Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre V. L’« Épitomé » d’Hésychios

Texte intégral

  • 1 O.l.. p. 31. C’est le codex 67, I, p. 99, ll. 30-2. Le volume couvrait les règnes de Constantin V d (...)

1J’ai bien peur que le second argument utilisé par W.T. Treadgold n’ait pas plus grand poids. Ce savant fait remarquer à juste titre que le dernier en date des écrivains recensés dans la Bibliothèque est Serge le Confesseur, auteur d’une Histoire ecclésiastique. L’ouvrage étudiait la matière jusqu’en 828 et fut probablement rédigé peu après1. Quoique fort vague, voilà un terminus post quem irrécusable. L’autre branche de la fourchette chronologique n’est autre que le trop célèbre « Épitomé » d’Hésychios.

  • 2 Je résume ici W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 33-34.

2Dans l’histoire de la philologie, les manuels jouent un peu le rôle du monstre du Loch Ness. Des restes de ce précieux dictionnaire survivraient dans quantité d’articles de la Souda, ainsi que dans de nombreuses notices analogues jointes aux codices de la Bibliothèque. Or, l’écrivain le plus récent pour lequel nous possédions un document du genre dans la Souda n’est autre qu’Ignace le Diacre, un contemporain de Photios, mort peu après 845. L’ecclésiastique serait l’auteur de l’« Épitomé » : se fondant sur les exemples d’Hésychios de Milet et de s. Jérôme, traduit par Sophronios, il aurait de son propre cru ajouté sa biographie personnelle à la compilation, en gommant soigneusement toute évocation de ses anciennes activités d’iconoclaste. Aussi peut-on supposer que la rédaction du tout eut lieu après la mort de Théophile (842), dans les premières années du règne de Michel III l’Ivrogne (842-867)2.

  • 3 Souda, H 611, s.v. Ἡσύχιος.’Έγϱαψεν Ὀνοματολόγον ἢ Πίναϰα τῶν ἐν παιδείᾳ ὀνομαστῶν, οὗ ἐπιτομή ἐστι (...)

3Il n’est pas un historien de la littérature qui ignore l’importance capitale de l’article « Hésychios » de la Souda3 :

Il écrivit un Recueil de noms propres ou Tableau des hommes en renom pour leur culture, dont ce livre est un abrégé, et un récit chronologique qu’il distribua en six « intervalles » : tel est le nom qu’il donne à chaque livre où sont rapportés dans l’ordre approprié les actes des empereurs romains, les lignées de princes qui exercèrent le pouvoir par ordre de nations et les actions accomplies à Byzance jusqu’au règne d’Anastase surnommé « double pupille ». Mais dans son tableau de ceux qui se sont illustrés en matière de culture, il ne fait mention d’aucun des maîtres de l’Église, en sorte que, de ce fait, il donne prise au soupçon qu’il n’est pas chrétien, mais tout rempli de l’œuvre vaine des païens.

  • 4 G. WENTZEL, Die griechische Uebersetzung der « Viri inlustres » des Hieronymus, dans Texte und Unte (...)

4D’après G. Wentzel4, les mots « dont ce livre est un abrégé » ne sont pas le fait du compilateur ou auteur de l’article, mais ils figuraient bel et bien dans la source qu’il avait employée. Tel est le point d’ancrage dont dépend l’interprétation du savant allemand, indéfiniment reprise après lui, sans pourtant que l’on ait pris la peine d’en mesurer la solidité.

5Toutefois, la suggestion ne tient que si est avérée l’existence de cet Épitomé tiré du Tableau d’Hésychios et réputé perdu. Or, ce manuel n’a guère que trois témoins en sa faveur : l’article « Hésychios » de la Souda, un passage d’une Vie moscovite de s. Grégoire de Nazianze et l’ensemble des notices bio-bibliographiques de la Bibliothèque, qui seront étudiées dans le corps du présent ouvrage. On retiendra seulement le principe suivant : ruiné celui des deux premiers, le crédit du troisième s’effritera presque totalement. Force est donc, en attendant, d’étudier successivement ici les deux premiers points.

  • 5 G. WENTZEL, o.l., p. 57.

6De l’article « Hésychios » de la Souda, il ressort que le Tableau ne renfermait pas la moindre notice sur les Pères de l’Église. Pourtant, dans la Souda même, il en existe une bonne trentaine, dont l’origine « hésychienne » a été jugée irrécusable5. L’explication serait simple. Pour pallier la carence signalée dans le dictionnaire, le Tableau aurait été complété à coups de brefs chapitres, pris à bonne source, en l’occurrence, la traduction grecque du De viris de s. Jérôme, prêtée à un soi-disant Sophronios. Eux aussi seraient donc, par un trait ou par un autre, des fruits bâtards de la diligence d’Hésychios de Milet.

7On le voit, G. Wentzel veut faire naître sous nos yeux l’image d’un manuel ou d’un abrégé dont le canevas aurait été fourni par le savant milésien. Plus tard, un des compilateurs de la Souda et Photios auraient tiré patte ou aile de ce compendium. De succédané en succédané, la substance d’Hésychios se serait, au fil du temps, rétrécie comme peau de chagrin.

  • 6 Ibid.

8Il vaut la peine de relire la « démonstration » du savant allemand6. À l’en croire, les mots « dont ce livre est un abrégé » « gehören der Quelle des S(uidas) an und sind von diesem mitsamt der ganzen Hesychvita gedankenlos in sein Lexicon aufgenommen worden. Eine andere Interpretation ist vor dem gesunden Menschenverstande unmöglich ». Inutile d’insister sur la valeur d’un argument ad hominem. Je tiens au contraire pour très vraisemblable que la parenthèse est le produit de la même plume qui a exprimé un regret sur les lacunes de l’Onomatologos. Nous avons ici une allusion au mode de rédaction de la Souda, dont les notices bio-bibliographiques ont été empruntées partiellement (je crois impossible de préciser davantage) au fameux Pinax d’Hésychios.

  • 7 Id., p. 4.
  • 8 JÉROME, De viris illustribus, 135, pp. 65-66 Herding et ps.-SOPHRONIOS, 135, p. 62 V.G.
  • 9 Souda, I, 84 s.v. Ἰγνάτιος · διάϰονος ϰαὶ σϰευοφύλαξ τῆς μεγάλης ἐϰϰλησίας Κωνσταντινουπόλεως ϰαὶ γ (...)

