Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

IIIe partie. Du bon usage des documents annexes

IIIe partie. Du bon usage des documents annexes

Texte intégral

Comme par l'opération d’un mécanisme, une hypothèse se déclare, et se montre l'individu qui a tout fait, la vision centrale où tout a dû se passer, le cerveau monstrueux ou l’étrange animal qui a tissé des milliers de purs liens entre tant de formes, et de qui ces constructions énigmatiques et diverses furent les travaux, l’instinct faisant sa demeure. La production de cette hypothèse est un phénomène qui comporte des variations, mais point de hasard. Elle vaut ce que vaudra l'analyse logique dont elle devra être l'objet. Elle est le fond de la méthode qui va nous occuper et nous servir.
Paul VALÉRY,
Introduction à la méthode de Léonard de Vinci, dans Variété.

1En ouvrant cette partie nouvelle, je dois, à un double titre, implorer la patience du lecteur. D’abord, pour une entorse au plan prévu, identique en principe à celui de la précédente. La mutilation dont les notices correspondantes firent l’objet, probablement consécutive à un accident survenu au cours de la transmission du texte, commandait de rapprocher Lesbonax de Mitylène et Héraclianos de Chalcédoine, deux écrivains aussi différents que possible des iie et vie siècles de notre ère. À plus d’un lecteur, d'autre part, l’ampleur de cette partie pourra paraître démesurée. En fait, elle est imposée par la complexité des problèmes relatifs aux notices biographiques que l’on découvre au fil de la lecture.

2Maintes fois, la démonstration n’autorisera pas une conclusion ferme. On a pu lire plus haut combien Photios était passé maître dans l’art de la paraphrase intelligente. Dans la pratique, son habileté n’a été que rarement prise en défaut. Plus qu’on ne veut généralement l’admettre, on le verra, il a eu à sa disposition des « éditions critiques », munies d'hypotheseis, voire de scholies. Pour esquiver l’interprétation la plus obvie, on a supposé qu’il avait eu recours à un manuel perdu. En réfutant cette construction intellectuelle sentant l’artifice, j’ai essayé systématiquement de faire la part belle à l’adversaire. L’examen a fait ressortir de longues séries d'impossibilités, voire d'absurdités, en tenant compte de ce que l'on peut entrevoir de la méthode de travail du futur patriarche. C’est ce qui justifie le rangement de ces paragraphes sous la même rubrique.

3Aucune des analyses ne conduit, cela va de soi, à une vision générale. Seule l’accumulation des doutes et des convergences observables fournit un fil conducteur. Chaque morceau a sa place dans la trame, en connexion étroite avec ceux qui l'entourent : les multiples conjonctions font naître le dessin. En vertu de ce principe, j’ai dû mettre en cause des faits que l’on pouvait croire bien établis : ce fut le cas pour des auteurs comme Flavius Josèphe, Juste de Tibériade, Eunome de Cyzique, Évagre le Pontique, Synésios de Cyrène, Philippe de Sidé et Basile de Cilicie, sans compter Héraclianos de Chalcédoine. Chaque fois, une étude minutieuse a été nécessaire, souvent longue. En aucun cas, les six dernières notices ne peuvent être expliquées par référence au prétendu « Épitomé » d’Hésychios.

B 1. Notices mutilées (codd. 74, 85)

  • 1 Voir plus haut, pp. 27-29.

4On a pu lire au début de mon étude à quel point les manuscrits fondamentaux de la Bibliothèque avaient souffert au cours de la transmission1. Le temps a également affecté deux notices placées à des fins de chapitres.

  • 2 Cod. 74, I, p. 153, ll. 22-23 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαί Λεσβώναϰτος λόγοι πολιτιϰοί δεϰαέξ. Οὖτος δέ ό Λεσ (...)

5La première traitait d’un rhéteur nommé Lesbonax2 :

Lu aussi de Lesbonax seize discours politiques.
Mais ce Lesbonax...

  • 3 R. HENRY, I, p. 153, apparat ad. ν. 23.
  • 4 Alb. LESKY, GGL, p. 925. On aurait tort d’alléguer les Héroïdes d’Ovide, qui ne sont pas des lettre (...)
  • 5 E. ROHDE, Der griechische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, 1876, ϱ. 341.
  • 6 Edités par F. KIEHR, Leipzig, 1907.
  • 7 Alb. LESKY, l.l.

6R. Henry indique une lacune de deux lignes dans A, d’une dans M3. L’écrivain est relativement bien connu : outre les discours politiques qu’avait lus Photios, il avait aussi rédigé au iie siècle de notre ère des lettres d’amour4, qui constituent la plus ancienne collection du genre attestée5. Des premiers, trois échantillons seulement sont conservés6, que Lesky qualifie d’un « kümmerlich » cinglant7.

  • 8 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 73-74.

7D’après W.T. Treadgold8, la carence tiendrait à la négligence de Photios : « Because Photius had just used the biography of Themistius from the “Hesychius Epitome” in the preceding paragraph, he presumably intended to complete the first lacuna from its biography of Lesbonax, which is preserved in the Suda. Photius does not use the « Hesychius Epitome » again until codex 90, apparently leaving this research on codices 74 and 85 to be done later. »

  • 9 Souda A 307, s.v. : ΛεσβῶναξΜιτυληναῖος, φιλόσοφος, γεγονὼς ἐπὶ Αὐγουστου, πατὴϱ Ποτάμωνος τοῦ φιλ (...)

8Dans cette tentative d’explication, il n’est de vrai que l’existence d’un article sur Lesbonax dans la Souda, où l’on peut lire9 :

Lesbonax, de Mitylcne, philosophe, eut sa notoriété sous Auguste, père du philosophe Potamon. Il écrivit de très nombreux ouvrages philosophiques.

  • 10 On en trouvera un exposé significatif dans E. ROHDE, o.l., pp. 341-343 (n. 3 de la p. 341 continuée (...)
  • 11 Voir respectivement, pp. 432-440 et p. 430-431.

9Mais, dans l’état où nous pouvons le lire aujourd’hui, le document offre des traces de confusion en nombre tel10 qu'il est complètement inutilisable pour définir la méthode de travail de Photios. Il est certain, d’autre part, que les notices sur Thémistios (cod. 74) et sur Libanios (cod. 90) ne doivent rien à l’« Épitomé » d’Hésychios11. L’ouverture « Mais ce Lesbonax... » n’a vraisemblablement pas été posée par Photios en attendant la possibilité de glaner des informations neuves : à la fin d'un chapitre, un accident matériel dans le modèle du manuscrit A ou M ne saurait être une hypothèse gratuite.

  • 12 Cod. 85, II, p. 10, ll. 37-38 : Ήν δ’ οὗτος ό ϑεοσεβέστατος Ήϱαϰλειανòς ϰατὰ τοὺς χϱόνους...

10Si l’on entend bien W.T. Treadgold, la notice roulant sur Héraclianos se serait perdue pour les mêmes raisons : faute de pouvoir mettre la main sur le précieux manuel d’histoire littéraire, Photios aurait laissé un blanc dans l’espoir de jours ou d’heures meilleurs. En effet, sur l’écrivain, il ne nous dit pas grand-chose12 :

Le très pieux Héraclianos vivait au temps...

  • 13 II, p. 10, apparat ad ν. 38.
  • 14 Ε. HONIGMANN, Heraclianus of Chalcedon (537 A. D. ?), Soterichus of Caesarea in Cappadocia and Achi (...)
  • 15 II, p. 9, ll. 37-38 : Άνεγνώσϑη Ήϱαϰλειανοῦ επισϰόπου Καλχηδόνος ϰατὰ Μανιχαίων ἐν βιβλίοις ϰ'.

11R. Henry13 signale une lacune de quatre lignes dans le manuscrit A.W.T. Treadgold ne paraît pas connaître une étude fondamentale d'E. Honigmann sur notre évêque14. À vrai dire, malgré le compte rendu soigné de la Bibliothèque, il n’eût rien pu tirer de la description du livre15 :

Lu d’Héraclianos, évêque de Chalcédoine. Contre les Manichéens en 20 livres.

  • 16 II, p. 9, ll. 5-6. Le texte grec a disparu, hormis quelques fragments conservés par Épiphane de Sal (...)
  • 17 II, p. 9, ll. 6-8. L’ouvrage est conservé, et publié en partie dans PG 18, 1070 A-1264 A. Voir M. G (...)
  • 18 II, p. 9, ll. 8-10. Georges de Laodicée fut un disciple d’Arius ; il excommunia Apollinaire en 342. (...)
  • 19 II, p. 9, II. 10-11. Ami de s. Athanase d’Alexandrie, Sérapion écrivit un Contre les Manichéens, qu (...)
  • 20 II, p. 9, I. 11 - p. 10, 1. 16. Il s’agit de Diodore de Tarse, le fondateur et premier maître de l' (...)

12L’énumération des écrivains qui ont ferraillé avec les maîtres de la secte ne fournit pas un terminus a quo satisfaisant. Aucun des polémistes chrétiens n’a survécu aux dernières années du ive siècle : Hégémonios16, auteur des Acta Archelai, Titos de Bostra17, d'un Contre les Manichéens, Georges de Laodicée18, Sérapion de Thmouïs19 et Diodore de Tarse20.

  • 21 Désormais, je suis l’exposé d’E. HONIGMANN (o.l), que je résume à grands traits.
  • 22 E. HONIGMANN, o.l., pp. 207-211 ; Évêques et évêchés..., pp. 109-113.

13Pour situer dans le temps l’évêque de Chalcédoine, on a suggéré autrefois des dates extrêmement diverses, qui vont de 390 à 800. Depuis la parution du tome premier de l'Oriens Christianus de Le Quien (1740), on sait que le personnage appartient au vie siècle21. Une première indication ressort d’un ancien manuscrit de Paris, le Bodleianus misc. 184, qui contient une Doctrina Patrian de incarnatione Verbi : on y peut lire une citation précédée du lemme ἐκ τῶν Ἡϱακλιανοῦ πϱòς Σωτήϱιχον. Or, le second est connu pour avoir été un ami de Sévère d'Antioche, vers 511-512, et, vers 536, malgré des revirements doctrinaux du chalcédonisme au monophysisme, puis, derechef, à l'or thodoxie, il était toujours évêque, car il se fit représenter par le diacre Étienne à un synode de Constantinople. Il ne fut remplacé à la tête de son siège qu'en 537, par Théodore Ascidas22.

  • 23 II, p. 10, ll. 31-37 ; Έγϱάφη δὲ αὐτῷ ή εἰϰοσάβιβλος αὕτη ϰατὰ τῶν Μανιχαίων πϱος Άχίλλιον αίτησάμε (...)

14Le second élément chronologique apparaît dans le chapitre de la Bibliothèque, où Photios décrit, d après la dédicace, les circonstances qui amenèrent la composition du traité23 :

Cette vingtaine de livres Contre les Manichéens a été écrite en hommage à celui qui les lui avait demandés, Achillios, qu'il appelle aussi fils fidèle et très cher. Voyant en effet l'impiété des Manichéens qui gagnait de l'ampleur, Achillios lui avait demandé que fût dressée contre elle cette stèle, et la voici debout, en vue d un triomphe ineffaçable.

  • 24 Ε. HONIGMANN, Heraclianus..., p. 215.
  • 25 Ε. HONIGMANN, o.l.. p. 216.

15La dédicace avait probablement la forme d’une lettre jointe en préface au manuscrit24. Nommé Achilleus dans les autres sources, le bénéficiaire de l'hommage est probablement le personnage connu comme évêque de Larissa en Thessalie en 53525.

  • 26 E. HONIGMANN, o.l., pp. 213-215.
  • 27 Voir E. STEIN, o.l., pp. 369-371. On se rappelle que Sévère d’Antioche avait réfuté au moins vingt- (...)

16Au demeurant, le nom d'Héraclianos est fort rarement attesté dans les documents ecclésiastiques de l'époque : il n apparaît qu à propos d’un prêtre mêlé aux négociations entre l'évêque de Rome Hormisdas et l’Empire, sous les règnes de Justin Ier et de Justinien, soit entre 520 et 535. On a donc quelque raison d’identifier le prêtre avec le titulaire du siège de Chalcédoine. Or, l’évêque Photin de Chalcédoine assistait en personne à la dernière séance du synode de Constantinople, le 4 juin 536, et le 5 mai 553, c’était un nommé Constantin qui occupait le siège. Par suite, l’intronisation, l'épiscopat, la rédaction du traité et la mort d’Héraclianos doivent avoir pris place entre les deux dates26. La commande et la composition du Contre les Manichéens servaient, on le sait, la politique religieuse de Justinien27.

17Pour la présente étude, l’article d’E. Honigmann était capital. Il oblige à poser un dilemme crucifiant : ou l'« Epitomé » d'Hésychios ne répond absolument pas aux descriptions que l’on en a faites jusqu'ici ou bien Photios avait utilisé une tout autre source d’information. La suite montrera que seule la seconde supposition mérite d’être envisagée.

B 2. Hérodote (cod. 60)

  • 28 Cod. 60, I, p. 58, ll. 34-42 : Δαϱείου δέ διάδοχος υἱòς Ξέϱξης, ἐφ’οὗ ή ιστοϱία ϰαταλήγει, οὐδὲ μ (...)

18La notice que Photios a réservée à Hérodote pose un problème lié à une question de structure. On peut assurer en tout cas qu’elle ne met pas en œuvre des renseignements tirés d’une source unique28 :

Darius eut pour successeur son fils Xerxès, avec lequel s'arrête le récit, qui ne se prolonge même pas jusqu’au terme du règne.
Hérodote atteignit le sommet de sa carrière (ἤκμασε) à cette même époque, comme le raconte, entre autres, Diodore de Sicile.
On dit que, quand il donnait lecture de son histoire, un tout jeune homme, qui se trouvait là aux côtés de son père, Thucydide, l’écoutait et se mit à pleurer, et qu’Hérodote déclara : « Ton fils Olouros, a un naturel bouillonnant de passion pour les études ».

  • 29 Éd. WILL, Le monde grec et l’Orient, I Le vsiècle (510-403), Paris, 1972, pp. 127-127-129 ; G. GL (...)
  • 30 G. GLOTZ-R. COHEN, o.l., p. 148. Le roi fut assassiné par Artapan, un de ses favoris, avec la compl (...)
  • 31 Darius mourut vers la fin de 486. Éd. WILL, o.l., p. 103.

19J’ai reproduit en tête la dernière phrase de l’analyse de Photios. Le livre IX des Enquêtes se termine, on le sait, avec la prise de Sestos29, au printemps de 478 ; Xerxès fut assassiné en 465 avant d’être remplacé, dès l’année suivante, par le dernier de ses fils, Artoxerxès30 : son règne dura donc quelque vingt ans31.

  • 32 E. ROHDE, Γέγονε in den Biographica des Suidas, dans Rheinisches Museum, 33 (1878), p. 165, n. 1 re (...)
  • 33 DIODORE DE SICILE, II, 32, 2 : ‘Ηϱόδοτος μέν οὖν ϰατά Ξέϱξην γεγονώς τοίς χϱόνοις (...). La Bibliot (...)

20Si l’on interprète l’expression ἤκμασε au sens que lui donne la tradition chronographique issue d’Apollodore, le passage du codex qui cite Diodore laisse entendre qu'Hérodote serait né au plus tard en 505 aCn32. En fait, Diodore s’exprime ainsi33 :

Donc, Hérodote, qui naquit au temps de Xerxès (...).

21Le participe de l'historien γεγονώς a-t-il été erronément traduit en ἤκμασε au sens technique de « il atteignit le sommet de sa carrière » ? C’est possible, voire vraisemblable.

  • 34 Ph.-É. LEGRAND, Hérodote. Introduction, Paris, 1942, 12, n. 1.

22En fait, même si, pour la date, toute précision est hors d’atteinte par les moyens scientifiques, on sait qu'Hérodote vit le jour entre les années 490 et48034. Aller plus loin obligerait à affronter les difficultés propres aux études chronologiques. Tel n’est pas mon propos ici. La véritable question est seulement de savoir si Photios est responsable de la modification du vocabulaire.

23Il ne faut pas se dissimuler que l’on ne pourra guère dépasser le stade des présomptions. En effet, la référence de Photios n’eût pu être plus évasive. Le pluriel qui la caractérise décourage toute tentative de recherche de source ou tout essai pour donner un sens satisfaisant à l'expression litigieuse. Cependant, a priori, le savant byzantin a droit au préjugé favorable. Consultant le texte original de Diodore, aurait-il commis une confusion aussi grossière ? Une lecture de la suite renforcera les doutes.

24Hormis Photios, la célèbre rencontre entre Hérodote et Thucydide nous est relatée par au moins trois sources :

  • 35 MARCELLINOS, Vie de Thucydide, 54, p. 12 Luschnat : Λέγεται δέ τι ϰαι τοιοτο, τι ποτὲ τοῦ ’Ηϱοδότ (...)
  • 36 Souda. Θ 414, s.v. Θουϰυδίδης · (...) Οὗτος ἤϰουσεν ἔτι παῖς τυγχάνων ’Ηϱοδότου ἐπὶ τής ’Ολυμπίας τ (...)
  • 37 Souda O 502, s.v. Όϱγᾶν · ἐπιϑυμεῖν (...) ’Ηϱόδοτος ίδών Θουϰυδίδην ὑπò ἐνϑουσιασμοῦ τινος δαϰϱύοντ (...)

MARCELLINOS35

Souda36

Souda37 Bouillonner. Désirer (...)

Mais on raconte encore une anecdote de ce genre : un jour qu’Hérodote donnait une lecture publique de ses Enquêtes, Thucydi de, qui était présent à la séance, alla jusqu'à pleurer à l'audition ; ensuite, à ce spectacle, dit-on, Hérodote dit de lui à son père Oloros : « Oloros, le naturel de ton fils bouillonne d’ardeur pour les études. »

Alors qu'il était encore enfant, celui-ci (sc. Thucydide) entendit Hérodote qui, à Olympie, parcourait les Enquêtes qu’il avait rédigées, et, mû par l’enthousiasme, il en eut les yeux pleins de larmes. Et, observant le naturel qui était le sien, il dit à Oloros, le père de Thucydide : « Je te félicite pour les qualités de ton rejeton, Oloros ; ton fils possède une âme bouillonnant d’ardeur pour les études. »

Hérodote, voyant Thucydide pleurant sous l'effet de l’enthousiasme : « Je te félicite, Oloros, pour les qualités de ton rejeton : ton fils possède une âme bouillonnant d'ardeur pour les études. »

25Il ne m'appartient pas d'émettre un avis sur l’authenticité de cette historiette, que l’on a cent raisons de mettre en doute. Image d’Épinal, elle symbolise à merveille la transmission d'un flambeau littéraire. Mon propos est de définir les rapports entre les indications de Photios et les trois autres documents. Sauf erreur, G. Wentzel ne s’explique par sur le cas d’Hérodote, passablement gênant pour la thèse qu'il défend. Oui souhaite obtenir d'un lexique des informations sur l'historien n'ira pas consulter en priorité l'article « Thucydide ». Malgré les ressemblances textuelles, on doit éliminer l’« Épitomé » d’Hésychios comme source possible. D’autre part, la quadruple occurrence de l’anecdote prouve sans conteste qu’elle était assez répandue.

  • 38 BUX, dans son article Marcellinus (49) dans R.-E., XIV, 2 (1930), col. 1453. L'historiette appartie (...)
  • 39 BUX, o.l., col. 1481.
  • 40 BUX, o.l., coll. 1450 et 1452.
  • 41 U. von WILAMOWITZ-MÖLLENDORFF, Die Thukydideslegende, dans Hermes, 12 (1877), p. 331, n. 1.

26La biographie de « Marcellinos » a l'aspect d'une compilation38. « Marcellinos » était un éditeur de Thucydide qui vécut probablement peu après Zosime d’Ascalon, probablement aux environs de l’époque de Justinien39. Le travail qui courut sous son nom dut gagner assez rapidement la valeur d’un classique en la matière : c’est la raison pour laquelle la Souda lui emprunta maints vocables. L’article ’Oϱγᾶν n’a pas d’autre origine40. La précision « Olympie » dans l’article que l’on rattache d’ordinaire à l’« Épitomé » d’Hésychios donne à penser que la source n’était pas « Marcellinos », mais une tradition parallèle, contaminée par une autre version du mythe41. La localisation fait défaut dans la notice de la Bibliothèque.

  • 42 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 62-63.
  • 43 Ainsi, au cod. 48, où est analysé le pseudo-JOSÈPHE, Sur le Tout, I, p. 34, ll. 40-41. Voir la démo (...)
  • 44 La Bibliothèque historique est analysée seulement au cod. 70, I, p. 102, I. 2 - p. 104, I. 39. J’ai (...)
  • 45 La présente étude était déjà rédigée lorsque j’ai pu lire les lignes d’U. von WILAMOWITZ-MÖLLENDORF (...)

27W.T. Treadgold cherche à expliquer les informations de Photios par des emprunts à un scholiaste42. Comme lui, je crois que le savant lecteur n’a guère fait que reproduire les notes qu’offrait son manuscrit. Pourtant, la ligne de l’anecdote ne paraît pas ressortir au genre de la scholie. Lorsqu’il use de cette ressource, Photios ne manque pas de le souligner au passage43. Pareillement, on ne soutiendra pas qu’il a cité Diodore après lecture de ses livres : rien ne prouve qu’au moment de rédiger le compte rendu des Enquêtes, il ait été déjà en mesure de le faire44. On observera que les notes du cod. 60 traitent seulement deux points significatifs : la date et l’importance historique d’Hérodote. Autant de traits qui auraient figuré avantageusement dans le manuscrit pour présenter l’écrivain. Scholiaste ou « éditeur » ? La seconde hypothèse paraît plus plausible. C’est le choix qu’invite à opérer le passage parallèle de « Marcellinos »45. On doit supposer que la citation de Diodore est également un fait de l’« éditeur »-commentateur. La modification introduite dans le texte rapporté n’incombe donc pas à Photios. La sécheresse de la recension n’autorise pas à élargir le champ des probabilités.

B 3. Flavius Josèphe (cod. 76)

  • 46 C’était déjà ce qu’écrivait R. HENRY (I, p. 157, n. 3) : « Tout ce qui suit, excepté l’indication d (...)

28À première vue, Photios n’avait nul besoin de recourir à un quelconque article d’encyclopédie pour offrir à son correspondant un bref aperçu sur la vie de Josèphe. Complété par le texte appelé aujourd'hui « Autobiographie », l’ensemble des Antiquités Judaïques offrait une matière suffisante46. Il est aisé de montrer avec quelle aisance la notice du cod. 76 a mis en œuvre les indications de Josèphe :

  • 47 Cod. 76, I, p. 157, ll. 35-40 : ῎Εστι δέ ὁ ’Iώσηπος γένος μὲν ’Ιουδαῖος, ίεϱεύς ϰαὶ έξ ιεϱέων τὰ πϱ (...)
  • 48 JOSEPHE, Autobiographie, 1 : Έμοὶ δέ γένος ἐστὶν οὐϰ ὄσημον, άλλ’ έξ ιεϱέων άνωθεν ϰαταβεβηϰός (... (...)

PHOTIOS47

JOSÈPHE48

Josèphe est de race juive ; prêtre et héritier d'une longue lignée de prêtres, il provient d’une tribu royale par sa mère : ce sont en effet des enfants d’Asamon, qui furent très longtemps à la fois prêtres et rois de leurs compatriotes, que sa mère descendait.

Ma famille n'est pas sans illustration, mais elle descend d’une longue lignée de prêtres (...) le fait est que je suis même de famille royale du côté de ma mère. En effet, les enfants d’Asamon, dont elle est une descendante, furent à la tête de notre peuple durant une très longue période comme grands-prêtres et rois.

29La suite est un montage habile sur base de deux passages de Josèphe :

  • 49 I, p. 157, ll. 40-2 : Γίνεται δή έξ αὐτῆς ϰαὶ Ματϑαίου ϰατά τò πϱώτον έτος τής Γαΐου'Ρωμαίων ήγεμον (...)
  • 50 Aut., 5 : (...) Ματϑία δέ ἐγὼ τῷ πϱώτω τής Γαΐου Καίσαϱος ήγεμονίας (...) 9 ’Έτι δ’άντίπαις ών πεϱί (...)

PHOTIOS49

JOSÈPHE50

Or, Josèphe naquit d'elle et de Matthias durant la première année du règne de Gaïus sur Rome ; il aima la littérature dès sa jeunesse.

Je suis né de Matthias, la première année du règne de Gaïus César (...). Etant encore presque enfant, vers ma quatorzième année, je recevais, pour mon amour des lettres, d’unanimes félicitations.

30Il n’en va plus exactement de même pour la suite où l’esquisse biographique paraphrase un chapitre de l’original. On s’explique bien pourquoi les détails qui rehaussent ces lignes sur les pratiques érémitiques à l’époque de Josèphe avaient quelque titre à retenir l’attention d’un chrétien.

  • 51 I, p. 157, ll. 2-15 : πεϱὶ δέ τò ἑϰϰαιδέϰατον ἔτος γεγονὼς επέβαλε ϰαὶ ταϊς παϱὰ’Ιουδαίοις αἱϱέσεαι (...)
  • 52 Aul., 10 : πεϱί ἑϰϰαίδεϰα δὲ έτη γενόμενος ἐβουλήϑην τών παϱ’ ἡμῖν αιϱέσεων εμπειϱίαν λαβεϊν · τϱει (...)

PHOTIOS51

JOSÈPHE52

Âgé d'environ seize ans, il s'intéressa aussi aux sectes juives (elles sont trois) et il se mit à procéder sur toutes à une recherche attentive dans le but de mettre chacune à l'épreuve et de choisir la meilleure. Ces sectes sont les Pharisiens, les Sadducéens et les Esséniens ; après être passé par elles, il se retira dans le désert et il vécut là en compagnie d'un homme qui y menait le combat d'une vie d'ermite (τòν ἐϱημικòν ἀϑλοῦντι βίον) pendant trois ans. L’homme y tirait sa vêture de (ce que donnent) les arbres, sa nourriture des plantes qui y poussent et recourait à de fréquentes ablutions d’eau froide, tant de jour que de nuit, pour se purifier. Par la suite, vers sa dix-neuvième année, il revint en ville, embrassant la secte des Pharisiens, qui ressemble, dit-on, à celle que l'on appelle « stoïcienne » chez les païens.

Parvenu à l'âge d'environ seize ans, je voulus prendre une expérience de nos secsectes ; elles sont trois, la première, celle des Pharisiens, la deuxième, celle des Sadducéens, la troisième, celle des Esséniens (...) C'est ainsi en effet que je pensais choisir la meilleure si je les connaissais à fond. Au prix d'une dure application et de mille peines, je passai successivement par toutes les trois et, n'estimant même pas suffisante l'expérience que j'en tirai, quand j'eus appris qu'un homme Bannoûs vivait au désert (κατά τὴν ἐϱημίαν διατϱίβειν), usant pour sa vêture de ce que fournissaient les arbres, prenant comme nourriture ce qui y poussait spontanément, recourant à de fréquentes ablutions d'eau froide, jour et nuit, pour se purifier, je devins son émule. Et lorsque j'eus passé à ses côtés trois années et accompli mon désir, je revins dans la cité. J’étais dans ma dix-neuvième année, lorsque je commençai à vivre en citoyen, suivant la secte des Pharisiens, qui est fort proche de celle que les Grecs appellent « stoïcienne ».

  • 53 G.W.H. LAMPE, A patristic greek Lexicon, Oxford, 1969, s.v., p. 46. Photios connaissait naturelleme (...)
  • 54 I, p. 157, ll. 15-18 : Εἶτα πεϱὶ τò τϱιαϰοστòν ἔτος, πέμπεται παϱά τῶν Ίεϱοσολυμιτῶν τῶν έν Γαλιλαί (...)

31Comme on sait, pour ce type d’emploi, le verbe άϑλέω désigne, dans le langage des Pères, l’action de ceux qui mènent le combat pour la foi, martyrs ou ascètes53. Que l’analogie ait sauté aux yeux du biographe ne peut donc surprendre. La suite de la notice est plus sèche et prend une distance plus grande par rapport à l’original. On ne peut taxer Photios d’erreur lorsqu’il écrit54 :

Ensuite, vers sa trentième année, il est envoyé par les gens de Jérusalem pour prendre en charge les affaires de Galilée, car la situation des Juifs connaissait un commencement de troubles, parce que, sous l’effet de nombreux désordres, elle subissait en même temps déjà des changements.

  • 55 Voir, sur ce point, A. PELLETIER, o.l.. pp. 4-5.
  • 56 Les faits sont racontés dans Aut., 17-29. On peut trouver de lointains échos verbaux entre le prése (...)
  • 57 Aut., 80, dans l’apologie qu'il fait de son action (§§ 80-83).

32Josèphe ne mentionne pas exactement après les morceaux que l’on vient de lire l’âge qu’il avait au moment où il fut chargé de cette mission de pacification. L’investiture fut consécutive à l’échec qu’essuya Cestius, le gouverneur de Syrie55, lorsqu’il voulut mater l’insurrection de 66. Né la première année du règne de Caligula (37), l’historien avait vingt-neuf ans à l’époque56. Pour découvrir dans l'Autobiographie une allusion à l’âge qu’avait Josèphe57, il faut descendre plus loin dans le texte, au terme de la description d’une série de mouvements, rapportée sommairement par Photios.

  • 58 I, p. 157, 1. 18 - p. 158, 1. 23 : Εἶτα ϰαὶ στϱατηγòς τῶν πεϱὶ τήν Γαλιλαίαν χειϱοτονηϑείς εὖ τε πϱ (...)

33Si l’on s’en tient aux indications du codex58 :

Ensuite, élu également général à mains levées, il (sc. Josephe) dirigea bien le peuple et, après être tombé dans mille embûches tendues par ses adversaires politiques, il échappa à toutes et, encore qu’il eût une attitude empreinte de mesure vis-à-vis de ses ennemis, il fut souvent en mesure de leur faire sentir sa domination.

  • 59 Par exemple, Aut., 28-29 ; 80.
  • 60 Aut., 341 : Πϱότεϱον γὰϱ ὲμὲ τής Γαλιλαίας στϱατηγòν ὑπò τού ϰοινού τών 'Ιεϱοσολυμιτών χειϱοτονηϑ (...)

34Pour l’essentiel, la phrase résume à grands traits le corps de l'Autobiographie. Josephe mentionne à diverses reprises la nature du mandat qu’il avait reçu de l’assemblée des notables de Jérusalem59, mais le biographe n’a retenu qu’une locution traduisant concrètement le fonctionnement des institutions60 :

Car, avant que j’aie été élu à mains levées général commandant la Galilée par la communauté de Jérusalem (...)

  • 61 I, p. 158, ll. 23-26 : Καί τòν πϱος ’Ρωμαίους πόλεμον ἅϰων ἀναδεξάμενος ϰαί ἀνδϱείως διενεγϰών, ἐν (...)

35Dans le codex, la phrase suivante comporte un résumé d’une série de chapitres et le remploi de locutions que l’on peut retrouver dans le corps de l'œuvre61 :

Et, pour la guerre contre Rome, bien qu’il eût accepté à contre-coeur de l’entreprendre et l’eût soutenue avec courage, il fut néanmoins fait prisonnier par Vespasien qui commandait alors les Romains.

  • 62 Aut., 412 : (...) ϰαί πώς πεϱί Γάϱις ϰώμην τήν πϱώτην πϱòς έμέ μάχην έποιήσατο, ϰαί ώς ἑϰεῖϑεν εἰς (...)

36Josèphe se contente d’un bref rappel de faits qu’il a développés plus longuement dans la Guerre des Juifs62 :

(...) et comment ce fut près du village de Garis qu’il (sc. Vespasien) livra son premier combat contre moi, et comment, de là, je fis retraite vers Iotapata (...) et de quelle façon, pris vivant, je fus mis aux fers.

  • 63 Voir, par exemple, Aul., 17-18 ; 72 ; 78.

37Les avertissements aux Juifs de ne pas lever les armes contre Rome abondent dans l'Autobiographie63.

  • 64 I p. 158, ll. 26-30 : Εἶτα τυγχάνει λίαν ευμενούς αυτού τότε τε ϰαί ἐπì πλέον'Ρωμαίων άϱξαντος, ούϰ (...)

38Les dernières lignes, dans lesquelles on ne retrouve pratiquement aucun écho verbal de l’original, synthétisent en quelques traits le sort réservé à Josèphe à la cour des Flaviens64 :

Ensuite, il trouve auprès de lui (sc. Vespasien) un accueil excessivement bienveillant à ce moment, et davantage encore, quand il fut devenu empereur des Romains, non seulement auprès de lui, mais aussi auprès de ses fils, Titus et Domitien, qui lui succédèrent à la tête de l'Empire, à telles enseignes qu'il reçut la citoyenneté romaine et fut comblé de tous les biens.

39Le finale reprend un passage des Antiquités :

  • 65 I, p. 158, ll. 30-32 ; Άπηϱτίσϑη ή ιστοϱία νς' ἅγοντι ενιαυτόν,'Ρωμαίων Δομετιανού ἔτος τής αϱχής (...)
  • 66 Antiquités Judaïques, XX, 267 : Έπὶ τούτοις δὲ ϰαταπαύσω τήν ἀϱχαιολογίαν (...) μέχϱι τής νύν ἐνεστ (...)

PHOTIOS65

JOSÈPHE66

L'ouvrage historique fut achevé quand il avait cinquante-six ans, durant la treizième année du règne de Domitien sur Rome.

C'est avec (la narration) de ces faits que je mettrai fin à l'Archéologie (...) jusqu au jour présent, qui appartient à la treizième année du règne de Domitien César et, pour moi, à la cinquante-sixième depuis ma naissance.

40La nature des dernières indications y rendait les échos verbaux inévitables.

41La comparaison détaillée qui a fait l’objet de ces pages met en relief certains aspects de la technique du biographe. Pour toutes les données d’intérêt proprement historique, la notice a résumé le texte de haut, sans s’attarder sur d'autres détails que ceux concernant des réalités institutionnelles. Pour le reste, elle n’a démarqué de fort près que les paragraphes relatifs aux sectes juives et aux pratiques ascétiques de Bannoûs. Sans doute faut-il voir dans ces différences de traitement le reflet des préoccupations personnelles du biographe.

  • 67 Dans mon article Flavius Josèphe et Photios. À propos d’une singulière lecture des « Antiquités Jud (...)

42À la suite des spécialistes, j'avais supposé que le manuscrit des Antiquités lu par Photios contenait l'Autobiographie en annexe, comme ce fut longtemps le cas dans la tradition manuscrite avant l’époque des premiers témoins conservés67. J'en suis aujourd’hui nettement moins convaincu.

  • 68 I. p. 157, ll. 33-34 : ἐν οἶς ϰαὶ τής ιστοϱίας τό πέϱας.

43La formule par laquelle s’achève l’analyse de fond donne lieu de penser que les Antiquités lues par Photios avaient la même fin que dans nos éditions modernes. Le dernier fait mentionné est le commencement de la guerre qui mit aux prises Rome et le peuple juif en 66, la deuxième année du gouvernement de Florus, la douzième année du règne de Néron68 :

C’est sur ces événements aussi qu'il termine le récit.

44On ne peut rêver rappel plus précis ni plus exact, autant pour les données historiques ou chronologiques que pour la position dans l’ouvrage.

  • 69 I, ϱ. 157, 1. 34 : Οἷος òr τὴν φϱάσιν ἐστίν, έμπϱοσϑεν εἴϱηται. La référence vise un passage du cod (...)

45Avant de présenter la biographie de l’écrivain, Photios consacre quelques mots au style, sous la forme d’un bref rappel69 :

La qualité de son style a été définie plus haut.

46Si la phrase atteste bien la lecture intégrale d’un document renfermant à la fois les vingt livres des Antiquités et l'Autobiographie, son emplacement n'est pas sans surprendre. D'autant plus que Photios ne dit pas un traître mot d'un appendice qui n’était ni mince ni insignifiant. Que l'esquisse biographique ait été tirée de l'Autobiographie est hors de conteste. Il l’est sensiblement moins que l’on doive en imputer la rédaction à Photios.

  • 70 Voir supra, p. 244.
  • 71 Voir ici même ma démonstration des pp. 463-464 et 465.

47J’ai indiqué plus haut une particularité digne d'intérêt70 : la locution de l'Autobiographie « Bannoûs vivait au désert » est devenue « un homme (...) y mène le combat d’une vie d’ermite ». Rendu à l’anonymat, l’obscur Bannoûs est enrôlé au sein des milices du Christ : le Baptiste eut aussi des émules. Rien d’étonnant là : les Antiquités Judaïques bénéficièrent d'une promotion analogue. Que l’on lise de près les autres notices biographiques de la Bibliothèque : nulle part, Photios ne recourt à pareille mise en perspective, sauf dans le cas de Philon le Juif71. Mais, comme je l’ai montré ailleurs, le lecteur byzantin n’est en rien responsable de la supercherie.

  • 72 Il n’existe aucune relation entre la notice biographique du cod. 76 et les articles de la Souda. I (...)

48À mon sens, la notice biographique fermant le cod. 76 ne doit au jeune érudit que le fait matériel de la transmission : jointe aux Antiquités, elle formait un résumé de l'Autobiographie, déjà détachée pour constituer un manuscrit distinct. En l’absence du complément ajouté par Josèphe à l’occasion de la seconde présentation des Antiquités, c'était là un ajout particulièrement précieux. En tout état de cause, il est impossible de prouver que Photios ait jamais pu avoir une connaissance directe de l'Autobiographie72.

B 4. Juste de Tibériade (cod. 33)

  • 73 I, p. 18, ll. 25-26 : Οὗτος ἀπò πόλεως τής έν Γαλιλαίᾳ Τιβεϱιάδος ὡϱμᾶτο.

49La note de Photios sur Juste de Tibériade ne se présente pas d’un seul tenant. Il est aisé de montrer l’origine des deux parties. Photios écrit au début du codex 3373 :

Celui-ci (sc. Juste) provenait de la cité de Tibériade en Galilée.

  • 74 ll. 23-25 : Άνεγνώσϑη Ίούστου Τιβεϱιέως χϱονιϰόν, ο ή επιγϱαφή Ίούστου Τιβεϱιέως ’Ιουδαίων βασιλέω (...)

50Or, il vient d’introduire l’œuvre de la façon suivante74 :

Lu de Juste de Tibériade une chronique dont la suscription est : Juste de Tibériade, les rois des Juifs dans l'ordre généalogique.

51Comme on voit, la substance de l’indication d’identité, avec les précisions toponymiques, est tirée de l’intitulé du manuscrit que Photios eut à sa disposition. Seule l’origine de l'ajout « en Galilée » est à chercher ailleurs. On pourra le constater en lisant la suite, le recenseur n’eut aucune peine à le trouver dans le corps même de l’ouvrage.

  • 75 I, p. 19, ll. 38-2 : Οτος παίς μὲν ἦν ’Ιουδαίου τινòς όνομα Πιστού, ἀνϑϱώπων δέ, ὥς φησιν Ιώσηπος, (...)

52Le reste vaut un résumé de l'Autobiographie de Josèphe75 :

Celui-ci (sc. Juste) était le fils d'un Juif nommé Pistos, le plus malfaisant, comme le dit Josephe, d’entre les hommes et esclave tant de l’argent que des plaisirs. En politique, il militait contre Josèphe, et il est dit qu’il (sc. Juste) ourdit mains complots contre lui, mais que Josèphe, bien qu’il eût souvent eu son ennemi à sa merci, se contenta de lui adresser des reproches, en le relâchant sans lui faire subir de mal.

  • 76 JOSÈPHE, o.l., 34-35 : τή γνώμη δ’ οὐ συνηϱέσϰετο Πίστος, παϱαγόμενος υπό ’Ιούστου τού παιδός ϰαί γ (...)

53Les notes psychologiques abondent dans l'Autobiographie. Parlant des trois partis qui déchiraient la ville de Tibériade, dont l’un nourrissait des projets favorables à la collaboration avec Rome, Josèphe écrit76 :

Ce dessein (sc. de collaborer avec Rome et Agrippa II) n’agréait pas à Pistos, qui en était détourné par Juste, son fils, et qui avait au naturel un grain de folie (...). Juste, fils de Pistos, le chef du troisième parti, faisait mine d’hésiter à entreprendre la guerre, mais aspirait à un changement de régime, en croyant qu une révolution lui donnerait l'occasion de gagner le pouvoir (...). Il était un démagogue capable de triompher de ses contradicteurs qui auraient de meilleurs avis, grâce à la magie et à la pertidic de ses paroles.

  • 77 Autobiographie, 88 : μάλιστα δε Ίούστος ϰαì ό πατήϱ αὐτού Πìστoς ὡϱμήϰεσαν’ἀποστάντες ἐμοῦ πϱοσϑέσ (...)

54Ce type d’esquisse biographique est caractéristique de l’imprégnation que subit la mémoire au fil d’une lecture. Les nombreux complots dont Josèphe aurait eu à se plaindre de la part de Juste sont en réalité une amplification résultant de morceaux épars dans l'œuvre. Le fait que Josèphe et Juste luttèrent dans des partis antagonistes est dûment avéré et signalé à propos de l’émeute de Tibériade (66 ?)77 :

Mais ce furent principalement Juste et son père Pistos qui s empressèrent de faire dissidence par rapport à moi pour aller grossir le parti de Jean.

  • 78 Ο.l., 70 : ϰατεĩδον δ’ αὐτòν ταχέως νεωτέϱων ὀεγόμενον πϱαγμάτων ϰαì τής αϱχής επιθυμίαν ἔχοντα.

55On chercherait en vain cependant dans l'Autobiographie la moindre trace des divers pièges tendus par Juste à son adversaire. C’est que le portrait joséphien de Juste s’est noirci de traits pris à celui de Jean de Gischala. Confusion d’autant plus facile à opérer que le second personnage offrait plusieurs caractéristiques propres également au premier78 :

J’eus vite fait d’observer qu'il (sc. Jean) aspirait à la révolution et qu'il avait le désir du commandement.

  • 79 Ibidem, 94-95 : Οὔπω δέ μοι πάντα λελάλητο, ϰαί τινος ἐξήϰουσα τῶν οιϰείων ϰαταβαίνειν ϰελεύοντος ·(...)

56De l’habileté de Jean à tramer des complots, Josèphe fit une première expérience lorsqu’il se rendit à Tibériade pour en réduire la sédition79 :

Je n’avais pas encore terminé mon allocution, quand j entendis le cri d un de mes familiers m'ordonnant de descendre : ce n'était pas pour moi le moment de me soucier de l'attachement des gens de Tibériade, mais de mon propre salut et de la façon d’échapper à mes ennemis. Après les avoir triés sur le volet, Jean avait envoyé les plus sûrs d’entre les mille hoplites qu’il avait à sa disposition ; il avait donné ordre à son escouade de me tuer, ayant appris que j’étais resté seul avec mes familiers.

  • 80 Aut., 189-196, avec 236-237 : complot avec la commission de Jérusalem qui, au départ, avait donné s (...)
  • 81 Ibid., 82 : Καὶ δὶς μὲν ϰατὰ ϰϱάτος ἑλὼν Ζεπφωϱίτας, Τιβεϱιεῖς τετϱάϰις, Γαβαϱεῖς δ’ ἃπαξ, ϰαì τòν (...)

57On trouve ailleurs d’autres allusions à des traquenards du même genre déjoués par Josèphe80, mais il est facile de découvrir le passage qui a fourni les éléments constitutifs du portrait de Juste81 :

Et, à deux reprises, je pris de force Sepphoris, quatre fois, Tibériade, une fois, Gabara et, alors que j’eus souvent à ma merci Jean qui avait comploté contre moi, je ne tirai vengeance ni de lui ni des peuples cités précédemment.

  • 82 Ibid., 175-178 : Ἐγὼ δὲ τούς εϰ τῆς εἱϱϰτῆς μεταπεμψάμενος τοῦ πλήθους τῶν Τιβεϱιέων (ἦν δὲ σὺν αὐτ (...)

58Quant à la prétendue magnanimité de Josèphe à l’égard de Juste, elle prend des proportions moindres, lorsqu’on se reporte au texte intégral. L’historien vient de raconter avec quelle facilité il mit fin à la sédition de Tibériade au prix d’une ruse qui lui mit entre les mains les meneurs de la cité82 :

Quant à moi, j’envoyai chercher, en les tirant de leur geôle, les gens de Tibériade (il y avait avec eux Juste et son père Pistos), et je les fis dîner à ma table (...). À Juste, je rappelais aussi qu’avant mon arrivée de Jérusalem, les Galiléens avaient coupé les mains à son frère, avant la guerre, en l’accusant d’une manœuvre frauduleuse, pour la production de fausses lettres, et que, après la retraite de Philippe, les gens de Gamala, insurgés contre les Babyloniens, avaient tué Charès (celui-ci était un parent de Philippe) et qu’on avait sauvagement châtié son frère Jésus, mari de la soeur de Juste. Après cette discussion au cours du repas avec Juste et les siens, à l’aurore, je les fis tous soustraire à leur garde.

  • 83 §§ 336-367. Voir en particulier 345-346 et 349.
  • 84 A. PELLETIER, dans son édition de l'Autobiographie de Flavius Josèphe, Paris, 1959, pp. xviii-xix. (...)

59Qu’en définitive le personnage de Juste ait laissé dans la mémoire une trace plus marquante que celui de Jean s’explique bien à la lumière de la composition du livre de Josèphe. Dans les derniers chapitres, celui-ci procède à une longue et acerbe critique de son rival dont il rappelle la patrie à plusieurs reprises83. Même si la contamination des données historiques qui en forme la trame fausse considérablement la réalité des faits, il n’en reste pas moins sûr qu’involontairement la notice rend bien la tonalité générale de l'Autobiographie. Celle-ci fut composée, comme on sait, en réplique au livre de Juste dont les attaques pouvaient mettre en péril la position de Josèphe à la cour de Trajan : « C'est du Josèphe tout pur, écrit ab irato84 ». Telle est également l'impression qui ressort des lignes de la Bibliothèque.

  • 85 I, p. 19, ll. 2-5.

60Malgré le texte établi par R. Henry, on a quelque raison de supposer que les dernières lignes du cod. 33 n’ont pas d’autre point de départ que le même texte de Josèphe85. Il importe d'y revenir avant de clore le présent paragraphe :

Mais aussi, l’histoire qu’il a écrite n’est, dit-on, qu'une fiction dans sa plus grande part, et en particulier, dans les pages où il raconte la guerre des Romains contre les Juifs et la prise de Jérusalem.
Καὶ τὴν ἱστοϱίαν δέ, ἣν ἐϰεῖνος ἔγϱαψε, πεπλασμένην τὰ πλεῖστά φασι τυγχάνειν, ϰαὶ μάλιστα οἷς τòν Ῥωμαϊκòν πϱòς Ἰουδαίους διέξεισι πόλεμον ϰαὶ τὴν Ἱεϱοσολύμων ἅλωσιν.

61Sans doute n’y a-t-il pas lieu de mettre en cause tous les choix de l’éditeur. Le manuscrit A, dont R. Henry rappelle la leçon dans l’apparat, donne ἱστοϱίαν δὲ πεπλασμένην ἣν, quand Μ présente ἱστοϱίαν δὲ ἣν... πεπλασμένην. Aussi peu naturelle que possible, la construction de A doit en effet être rejetée au profit de celle de M. La divergence n’affecte pas le sens. Mais il y a plus important.

  • 86 734 F 2 (6) Jacoby.
  • 87 Aut., 336 : Γεγονὼς δ’ ἐνταῦϑα τῆς διηγήσεως βούλομαι πϱòς Ἰοῦστον, ϰαὶ αὐτόν τὴν πεϱὶ τούτων πϱαγμ (...)

62À la suite de Bekker, mais sans aucune assurance, Jacoby propose de substituer φησι à φασι que donnent les deux manuscrits86. On voit mal en effet quel autre écrivain eût pu émettre sur la Chronique de Juste une opinion aussi acide. De plus, la phrase de Photios répond bien à des passages de Josèphe. Ils sont assez mordants pour que tout lecteur en garde un souvenir vivant87 :

Arrivé à ce point de mon récit, je veux faire part de brèves observations touchant Juste, qui a écrit, lui aussi, un travail sur les faits, et les autres, qui promettent d’en rédiger l'histoire mais qui négligent la vérité et, par haine ou par intérêt, ne se préoccupent pas des mensonges qu’ils commettent. Leur activité a quelque ressemblance avec celle de ceux qui, dans les contrats, introduisent des titres falsifiés (...). En tout cas, Juste, qui entreprit de consigner les faits de cette manière, pour se donner l’air d’un historien travailleur, m’a calomnié et il n’a même pas dit la vérité sur sa patrie.

  • 88 Ibid., 358 : Ἀλλ’ ἴσως τὰ ϰατὰ τὴν Ἱεϱοσολύμων πϱαχϑέντσ μετὰ ἀϰϱιβείας φήσεις συγγεγϱαφέναι. Καί π (...)

63L’accusation de mensonge qu'intente Josèphe vaut, non seulement pour ce qui se rapporte au déroulement du conflit, mais aussi pour son aboutissement, la prise de Jérusalem88 :

Mais peut-être, pour les faits qui eurent lieu à Jérusalem, diras-tu que tu en as consigné une histoire exacte ? Et comment serait-ce possible ? Tu ne t’es pas trouvé là pour la guerre et tu n’as pas lu les Commentaires de César. Une fort belle preuve : tu as fait un récit en contradiction avec les Commentaires de César.

  • 89 S. JÉRÔME, De viris illustribus, 14 = 734 T 1 Jacoby : sed hunc Josephus arguii mendacii. Pour le t (...)

64La double précision dont fait état la fin du codex exclut qu’il y ait lieu d’alléguer le témoignage de l’« Epitomé » d’Hésychios89 :

Mais c'est lui que Josèphe accuse de mensonge.

  • 90 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64, n. 60.
  • 91 Le savant américain ne le fait pas davantage dans la longue liste de modifications proposées dans s (...)

65W.T. Treadgold considère les faits de la même façon90, mais sans soulever le problème du verbe déclaratif91. Sans doute pourrait-on faire entrer dans le texte de Photios la conjecture de Bekker : la faute s’expliquerait assez facilement par la présence des finales des mots précédant τὰ πλεῖστα qui ont conduit le scribe à répéter mécaniquement le même ductus.

66Pourtant, j’ai quelque scrupule à emboîter le pas au savant spécialiste des historiens grecs. L'unanimité de la tradition à donner φασι pour la véritable leçon représente un argument de poids en faveur du texte de R. Henry. Sur ce point, il paraît bien avoir eu raison de se montrer conservateur. Quelques mots pour justifier ma prudence ne seront pas inutiles, dût-on la taxer de timidité.

  • 92 Voir supra, p. 252, n. 15.

67A priori, on ne pourrait exclure le rappel d’une polémique opposant entre eux plusieurs historiens. Mais on ne doit pas cacher ce qu aurait d’artificieux cette seule justification. Il est vrai que Josephe fait allusion à une multiplicité d’ouvrages sur le sujet92. Surtout, il subsiste une grosse difficulté qui nous imposera un large détour.

  • 93 Pour les références, voir infra.
  • 94 Voir ici même pp. 242-248 le chapitre consacré à cette recension.

68À première vue, la rédaction de la présente notice oblige à supposer que Photios a bel et bien lu, voire étudié de près l'Autobiographie de Josephe au moment de la rédaction du cod. 33. Or, des traces d une lecture n’apparaissent qu’au cod. 76, où il a abordé les Antiquités Judaïques93. Mais on ne peut prouver formellement que, tirée de l'Autobiographie, la notice biographique jointe à ce chapitre doive quoi que ce soit à l'activité personnelle du savant byzantin94.

69Au surplus, on aurait tort de passer sous silence une nouvelle invraisemblance. La Bibliothèque renferme plusieurs chapitres consacrés à des œuvres de Josèphe, authentiques ou non : cod. 47 (I, p. 32, 1. 18 - p. 33, 1. 12), la Guerre des Juifs ; cod. 48 (I, p. 33, 1. 14 - p. 35, 1. 17), ps.-JOSÈPHE, Sur le tout ; cod. 76 (I, p. 155, 1. 18 - p. 158, 1. 32), Antiquités Judaïques + cod. 238 (V, p. 141, 1. 19 - p. 155, 1. 20). Si, en raison de ses lectures antérieures, Photios pouvait se croire suffisamment au courant des événements principaux de la vie de Josèphe, l’occasion rêvée pour en traiter était la première occurrence d’un chapitre réservé à un de ses livres, c’est-à-dire le cod. 47. À moins de supposer l’ordre de composition des chapitres que voici : 76, 47-48, 33. Impossible de dissimuler le caractère arbitraire de semblable hypothèse.

70Sans doute, les confusions qui déparent la notice du cod. 33 peuventelles faire l'objet d’une interprétation bienveillante : rédigée longtemps après lecture de l'Autobiographie, l’esquisse biographique comporte rait des erreurs dues logiquement à l’éloignement. Il en est pourtant une autre, susceptible de mieux rendre compte de l’ensemble des faits observables.

  • 95 On sait que le nom de Jean de Gischala revient constamment dans les livres IV-V de la Guerre des Ju (...)
  • 96 Autobiographie, 41 : Ἀλλὰ πεϱί μὲν τούτου τοῦ ἀνδϱός, ὡς φαῦλος τòν βίον ἐγένετο, ϰαὶ ὡς σὺν τῷ ἀδε (...)

71Substituer à Juste de Tibériade Jean de Gischala revient à donner à l’action politique du premier une ampleur qu’elle n’eut jamais95. Prétendre que, de notoriété littéraire (φασι), le récit historique de Juste est fiction pure, c’est, a contrario, rehausser la valeur du livre parallèle de Josèphe. Un passage de l'Autobiographie favorisait la première majoration96 :

Mais, sur le compte de cet homme, sur la scélératesse de l’existence qu’il mena, sur le fait qu’en compagnie de son frère il est, ou peu s’en faut, le responsable de la catastrophe, nous donnerons, au fil de l’ouvrage, les renseignements.

  • 97 Voir le chapitre consacré à la question, pp. 319-331.

72La seconde se justifiait bien également si, adoptant le point de vue du « cinquième évangéliste » et de la tradition, le biographe voulait mettre en garde contre les déformations à la vérité que l’on prêta au rival malheureux de Josèphe. « Mauvais livre », la Chronique de Juste ne pouvait être abordée et recopiée que munie d’un appendice prévenpréventif : l'Apologie d’Eunome de Cyzique ne survécut qu’à la faveur du Contre Eunome de Basile de Césarée et pourvue d’un avertissement analogue97.

  • 98 Voir p. 249 avec la n. 1 pour les deux premiers points ; I, p. 18, ll. 28-29 ; 1. 32 pour le troisi (...)
  • 99 I, p. 19, ll. 32-34 : Ἔστι δὲ τὴν φϱάσιν συντομώτατός τε ϰαὶ τὰ πλεῖστα τῶν ἀναγϰαιοτατων παϱατϱέχω (...)

