Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre IV. Photios en mal de confidences ?

Texte intégral

  • 1 I, p. 36, l. 7 - p. 40, l. 37. Les mots « Euchitcs » et « Messaliens » sont tirés respectivement d (...)
  • 2 I, p. 39, l. 11 - p. 40, l. 16 : Καὶ ἄλλα ἄττα ἀϑέμιτα διεβέβλητο, ἃ τοῖς Μεσσαλιανοῖς ϰαὶ ποιεῖτα (...)

1Un des arguments dont use W.T. Treadgold est en étroit rapport avec une question de religion. Dans le codex 52, Photios étudie longuement un document roulant sur la secte des messaliens1. À propos d’un de ses coryphées nommé Lampétios, le premier prêtre du groupuscule sur lequel tomba la vindicte de la hiérarchie ecclésiastique, il écrit2 :

Et on lui imputait quelques impiétés d’autre sorte, dont on charge les Messaliens tant dans leurs actions que dans leurs paroles. De même, nous aussi, en écartant voici peu (ἄρτι), dans la mesure du possible, d’une erreur pareille des gens qui avaient commencé à la propager, nous avons vu une abondante pourriture de passions et de vice qui se repaissait de leur âme.

  • 3 Dans les lignes qui suivent, j’analyse W.T. TREADGOLD (o.l., p. 29).
  • 4 Contre les Manichéens est le titre cité couramment. En fait, le titre véritable et entier est : Φω (...)
  • 5 La lettre d’envoi à Arsénios, ami de Photios et higoumène de Hiéra, est publiée par W. CONUS-WOLSK (...)
  • 6 H.G. BECK (o.l.) ne fait pratiquement pas le rapprochement ; voir cependant G. OSTROGORSKY, o.l, p (...)

2Une suite d’équations conduit rapidement M. Treadgold au but de sa démonstration3. Les messaliens ne peuvent être que les tenants d’une hérésie rigoureusement dualiste, avatar du manichéisme, les pauliciens, contre lesquels Photios écrivit plus tard un traité spécial4, intitulé en bref Contre les Manichéens. Or, dans la lettre d’envoi du traité au moine Arsénios5, le mouvement est décrit comme en état de « recrudescence récente » (ἀϱτιφυής). L’adjectif rappellerait la locution adverbiale « voici peu » (ἄϱτι). L’envoi du Contre les Manichéens ferait donc une allusion au combat mené par Photios contre les héritiers des messaliens à l’époque où il rédigeait le cod. 526.

  • 7 H. AHRWEILER, o.l., pp. 361-362.
  • 8 Au cod. 196, III, p. 92, ll. 35-37, Photios indique que « les fils de Syriens » mentionnent plus d (...)

3Dans l’édition originale, le traité était adressé à un certain Berzélis, qui avait depuis longtemps fait acte d’allégeance vis-à-vis de l’Église au moment où parut la seconde. On a identifié cet inconnu avec un manichéen appelé Zélix (sc. le Syrien Bar Zélis ?), condamné par un synode en 843, mais converti par le patriarche Méthode I (843-847). Photios l’avait fort bien connu pour avoir travaillé dans les bureaux qu il dirigeait avant 843 en tant que protasécrétis. Méthode avait obtenu et la conversion de l’hérétique et son éviction de la hiérarchie administrative, à la tête de laquelle il fut peut-être remplacé par Photios en personne, étroitement lié au patriarche7. La première édition du Contre les Manichéens serait contemporaine de ces événements, dont le passage du cod. 52 raviverait le souvenir8. La rédaction de la Bibliothèque aurait donc été achevée sans doute peu de temps après.

  • 9 J. LABARBE, L’Homère de Platon, Liège, 1949, p. 13.

4Quelle que soit la solidité de chacun de ces hypothétiques maillons, il paraît bien que le savant américain cherche à déduire du texte ce que son auteur n’a jamais voulu y faire entendre. On me pardonnera l’ampleur du développement qui va suivre : il illustre un des aspects de la méthode qui sera appliquée dans les pages formant le corps du travail. Une mise en garde préalable est nécessaire. La personne grammaticale caractérisant une forme verbale n’autorise pas toujours une interprétation obvie. Entre sa source et Photios se dresse une série d’obstacles qui risquent à tout coup de fausser l’interprétation. La forme de tout passage est conditionnée par la nature de chaque ouvrage en cause et des intermédiaires qui l’ont travaillé, abrégé, résumé, interpolé voire, à l’occasion, doublé d’une introduction. Mutatis mutandis, la sévère leçon administrée par mon Maître, le Professeur J. Labarbe à propos d’Homère et de Platon vaut pour l’exégèse de la Bibliothèque9 : « Si (la Bibliothèque) est, par rapport (aux divers textes), une copieuse tradition indirecte (...), on ne saurait trop redire qu’il faut, pour (l’)utiliser à bon escient, s’armer de prudence. On n’évitera le cercle vicieux qu’en se rappelant une règle méconnue par plus d’un, et qui prescrit de s’en tenir à ce que donne le citant, dans le texte plus ou moins sûr que nous possédons de lui. »