9Sans doute concédera-t-on que l’article « Hésychios » de la Souda peut difficilement avoir eu pour origine l’Onomatologos7. Le précédent de s. Jérôme, qui n’était pas un parangon de modestie, n’est pas probant sur ce point8. A fortiori, la remarque vaut pour l’écrivain le plus récent dont figure une esquisse biographique dans la Souda9 :

Ignace, diacre et sacristain de la grande Église de Constantinople, qui devint métropolite de Nicée, grammairien. Il écrivit des Vies des saints et bienheureux patriarches Tarasios et Nicéphore, des élégies funèbres, des lettres, des iambes adressées à Thomas le Rebelle, auxquels on donne le nom de « Vers contre Thomas », etc.

  • 10 Malgré la vaine tentative de W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 31-32.

10En toute rigueur, l’occurrence du personnage offre seulement un terminus post quem approximatif pour la rédaction de l’ensemble. On ne peut rien en tirer sur la nature ou sur l’auteur de l’« Épitomé » d’Hésychios10, dont l’existence reste à démontrer.

  • 11 Publiée par Ch. F. MATTHÄI (S. Gregorii Nazianzeni binae orationes graece et latine, Moscou, 1780), (...)
  • 12 G. WENTZEL, o.l., p. 5. d’après MATTHÄI, o.l., p. 106 (non vidi) : Τάδε πεϱὶ τοῦ μεγάλου Γϱηγοϱίου (...)

11Plus sérieux est le second argument avancé par G. Wentzel, qui a révélé au public occidental une Vita peu connue de s. Grégoire de Nazianze11. Bien que les écrivains ecclésiastiques n’aient pas trouvé place dans l’Onomatologos, la Vita se donne explicitement comme tirée d’une œuvre d’Hésychios12 :

Sur le grand Grégoire, voici ce que dit Hésychios Illustrius, celui qui a esquissé les Vies de tous les sages.

12Cette introduction ne donne lieu qu’à deux remarques :

  1. La Vita de s. Grégoire ne provient sûrement pas de l’Onomatologos.

    • 13 Pour les dates, voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 342.

    Rien ne prouve qu’Hésychios se fût refusé, dans une autre œuvre, le droit de procéder à une digression assez longue sur un personnage important comme Grégoire de Nazianze, qui exerça le patriarcat à Constantinople durant quelques mois, de décembre 380 à mai 38113.

  • 14 Voir infra, pp. 64-67.
  • 15 Le mot désignait la classe sénatoriale. Voir, pour une époque postérieure, il est vrai, P.A. YANNOP (...)

13Deux arguments négatifs paraissent confirmer ces réserves. Dans le passage que je viens de traduire, la locution « celui... les sages » constituerait, s’il s’agissait de l’« Épitomé » anonyme, une référence d’un type pour le moins insolite. La formulation paraît bien garantir au contraire qu’il était question d’un autre ouvrage, non précisé autrement, peut-être de la fameuse Histoire universelle. D’autre part, Photios, qui l’avait lue et en avait donné un aperçu sommaire, mais soigné14, n’indique aucunement qu’Hésychios était païen ou qu’il avait évité soigneusement toute référence à la culture chrétienne. Mécréant, un Illustris15 se fût trouvé dans une position fort inconfortable vis-à-vis du pouvoir impérial.

14On ne peut s’empêcher de constater à quel point l’argumentation de G. Wentzel respire l’esprit de système. Pour expliquer la structure de la Vita de s. Grégoire, il a mis les documents qui se répondent en colonnes parallèles :

  • 16 G. WENTZEL, o.l., p. 5 : Οὗτος ὁ μέγας Γϱηγόϱιος οὐ μόνον γϱαμματιϰòς ἦν ϰαὶ τὰ ἐς τὴν ποίησιν δεξι (...)
  • 17 Souda, Γ 450, s.v. Γϱηγόϱιος · Ναζιανζοῦ ἐπίσϰοπος — σταϑμòς δὲ οὗτος Καππαδοϰίας — ἀνὴϱ ἐλλογιμώτα (...)

Vie de Grégoire16

Souda17

Grégoire, évêque de Nazianze — c’est un canton de Cappadoce —, homme très fameux, ami très proche de Basile, l’évêque de Césarée en Cappadoce.

Ce Grégoire le Grand était non seulement un lettré, adroit même pour ce qui a trait à la poésie, mais, bien davantage, il s’était entraîné en vue de pratiquer la philosophie et il était un orateur fort habile. Il écrivit en prose de nombreux ouvrages. Le recueil qu’il constitua forme un ensemble de trente mille lignes.

Cet (auteur) était non seulement un lettré, adroit même pour ce qui a trait à la poésie, mais, bien davantage, il s’était entraîné en vue de pratiquer la philosophie et il était un orateur fort habile. Il écrivit en prose de nombreux ouvrages. Le recueil qu’il constitua forme un ensemble de trente mille lignes,

(Les textes) que nous en connaissons sont ceux qui ont été conservés jusqu’ici.

d’où est tirée la liste que voici.

  • 18 Ibid., p. 8.
  • 19 On trouvera la suite, ibid., p. 6. La comparaison détaillée est inutile, car, hormis le catalogue d (...)
  • 20 Les variantes textuelles distinguant les quatre textes sont insignifiantes. On me permettra de repr (...)

15Aux yeux de G. Wentzel, l’auteur de la Vita aurait pillé le même « Epitomé » que la Souda18. La fin de l’article renferme une longue citation de Philostorge, qui a trouvé place également dans la Vie19. Le tableau de Wentzel est tout à fait démonstratif sur ce plan. La présence d’un pareil ajout s’harmonise mal avec la thèse d’un « Epitomé ». Subrepticement, I. Flach l’a fait disparaître de son édition. Sur ce point, il faut rendre hommage à A. Adler de n’avoir pas dénaturé les documents disponibles. Il suffira, à la page suivante, d’examiner le tableau, où la comparaison doit se lire de gauche à droite20 :

16Le processus utilisé saute aux yeux. De tels textes mettent en œuvre les mêmes pièces, les mêmes éléments d’information. Γ 450 est le plus riche et, par rapport à la Vie de Grégoire, il ne se distingue que par un ajout à caractère rhétorique. À l’extrait de Philostorge, l’auteur de la Vie a joint une brève notice, qui résume en trois traits les étapes principales de l’existence du Saint. Dans la citation affleurent les attaques de l’adversaire, auxquelles les dernières phrases apportent un rectificatif. La vérité orthodoxe avait des droits imprescriptibles.

17La comparaison est grosse d’enseignements :

181. Loin de prouver l’existence d’un « Epitomé » d’Hésychios, la Vita montre qu’Hésychios avait eu à sa disposition un catalogue, qui précisément avait déjà revêtu la forme dont on cherche à le rendre responsable.