73On a quelque raison de croire qu’il en fut bien ainsi. Revenons à la disposition du cod. 33. Après de brèves remarques sur l’intitulé du livre et l’identité de l’écrivain, Photios détermine les limites chronologiques de l’ouvrage : de Moïse à la mort d’Agrippa II98. Puis vient une sèche critique de style et de fond99 :

Il a le style très concis et il passe à côté des faits les plus nécessaires.

  • 100 E. ORTH, Photiana et Die Stilkritik des Photios, Leipzig, respectivement 1928 et 1929.
  • 101 F. JACOBY, dans son article Justus (9) de la R.-E., X, 2 (1919), col. 1345 = Griechische Historiker (...)
  • 102 R. HENRY, I, p. 19 ad. 1.

74On chercherait en vain dans les ouvrages d’E. Orth100 le moindre commentaire à cette appréciation que F. Jacoby prête à Photios101. Comme le soulignait à juste titre l’historien allemand, il faut y distinguer forme et fond. Que la première ait revêtu une apparence passablement laconique, c’est ce dont nous ne pouvons plus guère juger. C’est la seconde indication qui fait problème. R. Henry la traduisait102 : « il ne fait qu’effleurer la plupart des faits essentiels ». Je ne suis pas convaincu que concision et superficialité aillent de pair.

  • 103 I, p. 19, ll. 34-38 : Ὡς δὲ τὰ Ἰουδαίων νοσῶν, Ἰουδαῖος ϰαὶ αὐτòς ὑπάϱχων γένος, τῆς Χϱιστοῦ παϱουσ (...)

75Plus loin, la notice continue sur un ton virulent103 :

Souffrant, en tant qu’il appartient lui-même à la race juive, de la maladie propre aux Juifs, il n’a pas fait la moindre mention de la venue du Christ, des faits qui se déroulèrent autour de lui et de ses miracles.

76On sait bien ce que représentent « les faits les plus nécessaires » : les origines du christianisme. L’antisémitisme avoué de la notice eût dû, en principe, s’exprimer à propos de Josèphe, principalement au cod. 76, où l’on ne découvre rien de pareil.

  • 104 On trouvera les références par exemple dans J. SCHAMP, Flavius Josèphe et Photios. À propos d’une s (...)
  • 105 I, p. 34, ll. 31-40 : Οὕτω μὲν οὐν ἀναξίως τῆς τε τῶν Ἰουδαίων πεϱί ἀνϑϱώπου φυσιολογίας ταῦτα εἰπὼ (...)

77C’est sur ce point que les silences de Photios sont embarrassants. On pourrait supposer que, rempli de préventions, il jugeait indispensable le rappel de faits capitaux, au moins à ses yeux de croyant. Les Antiquités Judaïques étaient farcies d’interpolations chrétiennes104. Pourtant, au cod. 76, il n’a pas un mot pour la vie du Christ. Avait-il, contre toute vraisemblance, entre les mains un texte indemme de tels compléments ? Dans ce cas, il eût dû, comme pour Juste, s’indigner du silence de Josèphe. Tout simplement, neuf siècles post eventum, la sérénité était devenue possible pour un Byzantin. Rien n’oblige à prêter à Photios la responsabilité du jugement teinté d’antisémitisme sur Juste de Tibériade. Qu’il n’y ait pas lieu d’interroger Josèphe en matière d histoire du christianisme ou de théologie, c’est ce que paraît bien déclarer Photios lorsqu’il rend compte du traité Sur le Tout105 :

Après l'énoncé de tels propos, sans rapport avec tant la doctrine des Juifs sur la nature humaine que sa pratique générale en matière de littérature, il traite aussi de la création du monde, sommairement. Cependant, sur le Christ, le vrai Dieu, il donne une théologie aussi proche que possible de la nôtre : il y prononce l’épiclèse même de « Christ » et il y consigne d’irréprochable manière son ineffable procession à partir du Père. C’est ce point qui pourrait persuader certains de mettre en doute que le petit traité soit l’œuvre de Josèphe. Mais rien, pour la qualité du style, ne lui manque par comparaison avec les autres œuvres de l’auteur.

78On reconnaît ici l’indépendance intellectuelle que loue la critique moderne chez l’auteur de la Bibliothèque. Pour l’inspiration, le passage est aux antipodes de celui qui fustige l’art de Juste. À moins de le doter d’une tournure d’esprit aussi mobile que la peau du caméléon, on ne peut faire endosser à Photios la paternité des critiques sur le rival de Josèphe.

  • 106 Voir sur ce point les remarques de P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques su (...)

79À qui revient-elle ? Au même qui rédigea l’esquisse biographique du cod. 33. J’ai déjà plus haut caractérisé sa manière. Admirateur de Josèphe, il a tiré de l'Autobiographie un ensemble de traits visant, par d’habiles modifications ou des généralisations abusives, à noircir le rival d un historien dont, à coup d’interpolations, le christianisme a sauvé l’œuvre d’une perte irrémissible. Si la présente analyse a quelque valeur, elle permet d’expliquer pourquoi, si expert à dégager les points essentiels des Antiquités, Photios n’a pu prendre ses distances vis-à-vis des bizarreries que renferme la fin du cod. 33 : la Bibliothèque ne porte pas la moindre trace d’une lecture personnelle de l'Autobiographie et, au moment de consigner sa recension de la Chronique de Juste, il n’avait encore abordé aucune œuvre de Josèphe. Sur ce point, l’ordre des codices répond, pour la chronologie, à celui des lectures. On a pu lire plus haut la fonction que le biographe réservait probablement à ces lignes. Il est à peine utile de rappeler qu’ouvrant tel livre hérétique certains moines byzantins ne s’y résignaient qu’avec le secours d’un signe de croix. A la fin de la Chronique, l’avertissement n’avait en somme pas d’autre rôle106.

  • 107 G. WENTZEL, o.l., p. 42.
  • 108 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64.

80La conclusion à laquelle j’arrive est passablement différente des solutions préconisées par les chercheurs précédents : G. Wentzel107 prétend que les renseignements proviennent du manuscrit des Antiquités Judaïques lues postérieurement. W.T. Treadgold108 reprend à son compte les mêmes observations, en ajoutant : « This paragraph seems too detailed to have been composed from memory. » De part et d’autre, les affirmations ne reposent pas sur une étude attentive du témoignage de la Bibliothèque. Le montage singulier qui ferme le cod. 33 ne résulte en rien de défaillances d’ordre intellectuel.

  • 109 Souda, I 450 s.v. Ἰοῦστος et SOPHRONIOS, 14, p. 17 von Gebhardt : Ἰοῦστος Τιβεϱιεὺς ἐπαϱχίας Γαλιλα (...)

81On évoquera ici en quelques lignes seulement les articles de Sophronios et de la Souda, dont les versions sont rigoureusement identiques109 :

Juste, de Tibériade, dans le gouvernement de Galilée : il essaya lui aussi de composer une Histoire juive et quelques mémoires sur les Ecritures : mais Josèphe le réfute comme menteur. Car le personnage écrivait au même moment que Josèphe.

  • 110 Je pastiche ici le titre de P. VIDAL-NAQUET (Du bon usage de la trahison. préface à la traduction p (...)

82Ici encore, le caractère canonique de l'Autobiographie est admis sans réserve. Au fond, l’article de Sophronios traduit le recours au même procédé d’idéalisation : par un de ces paradoxes dont l’histoire a le secret, dans la copie de son œuvre qui parvint à Photios, c’est Juste lui-même qui a été invité à plaider ad majorem gloriam inimici. Le codex 33 jette une lueur tant sur les mobiles qui firent disparaître l’œuvre que sur « le bon usage de la trahison » des textes110. Sur ce dernier point, le corpus joséphien demeure un merveilleux coffret à surprises.

B 5. Philippe de Sidé (cod. 35)

  • 111 Je résume ici B. ALTANER, ο.l., p. 347 ; voir aussi J. QUASTEN, o.l., III, p. 739 et surtout E. HON (...)

83Philippe de Sidé appartient au nombre des historiens de l’Église dont l’œuvre perdue laisse le plus de regrets. Ordonné diacre sous Jean Chrysostome, prêtre sous Atticos, il fut à trois reprises un candidat malheureux au siège de Constantinople (426, 428 et 431). À son Histoire chrétienne publiée entre 434 et 439111, Photios a consacré un bref chapitre qui se termine par une notice biographique.

  • 112 Cod. 35, I, p. 20, ll. 26-33 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Φιλίππου Σιδήτου, οὗ ἡ ἐπιγϱαφὴ « Χϱιστιανιϰὴ ἱστο (...)

84Pour en éclairer l’origine, on doit revenir sur la description qu’il en a laissée112 :

  1. Lu un livre de Philippe de Sidé dont le titre est Histoire chrétienne.

  2. Il débute par « Au commencement, Dieu fit le Ciel et la Terre », et il développe tantôt succinctement tantôt longuement l’histoire de Moïse, en prodiguant cependant partout maints discours.

  3. Son premier livre contient 24 récits ; mais il en est encore de même pour les 23 autres livres de lui, répartis en 24 récits, que nous avons vus jusqu’ici.

  • 113 Trait caractéristique justement noté par J. KLINKENBERG, De Photi Bibliothecae codicibus historicis (...)
  • 114 B. ALTANER, l.l. La traduction de R. HENRY, I, p. 20 conduit à des chiffres fantastiques : « Son pr (...)

85Contrairement à ses habitudes, Photios ne donne point la composition intégrale de l’œuvre. Après l'incipit de 2, accompagné d’une sommaire critique adressée à la première partie, il s’abstient d’indiquer où s’arrêtait le volumineux traité113. Rien de plus logique : 3 montre qu’il était dans l’impossibilité d’offrir la précision. Complet, l’ouvrage s’étendait sur trente-six livres114.

  • 115 I, p. 20, l. 33 - p. 21, l. 39.
  • 116 I, p. 21, ll. 39-5 : Σύγχϱονος δὲ Σισιννίου ϰαὶ Πϱόϰλου οἱ Κωνσταντινουπόλεως ἐπεσϰόπησαν.’Εν δὲ τῇ (...)

86On ne peut être sûr que Photios se soit attaché longuement à l'Histoire chrétienne, dont il ne trouve à relever que des défauts tant pour le style que pour la composition. Après cette sévère critique115, le chapitre présente la sèche esquisse biographique qui nous intéresse au premier chef116 :

Contemporain de Sisinnios et de Proclos, qui furent évêques de Constantinople. Dans le cours de son propre récit, il attaque beaucoup Sisinnios parce que, quand tous deux remplissaient la même charge, ce fut Sisinnios, dit-on, bien que Philippe parût occuper le premier rang même dans le domaine des lettres, qui fut élu au siège patriarcal.

  • 117 J. QUASTEN, o.l., III, p. 739.
  • 118 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, VII, 26 dans PG 67, col. 800 B : Ἐπὶ τούτῳ Φίλιππος πϱεσβύτεϱος(...)

87On sait que l'Histoire chrétienne prit fin avec la narration des faits de l’année 426117. On lit dans Socrate une description de la réaction de Philippe lorsqu’il se vit évincé par Sisinnios118 :

Pour cette raison, parce qu’un autre lui avait été préféré, le prêtre Philippe s’en prit souvent à cette élection dans son travail sur l'Histoire chrétienne, en médisant aussi bien de l’élu que des électeurs et, bien plus encore, des laïcs.

  • 119 O.l., VII, 27 in PG 67, col. 800 C.

88Il est à peine utile de souligner la similitude entre les deux passages. Socrate avait certainement eu sous les yeux les pages correspondantes de Philippe dont il connaissait fort bien, semble-t-il, l’œuvre littéraire. Ainsi, il mentionne une réfutation des écrits de l’empereur Julien qu’avait rédigée le savant prêtre119. Est-on justifié de créditer Photios d’une érudition aussi impeccable ? Fort probablement pas. Il eut entre les mains vingt-quatre des trente-six livres qui formaient le traité de Philippe dans son intégralité, soit exactement les deux tiers. Cette particularité donne à penser que les douze derniers, peut-être réunis en un troisième volume, étaient devenus très difficiles à trouver au ixe siècle, voire qu ils avaient totalement disparu. En bonne logique, Philippe n’avait pas pu mentionner les péripéties de la succession à l’épiscopat de Constantinople dans la partie de son œuvre que Photios put parcourir. En plus, le cod. 35 n’offre aucune preuve que le recenseur examina de près rien d’autre que le premier livre consacré au récit des temps bibliques suivant la version prêtée à Moïse, soit le Pentateuque.

  • 120 Cod. 28, I, p. 16, l. 13 - p. 17, l. 23.
  • 121 O.l., VII, 26 in PG 67, col. 800 A.
  • 122 O.l., VII, 27 in PG 67, col. 801 A. Il souligne particulièrement le caractère lâche de la compositi (...)

89Les informations biographiques proviennent-elles de Socrate, dont Photios a analysé l’ouvrage quelques pages plus haut120 ? J’avoue n’en être pas convaincu. La notice souligne la primauté de Philippe dans le domaine littéraire. Socrate n’indique rien de pareil : il fait observer seulement que Sisinnios dut son succès à la charité dont il fit preuve à l’égard des pauvres du district d’Élaia, dans la banlieue de Constantinople, où il officiait comme prêtre121. Du reste, l’historien ne ménage pas non plus les critiques à l’ouvrage de Philippel122, sans que les traits coïncident pour autant avec ceux de Photios. Il eût été bien en peine d esquisser une comparaison sur la base de mérites littéraires, car Sisinnios semble bien n’avoir pas laissé d’héritage écrit. Enfin et surtout, qui chercherait à alléguer un emprunt à Socrate devrait concéder que Photios s'est montré d'une insigne maladresse. La remarque sur Philippe sonne comme une contradiction vis-à-vis des critiques qu’il ne lui a pas épargnées par ailleurs.

  • 123 Les fragments conservés de Philippe sont rares et courts. Voir la bibliographie de J. QUASTEN, ο./. (...)

90Il n’est que trop temps de conclure. On ne peut le faire qu’au prix d’une hypothèse. La notice biographique n’est pas un emprunt direct à Socrate et elle ne doit rien à d’hypothétiques recherches de Photios dans le domaine de l’histoire littéraire. L’incise « dit-on » trahit une dette vis-à-vis d’une source à laquelle il n’est pas possible d'assigner un nom propre. Au plus peut-on essayer d’en marquer les particularités intéressantes. L indication de synchronie entre Philippe, Sisinnios et Proclos apparaît dans une locution étrangère à la syntaxe périodique : pour la forme, elle évoque des documents analogues, comme, par exemple, les articles biographiques de la Souda. Pourtant, il n’y a pas lieu de ressusciter pour la circonstance le fantôme de l’« Epitomé » d’Hésychios : Philippe n’a eu droit à aucun article ni dans la Souda ni, évidemment, dans Sophronios. D'ailleurs, la phrase suivante dément cette impression première. Elle paraît bien poursuivre un double obobjectif : hausser les mérites de l’écrivain au-dessus de ceux de ses contemporains et justifier les attaques déplaisantes auxquelles il se livra contre Sisinnios. Bien que la fin du cod. 35 n’offre point de véritable indice dans ce sens, on doit sans doute conjecturer que la note avait pour auteur un lecteur qui avait pu prendre connaissance de l'Histoire chrétienne dans son intégralité. On ne se trompera pas de beaucoup sans doute en supposant que Photios l’avait trouvée à la fin du volume qu’il avait à sa disposition. Dans ce cas, on disposerait d’un excellent témoignage sur le processus qui a condamné à la disparition des œuvres trop copieuses. On les reproduit d’abord entièrement, puis on s’abstient de transcrire le dernier tiers que l’on remplace par des informations plus ou moins topiques. L’âge suivant sera celui des extraits et autres anthologies, bientôt remplacés par des résumés. L’esquisse de Photios synthétise une part importante de ce troisième tome. Philippe de Sidé est en quelque manière responsable de son propre naufrage123.

B 6. Dion de Pruse (cod. 209)

  • 124 Je suis ici l’excellente esquisse d’Alb. LESKY, GGL, pp. 889-890 ; voir aussi, pour l’exil, J. HANI (...)

91Il est à peine nécessaire de présenter un écrivain comme Dion de Pruse dit « Chrysostome ». Né aux environs de 40 et mort vers 120 de notre ère, il se convertit, sous l’influence de Musonius Rufus, au stoïcisme, dont les éléments cyniques l’avaient séduit. En 82, il tomba sous le coup d une sentence d exil qui lui interdit l’Italie et sa province natale. Il ne rentra en grâce que sous les empereurs Nerva et Trajan124.

  • 125 III, p. 106, ll. 32-8.
  • 126 G. WENTZEL, o.l., p. 85.
  • 127 T. HÄGG, Photios als Vermittler antiker Literatur, Uppsala, 1975, pp. 160-183
  • 128 O.l., pp. 85-86 et 103.

92On ne paraît pas avoir attaché un vif intérêt à la longue notice biographique qu’a laissée Photios en tête du cod. 209125. Si l’on en croit G. Wentzel126, « thatsächliches Material hat P(hotios) nur wenig mehr als S(uidas), die Erweiterungen sind bei ihm überwiegend stilistischer Natur ». Mais le savant allemand ne se prononce pas sur l’origine de ces compléments qu il estime, un peu vite, « de nature stylistique ». La « Vie » n’occupe pas de place dans la longue étude de T. Hägg127 ni dans les brèves remarques de W.T. Treadgold128. On conçoit que l’appréciation de G. Wentzel laisse le lecteur sur sa faim.

  • 129 R. HENRY, III, p. 106, n. 1.

93R. Henry paraît avoir été un peu sceptique sur la réalité d’un emprunt à 1 « Epitomé » d Hésychios129 : « Il y a des ressemblances verbales assez étroites entre les deux textes, quoique leur contenu n’offre pas du tout le même ordre et que Photius soit beaucoup plus abondant que Suidas».

94Qu’il y ait des correspondances verbales de part et d’autre est hors de conteste. Trop pressé de faire triompher sa thèse, G. Wentzel a passsé sous silence maintes différences susceptibles de la mettre en difficulté. Avant de le montrer, il importe d’abord de comparer les documents :

  • 130 III, p. 106, ll. 32-8 :’Έστι μὲν οὖν πατϱίδα Πϱουσαεύς, φυγὰς δ’ ἐγεγόνει ταύτης τυϱαννίδος ἐϰϰλίνω (...)
  • 131 8 Souda Δ 1240 s.v. : Δίων∙ὁ Πασιϰϱάτους, Πϱουσαεύς, σοφιστὴς ϰαὶ φιλόσοφος, ὃν Χϱυσόστομον ἐϰάλεσα (...)

PHOTIOS130

SOUDA131

Il a (1) Pruse pour patrie

Dion, (6) fils de Pasicratès, (1) de Pruse, (7) sophiste et philosophe.

I. mais il s’était exilé pour esquiver la servitude de la tyrannie régnante et il parcourut, durant sa course errante, quantité de pays.

II. Il passa pour être habile en matière d’éloquence, et principalement dans tous les discours qui conseillent de régler les moeurs. (2) 11 atteignit le sommet de sa carrière au temps de l’empereur Trajan, (3) il passa la plus grande part de son temps à ses côtés et (4) il y gagna le maximum d'honneurs et de considération, (5) au point même de partager avec lui un siège dans le véhicule impérial.

Or, (6) cet auteur était le fils de Pasicratès, et il était (7) sophiste et philosophe de profession

(11) que l’on a appelé « Chrysostome ».

(8) Il avait, dit-on, dans sa tenue, des prétentions à la majesté, à telles enseignes même qu'il faisait des sorties, affublé souvent d’une peau de lion.

(8) Il avait des prétentions à la majesté, au point même qu’il sortait affublé d’une peau de lion.

III. Il s exprimait d une voix calme et ferme, et il avait une démarche tranquille, mais point nonchalante, et ses autres mouvements n'étaient point sans y répondre.

9 (a) Il était maigre et (b) sa taille n’était pas grande non plus.

(9a) Il était de corpulence mince, et (3) il passa la plus grande part de son temps auprès du césar Trajan, (5) au point même de partager un siège avec lui dans le véhicule impérial.

(10) Cet auteur avait, dit-on, rédigé des écrits nombreux et variés.

(10b) Il écrivit : « Si le monde est périssable », « Éloge d’Héraclès et de Platon » (4 livres), « Sur les vertus d’Alexandre » (8 livres). Il calomnie aussi Homère comme auteur d’un récit faux sur la guerre de Troie.

IV. Ceux qui sont venus à notre connaissance se montent au nombre de 80.

(11) Ses discours lui ont fait donner le surnom de « Chrysostome » par la génération contemporaine.

95Par comparaison avec l'article de la Souda, on pourrait admettre à la rigueur que les éléments (2), (4) et (9b) représentent des ajouts imputables à un souci de caractériser plus concrètement la physionomie du sophiste. Le même principe d’explication pourrait également valoir pour II, voire pour III. Cependant, seule la mauvaise foi pourrait suggérer d’évoquer un procédé identique pour rendre compte de I et surtout de IV.

  • 132 Alb. LESKY, l.l.
  • 133 Η. von ARNIM, Leben und Werke des Dio von Prusa. Berlin, 1898, p. 224. Le savant allemand ajoutait (...)

96I. Les faits relatés dans cette partie sont de la plus haute importance pour la biographie de l’écrivain. Promulguée en 82, la sentence d’exil, parfaitement avérée, fut, semble-t-il, le corollaire de la disparition du patronus de Dion, Flavius Sabinus132. Dans la notice de Photios, la relégation prend un coloris franchement flatteur pour l'intéressé, celui d’une décision qu’aurait prise Dion en toute liberté, « pour esquiver la servitude de la tyrannie régnante », c’est-à-dire le principat de Domitien (81-96).133

  • 134 PHILOSTRATE, Vie des sophistes, 7, pp. 18-20 Wright : Τὴν δὲ ἐς τὰ Γετιϰὰ ἔϑνη πάϱοδον τοῦ ἀνδϱòς φ (...)

97La version des faits rejoint parfaitement celle de Philostrate, chez qui on peut lire134  :

Quant au passage de notre homme chez les Gètes, il ne mérite pas à mon sens le nom d'« exil », puisque (Dion) ne reçut pas de sentence du genre, pas plus que celui de « voyage », parce qu'il évita le public en se dérobant tant à ses yeux qu’à ses oreilles et en se livrant à des occupations diverses en divers lieux par crainte des (actes) de tyrannie déchirant la ville (sc. Rome) : toute philosophie y faisait l’objet de poursuites.

98Le passage met en jeu des préoccupations de deux ordres. La fin évoque les mesures prises à Rome à l’encontre des praticiens de la philosophie, mais, si l'on s’en tient au début, Dion n'eut rien à en souffrir. Difficile de ne pas constater ici une contradiction interne. Que cache-t-elle ? Probablement une volonté d’améliorer une image de marque.

  • 135 Η. von ARNIM, o.l., pp. 228-229.
  • 136 DION, 12 (A Athènes, sur l’exil), I, I, p. 179, ll. 9-17 von Arnim : Ὅτε φεύγειν συνέβη με φιλίας (...)

99En effet, on ne peut adhérer sans réserve à la présentation des faits offerte par Philostrate. Comme l’indique H. von Arnim135, elle est contredite par l’orateur lui-même136 :

Lorsqu'il m’arriva de connaître l’exil, à cause de l’affection pour moi prêtée à un homme qui n’était pas méchant mais qui était proche de gens possédant alors bonheur et pouvoir, et parce que, pour ces raisons, on l’avait jusque mis à mort— autant de raisons qui le faisaient passer pour bienheureux aux yeux de beaucoup, voire de presque tous —, à cause de son alliance et de sa parenté avec eux, on avait porté cette accusation contre moi, en ma qualité d’ami et de conseiller du personnage. C’est là en effet un des usages des tyrans, comme l’est chez les Scythes pour les rois celui d’ensevelir avec eux échansons, cuisiniers et concubines et d'ajouter à ceux qu’ils font exécuter quantité d'autres, sans aucun grief.

  • 137 EMPERIUS, De exilio Dionis, Brunschwig, 1840, p. 6 cité par J. von ARNIM (Dionis Prusaeensis quem v (...)
  • 138 H. von ARNIM, o.l., p. 232.

100Comme Philostrate, Photios, ou plutôt, la source qu’il a reproduite, travestit la réalité historique. Depuis longtemps, l’identité du personnage exécuté à cette occasion ne fait plus guère de doute : il s’agissait de T. Flavius Sabinus, cousin et beau-frère de Domitien137. D'ailleurs, l’exil qui frappa Dion n’eut rien d’un châtiment ressortissant aux prescriptions du droit pénal, mais il fut simplement l’effet d’une mesure administrative prise par l’empereur en vertu des pouvoirs que lui donnait l’exercice de la magistrature, c’est-à-dire une relégation hors de certaines provinces de l’Empire dûment fixées, Rome avec l’Italie et la Bithynie138.

  • 139 Vie des sophistes, 7, p. 16 : Δίωνα δὲ τòν Πϱουσαεῖον οὐϰ oἶδ τι χϱὴ πϱοσειπεῖν διὰ τὴν ἐς πάντα (...)

101(11) À en croire la source de Photios, Dion aurait été surnommé « Bouche d’or » par ses contemporains. L’affirmation est sujette à caution. Plus prudente, celle de la Souda s’est gardée de toute précision chronologique. En caractérisant l’éloquence de l’orateur, Philostrate a employé des locutions où ne figure pas la célèbre épithète139 :

Quant à Dion de Pruse, je ne sais quelle appellation il faut lui donner, en raison de ses qualités dans tous les domaines ; car il était une corne d'amalthée, comme dans le proverbe ; composé des locutions les plus nobles du style le plus noble, attentif à la sonorité de Démosthène et de Platon, Dion a une langue vibrante, comme le sont les chevalets pour les cordes, d’une résonance soutenant la leur, grâce à une simplicité concertée.

  • 140 MÉNANDRE, Sur les (discours) épidictiques, in III, p. 389, 30 Spengel : Ὅταν μὴ τϱαχείᾳ χϱώμεϑα τῇ (...)

102Autant que l’on puisse voir, l’occurrence la plus ancienne apparaît, à la fin du iiie siècle, chez le rhéteur Ménandre de Laodicée140 :

Lorsque nous usons d'un style rude et ne contenant ni périodes ni enthymèmes, mais lorsqu'il se trouve être plus uni et plus simple, comme l’est celui de Xénophon, de Nicostrate, de Dion Chrysostome et de Philostrate, qui écrivit le récit des Héroïques et les Images, lié et sans apprêt (...).

103Attribuer aux contemporains de Dion l'invention de son surnom revient à le doter d'un prestige exceptionnel durant les années où il exerça son activité. L’absence de tout témoignage de l’époque invite à la méfiance. Si mes soupçons sont fondés, on retrouve appliqué ici le même procédé que dans I : c’est celui du mensonge « en rehaussement de stature ».

  • 141 J. von ARNIM, Dionis..., II, p. x.
  • 142 J. von ARNIM, o.l., I. pp. iv-v. Voir R. HENRY, III, p. 107, n. 1 (continuée p. 108).

104(10b) Comme on l'a vu, l’article de la Soucia s’achève par une brève énumération d’œuvres, qui ont toutes disparu141. En revanche, le cod. 209 renferme l’analyse de quatre-vingts discours. Von Arnim tient la succession dans laquelle ils y sont présentés comme l’ordonnance originale de la collection : c’est du reste celle qu’atteste notamment le Vaticanus 99 du xie siècle auquel le philologue allemand attachait un très grand prix142. Apparemment, les quatre pièces citées avaient disparu à l’époque de Photios. Mais il y a plus : s’il avait pu consulter l’« Épitomé » d’Hésychios et sa liste de titres, Photios eût été bien négligent de ne pas conserver le souvenir d’œuvres d’autant plus intéressantes qu’elles ne figuraient pas dans le manuscrit dont il disposait. Or, on le sait, l’incurie en pareille matière n’est pas un défaut dont on puisse taxer le jeune savant byzantin. Force est donc d’admettre que la source dont (10) est le reflet ne permettait pas d'en écrire davantage. Si l’on veut rester fidèle à la thèse du recours à l’«Épitomé»,mé », les informations d’Hésychios ont subi dans l’intervalle un abrègement radical. Rien de plus logique si (10) faisait corps avec une introduction destinée à un recueil de quatre-vingts discours dont la présence offrait la plus décisive des démonstrations. De ce point, on trouvera une confirmation dans la présentation même des éléments au sein du codex. Avant de terminer la notice bio-bibliographique en rappelant le surnom de Dion, Photios a indiqué le nombre des discours qu’il avait pu lire. L’incidente sert à corroborer une indication trop vague dans l’annexe dont le manuscrit était muni : par conséquent, celle-ci ne renfermait sûrement pas les titres que contient la Souda.

105Si la présente analyse est correcte, elle oblige à s’interroger sur la nature et l’origine des suppléments qui distinguent le cod. 209. On l’a vu, un des éléments (9) figure également dans la Souda. Mais la description de Photios est beaucoup plus complète et vaut un portrait d’après nature. Dans les biographica de Westermann, je n’ai pu trouver un seul passage équivalent. En fait, certaines des touches qui caractérisent Dion avaient déjà servi à Sénèque pour croquer l’idéal du conférencier mondain. L’écrivain romain vient de décrire l’éloquence torrentielle de Sérapion :

  • 143 SÉNÈQUE, Lettres à Lucilius, IV, 40, 2 : Hoc non probo in philosopho, cujus pronuntiatio quoque, si (...)

a143. Voilà un trait que je n'approuve pas chez le philosophe, dont l’élocution aussi, comme la vie, doit être posée.

  • 144 IV, 40, 4 : Adice nunc, quod quae ventati operam dat oratio, et composita esse debet et simplex : h (...)

b144. Ajoute à présent que l’éloquence qui travaille pour la vérité doit être et posée et simple : celle du populaire ne contient rien de vrai.

  • 145 IV, 40, 7 : Sic ista difendi celeritas nec in sua potestate est nec satis decora philosophiae, quae (...)

c145. Ainsi, cette volubilité de parole n'a point puissance sur elle-même et ne fait point honneur à la philosophie, qui doit garder le verbe posé, non le projeter, et doit avancer pas à pas.

106Je ne crois pas pourtant que III doive s’interpréter comme la récurrence d’un thème traditionnel. Hormis dans Photios et dans la Souda, où ils ne sont rappelés que très fugitivement, les traits physiques concernant Dion n’apparaissent dans aucun texte. La similitude indique qu’à un étage de la tradition, il y a eu usage de sources analogues ou voisines, qui remontent peut-être, dans leur partie la plus ancienne, à une note produite par un copiste ou « éditeur » contemporain de Dion.

  • 146 C'est évidemment le sens de la question que l’acheteur adressait à Diogène dans LUCIEN, Philosophie (...)

107Une simple lecture de la notice de la Bibliothèque révèle les disparates qui marquent le portrait psychologique de Dion. Peut-on concilier le port de la peau de lion avec une attitude respirant une modeste assurance ? L’un évoque la dépouille du lion de Némée et la personnalité du vainqueur, Héraclès, dont les philosophes se faisaient un emblème146. La conjonction témoigne probablement, non pas du goût pour la magnificence ou de la majesté, mais de la conversion radicale de Dion : l’indication sur le costume vise la première partie de la carrière du rhéteur, avant la crise provoquée par Domitien. Plus tard, une fois revenu en grâce, Dion se comporta en orateur à succès et put se débarrasser des oripeaux un peu voyants du prosélyte. Si l'on suit bien l’ordonnance de la notice de Photios, on échappe difficilement à l’impression que l’ensemble résulte de la contamination de deux βίοι distincts (I → 8 ; III → 11). La source de la Souda a puisé les renseignements dans un document qui avait subi un accident semblable, mais ce dernier avait déjà fait l’objet d’un remaniement visant à faire disparaître toute trace de suture.

108Comme on voit, entre Photios et la Souda, les différences sont importantes. C’est à des étages différents de la tradition qu’ont emprunté les auteurs de l’un et l’autre recueil. Il ne saurait être question de cousinage des deux notices entre elles, tout au plus de cheminement parallèle à partir du même point de départ. Le fait prouve le succès que rencontra le corpus de Dion avant l’époque de Photios.

B 7. Amyntianos (cod. 131)

  • 147 Cod. 131, II, p. 104, ll. 9-12 : Ἀνεγνώσϑη Ἀμυντιανοῦ εἰς Ἀλέξανδϱον · πϱοσφωνεῖ δὲ τòν λόγον τῷ αὐ (...)

109Plutarque de Chéronée ne fut certes pas le seul à essayer son talent dans le genre de la biographie. Un demi-siècle environ après sa mort, l'époque connut un de ses émules moins doué en la personne d’un certain Amyntianos, dont Photios décrit ainsi l’ouvrage147 :

Lu d’Amyntianos Pour Alexandre. Il dédie son discours à Marc, l’empereur des Romains, et il annonce qu’il va parler des exploits d’Alexandre d’une façon digne (...).

  • 148 Malgré SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 762 ; Ed. SCHWARTZ, dans son article Amyntianos (1), dans R.- (...)
  • 149 II p. 105, l. 17.

110La dédicace suffit à dater le personnage : il était en activité sous le règne de Marc-Aurèle (161 ou 169-180). L’œuvre relevait-elle du genre historique ? Cela paraît douteux. Photios n'indique rien de pareil et, autant que l’on puisse en induire à la lecture du chapitre, la préface ne faisait pas état de recherches spéciales en la matière148. Aussi, quand il reproche à Amyntianos de négliger des éléments essentiels149, peut-on supposer que la critique tombait à faux : on ne blâme pas un adversaire de n’avoir pas réalisé ce qu'il n’avait pas voulu faire.

  • 150 II, p. 105, ll. 18-22 : Ὁ αὐτòς δὲ ϰαὶ ἑτέϱους λόγους ἔγϱαψε διαφόϱους ϰαὶ παϱαλλήλους συνέϑηϰε βίο (...)

111Le bref chapitre se termine par une importante notice bibliographique150 :

Mais le même a aussi écrit divers autres ouvrages, et il a composé des Vies parallèles, comme celles de Denys et de Domitien en deux livres et celles de Philippe de Macédoine et d’Auguste en deux autres (livres). Il a aussi écrit un ouvrage sur Olympias, la mère d’Alexandre.

  • 151 Scholies BCEQ à PINDARE, Olympiques, 3, 52a. Voir Ed. SCHWARTZ, l.l.
  • 152 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 62, qui a raison de ne pas se prononcer avec assurance.
  • 153 Cod. 62, I, p. 63, ll. 9-15 et ici même, pp. 168-169.
  • 154 I, p. 63, ll. 15-17.

112Parmi ces « divers ouvrages », peut-être y a-t-il lieu d’évoquer un traité Sur les éléphants151. L’origine de la notice pose un problème plus difficile. Pour W.T. Treadgold, la liste proviendrait tout simplement du texte recensé où les œuvres auraient été énumérées152. La sécheresse de la rédaction n’autorise, cela va de soi, aucune conclusion définitive. On peut seulement faire observer que la fin du chapitre rappelle la description d'une œuvre guère plus connue, celle de l’historien Praxagoras153. Dans ce dernier cas, l’analyse révèle que les titres avaient été cités par l’écrivain lui-même154. Pourtant, la disposition du codex était tout autre : par exemple, c’était une brève critique de style qui le clôturait, à la différence de ce que l’on constate ici. À mon sens, dans le présent passage, Photios a reproduit sans plus un article bibliographique faisant corps avec le manuscrit d’Amyntianos dont il disposait. La signification de pareil ajout saute aux yeux : il visait à mettre en lumière l’intérêt du travail. Dans une critique assez féroce, Photios a montré combien l’appendice était nécessaire.

B 8. Héliodore (cod. 73)

  • 155 Cod. 73, I, p. 147, l. 6 - p. 152, l. 41.
  • 156 I, p. 152, ll. 38-41 : Ταῦτα δὲ συνέγϱαψε Φοῖνιξ ἀνὴϱ Ἐμισηνòς Θεοδοσίου παῖς Ἡλιόδωϱος · ἐν οἷς ϰα (...)

113La longue analyse des Éthiopiques155 s’achève par une brève notice biographique sur Héliodore. On doit y distinguer deux éléments hétérogènes156 :

a. Tel est le récit que composa un Phénicien d'Émèse, Héliodore, fils de Théodose. C’est sur ces mots aussi qu’il (sc. l’auteur) le mène à son terme.

b. Cet homme accéda, dit-on, plus tard aussi à la dignité épiscopale.

  • 157 HÉLIODORE, Éthiopiques, X, 41, 4 : Τοιόνδε πέϱας ἔσχε τò σύνταγμα τῶν πεϱὶ Θεαγένην ϰαὶ Χαϱίϰλειαν (...)

114a. L’aveu de Photios n’oblige pas à chercher loin l’origine des premiers renseignements. Le roman se conclut en effet sur les mots157 :

Telle est la fin de l’ensemble des Éthiopiques de Théagène et Chariclée. Celui qui le composa est un Phénicien d’Émèse, famille des descendants d'Hélios, Héliodore, fils de Théodose.

  • 158 P. PETIT, Histoire générale de l'Empire romain, II, Paris, 1974, p. 146 ; pp. 50-51. La descendance (...)
  • 159 J. MAILLON, dans R.M. RATTENBURY-T.W. LUMB-J.M., o.l., I, p. lxxxiv.

115À première vue, la phrase initiale de a dans le codex est une reproduction à peu près littérale de l'explicit du roman. Ce qui y surprend, c’est l'absence de toute référence à l’ascendance solaire de l’écrivain. On n'en retrouve d'ailleurs trace dans aucun autre témoin de la tradition biographique. Le temple d'El-Gabal à Émèse était célèbre158, et l’on a souligné que le roman se présente comme une glorification d’Hélios-Apollon159. Soucieux de préparer b, Photios aurait-il jugé le détail oiseux, voire embarrassant ? On doit avouer que ce type d’omission n’est pas dans sa manière habituelle. Même si l’hypothèse est, faute de témoignage parallèle, totalement indémontrable, on peut se demander si la locution τῶν ἀφ’ Ἡλίου γένος n’est pas une glose introduite dans l’archétype d’Héliodore : elle expliquerait soit le toponyme « d’Émèse » soit, par un lusus etymologicus, le nom même d'Héliodore. C’est ce que donne à penser la maladresse de cet ajout que l'on se fût plutôt attendu à lire sous la forme <ὢν> τῶν ἀφ’ Ἡλίου <τò> γένος.

  • 160 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, V, 22 dans PG 67, col. 637 A : Ἀλλὰ τοῦ μὲν ἐν Θεσσαλίᾳ ἔϑους ἀϱχ (...)

116b. Pour l’essentiel, le fait qui forme la substance du point b a traversé toute la tradition biographique sur Héliodore. Traitant au ve siècle de l’instauration du célibat ecclésiastique en Thessalie, Socrate déclarait déjà160 :

Mais l’introducteur de cette coutume en Thessalie fut Héliodore, qui y devint évêque de Tricca. On cite comme travaux de lui des livres d’amour qu’il composa dans sa jeunesse et appela Éthiopiques.

117On voit bien que le témoignage de Socrate réunit deux éléments distincts. L’un a trait au célibat ecclésiastique ; pour le second, l’historien avoue le recours à une source qui lui donnait des informations sur le passé littéraire de l’évêque. Aucun signe ici que Socrate ait eu accès au roman lui-même.

  • 161 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 57.
  • 162 Voir ici même, pp. 432-440.

118Ce n’est pas sans surprise que l'on peut lire sous une plume avertie161 : « Photius notes that ‘they say’the novelist Heliodorus became a bishop after he wrote his Aethiopica. This is attested by Theodorus Lector, who, according to Ada Adler, was a source of the ‘Hesychius Epitome’. Thus Photius’source here was probably the epitome, which he certainly used in the following codex. » J'ai montré ailleurs à propos de Thémistios ce qu’il fallait penser de l’usage d’Hésychios162. Il vaut la peine de s'arrêter un instant sur le procédé dialectique mis en œuvre. En vertu d’une nécessité immanente, c'est, dans le domaine des lettres, Hésychios qui fournit tous les renseignements à glaner chez les érudits postérieurs. Quand toute preuve fait défaut, la carence est imputable à l’incurie des mêmes érudits. On peut difficilement rêver exemple plus démonstratif de la pétition de principe.

  • 163 THÉODORE LE LECTEUR, Histoire ecclésiastique, 264, pp. 82-83 Hansen : Ἡλιόδωϱος γϱάψας τὰ λεγάμεν (...)

119Il vaut la peine de relire ce qu’écrivait Théodore le Lecteur au début du règne de Justinien163 :

Celui qui avait écrit le texte nommé Éthiopiques, Héliodore, se déclare lui-même d’Émèse à la fin de ses Éthiopiques ; il était évêque de la cité nommée Tricca, une, comme le dit Socrate, des cités de Thessalie. Le même Socrate déclare qu’Héliodore instaura en Thessalie la règle interdisant à un clerc, qui avait légalement pris femme avant d’être reçu clerc, de pouvoir continuer à la garder même après.

120L’historien byzantin n’avait manifestement d'autres sources à sa disposition que l'explicit du roman ainsi que le passage précité de Socrate. Si Photios a consulté l'Épitomé d’Hésychios, force est de convenir que l'auteur de l'Onomatologos s’était montré bien léger ou que l'« Epitomé» n'avait conservé aucune donnée qui valût. Ou alors, on doit admettre que, pour des raisons qui nous échapperont toujours, Photios avait jugé préférable de laisser de côté des précisions géographiques dont l'exactitude le laissait perplexe. À moins que l’appauvrissement des données ne tienne aux réductions successives que firent subir les passages dans l’Épitomé, puis dans la Bibliothèque. Un usage répété fait perdre toute valeur aux hypothèses compliquées : c’est ainsi que s’oblitère également la monnaie.

  • 164 NICÉPHORE CALLISTE, Histoire ecclésiastique, XII, 3-4 dans PG 146, col. 860 A : Δι’ἃ (πονήματα ἐϱωτ (...)

121Comme on sait, la biographie romanesque d’Héliodore s’étoffa par la suite. Au xive siècle, l’évêque de Tricca prendra le visage de martyr d’une sorte d’inquisition, et son œuvre subira les foudres d’un Index avant la lettre, car elle fut interprétée comme renfermant une charge aphrodisiaque redoutable164 :

C’est aussi pour ces romans qu’il fut même dépouillé de son siège. En effet, parce que nombreux étaient en effet les jeunes entre les mains desquels ils tombaient en les mettant en danger, le synode local imposa une ordonnance : ou il fallait faire disparaître les livres et les envoyer au bûcher, parce qu’ils éveillent la flamme de l’amour, ou que n’exerce pas la fonction de prêtre l’auteur de pareils textes. Quant à Héliodore, il avait à choisir ou d'abandonner la prêtrise ou de retirer son écrit de la circulation. Ce fut aussi ce (premier fait) qui se produisit.

  • 165 R M. RATTENBURY, dans R M.R.-T W. LUMB-J. MAILLON, o.l., p. VIII.
  • 166 Bien entendu, le scepticisme vis-à-vis de la conversion d’Héliodore au christianisme est fort répan (...)
  • 167 R M. RATTENBURY dans R.M.R.-T.W. LUMB-J. MAILLON, o.l., pp. XXIIXXV répertorie vingt-deux manuscrit (...)

122On l’a dit depuis longtemps165, Nicéphore « n’écoute ici que des bavardages récents ou son propre désir d’embellir une histoire assez paupauvre». En outre, on a quelque raison de soupçonner166 le caractère historique de maints traits de la biographie du romancier telle que les documents permettent de la reconstituer par combinaison d'éléments signifiants. De façon étonnante, le plus simple d’entre eux figure chez Photios. Noyau fondamental d'un développement enrichi par agglutination ou, au contraire, ultime témoin d'une légende perdant graduellement ses éléments par décomposition progressive ? La présence d'un récit enrichi chez Nicéphore Calliste prouve que le souvenir du romancier d’Émèse était loin de s’être perdu : le constat invite à trouver la première hypothèse plus conforme à la vérité que la seconde. Je l’ai dit plus haut, le témoignage de Socrate n’entre pas en ligne de compte pour l’histoire du texte d'Héliodore, à peine plus son succédané, le paragraphe de Théodore le Lecteur. La version romanesque de Nicéphore atteste la longue vogue médiévale des Éthiopiques, amplement confirmée d’ailleurs par une riche série de manuscrits, à partir du xie siècle167. Le récit des amours contrariées de Théagène et Chariclée jouit-il du même succès avant l’époque de Photios ? Je ne vois pas le moyen de répondre en avançant des arguments probants : la conservation de manuscrits translittérés à partir du xie siècle seulement n’interdit pas de supposer que l’ouvrage d’Héliodore eut constamment des lecteurs avant la première renaissance byzantine. On s’expliquerait mal autrement que l’on eût essayé, tant bien que mal, de rattacher le personnage au christianisme.

  • 168 D’après la Souda. A 4695, s.v. : Ἀχιλλεὺς Στάτιος (sic). Reproduit comme Testimonium VIII par E. VI (...)
  • 169 R M. RATTENBURY-T.W. LUMB, o.l., pp. XII-XV ; Alb. LESKY, GGL, pp. 922-923.
  • 170 G.H. BECK, o.l., pp. 417 et 774 ; voir B. ALTANER, o.l., pp. 713-714.
  • 171 J. QUASTEN, o.l., III, pp. 745-746.

123Curieusement, Achille Tatios connut également baptême et promotion à la prélature, sans que nous sachions à quel siège il aurait été élevé168. Si l'on en croit les critiques les plus autorisés, Héliodore aurait vécu au iiie siècle, à une date impossible à préciser mieux169. On exagérerait en prétendant que l’évêché de Tricca a laissé une trace marquante dans l’histoire ecclésiastique : on a prêté autrefois le siège épiscopal de Tricca à un sophiste du vie siècle, Oecoumenios, confondu avec un homonyme, Oecoumenios de Triccala, un prédicateur du xe siècle170. L’histoire, ou sans doute plutôt la légende, ne nous apprendra jamais à la suite de quelles circonstances un Oriental fraîchement converti vint établir, si l’on ose écrire, ses pénates dans cet obscur canton. La source de Photios, il est vrai, manifestait une grande prudence en n’avançant aucun nom de siège. Après tout, qu’un Héliodore introduisît l’usage du célibat des prêtres en Thessalie, c’est fort possible. Rien ne permet de contredire l’information : Socrate passe d’ailleurs pour avoir utilisé d’excellentes sources171. Dans le cas qui nous occupe, on se rappellera qu’il paraît bien n’avoir pas connu le roman de visu. En outre, la source qu’il a reproduite ne mentionnait pas les origines émésiennes d’Héliodore : omission des plus pertinente parce qu’elle levait une grosse difficulté. Rien n’empêcherait plus désormais le rattachement du romancier à une zone nettement plus occidentale du domaine de l’Église. On a vu que le transfert définitif du personnage dans l’orbite thessalienne remontait à Théodore : le manque de sens critique, allié à l’érudition, produit souvent un cocktail étonnant.

  • 172 VACANDARD, dans VACANT-MANGENOT, Dictionnaire de Théologie catholique, II (1905), art. Célibat eccl (...)
  • 173 VACANDARD, o.l., coll. 2078-2079.

124Dans cette construction qu’est la biographie imaginaire d’Héliodore, un autre fait ne manque pas non plus de frapper un lecteur attentif. Si on relit Socrate, le romancier prend la figure d’un novateur en matière d’usages canoniques : singulier néophyte qui anticipa brillamment sur les pratiques ascétiques prescrites par l’Église touchant le célibat des prêtres. Autant que j’aie pu voir, c’est là un élément dont les spécialistes du roman grec ne tiennent aucun compte. Un bref rappel et quelques dates suffiront à confirmer l'impossibilité d’identifier le romancier avec l’évêque de Tricca. Pour le célibat, les usages de l’Église ont varié selon les lieux et les époques : pour la période où l’on situe Héliodore n’est conservé le souvenir d'aucune règle disciplinaire en la matière. Dans le domaine occidental, la prescription interdisant la vie de couple aux prêtres ordonnés remonte au concile d’Elvire, vers 300172. Aux temps de Socrate et de Synésios, la continence était la pratique habituelle des évêques : il faudra attendre le règne de Justinien pour qu’une loi de 528 interdise à l’évêque marié tout commerce charnel avec son épouse. La règle sera répétée dans le même sens rigoureux lors du synode In Trullo de 692, mais il n’y fut jamais question d'une prescription analogue pour le bas clergé. Tout montre au contraire que, dans les usages disciplinaires relatifs aux simples prêtres, diacres et sous-diacres, l'Église orientale réagit nettement contre son homologue romaine en promulguant des lois plus laxistes : s’il demeura interdit aux membres du bas clergé de prendre femme après leur ordination, jamais il ne fut envisagé de séparer quiconque de son épouse. Mieux même : finit par prévaloir l'habitude de ne confier des charges pastorales qu’aux prêtres mariés173.

  • 174 SOCRATE, o.l., V, 22 dans PG 67, col. 637 A, où le texte est incompréhensible tel qu'il est reprodu (...)

125Pour qui relit Socrate sans prévention, il apparaît bien qu’aux yeux de l'auteur du document remployé par l’historien, les mesures prises à Tricca faisaient figure d’innovation récente174 :

J’ai appris pour ma part un autre usage imposé en Thessalie. (Quiconque) y entre dans le clergé et continue, une fois devenu clerc, à partager la couche de celle qu’il a prise légalement pour femme avant d’être admis à la cléricature, est exclu de ses fonctions ; pour tous les Levantins, c’est par décision (personnelle) qu’ils font abstinence, et même les évêques ne le font que si telle est bien leur volonté, et non pas sous la pression d une loi. Beaucoup d’entre eux ont même, au moment de leur élévation à l’épiscopat, des enfants de leur épouse légitime.

  • 175 Alb. LESKY, GGL, p. 923.

126Qui croira que cette vague d'ascétisme eut pour origine un Oriental du iiie siècle ? On ne saurait mieux conclure, je crois, qu’Alb. Lesky175 : « All das gehört in die Reihe der Versuche, die (...) am meisten gelesenen Romane durch die Beziehung zu Christlichem einigermassen zu legitimieren. » L’hypothèse admise, on s’explique bien le processus par lequel la légende s’est formée par agglutination en boule de neige.

  • 176 Le fait que, dans le roman, Théagène était thessalien (E. FEUILLÂTRE, Études sur les Éthiopiques d’ (...)

127La notice reproduite par Photios est le témoin de la légende au premier stade du développement : comme son confrère Achille Tatios, Héliodore reçut la crosse épiscopale. Le malheur voulut que se trouva plus tard un Héliodore officiant peut-être en Thessalie176 et renommé pour ses choix radicaux en matière de discipline ecclésiastique. C’est alors que surgit la tentation de donner au roman des assises morales inébranlables : une fois passées sous silence les origines orientales d’Héliodore, l'homonymie du romancier et de l'évêque européen rendait l’opération facile. Autant que l’on puisse voir, le processus s'acheva à un degré postérieur d’embellissement de la légende que n’avait pas connu la source de Photios. Le mérite en revient à Théodore qui juxtaposa l'explicit d’Héliodore et le passage de Socrate. Beaucoup plus tard, Nicéphore Calliste allait avoir l’honneur de compléter la biographie d’Héliodore en lui donnant la forme d’un drame à rebondissements : promoteur de règles rigoristes, l’ancien romancier devenu prélat allait devenir la victime des mesures qu’il avait lui-même prônées. Ces facéties de l’histoire littéraire eussent sans doute bien étonné le principal intéressé.

  • 177 C’est le cod. 28, I, p. 16, 1. 13 - p. 17, 1. 23.
  • 178 Je m’aperçois après coup que la présente reconstitution de l’enchaînement des faits rejoint pour un (...)

128Prétendre que Photios avait utilisé Socrate qu’il avait lu précédemment177 équivaut à renoncer à rien comprendre. Au ixe siècle, notre savant lecteur avait eu à sa disposition une édition dont l'explicit avait une forme plus fruste que dans les manuscrits médiévaux conservés, et le manuscrit se complétait par une note d'un lecteur chrétien mentionnant l’élévation d’Héliodore à la dignité d'évêque. Au ve siècle, voire avant, circulèrent des éditions où le processus de christianisation avait été poussé plus loin178 : c’est de cette présentation nouvelle qu’était tributaire la source de Socrate. Peut-être le texte dont disposa Théodore ne comportait-il rien de semblable. On s’expliquerait mal autrement que l’historien eût cherché à compléter Héliodore par Socrate. Comme on voit, il n’y a pas lieu de faire appel ici à l’« Épitomé » d'Hésychios. Le sens critique des éditeurs-copistes du χie siècle byzantin allait couper les ailes à ce canard qu’était la conversion d’Héliodore au christianisme : les manuscrits médiévaux n’ont conservé aucune de ces notices biographiques fantaisistes. Photios eut la chance de lire et de recopier celle qui était la moins extravagante.

B 9. Clément de Rome (codd. 112-113)

  • 179 G. WENTZEL, o.l., p. 56.

129Si l’on en croit G. Wentzel179, la notice bio-bibliographique de la Bibliothèque sur Clément de Rome n’a pas d’autre origine que l’article correspondant de l'« Épitomé » d’Hésychios. Pour vérifier, il importe de relire au préalable tous les documents.

  • 180 Codd. 112-113, II, p. 84, ll. 5-17 : Οὗτός ἐστιν Κλήμης πεϱὶ οὗ φησιν ϑεσπέσιος Παῦλος ἐν τῇ πϱ(...)

130Aux dires de Photios180,

Ce Clément est celui dont le divin Paul dit dans l'Épître aux Philippiens : « Avec Clément, ainsi que mes autres collaborateurs, dont les noms figurent dans le livre de Vie ». Il écrivit aussi aux Corinthiens une lettre digne d’être citée, à laquelle nombre de gens jugèrent bon de faire un accueil tel qu'elle était même lue en public. L’Épître dite « Seconde » aux mêmes destinataires est tenue pour inauthentique, de même que le long dialogue de Pierre et Appion, que la suscription met sous son nom. Cet homme fut, dit-on, le deuxième après Pierre à exercer l’épiscopat à Rome ; pour d’autres, il fut le quatrième, car Linos et Anaclet, entre Pierre et lui, auraient été évêques de Rome ; et il mourut la troisième année de Trajan.

  • 181 SOPHRONIOS, 15, p. 18 Von Gebhardt : Κλήμης, πεϱὶ οὗ Παῦλος ἀπόστολος πϱòς Φιλιππησίους γϱάφων, λ (...)

131Le passage recoupe celui de Sophronios en de nombreux points181 :

Clément, dont l’apôtre Paul dit, en écrivant aux Philippiens : « Avec Clément (...) ». Quatrième évêque de Rome après Pierre — en effet, le deuxième fut Linos, le troisième Anaclet, même si beaucoup de Romains supposent que le deuxième après l'Apôtre avait été Clément. Il écrivit au nom de l’Église de Rome une lettre tout à fait admirable à l’Église de Corinthe, qu’on lit au public à l’ambon ; en raison de son caractère, elle concorde avec l’Épître de Paul aux Hébreux, non seulement par les pensées, mais aussi par les paroles. Et simplement très forte est la similitude qui existe entre les deux. On rapporte aussi qu'il y a sous son nom une autre lettre qui est rejetée de tous. Et un dialogue entre Pierre et Appion, composé sous la forme d’un grand livre, qu’Eusèbe censure dans le troisième volume de son Histoire ecclésiastique. Il mourut la troisième année de Trajan, et l’église bâtie à Rome garde sa mémoire jusqu’aujourd’hui.

