Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre VII. En guise de prémisses : un homme au travail

Texte intégral

  • 1 Voir, sur ce point, mon Flavius Josèphe et Photios..., pp. 185-186 et pp. 191-192.

1Le professeur Nimbus nous a tous fait sourire : le populaire aime donner son allure aux érudits de profession. Je ne suis pas convaincu que le rapprochement vaille pour Photios à qui on a prêté la recension de deux, voire de trois ouvrages identiques. Pour un cas, celui des Antiquités Judaïques de Flavius Josephe1, je crois pouvoir affirmer que rien de pareil ne s’est produit. Pour tous les cas semblables, une douzaine, la démonstration reste à faire. C’est un des projets qui me tiennent le plus à cœur. Pour Josèphe, on peut prouver que Photios a transcrit tantôt une recension personnelle de l’œuvre tantôt un résumé, une sorte de cahier de lecture, dont le titre, repris tel quel dans le pinax du manuscrit A, formait une table des matières de la suite. Pour un bibliophile, cette curiosité avait sa place dans l’ensemble de la Bibliothèque, et, si pauvre qu’elle soit, une production du genre constituait un témoignage intéressant sur le travail de l’esprit humain en matière de lettres. Par souci d’honnêteté scrupuleuse, — c’est là un des traits les plus marquants qui ressortent de son livre, — Photios ne s’est pas arrogé le droit de l’exclure de son farrago et d’en priver son frère.

  • 2 Il occupa le siège d’Antioche de 527 à 544 (ou 545, voire 546), sous Justinien, dont il défendit l (...)
  • 3 Cod. 228, IV, p. 114, ll. 20-21 et ll. 28-33 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἀγίοις Ἐφϱαϊμίου (πατϱιάϱχης δὲ οὗ (...)

2Il vaut la peine d’examiner avec minutie un autre de ces cas où les savants compétents ont cru déceler une preuve de distraction ou d’incurie. Photios n’a consacré que deux longs chapitres aux œuvres d’Éphrem d’Amid, patriarche très chalcédonien d’Antioche au vie siècle2. Le premier contient une courte notice biographique que j’examinerai en son temps. On retiendra seulement ici les lignes qui suivent3 :

Lu de saint Éphrem (il était patriarche de Théoupolis) (sc. Antioche) différents écrits. (...). Cet auteur composa donc divers livres, dont trois sont parvenus jusqu’ici entre nos mains. Presque tous les travaux que nous avons vus sont consacrés à la défense des dogmes de l’Église et à présenter le saint concile de Chalcédoine comme supérieur et triomphant de toute emprise hérétique.

  • 4 Cod. 229, IV, p. 126, ll. 32-34 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον τοῦ αὐτοῦ ἐν ἁγίοις Ἐφϱαϊμίου, ὃς τῶν ἱεϱῶν τῆ (...)

3Photios lut immédiatement après un autre ouvrage qu’il décrit ainsi4 :

Lu un livre du même saint Éphrem qui présidait aux lois sacrées dans (l’Église) d’Antioche, en quatre livres (...).

  • 5 G.H. BECK, l.l. ; pour la même erreur, voir J. LEBON, o.l, p. 203 ; M. RICHARD, Les Florilèges dip (...)

4D’après G.-H. Beck5, « Photios hatte noch drei Bände mit Briefen, Sermones und theologischen Traktaten in Händen, von denen er zwei analysiert ». Il y faut regarder d’un peu près.

5On vient de le lire, les dernières lignes du premier extrait ont été écrites après lecture de l’ensemble, dont il faut décrire la structure. 11 est aisé de montrer que Photios a procédé à une analyse extrêmement détaillée des ouvrages qu’il avait à sa disposition.

  • 6 IV, p. 114, ll. 34-36 : Ἐν μὲν οὖν τῇ πϱώτῃ βίβλῳ ὁ πϱῶτος αὐτῷ λόγος ἐπιστολή ἐστι πϱòς Ζηνόβιόν (...)

6Après l’introduction, la recension nous apprend que6 :

Cela étant, dans son premier livre, le premier texte est une lettre envoyée à un certain Zénobios, avocat d’Émèse, qui appartenait à la secte des acéphales.

  • 7 IV, p. 114, l. 36 – p. 115, l. 39 : Σπουδὴν δὲ ποιεῖται πεϱὶ τῶν ἐπηϱεαζομένων ϱημάτων, ἃ ἐν τῇ ἐπ (...)

7Photios décrit alors le contenu de la lettre7 :

Il traite des paroles calomniées qui sont contenues dans la lettre du très saint Léon, primat de Rome. Avant l’examen des paroles susdites, il place un règlement sur la question du Trisagion.

  • 8 IV, p. 116, ll. 30-40 : Ἀλλ’ εἴτε εὖ εἴτε ϰαὶ ἑτέϱως πεϱὶ τοῦ τϱισαγίου διῄτησεν ὁ ἀνήϱ (τάχα γάϱ (...)

8Les notes sur le Trisagion ont inspiré au jeune savant des réflexions qu’il a ajoutées, avec un complément, en conclusion au résumé qu’il a fait de cette partie du recueil8 :

Mais que l’auteur ait ou non donné une bonne sentence d’arbitrage sur le Trisagion (peut-être est-ce en effet l’opportunité qui lui a offert un prétexte pour la prononcer), je n’ai pas pour l’instant le moyen d’ajouter un jugement indiscutable en faveur de l’une ou l’autre opinion ; à part cela, il ne laisse pas d’exhorter l’avocat à s’unir au corps de l’Église. Mais dans cette lettre, il cite aussi comme le 166e le canon qui est compté comme le deuxième de ceux qui furent promulgués au concile des 150 à Constantinople : je ne sais d’où il prend ce chiffre ni à côté de quels auteurs il se range pour le donner ; ce n’est pas seulement dans cette lettre, mais c’est aussi dans d’autres de ses écrits que, dans son dénombrement, il lui attribue cette place.

  • 9 Ce sont les codd. 15-20, I, p. 12, l. 2 3 - p. 13, l. 23. Le concile comportait en effet cent cinq (...)
  • 10 G. BARDY, o.l., p. 287, avec la n. 5.
  • 11 G. BARDY, o.l., p. 290. Dans les collections conservées, le concile de 381 est représenté par sept (...)

9On ne sait où Photios a emprunté ses connaissances sur le second concile œcuménique de Constantinople (381) : dans la liste des Actes conciliaires dépouillés précédemment n’y figure aucune allusion9. Aujourd’hui, le tome doctrinal promulgué à cette occasion est donné pour perdu10. Les quatre premiers canons, les seuls authentiques, avaient un caractère disciplinaire et sont conservés : le deuxième prescrivait aux évêques appartenant à un « diocèse » (civil) de ne point s’ingérer dans les affaires regardant une église appartenant à un « diocèse » étranger11. Semblablement, on perdrait son temps à conjecturer quels sont les autres écrits d’Éphrem où figurait la confirmation de ce nombre étrange de « 166 ». Dans le texte d’Éphrem, une incise du genre, « comme je l’ai dit ailleurs » a pu fort bien être le point de départ de la réflexion de Photios. Quoi qu’il en soit, la longue digression sur le Trisagion suffit à justifier la réserve marquée par le « Presque tous les travaux... ».

  • 12 IV, p. 116, ll. 41-2 : Ἀϱχόμενος δὲ ὑπὲϱ τῶν ὀϱθῶν δογμάτων σπουδῆς, πϱοοιμιάζεται μὴ δεῖν συγϰϱίν (...)

10L’important recueil épistolaire ouvert par la lettre à Zénobios fait l’objet d’un inventaire fort complet. Le premier chapitre qu’elle contenait renfermait une leçon de méthode en guise de préambule. Point question de laisser se perdre des remarques aussi judicieuses12 :

Au début de son étude des dogmes orthodoxes, il (sc. Éphrem) déclare en guise de préambule que l’on ne doit pas comparer les paroles de nos Pères en matière de théologie à celles de Léon de Rome portant sur l’Incarnation, mais que l’on doit comparer les conceptions théologiques de l’un à celles des autres et les conceptions sur l’Incarnation à celles qui tiennent à un sujet analogue.

  • 13 On trouvera les ordinaux dans le texte : IV, p. 117, l. 24 ; p. 118, l. 9 ; p. 119, l. 29 ; l. 39. (...)

11Photios offre dans la suite un résumé chapitre par chapitre13, avant de passer à la seconde partie du livre, que l’on peut à son tour subdiviser en deux autres.

  • 14 IV, p. 119, l. 8 - p. 120, l. 20 : Ἕτεϱαί δὲ αὐτῷ πϱὸς τὸν βασιλέα Ἰουστινιανὸν γϱάφονται ἐπιστολα (...)

12a) La première n’est autre qu’un catalogue sobrement commenté14 :

Il y a d’autres lettres qu’il écrivit à l’empereur Justinien : (1) une approuve son orthodoxie, (2) une présente un témoignage sur celle de certains ascètes habitant le désert, (3) une autre juge que les décisions synodales sur Anthime ont été rédigées et envoyées de façon exactement conforme aux dogmes de l’Église, (4) une autre fut envoyée à Anthime lui-même après les décisions synodales : elle ne réclamait pas leur acceptation, parce qu’au cours des actions, Anthime n’avait rien manifesté de son hérésie, mais elle demandait à Anthime en supplément qu’il fasse en détail et avec exactitude un anathème d’Eutychès et de ses doctrines.