192. Hésychios avait présenté un passage de l’Histoire de l’Église de Philostorge avec un certain esprit critique.

203. Γ 450 lui a purement et simplement été emprunté, à de menus aménagements près.

  • 21 C’est la date que retient J. BIDEZ (dans J.B.-Fr. WINKELMANN, Philostorgius’ Kirchengeschichte, 2e (...)

214. La Vie de s. Grégoire fut rédigée entre les vie et χιie siècles21.

22Basile, Apollinaire, Grégoire : trois des grands prélats qui ont marqué la vie de l’Église au ive siècle. Qu’à date ancienne ait existé une vie ou plutôt un catalogue sommaire, destiné à accompagner une « édition » partielle ou intégrale des œuvres de Grégoire, c’est une possibilité que personne ne jugera invraisemblable. C’est ce document qu’a exploité Hésychios à son tour, sans doute dans son Histoire universelle. Plus tard, un « éditeur » de Grégoire a repris la tâche, mais il ne disposait plus d’un texte semblable. Aussi a-t-il été tout heureux d’en retrouver l’équivalent dans un manuscrit plus ou moins complet d’Hésychios de Milet. Il l’a donc reproduit sans trop se soucier de ce que pouvait avoir d’un peu grinçant l’éloge de Philostorge.

  • 22 Voir J. BIDEZ, o.l., pp. lxxvi-lxxxi.

23Il est singulier que, tout en admettant en bloc la thèse de G. Wentzel22, J. Bidez ne se soit pas rendu compte qu’ôter à l’auteur de l’« Épitomé » la paternité de la Vie de Grégoire revenait à rendre caduc tout le travail de son prédécesseur. À une époque où l’érudition était la propriété de qui voulait, les textes du genre ont connu une vie mouvementée. Dans le domaine de la littérature scientifique, les réceptaires ou les recettes isolées variaient dans la forme et la dimension grâce à un jeu d’emprunts ou de rétrocessions réciproques d’éléments. Vitae des manuscrits, lexiques et recueils de biographies se sont de même, si j’ose écrire, repassé perpétuellement les mêmes plats.

  • 23 134, p. 65 Herding : Sophronius, vir adprime eruditus (...) opuscula mea in graecum sermonem elegan (...)

24Reste à aborder un dernier point troublant. Dans quantité de démonstrations formant le corps du travail, je soulignerai l’importance de la traduction par le pseudo-Sophronios du De viris illustribus de s. Jérôme. On croit savoir aujourd’hui que l’ouvrage ne peut être le fait du personnage dont Termite de Bethléem écrivait23 :

Sophronius, homme supérieurement érudit. Il traduisit mes opuscules en un grec très élégant, ainsi que le psautier et les prophètes, que nous avons tournés de l’hébreu en latin.

  • 24 M. SCHANZ, Geschichte der römischen Litteratur, IV, 1, 2e édition, Munich, 1926 (dans le Handbuch d (...)
  • 25 André, 2, p. 3 ; Jacques de Zébédée, 5, p. 5 ; Philippe, 7, p. 7 ; Bartholomé, 8, p. 7 ; Thomas, 9, (...)
  • 26 O. von GEBHARDT, o.l., pp. ix-x et M. SCHANZ, 1.1., pour la date.
  • 27 O. von GEBHARDT, 1.1.
  • 28 La présence de morceaux d’Hésychios dans les scholies platoniciennes, dont le plus gros remonte sen (...)

25La critique se fonde sur deux faits. L’un est la qualité du grec qu’on peut lire dans le petit volume. Loin d’être « élégant », il trahit des négligences en nombre tel qu’on ne peut guère admettre une date de rédaction antérieure au viie siècle24. Plus solide est l’argument qui met en exergue la présence de dix articles sans équivalent dans le texte latin25. Or, ces notices ont des rapports de parenté manifestes avec le catalogue des apôtres et des prophètes récents du pseudo-Dorothée, que l’on date du viie, voire du vie siècle26. Mais, de l’aveu d’O. von Gebhardt27, la tradition des textes de ce genre est extrêmement fluide. Si des éléments de catalogues semblables à celui du pseudo-Dorothée ont pu se glisser dans la tradition du De viris grec, on conçoit que les compilateurs anonymes de la Souda aient prélevé telle ou telle pièce du recueil pour l’intégrer à la somme qu’ils bâtissaient d’autre façon. La présence de morceaux du pseudo-Sophronios dans la Souda ne prouve en rien qu’il ait jamais existé un manuel indépendant présenté comme un « Epitomé » d’Hésychios ni, a fortiori, que Photios ait connu et utilisé pareil « ersatz »28. Dans l’article « Hésychios », la locution « dont ce livre est un abrégé » fait allusion seulement au travail d’un des compilateurs de la Souda : les extraits de la Vie d’Isidore de Damascios qui foisonnent dans le dictionnaire suffisent à le prouver sans doute possible.

26En tout cas, Photios se montre fort discret sur le compte du grand compilateur et historien que fut au vie siècle Hésychios de Milet, dont il avait lu deux ouvrages historiques :

  • 29 Cod. 69, I, p. 101, ll. 36-41 : Ἀνεγνώσϑη μοι βιβλίον ἱστοϱιϰòν ὠς ἐν συνάψει Κοσμιϰῆς ἱστοϱίας. Ὁ (...)

129. J’ai lu un livre d’histoire contenant comme une vue d’ensemble de l’histoire universelle. L’historien est Hésychios Illustrius, qui avait Milet pour patrie et qui était le fils d’Hésychios et de Philosophia, d’après également la teneur de la suscription où se trouvait « Histoire romaine et générale ».

  • 30 I, P-102, ll. 33-40 : Ἀνεγνώσϑη δέ μοι ϰαὶ ἑτέϱα αὐτοῦ βίβλος ἐν πεϱιείχετο τά τε Ἰουστίνῳ πϱαχϑέ (...)

230. J’ai lu également un autre livre du même qui contenait les actes de Justin et la façon dont, à la mort d’Anastase, il fut lui-même proclamé. Dans la suite, on peut aussi voir la proclamation de Justinien qui succéda à Justin, ainsi que ses actes durant quelques années de son règne. Et, pour le reste, l’historien s’est arrêté à cause de la mort de son fils Jean, qui frappa son âme mortellement et coupa net l’élan qui le poussait à écrire.

  • 31 I, p. 101, ll. 9-10 : ‘Υπισχνεῖται δὲ ϰαὶ ἀληϑείας εἶναι φϱοντιστής. Entre le passage précédent et (...)