132Une lecture rapide suggère naturellement de faire dépendre la notice de Photios de celle de Sophronios. Le nombre des divergences paraît pourtant suffire à interdire pareille hypothèse.

1331. On ne s’attachera pas au fait que la péricope Philippiens, 4, 3 est citée plus longuement par Photios que dans Sophronios. Au vrai, l’original latin de s. Jérôme donne lui aussi la péricope plus complète, comme dans la Bibliothèque. Deux hypothèses se présentent à l’esprit. Ou bien Photios connaissait assez les saintes Écritures pour reconstituer de mémoire la phrase inachevée. Ou encore la tradition dont est issu le Sophronios que nous lisons aujourd’hui remonte à un archétype partiellement tronqué. A priori, la première est peu compatible avec la représentation traditionnelle d’un lecteur pressé par le temps et les circonstances.

1342. On peut se faire une idée de ce que contenaient les manuscrits lus par Photios :

  • 182 II, p. 82, II. 6-7.

135Vol. I : Constitutions des Apôtres (l)182

  • 183 II, p. 83, l. 11.

136Vol. II : Actes de Pierre (2)183

  • 184 II, p. 83, ll. 11-12.
  • 185 II, p. 83, ll. 12-13.

Entretiens avec Simon le magicien (3)184
Reconnaissances pseudo-clémentines
(4)185

137Rien dans ces titres qui ait le moindre rapport avec les lettres citées dans la notice. Tout laisse supposer que le jeune érudit s’est livré à une lecture très attentive des textes dont il disposait, voire à des vérifications dans un but critique.

  • 186 Ainsi, c’était le cas à Corinthe vers la fin du iie siècle, d’après une lettre de Denys de Corinthe (...)
  • 187 Je ne connais rien de ce Dialogue entre Pierre et Appion, qui paraît intégralement perdu aujourd’hu (...)

1383. Le succès rencontré par la première Épître, non seulement à Corinthe mais ailleurs, jusqu’au ive siècle, est bien attesté186. Les simi litudes qu’elle présentait avec un texte canonique est assurément une caractéristique littéraire importante. Or, au moment où Photios écrivait ou dictait ces lignes, il n'avait pas encore eu la possibilité de rien lire de l'Épître de Clément187. Selon toute vraisemblance, le silence de la Bibliothèque sur le rapprochement avec l'Épître aux Hébreux ne tient pas à une négligence ou à la nécessité de faire bref, mais à la disposition du document sur lequel repose la recension des codices 112-113.

  • 188 Cod. 126, II, p. 98, ll. 18-19 et p. 99, ll. 32-39. « Mais ce document n'est ni une lettre, ni de l (...)

1394. Photios n’a pas laissé de compte rendu du Dialogue de Pierre et d’Apion ; il a lu plus tard la seconde Lettre aux Corinthiens188. Pour le Dialogue, Sophronios a donné une référence à Eusèbe, qui fait défaut dans la Bibliothèque. Pas plus que pour 3, la carence n’est imputable ni à la hâte ni au souci de concision.

  • 189 Toutes les œuvres recensées par Photios présentent des problèmes qui intéressent les spécialistes d (...)

140R. Henry traduisait le passage relatif au Dialogue sous la forme : « (...) tout comme le long dialogue de Pierre et d’Apion qui est sous son nom ». Comme on voit, le terme ἐπιγϱαφόμενος n’a pas trouvé place dans sa version. Comme je l’ai suggéré dans la mienne, la mention du titre figurait dans la « suscription » jointe probablement au premier volume. Sans doute ne faut-il pas chercher ailleurs l’origine des renseignements qui terminent les codd. 112-113. L’ajout était utile pour faire valoir aux yeux du lecteur l'intérêt d’œuvres dont la critique moderne a démontré l’inauthenticité189. Les différences entre Sophronios et Photios s’expliquent parfaitement. Un catalogue comme le De viris exigeait des précisions inutiles dans une simple notice. Ainsi la présence d'une église érigée à Rome en l'honneur de Clément. Le rapprochement avec l'Épître aux Hébreux n avait que faire dans la notice parce que la première Épître aux Corinthiens n avait pas trouvé place dans le manuscrit. Par leur présence, les données sur l’ordre de succession des papes contribuaient à accréditer l’attribution à Clément des ouvrages reproduits.

B 10. Apollinaire de Hiérapolis (cod. 14)

  • 190 Cod. 14, I, p. 11, ll. 14-15 ; Ἀνεγνώσθη Ἀπολιναϱίου πϱòς "Ελληνας ϰαὶ πεϱὶ εὐσεβείας ϰαὶ πεϱὶ ἀληϑ (...)

141De l'évêque Apollinaire, qu’il ne faut pas confondre avec son homonyme, le futur hérésiarque de Laodicée, Photios eut l’occasion de lire trois apologies perdues aujourd’hui190 :

Lu d'Apollinaire (1) Contre les Païens, (2) Sur lu piété et (3) Sur la vérité.

  • 191 I, p. 11 ad 1.
  • 192 EUSÈBE, H.E., IV, 27. Voir G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, I, Par (...)
  • 193 Elle est citée en même temps que celle de Méliton de Sardes par EUSÈBE (H.E., IV, 26, 1). L’hypothè (...)

142Malgré la traduction de R. Henry191, il importe de bien distinguer trois livres : c’est ce que montre la répétition de la préposition « sur » dans le texte grec. D'ailleurs, Eusèbe énumère un traité Contre les Grecs et deux traités Sur la vérité, sans compter deux ouvrages Contre les Juifs192. Autant que je sache, on n’a pas encore éclairé réellement les rapports entre les trois travaux lus par Photios et la liste d’Eusèbe : peut-être 2 n'est-il autre que l'Apologie adressée par Apollinaire à l'empereur Marc Aurèle193.

  • 194 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 58.

143Aux yeux de W.T. Treadgold, la courte esquisse bio-bibliographique que l’on va lire ici ne pose aucun problème, car elle est purement et simplement tirée de l’« Épitomé » d’Hésychios194. Avant de régler la question à la hussarde, il importait d’y regarder d'un peu plus près.

144Sous son extrême sécheresse, le chapitre laisse deviner une tripartition dont j’aurai à rendre compte :

  • 195 I, p. 11, ll. 15-18 :’Έστι δὲ Ἱεϱαπολίτης συγγϱαφεύς, τῆς ἐν Ἀσίᾳ Ἱεϱαπόλεως γεγονὼς ἐπίσϰοπος. (...)
  • 196 L1. 18-19 : Αξιόλογος δὲ ἀνὴϱ ϰαὶ φϱάσει ἀξιολόγῳ ϰεχϱημένος.
  • 197 P. 11, I. 19 - ϱ. 12, I. 21 : Λέγεται δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἕτεϱα συγγϱάμματα ἀξιομνημόνευτα εἶναι, οἷς οὔπω(...)

A l195. L’écrivain est hiérapolitain, de la Hiérapolis d'Asie, dont il fut évêque ; il fut au sommet de sa carrière sous Marcus Aurelius Antoninus Verus, l’empereur des Romains.
C196. L’auteur mérite la citation, et tout autant le style dont il a usé.
A2197. On dit que de lui aussi existent d’autres compositions méritant la mention : nous ne les avons pas encore rencontrées.

  • 198 Pro virili parte, j’ai tenté de rendre les échos verbaux qui semblent avoir échappé à R. Henry.

145Nul ne prétendra que C soit la plus intéressante des critiques laissées dans la Bibliothèque. Tout se passe comme si, après lecture, notre savant byzantin avait dû se battre les flancs pour rédiger quelques notes. En tout cas, il y a multiplié les figures de style : C paraît bien n’être qu'un démarquage à partir de A 2.198

  • 199 26, pp. 24-25 von Gebhardt : Ἀπολινάϱιος, Ἱεϱαπόλεως τῆς Ἀσίας ἐπίσϰοπος, βασιλεύοντος Μάϱϰου Ἀντων (...)

146Certes, on peut lire dans Sophronios un article qu’évoque d’assez près A 1199 :

I (a) Apollinaire, évêque de Hiérapolis d’Asie, atteignit le sommet de sa carrière sous l’empereur Marcus Antoninus Verus, (b) à qui il dédia un remarquable volume Pour la défense et la foi des Chrétiens.

II. Il y a également de lui cinq autres livres Contre les Gentils, deux Sur la vérité et Contre les Phrygiens-, ceux-ci dressaient la tête alors pour la première fois, en même temps que les impies prophétesses Priscilla et Maximilla, quand le montanisme venait de commencer.

147La comparaison révèle d’étranges divergences ou plutôt, des lacunes surprenantes, au moins dans le chef d’un recenseur qui laisse l’impression — on me passera le mot — de tirer à la ligne.

  • 200 Cod. 30, I, p. 17, 1. 37 (à Théodose II).

1481. L’indication de I(b) fait totalement défaut dans le compte rendu de la Bibliothèque. On pourrait objecter, il est vrai, que la première mention d’une dédicace ne survient que beaucoup plus tard, à propos de Sozomène200, en sorte que la lacune pourrait être imputable à Photios, qui n’aurait pas encore pris conscience de l’intérêt de pareille indication. Mais, sans preuve, c’est admettre que le traité 2 n’est autre que l'Apologie destinée à Marc Aurèle.

  • 201 I, p. 35, ll. 15-16. Sur le montanisme, voir ici, p. 113, n. 20. On a intérêt à relire EUSÈBE, H.E. (...)
  • 202 C’est ce qui ressort d’EUSÈBE, H.E., V, 16, 1 et 19, 1-2.

1492. Le Contre les Gentils de Sophronios coïncide évidemment avec le 1 du présent chapitre. Aussi Photios n'avait pas en effet à répéter l’indication de II passée dans l’« Épitomé » d'Hésychios. On comprendrait mal cependant qu’il eût pu omettre de même toute mention du traité Contre les Phrygiens. En effet, nous savons Photios curieux d'hérésiologie. Au cod. 48, où il est question d’un pseudo-Josèphe, on le voit noter avec attention l’existence d’un traité analogue rédigé par le prêtre romain Gaïus201. Précisément, les contributions littéraires les plus remarquables d’Apollinaire, hormis l'Apologie, eurent justement le montanisme pour cible202. Force est donc de supposer que toute allusion au Contre les Phrygiens manquait dans la source dont disposait Photios. On s’en convaincra d’autant mieux que la fin de A 2 exprime le regret de n'avoir pas encore rencontré les livres en question, dans leur réalité matérielle sans doute, mais aussi, à défaut, sous leur intitulé.

150On peut, je crois, conclure :

  1. Le traité 2 du codex n'a probablement rien à voir avec l'Apologie. On doit se résigner pour toujours à ne point l’identifier.

    • 203 Avec bonheur, je constate après coup que ma démonstration rejoint la conclusion d’Ad. HARNACK (Die (...)

    Le manuscrit de Photios ne renfermait aucun écrit de combat contre les hérésies203.

  2. La source directe ne fut pas l'« Épitomé » d’Hésychios, bien qu’elle dût probablement toute son information à l’article de Sophronios, privé de sa substance la plus intéressante.

  3. Seule l'identification d’autres documents analogues, mais plus significatifs, permettra d’émettre une hypothèse sur la provenance d’A 1 et d’A 2, qui sont d’un seul tenant.

B 11. Irénée (cod. 120)

  • 204 O.l., p. 53.

151Selon G. Wentzel204, l’esquisse bio-bibliographique consacrée par Photios au grand pourfendeur d'hérésies que fut, à la fin du iie siècle, s. Irénée de Lyon, n'aurait pas d’autre origine que l’« Épitomé » d’Hésychios. La comparaison des textes va nous permettre d’y voir mieux.

  • 205 Cod. 120, II, p. 95, ll. 11-22 : Πολλὰ δὲ τοῦ ϑεσπεσίου Εἰϱηναίον ϰαὶ παντοδαπὰ ϰαὶ ἕτεϱα συγγϱάμμα (...)

152Si l’on en croit Photios205 :

1. Nombreux et variés sont les autres traités et lettres du divin Irénée qui circulent, même si, dans certains, l’exactitude dans la vérité sur les dogmes de l’Église est altérée par des raisonnements bâtards, qu’il faut signaler par parenthèse.

2. Il fut, dit-on, un disciple du saint martyr Polycrate, évêque de Smyrne, et un prêtre de Pothin, dont il fut aussi le successeur à la tête de l’épiscopat de Lyon. Victor était donc à ce moment à la tête de l’épiscopat romain, et ce fut à lui qu’Irénée écrivit aussi à plusieurs reprises, en lui recommandant de ne pas rejeter certains de l’Église en raison de quelques divergences à propos de la Pâque.

  • 206 SOPHRONIOS, 35, p. 27, ll. 14-18 von Gebhardt.

153Il n’y a point d’article « Irénée » dans la Souda. La carence est gênante pour la thèse de G. Wentzel. Qui veut la défendre doit souscrire à une cascade d’hypothèses. Par le truchement de Sophronios, quelques éléments seulement du chapitre de s. Jérôme auraient passé dans l’« Épitomé » : ainsi s’expliquerait que Photios n’eût pu recueillir d’intéressantes indications sur la carrière presbytérale d’Irénée, par exemple, l'envoi du Saint comme porteur de lettres des martyrs de Lyon destinées à Éleuthère, l’évêque de Rome206.

  • 207 Ibid., p. 28, ll. 8-1 : Φέϱονται αὐτοῦ ϰαὶ ἄλλαι πϱòς Βίϰτωϱα ἐπίσϰοπον Ῥώμης πεϱὶ ζητήσεως τοῦ Πάσ (...)

154Le reste du chapitre de Sophronios offrait, il est vrai, un équivalent assez exact de la notice de Photios207 :

  • 208 Ibid., ll. 14-15 : Εἰϱηναῖος, Ποϑεινοῦ τοῦ ἐπισϰόπου Λουγδούνων τῆς ἐν Γαλλίαις ἐϰϰλησίας πϱεσβύτεϱ (...)
  • 209 Ibid, ϱ. 27, ll. 19-23 : Μετὰ δὲ ταῦτα Ποϑεινοῦ σχεδòν ἐνενηϰονταετοῦς μαϱτυϱήοαντος, εἰς τòν τούτο (...)

Sont en circulation aussi d’autres lettres de lui à l’évêque de Rome, Victor, sur la recherche (de la date) de la Pâque : il lui conseille comme un devoir de ne pas déchirer à la légère l’unité du collège. Or, Victor avait destitué nombre d’évêques d’Asie et du Levant qui célébraient la Pâque avec les Juifs le quatorzième jour de la lune. Mais ceux qui étaient en désaccord avec cette opinion ne donnèrent pas raison à Victor. Il (sc. Irénée) atteignit le sommet de sa carrière sous l’empereur Commode, qui prit la place d’Antoninus Verus. (...) Irénée, prêtre de l’Église de Gaule sous Pothin, évêque de Lyon208 (...) Lorsque, âgé d’environ quatre-vingt-dix ans, Pothin eut subi le martyre, (Irénée) prit sa place. On s’accorde à dire qu’il a été le disciple de Polycarpe, dont nous avons fait mention précédemment. Il écrivit cinq livres contre les hérétiques, un bref volume contre les Gentils209 (...)

155La comparaison donne lieu à quelques réflexions :

  1. Que le titre de l’ouvrage recensé, le traité Contre les hérésies, n’ait pas été rappelé s’explique le mieux du monde. La répétition eût été oiseuse.

    • 210 Voir G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, II, p. 66, n. 1. L’allusion (...)

    Les questions liées à la fixation de la date de la Pâque occupèrent l'Église durant tout le iie siècle, mais la crise atteignit son apogée à la fin du siècle, sous l’épiscopat de Victor210. L’enjeu était capital pour l’époque, car la date de célébration mettait en cause la signification de la liturgie et, partant, l’originalité de la religion encore nouvelle. On vient de voir que Jérôme avait consacré au débat un développement assez circonstancié, dont Photios n’aurait conservé qu’une référence fort sèche.

156Faut-il imputer le raccourci aux lois de la recension ? A priori, c’est possible. Pour que la supposition fût plausible, il faudrait admettre que Photios ne s’intéressait pas à ce genre de problème.

  • 211 Ce sont les codd. 115 (II, p. 86, ll. 11-33) et 116 (p. 87, l. 35 - p. 88, l. 24).

157Or, la Bibliothèque a offert précédemment trois comptes rendus d’ouvrages abordant des questions analogues211. Rien cependant n’autorise à croire qu'ils aient contenu des détails sur les prodromes du conflit ni sur la nature exacte de l’intervention d’Irénée. On a même des raisons de croire que les trois écrits étaient trop tardifs pour qu’il eût pu en être question.

158Le fait est patent pour les deux derniers textes.

  • 212 Cod., 115, II, p. 86, ll. 25-27 : Ἐνεφέϱετο δὲ λόγος ἕτεϱος Μητϱοδώϱου τινός, ψῆφος ἐννεαϰαιδεϰαετη (...)

159a) Photios présente le premier de la façon suivante212 :

(Le manuscrit) comportait un autre texte d’un certain Métrodore : calcul d’un cycle de 28 périodes de dix-neuf ans sur la fête de la sainte Pâque.

  • 213 Ven. GRUMEL, La chronologie I (Traité d’études byzantines), Paris, 1958, p. 127 n’en dit pas grand- (...)
  • 214 Ven. GRUMEL, l.l. cite également Victorius d’Aquitaine pour l’emploi d’un cycle semblable.

160Le comput de ce Métrodore, dont on ne connaît rien par ailleurs, partait du règne de Dioclétien213. Quelle que soit la date de cet obscur chronologiste, il était sûrement postérieur à l’empereur. Le premier computiste à avoir usé d’un cycle de 532 ans (28 x 19) répondait au nom d’Annianos et vécut à l’époque de Théophile d’Alexandrie214 : autre donnée qui, pour Métrodore, fait penser à des temps éloignés de Dioclétien de près d’un siècle. Le caractère technique du travail de Métrodore défiait toute tentative de résumé ou de compte rendu.

  • 215 II, p. 87, ll. 40-41 : Οὗτος ὁ συγγϱαφεὺς ἐν τῷ τετάϱτῳ τόμῳ ϰαὶ ϰατὰ Μητϱοδώϱου ποιεῖται ἐλέγχους (...)

161b) À propos de l’autre, Photios déclare215 :

Dans son quatrième tome, cet écrivain fait également des réfutations de Métrodore.

162Postérieur au chronologiste précédent, l’auteur du présent livre, aussi technique que le comput de Métrodore, n’a pas dû lui non plus mentionner un problème vieux, selon toute apparence, de plus de deux siècles.

  • 216 II, p. 86, ll. 12-15 : Λόγος πϱòς Ἰουδαίους ϰαὶ τοὺς μετὰ τούτων αἱϱετιϰοὺς ϰαὶ τοὺς ϰαλουμένους τε (...)

163c) On ne peut que situer malaisément dans le temps le premier des trois écrits. Le titre même offre matière à interprétations216 :

Discours contre les Juifs, les hérétiques qui les suivent et ceux qu’on appelle « quartodécimans » qui ne fixent pas au premier mois suivant le comput des Hébreux la célébration de la fête de la sainte Pâque.

  • 217 II, ϱ. 86. ll. 16-24 : Λέγει μέντοι τῇ ἁγίᾳ πέμπτῃ μὴ τò νομιϰòν φαγεῖν Πάσχα τòν Κύϱιον ἡμῶν Ἰησοῦ (...)

164On a vu précédemment en quoi consistait l’hérésie des quartodécimans. Le reproche qu’on pouvait leur adresser était de rattacher la Pâque mystique du Christ à la Pâque traditionnelle des Juifs. Le chronographe de Photios plaçait manifestement la Cène au XIII Nisan217 :

Or, il dit que, le cinquième jour consacré, ce ne fut pas la Pâque selon la loi qu'a mangée notre Seigneur Jésus-Christ : en effet, ce n’en était pas non plus alors le moment, mais le jour suivant. Aussi que le repas qu'il fit pour le lendemain n'était pas non plus un repas conforme au rituel de la loi ; ce n’était ni de l’agneau ni du pain enzyme ni rien d’autre des observances que les Juifs ont l'habitude d’accomplir en fêtant la Pâque selon la loi ; mais il dit que le Christ prit un repas mystique particulier, à l’issue duquel il offrit aussi à ses disciples du pain et un calice à partager.

  • 218 Ven. GRUMEL, ο.l., p. 26.

165Force est donc de situer la Passion du Christ le lendemain, soit le XIV Nisan. Conception ancienne qui a d’illustres parrains, Clément d’Alexandrie, Apollinaire de Hiérapolis, Hippolyte et sans doute aussi Méliton de Sardes218. L'allusion au mois suivant le comput des Hébreux suppose évidemment une fixation de la fête pascale postérieure au XIV, c’est-à-dire l'usage dominical. Mais rien ne nous permet de préciser la date du document.

  • 219 LAMPE, PGL, s.v. τεσσαϱεσϰαιδεϰατῖται.

166Toutefois, l'emploi du vocable τεσσαϱεσϰαιδεϰατῖται laisse supposer une date relativement tardive : on ne connaît pas d’occurrence du mot avant Épiphane de Salamoie219.

  • 220 II, p. 88, ll. 19-24 : Φησὶ δὲ οὗτος ὅτι ϰατὰ μὲν τοὺς ἄλλους τῆς πεϱιουσίας αὐτοῦ ἐνιαυτοὺς Κύϱι (...)

167Ce que l’on ne peut nier, c’est que Photios se souciait de ce genre de problème. A propos du troisième traité, il écrivait220 :

Cet auteur dit que, d’après les années de sa présence, le Christ, notre Seigneur et Dieu célébrait la Pâque selon la loi, mais non pas le jour où il fut livré. Il faut aussi considérer le fait : Chrysostome et l’Église disent que le Christ a célébré (la Pâque) de la loi avant le repas mystique.

168Que Photios ait tiré la référence de son propre fond ou qu’elle ait appartenu à celui du manuscrit qu’il lisait, par exemple, sous forme de note marginale, nous importe peu. On ne pourra jamais trancher la question avec certitude. Il reste que, même dans le second cas, il a jugé la position du computiste assez importante pour mériter la reproduction d'un commentaire. Ce n’est pas le fait d’un lecteur pressé ni d’un recenseur peu soigneux.

  • 221 R. HENRY, II, p. 95, n. 2 ; 189-198 environ écrit B. ALTANER (o.l., p. 207).

1693. Victor dirigea l’évêché de Rome de 186 à 197221. Cependant Jérôme ne se contenta pas d’indiquer seulement cette date : il ajouta celle, plus commune, de l’empereur régnant. Faut-il croire qu’Hésychios et l’« Épitomé » ont renoncé à une précision fort utile ? Voire Photios lui-même ? J’ai peine à retenir pareille supposition.

  • 222 R. HENRY. II, p. 217 (n. complémentaire à la p. 95).
  • 223 Pour les doctrines millénaristes d’Irénée, voir B. ALTANER, o.l., p. 211. On peut lire, par exemple (...)

1704. On a vu que Photios se faisait écho des réserves suscitées par les écrits d’Irénée. D’après R. Henry222, ces réflexions « peuvent (...) avoir été provoquées par la lecture du traité Contre les hérésies ». Rien n’est moins sûr. D’un point de vue formel, Photios réserve un emplacement distinct aux critiques de fond qu’il émet sur les ouvrages lus, au moins dans les chapitres auxquels il consacre un aperçu soigné. Or, c’est précisément le cas ici. Rien ne force à croire que la remarque vise les tendances millénaristes d’Irénée. Photios aurait eu une meilleure occasion de fustiger cette doctrine désuète dans son compte rendu du livre V223. Mieux vaut croire que la mention des « raisonnements bâbâtards» ne doit rien à son sens critique.

171Seule une lecture superficielle de la notice bio-bibliographique du cod. 120 peut faire conclure à un emprunt à l’article correspondant de l'« Épitomé » d’Hésychios. Si celui-ci est la source à laquelle remontent en dernière analyse les données de Photios, on doit bien supposer qu’un intermédiaire l'a fortement arrangée. Non content d’alléger l'article d'éléments chronologiques et hérésiologiques précieux, le compilateur bénévole a poussé le zèle jusqu'à mettre en garde contre les fâcheuses déviations doctrinales d’Irénée. La dernière constatation me laisse sceptique sur la validité de l’interprétation. Qu’il y ait des points communs entre Photios et Hésychios, personne ne peut le nier. La question est de savoir si les passages ont, de part et d’autre, des rôles identiques. On sait ce que sont les Viri illustres de s. Jérôme. Que l’article traitant d'Irénée y ait renfermé maintes précisions, chronologiques par exemple, allait de soi. Elles étaient indispensables dans le cadre du projet qui présidait à la constitution du recueil. Les notes reproduites par Photios n'ont pas été conçues dans la même intention. Elles fournissent, en quelque sorte, un curriculum vitae où se conjuguent aperçus bibliographiques et biographiques. Si elles figuraient dans une édition du traité Contre les hérésies, l’avertissement qu'elles donnaient au lecteur naïf avait un intérêt pratique évident.

B 12. Justin (cod. 125)

  • 224 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 53.
  • 225 Le personnage est relativement bien connu. Il vint à Rome sous le règne d’Antonin le Pieux (138-161 (...)
  • 226 II, p. 97, n. 2.
  • 227 O.l., p. 55 ainsi que p. 180 (table V).

172W.T. Trcadgold a publié sur la notice de la Bibliothèque traitant de Justin une analyse qu’il vaut la peine de reproduire224 : « (...) Photios donne une description brève et quelque peu vague des livres de Justin qu’il a lus, une description qu'il donnait probablement de mémoire seulement, et une critique du style de Justin. Aucune des deux ne doit quoi que ce soit à l’Épitomé d’Hésychios »225. R. Henry trouvait la liste des œuvres lues fort confuse226. J’avoue d’autre part ne pas voir pourquoi M. Treadgold la tient pour vague et faite de mémoire227.

  • 228 II, p. 97, ll. 21-29 : Ἀνεγνώσϑη Ἰουστίνου τοῦ μάϱτυϱος ἀπολογία ὑπὲϱ Χϱιστιανῶν ϰαὶ ϰατὰ Ἑλλήνων ϰ (...)

173Le lecteur va pouvoir en juger228 :

1. Lu de Justin le martyr une apologie (I) Pour les Chrétiens, (II) Contre les païens et (III) Contre les Juifs, et aussi de lui un autre (IV) traité Contre le premier et le deuxième livre de Physique ou Contre forme, matière et privation, livres pleins d’argumentation, violents et utiles et (V) Contre le cinquième corps, de même que (VI) Contre le mouvement éternel qu’Aristote a mis en lumière à force d’habileté dans les raisonnements et aussi (VII) des Solutions aux difficultés soulevées à l’encontre de la vraie foi.

  • 229 J. QUASTEN, o.l., I, p. 224.
  • 230 A. PUECH, ο.l., II, p. 131 ; B. ALTANER, o.l., ϱ. 168.
  • 231 A. PUECH, o.l., II, p. 134, B. ALTANER, o.l., pp. 168-169 ; J. QUASTEN, o.l., I, pp. 225-226. D’apr (...)
  • 232 Il est mentionné plus loin dans le codex, II, p. 98, ll. 42-43.
  • 233 EUSÈBE, o.l., III, 18, 3 : ὁ πϱòς Ἒλληνας. Voir R. HENRY, II, p. 97, n. 3. Nous possédons aujourd’h (...)
  • 234 Voir J. QUASTEN, o.l., I, pp. 229-230. EUSÈBE (o.l., IV, 18, 6) le nomme Dialogue avec les Juifs. O (...)

174Écrivain fécond, Justin avait laissé une œuvre considérable. Or, de tous les traités connus, trois seulement sont parvenus jusqu’à nous. Encore ne le sont-ils que par le truchement d’« un unique manuscrit de qualité médiocre, copié en 1364 (Paris, no 450) »229. Outre les trois ouvrages authentiques, ce témoin, isolé, depuis la destruction, en août 1870, d’un manuscrit de Strasbourg, donne à lire neuf apocryphes230. Quant à l'apologie Pour les Chrétiens (I), le doute n'est pas permis : ce sont les deux textes répandus sous le titre d’« Apologies », dont la seconde n’est en fait qu’un post-scriptum ajouté à la première231. Le Contre les païens (II)232 est cité par Eusèbe sous la forme d'un écrit adressé « aux païens », mais il est intégralement perdu233. Le Contre les Juifs (III) n’est autre que le fameux Dialogue avec Tryphon, la plus ancienne apologie dirigée contre le peuple d’Israël234.

  • 235 C’était l’avis de R. HENRY, II, p. 97, n. 5 (continuée p. 98).

175Les textes d’allure profane ou exégétique posent un problème d’identification beaucoup plus difficile235. Sauf erreur, Photios distingue quatre traités différents :

176IV Contre le premier et le deuxième livre de la Physique,

177V Contre le cinquième corps,

178VI Contre le mouvement éternel,

179VII Solutions sommaires (...)

  • 236 A. PUECH, o.l., II, p. 138. Elle porte le titre de : τοῦ ἁγίου Ἰουστίνου φιλοσόφου ϰαὶ μάϱτυϱος ἀνα (...)
  • 237 J. QUASTEN, o.l., II, p. 234 pour les titres. Elles sont éditées dans OTTO, o.l., III, 2, Iéna, 188 (...)
  • 238 II, p. 97, ll. 29-38.

180Il est vrai que dans les documents pseudo-justiniens traînent des travaux à caractère « scientifique ». Ainsi la Confutado quorundam aristotelicorum du Parisinus. D’après un spécialiste, on peut y lire une « réfutation en 65 paragraphes de doctrines d’Aristote au sujet de Dieu et de l’univers »236. Mais on ne peut l’identifier avec aucun des traités IV-VI. Il en va de même pour les trois séries de Quaestiones : Q. et responsiones ad Orthodoxos ; Q. Christianorum ad Gentiles et Q. Graecorum ad Christianos que rien n’oblige à rapprocher de VII237. Le fait que, dans la notice de Photios, on puisse distinguer trois groupes hétérogènes, dont le dernier ne comporte qu’un seul élément, tend même à suggérer le contraire. La partie critique du chapitre montre en tout cas que Photios a lu les trois parties et qu’au moment où il donne une appréciation sur leur intérêt respectif, il tient la balance égale entre elles. On constate aussi qu'il ne soulève pas le problème de l’authenticité des diverses pièces238.

  • 239 II, p. 97,1. 38 - p. 98, 1. 5 : Τέσσαϱας δὲ πϱαγματείας ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν συνέταξεν, ὧν τὴν μὲν πϱώτην (...)

1812. La suite du codex donne un répertoire d’autres œuvres du Martyr239 :

Il composa quatre traités contre les Gentils ; il a offert le premier (1) à Antonin surnommé le Pieux, à ses fils et au sénat, et (2) le second, semblablement à ses successeurs. Dans le (3) troisième, la discussion a roulé sur la nature des démons. Son (4) quatrième livre, composé semblablement contre les Gentils, a le titre de « Réfutation ». Il y a aussi de lui (5) le Sur la monarchie de Dieu, celui qui est intitulé « Le psalmiste » (6), ainsi que (9) Contre Marcion, des discours nécessaires, ainsi que l’utile traité (10) Contre toutes les hérésies.

  • 240 23, pp. 22-23 von Gebhardt : (...) ὑπὲϱ τῆς ϑϱησϰείας τῶν Χϱιστιανῶν πάνυ ἐϰοπίασεν, ὥστε ϰαὶ Ἀντων (...)

182W.T. Treadgold attachait un grand prix aux similitudes que présentent ces lignes avec un passage de Sophronios, dont il reproduit le texte sans le traduire240 :

(...) il s’adonna à une tâche entièrement en faveur de la religion des chrétiens, au point d’offrir à Antonin le Pieux, à ses fils et au sénat (1) un livre composé contre les Gentils, pour faire honte de l’outrage à la croix, (2) et un autre livre aux successeurs du même Antonin, c'est-à-dire Marcus Antoninus Verus et Lucius Aurelius Commodus. Il existe encore de lui un autre livre (3) contre les Gentils, où il discute sur la nature des démons, et, semblablement, il nomme « Contre les Gentils » un quatrième livre qu’il a intitulé « Réfutation » ; un autre (5), Sur la monarchie Je Dieu ; celui de (6) « Psalmiste » à un autre et, à un dernier, (7) celui de « Sur l’âme ». Un dialogue (III) contre les Juifs, qui l’opposa à Tryphon, chef de file des Juifs, ainsi que des ouvrages remarquables (9) Contre Murcion, dont Irénée fait mention dans le cinquième livre de son « Contre les hérétiques ». Et un autre livre Contre toutes les hérésies (10), qui est mentionné dans l'Apologie qu’il donna à Antonin le Pieux.

183Entre les diverses listes, on peut établir des équivalences, que synthétise le tableau suivant :

PHOTIOS 1

PHOTIOS 2

SOPHRONIOS

I

1

1

2

2

II

3

3

IV

-

-

V

-

-

VI

-

-

VII

-

-

-

4

4

-

5

5

-

6

6

-

-

7

III

-

III

-

9

9

-

10

10

  • 241 O.l., p. 54.

184Si l’on en croit W.T. Treadgold241 : « Photius abridges and paraphrases this (Sophronius) slightly in his codex 125 on Justin ». Conclusion tirée à la légère. On peut supposer que Photios avait eu l’occasion de lire précédemment maintes productions relevant de l’apologétique : le fait expliquerait qu’aux œuvres correspondantes de Justin (I-II-III) il ait réservé un compte rendu des plus sommaires. Il est plus étrange qu’en dépit de la volonté d’abréger, Photios 2 ait néanmoins rappelé I avec des précisions touchant les dédicaces ; d'autre part, III a disparu du relevé final. On invoquera peut-être la distraction traditionnelle propre aux compilateurs lassés. À moins que l'on ne préfère imaginer le saut de deux lignes dans le document qui est censé être la source : l'ensemble 7-III comporte quatre-vingts lettres dans Sophronios. Toutefois, il serait au moins surprenant que, prenant la peine de consulter un autre ouvrage, Photios eût mal lu, dicté ou transcrit le passage intéressant. À moins que le savant byzantin n'eût disposé seulement que d'un manuscrit présentant ce type de corruption. On le voit, ce ne sont là que des spéculations en chapelet. Autant dire que la vraisemblance n'y trouve pas son compte.

  • 242 II, p. 98, ll. 6-16 : Οὗτος υἱòς μὲν ἔφυ Πϱίσϰου Βαϰχείου, πατϱίδα δὲ εἶχε Νεάπολιν τὴν ὑπò τὴν ἐπα (...)

185Il faudra, je le crains, se tourner vers un autre principe d'explication, passablement différent de celui que propose M. Treadgold, à la suite de G. Wentzel. La lecture de la fin de la notice de Photios va nous aider à le découvrir242 :

Celui-ci (sc. Justin) était le fils de Priscus Baccheius ; il avait pour patrie Naplouse qui dépendait de la province de Palestine, mais à Rome, il tint école en adepte de la philosophie, tant pour les discours ou le genre de vie que pour l'aspect. Amoureux fervent de la vraie foi, il eut un certain Crescens, appartenant à la secte appelée « cynique » comme ennemi aussi bien de son genre de vie que de sa religion. Victime encore d'une machination montée par lui, il réussit à mettre le complot à profit de façon digne du choix initial qui avait présidé à son existence car, l’érigeant en fondement de son martyre, ce fut dans l’éclat et l’allégresse qu’il reçut la mort pour le Christ.

  • 243 O.l., p. 53.
  • 244 23, ϱϱ. 22-23 : Ἰουστῖνος φιλόσοφος ϰαὶ τῷ σχήματι τῶν φιλοσόφων χϱώμενος, ἀπò τῆς Νεαπολιτῶν ἐπαϱχ (...)

186Victime du même travers qu’il impute à Photios, W.T. Treadgold omet arbitrairement ces indications biographiques notées hâtivement par Wentzel243. À n'en pas douter, la circonspection eût dû prévenir toute conclusion un peu rapide, quand on lit sous la plume de Sophronios244 :

Justin, philosophe et prenant l’aspect des philosophes, originaire de Naplouse, dans la province de Palestine (son père était Priscus Baccheius) (...) Cet homme, qui tenait école à Rome, reprenant Crescens le Cynique parce qu’il blasphémait contre les Chrétiens et l’appelant « glouton », alla jusqu’à subir en chrétien, pour la défense du Christ, la mort redoutée, terme inéluctable et excessif de l'activité et du complot de ce (Crescens).

  • 245 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 63.
  • 246 Le trait est rappelé par TATIEN (Discours aux Grecs, 19), cité par EUSÈBE (o.l., IV, 16, 9), où le (...)

187Certes, les faits concordent en gros, et le savant américain a souligné à juste titre que les spécialistes en mal d’en savoir davantage sur la vie de Justin n’ont à se rapporter ni à s. Jérôme ni, a fortiori, à Photios, mais à l'ouvrage d’où proviennent toutes nos informations, l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe245. On pourrait aussi supposer en principe qu’un texte passant du grec en latin puis derechef en grec subira quelques altérations. Il est pourtant douteux qu’elles puissent atteindre l'importance de celles que l’on constate ici à la comparaison. D’abord, l’insulte « glouton » qu'aurait lancée, d'après Sophronios, Justin à son adversaire n’a pas trouvé place dans la Bibliothèque246. L’auteur de l’article dont a été tirée la notice biographique du cod. 125 avait mieux à faire que de répercuter pareille grossièreté. Selon lui, en proie à la « folie de la croix », le « doux » Justin, victime d’une machination qu’il ne provoqua en rien par son attitude personnelle, retourna la situation à son avantage pour avoir droit au martyre, suprême expression de la foi.

  • 247 EUSÈBE, o.l., IV, 16, 1 : (...) Ἰουστῖνος (...) ϑείῳ ϰαταϰοσμεῖται μαϱτυϱίῳ, φιλοσόφου Κϱήσϰεντος ( (...)

188Sans doute Eusèbe ne manque-t-il pas d’exalter à son tour le supplice de Justin247 :

Justin (...) reçut l’honneur du divin martyre, car le philosophe Crescens (cet homme cherchait à imiter tant la vie que le caractère qui reçoivent l’appellation de « cynique ») tramait un complot contre lui ; Justin, pour l’avoir repris souvent lors de dialogues tenus devant des auditeurs, se ceignit enfin par son martyre de la couronne de victoire, pour la vérité dont il s'était fait l'ambassadeur.

189La simple lecture suffit à prouver que notre Justin ne fut acculé à la mort qu'à l’issue de combats durs et répétés. C’est, plus nettement encore, la même représentation des événements qui ressort de Sophronios. Dans le cod. 125, le combat de Justin est complètement occulté au profit du martyre. Il faudrait beaucoup de mauvaise foi pour chercher ici la trace d'une intervention valorisante de Photios, que l’on tient en général pour beaucoup mieux inspiré. Force est de convenir que si notre jeune érudit s’est contenté de reproduire les notes de l'« Épitomé » d’Hésychios, il l’a fait d'une façon qui fait mal augurer de l’intelligence qu’on lui reconnaît par ailleurs.

190En revanche, les faits s’expliquent mieux à la lumière d’une autre hypothèse.

1911. Que l'« Épitomé » d'Hésychios, Sophronios ou un document analogue aient fourni les données du catalogue, c’est ce qui ne pourrait surprendre à une époque où l’érudition appartenait à tout le monde.

1922. Que la mention du Dialogue (III) fasse défaut dans Photios 2 s’expliquerait aisément. Le texte répondait évidemment au Contre les Juifs : Photios pouvait s’en rendre compte dès le premier coup d’œil. Est-ce le môme coup d’œil de l’aigle qui a fait omettre le Sur l’âme (7) ? L’hypothèse serait peu vraisemblable. Le cas était tout autre pour I (= 1-2) et II (= 3), surtout si l’on ne peut exclure a priori des différences de formulation dans les titres de part et d’autre.

193En dernière analyse, je crois pouvoir conclure qu’un éditeur chrétien a muni les œuvres qu’il reproduisait d’un commentaire dont la matière est reprise pour l’essentiel à Sophronios (ou, si l’on préfère, au soi-disant « Epitomé » d’Hésychios). À juste titre, il a mis à profit les ressources que lui offrait l’érudition antique. Sur un point précis, celui de la biographie, il les a engagées au service de la cause qui le mandait, ad majorem Dei gloriam vel martyris.

B 13. Julius Africanus (cod. 34)

  • 248 Cod. 34, I, p. 19, 1. 7 - p. 20, l. 15 : Ἀνεγνώσϑη Ἀφϱιϰανοῦ ἱστοϱιϰόν. Οὗτός ἐστιν ό ϰαὶ τούς λεγο (...)

194Photios lut un des premiers essais d’histoire universelle envisagée d'un point de vue chrétien, la fameuse Chronographie perdue de Julius Africanus. Il la décrit de la façon suivante248 :

Lu d’Africanus un ouvrage d’histoire. Cet auteur est celui qui composa aussi les Cestes en 14 livres. Il est concis, mais il ne laisse rien de côté des faits qu’il était nécessaire de raconter. Il commence à la cosmogonie mosaïque et il descend jusqu’à l’apparition du Christ. Il parcourt dans son traité aussi les événements à partir du Christ jusqu’au règne de Macrin, l’empereur des Romains, date à laquelle, comme il le dit, la présente composition fut menée à terme ; elle embrasse 5.723 années. Ouvrage en cinq livres.

  • 249 G. WENTZEL, o. l., p. 45.
  • 250 Ibid., pp. 45-46. Souda, A 4647 s.v. :Ἀφϱιϰανός Σέξχος χϱημαχίσας, φιλόσοφος Λίβυς, τούς Κεστοὺ (...)

195Encore qu’en raison de sa nature même, on ne puisse être sûr qu’il ait lu l’œuvre dans son intégralité, la teneur de ces lignes montre que Photios a tiré le plus clair de son information de l’introduction à l'ensemble249. Toutefois, l'allusion aux Cestes est ici déplacée. D’après certains, il l’aurait découverte dans l’article de l’« Épitomé » d’Hésychios, où l’on peut lire250 :

Sextus, qui prit le titre d'Africanus. philosophe libyen, auteur des Cestes en 24 livres. Ce sont des sortes de traités de « physique » contenant des remèdes tirés de textes, d'incantations, de certaines gravures peintes, ainsi que d'opérations diverses. C est contre lui qu’Origène écrivit une réplique visant Daniel sur le livre de Suzanne.

196La conclusion de mes prédécesseurs paraît aventurée. Certains des arguments auxquels ils recourent mériteraient un examen attentif.

  • 251 C’est le P. Lit. Lond. 174. On en trouvera une édition assortie d’une description, d’une traduction (...)
  • 252 G. WENTZEL, o. l., p. 46. Il suffira de faire observer que, peu avant Photios, GEORGES LE SYNCELLE (...)

1971. La contradiction entre le nombre des livres cités par Photios (14) et par Hésychios (24) pour les Cestes est étonnante. Qu’en l’espèce, le second avait raison, c’est ce qui ressort de la documentation disponible aujourd’hui. Les fouilles papyrologiques ont permis d’exhumer un fragment important du livre XVIII251. Aussi G. Wentzel a-t-il sans doute raison d écrire252 : « (...) denn die Variante in der Zahl der Bücher (...) ist nur textlich ». La bévue expliquée, reste à déterminer à quel étage de la tradition elle s’est introduite. Il n'est pas a priori évident que la responsabilité en revienne à Photios.

  • 253 G. WENTZEL, l. l..

1982. Comme l’observe judicieusement le philologue allemand253, «d'autretre part, l’article (de la Souda = Hésychios) contient le nom, le cognomen et l’origine d’Africanus, ainsi que la même donnée sur les Cestes que P(hotios) ». C’est oublier un peu vite que ce dernier ne dit pas un traître mot ni du contenu de ces Broderies ni des divers nomina de l’écrivain. Or, la rédaction d’œuvres d’inspirations aussi divergentes eût dû retenir, s’il avait pu faire état de détails plus précis, l'attention d’un lecteur aussi curieux que Photios. On a donc quelque raison de juger le silence suspect.

1993. On soulignera enfin que, pour la forme, la mention des Gestes évoque davantage soit une parenthèse soit une note marginale ou interlinéaire qu’un emprunt à l’article plus développé d’un dictionnaire ou d'une bibliographie raisonnée.

  • 254 I, p. 20, ll. 15-24 : Οὖτος ϰαὶ πϱὸςϱιγένην γϱάφει πεϱὶ τοῦ ϰατά Σωσάνναν διηγήματος ὡς οὐϰ εἴη α (...)

200La fin du codex offre des renseignements complémentaires sur d’autres travaux de Julius qui étaient, cette fois, dans une ligne purement chrétienne254 :

Cet auteur écrit aussi à Origène à propos du Récit sur Suzanne qu'il ne l’aurait pas lu dans les textes hébraïques et qu’il n'est pas conséquent avec l'étymologie hébraïque de tirer « scier » (πϱίσαι) de « chêne kermès » (πϱῖνος), ni « fendre » (σχίσαι) de « lentisque » (σχῖνος). C’est là aussi un point auquel répliqua Origène dans la réponse qu'il lui adressa. Africanus écrit aussi à Aristide : il y montre à suffisance que la prétendue discordance chez Mathieu et chez Luc sur la généalogie de notre Sauveur n’en est pas une.

  • 255 G. WENTZEL, ο. l., p. 45.
  • 256 EUSÈBE, Histoire ecclésiastique, VI, 31, 1-3.
  • 257 SOPHRONIOS, 63, ϱ. 41 von Gebhardt : ’Έστι δὲ ἐπιστολή πϱòς Ὠϱιγένην ἕνεϰεν τῆς ϰατά Σωσάνναν ζητήσ (...)

201En revanche, Wentzel255 a raison de souligner que la finale n’a rien à voir avec le chapitre d’Eusèbe dont Jérôme a tiré certains enseignements256 : si l’Histoire ecclésiastique rappelle les deux lettres, on y chercherait en vain une allusion aux étymologies rapportées dans la Bibliothèque. En revanche, tous les éléments que l’on tient de Photios avaient déjà, et dans le même ordre, leur place dans l’article de Sophronios257 :

Mais il existe une lettre adressée à Origène roulant sur la recherche qu’il mena au sujet de Suzanne. Il y dit en effet que la légende ne figure pas dans le texte hébraïque et qu’il n’est pas en concordance avec l’étymologie hébraïque de rattacher « scier » (πϱίσαι) à « chêne kermès » (πϱῖνος) et « fendre » (σχίσαι) à « lentisque » (σχῖνος) : Origène répondit par une lettre qui fut approuvée. Il existe de lui encore une autre lettre adressée à Aristide où il s’explique à suffisance sur la discordance qui semble figurer chez Matthieu et chez Luc à propos de la généalogie du Sauveur.

202En somme, si l’on comprend bien, de la lecture comparée des passages, il ressort

  1. que Photios n’avait pas eu l’occasion de lire les lettres en question parce qu’elles n’étaient pas conservées dans le manuscrit ;

  2. qu’il est beaucoup plus clair que Sophronios sur le contenu des arguments avancés par Sophronios, excepté pour les remarques touchant l’inauthenticité de l’épisode de Suzanne.

203L’examen inspire une question qui ne va pas dans le sens de la thèse défendue par Wentzel. Les rapports entre Photios et Sophronios, relayé par l’« Épitomé » d’Hésychios, sont-ils aussi directs et aussi obvies que le supposait le savant allemand ? Plusieurs faits font hésiter à répondre positivement. Les étymologies que risqua Origène sont soigneusement reproduites par Photios : le jeune chercheur était soucieux de ne rien laisser perdre des informations littéraires qu’il pouvait glaner au fil de sa lecture.

204Que, pour les Cestes, dont il a relevé au demeurant le nombre de livres, il se soit départi de son acribie coutumière est une hypothèse qui ne convaincra pas grand monde. Mieux, le nombre des livres est différent de celui que propose la Souda. Faut-il incriminer l’incurie de Photios ou des scribes auxquels nous devons la Bibliothèque ? En fait, dans la présentation, il y a une similitude entre la note sur les Cestes et celle qui rapporte l’échange de correspondance de Julius avec Origène : un trait qui suggère quelles émanent d’une source analogue. Dans ce cas, l’erreur sur la composition des Cestes ne tiendrait à la négligence ni de Photios ni de la tradition de la Bibliothèque.

205Est-il possible de formuler une explication ? Avec les Cestes, la Chronographie était l’œuvre maîtresse de l'érudit d’Aelia Capitolina. Par comparaison, les lettres à Origène et à Aristide étaient seulement des πάϱεϱγα, quelle que fût leur valeur. Par conséquent, que ces dernières aient été reléguées à la fin de la notice était dans le droit fil de la logique. De la même façon, le rapprochement entre Cestes et Chronographie s'imposait, mais en tête de chapitre cette fois. Oui sera en mesure de déterminer si c’est à Photios que revient le mérite d’un aménagement de l’espèce ou si, distinct de la note finale, l’ajout figurait dans les marges de la première page du volume, par exemple, à hauteur du titre ?

  • 258 H.E., VI, 31, 1 et la n. 2 de G. BARDY : « La mention des Cestes, ouvrage exclusivement profane, es (...)

206Quoi qu’il en soit, toute mention des Cestes fait défaut dans s. Jérôme aussi bien que dans Sophronios. En revanche, l’article de la Souda traite plus longuement du recueil, mais fait à peine une allusion rapide à la lettre destinée à Origène, dont le nom n’est pas cité, et passe entièrement sous silence l’échange de correspondance avec Aristide. Autant de caractéristiques qui donnent à penser que Jérôme/Sophronios, la Souda (Hésychios ?) et Photios sont les héritiers d’une tradition unique exploitée à des fins différentes. Un des chaînons de cette lignée pourrait avoir été l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, complétée après coup par l’insertion des étymologies ou par une description plus précise des Cestes. L’analyse des textes d’inspiration païenne a prévalu dans la Souda, dont la source (Hésychios ?) s’intéressait moins aux ouvrages spécifiquement chrétiens. Le point de vue opposé a conduit Eusèbe à ne réserver aux Cestes qu’un rappel des plus sec258. Plus rigoureux encore, Jérôme a préféré passer l’œuvre païenne sous silence. On le conçoit, jointe au premier ouvrage d’histoire universelle que constituait la Chronographie, une notice relativement détaillée sur les Cestes eût entamé la belle physionomie de savant orthodoxe qu’offrait Africanus.

207Que la source de Photios ait mis en œuvre des renseignements déformés pris partie au document dont ont subsisté des échos dans la Souda partie à la traduction grecque de s. Jérôme, c’est là un fait dont on ne doutera point. L’essentiel est d’observer qu’ils y ont fait l’objet d’arrangements habiles. Tous vont dans le même sens. Auteur d’une note exempte d'omission flagrante, le compilateur a pris soin d’éviter tout détail permettant de soupçonner Africanus de tendances paganisantes, mais il n’a eu garde de laisser perdre ce qui attestait la science scripturaire de l’écrivain. À lire la « biographie », celui-ci fait fort honorable figure face au grand Origène lui-même. Pour rehausser l’éminente valeur de la Chronographie, pareille publicité valait son pesant d’or.

B 14. Hippolyte de Rome (cod. 121)

  • 259 Bien que la tradition ecclésiastique lui eût accordé l’aurèole de la sainteté, Hippolyte, qu’Origèn (...)
  • 260 Perdu de nos jours. On peut lire ce qui nous en reste dans P. NAUTIN (Hippolyte Contre les hérésies (...)

208Photios lut d’Hippolyte de Rome259 un petit traité qui combattait trente-deux hérésies260. L’analyse du livret s’achève par une note bio-bibliographique assez surprenante. À première vue, toutefois, il n’est pas malaisé d’en découvrir la source d’inspiration :

  • 261 Cod. 121, II, p. 96, ll. 34-43 : Λέγεται δὲ οὗτος ϰαὶ̣ πϱοσομιλεῖν τῷ λαῷ ϰατὰ μίμησιν Ὠϱιγένους, ο (...)
  • 262 60, p. 39 von Gebhardt : ἔγϱαψεν (...) πϱοσομιλίσν πεϱὶ̣ τῶν ἐπαίνων τοῦ Κυϱίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χϱιστοῦ, (...)
  • 263 61, pp. 39-40 v.G. : Ἀμβϱόσιος, ὅντινα ἀπò τῆς πλάνης Μαϱϰίωνος εἰς τὴν ἀληϑινὴν πὶστιν ἐπιστϱέψας (...)

PHOTIOS261

SOPHRONIOS

On dit de lui également qu’il enseignait le peuple à l’imitation d’Origène,

Il (sc. Hippolyte) écrivit (...) une homélie sur les louanges de Notre Seigneur JésusChrist, où il montre, en présence d'Origène, qu’il procède dans l’Église en Limitant.262.

2. à qui il était aussi lié de près et dont il aimait les écrits.

Cet Ambroise, qui, de l’erreur de Marcion, s’était converti à la foi véritable, comme on l’a dit précédemment,

au point qu’il le poussa à commenter la divine Écriture, mettant à sa disposition des secrétaires, sept tachygraphes et autant de calligraphies, pour lesquels il pourvoyait même à la dépense. Et, en raison de l’assistance qu’il fournissait, il lui réclamait le travail sans désemparer. De là vient l’appellation de « contremaître » que, dans une de ses lettres, lui donna Origène.
1. Très nombreux sont les ouvrages que, dit-on, il avait composés lui aussi.

proposa à Origène de commenter les saintes Écritures, en lui procurant sept tachygraphes, et même davantage, de quoi couvrir les dépenses, ainsi que des calligraphies et, ce qui est bien plus encore, lui réclamant, avec un zèle indomptable, du travail à chaque occasion ; c’est pourquoi, dans une lettre, Origène l’appelle son « contremaître »263

  • 264 A. PUECH (Histoire de la littérature grecque chrétienne, II, Paris, 1928, p. 553, n. 3) écrit prude (...)
  • 265 O.l., VI. 23, 1-2.
  • 266 L'Histoire ecclésiastique a fait l'objet du cod. 27.

209On voit le problème. La notice de la Bibliothèque prête à Hippolyte des actions accomplies par l’ancien marcionite Ambroise264. La bévue est incontestable. Le rôle d’instigateur infatigable que joua le gnostique converti est déjà signalé par Eusèbe265, ainsi que le soutien matériel qu’il offrit : trait pour trait, les détails coïncident, à quelques points près, avec les informations que nous tenons de Sophronios. D’autre part, l'Histoire ecclésiastique est un texte qu’en principe Photios connaissait266.

  • 267 G. WENTZEL, o.l., p. 52. Photios aurait lu dans Sophronios, à moins que ce ne soit dans l’« Épitomé (...)

210La faute n’est pas aisée à expliquer. Au prix d’une argumentation peu claire, G. Wentzel s’y était efforcé267. Elle résulterait d’un saut du même au même, d’une mention d’Origène à l’autre, avec, en corollaire, la disparition du relais que constituait le personnage intermédiaire d’Ambroise.

