Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre III. L’ambassade

Texte intégral

1On vient de le lire dans la préface, la datation de la Bibliothèque se rattache à une mission diplomatique dont Photios fut chargé. On a soutenu tour à tour que l’ambassade était une pure fiction littéraire ou, au contraire, que le recueil avait été compilé soit en cours d’expédition soit avant le départ. À ces deux derniers points, je réserverai le présent chapitre ; l’hypothèse précédente fera ensuite l’objet d’une étude approfondie. On le verra, seule l’idée que la Bibliothèque fut achevée avant le départ de l’ambassade mérite considération. Je ne l’ignore pas, c’est poser le très difficile problème de la datation. Il faudra lui consacrer deux longs chapitres supplémentaires, car ils mettent en cause une question de méthode capitale. La démonstration d’ensemble se fonde sur l’un d’eux.

  • 1 Par exemple Em. ORTH (Photiana, Leipzig, 1928, pp. 4-6), qui cite J. HERGENRÖTHER (Photios, Patria (...)
  • 2 Sur Tarasios, voir H. AHRWEILER, o.l., p. 351.

2Souvent, on a écrit que la Bibliothèque avait été rédigée au cours de la trop fameuse ambassade que nous essayerons d’identifier un peu plus loin1. À vrai dire, je ne vois rien dans la préface qui vienne étayer pareille supposition a priori peu vraisemblable. Plus âgé que Photios, Tarasios a pu être amené par des circonstances, par exemple, professionnelles, à s’absenter de Constantinople2. Et puis, de quel éloignement est-il question ? Par rapport à Photios courant les bibliothèques, comme d’autres le guilledou ? Rien n’indique que la lettre-préface ait été écrite loin de Constantinople. Lecteur lui-même, Tarasios ne pouvait ignorer l’activité dévorante de son cadet : c’est ce qui explique sa prière, peut-être réitérée maintes fois. Au moment où Photios s’apprêtait à partir pour une mission difficile (mais c’était aussi la toute première), Tarasios ne pouvait demander un legs qui flattât davantage le donneur.

  • 3 A. SEVERYNS, o.l., I, pp. 1-2 et 3.

3Quoi qu’il en soit, le tableau d’A. Severyns n’eût pas déplu à Théophile Gautier3 : « Cela n’empêchait pas Photius de parcourir une brillante carrière officielle, et de devenir un des plus hauts fonctionnaires de la cour de Byzance. Sa charge d’asécrète lui valut de faire partie d’une ambassade envoyée, en l’automne de 858, auprès du calife de Bagdad, Motawakkil, pour négocier un échange de prisonniers. Ce voyage diplomatique — le seul qu’il fît — devait durer assez longtemps, au besoin une année entière, car on voyageait par petites étapes, en des pays point toujours très accueillants ; à cela s’ajoute que l’ambassade comportait un programme mondain qui ne devait pas être négligeable. (...) Photios donc, prévoyant qu’il s’absenterait assez longtemps, décida d’emporter une grande quantité de livres qu’on lirait en cours de route : car plusieurs membres du cercle de lecture — une dizaine au moins — l’accompagnaient en ambassade. »

  • 4 K. ZIEGLER, o.l., coll. 687-690.
  • 5 A. SEVERYNS, o.l. p. 3.
  • 6 C’est aussi la conclusion judicieuse de W.T. TREADGOLD, o.l., p. 36.

4Sous les espèces de l’érudition, voilà un morceau de littérature que l’éminent savant liégeois devait à la créativité d’E. Orth. Si l’on entend bien la préface, le « cercle » de lecteurs était un duo : Tarasios, par intermittence, et Photios. Je passe sur l’hypothèse du «fourgon-librairie » parcourant au pas de cheval les routes de l’Orient. Singulier voyageur que notre érudit byzantin : non satisfait d’accumuler dans ses coffres quantité de volumes rarissimes, il aurait poussé la bibliomanie jusqu’à emporter, sous des présentations différentes, plusieurs manuscrits de la même œuvre. Faut-il croire que les bibliothèques byzantines aient été tellement plus libérales que les nôtres ? On ne pourra jamais assez méditer sur ce point les pages magistrales de K. Ziegler4. Photios eût pris un gros risque en lançant sur les chemins le précieux manuscrit de son œuvre. Enfin, quel effet pouvait attendre Tarasios d’une consolation qui arriverait longtemps après le départ de l’être aimé et peu avant son retour5 ? J’ai bien peur que tout ceci ne soit que merae nagae. Il n y a pas à en douter : toute polémique mise à part, la Bibliothèque fut bien compilée à Constantinople avant le départ de l’ambassade6.