271. Les indications d’ordre biographique proviennent en partie de l’intitulé du manuscrit. L’ouvrage devait comporter une préface où Hésychios faisait un exposé d’ordre méthodologique où ne manquait pas un équivalent de la promesse traditionnelle d’écrire sine ira et studio31 :

28Il fait également la promesse d’avoir aussi souci de la vérité. La locution « d’après également la teneur... » est une référence à une autre mention de la parenté d’Hésychios, sans doute dans la préface. Il suffira de faire observer que tous les renseignements sont pris purement et simplement au texte.

292. Hormis la critique de style, qu’il n’y avait pas à répéter, la présentation du second ouvrage est rigoureusement symétrique. La relation du désarroi qui brisa l’historien a un ton personnel qui sent l’emprunt ou plutôt la paraphrase : la confidence avait été confiée au parchemin, peut-être dans une postface.

  • 32 Souda. H 611, s.v. Ἡσύχιος · Μιλήσιος, υιòς Ἡσυχίου διϰηγόϱου ϰαὶ Φιλοσοφίας, γεγονὼς ἐπὶ Ἀναστασίο (...)

30Quoi qu’il en soit, les notes de Photios ne doivent rien à la source de la Souda32 :

Hésychios de Milet, fils d’Hésychios l’avocat et de Philosophia ; il atteignit l’apogée de sa carrière sous l’empereur Anastase.

31On vient de voir comment vraisemblablement avait procédé Photios. L’auteur de l’article du dictionnaire connaissait une œuvre dont la Bibliothèque ne dit mot. En revanche, l’histoire inachevée des règnes de Justin ier (518-527) et de Justinien lui était apparemment inconnue.

  • 33 Ο.l.. pp. 43-44.

32Pour l’instant, il suffira d’examiner de près un aspect de la méthode mise en œuvre par G. Wentzel. Entre les introductions « Hésychios de Milet, fils de l’avocat Hésychios et de Philosophia » (Souda) et « Hésychios Illustrius qui avait Milet pour patrie et qui était le fils d’Hésychios et de Philosophia » (Photios), le philologue allemand trouve des similitudes tellement patentes que le second ne peut avoir pris le renseignement qu’à la source de la première33, car « Vater und gar Mutter pflegen in Büchertiteln nicht angegeben zu werden ». Sur ce point sans doute, on doit lui donner raison. Mais qui ne voit à quel point la justification est insuffisante ? Le raisonnement montre qu’il ne s’est point inquiété de ce que disait exactement le chapitre de la Bibliothèque. Cette préoccupation fondamentale déterminera d’un bout à l’autre la technique qu’on verra appliquée dans le présent mémoire. Dans le cas d’Hésychios, j’ai essayé de montrer combien, pour les renseignements bio-bibliographiques, Photios était tributaire de sa source. Au risque de lasser, je serai amené à répéter fréquemment la même constatation.

  • 34 Je résume à grands traits la « démonstration » des pp. 43-53.
  • 35 O.l., p. 55.

33La suite de la thèse de G. Wentzel présente une série de démonstrations d’où il ressortirait que la plupart des notices de la Bibliothèque seraient prises au même abrégé que les articles correspondants, de la Souda : ainsi pour des écrivains comme Arrien (cod. 58), Philon d’Alexandrie (cod. 105), Eusèbe (cod. 118), Théopompe (cod. 176), Nicolas de Damas (cod. 189), Dion de Pruse (cod. 209), Césaire de Nazianze (cod. 210), Thémistios (cod. 74), complété à l’occasion par Sophronios — par exemple, Eusèbe, Hippolyte de Rome (cod. 121)34. Au terme d’un exposé ainsi conçu, la conclusion allait de soi35 : « Ich glaube nunmehr den Beweis erbracht zu haben, dass die Epitome aus Hesychios die biographische Vorlage des P(hotios) gewesen ist. »

34Quels que soient les mérites de chacune des « démonstrations » de Wentzel, que j’aurai à reprendre en détail, il est aisé de s’apercevoir que ses études ne couvrent pas tout le champ de la Bibliothèque. Pas un mot en particulier des Vies des Dix orateurs attiques auxquelles je réserverai une part substantielle d’un livre à venir.

  • 36 K. ZIEGLER, o.l., coll. 715-716. Il faut regretter que cet article capital n’ait pas paru en volume (...)

35K. Ziegler émettait cependant des doutes sur la légitimité de conclusions aussi générales. Bien qu’écrites voici plus de quarante ans, les lignes du grand savant allemand restent utiles à méditer36 : « Doch scheint es mir verfehlt, daraufhin anzunehmen, daß nun alle Biographica bei P(hotios) aus dieser einzigen Quelle abgeleitet sein müßten (...). Denn — von anderen Hilfsmitteln abgesehen, die Photios vielleicht doch mehr zur Verfügung gestanden haben — die Bücher, die er aufschlug, haben sicherlich doch vielfach, so wie ein grosser Teil unserer Handschriften, im Anfang oder am Schluß einen βίος der Verfasser enthalten, und es hieße Photios arg unterschätzen, wenn man glauben wollte, daß er sich dieser Quelle der Belehrung nicht bedient, sondern immer nur in seiner νοματολόγος geschaut haben sollte. » Au moins, les réflexions de K. Ziegler ont le mérite de mettre en garde contre les schémas trop réducteurs.

  • 37 R. HENRY, I, p. xxiii pour les deux citations. A propos des codices roulant sur les Vies des Dix or (...)
  • 38 H. HUNGER, o.l., II Philologie - Profandichtung - Musik - Mathematik und Astronomie - Naturwissensc (...)

36Il est étonnant de lire quelque vingt ans plus tard, sous la plume de R. Henry, une indication dont la valeur scientifique marque un retour en arrière par rapport à son prédécesseur37 : « Il (sc. Photios) ne peut avoir trouvé tout son savoir dans le texte même de ses lectures et il est normal qu’il ait puisé dans un ou plusieurs ouvrages de consultation », ou encore, « Il a dû utiliser également des ouvrages spécialisés, comme c’est sans doute le cas pour les notices sur les orateurs attiques ». La supposition simplificatrice de G. Wentzel a été encore tout récemment reprise dans un manuel dont la valeur et la sûreté d’information sont cependant au-dessus de tout soupçon38 : « Für die knappen biographischen Angaben zu den Autoren stützte sich Photios auf Hesychios von Milet. »

  • 39 W.T. TREADGOLD, o.l, pp. 52-59.
  • 40 Ibid., p. 59. On trouvera des éléments de démonstration pp. 129-230.

