Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre II. Présentation de la bibliothèque

Texte intégral

§ 1. La tradition manuscrite

  • 1 Voir E. MARTINI, Textgeschichte der Bibliotheke des Patriarchen Photios von Konstantinopel, I. Tei (...)
  • 2 M.J. Irigoin me signale que des recherches plus récentes ont permis de préciser la date où fut cop (...)

1Fort heureusement, depuis quelque soixante-dix ans, on a élucidé les problèmes touchant l’histoire de la tradition manuscrite. En principe, le présent travail n’a pas à faire intervenir des considérations de cet ordre. Aussi peut-on se contenter de résumer en quelques lignes les apports cumulés des recherches d’E. Martini, d’A. Severyns et de R. Henry1. À la suite d’une étude pratiquement exhaustive, le premier avait prouvé définitivement qu’une édition critique devrait reposer sur deux manuscrits byzantins dont dérivent tous les apographes. Le premier, A (Marcianus graecus 450 du xe siècle)2 est l’œuvre d’un copiste peu instruit, mais soigneux jusqu’au scrupule. Par la suite, celui-ci a procédé à une correction de son modèle, soit au fil de l’écriture, soit aussitôt après. L’œil expert du paléographe distingue alors quatre autres mains correctrices, dont l’action s’est exercée à diverses époques, du χie au xve siècle. Elles n’ont pas à entrer en ligne de compte ici. Quant à l’autre témoin essentiel, Μ (Marcianus graecus 451, xiie siècle), il est le fait de trois exécutants contemporains qui se sont succédé à la tâche. Semblablement, la sagacité de Martini a révélé l’intervention de cinq « mains », qui travaillèrent du xiie au xve siècle. Pas plus que dans le cas de A, leur rôle n’aura droit de cité dans mon mémoire.

  • 3 Voir en particulier R. HENRY, I, p. 2, ll. 10-15 et surtout W.T. TREADGOLD, The Preface of the « B (...)

2Par malheur, ces manuscrits fondamentaux ont été abîmés au cours de la transmission. Si l’on met le titre à part, l’œuvre originale était bardée par une double lettre à Tarasios, en guise respectivement de préface et de postface et était munie d’une table de matières (« pinax ») précédant la série des chapitres, appelés « codices » depuis la Renaissance. Dans le manuscrit A, la lettre introductive ne peut plus se lire qu’à grand-peine, surtout pour quelques lignes, à propos desquelles l’ingéniosité des philologues a dû multiplier les prodiges3. Quant au pinax, conservé intégralement dans A, il n’est plus lisible dans M qu’à partir du numéro 44. Depuis les calculs de Martini, on sait que M n’a perdu qu’un seul feuillet, soit la partie contenant la préface et les titres 1-43. Toutefois, même dans les sections communes, les éléments du pinax n’ont pas constamment une forme identique de part et d’autre : autant que je sache, le rapport entre les deux n’a pas encore été expliqué.

  • 4 R. HENRY, II, p. 109, l. 25.
  • 5 II, p. 15, l. 28. Voir mon étude, infra, pp. 402-412.
  • 6 V, p. 148, l. 34 - p. 155, l. 20 et p. 166, l. 2 - p. 170, l. 31.
  • 7 V, p. 155, l. 22 - p. 166, l. 40.
  • 8 V, p. 83, l. 2 - p. 107, l. 23. Ce point ne paraît pas avoir retenu l’attention d’A SEVERYNS, o.l.
  • 9 V, p. 86, ll. 22-23.
  • 10 Denys d’Égée, II, p. 200, l. 13 - p. 203, l. 23.
  • 11 III, p. 116, l. 22 - p. 118, l. 16.
  • 12 VIII, p. 170, l. 25 - p. 188, l. 22.
  • 13 Dans A, la fin du codex 278 (Théophraste) manque à partir de la p. 164, ll. 33-34 (ταχεῖαν).
  • 14 III, p. 101, l. 35 - p. 102, l. 17.
  • 15 II, p. 12, l. 30 - p. 14, l. 26 et p. 15, ll. 28-9.