5Cette hypothèse a au moins le mérite de ne pas échafauder de roman à partir des données de la préface. Plus difficile, voire impossible, est la détermination d’une date certaine pour le déroulement de l’ambassade.

  • 7 R. HENRY, I, p. xx.
  • 8 H. AHRWEILER, o.l., pp. 356-357 ; P. LEMERLE, o.l., pp. 38-40 ; Fr. DVORNIK, The Patriarch Photius (...)

61. Quoi qu’en ait écrit R. Henry7, celle de 855, tirée de sources arabes, est rien moins que bien attestée. La mission connue pour la date fut un simple échange de prisonniers et ne dépassa jamais la frontière entre les États byzantin et musulman8. Un seul envoyé de l’empereur y est mentionné et semble avoir dirigé toute l’affaire. Il répondait au nom de Georges.

  • 9 P. LEMERLE (o.l., p. 38, n. 48) a fait bonne justice de ces suppositions aventureuses émises par F (...)

72. D’après un obscur passage de la Vie slavonne de Constantin et Cyrille, on aurait envoyé, pour une discussion avec les Sarrasins, un asécrétis nommé Georges. La mission aurait eu lieu en 851, avec Photios pour véritable protagoniste et Samarra pour destination. Mais on doit juger à bon droit l’authenticité de l’épisode mal assurée, les tenants et aboutissants fort vagues et l’identité du personnage central extrêmement floue, trop en tout cas pour que l’on ait des raisons solides de soupçonner qu’il s’agissait bien de Photios9.

  • 10 H. AHRWEILER, o.l., p. 357.
  • 11 Le fait appartient à l’histoire générale. Les guerres arabo-byzantines avaient repris en 830. Le c (...)
  • 12 H. AHRWEILER, o.l., pp. 360-61, approuvée par P. LEMERLE (o.l., p. 40 et pp. 179-181).

83. Dans un article remarquable, Hélène Ahrweiler a souligné qu’il était indispensable de distinguer les simples pourparlers visant à un arrêt à terme des hostilités (ce sont là des contacts entrepris par les militaires, le plus souvent, et sur le lieu des opérations) et les missions chargées d’échanger des captifs, qui incombent à des envoyés impériaux ou à des représentants des thèmes frontaliers, des véritables ambassades dont les membres sont choisis et désignés par l’Empereur. Représentant l’autorité suprême, ceux-ci partent de l’endroit où réside l’Empereur à ce moment et sont en principe chargés de conclure un traité de paix et de nouer des relations pacifiques10. La circonstance qui obligea Photios à renoncer pour un temps à ses chères lectures paraît bien répondre à la troisième définition. Attestée par des sources grecques irrécusables, l’ambassade de 838 suivit la défaite cinglante d’Amorion11. La Bibliothèque serait le fruit des loisirs de Photios bloqué à Dorylée (ou à Nicée) dans la suite impériale12. Tout ingénieuse qu’elle est, l’hypothèse se heurte à maintes difficultés. Certaines ont déjà été indiquées précédemment, d’autres vont l’être dans les lignes qu’on lira ci-après.

  • 13 Indiqués à juste titre par W.T. TREADGOLD (o.l., p. 27), avec les références (p. 26, n. 26).
  • 14 H. AHRWEILER (o.l., p. 352), qui ne paraît pas avoir aperçu la difficulté ; W.T. TREADGOLD, o.l., (...)
  • 15 Je résume ici W.T. TREADGOLD (o.l., pp. 35-36). Le texte arabe est reproduit p. 35, n. 63.