211Autre chose est de montrer que Photios doit porter la responsabilité de cette négligence. J’avoue, sur ce point, être moins convaincu. Quelques observations viendront fonder les réserves.

  • 268 II, p. 95, ll. 24-30 et p. 96, ll. 32-34 : Ἀνεγνώσϑη βιβλιδάϑιον Ἱππολύτου∙μαθητὴς δὲ Εἰϱηναίου ὁ Ἱ (...)

2121. Autant que l’on puisse voir, Photios a dépouillé attentivement le manuscrit qu’il avait sous les yeux268 :

Lu un petit livre d'Hippolyte ; cet Hippolyte était un disciple d'Irénée. La composition était dirigée contre 32 hérésies ; elle commençait avec les Dosithéens et traitait les hérésies jusqu’à Noët et les Noétiens. Celles-ci furent terrassées, dit-il, par les réfutations qu’en fit Irénée dans son enseignement : c’est justement pour donner de ces dernières un aperçu qu’Hippolyte affirme avoir composé ce livre (…). Il émet certains propos dont l’exactitude laisse à désirer, et notamment que l'Épître aux Hébreux n’est pas de l'apôtre Paul.

  • 269 0.l.. p. 51.
  • 270 Cod. 232, V, ϱ. 79, ll. 12-14.
  • 271 R. HENRY, II, ϱ. 217 (n. complémentaire à la ϱ. 96).
  • 272 Voir, par exemple, IRÉNÉE, Contre les hérésies. IV Pr 1 De detectione et eversione falsae cognition (...)

213Comme l’indique à juste titre G. Wentzel269, « P(hotios) aber giebt (...) einen Auszug aus der Vorrede des (...) Hippolytos ». Que les soupçons portés par Hippolyte sur l’authenticité paulinienne de l'Épître aux Hébreux se retrouvent aussi bien dans Sophronios que dans la Bibliothèque ne signifie strictement rien. Le même texte, avec les doutes déjà formulés par Irénée, retiendra encore beaucoup plus tard l'attention du trithéite Étienne Gobar, contemporain de Justin II270. Qu'Hippolyte ait été un disciple d’Irénée est un fait inédit271. Mais la déduction était facile à opérer : sans doute présentait-il lui-même son œuvre comme celle d’un disciple, voire d’un continuateur et épitomateur tout à la fois : l’allusion aux Réfutations d’Irénée rappelle des éléments du titre ancien du traité cité aujourd’hui Contre les hérésies272.

  • 273 G. WENTZEL, o.l., p. 52.

2142. On pourrait objecter que Photios connaissait l’ampleur de l’œuvre d’Hippolyte. En effet, c’est même là l’indication qui termine la notice (1). C’est ce qui a fait conclure273 : « Car l’indication terminale de Photios montre clairement qu’il a connu la riche énumération d’écrits de Sophronios ». Voire. La longue suite de vingt-six textes que l’on trouve dans la traduction grecque du De viris précède les données biographiques. Il est probable que la différence de composition n’est pas dénuée de signification.

  • 274 J. QUASTEN, o.l., II, p. 193.
  • 275 Sur Ambroise, voir R. CADIOU, o.l., pp. 80-82.
  • 276 D’une analyse approfondie à laquelle je me suis livré mais dont je ne puis faire état ici, il resso (...)

2153. Autant que je sache, aucun autre passage ne dépeint Hippolyte comme « lié de près » à Origène et amoureux de ses écrits. Certes, le trait n’est pas tout à fait absurde : grand pourfendeur d’hérésies, familiarisé avec les cultes à mystères, promoteur de doctrines apparentées à celles des Pères grecs, le prêtre romain évoquait à maints égards les théologiens d’Alexandrie274 et, peut-on supposer, Origène justement. Pourtant, on voit bien que ce n’est pas à lui que se rapportent les locutions incriminées, mais au « contremaître » d’Origène, celui qui le poussait sans cesse à la tâche, Ambroise, d’Alexandrie lui aussi275. Le processus d’altération expliqué plus haut a-t-il fait sauter du même coup le rappel des précédents marcionites d’Ambroise ? Ce n’est pas sûr. L’évocation du passé trouble du mécène a fait place à une notation banale et édulcorée qui pesait moins sur la mémoire d’Origène et surtout, d’Hippolyte-Ambroise. Ira-t-on attribuer à Photios la paternité d’une modification de l’espèce ? Quand il parle d’Origène, il suit les préjugés répandus dans le monde théologique depuis la condamnation prononcée en 553 au concile de Constantinople276. Tout porte à croire que si Photios avait trouvé l’information dans sa source, il n’eût manqué de la reproduire avec jubilation. Si, d’autre part, la source avait perdu, en même temps que la seconde mention « Origène », la référence aux attaches gnostiques d’Ambroise, force est de reconnaître que la substitution de (2) serait venue à point nommé. Convenance trop parfaite pour ne point trahir un arrangement forgé sur base des lignes qui suivent.

216La notice terminant le présent codex a-t-elle comme source Sophronios ou l’adaptation passée dans l’« Épitomé » d’Hésychios ? On doit admettre alors qu’entre le premier et la Bibliothèque, elle a souffert diverses modifications qu’il est difficile d’expliquer par le processus des aménagements successifs.

  • 277 PL 23, 61, col. 708 A-B.
  • 278 On lira le procès des éditions précédentes dans O. von GEBHARDT, o.l.. pp. xvii-xix que je résume. (...)

217Le remploi d’éléments d’information pris à des articles sur tantôt Hippolyte tantôt Ambroise, qui se suivent dans Sophronios, donne crédit à l’hypothèse du saut émise par Wentzel. Dans l’édition de Vallarsi (xviiie siècle), reproduite par Migne277, les chapitres réservés à Hippolyte et à Ambroise ont fusionné. Or, depuis celle d’Érasme, les reproductions ultérieures du texte ne reposent pas sur une collecte des manuscrits suivie d'une étude historique. C’est ce qui les rend inutilisables. Or, lorsqu’il produisit le De viris pour la première fois, le grand humaniste s’était targué d’avoir simplement livré un manuscrit à l’imprimeur278. On peut donc supposer que, dans l'Antiquité déjà, certains témoins ne distinguaient plus les deux chapitres.

218L’amalgame opéré, il restait à monter en épingle les traits les plus marquants de cet Hippolyte-fantôme. Le rapprochement avec Origène était déjà relativement compromettant : pour faire bonne mesure, il fallait condamner toute allusion à Marcion. (1) provient d'un document analogue à l’article « Hippolyte » de Sophronios, mais une énumération exhaustive fut jugée oiseuse ; (2) d’un texte semblable, portant sur Ambroise, dont on amplifia la thématique. Sous sa concision, (1) donne au lecteur de quoi rêver à une production littéraire immense. On ne croira guère que Photios ait à répondre d’un arrangement aussi habile, greffé sur une bévue de copiste.

  • 279 Souda, I 562 s.v. Ἱππόλυτος.

219Sans doute y a-t-il de bonnes chances que Jérôme et sa traduction soient les ancêtres de cette lignée d’articles. Celui de la Souda n’a rien à voir avec elle : il mentionne simplement un commentaire aux Visions de Daniel et aux Proverbes de Salomon279. L’état de la tradition dissuade donc de recourir à l’« Épitomé » d’Hésychios comme intermédiaire et origine possible de l’arrangement. À un moment, qu’il faut situer, sans pouvoir préciser mieux, entre Sophronios et le ive siècle, un éditeur d’Hippolyte utilisa un exemplaire grec du De viris, où les chapitres sur l’écrivain et sur Ambroise étaient peut-être déjà réunis, afin de rédiger une notice destinée à servir de « faire valoir ». Tous les accidents qu'on y trouve sont imputables à l’action conjuguée des vicissitudes de transmission des œuvres et des nécessités de l’« édition ». Il n’était point question de priver Tarasios de précieux enseignements. On vient de constater à quel point, au mépris de la vérité, ils rendaient hommage à Hippolyte de Rome.

B 15. Piérios (cod. 119)

  • 280 Photios donne (cod. 118, II, p. 92, ll. 22-26) des informations sur le personnage, qui ne font guèr (...)
  • 281 Cod. 119, II, p. 93, ll. 35-36 : Λόγους δὲ τò βιβλίον πεϱιεῖχε ιβ'.

220Photios a présenté ailleurs le personnage de Piérios280. De cet écrivain, que la dureté des temps a relégué dans l’obscurité, il a lu un livre qu’il décrit ainsi281 :

L’ouvrage contenait 12 discours.

221Sa recension donne en outre une double notice biographique :

  • 282 II, p. 92, l. 31 - ϱ. 93, l. 45: Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Πιεϱίου πϱεσβυτέϱου, ὅν ϰαì σὺν τῷ ἀδελφῷ Ἰσιδώϱ (...)

P 1282 Lu un livre du prêtre Piérios qui avait aussi, dit-on, mené le combat pour la défense du Christ en compagnie de son frère Isidore ; il avait été le guide dans les sciences sacrées du martyr Pamphile et avait dirigé l’école d’Alexandrie.

  • 283 II, p. 94, ll. 19-25 : Οὗτος ὁ Πιέϱιος πϱεσβύτεϱος ἦν τῆς ϰατὰ Ἀλεξάνδϱειαν ἐϰϰλησίας Θεωνᾶ τηνιϰαῦ (...)

P 2283. Ce Piérios était prêtre de l’église d’Alexandrie, dont Théônas était alors l’évêque, quand Carus et Dioclétien portaient le sceptre impérial à Rome. Et à tel point il poussa, dit-on, l’amour du travail et les qualités naturelles, et, dans ses commentaires devant la foule, il mit, outre leur utilité, tant de charme, qu’il reçut le surnom de « nouvel Origène » ; en effet, Origènc était alors parmi les plus dignes d’estime. Il s’était exercé, dit-on, à la dialectique et à la rhétorique, et il s’était pris de passion pour la continence et la mendicité volontaire, (a) Il aurait même, selon les uns, terminé sa vie à la faveur d’un martyre, mais, (b) selon les autres, il aurait passé le restant de sa vie à Rome.

2221. Pour la mort de Piérios, P 1 et P 2 sont partiellement contradictoires. On verra plus loin ce qu’il faut penser de cette divergence entre les deux.

  • 284 76, p. 46 von Gebhardt : Πιέϱιος, τῆς ϰατὰ Ἀλεξάνδϱειαν εϰϰλησίας πϰεσβύτεϱος, ἐπì Κάϱου ϰαì Διοϰλη (...)

2232. P 2 répond presque trait pour trait à un chapitre de Sophronios284 :

Prêtre de l’église d’Alexandrie, sous les empereurs Carus et Dioclétien, au moment où l'évêque Théônas gouvernait la même église, Piérios enseigna le peuple dans une langue fleurie et il parvint, dans ses discours et celles de ses homélies qui se rencontrent aujourd’hui encore, à manifester ses qualités naturelles au point qu’on l’appela le « nouvel Origène ». On s’accorde à dire qu’avec son expérience de la dialectique et de la rhétorique, il s’était pris de passion pour l’ascèse et la mendicité volontaire et qu’après la persécution, il avait passé toute sa vie à Rome. Il existe de lui une très longue homélie sur Osée le prophète, qu’il adaptait pour la lecture lors de la veillée pascale, le texte lui-même le montre.

224Il vaut pourtant la peine de souligner quelques différences entre les témoignages.

  • 285 J. QUASTEN, (o.l., II, p. 136) qui cite Philippe de Sidé. Sur la date de l’exécution de Pamphile, v (...)
  • 286 O.l. II, p. 135.
  • 287 Sur ce point, voir cod. 118, II, p. 90, ll. 7-10.
  • 288 II, p. 94, ll. 28-29 μαϱτυϱίῳ τòν βίον τελειῶσαι et cod. 118, II, p. 91, l. 17 μαϱτυϱíῳ τοῦ βίου ἐξ (...)

225a) Pas un mot chez Jérôme du martyre prêté à Piérios. La perspective dans laquelle se situait le récit d’Eusèbe analysé au cod. 118 permettrait de révoquer en doute cette tradition d’allure hagiographique. Les souffrances dont, selon la tradition chrétienne, Piérios fut gratifié, durent, de toute façon, lui avoir été infligées après 310, puisque, au nombre de ses œuvres, on peut citer un Sur la vie de saint Pamphile285. Les témoignages de Photios et de Jérôme sont-ils conciliables, comme le supposait J. Quasten286 ? La rhétorique du martyre dont a usé P 1 était aussi celle qui avait servi pour conter les exécutions de Pamphile et de Léonidès, le père d'Origène287. Dans cette analogie, on peut déceler une indication de provenance ou de filiation eusébienne. La même conclusion vaut pour la première version (a) de P 2288. Si les rapprochements verbaux ont quelque valeur, le précédent d’Origène donne à supposer que Piérios avait, lui aussi, survécu aux épreuves. Sous une forme toute neutre, le même document accueille en plus la version de la mort de Piérios (b) retenue par Jérôme. Un travailleur soucieux de faire œuvre harmonieuse se fût certainement efforcé d'atténuer au maximum la portée de la disparate ou, à tout le moins, de l'expliquer. La nature de la Bibliothèque excluait ce type de préoccupation. P 2 et Jérôme ont utilisé des sources très voisines, mais les données proprement historiques du premier sont plus riches que celles du second.

  • 289 Ibid., ll. 12-13 : Ἔχει δὲ ϰαì ἐν τῷ εἰς τò Πάσχα ϰαì εἰς τòν Ὠσηέ λόγῳ πεϱί τε τῶν ποιηϑέντων χεϱο (...)

226b) Pas un mot chez P 2 de l’homélie sur Osée. On pourrait soutenir que l’ajout eût été inutile, parce que le manuscrit comportait précisément le discours auquel Jérôme fait allusion in fine289 :

Il (sc. Piérios) traite aussi dans son discours sur la Pâque et sur Osée des chérubins fabriqués par Moïse.

227Omission intentionnelle ? C’est possible, peu plausible toutefois. Le trait rapporté par Jérôme touche deux aspects de l’activité de Piérios, à la fois exégète et orateur sacré. Cette dualité dans le talent lui valut un surnom flatteur, on l’a vu. Décelable dans l’aspect du texte, la relation, qu’a notée Jérôme entre le commentaire exégétique et l’homélie adressée au public, pouvait échapper à un lecteur postérieur, moins bon connaisseur des usages du temps. Mais, s’il avait eu entre les mains un De viris en traduction grecque ou le succédané passé dans I hypothétique « Epitomé » d’Hésychios, Photios n’eût probablement pas négligé un détail aussi intéressant.

  • 290 On imagine sans peine que le rédacteur des notes qui ont fourni la matière de P 1 et de P 2 soit im (...)

2283. Rien n’exclut que le savant copiste ou commentateur auquel nous devons P 1 ne soit également responsable de P 2. À la faveur d’un appendice terminal, il était plus libre de présenter la vérité biographique avec des nuances complémentaires. Qu’il ait évité de rapporter les églises et oratoires bâtis en l’honneur de Piérios ne doit pas surpren dre : en tête d’une édition, l’ajout n’apportait rien aux textes présentés. L’intention nettement hagiographique de P 1 interdisait des précisions historiques inutiles, voire nuisibles à la perspective publicitaire290.

B 16. Eusèbe de Césarée (cod. 13)

  • 291 Cod. 13 (Réfutation et Apologie), I, p. 11, ll. 8-12 ; Δῆλον ὡς ἐπì Κωνσταντίνου τοῦ μεγάλου ἢνϑησε(...)

229Photios ne consacre à la biographie d'Eusèbe que des lignes fort sèches291 :

Évidemment, ce fut sous Constantin le Grand qu’il (sc. Eusèbe) fut à l’apogée de sa carrière. Il fut également épris avec ardeur de la vertu du saint martyr Pamphile : c’est pour cette raison, disent certains, qu’il reçut aussi le surnom de Pamphile.

  • 292 G. WENTZEL, ο.l., p. 44 ; W.T. TREADGOLD, ο.l. ϱ. 188.
  • 293 81, ϱ. 48 von Gebhardt :’Ήνϑησε μάλιστα ἐπì Κωνσταντίνου τοῦ βασιλέως ϰαì Κωνσταντίου, ϰαì διὰ τὴν (...)

230À première vue, les renseignements sont pris à la traduction grecque par Sophronios des Viri illustres de s. Jérôme292, chez qui on peut lire293 :

Il fut à l’apogée de sa carrière sous l’empereur Constantin et Constance, et, en raison de l'amitié qu il portait à Pamphile le martyr, il fut appelé du nom de celui-ci.

231Il se peut. Cependant, on doit émettre quelques observations.

  1. Le chapitre de s. Jérôme contient une esquisse biographique des années de jeunesse d’Eusèbe et surtout un long catalogue bibliographique dont pas un mot ne réapparaît dans la Bibliothèque.

  2. Les indications du présent codex sont extrêmement banales : même si Photios peut en effet les avoir trouvées dans Sophronios, force est de convenir qu elles eussent tout aussi bien pu avoir figuré ailleurs.

    • 294 A. PIGANIOL, L’Empire chrétien (325-395), Paris, 1947, p. 63 pour la date.
    • 295 Pour la date, voir ici même, p. 474 avec la n. 2.
    • 296 Constance II, né en 317, avait à peine sept ans lorsque son père le nomma César, en novembre 324 (E (...)

    On n’a pas assez souligné de menues divergences. La source supposée mentionne pour le floruit d'Eusèbe deux empereurs, Constantin Ier le Grand (mort le 22 mai 337)294 et son fils Constance II. Référence toute approximative, quand il s'agit d’un écrivain né vers 263 et mort en 339 ou en 340295. L’indication de Photios ne l’est pas moins sans doute, mais c’est à juste titre qu’elle fait l’économie de Constance II296. En tout cas, au sens technique où les chronographes usaient de la notion d’« acmé », il ne pouvait être question que du seul fondateur de la dynastie.

  3. La locution « épris avec ardeur » chez Photios a une saveur rhétorique que l'on ne retrouve pas du tout chez Sophronios.

    • 297 Au moins par rapport à Eusèbe. LAMPE (PGL, s.v. ίεϱομάϱτυς) donne quatre références ; la plus ancie (...)

    Celui-ci attribue à Pamphile le titre de « martyr », quand, usant d’un néologisme297, Photios l’appelle ίεϱομάϱτυς « saint martyr ».

    • 298 G. WENTZEL, l.l. a justement souligné le soin que Photios a mis à démarquer l’œuvre qu’il avait eue (...)

    L’emploi de l’expression « évidemment » paraît traduire une déception298. Elle introduit de bien pauvres renseignements qui eussent trouvé place avantageusement dans la souscription d’un manuscrit.

  • 299 Cod. 11 (Préparation ecclésiastique), I, p. 10, ll. 31-32 ; cod. 12 (Démonstration ecclésiastique),(...)
  • 300 Cod. 10, I, p. 10, II. 28-29 : Ἀνεγνώσϑη Εὐσεβίου ἡ εὐαγγελιϰὴ ἀπόδειξις ἐν βιβλίοις εἴϰοσιν. De l’ (...)

232Cette solution paraît bien être la seule qui rende compte de tous les faits observables. Juste avant, Photios a réservé quatre codices sommaires à différents ouvrages d’Eusèbe. Les deux derniers sont lacuneux299. Le deuxième n’est qu’une fiche de lecture300 :

Lu d’Eusèbe la Démonstration évangélique, en vingt livres.

  • 301 I, p. 10, ll. 18-26. L’œuvre est intégralement conservée (ibid., p. 466).
  • 302 Pour la Réfutation et Apologie, voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 472 ; G. BARDY, o.l., IV, p. 25. Il (...)

233Mais, consacré à la Préparation évangélique301, le cod. 9 offre une analyse succincte, mais soignée. Comme pour Eulogios d’Alexandrie, l’emplacement logique pour les indications eût été la fin du premier chapitre. Telle aurait été la disposition des données si Photios avait eu recours à un document lexicographique302.

  • 303 I, p. 11, ll. 2-8 : Πολυμαϑὴς δέ ἐστιυ ὁ ἀνήϱ, εἰ ϰαì τήν αγχίνοιαν ϰαί τò σταϑηϱòν τοῦ ἢϑους, ὡς π (...)

234La notice fermant le cod. 303est toute à la dévotion d’Eusèbe. On peut difficilement ne pas sentir qu’elle est en contradiction avec la critique de Photios 13 :

L’auteur a de nombreuses connaissances, même si, pour la pénétration d’esprit et la stabilité du caractère, comme pour ce qui touche à l’exactitude en matière de dogmes, il laisse trop à désirer ; et en effet, même ici, en de nombreux passages, il est possible de le voir dire des blasphèmes sur le Fils et lui donner les appellations de « cause seconde », « général suprême » ou certaines autres, qui sont des rejetons de la frénésie arienne.

235Le rôle de pareil appendice ressort clairement : le patronage du saint martyr Pamphile devait protéger l’ouvrage contre tout soupçon sur des questions d’orthodoxie. On doit malheureusement rappeler que le visa ne lui a pas permis de franchir les barrières de l’histoire.

B 17. Eunome de Cyzique (codd. 137-138)

  • 304 Elle a fait l’objet du cod. 137, II, p. 105, 1. 41 - p. 106, 1. 10. Le titre n’est pas donné dans l (...)
  • 305 Composée en 378, elle a disparu. Comme on sait, dans son Contre Eunome, le frère de Basile, Grégoir (...)
  • 306 Non citées dans la CPG de M. GEERARD, II, elles ont intégralement disparu, mais Philostorge les con (...)
  • 307 H.-I. MARROU dans J. DANIÉLOU et J.-I.M., Nouvelle histoire de l’Église I Des origines à Saint Grég (...)
  • 308 C’est l’avis d’A. PUECH (o.l., III, p. 281) qui parle d’un « opuscule, si précis dans ses affirmati (...)

236D'Eunome de Cyzique, Photios eut l’occasion de lire plusieurs œuvres importantes, la première Apologie304, conservée, la seconde305 et une correspondance de quarante lettres306, toutes deux perdues. Que le jeune érudit ait trouvé ces ouvrages dignes d’intérêt s’explique à plus d’un titre. On sait qu’après Nicée en 325, la définition des rapports entre les personnes divines continuait à offrir matière à interprétations divergentes, en particulier dans le chef de ceux qui tentaient de faire concorder foi et religion, philosophie et religion. Après la mort des coryphées du premier arianisme, Arius en 335, Eusèbe de Nicomédie en 340 et Eusèbe de Césarée vers 340, Aétios, diacre d’Antioche allait faire rebondir le problème vers 350307. « En bon aristotélisant, Aèce adoptait une position sans ménagements ni nuances : identifiant l’essence divine avec la notion d’inengendré (évidemment propre au Père, il en résultait que le Fils loin de lui être consubstantiel ou même semblable apparaissait totalement différent) (...) d’où l’appellation d’anoméisme ». C’était là revêtir à nouveau la dogmatique chrétienne d’oripeaux hérités du polythéisme grec. Le maître le plus dangereux allait être Eunome, à la dialectique redoutable308.

237On ne peut analyser séparément les deux chapitres où Photios abordait l’œuvre de l’écrivain hérétique. Visiblement, la double recension a été conçue dans un esprit synthétique. On peut en dresser le plan de la façon suivante :

A. Apologies

238I a) Présentation + nom d'auteur (cod. 137, II, p. 105, ll. 41-1),

239b) Circonstances qui présidèrent à la naissance de l’œuvre (p. 105, l. 1 - p. 106, l. 10).

240II a) Présentation et nom d'auteur (cod. 138, II, p. 106, ll. 12-15),

241b) Circonstances présidant à la naissance de l'œuvre (p. 106, l. 15 - p. 107, l. 34),

242c) Critique de style et de fond (ll. 34-16).

B. Correspondance

243a) Présentation (ll. 17-18),

244b) Critique littéraire (p. 107, l. 18 - p. 108, l. 21).

  • 309 W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 64.

245L'élément A II c vaut visiblement pour les Apologies I-II. Seuls les points A I b et A II b intéressent la présente recherche. Autant que je sache, W.T. Treadgold est le seul à avoir prêté quelque attention au premier. Il estime que Photios n’a pas lu Apologie I. Quelle que soit la sécheresse du cod. 137, la preuve de cette affirmation reste toujours à administrer. La conclusion du savant américain est ferme309 : « Close parallels show that Photius took this paragraph, which is mostly polemic against Eunomius and does not resemble Photius’usual style, from book I of Gregory of Nyssa's Against Eunomius, reviewed in codex 6. » Il vaut la peine d’y regarder d'un peu près.

  • 310 II, p. 105, 1. 1 - p. 106, 1. 10 : Τούτο τò βιβλιδάϱιον ἐπεì τοῖς συναιϱεσιώταις Εὐνομίου διά ϑαύμα (...)

A I b310. Cet opuscule, parce qu’il était tenu en admiration par les compagnons d’Eunome dans l’hérésie, mais avait été composé de façon à rester caché et non divulgué dans le restant (du public), le grand Basile, pour avoir pu un jour à grand-peine l’avoir entre les mains, le mit, après l’avoir parcouru de bout en bout, sens dessus dessous, avec vigueur et éclat ; de toute la vertu et de la force de ses arguments, il le démolit, comme on fait pour un enfant de Babylone que l'on brise contre le rocher solide de la vérité, et il montra que la merveille d’un jour n'était qu’un corps mort et ridicule.

246A priori, dans le cas d’un lecteur pressé, la reconstitution du procédé telle que l’envisage le byzantiniste américain est surprenante parce qu’elle suppose ou bien une mémoire exceptionnelle ou la conservation du livre de Grégoire et la consultation, au prix de nombreux efforts, du manuscrit lui-même. À ces objections, on peut répliquer, il est vrai, que l’enjeu était capital et méritait la dépense d’énergie.

  • 311 GRÉGOIRE DE NYSSE, Contre Eunome, I, 7, p. 24, ll. 10-17 Jäger : Ὃ πάντες μὲν οἱ τῆς αὐτῆς συμμετασ (...)

247En effet, les rencontres textuelles ne manquent pas, comme le faisait observer M. Treadgold. Ainsi, Grégoire de Nysse écrivait311 :

Ce rejeton, tous ceux qui partagent avec lui (sc. Eunome) la même corruption, le nourrissent et le réchauffent dans leur sein ; quant à nous, grâce au bonheur que nous devons à la prophétie (« Bienheureux sera », dit-elle, « qui te terrassera et piétinera tes enfants sur le rocher »), lorsqu’il fut enfin parvenu entre nos mains, nous avons formé le projet de terrasser ce texte puéril et de le piétiner sur le rocher, comme un des enfants de Babylone ; ce rocher, c’était le Christ, c’est-à-dire le Verbe de vérité.

248Curieux procédé pourtant que celui qui consiste à emprunter un trait décoché contre Apologie II pour le retourner contre Apologie I, un passage où Grégoire de Nysse relate son expérience personnelle pour l’attribuer à son frère Basile de Césarée.

  • 312 J. QUASTEN, (o.l., III, p. 303) ne donne qu’un seul titre. Voir aussi W. JÄGER, dans son édition du(...)

249On sait que, dans certains manuscrits, la réfutation de Basile, rédigée entre 363 et 365, était intitulée312 :

Ἀνατϱεπτιϰòς τοῦ Ἀπολογητιϰοῦ τοῦ δυσσεβοῦς Εὐνομίου

250C’est à ce titre que fait référence le verbe « mit... sens dessus dessous » ἀνέτϱεψε du cod. 137. Le jeu de mots est impossible à rendre dans notre langue. La réputation de Basile suffit à expliquer les traits complémentaires sur le brio de la réfutation.

  • 313 B. SESBOÜÉ, o.l., p. 41.

251Je ne connais aucun texte relatant les difficultés que rencontra Basile à se procurer l’ouvrage. Voici quelques mois à peine, le dernier en date des éditeurs du Contre Eunome de Basile déclarait313 : « Une notice de Photius, incontrôlable par ailleurs, nous dit qu’il eut du mal à se procurer un exemplaire de l'Apologie. » Moins pessimiste, je crois possible d’éclairer l’origine du trait à partir du contexte historique, qu’il faudra rappeler au préalable.

  • 314 L. DUCHESNE, Histoire ancienne de l’Église, II, 2e édition, Paris, 1907, p. 288.
  • 315 L. DUCHESNE, l.l. ; B. SESBOÜÉ, o.l., p. 19. Aétios était déjà diacre au service de Léonce, évêque (...)

252Les problèmes ont commencé le jour de 358 où le siège vacant d'Antioche tomba sous la coupe d'un singulier prélat, Eudoxe, dont L. Duchesne décrivait finement l’attitude pour le moins nuancée314 : « Ses opinions avaient subi quelque fluctuation : homoïousiaste un instant, il s’était laissé ramener à la pure doctrine arienne, qu’il savait voiler quand il le fallait. » C’est ce nouvel Eusèbe de Nicomédie qui conféra à Eunome le diaconat315. Durant ces années cruciales, l'unité religieuse de l’Empire fut fortement compromise. Réuni à Ancyre peu avant Pâques 358, un synode où se distingua notamment un ennemi d’Eunome, Basile d’Ancyre, rejeta l'anoméisme radical et se rallia à la formule du Fils homoiousios : ainsi était signé l’acte de naissance d'une variété modérée d’ariens de la seconde génération, celle des homéousiens. Bien que l’empereur Constance eût d’abord favorisé la dissidence anoméenne, il se laissa retourner par les prières instantes de Basile d’Ancyre et d’Éleusios de Cyzique entre autres.

  • 316 Je résume ici à grands traits G. BARDY (dans FLICHE-MARTIN, Histoire de l Église, J.-R. PALANQUE, G (...)
  • 317 G. BARDY, o.l., p. 161 ; L. DUCHESNE, o.l., II, p. 293.

253Le synode qui se tint à Sirmium en 358 allait marquer pour un temps l’établissement de la nouvelle orthodoxie homéousienne et le renversement du courant316. Il allait être lourd de conséquences pour les tenants de l'anoméisme : Aétios s’exila à Pépuze, Eunome fut incarcéré à Midaion en Phrygie, Eudoxe fut relégué en Arménie317. Les batteries étaient bien disposées pour permettre le rapprochement entre Nicéens de stricte observance et homéousiens, ainsi que la fusion des deux parties au creuset de la même orthodoxie, mais les tergiversations et difficultés de tous ordres allaient réclamer un nouveau synode qui tint ses assises à Constantinople en 360.

  • 318 G. BARDY, o.l., p. 170 ; L. DUCHESNE, o.l., p. 306 (souvent recopié par Bardy).
  • 319 SOZOMÈNE, IV, 24, 2, p. 178, B.-H. Mais, comme l’observe G. BARDY. o.l., p. 170, n. 2, ce fut sa pe (...)
  • 320 SOZOMÈNE, IV, 24, 3, pp. 178-179 B.-H.

254Il devait sanctionner la défaite des homéousiens, car la majorité allait se rallier à une nouvelle formule, celle du Fils semblable (Homoios) au Père, d’où le nom de synode « homéen ». La définition prescrivait l’emploi de concepts comme « essence » ou « hypostase », et laissait le champ libre aux interprétations les plus variées318. Aétios, destitué du diaconat, était exclu de l’Église pour l’impiété de ses écrits319. Les homéousiens sortaient, décimés : Éleusios de Cyzique et Basile d’Ancyre, par exemple, perdirent leurs sièges respectifs320.

  • 321 G. BARDY, o.l., p. 172 ; L. DUCHESNE, o.l., pp. 307-308. Ces pages reposent sur SOCRATE (Histoire e (...)
  • 322 PHILOSTORGE, V, 3, pp. 68-69 Bidez-Winkelmann. À vrai dire, la fixation de la date a posé problème. (...)

255On doit souligner des faits curieux. Force est de constater qu’Eudoxe le retors avait su négocier habilement les virages doctrinaux, car, en 360, il avait échangé le siège d'Antioche pour celui de Constantinople321. On ne parlera pas de rétrogradation. Loin d’avoir été inquiété, Eunome reçut à Cyzique, sur avis de Constance, mais avec l’appui d’Eudoxe, le siège d’Éleusios, qui venait d’être destitué322. De quel prix le paya-t-il ? Tels sont les événements historiques parmi lesquels il faut situer la rédaction d'Apologie I et la réfutation de Basile de Césarée.

  • 323 O.l., p. 32.

256Les faits historiques connus autorisent pour la première deux dates de rédaction. La première est celle de 360, ou. plus précisément, le synode « homéen » de Constantinople ; la seconde, celle de 361, quand, à la suite des troubles que suscitaient ses doctrines à Cyzique, Eunome fut convoqué dans la capitale afin de s’y justifier. Au terme d’une brillante et savante argumentation, le R.P. Sesboüé conclut que seule la première possibilité mérite considération323 : « Elle (sc. l'Apologie) répond aux attaques des homéousiens en évitant soigneusement la mention de l'ἀνόμοιος. Elle essaie de se concilier les homéens en leur proposant une doctrine franchement arienne, tout en sauvant la face du langage de la tradition et des Écritures. Elle ne fait état d'aucune accusation précise et se contente d’un exposé général de la foi, devant des juges qui ne demandent qu’à se laisser convaincre. Pour Eunome, il s’est bien agi d’une apologie. »

  • 324 PHILOSTORGE, IV. 2, p. 64, ll. 5-7 B.-W. Il était simple lecteur, d’après B. SESBOÜÉ (o.l., p. 20 e (...)
  • 325 THÉODORET, H.E., II, 29, 2-4, pp. 165-166 Parmentier : Ἐπειδὴ γὰϱ ζῶντος Ἐλευσίου τὴν Κύζιϰον ἔλαβε (...)

257Le futur s. Basile assistait au synode de Constantinople, où il eut, en tant que diacre, l’occasion d’entendre le plaidoyer d’Eunome324. Autre chose est toutefois d’entendre un discours, autre chose de le réfuter point par point. La seconde phase du travail exigeait la détention d’un texte écrit. Nous savons, grâce à Théodoret, à la suite de quelle manœuvre d’intoxication on finit par obtenir le document convoité325 :

En effet, lorsque, du vivant d’Éleusios, Eunome eut reçu Cyzique, voyant la santé de la masse et considérant que l’empereur s’irritait contre ceux qui citaient le Fils monogène comme une créature, Eudoxe lui conseilla de dissimuler sa pensée et de n’en point faire part à ceux qui traquaient les prétextes d’accusation : « Le moment venu », dit-il, « nous proclamerons ce que nous dissimulons à présent, nous instruirons les ignorants, et, pour nos adversaires, nous les persuaderons, les contraindrons ou les châtierons. » Cédant à ces avis, Eunome se mit à colporter son impiété sous une ombre complice. Mais, voyant la suppuration produite par ses paroles, ceux qui cherchaient leurs aliments dans les textes divins s’en irritaient et pensaient répliquer ouvertement à une œuvre non d’intelligence, mais de témérité. Se mettant le masque de l’exécrable opinion hérétique, ils se rendaient chez lui en le suppliant d’exposer au grand jour la vérité du dogme et de ne les point laisser ballottés entre des enseignements divergents. Il eut le front de produire au jour la pensée qu’il dissimulait.

  • 326 Haereticarum fabularum compendium, IV, 3 dans PG 83, col. 417 B : (...) ὁ Εὐδόξιος ἔπεισε tòν Εὐνόμ (...)

258On peut, je crois, identifier sûrement cette « pensée dissimulée ». Un autre ouvrage du même Père décrit l’attitude d’Eunome dans les termes suivants326 :

Eudoxe convainquit Eunome de ne pas mettre sa pensée à nu, mais de la tenir pour l’instant en cachette et de la nourrir dans l’obscurité, comme un rejeton clandestin : à la faveur d'une circonstance favorable, ils saisiront toute possibilité.

  • 327 II, p. 106, ll. 15-23 : Ταύτην τὴν βίβλον ὠδίνοντα πολλάς φασιν αὐτòν ἐτῶν ỏλυμπιάδας ϰατατϱῖψαι, ἐ (...)

259Or, la rhétorique caractéristique du présent passage marque semblablement le cod. 138 de la Bibliothèque, où, toutefois, il est question d'Apologie II327 :

Ce livre, il (sc. Eunome) dépensa en années, dit-on, de nombreuses olympiades à le concevoir, enfermé dans une chambrette, et ce fut à la suite d’accouplements clandestins qu’il enfanta ce méchant monstre pour mettre au monde, après des années et à grand-peine, un triste avorton ; il le tint au chaud désormais et c’était tout juste s’il présentait le foetus à ses compères d’initiation, de peur surtout qu’en ne tombant lui aussi entre les mains de Basile, il ne fût mis en pièces avant d’avoir pris consistance, desséché avant d’avoir été en fleur, détruit avant l’heure.

260On le verra plus loin, Apologie II est le produit d’une époque sensiblement plus tardive. Mais la préhistoire des deux œuvres d’Eunome fut similaire, en sorte que l’on peut établir l’équation : « pensée » = « avorton » = Apologie I. Il faut donc, me semble-t-il, se représenter les faits de la manière suivante.

  • 328 B. SESBOÜÉ, o.l. p. 23.

261Soucieux de ménager la chèvre et le choux, Eudoxe n’avait pas intérêt à rompre avec un membre du parti anoméen, à condition qu’il fût assez habile pour ne pas provoquer d’éclat. C’est ce qui explique qu’il le laissa mener une campagne discrète à Cyzique. À l’inverse, les homéousiens et les orthodoxes restés en place devaient, en bonne tactique, obliger l'adversaire à lutter à fleurets découverts et, par conséquent, à donner connaissance d'Apologie I, qui devait courir uniquement, si l’on ose écrire, sous des manteaux soigneusement sélectionnés. La divulgation de l’écrit entraîna une plainte auprès d’Eudoxe et la déposition d’Eunome qui ne remit jamais les pieds à Cyzique328. Nul doute que, derrière ces manœuvres de coulisse, on ne doive chercher l’action de Basile de Césarée et de son parti : c’est pourquoi en effet le jeune diacre rencontra quelques difficultés à se procurer le texte. Dignes des services secrets, de telles techniques ne devaient pas être mises en lumière dans le cod. 137, car elles risquaient de ternir l’image de Basile. En somme, les indications sur Apologie I forment non pas une notice d’histoire littéraire, mais un bref éloge du premier combat du futur évêque de Césarée en faveur de l’orthodoxie. Le mieux était de procéder à un montage ad majorem sancii gloriam qui retracerait, au départ d’un centon tiré de Grégoire, des faits historiques connus à l’époque.

  • 329 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64.
  • 330 J. QUASTEN, o.l. III, pp. 578-579. Voir aussi M. GEERARD, CPG II. p. 358 no 3859.
  • 331 R. HENRY (I, p. 8, n. 2) écrit laconiquement : « Ouvrage inconnu par ailleurs ». Il ajoute, I, pp.  (...)

262A II b. On se reportera au texte et à la traduction donnés précédemment. Si l’on en croit W.T. Treadgold329, « Here the source is not Gregory’s refutation, which dealt only with the Apologeticus, nor a later work of Gregory (...). I (...) conjecture that Photius’source in codex 138 was either one or both of the refutations by Theodor of Mopsuesta and by Sophronius, reviewed in codices 4 and 5. » Autant avouer une ignorance absolue. La réplique de Théodore a intégralement disparu, hormis de pauvres fragments330. Quant à l’œuvre similaire de Sophronios, outre qu’elle est également perdue, on ne peut même définir avec exactitude la personnalité de son auteur331.

  • 332 GRÉGOIRE DE NYSSE, o.l.. I, 6-7, p. 24 Jäger : Καί ἐv μαϰϱῷ τῷ χϱόνω σχολής ἐπιτυχών ὁπόσης ἐβούλετ (...)

263Pourtant, un passage de Grégoire offre des récurrences verbales en nombre suffisant pour être considéré comme la source d’une partie au moins des données du cod. 138332 :

Et, bénéficiant pendant cette longue période de la quantité de loisir qu’il voulait, il se mit à concevoir, durant tout l’intervalle, un discours surpassant les fauves les plus grands et les plus corpulents ; il était gros de ses menaces pendant qu’en secret, il façonnait toujours son foetus ; mais plus tard enfin et à grand-peine, il produisit au jour un triste rejeton avorté et non encore parvenu à terme. C’est lui que tous les partisans de (sa pensée) corruptrice nourrissent de leur lait et échauffent sur leur sein (...)

  • 333 Ibid., I, 13, ϱ. 26, ll. 6-8 : Καὶ οὐδὲν άπειϰòς τòν ἐν τοσαύταις έτῶν όλυμπιάσι πονήσαντα πλέον τι (...)

264À quoi on peut ajouter un bref paragraphe du même traité333 :

Et ce n’est un fait en rien invraisemblable que l'auteur ayant peiné en années tant d’olympiades ait préparé un ouvrage plus ample que les attaques lancées du même côté.

  • 334 II, p. 106, 1. 23 - ϱ. 107, 1. 34 : Διόπεϱ ἐπιμελῶς ϰαὶ ὥσπεϱ ὁ Κϱόνου μῦθος τò γέννημα ϰαταπιὼν ἔϰ (...)

265On ne peut expliquer aussi aisément la suite du codex que voici334 :

Aussi prit-il soin, comme (dit) le mythe de Kronos, d'avaler son rejeton, de le cacher, de le dissimuler aussi longtemps que, se prolongeant dans son existence mortelle, la vie de Basile l’effrayait épouvantablement. Mais lorsque cet homme divin eut quitté sa résidence et atteint son domaine céleste, Eunome, libéré de sa grande terreur, s’enhardit jusqu’à le publier, quand il était trop tard, non pas, même alors, à destination de tous, mais pour ses amis. Quand ils l’eurent trouvé par hasard, Théodore, Grégoire de Nysse et Sophronios, dont nous avons fait mention plus haut, le malmenèrent dans leurs écrits en prodiguant les coups et, non moins que pour l’ouvrage précédent, ils rejetèrent à l’auteur un cadavre puant déjà de toute sa souillure.

  • 335 Ce sont les codd. 4-6 (I, p. 7, l. 40 - p. 8, l. 6 ; p. 8, ll. 8-15 ; ll. 17-26).

2661. Il est bien vrai que Photios a lu trois traités Pour Basile, Contre Eunome qu’il a recensés dans l’ordre suivant : Théodore, Sophronios et Grégoire335. Nulle part dans ses analyses ne figure la moindre allusion aux conditions de rédaction d'Apologie II. Autant de particularités qui donnent à supposer que seule la parenthèse « dont... plus haut » est une contribution personnelle.

2672. Deux sources offrent des versions contradictoires :

  • 336 VIII, 12, p. 114, II. 1-4 B.-W. : Ὅτι, οὐ μόνον τòν μέγαν Βασίλειον, ἀλλὰ ϰαὶ τòνπολινάϱιον λέγει(...)

a) Philostorge336 :
Que, dit-il, ce furent non seulement le grand Basile, mais également Apollinaire qui donnèrent une réplique écrite à l'Apologie d’Eunome. Ensuite, quand Eunome eut lancé une nouvelle attaque en cinq livres contre Basile, ce dernier en lut le premier livre et quitta la vie, le coeur lourd.

  • 337 I, p. 22, II. 1-4 Jäger : Γϱηγοϱίου ἐπισϰόπου Νύσσης τῶν ἐϰδοϑέντων παϱὰ Εὐνομίου δύο λόγων μετὰ τὴ (...)

b) Grégoire337 :
Grégoire, évêque de Nysse. Réplique au premier des deux livres produits par Eunome, après que saint Basile se fut endormi.

  • 338 Exactement le 1er janvier 379. Voir B. SESBOÜÉ, o.l., p. 48. Le Jésuite français ne tranche pas l’a (...)
  • 339 O.l., pp. 99-100.

268On voit l’enjeu chronologique. Pour marquer l’écrasement d’un adversaire orthodoxe, l’arien Philostorge, que l’on sait grand admirateur d’Eunome, avait tout intérêt à placer la divulgation d'Apologie II en 378. C'était exactement l’inverse pour Grégoire : une date postérieure à la mort de Basile (379)338 suggérait évidemment que l’hérésiarque n’osait lutter à visage découvert. À bon droit, les RR.PP. A. Smets et M. Van Esbroeck accordent plutôt confiance à Philostorge339. Dans une perspective favorable à l’orthodoxie, A IIb opte logiquement pour la seconde version des événements.

  • 340 GRÉGOIRE DE NYSSE, Lettres, 29, 4, p. 87, 1. 22 - p. 88, 1. 8 Pasquali : Ἐπειδὴ ϰατ’ αὐτὴν τοῦ ἀγίο (...)

2693. On ne peut rien dire des circonstances qui permirent à Théodore de Mopsueste et à Sophronios d’entrer en possession d'Apologie II. En revanche, nous sommes relativement bien renseignés sur le hasard qui mit Grégoire en possession de l'œuvre. Pour la date de réception d'abord340 :

a) Comme ç avait été au moment où s’endormait saint Basile que j’avais reçu l’ouvrage d'Eunome (...), dans mon ouvrage écrit contre Eunome, il est des passages où j’ai fait montre de quelque humeur contre l’écrivain et de flamme dans le sentiment.

  • 341 Ibid., 2, p. 87, II. 8-13 : Γέγϱαπται δέ μοι oὐ πϱòς ἀμφοτέϱους τοὺς λόγους οὐδὲ γὰϱ ἐπέτυχον τοσαύ (...)

270Pour les circonstances de rédaction de son propre traité en second lieu341 :

b) Ensuite, mon écrit ne porte pas sur les deux ouvrages (d’Eunome) ; car je n'ai pas non plus disposé de loisir à suffisance : celui qui me prêta le livre de l’hérésie, avec beaucoup d’indélicatesse, me le réclama tout de suite pour un usage personnel et ne me permit ni de le transcrire ni d’y plonger à loisir.

  • 342 A. SMETS-M. VAN ESBROECK, o.l., p. 100. La courtoisie élémentaire lui eût interdit de s'exprimer av (...)

271Grégoire avait-il dans ses fréquentations des anoméens tièdes soucieux de ménager toutes les parties en cas de revirement doctrinal toujours possible ? Rien en tout cas, dans le texte qu'on vient de lire, ne donne à penser que le prêteur avait été Pierre, le futur évêque de Sébastée, comme le supposent les RR.PP. A. Smets et M. Van Esbroeck342. Je l’ai déjà dit, la technique de diffusion restreinte qui valut pour Apologie I fut également celle d'Apologie II. Les indications du cod. 138 coïncident donc parfaitement avec les réalités que suggère Grégoire.

  • 343 Voir supra, p. 328, n. 33 et PHILOSTORGE, VIII, 12, p. 114, II. 3 et 24 B.-W., avec J. QUASTEN, o.l (...)
  • 344 O.l, p. ix. La restitution de l’ordre résulte d’aveux de Grégoire lui-même (pp. ix-x).
  • 345 GRÉGOIRE DE NYSSE, Contre Eunome, III, 1 dans II, p. 3, II. 6-10 Jäger : Ἐπεὶ oὖν δὶς ἤδη ϰαταβληθε (...)

2724. On a vu que Photios fait allusion à un ouvrage en trois livres, alors que Philostorge mentionnait un traité en cinq livres343. Force est de présumer que les deux écrivains n’eurent pas entre les mains des textes identiques. Les trois premiers livres d’Eunome ne furent pas offerts au public simultanément. D’après W. Jäger, les passages d’Eunome critiqués par Grégoire dans son tome I portaient sur la première partie du livre I de Basile, ceux du livre II, sur la seconde partie du même livre. Après les deux premiers livres de Grégoire, Eunome dut riposter par une réfutation du second de Basile et produisit ainsi un troisième tome344. C’est ce que dit Grégoire sans ambiguïté345 :

Or, puisque, après avoir été terrassé deux fois déjà dans les livres précédents, Eunome ne cède pas encore à la vérité le trophée de victoire sur le mensonge, mais puisqu’il entre en lice à nouveau contre l’orthodoxie pour la troisième fois par une plaidoirie (...)

  • 346 Lettres, 30, pp. 89-91 Pasquali.
  • 347 JÉRÔME, De viris illustribus, 128, p. 64 Herding, avec les remarques de W JÄGER, o.l., II, p. VIII.(...)

273Or, on a vu plus haut que, dans sa lettre à Pierre, Grégoire n'avait encore répliqué qu’au premier livre d'Eunome. Dans sa réponse, Pierre engagea son frère à poursuivre son effort346. On sait que le second livre de Grégoire était terminé au printemps de 381, au moment du deuxième synode oecuménique de Constantinople, où Grégoire de Nazianze et Jérôme purent en prendre connaissance347.

274La comparaison d’Eunome au Kronos de la mythologie se rattache aux circonstances de la polémique doctrinale. Engloutissant ses productions dès leur achèvement, l’hérésiarque ne les mettait au monde que sous la pression de la contrainte. Autant que pour lui, la pointe eût pu viser Grégoire de Nysse. Mais, bien entendu, le parti pris de l'auteur de A IIb interdisait de souligner l’analogie.

  • 348 Au cod. 118. Voir II, pp. 90-92.

275En somme, aussi bien A Ib que A IIb mettent en œuvre d’importants passages du Contre Eunome de Grégoire de Nysse. Le « dit-on » du second morceau suggère que le développement ne doit rien à des recherches personnelles de Photios. Sans doute en va-t-il de même pour A Ib, quoique toute trace d’emprunt fasse défaut. On peut voir ailleurs, il est vrai, Photios recourir à un style violemment polémique pour fustiger les doctrines d’hérétiques avérés. Mais il s’est pourtant montré capable de rapporter avec objectivité les traits favorables à Origène qu'avaient retenus dans leur Apologie Pamphile et Eusèbe348. Autant de caractéristiques techniques donnant à supposer que le futur patriarche a découvert les notices sur Eunome dans les manuscrits qu’il eut sous les yeux. De surcroît, l’utilisation analogue, à propos de textes différents du même Eunome, de deux extraits consécutifs de Grégoire de Nysse équivaut à une marque de fabrique : les deux notices proviennent de la même main ou de la même école.

  • 349 O.l., II, p. x.
  • 350 Voir supra, p. 320.

276J’ai admis comme préalable que Photios avait disposé des deux Apologies d’Eunome. W. Jäger paraît mettre en doute qu’il ait pu lire la seconde : « Non ipse Eunomii libros iam pridem perditos legit »349. On s explique mal, dans ce cas, la production d’une double recension, accompagnée d'une critique de style détaillée (A IIc)350. À juste titre, les soupçons du grand savant allemand n’ont pas porté sur Apologie I, qui a été conservée.

  • 351 B. SESBOÜÉ, o.l., p. 51. Elles frappèrent les ouvrages d'Eunome dès qu'il fut mort.
  • 352 B. SESBOÜÉ, o.l.. p. 53.
  • 353 Cet aspect du rôle de Grégoire a été vigoureusement souligné par A. PUECH, o.l., III, pp. 401-402 e (...)
  • 354 Voir B. SESBOÜÉ, l.l..

277En fait, c’est par une sorte de miracle que l’œuvre nous est parvenue, en dépit de condamnations répétées351. Elle le doit au Contre Eunome de Basile352 : jointe au dossier de la controverse, Apologie I ne pouvait contribuer qu’avec bonheur à renforcer la thèse orthodoxe. On peut supposer qu'Apologie II connut, plusieurs siècles durant, une fortune semblable, au côté des trois premiers livres du Contre Eunome de Grégoire, par exemple, comme premier tome. Les deux publications ont eu probablement la même officine pour point de départ : que Grégoire et son entourage se soient érigés en exécuteurs testamentaires de la pensée basilienne en matière de polémique contre les ariens les plus avancés ne surprendra personne353. L’avertissement dont fut munie chacune des deux Apologies avait une fonction précise : rogner ses pointes aux raisonnements de l'adversaire. Une fois confirmé le triomphe définitif sur les thèses ariennes, Apologie I pouvait survivre indépendamment de la réfutation de Basile354. Sans doute Apologie II bénéficia-t-elle pour un temps d’une destinée parallèle. Mais le Contre Eunome de Grégoire subit lui aussi maints aléas, dont W. Jäger a brillamment reconstitué l'histoire. Le traité offrit, semble-t-il, un rempart moins efficace contre les assauts du temps. En outre, Apologie II avait, à cause de sa longueur, plus de chances de disparaître que sa devancière. Le destin des deux œuvres d’Eunome reflète ainsi partiellement le verdict de l’histoire. Basile fut le seul des grands Cappadociens à avoir reçu officiellement le titre de « Grand ». Là où il est, Eunome peut lui rendre hommage d’avoir prévenu, grâce à son prestige, le naufrage intégral de ses livres.

B 18. Césaire (cod. 210)

  • 355 Cod. 210, III, p. 115, ll. 7-9 et p. 116, ll. 17-19 : Ἀνεγνώσϑη Καισαϱίου βίβλος ν η' ϰεφαλαίοιςπ (...)

278Photios eut l’occasion de lire un ouvrage apocryphe dont il donne la description suivante355 :

  • 356 Pour la forme, III, p. 115, 1. 9 - p. 116, 1. 16 et, pour le fond, p. 116, II. 16-17.

Lu de Césaire un livre en356 chapitres: il embrassait des questions ecclésiastiques sous forme tantôt de développements sur des citations tantôt de solutions à propos d'un point contesté, au nombre de deux cent vingt. (...) C’est au moyen de questions et réponses entre interlocuteurs supposés que, pour la forme extérieure, est construit l’ouvrage.

  • 357 R. HENRY, III, p. 115, n. 1 (continuée p. 116).
  • 358 Voir P. GALLAY, dans son édition des Lettres I de Grégoire de Nazianze, Paris, 1964, p. IX.
  • 359 Lettres, 7, pp. 8-10 G.
  • 360 P. GALLAY, o.l., I, p. 28, n. 1 (à propos de la lettre 20), avec, pour le séisme, 29, 4, p. 36.
  • 361 L’oratio VII de Grégoire de Nazianze est une oraison funèbre en l'honneur de Césaire. Elle a été ré (...)

279Le personnage est connu : il s’agit de Césaire, frère cadet de s. Grégoire de Nazianze357. Après de brillantes études à Alexandrie, il fut médecin à Constantinople et il était, semble-t-il, bien introduit à la cour de Julien358, ce qui lui valut les remontrances inquiètes de Grégoire359. Il exerçait une charge dans les finances en Bithynie, quand la région fut dévastée par un tremblement de terre360. Il mourut peu après, en 368 ou369361.

  • 362 Le texte est dans PG 38, coll. 852-1189. Les érudits hésitent sur la date de rédaction (on a propos (...)
  • 363 III, p. 116, II. 19-20 : Εἶναι δέ φασιν Γϱηγοϱίου, οὖ τò θεολόγος ἐπώνυμον, τòν συγγϱαφέα ἀδελφόν.

280On sait aujourd’hui que le recueil mis sous son nom ne peut être issu de son calarne362. Photios ne pouvait être informé de ce détail. Après une critique visant à la fois le style et le fond 8, il termine le codex par une sèche note biographique363 :

L’écrivain est, dit-on, le frère de Grégoire, surnommé le Théologien.

