Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre IX. Techniques diverses

Texte intégral

§ 1. Le bon usage des titres (codd. 97, 96, 98)

1La première partie de mon étude se termine par une sorte d’aperçu des techniques mises en œuvre par Photios au long de la Bibliothèque. À la fin de ce prélude, on retrouve ainsi les notices biographiques, dont j’ai esquissé le développement historique en liminaire.

  • 1 Cod. 97, II, p. 63, ll. 23-25 : Ἀνεγνώσϑη Φλέγοντος Τραλλιανοῦ ἀπελευϑέρου τοῦ αὐτοϰράτορος Ἀδριαν (...)

2Le savant byzantin en fut parfois réduit à exploiter les intitulés des manuscrits dont il avait disposé. Ce fut, semble-t-il, le cas pour un écrivain du iie siècle de notre ère, Phlégon de Tralles1 :

Lu de Phlégon de Tralles, affranchi de l’empereur Adrien, un recueil de vainqueurs olympiques et de chroniques.

  • 2 II, p. 63, ll. 25-27 : Προσφωνεῖ τò σύνταγμα πρòς Ἀλϰιβιάδην τινά, ὃς εἶς ἦν τῶν εἰς φυλαϰὴν τεταγ (...)

3La dédicace offrait une confirmation que Photios n’allait pas manquer de reprendre2 :

Il dédie la composition à un certain Alcibiade, qui était un des préposés à la garde d’Adrien.

  • 3 Cod. 96, II, p. 48, l. 25-p. 49, l. 27 : Ἀνεγνώσθη βιβλίον τὰ περὶ τòν Χρυσόστομον ἐπιγραφὴν ἔχον (...)

4Pauvre ressource en vérité, à défaut de toute autre. Photios exprime parfois le regret de n’en pas pouvoir apprendre davantage3 :

Lu un livre intitulé Faits concernant Chrysostome de Georges évêque d’Alexandrie. Pour l’identité de cet auteur, je n’ai pas (le moyen) de rien avancer de clair.

  • 4 Cod. 98, II, p. 65, l l. 4-5 : Ἀνεγνώσθη ἱστοριϰòν λόγοις ἓξ Ζωσίμου ϰόμητος ἀπò φισϰοσυνηγόϱου.

5Pour Zosime, l’historien du ve siècle de notre ère, on peut prouver formellement que Photios n’eut d’autre recours que le titre. Il a écrit4 :

Lu un ouvrage d’histoire en six livres de Zosime, comte et ancien avocat du fisc.

  • 5 Les indications sont de Mgr P. Canart. cité par Fr. PASCHOUD, dans son édition de l’Histoire nouve (...)
  • 6 Ζωσίμου ϰόμητος ϰαὶ ἀπὸ φισϰοσυνηγόρου. Ni le LSJ ni LAMPE, PCL ne donnent la forme ϰόμις, résulta (...)

6Or, on le sait, l’Histoire nouvelle de Zosime n’a été transmise que par un seul manuscrit, le codex Vaticanus Graecus 156, dont les mains les plus anciennes ont œuvré dans la première moitié du xe siècle5. L’intitulé de ce témoin unique recouvre très exactement celui du cod. 98. On y lit6 :

De Zosime, comte et ancien avocat du fisc.

  • 7 II, p. 65, ll. 5-6 : Ἔστι τὴν θρησϰείαν ἀσεβὴς ϰαὶ πολλάϰις ἐν πολλοῖς ὑλαϰτῶν ϰατὰ τῶν εὐσεβῶν. L (...)

7La suite des informations que l’on découvre dans le chapitre de la Bibliothèque résulte manifestement d’une lecture de l’ouvrage7 :

Il est, en matière de religion, un impie et souvent, en de nombreux passages, il aboie contre la vraie piété (...).

  • 8 Voir Fr. PASCHOUD, o.l., pp. lxxv-lxxvii. On ne possède aucun renseignement sur le personnage. À l (...)

8Le fait est bien connu et n’exige pas une démonstration détaillée8.

  • 9 II, p. 66, ll. 27-32.
  • 10 II, p. 66, ll. 32-36 : Δοϰεῖ δέ μοι ϰαὶ οὗτος δύο ἐϰδόσείς, ὥσπερ ϰἀϰεῖνος, πεποιηϰέναι. Ἀλλὰ τούτ (...)

9Photios indique un peu plus loin9 que Zosime a suivi de fort près Eunape de Sardes. Il constate d’évidentes convergences entre les deux textes, ce qui l’amène à émettre la supposition suivante10 :

Cet écrivain aussi me semble avoir, comme lui (sc. Eunape), fait deux éditions (de son livre). Mais, pour lui, je n’ai pas vu la première : du fait qu’il a intitulé celle que nous avons lue « nouvelle publication », il serait permis de conjecturer que, tout comme Eunape, il en a aussi donné une autre.

  • 11 Fr. PASCHOUD, o.l., p. xxi.
  • 12 Bien attesté, voir LSJ, s.v., no 5.
  • 13 Voir plus loin, pp. 170-172.

10L’hypothèse est rendue caduque par l’aspect extérieur de l’Histoire de Zosime parvenue jusqu’à nous, qui offre maintes traces d’inachèvement. D’après Fr. Paschoud11, « Photios a été victime de quelque confusion ». Certes, mais elle tient à la présentation du volume dont il disposait. Sans doute faut-il entendre ici ἔϰδοσις au sens de « «publication »12 d’un livre : Photios eut entre les mains un document qui se donnait pour une copie nouvelle. Le précédent d’Eunape lui a fait émettre une suggestion saugrenue13.

§ 2. Hiéroclès : Le bon usage des dédicaces (cod. 214)

  • 14 Cod. 214, III, p. 125, ll. 19-30 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Ἱεϱοϰλέους πεϱὶ προνοίας ϰαὶ εἱμαρμένης ϰαὶ τ (...)

11Diversifiant les procédés en fonction des ressources offertes par les documents, Photios a su tirer des dédicaces et des titres tout l’enseignement qu’ils renfermaient. C’est ainsi qu’il a procédé pour le philosophe néo-platonicien Hiéroclès14 :

  1. Lu un livre de Hiéroclès Sur la providence, la destinée et la coordination de notre libre-arbitre avec la divine souveraineté.
  2. L’auteur est donc philosophe de profession, mais le traité lui assigne Olympiodore pour juge. C’est lui aussi qui lui a offert les prémices de l’ouvrage, en homme pris au même degré d’amour pour la philosophie, sans être du tout pour autant dépourvu d’habileté en matière de politique ; il s’était en effet mis en valeur au cours d’ambassades romaines et il avait gagné à l’orbite romaine nombre de très importants peuples barbares : ses (succès diplomatiques) aussi avaient été pour lui la cause des plus grands honneurs. Tel était cet Olympiodore à qui le livre rendait hommage.
  • 15 III, p. 125, ll. 30-32 : Ὧι δὴ ϰαὶ παραμυθητιϰοὺς λόγους ὁ συγγραφεὺς ἐπὶ τέλει τοῦ πρώτου βιβλίου (...)

12La teneur du titre autorisait la déduction que renferme la première phrase. La dédicace elle-même était grosse de substance historique. Aussi valait-il la peine de la reproduire : les recherches ultérieures auxquelles pensait Photios permettraient peut-être de lui réserver un sort intéressant. C’est dans la même optique qu’il n’a pas laissé échapper une information cachée à la fin du premier livre15 :

À la fin de son premier livre, l’écrivain lui (sc. à Olympiodore) adresse des paroles de consolation pour la perte d’un fils adoptif, dont le regret avait assombri sa figure.

  • 16 Voir aussi cod. 251, VII, p. 189, l. 22 - p. 206, l. 24.
  • 17 III, p. 129, l. 34 - p. 130, l. 40 : (...) ϰαὶ ὡς Πλωτῖνός τε ϰαὶ Ὠϱιγένης, ϰαὶ μὴν ϰαὶ Πορφύριος (...)

13L’ouvrage, qui renfermait sept livres, est intégralement perdu, et Photios en a donné une double analyse16. Dans le dernier, il a trouvé de quoi compléter avantageusement les données un peu maigres qu’il avait récoltées jusque-là17 :

(le livre VII dit) que Piotili, Origène avec Porphyre, Jamblique ainsi que leurs successeurs, qui ont eu la chance de pousser sur une souche sacrée (comme il le dit lui-même) jusqu’à Plutarque d’Athènes, dont il écrit qu’il a été son maître pour ce genre de doctrine, tous ces auteurs sont en concordance avec la philosophie de Platon restaurée dans toute sa pureté.

  • 18 Ilsetraut HADOT, Le problème du néoplatonisme alexandrin. Hiéroclès et Simplicius, Paris, 1978, pp (...)
  • 19 En plus du présent traité, il avait donné un double commentaire au Gorgias, DAMASCIOS (Vie d’Isido (...)
  • 20 Cod. 80, I, p. 174, ll. 27-31.
  • 21 E.A. THOMPSON, Olympiodorus of Thebes, dans Classical Quarterly, 38 (1944), p. 44.
  • 22 Par exemple, Ils. HADOT (o.l., pp. 17-20) ne fait pas le rapprochement ; la même constatation vaut (...)

14Disciple de Plutarque lui aussi, Hiéroclès était donc un contemporain de Proclos. Préciser la période durant laquelle il s’était donné à l’enseignement est très difficile. Plutarque avait disparu en 431 ou en 432, et Ammonios occupa une chaire à Alexandrie entre 475 (ou 485) et 517 (ou 526)18 : on peut donc supposer que Hiéroclès avait exercé son activité durant les deuxième et troisième quarts du siècle19. Aucun des passages à portée biographique n’a trouvé place dans la seconde recension du traité. L’évocation d’Olympiodore, qui ne peut guère être que l’Hérodote du ve siècle, ne paraît pas avoir retenu l’attention des spécialistes : l’éloge de Boniface20, qui fut déclaré ennemi public en 427 ou 429 pour avoir fait entrer les Vandales en Afrique21, donne à supposer que l’historien avait achevé son œuvre vers 425 ou peu après. Un examen minutieux permettrait sans doute d’utiles rapprochements chronologiques, qui n’entraient pas dans le cadre du présent travail22.

§ 3. Céphalion : La bonne règle (cod. 68)

  • 23 Cod. 68, I, p. 100, ll. 14-22 : Οὗτος τὸ μὲν γένος αὑτοῦ ϰαὶ πατρίδα, ὡς αὐτός ἐϰεῖνóς φηοιν, ὥσπε (...)

15Marquée d’une forte empreinte personnelle, la notice bio-bibliographique que Photios réserva à Céphalion offre l’avantage de nous éclairer sur ce qu’il espérait trouver comme renseignements dans les œuvres23 :

Cet écrivain passe sous silence son origine et sa patrie, comme il le dit lui-même, à l’exemple d’Homère. Qu’il déclare avoir composé son ouvrage lors d’un séjour en Sicile, parce qu’il y avait été exilé, mais après avoir renoncé à citer ce qui était nécessaire, patrie et origine, c’est là aussi la marque d’un petit esprit que de l’avoir mentionné. Et tirer gloriole d’avoir compilé son livre de morceaux pris à tant et tant d’auteurs n’est pas du tout faire preuve d’une âme qui s’est débarrassée de la petitesse et de la vanité puérile.

  • 24 Souda, K 1449 s.v. Κεφαλίων · ἢ Κεφάλων, Γεϱγίϑιος, ῥήτωϱ ϰαὶ ἱστοριϰός, γεγονὼς ἐπὶ Ἀδϱιανοῦ. Ἔφυ (...)

16L’article prêté à Hésychios et conservé dans la Souda a sans doute été tiré en partie de l’ouvrage même, comme celui de Photios. On peut lire24 :

Céphalion ou Céphalon, de Gorgithios, rhéteur et historien ; vécut sous Adrien. Il fut exilé de sa patrie, en raison de la malveillance du souverain, et il vécut en Sicile. Il écrivit des histoires de toutes sortes, en 9 livres, qu’il intitule « Muses », en dialecte ionien, des exercices de rhétorique et quelques autres (livres).

  • 25 F. JACOBY, dans son article Kephalion (4) de R.-E., XI, 1 (1921), col. 191.
  • 26 F. JACOBY, l.l. Outre l’ouvrage recensé par Photios, on vient de le voir, sont attestées des Histo (...)

17On n’objectera pas qu’Hésychios mentionnait la patrie de l’historien. La rédaction trahit une confusion avec un prédécesseur et paronyme, Céphalon de Gorgithios25. Les autres données proviennent vraisemblablement de la préface du volume, connu sous différents titres26.