  • 15 IV, p. 119, n. 4.
  • 16 Pour les dates du patriarcat, voir J. LEBON, o.l., pp. 199-200 ; G.H. BECK, o.l., p. 392 ; E. STEI (...)
  • 17 HÉFELÉ, Histoire des conciles d’après les documents originaux, III, Paris (trad. Delarc), 1870, p. (...)
  • 18 E. STEIN, C’est seulement après la rédaction de ces pages que j’ai pu lire E. HONIGMANN, Anthimus (...)

13Seule la dernière lettre fait l’objet d’une brève analyse. Malgré les références dont est munie son édition15, R. Henry n’a pas jugé bon d’éclairer la portée de la lettre à Anthime. Sa traduction d’ailleurs n’est pas de nature à faciliter l’intelligence du texte : « Une autre lettre est envoyée à Anthime lui-même après les lettres synodales ; elle ne refuse pas à celles-ci son approbation puisque Anthime n’a rien relevé en elles de contraire à la vraie foi ; elle demande seulement qu’on garde Anthime et qu’on frappe Eutychès et ses doctrines d’une condamnation plus détaillée et plus précise ». Rendre προσϑεῖναι par « garder » suggère que les mesures ne furent prises contre Anthime qu’après son court patriarcat à Constantinople (535-536)16, et la condamnation des sévériens (2 mai - 4 juin) mais, à vrai dire, le texte grec suggère une autre interprétation, ou, à tout le moins, des nuances importantes. Que la lettre date de 536 paraît peu contestable. Anthime avait renoncé à son ancien siège de Trébizonde et le pape Agapet avait obtenu, avant même l’ouverture des séances, qu’il déposât la charge de patriarche : Ménas devait l’y remplacer à partir du 13 mars17. Puisque les translations de sièges étaient proscrites, le pape ne reconnaissait plus en Anthime que le titulaire de l’évêché de Trébizonde. Encore fallait-il, pour garder le pallium, que celui-ci acceptât de professer une foi nettement chalcédonienne18. Le synode qui allait tenir ses assises du 2 mai au 4 juin allait priver les sévériens de toute dignité ecclésiastique, parmi lesquels notre Anthime. Dans l’intervalle entre le 13 mars et le 2 mai, le prélat déchu n’était plus rien, ni patriarche ni évêque. D’autre part, Photios affirme, en paraphrasant Éphrem, qu’Anthime ne s’était pas encore prononcé franchement pour l’hérésie. Selon toute apparence, la lettre prolongeait l’action du pape Agapet, en faveur de laquelle elle plaidait. Non encore condamné ni justifié, Anthime ne pouvait que s’incliner en tant que membre de l’Église : l’hypothèse explique l’absence de titulature et le ton de la mise en demeure. Éphrem dut faire partir sa missive entre le 13 mars et l’ouverture du synode anti-sévérien.

14b) La fin du premier livre est une recension lettre par lettre de la correspondance doctrinale d’Éphrem. Rien de plus aisé à montrer.

  • 19 IV, p. 120, ll. 21-24 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ πϱὸς Δομεχιανὸν ἐπιστολήν, ὃς ἐντυχών (ὡς τὸ γϱάμμα λέγει) ῥ (...)
  • 20 IV. p. 120, ll. 42-2 : Ἄλλη δὲ πϱὸς Συγϰλητιϰὸν τοὔνομα (Ταϱσοῦ δὲ μητϱοπολίτην αὐτὸν τὸ γϱάμμα οἶ (...)
  • 21 IV, p. 121, ll. 21-27 : Γϱάφει δὲ ὁ αὐτὸς ϰαὶ πϱòς Ἄνϑιμον ἐπίσϰοπον Τϱαπεζοῦντος, ἐν ᾗ τόν τε βασ (...)

119. Il écrivit aussi une lettre à Domitien qui, pour avoir découvert (comme le texte le dit) certaines locutions de l’auteur (sc. Éphrem), en avait été fort troublé dans ses raisonnements et avait cherché à se tirer d’embarras.
220. Une autre a été envoyée à un nommé Synclétique (il était métropolite de Tarse, le texte le fait voir) : elle poursuit, elle aussi, le combat contre les acéphales.
321. Le même écrit aussi à Anthime, évêque de Trébizonde, une lettre dans laquelle il approuve l’empereur Justinien pour son orthodoxie et il le (sc. Anthime) pousse à soutenir la condamnation du misérable Eutychès, parce qu’il n’admettait pas que l’on parlât d’une union des deux natures en une seule hypostase, encore qu’avec clarté nos Pères, porte-paroles de Dieu, eussent formulé et proclamé ce dogme.

  • 22 Sur ces questions d’une très grande complexité, voir J. LIEBAERT, L’incarnation I Des origines au (...)
  • 23 Ceci est bien montré par Ch. MOELLER, o.l., p. 646, qui souligne que l’introduction de la locution (...)
  • 24 IV, p. 122, ll. 6-10 : Ἔοιϰε δὲ ταῦτα γϱάφειν Ἀνϑίμῳ παϱουσιάζοντι μὲν τῇ βασιλίδι πόλει, οὔπω δὲ (...)

15Une partie de la traduction de R. Henry paraît erronée : « (...) et tend à soutenir la condamnation du misérable Eutychès qui n’admet pas qu’on parle d’union de deux natures dans une hypostase unique ». On comprend mal qu’Éphrem ait éprouvé, plus de quatre-vingts ans après la condamnation d’Eutychès, le besoin d’affirmer sa propre orthodoxie chalcédonienne. Eutychès proclamait le credo suivant22 : « Je confesse que Notre Seigneur a été de deux natures avant l’union, mais, après l’union, je confesse une seule nature ». Le monophysisme n’a pas d’autre origine. On conçoit que maints théologiens aient fait quelques difficultés à admettre l’intrusion dans une formule dogmatique du vocable « hypostase » hérité du lexique aristotélicien. On connaît pourtant l’enjeu d’une telle ouverture. La définition, purement christologique jusque-là, gagnait une dimension ontologique qui lui faisait défaut23. Si on comprend bien le texte de Photios, Anthime avait marqué des hésitations à faire sienne une définition invoquant l’« hypostase » unique. Ce n’était pas encore se rallier formellement aux doctrines sévériennes. Aussi Photios a-t-il quelque raison d’écrire24 :

Il semble qu’il rédigea cette lettre pour Anthime, quand il était présent dans la cité impériale, mais n’avait pas encore accédé au titre d’archevêque : il (sc. Éphrem) l’exhorte encore à combattre les thèses des nestoriens et du parti d’Eutychès.

  • 25 Cod. 18, I, p. 13, ll. 8-11 : Ἐγένοντο δὲ ϰαὶ πϱὸ ταύτης πϱάξεις τινὲς πεϱί τε Ζωόϱα ϰαὶ Ἀνϑίμου τ (...)

16Quels sont les fondements de la conjecture de Photios ? Beaucoup plus tôt, il avait lu les Actes du cinquième concile œcuménique de Constantinople (553), dont il écrivait25 :

Il y eut aussi (...) quelques sessions sur Zooras et sur Anthime, qui, du siège épiscopal de Trébizonde, s’était introduit sur celui de Constantinople.

17Rien pourtant n’oblige à chercher là le point de départ de l’hypothèse. La titulature de la lettre doit avoir porté « évêque de Trébizonde », en sorte qu’une partie au moins de l’information semble provenir en premier lieu de la source elle-même. Comment expliquer l’autre ? Sans pouvoir rien avancer de certain, on peut alléguer soit le jeu de la mémoire, soit le remploi d’une annotation marginale ou interlinéaire.

  • 26 O.l., p. 84. Pour les partisans au synode, voir p. 83.
  • 27 O.l., p. 93.
  • 28 Sévère avait hérité du siège d’Antioche sous Anastase, en 513, mais, déposé dès les premiers mois (...)
  • 29 Voir Ch. MOELLER, o.l., pp. 680-681.

18Le ton de la lettre n’eût pas été celui de l’exhortation si Anthime avait déjà prononcé un choix ferme pour le monophysisme sévérien. Le prélat, qui avait pris part au synode de Constantinople en 533, exprimait sa reluctance à admettre les deux natures qui faisaient l’objet de l’article de foi de Chalcédoine. Aux dires de L. Duchesne26, « les orthodoxes n’aimaient pas qu’il en fût question. Le pape lui-même (...) avait fini par reconnaître qu’il valait mieux ne pas trop insister sur cette expression (...). Il y avait ainsi des gens qui déclaraient accepter le concile, mais l’acceptaient seulement pour la condamnation prononcée contre Nestorius et Eutychès, et réservaient leur opinion sur le décret de foi ». Au moment du synode, Anthime, quoique évêque de Trébizonde, séjournait depuis quelque temps à Constantinople, où l’avait mandé l’impératrice. En dépit du rôle d’orateur du parti orthodoxe qu’il avait joué au cours des séances de 533, il entretenait toujours des rapports étroits avec les moines monophysites, mais, tout en admettant les condamnations de Nestorius et d’Eutychès, il rejetait le dogme des deux natures après l’union hypostatique et l’article de foi27. Position singulièrement ambiguë, qu’un hérétique habile pourrait circonvenir et prendre aisément. Aux yeux d’Éphrem, héritier d’un siège difficile, celui de Sévère28, l’accord sur les formules de foi était un sceau d’orthodoxie29. La lettre à Anthime n’avait pas d’autre objectif : obliger le collègue de Trébizonde à définir ses attaches doctrinales sans équivoque. Il est clair qu’à ce moment, Anthime ne s’est pas encore rallié aux raisons théologiques de Sévère : la reddition n’aura lieu, progressivement, que durant le bref patriarcat à Constantinople.

