrages176 : « mais, dans un autre manuscrit qui offre le même texte, c’est à Gélase, l’évêque de Césarée en Palestine, que j’ai trouvé le livre attribué ».

  • 177 Il, p. 12, l. 12 - p. 13, l. 23. Lorsqu’il rend compte de la Vira Constantini d’Eusèbe de Césarée ( (...)

140En effet, il est aisé de montrer que les contenus des traités ne se recouvrent pas complètement. On chercherait en vain dans l’œuvre de Gélase de Cyzique le récit de la mort fantastique d’Arius qu’une crise terrassa, paraît-il, en 336, au moment où il venait de se retirer dans les latrines du palais de Constantinople177.

  • 178 II, p. 13, l. 35 - p. 14, l. 1 : Τίς ποτε δε ἐστιν ὁ Γελάσιος οὗτος, οὐχ έχω σαφώς ἐϰμαϑεῖν. Μέχρι (...)

141Comme on va le voir, le fait n’est pas dénué d’importance. D’abord, il justifie la double analyse de contenu (II, p. 12, l. 32 - p. 13, l. 30 et p. 14, ll. 4-16) qui caractérise le cod. 88 ; ensuite, les interrogations sur l’identité de ce Gélase de Césarée, dont Photios a découvert le nom dans l’intitulé d’un des manuscrits qu’il lisait178 :

Oui est enfin ce Gélase ? Je ne suis pas en mesure de le comprendre clairement. Jusqu’à présent en effet, ce sont, peut-on conjecturer, trois Gélase, également évêques de Césarée en Palestine, que nous avons trouvés, ou, en tout cas, deux du moins. Pour ces ouvrages que nous avons rencontrés, l’un a été composé contre les Anoméens, les deux autres décrivent les Actes de l’Église. L’un est celui que nous avons mentionné avec toute la brièveté possible.

142La présence de telles questions autorise quelques conclusions sur la technique de Photios.

1431. Au moment où il les rédigeait, il avait déjà pris connaissance du texte dont l’analyse constitue la fin du cod. 88.

1442. La réserve « deux du moins » est inspirée par une saine prudence. Le premier écrivain nous est connu sous le nom de Gélase de Cyzique, même si l’on est sûr que la composition de l’exemplaire utilisé par le savant byzantin ne correspondait pas trait pour trait au Syntagma conservé par les manuscrits byzantins. Le second n’est autre que l’auteur du Contre les Anoméens. Stricto sensu, la locution « nous avons rencontrés » n’oblige pas à croire que Photios avait véritablement lu ce dernier traité. On peut être certain pourtant qu’il l’avait lu et le connaissait fort bien.

145Photios a donné une double analyse de style du Contre les Anoméens. Pour s’en convaincre, il suffira de comparer les deux passages dont la parenté est frappante :

  • 179 II, p. 15, 11. 3-7 : ‘Aλλ’έκείνός γε ό Γελάσιος τῇ φράσει ϰαὶ πολυμαϑίᾳ ϰαὶ ταίς λογιϰαῖς έφόδοις, (...)
  • 180 II. p. 70, 11. 14-21 : "Εστι δὲ τὴν φράσιν απέριττος τε καί σύντονος, ϰαὶ έξηττικισμέναις λέξεσι ϰε (...)

cod. 89179

cod. 102180

Mais ce Gélase, tant par le style que par l’érudition et la méthode dialectique dont il a abusé (je ne sais comment dire) jusqu’au mauvais goût, il les distance de beaucoup dans ses œuvres au point de leur faire occuper un rang inférieur.

Il a le style mesuré et vigoureux, et il use de vocables d’un atticisme excellent ; il a des axiomes parfaitement exacts et, même dans les démonstrations, il n’est pas dépourvu de ressources et, en tout point, il est bon écrivain, excepté qu’il recourt à satiété et de façon juvénile, comme s’il venait juste de se convertir aux principes dialectiques, aux règles qui président aussi à cet art et abuse de son vocabulaire même (...)

146En somme, la critique du cod. 89, qui sert de point de comparaison pour distinguer les trois Gélase, est un abrégé de celle du cod. 102. Il ne saurait être question de revenir ici sur les difficultés qu’entraîne ce fait touchant la composition de la Bibliothèque.

147Pour l’auteur du traité qui fait l’objet du cod. 88 dans sa première partie et du cod. 89, Photios donne une description du volume en deux phases :

  • 181 Voir supra, p. 395, n. 3.

1. Lu un livre qui a, en gros, la forme d’un récit historique, Les Actes du concile de Nicée ; le livre est en trois tomes181.

  • 182 II, p. 15, 11. 28-33 : Ή δὲ λοιπή βίβλος ἐπιγραφὴν μὲν ἔχειτοιαύτην « Προοίμιον επισκόπου Καισαρεία (...)

2. Le restant du livre a le titre suivant182 :
Préface de l’évêque de Césarée de Palestine à la suite de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe Pamphile.
Il commence ainsi : « Tous ceux qui se sont mis à composer par écrit et qui ont décidé de confier à un mémoire le récit des événements » etc.

  • 183 Il n’y a aucune raison de supposer que Photios n’a lu que la préface ni que le livre dont a été tir (...)

148Le double intitulé est désespérant parce qu’il ne contient pas le nom attendu, suggéré par la titulature ecclésiastique183.

  • 184 II, p. 15, 11. 33-3 et 7-9 : Λέγει δ’ἑαυτòν ανεψιόν πρòς μητρòς Κυρίλλου τού ‘ Ιεροσολύμων καί ὑπ’’ (...)

149Après avoir indiqué les particularités de composition marquant le volume anonyme, Photios revient à l’auteur sur lequel il a pu glaner ici et là quelques informations. Pour le cas qui nous occupe maintenant, les conjectures prennent le pas sur les certitudes. On distingue aisément à travers le texte ce que Photios a retiré de sa lecture de ce qu’il doit à d’autres rencontres littéraires ou encore à ses réflexions personnelles184 :

a 1. Il dit de lui-même qu’il est, par sa mère, le neveu de Cyrille de Jérusalem et que c’est grâce à lui qu’il fut amené à composer (cet écrit).

b. Mais, de notre côté, nous avons trouvé, pour l’avoir lu dans d’autres (ouvrages), que Cyrille lui-même et ce Gélase ont traduit en grec le récit du latin Rufin et que d’autre part, ils n’ont pas composé de traité de leur propre cru.

c 1. Il est évident par ailleurs que cet auteur était plus ancien que le susdit, si du moins ce fut sous Cyrille de Jérusalem qu’il fut au sommet de sa carrière.

2. Mais ce Gélase se distingue de lui aussi par le style qu’il a plus porté à l’éloquence.

3. Chacun d’eux cependant est de beaucoup inférieur à celui qui a composé l’écrit Contre les Anoméens.

a 2. Ce dernier reçoit le titre d’évêque de la même Palestine.

c 4. Si c’est l’un d’eux qui a écrit ce livre, après en avoir rassemblé les données à force de temps et l’avoir accru de ce qui y faisait défaut, je n’ai encore pu le savoir.

150Les §§ marqués a renvoient à ce que Photios a tiré d’une lecture directe du livre de Gélase de Césarée, c aux conjectures qu’elle lui inspire. C’est entre a 2 et c 4 que s’insère la seconde critique du Contre les Anoméens analysée plus haut.

  • 185 J. QUASTEN, o.l.. III, pp. 510-511. H. GRÉGOIRE-A. KUGENER, dans leur édition de la Vie de Porphyre(...)
  • 186 Ainsi, par exemple, chez A. GLAS, o.l., pp. 3-10.
  • 187 E. HONIGMANN, Le concile de Constantinople de 394, dans Trois mémoires posthumes d’histoire et de g (...)
  • 188 H. GRÉGOIRE-A. KUGENER, o.l., p. xxxix.
  • 189 E. HONIGMANN. Gélase de Césarée pp. 126-127.

151Les personnages évoqués dans a 1 sont relativement bien connus. Grande fut la renommée de Cyrille de Jérusalem, auteur de célèbres conférences mystagogiques, mort vraisemblablement le 18 mars 387185. Par suite, l’œuvre commune rappelée en b n’aurait pu être entreprise après cette date. Les problèmes ont trait aux dates que l’on a assignées pour la mort de Gélase. On le sait, ils ont longtemps divisé les savants entre eux. Gélase avait été consacré vers 367 métropolite de Césarée en Palestine par son oncle Cyrille ; il prit part aux synodes de 381 et de 394. On a cru longtemps qu’il avait disparu en 395, car Porphyre avait été à cette date intronisé évêque de Gaza par Jean, archevêque de Césarée186. Mais on a montré depuis lors que la biographie de Porphyre par Marc le Diacre était un roman historique du vie siècle187. Il faut donc se mettre en quête d’autres documents crédibles. En 404 au plus tard, Gélase était mort, car Jean Chrysostome écrivit à ce moment une lettre à un de ses successeurs, Eulogios188. E. Honigmann a montré que l’on pouvait préciser davantage189. Jérôme avait traduit en latin une lettre datée de 400 où il était question du même Eulogios, métropolite de Césarée. Par suite, Gélase de Césarée avait déjà disparu à ce moment. La réflexion c 1 de Photios est donc des plus pertinentes.

  • 190 Voir la bibliographie de J. QUASTEN, o.l., III, p. 490. On doit constater que Photios connaissait p (...)
  • 191 Voir le Prologue de RUFIN, p. 951, ll. 3-15 Mommsen. Le travail fut exécuté à la demande de l’évêqu (...)
  • 192 E. HONIGMANN, o.l., p. 124 avec la n. 2.

152Le point b a fait couler beaucoup d’encre190. Cyrille n’a sûrement pu donner sa collaboration à une traduction en grec de l’Histoire ecclésiastique de Rufin : le prêtre d’Aquilée avoue ne s’être mis à l’œuvre qu’après l’invasion de l’Italie par Alaric191, c’est-à-dire après le 18 novembre 401 au moins192. Mais, pareillement, Gélase n’a pas pu non plus s’atteler à un tel travail. Comment faut-il expliquer la remarque de Photios ?

  • 193 Je suis ici l’interprétation des faits d’E. HONIGMANN (o.l., pp. 130-133).

153La réponse ne pourra venir qu’après un examen complet de l’ensemble des données disponibles. Tel qu’il figure dans le cod. 89, l’incipit du livre de Gélase de Césarée paraît avoir revêtu une forme qui devait être approximativement la suivante193 :

  • 194 Τοὺς μεν ἄλλους ἐπὶ τò συγγράψαι ώρμημένους xαὶ τών γενομένων τὰς ιστορίας τῇ μνήμῃ παραπέμπειν ἐγν (...)
  • 195 Les suppléments sont ceux d’E. HONIGMANN, o.l., p. 130 (avec la n. 4) : ἡ ἰδία προαίρεσις (προθυμία (...)
  • 196 Le supplément est tiré d’une série d’extraits historiques du cod. Baroccianus 142, folio 216 publié (...)

Tous ceux qui se sont mis à composer par écrit et qui ont décidé de confier à un mémoire le récit des événements194, <ce fut une décision> personnelle qui les avait poussés à l’œuvre, mais, dans notre cas, ce fut <saint> Cyrille lui-même195, évêque de Jérusalem, notre oncle maternel, à l’heure de sa mort, qui nous condamna à attaquer par écrit le récit des événements faisant suite à (l’Histoire) d’Eusèbe ainsi que de ceux qu’il n’a pas écrits196.

154Si l’on en croit la démonstration d’E. Honigmann, Photios se serait contenté d’extraire de la préface les éléments intéressant l’histoire littéraire proprement dite, à l’exclusion de tout trait anecdotique ou inutile.

155Les critiques de Photios sur l’art des « trois » Gélase (c. 1-3) conduisent à la classification suivante, par ordre de mérites stylistiques dédécroissants :

  1. Gélase de Césarée (Contre les Anoméens)

  2. Gélase de Césarée (Histoire ecclésiastique)

  3. Gélase de Cyzique (Syntagma)

  • 197 Voir supra, pp. 398-399.

156Le dernier n’est pas à une faute près sur le plan du fond. Le baptême de Constantin de la main d’un orthodoxe, l’intrusion de Rufin parmi les participants au concile de Nicée : autant de traits qui relèvent de l’hagiographie ou de la sottise pure et simple197. Les notes de Photios sont donc largement corroborées par ce que révèle une analyse de contenu.

  • 198 Pour expliquer la confusion Gélase-Rufin, E. HONIGMANN (o.l., pp. 134-136) se donne beaucoup de mal (...)

157Par ailleurs, il semble bien que, faute d’une lecture attentive du cod. 88, les savants qui ont étudié la délicate question des rapports entre Rufin et Gélase de Césarée aient manqué l’occasion d’enrichir la maigre pelote du second. La structure de l’ensemble embrouillé des codd. 88-89 eût dû cependant les mettre en garde198. On peut dégager le plan suivant :

158I 1. Cod. 88 : 1. Description : Gélase de Césarée, Histoire ecclésiastique en trois tomes (II, p. 12, 11. 30-32)

1592. Analyse de contenu

160a) Participants au concile : p. 12,11. 32-2

161b) Intrigues ariennes postérieures : 11. 2-12

162c) Fin d’Arius et de l’ouvrage (explicit) : p. 12,

1631. 12 - p. 13,1. 23.

1643. Remarques de Photios : p. 13,1. 24-p. 14,1. 1

165II 1 Cod. 88 : Description : Gélase de Cyzioue, Syntagma, II, p. 14, 11. 1-4

1661. Incipit 11-4-8

1672. Explicit 11. 8-16

1683. Biographica 11. 16-26

169I 2. Cod. 89 : 4. Retour à la description

170a) Titre de la préface : II, p. 15, 11.29-31

171b) Incipit 11. 31-33

172c) Biographica 11. 33-35

1735. Remarques de Photios 11.35-9

  • 199 G. LOESCHCKE-M. HEINEMANN, o.l., p. XXVIII.

174L’ouvrage de Gélase de Cyzique décrivait des faits postérieurs à ceux qu’envisageait celui de l’archevêque de Césarée. Le premier ne paraît pas s’être soucié de laisser son nom à la postérité199 : le nom « Gélase » de Cyzique est une induction des modernes fondée sur la supposition de Photios, laquelle repose sur une donnée erronée de la tradition au ixe siècle. On s’explique bien que certains copistes aient supposé que l’inconnu de Cyzique portait le même nom que son prédécesseur plus illustre, le métropolite de Césarée. Franchissant l’étape ultérieure, d’autres ont préféré mettre le Syntagma sous le patronage de l’archevêque. Cette manœuvre frauduleuse dut contribuer à la diffusion de l’ouvrage et à sa préservation.

175Quant au livre authentique de Gélase de Césarée, le titre du prélude suffisait à exclure toute ambiguïté. On tient pour acquis que l’auteur du Contre les Anoméens et de l’Histoire ecclésiastique sont un seul et même homme. Il prit part, sous Théodose I, au second concile œcuménique de Constantinople en 381, qui consacra le triomphe définitif sur toute forme d’arianisme. Même si l’on n en a aucune preuve, il ne serait pas surprenant que cette réfutation dogmatique ait été un factum de jeunesse produit en vue des délibérations du concile. Dans cette hypothèse, on s’expliquerait bien que, plus préoccupé de théologie que de compilation historique, Gélase eût quelque peu renâclé devant la tâche que lui assignait Cyrille sur son lit de mort et n’eût pas cherché à allonger outre mesure le travail commencé après le 18 mars 387.

  • 200 E. HONIGMANN, o.l., p. 153. Il cite pp. 160-161 des textes hagiographiques exhumés par P. Heseler : (...)
  • 201 II. p. 12, 1. 12 - p. 13, 1. 23 : Ἀλλ’οὗτοι μὲν ἔσπευδον τòν Ἄϱειον ἐπαγαγεῖν τῇ ἐϰϰλησίᾳ · ἡ δὲ ϑε (...)

176On peut à juste titre s’étonner de lire sous la plume d’un érudit aussi admirablement informé qu’E. Honigmann200 : « La première chose qu’on devrait savoir pour trancher les questions concernant les sources possibles de Rufin est la date jusqu’à laquelle Gélase de Césarée avait continué l’histoire ecclésiastique d’Eusèbe. Or, nous n’en savons rien. » Je l’ai montré dans le tableau qui précède, le livre se terminait avec la mort d’Arius, présentée comme l’œuvre de la justice divine. Il vaut la peine de relire le passage201 :

Mais ceux-ci (sc. Eusèbc de Nicòmédie, Eutokios et Constantia) mettaient leur zèle à ramener Arius dans le giron de l’Église ; mais la justice divine ne laissa point l’ennemi bafouer son temple et son autel, mais elle le condamna à finir sa vie dans les latrines, le jour que ses sectateurs et lui s’étaient fixé pour profaner, en y entrant, l’Église de Dieu et ses saints mystères. Et cette fin fut publique : proches en effet sont les latrines du Forum. À cet événement, le grand Constantin se réjouit, écrit-il, dans l’idée que le Juge incorruptible avait mis un terme à toute discussion, et il écrivit lui-même des lettres à de nombreux correspondants, en mettant au pinacle la juste fin d’Arius.

177Arius ne fut pas le premier pour qui, malheureusement, la Roche Tarpéienne fut proche du Capitole, ou, si l’on préfère, les latrines voisines du Forum. Excellent point de chute, on en conviendra, pour le dernier épisode de l’Histoire de Gélase de Césarée. Dans cette obscure garde-robe, l’épée de Dieu frappa un coup décisif pour l’avenir de l’hérésie. La rhétorique du morceau marque non seulement le triomphe de l’orthodoxie, mais aussi le ralliement de Constantin qui repoussait définitivement les manœuvres captieuses d’un entourage gagné à la mauvaise cause. Gélase de Cyzique allait compléter ce bel ouvrage en présentant Constantin sous les traits d’un nouveau Christ, dans une scène où il recevait le baptême dans les eaux du Jourdain.

  • 202 II, p. 13, 11. 24-29 : Καί ό μεν ούτω φησί, συμφωνῶν ἐν τούτῳ Ἀϑανασίῳ τε τῷ μεγάλῳ ϰαὶ Θεοδωϱήτῳ ϰ (...)

178Sur le caractère véridique du récit de Gélase de Césarée, Photios ne prend pas position, mais il se contente d’alléguer d’autres sources202.

Et c’est ainsi qu’il s’exprime, en accord, sur ce point, avec Athanase le Grand, Théodoret et nombre d’autres. Mais d’autres ont cru pouvoir écrire que ce ne fut pas au temps de Constantin le Grand, mais au temps de son fils, l’empereur Constance, qu’Arius disparut ainsi honteusement d’entre les hommes.

  • 203 Cod. 31, I, p. 17, 1. 2 - p. 18, 1. 14.
  • 204 Cod. 32, I, ρ. 18, 11. 16-21.
  • 205 ATHANASE, Lettre à Sérapion sur la mort d’Arius dans PG 25, col. 688 C : Πολλά τε φλυαϱῶν εἰσῆλϑεν (...)

179Au moment où il rédigeait ces lignes, Photios pouvait puiser dans l’arsenal aux souvenirs qu’il tenait de ses lectures de l’Histoire ecclésiastique de Théodoret203 et de la correspondance de s. Athanase204. En bonne logique, le premier à jubiler de la triste fin que connut Arius eût dû être le principal adversaire de l’arianisme, s. Athanase luimême. Il a donné dans une lettre à l’évêque Sérapion de Thmouïs une autre version de la mort de l’hérétique205 :

En disant mille sornettes, il (sc. Arius) alla à selle, comme s’il était pris de tranchées, et aussitôt, suivant ce qui est écrit, « s’étant penché, tête première, il éclata par le milieu » et, tombant aussitôt, il rendit l’âme et fut privé du même coup tant de sa communauté que de la vie.

  • 206 RUFIN, Histoire ecclésiastique, X, 14, p. 979, 11. 16-21 Mommsen : Cumque cunctorum animi essent, u (...)

180Comme on peut le constater, le rapport de s. Athanase est nettement plus sobre que celui de Gélase, dont le grossissement dans le trait est la marque la plus évidente. On pouvait l’imaginer a priori, le récit de Rufin tient des deux précédents, mais il ne saurait passer pour une traduction d’aucun d’eux206 :

Alors que l’âme de tous était, comme il arrive en pareille circonstance, suspendue dans l’attente, en se rendant à l’église, Arius, pressé par le concours des évêques et de la foule, se retira dans un lieu public, sous la pression d’un besoin naturel. Comme il était à selle, ses intestins et ses viscères s’écoulèrent sous lui dans le caniveau du réduit. Ce fut de la sorte, dans un tel lieu, qu’il s’acquitta de son blasphème et de son âme dégoûtante par une mort qui en était digne.

  • 207 E. HONIGMANN, o.l., p. 154.
  • 208 Encore sont-ils indiqués à tort, comme je l’ai signalé supra, p. 399.

181Supposer que Rufin eût pu se borner à traduire Célase est une absurdité : son récit se fût dans ce cas arrêté au... quatorzième chapitre ou, en tout cas, avant le dix-neuvième. Bien entendu, le document connu sous le nom de « Rufin grec » ne peut davantage être identifié avec l’Histoire ecclésiastique de Célase de Césarée, car il court jusqu’au dernier mot du Rufin latin207. En somme, les points de contact possibles entre Gélase et Rufin sont des plus réduits : aussi Gélase de Cyzique n’en a-t-il relevé que deux208. Manifestement, il n’y avait pas matière à bâtir un roman littéraire sur le jeu d’hypothétiques influences de Rufin sur Gélase ou vice-versa.

  • 209 Voir supra, p. 404, n. 9. Si les présentes pages ont quelque valeur, la construction de Fr. WINKELM (...)

182Dans aucun des travaux consacrés à la difficile question que je viens d’aborder sans avoir la prétention de la résoudre ne figure une analyse sérieuse des codd. 88-89 de la Bibliothèque. Étonnante carence, qui a fait échafauder des hypothèses assez fantastiques. Ainsi, on est allé jusqu’à prétendre que Photios n’avait pu lire que l’incipit de Gélase de Césarée209. En fait, il a eu entre les mains deux ouvrages en trois tomes roulant sur le concile de Nicée. Si les limites de celui de Gélase de Césarée nous étaient inconnues ou si la narration descendait aussi loin dans le temps que le « Rufin grec », on comprendrait mal comment Photios a pu juger qu’en gros, les données de Gélase de Césarée et de son homonyme de Cyzique se recouvraient. De plus, s’il avait pu lire seulement l’incipit du métropolite de Césarée, comment eût-il pu réserver quelques lignes à une comparaison de style nuancée ?

  • 210 Cité par A. GLAS, o.l., pp. 3-4.

183On voudrait évidemment en savoir davantage sur le fondement de la remarque b de Photios. Il importe de souligner qu’elle se donne pour ce qu’elle est, une simple réminiscence. C’est ce qui explique sans doute l’intrusion du nom de Cyrille de Jérusalem, cité dans la phrase précédente. On ne connaît pas de contribution historique de ce prélat. On peut supposer qu’il avait possédé à titre privé ou dans la bibliothèque archiépiscopale une série de documents du genre. Mais nous sommes ici dans l’imaginaire. Il n’y a sans doute pas lieu de citer un passage des Lettres de Cyrille d’Alexandrie qui fait état de l’envoi, en 419, à un synode d’Afrique, d’une copie des résolutions promulguées à Nicée et d’un récit historique des événements210 : la Bibliothèque ne renferme pas de compte rendu de la correspondance de cette époque.

  • 211 Voir ici même pp. 259-262.
  • 212 J. BIDEZ dans J.B.-Fr. WINKELMANN, Philostorgius Kirchengeschichte, Berlin, 1972, pp. 376-377 (Beri (...)
  • 213 Voir ici même p. 260.

184Un historien a étudié les événements contemporains, à savoir Philippe de Sidé, dont Photios avait parcouru les vingt-quatre premiers livres211. Or, précisément, le dernier de cette série traitait de la période qu’avaient abordée les deux Célase. Au surplus, les spécialistes estiment que le récit dépendait pour une part au moins de celui de Gélase de Césarée212. Enfin, Philippe pratiquait volontiers le dénigrement213 : prétendre que Gélase de Césarée s’était contenté de traduire Rufin revenait à renverser la perspective, chronologique et littéraire, et par conséquent, à refuser le moindre mérite à son prédécesseur. On imagine aisément l’impact publicitaire d’une telle manœuvre. Tout indique que le personnage ne se fût pas refusé un recours à cet élégant procédé.

C 8. Malchos (cod. 78)

  • 214 Souda, M 120 s.v. Μάλχος · Βυζάντιος σοφιστής. Ἔγϱαψεν ἱστοϱίαν ἀπò τῆς βασιλείας Κωνσταντίου ϰαὶ έ (...)

185Même un examen rapide montre que l’on ne peut déceler un rapport de dépendance directe entre la notice de Photios au cod. 78 et l’article correspondant de la Souda. Sur le plan biographique, le dictionnaire n’offre que des indications sommaires214 :

Malchos. Sophiste byzantin. Il écrivit une histoire partant du règne de Constantin et allant jusqu’à Athanase, dans laquelle il développe les événements qui eurent lieu sous Zénon et Basiliscus, l’incendie de la bibliothèque publique et des statues de l’Augusteum, ainsi que quelques autres, en les déplorant sur un ton passablement emphatique et analogue à celui de la tragédie.

  • 215 Cod. 78, I, p. 161, 1. 36 et 41 bis-2 : Ἔστι δὲ ὁ συγγϱαφεὺς Φιλαδελφεύς (...) Σοφιστὴς δ’ἦν τò ἐπι (...)

186Toutefois, il n’y a pas de contradiction véritable avec certaines lignes du codex, où l’on peut lire215 :

L’historien est de Philadelphie (...) Il était sophiste de métier et, en matière de rhétorique, parvenu à un poste en vue ; il n’était pas étranger à la foi chrétienne.

187Originaire de Philadelphie, notre historien obtint sans doute une des chaires de rhétorique dans la capitale de l’Empire d’Orient. Ainsi s’explique le titre figurant dans la Souda.

  • 216 I, p. 161, 11. 31-35 : Οὗτοι oἱ ζ’τῆς ἱστοϱίας λόγοι ϰαὶ πϱοηγουμένους ὑποφαίνουσιν αὐτῷ λόγους ἄλλ (...)

188La difficulté consiste à concilier avec l’article du dictionnaire les notes de Photios sur les intentions de Malchos et sur ses réalisations216 :

Ces sept livres de son récit laissent entrevoir qu’il en a composé d’autres aussi, en guise de préambules : et c’est bien ce que font entendre les prémisses du premier des sept livres ; en tout cas, ils en auraient d’autres par la suite, si l’historien bénéficiait d’un supplément de vie, comme l’indique la fin du septième livre.

  • 217 I, p. 160, 11. 6-7 : Ἀνεγνώσϑη Μάλχου σοφιστοῦ Βυζαντιαϰὰ ἐν βιβλίοις ἑπτά.

189La description de Photios fait état d’un ouvrage en sept livres217 :

Lu de Malchos le sophiste des (Histoires) byzantines en sept livres.

  • 218 Respectivement cod. 77 (I, p. 158, 1. 34 - p. 160, 1. 4) ; 79 (p. 161, 1. 4 - p. 166, 1. 5) ; 80 (p (...)
  • 219 I, p. 160, 11. 7-9 : Ἄϱχεται μὲν ἐξ οὗ Λέοντα τòν βασιλέα ἡ νόσος ἐπίεζε, τούτῳ δὲ τῆς βασιλείας ἔτ (...)

190Le vocable Βυζαντιαϰά a bien l’air de recouvrir un intitulé. Pour un ouvrage du même auteur, la Souda écrit simplement ιστορία « histoire » ou « récit ». Cette dernière forme est assurément plus usuelle pour les livres relevant du même genre littéraire. Qu’il suffise de citer, par exemple la Chronique historique d’Eunape de Sardes, l’Histoire de Candidos, les livres historiques d’Olympiodore de Thèbes218. Surtout, à considérer les descriptions de la Souda et de Photios, il n’apparaît pas que les contenus des travaux mentionnés coïncidaient parfaitement. L’œuvre que recensa la source du dictionnaire portait assurément sur un registre chronologique beaucoup plus large : du règne de Constantin au début de celui d’Anastase (491), soit plus d’un siècle et demi. Le cadre à l’intérieur duquel se circonscrivait l’ouvrage lu par Photios était sensiblement plus étroit219 :

Il commence à partir du moment où la maladie se mit à accabler l’empereur Léon, quand la dix-septième année de son règne tirait à sa fin.

  • 220 I, p. 161, 11. 26-30 : Ταῦτα διεξιών, διέξεισι ϰαὶ τὰ ἐπὶ Ῥώμης ϰαὶ τέλος τοῦ ἑβδόμου λόγου ποιεῖτα (...)

191Le dernier fait précis rapporté eut l’Occident pour théâtre220 :

Au cours du récit, il raconte aussi les faits romains et il met fin à son septième livre avec la mort de Népos, qui, après avoir expulsé Glycérius du commandement et s’être emparé du pouvoir à Rome, l’avait fait tondre pour lui donner l’aspect d’un clerc et l’avait mis à la tête d’un évêché au lieu de l’Empire ; à la suite d’un nouveau complot, c’est par lui qu’il fut assassiné.

  • 221 Η. HUNGER, ο.l.. I. p. 284 ; au printemps 480, d’après E. STEIN (o.l., II, p. Bruges, 1949, p. 48)  (...)
  • 222 On peut ajouter aussi qu’un détail relatif à des statues est rappelé au cod. 80 (Olympiodore), I, p (...)

192Or Népos périt en 480221. Dans la description de Photios, il n’est pas un des traits rapportés qui ne porte sur les luttes politiques du temps. En revanche, si les événements dont la Souda rapporte les plus caractéristiques sont bien contemporains, on peut se demander légitimement s’ils avaient trouvé place dans les (Histoires) byzantines. L’incendie d’une bibliothèque de 150.000 volumes eût dû retenir l’attention de Photios222.

  • 223 La notice de LAQUEUR (o.l., col. 852) ne tient pas compte de tous les éléments du texte. Si la Soud (...)

193On voudrait en savoir davantage sur les parties de l’œuvre dont nous n’avons pas trace ailleurs (Constantin-fin de Léon ; fin de Zénon-intronisation d’Anastase), et surtout sur les livres rédigés précédemment. On a trop peu prêté attention au fait que la promesse de Malchos est transmise par Photios comme une citation : elle n’indique pas que Malchos se sentait proche de la mort, mais que, si Dieu ou le destin lui accorde de vivre encore, il complétera son œuvre. On peut donc supposer qu’au moment où il mettait le point final à ses Histoires byzantines, il nourrissait des projets plus ambitieux. Les livres contenant le récit de la fin du règne de Zénon constituent peut-être la réalisation d’une partie du plan. Si Photios est si discret sur la nature et la substance des parties déjà mises par écrit, c’est apparemment qu’il n’en savait pas plus que nous en raison du laconisme de Malchos. Toutefois, on peut supposer que certains de ces livres contenaient au moins en partie la matière des événements qui se déroulèrent jusqu’au règne de Léon. Que les (Histoires) byzantines aient formé la première esquisse de l’ensemble est somme toute assez vraisemblable. C’est en tout cas l’ouvrage que Photios eut entre les mains. Par la suite, celui-ci a dû être complété à la fois par le début, grâce à l’adjonction de parties déjà terminées, par le centre, à la suite de l’incorporation d’épisodes traités sur un ton rhétorique ou de morceaux de bravoure, enfin, à l’autre extrémité, par addition de pages portant sur les dernières an nées de Zenon. Ainsi s’expliquent, à mon sens, les divergences entre les descriptions de Photios et de Souda, le fait aussi que la seconde adresse à l’historien des reproches sur le style que l’on ne trouve pas du tout chez le premier223.

  • 224 I, p. 161, 11. 36-41 bis. Photios trouve que l’œuvre de Malchos est un modèle de style historique.
  • 225 Eunape, païen (cod. 77, I, p. 158, 11. 5-6) ; Candidos, chrétien orthodoxe (cod. 79, I. p. 162, 11. (...)
  • 226 Pour un document analogue, voir ici même les pages consacrées à Héliodore (pp. 273-280).

194Telles sont les conclusions qu’autorise l’analyse interne des documents. Plus difficile est de montrer le processus qui a conduit Photios a découvrir les traits les plus marquants de la personnalité de l’écrivain. On l’a vu, il ne saurait être question d’un emprunt pur et simple à la Souda. Dans la Bibliothèque, la notice n’est pas d’un seul tenant. Entre les parties asymétriques s’insère la critique de style usuelle224. La disposition suggère le recours à des sources disparates, sans que ceci signifie pour autant la consultation d’un quelconque dictionnaire pour la plus longue des deux. La locution « il n’était pas étranger à la foi chrétienne » a toutes les apparences d’une déduction tirée du texte. Un spécialiste ou un bibliographe averti eût tranché la question avec plus de netteté. On sait, d’autre part, qu’aux yeux de Photios, les convictions religieuses des historiens de l’époque avaient une importance considérable. Dans la revue des historiens du ve siècle qui forme la substance des codd. 77-80, le choix de chacun est rappelé à toute occasion225. Autant que l’on puisse voir, Malchos ne s’était pas engagé trop loin sur un terrain brûlant à l’époque ; aussi, en lecteur prudent, Photios ne s’est-il pas prononcé franchement, parce que rien ne le lui permettait. À la différence de cette information, les autres données ont un caractère tout à fait ponctuel. Que Malchos fut un sophiste professionnel, c’est ce qu’indiquait déjà l’intitulé du manuscrit. Le poste qu’occupait l’historien dans la hiérarchie de l’enseignement était-il mentionné dans le corps de l’œuvre ? En l’absence du moindre texte, toute certitude est hors de portée. La présence du terme « sophiste », au début puis à la fin du codex, où il est complété par d’utiles précisions, donne à penser que les (Histoires) byzantines qu’eut Photios entre les mains étaient munies d’une sèche note d’« éditeur » sur le métier de l’écrivain226. La source de la Souda (Hésychios ?) et Photios traitaient d’œuvres distinctes. Si, pour la biographie de Malchos, Photios en dit davantage, la différence tient à une présentation plus érudite de l’œuvre qu’il exhuma.

C 9. Jean d’Égée (codd. 41, 55)

  • 227 Le fait a été bien reconnu par W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 69-70. Voir M. GEERARD, CFG, III, p. 400, (...)

195Au cours de ses lectures, Photios eut affaire à deux écrivains nommés Jean qu’il eut quelque peine à distinguer l’un de l’autre. Le premier était un historien du vie siècle, connu sous l’appellation de Jean Diacrinomenos227. Visiblement, Photios n’eut accès qu’au premier volume de son œuvre, dont le second devait déjà avoir disparu de son temps :

  • 228 I, p. 25, 11. 2-6 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωάννου ἐϰϰλησιαστιϰὴ ιστορία. Ἄϱχεται ἀπò τῆς Θεοδοσίου τοῦ νέου βασ (...)
  • 229 Ρ. 26, 11. 15-19 : Τῆς μέντοι γε ἱστοϱίας αὐτοῦ δέϰα τυγχάνουσι τόμοι, ὡς ϰαὶ αὐτòς εκείνος ἐπαγγέλ (...)

1228. Lu de Jean une Histoire ecclésiastique. Elle commence par le règne de Théodose le Jeune, en somme, par le blasphème de Nestorius et par sa déposition, et il descend jusqu’à Zénon et la déposition de Pierre l’hérétique, qui s’était glissé sur le siège d’Antioche.
2229. Quant à son Histoire, elle est composée en dix sections, comme il l’annonce luilui-même ; il nous est échu d’en lire les cinq qui contiennent, comme nous l’avons dit, la période allant du blasphème de Nestorius à la déposition de Pierre l’hérétique.

  • 230 Ε. HONIGMANN, o.l., pp. 1-6.
  • 231 Voir supra n. 1.

196Pierre le Foulon, en tant que patriarche d’Antioche, eut un épiscopat pour le moins mouvementé : avant d’être définitivement destitué en 488, il gagna le siège à trois reprises, en 471, en 475 et en 485230. Le long règne de Théodose II (408-450) connut tous les développements de la crise produite par l’hérésie de Nestorius : on peut donc supposer que l’Histoire ecclésiastique commençait par une relation du concile d’Éphèse (431) avec tous ses prodromes. Si la narration couvrait au moins l’année 526, comme le suppose W.T. Treadgold231, on peut parler d’une structure approximativement symétrique.

  • 232 P. 26, ll. 7-12 : Διέρχεται δὲ τὴν τϱίτην σύνοδον τὴν ἐν Ἐφέσῳ λεπτομεϱῶς. Ἀλλὰ ϰαὶ τὴν μετὰ ταύτην (...)

197À lire la description de Photios, les sentiments monophysites de Jean ne peuvent faire l’ombre d’un doute232 :

Il fait un récit minutieux du troisième concile, celui d’Éphèse, mais également de celui qui fut réuni par la suite dans la même ville, je veux dire le « Brigandage (d’Éphèse) » ; c’est à ce dernier qu’il adresse de la vénération, ainsi qu’à son président Dioscore et aux membres de son parti. Il relate aussi le concile de Chalcédoine, mais en le persiflant.

  • 233 Ρ. 26, ll. 12-15 : Ἐξ ὧν ἔστι συμβαλεῖν Ἰωάννην εἶναι τòν πατέρα τού βιβλίου τòν πϱεσβύτεϱον τòν Αἰ (...)

198Pressé d’identifier son écrivain, Photios se livre alors à une intéressante hypothèse233 :

D’où il est permis de conjecturer que Jean, l’auteur de ce livre, est le prêtre d’Égée qui, en particulier, composa également, en tant qu’hérétique, un livre contre le concile de Chalcédoine.

  • 234 Cod. 55, I, p. 45. II. 30-43.
  • 235 Ρ. 45, 11. 1-5 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ἐν τῷ αὐτῷ ϰαὶ Ἰωάννου ἄλλου, τήν θρησκείαν Νεστοριανού, κατά τῆς αὐτ (...)

199D’où provient l’information ? À première vue, la réponse est évidente. Au cours de sa quête de bibliophile, Photios exhuma plus tard — au moins, si l’on s’en tient à l’ordre de présentation des chapitres — un volume renfermant deux réfutations des dogmes adoptés à Chalcédoine. Elles avaient pour auteurs deux Jean. Le premier n’était autre que le célèbre Philopon234 (cod. 55) ; le second nous intéresse davantage235 :

Lu dans le même volume, d’un autre Jean aussi, d’opinion nestorienne, contre le même quatrième saint concile. C’est celui-ci qui est l’Égéate ; c’est un impie sans doute, mais il a usé d’un beau langage et d’un style doux, accompagné de clarté et d’éclat.

  • 236 Μ. GEERARD, CPG, III. ρ. 369, η” 7271.
  • 237 Ch. MOELLER, o.l., p. 654 (suite de la n. 23 à la p. 653) ; pour ceci, on lira M. RICHARD, La lettr (...)

200De l’ouvrage de Jean Philopon ne subsistent que des fragments dans la Chronique de Michel le Syrien236 ; de l’ouvrage homologue, rien. En tout cas, il n’y a sûrement pas lieu de confondre le monophysite du codex 41, qui vécut dans le second quart du vie siècle, avec le nestorien du cod. 55, qui entretint une polémique avec Théodoret237.

201Au moment de rédiger son analyse de l’Histoire ecclésiastique, Photios était en droit d’émettre une hypothèse sur l’identité de l’écrivain. Au terme du cod. 55, il ne pouvait plus ignorer ni que l’historien était monophysite ni que l’adversaire du concile de Chalcédoine était, en fait, nestorien. Aussi l’indication qui vient en dernier lieu a-t-elle toutes les apparences d’un repentir. On a donc toute raison de supposer que la conjecture du cod. 41 est sans rapport avec la lecture du traité recensé au cod. 55.

  • 238 Cod. 23, I, p. 14, 11. 37-2.

202D’où vient-elle ? On doit bien avouer son ignorance, et l’on est réduit au jeu stérile des conjectures. Précédemment, Photios a donné le compte rendu d’un ouvrage des monophysites Conon, Eugène et Thémistios contre Jean Philopon. Comme ce dernier, ils étaient d’irréductibles adversaires du concile de Chalcédoine238. On peut croire que le titre de Jean d’Éigée avait été mentionné au cours de l’argumentation, sans qu’ait été avancée pour autant sa qualité de nestorien : sous peine d’affaiblir leur propre cause, la réticence des trois théologiens eût été des plus logiques. C’est ce qui expliquerait la timidité de la première suggestion de Photios au cod. 41, et l’erreur. Seule l’heureuse trouvaille du traité dirigé contre le quatrième concile (la Bibliothèque, pas plus que pour celui de Jean Philopon, n’en a donné le titre véritable) permit de restituer son identité exacte à Jean d’Égée.

C 10. Basile de Cilicie (cod. 95)

  • 239 Cod. 107, II, p. 74, ll. 35-36 (en seize livres, voir p. 77, 1. 31).
  • 240 II, p. 74, 1. 36 - p. 77, 1. 33.
  • 241 II, p. 77, ll. 34-37 : Ἦν δ’οὗτος ὁ Βασίλειος πϱεσβύτεϱος, ὡς αὐτός φησι, τῆς ϰατὰ Ἀντιόχειαν ἐϰϰλη (...)

203Photios eut la chance de lire le dialogue qu’un certain Basile de Cilicie rédigea auV Ie siècle contre Jean de Scythopolis239. Extrêmement minutieuse240, l’analyse de fond s’achève par une sèche note biographique241 :

Ce Basile était prêtre, comme il le dit lui-même, de l’église d’Antioche, au temps où Flavien en était le patriarche et où Anastase régnait sur les Romains.

  • 242 Voir E. HONIGMANN, o.l., p. 81 et R. HENRY, II, p. 74, n. 2.

204La perte intégrale de l’œuvre ne permettra jamais de savoir dans quelle partie Photios a découvert le renseignement. On a prétendu longtemps que notre écrivain n’était autre que le très orthodoxe Basile d’Irénopolis en Cilicie, évêque de la cité, sous Anastase également. L’identification est peu plausible, car l’auteur du dialogue n’eût pas manqué sans doute de se prévaloir de sa qualité d’évêque242.

  • 243 Cod. 42, I, p. 26, ll. 21-25 et 1. 32 - p. 27, 1. 35 : Ἀνεγνώσϑη Βασιλείου Κίλιϰος εκκλησιαστική ισ (...)

205Surtout, les lignes que l’on vient de lire dans la Bibliothèque sont fort significatives de l’honnêteté intellectuelle du recenseur. Longtemps avant, au moins si l’on s’en tient à l’ordre où se présente sa somme, Photios a analysé un autre ouvrage important du même auteur ; il en décrit les limites de la façon suivante243 :

Lu de Basile de Cilicie une Histoire ecclésiastique. Elle commence par la mort de Simplicius de Rome, qui écrivit à Acace de Constantinople de s’abstenir de tout commerce avec Pierre, surnomé l’« Enroué », qui souillait Alexandrie (...) et il descend jusqu’au décès d’Anastase qui, durant vingt-sept ans et trois mois, comme il le dit, se maintint à la tête de l’empire ; après lui, ce fut Justin le Thrace, écrit-il, qui fut proclamé empereur.

  • 244 I, p. 27, 11. 38-2 : Λέγει δὲ οὗτος ώς ε’ίησαν αὐτῷ ϰαὶ ἕτεϱαι δύο πεπονημέναι βίβλοι, πϱώτη ϰαὶ τϱ (...)

206Or, selon toute apparence, Photios n’avait eu accès qu’au tome second de l’Histoire ecclésiastique244 :

Il dit qu’il y aurait encore deux autres livres écrits par lui, un premier et un troisième ; l’un commencerait à l’empereur Marcien et finirait à Zénon, où le deuxième avait commencé ; le troisième ferait son prélude de la fin du deuxième et commencerait au règne de l’empereur Justin.

  • 245 I, p. 27, n. 3.

207La disparition de l’ouvrage nous laissera toujours ignorer, cette fois encore, où Photios a pris le renseignement. Le fait que Basile ait pu citer lui-même une partie dont la composition eût dû être logiquement postérieure donne à penser que l’achèvement du livre II fut le dernier en date. L’essentiel n’est pas là à mes yeux. Comme l’écrit R. Henry245, « Un auteur qui voudrait tromper son monde en exagérant son propre savoir aurait, je crois, tout simplement parlé d’un ouvrage en trois livres, puisqu’il pouvait, de toute façon, en indiquer le contenu ». Photios veut d’autant moins égarer son lecteur qu’il n’a pas craint de multiplier les indications d’emprunt : optatif et infinitif de style indirect foisonnent dans la phrase grecque.

  • 246 C’est le jugement de Ch. MOELLER (Le chalcédonisme et le néo-chalcédonisme en Orient de 451 à la fi (...)
  • 247 Voir M. GEERARD, CPG, III, pp. 298-299, n” 6850-6852.
  • 248 Cod. 95, II, p. 48, ll. 5-8 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωάννου Σϰυϑοπολίτου σχολαστιϰοῦ ϰατὰ τῶν ἀποσχιστῶν τῆς ἐϰ (...)

208Le scholastique Jean, évêque de Scythopolis, avec qui Basile eut maille à partir, possédait, autant que l’on puisse voir, une remarquable culture profane246. Auteur d’un traité Contre Sévère et d’une Apologie du Concile de Chalcédoine, il fut aussi le premier scholiaste du corpus du pseudo-Denys l’Aréopagite247. Photios a donné une analyse succincte d’un traité qu’il décrit en ces termes248 :

Lu de Jean de Scythopolis le scholastique Contre les schismatiques de l’Église ou Contre Eutychès, Dioseore ainsi que contre ceux qui ont des croyances semblables et qui rejettent la proclamation que le Christ (est) en deux natures.

  • 249 Ll. 9-10, avec la répartition du livre en douze sections.
  • 250 Ll. 10-16.
  • 251 II, p. 48, ll. 16-23 : Ὁ δέ γε τοῦ τῶν ἀποσχιστῶν συγγϱάμματος πατήϱ, ϰαϑ’οὗ ϰαὶ ὁ Σϰυϑοπολίτης οὗτ (...)

209La rédaction du chapitre ne permettra jamais de savoir si le présent ouvrage est identique au Contre Sévère ou à l’Apologie. Photios se contente ensuite d’indiquer l’occasion qui présida à la composition du livre249, puis de procéder à une critique visant tant le fond que le style250 Ce qui est plus surprenant, c’est la longue note qui achève le codex251 :

1. Quant à l’auteur du traité des schismatiques, contre lequel aussi cet écrivain de Scythopolis a monté son écrit, il a caché son nom propre, donnant à son texte le titre fallacieux de « Contre Nestorius », afin que, grâce au titre du traité, il eût (le moyen) de ravir les esprits simples pour se faire entendre.
2. Peut-être est-ce Basile de Cilicie, qui composa aussi plus tard contre Jean un dialogue dramatique et digne de sa croyance.

  • 252 II, ρ. 48, η. 2.

210On voit le problème. Dans son analyse de l’Histoire ecclésiastique de Basile au cod. 42, Photios ne trouve pas à relever la moindre déviation dogmatique. D’autre part, le dialogue contre Jean de Scythopolis ne fait l’objet d’un compte rendu qu’au cod. 107. Faut-il en conclure, à la suite de R. Henry252, que « le peu que Photius en dit ici porte à croire qu’il avait lu cet écrit au moment où il dictait le présent ‘codex’ » ?

  • 253 C’est le procédé utilisé dans le chapitre consacré à Eusèbe de Thessalonique, cod. 162, II, p. 129, (...)
  • 254 Explicitement noté au cod. 17, I, p. 12, 1. 36.
  • 255 II, p. 78, ll. 5-11 : Καὶ τὴν αἵϱεσιν δὲ Νεστορίου νοσῶν Νεστόϱιον μὲν οὐϰ οἰϰειοῦται, Διόδωϱον δὲ (...)

211Je n’en suis pas convaincu. La structure du chapitre, que j’ai développée plus haut, est des plus classiques. Si la portée de l’ouvrage pouvait se découvrir à la seule lecture du livre de Jean, Photios eût dû, en bonne logique, indiquer 1 au moment où il rappelait les circonstances de la composition253. D’autre part, on a vu que le factum de Jean s’adressait expressément aux disciples d’Eutychès et de Dioseore, soit aux monophysites. Or, dans le cod. 107, les coryphées du parti condamné à Chalcédoine254 n’ont même pas les honneurs d’une citation. Évitant les généralisations théologiques hardies, Photios écrit prudemment255 :

Quoique contaminé par l’hérésie nestorienne, il ne fait pas sien le parti de Nestorius, mais pare Diodore et Théodore du titre de Pères. Et, à saint Cyrille, il ne jette pas le blasphème à la face avec autant d’impudence ; quant à Jean, d’autre part, contre qui il a monté son écrit, il ne prend appui sur rien d’autre, dit-il, que sur les 12 chapitres de Cyrille et surtout, dit-il, sur le douzième qui introduit par surcroît la souffrance de Dieu.

  • 256 Voir, sur ce point, mon paragraphe sur Théodore, ici même, p. 477-483.
  • 257 II, p. 75, ll. 23-25 : Ἐν μὲν οὖν τῷ πϱώτῳ λόγῳ τòν πϱόλογον ἀπαϱτίσας, ϰατὰ δύο ϰεφαλαίων ἵσταται, (...)

212Avouer une dépendance intellectuelle vis-à-vis de Diodore de Tarse et de Théodore de Mopsueste, condamnés tous deux comme précurseurs du nestorianisme à Constantinople en 553, c’est être infecté par l’hérésie256. L’allusion aux douze anathématismes de Cyrille vise un passage déjà mentionné parmi les têtes de chapitre dont Basile a donné la liste257 :

Donc, dans le premier livre, après avoir achevé le prologue, il se dresse contre deux chapitres ; l’un (est) « Que le Verbe a souffert dans la chair ».

  • 258 J. MEYENDORFF, Le Christ dans lu théologie byzantine, Paris, 1969, pp. 43-44 ; voir M. RICHARD, Pro (...)

213Loin de s’embarquer dans des discussions théologiques abstruses, Photios s’est contenté de synthétiser l’essentiel de l’enjeu. Cependant, on ne doit pas suspecter Basile de Cilicie pour la pureté de sa foi : défiant vis-à-vis de toute formule sentant, peu ou prou, le théopaschisme, mais desservant comme prêtre l’église d’Antioche dirigée par le très chalcédonien Flavien, comme il le proclame lui-même, notre auteur pouvait difficilement s’élever contre l’orthodoxie reçue. La doctrine qu’il prônait à titre personnel était celle de Chalcédoine conforme à la tradition antiochienne depuis Théodoret258.

  • 259 Voir aussi, mais avec des nuances importantes, Ch. MOELLER o.l., p. 653 n 23 (continuée p. 654).

214Prêtant le flanc au soupçon de nestorianisme, Basile ne pouvait également, dans le cod. 95, être taxé de monophysisme qu’au prix d’une contradiction interne. C’est ce qui fait croire que la notice terminant le chapitre a simplement été recopiée par Photios sans contrôle, à un moment où il n avait encore pu prendre connaissance du traité qui fait l’objet du cod. 107259. En revanche, jointe à l’ouvrage de Jean, elle serait venue fort opportunément éclairer les circonstances qui présidèrent à la rédaction du pamphlet. Pour qui n’y regarde pas de trop près ou qui est dépassé par la portée des débats, le souvenir de la polémique qui opposa Jean et Basile fournissait un nom à point nommé.

C 11. Nonnosos (cod. 3)

  • 260 Cod. 3, I, p. 4, ll. 20-24 : Ἀνεγνώσϑη Νοννόσου ιστοϱία ἐν ᾗ διαλαμβάνεται πϱεσβεία αὐτοῦ πϱός τε Α (...)

215Du mémorialiste et voyageur Nonnosos, un contemporain de Justinien, nous ne savons pas grand-chose. La notice que Photios a consacrée à son livre n’offre que des renseignements mineurs sur la biographie de l’écrivain, lorsque se présente l’occasion de mentionner les ambassades auxquelles il eut à prendre part. Le titre même de l’œuvre n’est pas connu avec certitude, car la recension dit simplement260 :

Lu de Nonnosos un récit où est rapportée son ambassade chez les Éthiopiens, les Amérites, les Saracènes, les plus puissants d’entre les peuples d’alors, et aussi chez les autres peuples du Levant. Justinien à l’époque exerçait le pouvoir sur l’Empire romain.

  • 261 I, p. 4, 11. 34-39 et p. 4, 1. 41 - p. 5, 1. 4 : Ὁ μέντοι Κάϊσος, πϱòς ὃν ἐστέλλετο Νόννοσος, δύο γ (...)