  • 27 Les fragments conservés sont rassemblés dans MÜLLER (FHG, III, pp. 625-631). GEORGES LE SYNCELLE ( (...)
  • 28 A l’exception des limites chronologiques de l’ouvrage, de Ninos et Sémiramis à Alexandre le Grand (...)
  • 29 On ne peut s’empêcher de trouver étriqué le point de vue du styliste :
    Pour l’expression, il recour (...)

18Manifestement, Photios ne s’est pas arrêté longuement à étudier la compilation de Céphalion : tel qu’il se présente à nos yeux, le compte rendu paraît avoir été, si l’on peut écrire, rédigé à la hussarde : un examen rapide de la préface du livre, où en effet subsistent des traces d’ionismes27, un survol des différentes parties, avec leurs titres et parties bibliographiques respectifs suffisaient pour une recension qui ne relate aucun des faits évoqués dans l’original28 et qui condescend seulement à donner une critique de style sèche et dure29.

§ 4. Préchristianisme. En combinant titre et contenu des livres (cod. 170)

  • 30 II, p. 163, n. 1.
  • 31 II, p. 162, ll. 2-3 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον πολύστιχον, μᾶλλον δὲ πολύβιβλον, λόγοις μὲν ιε’, τεύχεσι (...)

19Comme le suggérait R. Henry30, l’anonymat sous lequel se cache le curieux recueil recensé au cod. 170 l’a fait échapper à la sagacité de beaucoup de savants modernes. Photios décrit un ouvrage aux proportions majestueuses31 :

Lu un livre étendu, voire plutôt volumineux, en quinze livres et cinq volumes.

  • 32 C’est ce qui ressort de la description, p. 162, l. 3 - p. 163, l. 26. Aux témoignages de toute pro (...)
  • 33 II, p. 165, ll. 27-32 : Tò μέντοι ὄνομα τοῦ συντεταχότος τὰ τεύχη μέχϱι νῦν οὐϰ ἔσχομεν εἰδέναι · (...)

20Autant que l’on puisse voir, l’ensemble devait être une sorte de dossier apologétique du christianisme composé à la façon des florilèges32. Photios dut être assez attentif pour chercher soigneusement l’auteur de la compilation, mais il échoua dans son enquête33 :

Cependant, le nom de celui qui a composé les volumes, nous n’avons pas jusqu’ici eu (le moyen) de le savoir, car il n’était pas marqué sur les livres que nous avons vus. On sait seulement qu’il habitait Constantinople, qu’il y cohabitait avec une femme dans les lois du mariage et avec les enfants qu’il avait eus d’elle, et que sa vie se termina après l’époque d’Héraclius.

  • 34 Héraclius régna de 610 à 641, voir G.H. BECK, o.l., p. 802.

21Le lecteur avisé qu’était Photios a dû lire dans le texte que le compilateur avait mentionné la mort de l’empereur Héraclius (641)34. Si pauvre qu’elle soit au point de vue de l’historien des lettres, la notice autorise au moins une conclusion sur la technique de Photios : très logiquement, l’intitulé des livres constituait une source d’informations de premier ordre, qu’il suffisait d’enrichir par les indications occasionnelles de chacun des écrivains. On aura maintes fois la possibilité de vérifier le bien-fondé de cette double constatation.

§ 5. Le pseudo-Josèphe : Scholies et notice (cod. 48)

  • 35 On sait que P. NAUTIN (Hippolyte et Josipe, Paris, 1947, pp. 98-99) avait voulu l’attribuer à un p (...)
  • 36 Cod. 48, I, p. 33, l. 14 - p. 34, l. 17 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωσήπου πεϱὶ τοῦ παντός, ὃ ἐν ἄλλοις ἀνέγνων ἐ (...)

22Le cod. 48 contient certaines des notes les plus révélatrices de la technique mise en œuvre par Photios en matière de biographie littéraire. Le chapitre traite d’un ouvrage qui a suscité à date relativement récente une importante querelle d’attribution où je n’ai pas à m’engager35. La critique moderne dans sa majorité s’accorde aujourd’hui à en donner la paternité à Hippolyte de Rome. D’entrée de jeu, on doit souligner que Photios avait disposé de plusieurs manuscrits de la même œuvre36 :

Lu de Josèphe Sur le Tout, que j’ai lu dans d’autres manuscrits sous le titre Sur la cause du Tout, dans d’autres, sous celui de Sur l’essence du Tout. Il est en deux petits traités.

  • 37 Recensée au cod. 47, I, p. 32, l. 18 - p. 33, l. 12.

23La perte du livre ne permettra jamais le contrôle. On peut a priori supposer cependant que, dans leur présentation extérieure, les copies dont Photios disposa se distinguaient les unes des autres autrement que par les intitulés seulement. Bien entendu, aux yeux de Photios, Josèphe ne pouvait être que Flavius Josèphe, l’historien de la Guerre des Juifs37. Aussi le critique se livre-t-il à une excellente analyse de fond et de style : elle lui fait conclure que le travail était parfaitement orthodoxe, mais aussi que rien dans le style ne permet de le distinguer des productions de Josèphe.

  • 38 I, p. 34, n. 4.

24Comme R. Henry l’avait déjà constaté38, Photios avait trouvé dans les scholies marginales à un des manuscrits une longue critique d’authenticité. Celles-ci, entre autres, traitaient de l’œuvre littéraire d’un prêtre romain nommé Gaïus, adversaire des montanistes. Mais, curieusement, la fin de chapitre renferme une double notice sur le même personnage. À quelques détails près, elles se recouvrent, comme il ressortira du tableau suivant :

  • 39 I, p. 34, l. 40 - p. 35, l. 10 : Εὗϱον δὲ ἐν παϱαγϱαφαῖς ὅτι οὐϰ ἔστιν ὁ λόγος Ἰωσήπου, ἀλλὰ Γαΐου (...)
  • 40 I, p. 35, ll. 10-17 : Τοῦτον τòν Γάϊον πϱεσβύτεϱόν φασι γεγενῆσϑαι τῆς ϰατὰ Ῥώμην ἐϰϰλησίας ἐπὶ Οὐ (...)

P I39

P II40

Mais j’ai trouvé dans des notes marginales que l’ouvrage n’est pas de Josèphe,

1. mais d’un certain Gaïus, un prêtre qui vivait à Rome, lequel avait, dit-on, composé aussi Le Labyrinthe.

1. Ce Gaïus avait été, dit-on, prêtre de Rome sous les épiscopats de Victor et de Zéphyrin,
et il avait été aussi élu évêque des Gentils.

3. Il avait composé aussi un second traité dirigé particulièrement contre l’hérésie d’Artémon,

2. On rapporte qu’il y avait de lui aussi un dialogue contre un certain Proclos, champion de l’hérésie des montanistes. Comme l’ouvrage est resté anépigraphe, dit-on, les uns le mettaient sous le nom de Josèphe, les autres, sous celui de Justin le Martyr, d’autres, sous celui d’Irénée ; c’est de même façon encore que certains ont mis Le Labyrinthe sous celui d’Origène. Puisque (ce livre) est à la vérité un ouvrage de Gaïus, l’auteur du Labyrinthe, comme lui-même a aussi attesté à la fin du Labyrinthe que le traité Sur l’essence du Tout était de lui, s’agit-il en l’occurrence d’un autre (traité) et non pas de celui-ci, voilà un point qui n’est pas encore clair à mes yeux.

2. ainsi qu’une discussion savante contre Proclos, sectateur de Montanus,

dans laquelle il compte seulement treize Épîtres de Paul, n’admettant pas dans leur nombre l’Épître aux Hébreux.

25Le procédé se décrit aisément. P I est, pour l’essentiel, le cod. 48 nous le dit, tiré d’une scholie marginale au texte. P I et P II se répètent peu ou prou et se complètent. Aussi Photios a-t-il jugé bon de reproduire le contenu des deux.

  • 41 Dans les listes connues des œuvres de Justin et d’Irénée ne subsiste aucun titre du même genre. Da (...)
  • 42 M. RICHARD, o.l., col. 543.

26On voudrait en savoir davantage sur l’origine de P I. Le différend porte sur l’auteur dont le nom figurait dans l’intitulé d’un manuscrit. On a donc quelque raison de supposer que la scholie figurait en marge, à hauteur du titre. Incontestablement, ce commentateur était un érudit bibliographe : on s’expliquerait mal autrement qu’il eût été en mesure de citer les noms41 sous lesquels coururent les traités Sur le Tout et Le Labyrinthe. Dans la scholie reproduite par Photios, le rapprochement entre les trois écrivains auxquels on prêta le Sur le Tout et le pseudépigraphe Labyrinthe que l’on mit sous le patronage d’Origène est des plus pertinents : le premier livre de la Réfutation de toutes les hérésies d’Hippolyte offre une présentation des différentes écoles philosophiques et, à la fin de l’ouvrage, un renvoi, pour complément d’information, au traité Sur le Tout42.

  • 43 Cod. 121, II, p. 95, l. 24 - p. 96, l. 43. Perdu aujourd’hui, le livre est cité comme un écrit de (...)
  • 44 Cod. 202, III, p. 101, l. 35 - p. 102, l. 13. Il est conservé presque intégralement en grec et l’o (...)
  • 45 III, p. 102, ll. 14-17. Voir M. RICHARD, o.l., coll. 536-537. Outre le texte grec, on possède des (...)

27Quand Photios écrit : « comme lui-même a aussi attesté à la fin du Labyrinthe que le traité Sur l’essence du Tout était de lui », personne ne doit considérer que la référence traduit une réminiscence qu’autorisait une lecture personnelle antérieure. Ou, en tout cas, si la supposition est théoriquement plausible, force est de considérer qu’il s’est montré étrangement discret. Du reste, le nom du prêtre Gaïus n’apparaît qu’ici dans la Bibliothèque et les œuvres d’Hippolyte qu’aborda le savant byzantin, un Syntagma contre trente-deux hérésies43, le Commentaire sur Daniel’44 et le traité Sur le Christ et l’Antéchrist45, ne lui permettaient pas de prononcer un jugement autorisé touchant ces questions d’authenticité. La référence de la fin du Labyrinthe avait trouvé place apparemment dans les indications marginales.

28Pourtant, en homme prudent, Photios ne rend pas aisément les armes à son savant prédécesseur. Son incapacité à distinguer par le style le Josèphe authentique de Gaïus sc. Hippolyte de Rome, ainsi que l’attribution explicite du traité Sur le Tout à l’historien lui font imaginer une autre possibilité : les ouvrages des deux sont-ils réellement identiques ?

  • 46 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 62, n. 46 et p. 188 (table VII) ; O. von GEBHARDT, Hieronymus De viris il (...)

29Bien entendu, on a quelque raison de supposer que P II n’est autre qu’un emprunt à 1’« Épitomé » d’Hésychios46. Il vaut la peine d’y regarder d’un peu près, en comparant les deux textes :

  • 47 Pour la clarté, on est bien obligé de reproduire en partie ici le texte traduit supra. p. 110.
  • 48 SOPHRONIOS, 59, p. 38 von Gebhardt : Γάϊος ἐπὶ Ζεφυϱίνου ‘Ρώμης ἐπισϰόπου, τουτέστι ἐπὶ Ἀντωνίου υ (...)

P II47

SOPHRONIOS48

1. Ce Gaïus avait été, dit-on, prêtre de Rome sous les épiscopats de Victor et de Zéphyrin,

1. Sous Zéphyrin, évêque de Rome, c’est-à-dire sous Antonin, fils de Sévère,

(...)

3. Il avait composé aussi un second traité dirigé particulièrement contre l’hérésie d’Artémon,

2. ainsi qu’une discussion savante contre Proclos, sectateur de Montanus,

2. il eut une discussion très longue contre Proclos, sectateur de Montanus, lui demandant des comptes pour sa témérité au sujet de la nouvelle prophétie,

dans laquelle il compte seulement treize Épîtres de Paul, n’admettant pas dans leur nombre l’Épître aux Hébreux.

dénombrant, dans le même volume, treize Épîtres de Paul seulement ; en effet, il dit que l’Épître aux Hébreux n’est pas de lui ; mais chez les Romains aussi jusqu’à présent, on pense qu’elle n’est pas de l’apôtre Paul.

  • 49 EUSÈBE, H. E., V, 22 : il succéda à Éleuthère. La date n’est pas sûre, car la chronique latine sit (...)
  • 50 J. DANIÉLOU, dans J.D.-H.I. MARROU, Nouvelle histoire de l’Église 1 : Des origines à Grégoire le G (...)
  • 51 EUSÈBE, H. E., II, 25, 6-7 ; VI, 20, 3.
  • 52 G. WENTZEL, l.l.