3Le mérite d’avoir exhumé A revient à E. Bekker, mais celui-ci ignorait les relations entre les manuscrits, en sorte que son édition n’a pas fait un usage constant de ce témoin exceptionnel. Dans les présentations antérieures, la part du lion était attribuée à des apographes de M, qui ont dicté l’ordre traditionnel des chapitres. Partagé entre l’exactitude scientifique et le souci d’offrir un texte commode, R. Henry l’a repris à son tour. Pour ma part, je le regrette. Sans doute, l’introduction, depuis Hoeschel, d’un codex1424 ne prête-t-elle pas à conséquence. En revanche, il a raison de suivre A en ouvrant un codex 89, non marqué dans M5. Qu’une partie du cod. 238 et le cod. 240 fassent défaut dans A6 tient à la chute de quatre feuillets. Par contre, dans A, le trop célèbre cod. 2397 porte le n° 234 et fait suite au cod. 233 (Germain), alors que notre cod. 234 actuel (Méthode d’Olympe)8 vient seulement après. Le voisinage du cod. 239 dans A, puis son déplacement dans M éclairent la nature du chapitre. C’est là un problème sur lequel j’espère revenir ailleurs. Dans l’actuel codex 234, le chapitre se répartit logiquement en deux ensembles distincts9. Sans qu’on puisse faire état de dommages matériels, A n’a point le cod. 18510, dont le cod. 21111 est un « remake », et il n’avait sûrement pas le cod. 279, manquant dans son apographe, le Parisinus 126612, mais bien le codex 28013. Si l’on excepte les accidents qui ont affecté son début, il n’y a guère à regretter dans M que l’absence du cod. 20214 et la fusion des cod. 88-8915. Un des résultats les plus marquants de l’admirable travail d’A. Severyns aura été d’élucider la parenté de M : l’archétype de la lignée dont il est issu est un produit de l’officine d’Aréthas. Le fait est capital, car en cas de divergence avec A, il permet de mesurer la crédibilité des leçons du manuscrit privilégié. On verra plus loin l’usage que l’on en peut faire.

§ 2. Le titre

  • 16 W.T. TREADGOLD, The Nature of the « Bibliotheca » of Photius, Washington, 1980, pp. 4-5 et surtout (...)
  • 17 R. HENRY, I, p. 1 : Ἀπογϱαφὴ ϰαὶ συναϱίϑμησις τῶν ἀναγεγϱαμμένων ἡμῖν βιβλίων, ὧν εἰς ϰεφαλαιώδη δ (...)

4Comme on sait, le titre par lequel on cite la Bibliothèque ne répond pas aux données de la tradition byzantine. Il fut forgé au xvie siècle ; celui de Myriobiblion, que l’on trouve encore à l’occasion dans des publications modernes, n’a comme garants que des manuscrits de basse époque byzantine16. Force est donc d’en revenir aux indications du manuscrit A, qui eussent dû retenir davantage l’attention des érudits. On peut y lire17 :

Transcription et énumération des livres lus par nous, que notre frère bien-aimé Tarasios nous a réclamées en vue d’une prise de connaissance sommaire. Ils sont, à vingt et un près, trois cents.

5Qui consent à accepter, sans malveillance hypercritique, les mots tels qu’ils se présentent aujourd’hui comme à tout lecteur du xe siècle ne peut échapper à l’évidence qui en ressort : Photios voulait faire don à son frère d’un volumineux paquet de notes de lecture muni d’une numérotation systématique. La Bibliothèque n’est rien d’autre que l’ensemble du recueil.

§ 3. La préface

  • 18 I, p. 1, ll. 1-14 : Ἐπειδὴ τῷ τε ϰοινῷ τής πρεσβείας ϰαὶ τῇ βασιλείῳ ψήφῳ πρεσβεύειν ἡμᾶς ἐπ’ Ἀσσυ (...)