216Les circonstances diplomatiques qui présidèrent au départ de Nonnosos sont évoquées dans la suite261 :

Quant à Kaïsos, chez qui était envoyé Nonnosos, il était à la tête des deux tribus les plus en vue chez les Saracènes, les Chindènes et les Maadènes. Ce fut chez ce Kaïsos que le père de Nonnosos déjà, avant que Nonnosos eût été désigné pour l’ambassade, avait été envoyé avec un ordre de mission de Justinien (...) Après cette époque, Nonnosos partit en ambassade avec un double but : ramener, si possible, Kaïsos à l’Empire, ainsi que se rendre auprès du roi des Axoumites (Elesbaas était à la tête du peuple), et, en outre, se présenter aussi chez les Amérites.

  • 262 I, p. 4, ll. 24-41.

217Obligé de préciser le rôle politique de Kaïsos, Nonnosos doit rappeler en même temps les services rendus par ses ancêtres au cours des négociations avec les peuples des marches orientales de l’Empire. Son retour en arrière se concrétise bien sous la forme d’un tableau262 :

Empereur

Roi

Diplomate

Mission

Anastase

Aréthas

grand-père de Nonnosos

paix avec les Saracènes

Justin I

Alamundar

Abramès, père de Nonnosos

libération de prisonniers

Justinien

Kaïsos

Abramès

paix et échange d’otages

Justinien

Kaïsos

Nonnosos

alliance et création de nouveaux liens

  • 263 PROCOPE, Guerre contre les Perses, I, 17, 44, p. 126 Vch. Le règne d’Alamundar dura cinquante ans ( (...)
  • 264 Pour les sources, on se reportera à E. STEIN (o.l., II, p. 92 avec la η. 1).
  • 265 O.l., IL pp. 298-299 et p. 299 pour la citation. LAQUEUR [dans son article Nonnosos 2 de la R.-E., (...)

218La libération par Alamundar (Mundhir III) des prisonniers "rimostrate et Jean est confirmée par Procope263, qui ne cite cependant ni Abramès ni l’ambassade byzantine. Quant à la paix conclue entre Anastase et Aréthas (le Kindite Harith), elle fut signée vers 502264. Kaïsos, le partenaire diplomatique auquel eurent affaire Abramès d’abord, puis Nonnosos, n’était autre que le petit-fils d’Aréthas, le poète Imroulkais, qui devint chef des Kindites et des Maadéniens. Le grand-père de Nonnosos demeurera sans doute toujours anonyme. Sur la partie diplomatique dont les protagonistes, du côté byzantin, furent Abramès et Nonnosos, il n’est pas possible de jeter une lumière satisfaisante. E. Stein n’hésite pas à écrire265 : « (...) il ne nous est pas possible de pénétrer entièrement ce jeu politique. Ce qui est certain c’est que le gouvernement byzantin travaillait inlassablement à soumettre à sa suprématie les pays avoisinant la mer Rouge, et qu’à l’avis de contemporains, il y réussit. »

  • 266 I, p. 4, 1. 23 - p. 5, 1. 11.

219Il est permis d’en dire davantage sur la méthode mise en œuvre par Photios. On a tôt fait de se rendre compte que la recension se répartit en deux sections inégales. La première s’achève par une phrase que l’on pourrait résumer par les mots : « Heureux qui comme Ulysse... »266. Je reviendrai plus loin sur la portée de cette similitude. La seconde renferme cinq fragments introduits par le ὅτι caractéristique de la technique des excerpteurs.

  • 267 I, p. 5, 11. 18-19. Voir R. HENRY, I, p. 5, n. 2.

220Sans doute faut-il réserver un sort spécial à l’un d’eux : par sa brièveté, par le sujet qui y est abordé (des noms de chaussures et de vêtements), il fait penser à une « note marginale que Photios, toujours curieux de langage, aurait insérée dans son sommaire »267.

  • 268 I, p. 5, ll 12-17.
  • 269 I, p. 5, 1. 20 - p. 6, 1. 34 ; p. 6, 1. 34 - p. 7, 1. 20 ; p. 7, ll. 21-38.
  • 270 I, p. 5, ll. 12-17 : Ὅτι Κάϊσος Ἀβϱάμου πάλιν πϱòς αὐτòν πϱεσβεύσαντος πϱòς τò Βυζάντιον παϱαγίνετα (...)

221Sauf un268, les trois autres ont été retenus pour leur intérêt ethnologique269. Il n’en va pas de même pour l’extrait isolé, qui revient aux manœuvres diplomatiques entamées par Abramès270 :

Que Kaïsos, après avoir reçu une nouvelle ambassade d’Abramès, se présenta à Byzance et, à la suite du partage de son pouvoir entre ses frères Ambros et Iézidos, il reçut lui-même de l’empereur le commandement sur la Palestine, emmenant avec lui un grand nombre de ses sujets.

222On ne peut guère voir dans les présentes lignes qu’un complément aux informations données précédemment sur la seconde mission d’Abramès. La présence de cet ajout ne s’explique que s’il rapporte des faits figurant dans le corps même du rapport de Nonnosos.

  • 271 I, p. 6, ll. 35-38 : Ὅτι διεστηϰέναι φησὶ τὴν Ἄδουλιν τῆς Αὐξούμεως ιε’ἡμεϱῶν ὁδόν. Ἀπιοῦσι δὲ εἰς (...)

223Selon toute apparence, le récit de Nonnosos devait suivre la chronochronologie ; c’est ce que laisse supposer un des fragments cités271 :

Que la distance, dit-il, d’Adoulis à Axoum est de 15 jours de voyage. Pendant que s’en allaient vers Axoum Nonnosos et ses compagnons, ils eurent sous les yeux un très grand spectacle aux environs de la place nommée Avé.

  • 272 I, p. 5, ll. 20-22 : (...) τῶν Σαϱακηνῶν οἱ πλεῖστοι, οἵ τε ἐν τῷ Φοινιϰῶνι ϰαὶ οἱ τοῦ Φοινιϰῶνος ϰ (...)

224Dans le fragment précédent, Photios relate les découvertes que fit Nonnosos dans les pays où vivaient272

la plupart des Saracènes, ceux de la palmeraie et ceux qui habitent au-delà de la Palmeraie et des monts nommés Tauréniens.

  • 273 R. HENRY, I, p. 194 (n. complémentaire ad l.) et cod. 250, VII, p. 180, ll. 31-33. Voir encore J. H (...)

225La palmeraie est une région d’Arabie située au sud de la péninsule du Sinaï : bien avant Nonnosos, Agatharchide en avait déjà parlé273.

  • 274 I, p. 5, ll. 7-11 : Ό δε Νόννοσος, πολλὰς μὲν ἐπιβουλὰς ἐϑνῶν ὑποστάς, πολλὰς δὲ ϑηϱίων χαλεπότητας (...)

226Or, c’est avant ces fragments que Nonnosos avait rapporté la fin du voyage274 :

Mais, après avoir essuyé maintes embûches de la part des populations, maintes difficultés à cause des fauves au long de la route, après être tombé mille fois dans maints embarras sur le terrain et dans des impasses, Nonnosos parvint cependant à réaliser ses plans et fut rendu sain et sauf à sa patrie.

  • 275 Il suffit de faire observer le balancement de la phrase, ainsi que la multiplication des allitérati (...)

227L’allure rhétorique de la phrase fait penser à la conclusion d’un développement sui generis275. C’est sans doute le même auquel Photios a emprunté les renseignements sur la lignée de diplomates à laquelle appartint l’écrivain. Le savant byzantin a travaillé en deux phases. De la préface ornant le récit du voyage, il a retenu les éléments touchant l’ascendance de Nonnosos, en même temps que les circonstances politiques qui le firent envoyer en mission. Dans le corps du livre, il a mis en exergue un passage éclairant un événement rapporté avec trop peu de précision dans la préface ; pour le reste, seuls les extraits offrant un intérêt ethnographique, géographique ou linguistique ont trouvé place dans le codex, qui ne renferme aucune critique de style.

C 12. Libanios (cod. 90)

  • 276 W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 188 (table VII).
  • 277 Souda A 486 s.v. Λιβάνιος · Ἀντιοχεὺς σοφιστής, τῶν ἐπὶ τῶν Ἰουλιανοῦ τοῦ βασιλέως χϱόνων ϰαὶ μέχϱι (...)

228Si l’on en croit G. Wentzel et W.T. Treadgold276, Photios n’aurait emprunté que deux lignes sur Libanios à l’« Épitomé » d’Hésychios. On lit sur le grand sophiste d’Antioche un article dans la Souda277 :

Libanios, sophiste d’Antioche, à l’époque de l’empereur Julien et jusqu’à Théodose l’Ancien, eut Phasganios pour père et fut disciple de Diophante. Il écrivit un nombre infini (de discours), parmi lesquels un éloge pour l’empereur Constance, un autre pour Julien, des exercices de rhétorique et des lettres.

  • 278 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 132 (« table I-Annotated Table of Contents »).
  • 279 Cod. 90, II, p. 16, ll. 11-21 : Ἀνεγνώσϑη ὁ Λιβάνιος ἐν τεύχεσι δυσίν. Οὗτος δὲ έν τοῖς πλασματιϰοῖ (...)

229Comme l’avait correctement observé le savant américain278, Photios avait recensé seulement les Discours. Toutefois, l’analyse que l’on a faite jusqu’ici du cod. 90 demeure courte et superficielle. Il vaut la peine de le relire en y distinguant les diverses composantes279 :

  • 280 G. WENTZEL. o.l., p. 42.

P 1280. Lu « Le Libanios » en deux volumes ;
N 1. mais cet auteur, c’est dans les discours qu’il a composés à titre fictif ou d’exercices, plus que dans ses autres productions, qu’il se surpasse par l’utilité qu’il présente.
P 2. En effet, l’excès dans le travail et le raffinement, qui caractérisent ses autres discours, ont gâté la grâce et le charme d’un style respirant le naturel et, pourrait-on dire, l’improvisation, et ils les font tomber dans trop de manque de clarté, obscurcissant nombre de passages par des digressions ou quelques autres par suppression même du nécessaire. Par ailleurs, il y est le modèle et le type du style attique.

N 2. Il a un renom aussi dans la littérature épistolaire. On rapporte qu’il est l’auteur de compositions nombreuses et de tout genre.

  • 281 Voir W.T. TREADGOLD, o.l., p. 186 (« Table VI-References to books in Photius Letters’ »).

230On sait que Photios eut par ailleurs l’occasion de lire les Lettres de Libanios281. Mais ce fait ne signifie nullement que ce fût déjà le cas au moment où il rédigeait la Bibliothèque. C’est ce qui justifie l’architecture que j’ai proposée pour le chapitre. Le sigle P désigne tout ce qui revient au recenseur, N ce qu’il a découvert dans sa source.

  • 282 R. HENRY. II, p. 16 ad l.

231Un mot d’explication ne sera pas inutile. La traduction de R. Henry pour N 1 ne satisfait pas, faute de littéralité282 : « Cet auteur est plus utile dans ses discours fictifs et dans ses exercices que dans ses autres œuvres. » La locution « en effet » introduit une comparaison entre le constat qu’a pu faire Photios après lecture et les données qu’il doit à sa source. D’ailleurs N 1 ne renferme aucun jugement dépréciatif, à la différence de P 2. La portée de N 1 est de souligner le profit que peut rapporter une étude de tous les textes de Libanios : l’intention publicitaire tranche nettement sur la critique toute en nuances de P 2. Autant que l’on puisse voir, N 1 et N 2 étaient d’un seul tenant dans le document dont disposait Photios et n’avaient rien à voir avec l’«Épitomé»l’«Épitomé» d’Hésychios.

  • 283 J. MARTIN, dans J. M.-P. PETIT, o.l., pp. 40-41.

232L’analyse confirme par ailleurs ce que l’on sait depuis longtemps au sujet de l’histoire des œuvres libaniennes. Discours, Déclamations et Exercices préparatoires, Lettres relèvent de traditions distinctes. On ne peut guère en savoir davantage sur la protohistoire des textes. Du grand corpus originel des Discours, aucun témoin direct n’est conservé : sur plus de cent soixante manuscrits où figurent de telles pièces, seize seulement offrent l’Autobiographie qui venait certainement en tête de la collection antique283. Photios put disposer d’un corpus en deux volumes : la dispersion du recueil en choix multiples fit disparaître la note critique qu’il avait pu lire dans le volume.

C 13. Thémistios (cod. 74)

  • 284 Souda, Θ 122, s.v. Θεμίστιος · φιλόσοφος, γεγονὼς ἐπὶ τῶν χϱόνων Ἰουλιανοῦ τοῦ παϱαβάτου, ὑφ’οὗ ϰαὶ (...)

233On doit à la Souda une sèche indication biographique sur Thémistios284 :

Thémistios, philosophe, contemporain de Julien l’Apostat, par qui il fut aussi, comme gouverneur, placé à la tête de Constantinople.

  • 285 I, p. 153, ll. 8-15 : Ἤϰμαζε δὲ μάλιστα ἐν τοῖς Οὐάλεντος χϱόνοις, ὡς ϰἀϰ τῶν αὐτοῦ λόγων δῆλον. Ἐπ (...)

234Les notes de Photios n’ont rien emprunté à la source du lexique285 :

Le sommet de sa carrière se situa surtout au temps de Valens, comme on peut le montrer ne fût-ce qu’à partir de ses discours ; sous Constance, il était encore jeune ; c’est par lui qu’il obtint aussi un rang au sénat des Romains, comme le montre la lettre en sa faveur envoyée par l’empereur au sénat même de Rome. Le père de Thémistios était Eugène, qui s’occupa aussi lui-même de philosophie.

  • 286 J’emprunte les dates à A. PIGANIOL (L’Empire chrétien, Paris, 1947). D’après les historiens de la l (...)
  • 287 Πεϱὶ φιλοσοφίας ἢ Κωνστάντιος qu’il prononça sans doute en 350, à Ancyre. Voir H. SCHENKL-G. DOWNEY (...)
  • 288 Nous avons conservé le document qui atteste la nomination de Thémistios au sénat. On peut le lire d (...)

235Il n’y a pas lieu d’émettre le moindre doute sur le procédé utilisé. Photios déclare avoir lu des éloges et des panégyriques en l’honneur de Constance II (335-361), de Valens (364-378), de Valentinien II le Jeune (383-392) et de Théodose le Grand (379-395)286. Nous possédons en effet les œuvres mentionnées. Dans l’édition de H. Schenkl - Cr. Downey - A.F. Norman, le discours 1 s’intitule De l’amour des hommes ou Constance287. De même, les éloges impériaux sont conservés dans le corpus des discours de Thémistios288.

  • 289 20 (En l’honneur de son père) : septembre ou début d’octobre 355 d’après G. DAGRON, o.l., p. 24.
  • 290 20, II, pp. 4-5 Schenkl et al. : Ἦ που νῦν σε ἐϰεῖνος, ὦ ϑεία ϰεφαλή, ϰυδαίνει τε ϰαὶ ὑπὲϱ τοὺς ἄλλ (...)

236La dernière indication, portant sur le père de l’orateur-philosophe, est, comme les autres, tirée du recueil. Thémistios avait composé pour lui une oraison funèbre289, où le rôle d’exégète d’Eugénios est nettement souligné290 :

Certes, à présent, ô tête divine, c’est lui (sc. Aristote) qui te glorifie, te place au-dessus des autres dans son affection et ne sait pas, sous l’effet de la joie, comment te rendre grâce pour l’explication orale que tu as faite d’Aristote, avec plus de brio que Bacis et Amphilytos pour (l’oracle) de Loxias, et de la sagesse dont il avait dissimulé dans les ténèbres et enveloppé d’obscurité la découverte et la pratique, soucieux qu’il était de ne pas porter ombrage aux gens de bien et de ne la point jeter (en pâture) dans les carrefours. Mais toi, distinguant ceux qui le méritaient, tu la dépouillais pour eux de ses ténèbres, et tu mettais à nu ses prestiges.

  • 291 Dans la Démégoria de Constance, III, p. 127 Schenkl et al. : Τίς δὲ οὗτός ἐστιν, οὐδὲ ὑμεῖς ἀγνοεῖτ (...)

237Pourtant le nom propre n’est pas mentionné. Point n’est besoin d’évoquer une note marginale de l’édition qu’aurait lue Photios. Une des pages parcourues donnait sans ambiguïté tous les renseignements désirables291 :

Oui est cet homme, vous ne l’ignorez pas non plus ; il suffit de dire son nom pour désigner la fine fleur de la philosophie, et il n’est ni contrée ni peuple ni cité qui n’ait entendu l’écho de la gloire d’Eugénios.

  • 292 Le personnage a fait l’objet d’un bref article par O. SEEK, s.v. Eugenias 2, dans la R.-E., VI (190 (...)

238Dans la notice de la Bibliothèque, la succession des données sur Constance II et sur Eugénios292 suggère que la source était sans doute bien la lettre impériale.

  • 293 I, p. 153, ll. 15-21 : Τούτου τοῦ Θεμιστίου εἰς πάντα τὰ Ἀϱιστοτελιϰὰ φέϱονται ὑπομνήματα · οὐ μόνο (...)

239La partie du codex réservée à Thémistios s’achève par un catalogue partiel des œuvres philosophiques293 :

Sous le nom de ce Thémistios circulent des commentaires à toutes les œuvres d’Aristote ; outre ces commentaires, nous avons de lui aussi des paraphrases, qui sont des abrégés réduisant jusqu’à l’utilitaire (le texte) des Analytiques, des livres Sur l’âme, de la Physique et d’autres ouvrages du même genre. Il existe aussi de lui des travaux d’exégèse sur les récits de Platon, bref (Thémistios) est un amoureux et un partisan de la philosophie.

  • 294 Cod. 212 (III, p. 119, 1. 18 - p. 123, 1. 3).
  • 295 Cod. 214 (III, p. 125, 1. 19 - p. 130, 1. 2) ; nouvelle recension au cod. 251 (VII, p. 189. 1. 22 - (...)
  • 296 Cod. 249 (VII, p. 126,1. 16 - p. 134,1. 14). Le document aurait été une des sources de la Vie de Py (...)
  • 297 Nous en saurons davantage lorsque mon savant compatriote M. Orner Ballériaux aura publié l’ouvrage (...)

240L’enjeu de ces lignes n’est pas mince. Entre autres, elles posent la question difficile des rapports qu’entretint Photios avec les œuvres philosophiques. On sait que les travaux du genre ne sont pas nombreux à être analyses dans la Bibliothèque. Pour ne point parler ni de Platon ni d’Aristote qui n’en ont point forcé l’entrée, on ne trouve guère à citer que les Écrits pyrrhoniens du sceptique Énésidème (80-70 aCn)294 et le traité du néo-platonicien du ve siècle, Hiéroclès295, Sur la providence, la destinée et l’accord de notre Ubre-arbitre avec la souveraineté divine, sans compter des extraits d’une Vie de Pythagore296. Dans le cas qui nous occupe, il ne semble pas que Photios ait eu le moindre contact véritable avec la partie philosophique de l’œuvre de Thémistios ou, en tout cas, il n’a rien laissé transparaître d’intéressant sur leur contenu297.

  • 298 Par M. WALLIES dans CAG VI, 1, Berlin, 1900. La partie conservée ne traite que des Seconds analytiq (...)
  • 299 Par R. HEINZE, dans C.A.G., V, 3, Berlin, 1899.
  • 300 Par H. SCHENKL, dans C.A.G., V, 2, Berlin, 1900.

241Les paraphrases aristotéliciennes de Thémistios sont bien attestées et conservées dans leur majorité. Celles qui portent sur les Analytiques298, sur le De anima299 et sur la Physique300 ont fait l’objet d’éditions critiques dans la collection des Commentaria in Aristotelem graeca. La notice de Photios pose deux problèmes : l’un touche les « commentaires aristotéliciens » de Thémistios, l’autre ses travaux d’exégèse sur Platon.

  • 301 P. 251, ll. 12-13 Flügel. Traduit par Abd. BADAWI (La transmission de la philosophie grecque au mon (...)
  • 302 Editée par M.C. LYONS, dans les Oriental Studies, IL Voir la note précédente.
  • 303 Editée par Mgr G. VERBERE, dans le Corpus Latinum Commentariorum in Aristotelem Graecorum, I. Louva (...)
  • 304 C. STEEL, o.l., respectivement pp. 672-674 et pp. 678-679.
  • 305 C. STEEL, o.l., p. 679. À ces textes, on peut ajouter un traité que Thémistios rédigea En réponse à (...)

242Faut-il croire que, comme le donne à entendre Photios, Thémistios avait en effet laissé des « commentaires » au traité Sur l’âme ? À première vue, le Fihrist paraît bien s’être prononcé dans le même sens301 : « Thémistios l’a commenté en entier : il a commenté le premier livre en deux maqalahs, le deuxième en deux maqalahs, et le troisième en trois maqalahs. » D’une œuvre qui a couru sous ce titre, nous ne possédons plus que des traductions arabe302 et latine303 ; toutefois, les spécialistes s’accordent à la décrire comme identique à la paraphrase conservée dans la langue originale. Cependant, on a essayé de montrer que l’on pouvait tenter d’exhumer des fragments grecs des « commentaires » perdus, notamment pour les traités Sur l’âme et Seconds Analytiques304. Il ne faudrait voir en eux que les premiers essais d’une jeunesse studieuse, divulgués à l’insu de leur auteur et conçus à usage rigoureusement personnel305. Dans le cas des « commentaires » au premier, une référence au Fihrist est inutile : à juste titre, M.O. Ballériaux me fait observer que le nombre (7) des maqalahs répond très exactement à celui des livres de la paraphrase. Comme on le lira plus loin, la terminologie arabe pèche trop par imprécision pour autoriser une distinction réelle entre « paraphrases » et « commentaires ».

  • 306 G. DAGRON, o.l., p. 16 ; W. STEGEMANN, o.l., col. 1655.

243Quant aux exégèses platoniciennes de Thémistios, il n’en existe pas la moindre trace dans la tradition ni directe ni indirecte. Pourtant, que l’orateur-philosophe ait consacré ses loisirs à des travaux de ce genre ne sort pas de la vraisemblance. Tout admirateur qu’il était de la pensée aristotélicienne, son père Eugenios n’avait pas pour autant négligé les productions du fondateur de l’Académie, et Thémistios s’était efforcé, au moins sur le plan intellectuel, de marcher sur les brisées paternelles. Au surplus, le corpus oratoire est marqué par une connaissance approfondie de l’œuvre platonicienne306.

  • 307 Autant que je sache, il n’existe pas d’étude qui ait retracé l’histoire de la tradition des œuvres (...)

244On admettra sans peine qu’au hasard d’un passage dans une bibliothèque ou dans un cabinet de lecture, Photios ait pu avoir entre les mains, voire feuilleter des paraphrases de traités aristotéliciens. Le verbe « nous avons vu » suggère une réminiscence peut-être lointaine : les ouvrages philosophiques n’étaient pas rangés à proximité du ou des volumes renfermant les discours. Rien là que de très logique : philosophie et rhétorique ne font pas appel aux mêmes lecteurs, et l’on peut supposer que les productions du premier type ont franchi les siècles par des voies toutes différentes307.

  • 308 Souda, l.l. : Γέγϱαφε τῆς Ἀϱιστοτέλους φυσιϰῆς ἀϰϱοάσεως παϱάφϱασιν ἐν βιβλίοις η’, παϱάφϱασιν τῶν (...)

245On comprend bien d’autre part que l’énumération de Photios soit inférieure en précision à celle de la Souda, que voici308 :

Il a écrit une paraphrase à la Physique d’Aristote, en 8 livres, une paraphrase des (premiers) Analytiques, en 2 livres, des « Démonstrations », en 2 livres, du (traité) Sur l’âme, en 7 livres (il a ajouté des notes de son cru sur le but et le titre), sur les Catégories, en 1 livre, et des conférences.

  • 309 G. DAGRON, o.l., p. 222. Voir supra, n. 1.
  • 310 W. STEGEMANN, o.l., col. 1651 ; G. DAGRON, o.l., p. 15, n. 77.
  • 311 Le substantif μετάφρασις est celui dont use PLUTARQUE (Démosthène, 8, 2) pour désigner les exercice (...)
  • 312 W.T. TREADGOLD (o.l., p. 73), et le tableau no VII (p. 188), et G. WENTZEL (o.l., p. 55) commettent (...)

246Le présent article est tributaire d’une source dont l’auteur était familiarisé avec l’œuvre philosophique, mais non avec les discours309. Aussi peut-on supposer que le terme « paraphrase » y reflète mieux l’intitulé de l’original que « métaphrase » de Photios310. Les deux mots étant susceptibles d’acceptions sensiblement équivalentes, le temps a brouillé les cartes de la mémoire : toutefois, il serait exagéré de taxer Photios d’erreur sur ce point. Un terme technique a cédé la place à un autre qui l’était moins311. Sur le plan lexicologique, on retrouve ici une excellente application de la lectio facilior. Écrire, sans autre forme de procès, que Photios s’est contenté de reprendre à son compte les données de la Souda est une parfaite absurdité312.

  • 313 Sur le personnage, voir Ilona OPELT, Griechische Philosophie bei den Arabern, Munich, 1970, pp. 18- (...)
  • 314 La traduction est celle d’Abd. BADAWI, o.l., p. 101.
  • 315 Voir supra, p. 436.

247La question des rapports entre « commentaires » et « paraphrases » est plus délicate. On a vu plus haut combien ces deux parties de l’œuvre de Thémistios sont attestées d’inégales façons. À vrai dire, la distinction entre les deux n’a pas toujours été opérée dans la tradition avec une impeccable clarté. Ainsi, nous avons conservé une traduction arabe incomplète du livre Λ de la Métaphysique d’Aristote, rédigée par Ishaq ibn Hunain (ixe siècle)313 : or, elle reçoit tour à tour les titres d’« explication », de « commentaire » et de « paraphrase » selon les sources314. On l’a constaté, la tradition de la paraphrase du Sur l’âme est marquée par des hésitations semblables315.

  • 316 Maints chapitres de cette partie de la thèse en constituent une illustration suffisante.
  • 317 Je le rappelle, c’est ce que faisait C. STEEL, o.l., p. 676.
  • 318 Voir déjà plus haut, p. 436, n. 22. Aux paraphrases aristotéliciennes, énumérées par G. DAGRON (o.l (...)

248Photios a eu entre les mains ou sous les yeux, sans que toutefois ceci implique qu’il en ait pris une connaissance autre que très cursive et superficielle, des volumes portant en épigraphe « paraphrases » (peut-être « métaphrases »). Mais, pour ceux qu’il nomme «commentaires»,res », il n’en fut pas ainsi. La formule φέρονται est une de celles auxquelles il recourt le plus volontiers pour citer des œuvres qui demeurèrent inaccessibles316. Le choix du vocable υπόμνημα n’est pas imputable à Photios. L’exemple des traducteurs et philosophes arabes dissuade de presser l’acception du mot pour opposer les commentaires aux paraphrases (ou métaphrases) connues par ailleurs et d’y chercher l’indice de réalités nécessairement différentes317. Tout au plus le premier terme est-il plus vague ; peut-être recouvre-t-il d’autres textes qui n’entrent pas strictement dans la catégorie des paraphrases, comme la réfutation qu’adressa Thémistios à Maxime d’Éphèse318.

249On voit bien comment a procédé Photios. La source lui proposait des « commentaires » : dans son esprit, le mot désignait des ouvrages qui n’offraient point de similitudes avec les « métaphrases » que le hasard lui avait mises entre les mains. C’est ce qu’implique la locution οὐ μόνον δὲ ἀλλὰ ϰαί « autre » (I, p. 153, 1. 16) : elle n’a de sens que si elle exprime une comparaison entre le contenu supposé de documents hors d’atteinte et les textes que Photios avait eus à sa disposition.

250En est-il autrement pour ces mystérieux « travaux d’exégèse aux œuvres platoniciennes » dont Photios est le seul à nous transmettre le souvenir ? Pas plus que pour les « commentaires », le codex n’avance le moindre titre : de part et d’autre, l’imprécision est identique. Sans doute, dans les deux cas, faut-il supposer qu’un contact direct eût incité Photios à moins de discrétion.

251Il n’est que trop temps de conclure. Autant que l’on puisse voir, pour rédiger la partie proprement biographique de la notice, Photios n’eut recours qu’à l’œuvre oratoire. Le manuscrit qu’il eut sous les yeux ne renfermait aucun des travaux philosophiques. En revanche, selon toute apparence, le volume était muni d’une brève notice qui mentionnait des travaux portant aussi bien sur Aristote que sur Platon. La qualité marquante de cet ajout n’était pas la précision. Rien là que de très normal en somme, car il n’avait d’autre fin que d’exalter la personne de l’écrivain-philosophe. Tout éloge s’affaiblit par les détails qu’il prodigue, au moins dans le cas des personnages qui ne sont point dignes du tout premier rang. Celui-ci offre l’avantage de révéler Thémistios sous des facettes nouvelles : la lecture de son œuvre oratoire est donc grosse de profit, et par conséquent, le recueil est bon à faire connaître, à copier et à répandre. Le souci de publicité n’est pas la caractéristique la moins évidente de ce type de notice. Ainsi s’explique enfin le dernier trait :

(Thémistios) est un amoureux et un partisan de la philosophie.

252Bien qu’aucune preuve n’en puisse être administrée formellement, il ne doit, selon moi, rien au jugement littéraire du recenseur. Quand il le pouvait, Photios a comparé notice et réminiscences de textes. La technique de la collation, dont on retrouve trace fréquemment dans la Bibliothèque, est le fait d’un « scholar » attentif et honnête. On ne doit pas s’étonner de constater que Photios est à ce point tributaire de ses sources. Avant de le taxer d’erreur ou d’imprécision, on doit d’abord interroger chaque codex sur la nature du document mis en œuvre.

C 14. Basile de Séleucie (cod. 168)

253Comme on verra, le chapitre que Photios a réservé à Basile de Séleucie offre maintes difficultés que les spécialistes n’ont pu résoudre de façon satisfaisante. La partie proprement bio-bibliographique se répartit en deux ensembles séparés par une importante critique de style. On lit :

  • 319 Cod. 168, II, p. 160,ll. 26-29 : Ἔοιϰε δὲ οὗτος μᾶλλον εἶναι ἢ ὁ Καισαϱείας μέγας Βασίλειος ὁ τῷ τϱ (...)

B I319 Il semble que ce soit cet auteur, plutôt que le grand Basile de Césarée, qui fut l’ami et le compagnon (de monastère) de Jean Chrysostome, le trois fois bienheureux ; c’est à son intention aussi que fut composé le traité Sur lesacerdoce.

  • 320 II, p. 161, ll. 1-3 : Ἔστι δὲ Βασίλειος οὗτος ὁ ϰαὶ μέτϱοις ἐντείνας τὰ τῆς πϱωτομάϱτυϱος Θέϰλης ἔϱ (...)

B II320 Basile est cet auteur qui versifia aussi les travaux, les épreuves et les triomphes de la protomartyre Thécla ; (il y a) aussi d’autres écrits de lui.

  • 321 Anne-Marie MALINGREY, dans son édition du Sur le sacerdoce (Dialogue et homélie), Paris, 1980, SC 2 (...)

254On peut au moins mettre en cause la validité des spéculations chronologiques et littéraires de B I. Jean Chrysostome put être l’ami, non pas de Basile de Césarée, mais d’un écrivain postérieur, Basile de Séleucie. On sait que certains copistes ont, dans la tradition du Sur le sacerdoce, glosé le nom du protagoniste Basile par l’épithète « le Grand » : impossible de ne pas penser au prélat de Césarée. Mais le rapprochement est tenu pour inexact par la critique moderne321.

255La candidature de Basile de Séleucie n’a pas grand-chance de recueillir beaucoup plus de suffrages. Adepte de l’opportunisme en matière de politique théologique, Basile présida à la destinée de l’église de Séleucie au milieu du ve siècle, après 431 et au moins jusqu’en 468 : anathématisant Eutychès au synode de Constantinople en 448, il donna sa voix lors du « Brigandage d’Éphèse » en 449 au parti de ceux qui voulurent le réhabiliter, mais il le condamna derechef à Chalcédoine en 451. C’était donner des gages à l’orthodoxie, car il était lui-même menacé de déposition. Aussi ses dernières prises de position ne prêtèrent-elles plus au moindre soupçon de déviation par rapport à la ligne chalcédonienne.

  • 322 Je résume ici le développement du R.P.M. AUBINEAU (dans son édition des Homélies pascales, Paris, 1 (...)
  • 323 L’expression est d’A.-M. MALINGREY (o.l., p. 9).

256En 448, le compagnon de Jean eût atteint quatre-vingt-dix ans ; or, sa carrière épiscopale se prolongea quelque vingt ans encore322. De surcroît, Jean eût donné son amitié à un personnage dont la foi avait de singulières intermittences. Maintes homélies ont été mises sous le nom tantôt de Jean Chrysostome tantôt de Basile de Séleucie323.

  • 324 On en trouvera la liste dans le catalogue de J.A. DE ALDAMA, Repertorium pseudochrysostomicum, Pari (...)
  • 325 Je résume ici A.-M. MALINGREY (o.l., pp. 10-11).
  • 326 J’ai eu le bonheur de pouvoir consulter sur ce point un éminent spécialiste, mon ami le R.P. Bollan (...)

257On chercha alors un autre personnage historique, en faveur de qui il y aurait « de sérieuses présomptions »324. En fait, les titres si graves que Ton retient en faveur d’un troisième homme, Basile de Raphanée, se résument à deux lignes qui viennent tout à la fin du dialogue : « Je serai présent et je te consolerai et rien ne manquera de ce qui est en mon pouvoir. » L’expression se justifie mal si Jean et Basile ne sont point proches l’un de l’autre sur le plan topographique. Or, située sur la route d’Antioche à Émèse, Raphanée répond à cette condition325. Malgré l’assentiment de grands historiens de l’Église, on voit combien les bases de l’hypothèse sont fragiles326. Si, comme on le suppose aujourd’hui, le Basile en question est purement fictif, on ne voit pas le fondement sur lequel repose l’identification de B I.

  • 327 Cod. 96, II, p. 50, 1. 38 - p. 51, 1. 3 : Tὰ δὲ πολλὰ Βασιλείῳ συνῆν τῷ μεγάλῳ, ἀλλ’οὐχ, ὡς ἕτεϱοί (...)

258En procédant au compte rendu de la Vie de Jean par Georges d’Alexandrie, Photios avait eu précédemment l’occasion de s’intéresser au même problème. A propos de « Bouche d’or », il écrivait327 :

Le plus souvent, il était en compagnie de Basile le Grand — non pas, comme le disent d’autres (auteurs), en compagnie d’un autre — celui aussi que Mélétios ordonna diacre et que Jean préférait à tous les autres sur le plan de l’amitié. Basile renonça avant (Jean) à la vie profane et appela son ami à partager le même genre de vie que le sien, mais la mère de celui-ci jusque-là l’en empêchait.

  • 328 II, p. 160-161 (n. 2 de la p. 160 continuée).

259La présence de données aussi contradictoires à environ trente pages d’intervalle avait, à juste titre, frappé R. Henry328 : « En écrivant cette phrase, Photius a perdu de vue une donnée qui contredit celle-ci et qu’il a enregistrée au « codex » 96 (...) Là, Photius ne fait que résumer son modèle ; ici, on a plutôt l’impression, sinon qu’il donne une opinion personnelle, qu’il souscrit à celle qu’il rapporte. »

  • 329 GEORGES D’ALEXANDRIE, Vie, 5, p. 89 Halkin : Καὶ γάρ φίλους πολλοὺς εἶχεν ὁ μαϰάϱιος Ἰωάννης γνησίο (...)

260Ces réflexions sont d’une pertinence impeccable, encore que l’on souhaiterait être mieux éclairé sur la provenance de l’opinion à laquelle souscrivait Photios. Dans ses notes sur l’ouvrage qui a fait l’objet du cod. 96, le savant lecteur a condensé Georges avec un souci remarquable de l’objectivité et de l’exactitude. Pour s’en convaincre, il suffit de relire le passage correspondant329 :

Et, en effet, nombreux étaient les amis que possédait le bienheureux Jean, sincères, véritables, connaissant les lois de l’amitié et les respectant avec exactitude mais, en fait, celui qui les surpassait tous par son amitié pour lui, c’était le même Basile : il l’accompagnait tout le temps, car (tous deux) étaient le produit des mêmes études (...) (Basile) invitait le Bienheureux lui-même à rechercher sans attendre l’existence monastique, car lui-même avait, avant Jean, renoncé à la vie profane. (Jean) s’était laissé convaincre, et l’affaire était en (bonnes) mains, quand il fut empêché (de passer à l’) action par les appels répétés de sa mère.

  • 330 Οὐϰ ἦν Βασίλειος ὁ μέγας ἀλλὰ ἄλλος τις, Ἀντιοχεύς. Il s’agit de l’Athonensis Iviron 263 du xve siè (...)

261L’indication de Photios sur l’identité de Basile n’a guère de chances d’être le fruit d’une réflexion personnelle. Même si l’absence d’édition critique de la Vie de Jean n’autorise pas de conclusion ferme sur ce point, on doit probablement considérer qu’il tient la donnée du manuscrit dont il disposait. Ainsi, on peut lire en marge du manuscrit A, un des témoins utilisés par le R.P. Halkin330 :

Ce n’était pas Basile le Grand, mais quelqu’un d’autre, d’Antioche.

262Dans le cod. 96, la sécheresse de la parenthèse fait penser à l’emploi d’une source de provenance identique. Pour A, la date tardive du recueil où figurait la Vie ne signifie pas pour autant que l’annotation n’est qu’une conjecture d’un érudit de basse époque byzantine. La tradition a dû charrier par une voie analogue des indications du genre, soit qu’elles aient passé dans le texte, soit qu’elles aient figuré dans les marges ou dans les espaces interlinéaires. La contradiction qui oppose A et le cod. 96 donne à penser que les divergences séparant les érudits modernes sur l’identité du fameux Basile sévissaient déjà à haute époque byzantine.

263Qu’entre les indications du cod. 96 et de B I subsiste quelque disparate ne saurait en aucun cas passer pour surprenant. Ce ne pourrait l’être que si Photios avait fait de la solution des questions en litige un des objectifs importants de son ouvrage. En réalité, les faits, particulièrement la composition du chapitre, s’expliquent bien si l’on admet que B I ne doit, pas plus que le cod. 96, rien à d’hypothétiques recherches personnelles de Photios en la matière.

  • 331 II, p. 159, 1. 33 - p. 160, 1. 9. PG 85 coll. 27 A-473 B contient un corpus de quarante-deux homéli (...)

264Le recueil analysé au cod. 168 renfermait quinze homélies dont la liste nous est offerte331. Puis, comme je l’ai rappelé plus haut, B I et B II sont flanqués de deux importantes critiques de style. Il importe de les relire attentivement :

  • 332 II, p. 160, II. 10-26 ; Έν τούτοις οὖν αὐτοῦ τοῖς λόγοις τò μὲν τϱοπιϰòν ϰαὶ γοϱγòν ϰαὶ πάϱισον, εἴ (...)

C I332 Chez cet auteur donc, le style figuré, avec sa vivacité et ses membres de phrase équilibrés, plus que chez quiconque où on peut le voir mis en œuvre, la clarté et la douceur courent d’un bout à l’autre des discours. Mais l’excessive satiété que provoquent le langage figuré et les tours vifs, ou plutôt, leur continuité, leur fréquence intempérée et leur retour incessant suscitent déplaisir et critiques contre l’auteur ; ils provoquent un blâme contre l’écrivain qui ne peut, semble-t-il, donner à son naturel la forme de l’art et faire obéir son désordre à l’ordonnance de la règle. Toutefois, bien que son style abonde en tours figurés et que la forme du langage figuré coule elle-même de source, il ne lui arrive ni de se laisser emporter jusqu’à la froideur, si ce n’est fort peu, ni d’obscurcir la pensée faute de clarté, mais, grâce à la brièveté de ses membres de phrase et de périodes, par l’expressivité de son vocabulaire, il enlève au style figuré ce qui le rend difficile à saisir. Mais, cela étant, comme je le disais, la satiété gâte la grâce (de son style) et l’intempérance dans l’emploi du langage figuré ne laisse pas les règles de l’art s’exprimer avec franchise.

  • 333 Au cod. 96, II, p. 52, 1. 2, Photios mentionne le traité mais il ne fait que résumer le passage cor (...)

265Appréciation extrêmement nuancée, comme on peut voir, où le positif balance le négatif. Chez Basile, les excès du style asianique ne font jamais tort à la clarté de la pensée. À première vue, B I pouvait donner à supposer que, pour l’avoir lu ou étudié, Photios connaissait le traité de Jean Chrysostome Sur le sacerdoce. Cependant, on chercherait en vain dans la Bibliothèque la moindre trace d’un contact personnel avec l’œuvre333. En tout cas, la teneur de la suite du cod. 168 ne paraît pas autoriser une conclusion de l’espèce :

  • 334 II, p. 160, 1.29 - p. 161, 1. 40 : Πολλὰ γὰϱ ἴχνη τῶν ἐϰείνου ϰαὶ λόγων ϰαὶ νοημάτων, ϰαὶ μάλιστα τ (...)

C II334 Nombreuses sont, en effet, les traces tant des écrits que de la pensée de Jean, particulièrement là où il traite de l’Écriture sainte, qui se font jour dans les discours de Basile, comme si tous deux avaient puisé leur matière à la même source de connaissance. Et le maniement du langage figuré dans le sens de l’emphase ou du style familier constitue, pour l’intimité avec Jean et la lecture en commun avec lui, un indice non négligeable. Car cet auteur divin a fait aussi usage du style figuré, même si c’est en le tempérant et avec beaucoup d’opportunité. Il y mélange la simplicité à l’emphase qui en est l’effet, il polit celle-ci avec un bonheur naturel et fait de tout son style l’image même du style oratoire.

  • 335 L’œuvre paraît bien avoir été fort répandue, à en juger par l’ampleur de la tradition manuscrite, d (...)
  • 336 Sur le De sacerdozio en tant que genre littéraire, on pourra lire l’excellent article du R.P.H. DE (...)
  • 337 Cod. 25, I, p. 15, ll. 22-26. Photios a recensé précédemment un recueil de la correspondance de Jea (...)
  • 338 Codd. 172-174, II, p. 169, ll. 23-29 : Ἡ δὲ φϱάσις αὐτῷ μετὰ τῆς συνήϑους σαφηνείας ϰαὶ ϰαϑαϱότητος (...)

266C I et C II présentent entre elles un air de famille ou, pour mieux dire, une symétrie partielle peu contestable. Ainsi, l’image de la source apparaît dans l’un et l’autre morceau. En somme, les qualités qui manquent à Basile sont précisément celles qui confèrent son lustre à l’éloquence chrysostomienne. Rien là qui trahisse un contact personnel ou, plus exactement, une référence volontaire au dialogue Sur le sacerdoce335, lequel relève, du reste, d’un tout autre genre littéraire336. Photios puise ici dans son fond de connaissance des discours de Jean. Précédemment, il a consacré un chapitre à un recueil qui renfermait une partie de l’œuvre oratoire, mais le contenu précis est difficile à inventorier. L’énumération n’est pas suivie d’une critique de style337. Aux codd. 172-174, il a passé en revue un ensemble en trois volumes de soixante et une homélies Sur la Genèse, dont il propose une sèche critique de style où la comparaison joue un rôle important338 :

En plus de sa clarté et de sa pureté habituelles, son style y fait étalage d’éclat et d’aisance, et il laisse deviner un tissu où s’unissent le riche flot des pensées et la belle abondance naturelle des exemples. Il est toutefois inférieur à celui des homélies Sur les Actes, parce qu’il s’y est laissé entraîner vers un ton plus bas, dans la mesure où celui des homélies Sur les Actes est au-dessous des exégèses Sur l’Apôtre et aussi des commentaires Sur le Psalmiste.

267Comme on voit, sur la base de critères purement formels, Photios établit l’ordre des mérites littéraires suivants :

  1. Sur l’Apôtre Paul,

  2. Sur le Psalmiste,

  3. Sur les Actes,

  4. Sur la Genèse.

  • 339 Sous la plume de Photios, on a pu lire déjà le même adjectif : voir supra n. 19. Il est inutile de (...)
  • 340 Voir, par exemple, à propos de Théopompe, cod. 176, II, p. 172, 1. 6 - p. 176, 1. 22 et ici même, p (...)

268Je n’ai pas à me risquer dans la « selva oscura » de la tradition chrysostomienne où pullulent, entre autres, inédits à exhumer et pièces pseudo-épigraphes. Il ne m’appartient pas d’identifier les œuvres que Photios put parcourir. Ce qui est sûr, c’est que les ensembles 1-3 ne sont analysés nulle part dans la Bibliothèque. L’adjectif « habituelles » ne s’explique donc que s’il a acquis de longue date une profonde intimité avec diverses parties de l’opus chrysostomien339. L’examen des lectures de Photios extérieures à la Bibliothèque n’entre pas non plus dans le cadre du présent travail. Quoi qu’il en soit, notre savant lecteur paraît bien avoir comparé les informations sur Basile qu’il tient d’ailleurs avec ses souvenirs personnels. On le sait, c’est là un procédé que Photios affectionne340.

  • 341 M. AUBINEAU, Homélies..., p. 174. On peut les lire dans PG 85, coll. 477 A-560 D et 561 A-617 D et (...)
  • 342 M. AUBINEAU, l.l., avec les notes 2-4.
  • 343 L’auteur des « Actes » et des « Miracles » de Sainte Thècle, dans Analecta Bollandiana, 92 (1974), (...)
  • 344 G. DAGRON, L’auteur..., p. 7.

269B II offre un intéressant complément sur la richesse de l’activité littéraire de Basile, qui fut peut-être poète à ses heures. Ainsi, il aurait rédigé un volume de vers traitant des Travaux, Épreuves et Triomphes de la protomartyre Thécla. La déclaration de Photios a divisé les érudits entre eux. On sait que la tradition nous a conservé, outre une Vie de ste Thécla, un recueil de trente et un de ses miracles ; tous ces documents sont en prose341. Le R.P. M. Aubineau, qui se réclamait de prédécesseurs éminents, ne voyait aucune raison de priver Basile de la paternité des deux342. De façon définitive, G. Dagron a prouvé qu’il fallait se prononcer en sens opposé. Si le problème put rester sans solution satisfaisante pendant plus de trois cent cinquante ans, le fait tient à la négligence du copiste de l’unique manuscrit de base copié, le Bruxellois P. Pantin, dont l’édition prit place dans la Patrologie grecque. L’invention de deux manuscrits plus anciens et plus complets permit au byzantiniste français de restituer un texte comptant non pas trente et un, mais quarante-six miracles. Malgré l’intitulé de tous les témoins de la tradition qui prêtent l’ensemble à Basile, l’analyse historique montre que le véritable auteur, loin d’être l’évêque de Séleucie, fut au contraire menacé d’excommunication par lui343. Il n’existe aucun rapport entre les Actes en vers de Basile, qui sont sans doute irrémédiablement perdus, et l’ouvrage en deux parties (Vie + Miracles) que sa réputation d’orateur sacré contribua probablement à préserver du naufrage344.

  • 345 W.T. TREADGOLD, o.l, p. 74, avec la n. 42.
  • 346 Cod. 121, II, p. 96, ll. 42-43. Hormis une lettre à l’empereur Léon I (M. GEERARD, CPG, III, p. 278 (...)

270Du fond sûrement propre à Photios, nous ne devons plus espérer la moindre indication sur les caractéristiques ni des documents traitant de Thécla ni des autres écrits de Basile. Cette fin abrupte est révélatrice. Dans le texte grec, on eût attendu un vocable comme, par exemple, φέρονται qu’ajoute A2, ou εἰσί. L’ajout de A2 est sans autorité345 ; d’autre part, l’omission de ce genre de verbe est isolée dans la Bibliothèque, au moins pour les passages traitant pareille matière. On voudrait être éclairé sur les causes et les dimensions de la lacune, qui paraît avérée. Il n’y a pas lieu de se répandre en lamentations sur l’étendue de cette perte de texte en imaginant qu’elle nous dérobe la connaissance d’une partie substantielle de l’œuvre de Basile. Une clause de ce type, en forme d’etc., caractérise aussi le codex 121 consacré à un traité de jeunesse d’Hippolyte de Rome : dans la structure du chapitre, rien ne devait suivre l’ultime phrase346. À mon sens, la lacune devait se limiter ici à un ou deux mots, et le complément de A2 ne vaut qu’exempli grada. À cet endroit du chapitre, la disparition d’une locution brève et sans portée s’explique aisément par la lassitude du copiste.

  • 347 W.T. TREADGOLD, l.l.

271On a cherché des principes d’explication dans d’autres directions347 : « Since the work by Basil on S. Thecla that has been preserved is in prose, here Photius seems to have been relying on his imperfect memory of what he had read or heard about this work ; to conclude that Basil wrote another, lost and unattested verse work on Thecla is to overvalue this testimony. Though no article on Basil of Seleuceia has survived from the ‘Hesychius Epitome’, Photius probably meant to look up more about Basil’s works there or elsewhere. »

272Si on entend bien, Photios avait écrit à l’aventure la dernière phrase qu’il envisageait de compléter par la suite, en recourant, par exemple, à son Hésychios « de poche » favori. Ne pouvant mettre la main sur le précieux manuel, il aurait, par inadvertance, laissé un blanc dans le texte. L’information sur l’ouvrage traitant de ste Thécla serait le produit d’une réminiscence inexacte. Dans cette hypothèse, cependant, Photios se fût départi de la prudence qu’il manifeste d’ordinaire en pareilles matières, pour promettre l’énoncé de titres qu’il n’était nullement certain de pouvoir avancer.

273La multiplication des hypothèses me laisse sceptique. C’est dire que je crois à une autre solution. Par son ton assuré, B II rappelle la dernière phrase de B I. D’autre part, seule l’intrusion de C II introduit une solution de continuité entre les deux éléments qui se construisent fort bien d’un seul tenant. Dans les questions qui nous occupent, la recherche de la vérité littéraire a probablement peu de droits. Rapprocher Basile de Jean Chrysostome ne pouvait certes que contribuer à grandir le prestige du premier. Aussi avait-on intérêt à gonfler autant que possible sa production : la mention d’un ouvrage hagiographique en vers, authentique ou pseudépigraphe, l’ajout d’un etc. pour terminer, assez vague pour laisser imaginer quantité d’ouvrages complémentaires, parachevaient fort heureusement la « biographie » littéraire de Basile. On conçoit que Georges d’Alexandrie ait préféré mettre en relation Basile de Césarée et Jean Chrysostome : ici, c’était le second qui avait tout à gagner d’un patronage aussi incontestable.

  • 348 Cod. 189, III, p. 50, 1. 8 (οἶμαι). Voir ici même pp. 381 et 384-385.
  • 349 Photios écrivit un éloge de ste Thècle (BHG 1721) : voir H.G. BECK, o.l., p. 524. Il est édité dans (...)

274Quand il puise dans le stock de ses souvenirs littéraires, Photios ne rougit point de l’avouer. Ainsi, à propos de Nicolas de Damas348, mais on ne peut prétendre qu’il en fasse une habitude. S’il y a erreur d’attribution pour la Vie de ste Thècle versifiée, ce n’est point à Photios qu’il faut s’en prendre : sans doute notre savant lecteur eût-il été trop heureux de découvrir pareil livre349. Que l’on ne cherche pas non plus à prêter la bévue possible au fantomatique « Epitomé » d’Hésychios. Même s’il n’existe pas dans le texte du codex de preuve formelle, l’explication la plus économique paraît bien être celle d’une brève notice jointe au recueil qu’utilisa Photios. On comprend de la sorte la perspective publicitaire qui la caractérise et la technique de la comparaison à laquelle recourut Photios. Ainsi, C II n’est rien d’autre qu’un commentaire explicatif à B I, et la structure du compte rendu ressort avec une lumineuse clarté.

C 15. Choricios de Gaza (cod. 160)

275Photios a laissé sur les œuvres de Choricios de Gaza un chapitre assez embarrassant pour qui s’intéresse à sa méthode en matière de biographie. On peut tenir pour assuré qu’il avait parcouru avec attention le recueil dont il disposait. Du moins, c’est ce que donne à penser la disposition des éléments dans le codex. Avant une double esquisse biographique, on peut lire :

  • 350 Cod. 160 : II, p. 121, 1. 21 - p. 122, 1. 22 : Ἀνεγνώσϑη Χοϱιϰίου σοφιστοῦ Γάζης μελέται καί συντάξ (...)

a) Une description générale350 :
Lu de Choricios, sophiste de Gaza, des déclamations et divers ensembles d’écrits.