30P II ouvre un éventail chronologique plus large que Sophronios. Victor accéda au trône de Rome la dixième année du règne de Commode49, soit vers 179. Zéphyrin exerça le pontificat de 199 à 21750. D’où P II tient-il le nom de Victor ? Sûrement pas d’Eusèbe, qui fait constamment de Gaïus un contemporain de Zéphyrin51. J’avoue ne point voir d’où Wentzel a pu tirer l’idée que la notice P II avait pu être contaminée par le texte de l’Histoire ecclésiastique52.

  • 53 La traduction suit l’original rigoureusement, à un seul point près : JÉRÔME, 59, p. 41, l. 10 Herd (...)
  • 54 EUSÈBE, H.E., VI, 20, 3 : Ἦλϑεν δὲ εἰς ἡμᾶς, ϰαὶ Γαῒου λογιωτάτου ἀνδρός, διάλογος, ἐπὶ Ῥώμης ϰατὰ (...)

31Par ailleurs, Jérôme, traduit par Sophronios53, avait eu certainement un Eusèbe sous les yeux. On s’en convaincra aisément en relisant le passage correspondant54 :

Est parvenu jusqu’à nous, encore de Gaïus, un homme très disert, qui vivait à Rome sous Zéphyrin, un dialogue dirigé contre Proclos, qui combattait en faveur de l’hérésie cataphrygienne ; dans ce (livre) où il réfrène la témérité et l’audace de ses adversaires à composer des Écritures nouvelles, il mentionne treize Épîtres seulement du saint Apôtre, sans dénombrer, avec les autres, l’Épître aux Hébreux, puisque, jusqu’à ce jour encore, chez certains Romains, on pense qu’elle n’appartient pas à l’Apôtre.

  • 55 H.E., V, 28.
  • 56 M. RICHARD, o.l., col. 545.

32Par rapport à Eusèbc, les compléments de Jérôme sont du plus médiocre intérêt : une simple traduction des dates d’après le comput ecclésiastique dans le comput civil, sous Antonin, sc. Caracalla. En revanche, P II est sensiblement plus riche. Ni l’élection de Gaïus en tant qu’évêque des Gentils ni son traité contre l’hérésie d’Artémon ne sont indiqués dans l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe. Ce dernier reproduit, il est vrai, de larges extraits d’un Contre Artémon55 mais, on ne sait pourquoi, sans donner le nom de l’écrivain. On a parfois voulu attribuer ces fragments à Hippolyte, mais sans motif suffisant56. Il n’y a point de raison de croire que Photios aurait pu supposer, d’après le chapitre d’Eusèbe, que son Gaïus avait produit l’ouvrage en question.

33Un dernier trait de P II mérite, à mon sens, d’être souligné. Au moment où il présentait le traité Contre Artémon, il recourait à la locution : « il avait composé aussi un second traité » (c’est moi qui souligne). Quel était le premier ? Une seule façon de comprendre : l’expression désigne l’ouvrage que Photios avait lu, sous trois intitulés différents. Ainsi, la note devait figurer en annexe à un manuscrit renfermant ledit livre.

  • 57 Cad. 125, II, p. 97, l. 21 - p. 98, l. 16, avec ma démonstration ici même, pp. 294-300.

34Il serait trop facile d’objecter que l’adjectif « second » pourrait être un ajout de Photios. P I et P II contiennent certaines indications rigoureusement identiques qu’il a reproduites sans trahir la moindre gêne ou le plus léger agacement. Il est capable de recopier, à quelques lignes d’intervalle, des notes qui se recouvrent ou se recoupent. Ainsi, pour les œuvres de Justin l’Apologiste57.

  • 58 Voir les doutes de JÜLICHER, dans son article Gaius (7), dans R.-E., VII, 1 (1910), col. 509, ll. (...)
  • 59 Sur les problèmes relatifs à l’hérésie d’Hippolyte, voir ici même p. 307, n. 1.

35Je ne sais à quelle fonction ecclésiastique répond le titre d’« évêque des Gentils » ? Après tout, il se pourrait qu’il eût existé et que Gaïus l’eût effectivement porté. Au milieu d’une tradition étrangement silencieuse sur ce point de titulature, on voit bien en tout cas le rôle que joue la précision58 : elle valorise Gaïus qu’elle transforme en un vaillant paladin servant le Christ dans les marches de la foi. Par un processus analogue, la source de P II prêtait au Romain un traité inconnu par ailleurs. De la sorte se trouvait rehaussée considérablement la figure de celui qui écrivit, quel que soit le titre exact, une des versions du traité Sur le Tout. Moyen de piquer la curiosité, de faire monter le prix du manuscrit ? Il permettait de décerner au pseudo-Josèphe, c’est-à-dire à Hippolyte de Rome, un brevet d’orthodoxie infaillible59. De telles considérations ont dû à l’occasion présider à la composition des notices de ce genre.

§ 6. Eulogios d’Alexandrie : éditions savantes et autres (cod. 230)

  • 60 L. DUCHESNE, L’Église au vie siècle, Paris, 1925, p. 377 ; H.G. BECK, ο.l., p. 381.
  • 61 Cod. 230, V, p. 8, ll. 2-3 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου βίβλος πληϱουμένη λόγοις ια’.

36Le patriarche Eulogios présida aux destinées du siège d’Alexandrie de 580 à 60760. Photios put dépouiller et analyser en détail un volumineux recueil de ses œuvres dogmatiques61 :

Lu de saint Eulogios un livre qui contenait 11 textes.

  • 62 À en juger par la note 1 de la p. 62. On peut se référer à M. GEERARD, CPG, III, p. 320, nο 6976, (...)
  • 63 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 75-76.

37La description de l’ensemble a posé problème à R. Henry62 ainsi qu’à W.T. Treadgold63. On me pardonnera donc de m’attarder sur ce point à mon tour. L’aspect de la recension est pourtant très significatif de la méthode suivie par le savant lecteur byzantin qui a analysé le contenu de chacun des textes l’un après l’autre. Bien que le corpus ait intégralement disparu, on peut sans peine en reconstituer la disposition.

  • 64 V, p. 8, ll. 3-7 : Τούτων ὁ πρῶτος Ῥώμης ἀρχιερέα ἒλεγε πρòς ὃν ἔγραφεν · ὃς ἐδέξατο παϱὰ τοῦ συγγ (...)

164. Le premier de ces (textes) citait l’évêque de Rome à qui il écrivait ; ce dernier avait reçu de l’auteur une lettre synodale mais, dans la réponse, il avait montré qu’elle recelait des carences parce qu’il n’avait pas cité expressément par leurs appellations les quatre saints synodes (...) Tels étaient donc les griefs formulés par le destinataire des documents synodaux ; en rendant compte des accusations portées contre lui, l’auteur aimé de Dieu (...).

  • 65 G.H. BECK, o.l., p. 381.
  • 66 Cod. 252, VII, p. 207, l. 26 - p. 209, l. 14.

38Je n’ai pas à reproduire intégralement la substance d’un texte que l’on peut lire ailleurs dans une présentation plus élégante. La traduction de R. Henry « citait le nom de l’évêque de Rome » donne à penser que le pape était désigné nommément. Renvoyant à Beck65 qui se contente de rappeler les liens d’amitié unissant Eulogios à Grégoire, il en déduit que le destinataire était bien ce dernier. On observera d’abord que, dans des cas de ce genre, Photios se montre d’ordinaire beaucoup plus soucieux de précision ; que, d’autre part, la mention du grand pontife, dont il lut par ailleurs une courte biographie66, eût dû, en toute logique, l’inciter à reproduire le nom en toutes lettres ; qu’enfin, le ton utilisé par l’évêque de Rome évoque davantage la suspicion et la réprimande que l’amitié confiante. En définitive, Grégoire occupa le trône de s. Pierre de 590 à 604 ; on peut supposer, avec au moins autant de vraisemblance, qu’Eulogios avait eu à se justifier, non pas devant Grégoire, mais devant un de ses prédécesseurs ou successeurs. Quoi qu’il en soit, dans le passage que j’ai omis, Photios énumère deux griefs soulevés par le correspondant d’Eulogios : ils sont introduits de la même façon que dans le passage précédemment traduit, par des « parce que » (ὅτι ou διότι). Le document produit par Eulogios rappelait les antécédents de l’affaire, et Photios s’est contenté de reproduire les considérants initiaux. Apparemment, l’évêque de Rome n’était pas nommé en toutes lettres. Bien entendu, les conciles canoniques étaient ceux de Nicée (325), Constantinople I (381), Éphèse (431) et Chalcédoine (451). Photios offre dans la suite un aperçu du plaidoyer d’Eulogios où l’on ne peut trouver des traces irrécusables de citations littérales.

  • 67 V, p. 10, ll. 31-32 : Ὁ δὲ β’ ἐπιγϱάφεται μὲν δογματιϰός, ἔϰϑεσιν δὲ ϰαὶ οὗτος ἀπαγγέλλει πίστεως.

267. Le 2 est intitulé « (traité) dogmatique » et promet lui aussi un exposé de la foi.

  • 68 V, p. 10, ll. 32-34 et 36-38 : Ἐν ᾗ τήν τε Τϱιάδα εὐσεβοφϱóνως ϑεολογεῖ ϰαὶ τὰ πεϱὶ τὴν οἰϰονομίαν (...)

39La suite donne un aperçu de ce que contient l’ensemble68.

Il y fait un cours de théologie sur la Trinité dans un esprit orthodoxe et il y développe, de semblable façon, ses conceptions sur l’Incarnation (...). Et, après avoir parcouru ces notions, il aboutit dans son traité à une exhortation où il engage ceux qui ont cessé de fréquenter l’Église à embrasser la croyance commune.

  • 69 Respectivement V, p. 10, l. 38 - p. 11, l. 10 et ll. 10-20.

40C’est en vain que, dans la suite, on chercherait les développements correspondant au programme. Photios se contente de rapporter les modalités de l’enseignement transmis aux Apôtres, où il fait une distinction entre les doctrines exprimées en termes ésotériques et les prédications données dans un langage ouvert à tous. Une opposition du même type vaut, sur base de critères différents, pour les enseignements prodigués sur le Christ. On le voit, Photios n’a retenu en somme que deux moments importants à ses yeux des analyses d’Eulogios69.

  • 70 V, p. 11, ll. 23-25 : Ὁ δὲ γ’ λόγος ϰατὰ τῶν συϰοφαντησάντων τοὺς ἁγίους πατέϱας ϰαὶ τὴν ἐν Καλχηδ (...)

370. Le traité 3 mène la lutte contre ceux qui ont calomnié nos saints Pères et le concile de Chalcédoine.

  • 71 V, p. 11, l. 25 - p. 33, l. 21. Dans le ch. 29, no XV de la Doctrina Patrum, M. RICHARD (Iohannis (...)

41L’analyse qui suit est la plus longue de celles qui portent sur un des textes du recueil71.

  • 72 V, p. 33, ll. 22-23 : Καὶ ὁ ἐφεξῆς δὲ λόγος ϰατὰ τῶν συϰοφαντῶν τῆς ἐν Καλχηδόνι σύνοδον τὴν σπουδ (...)

472. Et le traité suivant mène la poursuite contre les calomniateurs du concile de Chalcédoine.

  • 73 V, p. 33, l. 23 - p. 39, l. 41.

42Comme on pouvait l’attendre, le compte rendu est, cette fois, nettement plus succinct73.

  • 74 V, p. 39, ll. 42-1. Ὁ δὲ ἐφεξῆς αὐτῷ λόγος πρòς τοὺς οἰομένους ἀνϑϱωπίναις ἐπινοίαις δύνασϑαι τὴν (...)

574. Son traité suivant conduit la discussion contre ceux qui croient pouvoir soumettre la vraie théologie des Chrétiens à la réflexion humaine.

  • 75 V, p. 39, l. 1 - p. 48, l. 36.

43Le traité fait l’objet d’une remarquable analyse75.

  • 76 V, p. 48, ll. 37-40 : Γϱάφει δὲ ὁ αὐτός ἱεϱòς ἀνήϱ ϰαὶ πϱòς Δομετιανόν (Μελιτηνῆς δὲ οὗτος ἐπίσϰοπ (...)

676. Le même saint homme écrit aussi à Domitien (celui-ci était évêque de Mélitène) en lui représentant qu’est sans inconvénient le fait de parler d’une nature unique incarnée du Verbe de Dieu.

  • 77 V, p. 48, l. 40 - p. 51, l. 40.

