Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

IIe partie. Du bon usage des œuvres

IIe partie. Du bon usage des œuvres

Texte intégral

L’univers, c’est un livre, et des yeux qui le lisent.
Victor HUGO
, Solitudines caeli.

1Une étude comme celle-ci ne peut prendre l’aspect que d’une enfilade de paragraphes relatifs à chacun des auteurs étudiés dans la Bibliothèque. La forme des « Kleine Schriften » est en somme celle qu’avait choisie Photios lui-même.

2Le choix d’un plan a souvent l’air d’être le fruit de l’arbitraire, quand la nature de la matière ne l’impose pas : il est vrai que des blocs erratiques, même finement travaillés, ou des amas de briques ne font jamais naître dans l’esprit du promeneur l’image d’un mur ou d’un bâtiment. L’épure de l’architecte, le cordeau et le fil à plomb du maçon sont les vrais constructeurs de l’édifice. Dans le cas présent, le dernier chapitre de la partie précédente avait déjà dessiné l’emplacement destiné à recevoir l’ensemble. Par la suite, l’étude du matériel de base a fait apparaître parentés et connexions, qui ont permis d’ériger, degré après degré, les pans et la disposition générale.

3On ne sera pas surpris par l’ampleur démesurée qu’ont pris certains chapitres. Une démonstration semblable à celle que j’ai tentée eût perdu son intérêt si elle n’avait cherché à préciser les traits les plus saillants des notices. Par exemple, le cas échéant, il fallait expliquer le processus qui a conduit Photios à commettre l’une ou l’autre erreur. J’ai dû, chemin faisant, essayer de jeter quelque lumière sur des péripéties mal connues que traversa l’école néo-platonicienne après Proclos.

4J’ai longuement hésité sur l’ordre à suivre au sein de chacune des trois parties suivantes. Aucune indication de l’espèce ne ressort de la Bibliothèque, on a pu lire pourquoi. Les relations chronologiques entre les écrivains ne sont pas toujours faciles à établir, et c’est l’affaire des spécialistes. Même si, au regard de la structure de la somme de Photios, la solution respire l’artifice, il apparaît qu’un classement en fonction des genres littéraires est le plus rationnel. À la réflexion, on pouvait combiner les deux. D’après G. Wentzel [Hermes, 33 (1898), p. 275], le plan d’Hésychios de Milet avait été le suivant :

  1. Poètes,

  2. Philosophes,

  3. Historiens,

  4. Orateurs et sophistes,

  5. Grammairiens et médecins,

  6. Spécialistes divers.

5Les poètes exceptés, — ils sont pratiquement absents de la Bibliothèque —, c’est celui que je suivrai dans les trois sections que l’on va lire. Une bonne part de ceci est pure convention. Les romans et compilations peuvent prendre place sans dommage au rayon des « divers spécialistes ». Les oeuvres chrétiennes ont droit à un traitement réservé, sauf lorsqu’il s’agit d’histoire ou d’éloquence sacrée. Pour les autres, je n’ai pu fournir de principe de classification satisfaisant. Partant, ce sera l’ordre chronologique qui prévaudra.

A 1. Damascios (cod. 181)

  • 1 Souda Δ39, s.v. Δαμάσϰιος · Στωϊϰòς φιλόσοφος, Σύϱος, Σιμπλιϰίου ϰαὶ Εὐλαλίου τῶν Φϱυγῶν ὁμιλητής, (...)

6Il est aisé de montrer qu’il n’existe pratiquement aucun rapport entre l’article de l’« Épitomé » d’Hésychios, tel qu’on peut le lire dans la Souda, et la notice biographique qu’a laissée Photios. On n’accordera pas grand crédit au premier1 :

Damascios, philosophe stoïcien, Syrien, disciple de Simplicios et d’Eulalios de Phrygie ; il atteignit le sommet de sa carrière au temps de Justinien. Il écrivit des commentaires sur Platon, Sur les Principes et une histoire philosophique.

  • 2 Voir L.G. WESTERINK, The Greek Commentaries on Plato’s Phaedo, I II, Amsterdam, 1976-1977.
  • 3 Edité et traduit par L.G. WESTERINK, Damascius. Lectures on the Philebus wrongly attributed to Olym (...)
  • 4 Voir H. HUNGER, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, I, Munich 1978 (dans le Byzan (...)
  • 5 Non cité par H. HUNGER. Voir É. BRÉHIER, Histoire de la philosophie I L’Antiquité et le Moyen Âge 2 (...)
  • 6 Cod. 181, II, p. 189, l. 30 - p. 192, l. 15 et cod. 242, VI, p. 8, l. 21 - p. 56, l. 20. Pour Photi (...)
  • 7 Comme on sait, la reconstruction de la Vita Isidori repose nécessairement sur une triple base : des (...)

7Le personnage est relativement bien connu. C’était lui qui était scholarque de l’école néo-platonicienne d’Athènes au moment où Justinien la frappa en 529 de mesures financières vexatoires. On sait qu’il avait écrit notamment des commentaires au Phédon2, au Philèbe3, à l’Alcibiade et au Parménide4, ainsi qu’un célèbre traité Des Principes5. Quant à l’« histoire philosophique », sans doute faut-il y voir la Vie d’Isidore dont Photios a laissé une double recension6. C’est dans la première que l’on peut lire l’esquisse biographique qui fait l’objet du présent chapitre7.

  • 8 II, p. 224 (n. complémentaire à la p. 192).

8Pour en élucider l’origine, R. Henry ne trouva à écrire que les lignes suivantes8 : « Les extraits de la Vie du « codex » 242 ne nous éclairent pas sur la provenance de ces renseignements ; ils peuvent cependant venir de l’auteur lui-même ou d’une notice trouvée par Photios dans le manuscrit qu’il lisait. » Comme on pourra le lire dans la suite, je tiens ce pessimisme pour injustifié.

  • 9 II, p. 189, ll. 8-13 : Oὐ μήν γε μᾶλλον Ἰσιδώϱου βίον ἢ πολλῶν ἄλλων, τῶν μὲν συνηϰμαϰότων τάνδϱί, (...)

9Photios lui-même lève un coin du voile9 :

Ce n’est certes pas plus particulièrement la vie d’Isidore qu’il consigne (dans son livre) que celle de beaucoup d’autres, dont les uns furent ses contemporains, d’autres aussi ses prédécesseurs : il réunit actions et histoires qui les mettent en cause, et il y recourt avec abondance, voire à satiété’, à la digression.

10On ne saurait donc, a priori, juger surprenant que Photios ait relevé dans l’ouvrage les traits fournis à l’occasion de l’un ou l’autre excursus. C’est ce que je crois possible de montrer dans les pages qui vont venir. Si l’on s’en tient à l’ordre de présentation des faits dans le cod. 181, Damascios aurait eu cinq maîtres : Théon, Marinos, « Zénodote », Ammonios et Isidore. Le rôle du troisième pose un difficile problème, en sorte que, pour ne pas déséquilibrer le chapitre, je serai contraint de l’aborder en dernier lieu.

  • 10 II, p. 192, ll. 40-42 = fr. 115, p. 93 Zintzen + Appendix, p. 319, ll. 9-10. Je ne comprends pas po (...)

110. Damascios travailla la rhétorique sous la direction de Théon pendant trois années entières et dirigea les exercices de rhétorique durant neuf ans.

11Dans le cursus studiorum de l’école alexandrine, Théon avait apparemment la responsabilité au moins partielle de dispenser le trivium. C’est ce que permettent d’assurer deux passages combinés de Photios et de la Souda :

  • 11 VI, p. 19, l. 6 - p. 20, l. 12 : v δὲ ὁ Θέων οὐ μάλα ἀγχίνους οὐδὲ ὀξύς, φιλομαϑὴς δὲ ϰαὶ φιλόπονο (...)
  • 12 Fr. 115, p. 91 Z. = Souda Θ 209 s.v. Θέων · σοφιστὴς λόγων ῥητοϱιϰῶν, γεγονὼς ἀπò τῆς εϱς Μαϱϰέλλ (...)

PHOTIOS11

Souda12

Théon, professeur de rhétorique, avait la vénérable Marcella dans son ascendance, mais, pour la faculté d’improviser, il tenait, du côté paternel, d’Ecdicios, qui fut lui aussi maître de rhétorique.

Or, Théon n’avait pas l’esprit bien vif ni perçant, mais il aimait apprendre et travailler plus que quiconque.

Or, ce Théon n’avait pas l’esprit bien vif ni perçant, mais il aimait apprendre et travailler plus que quiconque.

C’est pourquoi il avait acquis une très grande expérience et une mémoire très sûre tant des poètes que des orateurs et semblait pour les deux arts être parvenu au sommet de l’exactitude. Quant à écrire des vers ou des discours, bien qu’il en eût un ardent désir, il en était incapable.

  • 13 II, p. 190, ll. 18-27 : Πάντων δ’ ὅσους ἐξαίϱει τοῖς λόγοις ϰαὶ ϰϱείττους ἢ ϰατ’ ἀνϑϱώπων φύσιν ϑει (...)

12La dernière phrase de la Souda et la première du cod. 242 coïncident au point que la suite donnée par Photios représente selon toute apparence celle du passage auquel la source de l’article de la Souda a emprunté à son tour. Par conséquent, le rapprochement avec l’extrait du cod. 181 indiqué par Cl. Zintzen est parfaitement justifié. On peut supposer que Damascios rappelait la dette intellectuelle qu’il avait contractée vis-à-vis de ce Théon confiné dans un rôle obscur. Quoi qu’il en soit, le présent fragment rend compte d’une réserve formulée précédemment par Photios13 :

Quant à tous ceux qu’il exalte dans ses écrits et qu’il divinise comme supérieurs à la nature humaine pour l’absolue perfection de leurs théories scientifiques et la rapidité de leur intellect, il s’érige en juge pour chacun ; il n’en est point qu’il n’attaque pour quelque insuffisance sur chacun des points qu’on admire. Tel, exalté pour la vivacité de son esprit, n’en fait pas preuve dans tous les domaines ; tel, qui est incomparable pour la diversité de sa science, n’est pas savant en tout, et même enfin, tel autre, qui, sur le chemin de la vertu, approche de Dieu, a, sur de nombreux points, des insuffisances.

  • 14 Pour Hermias, voir VI, p. 24, ll. 7-33 = 74, pp. 100-104 Z. Disciple de Syrianos et contemporain de (...)
  • 15 VI, p. 43, ll. 20-26 = § 201, p. 274 Z. : Ὡς ἡ ἀσχολία τοῦ ῥητοϱεύειν δεινή, στϱέφουσα μὲν πεϱὶ στό (...)

13Bien que la même critique reparaisse à propos d’Hermias14, le père d’Ammonios et d’Héliodore, la récurrence de la locution « vivacité d’esprit » suggère d’éclairer un texte par l’autre. Ajoutons que les services rendus par Damascios à l’Académie en tant que professeur de rhétorique sont explicitement mentionnés dans la Vie15 :

Car l’absence de loisir (résultant) de l’enseignement de la rhétorique est terrible : l’enseignement tournait toute mon attention sur ma bouche et sur ma langue et il la détournait de mon âme et des leçons heureuses et divines qui la purifient. Telles sont les réflexions, dit l’écrivain, qui, quelquefois, me faisaient interrompre mes cours de rhétorique. Ma neuvième année s’était donc passée de la sorte.

  • 16 N. 2 ad l. Il est signalé aussi par ZINTZEN (o.l. p. 275). Plus curieuse est la traduction que prop (...)

14R. Henry avait déjà correctement noté des similitudes16, mais sans en tirer les conséquences.

  • 17 II, p. 192, ll. 42-2 = App., p. 319, ll. 10-12 Z.: Γεωμετϱίας δὲ ϰαὶ ἀϱιϑμητιϰῆς ϰαὶ τῶν ἄλλων μαϑη (...)

217. Pour la géométrie, l’arithmétique et les autres sciences (mathématiques), il avait eu pour maître Marinos, le successeur de Proclos à Athènes.

  • 18 VI, p. 36, ll. 1821 = 141, p. 196, ll. 1-2 Z. : Ὅτι ὁ διάδοχος Πϱόϰλου, φησίν, ὁ Μαϱῖνος γένος ἦν ἀ (...)

15On ne peut douter qu’une partie des renseignements vienne de la source. Photios écrit18 :

Que le successeur de Proclos, dit-il, Marinos, était originaire de Naplouse, en Palestine, ville fondée au pied du mont nommé Argarizos.

  • 19 On sait que c’est à Marinos que l’on doit une Vie de Proclos conservée. Voir H.D. SAFFREY-L.G. WEST (...)

16Nulle part, à vrai dire, il ne traite de la spécialité qui paraît avoir été la sienne, renseignement des disciplines formant le quadrivium19.

  • 20 II. p. 192, ll. 5-10 = App., p. 319, ll. 14-18 Z. : (...) ϰαὶ Ἀμμώνιος ἐν Ἀλεξανδϱείᾳ Ἑϱμείου, ὃν(...)

320. (...) et, à Alexandrie, Ammonios, fils d’Hermias, qui l’emportait, dit-il, dans une mesure non médiocre sur ses contemporains en philosophie et surtout dans les sciences. C’est lui également, ainsi que l’écrit Damascios, qui lui expliqua les écrits platoniciens et le recueil des livres astronomiques de Ptolémée.

  • 21 Sur le personnage, on lira E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., pp. 200-204. L.G. WESTERINK, Anonymous..., (...)
  • 22 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 200, n. 21.
  • 23 Le mot σύνταξις constitue une allusion au titre de l’Almageste, Ἀποτελεσματιϰὴ σύνταξις τετϱάβιβλος(...)
  • 24 VI, p. 36, ll. 36-37 = § 145, p. 198 Z.: ἄϱιστος ἡγεμὼν Πτολεμαῖος τῆς ἀστϱοϑεάμονος ἐπιστήμης.

17Ce savant dirigea l’école d’Alexandrie qui se distingua en particulier par ses travaux en matière d’astronomie21. Ceux qui sont attestés pour Ammonios semblent avoir porté principalement sur les traités d’Aristote, notamment le De caelo, les Météorologiques et la Métaphysique22. Je n’ai pas trouvé trace d’un commentaire à l’Almageste de Ptolémée23. Pourtant, le penchant du philosophe alexandrin pour l’astronomie semble bien avoir été indiqué par Damascios, si un rapprochement de Zintzen est fondé. On peut lire au cod. 24224 :

le meilleur guide, Ptolémée, dans la science contemplatrice des astres

  • 25 VI, p. 25, ll. 24-28 = § 79, p. 110 Ζ.: μᾶλλον δὲ τὰ Ἀϱιστοτέλους ἐξήσϰητο, ἔτι δὲ διήνεγϰε οὐ τῶν (...)

18et25

Il (sc. Ammonios) pratiquait surtout Aristote, et il l’emporta non seulement sur ceux de sa génération, mais aussi sur les hommes de la génération plus ancienne, celle des compagnons de Proclos (peu s’en faut même que je ne dise : des hommes qui furent jamais) par ses connaissances en matière de géométrie et d’astronomie.

  • 26 Ε. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l, p. 201, n. 21 et p. 202 avec les nn. 23-25.

19Des citations d’Olympiodorc laissent supposer qu’il avait en effet rédigé l’un ou l’autre commentaire à Platon26. Le « surtout » du fragment de Damascios dissimule peut-être une allusion a contrario aux oeuvres du premier maître de l’Académie et à des leçons portant sur elles.

  • 27 II, p. 192, ll. 10-14 = App., p. 319, ll. 18-21 Z. : Τῆς μέντοι διαλεϰτιϰῆς τϱιβῆς τὰς Ἰσιδώϱου συν (...)

427. Quant à la pratique de la dialectique, ce sont les leçons d’Isidore qui lui ont, prétend-il, donné de la vigueur : celui-ci, dit-il encore, allait, par la puissance d’argumentation qu’il avait à un tel degré, jusqu’à éclipser tous les hommes que le temps a produits durant cette génération.

  • 28 VI, p. 16, ll. 28-34 = § 43, p. 68 Z. : Ἐξαίϱετον δ’ ἦν αὐτῷ πεϱὶ τοὺς ἄλλους ϰαὶ τοῦτο φιλοσόφους, (...)

20Il se pourrait bien que la note fût corroborée par un extrait du cod. 24228 :

Encore un trait à mettre en exergue chez lui (sc. Isidore), qui lui faisait surpasser les autres philosophes. Il ne voulait pas, en recourant à des syllogismes, forcer seulement à suivre une vérité dérobée à la vue, ni lui-même ni ses disciples poussés par le raisonnement à marcher sur une route unique, comme des aveugles conduits par la main sur la voie droite. Mais il s’attachait chaque fois à persuader et à faire pénétrer une vision dans l’âme ou plutôt à purifier celle qu’elle contient.

  • 29 II, p. 192, ll. 2-5 = App., p. 319, ll. 12-14 Z. : Τῆς τε φιλοσόφου ϑεωϱίας τε Ζηνόδοτος αὐτῷ ϰαϑ (...)

529. Pour l’étude de la philosophie, le « Zénodote » avait été aussi en personne son guide à Athènes (ce dernier aussi avait été « diadoque » de Proclos, remportant la seconde place après Marinos).

  • 30 VI, p. 37, ll. 23-26 = § 154, p. 206 Z. : λλά γε τοιοῦτος ϰαὶ ὁ φιλόσοφος στοϱεῖται Ζηνόδοτος, πα (...)

21On peut croire que les faits ne sont pas tout à fait inexacts. Photios parle ailleurs du même personnage en termes ambigus30 :

Mais tel fut aussi, est-il raconté, le philosophe « Zénodote », seul à avoir mérité le nom de « favori de Proclos », celui sur lequel ce dernier fondait aussi surtout ses espérances.

  • 31 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, p. xxv. D’après L.G. WESTERINK (The Greek Commentaries…, II, (...)

22Chacun sait que la succession de Proclos posa un problème délicat. Asclépiodote I, un des plus anciens et des plus brillants disciples du grand scholarque, avait été pressenti pour la recueillir, mais il déclina l’invitation pour lui-même en proposant deux candidats de rechange, son propre gendre, Asclépiodote II, et le philosophe d’Alexandrie, Isidore. Préféré au premier, Isidore s’effaça, refusant de supplanter Marinos31.

  • 32 H. DÖRRIE, dans son art. Zenodotos (12) de la R.-E., XIX (1972), col. 51.
  • 33 ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 209.
  • 34 H. DÖRRIE, l.l., R. ASMUS, Das Leben..., p. 179 (n. à 92, 19) ne dit rien de plus intéressant: «Vie (...)

23H. Dörrie souligne que jamais Zénodote ne se montra capable de confirmer les vues de Proclos32. Zeller-Mondolfo imaginent un subterfuge pour évacuer la difficulté33 : « Bien qu’il soit possible de l’(sc. Zénodote) insérer entre Hégias et Damascios comme scholarque, il est plus probable qu’ici διάδοχος soit à entendre dans un sens plus large. » La médiocrité du rôle qu’assuma le personnage, rigoureusement inconnu par ailleurs, ne permet guère d’accorder crédit à cette hypothèse. H. Dörrie croit que la note de Photios dans le cod. 181 est le fruit de spéculations personnelles34. En somme, les spécialistes allemands et italien se rejoignent pour rejeter comme aventureux le témoignage de la Bibliothèque. Photios aurait-il mal interprété le témoignage de Damascios ?

  • 35 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, pp. xv-xvii.
  • 36 Voir, sur ce point, l’épigramme de l’Anthologie (VII, 341).
  • 37 J. GLUCKER, o.l., p. 155, n. 122. Depuis longtemps, le rôle de Domninos en tant que dialogue fait d (...)

24Comprendre et traduire le premier passage ne sont pas entreprises faciles. Le problème est de savoir ce qu’exactement recouvre le vocable « diadoque ». S’agissait-il, pour Zénodote, de jouer les utilités aux côtés de Marinos ou faut-il trouver ici l’indice d’un mode de succession binaire ? La seconde hypothèse lèverait une difficulté majeure dans l’histoire de l’école néo-platonicienne du ve siècle. À la mort de Plutarque d’Athènes, qu’il faut situer dans l’été de 432, la direction de l’école échut à Syrianos, qui disparut lui-même quelques années plus tard, sans doute en 43735. Un diadoque originaire de Syrie, Domninos, eût pu prendre la place laissée vacante : ce ne fut point ce qui se passa, car, en définitive, le scholarcat revint à Proclos36. Il faut, semble-t-il, distinguer deux acceptions différentes du mot « diadoque ». L’un, Proclos, aurait été le « diadoque » de l’école, c’est-à-dire celui que l’on appellerait de nos jours le président de l’institut. L’autre titre de « diadoque » aurait été le lot du titulaire de la seconde chaire de l’école. Après l’érection de Proclos au poste suprême, Domninos aurait conservé la responsabilité qui était sienne ; il est probable qu’il l’avait déjà lorsque Plutarque se choisit Syrianos comme successeur. C’est l’explication développée avec brio par J. Glucker37.

  • 38 J. GLUCKER, l.l.

25La présence de « Zénodote » est embarrassante. J. Glucker écrivait encore38 : « Is Photius = Damascius speaking merely of Marinus and Isodore, or is he including Zenodotus ? » D’après le procédé successoral décrit plus haut, on peut croire que, du vivant déjà de Proclos, Marinos avait eu droit au titre de « diadoque » au second sens du terme, mais préférait ne pas se voir investi du titre suprême. Asclépiodote II récusé, Isidore lui-même aurait décliné l’invite pressante à accepter le poste de diadoque, au sens premier.

  • 39 VI, p. 37, ll. 17-19 = § 151, p. 206 Z. : Δεδιὼς δ Πϱόϰλος πεϱὶ τῇ Πλάτωνος χϱυσ τ ντι σειϱᾷ, (...)

26On le sait, Proclos redoutait que la pensée philosophique à laquelle il avait consacré sa vie ne mourût avec lui39 :

Proclos, craignant pour la chaîne d’or véritable de Platon que sous nos yeux elle ne quittât la cité d’Athéna.

  • 40 MARINOS, Vie de Proclos, 26, p. 21 Boissonade, cf. fr. 351, p. 285 Z. (note) : Οὕτω δὲ ἀσϑενῶν αὐτò (...)

27L’image de l’aurea catena ne revient pas ailleurs dans les fragments conservés de Damascios. En revanche, elle surgit sous la plume de Marinos dans un passage surprenant40 :

Ouant à (Proclos), qui était si faible, Hégias le Jeune le rendait plus actif, principalement pour les exégèses : il montrait, dès l’adolescence, des preuves évidentes qu’il avait toutes les vertus ancestrales et qu’il appartenait à la chaîne d’or véritable de la race qui remonte à Solon. Il s’instruisait donc soigneusement auprès de lui pour les (commentaires à) Platon et aux autres oeuvres théologiques. Et le vieillard lui transmettait des écrits, et il éprouvait une grande joie à voir l’enfant faisant coudée par coudée des progrès dans chacune des sciences.

  • 41 VI, p. 52, ll. 2-6 = § 279, p. 304 et fr. 269, p. 215 Z. : Ὁ δὲ Πϱόϰλος ὁϱῶν αὐτοῦ τὴν πϱοϑυμίαν ἄτ (...)

28En substance, Damascios ne dit rien d’autre41 :

Or, Proclos, voyant son activité, qui était inépuisable, et son insatiable amour pour l’étude, laissa couler dans son âme la source des discours saints et philosophiques, et il ne cessait de jubiler parce qu’il trouvait en lui pour sa pensée un réceptacle attentif et largement ouvert.

29Selon toute apparence, le fragment roulait sur le jeune Isidore. Le rapprochement n’est indiqué par aucun des spécialistes que je connais. II permet de supposer que Damascios a transféré au profit de son maître certains traits de Marinos visant Hégias.

  • 42 Souda, H 60, s.v. Ἡγίας · οὗτος (ἀμείνω τοῦ πατϱὸς ἦν τὰ πϱὸς ἀϱετὴν ἥϰοντα ϰαὶ τὰ πϱòς λόγους) ἔτι (...)

30Sur le compte du dernier, Damascios se montrait sensiblement moins enthousiaste que son prédécesseur42 :

Celui-ci (les dons qui contribuent à la vertu et à l’éloquence étaient chez lui supérieurs à ceux de son père) conçut, à peine adolescent, des espérances pour lui-même et il en donna à tous : il ne serait pas de beaucoup dépassé par le grand Plutarque. Voilà donc pourquoi Proclos le jugea digne, quand il était jeune encore, d’assister aux conférences sur les Oracles Chaldaïques. Il avait en outre naturellement quelque amour pour l’étude et un caractère raisonnable. (...) Ceux-ci (sc. les flatteurs) corrompirent si bien l’existence d’Hégias qu’il ne pratiqua plus la philosophie authentique.

  • 43 ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 206; H D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, O.l., I, p. li.
  • 44 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 207; H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, p. lii.
  • 45 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 208. Je reviendrai plus loin sur le « scholar-cat » d’Hégias.

31D’après les dispositions prises au lendemain du renoncement d’Asclépiodote I, Isidore devait succéder à Marinos sur le siège de Proclos43, puis Hégias à Isidore44. Pouvant alléguer ses relations privilégiées avec Proclos, Hégias eût pu faire valoir à un moment donné des titres au scholarcat45. Mais on ne voit pas très bien où placer celui de «Zénodote », dont personne ne parle, hormis Damascios, au moins dans l’interprétation traditionnelle des documents.

  • 46 VI, p. 51, ll. 39-1 = fr. 268, p. 215 = § 278, p. 304 Z.: δὲ Μαϱῖνος, ϰαὶ ατòς ὁ Πϱόϰλος, οὐ τῇ (...)

32Il faut revenir en arrière et essayer de se représenter les faits dans leur déroulement correct. Le second adieu d’Isidore à Athènes fut précédé d’une scène à laquelle Damascios avait donné des couleurs violentes46 :

Mais Marinos et Proclos lui-même retenaient Isidore serré non d’une main seulement mais des deux.

33Sans doute fut-ce à ce moment qu’en dépit des objurgations de Marinos et de Proclos, Isidore quitta Athènes pour Alexandrie. Envisageait-il alors de tenter sa chance plutôt à Alexandrie ? C’est possible.

  • 47 VI, p. 37, ll. 10-17 = § 150, p. 204 Z.: Καὶ ὁ Πϱόϰλος ἐπεδίδου ταῖς εἰς αὐτòν ὁϱώσαις ἐλπίσι μηδὲ (...)

34Toujours est-il que Proclos revint à la charge, sans doute à la suite d’une nouvelle crise de Marinos. En tout cas, c’est ce qui paraît ressortir de certains passages de la Vie d’Isidore47 :

Et outre les espérances qui portaient les yeux sur lui, Proclos ajoutait qu’il avait à ne point déshonorer la dignité de Platon ni à tourner le dos au verdict tant de Jamblique que de Plutarque ni, à l’inverse, à se mettre au-dessus de la préférence marquée pour servir les intérêts de la communauté. Mais à mesure qu’il gonflait dans ses propos l’importance de la succession, plus Isidore en était réduit à la conviction qu’il soulevait un fardeau trop lourd pour ses épaules.

  • 48 Voir ici même, supra, p. 136.
  • 49 Voir Cl. ZINTZEN, o.l., p. 207, d’après R. ASMUS, Zur Rekonstruktion..., I, p. 464.
  • 50 VI, p. 40, ll. 34-35 = § 188, p. 258 Z. : ’Aφίϰετο μὲν ’Aϑήναζε τότε τῷ Πϱόϰλῳ ἐπὶ ταφῆς ὄντι τὴν ϑ (...)

35La locution « et outre les espérances... sur lui » est à rapprocher du « celui sur lequel ce dernier (sc. Proclos) fondait aussi surtout ses espérances », que l’on peut lire un peu plus bas48. Damascios nous invite ici à admirer une « tempête sous un crâne ». À Isidore retourné à Alexandrie, Proclos a exposé par écrit le drame de l’école athénienne. Le premier scholarque au bord de la tombe, le second diadoque en titre à l’agonie, tels devaient être les arguments mis en avant dans la lettre49. On vient de lire les sentiments contradictoires qu’elle avait éveillés dans l’âme d’Isidore. Néanmoins, l’Alexandrin finit par obtempérer. Les projets de Proclos furent déjoués, car50

il (sc. Isidore) arriva à Athènes, porteur d’une cassolette, au moment où l’on était sur le point de mettre Proclos au tombeau.

36Peut-être l’offrande était-elle davantage destinée à Marinos qu’à Proclos.

  • 51 VI, p. 16, II. 19-28 = § 42, p. 66 Z.: Μαϱῖνος δὲ ὁ Πϱόϰλου διάδοχος, ὁ ϰαὶ ’Ισιδώϱου (μετὰ ϰαὶ ἄλλ (...)

37Toujours est-il qu’Isidore joua aux côtés de Marinos un rôle fort important. Le témoignage de Damascios permet, semble-t-il, de l’esquisser en quelques traits. On doit, pour ce faire, revenir sur un fragment significatif des relations qu’entretinrent les deux hommes51 :

Le successeur de Proclos, Marinos — il avait été le maître d’Isidore notamment, en même temps que d’autres d’ailleurs, pour les livres d’Aristote — avait composé un long commentaire au Philèbe de Platon ; il invita Isidore à lire le commentaire et à juger s’il lui fallait donner une diffusion. Après lecture, (Isidore) ne dissimula rien de ce qu’il pensait ; il ne prononça pas toutefois non plus de propos inconvenant, mais il se contenta de dire que suffisaient les commentaires du Maître. Quant à Marinos, il comprit et brûla son livre.

  • 52 L.G. WESTERINK, Anonymous Prolegomena.... X, 26, p. 49, I. 34 appelle « dialogues parfaits » le Tim (...)

38La cruauté du trait permet d’expliquer pourquoi Marinos avait peu écrit sur le terrain proprement philosophique : des commentaires aux Analytiques et au traité Sur l’âme d’Aristote, ainsi qu’un travail analogue sur le Parménide. Les deux premières productions doivent avoir appartenu à la partie de sa carrière durant laquelle il s’illustra en tant que second de Proclos. Sans doute n’était-ce pas le cas pour les commentaires au Parménide et au Philèbe. Les dialogues figuraient parmi les derniers qu’abordait le cursus studiorum de l’école52. Le titre donné à Marinos, le caractère des oeuvres abordées donnent à penser que les commentaires furent rédigés, après la mort de Proclos, par le nouveau scholarque laissé à ses propres ressources. À qui eût-il pu confier ses incertitudes intellectuelles, si ce n’est à celui qui occupait, immédiatement derrière lui, une place prépondérante au sein de l’école, sans doute en tant que diadoque en second, au sens où l’entend J. Glucker ?

  • 53 VI. p. 36, II. 31-32 = § 143, p. 196 Z. : Οὐϰ εἴα δὲ αὐτòν ἐϱωτᾶν ὁ ‘Ισίδωϱος ἀσϑενείᾳ σώματος ἐνοχ (...)

39Ainsi s’expliquerait qu’Isidore joua les éminences grises aux côtés de Marinos. C’est ce que le texte donne à entendre53 :

Isidore ne permettait pas que l’on interrogeât (Marinos) gêné par une faiblesse physique, afin de prévenir sa gêne.

  • 54 VI, p. 36, II. 40-42 = § 147, p. 202 Z.

40On a quelque raison de supposer que ces mises en garde sont postérieures à l’époque où Proclos était en mesure d’exercer lui-même la vigilance. Marinos essaya de pallier ses carences philosophiques par un travail forcené. Les craintes de Proclos touchant la santé de Marinos ne sont rapportées que dans la suite du texte54. C’est là sans doute que commençait dans l’original un retour en arrière, au cours duquel était narré le second voyage d’Isidore à Athènes.

  • 55 VI, p. 46, II. 35-38 = 226, p. 292 Z. : Τοιαῦτα πολλὰ λέγων τε ϰαὶ ἐπᾀδων ἔπεισε τòν ’Ισίδωϱον ὁ Μα (...)

41Le sentiment de ses lacunes finit par faire capituler Marinos. Aussi proposa-t-il à Isidore un échange55 :

En multipliant propos et adjurations du genre, Marinos finit par convaincre Isidore d’accepter le décret qui l’élisait diadoque ; et il se laissa investir sur la base d’une décision plutôt que pour le fait d’expliquer Platon.

42Damascios vise-t-il la décision de Proclos, transmise par lettre, ou celle de Marinos ? Sans doute ne le saurons-nous jamais. Toujours est-il que, sentant vibrer autour de ses tempes les ailes de la mort, Marinos paraît bien s’être retiré au second plan à ce moment. On peut donc supposer que, pendant une période plus ou moins longue, Isidore exerça, du vivant de Marinos, les deux fonctions de diadoque, dans les deux sens distincts où les entend J. Glucker.

  • 56 Isidore a-t-il, comme le suppose R. ASMUS (Zur Rekonstruktion..., I, pp. 471-473), fait un quatrièm (...)
  • 57 VI, p. 46, II. 38-6 = § 227, p. 292 Z. : Eἰ δὲ ϑειότεϱον χϱῆμα, ὡς σὺ φῄς, ὦ ‘Hγία, ἔλεγε πϱòς αὐτò (...)

43Pour qui relit les fragments de la Vie d’Isidore, il n’apparaît pas qu’Isidore ait quitté Athènes entre le moment où il fut de retour à la demande de Proclos et la mort de Marinos56. On sait d’autre part qu’Isidore eut des différends doctrinaux avec Hégias, notamment sur le rôle à réserver à la théurgie dans les usages de l’école57 :

Si, comme tu l’affirmes, Hégias, lui disait Isidore, l’art théurgique est chose plus divine, c’est là un fait que j’affirme moi aussi ; mais ils doivent d’abord devenir des hommes ceux qui seront des dieux. C’est pourquoi Platon disait qu’il n’était pas arrivé chez les hommes de bien plus grand que la philosophie. Mais ce bien en est arrivé de nos jours que ce qui se trouve, de façon tout à fait véritable, sur le fil du rasoir, c’est non point l’instant de sa fleur, mais celui de son extrême vieillesse.

  • 58 Je suis l’interprétation de Cl. ZINTZEN (o.l., p. 292 n. ad l.), qui propose un rapprochement avec (...)

44Si l’on comprend bien, Hégias souhaitait donner un rôle prépondérant dans les pratiques de l’école à la théurgie au détriment de l’indispensable préparation que devait constituer la philosophie. Sans rejeter l’importance de la première, Isidore souhaitait que l’on gardât l’ordre traditionnel58.

  • 59 VI, p. 46, II. 6-9 = 229, p. 296 Z.: ’Eλάνϑανε δὲ ἑαυτòν ἀνίατα πϱάγματα ϰαὶ πόϱϱω μοχϑηϱίας πϱοβεβ (...)

45Il faut supposer que la décrépitude de Proclos et la faiblesse naturelle de Marinos avaient engagé la décadence à telles enseignes que59

sans qu’il s’en aperçût, la situation avait pris un tour irrémédiable et avançait loin dans la dégradation, alors qu’il la prenait en mains de façon à la redresser : pas plus (que lui), il n’arrivait au moindre résultat.

  • 60 Cl. ZINTZEN, o.l, p. 296, n. ad l.

46Le promoteur de cette dernière tentative paraît bien avoir été Isidore. Cette dégradation à laquelle Damascios fait allusion serait, d’après Zintzen60, la « res publica christiana ». Cela se conçoit aisément : l’influence chrétienne érodait de proche en proche les positions détenues par l’école d’Athènes.

47La suite des fragments conservés permet, semble-t-il, de lire en filigrane la fin du drame :

  • 61 VI, p. 46, II. 9-10 § 229, p. 296 Z.: ϱι δὲ ἀϱχομένῳ, τοῦ Μαϱίνου τò σῶμα ἀπολιπόντος, ἐβουλεύετο(...)

161. Au commencement du printemps, quand Marinos eut abandonné son corps, Isidore méditait d’abandonner Athènes.

  • 62 VI, p. 46, II. 10-12 = § 230, p. 296 Ζ. = Παϱῄνει δὲ Συϱιανòν ϰαὶ Ἡγίαν Ισίδωϱος ὡς χϱεὼν εἴη φι (...)

262. Isidore exhortait Syrianos et Hégias dans l’idée qu’il fallait restaurer une philosophie croulant en ruines.

  • 63 VI, p. 46, II. 13-14: Ὃσα παϱεῖται χϱεὼν ταῖς ἐϰλογαῖς συντετάχϑαι ϰαλλιέπειαν ἔχοντα.

48On a quelque raison de croire que ces mots figuraient parmi les derniers de l’épilogue de la Vie d’Isidore. La suite du codex 242 est formée de63

Morceaux qui ont été laissés de côté ; ils doivent être rangés à côté des extraits pour la beauté d’expression qu’ils contiennent.

49Du reste, on voit mal ce que Damascios eût pu ajouter d’intéressant. Les deux précédents fragments ont tout l’air de sortir d’un finale, dont quelques particularités méritent un bref commentaire.

50Dans le premier extrait, la responsio verborum, soulignée par un chiasme, suggère d’établir l’équivalence suivante :

mort de Marinos

= âme quittant le corps

départ d’Isidore

= Isidore abandonnant l’école.

  • 64 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l.. I, p. xxxiii, n. 2 (continuée p. xxxiv) soulignent ce point très (...)

51Si l’on comprend bien, d’après Damascios, une fois Marinos disparu, Isidore emportait avec lui ce qui pouvait subsister de l’âme d’Athènes, c’est-à-dire de l’esprit de l’école néo-platonicienne. On ne peut donc être sûr qu’Hégias fût jamais investi du scholarcat64.

  • 65 VI, p. 45, 1. 21 - p. 46, I. 24 = § 221, p. 284 Z.: Εἰς τοσοῦτον γὰϱ ἀϰηϰόαμεν φιλοσοφίαν ϰαταφϱονη (...)

52Un fragment, à vrai dire, pouvait donner lieu à la supposition65 :

Jamais encore, avons-nous ouï dire, une philosophie ne fut tenue en tel mépris à Athènes que celle que nous avons vu déshonorer sous Hégias.

  • 66 VI, p. 46, II. 24-31 = §§ 222-223, pp. 286-288 Z.

53L’état de l’école a été constaté par Damascios lui-même au cours d’un voyage à Athènes, où les disciples d’Hégias devaient faire l’objet de quolibets. Le séjour doit avoir eu lieu après le décès d’Isidore, le maître d’élection. Quant au récit du retour d’Isidore à Alexandrie, il doit avoir figuré au cours d’une digression : les fragments précédents roulent sur les membres de la famille d’Archiadas notamment66, à laquelle appartenait Hégias. Rien de toute façon qui permît de conclure qu’Hégias eût osé à titre personnel reprendre le titre prestigieux de diadoque, peut-être tombé en désuétude. Décidément, la reconstruction des faits laisse peu de place à « Zénodote ». Faut-il le placer entre Hégias et Damascios, comme le proposaient Zeller-Mondolfo ? Porteur d’un lourd chaînon doré et nanti de garanties incomparables, le pauvre eût attendu bien longuement une consécration suprême que l’histoire, d’ailleurs, ne consentit pas à ratifier.

54On peut, je crois resserrer encore les mâchoires de l’étau autour du mystérieux diadoque. On se rappelle les circonstances qui motivèrent le second retour d’Isidore à Athènes, qui sont celles également à propos desquelles est prononcé le nom de Zénodote, dans le cod. 242 :

  • 67 VI, p. 37, II. 19-20 = § 152, p. 206 Z.: Δεδιὼς δὲ ἐπὶ τῷ Μαϱίνῳ διὰ τὴν τοῦ σώματος ἀσϑένειαν.

167. (Proclos) craignant pour Marinos en raison de sa faiblesse physique.

  • 68 VI, p. 37, II. 20-23 = § 153, p. 206 Ζ. (cf. fr. 255, p. 207 = Souda A 1178 s.v. ἀληϑινòς ἔϱως) : ’ (...)

268. Un amour authentique de la philosophie s’implante en lui : brisant tout lien d’origine terrestre, foulant de même aux pieds toute espérance d’honneurs aussi bien que de richesses, il arrive à Athènes (var. chez Proclos).

55Dans ce philosophe désintéressé, on ne peut guère reconnaître qu’un des anciens favoris d’Asclépiodote I, notre Isidore, à qui l’ambiance athénienne ne plut jamais.

  • 69 VI, p. 37, I. 26 - p. 38, I. 32 = §§ 155-157, p. 210 Z. La comparaison avec la Souda Θ 78 s.v. Θεαγ (...)
  • 70 VI, p. 38, II. 32-38 = § 158, p. 212 + frr. 264-265, p. 213 Z.
  • 71 VI, p. 38, II. 2-8 = § 160, pp. 212-214 Z.
  • 72 VI, p. 36, II. 18-37 = §§ 141-145, pp. 196-198 Z
  • 73 VI, p. 36, II. 31-32 = § 143, p. 196 Z.

56Dans les fragments suivants69, Damascios, autant que l’on puisse voir, procède à la description d’attitudes passablement serviles de Marinos. La suite, une digression sur les ressources de l’école70, précède une formule de transition destinée à introduire une comparaison entre les mérites d’Asclépiodote II et d’Isidore71. Si l’on comprend bien, Damascios a pratiqué systématiquement le retour en arrière, au point de brouiller les pistes et de dérouter les excerpteurs. À propos de Marinos, dont il a souligné mérites et faiblesses72, sans omettre l’office de factotum ou de second que remplit Isidore73, il a été amené à mettre successivement en parallèle les titres de Marinos et d’Isidore, puis, dans la suite du texte, mais précédemment dans la succession chronologique des événements, ceux d’Isidore et d’Asclépiodote II. Dans le présent développement, on chercherait en vain un motif pour introduire un comparse nommé « Zénodote ».

  • 74 II, p. 192, II. 10-15 et ici même, p. 136.

57Ajoutera-t-on que l’enseignement que conféra « Zénodote » à Damascios, la philosophie, est analogue à celui que dispensa Isidore, la pratique de la dialectique74 ?

  • 75 Dans ce que nous connaissons de la Vie d’Isidore, les occurrences de ce mode de présentation ne son (...)
  • 76 Il est très possible que la locution de VI, p. 37, II. 24-25 παιδιϰὰ τοῦ Πϱόϰλου ϰαλεῖσϑαι μóνος ἀξ (...)
  • 77 Sur la signification du nom d’Isidore, voir R. ASMUS, Das Leben p. 137 (n au titre).

58Peut-on conclure ? Ce ne sera qu’au prix d’une hypothèse que je crois éclairante. L’énigmatique « Zénodote » a-t-il jamais eu d’existence ailleurs que dans l’imagination des historiens spécialistes de l’école néo-platonicienne finissante ? On a quelques raisons d’en douter. Le passage étrange du cod. 242 termine un développement sur les qualités d’Isidore, un successeur tombé du ciel ou plutôt « donné à Zeus » ou, si l’on préfère, « Dieudonné », prêt, en tout cas, à recueillir au pied levé l’héritage de Marinos au besoin. On a trop peu remarqué la présence dans la phrase du substantif « philosophe »75. Superflu dans le cas d’un favori de Proclos76 parce que pléonastique, il n’y figure que pour faire briller le nom-épithète « Zénodote » donné à Zeus : par ce calque du véritable nom propre Isidore77, « Don d’Isis », Damascios met un heureux point final au portrait de son maître en soulignant le prix du cadeau que fit Isis à Zeus, c’est-à-dire Alexandrie à Athènes.

  • 78 J. HUMBERT, Syntaxe grecque, 3e édition, Paris, 1960, pp. 46-47. C’est l’auteur qui souligne.

59Reste à souligner de minuscules détails d’expression qui ne prennent leur véritable sens qu’à la lumière de la présente explication. On pourrait soutenir qu’au moment où il rédigeait le cod. 181, Photios n’avait pas été en mesure de synthétiser correctement le passage de Damascios. Je n’en crois rien. On l’a vu, la présentation de « Zénodote » n’y est pas exempte d’une emphase certaine. Elle se marque par deux traits : ... Ζηνόδοτος... ϰα ατός. Le prétendu scholarque est le seul à avoir bénéficié d’un tel luxe de précautions. Devant un nom propre, « la présence de l’article indique que la personne (...) désignée par le nom propre est familière à celui qui parle ou l’intéresse particulièrement »78. D’autre part, la locution insistante « aussi en personne » ne peut de même renvoyer qu’à un personnage particulièrement important aux yeux de l’écrivain et qui, de surcroît, avait laissé, dans le bon ou le mauvais sens, une forte impression sur le lecteur. Si le présent raisonnement est correct, ces deux particularités stylistiques ne peuvent viser qu’un seul homme, Isidore.

60On pourrait objecter que Damascios eût aussi bien pu forger un mot comme « Zénodore », afin de répondre plus exactement à « Isidore ». On aurait tort de chercher à amoindrir le sel de la création de l’écrivain. Composé verbal, « Zénodote » rappelait plus finement la double appartenance d’Isidore qui le fit balancer si cruellement entre Athènes et le Delta. Surtout, la phrase du cod. 181 n’autorise pas à taxer Photios d’erreur ou de mécompréhension. Tout indique qu’il a gardé le mot « Zénodote » en le retournant avec une intention ironique. C’est aux jeux de plume entrecroisés de Damascios et du futur patriarche que l’école néo-platonicienne doit un philosophe et un scholarque fantôme.

  • 79 Ou la construction insolite. Voir II, p. 192, 1. 38 = App., p. 319, 1. 8 Z. pour τῆς συνϑήϰης τò ἄη (...)

61Pareille explication perdrait évidemment toute valeur démonstrative, si l’on ne pouvait découvrir ailleurs des exemples de calembours analogues. Photios avait déjà relevé les constructions insolites79 qui caractérisent le style de la biographie. Damascios apparemment n’avait aucune répugnance pour les saillies d’un goût parfois discutable.

  • 80 Héraïscos appartenait, d’après DAMASCIOS, Des principes, I, p. 324, 12 cité par R. ASMUS, o.l., p.  (...)
  • 81 VI, p. 30, II. 17-19 = § 112, p. 154 Z. : Βούλομαι δὲ ϰαὶ ἀφεὶς δη τòv Πύϑιον ἐπὶ τòν Ἡϱαΐσϰον ἐπα (...)

62Ainsi, il eut l’occasion de consacrer quelques pages au philosophe Héraïscos, un contemporain de Proclos, qui reconnaissait sa supériorité80. Sous la plume du biographe, celui-ci est gratifié de qualifications singulières81 :

Mais je veux encore, laissant désormais le Pythien, en revenir à Héraïscos l’Eubéen.

  • 82 VI, p. 30, II. 32-2 = § 107, p. 148 Z. et fr. 174, p. 149: Ἦν δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἡ πϱώτη γένεσις ἱεϱὰ ϰαὶ (...)

63Il faut beaucoup de bonne volonté pour annexer l’Eubée à l’Égypte, dont notre homme était indiscutablement originaire. Une explication plausible de la plaisanterie est à chercher dans les phénomènes qui entourèrent la naissance du personnage82 :

Au premier instant, sa naissance fut liée au sacré et au mystère. On dit qu’au sortir (du ventre) de sa mère, il vint au jour en tenant sur les lèvres le doigt imposant le silence. C’est de cette manière que, dans les mythes égyptiens, naquit Horus et, avant Horus, le Soleil. Et, parce que le doigt avait crû soudé aux lèvres, il avait fallu une incision, et la lèvre porta toujours une légère entaille visible, manifestant le signe de sa naissance indicible.

64On peut difficilement ne pas trouver à ces lignes une pointe sarcastique. Prudemment, le narrateur allègue des emprunts. Selon toute apparence, Héraïscos portait à la naissance ce que l’on appelle vulgairement un « bec-de-lièvre ». Le doigt symbolisait une cicatrice gênante et l’expliquait en même temps. C’est ainsi qu’il faut entendre le toponyme « Eubéen » : c’est par antiphrase seulement que l’homme au silence imprimé sur les lèvres peut être (on me passera un jeu de mots à peine plus douteux que celui de l’original) « Cribonnier ». Naturellement, s’il avait livré avec la plaisanterie la clef qui en permettait l’intelligence, Damascios eût mérité d’être taxé de pédanterie. Le mot gagnait d’autant plus en mordant que le fils d’Horus fut en effet annexé par l’Eubée, ou, plus exactement, par la Grèce. Autre double sens que l’on a déjà constaté à propos d’Isidore-Zénodote.

  • 83 VI, p. 41, II. 15-17 = § 194, p. 270 Ζ. : ’Eνέτυχον ἐξ ἀνάγϰης τῷ ’Eμεσίωνι οὐ γὰϱ ἄν ποτε ἑϰὼν ἠνε (...)

65Ce type de jeu verbal ne semble pas être isolé. Plus loin, Damascios écrit au sujet d’un personnage qui était probablement Saloustios d’Emèse (’Εμισηνός)83 :

J’ai rencontré par obligation Vomition (gr. Emésion) ; car je n’aurais jamais de plein gré supporté sa cochonnerie, mais la députation m’y obligea.

  • 84 Fr· 341, p. 271 Z. = Souda N 161 ; A 2305 et E 3031 s.vv. Νεμεσίων, ἀνεπτεϱοῦτο, ἑϱμαῖον ὁ δὲ Νεμεσ (...)

66C’est probablement le même qu’égratigne ailleurs le biographe84 :

L’Indignion (gr. Némésion) se gonflait les ailes et s’exaltait de ses espérances, et il croyait avoir bénéficié d’une trouvaille, en me trouvant sur sa route.

  • 85 Cl. ZINTZEN, o.l., p. 270 (n. au § 194) qui cite Asmus.
  • 86 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 209, n. 51. L’hypothèse de la conversion figure dans ZINTZEN, l.l..
  • 87 Il y avait, semble-t-il, chez Damascios, une certaine propension à l’invention verbale en matière d (...)
  • 88 On peut se contenter de citer par exemple ARISTOPHANE, Cavaliers, 449. Le charcutier cite la femme (...)

67Philosophe cynique85 ou néo-platonicien en rupture de ban et converti au christianisme86, Saloustios avait quelque titre à exciter la verve de Damascios. C’est ce qui nous vaut les plaisanteries en cascade (N) Emésion, évidemment intraduisibles87. Le moins étonnant n’est pas de découvrir dans l’inspiration du dernier scholarque en titre des procédés de composition verbale empruntés à la meilleure production de la comédie ancienne. Eubéen, Vomition, Indignion et « Donné à Zeus » relèvent en somme de la même tradition parodique que la Cuiriné-Myrrhiné d’Aristophane88.

68Damascios eut, non pas cinq, mais quatre maîtres, ainsi qu’il ressort du tableau suivant :

Alexandrie

Théon

Athènes

Marinos

Isidore

Alexandrie

Ammonios

Alexandrie (?)

Isidore

69Tout bien considéré, Photios ne paraît pas avoir usé d’une source d’information extérieure à la Vie d’Isidore pour rédiger la partie biographique du cod. 181. Le style abscons de maints passages qu’il a retenus et le découpage surprenant du cod. 242 expliquent que les modernes aient doté l’ancienne école de Proclos d’un diadoque à mon sens purement imaginaire.

A 2. Ctésias (cod. 72)

  • 89 Souda, K 2521, s.v. Κτησίας · Κτησιάϱχου ἢ Κτησιόχου, Κνίδιος, ἰατϱός, ὃς ἰάτϱευσεν ἐν Πέϱσαις Ἀϱτα (...)