  • 351 II, p. 122, 11. 22-23 et 11. 30-31 : Οὗτος χαίϱει μὲν εὐϰϱινείᾳ ϰαὶ ϰαϑαϱότητι (...) ϰαὶ πϱòς τò πο (...)

b) Une critique de style351 :
Cet auteur aime la netteté et la pureté (...), et il est des passages où il se laisse entraîner vers une langue trop poétique.

  • 352 II, p. 122, ll. 31-37 : Χϱήσιμος δέ ἐστιν αὐτòς ἑαυτοῦ μᾶλλον ἐϰφϱάσεις ϰαὶ ἐγϰώμια διεξεϱχόμενος. (...)

c) Une critique de fond352 :
Par l’utilité (qu’il offre), il se surpasse lui-même lorsqu’il développe descriptions et éloges. Il est aussi un adepte fervent de la vraie religion, rendant hommage aux cérémonies et aux lieux sacrés des Chrétiens ; toutefois, je ne sais comment, avec négligence et sans motif, il mêle à ces compositions des mythes et des récits païens hors de propos, parfois même en traitant de sujets sacrés.

276On verra plus loin l’importance du fait.

  • 353 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 58.

277La Vie ne laisse pas de surprendre par son ordonnance même. On a supposé qu’elle était le produit d’un nouveau larcin du recenseur353 : « The ‘Hesychius Epitome’may have been Photius’source again in codex 160, where he gives biographies of Choricius of Gaza and Procopius of Gaza, neither of whom appears in the Suda. »

278En bonne méthode, on ne devrait recourir à ce type d’hypothèse qu’après épuisement de toute autre tentative d’explication. Si l’on tient à l’image d’un Photios consultant à tout bout de champ son Hésychios « de poche », on peut à bon droit s’inquiéter de ne pas trouver l’article correspondant dans la Souda, qui passe pour avoir pillé le même ouvrage de façon plus systématique.

279L’aspect de la notice invite d’ailleurs à la circonspection. On peut distinguer quatre parties :

  1. Les œuvres de Choricios (p. 122, ll. 37-40),

  2. Traits biographiques sur lui (ll. 40-6),

  3. Traits biographiques sur Procope (p. 123, ll. 6-13),

  4. Points communs aux deux (ll. 13-16).

280Tels sont les points qu’il faut à présent aborder dans l’ordre. Leur examen permettra du même coup de jeter quelque lumière sur la technique de Photios.

  • 354 Ποιϰίλα δὲ αὐτοῦ ϰαὶ πολλὰ συγγϱάμματα φέϱεται · πλασματιϰοῖς τε γὰϱ ϰαὶ πανηγυϱιϰοῖς ϰαὶ μονῳδίαις (...)

a) Les œuvres de Choricios354.

(1) On rapporte qu’il y a de lui des compositions diverses et nombreuses ; (2) en effet, on peut y trouver des discours fictifs, des panégyriques, des monodies, des épithalames, des controverses et (des pièces) d’autres genres encore.

  • 355 D’après SCHMID, dans l’article Chorikios de R. E., III, 2 (1899), col. 2427, les discours fictifs c (...)

281Dans (1), la locution « on rapporte » trahit incontestablement un emprunt. Après lecture, Photios confirme dans (2) que le recueil dont il disposait répondait dans les grandes lignes aux indications de la notice (1)355.

  • 356 Ἤϰμασε δὲ ἐν τοῖς Ἰουστινιανοῦ χϱόνοις. Γέγονε δὲ μαϑητὴς Πϱοϰοπίου ϱήτοϱος, ἑνòς τῶν ἀϱίστων, οὐ τ (...)

b) Traits biographiques sur Choricios356.

(1) Il arriva au sommet de sa carrière au temps de Justinien. (2) Il fut disciple de Procope le rhéteur, un des meilleurs (3), — non pas celui de Césarée qui, après avoir, dans la perspective d’un acquis et d’un profit considérables, composé vers ce moment-là des écrits historiques, avait laissé, parmi les gens assez studieux, un nom qu’on se rappellera toujours —, (4) c’est auprès de quelqu’un d’autre qu’il avait suivi des leçons dans la même (cité) natale ; et ce dernier avait obtenu lui-même une chaire de sophiste et, parvenu à la vieillesse, il avait eu la joie de voir son disciple prendre sa place à la tête de l’école.

  • 357 C’est pour cette raison que les critiques et historiens s’abstiennent de toute suppusupputation : v (...)
  • 358 C’est le no XIII de F.-R. (= dial. 7), pp. 175-179. La date est celle que proposent les éditeurs. L (...)
  • 359 On peut aisément en faire le tour grâce à l’excellent index de F.-R., s.v. Ἰουστινιανός.

282(1) Même si l’on donne à ἤϰμασε le sens, classique chez les chronographes, de « il atteignit quarante ans », la longue durée du règne de Justinien (527-565) n’autorise aucune conclusion intéressante sur la date de naissance de l’orateur357. À une date que l’on ne peut situer qu’approximativement entre 532 et 539, Choricios prononça un discours pour les Brumalia de l’empereur Justinien358. Hormis dans l’intitulé, le nom du souverain n’est jamais cité dans toute l’œuvre, même si les allusions à son rôle, toujours masquées sous le titre officiel, sont relativement fréquentes359.

283(2) Suite immédiate de (1), (2) doit provenir du même document.

  • 360 Comme Photios l’indique (I, p. 64, 1. 20), l’ouvrage comportait huit livres ; on les répartit plus (...)
  • 361 Le cod. 63 appartient à une série de chapitres relatant l’histoire de l’Antiquité tardive ou des pr (...)
  • 362 THUCYDIDE, I, 22, 4.
  • 363 E. STEIN, o.l., Il, p. 710.

284(3) Il était intéressant de dissiper tout risque de confusion entre deux personnages d’inégales statures intellectuelles et littéraires. Photios a lu (cod. 63, I, p. 64, 1. 19 - p. 76, 1. 10) le récit des Guerres de Justinien360 et nous a laissé un scrupuleux résumé du premier ensemble. Pourtant, contrairement à son usage, il n’y a pas joint d’appréciation ni sur le fond ni sur le style361. On ne peut tirer de cette carence aucune conclusion. L’expression qu’utilise ici Photios évoque à coup sûr le célèbre ϰτῆμα ἐς αἰεί de Thucydide362. Avant lui, un excellent historien du vie siècle, Ménandre le Protecteur, avait déjà formulé un jugement très élogieux sur Procope363, mais celui qu’on lit au cod. 160 ne doit rien à un prédécesseur connu. Même si une intervention personnelle de Photios n’est pas à exclure, il est pour l’instant impossible de montrer qu’il en est bien ainsi.

  • 364 8 (Oratio funebris in Procopium), 46, p. 126, ll. 9-13 ; Ἄνευ δὲ τούτων, ὅσων γέγονε παιδευτής, τοσ (...)

285(4) Le passage rappelle un développement de l’Oraison funèbre de Procope364 :

À part cela, quel que fût le nombre de ceux dont il (sc. Procope) avait été le maître, pour tous, il fut un père en aimant ses disciples à l’égal de ses enfants. S’il est vrai qu’à mon tour, j’ai, en matière de culture, un acquis de quelque valeur et que je tente de faire œuvre de maître, pour lui, ce n’est pas après être devenu père seulement, comme il semble, mais déjà grand-père, qu’il a connu la fin.

  • 365 Ibid., 55, p. 128, ll. 22-25 : Ταύτας, ὦ ποϑεινoτάτη ϰεφαλή, τὰς χοὰς ἐπισπένδει σοι φοιτητής · ἔδε (...)

286Choricios devait culture et métier à son vieux maître, dont il a repris la charge : c’est ce que montre le double rôle de père et de grand-père qu’il lui prête. Pour un lecteur quelque peu exercé, les dernières lignes de l’Oratio lèvent toute ambiguïté365 :

Telles sont les libations, ô tête chérie entre toutes, qu’en ton honneur verse ton disciple. Il fallait en effet que pleure avec les autres et que, plus qu’eux, apporte son tribut celui qui a reçu de toi le plus d’affection.

287Dans l’ensemble des notices biographiques, le procédé mis en œuvre ici est complètement isolé. L’ajout (4) n’offre non plus aucune similitude avec le restant de la Vie.

  • 366 II, p. 123, ll. 6-13 : Τούτου λόγοι πολλοί τε ϰαὶ παντοδαποὶ φέϱονται, ἄξιον ζήλου ϰαὶ μιμήσεως χϱῆ (...)

c) Traits biographiques sur Procope366.

(1) Circulent de lui des textes nombreux et divers, une œuvre digne de susciter l’envie et l’imitation, et notamment, un livre entier de paraphrases des vers homériques, moulées dans des formes littéraires variées : ce sont elles surtout qui sont de nature à révéler la puissance et l’expérience oratoires. (2) C’est de cet autre que Choricios, dans la mesure où le peut un disciple, se fit l’imitateur dans ses écrits.

288En c 1, la locution « circulent » rappelle pour la forme celle qui introduit a 1 (« on rapporte ») : il y a toute chance que a 1 et c 1 aient la même origine. De même, « cet autre » de c 2 répond très exactement aux premiers mots de b 4 « quelqu’un d’autre ». La rédaction des passages invite à supposer que, de part et d’autre, le même procédé a été mis en œuvre. On touche ici du doigt les limites de l’information de Photios.

  • 367 Ils sont d’un caractère lexicographique et grammatical. On en trouvera des échantillons par exemple (...)
  • 368 Publiées par A. GARZYA et R.J. LOENERTZ, Procopii Gazaei epistolae et declamationes, Ettal, 1963 (S (...)
  • 369 Voir P. FRIEDLÄNDER, Spätantiker Gemäldezyklus in Gaza, Città del Vaticano, 1939 (Studi e Testi, 89 (...)
  • 370 Cod. 206 pour les trois premiers (III, p. 104, 1. 27 - p. 105, 1. 41) et cod. 207 pour le quatrième (...)
  • 371 III, p. 104, ll. 27-28 : Ἀνεγνώσϑη Πϱοϰοπίου σοφιστοῦ έξηγητιϰαί σχολαί (...).

289Des paraphrases homériques, nous ne possédons que de maigres fragments367. Il est plus étrange que le renom de Procope ait pu, au moins d’après le cod. 160, dépendre partiellement d’un travail aussi peu personnel. L’écrivain sut rédiger des textes originaux cependant : outre un recueil de lettres368, on lui doit aussi notamment quelques ecphraseis intéressantes369. La notice ne dit pas un traître mot des commentaires de Procope à l’Ancien Testament : Sur l’Octateuque, Sur le livre des « Rois », Sur les « Paralipomènes » et Sur le prophète Isaïe. Photios en a donné pourtant plus loin une analyse370. Or, l’en-tête du manuscrit qu’il eut sous les yeux incitait au rapprochement371 :

Lu de Procope le Sophiste des commentaires exégétiques

290L’hypothèse la plus plausible est que l’allusion aux paraphrases homériques n’atteste en rien une lecture ou un contact personnel de Photios avec l’œuvre.

  • 372 II, p. 123, 11. 13-16 : Ἄμφω δὲ ἤστην εὐσεβέε, ϰαὶ πολλαχοῦ τοῖς λόγοις αυτῶν οὐδὲ παϱέϱγως πεϱὶ τῆ (...)

d) Points communs372.

(1) Tous deux étaient de foi orthodoxe et (2), en de nombreux passages de leurs discours, et non de manière incidente, ils traitent de la sainte fabrication des images. (3) Pour Choricios, la mort de son maître fut aussi le sujet d’une oraison funèbre.

  • 373 Voir supra, p. 451.
  • 374 SCHMID, o.l., col. 2426 ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1032 ; H. HUNGER, Die hochsprachliche prof (...)
  • 375 Les déclamations publiées par A. Garzya et R.J. Lœnertz ne doivent rien à l’inspiration chrétienne, (...)

291(1) La qualité de chrétien dont pouvait se prévaloir Choricios avait été déjà mentionnée par Photios373 : elle est parfaitement vérifiable, car les discours renferment notamment une description célèbre des églises de Saint-Serge et de Saint-Étienne374. Rien pourtant dans ce que Photios a indiqué sur Procope n’autorise la déduction qu’il était chrétien lui aussi375 : la seule œuvre explicitement citée porte un titre profane par excellence. La phrase sent l’emprunt.

292(2) Pour Choricios, on voit bien à quels passages renvoie la mention des saintes icônes. À la rigueur, les ecphraseis de Saint-Serge et de Saint-Étienne suffisaient à justifier la conclusion de Photios, qui a sans doute eu l’occasion de les lire dans la collection (voir supra, p. 451, texte c). Tout autre est le cas de Procope, pour qui on ne peut formellement rien alléguer de semblable. Ce serait arbitraire pur de supposer que Photios, si avare d’indications personnelles sur Procope, en savait plus que nous en l’occurrence ou avait eu la chance, avant de lire Choricios, d’étudier un recueil des œuvres du maître sensiblement plus riche que le nôtre. Selon toute apparence, (2) n’a pas une origine différente de (1).

293(3) La pauvreté du renseignement ne promet pas une grosse moisson de certitudes. Dans son indigence, la phrase recoupe évidemment la confirmation qu’offre a 2. Mais on aurait tort d’y chercher la conclusion qu’elle traduit une intervention de Photios.

294Quelle part faut-il réserver au lecteur byzantin dans la rédaction de l’ensemble ? La présente analyse suggère de reprendre les constatations sous forme de tableau :

Notice gazéenne

Photios

a 1

a 2

b 1-2

b 3-4

c 1

c 2

295Quelques justifications ne seront pas inutiles. Autant que l’on puisse juger, sans outrepasser la lettre des documents, Photios n’avait guère d’informations sur les deux personnages. En cours de lecture, il a eu la bonne fortune de mettre la main sur des renseignements. La notice permettait de déduire que Procope avait également enseigné à Gaza, comme Choricios après lui. La dernière précision émanait de l’en-tête du recueil. Quant au plus ancien des deux, il ne pouvait être question de le confondre avec un illustre homonyme, l’historien de Césarée. Par conséquent, il était intéressant de consigner les maigres indications sur lui que l’on pouvait glaner au fil de la lecture (b 4). Le renom de Procope et sa valeur d’écrivain (c 1) suffisaient à justifier la filiation littéraire (d’où le rapprochement b 4 - c 2). Les éléments d 1 - d 3 avaient leur utilité pour compléter la physionomie intellectuelle des deux écrivains, en particulier l’allusion aux images : ieonophile luimême, Photios n’eût pu, sans contradiction intime, omettre pareil détail.

296Quelle est la source des renseignements ? La structure de b-c invite à considérer que l’ensemble se présentait d’un seul tenant. Évoquerat-on le fantomatique « Epitomé » d’Hésychios ? On a vu que rien ne plaidait pour cette identification. Après tout, le compilateur encyclopédiste était peut-être mort à une époque où Choricios était en pleine activité ou, tout simplement, son information n’était pas exempte de lacunes.

297En outre, à la différence de d 1 - d 2, b et c n’évoquent d’aucune façon les convictions religieuses des deux sophistes. D’autre part, c 2 fournit la conclusion des groupes précédents, en sorte que d 1 - d 2 leur sont étrangers.

  • 376 G. OSTROGORSKY, Histoire de l’Etat byzantin, Paris (trad. J. Gouillard), 1956, pp. 184 et 192 pour (...)
  • 377 G. OSTROGORSKY, o.l., pp. 230-239.

298L’allusion à la fabrication des images ne laisse pas de surprendre. La particularité n’eût pas été montée en épingle, si elle n’avait été jugée digne d’intérêt au temps du commentateur. Sans doute fallait-il que ce dernier fût lui-même iconodule. Commencée en 730 sous le règne de Léon III (717-741), la querelle iconoclaste sévit principalement sous Constantin V dit « Copronyme », et le mouvement ne fut condamné une première fois qu’en 787 au concile de Nicée376. Il devait renaître au ixe siècle, sous Léon V l’Arménien (813-820), mais Michel II (820-829) fit preuve de la plus grande réserve sur le fond, sans rien trancher, alors que son fils Théophile, qui lui succéda (829-842) allait offrir bientôt au parti sa dernière résurrection377. C’est au moment où l’empire oscillait entre les deux tendances qu’il faut probablement dater la rédaction de d 1 - d 2, où la locution « et non de manière incidente » fait sentir la pointe d’une prise de position polémique. Voilà qui nous éloigne du vie siècle d’Hésychios.

299Où Photios a-t-il découvert b-c ? Habituellement, un article d’encyclopédie ne groupe pas sous le même lemme des informations précises sur deux écrivains différents formant une lignée littéraire. Isolée, cette particularité constitue sans doute un indice sur la provenance de b-c, je veux dire qu’elle désigne une production de l’école de Gaza ellemême. Plus tard, les assurances, preuves à l’appui, que les deux sophistes étaient au-dessus de tout soupçon pour la qualité de leur foi, offrirent un complément à l’impact publicitaire non négligeable. Même si la sécheresse du cod. 160 dérobe toute possibilité d’acquérir davantage de certitude, certains traits donnent à supposer que la notice était jointe au manuscrit de Choricios. Autrement, Photios n’eût pu aussi aisément pratiquer le double jeu de comparaison et de vérification décrit plus haut.

C 16. Philon d’Alexandrie (cod. 105)

300L’esquisse biographique consacrée par Photios à Philon d’Alexandrie se présente au terme d’une série de trois codices réservés à des œuvres de l’écrivain juif. L’identification avait posé un problème que R. Henry n’avait pu résoudre de façon entièrement satisfaisante :

  • 378 II, p. 71, ll. 30-31 : Ἀνεγνώσϑη Φίλωνος τοῦ Ἰουδαίου νόμων ἱεϱῶν ἀλληγοϱίαι ϰαὶ πεϱὶ βίου πολιτιϰο (...)

cod. 103378 : Lu de Philon le Juif : Allégories des lois sacrées et Sur la viepolitique.

  • 379 II, p. 71, ll. 33-35 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαὶ τῶν παϱά Ἰουδαίους φιλοσοφησάντων τήν τε θεωρητικήν καί πρα (...)

cod. 104379 : Lu aussi des vies d’hommes qui ont mené chez les Juifs une vie consacrée à la philosophie contemplative et pratique.

  • 380 II, p. 71, ll. 40-41 : Ἀνεγνώσϑη δὲ αὐτοῦ ϰαὶ λόγος οὗ ἡ επιγϱαφὴ Γάϊος ψεγόμενος ϰαὶ Φλάϰϰος ἢ Φλά (...)

cod. 105380 : Lu de lui encore un traité avec l’intitulé : « Réprimande à Gaïus » et « Réprimandemande à Flaccus (ou Fiacco) » (...).

  • 381 II, p. 72 (n. 1, in fine).
  • 382 L. COHN, Philonis Alexandrini opera omnia quae supersunt, I, Berlin. 1896, p. XXXIII : (22) βίος το (...)

301Je ne sais pourquoi, au cod. 103, mon savant compatriote traduit l’adjectif πολιτικός par « active ». C’est apparemment une bévue qui lui fait écrire : « Mais je ne lui (sc. à Philon) connais aucun ouvrage intitulé Sur la vie active »381. Il n’y a pas lieu à mon sens d’imaginer un quelconque traité perdu. Les manuscrits conservés permettent de reconstituer aisément les lectures philoniennes de Photios. Ainsi, le Medíceos sive Laurentianus plut. X cod. 20 (M) du début du xiiie siècle présente une série de traités dans l’ordre suivant382 :

22 : Vie du politique, c’est-à-dire Sur Joseph,
23 : Sur le fait que tout (homme) zélé est libre,
24 : Sur la vie contemplative ou sur les vertus des suppliants (livre 4),
25 : A Flaccus,
26 : Sur les vertus, c’est-à-dire sur sa propre ambassade auprès de Gaïus.

302Il n’y a point de mystère : le prétendu traité Sur la vie pratique n’est autre qu’un ouvrage Sur Joseph ; le cod. 104 roule sur les traités 23-24, mais Photios a jugé plus intéressant d’en dégager le contenu que de rappeler des titres peu explicites.

  • 383 G. WENTZEL, o.l.. p. 49. La conclusion est reprise sans contrôle par W.T. TREADGOLD, o.l., p. 84.

303G. Wentzel trouve incontestable que Photios a emprunté la biographie de Philon à Hésychios ou plutôt à son « épitomé »383. Même si la plupart des rapprochements du savant allemand sont hors de conteste, on ne peut s’empêcher d’émettre quelques doutes à l’examen du cud. 105. Il vaut la peine d’en dresser le plan avant de se forger une conviction.

3041. Titre de l’ouvrage (II, p. 71, ll. 40-41) ;

3052. Critique :

306a) de style (ll. 42-1),

307b) de fond (ll. 2-4),

3083. Date de l’ambassade : ll. 4-6 ;

3094. Catalogue en bref de ses écrits : 1. 6 - p. 72,1. 10 avec une conjecture de Photios (ll. 10-11) ;

3105. Faits biographiques :

311a) Conversion et retour de Philon au judaïsme (ll. 11-13),

312b) Contacts qu’il établit avec les chrétiens à Rome (ll. 13-19), avec une citation approximative de Philon (ll. 19-22),

313c) Ses origines sacerdotales et alexandrines (ll. 22-23) ;

3146. Sa réputation littéraire (ll. 23-26).

315Les points 4, 5 a-b et 6 sont explicitement attribués à des sources étrangères au texte même.

316Les plans du soi-disant « Épitomé » d’Hésychios et de Sophronios sont nettement plus rationnels. On y distingue les éléments suivants :

SOPHRONIOS

« ÉPITOMÉ » D’HÉSYCHIOS

1. origines alexandrines (ll. 1-2),

1. origines alexandrines (1. 1),

2. pourquoi il est rangé parmi les écri-vains ecclésiastiques (ll. 2-16),

2. étendue de sa formation (ll. 1-4),

3. l’ambassade (ll. 16-18),

3. sa réputation littéraire (ll. 5-7),

4. rencontre avec les chrétiens (ll.18-23),

4. catalogue de ses œuvres (ll. 7-22),

5. catalogue de ses œuvres (ll. 23-47),

5. l’ambassade (ll. 22-23),

6. sa réputation littéraire (ll. 47-52).

6. rencontre avec les chrétiens (ll. 23-27).

317Aux yeux de Jérôme/Sophronios, il importait de justifier avant tout l’introduction de Philon dans un catalogue réservé à des auteurs chrétiens. La même optique ne pouvait prévaloir chez « Hésychios » : d’où les différences dans la répartition des éléments.

318Avant d’examiner dans le détail les renseignements donnés par Photios, on aura tout intérêt à examiner le tableau suivant, qui fait ressortir l’originalité de chacun des trois documents :

SOPHRONIOS

« EPITOME »

PHOTIOS

1

1

5 c

2

-

-

3

5

3

4

6

5 b

5

4

4

6

3

6

-

2

-

-

-

5 a

319Il s’en faut d’ailleurs que toutes les équivalences marquées par Wentzel soient persuasives au même degré. On s’en convaincra mieux en les étudiant l’une après l’autre, comme les passages se présentent dans l’ordre du cod. 105 :

  • 384 II, P· 71, ll. 4-6 : Ἐν δὲ τοῖς χϱόνοις ἤϰμασε Γαΐου τοῦ Καίσαϱος, πϱòς ὃν ϰαὶ ὐπὲϱ τοῦ ἰδίου ἔϑνου (...)
  • 385 SOPHRONIOS, 11, p. 14, 11. 18-20 V.G. : Λέγουσι τοῦτον ἐπὶ Γαΐου Καλλιγόλα ἐν τῇ Ῥώμῃ ϰινδυνεῦσαι, (...)

1. PHOTIOS384

SOPHRONIOS385

Il atteignit le sommet de sa carrière au temps de Gaïus César, auprès duquel, écrit-il, il se rendit en ambassade pour la défense de son peuple, quand Agrippa régnait sur la Judée.

On dit que sous Gaïus Caligula, il risqua sa vie à Rome, où il fut envoyé comme ambassadeur de son peuple.

  • 386 Les événements sont clairement résumés par L.H. FELDMAN, dans son édition de JOSEPHUS, Jewish Antiq (...)
  • 387 Les références sont à la note précédente.

320Fort judicieusement, G. Wentzel ne rapporte pas ce passage embarrassant pour la thèse qu’il défend. Dès l’abord, il est difficile de contester une forte différence d’accent entre les deux textes. dnas le cod. 105, nous sommes en présence d’un compte rendu aussi froid et objectif que possible. Même si les faits sont exacts, Sophronios a davantage souligné les risques que courut l’ambassade de 39 pCn386 : pareille présentation convient mieux à la propagande chrétienne. Dans le cas de Photios, le constat est tiré directement du texte qu’il résume d’un seul trait. Sophronios-Jérôme avouent le recours à un ou des intermédiaires, Eusèbe ou Josèphe387.

  • 388 II, p. 72, ll. 11-13 : Λέγεται δὲ αὐτòν ϰαὶ τὰ Χϱιστιανῶν μυηϑέντα ὕστεϱον τούτων διά τινα λύπην ϰα (...)

3212. La suite n’a d’équivalent ni dans Sophronios ni dans l’« Épitomé » d’Hésychios388 :

On dit qu’initié aux mystères des Chrétiens, il quitta le groupe plus tard, à cause d’un chagrin et d’un (accès) de colère.

  • 389 II, ρ. 72, ll. 13-22 : Ἀλλὰ πϱότεϱόν γε αὐτόν φασιν ἐπὶ Κλαυδίου τὴν Ῥώμην ϰαταλαβόντα, Πέτϱῳ τῷ ϰο (...)

3223. Elle prépare admirablement, il est vrai, le paragraphe qui vient immédiatement après389 :

Mais précédemment, dit-on, il avait, sous Claude, gagné Rome, y avait rencontré Pierre, le chef des Apôtres, et l’avait disposé amicalement à son égard : par suite, les disciples de Marc l’Évangéliste (Marc était l’auditeur de Pierre) l’avaient jugé digne de mention et d’éloge ; il affirmait, à leurs dires, qu’ils avaient mené l’existence philosophique chez les Juifs.

  • 390 11, p. 14, ll. 20-23 : Καί ὅτε τò δεύτεϱον ἦλϑε πϱòς Κλαύδιον ἐν τῇ αὐτῇ πόλει διαλεχϑῆναι τῷ ἀποστ (...)

323Voilà l’excellent Philon engagé dans les milices de la propagande chrétienne ! Le trait n’est pas original, car, déjà présent dans Sophronios390, il a passé Verbatim dans la Souda :

Et, lorsque, pour la seconde fois, il se rendit auprès de Claude, dans la même cité, il s’entretint avec le saint Apôtre Pierre, gagna son amitié et, pour cette raison, il vanta, en les louant à Alexandrie, les sectateurs de Pierre, le disciple de Marc.

  • 391 11, p. 14, ll. 7-11 v.G. : Διὰ τοῦτο παϱ’ἡμῶν μεταξὺ τῶν ἐϰϰλησιαστιϰῶν συγγϱαφέων τάσσεται, ἐπείπε (...)

324En revanche, il n’est écrit formellement nulle part ni que Philon a été initié aux « mystères » du christianisme ni surtout qu’il a été « relaps ». (2) est une version romancée d’un épisode que Jérôme/Sophronios narrent avec plus de mesure, même si l’on ne peut guère leur accorder quelque crédit391 :

De ce fait, il est rangé par nous au nombre des écrivains ecclésiastiques parce que, écrivant sur la première église de Marc l’Évangéliste à Alexandrie, il fait place à un éloge des nôtres en répétant qu’ils étaient répandus non seulement là, mais aussi dans de nombreuses provinces, et en appelant leurs habitations des « isoloirs ».

  • 392 EUSÈBE, H.E., II, 17, 1 : Τοῦτον δὲ Μάϱϰον πϱῶτόν φασιν ἐπὶ τῆς Αἰγύπτου στειλάμενον, τò εὐαγγέλιον (...)

325Il est aisé de montrer que Jérôme a brodé sur le récit d’Eusèbe392 :

Ce Marc fut le premier, dit-on, à proclamer en Égypte, où il avait été envoyé, l’Évangile qu’il avait composé, et à constituer des églises d’abord à Alexandrie même. Si grande fut donc, dès le premier coup, la foule des croyants, hommes et femmes, qui s’y constitua par l’exercice d’une philosophie très vigoureuse, que Philon jugea même dignes de l’écriture leurs occupations, leurs assemblées, leurs banquets et, en général, toute la conduite de leur vie.

  • 393 L’effet de cette propagande était bien connu à l’époque byzantine. Voir, sur ce point, le témoignag (...)

326Le procédé utilisé saute aux yeux. La célèbre description des ascètes juifs dans le traité philonien Sur la vie contemplative a été interprétée comme un tableau des mœurs des premiers chrétiens d’Égypte. Le personnage du philosophe alexandrin a été progressivement annexé par la propagande chrétienne, à telles enseignes que, placé par s. Jérôme parmi les écrivains ecclésiastiques, il eût dû en toute logique recevoir également l’auréole de la sainteté393. C’est pour expliquer cette carence que la source de Photios (2) l’a fait entrer dans les cadres de la religion nouvelle, puis claquer les portes sur un coup de tête sentimental.

  • 394 II, p. 72,11. 19-22 : Ὧν ϰαὶ τὰς διατριβὰς μοναστήρια τε ϰαλεῖ, ϰαὶ τòν ἀσϰητιϰòν διανύειν αὐτοὺς ἀ (...)

4394. Et, à leurs lieux de séjour, il donne le nom d’« isoloirs », et il proclame qu’ils mènent jusqu’au bout (de leur vie) une existence ascétique, adonnés au jeûne, à la prière et au dénuement.

  • 395 II, p. 71, II. 33-38 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαὶ τῶν παρὰ Ἰουδαίοις φιλοσοφησάντων τήν τε ϑεωρητιϰὴν ϰαὶ τὴν (...)

327Il n’est pas malaisé de trouver la source ultime du passage que Photios indique lui-même dans le bref cod. 104395 :

Lu aussi des Vies d’hommes qui ont mené chez les Juifs une vie consacrée à la philosophie contemplative et pratique ; les uns s’appelaient « Esséniens », les autres, « Thérapeutes » ; ceux-ci s’étaient aussi construit, comme il le dit en termes propres, des « isoloirs » et des « oratoires », et ils se prescrivaient les règles de vie des moines d’aujourd’hui.

  • 396 PHILON, De la vie contemplative, 3, p. 52 Cohn-Reiter : ἐν ἑϰάστῃ δέ ἐστιν οἴϰημα ἱερòν ὃ ϰαλεῖται (...)

328Le passage de Philon visé ici est un locus classicus, la fameuse description du genre de vie des Thérapeutes396 :

Dans chaque demeure, il existe une pièce consacrée que l’on appelle « oratoire » et « isoloir » ; c’est là que s’isolent (les Thérapeutes) pour accomplir les mystères de la vie religieuse, sans rien y introduire, ni boisson, ni nourriture, ni aucun des autres produits nécessaires aux besoins du corps, mais les lois, les oracles inspirés de Dieu par le truchement des prophètes, les hymnes et les autres textes grâce auxquels science et piété s’accroissent et se perfectionnent.

  • 397 EUSÈBE, H.E., II, 17, 10-24 citant, paraphrasant ou résumant le traité de Philon y relève tous les (...)

329On pourrait supposer que Photios s’est arrêté à ce passage parce que les deux vocables « oratoire » et « isoloir » évoquaient des réalités de son temps qu’il connaissait bien. Maints détails y rappelaient les usages des cénobites. À première vue, il n’y a pas lieu de croire « priori qu’il s’est contenté de reprendre à son compte l’interprétation d’Eusèbe397.

  • 398 11, p. 14, 11. 13-17 : Ἀφ’ὡν δηλοῦται τοιαύτην ἐξ ἀρχῆς τῶν τῷ Χριστῷ πιστευσάντων ἐϰϰλησίαν γενέσϑ (...)

330Plus surprenant est le fait qu’une allusion au même passage reparaisse dans l’analyse du cod. 105, où les Thérapeutes n’avaient que faire. La bizarrerie n’a pas été signalée par G. Wentzel. On a vu précédemment que la même référence était déjà donnée par s. Jérôme. Relisons Sophronios398 :

Voilà ce qui montre ce que fut à l’origine la nature de l’Église des fidèles du Christ. Ils furent tels que les moines d’aujourd’hui ambitionnent et désirent être, c’est-à-dire ne rien avoir en propre, n’admettre ni riche ni pauvre parmi eux, partager leur avoir avec les populations, donner leur temps aux prières et aux psaumes, à l’instruction et la continence.

331La substance de ces lignes a passé dans le cod. 105, où elle a été réduite à l’essentiel. L’opération fut-elle le fait de Photios ou avait-elle déjà été exécutée dans sa source ? C’est ce qu’il est impossible de trancher pour l’instant de façon décisive.

  • 399 II, ρ. 72, 11. 2223 : - Ἔστι δὲ τò γένος ἐξ ἱερῶν ϰαταγόμενος, Αλεξανδρείας δὲ τὴν πατρίδα.

5399. Par son origine, il descend de prêtres et, pour sa patrie, il est alexandrin.

  • 400 11, p. 14, 1. 6 ; Souda, Φ 448, s.v. Φίλων · Ἰουδαῖος, τεχϑεὶς ἐν Ἀλεξανδρείᾳ, γένους ἱερέων.

332Le détail est, bien entendu, mentionné dans Sophronios400 et, de là, il a été repris dans l’« Épitomé » d’Hésychios :

Philon, Juif, né à Alexandrie, d’origine sacerdotale.

  • 401 Souda, l.l. :... φιλοσοφήσας δὲ τὰ Ἑλλήνων εἰς μέγα προὔβη παιδείας, ὡς μετελϑεῖν πᾶσαν Ἑλληνιϰὴν π (...)

333Pourtant, l’« Épitomé » ajoute des précisions, dont l’absence s’explique fort bien chez un s. Jérôme ; c’est moins le cas dans le chef de Photios qu’elles eussent dû retenir401 :

Mais, pour avoir pratiqué la philosophie des Hellènes, il fit, en matière d’instruction, de grands progrès, au point qu’il parcourut dans son intégralité la culture hellénique, tant celle que procurent les disciplines générales que les autres sciences, en y faisant preuve d’une exacte pénétration.

  • 402 II, p. 72, 11. 23-26 : Τοσοῦτον δ’αὐτòν τοῖς Ἑλληνισταῖς παρασχεῖν ϑαῦμα τῆς ἐν τοῖς λόγοις δυνάμεω (...)

6402. Aux païens, il procura un tel (sentiment) d’admiration pour la puissance contenue dans ses discours qu’ils en arrivaient à dire : « C’est Platon qui ‘philonise’ou c’est Philon qui ‘platonise’ ».

334Cette fois encore, l’éloge a des précédents illustres :

  • 403 11, p. 16, 11. 1-3 : περὶ τούτου ἐστὶν ἡ παροιμία τῶν Ἑλληνιϰῶν, ἢ Πλάτων φιλωνίζει ἢ Φίλων πλατωνί (...)
  • 404 Souda, 1.1. : Ἐπλούτησέ τε λόγον παρόμοιον Πλάτωνι, ὡς ϰαὶ εἰς παροιμίαν παρ’Ἕλληοι τοῦτο χωρῆσαι. (...)

SOPHRONIOS403

« ÉPITOMÉ »404

À son sujet existe le proverbe des païens : « C’est Platon qui’philonise’ou bien Philon qui ‘platonise’. Tant est grande la similitude de pensée et de style. »

Il donna à son verbe une richesse à peu près semblable à celle qu’a celui de Platon, de sorte que le fait donna même lieu chez les Grecs au proverbe : « C’est Platon qui ‘philonise’ou bien Philon qui ‘platonise’. Tant est grande chez cet auteur la similitude de pensée et de style avec Platon. »

  • 405 Lettres, III, 81 in PG 78, col. 788C : ἐρρέϑη γὰρ περὶ αὐτῶν ἢ Πλάτων ἐφιλώνισεν ἢ Φίλων ἐπλατώνισε (...)

335D’un mot qui passa en proverbe, on doit supposer qu’il connut quelque succès. On le retrouve en effet, à la charnière des ive et ve siècles, chez Isidore de Péluse, sous une forme légèrement différente405 :

À leur sujet (sc. Platon et Philon), on a dit en effet : « Ou c’est Platon qui a ‘philonisé’ou Philon qui a ‘platonisé’ ».

  • 406 II, p. 71, II. 41-1 : ἐν οἷς λόγοις μᾶλλον τῶν ἄλλων ἥ τε ϰατὰ τὴν ῥητορείαν ῥώμη ϰαὶ τò ϰὰλλος ἐπι (...)

336On voit bien que l’« Épitomé » n’a rien fait d’autre que de reproduire l’appréciation de Sophronios, précédée d’une mise en relief redondante. Comme Isidore, Photios reflète-t-il une tradition légèrement diverdivergente ? On aurait tort de soutenir qu’il a infléchi les données de sa source en fonction de ses goûts personnels. À propos des traités Contre Gaïus et Contre Flaccus, il émet la critique suivante406 :

Dans ces écrits, plus que dans les autres, se manifestent tant la force de son éloquence que la beauté de son style.

337Absolument pertinente dans le cas des deux œuvres citées, qui relèvent d’un genre isolé dans l’œuvre conservé de Philon, celui de la polémique, la présente critique groupe deux aspects distincts du talent de l’auteur. Toutefois, au moment où il s’agit d’indiquer les qualités permettant à Philon de rivaliser avec Platon, le trait qui convient le mieux n’est sûrement pas « la puissance de ses discours ». En fait, cette note dépeint fort justement les caractéristiques des deux violents discours, dont il vient d’être question, mais ne vaut pas pour l’ensemble du corpus philonien.

338On voit bien ce qui s’est passé : notre peu avisé biographe a utilisé le matériel critique légué par la tradition, mais il l’a mis étourdiment en rapport avec les qualités propres aux documents auxquels il le joignait.

  • 407 Tout élégante qu’elle est, la traduction de R. HENRY (II, p. 72) « pour son talent littéraire » ne (...)

339Dès l’entrée de cette étude, j’ai indiqué que Photios marquait explicitement que, pour tous les renseignements ici fournis, il était tributaire d’une même source. Ainsi (2) et (3) sont logiquement liés entre eux (ἀλλὰ πρότερόν mais précédemment II, p. 72, 1. 13) et introduits de même façon (λέγεται on dit que, 1. 11 et ϕασί dit-on, 1. 14 respectivement). Or (2) ne figure nulle part ailleurs. Il provient par conséquent de la même source que le reste. Malgré les équivalences découvertes par G. Wentzel, il n’y a pas lieu de supposer que Photios s’est reporté au manuel que constituait l’« Épitomé » d’Hésychios. Bien avant lui, la substance de ce texte a été mise à profit par un éditeur de Philon qui en a transformé l’article correspondant en une notice biographique jointe aux deux traités In Flaccum et In Gaïum. Ainsi s’expliquent l’ajout de (2), interpolation destinée à expliquer la position de Philon à la charnière du christianisme et du judaïsme païen, et l’adaptation à laquelle s’est livré le biographe pour (6).407

  • 408 II, p. 71, 1. 6 - p. 72, I. 11 : Φέρεται δὲ αὐτοῦ πολλὰ ϰαὶ ποιϰίλα συντάγματα, ἠϑιϰοὺς λόγους περι (...)

340Semblablement, l’indication de (1) sur l’acmé de Philon ressemble au sec commentaire d’un éditeur : on a vu que Photios lui avait rattaché, dans un style tout aussi laconique, une indication sur le contenu de l’In Flaccum. Quand il écrit408 :

On rapporte qu’il y a de lui des compositions nombreuses et diverses renfermant des traités moraux et des commentaires de l’Ancien Testament, qui, le plus souvent, forcent la lettre des textes pour les besoins de l’allégorie : c’est à partir de lui aussi, je pense, que tout le courant de littérature allégorique dans l’Église portant sur l’Écriture a commencé à se répandre

  • 409 L’exégèse allégorique est déjà mentionnée incidemment au cod. 38 (I, p. 23, 11. 17-18) à propos de (...)

341je ne suis pas convaincu qu’il ait été en mesure de lire une énumération détaillée des œuvres de Philon, comme celle qui figure dans Sophronios. Sa présence eût donné lieu à une hypothèse formulée sur un ton plus ferme. De surcroît, si mon analyse est correcte, pareil appendice n’avait pas sa place dans une notice jointe à l’édition. Très naturellement, le souvenir des Allégories des lois sacrées et, peut-on conjecturer, auparavant, de maintes productions chrétiennes de même farine le mettait en mesure d’émettre une hypothèse valide sur la filiation historique des genres littéraires409. En tout état de cause, Photios avait des éléments suffisants pour émettre sa conjecture. En outre, j’incline à croire que le résumé de Sophronios inclus dans (4) ne doit rien à son intervention personnelle.

  • 410 L. COHN, o.l., I, p. III.

342On fera observer qu’aucun manuscrit de Philon ne paraît répondre à la description que je propose pour celui que Photios eut sous les yeux. En fait, il n’existe pas de codex philonien antérieur au xe siècle. Même si l’archétype de nos témoins actuels remonte probablement aux volumes réunis dans la bibliothèque de Pamphile à Césarée410, les textes ont dû, entre les iiie et ixe siècles, connaître une histoire qu’il sera toujours malaisé de retracer dans le détail. Que Photios ait eu accès à une « édition » partielle n’a rien de surprenant. Que la Vita dont j’ai essayé d’analyser les caractéristiques ait servi de complément à une publication regroupant l’In Gaïun et l’In Flaccum l’est encore moins. Peu utile pour des traités allégoriques ou mystiques, elle était en revanche indispensable pour faciliter l’intelligence d’ouvrages à portée historique. Dès que ces derniers furent incorporés à nouveau dans des présentations visant à mettre à la disposition des amateurs le corpus intégral, les ajouts partiels étaient condamnés à la disparition.

343La minutie et l’attention sont les traits de la méthode de Photios que permet de dégager l’analyse que l’on vient de lire. Sensible au style et éclairé par de précédentes rencontres sur la filiation des genres littéraires, c’est sur ce double terrain seulement que l’on peut mesurer la part de son intervention personnelle.

C 17. Clément d’Alexandrie (cod. 109)

  • 411 Cod. 109, II, p. 79, 11. 6-9 : Ἀνεγνώσϑη Κλήμεντος Ἀλεξανδρέως, πρεσβυτέρου, τεύχη βιβλίων τρία, ὧν (...)

344Photios lut au moins trois grandes œuvres de Clément d’Alexandrie. L’une d’entre elles a complètement disparu411 :

Lu de Clément d’Alexandrie, prêtre, trois volumes (contenant) des ouvrages, dont l’un a reçu pour titre Hypotyposes, l’autre Stromales, le troisième Le Pédagogue.

  • 412 Malgré la division en trois chapitres, Photios n’a indiqué qu’une seule fois la formule rituelle «  (...)
  • 413 Des Hypotyposes, il fait une critique extrêmement sévère, qui ne s’adresse, il est vrai, qu à des p (...)

345Malgré l’ordre annoncé, les comptes rendus se succèdent de la façon que voici412 : Hypotyposes (cod. 109), Pédagogue (cod. 110) et Stromates (cod. 111). Bien qu’il soit trop long d’en administrer la preuve dans le détail, on doit tenir pour certain que Photios les a lus avec attention413. Les données bio-bibliographiques sur Clément figurent dans les codices extrêmes.

  • 414 II, p. 80, 1. 38 - p. 81, 1. 39 : Μαϑητὴς δέ, ὡς ϰαὶ αὐτός φησι, γέγονε Πανταίνου. Le personnage de (...)

3461. Le premier déclare laconiquement414 :

Il a été, comme il le dit lui-même, Je disciple de Pantène.

  • 415 EUSÈBE, Histoire ecclésiastique, VI, 13, 2 : (...) ἰσάριϑμοί τε τούτοις εἰσὶν oἱ ἐπιγϱαφόμενοι ‘Υπο (...)

347La disparition des Hypotyposes rend toute vérification directe impossible. Cependant, Eusèbe, qui pouvait encore lire le traité, confirme les déclarations de Photios415 :

En nombre égal (sc. en huit livres, comme les Stromates) (sont conservés chez nous) ses livres qu’il intitule Hypotyposes. Il y fait nommément mention de Pantène comme de son maître (...).

348Autant que l’on puisse voir, la note du codex est le fruit d’une lecture personnelle.

  • 416 II, p. 82, 11. 38-3 : Ἐπαγγέλλεται δὲ ϰαὶ ἄλλα πεποιῆσϑαι αὐτῷ συγγϱάμματα οὐϰ ὀλίγα, ϰαὶ γε ϰαὶ ὑφ (...)

2416. Il y est déclaré (sc. dans le huitième livre des Stromates) qu’il a aussi rédigé d’autres traités en nombre non négligeable — et d’autres écrivains attestent en effet qu’il en fut bien l’auteur —, Sur la Pâque (5), Sur le jeûne (6), Sur la calomnie (7), Sur les canons de l’Église. Sur ceux qui suivent l’erreur des Juifs (9) qu’il avait dédié à Alexandre de Jérusalem. Il atteignit le sommet de sa carrière sous les règnes des empereurs romains Sévère et Antonin, son fils.

  • 417 38, p. 29 von Gebhardt : Κλήμης Ἀλεξανδϱείας πϱεσβύτεϱος, Πανταίνου, πεϱὶ οὗ πϱοείπομεν, ἀϰϱοατής, (...)

349Dans une certaine mesure, le passage répond à l’article correspondant de Sophronios, que voici417 :

Clément d’Alexandrie, prêtre, disciple de Pantène, dont nous avons parlé précédemment ; après la mort de celui-ci, il prit la tête des écoles dans l’Église d’Alexandrie et il y devint maître des catéchumènes ; il composa des ouvrages remarquables, tout remplis d’instruction et de beau langage, portant sur les choses tant divines que du monde, parmi lesquels les suivants : (1) Stromates, huit ; (2) Hypotyposes, huit livres ; (3) Contre les Nations ; (4) trois Pédagogues ; (5) Sur la Pâque, un (livre) ; (6) discussion Sur le jeûne ; (7) Sur la calomnie, un livre ; (8) et un autre intitulé Quel riche sera sauvé ? et (9) Sur les canons de l’Église. Contre ceux qui suivent l’erreur des Juifs, qu’il pourvut d’une dédicace particulière à Alexandre de Jérusalem.

  • 418 EUSÈBE, o.l., VI, 1-3. Dans ce dernier paragraphe, le titre « Quel riche sera sauvé ? » est replacé (...)
  • 419 VI, 13, 2 : Ἔστιν δὲ αὐτῷ ϰαὶ πϱòς Ἕλληνας λόγος ὁ Πϱοτϱεπτιϰός (...).

350Pour l’essentiel, la liste de Sophronios recouvre celle d’Eusèbe418 qui omet cependant 8. Dans Photios 2, l’absence du Protreptique donne à supposer que la source dont il usait était tributaire de Sophronios plutôt que d’Eusèbe. Travaillant avec la liste d’Eusèbe sous les yeux, Jérôme a pu la modifier en se reportant aux ouvrages présents à Césarée au moment de la rédaction. Pourtant, le titre (3) répond parfaitement au livre qu’Eusèbe décrit ainsi419 :

Il y a encore de lui un discours aux Hellènes (sc. les païens), le Protreptique.

  • 420 Cod. 111, II, p. 82, 11. 30-33.

351Dans Photios 2, l’absence de 8 pourrait s’expliquer aisément : dans certains manuscrits, le jeune érudit a pu lire le discours sous forme de huitième Stromate420. Que la liste de la Bibliothèque ait de nettes accointances avec celle de Sophronios est hors de conteste : pour le titre du traité 7, elle donne comme dernier mot ϰαϰολογίας, comme Sophronios, et non καταλαλιάς, qui se lit chez Eusèbe.

352Pourtant, autre chose est de montrer que notre recenseur s’est reporté directement à Sophronios ou à l’« Épitomé » d’Hésychios qui en aurait exploité le contenu. Or, sur ce point, un fait risque d’ébranler les certitudes que l’on eût pu croire définitives à la lecture des lignes précédentes.

  • 421 Le détail l’intéressait puisque, du texte, perdu pour nous, des Hypotyposes, il a tiré l’indication (...)

353En bonne logique, la compilation qu’était l’« Épitomé » d’Hésychios aurait dû recueillir les informations de Sophronios sur la carrière ecclésiastique de Clément. D’autre part, s’il avait eu l’occasion de consulter la version grecque du De viris, Photios eût dû prêter quelque attention aux péripéties d’une succession à la tête d’une école aussi importante que celle d’Alexandrie421. Or, on vient de voir qu’il n’en était rien. Si le futur patriarche a cherché à faire œuvre originale en la matière, le biographe prend chez lui une fort piètre figure.

354Bien qu’en raison de sa pauvreté, le document ne donne lieu qu’à des remarques d’un intérêt limité, je crois la dernière observation assez importante pour autoriser au moins le doute. On peut supposer qu’entre Sophronios ou l’hypothétique « Épitomé » d’Hésychios et le cod. 111, un intermédiaire a pris la peine d’alléger les indications sur Clément en fonction des besoins qui lui étaient propres. Peu soucieux de biographie, il s’est intéressé avant tout à l’héritage littéraire de Clément, où il s’est efforcé de prévenir la genèse de tout soupçon sur l’authenticité des diverses œuvres.

C 18. Éphrem de Nisibe (cod. 196)

  • 422 Cod. 196, III, p. 92, 11. 33-38 : (...) ϰαὶ ἄλλα δὲ πλεῖστα τοῦ ἀνδϱòς μεταβληϑέντα πϱòς τὴν Ἑλλάδα (...)

355Une simple lecture suffit à convaincre du soin qu’a mis Photios à démarquer le contenu du recueil des Parénèses d’Éphrem le Syrien dont il put disposer. Le chapitre se termine par quelques indications d’ordre biographique422 :

(...) et c’est en fort grand nombre que circulent de l’auteur d’autres compositions, traduites en langue grecque, lesquelles sont emplies de grâce et de force. Des fils de Syriens disent qu’il a mis son nom en tête de textes excédant le millier : c’est ce que confirme le témoignage d’un homme qui n’est pas sans crédit en matière d’histoire, même si ce n’est pas le cas pour les dogmes, Eusèbe, surnommé Pamphile.

  • 423 J. QUASTEN, o.l., III, p. 439 et B. ALTANER, o.l., pp. 336-337.
  • 424 B. ALTANER, o.l., p. 492.

356Né vers 263 en Palestine et mort en 339 ou en 340423, Eusèbe n’aurait pu mesurer correctement l’ampleur de la production littéraire d’Éphrem, disparu vers 373424. Force est donc de supposer une erreur de Photios.

  • 425 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 65. Sur ce Berzélis, on lira l’envoi de Photios accompagnant la deuxième é (...)
  • 426 III, p. 239 (n. complémentaire à la p. 92).

357On pouvait évidemment recourir à un autre principe d’explication, comme W.T. Treadgold425 : « In one codex only dœs Photius give bibliographical informations which he seems to have learned by word of mouth. (...) Presumably Photius had met Syrians in Constantinople or elsewhere from whom he had learned those things (...) perhaps including the mysterious Berzelis. » Apparemment, le savant américain avait négligé la note de R. Henry426 : « Ce n’est pas Eusèbe, mais Sozomène (...) qui apporte ce témoignage sur l’œuvre d’Éphrem. Il parle d’environ trois cents myriades de lignes. »

  • 427 Ainsi au cod. 127, II, p. 99, 1. 5 - p. 101, 1. 21, à propos de l’Éloge de l’empereur Constantin le (...)
  • 428 SOZOMÈNE, Histoire ecclésiastique, III, 16, 4, p. 128 Bidez-Hansen : Λέγεται δὲ τὰς πάσας ἀμφὶ τὰς (...)

358La locution « des fils de Syriens » est rien moins que fréquente. Photios a d’autre part critiqué sévèrement les hésitations d’Eusèbe en matière de dogme427. Pourtant, ici, les remarques n’avaient que faire. Tous les détails se justifient si l’on relit le passage de Sozomène indiqué par R. Henry428 :

On dit qu’au total, il (sc. Éphrem) composa environ trois millions de vers et qu’il eut des disciples en nombre qui rivalisèrent de zèle (pour imiter) son instruction, les plus remarquables étant Abbas, Zénobios, Abraham, Maras et Syméon, dont tirent grand orgueil les fils des Syriens et ceux qui connaissent leur culture avec exactitude : c’est au même degré qu’ils font l’éloge de Paulônas et d’Aranad pour la beauté de la langue ; mais ils disent que, par rapport aux saints dogmes, ils ont fait fausse route.

