Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre VI. Une fiction littéraire

Texte intégral

  • 1 Les soupçons avaient été émis déjà par K. KRUMBACHER, Geschichte der byzantinischen Litteratur, 2e(...)
  • 2 Fr. HALKIN, 1.1.

1La date traditionnelle fixant la rédaction de la Bibliothèque à une période de sa vie où Photios n’avait pas encore eu accès au poste suprême de l’Église orientale a été contestée voici quelque vingt ans1. On voit que la thèse rejette comme mensongères les déclarations nettes de Photios même : les préface et postface ne seraient que pures fictions littéraires. Je ferai seulement observer que, dans ce cas, le jeune écrivain serait le créateur d’un nouveau genre de « forgerie », car on chercherait en vain une autre occurrence du conte de l’« Ambassade ». Le R.P. Halkin s’est efforcé de surprendre Photios en flagrant délit de contradiction interne2 : « Dans l’espèce de postface qui clôture le recueil, Photios ne prétend plus que ses analyses bibliographiques concernent seulement les livres qu’il avait lus en l’absence de son frère : il affirme, au contraire, sans restriction que les 279 ouvrages recensés représentent bel et bien la totalité des écrits qu’il se souvient d’avoir lus depuis que s’est éveillé en lui le sens critique. Il y a là une sorte d’aveu que la mise en scène imaginée dans l’épître dédicatoire est impossible à soutenir jusqu’au bout. »

  • 3 Cod. 280, VIII, p. 214, ll. 1-8 : Ἃ μὲν οὖν φιλολογουμένοις ἡμῖν ϰαϑ’ ἑαυτοὺς εἰς ἀνάμνηαιν ἐλϑεῖν (...)

2À supposer qu’il soit licite de comparer postface et préface, c’est-à-dire des textes attestés seulement à date ancienne par M et par A, j’avoue ne point voir où réside l’impossibilité. Qu’il suffise de relire3 :

Telles sont donc, fruits de mes lectures personnelles, les (notes) que nous avons collationnées pour faciliter la réminiscence, à l’exception de celles qui portent sur les livres dont l’étude et la pratique donnent accès au travail dans les arts et les sciences, depuis qu’ont grandi en nous en quelque sorte le goût et la faculté de juger en matière de lettres jusqu’à la présente publication d’ensemble, en guise d’esquisse, de nos lectures. Elles atteignent, je crois, au total, au quinzième et à l’unité près, le nombre de trois cents.

  • 4 VIII, p. 214, ll. 8-15 : Σὺ δ’, ὦ τῶν ἐμοὶ ϰεϰοινωνηϰότων μητϱιϰῶν ὠδίνων ἐρασμιώτατε, εἰ μὲν ταύτ (...)

3On ne peut douter que Photios évoque ici des lectures personnelles, c’est-à-dire solitaires. Quoi qu’ait écrit le R.P. Fr. Halkin, la difficulté à concilier préface et postface ne subsiste que si l’on retient le mythe de la rédaction en cours d’ambassade. Au contraire, les échos verbaux entre l’une et l’autre partie sont assez nombreux pour qu’on trouve entre elles une parfaite cohérence interne4 :

Et toi, le plus aimable à mon cœur de ceux qui sont sortis des mêmes entrailles que moi, si, à l’heure où j’ai cette ambassade dans l’esprit, le sort commun à tous les hommes devait me surprendre, tu as entre les mains l’objet de ta demande, sans que ton espérance ait été déçue : c’est à la fois un fondement, tant pour l’affection que pour la consolation, et un souvenir, ainsi que des prémices et un accomplissement grâce auquel, en la comblant, je m’acquitte d’un devoir sacré vis-à-vis de prières traduisant ta soif de connaissances littéraires.

  • 5 VII, p. 207, l. 26 (apparat critique) : Ἀνεγνώσϑη Γϱηγορίου τοῦ διαλόγου ὁ βίος οὗ ἡ ἔϰδοσις ἐϰλογ (...)

4Mais c’est sourtout sur le terrain des faits envisagés que la théorie du P. Halkin requiert un examen circonspect. Au cod. 252, Photios présente la recension d’une Vie de s. Grégoire le Grand5 :

Lu de Grégoire « le Dialogue » la Vie dont cette publication transcrit un choix.