  • 364 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 189 (table VII).
  • 365 Souda. K 1202 s.v. Καισάϱιοςό Γϱηγόϱιος τοῦ Θεολόγου ἀδελφός. Ἔγϱαψε διάφοϱα, ϰαὶ ϰατὰ Ἑλλήνων. A. (...)

281Aux yeux de W.T. Treadgold, point de problème364 : elle provient de Γ« Épitomé » d’Hésychios. On chercherait en vain la moindre indication sur Césaire tant dans la traduction de Sophronios que dans Théodore Anagnostès. On peut tout au plus trouver un texte parallèle dans l’article de la Souda, où on lit365 :

Césaire, le frère de Grégoire le Théologien. Il écrivit différentes œuvres, même un Contre les païens.

282Autant que je sache, le Contre les païens n’a point laissé de trace ailleurs que dans la Souda. Quoi qu’il en soit de l’authenticité de ce traité perdu, on ne peut guère prétendre que l’absence du titre dans la Bibliothèque est le fait d'un abréviateur : l'hypothèse ne serait admissible que si Césaire avait laissé le souvenir d’un riche héritage littéraire. Il n’apparaît pas que ce fût jamais le cas. S’il fallait chercher les indices de contraction de textes ou plutôt de listes bibliographiques, on ne pourrait le faire dans la Bibliothèque mais bien dans l’article de la Souda, qui ne mentionne pas d'ailleurs le recueil du pseudo-Césaire. En effet, les deux documents appartiennent à des genres littéraires différents. Dans un cas, nous avons affaire à une notice d’encyclopédie, dans l’autre, à une de ces indications qui égarent la perspicacité des spécialistes en matière de critique d’authenticité. La rencontre entre la Souda et le codex 210 est donc purement fortuite, et l’on n’en peut tirer aucune conclusion sur la méthode de Photios.

  • 366 III, p. 116, ll. 16-17 fait observer que « touchant l’exactitude dans les dogmes, il lui manque peu (...)

283La sèche indication qui clôture le chapitre devait occuper une place identique à la fin du manuscrit dont Photios disposait. On devine bien l'intérêt d’un appendice de ce type : donner au volume un patronage qui le libère de tout soupçon sur des questions touchant l’orthodoxie366 et, par conséquent, en rehausser la valeur marchande. Photios s’est contenté de reproduire un complément d'information utile à son destinataire autant qu’à lui-même.

B 19. Évagre (cod. 201)

  • 367 Voir les notices de J. QUASTEN, o.l, III, pp. 693-705 ; B. ALTANER, o./., pp. 482-483. L’écrivain m (...)
  • 368 Cod. 276, VIII, p. 120, 1. 40 - p. 131, 1. 29. Les textes ne sont plus connus que grâce au choix tr (...)

284À un écrivain qui vécut au tournant des ive et ve siècles de notre ère, Nil d’Ancyre367, on prêta la rédaction d’un recueil Sur la prière que Photios eut entre les mains. Outre ce texte, le savant byzantin parcourut aussi quelques discours du même ermite ou plutôt, il conserva des extraits de deux d’entre eux Sur la Pâque et de trois autres Sur l'Ascension368, mais, entre les deux chapitres de la Bibliothèque, on ne peut déceler le moindre rapport.

  • 369 Cod. 200, III, p. 97, I. 15 - p. 99, 1. 27. Il était un contemporain de Nil. Il avait été, semble-t (...)
  • 370 Cod. 201, III, p. 100, ll. 29-10. Photios (ll. 9-10) décline son identité sous la forme : Diadoque, (...)
  • 371 III, p. 101, ll. 14-18 : Πολλὰ δὲ ϰαì ἄλλα αὐτοῦ ἀξιόλογα ποιϰίλας ὑποθέσεις ὑποβαλλόμενα, εἴς τε τ (...)

285Le premier codex réservé partiellement au pseudo-Nil clôture une petite série de recensions qui portent sur des ouvrages traitant d’ascétique. Avant le pseudo-Nil viennent respectivement Marc le Moine369 et Diadoque de Photicé370. C’est seulement pour le dernier que nous pouvons lire une brève esquisse bibliographique que voici371 :

Nombreux sont les autres écrits de lui dignes de mention, qui jettent les bases pour des sujets variés. Ces recueils étaient conçus à la manière les uns de lettres, les autres de récits (c’est ce qu’on rapporte), et ils attestent tant de sa perfection dans les œuvres que de sa puissance littéraire.

  • 372 O.l, pp. 57-58 et le tableau VII, p. 189.

286Bien que Nil d’Ancyre ne fasse pas l’objet d’un article dans la Souda et que son nom n’apparaisse pas dans ce qui nous reste de l’œuvre de Théodore le Lecteur, la présente notice pourrait venir d’un article de l’« Épitomé » d’Hésychios, au moins d’après W.T. Treadgold372 qui s’abstient d’avancer le moindre argument probant.

287Tout cependant paraît bien prouver qu’il n’en fut pas ainsi. Pour le montrer, il importe d’abord de revenir sur la structure de l’ensemble.

  • 373 III, p. 98, II. 25-38 que Photios intercale après une analyse des trois premiers livres. La suite d (...)
  • 374 III, p. 100, ll. 4-8. Il s’agit des Cent chapitres sur la perfection spirituelle. Voir Éd. des PLAC (...)

288La Bibliothèque a réservé à Marc le Diacre une critique de fond et de style373. Les indications de même ordre laissées par Photios sur Diadoque ne touchent que le fond374. On doit entendre que les volumes roulant sur des questions d’ascétique dont il disposait à ce moment se composaient comme il suit :

  • 375 La description de Photios est assez claire pour permettre l’identification de toutes les pièces : 1 (...)
  • 376 À l’unanimité, la tradition grecque donne le patronage du traité à Nil, mais les versions syriaque (...)

Vol. I : Marc le Diacre, neuf traités375 ;
Vol. II : a) Dladoque, Cent chapitres sur la vie spirituelle ;
b) Nil d'Ancyre ou plutôt Évagre le Pontique, Sur la prière376.

289La seconde partie de II fait l’objet d’une analyse plus que sommaire, qui s’articule en deux éléments précédant la section bibliographique traduite plus haut :

  • 377 III, p. 100, ll. 11-13 : Έν ταύτφ δὲ τεύχει ϰαὶ Νείλου μοναχού λόγον άνέγνων, τϱισὶ ϰαί ν'ϰαι ϱ'ϰεφ (...)

290a) Description de l’ouvrage377 :

Dans le même volume, j’ai lu aussi un texte du moine Nil, divisé en cent cinquante trois chapitres ;

  • 378 III, Ρ· 100, 1. 13 - ϱ. 101, I. 14 : Τòν τής πϱοσευχής δὲ έν τούτοις ό ϑεῖος άνήϱ αναπτύσσει τύπον.

291b) Sujet378 :

C’est le mode de la prière que le saint homme y développe.

  • 379 III, p. 101, II. 18-33 : Πλὴν εἰ ϰαί μή πολύχους ομοίως ό Διάδοχος, άλλὰ τά γε άναγεγϱαμμένα αὐτῷ ἐ (...)

292Après la note bibliographique attribuée à l'« Épitomé » d’Hésychios, une longue critique littéraire comparative termine le codex. On a tôt fait de se rendre compte qu'elle se répartit en trois sections. On me pardonnera de reproduire ici ce texte dans son intégralité379 :

  1. Toutefois, même si Diadoque n'est pas abondant de semblable façon, au moins les cent chapitres qu'il a mis par écrit ne le situent à un degré inférieur dans aucun des deux aspects de ses textes ; car la composition de leur style vise à l'irréprochable et leur esprit propose une sagesse découlant des actions. Cependant, pour Marc, il le dépasse sous l'un et l’autre aspect et, parfois, dans les sentences, il est en opposition avec lui. Il se pourrait aussi que, pour des examinateurs à l’exactitude impartiale, il donnât lui aussi prise à la critique vers la fin du centième chapitre, soit que celui-ci eût été gâté par une quelconque interpolation soit que, par ailleurs, l'auteur eût été victime d'une bévue.

  2. Car je souhaiterais qu’il ne fût pas avéré qu'on pût le prendre en défaut pour sa foi.

  3. Il l’emporte donc, dans les écrits mentionnés un peu plus haut, de beaucoup aussi sur Jean de Carpathos qui donne à son travail le titre : « Consolation aux moines revenus des Indes ». C’est en cent chapitres aussi que celui-ci le mène à son terme.

  • 380 III, p. 100, ll. 4-8 : Καί ἔστιν οὓτος ό λόγος εἰς τό άϱιστον τοίς άσϰουμένοις συγϰείμενος, ϰαί τοί (...)

293La nature des précisions de a étonne quand on leur compare le bref passage critique sur Diadoque que donne Photios à la place attendue dans le codex, c’est-à-dire aussitôt après la description de l'ouvrage en forme de table des matières380 :

Et cet ouvrage est composé pour mener à l’excellence ceux qui pratiquent l'ascèse et, pour ceux qui sont exercés dans les actions conduisant à la perfection, il n’offre rien non plus qui ne soit clair ; car sa connaissance gagnée par l’expérience offre une voie d’accès maniable pour l’enseignement verbal.

  • 381 Cod. 200, III, p. 98, H. 25-38.

294Si j’entends bien, un double point de vue est ici envisagé : d’abord, celui des spirituels, à deux degrés différents de leur préparation personnelle ; ensuite, celui de l’utilisation possible du travail de Diadoque dans un enseignement spécial destiné à ceux qui ont pour vocation d'embrasser la vie contemplative. Rien de toute façon qui évoque peu ou prou la critique proprement littéraire qu'a laissée Photios au codex précédent pour les ouvrages de Marc le Moine381.

295Dans l'esquisse consacrée au pseudo-Nil, l’analyse monte en épingle la perfection autant du style que de la vie monastique dépeinte dans l’œuvre. C’est la même qualité qui est soulignée à propos de l’œuvre de Diadoque : on a donc eu tort de séparer jusqu’ici les indications visant Évagre de celles qui concernent Diadoque, car elles sont inspirées par une même doctrine. Il était logique de les retrouver ensemble : les deux travaux figuraient dans le même volume.

296À la comparaison, on voit bien que la fin de a et b sont en parfaite contradiction. On ne peut guère douter que le second trahisse une réaction enthousiaste de Photios. Mais il exprime du même coup un aveu d’ignorance : le savant lecteur n’a ni dans le chapitre cent ni ailleurs rien relevé qui prêtât à critique doctrinale. Sur ce point, il fait, faute de mieux, confiance au spécialiste capable d’en décider en connaissance de cause, non sans souhaiter l’acquittement du prévenu Diadoque. La fin de a ne peut donc être une réflexion personnelle de Photios.

  • 382 Voir B. ALTANER, o.l., p. 717 et surtout G.H. BECK, o.l., p. 452 ; M. GEERARD, CPC, III, pp. 478-47 (...)

297Cité en c, Jean de Carpathos n'apparaît pas ailleurs dans la Bibliothèque. Cet écrivain mystique, que l'on doit sans doute situer à la fin du viie siècle, semble avoir été moine, peut-être à Carpathos, puis évêque de la ville. Outre le livre rappelé dans le présent codex, on lui est aussi redevable de Chapitres théologiques et gnostiques dont le nombre oscille, dans la tradition, entre 114 et 117382. Tout, dans la formulation de c, montre que Photios n’avait pas pris connaissance de la centurie. En revanche, l’optique comparative de la note est dans la ligne de b qui visait Marc le Moine.

  • 383 Pour une exclamation analogue, voir, à propos d’Agatharchide, le cod. 213, III, p. 124, 1. 14 - p.  (...)

298Il n'est, je crois, qu'une seule façon d’interpréter sans prévention la fin du chapitre. On doit écarter résolument l’hypothèse de 1'« EpitoEpitomé» d'Hésychios qui ne repose que sur du vide. Photios n’est intervenu qu’une fois de son propre chef : c'était pour laisser percer un cri naïf d'admiration383. Ni l'esquisse bibliographique ni a ni c ne sont tributaires d’une quelconque recherche littéraire de sa part. Que Photios ait réservé à Marc le Moine une note critique importante se conçoit le mieux du monde : au cours de sa lecture des différents fascicules, il ne pouvait prévoir ce qu’il allait découvrir par la suite. Tout autre était le cas du volume renfermant Diadoquc et le pseudo-Nil. Si les observations que l’on vient de lire sont correctes, Photios avait à sa disposition des remarques déjà rédigées par un spécialiste en matière de spiritualité. La possession d’un document aussi précieux lui épargnait de se dépenser en efforts inutiles : mieux valait se soumettre à un avis plus autorisé, quitte à se contenter d’une simple copie, voire d’une adaptation. Telle est l’origine de l’esquisse, de a et de c, qui sont d’un seul tenant et du même auteur.

299Tout au plus peut-on affirmer que cet érudit est postérieur à Jean de Carpathos, ce qui ne nous aide guère. Mais il y a plus démonstratif. Dans le codex, on constate la répartition suivante :

Diadoque :

analyse (p. 100,11.29-10)

Évagre :

analyse (p. 100,1. 11p. 101,1. 14)

Évagre :

critique (p. 101,11. 14-18)

Diadoque :

critique (p. 101,11. 18-28)

300Cette symétrie inverse ne s'explique que si notre érudit anonyme a joint sa note aussitôt après la lecture ou la copie du livre d’Évagre. Mis en appétit, il en a ajouté une autre sur Diadoque, puis, afin de vanter le Sur la perfection spirituelle, il a comparé le traité à ceux de Marc le Moine qu'il juge inférieurs. A fortiori, la même appréciation valait pour un écrivain postérieur, Jean de Carpathos. Le retour de Marc le Moine au terme du cod. 201 montre que ses œuvres figuraient dans une collection d’écrits spirituels en deux volumes. La critique fermant le chapitre est la preuve d'une lecture synthétique de l'ensemble. La centurie de Jean n'en faisait en tout cas point partie. Il est à peine utile de souligner à quel point la part de Photios est modeste dans ces recensions.

B 20. Synésios (cod. 26)

  • 384 On peut lire sur lui l’esquisse de J. QUASTEN, o.l., III. pp. 161-163 et, tout récemment, celle de (...)
  • 385 Cod. 26, I, p. 15, I. 29 et I. 32.
  • 386 I, p. 15, ll. 30-31 et ll. 32-34, respectivement pour les traités et les lettres.
  • 387 I, p. 15, l. 34 - p. 16, l. 4 : Hν δ'οὗτος έξ'Ελλήνων, φιλοσοφία σχολάζων ὅv φασι πϱος τòν ϑειαομòν (...)

301La figure de Synésios est une des plus ambiguës de l'Antiquité tardive384. La Bibliothèque ne lui réserve qu’un bref chapitre renfermant, outre une énumération d’œuvres, ses traités Sur la providence et Sur la royauté ainsi que sa correspondance385, une critique de style sommaire386 et une notice biographique importante387. C’est la seule partie qui nous intéresse ici :

Cet (écrivain) était païen par ses origines ; consacrant ses loisirs à la philosophie, il accepta, dit-on, en matière de théologie, quand il eut opté pour lui, les dogmes du christianisme avec une belle conviction mais, pour la doctrine de la résurrection, il ne consentit pas à l’admettre. Néanmoins et en dépit de telles dispositions, on l’initia à nos mystères et on le jugea digne même de la charge d’évêque, par égard à la dignité de sa personne et à la pureté de sa vie et parce qu’on estimait qu’un homme ayant vécu de la sorte ne manquerait pas d’être illuminé par l’éclat de la résurrection. Et, dans cette espérance, on ne fut pas déçu : c’est avec beaucoup de facilité en effet, lorsqu’il fut devenu évêque, qu’il se fit aussi du dogme de la résurrection un article de foi. Il honorait Cyrène de sa présence, quand Théophile était sur le siège d’Alexandrie.

  • 388 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 60. La référence à la lettre 105 de Synésios est donnée à la n. 37.

302Comme on voit, la description est vague à souhait. On a correctement indiqué, mais sans administrer la preuve, l’origine de ces lignes388 : «Codexdex 26 on several works by Synesius of Cyrene, for instance, summarizes a part of a letter by him, in which he describes how he did not believe in the resurrection of the dead when he first became a Christian and a bishop. »

  • 389 SYNÉSIOS, Lettres, 105, p. 185, ll. 1-2 Garzya : Μιϰϱòν ἀϱάμενος φοϱτίον, ϰαλώς ἐνεγϰεῖν μοι δοϰών (...)

303Il vaut la peine de relire le texte signalé par le savant américain. Adressée à son frère Euoptios en 410, la lettre 105 de Synésios lui conte ses états d’âme, au moment où il vient d’être investi d’une mission sous le poids de laquelle il sent trembler son échine389 :

Les épaules chargées d'un petit fardeau, j'ai bien porté, me semble-t-il, celui qui m’était attribué jusqu'ici, la philosophie.

  • 390 Ibid., p. 188, ll. 3-9 : Οἶσϑα δ’ὅτι πολλὰ φιλοσοφία τοῖς ϑϱυλλουμένοις τούτοις ἀντιδιατάττεται δόγ (...)

304L’évêque pressenti ne manque pas de souligner les incompatibilités entre philosophie platonicienne et foi390 :

Tu sais qu’à maints égards, la philosophie s’oppose franchement aux dogmes répétés sans cesse. Sans doute, pour l’âme, je ne serai jamais en mesure de penser qu’elle a une origine postérieure au corps. Je ne dirai pas que le monde doit périr en même temps que toutes ses parties. La résurrection admise communément, je la tiens pour un mystère, saint et ineffable, et je suis loin d’être en accord avec les suppositions du commun.

305Sur ce point, la biographie a fortement simplifié les divergences dont elle n’a retenu que l’article essentiel, celui qui met en cause la résurrection de l’homme intégral. Pourtant, on ne voit pas Synésios rejeter formellement le dogme : il confesse un sacrificium intellectus et reconnaît que ses conceptions antérieures l'empêchent de pénétrer un mystère indicible. Mais autres choses sont les convictions intimes, autres choses les obligations qu’impose une charge épiscopale. Aussi, élu de fraîche date, consent-il à professer la résurrection comme un point fondamental de la foi sans pour autant y engager son intellect personnel. Attitude passablement réservée, voire cynique, qu’il expose crûment, comptant bien que la lettre sera lue à son métropolite, Théophile d'Alexandrie.

306Plus loin, Synésios aura des lignes que n’aurait certes pas reniées un Voltaire :

  • 391 Ibid., p. 189, ll. 5-7 : Τὴν μεν αλήθειαν τῶν θείων απόϱϱητον είναι δεῖ, τò δε πλῆϑος έτέϱας εξεως (...)

La vérité dans les matières divines doit être ineffable, mais la masse a besoin d’une autre attitude391.

  • 392 Ibid., p. 188, ll. 9-17 : Νους μεν ούν φιλόσοφος επόπτης ὥν τάληϑοῦς συγχωϱεῖ τῇ χϱείᾳ του ψεύδεσϑα (...)

Un esprit philosophe, initié au secret du vrai, laisse la préséance au besoin de mentir. Analogues sont les rapports qu’entretiennent lumière et vérité, vision et chassie : pour avoir l'une, l'œil ne pourrait qu'à son détriment bénéficier d'une pleine lumière. Si, pour les ophtalmiques, l’obscurité est plus profitable, je pose de même que le mensonge est au profit du peuple et que nuisible est la vérité pour ceux qui n'ont point la force de tenir le regard fixé sur la clarté des êtres. Si tels sont également les accords que me concèdent les lois présidant à notre sacerdoce, je pourrais en effet être sacré392.

  • 393 Ibid., p. 185, ll. 2-4 : Διὰ δὲ τό δόξαι μή παντάπασιν αυτής άμαϱτάνειν, επαινεθείς ὑπ’ένίων, άξιού (...)

307Que les mérites de Synésios en matière de philosophie lui aient valu les suffrages de ses concitoyens lorsqu’il fut appelé à une mission supérieure, c’est ce qui ressort d'un autre passage de la même lettre, où il était difficile d'exprimer avec plus de finesse le côté paradoxal de la situation393 :

Pour avoir donné l'impression de ne pas faire complètement fausse route en la matière (sc. la philosophie), j’ai tait l’objet d’éloges de la part de certaines personnes, et je suis jugé digne de plus hautes charges par ceux qui ne savent pas juger l'« aptitude » de l’âme.

  • 394 Comme on l’a constaté, le passage ne roule que sur le moment cardinal où Synésios a finalement acce (...)

308On ne peut donc nier que la notice du codex ait brodé sur les données éparses dans le texte et, de ce fait, exagéré la réalité de la conversion de façade de Synésios394.

  • 395 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 60, 1. 37.

309Cette donnée oblige à revenir sur une particularité de la tradition dans le passage de la Bibliothèque qui nous occupe. Dans le texte grec, les manuscrits A et M se divisent sur un mot important : φασι dans un cas, φησι dans l'autre. On l’a vu, avec R. Henry, j'ai opté pour la leçon difficilior au point de vue du sens, celle de A, contre W.T. Treadgold395. On a deviné l’enjeu. La lectio facilior présente la notice comme l'œuvre de Photios. Dans ce cas, ce serait, pour l'essentiel, la lecture de la lettre 105 qui lui aurait dicté ces considérations biographiques. Dans l’autre, il tiendrait les renseignements d’une source étrangère à l’œuvre proprement dite.

  • 396 C'est la conclusion admise par Chr. LACOMBRADE (Synésius..., p. 274). Appréciation plus nuancée che (...)

310En plus de l’autorité de A, d'autres traits plaident en faveur de la seconde thèse. On a tôt fait de s’apercevoir que la « biographie » relève davantage de l’hagiographie que de l'histoire littéraire. Quand il use de l’œuvre d’un écrivain afin d’en extraire les éléments biographiques, Photios s’attache au texte de beaucoup plus près : la paraphrase est sa technique favorite. Ici, au contraire, la notice agence les faits d’admirable façon. On ne peut rêver schéma de conversion plus séduisant. Dans le christianisme, un seul dogme était susceptible de faire difficulté aux yeux d’un païen, celui de la résurrection. Qu’à cela ne tienne : la crosse a des effets magiques, en sorte qu’un seul souffle d'Esprit suffit ; la conversion intérieure est acquise. En réalité, s’il épousa les intérêts de l’Église et de l'Empire au point de leur vouer ses dernières forces, Synésios, à la première, ne fit jamais don de son âme qui resta fidèle à l’hellénisme pour la plus grande part396. Un biographe chrétien pou vait-il cautionner pareille imposture ou au moins laisser flotter l'incertitude ? C’était condamner en même temps l'œuvre à n’être plus lue ni reproduite et par conséquent à disparaître. Telle ne fut sûrement pas l'intention du responsable de ces notes. C’est ce qui donne à penser qu’elles accompagnaient le manuscrit dont disposait Photios : il est à peine utile de souligner à quel point elles étaient propres à assurer la publicité d’une œuvre que sa nature exposait à bien des vicissitudes.

B 21. Éphrem d’Antioche (cod. 228)

  • 397 Voir supra, pp. 77-93.
  • 398 Cod. 228 : Σύϱας μεν γεγονὼς ϰαὶ φωνής ϰαὶ γενεᾶς, παιδευϑεὶς δὲ ϰαί τὴν ελληνα γλώσσαν οὐϰ άγεννώς (...)

311J'ai reconstitué ailleurs les structures de la collection d'écrits d’Éphrem de Théoupolis (c’est-à-dire d'Antioche) que Photios eut sous les yeux397. Le premier codex renferme une notice biographique398 :

Syrien de langue et d'origine, il avait appris aussi à pratiquer la langue grecque non sans noblesse, mais aussi, il avait exercé des charges politiques en nombre non négligeable ; en dernier lieu, il avait été élu comte d’Orient, et ce fut par la suite qu’il fut élevé sur le trône épiscopal. On dit qu'il mena d'ailleurs une vie digne d'éloges et qu'il fut un généreux dispensateur d’aumônes. Cet auteur composa donc différents livres dont trois sont parvenus jusqu'ici entre nos mains.

312L’adjectif « différents » fait écho à la formule ouvrant le chapitre. D'autre part, la précision « trois » exprime une restriction par rapport à une détermination numérique trop vague. Cette responsio indique que fort probablement l’intitulé du manuscrit n’offrait guère de détails sur le contenu. Rien de plus logique : le triple recueil en deux volumes avait une composition aussi hétéroclite que possible.

313L’introduction par « on dit » de la seconde phrase prouve que Photios n’avait pu tirer toutes les données des documents dont il disposait. En outre, on voit bien que tous les écrits étaient en étroite relation avec la mission ecclésiastique d’Éphrem : dans des textes de circonstance, le prélat ne se fût certes pas épanché en confidences personnelles, pour vanter, par exemple, la qualité de son style grec. La date et l’absence de tout passage parallèle empêchent d’appeler à la rescousse l'« Épitomé » d’Hésychios.

314Autant que l’on puisse voir, la collection devait être précédée d’une sorte d'Hypothesis brossant en quelques traits marquants l'histoire individuelle de l’écrivain. C’est d’elle que Photios a tiré tous les renseignements qu’il transmet. Le détail « patriarche de Théoupolis » avait eu sans doute sa place dans l’intitulé du manuscrit : on s’expliquerait mal autrement que le présentateur n’eût pas ajouté plus loin le nom du siège occupé par Éphrem.

B 22. Eusèbe de Thessalonique (cod. 162)

  • 399 Cod. 162, II, p. 129. 1. 16 - p. 134, 1. 39.
  • 400 G. BAREILLE, art. Eusèbe de Thessalonique, dans Dictionnaire de Théologie catholique, V (1913), col (...)

315Eusèbe de Thessalonique, à qui Photios a réservé une étude détaillée399, n’a pas laissé un grand souvenir dans la littérature ecclésiastique, et son héritage théologique a intégralement disparu. L'essentiel de ce qui subsiste de lui provient de la Bibliothèque. Aussi les travaux sur lui ne sont pas légion400.

  • 401 R. HENRY. II, p. 130, n. 1 (continuée p. 131). Voir G. BAREILLE, o.l., col. 1552. Ni G. Bardy ni J. (...)

316R. Henry ne fut pas le premier à qui la structure du codex posa problème. Il a écrit401 : « En réalité, ce sont (...) deux écrits d’Eusèbe qui sont évoqués dans la présente notice : une sorte de « lettre » adressée à André pour l’admonester et mettre ses erreurs en relief, et puis, une réfutation en règle constituée par l’ouvrage en dix livres dont l'analyse commence ici (...). Il est curieux que Photius ne mentionne pas explicitement les deux écrits alors que la notice se compose visiblement d’une double analyse ». Si telle est l’explication correcte, force est de convenir que le cas est isolé dans la Bibliothèque. On a donc, a priori, le droit d’afficher quelque scepticisme sur la validité de pareille interprétation.

  • 402 R. HENRY, l. l.

317Qu’il y ait deux panneaux dans le codex 162 est au-dessus de toute contestation. C’est là un fait que R. Henry avait correctement observé402. Éclairer l’origine et la fonction du premier requiert davantage de précautions. À son tour, il se subdivise en deux parties, qui n’offrent aucune similitude entre elles. La première est un bref rappel des circonstances qui présidèrent à la rédaction des dix livres d’Eusèbe. Il faut la relire, non sans ponctuer le texte autrement que R. Henry :

  • 403 Visiblement, Photios a très vite perdu le fil de son introduction. Aussitôt après la parenthèse, où (...)

Lu d’un certain Eusèbe (il avait la dignité d’évêque et il était de croyance orthodoxe)... Ἀνεγνώσϑη Εὐσεβίου τινός (ἐπίσκοπος ἦν τò ἀξίωμα καὶ τὴν πίστιν ϱϑόδοξος)... Τούτῳ λόγοιιι ι'403

Il avait composé contre un moine enfermé en cellule, un certain André, dix livres, dont le susdit moine porte la responsabilité.

En effet, celui-ci avait écrit une lettre à Eusèbe (il appelle sa lettre un « message »), où il l’adjure de la lire ; après lecture, Eusèbe commence par réprimander le quidam, en lui reprochant à la fois son ignorance et son audace, en lui montrant qu’il va jusqu’à achopper sur les syllabes et qu’il a été incapable d’écrire la moindre ligne dépourvue de solécismes ; de plus, l’autre s’était même mis sur le pied de prendre la plume en oubliant les voeux qu’il avait prononcés et le calme de la vie ascétique.

Ensuite, (Eusèbe) réfute longuement sa pensée hérétique ; or, (André) appartenait à la (secte) de ceux qui portent, en raison de leur doctrine, l’appellation d’«Aphtartodocètes».tes ». (...)

  • 404 II, p. 129, ll. 16-30 et p. 130, ll. 14-18 : Άνεγνώσθη Ευσεβίου τινός (επίσϰοπος ήν τò αξίωμα ϰαί τ (...)

Quand il eut reçu l’exhortation à s’amender, (André) versa dans une erreur pire et composa un second ouvrage, où il (développe) plus largement et, — au moins le croit-il —, renforce par des démonstrations les thèses énoncées plus haut. C’est donc contre lui que le pieux Eusèbe a composé l’ensemble susdit de dix livres404.

  • 405 II, p. 129, 1. 30 - p. 130, 1. 13. Les chiffres figurent dans le texte grec, excepté pour le premie (...)

318Les deux passages sont séparés par l’énumération des quatre points de doctrine critiqués par Eusèbe, dans le premier document d’André405 :

  1. L’acception restrictive donnée au vocable « corruption », interprété exclusivement au sens de « péché » ;

  2. L’incorruptibilité du corps du Christ ;

  3. L’incorruptibilité de celui d’Adam ;

  4. L'immortalité du monde.

  • 406 II, p. 130, ll. 10-13 : "Ετεϱα δε σύν τούτοις ϰεφάλαια ϰατὰ τὴν πϱώτην αντιγϱαφήν ό επίσϰοπος, τὰ μ (...)

319La liste s'achève par l’équivalent d'un « etc. »406 :

Il est, en même temps, d’autres chapitres, dont, dans cette première réfutation, l’évêque a montré le caractère tantôt peu clair tantôt blasphématoire, en engageant André à les corriger.

320Au cours d’une construction théologique à la logique impeccable, Eusèbe avait montré dans sa première réplique comment une erreur de vocabulaire avait conduit André à des conclusions fausses sur les plans théologique, anthropologique et physique.

  • 407 II, p. 131, n. 1.
  • 408 II, p. 130. 1. 19 - p. 131, I. 3 : ελέγχει μέν αυτόν (1) ώς μὴ ἀϱεσϑέντα τφ τής πίστεως ὅϱῳ ον αί (...)

321Je ne suis pas convaincu que le compte rendu de Photios ait l’aspect touffu que lui reproche R. Henry407. La seconde partie du chapitre se laisse aisément diviser en parties. L’une n’est guère qu'une énumération des points abordés par Eusèbe, et Photios ne s’y attarde pas408.

(1) Il l’(sc. André) y réfute (en disant) que, sans agréer la définition de la foi constituée par les saints synodes, il s'est, avec témérité, constitué un exposé de foi personnel ;

(2) puis aussi, parce qu’il a arraché beaucoup de péricopes aux (textes) des saints Pères, qu’il les a détournés de leur sens et leur a fait violence dans l'intérêt de sa thèse personnelle ;

(3) et parce qu’il s’oppose à l’Ancien et au Nouveau Testament, ainsi qu’à nos saints Pères, en affirmant comme dogmes l’incorruptibilité et l’indestructibilité du monde ;

(4) et aussi parce qu’il affirme que l'altération, la transformation et le flux des choses sont œuvres du Malin, comme les passions nées du mal et que, pour cette raison notamment, Notre Seigneur Jésus-Christ a pris un corps soustrait à l’altération, à la passion, à la corruption et au flux des choses ;

(5) et il le réfute à nouveau pour avoir dit que le monde est éternel, incorruptible et incréé, et que, vu son éternité, il n’a pas subi ce que l’on appelle la transformation, parce qu’il tient pour un dogme que celle-ci appartient aux passions qui sont œuvres du Malin ;

(6) et parce qu’il affirme que le corps d'Adam a été façonné incorruptible, immortel par nature et impassible, et non pas lui seulement, mais aussi que la poussière elle-même, dont le corps fut façonné, était incorruptible ;

(7) il le réfute à nouveau pour avoir pris le mot « corruption » dans une acception unique, alors qu'il montre encore que Dieu n'est l’artisan ni de la corruption ni de la mort ni de la passion résultant du mal ni, non plus, d'aucun des raisonnements produits par le péché, même s’il fut l’artisan des essences corruptibles et mortelles : celles-ci appartiennent en effet au nombre de celles qui sont privées de réalité et de substance propre.

  • 409 II, p, 131, 1. 7 - p. 132, 1. 29.
  • 410 II, p. 132, ll. 30-37. Outre les péricopes usuelles de l'Ancien et du Nouveau Testament, Eusèbe cit (...)
  • 411 II, p. 132, I. 37p. 133, 1. 2.

322(1) et (2) renferment des critiques à portée méthodologique. (3) forme une transition vers (4)-(7), dans lesquels on reconnaît les quatre points déjà traités par Eusèbe dans la première réfutation. À juste titre, (7) devait retenir plus longuement409 le grammaticus éminent que fut Photios. L’argumentation d’Eusèbe reposait sur la technique du florilège dogmatique410 : c’est ce qui permit à l'évêque de condamner derechef l'usage malhonnête des citations qui caractérisait l’exposé de son adversaire411.

323Dans la suite, le style gagne à nouveau en tension. C’est que Photios en est revenu à l’énumération systématique. Trois points ressortent de l’ensemble.

  • 412 II, p. 133, ll. 3-7 : Έπὶ τούτοις δείϰνυσιν αὐτόν, έξ ών ἐματαιολόγει, δοξάζοντα ὅτι μή αλλοιωθείς (...)

324Le premier (8) révèle les présupposés théologiques d'André412 :

Ensuite, il montre que, d’après son vain langage, il profère la doctrine qu’à travers la résurrection, Notre Seigneur Jésus-Christ n’a été soumis à aucune altération naturelle et qu’il est, de façon identique, impassible dans l’humanité comme dans la divinité ;

  • 413 II, p. 133, 1. 7-14 : Καί ότι έτόλμησε βλασφήμους ἀποϰαλέσαι τούς φϱονούντας ϰαί λέγοντας ϑνητῷ ϰαί (...)

325C’est ici que surgit la contradiction interne (9) marquant les écrits d'André. Elle va permettre d’exposer dans la finale (10) la thèse orthodoxe d'Eusèbe. Tels sont les textes qu’il faut relire à présent413 :

(9) et qu’il a osé appeler « blasphémateurs » ceux qui pensent et disent que Notre Seigneur Jésus-Christ a vécu dans le monde avec un corps mortel et passible, alors que lui-même ne rougit pas d'avancer comme monstruosité qu'après la victoire sur les passions et sur la mort et après la suppression de la corruption, le corps du Christ était passible et que lui qui a lancé aux orthodoxes l’insulte « adorateurs du corruptible » fait lui-même, sans s’en être rendu compte, à travers les propos qu'il tient, la preuve qu'il est vraiment un « adorateur du passible » ;

  • 414 II, p. 133, ll. 14-19 : Έντεῦϑέν τε παϱατίϑησι πάλιν φωνὰς πατϱιϰάς, ϰαὶ παϱίστησι παϑητòν ϰαί ϑνητ (...)

(10)414 Enfin, il (sc. Eusèbe) cite de nouveau des paroles des saints Pères, et il représente que le corps du Seigneur fut passible, mortel et partant corruptible, jusqu'à sa glorieuse résurrection, mais qu’à partir de là, il changea de ce fait et gagna immortalité et impassibilité.

  • 415 II, p. 134, II. 36-37 : Ταῦτα φιλοϑέως ἐπιδογματισάμενος τέλος ἐπιτίϑησι τῇ δεϰαλόγῳ. Les dernières (...)

326Photios consacre la suite à un exposé plus détaillé des arguments d’Eusèbe. Tel est le contenu des dernières lignes, qu’il ferme par une déclaration dépourvue de toute ambiguïté415 :

Telles sont les doctrines que, de façon plaisante à Dieu, il a professées en plus, en mettant un terme à l’ensemble de dix livres.

327Si l’on comprend bien, le compte rendu offre ici une synthèse de ce que contenait le livre X. Dans un seul cas seulement, Photios a traité avec quelque ampleur des doctrines d’Eusèbe. On se le rappelle, c’était à propos des acceptions du vocable « corruption » (7). L’analogie donne à penser que ces démonstrations faisaient également dans l’original l’objet du livre VII. Dans l’ensemble, d’ailleurs (8)-(10) forment un groupe distinct. Les prémisses d'André l’ont conduit à la contradiction interne et par conséquent leur rappel fournissait à point nommé une occasion pour Eusèbe d’aborder le point de vue orthodoxe de façon relativement personnelle. Le schéma hégélien a présidé à la mise en œuvre de ces trois livres. Si comme tout le suggère, (l)-(7) reprennent chacun le contenu d'un livre, Photios a travaillé avec un sens pratique méritoire. On ne peut exclure qu'il ait simplement reproduit le sous-titre de chacune des sections. En tout cas, la monotonie de la présentation se justifierait aisément à l’aide de semblable hypothèse.

328En revanche, la légèreté avec laquelle Photios a rendu compte de la première réfutation d’Eusèbe ne peut manquer de surprendre. Elle contraste avec le soin qu’il a mis à rapporter les circonstances qui ont provoqué le débat théologique. En outre, la structure de cette première partie du codex interdit d’envisager l'idée que Photios aurait eu à sa disposition l’ouvrage même d'Eusèbe : je l'ai montré, après l’évocation des quatre thèses centrales qu’avait défendues André, Photios est revenu à la narration des faits qui ont suivi la première passe d'armes entre les deux hommes. Rien de plus logique : on ne pouvait imaginer introduction qui permît de mieux comprendre la signification du « dé«dé-calogue» d Eusèbe. Sans doute est-ce pourquoi, embarrassé pour dégager succinctement le contenu de l’œuvre, Photios s’est, dès le début de son analyse, engagé dans le rappel des événements qui ont motivé la rédaction, quitte à laisser une phrase non construite. Mieux valait s’en référer à l’hypothesis qui précédait le manuscrit. C’est à ce préambule que nous devons tous les renseignements sur le combat d’idées qui opposa le prélat au moine.

Notes

1 Voir plus haut, pp. 27-29.

2 Cod. 74, I, p. 153, ll. 22-23 : Ἀνεγνώσϑη δὲ ϰαί Λεσβώναϰτος λόγοι πολιτιϰοί δεϰαέξ. Οὖτος δέ ό Λεσβῶναξ...

3 R. HENRY, I, p. 153, apparat ad. ν. 23.

4 Alb. LESKY, GGL, p. 925. On aurait tort d’alléguer les Héroïdes d’Ovide, qui ne sont pas des lettres à proprement parler. Voir H. BORNECQUE, dans H.B.-M. PRÉVOST, les Héroïdes d’Ovide, 2e édition, Paris, 1962, pp. x-xi.

5 E. ROHDE, Der griechische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, 1876, ϱ. 341.

6 Edités par F. KIEHR, Leipzig, 1907.

7 Alb. LESKY, l.l.

8 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 73-74.

9 Souda A 307, s.v. : ΛεσβῶναξΜιτυληναῖος, φιλόσοφος, γεγονὼς ἐπὶ Αὐγουστου, πατὴϱ Ποτάμωνος τοῦ φιλοσόφου. Ἔγϱαψε πλεῖστα φιλόσοφο.

10 On en trouvera un exposé significatif dans E. ROHDE, o.l., pp. 341-343 (n. 3 de la p. 341 continuée).

11 Voir respectivement, pp. 432-440 et p. 430-431.

12 Cod. 85, II, p. 10, ll. 37-38 : Ήν δ’ οὗτος ό ϑεοσεβέστατος Ήϱαϰλειανòς ϰατὰ τοὺς χϱόνους...

13 II, p. 10, apparat ad ν. 38.

14 Ε. HONIGMANN, Heraclianus of Chalcedon (537 A. D. ?), Soterichus of Caesarea in Cappadocia and Achillius = Patristic Studies in Studi e Testi, 173 (1953), pp. 205-216.

15 II, p. 9, ll. 37-38 : Άνεγνώσϑη Ήϱαϰλειανοῦ επισϰόπου Καλχηδόνος ϰατὰ Μανιχαίων ἐν βιβλίοις ϰ'.

16 II, p. 9, ll. 5-6. Le texte grec a disparu, hormis quelques fragments conservés par Épiphane de Salamine. On peut en lire une traduction ancienne en latin : Ch.H. BEESON, Hegemonius. Acta Archelai, Leipzig, 1906, GCS 16. L’ouvrage a dû être rédigé entre 325 et 348. La traduction date de la fin du siècle. Voir J. QUASTEN (o.l., III, p. 504), M. GEERARD (CPG, II, p. 286, no 3570) et A. BÖHLIG-J.-P. ASMUSSEN (Die Gnosis, III, Der Manichäismus, Zurich-Munich, 1980, p. 7), qui mentionne les noms donnés ci-après, sauf Georges et Diodore, mais leur ajoute celui de Sévère. Si Héraclianos a connu les écrits anti-manichéens de celui-ci, son chalcédonisme strict lui faisait une règle de n’en point faire usage.

17 II, p. 9, ll. 6-8. L’ouvrage est conservé, et publié en partie dans PG 18, 1070 A-1264 A. Voir M. GEERARD, CPG, II, p. 286-287, no 3575. Toujours évêque en 363, Titos mourut sous le règne de Valens (J. QUASTEN, o.l., III, p. 506). Le traité, qui cite la mort de Julien, est certainement postérieur à la première date (ibid., pp. 506-508). L’original grec peut encore se lire pour les deux premiers livres, et le début du troisième. Une traduction syriaque, rédigée cinq ans après, permet de prendre connaissance des quatre livres.

18 II, p. 9, ll. 8-10. Georges de Laodicée fut un disciple d’Arius ; il excommunia Apollinaire en 342. Voir J. QUASTEN, o.l.. III, pp. 491-492 et p. 531. On ne sait rien d’autre de ses œuvres anti-manichéennes, voir M. GEERARD, CPG. Il, pp. 283-284, no 3555-3558.

19 II, p. 9, II. 10-11. Ami de s. Athanase d’Alexandrie, Sérapion écrivit un Contre les Manichéens, qui est conservé. Voir M. GEERARD, CPG, II, p. 97, no 2485 et J. QUASTEN (o.l., III, pp. 127-129) où est retracée l’histoire de l’invention du texte. Il mourut après 362 (ibid., p. 126).

20 II, p. 9, I. 11 - p. 10, 1. 16. Il s’agit de Diodore de Tarse, le fondateur et premier maître de l'école exégétique d’Antioche. Immense, son œuvre partagea l'infortune de celle de Théodore de Mopsueste. De son Contre les Manichéens en 25 livres, il ne subsiste rien. Voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 562 ; M. GEERARD, CPG, IL pp. 342-344, n” 3815-3822. L’auteur mourut probablement avant 394 (J. QUASTEN, o.l., III, p. 559).

21 Désormais, je suis l’exposé d’E. HONIGMANN (o.l), que je résume à grands traits.

22 E. HONIGMANN, o.l., pp. 207-211 ; Évêques et évêchés..., pp. 109-113.

23 II, p. 10, ll. 31-37 ; Έγϱάφη δὲ αὐτῷ ή εἰϰοσάβιβλος αὕτη ϰατὰ τῶν Μανιχαίων πϱος Άχίλλιον αίτησάμενον, ν ϰαί πιστòν ϰαί ποϑεινότατον ἀποϰαλεῖ τεϰνον · ό γὰϱ’ Αχίλλιος, ὁϱῶν τὴν τῶν Μανιχαίων εἰς πλάτος ἐπιδιδοῦσαν ασέβειαν, ᾔτησε τὴν ϰατ’ αυτής ἀναγϱαφῆναι στήλην, ϰαί εἰς ἀπαϱάγϱαπτον ϑϱίαμβον.

24 Ε. HONIGMANN, Heraclianus..., p. 215.

25 Ε. HONIGMANN, o.l.. p. 216.

26 E. HONIGMANN, o.l., pp. 213-215.

27 Voir E. STEIN, o.l., pp. 369-371. On se rappelle que Sévère d’Antioche avait réfuté au moins vingt-cinq ans plus tôt le Testament de Lampétios, un Messalien notoire. Voir ici même, p. 49. PHOTIOS, Contre les Manichéens, 37, p. 131 W. Conus-Wolska in P. LEMERLE et alti, Les sources grecques pour l’histoire des Pauliciens d’Asie Mineure, dans Travaux et Mémoires, 4 (1970) mentionne le traité d’Héraclianos, mais ne nous apprend pas plus que le cod. 85. Maxime le Confesseur a conservé un fragment de l’original, voir M. GEERARD, CPG, III, p. 291, no 6801.

28 Cod. 60, I, p. 58, ll. 34-42 : Δαϱείου δέ διάδοχος υἱòς Ξέϱξης, ἐφ’οὗ ή ιστοϱία ϰαταλήγει, οὐδὲ μέχϱι τέλους τής αυτού πϱοελθούσα βασιλείας. 'Ο δε'Ηϱόδοτος ἐν αὐτοῖς τούτοις ήϰμασε τοῖς χϱόνοις, ώς ἅλλοι τε ϰαί ό Σιϰελιώτης Διόδωϱος ιστοϱεί. Λέγεται δέ άναγινωσϰομένης αὐτῷ τής ιστοϱίας ϰομιδῇ νέον όντα παϱά τφ πατϱὶ Θουϰυδίδην ἀϰοῦσαι ϰαί δαϰϱῦσαι. Τòν δέ 'Ηϱόδοτον ἀποφήνασϑαι ώς εἴη παῖς, ’Όλουϱε, σòς ὀϱγῶσαν ἔχων τὴν φύσιν πϱòς μαϑήματα.

29 Éd. WILL, Le monde grec et l’Orient, I Le vsiècle (510-403), Paris, 1972, pp. 127-127-129 ; G. GLOTZ-R. COHEN, Histoire grecque, II Le ve siècle, Paris, 1938, p. 95.

30 G. GLOTZ-R. COHEN, o.l., p. 148. Le roi fut assassiné par Artapan, un de ses favoris, avec la complicité de l’eunuque Aspamitrès. Un des fils de Xerxès périt au cours de l’attentat. Les faits sont décrits par CTÉSIAS, cod. 72, I, p. 117, 1. 39 - p. 118, 1. 5. Voir aussi DIODORE, XI, 69 et 71.

31 Darius mourut vers la fin de 486. Éd. WILL, o.l., p. 103.

32 E. ROHDE, Γέγονε in den Biographica des Suidas, dans Rheinisches Museum, 33 (1878), p. 165, n. 1 repris dans Kleine Schriften, I, Tübingen-Leipzig, 1901, p. 119 fait observer qu’il n’est nullement prouvé que le participe indique une date de naissance.

33 DIODORE DE SICILE, II, 32, 2 : ‘Ηϱόδοτος μέν οὖν ϰατά Ξέϱξην γεγονώς τοίς χϱόνοις (...). La Bibliothèque historique renferme plusieurs allusions à Hérodote mais notre passage est le seul qui prête à une exploitation chronologique.

34 Ph.-É. LEGRAND, Hérodote. Introduction, Paris, 1942, 12, n. 1.

35 MARCELLINOS, Vie de Thucydide, 54, p. 12 Luschnat : Λέγεται δέ τι ϰαι τοιοτο, τι ποτὲ τοῦ ’Ηϱοδότου τὰς ιδίας ιστοϱίας έπιδειϰνυμένου παϱν τ ἀϰϱoάoει Θουϰυδὶδης ϰαι ἀϰούσας ἐδάϰϱυσεν έπειτα φασι τòν 'Ηϱόδοτον τούτο ϑεασάμενον εἰπεῖν ατού πϱòς τòν πατέϱα τòν ’Όλο ϱον · « ῎Ω ῞ Oλοϱε, ὀϱγᾀ ή φύσις τοῦ υιοῦ σοῦ πϱος μαϑήματα.»

36 Souda. Θ 414, s.v. Θουϰυδίδης · (...) Οὗτος ἤϰουσεν ἔτι παῖς τυγχάνων ’Ηϱοδότου ἐπὶ τής ’Ολυμπίας τὰς ιστοϱίας διεϱχομένου, ἂς συνεγϱάψατο, ϰαί ϰινηϑείς ὑπό τινος ενϑουσιασμού πλήϱης δαϰϱύων ἐγένετο. Καί ό'Ηϱόδοτος ϰατανοήσας τήν ατου φύσιν πϱòς τòν πατέϱα Θουϰυδίδου’Όλωϱον έφη · « Μαϰαϱίζω σε τñς εύτεϰνίας, Ολωϱε · ό γὰϱ σός υἱòς όϱγωσαν έχει τήν ψυχήν πϱòς τὰ μαϑήματα » (...). Dans l’édition Adler, Hésychios est la source à l’article.

37 Souda O 502, s.v. Όϱγᾶν · ἐπιϑυμεῖν (...) ’Ηϱόδοτος ίδών Θουϰυδίδην ὑπò ἐνϑουσιασμοῦ τινος δαϰϱύοντα, · · ἓφη « Μαϰαϱίζω σε, Όλοϱε, τής εὐτεϰνίας ό γὰϱ σος υιός όϱγσαν έχει τὴν ψυχὴν πϱòς τὰ μαϑήματα. »

38 BUX, dans son article Marcellinus (49) dans R.-E., XIV, 2 (1930), col. 1453. L'historiette appartient à la troisième section (ibid., col. 1455). Les jugements sur le style de Thucydide fermant chacune des parties attestent formellement le processus d'agglutination. La Vie en cause avait en fait pour auteur un nommé Marcellos. B. HEMMERDINGER, Essai sur l'histoire du texte de Thucydide, Paris, 1955, pp. 61-63.

39 BUX, o.l., col. 1481.

40 BUX, o.l., coll. 1450 et 1452.

41 U. von WILAMOWITZ-MÖLLENDORFF, Die Thukydideslegende, dans Hermes, 12 (1877), p. 331, n. 1.

42 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 62-63.

43 Ainsi, au cod. 48, où est analysé le pseudo-JOSÈPHE, Sur le Tout, I, p. 34, ll. 40-41. Voir la démonstration ici même, pp. 109-115.

44 La Bibliothèque historique est analysée seulement au cod. 70, I, p. 102, I. 2 - p. 104, I. 39. J’ai signalé dans la première partie pourquoi le cod. 244 ne devait pas entrer en ligne de compte.

45 La présente étude était déjà rédigée lorsque j’ai pu lire les lignes d’U. von WILAMOWITZ-MÖLLENDORFF, o.l., p. 331, η. 1 : « Die Geschichte stammt eigentlich nicht aus der Thukydides-, sondern aus der Herodotlegende, in dessen Leben sie Photios in seinem Herodotexemplar (cod. 60) gelesen hat. »

46 C’était déjà ce qu’écrivait R. HENRY (I, p. 157, n. 3) : « Tout ce qui suit, excepté l’indication de l’âge auquel Josèphe a achevé l'Antiquité juive (...) provient de l'Autobiographie de l’auteur ». On verra plus loin que je serai amené à faire des réserves sur cette conclusion.

47 Cod. 76, I, p. 157, ll. 35-40 : ῎Εστι δέ ὁ ’Iώσηπος γένος μὲν ’Ιουδαῖος, ίεϱεύς ϰαὶ έξ ιεϱέων τὰ πϱòς πατϱòς ἂνωϑεν ϰαταγόμενος, έϰ βασιλείου δέ φυλής ἀπò τής μητϱός τῶν γὰϱ Ἀσαμωναίου παίδων, οἴ ἐπὶ μαϰϱότατον των ομοφύλων ίεϱάτευσάν τε ϰαὶ ἐβασίλευσαν, ή γεννησαμένη απόγονος. Sur la liaison entre les charges de grand-prêtre et de roi, voir I, p. 156, II. 5-9. Les notes de R. HENRY, I, pp. 155-156 soulignent le soin avec lequel Photios s’est attaché à ne rien trahir de la substance du texte qu’il recensait. Dans un travail auquel je réserve une autre destination, j’ai montré qu’il avait travaillé avec une véritable maestria.

48 JOSEPHE, Autobiographie, 1 : Έμοὶ δέ γένος ἐστὶν οὐϰ ὄσημον, άλλ’ έξ ιεϱέων άνωθεν ϰαταβεβηϰός (...) 2 (...)'Υπάϱχω δέ ϰαὶ τοῦ βασιλιϰού γένους ἀπò τής μητϱός. Οἱ γάϱ'Ασαμωναίου παίδες, ὧν έγγονος έϰείνη, τού έθνους ημών ἐπὶ μήϰιστον χϱόνον ἠϱχιεϱάτευσαν ϰαί έβασίλευσαν. Dans la suite du chapitre, Josèphe donne tous les détails de sa généalogie.

49 I, p. 157, ll. 40-2 : Γίνεται δή έξ αὐτῆς ϰαὶ Ματϑαίου ϰατά τò πϱώτον έτος τής Γαΐου'Ρωμαίων ήγεμονίας Ίώσηπος, έϰ νέας μέν φιλολoγῶν.

50 Aut., 5 : (...) Ματϑία δέ ἐγὼ τῷ πϱώτω τής Γαΐου Καίσαϱος ήγεμονίας (...) 9 ’Έτι δ’άντίπαις ών πεϱί τεσσαϱεσϰαιδέϰατον έτος, διά τò φιλογϱάμματον ὑπò πάντων ἐπῃνούμην (...).

51 I, p. 157, ll. 2-15 : πεϱὶ δέ τò ἑϰϰαιδέϰατον ἔτος γεγονὼς επέβαλε ϰαὶ ταϊς παϱὰ’Ιουδαίοις αἱϱέσεαι (τϱεῖς δ’εἰσί) ϰαὶ πάσας εύτόνως μετήει ὑπὲϱ τοῦ πασών πείϱαν εἰληφότα ἑλέσϑσι τήν ἀμείνω. Εἰσὶ δ’ αί αιϱέσεις Φαϱισαίοι, Σαδδουϰαῖοι ϰαί’Εσσηνοί · ας διελθών έξεισιν ἐπὶ τήν ἔϱημον, ϰἀϰεῖ συνδιατϱίβει άνθϱώπω τινὶ τòν εϱημιϰόν άθλούντι βίον ἐπὶ έτη τϱία. ῞Hν όέ τῷ άνθϱωποι έσθής μὲν έϰ δένδϱων, ϰαί τϱοφή τῶν αυτοφυών αί βοτάναι ϰαί ψυχϱού ὕδατος λουτϱòν πολλάϰις ϰαί τής ημέϱας ϰαί τής νυϰτòς πϱος ἁγνείαν.’Εϰεῖϑεν πεϱί τό ἐννεαϰαιδέϰατον έτος έπάνεισι πϱος τήν πόλιν, τήν Φαϱισαίων αἴϱεσιν στέϱγων, ήν ϰαί τή παϱ’῎Ελλησί φασιν έοιϰέναι ἐπιλεγoμένῃ Στωΐϰῇ.