  • 30 IV, p. 122, ll. 12-17 : Ἡ δὲ πϱὸς Βϱάζην τὸν Πέϱσην, ἐπεὶ τοῦτο ᾔτησεν ἐϰεῖνος, ἐϰ τῶν ϑείων Γϱαφῶ (...)

430. Celle qu’il (envoie) au perse Brazès traite, à sa demande, d’après les saintes Écritures et non les témoignages patristiques, de la Trinité sainte et consubstantielle, de la présence du Verbe dans la chair et de la sainte Vierge Marie Mère de Dieu, qui est au-dessus de toute louange.

  • 31 IV, p. 123, ll. 25-30 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ πϱὸς μοναχούς τινας, οἳ τῆς τοῦ θεοῦ ϰαϑολιϰῆς ϰαὶ ἀποστολιϰ (...)

531. Il écrit encore à certains moines qui étaient en mal de dissidence avec l’Église catholique et apostolique de Dieu ; il essaie, par des exhortations prises aux Pères, de les rallier en leur montrant que leurs propos ne diffèrent en rien de ceux des autres hérétiques et qu’ils n’en tirent, pas plus que les autres, le moindre profit.

  • 32 Après l’été 531. Voir, pour les faits, L. DUCHESNE (o.l., p. 81).

19On voudrait en savoir davantage sur ces moines que morigénait Éphrem. On peut supposer que, chassés par les persécutions, ils avaient trouvé refuge au palais d’Hormisdas, proche de la demeure impériale32. Dans ce cas, le document s’intégrerait parfaitement dans ce que l’on peut reconstituer de la politique de conciliation menée par le couple impérial.

  • 33 IV, p. 123, ll. 37-41 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ ἑτέϱαν ἐπιστολὴν ὁ αὐτὸς πϱὸς τοὺς ἀποσχιστὰς Καλλίνιϰου, vo (...)

633. Le même auteur écrit encore une lettre aux schismatiques de Callinicos. Il les admoneste de s’unir à l’Église de Dieu en leur démontrant qu’elle est pure de toute souillure hérétique et que les lieux de réunion en dehors d’elle sont des cavernes de brigands.

  • 34 Ε. HONIGMANN (o.l., p. 51) pour les antécédents de Jean. C’est sans doute par inadvertance que le (...)
  • 35 E. HONIGMANN, 1.1., qui cite (n. 6) MALALAS, p. 382, 16 et Chronicon paschale, p. 603 (λῃστϱοδιώϰτ (...)

20Cette fois, il semble que l’on puisse situer approximativement la date de rédaction du texte. Banni en 521, un évêque sévérien, Jean de Telia ou de Constantine avait séjourné auprès de Callinicos, puis avait pris part à la Collatio ou synode contre les sévériens en 53334. On le sait, l’affaire se termina mal pour ceux-ci : en dépit des tentatives de Justinien, les adeptes de l’hérésie ne plièrent pas. Jean n’en continua pas moins de consacrer des évêques, jusqu’à son arrestation (1er février 537) dans un repaire montagnard, par un fonctionnaire romain nommé Comitas, qui reçut le surnom de « persécuteur de brigands »35. Le nom de Callinicos et l’allusion à la caverne conduisent tout droit aux ouailles de Jean : la lettre dans ce cas sonnerait comme un ultime prolongement des avertissements impériaux prodigués lors de la dernière séance de la Collatio. La présente analyse fournit à la fois un terminus ante et post quem.

21Telle est la composition du premier livre du recueil d’Éphrem que Photios eut entre les mains. Il renfermait un corpus d’onze lettres à ditférents destinataires (Zénobios d’Émèse, trois à Justinien, deux à Anthime, une à Domitien, à Synclétique, à Brazès, à des moines dissidents, à Jean de Telia et à ses moines sévériens). On a pu voir avec quel souci du détail et de la précision Photios a étudié l’ensemble. On chercherait en vain ici la moindre trace de hâte ou de négligence.

  • 36 IV, p. 123, l. 3 - p. 124, l. 14 : Ὁ δὲ ἐφεξῆς λόγος συνοδιϰὴν ἀναπτύσσει πϱᾶξιν τοῦ αὐτοῦ ἁγιωτάτ (...)

22Les flottements de la terminologie grecque en matière de codicologie rendent difficile toute étude sur la composition des livres. Pourtant, les passages du cod. 228 qui vont suivre prouvent qu’après les onze épîtres groupées en un recueil d’un livre, Photios en avait bien eu en mains un second, de structure plus hétéroclite. Il est aisé de s’en convaincre36.

1. Le livre suivant développe une action synodale du même très saint patriarche Éphrem : il y demande des comptes à Synclétique (le livre précédent l’a cité en tant qu’évêque de Tarse), qui avait reçu de certaines personnes des libelles non orthodoxes, à la suite de quoi il a même donné prise au soupçon d’hérésie, ainsi qu’à un moine nommé Stéphanos, qui avait le titre de syncelle de Synclétique. Et, à mesure que progresse la discussion, tous les deux font la preuve qu’ils n’adhèrent pas aux dogmes hérétiques de l’hérésie, mais qu’ils se laissent entraîner par le mal d’Eutychès ; cependant, lorsque enfin Synclétique en eut été réduit à proclamer son orthodoxie, le synode fut dissous.

23Trois observations suffiront.

  1. Le présent passage rappelle la titulature de l’expéditeur. On la retrouve seulement à l’entrée des codd. 228 et 22937.
  2. Au sein d’un même livre, on comprendrait bien que Photios, à propos d’un double échange épistolaire, renvoyât d’une lettre à celle qui l’a précédée. Or, ce n’est pas du tout ce qui se passe : la référence vise un λόγος précédent, c’est-à-dire un livre38.
  3. Le document suivant est introduit par une formule levant toute ambiguïté39 :

2. Après ces (documents), le texte du livre renfermait une lettre adressée à Mégas, évêque de Bérée.

  • 40 IV, p. 114, ll. 20-21 (voir supra, p. 78) et p. 126, ll. 32-33.
  • 41 Le synode devant lequel furent déférés Synclétique et Stéphane se serait tenu lors de la consécrat (...)
  • 42 IV, p. 125, ll. 10-13 : Μεθ’ ὃ πϱὸς Εὐνόϊον μοναχόν ἑτέϱαν γϱάφει, ἐν ᾗ διέξεισι, μήτε ἀλλήλοις μή (...)

24Le vocable « livre » est celui auquel Photios a recouru au début du codex40. La précision souligne le passage d’une catégorie de document à l’autre et, partant, l’aspect composite du second recueil41. On constate que Photios a recensé la fin du second livre avec le même soin42 :

3. Ensuite, il en écrit une autre au moine Eunoïos, où il explique que nos saints Pères ne sont pas en contradiction ni entre eux ni avec eux-mêmes, quand ils traitent de corruption et d’incorruptibilité.

  • 43 Ch. MOELLER, o.l., pp. 682-683.
  • 44 IV, p. 125, ll. 13-17 : Καὶ ὅτι ἡ μὲν ἀφϑαϱσία ὑγεία τίς ἑστιν ἀλλ’ οὐϰ ἀναίϱεσις τῆς ἡμετέϱας, ἡ (...)

25Cette lettre est une des plus caractéristiques du singulier néo-chalcédonisme d’Éphrem, comme l’a nettement souligné Ch. Moeller43 : son parti pris d’orthodoxie rigoureuse ne l’a pas empêchée d’être entachée de julianisme. L’analyse de Photios répond aux fragments de Julien d’Halicarnasse44 :

Et que l’incorruptibilité est une sorte de santé et non l’abolition de notre nature, alors que la corruption est une maladie ; dès lors, Adam lui aussi, bien qu’il eût, avant sa transgression, une chair incorruptible, nous était à tous égards consubstantiel.

  • 45 Léonce de Byzance était-il origéniste ?, dans Revue des Études Byzantines. 5 (1947), p. 38, repris (...)
  • 46 Fr. 29, in R. DRAGUET, Julien d’Halicarnasse et sa controverse avec Sévère d’Antioche sur l’incorr (...)
  • 47 M. RICHARD, o.l, pp. 38-39 et Ch. MOELLER, o.l., p. 682.

26M. Richard45 a parfaitement marqué les rapprochements. Éphrem identifiait l’incorruptibilité du corps du Christ à celle du corps d’Adam avant sa chute, tout comme Julien46. Rien là de très surprenant. La cour de Justinien garda, semble-t-il, toujours une réserve sympathique à l’égard du julianisme, auquel elle épargna toute critique47.

  • 48 IV, p. 125, ll. 20-21 et p. 126, ll. 27-28 : Ἐπὶ ταύταις δὲ ϰαὶ λόγοι αὐτῷ διελέχϑησαν πανηγυϱιϰοὶ (...)

274. La fin du recueil groupait une série de discours que Photios énumère48 :

À la suite de ces lettres venaient encore 7 panégyriques qu’il avait prononcés (...). Mais aussi, après cela, un huitième qui fut, le quatrième jour de la Semaine Sainte, adressé aux nouveaux baptisés.