70La Souda nous a conservé une pauvre notice, traditionnellement attribuée à Hésychios de Milet, sur le médecin cnidien Ctésias, géographe et historien à ses heures perdues89 :

Ctésias, fils de Ctésiarchos ou de Ctésiochos, médecin de Cnidc, qui soigna en Perse Artaxerxès, surnommé Mnémon (...).

  • 90 Cod. 72, I, p. 106, 11. 6-8 : Ἤϰμασε δὲ έν τοῑς χϱόνοις Κύϱου, τοῦ ἐϰ Δαϱείου ϰαὶ. Παϱυσατίδου, ὃς (...)

71Manifestement, celle de Photios, qui n’est guère plus riche, ne lui doit rien90 :

Le sommet de sa carrière se situa à l’époque du fils de Darius et de Parysatis, Cyrus, qui était le frère d’Artoxerxès à qui échut la royauté sur la Perse.

72Les faits sont connus de quiconque a appris les rudiments de la langue grecque : ils font l’objet du livre I de l’Anabase de Xénophon.

  • 91 I, p. 105, 1. 35 - p. 106, I. 6 = 688 Τ 8 Jacoby : ’Aνεγνώσϑη βιβλίον Κτησίου τοῦ Κνιδίου τὰ Πεϱσιϰ (...)

73En vérité, la sèche indication de Photios s’insère dans une analyse de l’ensemble des Persica. C’est seulement en la situant dans son cadre qu’on peut espérer en définir la source. Photios a écrit91 :

Lu un ouvrage de Ctésias de Cnide, la Perse en 23 livres. Il faut noter que dans les 6 premiers, il traite à part les faits d’Assyrie et tous ceux qui précédèrent les événements de Perse. Toutefois, à partir du (livre) VII, il raconte les événements de Perse, et dans les (livres) VII, VIII, X, XI, XII et XIII, il relate les faits concernant Cyrus, Cambyse et le mage, Darius et Xerxès, où il est presque à tout propos en opposition avec Hérodote dans le cours du récit, mais, qui plus est, il le convainc souvent de mensonge et l’appelle un faiseur de contes. Il est en effet plus récent que lui. Il dit de lui-même qu’il a été le témoin visuel de la plupart des faits qu’il relate ou qu’il en tient le récit directement des Perses eux-mêmes, là où il n’avait pas l’occasion de les voir. Ce fut ainsi qu’il composa son récit. Ce n’est pas avec le seul Hérodote qu’il est en contradiction dans son récit, mais aussi il est en désaccord sur quelques points avec Xénophon, le fils de Gryllos.

  • 92 D’après JACOBY, dans son article Ktesias 1 de la R.-E. XI (1922), col. 2066, repris dans le recueil (...)
  • 93 I. p. 109, 1. 25 (fin du livre XI, pour la fin du règne de Cyrus l’Ancien en 522) ; p. 123, I. 36 ( (...)
  • 94 G. GOOSSENS, Le sommaire des Persica de Ctésias par Photius, dans la Revue belge de philologie et d (...)

74Que l’on y prenne bien garde. De ces vingt-trois livres, Photios n’a donné qu’un sommaire partiel92. Des allusions aux différentes sections abordées scandent l’exposé, mais elles y sont jetées de façon plutôt négligente93. C’est ce qui a fait écrire que Photios avait probablement déformé considérablement la présentation de l’œuvre94.

  • 95 F. JACOBY, o.l., col. 2040, ll. 53-57 ; plus prudent, R. HENRY, Ctésias. La Perse, l’Inde. Les somm (...)
  • 96 Voir, par exemple, au codex 80 (Olympiodore), I, p. 167 et ma traduction, ici même, p. 174.

75Encore conviendrait-il de ne point exagérer les faiblesses de son témoignage. C’est ce que paraît bien avoir fait F. Jacoby pour qui la pauvreté des informations du cod. 72 sur le contenu des livres I-VI s’explique seulement par le fait qu’ils manquaient dans l’exemplaire de Photios. Qu’à l’époque de Strabon certaines copies des Persica aient distingué l’Assyrie (livres I-VI) et la Perse (livres VII-XXIII)95 n’implique pas que Photios ait disposé d’un exemplaire calqué sur ce modèle. Dans ce cas, le savant byzantin n’eût absolument pas été en mesure de nous dire un traître mot de cette première partie. On vient de voir que ce n’était pas vrai. Jacoby n’a tenu aucun compte du sens particulier du verbe διαλαμβάνω que l’on retrouve ailleurs96. La disposition des éléments et l’emploi tant de la conjonction ἀλλά (I, p. 105, 1. 36 : « Il faut noter que... ») que de la préposition ἀπό (1. 38 : « A partir du... ») montrent qu’aux yeux de Photios, les livres I-VI faisaient figure de hors-d’œuvre. Aussi n’a-t-il réservé à leur contenu qu’une place extrêmement restreinte dans le sommaire.

  • 97 I, p. 106, ll. 25-26. Le passage parallèle dans Hérodote occupe, comme chacun sait, une grande part (...)
  • 98 I, p. 115, ll. 10-11.
  • 99 I, p. 128, ll. 20-21.
  • 100 I. p. 133, ll. 10-11 : Τῶν μέντοι γε μύϑων, ἐν οἷς ἐϰείνῳ λοιδοϱεῖται, οὐδ’ οὗτος ἀφίσταται (...).

76Sur la technique mise en œuvre par Ctésias, ces lignes sont les plus explicites que donne le cod. 72. Bien entendu, elles valent pour l’ensemble des vingt-trois livres. Que l’historien-médecin ait été en contradiction flagrante avec Hérodote, c’est un fait que Photios ne manque pas l’occasion de rappeler au passage. Ainsi, à propos de Cyrus l’Ancien et d’Astyage97 ; de l’expédition de Xerxès98 ; d’un usage crématoire99. Les mots « menteur » et « faiseur de contes » ont certainement fait partie du vocabulaire critique de Ctésias, à propos duquel on lit100 :

Cependant, pour les fables — c’est là un trait pour lequel (Ctésias) le Hérodote) blâme — il ne s’abstient même pas (d’en introduire).

  • 101 XÉNOPHON, Anabase, I, 8, 26 : (Κῦϱος) παίει ϰατὰ τò στέϱνoν ϰαὶ τιτϱώσϰει διὰ τοῦ ϑώϱαϰος, ὥς φησι (...)

77Témoin visuel des événements, le médecin de Cnide le fut sûrement en maintes occasions. Encore la prétention ne pouvait-elle valoir que pour les faits relatés à partir du livre XVIII, où est mentionnée l’accession au trône de Darius II Ochos, qui en 422 succéda à Secyndianos. Ctésias prit même certaine part à quelques péripéties du règne d’Artoxerxès II. Nous savons en effet qu’après Counaxa, ce fut Ctésias qui soigna la blessure infligée par Cyrus à son frère101 :

(Cyrus) le frappe à la poitrine et le blesse à travers sa cuirasse, comme dit le médecin Ctésias, qui affirme également avoir soigné lui-même la blessure.

  • 102 I. p. 130, ll. 31-34.
  • 103 I, p. 131, 1. 20 - p. 132, 1. 39. Évagoras qui avait renversé les Phéniciens régnant à Salamine de (...)
  • 104 I, p. 125, ll. 11-13.

78Haut fait qui dut bien servir l’historien dans la suite de sa carrière à la cour de Babylone. Médecin de Parysatis, il fut chargé par elle d’apporter du réconfort à Cléarque jeté aux fers102, avant que, poussé par son épouse Stateira, le roi ne le fît exécuter. Ctésias s’immisça même dans une délicate partie diplomatique entre Conon l’Athénien, Évagoras de Salamine en Chypre et Artoxerxès, dans laquelle il joua les intermédiaires officieux103. Outre cela, il avait été, à ses propres dires, le confident de la reine-mère qui lui fit le récit de ses couches répétées104. Tantôt spectateur intéressé tantôt auditeur attentif, l’historien a certainement souligné à plusieurs reprises les avantages que comportait sa position au sein de la famille royale : Photios a repris au texte des Persica (livres XVIII-XXIII) les indications méthodologiques de Ctésias.

  • 105 DIODORE, II, 32, 4 = 688 T 3 = F 5 : Κτησίας δ’ ὁ Κνίδιος τοῖς μὲν χϱόνοις ὑπῆϱξε ϰατὰ τὴν Κύϱου στ (...)

79En fut-il de même pour la date qui n’a pas d’équivalent dans la Souda ? À propos des sources de Ctésias, Diodore écrit105 :

Sur le plan chronologique, Ctésias de Cnide vécut au temps de l’expédition de Cyrus contre son frère Artoxerxès ; prisonnier de guerre et élevé (à la cour), grâce à sa science de médecin, il y passa dix-sept années au milieu des honneurs. Il dit que ce fut à partir des archives royales où les Perses conservaient, en vertu d’une loi, un recueil des Actes des Anciens, qu’il s’informa longtemps sur chacun d’eux et qu’il composa son histoire pour la diffuser à l’usage des Hellènes.

  • 106 F. JACOBY, o.l., col. 2033, ll. 30-32.

80Dans le fragment conservé, Ctésias relate les détails de son aventure personnelle pour montrer à quel point il avait plus de titres à la crédibilité qu’Hérodote. La référence chronologique se retrouve sous une forme analogue chez tous les chronographes106, au nombre desquels est rangé l’auteur de la Bibliothèque. Ceci ne signifie pas pour autant que Photios ait été tributaire de tels intermédiaires. Dans l’optique de Ctésias, les événements qui entourèrent Counaxa constituèrent probablement, avec les missions diplomatiques qu’il exécuta pour les comptes de Conon, d’Évagoras et d’Artoxerxès, un des points d’orgue de son existence. On peut donc supposer que c’était lui qui datait de la sorte les faits marquants de sa vie.

  • 107 I, p. 125, ll. 9-10.
  • 108 I, p. 129, ll. 31-32 : Ηὐτομόλουν δὲ ἀπò μὲν ’Aϱτοξέϱξου πϱòς Κῦϱον πολλοί, πϱòς δὲ ’Aϱτοξέϱξην ἀπò (...)

81On peut cependant découvrir au procédé d’autres justifications. Rapporter que Cyrus, le fils de Parysatis, né après Arsace, c’est-à-dire le futur Artoxerxès II Mnémon, reçut un nom dont la forme évoquait le soleil107, c’est faire sa cour à la reine-mère, qui avoua toujours sa préférence pour son fils prodigue ; écrire108 :

les transfuges du camp d’Artoxerxès à celui de Cyrus étaient nombreux ; mais, de celui de Cyrus à celui d’Artoxerxès, il n’y en avait aucun,

82c’est prendre parti en faveur de Cyrus et par conséquent, équivaut à donner une couleur philhellène à l’ensemble du récit. Rentré dans sa patrie, Ctésias avait à donner des gages de son attachement à la cause grecque.

  • 109 N’en déplaise à G. WENTZEL (o.l., p. 42), qui, sans avoir étudié la question de près, paraît bien r (...)

83Au fil de sa lecture des livres VII-XXIII, mais sans doute plus particulièrement de ceux qui furent réservés au règne d’Artoxerxès, Photios a dû trouver des parenthèses semblables à celle que nous rapporte Diodore pour les livres I-VI. On ne trouve en tout cas aucune raison de supposer qu’à la différence de ce qu’il avait fait pour les lignes précédentes, le savant byzantin ait été obligé de chercher à se documenter dans une source extérieure, par exemple, lexicographique, et soit revenu de sa quête avec un butin aussi maigre109.

  • 110 Voir plus haut, p. 153. On le sait par PLUTARQUE (Arloxerxès, 11, 3 ; 13, 3 ; 14, 1 ; voir aussi 13 (...)

84Comme invite à le croire le passage parallèle de Xénophon, la note de la Souda sur la prestation médicale de Ctésias, qui sauva la vie d’Artoxerxès après Counaxa, a été tirée, directement ou indirectement, du texte même de la Perse. Photios, qui avait à sa disposition le texte intégral de l’oeuvre, a procédé de même, sans s’attarder à narrer un épisode qui lui paraissait peut-être trahir une propension à la fatuité. La trace ultime qu’a laissée le fait dans le cod. 72 n’est rien d’autre, peut-on supposer, que la phrase terminant la partie biographique de ce début de chapitre110.

A 3. Diodore (cod. 70)

  • 111 R. HENRY, I, p. 103, n. 2.

85Les données sur Diodore de Sicile figurant dans la Bibliothèque sont prises au texte même du préambule de l’œuvre. C’est ce qu’avait déjà indiqué correctement R. Henry111 : « Toutes les données (...) sont empruntées au texte même (...), qui est suivi de très près, preuve évidente du contact direct avec l’œuvre. » On en aura la certitude en mettant en parallèle les passages en question :

  • 112 Cod. 70, I, p. 103, ll. 20-26 : ἐν τϱιάϰοντα δὲ ἔτεσιν, ὡς αὐτός φησι, πεϱὶ ταύτην ἐπόνησε τὴν ἱστο (...)
  • 113 DIODORE DE SICILE, I, 4, 1 et 4 : Διόπεϱ ἡμεῖς ὁϱῶντες ταύτην τὴν ὑπόϑεσιν χϱησιμωτάτην μὲν οὖσαν, (...)

PHOTIOS112

DIODORE113

C’est pourquoi, de notre côté, voyant que ce projet était fort utile, mais exigeait en plus quantité de peine et de temps,

C’est en trente ans de travail, comme il le dit lui-même, qu’il composa cette histoire, en visitant de nombreux pays par goût de l’érudition et en traversant en chemin, comme il est naturel, des misères.

c’est pendant trente ans que nous y avons œuvré, mais ce fut au prix de mille souffrances et périls que nous avons parcouru la plus grande part de l’Asie et de l’Europe, afin de voir de nos propres yeux les régions les plus indispensables et les plus nombreuses.

Sicilien, il eut une famille originaire d’Agyrium et, ayant acquis, en raison de son commerce avec les Romains, une longue pratique de leur langue, il constitua un recueil exact de tous les événements qui curent lieu sous leur gouvernement et de leurs épreuves.

En effet, nous qui sommes d’Agyrium en Sicile et qui, en raison de notre commerce avec les gens de Pile, avons gagné une longue pratique de la langue des Romains, nous avons constitué un recueil exact de tous les événements qui eurent lieu sous leur gouvernement, à partir des mémoires conservés depuis longtemps dans leurs archives.

86On a remarqué au passage nombre d’emprunts textuels, que je me suis efforcé de rendre dans la traduction. Cette brève notice est une habile marqueterie d’expressions tirées pour la plupart de l’original. On le verra plus loin, la conséquence la plus significative, au point de vue de la composition, est la présence de doublets dans l’exposé des parties de l’ouvrage. Juste avant les indications biographiques, Photios a rappelé les limites de l’ouvrage. Cette fois encore, il a scrupuleusement démarqué le modèle :

  • 114 I, p. 103, ll. 14-19 : Aϱχεται μὲν οὖν τῆς ἱστοϱίας ἀπò τῶν μυϑολογουμένων παϱ’ Ἕλλησι ϰαὶ βαϱβάϱο (...)
  • 115 DIODORE, 1, 4, 5 : Πεποιήμεϑα δὲ τήν ἀϱχὴν τῆς ἱστοϱίας ἀπò τῶν μυϑολογουμένων παϱ’ Ἕλλησί τε ϰαὶ β (...)

PHOTIOS114

DIODORE115

Il commence donc son histoire par les époques mythologiques chez les Hellènes et chez les barbares, et il passe en revue les événements jusqu’au début de la guerre entre Romains et Celtes, au temps où C. Julius César, à qui, pour ses exploits, les Romains donnèrent le surnom de « divin », défit à la guerre le plus grand nombre des peuples celtes les plus belliqueux.

Nous avons fait commencer notre histoire par les époques mythologiques chez les Hellènes, après un examen approfondi des récits conservés de part et d’autre, depuis les temps anciens, dans la mesure où ce nous fut possible.

87Les remarques à caractère méthodologique ont disparu de la recension où, en revanche, a été introduite une allusion aux événements traités à la fin de la Bibliothèque historique. Les lignes qu’on lit dans Photios immédiatement après les indications biographiques ne sont visiblement rien d’autre qu’une paraphrase de l’original :

  • 116 I, p. 103, 1. 27 - p. 104, 1. 34 : ’Eν μ′ δὲ βιβλίοις τὴν ὅλην συμπεϱαινόμενος πϱαγματείαν, ἐν μὲν (...)
  • 117 DIODORE, I, 4, 6-7 : ’Eπεὶ δ’ ἡ μὲν ὑπόϑεσις ἔχει τέλος, αἱ βίβλοι δὲ μέχϱι τοῦ νῦν ἀνέϰδοτοι τυγχά (...)

PHOTIOS116

DIODORE117

C’est en quarante livres qu’il mène à terme le traité entier.

Puisque cette préface a une fin et que mes livres, jusqu’à ce jour, n’ont pas été donnés (en public), je souhaite brièvement donner au préalable les limites à l’intérieur duquel s’inscrit le traité entier.

Dans les six premiers, il expose les événements et légendes antérieurs à la guerre de Troie ;

Dans ces livres, les six premiers embrassent les événements et légendes antérieurs à la guerre de Troie ;

parmi eux, les trois qui servent d’introduction relatent (les événements) mettant les barbares en cause, les suivants, en quelque sorte les antiquités helléniques ;

dans les 11 suivants, on trouvera, couchés par écrit, les événements généraux depuis la guerre de Troie jusqu’à la mort d’Alexandre, le roi de Macédoine.

dans les onze qui les suivent, nous avons couché par écrit les événements généraux depuis la guerre de Troie jusqu’à la mort d’Alexandre.

Dans les 23 livres restants se trouvent consignés le reste des événements, jusqu’au moment où éclata la guerre des Romains contre les Celtes, à l’époque où, à la tête (des troupes romaines), Gaïus Julius César

Dans les vingt-trois livres suivants, nous avons disposé tous les autres jusqu’au commencement de la guerre qui dressa les Romains en face des Celtes, à l’époque où, à la tête (des troupes romaines), Gaïus Julius César — que l’on a surnommé « dieu » pour ses exploits —

se rendit maître au combat de la plupart des peuples belliqueux chez les Celtes et fit progresser l’hégémonie de Rome jusqu’aux îles de Bretagne ; c’est sur ces faits aussi que se termine le récit.

défit au combat la plupart des peuples celtes les plus belliqueux et fit progresser l’hégémonie de Rome jusqu’aux îles de Bretagne ;

de celui-ci, les premiers exploits furent terminés au cours de la cent-quatre-vingtième olympiade, sous l’archontat d’Hérode à Athènes.

88La comparaison vaut une démonstration. Photios a repris à son compte une information donnée par Diodore sur le contenu des débuts de l’œuvre. Il l’a complétée par une référence à la substance des dernières pages. Découvrant dans la suite de la préface une analyse plus détaillée sous la plume de l’historien, il en a reproduit la matière, non sans laisser de côté les détails oiseux. C’est ce qui a provoqué la disparition des éléments relatifs aux livres I-III et IV-VI, ainsi que de la note visant le surnom du « divin » Jules. Dans ce dernier cas, il n’y a rien à regretter : le fait avait été relevé précédemment, dans la description des limites chronologiques de l’ouvrage. On voit bien comment a procédé le recenseur. Le compte rendu doit avoir été exécuté après lecture, partielle ou intégrale, de la Bibliothèque historique. Photios connaissait les dernières pages de l’ensemble. Intelligemment, il s’est, après coup, reporté à l’introduction de Diodore au moment de prendre la plume ou d’entamer la dictée. C’est ainsi qu’il a été en mesure de présenter une notice biographique dont le texte paraphrase d’assez près l’original. Le procédé convenait fort bien jusqu’au moment où, dans la préface, Diodore abordait l’analyse de son propre livre. Décrire revient souvent à circonscrire. Lors d’un premier examen, la phrase de l’historien ne paraissait pas annoncer la présence d’indications portant sur les faits traités en dernier lieu dans l’œuvre. À la hâte, Photios a remédié à cette lacune : l’esquisse biographique brossée par Diodore lui avait fait oublier la matière des pages suivantes. C’est par la suite seulement qu’il a redécouvert la table des matières qui l’intéressait. À quoi bon se donner du mal en quête d’une originalité hors de saison ? Il a donc derechef procédé à une paraphrase servile.

  • 118 Respectivement I, p. 103, ll. 4-6 et 6-14. Céphalion fait l’objet du codex 68 (I, p. 100, 1. 4 - p. (...)

89La technique utilisée par Photios laissait peu de place à l’invention personnelle : seule, la comparaison de Diodore avec Céphalion et Hésychios118, ainsi qu’une brève critique de style, est à porter à son crédit. Telles sont aussi les données qui permettent de supposer qu’il avait eu un contact direct avec toute l’œuvre de Diodore.

A 4. Dion Cassius (cod. 71)

  • 119 Souda, A 1239 s. v. Δίων · ὁ Κάσσιος χϱηματίσας, ὁ ἐπίϰλην Κοϰϰήϊος (οἱ δὲ Κοϰϰηϊανός), Νιϰαεύς, ἱσ (...)

90La Souda nous a conservé sur Dion Cassius une notice biographique lapidaire119 :

Dion Cassius, homme politique, surnommé Cocceius (pour d’autres, Cocceianus), de Nicée ; historien, vécut au temps d’Alexandre, fils de Mamaia.

  • 120 I, p. 104, n. 2.

91S’il en a eu connaissance, Photios n’a pas éprouvé le besoin de s’en servir, comme l’avait fort bien vu R. Henry120 : « L’origine des renseignements biographiques contenus dans le paragraphe est sans doute bien claire : on sait que Dion Cassius a émaillé son œuvre d’une grande quantité de détails précis sur sa propre personne et sur ca carrière. » Rien de plus aisé en effet que d’en faire la démonstration.

  • 121 I, p. 104, ll. 10-14 : Τοῦτόν φησι τòν ’Aλέξανδϱον ϰαὶ συνυπατεῦσαι αὑτῷ ὁ συγγϱαφεὺς τò δεύτεϱον, (...)
  • 122 LXXX, 4, 2-5, 1 : ἄλλως τε ἐσέμνυνέ με ϰαὶ δεύτεϱον ὑπατεύσαντα σὺν αὐτῷ ἀπέδειξε, τό τε ἀνάλωμα τò (...)

PHOTIOS121

DION CASSIUS122

L’historien dit que cet Alexandre fut même son collègue lors de son second consulat et que les dépenses entraînées par l’exercice de la charge furent payées par l’empereur lui-même, qui voulait rendre hommage à son collègue.

Il me marqua son respect sous une autre forme et me présenta à ses côtés comme candidat au consulat pour la seconde fois ; et il se chargea de payer lui-même les frais de la charge.

  • 123 Les événements datent de 221. Dion avait été une première fois consul suffect en 211 sous Septime S (...)

92Comme on sait, point d’orgue de la carrière de Dion123, cette seconde magistrature suprême fut aussi la dernière charge dont il fut investi.

  • 124 I, p. 104, 1. 14 - p. 105, 1. 21 : Οὗτος δ’ ὁ συγγϱαφεὺς Πεϱγάμου μὲν ϰαὶ Σμύϱνης (Μαϰϱῖνoς αὐτῷ τὴ (...)

93De toute évidence, la suite est tirée des mêmes pages qui concluent l’oeuvre entière. Photios y retrace en bref les étapes principales du cursus honorum de l’écrivain124 :

Cet historien avait été (l’empereur Macrin lui en avait confié la charge) gouverneur de Pergame et de Smyrne, ensuite, proconsul d’Afrique ; puis, il avait dirigé la Pannonie et, consul pour la deuxième fois, comme on l’a dit, il rentra chez lui, libéré de sa magistrature pour une infirmité dont il souffrait aux jambes ; ce fut là qu’il passa le reste de son existence, comme le lui avait également prédit (d’après ses propres paroles) son Génie, durant son séjour en Bithynie, dans une vie
« loin du massacre humain, du sang et du tumulte ».

94Photios n’a pas retenu toutes les charges qu’occupa Dion. Pourtant, les indications figuraient au complet dans l’Histoire romaine.

  • 125 LXXIX, 7, 4 : (...) τῆς Πεϱγάμου (...) ἧς, ὥσπεϱ ϰαὶ τῆς Σμύϱνης ταχϑεὶς ὑπò τοῦ Μαϰϱίνου ἐπεστάτησ (...)

951. Dion gouverneur. Il suffisait de lire dans l’original125 :

Pergame (...) que, sur ordre de Macrin, j’ai gouvernée, tout comme Smyrne.

  • 126 LXXX, 1,2 : ἔϰ τε γὰϱ τῆς’ ’Aσίας εἰς τὴν Βιϑυνίαν ἐλϑὼν ἠϱϱώστησα, ϰἀϰεῖϑεν πϱòς τὴν ἐν τῇ ’Aφϱιϰῇ (...)

962. Dion en Afrique puis en Pannonie. La phrase de Photios sonne comme le rappel rapide d’un développement plus détaillé126 :

Et en effet, quittant l’Asie polir la Bithynie, j’y succombai à une infirmité, puis, de là, je me hâtai d’aller prendre le proconsulat d’Afrique ; enfin, de retour en Italie, je fus, directement pour ainsi dire, envoyé prendre le commandement en Dalmatie et, de là, en Pannonie supérieure.

97La proximité géographique de la Dalmatie et de la Pannonie supérieure a fait, dans la recension, disparaître le premier des deux termes. C’est sans doute le même souci de brièveté qui a fait omettre les péripéties intermédiaires.

  • 127 LXXX, 5, 2-3 : ἀπῆϱα οἴϰαδε παϱέμενος ἐπί τῇ τῶν ποδῶν ἀϱϱώστία, ὥστε πἀντα τòν λοιπòν τοῦ βίου χϱό (...)

98La conclusion de la notice de Photios n’est pas aussi laconique que les lignes précédentes. C’est que le sommaire se contente de paraphraser plusieurs passages de l’original où l’on peut lire, après que Dion eut relaté une dernière entrevue avec ses soldats127 :

Je pris la mer en direction de mon pays, libéré de la magistrature en raison de l’infirmité dont je souffrais aux jambes, de façon à passer le temps qui me restait à vivre dans ma patrie, comme me l’avait aussi déjà indiqué mon Génie, durant un séjour en Bithynie, en termes très clairs ; je crus en effet le voir un jour en rêve qui m’ordonnait d’indiquer en souscription à mon livre les vers suivants :
« Zeus enleva Hector loin des traits, de la poussière, du massacre des hommes, du sang et du tumulte. »

  • 128 La seule divergence textuelle intéressante porte sur la forme παϱέμενος (Dion) / -ειμένος (Photios) (...)
  • 129 Il vaut la peine de faire remarquer que si l’infirmité avait déjà frappé l’écrivain avant son proco (...)

99Si l’on excepte l’emprunt littéral de l’une ou l’autre locution, Photios a fortement condensé le paragraphe de l’original128, sans cependant en altérer la signification129.

  • 130 I, p. 105, ll. 21-23 : Ἔσχε δὲ πατϱίδα τὴν ἐν Βιϑυνίᾳ Νίϰαιαν, ἣν ϰατὰ μέϱη ἡ ϰαλουμένη λίμνη ’Aσϰα (...)

100Comme pour préciser les indications finales, Photios ajoute des informations sur les origines de l’historien130 :

Il eut comme patrie Nicée de Bithynie, que baigne en partie le lac Ascagne.

  • 131 LXXV, 15, 3 : ἠνείχετό γέ τοι ὁϱῶν ϰαὶ ἐν ταῖς ϰαταλύσεσιν αὐτòν ταῖς ϰϱείττοαιν αὐλιζόμενον ϰαὶ τὰ (...)

101L’état lacuneux dans lequel s’est conservée l’Histoire romaine et la sécheresse de la note ne permettent pas de retrouver avec certitude le ou les passages dont s’est servi Photios. Pourtant nous pouvons lire un fragment qui pourrait être l’un d’eux131 :

(Sévère) tolérait de le voir (sc. Plautinus) s’installer dans les auberges les plus confortables et y disposer d’une nourriture meilleure et plus riche que lui, en sorte qu’un jour où, à Nicée, ma ville natale, on lui demandait un muge (le lac en produit de gros), il le fit venir de chez lui.

  • 132 Voir W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 61-62 : « Lost parts of the books themselves wert probably also Phot (...)

102En somme, la présente notice, qui couvre un bon tiers du cod. 71, est significative d’une méthode fréquemment suivie. « Scholar » diligent, le futur patriarche a relevé les étapes essentielles de la vie de l’historien. Les points les plus piquants ou les plus importants ont passé dans le texte du sommaire sous forme de citation ou de paraphrase132. Point trace ici de recherche complémentaire dans le chef de Photios. Seule l’appréciation littéraire qui ferme le chapitre a permis au jeune Byzantin de faire état de son exceptionnelle érudition.

A 5. Praxagoras (cod. 62)

  • 133 W. ENSSLIN, dans son article Praxagoras (3) de R.-E., XX, 2 (1954), col. 1743. A propos de la note (...)
  • 134 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1038. Les fragments de Praxagoras, réduits au seul cod. 62, I, p. 61 (...)

103Nul ne prétendra certes que Praxagoras fut une des gloires de l’historiographie du ive siècle de notre ère. Aucun des grands manuels qui doivent être nécessairement entre les mains de qui étudie Photios ne lui réserve la moindre place : H. Hunger, H.G. Beck, B. Altaner et J. Quasten se montrent sur son compte d’un silence absolu. Seuls W. Ensslin133 et Schmid-Stählin134 disent quelques mots de cet écrivain, qui semble cependant avoir été relativement prolifique.

  • 135 Cod. 62, I, p. 61, 11. 29-30 : ’Aνεγνώσϑη Πϱαξαγόϱου τοῦ ’Aϑηναίου τῆς ϰατὰ τòν μέγαν Κωσταντῖνον ἱ (...)

104Photios n’eut entre les mains qu’un seul de ses ouvrages, dont il donne un aperçu passablement détaillé135 :

Lu de Praxagoras l’Athénien deux livres de l’Histoire du grand Constantin.

  • 136 I, p. 63, 11. 4-8 : Φησὶν οὗν ὁ Πϱαξαγόϱας, ϰαίτοι τὴν ϑϱησϰείαν Ἕλλην ὤν, ὅτι πάσῃ αϱετῇ ϰαὶ ϰαλοϰ (...)

105Autant que l’on puisse voir, le titre aussi bien que le finale donnent à croire que l’ouvrage n’était autre qu’une chronique vouée à l’éloge de l’empereur136 :

Praxagoras dit donc, bien qu’il soit de croyance païenne, que, par toute sa vertu et sa conduite, par tout son succès, l’empereur Constantin a éclipsé tous ceux qui avaient conduit l’empire avant lui. C’est sur ces mots aussi que s’achèvent ses deux livres.

  • 137 I, p. 63, ll. 3-4.

106La dernière action rapportée est la fondation de Constantinople en 330137. Après ce point d’orgue, la conclusion était logique : Constantin méritait bien d’être déclaré supérieur à tous ceux qui l’ont précédé à la tête de l’Empire. Les jeux de plume que présente la phrase de Photios (anaphore doublée de polyptote) semblent bien montrer le remploi de locutions prises à l’original. La rhétorique dont elle se gonfle donne à penser que nous sommes en présence de l’excipit de Praxagoras.

  • 138 I, p. 63, ll. 15-17 où Photios souligne la clarté et la douceur d’un style qui manque un peu de ner (...)
  • 139 I, p. 63, ll. 9-15 :’Έτος δὲ τῆς ἡλιϰίας ἦγε δεύτεϱον ϰαὶ εἰϰοστòν Πϱαξαγόϱας, ὡς αὐτός φησιν, ὅτε (...)

107Avant une brève critique de style138, le codex consacre quelques lignes à une notice bibliographique sur l’historien139 :

  1. Praxagoras était dans sa vingt-deuxième année, comme il le dit lui-même, à l’époque où il se mit à composer ces (livres).

  2. Le même en avait composé deux autres Sur les rois d’Athènes, quand il achevait sa dix-neuvième année.

  3. Il composa encore six autres livres, Sur Alexandre, roi de Macédoine, quand il arrivait à sa trente et unième année.

  • 140 I, p. 63, n. 4.
  • 141 W.T. TREADGOLD, o.l, p. 61.

108Faute d’avoir été correctement interprétées, ces lignes ont gêné plusieurs commentateurs. C’est ce dont témoigne une note de R. Henry140 : « L’ouvrage composé par l’auteur quand il avait dix-neuf ans (sic) a pu être rappelé dans celui-ci et Photius peut en avoir connu l’existence ainsi. Il est curieux qu’il ne dise pas comment il connaît le dernier (…) ». W.T. Treadgold proposait de corriger la donnée 3141 : « If the thirty-one of the text is emended to twenty-one, which fits better the other two remarkable ages better, the History of Constantine may be presumed to be the source for all this information. » Si séduisante que soit la suggestion du savant américain, je maintiens que l’on ne peut faire violence à un texte qu’à toute extrémité, surtout s’il n’offre pas la moindre trace de corruption.

109Les solutions les plus simples ont souvent le mérite d’être les meilleures. L’imparfait duratif de (1) marque le début de l’action. Nous ne saurons jamais à quel âge Praxagoras acheva son traité : toujours est-il qu’il avait alors déjà assis sa réputation littéraire, comme en témoigne (2). La précision de (1) est destinée à faire valoir le mérite d’une œuvre mûrie au long de tant d’années. On ne cherchera pas hors de l’Histoire de Constantin le Grand l’origine des renseignements que nous a transmis la Bibliothèque.

A 6. Eunape (cod. 77)

  • 142 R. HENRY, I, p. 158.

110Photios avait étudié de fort près une œuvre d’Eunape de Sardes, dont R. Henry traduisait ainsi la description142 :

Lu d’Eunape la Chronique qui fait suite à celle de Dexippe dans sa nouvelle édition en quatorze livres.

  • 143 Cod. 82, I, p. 188, ll. 12-14 : ’Aνεγνώσϑη δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἕτεϱον σύντομον ἱστοϱιϰòν μέχϱι τῆς Κλαυδίο (...)

111Plus loin, Photios a donné le signalement d’un livre de Dexippe143 :

Lu de lui (sc. Dexippe) aussi un autre abrégé d’histoire qui roule sur les principales actions de l’Empire jusqu’au règne de Claude.

  • 144 Cod. 77, I, p. 158, ll. 34-35 : ’Aνεγνώσϑη Εὐναπίου χϱονιϰñς ἱστοϱίας τῆς μετὰ Δέξιππον, νέας ἐϰδόσ (...)

112On chercherait en vain dans la Bibliothèque une analyse du contenu de cet abrégé ou une description bibliographique. Pourtant, il doit s’agir du même travail dont il est fait mention dans le chapitre relatif à Eunape. La traduction de R. Henry semble légèrement ambiguë, car elle donne à penser qu’au moment d’ouvrir son Eunape, Photios avait déjà parcouru le travail de Dexippe. Interprétation hautement improbable : un volume réparti en quatorze livres peut difficilement passer pour un abrégé. Je propose de traduire plutôt144 :

Lu d’Eunape Chronique historique faisant suite à Dexippe : nouvelle publication, en quatorze livres.

113L’indication d’ordre codicologique appartenait à l’intitulé du manuscrit d’Eunape que Photios eut entre les mains.

  • 145 I, p. 159, ll. 26-36 : Δύο δὲ πϱαγματείας τὴν αὐτὴν πεϱιεχούσας ἱστοϱίαν συνεγϱάψατο, πϱώτην ϰαì δε (...)

114C’est ce que confirme, semble-t-il, la description du contenu145 :

Il composa deux traités embrassant la même période historique, le premier traité et le second traité. Et, dans le premier, il déverse en abondance le blasphème contre notre pure foi de Chrétiens et il y glorifie la superstition païenne en attaquant à profusion les empereurs pieux ; dans le second, auquel il donne aussi le titre de « nouvelle publication », il a retranché quantité d’insolences et de grossièretés qu’il répandait contre la foi orthodoxe ; quant au restant du corps de la matière historique, en lui rendant de la cohésion, il l’intitule, comme nous l’avons dit, « nouvelle publication », en y laissant affleurer de nombreux signes de la fureur caractérisant l’autre.

  • 146 I, p. 159, l. 36 - p. 160, l. 38 :’Aμφοῖν δὲ τοῖς ἐϰδόσεσιν ἐν παλαιοῖς ἐνετύχομεν βιβλίοις, ἰδίως (...)

115Les conditions dans lesquelles Photios exhuma l’ouvrage l’incitaient à une lecture attentive146 :

Nous avons trouvé ces deux « publications » dans de vieux exemplaires ; chacune était disposée à part, l’une dans un volume, l’autre dans l’autre.

  • 147 I, p. 160, ll. 38-4 :’Eξ ὦν αὐτῶν ϰαὶ τὴν διαφοϱὰν ἀναλεξάμενοι ἒγνωμεν. Συμβαίνει οὗν ἐν τῇ νέᾳ ἐϰ (...)

116La comparaison était tentante147 :

C’est à partir de ces livres qu’après lecture, nous avons constaté les différences entre elles : il se trouve donc dans la nouvelle « publication » que beaucoup de passages, à cause des coupures de texte qu’on a introduites, ressortent comme trop peu clairs, bien qu’Eunape ait le souci d’être clair ; mais, je ne sais comment dire, pour n’avoir pas adapté correctement la matière en fonction des coupures, il gâte dans la seconde « publication » le sens de ce qu’on y lit.

  • 148 I, p. 158, ll. 36-4.
  • 149 I, p. 159. ll. 12-25. Voir R. HENRY, I, p. 201 (n. complémentaire à la p. 159), à propos des mots ϰ (...)

117Si l’on excepte le rappel des limites chronologiques du travail, l’analyse de Photios demeure sommaire, au moins pour la partie visant le contenu148. Le savant byzantin n’offre guère que des considérations, par ailleurs fort intéressantes149, sur le style d’Eunape. Le tout prouve indubitablement un contact direct avec les livres.

  • 150 I, p. 158, 1. 4 - p. 159, l. 12 : Οὗτος ό Εὐνάπιος Σαϱδιανòς μὲν γένος ἐστί (τὰς γὰϱ ἐν Λυδίᾳ Σάϱδε (...)

118L’origine des indications biographiques ne doit pas être cherchée ailleurs150 :

Cet Eunape est d’origine sarde (il eut pour patrie Sardes, en Lydie) ; impie en matière de religion (il honorait les divinités païennes), il décrit en les calomniant de toute manière et sans relâche ceux dont la piété fut l’ornement de l’Empire, et surtout, Constantin le Grand ; il exalte les impies et, plus que tous les autres, Julien l’Apostat, et, à peu de choses près, la trame de son histoire a été élaborée pour faire son éloge.

A 7. Olympiodore (cod. 80)

  • 151 La Soudu n’a pas conservé de notice sur le personnage et aucun fragment de lui n’a été recueilli da (...)
  • 152 I, p. 166. ll. 12-14 : Οὗτος ὁ συγγϱαφεὺς Θηβαῖος μέν ἐστιν, ἐϰ τῶν πϱòς Αἴγυπτον Θηβῶν τò γένος ἔχ (...)

119Hésychios n’avait pas composé d’article sur l’historien du ve siècle Olympiodore151. Les informations rassemblées en tête du cod. 80 sont extrêmement sommaires152 :

Cet historien est de Thèbes, originaire, par sa famille, de Thèbes en Égypte, poète, comme il le dit lui-même, de profession, et de religion païenne (...).

  • 153 I, p. 166, ll. 18-19 : οὐ συγγϱαφὴν αὐτῷ ταῦτα ϰατασϰευασϑῆναι, ἀλλὰ ὕλην συγγϱαφῆς ἑϰποϱισϑῆναι (… (...)

120Sur ces notes se broche une brève critique de style. L’écrivain lui-même paraît, au moins d’après les indications de Photios, avoir prévenu les sarcasmes d’éventuels détracteurs en affirmant153

qu’il n’a pas composé un ouvrage d’histoire, mais qu’il a fourni le matériel pour un ouvrage d’histoire.

  • 154 I, p. 166, ll. 15-17 et 1. 20 - p. 167, 1. 25.
  • 155 I, p. 167, ll. 25-29 : Ὕλην δὲ αὐτòς ἰστοϱίας ταῦτα ϰαλῶν, ὅμως ϰαὶ λόγοις διαιϱεῖ ϰαὶ πϱοοιμίοις π (...)

121Aussi, par association d’idées, Photios consacre les lignes suivantes à préciser l’appréciation donnée plus haut sur la manière de l’historien154. Puis, il ajoute sur un ton mordant155 :

Tout en appelant ces notes « matériel pour une histoire », il les divise cependant en livres, il tente de les orner de préliminaires et il dédie le récit à l’empereur Théodose, neveu d’Honorius et de Placidia, et fils d’Arcadius.

122Dans ce paragraphe, l’entrelacs d’éléments différents, le jeu des idées permettent de supposer que l’ensemble vient précisément d’un de ces proèmes dont Photios a souligné l’incongruité, probablement celui qui servit d’introduction à l’ensemble ou au premier.

  • 156 I, p. 166, 11. 8-12 : Aϱχεται ἀπò τῆς Oνωϱίου τοῦ βασιλέως Pώμης τῆς ὑπατείας τò ἕβδομον ϰαὶ Θεο (...)

123Rien de plus aisé que de circonscrire les limites chronologiques de l’ouvrage156 :

Il commence à partir du septième consulat d’Honorius, l’empereur de Rome, et du deuxième de Théodose, et il descend jusqu’au moment où Valentinien, le fils de Placidia et de Constantin, fut proclamé empereur de Rome.

  • 157 HÄDICKE, dans son article Olympiodoros (11), dans R.-E., XXXV (1939), col. 202 ; H. HUNGER, o.l., I (...)
  • 158 I, p. 167, ll. 30-34 : Διαλαμβάνει τοίνυν πεϱὶ Στελίχωνος, ὅσην τε πεϱιεβέβλητο δύναμιν, ϰαταστὰς ἐ (...)

124Les faits sont connus : le livre traitait l’histoire de l’Empire entre 407 et 425157. Cependant, Olympiodore ne se priva pas de procéder à l’un ou l’autre excursus par rapport à l’ordre des événements. Ainsi, le chapitre qui ouvrait l’exposé revenait sur la carrière de Stilicon158 :

Il traite donc à part la carrière de Stilicon, le pouvoir dont il s’était revêtu, une fois élevé à la tutelle des enfants (impériaux) Arcadius et Honorius par leur père lui-même. Théodose le Grand, et comment il prit pour épouse Séréna, laquelle lui avait été également promise par Théodose (...) et que, grâce à l’empressement criminel et inhumain d’Olympios qu’il (sc. Stilicon) avait fait lui-même entrer dans la maison de l’empereur, il fut tué par l’épée.

  • 159 Fr. PASCHOUD, dans son édition de l’Histoire nouvelle de ZOSIME, II, 2, Paris, 1979, p. 473 (n. 214 (...)
  • 160 E. STEIN, o.l., I, p. 253 avec la note 177 du t. 2 des commentaires, p. 554.

125Excellent raccord parce que les premiers faits sont largement antérieurs à 407 et que le dernier est postérieur à cette date : Théodose mourut à Milan le 17 janvier 395159 et Stilicon subit la décollation le 22 ou le 23 août 408160.

126Le restant de la recension est formé de notes disparates introduites chaque fois par le τι caractérisant la technique des excerpteurs : on peut ainsi distinguer quarante-trois fragments. C’est parmi eux qu’il faut chercher d’autres informations sur la carrière de l’historien.

  • 161 I, p. 173, 11. 35-39 : ὅτι διαλαμβάνει πεϱὶ Δονάτου ϰαὶ πεϱὶ τῶν Oὔννων, ϰαὶ πεϱὶ τῶν ϱηγῶν αυτῶν τ (...)

1. Qu’il traite à part de Donat161, des Huns et de la très grande adresse naturelle de leurs rois au tir à l’arc, et que l’historien se rendit en ambassade auprès d’eux et de Donat. Et il décrit avec une emphase exagérée sa course errante sur la mer, et le péril qu’il y affronta (...). C’est sur ces points aussi (que se termine) le premier groupe de dix livres,

  • 162 I, p. 177, ll. 23-25 : Oτι ὁ ἱστοϱιϰός φησι παϱὰ Οὐαλεϱίου τινòς τῶν ἐπισήμων ἀϰοῦσαι πεϱὶ ἀνδϱιάν (...)

2. Que l’historien prétend avoir entendu Valére, un des notables, (parler) de statues d’argent consacrées afin d’endiguer les barbares162.

  • 163 I, p. 177, ll. 39-2 : ῟Ων ἀνδϱιάντων ἀναληφϑέντων πάϱαυτα ϰαὶ μετ’ ὀλίγας ἡμέϱας πϱῶτον μὲν τò Γότϑ (...)

127Suit une longue digression qu’il n’est pas possible de reproduire ici. On avait découvert aux confins de l’Illyricum et de la Thrace un trésor contenant trois statues. L’événement eut une suite que l’on n’oublia pas de sitôt163 :

Une fois que l’on eut enlevé les statues, en premier lieu, ce fut quelques jours après que l’ethnie des Goths parcourut la Thrace tout entière ; un peu plus tard, celle des Huns et des Sarmates allait envahir l’illyricum et la Thrace même.

  • 164 Associé par Honorius le 8 février 421, il mourut le 2 septembre, sans avoir été reconnu par Théodos (...)
  • 165 E. STEIN, o.l.. I, pp. 190-191.
  • 166 J.F. MATTHEWS, Olympiodorus of Thebes and the History of the West (A.D. 407-425), dans The Journal (...)
  • 167 Constance mourut le 3 novembre 361. E. STEIN, o.l., I, pp. 157-158.
  • 168 En 377, le comes rei militaris per Thracias était un certain Lupicinus : E. STEIN, o.l., I, p. 188. (...)
  • 169 I, p. 176, ll. 36-22.
  • 170 Voir infra ici même.

128Le passage offre maintes difficultés. Olympiodore mentionne un empereur Constance sous le règne duquel Valère aurait exercé un commandement en Thrace. On ne peut songer à identifier le souverain avec Constance III, qu’Honorius associa à l’Empire en 421, mais pour quelques mois seulement, car le bénéficiaire de la promotion mourut après quelques mois164. L’invasion de la Thrace, par les Goths d’abord, par les Huns ensuite, remontait à ce moment à près de cinquante ans. Elle se termina, on le sait, par le désastre d’Andrinople le 9 août 378 au cours duquel disparut l’empereur Valens : sur les brisées des Goths marchaient des Huns et des Alains165. C’est ce qui amène à situer l’invention du trésor aux environs de 375166. Autant que l’on puisse voir, l’erreur n’est imputable ni à Photios ni à Olympiodore, mais au truchement auquel le second eut tort de se fier sans contrôle. La référence à Constance II donne à penser que Valère exerçait déjà un poste important avant la fin de 361167. Au moment où il accorda un entretien à Olympiodore, l’ancien fonctionnaire de Thrace devait être fort chenu : que sa mémoire avait alors effacé le contour précis des événements168, c’est ce que l’on conçoit aisément. Plus haut, Photios a relaté l’assassinat d’Athaulf et les humiliations qu’eut à subir la belle Placidia169. L’extrait suivant raconte comment Olympiodore fit accéder Léontios à la chaire des sophistes170. Le fragment roulant sur les statues exhumées à l’intervention de Valère paraît bien, en raison de sa situation dans l’ensemble, être un retour en arrière et une digression.

  • 171 I, p. 177, ll. 6-10 : Oτι ὁ ἱστοϱιϰòς πεϱὶ τοῦ οἰϰείου διαλαμβάνων διάπλου πολλὰ παϑεῖν ϰαὶ δυστυχ (...)

3. Que l’historien, traitant à part de sa traversée par mer, prétend y avoir connu maintes souffrances et malheurs. Il dit aussi qu’il a fait escale à Athènes et que, grâce à son empressement et à ses soins, il a fait élever à la chaire des sophistes Léontios qui n’en voulait pas171.

  • 172 I, p. 178, ll. 14-30.
  • 173 HÄDICKE, o.l., col. 401 ; MARTINDALE, PLRE, p. 799 ; R. HENRY, I, p. 177, n. 4. À ce sujet, lire en (...)

129Suit un long excursus sur les rites d’initiation conférés aux candidats à l’investiture en tant que sophistes172 : aujourd’hui, en langue familière, nous leur donnerions le nom de « baptême ». De quoi l’on a cru pouvoir déduire que vers 415, Olympiodore avait fait un séjour à Athènes173.

  • 174 Pace R. HENRY, I, p. 179, n. 3, il faut revenir pour I, p. 179, ll. 7-10 au texte proposé par Dindo (...)

4. Qu’à Athènes, une recherche avait été entreprise portant sur les livres au texte disposé en « côla », afin de faire comprendre aux chercheurs la côlométrie ; Philtatios, un compagnon de l’historien, qui avait d’heureuses dispositions naturelles pour les lettres, lui consacra un exposé et le renom qu’il y gagna lui valut l’érection d’une statue aux frais des citoyens174.

  • 175 P. LEMERLE, o.l., p. 115.
  • 176 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, l.l.

130Après les dévastations consécutives au passage des Goths, on se préoccupa de restaurer la Bibliothèque d’Hadrien et de garnir ses rayons en livres175, notamment sous l’impulsion d’Herculius, préfet du prétoire pour l’Illyricum (407-412)176. Si l’on peut la prendre au sens littéral, la locution « compagnon de l’historien » permet de supposer qu’Olympiodore était présent sur les lieux au moment de la conférence.

  • 177 I, p. 181, ll. 1-2 : Oτι ϰατὰ ϑάλασσαν πολλὰ παϑὼν συγγϱαφεὺς μόλις διασᾠζεται.

1315. Les difficultés à voyager offrirent, semble-t-il, à Olympiodore un thème récurrent177 :

Qu’après mille souffrances sur mer, l’historien n’en fut tiré qu’à grand-peine.

  • 178 I, p. 181, l. 2 - p. 182, 1. 8.

132La suite de l’extrait raconte qu’un météore serait venu se poser au sommet de la voile, menaçant de faire sombrer le navire, puis les hauts faits d’un vieux compagnon capable de danser, de chanter et d’appeler les hommes par leur nom, le perroquet de l’historien qui, pendant vingt ans, prit part à l’odyssée178.

  • 179 I, p. 182, ll. 9-15 : Oτι ἱστοϱιϰός φησι διάγοντος αὐτοῦ ϰατὰ τὰς Θήβας ϰαὶ τὴν Σοήνην ἱστοϱίας (...)

1336. L’intérêt géographique du récit d’Olympiodore était évident, non moins qu’une légère propension de l’auteur à la fatuité. Autant de particularités qui nous valent de connaître mieux une partie de son itinéraire179 :

Que l’historien dit qu’au cours de son passage pour enquête du côté de Thèbes et de Soènè, les chefs de tribu et les devins des barbares de la région de Talmis, c’est-à-dire les Blemmyes, éprouvèrent le besoin de le rencontrer : sa réputation les poussait à cette démarche. Et ils m’emmenèrent, dit-il, jusqu’à Talmis même, de sorte que j’ai pu enquêter aussi dans ces régions. (...) Aux environs de ces régions, dit-il, j’ai appris qu’il y avait encore des mines d’émeraude, dont les rois d’Égypte tiraient l’émeraude en abondance. Et c’est ce que, dit-il, les devins des barbares me proposaient d’aller voir ; mais cela ne pouvait se faire sans ordre royal.