37Dans son livre de synthèse sur la Bibliothèque, W.T. Treadgold a repris superficiellement la question, et il donne son assentiment à la plupart des analyses de G. Wentzel39. Pourtant, il montre par la suite que l’on a d’excellentes raisons d’exprimer des réserves40 : « Most of the biographical sketches in the Bibliotheca, like the rest of the text, come from the books which Photius reviews. »

38On comprendra donc qu’il reste quelque place pour une étude exhaustive de la question. Il n’est évidemment pas possible d’affirmer que, dans tous les cas, on dépassera le stade des vraisemblances. Toutefois, on aurait tort, je crois d’examiner le problème en marchant dès le départ sur les brisées de G. Wentzel. D’un point de vue méthodologique, on doit tenir compte de la technique qu’a suivie Photios. C’est elle qui va nous servir de guide dans les autres parties que l’on découvrira ci-après. De surcroît, on ne peut manquer d’envisager aussi les écrivains dont le savant byzantin offre l’analyse pour telle ou telle œuvre, sans cependant consacrer la moindre ligne à leur biographie littéraire. Nécessairement très sec, cet examen complémentaire offrira une confirmation a contrario des présomptions auxquelles on sera arrivé par ailleurs. Enfin, nul n’oubliera non plus que, sans l’article de la Souda, la compilation bio-bibliographique d’Hésychios et l’« Épitomé» que l’on en aurait tiré par la suite seraient demeurés totalement inconnus.

39Avant de clore ce chapitre capital, il me reste à dire un mot de procédés mis en œuvre par d’éminents prédécesseurs. Quiconque a été conduit à scruter d’un peu près les biographies du lexique composite que forme la Souda a pu constater qu’A. Adler a pratiquement doté chacune d’elles de l’abréviation « Hesy », sc. l’« Épitomé » d’Hésychios. Dans cette foule immense de personnages ont pris place, à côté de cent autres, Thucydide aussi bien que Thémistios.

  • 41 O.l., pp. 1-2. Voir Fr. LEO, o.l., p. 30 ; A. ADLER, dans l’article Suidas (Lexicograph) de R.-E., (...)

40Or, ce qui caractériserait l’« Épitomé », ce serait la disposition des articles, que rappelle G. Wentzel41 :

  1. Lemme : nom de la personne, avec indication de patrie (souvent un simple ethnique) et du genre littéraire pratiqué ;

  2. noms des parents avec, parfois, celui des enfants, des maîtres et des disciples ;

  3. données sur l’époque et la localisation de la rédaction ; sur les relations personnelles ou littéraires avec les contemporains ;

  4. prédécesseurs ou successeurs, avec aussi les circonstances particulières de l’existence ;

  5. liste d’écrits, tantôt détaillée, tantôt fortement abrégée.

41En fait, nombre d’articles porteurs de la fameuse abréviation se réduisent à la plus simple expression : nom, ethnique ou patrie, genre littéraire et énumération d’œuvres. J’avoue ne pas voir comment définir la source d’un document ainsi conçu. Tranchons le mot : c’est de l’esprit de système à l’état pur.

42On peut rappeler que l’Onomatologos compilé par Hésychios eut de multiples prédécesseurs : par son œuvre, l’auteur s’inscrit dans la lignée qu’avaient commencée Aristote, avec ses Didascalies, et Callimaque, avec ses Pinakes. On doit souligner la souplesse intellectuelle des philologues qui découvrent des indices du patron hésychien dans des articles insignifiants. Au surplus, le plan de G. Wentzel était si habilement dessiné que, par retrait ou ajout de l’une ou l’autre donnée, on pouvait y intégrer n’importe quel document. Procruste mis à part, Thésée ne fut pas le seul à user du fameux lit. Enfin, la perte des œuvres du même genre, d’Hermippe de Bérytos ou de Philon de Byblos, n’autorise nullement à affirmer que le plan prêté à Hésychios n’était pas traditionnel dans certains courants de l’érudition antique depuis des siècles.

Notes

1 O.l.. p. 31. C’est le codex 67, I, p. 99, ll. 30-2. Le volume couvrait les règnes de Constantin V dit le Copronyme (741-775), Léon IV (775-780), Constantin VI (780-797), Irène (797-802), Nicéphore I (802-811), Staurakios (811), Michel I Rangabe (811-813), Léon V (813-820) et Michel II le Bègue (820-829). Mais il ne traitait que les huit premières années de Michel II (I, p. 99, ll. 33-34). Serge (1. 33) faisait un exposé continu depuis Constantin V. R. HENRY, I, p. 99, n. 2 déclarait : « Les souverains dont les faits et gestes faisaient la matière de cet écrit sont Constantin V (...) et Michel II (...) ». La note est à corriger dans le sens indiqué plus haut. Pour les dates, voir G.H. BECK, o.l., p. 802 (tableau de la succession des empereurs byzantins). De l’ouvrage perdu de Serge, F. PARIŠIĆ, Les sources de Génésios, dans Byzantion, 31 (1961), pp. 261-266 croit retrouver des traces ou fragments dans les parties relatives à Michel II du Continuateur de Théophane. Pour une tentative d’identification de l’historien, qui ne serait pas le père de Photios, voir A. NOGARA, Sergio il confessore e il cod. 67 della Biblioteca di Fozio patriarca di Costantinopoli, dans Aevum. 52 (1978), pp. 261-266.

2 Je résume ici W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 33-34.

3 Souda, H 611, s.v. Ἡσύχιος.’Έγϱαψεν Ὀνοματολόγον ἢ Πίναϰα τῶν ἐν παιδείᾳ ὀνομαστῶν, οὗ ἐπιτομή ἐστι τοῦτο τò βιβλίον · ϰαὶ Χϱονιϰὴν ἱστοϱίαν, ἥντινα διεῖλεν εἰς ς’ διαστήματα · οὕτω γὰϱ ϰαλεῖ ἕϰαστον βιβλίον, ἐν οἷς ἐμφέϱονται αἱ ϰατὰ ϰαιϱούς πϱάξεις τῶν ‘Ρωμαίων βασιλέων ϰα αἱ δυναστεῖαι τῶν ϰατὰ ἔϑνος ϰϱατησάντων τυϱάννων ϰαὶ τὰ ϰατὰ τò Βυζάντιον πϱαχϑέντα ἕως τῆς βασιλείας Ἀναστασίου τοῦ ἐπονομαζομένου Διϰόϱου. Εἰς δὲ τòν Πίναϰα τῶν ἐν παιδείᾳ λαμψάντων ἐϰϰλησιαστιϰῶν διδασϰάλων οὐδενòς μνημονεύει, ὡς ἐϰ τούτου ὑπόνοιαν παϱέχειν μὴ εἶναι αὐτòν Χϱιστιανόν, ἀλλὰ τῆς λληνιϰῆς ματαιοπονίας ἀνάπλεων.