5Le R.P. Delehaye avait cru pouvoir montrer que la Vie grecque de s. Grégoire avait été tirée de la grande Vita composée à la demande du pape Jean Vili par le diacre Jean Hymmonide : commandé le 11 mars 873, achevé vers 876 dans la langue originale, l’ouvrage traduit n’eût guère pu parvenir à Photios avant un an au moins.

  • 6 Fr. HALKIN, o.l., pp. 414-415. Voir déjà E. DEKKERS, Les traductions grecques des écrits patristiq (...)
  • 7 Le « codex » 252 de la « Bibliothèque » de Photius, dans Byzantinische Zeitschrift, 58 (1965), pp. (...)
  • 8 O.l., p. 190, n. 48.
  • 9 O.l., p. 30.
  • 10 O.l., p. 31 (suite de la n. 44 à la p. 30).

6Les deux épisodes formant la matière du cod. 252 correspondent à ceux de la Vie grecque6. Le premier à s’émouvoir de la nouvelle suggestion fut B. Hemmerdinger7. Ajoutons qu’elle n’a pas davantage emporté la conviction de P. Lemerle8 et de W.T. Treadgold9, ni la mienne. Le savant américain prétend, en donnant les références utiles, que le cod. 252 contient des renseignements absents du document tenu pour source, en sorte que la filiation ne serait pas du tout assurée10. De toute manière, on peut supposer qu’appartenant à des genres semblables, deux Vies du même personnage devaient nécessairement mettre en œuvre un matériel identique.

  • 11 VII, p. 209, ll. 10-14 : Οὗτος ὁ ϑαυμάσιος Γϱηγόϱιος πολλὰς μὲν ϰαὶ ἄλλας ψυχωφελεῖς τῇ Ῥωμαίων συ (...)

7Le seul à avoir attiré l’attention sur la fin du codex fut B. Hemmerdinger. Pourtant, il eut tort de ne point joindre à son bref article (deux pages) un essai de traduction, car il aurait pu y trouver un argument supplémentaire en faveur de sa propre thèse. C’est ce que nous allons voir à présent11 :

Entre autres nombreux livres en latin utiles à l’âme, cet admirable Grégoire a laissé des homélies expliquant les Évangiles ; toutefois, ce fut aussi à des biographies mémorables de personnages italiens, en y mêlant des récits propres à enseigner les voies du salut, qu’il consacra des études, en quatre dialogues. Mais, depuis cent soixante-cinq ans, ceux qui parlent le latin étaient seuls à tirer profit de ses travaux. Zacharie, qui fut, plus tard, à l’époque susdite, le successeur de cet homme digne des Apôtres, en étendit la connaissance et le profit réservés au seul domaine du latin par une traduction en grec, et il en offrit généreusement tout le bénéfice à la terre entière. Il voua son travail à tourner en grec non seulement les livres appelés « dialogues », mais aussi d’autres ouvrages mémorables de lui.

  • 12 Pour la date, voir C. BIHLMEYER-H. TÜCHLE, o.l, II, p. 69.
  • 13 B. HEMMERDINGER, o.l., pp. 1-2 pour le raisonnement. Le savant français cite PL 77, col. 147 B 14- (...)

8Si la Vie de la Bibliothèque était, au terme d’une série d’avatars, la suite d’une commande de Jean VIII (872-882)12, on comprendrait mal Futilité de la longue note, jointe en annexe, sur l’activité de traducteur du pape Zacharie. Avec beaucoup de pertinence, B. Hemmerdinger fait observer que, dans la tradition latine, les Dialogues de Grégoire sont précédés d’une préface anonyme où se lisent des chiffres semblables : CLXV années sépareraient la rédaction et la traduction de l’œuvre. Or, si les Dialogues sont de 593-594, dates que l’on obtient par de savants rapprochements, le calcul donne celle de 758 pour la traduction. Si l’on fait entrer en ligne de compte la date de mort de Zacharie (752), la soustraction (752-165), dont le résultat donne 587, procure un terminus ante quem pour la rédaction de l’œuvre13.