5Déclarer que le synode de Sidé est mal attesté relève de la litote. Dans la littérature conservée, Photios est le seul à en faire mention. À différents moments de sa jeune carrière intellectuelle, il eut entre les mains une série d’actes conciliaires dont, sur base de critères purement formels, on peut diviser l’analyse en deux groupes :

6I. Les conciles :

  • 10 Aux codd. 88-89, II, p. 12, l. 30 - p. 14, l. 26 et p. 15, ll. 28-9, on retrouve une analyse d’Act (...)

1. Nicée(325)

cod. 15 I, p. 12, ll. 23-2710

2. Éphèse (431)

cod. 16 I, p. 12, ll. 29-32

3. Chalcédoine (451)

cod. 17 I, p. 12, ll. 34-41

4. Constantinople II (553)

cod. 18 I, p. 12, l. 2 - p. 13, l. 11

5. Constantinople III (680)

cod. 19 I, p. 13, ll. 13-18

6. Nicée II (787)

cod. 20 I, p. 13, ll. 20-23

7II. Les synodes :

  • 11 À ce sujet, voir l’article extrêmement érudit du R.P. M. AUBINEAU, Photius, Bibliothèque : codex 5 (...)

1. Sidé (383)

cod. 52 I, P. 36, l. 7 - p. 40, l. 37

2. Carthage (1 mai 418) contre les pélagiens

cod. 53 I, p. 41, l. 39 - p. 42, l. 3111

3. Actes contre les nestoriens

cod. 54 I, p. 42, l. 33 - p. 44, l. 28

4. Synode du Chêne (403)

cod. 59 I, p. 52, l. 25 - p. 57, l. 14

8L’alignement seul des références suffit à montrer que la méthode d’examen a changé. En est-il de même pour la nature des textes ? Dans le groupe I, Photios se montre on ne peut plus succinct : une caractérisation des genres littéraires, une liste des anathèmes distribués suffisent à former la matière de ces courts chapitres ou, plus exactement, de ces fiches enregistrant la lecture. On doit en dire davantage des quatre autres. Pour I. le titre donnait chaque fois le vocable Πρακτικόν Actes. Rien de pareil dans II. Qu’il suffise de lire, par exemple,

  • 12 I, p. 36, l. 7 - p. 37, l. 14 : Ἀνεγνώσϑη σύνοδος γενομένη ἐν Σίδῃ ϰατὰ τῆς αἱϱέσεως τῶν Μεσσαλιαν (...)

II, 112 a) Lu « synode qui eut lieu à Sidé contre l’hérésie des messaliens ou euchites ou adelphiens. »
b) Le président du synode était Amphilochios d’Iconium et siégeaient aussi avec lui d’autres évêques au nombre de vingt-cinq.
c) Dans le même livre, lu, produite par le même synode, une lettre synodale destinée au grand Flavien, évêque d’Antioche : elle faisait le compte rendu des séances de travail.

  • 13 I, p. 41, ll. 39-42 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον ἡ ϰατὰ Πελαγίου ϰαὶ Κελεστίου σύνοδος ἐν Καϱταγένῃ συστᾶσα (...)

II, 213 Lu un livre « Le synode contre Pélage et Céleste, tenu à Carthage dans l’église de Faustus, quand Honorius détenait la dignité d’empereur d’Occident. »

9Autre point commun : l’endroit où se tinrent les sessions est chaque fois (sauf pour II, 3) précisé dans II, ce qui n’est pas le cas dans I. De plus, aussi bien pour Sidé que pour Carthage, la recension offre un aperçu des mesures d’exécution que reçurent, par la suite, les délibérations. Par exemple :

  • 14 I, p. 38, ll. 3-6 : Ἔγϱαψε μέντοι ϰαὶ ὁ Κωνσταντινουπόλεως Ἀττικòς τοῖς ἐν Παμφυλίᾳ ἐπισϰόποις, ἵν (...)

II, 114 D’autre part, Atticos de Constantinople écrivit aussi aux évêques de Pamphylie, afin que l’on expulsât de partout les messaliens comme sacrilèges et impurs.

