Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre VIII. Structure générale de la Bibliothèque

Texte intégral

  • 1 A. SEVERYNS, o.l, I, p. 6.

1Un lecteur attentif de la Bibliothèque a tôt fait de se rendre compte que les chapitres offrent des structures radicalement distinctes. Pour les codices 1-233, le schéma le plus courant est le suivant1 :

  1. Titre, nom d’auteur et description de l’œuvre,

  2. Dédicace,

  3. Analyse,

  4. Critique littéraire,

  5. Notice bio-bibliographique.

  • 2 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 40-41.

2Dans la suite, description (1) et (2)-(5) font presque totalement défaut, à quelques notables exceptions près2, sur lesquelles je reviendrai.

  • 3 A. SEVERYNS, o.l., II. p. 69 n.
  • 4 T. HÄGG, Photios als Vermittler.... p. 136.
  • 5 T. HÄGG, o.l., p. 137.
  • 6 Ibid., pp. 131-132.
  • 7 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 43-44.

3En plus, la majeure partie des codd. 234-280 comportent des formules d’introduction que l’on a expliquées sur base de principes a priori. A Severyns écrivait3 : « (...) dans la seconde partie de la Bibliothèque (...), Photius publie des passages qu’il a lui-même extraits des auteurs. » (C’est A. Severyns qui souligne). T. Hägg dit de même, beaucoup plus tard4 : « Wenn hier (sc. im codex 234) — und in den folgenden codices der « Bibliotheke » mehrmals bei voller Ausübung der Kunst der Variatio — von einer ἐϰλογή (ϰατὰ σύνοψιν) oder συντομία geredet wird, die zum Gegenstand einer ἔϰδοσις wird, handelt es sich ganz einfach um Photios’ Auswahl, die durch die Bibliotheke « ediert » wird (...). (C’est l’auteur qui souligne.) Le corollaire suivait presque immédiatement5 : « Die so eingeleiteten codices lassen sich ebenso wie die übrigen hinsichtlich der Auswahlprinzipien des Photios untersuchen. » Le savant suédois avait aligné au préalable toutes les formules d’introduction transmises sous cette forme, sans pourtant s’expliquer sur leurs rapports avec le contenu et l’aspect des extraits qu’elles précèdent6. C’est évidemment le meilleur moyen de ne rien comprendre à la technique de Photios. Sous l’influence de son prédécesseur, W.T. Treadgold les trouvait un peu énigmatiques, même dans leur contexte, mais ne leur attachait pas une importance particulière7.

  • 8 Ibid., p. 44.
  • 9 T. HÄGG, o.l., pp. 30-31.
  • 10 Ibid., pp. 27-29.
  • 11 Cod. 241, V, p. 170, ll. 33-34.

4Singulière méthode aussi que celle qui consiste à avancer, sans la moindre démonstration8 : « τι is no indication of the beginning of a new excerpt. » Le savant américain renvoie à des déclarations dans le même sens de T. Hägg9 : « Wie oben mit konkreten Beispielen dargelegt wurde, ist das setzen des ὅτι jedoch kein sicheres Merkmal für den Anfang eines neuen Exzerptes (...). » C’est tout aussi vainement qu’on chercherait dans le livre du Suédois le plus petit argument probant. En somme la conclusion repose sur l’analyse au microscope de quelques lignes de Philostrate comparées aux extraits du cod. 241 correspondant10. Encore ne suis-je pas convaincu de la solidité de son livre. Pas un mot, par exemple, de l’étrange introduction, rigoureusement isolée dans la Bibliothèque11.

Lu « Extraits du cours oral sur l’Apollonios de Philostrate ».
νεγνώσϑη ἐϰ τοῦ εἰς τòν Απολλώνιον ἀπò φωνῆς Φιλοστράτου.

  • 12 M. RICHARD, πò φωνῆς, dans Byzantion, 20 (1950), pp. 191-222. Toutefois, la conclusion du savant f (...)

5L’érudit ne paraît pas avoir connu un célèbre article de M. Richard roulant sur ce genre de textes12.

  • 13 « Photius n’était pas un Maître-scribe » écrivait autrefois D. Serruys cité par M. RICHARD, o.l.. p (...)
  • 14 R. HENRY, V, p. 80, n. 1. S. Germain fut patriarche de 715 à 729 d’après G.H. BECK, o.l., p. 474.