  • 429 Ce sont les codd. 27-31, I, p. 16, 1. 6 - p. 18, 1. 14. Je les cite dans l’ordre même du texte.

359La confusion était logique. Dans l’ordre des lectures que présente la Bibliothèque figure en bloc une bonne partie des histoires de l’Église parvenues jusqu’à nous, à savoir, Eusèbe, Socrate, Évagre, Sozomène et Théodoret429. L’« Ephraem graecus » auquel Photios eut accès était rédigé en prose, ce qui n’était pas le cas pour l’essentiel du corpus conservé en syriaque : d’où le passage des ἔπη aux λόγοι dans le texte de Photios et la restriction dans les chiffres.

  • 430 III, 16, pp. 127-128 B.-H. : Οὕτω γοῦν τῶν μὲν εἴ τις πϱòς τὴν Σύϱων ἢ ἑτέϱαν γλῶσσαν μεταβάλλοι τὰ (...)

360L’hypothèse d’un interlocuteur oriental auquel Photios aurait dû les renseignements perd encore en solidité quand on lit sous la plume du même Sozomène430 :

Ce qui est sûr, c’est qu’il en est ainsi de certains (écrivains) : si quelqu’un se mettait à traduire en syriaque ou dans une autre langue leurs écrits et ôtait leur piment, pour trancher le mot, aux idiotismes grecs, aussitôt l’imposture est découverte, et le charme premier, évanoui. Mais, pour les écrits d’Éphrem, il n’en va pas ainsi. En effet, de son vivant (déjà), et jusque aujourd’hui encore, on interprète en langue grecque ce qu’il a écrit et (à la version) ne font pas beaucoup défaut les qualités faisant le suc de l’original, mais, même lue en grec, celle-ci fait l’objet d’admiration au même degré que le texte syriaque.

  • 431 III, 16, 1, p. 127 : (...) εὐϰολίᾳ δὲ ϰαὶ λαμπϱότητι λόγου ϰαὶ τῷ πυκνῷ ϰαὶ σώφϱονι τῶν νοημάτων ὑπ (...)

361Quant aux qualités stylistiques des documents éphrémiens, elles sont nettement soulignées431 :

Par l’aisance et le brio du style, ainsi que par la densité et la modération de ses pensées, il dépassait les écrivains les plus renommés chez les Grecs.

362La technique mise en œuvre ressort clairement de la structure de la notice terminant le codex. La part qui y revient à Photios se limite à la référence erronée à Eusèbe. Fort probablement, le reste, y compris l’allusion aux « fils de Syriens », qui vient en droite ligne de Sozomène, appartenait à la source qu’il a exploitée. Le recours à la comparaison suggère l’idée que le manuscrit des Parénèses renfermait un appendice bibliographique sur le grand écrivain syrien. Photios avait lu Sozomène, sans doute bien longtemps avant l’« Ephraem graecus ». L’évocation d’autres écrivains syriens en rupture de ban avec l’orthodoxie a-t-elle provoqué, par amalgame, le rappel des difficultés dogmatiques que connut également Eusèbe ? C’est possible, mais impossible à démontrer.

C 19. Théodore de Mopsueste (cod. 38)

  • 432 Je résume J. QUASTEN, o.l., III, p. 564. Les lettres de Jean Chrysostome ont fait l’objet d’une pub (...)
  • 433 Voir cod. 18, I, p. 13, 1. 6, en même temps d’ailleurs que son maître Diodore de Tarse.

363En dépit de la réputation d’hérésie que l’histoire ecclésiastique attacha à son nom, Photios put encore lire au ixe siècle une partie importante de l’œuvre qu’avait laissée un des plus grands maîtres de l’école d’Antioche, l’évêque Théodore de Mopsueste. Né dans la métropole syrienne, le futur exégète s’était retiré avant l’âge de vingt ans dans un monastère de la région, qu’il ne tarda pas à quitter en vue d’embrasser la profession d’avocat et de convoler en justes noces. Des lettres de Jean Chrysostome le ramenèrent à l’état ecclésiastique : ordonné prêtre par Flavien vers 383, puis évêque de Mopsueste neuf ans plus tard, Théodore mourut en 428 nimbé d’une auréole de science et d’orthodoxie432. Ses écrits ne furent frappés d’anathème qu’en 553, lors du cinquième concile de Constantinople433, qui causa également la perte de ceux d’Origène, de Didyme l’Aveugle et d’Évagre le Pontique.

  • 434 Je donne les titres sous la forme qu’ils revêtent dans la CPG de M. Geerard.

364La liste des œuvres que lut Photios n’est pas longue434 :

  • 435 Hormis l’analyse de Photios, le texte n’est plus attesté que par deux fragments, l’un, latin (de Fa (...)
  • 436 Des fragments latins et syriaques en sont conservés. CPG II, p. 345, no  3827.
  • 437 Un fragment syriaque en est connu : CPG II, p. 358, no 3861. M. Geerard ne paraît pas connaître les (...)
  • 438 Quelques fragments latins en sont conservés : CPG II, p. 358, no 3860.

1. Contra Eunomium435

cod. 4

I, p. 7, 1. 40- p. 8,1.6

2. In Genesim436

cod. 38

I, p. 23, 11. 14-25

3. Contra magos437

cod. 81

I, p. 187,11. 33-9

4. Contra defensores peccati originalis438

cod. 177

II, p. 177, 1. 24- p. 182, 1. 40

365Il vaut la peine d’examiner à nouveau les indications biographiques ornant chacun des chapitres :

  • 439 I, p. 8, II. 5-6 : Ὁ δὲ Μοψουεστίας γεγονὼς ἐπίσϰοπος οὗτός ἐστιν οἶμαι.

1439. Celui qui fut évêque de Mopsueste est bien cet écrivain, je pense.

  • 440 I, p. 23, 11. 22-25 : Οὗτος δέ ἐστιν ὁ Μοψουεστίας, ὃν ϰαὶ πλείστας εὐϑύνας Ἰωάννης ὁ Φιλόπονος, ὡς (...)

2440. Cet écrivain est (l’évêque) de Mopsueste : c’est à lui que Jean Philopon, comme il le dit lui-même, — on l’a montré, — demande avec soin des comptes à maintes reprises dans son propre travail sur la création à propos de la qualité de cette interprétation.

  • 441 I, P· 187, ll. 6-9 : Οὗτος ὁ Θεόδωϱος ὁ Μοψουεστίας εἶναι δοϰεῖ · τήν τε γὰϱ Νεστοϱίου αἵϱεσιν, ϰαὶ (...)

3441. Cet auteur est Théodore de Mopsueste, semble-t-il ; en effet, dans les prémisses qu’il pose avec vigueur, il annonce, et ce, surtout dans le troisième livre, l’hérésie nestorienne ; par ailleurs, il donne aussi la thèse monstrueuse de la restauration des pécheurs.

  • 442 IL p. 181, ll. 23-28 et 1. 38 - p. 182, 1. 40 : Ἔστι μὲν οὗτος ὁ Θεόδωϱος ὁ ϰαὶ ϰατ’Εὐνομίου ἐν ϰ’ϰ (...)

4442. Cet écrivain est le Théodore qui mena aussi en 28 livres un combat non sans valeur contre Eunomios, pour renforcer la doctrine du divin Basile, ou plutôt, celle de la vérité. Le vocabulaire, le choix des vocables, l’esprit des dogmes, l’abondance dans la réfutation, et les autres traits ne présentent de différence en rien. (...) Il semble avoir travaillé avec beaucoup de soin notre sainte et divine Écriture, même s’il va, dans de nombreux passages, jusqu’à se laisser dévier de la vérité.

  • 443 Cité par R. DEVREESSE, Essai sur Théodore de Mopsueste, Cité du Vatican, 1948, Studi e testi 141, p (...)
  • 444 R. DEVREESSE, l.l.
  • 445 I, p. 7, ll. 40-41 : ‘Υπὲϱ Βασιλείου ϰατὰ Εὐνομίου.
  • 446 R. DEVREESSE, o.l., p. 50 avec les notes 1 et 2.
  • 447 La CPG (voir supra n. 4) répertorie le Contra Eunomium mais pas le Pro Basitelo.

3661. Le cas est clair. Devant l’impossibilité où il se trouve de découvrir un renseignement sûr touchant l’auteur de l’œuvre qu’il a lue, Photios en a été réduit à risquer une hypothèse. Un catalogue syriaque du xive siècle, celui d’Ébedjézu443, distinguait dans l’œuvre de Théodore deux livres différents : un Contra Eunomium et un Pro Rasileio. Mgr R. Devreesse se posait à ce propos la question que voici : « Les deux ne font-ils qu’un, ainsi qu’il résulte d’un passage de Photius444 ? » Le titre de la réfutation paraît bien en effet avoir été : « Pour la défense de Basile contre Eunomios »445. Avant d’écrire : « Je ne crois pas », le savant français eût dû s’aviser qu’aucun des textes qu’il allègue446 n’est démonstratif. En attendant mieux, je tiens pour imprudent de spéculer sur les seules indications de textes syriaques tardifs447.

  • 448 I, p. 27, 1.1. 13-18 : (...) ϰαὶ συμφωνῶν σχεδòν ἐν τοῖς πλείσχοις Βασιλείῳ χῷ μεγάλῳ, ἁνχιπίπχων δ (...)

3672. Par son assurance, le ton utilisé dans 2 tranche nettement sur celui de 1, ce qui ne surprendra personne, mais surtout sur celui de 3, ce qui est franchement étonnant. Le livre de Jean Philopon ne sera analysé qu’un peu plus loin, au cod. 43, où l’on peut lire448 :

Il est en accord presque dans la plupart des passages avec le grand Basile, mais il repousse pied à pied à travers tout son livre Théodore de Mopsueste, qui a entrepris de traiter le même sujet et a intitulé son livre « Interprétation de la Genèse » : en réfutant ses opinions, Philopon les a retournées en sens contraire.

  • 449 Le traité contient d’innombrables références à Théodore, dont une au moins précisait « évêque de Mo (...)
  • 450 R. DEVREESSE, o.l., p. 8.

368Que Photios ait pu citer Théodore, avec la titulature ecclésiastique qui lui revenait, pourrait résulter à la rigueur des indications qu’il a pu glaner dans le De opificio mundi de Jean Philopon449. Bien entendu, Théodore répliquait aux célèbres Homélies sur l’Hexaéméron de s. Basile450.

369Le problème qui nous intéresse est ailleurs. Il pose implicitement une difficile question, celle des conditions de composition de la Bibliothèque. Au moment où il rédigeait le cod. 38, Photios avait-il déjà lu l’ouvrage dont est sortie la brève synthèse du cod. 43 ? Autant supposer dans ce cas que l’ordre de succession des codices ne répond absolument pas à celui des lectures. Dans le cas présent, je ne crois pas à cette hypothèse pour deux raisons d’inégale valeur.

370A. Le verbe ἐδείχϑη, que j’ai essayé de rendre dans son acception la plus obvie, paraît bien renvoyer à un travail antérieur. De celui-ci, il n’y a point trace dans la Bibliothèque. Rien n’oblige à supposer qu’il pourrait être le fait de Photios.

371B. La succession des éléments dans le cod. 38 mérite quelque attention. On peut y distinguer :

    • 451 I, p. 23, ll. 14-16.

    description de l’œuvre451,

    • 452 I, p. 23, ll. 16-20. La critique y est moins indulgente que celle du cod. 4, I, p. 7, 1. 41 - p. 8, (...)

    critique de style452,

  1. critique de fond.

  • 453 I, p. 23, ll. 20-22 : ἀλλα ϰαὶ τò Νεστοϱίου δόγμα, εἰ ϰαὶ πϱò Νεστοϱίου ὑπῆϱχεν, ὑπεϱευγόμενος.

372Le point c doit être observé de près453 :

mais en outre, quant à la doctrine de Nestorios, même s’il est antérieur à Nestorios, il rugit pour la soutenir.

  • 454 APOLLONIOS DE RHODES, II, 984.
  • 455 On en retrouve une autre, toute semblable, dans 3. Voir aussi 4, où Photios fustige ses déviations (...)
  • 456 Cod. 18, I, p. 13, 1. 6.
  • 457 R. DEVREESSE, o.l., p. 128.
  • 458 Ibid., p. 168. La lettre d’Ibas, un des maîtres d’Édesse, qui contenait un éloge de Théodore, avait (...)
  • 459 Ibid., pp. 235-236, avec la comparaison, particulièrement suggestive, de cette dernière page. Tous (...)

373La traduction de R. Henry n’est pas claire sur ce point : « Mais qui plus est, bien qu’il soit antérieur à Nestorius, c’est sa doctrine qu’il vomit. » On pourrait entendre que Théodore, par avance, rejette énergiquement l’hérésie de Nestorios. Le verbe ὑπεϱεύγομαι n’est pas employé fréquemment : je n’en connais qu’une seule occurrence, dans Apollonios de Rhodes, où il est question du fleuve Thermodon joignant ses flots grondants à ceux du Pont Euxin454. À la suite de la critique de style de Photios, qui est fort négative, on ne peut comprendre la phrase que comme une accusation d’hérésie455. J’ai indiqué au début de ce paragraphe que les écrits de Théodore avaient été condamnés à Constantinople en 553. C’est là un point que Photios rappelait lui-même dans son compte rendu des Actes du concile456. Comme dans les Actes, le ton est ici à l’invective. Mais l’exemple d’Origène suffit à prouver que Photios n’avait pas besoin de modèle pour user du même genre de style. Or, il n’y avait pas un mot, dans le cod. 4, des déviations doctrinales imputées au savant évêque de Mopsueste. On a donc quelque raison de soupçonner que la note de Photios n’est rien d’autre qu’une réminiscence des Actes du concile lus peu auparavant. Or, malgré toutes les attaques qu’avait subies sa mémoire depuis 432 (premier anathème de Rabboula d’Edesse)457, Théodore était sorti indemne du grand concile de Chalcédoine458. Ce fut lors de celui de Constantinople que, dans les Actes officiels, son nom fut ajouté, avec celui de son maître Diodore de Tarse, dans les verdicts qui frappèrent à nouveau la docrine de Nestorios459.

374En somme, le sommaire de Photios eût pu se terminer là. Un recenseur organisé eût joint à la note sur les déviations doctrinales la mention des critiques décochées par Jean Philopon. On vient de le voir, cette dernière ne vient qu’après une sèche indication sur l’identité de l’écrivain ecclésiastique.

  • 460 Dans sa reconstitution minutieuse du commentaire à la Genèse, R. DEVREESSE (o.l., pp. 5-25) ne trou (...)

375À mon sens, la part personnelle de Photios dans ce compte rendu s’arrête au grief de nestorianisme. Le reste est sans doute la copie d’une annotation jointe au manuscrit du commentaire460. Celle-ci émanait d’un savant lecteur qui avait rédigé précédemment, sous forme d’essai ou de mémoire, un travail comparant les traités parallèles de Théodore et de Philopon. Encore ne peut-on être sûr que ce ne soient ces quelques lignes qui aient mis en branle chez Photios le processus de réminiscence. Dans les Actes de 553, Théodore était bel et bien désigné comme ὁ Μοψουεστίας.

  • 461 J’emprunte la définition à R. CADIOU (Introduction au système d’Origène, Paris, 1932, p. 79).
  • 462 G. BARDY, Recherches sur l’histoire du texte et des versions latines du Deprincipiis d Origène, Lil (...)
  • 463 R. DEVREESSE, o.l., p. 103.

3763. Malgré la lecture de deux œuvres du même écrivain, Photios continue à faire montre de prudence en déclinant l’identité de Théodore. Tous les autres détails s’expliquent, je crois, fort aisément. La perte intégrale du traité ne permettra jamais de reconstituer les passages qui firent porter l’accusation de nestorianisme. On peut croire cependant que, prévenu par les condamnations prononcées en 553, Photios s’était piqué au jeu des enquêtes théologiques. De là sans doute le fait qu’il a cette fois opéré un relevé plus précis des griefs imputables. C’est ce qui nous vaut une référence au troisième livre et l’allusion visant la doctrine de l’apocatastase, qu’il fallait entendre, dans le cadre de la psychologie origénienne, comme la restauration, au moins individuelle, de la perfection primitive461. En fait, dans ce qui nous reste de l’œuvre origénienne, on ne trouve guère à citer que deux occurrences du vocable incriminé. Encore n’y prend-il que dans un seul passage l’acception technique de restauration universelle462. Théodore méritait-il le reproche d’origénisme pour sa doctrine de la restauration des pécheurs ? Le meilleur spécialiste déclare sans ambages463 : « Quant à l’apocatastase, qui l’aurait rapproché de l’origénisme le plus contestable, elle est contredite par le seul passage de ses commentaires où il a pu avoir à l’envisager. »

377On ne peut guère, je crois, balancer qu’entre deux solutions. Ou bien Photios a lu Théodore en chaussant les lunettes de ses détracteurs, ou bien il n’avait à sa disposition qu’un texte soigneusement interpolé pour justifier les coups portés à la mémoire de l’évêque de Mopsueste. J’avoue une inclination pour la seconde hypothèse. Quoi qu’il en soit, la condamnation de 553, dans le même panier que Nestorios et Origène, encourageait Photios à rechercher dans l’ouvrage les passages justifiant l’accusation de pencher dans un sens ou dans l’autre.

  • 464 II, p. 179, ll. 4-6 :... τήν τε Νεστοϱίου αἵϱεσιν ὠδίνων ἡμῖν ἐν πολλοῖς ὦπται, ϰαὶ τὴν Ὠϱιγένους ϰ (...)

3784. La quatrième note se réduit à un simple renvoi au traité analysé dans le cod. 4. Peu auparavant, Photios n’avait pas hésité à ouvrir la polémique avec Théodore. Après avoir fait l’éloge de sa méthode exégétique, il ajoutait464 :

il porte en germe l’hérésie nestorienne, nous l’avons vu dans de nombreux passages, et il fait écho à la doctrine origénienne du moins pour la fin du châtiment.

  • 465 Voir supra p. 481 et la n. 29.

379Sur un ton radouci figurent à nouveau ici les critiques déjà signalées à propos de 3, qui plus est, dans le même ordre de succession. Le texte original de Théodore prêtait-il le flanc à des soupçons justifiés ? Je l’ai dit à propos de l’apocatastase, R. Devreesse trancha par la négative465. À ses yeux, les documents dont disposait Photios étaient malignement interpolés.

380À étudier les notices à la file dans la Bibliothèque, on échappe difficilement à l’impression que Photios a bien lu les différents ouvrages dans l’ordre où nous en trouvons les analyses à notre tour. C’est seulement après une triple étude qu’il a osé, en matière de théologie, risquer quelques idées personnelles. En revanche, à mesure qu’il progressait, il n’a pu éviter de laisser percer, malgré les préventions qu’il devait aux Actes du concile, une sympathie croissante pour le texte du vaillant exégète. La prudence dont il ne s’est jamais départi renforce l’hypothèse avancée à propos de 2. On ne peut lutter longuement avec quiconque sans pénétrer peu à peu sa psychologie. Pourquoi en irait-il autrement en littérature ? C’est aussi peut-être à ce prix que vient la maturité individuelle.

C. 20. Jean Moschos (cod. 199)

  • 466 G.H. BECK, o.l., p. 412.
  • 467 Ph. Pattenden en prépare une nouvelle édition. Voir M. GEERARD, CPG, III, no 7376, pp. 379-381. Au (...)

381D’un écrivain du viie siècle, Jean Moschos, Photios lut le célèbre ouvrage que citent les modernes sous le titre de « Pré spirituel ». En matière d’hagiographie, l’œuvre constitue un des sommets de la période protobyzantine466. Toute fameuse qu’elle est, elle attend toujours une édition critique qui remplace celle de la Patrologie grecque467.

  • 468 G.H. BECK, o.l., pp. 412-413.

382La carence s’explique aisément. Le succès du recueil fut tel qu’outre le texte grec, d’une ampleur encore mal définissable, on en possède des traductions dans de nombreuses langues ecclésiastiques, latin, arménien, géorgien, arabe, éthiopien et slavon. La Patrologie en offre 219 chapitres : Th. Nissen en 1938 et E. Mioni en 1951 ont révélé respectivement quatorze et douze nouveaux, à l’authenticité mal garantie468. Un total qui, de toute façon, ne répond en rien aux chiffres indiqués par Photios :

  • 469 Cod. 199, III, p. 96, 11. 23-24 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον δ’ϰαὶ τ’διηγήμασί πεϱιειλημμένον.

1469. Lu un livre qui renferme 304 narrations.

  • 470 III, p. 97, ll. 6-11 : Καὶ τὰ διηγήματα δὲ οὐχὶ τòν ἴσον ἀϱιϑμòν ἐν πᾶσιν εὑϱήσεις τοῖς βιβλίοις δι (...)

2470. Même, pour les narrations, on ne les trouvera pas conservées en nombre égal dans tous les exemplaires, mais, dans certains, elles ont été multipliées jusqu’à 342 : leur nombre s’est accru tantôt par division en quelques chapitres supplémentaires, tantôt même, en certains endroits, par insertion de narrations.

383La comparaison des textes oblige à conclure que Photios disposait d’une édition sensiblement plus riche que les manuscrits exhumés jusqu’ici.

  • 471 Μ. GEERARD, CPG, III, no 7376, p. 379.
  • 472 Voir FRONTON du DUC, Bibliotheca Veterum Patrum, II, Paris, 1624, pp. 1053-1055. Ce vénérable ouvra (...)
  • 473 PG 87, 3, coll. 119-122.
  • 474 H. USENER, Der heilige Tychon. Sonderbare Heilige, I, Leipzig-Berlin, 1907, p. 90. Il rappelle (pp. (...)
  • 475 O.l., pp. 91-93. C’est son texte que je suivrai.

384La conclusion ne simplifie pas la recherche de l’origine des notes biographiques qui forment, pour l’essentiel, la matière du cod. 199. L’édition de la Patrologie repose à la fois sur les textes qu’avaient procurés Fronton du Duc en 1624 et Cotelier en 1681471. En tête de sa publication, le premier avait reproduit le texte grec d’un Prologue qu’il avait tiré notamment de manuscrits du Vatican et y avait juxtaposé la traduction latine fournie à la fin du xvie siècle par Ambroise Camaldule (Traversari)472. Par on ne sait quelle fantaisie, Migne a fait imprimer la version latine, sans l’original qu’elle accompagnait chez Fronton du Duc473. La biographie de Jean avait intéressé H. Usener, qui, avant de connaître l’édition de 1624, avait pu consulter le texte dans des manuscrits de Berlin et de Vienne474. Le grand savant allemand a produit une édition critique fondée sur deux manuscrits (Berlin et Vienne) et sur le texte de la Biblioteca veterum patrum475.

  • 476 G.H. BECK, o.l., p. 412. Bien entendu, Jean n’en fut pas le rédacteur.
  • 477 R. HENRY, III, p. 97, n. 2.
  • 478 J. ROUET DE JOURNEL, dans sa traduction du Pré spirituel de Jean Moschos, Paris, s.d. (1946), p. 7. (...)

385Beck a raison d’écrire que les données biographiques connues sur Jean proviennent toutes de ce Prologue476. Autre chose est de montrer que, comme l’indiquait R. Henry477, celles que Photios a transmises à son tour n’ont pas une origine étrangère. Avec prudence, Rouet de Journel traitait le Bios du cod. 199 et le Prologue comme deux documents distincts478. Avant la parution de l’édition critique annoncée par Ph. Pattenden, toute certitude demeurera hors d’atteinte. Cependant, on a quelque raison de supposer que la réserve de Rouet de Journel est amplement justifiée. On doit se limiter à procéder ici à quelques observations provisoires.

  • 479 III, p. 96, 1. 29 - p. 97, 1. 33 : Λειμῶνα δὲ ϰαλεῖσϑαι δίδωσιν ὁ συνταξάμενος ὄνομα τò βιβλίον τιν (...)

3861. Au début du codex, Photios a décliné titres de l’ouvrage et nom de l’auteur. À première vue, on peut aisément découvrir la source des renseignements479 :

a) « Pré » est l’appellation que donne en guise de nom celui qui a composé le livre.
b) D’autres le surnomment aussi « Nouveau Paradis ».
c) Quant à l’auteur de la composition, lequel portait le nom de Jean, on le citait sous le pseudonyme de « Moschos ».

  • 480 PG 87, 3, col. 2852 A-B : Διò ϰαὶ τò παϱòν τοῦτο τò πόνημα Λειμῶνα ἀπεϰαλέσαμεν, διὰ τὴν ἐν αὐτῷ τέ (...)

387(a) ne pose aucun problème. Jean écrit lui-même dans la dédicace à Sophronios qui ouvre le Pré spirituel480 :

C’est pourquoi encore, au présent travail, nous avons donné l’appellation de « Pré », à cause du plaisir, du parfum délicat et du profit qu’y trouveront les lecteurs.

  • 481 Ρ. 91, 1. 1 et 7-8 U. : Συνεγϱάφη ἡ βίβλος αὕτη τοῦ Λειμῶνος (...) ὑπò Ἰωάννου τοῦ ἐν ὁσίᾳ μνήμῃ πϱ (...)

388(c) a un équivalent dans le Prologue481 :

Ce livre du « Pré » (...) a été composé par Jean, qui fut un prêtre et un moine de sainte mémoire, et qui avait reçu « Moschos » comme surnom.

  • 482 Ibid. : Πϱόλογος τῆς βίβλου τοῦ νέου Παϱαδείσου, τῆς ἐπονομαζομένης τò Λειμωνάϱιον. Photios a lu pr (...)

389Il en va de même pour (b), car on lit le titre du Prologue sous la forme482 :

Prologue du livre du Nouveau Paradis, surnommé le « Petit pré ».

  • 483 P. 92, 1. 43 - p. 93, 1. 65 U.

3902. La seconde partie du Prologue n’a plus rien à voir avec un exposé biographique : elle relate comment Sophronios exécuta la translation des restes de Jean dans le monastère de Saint-Théodose à Jérusalem, faute de pouvoir atteindre le mont Sinaï, comme l’avait demandé Jean sur son lit de mort483. De ce récit, il n’y a pas la moindre trace dans le cod. 119.

3913. Photios connaît l’exécuteur testamentaire de Jean sous deux noms, Sophronios et Sophronas. Le second n’apparaît ni dans le Prologue ni dans le texte du Pré spirituel. Il suffit de relire les textes pour le montrer.

  • 484 III, p. 97, ll. 42-5 : (...) ἐϰεῖσέ τε τὰ παϱαπλήσια διεϱευνησάμενος ϰαὶ μαϑών, τò παϱòν σύνταγμα γ (...)

a)484 (...) et là, au terme d’investigations et de leçons analogues, il écrivit la présente composition, la dédia à Sophronios ou Sophronas, son disciple et la confia aux soins de celui-ci, alors qu’il avait déjà prévu le changement qui surviendrait dans sa vie et qui la mènerait au bien (suprême).

  • 485 P. 92, ll. 30-41 U. : Εἶχεν δὲ ὁ μαϰάϱιος χάϱιν παϱὰ Κυϱίου τοιαύτην, ὥστε εἴ τι ἤϰουσεν ἢ ἑώϱαϰεν (...)

b)485 Le bienheureux tenait du Seigneur une grâce telle qu’il put consigner par écrit, quand il avait entendu parler d’eux ou quand il les avait vus, le genre de vie des hommes confits en vertu. C’est pourquoi, vivant à Rome, il poursuivit le même but. Mais lorsque le bienheureux eut prévu l’heure de son départ vers Dieu, il composa ce livre, non pas en recueillant les propos entendus ou les faits observés à la file, mais ce fut en arrangeant les données d’après les similitudes qu’elles offraient entre elles qu’il consigna par écrit tant les récits que les événements observés de ses propres yeux. Sur le point de dire adieu aux tumultes de la terre et d’accéder à la vie qui ne connaît ni trouble ni agitation, il fit appeler son disciple bien-aimé et il lui remit ce livre qui contient (en description) la vie agréable à Dieu de nos saints pères.

392Ajoutons que, dans le cod. 199, les pressentiments de Jean sur la fin de sa vie sont évoqués dans une phrase très ambiguë, ce qui n’est nullement le cas dans le Prologue, qui les mentionne à deux reprises.

3934. Dans les grandes lignes, l’esquisse biographique du cod. 199 répond au Prologue, comme va le montrer le tableau suivant :

  • 486 III, p. 97, 11. 33-42 : Ὃς ἀπετάξατο μὲν ἐν τῇ τοῦ ἁγίου Θεοδοσίου μονῇ, εἶτα συνδιέτϱιψε τοῖς τε ϰ (...)
  • 487 Ρ. 91, 1. 8 - p. 92, 1. 29 U. : Ὃς ϰατ’ἀϱχὰς μὲν ἀπετάξατο ἐν τῷ ϰοινοβίῳ τοῦ ἐν ἁγίοις πατϱòς ἡμῶν (...)

cod. 199486

Prologue487

a) (Jean) s’assigna (comme retraite) le monastère de Saint-Théodose

Au début, il s’assigna (comme retraite) la communauté de notre saint père Théodose, qui fut abbé et archimandrite de toutes les communautés ou monastères de Jérusalem.

b) ensuite, il partagea l’existence des ascètes qui, près du Jourdain, dans le désert, se livrent à l’ascèse,

Se trouvant aussi en compagnie des saints pères de la région, dans le désert, qui borde le saint Jourdain, pour une période qui ne fut pas courte, il fit la cueillette de leurs valeureux exploits, dont il fit bénéficier le recueil qu’est cette œuvre,

c) et de ceux qui mènent le combat (du Christ) dans la Nouvelle Laure du grand Sabas ;

puis il fixa son domicile dans le couvent surnommé la Nouvelle Laure, qui, construit par notre saint père, le grand Sabas, et par ses disciples, subsiste aujourd’hui encore.

Il y apprit la tyrannie que les Perses font peser sur les Romains, sous le prétexte de l’assassinat de l’empereur Maurice et de ses enfants.

d) de là, il se rendit dans les environs d’Antioche,

Il quitta la Nouvelle Laure et gagna la région d’Antioche la Grande,

e) dans la ville d’Alexandre (sc. Alexandrie),

et, à partir de là, voyant la population qui y prédominait, il partit pour Alexandrie,

f) dans le désert environnant,

traversa tout le désert environnant (en effet, il avait été déjà, pour son ministère, envoyé en Égypte, au début du règne de Tibère),

g) jusqu’à l’Oasis,

jusqu’à l’Oasis et le désert environnant qu’il atteignit.

h 2) et il y rassembla les exploits de nombreux grands hommes, tantôt en témoin oculaire, tantôt à la faveur d’un récit tout frais.

h 2) Il vit les pères de la région, puis, de nouveau, après avoir ouï raconter la prise des lieux saints et la lâcheté des Romains, il quitta Alexandrie.

i) Ce fut pour la même raison qu’il rendit visite à des îles durant son voyage en bateau pour Rome.

Il s’embarqua pour la grande ville des Romains, en compagnie de Sophronios, son disciple le plus authentique. Durant le voyage, ils firent halte dans différentes îles.

394Comme on le voit, l’énumération des étapes correspond de part et d’autre. Pourtant, les échos verbaux entre les deux passages sont si rares que rien ne donne à penser que Photios ait mis à profit le Prologue tel que nous le lisons aujourd’hui. D’autres divergences sont plus significatives. Dans le cod. 199 et dans le Prologue, des rappels de la mission spirituelle de Jean émaillent le récit, mais ils ne sont pas introduits à des endroits identiques : h 1 dans Photios, b dans le Prologue. Des allusions historiques de ce dernier (c, f et h 2) n’ont pas trouvé place dans le codex.

3955. Le parallélisme entre les débuts de a, le style de l’ajout h 1 et la phrase amphigourique clôturant 3 donnent l’impression de trahir des emprunts ou des paraphrases.

396Si tel est bien le cas, Photios avait eu à sa disposition un Prologue différent de celui que nous connaissons. Plus bref, celui-ci offrait cependant une ordonnance assez semblable. C’est à lui en outre que nous devons l’avantage de connaître la variante « Sophronas ». D’autre part, il ne contenait rien, semble-t-il, du récit sur la translation des restes de Jean. Telle est l’interprétation que suggère la structure du codex. Seule une heuristique systématique et complète permettra de lever les incertitudes qui pèsent sur les conclusions de ce chapitre.

Notes

1 Cod. 176, II, p. 173, I. 19 - p. 176, 1. 22 ; tous les textes sont groupés commodément par F. IACOBY (FGrH 115 T 1-51).

2 Souda, Θ 172 s.v. Θεόπομπος :
Il écrivit un résumé des histoires d’Hérodote en 2 livres, des
Philippiques en 72 livres, des Histoires helléniques·, elles suivent celles de Thucydide et de Xénophon et elles sont en 11 livres, contenant les événements qui survinrent après la guerre du Péloponnèse et d’autres. Il écrivit également un très grand nombre d’autres livres.
Ἔγϱαψεν ἐπιτομὴν τῶν Ἡϱοδότου ίστοϱιῶν ἐν βιβλίοις β’, Φιλιππιϰὰ ἐν βιβλίοις οβ’, Ἐλληνιϰὰς ἱστοϱίας · ἕπονται δὲ ταῖς Θουκυδίδου ϰαὶ Ξενοφῶντος ϰαὶ εἰσὶν ἐν βιβλίοις ια’, ἔχουσαι τα ἀπò τοῦ Πελοποννησιακοῦ πολέμου ϰαί λοιπά. Ἔγϱαψε ϰαὶ ἕτεϱα πλεῖστα.
Dans le présent
codex, on chercherait en vain une allusion à une de ces œuvres.

3 II, p. 173, I. 19 - p. 174, 1. 21 : Ἔστι δὲ ό Θεόπομπος Χίος μὲν τò γένος, υιòς Δαμοστϱάτου, φυγεῖν δὲ λέγεται τῆς πατϱίδας ἅμα τῷ πατϱί, ἐπὶ λαϰωνισμῷ τοῦ πατϱòς ἁλόντος.

4 Souda, l.l. : Θεόπομπος, Χῖος ϱήτωϱ, υἱòς Δαμασιστϱάτου, γεγονὼς τοῖς χϱόνοις ϰατὰ τὴν ἀναϱχίαν Ἀϑηναίων, ἐπὶ τῆς Ϟγ’ὀλυμπιάδος.

5 Il n’y a point de variante dans les manuscrits de la Bibliothèque.

6 PAUSANIAS, VI, 18, 5 :
Lorsqu’il (sc. Anaximènc de Lampsaque) eut un différend avec Théopompe, le fils de Damasistratos, il écrivit un livre destiné aux Athéniens et un livre injurieux tant pour les Lacédémoniens que pour lesThéhains.
Ώς δέ oἱ διαφοϱὰ ἐς Θεόπομπον ἐγεγόνει τòν Δαμασιστϱάτου, γϱάφει βιβλίον ές Ἀϑηναίους ϰαί έπὶ Λακεδαιμονίοις ὁμοῦ ϰαὶ Θηβαίοις συγγϱαφὴν λοίδοϱον.
Repris dans JACOBY 115 T 10.

7 115 T 4 = ATHÉNÉE, X, 412 b ; T 14 = DIODORE DE SICILE, XIV, 84. 7 ; T 17 = ibid., XVI, 3, 8 ; T 20 = DENYS D’HALICARNASSE, Lettre à Pompée, 6, 1 (II, p. 244, 1. 11 Usener-Radermacher) ; T 24 = PHILOSTRATE, Vie des sophistes, 506, p. 54 ; T 28 = ATHÉNÉE, III, 85a.

8 Cod. 70, I. p. 102, 1. 2 - p. 104, I. 39.

9 II, p. 174, 11. 21-30 : Ἄνασωϑῆναι δὲ τῇ πατϱίδι τελευτήσαντος αὐτῷ τοῦ πατϱός, τὴν δὲ ϰάϑοδον Ἀλεξάνδϱου τοῦ Μαϰεδόναιν βασιλέως δι’ἐπιστολῶν τῶν πϱòς τοὺς Χίους ϰαταπϱαξαμένου · ἐτῶν δὲ εἶναι τότε τον Θεόπομπον ε’ϰαὶ μ’· μετὰ δὲ τòν Ἀλεξάνδϱου ϑάνατον πανταχόϑεν έϰπεσόντα εἰς Αἴγυπτον ἀφικέσϑαι, Πτολεμαῖον δὲ τòν ταύτης βασιλέα οὐ πϱοσίεσϑαι τòν ἄνδϱα, ἀλλὰ ϰαὶ ὡς πολυπϱάγμονα ἀνελεῖν ἐθελῆσαι, εἰ μή τινες τῶν φίλων παϱαιτησάμενοι διεσώσαντο.

10 Voir SIG3, 283. Pour ces rappels, qui n’ont aucune prétention à l’originalité, je suis R. LAQUEUR, art. Theopompos de R.-E. V, 1 (1934), col. 2181 ; voir encore F. JACOBY, 115 T 2 (Kommentar, p. 353).

11 Voir F. JACOBY, 115 T 2 (Komm., pp. 352-353) n’essaie pas de lui assigner une date ; R. LAQUEUR, o.l., col. 2184 le mettrait après 336, encore sous le règne d’Alexandre.

12 F. JACOBY, 115 T 1 (Komm., p. 352) voit dans les indications d’Hésychios le résultat d’un grossier synchronisme établi d’après les œuvres des écrivains (ici, les Helléniques)·, R. LAQUEUR (o.l., col. 2183) les fait dépendre d’un calcul par généragénérations : élèves d’Isocrate, Éphore et Théopompe devaient logiquement avoir vu le jour trente ou trente-trois ans après leur maître, né lui-même vers 436.

13 II, p. 174, 11. 30-3 : Συνακμάσαι δὲ λέγει αὐτòς ἐαυτòν Ἰσοϰϱάτει τε τῷ Ἀϑηναίῳ ϰαί Θεοδέϰτῃ τῷ Φασηλίτῃ ϰαὶ Ναυϰϱάτει τῷ Ἐϱυϑϱαίῳ, ϰαὶ τούτους ἅμα αὑτῷ τὰ πϱωτεῖα τής ἐν λόγοις παιδείας ἔχειν ἐν τοῖς Ἕλλησιν ἀλλὰ Ἰσοϰϱάτην μέν δι’ἀποϱίαν βίου ϰαὶ Θεοδέϰτην μισϑοῦ λόγους γϱάφειν ϰαὶ σοφιστεύειν, ἐϰπαιδεύοντας τοὺς νέους ϰάϰείϑεν ϰαϱπουμένους τάς ὠφελείας, αὐτòν δὲ ϰαὶ Ναυϰϱάτην αὐτάϱϰως ἔχοντας ἐν τούτοις ἀεὶ τὴν διατϱιβήν ἐν τῷ φιλοσοφεῖν ϰαὶ φιλομαϑεῖν ποιεῖσϑαι · ϰαὶ ὡς οὐϰ ἂν εἴη αὐτῷ παϱάλογον αντιποιουμένῳ τῶν πϱωτείων, οὐϰ ἐλαττόνων μὲν ἢ δισμυϱίων ἐπῶν τοὺς ἐπιδειϰτιϰοὺς τῶν λόγων συγγϱαψαμένῳ, πλείους δὲ ἢ ιε’μυϱιάδας, ἐν οίς τάς τε τῶν Ἑλλήνων ϰαὶ βαϱβάϱων πϱάξεις μέχϱι νῦν ὐπαγγελλoμένος ἔστι λαβείν.

14 II, p. 174, 11. 3-7 : Ἔτι δὲ ϰαὶ διότι οὐδείς ἐστι τόπος ϰοινòς τῶν Ἑλλήνων οὐδὲ πόλις ἐξιόχϱεως, εἰς οὓς αὐτòς οὐϰ ἐπιδημῶν ϰαὶ τὰς τῶν λόγων ἐπιδείξεις ποιούμενος οὐχὶ μέγα ϰλέος ϰαὶ ὑπόμνημα τῆς ἐν λόγοις αὐτοῦ κατέλιπεν αϱετῆς.

15 DENYS D’HALICARNASSE, Lettre à Pompée, 6 : Δῆλος γάϱ ἐστιν, εἰ ϰαὶ μηδὲν ἔγϱαψε, πλείστην μὲν παϱασκευὴν εἰς ταῦτα παϱασϰευασάμενος, μεγίστας δὲ δαπάνας εἰς τὴν συναγωγὴν αῦτῶν τετελεϰώς, ϰαὶ πϱòς τούτοις πολλῶν μὲν αὐτόπτης γεγενημένος, πολλοῖς δ’εἰς ὁμιλίαν ἐλϑών ἀνδϱάσι τοῖς τότε πϱωτεύουσι ϰαὶ στϱατηγοίς δημαγωγοῖς τε ϰαὶ φιλοσόφοις διὰ τὴν συγγραφήν. Le passage est repris dans JACOBY, 115 F 26.

16 II, p 175, 11. 7-14 : Ταῦτα αὐτòς πεϱὶ αὑτοῦ λέγων, τοὺς ἐν τοῖς ἔμπϱοσϑεν χϱόνοις ἔχοντας ἐν λόγοις τò πϱωτεύειν πολύ ϰαταδεεστέϱους ἀποφαίνεται τῶν ϰαϑ’ἐαυτòν οὐδὲ τῆς δευτέϱας τάξεως ἀξιουμένων, ϰαὶ τοῦτο δῆλον εἶναί φησι ϰαὶ ἐξ αὐτῶν τῶν παϱ’ἑκατέϱοις ἐκπεπονημένων ϰαὶ ϰατειλημμένων λόγων · πολλὴν γὰϱ τὴν τοιαύτην παίδευσιν ἑπίδοσιν λαβεῖν ϰατὰ τὴν αὑτοῦ ἡλιϰίαν.

17 F. JACOBY. 115 F 24-246 (Komm., p. 359) et F 24-27 (Komm. p. 360) ; R. LAQUEUR, o.l., coll. 2191-2192. Le passage est repris dans JACOBY (115 F 25).

18 Les déclarations sur les capacités de l’écrivain et ses mérites sont un topos du genre qui remonte à THUCYDIDE (V, 26, 5). Voir F. JACOBY, 115 T 24 (Komm., p. 360). La polémique et les déclarations suffisantes sont tout aussi traditionnelles, comme l’indique DENYS D’HALICARNASSE (Antiquités romaines, I, 1, 1 = 115 F 24 Jaco by) :
Fort peu enclin à faire commerce des discours habituels aux préambules historiques, je suis contraint à mon propos de prévenir que je ne m’étendrai pas en éloges particuliers et que j’ai résolu de ne point répandre des critiques contre d’autres écrivains, comme l’ont fait Anaximène et Théopompe, dans le préambule de leurs histoires.
Τοὺς εἰωϑότας ἀποδίδοσϑαι τοῖς πϱοοιμίοις τῶν ιστοϱιῶν λόγους ἥϰιστα βουλόμενος ἀναγϰάζομαι πεϱὶ ἐμαυτοῦ πϱοειπεῖν, οὔτ’ἐν τοῖς ἰδίοις μέλλων πλεονάζειν ἐπαίνοις (…) οὔτε διάβολὰς ϰαϑ’ἐτέϱων ἐγνωκὼς ποιείσϑαι συγγϱαφέων, ὥσπεϱ Ἀναξιμένης ϰαὶ Θεόπομπος ἐν τοῖς πϱοοιμίοις τῶν ἱστοϱιῶν ἐποίησαν.
Il est à peine besoin de souligner le parti politique que pouvait tirer un souverain avisé comme Philippe de Macédoine d’un manifeste louant la supériorité des écrivains de son temps : c’est ce qui dicte à Denys ses sarcasmes vis-à-vis du caractère intéressé de ce genre de morceaux.

19 11, p. 175, 1. 22 : Ἀλλὰ Θεόπομπος μὲν ταῦτα.

20 II, p. 175, 11. 14-18 : Ἀλλὰ τίνας λέγει τοὺς ἐν τοῖς ἔμπϱοσϑεν χϱόνοις, οὐκ ἔχω σαφῶς συμβαλεῖν · ου γάϱ δή γε τολμῆσαι αὐτòν ὐπολαμβάνω εἰς Ἡϱόδοτον ϰαὶ Θουκυδίδην ἀποτείνεσϑαι, πολὺ ϰαὶ αὐτοῦ ἐν πολλοῖς ἐϰείνων τῶν ἀνδϱῶν ἐλαττουμένου.

21 C’est le codex 60, I, p. 57, I. 16 - p. 58, 1. 42.

22 I, p. 58, 11. 17-19 : Ἰωνιϰῆς δὲ διαλέϰτου κανών ἂν οὗτος εἴη, ὡς ἀττιϰῆς Θουϰυδίδης. À propos de Ctésias (cod. 72), Photios écrit encore en I, p. 133, II. 17-19 :
Le style d’Hérodote (...) est le modèle du dialecteionien.
Ὁ δὲ τοῦ Ἡϱοδότου λόγος (...) ϰανών ἐστιν ἰωνιϰῆς διαλέϰτου.

23 C’est à Thucydide que Photios compare notamment Agatharchide de Cnide (III, p. 124, 1. 10), Dion Cassius (I, p. 105, 1. 31 ; 1. 33) et Dexippe (p. 188, 1. 19).

24 II, p. 175, 11. 18-22 : "H τάχα πϱòς Ἑλλάνιϰον ϰαὶ Φίλιστον ἀφοϱᾷ τοὺς ἱστοϱιϰούς, ἢ Γοϱγίαν ϰαὶ Λυσίαν ϰαί τοὺς τοιούτους, ἐγγὺς τῦς αὐτοῦ ἡλιϰίας πϱογεγονότας, αἰνίττεται, οὐδ’ἐκείνων τοσοῦτον ἐνδεέστεϱον ἐχόντων πϱòς τοὺς λόγους.

25 Le premier apparaît dans un passage où Ctésias (cod. 72, I, p. 128, 11. 18-21) polémique contre ses rivaux :
Que Parysatis, par le poison, fait périr le fils de Téritouchmès. Et au sujet de l’homme qui fit à son père des funérailles par le feu, contrairement à la loi, d’où également une attaque contre Hellanicos et Hérodote pourmensonge.
Ὅτι Παϱύσατις φαρμάϰῳ διαφϑείϱει τòν Τεϱιτούχμεω υἱόν. Καὶ πεϱί τοῦ ϑάψαντος τòν πατέϱα διὰ τοῦ πυϱòς παϱὰ τòν νόμον · ἐξ οὗ ϰαὶ ἔλεγχος Ἑλλανίϰου ϰαί Ἡϱοδότου, ὡς ψεύδονται.
Quant à Philistos, son nom ne figure que dans un passage de PLUTARQUE,
Dion, 36, 1-4 cité presque mot pour mot (VI, p. 174, 1. 12 ; 11. 20-21 ; p. 175, 1. 28). A. LESKY, GGL, p. 363 situe Hellanicos dans le dernier quart duVe siècle ; p. 676, Philistos, entre les années 430 et 356-5. Les références chronologiques qu’indique Photios dans la suite valent donc également pour les deux historiens.

26 Respectivement VIII, p. 43, 1. 27 = ps.-PLUTARQUE, Vies des dix orateurs, 832 F, p. 45 Cuvigny (Antiphon) ; p. 44. I. 15 ; p. 45, 1. 15 = ID., 836 F, p. 54 et 837 F, p. 57 (Isocrate).

27 J’étudierai ailleurs cette question délicate. Elle appelle à mon sens une réponse négative.

28 L. GERNET, dans l’édition des Discours de Lysias, I, Paris, 1924, par L.G. et M. BIZOS, p. 2 et p. 6 ; A. LESKY, GGL, p. 639 : 45 ou peu après et au moins 480.

29 W.K.C. GUTHRIE, Les sophistes, Paris (trad. J. Cottereau), 1976, p. 275, avec la n. 2. Stricto sensu, il n’est pas possible de montrer que Photios n’aurait pas été en mesure d’avoir entre les mains l’une ou l’autre œuvre de Gorgias. L’Eloge d’Hélène par exemple nous est parvenu dans deux manuscrits, l’Apologie de Palamède, dans un : voir 86 B 11 Diels-Kranz6 et 11 a.

30 II, p. 175, 11. 23-34 : Φασὶ δὲ αὐτόν τε ϰαι Ἔφοϱον Ἰσοϱϱάτους γενέσϑαι μαϑητάς. Δῆλον δὲ τοῦτο ποιούσι ϰαὶ οἱ λόγοι · πολὺ γὰϱ ἐν τοῖς Θεοπόμπου ἢ ϰατὰ μίμησιν ιδέα τῶν παϱ’Ἰσοϰϱάτει, εἰ ϰαὶ λείπεται τῆς ϰατὰ τὴν ἐϱγασίαν άϰϱιβείας. Καὶ τὰς ἱστοϱιϰὰς δὲ υποϑέσεις τòν διδάσϰαλον αὐτοῖς πϱοβαλεῖν, τὰς μὲν ἄνω τῶν χϱόνων Ἐφόϱῳ, Θεοπόμπῳ δὲ τὰς μετὰ Θουϰυδίδην Ἑλληνιϰάς, πϱòς τὴν ἑκατέϱου φύσιν ϰαὶ τò ἔϱγον ἁϱμοσάμενον. Διò ϰαὶ τὰ πϱοοίμια αὐτοῖς τῶν ἱστοϱιῶν τῇ τε διανοίᾳ ϰαὶ τοῖς ἄλλοις ἐστὶν ὁμοιότατα, ὡς ἂν ἀπò τῆς αὐτῆς ἀφετηϱίας ἐϰδϱαμόντων ἑϰατέϱου πϱòς τò στάδιον τῆς ιστοϱίας.

31 II. ρ. 175.

32 La seule connaissance directe qu’il a eue de l’écrivain, Photios la doit à Stobée (cod. 167, II, p. 158, I. 29). On ne peut naturellement être sûr qu’il ait parcouru le recueil en entier. Hors les passages où Éphore apparaît dans le présent codex, le recenseur indique plus loin encore la qualité d’élève d’Isocrate. Mais le texte est identique à ps.-PLUTARQUE, ibid. (Isocrate), 837 C, p. 56 ; VI, p. 174, 1. 20 vient en droite ligne de PLUTARQUE, Dion, 36, 3.

33 Vie, 11. 107-116, p. XXXVI Mathieu-Brémond : Ώς ἑώϱα τòν Θεόπομπον μιϰϱὰν ὑπόϑεσίν τινα λαμβάνοντα ϰαὶ έπεκτείνοντα ταύτην ϰαὶ διὰ πολλῶν λέγοντα, ὥσπεϱ ἐν τή Φιλιππιϰῇ αὑτοῦ ἱστοϱίᾳ ἐποίησε, τόν δὲ Ἔφοϱον μεγάλην μεν ὑπόϑεσιν λαμβάνοντα ϰαὶ πολλῶν δεομένην, εἶτα δι’ὀλίγων αὐτήν λέγοντα ϰαὶ ἐλλιπῶς, ἔφησεν ὡς ὅτι · Ἔχω τινὰς δύο μαθητάς, ὧν ὁ μὲν δεῖται μάστιγος, ὁ δὲ χαλινοῦ », μάστιγος μὲν λέγων πεϱὶ τοῦ Ἐφόϱου διὰ τò νωϑὲς ϰαὶ βϱαδὺ τῆς φύσεως, χαλινοῦ δὲ διὰ τò Θεοπόμπου πολύ τε ϰαὶ ἀϰϱατὲς τῆς γλώττης. La Vie anonyme figure dans plusieurs manuscrits, notamment dans trois duXVe siècle : voir G. MATHIEU-É. BRÉMOND, o.l., p. I. n. 1.

34 II, p. 175, 11. 35-36 : Πλείσταις μὲν οὖν παϱεϰβάσεσι παντοδαπῆς ιστοϱίας τούς ἱστοϱιϰοὺς αυτοῦ λόγους Θεοπόμπου παϱατείνει.

35 II, p. 175, I. 36 - p. 176, 1. 41 : Διò ϰαί Φίλιππος, ὁ πϱòς Ῥωμαίους πολεμήσας, ἐξελὼν ταύτας ϰαί τὰς Φιλίππου συνταξάμενος πϱάξεις, αἳ σϰοπός εἰσι Θεοπόμπῳ, εἰς ις’βίβλους μόνας, μηόὲν παϱ’ἐαυτοῦ πϱοσϑεὶς ἢ ἀφελὼν πλὴν (ὡς εἴϱηται) τῶν παϱεϰτϱοπῶν, τὰς πάσας ἀπήϱτισε. Le responsable de cette version écourtée et mise en perspective était le roi Philippe V de Macédoine (221-178 aCn). Voir A. LESKY, GGL, p. 672.