  • 180 HÄDICKE, o.l., col. 201 ; n. HUNGER, o.l., I, p. 281.
  • 181 MARTINDALE, PLRE. p. 799.

134Le voyage d’Olympiodore eut lieu en 423180 ou en 421181.

  • 182 I, p. 185, ll. 18-22 : Oτι ἕϰαστος τῶν μεγάλων οἴϰων τῆς Pώμης, ὥς φησιν, ἅπαντα εἶχεν ἐν ἑαυτῷ (...)

1357. Il semble peu douteux qu’Olympiodore ait séjourné longtemps à Rome. Le poète qu’il était aussi eut en tout cas l’art de synthétiser en un seul hexamètre certains aspects de l’architecture des palais de la capitale182 :

Que chacune des grandes demeures de Rome, comme il dit, contenait tous les éléments qu’en pouvait contenir une cité de dimensions égales, champ de courses, places publiques, fontaines, bains divers. C’est aussi pourquoi l’écrivain s’exclama :
Un seul palais vaut une ville ; une cité recèle des villes par milliers.

136Au hasard du texte, Photios n’a pas manqué de relever les indications portant sur les aventures que traversa Olympiodore. Il ne s’est pas efforcé de les réunir en une synthèse constituant une notice biographique. Lui suffisaient les données illustrant la préface. La technique ici adoptée est tributaire de la nature d’un ouvrage à la structure aussi peu systématique que possible. Dans le cas d’un écrivain qui n’eût pas volé le titre d’« Hérodote du ve siècle », on ne pouvait attendre un autre procédé.

A 8. Candidos (cod. 79)

  • 183 Les seules études que je connaisse sur Candidos sont fort maigres : HARTMANN, dans son article Cand (...)
  • 184 I, p. 162, ll. 14-19 : Eστι δὲ πατϱίδος μὲν ’Iσαυϱίας, ὡς αὐτός φησι, τῆς Τϱαχείας, ἐπιτήδευμα δὲ (...)

137En l’absence de tout document complémentaire, les indications de Photios sont les seules qui nous fassent connaître l’historien Candidos, dont ne nous ont été conservés que deux fragments183. Tout ce que nous savons de lui, hormis le sommaire même, tient en quelques lignes184 :

Il a pour patrie, comme il le dit lui-même, l’Isaurie Trachée et, en fait de profession, il exerça celle de secrétaire, au temps où le parti des Isauriens avait le poids le plus grand. En matière de religion, il était chrétien et orthodoxe. Il tresse une couronne de louanges pour le quatrième synode, et il s’en prend à juste titre à ceux qui, contre lui, frayent des voies nouvelles.

  • 185 L’indication bibliographique figure en I, p. 161, 1. 4.

138Comme on le verra, les différents points de cette brève esquisse biographique figuraient dans le texte des trois livres185. En raison de la sécheresse dans la présentation, on ne pourra guère se livrer qu’à de maigres commentaires.

  • 186 Pour un exposé élémentaire des faits, on se reportera à G. OSTROGORSKY, Histoire de l’État byzantin(...)
  • 187 I, p. 162, ll. 29-31 : Οὗτος ἰσχυϱίζεται τὴν ’Iσαυϱίαν ἀπò τοῦ ’Hσαῦ λαβεῖν τὴν ἐπωνυμίαν.

139Que l’ouvrage ait été en partie un plaidoyer en faveur du parti des Isauriens, qui joua Léon contre la faction des Goths afin d’en débarrasser l’Empire186, c’est ce dont les fragments attestés ne permettent guère de douter. Candidos prit la précaution de conférer aux Isauriens des lettres de noblesse, ou plutôt de faire remonter leur lignage jusqu’au patriarche Ésaü187 :

Il (sc. Candidos) affirme que l’Isaurie a reçu son nom d’Ésaü (...)

  • 188 I, p. 163, 1. 20 - p. 164, 1. 22 : Λεπτομεϱής τε τῆς ’Iσαύϱων γενεαλογίας ἀφήγησις. ϰαὶ ὡς εἴησαν ἀ (...)

140ainsi que188

Exposé minutieux de la généalogie des Isauriens ; et qu’ils seraient descendants d’Ésaü, c’est le thème qu’il traite dans une longue narration.

  • 189 Le monophysisme exprimait les tendances séparatistes des parties orientales de l’Empire (Égypte, Sy (...)

141Prémisse intéressante chez un historien qui affichait une foi rigoureusement orthodoxe, c’est-à-dire strictement chalcédonienne. Tant sous Léon Ier que sous Zénon qui lui succéda, le difficile équilibre théologique conquis en 451 n’allait pas cesser d’être remis en cause189.

  • 190 I, p. 162, ll. 12-14 : Ποιεῖται μὲν ὁ συγγϱαφεύς, ὡς εἴϱηται, ἀϱχὴν τῆς ἱστοϱίας τὴν ἀϱχὴν τῆς Λέον (...)

142Les limites chronologiques de l’ouvrage sont nettement marquées dans la recension de Photios190 :

L’historien fait, comme on l’a dit, coïncider le début de son récit avec celui du règne de Léon et le termine à la proclamation d’Anastase.

  • 191 De son vrai nom Tarasicodissa, Zénon introduisit l’ethnie des Isauriens dans la politique constanti (...)
  • 192 E. STEIN, o.l., II, p. 9.

143Inévitablement, Candidos devait aborder le rôle de ses compatriotes, en particulier sous Zénon Ier, originaire, lui aussi, d’Isaurie191. Impossible de passer sous silence les intrigues du plus important d’entre eux, dont on a écrit192 : « Parmi les Isauriens qui donnaient alors le ton, Illus était le chef d’un groupe qui, à la différence de Zénon, semble avoir possédé une certaine culture intellectuelle et s’intéressait plus ou moins aux lettres ; à l’encontre de ses compatriotes sans en excepter l’empereur — Illus paraît avoir été aussi un remarquable homme d’État. »

  • 193 I, p. 164, ll. 29-30 : Πεϱί τε τῆς ’Iσαύϱων ἐν Κωνσταντινουπόλει ἀμυϑήτου σφαγῆς. Les faits ont sui (...)

144Ceci nous vaut une série de traits caractéristiques, par exemple193,

Sur l’indescriptible massacre des Isauriens à Constantinople.

  • 194 E. STEIN, o.l., I, p. 364 ; l’intervention d’Illous est rappelée I, p. 164, ll. 39-1.

145Plus particulièrement, l’historien jetait une assez vive lumière sur les services rendus à l’Empire par le ministre isaurien, agent du retour de Zénon en août 476194. Surtout, il n’eut garde d’omettre les faits suivants :

  • 195 I, p. 164, ll. 6-7 : Καὶ ὡς Iλλους συνέφη Ζήνωνι εἰς φιλίαν, ϰαὶ πάλιν ἀναλαβεῖν παϱεσϰεύασε τὴν β (...)
  • 196 I, p. 165, ll. 16-18 : ‛Ως Iλλους πολλὰ τῇ Pωμαίων συνήνεγϰε πολιτείᾳ ταῖς τε ϰατὰ πόλεμον ἀνδϱαγ (...)
  • 197 I, p. 165, ll. 24-30 : ‛Ω ς ’Aλανός τις Iλλουν ἀνελεῖν βουληϑεὶς ϰαὶ πλήξας ’Eπινίϰιον εἶπεν, ὃς ἦ (...)
  • 198 I, p. 165, ll. 31-32 : ‛Ως Παμπϱεπίῳ τῷ δυσσεβεῖ διὰ Μάϱσου Iλλους φιλωϑεὶς ἅπαντα ϰατὰ μιϰϱòν συν (...)

1195. Il (sc. Illous) prit le parti de Zénon au point de nouer amitié avec lui, et il le prépara à s’emparer une seconde fois du trône.
2196. Que l’on doit à Illous force contributions au bénéfice de la politique romaine, tant par ses actes de courage que par ses libéralités et ses actes de justice dans la cité.
3197. Comment un Alain, qui avait voulu assassiner Illous et qui l’avait frappé, dit qu’Épinicios, un familier de Vérine, avait été l’instigateur de (la tentative) d’assassinat ; et comment on livra Épinicios à Illous et comment, moyennant promesse d’amnistie et de récompenses, Épinicios dévoila tous les complots de Vérine contre Illous, et comment Zénon, pour cette raison, abandonna Vérine et (comment lui, sc. Illous) la bannit dans une forteresse de Cilicie en assurant sa propre sécurité.
4198. Comment, lié, par l’entremise de Marsos, d’amitié avec Pamprépios l’impie, il épousa peu à peu les intérêts de ce dernier.

  • 199 I, p. 165, 1. 32 - p. 166, 1. 35 : les faits datent de la fin de 379 probablement (E. STEIN, o.l, I (...)
  • 200 I, p. 166, ll. 35-37 : ϰαὶ ϰϱατήσαντος Ζήνωνος δι’ Iλλου πϱεσβύτεϱος μὲν Μαϱϰιανòς ἐχειϱοτονήϑη, ὁ (...)

1465. Candidos vient de relater la guerre civile que provoquèrent Marcien et Procope, fils d’Anthémios199, l’ancien empereur d’Occident200 :

Et quand Zénon eut imposé sa force grâce à Illous, Marcien fut nommé prêtre et Procope s’enfuit auprès de Théodoric en Thrace (...).

  • 201 I, p. 166, ll. 40-41 : Καὶ ὡς ἡ πϱòς Iλλουν ἔχϑϱα τῷ βασιλεῖ συνέστη ϰαὶ ηὐξήϑη. Le lecteur de l’o (...)

6201. Et comment la haine vis-à-vis d’Illous se forma et augmenta dans le cœur de l’empereur.

  • 202 I, p. 166, ll. 1-5 : O δὲ τϱίτος ἄλλα τε πεϱιέχει ϰαὶ ὡς εἰς τò ἐμφανὲς Iλλους ἐπαναστὰς Ζήνωνι β (...)

7202. Le troisième (livre), entre autres (événements) qu’il contient, (rapporte) aussi qu’Illous, s’étant révolté ouvertement contre Zénon, proclama Léonce empereur avec l’appui de Vérine et comment, après des actions malheureuses, ils furent assiégés, capturés et décapités, ainsi que les autres faits jusqu’à la mort de Zénon.

  • 203 Ainsi en I, p. 165, ll. 19-24 où il est question de la disparition juridique et politique de l’Empi (...)
  • 204 Sur l’origine ethnique de Basiliscos, voir E. STEIN, o.l.. I, p. 390.
  • 205 Sans doute Pamprépios joua-t-il de son influence sur Illous pour favoriser les derniers cénacles né (...)
  • 206 R. HENRY, I, p. 164, n. 1 : « Cette étymologie est sans doute propre à l’auteur. »

147En somme, d’après les restes qui nous ont été conservés par Photios, Candidos donnait, hormis l’indispensable introduction sur l’influence d’Aspar et du parti gothique à Constantinople, une véritable « saga » des Isauriens dans la politique romaine sous Léon Ier et Zénon Ier. Les événements d’Occident n’ont été étudiés que dans la mesure où la cour d’Orient fut amenée à y intervenir203. À Constantinople, ce furent des Orientaux qui tinrent le haut du pavé : Basiliscos204, Zénon, Illous, Léonce, autant de personnages venus d’Isaurie. On a vu comment le troisième avait illustré le règne du second. Le chalcédonisme flamboyant de Candidos était en parfaite harmonie avec les aspirations religieuses d’Illous205. L’orientation générale du récit, le choix des thèmes retenus, le souci de propagande qu’atteste l’étymologie fantaisiste du nom « Isauriens »206, tout laisse supposer qu’à un moment de sa carrière, Candidos avait gravité autour d’Illous ou dans son cercle : ainsi s’expliqueraient bien les attaques dont il gratifia les adversaires du synode de Chalcédoine.

A 9. Jean le Lydien (cod. 180)

  • 207 Souda, I, 465 s.v. ’Iωάννης · Φιλαδελφεὺς Λυδός. Οὗτος ἔγϱαψε Πεϱὶ μηνῶν βιβλίον ἓν ϰαὶ Πεϱὶ διοσημ (...)

148La notice qu’Hésychios de Milet, ou bien, si l’on veut l’« Épitomé » que l’on tira de sa bibliographie raisonnée est d’une pauvreté décourageante207 :

Jean de Philadelphie, Lydien. Cet homme écrivit un Sur les mois (un livre) et un Sur les signes célestes (un autre livre), traitant aussi d’autres sujets (à caractère astrologique). Il les adressa à un certain préfet Gabriel.

  • 208 II, p. 187, ll. 30-32 : ’Aνεγνώσϑη ’Iωάννου Λαυϱενχίου Φιλαδελφέως τοῦ Λυδοῦ πϱαγμαχείας τϱεῖς, Πεϱ (...)

149Sur tous les points, les indications de Photios sont plus complètes208 :

Lu de Jean, fils de Laurentios, le Lydien de Philadelphie, trois travaux, Sur les signes célestes. Sur les mois, Sur les magistratures politiques.

  • 209 C. WACHSMUTH, o.l., p. xxi.

150Hésychios ne disait rien du De magistratibus, et l’on ne voit aucune raison de chercher dans les mots qui suivent le second titre une allusion à d’autres ouvrages inconnus par ailleurs. C. Wachsmuth a raison de tenir cet ajout pour une glose209. On peut supposer qu’Hésychios ne mentionnait pas le troisième ouvrage parce qu’il ne le connaissait pas.

  • 210 Le succès de la Bibliothèque est bien attesté par le nombre des manuscrits byzantins, contenant tan (...)

151Quant au nom du père de Jean, Laurentios, Photios le doit probablement à la suscription du manuscrit qu’il lisait. Pourtant, la preuve n’en peut être administrée formellement. Il est bien vrai en effet que plusieurs manuscrits portent une titulature plus complète qu’Hésychios, mais on ne peut être sûr à chaque fois qu’ils ne la doivent pas à la Bibliothèque210. La double absence du De magistratibus et du nom propre Laurentios permet de supposer qu’à haute époque byzantine, devaient courir des éditions du Lydien différant notablement tant pour le contenu que pour les intitulés.

  • 211 R. HENRY, II, p. 188, n. 3 : « Lydus a esquissé son autobiographie dans son traité Sur les magistra (...)
  • 212 II, p. 188, ll. 17-19 : ’Eστϱατεύσατο δ’ οὗτος ὁ ἀνὴϱ ὑπò τοῖς ὑπάϱχοις ἄγων ἡλιϰίας ϰα′, ἔτη μ′ δι (...)

152R. Henry avait bien vu que le restant de la notice avait le texte lui-même pour source211. Toutefois, les lignes de Photios présentent tant de problèmes que l’on ne peut se contenter d’approuver sans plus la traduction que voici212 :

Cet écrivain fut soldat sous l’ordre des préfets à l’âge de vingt et un ans ; à quarante ans, il fut avocat, puis matriculaire.

  • 213 GGL, II, 2, p. 1041. KLOTZ, dans son article Lydos (7) de la R.-E., XIII (1927), col. 2210 commet u (...)

153Pour mettre le témoignage à la place qui lui revient, on doit ouvrir une parenthèse sur les emplois qu’offraient les services de la préfecture du prétoire. Si l’on s’en tient à la présente traduction, on a l’impression que Jean a eu une carrière « en dents de scie », partagée entre les services militaires et civils. C’est ce qu’affirment également Schmid-Stählin213 : « Vom kaiserlichen Tachygraphen (unter Anastasios) stieg er auf der Amstleiter, teils im zivilen Hofdienst, teils im militärischer Stellung beschäftigt, empor. »

  • 214 De magistratibus, III, 26, p. 113,11. 6-12 Wuensch : Eνα ϰαὶ εἰϰοστόν τῆς ἡλιϰίας ἄγων ἐνιαυτòν ἐπ (...)

154Les débuts de la carrière du jeune homme sont mentionnés dans le passage suivant214 :

Durant la vingt et unième année de mon âge, sous le consulat de Secundianus, (partant) de la cité qui m’a vu naître, Philadelphie au bord du Tmôlos en Lydie, je suis venu dans cette heureuse cité (sc. Constantinople) et, après réflexion, j’ai résolu de me rendre chez les notaires de la cour et de m’engager pour servir dans un office à leurs côtés.

  • 215 Cette acception du mot, propre à la langue byzantine, paraît avoir échappé à la plupart des spécial (...)
  • 216 De mag., III, 26, p. 113, 1. 20 - p. 114, 1. 4 : H δὲ τύχη μᾶλλον εἰς ταύτην με παϱωϑῆσαι τὴν λειτ (...)

155En réalité, la στϱατεία dont il est ici question désignait une fonction, un office quelconque215. Jean attendait un poste quand il bénéficia d’un coup de chance216 :

Le hasard, qui avait décidé de me détourner (d’entrer) dans ce ministère, poussa Zôticos, un de mes concitoyens auquel je plaisais fort, à la préfecture du prétoire, sous Anastase, le plus policé des rois, qui, ayant sur moi, non seulement le pouvoir de convaincre, mais aussi de contraindre, m’enrôla au nombre des tachygraphes de la magistrature (...).

  • 217 C’est-à-dire à la section ou au bureau des procès civils (De mag., III, 27, p. 114, 11. 14-19, avec (...)
  • 218 Dont le ressort était les affaires de droit pénal. Voir E. STEIN, o.l, II, p. 838 et De mag., III, (...)
  • 219 On connaît mal le système d’enseignement supérieur à Constantinople : au ve siècle, la chaire de do (...)
  • 220 Pour son activité d’historiographe, voir De mag., III, 28, p. 116, ll. 10-15. Cette dernière promot (...)
  • 221 C’est ce qu’écrivit Justinien, dans un acte transmis au préfet du prétoire, d’après le De mag., III (...)
  • 222 W. ENSSLIN, ο.l., col. 2488, ll. 47-52 ; E. STEIN, o.l., II, p. 731.
  • 223 Après avoir été duc et augustal d’Égypte, ce personnage accéda à la préfecture du prétoire vers le (...)

156Autant par son habileté manœuvrière que par ses capacités, le jeune homme ne tarda pas à obtenir une promotion dans le scrinium ab actis au rang de premier chartularius217 ; plus tard, mais toujours sous le règne d’Anastase (491-518), Jean exerça les mêmes fonctions dans un service connexe, celui du Commentariensis218. Des distinctions lui valurent d’avoir à prononcer un panégyrique en l’honneur de l’empereur, et d’être appelé à Constantinople, pour y travailler en tant que grammaticus en langue latine ou orator219, après une prestation remarquée dans le rôle d’historiographe du règne220, ce qui le fit passer dans un système hiérarchique dépendant de l’autorité du préfet de la ville. Il garda néanmoins son droit à l’avancement dans le matricule du préfet du prétoire221. On connaît trop mal l’ordre qui présidait aux promotions dans l’administration orientale pour qu’il soit possible d’éclairer avec précision les étapes de la carrière de Jean. Parmi les tachygraphes ou exceptores, les plus instruits pouvaient revendiquer un poste d’adjutor, qui leur conférait automatiquement le titre d’Augustalis, avec, en perspective, le grade final de cornicularius222. Tel fut le cas du fonctionnaire lydien, qui se chargea de décrire lui-même la fin de sa carrière, couronnée par les félicitations du préfet en personne, un nommé Héphaistos223 :

Après que j’eus, en sortant du tribunal, reçu cet hommage qui tenait lieu d’importantes richesses, les amis les plus chers à tous égards me conduisirent à la cour et je pris ma retraite, après avoir assuré tout le service de quarante ans, plus quatre mois ; j’y obtins de l’Empire la dignité habituellement accordée aux gens partant en congé, et je m’effaçai pour m’adonner de nouveau à la littérature.

  • 224 De mag., III, 30, p. 119, ll. 5-11 : Ταύτην τὴν τιμὴν ἀντὶ πολλῶν χϱημάτων ἐϰ τοῦ διϰαστηϱίου, ἡγου (...)

157Cette esquisse autobiographique invite à revenir sur les premières indications de Photios, où il faut corriger la traduction de R. Henry224 :

Cet homme s’engagea comme fonctionnaire au service des préfets dans le courant de sa vingt et unième année, étant, au cours d’(une carrière) de quarante ans, avocat, puis matriculaire.

  • 225 II, p. 188, ll. 19-21 : μεϑ’ ὃν χϱόνον ϰαὶ τὰς εἰϱημένας συγγϱάψαι λέγει πϱαγματείας ϰαὶ τῆς βασιλι (...)

158Je me suis expliqué sur la valeur du mot στϱατεία. Quant aux charges d’« avocat » et de « matriculaire », Jean ne dit nulle part qu’il eut à les exercer. Pourtant, il n’y a pas à douter que Photios ait tiré la suite du De magistratibus. Une conjecture lui fait écrire225 :

C’est après cette époque qu’il affirme avoir composé aussi les traités susdits et avoir été désigné, par un décret de l’empereur, comme dignitaire de la cour impériale.

  • 226 C’est également l’avis d’E. STEIN (o.l., II, p. 839). Comme il l’indique, il semble bien que R. WUE (...)

159L’exactitude de ces indications est sujette à caution. On s’accorde à admettre que le Lydien profita du calme de sa retraite pour mettre au point ses traités, mais c’est abuser du passage du De magistratibus traduit plus haut que d’en tirer, comme l’a fait Photios, la conclusion qu’il entama la rédaction de ses livres dès la fin de sa carrière professionnelle226. Par un fait qui tient à une défaillance de mémoire ou à une lecture trop rapide, le jeune érudit n’a tenu aucun compte de la locution adverbiale « de nouveau ».

  • 227 II, p. 188, ll. 21-24 : Χϱόνος δὲ ϰαϑ’ ὃν οὗτος ἐβίου, ’Aναστασίου ἥπτετο τῆς βασιλείας ϰαὶ τὴν ’Iο (...)

160Il n’y a pas lieu de chercher ailleurs que dans l’ouvrage l’origine des indications suivantes, si peu précises qu’elles soient227 :

Quant à l’époque où vivait cet homme, elle touchait au règne d’Anastase et franchissait les limites de ceux de Justin et de son successeur, Justinien.

  • 228 On trouvera toutes les références dans l’index nominum de R. Wuensch.
  • 229 II, p. 188, ll. 24-28 : Τὴν δὲ ϑϱησϰείαν ὁ ἀνὴϱ ἔοιϰε δεισιδαίμων εἶναι · σέβεται μὲν γὰϱ τὰ Eλλήν (...)

161Les empereurs Anastase, Justin Ier (518-527) et Justinien Ier (527-565) sont fréquemment évoqués dans le De magistratibus228. La constatation vaut aussi pour les remarques touchant la foi du Lydien229 :

En religion, l’homme semble superstitieux ; en effet, il respecte et honore les croyances des païens, mais il honore aussi les nôtres, sans donner aux lecteurs de quoi conclure aisément si c’est par conviction qu’il les honore ou comme un acteur jouant un rôle.

  • 230 DU CANGE, o.l., s.v., indiquée par R. HENRY, II, p. 188, n. 2.
  • 231 Elle a duré dix ans (avant le 30 avril 531 jusqu’en mai 541), avec une interruption de quelques moi (...)
  • 232 Pour faire instruire un procès à la préfecture, l’usage était de verser aux officiales des sportule (...)
  • 233 De mag. III, 66, p. 157, ll. 6-16 : Eνϑεν ἀπόλωλεν ἡ τάξις, ϰαὶ πϱαγμάτων οὐϰ ὄντων ἀσχήμων ἐϱημία (...)

162Il est plus malaisé d’expliquer les titres de ματϱιϰουλάϱιος et de διϰολόγος que Photios introduit dans la carrière du fonctionnaire. Pris au latin, le premier n’est répertorié dans les dictionnaires qu’avec une seule occurrence, le passage de la Bibliothèque que j’étudie230. En fait, il apparaît encore dans deux passages du De magistratibus proches l’un de l’autre. C’est là précisément que Jean traite de la préfecture de Jean de Cappadoce231 et des réformes administratives défavorables aux officielles qui la caractérisèrent232. Tel est le fondement des plaintes du Lydien233 :

Dès lors, notre rang est perdu, et une carence en matières substantielles a souillé le tribunal, avec gémissements et larmes de ceux qui arrivent au terme de l’office, plongés dans une vieillesse indigente. C’est donc à bon droit que personne n’adressait plus de rapport à l’office — jadis, c’était d’ordinaire plus de mille tachygraphes qui, chaque année, travaillaient au service de ceux qui arrivaient au terme de leur tâche, surtout de celui qu’on appelle le « matriculaire » — mis pour « conservateur des catalogues » — pour procurer un revenu non négligeable. À cette aberration, j’ai aussi pris part, sans même trouver dans l’accomplissement de mon office de quoi soutenir mon train de vie quotidien.

  • 234 De mag., III, 67, p. 158, ll. 15-22 : Τò δὲ τῶν ϰαλουμένων ματϱιϰουλαϱίων (...)

163C’est ce qui lui permet de conclure avec amertume234 :

La charge de ceux que l’on nomme « matriculaires » est perdue, arrachée par la racine, voire, que dis-je ?, tout platement dérobée pour le restant de leur vie douloureuse par tous ceux mêmes qui, au terme de leur office, (en sortent) dans une honteuse indigence. J’ai donc remis mon office, après quarante ans de service assidu, sans en avoir rien rapporté que le titre de ma fonction.

  • 235 D’après W. ENSSLIN, dans son article Matricula de la XIV, 2 (1930), col. 2256, sur base des recherc (...)
  • 236 Voir aussi E. STEIN, Untersuchungen..., pp. 60-61 et n. 1 de la p. 61.
  • 237 On lit sous la plume de MARTINDALE (PLRE I, p. 614) : « If (as seems likely in view of his reputati (...)

164Les spécialistes s’accordent à admettre que le matricularius appartenait aux grades supérieurs de la hiérarchie : dans la préfecture du prétoire d’Orient, le titulaire était chargé de tenir les registres mentionnant grades et ancienneté des fonctionnaires et de gérer les recettes (les sportules) des bureaux. On vient de voir que les réformes de Jean de Cappadoce les avaient réduites à la portion congrue. La charge de matricularius revenait annuellement à un des primates officii. Composé des fonctionnaires supérieurs en grade, le collège des Augustales choisissait en toute indépendance et à tour de rôle parmi l’élite de ses membres (le groupe des quinze deputati) celui à qui incomberait l’exercice de la fonction235. Rédigeant à la hâte ses notes de lecture, Photios s’est contenté de relever au passage le vocable « matriculaire », sans pousser la recherche du côté de l’histoire institutionnelle. Aucun lecteur occasionnel du De magistratibus ne lui fera grief de cette négligence, et point n’est besoin de supposer une confusion entre « matricularius » et « cornicularius ». Les §§ 22-24 du traité renferment une histoire du grade de corniculaire depuis l’époque de Domitien236 : sa fonction était essentiellement d’apposer son contre-seing à des actes judiciaires, en sorte qu’il ne disposait pas d’un bureau permanent, excepté, bien entendu, les années où il était en même temps matriculaire. Dans Photios, il y a eu confusion entre grade et fonction237.

  • 238 Souligné à juste titre par MARTINDALE, l.l.
  • 239 On trouvera les références dans LSJ, s.v. A l’époque qui nous occupe, l’État avait prévu et organis (...)
  • 240 De mag., III, 65, p. 156, ll. 14-21 : Oπως δὲ μὴ τυχòν ἐμπόδισμα ταῖς (...)

165On chercherait en vain dans la hiérarchie des officia un grade de διϰολόγος238. Attesté depuis le premier siècle avant notre ère au moins, le mot a un sens transparent : le LSJ le traduit par « a pleader, an advοcate »239. Manifestement, Jean n’eut jamais l’occasion de plaider. Dans le passage qui précède immédiatement ceux que j’ai essayé de traduire, il met en relation les débauches du Cappadocien avec les réformes de son administration en matière judiciaire240 :

Afin d’éviter qu’un événement accidentel ne vienne faire obstacle à ses divertissements, il (sc. Jean de Cappadoce) mit fin d’un coup à sa compétence en matière judiciaire — c’est ce que l’on appelle le secretimi dans les tribunaux — ; ce fut tout juste s’il accepta d’y paraître, lorsque, emporté par un excès de nourriture, il exclut en leur infligeant des amendes les clarissimes de l’ordre. Mais on préféra des juges siégeant au portique de l’empereur, en sorte que, lors des auditions pour les procès financiers, c’était ce dernier qui, comme nous l’avons dit précédemment, avait la haute main sur eux.

  • 241 E. STEIN, o.l., II, p. 470. Voir aussi De mag., III, 9, p. 96, ll. 1-8.
  • 242 La création d’une instance coiffant les précédentes revenait de facto à une dégradation : E. STEIN,(...)
  • 243 De mag.. III, 66, p. 156, ll. 22-25 : Οὐϰ ἦν οὖν τò λοιπòν οὐ διϰηγόϱῳ σπουδὴ λόγῳ ϰοσμῆσαι τὴν συν (...)

166Durant sa préfecture, Jean de Cappadoce s’était efforcé de lutter contre la pesanteur bureaucratique en matière de justice, notamment en accélérant la procédure d’appel : c’est pourquoi on déchargea les tribunaux relevant de son autorité et l’on institua une cour de douze « juges sacrés », qui furent même appelés à officier en province241. La réforme se produisit naturellement au grand dam des avocats qui plaidaient devant le tribunal de la préfecture242 et partant, des fonctionnaires chargés, moyennant le versement de grasses sportules, de rédiger les documents préparatoires’243 :

Il n’y avait donc plus chez un avocat (διϰολόγος), disposant d’un très grand pouvoir de persuasion sur le maître, de zèle oratoire pour organiser la défense, attendu que plus rien désormais ne se faisait dans le service.

  • 244 Le vocable διϰολόγος n’est pas employé fréquemment dans le De magistratibus. Je ne connais que deux (...)

167Photios s’est contenté de cueillir à la lecture, dans les chapitres III, 66 et 67, les indications de titres éparses sans s’interroger sur les réalités institutionnelles qu’elles recouvraient : les mots « avocat » (διϰολόγος) et « matriculaire » (ματϱιϰουλάϱιος) y viennent respectivement en premier et dernier lieu. Très logiquement, ce sont ceux qu’il a retenus. Le hasard a entraîné dans le compte rendu erreur et bévue244. En somme, c’est là une preuve a contrario que les indications biographiques du chapitre sont bien le fruit d’une lecture personnelle.

A 10. Théophane (cod. 64)

  • 245 I, p. 77, ll. 20-22 : Μέμνηται δὲ ἐν τῷδε τῷ πϱώτῳ τοῦ βιβλίου λόγῳ ϰαὶ τὰ ϰατὰ ’Iουστινιανòν ίστοϱ (...)

168Les indications biographiques se réduisent parfois à de simples notes bibliographiques. C’est le cas au cod. 64 pour Théophane, un historien de la fin du vie siècle, dont Photios lut des livres d’histoire245 :

Il mentionne dans ce premier livre de l’ouvrage qu’il a également raconté l’histoire des événements du règne de Justinien ; en tout cas, il est évident aussi qu’il en a, à la suite de ces dix livres, composé d’autres.

  • 246 n. HUNGER. ο.l., I, p. 309. Les indications du savant autrichien donnent l’essentiel de ce que l’on (...)

169Il n’y a guère d’espoir d’en savoir davantage. Sans la notice de Photios, Théophane ne serait pour nous qu’un nom246.

  • 247 R. HENRY, I, p. 77 ad. 1.

170Il n’est pas sûr que l’on doive prêter à Théophane la rédaction d’un autre ouvrage traitant plus spécialement du règne de Justinien, comme invite à le faire la traduction de R. Henry247 :

qu’il a aussi écrit l’histoire de Justinien.

  • 248 Ch. DIEHL dans Ch. D. et G. MARÇAIS, Histoire du Moyen Age. III, Le monde oriental de 395 à 1081, P (...)

171Apparemment, Théophane eut seulement pour ambition de décrire la lutte qui opposa Byzance à la Perse durant quelque vingt ans (572-591)248 :

  • 249 I, p. 76, 1. 13 - p. 77, 1. 20 : Aϱχεται δὲ ὁ πϱῶτος λόγος ἀπò τοῦ Πεϱσιϰοῦ πολέμου τοῦ συστάντος (...)

Le premier livre commence par la guerre contre la Perse, qui éclata après la rupture des trêves qu’avaient conclues l’empereur Justinien et Chosroès, roi des Perses, mais qu’avaient rompues Chosroès lui-même et Justin, le successeur de Justinien, à la fin de la deuxième année de son règne. Commençant là son récit, (Théophane) descend jusqu’à la dixième année de la guerre même249.

  • 250 On sait que la guerre précédente contre les Perses prit fin en 561 et que la paix dite « de cinquan (...)
  • 251 Ce sont, je suppose, les mêmes constatations qui ont dicté à H. HUNGER (l.l.) les lignes que voici  (...)

172La correspondance entre le nombre des livres et celui des années de guerre étudiées laisse supposer que l’ouvrage était composé sous forme d’annales. Qu’à l’occasion d’un retour en arrière, le premier livre ait fait mention des prodromes de la rupture est parfaitement logique250. On ne sait d’où Photios tire la conclusion que Théophane écrivit d’autres livres. Peut-être l’emploi du mot ἑτέϱους dans la préface laissait-il entendre que les dix livres d’histoire formaient le tome premier de l’édition intégrale qui en renfermait deux251.

A 11. Théophylacte Simocatta (cod. 65)

  • 252 Cod. 65, I, p. 79, ll. 13-15 : ’Aνεγνώσϑη Θεοφυλάϰτου ἀπò ἐπαϱχων ϰαὶ ἀντιγϱαφέως ἱστοϱιῶν λόγοι ὀϰ (...)

173Sur Théophylacte Simocatta, l’auteur, contemporain d’Héraclius, d’une Histoire universelle, Photios donne de maigres renseignements biographiques252 :

  1. Lu de Théophylacte, ancien préfet et secrétaire (impérial), huit livres d’histoire.

  2. Ce Théophylacte est égyptien par ses origines.

174Leur source n’est pas difficile à trouver.

  • 253 Voir, par exemple, C. DE BOOR, Theophylacti Simocattae Historiae, 2e édition par P. WIRTH, Stuttgar (...)

175Pour a), on peut lire en tête des manuscrits253 :

De Théophylacte, ancien préfet et secrétaire (impérial), Histoire universelle (...).

  • 254 I, p. 80, n. 1.

176Photios s’est contenté de reproduire les indications qui figuraient dans le manuscrit dont il disposait. Aussi ne lit-on pas sans quelque surprise, sous la plume de R. Henry254 : « Les renseignements sommaires sur Théophylacte qu’on lit au début du « codex » ne figurent pas dans le texte. »

  • 255 H. HUNGER, o.l., I, p. 313.
  • 256 THÉOPHYLACTE, VII, 16, 10, pp. 274-275 De Boor-Wirth : Οὐϰ ἂν δὲ πεϱιοψόμεϑα ταῦτα δὴ τὰ παϱάδοξα δ (...)

177Bien qu’il se fût interdit toute allusion autobiographique, l’historien n’a pu s’empêcher de se dévoiler quelque peu255. Le détail n’a pas échappé à Photios, et b) n’a point d’autre provenance. Ainsi, à propos du Nil, Théophylacte écrivait256 :

Nous ne saurions envisager d’un œil distrait ces récits incroyables qui, au sujet de ce fleuve, ont aussi fait l’objet chez nos prédécesseurs de fort bonnes études. Nous, qui tirons nos origines de la région, attardons-nous, avec une complaisance qui n’est pas incongrue, aux récits sur le Nil.

  • 257 Du reste, l’ampleur du compte rendu (I, p. 79, 1. 13 - p. 98, 1. 14) plaide dans le même sens.

178Ce qui est stupéfiant, c’est l’acribie257 que Photios a mise à étudier un ouvrage relativement long pour en extraire le seul détail significatif sur le plan biographique. Mais, pour nous, la constatation n’a rien de neuf.

A 12. Trois historiens de l’Église (codd. 28-30)

179Au début de la Bibliothèque, Photios a proposé des comptes rendus des grandes histoires de l’Église conservées, en tout ou en partie. L’ordre dans lequel se présentent les analyses défie la chronologie reçue :

180cod. 27 (I, p. 16, ll. 611) -

181EUSÈBE jusqu’à Constantin

182cod. 28 (I, p. 16, 1. 13 - p. 17, 1. 23)

  • 258 On sait qu’il n’existe pas encore d’édition scientifique de l’Histoire ecclésiastique de Socrate. O (...)

183SOCRATE Constantin-Théodose II258

184cod. 29 (I, p. 17, 11. 25-33)

  • 259 On la consultera dans l’édition de J. BIDEZ-L. PARMENTIER, The Ecclesiastical History of Evagrius w (...)

185ÉVAGRE Théodose II-Maurice259

186cod. 30 (I, p. 17, 11. 35-42)

  • 260 À consulter dans l’édition Bidez-Hansen, Leipzig. 1960 (GCS 50). Elle porte sur la période allant d (...)

187SOZOMÈNE Constantin-Théodose II260

188cod. 31 (I, p. 17, 1. 2 - p. 18, 1. 14)

  • 261 À consulter dans l’édition de L. Parmentier, Leipzig, 1911 (GCS 19). L’ouvrage commence au début de (...)

189THÉODORET Constantin-Théodose II261

  • 262 Ce sont les codd. 9-13 (I, p. 10, 1. 18 - p. 11, 1. 12). Certains de ces livres sont signalés par l (...)
  • 263 Cod. 17, I, p. 12, 1. 39 et p. 13, 1. 7.

190C’est ce qui donne à penser que l’invention des cinq œuvres fut tributaire du hasard et non pas le résultat d’une recherche systématique. On conçoit que Photios n’ait ajouté à ses recensions rien sur la biographie ni d’Eusèbe ni de Théodoret. Le premier lui était connu de longue date par une série d’ouvrages, commentés brièvement plus haut dans la Bibliothèque262. Le nom de Théodoret revint fréquemment dans les actes des synodes de Chalcédoine (451) et de Constantinople II (553)263.

191Du reste, les deux évêques avaient acquis dans leurs domaines respectifs une autorité qui les dispensait de se répandre en digressions biographiques personnelles.

192Tout différent était le cas des trois autres. Photios s’est contenté de reproduire les indications fournies par les historiens eux-mêmes, soit dans leur texte soit à la faveur du titre du manuscrit qu’il avait eu à sa disposition.

1. SOCRATE

  • 264 I, p. 16, ll. 16-20 : O δὲ συγγϱαφεὺς παϱὰ ’Aμμωνίῳ ϰαὶ Eλλαδίῳ τοῖς ’Aλεξανδϱεῦσι γϱαμματιϰοῖς φ (...)
  • 265 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, V, 24 dans PG 67 col. 649 A : ’Eγὼ δὲ ἐν τῇ Κωνσταντίνου πόλει τὰ (...)
  • 266 V, 16 dans PG 67, col. 605 A : Πολλοὶ δὲ ϰαὶ ἐϰ τῆς ’Aλεξανδϱείας ἔφυγον, ϰατὰ τὰς πόλεις μεϱιζόμεν (...)

PHOTIOS264

SOCRATE265

L’historien, qui fréquentait chez Ammonios et Helladios, les lettrés alexandrins, s’était mis dès l’enfance à apprendre ce qui relève de la littérature.

Pour moi, qui séjourne à Constantinople, où j’ai été mis au monde et éduqué, je fais un récit plus ample des événements qui s’y sont passés.

Païens, ils avaient été chassés de leur patrie à la suite d’une sédition, et ils vivaient à Constantinople.

Beaucoup s’enfuirent aussi d’Alexandrie, répartis dans les cités. Parmi eux se trouvaient deux lettrés, Helladios et Ammonios chez lesquels, dès ma prime jeunesse, j’avais fréquenté à Constantinople266.

2. SOZOMÈNE

  • 267 I, p. 17, ll. 40-41 : Οὗτος δὲ δίϰας ἦν λέγων ἐν Κωνσταντινουπόλει.

193De Sozomène, Photios écrit sèchement267 :

Celui-ci était avocat, plaidant à Constantinople.

  • 268 SOZOMÈNE, Histoire ecclésiastique, II, 8-9 et 10-11, p. 53, 1. 21 - p. 54, 1. 7 Bidez-Hansen.
  • 269 II, 10, p. 53, II. 18-20 : Oἷov δὲ ’Αϰυλίνφ ὑπῆϱξεν, ἀνδϱì εἰσέτι νῦν ἡμῖν συνδιατϱίβοντι ϰαì ἐν το (...)

194Il n’est pas malaisé de retrouver le passage qui a permis la constatation. L’historien vient de décrire un lieu situé non loin de Constantinople et appelé « Michaélion » à cause d’une apparition de l’archange Michel268. Ce fut là qu’un de ses collègues condamné par les médecins guérit miraculeusement. La chance d’Aquilinus ne fut pas un cas isolé. Le personnage est présenté de la façon suivante269 :

Par exemple, la fortune dont bénéficia un homme vivant à présent encore avec nous et plaidant dans les mêmes tribunaux, je vais la narrer d’après ses propres dires et d’après aussi les observations que j’ai pu faire.

  • 270 Voir, par exemple, J. BIDEZ-G.C. HANSEN, o.l.. pp. lxiv-lxvi ; J. QUASTEN, o.l., III. p. 748.
  • 271 I, p. 17, 11. 35-36 : ’Ανεγνώσϑη Σαλαμανοῦ Eϱμείου Σωζομενοῦ σχολαστιϰοῦ ἐϰϰλησιαστιϰὴ ἰστοϱία ἐν (...)

195Photios eût dû faire preuve de toute l’acribie des philologues modernes pour nous en dire davantage270. L’intitulé du codex est plus correct que celui des manuscrits byzantins conservés271 :

Lu de Salamanos Hermias Sozomène, avocat, une histoire ecclésiastique en 9 livres.

3. ÉVAGRE272

  • 272 I, p. 17, 11. 25-27 :’Ανεγνώσϑη Εὐαγϱίοῦ σχολαστιϰοῦ ἀπò ὑπάϱχων, πόλεως δὲ.’Επιφανεíας τῆς ϰατὰ τὴ (...)

Lu d’Évagre, avocat et ancien préfet, de la cité d’Épiphaneia en Coelè-Syrie, une histoire ecclésiastique en six tomes.

  • 273 Bien vu par W.T. TREADGOLD (o.l.. pp. 59-60, avec la note 30 de la p. 59 continuée à la p. 60).
  • 274 Voir J. BIDEZ-L. PARMENTIER, o.l., p. 3 pour le manuscrit A (Laurentianus, LXX, 23, de la fin du xi (...)
  • 275 C’est ce que fait W.T. TREADGOLD, o.l., p. 59.

196Toutes les indications proviennent du titre du manuscrit que Photios eut sous les yeux273. Seule la précision « en Coelè-Syrie » fait défaut dans nos témoins de la tradition274. Je n’oserais pourtant affirmer que, d’ordinaire si prudent, Photios l’ait ajoutée de son propre cru275.

A 13. Himérios (cod. 165)

  • 276 Souda, I, 348, s.v. : Ιμέϱιος ··’Αμεινίου (...)

197En dépit de sa brièveté, l’article que la Souda a consacré à Himérios est remarquablement détaillé276 :

Himérios, fils du rhéteur Aminias, de Prusias en Bithynie, un des sophistes qui vécurent sous l’empereur Julien, professeur à la place de Prohairesios à Athènes ; privé de la vue dans sa vieillesse. Il écrivit des déclamations.

  • 277 II, p. 140, 11. 42-4 : ’Aλλὰ τοιοῦτος ν ἐν τοῖς λόγοις ἀσεβής (ὡς δῆλόν) ἐστι τὴν ϑϱησϰείαν, εἱ ϰα (...)

198Par comparaison, la notice de Photios l’est sensiblement moins277 :

  • 278 Photios (11. 30-42) ainsi que II, p. 136, 1. 27 - p. 137, 1. 3 vient de donner une longue critique (...)

Mais, avec de telles qualités littéraires278, il est (c’est évident) de religion païenne, même s’il imite ceux des chiens qui se cachent en aboyant contre nous. Le sommet de sa carrière se situe sous Constance et sous l’impie des impies, Julien, et il fut placé à la tête de l’école de rhétorique d’Athènes.

  • 279 Ar. COLONNA (Himerii declamationes et orationes cum deperditarum fragmentis, Rome, 1951, pp. xliv-l (...)
  • 280 C’est le cod. 243, VI, p. 56, 1. 22 - p. 126, I. 23. Elle est abondamment démontrée dans l’introduc (...)
  • 281 Les spécialistes de la période ne se prononcent pas avec précision sur les dates cardinales de la v (...)

199Il n’y a pas de raison de supposer que Photios doive tout ou partie de ces lignes à l’un ou l’autre auteur qui a traité incidemment d’Himérios279. On rappellera d’abord que la Bibliothèque donne plus loin une longue série d’extraits280, dont il est superflu de souligner l’intérêt pour la constitution du texte des discours. Pas un mot n’y est dit des circonstances que traversa l’existence de l’orateur la locution « le sommet de sa carrière » n’a sûrement pas la signification technique qu’elle revêt chez les chronographes. Elle est du reste désespérément vague281 : le règne de Constance II dura près d’un quart de siècle (337-361), celui de Julien, deux ans à peine (361-363). Il est vain de spéculer sur pareille donnée. Aussi n’a-t-elle probablement aucune prétention à la rigueur historique, car elle semble bien venir des discours eux-mêmes et des inductions qu’ils peuvent inspirer à un lecteur sagace.

  • 282 Les procédés de la rhétorique rendent évidemment la recherche fort difficile. Le discours XXXIII Co (...)
  • 283 II, p. 138, 1. 35 = XXXIX, p. 159 Colonna Allocution à Julien et Musonius. Je traduis le titre lati (...)

200On chercherait en vain dans le long catalogue que forme le cod. 165 le titre d’une œuvre adressée à Constance II. Maints discours cependant ont été prononcés en l’honneur de dignitaires contemporains de son règne282. L’état lacunaire de la tradition et le style allusif du rhéteur ne permettent de reconstituer que par bribes les informations que Photios devait déceler plus facilement que nous. En revanche, la multiplicité des discours où Julien est au centre du propos fait apparaître Himérios comme un des propagandistes du régime283.

  • 284 XVI Extemporalis, oh tumultum in schola coortum Colonna ; dans PHOTIOS, (II, p. 138, ll. 18-19) le (...)
  • 285 LVIII In quemdam discipulum factum propter Neptuni oraculum = II, p. 139, ll. 10-11 : Εἰς τòν ἐϰ το (...)
  • 286 LXV Contra eos qui segniter orationes audiehant = II, p. 139, ll. 16-17 ἐπίπληξις τοῖς ᾳϑύμως ἀϰϱοω (...)
  • 287 LIX In cives ex Ionia peregrinos, 1, pp. 218-219C. : Iωνες οἱ ξένοι, γένος ’Αττιϰόν · φέϱε αὐτοῖς (...)

201Les informations que pouvait lire Photios dans l’œuvre complète autorisaient à n’en point douter la conclusion qu’Himérios occupa le poste de maître de rhétorique à Athènes. Les titres de plusieurs discours bruissent des échos de la vie universitaire du temps. Ainsi. Une improvisation sur le désordre qui s’était produit durant une leçon284 ; de même un discours À celui qui était devenu son disciple à la suite d’un oracle de Poséidon285 ou encore À ceux qui, choqués, vont jusqu’à quitter l’auditoire286. Aussi fut-ce, très logiquement, à Himérios que revint l’honneur de saluer des étrangers d’Ionie en visite à Athènes et d’y jouer pour eux au « cicerone »287 :

(Si) les étrangers sont d’Ionie, ils sont attiques d’origine : montrons-leur donc verbalement, avant la cigale, leur métropole. Car, lors de leur départ, ce fut une abeille qui les guida vers l’Ionie ; à leur retour, c’est un discours qui les guide vers Athènes. Je vais faire office de « cicerone » pour vous également en direction des grands monuments imprégnés du souvenir de nos pères.

  • 288 Les lettres de Libamos ne font que de fugitives allusions au rôle de professeur qui fut celui d’Him (...)

202Un spécialiste de la rhétorique pourrait sans nul doute exhumer d’autres indices allant dans le même sens. Mais c’est la pauvreté même des renseignements offerts par la Bibliothèque qui prouve a contrario que Photios avait bien dû travailler de la sorte. Tous les passages connus qui font part de l’activité de Prohairesios en tant que professeur le nomment en même temps qu’Himérios288. Si Photios les avait eus sous les yeux au moment de rédiger son compte rendu, on comprendrait mal qu’il eût passé sous silence le vieux maître chrétien.

  • 289 Ce sont les discours 7 et 9 de l’édition Rochefort et 12 de Lacombrade (où la numérotation doit êtr (...)
  • 290 JULIEN, 7 (Contre Héracleios), 18, p. 70 Rochefort : Πάλαι μὲν ον ὑμῖν ἐϑέμην ἐγὼ τοῦτο τò ὄνομα, (...)

203Les traits visant la religion d’Himérios ne sont pas pure rhétorique. Les mots « chiens » et « en secret » retiennent particulièrement l’attention. L’un et l’autre sont à rapprocher de l’épithète « impie des impies » appliquée à l’Apostat. Dans son œuvre littéraire, celui-ci s’était attaqué avec hargne aux cyniques, comme en font foi au moins trois de ses discours les plus remarqués : le Contre Héracleios, le Contre les cyniques ignorants289 et le Misopôgôn. Un passage du premier est particulièrement significatif290 :

Voici longtemps, en fait, que je vous ai donné ce nom, mais à présent, je vais même l’écrire. « Renonçants » est celui que donnent à certains les Galiléens impies. Ces gens, pour la plupart, ne rejettent pas grand-chose, mais c’est beaucoup vraiment, ou plutôt, tout qu’ils ramassent de tous côtés, et de surcroît, ils gagnent honneurs, soldats d’escorte et petits soins. Du même genre est le travail auquel vous vous employez également, sauf que, peut-être, vous ne gagnez pas d’argent ; mais de cela, il n’y a pas lieu de vous attribuer du mérite, mais bien à nous ; car nous sommes plus intelligents que ces insensés ; peut-être cela tient-il au fait que vous n’avez aucun prétexte à lever le même type d’impôts qu’eux, ils appellent, je ne sais en quel sens, « aumône » ; mais, pour le reste, tout, chez vous comme chez eux, obéit à des règles très voisines.

204On lit en filigrane la portée des critiques de Photios.

2051. Il reproche à Himérios, non pas d’avoir joué les philosophes cyniques, ce qui eût été un comble, mais de les avoir pris pour modèles, peut-être dans leur attitude intéressée.

2062. Himérios agissait au grand jour, non à la dérobée, comme avaient dû se résigner à le faire les cyniques, par suite des persécutions qu’ils subissaient sous Julien.

  • 291 HIMÉRIOS, XLI (In urbem Constantinopolim), 1, p. 168 C :
    Pour Hélios-Mithra, nous nous sommes purifi (...)

2073. Comme on l’a vu précédemment, Photios ne pouvait ignorer les péripéties les plus remarquables du règne, notamment l’initiation mithriaque à laquelle s’était soumis l’orateur291. Un reproche d’hypocrisie se dissimule sous les lignes de Photios. Il y a quelque malhonnêteté intellectuelle à prêter à un païen probablement sincère les sentiments et les réactions grossières des cyniques réputés pour leur immoralisme et leur athéisme.