  • 15 R. HENRY, I, p. 38, n. 2 ; Μ. GEERARD, Clavis Patrum Graecorum, III (A Cyrillo Alexandrini ad Ioha (...)

10Or, Atticos occupa le siège constantinopolitain de 406 à 42515.

  • 16 I, p. 41, l. 20 - p. 42, l. 23 : Ἔγϱαψε δὲ ϰαὶ Λέων ὁ Ῥώμης πεϱὶ τῶν ἐπιστϱεφόντων Πελαγιανιστῶν, (...)

II, 216 Léon de Rome écrivit aussi, à propos des pélagiens repentants, qu’ils devaient, en tant que tels, être reçus (dans l’Église), à condition de faire par écrit anathème sur leur croyance.

  • 17 R. HENRY, I. p. 196 (n. complémentaire à la p. 53) ; sur le rôle de Léon, voir H I. MARROU, o.l., (...)

11Léon dirigea l’Église occidentale de 440 à 46617. Outre un compte rendu des réunions synodales, les deux textes renfermaient donc un important appendice. Le fait offre une clé d’interprétation pour le cod. 52 et, du même coup, pour le passage dont W.T. Treadgold et C. Mango faisaient grand cas. Un inventaire exhaustif aidera à y voir clair.

12Des premières lignes de II, 1, il ressort que a et c forment des écrits distincts, le second complétant le premier. La suite offre un long aperçu sur les luttes contre les surgeons du messalianisme, autant que l’on puisse voir, jusqu’à l’aube du vie siècle :

131. Synode de Flavien d’Antioche contre les messaliens (I, p. 37, ll. 14-18). Résultats (ll. 19-33).

142. Actions de Flavien.

15Lettre aux évêques d’Osrhoène (ll. 33-36).

  1. Remerciements des intéressés (p. 37, l. 36 - p. 38, l. 38).
  2. Questions de Litoïos d’Arménie et réponse (ll. 38-41).
  3. Lettre de Flavien à un évêque d’Arménie suspect (ll. 41-3).

163. Actions d’Atticos.

  1. Lettre aux évêques de Pamphylie (ll. 3-6, voir supra).
  2. Lettre à Amphilochios de Sidé (ll. 6-7).

174. Lettre de Sisinnios de Constantinople et de Théodote d’Antioche à Vérinianos, à Amphilochios et aux évêques de Pamphylie.

  1. Titre signalant l’organisation d’un synode à Constantinople pour l’élection du patriarcat local (ll. 10-18).
  2. Un détail du contenu : la proclamation de Néon (l. 18 - p. 39, l. 26).

185. Lettre de Jean d’Antioche à Nestorios sur les messaliens (ll. 26-27).

196. Le synode d’Éphèse (ll. 28-31).

207. Vingt-quatre anathèmes d’Archélaos de Césarée en Cappadoce (ll. 32-34).

218. Deux lettres d’Héraclide de Nysse (ll. 34-37).

229. Lettre de Gérontios, higoumène de Glitide, à Alypios, archevêque de Césarée en Cappadoce : plaintes contre Lampétios (ll. 38-41).

  1. Transmission du dossier à Hormisdas de Comana (ll. 1-4).
  2. Contenu : l. 4 - p. 40, l. 13 avec une parenthèse (ll. 13-16, voir supra) ;
  3. Décisions d’Hormisdas (ll. 16-23).
  4. Notes sur Lampétios (ll. 23-25).
    • Son Testament (ll. 23-26).
    • Réfutation de Sévère d’Antioche (ll. 26-28).
    • Condamnation de sympathisants et de comparses (ll. 28-37).
  • 18 Voir A.-.J. FESTUGIÈRE, Antioche païenne et chrétienne. Libanius, Chrysostome et les moines de Syr (...)
  • 19 R. HENRY, I, p. 38, n. 2 ; M. GEERARD, CPG, III, p. 105 ; G.H. BECK, o.l., p. 803 (liste des patri (...)
  • 20 G.H. BECK, l.l. L’élection du personnage, plus préoccupé de pastorale et d’actions caritatives que (...)
  • 21 G.H. BECK, l.l.
  • 22 R. HENRY, I, p. 39, n. 1. Jean et Nestorius étaient liés d’amitié : P.-Th. CAMELOT, Éphèse et Chal (...)
  • 23 R. HENRY, I, p. 39, n. 3.
  • 24 Anne-Marie MALINGREY, dans son édition des Lettres à Olympias de Jean Chrysostome et de la Vie ano (...)
  • 25 Voir E. HONIGMANN, Évêques et évêchés monophysites d’Asie antérieure au vie siècle, Louvain, 1951, (...)
  • 26 B. ALTANER, Précis de patrologie, Paris-Tournai (adapté par H. Chirat), 1961, pp. 700-701.
  • 27 R. HENRY, I, p. 40, n. 1.