6En fait, n’en déplaise aux auteurs de romans que l’on a pu écrire sur elle, la préface ne dit rien d’autre, dans la partie qui n’offre point de difficulté au déchiffrement. Mais, rédigée en un style périodique de type tout à fait byzantin, elle avait, par son aspect, de quoi décourager l’examinateur. On va pouvoir en lire ici un essai de traduction fort imparfait. On pardonnera à qui ne possède ni l’art ni le génie de Proust18 :

Puisque, suite à la décision des membres de l’ambassade et au décret impérial qui nous ont choisi pour une mission chez les Assyriens, tu as demandé de te mettre par écrit les sujets des livres que nous lisions en ton absence, Tarasios, le frère le plus cher à mon cœur, afin d’avoir à la fois une consolation pour cette séparation que tu supportes avec peine et aussi la connaissance, fût-elle même quelque peu descriptive et trop commune, de ceux que tu n’as pas encore lus devant nous (il s’en faut, à un quinzième près plus un, et non davantage, qu’ils soient trois cents : tel est, en effet, je crois, le nombre de ceux qu’il m’est arrivé de lire quand je ne bénéficiais pas de ta présence), peut-être est-ce tard au regard de ton désir enflammé et de ta demande chaleureuse, mais c’est plus rapidement que quiconque d’autre l’eût pu espérer que nous avons, après avoir trouvé un secrétaire, produit (les sujets des ouvrages) que conservait le mémoire sur eux, nous acquittant ainsi d’un devoir sacré en quelque sorte vis-à-vis de ton désir et de ta requête. Quant à leur ordre, les sujets surviendront dans la succession où le mémoire nous présentera chacun d’eux (...) (C’est moi qui souligne).

  • 19 Le stemma codicum d’A. SEVERYNS, o.l.. p. 382 est fondé sur la seule étude du codex 239 et offre, (...)
  • 20 Voir, par exemple, B. HEMMERDINGER, Le « codex » 252 de la Bibliothèque de Photius, dans Byzantini (...)

7Depuis le grand érudit que fut au xixe siècle le Cardinal Hergenröther, ces lignes ont fait couler de l’encre. Les uns ont essayé de découvrir des contradictions entre la préface et la postface ou envoi qui suit l’actuel cod. 280. Sur le plan logique, ils comparaient des pommes et des poires. Nous n’avons plus la préface de M et, d’autre part, la postface ne se lit plus que dans M et ses apographes. Or, entre A et M, les différences sont assez nombreuses dans la répartition des matières pour laisser supposer que Photios a procédé à une édition révisée de son corpus19. Sans doute chacun garde-t-il encore en partie le droit de choisir ses préférences. Quand il s’agit de la Bibliothèque, on ne manquera pas de souligner ce qu’a d’antiscientifique la méthode des affinités électives20. On ne peut instruire la cause d’un auteur qu’après s’être assuré d’avoir bien compris son message.

  • 21 I, p. xix.
  • 22 I, p. xxiv.
  • 23 W.T. TREADGOLD, The Nature..., p. 17. Voir déjà son article The Preface..., p. 345. Dans le même s (...)

8Ce n’est certes pas par inadvertance que j’ai traduit « le mémoire ». R. Henry écrivait21 : « Désigné pour une ambassade en Orient, Photius (...) a rédigé avec l’aide d’un secrétaire, des notices sur les livres lus en l’absence de Tarasios. » Mais, un peu plus loin22, « (...) dans un travail fait, pour une grande part, de mémoire ». Dans sa version de la lettre-préface23, W.T. Treadgold se prononçait aussi dans le second sens : μνήμη est rendu par « memory » et non par « memoir », contre toute logique.

9On me pardonnera d’insister avec quelque lourdeur sur ce détail du texte : c’est qu’il y va d’une compréhension exacte de ce qu’a voulu et réalisé Photios.