  • 292 D’après PLRE, I, p. 81 c’est à lui qu’aurait peut-être été destiné le discours LVII (p. 218 In Apho (...)
  • 293 Voir PLRE I, pp. 722-724. C’est le discours LI (p. 213 In Praetextatum Graeciae proconsulem et in f (...)
  • 294 C’est ce que souligne J. BIDEZ (o.l., p. 81) à propos d’un étrange personnage dont Julien fit l’élo (...)
  • 295 « Ce qui semble propre à Julien, c’est que sa triade divine contient des réminiscences de la trinit (...)
  • 296 A. PIGANIOL (o.l., p. 239) écrit à propos de Thémistios : « Personne de moins fanatique ; il corres (...)
  • 297 Malgré un paganisme bien connu. Libanios entretint d’excellents rapports avec, par exemple, l’emper (...)

208On observera d’ailleurs qu’Himérios ne marqua aucune répugnance à mettre les blandices de son éloquence au service tant de chrétiens que de païens. Aphobios, gouverneur de Palestine en 365, appartenait certainement, pour reprendre une expression chère à Julien, à la secte des Galiléens292 ; Vettius Agorius Praetextatus I, préfet de la ville de Rome puis du prétoire, après avoir été proconsul d’Achaïe en 362-364, était un païen dont le zèle s’était révélé à l’occasion de multiples prêtrises293. Manifester de l’étonnement serait injustifié. D’abord, nombre de personnages passaient au gré des circonstances d’un culte à l’autre294. Point n’est besoin sans doute de taxer Himérios de duplicité : le fait d’avoir été initié au culte d’Hélios-Mithra et de montrer ouvertement sympathies et préférences pour Julien et ses réformes ne l’empêcha pas de compter des chrétiens parmi ses amis et relations. À la fin du ive siècle, les idéaux les plus élevés des deux systèmes religieux ne devaient pas être si éloignés les uns des autres295. D’autres de ses collègues païens, Thémistios296 et Libanios297, par exemple, faisaient preuve d’une remarquable tolérance, sans pour autant faire mystère de leurs convictions intimes.

209Biographie d’humeur donc que celle de Photios, et qui n’est en rien l’héritage d’un quelconque article d’encyclopédie ou d’« épitomé ». Rare dans la Bibliothèque, le ton virulent utilisé s’explique par la présence un peu voyante de Julien dans l’œuvre. Il témoigne en somme de la persistance du mythe que les siècles allaient faire peser comme une chape sur la mémoire d’un empereur mort trop jeune.

A 14. Victorinus (cod. 101)

  • 298 Cod. 101, II, p. 70,11. 7-10 : ’Aνεγνώσϑη Βιϰτωϱίνου τοῦ Λαμπαδίου (’Αντιοχεὺς δὲ οὗτος) ὑπατιϰοί λ (...)

210Photios est le seul à évoquer l’obscure figure d’un rhéteur d’Antioche, Victorinus, qui vécut au ve siècle de notre ère. C’est dire que l’on ne doit pas s’attendre à trouver ici une glane abondante298 :

Lu de Victorinus, fils de Lampadios (celui-ci était d’Antioche), différents discours consulaires, des (discours) impériaux adressés à Zénon, sous le règne duquel aussi il était arrivé à une profonde vieillesse.

  • 299 J R. MARTINDALE, PLRE, II, pp. 1161-1162, s.v. Victorinus 2.

211Le pauvre orateur semble n’avoir retenu l’attention d’aucun historien de la littérature : ni Schmid-Stählin ni H. Hunger ne lui accordent les honneurs d’une citation. Martindale se contente de paraphraser le codex 101299.

  • 300 II, p. 70, ll. 10-11.
  • 301 Au cod. 100 (II, p. 70, 11. 4-5), consacré aux Exercices oratoires de l’empereur Hadrien, Photios n (...)

212On ne peut guère mettre en doute que Photios ait lu les œuvres en question : il souligne les qualités de clarté et de sobriété d’un style où la langue ne sort pas des normes habituelles300. Des discours d’apparat301 n’autorisaient pas de longues confidences : Photios a pu tout juste déduire que le rhéteur avait un père natif d’Antioche et que les discours impériaux avaient été écrits ou prononcés tout à la fin de sa carrière.

A 15. Phrynichos dit « l’Arabe » (cod. 158)

  • 302 Arabios est très probablement un surnom. Voir D. STROUT-Ruth FRENCH, dans l’article Phrynichos (8) (...)
  • 303 II, p. 115, 1. 18 - p. 118, 1. 37. Si l’on excepte l’une ou l’autre confidence (ainsi, au livre V, (...)

213Au terme d’une longue série de notices sur des lexicographes, Photios a réservé un traitement privilégié à Phrynichos Arabios, appelé plus communément « l’Arabe »302, auteur d’une célèbre Préparation sophistique. Hormis un exposé important des conceptions de Phrynichos en matière de valeurs stylistiques et une critique, le codex renferme une analyse détaillée des préfaces aux différents livres303.

  • 304 Souda Φ 764 s.v. : Φϱύνιχος · Βιϑυνòς σοφιστής. ’Αττιϰιστὴν ἢ πεϱì ’Αττιϰῶν βιβλία β′ τιϑɛμένων συν (...)

214Par comparaison, l’article parallèle de la Souda donne l’impression de pécher par confusions et fautes diverses304 :

Phrynichos, sophiste de Bithynie. Atticiste ou Des mots attiques, 2 livres, constitués en recueil ; Préparation sophistique, 47 livres ; pour d’autres, 74.

  • 305 Certains d’entre eux ont fait l’objet d’articles dans la Souda. Naturellement, les spécialistes les (...)
  • 306 Cod. 158, II, p. 115, ll. 4-5 : Ηϰμασε δὲ ἀνὴϱ ἐν τοῖς χϱόνοις Μάϱϰου βασιλέως Ρωμαίων ϰαì τοῦ (...)

215Parmi tous les spécialistes apparaissant dans cette section de la Bibliothèque305, Phrynichos est le seul à avoir fait l’objet d’une sèche indication biogaphique306 :

L’auteur a atteint le sommet de sa carrière au temps de Marc, l’empereur des Romains, et de son fils Commode.

  • 307 II, p. 115, ll. 6-15 : πϱòς v ϰαì τὴν ἀπαϱχὴν τοῦ συντάγματος ποιεῖται ἐπιγϱάφων · « Κομμόδῳ Καíσα (...)

216Le procédé utilisé s’éclaire après une simple lecture de la suite307 :

à qui aussi il fait hommage du recueil en l’intitulant : « À Commode César, Phrynichos, salut ». Mais en dédiant le livre à Commode et en le lui préfaçant, il joint un encouragement à aimer l’étude et, dans le texte, il exalte son livre, dans le passage où il dit avoir composé 37 livres jusqu’à ce moment — ceux qu’il dit aussi avoir dédicacés à l’empereur —, et il s’engage à en élaborer d’autres en nombre égal, s’il ne perd pas la vie.
Pour nous, comme nous l’avons dit, nous en avons lu trente-six seulement, embrassant les lettres α à ω.
Mais, même s’il dit avoir dédicacé ses livres à l’empereur, néanmoins, il en a, de toute évidence, dédié à d’autres personnages.

  • 308 Eug. ALBERTINI, L’Empire romain, 4e édition, Paris, 1970, p. 205.
  • 309 Je synthétise le développement de I. DE BORRIES (ο.l., pp. viii-xii). Le raisonnement a l’approbati (...)
  • 310 La distribution du corpus en 36 livres qu’allègue Photios pose un petit problème. Sans doute ne fau (...)

217La date que propose Photios est une déduction tirée de la préface à la Préparation sophistique. À première vue, la dédicace à Commode César suggère de fixer la rédaction de l’ouvrage entre les années 173-177. La seconde date est celle à laquelle le jeune prince fut associé au gouvernement de l’Empire308. Compilée après l’Atticiste, en partie d’ailleurs pour en corriger l’une ou l’autre donnée, la Préparation s’inscrit dans le cadre de la compétition qui opposa Phrynichos et Pollux pour l’obtention d’une chaire de rhétorique à Athènes. Entre 178 et 185, le second remporta la mise. En outre, le mot « César » ne doit pas être nécessairement pris au pied de la lettre : l’insistance que met Photios à rappeler le titre d’« empereur » et la présence de Marc Aurèle indiquent sans doute que l’ouvrage fut terminé durant la période de dyarchie, soit entre 177 et 180309. L’ajout de César, maladresse qui n’est vraisemblablement pas innocente, est une autre façon d’évoquer le principal des Augustes, véritable détenteur de l’autorité suprême : on ne peut rêver cour plus discrète. On doit supposer que la préface, dont Photios n’offre qu’un aperçu, n’omettait pas le nom de Marc Aurèle310.

A 16. Dioscoride (cod. 178)

  • 311 Cod. 178, II, p. 182, ll. 41-1 : ’Aνεγνώσϑη Διοσϰουϱίδου πεϱὶ ὕλης βιβλίον ζ’ λόγοις διῃϱημένον. Il (...)

218Photios eut l’occasion de lire de Dioscoride, le célèbre botaniste contemporain de Pline l’Ancien, un traité qu’il décrit ainsi311 :

Lu de Dioscoride Sur la matière, un ouvrage divisé en sept livres.

  • 312 Dont la substance est analysée II, p. 182, ll. 1-15.
  • 313 Dont la matière est décrite respectivement II, p. 182, ll. 15-17 et ll. 17-21.
  • 314 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 454. L’Antiquité connut au moins quatre Dioscoride. Dioscoride l’Hér (...)

219Seuls les cinq premiers312 reviennent à Dioscoride. Les deux autres, qui portaient l’un sur les médicaments toxiques et susceptibles de guérir les maladies, l’autre, sur les animaux venimeux et les remèdes appropriés313, sont apocryphes ; peut-être étaient-ils l’œuvre d’un spécialiste plus récent, Dioscoride d’Alexandrie314.

  • 315 II, p. 184, ll. 11-13 : Eστι δὲ ὁ ἀνήϱ, ὡς ϰαì Γαληνòς ἐπιμαϱτύϱεται, ’Aναζαϱβεύς.’Εγώ δὲ ἐνέτυχόν (...)

220Les seuls renseignements d’ordre biographique qu’offre le codex proviennent des manuscrits que Photios eut sous les yeux. Il a eu à cœur de les éclairer par des réminiscences littéraires315 :

  1. L’auteur est, comme l’atteste aussi Galien, anazarbéen.

  2. Pour moi, j’ai rencontré certains (manuscrits) qui le nommaient Pédanios en même temps qu’anazarbéen dans leur suscription.

221Les deux points se vérifient aisément.

  • 316 Où toutefois figure la précision « matière médicale » (ἰατϱιϰή). Voir M. WELLMANN, Pedanii Dioscuri (...)
  • 317 XI, p. 794 (préface) et livre XI, 2 in XII, p. 330 Kühn.
  • 318 Voir VIII, p. 214, 11. 2-3, que j’ai traduit dans la première partie, p. 70.

222On le sait, la plupart des manuscrits anciens de Dioscoride portent en effet un titre du genre316. Galien a cité fréquemment son prédécesseur, comme il ressort de l’index joint à l’édition de Kühn. Jamais une référence n’est suivie du nom romain « Pedanius » et deux fois seulement elle renferme le toponymique « anazarbéen ». Même s’il n’en pipe mot dans la Bibliothèque, on doit donc supposer que Photios avait gardé un souvenir assez précis du traité où figure l’indication, le De simplicium medicamentorum temperamentis ac facultatibus317, et qu’il l’avait lu précédemment. On a probablement ici un de ces « livres dont l’étude et la pratique donnent accès au travail dans les arts et les sciences » : Photios les avait dès le départ exclus du projet de sa Bibliothèque318. Au cours de sa chasse de bibliophile, il a pu mettre la main sur des volumes où le nom de l’auteur était accompagné tantôt du toponymique seul tantôt du cognomen et du toponymique. Rien de surprenant dans le fait : modèle du genre, l’œuvre de Dioscoride fut toujours très répandue et elle est transmise par quantité de manuscrits.

A 17. Jamblique (cod. 94)

  • 319 Souda, I 26, s.v. : ’Ιάμβλιχος. Οὗτος, ὥς φασιν, ἀπò δούλων ἦν, ἔγϱαψε δὲ τὰ ϰαλούμενα Βαβυλωνιαϰά (...)

223Les documents dont on dispose pour établir la biographie du romancier Jamblique sont peu nombreux. Le plus pauvre est la notice que nous devons à la Souda319 :

Jamblique. Cet auteur est, comme on dit, d’origine servile, mais il a écrit ce qu’on nomme les Babyloniaques (ce sont les amours de Rhodané et de Sinonis, en 39 livres). Il parle de l’eunuque Zobaras, amant de la très belle Mésopotamia.

  • 320 E. ROHDE, o.l., p. 361, n. 1. Le titre était πεϱὶ τῶν διαπϱεψάντων ἐν παιδείᾳ δούλων (voir SCHMID-S (...)

224Aucun écrivain connu ne cite formellement les origines serviles du futur romancier. On concevrait que Jamblique lui-même ne s’en fût pas vanté. E. Rohde croit découvrir dans l’article un emprunt à Hermippe de Bérytos, auteur au iie s. pCn, d’un traité Sur les esclaves qui se sont illustrés dans la culture320.

  • 321 R. HENRY, I, p. xxix écrit à propos de A1 dans les prolégomènes à son édition : « Ce travail de rév (...)

225L’essentiel de ce que nous savons sur Jamblique tient dans le codex de Photios. Les renseignements s’offrent à nous sous une double forme : d’abord une dizaine de lignes fondues dans le corps du cod. 94, puis une longue scholie marginale de A1 qui recoupe partiellement les développements du chapitre321. C’est ce que va montrer le tableau comparatif suivant :

  • 322 II, p. 40, ll. 27-41 : Λέγει δὲ ϰαì ἑαυτόν Βαβυλώνιον εἶναι συγγϱαφεύς, ϰαì μαϑεῖν τὴν μαγιϰήν, μ (...)
  • 323 Je reproduis ici, après vérification sur le manuscrit, le texte donné par R. HENRY (II, p. 40, n. 1 (...)

PHOTIOS322

Scholie323

Ce Jamblique était d’origine syrienne par ses père et mère ; il était un Syrien descendant, non de colons grecs de la Syrie, mais d’autochtones. Il connaît la langue syriaque et vit conformément aux usages du lieu, jusqu’au moment où, comme il le dit lui-même,

L’écrivain dit aussi de lui-même qu’il est babylonien.

un maître babylonien le prend (à son service) et lui fait adopter, en les lui apprenant, langue, mœurs et légendes de Babylone, dont fait partie, dit-il, justement celle qu’il transmet à présent. Le Babylonien fut fait prisonnier lorsque Trajan envahit Babylone, et il fut vendu par les commissaires au butin.

qu’il a étudié la magie.

Cet homme était un savant en matière de science barbare,
de sorte qu’il devint également greffier impérial, passant (sa vie) au service de la patrie. Donc, ce Jamblique, qui connaissait le syriaque, sa langue maternelle, et qui avait appris encore la (langue) babylonienne,

qu’il a étudié aussi la culture grecque,

acquit également connaissance de la (langue) grecque par l’exercice et l’usage, au point de devenir un bon rhéteur.

226La suite figure seulement dans le cod. 94 :

qu’il était au sommet de sa carrière sous Soaimos, Achéménide et Arsacide qui fut roi à la suite de ses pères, qu’il appartint aussi au sénat romain, puis fut consul, enfin de nouveau roi de la Grande Arménie. En tout cas, ce fut sous le règne de ce prince que, dit-il, il fut au sommet de sa carrière. Du côté des Romains, il rapporte que l’empereur était Antonin et que, ajoute-t-il, lorsque Antonin envoya l’empereur Verus, son frère et gendre, faire la guerre au Parthe Vologèse, il avait prédit lui-même tant la guerre que son déroulement et son terme. (Il dit) que Vologèse s’enfuit au-delà de l’Euphrate et du Tigre, et que le pays des Parthes se soumit aux Romains.

  • 324 n. VOLKMANN, dans son art. Vologaeses (4) du Kleine Pauly, VII (1975), col. 1322.

227Les indications de Photios ne sont pas tout à fait claires, pas plus que les événements auxquels elles font allusion. Vologèse III, dont le règne, marqué à vrai dire de graves difficultés, allait durer près de cinquante ans (jusqu’en 193), succéda à son père et homonyme en 148324. Pris dans son sens le plus obvie, le passage du codex signifierait que, roi une première fois, Soaimos avait perdu son trône, malgré la double dignité de sénateur et de consul qu’il avait gagnée à Rome, puis l’avait recouvré grâce à un des corps expéditionnaires de Verus.

  • 325 L. HOMO, Le haut empire, Paris, 1941, pp. 546-547. Cependant, d’après Mme M.-L. CHAUMONT, L’Arménie (...)
  • 326 Histoire Auguste (Antonin le Pieux), 9, 6 (Julius Capitolinus) I, p. 43 Hohl. Voir à ce propos J. M (...)
  • 327 Eug. ALBERTINI, L’Empire romain, 4e édition, Paris, 1970, p. 208.
  • 328 Eug. ALBERTINI, o.l, p. 209.
  • 329 L. HOMO, o.l., p. 562. Un texte antique semble confirmer cette interprétation des faits. Il paraît (...)

228On connaît une pièce romaine des années 140-144 qui porte la légende rex armeniis datus. Elle figure Antonin couronnant d’une tiare le roi d’Arménie. L. Homo voit en lui notre Soaimos « un prince arsacide de naissance, mais romain d’adoption »325. D’autre part, Antonin le Pieux avait placé à la tête des Lazes un prince nommé Pacorus326. Ce fut au profit de ce dernier que le remuant Vologèse III envahit l’Arménie en 161 pour en chasser le souverain reconnu par Rome327. Deux ans plus tard, un des légats de Verus, Statius Priscus, expulsa les Parthes de l’Arménie, à laquelle il donna une capitale nouvelle, Kainè Polis ou Valarshapat, ainsi qu’un nouveau maître agréé par Rome328. Ce dernier n’était autre que le malheureux prédécesseur de Pacorus329. Si cette reconstitution des faits est correcte, les indications que Photios a tirées du roman s’expliquent dans le détail : Soaimos, souverain d’un État traditionnellement lié à l’Empire (peut-être jusqu’en 561), reçut à la chute de Pacorus l’investiture dans un nouveau royaume, dont les frontières avaient été taillées par le glaive romain. À juste titre, les modifications statutaires imposaient que Jamblique précisât la réalité territoriale : d’où « Grande Arménie ».

  • 330 Eug. ALBERTINI, o.l., p. 182 ; V. CHAPOT, Le monde romain, 2e édition, Paris, 1951, pp. 70-71.
  • 331 Eug. ALBERTINI, o.l., p. 194.

229La scholie A1 pose un problème plus délicat. Autant que je sache, personne jusqu’ici ne lui a prêté l’attention qu’elle mérite. Au sens strict, elle ne contient aucune indication chronologique inconciliable avec celles du texte qu’elle accompagne. On connaît bien l’expédition de 115 que Trajan mena en Mésopotamie et qui lui valut le titre de « Parthicus »330. Apparemment, Jamblique devait avoir au moins cinq ou six ans à l’époque. Interprétée à la façon des chronographes, la locution ἥϰμαζε du cod. 94 lui donnerait quarante ans dans les années 148-50, soit toujours sous le règne d’Antonin le Pieux. Dans ce cas, on devrait distinguer dans la phrase de Photios, à deux mots d’intervalle, des souverains différents : le premier Antonin désignait l’empereur qui régna seul, au temps où, en effet, Soaimos administrait l’Arménie et où Jamblique atteignit l’âge de quarante ans ; le second était évidemment celui que l’histoire, la littérature et la philosophie nomment Marc Aurèle (Marcus Aelius Aurelius Verus) ; comme on sait, il exerça pendant huit ans (161-169) une sorte de dyarchie avec son frère d’adoption (Lucius Aelius Aurelius Commodus), qui prit le nom de Verus à la mort d’Antonin le Pieux331.

  • 332 Comme le souligne E. ROHDE (o.l., p. 364) qui, sans l’indiquer, suit ici manifestement les indicati (...)
  • 333 Les locuteurs en manière de digression ou en manière de parenthèse ὡς ἐν παϱεϰβολῇ ou ὡς ἐν παϱενϑή (...)
  • 334 II, p. 39, 1. 16 - p. 40, 1. 26 :’Ev δὲ τῇ πϱοειϱημένῃ νησῖδι (...)

230Quoi qu’il en soit, sensiblement plus riche en précisions que le cod., la scholie A1 permet de voir à quel accident de composition romanesque nous devons les renseignements. On vient d’y lire que Jamblique faisait remonter la trame de son livre aux contes de sa patrie d’adoption. C’est évidemment ce qui justifie le titre332. Même s’il est impossible de prendre formellement le romancier en flagrant délit d’invention gratuite, on sait que les procédés de ce genre tendaient à donner aux œuvres un cachet d’authenticité incontestable. Les indications figuraient dans une série de narrations enchâssées les unes dans les autres, en manière de digressions333. Les passages sont caractéristiques de la manière tant du romancier que du recenseur. Le séjour de Sinonis et de Rhodanè dans une île dominée par un temple dédié, naturellement, à Aphrodite, était le point de départ de récits en cascade. Jamblique rappelait d’abord les malheurs de la prêtresse334 :

Dans l’île précitée, Tigris meurt d’avoir avalé une rose ; un scarabée se cachait dans les pétales encore fermés de la rose. Et la mère (sc. la prêtresse) est persuadée qu’elle a fait un héros de son fils grâce à ses tours de magie.

Et Jamblique passe en revue des formes de magie : magie par les sauterelles, les lions et les rats — de là venait également le nom de « mystères », tiré de « rats » (μῦες) (la première magie fut en effet la magie par les rats) — il cite aussi la magie par la grêle, par les serpents, la nécromancie et (l’art) du ventriloque que, dit-il, on nomma encore, d’après le nom grec, Euryclès, et Sacchoura, d’après les Babyloniens.

  • 335 A l’exception du terme « barbare » qui traduit fort probablement le sentiment de supériorité du Byz (...)

231Telles sont les lignes précédant, dans le cod. 94, la notice biographique. La liste des variétés de magie permet sans peine de conclure, comme l’écrit Photios, qu’il a étudié la magie. Sans doute faut-il entendre, dans la note A1, dont les termes flatteurs335 ont toute chance de restituer assez fidèlement la teneur de l’original, que le maître de Jamblique, un savant en matière de science barbare, fut son initiateur dans les disciplines que nous appellerions « occultes » aujourd’hui. On observera que ni A1 ni le codex 94 n’indiquent nettement la condition servile qui fut celle du jeune Jamblique. Sans doute le romancier la mentionnait-il, en recourant à un euphémisme, par le vocable τϱοφεύς donné au maître babylonien et passé dans la scholie. La source d’Hésychios de Milet n’avait pas eu la même délicatesse de touche.

  • 336 Cod. 68, I, p. 100, ll. 14-15 et 18 (à propos de l’historien Céphalion).
  • 337 Ce dédain est exprimé au sujet de Céphalion : I. p. 100, 1. 16.

232On pourrait à juste titre s’étonner de la discrétion du cod. 94. Que l’on n’oublie pas cependant que l’on a affaire à un sommaire, et non à une étude d’histoire littéraire. Photios avait en la matière une doctrine précise, sur laquelle il s’explique ailleurs dans la Bibliothèque. L’essentiel de ce qu’il faut savoir d’un auteur comportait notamment la patrie et l’origine336. On peut donc croire qu’hormis pour les personnages qui atteignirent un très haut degré de notoriété, les vicissitudes tenant aux accidents de l’existence ne l’intéressaient que médiocrement337. C’était évidemment le cas pour un écrivain du second rayon comme Jamblique.

  • 338 A. SEVERYNS, Recherches, I, Liège-Paris, 1938, p. 17. Voir encore R. HENRY, I, p. xxix.
  • 339 A. SEVERYNS (o.l., p. 275), au terme d’une longue étude (pp. 261-277) de la Scholie à PLATON, Répub (...)

233Reste à s’interroger sur l’auteur de cette scholie A1. Les études sur la tradition manuscrite de la Bibliothèque ont établi qu’elle ne pouvait être l’œuvre du copiste A, qui l’aurait tirée de son propre fond338 : « Le scribe (A) est appliqué et soigneux, mais c’est un homme sans culture, qui comprend à peine ce qu’il lit. » Elle devait bien figurer dans le modèle qu’il avait eu sous les yeux. On s’explique mal d’autre part qu’elle n’ait laissé aucune trace dans le manuscrit M. Sans doute doit-on exclure que Photios l’ait rédigée lui-même. On ne concevrait pas qu’il ait laissé subsister entre le texte du chapitre et la scholie accompagnante ce qui peut difficilement passer pour autre chose qu’une contradiction. Sur l’origine prétendument babylonienne de Jamblique, la vérité devait être faite. C’est l’objet de la scholie marginale qui a rivé son clou à l’illustre lecteur. De là l’insistance qu’elle met à souligner la triple appartenance culturelle du romancier. La méthode d’autre part n’est pas sans présenter quelque analogie avec celle de Photios. Le commentateur a tenu à s’appuyer chaque fois sur les passages mêmes de Jamblique : c’était là laisser avec élégance le choix des armes à l’adversaire. On ne peut assigner ni un nom ni une date exacte à ce scholiaste épris d’exactitude qui, lui aussi, disposait d’un exemplaire des Babyloniaques. Le fait en soi n’a rien de surprenant. À la fin du ixe siècle déjà, un manuscrit de la Bibliothèque avait été mis à profit par l’homme cultivé à qui nous devons une scholie platonicienne339, et d’autre part, le nombre des fragments transmis par la Souda prouve que les Babyloniaques n’avaient pas encore intégralement disparu au xe siècle. À première vue, on ne doit pas se tromper de beaucoup en supposant que la scholie a pour auteur un de ces érudits que produisirent à la fin du ixe siècle l’ardeur intellectuelle et l’exemple stimulant du cercle groupé autour du futur patriarche.

A 18. Antoine Diogène (cod. 166)

  • 340 D après SCHMID-STÄHLIN, GGL. II, 2, p. 820, n. 4, le roman était toujours lu aux iv-ve siècles de n (...)
  • 341 II, p. 140, l. 6 - p. 149, I. 12.
  • 342 II. p. 148, l. 42 - p. 149, 1. 4 : Τòν χϱόνον δὲ ϰαϑ’ v ἤϰμασεν ὁ τῶν τηλιϰούτων πλασμάτων πατὴϱ Δ (...)

234Le texte du roman d’Antoine Diogène Les merveilles incroyables d’au-delà de Thulé est intégralement perdu340, et l’essentiel de ce que l’on en connaît figure dans le cod. 166 de la Bibliothèque341. Les seules données biographiques que nous possédions sur l’auteur n’ont pas d’autre origine, encore qu’elles dépendent uniquement des inductions que Photios s’est cru en droit de tirer du texte même342 :

Pour l’époque où la carrière du père de telles fictions, Antoine Diogène, a atteint son sommet, nous ne sommes pas encore en mesure de la fixer clairement, si ce n’est qu’il est possible de supputer qu’elle n’est pas trop éloignée des temps du roi Alexandre.

  • 343 E. ROHDE, Der griechische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, 1876, p. 252.
  • 344 II, p. 147, ll. 41-8 :’Επιστολὴν μὲν οὖν ϰατἀϱχὰς τοῦ βιβλίου γϱάφει πϱòς τὴν ἀδελφὴν ’Iσιδώϱαν, (...)

235Le procédé a été identifié depuis longtemps343. Ce sont les structures externes du roman qui ont fourni à Photios la base de ses hypothèses. Composé, si l’on peut dire, à la manière des poupées russes, l’ouvrage recelait une multitude de tiroirs successifs. On en jugera par ces éléments que j’extrais de la notice344 :

Au commencement de son livre, il (sc. Antoine Diogène) écrit une lettre à sa sœur Isidora ; même s’il y montre qu’il lui faisait la dédicace de ses écrits, il n’y introduit pas moins Balagros écrivant à sa propre femme nommée Phila (c’était la fille d’Antipater) qu’au moment où Tyr était sur le point d’être prise par Alexandre, roi de Macédoine, et qu’elle était dans sa plus grande part dévorée par le feu, un soldat vint à Alexandre lui révéler, disait-il, un fait étrange et incroyable, dont le spectacle était à l’extérieur de la cité.

236Emboîtant le pas au guide, Alexandre et ses compagnons découvrirent d’étranges cercueils de pierre ; l’un d’entre eux renfermait une série de tablettes narrant les faits qui constituent la substance du roman.

  • 345 Officier d Philippe, ce fut lui qui présenta en 336 Alexandre au suffrage du peuple macédonien réun (...)
  • 346 E. ROHDE, o.l., p. 271, n. 1.
  • 347 ARRIEN, Anabase, II, 12, 2.
  • 348 DIODORE DE SICILE, XVIII, 22, l. P. GOUKOWSKY, dans son édition de DIODORE DE SICILE, Bibliothèque (...)
  • 349 C’est ce qu’indique, par exemple, MEMNON D’HÉRACLÉE, 434 F 4§ 4 = cod. 224, IV, p. 53, l. 33.
  • 350 Au cours d’un combat contre Eumène en Asie. Voir, par exemple, PLUTARQUE, Eumène, 7, 13 ; DIODORE, (...)
  • 351 Voir, par exemple, PLUTARQUE, Démétrios, 14, 2-4. Le futur Poliorcète, alors âgé d’à peine seize an (...)

237Plusieurs des personnages apparaissant au cours de ces échanges épistolaires sont illustres. Il n’y a pas lieu de présenter ici Antipater un des principaux diadoques345. Quant à Balagros, dont le nom n’est pas attesté sous une graphie parfaitement assurée, on ne peut retracer sa carrière que grâce à une série de recoupements où l’hypothèse a la part belle. D’après E. Rohde346, il serait le fils d’un Nicanor, garde du corps d’Alexandre, et il avait reçu la satrapie de Cilicie347, avant d’être assassiné du vivant du conquérant348, peut-être en 324. Dans ce cas veuve avant la mort d’Alexandre, Phila pouvait en effet convoler en secondes noces avec Cratère en 322349 et, après le décès prématuré de ce dernier en 321350, en troisièmes, avec le jeune Démétrios, surnommé plus tard Poliorcète351.

  • 352 II, p. 149, 11. 4-6 : Μνημονεύει δ’ οὗτος ἀϱχαιοτέϱου τινòς ’ Ανχιφάνους, ὅν φησι πεϱὶ τοιαῦτά τινα (...)

238Pour donner plus de poids à sa conjecture, Photios rappelle immédiatement après qu’Antoine Diogène prétendait fonder son récit sur le témoignage d’auteurs plus anciens352 :

Il mentionne un certain Antiphane, plus ancien que lui qui, dit-il, avait consacré ses loisirs à des récits fabuleux du même genre.

  • 353 E. ROHDE, o.l., p. 222, n. 2 et p. 275, n. 1.
  • 354 Alb. LESKY, GGL, p. 677.
  • 355 C’est ce qui ressort des références produites par E. ROHDE, o.l., p. 222, n. 2. D’après STÉPHANE DE (...)

239Photios n’en savait pas plus que nous sur cet écrivain que l’on a souvent identifié avec Antiphane de Berge353. Il est vrai que l’on situe aujourd’hui ce conteur au ive siècle avant notre ère354. La tradition le tenait pour un remarquable hâbleur355. Pour cette raison, E. Rohde rejetait la supposition17. On n’est pas obligé de croire toutefois qu’Antoine Diogène faisait montre d’autant d’esprit critique qu’un Strabon, par exemple, et qui qu’ait été cet Antiphane insaisissable, le roman n’exige pas la même rigueur intellectuelle qu’un traité de géographie.

A 19. Pamphila (cod. 175)

  • 356 Souda, Π 139 s.v. : Παμφίλη · ’Eπιδαυϱία σοφή, ϑυγάτηϱ Σωτηϱίδου, οὖ λέγεται εἶναι ϰαὶ τὰ συντάγματ (...)

240La notice que Photios a consacrée à Pamphila ne doit absolument rien à l’article correspondant de la Souda. La comparaison des textes autorise une conclusion tout à fait formelle sur ce point. On peut lire dans la Souda356 :

Pamphila, érudite d’Épidaure, fille de Sôtéridas. C’est de celui-ci, dit-on, que sont d’ailleurs les ouvrages — ainsi Denys, au livre XXX de l’Histoire de la musique —, mais selon ce que d’autres ont écrit, ils sont de son mari Sôkratidas — : Notes historiques, en 33 livres, Résumé de Ctésias, en 3 livres ; résumés fort nombreux d’histoires et d’autres livres : Sur des questions controversées, Sur des rites d’Aphrodite, et beaucoup d’autres.

241Le jeu des homonymies ne permet pas d’y voir parfaitement clair : dans ce qui dut former un véritable cénacle d’érudition, il ne paraît pas possible de faire la part exacte de ce qui revient à l’une ou à chacun des deux autres. À en juger par les articles de la Souda, tout se passe comme si les acteurs s’étaient ingéniés à brouiller les cartes :

    • 357 Souda, Σ 875 s.v. : Σωτηϱίδας · γϱαμματιϰός, ἀνὴϱ Παμφίλης, ἧς ϰαὶ τὰς ἱστοϱίας πεϱιῆψεν. ῎Εγϱαψεν (...)

    Sôtéridas, grammairien, mari de Pamphila, à laquelle il attribua aussi ses Histoires. Il écrivit une Orthographe, des Recherches homériques, un mémoire Sur Ménandre, Des mètres, Sur la comédie, Pour Euripide357.

    • 358 Souda, Σ 876 s.v. : Σωτηϱίδας · ’Eπιδαύϱιος, πατήϱ Παμφίλης, ᾗ τὰ ὑπομνήματα ἐπέγϱαψεν, (ὡς ὁ Διονύ (...)

    Sôtéridas d’Épidaure, père de Pamphila, dont il mit le nom dans la suscription de ses Notes, comme (le dit) Denys au livre XXX de son Histoire de la musique : 3 livres358.

  • 359 II, p. 170, ll. 17-18 : ’Aνεγνώσϑη Παμφίλης συμμίϰτων ἱστοϱιϰῶν ὑπομνημάτων λόγοι η.

242Le titre de Photios ne correspond à aucun de ceux qu’offre la Souda359 :

Lu de Pamphila huit livres de Mélanges de notes historiques.

  • 360 II, p. 171 (suite de la n. 3 à la p. 170).

243On peut s’assurer facilement que l’érudit byzantin a tiré les indications biographiques du texte même de l’ouvrage, plus précisément de la préface : c’est ce qu’avait fort bien vu R. Henry360. Les notes du codex se rapportent pour la plupart aux conditions dans lesquelles l’ouvrage fut conçu et à la technique de rédaction ou de compilation qui y fut appliquée.

  • 361 II, p. 170, l. 18 - p. 171, 1. 27 : Αὕτη ἀνδϱὶ μὲν συνᾠϰει, ὡς ϰαὶ αὐτὴ τῶν ὑπομνημάτων πϱοοιμιαζομ (...)

A. Elle vivait dans la maison de son mari, comme elle le fait aussi comprendre elle-même dans la préface de ses notes ; elle dit qu’après avoir vécu 13 ans avec lui une fois sortie de l’enfance, elle avait offert en prémices la rédaction de ses notes et qu’elle avait mis par écrit ce qu’elle avait appris de son mari au cours d’une vie commune ininterrompue de 13 ans, durant laquelle elle ne l’avait quitté ni un jour ni une heure, ce qu’il lui était arrivé d’entendre dire par toute autre personne qui se rendait chez lui (nombre de ceux qui y fréquentaient avaient acquis renom et gloire pour leur culture), sans compter un choix de quantité d’éléments qu’elle avait elle-même tirés des livres361.

  • 362 ll. 27-33 : Ταῦτα δὲ πάντα, ὅσα λόγου ϰαὶ μνήμης αὐτῇ ἅξια ἐδόϰει, εἰς ὑπομνήματα συμμιγῆ ϰαὶ οὐ πϱ (...)

B. Toutes ces données, qui lui paraissaient dignes d’être citées ou retenues, elle les disposa dans des notes variées et sans attribuer à chacune sa place en relation avec les sujets appropriés, mais elle les consigna au hasard et dans l’ordre où chacune se présentait. Il n’y a pas de difficulté pour moi, dit-elle, à les disposer par genres, mais je trouve le mélange et la variété plus agréables et plus gracieux que l’unité de composition362.

  • 363 Ο. REGENBOGEN, ο.l., coll. 326-327 ; A. MÉHAT, Étude sur les Stromates de Clément d’Alexandrie, Par (...)
  • 364 C’est ce que dit Photios : II, p. 171, ll. 33-34.

244Le genre littéraire est bien connu. Les échantillons antiques ont porté des titres aussi bigarrés que Stromates, Pré, Mélanges, Pandectes, Corne d’Amalthée363, etc. On comprend que Photios ait trouvé quelque utilité à l’ouvrage, pour la masse d’érudition qu’il renfermait364.

  • 365 II, p. 171. ll. 38-40 : Αἰγυπτία δὲ τò γένος ἡ Παμφίλη, ἤϰμασε δὲ ϰαϑ’ οὓς χϱόνους Νέϱων ὁ Ρωμαίων (...)

245Moins aisée à expliquer la divergence entre ce qu’écrit Photios sur la patrie de la jeune érudite et les renseignements qui se présentent ailleurs. On lit dans la Bibliothèque365 :

Égyptienne de naissance, Pamphila arriva au sommet de sa carrière au temps où Néron, l’empereur des Romains, parvint au sommet de la sienne.

  • 366 Telle est l’hypothèse d’O. REGENBOGEN, o.l, col. 312, ll. 60-68.

246Était-elle égyptienne par sa naissance, comme l’indique Photios, ou épidaurienne, comme on le lit dans la Soudai On peut supposer que les textes se précisent l’un par l’autre : peut-être les parents de Pamphila furent-ils amenés à émigrer d’Égypte, pour des raisons que nous ignorons, ou Sôtéridas était-il en fait originaire d’Alexandrie366 ou de toute autre cité égyptienne.

  • 367 Respectivement G.Ch. PICARD, Auguste et Néron, Paris, 1962, p. 137 ; A. PIGANIOL, Histoire de Rome, (...)

247Mais, en tout état de cause, Photios peut fort bien avoir tiré, comme plus haut, les renseignements d’indications figurant dans l’œuvre même. On ne peut sûrement pas les prendre au pied de la lettre, au moins en usant de la technique de comput des chronographes. Né le 15 décembre 37, Néron se suicida le 9 juin 68367. Il n’avait pas trente et un ans.

  • 368 II, p. 171, ll. 33-38.
  • 369 Ll. 40-44.
  • 370 Peut-être la répétition du verbe ἤϰμασε... ἤϰμαζε reflète-t-elle un jeu de plume caractéristique de (...)

248À l’appui de ce qui n’est en définitive qu’une supposition, on peut faire valoir deux arguments dont pourtant la ténuité ne peut faire illusion. D’abord, si la remarque sur l’origine égyptienne de la jeune femme avait eu pour source l’œuvre d’un spécialiste en matière d’histoire littéraire, sans doute se fût-elle agrémentée d’utiles précisions complémentaires, sous forme notamment d’autres titres d’ouvrages ou, au moins, d’allusion à d’autres compositions de la même veine. Dans la structure du codex d’autre part, l’emplacement de la note est parfaitement logique. L’exposé de la technique mise en œuvre appelait naturellement une réflexion sur Futilité pratique de la compilation368 : celle-ci est, en somme, une parenthèse suggérée après lecture par la comparaison entre le thème de la préface et le contenu du volume. Si la présente analyse est correcte, la recension ne pouvait s’achever que par la critique de style attendue à cette place369 : l’emploi d’une notice ajoutée en souscription à l’ouvrage se fût trahi par la disposition des éléments biographiques à la fin du chapitre. Comme on voit, on a toute raison de croire que Photios ne disposait pas d’autres documents que la préface jointe par Pamphila à ses huit livres370.

A 20. Cosmas Indicopleustès (cod. 36)

  • 371 Cod. 36, I. p. 21, 11. 7-10 : ’Ανεγνώσϑη βιβλίον, οὗ ἡ ἐπιγϱαφὴ Χϱιστιανοῦ βίβλος ἐϱμηνεία εἰς τὴν (...)

249La Bibliothèque offre une description assez détaillée d’un ouvrage anonyme présenté de la façon suivante371 :

Lu un livre dont le titre est « Livre du chrétien », commentaire sur l’Octateuque. (L’auteur) dédie le livre à un certain Pamphile. Il était au sommet de sa carrière au temps de Justin, l’empereur des Romains.

  • 372 R. HENRY, I, p. 21, n. 1.
  • 373 Wanda WOLSKA-CONUS, dans son édition de la Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès, I, Pari (...)
  • 374 Le Vaticanas Graecus 699 est le plus ancien ; les deux autres ont été copiés à la même époque : Sin (...)
  • 375 Ibid., pp. 60-61.
  • 376 Prologue, 3 (Pinax) pour le livre V. p. 261, W.-C., où l’on dit : Εστι τοίνυν αὕτη ἡ βίβλος Χϱιστι (...)
  • 377 W. WANDA-CONUS, o.l, p. 60.
  • 378 Prologue, 2, 1. 14, p. 259 en note.
  • 379 Voir le stemma codicun, ibid., p. 86.

250Il n’y a pas à revenir sur l’identification de l’oeuvre : il s’agissait de la Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès372, laquelle fut écrite, dans sa plus grande part, peu avant le concile œcuménique de Constantinople (553)373. Le livre n’a été transmis que par trois témoins anciens, qui s’échelonnent du ixe au xie siècle374 : aucun ne donne le nom de l’écrivain375. Cosmas avait formulé lui-même un titre376 : « Topographie chrétienne embrassant l’univers entier ». Quant à l’intitulé retenu par Photios, il n’est donné que par le Sinaiticus du xie siècle, dans le pinax ouvrant le volume à la suite du Prologue. Le recenseur paraît n’avoir parcouru que très vite cette partie du manuscrit377. Quant au Pamphile de la dédicace, nous ne le connaissons pas mieux que lui. Le second Prologue, où le savant byzantin a pu lire son nom n’est reproduit que dans le Laurentianus, sous une forme mutilée378. Même si l’éditeur le plus récent n’en dit mot379, cette constatation n’est pas sans intérêt pour l’histoire du texte.

  • 380 Voir supra, n. 2.
  • 381 COSMAS, Topographie chrétienne, II, 56, p. 369 W.-C. : Παϱόντι οὖν μοι ἐv τοῖς τόποις ἐϰείνοις, πϱò (...)

251Le simple lecteur qu’était Photios n’avait pas à sacrifier à des hypothèses érudites sur la biographie d’un écrivain qui avait toute raison de tenir à l’anonymat. Aussi ne doit-on pas, comme R. Henry380, le taxer d’erreur, quand il fait de Cosmas un contemporain de Justin ier (518-527) et non de Justinien (527-565). En tournant les pages, il n’avait pu manquer d’être frappé par une indication chronologique importante, qui suivait la description de la stèle et du trône d’Adoulis381 :

Je me trouvais donc dans ces lieux, il y a plus ou moins vingt-cinq ans, au début du règne de Justin, empereur des Romains, quand Ellatzbaas, pour lors roi des Axoumites, qui était sur le point de partir en guerre contre les Homérites d’au-delà (du golfe arabique), écrivit au gouverneur d’Adoulis de relever des doubles des inscriptions gravées sur le trône de Ptolémée et sur sa stèle, et de les lui envoyer. Le gouverneur d’alors, nommé Asbas, fit appel à moi et à un autre marchand nommé Ménas qui, devenu moine à Raithou, est mort voici peu, et il nous invita à y aller et à relever les inscriptions.

  • 382 E. STEIN, o.l., II, pp. 265-267.

252La guerre mit aux prises, vers les années 523-525, Dhou-Novas, prince himyarite de religion juive, qui chassait les Abyssins de son pays et persécutait les chrétiens, avec Ella Atséba, roi de l’Abyssinie convertie au monophysisme. Elle s’acheva par la victoire du second et l’assassinat du premier382.

253Un simple calcul eût permis à Photios l’établissement d’une date (548) correspondant à peu près au milieu du règne de Justinien. Refusant toute spéculation chronologique, le recenseur s’est contenté de reproduire le nom de Justin. Aussi la locution « il était au sommet de sa carrière » ne revêt-elle pas ici une acception technique. On ne peut être sûr que Photios avait connu avec grande précision la succession des empereurs au vie siècle : c’est ce qui explique dans la note une prudence qui confine à la timidité.

Notes

1 Souda Δ39, s.v. Δαμάσϰιος · Στωϊϰòς φιλόσοφος, Σύϱος, Σιμπλιϰίου ϰαὶ Εὐλαλίου τῶν Φϱυγῶν ὁμιλητής, ἤϰμαζεν ἐπὶ τῶν Ἰουστινιανοῦ χϱόνων. Γέγϱαπται αὐτῷ ὑπομνήματα είς Πλάτωνα ϰαί πεϱὶ ἀϱχῶν ϰαὶ φιλόσοφος ἱστοϱία. L’article n’a pas les honneurs d’une mention dans W. KROLL, dans son article Damascios (2) dans la R.-E. IV, 2 (1901), coll. 2039-2042. On ne présente pas un personnage comme Damascios. Né sans doute vers 458, il eut parmi ses maîtres à Alexandrie notamment Isidore, Ammonios et, peut-être, Héliodore, le frère du second. Scholarque de l’Académie lors de sa fermeture par Justinien, il trouva refuge à la cour de Perse auprès de Chosroès Ier, de 531 à 533, avant de recevoir l’autorisation de séjourner à nouveau dans les territoires relevant de l’empire. On perd toute trace de lui par la suite. Voir KROLL, o.l., coll. 2039-2040. Simplicios et Eulalios appartenaient au groupe qui accompagna Damascios en Perse. Je ne sais d’où la source de la Souda (Hésychios ?) tient l’identification de Damascios comme stoïcien. Au cod. 242, VI, p. 40, 1. 14 il est dit qu’Isidore n’ignorait pas la συμπεϱιφοϱά stoïcienne. Voir Cl. ZINTZEN, Damascii Vitae Isidori reliquiae, Hildesheim, 1967, § 176, p. 244. Pour les références, je donnerai par la suite un double renvoi, à Photios et à l’édition de Zintzen.

2 Voir L.G. WESTERINK, The Greek Commentaries on Plato’s Phaedo, I II, Amsterdam, 1976-1977.

3 Edité et traduit par L.G. WESTERINK, Damascius. Lectures on the Philebus wrongly attributed to Olympiodorus, Amsterdam, 1959.

4 Voir H. HUNGER, Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, I, Munich 1978 (dans le Byzantinisches Handbuch, XII, 5, 1 du Handbuch de H. Bengtson), p. 17.

5 Non cité par H. HUNGER. Voir É. BRÉHIER, Histoire de la philosophie I L’Antiquité et le Moyen Âge 2 Période hellénistique et romaine, 7e édition, Paris, 1961, pp. 487-491. Il n’en existe qu’une seule édition, celle d’E. RUELLE, I. Paris, 1889. La collection des Universités de France en annonce une nouvelle, qui sera l’oeuvre de L.G. Westerink et de J. Combès : voir Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1982, 3, p. 239. On pourra compléter la présente liste par les indications de W. KROLL, o.l., coll. 2040-2042. Le tome II de RUELLE, Paris, 1891 renferme un commentaire au Parménide, dont seule la seconde partie a été conservée. Voir H D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, dans leur édition de PROCLUS, Théologie platonicienne, III, Paris, 1978, pp. lxxvii-lxxix et IV, Paris, 1981, p. xlvi.

6 Cod. 181, II, p. 189, l. 30 - p. 192, l. 15 et cod. 242, VI, p. 8, l. 21 - p. 56, l. 20. Pour Photios, il faut ajouter un recueil complètement perdu de mirabilia dont l’analyse a fait l’objet du cod. 130, II, p.104, ll. 37-7. Je ne vois pas ce qui fait écrire à R. HENRY. II, p. 218 (n. complémentaire à la p. 104) : « L’auteur (sc. Damascios) aurait utilisé Antonius (sic) Diogène comme source d’après le “codex” 106. » Dans ce chapitre, Photios indique seulement que le romancier est antérieur à d’autres écrivains qui ont rapporté semblables fictions, parmi lesquels Damascios (II, p. 148, l. 35).

7 Comme on sait, la reconstruction de la Vita Isidori repose nécessairement sur une triple base : des articles de la Souda où ont été transcrits à peu près littéralement maints passages, le cod. 181 de la Bibliothèque et surtout, les nombreux fragments qui forment la trame du cod. 242. On a procédé à des tentatives de reconstitution de l’oeuvre : R. ASMUS, Zur Rekonstruktion von Damascius’ Leben des Isidorus, dans Byzantinische Zeitschrift, 18 (1909), pp. 424-480 et 19 (1910), pp. 265-284. Le même a donné une traduction en langue vernaculaire : Das Leben des Philosophen Isidoros von Damascios aus Damaskos, Leipzig, 1911. Munie d’une riche annotation, elle n’est pas sans mérite : voir Cl. ZINTZEN, o.l., pp. v-viii. Il ne me revient pas d’étudier ici la structure du cod. 242.

8 II, p. 224 (n. complémentaire à la p. 192).

9 II, p. 189, ll. 8-13 : Oὐ μήν γε μᾶλλον Ἰσιδώϱου βίον ἢ πολλῶν ἄλλων, τῶν μὲν συνηϰμαϰότων τάνδϱί, τῶν δὲ ϰα πϱογεγονότων συναναγϱάφει πϱάξεις τε ϰαὶ διηγήματα τούτων συνδιατιϑεὶς ϰαὶ πλείστῃ χϱώμενος ϰαὶ ϰατὰ ϰόϱον τῇ παϱεϰδϱομῇ.

10 II, p. 192, ll. 40-42 = fr. 115, p. 93 Zintzen + Appendix, p. 319, ll. 9-10. Je ne comprends pas pourquoi Zintzen coupe le fragment au terme de la première proposition : δὲ Δαμάσϰιος τήν τε ῥητοϱεύουσαν τέχνην ὑπò Θέωνι τϱία ἔτη ὅλα διεπόνησε ϰαὶ πϱοὔστη διατϱιβῶν ῥητοϱιϰῶν ἐπὶ ἔτη ϑ’. La seconde proposition fait l’objet du fr. 342 p. 275 Z. Comprenne qui pourra. Comme le fait observer L.G. WESTERINK (The Greek Commentaries..., p. 7) l’établissement d’une chronologie sûre pour Damascios fait difficulté. Les événements s’expliquent plus clairement si l’on admet qu’après une formation rhétorique de trois ans à Alexandrie auprès de Théon, les premiers essais de Damascios comme professeur dans la même discipline eurent lieu à Athènes. La période d’apprentissage se situerait à la fin des années soixante-dix, et l’on pourrait ainsi supposer que le futur philosophe avait vu le jour vers 462, et non pas avant 458, comme le supposait Kroll. Voir R. ASMUS, Das Lehen..., p. 187 (n. à 113, 37).