23Beaucoup des personnages mêlés à cette histoire des heurs et malheurs du messalianisme sont pour nous des inconnus ou presque : je laisse aux hérésiologues le soin de les identifier. On plantera seulement ici quelques jalons chronologiques. Élu en 381, Flavien (1-2) gouverna Antioche au prix de cent contestations jusqu’à sa mort, en 40418. Atticos (3) et Sisinnios (4) furent patriarches de Constantinople, respectivement de 406 à 42519 et de 426 à 42720. Principal objet du synode d’Éphèse en 431, Nestorius (5) détint le pouvoir à Constantinople, avant d’en être chassé, de 428 à 43121. Jean d’Antioche (428 à 441) était sensiblement son contemporain22. L’intervention d’Archélaos (7) survint vers 44023. Héraclide de Nysse (8) fut en activité à la même époque24. Quant à Hormisdas (9 a), il fut, en 458, un des signataires de la lettre de l’Arménie Seconde à l’empereur Léon25. La réfutation du Testament de Lampétios par Sévère d’Antioche (9 d) fut rédigée à l’époque où l’auteur était toujours prêtre : mort en Égypte en 538, ce monophysite à la carrière tourmentée fut patriarche de 512 à 51826. Il eut une activité littéraire immense ; perdues dans le texte grec, ses œuvres ne sont encore que très partiellement exhumées des manuscrits, syriaques surtout. Aussi peut-on toujours, pour la réfutation, attestée jusqu’ici dans les chaînes27, espérer une heureuse trouvaille.

  • 28 L’Histoire ecclésiastique est recensée au cod. 31, 1, p. 17, l. 1 - p. 18, l. 9. Pour la référence (...)

24On le voit, la parenthèse de 9 d s’inscrit dans le contexte d’un développement historique qui va de 383 à la veille de 512 au plus tard. La dernière action d’envergure fut celle qu’entreprit Hormisdas, à un moment qu’il faut situer, sans pouvoir préciser davantage, dans les dernières décennies du ve siècle. La parenthèse ne pouvait logiquement figurer ailleurs dans le cod. 52. Qui souhaiterait s’informer mieux sur les doctrines et usages des messaliens aurait tort de demander au chapitre des renseignements complémentaires : sauf pour les ragots insérés dans le dossier transmis par Alypios à Hormisdas, il est, sur ce point, d’une rare indigence. Sans doute Photios eût-il pu, comme nous, trouver un bon aperçu chez Théodoret, qu’il avait lu. Mais l’évêque de Cyr traitait des relations entre Flavien et Adelphios, soit de faits antérieurs de près d’un siècle à ceux qui ont inspiré la réflexion ou la confidence « personnelle »28.

25Il n’est, je crois, qu’une seule façon de comprendre. Les points 1-9 du codex ne recèlent aucune allusion de Photios à sa propre expérience. La « confidence » éclaire, non pas sur le passé de l’auteur de la Bibliothèque, mais sur la personnalité du commentateur à qui on doit la production du manuscrit d’où est issu le compte rendu du cod. 52. La publication de ce recueil fut le fait d’un ecclésiastique orthodoxe mêlé de près à la répression du même courant d’hérésies. Photios reproduisit la confidence sans sourciller, parce qu’il était un « scholar » attentif. D’ailleurs, n’était-ce pas ce à quoi il s’était engagé depuis longtemps vis-à-vis de son frère ? Tout le reste est littérature : peut-être avait-il pu observer les débordements que peut entraîner un mysticisme désordonné et les désapprouver in petto ? Mais rien dans le texte n’autorise une telle hypothèse.

  • 29 I, p. 37, ll. 29-31 : Κατεϰρίϑη δὲ Ἀδέλφιος ϰαὶ oἱ σὺν αὐτῷ, ϰαίτοι μετανοίας τόπον, ὡς ἔφημεν, ἐπ (...)

26S’il en était besoin, deux constatations viennent corroborer les éléments de démonstration que je viens d’aligner. Elles ont un caractère purement formel. Le cod. 52 vient de rappeler les dispositions psychologiques d’Adelphios lorsqu’il se présenta au synode organisé par Flavien. La réunion tourna court pour les hérétiques29 :

Adelphios et ses compagnons furent condamnés, bien qu’ils eussent, comme nous l’avons dit, cherché une occasion de faire preuve de repentir.