4 G. WENTZEL, Die griechische Uebersetzung der « Viri inlustres » des Hieronymus, dans Texte und Untersuchungen, 13 (1895), p. 3.

5 G. WENTZEL, o.l., p. 57.

6 Ibid.

7 Id., p. 4.

8 JÉROME, De viris illustribus, 135, pp. 65-66 Herding et ps.-SOPHRONIOS, 135, p. 62 V.G.

9 Souda, I, 84 s.v. Ἰγνάτιος · διάϰονος ϰαὶ σϰευοφύλαξ τῆς μεγάλης ἐϰϰλησίας Κωνσταντινουπόλεως ϰαὶ γεγονὼς μητϱοπολίτης Νιϰαίας, γϱαμματιϰός. Ἔγϱαψε βίους Ταϱασίου ϰαὶ Νιϰηφόϱου τῶν ἁγίων ϰαὶ μαϰαϱίων πατϱιαϱχῶν, ἐπιτυμβίους ἐλέγους, ἐπιστολάς, ἰάμβους εἰς Θωμᾶν τòν Ἀντάϱτην, ἅπεϱ ὀνομάζουσι τὰ ϰατὰ Θωμᾶν ϰαὶ ἄλλα. Sur le personnage, l’étude la plus complète que je connaisse est celle de Mme Wanda WOLSKA-CONUS, De quibusdam Ignatiis, dans Travaux et mémoires, 4 (1970), pp. 329-351. Voir encore P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin..., pp. 129-135. Les Vies sont conservées : voir P. LEMERLE, ibid., respectivement p. 129, n. 74 et p. 130, n. 8 pour les références. Les élégies funèbres seraient notamment celles de l’Anthologie, XV, 29-31. Pour d’autres spécimens, voir W. WOLSKA-CONUS, o.l., pp. 330-331. Les Lettres ont été éditées : ibid., p. 339, n. 59. Des Ιambes à Thomas, il ne subsiste pas le moindre reste : ibid., p. 330. De la révolte de Thomas, qui mit Constantinople à deux doigts de sa perte, on pourra lire un récit circonstancié dans A. A. VASILIEV, Byzance et les Arabes I : La dynastie d’Amorium (820-867), Bruxelles, 1959 (traduction H. Grégoire et M. Canard), pp. 22-45. Au départ, Thomas, qui, en cours de route, prit les Arabes comme alliés, s’était présenté comme le champion des orthodoxes, c’est-à-dire des iconophiles. Au début de son règne, Michel II (820-829) avait tenté un rapprochement des deux partis divisés sur l’emploi des Images, et Ignace, cédant au mouvement patriotique qui enflammait les cœurs dans la capitale et à la cour, avait accepté pour un temps de servir par son talent les desseins de l’empereur : d’où l’éloge de la victoire remportée par Michel IΙ. Celui-ci ne tint pas ses promesses, et la réaction des iconodules, qui suivit la mort de Théophile en 842, à moins que ce ne soit l’auteur lui-même, fit disparaître l’ouvrage comme trahissant des allégeances vis-à-vis du parti abhorré : voir W. WOLSKA-CONUS, o.l., p. 350. Néanmoins, il paraît bien que la faiblesse d’Ignace fut toute passagère, car il fut nommé au siège de Nicée après la restauration de l’orthodoxie (après le 11 octobre 845), et l’on perd sa trace à partir de 847 (ibid., pp. 357-358). On a, il est vrai, soutenu d’autres thèses. Voir W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 31-32, avec les références des notes 48-49.

10 Malgré la vaine tentative de W.T. TREADGOLD, o.l., pp. 31-32.

11 Publiée par Ch. F. MATTHÄI (S. Gregorii Nazianzeni binae orationes graece et latine, Moscou, 1780), que je cite d’après G. WENTZEL, o.l., p. 5. Le texte est reproduit (ibid., pp. 5-8).

12 G. WENTZEL, o.l., p. 5. d’après MATTHÄI, o.l., p. 106 (non vidi) : Τάδε πεϱὶ τοῦ μεγάλου Γϱηγοϱίου φησὶν Ἰλλούστϱιος ὁ τοὺς βίους τῶν σοφῶν ἁπάντων σϰιαγϱαφήσας.

13 Pour les dates, voir J. QUASTEN, o.l., III, p. 342.

14 Voir infra, pp. 64-67.

15 Le mot désignait la classe sénatoriale. Voir, pour une époque postérieure, il est vrai, P.A. YANNOPOULOS, La société profane dans l’empire byzantin des viie, viiie et ixe siècles, Louvain, 1975, pp. 74-75.

16 G. WENTZEL, o.l., p. 5 : Οὗτος ὁ μέγας Γϱηγόϱιος οὐ μόνον γϱαμματιϰòς ἦν ϰαὶ τὰ ἐς τὴν ποίησιν δεξιός, ἀλλὰ πολλοῦ πλέον ϰαὶ ἐς φιλοσοφίαν ἐξήσϰητο ϰαὶ ῥήτωϱ ἦν ἀμφιδέξιος. Οὗτος ἔγϱαψε ϰαταλογάδην πολλά. Εἰς γὰϱ τϱεῖς μυϱιάδας στίχων τὰ συντάγματα αὐτοῦ συνέϑηϰεν, ἀφ’ ὧν ἔγνωμεν μέχϱι νῦν σωζομένων · (...)

17 Souda, Γ 450, s.v. Γϱηγόϱιος · Ναζιανζοῦ ἐπίσϰοπος — σταϑμòς δὲ οὗτος Καππαδοϰίας — ἀνὴϱ ἐλλογιμώτατος, ἀναγϰαῖος δὲ φίλος Βασιλείου τοῦ τῆς Καισαϱείας ἐπισϰόπου τῆς ἐν Καππαδοϰίᾳ. Οὗτος οὐ μόνον γϱαμματιϰòς ϰαὶ τὰ ἐς τὴν ποίησιν δέξιος, ἀλλὰ πολλῷ πλεῖον ϰαὶ ἐς φιλοσοφίαν ἐξήσϰητο ϰαὶ ῥήτωϱ ἦν ἀμφιδέξιος. Οὗτος γϱαψε ϰαταλογάδην πολλά. Εἰς γϱ τϱεῖς μυϱιάδας στίχων τὰ συντάγματα αὐτοῦ συνέϑηϰεν, ἀφ’ ὧν εἰσι τάδε (...) Suit un long catalogue des œuvres annoncées, qui ne correspond qu’en gros seulement avec celui du ps.-SOPHRONlOS, 117, p. 58 V.G. Le fait est souligné par la typographie dans G. WENTZEL (o.l., pp. 10-11).