6On doit à peine souligner les dégâts que peuvent entraîner pareils procédés. Rien de tel pour dissuader d’examiner les documents d’un peu près. Visiblement, la carence procède d’un souci d’hagiographie. Personne ne semble vouloir admettre que les recensions de Photios pourraient, dans leur forme, être tributaires du type de livres, d’ouvrages ou de manuscrits qu’il a eus sous les yeux. Pourtant, le fait est d’une évidence aveuglante. Sans doute, le jeune érudit ne fut-il pas un copiste distingué seulement13. Néanmoins, malgré la répugnance vis-à-vis de l’acte de copie que semblent lui prêter ses thuriféraires modernes, le patriarche a trouvé le moyen de copier ou de dicter in extenso à l’intention d’Amphilochios le traité De vitae termino de Germain de Constantinople14. Aussi, dans les cas où l’on a quelque raison de supposer qu’il offrait la réplique d’un « Épitomé » ou d’un « choix », Photios n’avait d’autre alternative que de reproduire le document ou de procéder à une sélection des éléments les plus intéressants qu’il découvrait.

  • 15 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 41, n. 13.

7On a fait observer que, parmi les codices de la seconde partie, beaucoup étaient constitués d’extraits tirés d’ouvrages analysés déjà dans la première. W.T. Treadgold en offre une liste et les appelle des « doublets »15 :

81. FLAVIUS JOSEPHE, Antiquités Judaïques cod. 76 (I, p. 155, l. 18 - p. 158, l. 32) = 238 (V, p. 141, l. 19 - p. 155, l. 20).

92. JEAN PHILOPON, De opificio mundi cod. 43 (I, p. 27, ll. 11-18) = 240 (V, p. 166, l. 1 - p. 170, l. 31).

103. PHILOSTRATE, Vie d’Apollonios de Tyane cod. 44 (I, p· 28, l. 20 - p. 30, l. 32) = 241 (V, p. 170, l. 33 - p. 201, l. 19).

114. DAMASCIOS, Vie d’Isidore cod. 181 (II, p· 189, l. 30 - p. 192, l. 14) = 242 (VI, p. 8, l. 21 - p. 56, l. 20).

125. HIMÉRIOS, Discours cod. 165 (II, p. 136, l. 14 - p. 140, l. 4) = 243 (VI, p. 56, l. 2 - p. 126, l. 23).

136. DIODORE DE SICILE, cod. 70 (I, p. 102, l. 1 - p. 104, l. 39) = 244 (VI, p. 126, l. 25 - p. 174, l. 5).

147. HIÉROCLÈS, Sur la providence et la destinée cod. 214 (III, p. 125, l. 19 - p. 130, l. 2) = 251 (VII, p. 189, l. 22 - p. 206, l. 24).

158. ISOCRATE cod. 159 (II, p. 119, l. 33 - p. 121, l. 19) = 260 (VIII, p. 43, l. 4 - p. 48, l. 13).

169. ESCHINE cod. 61 (I, p. 58, l. 2 - p. 61, l. 27) = 264 (VIII, p. 54, l. 33 - p. 56, l. 39).

1710. EULOGIOS cod. 182 (II, p. 192, l. 16 - p. 195, l. 2) = 208 (III, p. 105, l. 8 - p. 106, l. 29) = 280 (VIII, p. 188, l. 24-p. 214, l. 12).

1811. Actes de Nicée cod. 15 (I, p. 12, ll. 23-27) = 88 (II, p. 12, l. 30 - p. 14, l. 26).

1912. CYRILLE D’ALEXANDRIE, Contre les blasphèmes de Nestorios cod. 49 (I, p. 35, ll. 19-26) = 169 (II, p. 161, l. 5 - p. 162, l. 40).

2013. BASILE, Ascétiques cod. 144 (II, p. 110, ll. 35-38) = 191 (III, p. 72, l. 31 - p. 74, l. 41).

2114. DENYS D’ÉGÉE, Dictyaques cod. 185 (II, p. 200, l. 13 - p. 203, l. 23) = 211 (III, p. 116, l. 22 - p. 118, l. 16).

22A la présente nomenclature, il eût fallu ajouter :

2315. AGATHARCHIDE, Sur la Mer Rouge cod. 213 (III, p. 123, l. 6 - p. 125, l. 17) = 250 (VII, p. 134, l. 16 - p. 189, l. 20).

  • 16 Dans mon Flavius Josephe et Photios..., en particulier pp. 185-187 et pp. 191-192.

24Le mot « doublet » paraît être usurpé en l’espèce. Je ne désire point procéder à une étude exhaustive qui prendrait des années et serait de toute façon étrangère à l’objectif visé ici. On me permettra quelques remarques rapides et provisoires. J’ai montré ailleurs ce qu’il fallait penser de 116. Les titres de 2, 3, 4, 7 et 10 sont différents de part et d’autre. On verra en d’autres lieux ce qu’il en est de 8, 9, 11 et 15. Pour 6, le codex 244 présente un assez grand nombre d’étrangetés pour que l’on doive conjecturer qu’il ne peut avoir la même origine que le codex 70. Les deux volets de 5 et 13 ne coïncident pas rigoureusement. On observe aussi des modifications d’une partie de 2 à l’autre. Quant à 14, une œuvre conçue sur le patron du sic et non, l’analyse a porté successivement sur une édition tantôt en cent chapitres, tantôt en cinquante.