52 Aul., 10 : πεϱί ἑϰϰαίδεϰα δὲ έτη γενόμενος ἐβουλήϑην τών παϱ’ ἡμῖν αιϱέσεων εμπειϱίαν λαβεϊν · τϱεις δ’εἰσὶν αὗται, Φαϱισαίων μέν ή πϱώτη, ϰαὶ Σαδδουϰαίων ή δευτέϱα, τϱίτη δέ ή Έσσηνῶν (...) · ούτως γὰϱ ᾠόμην αίϱήσεσθαι τήν άϱίστην, εί πάσας ϰαταμάϑοιμι. Σϰληϱσγωγήσας οὖν ἐμαυτòν ϰαί πολλά πονηθείς τὰς τϱεις διήλθον · ϰαί μηδὲ τήν εντεύθεν εμπειϱίαν ιϰανήν ἐμαυτῷ νομίσας είναι, πυϑόμενός τινα Βαννοῦν όνομα ϰατά τήν ἐϱημίσν διατϱίβειν, έσθήτι μέν ἀπò δένδϱων χϱώμενον, τϱοφήν δέ τήν αυτομάτως φυομένην πϱοσφεϱόμενον, ψυχϱῷ όέ ὕδατι τήν ημέϱαν ϰαί τήν νύϰτα πολλάϰις λουόμενον πϱος αγνείαν, ζηλωτής ἐγενόμην αὐτοῦ. Καὶ διατϱίψας παϱ’ αύτω ενιαυτούς τϱεῖς ϰαὶ τήν ἐπιϑυμίαν τελειώσας, εις τήν πόλιν ὑπέστϱεφον.’'Εννεαϰαιδέϰατον δ’ἕτος εχων ήϱξάμην πολιτεύεσϑαι τῇ Φαϱισαίων αἱϱέσει ϰαταϰολουϑῶν, ή παϱαπλήσιος ἐστι τή παϱ’ "Ελλησι Στωϊϰῇ λεγομένῃ.

53 G.W.H. LAMPE, A patristic greek Lexicon, Oxford, 1969, s.v., p. 46. Photios connaissait naturellement ce type d’expression. L’abrégé recensé au cod. 257 (VIII, p. 8, 1. 22 - p. 18, 1. 19) portait sur un ouvrage intitulé Vie ou combat de notre saint Père Paul évêque de Constantinople, Confesseur. Βίος ή ἅϑλησις τού ὁσίου πατϱòς ἡμῶν Παύλου τού Κωνσταντινουπόλεως επισϰόπου τού ὁμολογητοῦ. 11 en va de même pour le cod. 258 (p. 18, 1. 21 - p. 40, 1. 7), qui traite d'une vie symétrique, celle de s. Athanase. Voir encore au cod. 229 (Éphrem d'Antioche), à propos de Syméon II le Stylite (ve s.), IV, p. 174, ll. 8-9 : saint Syméon, celui qui mena son combat dans la position du stylite τού έν ἁγίοις Συμεῶνος, τού τήν ἐν τῷ ϰίονι στάσιν ἀϑλήσαντος ainsi que G.W.H. LAMPE, o.l., s.v. στάσις A 1, p. 1251. Mais, comme je le montrerai plus loin, autre chose est de prouver que l'emploi de la locution trahit une intervention de Photios.

54 I, p. 157, ll. 15-18 : Εἶτα πεϱὶ τò τϱιαϰοστòν ἔτος, πέμπεται παϱά τῶν Ίεϱοσολυμιτῶν τῶν έν Γαλιλαίο πϱονοήσων · αϱχήν γὰϱ ταϱαχής ἐδέχετο τὰ Ίουδαίων, πολλαῖς ἀταξίαις ήδη συναλλοιουμένων.

55 Voir, sur ce point, A. PELLETIER, o.l.. pp. 4-5.

56 Les faits sont racontés dans Aut., 17-29. On peut trouver de lointains échos verbaux entre le présent passage de la Bibliothèque et Aut., 17 ϰαταλαμβάνω δ’ ήδη νεωτεϱισμών άϱχάς (...).

57 Aut., 80, dans l’apologie qu'il fait de son action (§§ 80-83).

58 I, p. 157, 1. 18 - p. 158, 1. 23 : Εἶτα ϰαὶ στϱατηγòς τῶν πεϱὶ τήν Γαλιλαίαν χειϱοτονηϑείς εὖ τε πϱοὕστη τού ἕϑνους, ϰαί μυϱίας ϰαί ποιϰιλωτάτας ὑπò τών αντιπολιτευoμένων ἐπίβουλὰς ὑποστὰς πάσας ἐξέφυγε, ϰαί μέτϱιον τοῖς ἐχϑϱοῖς εχων ύπεξουσίως πολλάϰις ἐχϱήσατο. L’adverbe ύπεξουσίως ne figure pas dans l'Autobiographie ni aucune forme analogue.

59 Par exemple, Aut., 28-29 ; 80.

60 Aut., 341 : Πϱότεϱον γὰϱ ὲμὲ τής Γαλιλαίας στϱατηγòν ὑπò τού ϰοινού τών 'Ιεϱοσολυμιτών χειϱοτονηϑῆναι (...).

61 I, p. 158, ll. 23-26 : Καί τòν πϱος ’Ρωμαίους πόλεμον ἅϰων ἀναδεξάμενος ϰαί ἀνδϱείως διενεγϰών, ἐν ’Ιωταπάτοις ὄμως ζωγϱεία Οὐεσπασιανῷ ‘Ρωμαίων τότε στϱατηγοῦντι ἁλίσϰεται.

62 Aut., 412 : (...) ϰαί πώς πεϱί Γάϱις ϰώμην τήν πϱώτην πϱòς έμέ μάχην έποιήσατο, ϰαί ώς ἑϰεῖϑεν εἰς τὰ ’Ιωτάπατα ἀνεχώϱησα (...) ϰαί ὄν τϱόπον ζών ληφϑεὶς έδέθην (...). Sur les événements de Iotapata, voir Guerre des Juifs, III, 161-288 et 316-398.

63 Voir, par exemple, Aul., 17-18 ; 72 ; 78.

64 I p. 158, ll. 26-30 : Εἶτα τυγχάνει λίαν ευμενούς αυτού τότε τε ϰαί ἐπì πλέον'Ρωμαίων άϱξαντος, ούϰ αυτού δε μόνου άλλα ϰαί τῶν παίδων Τίτου ϰαί Δομετιανού έϰ διαδοχής βεβασιλευϰότων, ὡς ϰαί τής'Ρωμαϊϰής τυχεῖν πολιτείας ϰαί πάντων έν ἀφϑονίᾳ ϰαταστῆναι. Photios condense Aut. 414 ; 417-418 ; 422-423 ; 428-429. Je ne crois pas qu’il y ait lieu de gloser la locution λίαν ευμενούς et d’y voir l’expression d’une critique.

65 I, p. 158, ll. 30-32 ; Άπηϱτίσϑη ή ιστοϱία νς' ἅγοντι ενιαυτόν,'Ρωμαίων Δομετιανού ἔτος τής αϱχής ἅγοντος τϱισϰαιδέϰατον.

66 Antiquités Judaïques, XX, 267 : Έπὶ τούτοις δὲ ϰαταπαύσω τήν ἀϱχαιολογίαν (...) μέχϱι τής νύν ἐνεστώσης ήμέϱας, ἥτις έστίν ισϰαιδεϰάτου μὲν ἕτους τής Δομετιανού Καίσαϱος αϱχής, έμοί δ’ἀπò γενέσεως πεντηϰοστού τε ϰαί ἕϰτου. Bien vu par R. HENRY, I, p. 157, n. 3.

67 Dans mon article Flavius Josèphe et Photios. À propos d’une singulière lecture des « Antiquités Judaïques », dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 32, 3 (1982), p. 185, où j’ai indiqué des références.

68 I. p. 157, ll. 33-34 : ἐν οἶς ϰαὶ τής ιστοϱίας τό πέϱας.

69 I, ϱ. 157, 1. 34 : Οἷος òr τὴν φϱάσιν ἐστίν, έμπϱοσϑεν εἴϱηται. La référence vise un passage du cod. 47, I, p. 32, ll. 24-30.

70 Voir supra, p. 244.

71 Voir ici même ma démonstration des pp. 463-464 et 465.

72 Il n’existe aucune relation entre la notice biographique du cod. 76 et les articles de la Souda. I 503 et I 504 s.v. Ίώσηπος et de SOPHRONIOS, 13, pp. 16-17 von Gebhardt. Le second article de la Souda est une copie pure et simple de l’article de Sophronios : I. FLACH, Hesychii Milesii..., p. 113 (n. à CCCCXXI, 9).

73 I, p. 18, ll. 25-26 : Οὗτος ἀπò πόλεως τής έν Γαλιλαίᾳ Τιβεϱιάδος ὡϱμᾶτο.

74 ll. 23-25 : Άνεγνώσϑη Ίούστου Τιβεϱιέως χϱονιϰόν, ο ή επιγϱαφή Ίούστου Τιβεϱιέως ’Ιουδαίων βασιλέων τών έν τοῖς στέμμασιν.

75 I, p. 19, ll. 38-2 : Οτος παίς μὲν ἦν ’Ιουδαίου τινòς όνομα Πιστού, ἀνϑϱώπων δέ, ὥς φησιν Ιώσηπος, ϰαϰουϱγότατος, χϱημάτων τε ϰαὶ ηδονών ήττων. Ἀντεπολιτεύετο δέ Ίωσήπῳ, ϰαὶ πολλὰς ϰατ’έϰείνου λέγεται ἐπιβουλὰς ϱάψαι · άλλα τόν γε Ίώσηπον, ϰαίτοι ὑπò χείϱα πολλάϰις λαβόντα τòν εχθϱόν, λόγοις μόνον ὀνειδίσαντα απαθή ϰαϰών ἀφεῖναι = 734 Τ 2 Jacoby. JOSÈPHE (Autobiographie, 356) use du substantif ϰαϰούϱγημα à propos des agissements de Juste en tant que secrétaire de Vespasien.

76 JOSÈPHE, o.l., 34-35 : τή γνώμη δ’ οὐ συνηϱέσϰετο Πίστος, παϱαγόμενος υπό ’Ιούστου τού παιδός ϰαί γάϱ ἦν φύσει πως έπιμανής (...) 36 ’Ιούστος δ ό Πιστού παίς, ό τής τϱίτης μεϱίδος πϱώτος, ΰπεϰϱίνετο μέν ένδοιάζειν πϱος τόν πόλεμον, νεωτέϱων δ’ έπεϑύμει πϱαγμάτων, έϰ τής μεταβολής οίόμενος δύναμιν έαυτώ πεϱιποιήσειν (...) 40 ήν γάϱ ιϰανός δημαγωγείν ϰαί τών άντιλεγόντων τα βελτίω πεϱιείναι γοητείϱ ϰαί απάτη τή διά λόγων.

77 Autobiographie, 88 : μάλιστα δε Ίούστος ϰαì ό πατήϱ αὐτού Πìστoς ὡϱμήϰεσαν’ἀποστάντες ἐμοῦ πϱοσϑέσ ϑαι τῷ Ιωάννη.

78 Ο.l., 70 : ϰατεĩδον δ’ αὐτòν ταχέως νεωτέϱων ὀεγόμενον πϱαγμάτων ϰαì τής αϱχής επιθυμίαν ἔχοντα.

79 Ibidem, 94-95 : Οὔπω δέ μοι πάντα λελάλητο, ϰαί τινος ἐξήϰουσα τῶν οιϰείων ϰαταβαίνειν ϰελεύοντος · ον γάϱ μοι ϰαι ϱòν είναι φϱοντίζειν τής παϱά Τιβεϱιέων εὐνοίας, άλλα πεϱì τής ιδίας σωτηϱίας ϰαὶ πώς τούς εχθϱούς έϰφύγω. Πεπόμφει δ’ó’Ιωάννης τών πεϱί αὐτòν οπλιτών έπιλέξας τούς πιστοτάτους ὲϰ τών χιλίων οἵπεϱ ἦσαν αὐτῷ · ϰαί πϱοσέταξεν τοĩς πεμφϑεĩσιν ἀνελεῖν με πεπυσμένος ὡς εἴην μετά τών οιϰείων μεμονωμένος. En 101, Josèphe ajoute : Jean, devant l'échec de son complot, prit peur pour sa personne (...) Ό δὲ Ἰωάννης, ἀπϱάϰτου τῆς ἐπιβουλñς ατῷ γενομένης, ἔδεισε πεϱί ἐαυτού (...).

80 Aut., 189-196, avec 236-237 : complot avec la commission de Jérusalem qui, au départ, avait donné son mandat à Josèphe, voir 28-29 ; 246-251 ; 290-293 ; 301-304 et 393.

81 Ibid., 82 : Καὶ δὶς μὲν ϰατὰ ϰϱάτος ἑλὼν Ζεπφωϱίτας, Τιβεϱιεῖς τετϱάϰις, Γαβαϱεῖς δ’ ἃπαξ, ϰαì τòν Ἰωάννην πολλάϰις έπιβουλεύσαντά μοι λαβὼν ὑποχείϱιον, οὔτ’ αὐτòν οὔτε τινὰς τῶν πϱοειϱημένων ἐθνῶν ἐτιμωϱησάμην (...).

82 Ibid., 175-178 : Ἐγὼ δὲ τούς εϰ τῆς εἱϱϰτῆς μεταπεμψάμενος τοῦ πλήθους τῶν Τιβεϱιέων (ἦν δὲ σὺν αὐτοῖς Ἰοῦστος ϰαὶ ὁ πατήϱ αὐτοῦ Πίστος) συνδείπνους ἐποιησάμην (...) 177 Τòν Ἰοῦστον δὲ ϰαί ὑπεμίμνησϰον ὅτι πϱόσθεν ἤ με παϱαγενέσϑαι ἐϰ τῶν Ἱεϱοσολύμων οἱ Γαλιλαίοι τἀδελφοῦ τὰς χεῖϱας ἀποϰόψειαν αὐτού, πϱò τοῦ πολέμου πλαστῶν αὐτῷ γϱαμμάτων ϰαϰουϱγίαν ἐπιϰαλέσαντες, ϰαί ὅτι μετὰ τὴν ἀναχώϱησιν τήν Φιλίππου Γαμαλῖται πϱòς Βαβυλωνίους στασιάζοντες ἀνέλοιεν Χάϱητα (συγγενής δ’ ἦν οὗτος τοῦ Φιλίππου). 178 ϰαί ὡς Ίησοῦν τòν ἀδελφòν αὐτοῦ ἄνδϱα τῆς ἀδελφής Ἰούστου ὠμοφϱόνως ϰολάσειαν. Ταῦτα παϱὰ τήν ἑστίασιν διαλεχϑεὶς τοῖς πεϱί τονΙοῦστον ἕωθεν ἐϰέλευσα πάντας τῆς φυλαϰής ἀπολυθῆναι. Sur Charès et Juste, voir le § 186 ; pour Philippe, §§ 46-61 et 179-184.

83 §§ 336-367. Voir en particulier 345-346 et 349.

84 A. PELLETIER, dans son édition de l'Autobiographie de Flavius Josèphe, Paris, 1959, pp. xviii-xix. La citation figure à la p. xix.

85 I, p. 19, ll. 2-5.

86 734 F 2 (6) Jacoby.

87 Aut., 336 : Γεγονὼς δ’ ἐνταῦϑα τῆς διηγήσεως βούλομαι πϱòς Ἰοῦστον, ϰαὶ αὐτόν τὴν πεϱὶ τούτων πϱαγματείαν γεγϱαφότα, πϱός τε τοὺς ἄλλους τοὺς ἱστοϱίαν μὲν γϱάφειν ὑπισχνουμένους, πεϱὶ δὲ τὴν ἀλήθειαν ὀλιγώϱους, ϰαὶ δι’ ἔχϑϱαν ἢ χάϱιν τò ψεῦδος οὐϰ ἐντϱεπομένους, μιϰϱὰ διελϑεῖν. (337) Πϱάττουσι μὲν γὰϱ ὅμοιόν τι τοῖς πεϱί συμβολαίων πλαστὰ γϱάμματα συντεϑεῖσι (...) (338)’Ιούστος γοῦν συγγϱάφειν τὰς πεϱί τούτον ἐπιχειϱήσας πϱάξεις τὸν πόλεμον, ὑπέϱ τοῦ δοϰεῖν φιλόπονος εἶναι ἐμοῦ μὲν ϰατέψευσται, ἠλήϑευσε δὲ οὐδὲ πεϱὶ τῆς πατϱίδος.

88 Ibid., 358 : Ἀλλ’ ἴσως τὰ ϰατὰ τὴν Ἱεϱοσολύμων πϱαχϑέντσ μετὰ ἀϰϱιβείας φήσεις συγγεγϱαφέναι. Καί πῶς οἷόν τε ; οὔτε γὰϱ τῷ πολέμῳ παϱέτυχες οὔτε τὰ Καίσαϱος ἀνέγνως ὑπομνήματα. Μέγιστον δὲ τεϰμήϱιον∙τοῖς γὰϱ Καίσαϱος ὑπομνήμασιν ἐναντίαν πεποίησαι τὴν γϱαφήν. Il est difficile d’avouer plus clairement son allégeance vis-à-vis du pouvoir en place : il n’est point de vérité en dehors de celle que dicte le prince. Les commentaires en question sont ceux du futur empereur Vespasien, encore cités au § 342, et non ceux de son fils Titus, comme l’indique par inadvertances le P. PELLETIER (o.l., p. 58, n. 1).

89 S. JÉRÔME, De viris illustribus, 14 = 734 T 1 Jacoby : sed hunc Josephus arguii mendacii. Pour le texte grec de Sophronios, voir ici même infra, p. 258, n. 37.

90 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64, n. 60.

91 Le savant américain ne le fait pas davantage dans la longue liste de modifications proposées dans son article The Recently Completed Edition of the Bibliotheca of Photius, in Byzantinoslavica, 41 (1980), p. 53.

92 Voir supra, p. 252, n. 15.

93 Pour les références, voir infra.

94 Voir ici même pp. 242-248 le chapitre consacré à cette recension.

95 On sait que le nom de Jean de Gischala revient constamment dans les livres IV-V de la Guerre des Juifs, où Josèphe lui prête une responsabilité majeure dans la catastrophe de Jérusalem.

96 Autobiographie, 41 : Ἀλλὰ πεϱί μὲν τούτου τοῦ ἀνδϱός, ὡς φαῦλος τòν βίον ἐγένετο, ϰαὶ ὡς σὺν τῷ ἀδελφῷ μιϰϱοῦ δεῖν ϰαταστϱοφῆς αἴτιος ὑπῆϱξεν, πϱοϊόντος τοῦ λόγου δηλώσομεν.

97 Voir le chapitre consacré à la question, pp. 319-331.

98 Voir p. 249 avec la n. 1 pour les deux premiers points ; I, p. 18, ll. 28-29 ; 1. 32 pour le troisième. Photios situe la mort d’Agrippa II la troisième année du règne de Trajan (ll. 31-32), soit en 100. La date a fait problème, parce que le monnayage d’Agrippa II s’arrête en 94. Comme le souligne le P.A. PELLETIER (o.l., pp. XII-XIII), le fait ne suffit pas à faire taxer d’erreur Photios ou, sans doute plus exactement à mon sens, Juste lui-même.

99 I, p. 19, ll. 32-34 : Ἔστι δὲ τὴν φϱάσιν συντομώτατός τε ϰαὶ τὰ πλεῖστα τῶν ἀναγϰαιοτατων παϱατϱέχων.

100 E. ORTH, Photiana et Die Stilkritik des Photios, Leipzig, respectivement 1928 et 1929.

101 F. JACOBY, dans son article Justus (9) de la R.-E., X, 2 (1919), col. 1345 = Griechische Historiker, Stuttgart, 1956, p. 351.

102 R. HENRY, I, p. 19 ad. 1.

103 I, p. 19, ll. 34-38 : Ὡς δὲ τὰ Ἰουδαίων νοσῶν, Ἰουδαῖος ϰαὶ αὐτòς ὑπάϱχων γένος, τῆς Χϱιστοῦ παϱουσίας ϰαὶ τῶν πεϱὶ αὐτòν τελεσθέντων ϰαὶ τῶν ὑπαὐτοῦ τεϱατουϱγηϑέντων οὐδὲν ὅλως μνήμην ἐποιήσατο.

104 On trouvera les références par exemple dans J. SCHAMP, Flavius Josèphe et Photios. À propos d’une singulière lecture des « Antiquités Judaïques », dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 32, 3 (1982), p. 187.

105 I, p. 34, ll. 31-40 : Οὕτω μὲν οὐν ἀναξίως τῆς τε τῶν Ἰουδαίων πεϱί ἀνϑϱώπου φυσιολογίας ταῦτα εἰπὼν ϰαὶ τῆς ἄλλης αὐτοῦ πεϱὶ τοὺς λόγους ἀσϰήσεως, διέξεισι ϰαὶ πεϱὶ τῆς ϰοσμογονίας ϰεφαλαιωδῶς. Πεϱὶ μέντοι Χϱιστοῦ τοῦ ἀληϑινοῦ ϑεοῦ ἡμῶν ὡς ἔγγιστα ϑεολογεῖ ϰλῆσίν τε αὐτὴν ἀναφϑεγγόμενος Χϱιστοῦ, ϰαὶ τὴν ἐϰ πατϱòς ἄφϱαστον γέννησιν ἀμέμπτως ἀναγϱάφων. Ὅ τινας ἴσως ϰαὶ ἀμφιδοξεῖν ὡς ’Ιωσήπου εἴη τò συνταγμάτιον ἀναπείσειν. Οὐδὲν δὲ τò τῆς φϱάσεως αὐτῷ πϱòς τὰ ὑπόλοιπα τοῦ ἀνδϱòς ἀπoδεῖ.

106 Voir sur ce point les remarques de P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris, 1971, p. 97 (suite de la n. 81 à la p. 96).

107 G. WENTZEL, o.l., p. 42.

108 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64.

109 Souda, I 450 s.v. Ἰοῦστος et SOPHRONIOS, 14, p. 17 von Gebhardt : Ἰοῦστος Τιβεϱιεὺς ἐπαϱχίας Γαλιλαίος, ἐπεχείϱησε μὲν ϰαὶ αὐτòς Ἰουδαϊϰὴν ἱστοϱίαν συντάξαι, ϰαὶ τινα ὑπομνήματα πεϱὶ Γϱαφῶν ἀλλὰ τοῦτον Ἰώσηπος ἐλέγχει ψευσάμενον. Καὶ γὰϱ ἐν ἐϰείνῳ τῷ ϰαιϱῷ συνέγϱαφεν ὅτε ϰαὶΙώσηπος.

110 Je pastiche ici le titre de P. VIDAL-NAQUET (Du bon usage de la trahison. préface à la traduction par P. SAVINEL de FLAVIUS JOSÈPHE, La guerre des Juifs, Paris, 1977).

111 Je résume ici B. ALTANER, ο.l., p. 347 ; voir aussi J. QUASTEN, o.l., III, p. 739 et surtout E. HONIGMANN, Philippus of Side and his « Christian History » (written about 434-439), dans Patristic Studies in Studi e testi, 173 (1953), pp. 82-83.

112 Cod. 35, I, p. 20, ll. 26-33 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Φιλίππου Σιδήτου, οὗ ἡ ἐπιγϱαφὴ « Χϱιστιανιϰὴ ἱστοϱία ». Ἀπάϱχεται δὲ ἀπò τοῦ « Ἐν ἀϱχῇ ἐποίησεν ὁ Θεòς τòν οὐϱανòν ϰαὶ τὴν γῆν », ϰαὶ διέξεισι τὰ μὲν συντέμνων τὰ δὲ πλατύνων τὴν Μωσαϊϰὴν ἱστοϱίαν, ὅμως οὖν πολλοὺς ἐν πᾶσι λόγους ἀναλίσϰων. Ἡ πϱώτη οὖν αὐτοῦ βίβλος λόγους πεϱιέχει ϰδ'· ὡσαύτως δὲ ϰαὶ αἰ ἄλλαι αὐτοῦ ϰγ' βίβλοι ἀνὰ λόγων ϰδ', ἅς τέως ἡμεῖς εἴδομεν.

113 Trait caractéristique justement noté par J. KLINKENBERG, De Photi Bibliothecae codicibus historicis, Bonn, 1913, p. 6.

114 B. ALTANER, l.l. La traduction de R. HENRY, I, p. 20 conduit à des chiffres fantastiques : « Son premier livre comporte vingt-quatre volumes... », soit cinq cent soixante-seize volumes que Photios aurait eus à sa disposition. Le fait est indiqué, sans l’indice d’un battement de cil, par J. QUASTEN (o.l., III, p. 740) et par E. HONIGMANN (o.l., p. 82).

115 I, p. 20, l. 33 - p. 21, l. 39.

116 I, p. 21, ll. 39-5 : Σύγχϱονος δὲ Σισιννίου ϰαὶ Πϱόϰλου οἱ Κωνσταντινουπόλεως ἐπεσϰόπησαν.’Εν δὲ τῇ αὑτοῦ τῆς ἱστοϱίας συγγϱαφῇ πολλὴν ϰαταδϱομὴν Σισιννίου ποιεῖται, ὅτι τòν αὐτòν ϰλῆϱον ἄμφω πληϱούντων, ϰἀν λόγοις πϱωτεύων Φιλίππου δοϰοῦντος, Σισίννιος, φασίν, εἰς τòν ἀϱχιεϱατιϰòν θϱόνον έξείλεϰται. Sisinnios I, successeur d’Attikos, gouverna l’église de Constantinople de 426 à 427 ; l'hérésiarque Nestorius fut à la tête du patriarcat de 428 à 431, avant d'être remplacé par Maximianos (431-434) ; Proclos occupa le trône patriarcal de 434 à 446. Comme je l’ai dit, Philippe se présenta à trois reprises pour exercer les plus hautes responsabilités. Voir le tableau dans H.G. BECK (o.l., p. 803). Parmi tous ces personnages, Sisinnios est le seul pour lequel aucune activité littéraire n’est attestée. Pour Attikos, voir M. GEERARD, CPG, III, pp. 105-107, no 5650-5660 ; pour Nestorius, voir ibid., pp. 107-126, no 5665-5766 ; pour Maximianos, voir ibid., p. 127, no 5770-5773 ; pour Proclos, voir ibid., pp. 153-150, no 5800-5915.

117 J. QUASTEN, o.l., III, p. 739.

118 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, VII, 26 dans PG 67, col. 800 B : Ἐπὶ τούτῳ Φίλιππος πϱεσβύτεϱος, ὅτι αὐτοῦ πϱοεϰϱίϑη ἕτεϱος, πολλὰ τῆς χειϱοτονίας ϰαϑήψατο ἐν τῇ πεπονημένῃ αὐτῷ Χϱιστιανιϰῇ ίστοϱίᾳ, διαβάλλων ϰαὶ τòν χειϱοτονηϑέντα, ϰαὶ τοὺς χειϱοτονήσαντας ϰαὶ πολλῷ πλέον τοὺς λαϊϰούς. Η. DE VALOIS, o.l., n. ad I. avait déjà fait le rapprochement avec le présent passage de Photios.

119 O.l., VII, 27 in PG 67, col. 800 C.

120 Cod. 28, I, p. 16, l. 13 - p. 17, l. 23.

121 O.l., VII, 26 in PG 67, col. 800 A.

122 O.l., VII, 27 in PG 67, col. 801 A. Il souligne particulièrement le caractère lâche de la composition et le désordre chronologique.

123 Les fragments conservés de Philippe sont rares et courts. Voir la bibliographie de J. QUASTEN, ο./., III, p. 742 et surtout C. DE BOOR, Neue Fragmente des Papias, Hegesippus und Pierius in bisher unbekannten Excerpten aus der Kirchengeschichte des Philippus Sidetes, dans Texte und Untersuchungen, V, 2 (1888), pp. 169-184.

124 Je suis ici l’excellente esquisse d’Alb. LESKY, GGL, pp. 889-890 ; voir aussi, pour l’exil, J. HANI, dans son édition des Œuvres morales, VIII (De l’exil) de Plutarque Paris, 1980, p. 135.’

125 III, p. 106, ll. 32-8.

126 G. WENTZEL, o.l., p. 85.

127 T. HÄGG, Photios als Vermittler antiker Literatur, Uppsala, 1975, pp. 160-183

128 O.l., pp. 85-86 et 103.

129 R. HENRY, III, p. 106, n. 1.

130 III, p. 106, ll. 32-8 :’Έστι μὲν οὖν πατϱίδα Πϱουσαεύς, φυγὰς δ’ ἐγεγόνει ταύτης τυϱαννίδος ἐϰϰλίνων δουλείαν, ϰαὶ πολλὴν ἐπῆλϑε πλανώμενος γῆν. Δεξιòς δὲ πεϱὶ τοὺς λόγους ἔδοξεν εἶναι, ϰαὶ μάλιστα τοὺς ὅσοι ϱυϑμίζειν συμβουλεύουσι τὰ ἤϑη.’Ήϰμασε δὲ ϰατὰ τούς χϱόνους τοῦ βασιλέως Τϱαιανοῦ, ϰαὶ πλεῖστον διέτϱιψε χϱόνον παϱ’ αὐτῷ, ϰαὶ τῆς ὅτι μάλιστα τιμῆς ϰαὶ δεξιώσειος ἔτυχεν, ὡς ϰαὶ συγϰαϑέζεσϑαι αὐτòν τῷ βασιλείῳ ὀχήματι. Παῖς μὲν οὖν ἦν οὗτος Πασιϰϱάτους, σοφιστὴς δὲ ϰαὶ φιλόσοφος τò òπιτήδευμα. Ἐπὶ τοσοῦτον δ’ αὐτòν τῆς ϰατὰ τò σχῆμά φασι σεμνότητος ἀντιποιεῖσϑαι, ὡς ϰαὶ λεοντῆν πολλάϰις ἐνημμένον ποιεῖσϑαι τὴν πϱόοδον. Φωνὴν δ’ ἠϱεμαίαν ἠφίει ϰαὶ στϱαϑεϱάν. Καὶ σχολαῖον μὲν ἀλλ’ οὐϰ ἀναβεβλημένον βάδισμα, ϰαὶ τἆλλα τῶν ϰινημάτων οὐϰ ἀσύμφωνα. Ἰσχνòς δ’ ἦν ϰαὶ οὐδὲ μέγας τò σῶμα. Τοῦτον πολλούς φασι ϰαὶ ποιϰίλους γϱάψαι λόγους. Οἱ δ’ εἰς ἡμετέϱαν φϑάσαντες γνῶσιν τòν π' ἐπλήϱουν ἀϱιϑμόν. Χϱυσόστομον δ’ αὐτòν οἱ λόγοι τῇ ϰατ’ αὐτòν γενεᾷ δεδώϰασιν ἐπονομάζειν.

131 8 Souda Δ 1240 s.v. : Δίων∙ὁ Πασιϰϱάτους, Πϱουσαεύς, σοφιστὴς ϰαὶ φιλόσοφος, ὃν Χϱυσόστομον ἐϰάλεσαν. Ἀντεποιεῖτο δὲ σεμνότητος ὡς ϰαὶ λεοντῆν φοϱῶν πϱοϊέναι. Ἦν δὲ λεπτòς τò σῶμα ϰαὶ διέτϱιψε τò πλεῖστον παϱὰ Τϱαιανῷ τῷ Καίσαϱι, ὡς ϰαὶ συγϰαϑέζεσϑαι ἐν τῷ βασιλιϰῷ ὀχήματι. Ἔγϱαψεν∙« Εἰ φϑαϱτòς ὁ ϰόσμος », « Ἐγϰώμιον Ἡϱαϰλέους ϰαὶ Πλάτωνος », « ‘Υπὲϱ 'Ομήϱου, πϱος Πλάτωνα » δ', « Πεϱὶ τῶν Ἀλεξάνδϱου ἀϱετῶν η' ». Οὗτος διαβάλλει ϰαὶ τòν Ὅμηϱον ὡς ψευδῶς τὰ πεϱὶ τòν Ἴλιον γεγϱαφότα.

132 Alb. LESKY, l.l.

133 Η. von ARNIM, Leben und Werke des Dio von Prusa. Berlin, 1898, p. 224. Le savant allemand ajoutait que la seule source véritablement ancienne à mentionner l’exil était PHILOSTRATE, Vie des sophistes. 7 (voir la note suivante).

134 PHILOSTRATE, Vie des sophistes, 7, pp. 18-20 Wright : Τὴν δὲ ἐς τὰ Γετιϰὰ ἔϑνη πάϱοδον τοῦ ἀνδϱòς φυγὴν μὲν οὐϰ ἀξιῶ ὀνομάζειν, ἐπεὶ μὴ πϱοσετάχϑη αὐτῷ οὐδὲ ἀποδημίαν, ἐπειδὴ τοῦ φανεϱoῦ ἐξέστη ϰλέπτων ἑαυτòν ὀφϑαλμῶν τε ϰαὶ ὠτῶν ϰαὶ ἄλλα ἐν ἄλλῃ γῇ πϱάττων δέει τῶν ϰατὰ τὴν πόλιν τυϱαννίδων, ὑφ’ ὧν ἠλαύνετο φιλοσοφία πᾶσα.

135 Η. von ARNIM, o.l., pp. 228-229.

136 DION, 12 (A Athènes, sur l’exil), I, I, p. 179, ll. 9-17 von Arnim : Ὅτε φεύγειν συνέβη με φιλίας ἕνεϰεν λεγομένης ἀνδϱòς οὐ πονηϱοῦ, τῶν δὲ τότε εὐδαιμόνων τε ϰαὶ ἀϱχόντων ἐγγύτατα ὄντος, διὰ ταῦτα δὲ ϰαὶ ἀποϑανόντος, δι πολλοῖς ϰαὶ σχεδòν πᾶσιν ἐδόϰει μαϰάϱιος, διὰ τὴν ἐϰείνων οἰϰειότητα ϰαὶ ξυγγένειαν, ταύτης ἐνεχϑείσης ἐπἐμὲ τῆς αιτίας, ώς δή τάνδϱί φίλον ϰαί σύμβουλον · ἔϑος γάϱ τι τοῦτόἐστι τῶν τυϱάννων, ὥσπεϱ ἐν Σϰύϑαις τοῖς βασιλεῦσι συνϑάπτειν οἰνοχόους ϰαὶ μαγείϱους ϰαὶ παλλαϰάς, οὕτως τοῖς ὑπαὐτῶν ἀποϑνῄσϰουσιν ἑτέϱους πϱοστιϑέναι πλείους ἀποὐδεμιᾶς αἰτίας.

137 EMPERIUS, De exilio Dionis, Brunschwig, 1840, p. 6 cité par J. von ARNIM (Dionis Prusaeensis quem vocant Chrysostomum quae exstant omnia, II, Berlin, 1896, p. 334) et H. von ARNIM, Leben..., pp. 229-231, d’après PHILOSTRATE (Vie d'Apollonios, VII, 7, p. 132). Sabinus avait épousé Julia, une fille de Titus, par conséquent une nièce de Domitien. Renouvelant le geste de David, l’empereur prit l'épouse après le meurtre du mari.

138 H. von ARNIM, o.l., p. 232.

139 Vie des sophistes, 7, p. 16 : Δίωνα δὲ τòν Πϱουσαεῖον οὐϰ oἶδ τι χϱὴ πϱοσειπεῖν διὰ τὴν ἐς πάντα ἀϱετήν, Ἀμαλϑείας γὰϱ ϰέϱας ἦν, τò τοῦ λόγου, ξυγϰείμενος μὲν τῶν ἄϱιστα εἰϱημένων τοῦ ἀϱίστου, βλέπων δὲ πϱòς τὴν Δημοσϑένους ἠχὼ ϰαὶ Πλάτωνος, , ϰαϑάπεϱ αἱ μαγάδες τοῖς ὀϱγάνοις, πϱοσηχεῖ Δίων τò ἑαυτοῦ ἴδιον ξὺν ἀφελείᾳ ἐπεστϱαμμένῃ.

140 MÉNANDRE, Sur les (discours) épidictiques, in III, p. 389, 30 Spengel : Ὅταν μὴ τϱαχείᾳ χϱώμεϑα τῇ ἀπαγγελίᾳ μηδὲ πεϱιόδους ἐχούσῃ ϰαὶ ἐνϑυμήματα, ἀλλὅταν ἁπλουστέϱα τυγχάνῃ ϰαὶ ἀφελεστέϱα, οἷα Ξενοφῶντος ϰαὶ Νιϰοστϱάτου ϰαὶ Δίωνος τοῦ Χϱυσοστόμου ϰαὶ Φιλοστϱάτου τοῦ τῶν Ἡϱωϊϰῶν τήν έξήγησιν ϰαὶ τὰς Εἰϰόνας γϱάψαντος, εἰϱομένη ϰαὶ ἀϰατασϰεύαστος, cité par J. von ARNIM, Dionis..., II, p. 313 (Testimonia). Plus tard, THÉMISTIOS, 5 (A Jovien), 63 d, I, p. 93 SchenklDowney parlera de Dion à la langue d’or Δίωνα τòν χϱυσοῦν τὴν γλῶτταν. C’est là probablement une oratio variata sur l’épithète que les lois de la rhétorique interdisaient de reproduire telle quelle. Voir encore EUNAPE, Vie des sophistes, 2, 3, p. 3 Giangrande. D’après certains, le surnom aurait été attribué par antiphrase. Voir ARÉTHAS, Scholie à LUCIEN, Hermotime, 34 cité par J. von ARNIM, o.l., II, p. 328. Pour d’autres références, voir ibid., apparat sub no 16. Nicostrate est probablement le romancier macédonien du iie siècle pCn. Sur le personnage, voir Alb. LESKY, GGL. p. 921.

141 J. von ARNIM, Dionis..., II, p. x.

142 J. von ARNIM, o.l., I. pp. iv-v. Voir R. HENRY, III, p. 107, n. 1 (continuée p. 108).

143 SÉNÈQUE, Lettres à Lucilius, IV, 40, 2 : Hoc non probo in philosopho, cujus pronuntiatio quoque, sicut vita, debet esse composita.

144 IV, 40, 4 : Adice nunc, quod quae ventati operam dat oratio, et composita esse debet et simplex : haec popularis nihil habet veri.

145 IV, 40, 7 : Sic ista difendi celeritas nec in sua potestate est nec satis decora philosophiae, quae ponere debet verba, non proicere, et pedetemptim procedere.

146 C'est évidemment le sens de la question que l’acheteur adressait à Diogène dans LUCIEN, Philosophies à l’encan, 8 in II, p. 465 Harmon : pourquoi ne pas porter une peau de lion comme Héraclès, ton modèle ? Le curieux s'attire alors une réponse très significative :
Voici une peau de lion, mon mantelet. Je fais campagne comme lui contre les plaisirs, non pas sur ordre, mais en volontaire. J’ai choisi de rendre ma vie toute pure.
Toυτί μοι λεοντῆ, τò τϱιβώνιον. Στϱατεύομαι δὲ ὥσπεϱ ἐϰεῖνος ἐπὶ τὰς ἡδονάς, οὐ ϰελευστός, ἀλλὰ ἑϰούσιος έϰϰαϑᾶϱαι τòν βίον πϱοαιϱούμενος.
Voir encore Héraclès, I, p. 67 Harmon.

147 Cod. 131, II, p. 104, ll. 9-12 : Ἀνεγνώσϑη Ἀμυντιανοῦ εἰς Ἀλέξανδϱον · πϱοσφωνεῖ δὲ τòν λόγον τῷ αὐτοϰϱάτοϱι Ῥωμαίων Μάϱϰῳ ϰαὶ ἐπαγγέλλεται μὲν ἀξίως εἰπεῖν τῶν Ἀλεξάνδϱου πϱάξεων (...).

148 Malgré SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 762 ; Ed. SCHWARTZ, dans son article Amyntianos (1), dans R.-E., I, 2 (1894), col. 208. Les savants allemands rappellent la découverte d’un important fragment sur la conquête d’Alexandre depuis la bataille du Granique jusqu’à Arbèles, mais l’attribution en est contestée. Une allusion au discours Pour Alexandre figure dans les Scholies de Berne à VIRGILE, Géorgiques, IL 137 Hagen. J. KLINKENBERG (De Photi Bibliothecae codicibus historicis, Bonn, 1913) a eu raison de ne pas faire place à Amyntianos dans son étude.

149 II p. 105, l. 17.

150 II, p. 105, ll. 18-22 : Ὁ αὐτòς δὲ ϰαὶ ἑτέϱους λόγους ἔγϱαψε διαφόϱους ϰαὶ παϱαλλήλους συνέϑηϰε βίους, ὥσπεϱ Διονυσίου ϰαί Δομετιανοῦ ἐν δυσὶ λόγοις, Φιλίππου τε Μαϰεδόνων ϰαὶ Αὐγούστου ἐν ἑτέϱοις δυσί. Ἔτι δὲ ϰαὶ Ὀλυμπιάδος τῆς Ἀλεξάνδϱου μητϱòς λόγον ἔγϱαψεν.

151 Scholies BCEQ à PINDARE, Olympiques, 3, 52a. Voir Ed. SCHWARTZ, l.l.

152 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 62, qui a raison de ne pas se prononcer avec assurance.

153 Cod. 62, I, p. 63, ll. 9-15 et ici même, pp. 168-169.

154 I, p. 63, ll. 15-17.

155 Cod. 73, I, p. 147, l. 6 - p. 152, l. 41.

156 I, p. 152, ll. 38-41 : Ταῦτα δὲ συνέγϱαψε Φοῖνιξ ἀνὴϱ Ἐμισηνòς Θεοδοσίου παῖς Ἡλιόδωϱος · ἐν οἷς ϰαὶ τò τέλος. Τοῦτον δὲ ϰαὶ ἐπισϰοπιϰοῦ τυχεῖν ἀξιώματος ὕστεϱόν φασιν.

157 HÉLIODORE, Éthiopiques, X, 41, 4 : Τοιόνδε πέϱας ἔσχε τò σύνταγμα τῶν πεϱὶ Θεαγένην ϰαὶ Χαϱίϰλειαν Αἰϑιοπιϰῶν · συνέταξεν ἀνὴϱ Φοῖνιξ Ἐμισηνός, τῶν ἀφἩλίου γένος Rattenbury-Lumb.

158 P. PETIT, Histoire générale de l'Empire romain, II, Paris, 1974, p. 146 ; pp. 50-51. La descendance du grand-prêtre allait, comme on sait, fournir une dynastie à l’Empire : Septime Sévère avait épousé Julia Domna, fille du grand-prêtre ; Caracalla, Héliogabale et Sévère Alexandre n’avaient pas une autre souche. Voir aussi R.M. RATTENBURYLUMB-J. MAILLON, dans leur édition des Éthiopiques (Théagène et Chariclée) d’Héliodore, I, Paris, 1935, pp. XIII-XIV, où l’on trouvera une esquisse de l’histoire d’Émèse sous l’Empire.

159 J. MAILLON, dans R.M. RATTENBURY-T.W. LUMB-J.M., o.l., I, p. lxxxiv.

160 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, V, 22 dans PG 67, col. 637 A : Ἀλλὰ τοῦ μὲν ἐν Θεσσαλίᾳ ἔϑους ἀϱχηγòς Ἡλιόδωϱος Τϱίϰϰης τῆς ἐϰεῖ γενόμενος ἐπίσϰοπος, οὗ λέγεται πονήματα ἐϱωτιϰὰ βιβλία ἃ νέος ὢν συνέταξε ϰαὶ Αἱϑιοπιϰὰ πϱοσηγόϱευσε. Le mot συνέταξε est une conjecture de Henry de Valois, dont le double témoignage de Photios et de Nicéphore montre la pertinence, pour le έταξε des manuscrits (voir PG 67, col. 637, n. 83).

161 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 57.

162 Voir ici même, pp. 432-440.

163 THÉODORE LE LECTEUR, Histoire ecclésiastique, 264, pp. 82-83 Hansen : Ἡλιόδωϱος γϱάψας τὰ λεγάμενα Αἰϑιοπιϰὰ αὐτòς μὲν ἑαυτòν Ἐμεσηνòν λέγει ἐν τῷ τέλει τῶν Αἰϑιοπιϰῶν · ἐπίσϰοπος δὲ ἦν πόλεως λεγομένης Τϱίϰϰης, μιᾶς, ὥς φησιν Σωϰϱάτης, τῶν πόλεων Θεσσαλίας. Λέγει δὲ αὐτòς Σωϰϱάτης, ὅτι αὐτòς Ἡλιόδωϱος ϰατήϱξατο ἐν Θεσσαλίᾳ τοῦ μηδένα ϰληϱιϰόν, ἣν νόμῳ ἦϰτο γυναῖϰα πϱò τοῦ ϰλήϱου, ἔτι ἔχειν αὐτὴν ϰαὶ μετὰ ϰλῆϱον δύνασϑαι. Sur la composition particulière de l’ouvrage de Théodore, voir B. ALTANER, o.l., p. 350. Le texte n’est pas cité dans l’introduction de R.M. RATTENBURY-T.W. LUMB-J. MAILLON, o.l.

164 NICÉPHORE CALLISTE, Histoire ecclésiastique, XII, 3-4 dans PG 146, col. 860 A : Δι’ἃ (πονήματα ἐϱωτιϰά) ϰαὶ τὴν ἐπισϰοπὴν ἀφῃϱέϑη. Ἐπειδὴ γὰϱ πολλοῖς τῶν νέων ϰινδυνεύειν ἐϰεῖϑεν ἐπῄει, ἡ ἐγχώϱιος πϱοσέταττε σύνοδος ἢ τὰς βίβλους ἀφανίζειν ϰαὶ πυϱὶ δαπανᾶν, ὑπαναπτούσας τòν ἔϱωτα, ἢ μὴ χϱῆναι ἱεϱᾶσϑαι τοιαῦτα συνϑέμενον. Τòν δὲ μᾶλλον ἑλέσϑαι τήν ίεϱωσύνην λιπεῖν ἢ ἐϰ μέσου τιϑέναι τò σύγγϱαμμα · ὃ ϰαὶ ἐγένετο. A Port-Royal, Claude Lancelot allait de même jeter au feu le volume du jeune Racine.

165 R M. RATTENBURY, dans R M.R.-T W. LUMB-J. MAILLON, o.l., p. VIII.

166 Bien entendu, le scepticisme vis-à-vis de la conversion d’Héliodore au christianisme est fort répandu, depuis au moins la publication du maître ouvrage d’E. ROHDE, Der griechische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, 1876, pp. 432-434 (les notes 1 des pp. 433-434 donnent un aperçu des passages où l’on a cherché les traces d’allusions à la Bible) et pp. 442-443. L’illustre savant ne fait pas usage de l’argument, que je développerai plus loin, du célibat ecclésiastique. Je n’ai pu consulter la troisième édition du livre (1914).

167 R M. RATTENBURY dans R.M.R.-T.W. LUMB-J. MAILLON, o.l., pp. XXIIXXV répertorie vingt-deux manuscrits, parmi lesquels un du xie siècle, un des xi-xiie siècles, un du xiie siècle, un des xiii-xive siècles, un du xve siècle, etc. L’éclipse apparente du xive siècle est probablement accidentelle.

168 D’après la Souda. A 4695, s.v. : Ἀχιλλεὺς Στάτιος (sic). Reproduit comme Testimonium VIII par E. VILBORG, dans son édition d’ACHILLES TATIUS, Leucippe and Clitophon, Stockholm, 1955, p. 165.

169 R M. RATTENBURY-T.W. LUMB, o.l., pp. XII-XV ; Alb. LESKY, GGL, pp. 922-923.

170 G.H. BECK, o.l., pp. 417 et 774 ; voir B. ALTANER, o.l., pp. 713-714.

171 J. QUASTEN, o.l., III, pp. 745-746.

172 VACANDARD, dans VACANT-MANGENOT, Dictionnaire de Théologie catholique, II (1905), art. Célibat ecclésiastique, col. 2080.

173 VACANDARD, o.l., coll. 2078-2079.

174 SOCRATE, o.l., V, 22 dans PG 67, col. 637 A, où le texte est incompréhensible tel qu'il est reproduit par Migne. Force est de ponctuer tout autrement. Ἔγνων δὲ ἐγὼ ϰαὶ έτεϱον ἔϑος ἐν Θεσσαλίᾳ · γενόμενος ϰληϱιϰòς ἐϰεῖ, ἣν νόμῳ γαμήσας πϱὶν ϰληϱιϰòς γενέσϑαι συγϰαϑευδήσας αὐτῇ, ἀποϰήϱυϰτος γίνεται, τῶν ἐν Ἀνατολῇ πάντων γνώμῃ ἀπεχομένων ϰαὶ τῶν ἐπισϰόπων εἰ ϰαὶ βούλοιντο, οὐ μὴν ἀνάγϰῃ νόμου, τοῦτο ποιούντων. Πολλοὶ γὰϱ αὐτῶν ἐν τῷ ϰαιϱῷ τῆς ἐπισϰοπῆς ϰαὶ παῖδας ἐϰ τῆς νομιϰῆς γαμετῆς πεποιήϰασιν. Même si je suis son interprétation du passage, la version que présente VACANDARD, o.l, col. 2077 sous couleur de traduction ne mérite guère que le titre de paraphrase. Pour d’autres renseignements, on lira les pages du R.P.M. AUBINEAU, dans l'introduction à son édition du Traité de la virginité de Grégoire de Nysse, Paris, 1966, SC 119, pp. 65-77, surtout les pp. 73-74.

175 Alb. LESKY, GGL, p. 923.

176 Le fait que, dans le roman, Théagène était thessalien (E. FEUILLÂTRE, Études sur les Éthiopiques d’Héliodore, Paris, 1966, p. 11) n’autorise pas que l’on mette en doute la localisation du siège, car le choix d'une ville aussi peu connue que Tricca s’expliquerait mal.

177 C’est le cod. 28, I, p. 16, 1. 13 - p. 17, 1. 23.

178 Je m’aperçois après coup que la présente reconstitution de l’enchaînement des faits rejoint pour une bonne part celle de B.E. PERRY (The Ancient Romances. A LiteraryHistorical Account of their Origins, Berkeley-Los Angeles, 1967, pp. 107-108). La description par Hydaspes du siège de Syène dans le roman (IX, 3-5) évoque, d’après les spécialistes, celle de Nisibe par Sapor en 350 dans JULIEN, 1 (Éloge de Constance). 22 et 3 (Constance ou de la royauté), 11-13. La ressemblance conduit des savants comme Colonna ou van der Valk à supposer qu’Héliodore avait imité le jeune César. La récurrence du thème peut fort bien s’expliquer en sens inverse. Voir, sur ceci, B.E. PERRY, o.l., p. 349 (n. 13 à la p. 107). Des tentatives de ce genre paraissent inspirées par le désir de ne pas rendre impossible la partie chrétienne de l’existence d’Héliodore. Au contraire, E. FEUILLÂTRE (o.l., p. 147) a tenté de faire remonter au » siècle la rédaction du roman.

179 G. WENTZEL, o.l., p. 56.

180 Codd. 112-113, II, p. 84, ll. 5-17 : Οὗτός ἐστιν Κλήμης πεϱὶ οὗ φησιν ϑεσπέσιος Παῦλος ἐν τῇ πϱòς Φιλιππησίους ἐπιστολῇ. « Μετὰ ϰαὶ Κλήμεντος ϰαὶ τῶν λοιπῶν συνεϱγῶν μου, ὧν τὰ ὀνόματα ἐν βίβλῳ ζωῆς ». Οὗτος ϰαὶ ἐπιστολὴν ἀξιόλογον πϱòς Κοϱινϑίους γϱάφει, ἥτις παϱὰ πολλοῖς ἀποδοχῆς ἠξιώϑη ὡς ϰαὶ δημοσίᾳ ἀναγινώσϰεσϑαι. ᾙ δὲ λεγομένη δευτέϱα πϱòς τοὺς αὐτοὺς ὡς νόϑος ἀποδοϰιμάζεται, ὥσπεϱ ἐπιγϱαφόμενος ἐπὀνόματι αὐτοῦ Πέτϱου ϰαὶππίωνος πολύστιχος διάλογος. Τοῦτóν φασιν οἱ μὲν δεύτεϱον μετὰ ΠέτϱονΡώμης ἐπισϰοπῆσαι, οἱ δὲ τέταϱτον. Λῖνον γὰϱ ϰαὶνάϰλητον μεταξὺ αὐτοῦ ϰαὶ ΠέτϱουΡώμης ἐπισϰόπους διαγεγονέναι · τελευτῆσαι δὲ αὐτòν τϱίτῳ ἔτει Τϱαιανοῦ.

181 SOPHRONIOS, 15, p. 18 Von Gebhardt : Κλήμης, πεϱὶ οὗ Παῦλος ἀπόστολος πϱòς Φιλιππησίους γϱάφων, λέγει · « Μετὰ ϰαὶ Κλήμεντος ». Τέταϱτος μετὰ ΠέτϱονΡώμης ἐπίσϰοπος. Δεύτεϱος γὰϱ Λῖνος ἐγένετο, τϱίτοςνέγλητος, εἰ ϰαὶ πολλοὶ τῶνΡωμαίων ὑπολαμβάνουσι δεύτεϱον μετὰ τòν ἀπόστολον γεγενῆσϑαι Κλήμεντα. Ἒγϱαψεν ἐϰ πϱοσώπου τῆς ἐϰϰλησίαςΡώμης πϱòς τὴν ἐν Κοϱίνϑῳ ἐϰϰλησίαν ἐπιστολὴν πάνυ ϑαυμαστήν, ἥτις ἐν φανεϱοῖς τόποις δημοσίᾳ ἀναγινώσϰεται, τῷ χαϱαϰτῆϱι τῆς πϱòςΕβϱαίους ἐπιστολῆς Παύλου συνᾴδουσα, οὐ μόνον νοήμασιν, ἀλλὰ ϰαὶ λόγοις. Καὶ ἁπλῶς μεγίστη ἐστὶν ἐν ἑϰατέϱᾳ ὁμοίωσις. Φέϱεται ϰαὶ ἑτέϱα ἐξ ὀνόματος αὐτοῦ εἶναι ἐπιστολή, ἥτις παϱὰ πάντων ἀποδοϰιμάζεται. Καὶ διάλεξις Πέτϱου ϰαὶππίωνος μαϰϱῷ λόγῳ συνταγεῖσα, ἥντινα Εὐσέβιος εὐϑύνει ἐν τῷ τϱίτῳ τῆς ἐϰϰλησιαστιϰῆς ἱστοϱίας τεύχει. Τελευτᾷ τῷ τϱίτῳ ἐνιαυτῷ Τϱαιανοῦ, ϰαὶ τὴν τούτου μνήμην ἄχϱι τήμεϱον ἐν τῇΡώμῃ οἰϰοδομηϑεῖσα ἐϰϰλησία φυλάττει.

182 II, p. 82, II. 6-7.

183 II, p. 83, l. 11.

184 II, p. 83, ll. 11-12.

185 II, p. 83, ll. 12-13.

186 Ainsi, c’était le cas à Corinthe vers la fin du iie siècle, d’après une lettre de Denys de Corinthe à l’évêque Sôter de Rome (EUSÈBE, Histoire ecclésiastique, IV, 23, 11). Elle l'était toujours dans de nombreuses églises à l'époque d'Eusèbe (H.E., III, 16). Voir J. QUASTEN, o.l, I, p. 60.