  • 49 IV, p. 126, ll. 29-30 : Τὸ μὲν οὖν πϱῶτον πεϱιελϑὸν εἰς τὰς ἡμετέϱας χεῖϱας τεῦχος ταῦτα πεϱιεῖχεν

28Le second livre a été composé de façon à présenter des dimensions rigoureusement identiques à celles du premier. Un récit d’action synodale, deux lettres, l’une à Mégas de Bérée, l’autre à Eunoïos, enfin huit discours forment le même total de onze pièces auquel avait conduit l’examen du premier livre. Aussi Photios peut-il conclure à juste titre49 :

Le premier volume parvenu entre nos mains renfermait donc ces textes.

29Le hasard mit à la disposition du futur patriarche un gros ensemble d’œuvres d’Éphrem. Les deux premiers livres, vraisemblablement reliés en un volume unique, offraient au total vingt-deux pièces réparties avec une parfaite symétrie.

  • 50 Il lui a consacré le long codex 229 (IV, p. 126, l. 32 - p. 174, l. 10).

30Le second volume nous retiendra moins longtemps que Photios lui-même50. Cette fois, la structure du manuscrit ressort avec une parfaite transparence. La recension comporte, d’entrée de jeu, une sorte de table des matières. L’examen ne révèle ni oubli ni négligence. C’est ce que prouve le tableau suivant :

  • 51 (...) ὁ μὲν α’ πεϱὶ τῶν ἐπηϱεαζομένων ῥημάτων Κυϱίλλου, ἃ ἐϰεῖνος παϱέϑηϰε πρὸς Σούϰηνσον ϰατὰ τὴν (...)
  • 52 Πϱοτίϑηαιν οὖν ἐν τῷ α’ λόγῳ τὴν ἐπηϱεαζομένην φωνήν, ὥσπεϱ ἔφημεν, ἐϰ τῆς δευτέϱας πϱὸς Σούϰηνσον (...)

1. IV, p. 126, ll. 34-3751.

p. 126, ll. 44-252.

Le (livre) 1 traite de paroles calomniées de Cyrille ; celui-ci les avait jointes à l’intention de Succensus, dans la seconde lettre qu’il lui écrivait ; la calomnie provient de la secte de Sévère.

Il place donc en tête, dans son livre 1, la parole, calomniée, tirée, comme nous l’avons dit, de la deuxième lettre à Succensus. En voici la teneur (...).

31L’examen du livre couvre neuf pages.

  • 53 Ὁ δὲ β’ ἀπόϰϱισίς ἐστι πϱὸς τòν σχολαστιϰὸν Ἀνατόλιον πεϱὶ ὧν ἐϰεῖνος μαϑεῖν ἠβουλήϑη.
  • 54 Ἐν δὲ τῷ β’ λόγῳ ε’ τινῶν ϰεφαλαίων, ὧν ὁ σχολαστιϰὸς Ἀνατόλιος τὴν μάϑησιν ἐπεζήτησεν, ἀποδίδωσι (...)

2. p. 126, ll. 37-3953.

p. 135, ll. 13-1554.

Le 2 est une réponse à l’avocat Anatolios sur des sujets dont il voulait s’instruire.

Dans le livre 2, il offre une explication en 5 chapitres de certains points dont l’avocat Anatolios avait cherché à s’instruire.

32Photios donne alors une table des matières, dont il va reprendre les cinq points successivement :

  • 55 Ἑνὸς μέν · εἰ ϰαὶ νῦν Χϱιστὸς ὁ θεὸς ἡμῶν ἐν σαρϰὶ γνωρίζεται.
  • 56 Tò μὲν οὖν α’ ϰεφάλαιον διὰ πολλῶν γραφιϰῶν τε ϰαὶ πατριϰῶν φωνῶν συνίστησι ϰαὶ ἀποδειϰνύει.
  • 57 ‘Ετέϱου δέ, εἰ σύνϑετος ὁ Ἀδὰμ ἐπλάσϑη, πῶς ἀϑάνατος ἐϰτίσϑη ; je ponctue autrement que R. Henry. (...)
  • 58 Tò δὲ β’ οὕτω διευϑετεῖ.
  • 59 Τϱίτου δέ, πόϑεν δυνάμεϑα τεϰμήϱασϑαι τòν εὐαγγελιστὴν Ἰωάννην ἔτι μένειν.
  • 60 Ὅτι δὲ πεϱίεστι ὁ παϱϑένος Ἰωάννης (ὅπεϱ ἐζήτησας), ὥσπεϱ τòν Ἐνὼχ ϰαὶ τòν Ἠλίαν παϱάδοσις μαϱτυϱε (...)
  • 61 Ἔτι δέ, εἰ ἀϑάνατος ὁ Ἀδὰμ ἐπλάσϑη, πῶς τò συμφέϱον ἠγνόησε ;
  • 62 Αϑάνατος δὲ πλασϑεὶς ὁ Ἀδὰμ τò λυσιτελὲς ὴγνόησεν, ὥσπεϱ ϰαὶ πϱò αὐτοῦ ὁ διάβολος ϰαὶ αἱ περὶ αὐτò (...)
  • 63 Καὶ τελευταῖον, τί ἐστι τό · “Ἰδοὺ Ἀδὰμ γέγονεν ὡς εἷς ἐξ ἡμῶν”.
  • 64 Τò δὲ “Ἰδοὺ γέγονεν Ἀδὰμ ὡς εἷς ἐξ ἡμῶν”, εἰ ϰαί τισιν εἰϱῆσϑαι παϱ’ εἰϱωνείαν ἐνομίσϑη, ἀλλ’ οὐχ (...)
  • 65 Ὁ δὲ γ’ ἀπολογίαν ὑπὲϱ τῆς ἁγίας ϰαὶ οἰϰουμένης ἐν Καλχηδόνι συνόδου γϱάφει πρòς Δόμνον ϰαὶ Ἰωάννη (...)
  • 66 Ἐν δὲ τῷ γ’ λόγῳ πϱòς Δόμνον ϰαὶ Ἰωάννην γϱάφων τοὺς τὴν δευτέϱαν Κιλιϰίαν οἰϰοῦντας ἀσϰητάς, ταῦτ (...)
  • 67 Ὁ δὲ τέταϱτος πϱòς τοὺς ἀνατολιϰοὺς μοναχούς, τῆς Σεβήϱου δυσσεβείας ϰαὶ αὐτοὺς ἀντεχομένους.
  • 68 Ἔστι δὲ ϰαὶ ὁ δ’ αὐτῷ πεπονημένος πϱός τινας ἀνατολιϰοὺς μοναχούς, τῇ αὐτῇ τῶν ϑεοπασχιτῶν ϰατεχομ (...)

a) p. 135, ll. 15-1655.

p. 135, ll. 22-2356.

L’un : si maintenant encore le Christ notre Dieu se fait connaître dans la chair.

Le chapitre 1 est une composition formée de péricopes scripturaires et patristiques, et d’une démonstration.

b) p. 135, ll. 16-1757.

p. 138, l. 758.

Le second : si Adam a été façonné comme un (être) composé, comment a-t-il été créé immortel ?

Le (chapitre) 2 apporte des rectifications de façon suivante (...).

c) p. 135, ll. 17-1859.

p. 139, ll. 6-860.

Le troisième : sur quelle base pouvons-nous conjecturer que Jean l’Évangéliste est toujours en vie ?

Que survive Jean le disciple vierge (c’est ce que tu as cherché à savoir), la tradition, comme pour Énoch et Élie, l’atteste pour le premier aussi.

d) p. 135, ll. 18-2061.

p. 141, ll. 17-1962.

Encore : si Adam a été façonné immortel, comment a-t-il ignoré son avantage?

Façonné immortel, Adam a ignoré son avantage, exactement comme l’avaient fait avant lui le Diable et les puissances de son entourage qui ont fait dissidence.

e) p. 135, ll. 20-2163.

p. 141, ll. 20-2264.

Et enfin, que signifie la péricope : « Voyez, Adam est devenu comme l’un d’entre nous » ?

Quant à la péricope : « Voici qu’Adam est devenu comme l’un d’entre nous », même si certains l’ont tenue pour un mot ironique, il n’en est pas ainsi.

3. p. 126, ll. 39-4265.

p. 142, ll. 35-4366

Le 3 est une apologie pour le saint synode œcuménique de Chalcédoine mise par écrit à l’intention de Domnos et de Jean, des ascètes de Cilicie Seconde.

Dans le livre 3, en écrivant à Domnos et à Jean, des ascètes habitant la Cilicie Seconde, pour la défense du synode de Chalcédoine, il dit que la pensée orthodoxe et chère à Cyrille est de proclamer une hypostase unique du Verbe incarné et une personne unique (...).

4. p. 126, ll. 42-4367.

p. 159, ll. 37-3968.

Le quatrième s’adresse aux moines orientaux qui s’attachent eux aussi à l’hérésie.

Le livre 4 a été composé aussi à l’intention de certains moines adonnés à la même hérésie des théopaschites.

  • 69 M. RICHARD, Les florilèges diphysites.... pp. 738-739.
  • 70 IV, p. 174, ll. 7-3 : Ἀλλὰ γὰϱ ταῦτα διελϑὼν ὁ ϑεοφιλὴς Ἐφϱαΐμιος παϱατίϑησιν ἐπιστολὰς τοῦ τε ἐν (...)

33Utilisateur assidu des florilèges diphysites69, Éphrem produisait alors de nouveaux documents épistolaires pour appuyer ses propres démonstrations70 :

Après avoir passé les faits en revue, Éphrem joint des lettres de saint Syméon, qui mena la lutte élevé sur sa colonne, et de Baradate, envoyées à Basile, évêque d’Antioche, ainsi qu’à l’empereur Léon (l’un et l’autre en avait écrit une séparément à chacun des deux destinataires). Jacques, de son côté, en avait écrit une, destinée, elle aussi, au même très pieux empereur.