36 II, p. 176, 11. 41-9 : Δοῦϱις μὲν οὖν ό Σάμιος ἐν τῇ πϱώτη τῶν αὑτοῦ ιστοϱιῶν οὕτω φησίν · « Ἔφορος δὲ ϰαὶ Θεόπομπος τῶν γενομένων πλεῖστον ἁπελείφϑησαν · οὔτε γὰϱ μιμήσεως μετέλαβον οἀδεμιᾶς οὔτε ἡδονῆς ἐν τῷ φϱάσαι, αὐτοῦ δὲ τοῦ γϱάφειν μόνον ἐπεμελήϑησαν ». Καίτοι Δοῦϱις ϰαὶ τῆς έν αὐτοῖς τούτοις οἰϰονομίας, οἷς αἰτιᾶται, πολλὰ τῶν ἀνδϱῶν λειπόμενος. — Ἀλλ’εἰ μὲν πϱòς τòν ὑπεϱήφανον Θεοπόμπου λόγον, ὃς τούς ἀϱχαιοτέϱους οὐδὲ τών δευτέρων ήξίου, τοῦτο ἀπέϱϱιψεν, οὐκ ἔχω λέγειν · πλὴν ὅτι οὐδέτεϱος αὐτῶν πϱοσηϰόντως ἐπελάβετο, ϰαὶ μάλιστα ἂν διισχυϱισαίμην.

37 PLUTARQUE, Alcibiade, 32, 2 = DOURIS, 76 F 70 Jacoby. Sur ce point, voir A. LESKY, GGL. p. 821.

38 Voir ici même p. 360 et II, p. 175, 11. 24-27. Photios a recensé précédemment l’œuvre d’Isocrate à laquelle il a consacré une notice détaillée (cod. 159, II, p. 119, 11. 33 - p. 121, 1. 19) ; voir encore cod. 260, VIII, p. 43, 1. 4 - p. 48, 1. 13).

39 H, p. 176, 11. 9-16 : Κλεοχάϱης δὲ ὁ Σμυϱλεανός, υπὲϱ τῶν Ἰσοϰϱατιϰῶν απάντων, οἶμαι, λέγων (τοῦτο γάϱ ἐστι τò ἐν τη πϱòς τòν Δημοσϑένην συγϰϱίσει μὴ τὰ πόϱϱω αὐτοῖς παϱασχεῖν) φησὶ τοὺς μὲν δημοσϑενιϰοὺς λόγους τοῖς τῶν στϱατιωτῶν ἐοιϰέναι μάλιστα σώμασι, τοὺς δὲ ἰσοϰϱατιϰοὺς τοῖς των αθλητών. Δήλον δέ ώς Θεόπομπος οὐδενòς τῶν ἰσοϰϱατιϰῶν εἰς τοὺς λόγους ἀτιμότεϱος.

40 Auteur du IIe siècle aCn, Cléocharès de Smyrléa en Bithynie semble être né aux alentours de 300 et avoir passé le plus clair de son existence à Athènes. Appartenant à l’école asianique d’éloquence, il avait écrit, outre des discours, des traités d’esthétique et de rhétorique, notamment la Syncrisis citée ici. Voir AULITZKY, dans son article Kleochares (5) de la R.-E., XI, 1 (1921), coll. 672-673. La comparaison devait connaître par la suite un beau succès : voir, par exemple, QUINTILIEN, V, 8, 10 (mais sans le nom de l’inventeur).

41 Ps.-PLUTARQUE, o.l. (Démosthène), 845 D, p. 73 : Έκάλει δὲ τοὺς μεν αὐτοῦ λόγους όμοιους τοῖς στϱατιώταις διὰ τὴν πολεμικὴν δύναμιν, τούς δ’Ίσοκϱάτους τοῖς άϑληταῖς τέϱψιν γὰϱ παϱέχειν αυτούς θεατρικήν.

42 VIII, ρ. 64, 11. 24-30 :’Εϱομένου δε αυτόν τινος τῶν συνήθων τίνες ἂν εἶεν πιϑανώτεϱοι καί δυνατώτεϱοι λόγοι, Δημοσϑένους ή’Ισοκράτους, ἔφη ὡς οἱ μέν Δημοσθένους στρατιώταις ἐοίκασι, πολεμική γάρ αυτών καὶ σφόδϱα ή δύναμις, οἱ δὲ’Ισοκράτους τοϊς άθληταϊς. θεατρικήν γάρ αυτούς παρέχειν τέρψιν. J’ai repris le texte de R. Henry sans vérifier les leçons des manuscrits. Le savant éditeur traduit : « ... car leur puissance est forte et grossière ». Cette interprétation postule une accentuation σφοδρά. Ce n’est pas celle qui est retenue dans le texte imprimé. Aucune variante n’est indiquée dans l’apparat.

43 C’est ce qui explique une phrase en légère contradiction avec celle qu’on a pu lire plus haut p. 360 (= p. 175, 11. 26-27), où Photios soulignait le moindre degré de raffinement dans le style.

44 II, p. 176, II. 17-22 : Τò μὲν οὖν Θεοπόμπου γένος ϰαὶ ἡ παίδευσις ϰαὶ ὁ διδάσϰαλος ϰαὶ οἱ συναϰμάσαντες ϰαὶ οἱ λόγοι ϰαὶ ἡ πολιτεία ϰαὶ ἡ ἐν τοῖς λόγοις ἰδέα ϰαὶ πϱοαίϱεσις, ϰατά ϰεφαλαιώδη ἀπαϱίϑμησιν, ϰαὶ ὁ ϰαϑ’ὅν ἢϰμασε χϱόνος ϰαὶ ὅσα αὐτῷ συνεϰύρησε ϰατὰ τòν βίον, ἐπὶ τοσοῦτον.

45 F. LEO, Die griechisch-römische Biographie nach ihrer litterarischen Form, Leipzig, 1901, p. 30.

46 Les éléments marqués d’un astérisque sont ceux que Photios a prélevés au fil de sa lecture.

47 R. HENRY, II, p. 125, n. 3 rappelle que les seuls passages de Diogène Laerce mentionnés par Photios sont les extraits tirés de Sopatros (III-IVe siècles pCn). Comme l’indique A.-Ph. SEGONDS (dans l’édition par le P. des PLACES des Vie de Pythagore et Lettre à Marcella de Porphyre, Paris, 1982, p. 164, n. 2) : « ... l’œuvre de Diogène Laërce a été pratiquement inconnue de l’Antiquité ».

48 II, p. 125, II. 41-10 : Σύγϰειται δὲ αὐτῷ ϰαὶ ἐϰ τῶν Δαμοστϱάτου ἀλιευτιϰῶν λόγου δευτέϱου, ϰαὶ ἐϰ τῶν Λαεϱτίου Διογένους φιλοσόφων βίων βιβλίου πϱώτου ϰαὶ πέμπτου, ἐνατου τε ϰαὶ δεϰάτου, ἐν οἷς τὰ πεϱὶ τῶν φιλοσόφων διέξεισιν, ὅϑεν τε τò φιλοσοφίας ἱεϱòν χϱῆμα τὴν ἀϱχὴν ἔφυ, ϰαὶ ὅπως ἥϰμασε, τίνες τε τίνων αίϱέσεων ἀϱχηγοὶ ϰαὶ πϱοστάται ϰατέστησαν, τίνας τε ἔσχον ἐϱαστὰς ϰαὶ τίνας ἀντιτέχνους τίνες, ποῖόν τε ἕϰαστος αὐτῶν ἐπεδείϰνυτο ἦϑος, ϰαὶ πόϑεν είλϰε τò γένος, ϰαὶ οἷον τò ἐξ ἀϱχῆς ἐπιτήδευμα, ϰαὶ πότε ϰαιϱοῦ ἢϰμασε.

49 R. HENRY, ibid.

50 F. LEO. o.l., pp. 35-36.

51 Tous les renseignements offerts par HANSLIK, dans son article Menophanes (2) de R. E., XV, 1 (1931), col. 928 sont tirés de la notice de Photios. E. ORTH (Photiana, Leipzig, 1928, pp. 42-43) situerait Ménophane au début du Ier siècle de notre ère, mais les bases de son raisonnement sont extrêmement fragiles.

52 II, p. 172, II. 6-14 : Άνεγνώσϑη Θεοπόμπου λόγοι ἱστοϱιϰοί. N’δὲ ϰαὶ γ’εἰσὶν οἱ σῳζόμενοι αὐτοῦ τῶν ἱστοϱιϰῶν λόγοι. Διαπεπτωϰέναι δὲ ϰαὶ τῶν παλαιῶν τινες ἔφησαν τήν τε ἕϰτην ϰαὶ ἑβδόμην ϰαὶ δὴ ϰαὶ τὴν ἐνάτην ϰαὶ εἰϰοστὴν ϰαὶ τὴν τϱιαϰοστήν. Αλλὰ ταύτας μὲν οὐδ’ἡμεῖς εἴδομεν, Μηνοφάνης δέ τις τὰ πεϱὶ Θεοποπόμπου διεξιών (ἀϱχαῖος δὲ ϰαὶ οὐϰ εὐϰαταφϱόνητος ὁ ἀνήϱ), ϰαὶ τὴν δωδεϰάτην συνδιαπεπτωϰέναι λέγει · ϰαίτοι αὐτὴν ἡμεῖς ταῖς ἄλλαις συνανέγνωμεν.

53 II, p. 172, II. 14-17 et p. 173, II. 17-18 : Καὶ πεϱιέχει ὁ δωδέϰατος λόγος · πεϱί τε Παϰώϱιος τοῦ Αἰγυπτίων βασιλέως, ῶς πϱός τε τοὺς βαϱβάϱους ἐσπείσατο ϰαὶ ὑπὲϱ Εὐαγόϱου ἔπϱαττε τοῦ Κυπϱίου, ἐναντία πϱάττων τῷ Πέϱσῃ (...) "Α μὲν οὖν ὁ ἠφανισμένος Μηνοφάνει δωδέϰατος λόγος πεϱιέχει, ταῦτά έστιν. Il ne faut pas présenter le texte sans ponctuation, comme le fait R. Henry, au moins pour le premier passage. Les pages où Photios donne un aperçu de la substance du livre XII évoquent, par le « style », les « pinakes ». Qu’il ait effectivement disposé d’un manuscrit muni de tels appendices ou qu’il en ait spontanément, pour des raisons de concision, adopté le mode rédactionnel, nous ne le saurons jamais. Les besoins de l’analyse imposent, dans un cas de l’espèce, le sacrifice de l’élégance à la rigueur.

54 Ce sont respectivement les codices 262 et 265. Je reviendrai ailleurs sur ces questions.

55 On ne sait rien du texte aminci dont on est redevable à Philippe V. On l’a vu, la Vie insiste sur la qualité supérieure et l’honnêteté des choix opérés à l’initiative du souverain macédonien. Force est tout de même, dans ce cas, de juger un peu sévère la rigueur des coupes sombres. On peut croire que sous le prétexte commode de « digressions » ont disparu maintes critiques adressées à Philippe, par exemple, pour son goût excessif des femmes, comme celles que rapporte 115 F 27 Jacoby = POLYBE, VIII, 9, 1-4. Un détail de présentation paraît bien garantir que Photios, pour le début du codex, n’a pas recouru à une multiplicité de sources. On a lu qu’en II, p. 172, 1. 13 il a utilisé le composé double συνδιαπεπτωϰέναι ; à la 1. 8, le même composé apparaissait déjà, amputé du premier préverbe. On peut supposer que la répétition est le fait de la source. On objectera sans doute que la présence de deux verbes déclaratifs ἔφησαν (1. 8.)... λέγει (1. 13) paraît plaider en sens contraire. A mon sens, le Bios qui précédait l’édition incomplète des Philippica dont disposait Photios contenait une série de témoignages anciens sur les derniers avatars du texte. Dans l’optique d’un éditeur, le rappel de Ménophane ne manquait pas de sel ni surtout de portée publicitaire. Après tout, le bellum philologicum n’a pas attendu l’époque de Mabillon pour commencer.

56 Cod. 213, III, p. 124, II. 27-29 et p. 124, I. 12 - p. 125, I. 17 : "Εστι δέ, ἐξ ὧν τòν ἄνδϱα τοὺς λόγους αὐτοῦ διελϑόντος ἐπέγνωμεν, μεγαλοπϱεπής τε ϰαὶ γνωμολογιϰòς (...) Άλλά γάϱ ὁ μὲν ἀνὴϱ τοιοῦτος, ϰαὶ τò ἀπò τῆς γϱαμματιϰῆς ἔχων ϰλέος · εἰ δὲ ϰαὶ τò τῆς ϱητοϱιϰῆς ἐπώνυμον αὐτῷ ἡ μὴ νήφουσα ψῆφος οὐϰ ἐπέϑετο, ἀλλὰ γὰϱ ἔμοιγε δοϰεῖ οὐδὲν ἔλαττον τῶν γϱαμματιϰῶν οὐ δεύτεϱος ἢ τῶν ϱητόϱων, δι’ὧν ϰαὶ γϱάφει ϰαὶ διδάσϰει, ϰαταφαίνεσϑαι.

57 P. 123, 1. 6 : Άνεγνώσϑη Άγαϑαϱχίδου ἱστοϱιϰόν

58 P. 123, II. 6-15 : ἔνιοι δὲ αὐτòν Άγάϑαρχον ὀνομάζουσι. Τούτῳ πατϱὶς μὲν ἡ Κνίδος ἦν, ἡ δὲ τέχνη γϱαμματιϰòν ἐπεδείϰνυτο · ὑπογϱαφέα δὲ ϰαὶ ἀναγνωστὴν ὁ τοῦ Λέμβου’Ηϱαϰλείδης δι’ὧν αὐτῷ ἐξυπηϱετεῖτο, παϱέσχε γνωϱίξεσϑαι. Ήν δὲ ϰαὶ ϑϱεπτòς Κινναίου. Γϱάψαι δὲ τòν ἄνδϱα τοῦτον τὰ ϰατὰ τὴν Ασίαν ἔγνωμεν ἐν βιβλίοις ι’ϰαὶ τῶν ϰατὰ τὴν Εὐϱώπην δὲ εἰς ϑ ϰαὶ μ’παϱατείνεται αὐτῷ ἡ ἱστοϱία · ἀλλὰ ϰαὶ ε βιβλία τὴν’Εϱυϑϱὰν αὐτῷ πᾶσαν ϰαὶ τὰ πεϱὶ ταύτην ἐξιστοϱοῦσιν.

59 On lui doit notamment un résumé de l’Histoire des Diadoques de Sotion d’Alexandrie (voir DIOGÈNE LAËRCE, VIII, 7 = PYTHAGORE, 14 A 19 D.-K.6 et A. LESKY, GGL, p. 741), un abrégé des Vies de Satyros (DIOGÈNE LAËRCE, VIII, 7 et IX, 26 = respectivement EMPEDOCLE, 31 A 1 et ZÉNON, 29 A 1D.-K.6). Le POxy 1367 (fin du IIe s. pCn) a révélé un epitomé de trois œuvres de Hermippos. On peut en lire les fragments dans It. GALLO (Frammenti biografici da papiri, I La biografia politica, Rome, 1975, pp. 35-38). Le fr. 2 mentionne :
D’Héraclide, fils de Sarapion. un epitomé d’œuvres de Hermippos :
Sur les législateurs, les sept Sages etPythagore.
On trouvera un excellent aperçu de l’activité d’Héraclide, ib., pp. 16-17.

60 Souda, H 462 s.v. Ήϱαϰλείδης-’Οξυϱυγχίτης (...) ὃς τὰς πϱòς Άντίοχον ἔϑετο συνϑήϰας.

61 FGH 68 Τ 2 Jacoby (Kommentar) ; Éd. WILL, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, 1967, pp. 266-267 ; P. JOUGUET, L’impérialisme macédonien et l’hellénisation de l’Orient, 2e édition, Paris, 1972, p. 265.

62 La crise eut lieu vers 170 : voir Edw. BEVAN, Histoire des Lagides, Paris (trad. de E.J. Lévy et J. Herbert), 1934, pp. 319-321 ; Éd. WILL, o.l., pp. 267-268 ; P. JOUGUET, o.l., p. 266.

63 III, p. 123, II. 15-19 : Τὴν οὖν εἰϱημένην ἅπασαν συγγϱαφὴν ϰαὶ αὐτòς ἐπὶ τέλει τοῦ ε’λόγου εἰς μνήμην ἀνάγει, ἐν ᾦ ϰαὶ πεπαῦσϑαι τοῦ γϱάφειν διά τινάς τε αἰτίας ἄλλας, ϰαὶ ὅτι τὰ τῆς ἐϰϰλησίας ἀποϰλίνοι πϱος τò ἔξωϱον.

64 VII, p. 189, II. 3-13 = fr. 110 Müller : Τὰ μὲν οὖν ὑπὲϱ τῶν ἐϑνῶν τῶν ἐϰϰειμένων πϱòς μεσημβϱίαν, ὡς ἦν ἐφ’ἡμῖν, ἐν πέντε βιβλίοις ἐπιμελῶς ίστοϱήϰαμεν · ὑπὲϱ δὲ τῶν ἐν τῷ πελάγει νήσων ὕστεϱον τεϑεωϱημένων, ϰαὶ τῶν ἑξῆς έϑνῶν, ϰαὶ τῶν εὐωδῶν ὅσα φέϱειν συμβαίνει τὴν Τϱωγλοδῦτιν χώϱαν, ἡμεῖς μὲν παϱαιτησάμενοι τὴν ἑ ξήγησιν ἄϱδην ἀπολελοίπαμεν, οὔτε τòν πόνον τῆς ἡλιϰίας ὁμοίως ὑποφέϱειν δυναμένης, πολλῶν ἡμῖν ὑπέϱ τε τῆς Εὐϱώπης ϰαὶ τῆς Ασίας ἀναγεγϱαμμένων, οὔτε τῶν ὑπομνημάτων διὰ τὰς ϰατ’Αἴγυπτον ἀποστάσεις ἀϰϱιβῆ παϱαδιδόντων σϰέψιν. Le rapprochement est déjà signalé par R. HENRY, III, p. 123, n. 3.

65 III, p. 123, n. 1. Il évoque le témoignage d’A. LESKY, GGL, p. 831 (référence modifiée) et de J. SCHWARTZ, dans l’article Agatharchides de la R.-E. I (1894), coll. 739-741, qui ne disent rien de semblable.

66 86 F 1-22 Jacoby.

67 C’est la question que posait F. JACOBY, 86 T 2 § 2 (Kommentar) avec beaucoup de pertinence : « Hat er die Historien wirklich noch selbst gelesen ? »

68 86 F 20 b = A.J., XII, 5, repris ibid. a = Contre Apion, I, 205-212.

69 Voir, par exemple, 86 F 3 = ATHÉNÉE. XII, 539 b-d, où il est question, dans un contexte anecdotique, il est vrai, de Perdiccas et de Cratère.

70 C’est à peu près ce qu’écrivent Th. REINACH et L. BLUM, dans leur édition du Contre Apion de Flavius Josèphe, Paris, 1930, p. XXIV, à propos de la méthode suivie par l’historien juif : « Ici encore, même lorsqu’il s’agit d’auteurs très célèbres, mais qui n’ont pas traité spécialement des Juifs, comme (...) Agatharchidès (...), il me paraît très peu vraisemblable qu’il les ait explorés entièrement lui-même pour y découvrir des renseignements aussi cachés, aussi maigres et en partie aussi douteux sur les choses juives. Il semble plutôt que les patients dépouillements que supposent de pareils extraits aient été faits dans le loisir des bibliothèques, pour les polémistes juifs d’Alexandrie dont Josèphe n’a eu qu’à utiliser les collections. » Ce scepticisme sur la réalité des lectures de Josèphe pour les œuvres considérées rejoint, à propos du même passage, celui de JACOBY, 86 F 20 (Kommentar).

71 Les structures du Sur la Mer Rouge n’ont pas été jusqu’ici correctement étudiées. On n’a pas assez souligné que Photios recensait une édition abrégée des livres I et V. On doit dire un mot de la titulature adoptée par R, HENRY (VII, p. 134, I. 16 - p. 135, I. 19). Le savant éditeur retient les indications suivantes : « Lu d’Agatharchide deux livres, le premier et le cinquième qui traitent, sous forme de résumé, de la Mer Rouge et d’autres actions paradoxales » (trad. personnelle). C’est la leçon conservée par le manuscrit M et le pinax de A : Άνεγνώσϑη Άγαϑαϱχίδου λόγοι δύο, ὁ πϱῶτος ϰαὶ ὁ πέμπτος πεϱὶ τῆς ἐϱυϑϱᾶς ϑαλάσσης ϰαὶ ἐτέϱων παϱαδόξων ἔϱγων ἐν ϰεφαλαίῳ διαλαμβάνοντες. J’avoue ne pas comprendre pourquoi il rejette dans l’apparat l’excellente leçon de A : « Lu Extrait du premier livre des faits concernant la Mer Rouge par Agatharchide ». Άνεγνώσϑη ἐϰ τοῦ πϱώτου λόγου Αγαϑαϱχίδου τῶν πεϱῖ τῆς ἐϱυϑϱᾶς ϑαλάσσης. C’est le moment de rappeler que Photios écrit en VII, p. 147, 11. 37-38 : « Extrait du livre V du récit Sur la Mer Rouge » Εϰ τῆς ε’Άγαϑαϱχίδου ἱστοϱίας τῆς πεϱὶ τὴν ἐϱυϑϱάν ϑάλασσαν. Cette fois, le passage est transmis sans divergence dans les manuscrits. Le parallélisme est patent avec la leçon de A mentionnée précédemment. Le rejet du témoignage de A à l’étage de l’apparat, présente, dans le premier cas, l’inconvénient d’égarer sur la nature véritable du cod. 250. La traduction de D. WOELK (Agatharchides von Knidos. Lieber das Role Meer. Uebersetzung und Kommentar, diss. Bamberg, 1966, pp. 1 et 13) est inexacte. Bien entendu, le savant allemand ne pose pas le problème, sur lequel je reviendrai ailleurs. Tout, dans l’aspect du cod. 250, montre que Photios n’eut pas à sa disposition une édition complète de l’œuvre, mais un choix d’extraits significatifs Sur la Mer Rouge. Tel est le sens des indications de A, ainsi d’ailleurs que de M et du pinax de A. Mais en bonne méthode, on doit préférer la leçon du meilleur manuscrit. Bien plus même, on peut sans doute proposer un terminus post quem approximatif pour la confection de cet « épitomé ». Si, comme le pensent les éditeurs les plus récents d’Arrien, l’auteur du traité Sur la nature, la formation et l’apparition des comètes cité au cod. 250 (VII, p. 189, II. 17-20) est bien le nouveau Xénophon qui écrivit l’Atiabase d’Alexandre au ILS. de notre ère, force est de reculer à cette époque au moins le modèle de l’abrégé dont Photios eut une copie sous les yeux.

72 La signification exacte du nom de Lembos n’est pas sûre. On a proposé récemment une interprétation ingénieuse sur la base du nom commun correspondant. Désignant une barque permettant le transport des marchandises à partir des navires de commerce à la rive, le « lembos » symboliserait le travail d’épitomateur auquel se livrait Héraclide pour faciliter l’accès à des œuvres trop copieuses dans le texte intégral. Voir It. GALLO, o.l.. p. 18, n. 13.

73 III, p. 123, II. 19-27 : Πλήν γε εἰσὶν oἵ φασιν αὐτòν ϰαὶ ἑτέϱας συγγεγϱαφέναι πϱαγματείας ὧν ἡμεῖς οὐδένα οὐδέπω ἴσμεν.’Επιτομὴν δὲ αὐτόν φασι τῶν πεϱὶ τῆς ἐϱυϑϱᾶς ϑαλάσσης ἀναγεγϱαμμένων ἐν ἑνὶ συντάξαι βιβλίφ, ϰαὶ μὴν ϰαὶ πεϱὶ Τϱωγλοδυτῶν βιβλία ε’, ἀλλὰ ϰαὶ ἐπιτομὴν τῆς’Αντιμάχου Λύδης, ϰαὶ πάλιν ἄλλην ἐπιτομὴν τῶν συγγεγϱαφότων πεϱὶ συναγωγῆς ϑαυμάσίων ἀνέμων, ἐϰλογάς τε ἱστοϱιῶν αὐτòν συντάξαι, ϰαὶ πεϱὶ τῆς πϱòς φίλους ὁμιλίας.

74 R. HENRY, III, p. 123, n. 4 : « Il n’existe pas de trace de ces ouvrages. »

75 C’était l’avis d’Ed. SCHWARTZ (o.l., col. 740) : « Ausserdem fand Photios (cod. 213) vermutlich in seiner Handschrift der Bücher über das Rote Meer (...) einen Katalog von weiteren Schriften des A. ».

76 À propos de l’allusion au livre V, R. HENRY (III, p. 123, n. 3) écrit : « Cette phrase signifie ou bien que Photios a déjà lu ce livre auquel il consacrera le « codex » 250 ou bien (...) qu’il a trouvé dans un manuscrit d’Agatharchide une liste des ouvrages de ce dernier ». Sur le plan logique, il ne faut chercher dans le passage en question ni dilemme ni alternative. Je crois avoir montré que la seule façon de rendre compte de tous les éléments du texte était d’admettre simultanément les deux interprétations qui ne s’excluent d’aucune manière.

77 Souda Δ 1174 s.v. Διονύσιος’Αλεξάνδρου ‘ Αλικαρνασσεύς, ρήτωρ ϰαὶ παντοίως λόγιος, γέγονε δὲ ἐπὶ Καίσαρος τοῦ Σεβαστοῦ τού έπί’Aδριανοῦ γεγονότος’Αττιϰιστοῦ.

78 Cet Alexandre n’est pas connu par ailleurs : Germaine AUJAC, dans son édition des Opuscules rhétoriques, I, Les orateurs antiques de Denys d’Halicarnasse, Paris, 1978, p. 9.

79 R. HENRY, I, p. 191, n. 1.

80 I, p. 190, 1. 2 - p. 191, 1. 10 :’Ήϰμασε δὲ οὗτος ἐπὶ τῶν Αὐγούστου χρόνων ϰαταπλεύσας εἰς Ἰταλίαν ἅμα τῷ ϰαταλυϑῆναι τòν ἐμφύλιον πόλεμον, ὃς αὐτῷ τε Αὐγούστῳ ϰαὶ Ἀντωνίῳ ἐπολεμήϑη. Διατρίψας δέ, ὥς φησιν, ἔτη δύο ϰαὶ είκοσἴ ϰαὶ τήν τε Ῥωμαϊϰὴν ἐξαϰριβώσας διάλεϰτον, ϰαὶ τὰ παρ’αὐτοῖς αρχαῖα ἐϰμαϑών, ϰαὶ πάντα ὅσα πρòς τὴν ἱστορίαν τείνει παρασϰευασάμενος, οὕτως ἄρχεται τῆς πραγματείας.

81 DENYS D’HALICARNASSE, Histoire romaine, I, 7, 2 : Ἐγὼ ϰαταπλεύσας εἰς Ἰταλίαν ἅμα τῷ ϰαταλυϑῆναι τòν ἐμφύλιον πόλεμον ὑπò τοῦ Σεβαστοῦ Καίσαρος ἑβδομῆς ϰαὶ ὀγδοηϰοστῆς ϰαὶ ἑϰατοστῆς ὀλυμπιάδος μεσούσης, ϰαὶ τòν ἐξ ἐϰείνου χρόνον ἐτῶν δύο ϰαὶ εἴϰοσι μέχρι τοῦ παρόντος γενόμενον ἐν Ῥώμῃ διατρίψας διάλεϰτόν τε τὴν ‘Pωμαϊϰὴν ἐϰμαϑὼν ϰαὶ γραμμάτων τῶν ἐπιχωρίων λαβὼν ἐπιστήμην ἐν παντὶ τούτῳ τῷ χρόνῳ τὰ συντείνοντα πρòς τὴν ὑπόθεσιν ταύτην διετέλουν πραγματευόμενος.

82 A. LESKY, GGL, p. 886 ; G. AUJAC, o.l., p. 12 ; G.M.A. GRUBE, The Greek and Roman Critics, Londres, 1965, p. 207 (« settled in Rome about 30 B.C. »).

83 Histoire romaine, I, 7, 3 : Καὶ τὰ μὲν παρὰ τῶν λογιωτάτων ἀνδρῶν, οἷς εἰς ὁμιλίαν ἦλϑον, διδαχῇ παραλαβών, τὰ δ’ἐϰ τῶν ἱστοριῶν ἀναλεξάμενος, ἃς οἱ πρò αὐτῶν ἐπαινούμενοι ‘Pωμαίων συνέγραψαν Πόρϰιός τε Κάτων ϰαὶ Φάβιος Μάξιμος ϰαὶ Οὐαλέριος (...) ϰαὶ ἕτεροι συχνοὶ πρòς τούτοις ἄνδρες οὐϰ ἀφανεῖς, ἀπ’ἐϰείνων ὁρμώμενος τῶν πραγματειῶν (είσί δὲ ταῖς ‘ Ελληνικαῖς χρονογραφίαις ἐοικυῖαι), τότε ἐπεχείρησα τῇ γραφῇ. L’original renferme une importante liste d’écrivains qu’il est inutile de reproduire ici.

84 I, p. 190, 11. 40-2 : Διέρχεται δέ καί αὐτòν ἐκεῖνον, καί τελευτᾷ εῖς τὴν ρ’και κη’ὀλυμπιάδα, ἔτους αὐτῆς ἐνεστηκότος τρίτου · ἀφ’ἧς καί φησιν ἀπάρξασϑαι τòν Μεγαλοπολίτην Πολύβιον τῆς ἱστορίας.

85 De YHistoire romaine qui renfermait au total vingt livres, seuls les dix premiers sont intégralement conservés ; le onzième nous est parvenu de façon lacuneuse. Pour le reste, on ne peut compter que sur les extraits de la collection constantinienne et sur un épitomé milanais exhumé par Angelo Mai au début duxixe siècle : Alb. LESKY, GGL, p. 902 avec la η. 1 (il s’agit de l’Ambrosianus Q 13 sup.).

86 P. PÉDECH, dans son édition des Histoires de Polybe, livre 1, Paris, 1969, p. XV ; Alb. LESKY, GGL. p. 901.

87 Éd. WILL (Histoire politique du monde hellénistique, I, Nancy, 1966, pp. 111-112) où est décrite la dernière campagne du « condottiere ». Le débarquement de Pyrrhos en Italie est sèchement rappelé par POLYBE (IL 41, 11).

88 Alb. LESKY, GGL. p. 830 et n. 3. Pour les fragments de Posidonios, voir 87 F Jacoby ; pour les Mémoires historiques de Strabon, 91 F.

89 SCHMID-STÄHLIN, GGL. IL I. p. 393, bien qu’ils offrent une importante énumération de titres et d’œuvres.

90 Cod. 84, II, p. 8, 1. 22 - p. 9, I. 35.

91 II, p. 8, II. 23-32. En longueur, elle vaut celle du cod. 83 (I, p. 191, II. 10-20).

92 II, p. 8, 1. 32 - p. 9, 1. 35 : Δῆλον σ’ὡς οὗτος ὁ συγγραφεὺς Δίωνός τε τοῦ Κοκκίου καὶ Ἀππιανοῦ τοῦ Ἀλεξανδρέως τῶν τὰς Ῥωμαϊϰὰς ἱστορίας συντεταχότων χρόνῳ ϰσϑέστηϰεν ἀρχαιότερος.

93 I, p. 104, I. 41 - p. 105, 1. 33.

94 I, p. 46, 1. 21 - p. 50, I. 21.

95 Cod. 13, 1. p. 11, 11. 8-9.

96 C’est ce que supposait G. WENTZEL (o.l., p. 42). La conclusion correcte figure dans W.T. TREADGOLD (o.l. p. 61).

97 R. HENRY, III, p. 234 (n. complémentaire à la p. 49).

98 Ibid., p. 49, n. 2.

99 III, p. 49, 11. 28-29 : Ἁνεγνώσϑη Σωτίωνος τῶν σποϱάδην πεϱὶ ποταμῶν ϰαὶ ϰϱηνών ϰαὶ λιμνῶν παϱαδοξολογουμένων.

100 Ρ. 49, 11. 35-37 : Ἐν ταὐτῷ δὲ συνανέγνων ϰαί Νιϰολάου λόγον Ἡϱώδῃ τῷ’Ἰουδαίων βασιλεῖ πϱοσπεφωνημένον, ἐν ᾧ παϱαδόξων ἐϑῶν ἐστι συναγωγή.

101 Ρ. 50, 11. 15-16 :’Εν ταὐτῷ δὲ τεύχει συνανεγνώσϑη ἐν λόγοις δ’Ἀϰεστοϱίδου τῶν ϰατὰ πόλιν μυϑιϰῶν.

102 Ρ. 50,11. 8-14 = 90 Τ 13 Jacoby :’Ὁ ἐϰ Δαμασϰοῦ δ’έστίν οὗτος, οἶμαι, Νιϰόλαος, ὁ ἐπὶ τῶν Αὐγούστου χϱόνων ἀϰμάσας ϰαὶ φίλος αὐτῷ χϱηματίσας · ἐξ οὗ ϰαὶ πλακούντων τι εἶδος, ἃ διέπεμπε Καίσαϱι, εἰς τιμὴν τοῦ δεξιουμένου νιϰολάους ὁ Καῖσαϱ ἐϰάλεσεν. Οὗτος ϰαί Ἀσουϱιαϰὴν ἱστοϱίαν ἐν πολύστιχῳ βιβλίῳ, ὅσα παλαιὰν μνήμην ἀναγνωσμάτων ἔχομεν ϰαταλέλοιπεν.

103 Ο.l., ρ. 54.

104 Ο.l, ρ. 56.

105 Souda N 393 s.v. Νικόλαος = 90 T 1 Jacoby : Δαμασϰηνός, γνώϱιμος Ἡϱώδου τοῦ τῶν’Ιουδαίων βασιλέως ϰαὶ Αὐγούστου Καίσαϱος, φιλόσοφος πεϱιπατητιϰὸς ἢ πλατωνιϰός. Ἔγϱαψεν ἱστοϱίαν ϰαϑολιϰὴν ἐν βιβλίοις π’ϰαὶ τοῦ βίου Καίσαϱος ἀγωγήν. Οὕτως δὲ ἠσπάσατο αὐτòν Καῖσαϱ, ὡς τοὺς ὑπ’ἐϰείνου πεμπομένους πλαϰοῦντας τῷ Καίσαϱι, ἤγουν μελιτούττας, Νιϰολάους αὐτòν ϰαλεῖν ϰαὶ διαμένει τοῦτο ἄχϱι τῆς σήμεϱον. Ἔγϱαψε ϰαί πεϱὶ τοῦ ἰδιου βίου ϰαὶ τῆς ἀγωγῆς. L’article présente nombre de problèmes que je me contenterai de signaler au passage. L’activité de Nicolas en tant que philosophe péripatéticien est bien attestée. Il avait rédigé notamment un Sur ία philosophie d’Aristote (Alb. LESKY, GGL, p. 832 ; pour d’autres détails, voir SCHMID-STÄHLIN, II, 1, p. 375). L’Histoire universelle contenait en réalité cent quarante-quatre livres (ATHÉNÉE, VI, 249 a). L’erreur tient probablement à une mélecture (SCHMID-STÄHLIN, l.l., n. 4 et I. FLACH, Hesychii Milesii Onomatologi quae supersunt, Leipzig, 1882, p. 146, n. à DLV : ΡΜΔ aurait été interprété à tort d’abord ΡΔΔΔ puis, après un changement de système, Π). La biographie de César (90 F 125-130) nous est connue notamment par deux fragments conservés dans l’encyclopédie de Constantin Porphyrogénète (voir F. LEO, o.l., pp. 190-191). On possède aussi quelques fragments (90 F 131-139) de l’Autobiographie de Nicolas (SCHMIDSTÄHLIN, GGL, II, 1, p. 376 ; F. LEO, o.l., p. 253). L’intitulé exact de la biographie d Auguste n’est pas sûr (F. LEO, o.l., p. 190 ; FLACH, l.l.). Confondant Jules César et Octave-Auguste, J. HUBAUX-M. LEROY (Le mythe du phénix dans les littératures grecque et latine, Liège-Paris, 1939, p. 108) prêtent à Nicolas la rédaction d’une Histoire de Jules César.

106 ATHÉNÉE, XIV, 652 a, signalé par J. HUBAUX-M. LEROY (o.l., p. 108, n. 5) : Πεϱὶ δὲ τῶν νιϰολάων ϰαλουμένων φοινίϰων τοσοῦτον ὑμῖν εἰπεῖν ἔχω τῶν ἀπò τῆς Συϱίας ϰαταγόμενων, ὅτι ταύτης τῆς πϱοσηγοϱίας ἠξιώϑησαν ὑπò τοῦ Σεβαστοῦ αὐτοϰϱάτοϱος σφόδϱα χαίϱοντες τῷ βϱώματι, Νιϰολάου τοῦ Δαμασϰηνοῦ ἑταίϱου ὄντος αὐτῷ ϰαὶ πέμποντος φοίνιϰας συνεχῶς.

107 PLUTARQUE, Propos de table, VIII, 4 (Moralia, 723 D) :’Ο γούν βασιλεύς, ὥς φασι,ν, ἀγαπήσας διαφεϱόντως τòν πεϱιπατητιϰòν φιλόσοφον Νιϰόλαον, γλυϰὺν ὄντα τῷ ἤϑει ϱαδινòν δὲ τῷ μήϰει τοῦ σώματος διάπλεων δὲ τò πϱόσωπον ἐπιφοινίσσοντος ἐϱυϑήματος, τὰς μεγίστας ϰαὶ ϰαλλίστας τῶν φοινιϰοβαλάνων Νιϰολάους ὠνόμαζεν, ϰαὶ μέχϱι νῦν οὕτως ὀνομάζονται.

108 Je suis ici la brillante interprétation de J. HUBAUX-M. LEROY (o.l., pp. 108-110).

109 Pour la citation, voir J. HUBAUX-M. LEROY, o.l, p. 110. Plutôt qu’à une réminiscence biblique, on pensera avant tout à la comparaison de Nausicaa à un palmier dans HOMÈRE, ζ 162-163.

110 J. ANDRÉ (L’alimentation et la cuisine à Rome, Paris, 1961, p. 84) se contente de donner une description du fruit, mais ne parle pas d’un gâteau. À propos des dattes, il écrit : « On en faisait aussi grand usage en cuisine, pour sucrer des plats aussi divers que le lièvre, la langouste et le surmulet. »

111 F. JACOBY, FGH 90 (Kommentar, p. 229).

112 On peut les lire dans 90 F 1-102 Jacoby.

113 F. JACOBY, FHG 90 (Kommentar, p. 231).

114 Sauf probablement au cod. 167 (II, p. 156, 1. 11), où un Nicolas est donné comme philosophe. Mais la mention apparaît dans le catalogue des écrivains dépouillés par Jean Stobée.

115 III, p. 50 ad. 1.

116 W.T. TREADGOLD, o.l.. pp. 63-64.

117 Par exemple, SOPHOCLE, OEdipe Roi, 1246 ; OEdipe à Colone, 509.

118 Ce sont les codd. 58 (I, p. 51, 1. 23 - p. 52, 1. 23) ; 91 (II, p. 16, 1. 23 - p. 20, 1. 41) ; 92 (p. 20, 1. 2 - p. 33, 1. 30) ; 93 (p. 33, 1. 32 - p. 34, 1. 22).

119 1. p. 51, 11. 23-28 : Ἀνεγνώσϑη Ἀϱϱιανοῦ Παϱϑιϰὰ ἐν βιβλίοις ιζ’. Οὗτος δε συντάττει πάντων ἄμεινον ϰαὶ τὰ ϰατὰ Ἀλέξανδρον τòν Μαϰεδόνα, ἔτι δὲ ϰαὶ ἄλλην πϱαγματείαν, τὰ πάτϱια τῆς Βιϑυνίας, ἐξ ἧς ϰαὶ αὐτòς ἔφυ, ἐπιγϱάψας τò βιβλίον Βιϑυνιαϰά · συγγϱάφεται δὲ ϰαὶ τὰ ϰατὰ Ἀλανούς, ἣν ἐπέγϱαψεν Ἀλανιϰήν.

120 O.l., p. 61, qui n’éprouve cependant pas le besoin d’étayer ses conclusions.

121 Respectivement p. 51, 11. 34-5 ; 11. 5-7 et p. 51, 1. 7 - p. 52, 1. 10.

122 P. 51, 11. 28-34.

123 I, p. 52, 11. 11-20 : Οὗτος ὁ Ἀϱϱιανòς φιλόσοφος μὲν ἦν τὴν ἐπιστήμην, εἷς τῶν ὁμιλητῶν Ἐπιϰτήτου, ϰατὰ δὲ τοὺς χϱόνους Ἀδϱιανοῦ ϰαὶ Ἀντωνίνου τοῦ Πίου ϰαὶ Μάϱϰου τοῦ Ἀντωνίνου ἐγνωϱίζετο.’Επωνόμαζον δὲ αὐτòν Ξενοφῶντα νέον. Διὰ δὲ τò τῆς παιδείας ἐπίσημον ἄλλας τε πολιτιϰὰς ἀρχὰς ἐπιστεύϑη, ϰαὶ εἰς τò τῶν ὑπάτων ἀνέβη τέλος. Ἔγϱαψε δὲ βιβλία ϰαὶ ἔτεϱα, τῶν μὲν Διατϱιβῶν Ἐπιϰτήτου τοῦ διδασϰάλου ὅσα ἴσμεν βιβλία ὀϰτώ, τῶν δὲ ὁμιλιῶν τοῦ αὐτοῦ Ἐπίϰτήτου βιβλία δώδεϰα.

124 Souda, A 3868 s.v. Ἀϱϱιανός Νιϰομηδεύς, φιλόσοφος Ἐπιϰτήτειος, ἐπιϰληϑεὶς Νέος Ξενοφών.5 Ην δὲ ἐν Ῥώμῃ ἐπὶ’Αδϱιανοῦ ϰαὶ Μάϱϰου ϰαὶ’Αντωνίνου τῶν βασιλέων, ϰαὶ ἀξιωμάτων μεταλσβὼν ϰαὶ μέχϱις αὐτοῦ ιοῦ ὑπατεῦσαι, ϰαϑά φησιν Ἑλιϰώνιος, διὰ χὴν τῆς παιδείας δεξιότητα. Ἔγραψε δὲ βιβλία παμπληϑῆ.

125 Souda, Ε 851 s.v.
Ἑλιϰώνιος · σοφιστὴς Βυζάντιος, ἔγϱαψε χϱονιϰὴν ἐπιτομὴν ἀπò τοῦ’Αδὰμ μέχϱι Θεοδοσίου τοῦ μεγάλου ἐν βιβλίοις ι ‘
« Hélicon de Byzance, sophiste. Il écrivit un résumé chronologique d’Adam à Théodose le Grand en dix livres. »
Il aurait été une des sources principales d’Hésychios. d’après SCHMID-STÄHLIN
(GGL. II, 1, p. 842). La Souda le cite en A 3215 s.v. Ἀπίων. L’énumération des faits historiques aurait été complétée par la mention des événements littéraires contemporains.

126 Cod. 93, II, p. 33, II. 35-3 et infra, p. 391. On sait que pareilles données figuraient parmi les exigences fondamentales de Photios. Voir cod. 68, I, p. 100, II. 14-16, et ici même, pp. 106-107.

127 La collection des Entretiens ne comporte plus aujourd’hui que quatre livres. Il fut donc un temps où elle courut sous une forme plus complète. Voir J. SOUILHÉ, dans son édition des Entretiens d’Épictète, I, 1re édition, Paris, 1943, p. xIII.

128 Voir ici même, p. 370.

129 I, p. 52, 11. 21-22 : Φασὶ δὲ αὐτòν ϰαὶ ἕχεϱα γϱάψαι, ἃ οὔπω εἰς ἡμετέϱαν ἀφίϰετο γνῶσιν.

130 156 Τ 2 (Kommentar), p. 552.

131 I, p. 52, II. 20-21 et 22-23 : Ἰσχνòς δὲ τὴν φϱάσιν ἐστὶ ϰαὶ μιμητὴς ὡς ἀληϑῶς Ξενοφῶντος (...) Δῆλον δὲ ὡς οὐδὲ ϱητοϱιϰῆς σοφίας τε ϰαὶ δυνάμεως ἀπελίπετο.

132 R. HENRY, II, p. 32, n. 1. Voir, ρ. 32, 1. 40 - ρ. 33, 1. 30.

133 II, p. 33, 11. 34-3 :... τῇ πατϱίδι δῶϱον ἀναφέϱων τὰ πάτϱια · Νιϰομήδειον γάϱ τι τò γένος αὐτοῦ ἐν ταύτῃ τῆ συγγϱαφῇ διοϱίζει, ἐv αὐτῇ τε γεννηϑῆναι ϰαὶ τϱαφῆναι ϰαὶ παιδευϑῆναι ϰαὶ ἱεϱέα τῆς Δήμητϱος ϰαὶ τῆς παιδòς αὐτῆς, αἷς ϰαὶ τὴν πόλιν ἀναϰεῖσϑαί φησι, χϱηματίσαι. Le passage suit immédiatement une rapide description de contenu (11. 33-34).

134 R. HENRY, II, p. 33, n. 1 :... il n’y a guère de rapports entre les fragments et le présent « codex ».

135 II, p. 33, 11. 11-18 : Φαίνεται δε τετάρτην γϱάφων τὴν τῆς πατϱίδος ἀφήγησιν μετά τε γὰϱ τὰ πεϱὶ Ἀλέξανδϱον ϰαὶ Τιμολέοντα ϰαὶ Δίωνα, μετὰ τὰς πεϱὶ αὐτοὺς ιστοϱίας ἥδε αὐτῷ ἡ συγγϱαφὴ ἐξεπονήϑη, ἐξ ἀϱχῆς μὲν, ἀφ’οὗ γϱάφειν ἴσχυσε, ταύτην ἐνστήσασϑαι ϰαὶ συντάξαι τὴν ὑπόϑεσιν βουληϑέντι, τῆς δὲ παϱασϰευῆς τῷ ἐνδεῶς αὐτòν ἔχειν παϱατεινάσης τòν χϱόνον · ταύτην γὰϱ αὐτòς τῆς ἐπὶ τούτῳ βϱαδυτῆτος ἀποδίδωσιν αἰτίαν.

136 II, ρ. 33, 11. 3-10 : Μέμνηται δὲ ἐν ταύτῃ τῇ συγγϱαφῇ ϰαὶ ἑτέϱων πϱαγματειῶν ὧν ἡ μὲν ὅσα Τιμολέοντι τῷ Κοϱινϑίῳ ϰατὰ Σικελίαν ἐπϱάχϑη διαλαμβάνει, ἡ δὲ τὰ Δίωνι τῷ Συϱαϰοσίῳ ὂσα ἀξιαφήγητα ἔϱγα ἐπετελέσϑη, ἡνίϰα τὰς Συϱαϰούσας ϰαὶ πᾶσαν Σιϰελίαν ἀπò τοῦ δευτέϱου Διονυσίου, ὃς ἦν παῖς τοῦ πϱοτέϱου, ἠλευϑέϱου, ϰαὶ τῶν βαϱβάϱων, οὓς ὑπέϱ τοῦ βεβαίως τυϱαννεῖν Διονύσιος ἐπηγάγετο.

137 On sait que le titre original est loin d’être assuré. Au cod. 91 (II, p. 12, 1. 23), Photios intitule l’ouvrage Τὰ κατὰ Ἀλέξανδϱον. Ἀνάβασις’Αλεξάνδϱου est le titre du Vindobonensis historicus gr. 4 (fin duX IIe s.), archétype de tous les manuscrits, ainsi que des extraits de Stéphane de Byzance et de la Souda. En fait, le second titre pourrait bien avoir été forgé par des critiques postérieurs à Arrien, pour souligner l’analogie entre l’œuvre en sept livres du « nouveau Xénophon » et l’Atiabase de son modèle. Voir A.B. BOSWORTH, A Historical Commentary on Arrians’s History of Alexander, I, Oxford, 1980, pp. 7-8.

138 A.B. BOSWORTH, o./., p. 12.

139 Souda A 3198 s.v.’Αππιανός. Très décevant, l’article ne renferme qu’une description de l’Histoire romaine, nettement moins claire et détaillée que celle du cod. 57.

140 Cod. 57, I, p. 50, 11. 13-15 : Οὗχος δὲ ὁ’Αππιανòς τò μὲν γένος ἦν’Αλεξανδϱεύς, ἐν Ῥώμῃ δὲ τὰ πϱῶτα δίϰαις συνηγóϱει, ἔπειτα δὲ ϰαὶ βασιλέων ἐπιχροπεύειν ἠξιώϑη.

141 I, p. 50, η. 2. Le fait est correctement indiqué également par W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 60.

142 APPIEN, Préface, 15 Gabba : Τίς δὲ ὢν ταῦτα συνέγραψα, πολλοὶ μὲν ἴσασι ϰαὶ αὐτòς προέφηνα, σαφέστερον δ’εἰπεῖν, Ἀππιανòς’Αλεξανδρεὺς ἐς τὰ πρῶτα ἥϰων ἐν τῇ παχρίδι, ϰαὶ δίϰαις ἐν ‘ Ρώμῃ συναγορεύσας ἐπὶ τῶν βασιλέων’Αδριανοῦ ϰαὶ’Aντωνίνου. μέχρι με σφῶν ἐπιτροπεύειν ἠξίωσαν. Pour les fonctions exercées par Appien à Rome, le présent texte n’est pas entièrement clair. D’après Ed. SCHWARTZ, dans son article Appianus de la R.-E., II, 1 (1895), col. 216, repris dans le recueil des Griechische Geschichtschreiber, Leipzig, 1959, il aurait été advocatus fisci. E. GABBA (Appiani bellorum civilium liber primus, Florence, 1958, p. VIII) tient la thèse pour insoutenable. Dans le cas où Appien aurait été effectivement advocatus, la résistance d’Antonin à lui décerner le titre de procurator impérial s’expliquerait mal. Fronton dut revenir deux fois au moins à la charge pour obtenir gain de cause. Pour un advocatus, la procuratele était l’aboutissement normal d’une carrière réussie. Mieux vaut supposer qu’Appien fut un simple causidicus. Pour l’intervention du rhéteur, voir FRONTON, À Antonin, 9, p. 170 Naber ; on lira encore avec profit les pages très fines de H.-G. PFLAUM (Les procurateurs équestres sous le Haut-Empire romain, I, Paris, 1950, pp. 200-205) et les notices dans Les carrières procuratoriennes équestres sous le Haut-Empire romain (III, Paris, 1961, pp. 1033 et 1101). Pour la locution ἐπὶ τῶν βασιλέων, la signification précise est loin d’être obvie : les uns voient en elle une indication de date ; aux yeux d’autres, on devrait lui donner le sens de « devant les empereurs ». C’est ainsi que se prononce E. GABBA (l.l., avec la n. 4) ; de même H.-G. PFLAUM (Les procurateurs..., p. 205).

143 I, p. 50, 1. 21 :’Ήϰμασε δè ἐν τοῖς χρόνοις Τραιανοῦ ϰαὶ Ἀδριανοῦ.

144 Éd. WILL, Histoire politique du monde hellénistique, II, Nancy, 1967, p. 469. Né au plus tard sous Trajan, d’après Ed. SCHWARTZ, o.l., col. 216 ; sous Domitien, vers 90-95, d après E. GABBA, o.l., p. vu ; vers 163-165, il était déjà mort (ibid., p. IX).

145 Préface, 13 : τοὺς χρόνους ἐπὶ πᾶσι περισσòν ἡγούμην ϰαταλέγειν, ἐπὶ δὲ τῶν ἐπιφανεστάτων ἐϰ διαστήματος ὑπομνήσω.

146 Ibid., 7 : Καὶ ἔστι ϰαὶ τοῖσδε τοῖς αὐτοϰράτορσιν ἐς τòν παρόντα χρόνον ἐγγυτάτω διαϰοσίων τῶν ἄλλων, ἐν οἷς ἥ τε πόλις μάλιστα ϰατεϰοσμήϑη, ϰαὶ ἡ πρόσοδος ἐπὶ πλεῖστον ηὐξήϑη, ϰαὶ πάντα ἐν εἰρήνῃ ϰαὶ εὐσταϑεῖ προῆλϑεν ἐς εὐδαιμονίαν ἀσφαλῆ.