187 Je ne connais rien de ce Dialogue entre Pierre et Appion, qui paraît intégralement perdu aujourd’hui. Sans doute l’était-il déjà à l’époque de Photios. EUSÈBE (H.E., III, 38, 5) parle de cette œuvre, comme si, à son époque, elle n’avait été mise sous le nom de Clément que depuis peu. D’après G. BARDY (dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, I, p. 163, n. 5) elle appartenait aux apocryphes Homélies et Reconnaissances. D'après A. PUECH (o.l., II, p. 653, η. 1) qui cite, non sans réserves, les recherches de Waitz, les Entretiens de Pierre et d'Apion perdus correspondraient à une partie de l'Homélie IV et au livre X des Reconnaissances. Apion ne serait autre que le philosophe alexandrin antisémite contre qui Josèphe rédigea le célèbre pamphlet Contre Apion (A. PUECH, o.l., I, p. 643).

188 Cod. 126, II, p. 98, ll. 18-19 et p. 99, ll. 32-39. « Mais ce document n'est ni une lettre, ni de la main de Clément (...). C’est le sermon chrétien le plus ancien qui nous soit parvenu », comme l'écrit J. QUASTEN, o.l., I, p. 64. Voir aussi R. HENRY, II, p. 218 (suite de la note complémentaire à la p. 99).

189 Toutes les œuvres recensées par Photios présentent des problèmes qui intéressent les spécialistes du canon et de la liturgie. Pour les Constitutions Apostoliques, œuvre d’un pseudo-Clément qui a dû vivre vers 380 en Syrie ou à Constantinople, elles ont été condamnées en 691-692 comme falsifiées par l’hérésie (B. ALTANER, o.l., p. 100). M. METZGER dans son édition des Constitutions apostoliques, I, livres I et II, Paris, 1985, SC 320, pp. 55-57) avance de bons arguments pour situer la composition de l'œuvre à Antioche. Les autres textes relèvent du vaste ensemble connu sous le nom de « pseudo-clémentines ». Il ne m'appartient pas de commenter ici le chapitre de Photios à propos d’œuvres qui ont posé à la critique des difficultés sans nombre : on a dit. par exemple, que la recherche des sources est une « des tâches les plus désespérées qui aient jamais été posées à une critique des sources » (B. ALTANER, o.l., p. 149, citant le P. von Campenhausen ; J. QUASTEN, o.l., I, pp. 70-73). Au point de vue de l'histoire de la tradition, le témoignage de Photios serait extrêmement intéressant à étudier. La collection semble encore avoir été répandue sous des formes variables au ixe siècle. De cet énorme roman, les Reconnaissances n’ont subsisté intégralement que dans la traduction de Rufin d’Aquilée ; les vingt Homélies, sans doute tirées en partie des Actes de Pierre et des Entretiens (3) se lisent encore en grec, mais aussi dans des résumés en grec et en arabe.

190 Cod. 14, I, p. 11, ll. 14-15 ; Ἀνεγνώσθη Ἀπολιναϱίου πϱòς "Ελληνας ϰαὶ πεϱὶ εὐσεβείας ϰαὶ πεϱὶ ἀληϑείας.

191 I, p. 11 ad 1.

192 EUSÈBE, H.E., IV, 27. Voir G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, I, Paris, 1952, p. 212, n. 3.

193 Elle est citée en même temps que celle de Méliton de Sardes par EUSÈBE (H.E., IV, 26, 1). L’hypothèse est de O. BARDENHEWER (Geschichte der altkirchlichen Literatur, I, Fribourg-en-Brisgau, 1902, pp. 266-267).

194 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 58.

195 I, p. 11, ll. 15-18 :’Έστι δὲ Ἱεϱαπολίτης συγγϱαφεύς, τῆς ἐν Ἀσίᾳ Ἱεϱαπόλεως γεγονὼς ἐπίσϰοπος. ἤνϑησεν ἐπὶ Μάϱϰουντωνίνου Βήϱου βασιλέως Ῥωμαίων.

196 L1. 18-19 : Αξιόλογος δὲ ἀνὴϱ ϰαὶ φϱάσει ἀξιολόγῳ ϰεχϱημένος.

197 P. 11, I. 19 - ϱ. 12, I. 21 : Λέγεται δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἕτεϱα συγγϱάμματα ἀξιομνημόνευτα εἶναι, οἷς οὔπω ἡμεῖς ἐνετύχομεν.

198 Pro virili parte, j’ai tenté de rendre les échos verbaux qui semblent avoir échappé à R. Henry.

199 26, pp. 24-25 von Gebhardt : Ἀπολινάϱιος, Ἱεϱαπόλεως τῆς Ἀσίας ἐπίσϰοπος, βασιλεύοντος Μάϱϰου Ἀντωνίνου Βήϱου ἤνϑησεν, ᾧτινι ϰαὶ ἐπίσημον τεῦχος ὑπὲϱ τῆς τῶν χϱιστιανῶν πίστεως ἐπέδωϰεν. Εἰσὶ ϰαὶ ἕτεϱοι πέντε αὐτοῦ ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν λόγοι, ϰαὶ πεϱὶ ἀληϑείας δύο, ϰαὶ ϰατὰ τῶν Φϱυγῶν τότε πϱῶτον ἀναϰυψάντων ἅμα Πϱισϰίλλᾳ ϰαὶ Μαξιμίλλᾳ ἀνοσίοις πϱοφήταις, ἀϱξαμένου Μοντανοῦ.

200 Cod. 30, I, p. 17, 1. 37 (à Théodose II).

201 I, p. 35, ll. 15-16. Sur le montanisme, voir ici, p. 113, n. 20. On a intérêt à relire EUSÈBE, H.E., V, 16, 1-22, avec les notes de G. BARDY, o.l., II, pp. 46-52.

202 C’est ce qui ressort d’EUSÈBE, H.E., V, 16, 1 et 19, 1-2.

203 Avec bonheur, je constate après coup que ma démonstration rejoint la conclusion d’Ad. HARNACK (Die Ueberlieferung und der Bestand der altchristlichen Litteratur bis Eusebius, I, Leipzig, 1893, p. 245). Photios ne connaissait pas non plus le traité Sur la Pâque que lui attribue le Chronicon paschale en citant deux passages du texte (voir ibid., pp. 244-245), mais Eusèbe en ignorait aussi l’existence ou, au moins, il ne le mentionne pas. La meilleure notice sur Apollinaire demeure celle du grand spécialiste allemand (ibid., pp. 243-246).

204 O.l., p. 53.

205 Cod. 120, II, p. 95, ll. 11-22 : Πολλὰ δὲ τοῦ ϑεσπεσίου Εἰϱηναίον ϰαὶ παντοδαπὰ ϰαὶ ἕτεϱα συγγϱάμματα ϰαὶ ἐπιστολαί φέϱονται, εἰ ϰαὶ ἔν τισιν ἡ τῆς ϰατὰ τὰ ἐϰϰλησιαστιϰὰ δόγματα ἀληϑείας ἀϰϱίβεια νόϑοις λογισμοῖς ϰιβδηλεύεται, ἃ χϱὴ παϱασημαίνεσϑαι. Τοῦτóν φασι γενέσϑαι Πολυϰάϱπου μὲν τοῦ ἱεϱομάϱτυϱος Σμύϱνης ἐπισϰόπου μαϑητήν, πϱεσβύτεϱον δὲ Ποϑεινοῦ, οὗ ϰαὶ τῆς ἐπισϰοπῆς τῶν Λουγδούνων διάδοχος ϰατέστη. Βίϰτωϱ δὲ ἄϱα ϰατ’ἐϰεῖνο ϰαιϱοῦ Ῥώμης ἐπεσϰόπει, πϱòς ὃν ϰαὶ πολλάϰις γϱάφει, παϱαινῶν μὴ ἕνεϰα τῆς πεϱὶ τοῦ Πάσχα διαφωνίας τινὰς τὴς ἐϰϰλησίας ἀποϰηϱύττειν. Sur l’épiscopat de Victor, voir infra, p. 292.

206 SOPHRONIOS, 35, p. 27, ll. 14-18 von Gebhardt.

207 Ibid., p. 28, ll. 8-1 : Φέϱονται αὐτοῦ ϰαὶ ἄλλαι πϱòς Βίϰτωϱα ἐπίσϰοπον Ῥώμης πεϱὶ ζητήσεως τοῦ Πάσχα ἐπιστολαί, ἐν αἷς παϱαινεῖ αὐτῷ μὴ ῥᾳδίως ὀφείλειν τὴν ἕνωσιν τῆς ἑταιϱότητος διασχίσαι. Καὶ γὰϱ Βίϰτωϱ πολλοὺς τῆς Ἀσίας ϰαὶ τῆς Ἀνατολῆς ἐπισϰόπους ϰαϑεῖλεν, οἵτινες τῇ τεσσαϱεσϰαιδεϰάτῃ τῆς σελήνης μετὰ τῶν Ἰουδαίων τò Πάσχα ἐπετέλουν. Ταύτῃ δὲ τῇ γνώμῃ τούς διαφωνήσαντας μὴ συναινέσαι Βίϰτωϱι.’Ήνϑησεν ἐπὶ Κομόδου βασιλέως, ὅστις εἰς τόπον Ἀντωνίνου Βήϱου ὑπεισῆλϑεν.

208 Ibid., ll. 14-15 : Εἰϱηναῖος, Ποϑεινοῦ τοῦ ἐπισϰόπου Λουγδούνων τῆς ἐν Γαλλίαις ἐϰϰλησίας πϱεσβύτεϱος (...).

209 Ibid, ϱ. 27, ll. 19-23 : Μετὰ δὲ ταῦτα Ποϑεινοῦ σχεδòν ἐνενηϰονταετοῦς μαϱτυϱήοαντος, εἰς τòν τούτου τόπον ὑπεισέϱχεται. Ὡμολόγηται δὲ Πολυϰάϱπου, οὗτινος πϱοεμνήσϑημεν, γεγενῆσϑαι μαϑητής. Ἒγϱαψε πέντε ϰατὰ τῶν αἱϱετιϰῶν βίβλους ϰαὶ ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν τεῦχος βϱαχύ (...). Suit une liste d’ouvrages perdus de s. Irénée.

210 Voir G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, II, p. 66, n. 1. L’allusion vise les Quartodécimans. Partisans de l’ancien comput pascal, Ils fixaient la fête de Pâques au quatorzième jour de la lune de printemps (R. HENRY, II, pp. 214-215, n. complémentaire à la p. 86), c’est-à-dire, d’après les Juifs, le 14 Nisan (Ad. LODS, Israël. Des origines au milieu du viiie siècle avant notre ère, 2e édition, Paris, 1969, p. 292). L’épineuse question de la fête pascale chrétienne a fait l’objet de deux brillants articles de M. RICHARD, La question pascale au iie siècle, dans L’Orient syrien, 6 (1961), pp. 179-212 (I) et La lettre de saint Irénée au pape Victor, dans Zeitschrift für die Neutestamentliche Wissenschaft und die Kunde der Älteren Kirche, 56 (1965), pp. 260-282 (II), repris tous deux sous les nos 8-9 dans les Opera Minora, I. Il écrit (I, p. 179) : « C’est un fait indiscutable qu’au second siècle certaines Eglises chrétiennes célébraient la fête pascale le jour même de la Pâque juive, le 14 Nisan, anniversaire de la Passion du Sauveur selon saint Jean, tandis que d’autres reportaient cette fête au dimanche qui suivait soit le 14 soit le 15 Nisan ». En traduisant (II, pp. 260-261) les textes d’EUSÈBE (V, 24, 12-13 ; 14-17), le savant français a montré que l’Église de Rome ne célébrait la fête pascale que depuis le temps de Sôter (167-174). Le problème n’a été soulevé qu’après la seconde destruction de Jérusalem par Hadrien en 135 et la disparition des évêques judéo-chrétiens de la ville : précédemment, la date était fixée selon l’usage quartodéciman. Ce fut seulement l’installation d’un clergé grec qui fit déplacer la date au dimanche suivant (rite dominical). Sous Sôter, Rome décida de ne plus célébrer la fête avant la seizième lune. La vive réaction de Victor fut motivée par l’hérésie du quartodéciman Blastus (M. RICHARD, II, pp. 275-276). Le but d’Irénée était évidemment de préserver la liberté des églises sur ce point (ibid., p. 281).

211 Ce sont les codd. 115 (II, p. 86, ll. 11-33) et 116 (p. 87, l. 35 - p. 88, l. 24).

212 Cod., 115, II, p. 86, ll. 25-27 : Ἐνεφέϱετο δὲ λόγος ἕτεϱος Μητϱοδώϱου τινός, ψῆφος ἐννεαϰαιδεϰαετηϱίδων ϰη'εἰς ἑαυτὴν ἀναϰυϰλουμένη πεϱὶ τῆς τοῦ ἁγίου Πάσχα ἑοϱτῆς.

213 Ven. GRUMEL, La chronologie I (Traité d’études byzantines), Paris, 1958, p. 127 n’en dit pas grand-chose de plus que Photios. Je ne vois pas où il trouve que Photios ferait reproche à Métrodore de fournir de fausses dates pascales.

214 Ven. GRUMEL, l.l. cite également Victorius d’Aquitaine pour l’emploi d’un cycle semblable.

215 II, p. 87, ll. 40-41 : Οὗτος ὁ συγγϱαφεὺς ἐν τῷ τετάϱτῳ τόμῳ ϰαὶ ϰατὰ Μητϱοδώϱου ποιεῖται ἐλέγχους (...).

216 II, p. 86, ll. 12-15 : Λόγος πϱòς Ἰουδαίους ϰαὶ τοὺς μετὰ τούτων αἱϱετιϰοὺς ϰαὶ τοὺς ϰαλουμένους τεσσαϱεσϰαιδεϰατίτας, μὴ τῷ πϱώτῳ ϰαϑ’Ἑβϱαίους μηνὶ ἐπιτελοῦντας τοῦ ἁγίου Πάσχα τὴν ἑοϱτήν.

217 II, ϱ. 86. ll. 16-24 : Λέγει μέντοι τῇ ἁγίᾳ πέμπτῃ μὴ τò νομιϰòν φαγεῖν Πάσχα τòν Κύϱιον ἡμῶν Ἰησοῦν Χϱιστόν∙μηδὲ γὰϱ εἶναι τότε τòν ϰαιϱόν, ἀλλὰ τῇ ἐπιούσῃ. Καὶ ὅτι οὐδὲ νομιϰῶς τελῶν ἔφαγεν ἅπεϱ ἔφαγεν εἰς τὴν ἐπιοῦσαν. οὔτε γὰϱ ἄϱνον οὔτε ἄζυμα οὔτε ἄλλο τι πϱάττων, ὅσα οἱ τò νομιϰòν τελοῦντες Πάσχα ἔϑος ἔχουσι παϱαφυλάττειν · ἀλλ’ἴδιον μυστιϰόν φησι δεῖπνον φαγεῖν, ἐξ οὗ ϰαὶ τοῖς μαϑηταῖς ἄϱτου ϰαὶ ποτηϱίου μεταδοῦναι.

218 Ven. GRUMEL, ο.l., p. 26.

219 LAMPE, PGL, s.v. τεσσαϱεσϰαιδεϰατῖται.

220 II, p. 88, ll. 19-24 : Φησὶ δὲ οὗτος ὅτι ϰατὰ μὲν τοὺς ἄλλους τῆς πεϱιουσίας αὐτοῦ ἐνιαυτοὺς Κύϱιος ϰαὶ Θεòς ἡμῶν Χϱιστòς τò νομιϰòν ἐτέλει Πάσχα, ϰαϑὃν δὲ παϱεδόϑη οὐϰέτι. Καὶ σϰοπεῖν χϱή γὰϱ Χϱυσόστομος ϰαὶ ἐϰϰλησία ϰαὶ τότε φησὶν αὐτòν ἐπιτελέσαι τò νομιϰòν πϱò τοῦ μυστιϰοῦ δείπνου.

221 R. HENRY, II, p. 95, n. 2 ; 189-198 environ écrit B. ALTANER (o.l., p. 207).

222 R. HENRY. II, p. 217 (n. complémentaire à la p. 95).

223 Pour les doctrines millénaristes d’Irénée, voir B. ALTANER, o.l., p. 211. On peut lire, par exemple, IRÉNÉE, Contre les hérésies, V, 28, 3 :
Si un jour du Seigneur est comme mille ans, si d’autre part, c’est en six jours que la création a été achevée, il est clair que la consommation des choses sera la six millième année.
Cette partie du texte est conservée dans l’original grec :
Eἰ γὰϱ « ἡμέϱα Κυϱίου ὡς χίλια ἔτη », ἐν δὲ ἓξ ἡμέϱαις συνετελέσϑη τὰ γεγονότα, φανεϱòν ὅτι ἡ συντέλεια αὐτῶν τò ἑξαϰισχιλιοστòν ἔτος ἐστίν.
La référence scripturaire est à II Pierre, 3, 8. Dans le cod. 120, l’analyse du livre cinquième, pas plus que des précédents, ne laisse pas transparaître le moindre reproche (II, p. 95, ll. 6-10).

224 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 53.

225 Le personnage est relativement bien connu. Il vint à Rome sous le règne d’Antonin le Pieux (138-161) et il fut décapité l’année où le préfet Junius Rusticus était en charge, probablement en 165. Voir, pour les dates, J. QUASTEN, o.l., I, p. 224. Les parties distinguées par W.T. Treadgold sont au cod. 125, II, p. 97 respectivement II. 21-29 et 29-38.

226 II, p. 97, n. 2.

227 O.l., p. 55 ainsi que p. 180 (table V).

228 II, p. 97, ll. 21-29 : Ἀνεγνώσϑη Ἰουστίνου τοῦ μάϱτυϱος ἀπολογία ὑπὲϱ Χϱιστιανῶν ϰαὶ ϰατὰ Ἑλλήνων ϰαὶ ϰατὰ Ἰουδαίων, ϰαὶ ἔτι ἑτέϱα αὐτοῦ πϱαγματεία ϰατὰ τοῦ πϱώτου ϰαὶ δευτέϱου τῆς φυσιϰῆς ἀϰϱοάσεως, ἤτοι ϰατὰ εἴδους ϰαὶ ὕλης ϰαὶ στεϱήσεως, ἐπιχειϱηματιϰοὶ ϰαὶ βίαιοι ϰαὶ χϱειώδεις λόγοι, ϰαὶ ϰατὰ τοῦ πέμπτου σώματος ὁμοίως ϰαὶ ϰατὰ τῆς ἀϊδίου ϰινήσεως, ἣν Ἀϱιστοτέλης δεινότητι λογισμῶν ἐναπέτεϰεν, ἔτι τε ἀποϱιῶν ϰατὰ τῆς εὐσεβείας ϰεφαλαιώδεις ἐπιλύσεις.

229 J. QUASTEN, o.l., I, p. 224.

230 A. PUECH, ο.l., II, p. 131 ; B. ALTANER, o.l., ϱ. 168.

231 A. PUECH, o.l., II, p. 134, B. ALTANER, o.l., pp. 168-169 ; J. QUASTEN, o.l., I, pp. 225-226. D’après G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée, I, p. 170, n. 6 : « Eusèbe cite souvent, sinon toujours, la seconde Apologie comme un appendice ou un complément de la première ». On peut en lire le texte dans OTTO (Justini philosophi et martyris opera quae feruntur omnia. I, Iéna, 1876).

232 Il est mentionné plus loin dans le codex, II, p. 98, ll. 42-43.

233 EUSÈBE, o.l., III, 18, 3 : ὁ πϱòς Ἒλληνας. Voir R. HENRY, II, p. 97, n. 3. Nous possédons aujourd’hui une brève Oratio ad Graecos de la première moitié du iiie siècle probablement, où tout exclut une attribution à Justin, ainsi qu’une longue Cohortatio ad Graecos (J. QUASTEN, o.l., I, pp. 232-233). On peut les lire toutes deux dans OTTO (o.l., II, Iéna, 1879). L’écrit dont Photios eut connaissance traitait, semble-t-il, des démons en ordre principal. Dans le développement de la dogmatique chrétienne, ce sont là des questions qui ne tarderont pas à être dépassées. Aussi n’y a-t-il pas de raison de supposer qu’une apologie apocryphe se serait glissée au milieu des textes authentiques de la première partie du recueil.

234 Voir J. QUASTEN, o.l., I, pp. 229-230. EUSÈBE (o.l., IV, 18, 6) le nomme Dialogue avec les Juifs. On peut lire ce document dans OTTO, o.l., I, 2, Iéna, 1877.

235 C’était l’avis de R. HENRY, II, p. 97, n. 5 (continuée p. 98).

236 A. PUECH, o.l., II, p. 138. Elle porte le titre de : τοῦ ἁγίου Ἰουστίνου φιλοσόφου ϰαὶ μάϱτυϱος ἀνατϱοπὴ δογμάτων τινῶν ἀϱιστοτελιϰῶν. Voir OTTO, o.l., III, 1, Iéna, 1880 où on pourra la lire.

237 J. QUASTEN, o.l., II, p. 234 pour les titres. Elles sont éditées dans OTTO, o.l., III, 2, Iéna, 1881.

238 II, p. 97, ll. 29-38.

239 II, p. 97,1. 38 - p. 98, 1. 5 : Τέσσαϱας δὲ πϱαγματείας ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν συνέταξεν, ὧν τὴν μὲν πϱώτην Ἀντωνίνῳ τῷ ἐπίϰλην Πίῳ ϰαὶ τοῖς υἱέσι τῇ τε συγϰλήτῳ ἐπέδωϰε, τὴν δὲ δευτέϱαν ὁμοίως τοῖς ἐϰείνου διαδόχοις. Ἐν δὲ τῇ τϱίτῳ πεϱὶ φύσεως δαιμόνων διείλεϰται. Ὁ δὲ τέταϱτος αὐτῷ λόγος, ὁμοίως ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν συγϰείμενος, ἔλεγχος ἐπιγϱαφὴν ἔχει.’Έστι δὲ αὐτῷ ϰαὶ ὁ πεϱὶ Θεοῦ μοναϱχίας, ϰαὶ ὁ ἐπιγϱαφόμενος Ψάλτης, ϰαὶ μὴν ϰατὰ Μαϱϰίωνος, ἀναγϰαῖοι λόγοι, ϰαί ἡ ϰατὰ πασῶν αἱϱέσεων χϱήσιμος πϱαγματεία.

240 23, pp. 22-23 von Gebhardt : (...) ὑπὲϱ τῆς ϑϱησϰείας τῶν Χϱιστιανῶν πάνυ ἐϰοπίασεν, ὥστε ϰαὶ Ἀντωνίνῳ τῷ ἐπίϰλην Πίῳ ϰαὶ τοῖς τούτου υἱέσι ϰαὶ τῇ συγϰλήτῳ βίβλον ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν συνταγεῖσαν ἐπιδοῦναι, τòν ὀνειδισμòν τοῦ σταυϱοῦ μὴ αἰσχυνόμενος, ϰαὶ ἄλλην βίβλον τοῖς τοῦ αὐτοῦ Ἀντωνίνου διαδόχοις, τουτέστι Μάϱϰῳ Ἀντωνίνῳ Βήϱῳ ϰαὶ Λουϰίῳ Αὐϱηλίῳ Κομόδῳ. Ἔστι ϰαὶ ἄλλη αὐτοῦ βίβλος ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν, ἐν ᾗ πεϱὶ τῆς φύσεως τῶν δαιμόνων διαλέγεται · ϰαὶ τέταϱτον λόγον ὁμοίως ϰατὰ τῶν ἐϑνῶν, ὃν ἐπέγϱαψεν Ἔλεγχος, ϰαὶ ἄλλον πεϱὶ τῆς τοῦ Θεοῦ μοναϱχίας, ϰαὶ ἄλλον <ὃν> ὠνόμασε Ψάλτην, ϰαὶ ἕτεϱον πεϱὶ τῆς ψυχῆς∙διάλογον ϰατὰ τῶν Ἰουδαίων, ὃν ἔσχε ϰατὰ Τϱύφωνος ἀϱχηγοῦ τῶν Ἰουδαίων · οὐ μὴν ἀλλὰ ϰαὶ ϰατὰ Μαϱϰίωνος ἐπίσημα τεύχη, ὧντινων ϰαὶ Εἰϱηναῖος ἐν τῷ πέμπτῳ λόγῳ τῷ ϰατὰ τῶν αἱϱετιϰῶν μέμνηται∙ϰαὶ ἄλλη βίβλος ϰατὰ πασῶν τῶν αἱϱέσεων, ἧς μέμνηται ἐν τῷ ἀπολογητιϰῷ ὃν ἔδωϰεν Ἀντωνίνῳ τῷ Πίῳ. L’article a été repris dans la Souda, I 448 s.v. Ἰουστῖνος. Les deux textes sont identiques à quelques menues variantes près, qui n’affectent ni l’ordre du catalogue ni le nombre ou l’intitulé des livres.

241 O.l., p. 54.

242 II, p. 98, ll. 6-16 : Οὗτος υἱòς μὲν ἔφυ Πϱίσϰου Βαϰχείου, πατϱίδα δὲ εἶχε Νεάπολιν τὴν ὑπò τὴν ἐπαϱχίαν τελοῦσαν Παλαιστίνης, ἐν Ῥώμῃ δὲ τὰς διατϱιβὰς ἔσχε, φιλοσoφῶν ϰαὶ τοῖς λόγοις ϰαὶ τῷ βίῳ ϰαὶ τῷ σχήματι. Διάπυϱος δὲ τῆς εὐσεβείας ὢν ἐϱαστής, ἔσχε Κϱίσϰην ἕνα τινὰ τῶν ϰαλουμένων ϰυνιϰῶν ἀντιπολιτευόμενον αὐτῷ ϰαὶ τῷ βίῳ ϰαὶ τῇ ϑϱησϰείᾳ.‘Yφ’οὗ ϰαὶ συσϰευασϑείς, ἀξίως τῆς ὅλης τοῦ βίου πϱοαιϱέσεως ϰαὶ τὴν ἐπιβουλὴν συνδιέϑηϰε · μαϱτυϱίου γὰϱ ταύτην ὑπόϑεσιν ἐνστησάμενος, λαμπϱῶς ϰαὶ χαίϱων τòν ὑπὲϱ Χϱιστοῦ ϑάνατον ἀνεδέξατο.

243 O.l., p. 53.

244 23, ϱϱ. 22-23 : Ἰουστῖνος φιλόσοφος ϰαὶ τῷ σχήματι τῶν φιλοσόφων χϱώμενος, ἀπò τῆς Νεαπολιτῶν ἐπαϱχίας Παλαιστίνης, ἐϰ πατϱòς Πϱίσϰου Βαϰχείου (...) Οὗτος ἐν τῇ Ῥώμῃ ἔχων τὰς διατϱιβάς, εὐϑύνων Κϱίσϰην τòν Κυνιϰόν, τòν ϰατὰ τῶν χϱιστιανῶν βλασφημοῦντα, ϰαὶ ϰαλῶν αὐτòν λαίμαϱγον, ϰαὶ τòν ϑάνατον φοβούμενον, ἀσώματόν τε ϰαὶ αϰόλαστον, τέλος τῇ τούτου ἐνεϱγείᾳ ϰαὶ ἐπιβουλῇ ὡς χϱιστιανòς ὑπὲϱ τοῦ Χϱιστοῦ ἔπαϑεν. Le passage non repris ici n’est autre que le catalogue bibliographique analysé et traduit plus haut.

245 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 63.

246 Le trait est rappelé par TATIEN (Discours aux Grecs, 19), cité par EUSÈBE (o.l., IV, 16, 9), où le mot employé est λίχνος.

247 EUSÈBE, o.l., IV, 16, 1 : (...) Ἰουστῖνος (...) ϑείῳ ϰαταϰοσμεῖται μαϱτυϱίῳ, φιλοσόφου Κϱήσϰεντος (τòν φεϱώνυμον δ’οὗτος τῇ Κυνιϰῇ πϱοσηγοϱίᾳ βίον τε ϰαὶ τϱόπον ἐζήλου) τὴν ἐπιβουλὴν αὐτῷ ϰαττύσαντος, ἐπειδὴ πλεονάϰις ἐν διαλόγοις ἀϰϱοατῶν παϱόντων εὐϑύνας αὐτόν, τὰ νιϰητήϱια τελευτῶν ἧς ἐπϱέσβευεν ἀληϑείας διὰ τοῦ μαϱτυϱίου τοῦ ϰατ’ αὐτòν ἀνεδήσατο.

248 Cod. 34, I, p. 19, 1. 7 - p. 20, l. 15 : Ἀνεγνώσϑη Ἀφϱιϰανοῦ ἱστοϱιϰόν. Οὗτός ἐστιν ό ϰαὶ τούς λεγομένους Κεστοὺς ἐν λόγοις συντάξας ιδ'. ’Έστι δὲ σύντομος μέν, άλλα μηδέν τῶν αναγϰαίων ἱστοϱηϑῆναι παϱαλιμπάνων.’'Αϱχεται δέ ἀπὸ τῆς Μωυσαϊϰής ϰοσμογενείας, ϰαὶ ϰάτεισιν ἕως τῆς Χϱιστού παϱουσίας.’Eπιτϱοχάδην δέ διαλαμβάνει ϰαὶ τὰ άπό Χϱιστού μέχϱι τής Μαϰϱίνου τού'Ρωμαίων βασιλέως βασιλείας, ὅτε αὐτῷ, ὥς φησι, ϰαὶ ήδε ή συγγϱαφή συνετελεϊτο, ἐτῶν οὖσα εψϰγ'. Τεύχη δέ τὸ βιβλίον πέντε. J’hésite à traduire « l’Africain », comme R. HENRY (ad l.), non sans disparate (« Africanus » p. 19 ; « l’Africain » p. 20), car Africanus était un cognomen. Les Africani constituaient une des branches de la gens Julia, celle des impératrices de la dynastie sévérienne. L’écrivain avait, semble-t-il, Sextus comme praenomen. Voir J.-R. VIEILLEFOND, Les « Cestes » de Julius Africanus. Étude sur l’ensemble des fragments avec édition, traduction et commentaires, Florence-Paris, 1970, p. 15. Né à Aelia Capitolina en Palestine, sans doute dans le dernier tiers du IIe siècle, il avait vécu au moins jusqu’en 240. Voir A. PUECH, Histoire de la littérature grecque chrétienne, 11, Paris, 1928, pp. 466-467, avec la n. 2 de la p. 466 ; J. QUASTEN, o.l., II, p. 164 ; B. ALTANER, o.l., p. 308 ; P. NAUTIN, Origène I Sa vie et son œuvre, Paris, 1977, p. 176 ; J.-R. VIEILLEFOND, o.l., p. 14. Macrin régna d’avril 217 au 16 mai 218 (A. PIGANIOL, Histoire de Rome, Paris, 1939, p. 404). C’est ce qui fait hésiter B. ALTANER (o.l.. p. 308) sur la date exacte où l’œuvre fut menée à son terme. J. QUASTEN (o.l., II, p. 308) ne pose pas le problème, pas plus qu’A. PUECH (o.l., II, p. 468). D’après J.-R. VIEILLEFOND (o.l., p. 27), qui ne tient aucun compte de la notice de Photios, la Chronographie se serait arrêtée en 221, troisième et dernière année du règne d’Élagabal. Autant que je sache, la question n’a pas encore été tranchée formellement par les spécialistes. On pourra encore lire G. BARDY (dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, II, Paris, 1955, p. 133, n. 5 et p. 134, n. 6), ainsi que les calculs de P. NAUTIN (o.l., pp. 65-66). Les fragments attestés sont publiés dans PG 10, coll. 64-93 A ; on consultera de préférence M.J. ROUTH, Reliquiaesacrae, II, 2e édition. Oxford, 1846, pp. 238-309, où le texte est richement annoté et doublé d’un long commentaire (pp. 357-506), sans compter un tableau de la chronologie de Julius (pp. 507-509). Tenant compte des options millénaristes d’Africanus, le savant britannique situe en 223 le terme de l’ouvrage, probablement sur la foi du témoignage de Photios, qu’il ne cite pas cependant parmi les fragments qu’il retient.

249 G. WENTZEL, o. l., p. 45.

250 Ibid., pp. 45-46. Souda, A 4647 s.v. :Ἀφϱιϰανός Σέξχος χϱημαχίσας, φιλόσοφος Λίβυς, τούς Κεστοὺς γεγϱαφὼς έν βιβλίοις ϰδ'. Εἰσὶ δε οἱονεὶ φυσιϰά, έχονχα έϰ λόγων χε ϰαί ἐπαοιδῶν ϰαί γϱαπχών τινων χαϱαϰχήϱων ἰάσεις τε ϰαὶ ἀλλοίων ενεϱγειών. Κατὰ τούτου ἔγϱαψεν Ὠϱιγένης, ἔνστασιν ποιησάμενος πεϱὶ τοῦ τῆς Σωσάννης βιβλίου τοῦ εἰς τὸν Δανιήλ.

251 C’est le P. Lit. Lond. 174. On en trouvera une édition assortie d’une description, d’une traduction et d’un commentaire dans J.-R. VIEILLEFOND (o.l., pp. 277-291).

252 G. WENTZEL, o. l., p. 46. Il suffira de faire observer que, peu avant Photios, GEORGES LE SYNCELLE (Chronographie, I, 678) n'attribue que neuf livres au recueil. Un document de l’espèce était particulièrement sujet à réduction et dépècement de toute sorte. On ne saurait en effet expliquer le passage de 24 à 9 par une erreur de graphie. Voir A. PUECH, o.l., Il, p. 475. Le Syncelle ou, plus vraisemblablement, sa source faisait état d’une édition des Cestes sensiblement raccourcie. On peut soupçonner l’intervention d’un épitomateur. Il n’y a pas lieu de recourir au même principe d’explication pour le présent passage de Photios.

253 G. WENTZEL, l. l..

254 I, p. 20, ll. 15-24 : Οὖτος ϰαὶ πϱὸςϱιγένην γϱάφει πεϱὶ τοῦ ϰατά Σωσάνναν διηγήματος ὡς οὐϰ εἴη αὐτῷ ἐν τοῖςβϱαϊϰοῖς ἀνεγνωσμένον, ϰαὶ ὡς οὐδἀϰόλουθον τῇ ἐβϱαιϰῇ ἐτυμολογίᾳ οὔτε τò ἀπò τοῦ πϱίνου πϱῖσαι οὔτε τò ἀπò σχίνου σχίσαι ϰαὶ̣ ἐπιλαβόμενοςϱιγένης ἀντέγϱαψε. Γϱάφει δὲφϱιϰανòς ϰαὶ̣ πϱòςϱιστείδην, ἐν οἷς ἱϰανῶς τὴν νομιζομένην διαφωνίαν παϱὰ Ματϑαίῳ ϰαί Λουϰᾷ πεϱί τῆς τοῦ σωτῆϱος ἡμῶν γενεαλογίας σύμφωνον ἔδειξεν.

255 G. WENTZEL, ο. l., p. 45.

256 EUSÈBE, Histoire ecclésiastique, VI, 31, 1-3.

257 SOPHRONIOS, 63, ϱ. 41 von Gebhardt : ’Έστι δὲ ἐπιστολή πϱòς Ὠϱιγένην ἕνεϰεν τῆς ϰατά Σωσάνναν ζητήσεως. Λέγει γὰϱ ἐν τῇ ἑβϱαϊϰῷ τοῦτον μὴ εἶναι τòν μῦϑον μηδὲ συνᾴδειν τῇ ἑβϱαϊϰῇ ἐτυμολογίᾳ ἀπò τοῦ πϱίνου πϱῖσαι ϰαὶ̣ ἀπò τοῦ σχίνου σχίσαι. Πϱòς ὃν δεδοϰιμασμένην ἐπιστολὴν γϱάφει Ὠϱιγένης.’Έστιν αυτού ϰαί πϱòςϱιστείδην άλλη έπιστολή, έν πεϱί διαφωνίας τῆς δοϰούσης εἶναι ἐν τῇ γενεαλογίᾳ τοῦ Σωτῆϱος παϱὰ Ματϑαίου ϰαὶ̣ Λουϰᾶ ἀϱϰούντως διαλέγεται. On le sait, les lettres d’Africanus sont conservées, au moins en partie. Voir PG 11, coll. 41-48 ; ROUTH, ο. l., II, pp. 225-228 (à Origène) et pp. 228-237 (à Aristide) ; W. REICHARDT, Die Briefe des Sextus Julius Africanus an Aristides und Orígenes, dans Texte und Untersuchungen, 34, 3 (1909), pp. 78-80. Nous avons la lettre à Origène dans son intégralité, ainsi que la réponse du docteur alexandrin (PG 11, coll. 48 B-92 B ; voir J. QUASTEN, o.l., II, p. 165 et P. NAUTIN, o.l., pp. 176-182, où on lira une pénétrante analyse ; M. Harl et N. de Lange en préparent une édition nouvelle pour la collection des Sources chrétiennes). De l’autre ne subsistent que des fragments (J. QUASTEN, o.l., II, p. 165). Le passage incriminé est dans la Septante, Susanne, 54-55 (σχῖνος/σχίσαι) et 58-59 (πϱῖνος/ϰαταπϱίσῃ). La critique moderne a entériné les vues d’Africanus, voir la note de la Bible de Jérusalem, II, p. 2845 à Daniel, 13, 1 et pp. CXLIX-CL. On ne connaît l’étymologie ni de πϱῖνος ni de σχῖνος, voir P. CHANTRAINE, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, s.v., respectivement III, Paris, 1974 p 938 et IV 1. 1977, p. 1082.

258 H.E., VI, 31, 1 et la n. 2 de G. BARDY : « La mention des Cestes, ouvrage exclusivement profane, est supprimée par les traductions syriaque et latine (sc. d’Eusèbe). Elle ne figure pas davantage dans la notice consacrée à Africain par s. Jérôme, De vir. illustr., 63. Le motif de cette omission apparaît clairement dans la version de Rufin : ‘Africanus, vir inter scriptores ecclesiasticos nobilis.’. Les Cestes n’ont rien d’ecclésiastique, ni même d’orthodoxe. »

259 Bien que la tradition ecclésiastique lui eût accordé l’aurèole de la sainteté, Hippolyte, qu’Origène rencontra en 212 à l’occasion d’un voyage à Rome, fut élevé au siège de Rome par une minorité et devint de la sorte un des premiers antipapes. En 235, il dut renoncer à sa charge et rentrer dans le giron de l'orthodoxie. Peu après 235, il mourut dans l’« Ile de la mort », en Sardaigne. Le martyre lui valut le titre de « saint ». Je résume ici J. QUASTEN, o.l., II, pp. 193-194. L’article de M. RICHARD, Hippolyte de Rome (saint), dans Dictionnaire de Spiritualité, VII (1968), coll. 531-571, repris dans Opera Minora I, no 10 donne l’essentiel de ce que l’on peut savoir aujourd’hui sur ce Père.

260 Perdu de nos jours. On peut lire ce qui nous en reste dans P. NAUTIN (Hippolyte Contre les hérésies, fragment, étude et édition critique, Paris, 1949). Maintes thèses du savant français n’ont cependant pas emporté la conviction des spécialistes. Voir M. RICHARD, od., col. 541.

261 Cod. 121, II, p. 96, ll. 34-43 : Λέγεται δὲ οὗτος ϰαὶ̣ πϱοσομιλεῖν τῷ λαῷ ϰατὰ μίμησιν Ὠϱιγένους, οὗ ϰαὶ̣ συνήϑης μάλιοτα ϰαὶ̣ ἐϱαστὴς τῶν λόγων ὑπῆϱχε, ὡς ϰαὶ̣ πϱοτϱέψασϑαι αὐτòν τὴν ϑείαν ὑπομνηματίσαι γϱαφήν, ἐγϰαταατήσας αὐτῷ ϰαὶ̣ ὑπαγϱαφέας ἑπτά ταχυγϱάφους ϰαὶ̣ ἑτέϱους τοσούτους γϱάφοντας εἰς ϰάλλος, ὧν ἦν ϰαὶ̣ τῆς δαπάνης αὐτòς χοϱηγòς. Καὶ̣ ταῦτα ὑπηϱετούμενος αὐτῷ ἀπαιτεῖν αὐτòν ἀπαϱαιτήτως τό ἔϱγαν, ἐξ οὗ ϰαὶ̣ ἐϱγοδιώϰτην ἐν μιᾷ τῶν ἐπιστολῶν παϱά Ὠϱιγένους ϰληϑῆναι. Πλεῖστα δὲ ϰαὶ̣ οὗτος λέγεται συγγεγϱαφέναι.

262 60, p. 39 von Gebhardt : ἔγϱαψεν (...) πϱοσομιλίσν πεϱὶ̣ τῶν ἐπαίνων τοῦ Κυϱίου ἡμῶν Ἰησοῦ Χϱιστοῦ, ἐν οἷς παϱόντος Ὠϱιγένους ἐαυτòν ὡμιληϰέναι ϰατά μίμησιν αὐτοῦ ἐν τῇ ἐϰϰλησίᾳ δηλοῖ.

263 61, pp. 39-40 v.G. : Ἀμβϱόσιος, ὅντινα ἀπò τῆς πλάνης Μαϱϰίωνος εἰς τὴν ἀληϑινὴν πὶστιν ἐπιστϱέψας πϱοείϱηται, πϱοετϱέψατο’Ωϱιγένη τὰς ϑείας ὑπομνηματίσαι Γϱαφάς, παϱεσχηϰώς αύτῷ έπτά ϰαì πλείους νοταϱίους, ϰαì τὰς τούτων δαπάνας, ϰαί ϰαλλιγϱάφους τòν’ίσον ὰϱιϑμόν, ϰαì ὅπεϱ ἐστì μεῖζον, ἀνυποίστῳ σπουδῇ έϰάστοτε ἔϱγον παϱ’ αὐτοῦ ἀπαιτεῖν, διό έν μια επιστολή ἐϱγοδιώϰτην αὐτòν Ὠϱιγένης ϰαλεῖ.

264 A. PUECH (Histoire de la littérature grecque chrétienne, II, Paris, 1928, p. 553, n. 3) écrit prudemment : « c’est par suite d'une confusion que Photius (...) semble faire d’Hippolyte un disciple d’Origène. L’activité littéraire du premier doit avoir commencé avant celle du second ». D'après EUSÈBE (H.E., VI, 18, 1), Ambroise avait été plutôt Valentinien ; Marcionite ou Sabellien, d’après ÉPIPHANE, Hérésies, 64, 3, 1 in II, p. 405 Holl ; sur le problème des convictions d'Ambroise, voir R. CADIOU, La jeunesse d'Origène. Histoire de l'école d'Alexandrie au début du tu siècle, Paris, 1936, p. 81, n. 1. Le savant français inclinait à le croire Valentinien.

265 O.l., VI. 23, 1-2.

266 L'Histoire ecclésiastique a fait l'objet du cod. 27.

267 G. WENTZEL, o.l., p. 52. Photios aurait lu dans Sophronios, à moins que ce ne soit dans l’« Épitomé » d'Hésychios,’Ωϱιγένει au lieu de’Ωϱιγένη. Confusion plausible certes. Pourtant, si la page du philologue allemand a été imprimée correctement, on voit mal en quoi l’erreur, qui résulte d’une prononciation évoluée, a pu faciliter dans le morceau la disparition d'Ambroise. À mon sens (voir supra le texte aux nn. 4 et 5), il y a eu plutôt au fil de la lecture un saut du même au même : Ὠϱιγένους à Ὠϱιγένη. Du coup, Ambroise basculait dans l'intervalle.

268 II, p. 95, ll. 24-30 et p. 96, ll. 32-34 : Ἀνεγνώσϑη βιβλιδάϑιον Ἱππολύτου∙μαθητὴς δὲ Εἰϱηναίου ὁ Ἱππόλυτος. Ἦν δὲ τò σύνταγμα ϰατὰ αἱϱέσεων λβ', ἀϱχὴν ποιούμενον Δοσιϑεανούς, ϰαì μέχϱι Νοητοῦ ϰαì Νοητιανῶν διαλαμβάνον. Ταύτας δέ φησιν ἐλέγχοις ὑποβληῆναι ὁμιλοῦντος Εἰϱηναίου, ὦν ϰαì σύνοψιν ὀ Ἱππόλυτος ποιούμενος τόδε τò βιβλίον φησì συντεταχέναι. (...) Λέγει δὲ ἂλλα τέ τινα τῆς ἀϰϱιβεíας λειπόμενα, ϰαì ὅτι πϱòς Ἑβϱαίους ἐπιστολή οὐϰ ἔστι τοῦ ἀποστόλου Παύλου.

269 0.l.. p. 51.

270 Cod. 232, V, ϱ. 79, ll. 12-14.

271 R. HENRY, II, ϱ. 217 (n. complémentaire à la ϱ. 96).

272 Voir, par exemple, IRÉNÉE, Contre les hérésies. IV Pr 1 De detectione et eversione falsae cognitionis dont les éditeurs des SC 100, p. 383 donnent la rétroversion grecque suivante : ἐλέγχου ϰαì ἀνατϱοπῆς τῆς ψευδωνύμου γνώσεως. Voir encore, Β. HEMMERDINGER, ibid., I, Paris, 1965, p. 15.

273 G. WENTZEL, o.l., p. 52.

274 J. QUASTEN, o.l., II, p. 193.

275 Sur Ambroise, voir R. CADIOU, o.l., pp. 80-82.

276 D’une analyse approfondie à laquelle je me suis livré mais dont je ne puis faire état ici, il ressort que le compte rendu du De principiis d’Origène (cod. 8, I. p. 9, ll. 35-5) repose sur un texte probablement déformé. Sur le cinquième synode, voir cod. 18, I, p. 12, 1. 2 - p. 13, 1. 11, plus particulièrement les trois premières lignes. Pour Hippolyte, la critique du style, donné pour clair, grave et sobre (II, p. 95, 1. 30 - p. 96, I. 32), respire l'irénisme. C'est sans insister que Photios indique une divergence de vue sur la question de l’authenticité paulinienne de l'Epître aux Hébreux (p. 96, ll. 32-34).

277 PL 23, 61, col. 708 A-B.

278 On lira le procès des éditions précédentes dans O. von GEBHARDT, o.l.. pp. xvii-xix que je résume. Le savant allemand n’indique pas le manuscrit qu’utilisa Erasme.

279 Souda, I 562 s.v. Ἱππόλυτος.

280 Photios donne (cod. 118, II, p. 92, ll. 22-26) des informations sur le personnage, qui ne font guère que corroborer celles qu’il offre ici (voir infra) :
Le maître de Pamphile était Piérios, chef lui aussi du didascalée d’Alexandrie. Piérios fut aussi martyr, en même temps que son frère Isidore ; tous deux, ils reçurent la couronne des lutteurs du Christ : en leur honneur, comme ils le disent (sc. Pamphile et Eusèbe, auteurs d’une Apologie d’Origène), les fidèles édifièrent temples et églises.
Ἦν δὲ Παμφίλου διδάσϰαλος ὁ Πιέϱιος, τοῦ ἐν Ἀλεξανδϱεíα ϰαì αὐτòς πϱοεστηϰὼς διδασϰαλείου. Μάϱτυς δὲ ϰαì ὁ Πιέϱιος ἅμα τῷ ἀδελφῷ Ἰσιδώϱω τῶν ἀϑλητιϰῶν ἀξιωϑέντες στεφάνων, οἷς (ὥς φασι) ϰαì νεὼς ϰαì οἶϰοι ὑπò τῶν εὐσεβούντων ἱδϱύϱησαν.

281 Cod. 119, II, p. 93, ll. 35-36 : Λόγους δὲ τò βιβλίον πεϱιεῖχε ιβ'.

282 II, p. 92, l. 31 - ϱ. 93, l. 45: Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Πιεϱίου πϱεσβυτέϱου, ὅν ϰαì σὺν τῷ ἀδελφῷ Ἰσιδώϱῳ τòν ὑπέϱ Χϱιστοῦ ἀγωνίσασϑαί φασιν ἀγῶνα, Παμφίλου τε τοῦ μάϱτυϱος ῦφηγητήν τῶν εϰϰλησιαστιϰῶν γενέσϑαι μαϑημάτων, ϰαì τοῦ ϰατὰ Ἀλεξάνδϱειαν ἡγήσασϑαι παιδευτηϱίου. La présence de cette double indication a échappé à G. Wentzel, o.l., p. 56.

283 II, p. 94, ll. 19-25 : Οὗτος ὁ Πιέϱιος πϱεσβύτεϱος ἦν τῆς ϰατὰ Ἀλεξάνδϱειαν ἐϰϰλησίας Θεωνᾶ τηνιϰαῦτα ταύτης ἀϱχιεϱατεύοντος, ἡνίϰα Κᾶϱος ϰαì Διοϰλητιανòς τὰ Ῥωμαίων σϰῆπτϱα ἔφεϱον. Καì ἐπì τοσοῦτον δ’ αὐτόν ἐλάσαι λέγουσι φιλοπονίας ϰαì εὐφυἷας ϰαì τῆς ἐν πλήϑεσιν ὁμιλίας τέϱψιν παϱέχειν σὺν ὠφελείᾳ, ὥστε ϰαì νέον ἐπονομασϑῆναι Ὠϱιγένην∙ἦν γὰϱ τότε έν τοίς ἀξιολογωτάτοις Ὠϱιγένης. Διαλεϰτιϰὴν δὲ ϰαì ϱητοϱιϰὴν αὐτόν φασιν ἀσϰηϑῆναι, ϰαì ἐγϰϱατείας δὲ ϰαì ἑϰουσίου πτωχείας ἐϱαστὴν γενέσϑαι. Καì οἱ μὲν αὐτòν ϰαì μαϱτυϱίῳ τòν βίον τελειῶσαι, οἱ δὲ μετὰ τòν διωγμòν τòν ὑπόλοιπον τοῦ ζῆν χϱόνον ἐν Ῥώμη διαγεγονέναι.

284 76, p. 46 von Gebhardt : Πιέϱιος, τῆς ϰατὰ Ἀλεξάνδϱειαν εϰϰλησίας πϰεσβύτεϱος, ἐπì Κάϱου ϰαì Διοϰλητιανοῦ βασιλέων, ἐν ἐϰείνῳ τῷ ϰαιϱῷ ἐν ᾧ τὴν αυτήν εϰϰλησίαν Θεωνᾶς ἐπίσϰοπος ἐϰυβέϱνα ἀνϑηϱῶς τòν λαòν ἐδίδαξε, ϰαì εἰς τοσαύτην τῶν τε λόγων ϰαì διαφόϱων ὁμιλιῶν, τῶν ἂχϱι τήμεϱον τυγχανουσῶν, ἦλϑεν εὐφυἴαν, ὥστε αὐτòν νέον ϰληϑῆϑαι ᾨϱιγένην. Ὡμολόγηται δὲ τοῦτον τῆς τε ἀσϰήσεως ϰαì ἑϰουσίου πτωχείας γεγενῆσϑαι ἐϱαστήν, ἔμπειϱον ὄντα διαλεϰτιϰῆς ϰαì ϱητοϱιϰῆς ἐπιστήμης, ϰαì μετὰ τòν διωγμòν πάντα τòν βίον ἐν τῇ Ῥώμῃ διατετελεϰέναι. Ἔστι τούτου μαϰϱοτάτη ομιλία πεϱί’Ωσηέ πϱοφήτου, ήντινα τώ παννυχίδι τού Πάσχα άϱμόττειν πϱòς τὴν ἀνάγνωσιν αὐτòς ὁ λόγος δηλοῖ.

285 J. QUASTEN, (o.l., II, p. 136) qui cite Philippe de Sidé. Sur la date de l’exécution de Pamphile, voir G. BARDY, o.l., IV, 30-32.

286 O.l. II, p. 135.

287 Sur ce point, voir cod. 118, II, p. 90, ll. 7-10.

288 II, p. 94, ll. 28-29 μαϱτυϱίῳ τòν βίον τελειῶσαι et cod. 118, II, p. 91, l. 17 μαϱτυϱíῳ τοῦ βίου ἐξεληλυϑέναι.

289 Ibid., ll. 12-13 : Ἔχει δὲ ϰαì ἐν τῷ εἰς τò Πάσχα ϰαì εἰς τòν Ὠσηέ λόγῳ πεϱί τε τῶν ποιηϑέντων χεϱουβίμ τῷ Μωϋσεί (...). Même s’il la critique sévèrement, Photios semble bien avoir porté un vif intérêt à cette homélie perdue Voir II p 93 1 13 - p. 94, 1. 18.

290 On imagine sans peine que le rédacteur des notes qui ont fourni la matière de P 1 et de P 2 soit impossible à situer dans le temps avec précision. Dans P 2, la justification du surnom de Piérios fait état du prestige incontesté dont jouissait alors Origène. On peut voir là l’expression d’un regret. Le fait donnerait à penser que l’éditeur avait connu au moins les premières attaques dont la mémoire du maître alexandrin avait fait l’objet.

291 Cod. 13 (Réfutation et Apologie), I, p. 11, ll. 8-12 ; Δῆλον ὡς ἐπì Κωνσταντίνου τοῦ μεγάλου ἢνϑησε. Γέγονε δὲ ϰαì τής Παμφίλου τοῦ ἱεϱομάϱτυϱος ἀϱετῆς διάπυϱος ἐϱαστής, δι’ ἣν αἰτίαν φασί τινες αὐτòν ϰαì τῆς τοῦ Παμφίλου ἐπωνυμίας μετεσχηϰέναι.

292 G. WENTZEL, ο.l., p. 44 ; W.T. TREADGOLD, ο.l. ϱ. 188.

293 81, ϱ. 48 von Gebhardt :’Ήνϑησε μάλιστα ἐπì Κωνσταντίνου τοῦ βασιλέως ϰαì Κωνσταντίου, ϰαì διὰ τὴν φιλίαν τὴν πϱòς Πάμφιλον τòν μάϱτυϱα τῇ ἐπωνυμίᾳ ἐϰλήϑη. Au dernier mot près (on lit ἠξιώϑη), ces lignes figurent dans la Souda E 3737 s.v. Εὐσέβιος ὁ Παμφίλου. I. FLACH (Hesychii Milesii Onomatologi quae supersunt, Leipzig, 1882, p. 76) écrit en note : « Fluxit ex Hieronymo-Sophronio c. 81 ».

294 A. PIGANIOL, L’Empire chrétien (325-395), Paris, 1947, p. 63 pour la date.

295 Pour la date, voir ici même, p. 474 avec la n. 2.

296 Constance II, né en 317, avait à peine sept ans lorsque son père le nomma César, en novembre 324 (Eug. ALBERTINI, o.l., p. 353). En 335, Constantin procéda à un partage aux termes duquel fut confiée à Constance l’administration des diocèses d’Asie et d’Orient (ibid., p. 367).

297 Au moins par rapport à Eusèbe. LAMPE (PGL, s.v. ίεϱομάϱτυς) donne quatre références ; la plus ancienne est à un titre de Jean Chrysostome. Le titre de ἱεϱòς μάϱτυς apparaît dans EUSÈBE (Histoire ecclésiastique, VI, 32, 3 ; 33, 4).