11 VI, p. 19, l. 6 - p. 20, l. 12 : v δὲ ὁ Θέων οὐ μάλα ἀγχίνους οὐδὲ ὀξύς, φιλομαϑὴς δὲ ϰαὶ φιλόπονος, εἴ τις ἄλλος. Διò ϰαὶ ποιητῶν ϰαὶ ητόϱων ἐμπειϱότατóς τε ϰαὶ μνημονιϰώτατος γέγονε ϰαὶ τεχνιϰῆς ἀϰϱιβείας ἑϰατέϱων εἰς ϰϱον ἥϰειν ἐδόϰει. Γϱάφειν δὲ μέτϱα ἢ λόγους, ϰαίτοι λίαν ἐϱῶν, ἀδύνατος ἦν = § 62, p. 90 Ζ.

12 Fr. 115, p. 91 Z. = Souda Θ 209 s.v. Θέων · σοφιστὴς λόγων ῥητοϱιϰῶν, γεγονὼς ἀπò τῆς εϱς Μαϱϰέλλας τό γε ἀνέϰαϑεν, τò δὲ ἐξ ὑπογυίου πατϱόϑεν ἀπò ϰδιϰίου, διδασϰάλου ϰαὶ τούτου ῥητοϱιϰῆς. ν δὲ οὗτος ὁ Θέων οὐ μάλα ἀγχίνους οὐδὲ ὀξύς, φιλομαϑὴς δὲ ϰαὶ φιλόπονος εἰς πεϱβολήν. La traduction est conjecturale. La locution ἐξ ὑπογυίου, prise au sens de « soudain » que lui donnent les dictionnaires, ne permet guère l’intelligence du passage, qui paraît opposer deux tendances du personnage. L’une au mysticisme, qu’il tient de Marcella, l’autre, à l’enflure rhétorique, qu’il doit à un ascendant nettement moins illustre. Je prends donc la locution comme si elle était construite avec un λέγειν et je lui donne l’acception qu’elle revêt chez Longin (d’après BAILLY, s.v. ὑπόγυιος). La Marcella dont il est question ici ne peut être identifiée avec une absolue certitude. S’agissait-il de la mère de Proclos ou de la destinataire de la célèbre Lettre à Marcella de Porphyre ? Comme me le fait observer M.A.-Ph. Segonds, la chronologie paraît être un peu resserrée pour qu’il puisse être question de la première. D’ailleurs, on ne connaît à Proclos ni frère ni sœur. D’après PORPHYRE (Lettre à Marcella, 1, p. 104 et n. 1 Des Places), celle qu’avait épousée le philosophe avait été laissée veuve avec cinq filles et deux garçons. La date du mariage (fin du iiie siècle — on ne peut pas se montrer plus précis) et la riche descendance de la femme rendent très plausible la présence d’un héritier lointain à Alexandrie. MARTINDALE (PLRE, s.v. Ecdicius 2) fait d’Ecdicios le père de Théon : c’est possible, mais sur la base du texte qu’il allègue, — c’est-à-dire le présent article de la Souda, car, à ma connaissance, il n’y en a point d’autre, — le fait est indémontrable. En fait, la tournure alambiquée utilisée par Damascios suggérerait plutôt qu’il n’en était pas ainsi. R. ASMUS, o.l., p. 198 (index) place les trois années d’apprentissage de la rhétorique sous la direction de Théon à Alexandrie avant 480 (p. 157, n. 40, 31), puis serait venue la longue période d’enseignement à Athènes [ibid., p. 198 ; L.G. WESTERINK, Damascius commentateur de Platon dans Néoplatonisme (Colloques de Royaumont, 9-13 juin 1969), p. 255]. Pour Théon, voir aussi STEGEMANN, dans son article Theon (8) dans R.-E., V, 1 (1934), col. 2054.

13 II, p. 190, ll. 18-27 : Πάντων δ’ ὅσους ἐξαίϱει τοῖς λόγοις ϰαὶ ϰϱείττους ἢ ϰατ’ ἀνϑϱώπων φύσιν ϑειάζει γεγονέναι ταῖς τε τῶν ἐπιστημῶν τελεωτάταις ϑεωϱίαις ϰαὶ τῷ τάχει τῆς διανοίας, τούτων ἑϰάστου ϰϱτὴν ἑαυτòν ἐπιϰαϑιστῶν οὐϰ ἔστιν ὅτου μὴ ϰαϑήψατο ἐφ’ ἑϰάστου τῶν ϑαυμαζομένων μὴ ἐνδεέστεϱον ἔχειν, τοῦ μὲν εἰς ἀγχίνοιαν ἐξῃϱμένου, ὅτι μὴ πάντα ἀγχίνους, τοῦ δ’ εἰς ἐπιστήμας ἀπαϱαβλήτου, ὅτι μὴ πάντα ἐπιστήμων, ϰαὶ δὴ ϰαὶ τοῦ εἰς ἀϱετὴν ἐγγίζοντος ϑεῷ ὅτι πολλῶν ἐνδεής.

14 Pour Hermias, voir VI, p. 24, ll. 7-33 = 74, pp. 100-104 Z. Disciple de Syrianos et contemporain de Proclos, il avait eu deux fils, Héliodore et Ammonios, qui, à Alexandrie, fut le maître, notamment de Jean Philopon. Ce fut lui qui introduisit le neo-platonisme athénien à Alexandrie. Voir L.G. WESTERINK, Anonymous Prolegomena to Platonic Philosophy, Amsterdam, 1962, p. X.

15 VI, p. 43, ll. 20-26 = § 201, p. 274 Z. : Ὡς ἡ ἀσχολία τοῦ ῥητοϱεύειν δεινή, στϱέφουσα μὲν πεϱὶ στόμα γλῶτταν τὴν ὅλην μου σπουδήν, ἀποστϱέφουσα δὲ τῆς ψυχῆς ϰαὶ τῶν ἀποϰαϑαιϱόντων αὐτὴν μαϰαϱίων τε ϰαὶ ϑεοφιλῶν ἀϰουσμάτων Ταῦτα δ’ ἐννοῶν, φησὶν ὁ συγγϱαφεύς, ἐνίοτε διεϰοπτόμην τῶν ῤητοϱιϰῶν ἐξηγήσεων. Ἔνατον ἔτος οὕτω μοι διεληλύϑει. Le début de cet enseignement devrait se situer peu d’années avant 485, d’après L.G. WESTERINK (The Greek Commentaries..., II, p. 7).

16 N. 2 ad l. Il est signalé aussi par ZINTZEN (o.l. p. 275). Plus curieuse est la traduction que propose le savant belge : « Car l’étude de l’art oratoire m’était dure. » Il n’est pas question ici de l’activité d’un étudiant laborieux, mais de l’art d’un enseignant.

17 II, p. 192, ll. 42-2 = App., p. 319, ll. 10-12 Z.: Γεωμετϱίας δὲ ϰαὶ ἀϱιϑμητιϰῆς ϰαὶ τῶν ἄλλων μαϑημάτων Μαϱῖνον τòν διάδοχον Πϱόϰλου ἐν Ἀϑήναις ἔσχε διδάσϰαλον.

18 VI, p. 36, ll. 1821 = 141, p. 196, ll. 1-2 Z. : Ὅτι ὁ διάδοχος Πϱόϰλου, φησίν, ὁ Μαϱῖνος γένος ἦν ἀπò τῆς ἐν Παλαιστίνῃ Νέας Πόλεως, πϱòς ὄϱει ϰατῳϰισμένης τῷ Ἀϱγαϱίζῳ ϰαλουμένῳ.

19 On sait que c’est à Marinos que l’on doit une Vie de Proclos conservée. Voir H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, Paris, 1968, p. LI. Outre le commentaire au Philèbe, sur lequel je reviendrai plus loin, Marinos s’était essayé à un commentaire au Parménide, pour lequel il avait, semble-t-il, consulté Isidore par lettre, voir fr. 245, p. 201 Z. Isidore faillit répondre que le travail de Marinos était inepte, mais il en fut empêché par un songe durant lequel il vit Proclos prévoyant qu’il y aurait un jour un commentaire au dialogue de la main de son successeur. On doit ajouter un commentaire aux Data d’Euclide, traduit par M. MICHAUX (Le commentaire aux Data d’Euclide. Etude critique, Louvain, 1947, pp. 55-65). Les tendances aristotélisantes de Marinos étaient en opposition avec le courant platonicien représenté par Isidore (M. MICHAUX, o.l., p. 11). Le texte est édité, avec une traduction latine, par H. MENGE, dans I.L. HEIBERG et H.M., Euclidis opera omnia, VI, Leipzig, 1896, pp. 234-257. D’après ma savante compatriote, Mme Anne Tihon, de l’Université de Louvain, il semblerait que l’on puisse étoffer ce maigre bilan de deux travaux analogues, l’un aux Météorologiques, l’autre, au Petit commentaire de Théon d’Alexandrie. Voir son article Notes sur l’astronomie grecque au ve siècle de notre ère (Marinus de Naplouse Un commentaire au Petit Commentaire de Théon), dans Janus, 63 (1976), respectivement pp. 167-172 et pp. 172-175. Je la remercie de m’avoir fourni le moyen de lire ces pages. Sur les limites du génie de Marinos, voir H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., p. xxiv et n. 4 ; sur son goût pour les mathématiques, E. ZELLER-R. MONDOLFO, La filosofia greca nel suo svilupo storico. III, 6 (G. Martano), 1er édition, Florence, 1961, p. 206 n. 42 ; L.G. WESTERINK, Damascius..., p. 255.

20 II. p. 192, ll. 5-10 = App., p. 319, ll. 14-18 Z. : (...) ϰαὶ Ἀμμώνιος ἐν Ἀλεξανδϱείᾳ Ἑϱμείου, ὃν οὐ μιϰϱῷ μέτϱῳ τῶν ϰαϑἑαυτòν ἐπὶ φιλοσοφίᾳ φησὶ διαφέϱειν, ϰαὶ μάλιστα τοῖς μαϑήμασι. Τοῦτον ϰαὶ τῶν Πλατωνιϰῶν ἐξηγητὴν αὑτῷ γεγενῆσϑαι Δαμάσϰιος ἀναγϱάφει, ϰαὶ τῆς συντάξεως τῶν ἀστϱονομιϰῶν Πτολεμαίου βιβλίων.

21 Sur le personnage, on lira E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., pp. 200-204. L.G. WESTERINK, Anonymous..., p. x indique qu’Ammonios naquit au plus tôt vers 435, mais au plus tard vers 444, et p. xi qu’il mourut entre 517 et 526. La spécialité d’Ammonios semble avoir toujours été les commentaires d’Aristote. Néanmoins, entre 475 et 485, Damascios assista à un cours qu’il donna sur Platon ; environ quarante ans plus tard, Olympiodore entendit les leçons qu’il consacra au Gorgias ; Asclépios faisait de même état de commentaires à Platon en général, portant, notamment, sur le Théétète. Il fut, par exemple, le maître de Jean Philopon qui, outre de célèbres travaux théologiques et philosophiques, laissa aussi d’importantes oeuvres astronomiques, entre autres, un traité Sur l’astrolabe, réédité récemment, avec un superbe commentaire, par M.A.-Ph. Segonds, Paris, 1981. Voir aussi É. ÉVRARD, Les convictions religieuses de Jean Philopon et la date de son commentaire aux Météorologiques, dans le Bulletin de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques, 39 (1953), pp. 301 ; 304 et 347. Outre Philopon, on cite parmi ses disciples Simplicios, Asclépios, Théodote et Olympiodore (E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 200, n. 19).

22 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 200, n. 21.

23 Le mot σύνταξις constitue une allusion au titre de l’Almageste, Ἀποτελεσματιϰὴ σύνταξις τετϱάβιβλος : Alb. LESKY, GGL, p. 947, pour le titre. Les scholies marginales d’un manuscrit copié en 1733 (BN grec 2394) au Petit Commentaire de Théon forment un hypomnema, un authentique commentaire perpétuel au texte, dont certains traits désignent un spécialiste du dernier quart du v siècle. Sans qu’on puisse montrer directement ici la main d’Ammonios à l’oeuvre, les notes émanent à coup sûr d’un milieu proche de celui où a étudié et enseigné le maître alexandrin : A. TIHON, o.l., pp. 177-179.

24 VI, p. 36, ll. 36-37 = § 145, p. 198 Z.: ἄϱιστος ἡγεμὼν Πτολεμαῖος τῆς ἀστϱοϑεάμονος ἐπιστήμης.

25 VI, p. 25, ll. 24-28 = § 79, p. 110 Ζ.: μᾶλλον δὲ τὰ Ἀϱιστοτέλους ἐξήσϰητο, ἔτι δὲ διήνεγϰε οὐ τῶν ϰαϑἑαυτòν μόνον ἀλλὰ ϰαὶ τῶν πϱεσβυτέϱων τοῦ Πϱόϰλου ἑταίϱων, ὀλίγου δὲ ἀποδέω ϰαὶ τῶν πώποτε γεγενημένων εἰπεῖν, τὰ ἀμφὶ γεωμετϱίαν τε ϰαὶ ἀστϱονομίαν.

26 Ε. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l, p. 201, n. 21 et p. 202 avec les nn. 23-25.

27 II, p. 192, ll. 10-14 = App., p. 319, ll. 18-21 Z. : Τῆς μέντοι διαλεϰτιϰῆς τϱιβῆς τὰς Ἰσιδώϱου συνουσίας τὴν ἰσχὺν αὐτῷ διατείνεται παϱασχεῖν, ὃν ϰαὶ ἐπὶ τῇ τοιαύτῃ τῶν λόγων δυνάμει πάντας ἀνϑϱώπους, ὅσους ϰατἐϰείνην τὴν γενεὰν ἤνεγϰε χϱόνος, ἀποϰϱύψασϑαί φησιν.

28 VI, p. 16, ll. 28-34 = § 43, p. 68 Z. : Ἐξαίϱετον δ’ ἦν αὐτῷ πεϱὶ τοὺς ἄλλους ϰαὶ τοῦτο φιλοσόφους, οὐϰ ἠβούλετο συλλογισμοῖς ἀναγϰάζειν μόνον οὔτε τοὺς συνόντας ἐπαϰολουϑεῖν τῇ ἀληϑείᾳ μὴ ὁϱωμένῃ, ϰατὰ μίαν ὁδòν ποϱεύεσϑαι συνελαυνομένους ὑπò τοῦ λόγου, οἷον τυφλοὺς τὴν ὀϱϑὴν ἀγομένους ποϱείαν. Ἀλλὰ πείϑειν ἐσπούδαζεν ἀεί ϰαὶ ὄψιν ἐντιϑέναι τῇ ψυχῇ, μᾶλλον δὲ ἐνοῦσαν διαϰαϑαίϱειν. À vrai dire, le philosophe dont il est ici question ne peut être identifié avec une absolue certitude. Le § 42, p. 66 Z. = VI, p. 16, ll. 18-28 montrait Isidore reprenant Marinos pour la médiocrité (voir ici même, infra) d’un commentaire au Philèbe. Le philosophe décrit dans notre § 43 peut donc difficilement passer pour être le premier successeur de Proclos. En revanche, l’éloge paraît bien convenir à Isidore : voir aussi fr. 78, p. 61 Z. Telle est aussi, semble-t-il, l’opinion de R. ASMUS (Zur Rekonstruktion... I, p. 452).

29 II, p. 192, ll. 2-5 = App., p. 319, ll. 12-14 Z. : Τῆς τε φιλοσόφου ϑεωϱίας τε Ζηνόδοτος αὐτῷ ϰαϑηγεμὼν Ἀϑήνησι ϰαὶ αὐτòς ἐγεγόνει (διάδοχος δὲ ϰαὶ οὗτος Πϱόϰλου, τ δεύτεϱα Μαϱίνου φέϱων). Sur l’acception précise du vocable ϰαϑηγεμών, voir J. GLUCKER, Antiochus and the Late Academy, Göttingen, 1978, p. 132, n. 40 (continuée p. 133).

30 VI, p. 37, ll. 23-26 = § 154, p. 206 Z. : λλά γε τοιοῦτος ϰαὶ ὁ φιλόσοφος στοϱεῖται Ζηνόδοτος, παιδιϰὰ τοῦ Πϱόϰλου ϰαλεῖσϑαι μόνος ἀξιωϑείς, ἐφ’ ᾧ δὴ ϰαὶ τὰς μάλιστα ἐπεῖχεν ἐλπίδας. On pourrait à bon droit juger surprenant que la littérature grecque subsistante restât muette sur le compte d’un personnage non dénué d’importance. Dans les chapitres qu’il consacre aux philosophes, AL-NADIM, Kitab al Fihrist, VII, 1 (II, pp. 571-633, B. Dodge, New York-Londres, 1970) ne souffle pas mot de notre homme. Le nom de Zénodote est cité dans l’index de G. FLÜGEL (Kitab al-Fihrist, II, Leipzig, 1872, p. 276), mais, autant que j’aie pu voir (cf. pp. 105-106), il n’est pas question d’un philosophe néo-platonicien, mais du célèbre grammairien d’Alexandrie. Je tiens à remercier ici mon excellent ami M. Aub. Martin, professeur à l’Université de Liège, à qui je dois les moyens d’avoir pu opérer cette vérification.

31 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, p. xxv. D’après L.G. WESTERINK (The Greek Commentaries…, II, p. 8), Damascios lui-même aurait été mandé par l’école pour proposer le poste à Isidore, à un moment où l’existence de Marinos était fortement menacée.

32 H. DÖRRIE, dans son art. Zenodotos (12) de la R.-E., XIX (1972), col. 51.

33 ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 209.

34 H. DÖRRIE, l.l., R. ASMUS, Das Leben..., p. 179 (n. à 92, 19) ne dit rien de plus intéressant: «Vielleicht war Zenodotos einmal vorübergehend Stellvertreter für den seit 480 erkrankten Proklos, als Marinos, weil er selbst krank war (...), diesen nicht vertreten konnte.»

35 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, pp. xv-xvii.

36 Voir, sur ce point, l’épigramme de l’Anthologie (VII, 341).

37 J. GLUCKER, o.l., p. 155, n. 122. Depuis longtemps, le rôle de Domninos en tant que dialogue fait difficulté. Ainsi, en avançant de bons arguments, H.D. SAFFREYL.G. WESTERINK (o.l., I, pp. xvii-xix) estiment la thèse indéfendable. On est même allé jusqu’à soutenir que dans le passage de MARINOS (Vie de Proclos, 26), où sont mentionnés les titres de Domninos (...τῷ ἐϰ τῆς Συϱίας φιλοσóφῳ ϰαὶ διαδόχῳ Δομνίνῳ), la locution serait une glose intruse dans le texte à une mauvaise place. En réalité, elle se rapporterait à Syrianos nommé quelques lignes plus haut.

38 J. GLUCKER, l.l.

39 VI, p. 37, ll. 17-19 = § 151, p. 206 Z. : Δεδιὼς δ Πϱόϰλος πεϱὶ τῇ Πλάτωνος χϱυσ τ ντι σειϱᾷ, μὴ ἡμῖν ἀπολίπῃ τὴν πόλιν τῆς Ἀϑηνᾶς. On sait que le symbole de la chaîne reparaît fréquemment dans la philosophie de Proclos, où il marque les liens qui rattachent les êtres entre eux. Voir P. LÉVÊQUE, Aurea catena Homeri, Paris, 1959, Annales Littéraires de l’Université de Besançon 27, pp. 61-65. Tel n’est pas le sens que prend la figure dans le présent texte. Elle désigne ici la continuité d’inspiration qui, par un mouvement continu, permet de rattacher l’enseignement du néo-platonisme à l’Académie de Platon (ibid., pp. 42-44). On sait qu’elle est prise à un passage fameux de l’Iοn. En aucun cas, elle ne fait référence à une transmission régulière des institutions de recherche établies au début du ive siècle. L’Académie subit un premier schisme vers 87 aCn, date où est attestée la rupture entre Philon de Larissa, le dernier scholarque en ligne directe, et Antiochos d’Ascalon. Entre les conférences de Théomnestos à Athènes (PLUTARQUE, Brutus, 24, 1) et Ammonios, le maître de Plutarque de Béotie, il n’est plus jamais question d’un Académicien enseignant à Athènes. Voir J. GLUCKER, o.l., p. 121 et pp. 306-315. Pour désigner aujourd’hui une transmission de message ou une continuité de doctrine, nous ferions appel aux symboles de la « torche » ou du « flambeau ».

40 MARINOS, Vie de Proclos, 26, p. 21 Boissonade, cf. fr. 351, p. 285 Z. (note) : Οὕτω δὲ ἀσϑενῶν αὐτòν ἔχοντα πϱοϑυμότεϱον ἐποίει μάλιστα πεϱὶ τὰς ἐξηγήσεις Ἡγίας ὁ νέος, δείγματα φέϱων ϰαὶ ἐϰ μειϱαϰίου ἐναϱγῆ πασῶν τῶν πϱογονιϰῶν ἀϱετῶν ϰαὶ τῆς ἀπὸ Σόλωνος χϱυσῆς ὄντως τοῦ γένους σειϱᾶς. Συνεγίγνετο οὖν αὐτῷ ἐπιμελῶς ἔν τε τοῖς Πλατωνιϰοῖς ϰαὶ ταῖς ἄλλαις ϑεολογίαις. Καὶ γϱαμμὰς δὲ αὐτῷ ὁ γέϱων παϱεδίδου, ϰαὶ σφόδϱα εὐφϱαίνετο, ὁϱῶν τòν παῖδα ϰατὰ πῆχυν ἐπιδίδοντα πϱòς ἕϰαστον τῶν μαϑημάτων. D’après p. LÉVÊQUE (ο.l, p. 42), Solon est mentionné comme premier maillon de la chaîne en tant que parent de Platon. Il avait d’autant plus de titres à être placé au début de la lignée qu’il était un des sept Sages de l’Hellade.

41 VI, p. 52, ll. 2-6 = § 279, p. 304 et fr. 269, p. 215 Z. : Ὁ δὲ Πϱόϰλος ὁϱῶν αὐτοῦ τὴν πϱοϑυμίαν ἄτϱυτον οὖσαν ϰαὶ τὴν φιλομάϑειαν ἀϰόϱεστον, πηγὰς λόγων εἰς τὴν ἐϰείνου ψυχὴν ἀφιεὶς ἱεϱῶν τε ϰαὶ φιλοσόφων, γαννύμενος αὐτῷ διετέλει πλατεῖαν ὑπέχοντι ϰαὶ ἀϱιήϰοον τὴν τῆς διανοίας ὑποδοχήν. À l’époque où Proclos sentait ses forces vaciller et où 1 on mit sur un des plateaux de la balance le nom d’Isidore pour une succession, Hégias était trop jeune pour faire acte de candidature. Cinq ans avant de disparaître (485), le Maître aurait deviné les qualités exceptionnelles d’Hégias : R. ASMUS, o.l., p. 192 (n. à 126, 22). M.A.-Ph. Segonds me signale que, durant les cinq dernières années de sa vie. Proclos était devenu faible d’esprit.

42 Souda, H 60, s.v. Ἡγίας · οὗτος (ἀμείνω τοῦ πατϱὸς ἦν τὰ πϱὸς ἀϱετὴν ἥϰοντα ϰαὶ τὰ πϱòς λόγους) ἔτι μὴν μειϱάϰιον γεγονὼς ἐλπίδας ἔσχεν ἐφ‘ ἑαυτῷ ϰαὶ πᾶσι παϱέσχεν ὡς οὐ πολύ τι ἀπολειψόμενος τοῦ μεγάλου Πλουτάϱχου. Τοιγαϱοῦν ὁ Πϱόϰλος ἠξίωσεν αὐτòν ἔτι νέον ὄντα τῆς τῶν Χαλδαϊϰῶν λογίων ἀϰϱοάσεως. Φιλομαϑία τις αὐτῷ ϰαὶ ἐπιείϰεια πϱοσήν ϰατὰ φύσιν. (...) Οὗτοι διέφϑειϱαν τὴν Ἡγίου ζῳὴν πϱός γε τò μὴ γνησίως φιλοσοφεῖν = fr. 351 pp. 285-287 Z. dont l’attribution à Damascios est seulement conjecturale. Le passage n’est compréhensible qu’à condition de ponctuer autrement que Zintzen. On traite évidemment ici des fameux Oracles Chaldaïques dont il ne subsiste aujourd’hui qu’une poussière de fragments. Les commentaires que donna Proclos étaient une des oeuvres auxquelles il attachait le plus de prix. Voir Éd. des PLACES, dans son édition des Oracles Chaldaïques, Paris, 1971, pp. 45-46. Dans ces flagorneurs, il faudrait voir des Chrétiens qui, en quelque manière, auraient réussi à convertir Hégias et à le détourner de sa mission, d’après M.A.-Ph. Segonds.

43 ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 206; H D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, O.l., I, p. li.

44 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 207; H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, p. lii.

45 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 208. Je reviendrai plus loin sur le « scholar-cat » d’Hégias.

46 VI, p. 51, ll. 39-1 = fr. 268, p. 215 = § 278, p. 304 Z.: δὲ Μαϱῖνος, ϰαὶ ατòς ὁ Πϱόϰλος, οὐ τῇ ἑτέϱα μόνον ἀλλ’ ἀμφοῖν τοῖν χεϱοῖν τοῦ σιδώϱου πεϱιείχοντο. Le fragment suivant, VI, p. 52, II. 6-7 = fr. 270, p. 215 Z. nous apprend qu’
il (sc. Isidore) céda en craignant de la part des deux un reproche en même temps qu’un chagrin plein de courroux.
Εἶξε δεδιὼς τὴν ἑϰατέϱου πιτίμησιν ϰαὶ ἅμα λύπην ἀγαναϰτοῦσαν.
Il ressort du passage que, pendant quelque temps au moins, Isidore accepta de se plier aux prières des deux premiers maîtres de l’école.

47 VI, p. 37, ll. 10-17 = § 150, p. 204 Z.: Καὶ ὁ Πϱόϰλος ἐπεδίδου ταῖς εἰς αὐτòν ὁϱώσαις ἐλπίσι μηδὲ τò τοῦ Πλάτωνος ἀτιμάζειν ἀξίωμα, μηδὲ τὴν Ἰαμβλίχου ϰϱίσιν μηδὲ τὴν Πλουτάϱχου ϰατανωτίζεσϑαι, μηδ’ αὖ μεῖζον φϱονεῖν τῆς ϰοινωφελοῦς πϱοαιϱέσεως. ’Aλλ’ ὅσῳ ηὔξετο τῆς διαδοχῆς τò μέγεϑος ἐν τῷ λόγῳ, τοσούτῳ μᾶλλον ὁ Ἰσίδωϱος πϱòς τὴν πειϑὼ συνεστέλλετο μεῖζόν γε ὂν ἢ ϰαϑ’ ἑαυτòν ἄϱασϑαι φοϱτίον.

48 Voir ici même, supra, p. 136.

49 Voir Cl. ZINTZEN, o.l., p. 207, d’après R. ASMUS, Zur Rekonstruktion..., I, p. 464.

50 VI, p. 40, ll. 34-35 = § 188, p. 258 Z. : ’Aφίϰετο μὲν ’Aϑήναζε τότε τῷ Πϱόϰλῳ ἐπὶ ταφῆς ὄντι τὴν ϑυμιατϱίδα φέϱων. C’est, on se le rappellera, le troisième séjour d’Isidore à Athènes : R. ASMUS, o.l., p. 470.

51 VI, p. 16, II. 19-28 = § 42, p. 66 Z.: Μαϱῖνος δὲ ὁ Πϱόϰλου διάδοχος, ὁ ϰαὶ ’Ισιδώϱου (μετὰ ϰαὶ ἄλλων) τῶν ’Αϱιστοτέλους λόγων διδάσϰαλος, ὑπόμνημα πολύστιχον εἰς Φίληβον συντάξας τοῦ Πλάτωνος, οὗτος τῷ ’Iσιδώϱῳ ἐντυχεῖν τε τῷ ὑπομνήματι ϰελεύει ϰαὶ ἐπιϰϱίναι εἰ ἐξοιστέον. ‘O δὲ ἀναγνοὺς οὐδὲν ἀπεϰϱύψατο τῶν αὐτῷ δοϰούντων, οὐ μέντοι οὐδὲ ἄμουσον ἀφῆϰε φωνήν, τοσοῦτον δὲ μόνον ἔφη, ἱϰανὰ εἶναι τὰ τοῦ διδασϰάλου. ‘O δὲ Μαϱῖνος συνεὶς πυϱὶ διέφϑειϱε τò βιβλίον.

52 L.G. WESTERINK, Anonymous Prolegomena.... X, 26, p. 49, I. 34 appelle « dialogues parfaits » le Timée et le Parménide ; d’après A.-J. FESTUGIÈRE, L’ordre de lecture des dialogues de Platon aux ve/vie siècles, dans le Museum Helveticum, 26 (1969), repris dans les Études de philosophie grecque. Paris, 1971, pp. 537-538 et pp. 546-547, le Philèbe venait en dernier lieu (ibid. p. 547 et L.G. WESTERINK, l.l., II. 21-22).

53 VI. p. 36, II. 31-32 = § 143, p. 196 Z. : Οὐϰ εἴα δὲ αὐτòν ἐϱωτᾶν ὁ ‘Ισίδωϱος ἀσϑενείᾳ σώματος ἐνοχλούμενον, εὐλαβείᾳ τοῦ ὀχλώδους. J’avoue ne pas comprendre où R. ASMUS (Zur Rekonstruktion..., I, p. 464) voit ici la trace d’une lettre envoyée par Isidore.

54 VI, p. 36, II. 40-42 = § 147, p. 202 Z.

55 VI, p. 46, II. 35-38 = 226, p. 292 Z. : Τοιαῦτα πολλὰ λέγων τε ϰαὶ ἐπᾀδων ἔπεισε τòν ’Ισίδωϱον ὁ Μαϱῖνος δέξασϑαι τò ψήφισμα τῆς διαδοχῆς ϰαὶ ἐψηφίσϑη διάδοχος έπ’ ἀξιώματι μᾶλλον ἢ πϱάγματι τῆς Πλατωνιϰῆς ἐξηγήσεως. La traduction de R. HENRY, p. 46 ad 1. (« plus pour l’honneur que pour le fait d’expliquer Platon »), que J. GLUCKER, o.l., p. 156 (suite de la n. 122 à la p. 155) semble reprendre à son compte, est en opposition avec le caractère désintéressé que Damascios veut donner au personnage.

56 Isidore a-t-il, comme le suppose R. ASMUS (Zur Rekonstruktion..., I, pp. 471-473), fait un quatrième séjour à Alexandrie, suivi d’un retour dans la capitale de l’Attique ? Le double fait ne me paraît nullement assuré.

57 VI, p. 46, II. 38-6 = § 227, p. 292 Z. : Eἰ δὲ ϑειότεϱον χϱῆμα, ὡς σὺ φῄς, ὦ ‘Hγία, ἔλεγε πϱòς αὐτòν ὁ ’Ισίδωϱος, ἡ ἱεϱατιϰὴ πϱαγματεία, φημὶ μὲν τοῦτο ϰἀγώ · ἀλλὰ πϱῶτον ἀνϑϱώπους γενέσϑαι τοὺς ἐσομένους ϑεοὺς δεῖ. Διὰ τοῦτο ϰαὶ ὁ Πλάτων ἔφη μὴ ἐλϑεῖν εἰς ἀνϑϱώπους μεῖζον ἀγαϑòν φιλοσοφίας. ’Aλλὰ τοῦτο συμβέβηϰε νῦν ἐπὶ ξυϱοῦ ἑστάναι οὐ τῆς ἀϰμῆς, τοῦ δὲ ἐσχάτου γήϱως ὡς ἀληϑῶς.

58 Je suis l’interprétation de Cl. ZINTZEN (o.l., p. 292 n. ad l.), qui propose un rapprochement avec la doctrine qui était aussi celle de Hiéroclès à Alexandrie. Voir, sur ce point, Ilsetraut HADOT, Le problème du néoplatonisme alexandrin. Hiéroclès et Simplicius, Paris, 1978, pp. 70-71, avec la n. 8. On sait que Plotin et Porphyre ne manifestaient pas un vif enthousiasme vis-à-vis de ces pratiques, auxquelles Jamblique I s efforça de donner un statut philosophique. La locution ἐπί ξυϱοῦ ἑστάναι a valeur de proverbe et est attestée dans de nombreux passages, depuis Homère jusqu’à la seconde sophistique : HOMÈRE, K 173 ; THÉOGNIS, I, 557 ; SOPHOCLE, Antigone, 996 ; EURIPIDE, Héraclès furieux, 630 ; LUCIEN, Zeus tragédien, 3.

59 VI, p. 46, II. 6-9 = 229, p. 296 Z.: ’Eλάνϑανε δὲ ἑαυτòν ἀνίατα πϱάγματα ϰαὶ πόϱϱω μοχϑηϱίας πϱοβεβηϰότα διοϱϑώσασϑαι ἐπιχειϱῶν · ἢνυτε δὲ οὐδὲν ἐπὶ πλέον.

60 Cl. ZINTZEN, o.l, p. 296, n. ad l.

61 VI, p. 46, II. 9-10 § 229, p. 296 Z.: ϱι δὲ ἀϱχομένῳ, τοῦ Μαϱίνου τò σῶμα ἀπολιπόντος, ἐβουλεύετο τὰςΑϑήνας ἀπολιπεῖν Ισίδωϱος.

62 VI, p. 46, II. 10-12 = § 230, p. 296 Ζ. = Παϱῄνει δὲ Συϱιανòν ϰαὶ Ἡγίαν Ισίδωϱος ὡς χϱεὼν εἴη φιλοσοφίαν ὑποϱϱέουσαν ἀνασώσασϑαι.

63 VI, p. 46, II. 13-14: Ὃσα παϱεῖται χϱεὼν ταῖς ἐϰλογαῖς συντετάχϑαι ϰαλλιέπειαν ἔχοντα.

64 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l.. I, p. xxxiii, n. 2 (continuée p. xxxiv) soulignent ce point très finement.

65 VI, p. 45, 1. 21 - p. 46, I. 24 = § 221, p. 284 Z.: Εἰς τοσοῦτον γὰϱ ἀϰηϰόαμεν φιλοσοφίαν ϰαταφϱονηϑεῖσαν οὐδὲ πώποτε ’Aϑήνησιν, ὅσον ἑωϱάϰαμεν ἀτιμαζο-μένην ἐπὶ Ἡγίου.

66 VI, p. 46, II. 24-31 = §§ 222-223, pp. 286-288 Z.

67 VI, p. 37, II. 19-20 = § 152, p. 206 Z.: Δεδιὼς δὲ ἐπὶ τῷ Μαϱίνῳ διὰ τὴν τοῦ σώματος ἀσϑένειαν.

68 VI, p. 37, II. 20-23 = § 153, p. 206 Ζ. (cf. fr. 255, p. 207 = Souda A 1178 s.v. ἀληϑινòς ἔϱως) : ’Αληϑινòς ἔϱως ἐμφυτεύεται φιλοσοφίας ϰαὶ πάντα γηγενῆ δεσμòν ἀποϱϱήξας, ἐλπίδας τε πάσας ὁμοῦ τιμῶν τε ϰαὶ χϱημάτων ϰαταπατήσας, ἀφιϰνεῖται ’Aϑήναζε. Pour γηγενῆ, je ne suis pas sûr que l’on doive accentuer la connotation mystique, comme fait R. HENRY, ad l. (« tout lien terrestre »). Plus prosaïquement, il est question des adieux d’Isidore à Alexandrie.

69 VI, p. 37, I. 26 - p. 38, I. 32 = §§ 155-157, p. 210 Z. La comparaison avec la Souda Θ 78 s.v. Θεαγένης montre, semble-t-il, Marinos s’efforçant d’attirer les bonnes grâces du personnage, un des archontes d’Athènes. Théagène est présenté comme un bienfaiteur de l’école par MARINOS (Vie de Proclos, 29, p. 23 Boissonade).

70 VI, p. 38, II. 32-38 = § 158, p. 212 + frr. 264-265, p. 213 Z.

71 VI, p. 38, II. 2-8 = § 160, pp. 212-214 Z.

72 VI, p. 36, II. 18-37 = §§ 141-145, pp. 196-198 Z

73 VI, p. 36, II. 31-32 = § 143, p. 196 Z.

74 II, p. 192, II. 10-15 et ici même, p. 136.

75 Dans ce que nous connaissons de la Vie d’Isidore, les occurrences de ce mode de présentation ne sont pas nombreuses. Voir VI, p. 34, II. 2-3 = § 131, p. 176, 1. 9 Z où est présenté le philosophe Dôros, dont il ne sera plus question pas la suite ; VI p. 35 = § 139, p. 194, l. 1 Z., à propos d’Asclépiodote I.

76 Il est très possible que la locution de VI, p. 37, II. 24-25 παιδιϰὰ τοῦ Πϱόϰλου ϰαλεῖσϑαι μóνος ἀξιωϑείς renferme une pointe visant tel passage de MARINOS, o.l., 26, p. 21 Boiss., cité supra, p. 136.

77 Sur la signification du nom d’Isidore, voir R. ASMUS, Das Leben p. 137 (n au titre).

78 J. HUMBERT, Syntaxe grecque, 3e édition, Paris, 1960, pp. 46-47. C’est l’auteur qui souligne.

79 Ou la construction insolite. Voir II, p. 192, 1. 38 = App., p. 319, 1. 8 Z. pour τῆς συνϑήϰης τò ἄηϑες. J’entends l’expression comme R. HENRY, II, p. 192. Faut-il lui donner plutôt le sens de « disposition des mots insolite » comme le suggère M. A.-Ph. Segonds ? Je n’en suis pas convaincu.

80 Héraïscos appartenait, d’après DAMASCIOS, Des principes, I, p. 324, 12 cité par R. ASMUS, o.l., p. 169 (n. à 65, 23), au groupe des disciples les plus âgés de Proclos. R. ASMUS, o.l., p. 165 (n. à 60, 10) le qualifie de « genial und tätig ». Héraïscos avait établi une correspondance entre les théologies néo-platonicienne et égyptienne : H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, o.l., I, p. liv.

81 VI, p. 30, II. 17-19 = § 112, p. 154 Z. : Βούλομαι δὲ ϰαὶ ἀφεὶς δη τòv Πύϑιον ἐπὶ τòν Ἡϱαΐσϰον ἐπανελϑεῖν τòν Εὐβοέα. Le vocable Εὐβοέα n’est donné que par A2 et il est omis par M. La leçon de A est impossible à lire. Le texte que je propose est assez différent de celui que retiennent R. Henry et Cl. Zintzen. Il oblige non seulement à mettre leur choix en question, mais également le découpage des fragments 112 et 113. La présence de ἀνεβόα dans le seul manuscrit M pour le « fr. » 113 trahit un embarras suspect. Si l’on se reporte aux manuscrits, on se trouve devant la séquence suivante : 112-113
- Μ ἐπὶ τòν Ἡϱαΐσϰον ἐπανελϑεῖv (ἀνεβόα μέγιστον ὅσον)
- A complété par Α2 ἐπὶ τòν Ἡϱαΐσϰον ἐπανελϑεῖv τòν Εὐβοέα (ὦ μέγιστον ὅσον). Les philologues qui s’appuient tantôt sur A tantôt sur M pour reconstruire le texte de Damascios boitent des deux jambes. C’est l’infirmité qui a frappé Cl. Zintzen, lorsqu’il écrit : 112 (...) τòν Εὐβοέα 113 ἀνεβόα μέγιστον ὅσον. Malheureusement, R. Henry lui a repris texte et découpage. En toute rigueur, on doit en revenir aux leçons du manuscrit A. Le prétendu fragment 113 est une glose du vocable Εὐβοέα qu’elle explique par un lusus etymologicus. A s’est contenté d’expliquer le premier élément du composé, M fixe l’attention sur les deux éléments du mot, mais, faute de comprendre, le scribe a laissé tomber le terme mystérieux, au profit d’un verbe banal auquel convenait le complément. Dans le second cas, nous sommes en présence d’une correction réalisée par un demi-savant. Il est plus difficile d’expliquer l’intrusion de ὦ dans A : diverses interprétations sont possibles. Par exemple, une mélecture de ση(μαίνει) ou encore de ὡϱαῖον abrégé en ὡϱ. De toute façon, il n’est pas douteux que la particule introduisait une explication marginale ou interlinéaire qui s’était glissée dans le texte avant l’époque de Photios. Tel est le type d’explication que suggérait déjà R. ASMUS (Zur Rekonstruktion..., I, p. 460). Le même savant propose de joindre le § 114 parce que le port des cheveux longs était caractéristique des Eubéens.

82 VI, p. 30, II. 32-2 = § 107, p. 148 Z. et fr. 174, p. 149: Ἦν δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἡ πϱώτη γένεσις ἱεϱὰ ϰαὶ μυστιϰή. Λέγεται δὲ ϰατελϑεῖν ἀπò τῆς μητϱòς εἰς τò φῶς ἐπὶ τοῖς χείλεσιν ἔχων τòν ϰατασιγάζοντα δάϰτυλον, οἷον Αἰγύπτιοι μυϑολογοῦσι γενέσϑαι τòν Ὧϱον, ϰαὶ πϱò τοῦ Ὥϱου τòν Ἥλιον. Καὶ ἐπεὶ συνεπεφύϰει τοῖς χείλεσιν ὁ δάϰτυλος, ἐδεήϑη τομῆς, ϰαὶ διέμεινεν ἀεὶ τò χεῖλος ὑποτετμημένον ἰδεῖν, φανεϱοῦν τò σημεῖον τῆς ἀποϱϱήτου γενέσεως.

83 VI, p. 41, II. 15-17 = § 194, p. 270 Ζ. : ’Eνέτυχον ἐξ ἀνάγϰης τῷ ’Eμεσίωνι οὐ γὰϱ ἄν ποτε ἑϰὼν ἠνεσχόμην τῆς αὐτοῦ ὑηνείας, ἀλλ’ ἡ πϱεσβεία με διηνάγϰασε. Pour l’identification du personnage, voir Cl. ZINTZEN, o.l., p. 270 (n. à 194), sur la base des travaux de R. Asmus.

84 Fr· 341, p. 271 Z. = Souda N 161 ; A 2305 et E 3031 s.vv. Νεμεσίων, ἀνεπτεϱοῦτο, ἑϱμαῖον ὁ δὲ Νεμεσίων ἀνεπτεϱοῦτο ϰα μετέωϱος ἧν τας ἐλπίσί ϰα ἐδόϰει ἑϱμαίῳ ἐντετυχηϰέναι,ἐμοὶ πεϱιτυχών.

85 Cl. ZINTZEN, o.l., p. 270 (n. au § 194) qui cite Asmus.

86 E. ZELLER-R. MONDOLFO, o.l., p. 209, n. 51. L’hypothèse de la conversion figure dans ZINTZEN, l.l..

87 Il y avait, semble-t-il, chez Damascios, une certaine propension à l’invention verbale en matière de noms propres. Le philosophe paraît être le responsable d’une étymologie de sa ville natale, Damas, à partir du nom d’un soi-disant géant, Askos, dompté par Zeus : VI, p. 42, 1. 16 - p. 43, 1. 18 = § 200, p. 274, 11. 5-7 Z. Pour la paternité de Damascios, voir R. HENRY, ad l.. p. 43, n. 1 et R. ASMUS, Das Leben..., p. 190 (n. à 120, 29). À moins que l’on ne doive interpréter ce type de procédé par les usages d’une école ?

88 On peut se contenter de citer par exemple ARISTOPHANE, Cavaliers, 449. Le charcutier cite la femme d’Hippias, Myrrhiné, sous le nom de Cuir-iné (trad. H. Van Daele). Hippias est, bien entendu, le Pisistratide dont les satellites assassinèrent Harmodios, un des tyrannoctones. Voir THUCYDIDE, VI, 55, 1 et 57, 4. Parmi les principaux maîtres du néo-platonisme antérieur à Proclos, on peut aisément trouver des exemples de procédés analogues. Le disciple de Plotin que l’histoire et la littérature ont enregistré sous le nom de Porphyre s’appelait en réalité Malchos, en langue syriaque. Le vocable se rattache à la racine sémitique « melech » roi : c’est la raison pour laquelle Amélios risqua la traduction de « Basileus ». Le passage à l’idée de la « pourpre » était obvie. Voir PORPHYRE (Vie de Plotin, 17, 6-8 dans I, p. 17 Bréhier), où les trois noms sont rapprochés. Pareillement, au siècle précédent, Numénios avait déjà infligé un traitement analogue au nom de Maximus (peut-être le sophiste Maxime de Tyr) transformé en Mégalos (ibid., 17, 14-15, I, p. 18 Bréhier). Voir J. BOUFFARTIGUE et M. PATILLON, dans leur édition du De l’abstinence de Porphyre, I, Paris, 1977, p. xi. La Vie de Pythagore est présentée dans les manuscrits sous le double nom de Malchos et de Porphyre : voir R. GOULET, Variations romanesques sur la mélancolie de Porphyre, dans Hermes, 110 (1982), p. 446 et l’édition par Éd. des PLACES de la Vie de Pythagore et la Lettre à Marcella de Porphyre, Paris, 1982, p. 36. Comme me le signale M.O. Ballériaux, le fameux rhéteur Aelius Aristide avait reçu de son dieu favori, Asclépios, le surnom de Θεόδωϱος. Pour les références, voir W. SCHMID, art. Aristeides (24), in R.-E., II, 1 (1895), col. 886.

89 Souda, K 2521, s.v. Κτησίας · Κτησιάϱχου ἢ Κτησιόχου, Κνίδιος, ἰατϱός, ὃς ἰάτϱευσεν ἐν Πέϱσαις Ἀϱταξέϱξην τòν Μνήμονα ϰληϑέντα (...)

90 Cod. 72, I, p. 106, 11. 6-8 : Ἤϰμασε δὲ έν τοῑς χϱόνοις Κύϱου, τοῦ ἐϰ Δαϱείου ϰαὶ. Παϱυσατίδου, ὃς ἀδελφòς Ἀϱτοξέϱξου, εἰς ὃν Πεϱσιϰὴ βασιλεία ϰατῆλϑεν, ἐτύγχανεν.

91 I, p. 105, 1. 35 - p. 106, I. 6 = 688 Τ 8 Jacoby : ’Aνεγνώσϑη βιβλίον Κτησίου τοῦ Κνιδίου τὰ Πεϱσιϰὰ ἐν βιβλίοις ϰγ’. ’Aλλ’ ἐν μὲν τοῖς πϱώτοις ἓξ τά τε ’Ασσύϱια διαλαμβάνει ϰαὶ σα πϱò τῶν Πεϱσιϰῶν. ’Aπò μέντοι τοῦ ζ’, τὰ Πεϱσιϰὰ διεξέϱχεται · ϰαὶ ἐν μν τῷ ζ’ ϰαὶ η’ ϰαὶ ι’ ϰαὶ ια’ ϰαὶ ιβ’ ϰαὶ ιγ’, διέξεισι τὰ πεϱὶ Κύϱου ϰαὶ Καμβύσου ϰαὶ τοῦ μάγου, Δαϱείου τε ϰαὶ τοῦ Ξέϱξου, σχεδòν ἐν ἅπασιν ἀντιϰείμενα Hϱοδότῳ ἱστοϱῶν, ἀλλὰ ϰαὶ ψεύστην αὐτòν ἀπελέγχων ἐν πολλοῖς ϰαὶ λογοποιòν ἀποϰαλῶν · ϰαὶ γὰϱ νεώτεϱος μέν ἐστιν αὐτοῦ. Φησὶ δὲ αὑτòν τῶν πλειόνων ἃ ἱστοϱεῖ αὐτόπτην γενόμενον, ἢ παϱ’ αὐτῶν Πεϱσών, ἔνϑα τò ὁϱᾶν μὴ ἐνεχώϱει, αὐτήϰοον ϰαταστάντα · οὕτω τὴν ἱστοϱίαν συγγϱάψαι. Οὐχ Hϱοδότῳ δέ μόνῳ τἀναντία ἱστοϱεῖ, ἀλλὰ ϰαὶ πϱòς Ξενοφῶντα τòν Γϱύλλου ἐπ’ ἐνίων διαφωνεῖ.

92 D’après JACOBY, dans son article Ktesias 1 de la R.-E. XI (1922), col. 2066, repris dans le recueil des Griechische Historiker, Stuttgart. 1956, p. 328, on a formulé autrefois l’hypothèse que Photios n’avait eu entre les mains qu’un Epitomé en trois livres fourni par Pamphila à l’époque de Néron. Rien dans le texte n’offre la moindre preuve qu’il en ait été ainsi.

93 I. p. 109, 1. 25 (fin du livre XI, pour la fin du règne de Cyrus l’Ancien en 522) ; p. 123, I. 36 (fin du livre XVII, mort d’Artoxerxès I « Longue-Main », en 425) ; p. 128, 1. 2 (fin du livre XVIII, dernières années de Darius II, qui régna de 422 à 404 ; sa mort était narrée au début du livre XIX, voir 11. 4-5) ; p. 130, 1. 19 (fin des livres XIX et XX). La substance des livres XXI-XXIII est rapportée sans autre subdivision interne.

94 G. GOOSSENS, Le sommaire des Persica de Ctésias par Photius, dans la Revue belge de philologie et d’histoire, 28 (1950), pp. 520-521.

95 F. JACOBY, o.l., col. 2040, ll. 53-57 ; plus prudent, R. HENRY, Ctésias. La Perse, l’Inde. Les sommaires de Photius, Bruxelles, 1947, p. 4 écrivait simplement : « Le “codex” 72, qui résume le livre sur l’Inde et les livres 7 à 23 de l’ouvrage sur la Perse (...) ».

96 Voir, par exemple, au codex 80 (Olympiodore), I, p. 167 et ma traduction, ici même, p. 174.

97 I, p. 106, ll. 25-26. Le passage parallèle dans Hérodote occupe, comme chacun sait, une grande partie du livre I. Il n’existe pratiquement aucun rapport entre les deux récits.

98 I, p. 115, ll. 10-11.

99 I, p. 128, ll. 20-21.

100 I. p. 133, ll. 10-11 : Τῶν μέντοι γε μύϑων, ἐν οἷς ἐϰείνῳ λοιδοϱεῖται, οὐδ’ οὗτος ἀφίσταται (...).

101 XÉNOPHON, Anabase, I, 8, 26 : (Κῦϱος) παίει ϰατὰ τò στέϱνoν ϰαὶ τιτϱώσϰει διὰ τοῦ ϑώϱαϰος, ὥς φησι Κτησίας ὁ ἰατϱός, <ὃς> ϰαὶ ἰάσασϑαι αὐτòς τò τϱαῦμά φησι = 688 F 21. Dans son récit de la bataille de Counaxa, qu’il avoue également avoir repris à Ctésias, Plutarque ne fait pas mention (Arloxerxès, 11) de cette intervention médicale. Il n’y a pas lieu de s’en étonner. Plutarque (ibid., 11, 1) déclarait d’entrée de jeu :
rapporté succinctement et avec suppression de maints détails, le récit de Ctésias est à peu près le suivant.
Ἡ δὲ Κτησίου διήγησις, ὡς ἐπιτεμόντι πολλὰ συντόμως ἀπαγγεῖλαι, τοιαύτη τίς ἐστιν.