  • 24 The Composition of Photius᾽ Bihliotheca, dans Greek-Roman-Byzantine Studies, 9 (1968), pp. 451-455 (...)
  • 25 T. HÄGG, Photius at Work : Evidence from the Text of the « Bibliotheca », dans Greek-Roman-Byzanti (...)
  • 26 A. SEVERYNS, o.l, p. 6. Voir par contre P. LEMERLE, o.l., p. 190 : « Avec l’aide d’un secrétaire, (...)

10Sur la mauvaise voie, W.T. Treadgold avait eu des guides illustres. Alléguant l’exemple d’intellectuels du passé capables de mémoriser des vers par milliers, N.G. Wilson ne voyait pas pourquoi Photios n’eût pu exécuter une performance analogue24. Autant avouer que l’on ne s’est jamais interrogé sur la spécificité du langage poétique. C’est dans le même sens, mais avec des nuances importantes, que va T. Hägg25. À ses yeux, la mémoire aurait joué assurément un rôle capital dans la composition de la Bibliothèque, mais relayée par une consultation des ouvrages en cause. Ainsi, la référence à la mémoire ne serait, dans la préface, qu’une manifestation de modestie. En somme, elle équivaudrait à une prière : que l’on veuille bien excuser par provision les erreurs éparses dans l’ensemble de l’œuvre. À cet égard, on ne peut que féliciter A. Severyns de n’avoir pas repris à son compte des idées aussi saugrenues26.

  • 27 Marie DELCOURT, René Henry (1910-1978), dans Vie Wallonne, 52 (1978), p. 126 ; on sait qu’après le (...)
  • 28 Voir, sur ce point, mon Maxime le Confesseur et Photios. À propos d’une édition récente des « Ques (...)
  • 29 Cod. 186, III, p. 10, ll. 19-20 (Conon). Le fait est signalé par W.T. TREADGOLD, o.l., p. 23. Je n (...)
  • 30 LAMPE, A Patristic Greek Lexicon, Oxford, 1961, s.v. μνήμη. On consultera, par exemple, PLATON, Lo (...)

11Il est, fort heureusement, des intuitions suggestives. Dans une brève notice biographique sur la carrière intellectuelle de R. Henry, M. Delcourt écrivait à propos de Photios27 : « Au surplus, il était grand lecteur. De tout ce qu’il lisait, il gardait des copies, des analyses, des critiques ; composant ainsi cette fameuse Bibliothèque qui est parvenue jusqu’à nous (…) ». Je ferai observer d’abord que le titre donné dans le manuscrit A n’autorise en aucune façon l’hypothèse d’un travail réalisé par un recours à la mémoire seule. Bien des traits de l’ensemble confirment cette vue. Par exemple, maints codices ne renferment pour ainsi dire qu’une énumération de titres28. À l’occasion, Photios se demande pourquoi il recopie (μεταγράφω) de trop longs extraits29. On doit, je crois, en revenir à une explication infiniment plus naturelle. Tout génial qu’il était, Photios n’en avait pas moins une méthode de travail fort semblable à la nôtre, fondée avant tout sur la copie soigneuse et la conservation de documents : le vocable μνήμη est traduit « record » par Lampe, et l’acception du mot remonte à l’époque classique30. S’il avait cherché à tromper son frère sur la nature de sa performance intellectuelle, Photios n’eût certes pas utilisé un titre aussi exempt d’ambiguïté. Avait-il une mémoire phénoménale ? C’est très possible, mais on ne peut s’appuyer sur la Bibliothèque pour le montrer. D’ailleurs, quel philologue, doublé d’un psychologue, nous éclairera sur ce point, après étude de l’œuvre intégral ?

  • 31 W.T. TREADGOLD, The Preface..., p. 347. On lira sa reconstitution du passage à la p. 345. Le terra (...)
  • 32 J. KLINKENBERG,· De Photi Bibliothecae codicibus historias, Bonn, 1913, pp. 18-19.
  • 33 C’est le cod. 175, II, p. 170, l. 17 - p. 171, l. 4.