  • 30 I, p. 37, ll. 19-22 : Ἐν ταύτῃτῇ συνόδῳ μετάνοιαν ἐπαγγελλόμενον τòν Ἀδελφιòν οὐϰ ἐδέξαντο, οὐδὲ τ (...)

27La comparative est une référence à un passage antérieur30 :

Lors de ce synode, on ne reçut pas Adelphios, qui promettait de faire pénitence et on ne l’admit pas davantage, quand il abjurait son hérésie ; ce n’était pas non plus du fond du cœur qu’il faisait la preuve ni de son abjuration ni de son repentir.

  • 31 I, p. 37, ll. 22-29 : Ἦσαν δὲ oἱ ταύτης γεννήτορες τῆς αἱρέσεως Ἀδέλφιός τις ὁ ῥηϑείς, οὔτε μοναστ (...)

28Dans le chef d’un abréviateur, pareil rappel eût été inutile. En revanche, cette méticulosité oiseuse semble avoir été un des traits de l’historien anonyme31 :

Les propagateurs de cette hérésie étaient un certain Adelphios, le susdit, qui n’était inscrit au rôle ni des moines ni des prêtres, mais qui avait rang de laïque, Sabas, qui avait usurpé l’habit des moines et que, en raison de la conjoncture, on appelait « castrat », un autre Sabas, Eustathe d’Edesse, Dadoès et Syméon, lesquels sont « l’ivraie du Malin », et ceux qui avaient poussé avec elle.

29Il paraît donc bien qu’au cours de sa recension, Photios n’a pas craint de reproduire des tics stylistiques de l’original, même un pluriel de modestie, celui que justement on retrouve en 9 b.

  • 32 De quand date le manuscrit que Photios eut sous les yeux ? On peut chercher dans le texte un termi (...)

30Mais ce point conduit à souligner une seconde particularité formelle. En effet, l’image végétale qui termine l’énumération des protagonistes du messalianisme forme aussi le nœud de 9 b, que l’on interprète comme une « confidence » de Photios32.

31Quoi qu’il en soit, il est impossible de recourir à ce passage pour confirmer par approximation la date de 845 que proposait W.T. Treadgold pour la composition de la Bibliothèque et le départ de l’ambassade chez les Arabes.

Notes

1 I, p. 36, l. 7 - p. 40, l. 37. Les mots « Euchitcs » et « Messaliens » sont tirés respectivement du grec et du syriaque : tous deux signifient « hommes de prières ». D’après la secte, l’homme continue à ressentir, malgré le baptême, de mauvais penchants qui le poussent au mal et au péché. Pour expulser ce qu’ils appellent un démon, un seul recours, l’ascétisme, et surtout la présence de l’esprit qui se traduit physiquement, entre autres, par des phénomènes lumineux et des manifestations extatiques. Ce type de mysticisme influença Macaire au ive siècle et tout le mouvement hésychaste à partir du viie siècle. Voir H.I. MARROU, dans J. DANIÉLOU et H.I.M., Nouvelle histoire de l’Eglise 1 : Des origines à Grégoire le Grand, Paris, 1963, pp. 426-427 ; H.G. BECK, Kirche und theologische Literatur im byzantinischen Reich, Munich, 1959 (Byzantinisches Handbuch, II, 1, dans le Handbuch de H. Bengtson, XII), pp. 349-350. Impossible de ne pas penser ici au quiétisme dans l’Europe du xviie siècle. On peut lire à ce sujet la belle étude de Françoise Mallet-Joris, Jeanne Guyon, Paris, Flammarion, 1978, 733 pp.

2 I, p. 39, l. 11 - p. 40, l. 16 : Καὶ ἄλλα ἄττα ἀϑέμιτα διεβέβλητο, ἃ τοῖς Μεσσαλιανοῖς ϰαὶ ποιεῖται ϰαὶ λέγεται, ϰαϑώς ϰαὶ ἡμεῖς, ὡς οἷόν τε ἡμῖν, τινὰς τῆς τοιαύτης πλάνης ἀπάγοντες, ἄϱτι βλαστάνειν ἐϰεῖϑεν ἀϱξαμένους, πολλὴν σηπεδόνα παϑῶν ϰαὶ ϰαϰίας τὰς ἐϰείνων ψυχὰς ἐπιβοσϰομένην ἑωϱάϰαμεν.