  • 14 J’hésiterais davantage (voir supra n. 5) à faire état du témoignage de M où on lit (VII, p. 207, l (...)
  • 15 Le mérite du rapprochement revient à B. HEMMERDINGER, o.l., p. 2.
  • 16 On lira d’autres éléments de démonstration dans W.T. TREADGOLD, o.l., p. 30, n. 44 (continuée à la (...)

9D’ailleurs, les homélies du saint ne sont mentionnées dans le codex qu’à titre complémentaire. À mon sens, la notice fermant le βίος ἐν συντόμῳ est en étroite relation avec des documents conçus primitivement pour servir d’introduction aux Dialogues de Grégoire. C’est ce que souligne le rappel du surnom de Grégoire dans le manuscrit A14 : le mot devait figurer aussi en tête du Bios dont proviennent les extraits. Quoi de plus logique si, pour compléter son œuvre, le préfacier de Zacharie a rédigé une biographie de Grégoire, munie d’un petit dossier sur l’histoire de sa production littéraire15 ? Le second était le parachèvement obligé de la première16.

  • 17 C. MANGO, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A D. 750-850, dans Byzantine Books an (...)
  • 18 O.l., pp. 40-41. Il s’agit du cod. 52, I, p. 39, l. 11 - p. 40, l. 11.
  • 19 Voir infra, pp. 11-16.
  • 20 C. MANGO, o.l., pp. 41-42.

10C. Mango admettait la thèse du R.P. Halkin, la seule à laquelle il reconnût quelque solidité17. Un de ses arguments repose sur une phrase relative à la conversion par Photios d’héritiers du messalianisme18. J’ai montré plus haut (voir supra, pp. 43-52) combien il est dépourvu de consistance19. Les autres dépendent de rapprochements avec les Homélies où du matériel pris à la Bibliothèque a été remployé20. En somme, ils se ramènent à un seul : pour quelle raison Photios eût-il eu dès sa jeunesse des préoccupations qui étaient plus naturellement celles d’un prélat ? Peut-être simplement la même qui, mutatis mutandis, poussa Einstein à dévorer, dès l’enfance, la Critique de la raison pure, au point qu’il la possédait mieux que nombre de professeurs de faculté. La même aussi qui avait valu à Aristote le surnom de « Liseur ». Elle porte un nom, celui de « génie ». On a donc quelque raison de supposer que la Bibliothèque nous fait entrer dans l’atelier où se forma celui d’un homme dont maints contemporains allaient, à leur cœur défendant, saluer l’intelligence et l’érudition stupéfiantes.

  • 21 The Homelies of Photius, Patriarch of Constantinople, Washington, 1958, Dumbarton Oaks Studies, II (...)
  • 22 C. MANGO, The Availahility..., pp. 42-43.
  • 23 La date est mal connue, car nous n’avons aucune biographie honnête contemporaine de Photios : R. H (...)
  • 24 Les présupposés de C. Mango ne tiennent aucun compte de l’adresse tout à fait explicite à Tarasios (...)

11Bref, aucune des indications de C. Mango, le savant traducteur des Homélies21, n’a d’autre fondement que psychologique. C’est dire qu’elles peuvent toutes être retournées à l’appui de la thèse inverse. Non moins fantastique est la conclusion qu’il en tire. Peut-être dictée de mémoire, la première édition de la Bibliothèque aurait été infiniment plus courte que la somme actuelle. Dès son retour de l’ambassade, Photios se serait remis à la tâche et n’aurait jamais cessé d’enrichir l’ébauche initiale, en sorte que nous serions seulement en possession du dossier achevé22, publié sans doute après la mort de l’auteur. Autant faire fi des œuvres postérieures, les Questions à Amphilochios par exemple, et des charges que lui réserva le patriarcat. Au surplus, la mémoire de l’ancien chef de l’Église eût été singulièrement desservie par un éditeur trop bénévole. En effet, prise au pied de la lettre, l’interprétation de C. Mango entraînerait une conséquence assez cocasse : mort à un âge très respectable23, Photios aurait, ce nonobstant, continué à dédicacer l’ensemble à son frère aîné, disparu probablement longtemps avant lui24.