147 On trouve cod. 16, I, p. 12, 11. 29-32 (Actes du troisième concile, Éphèse 431) ; cod. 17, I, p. 12, 11. 34-41 (quatrième concile, Chalcédoine, 451) ; cod. 18, I, p. 12, 1. 2 - p. 13, 1. 11 (cinquième concile, Constantinople II. 553) ; cod. 19, I. p. 13, 11. 13-18 (sixième concile, Constantinople III, 680) ; cod. 20, I, p. 13, 11. 20-23 (septième concile, Nicée II, 787). Dans cette suite manquent seulement à l’appel les Actes de Constantinople I (381), dont il ne subsiste pas grand-chose aujourd’hui. On peut supposer que tel était déjà l’état des documents disponibles au IXe siècle. Apparemment, Photios a lu tous les Actes à la file, tels qu’il les avait trouvés dans une bibliothèque. Sur ce qui reste des Actes de Constantinople I, voir H.G. BECK, o.l., p. 45.

148 Cod. 15, I, p. 12, 11. 23-27 :’Aνεγνώσϑη πραϰτιϰòν τῆς πρώτης συνόδου ἐν τρισὶ τόμοις. Γελασίου δὲ ἔφερε τò βιβλίον ἐπιγραφήν, οὐ μᾶλλον ὑπάρχον πραϰτιϰòν ἢ ἱστοριϰόν. Εὐτελὴς δὲ ϰαὶ ταπεινòς τὴν φράσιν, πλήν γε λεπτομερῶς διέξεισι τὰ ἐν τῇ συνόδῳ. On observera toutefois qu’au cod. 16, Photios précise que les Actes d’Éphèse sont composés avant tout de lettres de Cyrille et de Nestorius. Les indications sont si vagues qu’elles ne permettent pas de voir si la collection dont il disposait répondait peu ou prou à celle qui nous est parvenue.

149 Cod. 88, II, p. 12, 11. 30-32 :’Aνεγνώσϑη βιβλίον, ὡς ἐν ἱστορίας τύπῳ, τὰ ϰατὰ τὴν ἐν Νιϰαίᾳ σύνοδον πραχϑέντα. τόμοι δὲ τò βιβλίον τρεῖς. Ensuite prend place une description des faits saillants du concile et de la période qui suivit : composition de l’assemblée, manœuvres ariennes et mort d’Arius dans d’étranges circonstances : p. 12, 1. 32 - p. 13, 1. 23. J’étudierai certains de ces points en détail plus loin.

150 II, p. 13, 11. 30-33 : Καὶ ταῦτα μὲν τόδε τò βιβλίον · οὐ γὰρ ἐπεγέγραπτο αὐτῷ ἡ ϰλῆσις τοῦ γράψαντος. Ἐν ἄλλῳ μέντοι ἔχοντι τὰ αὐτά, Γελασίου τοῦ ἐπισϰόπου Καισαρείας τῆς Παλαιστίνης εὗρον τò βιβλίον ἐπιγραφόμενον.

151 II, p. 13, 11. 33-35 : ‘ H δὲ φράσις εἰς τò ταπεινòν ϰαὶ χυδαῖον τοῦ λόγου λίαν ϰατενηνεγμένη.

152 II, p. 14, 11. 16-18 : φησὶ δ’ἑαυτòν ὁ συγγραφεὺς οὗτος ἐπὶ Βασιλίσϰου, ὃς ἐϰβαλὼν Ζήνωνα ἐτυράννησεν, ἀϰμάζειν.

153 CÉLASE, Histoire ecclésiastique, I, Pr., 9, p. 3, 11. 16-20 Lœschcke-Heinemann : Μετὰ δὲ ϰαιρούς τινας φϑάσας ἐνταῦϑα, ὡς ἐν τῇ τῶν Βιϑυνῶν ἐπαρχίᾳ λέγω, ϰατ’εὐδοϰιμίαν τοῦ ϑεοῦ, ϰινήσεώς τε ϰαὶ συζητήσεως πλείστης ὅσης γεγενημένης ἐπὶ τῆς ἀνταρσίας τοῦ ἀνοσίου Βασιλίσϰου ϰατὰ τῆς ἀποστολιϰῆς ϰαὶ ϰαϑολιϰῆς ἐϰϰλησίας τοῦ ϑεοῦ ϰαὶ τῆς ἐν αὐτῇ πολιτευoμενης ἀποστολιϰῆς πίστεως.

154 On lira la suite de GÉLASE (o.l., I, Pr., 10-12, p. 3, 1. 20 - p. 4, 1. 4 L.-H.). Voir G. BARDY (dans A. FLICHE-V. MARTIN, Histoire de l’Eglise, P. DE LABRIOLLE, G.B., L. BRÉHIER et G. DE PLINVAL, 4 : De la mort de Théodose à l’élection de Grégoire le grand, Paris, 1937, pp. 284-289) où on lira un excellent résumé des troubles religieux qui déchirèrent l’Orient byzantin durant cette période.

155 II, p. 14, 11. 18-20 :... ϰαὶ ἀνεγνωϰέναι τὰς τῆς συνόδου πράξεις ἐν παλαιαῖς μεμβράναις ἔτι ϰατὰ τὴν πατρῴαν οἰϰίαν διατρίβοντα.

156 GÉLASE, ο.l., I, Pr. 2, p. 2, 11. 7-10 L.-H. : Πάντα τὰ ἐν ἐϰείνῃ τῇ ἐναρέτῳ ϰαὶ ἁγίρ συνόδᾳ λεχϑέντα τε ϰαὶ πραχϑέντα ϰαὶ διατυπωϑέντα πάλαι τε ϰαὶ πρόπαλαι ἀναγνοὺς ἔτι ἐν τῇ πατρῴᾳ οἰϰίᾳ διάγων, εὑρηϰὼς αὐτὰ ἐν βίβλῳ ἀρχαιοτάτῃ ἐγγεγραμμένα ἐν μεμβράναις ἅπαντα ἀπαραλείπτως ἐχούσαις (...).

157 GÉLASE, o./., I, Pr., 2-3, p. 2 L.-H.

158 II, p. 14, 11. 20-22 : ὧν τὴν μνήμην ἔχοντα, ϰαὶ ἐξ ἑτέρων γραμμάτων ὅσα χρήσιμα συναγείροντα, τὴν ἱστορίαν συντάξαι.

159 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 3-4, p. 2, 11. 15-21 L.-H. : ᾗτινι ἱερᾷ βίβλῳ ἐντυχὼν ϰαὶ σχολὴν πολλὴν ἐν αὐτῇ ποιησάμενος ἐπὶ μνήμης μὲν φέρειν πάντα οὐχ οἷός τε ἤμην (οὐδὲ γὰρ ἄν τις ἀνϑρώπων τò ἄφατον ἐϰεῖνο πέλαγος τῶν ἐν αὐτῇ ἐγϰειμένων ἐπὶ μνήμης <ἢ> διὰ στόματος φέρειν δυνηϑείη) πλεῖστα δὲ ὅσα ἐπεσημηνάμην, τά τε τῶν ἡμετέρων ἁγίων πατέρων ϰαὶ ἐπισϰόπων τῆς τοῦ ὑγιαίνοντος λόγου διδασϰαλίας αὐτῶν δόγματα.

160 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 4-7, p. 2, 1. 21 - p. 3, 1. 11 L.-H.

161 II, p. 14, 11. 22-24 : Μνημονεύει δ’οὗτος ϰαὶ ῥητῶν τινων, Γελασίου τινός, Γελάσιον αὐτòν ϰαὶ ‘ Pουφῖνον ἅμα ϰαλῶν.

162 GÉLASE, o.l., I, 2, 1, p. 7,11. 15 et 18, avec la note de Lœschcke-Heinemann ad l.

163 O.l., I. 8, 1-2, p. 13, 11. 5-19. Les faits datent de 313. Voir E. STEIN, o.l., I, pp. 92-93.

164 L. 1., p. 13,11. 3-4 : Περὶ Λιϰιννίου πεμπομένου παρὰ τοῦ εὐσεβοῦς Κωνσταντίνου ϰατὰ τοῦ ἐπ’ἀνατολῆς τυράννου et 8, 1, 1. 5 : Ὅ γε μὴν Ῥουφῖνος ἤγουν Γελάσιος ταῦτα ὧδε λέγει.

165 Ο.l., I, Pr., 21-22, ρ. 5, 11. 20-25 L.-H. : παρὰ (...) Ἰωάννῃ μέν τινι πρεσβυτέρῳ ἀνδρὶ παλαιῷ ἄγαν γραφιϰῷ, ἐν τετραδίοις παλαιοῖς λίαν (...) ϰαὶ ἐξ ἄλλων δὲ συγγραφέων διαφόρων, Εὐσεβίου τοῦ Παμφίλου ἐπισκόπου Καισαρείας ϰαὶ Ῥουφίνου πρεσβυτέρου Ῥώμης τῶν ϰαὶ τῇ ἁγίᾳ ἐϰείνῃ ϰοινωνησάντων συνόδῳ (...).

166 B. ALTANER, ο.l., p. 550.

167 E. HONIGMANN, Gélase de Césarée et Rufin d’Aquilée, dans le Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques de l’Académie Royale de Belgique, 40 (1954), p. 133.

168 E. HONIGMANN, l.l.

169 II, p. 12, 11. 33-34 où Photios les appelle Biton et Vicentius, à la suite de sa source, probablement, comme on le verra plus loin, Gélase de Césarée. Voir, de même, GÉLASE, II, 28, 1, p. 104, 1. 24 L.-H. par exemple.

170 II, p. 14, 11. 24-25 : Λέγει δὲ αὑτοῦ ϰαὶ πατρίδα τὴν Κύζιϰον ϰαὶ πατέρα τῶν ϰατ’αὐτὴν πρεσβυτέρων ἕνα τινά.

171 GÉLASE, ο.l., I, Pr., 2, p. 2, 11. 13-15 : (...) περιελϑούσαις δὲ εἰς τòν τοῦ ποτε ἡμετέρου οἴϰου δεσπότην, λέγω δὴ τòν ϰατὰ σάρϰα πατέρα ἐμόν, τῆς αὐτῆς ἁγιωτάτης ἐϰϰλησίας πρεσβυτερίου ἠξιωμένον.

172 II, p. 14, 11. 8-16 : Καὶ τελευτᾷ δὲ εἰς τὴν τοῦ μεγάλου Κωνσταντίνου τελευτήν, ἐν ᾗ ϰαὶ τò τῆς ἀφέσεως ἐδέξατο ϑεῖον λουτρόν, τὰς ἐν βίῳ ϰηλῖδας, oἷα εἰϰòς ἂνθρωπον όντα ταύτας έφέλκεσθαι άπολουσάμενος. Τυχείν δέ φησι τοῡ βαπτίσματος ορθοδόξου μυσταγωγήσαντος καί τελέσαντος, άλλ’ούχ ὣς τιοιν εδοξε, τών αιρετικών τινος χειραπτήσαντος (...). D’après G. LOESCHCKE-M. HEINEMANN (Gelasius Kirchengeschichte, Leipzig, 1918, GCS 28, pp. XXVIII-XXIX et p. XI), les lignes conservées par Photios ont disparu des manuscrits byzantins. Dans le manuscrit A (Ambrosianus 534,X II-X II Ie siècle), le pinax précédant le livre III aurait dû comporter vingt-deux titres, alors que le texte conservé n’en offre que dix-huit.

173 Cet Eutokios avait reçu le testament de Constantin en l’absence de son fils Constance II, d’après SOCRATE (I, 39 in PG 67, col. 180 A) qui suit RUFIN (Histoire ecclésiastique, X, 12, p. 978, II. 5-12 Mommsen) ; voir encore PHILOSTORGE, Histoire ecclésiastique, VII, 13, pp. 208-209 Bidez-Winkelmann (Anhang VII) ; codd. 256, VII, p. 225, II. 16-24 ; 257, VIII, p. 8, II. 26-28 ; 258, VIII, p. 24, ll. 19-24. On lira avec intérêt A. PIGANIOL (L’Empire chrétien, Paris, 1947, pp. 63-64).

174 Mentionné en II, p. 12, l. 32 où il est censé représenter Silvestre, l’évêque de Rome, mais au cod. 256 (Vie des ss. Métrophane et Alexandre), VII, p. 219, 11. 34-37, on voit Hosius s’entremettre entre Alexandre d’Alexandrie et Arius en vue d’obtenir une impossible réconciliation avant l’ouverture du premier concile œcuménique.

175 Je reprends, en le modifiant légèrement, un titre de H. GRÉGOIRE, Gélase ou Rufin ? un fait nouveau, dans La Nouvelle Clio, 5 (1953), pp. 472-473.

176 R. HENRY, II, p. 13 ad. 1.

177 Il, p. 12, l. 12 - p. 13, l. 23. Lorsqu’il rend compte de la Vira Constantini d’Eusèbe de Césarée ( ?) au cod. 127 (II, p. 101, ll. 43-2), Photios reproche à l’auteur de n’avoir point rapporté la fin singulière de l’hérésiarque. Pour une version tout aussi défavorable à Arius, voir cod. 256, VII, p. 227, ll. 23-28, qui place pourtant la mort sous le règne de Constance II. C’est là une déformation que, semble-t-il, stigmatisait déjà Gélase de Césarée, II, p. 13, ll. 26-29. La mort infamante d’Arius est rappelée avec plus de discrétion par SOZOMÈNE, II, 29, p. 94, ll. 7-12 Bidez-Hansen ; voir encore RUFIN, o.l., X, 14, p. 979, ll. 15-21 Mommsen. Je reviendrai sur le passage plus loin. Pour les références athanasiennes, voir A. PIGANIOL, o.l., p. 61, n. 78.

178 II, p. 13, l. 35 - p. 14, l. 1 : Τίς ποτε δε ἐστιν ὁ Γελάσιος οὗτος, οὐχ έχω σαφώς ἐϰμαϑεῖν. Μέχρι γὰρ νυν τριών, πρόσεστιν είκάσαι, Γελασίων ϰαὶ επισκόπων Καισαρείας τής ϰατὰ Παλαιστίνην βιβλίοις ένετύχομεν, ή πάντως γε δύο. Αί δέ βίβλοι αἷς ένετύχομεν, ή μέν έστι κατά Άνομοίων συντεταγμένη, αἱ δέ ἄλλαι δύο έκκλησιαστιϰὰς άναγράφουσι πράξεις, ών μία ής νῦν ώς έν ϰεφαλαίῳ έπεμνήσϑημεν.

179 II, p. 15, 11. 3-7 : ‘Aλλ’έκείνός γε ό Γελάσιος τῇ φράσει ϰαὶ πολυμαϑίᾳ ϰαὶ ταίς λογιϰαῖς έφόδοις, αἷς ούκ οἶδ’ὅπως εἰπεῖν ϰαὶ άπειροϰάλως ϰατεχρήσατο, παρὰ πολύ τούτους τὴν ἐν τοίς λόγοις έλάττονα τάξιν έπέχειν απελαύνει.

180 II. p. 70, 11. 14-21 : "Εστι δὲ τὴν φράσιν απέριττος τε καί σύντονος, ϰαὶ έξηττικισμέναις λέξεσι ϰεχρημένος, καί άξιώμασιν άπηκριβωμένος καί ούδε τοίς έπιχειρήμασιν ἄπορος, καί πάντα καλός εί μὴ ότι ϰαταϰόρως καί μειραϰιωδῶς, ὡς άρτι παρακύπτων εἰς τούς διαλεκτικούς λόγους, τοίς τής λογικής τέχνης καί κανόσι καί αὐταῖς άπεχρήσατο λέξεσιν (...). J. QUASTEN, o.l., III, ρ. 491 n’indique que l’analyse du cod. 89.

181 Voir supra, p. 395, n. 3.

182 II, p. 15, 11. 28-33 : Ή δὲ λοιπή βίβλος ἐπιγραφὴν μὲν ἔχειτοιαύτην « Προοίμιον επισκόπου Καισαρείας Παλαιστίνης εἰς τὰ μετὰ τὴν ἐϰϰλησιαστιϰὴν ιστορίαν Ευσεβίου τοῦ Παμφίλου », ἄρχεται δε οὕτω · « Τούς μεν ἄλλους ἐπὶ τò συγγράφειν ώρμημένους καί τών γενομένων τὰς ιστορίας τῇ μνήμη παραπέμπειν έγνωϰότας » καί έξης.

183 Il n’y a aucune raison de supposer que Photios n’a lu que la préface ni que le livre dont a été tiré la substance du cod. 89 n’ait renfermé qu’une préface. Sur ce point, les remarques d’E. HONIGMANN (o.l., pp. 129-130) sont rien moins que convaincantes. Cette supposition absurde avait déjà été défendue avant lui : voir, par exemple, A. GLAS, Die Kirchengeschichte des Gelasios von Kaisareia. Die Vorlage für die beiden letzten Bücher der Kirchengeschichte Rufins, Leipzig, 1914, p. 10. Elle le sera plus tard encore par Fr. WINKELMANN, Untersuchungen zur Kirchengeschichte des Gelasios von Kaisareia, Berlin, 1966 (Sitzungsberichte der deutschen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 1965, 3), p. 11 (suite de la n. 6 à la p. 10). C’est ce que prouve à suffisance la première partie du cod. 88, voir infra, pp. 405-409.

184 II, p. 15, 11. 33-3 et 7-9 : Λέγει δ’ἑαυτòν ανεψιόν πρòς μητρòς Κυρίλλου τού ‘ Ιεροσολύμων καί ὑπ’’έκείνου προτραπῆναι εἰς τήνδε τὴν συγγραφήν. ‘Ημείς δέ εὕρομεν, άνεγνωκότες έν ἄλλοις, ότι αυτός τε Κύριλλος καί Γελάσιος ούτος τήν’Ρουφίνου τού’Ρωμαίου μετέφρασαν ιστορίαν εἰς τήν έλλάδα γλώσσαν, οὐ μέντοι ιδίαν συνετάξαντο ιστορίαν. Δήλον δ’ώς αρχαιότερος ἦν ούτος τού προειρημένου, εί γε ϰατὰ Κύριλλον ᾔϰμασε τòν’Ιεροσολύμων. Άλλ’ούτος μέν ό Γελάσιος έκείνου καί τή φράσει έπί τò λογιώτερον διαφέρει. Έκάτερος μέντοι αὐτῶν πολύ τού ϰατὰ’Ανομοίων συγγεγραφότος ένδεέστερος ὑπάρχει.’Επίσϰοπος δ’ἄρα κάκείνος τής αυτής έπιγράφεται Παλαιστίνης. (...) Eἰ δέ τις τούτων αὐτός έστιν ό γράψας, καί ταύτα χρόνῳ συλλέξας καί συναυξήσας τὰ λείποντα, οὔπω μαΟεῖν έσχον.

185 J. QUASTEN, o.l.. III, pp. 510-511. H. GRÉGOIRE-A. KUGENER, dans leur édition de la Vie de Porphyre de Marc le Diacre, Paris, 1930, p. XXXVIII, η. 1 donnent la date de 386.

186 Ainsi, par exemple, chez A. GLAS, o.l., pp. 3-10.

187 E. HONIGMANN, Le concile de Constantinople de 394, dans Trois mémoires posthumes d’histoire et de géographie de l’Orient chrétien, Bruxelles, 1961, p. 35 avec la n. 131. Ce fut l’œuvre d’H. GRÉGOIRE-A. KUGENER, o.l., pp. VII-LXXXIX.

188 H. GRÉGOIRE-A. KUGENER, o.l., p. xxxix.

189 E. HONIGMANN. Gélase de Césarée pp. 126-127.

190 Voir la bibliographie de J. QUASTEN, o.l., III, p. 490. On doit constater que Photios connaissait par ailleurs Cyrille de Jérusalem. Point n’est nécessaire d’évoquer une lecture personnelle de ses œuvres, dont il n’y a pas trace dans la Bibliothèque. Les seuls passages où le nom soit cité (cod. 229, IV, p. 148, l. 6 et cod. 257, VIII, p. 17, l. 23) sont dans un cas le lemme d’une citation, dans l’autre, un passage de la Vie de Paul de Constantinople. Photios a trouvé dans SOCRATE, II, 38 in PG 67, col. 323 B (cf. cod. 28, I. p. 16, l. 13 - p. 17, l. 23) et dans SOZOMÈNE, IV, 20, l, pp. 169-170 Bidez-Hansen (cf. cod. 30, I, p. 17, 11. 35-42) par exemple assez d’éléments chronologiques pour situer avec précision l’époque où avait vécu Cyrille de Jérusalem. Pour d’autres références, voir J. QUASTEN, o.l.. III, p. 510.

191 Voir le Prologue de RUFIN, p. 951, ll. 3-15 Mommsen. Le travail fut exécuté à la demande de l’évêque Chromace.

192 E. HONIGMANN, o.l., p. 124 avec la n. 2.

193 Je suis ici l’interprétation des faits d’E. HONIGMANN (o.l., pp. 130-133).

194 Τοὺς μεν ἄλλους ἐπὶ τò συγγράψαι ώρμημένους xαὶ τών γενομένων τὰς ιστορίας τῇ μνήμῃ παραπέμπειν ἐγνωϰότας, (...) à un mot près, on retrouve ici le texte de II, p. 15, ll. 31-33. Voir supra, n. 8.

195 Les suppléments sont ceux d’E. HONIGMANN, o.l., p. 130 (avec la n. 4) : ἡ ἰδία προαίρεσις (προθυμία ?) ἐπὶ τò ἔργον έπήγαγεν, ἡμᾶς όέ ό ἐν ἁγίοις.

196 Le supplément est tiré d’une série d’extraits historiques du cod. Baroccianus 142, folio 216 publié par C. DE BOOR, dans Texte und Untersuchungen, V (1888), p. 183 et du Parisinus 1555 A, fol. 7, dans CRAMER, Anecdota graeca ex codicibus manuscriptis Bibliothecae Regiae Parisiensis, II, Oxford, 1839, p. 99, 11.8-11. Voir E. HONIGMANN, o.l., p. 130 : Κύϱιλλος ὁ Ἱεϱοσολύμων ἐπίσϰοπος ὁ ἡμῶν ϰατέϰϱινεν ἐγγϱάφως ἐπὶ τὴν ἱστοϱίαν τῶν μετὰ Εὐσέβιον ϰαὶ ὧν οὐϰ ἔγϱαψεν Εὐσέβιος ἐλϑεῖν.

197 Voir supra, pp. 398-399.

198 Pour expliquer la confusion Gélase-Rufin, E. HONIGMANN (o.l., pp. 134-136) se donne beaucoup de mal pour montrer qu’entre 439 (seconde publication de l’Histoire ecclésiastique de Socrate) et 475 avait dû circuler une sorte d’Historia bipartita ou tripartita constituée de morceaux pris tantôt à Gélase de Césarée tantôt à Rufin. Les confessions de Gélase de Cyzique, dont j’ai signalé l’insigne pauvreté intellectuelle et le témoignage d’Ignace de Sélybria (vers 1431) paraissent des preuves très fragiles qu’ait jamais existé pareil écrit. Le savant historien reconnaît lui-même (p. 136) que l’on ne peut pas attacher grand prix « à des lemmes fantaisistes qu’on trouve dans ces χρήσεις tardives ». Tirer argument du fait (p. 136) que « les passages où Gélase de Cyzique cite « Rufin » ne se trouvent jamais dans le Rufin latin » est bien hardi : les textes en question sont au nombre de deux dans le Syntagma que l’on peut lire aujourd’hui. La question a été embrouillée comme à plaisir.

199 G. LOESCHCKE-M. HEINEMANN, o.l., p. XXVIII.

200 E. HONIGMANN, o.l., p. 153. Il cite pp. 160-161 des textes hagiographiques exhumés par P. Heseler : aucun ne concerne des événements plus tardifs.

201 II. p. 12, 1. 12 - p. 13, 1. 23 : Ἀλλ’οὗτοι μὲν ἔσπευδον τòν Ἄϱειον ἐπαγαγεῖν τῇ ἐϰϰλησίᾳ · ἡ δὲ ϑεία δίϰη οὐϰ εἴασε τòν ἐχϑϱòν ϰατοϱχήσασϑαι αὐτῆς τοῦ νεὼ ϰαὶ τής ἐν αὐτῷ παστάδος, ἀλλ’ἐν ἀφεδϱῶσι τòν βίον ἐδίϰασε ϰαταστϱέψαι, ϰαϑ’ήν αυτός καί οἱ σπουδασταὶ αὐτοῦ ὥϱισαν ἡμέϱαν διὰ τῆς εἰσόδου αὐτοῦ τὴν ἐϰϰλησίαν βεβηλῶσαι τοῦ Θεοῦ ϰαὶ τὰ ἅγια. Καὶ ἡ ϰαταστϱοφὴ δὲ δημόσιος γίνεται πλησίον γὰϱ οἱ ἀφεδϱῶνες ἐχϱημάτιζον τού φόρου. Ἐν ᾧ ἡσϑῆναί τε τòν μέγαν Κωνσταντῖνον γϱάφει, ὡς τοῦ ἀδεϰάστου ϰϱιτοῦ οἷς ἔϰϱινε λύσαντος ἀμφισβήτησιν πᾶσαν, γϱάψαι τε αὐτòν πολλοῖς ἐπιστολάς, τὴν Ἀϱείου ϰαταστϱοφὴν στηλιτεύοντα.

202 II, p. 13, 11. 24-29 : Καί ό μεν ούτω φησί, συμφωνῶν ἐν τούτῳ Ἀϑανασίῳ τε τῷ μεγάλῳ ϰαὶ Θεοδωϱήτῳ ϰαὶ ἄλλοις πλείοσιν. ἐνίοις δὲ γϱάφειν ἔδοξεν οὐχὶ ϰατὰ τοὺς Κωνσταντίνου τοῦ μεγάλου χϱόνους, ἀλλὰ τοῦ παιδòς Κωνσταντίου βασιλεύοντος οὕτως αἰσχϱῶς τòν Ἄϱειον ἐξ ἀνϑϱώπων ἀφανισϑῆναι.

203 Cod. 31, I, p. 17, 1. 2 - p. 18, 1. 14.

204 Cod. 32, I, ρ. 18, 11. 16-21.

205 ATHANASE, Lettre à Sérapion sur la mort d’Arius dans PG 25, col. 688 C : Πολλά τε φλυαϱῶν εἰσῆλϑεν εἰς ϑάϰας, ὡς διά χϱείαν τής γαστϱός, ϰαὶ ἐξαίφνης κατά τò γεγϱαμμένον, « πρηνής γενόμενος έλάκησε μέσος », ϰαὶ πεσὼν εὐϑὺς ἀνέψυξεν ἀμφοτέϱων τε τῆς ϰοινωνίας ϰαὶ τοῦ ζῆν ἐστεϱήϑη. THÉODORET, Histoire ecclésiastique, I, 14, 8, p. 57 Parmentier cite la lettre littéralement. Le passage scripturaire utilisé est Actes, 1, 18. Le vocable θάκη semble bien être un hapax, d’après LAMPE (PGL s.v.) qui l’imprime avec un astérisque. Dans le passage de Théodoret, il est remplacé par ϰαϑέδϱα. Mme Alice LEROY-MOLINGHEN, La mort d’Arius, in Byzantion, 38 (1968), pp. 105-111 a étudié avec une minutie méritoire tous les récits relatifs au décès d’Arius et montré que la plupart jouent sur la même péricope. On notera que ce n’est pas le cas pour celui de Gélase. Sur le caractère historique de cette triste fin, on retiendra le scepticisme de G. DAGRON, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 330 à 451, Paris, 1974, p. 420.

206 RUFIN, Histoire ecclésiastique, X, 14, p. 979, 11. 16-21 Mommsen : Cumque cunctorum animi essent, ut in tali re, expectatione suspensi, Arius ad ecclesiam pergens, episcoporum et populorum frequentia constipatus, humanae necessitatis causa ad publicum locum declinat. Ubi cum sederet, intestina ejus atque omnia viscera in secessus cuniculum defluxere ; ita tali in loco dignam mortem blasfemar et fœtidae mentis exsolvit.

207 E. HONIGMANN, o.l., p. 154.

208 Encore sont-ils indiqués à tort, comme je l’ai signalé supra, p. 399.

209 Voir supra, p. 404, n. 9. Si les présentes pages ont quelque valeur, la construction de Fr. WINKELMANN (o.l., pp. 81-94), qui essaie de retrouver l’original de Gélase de Césarée en comparant RUFIN (o.l., XI) avec Georges le Moine, est inutile.

210 Cité par A. GLAS, o.l., pp. 3-4.

211 Voir ici même pp. 259-262.

212 J. BIDEZ dans J.B.-Fr. WINKELMANN, Philostorgius Kirchengeschichte, Berlin, 1972, pp. 376-377 (Berichtigungen und Nachträge). Le fragment en question a été tiré du Baroccianus 142. Voir C. DE BOOR, Neue Fragmente des Papias Hegesippus und Pierius in bisher unbekannten Excerpten aus der Kirchengeschichte des Philippus Sidetes, dans Texte und Untersuchungen, V, 2 (1888), pp. 167 et 184 (texte).

213 Voir ici même p. 260.

214 Souda, M 120 s.v. Μάλχος · Βυζάντιος σοφιστής. Ἔγϱαψεν ἱστοϱίαν ἀπò τῆς βασιλείας Κωνσταντίου ϰαὶ έως Ἀναστασίου, ἐν ᾗ τὰ ϰατὰ Ζήνωνα ϰαὶ Βασιλίσϰον ϰαὶ τòν ἐμπϱησμòν τῆς δημοσίας βιβλιοϑήϰης ϰαὶ τῶν ἀγαλμάτων τοῦ Αὐγουσταίου ϰαὶ ἄλλα τινὰ διεξέϱχεται, μάλα σεμνῶς ϰαὶ τϱαγῳδίας δίϰην ἀποϑϱηνῶν αὐτά. Les drames cités ici touchèrent en 476 une grande bibliothèque édifiée par Julien l’Apostat et périrent à cette occasion plusieurs chefs-d’œuvre, notamment la Vénus de Cnide : E. STEIN, Histoire du Bas-Empire, I, s.l. (Bruges), 1959, p. 364 ; LAQUEUR, dans son article Malchos 2 de la R.-E. XVII (1928), col. 852. D’après B. BALDWIN, Malchus of Philadelphia, dans Dumbarton Oaks Papers, 31 (1977), p. 92, le mot « byzantin » dans la Souda indiquerait la ville natale de l’écrivain. Le même savant cite alors treize cas parallèles (p. 92, n. 8), sans aucun commentaire ni démonstration : dès lors, Hésychios et ses épigones auraient, selon lui, commis une erreur. J’avoue que la justification me laisse sur ma faim. C’est grâce à M. l’abbé J. Mossay que j’ai pu lire cet article. Puisse-t-il lire ici l’expression de ma gratitude.

215 Cod. 78, I, p. 161, 1. 36 et 41 bis-2 : Ἔστι δὲ ὁ συγγϱαφεὺς Φιλαδελφεύς (...) Σοφιστὴς δ’ἦν τò ἐπιτήδευμα, ϰαὶ ῥητοϱιϰῆς εἰς ἄϰϱον ἐληλακώς, ϰαὶ τὴν ϑϱησϰείαν οὐϰ ἔξω τοῦ χϱιστιανιϰοῦ θειασμοῦ.

216 I, p. 161, 11. 31-35 : Οὗτοι oἱ ζ’τῆς ἱστοϱίας λόγοι ϰαὶ πϱοηγουμένους ὑποφαίνουσιν αὐτῷ λόγους ἄλλους διαπεπονῆσϑαι · καί ή ἀπαϱχὴ δὲ τῶν ἑπτὰ τοῦ πϱώτου λόγου τοῦτο παϱαδηλοῖ · οὐ μὴν ἀλλὰ ϰαὶ ἑπομένους, εἰ τò ζῆν πϱοσῆν τῷ συγγϱαφεῖ, ὡς τοῦ ἑβδόμου λόγου τò πέϱας ἐνδείϰνυσιν. Faute d’avoir traduit le passage de Photios, B. BALDWIN (ο.l., pp. 96-97) échoue à en donner une interprétation correcte. Nulle part n’apparaît dans la Bibliothèque la figure romantique du savant frappé, la plume à la main, par la mort. Par suite, le byzantiniste n’a aucun titre à écrire (ibid., p. 98) : « Therefore, it can still be maintained that the work described by Photius was the only one issued by Malchus ». On comprendra pourquoi je n’examine pas davantage un article fondé sur des prémisses erronées, qui conduisent à de périlleux exercices intellectuels, comme celui de la p. 101.

217 I, p. 160, 11. 6-7 : Ἀνεγνώσϑη Μάλχου σοφιστοῦ Βυζαντιαϰὰ ἐν βιβλίοις ἑπτά.

218 Respectivement cod. 77 (I, p. 158, 1. 34 - p. 160, 1. 4) ; 79 (p. 161, 1. 4 - p. 166, 1. 5) ; 80 (p. 166, 1. 7-p. 187, 1. 31), avec les notes de H. HUNGER, o.l., I, pp. 278-280· 285 et 281-282.

219 I, p. 160, 11. 7-9 : Ἄϱχεται μὲν ἐξ οὗ Λέοντα τòν βασιλέα ἡ νόσος ἐπίεζε, τούτῳ δὲ τῆς βασιλείας ἔτος ἑπταϰαιδέϰατον παϱετείνετο. Les indications sont rigoureusement exactes. Léon reçut la pourpre impériale le 7 février 457 et mourut le 18 janvier 474. Pour les dates, voir E. STEIN, o.l., I, pp. 254 et 362.

220 I, p. 161, 11. 26-30 : Ταῦτα διεξιών, διέξεισι ϰαὶ τὰ ἐπὶ Ῥώμης ϰαὶ τέλος τοῦ ἑβδόμου λόγου ποιεῖται τòν Νέπωτος ϑάνατον, ὃς ἐϰβαλὼν τῆς ἀϱχῆς Γλυϰέϱιον τήντε Ῥωμαϊϰὴν ἰσχὺν πεϱιεβάλετο, ϰαὶ εἰς σχῆμα ϰείϱας ϰληϱιϰοῦ ἀντὶ βασιλέως ἀϱχιεϱέα ϰατέστησεν · ὑφ’οὗ καί ἐπιβουλευϑεὶς ἀνῄϱηται.

221 Η. HUNGER, ο.l.. I. p. 284 ; au printemps 480, d’après E. STEIN (o.l., II, p. Bruges, 1949, p. 48) ; Glycérius fut sacré évêque de Salone en Dalmatie (E. STEIN, ο.l.. I, p. 395).

222 On peut ajouter aussi qu’un détail relatif à des statues est rappelé au cod. 80 (Olympiodore), I, p. 177, 11. 23-25 ; dans le même chapitre, Photios s’attarde sur un point d’histoire du livre (p. 179, 11. 7-11).

223 La notice de LAQUEUR (o.l., col. 852) ne tient pas compte de tous les éléments du texte. Si la Souda fait état d’une œuvre se prolongeant jusqu’à l’avènement d’Anastase, on ne voit pas ce qui donne à supposer que Malchos ne parvint pas à réaliser son projet (« dann begann die eigentliche tractatio die entweder den Vorgesetzten Zielpunkt nicht erreicht hat ») ni que Photios n’eut entre les mains qu’un exemplaire à la présentation fortement modifiée (« oder dem Photios nur in einem stark zerstörten Exemplar bekannt geworden war »). Pour le second point en particulier, tout donne à penser au contraire que l’analyse du cod. 78 repose sur une œuvre parfaitement achevée. Le vocable απαρχή indique la présence d’une préface, même brève ; l’allusion aux projets que nourrissait Malchos, tirée de la fin de l’œuvre, celle d’une postface porteuse d’intentions publicitaires.

224 I, p. 161, 11. 36-41 bis. Photios trouve que l’œuvre de Malchos est un modèle de style historique.

225 Eunape, païen (cod. 77, I, p. 158, 11. 5-6) ; Candidos, chrétien orthodoxe (cod. 79, I. p. 162, 11. 17-18) ; Olympiodore, païen (cod. 80, I, p. 166, 11. 13-14). B. BALDWIN (o.l.. pp. 94-96) a étudié de près ce que l’on peut percevoir des convictions religieuses ou philosophiques de Malchos. Les fragments conservés ne révèlent rien de plus consistant que la phrase de Photios. Historien avisé, Malchos semble bien s’être gardé de toute profession de foi explicite.

226 Pour un document analogue, voir ici même les pages consacrées à Héliodore (pp. 273-280).

227 Le fait a été bien reconnu par W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 69-70. Voir M. GEERARD, CFG, III, p. 400, no 7509 et W.T. TREADGOLD, o.l., p. 69, n. 18 : seuls quelques fragments de l’œuvre ont été préservés grâce à THÉODORE ANAGNOSTÈS (Histoire ecclésiastique, pp. 152-157 Hansen). Le récit de Jean devait courir au moins jusqu’en 526, car il renfermait un témoignage visuel sur le tremblement de terre qui frappa Antioche à cette date.

228 I, p. 25, 11. 2-6 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωάννου ἐϰϰλησιαστιϰὴ ιστορία. Ἄϱχεται ἀπò τῆς Θεοδοσίου τοῦ νέου βασιλείας, ἀπ’αὐτῆς που τῆς Νεστοϱίου βλασφημίας ϰαὶ ϰαϑαιϱέσεως, ϰαί ϰάτεισι μέχϱι Ζήνωνος ϰαὶ τῆς ϰαϑαιρϱέσεως Πέτϱου τοῦ αἱϱετιϰοῦ, ὃς τòν Ἀντιοχιϰòν ὑφήϱπασε ϑϱόνον.

229 Ρ. 26, 11. 15-19 : Τῆς μέντοι γε ἱστοϱίας αὐτοῦ δέϰα τυγχάνουσι τόμοι, ὡς ϰαὶ αὐτòς εκείνος ἐπαγγέλλεται. ὧν ἡμῖν τοὺς πέντε γέγονεν ἀναγνῶναι, πεϱιέχοντας, ὡς ἔφημεν, ἀπò τῆς Νεστοϱίου βλασφημίας μέχρι τής τού αιρετικού Πέτρου ϰαϑαιϱέσεως.

230 Ε. HONIGMANN, o.l., pp. 1-6.

231 Voir supra n. 1.

232 P. 26, ll. 7-12 : Διέρχεται δὲ τὴν τϱίτην σύνοδον τὴν ἐν Ἐφέσῳ λεπτομεϱῶς. Ἀλλὰ ϰαὶ τὴν μετὰ ταύτην ἐν αὐτῇ συναγελασϑεῖσαν, τὴν λῃστϱιϰὴν λέγω · ἣν οὗτος ϑειάζει, ϰαὶ τον ταύτης ήγεμόνα Διόσκορον καί τούς σὺν αὐτῷ. Διέξεισι δέ καί τήν ἐν Καλχηδόνι σύνοδον, διασύϱων ταύτην.

233 Ρ. 26, ll. 12-15 : Ἐξ ὧν ἔστι συμβαλεῖν Ἰωάννην εἶναι τòν πατέρα τού βιβλίου τòν πϱεσβύτεϱον τòν Αἰγεάτην, ὃς ϰαὶ ἰδίως ὡς αἱϱετιϰòς ϰατὰ τῆς ἐν Καλχηδόνι συνόδου βιβλίον συνέταξε.

234 Cod. 55, I, p. 45. II. 30-43.

235 Ρ. 45, 11. 1-5 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ἐν τῷ αὐτῷ ϰαὶ Ἰωάννου ἄλλου, τήν θρησκείαν Νεστοριανού, κατά τῆς αὐτῆς ἁγίας τετάϱτης συνόδου. Οὗτός ἐστιν ὁ Αἰγειάτης, δυσσεβὴς μέν, ϰαλλιεπείᾳ δὲ ϰαὶ τῷ ἡδεῖ μετὰ τῆς σαφηνείας ϰαὶ λαμπϱότητος κεχρημένος.

236 Μ. GEERARD, CPG, III. ρ. 369, η” 7271.

237 Ch. MOELLER, o.l., p. 654 (suite de la n. 23 à la p. 653) ; pour ceci, on lira M. RICHARD, La lettre de Théodoret à Jean d’Égée, in Les Sciences Philosophiques et Théologiques, 2 (1941-1942), pp. 415-423, repris in Opera Minora, II, no 48. Voir en particulier la mise en garde p. 415, η. 1.

238 Cod. 23, I, p. 14, 11. 37-2.

239 Cod. 107, II, p. 74, ll. 35-36 (en seize livres, voir p. 77, 1. 31).

240 II, p. 74, 1. 36 - p. 77, 1. 33.

241 II, p. 77, ll. 34-37 : Ἦν δ’οὗτος ὁ Βασίλειος πϱεσβύτεϱος, ὡς αὐτός φησι, τῆς ϰατὰ Ἀντιόχειαν ἐϰϰλησίας ἀϱχιεϱατεύοντος μὲν τῶν ἐϰεῖσε Φλαβιανοῦ, Ῥωμαίων δὲ Ἀναστασίου βασιλεύοντος. Anastase régna de 491 à 518 (H.G. BECK, o.l., p. 802) ; Flavien II, de 498 à 512 (E. HONIGMANN, Évêques et évêchés monophysites d’Asie Antérieure au vie siècle, Louvain, 1951, C.S.C.O. 127 Subsidia 2, p. 7).

242 Voir E. HONIGMANN, o.l., p. 81 et R. HENRY, II, p. 74, n. 2.

243 Cod. 42, I, p. 26, ll. 21-25 et 1. 32 - p. 27, 1. 35 : Ἀνεγνώσϑη Βασιλείου Κίλιϰος εκκλησιαστική ιστορία. "Αρχεται ἀπò τῆς τελευτής Σιμπλικίου τοῦ Ῥώμης, ὃς πρòς Ἀϰάϰιον τòν Κωνσταντινουπόλεως ἔγϱαψεν ἀποστῆναι τῆς πϱòς Πέτρον τον Ἀλεξάνδϱειαν λυμαινόμενον ϰοινωνίας, ᾧ ἐπίϰλην Μόγγος (...) καί ϰάτεισι μέχϱι τελευτής Ἀναστασίου ὃς εἰϰοσιεπτὰ ἔτη ϰαὶ μῆνας τϱεῖς, ὡς οὗτός φησιν, ἐν τῇ βασιλείᾳ διήϱϰεσε. μεϑ’ὃν Ἰουστῖνον τòν Θϱᾷϰα ἀναϱϱηϑῆναι γράφει βασιλέα. Simplicius fut évêque de Rome de 468 à 483, voir, par exemple, El. DEKKERS, CPL, p. 367 ; Acace, patriarche de Constantinople, de 472 à 488, M. GEERARD, CPG, III, p. 161 ; H.G. BECK, o.l., p. 803 ; Pierre Monge, patriarche monophysite d’Alexandrie, de 482 à 490, M. GEERARD, ibid., p. 65.

244 I, p. 27, 11. 38-2 : Λέγει δὲ οὗτος ώς ε’ίησαν αὐτῷ ϰαὶ ἕτεϱαι δύο πεπονημέναι βίβλοι, πϱώτη ϰαὶ τϱίτη. ὧν τὴν μὲν ἀπò Μαϱϰιανοῦ τοῦ βασιλέως ἄϱχεσϑαι, καταλήγειν δέ έως Ζήνωνος, ἀφ’οὗ τὴν ἀϱχὴν ἡ δευτέϱα ἐπεποίητο, τὴν δὲ τϱίτην ποιεῖσϑαι προοίμιον τò τέλος τῆς δευτέϱας ϰαὶ ἀπò τῆς βασιλείας Ἰουστίνου ἀπάϱχεσϑαι. Marcien régna de 450 à 457 ; Zénon, de 474-475 et de 476 à 491 ; Justin I, de 518 à 527 (H.G. BECK, o.l., p. 802).

245 I, p. 27, n. 3.

246 C’est le jugement de Ch. MOELLER (Le chalcédonisme et le néo-chalcédonisme en Orient de 451 à la fin du vie siècle, in A. GRILLMEIER-H. BACHT, Das Konzil von Chalkedon, I, Würzburg, 1951, p. 675 avec la n. 105). Sur le personnage, on trouvera d’excellentes notices, ibid. (pp. 674-676, avec la n. 103 de la p. 675), qui offre un catalogue de son héritage littéraire ; M. RICHARD, Les florilèges diphysites du ve et du vie siècle dans A. GRILLMEIER-H. BACHT, o.l., I, pp. 735-736 ; H. BECK, o.l., pp. 376-377.

247 Voir M. GEERARD, CPG, III, pp. 298-299, n” 6850-6852.

248 Cod. 95, II, p. 48, ll. 5-8 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωάννου Σϰυϑοπολίτου σχολαστιϰοῦ ϰατὰ τῶν ἀποσχιστῶν τῆς ἐϰϰλησίας ἤτοι ϰατὰ Εὐτυχοῦς ϰαὶ Διοσϰόϱου ϰαὶ τῶν τὰ ὅμοια φϱονούντων ϰαὶ ἀϑετούντων ἐν δύο φύσεσι τòν Χϱιστòν ϰηϱύσσειν.

249 Ll. 9-10, avec la répartition du livre en douze sections.

250 Ll. 10-16.

251 II, p. 48, ll. 16-23 : Ὁ δέ γε τοῦ τῶν ἀποσχιστῶν συγγϱάμματος πατήϱ, ϰαϑ’οὗ ϰαὶ ὁ Σϰυϑοπολίτης οὗτος τὴν γϱαφὴν ἐνεστήσατο, τò οἰκεῖον ἀπέϰϱυψεν ὄνομα ἐπιγϱαφὴν ϰαϰοῦϱγον ἐπιϑεὶς τῷ γϱάμματι “Κατὰ Νεστοϱίου” ἵνα τῇ ἐπιγϱαφῇ τοῦ συγγράμματος ϰλέπτειν ἔχοι τοὺς ἁπλουστέϱους εἰς ἀϰϱόασιν. Ἴσως δὲ Βασίλειός ἐστιν ὁ Κίλιξ, ὁ ϰαὶ ὕστεϱον δϱαματιϰòν ϰαὶ τῆς αὑτοῦ ϑϱησϰείας ἐπάξιον ϰατὰ τοῦ Ἰωάννου διάλογον συμπλάσας.

252 II, ρ. 48, η. 2.

253 C’est le procédé utilisé dans le chapitre consacré à Eusèbe de Thessalonique, cod. 162, II, p. 129, 1. 19 - p. 130, 1. 18. Toutefois, on a pu lire supra, pp. 345-350 que la description ne devait rien à la science de Photios lui-même. La remarque de R. HENRY, II, p. 130, η. 1 serait à revoir.

254 Explicitement noté au cod. 17, I, p. 12, 1. 36.

255 II, p. 78, ll. 5-11 : Καὶ τὴν αἵϱεσιν δὲ Νεστορίου νοσῶν Νεστόϱιον μὲν οὐϰ οἰϰειοῦται, Διόδωϱον δὲ ϰαὶ Θεόδωϱον ἐπιγϱάφεται πατέϱας. Καὶ ϰατὰ μὲν τοῦ ϑεσπεσίου Κυϱίλλου εἰς πϱόσωπον οὕτως ἀναισχύντως οὐ βλασφημεῖ · τòν μέντοι γε Ἰωάννην, ϰαϑ’οὗ τὴν γϱαφὴν ἐνεστήσατο, μηδενὶ ἄλλῳ ἢ τοῖς Κυϱίλλου φησὶν ἐπεϱείδεσϑαι ιβ’ϰεφαλαίοις, ϰαὶ τῷ δωδεϰάτῳ φησὶ μάλιστα, ὃ παϱεισάγει τὴν ϑεοπάϑειαν. En II, p. 78,1. 11, R. HENRY rend le verbe παρεισάγειν par « met en question », ce qui est évidemment inadéquat. Voir E. HONIGMANN, o.l., p. 80.

256 Voir, sur ce point, mon paragraphe sur Théodore, ici même, p. 477-483.

257 II, p. 75, ll. 23-25 : Ἐν μὲν οὖν τῷ πϱώτῳ λόγῳ τòν πϱόλογον ἀπαϱτίσας, ϰατὰ δύο ϰεφαλαίων ἵσταται, ϰαϑ’ἑνòς μὲν τοῦ ὅτι ὁ Λόγος ἔπαϑε σαϱϰί. On trouvera une traduction des anathématismes de Cyrille dans P.-Th. CAMELOT, Éphèse et Chalcédoine (Paris, 1962, pp. 206-207). Publié en novembre 430, ce document (ibid., pp. 41-42) donnera aussitôt lieu à l’accusation d’apollinarisme.

258 J. MEYENDORFF, Le Christ dans lu théologie byzantine, Paris, 1969, pp. 43-44 ; voir M. RICHARD, Proclus de Constantinople et le théopaschisme, dans Revue d’Histoire Ecclésiastique, 38 (1942), p. 323, n. 4 repris in Opera Minora II. Contra Ch. MOELLER, o.l., pp. 656-658.

259 Voir aussi, mais avec des nuances importantes, Ch. MOELLER o.l., p. 653 n 23 (continuée p. 654).

260 Cod. 3, I, p. 4, ll. 20-24 : Ἀνεγνώσϑη Νοννόσου ιστοϱία ἐν ᾗ διαλαμβάνεται πϱεσβεία αὐτοῦ πϱός τε Αἰϑίοπας ϰαὶ Ἀμεϱίτας ϰαὶ Σαϱαϰηνούς, τὰ ἰσχυϱότεϱα τῶν τότε ἐϑνῶν, ἔτι δὲ ϰαὶ πϱòς ἄλλα ἀνατολιϰὰ ἔϑνη. Ἰουστινιανòς δὲ τò τηνίϰα τὴν ρωμαϊκήν περιείπε πολιτείαν. Les fragments de Nonnosos conservés se limitent au seul cod. 3 de la Bibliothèque, reproduit dans MÜLLER (IV, pp. 178-180).

261 I, p. 4, 11. 34-39 et p. 4, 1. 41 - p. 5, 1. 4 : Ὁ μέντοι Κάϊσος, πϱòς ὃν ἐστέλλετο Νόννοσος, δύο γενῶν ἡγεῖτο τῶν παϱὰ τοῖς Σαϱαϰηνοῖς επισημοτήτων, Χινδηνῶν ϰαὶ Μααδηνῶν. Πϱòς τοῦτον δὴ τòν Κάϊσον ϰαὶ ὁ Νοννόσου πατήϱ, πϱὶν ἢ Νόννοσον πϱεσβεύειν αἱϱεϑῆναι, Ἰουστινιανοῦ πέμψαντος, ἀπέσταλτο (...) μεϑ’ὃν χϱόνον ἐπϱεσβεύσατο Νόννοσος ἐπὶ δυσὶ τούτοις, Κάϊσον, εἰ δυνατόν, πϱòς βασιλέα (Ἐλεσβαᾶς δὲ τότε έϰϱάτει τοῦ ἔϑνους), καί πρός τούτοις καί εἰς τοὺς Ἀμεϱίτας παϱαγενέσϑαι.

262 I, p. 4, ll. 24-41.

263 PROCOPE, Guerre contre les Perses, I, 17, 44, p. 126 Vch. Le règne d’Alamundar dura cinquante ans (503-553). Voir O. VEH, Prokop. Perserkriege, 1re édition, Munich, 1970, p. 472 (n. ad I.). Les faits cités par Nonnosos eurent lieu en janvier 524 : E. STEIN, o.l., II, p. 266.

264 Pour les sources, on se reportera à E. STEIN (o.l., II, p. 92 avec la η. 1).

265 O.l., IL pp. 298-299 et p. 299 pour la citation. LAQUEUR [dans son article Nonnosos 2 de la R.-E., XVII, 1 (1936), col. 920] situe le voyage en 533 ou quelques années plus tard, mais ne donne aucune justification.

266 I, p. 4, 1. 23 - p. 5, 1. 11.

267 I, p. 5, 11. 18-19. Voir R. HENRY, I, p. 5, n. 2.

268 I, p. 5, ll 12-17.

269 I, p. 5, 1. 20 - p. 6, 1. 34 ; p. 6, 1. 34 - p. 7, 1. 20 ; p. 7, ll. 21-38.

270 I, p. 5, ll. 12-17 : Ὅτι Κάϊσος Ἀβϱάμου πάλιν πϱòς αὐτòν πϱεσβεύσαντος πϱòς τò Βυζάντιον παϱαγίνεται, ϰαὶ τὴν ἰδίαν φυλαϱχίαν Ἄμβϱῳ ϰαὶ Ἰεζίδῳ τοῖς ἀδελφοῖς διανειμάμενος, αὐτòς τήν Παλαιστινῶν ἡγεμονίαν παϱὰ βασιλέως ἐδέξατο, πλῆϑος πολὺ ὑποτεταγμένων αὑτῷ σὺν αὑτῷ ἐπαγόμενος. Sur le partage de la principauté d’Imroulkais entre ses frères Amr et Yézid, voir E. STEIN, o.l., II, p. 299.