44Suit une analyse assez concise77.

  • 78 V, p. 51, ll. 41-1 : Γράφει δὲ ὁ αὐτòς ϑεσπέσιος ἀνὴϱ ϰαὶ πϱòς Χϱιστοφόϱον τινά, ὃν αὐτòς ὁσιώτατο (...)

778. Le même homme de Dieu (écrit) aussi à un certain Christophore, à qui il donne lui-même le titre de « très pieux » : celui-ci lui avait demandé les solutions à des questions sur les Écritures.

  • 79 V, p. 51, l. 1 - p. 53, l. 12 et p. 53, ll. 12-36.
  • 80 V, p. 52, ll. 3-6.

45Autant que l’on puisse voir, le mémoire de Christophore ne renfermait que deux questions auxquelles Eulogios a répondu dans l’ordre79. Dans l’intervalle, Photios a fait observer que le premier problème avait été mieux résolu par Théodoret et par d’autres Pères80.

  • 81 V, p. 53, l. 37 - p. 54, l. 40 :Ἔτι δὲ ὁ αὐτòς ϰαϑωμίλησεν ἐν τῷ ϑ’ σημείῳ, δι’ ὧν ἐγϰώμιον μὲν δι (...)

881. Le même donne encore, dans le (traité) marqué 9, des commentaires où il tresse une couronne de louanges en faveur de la vie monastique, et il décrit ce qu’est le moine ; il révèle qu’il a lui-même ce genre de vie (...).

  • 82 V, p. 54, l. 40 - p. 55, l. 2 avec, pour l’historique, p. 54, l. 23 - p. 55, l. 42.

46Suit une sèche analyse du traité82, qui comportait un aperçu sur les mesures officielles prises au lendemain de Chalcédoine. Selon toute apparence, la rédaction de l’ouvrage remontait à la jeunesse de l’auteur.

  • 83 V, p. 55, ll. 3-4 : Καὶ ὁ ἐφεξῆς δὲ λόγος πϱοδιαβάλλεται μὲν τὴν αὐτὴν ἐπιγραφήν (...).

983. Et le traité suivant s’assigne pour fin de reprendre le même chef d’accusation (...).

  • 84 Voir V, p. 54, ll. 1-7 et ici, p. 56, ll. 34-37.
  • 85 V. p. 55, l. 4 - p. 57, l. 17.

47Comme le précédent, l’ouvrage attaquait les partisans de Sévère84. Il ne paraît pas avoir porté de titre spécial, ou, en tout cas, Photios n’a pas jugé bon ou utile de le relever. C’est seulement à propos de 2 que l’on trouve la mention explicite d’un intitulé particulier. L’analyse qui suit est brève85.

  • 86 V, p. 57, l. 18 : Γράφει δὲ λόγον ἕτεϱον ϰατὰ Ἀγνοητῶν.

1086. Il écrit un autre traité contre les agnoètes.

  • 87 V, p. 57, ll. 18-24.
  • 88 V, p. 57, l. 24 - p. 60, l. 23.

48Précédée par une brève notice de la main d’Eulogios (ou de l’éditeur ?) sur l’origine de l’hérésie87, la démonstration a été synthétisée par Photios avec le plus grand soin88.

  • 89 Voir supra, p. 78 et n. 5.

4911. La nature du dernier traité à donné lieu à des combinaisons intellectuelles passablement fantastiques. Comme je l’ai souligné ailleurs, on a cherché à prendre Photios en flagrant délit de distraction ou d’incurie, à propos des codices précédents roulant sur Éphrem89. On ne peut tirer aucune conclusion des blancs des manuscrits à la fin du cod. 229 : quatre lignes et demie dans A, un λείπει dans M. La cause réside probablement dans la présentation des ancêtres respectifs des deux témoins, par exemple, une fin de page dans l’un, suivie d’une autre, faisant office de page de garde, afin de marquer l’achèvement d’un volume.

  • 90 V, p. 61, l. 10 - p. 62, l. 23.
  • 91 V, p. 62, ll. 23-26.

50Le litige a pour origine une phrase que l’on a jugée énigmatique. Il faut en rappeler le texte grec. Photios vient de présenter le compte rendu90 d’un synode tenu par Eulogios contre les Samaritains91 :

Καὶ οὕτω τòν σύλλογον διαλύει, συντελευτώσης αὐτῷ ϰαὶ τῆς ὑποϑέσεως ϰαὶ τῆς ἐϰφωνήσεως ϰαὶ τοῦ πεϱιελϑόντος εἰς τὰς ἡμετέϱας χεῖϱας τϱίτου τεύχους.

  • 92 V, p. 62.

51R. Henry reconnaissait pouvoir seulement traduire tant bien que mal92 :

« C’est ainsi qu’il congédia le synode ; la relation de celui-ci et le décret promulgué ont disparu avec Eulogius et son troisième livre est parvenu entre nos mains. »

  • 93 V, p. 62, n. 1.
  • 94 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 75.
  • 95 L.l.

52Et de commenter alors93 : « (...) les documents originaux concernant ce synode avaient disparu à l’époque de Photios et (...) il a connu cette affaire par le dernier λόγος du recueil dans lequel Eulogius était revenu sur le sujet ». Pourtant, les pages précédentes ne donnaient pas du tout l’impression de constituer un condensé d’un « retour » de l’original. W.T. Treadgold s’est contenté de tourner en anglais la version de R. Henry. Pour lui, le troisième volume ne serait autre que le troisième annoncé au cod. 228... où l’auteur était Éphrem d’Amid94 : « Here Photius has confused Ephraem, Patriarch of Antioch from 527 to 545, with Eulogius, Patriarch of Alexandria from 580 to 607 ». Impossible évidemment : le cod. 230 renferme si souvent le rappel du nom de l’écrivain que pareille représentation des faits contient plus de fantaisie que de vérité. Les erreurs de Photios en l’espèce seraient patentes95 : « Photios’ chronological confusion is evident when he dates Eulogius’ council to the seventh year of Marcian (i.e., 457), too early even for Ephraem, rather than to the seventh year of Maurice (589-590), which is presumably right. » D’après le savant américain, le pauvre lecteur aurait été dérouté par une avalanche de textes à portée identique : tous traitaient du monophysisme. Très juste, hormis justement pour le dernier, qui visait les Samaritains, dont Éphrem n’eut jamais l’occasion de parler. En définitive, Photios aurait été incapable de rendre à César l’héritage qui lui revenait.

  • 96 V, p. 60, ll. 24-26 : Τελευταῖον δὲ πεϱιεῖχε τò βιβλίον λόγον ἐπιγϱαφὴν φέϱοντα · “‘Όϱος ἐϰφωνηϑεὶ (...)

53Il faut revenir à l’intitulé de cette onzième partie96 :

Le dernier traité que contenait le livre portait le titre « Décret proclamé contre les Samaritains ». L’hypothesis qui le précédait est ainsi conçue (...).

  • 97 Je résume V, p. 60, l. 26 - p. 61, l. 10. Sur le personnage de Dosthès ou Dosithée, on trouvera de (...)
  • 98 V, p. 61, l. 10 - p. 62, l. 23.

54Photios promet de reproduire le texte intégral de cette importante introduction où l’on distingue deux sections. La première traitait des divisions qui opposaient entre eux les Samaritains. Les uns identifiaient le prophète annoncé par Moïse avec Josué, les autres, avec un gnostique du 1er siècle de notre ère nommé Dosthès ou Dosithée97. La seconde résume le déroulement du synode présidé par Eulogios, qui réconcilia les thèses en présence en proposant le Christ comme seul candidat98.

  • 99 O.l., p. 75, n. 49.
  • 100 V, p. 61, ll. 13-15.

55W.T. Treadgold99 a cru pouvoir tirer parti d’une phrase de l’hypothesis pour stigmatiser la bévue du savant byzantin100 :

Μαϱϰιανὸς δὲ τηνιϰαῦτα, ὃς τοῖς Ῥωμαϊϰοῖς ἐνίδϱυτο σϰήπτϱοις, ἕβδομον ἔτος ἤνυε τῆς βασιλείας.
À ce moment, Marcien, qui occupait le trône avec, entre les mains, le sceptre sur les Romains, était dans la septième année de son règne.

  • 101 R. HENRY, V, p. 206 (n. complémentaire à la p. 61) écrivait : « (C) est une faute manifeste que j’ (...)

56Fabricius et, à la suite, R. Henry corrigeaient le nom de l’empereur en « Maurice », bien qu’il n’y eût pas la moindre divergence des manuscrits. Avec W.T. Treadgold, on rétablira la leçon de la tradition. Faut-il inscrire l’erreur chronologique au passif de Photios ? Je n’en crois rien : il a recopié ou dicté telle quelle l’hypothesis qu’il avait sous les yeux. C’est au niveau de celle-ci qu’a été commise la faute de lecture101 : ce serait dénaturer la Bibliothèque que d’y porter remède.

  • 102 Il serait faux cependant de prétendre que toute difficulté est levée. Le verbe συντελευτάω joue su (...)

57La conclusion du onzième traité a donc une signification tout autre que celles que lui assignaient R. Henry et W.T. Treadgold. On traduira de manière suivante102 :

Et c’est ainsi qu’il dissout la réunion, et se terminent en même temps l’hypothesis, la proclamation et le troisième volume qui est parvenu entre nos mains.

  • 103 V, p. 62. n. 1.

58R. Henry signalait que Photios n’avait pas, au long du compte rendu, fait état d’une division en volumes. Le constat n’autorise pas la conclusion qu’il suggérait103 : « (...) il s’agit du troisième livre d’un ouvrage de polémique contre Dosithée que Photios a analysé ici à cause de la parenté évidente qu’il y a entre son sujet et celui du λόγος qui reprenait l’affaire des Samaritains ». Singulier procédé et, si l’on admet l’hypothèse, cas absolument isolé dans toute la Bibliothèque. D’ailleurs, l’objection de R. Henry n’est pas dirimante, car Photios n’avait pas un souci constant de précision en matière de vocabulaire codicologique.

59On peut proposer une autre interprétation au moins aussi satisfaisante. Elle résulte de trois observations :

  1. Le recueil des écrits d’Eulogios au cod. 230 renfermait onze pièces, exactement comme l’un des livres de son prédécesseur Éphrem104. On peut donc supposer qu’à elles seules, elles suffisaient à remplir un volume.
  2. Après l’Histoire d’Héraclée du Pont de Memnon (cod. 224, IV, p. 48, l. 2 - p. 99, l. 11), Photios a rencontré et fait l’analyse d’une série de textes ecclésiastiques tardifs, au sein de laquelle se distinguent trois codices réservés à Eulogios. Or, le premier (cod. 225, IV, p. 99, l. 13 - p. 108, l. 24) abordait un ouvrage assez ample en deux livres. De la recension intégrale, nous ne possédons que la partie touchant les quatre chapitres du premier. A la fin du codex, les lacunes des manuscrits font penser à un accident matériel105. En tout cas, nous ne saurons jamais rien du contenu du livre II. A en juger par les développements de Photios, l’ouvrage pourrait avoir constitué un volume à lui seul.
  3. Les deux autres codices (226, IV, p. 108, l. 26 - p. 111, l. 7 et 227, p. 111, l. 9 - p. 114, l. 18) couvrent un nombre de pages assez voisin. C’est à la fin de 227 seulement qu’est écrit le terme « volume »106.

60D’un point de vue de codicologue, la répartition devrait se faire ainsi :

  1. cod. 225 : vol. I
  2. cod. 226-227 : vol. II
  3. cod. 230 : vol. III.

61La conclusion rend caduques les interprétations aussi bien de R. Henry que de W.T. Treadgold, car toutes deux font fi des données du texte. Surtout, elle oblige à s’interroger sur l’aspect extérieur du troisième volume que Photios eut entre les mains.

62En fait, nous sommes déjà en possession de la réponse. Parmi les onze pièces du recueil du cod. 230, une seule n’avait qu’un intérêt marginal, la dernière. L’action d’Eulogios sortait du cadre ordinaire de ses préoccupations théologiques. Par conséquent, une introduction devait préciser la portée du document afin de le rendre intelligible. Photios n’en savait pas beaucoup plus long que nous sur la question au moment où il rédigeait : aussi a-t-il reproduit à la lettre l’Hypothesis dont il disposait.