  • 17 Codd. 234-237, V, p. 83, l. 2 - p. 141, l. 17.
  • 18 Codd. 246-248, VII, p. 8, l. 8 - p. 126, l. 14.
  • 19 Cad. 269, VIII, p. 76, l. 36 - p. 78, l. 5.
  • 20 Cod. 272, VIII, p. 100, l. 28 - p. 106, l. 13.
  • 21 Cod. 273, VIII, p. 106, l. 15 - p. III, l. 33.
  • 22 Cod. 275, VIII, p. 118, l. 19 - p. 120, l. 38.
  • 23 Cod. 278, VIII, p. 157, l. 31 - p. 170, l. 23.

25Nombre d’auteurs ont fait l’objet d’un examen selon le schéma évoqué précédemment : il n’y avait donc pas, estimerait-on à juste titre, à y revenir dans la seconde partie de la Bibliothèque. Parmi eux, seuls Jean Philopon (2), Philostrate (3), Cyrille (12), Basile (13) et Denys d’Égée (14) ne bénéficient point d’une notice bio-bibliographi que. Plus étonnant le fait que Photios ait lu Méthode17, Aristide18, Hésychios de Jérusalem19, Léonce d’Arabissos20, Théodoret de Cyr21, Modeste de Jérusalem22 et Théophraste23, sans réserver de place ni pour une critique de style, ni pour une description de volume ni pour une notice bio-bibliographique. Autant de données qui me paraissent garantir que les chapitres de la première partie ne sont pas justiciables des mêmes méthodes d’exégèse que ceux de la seconde. Faventibus diis et hominibus, c’est là un point sur lequel je compte m’expliquer plus complètement dans un travail ultérieur. Aussi était-il logique de réserver un ouvrage particulier aux notices biographiques du deuxième panneau de la Bibliothèque. On le verra, la part du lion y revient nécessairement à une étude du mode de transmission du corpus plutarchéen.

Notes

1 A. SEVERYNS, o.l, I, p. 6.

2 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 40-41.

3 A. SEVERYNS, o.l., II. p. 69 n.

4 T. HÄGG, Photios als Vermittler.... p. 136.

5 T. HÄGG, o.l., p. 137.

6 Ibid., pp. 131-132.

7 W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 43-44.

8 Ibid., p. 44.

9 T. HÄGG, o.l., pp. 30-31.

10 Ibid., pp. 27-29.

11 Cod. 241, V, p. 170, ll. 33-34.

12 M. RICHARD, πò φωνῆς, dans Byzantion, 20 (1950), pp. 191-222. Toutefois, la conclusion du savant français ne paraît pas absolument convaincante : « A partir du ixe siècle, ἀπò φωνῆς peut précéder le nom de n’importe quel auteur et n’ajoute rien (sauf exceptions possibles) à l’idée exprimée par le génitif du nom d’auteur. » Photios fournit, si je comprends bien, le terminus a quo (voir pp. 206-207). L’isolement de l’expression dans la Bibliothèque prouve que Photios la reproduisit parce qu’elle figurait en tête du manuscrit dont il disposait. Par suite, si maladroitement qu’elle ait été utilisée ici, la locution n’avait sans doute pas encore perdu le sens primitif mis en lumière avec tant de finesse par le savant patrologue.

13 « Photius n’était pas un Maître-scribe » écrivait autrefois D. Serruys cité par M. RICHARD, o.l.. p. 214.

14 R. HENRY, V, p. 80, n. 1. S. Germain fut patriarche de 715 à 729 d’après G.H. BECK, o.l., p. 474.

15 W.T. TREADGOLD, o.l., p. 41, n. 13.

16 Dans mon Flavius Josephe et Photios..., en particulier pp. 185-187 et pp. 191-192.

17 Codd. 234-237, V, p. 83, l. 2 - p. 141, l. 17.

18 Codd. 246-248, VII, p. 8, l. 8 - p. 126, l. 14.

19 Cad. 269, VIII, p. 76, l. 36 - p. 78, l. 5.

20 Cod. 272, VIII, p. 100, l. 28 - p. 106, l. 13.

21 Cod. 273, VIII, p. 106, l. 15 - p. III, l. 33.

22 Cod. 275, VIII, p. 118, l. 19 - p. 120, l. 38.

23 Cod. 278, VIII, p. 157, l. 31 - p. 170, l. 23.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search