271 I, p. 6, ll. 35-38 : Ὅτι διεστηϰέναι φησὶ τὴν Ἄδουλιν τῆς Αὐξούμεως ιε’ἡμεϱῶν ὁδόν. Ἀπιοῦσι δὲ εἰς τὴν Αὔξουμιν Νοννόσῳ τε ϰαὶ τοῖς μετ’αὐτòν μέγιστον ἐφάνη ϑέαμα πεϱὶ χωϱίον Αὔην πϱοσονομαζόμενον. Adoulis se trouve sur la côte éthiopienne et Axoum à l’intérieur des terres. Voir la carte de M. GAUDEFROY-DEMOMBYNES, Mahomet, 2e édition, Paris, 1969, p. 19. D’après PROCOPE (o.l., I, 19, 22), la distance entre les deux cités était de douze jours. Le spectacle qui s’offrit à Nonnosos était un troupeau d’environ cinq mille éléphants paissant dans la plaine.

272 I, p. 5, ll. 20-22 : (...) τῶν Σαϱακηνῶν οἱ πλεῖστοι, οἵ τε ἐν τῷ Φοινιϰῶνι ϰαὶ οἱ τοῦ Φοινιϰῶνος ϰαὶ τῶν ὀνομαζομένων Ταυϱηνῶν ὀϱῶν ἐπέϰεινα (...).

273 R. HENRY, I, p. 194 (n. complémentaire ad l.) et cod. 250, VII, p. 180, ll. 31-33. Voir encore J. HUBAUX-M. LEROY, Le mythe du Phénix dans les littératures grecque et latine, Paris, 1939, p. 106.

274 I, p. 5, ll. 7-11 : Ό δε Νόννοσος, πολλὰς μὲν ἐπιβουλὰς ἐϑνῶν ὑποστάς, πολλὰς δὲ ϑηϱίων χαλεπότητας παϱὰ τὴν ὁδόν, ϰαὶ πολλαῖς δυσχωϱίαις ϰαὶ ἀποϱίαις πολλάϰις πεϱιπεσών, ὅμως ϰαὶ τὰ δόξαντα ἐξετέλεσε ϰαὶ σῶος τῇ πατϱίδι ἀποδίδοται.

275 Il suffit de faire observer le balancement de la phrase, ainsi que la multiplication des allitérations.

276 W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 188 (table VII).

277 Souda A 486 s.v. Λιβάνιος · Ἀντιοχεὺς σοφιστής, τῶν ἐπὶ τῶν Ἰουλιανοῦ τοῦ βασιλέως χϱόνων ϰαὶ μέχϱι Θεοδοσίου τοῦ πϱεσβύτου, Φασγανίου πατϱός, μαϑητὴς Διοφάντου. Ἔγϱαψεν ἄπειϱα, ἐν οἷς ἐγϰώμιον εἰς Κωνστάντιον τòν βασιλέα, ἕτεϱον εἰς Ἰουλιανόν, μελέτας ϱητοϱιϰὰς ϰαὶ ἐπιστολάς. Le document aurait Hésychios comme source, d’après A. Adler. La suite rappelle le synchronisme avec ss. Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze, ainsi que la faveur dont jouit Libanios sous le règne de Julien l’Apostat. L’article n’est pas exempt d’erreurs. Le père de Libanios mourut en laissant son fils âgé de onze ans (LIBANIOS, Autobiographie, 4-5). Phasganios était non pas le père, mais l’oncle le plus jeune du futur rhéteur, dont il devint aussi le tuteur. Voir P. PETIT, dans l’édition par J. MARTIN et P.P. des Discours I (Autobiographie) de Libanios, Paris, 1979, pp. XI-XII.

278 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 132 (« table I-Annotated Table of Contents »).

279 Cod. 90, II, p. 16, ll. 11-21 : Ἀνεγνώσϑη ὁ Λιβάνιος ἐν τεύχεσι δυσίν. Οὗτος δὲ έν τοῖς πλασματιϰοῖς αὐτοῦ ϰαὶ γυμναστιϰοῖς λόγοις μᾶλλόν ἐστιν ἢ ἐν τοῖς ἄλλοις αὐτòς ἑαυτοῦ χϱησιμώτεϱος. Τῇ γὰϱ πολλῇ πεϱὶ τοὺς ἄλλους φιλοπονίᾳ τε ϰαὶ πεϱιεϱγίᾳ τήν τε ἔμφυτον τοῦ λόγου ϰαὶ αὐτοσχέδιον (ὡς ἄν τις εἴποι) χάϱιν ἐλυμήνατο ϰαὶ τέϱψιν, ϰαὶ εἰς τò ἀσαφέστεϱον πεϱιέτϱεψε, πολλὰ μὲν ἐπισκοτίζων παϱενϑήϰαις, ἔνια δ’άφαιρέσει καί τού αναγκαίου. Τὰ δ’ἄλλα ἐν τούτοις ϰανών ἐστι ϰαὶ στάϑμη λόγου ἀττιϰοῦ. Ἔστι δὲ δόϰιμος ϰἀν ταῖς ἐπιστολαῖς. Πολλὰ δὲ αὐτοῦ ϰαὶ παντοδαπὰ συγγϱάμματα φέϱεται.

280 G. WENTZEL. o.l., p. 42.

281 Voir W.T. TREADGOLD, o.l., p. 186 (« Table VI-References to books in Photius Letters’ »).

282 R. HENRY. II, p. 16 ad l.

283 J. MARTIN, dans J. M.-P. PETIT, o.l., pp. 40-41.

284 Souda, Θ 122, s.v. Θεμίστιος · φιλόσοφος, γεγονὼς ἐπὶ τῶν χϱόνων Ἰουλιανοῦ τοῦ παϱαβάτου, ὑφ’οὗ ϰαὶ ὕπαϱχος πϱοεβλήϑη Κωνσταντινουπόλεως. Je reviendrai plus loin sur la fin de cet article, qui renferme une énumération des œuvres de l’orateurphilosophe. Sur le plan strictement historique, les indications de la Souda sont fausses. On verra plus bas que Photios ne dit pas un mot de Julien l’Apostat. Le silence n’équivaut pas à une damnatio memoriae. Comme l’écrit G. DACRON, L’Empire romain d’Orient au ive siècle et les traditions politiques de l’hellénisme. Le témoignage de Thémistios, dans Travaux et Mémoires, 3 (1968), p. 222 : « Il est raisonnable de penser (...) que la Souda, tributaire de sources qui connaissent mal les Discours et mieux les œuvres philosophiques, a tendance à rattacher à un empereur unique, Julien, tous les épisodes de la vie de Thémistios. » En réalité, durant le règne de Julien (361-363), la carrière de l’orateur a subi une éclipse qui se marqua par la rareté de ses œuvres officielles et son absence de la scène publique. Avec prudence, Thémistios s’était gardé de lier ses convictions païennes à la réaction anti-chrétienne qui marqua le règne de l’Apostat : voir G. DACRON, o.l., pp. 230-235.

285 I, p. 153, ll. 8-15 : Ἤϰμαζε δὲ μάλιστα ἐν τοῖς Οὐάλεντος χϱόνοις, ὡς ϰἀϰ τῶν αὐτοῦ λόγων δῆλον. Ἐπὶ δὲ Κωνσταντίου ἔτι νέος ἦν, ὑφ’οὗ ϰαὶ ἐνετάγη τῇ τῶν Ῥωμαίων γεϱουσίᾳ, ὡς ϰαὶ ἡ πϱòς αὐτὴν τὴν ἐν Ῥώµῃ γεϱουσίαν ὑπὲϱ αὐτοῦ παϱὰ τοῦ βασιλέως ἐπιστολὴ ἀποσταλεῖσα δηλοῖ. Πατὴϱ δὲ ἦν Θεμιστίου Εὐγένιος ϰαὶ αὐτòς φιλοσοφήσας.

286 J’emprunte les dates à A. PIGANIOL (L’Empire chrétien, Paris, 1947). D’après les historiens de la littérature, Thémistios serait né aux environs de 317 et serait mort vers 388. Voir, par exemple, Alb. LESKY, GGL, p. 929.

287 Πεϱὶ φιλοσοφίας ἢ Κωνστάντιος qu’il prononça sans doute en 350, à Ancyre. Voir H. SCHENKL-G. DOWNEY, Themistii orationes quae supersunt, I, Leipzig, 1971, p. 4 (n.) ; G. DAGRON, o.l., p. 20.

288 Nous avons conservé le document qui atteste la nomination de Thémistios au sénat. On peut le lire dans H. SCHENKL-G. DOWNEY-A.F. NORMAN (o.l., III, Leipzig, 1974, pp. 121-128). Il s’intitule Δημηγοϱία Κωνσταντίου Αὐτοϰϱάτοϱος πϱòς τὴν σύγϰλητον ὑπὲϱ Θεμιστίου. Envoyée de Milan en 355 par le souverain, elle aurait été lue publiquement à la mi-novembre, et peut-être traduite par Thémistios (H. SCHENKL et olii, o.l., I, p. 28), hypothèse que G. DAGRON. o.l., p. 20 juge totalement dénuée de fondement. Le bénéficiaire n’allait pas tarder à répondre par un discours : 2 A l’empereur Constance, que l’empereur est surtout un philosophe, ou (discours) de remerciement Εἰς Κωνστάντιον τòν αὐτοϰϱάτοϱα, ὅτι μάλιστα φιλόσοφος ὁ βασιλεύς, ἢ χαϱιστήϱιος. Pour ce qui est des autres empereurs : Valens 7 Sur ceux qui n’ont pas eu de chance περί τῶν ἠτυχηϰότων ἐπὶ Οὐάλεντος (hiver 366-367) où l’orateur, après la défaite de Procope du 27 mai 366, félicite l’empereur et l’exhorte à la clémence : G. DAGRON, o.l., p. 21 ; H. SCHENKL et al., I, p. 128) ; 10 Sur la paix, en l’honneur de Valens Ἐπὶ τῆς εἰϱήνης Οὐάλεντι (G. DAGRON, o.l., p. 22 : fin 369-début 370, après la paix conclue avec le roi goth Athanaric) ; pour Valentinien, 9 Protreptique en l’honneur du jeune Valentinien Πϱοτϱεπτιϰòς Οὐαλεντινιανῷ νέῳ (composé pour les fêtes du 1 janvier 369, en l’honneur du fils de Valens, né le 19 janvier 366 : G. DAGRON, o.l., p. 21) ; 14 (Discours) pour une ambassade près Théodose Πϱεσβευτιϰòς εἰς Θεοδόσιον (printemps 379, à l’occasion de l’accession à l’empire de Théodose : G. DAGRON, o.l., p. 23 ; H. SCHENKL et al., I, p. 260) ; 15 En l’honneur de Théodose, quelle est la plus impériale des vertus Εἰς Θεοδόσιον, τίς ἡ βασιλικωτάτη τῶν ἀϱετῶν (probablement pour le début de la troisième année du règne, le 19 janvier 381 : G. DAGRON, l.l. ; H. SCHENKL..., I, p. 268) ; 19 Sur l’amour des hommes de Théodose Ἐπὶ τῇ φιλανϑϱωπίᾳ τοῦ Θεοδοσίου (la date est contestée : H. SCHENKL et al., I, p. 328 : début 386 à Constantinople ; G. DAGRON, o.l., p. 24 : premiers mois de 384. Le savant français donne les références utiles).

289 20 (En l’honneur de son père) : septembre ou début d’octobre 355 d’après G. DAGRON, o.l., p. 24.

290 20, II, pp. 4-5 Schenkl et al. : Ἦ που νῦν σε ἐϰεῖνος, ὦ ϑεία ϰεφαλή, ϰυδαίνει τε ϰαὶ ὑπὲϱ τοὺς ἄλλους ἀγαπᾷ ϰαὶ οὐϰ ἔχει ὅ τι χϱήσεται ὑπò χαϱμονῆς, ἀποτιννύων τὰ χαϱιστήϱια τῆς πϱοφητείας ἣν πϱοεφήτευσας Ἀϱιστοτέλους λαμπϱότεϱον ἢ Βάϰις τε ϰαὶ Ἀμφίλυτος τοῦ Λοξίου, ϰαὶ τῆς σοφίας, ἣν ἐϰεῖνος ἐξευϱών τε ϰαὶ ἐξασϰήσας ζόφῳ ἐϰάλυψε ϰαὶ ἠμφίασεν ἀσαφείᾳ, φϱοντίσας μήτε βασϰῆναι τοῖς ἀγαϑοῖς μήτε ῥῖψαι εἰς τὰς τϱιόδους. Σὺ δὲ γνωματεύων τοὺς ἐπαξίους πεϱιῄϱεις τε αὐτοῖς τòν ζόφον ϰαὶ ἐγύμνους τὰ ἀγάλματα. Il n’est pas aisé de voir qui désigne le pronom-sujet initial. Sans doute est-ce la raison pour laquelle une scholie du manuscrit A note en marge (Ambros. Gr. J. 22 sup.XVe siècle) ὁ δῆμος τῶν ἀγαϑῶν δαιμόνων. Parmi les personnages cités, seul Amphilytos d’Acarnanie semble être historique. C’est le chresmologue qui, au moment où Pisistrate quittait Érétrie et rentrait en Attique, vint à sa rencontre avant la bataille de Pailène et lui prédit un nouveau triomphe (HÉRODOTE, I, 62 ; R. CRAHAY, La littérature oraculaire chez Hérodote, Paris, 1956, p. 253). Quant à Bacis, il était, avec Musée, le plus célèbre des prophètes légendaires ; on le faisait naître en Béotie, en Attique ou en Arcadie, et l’on finit par supposer l’existence de plusieurs Bakis (R. FLACELIÈRE, dans son édition des Dialoguespythiques de Plutarque, Paris, 1974, p. 176, n. complémentaire à la p. 58). E. ROHDE, Psyché. Le culte de l’âme chez les Grecs et leur croyance à l’immortalité. Paris (trad. Aug. Reymond), 1928, p. 315. η. 1 voyait dans Bacis un terme générique pour le χϱησμῳδός inspiré.

291 Dans la Démégoria de Constance, III, p. 127 Schenkl et al. : Τίς δὲ οὗτός ἐστιν, οὐδὲ ὑμεῖς ἀγνοεῖτε, οὗ τò ὄνομα εἰπόντι ὑπόχϱη δεῖξαι τὴν ἀϰϱοτάτην φιλοσοφίαν, ϰαὶ οὔτε χῶϱος οὔτε ἔϑνος οὔτε πόλις οὐδεμία τῆς Εὐγενίου δόξης ἀνήϰοος.

292 Le personnage a fait l’objet d’un bref article par O. SEEK, s.v. Eugenias 2, dans la R.-E., VI (1907), col. 986. Outre les diverses allusions de Thémistios dont on trouvera les références dans l’index qui termine l’édition précitée, JULIEN (Lettres, 193) s’adressa à lui (J. BIDEZ-Fr. CUMONT, lmp. Caesaris Flavii Claudii Iuliani Epistulae. Leges, Pœmatia, fragmenta varia. Paris, 1922, pp. 262-263 ; classée parmi les spuriae vel dubiae, elle n’est pas reprise dans l’édition séparée des Lettres que donna J. Bidez en 1924 dans la Collection des Universités de France, p. 234), ainsi que LIBANIOS (Lettres, 1192).

293 I, p. 153, ll. 15-21 : Τούτου τοῦ Θεμιστίου εἰς πάντα τὰ Ἀϱιστοτελιϰὰ φέϱονται ὑπομνήματα · οὐ μόνον δὲ ἀλλὰ ϰαὶ μεταφϱάσεις αὐτοῦ εἴδομεν, εἰς τò χϱήσιμον ἐπιτετμημένας τῶν τε ἀναλυτιϰῶν ϰαὶ τών περί ψυχής βιβλίων καί τῶν τῆς φυσιϰῆς ἀϰϱοάσεως ϰαὶ ἑτέϱων τοιούτων. Εἰσὶ δὲ ϰαὶ εἰς τὰ Πλατωνικὰ αὐτοῦ ἐξηγητιϰοὶ πόνοι, ϰαὶ ἁπλῶς ἐϱαστής ἐστι ϰαὶ σπουδαστὴς φιλοσοφίας.

294 Cod. 212 (III, p. 119, 1. 18 - p. 123, 1. 3).

295 Cod. 214 (III, p. 125, 1. 19 - p. 130, 1. 2) ; nouvelle recension au cod. 251 (VII, p. 189. 1. 22 - p. 206. 1. 24).

296 Cod. 249 (VII, p. 126,1. 16 - p. 134,1. 14). Le document aurait été une des sources de la Vie de Pythagore par Porphyre : Éd. DES PLACES, dans son édition de PORPHYRE, Vie de Pythagore. Lettre à Marcella, Paris, 1982, p. 14 où on trouvera les références aux travaux antérieurs.

297 Nous en saurons davantage lorsque mon savant compatriote M. Orner Ballériaux aura publié l’ouvrage de synthèse qu’il prépare sur la philosophie de Thémistios.

298 Par M. WALLIES dans CAG VI, 1, Berlin, 1900. La partie conservée ne traite que des Seconds analytiques. Bien que citée par Thémistios lui-même, la paraphrase aux Premiers analytiques a intégralement disparu. Voir G. DAGRON, o.l., p. 15 ; W. STEGEMANN, dans l’article Themistios 2 de la R.-E. V, 2 (1934), coll. 1653-1654. Nous est parvenue sous le nom de Thémistios une paraphrase aux Premiers analytiques : elle est, en fait, l’œuvre d’un moine byzantin du xive siècle nommé Sophonias. Voir W. STEGEMANN, o.l., col. 1654 (C.A.G., XXXIII, 3).

299 Par R. HEINZE, dans C.A.G., V, 3, Berlin, 1899.

300 Par H. SCHENKL, dans C.A.G., V, 2, Berlin, 1900.

301 P. 251, ll. 12-13 Flügel. Traduit par Abd. BADAWI (La transmission de la philosophie grecque au monde arabe, Paris, 1968, p. 102) que je reproduis. Maqalāh est traduit par « section » dans M.C. LYONS, An Arabie Translation of Themistius’Commentary on Aristoteles De Anima, dans Oriental Studies, II, Thetford, Norfolk, 1973. p. vin et déjà An Arabie Translation of the Commentary of Themistius, dans Bulletin of the School of Oriental and African Studies, 17 (1955), p. 426.

302 Editée par M.C. LYONS, dans les Oriental Studies, IL Voir la note précédente.

303 Editée par Mgr G. VERBERE, dans le Corpus Latinum Commentariorum in Aristotelem Graecorum, I. Louvain. 1957 (G. de Mœrbeke). Voir G. DACRON, l.l. Il s’agissait seulement de traductions de la paraphrase. Voir C. STEEL, Des commentaires d’Aristote par Themistius, dans Revue philosophique de Louvain, 71 (1973), p. 677.

304 C. STEEL, o.l., respectivement pp. 672-674 et pp. 678-679.

305 C. STEEL, o.l., p. 679. À ces textes, on peut ajouter un traité que Thémistios rédigea En réponse à Maxime au sujet de la réduction de la deuxième et troisième figures à la première, connu par une traduction arabe d’Abū’Uthmān al-Dimashqî de 447 hégire (sc. 1069 pCn). On peut en lire une version française d’Abd. BADAWI (o.l., pp. 166-180). Cet ouvrage est celui auquel faisait allusion AMMONIOS, Commentaire aux Analytiques Premiers, I, 1, 24 b 18 (= C.A.G., IV, 6, p. 31, 11 Wallies), cité par J. BIDEZ-Fr. CUMONT (Imp. Caesaris Flavii Claudii Iuliani epistulae leges pœmatia fragmenta varia, Paris, 1922, pp. 211-212). Voir G. DAGRON, o.l., p. 235. M.C. Steel s’était efforcé de montrer que des commentaires à Aristote par Thémistios avaient été rédigés par Thémistios. H.J. BLUMENTHAL, Photius on Themistius, cod. 74. Did Themislius write commentaries on Aristotle ?, dans Hermes, 107 (1979), pp. 168-178 a étudié de près l’argumentation du savant louvaniste. En soulignant les faiblesses qui la déparent, il a rappelé à juste titre (voir ici même infra) que la tradition orientale n’offre aucun témoignage en faveur de l’existence d’un tel corpus de commentaires (pp. 178-179). J’ai pu lire l’article de M. Blumenthal grâce à l’obligeance de M. Orner Ballériaux : puisse-t-il lire ici l’expression de ma reconnaissance. En outre, il a bien voulu me fournir quantité de références dont je ne puis malheureusement faire état dans ces quelques pages.

306 G. DAGRON, o.l., p. 16 ; W. STEGEMANN, o.l., col. 1655.

307 Autant que je sache, il n’existe pas d’étude qui ait retracé l’histoire de la tradition des œuvres de Thémistios. Voir G. DAGRON, o.l., p. 14.

308 Souda, l.l. : Γέγϱαφε τῆς Ἀϱιστοτέλους φυσιϰῆς ἀϰϱοάσεως παϱάφϱασιν ἐν βιβλίοις η’, παϱάφϱασιν τῶν ἀναλυτιϰῶν ἐν βιβλίοις β’, τῶν ἀποδειϰτιϰῶν ἐν βιβλίοις β’, τοῦ πεϱὶ ψυχῆς ἐν βιβλίοις ζ’(ἐν δὲ τούτῳ ϰαὶ ἴδια παϱεισήγαγε πεϱὶ τοῦ σϰοποῦ ϰαὶ τῆς ἐπιγϱαφῆς), τῶν ϰατηγοϱιῶν ἐν βιβλίῳ α’, ϰαὶ διαλέξεις. La plupart des paraphrases en question sont conservées. Voir, respectivement, supra nn. 18, 17 et 16 pour les références, car, sous le titre « Apodictiques », il faut évidemment comprendre les Seconds Analytiques. Derrière l’intitulé Analytiques, on doit entendre Premiers Analytiques, pour lesquelles Thémistios avait rédigé une paraphrase, perdue aujourd’hui. M.O. Ballériaux a eu l’extrême amabilité de me faire parvenir un important dossier sur l’article de la Souda. Avec son autorisation, je lui emprunte les notes qui vont suivre. Sans doute en lira-t-on bien davantage dans l’ouvrage de synthèse qu’il met au point sur la philosophie de Thémistios. G. DACRON (o.l., p. 14) donne une version française de l’article de la Souda qui repose sur le texte de l’ancienne édition de Gatsford-Bernhardy, repris par Dindorf : il y manque l’allusion aux « Apodictiques ». Même dans l’édition complète d’A. Adler, il subsiste des problèmes d’interprétation qui mettent en jeu sens et ponctuation. On ne peut, comme le font Gaisford-Bernhardy, placer un point en haut après ἐπιγϱαφῆς, car il n’y a aucune raison d’ajouter des informations complémentaires sur le but et le sens d’un traité désigné de façon explicite par « Sur l’âme ». C’est ce qu’indiquait notamment Ammonios à propos du Sur le ciel et De la génération et de la corruption, aux intitulés tout aussi évocateurs. Faire porter le point en haut après παρεισήγαγε revient à indiquer que Thémistios a joint des développements personnels à la paraphrase du Sur l’âme : rien de plus vrai en effet, car aux chapitres Γ 4 et 5, il réserve de longues pages de son cru à des remarques sur la noétique. Dans ce cas, la locution πεϱὶ τοῦ σϰοποῦ ϰαὶ τῆς ἐπιγϱαφῆς τῶν Κατηγοϱιῶν ἐν βιβλίῳ α dépendrait du verbe initial et constituerait une oratio variata par rapport au reste, où il n’est question que de paraphrases. Toujours est-il que la mention du « but » et du « titre » ne peut viser que le traité des Catégories. M.O. Ballériaux préconiserait plutôt de déplacer περί... επιγραφής après ἐν βιβλίῳ α’. Comme tous les commentateurs avant et après lui, Thémistios a dû consacrer un préambule au « but » et au « titre » des Catégories. À première vue, le titre était rien moins que clair. D autre part, comme l’avait fait Porphyre au début de son petit commentaire par questions et réponses, Thémistios avait eu à s’expliquer sur l’existence d’autres titres de l’œuvre.

309 G. DAGRON, o.l., p. 222. Voir supra, n. 1.

310 W. STEGEMANN, o.l., col. 1651 ; G. DAGRON, o.l., p. 15, n. 77.

311 Le substantif μετάφρασις est celui dont use PLUTARQUE (Démosthène, 8, 2) pour désigner les exercices de style auxquels se livrait Démosthène tantôt sur les œuvres d’autres orateurs tantôt sur ses propres discours. Sur ce type de pratique, voir R. CLAVAUD, dans son édition des Prologues de Démosthène, Paris, 1974, pp. 35-38.

312 W.T. TREADGOLD (o.l., p. 73), et le tableau no VII (p. 188), et G. WENTZEL (o.l., p. 55) commettent cette grossière erreur. La seule faiblesse de l’article de H.J. BLUMENTHAL (o.l., pp. 179-182) réside dans le fait que, pour une appréciation de la notice de Photios, il s’en soit rapporté à l’opinion de M. Treadgold, lequel ne connaissait même pas le magistral ouvrage de M. G. Dagron sur Thémistios. Pourtant, guidé par un instinct très sûr, le savant anglais établit que le témoignage de Photios est en définitive de médiocre valeur. Mon texte avait été rédigé avant que j’aie pu prendre connaissance de son étude : je suis heureux de constater que nos conclusions concordent.

313 Sur le personnage, voir Ilona OPELT, Griechische Philosophie bei den Arabern, Munich, 1970, pp. 18-23.

314 La traduction est celle d’Abd. BADAWI, o.l., p. 101.

315 Voir supra, p. 436.

316 Maints chapitres de cette partie de la thèse en constituent une illustration suffisante.

317 Je le rappelle, c’est ce que faisait C. STEEL, o.l., p. 676.

318 Voir déjà plus haut, p. 436, n. 22. Aux paraphrases aristotéliciennes, énumérées par G. DAGRON (o.l., pp. 14-16), on peut ajouter un commentaire (ou paraphrase ?) de l’Éthique à Nicomaque, dont le Filtrisi (p. 252 11. 3-4) écrit : « Chez Abī Zakaryyah (sc. Yahyā ibn Ὰdyy) se trouvaient écrits par Ishaq ib Hunain plusieurs livres de cet ouvrage avec le commentaire de Thémistius, qui ont été traduits en syriaque ». (Abd. BADAWI, o.l., p. 102). Le texte est mentionné dubitativement par W. STEGEMANN (o.l., col. 1655).

319 Cod. 168, II, p. 160,ll. 26-29 : Ἔοιϰε δὲ οὗτος μᾶλλον εἶναι ἢ ὁ Καισαϱείας μέγας Βασίλειος ὁ τῷ τϱισμαϰαϱίστῳ Ἰωάννῃ τῷ Χϱυσοστόμῳ φίλος γεγονὼς ϰαὶ ὁμοϱόφιος, πϱòς ὃν ϰαὶ ὁ πεϱὶ ἱεϱοσύνης λόγος συντέταϰται.

320 II, p. 161, ll. 1-3 : Ἔστι δὲ Βασίλειος οὗτος ὁ ϰαὶ μέτϱοις ἐντείνας τὰ τῆς πϱωτομάϱτυϱος Θέϰλης ἔϱγα ϰαὶ ἆϑλα ϰαί νιϰητήϱια ϰαὶ ἄλλα δὲ αὐτοῦ γϱάμματα.

321 Anne-Marie MALINGREY, dans son édition du Sur le sacerdoce (Dialogue et homélie), Paris, 1980, SC 272, pp. 8-9.

322 Je résume ici le développement du R.P.M. AUBINEAU (dans son édition des Homélies pascales, Paris, 1972, SC 187, pp. 169-170) ; A.-M. MALINGREY (o.l., p. 9).

323 L’expression est d’A.-M. MALINGREY (o.l., p. 9).

324 On en trouvera la liste dans le catalogue de J.A. DE ALDAMA, Repertorium pseudochrysostomicum, Paris, 1965, p. 217 (index). Voir aussi M. AUBINEAU o l p. 171, n. 3.

325 Je résume ici A.-M. MALINGREY (o.l., pp. 10-11).

326 J’ai eu le bonheur de pouvoir consulter sur ce point un éminent spécialiste, mon ami le R.P. Bollandiste Fl. Van Ommeslaeghe qui, dans une lettre du 1er février 1982, a bien voulu m’écrire : « Quant à Basile de Raphanée, j’ai eu bien de la peine à en trouver une trace. C’est un des évêques qui ont signé les décrets du concile de Constantinople, 381 (voir MANSI, Conciliorum omnium amplissima coUectio, III, col. 568). (... Il) n’est connu que par un document latin et tout ce qu’on sait de lui, c’est qu’il fut évêque d’une ville près d’Antioche en 381. (...) Dire qu’il est le Basile dont il est question dans le dialogue Sur le sacerdoce ou dire qu’on ne sait pas, c’est équivalent. Seulement, le dernier a l’avantage d’être si peu connu que les possibilités restent ouvertes ou plutôt, que l’impossibilité n est pas démontrable. » Je tiens à le remercier ici pour sa généreuse intervention.

327 Cod. 96, II, p. 50, 1. 38 - p. 51, 1. 3 : Tὰ δὲ πολλὰ Βασιλείῳ συνῆν τῷ μεγάλῳ, ἀλλ’οὐχ, ὡς ἕτεϱοί φασιν, ἑτέϱῳ · ὃν ϰαὶ διάϰονον ὁ Μελέτιος χειϱοτονεῖ, ϰαὶ τῶν ἄλλων πλέον ὁ Ἰωάννης εἰς φιλίαν πϱοὔϰϱινεν. Οὗτος πϱοαποτάσσεται Ἰωάννου, ϰαὶ πϱοσϰαλεῖται τòν φίλον ἐφ’ᾧ τῆς αὐτῆς μετασχεῖν πολιτείας · ἡ δὲ μήτηϱ τέως ἐϰώλυε.

328 II, p. 160-161 (n. 2 de la p. 160 continuée).

329 GEORGES D’ALEXANDRIE, Vie, 5, p. 89 Halkin : Καὶ γάρ φίλους πολλοὺς εἶχεν ὁ μαϰάϱιος Ἰωάννης γνησίους καί ἀληϑινοὺς ϰαὶ τοὺς τῆς φιλίας νόμους εἰδότας ϰαὶ φυλάσσοντας ἀϰϱιβῶς, ἀλλ’οὖν ἅπαντας αὐτῶν ὑπεϱέβαλλεν τῇ πϱòς αὐτòν φιλίᾳ ὁ αὐτòς Βασίλειος παϱαϰολουϑῶν αὐτῷ τòν ἅπαντα χϱόνον, τών αυτών γενόμενοι μαθημάτων · (...) παρεκάλει δὲ αὐτόν τòν μαϰάϱιον τòν μοναδιϰòν μεταδιώκειν βίον, αὐτοῦ Βασιλείου πϱοαποταξαμένου. Πεισϑέντος δὲ αὐτοῦ ϰαὶ τοῦ πϱάγματος ἐν χεϱσὶν ὄντος, διεϰωλύϑη ἐϰ τῶν συχνών τής μητϱός παϱαϰλήσεων. Jusqu’à une date récente, on ne pouvait consulter l’ouvrage que dans une collection d’accès malaisé, la grande édition par Sir H. Saville des œuvres de Jean Chrysostome, VIII, Eton, 1612, pp. 157-265. Le texte reposait sur la collation de deux manuscrits seulement, alors que nous en possédons une bonne vingtaine de témoins, sans compter des versions en géorgien, arabe, slavon et vieux-russe. Voir M. GEERARD, CPG, IV, p. 499, no 7979. LE R.P. Fr. HALKIN (Douze récits byzantins sur Saint Jean Chrysostome, Bruxelles, 1977, Subsidia hagiographica 60) en a facilité la lecture en procurant une édition nouvelle, fondée sur deux autres manuscrits. Il n’existe donc pas à ce jour de véritable édition critique. Pour les détails, voir Fr. HALKIN, o.l., p. 69. Georges succéda à Jean l’Aumônier sur le siège d’Alexandrie (vers 620-vers 630). L’authenticité de l’ouvrage n’a pas été admise d’emblée. Voir H.G. BECK, o.l., p. 460. Mais Fr. HALKIN (l.l.) paraît bien l’admettre sans balancer.

330 Οὐϰ ἦν Βασίλειος ὁ μέγας ἀλλὰ ἄλλος τις, Ἀντιοχεύς. Il s’agit de l’Athonensis Iviron 263 du xve siècle, voir Fr. HALKIN, l.l. Le manuscrit composite est longuement décrit par M. AUBINEAU (Textes chrysostomiens découverts dans le codex Athos, Iviron 263, in Corona Gratiarum. Miscellanea patristica, historica et liturgica Eligio Dekkers O.S.B. XII lustra compienti oblata, I, Bruges-La Haye, 1975, pp. 59-67).

331 II, p. 159, 1. 33 - p. 160, 1. 9. PG 85 coll. 27 A-473 B contient un corpus de quarante-deux homélies de Basile de Séleucie. Toutes celles qui sont énumérées ici se retrouvent dans le volume, mais dans un ordre aberrant. Je ne puis que reprendre à mon compte provisoirement l’hypothèse de R. Henry. II, p. 160, n. 1 : « Je ne vois rien qui rende raison de ce choix, que Photius a dû découvrir tel quel dans le livre qu’il lisait. » Il n’est pas sûr que l’état de la documentation disponible permette d’espérer une solution scientifique du problème.

332 II, p. 160, II. 10-26 ; Έν τούτοις οὖν αὐτοῦ τοῖς λόγοις τò μὲν τϱοπιϰòν ϰαὶ γοϱγòν ϰαὶ πάϱισον, εἴπεϱ ποτέ τινι ϰαὶ ἄλλῳ ἔστιν ἰδεῖν αὐτῷ δημιουϱγούμενον, ϰαὶ τò σαφὲς δὲ ϰαὶ ἡδὺ διατϱέχει. Τò δὲ λίαν πϱοσϰοϱὲς τῆς τϱοπῆς ϰαὶ τῶν γοϱγείων οχημάτων, μãλλον δὲ τò συνεχὲς ϰαὶ άϰρατον ϰαὶ ἀδιάπαυστον εἰς ἀηδίαν ϰαὶ διαβολὴν τòν ἀϰϱοατὴν διεγείϱει, ϰαὶ ψόγον ϰινεῖ τοῦ συγγϱαφέως οὐϰ ἔχοντος, ὡς ἔοιϰε, τέχνῃ τὴν φύσιν ϱυϑμίσαι ϰαὶ ϰανόνι τò ἄταϰτον διατάξαι. Πλεονάζων δ’ὅμως ταῖς τϱοπαῖς ϰαὶ αὐτò τὴς τϱοπολογίας πηγάζων τò εἶδος, οὔτε εἰς ψυχϱολογίαν, εἰ μὴ ὡς ἐλάχιστον, ἐϰφέϱεται, οὔτε ἀσαφείᾳ σϰοτίζει τò νόημα, ἀλλὰ τῇ βϱαχύτητι τῶν ϰώλων ϰαὶ τῶν πεϱιόδων ϰαὶ τῇ ἐμφάσει τῶν λέξεων τῆς τϱοπολογίας πεϱιαιϱεῖται τò δύσληπτον. Ἀλλ’οὖν, ὅπεϱ ἔφην, ὁ ϰόϱος τὴν χάϱιν ἀμβλύνει, ϰαὶ τò ἄϰϱατον τῆς τϱοπῆς τοὺς νόμους τῆς τέχνης οὐϰ ἐᾷ παϱϱησιάσασϑαι. L’analyse de style à laquelle s’est livré M. AUBINEAU (dans son édition des Homélies pascales, Paris, 1972, SC 187, pp. 191-197) confirme maints traits relevés déjà par Photios.

333 Au cod. 96, II, p. 52, 1. 2, Photios mentionne le traité mais il ne fait que résumer le passage correspondant de GEORGES D’ALEXANDRIE (15, p. 108 Halkin).

334 II, p. 160, 1.29 - p. 161, 1. 40 : Πολλὰ γὰϱ ἴχνη τῶν ἐϰείνου ϰαὶ λόγων ϰαὶ νοημάτων, ϰαὶ μάλιστα τῶν ϰατὰ τὴν ϑείαν γϱαφήν, ἐν τοῖς τοῦ Βασιλείου λόγοις ἐπιφαίνεται, ὡς ἂν ἀπò τῆς αὐτῆς πηγῆς τῶν μαϑημάτων ἀϱυσαμένων ἄμφω τὰ πϱόσφοϱα. Καὶ τῆς τϱοπῆς δὲ ἡ ϰατ’ἔμφασιν ϰαὶ οἰϰείωσιν μεταχείϱισις τῆς Ἰωάννου συνουσίας καί συναναγνώσεως ούκ έλάχιστον υπάρχει τεκμήριον · κέχρηται γάρ ταύτῃ ϰαὶ ὁ ϑεῖος ἐϰεῖνος ἀνήϱ, εἰ ϰαὶ ϰεϰϱαμένη ϰαὶ λίαν ἐπιϰαίϱως, ϰαὶ τῇ ἀφελείᾳ τòν ἐϰεῖϑεν ὄγϰον μιγνύς τε ϰαὶ διαλεαίνων εὐφυῶς, ϰαὶ τòν ὅλον λόγον πολιτικού λόγου εικόνα ποιούμενος. Sur le sens de la locution πολιτικός λόγος, voir cod. 263, VIII, p. 54, 1. 22.

335 L’œuvre paraît bien avoir été fort répandue, à en juger par l’ampleur de la tradition manuscrite, dont on connaît quatre-vingt-trois témoins. Voir M. AUBINEAU, Jean Chrysostome, sur le sacerdoce. Deux remarques à l’occasion d’une édition récente, dans Rivista di storia e letteratura religiosa, 18 (1982), p. 50.

336 Sur le De sacerdozio en tant que genre littéraire, on pourra lire l’excellent article du R.P.H. DE LUBAC, Le Dialogue sur le sacerdoce de saint Jean Chrysostome, dans Nouvelle Revue Théologique, 6 (1978), pp. 1-3. Je cite ici la nouvelle édition de ce précieux texte diffusée par les soins des Sources Chrétiennes.

337 Cod. 25, I, p. 15, ll. 22-26. Photios a recensé précédemment un recueil de la correspondance de Jean (cod. 86, II, p. 10, 1. 40 - p. 11, 1. 12). Outre que les genres sont trop différents pour autoriser la moindre comparaison, il se contente d’une description de style qui nous en apprend peu (p. 11, ll. 5-7) :
Il a usé dans ces lettres aussi du type de style qui lui est habituel : en effet, il y est brillant, clair, fleuri dans l’art de convaincre qu’il combine avec la douceur (de ton)
Κέχϱηται δὲ ϰἀν ταύταις ταῖς ἐπιστολαῖς τῷ συνήϑει τοῦ λόγου χαϱαϰτῆϱι · λαμπϱός τε γάϱ ἐστι ϰαὶ σαφὴς ϰαὶ ἀνϑῶν μετὰ τοῦ ἡδέος τὴν πιϑανότητα. Si la référence trahit évidemment une grande familiarité avec la manière de Jean, on ne peut, faute de précision, déceler quels textes constituent le second terme de comparaison.

338 Codd. 172-174, II, p. 169, ll. 23-29 : Ἡ δὲ φϱάσις αὐτῷ μετὰ τῆς συνήϑους σαφηνείας ϰαὶ ϰαϑαϱότητος ϰαὶ τò λαμπϱòν ϰαὶ εὔϱουν ἐνδείϰνυται, τò πολύχουν τῶν νοημάτων ϰαὶ τὴν τῶν παραδειγμάτων πϱοσφυεστάτην εὐποϱίαν συνυποφαίνουσα. Ἠλάττωται δὲ ὅμως τῆς ἐν ταῖς Πϱάξεσι φϱάσεως ἐπὶ τò ταπεινότεϱον ἀπενηνεγμένη, ὅσον τῶν εἰς τòν Ἀπόστολον ἑϱμηνειῶν ϰαὶ ἔτι τῶν εἰς τòν Ψαλτῆϱα ὑπομνημάτων ἡ ἐν ταῖς Πϱάξεσιν ὑπολείπεται.

339 Sous la plume de Photios, on a pu lire déjà le même adjectif : voir supra n. 19. Il est inutile de faire intervenir ici les codd. 270 (Sur s. Paul). VIII, p. 78, 1. 6 - p. 79, 1. 27 ; 274 (divers), p. 111, 1. 35 - p. 116, 1. 24 ; 277 (divers), p. 131, 1. 31 - p. 157, 1. 29. Ces recensions ne peuvent être étudiées utilement qu’à la faveur d’un travail spécial. Sur les Épîtres pauliniennes, Jean avait composé des commentaires et des homélies (voir M. GEERARD, CPG III, pp. 525-528, no 4427-4440) ; des Expositiones in Psalmos (ibid.. pp. 518-519, no 4413) ; cinquante-cinq homélies sur les Actes (ibid., p. 524, no 4426) ; soixante-sept homélies sur la Genèse, sans compter neuf sermones (ibid., pp. 517-518, no 4409-4410). Photios a bien lu cinquante-cinq homélies sur les Actes (II, p. 169, ll. 10-15) à propos desquelles il donne des informations qui ne peuvent être le fruit que d’une lecture attentive. Pareillement, il s’est posé des questions très pertinentes sur l’histoire des ensembles 1-2 (p. 170, 11. 37-41 et 41-43).

340 Voir, par exemple, à propos de Théopompe, cod. 176, II, p. 172, 1. 6 - p. 176, 1. 22 et ici même, pp. 353-368 ; d’Agatharchide, cod. 213, III, p. 123, 1. 6 - p. 125, 1. 17 et pp. 369-376 ; Choricios de Gaza, cod. 160, II, p. 122, 1. 37 - p. 123, 1. 16 et pp. 451-451-459 ; Thémistios, cod. 74, I, p. 153, H. 8-21 et pp. 432-440.

341 M. AUBINEAU, Homélies..., p. 174. On peut les lire dans PG 85, coll. 477 A-560 D et 561 A-617 D et surtout maintenant dans la nouvelle édition de G. DAGRON (Vie et miracles de s. Thècle, Bruxelles, 1978, Subsidia hagiographica 62).

342 M. AUBINEAU, l.l., avec les notes 2-4.

343 L’auteur des « Actes » et des « Miracles » de Sainte Thècle, dans Analecta Bollandiana, 92 (1974), pp. 5-11 que je résume à grands traits. On lira en particulier le Miracle 12 (pp. 319-323) Dagron qui lève tous les doutes.

344 G. DAGRON, L’auteur..., p. 7.

345 W.T. TREADGOLD, o.l, p. 74, avec la n. 42.

346 Cod. 121, II, p. 96, ll. 42-43. Hormis une lettre à l’empereur Léon I (M. GEERARD, CPG, III, p. 278, no 6655) et les quarante et un discours, dont le manuscrit de Photios offrait quinze pièces (voir ibid., pp. 279-280, no 6656), on ne peut guère mettre à l’actif de Basile que quinze homélies (ibid.. pp. 280-283, no 6657-6673). La lettre était un écrit de pure circonstance, et mentionner dans le détail l’activité homilétique de l’orateur n’eût pas contribué beaucoup à accroître son prestige littéraire. Au total, user de l’etc. était nettement plus profitable.

347 W.T. TREADGOLD, l.l.

348 Cod. 189, III, p. 50, 1. 8 (οἶμαι). Voir ici même pp. 381 et 384-385.

349 Photios écrivit un éloge de ste Thècle (BHG 1721) : voir H.G. BECK, o.l., p. 524. Il est édité dans St. ARISTARCHIS, Τοῦ ἐν ἁγίοις πατϱòς ἡμῶν Φωτίου... λόγοι ϰαὶ ὁμιλίαι ὀγδοήϰοντα τϱεῖς, II, Constantinople, 1901, pp. 252-267 (non vidi).

350 Cod. 160 : II, p. 121, 1. 21 - p. 122, 1. 22 : Ἀνεγνώσϑη Χοϱιϰίου σοφιστοῦ Γάζης μελέται καί συντάξεις λόγων διάφοροι.

351 II, p. 122, 11. 22-23 et 11. 30-31 : Οὗτος χαίϱει μὲν εὐϰϱινείᾳ ϰαὶ ϰαϑαϱότητι (...) ϰαὶ πϱòς τò ποιητιϰώτεϱον δὲ ἔστιν οὗ παϱασύϱεται.

352 II, p. 122, ll. 31-37 : Χϱήσιμος δέ ἐστιν αὐτòς ἑαυτοῦ μᾶλλον ἐϰφϱάσεις ϰαὶ ἐγϰώμια διεξεϱχόμενος. Ἔστι δὲ ϰαὶ τῆς εὐσεβείας ἐϱαστής, τὰ Χϱιστιανῶν ὄϱγια ϰαὶ τεμένη τιμῶν · πλὴν οὐϰ οἶδ’ὅπως ὀλιγώϱως ϰαὶ λόγῳ σὺν οὐδενὶ μύϑους ϰαὶ ἱστοϱίας ἑλληνιϰάς, οὐ δέον, ἐγϰαταμίγνυσι τοῖς ἑαυτοῦ συγγϱάμμασιν, ἔστιν ὅτε ϰαὶ ἱεϱολογῶν.

353 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 58.

354 Ποιϰίλα δὲ αὐτοῦ ϰαὶ πολλὰ συγγϱάμματα φέϱεται · πλασματιϰοῖς τε γὰϱ ϰαὶ πανηγυϱιϰοῖς ϰαὶ μονῳδίαις ϰαὶ ἐπιϑαλαμίοις ϰαὶ ἀντιϱϱητιϰοῖς ἔστιν αὐτοῦ λόγοις ἐντυχεῖν ϰαὶ τοιούτοις ἑτέϱοις.

355 D’après SCHMID, dans l’article Chorikios de R. E., III, 2 (1899), col. 2427, les discours fictifs correspondent aux déclamations (elles sont douze, qui portent les n° X, XII, XIV, XVII, XX, XXIII, XXVI, XXIX, XXXV, XXXVIII, XL et XLII dans l’édition par Fœrster-Richsteig de Choricios de Gaza, Leipzig, Teubner, 1929) ; les panégyriques adressés à des personnes (I-IV et XIII F.-R.) ; les épithalames aux discours V-VI F.-R. ; les éditeurs indiquent p. 576 une liste de dialexeis qui ne sont pas conservées intégralement. Plusieurs de ces dernières pièces sont, on le sait, des textes de Procope introduits indûment dans la collection choricienne (SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1030). On ne sait à quelles œuvres précises Photios fait allusion en les appelant « descriptions et éloges ».

356 Ἤϰμασε δὲ ἐν τοῖς Ἰουστινιανοῦ χϱόνοις. Γέγονε δὲ μαϑητὴς Πϱοϰοπίου ϱήτοϱος, ἑνòς τῶν ἀϱίστων, οὐ τοῦ Καισαϱέως δέ, ὃς ἐς μέγα ϰτῆμα ϰαὶ ὄφελος ϰατ’ἐϰεῖνο ϰαιϱοῦ τὰς ἱστοϱιϰὰς γϱαφὰς συντάξας ἀείμνηστον αὑτοῦ ϰλέος τοῖς σπουδαιοτέϱοις ϰαταλέλοιπεν. Ἑτέϱῳ δέ τινι πϱοσωμίλησεν ἐν τῇ αὐτῇ πατϱίδι ϰαὶ αὐτῷ λαχόντι σοφιστεύειν, ὃς ϰαὶ εἰς γῆϱας ἐλάσας, ἡδέως εἶχεν ὁϱᾶν ἀνϑ’ἑαυτοῦ τòν ὁμιλητὴν τῆς σχολῆς ἐξηγούμενον.

357 C’est pour cette raison que les critiques et historiens s’abstiennent de toute suppusupputation : voir, par exemple, W. SCHMID, dans son article Chorikios..., coll. 2424-2431 ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, pp. 1031-1033.

358 C’est le no XIII de F.-R. (= dial. 7), pp. 175-179. La date est celle que proposent les éditeurs. Les Brumalia étaient les fêtes du solstice d’hiver (voir LAMPE, PGL, s.v. Βϱουμάλια) ; elles avaient lieu du 14 novembre au 18 décembre en principe (FÖRSTERRICHSTEIG, o.l., p. 175). Voir encore CHORICIOS, 32 (Apologie pour les mimes), 58, p. 357. F.-R. SCHMID (o.l., col. 2425) place le discours entre 532 et 540 ; SCHMIDSTÄHLIN, (GGL, II, 2, p. 1032) opte pour le 24 décembre d’une année fixée entre 532 et 540.

359 On peut aisément en faire le tour grâce à l’excellent index de F.-R., s.v. Ἰουστινιανός.

360 Comme Photios l’indique (I, p. 64, 1. 20), l’ouvrage comportait huit livres ; on les répartit plus commodément en trois ensembles : Guerres contre les Perses, I-II ; G. contre les Vandales, III-IV ; G. contre les Goths, V-VIII. Bien que Photios ait annoncé une lecture du tout, ses notes ne recouvrent que la plus grande part du premier ensemble (jusqu’à II, 19) : R. HENRY, I, p. 197 (n. complémentaire à la p. 76).

361 Le cod. 63 appartient à une série de chapitres relatant l’histoire de l’Antiquité tardive ou des premiers siècles du haut empire byzantin : cod. 62 Praxagoras ; 64 ThéoThéo-phane ; 65 Théophylacte ; 66 Nicéphore ; 67 Serge. Tous renferment une appréciation sur le style ou le fond, hormis le cod. 64 : voir respectivement I, p. 63, ll. 15-17 ; p. 79, 1. 15 - p. 80, 1. 21 ; p. 99, ll. 19-28 ; ll. 38-2.

362 THUCYDIDE, I, 22, 4.

363 E. STEIN, o.l., Il, p. 710.

364 8 (Oratio funebris in Procopium), 46, p. 126, ll. 9-13 ; Ἄνευ δὲ τούτων, ὅσων γέγονε παιδευτής, τοσούτων ὑπῆϱχε πατὴϱ ἴσα ϰαὶ τέϰνα τοὺς φοιτητὰς ἀγαπῶν. Εἰ δὲ δή τι ϰἀμοὶ λόγου πϱόσεστιν ἄξιον ϰαὶ παιδεύειν ἐπιχειϱῶ, οὐ πατήϱ, ὡς ἔοιϰε, μόνον, άλλα καί πάππος ήδη γεγονώς έτελεύτα. On aura beau jeu de critiquer les fragments de traduction que je proposerai de Choricios. À propos du disciple, W. ALY, dans son article Prokopios von Gaza dans R.E., XXIII, 1 (1957), col. 261 met en garde contre les difficultés à déceler les faits historiques enveloppés dans cette prose, « wenn man den umständlichen Stil der Zeit richtig deutet ». Parmi les étudiants de Procope figurait Marcianos, le futur évêque de Gaza, dont Choricios a prononcé un double éloge (les discours I-II de F.-R.), voir particulièrement 2, 7, p. 29, 1. 17 - p. 30, 1. 3 F.-R., avec le commentaire de W. ALY, l.l.

365 Ibid., 55, p. 128, ll. 22-25 : Ταύτας, ὦ ποϑεινoτάτη ϰεφαλή, τὰς χοὰς ἐπισπένδει σοι φοιτητής · ἔδει γὰϱ ϰαὶ μετὰ τῶν ἄλλων δαϰϱῦσαι ϰαὶ πλέον τι τῶν ἄλλων εἰσαγαγεῖν τòν πλείονος παϱὰ σοὶ τυχόντα φιλοστοϱγίας. La première phrase contient une réminiscence d’ESCHYLE, Choéphores, 149, signalée par les éditeurs.

366 II, p. 123, ll. 6-13 : Τούτου λόγοι πολλοί τε ϰαὶ παντοδαποὶ φέϱονται, ἄξιον ζήλου ϰαὶ μιμήσεως χϱῆμα, ϰαὶ δὴ ϰαὶ βιβλίον ὅλον, στίχων Ὁμηϱιϰῶν μεταφϱάσεις εἰς ποιϰίλας λόγων ἰδέας ἐϰμεμοϱφωμέναι, αἳ μάλιστα τὴν τοῦ ἀνδϱòς πεϱὶ ϱητοϱιϰὴν δύναμιν ϰαὶ μελέτην ἱϰαναὶ πεφύϰασιν ἐπαγγέλλειν οὗ τινος, ὥς ἐστι δυνατòν μαϑητῇ, Χοϱίϰιος μιμητὴς ϰατὰ τοὺς λόγους γέγονεν.