34On m’excusera d’avoir réservé à Éphrem des pages longues et difficiles. Elles sont hors de proportion avec son importance dans l’histoire des lettres grecques. Pourtant, mieux que maints autres passages, elles conclusion qui se dégage allait de soi : annonçant trois recueils, Photios a bel et bien recensé trois livres. On a vu avec quel sens stupéfiant de l’acribie en matière de dogme. J’ai dû, à l’occasion, toucher à des questions qui me sont fort étrangères, celles qui ont trait à l’aspect du livre. Dès 1964, A. Severyns évoquait devant moi l’intérêt d’une étude sur le vocabulaire de la codicologie à travers la Bibliothèque. Pareil travail reste à faire, et il n’entre pas dans le cadre du présent livre. Notons un fait important : dans le cas qu’on vient d’envisager, la distraction fut dans le chef, non de Photios, mais des spécialistes qui ont étudié Éphrem à partir de sa recension. Dur avertissement, que j’aimerais ne pas trop souvent devoir entendre à mon propos. Quoi qu’il en soit, il y allait d’un point de méthode, qui conditionne la suite de la démonstration. Entre autres exigences, l’instruction d’un procès coûte temps et peine : on doit les prodiguer tous deux quand on soupçonne Photios d’erreur, d’omission ou de distraction. Établir la culpabilité est le premier devoir de la critique. Pour la défense du prévenu, l’analyse interne des chapitres et de leur composition apporte souvent une vive lumière.

Notes

1 Voir, sur ce point, mon Flavius Josèphe et Photios..., pp. 185-186 et pp. 191-192.

2 Il occupa le siège d’Antioche de 527 à 544 (ou 545, voire 546), sous Justinien, dont il défendit la politique religieuse avec une extrême vigueur (G.H. BECK, o.l., p. 378). Sur la chasse qu’il mena aux éléments monophysites terrés dans les provinces orientales de l’Empire, voir E. HONIGMANN, Évêques et évêchés..., p. 149. Durant une période où les luttes entre Bleus et Verts s’étaient accentuées, Éphrem avait en 525-526 su arraisonner les trublions avec énergie : E. STEIN, Histoire du Bas-Empire, II, Paris-Bruxelles-Amsterdam, 1949, pp. 240-241. Les remous causés par les mesures du patriarche fraîchement élu furent tels que Justinien fut obligé en 531 de suspendre l’application de certaines d’entre elles : ibid., p. 377. Aucune des œuvres dont Photios nous a conservé des comptes rendus ne nous est parvenue. M. GEERARD. CPG, III, pp. 306-309, n° 6902-6916. On pourra lire une biographie du personnage dans J. LEBON, Éphrem d’Amid, patriarche d’Antioche (526-544), dans Mélanges d’histoire offerts à Charles MOELLER I : Antiquité et Moyen Age, Louvain-Paris, 1914, pp. 197-203. D’après S. HELMER, Der Neuchalkedonismus. Geschichte, Berechtigung und Bedeutung eines Dogmengeschichtlichen Begriffes, diss. Bonn, 1962, p. 185, n. 419, il avait été comes largitionum avant de devenir, en 522, comes orientis. Il mourut en 544/545 et fut remplacé par Domnos III (ibid., pp. 185-187).

3 Cod. 228, IV, p. 114, ll. 20-21 et ll. 28-33 : Ἀνεγνώσϑη τοῦ ἐν ἀγίοις Ἐφϱαϊμίου (πατϱιάϱχης δὲ οὗτος Θεουπóλεως ἦν) λόγοι διάφοϱοι (...). Συνέταξε μὲν οὖν ὁ ἀνὴϱ διαφόϱους βίβλους, ὧν εἰς ἡμᾶς τέως τϱεῖς πεϱιῆλϑον. Σχεδòν δέ τι αὐτοῦ πάντες, οὓς τεϑεάμεϑα πόνους, ὑπὲϱ τῶν τῆς ἐϰϰλησίας σπουδάζουσι δογμάτων, ϰαὶ τοῦ παϱαστῆσαι τὴν ϰατὰ Καλχηδόνα ἁγίαν σύνοδον πάσης λαβῆς αἱϱετιϰῆς ὑπεϱϰειμένην ϰαὶ ἐπιϰϱατοῦσαν.

4 Cod. 229, IV, p. 126, ll. 32-34 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον τοῦ αὐτοῦ ἐν ἁγίοις Ἐφϱαϊμίου, ὃς τῶν ἱεϱῶν τῆς Ἀντιοχείας ϑεσμῶν ἡγεῖτο, ἐν λόγοις δ’ (...). La suite (ll. 34-43) forme un catalogue des quatre parties que renferme l’ouvrage. J’y reviendrai à loisir dans les pages qui vont suivre.

5 G.H. BECK, l.l. ; pour la même erreur, voir J. LEBON, o.l, p. 203 ; M. RICHARD, Les Florilèges diphysites du ve et du vie siècle, dans A. GRILLMEIER-H. BACHT, Das Konzil von Chalkedon. II : Geschichte und Gegenwart, II. Würzburg 1952 p 738 ; S. HELMER, o.l., p. 188.

6 IV, p. 114, ll. 34-36 : Ἐν μὲν οὖν τῇ πϱώτῃ βίβλῳ ὁ πϱῶτος αὐτῷ λόγος ἐπιστολή ἐστι πϱòς Ζηνόβιόν τινα σχολαστιϰòν Ἐμίσης, τῆς ἀϰεφάλου μοίϱας ὄντα, διαπεμφϑεῖσα.

7 IV, p. 114, l. 36 – p. 115, l. 39 : Σπουδὴν δὲ ποιεῖται πεϱὶ τῶν ἐπηϱεαζομένων ϱημάτων, ἃ ἐν τῇ ἐπιστολῇ πεϱιέχεται τοῦ ἁγιωτάτου Λέοντος πϱοέδρου Ῥώμης. Πϱοτάττει δἐ τῆς γυμνασίας τῶν εἰϱημένων ῤημάτων δίαιτάν τινα τοῦ τϱισαγίου ὕμνου. Un prêtre monophysite, Pierre le Foulon, qui réussit à se faire sacrer patriarche d’Antioche en 469-470, avait introduit dans le Trisagion (notre Sanctus) la formule « qui a été crucifié pour nous » (ὁ σταυϱωϑεὶς δι’ ἡμᾶς), E. STEIN, o.l., I, p. 355. En 510, sous Anastase, les moines partisans de Sévère d’Antioche qui tenaient le haut du pavé à Constantinople interpolèrent à nouveau la locution dans la doxologie, mais se firent expulser de Sainte-Sophie par la population en furie (E. STEIN, o.l., II, p. 169) ; répétée en 512, une manœuvre analogue eut le même résultat (ibid., pp. 177-178). L’enjeu est fort bien éclairé par Ch. MOELLER (Le Chaicédonisme et le néo-chalcédonisme en Orient de 451 à la fin du vie siècle), dans A. GRILLMEIER et IL BACHT (o.l., I, p. 683) : « Appliquée à la Trinité, comme c’est le cas à Constantinople, (...), la formule ne peut se compléter par le « toi qui fus crucifié pour nous » sous peine de créer une équivoque, à savoir que toute la Trinité aurait été crucifiée ; dits du Christ seul, les mots ajoutés par les monophysites se comprennent parfaitement ». Parmi les lettres en question, certaines des paroles dont Éphrem va s’efforcer d’établir la parfaite orthodoxie proviennent sans doute du célèbre Tome à Flavien, dont on peut lire le texte dans PL 54, coll. 755-781 et dans A.C.O., II, II, 1, pp. 24-33 et une traduction française dans P.Th. CAMELOT, o.l.. pp. 216-223.

8 IV, p. 116, ll. 30-40 : Ἀλλ’ εἴτε εὖ εἴτε ϰαὶ ἑτέϱως πεϱὶ τοῦ τϱισαγίου διῄτησεν ὁ ἀνήϱ (τάχα γάϱ τινα παϱεῖχεν αὐτῷ πϱόφασιν ὁ ϰαιϱὸς τοιαῦτα διαιτᾶν) οὐϰ ἔχω νῦν οὐδετέϱᾳ γνώμῃ ϰϱίσιν ἐπιϑεῖναι ἀδίσταϰτον, πλὴν οὐϰ ἀνίησι τὸν σχολαστιϰὸν παϱαινῶν τῷ τῆς ἐϰϰλησίας συναφϑῆναι σώματι. Ἐν ταύτῃ δὲ τῇ ἐπιστολῇ ϰαὶ τὸν ϰανόνα, ὃς δεύτεϱος ἀϱιϑμεῖται ἐν τῇ δευτέϱᾳ τῶν ἐν Κωσταντινουπόλει ϱν’ ἱεϱωτάτῃ συνόδῳ, αὐτὸς ρξς’ εἶναι, οὐϰ οἶδ’ ὃϑεν λαβὼν οὐδέ τίσιν ἄλλοις συντάττων, ἀριϑμεῖ · οὐϰ ἐν ταύτῃ δὲ μόνον, ἀλλὰ ϰαὶ ἐν ἄλλοις αὐτοῦ λόγοις τὴν αὐτήν αὐτῷ τῆς ποσότητος ἀπονέμει χώϱαν.