  • 25 Sur le prix des livres à l’époque, voir C. MANGO, o.l., pp. 38-39 et N.G. WILSON, Books and Reader (...)

12Les éminents mérites du R.P. Fr. Halkin et de M. C. Mango ne sont pas en cause. Force est pourtant de constater que leurs datations respectives sont fragiles au regard des seuls éléments solides dont nous disposions, la préface et la postface. Je n’ignore pas les difficultés qui subsistent. On pourrait objecter, par exemple, que Photios avait pu collectionner lui-même le plus gros des ouvrages qu’il recense. Je n’en crois rien : le legs à Tarasios eût perdu l’essentiel de son prix, et une fortune colossale25 n’eût sans doute pas suffi à le constituer.

Notes

1 Les soupçons avaient été émis déjà par K. KRUMBACHER, Geschichte der byzantinischen Litteratur, 2e édition. Munich, 1897 (dans le Handbuch de I. von Müller, IX, 1), p. 519. Le mérite d’avoir ressuscité la question revient au R.P. Fr. HALKIN, La date de composition de la « Bibliothèque » de Photius remise en question, dans Analecta Bollandiana, 81 (1963), p. 416.

2 Fr. HALKIN, 1.1.

3 Cod. 280, VIII, p. 214, ll. 1-8 : Ἃ μὲν οὖν φιλολογουμένοις ἡμῖν ϰαϑ’ ἑαυτοὺς εἰς ἀνάμνηαιν ἐλϑεῖν συνηνέχϑη, χωϱὶς ὧν ἡ σπουδὴ ϰαὶ μελέτη τέχνας φελεῖ ϰαὶ ἐπιστήμας ἐϱγάζεσϑαι, ἀφ’ οὗπέϱ τις αἴσϑησις ἡμῖν ἁμηγέπῃ ϰαὶ ϰϱίσις λόγων ἐνεφύη μέχϱι τῆς παρούσης τῶν ἀνεγνωσμένων ὡς ἐν τύπῳ συνεκδόσεως, εἰς τοσοῦτον, οἶμαι, συνάγεται πλῆϑος, τϱιαϰοσιοστῷ ϰαὶ πεντεκαιδεϰάτῳ μέϱει πϱοελϑεῖν ἄχϱι τῶν τϱιαϰοσίων ϰωλυόμενον. Je doit l’interprétation du calcul à mon Maître, le Professeur Labarbe. Le vocable συνέϰδοσις paraît bien être un « hapax ». LAMPE, PCL, s.v. le traduit par « joint publication ». Je ne crois pas que le préfixe συν- ajoute cette nuance, déjà exprimée par le participe παϱούσης.

4 VIII, p. 214, ll. 8-15 : Σὺ δ’, ὦ τῶν ἐμοὶ ϰεϰοινωνηϰότων μητϱιϰῶν ὠδίνων ἐρασμιώτατε, εἰ μὲν ταύτην τὴν πϱεσβείαν διανοοῦντα τò ϰοινòν ϰαὶ ἀνϑϱώπινον ϰαχαλάβοι τέλος, ἔχεις τὴν αἴτησιν τῆς ἐλπίδος οὐ διαμαρτοῦσαν, φιλίας τε ἅμα ϰαὶ παϱαμυϑίας ὑπόϑεσιν ϰαὶ ἀνάμνησιν, ϰαὶ δὴ ϰαὶ ἀπαϱχὴν ϰαὶ τελευτὴν ἀφοσιουμένην τῶν σῶν ϰατὰ λογικὴν ϑεωϱίαν αἰτήσεων τὴν ἐϰπλήϱωσιν. Les dernières lignes équivalent à celles de la préface, I, p. 1, ll. 11-12. On a reconnu une excellente application de la composition « en anneau ». C’est la raison pour laquelle, dans l’orthographe, j’ai accentué les notations religieuses du second passage. Plus loin (ll. 17-19), on trouve une allusion à la possibilité de travaux ultérieurs du même genre.