3 Dans les lignes qui suivent, j’analyse W.T. TREADGOLD (o.l., p. 29).

4 Contre les Manichéens est le titre cité couramment. En fait, le titre véritable et entier est : Φωτίου τοῦ ἁγιωτάτου ἀϱχιεπισϰόπου Κωνσταντινουπόλεως ἐν συνóψει διήγησις τῆς νεοφανοῦς τῶν Μανιχαίων ἀναβλαστήσεως. W.T. Treadgold renvoie à P. LEMERLE, Ch. ASTRUC, Wanda CONUS-WOLSKA, J. GOUILLARD, D. PAPACHRYSSANTHOU et J. PARAMELLE (Les sources grecques pour l’histoire des Pauliciens d’Asie Mineure, dans Travaux et Mémoires, 4, Paris, 1970). Je n’ai pu trouver ni dans le texte grec ni dans les commentaires les références alléguées par le savant américain.

5 La lettre d’envoi à Arsénios, ami de Photios et higoumène de Hiéra, est publiée par W. CONUS-WOLSKA (o.l., pp. 180-183). La récurrence de l’expression ne signifie strictement rien. Dans un contexte autre, on retrouve les mots dans la célèbre encyclique adressée aux archevêques des églises orientales (Lettre 2, p. 42, l. 78 Westerink), que les derniers éditeurs datent de la première moitié de 867 (voir Photii patriarchae Constantinopolitani Epistulae et Amphilochiae I Epistularum pars prima rece. B. LAOURDAS-L.G. WESTERINK, Leipzig, 1983, p. 39).

6 H.G. BECK (o.l.) ne fait pratiquement pas le rapprochement ; voir cependant G. OSTROGORSKY, o.l, p. 295. Le mot « messaliens » n’est cité ni dans le traité ni dans la lettre d’envoi.

7 H. AHRWEILER, o.l., pp. 361-362.

8 Au cod. 196, III, p. 92, ll. 35-37, Photios indique que « les fils de Syriens » mentionnent plus de mille écrits d’Éphrem de Nisibe. La source qu’il mentionne est (sic) Eusèbe de Césarée. Impossible, évidemment : il s’agit, en fait, de Sozomène (voir R. HENRY, III, p. 239, n. complémentaire à la p. 92), que Photios a évoqué en le confondant avec son prédécesseur. W.T. TREADGOLD, o.l., p. 65, avec la n. 69, imagine des rencontres entre Photios et des Syriens, dont notre fameux Berzélis, auxquels il devrait le renseignement. Voir mon chapitre sur la question, pp. 474-476. Rien là qui soit attesté. Avant d’entreprendre une recension des erreurs commises par R. Henry, chez qui tout n’est pas incontestable, il eût été bon de lire son texte jusqu’au bout. Voir W.T. TREADGOLD, The Recently Completed Edition of The « Bibliotheca » of Photius, dans Byzantinoslavica, 41 (1980), pp. 50-61.

9 J. LABARBE, L’Homère de Platon, Liège, 1949, p. 13.

10 Aux codd. 88-89, II, p. 12, l. 30 - p. 14, l. 26 et p. 15, ll. 28-9, on retrouve une analyse d’Actes du même synode. Elle pose un problème très particulier et fort complexe, auquel j’ai consacré un chapitre, voir infra, pp. 395-412.

11 À ce sujet, voir l’article extrêmement érudit du R.P. M. AUBINEAU, Photius, Bibliothèque : codex 53 Sur les Pélagiens, dans Revue de Philologie, 41 (1967), pp. 232-241.

12 I, p. 36, l. 7 - p. 37, l. 14 : Ἀνεγνώσϑη σύνοδος γενομένη ἐν Σίδῃ ϰατὰ τῆς αἱϱέσεως τῶν Μεσσαλιανῶν ἤγουν Εὐχιτῶν ἤτοι Ἀδελφιανῶν. Ἐξῆϱχε δὲ τῆς συνόδου Ἀμφιλόχιος ὁ τοῦ Ἰϰονίου, συνεδϱευόντων αὐτῷ ϰαὶ ἑτέϱων ἐπισϰόπων τòν ἀϱιϑμòν πέντε ϰαὶ εἴϰοσιν. Ἐν τῇ δὲ βίβλῳ ἀνεγνώσϑη τῆς αὐτῆς συνόδου πϱòς τòν μέγαν Φλαβιανòν τòν Ἀντιoχείας ἐπιστολὴ συνοδιϰή, τῶν πεπϱαγμένων ποιουμένη τὴν διδασϰαλίαν.