12De surcroît, W.T. Treadgold a lui-même, sans en avoir pris conscience, rappelé qu’il existait une preuve a contrario que la thèse de la « memory » était indéfendable31. J. Klinkenberg, dit-il, avait signalé fort ingénieusement qu’une partie de la lettre-préface mutilée répondait presque trait pour trait à un passage de l’érudite Pamphila32, contemporaine de Néron, dont l’œuvre est recensée dans le corps du texte33. Or, celle-ci se présente pour ce qu’elle était, une œuvre de compilation pure. Le remploi de formules utilisées par un prédécesseur traduit une profonde communauté d’esprit et de méthode. L’originalité de Photios en matière de critique littéraire a été saluée par l’érudition moderne unanime : il est au moins permis de croire qu’aux yeux du futur patriarche, c’était là un aspect de son œuvre qui comptait relativement peu. De même, les notices bio-bibliographiques accompagnant de nombreux codices avaient sans doute un caractère tout aussi adventice. « Liseur » avant tout, le jeune homme ne fut peut-être que par accident un historien des lettres.

  • 34 Voir infra, pp. 73-74.

13Quoi qu’on ait pu écrire, la Bibliothèque n’est plus pour nous qu’un livre, qu’un gros livre. C’est sous cet aspect qu’elle doit être examinée. On doit donc faire fi des hypothèses de type « organiciste » que formulait, par exemple, C. Mango34. Photios fut un homme beaucoup plus intelligent que nous, je veux dire, que l’immense majorité d’entre nous. Ce n’est pas rendre justice à sa mémoire que de lui reprocher de n’avoir pas réalisé ce qu’il n’a pas voulu, une œuvre construite.

  • 35 Voir la belle thèse d’A. MÉHAT, Études sur les « Stromates » de Clément d’Alexandrie, Paris, 1966, (...)
  • 36 Il en est une au moins qui paraît irrécusable. Le Contre les anoméens de Gélase de Césarée en Pale (...)

14Même si son vrai titre n’est pas attesté pour d’autres livres, la Bibliothèque s’apparente à un genre connu depuis l’époque romaine au moins, celui des choix, des anthologies, des recueils35. Un ordre décelable n’est pas ce qui caractérise au premier chef les compilations de l’espèce : Photios a lu les uns après les autres, sauf quand le temps faisait défaut ou quand ils lui tombaient des mains, tous les manuscrits qu’il a découverts en furetant. C’est dans le même ordre qu’il a repris et transcrit ou fait transcrire ses notes de lecture. Que maints codices traitant d’ouvrages analogues aient été groupés par îlots ne contredit pas l’explication. Dans une bibliothèque de monastère, on peut s’attendre plus logiquement à trouver une série de livres d’ascétique qu’un Jean le Lydien ou un Théopompe. De toute façon, même réunis dans une seule pièce, païens et chrétiens ne devaient pas voisiner sur les rayons. L’abondance des traités hérétiques que Photios lisait encore laisse croire qu’existaient déjà les « Enfers » des bibliothèques et qu’il en détenait les clés ou y avait ses entrées. Rares sont les passages où l’on peut prouver une rupture vis-à-vis de la succession chronologique des lectures36. Toutes les notes sont conçues d’abord à usage personnel. Après quoi, on les replace dans ses dossiers, le moins mal possible.

  • 37 Voir infra, pp. 69-75.
  • 38 Voir supra, pp. 30-34.