18 Ibid., p. 8.

19 On trouvera la suite, ibid., p. 6. La comparaison détaillée est inutile, car, hormis le catalogue de la Souda, manquant dans la Vie, les deux textes sont rigoureusement parallèles. D’après G. WENTZEL (o.l., pp. 8-9), la Vie a servi d’introduction à une édition de s. Grégoire de Nazianze, provenant, comme presque tous les manuscrits grecs de Russie, d’une bibliothèque du mont Athos, en l’occurrence la Laure de s. Athanase. Où prend-il que le monastère possédait probablement un exemplaire de l’« Épitomé » ? À mon sens, la disparition du catalogue s’explique aisément. Le copiste a jugé oiseux de le recopier et a préféré mentionner, à titre de preuve, le contenu de l’édition dont il disposait.

20 Les variantes textuelles distinguant les quatre textes sont insignifiantes. On me permettra de reproduire ici seulement le texte de Γ 450, qui est le plus complet (ll. 24-28 et 3-18) : Τοῦ δὲ Γϱηγοϱίου τούτον ϰαὶ Φιλοστόϱγιος ὁ Ἀϱειανòς ἐν τῇ ϰατ’ αὐτòν ἱστοϱίᾳ μνήμην πεποίηται ϰαί φησι · « Γϱηγόϱιος γὰϱ ἤϰμαζε ϰατ’ ἐϰείνους τοὺς χϱόνους ἐν τῷ Ναζιανζῷ (σταϑμòς δὲ οὗτος Καππαδοϰίας) ϰαὶ Βασίλειος ἐν Καισαϱείᾳ τῆς Καππαδοϰίας ϰα Ἀπολινάϱιος ἐν τῇ Λαοδιϰείᾳ τῆς Συϱίας. (...) Τῷ δέ γε Γϱηγοϱίῳ ϰαὶ παϱ’ ἀμφοτέϱοις ἐξεταζομένῳ μείζω βάσιν εἰς συγγϱαφὴν εἶχεν λόγος. Καὶ ἦν εἰπεῖν Ἀπολιναϱίου μὲν ἁδϱότεϱος, Βασιλείου δὲ σταϑεϱώτεϱος. Τοσαύτης δὲ αὐτοῖς ἐν τῷ λέγειν ϰαὶ γϱάφειν δυνάμεως οὔσης, ϰαὶ τò ἦϑος οὐδὲν ἧττον οἱ ἄνδϱες παϱείχοντο πϱòς τὴν τῶν πολλῶν ϑέαν ἐπαγωγότατον, ὥστε ϰαὶ οἷς ὡϱῶντο ϰαὶ οἷς ἔλεγον ϰαὶ ὁπόσα γϱάφειν διεδίδοσαν, διὰ πάντων ᾕϱουν εἰς τὴν ἑαυτῶν ϰοινωνίαν τοὺς ϰαϑ’ ὁτιον αὐτῶν εὐμαϱέστεϱον ἁλίσϰεσϑαι δυναμένους. Τοσαῦτα Πεϱὶ αὐτῶν ὡς ἐν παϱαδϱομῇ Φιλοστόϱγιος ϰαὶ ταῦτα Ἀϱειανòς ὢν ἔγϱαψεν. Ἔτι γοῦν πεϱιὼν εἰς τòν οἰϰεῖον τόπον ὁ Γϱηγόϱιος ἐπίσϰοπον ϰαταστήσας ἐν τῇ λαχούςῃ αὐτòν ἐϰϰλησία, αὐτòς ἐν ἀγϱῷ τινι βίον μοναδιϰòν ἀπηνέγϰατο. Ἐλάσας δὲ πεϱὶ τὰ ἐνενήϰοντα ἔτη ϰαὶ ἐπέϰεινα, Θεοδοσίου τϱίτον ϰαὶ δέϰατον ἔτος ἄγοντος, ϰαταλύει τòν βίον, ἀνάξιον τοῦτο τῆς αὐτοῦ παϑὼν ἀϱετῆς, τò τῆς ϰαϑέδϱας ἀποϰϱουσϑῆναι τῆς βασιλευούσης τῶν πόλεων ϰαὶ πϱοϰϱιϑῆναι μᾶλλον τοὺς φαυλοτέϱους ἢ τòν ἐπ’ ἀϱετῇ ϰαὶ λαμπϱότητι βίου πάντων ὑπεϱανέχοντα. Les dernières lignes visent les grandes étapes de la carrière ecclésiastique de Grégoire. Nommé évêque de Sasimes en Cappadoce Seconde (372), il ne put jamais prendre possession de son siège. Aux côtés de son père, Grégoire dit « L’Ancien », l’évêque en titre, il reprit les fonctions presbytérales qu’il exerçait à Nazianze, mais, à la mort de son père, il refusa de le remplacer à la tête du siège épiscopal. On a vu qu’il n’avait pu se maintenir à Constantinople en tant qu’évêque, si ce n’est durant quelques mois. Il se retira à Arianze, dans un domaine familial, et ce ne fut plus que par intervalles désormais qu’il fut en mesure d’assurer effectivement le gouvernement de l’église de Nazianze, jusqu’à sa mort en 390. Je résume ici P. GALLAY (dans son édition des Lettres de saint Grégoire de Nazianze, I, Paris, 1964, pp. xi-xvii).

21 C’est la date que retient J. BIDEZ (dans J.B.-Fr. WINKELMANN, Philostorgius’ Kirchengeschichte, 2e édition, Berlin, 1972, pp. lxxvi-lxxxi) pour la Vie de Grégoire. C’est à ce moment que fut copiée la page de garde destinée à orner le manuscrit, qui était beaucoup plus ancien (ix-xe siècle). Celui-ci contient 51 discours du saint. Pour une autre description, voir P. GALLAY, dans son édition des Lettres théologiques de Grégoire de Nazianze, Paris, 1974, SC 208, p. 30.

22 Voir J. BIDEZ, o.l., pp. lxxvi-lxxxi.

23 134, p. 65 Herding : Sophronius, vir adprime eruditus (...) opuscula mea in graecum sermonem elegantissime transtulit, psalterium quoque et prophetas, quod nos de hebraeo vertimus in latinum.