13 I, p. 41, ll. 39-42 : Ἀνεγνώσϑη βιβλίον ἡ ϰατὰ Πελαγίου ϰαὶ Κελεστίου σύνοδος ἐν Καϱταγένῃ συστᾶσα ἐν τῇ μεγάλῃ ἐϰϰλησίᾳ Φαύστου Ὁνωϱίου τò τῆς ἑσπεϱίου βασιλείας φϱουϱοῦντος ἀξίωμα. Pour l’identification de cette église, voir M. AUBINEAU, o.l.. pp. 232 et 235.

14 I, p. 38, ll. 3-6 : Ἔγϱαψε μέντοι ϰαὶ ὁ Κωνσταντινουπόλεως Ἀττικòς τοῖς ἐν Παμφυλίᾳ ἐπισϰόποις, ἵνα πανταχόϑεν τοὺς Μεσσαλιανοὺς ὡς ἄγη ϰαὶ μύση ἀπελαύνωσιν.

15 R. HENRY, I, p. 38, n. 2 ; Μ. GEERARD, Clavis Patrum Graecorum, III (A Cyrillo Alexandrini ad Iohannem Damascenum), Turnhout, 1979, p. 107. Cet indispensable ouvrage, dont les tomes II-IV sont parus à ce jour, sera cité désormais par le nom de l’auteur, le signe CPG, le numéro du tome et, quand il y aura lieu, la page et le numéro.

16 I, p. 41, l. 20 - p. 42, l. 23 : Ἔγϱαψε δὲ ϰαὶ Λέων ὁ Ῥώμης πεϱὶ τῶν ἐπιστϱεφόντων Πελαγιανιστῶν, ὅπως ὀφείλουσιν ἐπιστϱέφοντες δεχϑῆναι, ὅτι ἐγγρϱάφως αὑτῶν τò φρόνημα ἀναϑεματίζοντες.

17 R. HENRY, I. p. 196 (n. complémentaire à la p. 53) ; sur le rôle de Léon, voir H I. MARROU, o.l., pp. 394-396.

18 Voir A.-.J. FESTUGIÈRE, Antioche païenne et chrétienne. Libanius, Chrysostome et les moines de Syrie, Paris, 1959, pp. 255-257, avec la n. 4 de la p. 256. On peut lire, sur l’attitude de Flavien vis-à-vis de la secte, THÉODORET, Histoire ecclésiastique, IV, 11, pp. 229-231 Parmentier. Les noms cités par l’auteur du texte dont a été tiré le codex se retrouvent tous, ibid., IV, 11, 2, p. 229.

19 R. HENRY, I, p. 38, n. 2 ; M. GEERARD, CPG, III, p. 105 ; G.H. BECK, o.l., p. 803 (liste des patriarches de Constantinople).

20 G.H. BECK, l.l. L’élection du personnage, plus préoccupé de pastorale et d’actions caritatives que de littérature ou de théologie, suscita l’ire envieuse de Philippe de Sidé. Voir plus bas, p. 261. Théodote gouverna l’Église d’Antioche de 420 à 429 (R. HENRY, I, p. 38, n. 5).

21 G.H. BECK, l.l.

22 R. HENRY, I, p. 39, n. 1. Jean et Nestorius étaient liés d’amitié : P.-Th. CAMELOT, Éphèse et Chalcédoine, Paris, 1962, p. 14. Le premier fut également excommunié à Éphèse par la faction cyrillienne. On sait que, plus tard, Jean allait se réconcilier avec le patriarche d’Alexandrie. Le concile frappa d’anathème le manifeste de la secte, l’Ascéticon. D’après des recherches récentes, l’Ascéticon serait, en tout ou en partie, identique au corpus du pseudo-Macaire. Voir V. DESPREZ, dans son édition des Œuvres spirituelles, I, Homélies propres à la collection III, du pseudo-Macaire, Paris, 1980, SC 275, pp. 37-46.