15Esprit pratique et peu coquet sur ce plan, Photios n’avait pas à se mettre en quête d’un titre fantaisiste pour couvrir une absence de système. Rappelée plus haut, la référence implicite à Pamphila, qui ne chercha pas davantage à dissimuler la nature de ses travaux, révèle la portée du projet véritable. Naturellement, chaque type d’analyse est tributaire du genre auquel appartenait l’œuvre recensée. Sauf pour des motifs de goût personnel, on ne soupçonnera pas a priori Photios d’avoir appliqué tantôt telle technique tantôt telle autre, bref d’avoir montré un tempérament versatile. Aussi bien, cette attitude hypercritique ne serait opérante que si l’on pouvait établir une chronologie interne approximative pour la composition des divers codices. On l’a certes tenté : en l’absence de toute possibilité de nouer une relation assurée avec une existence où subsistent de nombreux coins d’ombre, l’essai était voué à l’échec37. Quant à la méthode qui consiste à isoler tel passage de son contexte, puis à reconnaître en lui une allusion à tel autre, traité de même au préalable, elle repose pour une part sur une pétition de principe : Photios travaillait de mémoire pour l’essentiel38. Je pense avoir réservé le sort qu’elle méritait à cette idée fumeuse, que l’on tire d’un mot mal entendu.

§ 4. Autres éléments constitutifs

  • 39 R. HENRY, I, p. xxviii.
  • 40 Ibid.. p. xxxii.
  • 41 Voir infra, p. 70, n. 5 (continuée p. 71).

16Entre la préface et le texte proprement dit s’insère une sorte de table des matières ou pinax des divers chapitres de la Bibliothèque. Cet appendice, dont je n’ai pas à traiter ici, est fort inégalement attesté dans la tradition manuscrite. Complet dans A39, il n’est représenté dans M qu’à partir du codex 4440. R. Henry n’a pas jugé utile de le publier en tête de son édition. Je le montrerai plus loin41, il faut s’armer de prudence pour user de ce document. Toutefois, le courageux éditeur eût évité d’introduire l’une ou l’autre erreur dans le texte s’il s’était posé plus nettement la question des rapports entre le pinax et les titres des codices de la Bibliothèque.

  • 42 Ibid., p. xxxvi.
  • 43 Voir infra, pp. 69-75.

17Pour faire pendant à la lettre-préface, Photios a muni son recueil d’une lettre-posface. Dans la tradition manuscrite, elle est tout aussi mal représentée que la préface ou le pinax, en ce sens que M seulement l’a reproduite42. La présence de cette double adresse à Tarasios a excité l’imagination et le sens critique des philologues. Ce sont là des problèmes que j’aborderai au chapitre VI de cette première partie43.

Notes

1 Voir E. MARTINI, Textgeschichte der Bibliotheke des Patriarchen Photios von Konstantinopel, I. Teil, Die Handschriften, Ausgaben und Uebertragungen, Leipzig, 1911 ; A. SEVERYNS, Recherches sur la Chrestomathie de Proclos. Le « codex » 239 de Photius, I, Liège-Paris, 1938 ; R. HENRY, dans son édition de la Bibliothèque de Photios (I, Paris, 1959, pp. xxvii-xxxvi) que je résume ici.

2 M.J. Irigoin me signale que des recherches plus récentes ont permis de préciser la date où fut copié A, qu’il faudrait situer dans les années 910-920, soit trois quarts de siècle à peine après la rédaction du manuscrit autographe.

3 Voir en particulier R. HENRY, I, p. 2, ll. 10-15 et surtout W.T. TREADGOLD, The Preface of the « Bibliotheca » of Photius : Text, Translation and Commentary, dans Dumbarton Oaks Papers, 31 (1977), pp. 343-349, avec C. COPPOLA, Contributo alla restituzione del testo della lettera a Tarasio, proemiale della « Biblioteca » di Fozio, dans Rivista di Studi Bizantini e neoellenici, 12-13 (1975-1976), pp. 129-153 et Secondo contributo alla restituzione del testo della lettera a Tarasio, proemiale della « Biblioteca » di Fozio, dans Annali della Facoltà di Lettere e Filosofia dell’Università di Napoli, 21 (1978-1979), pp. 73-82. Je remercie les deux érudits qui, spontanément, m’ont fait parvenir ces précieux articles.