298 G. WENTZEL, l.l. a justement souligné le soin que Photios a mis à démarquer l’œuvre qu’il avait eue à sa disposition. Je vois mal cependant ce qui lui fait conclure : « Folglich benutzen P(hotios) und S(ouda) dieselbe Kontamination des Sophronios mit einer andern Quelle, d.i. die Epitome des Hesychios ».

299 Cod. 11 (Préparation ecclésiastique), I, p. 10, ll. 31-32 ; cod. 12 (Démonstration ecclésiastique), p. 10, ll. 34-35. Les deux œuvres sont intégralement perdues. Voir R. HENRY, I, p. 11, n. 1. Elles ne sont attestées que dans la Bibliothèque (G. BARDY, dans son édition de l'Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, IV, Paris, 1971, p. 29). Il pourrait s’agir de deux parties de l'Introduction élémentaire générale, conservée partiellement (ll. VI-IX), d’après Ed. SCHWARTZ, dans l’article Eusebios (24) de R.-E., VI, 1 (1907), col. 1386. Voir cependant les remarques de W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 77-78.

300 Cod. 10, I, p. 10, II. 28-29 : Ἀνεγνώσϑη Εὐσεβίου ἡ εὐαγγελιϰὴ ἀπόδειξις ἐν βιβλίοις εἴϰοσιν. De l’œuvre, il ne subsiste que les dix premiers livres, ainsi qu’un important fragment du quinzième. Voir J. QUASTEN, o.l, III, p. 468.

301 I, p. 10, ll. 18-26. L’œuvre est intégralement conservée (ibid., p. 466).

302 Pour la Réfutation et Apologie, voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 472 ; G. BARDY, o.l., IV, p. 25. Il ne reste rien de l’œuvre.

303 I, p. 11, ll. 2-8 : Πολυμαϑὴς δέ ἐστιυ ὁ ἀνήϱ, εἰ ϰαì τήν αγχίνοιαν ϰαί τò σταϑηϱòν τοῦ ἢϑους, ὡς παϱὰ τὴν αϰϱίβειαν τὴν ἐν τοῖς δόγμασιν, ἐνδεέστεϱος∙ϰαì γὰϱ ϰἄν τούτοις ἐν πολλοῖς ἔστιν αὐτòν ἰδεῖν τòν υἱòν βλασφημοῦντα, ϰαì δεύτεϱον αἴτιον ϰαλοῦντα ϰαì αϱχιστϱάτηγον ϰαì ἄλλα τινὰ τῆς ἀϱειανιϰῆς λύσσης βλαστήματα.

304 Elle a fait l’objet du cod. 137, II, p. 105, 1. 41 - p. 106, 1. 10. Le titre n’est pas donné dans la Bibliothèque. À l’endroit où il eût dû y figurer se trouve dans le manuscrit A un espace vide de deux lignes et demie, dans M, de trois ou quatre mots (R. HENRY, II, p. 105, apparat critique). L’ouvrage peut se lire dans la PG 30, coll. 836-868 (Garnier). Une nouvelle édition critique vient de paraître du Contre Eunome de BASILE DE CÉSARÉE, I, Paris, 1982, SC 299 (novembre). Le tome II devra contenir une édition, sur nouveaux frais, de l''Apologie d’EUNOME. L’ensemble est l’œuvre des RR.PP.B Sesboüé, G.M. de Durand et L. Doutreleau.

305 Composée en 378, elle a disparu. Comme on sait, dans son Contre Eunome, le frère de Basile, Grégoire de Nysse en a conservé de nombreux fragments : J. QUASTEN, o.l., III, pp. 437-438.

306 Non citées dans la CPG de M. GEERARD, II, elles ont intégralement disparu, mais Philostorge les connaissait encore.

307 H.-I. MARROU dans J. DANIÉLOU et J.-I.M., Nouvelle histoire de l’Église I Des origines à Saint Grégoire le Grand, Paris, 1963, pp. 300-302 et, pour la citation, pp. 301-302.

308 C’est l’avis d’A. PUECH (o.l., III, p. 281) qui parle d’un « opuscule, si précis dans ses affirmations de principe, d’une dialectique si serrée dans ses déductions, et où des conclusions radicales ne s’enveloppent d’aucun voile (...) ».

309 W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 64.

310 II, p. 105, 1. 1 - p. 106, 1. 10 : Τούτο τò βιβλιδάϱιον ἐπεì τοῖς συναιϱεσιώταις Εὐνομίου διά ϑαύματος μὲν ἢγετο, ϰϱύφιον δὲ ϰαì άνέϰφοϱον τοῖς ἂλλοις εἶναι διεσπούδαστο, μόλις ποτὲ ὁ μέγας Βασίλειος ἐπì χεῖϱας λαβεῖν δυνηϑείς, γενναίως τε ϰαì λαμπϱῶς, ϰαì εἲ τις ἀϱετὴ λόγων ϰαì ἰσχύς, διὰ πασῶν ἐλϑών, ἀνέτϱεψέ τε ϰαì ἀνεσϰεύασεν, ὥσπεϱ τι νήπιον βαβυλώνιον τῇ στεϱϱᾷ τῆς ἀληϑεíας πϱοσαϱάξας πέτϱᾳ, ϰαί ϑνησιμαῖον ϰαì γέλωτα δείξας τό ποτε ϑαυμαζόμενον.

311 GRÉGOIRE DE NYSSE, Contre Eunome, I, 7, p. 24, ll. 10-17 Jäger : Ὃ πάντες μὲν οἱ τῆς αὐτῆς συμμετασχόντες διαφϑοϱãς τιϑηνοῦνται ϰαì ϑάλπουσιν, ἡμεῖς δὲ διὰ τòν ἐϰ τῆς πϱοφητείας μαϰαϱισμόν (« Μαϰάϱιος γάϱ », φησίν, « ὃς ϰϱατήσει ϰαì ἐδαφιεῖ τὰ νήπιά σου πϱòς τὴν πέτϱαν) ἐπειδὴ ϰαì εἰς ἡμετέϱας ἀφίϰετο χεῖϱας, ϰϱατῆσαι τò νήπιον τοῦτο λόγιον ϰαì ἐδαφίσαι πϱòς τήν πέτϱαν ὡς ἕν τι τῶν βαβυλωνíων τέϰνων πϱοεϑυμήϑημεν ἡ πέτϱα δὲ ἦν ὁ Χϱιστός, τουτέστι τῆς ἀληϑεíας ὁ λόγος. L’allusion à la pierre constitue une citation de Psaumes (136, 9) de la Septante, interprétée comme visant le Christ dans I Corinthiens, 10, 4.

312 J. QUASTEN, (o.l., III, p. 303) ne donne qu’un seul titre. Voir aussi W. JÄGER, dans son édition du Contre Eunome de Grégoire de Nysse, I, Leyde, p. 23 et l'introduction, II, pp. VI-VII. Parmi les dix-sept manuscrits collationnés par G.M. DE DURAND pour B. SESBOÜÉ (o.l., p. 139), trois seulement renferment dans le titre le mot ἀνατϱεπτιϰός, la plupart des autres, αντιϱϱητιϰόν, au singulier ou au pluriel. Les RR.PP.A. SMETS et M. VAN ESBROECK (dans leur édition des homélies X-XI Sur l’origine de l’homme de Basile de Césarée, Paris, 1970, SC 160, p. 118) fixent la rédaction en 364.

313 B. SESBOÜÉ, o.l., p. 41.

314 L. DUCHESNE, Histoire ancienne de l’Église, II, 2e édition, Paris, 1907, p. 288.

315 L. DUCHESNE, l.l. ; B. SESBOÜÉ, o.l., p. 19. Aétios était déjà diacre au service de Léonce, évêque d’Antioche, qui venait de mourir (SOZOMÈNE, Histoire ecclésiastique, IV, 12, 1, p. 154 Bidez-Hansen). Eudoxe avait été précédemment évêque de Germanicie (ibid., III, 5, 10, p. 107 B.-H.).

316 Je résume ici à grands traits G. BARDY (dans FLICHE-MARTIN, Histoire de l Église, J.-R. PALANQUE, G.B. et P. DE LABRIOLLE, De la paix constantinienne à la mort de Théodose, Paris, 1936, pp. 156-161).

317 G. BARDY, o.l., p. 161 ; L. DUCHESNE, o.l., II, p. 293.

318 G. BARDY, o.l., p. 170 ; L. DUCHESNE, o.l., p. 306 (souvent recopié par Bardy).

319 SOZOMÈNE, IV, 24, 2, p. 178, B.-H. Mais, comme l’observe G. BARDY. o.l., p. 170, n. 2, ce fut sa personne surtout qui subit la condamnation non pas, comme on va le voir, sa doctrine.

320 SOZOMÈNE, IV, 24, 3, pp. 178-179 B.-H.

321 G. BARDY, o.l., p. 172 ; L. DUCHESNE, o.l., pp. 307-308. Ces pages reposent sur SOCRATE (Histoire ecclésiastique, II, 43) et SOZOMÈNE (IV, 26, 1). Dès les premiers jours, il se fit remarquer par un calembour particulièrement mal venu en ces temps où l’on était chatouilleux sur ce genre de question : « Le Père est impie, le Fils est pieux ».

322 PHILOSTORGE, V, 3, pp. 68-69 Bidez-Winkelmann. À vrai dire, la fixation de la date a posé problème. SOZOMÈNE (IV, 25, 6, p. 182 B.-H.) et THÉODORET (Histoire ecclésiastique, II, 29, 2, p. 167, 1. 17 Parmentier) confirment l’indication de Philostorge. Mais un texte de SOCRATE (IV, 7 dans PG 67, col. 472 C) donne à penser qu’Eunome obtint l’épiscopat seulement sous Valens en 366. Voir aussi SOZOMÈNE, VI, 8, 7, p. 248, ll. 4-7. La plupart des spécialistes retiennent plutôt la première datation. Pour la discussion, on lira B. SESBOÜÉ (o.l.. pp. 21-23).

323 O.l., p. 32.

324 PHILOSTORGE, IV. 2, p. 64, ll. 5-7 B.-W. Il était simple lecteur, d’après B. SESBOÜÉ (o.l., p. 20 et p. 154, η. 1).

325 THÉODORET, H.E., II, 29, 2-4, pp. 165-166 Parmentier : Ἐπειδὴ γὰϱ ζῶντος Ἐλευσίου τὴν Κύζιϰον ἔλαβεν ó Ἐύνόμιος ϰαì τοῦ πλήϑους τὴν ὑγείαν ὁϱῶν ὁ Εὐδόξιος ϰαì τòν βασιλέα ϑεώμενος χαλεπαίνοντα ϰατὰ τῶν ϰεϰτίσϑαι λεγόντων τòν μονογενῆ τοῦ ϑεοῡ υἱόν, τῷ Εὐνομίῳ παϱῄνεσε ϰαταϰϱύψαι τò φϱόνημα ϰαì μὴ δηλῶσαι τοῦτο τοῖς ϑηϱωμένοις ϰατηγοϱίας πϱοφάσεις. « Καιϱοῦ γάϱ », ἔφη « τετυχηϰότες ϰηϱύξομεν ἃ νῦν ϰαταϰϱύπτομεν ϰαì τοὺς ἀγνοοῦντας διδάξομεν ϰαì τοὺς ἀντιλέγοντας ἢ πείσομεν ἢ ϰαταναγϰάσομεν ἢ ϰολάσομεν. » Ταύταις πειϑόμενος ταῖς ὑποϑήϰαις Εὐνόμιος συνεσϰιασμένην πϱοὔφεϱε τὴν ἀσέβειαν. Ἀλλ’ οἱ ϑείοις ἐντϱαφέντες λογίοις, τῶν λεγομένων ὁϱῶντες τò ὕπουλον, ἐδυσχέϱαινον μέν, ἀντιλέγειν δὲ πϱοφανῶς ϑϱασύτητος ἔϱγον, οὐϰ ἀγχινοίας, ἐνόμιζον. Τῆς οὖν αἱϱετιϰῆς ϰαϰοδοξίας πεϱιϑέμενοι πϱοσωπεῖα, οἲϰοι πϱοσελϑόντες ἱϰέτευον πϱοφανῶς σφισιν ἐϰϑέσϑαι τοῦ δόγματος τὴν ἀλήϑειαν ϰαì μὴ πεϱιιδεῖν τῇδε ϰἀϰεῖσε ταῖς διαφόϱοις πεϱιφεϱομένους διδασϰαλίαις. Ὁ δὲ ϑαϱϱήσας ἐξέφηνεν ὅ ϰατέϰϱυπτε φϱόνημα.

326 Haereticarum fabularum compendium, IV, 3 dans PG 83, col. 417 B : (...) ὁ Εὐδόξιος ἔπεισε tòν Εὐνόμιον μὴ γυμνῶσαι τò σφέτεϱον φϱόνημα, ἀλλὰ τέως ἐν παϱαβύστῳ ϰατέχειν, ϰαì ἐν σἐότῳ τϱέφειν οἷόν τι λαϑϱίδιον ϰύημα, ἄχϱις ἂν τὴν παϱὰ τοῦ ϰαιϱοῦ λάβωσιν ἐξουσίαν.

327 II, p. 106, ll. 15-23 : Ταύτην τὴν βίβλον ὠδίνοντα πολλάς φασιν αὐτòν ἐτῶν ỏλυμπιάδας ϰατατϱῖψαι, ἐν οἰϰίσϰῳ ἑαυτòν ϰαϑειϱγνύντα, ϰαì λαϑϱαίαις μίξεσι τò πονηϱòν ἐϰεῖνο τέϱας ϰύοντα μόλις εἰς φῶς δι’ἐτῶν ἀμβλωϑϱίδιον ἐϰτϱῶσαι, ϑάλπειν τε ἐϰεῖϑεν, ϰαì μόλις ϰαì αύτοῖς τοῖς συμμύσταις ἐπιδειϰνύναι τò ϰύημα, δεδιότα μή πως ϰαì αὐτò ταῖς Βασιλείου χεϱσì πεϱιπεσόν, πϱìν ἢ πῆξιν λαβεῖν διασπασϑῇ ϰαì πϱò τοῦ ἀνϑῆσαι ξηϱανϑῇ ἄωϱον ἀποφϑαϱέν. On verra plus loin que le passage est imité de GRÉGOIRE DE NYSSE, Contre Eunome, I, 6-7 (I, p. 24 Jäger).

328 B. SESBOÜÉ, o.l. p. 23.

329 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 64.

330 J. QUASTEN, o.l. III, pp. 578-579. Voir aussi M. GEERARD, CPG II. p. 358 no 3859.

331 R. HENRY (I, p. 8, n. 2) écrit laconiquement : « Ouvrage inconnu par ailleurs ». Il ajoute, I, pp. 194-195 (n. complémentaire ad l.) : « Il n’est pas sûr que cet auteur soit le personnage du même nom qui vivait au ive siècle p. C. et qui a traduit en grec divers opuscules de saint Jérôme, lequel parle de lui dans son De viris. » Hormis A. PUECH (ο.l., III, p. 549), qui est responsable de ces doutes, je n’ai trouvé mention de cet ouvrage dans aucune des histoires de la littérature grecque chrétienne que j’ai consultées, ni dans la CPG de M. Geerard.

332 GRÉGOIRE DE NYSSE, o.l.. I, 6-7, p. 24 Jäger : Καί ἐv μαϰϱῷ τῷ χϱόνω σχολής ἐπιτυχών ὁπόσης ἐβούλετο, ὑπὲϱ τὰ μεγάλα ϰαὶ πολύσαϱϰα τῶν θηϱίων ὤδινε λόγον ἐν παντὶ τῷ διὰ μέσου χϱόνῳ ϰαὶ βαϱὺς ἦν ταῖς ἀπειλαῖς ἐν ἀποϱϱήτοις ἔτι διαπλάσσων τò ϰύημα, όψέ δέ ποτέ ϰαὶ μόγις εἰς φῶς πϱοήγαγεν άμβλωθϱίδιόν τι ϰαί άτελεσφόϱητον γέννημα. Ὃ πάντες μὲν οἱ τής αὐτῆς συμμετασχόντες διαφθοϱᾶς τιθηνούνται ϰαί θάλπουσιν.

333 Ibid., I, 13, ϱ. 26, ll. 6-8 : Καὶ οὐδὲν άπειϰòς τòν ἐν τοσαύταις έτῶν όλυμπιάσι πονήσαντα πλέον τι τῶν αὐτόθεν έπιβαλόντων παϱασϰευάσασθαι.

334 II, p. 106, 1. 23 - ϱ. 107, 1. 34 : Διόπεϱ ἐπιμελῶς ϰαὶ ὥσπεϱ ὁ Κϱόνου μῦθος τò γέννημα ϰαταπιὼν ἔϰϱυπτέ τε ϰαì συνεϰάλυπτε, μέχϱις ἄν ἡ Βασιλείου ζωὴ τῷ ἐπιϰήϱῳ παϱατεινομένη βίῳ τòν φόβον ἐπέσειεν. Ἐπεί δὲ ὁ θεῖος ἐϰεῖνος ἀνὴϱ τὴν παϱοιϰίαν λιπὼν εἰς τòν οἰϰεῖον ϰαì οὐϱάνιον ϰλῆϱον ἀνέδϱαμε, τοῦ πολλοῦ λυθέντος δέους, ὀψὲ τοῦ ϰαιϱοῦ δημοσιεύειν οὐδὲ τότε πᾶσιν άλλα τοῖς φίλοις ἐθάϱϱησεν∙ᾧ πεϱιτυχόντες Θεόδωϱος ϰαì ὁ Γϱηγόϱιος Νύσσης ϰαì Σωφϱόνιος, ὧν ἐμνήσθημεν ἄνωθεν, πολλαῖς αἰϰίαις λόγων λωβησάμενοι οὐδὲν ἧττον τοῦ πϱοτέϱου νεϰϱòν ϰαί πάσης ἀπόζον ἀϰαθαϱσίας τῷ γεγεννηϰότι ἀπέϱϱιψαν.

335 Ce sont les codd. 4-6 (I, p. 7, l. 40 - p. 8, l. 6 ; p. 8, ll. 8-15 ; ll. 17-26).

336 VIII, 12, p. 114, II. 1-4 B.-W. : Ὅτι, οὐ μόνον τòν μέγαν Βασίλειον, ἀλλὰ ϰαὶ τòνπολινάϱιον λέγει πϱòς τὴν ἀπολογίαν Εὐνομίου ἀντιγϱάψαι. Εἶτα πάλιν Εὐνομίου ἐν πέντε λόγοις συμπλαϰέντος Βασιλείω, ἐντυχεῖν ἐϰεῖνον τῷ πϱώτῳ ϰαὶ βαϱυϑυμήσαντα λιπεῖν τòν βίον. Le texte n’est pas parfaitement sûr. D’après NICÉTAS ACOMINATOS (ibid., 12 a), Basile aurait eu le temps de lire les deux premiers livres.

337 I, p. 22, II. 1-4 Jäger : Γϱηγοϱίου ἐπισϰόπου Νύσσης τῶν ἐϰδοϑέντων παϱὰ Εὐνομίου δύο λόγων μετὰ τὴν ϰοίμησιν τοῦ ἁγίου Βασιλείου ἀντιϱϱητιϰòς εἰς τòν πϱῶτον λόγον.

338 Exactement le 1er janvier 379. Voir B. SESBOÜÉ, o.l., p. 48. Le Jésuite français ne tranche pas l’alternative.

339 O.l., pp. 99-100.

340 GRÉGOIRE DE NYSSE, Lettres, 29, 4, p. 87, 1. 22 - p. 88, 1. 8 Pasquali : Ἐπειδὴ ϰατ’ αὐτὴν τοῦ ἀγίου Βασιλείου τὴν ϰοίμησιν τòν τοῦ Εὐνομίου λόγον ὑπεδεξάμην, (···), γέγϱαπτο δὲ τῷ Εὐνομίω (...) ἔστιν ὅπου θυμόν τινα ϰατὰ τοῦ συγγϱαφέως ϰαì φλεγμονὴν ϰαϱδίας ἐνεδειξάμην. Adressée à son frère Pierre, l’évêque de Sébastée, la lettre daterait, selon le savant éditeur, de l’automne 380 ou de l’hiver 381.

341 Ibid., 2, p. 87, II. 8-13 : Γέγϱαπται δέ μοι oὐ πϱòς ἀμφοτέϱους τοὺς λόγους οὐδὲ γὰϱ ἐπέτυχον τοσαύτης σχολῆς, τοῦ χϱήσαντός μοι τò τῆς αἱϱέσεως βιβλίον ϰατὰ πολλὴν ἀπειϱοϰαλίαν εὐϑὺς ἀναϰαλεσαμένου πϱòς ἑαυτòν ϰαὶ οὔτε μεταγϱάψασϑαι οὔτε ϰατὰ σχολὴν ἐνδιατϱψῖαι ποιήσαντος.

342 A. SMETS-M. VAN ESBROECK, o.l., p. 100. La courtoisie élémentaire lui eût interdit de s'exprimer avec tant d’amertume. Pour une interprétation voisine de la mienne, voir W. JÄGER, o.l., II, p. VII.

343 Voir supra, p. 328, n. 33 et PHILOSTORGE, VIII, 12, p. 114, II. 3 et 24 B.-W., avec J. QUASTEN, o.l, III, p. 437.

344 O.l, p. ix. La restitution de l’ordre résulte d’aveux de Grégoire lui-même (pp. ix-x).

345 GRÉGOIRE DE NYSSE, Contre Eunome, III, 1 dans II, p. 3, II. 6-10 Jäger : Ἐπεὶ oὖν δὶς ἤδη ϰαταβληθεìς ἐν τοῖς πϱολαβοῦσι λόγοις Εὐνόμιος οὔπω συγχωϱεῖ τῇ ἀληϑείᾳ ϰατὰ τοῦ ψεύδους ἔχειν τὰ νιϰητήϱια, ἀλλ’ ἐϰ τϱίτου πάλιν ϰατὰ τῆς εὐσεβείας διὰ τῆς λογογϱαφίας ϰονίζεται.

346 Lettres, 30, pp. 89-91 Pasquali.

347 JÉRÔME, De viris illustribus, 128, p. 64 Herding, avec les remarques de W JÄGER, o.l., II, p. VIII. Contra, A. SMETS-M. VAN ESBROECK, o.l p 101 (le livre II aurait été écrit durant l’hiver 381-382). Mais les deux éditeurs ne mentionnent pas le passage du De viris où le pluriel libros paraît bien n’être pas un simple ornement rhétorique.

348 Au cod. 118. Voir II, pp. 90-92.

349 O.l., II, p. x.

350 Voir supra, p. 320.

351 B. SESBOÜÉ, o.l., p. 51. Elles frappèrent les ouvrages d'Eunome dès qu'il fut mort.

352 B. SESBOÜÉ, o.l.. p. 53.

353 Cet aspect du rôle de Grégoire a été vigoureusement souligné par A. PUECH, o.l., III, pp. 401-402 et 411.

354 Voir B. SESBOÜÉ, l.l..

355 Cod. 210, III, p. 115, ll. 7-9 et p. 116, ll. 17-19 : Ἀνεγνώσϑη Καισαϱίου βίβλος ν η' ϰεφαλαίοιςπεϱιείχετο δὲ ἐϰϰλησιαστιϰά, τοῦτο μὲν Image 10000000000000080000000FBBBA5784C4731F86.jpgητών ἀναπτύξεις, τοῦτο δὲ συζητήσεων ἐπιλύσεις, ϰϰαί σ′. (...) Εἰς ἐϱωτήσεις δὲ ϰαì ἀποϰϱίσεις μεϑὑποβολῆς πϱοσώπων τò τοῦ λόγου σχήμα πεποίηται.

356 Pour la forme, III, p. 115, 1. 9 - p. 116, 1. 16 et, pour le fond, p. 116, II. 16-17.

357 R. HENRY, III, p. 115, n. 1 (continuée p. 116).

358 Voir P. GALLAY, dans son édition des Lettres I de Grégoire de Nazianze, Paris, 1964, p. IX.

359 Lettres, 7, pp. 8-10 G.

360 P. GALLAY, o.l., I, p. 28, n. 1 (à propos de la lettre 20), avec, pour le séisme, 29, 4, p. 36.

361 L’oratio VII de Grégoire de Nazianze est une oraison funèbre en l'honneur de Césaire. Elle a été rééditée dans F. BOULENGER (Grégoire de Nazianze. Discours funèbre en l’honneur de son frère Césaire et de Basile de Césarée,, Paris, 1908).

362 Le texte est dans PG 38, coll. 852-1189. Les érudits hésitent sur la date de rédaction (on a proposé le ve siècle, ou la première moitié du vie siècle) aussi bien que sur le nom de l’auteur (on a suggéré Sévère d’Antioche). Voir la littérature citée dans B. ALTANER, o.l., pp. 433-434 ; G.H. BECK, o.l., pp. 388-389 ; M. GEERARD, CPG III, pp. 396-397, n” 7482.

363 III, p. 116, II. 19-20 : Εἶναι δέ φασιν Γϱηγοϱίου, οὖ τò θεολόγος ἐπώνυμον, τòν συγγϱαφέα ἀδελφόν.

364 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 189 (table VII).

365 Souda. K 1202 s.v. Καισάϱιοςό Γϱηγόϱιος τοῦ Θεολόγου ἀδελφός. Ἔγϱαψε διάφοϱα, ϰαὶ ϰατὰ Ἑλλήνων. A. Adler renvoie en note au codex 210.

366 III, p. 116, ll. 16-17 fait observer que « touchant l’exactitude dans les dogmes, il lui manque peu de choses ». (...) ϰαì πϱòς τὴν τῶν δογμάτων ἀϰϱίβειαν ὀλίγων αὐτῷ δεῖ.

367 Voir les notices de J. QUASTEN, o.l, III, pp. 693-705 ; B. ALTANER, o./., pp. 482-483. L’écrivain mourut peu avant ou après 430.

368 Cod. 276, VIII, p. 120, 1. 40 - p. 131, 1. 29. Les textes ne sont plus connus que grâce au choix transmis par la Bibliothèque.

369 Cod. 200, III, p. 97, I. 15 - p. 99, 1. 27. Il était un contemporain de Nil. Il avait été, semble-t-il, abbé d’un monastère d’Ancyre avant de mener plus tard la vie d’ermite, sans doute dans le désert de Juda. Voir J. QUASTEN, o.l, III, p. 705.

370 Cod. 201, III, p. 100, ll. 29-10. Photios (ll. 9-10) décline son identité sous la forme : Diadoque, évêque de Photicé de I’Épire ancienne. Diadoque, qui fut un des plus grands ascètes du ve siècle, mourut probablement vers 468. Voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 711.

371 III, p. 101, ll. 14-18 : Πολλὰ δὲ ϰαì ἄλλα αὐτοῦ ἀξιόλογα ποιϰίλας ὑποθέσεις ὑποβαλλόμενα, εἴς τε τòν ἐπιστολιμαῖον τϱόπον ϰαὶ εἰς τòν συγγϱαφιϰòν ἀνηγμένα συντάγματα φέϱεται, τήν τε ϰατά τὰ ἔϱγα τελειότητα ϰαì τὴν ἐν λόγοις μαϱτυϱόμενα δύναμιν.

372 O.l, pp. 57-58 et le tableau VII, p. 189.

373 III, p. 98, II. 25-38 que Photios intercale après une analyse des trois premiers livres. La suite détaille aussi le contenu des livres IV-VIII, avec, de-ci de-là, une sèche note soulignant l’utilité des traités (p. 99, ll. 16-19), puis il aborde un travail contre les Melchisédéciens, classé comme livre IX, alors que l’introduction du codex n’en annonçait que huit (p. 97,1. 15 - p. 98, 1. 16). Ce dernier ouvrage, à distinguer des huit précédents, est publié dans la PG 65, coll. 1117 A - 1140 C.

374 III, p. 100, ll. 4-8. Il s’agit des Cent chapitres sur la perfection spirituelle. Voir Éd. des PLACES, dans son édition des Œuvres spirituelles de Diadoque de Photicé, Paris, 1955, SC 5 bis, pp. 84-163.

375 La description de Photios est assez claire pour permettre l’identification de toutes les pièces : 1. De lege spirituali (p. 98, ll. 16-18) = M. GEERARD, CPG, III, p. 184, no 6090 ; 2. De his qui putant se ex operibus justificari (ll. 18-22) = ibid., p. 184, no 6091 ; 3. De paenitentia (ll. 22-25) = ibid.. p. 185, no 6092 ; 4. De baptismo (ll. 38-1) = ibid.. p. 185, no 6093 ; 5. Consultatio intellectus cum sua ipsius anima (p. 99, ll. 1-4) = ibid., p. 187, no 6098 ; 6. Disputado cum quodarn causidico (ll. 4-12) = ibid., p. 186, no 6097. Le σχολαστιϰόν de la I. 5 est traduit par R. HENRY, ad. l. « l’étudiant » qu’il faut corriger en « l’avocat » ; 7. De ieiunio (ll. 12-13) = ibid., p. 187, no 6099 ; 8. Ad Nicolaum praecepta animae saltuaria (II. 13-16) = ibid., p. 186, no 6094 ; 9. De Melchisedech (ll. 19-23) = ibid., pp. 187-188, n” 6100. Voir aussi les précieuses notes de R. Henry aux pp. 97-99 de son édition.

376 À l’unanimité, la tradition grecque donne le patronage du traité à Nil, mais les versions syriaque et arménienne, à Évagre le Pontique. L’analyse interne confirme la seconde attribution. Voir J. QUASTEN, o.l., III, pp. 254-255 ; B. ALTANER, o.l., p. 382 ; A. et Claire GUILLAUMONT, dans leur édition du Traité pratique ou Le moine d’Évagre le Pontique, Paris, 1971, SC 170, p. 35.

377 III, p. 100, ll. 11-13 : Έν ταύτφ δὲ τεύχει ϰαὶ Νείλου μοναχού λόγον άνέγνων, τϱισὶ ϰαί ν'ϰαι ϱ'ϰεφαλαίοις διαιϱούμενου.

378 III, Ρ· 100, 1. 13 - ϱ. 101, I. 14 : Τòν τής πϱοσευχής δὲ έν τούτοις ό ϑεῖος άνήϱ αναπτύσσει τύπον.

379 III, p. 101, II. 18-33 : Πλὴν εἰ ϰαί μή πολύχους ομοίως ό Διάδοχος, άλλὰ τά γε άναγεγϱαμμένα αὐτῷ ἐϰατòν ϰεφάλαια οὐϰ εἰς έλάττονα βαϑμòν έν οὐδετέϱῳ μέϱει τῶν είϱημένων τίϑησιν · ὅ τε γὰϱ λόγος αύτφ εἰς τò άμώμητον σύγϰειται, ϰαὶ ό νούς τὴν ἀπò τών πϱάξεων σοφίαν πϱοβάλλεται. Του μέντοι Μάϱϰου δι’έϰατέϱας πϱοέχων ιδέας, ϰαί ενιαχού ταῖς γνώμαις άντιφέϱεται. Δοίη δ’ἄν ϰαί αυτός λαβήν τοῖς άδεϰάστως άϰϱιβολογουμένοις ϰατά τò τέλος τού εϰατοστού ϰεφαλαίου, εἴτε παϱενϑήϰῃ τινòς νοθευόμενος, είτε άλλως τινὶ συναϱπασϑείς παϱοϱάματι. Τò γάϱ ϰατά δόξαν άλώναι εὐξαίμην ἂν μή έπαληϑεύειν. Κϱατεί δ’οὖν έν τοίς πϱò ολίγου είϱημένοις πολλῷ ϰαί’Ιωάννου τού Καϱπαθίου ὅς επιγϱαφήν αὐτοῦ τῷ πονήματι δίδωσι · « Πϱòς τούς ἀπò τής Ινδίας πϱoτϱέψαντας μοναχούς παϱαϰλητιϰός ». Ρ'δὲ ϰαί οὗτος ϰεφαλαίοις πεϱαιοῖ αὐτό.

380 III, p. 100, ll. 4-8 : Καί ἔστιν οὓτος ό λόγος εἰς τό άϱιστον τοίς άσϰουμένοις συγϰείμενος, ϰαί τοίς έν αὐταῖς έγγεγυμνασμένοις ταῖς τελειοποιοῖς πϱάξεσιν ούδ’ ασαφές τι έμπαϱεχόμενος · ή γάϱ διά πείϱας γνῶσις εὐχεϱῶς τής διά λόγων έπιβατεύει διδασϰαλίας.

381 Cod. 200, III, p. 98, H. 25-38.

382 Voir B. ALTANER, o.l., p. 717 et surtout G.H. BECK, o.l., p. 452 ; M. GEERARD, CPC, III, pp. 478-479, no 7855-7856, sans compter des inédits cités comme spuria (ibid., no 7858-7859). Les chapitres sont encore inédits : voir A. et Cl. GUILLAUMONT, o.l.. I, pp. 190-191 avec la η. 1 de la p. 191 et M. GEERARD, CPG, III, p. 478 qui renvoie à D. OSSIEUR, Textuitgave van de capita παϱαϰλητιϰά en de capita άσϰητιϰά van Johannes Carpathius, met inleiding en textkritische aantekeningen. dissertatie, Gent, 1973.

383 Pour une exclamation analogue, voir, à propos d’Agatharchide, le cod. 213, III, p. 124, 1. 14 - p. 125, 1. 17 et la démonstration, ici même, p. 369.

384 On peut lire sur lui l’esquisse de J. QUASTEN, o.l., III. pp. 161-163 et, tout récemment, celle de Chr. LACOMBRADE, dans son édition des Hymnes de Synésios de Cyrène, Paris, 1978, pp. V-XLIV.

385 Cod. 26, I, p. 15, I. 29 et I. 32.

386 I, p. 15, ll. 30-31 et ll. 32-34, respectivement pour les traités et les lettres.

387 I, p. 15, l. 34 - p. 16, l. 4 : Hν δ'οὗτος έξ'Ελλήνων, φιλοσοφία σχολάζων ὅv φασι πϱος τòν ϑειαομòν τοῦ χϱιστιανισμοῦ νεύσαντα τὰ μεν ἂλλα παϱαδέχεσϑαι εὐπειϑώς, τον δὲ πεϱὶ ἀναστάσεως ούϰ ἐϑἐλειν πϱοσίεσϑαι λόγον. Άλλ’οὖν ϰαι οὓτω διαϰείμενον έμύησάν τε τὰ ήμέτεϱα ϰαί ἔτι ϰαί άϱχιεϱωσύνης ἠξίωσαν, πϱòς τὴν άλλην τού άνδϱός ϰαλοϰἀγϑίαν ϰαί τò ϰαθαϱόν òφοϱώντες τού βίου, ϰαί ότι ούϰ ἄν οὓτω βιοὺς άνθϱωπος τò τής άναστάσεως ούϰ έλλαμφϑείη φέγγος. Καί τής έλπίδος ούϰ έψεύσϑησαν · ϱάστα γὰϱ αὐτῷ έπεί άϱχιεϱάτευσε, ϰαί τò τής ἀναστάσεως εἰς πίστιν ἀποϰατέστη δόγμα.’Επεϰόσμει δὲ Κυϱήνην ὅτε Θεόφιλος Ἀλεξάνδϱεὶας έπεστάτει. Chr. LACOMBRADE (Synésius de Cyrène hellène et chrétien. Paris, 1951, p. 218) n’évoque notre passage qu’ici. Encore ne peut-on être sûr qu’il l’ait véritablement lu. Sur les difficultés qu’offre le texte de la notice, voir plus bas.

388 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 60. La référence à la lettre 105 de Synésios est donnée à la n. 37.

389 SYNÉSIOS, Lettres, 105, p. 185, ll. 1-2 Garzya : Μιϰϱòν ἀϱάμενος φοϱτίον, ϰαλώς ἐνεγϰεῖν μοι δοϰών τò μέχϱι τοῦδε, φιλοσοφίαν. Voir aussi ibid., p. 188, II. 3-5, ainsi que d’autres passages. La lettre est traduite intégralement par Chr. LACOMBRADE (o.l., pp. 220-223).

390 Ibid., p. 188, ll. 3-9 : Οἶσϑα δ’ὅτι πολλὰ φιλοσοφία τοῖς ϑϱυλλουμένοις τούτοις ἀντιδιατάττεται δόγμασιν. Άμέλει τὴν ψυχήν οὐϰ αξιώσω ποτέ σώματος υστεϱογενή νομίζειν. Τον ϰόσμον οὐ φήσω ϰαί τἂλλα μέϱη συνδιαφϑείϱεσϑαι. Τήν ϰαϑωμιλημένην ἀνάστασιν ιεϱόν τι ϰαὶ απόϱϱητον ήγημαι, ϰαὶ πολλου δέω ταῖς τοῦ πλήθους ὑπολήψεσιν όμολογήσαι. L’éternité du monde était, comme on sait, une des idées fondamentales de la philosophie grecque. Voir PLOTIN (Ennéades, II, 1, 5), qui recèle une pointe contre les chrétiens, avec les remarques d’É. BRÉHIER, dans son édition des Ennéades de Plotin, II, Paris, 1924, p. 3 ; Cl. TRESMONTANT, La métaphysique du christianisme et la naissance de la philosophie chrétienne, Paris, 1961, p. 238. On n’utilisera pas sans précaution le contenu de la note de Chr. LACOMBRADE, Hymnes, p. 19, n. 5 (continuée p. 20). D'un point de vue psychologique, le platonisme avait repris au pythagorisme la doctrine du σώμα σήμα, en vertu de laquelle l’âme préexistant au corps s’avilissait en s’y renfermant. Aux yeux d’un penseur païen, l’idée chrétienne d’une résurrection du corps et de l’âme était absurde et irrationnelle parce que le premier ne pouvait en bénéficier que dans sa matérialité dégradée. Comme l’indique Celse dans ORIGÈNE (Contre Celse, V, 14, pp. 49-50 Borret), on obligeait Dieu dans ce cas à des interventions surnaturelles pour que la résurrection offrît quelque intérêt. On lira sur le sujet les admirables pages de Cl. TRESMONTANT (o.l., pp. 614-617). Pour un néo-platonicien, l’âme, d’origine divine, précédait nécessairement le corps. Par suite, même si la terminologie philosophique de Synésios pèche par imprécision, le dogme de la création simultanée du corps et de l’âme heurtait l'intelligence, ainsi que celui de la résurrection, auquel il fallait adhérer comme à un article de foi.

391 Ibid., p. 189, ll. 5-7 : Τὴν μεν αλήθειαν τῶν θείων απόϱϱητον είναι δεῖ, τò δε πλῆϑος έτέϱας εξεως δεῖται. Aussi, dit Synésios par la suite, n’est-il pas question de lancer des controverses.

392 Ibid., p. 188, ll. 9-17 : Νους μεν ούν φιλόσοφος επόπτης ὥν τάληϑοῦς συγχωϱεῖ τῇ χϱείᾳ του ψεύδεσϑαι · ἀνάλογον γὰϱ έστι φῶς πϱòς αλήθειαν ϰαὶ ὄμμα πϱòς λήμην, οὗ οφθαλμός εις ϰαϰόν ἂν ἀπολαύσειεν άπληστου φωτός. Ηι τοϊς ὀφϑαλμιῶσι τò σϰότος ὠφελιμώτεϱον, ταύτῃ ϰαί τό ψεῦδος όφελος είναι τίθεμαι δήμῳ ϰαί βλαβεϱòν τήν ἀλήϑειαν τοῖς οὐϰ ἰσχύουσιν ἐνατενίσαι πϱος την των ὅντων ἐνάϱγειαν. Εί ταῦτα ϰαί οἱ τής ϰαθ’ἡμᾶς ἱεϱωσύνης συγχωϱοῦσιν έμοί νόμοι, δυναίμην ἂν ἱεϱᾶσϑαι.

393 Ibid., p. 185, ll. 2-4 : Διὰ δὲ τό δόξαι μή παντάπασιν αυτής άμαϱτάνειν, επαινεθείς ὑπ’ένίων, άξιούμαι μειζόνων παϱά τών ούϰ είδότων ϰϱΐναι ψυχής « έ«έ-πίτηδειότητα». Comme l'indique à juste titre A. Garzya en note, le vocable ἐπιτηδειότης recouvre probablement une allusion à PLOTIN, Ennéades, VI, 4, 11, 3 où il est question de l’« aptitude du réceptacle » ἐπιτηδειότητι τού δεξομένου. Le remploi d’un texte néo-platonicien fait habilement ressortir l’incapacité à juger des mandants de l’écrivain.

394 Comme on l’a constaté, le passage ne roule que sur le moment cardinal où Synésios a finalement accepté la prélature. On conçoit que les heurs et malheurs d’un hobereau de Cyrène au tournant des ive et ve siècle n’aient intéressé que fort médiocrement un érudit du IX. C’est ce qui explique que les traités Sur ta providence et Sur ta royauté n’aient fait l’objet que d’une très sèche critique stylistique. Or, ils autorisaient pas mal d’inductions biographiques. Voir, par exemple, à propos du second, Chr. LACOMBRADE, Hymnes, pp. XXV-XXVI.

395 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 60, 1. 37.

396 C'est la conclusion admise par Chr. LACOMBRADE (Synésius..., p. 274). Appréciation plus nuancée chez M. TREU (Synesios von Kyrene. Dion Chrysostomos oder vom Leben nach seinem Vorbild, Berlin, 1959, p. 2) qui fait remarquer l'apparition, vers la fin de la vie de Synésios, d’accents chrétiens, cependant toujours influencés par le néo-platonisme. La conversion aurait été franche aux yeux de C. TSIRPANLIS, in Patristical and Byzantine Review, 2, 1 (1983), pp. 109-11. Il est tout de même significatif que les dernières en date des lettres de l’écrivain eurent Hypatie pour destinataire: Chr. LACOMBRADE, Synésius..., pp. 272-273; Hymnes, pp. xliii-xliv. Dans le présent codex, rien ne trahit à mon sens la connaissance approfondie de l’oeuvre dont le savant français, ibid., p. XLV gratifie Photios.

397 Voir supra, pp. 77-93.

398 Cod. 228 : Σύϱας μεν γεγονὼς ϰαὶ φωνής ϰαὶ γενεᾶς, παιδευϑεὶς δὲ ϰαί τὴν ελληνα γλώσσαν οὐϰ άγεννώς, άλλα ϰαί πολιτιϰὰς οὐϰ ὀλίγας μεταχειϱισάμενος ἀϱχάς, ών τὴν τελευταίαν, ϰόμης ἀναϱϱηϑεὶς τής ανατολής, ἐϰεῖϑεν ἐπὶ τòν ἀϱχιεϱατιϰòν μετηνέχϑη θϱόνον. Φασὶ δέ αυτόν τά τε άλλα επαίνων άξια διαβιώναι, ϰαί πολὺν τής ελεημοσύνης έϱγάτην γενέσϑαι. Συνέταξε μὲν οὖν ό ἀνὴϱ διαφόϱους βίβλους, ων εἰς ήμάς τέως τϱεις πεϱιῆλϑον (IV, ϱ. 114, ll. 21-29).

399 Cod. 162, II, p. 129. 1. 16 - p. 134, 1. 39.

400 G. BAREILLE, art. Eusèbe de Thessalonique, dans Dictionnaire de Théologie catholique, V (1913), coll. 1551-1553 ; G. BARDY, art. Eusèbe de Thessalonique, dans Catholicisme, IV (1953), col. 710 est un résumé fort maigre de G. Bareille. D’abord lecteur à la basilique Saint-Démétrios, Eusèbe fut ensuite nommé évêque sous le règne de Maurice. C’est le livre I des Miracles de s. Démétrios qui a permis de retracer les premières étapes de sa carrière : voir J. DARROUZÈS, art. Eusèbe de Thessalonique, dans Dictionnaire d’Histoire et de Géographie ecclésiastiques, XV (1963), coll. 1476-1477. On lira dans la suite de ce chapitre comment il eut à croiser le fleuret avec un moine de Rome nommé André. Les prémisses de toute l’affaire sont racontées par s. GRÉGOIRE LE GRAND, Lettres, XI, 55 (à Eusèbe de Thessalonique, juillet 601), dans Monumenta Germanica Historica, Ep. II, pp. 329-330 (Hartmann). Enfermé au couvent Saint-Paul, André avait suborné un messager naïf d’Eusèbe, le lecteur Théodore, qui acheminait une lettre à Grégoire. Avant de la faire parvenir à destination, André en avait altéré le contenu dans un sens hérétique. Ce joli personnage s’était déjà distingué en faisant courir sous le nom de Grégoire des sermons de son propre cru. Un des objectifs de la lettre papale fut de mettre Eusèbe en garde contre les faux. Le moine fut condamné pendant l’année par un concile tenu à Rome. Voir PL 77, col. 1343 A, Appendice aux Lettres de s. Grégoire, VII et M. JUGIE, art. André, dans D.H.G.H., II (1914), coll. 1610-1611. Pour une première introduction, on lira G.H. BECK, o.l., p. 383.

401 R. HENRY. II, p. 130, n. 1 (continuée p. 131). Voir G. BAREILLE, o.l., col. 1552. Ni G. Bardy ni J. Darrouzès ni G.H. Beck n’examinent la composition du codex.

402 R. HENRY, l. l.

403 Visiblement, Photios a très vite perdu le fil de son introduction. Aussitôt après la parenthèse, où il indique l’identité de l’écrivain, il s’égare dans le récit des circonstances qui ont amené la controverse.

404 II, p. 129, ll. 16-30 et p. 130, ll. 14-18 : Άνεγνώσθη Ευσεβίου τινός (επίσϰοπος ήν τò αξίωμα ϰαί τὴν πίστιν οϱθόδοξος). Τούτῳ λόγοι ι'ϰατὰ Άνδϱέου τινòς έγϰλειστου συνεγϱάφησαν, την αιτίαν λαβόντες έϰ τοῦ εἰϱημένου έγϰλειστου. Οὗτος γὰϱ έγϱαψεν ἐπιστολὴν Εύσεβίῳ (παϱαναγνωστιϰòν δὲ ϰαλεῖ την επιστολήν), ὅϱϰοις αὐτòν εἰς την ταύτης ἀνάγνωσιν έϰϰαλύομενος ήν Ευσέβιος άναγνούς πϱώτον μὲν τòν ἂνϑϱωπον έπιτιμά, άμαθίαν ἃμα ϰαί θϱάσος έπιϰαλών, ϰαι δειϰνùς ϰαί πεϱὶ αὐτὰς πταίοντα τὰς συλλαβάς, ϰαὶ ὅτι μηδένα στίχον ἀσόλοιϰον είπείν δεδυνημένος ό δέ ϰαί έπί τό συγγϱάφειν ήϱθη, τοῦ έπαγγέλματος ϰαί τής έν ασϰήσει ήσυχίας ἐπιλελησμένος. Εἶτα τό αιϱετιϰόν αυτού φϱόνημα διὰ πολλών ἀπελέγχει · ήν δέ ἂϱα τών λεγομένων ἀπò τής φαύλης δόξης τών έχόντων Άφϑαϱτοδοϰητῶν. (...) Ό δέ δεξάμενος τήν έπί τῇ διοϱθώσει παϱαίνεσιν έπί τό χείϱον ἀπέϰλινε, ϰαί βιβλίον δεύτεϱον συνέταξεν, έν φ ϰαί τὰ πϱογεγϱαμμένα αύτῷ πλατύτεϱον ϰαί ώς οἲεται δι’ αποδείξεων συγϰϱοτεί. Καθ’οὗ δή ϰαί τήν εἰϱημένην δεϰάλογον ό ευσεβής Ευσέβιος συντάττει (...).

405 II, p. 129, 1. 30 - p. 130, 1. 13. Les chiffres figurent dans le texte grec, excepté pour le premier point (p. 129, I. 30).

406 II, p. 130, ll. 10-13 : "Ετεϱα δε σύν τούτοις ϰεφάλαια ϰατὰ τὴν πϱώτην αντιγϱαφήν ό επίσϰοπος, τὰ μέν ασαφώς τὰ δὲ βλασφήμως άπελέγξας έχοντα, διοϱθωϑῆναι παϱηγγυήσατο τον Άνδϱέαν.

407 II, p. 131, n. 1.

408 II, p. 130. 1. 19 - p. 131, I. 3 : ελέγχει μέν αυτόν (1) ώς μὴ ἀϱεσϑέντα τφ τής πίστεως ὅϱῳ ον αί ἅγιαι έξέθεντο σύνοδοι, ιδίαν δέ τινα τολμηϱώς συνταξάμενον εϰθεσιν πίστεως (2) εἶτα δέ ϰαί ὅτι πολλά τών άγίων άποσπαϱάξας ϱητά ϰαί παϱαποιησάμενος εἰς τήν ιδίαν ὑπόληψιν ἐξεβιάσατο (3) ϰαί ὅτι ἐναντιοῦται τῇ τε νέᾳ ϰαί παλαιᾷ γϱαφή ϰαὶ τοῖς άγίοις ήμών πατϱάσιν ἂφϑαϱτον ϰαί άνώλεθϱον τòν ϰόσμον δοξάζων (4) ἔτι δέ ϰαί ότι τήν άλλοίωσιν ϰαί μεταστοιχείωσιν ϰαί ϱεύσιν εύδιάβλητα είναι λέγει ώσπεϱ τὰ ἀπò ϰαϰίας πάθη, ϰαί δή ϰαί διά τούτο ϰαί τòν Κύϱιον ήμώνΙησοῦν Χϱιστόν άναλλοίωτον ϰαί απαθές ϰαί ἂφϑαϱτον ϰαί ἂϱϱευστον άναλαβεῖν σώμα (5) ϰαὶ πάλιν εἰπόντα διελέγχει άῖδιον ϰαί ἂφϑαϱτον ϰαί άγένητον τòν ϰόσμον, τήν δέ λεγομένην πϱος τò άΐδιον αὐτοῦ μεταστοιχείωσιν μή παϱαδεχόμενον, ἃτε ϰαί αυτής τών εὐδιαβλήτων παθών παϱαὐτῷ δογματιζομένης (6) ϰαί ότι τούδὰμ ἂφϑαϱτον ϰαί άϑάνατον ϰατά φύσιν ϰαί άπαθές διαπλασϑῆναι λέγει τό σώμα, ϰαί ού τούτο μόνον, άλλότι ϰαί αύτòς ό χούς άφθαϱτος ήν, έξ ού τό σώμα διεπλάσθη · (7) πάλιν ελέγχει αὐτòν μονοσήμαντον τό τής φϑοϱᾶς όνομα ἐξειληφότα, ἐν ϰαί δείϰνυσιν ότι ούτε φθοϱάς ούτε θανάτου ούτε τού ϰατά ϰαϰίαν πάθους άλλ'οὐδὲ τών άμαϱτητιϰών λογισμών οὐδενòς τούτων δημιουϱγός υπάϱχει 6 θεός, εἰ ϰαί τών φθαϱτών ϰαί τών θνητών ουσιών ϰαθέστηϰε δημιουϱγός εϰείνα γὰϱ τών ανυπάϱϰτων έστί ϰαί ϰαθἑαυτὰ μή ἐχόντων ὑπόστασιν. Pour le vocable εὐδιάβλητος, LSJ s.v. se contente de renvoyer à εὐδιάβολος, qui est traduit « easy to misrepresent ». On ne voit pas en quoi cette interprétation éclaire le passage. Pour la suite des idées, il faut, me semble-t-il, supposer un lusus etymologicus, d’où la traduction « œuvre du Malin ».

409 II, p, 131, 1. 7 - p. 132, 1. 29.

410 II, p. 132, ll. 30-37. Outre les péricopes usuelles de l'Ancien et du Nouveau Testament, Eusèbe citait Athanase, Grégoire l’Ancien, Grégoire de Nazianze, Grégoire de Nysse, Basile de Césarée, Jean Chrysostome, Cyrille d’Alexandrie, Proclos de Constantinople, Méthode d'Olympe et un apologiste du début du iie siècle, Quadratus.

411 II, p. 132, I. 37p. 133, 1. 2.

412 II, p. 133, ll. 3-7 : Έπὶ τούτοις δείϰνυσιν αὐτόν, έξ ών ἐματαιολόγει, δοξάζοντα ὅτι μή αλλοιωθείς ό Κύϱιος ἡμῶν’Ιησούς Χϱιστός διὰ τής άναστάσεως εϰ φθοϱάς εἰς αφθαϱσίαν ωσαύτως ἐστὶν απαθής ϰατὰ τήν άνϑϱωπότητα ώσπεϱ έστίν απαθής ϰαί ϰατά τήν θεότητα. Un profane n’a pas à se prononcer sur l’enjeu théologique que recouvre pareille prémisse. Aux yeux de tous, il est manifeste que le corollaire le plus immédiat est de rendre inutile la résurrection et par conséquent d’éloigner infiniment Dieu des hommes. Le christianisme y perd toute originalité.

413 II, p. 133, 1. 7-14 : Καί ότι έτόλμησε βλασφήμους ἀποϰαλέσαι τούς φϱονούντας ϰαί λέγοντας ϑνητῷ ϰαί παθητφ σώματι τòν Κύϱιον ήμών’Ιησούν Χϱιστόν έν τφ ϰόσμω πολιτεύσασθαι, αὐτòς ούϰ ἐϱυϑϱιῶν μετὰ νίϰην παθών ϰαί θανάτου ϰαί φθοϱάς ἀναίϱεσιν, παϑητòν τò Κυϱιαϰòν τεϱατεύεσθαι σώμα, ϰαί ό « φθαϱτολάτϱας » ένυβϱίζων τούς οϱθοδόξους λέληϑεν αὑτòν δι’ών λέγει « παθητολάτϱης » αληθώς ἀπελεγχόμενος. Comme l’avait indiqué Eusèbe (II, p. 129, 1. 37), André soutenait des thèses héritées de Julien d’Halicarnasse, bien qu’il s’en défendît en alléguant qu’il polémiquait à la fois contre Julien et contre son adversaire, Sévère d’Antioche (ll. 38-39). La doctrine de l’incorruptibilité recruta des adeptes aussi bien dans les troupes fidèles à Chalcédoine que chez les monophysites de tendance sévérienne. L’aphtartodocétisme, qui fut aussi le fait d’André (II, p. 129, 1. 30, voir supra), avait pour origine le fait que l’Orient ignorait la notion de péché originel « par nature », Voir J. MEYENDORFF, Le Christ dans la théologie byzantine, Paris, 1969, p. 119.

414 II, p. 133, ll. 14-19 : Έντεῦϑέν τε παϱατίϑησι πάλιν φωνὰς πατϱιϰάς, ϰαὶ παϱίστησι παϑητòν ϰαί ϑνητòν ϰαί ϰατά τούτο φϑαϱτòν τό Κυϱιαϰòν σώμα ἕως τής αύτού ένδοξου ἀναστάσεως, έϰείθεν δὲ δι’ αὐτῆς μεταβληθέν εἰς αθανασίαν ϰαί απάθειαν.

415 II, p. 134, II. 36-37 : Ταῦτα φιλοϑέως ἐπιδογματισάμενος τέλος ἐπιτίϑησι τῇ δεϰαλόγῳ. Les dernières lignes renferment une très succincte analyse de style (ll. 37-39).

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search