63« Édition savante » donc. En vérité, l’examen des biographica conduit à la même interprétation pour au moins un des codices. Rien de plus significatif que la manière dont Photios a procédé. L’alignement des données est parlant :

  • 107 II, p. 192, l. 16 - p. 193, l. 18 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου τοῦ ἐν ἁγίοις ἀϱχιεπισϰόπου Ἀλεξάνδρείας ϰα (...)
  • 108 III, p. 105, ll. 8-10 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου ἀϱχιεπισϰόπου Ἀλεξανδϱείας ϰατὰ Ναυατιανῶ (...)
  • 109 IV, p. 99, ll. 13-14 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου πάπα Ἀλεξανδρείας βιβλίον ἐν λόγοις β’.
  • 110 IV, p. 108, ll. 26-29 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου τοῦ ἁγιωτάτου πάπα Ἀλεξανδϱειάς βίβλος, ἐν ᾗ φαίνεται μ (...)

1. Cod. 82107 : Lu de saint Eulogios, archevêque d’Alexandrie, Contre Navatus et Sur l’administration, cinq livres.
2. Cod. 208108 : Lu de saint Eulogios, archevêque d’Alexandrie, Contre les Novatiens, en cinq livres.
3. Cod. 225109 : Lu de saint Eulogios, patriarche d’Alexandrie, un ouvrage en deux livres.
4. Cod. 226110 : Lu d’Eulogios, le très saint patriarche d’Alexandrie, un livre où, visiblement, il prend les armes en faveur des dogmes de l’orthodoxie, mais traîne dans l’opprobre les défenseurs de l’hérésie.

  • 111 IV, p. 111, ll. 3-7 : Οὗτος δ’ὁ ἐν ἁγίοις Εὐλόγιος πϱεσβυτέϱου βαϑμòν ἐν Ἀντιοχείᾳ ἔσχε τò πϱότεϱο (...)

64C’est seulement à la fin de ce chapitre que Photios ajoute de maigres indications biographiques sur l’écrivain111 :

Ce saint Eulogios eut d’abord le grade de prêtre à Antioche, et il fut higoumène du couvent de la Très Sainte Mère de Dieu, dit « des (moines) de Justinien ». Il a encore donné d’autres traités, qui ne sont pas dénués d’originalité. C’est plus tard cependant qu’il exerça la charge d’archevêque d’Alexandrie.

65Le traité était dirigé contre Théodose, patriarche monophysite d’Alexandrie (535-566), et contre Sévère d’Antioche.

  • 112 IV, p. 111, ll. 9-12 : Ἀνεγνώσϑη λόγος στηλιτευτιϰòς τοῦ αὐτοῦ ἐν ἁγίοις ἀνδϱòς ϰατὰ τῆς γεγενημέν (...)
  • 113 V, p. 8, ll. 2-3. Voir supra, p. 115, n. 2.
  • 114 VIII, p. 188, ll. 24-28 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου σύνταγμα. Ῥητῶν δὲ γϱαφιϰῶν διάνοιαν ἀναπτύσσει, οἷς (...)

5. Cod. 227112 : Lu un livre du même saint auteur flétrissant l’union momentanée qui s’était établie entre théodosiens et gaïnites, relevant de la même secte des acéphales.
6. Cod. 230113 : Lu de saint Eulogios un ouvrage contenant 11 textes.
7. Cod. 280114 : Lu d’Eulogios une composition. Elle développe la pensée de péricopes scripturaires. Voici, sache-le, que se trouve réalisé du même coup aussi, le plus cher de mes frères, l’objet de ta demande pressante.

  • 115 Malgré son intérêt, elle n’a pas trouvé grâce aux yeux de G.H. BECK, o.l., pp. 381-382, dont la no (...)

66Parmi les six codices tirés d’une lecture intégrale des ouvrages d’Eulogios, le quatrième est le seul qui contienne une esquisse biographique en trois traits115. S’il l’avait tirée d’un dictionnaire ou d’une quelconque histoire de l’Église perdue pour nous, Photios l’eût ajoutée au premier codex. La haute qualité du prélat justifiait une telle recherche dès la première rencontre. Le cod. 227 ne contient aucune indication de grade. La locution « du même » indique peut-être que, dans les originaux, les suscriptions correspondant aux codd. 226-227 étaient identiques, voire que les textes figuraient dans un seul volume.

  • 116 G.H. BECK, o.l., p. 382 ; J. DARROUZÈS, o.l., col. 1388 écrit que l’homélie courait sous le nom ta (...)
  • 117 Cod. 182, II, p. 193, ll. 2-5 : Ἐν δὲ τῷ πέμπτῳ ἰδίως πεϱὶ τοῦ δεῖν τιμᾶν τὰ τῶν μαϱτύϱων λείψανα (...)

67On voudrait évidemment pouvoir identifier les traités « non dépourvus d’originalité » qu’indique le cod. 226. Il ne peut s’agir de l’homélie Sur les Rameaux découverte à la fin du siècle précédent. Elle court tantôt sous son nom tantôt sous celui de Cyrille d’Alexandrie, mais elle est peut-être l’œuvre de Sophronios de Jérusalem116. Peut-on formuler une hypothèse ? Comme on peut le constater, les deux ouvrages où Eulogios attaquait Novatus et les siens portaient une titulature où l’auteur était désigné comme « archevêque ». Mais les indications ne sont probablement que le fait d’un « éditeur » ou d’un copiste. On peut supposer que c’est à ces traités que fait référence le cod. 226. Quoi qu’il en soit, la rédaction de l’un deux fut probablement contemporaine du patriarcat117 :

Dans le cinquième (livre Contre Navatus), il combat pour souligner le devoir de vénérer les restes des martyrs : c’est là, dit-il, une obligation que ne consentent pas à accomplir les navatiens dispersés dans Alexandrie (...).

68La technique de Photios ressort bien de l’ensemble. Là où il ne disposait que des titulatures de manuscrits, il les a reproduites faute d’autre instrument de documentation. Quand le hasard lui mit entre les mains un volume muni d’une information plus étoffée, il n’allait point se priver de données précieuses et rares. Ce fut le cas pour le cod. 226. Surtout, ceci nous fait entendre qu’en homme pratique, Photios s’efforçait de mettre à profit au maximum les éléments figurant dans les livres qu’il exhumait, sans jeter d’exclusive sur l’une ou l’autre source.

69Rien de ce que nous avons constaté jusqu’ici ne donne à conjecturer que Photios ait trouvé les enseignements qu’il a collectionnés hors des manuscrits qu’il avait eus sous les yeux pour chacun des écrivains. En revanche, les passages que j’ai sélectionnés autorisent une esquisse de la méthode suivie.

70Comme on pouvait le supposer a priori, dans certains cas, la glane a été particulièrement maigre. Des titres ou des dédicaces ne permettaient pas des spéculations très intéressantes ni des conclusions très sûres. Le codex traitant de Céphalion a révélé les éléments essentiels que Photios tenait à découvrir dans les préfaces aux œuvres historiques ou, à défaut, dans l’œuvre même. Malheureusement, il apparaît à l’expérience que le filon est souvent d’une avarice désespérante. Dans le cas particulier du traité Sur le Tout, il est ressorti que, parmi les manuscrits, l’un bénéficiait de scholies, l’autre d’une notice bio-bibliographique. L’analyse du cod. 230 (Eulogios d’Alexandrie) a mis en exergue la présence d’une Hypothesis destinée à servir d’introduction à un texte qui fût demeuré incompréhensible sans elle.

71Quoi qu’il en soit, on voit bien que les premiers résultats de l’examen ne font pas mentir le portrait psychologique brossé en tête du présent travail. Plus d’une fois, j’aurai à m’interroger sur la composition du volume dont disposa Photios. Ce sera encore le cas à propos des dix orateurs attiques. Les principes méthodologiques mis en œuvre à cette occasion valent pour la suite. S’impose en effet une distribution de la matière, où l’on trouvera les grandes sections suivantes :

  1. Du bon usage des œuvres,
  2. Du bon usage des documents annexes,
  3. Œuvres, annexes et autres facteurs : la symphonie des sources.

Notes

1 Cod. 97, II, p. 63, ll. 23-25 : Ἀνεγνώσϑη Φλέγοντος Τραλλιανοῦ ἀπελευϑέρου τοῦ αὐτοϰράτορος Ἀδριανοῦ ὀλυμπιονιϰῶν ϰαὶ χρονιϰῶν συναγωγή.

2 II, p. 63, ll. 25-27 : Προσφωνεῖ τò σύνταγμα πρòς Ἀλϰιβιάδην τινά, ὃς εἶς ἦν τῶν εἰς φυλαϰὴν τεταγμένων τοῦ Ἀδριανοῦ. C’est le testimonium 257 T 3 Jacoby. Le bénéficiaire de la dédicace était P. Aelius Alcibiades, connu comme praepositus cubiculi d’Adrien. Voir JACOBY (257 F 1-34, Kommentar, II, p. 838), qui voit dans les Chroniques un travail de client analogue aux Douze Césars de Suétone. On dispose d’un bon article sur l’écrivain dans la Souda Φ 527, s.v. Φλέγων. Cependant, la source qui, d’après A. Adler, aurait été Hésychios, donne pour patronus à l’historien soit Adrien soit Auguste.

3 Cod. 96, II, p. 48, l. 25-p. 49, l. 27 : Ἀνεγνώσθη βιβλίον τὰ περὶ τòν Χρυσόστομον ἐπιγραφὴν ἔχον Γεωργίου ἐπισϰόπου Ἀλεξανδρείας · ὅστις δ’ ἐστὶν οὗτος, οὐϰ ἔχω σαφές τι παραστῆσαι. R. HENRY (II, p. 49, n. 1) indique que nous n’en savons pas beaucoup plus long. Georges fut patriarche d’Alexandrie durant la troisième décennie du viie siècle.

4 Cod. 98, II, p. 65, l l. 4-5 : Ἀνεγνώσθη ἱστοριϰòν λόγοις ἓξ Ζωσίμου ϰόμητος ἀπò φισϰοσυνηγόϱου.

5 Les indications sont de Mgr P. Canart. cité par Fr. PASCHOUD, dans son édition de l’Histoire nouvelle de Zosime, I, Paris, 1971, p. lxxvii.

6 Ζωσίμου ϰόμητος ϰαὶ ἀπὸ φισϰοσυνηγόρου. Ni le LSJ ni LAMPE, PCL ne donnent la forme ϰόμις, résultat de la prononciation évoluée. Je lis donc autrement que Fr. PASCHOUD [o.l., p. 8], qui ne fait pas état de l’intéressante tradition indirecte que constitue l’intitulé du cod. 98.

7 II, p. 65, ll. 5-6 : Ἔστι τὴν θρησϰείαν ἀσεβὴς ϰαὶ πολλάϰις ἐν πολλοῖς ὑλαϰτῶν ϰατὰ τῶν εὐσεβῶν. L’image canine reparaît à propos d’Himérios, voir cod. 165. II. p. 140, ll. 1-2 et ici même p. 202.

8 Voir Fr. PASCHOUD, o.l., pp. lxxv-lxxvii. On ne possède aucun renseignement sur le personnage. À la fin du vie siècle déjà, le premier écrivain à le citer, Évagre le Scholastique, ne savait plus rien de lui. C’est ce qui amène Fr. Paschoud à supposer qu’inachevée, l’Histoire nouvelle a dû circuler dans la clandestinité à cause de son orientation antichrétienne.

9 II, p. 66, ll. 27-32.

10 II, p. 66, ll. 32-36 : Δοϰεῖ δέ μοι ϰαὶ οὗτος δύο ἐϰδόσείς, ὥσπερ ϰἀϰεῖνος, πεποιηϰέναι. Ἀλλὰ τούτου μὲν τὴν προτέραν οὐϰ εἶδον · ἐξ ὦν δὲ ἣν ἀνέγνωμεν ἐπέγραψε “νέας ἐϰδόσεως », συμβαλεῖν ἦν ϰαὶ ἐτέραν αὐτῷ, ὥσπερ ϰαὶ τῷ Εὐναπίῳ, ἐϰδεδόσϑαι. Pour Eunape, voir cod. 77, I, p. 159, l. 26 - p. 160, l. 4.