9 Ce sont les codd. 15-20, I, p. 12, l. 2 3 - p. 13, l. 23. Le concile comportait en effet cent cinquante Pères. Voir G. BARDY, dans J.R. PALANQUE - G.B.P. de LABRIOLLE, Histoire de l’Église 3 : De la paix constantinienne à la mort de Théodose (A. FLICHE - V. MARTIN), Paris, 1939, p. 286.

10 G. BARDY, o.l., p. 287, avec la n. 5.

11 G. BARDY, o.l., p. 290. Dans les collections conservées, le concile de 381 est représenté par sept canons, mais les trois derniers sont des ajouts (G. BARDY, 1.1., n. 3).

12 IV, p. 116, ll. 41-2 : Ἀϱχόμενος δὲ ὑπὲϱ τῶν ὀϱθῶν δογμάτων σπουδῆς, πϱοοιμιάζεται μὴ δεῖν συγϰϱίνειν ἃ πεϱὶ ϑεολογίας εἴϱηται τοῖς πατϱάσιν ἡμῶν, τοῖς πεϱὶ οἰϰονομίας εἰρημένοις Λέοντι τῷ Ῥώμης, ἀλλὰ τὰ μὲν ϑεολογιϰὰ τούτου τοῖς ϑεολογιϰοῖς, τὰ δὲ πεϱὶ τῆς οἰϰονομίας τοῖς ἔχουσιν ἀναλόγως.

13 On trouvera les ordinaux dans le texte : IV, p. 117, l. 24 ; p. 118, l. 9 ; p. 119, l. 29 ; l. 39. Le vocable « chapitre » (ϰεφάλαιον) figure p. 119, ll. 29 et 8.

14 IV, p. 119, l. 8 - p. 120, l. 20 : Ἕτεϱαί δὲ αὐτῷ πϱὸς τὸν βασιλέα Ἰουστινιανὸν γϱάφονται ἐπιστολαί, ἡ μὲν αὐτοῦ τὴν εὐσέβειαν ἀποδεχομένη, ἡ δὲ ἀσϰητῶν τινων εὐσεβῶν τὴν ἔϱημον οἰϰούντων διαμαϱτυϱίαν ὑπὲρ εὐσεβείας πϱοτεινομένη, ἑτέρα δὲ τὰ τοῦ Ἀνϱιμου συνοδιϰὰ ϰατὰ τὴν ἀϰϱίβειαν τῶν τῆς ἐϰϰλησίας δογμάτων ἀξιοῦσα διατυπωϑῆναί τε ϰαὶ ἀποσταλῆναι. Ἄλλη δὲ πρὸς αὐτὸν τὸν Ἄνϑιμον μετὰ τὰ συνοδιϰὰ στέλλεται τὴν ἐϰείνων ἀποδοχὴν οὐ παϱαιτουμένη, ἅτε μηδὲν ἐν αὐτοῖς τοῦ Ἀνϑίμου ἐμφανίσαντος τῆς δυσσεβείας, πλὴν πϱοσϑεῖναι τὸν Ἄνϑιμον ἐξαιτεῖ λεπτομερέστερόν τε ϰαὶ ἀϰϱιβέστεϱον Εὐτυχῆ τε ϰαὶ τὰ Εὐτυχοῦς δόγματα εἰς ἀνάϑεμα ϑέσϑαι.

15 IV, p. 119, n. 4.

16 Pour les dates du patriarcat, voir J. LEBON, o.l., pp. 199-200 ; G.H. BECK, o.l., p. 392 ; E. STEIN, o.l., II, pp. 381-383.

17 HÉFELÉ, Histoire des conciles d’après les documents originaux, III, Paris (trad. Delarc), 1870, p. 368 ; E. STEIN, o.l, p. 383 ; L. DUCHESNE, L’Église au vie siècle, Paris, 1925, pp. 95-96.

18 E. STEIN, C’est seulement après la rédaction de ces pages que j’ai pu lire E. HONIGMANN, Anthimus of Constantinople (june 535 - march 536), dans Patristic Studies in Studi e testi, 173 (1953), pp. 185-193. Je constate que, menée d’un bout à l’autre d’un tout autre point de vue, son étude a conduit l’illustre savant à des conclusions qui rejoignent les miennes. Voir, en particulier, pp. 185-188 et p. 193.

19 IV, p. 120, ll. 21-24 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ πϱὸς Δομεχιανὸν ἐπιστολήν, ὃς ἐντυχών (ὡς τὸ γϱάμμα λέγει) ῥήμασί τισι τοῦ ἀνδϱὸς διεταϱάχϑη τε τοὺς λογισμοὺς ϰαὶ ἐπιλυθῆναι τὴν ἀποϱίαν ἐζήτησε. Domitien était un évêque orthodoxe de Mélitène : E. HONIGMANN, o.l., p. 145 (suite de la n. 6 de la p. 144) ; R. HENRY, IV, p. 181 (n. complémentaire à la p. 120).

20 IV. p. 120, ll. 42-2 : Ἄλλη δὲ πϱὸς Συγϰλητιϰὸν τοὔνομα (Ταϱσοῦ δὲ μητϱοπολίτην αὐτὸν τὸ γϱάμμα οἶδε) διαπέμπεται, τὸν ἀγῶνα ϰαὶ αὐτὴ τὸν ϰατὰ τῶν ἀϰεφάλων πϱοάγουσα. J’aurai l’occasion de reparler du même personnage qui eut, à une autre occasion, maille à partir avec notre Éphrem.

21 IV, p. 121, ll. 21-27 : Γϱάφει δὲ ὁ αὐτὸς ϰαὶ πϱòς Ἄνϑιμον ἐπίσϰοπον Τϱαπεζοῦντος, ἐν ᾗ τόν τε βασιλέα Ἰουστινιανὸν τῆς εὐσεβείας ἀποδέχεται, ϰαὶ τὸν δυστυχῆ Εὐτυχῆ τὴν ϰαϑαίϱεσιν ὑποστῆναι, διότι μὴ ἠνέσχετο δύο φύσεων ἕνωσιν λέγειν ἐν μιᾷ ὑποστάσει διατείνεται, ϰαίτοι γε τϱανῶς τῶν ϑεοφόϱων πατέϱων ἡμῶν τοῦτο δογματιζόντων τε ϰαὶ ἀναϰηϱυττόντων.

22 Sur ces questions d’une très grande complexité, voir J. LIEBAERT, L’incarnation I Des origines au concile de Chalcédoine, Paris, 1966, pp. 210-213 et, pour la citation, p. 210.

23 Ceci est bien montré par Ch. MOELLER, o.l., p. 646, qui souligne que l’introduction de la locution « une hypostase unique » est d’origine alexandrine.

24 IV, p. 122, ll. 6-10 : Ἔοιϰε δὲ ταῦτα γϱάφειν Ἀνϑίμῳ παϱουσιάζοντι μὲν τῇ βασιλίδι πόλει, οὔπω δὲ τοὺς ἀϱχιεϱατιϰούς αὐτῆς ὑπελθόντι νόμους ὃν ϰαὶ παϱαινεῖ ϰατά τε τῶν Νεστοϱιανῶν ϰαὶ τῶν φϱονούντων τὰ Εὐτυχοῦς ἀγωνίζεσϑαι. Si l’on met à part la formule d’explicit, ces lignes forment la conclusion de l’analyse.

25 Cod. 18, I, p. 13, ll. 8-11 : Ἐγένοντο δὲ ϰαὶ πϱὸ ταύτης πϱάξεις τινὲς πεϱί τε Ζωόϱα ϰαὶ Ἀνϑίμου τοῦ ἐϰ Τϱαπεζοῦντος τὸν Κωνσταντινουπόλεως ϑϱόνον ὑπελϑόντος (...). Ancien stylite d’Amida, auréolé de sainteté, Zooras était un moine monophysite qu’à l’été 531 avait accueilli l’impératrice Théodora. Le monastère et l’église qu’il avait fondés près du faubourg de Sycae attiraient en nombre les courtisans de l’épouse de Justinien, L. DUCHESNE, o.l., pp. 81-82.

26 O.l., p. 84. Pour les partisans au synode, voir p. 83.

27 O.l., p. 93.

28 Sévère avait hérité du siège d’Antioche sous Anastase, en 513, mais, déposé dès les premiers mois du règne de Justin I, il ne put jamais plus le recouvrer. Voir HÉFELE, o.l., III. p. 351 ; L. DUCHESNE, o.l., p. 45.

29 Voir Ch. MOELLER, o.l., pp. 680-681.

30 IV, p. 122, ll. 12-17 : Ἡ δὲ πϱὸς Βϱάζην τὸν Πέϱσην, ἐπεὶ τοῦτο ᾔτησεν ἐϰεῖνος, ἐϰ τῶν ϑείων Γϱαφῶν ἀλλ’ οὐϰ ἐϰ πατϱιϰῶν μαϱτυϱιῶν πεϱί τε τῆς ἁγίας ϰαὶ ὁμοουσίου Τϱιάδος διαλαμβάνει, ϰαὶ πεϱὶ τῆς ἐν σαϱϰί παϱουσίας τοῦ λόγου, ϰαὶ πεϱὶ τῆς ἁγίας ϰαί ὐπεϱενδόξου παϱϑένου ϰαὶ ϑεοτόϰου Μαϱίας. Ma traduction est assez différente de celle de R. Henry, qui a sacrifié l’exactitude à l’élégance. La suite du passage montre qu’Éphrem a soutenu ses thèses sur l’Incarnation à l’aide de péricopes prises aux deux Testaments. Apparemment, c’est Brazès qui avait réclamé de son correspondant ce type d’argumentation doctrinale. Pas plus que R. Henry, IV, p. 122, n. 2, je ne sais qui était ce personnage.