24 M. SCHANZ, Geschichte der römischen Litteratur, IV, 1, 2e édition, Munich, 1926 (dans le Handbuch de I. von MÜLLER, VIII), p. 451. Voir encore P. de LABRIOLLE, Histoire de la littérature latine chrétienne, 2e édition, Paris, 1924, p. 487, qui reste dans le vague, et surtout O. von GEBHARDT, o.l., pp. x-xii.

25 André, 2, p. 3 ; Jacques de Zébédée, 5, p. 5 ; Philippe, 7, p. 7 ; Bartholomé, 8, p. 7 ; Thomas, 9, pp. 7-8 ; Simon le Cananéen, 10, p. 8 ; Mathieu, 13, p. 9 ; Timothée, 17, p. 12 ; Titus, 18, p. 13 ; Crescens, 19, pp. 13-14 von Gebhardt.

26 O. von GEBHARDT, o.l., pp. ix-x et M. SCHANZ, 1.1., pour la date.

27 O. von GEBHARDT, 1.1.

28 La présence de morceaux d’Hésychios dans les scholies platoniciennes, dont le plus gros remonte sensiblement plus haut que le ixe siècle [voir G. WENTZEL, Hesychiana, dans Hermes, 33 (1898), p. 276] semble prouver que l’Onomatologos remporta un succès réel dans les cénacles d’érudition.

29 Cod. 69, I, p. 101, ll. 36-41 : Ἀνεγνώσϑη μοι βιβλίον ἱστοϱιϰòν ὠς ἐν συνάψει Κοσμιϰῆς ἱστοϱίας. Ὁ δὲ συγγϱαφεὺς ‘Ησύχιος ὁ Ἰλλούστϱιος, Μιλήσιος μὲν ἐϰ πατϱίδος, παῖς δὲ Ἡσυχίου ϰαὶ Φιλοσοφίας, ϰαϑ’ ὃ ϰαὶ ἡ ἐπιγϱαφὴ τοῦ βιβλίου μετὰ τοῦ ἱστοϱίας Ῥωμαϊϰῆς τε ϰαὶ παντοδαπῆς τυγχάνει. De cet ouvrage, divisé en six sections analysées attentivement par Photios (I, p. 101, l. 10 - p. 102, l. 32), nous avons conservé un long fragment traitant l’histoire de Constantinople depuis les temps légendaires jusqu’à l’époque de Constantin le Grand. Voir PREGER, Scriptores originum Constantinopolitanarum, I, Leipzig, 1901, pp. 1-18 ; MÜLLER, FHG, IV, pp. 146-154. Voir H. HUNGER. Die hochsprachliche profane Literatur der Byzantiner, I Philosophie - Rhetorik - Epistolographie - Geschichtschreibung - Geographie, Munich, 1978 (Byzantinisches Handbuch, V, 1 dans le Handbuch XII de H. Bengtson), pp. 250 et 536.

30 I, P-102, ll. 33-40 : Ἀνεγνώσϑη δέ μοι ϰαὶ ἑτέϱα αὐτοῦ βίβλος ἐν πεϱιείχετο τά τε Ἰουστίνῳ πϱαχϑέντα, ὅπως τε Ἀναστασίου τελευτήσαντος αὐτòς ἀνεϱϱήϑη. Εἶτα ϰαὶ τὴν Ἰουστινιανοῦ τοῦ μετὰ Ἰουστῖνον ἔστιν ἀνάϱϱησιν ϰατιδεῖν, ϰαὶ τὰς ἄλλας πϱάξεις μέχϱις ἐτῶν τινων τῆς αὐτοῦ βασιλείας. Καὶ τò λοιπòν ὁ συγγϱαφεὺς ἐπεσχέϑη, ϑανάτῳ τοῦ παιδòς Ἰωάννου τὴν ψυχὴν ϰαιϱίαν βληϑεὶς ϰαὶ τῆς πϱòς τò γϱάφειν ὁϱμῆς ἐϰϰοπείς. De cet ouvrage, nous n’avons pas le moindre reste. Toutefois, il était encore connu, semble-t-il, au xe siècle, sous Constantin Porphyrogénète. Voir SCHULTZE, dans son article Hesychios (10) de la R.E., VIII (1913), col. 1323. H. HUNGER, o.l., ne le mentionne même pas.

31 I, p. 101, ll. 9-10 : ‘Υπισχνεῖται δὲ ϰαὶ ἀληϑείας εἶναι φϱοντιστής. Entre le passage précédent et celui-ci, Photios a donné les limites chronologiques de son premier ouvrage et une importante critique de style (respectivement, ll. 41-2 et ll. 3-9).

32 Souda. H 611, s.v. Ἡσύχιος · Μιλήσιος, υιòς Ἡσυχίου διϰηγόϱου ϰαὶ Φιλοσοφίας, γεγονὼς ἐπὶ Ἀναστασίου βασιλέως.

33 Ο.l.. pp. 43-44.

34 Je résume à grands traits la « démonstration » des pp. 43-53.

35 O.l., p. 55.

36 K. ZIEGLER, o.l., coll. 715-716. Il faut regretter que cet article capital n’ait pas paru en volume séparé ou dans une revue d’accès facile.

37 R. HENRY, I, p. xxiii pour les deux citations. A propos des codices roulant sur les Vies des Dix orateurs attiques, K. ZIEGLER (o.l.. coll. 716-717) a écrit les vues les plus pertinentes qui aient jamais été émises sur le problème, que je traiterai à fond dans un autre travail. Elles semblent avoir été ignorées de M. Cuvigny, dans l’édition par M.C. et G. LACHENAUD des Œuvres morales de Plutarque, XII, 1, Paris, 1981, Collection des Universités de France, pp. 35-38.

38 H. HUNGER, o.l., II Philologie - Profandichtung - Musik - Mathematik und Astronomie - Naturwissenschaften - Medizin - Kriegswissenschaft, Munich, 1978, p. 8. Sur ce manuel, on lira avec intérêt les recensions de J. IRIGOIN, dans le Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 1978, 3, pp. 322-324 et 1979, 2, pp. 220-221.

39 W.T. TREADGOLD, o.l, pp. 52-59.

40 Ibid., p. 59. On trouvera des éléments de démonstration pp. 129-230.

41 O.l., pp. 1-2. Voir Fr. LEO, o.l., p. 30 ; A. ADLER, dans l’article Suidas (Lexicograph) de R.-E., VII, 1 (1931), col. 707.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search