5 VII, p. 207, l. 26 (apparat critique) : Ἀνεγνώσϑη Γϱηγορίου τοῦ διαλόγου ὁ βίος οὗ ἡ ἔϰδοσις ἐϰλογήν τινα ἀναγϱάφει. Dans son édition, R. HENRY avait adopté le texte de M, en donnant une justification peu solide (p. 207, n. 1) : « Celui de A (...) est donné aussi par les tables anciennes des deux manuscrits. Je conserve néanmoins celui de M, quoiqu’il soit visiblement un remaniement, parce qu’il est celui de Bekker dont je garde la pagination et le compte des lignes, ceci afin de ne pas dérouter le lecteur. » Le fait a été souligné avant moi par W.T. TREADGOLD, o.l., p. 30, n. 41. Le savant américain s’attaque alors à quelques lignes du R.P. Fr. HALKIN (o.l., p. 415) : « Le moine grec de Rome qui en a extrait les Ἐϰλογαί ou le βίος ἐν συντόμῳ (...) », en déclarant qu’elles sortent tout droit du titre de Bekker. Mais le manuscrit ne donne rien d’autre. Le savant bollandiste a parfaitement raison de souligner que Photios eut entre les mains une Vie colligée au préalable par autrui (c’est moi qui souligne). J’ai déjà abordé partiellement cette question dans Flavius Josephe et Photios. À propos d’une singulière lecture des ‘Antiquités Judaïques’, dans Jahrbuch der Österreichischen Byzantinistik, 32, 3 (1983), pp. 185-196.

6 Fr. HALKIN, o.l., pp. 414-415. Voir déjà E. DEKKERS, Les traductions grecques des écrits patristiques latins, dans Sacris Erudiri, 5 (1953), p. 215, n. 8.

7 Le « codex » 252 de la « Bibliothèque » de Photius, dans Byzantinische Zeitschrift, 58 (1965), pp. 1-2. Voir aussi A. NOGARA. Il cod. 252 della « Biblioteca » di Fozio, dans Aevum, 54 (1980), pp. 280-282.

8 O.l., p. 190, n. 48.

9 O.l., p. 30.

10 O.l., p. 31 (suite de la n. 44 à la p. 30).

11 VII, p. 209, ll. 10-14 : Οὗτος ὁ ϑαυμάσιος Γϱηγόϱιος πολλὰς μὲν ϰαὶ ἄλλας ψυχωφελεῖς τῇ Ῥωμαίων συνετάξατο βίβλους, ὁμιλίας τε τὰ εὐαγγέλια ἀναπτύσσων πϱοσωμίλησεν · ἀτὰϱ δὴ ϰαὶ βίους τῶν ϰατὰ τὴν Ἰταλίαν ἀξιολόγους, ϰαὶ διηγήματα σωτηϱίαν ἐϰπαιδεύοντα συγϰαταμίξας τούτοις, ἐν τέσσαϱσι διαλόγοις ἐφιλοπονήσατο. Ἀλλὰ γὰϱ πέντε ϰαὶ ἐξήϰοντα ϰαὶ ἐϰατòν ἔτη οἱ τὴν Ῥωμαίων φωνὴν ἀφιέντες τῆς ἐϰ τῶν πόνων αὐτοῦ ὠφελείας μόνοι ἀπήλαυον. Ζαχαϱίας δέ, ὃς τοῦ ἀποστολικοῦ ἀνδϱòς ἐϰείνου χϱόνοις ὕστεϱον τοῖς εἰϱημένοις ϰατέστη διάδοχος, τὴν ἐν τῇ Ῥωμαϊϰῇ μόνῃ συγϰλειομένην γνῶσιν ϰαὶ ὠφέλειαν εἰς τὴν Ἑλλάδα γλῶσσαν ἐξαπλώσας ϰοινòν τò ϰέϱδος τῇ οἰϰουμένῃ πάςῃ φιλανϑϱώπως ἐποιήσατο. Οὐ τοὺς διαλόγους δὲ ϰαλουμένους μόνους, ἀλλὰ ϰαὶ ἄλλους αὐτοῦ ἀξιολόγους πόνους ἐξελληνίσαι ἔϱγον ἔϑετο. On lui doit, outre une riche correspondance, un Liber regutae pastoralis et un très long commentaire sur Job (Moralia in Job, en trente-cinq livres), un recueil de quarante homélies sur des péricopes évangéliques et quatre livres de Dialogi de vita et miraculis patrum italicorum, sans compter une réforme de la messe romaine et la création du « chant grégorien ». Voir B. ALTANER, Précis de patrologie, Paris-Tournai (adaptation de H. Chirat), 1961, pp. 649-653. Le pontificat de Zacharie dura de 741 à 752 : R. HENRY, VII, p. 209, n. 1 ; M.D. KNOWLES dans M.D.K. et D. OBOLENSKY, Nouvelle histoire de l’Église 2 : Le Moyen Âge, Paris (trad. par L. Jézéquel et A. Crépin), 1968, p. 74 et surtout C. BIHLMEYER-H. TÜCHLE, Histoire de l’Église II : L’Église de chrétienté, Paris-Tournai (trad. M. Grandclaudon et M.-P. Vicaire), 1963, p. 52. Zacharie était originaire de l’Italie méridionale.