31 IV, p. 123, ll. 25-30 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ πϱὸς μοναχούς τινας, οἳ τῆς τοῦ θεοῦ ϰαϑολιϰῆς ϰαὶ ἀποστολιϰῆς ἐϰϰλησίας τὴν διάστασιν ἐνόσουν, οὓς διὰ πατϱιϰῶν παϱαινέσεων πειϱᾶται συνάψαι, δειϰνὺς τὰς ἐϰείνων φωνὰς οὐδὲν τῶν ἄλλων αἱϱετιϰῶν διαφεϱούσας, ϰαὶ μηδεμίαν ἐξ αὐτῶν, ὥσπεϱ οὐδ’ ἐϰείνους ὄνησιν ϰεϱδαίνειν.

32 Après l’été 531. Voir, pour les faits, L. DUCHESNE (o.l., p. 81).

33 IV, p. 123, ll. 37-41 : Γϱάφει δὲ ϰαὶ ἑτέϱαν ἐπιστολὴν ὁ αὐτὸς πϱὸς τοὺς ἀποσχιστὰς Καλλίνιϰου, voυϑετῶν μὲν τῇ τοῦ Θεοῦ τούτους ἑνωϑῆναι ἐϰϰλησίᾳ, ϰαϑαϑὰν ἀποφαίνων ταύτην πάσης αἱϱετιϰῆς ϰηλῖδος, ϰαὶ ὅτι τὰ παϱὰ ταύτην συναϰτήϱια λῃστῶν ἐστι σπήλαια.

34 Ε. HONIGMANN (o.l., p. 51) pour les antécédents de Jean. C’est sans doute par inadvertance que le savant allemand date la Collatio de Constantinople de 532· voir HÉFELÉ, o.l., p. 352 ; L. DUCHESNE, o.l., p. 83.

35 E. HONIGMANN, 1.1., qui cite (n. 6) MALALAS, p. 382, 16 et Chronicon paschale, p. 603 (λῃστϱοδιώϰτης).

36 IV, p. 123, l. 3 - p. 124, l. 14 : Ὁ δὲ ἐφεξῆς λόγος συνοδιϰὴν ἀναπτύσσει πϱᾶξιν τοῦ αὐτοῦ ἁγιωτάτου πατϱιάϱχου Ἐφϱαϊμίου, ἐν ᾗ ὅ τε Συγϰλητιϰός (τῆς Ταϱσοῦ δὲ τοῦτον ὁ πϱολαβὼν λόγος ἐπίσϰοπον εἶπε) λογοϑετεῖται οὐϰ ὀϱϑοδόξους λιβέλλους παϱά τινων δεξάμενος, ἐξ ὧν ϰαὶ αἱϱέτιϰὴν παρέσχεν ὑπόνοιαν, ϰαὶ Στέφανός τις μονάζων, σύγϰελλος δὴ τοῦ Συγϰλητιϰοῦ ϰλούμενος. Καὶ διελέγχεται μὲν ϰατὰ μιϰϱόν τοῦ λόγου πϱοϊόντος ἑϰάτεϱος μὴ τὰ ὀϱϑά τῆς ἐϰϰλησίας στέϰγων δόγματα, ἀλλὰ πϱὸς τὴν Εὐτυχοῦς νόσον ὑποσυϱόμενος · ὅμως οὗν τοῦ Συγϰλητιϰοῦ τὴν εὐσέβειαν ἐπὶ τέλει συνελαϑέντος εἰπεῖν ἡ σύνοδος διαλύεται.

37 IV, p. 114, ll. 20-21 (voir supra, p. 78) et p. 126, ll. 32-33.

38 La référence vise la septième lettre du premier livre (p. 120, ll. 42-43), voir supra, p. 83.

39 IV. p. 124, ll. 24-25 : Μετὰ ταῦτα δὲ ἐνεγέγϱαπτο τῇ βίβλῳ πϱὸς Μέγαν τὸν ἐπίσϰοπον Βέϱοίας ἐπιστολή. La lettre roule à nouveau sur le problème christologique (p. 124, l. 25 - p. 125, l. 9). Mégas joua un rôle politique important en 540, au moment où Chosroès I menaçait la cité d’Antioche. Voir E. STEIN, o.l.. Il, pp. 488-489.

40 IV, p. 114, ll. 20-21 (voir supra, p. 78) et p. 126, ll. 32-33.

41 Le synode devant lequel furent déférés Synclétique et Stéphane se serait tenu lors de la consécration de l’église ronde d’Antioche, soit en 537-538, d’après E. HONIGMANN, o.l., p. 166 (voir R. HENRY, IV, p. 124, n. 1).

42 IV, p. 125, ll. 10-13 : Μεθ’ ὃ πϱὸς Εὐνόϊον μοναχόν ἑτέϱαν γϱάφει, ἐν ᾗ διέξεισι, μήτε ἀλλήλοις μήτε ἑαυτοῖς ἐναντιωθῆναι τοὺς ἱεϱοὺς ἡμῶν πατέϱας, ἐπειδὰν πεϱὶ φϑορᾶς ϰαὶ ἀφϑαϱσίας δίαλαμβάνωσι.

43 Ch. MOELLER, o.l., pp. 682-683.

44 IV, p. 125, ll. 13-17 : Καὶ ὅτι ἡ μὲν ἀφϑαϱσία ὑγεία τίς ἑστιν ἀλλ’ οὐϰ ἀναίϱεσις τῆς ἡμετέϱας, ἡ δὲ φϑοϱὰ νόσος · ὅϑεν ϰαὶ τὸν Ἀδὰμ πϱὸ τῆς παϱαβάσεως ἄφϑαϱτον ἔχοντα σάϱϰα ϰατὰ πάντα ὑπάϱχειν ἡμῖν ὁμοούσιον.

45 Léonce de Byzance était-il origéniste ?, dans Revue des Études Byzantines. 5 (1947), p. 38, repris dans les Opera Minora, II, n° 57, Turnhout-Louvain, 1977.

46 Fr. 29, in R. DRAGUET, Julien d’Halicarnasse et sa controverse avec Sévère d’Antioche sur l’incorruptibilité du corps du Christ.... Louvain, 1924, pp. 134-135. La corruption affecte la nature humaine de l’intérieur ; sans elle, la nature humaine subsiste, identique, malgré ses participations multiples au péché. Souffrance et mort l’altèrent en corollaires tout aussi peu naturels que la corruption première. Aussi le Christ peut-il être tenu pour consubstantiel à Adam avant le péché. Pour Sévère, au contraire, il y a lieu de distinguer grâce et nature. Le péché commis, la grâce s’envole, et la nature subsiste seule, réduite aux faiblesses qui lui sont propres, maladie et corruption. Sévère ne cessa de harceler Julien avec un argument d’après lequel, si le Christ avait été incorruptible selon la chair, il n’eût pu être consubstantiel à l’homme. M. RICHARD, l.l., avec R. DRAGUET, o.l., pp. 163-164.

47 M. RICHARD, o.l, pp. 38-39 et Ch. MOELLER, o.l., p. 682.

48 IV, p. 125, ll. 20-21 et p. 126, ll. 27-28 : Ἐπὶ ταύταις δὲ ϰαὶ λόγοι αὐτῷ διελέχϑησαν πανηγυϱιϰοὶ ζ’ (...) Ἀλλὰ ϰαὶ ἐπὶ τούτοις ὄγδοος ὁ ἐν τῇ ἁγίᾳ τετϱάδι λεχϑεὶς εἰς τοὺς νεοφώτιστους. Dans l’intervalle, Photios a donné le titre de sept discours (voir M. GEERARD, CPG, III, p. 308, no 6908).

49 IV, p. 126, ll. 29-30 : Τὸ μὲν οὖν πϱῶτον πεϱιελϑὸν εἰς τὰς ἡμετέϱας χεῖϱας τεῦχος ταῦτα πεϱιεῖχεν.

50 Il lui a consacré le long codex 229 (IV, p. 126, l. 32 - p. 174, l. 10).

51 (...) ὁ μὲν α’ πεϱὶ τῶν ἐπηϱεαζομένων ῥημάτων Κυϱίλλου, ἃ ἐϰεῖνος παϱέϑηϰε πρὸς Σούϰηνσον ϰατὰ τὴν δευτέϱαν ἐπιστολὴν γϱάφων, διαλαμβάνει · τὴν ἐπήϱειαν δὲ ἡ τοῦ Σεβήϱου αἵϱεσις ἐπάγει.

52 Πϱοτίϑηαιν οὖν ἐν τῷ α’ λόγῳ τὴν ἐπηϱεαζομένην φωνήν, ὥσπεϱ ἔφημεν, ἐϰ τῆς δευτέϱας πϱὸς Σούϰηνσον ἐπιστολῆς, ἔχουσαν οὕτως (...).

53 Ὁ δὲ β’ ἀπόϰϱισίς ἐστι πϱὸς τòν σχολαστιϰὸν Ἀνατόλιον πεϱὶ ὧν ἐϰεῖνος μαϑεῖν ἠβουλήϑη.