102 I. p. 130, ll. 31-34.

103 I, p. 131, 1. 20 - p. 132, 1. 39. Évagoras qui avait renversé les Phéniciens régnant à Salamine de Chypre, ambitionnait d’obtenir d’Artoxerxès la satrapie sur l’île entière. Ceci l’amena à épouser à la fois les intérêts d’Athènes et de la Perse afin de contrecarrer l’hégémonie spartiate qui commençait à menacer sérieusement l’est méditerranéen. Aussi proposa-t-il d’armer une flotte contre Sparte, à la tête de laquelle on mettrait Conon, le vaincu d’Aigos Potamos. Parysatis, gagnée peut-être par Ctésias, fit rallier le roi au projet. Voir G. GLOTZ, R. COHEN, Histoire grecque III La Grèce au ive siècle, Paris, 1941, p. 45 ; Éd. WILL dans E.W.-Claude MOSSÉ, P. GOUKOWSKI, Le monde grec et l’Orient II Le ive siècle et l’époque hellénistique, Paris, 1975, pp. 20-21. Pour une partie au moins de ce chassé-croisé de chancellerie, on peut évoquer le témoignage parallèle de PLUTARQUE, Artoxerxès, 21, 3-4. Le biographe n’hésite pas à taxer Ctésias de gloriole :
Mais, c’est à un point prodigieux, semble-t-il, que Ctésias avait du goût pour les honneurs, et ce, non moins que pour les Laconiens et pour Cléarque.
’Aλλὰ δαιμονίως ὁ Κτησίας, ὡς ἔοιϰε, φιλότιμος ὤν ϰαὶ οὐχ ἧττον φιλολάϰων ϰαὶ φιλοϰλέαϱχος.
Cette dernière épithète d’Artoxerxès, 13, 7 a bien entendu été forgée pour les besoins de la démonstration. L’attitude de Ctésias durant les négociations de 398/397 donne à penser plutôt que ses convictions intimes comptaient fort peu devant ses intérêts immédiats. Même si Plutarque (ibid., 13, 6), sur base de XÉNOPHON (Anabase, II, l, 7-23), affiche son scepticisme, Ctésias se serait déjà entremis lors des tractations qui, après Counaxa, opposèrent les Grecs défaits et le roi de Perse (Artoxerxès, 13 5)

104 I, p. 125, ll. 11-13.

105 DIODORE, II, 32, 4 = 688 T 3 = F 5 : Κτησίας δ’ ὁ Κνίδιος τοῖς μὲν χϱόνοις ὑπῆϱξε ϰατὰ τὴν Κύϱου στϱατείαν επὶ ’Αϱταξέϱξην τòν ἀδελφόν, γενόμενος δ’ αἰχμάλωτος ϰαὶ διὰ τὴν ἰατϱιϰήν ἐπιστήμην ἀναληφϑεὶς ὑπò τοῦ βασιλέως, ἐπταϰαίδεϰα ἒτη διετέλεσε τιμώμενος ὑπ’ αὐτοῦ. Οὗτος οὖν φησιν ἐϰ τῶν βασιλιϰῶν διφϑεϱῶν, ἐν αἷς οἰ Πέϱσαι τὰς παλαιὰς πϱάξεις ϰατά τινα νόμον εἶχον συντεταγμένος, πολυπϱαγμονῆσαι τὰ ϰαϑ’ ἕϰαστον, ϰαὶ συντάξας τὴν ἰστοϱίαν εἰς τοὺς Ἕλληνας ἐξενεγϰεῖν.

106 F. JACOBY, o.l., col. 2033, ll. 30-32.

107 I, p. 125, ll. 9-10.

108 I, p. 129, ll. 31-32 : Ηὐτομόλουν δὲ ἀπò μὲν ’Aϱτοξέϱξου πϱòς Κῦϱον πολλοί, πϱòς δὲ ’Aϱτοξέϱξην ἀπò Κύϱου οὐδείς.

109 N’en déplaise à G. WENTZEL (o.l., p. 42), qui, sans avoir étudié la question de près, paraît bien rattacher la courte note de Photios à l’« Épitomé d’Hésychios ». Sans offrir la moindre explication, W.T. TREADGOLD (o.l., p. 184) range le codex 72 parmi les « Epitomes with Introduction Added by Photius for the Bibliotheca ». J’avoue ne pas voir sur base de quel critère le savant américain décrète que l’introduction a été ajoutée après coup afin de compléter le recueil destiné à Tarasios. Sans doute faut-il voir ici le dernier avatar de la thèse hésychienne de Wentzel.

110 Voir plus haut, p. 153. On le sait par PLUTARQUE (Arloxerxès, 11, 3 ; 13, 3 ; 14, 1 ; voir aussi 13, 5). Si la source de la Souda n’est autre qu’Hésychios, on est bien obligé de constater que celui-ci n’en savait pas lourd sur Ctésias, à qui il s’est contenté d’attribuer des Persica en vingt-trois livres ; pas un mot des Indica ni des autres traités géographiques cités par JACOBY (o.l., coll. 2036-2037). Dans un cas comme celui-ci, le fameux « Epitome d’Hésychios » a tout l’air d’être une invention désespérée. L’horreur du vide n’a pas sévi en physique seulement.

111 R. HENRY, I, p. 103, n. 2.

112 Cod. 70, I, p. 103, ll. 20-26 : ἐν τϱιάϰοντα δὲ ἔτεσιν, ὡς αὐτός φησι, πεϱὶ ταύτην ἐπόνησε τὴν ἱστοϱίαν, τόπους τε πολλοὺς ἀμείβων χάϱιν πολυμαϑίας, ϰαὶ ταλαιπωϱίαις οἷα εἰϰòς ἐντυγχάνων. Σιϰελιώτης δὲ ν, ἐξ ’Aγυϱίου τò γένος ἔσχε, ϰαὶ διὰ τὴν ἐπιμιξίαν τῶν Pωμαίων πολλὴν ἐμπειϱίαν τῆς Pωμαίων εἰληφὼς διαλέϰτου, πάσας τὰς ἡγεμονιϰὰς αὐτῆς πϱάξεις ϰαὶ πάϑη ἀϰϱιβῶς ἀνελάβετο. L’œuvre de Diodore n’est conservée que très partiellement (livres I-V et XI-XX), sans compter d’importants fragments des livres XXI-XL. La reconstitution de cette dernière partie repose essentiellement sur le témoignage des extraits de la collection constantinienne, des fragments dits « de Hoeschel », tirés d’un manuscrit aujourd’hui perdu, et du codex 244 de la Bibliothèque de Photios (VI, p. 126, 1. 25 - p. 174, I. 5). Pour ceci, voir F.R. WALTON, dans son édition de DIODORE DE SICILE, XI, Londres-Cambridge (Mass.), 1957, Loeb Class. Coll., pp. xxii-xxiv. On ne connaît exactement les dates ni de naissance ni de mort de Diodore. Le dernier fait historique auquel on trouve une allusion dans l’oeuvre est l’envoi d’une colonie romaine à Tauroménion : peut-être est-il à situer en 36 aCn (Alb. LESKY, GGL, p. 831).

113 DIODORE DE SICILE, I, 4, 1 et 4 : Διόπεϱ ἡμεῖς ὁϱῶντες ταύτην τὴν ὑπόϑεσιν χϱησιμωτάτην μὲν οὖσαν, πολλοῦ δὲ πόνου ϰαὶ χϱόνου πϱοσδεομένην, τϱιάϰοντα μὲν ἔτη πεϱὶ αὐτὴν ἐπϱαγματεύϑημεν, μετὰ δὲ πολλῆς ϰαϰοπαθείας ϰαὶ ϰινδύνων, ἐπήλϑομεν πολλὴν τῆς τε ’Aσίας ϰαὶ τῆς Εὐϱώπης, ἵvα τῶν ἀναγϰαιoτάτων ϰαὶ πλείστων μεϱῶν αὐτόπται γενηϑῶμεν. (...)Hμεῖς γὰϱ ἐξ ’Aγυϱίου τῆς Σιϰελίας ὄντες, ϰαὶ διὰ τὴν ἐπιμιξίαν τοῖς ἐν τῇ νήσῳ πολλὴν ἐμπειϱίαν τῆς Pωμαίων διαλέϰτου πεϱιπεποιημένοι, πάσας τάς τῆς ἡγεμονίας ταύτης πϱάξεις ἀϰϱιβῶς ἀνελάβομεν ἐϰ τῶν παϱ’ ἐϰείνοις ὑπομνημάτων ἐϰ πολλῶν χϱόνων τετηϱημένων. Dans le passage parallèle de Photios, R. HENRY, ad. 1. (voir la note précédente) traduisait ἡγεμονιϰάς par « principales » (voir Diodore τῆς ήγεμονίας). À tort : du reste, l’expression instituerait une légère contradiction par rapport à l’adverbe « exactement ».

114 I, p. 103, ll. 14-19 : Aϱχεται μὲν οὖν τῆς ἱστοϱίας ἀπò τῶν μυϑολογουμένων παϱ’ Ἕλλησι ϰαὶ βαϱβάϱοις, ἑξῆς διϊὼν μέχϱι τῆς ἀϱχῆς τοῦ συστάντος πολέμου Pωμαίοις τε ϰαὶ Κελτοῖς, ϰαϑ’ ὃν χϱόνον Γάϊος ’Iούλιος Καῖσαϱ, ᾧ διὰ τὰς πϱάξεις ϑεòν ἐπίϰλην ἒϑεντο Pωμαῖοι, ϰατεπολέμησε τὰ πλεῖστα ϰαὶ μαχιμώτατα τῶν Κελτῶν ἔθνη. Malgré la disparition du texte, on peut ainsi dater avec précision les derniers événements relatés dans l’histoire de Diodore : l’invasion de la Bretagne eut lieu en 54 (Alb. LESKY, GGL, p. 831).

115 DIODORE, 1, 4, 5 : Πεποιήμεϑα δὲ τήν ἀϱχὴν τῆς ἱστοϱίας ἀπò τῶν μυϑολογουμένων παϱ’ Ἕλλησί τε ϰαὶ βαϱβάϱοις, ἑξετάσαντες τὰ παϱ’ ἐϰάστοις ἱστοϱούμενα ϰατὰ τοὺς ἀϱχαίους χϱόνους, ἐφ’ ὅσον ἡμῖν δύναμις.

116 I, p. 103, 1. 27 - p. 104, 1. 34 : ’Eν μ′ δὲ βιβλίοις τὴν ὅλην συμπεϱαινόμενος πϱαγματείαν, ἐν μὲν ἓξ ταῖς πϱώταις τὰς πϱò τῶν Τϱωïϰῶν πϱάξεις τε ϰαὶ μυϑολογίας ἐϰτίϑεται, ἐν δὲ ταῖς ἐφεξῆς ία′ τὰς ἀπò τῶν Τϱωïϰῶν ϰοινός πϱάξεις εὑϱήσεις ἀναγεγϱαμμένας ἕως τῆς τελευτῆς ’Aλεξάνδϱου τοῦ Μαϰεδόνων βασιλέως. ’Eν δὲ ταῖς ὑπολοίποις ϰγ′ βίβλοις αἱ λοιπαὶ τυγχάνουσι πϱάξεις ἀναγεγϱαμμέναι, μέχϱις ὅτου Pωμαίοις πϱòς Κελτοὺς ὁ πόλεμος συνεϱϱάγη, ϰαϑ’ ν ἡγούμενος Γάϊος ’Iούλιος Καῖσαϱ ἐϰϱάτησε μὲν τῶν πλείστων ϰαὶ μαχίμων παϱὰ Κελτοῖς ἐϑνῶν τῷ πολέμῳ, πϱοεβίβασε δὲ τὴν ἡγεμονίαν τῆς Pώμης μέχϱι τῶν Βϱεττανιϰῶν νήσων · ἐν οἷς ϰαὶ ἡ ιστοϱία τελευτᾇ.

117 DIODORE, I, 4, 6-7 : ’Eπεὶ δ’ ἡ μὲν ὑπόϑεσις ἔχει τέλος, αἱ βίβλοι δὲ μέχϱι τοῦ νῦν ἀνέϰδοτοι τυγχάνουσιν οὖσαι, βούλομαι βϱαχέα πϱοδιοϱίσαι πεϱί ὅλης τῆς πϱαγματείας. Τῶν γὰϱ βίβλων ἡμῖν ἓξ μὲν αἱ πϱῶται πεϱιέχουσι τὰς πϱò τῶν Τϱωïϰῶν πϱάξεις ϰαὶ μυϑολογίας, ϰαὶ τούτων αἱ μὲν πϱοηγούμενοι τϱεῖς τὰς βαϱβαϱιϰάς, αἱ δ’ ἑξῆς σχεδòν τὰς τῶν Eλλήνων ἀϱχαιολογίας · ἐν δὲ ταῖς μετὰ ταύτας ἕνδεϰα τὰς ἀπò τῶν Τϱωïϰῶν ϰοινὰς πϱάξεις ἀναγεγϱάφαμεν ἕως τῆς ’Aλεξάνδϱου τελευτῆς · ἐν δὲ ταῖς ἑξῆς εἴϰοσι ϰαὶ τϱισὶ βίβλοις τὰς λοιπὰς ἁπάσας ϰατετάξαμεν μέχϱι τῆς ἀϱχῆς τοῦ συστάντος πολέμου Pωμαίοις πϱòς Κελτούς, ϰαϑ’ ὃν ἡγούμενος Γάϊος ’Iούλιος Καῖσαϱ ὁ διὰ τὰς πϱάξεις πϱοσαγοϱευϑείς ϑεòς ϰατεπολέμησε μὲν τὰ πλεῖστα ϰαὶ μαχιμώτατα τῶν Κελτῶν ἔϑνη, πϱοεβίβασε δὲ τὴν ἡγεμονίαν τῆς Pώμης μέχϱι τῶν Βϱεττανιϰῶν νήσων · τούτου δ’ αἱ πϱῶται πϱάξεις ἐτελέσϑησαν ’Ολυμπιάδας τῆς ἑϰατοστής ϰαὶ ὀγδοηϰοστῆς ϰατὰ τò πϱῶτον ἔτος ἐπ’ ἄϱχοντος ’Aϑήνησιν Hϱώδου.

118 Respectivement I, p. 103, ll. 4-6 et 6-14. Céphalion fait l’objet du codex 68 (I, p. 100, 1. 4 - p. 101, 1. 34), Hésychios, celui du cod. 69 (p. 101, 1. 36 - p. 102. 1. 40).

119 Souda, A 1239 s. v. Δίων · ὁ Κάσσιος χϱηματίσας, ὁ ἐπίϰλην Κοϰϰήϊος (οἱ δὲ Κοϰϰηϊανός), Νιϰαεύς, ἱστοϱιϰός, γεγονὼς ἐπὶ τῶν χϱόνων ’Aλεξάνδϱου τοῦ Μαμαίας. L’article décrit ensuite le contenu de l’Histoire romaine.

120 I, p. 104, n. 2.

121 I, p. 104, ll. 10-14 : Τοῦτόν φησι τòν ’Aλέξανδϱον ϰαὶ συνυπατεῦσαι αὑτῷ ὁ συγγϱαφεὺς τò δεύτεϱον, ϰαὶ τò ὑπὲϱ τῆς ἀϱχῆς ϰατὰ τò πϱοσῆϰον ἀνάλωμα φιλοτιμίᾳ τῇ ἐς συνύπατον αὐτòν τòν αὐτοϰϱάτοϱα ἀναλῶσαι.

122 LXXX, 4, 2-5, 1 : ἄλλως τε ἐσέμνυνέ με ϰαὶ δεύτεϱον ὑπατεύσαντα σὺν αὐτῷ ἀπέδειξε, τό τε ἀνάλωμα τò τῆς ἀϱχῆς αὐτòς ἀναλώσειν ὑπεδέξατο.

123 Les événements datent de 221. Dion avait été une première fois consul suffect en 211 sous Septime Sévère. Voir Alb. LESKY, GGL, p. 905.

124 I, p. 104, 1. 14 - p. 105, 1. 21 : Οὗτος δ’ ὁ συγγϱαφεὺς Πεϱγάμου μὲν ϰαὶ Σμύϱνης (Μαϰϱῖνoς αὐτῷ τὴν ἀϱχὴν ὁ αὐτοϰϱάτωϱ ἐγχειἐίζει) ἐπεστάτησεν, ἔπειτα τῆς ’Aφϱιϰῆς ἡγεμόνευσεν, εἷτα Παννονίας ἦϱξε, ϰαὶ ὑπατεύσας τò δεύτεϱον, ὡς ἐϱϱήϑη, οἴϰαδε ἀπῆϱε παϱειμένος ἐπὶ τῇ τῶν ποδῶν ἀϱϱωστιᾳ, ἐϰεῖ τò λοιπόν, ὡς ϰαὶ τò δαιμόνιον αὐτῷ, φησι, πϱοεῖπεν ἐν Βιϑυνίᾳ διατϱίβοντι, βιωσόμενος « ἔϰ τ’ ἀνδϱοϰτασίης ἔϰ ϑ’ αἵματος ἔϰ τε ϰυδοιμοῦ ». La citation finale est d’HOMÈRE, Λ 164.

125 LXXIX, 7, 4 : (...) τῆς Πεϱγάμου (...) ἧς, ὥσπεϱ ϰαὶ τῆς Σμύϱνης ταχϑεὶς ὑπò τοῦ Μαϰϱίνου ἐπεστάτησα.

126 LXXX, 1,2 : ἔϰ τε γὰϱ τῆς’ ’Aσίας εἰς τὴν Βιϑυνίαν ἐλϑὼν ἠϱϱώστησα, ϰἀϰεῖϑεν πϱòς τὴν ἐν τῇ ’Aφϱιϰῇ ἡγεμονίαν ἠπείχϑην, ἐπανελϑών τε ἐς τὴν ’Ιταλίαν εὐϑέως ὡς εἰπεῖν ἔς τε τὴν Δαλματίαν ϰἀντεῦϑεν ἐς τὴν Παννονίαν τὴν ἄνω ἄϱξων ἐπέμφϑην.

127 LXXX, 5, 2-3 : ἀπῆϱα οἴϰαδε παϱέμενος ἐπί τῇ τῶν ποδῶν ἀϱϱώστία, ὥστε πἀντα τòν λοιπòν τοῦ βίου χϱόνον ἐν τῇ πατϱίδι ζῆσαι, ὥσπεϱ που ϰαὶ τò δαιμόνιον ἐν τῇ Βιϑυνίᾳ ἤδη μοι ὄντι σαφέστατα ἐδήλωσεν.’Όναϱ γάϱ ποτε ἔδοξα πϱοστάσσεσϑαι ὑπ’ αὐτοῦ πϱοσγϱάψασϑαι τῷ ἀϰϱοτελευτίῳ τὰ ἔπη τάδε ·
« Ἕϰτοϱα δ’ ἐϰ βελέων ὕπαγε Ζεὺς ἔϰ τε ϰονίης
ἔϰ τ’ ἀνδϱοϰτασίης ἔϰ ϑ’ αἵματος ἔϰ τε ϰυδοιμοῦ ».

128 La seule divergence textuelle intéressante porte sur la forme παϱέμενος (Dion) / -ειμένος (Photios). La seconde pourrait bien être inspirée par le désir de donner au texte une forme sentant davantage l’attique. Boissevain ne l’a pas retenue (voir l’apparat critique ad l.).

129 Il vaut la peine de faire remarquer que si l’infirmité avait déjà frappé l’écrivain avant son proconsulat en Afrique (LXXX, 1, 2 et supra nn. 6 et 8), elle ne l’empêcha pas d’exercer dans la suite d’importants commandements successivement en Dalmatie et en Pannonie supérieure. Le véritable motif de sa mise à la retraite est plutôt le différend qu’il eut juste avant son dernier consulat avec les prétoriens, à la suite de la rigueur dont il fit preuve dans l’exercice de ses fonctions. Pour éviter une sédition. Sévère Alexandre fut contraint de l’écarter de Rome durant cette année, sans lui permettre l’exercice réel des prérogatives de sa charge (LXXX, 4, 2-5, I).

130 I, p. 105, ll. 21-23 : Ἔσχε δὲ πατϱίδα τὴν ἐν Βιϑυνίᾳ Νίϰαιαν, ἣν ϰατὰ μέϱη ἡ ϰαλουμένη λίμνη ’Aσϰανία ϰαλουμένη.

131 LXXV, 15, 3 : ἠνείχετό γέ τοι ὁϱῶν ϰαὶ ἐν ταῖς ϰαταλύσεσιν αὐτòν ταῖς ϰϱείττοαιν αὐλιζόμενον ϰαὶ τὰ ἐπιτήδεια ϰαὶ ἀμείνω ϰαὶ ἀφϑονώτεϱα αὑτοῦ ἔχοντα, ὥστε δεηϑείς ποτε ἐν τῇ Νιϰαίᾳ τῇ πατϱίδι μου ϰεστϱέως, οὓς ἡ λίμνη μεγάλους ἐϰτϱέφει, παϱ’ ἐϰείνου μετεπέμψατο.

132 Voir W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 61-62 : « Lost parts of the books themselves wert probably also Photius’sources for biographical sketches of Dio Cassius in codex 71 (...) ». Manifestement, le byzantiniste américain ne s’est pas donné la peine d’aller voir de près dans l’oeuvre de Dion. G. WENTZEL (o.l., p. 42) donne une liste d’écrivains dont Photios a exploité le ou les livres recensés à des fins biographiques. Le cod. 71 y manque, ce qui revient à dire qu’aux yeux du savant allemand, les indications de Photios proviennent une fois encore de l’« Épitomé d’Hésychios ». Autant avouer que, pas plus que W.T. Treadgold, il ne s’est donné la peine de comparer les textes entre eux.

133 W. ENSSLIN, dans son article Praxagoras (3) de R.-E., XX, 2 (1954), col. 1743. A propos de la note bibliographique, il conclut que Photios avait mis à profit une source inconnue par ailleurs.

134 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1038. Les fragments de Praxagoras, réduits au seul cod. 62, I, p. 61, 1. 29 - p. 63, 1. 17, sont reproduits dans MÜLLER, FHG, IV, pp. 2-3.

135 Cod. 62, I, p. 61, 11. 29-30 : ’Aνεγνώσϑη Πϱαξαγόϱου τοῦ ’Aϑηναίου τῆς ϰατὰ τòν μέγαν Κωσταντῖνον ἱστοϱίας βιβλία δύο.

136 I, p. 63, 11. 4-8 : Φησὶν οὗν ὁ Πϱαξαγόϱας, ϰαίτοι τὴν ϑϱησϰείαν Ἕλλην ὤν, ὅτι πάσῃ αϱετῇ ϰαὶ ϰαλοϰάγαθίᾳ ϰαὶ παντὶ εὐτυχήματι πάντας τοὺς πϱò αὐτοῦ βεβασιλευϰότας ὁ βασιλεὺς Κωνσταντῖνος ἀπεϰϱύψατο. ’Eν οἷς αὐτοῦ ϰαὶ οἱ δύο συμπεϱαιοῦνται λόγοι.

137 I, p. 63, ll. 3-4.

138 I, p. 63, ll. 15-17 où Photios souligne la clarté et la douceur d’un style qui manque un peu de nerf et où il relève l’emploi du dialecte ionien.

139 I, p. 63, ll. 9-15 :’Έτος δὲ τῆς ἡλιϰίας ἦγε δεύτεϱον ϰαὶ εἰϰοστòν Πϱαξαγόϱας, ὡς αὐτός φησιν, ὅτε ταῦτα συνέγϱαφε. Συνεγϱάψατο δὲ ὁ αὐτòς ϰαὶ ἕτεϱα βιβλία δύο, πεϱὶ τῶν ’Aϑήνῃσι βασιλευσάντων, ἔτος ἀνύων ἐννεαϰαιδέϰατον. Συνέταξε δὲ ϰαὶ ἕτεϱα βιβλία ἓξ εἰς τòν τῶν Μαϰεδόνων βασιλέα ’Aλέξανδϱον, τϱιαϰοστòν πϱῶτον ἐλαύνων ἐνιαυτόν.

140 I, p. 63, n. 4.

141 W.T. TREADGOLD, o.l, p. 61.

142 R. HENRY, I, p. 158.

143 Cod. 82, I, p. 188, ll. 12-14 : ’Aνεγνώσϑη δὲ αὐτοῦ ϰαὶ ἕτεϱον σύντομον ἱστοϱιϰòν μέχϱι τῆς Κλαυδίου ἐπιτϱέχον τὰς ϰεφαλαιώδεις πϱάξεις βασιλείας. L’empereur visé est évidemment Claude II le Gothique (268-270).

144 Cod. 77, I, p. 158, ll. 34-35 : ’Aνεγνώσϑη Εὐναπίου χϱονιϰñς ἱστοϱίας τῆς μετὰ Δέξιππον, νέας ἐϰδόσεως, ἐν βιβλίοις τεσσαϱεσϰαίδεϰα.

145 I, p. 159, ll. 26-36 : Δύο δὲ πϱαγματείας τὴν αὐτὴν πεϱιεχούσας ἱστοϱίαν συνεγϱάψατο, πϱώτην ϰαì δευτέϱαν. Καì ἐν μὲν τῇ πϱώτῃ πολλὴν ϰατὰ τῆς ϰαϑαϱᾶς ἡμῶν τῶν Χϱιστιανῶν πίστεως ϰατασπείϱει βλασφημίαν, ϰαὶ τήν Ελληνιϰήν ἀποσεμνύνει δεισιδαιμονίαν, πολλὰ τῶν εὐσεβῶν βασιλέων ϰαϑαπτόμενος · ἐν δὲ τῇ δευτέϱᾳ, ἣν ϰαὶ νέαν ἒϰδοσιν ἐπιγϱάφει, τὴν μὲν πολλὴν ὕβϱιν ϰαὶ ἀσέλγειαν, ἣν ϰατά τῆς εὐσεβείας ἐσϰέδαζεν, ὑποτέμνεται, τò δὲ λοιπòν τῆς συγγϱαφῆς σῶμα συνείϱας νέαν ἒϰδοσιν, ὡς ἒφημεν, ἐπιγϱάφει, ἒτι πολλὰ τῆς ἐϰεῖσε λύσσης ὑποφαίνουσαν.

146 I, p. 159, l. 36 - p. 160, l. 38 :’Aμφοῖν δὲ τοῖς ἐϰδόσεσιν ἐν παλαιοῖς ἐνετύχομεν βιβλίοις, ἰδίως ἑϰατέϱαν ἐν ἑτέϱῳ τεύχει ϰαὶ ἑτέϱῳ συντεταγμένην. Je ne suis pas seul à trouver étrange la traduction de R. HENRY, I, pp. 159-160 : « Nous avons trouvé ces deux éditions dans de vieux exemplaires ; dans l’un, chacune des deux était à part ; dans l’autre, elles étaient combinées ». Voir R. GOULET, Sur la chronologie de la vie et des oeuvres d’Eunape de Sardes, dans Journal of Hellenic Studies, 100 (1980), p. 68.

147 I, p. 160, ll. 38-4 :’Eξ ὦν αὐτῶν ϰαὶ τὴν διαφοϱὰν ἀναλεξάμενοι ἒγνωμεν. Συμβαίνει οὗν ἐν τῇ νέᾳ ἐϰδόσει πολλὰ τῶν χωϱίων διὰ γεγενημένας τῶν ῥητῶν πεϱιϰοπὰς ἀσαφῶς ἐϰϰεῖσϑαι, ϰαίτοι φϱοντιστής ἐσϱι τοῦ σαφοῦς · ἀλλ’ ὃτῳ τϱόπῳ λέγειν οὐϰ ἒχω, μὴ ϰαλῶς ϰατὰ τὰς πεϱιϰοπὰς ἁϱμόσας τοὺς λόγους ἐν τῇ δευτέϱᾳ ἐϰδόσει τòν νοῦν λυμαίνεται χῶν ἀναγινωσϰομένων. Il ne m’appartient pas de montrer si oui ou non Eunape a donné deux éditions de son oeuvre. Le pour et le contre ont été soutenus. Voir R. GOULET (o.l., pp. 69-71), d’après qui la réalité de cette réédition serait impossible à démontrer. Pour trancher la question, Photios en était réduit aux conjectures qu’il pouvait tirer de l’état des textes. Nous ne sommes pas sûrs qu’Eunape lui-même ait donné à son livre le titre surprenant de « nouvelles publications ». D’autre part, les négligences dans les raccords que souligne Photios dans la rédaction de la seconde « publication nouvelle » semblent peu compatibles avec les règles artistiques que s’imposait un écrivain soucieux de clarté. J’aurais une inclination pour le principe d’explication suivant. La seconde édition de la Chronique a passé entre les mains de censeurs peu intelligents et conséquents, qui ont procédé à des coupes anarchiques. C’était un des moyens de la faire passer à la postérité. Le hasard réunit dans une bibliothèque l’oeuvre originale et le volume retouché. Selon toute vraisemblance, l’intitulé était, pour l’une comme pour l’autre, le fait des copistes.

148 I, p. 158, ll. 36-4.

149 I, p. 159. ll. 12-25. Voir R. HENRY, I, p. 201 (n. complémentaire à la p. 159), à propos des mots ϰοϱαϰώδης et ἀλεϰτϱυώδης cités respectivement ll. 15 et 13 (ἀλεϰτϱυονώδης).

150 I, p. 158, 1. 4 - p. 159, l. 12 : Οὗτος ό Εὐνάπιος Σαϱδιανòς μὲν γένος ἐστί (τὰς γὰϱ ἐν Λυδίᾳ Σάϱδεις ἒσχε πατϱίδα), δυσσεβὴς δὲ τὴν ϑϱησϰείαν ὢν (τὰ Ελλήνων γὰϱ ἐτίμα), τοὺς μὲν εὐσεβείᾳ τὴν βασιλείαν ϰοσμήσαντας παντὶ τϱόπῳ ϰαὶ ἀνέδην ϰαϰίζων διασύϱει, ϰαὶ μάλιστά γε τòν μέγαν Κωνσταντῖνον, ἐξαίϱει δὲ τούς δυσσεβεῖς, ϰαὶ τῶν ἄλλων πλέον ’Iουλιανòν τòν παϱαβάτην, ϰαὶ σχεδόν τι τò τῆς ἱστοϱίας αὐτῷ εἰς τò ἐϰείνου ἐγϰώμιον συντεϑὲν ἐξεπονήϑη. On lit toujours les restes de la Chronique dans MÜLLER (Fragmenta Historicorum Graecorum, IV, pp. 11-56). Aucun des fragments conservés n’est la source directe des informations de Photios.

151 La Soudu n’a pas conservé de notice sur le personnage et aucun fragment de lui n’a été recueilli dans les Excerpta de Constantin Porphyrogénète. Voir B. BALDWIN, Olympiodorus of Thebes, dans L’Antiquité Classique, 49 (1980), p. 213, n. 3.

152 I, p. 166. ll. 12-14 : Οὗτος ὁ συγγϱαφεὺς Θηβαῖος μέν ἐστιν, ἐϰ τῶν πϱòς Αἴγυπτον Θηβῶν τò γένος ἔχων, ποιητής, ὡς αὑτός φησι, τò ἐπιτήδευμα, Eλλην τὴν ϑϱησϰείαν (...). Voir aussi ZOSIME, V, 27, 1 et l’article de MARTINDALE, PLRE, s.v. Olympiodorus (of Thebes) 1, pp. 798-799.

153 I, p. 166, ll. 18-19 : οὐ συγγϱαφὴν αὐτῷ ταῦτα ϰατασϰευασϑῆναι, ἀλλὰ ὕλην συγγϱαφῆς ἑϰποϱισϑῆναι (…).

154 I, p. 166, ll. 15-17 et 1. 20 - p. 167, 1. 25.

155 I, p. 167, ll. 25-29 : Ὕλην δὲ αὐτòς ἰστοϱίας ταῦτα ϰαλῶν, ὅμως ϰαὶ λόγοις διαιϱεῖ ϰαὶ πϱοοιμίοις πειϱᾶται ϰοσμεῖν, ϰαὶ πϱòς Θεοδόσιον τòν βασιλέα, ὃς ἀνεψιός ἐχϱημάτιζεν Oνωϱίου ϰαὶ Πλαϰιδίας, ’Aϱϰαδίου δὲ παῖς, πϱòς τοῦτον τὴν ἱστοϱίαν ἀναφωνεῖ. Dans cette avalanche de références parentales, Photios a perdu le fil grammatical de la phrase : ainsi s’explique la répétition de la locution prépositionnelle πϱòς τοῦτον, intraduisible en français.

156 I, p. 166, 11. 8-12 : Aϱχεται ἀπò τῆς Oνωϱίου τοῦ βασιλέως Pώμης τῆς ὑπατείας τò ἕβδομον ϰαὶ Θεοδοσίου τò δεύτεϱον, ϰατέϱχεται δὲ μέχϱις ὅτου Βαλεντινιανòς ὁ Πλαϰιδίας ϰαὶ Κωνσταντίνου παῖς εἰς τὴν βασίλειον τῆς Pώμης ἀνεϱϱήϑη ἀϱχήν.

157 HÄDICKE, dans son article Olympiodoros (11), dans R.-E., XXXV (1939), col. 202 ; H. HUNGER, o.l., I, p. 281 ; B. BALDWIN, o.l., p. 212.

158 I, p. 167, ll. 30-34 : Διαλαμβάνει τοίνυν πεϱὶ Στελίχωνος, ὅσην τε πεϱιεβέβλητο δύναμιν, ϰαταστὰς ἐπίτϱοπος τῶν παίδων ’Aϱϰαδίου ϰαὶ Oνωϱίου ὑπ’ αὐτοῦ τοῦ πατϱòς αὐτῶν Θεοδοσίου τοῦ μεγάλου, ϰαὶ ὡς Σεϱῆναν νόμῳ γάμου ἠγάγετο, Θεοδοσίου ϰαὶ ταύτην ϰατεγγυήσαντος (...) et ll. 39-41 ϰαὶ ὅτι μιαιφόνῳ ϰαὶ ἁπανϑϱώπῳ σπουδῇ, ὃν αὐτòς τῷ βασιλεῖ πϱοσῳϰείωσε, τòν διὰ ξίφους ὑπέμεινε ϑάνατον. Le mot μιαιφόνω serait un emprunt textuel, d’après B. BALDWIN, o.l., p. 226.

159 Fr. PASCHOUD, dans son édition de l’Histoire nouvelle de ZOSIME, II, 2, Paris, 1979, p. 473 (n. 214 complémentaire à II, 59, 4, p. 330) ; A. PIGANIOL, L’empire chrétien, Paris, 1947, p. 269 ; E. STEIN, o.l., 1, p. 218.

160 E. STEIN, o.l., I, p. 253 avec la note 177 du t. 2 des commentaires, p. 554.

161 I, p. 173, 11. 35-39 : ὅτι διαλαμβάνει πεϱὶ Δονάτου ϰαὶ πεϱὶ τῶν Oὔννων, ϰαὶ πεϱὶ τῶν ϱηγῶν αυτῶν τῆς εὐφυεστάτης τοξείας, ϰαὶ ὡς πϱòς αὐτοὺς ϰαὶ Δόνατον ὁ ἱστοϱιϰòς ἐπϱέσβευσε. Καὶ τὴν διὰ ϑαλάσσης αὑτοῦ πλάνην ἐϰτϱαγῳδεῖ ϰαὶ τòν ϰίνδυνον (...) ἐν οἷς ϰαὶ ἡ πϱώτη τῆς ἱστοϱίας δεϰάλογος. L’emploi du mot Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgηγών mérite d’être souligné. C’est un des latinismes qui caractérisent la manière de l’écrivain. Le chef hun Donat est mal connu. L’ambassade d’Olympiodore eut lieu, semble-t-il, vers 412, et peut-être la responsabilité lui en fut-elle confiée en raison de ses connaissances linguistiques. Voir B. BALDWIN, o.l., p. 214. Entre les deux passages traduits, Photios a narré l’assassinat de Donat. Le savant canadien marque (ibid. n. 6) le rapprochement avec la carrière de Nonnosos. Sur le roman d’espionnage que l’on a bâti sur cet épisode, voir la n. 7.

162 I, p. 177, ll. 23-25 : Oτι ὁ ἱστοϱιϰός φησι παϱὰ Οὐαλεϱίου τινòς τῶν ἐπισήμων ἀϰοῦσαι πεϱὶ ἀνδϱιάντων ἀϱγυϱῶν τετελεσμένων εἰς βαϱβάϱων ἀποϰώλυσιν.

163 I, p. 177, ll. 39-2 : ῟Ων ἀνδϱιάντων ἀναληφϑέντων πάϱαυτα ϰαὶ μετ’ ὀλίγας ἡμέϱας πϱῶτον μὲν τò Γότϑων ἔϑνος πᾶσαν ἐπιτϱέχει τὴν Θϱᾴϰην, ἔμελλε δὲ μιϰϱòν ὕστεϱον ϰαὶ τò τῶν Oὔννων ϰαὶ τò τῶν Σαϱματῶν ϰαταδϱαμεῖσϑαι τό τε ’Iλλυϱιϰòν ϰαὶ αὐτὴν τὴν Θϱᾴϰην.

164 Associé par Honorius le 8 février 421, il mourut le 2 septembre, sans avoir été reconnu par Théodose II et la cour de Constantinople. D’après R. HENRY, I, p. 177, n. 1, Valère a été gouverneur de Thrace en 421. Pour les faits précédents, voir E. STEIN, o.l., I, p. 274.

165 E. STEIN, o.l.. I, pp. 190-191.

166 J.F. MATTHEWS, Olympiodorus of Thebes and the History of the West (A.D. 407-425), dans The Journal of Roman Studies, 60 (1970), p. 96, n. 18. E.A. THOMPSON, Olympiodorus of Thebes, dans Classical Quarterly, 38 (1944), pp. 43-52, n’envisage pas la question.

167 Constance mourut le 3 novembre 361. E. STEIN, o.l., I, pp. 157-158.

168 En 377, le comes rei militaris per Thracias était un certain Lupicinus : E. STEIN, o.l., I, p. 188. Je crois impossible de déterminer le grade exact qu’avait le vieux Valère.

169 I, p. 176, ll. 36-22.

170 Voir infra ici même.

171 I, p. 177, ll. 6-10 : Oτι ὁ ἱστοϱιϰòς πεϱὶ τοῦ οἰϰείου διαλαμβάνων διάπλου πολλὰ παϑεῖν ϰαὶ δυστυχῆσαί φησι. Λέγει δὲ ϰαὶ εἰς ’Aϑήνας ϰατᾶϱαι, ϰαὶ τῇ αὐτοῦ σπουδῇ ϰαὶ ἐπιμελείᾳ εἰς τòν σοφιστιϰòν ϑϱόνον ἀναχϑῆναι Λεόντιον οὔπω ἐϑέλοντα.

172 I, p. 178, ll. 14-30.

173 HÄDICKE, o.l., col. 401 ; MARTINDALE, PLRE, p. 799 ; R. HENRY, I, p. 177, n. 4. À ce sujet, lire encore la brève indication de B. BALDWIN, o.l., p. 214.

174 Pace R. HENRY, I, p. 179, n. 3, il faut revenir pour I, p. 179, ll. 7-10 au texte proposé par Dindorf : Oτι ζητήματος ἐν ταῖς ’Aϑήναις ἀναϰύψαντος πεϱὶ τῶν ϰεϰωλωμένων βιβλίων μαϑεῖν τοῖς ἐπιζηχοῦσι τò μέτϱον τοῦ ϰώλου. Φιλτάτιος ὁ τοῦ ἱστοϱιϰοῦ ἑταῖϱος εὐφυῶς πεϱὶ γϱαμματιϰὴν ἔχων, τοῦτο ἐπέδειξε ϰαὶ εὐδοϰιμήσας τυγχάνει παϱὰ τῶν πολιτῶν εἰϰόνος. Voir déjà R. HÄDICKE, o.l., coll. 201-202 ; H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, dans leur édition de la Théologie platonicienne de Proclos, I, Paris, 1968, p. xlviii, n. 1 et, plus longuement, P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin, Paris, 1971, p. 115 avec les notes 24-25. La seule difficulté du texte réside dans l’emploi du participe ϰεϰωλωμένων que l’on peut lire sous une retouche du manuscrit A. R. Henry a raison de souligner que le copiste scrupuleux mais fort ignorant du manuscrit ne devait pas avoir lu dans son modèle ϰεϰωλισμένων. Est-ce une raison suffisante pour rejeter ϰεϰωλωμένων et ϰώλου de A au profit de la lectio facilior pour le sens, ϰεϰολλημένου et ϰόλλου, donnée par B ? On voit mal, dans ce second cas, pourquoi son érudition littéraire eût procuré à Philtatios des connaissances aussi spéciales en matière de fabrication des livres. S’impose incontestablement l’explication des spécialistes qui décèlent dans le présent passage une allusion au style de copie des textes per cola et commata, c’est-à-dire en membres de phrase de longueur à peu près égale en tenant compte du sens. Autre chose est de montrer que l’on doit nécessairement faire violence à la graphie adoptée par A. Ecrire que le verbe ϰωλίζω n’est pas d’un emploi fréquent est une litote : le L.S.J.9 ne trouve à offrir que trois occurrences. Deux figurent dans la suscription d’un manuscrit d’Aristophane du xie siècle (Marcianus 474) sous la forme ϰεϰώλισται. On trouvera le texte de la suscription dans R. CANTARELLA. Aristofane. Le commedie. II, Milan, s.d. [1953], p. 60, n. 41, avec une description très claire, p. 59 : « il testo del poeta era metricamente suddiviso e analizzato, col sussidio di un sistema di segni e di accorgimenti nella disposizione grafica dei versi e dei ϰῶλα ». La technique remonte au 1er siècle de notre ère, et le mérite de l’invention revient au grammairien Héliodore, dans la ligne de l’enseignement d’Aristophane de Byzance. Pour d’autres références, voir p. 59, n. 33 et p. 60, n. 41. Pour des occurrences plus tardives du verbe, voir les passages de Proclos cités dans P. LEMERLE (o.l., p. 116 et les notes 26-27).

175 P. LEMERLE, o.l., p. 115.

176 H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, l.l.

177 I, p. 181, ll. 1-2 : Oτι ϰατὰ ϑάλασσαν πολλὰ παϑὼν συγγϱαφεὺς μόλις διασᾠζεται.

178 I, p. 181, l. 2 - p. 182, 1. 8.

179 I, p. 182, ll. 9-15 : Oτι ἱστοϱιϰός φησι διάγοντος αὐτοῦ ϰατὰ τὰς Θήβας ϰαὶ τὴν Σοήνην ἱστοϱίας ἕνεϰα, ἐν ἐπιϑυμίᾳ γενέσϑαι τοὺς φυλάϱχους ϰαὶ πϱοφήτας τῶν ϰατὰ τὴν Τάλμιν βαϱβάϱων, ἤτοι τῶν Βλεμμύων, τῆς ἐντυχίας αὐτοῦ · ἐϰίνει γὰϱ αὐτοὺς ἐπὶ τοῦτο φήμη. Καὶ ἔλαβόν με, φησί, μέχϱι αὐτῆς τῆς Τάλμεως, ὥστε ϰἀϰείνους τοὺς χώϱους ἱστοϱῆσαι (...) 22-26 Παϱὰ τούτους τούς χώϱους φησὶ ϰαὶ σμαϱάγδου μέταλλα εἶναι μαϑεῖν, ἐξ ὧν τοῖς Αἰγυπτίων βασιλεῦσιν σμάϱαγδος ἐπλεόναζε. Kαὶ ταῦτα, φησίν, οἱ πϱοφῆται τῶν βαϱβάϱων πϱοὔτϱεπόν με ϑεάσασϑαι · ἀλλοὐϰ ἦν τοῦτο δυνατòν γενέσϑαι χωϱὶς βασιλιϰῆς πϱοστάξεως.

180 HÄDICKE, o.l., col. 201 ; n. HUNGER, o.l., I, p. 281.

181 MARTINDALE, PLRE. p. 799.

182 I, p. 185, ll. 18-22 : Oτι ἕϰαστος τῶν μεγάλων οἴϰων τῆς Pώμης, ὥς φησιν, ἅπαντα εἶχεν ἐν ἑαυτῷ ὁπόσα πόλις σύμμετϱος ἠδύνατο ἔχειν, ἱππόδϱομον ϰαὶ φόϱους ϰαὶ ναοὺς ϰαὶ πηγὰς ϰαὶ λουτϱὰ διάφοϱα. Διò ϰαὶ συγγϱαφεὺς ἀπεφϑέγξατο ·
« 
Εἷς δόμος ἄστυ πέλει · πόλις ἄστεα μυϱία ϰεύϑει ».
Sur le passage d’Olympiodore à Rome, voir B. BALDWIN, o.l., p. 215. Le vers est construit sur une double inclusion : celle d’une ville contenue dans un seul palais et par conséquent, celle d’une cité, c’est-à-dire Rome, contenant autant de villes en réduction que de palais. C’est pourquoi la traduction de R. HENRY (ad. l.) ne rend pas justice à l’hexamètre : « Une seule maison est une ville ; chaque cité cache mille cités ! ».

183 Les seules études que je connaisse sur Candidos sont fort maigres : HARTMANN, dans son article Candidus (9) de R.-E. III, 2 (1889), coll. 1474 et H. HUNGER, o.l., I, p. 285 ; les fragments sont publiés en dernier lieu dans MÜLLER, FHG, IV, pp. 135-137. Le premier n’est autre que le présent cod. 79 de la Bibliothèque, le second est représenté par un article de la Souda (X 245 s.v. χειϱίζω) où il est question des dépenses de l’empereur Zénon.

184 I, p. 162, ll. 14-19 : Eστι δὲ πατϱίδος μὲν ’Iσαυϱίας, ὡς αὐτός φησι, τῆς Τϱαχείας, ἐπιτήδευμα δὲ ἔσχεν ὑπογϱαφεὺς τῶν ἐν ’Iσαύϱοις πλεῖστον ἰσχυσάντων. Τήν δὲ ϑϱησϰείαν χϱιστιανός ἧν ϰαὶ ὀϱϑόδοξος · τήν τε γὰϱ τετάϱτην σύνοδον ἐπαίνοις στέφει, ϰαὶ τοὺς ϰατ’ αὐτῆς ϰαινοτομοῦντας ϰαϑάπτεται διϰαίως.

185 L’indication bibliographique figure en I, p. 161, 1. 4.

186 Pour un exposé élémentaire des faits, on se reportera à G. OSTROGORSKY, Histoire de l’État byzantin, Paris (trad. J. GOUILLARD), 1956, pp. 90-91. C’est à l’un d’entre eux, l’Alain Aspar que Marcien (450-457) et surtout Léon 1er (451-474) durent la couronne.

187 I, p. 162, ll. 29-31 : Οὗτος ἰσχυϱίζεται τὴν ’Iσαυϱίαν ἀπò τοῦ ’Hσαῦ λαβεῖν τὴν ἐπωνυμίαν.

188 I, p. 163, 1. 20 - p. 164, 1. 22 : Λεπτομεϱής τε τῆς ’Iσαύϱων γενεαλογίας ἀφήγησις. ϰαὶ ὡς εἴησαν ἀπόγονοι τοῦ ’Hσαῦ, πολλὴ σπουδὴ ϰαὶ διήγησις.

189 Le monophysisme exprimait les tendances séparatistes des parties orientales de l’Empire (Égypte, Syrie) et, en dépit des mesures répressives, il avait à la cour des protecteurs éminents. Ainsi, le patriarche monophysite Timothée Élure, nommé à Alexandrie en 457, put compter, jusqu’à sa déposition en 460, sur l’appui d’Aspar en personne (E. STEIN, o.l., I, p. 355). Quant à Zénon. il promulgua en 482 le célèbre Hénotique à l’instigation de deux monophysites : choix funeste qui allait contribuer à creuser le fossé entre les deux moitiés de l’Empire (E. STEIN, o.l., II, pp. 25-39).

190 I, p. 162, ll. 12-14 : Ποιεῖται μὲν ὁ συγγϱαφεύς, ὡς εἴϱηται, ἀϱχὴν τῆς ἱστοϱίας τὴν ἀϱχὴν τῆς Λέοντος βασιλείας, τελευτᾷ δὲ εἰς τὴν ἀναγόϱευσιν ’Aναστασίου.

191 De son vrai nom Tarasicodissa, Zénon introduisit l’ethnie des Isauriens dans la politique constantinopolitaine du jour où, à l’appel du faible Léon, il accepta de s’allier à l’Empire et reçut la main de la princesse impériale Ariane (I, p. 163, ll. 38-42 ; G. OSTROGORSKY, o.l., p. 91 ; E. STEIN,, o.l., I, p. 358 et p. 590, n. 47 : le mariage fut célébré au plus tard en 467).

192 E. STEIN, o.l., II, p. 9.

193 I, p. 164, ll. 29-30 : Πεϱί τε τῆς ’Iσαύϱων ἐν Κωνσταντινουπόλει ἀμυϑήτου σφαγῆς. Les faits ont suivi le départ en exil de Zénon, le 9 janvier 475. Voir E. STEIN, o.l., I, p. 591.

194 E. STEIN, o.l., I, p. 364 ; l’intervention d’Illous est rappelée I, p. 164, ll. 39-1.

195 I, p. 164, ll. 6-7 : Καὶ ὡς Iλλους συνέφη Ζήνωνι εἰς φιλίαν, ϰαὶ πάλιν ἀναλαβεῖν παϱεσϰεύασε τὴν βασιλείαν. On est tout surpris de lire, chez E. STEIN, o.l., I, p. 364 et p. 592, n. 73*, que, renversé après la trahison d’Armatus, l’usurpateur Basilisc, frère de Vérine, belle-mère de Zénon, fut relégué avec sa famille en Cappadoce, où on les laissa mourir de faim. Le grand savant autrichien ne cite pas I, p. 165, ll. 9-11, pas plus que I, p. 160, ll. 13-15 (Malchos) : dans ces deux passages, les exécutions eurent lieu à l’épée.

196 I, p. 165, ll. 16-18 : ‛Ως Iλλους πολλὰ τῇ Pωμαίων συνήνεγϰε πολιτείᾳ ταῖς τε ϰατὰ πόλεμον ἀνδϱαγαϑίαις ϰαὶ ταῖς ϰατὰ πόλιν φιλοτιμίαις τε ϰαὶ διϰαιοπϱαγίαις.

197 I, p. 165, ll. 24-30 : ‛Ω ς ’Aλανός τις Iλλουν ἀνελεῖν βουληϑεὶς ϰαὶ πλήξας ’Eπινίϰιον εἶπεν, ὃς ἦν οἰϰεῖος Βηϱίνῃ, τὴν ἀναίϱεσιν ὑποϑέσϑαι · ϰαὶ ὡς ἐξεδόϑη ’Eπινίϰιος Iλλῳ ϰαὶ ὡς ὑποσχέσει ϰαὶ ἀμνηστίας ϰαὶ εὐεϱγεσιῶν ἐξεῖπε πάντα ’Eπινίϰιος ὅσα ἐπεβούλευε Βηϱῖνα ϰατὰ Iλλου ϰαὶ ὡς Ζήνων διὰ τοῦτο Βηϱῖναν ἐϰδίδωσιν, ὁ δὲ αὐτὴν εἰς φϱούϱιον Κιλιϰίας ὑπεϱοϱίσας ἠσφαλίσατο. Les faits sont évoqués, avec indication des sources parallèles, dans E. STEIN, o.l., II, p. 10.