11 Fr. PASCHOUD, o.l., p. xxi.

12 Bien attesté, voir LSJ, s.v., no 5.

13 Voir plus loin, pp. 170-172.

14 Cod. 214, III, p. 125, ll. 19-30 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον Ἱεϱοϰλέους πεϱὶ προνοίας ϰαὶ εἱμαρμένης ϰαὶ τῆς τοῦ ἐφ’ ἡμῖν πϱòς τὴν ϑείαν ἡγεμονίαν συντάξεως. Ἔστι μὲν οὖν τὴν πϱοαίϱεσιν φιλόσοφος ὁ ἀνήϱ, ἡ δὲ συγγραφὴ αὐτῷ Ὀλυπιόδωϱον ϰριτὴν προϰαθίζει, ὃν ϰαὶ παρασχεῖν τοῦ λόγου τὰς ἀφορμὰς ὑποτίθεται, ϰαὶ αὐτὸν ἔχοντα τοῦ φιλοσοφεῖν ἔϱωτα, οὐ μὴν οὐδὲ τῆς πολιτιϰῆς σοφίας ἄπειρον · ἐμπϱέψαι τε γὰϱ Ῥωμαϊϰαῖς πρεσβείαις, ϰαὶ πολλὰ ϰαὶ μέγιστα τῶν βαρβάρων ἐϑνῶν τῇ Ῥωμαϊϰῇ συνάψαι λήξει, αἵτινες αὐτῷ ϰαὶ τῶν μεγίστων παρ’ αὐτοῖς τιμῶν ϰατέστησαν αἴτιαι. Ὁ μὲν Ὀλυμπιόδωρος, πρὸς ὃν ὁ λόγος, τοιοῦτος.

15 III, p. 125, ll. 30-32 : Ὧι δὴ ϰαὶ παραμυθητιϰοὺς λόγους ὁ συγγραφεὺς ἐπὶ τέλει τοῦ πρώτου βιβλίου, ϑετοῦ παιδὸς ἀποβολὴν ποτνιωμένῳ ϰαὶ σϰυϑρωπάζοντι, προσενήνοχεν.

16 Voir aussi cod. 251, VII, p. 189, l. 22 - p. 206, l. 24.

17 III, p. 129, l. 34 - p. 130, l. 40 : (...) ϰαὶ ὡς Πλωτῖνός τε ϰαὶ Ὠϱιγένης, ϰαὶ μὴν ϰαὶ Πορφύριος ϰαὶ Ἰάμβλιχος ϰαὶ οἱ ἐφεξῆς, ὅσα τῆς ἱεϱᾶς (ὡς αὐτός φησι) γενεᾶς ἔτυχον φύντες, ἕως Πλουτάρχου τοῦ Ἀϑηναίου, ὃν ϰαὶ ϰαϑηγητὴν αὑτοῦ τῶν τοιούτων ἀναγράφει δογμάτων, οὗτοι πάντες τῇ Πλάτωνος διαϰεϰαϑαϱμένῃ συνᾴδουσι φιλοσοφίᾳ. Il est inutile de présenter la plupart de ces personnages. Evidemment, Origène le néo-platonicien ne peut être confondu avec le maître de l’école d’Alexandrie. Voir K.-O. WEBER, Origenes der Neuplatoniker Versuch einer Interpretation, Munich, 1962, pp. 15-40 et H.D. SAFFREY-L.G. WESTERINK, dans leur édition de la Théologie platonicienne (l. II), II, de Proclus, Paris, 1974, pp. x-xii, où l’on trouvera la bibliographie utile. Sur Plutarque, voir Ét. ÉVRARD. Le maître de Plutarque d’Athènes et les origines du néoplatonisme athénien, II, dans L’Antiquité Classique, 29 (1960), pp. 392-397. Dans la description de la lignée transparaît en filigrane le célèbre symbole de la chaîne dorée. Voir J. GLUCKER, Antiochus and the Late Academy, Göttingen, 1978, pp. 311-312. Sur le sens de ϰαϑηγητής « maître à titre privé », ibid., pp. 127-134.

18 Ilsetraut HADOT, Le problème du néoplatonisme alexandrin. Hiéroclès et Simplicius, Paris, 1978, pp. 17 et 21. Voir aussi L.G. WESTERINK, Anonymous Prolegomena to Platonic Philosophy, Amsterdam, 1962, p. xi.

19 En plus du présent traité, il avait donné un double commentaire au Gorgias, DAMASCIOS (Vie d’Isidore, 54, p. 80, ll. 1-12 Zintzen = cod. 242, VI, p. 18, ll. 28-7), ainsi qu’un ouvrage analogue consacré aux Vers d’or de Pythagore, qui est conservé : F.G. KOEHLER, Hieroclis in aureum Pythagoreorum carmen commentarius, Stuttgart, 1974. Pour un fragment de son Ἠϑιϰὴ στοιχείωσις, voir Alb. LESKY, GGL, p. 934.

20 Cod. 80, I, p. 174, ll. 27-31.

21 E.A. THOMPSON, Olympiodorus of Thebes, dans Classical Quarterly, 38 (1944), p. 44.

22 Par exemple, Ils. HADOT (o.l., pp. 17-20) ne fait pas le rapprochement ; la même constatation vaut pour les historiens qui ont étudié Olympiodore.

23 Cod. 68, I, p. 100, ll. 14-22 : Οὗτος τὸ μὲν γένος αὑτοῦ ϰαὶ πατρίδα, ὡς αὐτός ἐϰεῖνóς φηοιν, ὥσπεϱ Ὅμηϱος, ἀποσιωπᾷ. Ὅτι δὲ διατϱίβων ἐν Σιϰελίᾳ φυγῆς ἕνεϰα τὴν ἱστορίαν συνέταξεν, ἀποφαίνεται, τò μὲν ἀναγϰαῖον, πατϱίδα εἰπεῖν ϰαὶ γένος παϱείς, τὸ δὲ ϰαὶ μιϰϱοψυχίαν ἐμφαῖνον ἐν μνήμῃ πεποιηϰώς. Καὶ τò ἐϰ τόσων δὲ ϰαὶ τόσων συνειλέχϑαι αὐτῷ τὴν ἱστορίαν σεμνύνεσϑαι οὐ πάνυ ψυχῆς τò μιϰρόλογόν τε ϰαὶ τὴν παιδαριώδη φιλοτιμίαν ἀποσειομένης ἀπόδειξις. La phrase Ὅτι... πεποιηϰώς est rédigée dans un style « parlé » qui la rend difficile à traduire littéralement. C’est particulièrement le cas pour la reprise « que de l’avoir mentionné ». L’expression « style parlé » est de R. HENRY, I, p. xlv, et on la retrouve assez fréquemment dans les notes jointes à son édition. À vrai dire, je ne suis pas sûr qu’elle convienne parfaitement pour les passages de l’espèce. Je dirais plus volontiers, au prix d’un néologisme doublé d’un anachronisme, « style hexagonal ». C’est celui que pratique un intellectuel de haut vol, peu soucieux d’être lu par autrui.

24 Souda, K 1449 s.v. Κεφαλίων · ἢ Κεφάλων, Γεϱγίϑιος, ῥήτωϱ ϰαὶ ἱστοριϰός, γεγονὼς ἐπὶ Ἀδϱιανοῦ. Ἔφυγε δὲ τὴν πατϱίδα δι’ ἀπέχϑειαν δυναστῶν, ϰαὶ ἐβίω ἑν Σιϰελίᾳ. Ἔγϱαψε Παντοδαπὰς ἱστοϱίας ἐν βιβλίοις ϑ’, ἅτινα ἐπιγϱάφει Μούσας, Ἰάδι διαλέϰτῳ · Μελέτας τε ῥητοϱιϰὰς ϰαὶ ἄλλα τινά.

25 F. JACOBY, dans son article Kephalion (4) de R.-E., XI, 1 (1921), col. 191.

26 F. JACOBY, l.l. Outre l’ouvrage recensé par Photios, on vient de le voir, sont attestées des Histoires de toutes sortes (Souda) et des musici libri (EUSÈBE, Chronique, p. 125, 12). A moins que ce dernier titre ne recouvre les livres de Céphalion désignés par les noms des neuf Muses. Le cod. 68 s’achève par une énumération lacuneuse du nombre d’ouvrages et d’écrivains mis à contribution par l’historien. Le total, à en juger par les chiffres conservés (ou demeurés lisibles dans les manuscrits sur lesquels ont été copiés A et M ?), devait être fabuleux. R. HENRY (I, p. 101, n. 1) écrivait : « la fin de cette notice est embarrassante pour qui veut en tirer une conclusion sur la méthode de Photius ».

27 Les fragments conservés sont rassemblés dans MÜLLER (FHG, III, pp. 625-631). GEORGES LE SYNCELLE (p. 67 A = fr. 1, pp. 625-626) paraît citer littéralement des extraits du livre I (Clio) renfermant des formes ioniennes.

28 A l’exception des limites chronologiques de l’ouvrage, de Ninos et Sémiramis à Alexandre le Grand (I, p. 100, ll. 5-6).

29 On ne peut s’empêcher de trouver étriqué le point de vue du styliste :
Pour l’expression, il recourt à l’ionien et il fit grand usage de la concision, plus qu’il n’est convenable, et il ne fait montre de rien qui mérite admiration ou envie, si ce n’est de sa connaissance du cours de l’histoire.
Ἔστι δὲ τὴν φϱάσιν ἰωνίζων, ϰαὶ τοῦ πϱοσήϰοντος πλέον τῇ συντομίᾳ ἀποχϱώμενος, οὐδ’ ἄλλο οὐδὲν ἄξιον ϑαυμάσαι ϰαὶ ζηλῶσαι ἐνδειϰνύμενος πλὴν τῆς ϰατὰ τὴν ἱστοϱίαν μαϑήσεως.
De peu antérieur à Photios, mais plus favorable à Céphalion, Georges le Syncelle (l.l.) l’appelle
un homme distingué, pas n’importe qui
ἐπίσημος εἶς, οὐχ ὁ τυχών.
Le regard d’un chronographe professionnel ne devait évidemment pas avoir la même noirceur que celui de Photios.

30 II, p. 163, n. 1.

31 II, p. 162, ll. 2-3 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον πολύστιχον, μᾶλλον δὲ πολύβιβλον, λόγοις μὲν ιε’, τεύχεσι δὲ ε’.

32 C’est ce qui ressort de la description, p. 162, l. 3 - p. 163, l. 26. Aux témoignages de toute provenance, grecs, perses, thraces, égyptiens, babyloniens, chaldéens et romains, le compilateur (p. 163, ll. 28-30) en joignit un autre, encore plus singulier :
(...) même, il ne s’épargna pas (la peine) d’en prendre (un) dans les écrits chimiques de Zosime (ce dernier était le Thébain de Panopolis) pour établir les mêmes propositions.
ϰαὶ ἀπὸ τῶν χειμευτιϰῶν Ζωσίμου λόγων (Θηβαῖος δ’ ἦν οὗτος Πανοπολίτης) οὐϰ ἐφείσατο τὰ αὐτά ϰατασϰευάζεσϑαι.
La traduction de R. Henry « les froids écrits de Zosime » (littéralement, « les écrits de neige ») est certainement inexacte. Les deux manuscrits de base, A et M portent la leçon χειμευτιϰῶν contre χυμ- d’A2 qui n’a d’autre valeur que celle d’une conjecture d’érudit. Cette hésitation ne peut surprendre ; pour désigner l’alchimie, le grec tardif balançait entre plusieurs formes où l’iotacisme empêche de reconnaître la graphie d’origine, χημεία (-μία) ou χυμεία (-μία). Voir R. HALLEUX (Les textes alchimiques, Turnhout, 1979, p. 45, avec la n. 15) ou le présent texte n’est pas relevé. L’intérêt de l’allusion de Photios est de nous faire connaître un témoignage sur l’utilisation du corpus de Zosime en plein viie siècle. Sur Zosime, voir R. HALLEUX, o.l., pp. 61-62.

33 II, p. 165, ll. 27-32 : Tò μέντοι ὄνομα τοῦ συντεταχότος τὰ τεύχη μέχϱι νῦν οὐϰ ἔσχομεν εἰδέναι · οὐ γὰϱ ἐνεφέϱετο τοῖς βιβλίοις ὅσα εἴδομεν πλήν γε δὴ ὅτι Κωνταντινούπολιν ᾤϰει, γυναιϰί τε νόμῳ γάμου συνῴϰει ϰαὶ τοῖς ἐξ αὐτῆς αὑτοῦ παισί, ϰαὶ ὅτι μετὰ τοὺς Ἡϱαϰλείου χϱόνους τòν βίον διήνυσεν.

34 Héraclius régna de 610 à 641, voir G.H. BECK, o.l., p. 802.

35 On sait que P. NAUTIN (Hippolyte et Josipe, Paris, 1947, pp. 98-99) avait voulu l’attribuer à un prêtre romain qu’il appelle « Josipe ». Cette thèse hardie n’a rencontré aucun succès : voir J. QUASTEN, o.l., II, p. 233 ; B. ALTANER, o.l., p. 255 ; M. RICHARD, dans son article Hyppolyte de Rome (saint) dans Dictionnaire de spiritualité, III, 34-35 (1968), col. 542 repris dans Opera Minora I et R. HENRY, I, p. 35, n. 1. Comme on verra plus loin, à la différence de ce qu’affirme R. HENRY à cet endroit, je ne crois pas du tout que Photios « s’empêtre » dans ces questions d’attribution.