367 Ils sont d’un caractère lexicographique et grammatical. On en trouvera des échantillons par exemple, dans les brefs articles d’A. BRINKMANN, Aus Rhetoren-Handschriften et de H. RABE, Die Homer-Metaphrasen des Prokopios von Gaza, in Rheinisches Museum, 63 (1908), pp. 618-623 et pp. 515-516. Pour d’autres fragments, voir les références de W. ALY, o.l., col. 271. On ne voit pas sur quoi A. BRINKMANN, o.l., p. 618 s’appuie pour affirmer que Photios a vraiment eu l’œuvre entre les mains. Plus de réserve chez SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1030 : « Photios hat nur seine theologischen Schriften genauer gelesen (...) ».

368 Publiées par A. GARZYA et R.J. LOENERTZ, Procopii Gazaei epistolae et declamationes, Ettal, 1963 (Studia patristica et byzantina, 9), à quoi il faut ajouter le court article de L. WESTERINK, Ein unbekannter Brief des Prokopios von Gaza, dans Byzantinische Zeitschrift, 60 (1967), pp. 1-2.

369 Voir P. FRIEDLÄNDER, Spätantiker Gemäldezyklus in Gaza, Città del Vaticano, 1939 (Studi e Testi, 89) ; H. DIELS, Lieber die von Prokop beschriebene Kunstuhr von Gaza, dans Abhandlungen der Preussischen Akademie der Wissenschaften zu Berlin, 26 (1917) (non vidi), dont il existe un bon commentaire agrémenté de figures dans H. DIELS, Antike Technik, Leipzig-Berlin, 1920, pp. 219-227. Pour les Procopiana intrus dans le corpus choricien, voir supra, p. 452, n. 6. Pour d’autres titres, voir M. GEERARD, CPG, III, p. 390, no 7439-7440 et 7442, ainsi que 7445-7448.

370 Cod. 206 pour les trois premiers (III, p. 104, 1. 27 - p. 105, 1. 41) et cod. 207 pour le quatrième (p. 105, ll. 2-6).

371 III, p. 104, ll. 27-28 : Ἀνεγνώσϑη Πϱοϰοπίου σοφιστοῦ έξηγητιϰαί σχολαί (...).

372 II, p. 123, 11. 13-16 : Ἄμφω δὲ ἤστην εὐσεβέε, ϰαὶ πολλαχοῦ τοῖς λόγοις αυτῶν οὐδὲ παϱέϱγως πεϱὶ τῆς ίεϱάς εἰϰονουϱγίας διαλαμβάνουσι. Γέγονε δὲ Χοϱιϰίῳ ϰαὶ ἡ τοῦ διδασϰάλου τελευτὴ ὑπόϑεσις.

373 Voir supra, p. 451.

374 SCHMID, o.l., col. 2426 ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1032 ; H. HUNGER, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, I, Munich, 1978, (dans le Handbuch de H. Bengtson, XII, 5. 1), pp. 121 et 180, avec la n. 1 où l’on trouvera des éléments de bibliographie touchant les descriptions. On pourra lire les textes de CHORICIOS, 1, 17-45, pp. 7-14 et 2, 28-54, pp. 35-41 F.-R. Le premier renferme plusieurs descriptions d’icônes.

375 Les déclamations publiées par A. Garzya et R.J. Lœnertz ne doivent rien à l’inspiration chrétienne, qui est à peine sensible dans certaines lettres. Il n’est pas question d’icônes dans le Panégyrique en l’honneur de l’empereur Anastase (voir PG 87, 3, col. 2794-2837 ; l’ouvrage a fait l’objet d’une nouvelle édition par C. KEMPEN, Procopii Gazaei in imperatorem Anastasium panegyricus, Bonn, 1918). Migne a reproduit dans sa PG 87, 3 (coll. 2828-2837 et 2840-2841) les éditions par F. Combefis d’un discours Sur Sainte-Sophie et d’une Monodie sur Sainte-Sophie détruite par un tremblement de terre. Ni dans l’un ni dans l’autre, l’orateur ne traite d’icône. Au reste, le premier semble bien être de Procope de Césarée, la seconde de Psellos (voir M. GEERARD, CPG III, p. 391, no 7447-7448).

376 G. OSTROGORSKY, Histoire de l’Etat byzantin, Paris (trad. J. Gouillard), 1956, pp. 184 et 192 pour les dates.

377 G. OSTROGORSKY, o.l., pp. 230-239.

378 II, p. 71, ll. 30-31 : Ἀνεγνώσϑη Φίλωνος τοῦ Ἰουδαίου νόμων ἱεϱῶν ἀλληγοϱίαι ϰαὶ πεϱὶ βίου πολιτιϰοῦ.

379 II, p. 71, ll. 33-35 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαὶ τῶν παϱά Ἰουδαίους φιλοσοφησάντων τήν τε θεωρητικήν καί πρακτικήν φιλοσοφίαν βίοι (...).

380 II, p. 71, ll. 40-41 : Ἀνεγνώσϑη δὲ αὐτοῦ ϰαὶ λόγος οὗ ἡ επιγϱαφὴ Γάϊος ψεγόμενος ϰαὶ Φλάϰϰος ἢ Φλάϰϰων ψεγόμενος (...).

381 II, p. 72 (n. 1, in fine).

382 L. COHN, Philonis Alexandrini opera omnia quae supersunt, I, Berlin. 1896, p. XXXIII : (22) βίος τοῦ πολιτιϰοῦ ὅπεϱ ἐστὶ πεϱὶ Ἰωσήφ (23) πεϱὶ τοῦ πάντα σπουδαῖον ἐλεύϑεϱον εἶναι (24) πεϱὶ βίου ϑεωϱητιϰοῦ ἢ ἱϰετών ἀϱετῶν τò δ’(25) εἰς Φλάϰϰον (26) πεϱὶ ἀϱετῶν ὅ ἐστι τῆς αὐτοῦ πϱεσβείας πϱòς Γάϊον. Les quatre sont encore associés dans Monacensis graecus 459 (A. xiiie siècle) mais (22) s’y intercale avant (24-25) (L. COHN, o.l., p. v) ; dans le cod. Matritensis Est. 11 gr. 2a no 40 (1508), les livres consacrés aux allégories (cod. 103) précèdent dans l’ordre 25, 26, 23, 24, 22.

383 G. WENTZEL, o.l.. p. 49. La conclusion est reprise sans contrôle par W.T. TREADGOLD, o.l., p. 84.

384 II, P· 71, ll. 4-6 : Ἐν δὲ τοῖς χϱόνοις ἤϰμασε Γαΐου τοῦ Καίσαϱος, πϱòς ὃν ϰαὶ ὐπὲϱ τοῦ ἰδίου ἔϑνους γϱάφει πϱεσβεῦσαι Ἀγϱίππα τῆς Ἰουδαίας βασιλεύοντος.

385 SOPHRONIOS, 11, p. 14, 11. 18-20 V.G. : Λέγουσι τοῦτον ἐπὶ Γαΐου Καλλιγόλα ἐν τῇ Ῥώμῃ ϰινδυνεῦσαι, ὁπηνίϰα πϱεσβευτὴς τοῦ οἰϰείου ἔϑνους ἀπεστάλη. On dit que, sous Gaïus Caligula, il (sc. Philon) risqua sa vie à Rome, lorsqu’il y fut envoyé comme ambassadeur de son peuple. Souda. Φ 448 s.v. Φίλων offre un texte identique.

386 Les événements sont clairement résumés par L.H. FELDMAN, dans son édition de JOSEPHUS, Jewish Antiquities, Books XVIII-XX, p. 153 n. a (continuée p. 154). Le problème était, pour les Juifs d’Alexandrie, de faire reconnaître leurs droits à la citoyenneté. Un premier accrochage eut lieu en 38, lorsque Agrippa, récemment couronné, se rendit pour la première fois dans la cité. Appuyé par les Grecs, le gouverneur Flaccus, contre lequel est dirigé le premier réquisitoire (In Flaccum), proclama les Juifs étrangers. Les Alexandrins envoyèrent une ambassade à Rome avec trois représentants des deux parties, Apion à la tête d’une délégation, Philon conduisant l’autre.

387 Les références sont à la note précédente.

388 II, p. 72, ll. 11-13 : Λέγεται δὲ αὐτòν ϰαὶ τὰ Χϱιστιανῶν μυηϑέντα ὕστεϱον τούτων διά τινα λύπην ϰαὶ ὀϱγὴν ἐϰπεσεῖν.

389 II, ρ. 72, ll. 13-22 : Ἀλλὰ πϱότεϱόν γε αὐτόν φασιν ἐπὶ Κλαυδίου τὴν Ῥώμην ϰαταλαβόντα, Πέτϱῳ τῷ ϰοϱυφαίῳ τῶν ἀποστόλων ἐντυχεῖν ϰαὶ φιλίως διατεϑῆναι, ἐξ οὗ ϰαὶ τοὺς μαϑητὰς Μάϱϰου τοῦ εὐαγγελιστοῦ (ἀϰϱοατὴς δ’ὁ Μάϱϰος Πέτϱου) μνήμης ϰαὶ εὐφημίας ἀξιῶσαι · ἐϰείνους γὰϱ λέγειν αὐτόν φασι παϱὰ Ἰουδαίοις πεφιλοσοφηϰέναι.

390 11, p. 14, ll. 20-23 : Καί ὅτε τò δεύτεϱον ἦλϑε πϱòς Κλαύδιον ἐν τῇ αὐτῇ πόλει διαλεχϑῆναι τῷ ἀποστόλῳ Πέτϱῳ, ϰαὶ τούτου ἐσχηϰέναι φιλίαν, ϰαὶ διὰ τοῦτο τοὺς σπουδαστὰς Μάϱϰου τοῦ μαϑητοῦ Πέτϱου ἐν Ἀλεξανδϱειᾳ ἔπεσι ϰεϰοσμηϰέναι. Pour la dernière locution, le passage de s. Jérôme donne : apud Alexandriam sectatores ornasse laudibus suis. Attestée déjà dans EUSÈBE (H.E., II, 17,1), l’anecdote pourrait être pure légende : « On ne saurait dire où Eusèbe a trouvé cette histoire d’une rencontre entre Philon et saint Pierre. Il ne paraît pas l’avoir inventée ». [G. BARDY, dans son édition de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée, I, Paris, 1952, p. 72 (n. 2)].

391 11, p. 14, ll. 7-11 v.G. : Διὰ τοῦτο παϱ’ἡμῶν μεταξὺ τῶν ἐϰϰλησιαστιϰῶν συγγϱαφέων τάσσεται, ἐπείπεϱ πεϱὶ τῆς πϱώτης Μάϱϰου εὐαγγελιστοῦ ἐν Ἀλεξανδϱείᾳ Ἐϰϰλησίας γϱάφων, εἰς ἔπαινον τῶν ἡμετέϱων χωϱεῖ αὐτόϑι αὐτοὺς ἀλλὰ ϰαὶ ἐν πολλαῖς ἐπαϱχίαις εἶναι φάσϰων, ϰαὶ τὰς οἰϰήσεις αὐτῶν ϰαλῶν μοναστήϱια. Le passage n’est pas repris dans la Souda. D’après Ch. GUIGNEBERT (Jésus. 2e édition, Paris, 1969, p. 33), notre Évangile selon Saint-Marc n’a pu être rédigé avant 70 pCn. Or, en 39, moment de l’ambassade alexandrine, Philon était déjà un vieillard (PHILON, Ambassade à Gaïus, 1).

392 EUSÈBE, H.E., II, 17, 1 : Τοῦτον δὲ Μάϱϰον πϱῶτόν φασιν ἐπὶ τῆς Αἰγύπτου στειλάμενον, τò εὐαγγέλιον, ὃ δὴ ϰαὶ συνεγράψατο, ϰηρῦξαι, ἑϰϰλησίας τε πρῶτον ἐπ’αὐτῆς Ἀλεξανδρείας συστήσασϑαι. (2) Τοσαύτη δ’ἄρα τῶν αὐτόϑι πεπιστευϰότων πληϑὺς ἀνδρῶν τε ϰαὶ γυναιϰῶν ἐϰ πρώτης ἐπιβολῆς συνέστη δι’ἀσϰήσεως φιλοσοφωτάτης τε ϰαὶ σφοδρωτάτης, ὡς ϰαὶ γραφῆς αὐτῶν ἀξιῶσαι τὰς διατριβὰς ϰαὶ διαλύσεις τά τε συμπόσια ϰαὶ πᾶσαν τὴν ἄλλην τοῦ βίου ἀγωγὴν τòν Φίλωνα.

393 L’effet de cette propagande était bien connu à l’époque byzantine. Voir, sur ce point, le témoignage du pseudo-JEAN DAMASCÈNE, Préface aux Sacra Parallela, dans PG 95, col. 1044 cité parmi les testimonia de Philone dans l’édition L. COHN (Philonis Alexandrini opera quae supersunt, I, Berlin).

394 II, p. 72,11. 19-22 : Ὧν ϰαὶ τὰς διατριβὰς μοναστήρια τε ϰαλεῖ, ϰαὶ τòν ἀσϰητιϰòν διανύειν αὐτοὺς ἀναϰηρύττει βίον, νηστείᾳ ϰαὶ προσευχῇ ϰαὶ ἀϰτησίᾳ προσανέχοντας.

395 II, p. 71, II. 33-38 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαὶ τῶν παρὰ Ἰουδαίοις φιλοσοφησάντων τήν τε ϑεωρητιϰὴν ϰαὶ τὴν πραϰτιϰὴν φιλοσοφίαν βίοι · ὧν οἱ μὲν Ἐσσηνοὶ οἱ δὲ ϑεραπευταὶ ἐϰαλοῦντο, οἳ ϰαὶ μοναστήρια ϰαὶ σεμνεῖα, ὡς αὐταῖς λέξεσι λέγει, ἐπήγνυντο, ϰαὶ τῶν νῦν μοναζόντων τὴν πολιτείαν προϋπέγραφον.

396 PHILON, De la vie contemplative, 3, p. 52 Cohn-Reiter : ἐν ἑϰάστῃ δέ ἐστιν οἴϰημα ἱερòν ὃ ϰαλεῖται σεμνεῖον ϰαὶ μοναστήριον, ἐν ᾧ μονούμενοι τὰ τοῦ σεμνοῦ βίου μυστήρια τελοῦνται, μηδὲν εἰσϰομίζοντες, μὴ ποτόν, μὴ σιτίον, μηδέ τι τῶν ἄλλων ὅσα πρòς τὰς τοῦ σώματος χρείας ἀναγϰαῖα, ἀλλὰ νόμους ϰαὶ λόγια ϑεσπισϑέντα διὰ προφητῶν ϰαὶ ὕμνους ϰαὶ τὰ ἄλλα οἷς ἐπιστήμη ϰαὶ εὐσέβεια συναύξονται ϰαὶ τελειοῦνται. Le passage est cité dans EUSÈBE, H.E.. II, 17, 9.

397 EUSÈBE, H.E., II, 17, 10-24 citant, paraphrasant ou résumant le traité de Philon y relève tous les traits caractérisant le christianisme. Il y voit l’effet d’un enseignement dont aurait bénéficié le philosophe juif.

398 11, p. 14, 11. 13-17 : Ἀφ’ὡν δηλοῦται τοιαύτην ἐξ ἀρχῆς τῶν τῷ Χριστῷ πιστευσάντων ἐϰϰλησίαν γενέσϑαι, ὁποῖοι οἱ νῦν μοναχοὶ εἶναι ξηλοῦσι ϰαὶ ἐπιϑυμοῦσιν, ὥστε μηδὲν ἴδιον ἔχειν τινά, μηδὲ εἶναι εἰς αὐτοὺς πλούσιον ἢ πένητα, τὰς δὲ οὐσίας τοῖς ἔϑνεσι διανέμοντες, εὐχαῖς σχολάζουσι ϰαὶ ψαλμοῖς, παιδεύσει τε ϰαὶ ἐγϰρατείᾳ (...).

399 II, ρ. 72, 11. 2223 : - Ἔστι δὲ τò γένος ἐξ ἱερῶν ϰαταγόμενος, Αλεξανδρείας δὲ τὴν πατρίδα.

400 11, p. 14, 1. 6 ; Souda, Φ 448, s.v. Φίλων · Ἰουδαῖος, τεχϑεὶς ἐν Ἀλεξανδρείᾳ, γένους ἱερέων.

401 Souda, l.l. :... φιλοσοφήσας δὲ τὰ Ἑλλήνων εἰς μέγα προὔβη παιδείας, ὡς μετελϑεῖν πᾶσαν Ἑλληνιϰὴν παίδευσιν τήν τε τῶν ἐγϰυϰλίων ϰαλουμένων ϰαὶ τὰς λοιπὰς ἐπιστήμας σὺν ἀϰριβεῖ ϰαταλήψει.

402 II, p. 72, 11. 23-26 : Τοσοῦτον δ’αὐτòν τοῖς Ἑλληνισταῖς παρασχεῖν ϑαῦμα τῆς ἐν τοῖς λόγοις δυνάμεως, ὡς ϰαὶ λέγειν αὐτούς ·’Ή Πλάτων φιλωνίζει ἢ Φίλων πλατωνίζει. Faute d’indications, il est impossible de déceler la nuance précise qu’il convient de donner à ἑλληνιστής. Je laisse aux critiques le soin d’apporter les preuves que mon choix est injustifié.

403 11, p. 16, 11. 1-3 : περὶ τούτου ἐστὶν ἡ παροιμία τῶν Ἑλληνιϰῶν, ἢ Πλάτων φιλωνίζει ἢ Φίλων πλατωνίζει. Τοσαύτη ἐστὶν ὁμοιότης τῆς τε διανοίας ϰαὶ φράσεως.

404 Souda, 1.1. : Ἐπλούτησέ τε λόγον παρόμοιον Πλάτωνι, ὡς ϰαὶ εἰς παροιμίαν παρ’Ἕλληοι τοῦτο χωρῆσαι. Ἢ Πλάτων φιλωνίζει ἢ Φίλων πλατωνίζει · τοσαύτη ἐστιν ὁμοιότης τῆς τε διανοίας ϰαὶ φράσεως τοῦ ἀνδρòς πρòς τὴν Πλάτωνος.

405 Lettres, III, 81 in PG 78, col. 788C : ἐρρέϑη γὰρ περὶ αὐτῶν ἢ Πλάτων ἐφιλώνισεν ἢ Φίλων ἐπλατώνισεν. Le motif avoué est le sublime dans le style (τò τῆς φράσεως ύψος). Le témoignage est cité par L. COHN, o.l., p. CVIII.

406 II, p. 71, II. 41-1 : ἐν οἷς λόγοις μᾶλλον τῶν ἄλλων ἥ τε ϰατὰ τὴν ῥητορείαν ῥώμη ϰαὶ τò ϰὰλλος ἐπιφαίνεται αὐτοῦ τῶν λόγων.

407 Tout élégante qu’elle est, la traduction de R. HENRY (II, p. 72) « pour son talent littéraire » ne permet pas de rendre compte du processus mis en œuvre.

408 II, p. 71, 1. 6 - p. 72, I. 11 : Φέρεται δὲ αὐτοῦ πολλὰ ϰαὶ ποιϰίλα συντάγματα, ἠϑιϰοὺς λόγους περιέχοντα ϰαὶ τῆς παλαιᾶς ὑπομνήματα, τὰ πλεῖστα πρòς ἀλληγορίαν τοῦ γράμματος ἐϰβιαζόμενα ἐξ οὗ, οἶμαι, ϰαὶ πᾶς ἀλληγοριϰòς τῆς Γραφῆς ἐν τῇ ἐϰϰλησίᾳ λόγος ἀρχὴν ἔσχεν εἰσρυῆναι.

409 L’exégèse allégorique est déjà mentionnée incidemment au cod. 38 (I, p. 23, 11. 17-18) à propos de l’Interprétation de la Genèse de Théodore de Mopsueste.

410 L. COHN, o.l., I, p. III.

411 Cod. 109, II, p. 79, 11. 6-9 : Ἀνεγνώσϑη Κλήμεντος Ἀλεξανδρέως, πρεσβυτέρου, τεύχη βιβλίων τρία, ὧν τò μὲν ἐπιγραφὴν ἔλαχεν’Υποτυπώσεις, τò δὲ Στρωματεύς, τò δὲ Παιδαγωγός. Les Hypotyposes sont perdues.

412 Malgré la division en trois chapitres, Photios n’a indiqué qu’une seule fois la formule rituelle « Lu de n (...) », à propos des Hypotyposes. Rien ne justifierait donc une étude séparée des deux codices.

413 Des Hypotyposes, il fait une critique extrêmement sévère, qui ne s’adresse, il est vrai, qu à des points de doctrine (II, p. 80, 11. 12-35). Par son accent et son vocabulaire, elle rappelle le compte rendu du De principiis d’Origène (cod. 8, I, p. 9, 11. 36-4). La seule analyse de style des trois codices porte sur le Pédagogue (cod. 110, II, p. 81, 11. 6-8), dont sont louées la langue fleurie et pleine d’onction et l’érudition. Des citations textuelles rehaussent le commentaire (II, p. 80, 11. 24-28), pour établir les tendances de Clément au docétisme. L’examen des Stromates fait état d’une comparaison de manuscrits divergeant dans leur présentation extérieure et dans leur contenu (p. 81, 1. 22 - p. 82, 1. 35).

414 II, p. 80, 1. 38 - p. 81, 1. 39 : Μαϑητὴς δέ, ὡς ϰαὶ αὐτός φησι, γέγονε Πανταίνου. Le personnage de Pantène reste à moitié dans l’obscurité. Sicilien d’origine, il se convertit au christianisme après avoir été philosophe stoïcien. Établi à Alexandrie, sans doute vers 180, il y assuma la direction de l’école des catéchumènes jusqu’à sa mort, peu avant 200. S’il laissa une œuvre littéraire, on n’en sait rien de sûr. Voir J. QUASTEN, o.l., II, p. 11 ; le R.P. Cl. MONDÉSERT (dans son édition du Protreptique de Clément d’Alexandrie, Paris, 1949, p. 12, n. 2) écrit à propos de la rencontre entre Clément et Pantène qu’elle est « très vraisemblable, mais non absolument prouvée ». Sur les incertitudes touchant le rôle du maître de Clément, on lira encore A. MÉHAT (Étude sur les « Stromates » de Clément d’Alexandrie. Paris, 1966, pp. 42-45).

415 EUSÈBE, Histoire ecclésiastique, VI, 13, 2 : (...) ἰσάριϑμοί τε τούτοις εἰσὶν oἱ ἐπιγϱαφόμενοι ‘Υποτυπώσεων αὐτοῦ λόγοι, ἐν οἷς ὀνομαστὶ ὡς διδασϰάλου τοῦ Πανταίνου μνημονεύει (...). Voir encore G. WENTZEL, o.l., p. 51.

416 II, p. 82, 11. 38-3 : Ἐπαγγέλλεται δὲ ϰαὶ ἄλλα πεποιῆσϑαι αὐτῷ συγγϱάμματα οὐϰ ὀλίγα, ϰαὶ γε ϰαὶ ὑφ’ἑτέϱων πεποιηϰέναι μεμαϱτύϱηται, πεϱί τε τοῦ Πάσχα ϰαὶ πεϱὶ νηστείας ϰαὶ πεϱὶ ϰαϰολογίας, πεϱὶ ϰανόνων ἐϰϰλησιαστιϰῶν, ϰατὰ τῶν ἀϰολουϑούντων τῇ τῶν Ἰουδαίων πλάνῃ ὃν Ἀλεξάνδϱῳ Ἱεϱοσολύμων ἐπισϰόπῳ πϱοσειπεῖν. À la différence de R. Henry, qui retient une conjecture de Bekker, je ne corrige pas le αὐτῷ en αὐτῷ, car je trouve la leçon des manuscrits parfaitement satisfaisante. Je fais de επαγγέλλεται un impersonnel, car l’infinitif προσειπείν prouve le recours au style indirect. La référence aux autres auteurs peut désigner aussi bien Eusèbe (o.l., VI, 13, 3) que Jérôme traduit par Sophronios. Les traités 5-9 sont tous perdus. Voir J. QUASTEN, o.l., II, pp. 26-27.

417 38, p. 29 von Gebhardt : Κλήμης Ἀλεξανδϱείας πϱεσβύτεϱος, Πανταίνου, πεϱὶ οὗ πϱοείπομεν, ἀϰϱοατής, ὃς μετὰ τὴν τούτου τελευτήν τὰς διατϱιβὰς τῆς ἐν Ἀλεξάνδϱείᾳ εϰϰλησίας ϰατέσχε ϰαὶ ϰατηχήσεων διδάσϰαλος γέγονεν, ἐπίσημά τε τεύχη, παιδεύσεως ϰαὶ εὐγλωττίας ἀνάμεστα συνέταξε, τοῦτο μὲν τῶν ϑείων, τοῦτο δὲ ϰαὶ ϰοσμιϰῶν, ἀφ’ὧν ἐστι τάδε · Στϱωματεῖς ὀϰτώ, ‘Υποτυπώσεων λόγοι ὀϰτώ, ϰατὰ τῶν’Εϑνῶν, Παιδαγωγοί τϱεῖς, πεϱὶ τοῦ Πάσχα εἷς, πεϱὶ νηστείας διάλεξις, ϰαὶ ἕτεϱος ἐπιγϱαφόμενος “Τίς ἄϱα πλούσιος σωδήσεται ;”, πεϱὶ ϰαϰολογίας λόγος εἷς, πεϱὶ ϰανόνων ἐϰϰλησιαστιϰών, ϰαὶ ϰατὰ τῶν ἀϰολουϑούντων τῇ τῶν Ἰουδαίων πλάνῃ λόγον, ὅντινα ἰδιϰῶς Ἀλεξάνδϱῳ ἐπισϰόπῳ Ἱεϱοσολύμων πϱοσεφώνησε.

418 EUSÈBE, o.l., VI, 1-3. Dans ce dernier paragraphe, le titre « Quel riche sera sauvé ? » est replacé dans le texte par G. Bardy, malgré la carence des manuscrits.

419 VI, 13, 2 : Ἔστιν δὲ αὐτῷ ϰαὶ πϱòς Ἕλληνας λόγος ὁ Πϱοτϱεπτιϰός (...).

420 Cod. 111, II, p. 82, 11. 30-33.

421 Le détail l’intéressait puisque, du texte, perdu pour nous, des Hypotyposes, il a tiré l’indication qui avait déjà passé dans Eusèbe. Il y revient d’ailleurs plus loin, à propos d’Origène, au cod. 118 (II, p. 91, ll. 30-33). Dans un autre cas, celui de l’école de rhétorique de Gaza, sous Justin Ier et Justinien, les rapports de filiation intellectuelle et spirituelle entre Procope et Choricios sont rapportés avec grand soin (cod. 160, II, p. 122, 1. 40 - p. 123, 1. 16).

422 Cod. 196, III, p. 92, 11. 33-38 : (...) ϰαὶ ἄλλα δὲ πλεῖστα τοῦ ἀνδϱòς μεταβληϑέντα πϱòς τὴν Ἑλλάδα συντάγματα φέϱεται πλήϱη χάϱιτος ϰαὶ δυνάμεως. Σύϱων δὲ παῖδές φασιν ὑπὲϱ τὰς χιλιάδας λόγους αὐτòν ἀναγϱάψαι, οἷς ϰαὶ ὁ πεϱὶ τὴν ἱστοϱίαν οὐϰ ἀναξιόπιστος, εἰ ϰαὶ μὴ τὰ δόγματα, Εὐσέβιος ὁ τοῦ Παμφίλου ἐπώνυμον φέϱων ἐπιμαϱτύϱεται. J’ai tenté de reconstituer la structure du recueil éphrémien qu’avait lu Photios. Voir Éphrem de Nisibe et Photios : pour une chasse aux textes à travers la Bibliothèque, in Le Muséon, 98 (1985), pp. 293-314.

423 J. QUASTEN, o.l., III, p. 439 et B. ALTANER, o.l., pp. 336-337.

424 B. ALTANER, o.l., p. 492.

425 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 65. Sur ce Berzélis, on lira l’envoi de Photios accompagnant la deuxième édition du traité Contre les Manichéens. Voir Mme Wanda WOLSKA-CONUS in P. LEMERLE et autres, Sources grecques pour l’histoire des Pauliciens, dans Travaux et Mémoires 4, Paris, 1970, p. 181.

426 III, p. 239 (n. complémentaire à la p. 92).

427 Ainsi au cod. 127, II, p. 99, 1. 5 - p. 101, 1. 21, à propos de l’Éloge de l’empereur Constantin le Grand. Il stigmatise en particulier la tiédeur des prises de position d’Eusèbe au plus fort des démêlés d’Athanase avec l’hérésie arienne (p. 100, ll. 23-30). Le même genre de reproche avait déjà été exprimé au cod. 13 consacré à deux livres de Réfutation et d’Apologie, sous une forme plus virulente (I, p. 11, ll. 3-8).

428 SOZOMÈNE, Histoire ecclésiastique, III, 16, 4, p. 128 Bidez-Hansen : Λέγεται δὲ τὰς πάσας ἀμφὶ τὰς τϱιαϰοσίας μυϱιάδας ἐπῶν συγγϱάψαι, ϰαὶ μαϑητὰς ἐσχηϰέναι πολλοὺς σπουδῇ τὴν αὐτοῦ παίδευσιν ζηλώσαντας, ἐπισημοτάτους δὲ Ἀββᾶν ϰαὶ Ζηνόβιον Ἀβϱαάμ τε ϰαὶ Μαϱᾶν ϰαὶ Συμεῶνα, ἐφ’οἷς μεγαλαυχοῦσιν οἱ Σύϱων παῖδες ϰαὶ ὅσοι τὴν παϱ’αὐτοῖς παιδείαν ἠϰϱίβωσαν, ἐπίσης δὲ Παυλωνᾶς ϰαὶ Ἀϱανὰδ ἐπαινοῦσιν ἐπὶ εὐγλωττίᾳ · φασὶ δὲ τῶν ὑγιῶν δογμάτων διαμαϱτεῖν αὐτούς.

429 Ce sont les codd. 27-31, I, p. 16, 1. 6 - p. 18, 1. 14. Je les cite dans l’ordre même du texte.

430 III, 16, pp. 127-128 B.-H. : Οὕτω γοῦν τῶν μὲν εἴ τις πϱòς τὴν Σύϱων ἢ ἑτέϱαν γλῶσσαν μεταβάλλοι τὰ γϱάμματα ϰαὶ τὴν ϰαϱυϰείαν, ὡς εἰπεῖν, ἀφέλοιτο τῶν Ἑλληνιϰῶν γλωττισμάτων, αὐτίϰα φωϱᾶται ϰαὶ τῆς πϱοτέϱας ἀποϱϱεῖ χάϱιτος ἐπὶ δὲ τῶν Ἐφϱαὶμ λόγων οὐχ οὕτως. Πεϱιόντος τε γὰϱ αὐτοῦ ϰαὶ εἰσέτι νῦν ἃ συνεγϱάψατο πϱòς Ἑλληνίδα φωνὴν ἑϱμηνεύουσι, ϰαὶ οὐ πολὺ ἀποδεῖ τῆς ἐν ᾧ πέφυϰεν ἀϱετῆς ἀλλὰ ϰαὶ Ἕλλην ἀναγινωσϰόμενος ἐπίσης τῷ Σύϱος εἶναι ϑαυμάζεται. Pour la dernière phrase, je traduis tant bien que mal. Le texte fait difficulté depuis longtemps et a fait l’objet d’interprétations diverses. Voir, sur ce point, la note 23 de Henry DE VALOIS dans PG 67, coll. 1087-1088.

431 III, 16, 1, p. 127 : (...) εὐϰολίᾳ δὲ ϰαὶ λαμπϱότητι λόγου ϰαὶ τῷ πυκνῷ ϰαὶ σώφϱονι τῶν νοημάτων ὑπεϱβαλέσϑαι τοὺς παϱ’εὐδοϰιμωτάτους συγγϱαφέας.

432 Je résume J. QUASTEN, o.l., III, p. 564. Les lettres de Jean Chrysostome ont fait l’objet d’une publication à date récente : J. DUMORTIER, dans son édition d’À. Théodore de Jean Chrysostome, Paris, 1966, SC 117.

433 Voir cod. 18, I, p. 13, 1. 6, en même temps d’ailleurs que son maître Diodore de Tarse.

434 Je donne les titres sous la forme qu’ils revêtent dans la CPG de M. Geerard.

435 Hormis l’analyse de Photios, le texte n’est plus attesté que par deux fragments, l’un, latin (de Facundus d’Hermiane, vie s. pCn), l’autre, syriaque. Voir CPG II, p. 358, no 3859.

436 Des fragments latins et syriaques en sont conservés. CPG II, p. 345, no  3827.

437 Un fragment syriaque en est connu : CPG II, p. 358, no 3861. M. Geerard ne paraît pas connaître les fragments que recèle le présent codex. Voir J. BIDEZ-Fr. CUMONT, Les mages hellénisés, II, Paris, 1938, fr. D 14.

438 Quelques fragments latins en sont conservés : CPG II, p. 358, no 3860.

439 I, p. 8, II. 5-6 : Ὁ δὲ Μοψουεστίας γεγονὼς ἐπίσϰοπος οὗτός ἐστιν οἶμαι.

440 I, p. 23, 11. 22-25 : Οὗτος δέ ἐστιν ὁ Μοψουεστίας, ὃν ϰαὶ πλείστας εὐϑύνας Ἰωάννης ὁ Φιλόπονος, ὡς αὐτός φησι, τῆς τοιαύτης ἑϱμηνείας ἐν οἰϰείῳ τῷ εἰς τὴν ϰτίσιν πονήματι ἐδείχϑη σπουδαίως εἰσπϱαττόμενος. Le verbe ἐδείχϑη semble avoir été traduit par R. HENRY, ad. l. à Laide de la locution « à qui on sait ». Il est à peine utile de souligner que ce travestissement répond à une représentation a priori de la façon dont Photios a travaillé.

441 I, P· 187, ll. 6-9 : Οὗτος ὁ Θεόδωϱος ὁ Μοψουεστίας εἶναι δοϰεῖ · τήν τε γὰϱ Νεστοϱίου αἵϱεσιν, ϰαὶ μάλιστα ἐν τῷ τϱίτῳ λόγῳ, ϰϱατύνων πϱοαναφωνεῖ, ἀλλὰ ϰαὶ τὴν τῶν ἁμαϱτωλῶν ἀποϰατάστασιν τεϱατεύεται. La traduction de R. HENRY, ad. l. fausse la réalité des faits en omettant de rendre le préverbe πϱο-. Il ne saurait être question d’imputer à Théodore une intervention dans une querelle théologique à laquelle il n’eut point part : « Il cite, en la défendant, l’hérésie de Nestorios ». Voir ici même, infra, pp. 480-481.

442 IL p. 181, ll. 23-28 et 1. 38 - p. 182, 1. 40 : Ἔστι μὲν οὗτος ὁ Θεόδωϱος ὁ ϰαὶ ϰατ’Εὐνομίου ἐν ϰ’ϰαι η’λόγοις οὐϰ ἀγεννῶς ἀγωνισάμενος, τὴν Βασιλείου τοῦ ϑεσπεσίου, μᾶλλον δὲ τῆς ἀληϑείας ϰϱατύνων δόξαν · ἥ τε γὰϱ λέξις ϰαὶ τῶν λέξεων ἡ συνϑήϰη ϰαὶ ὁ νοῦς τῶν δογμάτων ϰαὶ τò πολύχουν τῆς ἀνατϱοπῆς, ϰαὶ τἄλλα ϰατ’οὐδὲν διαλλάσσει. (...) Ἔοιϰε δὲ φιλοπονώτεϱον πεϱὶ τὴν ἱεϱὰν ἡμῶν ϰαὶ ϑείαν γϱαφὴν διατεϑῆναι, εἰ ϰαὶ ἐν πολλοῖς παϱασύϱεται τῆς ἀληϑείας.

443 Cité par R. DEVREESSE, Essai sur Théodore de Mopsueste, Cité du Vatican, 1948, Studi e testi 141, p. 49, d’après J.-S. ASSEMANI, Bibliotheca Orientalis, III, pp. 30-35.

444 R. DEVREESSE, l.l.

445 I, p. 7, ll. 40-41 : ‘Υπὲϱ Βασιλείου ϰατὰ Εὐνομίου.

446 R. DEVREESSE, o.l., p. 50 avec les notes 1 et 2.

447 La CPG (voir supra n. 4) répertorie le Contra Eunomium mais pas le Pro Basitelo.

448 I, p. 27, 1.1. 13-18 : (...) ϰαὶ συμφωνῶν σχεδòν ἐν τοῖς πλείσχοις Βασιλείῳ χῷ μεγάλῳ, ἁνχιπίπχων δὲ δι’ ὅλου τῷ Μοψουεστίας Θεοδώϱῳ, ὃς τὴν αὐτὴν ὑπόϑεσιν ἐνστησάμενος ἑϱμηνείαν τῆς ϰτίσεως τò βιβλίον ἐπέγϱαψεν οὗ τὰς δόξας διελέγχων ὁ Φιλόπονος τὴν ἐναντίαν ἐτϱάπετο. Dans les lignes qui précèdent (ll. 11-13), Photios a donné l’intitulé de l’œuvre et une brève critique de style. Le même traité fera l’objet au codex 240 (V, p. 166, 1. 2-p. 170,1. 31) d’une analyse ou plutôt d’un épitomé partiel.

449 Le traité contient d’innombrables références à Théodore, dont une au moins précisait « évêque de Mopsueste ». Voir, par exemple, I, 8, p. 17, ll. 3-4 Reichardt. Sur l’usage que l’on peut faire de Philopon pour reconstituer l’argumentation de Théodore, voir R. DEVREESSE, o./., pp. 5-15.

450 R. DEVREESSE, o.l., p. 8.

451 I, p. 23, ll. 14-16.

452 I, p. 23, ll. 16-20. La critique y est moins indulgente que celle du cod. 4, I, p. 7, 1. 41 - p. 8, 1. 2.

453 I, p. 23, ll. 20-22 : ἀλλα ϰαὶ τò Νεστοϱίου δόγμα, εἰ ϰαὶ πϱò Νεστοϱίου ὑπῆϱχεν, ὑπεϱευγόμενος.

454 APOLLONIOS DE RHODES, II, 984.

455 On en retrouve une autre, toute semblable, dans 3. Voir aussi 4, où Photios fustige ses déviations par rapport à la vérité.

456 Cod. 18, I, p. 13, 1. 6.

457 R. DEVREESSE, o.l., p. 128.

458 Ibid., p. 168. La lettre d’Ibas, un des maîtres d’Édesse, qui contenait un éloge de Théodore, avait été lue en séance sans susciter la moindre réprobation.

459 Ibid., pp. 235-236, avec la comparaison, particulièrement suggestive, de cette dernière page. Tous les passages cités à cette occasion avaient été dûment tronqués, interpolés et falsifiés (ibid., pp. 254-255).

460 Dans sa reconstitution minutieuse du commentaire à la Genèse, R. DEVREESSE (o.l., pp. 5-25) ne trouve pas à indiquer le moindre indice de parenté doctrinale entre Théodore et Nestorios.

461 J’emprunte la définition à R. CADIOU (Introduction au système d’Origène, Paris, 1932, p. 79).

462 G. BARDY, Recherches sur l’histoire du texte et des versions latines du Deprincipiis d Origène, Lille, 1923, p. 68. Dans le premier édit de Justinien, promulgué en 543, la (doctrine était rejetée dans l’anathématisme 9. Voir le texte grec donné, ibid., p. 68 et traduit par A. GUILLAUMONT, Les « Képhalaia Gnostica » d’Évagre le Pontique et l’histoire de l’Origénisme chez les Grecs et les Syriens, Paris, 1962, p. 141. Dans les (textes de Justinien, les démons et les impies bénéficieraient également de la restauration. Sous une autre forme, l’apocatastase reparaît en 553 dans les anathématismes 13-14 (voir la traduction d’A. GUILLAUMONT, o.l., p. 146). Evidemment, Origène, je l’ai dit, n’a jamais énoncé de doctrine du genre.

463 R. DEVREESSE, o.l., p. 103.

464 II, p. 179, ll. 4-6 :... τήν τε Νεστοϱίου αἵϱεσιν ὠδίνων ἡμῖν ἐν πολλοῖς ὦπται, ϰαὶ τὴν Ὠϱιγένους ϰατά γε τò τέλος ὑποφωνεῖν τῆς ϰολάσεως.

465 Voir supra p. 481 et la n. 29.

466 G.H. BECK, o.l., p. 412.

467 Ph. Pattenden en prépare une nouvelle édition. Voir M. GEERARD, CPG, III, no 7376, pp. 379-381. Au moment où j’écris ces lignes, le Bulletin d’information et de liaison, 7 (1982) de l’Association internationale d’Études patristiques ne donnait pas comme paru le travail annoncé par M. Pattenden.

468 G.H. BECK, o.l., pp. 412-413.

469 Cod. 199, III, p. 96, 11. 23-24 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον δ’ϰαὶ τ’διηγήμασί πεϱιειλημμένον.

470 III, p. 97, ll. 6-11 : Καὶ τὰ διηγήματα δὲ οὐχὶ τòν ἴσον ἀϱιϑμòν ἐν πᾶσιν εὑϱήσεις τοῖς βιβλίοις διασεσωσμένα, ἀλλ’ἔν τισι ϰαὶ εἰς β’ϰαὶ μ’ϰαὶ τ’διηπλωμένα, τοῦτο μὲν ἐνίων ϰεφαλαίων ἐπιδιαιϱέσει τοῦ ἀϱιϑμοῦ συναυξομένου, τοῦτο δὲ ϰαὶ διηγημάτων ἐστὶν ὧν παϱενϑήϰῃ.

471 Μ. GEERARD, CPG, III, no 7376, p. 379.

472 Voir FRONTON du DUC, Bibliotheca Veterum Patrum, II, Paris, 1624, pp. 1053-1055. Ce vénérable ouvrage ne figure pas dans toutes les bibliothèques. Grâce aux indications du R.P. Fr. Halkin, que je remercie ici, j’ai pu le consulter à la bibliothèque de la Faculté de Théologie de la Katholieke Universiteit Leuven.

473 PG 87, 3, coll. 119-122.

474 H. USENER, Der heilige Tychon. Sonderbare Heilige, I, Leipzig-Berlin, 1907, p. 90. Il rappelle (pp. 89-90) que le Pré spirituel fut cité au concile de Nicée (787) comme l’œuvre de Sophronios et, dans un manuscrit de Paris des xie-xiie siècles, comme celle de Jean et de Sophronios.

475 O.l., pp. 91-93. C’est son texte que je suivrai.

476 G.H. BECK, o.l., p. 412. Bien entendu, Jean n’en fut pas le rédacteur.

477 R. HENRY, III, p. 97, n. 2.

478 J. ROUET DE JOURNEL, dans sa traduction du Pré spirituel de Jean Moschos, Paris, s.d. (1946), p. 7. Pour une analyse des faits connus de la vie du Saint, voir ibid., pp. 8-11 et déjà H. USENER, o.l., pp. 94-100.

479 III, p. 96, 1. 29 - p. 97, 1. 33 : Λειμῶνα δὲ ϰαλεῖσϑαι δίδωσιν ὁ συνταξάμενος ὄνομα τò βιβλίον τινὲς δὲ αὐτò ϰαὶ Νέον ἐπονομάζουσι Παϱάδεισον. Ὁ δὲ συντεταχώς, Ἰωάννης μὲν αὐτῷ ὄνομα, ἐξ ἐπιϰλήσεως δὲ ἐλέγετο ὁ τοῦ Μόσχου.

480 PG 87, 3, col. 2852 A-B : Διò ϰαὶ τò παϱòν τοῦτο τò πόνημα Λειμῶνα ἀπεϰαλέσαμεν, διὰ τὴν ἐν αὐτῷ τέϱψιν τε ϰαὶ εὐωδίαν ϰαὶ ὠφέλειαν τοῖς ἐντυγχάνουσιν.

481 Ρ. 91, 1. 1 et 7-8 U. : Συνεγϱάφη ἡ βίβλος αὕτη τοῦ Λειμῶνος (...) ὑπò Ἰωάννου τοῦ ἐν ὁσίᾳ μνήμῃ πϱεσβυτέϱου γεναμένου ϰαὶ μοναχοῦ, ἐπίϰλην τοῦ Μόσχου ἐπονομαζομένου.

482 Ibid. : Πϱόλογος τῆς βίβλου τοῦ νέου Παϱαδείσου, τῆς ἐπονομαζομένης τò Λειμωνάϱιον. Photios a lu précédemment (cod. 198, III, p. 95, ll. 22-25) un autre recueil hagiographique dont il offre une table des matières détaillée (p. 95, 1. 31 - p. 96, 1. 13). À ses yeux, le volume ne serait autre qu’un aperçu d’un corpus plus vaste, intitulé lui aussi Petit pré. Il abordait l’histoire des ascètes contemporains de s. Antoine (p. 95, ll. 22-25). Il le compare à l’ouvrage de Jean Moschos, cité sous la forme « Nouveau paradis » cette fois. Les codices 198-199 ont été rédigés à la file : au cod. 199, p. 97, ll. 5-6, on trouve un renvoi, pour la critique de style, au cod. précédent. On conçoit que, dans la perspective d’ensemble qui gouverne le début du cod. 198, Photios ait préféré évoquer le recueil de Jean Moschos sous un intitulé moins énigmatique, sans s’attacher à la lettre des indications qu’il avait à sa disposition. Je regrette de n’avoir pas pu consulter l’ouvrage de J.C. GUY, Recherches sur la tradition grecque des « Apophtegmata Patrum », Bruxelles, 1962, Subsidia hagiographica 36.

483 P. 92, 1. 43 - p. 93, 1. 65 U.

484 III, p. 97, ll. 42-5 : (...) ἐϰεῖσέ τε τὰ παϱαπλήσια διεϱευνησάμενος ϰαὶ μαϑών, τò παϱòν σύνταγμα γϱάφει ϰαὶ πϱοσφωνεῖ Σωφϱονίῳ ἢ Σωφϱονᾷ τῷ οἰϰείῳ μαϑητῇ ϰαὶ ἐγχειϱίζει αὐτò τούτῳ τὴν τοῦ βίου μέλλουσαν ἐφίστασϑαι πϱòς τὰ ἀμείνονα πϱοτεϑεαμένος μεταβολήν. Je ponctue autrement que R. Henry.

485 P. 92, ll. 30-41 U. : Εἶχεν δὲ ὁ μαϰάϱιος χάϱιν παϱὰ Κυϱίου τοιαύτην, ὥστε εἴ τι ἤϰουσεν ἢ ἑώϱαϰεν ἐναϱέτων ἀνδϱῶν πολιτείας ἀναγϱάφεσϑαι. Διò ϰαὶ ἐπὶ τῆς Ῥώμης γενόμενος, τῷ αὐτῷ σϰοπῷ ἐξηϰολούϑησεν. Πϱογνοὺς δὲ ὀ μαϰάϱιος τòν χϱόνον τῆς πϱòς Θεòν ἐϰδημήσεως αὐτοῦ, συνεγϱάψατο τήνδε τὴν βίβλον, οὐ ϰαϑ’ εἱϱμòν τῶν ἀϰουσϑέντων ἢ ϑεαϑέντων συντάξας αὐτά, ἀλλὰ τὰ παϱεοιϰότα ἀλλήλοισι τῶν τε ἀϰουσϑέντων ϰαὶ τῶν ἐπ’ὄψεσιν ὁϱαϑέντων συναϱμόσας ἀνεγϱάψατο. Μέλλων δὲ τῶν χαμεϱπῶν μεϑίστασϑαι ϑοϱύβων ϰαὶ πϱòς τὴν ἀτάϱαχον ϰαὶ ἀϰύμαντον μεταβαίνειν ζωήν, πϱοσϰαλεσάμενος τòν ἠγαπημένον αὐτοῦ μαϑητὴν παϱαδίδωσιν αὐτῷ τὴν τῶν ἁγίων πατέϱων τὰς ϑεαϱέστους πολιτείας ἔχουσαν βίβλον ταύτην · (...).

486 III, p. 97, 11. 33-42 : Ὃς ἀπετάξατο μὲν ἐν τῇ τοῦ ἁγίου Θεοδοσίου μονῇ, εἶτα συνδιέτϱιψε τοῖς τε ϰατὰ τòν Ἰοϱδάνην ἀνὰ τὴν ἔϱημον ἀσϰουμένοις ϰαὶ τοῖς ἐν τῇ νέᾳ λαύϱᾳ τού μεγάλου Σάβα διαϑλοῦσιν. Ἐντεῦϑεν δὲ τὰ τῆς Ἀντιoχειας ϰλίματα ϰαὶ την Ἀλεξάνδϱου ϰαὶ τὴν πεϱὶ αὐτὴν ἔϱημον ϰαὶ μέχϱι Ὀάσεως ἐπελϑών, ϰαὶ πολλῶν ϰαὶ μεγάλων ἀνδϱῶν ἀϱιστείας συναγηοχὼς τοῦτο μὲν ὄψει τοῦτο δὲ ϰαὶ νεαζούσῃ ἀϰοῇ, διὰ τὴν αὐτὴν δ’αἰτίαν ϰαὶ νήσους ἱστοϱησάμενος ἐν τῷ πϱòς τὴν Ῥώμην διάπλῳ (...).

487 Ρ. 91, 1. 8 - p. 92, 1. 29 U. : Ὃς ϰατ’ἀϱχὰς μὲν ἀπετάξατο ἐν τῷ ϰοινοβίῳ τοῦ ἐν ἁγίοις πατϱòς ἡμῶν Θεοδοσίου τοῦ ϰοινοβιάϱχου ϰαὶ ἀϱχιμανδϱίτου γεναμένου πάντων τῶν ἐν Ἱεϱοσολύμων ϰοινοβίων ἤτοι μοναστηϱίων. Γενόμενος δὲ ϰαὶ ἐν τῇ ϰατὰ τòν ἅγιον Ἰοϱδάνην ἐϱήμῳ χϱόνον τινὰ οὐϰ ὀλίγον μετὰ τῶν ἐϰεῖσε ἁγίων πατέϱων ϰαὶ ἀναλεξάμενος τὰς αὐτῶν ἀϱετὰς ἃς ϰαὶ συνέταξεν ἐν τῷδε τῷ πονήματι, οἰϰήσας δὲ ϰαὶ ἐν τῇ ἐπονομαζομένη νέᾳ λαύϱᾳ τῇ ὑπò τοῦ ἁγίου ϰαὶ μεγάλου πατϱòς ἡμῶν Σάβα ϰαὶ τῶν αὐτοῦ μαϑητῶν συσταϑείση ἄχϱι τοῦ νῦν, ἀϰούσας τὴν τῶν Πεϱσῶν ϰατὰ τῶν Ῥωμαίων τυϱαννίδα, πϱοφάσει τῆς ἀναιϱέσεως Μαυϱίϰιου τοῦ βασιλέως ϰαὶ τῶν αὐτοῦ τέϰνων, ὑπαναχωϱήσας τῆς νέας λαύϱας παϱεγένετο ἐπὶ τὰ μέϱη Ἀντιoχείας τῆς μεγάλης ϰάϰεῖϑεν πάλιν βλέπων ἐπιϰϱατοῦν τò ἔϑνος ᾤχετο ἐπὶ τὴν Ἀλεξάνδϱειαν ϰαὶ πᾶσαν τὴν πεϱὶ αὐτὴν ἔϱημον διελϑών (ἦν γὰϱ ϰαὶ ἐν ἀϱχῇ τῆς βασιλείας Τιβεϱίου εἰς διαϰονίαν ἐν Αἰγύπτῳ πεμφϑείς) ϰαὶ μέχϱις Ὀάσεως ϰαὶ τὴν πεϱὶ αὐτὴν ἔϱημον εἰσελϑὼν ϰαὶ ϑεασάμενος τοὺς ἐϰεῖσε πατέϱας, ἐϰεῖϑεν πάλιν ἀϰούσας τὴν γεναμένην τῶν ἁγίων τόπων ἅλωσιν ϰαὶ τὴν τῶν Ῥωμαίων δειλίαν, ϰαταλιπὼν τὴν Ἀλεξάνδϱειαν, ἐπὶ τὴν τῶν Ῥωμαίων μεγάλην πόλιν ἀπέπλευσεν, σὺν τῷ ἑαυτοῦ γνησιωτάτῳ μαϑητῇ Σωφρονίῳ. Ἀπεϱχομένων δὲ αὐτῶν παϱέβαλον νήσοις διαφόϱοις.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search