198 I, p. 165, ll. 31-32 : ‛Ως Παμπϱεπίῳ τῷ δυσσεβεῖ διὰ Μάϱσου Iλλους φιλωϑεὶς ἅπαντα ϰατὰ μιϰϱòν συνέχει τὰ αὐτοῦ. La traduction de R. Henry en ce passage ne paraît pas être au-dessus de toute critique : « Il raconte qu’Illous se lia d’amitié, grâce à Marsus, avec l’hérétique Pamprépius et ruina peu à peu sa situation. » Pamprépios n’avait rien d’un hérétique, mais il était au contraire un païen convaincu, lié du reste à l’école néo-platonicienne. Voir E. STEIN, o.l., II, p. 23 ; A. CAMERON, Wandering Poets : A literary Movement in Byzantine Egypt. dans Historia, 14 (1965), p. 499. Sur le personnage, qui est bien connu, existe un article célèbre de H. GRÉGOIRE, Au camp d’un Wallenstein byzantin, dans le Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 24 (1929), pp. 22-38. À propos de l’influence qu’exerça le païen sur Illous, voir DAMASCIOS, Vie d’Isidore, § 109, p. 150 Zintzen = cod. 242, VI, p. 30, ll. 9-12. Pamprépios arriva à Constantinople au printemps de 476 (E. STEIN, o.l., II, p. 9 ; A. CAMERON, ll.) et fut gratifié de faveurs exceptionnelles à partir de 479. Je ne crois pas d’autre part que l’on doive lire dans les présentes lignes les signes annonciateurs de la catastrophe d’Illous (elle n’eut lieu, après maintes péripéties, qu’une dizaine d’années plus tard, en 488). Comme on va le voir ici même, Candidos s’apprête à relater de nouveaux faits méritoires d’Illous à l’égard de Zénon ; en outre, ni le verbe συνέχω ni le pronom αυτού (il eût fallu ατού) ne justifient que l’on doive interpréter le passage comme une allusion aux difficultés et à l’échec que connut Illous en poussant Léonce à revendiquer la pourpre : guerre civile de 482-488, voir sur les faits notamment E. STEIN, o.l., II, pp. 28-31.

199 I, p. 165, 1. 32 - p. 166, 1. 35 : les faits datent de la fin de 379 probablement (E. STEIN, o.l, II, pp. 15-16), quand Marcien avait tenté de soulever Constantinople pour renverser Zénon. Créature de Léon 1er, Anthémios avait été dépêché à Rome pour prendre la place laissée vacante le 14 novembre 465 par la mort de l’empereur Libius Sévère. Il régna à partir du 12 avril 467 avant d’être chassé par Olybrius et Ricimer, et tué enfin, sous les habits d’un mendiant, le 11 juillet 472 (E. STEIN, o.l., I, pp. 389-395).

200 I, p. 166, ll. 35-37 : ϰαὶ ϰϱατήσαντος Ζήνωνος δι’ Iλλου πϱεσβύτεϱος μὲν Μαϱϰιανòς ἐχειϱοτονήϑη, ὁ δὲ Πϱοϰόπιος πϱòς Θεοδώϱιχον τòν ἐν Θϱᾴϰῃ διέφυγε. Pour les faits, voir E. STEIN, o.l., IL pp. 15-16.

201 I, p. 166, ll. 40-41 : Καὶ ὡς ἡ πϱòς Iλλουν ἔχϑϱα τῷ βασιλεῖ συνέστη ϰαὶ ηὐξήϑη. Le lecteur de l’original avait peut-être droit ici à un retour en arrière. La haine de Zénon remonte haut en réalité, au moins aux premiers temps où, grâce à Illous, il fut rétabli sur le trône, après expulsion de l’usurpateur Basiliscos a la lin d’août 476 (E. STEIN, o.l, I, p. 364 ; IL p. 8).

202 I, p. 166, ll. 1-5 : O δὲ τϱίτος ἄλλα τε πεϱιέχει ϰαὶ ὡς εἰς τò ἐμφανὲς Iλλους ἐπαναστὰς Ζήνωνι βασιλέα Λεόντιον σὺν Βηϱίνῃ ἀνεῖπεν, ὅπως τε δυσπϱαγήσαντες ἐπολιοϱϰήϑησαν ϰαὶ ἁλόντες ἀπετμήϑηοαν, ϰαὶ τἄλλα ἕως τῆς Ζήνωνος τελευτῆς. L’usurpateur Léonce fut couronné à Tarse le 19 juillet 484 (E. STEIN, o.l., II, p. 29), et le château de Papirius où l’antiempereur et son suppôt Illous avaient trouvé refuge ne fut pris par trahison qu’en 488 (ibid., p. 31).

203 Ainsi en I, p. 165, ll. 19-24 où il est question de la disparition juridique et politique de l’Empire romain d’Occident en 476. Candidos n’en traitait que dans la mesure où, à l’occasion d’une ambassade envoyée simultanément par les Gaulois révoltés et Odoacre, Zénon fut amené à marquer son penchant en faveur du second.

204 Sur l’origine ethnique de Basiliscos, voir E. STEIN, o.l.. I, p. 390.

205 Sans doute Pamprépios joua-t-il de son influence sur Illous pour favoriser les derniers cénacles néo-platoniciens d’Asie ; Illous à son tour pouvait tirer parti de cette alliance contre nature du paganisme et du chalcédonisme (le mot n’a ici aucun sens spécialement théologique) afin de bouter dehors l’ennemi commun, le monophysisme tout puissant à la cour. C’était là un détour habile pour ramener à l’orthodoxie les régions d’Asie où l’hérésie avait conquis de vastes territoires. Les plans sont admirablement analysés par E. STEIN, o.l., II, pp. 23-24.

206 R. HENRY, I, p. 164, n. 1 : « Cette étymologie est sans doute propre à l’auteur. »

207 Souda, I, 465 s.v. ’Iωάννης · Φιλαδελφεὺς Λυδός. Οὗτος ἔγϱαψε Πεϱὶ μηνῶν βιβλίον ἓν ϰαὶ Πεϱὶ διοσημειῶν ἕχεϱον ϰαὶ ἄλλων ὑποϑέσεων μαϑημαϑιϰῶν. Πϱοσομιλεῖ δὲ ταῦτα Γαβϱιηλίῳ τινὶ ὑπάϱχῳ. À part l’identité de l’écrivain, l’article ne donne qu’une liste incomplète d’oeuvres, où l’on a reconnu les traités De mensibus et De ostentis. Pour le dernier renseignement, l’état actuel des textes rend la vérification impossible. Du De mensibus, nous ne possédons plus guère que des fragments (voir SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1041). Le De ostentis, ainsi d’ailleurs que le De magistratibus, dont je parlerai plus loin, n’a été exhumé à peu près au complet qu’en 1823 par Hase, grâce à l’invention du manuscrit C (Regius Parisinus Suppl. cat. cod. Gr. 257 du ixe ou xe siècle). On peut lire l’histoire de cette reconstitution par C. WACHSMUTH (dans son édition de LYDUS, De ostentis, Leipzig, 1897, pp. viii-xii). Malheureusement, dans le préambule, « nonnulla interciderunt, quibus Lydus exposuit sua quidem aetate vulgo plane reici omnem hanc de ostentis doctrinam, sed non recte » (C. WACHSMUTH, o.l., p. 5). On peut croire que l’adresse au personnage figurait sur une des feuilles perdues. Nous connaissons un Gabriel, préfet de la ville en 543 : voir E. STEIN, Histoire du Bas-Empire, II, Paris-Bruxelles-Amsterdam, 1949, p. 441, n. 4. C’est peut-être lui qui a fait l’objet d’une épigramme de Léontios le Scholastique, dit « Minotaure », et en a composé une à son tour, à propos d’une poivrière. Toutes deux sont conservées dans l’Anthologie de PLANUDE, 32 et 208. Voir la note de R. AUBRETON, dans l’édition par R.A. et F. BUFFIÈRE de l’Anthologie grecque, 2e partie, Anthologie de Pianude, t. XIII, Paris, 1980, p. 238 (n. complémentaire ad n° 32, p. 95).

208 II, p. 187, ll. 30-32 : ’Aνεγνώσϑη ’Iωάννου Λαυϱενχίου Φιλαδελφέως τοῦ Λυδοῦ πϱαγμαχείας τϱεῖς, Πεϱὶ διοσημειῶν, Πεϱὶ μηνῶν, Πεϱὶ ἀϱχῶν πολιχιϰῶν. R. HENRY (II, p. 187) traduit « Jean Laurentius », comme si le second nom était un cognomen. En fait. Laurentios était, d’après les spécialistes, le nom du père de l’écrivain : SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 1041 ; E. STEIN, o.l., II, p. 730, n. 1. Les autres sources l’appellent simplement Jean.

209 C. WACHSMUTH, o.l., p. xxi.

210 Le succès de la Bibliothèque est bien attesté par le nombre des manuscrits byzantins, contenant tantôt l’oeuvre intégrale, tantôt des parties importantes ou des codices isolés. Voir R. HENRY, I, pp. xxvi-xxvii. L’extrême délabrement et l’exiguïté de la tradition ne permettent pas de retracer l’histoire du texte de Jean. Le nom Laurentios est mentionné, par exemple, dans certains manuscrits datés de périodes allant du xive au xviie siècle et contenant le De ostentis (voir C. WACHSMUTH, o.l., pp. xii et xvi). Le plus ancien d’entre eux, C (symbolisé par O pour le De magistratibus, voir supra, n. 1) ne le donnait pas. En revanche O2, une copie de ce témoin (fin du xviiie siècle) reproduit tous les noms de l’historien. Mais, avant le texte, le scribe citait une série de témoignages anciens sur le Lydien, parmi lesquels celui de Photios qui est manifestement la source des indications d’identité (R. WUENSCH, dans son édition de LYDUS, De magistratibus, Leipzig, 1903, p. xvii et n. 2). On sait d’autre part que la disparition de la plupart des manuscrits de Jean s’est produite au cours des viie et viiie siècles (R. WUENSCH, o.l., p. x). On ne peut donc être sûr que la notice de Photios n’ait, de façon analogue, fourni le nom de Laurentios, que l’on trouve dans les manuscrits lacuneux du De ostentis.

211 R. HENRY, II, p. 188, n. 3 : « Lydus a esquissé son autobiographie dans son traité Sur les magistratures. III, 26-30, texte qui est la source principale de Photius dans ce passage de son sommaire. »

212 II, p. 188, ll. 17-19 : ’Eστϱατεύσατο δ’ οὗτος ὁ ἀνὴϱ ὑπò τοῖς ὑπάϱχοις ἄγων ἡλιϰίας ϰα′, ἔτη μ′ διϰολόγος ὢν εἶτα ϰαὶ ματϱιϰουλάϱιος.

213 GGL, II, 2, p. 1041. KLOTZ, dans son article Lydos (7) de la R.-E., XIII (1927), col. 2210 commet une erreur identique. Tout l’article est d’ailleurs nettement insuffisant.

214 De magistratibus, III, 26, p. 113,11. 6-12 Wuensch : Eνα ϰαὶ εἰϰοστόν τῆς ἡλιϰίας ἄγων ἐνιαυτòν ἐπὶ τῆς Σεϰουνδιανοῦ ὑπατείας ἐϰ τῆς ἐνεγϰούσης με Φιλαδελφείας τῆς ὑπò Τμώλῳ ἐν Λυδίᾳ ϰειμένης παϱῆλϑον εἰς ταύτην τὴν εὐδαίμονα πόλιν · ϰαὶ πολλὰ μετ’ ἐμαυτοῦ σϰεψάμενος ἐπὶ τοὺς μεμοϱιαλίους τῆς αὐλῆς συνεῖδον ἐλϑεῖν ϰαὶ πϱòς στϱατείαν ἀναζώσασϑαι μετ’ ἐϰείνων. Comme on sait, le style du Lydien est truffé de difficultés : latinismes, termes juridiques, etc. Seul un spécialiste pourrait espérer traduire avec bonheur pareils textes. Le verbe συνοϱάω employé de la sorte appartient à la langue juridique. Voir LSJ s.v. qui, outre notre passage, trouve à citer des fragments papyrologiques et des articles du Code Justinien. Il faut évidemment entendre que Jean avait l’ambition de se faire engager dans les services de la chancellerie de la cour : W. ENSSLIN, dans son article Praefectuspraetorio (Nachträge) de la R.-E., XXII, 2 (1954), col. 2482.

215 Cette acception du mot, propre à la langue byzantine, paraît avoir échappé à la plupart des spécialistes. Pourtant, avec force références à l’appui, elle est clairement indiquée dans le Thesaurus, s.v. στϱατεία, qui reprend les indications de DU CANGE, Glossarium medine et infimae graecitatis, s.v. : Militia, munus quodvis. On lira de même s.v. στϱατεύω : milito, aliquo officio vel dignitate fungor. L’erreur a déjà été relevée par E. STEIN, o.l., II, p. 732 (suite de la n. 6 de la p. 731). Voir encore W. ENSSLIN, o.l., col. 2480.

216 De mag., III, 26, p. 113, 1. 20 - p. 114, 1. 4 : H δὲ τύχη μᾶλλον εἰς ταύτην με παϱωϑῆσαι τὴν λειτουϱγίαν σϰεψαμένη Ζωτιϰόν, πολίτην ἐμòν ϰαὶ χαίϱοντά μοι οὐ μετϱίως ἐπὶ τὴν ἐπαϱχότητα τῶν πϱαιτωϱίων ὑπò τῷ πάντων βασιλέων ἡμεϱωτάτῳ ’Aναστασίῳ πϱοήγαγεν, ὃς οὐ πείϑειν με μόνον, ἀλλὰ ϰαὶ ἀναγϰάζειν δυνάμενος τοῖς ταχυγϱάφοις τῆς ἀϱχῆς συνηϱίϑμησεν.

217 C’est-à-dire à la section ou au bureau des procès civils (De mag., III, 27, p. 114, 11. 14-19, avec l’interprétation d’E. STEIN, o.l., II, p. 730). Toutefois, à ce poste, il obtint, sans doute en raison du jeu des influences favorables, la double mission de veiller sur les regesta, tâche normale du chartularius, mais aussi sur les personalia et les cotidiana, qui relevaient en principe de la compétence du supérieur hiérarchique, l’adiutori W. ENSSLIN, o.l., col. 2491, avec le De mag., III, 27, p. 114. En outre, il joua, en cas d’appel, le rôle de traducteur des documents juridiques (ibid., III, 27, p. 114 1. 23 - p. 115, l. 9).

218 Dont le ressort était les affaires de droit pénal. Voir E. STEIN, o.l, II, p. 838 et De mag., III, 17, p. 104, II. 14-16 : « Ainsi, je me rappelle parfaitement, alors que je remplissais, au service des commentarienses, l’office de celui que l’on appelle chartularius (...) » Τοιγαϱοῦν ἐγὼ διαμέμνημαι τὴν τοῦ λεγομένου χαϱτουλαϱίου τηνιϰαῦτα χάϱιν πληϱῶν τοῖς ϰομμενταϱίοις (...) Lydos détenait déjà ce poste en 517, sous la préfecture de Serge (E. STEIN, o.l., II, p. 838). D’après l’historien autrichien, le texte pourrait bien être lacunaire : on devrait y ajouter un mot comme μαϑών. La suite mentionne comme objet du souvenir les disgrâces d’Apion et de Macédonios, qui datent respectivement des années 510 et 511 (E. STEIN, o.l., II, pp. 163 et 170), c’est-à-dire où Jean frappait aux portes des scrinia ou venait tout juste d’y être engagé. À mon sens toutefois, l’hypothèse d’une erreur ne peut être exclue. Le De mag. III a été rédigé près d’un demi-siècle après les événements (E. STEIN, o.l., II, p. 840 : entre 557 et 561). Le même historien relève que « l’ouvrage trahit une maladresse et une négligence séniles » (ibid., p. 734).

219 On connaît mal le système d’enseignement supérieur à Constantinople : au ve siècle, la chaire de doctrina romanae eloquentiae comportait trois oratores et dix grammatici (P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin, Paris, 1971, p. 63), placés sous autorité sénatoriale, c est-à-dire sous celle du préfet de la ville, dignitaire à toge et non fonctionnaire à ceinture. Sur cette distinction, voir G. DACRON, Naissance d’une capitale. Constantinople et ses institutions de 300 à 451, Paris, 1974, p. 142, n. 3 et p. 283. Pour le panégyrique, voir De mag., III, 28, p. 116, ll. 5-10.

220 Pour son activité d’historiographe, voir De mag., III, 28, p. 116, ll. 10-15. Cette dernière promotion a dû suivre d’assez près la victoire de Dara en 530, sanctionnée par les accords dits de la « Paix éternelle », signée en 532 mais qui entra en vigueur en 533 seulement. Sur ces faits, voir E. STEIN, o.l., II, p. 294.

221 C’est ce qu’écrivit Justinien, dans un acte transmis au préfet du prétoire, d’après le De mag., III, 29, p. 116, ll. 22-25 : « (...) bien que sa carrière se déroulât dans les tribunaux de Votre Supériorité selon les règles, il choisit en même temps de gagner sa vie dans les livres et de se consacrer entièrement à la culture (...). ϰαίτοι τῆς στϱατείας αὐτῷ τῆς ἐν τοῖς διϰαστηϱίοις τῆς οῆς ὑπεϱοχῆς ὀϱϑῶς φεϱομένης, ἑλέσϑαι μετ’ αυτής ϰαί τòν ἐν βιβλίοις ἀσϰῆσαι βίον ϰαὶ ὅλον ἑαυτòν ἀναϑεῖναι τοῖς λόγοις.

222 W. ENSSLIN, ο.l., col. 2488, ll. 47-52 ; E. STEIN, o.l., II, p. 731.

223 Après avoir été duc et augustal d’Égypte, ce personnage accéda à la préfecture du prétoire vers le milieu de 551 (E. STEIN, o.l, II, pp. 753-754) mais ne garda le poste qu’un an (ibid., p. 786).

224 De mag., III, 30, p. 119, ll. 5-11 : Ταύτην τὴν τιμὴν ἀντὶ πολλῶν χϱημάτων ἐϰ τοῦ διϰαστηϱίου, ἡγουμένων τῶν πάντα μοι γλυϰυτάτων ἑταίϱων ἐπὶ τὴν αὐλὴν ἀνεχώϱησα, στϱατευσάμενος τοὺς πάντας τεσσαϱάϰοντα ἐνιαυτοὺς πϱòς μησὶ τέτταϱσι · ϰαὶ τυχὼν τοῦ εἰωϑότος παϱὰ τῆς βασιλείας ἀξιώματος τοῖς πληϱοῦσιν ἐπιδίδοσϑαι αὖϑις ἐπὶ τὰ βιβλία παϱῆλϑον. Dans le ressort de la préfecture du prétoire d’Orient, les officiales du plus haut rang recevaient, au cours d’une audience impériale, la comitiva primi ordinis : W. ENSSLIN, o.l., col. 2487, 11. 54-64 ; E. STEIN, o.l, II, p. 731.

225 II, p. 188, ll. 19-21 : μεϑ’ ὃν χϱόνον ϰαὶ τὰς εἰϱημένας συγγϱάψαι λέγει πϱαγματείας ϰαὶ τῆς βασιλιϰῆς αὐλῆς ψήφῳ βασιλέως ἀξιωϑῆναι.

226 C’est également l’avis d’E. STEIN (o.l., II, p. 839). Comme il l’indique, il semble bien que R. WUENSCH (o.l., p. vi) commette le même type d’erreur. Pour l’ensemble des datations, on se reportera à R. WUENSCH (o.l., pp. vi-vii), avec les observations d’E. STEIN (o.l., II, pp. 839-840). La récurrence dans le traité des expressions analogues invite d’ailleurs à mettre en question l’opinion que l’on répète depuis longtemps sur la date de rédaction des ouvrages du Lydien. Précédemment, il nous dit qu’il prit l’office en grippe et qu’il s’adonna entièrement à la littérature (III, 28, p. 116, ll. 4-5). On l’a vu, ce fut Justinien lui-même, dans un document adressé au préfet du prétoire, qui l’autorisa à se consacrer à la littérature (III, 29, p. 116, 11. 24-25 et supra, n. 15). Sans doute Jean ne faisait-il pas le partage entre ses tâches d’enseignement et de recherche personnelle. Fruit d’une longue accumulation de dossiers, la composition des traités de ostentis et De mensibus a dû s’étendre sur de longues années, à la différence du De magistratibus, qui est, pour une bonne part, un livre d’humeur.

227 II, p. 188, ll. 21-24 : Χϱόνος δὲ ϰαϑ’ ὃν οὗτος ἐβίου, ’Aναστασίου ἥπτετο τῆς βασιλείας ϰαὶ τὴν ’Iουστίνου ἐπεϱαίου μετϱῶν ϰαὶ τοῦ μετ’ ἐϰεῖνον ’Iουστινιανοῦ.

228 On trouvera toutes les références dans l’index nominum de R. Wuensch.

229 II, p. 188, ll. 24-28 : Τὴν δὲ ϑϱησϰείαν ὁ ἀνὴϱ ἔοιϰε δεισιδαίμων εἶναι · σέβεται μὲν γὰϱ τὰ Eλλήνων ϰαὶ ϑειάζει, ϑειάζει δὲ ϰαὶ τὰ ἡμέτεϱα, μὴ διδοὺς τοῖς ἀναγινώσϰουσιν ἐϰ τοῦ Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgᾴστου συμβαλεῖν πότεϱον οὕτω νομίζων ϑειάζει ἢ ὡς ἐπὶ σϰηνῆς. On ne peut, je crois, mieux dire que R. HENRY, II, p. 224 (n. compl. ad. 1.) : « C’est sans doute la complaisance dont l’auteur témoigne pour les mythes dans son traité Sur les prodiges qui est à la base de cette suspicion de paganisme. » Pourtant, le prologue de l’ouvrage (pp. 3-5 Wuensch) commence par un recueil de péricopes scripturaires roulant sur le sujet.

230 DU CANGE, o.l., s.v., indiquée par R. HENRY, II, p. 188, n. 2.

231 Elle a duré dix ans (avant le 30 avril 531 jusqu’en mai 541), avec une interruption de quelques mois durant laquelle il fut remplacé par Phocas (du 25 janvier à la mi-octobre 532) : E. STEIN, o.l., II, p. 784.

232 Pour faire instruire un procès à la préfecture, l’usage était de verser aux officiales des sportules dont le montant avait fini par augmenter à telles enseignes qu’elles constituaient une lourde charge pour les administrés. « L’accès aux emplois de la préfecture fut donc rendu plus difficile, en même temps que leur attrait était diminué par la réduction des sportules qu’ils comportaient, ce qui eut pour conséquence d’abaisser progressivement, par voie d’extinction, le nombre des employés. » Voir E. STEIN, o.l., II, p. 438, d’où est tirée la citation.

233 De mag. III, 66, p. 157, ll. 6-16 : Eνϑεν ἀπόλωλεν ἡ τάξις, ϰαὶ πϱαγμάτων οὐϰ ὄντων ἀσχήμων ἐϱημία ϰατεϱϱύπωσε τò διϰαστήϱιον, οἰμωγαί τε ϰαὶ δάϰϱυα τῶν πϱòς τò πέϱας τῆς στϱατείας ἀφιϰνουμένων, εἰς γῆϱας ἄποϱον ϰαταφεϱομένων. Εἰϰότως οὗν οὐδεὶς ἐπὶ στϱατείαν ἀπήγγελλε, τò πϱὶν εἰωϑός, ὑπὲϱ χιλίους ϰατ’ ἔτος ἕϰαστον ταχογϱάφους στϱατευομένους τοῖς παυομένοις τῶν πόνων ϰαὶ μάλιστα τῷ λεγομένῳ ματϱιϰουλαϱίῳ — ἀντὶ τοῦ τῶν ϰαταλόγων φύλαϰι — πόϱον οὐ μιϰϱòν πεϱιποιεῖν. Καὶ ταύτης ἐγὼ μετέσχον τῆς ἀστοχίας, μηδὲ τὴν ἐφήμεϱον δαπάνην ἐν τῷ πληϱοῦν τὴν στϱατείαν εὑϱάμενος.

234 De mag., III, 67, p. 158, ll. 15-22 : Τò δὲ τῶν ϰαλουμένων ματϱιϰουλαϱίων Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgιζόϑεν ἀνασπασϑὲν ὄλωλε φϱόντισμα · ϰαὶ τί λέγω, αὐτῶν πάντων ϰαϑομαλοῦ μετὰ τò τῆς στϱατείας πέϱας ἐν ἀποϱίᾳ αἰσχϱᾷ ὀδυνηϱòν τòν λοιπòν τῆς ζωῆς χϱόνον παϱασυϱόντων. Τὴν οὖν στϱατείαν ἀπεϑέμην τεσσαϱάϰοντα ἐνιαυτοὺς πϱοσεδϱεύσας ϰαὶ μηδέν παϱὰ τὴν ἐπωνυμίαν τοῦ πληϱώματος ἀπενεγϰάμενος.

235 D’après W. ENSSLIN, dans son article Matricula de la XIV, 2 (1930), col. 2256, sur base des recherches d’E. STEIN, Untersuchungen über das Officium der Prätorianerpräfektur seit Diocletian, Vienne, 1922 (repr. Amsterdam, 1962), pp. 53-54 et p. 56.

236 Voir aussi E. STEIN, Untersuchungen..., pp. 60-61 et n. 1 de la p. 61.

237 On lit sous la plume de MARTINDALE (PLRE I, p. 614) : « If (as seems likely in view of his reputation) he had become an Augustalis, he will have reached the post of cornicularius at retirement ; if not, he will have been a primiscrinius ». Les hésitations de l’historien anglais paraissent peu pertinentes. Il eût pu lire d’un peu plus près les travaux de Stein sur la question ou le texte même de Jean. Au terme de son étude sur le cornicularius, l’écrivain revient à son cas personnel et se met à déplorer sur le ton de la tragédie, la dégradation du poste (III, 25, p. 112, ll. 4-11) : « Quant à traduire en phrases les faits qui s’ensuivirent, sans larmes, je ne le pourrais encore », selon le Pelée d’Euripide (fr. 621 nauck2). « Car après la perte de tous ces avantages, de même que des autres, j’ai connu aussi la misère de ce temps en arrivant au terme des grades de l’office, sans en avoir rien acquis que le nom ». « Tὰ δ’ ἔνϑεν οὐϰέτ’ ἂν φϱάσαι λόγῳ δαϰϱύων δυναίμην χωϱίς » ϰατὰ τòν Εὐϱιπίδην Πηλέα. Πάντων γὰϱ ἤδη πϱότεϱον τούτων, ὃν τϱόπον ϰαὶ τῶν ἄλλων, ἀπολομένων παϱαπέλαυσα ϰαὶ αὐτòς ἐγὼ τῆς ϰαϰοδαιμονίας τοῦ χϱόνου ϰαταντήσας εἰς τò πέϱας μηδὲν παϱὰ τὴν πϱοσηγοϱίαν ϰτησάμενος. Le contexte paraît bien montrer que Jean atteignit le grade de cornicularius.

238 Souligné à juste titre par MARTINDALE, l.l.

239 On trouvera les références dans LSJ, s.v. A l’époque qui nous occupe, l’État avait prévu et organisé un corps d’avocats comportant un nombre déterminé de membres (statuti) auxquels pouvaient venir s’ajouter des surnuméraires (supernumerarii). Leurs privilèges et immunités, ainsi que les devoirs de leur charge, faisaient l’objet de règles stipulées dans les ordonnances impériales. Voir KUBITSCHEK, dans son article Advocatus de la R.-E., I, 1 (1894), col. 438 ; E. DE RUGGIERO, Dizionario epigrafico di Antichità romane, I, Rome, 1895, s.v. Advocatus, p. 121.

240 De mag., III, 65, p. 156, ll. 14-21 : Oπως δὲ μὴ τυχòν ἐμπόδισμα ταῖς Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgᾳϑυμίαις ἐγγένοιτο, ἀπολέγει ϰαϑάπαξ τῷ τεμένει τῆς δίϰηςσήϰϱητον αὐτò ϰαλοῦσιν ἐν τοῖς διϰαστηϱίοιςφαίνεσϑαι μόνον ὑπομένων ἐν αὐτῷ, ὅτε πεϱιφεϱόμενος τῇ ἀμετϱίᾳ τῶν αιτίων τοὺς ἐπιφανεστάτους τῆς τάξεως ταῖς ποιναῖς ἐξέϑετο. Διϰαστὰς δὲ πϱοβάλλεται ἐπὶ τῆς βασιλέως στοᾶς, ὥστε ἐϰείνων τῶν ἐπὶ χϱήμασι διϰῶν ἀϰϱοωμένων, αὐτòν, οἷς ἔφϑημεν εἰπόντες, ἀγϱυπνεῖν. Voir la traduction de T.F. CARNEY, John the Lydian. On the Magistracies of the Roman Constitution De Magistratibus, 2e édition, s.l. (Lawrence, Kansas), 1971, p. 114.

241 E. STEIN, o.l., II, p. 470. Voir aussi De mag., III, 9, p. 96, ll. 1-8.

242 La création d’une instance coiffant les précédentes revenait de facto à une dégradation : E. STEIN, o.l., I, p. 72 « Le rang de chaque avocat dans le cadre du barreau dont il faisait partie était déterminé par son ancienneté, et le rang de chaque barreau, par celui de l’autorité auprès de laquelle il était immatriculé ».

243 De mag.. III, 66, p. 156, ll. 22-25 : Οὐϰ ἦν οὖν τò λοιπòν οὐ διϰηγόϱῳ σπουδὴ λόγῳ ϰοσμῆσαι τὴν συνηγοϱίαν πείϑειν ἄϱχοντα δυναμένῳ μέγιστον, οὐδενòς τò λοιπòν ἐπὶ σηϰϱήτου πϱαττομένου.

244 Le vocable διϰολόγος n’est pas employé fréquemment dans le De magistratibus. Je ne connais que deux autres occurrences (III, 8, p. 94, ll. 1-2 et 20, p. 109, 1. 4), mais elles n’apprennent rien. En tout cas, ce ne sont pas ces passages qui ont conduit Photios à faire du Lydien un avocat.

245 I, p. 77, ll. 20-22 : Μέμνηται δὲ ἐν τῷδε τῷ πϱώτῳ τοῦ βιβλίου λόγῳ ϰαὶ τὰ ϰατὰ ’Iουστινιανòν ίστοϱῆσαι · οὐ μὴν ἀλλὰ δῆλός ἐστιν ὡς ϰαὶ ἐφεξῆς τῶν δέϰα λόγων ἑτέϱους συνέταξε.

246 n. HUNGER. ο.l., I, p. 309. Les indications du savant autrichien donnent l’essentiel de ce que l’on peut connaître sur l’écrivain.

247 R. HENRY, I, p. 77 ad. 1.

248 Ch. DIEHL dans Ch. D. et G. MARÇAIS, Histoire du Moyen Age. III, Le monde oriental de 395 à 1081, Paris, 1936, p. 129. Les faits sont décrits avec force détails par P. GOUBERT, (Byzance avant l’Islam I : Byzance et l’Orient, Paris, 1951).

249 I, p. 76, 1. 13 - p. 77, 1. 20 : Aϱχεται δὲ ὁ πϱῶτος λόγος ἀπò τοῦ Πεϱσιϰοῦ πολέμου τοῦ συστάντος μετὰ τὴν διάλυσιν τῶν σπονδῶν ἃς ’Iουστινιανòς ὁ βασιλεὺς ϰαὶ Χοσϱόης ὁ Πεϱσῶν ἀλλήλοις ἔϑεντο, ἔλυσε δὲ Χοσϱόης τε αὐτòς ϰαὶ ’Iουστῖνος διάδοχος ’Iουστινιανοῦ ϰαταστάς, δευτέϱου ἔτους τῆς ἀϱχῆς αὐτοῦ πεϱαιουμένου. ’Aϱχόμενος δὲ ἐντεῦϑεν τῆς ἱστοϱίας ϰάτεισι μέχϱι δεϰάτου ἔτους αὐτοῦ τοῦ πολέμου.

250 On sait que la guerre précédente contre les Perses prit fin en 561 et que la paix dite « de cinquante ans », signée en 562, n’eut d’effets que pendant une décennie. On en peut lire les clauses dans P. GOUBERT (o.l., pp. 64-65).

251 Ce sont, je suppose, les mêmes constatations qui ont dicté à H. HUNGER (l.l.) les lignes que voici : « Theophanes (...) fügte seinen 10 Büchern noch eine Fortsetzung hinzu, die sich vermutlich auf spätere Ereignisse bezog ».

252 Cod. 65, I, p. 79, ll. 13-15 : ’Aνεγνώσϑη Θεοφυλάϰτου ἀπò ἐπαϱχων ϰαὶ ἀντιγϱαφέως ἱστοϱιῶν λόγοι ὀϰτώ. Eστι δὲ οὗτος ὁ Θεοφύλαϰτος τῷ γένει Αἰγύπτιος. Pour une caractérisation de la manière de l’historien, voir P. GOUBERT, Byzance avant l’Islam I : Byzance et l’Orient sous les successeurs de Justinien. L’empereur Maurice, Paris, 1951, pp. 12-13 ; N.G. WILSON, Scholars of Byzantium, Londres, 1973, pp. 59-60. L’origine du surnom « Simocatta » reste inconnue. Voir K. KRUMBACHER, Geschichte der Byzantinischen Litteratur, 2e édition, Munich, 1897, p. 248 (Handbuch de I. von MÜLLER, IX. 1). Théophylacte rédigea encore un recueil de lettres fictives (N.G. WILSON, o.l., p. 212), un traité Sur différents problèmes de physique et leur solution (K. KRUMBACHER, o.l., p. 247) et Sur la prédestination (voir P. MORAUX, Le début inédit de l’ouvrage de Théophylacte Simocatta sur la prédestination, dans Hommages à Claire Préaux, Bruxelles, 1975, pp. 234-244, et p. 235, n. 1 pour les références aux éditions partielles existantes). Le titre de ce dernier traité (ibid., p. 241) rappelle le surnom « Simocatta ».

253 Voir, par exemple, C. DE BOOR, Theophylacti Simocattae Historiae, 2e édition par P. WIRTH, Stuttgart, 1972, p. 22 pour le livre I : Θεοφυλάϰτου ἀπò ἐπάϱχων ϰαὶ ἀντιγϱαφέως Οἰϰουμενιϰῆς ἱστοϱίας βιβλίον A′.

254 I, p. 80, n. 1.

255 H. HUNGER, o.l., I, p. 313.

256 THÉOPHYLACTE, VII, 16, 10, pp. 274-275 De Boor-Wirth : Οὐϰ ἂν δὲ πεϱιοψόμεϑα ταῦτα δὴ τὰ παϱάδοξα διηγήματα, πεϱὶ τούτου δὴ τοῦ ποταμοῦ ϰαὶ τοῖς πϱò ἡμῶν πεφιλοσόφηται ἄϱιστα · ἕλϰοντες γὰϱ τò γένος ἐντεῦϑεν εἰϰότως τοῖς πεϱὶ τοῦ Νείλου διηγήμασιν οὐϰ ἀπϱοσφόϱως φιλοχωϱήσωμεν. Le passage est signalé par H. HUNGER, l.l.. En revanche, Photios n’a pas relevé au passage que Théophylacte (VIII, 13, 12, p. 310) se déclarait parent de l’Augustalis Petros. Rien de plus logique. La note n’est guère susceptible d’intéresser qu’un prosopographe de profession, et, au surplus, elle n’apprenait rien de vraiment concret.

257 Du reste, l’ampleur du compte rendu (I, p. 79, 1. 13 - p. 98, 1. 14) plaide dans le même sens.

258 On sait qu’il n’existe pas encore d’édition scientifique de l’Histoire ecclésiastique de Socrate. On doit toujours se reporter à celle que procura Henry de Valois en 1668, reproduite dans PG 67 (coll. 33 A-841 B). L’ouvrage commence par l’abdication de Dioclétien en 305 et s’arrête en 439 (J. QUASTEN, o.l., III, p. 745).

259 On la consultera dans l’édition de J. BIDEZ-L. PARMENTIER, The Ecclesiastical History of Evagrius with the Scholia, Londres, 1898. Elle couvre la période de 431 à 594 (B. ALTANER, o.l.. p. 351).

260 À consulter dans l’édition Bidez-Hansen, Leipzig. 1960 (GCS 50). Elle porte sur la période allant de 324 à 439 (BIDEZ-HANSEN, o.l., p. xliv).

261 À consulter dans l’édition de L. Parmentier, Leipzig, 1911 (GCS 19). L’ouvrage commence au début de la crise arienne (323) et s’achève avec l’année 428, soit à la date où mourut Théodore de Mopsueste et où Nestorius fut élu au siège de Constantinople (L. PARMENTIER, o.l., p. cii). L’ouvrage du savant liégeois a fait l’objet d’une réédition par les soins de M. Scheidweiler (Berlin, 1954). Je n’ai pas pu la consulter.

262 Ce sont les codd. 9-13 (I, p. 10, 1. 18 - p. 11, 1. 12). Certains de ces livres sont signalés par le seul Photios et ils ne sont pas faciles à identifier. Voir W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 76-78, et ici même pp. 316-318.

263 Cod. 17, I, p. 12, 1. 39 et p. 13, 1. 7.

264 I, p. 16, ll. 16-20 : O δὲ συγγϱαφεὺς παϱὰ ’Aμμωνίῳ ϰαὶ Eλλαδίῳ τοῖς ’Aλεξανδϱεῦσι γϱαμματιϰοῖς φοιτῶν ἔτι παῖς ὢν τὰ τῆς γϱαμματιϰῆς ἐδιδάσϰετο, ἑλληνισταῖς οὖσι ϰαὶ διὰ στάσιν ἐϰπεσοῦσι τῆς πατϱίδος ϰαὶ ἐν Κωνσταντινουπόλει διατϱίβουσι.

265 SOCRATE, Histoire ecclésiastique, V, 24 dans PG 67 col. 649 A : ’Eγὼ δὲ ἐν τῇ Κωνσταντίνου πόλει τὰς διατϱιβὰς ποιούμενος, ἐν ᾗ ἐτέχϑην τε ϰαὶ ἀνετϱάφην, τὰ ἐν αὐτῇ γενόμενα πλατύτεϱον διηγοῦμαι. Socrate ajoute qu’il eut la chance d’être le témoin visuel de beaucoup d’entre eux.

266 V, 16 dans PG 67, col. 605 A : Πολλοὶ δὲ ϰαὶ ἐϰ τῆς ’Aλεξανδϱείας ἔφυγον, ϰατὰ τὰς πόλεις μεϱιζόμενοι. ῟Ων ἦσαν οἱ δύο γϱαμματιϰοί, Eλλάδιος ϰαὶ ’Aμμώνιος, παϱ’ οἷς ἐγὼ ϰομιδῇ νέος ὢν ἐν τῇ Κωνσταντίνου πόλει ἐφοίτησα. Les faits relatés sont une conséquence de la destruction du Serapaeum d’Alexandrie en 391. ainsi que des temples de Mithra et de Dionysos. Voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 153. Helladios était prêtre de Zeus, et son confrère, d’un singe, comme l’écrit Socrate avec un profond mépris. Pas plus que H. DE VALOIS (l.l., n. 46), je ne sais quel dieu figuré sous les espèces d’un singe desservait Ammonios. Les informations et références de W.T. TREADGOLD, o.l., p. 61 ne sont pas complètes.

267 I, p. 17, ll. 40-41 : Οὗτος δὲ δίϰας ἦν λέγων ἐν Κωνσταντινουπόλει.

268 SOZOMÈNE, Histoire ecclésiastique, II, 8-9 et 10-11, p. 53, 1. 21 - p. 54, 1. 7 Bidez-Hansen.

269 II, 10, p. 53, II. 18-20 : Oἷov δὲ ’Αϰυλίνφ ὑπῆϱξεν, ἀνδϱì εἰσέτι νῦν ἡμῖν συνδιατϱίβοντι ϰαì ἐν τοῖς αὐτοῖς διϰαστηϱίοις δίϰας ἀγοϱεύοντι, τὰ μὲν παϱ’ αὐτοῦ ἀϰούσας, τὰ δέ ϰαì ϑεασάμενος, ἀναγϰαίως ἐϱῶ.

270 Voir, par exemple, J. BIDEZ-G.C. HANSEN, o.l.. pp. lxiv-lxvi ; J. QUASTEN, o.l., III. p. 748.

271 I, p. 17, 11. 35-36 : ’Ανεγνώσϑη Σαλαμανοῦ Eϱμείου Σωζομενοῦ σχολαστιϰοῦ ἐϰϰλησιαστιϰὴ ἰστοϱία ἐν λόγοις ϑ′. Photios est le seul à donner Σαλαμανοῦ, que d’autres sources transforment erronément en σαλαμινίου. Voir J. BIDEZ-G.C. HANSEN, o.l., p. xi et p. 1 ainsi que la longue note de G. GRILLET dans A.-J. FESTUGIÈRE, B.G. et G. SABBAH, édition de l’Histoire ecclésiastique de SOZOMÈNE, livres I II, Paris, 198.3, SC 306, p. 9, n. 2 (continuée p. 10).

272 I, p. 17, 11. 25-27 :’Ανεγνώσϑη Εὐαγϱίοῦ σχολαστιϰοῦ ἀπò ὑπάϱχων, πόλεως δὲ.’Επιφανεíας τῆς ϰατὰ τὴν ϰοίλην Συϱίαν, ἐϰϰλησιαστιϰὴ ἰστοϱία ἐν τόμοις ἕξ.

273 Bien vu par W.T. TREADGOLD (o.l.. pp. 59-60, avec la note 30 de la p. 59 continuée à la p. 60).

274 Voir J. BIDEZ-L. PARMENTIER, o.l., p. 3 pour le manuscrit A (Laurentianus, LXX, 23, de la fin du xiie siècle).

275 C’est ce que fait W.T. TREADGOLD, o.l., p. 59.

276 Souda, I, 348, s.v. : Ιμέϱιος ··’Αμεινίου Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgήτοϱος, Πϱουσιάδος τῆς Βιθυνίας, σοφιστὴς τῶν ἐπì ’Iουλιανοῦ τοῦ βασιλέως, ἀντιπαιδεύσας Πϱοαιϱεσίῳ ἐν ’Αϑήναις · πηϱòς τὰς ὄψεις ἐν γήϱα. Εγϱαψε μελέτας.

277 II, p. 140, 11. 42-4 : ’Aλλὰ τοιοῦτος ν ἐν τοῖς λόγοις ἀσεβής (ὡς δῆλόν) ἐστι τὴν ϑϱησϰείαν, εἱ ϰαì τοὺς λαϑϱαίους μιμεῖται τῶν ϰυνῶν ϰαϑ’ ἡμῶν ὑλαϰτῶν. Hϰμασε δὲ ἐπì Κωνσταντίου ϰαì τοῦ δυσσεβεστάτου ’Iουλιανοῦ, ϰαì τοῦ ἐν ’Αϑήνῃσι ϰατὰ Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgητοϱείαν πϱοὔστη διδασϰαλείου.

278 Photios (11. 30-42) ainsi que II, p. 136, 1. 27 - p. 137, 1. 3 vient de donner une longue critique de la technique oratoire d’Himérios.

279 Ar. COLONNA (Himerii declamationes et orationes cum deperditarum fragmentis, Rome, 1951, pp. xliv-lii) a rassemblé tous les témoignages utiles. Il ne m’appartient pas d’étudier ici les sources de l’article de la Souda.

280 C’est le cod. 243, VI, p. 56, 1. 22 - p. 126, I. 23. Elle est abondamment démontrée dans l’introduction du livre d’Ar. Colonna cité à la note précédente.

281 Les spécialistes de la période ne se prononcent pas avec précision sur les dates cardinales de la vie d’Himérios. Voir SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, pp. 1001-1002. D’après JONES-MARTINDALE-MORRIS (PLRE. I, Cambridge, 1971, s.v. Himerius 2, p. 436), il serait né au début du ive siècle.

282 Les procédés de la rhétorique rendent évidemment la recherche fort difficile. Le discours XXXIII Colonna (p. 142 In Phoebum Alexandriproconsulis filium = II, p. 138, I. 31 : Εἰς τòν ’Αλεξάνδϱου τοῦ ἀνϑυπάτου παῖδα Φοῖβον, cf. VI, Ρ· 123, 1. 20, où le nom du père est omis) a été prononcé devant le fils d’Alexandre 3 (PLRE, I, p. 40), qui fut proconsul de Constantinople en 342. Le discours XLVIII (p. 196 In Hermogenem Graeciae proconsulem = II, p. 139,1. 2 : Εἰς Εϱμογένην τòν τῆς Ελλάδος ἀνϑύπατον) est adressé à un haut personnage dont la carrière est esquissée dans le discours. Flavius Hermogenes 9 (PLRE, I, p. 424) fut sans doute conseiller de Constantin Ier (HIMÉRIOS, 48, 28-30, pp. 208-209), après avoir déjà servi à la cour sous Licinius (ibid., 18, p. 204). HIMÉRIOS (48, 33, p. 210, 1. 368) montre qu’il fut consul d’Achaïe. Dans les passages qu traitent allusivement de son cursus honorum, il n’est nulle part question pour lui d’un voyage en Occident. Or, l’Achaïe fut du ressort administratif de Constant II de 337 à 350, de Constance II, de 350 à 361. On peut donc croire qu’Hermogène exerça cette charge sous le second à une date impossible à déterminer mieux.

283 II, p. 138, 1. 35 = XXXIX, p. 159 Colonna Allocution à Julien et Musonius. Je traduis le titre latin de Colonna ; Photios écrit simplement ἑτέϱα λαλιά : les manuscrits donnent une hypothesis nettement plus complète :
C’est à Thessalonique qu’a eu lieu cette discussion à un moment où, répondant à l’appel de l’empereur Julien, il se rendait en hâte vers l’est, invité aux frais de l’État par la cité et ses chefs, le vicaire Musonius, ancien sophiste, et Calliopios, consulaire. Les dernières phrases sont adressées à Musonius, qui fut proconsul de l’Hellade, présent au moment de l’audition.
’Εν Θεσσαλονίϰῃ ταύτην διείλεϰται, ὁπηνίϰα ϰληθείς ὑπò τοῦ βασιλέως ’Ιουλίανοῦ ἐπì τὴν ἑῷαν ἠπείγετο, δημοσίᾳ παϱαϰληϑείς ὑπò τῆς πόλεως ϰαὶ τῶν ἀϱχόντων, Μουσωνίου βιϰαϱίοῦ τοῦ ἀπò σοφιστῶν ϰαὶ Καλλιοπίου ϰονσουλαϱίου. Τὰ τελευταῖα δὲ πϱòς Μουσώνιον ἀνϑύπατον γενόμɛνον τῆς ‛Ελλάδος, τῇ ἀϰϱοάσει τότε παϱαγενόμενον.
J. BIDEZ-Fr. CUMONT (Iuliani imperatoris Epistulae, leges, poematia, fragmenta varia, Paris, 1922, no 38, pp. 44-45) ne la reproduisent pas au complet. XL, p. 165 une Discussion à Philippes Διάλεξις ἐν Φιλίπποις. Colonna reproduit une partie du titre de la Bibliothèque où Photios ajoute (l. 36) τε ἀπῄει παϱὰ ’Iουλιανοῦ βασιλέως. L’Hypothesis du manuscrit R (Parisinus bibl. nat. Suppl. gr. 352, XIIIe s., voir COLONNA, o.l., pp. xxviii, xxxi et 165) explique que Cette discussion a fait l’objet d’une improvisation à Philippes, au moment où il partait pour le camp à l’appel de l’empereur Julien. Ταύτην ἐν Φιλίπποις διείλεϰται ἐξ αὐτοσχεδίου, ὄτε ἐπὶ τò στϱατόπεδον ἀπῄει ὑπò βασιλέως ϰληϑείς ’Iουλιανοῦ. XLI, p. 168 un discours prononcé à Constantinople ; Photios le décrit ainsi (ll. 37-39) : Ensuite (un discours) prononcé à Constantinople pour la ville même, l’empereur Julien et l’initiation mithriaque Εἶτα Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgηϑεìς ἐν Κωνσταντινουπόλει εἰς αὐτήν τε τὴν πόλιν ϰαì ’Ιουλιανòν τòν βασιλέα ϰαὶ εἰς τὴν Míϑϱoυ τελετήν. Les hypotheseis des manuscrits sont plus explicites :
Invité à une démonstration oratoire à Constantinople, lorsqu’il était en route pour le camp de l’empereur Julien qui l’avait appelé, ensuite, avant l’exhibition, initié aux mystères mithriaques, il avait tenu une discussion en l’honneur de la cité et du souverain qui avait jeté les fondements de l’initiation.
Δεῖξαι λόγους ἐν Κωνσταντινουπόλει τϱαπείς, τε εἰς τò τοῦ αὐτοϰϱάτοϱος ’Iουλιανοῦ στϱατόπεδον ϰληϑείς ἐποϱεύετο, εἶτα πϱò τὴς ἐπιδείξεως τελεσϑεìς τὰ Μιϑϱιαϰὰ μυστήϱια, εἴς τε τὴν πόλιν ϰαì τòν βασιλέα τòν ϰαì τὴν τελετὴν ἱδϱυσάμενον διείλεϰται.
Pour ces faits, on lira J. BIDEZ, La vie de l’empereur Julien, Paris, 1930 (n. tirage, 1965), pp. 220-221. A. PIGANIOL (L’empire chrétien, Paris, 1947, p. 117, n. 41) situe l’initiation d’Himérios durant l’hiver 361-362. La traduction de R. HENRY, ad. l. est à revoir, car elle est de nature à faire croire à l’existence d’un discours distinct sur l’initiation. LII A l’empereur Julien (p. 214 Colonna). Photios donne la description suivante : Ensuite, à l’adresse de l’empereur Julien (prononcé au moment où Himérios) s’apprête à prendre la voile (p. 139, 11. 5-6) Εἶτα πϱòς τòν βασιλέα ’Ιουλιανòν ἀπαίϱειν μέλλων. De ce discours, nous ne connaissons plus que le titre.

284 XVI Extemporalis, oh tumultum in schola coortum Colonna ; dans PHOTIOS, (II, p. 138, ll. 18-19) le titre est σχέδιον ἐφεξῆς ἐπì τῇ γενομένῃ στάσει ἐν τῇ διατϱιβῇ = VI, p. 111, ll. 18-19 ἐπì τῇ ϰατὰ τήν διατϱιβὴν στάσει σχέδιον.

285 LVIII In quemdam discipulum factum propter Neptuni oraculum = II, p. 139, ll. 10-11 : Εἰς τòν ἐϰ τοῦ χϱησμοῦ τοῦ Ποσειδῶνος φοιτήσαντα.

286 LXV Contra eos qui segniter orationes audiehant = II, p. 139, ll. 16-17 ἐπίπληξις τοῖς Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgᾳϑύμως ἀϰϱοωμένοις τῶν λόγων. Le titre de R que je traduis est : Εἰς τοὺς <ἑν> τῇ συμπληγάδι ντας ϰαì τῆς ἀϰϱοάσεως ἀπολιμπανομένους. Après lecture de ce qui reste du discours, j’avoue ne pas comprendre les titres ni de Colonna ni de Photios. Le savant italien paraît bien s’être contenté de traduire le titre du codex. On ne trouve pas trace d’étudiants indolents ou paresseux, mais bien contestataires.

287 LIX In cives ex Ionia peregrinos, 1, pp. 218-219C. : Iωνες οἱ ξένοι, γένος ’Αττιϰόν · φέϱε αὐτοῖς πϱò τοῦ τέττιγος τὴν μητϱόπολιν τῷ λόγῳ δείξωμεν. Μέλιττα γὰϱ ἀπιοῦσιν αῦτοῖς ἐπ ’Ιωνίαν ἡγήσατο, λόγος δ’ ἐϰεῖϑεν ἐπανιοῦσιν ’Aϑήναζε. ’Εγὼ ξεναγήσω μὲν ὑμᾶς ϰαὶ ἐπί τὰ μεγάλα τῶν πατέϱων γνωϱίσματα.