36 Cod. 48, I, p. 33, l. 14 - p. 34, l. 17 : Ἀνεγνώσϑη Ἰωσήπου πεϱὶ τοῦ παντός, ὃ ἐν ἄλλοις ἀνέγνων ἐπιγϱαφόμενον πεϱὶ τῆς τοῦ παντòς αἰτία, ἐν ἄλλοις δὲ πεϱὶ τῆς τοῦ παντòς οὐσίας. Ἔστι δὲ ἐν δυσὶ λογιδίοις.

37 Recensée au cod. 47, I, p. 32, l. 18 - p. 33, l. 12.

38 I, p. 34, n. 4.

39 I, p. 34, l. 40 - p. 35, l. 10 : Εὗϱον δὲ ἐν παϱαγϱαφαῖς ὅτι οὐϰ ἔστιν ὁ λόγος Ἰωσήπου, ἀλλὰ Γαΐου τινòς πϱεσβυτέϱου ἐν Ῥώμῃ διατρίβοντος, ὅν φασι συντάξαι ϰαὶ τòν λαβύρινϑον. Οὗ ϰαὶ διάλογος φέϱεται πϱòς Πϱόϰλον τινὰ ὑπέϱμαχον τῆς τῶν Μοντανιστῶν αἱϱέσεως. Ἀνεπιγϱάφου δὲ ϰαταλειφϑέντος τοῦ λόγου φασὶ τοὺς μὲν Ἰωοήπου ἐπιγϱάψαι τοὺς δὲ Ἰουστίνου τοῦ μάϱτυϱος, ἀλλους δὲ Εἰϱηναίου, ὥσπεϱ ϰαὶ τòν λαβύϱινϑόν τινες ἐπέγϱαψαν Ὠϱιγένους. Ἐπεὶ Γαΐου ἐστὶ πόνημα τῇ ἀληϑείᾳ τοῦ συντεταχότος τòν λαβύϱινϑον, ὡς ϰαὶ αὐτòς ἐν τῷ τέλει τοῦ λαβυϱίνϑου διεμαρτύρατο ἑαυτοῦ εἶναι τòν πεϱὶ τῆς τοῦ παντòς οὐσίας λόγον. Εἰ δ’ ἕτεϱος ϰαὶ οὐχ οὗτός ἐστιν, οὔπω μοι γέγονεν εὔδηλον.

40 I, p. 35, ll. 10-17 : Τοῦτον τòν Γάϊον πϱεσβύτεϱόν φασι γεγενῆσϑαι τῆς ϰατὰ Ῥώμην ἐϰϰλησίας ἐπὶ Οὐΐϰτοϱος ϰαὶ Ζεφυϱίνου τῶν ἀϱχιερέων, χειϱοτονηϑῆναι δὲ αὐτòν ϰαὶ ἐϑνῶν ἐπίσϰοπον. Συντάξαι δὲ ϰαὶ ἔτεϱον λόγον ἰδίως ϰατὰ τῆς Ἀϱτέμωνος αἱϱέσεως, ϰαὶ ϰατὰ Πϱόϰλου δὲ σπουδαστοῦ Μοντανοῦ σπουδαίαν διάλεξιν συντεταχέναι, ἐν ᾗ τϱισϰαίδεϰα μόνας ἐπιστολὰς ἀϱιϑμείται Παύλου οὐϰ ἐγϰρίνων τὴν πϱὸς Ἐβϱαίους.

41 Dans les listes connues des œuvres de Justin et d’Irénée ne subsiste aucun titre du même genre. Dans le cas d’un livre anépigraphe, il était logique que l’édition antique cherchât le patronage d’écrivains renommés notamment pour leur orthodoxie. Le nom de Justin, à qui on prêta une œuvre scientifique importante, entre autres, une Confutatio quarundam aristotelicarum (J. QUASTEN, o.l, I, p. 234 ; voir encore le cod. 125, II, p. 97, ll. 23-28 et ici même, p. 294) venait tout naturellement à l’esprit. Quant au Labyrinthe d’« Origène », l’attribution a une origine bien connue. Il n’est autre que le célèbre traité Réfutation de toutes les hérésies dont le premier livre, porteur du titre Philosophoumena, circula séparément sous le nom de l’exégète alexandrin. Comme on sait, l’ensemble du livre ne fut exhumé que progressivement à partir de 1701. On peut le lire intégralement dans l’édition de P. Wendland (GCS 26, Leipzig, 1916) : voir M. RICHARD, o.l., coll. 542-543.

42 M. RICHARD, o.l., col. 543.

43 Cod. 121, II, p. 95, l. 24 - p. 96, l. 43. Perdu aujourd’hui, le livre est cité comme un écrit de jeunesse par Hippolyte au début de sa grande réfutation, voir M. RICHARD, o.l., col. 541.

44 Cod. 202, III, p. 101, l. 35 - p. 102, l. 13. Il est conservé presque intégralement en grec et l’on en possède une version slavonne. Voir M. RICHARD, o.l., coll. 537-538.

45 III, p. 102, ll. 14-17. Voir M. RICHARD, o.l., coll. 536-537. Outre le texte grec, on possède des versions éthiopiennes, géorgiennes et slavonnes. Photios a lu dans le même manuscrit le traité et le Commentaire sur Daniel. Aujourd’hui encore, les deux ouvrages sont liés dans la tradition manuscrite, car le commentaire cite le traité, ainsi qu’il ressort de III, p. 102, ll. 2-11.

46 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 62, n. 46 et p. 188 (table VII) ; O. von GEBHARDT, Hieronymus De viris illustribus in griechischer Uebersetzung (der sogenannte Sophronius) dans Texte und Untersuchungen, 14, 1 b (1896), p. 38 (n. à LIX) ; G. WENTZEL, o.l., p. 56. Dans les trois cas, la conclusion ne repose sur aucun examen sérieux.

47 Pour la clarté, on est bien obligé de reproduire en partie ici le texte traduit supra. p. 110.

48 SOPHRONIOS, 59, p. 38 von Gebhardt : Γάϊος ἐπὶ Ζεφυϱίνου ‘Ρώμης ἐπισϰόπου, τουτέστι ἐπὶ Ἀντωνίου υἱοῦ Σεβήϱου, διάλεξιν ϰατὰ Πϱόϰλου σπουδαστοῦ Μοντανοῦ σφόδϱά μεγίστην ἔσχεν, εὐϑύνων αὐτòν πϱοπετείας τῆς ϰαινῆς πϱοφητείας, ἐν αὐτῷ τῷ τεύχει τϱισϰαίδεϰα ἐπιστολὰς μόνας Παύλου ἀπαϱιϑμούμενος · τὴν γὰϱ πϱòς Ἑβραίους λέγει μὴ εἷναι αὐτοῦ, ἀλλὰ ϰαὶ παϱὰ τοῖς ‘Ρωμαίοις ἄχϱι τοῦ παϱόντος Παύλου τοῦ ἀποστόλου νομίζεται μὴ εἶναι. Dans l’apparat du savant allemand, on n’est pas peu surpris de constater que le cod. 48 est érigé au rang de témoin de la tradition indirecte. Voir cependant les réserves des pp. XV-XVI.

49 EUSÈBE, H. E., V, 22 : il succéda à Éleuthère. La date n’est pas sûre, car la chronique latine situe son élévation après l’avènement de Pertinax (1er janvier 193, voir A. PIGANIOL, Histoire de Rome, Paris, 1939, p. 395). Lire les notes 1-2 de G. BARDY, dans son édition de l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe, II, Paris, 1955, p. 65.

50 J. DANIÉLOU, dans J.D.-H.I. MARROU, Nouvelle histoire de l’Église 1 : Des origines à Grégoire le Grand, Paris, 1963, p. 169.

51 EUSÈBE, H. E., II, 25, 6-7 ; VI, 20, 3.

52 G. WENTZEL, l.l.

53 La traduction suit l’original rigoureusement, à un seul point près : JÉRÔME, 59, p. 41, l. 10 Herding ajoute la locution « decimam quartam ».

54 EUSÈBE, H.E., VI, 20, 3 : Ἦλϑεν δὲ εἰς ἡμᾶς, ϰαὶ Γαῒου λογιωτάτου ἀνδρός, διάλογος, ἐπὶ Ῥώμης ϰατὰ Ζεφυϱῖνον πϱὸς Πϱόϰλον τῆς ϰατὰ Φϱύγας αἱϱέσεως ὑπερμαχοῦντα ϰεϰινημένος · ἐν ᾧ τῶν δι’ ἐναντίας τὴν πεϱὶ τὸ συντάττειν ϰαινὰς γραφὰς προπέτειάν τε ϰαὶ τόλμαν ἐπιστομίζων, τῶν τοῦ ἱεροῦ ἀποστόλου δεϰατϱιῶν μόνων ἐπιστολῶν μνημονεύει, τὴν πρòς Ἑβϱαίους μὴ συναϱιϑμήσας ταῖς λοιπαῖς, ἐπεὶ ϰαὶ εἰς δεῦϱο παϱὰ ‘Ρωμαίων τισὶν οὐ νομίζεται τοῦ ἀποστόλου τυγχάνειν. Sur le montanisme, un mouvement né aux frontières de la Phrygie à la fin du iie siècle, voir B. ALTANER, o.l., p. 191. Les écrits par lesquels s’exprima la propagande de la secte n’ont pratiquement pas laissé de trace. On connaît, notamment, un recueil d’oracles, d’où le trait qui passa successivement dans Eusèbe et Jérôme. Quant à l’Épître aux Hébreux, bien que son caractère canonique n’ait été que rarement contesté, il n’en alla pas de même pour son authenticité paulinienne. Même si elle atteste une conformité d’inspiration avec les lettres sûrement pauliniennes, elle ne saurait être issue du calame de l’Apôtre. Pour couvrir un anonymat toujours embarrassant, différents noms ont été avancés, mais aucun ne rallie l’unanimité de la critique. L’écrivain recueillant le plus grand nombre de suffrages est le Juif alexandrin Apollos dont Luc vantait le zèle apostolique et l’érudition scripturaire dans Actes (18, 24-28). Voir Bible de Jérusalem, III, Paris, 1965, pp. ccxliv-ccxlv.

55 H.E., V, 28.

56 M. RICHARD, o.l., col. 545.

57 Cad. 125, II, p. 97, l. 21 - p. 98, l. 16, avec ma démonstration ici même, pp. 294-300.

58 Voir les doutes de JÜLICHER, dans son article Gaius (7), dans R.-E., VII, 1 (1910), col. 509, ll. 34-36, qui déclare le fait impossible.

59 Sur les problèmes relatifs à l’hérésie d’Hippolyte, voir ici même p. 307, n. 1.

60 L. DUCHESNE, L’Église au vie siècle, Paris, 1925, p. 377 ; H.G. BECK, ο.l., p. 381.

61 Cod. 230, V, p. 8, ll. 2-3 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου βίβλος πληϱουμένη λόγοις ια’.

62 À en juger par la note 1 de la p. 62. On peut se référer à M. GEERARD, CPG, III, p. 320, nο 6976, 1-11.

63 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 75-76.

64 V, p. 8, ll. 3-7 : Τούτων ὁ πρῶτος Ῥώμης ἀρχιερέα ἒλεγε πρòς ὃν ἔγραφεν · ὃς ἐδέξατο παϱὰ τοῦ συγγϱαφέως ἐπιστολὴν συνοδιϰήν, ἐνδεῖν δὲ αὐτὴν ἀντεδήλωσεν ὃτι μήτε τῶν τεσσάϱων συνόδων τὰς πϱοσηγοϱίας ῥήματι εἶπε (...), puis ll. 12-14 : Ἃ μὲν ὁ τὰ συνοδιϰὰ δεξάμενος ᾐτιᾶτο, ταῦτα ἦν · ὁ μέντοι γε ϑεοφιλὴς ἀνὴϱ λόγον ὑπὲϱ ὧν ᾐτιάϑη διδούς (...).