23 R. HENRY, I, p. 39, n. 3.

24 Anne-Marie MALINGREY, dans son édition des Lettres à Olympias de Jean Chrysostome et de la Vie anonyme d’OIympias, Paris, 1968, SC 13 bis, p. 395, n. 2. Il se pourrait que le personnage eût compilé une des versions de l’Histoire Lausiaque et fût l’auteur de la Vie anonyme d’Olympias. C’est la thèse d’E. HONIGMANN (Heraclidas of Nyssa dans Patristic Studies, Rome, 1953, Studi e testi 173, pp. 104-122). Peut-être n’est-il autre que l’ancien diacre de Jean Chrysostome, choisi par lui pour occuper le siège d’Éphèse, et mis en cause en 403 lors du synode du Chêne (A.-M. MALINGREY, o.l., p. 234, n. 2). L’accusation d’origénisme avait été portée par Macaire de Magnésie notamment, mais il n’apparaît pas qu’elle fut suivie d’une destitution immédiate (cod. 59, I, p. 52, l. 34 - p. 53, l. 38 ; pour l’origénisme, voir p. 55, ll. 24-25 ; 33-34). L’éviction d’Héraclide eut lieu, semble-t-il, plus tard, après la mort de Jean, et il fut remplacé sur son siège par un eunuque (GEORGES D’ALEXANDRIE, 63, p. 246 Halkin et cod. 96, II, p. 62, ll. 42-1 et 4-6).

25 Voir E. HONIGMANN, Évêques et évêchés monophysites d’Asie antérieure au vie siècle, Louvain, 1951, C.S.C.O. Subsidia 2, pp. 118-119.

26 B. ALTANER, Précis de patrologie, Paris-Tournai (adapté par H. Chirat), 1961, pp. 700-701.

27 R. HENRY, I, p. 40, n. 1.

28 L’Histoire ecclésiastique est recensée au cod. 31, 1, p. 17, l. 1 - p. 18, l. 9. Pour la référence, voir supra, n. 18. Parmentier en propose d’autres en note au passage.

29 I, p. 37, ll. 29-31 : Κατεϰρίϑη δὲ Ἀδέλφιος ϰαὶ oἱ σὺν αὐτῷ, ϰαίτοι μετανοίας τόπον, ὡς ἔφημεν, ἐπιζητοῦντες.

30 I, p. 37, ll. 19-22 : Ἐν ταύτῃτῇ συνόδῳ μετάνοιαν ἐπαγγελλόμενον τòν Ἀδελφιòν οὐϰ ἐδέξαντο, οὐδὲ τὴν αἵοεσιν ἀπαρνούμενον προσήκαντο · οὐδὲ γὰρ ἐϰ ϰαρδίας οὔτε ἡ τῆς αἱρέσεως ἄρνησις οὔτε ἡ μετάνοια ἐπεδείϰνυτο.

31 I, p. 37, ll. 22-29 : Ἦσαν δὲ oἱ ταύτης γεννήτορες τῆς αἱρέσεως Ἀδέλφιός τις ὁ ῥηϑείς, οὔτε μοναστῶν οὔτε ἱερέων ἐγϰατειλεγμένος ϰλήρῳ, ἀλλ’ ἐν λαϊϰοῖς ἐξεταζόμενος, ϰσὶ Σοβὰς τò τῶν μοναχῶν ὑπεισδὺς σχῆμα, ὃν ἐϰ τῆς πράξεως ἐϰάλουν ἀπόκοπον, ϰαὶ ἕτερος Σαβάς, ϰαὶ Εὐστάϑιος Ἐδεσηνòς ϰαὶ Δαδώης ϰαὶ Συμεώνης τοῦ πονηροῦ τὰ ζιζάνια, ϰαὶ ἕτεροι τούτοις συμπαραφυόμενοι. On a reconnu au passage certaines des expressions de la traduction de R. Henry : elles se recommandent à la fois pour leur élégance et leur exactitude. Matthieu, 13, 38 écrit « Les fils du Malin sont l’ivraie ». Dans notre passage, la citation implicite désigne donc les six personnages. M.R. STAATS [Photios and the Synodikon of Orthodoxy in Opposition to Mystical and Prophetic Heresies, dans The Patristic and Byzantine Review, 2 (1983), pp. 162-173, en particulier, pp. 165-168] a également reconstitué le plan du cod. 52. Son étude l’a conduit à des résultats identiques. Toutefois, sans avancer le moindre argument fondé sur la structure du texte, il estime, lui aussi, que mon 9 b renferme une confidence de Photios sur son activité personnelle de missionnaire et de convertisseur. Le fait serait pour le moins surprenant. De quelle autorité jouissait alors le jeune liseur aux yeux de l’Église ? Toute action vient à son heure : l’auteur de la Bibliothèque n’était pas encore mûr pour assurer la direction du siège de Constantinople.

32 De quand date le manuscrit que Photios eut sous les yeux ? On peut chercher dans le texte un terminus post quem approximatif. Le § 8 lève, semble-t-il, un coin du mystère. On lit en 1, p. 39, ll. 34-37 :
Héraclide de Nysse aussi composa contre eux (sc. les Messaliens) deux lettres ; la seconde comporte aussi une citation (prouvant) l’antiquité (du culte) des saintes icônes.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search