54 Ἐν δὲ τῷ β’ λόγῳ ε’ τινῶν ϰεφαλαίων, ὧν ὁ σχολαστιϰὸς Ἀνατόλιος τὴν μάϑησιν ἐπεζήτησεν, ἀποδίδωσι λόγον.

55 Ἑνὸς μέν · εἰ ϰαὶ νῦν Χϱιστὸς ὁ θεὸς ἡμῶν ἐν σαρϰὶ γνωρίζεται.

56 Tò μὲν οὖν α’ ϰεφάλαιον διὰ πολλῶν γραφιϰῶν τε ϰαὶ πατριϰῶν φωνῶν συνίστησι ϰαὶ ἀποδειϰνύει.

57 ‘Ετέϱου δέ, εἰ σύνϑετος ὁ Ἀδὰμ ἐπλάσϑη, πῶς ἀϑάνατος ἐϰτίσϑη ; je ponctue autrement que R. Henry. Il en sera de même dans plusieurs passages de la suite.

58 Tò δὲ β’ οὕτω διευϑετεῖ.

59 Τϱίτου δέ, πόϑεν δυνάμεϑα τεϰμήϱασϑαι τòν εὐαγγελιστὴν Ἰωάννην ἔτι μένειν.

60 Ὅτι δὲ πεϱίεστι ὁ παϱϑένος Ἰωάννης (ὅπεϱ ἐζήτησας), ὥσπεϱ τòν Ἐνὼχ ϰαὶ τòν Ἠλίαν παϱάδοσις μαϱτυϱεῖ οὕτω ϰαὶ τοῦτον.

61 Ἔτι δέ, εἰ ἀϑάνατος ὁ Ἀδὰμ ἐπλάσϑη, πῶς τò συμφέϱον ἠγνόησε ;

62 Αϑάνατος δὲ πλασϑεὶς ὁ Ἀδὰμ τò λυσιτελὲς ὴγνόησεν, ὥσπεϱ ϰαὶ πϱò αὐτοῦ ὁ διάβολος ϰαὶ αἱ περὶ αὐτòν ἀποστατιϰαὶ δυνάμεις.

63 Καὶ τελευταῖον, τί ἐστι τό · “Ἰδοὺ Ἀδὰμ γέγονεν ὡς εἷς ἐξ ἡμῶν”.

64 Τò δὲ “Ἰδοὺ γέγονεν Ἀδὰμ ὡς εἷς ἐξ ἡμῶν”, εἰ ϰαί τισιν εἰϱῆσϑαι παϱ’ εἰϱωνείαν ἐνομίσϑη, ἀλλ’ οὐχ οὕτως ἔχει. La conclusion du livre second pose un petit problème qu’il faut évoquer au passage. Un commentaire de quatre lignes la prolonge :
Telles sont aussi les données du livre II. Mais il se pourrait que la péricope (...) (1) se présentât sous une forme ironique, (2) qu’elle eût valeur de reproche ou (3) qu’elle fît entendre, au milieu des infortunes, le langage de la pitié. Que chacun fasse plutôt le choix qui lui convient.
Ἀλλὰ ταῦτα μὲν ϰαὶ ὁ β’ λόγος. Δύναιτο δ’ ἂν τό (...) ϰαὶ ἐν εἰϱωνείας σχήματι πϱοελϑεῖν, ϰαὶ ὀνείδους λόγον ἐπέχειν, ϰαὶ ἐλεεινολογίαν ἐν οἰϰτιϱμοῖς ἐπιδείϰνυσϑαι · αἱρείσϑω δὲ τò δοϰοῦν μᾶλλον ἕϰαστος, (p. 141, l. 30 - p. 142, l. 34).
La suggestion (1) est celle qu’Éphrem réprouve, on vient de le voir. (2) est celle que retient le patriarche :
Voici maintenant, dit-il (sc. Dieu), qu’il a reçu le don de perception, c’est-à-dire, d’imaginer qu’il devenait Dieu. C’est en visant l’intention d’Adam que Dieu prononce les mots, et il met en évidence la malice de son esprit.
Ἰδοὺ νῦν, φησίν, αἴσϑησιν ἐδέξατο οἷόν ἐστι τò φαντάζεσϑαι γενέσϑαι Θεόν. Πϱòς δὲ τὴν ἐϰείνου γνώμην ταῦτα φϑέγγεται Θεός, ϰαὶ διελέγχει τὴν ϰαϰόνοιαν (p. 141, ll. 25-27).
La thèse (3) paraît être étrangère au développement d’Éphrem, quoi qu’en ait dit R. HENRY, IV, p. 142, n. 1. L’alignement des trois possibilités dans le codex traduit un désaccord par rapport à l’interprétation éphrémienne ou plutôt le besoin d’ouvrir d’autres voies à l’exégèse de Genèse, 3, 22. Est-ce là le fait de Photios ? C’est la suggestion que faisait R. HENRY. l.l. Je ne vois pas le moyen de résoudre cette petite question. Toutefois, il m’apparaît que Ton ne doit pas exclure la présence de notes infrapaginales dont Photios aurait remployé les indications dans son compte rendu.

65 Ὁ δὲ γ’ ἀπολογίαν ὑπὲϱ τῆς ἁγίας ϰαὶ οἰϰουμένης ἐν Καλχηδόνι συνόδου γϱάφει πρòς Δόμνον ϰαὶ Ἰωάννην τοὺς ἐν τῇ δευτέϱᾳ Κιλιϰίᾳ ἀσϰοῦντας.

66 Ἐν δὲ τῷ γ’ λόγῳ πϱòς Δόμνον ϰαὶ Ἰωάννην γϱάφων τοὺς τὴν δευτέϱαν Κιλιϰίαν οἰϰοῦντας ἀσϰητάς, ταῦτα ὑπὲϱ τῆς ἐν Καλχηδόνι λέγει συνόδου, ὅτι ὀϱϑοδοξίας ἐστί φϱόνημα ϰαὶ Κυϱίλλῳ φίλον μίαν ὑπόστασιν τοῦ λόγου σεσαϱϰωμένην ϰηϱύττειν ϰαὶ ἓν πϱόσωπον (...)

67 Ὁ δὲ τέταϱτος πϱòς τοὺς ἀνατολιϰοὺς μοναχούς, τῆς Σεβήϱου δυσσεβείας ϰαὶ αὐτοὺς ἀντεχομένους.

68 Ἔστι δὲ ϰαὶ ὁ δ’ αὐτῷ πεπονημένος πϱός τινας ἀνατολιϰοὺς μοναχούς, τῇ αὐτῇ τῶν ϑεοπασχιτῶν ϰατεχομένους αἱϱέσει. Si je comprends bien J. MEYENDORFF, Le Christ dans la théologie byzantine, Paris, 1969, p. 120, il s’agit en effet de moines sévériens. Le savant théologien écrit à propos des thèses de l’ancien évêque d’Antioche sur la mort : « Elle n’est pas elle-même un état de péché, mais une « condition » de la nature humaine que le Verbe par son Incarnation, est venu assumer et que, par la résurrection, il a rétabli dans la grâce de l’immortalité ».

69 M. RICHARD, Les florilèges diphysites.... pp. 738-739.

70 IV, p. 174, ll. 7-3 : Ἀλλὰ γὰϱ ταῦτα διελϑὼν ὁ ϑεοφιλὴς Ἐφϱαΐμιος παϱατίϑησιν ἐπιστολὰς τοῦ τε ἐν ἁγίοις Συμεῶνος, τοῦ τὴν ἐν τῷ ϰίονι στάσιν ἀϑλήοαντος, ϰαὶ Βαϱαδάτου πϱòς Βασίλειον τòν ἐπίσϰοπον Ἀντιoχείας ἐπεσταλμένας ϰαὶ δὴ ϰαὶ πϱòς Λέοντα τòν βασιλέα ἑϰατέϱου τούτων ἰδίᾳ πϱòς ἑϰάτεϱον τοῖν δυοῖν μιᾶς γεγϱαμμένης. Τοῦ μέντοι γε Ἰαϰώβου μία ϰαὶ αὐτὴ πϱòς τòν αὐτòν εὐσεβέστατον ἐγϱάφη βασιλέα. Une brève notice porte sur les qualités stylistiques de ces lettres ainsi que sur leur contenu (ll. 3-10). Trois extraits de la lettre de Syméon le Stylite l’Ancien à Basile sont conservés dans ÉVAGRE, Histoire ecclésiastique, II, 10, p. 62 Bidez-Parmentier (M. GEERARD, CPG, III, p. 277, no 6640). Il existe de même une lettre Ad Leonem Imperatorem (6645 Geerard) en traduction syriaque, rangée parmi les spuria. Baradate était un autre ascète syrien dont Théodoret décrivit les exercices dans son Histoire des moines de Syrie, XXVII, 2-4. On trouvera d’intéressantes traductions dans A.-J. FESTUGIÈRE (ο.l., pp. 294-296). Jacques était un ascète hypèthre contemporain de Théodoret. Des deux derniers, je ne connais de correspondance ni avec Basile ni avec Léon I. Pour Jacques, voir A.-J. FESTUGIÈRE, o.l., pp. 299-303. Sur l’activité littéraire de notre personnage, l’étude la plus complète est celle de S. HELMER, o.l., pp. 187-190, qui indique des inédits dormant toujours dans les manuscrits. Le théologien a publié en annexe à son livre quelques pièces inconnues jusqu’ici, un bref recueil de Définitions dogmatiques d’après l’étymologie (pp. 271-272) et Douze chapitres des orthodoxes (pp. 262-265).

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search