12 Pour la date, voir C. BIHLMEYER-H. TÜCHLE, o.l, II, p. 69.

13 B. HEMMERDINGER, o.l., pp. 1-2 pour le raisonnement. Le savant français cite PL 77, col. 147 B 14-15. Le manuscrit le plus ancien de cette préface latine date de 800.

14 J’hésiterais davantage (voir supra n. 5) à faire état du témoignage de M où on lit (VII, p. 207, ll. 26-29) :
Lu des extraits de la Vie, agréable à Dieu, de Grégoire, le saint évêque de l’Église de Rome, qui composa les quatre Dialogues très utiles dans la vie.
Ἀνεγνώσϑη ἐϰλογαὶ τοῦ ϑεαϱέστου βίου Γϱηγοϱίου, ὃς ἱεϱοπρεπῶς ἀϱχιεϱατεύσας τῆς Ῥωμαίων ἐϰϰλησίας τοὺς βιωφελεστάτους τέσσαϱας διαλόγους ἐφιλοπονήσατο. Les ll. 28-29 Henry pastichent p. 209, l. 5 : ἐν τέσσαρσι διαλόγοις ἐφιλοπονήσατο. Les indications précédentes remploient p. 208, ll. 14-39, soit le second « miracle » que connut Grégoire. Il n’y a point de preuve que le copiste auquel nous devons M en ait su plus que nous sur la véritable nature du codex 252.

15 Le mérite du rapprochement revient à B. HEMMERDINGER, o.l., p. 2.

16 On lira d’autres éléments de démonstration dans W.T. TREADGOLD, o.l., p. 30, n. 44 (continuée à la p. 31), avec un stemma plus nuancé que celui de B. HEMMERDINGER, o.l., p. 2.

17 C. MANGO, The Availability of Books in the Byzantine Empire, A D. 750-850, dans Byzantine Books and Bookmen, Washington, Dumbarton Oaks Center for Byzantine Studies, 1975, pp. 37-43. C’est à mon ami R. Halleux que je dois d’avoir pu consulter à loisir ce précieux recueil. Qu’il veuille bien lire ici l’expression de ma gratitude.

18 O.l., pp. 40-41. Il s’agit du cod. 52, I, p. 39, l. 11 - p. 40, l. 11.

19 Voir infra, pp. 11-16.

20 C. MANGO, o.l., pp. 41-42.

21 The Homelies of Photius, Patriarch of Constantinople, Washington, 1958, Dumbarton Oaks Studies, III.

22 C. MANGO, The Availahility..., pp. 42-43.

23 La date est mal connue, car nous n’avons aucune biographie honnête contemporaine de Photios : R. HENRY, I, pp. ix-x ; K. ZIEGLER, dans son article Photios (13) de R.-E., XX, 1 (1941), col. 683, qui donnent 891 ou 897. Pas avant 893 d’après P. LEMERLE, o.l., p. 179, n. 5, qui cite une étude de Jenkins. Or, il serait né vers 810 (ibid., p. 180). Tarasios était peut-être l’aîné des cinq fils que comptait la famille ; à tout le moins, il semble avoir été plus âgé que Photios. Voir sur ce point, Hélène AHRWEILER, Sur la carrière de Photius avant son patriarcat, dans Byzantinische Zeitschrift, 58 (1965), p. 351.