288 Les lettres de Libamos ne font que de fugitives allusions au rôle de professeur qui fut celui d’Himérios. Le passage qui évoque avec le plus de précision les relations entre les deux rhéteurs est dans EUNAPE, Vie des sophistes, 14 (Himérios), p. 81 Giangrande = test. V, p. LI Colonna :
Mais il (sc. Himérios) fit la traversée pour faire une démonstration devant l’empereur Julien, dans l’idée qu’à cause du ressentiment impérial vis-à-vis de Prohaeresios, il serait accueilli d’un oeil favorable et quand Julien eut abandonné l’homme, il prolongea son voyage puis, à la mort de Prohaeresios, il se hâta d’arriver à Athènes.
’Αλλὰ πϱòς τòν αὐτοϰϱάτοϱα διαβὰς ’Ιουλιανòν ϰατ’ ἐπίδειξιν, ὡς διὰ τήν ἐς Πϱοαιϱέσιον ἀχϑηδόνα τoῦ βασιλέως ἀσμένως ὀφϑησόμενος, ’Ιουλιανοῦ ϰαταλείποντος τò ἀνϑϱώπινον, ἐνδιέχϱιψε τῇ ἀποδημίᾳ, ϰαì Πϱοαιϱεσίου τελευτήσαντος, ’Aϑήναζε ἠπείγετο.
Il faut évidemment voir ici une conséquence de la loi scolaire du 17 juin 362 qui mit les chrétiens en demeure de choisir dans leur enseignement entre la Bible et Homère. Voir J. BIDEZ, o.l., pp. 263-264. On trouvera le texte de la loi dans J. BIDEZ-Fr. CUMONT, o.l., p. 70 (no 61b). Après promulgation de la loi, Prohaeresios, déjà fort âgé, quitta l’école sans y être vraiment contraint. Ces mésaventures n’empêchèrent pas le vieux sophiste de reprendre son enseignement probablement en 364, pratiquement jusqu’à sa mort à l’été de 369. Voir R. GOULET, Sur ta chronologie de la vie et des oeuvres d’Eunape de Sardes, dans Journal of Hellenic Studies, 100 (1980), pp. 61-63. Quant aux témoignages relevant de l’histoire ecclésiastique (SOCRATE, IV, 26 dans PG 67, col. 529 A ; SOZOMÈNE, VI, 17, p. 258 Bidez-Hansen = tt. VII et VIII, p. lii C.), ils ne font qu’indiquer hâtivement la formation rhétorique que reçurent ss. Basile de Césarée et Grégoire de Nazianze aux côtés de Prohaeresios, Himérios et Libanios.

289 Ce sont les discours 7 et 9 de l’édition Rochefort et 12 de Lacombrade (où la numérotation doit être lue XII au lieu de VII). L’athéisme sceptique des cyniques de son temps gênait Julien autant que la propagande en faveur du christianisme, parce que le jeune souverain visait à substituer à la métaphysique chrétienne celle des admirateurs de Jamblique. Sur ces points, voir J. BIDEZ, o.l., pp. 251-253.

290 JULIEN, 7 (Contre Héracleios), 18, p. 70 Rochefort : Πάλαι μὲν ον ὑμῖν ἐϑέμην ἐγὼ τοῦτο τò ὄνομα, νυνì δὲ αὐτò ἔοιϰα ϰαὶ γϱάφειν · ἀποταϰτίτας τινὰς ὀνομάζουσιν οἱ δυσσεβεῖς Γαλιλαῖοι · τούτων οἱ πλείους μιϰϱὰ πϱοέμενοι πολλὰ πάνυ, μᾶλλον δὲ τὰ πάντα πανταχόϑεν ξυγϰομίζουσι, ϰαì πϱοσϰτῶνται τò τιμᾶσϑαι ϰαὶ δοϱυφοϱεῖσθαι ϰαὶ ϑεϱαπεύεσϑαι. Τοιοῦτόν τι ϰαὶ τò ὑμέτεϱον ἔϱγον ἐστί, πλήν ἴσως τοῦ χϱηματίζεσϑαι, τοῦτο δὲ οὐ παϱ’ ὑμᾶς γίγνεται, παϱ’ ἡμᾶς δέ · συνετώτεϱοι γάϱ ἐσμεν τῶν ἀνοήτων ἐϰείνων, ἴσως δὲ ϰαὶ διὰ τò μηδὲν ὑμῖν εἶναι πϱόσχημα τοῦ φοϱολογεῖν εὐπϱοσώπως, ὁποῖον ἐϰεíνοις, ἣν λέγουσιν οὐϰ’ οἶδ’ πως ἐλεημοσύνην, τὰ δ’ ἀλλὰ γε πάντα ἐστίν ὑμῖν τε ϰἀϰείνοις παϱαπλήσια.

291 HIMÉRIOS, XLI (In urbem Constantinopolim), 1, p. 168 C :
Pour Hélios-Mithra, nous nous sommes purifié l’âme et, pour l’empereur qui leur est cher, nous sommes entrés désormais, grâce à des dieux, dans une confrérie de dieux. Joignons-y donc, en guise de flambeau, la flamme d’un discours en l’honneur tant de l’empereur que de la cité. Car une loi attique enjoint aux mystes de porter à Eleusis feu et prémices, qui symbolisent une vie civilisée ; pour nous, mystes, un discours précédera nos actions de grâce, s’il est vrai qu’à nos yeux, Apollon est le même qu’Hélios et que les discours sont enfants d’Apollon.
Ηλίῳ Μίϑϱᾳ ψυχὴν ϰαϑάϱαντες ϰαì βασιλεῖ τῷ φίλῷ ϑεοῖς ἤδη διὰ ϑεῶν συγγενόμενοι, φέϱε τινὰ τῷ τε βασιλεῖ ϰαὶ τῇ πόλει ἀντì λαμπάδος ἀνάψωμεν. ’Αττιϰòς μὲν γὰϱ νόμος ’Ελευσῖνάδε φῶς μύστας φέϱειν ϰελεύει ϰαὶ δϱάγματα, ἡμέϱου βίου γνωϱίσματα · τοῖς δὲ ἡμετέϱοις μύσταις λόγος πϱοϰείσϑω τὰ χαϱιστήϱια, εἴπεϱ ὁ αὐτòς’ Απόλλων, οἶμαι, ϰαὶ Ηλιος, λόγοι δὲ παῖδες ’Aπόλλωνος.
Le rapprochement λαμπάδος ἀνάψωμεν montre qu’Himérios jouait sur la double acception du verbe qu’il est impossible de rendre en français autrement que par une périphrase.

292 D’après PLRE, I, p. 81 c’est à lui qu’aurait peut-être été destiné le discours LVII (p. 218 In Aphobium advenan = II, p. 139, 11. 9-10 : Εἰς ’Aφόβιον νέηλυν). JULIEN (Lettres, 79, p. 87, I. 11 Bidez) le cite en tant que persécuteur des païens. Pourtant, d’après COLONNA, o.l., p. 10 (apparat) le nom lui-même serait mal attesté.

293 Voir PLRE I, pp. 722-724. C’est le discours LI (p. 213 In Praetextatum Graeciae proconsulem et in familiares = II p. 139, II. 4-5 : Εἰς τòν ἀνϑύπατον τῆς Ελλάδος Πϱαιτέϰστατον ϰαὶ τος ἐταίϱους dont ne subiste plus que le titre. Le personnage est bien connu, notamment comme traducteur en latin d’une paraphrase des Analytiques d’Aristote et protagoniste des Saturnales de Macrobe (E. STEIN, o.l., I, p. 214). Il fut un des conseillers de Julien dans sa tentative de restauration (E. STEIN, o.l., I, p. 163) et il continua à lutter en faveur du paganisme sous Valens (ibid. p. 163).

294 C’est ce que souligne J. BIDEZ (o.l., p. 81) à propos d’un étrange personnage dont Julien fit l’éloge dans sa lettre 79 : évêque arien d’Ilion dont il détruisit les sanctuaires païens, il réussit à donner le change en 354 au futur empereur qu’il pilotait dans la région puis, sous son règne, il devint prêtre d’Hélios en donnant le frisson à ses supérieurs hiérarchiques par son attitude ambiguë : « Les conflits religieux du ive siècle virent rôder aux frontières des partis beaucoup de ces aventuriers, toujours prêts à passer d’un côté ou de l’autre au gré de la victoire ou des calculs que leur suggéraient les circonstances du sort ».

295 « Ce qui semble propre à Julien, c’est que sa triade divine contient des réminiscences de la trinité chrétienne » et plus loin « les chrétiens faisaient un rapprochement (...), en appelant la Vierge Marie une ‘nouvelle Cybèle’ » (J. BIDEZ, o.l., p. 253).

296 A. PIGANIOL (o.l., p. 239) écrit à propos de Thémistios : « Personne de moins fanatique ; il correspond avec Libanius et avec Grégoire de Nazianze ; il prend sous Valens le parti des nicéniens persécutés. Il dit (...) qu’on peut approcher Dieu par différentes routes. C’est pourquoi il réclame la tolérance, la liberté de la pensée, ἐλευϑέϱα γνώμη ; on ne peut obliger personne à aimer Dieu. Il s’est écarté de Julien quand celui-ci a voulu fonder une église païenne. »

297 Malgré un paganisme bien connu. Libanios entretint d’excellents rapports avec, par exemple, l’empereur Théodose I, qui lui conféra en 383 le titre de préfet du prétoire honoraire et dont il reçut des lettres élogieuses : P. PETIT, dans l’édition des Discours I de Libanios (Autobiographie) par J. MARTIN et P.P., Paris, 1979, p. xiii. Comme Thémistios, il en vint même à prendre la défense de chrétiens persécutés par esprit de fanatisme : « Mais quand on en vint à persécuter ceux qui avaient acheté sous Constance des temples désaffectés et mis à l’encan et qu’on leur imposa des restitutions arbitraires, alors Libanios mit en pratique dès 363 la tolérance qu’il devait plus tard invoquer auprès de Théodose : plusieurs lettres prennent leur défense auprès du gouverneur de Syrie Alexandre, païen fanatique et borné. » (ibid., p. xxviii).

298 Cod. 101, II, p. 70,11. 7-10 : ’Aνεγνώσϑη Βιϰτωϱίνου τοῦ Λαμπαδίου (’Αντιοχεὺς δὲ οὗτος) ὑπατιϰοί λόγοι διάφοϱοι, ϰαì βασιλιϰοί δὲ εἰς Ζήνωνα τòν βασιλέα, ἐφ’ οὗ ϰαì εἰς βαϑὺ γῆϱας ἦν ἐληλαϰώς.

299 J R. MARTINDALE, PLRE, II, pp. 1161-1162, s.v. Victorinus 2.

300 II, p. 70, ll. 10-11.

301 Au cod. 100 (II, p. 70, 11. 4-5), consacré aux Exercices oratoires de l’empereur Hadrien, Photios n’a trouvé à relever que les qualités de style.

302 Arabios est très probablement un surnom. Voir D. STROUT-Ruth FRENCH, dans l’article Phrynichos (8) de R.-E., XX, 1 (1941), col. 920 ; SCHMID-STÄHLIN GGL II, 2, p. 874.

303 II, p. 115, 1. 18 - p. 118, 1. 37. Si l’on excepte l’une ou l’autre confidence (ainsi, au livre V, dédié à un certain Ménodore, II, p. 116, 11. 34-39, sur les maladies que subit Phrynichos durant la rédaction), rien de tout ceci ne regarde vraiment l’histoire littéraire, car les personnages sont en grande majorité de parfaits inconnus. Voir R. HENRY, II, p. 116, nn. 1-3 ; p. 117, pp. 1-3.

304 Souda Φ 764 s.v. : Φϱύνιχος · Βιϑυνòς σοφιστής. ’Αττιϰιστὴν ἢ πεϱì ’Αττιϰῶν βιβλία β′ τιϑɛμένων συναγωγήν, Σοφιστιϰῆς Παϱασϰευῆς βιβλία μζ′, οἱ δὲ οδ′. Je ne comprends pas la leçon retenue par A. Adler ὑπ’ ’Αττιϰῶν. Si elle est bien celle des manuscrits, elle s’explique par l’action conjuguée de l’iotacisme et d’une mauvaise interprétation d’abréviation. Le premier chiffre pour la Préparation sophistique est erroné (ΛΛ pour A). Voir D. STROUT-R. FRENCH, o.l., col. 924 ; I. DE BORRIES, Phrynichi Sophistae Praeparatio sophistica, Leipzig, 1911, p. xv. Quant à la variante 74, elle résulte probablement d’une lecture trop rapide de la préface, interprétée correctement par Photios (voir infra).

305 Certains d’entre eux ont fait l’objet d’articles dans la Souda. Naturellement, les spécialistes les disent tirés de l’« Épitomé » d Hésychios. Voir pour Helladios, cod. 145, II, p. 110, ll. 40-12 = Souda, E 732 s.v. Eλλάδιος ; pour Ailios Denys d’Halicarnasse, cod. 152, II, p. 112, l. 21 - p. 113, 1. 40 = Δ 1171 s.v. Διονύσιος ; pour Pausanias, cod. 153, II, p. 113, 1. 42 - p. 114, l. 12 = Π 819 s.v. Παυσανίας. Les fragments d’Ailios Denys et de Pausanias ont été recueillis par H. ERBSE, Untersuchungen zu den attizistischen Lexica, Berlin. 1950, pp. 95-151 (Denys) et 152-221 (Pausanias).

306 Cod. 158, II, p. 115, ll. 4-5 : Ηϰμασε δὲ ἀνὴϱ ἐν τοῖς χϱόνοις Μάϱϰου βασιλέως Ρωμαίων ϰαì τοῦ παιδòς αυτοῦ Κομμòδου.

307 II, p. 115, ll. 6-15 : πϱòς v ϰαì τὴν ἀπαϱχὴν τοῦ συντάγματος ποιεῖται ἐπιγϱάφων · « Κομμόδῳ Καíσαϱι Φϱύνιχος χαίϱειν ». ’Aλλὰ Κομμόδῳ τò βιβλίον πϱοσφωνῶν ϰἀϰείνῳ πϱοοιμιαζόμενος, ϰαì παϱαίνεσιν φιλομαϑίας ϰατατιϑέμενος, ϰαì ἐξαίϱων τῷ λόγῳ τò βιβλίον, ἐν οἷς λέγει λζαὐτῷ μέχϱι τοῦ τότε ϰαιϱοῦ συντετάχϑαι λόγους, οὓς ϰαὶ ἀναϑέσιϑαι λέγει τῷ βασιλεῖ, ἐπαγγέλλεται ϰαὶ ἄλλους τοσούτους φιλοπονήσασϑαι τῆς ζωῆς αὐτόν οὐϰ ἀπολιμπανούσης. Ημεῖς δέ, ὡς ἒφημεν, ἕξ ϰαὶ τϱιάϰοντα μόνους ἀνέγνωμεν, ἀπò τοῦ πεϱιλαμβάνοντας μέχϱι τοῦ . ’Aλλεἰ ϰαὶ τῷ βασιλεῖ φησι τοὺς λόγους ἀναϑεῖναι, ὃμως διαφόϱοις αυτούς φαίνεται πϱοσπεφωνηϰώς.

308 Eug. ALBERTINI, L’Empire romain, 4e édition, Paris, 1970, p. 205.

309 Je synthétise le développement de I. DE BORRIES (ο.l., pp. viii-xii). Le raisonnement a l’approbation de SCHMID-STÄHLIN (GGL, II, 2, pp. 875-876). D. STROUTR. FRENCH (o.l.. col. 924) n’envisagent pas la question de la date.

310 La distribution du corpus en 36 livres qu’allègue Photios pose un petit problème. Sans doute ne faut-il pas supposer qu’il put disposer seulement d’un exemplaire mutilé : deux des livres peuvent avoir été fondus en un seul.

311 Cod. 178, II, p. 182, ll. 41-1 : ’Aνεγνώσϑη Διοσϰουϱίδου πεϱὶ ὕλης βιβλίον ζ’ λόγοις διῃϱημένον. Il n’y a pas à commenter le titre retenu par Photios : c’est celui qu’offrent nombre de manuscrits des plus anciens. Voir SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 454.

312 Dont la substance est analysée II, p. 182, ll. 1-15.

313 Dont la matière est décrite respectivement II, p. 182, ll. 15-17 et ll. 17-21.

314 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 454. L’Antiquité connut au moins quatre Dioscoride. Dioscoride l’Hérophiléen, surnommé Phacas, qui vécut à l’époque de Cléopâtre ; le nôtre, contemporain de Néron ; un autre, qui était de Tarse ; enfin, celui d’Alexandrie, qui fut en activité peu avant Galien et prépara une édition d’Hippocrate munie d’un glossaire. Voir SCHMID-STÄHLIN, ibid., p. 453, n. 4. On s’explique que la Souda Δ 1206 s.v. Διοσϰουϱίδης (Hésychios ?) ait confondu le premier et le second :
d’Anazarbe, médecin surnommé « Phakas », en raison des lentilles qu’il avait sur l’oeil. Il vivait à la cour de Cléopâtre au temps d’Antoine. Il a écrit 24 livres, tous des traités médicaux célèbres.
’Αναζαϱβεύς, ἰατϱòς ὁ ἐπιϰληϑεìς Φαϰᾶς διὰ τος ἐπί τῆς ὄψεως φαϰούς. Συνῆν δὲ Κλεοπάτϱᾳ ἐπ’ ’Αντωνίου. Γέγϱαππαι αὐτῷ βιβλία ϰδ′, τὰ πάντα ἰατϱιϰά πεϱιβόητα.

315 II, p. 184, ll. 11-13 : Eστι δὲ ὁ ἀνήϱ, ὡς ϰαì Γαληνòς ἐπιμαϱτύϱεται, ’Aναζαϱβεύς.’Εγώ δὲ ἐνέτυχόν τισιν οἴ Πεδάνιον ἅμα ϰαì ’Αναζαϱβέα ταῖς ἐπιγϱαφαῖς ἐπεϰάλουν.

316 Où toutefois figure la précision « matière médicale » (ἰατϱιϰή). Voir M. WELLMANN, Pedanii Dioscuridis Anazarbei De materia medica quinque, II, Berlin, 1906, pp. VI-XIV. Sur l’origine du nom Pedanius, voir SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 453 : Dioscoride servit peut-être dans sa jeunesse comme médecin militaire. La préface du traité n’était pas de nature à autoriser des conclusions biographiques autrement précises. Dioscoride y rendait hommage à son collègue, l’Asclépiade Laecanius Areios de Tarse, l’ami de C. Laecanius Bassus, qui fut consul en 64 pCn. Voir DIOSCORIDE, Préface, 4 et surtout, pour les identifications, M. WELLMANN, dans l’article Dioskurides (12) de R.-E., V, 1 (1903), col. 1134. Que, contrairement à l’habitude, Photios n’en fasse pas état n’a pas grande signification. Il procède tout autrement, à vrai dire, pour le traité L’homme de l’archiatre Théon d’Alexandrie (cod. 220, III, p. 139, 1. 25 - p. 140, 1. 5), dédié à un certain Théoctistos, dont je ne sais rien (l. 26). Mais Photios semble bien avoir lu à la file une série de traités médicaux, d’Oribase notamment. Or, dans chacun, le destinataire est noté soigneusement : Julien l’Apostat pour les deux premiers (cod. 216, III, p. 131, 1. 39 ; cod. 217, III, p. 132, 11. 27-28), Eustathe, fils d’Oribase (cod. 218, III, p. 134, 1. 31) et enfin l’historien Eunape de Sardes (cod. 219, III, p. 137, 1. 17), que Photios avait lu auparavant (cod. 77, I, p. 158, l. 34 - p. 160, 1. 4) et dont il connaissait sans doute le goût pour la médecine. Notre lecteur avait donc toute raison d’attacher du prix à pareilles indications, qui ressuscitaient la vie d’une époque. Le précédent d’Oribase induisit à faire de même pour Théon. Quant au volumineux traité d’Aitios d’Amida (cod. 221, III, p. 140, 1. 8 - p. 152,1. 32), dont il n’existe pas à ce jour d’édition pour le texte grec intégral, il ne renfermait pas de dédicace.

317 XI, p. 794 (préface) et livre XI, 2 in XII, p. 330 Kühn.

318 Voir VIII, p. 214, 11. 2-3, que j’ai traduit dans la première partie, p. 70.

319 Souda, I 26, s.v. : ’Ιάμβλιχος. Οὗτος, ὥς φασιν, ἀπò δούλων ἦν, ἔγϱαψε δὲ τὰ ϰαλούμενα Βαβυλωνιαϰά (ἔστι δὲ Ροδάνου ϰαì Σινωνίδος ἔϱως ἐν βιβλίοις λϑ′). Οὗτος λέγει πεϱì Ζωβαϱᾶ τοῦ εὐνούχου τοῦ ἐϱαστού τῆς Μεσοποταμίας τῆς εὐειδεστάτης. D’après I. FLACH, Hesychii Onomatologi quae super sunt, Leipzig, 1882, p. 101 (n.), la dernière phrase ne viendrait pas d’Hésychios. Le résumé de Photios permet de vérifier, au moins partiellement, l’exactitude du contenu de l’article. Au cod. 94, II, p. 46, ll. 32-34 on lit : Mais Zobaras, qui avait bu à une fontaine d’amour et était épris de Mésopotamia, la sauve (...).O δέ Ζοβάϱας ἀπò πηγῆς ἐϱωτιϰῆς πιὼν ϰαì τῷ Μεσοποταμίας ἔϱωτι σχεϑείς, σᾠζει τε ταύτην (...). Selon R. HENRY, II, p. 46, n. 1 : « Le fr. 42 parle des effets de l’amour sur les eunuques, mais rien n’indique qu’il faille le rattacher précisément ici. » E. ROHDE, Der griechische Roman..., p. 375, n. 1 croit que l’image de la fontaine n’est pas pure rhétorique. C’est sans doute ainsi qu’il faut l’entendre en effet. On trouve un peu plus loin une phrase qui a tout l’air, au moins pour ces deux personnages secondaires, d’être un « happy end ». Lorsque Zobaras eut conduit Mésopotamia en Égypte, à la cour de Bérénice, (...) Bérénice fait célébrer les noces de Mésopotamia (...) γάμους Μεσοποταμίας ἡ Βεϱενίϰη ποιεῖται (II, p. 46, ll. 36-37). Par la suite, il n’est plus question d’eux.

320 E. ROHDE, o.l., p. 361, n. 1. Le titre était πεϱὶ τῶν διαπϱεψάντων ἐν παιδείᾳ δούλων (voir SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 868). ROHDE, l.l., signale une notice identique pour la forme : Souda A 97 s.v. Αβϱων · γεγονὼς δ’ ϰ δούλων, ὥς φησιν Eϱμιππος. D’après la Souda, E 3045 s.v. Εϱμιππος, la cité dont l’érudit était originaire n’était pas la métropole maritime, mais une ville de l’intérieur. D’origine servile lui-même, il avait écrit en outre des Onirocritica en cinq livres (SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 868, n. 5) et un πεϱὶ ἐβδομάδος cité par CLÉMENT D’ALEXANDRIE (Stromates, VI, 16, 145, 2, p. 506 Stählin-Früchtel). Il suivit les cours de Philon de Byblos qui, né en Phénicie vers 42 pCn, vécut jusqu’au règne d’Hadrien au moins (J. SIRINELLI et Éd. des PLACES, dans leur édition de la Préparation évangélique, I, d’Eusèbe de Césarée, I, Paris, 1974, SC 206, p. 203), car il put rédiger un traité Sur le règne d’Hadrien, d’après E. ROHDE, l.l. ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 867). Par conséquent, Hermippos était un contemporain, légèrement plus jeune sans doute, de Jamblique (voir les remarques, infra).

321 R. HENRY, I, p. xxix écrit à propos de A1 dans les prolégomènes à son édition : « Ce travail de révision opéré par le copiste lui-même consiste en corrections au texte, en annotation en majuscules qui sont pour la plupart des sommaires, rarement des explications, en une longue scolio en minuscule au « codex » 94 et en suppléments au texte dont certains sont assez étendus ». Voir déjà E. MARTINI, Textgeschichte der Bibliotheke des Patriarchen Photios von Konstantinopel I, Die Handschriften, Angaben und Überträgen, Leipzig, 1911, pp. 11-12.

322 II, p. 40, ll. 27-41 : Λέγει δὲ ϰαì ἑαυτόν Βαβυλώνιον εἶναι συγγϱαφεύς, ϰαì μαϑεῖν τὴν μαγιϰήν, μαϑείν δὲ ϰαì τὴν Ελληνιϰὴν παιδείαν, ϰαì ἀϰμάζειν ἐπί Σοαίμου τοῦ ’Aχαιμενίδου τοῦ ’Aϱσαϰίδου, ς βασιλεύς ἧν ἐϰ πατέϱων βασιλέων, γέγονε δὲ μως ϰαì τῆς συγϰλήτου βουλῆς τῆς ἐν Ρώμῃ, ϰαì ὓπατος δέ, εἶτα ϰαὶ βασιλεὺς πάλιν τῆς μεγάληςΑϱμενίας.’Επì τούτου γοῦν ἀϰμάσαι φησίν ἑαυτόν. Ρωμαίων δὲ διαλαμβάνει βασιλεύειν ’Aντωνῖνον, ϰαὶ τε ’Aντωνῖνός, φησιν, Οὐῆϱον τòν αὐτοϰϱάτοϱα ϰαὶ ἀδελφòν ϰαὶ ϰηδεστὴν ἔπεμψε Βολογαίσῳ τῷ Παϱϑυαίῳ πολεμήσοντα, ὡς ατός τε πϱοείποι ϰαὶ τòν πόλεμον, τι γενήσεται, ϰαὶ ποι τελευτήσοι. Kαὶ τι Βολόγαισος μέν πὲϱ τὸν Εὐφϱάτην ϰαὶ Τίγϱιν ἔφυγεν, δὲ Παϱυαίων γῆ Ρωμαίοις ὑπήϰοος ϰατέστη.

323 Je reproduis ici, après vérification sur le manuscrit, le texte donné par R. HENRY (II, p. 40, n. 1) : Οὗτος Ιάμβλιχος Σύϱος ἦν γένος πατϱόϑεν ϰαὶ μητϱόϑεν, Σύϱος δὲ οὐχὶ τῶν ἐπῳϰηϰότων τὴν Συϱίαν Eλλήνων, ἀλλὰ τῶν αὐτοχϑόνων, γλῶσσαν δὲ αύϱαν εἰδὼς ϰαὶ τοῖς ἐϰείνων ἔϑεσι ζῶν ἕως αὐτόν τϱοφεύς, ὡς αὐτός φησι, βαβυλώνιος λαβών, βαβυλωνίαν τε γλῶσσαν ϰαὶ ἤϑη ϰαὶ λόγους μεταδιδάσϰει, ὦν ἕνα τῶν λόγων εἶναí φησι ϰαὶ ὄν νῦν ἀναγϱάφει. Αἰχμαλωτισϑῆναι δὲ τòν Βαβυλώνιον ϰαϑν ϰαιϱòν Τϱαιανòς εἰσέβαλεν εἰς Βαβυλῶνα, ϰαὶ πϱαϑῆναι Σύϱῳ ὑπò τῶν λαφυϱοπώλων. Εἶναι δέ τοῦτον σοφòν τὴν βάϱβαϱον σοφίαν ὡς ϰαὶ τῶν βασιλέως γϱαμματέων τῇ πατϱίδι διάγοντα γεγενῆσϑαι. O μὲν οὗν ’Ιάμβλιχος οὗτος σύϱαν τὴν πάτϱιον γλῶσσαν εἰδώς, ἐπιμαϑὼν ϰαì τὴν βαβυλωνίαν μετὰ ταῦτα ϰαὶ τὴν ἕλληνά φησιν ἀσϰήσει ϰαὶ χϱήσει λαβεῖν ὡς ἀγαϑòς ῤήτωϱ γένοιτο.

324 n. VOLKMANN, dans son art. Vologaeses (4) du Kleine Pauly, VII (1975), col. 1322.

325 L. HOMO, Le haut empire, Paris, 1941, pp. 546-547. Cependant, d’après Mme M.-L. CHAUMONT, L’Arménie entre Rome et l’Iran I, dans Aufstieg und Niedergang der römischen Welt II Principat 9.1. (1976), pp. 149-150, le titre était revendiqué par maintes dynasties orientales de l’époque.

326 Histoire Auguste (Antonin le Pieux), 9, 6 (Julius Capitolinus) I, p. 43 Hohl. Voir à ce propos J. MILLER, dans son article Pakoros (5) de la R.-E XVIII 2 (1942) col. 2438.

327 Eug. ALBERTINI, L’Empire romain, 4e édition, Paris, 1970, p. 208.

328 Eug. ALBERTINI, o.l, p. 209.

329 L. HOMO, o.l., p. 562. Un texte antique semble confirmer cette interprétation des faits. Il paraît bien montrer qu en effet Soaimos ne fut guère qu’un pion sur l’échiquier romain. DION CASSIUS, LXXI, 2, 3 écrit : Que Lucius Verus charge Thucydide d’une expédition pour ramener Soaimos en Arménie ; la crainte des armes et sa prudence personnelle devant tous les événements retenait fortement ce dernier dans l’entreprise. Οτι Μάϱτιος Βῆϱος τòν Θουϰυδίδην ἐϰπέμπει ϰατάγειν Σόαιμον εἱς Αϱμενίαν · ς δέει τῶν πλων ϰαὶ τῇ οἰϰείᾳ πεϱὶ πάντα τὰ πϱοσπίπτοντα εὐβουλίᾳ τοῦ πϱόσω εἴχετο ἐϱϱωμένως. Le troisième passage contenant le nom de Soaimos (FRONTON, Lettre à L. Verus, II, p. 184 Cassan) est trop mal conservé pour autoriser la moindre conclusion. Les faits ne sont pas toujours exposés avec une parfaite clarté par les historiens de l’Arménie. Fr. TOURNEBIZE, Histoire politique et religieuse de l’Arménie, depuis les origines des Arméniens jusqu’à la mort de leur dernier roi (Tan 1393), Paris, 1900, p. 41 appelle notre Soaimos « Mohème » (?) qui redevient p. 797 « Sohème ». Pacorus aurait été mis sur le trône par Chosroès, général de Vologèse III, en 161 (p. 796), mais Sohème avait déjà occupé le trône avant Pacorus (p. 797). Le savant français ne dit rien de la pièce de monnaie à l’effigie du roi des Arméniens. Meilleure explication dans R. GROUSSET (Histoire de l’Arménie des origines à 1071, Paris, 1947, pp. 111-112). Récemment, M.-L. CHAUMONT (o.l., pp. 146-151) a consacré aux événements une étude approfondie. Le prince intronisé par Antonin entre 140-144 pourrait avoir été Soaimos, mais rien n’est sûr ; à la mort d’Antonin (161), il aurait été chassé par Chosroès, glaive au poing, au profit de Pacorus, destitué à son tour en 163. Mais le développement de l’historienne française n’est pas sans quelque confusion : on s’explique mal comment Soaimos, appelé rex Armeniis sur d’autres pièces frappées en 164, pourrait n’avoir en fait recouvré son royaume qu’en 172 (pp. 150-151). À moins d’admettre un règne interrompu deux fois : 140-144/161 ; 163/? ; 172 à la mort, qui survint à une date inconnue. On tient ici un bel exemple de la difficulté que l’on éprouve à reconstituer avec précision les événements qui déchirèrent les marches de l’Empire.

330 Eug. ALBERTINI, o.l., p. 182 ; V. CHAPOT, Le monde romain, 2e édition, Paris, 1951, pp. 70-71.

331 Eug. ALBERTINI, o.l., p. 194.

332 Comme le souligne E. ROHDE (o.l., p. 364) qui, sans l’indiquer, suit ici manifestement les indications de la scholie A1

333 Les locuteurs en manière de digression ou en manière de parenthèse ὡς ἐν παϱεϰβολῇ ou ὡς ἐν παϱενϑήϰῃ figurent dans les pages précédentes (II, p. 38,1. 36 et p. 39,1.8).

334 II, p. 39, 1. 16 - p. 40, 1. 26 :’Ev δὲ τῇ πϱοειϱημένῃ νησῖδι Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgόδον ἐντϱαγὼν ὁ Τίγϱις τελευτᾷ · ϰανϑαϱὶς γὰϱ τοῖς τοῦ Image 100000000000000B0000001340677C5643F466F7.jpgόδου φύλλοις ἔτι συνεπτυγμένοις οὗσιν ὑπεϰάϑητο. Καὶ ἡ τοῦ παιδòς μήτηϱ ἥϱωα πείϑεται γενέσϑαι τòν υἱòν ἐϰμαγεύσασα. Καὶ διεξέϱχεται ὁ ’Ιάμβλιχος μαγιϰῆς εἴδη, μάγον ἀϰϱίδων ϰαὶ μάγον λεόντων ϰαὶ μάγον μυῶν · ἐξ oὗ ϰαλεῖσϑαι ϰαὶ τὰ μυστήϱια ἀπò τῶν μυῶν (πϱώτην γὰϱ εἶναι τὴν τῶν μυῶν μαγιϰήν). Καὶ μάγον δὲ λέγει χαλάζης ϰαὶ μάγον ὄφεων, ϰαὶ νεϰυομαντείας ϰαὶ ἐγγαστϱίμυϑον, ν ϰαὶ φησιν ὡς Ελληνες μὲν Εὐϱυϰλέα λέγουσι Βαβυλώνιοι δὲ Σάϰχουϱαν ἀποϰαλοῦσι.

335 A l’exception du terme « barbare » qui traduit fort probablement le sentiment de supériorité du Byzantin.

336 Cod. 68, I, p. 100, ll. 14-15 et 18 (à propos de l’historien Céphalion).

337 Ce dédain est exprimé au sujet de Céphalion : I. p. 100, 1. 16.

338 A. SEVERYNS, Recherches, I, Liège-Paris, 1938, p. 17. Voir encore R. HENRY, I, p. xxix.

339 A. SEVERYNS (o.l., p. 275), au terme d’une longue étude (pp. 261-277) de la Scholie à PLATON, République, III, 394 c.

340 D après SCHMID-STÄHLIN, GGL. II, 2, p. 820, n. 4, le roman était toujours lu aux iv-ve siècles de notre ère, à en juger par SYNÉSIOS (Lettres, 147, dans PG 66, col. 1546 B) ; JEAN LE LYDIEN (Des mois. III, 5 ; IV, 42). SERVIUS (à VIRGILE, Géorgiques, I, 30) le connaît encore par l’intermédiaire de Serenus Sammonicus, un contemporain de Septime Sévère. Sur le plan chronologique, il n’est pas aisé de situer l’oeuvre. On conçoit qu’il ne soit pas de mon propos de reprendre la question ici. En raison des courants pythagoriciens qui y soufflent, Alb. LESKY (GGL. p. 918) inclinerait « mit einiger Zuversicht » à situer la rédaction du roman au premier siècle de l’Empire, époque où, comme chacun sait, déferla un vaste courant néopythagoricien, illustré notamment par Apollonios de Tyane. R. MERKELBACH (Roman und Mysterium in der Antike, Munich-Berlin, 1962, p. 233) le mettrait plutôt au milieu du iie siècle de notre ère. Le même savant (ibid., p. 225) n’hésite pas à le qualifier de « roman pythagoricien » et offre (p. 233) une excellente analyse de la structure de l’ouvrage. Le texte fut pillé par Porphyre pour sa Vie de Pythagore. Lucien l’a pastiché dans son Histoire véritable. Le papyrus PSI 10, 1177 (PACK2 95) que l’on date des ii-iiie siècles nous a conservé quelques maigres lambeaux de l’original.

341 II, p. 140, l. 6 - p. 149, I. 12.

342 II. p. 148, l. 42 - p. 149, 1. 4 : Τòν χϱόνον δὲ ϰαϑ’ v ἤϰμασεν ὁ τῶν τηλιϰούτων πλασμάτων πατὴϱ Διογένης ὁ ’Αντώνιος, οὔπω τι σαφὲς ἔχομεν λέγειν, πλὴν ἔστιν ὑπολογίσασθαι ὡς οὐ λίαν πόϱϱω τῶν χϱόνων τοῦ βασιλέως ’Αλεξάνδϱου.

343 E. ROHDE, Der griechische Roman und seine Vorläufer, Leipzig, 1876, p. 252.

344 II, p. 147, ll. 41-8 :’Επιστολὴν μὲν οὖν ϰατἀϱχὰς τοῦ βιβλίου γϱάφει πϱòς τὴν ἀδελφὴν ’Iσιδώϱαν, διἧς εἰ ϰαὶ τὴν πϱοσφώνησιν αὐτῇ τῶν συγγϱαμμάτων δεἱϰνυται πεποιημένος ἀλλοὖν εἰσάγει Βάλαγϱον πϱòς τὴν οἰϰείαν γυναῖϰα Φίλαν τοὔνομα γϱάφοντα (ϑυγάτηϱ δὲ ἦνΑντιπάτϱου αὕτη) ὅτι τῆς Τύϱου ὑπò’ Αλεξάνδϱου τοῦ βασιλέως Μαϰεδóνων εἰς ἅλωσιν ἐλϑούσης ϰαὶ πυϱὶ τὰ πλεῖστα δαπανηϑείσης, στϱατιώτης ἧϰε πϱòςΑλέξανδϱον ξένον τι ϰαὶ παϱάδοξον λέγων μηνύειν, εἶναι δὲ τò ϑέαμα τῆς πόλεως ἔξω.

345 Officier d Philippe, ce fut lui qui présenta en 336 Alexandre au suffrage du peuple macédonien réuni en assemblée (P. GOUKOWSKY, dans Éd. WILL-Claude MOSSÉ et P.G., Le monde grece et l’Orient II. Le IVe siècle et l’époque hellésnistique, Paris, 1975 pp. 252-253) et il fut chargé d’assurer la régence et Macédoine durant l’expédition asiatique.

346 E. ROHDE, o.l., p. 271, n. 1.

347 ARRIEN, Anabase, II, 12, 2.

348 DIODORE DE SICILE, XVIII, 22, l. P. GOUKOWSKY, dans son édition de DIODORE DE SICILE, Bibliothèque historique, livre XVIII, Paris, 1978, p. 134 (n. complémentaire ad. l.) discute l’opinion de A.B. BOSWORTH, Government of Syria under Alexander the Great, dans Classical Quarterly, 24 (1974), p. 58 qui situe la mort de Balacros en 331. Balacros peut avoir exercé son commandement militaire en Cilicie en remplacement du macédonien Sôkratès qui fut investi du sien peu avant la prise de Tyr (QUINTE-CURCE, IV, 5, 9) mais dont on n’entend plus parler par la suite. Un Balacrus avait pris Milet (ibid., IV, 5, 13). P. Goukowsky donne 324 comme date de l’assassinat du commandant de Cilicie.

349 C’est ce qu’indique, par exemple, MEMNON D’HÉRACLÉE, 434 F 4§ 4 = cod. 224, IV, p. 53, l. 33.

350 Au cours d’un combat contre Eumène en Asie. Voir, par exemple, PLUTARQUE, Eumène, 7, 13 ; DIODORE, XVIII, 30, 5-6. D’après R. FLACELIÈRE, dans son édition de PLUTARQUE, Vies, VIII, Paris, 1973, p. 61, n. 1, ad. l., cette bataille dut avoir lieu au printemps de 321.

351 Voir, par exemple, PLUTARQUE, Démétrios, 14, 2-4. Le futur Poliorcète, alors âgé d’à peine seize ans. dut l’épouser quelques mois après la disparition de Cratère : R. FLACELIÈRE, o.l., XIII, p. 196 (n. complémentaire ad. 1., p. 34). DIODORE, XIX, 59, 3-6 fait un bel éloge du désintéressement de la princesse. Après l’expulsion de son mari de Macédoine en 287, elle s’empoisonna par désespoir (PLUTARQUE, Démétrios, 45, 1).

352 II, p. 149, 11. 4-6 : Μνημονεύει δ’ οὗτος ἀϱχαιοτέϱου τινòς ’ Ανχιφάνους, ὅν φησι πεϱὶ τοιαῦτά τινα τεϱατολογήματα ϰατεσχολαϰέναι. L’avant-dernier mot recouvre très probablement une critique de la plume même de Photios. Une indication analogue, mais dépourvue de précision figurait déjà en II, p. 147, ll. 36-40.

353 E. ROHDE, o.l., p. 222, n. 2 et p. 275, n. 1.

354 Alb. LESKY, GGL, p. 677.

355 C’est ce qui ressort des références produites par E. ROHDE, o.l., p. 222, n. 2. D’après STÉPHANE DE BYZANCE, s.v. Βέϱγη (...) Βεϱγαΐζειν, ἀντὶ τοῦ μηδὲν ἀληϑὲς λέγειν le verbe s’employait au sens de ne rien dire de vrai, c’est-à-dire, dire des gasconnades. STRABON (I, 3, 1, p. 141 Aujac) ne cite Antiphane que par le toponymique et l’appelle un bavard ; il tient ses récits, si l’on ose écrire, pour « marseillais » (II, 3, 4, p. 64 : τò δὲ Βεϱγαϊον διήγημα τούτο). Toujours selon le même géographe (II, 4, 2, p. 71), rapportant un propos de Polybe, Ératosthène donnait la même qualification au récit d’Évhémère rapportant un voyage imaginaire dans l’île de « Panchaïe ».

356 Souda, Π 139 s.v. : Παμφίλη · ’Eπιδαυϱία σοφή, ϑυγάτηϱ Σωτηϱίδου, οὖ λέγεται εἶναι ϰαὶ τὰ συντάγματα, ώς Διονύσιος ἐν τῷ λ′ τῆς μουσιϰῆς ἱστοϱίας, ὡς δὲ ἕτεϱοι γεγϱάφασι, Σωϰϱατίδα τοῦ ἀνδϱòς αὐτῆς. Ιστοϱιϰὰ ὐπομνήματα ἐν βιβλίοις λγ′, ἐπιτομὴν τῶν Κτησίου ἐν βιβλίοις γ′, ἐπιτομάς ἱστοϱιῶν τε ϰαὶ ἑτέϱων βιβλίων παμπλείστας, πεϱὶ ἀμφισβητήσεων, πεϱὶ ἀφϱοδισίων ϰαὶ ἂλλων πολλῶν.

357 Souda, Σ 875 s.v. : Σωτηϱίδας · γϱαμματιϰός, ἀνὴϱ Παμφίλης, ἧς ϰαὶ τὰς ἱστοϱίας πεϱιῆψεν. ῎Εγϱαψεν ὀϱϑογϱαφίαν, ζητήσεις Ομηϱιϰός, ὑπόμνημα εἰς Μένανδϱον, πεϱὶ μέτϱων, πεϱὶ ϰωμῳδίας, εἰς Εὐϱιπίδην.

358 Souda, Σ 876 s.v. : Σωτηϱίδας · ’Eπιδαύϱιος, πατήϱ Παμφίλης, ᾗ τὰ ὑπομνήματα ἐπέγϱαψεν, (ὡς ὁ Διονύσιος ἐν λ′ τῆς μουσιϰῆς ἱστοϱίας, βιβλία γ′). La parenthèse est tirée de l’article précédent Π 139, d’après J. FLACH, Hesychii Milesii Onomatologi quae supersunt, Leipzig, 1882, p. 208, s.v. no dcclxxi (apparat). On a multiplié les tentatives de conciliation des deux articles sur Sôtéridas. On peut lire à ce sujet O. REGENBOGEN, dans son article Pamphila 1 de la R.-E., XXXVI, 2 (1949), coll. 310-312. D après le savant allemand, il y aurait eu fusion des deux articles consécutifs de la Souda. Dans l’encyclopédie, les deux articles traiteraient d’un seul et même personnage Sôtéridas, père de Pamphila, dont le mari aurait répondu au nom de Sôkratidas. On comprendra qu il n entre pas dans mes compétences de juger la démonstration de mon prédécesseur, laquelle ne va pas sans difficulté.

359 II, p. 170, ll. 17-18 : ’Aνεγνώσϑη Παμφίλης συμμίϰτων ἱστοϱιϰῶν ὑπομνημάτων λόγοι η.

360 II, p. 171 (suite de la n. 3 à la p. 170).

361 II, p. 170, l. 18 - p. 171, 1. 27 : Αὕτη ἀνδϱὶ μὲν συνᾠϰει, ὡς ϰαὶ αὐτὴ τῶν ὑπομνημάτων πϱοοιμιαζομένη ἐπισημαίνεται · ᾧ ϰαὶ ιγ′ ἕτη ἐϰ παιδòς συμβιοῦσα ἤδη τῆς ὑπομνηματιϰῆς ταύτης συγγϱαφῆς λέγει ἀπάϱξασϑαι, συγγϱάψαι δὲ ἅ τε παϱὰ τοῦ ἀνδϱòς μάϑοι, τὰ ιγ′ συνεχῶς αὐτῷ συνοῦσα ϰαὶ μηδ’ ἡμέϱαν μηδ’ ὣϱαν ἀπολειπoμένη, ϰαὶ ἅ παϱ’ ἄλλου τινòς ἀϰοῦσαι συνέβη τῶν παϱ’ αὐτòν ἀφιϰνουμένων (πολλοὺς δὲ φοιτᾶν ὄνομα ϰαὶ δόξαν ἔχοντας ἐπί παιδείᾳ) ϰαὶ δὴ ϰαὶ ὅσα βιβλίων αὐτὴ ἀνελέξατο.

362 ll. 27-33 : Ταῦτα δὲ πάντα, ὅσα λόγου ϰαὶ μνήμης αὐτῇ ἅξια ἐδόϰει, εἰς ὑπομνήματα συμμιγῆ ϰαὶ οὐ πϱòς τὰς ἰδίας ὑποϑέσεις διαϰεϰϱιμένον ἕϰαστον διελεῖν, ἀλλ’ οὕτως εἰϰῇ ϰαὶ ὡς ἕϰαστον ἐπῆλϑεν ἀναγϱάψαι, ς οὐχὶ χαλεπòν ἔχουσα, φησί, τò ϰατ’ εἶδος αὐτὰ διελεῖν, ἐπιτεϱπέστεϱον δὲ ϰαὶ χαϱιέστεϱον τò ἀναμεμιγμένον ϰαὶ τὴν ποιϰιλίαν τοῦ μονοειδοῦς νομίζουσα.

363 Ο. REGENBOGEN, ο.l., coll. 326-327 ; A. MÉHAT, Étude sur les Stromates de Clément d’Alexandrie, Paris, 1966, pp. 99-104.

364 C’est ce que dit Photios : II, p. 171, ll. 33-34.

365 II, p. 171. ll. 38-40 : Αἰγυπτία δὲ τò γένος ἡ Παμφίλη, ἤϰμασε δὲ ϰαϑ’ οὓς χϱόνους Νέϱων ὁ Ρωμαίων ἤϰμαζεν αὐτοϰϱάτωϱ.

366 Telle est l’hypothèse d’O. REGENBOGEN, o.l, col. 312, ll. 60-68.

367 Respectivement G.Ch. PICARD, Auguste et Néron, Paris, 1962, p. 137 ; A. PIGANIOL, Histoire de Rome, Paris, 1939, p. 254, pour les deux dates.

368 II, p. 171, ll. 33-38.

369 Ll. 40-44.

370 Peut-être la répétition du verbe ἤϰμασε... ἤϰμαζε reflète-t-elle un jeu de plume caractéristique de l’original.

371 Cod. 36, I. p. 21, 11. 7-10 : ’Ανεγνώσϑη βιβλίον, οὗ ἡ ἐπιγϱαφὴ Χϱιστιανοῦ βίβλος ἐϱμηνεία εἰς τὴν ὀϰτάτευχον. Παμφίλῳ δέ τινι πϱοσφωνεῖ τò βιβλίον. ῏Ην δὲ ταῖς Ιουστίνου τοῦ Ρωμαίων βασιλέως ἡμέϱαις ἐναϰμάζων.

372 R. HENRY, I, p. 21, n. 1.

373 Wanda WOLSKA-CONUS, dans son édition de la Topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès, I, Paris, 1968, p. 16 et La topographie chrétienne de Cosmas Indicopleustès. Théologie et science au vie siècle, Paris, 1962, p. 28 et la n. 1, où le corps de l’ouvrage est daté des années 547-549. On ne possède pour le livre X que des données assez vagues : on hésite entre 535 (ibid., p. 28, n. 2) ou 549 (ibid., p. 160) et 566.

374 Le Vaticanas Graecus 699 est le plus ancien ; les deux autres ont été copiés à la même époque : Sinaiticus Gr. 1186 et Laur. Plat. IX. 28. Voir W. WOLSKA-CONUS, dans son édition, I, pp. 45-50.

375 Ibid., pp. 60-61.

376 Prologue, 3 (Pinax) pour le livre V. p. 261, W.-C., où l’on dit : Εστι τοίνυν αὕτη ἡ βίβλος Χϱιστιανιϰὴ τοπογϱαφία πεϱιεϰτιϰὴ παντòς τοῦ ϰόσμου παϱ’ ἡμῶν ὠνομασμένη.

377 W. WANDA-CONUS, o.l, p. 60.

378 Prologue, 2, 1. 14, p. 259 en note.

379 Voir le stemma codicun, ibid., p. 86.

380 Voir supra, n. 2.

381 COSMAS, Topographie chrétienne, II, 56, p. 369 W.-C. : Παϱόντι οὖν μοι ἐv τοῖς τόποις ἐϰείνοις, πϱò τούτων τῶν ἐνιαυτῶν εἴϰοσι πέντε πλέον ἔλαττον, ἐν τῇ ἀϱχῇ τῆς βασιλείας ’Ιουστίνου τοῦ Ρωμαίων βασιλέως, ὁ τηνιϰαῦτα βασιλεύς τῶν ’Aξωμιτῶν,’Ελλατζβάας, μέλλων ἐξιέναι εἰς πόλεμον πϱòς τοὺς Ομηϱίτας τοὺς πέϱαν γϱάφει τῷ ἄϱχοντι ’Αδούλεως ἀναλαβεῖν τὰ ἴσα τῶν γεγϱαμμένων ἐν τῷ δίφϱῳ τῷ πτολεμαϊϰῷ ϰαὶ τῇ εἰϰóνι ϰαὶ ἀποστεῖλαι αὐτῷ. Καλέσας δέ με ὁ τότε ἄϱχων ὀνόματι ’Aσβᾶς ϰαὶ ἄλλον ἕνα πϱαγματευτὴν ὀνόματι Μηνᾶν, ς γενόμενος μονάζων ἐν τῇ Ραϊϑοῦ οὐ πϱò πολλοῦ τòν βίον μετήλλαξε, ϰελεύει ἡμῖν ἀπελϑεῖν ϰαὶ ἀναλαβεῖν τὰ γεγϱαμμένα. Sur l’intérêt de ces documents épigraphiques, voir E. STEIN, o.l., II, p. 702 et W. WOLSKA-CONUS, I, pp. 366-368 (n. 552). Il y était question de Ptolémée III Évergète (246-221) (ibid., p. 370, n. 582) et d’un roi d’Axoum antérieur au ive siècle pCn (E. STEIN, l.l.).

382 E. STEIN, o.l., II, pp. 265-267.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search