94. On ne peut guère douter des penchants iconophiles de Photios : ils transparaissent dans quantité de passages de la Bibliothèque13. Or. Théophile fut le dernier empereur iconoclaste et autorisa des poursuites contre Photios et sa famille14. Logiquement, l’Empereur n’avait pas intérêt à chercher à s’attacher les services d’un adversaire et d’un opposant. C’est ce qui amène W.T. Treadgold à proposer une autre date, sur la foi d’un passage d’Al-Tabarī. Le 6 mars 845, le calife Al-Wāthiq avait fait exécuter quarante-deux Byzantins, capturés lors de la prise d’Amorion, parce qu’ils refusaient de se convertir à l’Islam. La cour fit partir une ambassade pour obtenir un autre échange de prisonniers, et l’affaire se dénoua par la transaction prévue, le 16 septembre 845. Compte tenu du temps de voyage, Photios aurait donc quitté Constantinople au printemps de la même année15. Que, d’ailleurs, Photios n’ait jamais parlé par la suite de cette mission ne signifie pas que, comme celle de 838, elle n’ait pas été couronnée de succès. En revanche, le souvenir des négociations menées par d’autres, sept ans plus tôt, pouvait faire éprouver au jeune débutant des appréhensions plus que légitimes : fâcheux auspices pour une carrière diplomatique qui s’ouvrait à peine. On voit bien cependant pourquoi, malgré ses mérites, l’idée du savant américain n’emporte pas une conviction sans réserve. En vérité, une source grecque serait bienvenue : testis unus...

10La discrétion de Photios et la carence des textes n’autoriseront jamais sans doute une datation à l’abri de toute contestation. Pourtant, M. Treadgold s’est efforcé d’étayer la sienne à l’aide d’un réseau serré de présomptions. On doit s’y attarder quelque peu parce qu’elles mettent en jeu une méthode et une interprétation de la Bibliothèque, que je tiens pour radicalement erronées.

Notes

1 Par exemple Em. ORTH (Photiana, Leipzig, 1928, pp. 4-6), qui cite J. HERGENRÖTHER (Photios, Patriarch von Konstantinopel, sein Leben, seine Schriften und das griechische Schisma, I, Regensburg, 1867, pp. 341-343) ; A. SEVERYNS (o.l., I, pp. 1-8), qui suit Orth ; B. HEMMERDINGER, Les « notices et extraits » des bibliothèques grecques de Bagdad par Photius, dans Revue des Études Grecques, 69 (1956), pp. 101-103 ; H. AHRWEILER, o.l., pp. 358-361 ; P. LEMERLE, o.l., pp. 179-180 ; voir encore l’appréciation, beaucoup trop flatteuse, que donne R. HENRY, I, pp. li-lii de l’article, cité plus haut, de B. Hemmerdinger, qu’on a déjà vu nettement mieux inspiré.

2 Sur Tarasios, voir H. AHRWEILER, o.l., p. 351.

3 A. SEVERYNS, o.l., I, pp. 1-2 et 3.

4 K. ZIEGLER, o.l., coll. 687-690.

5 A. SEVERYNS, o.l. p. 3.

6 C’est aussi la conclusion judicieuse de W.T. TREADGOLD, o.l., p. 36.

7 R. HENRY, I, p. xx.

8 H. AHRWEILER, o.l., pp. 356-357 ; P. LEMERLE, o.l., pp. 38-40 ; Fr. DVORNIK, The Patriarch Photius in the Light of Recent Research, dans Berichte zum XI. Internationalen Byzantinisten-Kongress München, 1958, p. 6, qui donne raison sur ce point à K. Ziegler, et p. 11 ; W.T. TREADGOLD, o.l., p. 34.

9 P. LEMERLE (o.l., p. 38, n. 48) a fait bonne justice de ces suppositions aventureuses émises par Fr. DVORNIK (Les légendes de Constantin et de Cyrille, 2e édition, Paris, 1969, pp. 89 et sqq.). Voir déjà H. AHRWEILER, o.l., p. 356.

10 H. AHRWEILER, o.l., p. 357.

11 Le fait appartient à l’histoire générale. Les guerres arabo-byzantines avaient repris en 830. Le calife Moutasim avait entrepris une grande campagne dirigée, cette fois, contre les grands centres byzantins d’Asie Mineure. Après la sanglante défaite de Dazimon (22 juillet) et la chute d’Ancyre, l’empereur Théophile ne put sauver la place d’Amorion, ville natale de la maison régnante : G. OSTROGORSKY, Histoire de l’État Byzantin, Paris (trad. J. Gouillard), 1956, p. 238.

12 H. AHRWEILER, o.l., pp. 360-61, approuvée par P. LEMERLE (o.l., p. 40 et pp. 179-181).

13 Indiqués à juste titre par W.T. TREADGOLD (o.l., p. 27), avec les références (p. 26, n. 26).

14 H. AHRWEILER (o.l., p. 352), qui ne paraît pas avoir aperçu la difficulté ; W.T. TREADGOLD, o.l., p. 2, avec la n. 9.

15 Je résume ici W.T. TREADGOLD (o.l., pp. 35-36). Le texte arabe est reproduit p. 35, n. 63.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search