24 Les présupposés de C. Mango ne tiennent aucun compte de l’adresse tout à fait explicite à Tarasios qui, dans le pinax du manuscrit A, figure à hauteur du cod. 280 et dernier. Voir E. MARTINI, Studien zur Textgeschichte der Bibliotheke des Patriarchen Photios I ; Der alte Pinax dans Ὁ ἐν Κωνσταντινουπόλει Ἑλληνιϰòς φιλολογιϰòς σύλλογος 1861-1911. Παϱάϱτημα τοῦ ΛΔ’ τόμου, Constantinople, 1913-1921, p. 318, ll. 23-27.

25 Sur le prix des livres à l’époque, voir C. MANGO, o.l., pp. 38-39 et N.G. WILSON, Books and Readers in Byzantium dans le même recueil, pp. 1-4. Fr. HALKIN (Une courte Vie latine inédite de saint Grégoire le Grand retraduite du grec, in Mélanges Eugène Tisserant, IV = Studi e testi, 234, Città del Vaticano, 1964, pp. 379-387) est revenu sur l’hypothèse (voir en particulier pp. 382-383) qu’il avait formulée précédemment, mais sans ajouter d’argument neuf. Quand on relit la préface anonyme aux Dialogues de s. Grégoire, dans PL 77, coll. 147 B - 150 A, on s’aperçoit que tous les éléments caractéristiques de la fin du cod. 252 (VII, p. 209, ll. 40-14) ont été empruntés à ce passage, dont ils sont une adaptation succincte. Il n’en faut pas davantage, me semble-t-il, pour ruiner la suggestion aventureuse du R.P. Halkin. Je remercie M. l’Abbé J. Mossay, qui m’a gracieusement fourni une photocopie de cet article. Parce que le volume m’est parvenu trop tard, je n’ai pu faire usage de S. IMPELLIZZERI (La Letteratura bizantina, Florence-Milan, 1975). Le savant italien n’admet pas davantage les suggestions du R.P. Halkin (voir p. 356, n. 1). Pour le titre de la Bibliothèque (p. 352), son interprétation rejoint la mienne ; toutefois, il ne s’ensuit pas pour autant que Photios ait, comme il le suggère, procédé à un catalogue de sa propre bibliothèque (pp. 352-353, avec la réserve de la p. 353, n. 1). M. Impellizzeri (p. 354) interprète le mot « mémoire » dans le sens traditionnel et estime aussi que la Bibliothèque fut compilée à Constantinople (p. 357). Les codices se présentent approximativement dans l’ordre chronologique des lectures (p. 358). La plupart des livres étaient copiés en onciales (p. 359, voir ici même, infra, p. 501, n. 5). Mais, contrairement à ce qu’affirme le byzantiniste italien (p. 359, n. 1), l’hypothèse d’un legs massif de quelque trois cents livres de Photios à son frère Tarasios paraît relever de la plus haute fantaisie. Dans ce cas, le jeune homme eût aussi bien pu se contenter d’un inventaire sommaire et n’eût pas perdu son temps à recopier de longs extraits des œuvres, comme par exemple au cod. 186, III, p. 10, ll. 19-20. Ni la préface ni la postface n’autorisent ce genre d’interprétation. On peut croire en effet que Photios possédait une riche bibliothèque, mais, avec plus de vraisemblance, elle comportait probablement plutôt des « livres dont l’étude et la pratique donnent accès au travail dans les arts et les sciences » (voir supra, p. 70), c’est-à-dire justement ceux que Photios a exclus du projet de comptes rendus qui ont formé la Bibliothèque. Rien de plus logique : si Photios les possédait, Tarasios pouvait avoir aisément accès à ces ouvrages. Le cod. 187 nous apprend que certains des livres recensés étaient de vénérables raretés (voir III, p. 187, ll. 1-5) et d’ailleurs, on peut douter que Photios ait eu les moyens d’acheter de ses deniers plusieurs exemplaires d’une même œuvre. Or, les cas où il avoue avoir collationné plusieurs manuscrits du même livre sont loin d’être rares (voir, par exemple, infra, pp. 109-115).

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search