65 G.H. BECK, o.l., p. 381.

66 Cod. 252, VII, p. 207, l. 26 - p. 209, l. 14.

67 V, p. 10, ll. 31-32 : Ὁ δὲ β’ ἐπιγϱάφεται μὲν δογματιϰός, ἔϰϑεσιν δὲ ϰαὶ οὗτος ἀπαγγέλλει πίστεως.

68 V, p. 10, ll. 32-34 et 36-38 : Ἐν ᾗ τήν τε Τϱιάδα εὐσεβοφϱóνως ϑεολογεῖ ϰαὶ τὰ πεϱὶ τὴν οἰϰονομίαν ὁμοίως διέξεισι (...) Καὶ ταῦτα διαδϱομὼν εἰς παϱαίνεσιν πεϱαίνει τὴν σπουδήν, δι’ ἧς τοὺς τῆς ἐϰϰλησίας ἀποφοιτῶντας τὴν ϰοινὴν ὁμóνοιαν ἀσπάσασϑαι παϱαϰαλεῖ.

69 Respectivement V, p. 10, l. 38 - p. 11, l. 10 et ll. 10-20.

70 V, p. 11, ll. 23-25 : Ὁ δὲ γ’ λόγος ϰατὰ τῶν συϰοφαντησάντων τοὺς ἁγίους πατέϱας ϰαὶ τὴν ἐν Καλχηδόνι σύνοδον ἁγωνίζεται.

71 V, p. 11, l. 25 - p. 33, l. 21. Dans le ch. 29, no XV de la Doctrina Patrum, M. RICHARD (Iohannis Caesariensis presbyteri et grammatici opera quae supersunt, Turnhout-Louvain, 1977, CCSG, no 1, pp. xviii-xxi) a identifié l’original correspondant à plusieurs passages du présent traité.

72 V, p. 33, ll. 22-23 : Καὶ ὁ ἐφεξῆς δὲ λόγος ϰατὰ τῶν συϰοφαντῶν τῆς ἐν Καλχηδόνι σύνοδον τὴν σπουδὴν ἔχει.

73 V, p. 33, l. 23 - p. 39, l. 41.

74 V, p. 39, ll. 42-1. Ὁ δὲ ἐφεξῆς αὐτῷ λόγος πρòς τοὺς οἰομένους ἀνϑϱωπίναις ἐπινοίαις δύνασϑαι τὴν ἀληϑῆ τῶν Χϱιστιανῶν ὑποβάλλειν ϑεολογίαν διαλέγεται.

75 V, p. 39, l. 1 - p. 48, l. 36.

76 V, p. 48, ll. 37-40 : Γϱάφει δὲ ὁ αὐτός ἱεϱòς ἀνήϱ ϰαὶ πϱòς Δομετιανόν (Μελιτηνῆς δὲ οὗτος ἐπίσϰοπος) οὐϰ ἀπϱόσφοϱον εἶναι παϱιστῶν τὸ μίαν λέγειν φύσιν τοῦ Θεοῦ Λόγου σεσαϱϰωμένην. Comme l’indique R. Henry (V, p. 204, n. complémentaire à la p. 48), Eulogios avait dédié un autre de ses ouvrages au même prélat (cod. 225, IV, p. 99, ll. 20-21). Ce Domitien était-il le même (R. HENRY, V, p. 205, cf. IV, p. 181, n. complémentaire à la p. 120) que celui auquel Éphrem d’Amid avait écrit à son tour (cod. 228, IV, p. 120, ll. 21-22) ? Près de cinquante ans séparent les actions d’Éphrem et d’Eulogios, ce qui paraît interdire l’identification. Voir déjà W.T. TREADGOLD, o.l., p. 75, n. 49.

77 V, p. 48, l. 40 - p. 51, l. 40.

78 V, p. 51, ll. 41-1 : Γράφει δὲ ὁ αὐτòς ϑεσπέσιος ἀνὴϱ ϰαὶ πϱòς Χϱιστοφόϱον τινά, ὃν αὐτòς ὁσιώτατον ἐπιγϱάφει, γϱαφιϰῶν ἐϱωτήσεων αἰτησάμενον λύσεις.

79 V, p. 51, l. 1 - p. 53, l. 12 et p. 53, ll. 12-36.

80 V, p. 52, ll. 3-6.

81 V, p. 53, l. 37 - p. 54, l. 40 :Ἔτι δὲ ὁ αὐτòς ϰαϑωμίλησεν ἐν τῷ ϑ’ σημείῳ, δι’ ὧν ἐγϰώμιον μὲν διαπλέϰεται τοῦ μονάδος βίου, ϰαὶ τί ποτέ ἐστιν ὁ μοναχòς ὑπογϱάφει · ϰαὶ αὑτòν δὲ τῆς αὐτῆς πολιτείας ἀπαγγέλλει. R. HENRY traduit « le neuvième traité » et fait observer (pp. 53-54, n. 5 de la p. 53, suite) que le découpage de l’ensemble montre qu’il s’agissait en fait du huitième traité. Le vocable σημεῖον n’a nulle part l’acception de « traité » ou d’« ouvrage ». Si Photios a repris l’indication, c’est, à mon sens, pour souligner une erreur dans la numérotation du recueil.

82 V, p. 54, l. 40 - p. 55, l. 2 avec, pour l’historique, p. 54, l. 23 - p. 55, l. 42.

83 V, p. 55, ll. 3-4 : Καὶ ὁ ἐφεξῆς δὲ λόγος πϱοδιαβάλλεται μὲν τὴν αὐτὴν ἐπιγραφήν (...).

84 Voir V, p. 54, ll. 1-7 et ici, p. 56, ll. 34-37.

85 V. p. 55, l. 4 - p. 57, l. 17.

86 V, p. 57, l. 18 : Γράφει δὲ λόγον ἕτεϱον ϰατὰ Ἀγνοητῶν.

87 V, p. 57, ll. 18-24.

88 V, p. 57, l. 24 - p. 60, l. 23.

89 Voir supra, p. 78 et n. 5.

90 V, p. 61, l. 10 - p. 62, l. 23.

91 V, p. 62, ll. 23-26.

92 V, p. 62.

93 V, p. 62, n. 1.

94 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 75.

95 L.l.

96 V, p. 60, ll. 24-26 : Τελευταῖον δὲ πεϱιεῖχε τò βιβλίον λόγον ἐπιγϱαφὴν φέϱοντα · “‘Όϱος ἐϰφωνηϑεὶς τοῖς Σαμαρείταις”. Ἡ δὲ ὑπόϑεσις πϱόϰειται τοιαύτη.

97 Je résume V, p. 60, l. 26 - p. 61, l. 10. Sur le personnage de Dosthès ou Dosithée, on trouvera de riches indications bibliographiques dans R. HENRY, V, p. 61, n. 2 et pp. 205-206 (n. complémentaire à la p. 61).

98 V, p. 61, l. 10 - p. 62, l. 23.

99 O.l., p. 75, n. 49.

100 V, p. 61, ll. 13-15.

101 R. HENRY, V, p. 206 (n. complémentaire à la p. 61) écrivait : « (C) est une faute manifeste que j’imputerais volontiers à un copiste ». Sans doute, mais de quel texte ? L’unanimité des manuscrits montre que la bévue est étrangère à la tradition de la Bibliothèque. Dans un cas comme celui-ci, l’éditeur n’a pas à se tromper d’étage.

102 Il serait faux cependant de prétendre que toute difficulté est levée. Le verbe συντελευτάω joue sur le τελευταῖον de V, p. 60, 1. 24 (voir supra) : il n’a pas par conséquent le sens de « périr en même temps que » (LSJ. s.v.) mais celui de « finir en même temps que ».

103 V, p. 62. n. 1.

104 Voir supra, p. 86.

105 C’est par inadvertance que R. HENRY (IV, p. 108, n. 2) parle d’un ouvrage en dix-neuf livres contre Timothée et Sévère, alors que Photios (IV, p. 99, l. 22 - p. 100, l. 23) évoque deux livres et vingt chapitres, quatre pour le premier et seize pour le second. Le compte rendu a abordé les quatre chapitres avant l’accident qui nous a privés du reste (1-2 : p. 100, l. 23 - p. 103, l. 2 ; 3 : p. 103, l. 3 - p. 105, l. 17 ; 4 : p. 105, l. 18 - p. 108, l. 24).

106 IV, p. 114, l. 14. D’après S. HELMER, o.l., p. 236 le manuscrit Baroccianus 85, 5 contiendrait un fragment du présent traité.

107 II, p. 192, l. 16 - p. 193, l. 18 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου τοῦ ἐν ἁγίοις ἀϱχιεπισϰόπου Ἀλεξάνδρείας ϰατὰ Ναυάτου ϰαὶ πεϱὶ οἰϰονομίας λόγοι ε’. La présentation de l’ouvrage pose un grand nombre de problèmes qu’il n’est pas possible d’aborder ici.

108 III, p. 105, ll. 8-10 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου ἀϱχιεπισϰόπου Ἀλεξανδϱείας ϰατὰ Ναυατιανῶν, ἐν λόγοις ε’. D’après R. HENRY, III, p. 105, n. 2 : « Cette notice n’est que la reprise en abrégé du « codex » 182 (...). Photius, qui se renvoie parfois à lui-même d’un chapitre à l’autre, semble ici avoir tout à fait oublié la première notice sur cet ouvrage ». J’avoue mon scepticisme sur cette interprétation qui paraît simpliste.

109 IV, p. 99, ll. 13-14 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἁγίοις Εὐλογίου πάπα Ἀλεξανδρείας βιβλίον ἐν λόγοις β’.

110 IV, p. 108, ll. 26-29 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου τοῦ ἁγιωτάτου πάπα Ἀλεξανδϱειάς βίβλος, ἐν ᾗ φαίνεται μὲν τῶν τῆς εὐσεβείας ὑπερμαχῶν δογμάτων, τοὺς δὲ τῆς ἀσεβείας πϱοασπιστὰς ϰαταισχύνων.

111 IV, p. 111, ll. 3-7 : Οὗτος δ’ὁ ἐν ἁγίοις Εὐλόγιος πϱεσβυτέϱου βαϑμòν ἐν Ἀντιοχείᾳ ἔσχε τò πϱότεϱον, ϰαὶ μονῆς ἡγήσατο τῆς παναγίας ϑεοτόϰου τῆς λεγομένης τῶν Ἰουστινιανοῦ. Κατεβάλετο δὲ ϰαὶ ἑτέϱας οὐϰ ἀγενεῖς πϱαγματείας. Ὕστεϱον μέντοι ϰαὶ τῆς Ἀλεξάνδϱείας ἀϱχιεϱεὺς ἐχϱημάτισεν.

112 IV, p. 111, ll. 9-12 : Ἀνεγνώσϑη λόγος στηλιτευτιϰòς τοῦ αὐτοῦ ἐν ἁγίοις ἀνδϱòς ϰατὰ τῆς γεγενημένης τοῖς Θεοδοσιανοῖς τε ϰαὶ Γαϊνίταις τοῖς αὐτοῖς ἀϰεφάλοίς πϱοσϰαίϱου ἑνώσεως.

113 V, p. 8, ll. 2-3. Voir supra, p. 115, n. 2.

114 VIII, p. 188, ll. 24-28 : Ἀνεγνώσϑη Εὐλογίου σύνταγμα. Ῥητῶν δὲ γϱαφιϰῶν διάνοιαν ἀναπτύσσει, οἷς συναπαϱτίζεσϑαί σοι, φίλτατε ἀνδϱῶν, ἴσϑι ϰαὶ τὴν ποϑουμένην ἐξαίτησιν. Je retiens ici le texte de B, un apographe de A. Celui qu’a fait imprimer R. Henry a été constitué de façon composite à partir d’éléments pris tantôt à B tantôt aux pinakes de A et de M.

115 Malgré son intérêt, elle n’a pas trouvé grâce aux yeux de G.H. BECK, o.l., pp. 381-382, dont la notice est franchement insuffisante. Le même jugement vaut pour J. DARROUZÈS, dans son article Euloge (saint) 2 dans le Dictionnaire d’Histoire et de Géographie ecclésiastiques, XV (1963), coll. 1388-1389.

116 G.H. BECK, o.l., p. 382 ; J. DARROUZÈS, o.l., col. 1388 écrit que l’homélie courait sous le nom tantôt de Cyrille d’Alexandrie tantôt, dans une recension un peu différente, d’Épiphane de Salamine.

117 Cod. 182, II, p. 193, ll. 2-5 : Ἐν δὲ τῷ πέμπτῳ ἰδίως πεϱὶ τοῦ δεῖν τιμᾶν τὰ τῶν μαϱτύϱων λείψανα ἐπαγωνίζεται, ὃ μὴ ἀνέχεσϑαι πϱάττειν φησὶ τοὺς ἀνὰ τὴν Ἀλεξάνδϱειαν διασπαϱέντας Ναυατιανούς (...).

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search