4 R. HENRY, II, p. 109, l. 25.

5 II, p. 15, l. 28. Voir mon étude, infra, pp. 402-412.

6 V, p. 148, l. 34 - p. 155, l. 20 et p. 166, l. 2 - p. 170, l. 31.

7 V, p. 155, l. 22 - p. 166, l. 40.

8 V, p. 83, l. 2 - p. 107, l. 23. Ce point ne paraît pas avoir retenu l’attention d’A SEVERYNS, o.l..

9 V, p. 86, ll. 22-23.

10 Denys d’Égée, II, p. 200, l. 13 - p. 203, l. 23.

11 III, p. 116, l. 22 - p. 118, l. 16.

12 VIII, p. 170, l. 25 - p. 188, l. 22.

13 Dans A, la fin du codex 278 (Théophraste) manque à partir de la p. 164, ll. 33-34 (ταχεῖαν).

14 III, p. 101, l. 35 - p. 102, l. 17.

15 II, p. 12, l. 30 - p. 14, l. 26 et p. 15, ll. 28-9.

16 W.T. TREADGOLD, The Nature of the « Bibliotheca » of Photius, Washington, 1980, pp. 4-5 et surtout K. ZIEGLER, dans son article Photios (13), dans R.E., XX, 1 (1941), col. 684, n. 1.

17 R. HENRY, I, p. 1 : Ἀπογϱαφὴ ϰαὶ συναϱίϑμησις τῶν ἀναγεγϱαμμένων ἡμῖν βιβλίων, ὧν εἰς ϰεφαλαιώδη διάγνωσιν ὁ ἠγαπημένος ἡμῶν ἀδελφὸς Ταϱάσιος ἐξῃτήσατο.’Έστι δὲ ταῦτα εἴϰοσι δεόντων ἐφ’ ἑνὶ τϱιαϰόσια. J’ai déjà traité cette question dans Réflexions sur la « Bibliothèque » de Photios : à propos d’un livre récent, dans Revue belge de philologie et d’histoire, 62 (1984), p. 158. A. SEVERYNS, o.l, pp. 1-2 (introduction) ne dit pas un mot de la véritable signification du titre.

18 I, p. 1, ll. 1-14 : Ἐπειδὴ τῷ τε ϰοινῷ τής πρεσβείας ϰαὶ τῇ βασιλείῳ ψήφῳ πρεσβεύειν ἡμᾶς ἐπ’ Ἀσσυϱίους αἱϱεϑέντας ᾔτησας τὰς ὑποθέσεις ἐϰείνων τῶν βιβλίων, οἷς μὴ παϱέτυχες ἀναγιγνωσϰομένοις, γϱαφῆναί σοι, ἀδελφῶν φίλτατέ μοι, Ταϱάσιε, ἵν᾽ ἔχοις ἅμα μὲν τῆς διαζεύξεως, ἣν βαϱέως φέϱεις, παϱαμύϑιον, ἃμα δὲ ϰαί ὧν οὔπω εἰς ἀϰοὰς ἡμῶν ἀνέγνως εἰ ϰαὶ διατυπωτιϰήν τινα ϰαὶ ϰοινοτέϱαν τὴν ἐπίγνωσιν (ταῦτα δέ ἐστι πεντεϰαιδεϰάτῳ μέϱει τῶν τϱιαϰοσίων ἐφ’ ἑνί ϰαὶ οὐ πλέον ἀπολείποντα, τοσαῦτα γάρ, οἶμαι, τῆς σῆς οὐ τυχόντα παϱουσίας ἀναγνωσϑῆναι συνέπεσεν), ὀψὲ μὲν ἴσως τοῦ σοῦ διαπύϱου πόϑου ϰαὶ τῆς ϑεϱμῆς αἰτήσεως, ϑᾶττον δὲ ἢ ὅσα ἂν τις ἄλλος ἐλπίσειε, τυχόντες ὑπογϱαφέως, ὅσας αὐτῶν ἡ μνήμη διέσωζε, τòν σòν ὥσπεϱ ἀφοσιούμενοι πόϑον ϰαὶ τὴν ἀξίωσιν ἐϰδεδώϰαμεν. Οὕτω δὲ τάξεως αἱ ὑποϑέσεις ἐπιλήψονται, ὡς ἂν ἑϰάστην αὐτῶν ἡ μνήμη πϱοβάλοι (...). On sait que l’on ne possède pas encore de monographie sur la langue de Photios. R. HENRY, I, p. xv déclarait : « Il écrivait (...) un grec d’humaniste assez pur, pas assez pourtant pour qu’on puisse le ranger (...) parmi les Atticistes ». À la suite du R.P. Ven. GRUMEL, Une nouvelle édition de la « Bibliothèque » de Photius, dans Revue des études byzantines, 18 (1960), p. 216, on a critiqué la traduction du οὐ τυχόντα de la l. 7 : voir C. COPPOLA, Contributo I, p. 141 ; P. LEMERLE, Le premier humanisme byzantin. Notes et remarques sur enseignement et culture à Byzance des origines au xe siècle, Paris, 1971, p. 190, n. 46. La locution se rattacherait à βιβλία, non à un με sous-entendu. La construction avec l’accusatif est pourtant attestée dans la meilleure langue : voir HÉRODOTE, V, 35 ; THUCYDIDE, IV, 68, 3. L’hypothèse du R.P. Grumel postulerait à peu près la traduction suivante (mais il s’est bien abstenu d’en proposer une) : « Tel est en effet le nombre de livres ne bénéficiant point de ta présence qu’il m’est arrivé de lire ». Le naturel et la clarté n’en sont pas les qualités premières. C. COPPOLA (Contributo, II, p. 81) traduit à son tour : « tanti, credo, ci accade di leggerne in tua assenza ». On a presque trop beau jeu de souligner la contradiction interne.

19 Le stemma codicum d’A. SEVERYNS, o.l.. p. 382 est fondé sur la seule étude du codex 239 et offre, on devait s’y attendre, un aspect bifide.

20 Voir, par exemple, B. HEMMERDINGER, Le « codex » 252 de la Bibliothèque de Photius, dans Byzantinische Zeitschrift, 58 (1965), p. 2.

21 I, p. xix.

22 I, p. xxiv.

23 W.T. TREADGOLD, The Nature..., p. 17. Voir déjà son article The Preface..., p. 345. Dans le même sens, P. LEMERLE, o.l., p. 190.

24 The Composition of Photius᾽ Bihliotheca, dans Greek-Roman-Byzantine Studies, 9 (1968), pp. 451-455 ; l’article ne contient aucun argument probant. C’est ce qu’avait déjà souligné avant moi A. Nogara, Note sulla composizione e la struttura della « Biblioteca » di Fozio, patriarca di Constantinopoli. I, dans Aevum, 49 (1975), p. 214, n. 3.

25 T. HÄGG, Photius at Work : Evidence from the Text of the « Bibliotheca », dans Greek-Roman-Byzantine Studies, 14 (1973), pp. 213-222. La démonstration du savant suédois repose avant tout sur l’étude minutieuse de passages des codices 44 (I, p. 28, l. 20 - p. 30, l. 32) et 241 (V, p. 170, l. 33 - p. 201. l. 19) (Philostrate). C’est cet écrivain qui allait, pour l’essentiel, fournir la matière de son livre postérieur : Photios als Vermittler antiker Literatur. Untersuchungen zur Technik des Referierens und Exzerpierens in der Bibliotheke, Uppsala, 1975. Sur une base aussi étroite et aussi arbitrairement délimitée, on ne pouvait, cela va de soi, arriver à aucune conclusion qui valût.

26 A. SEVERYNS, o.l, p. 6. Voir par contre P. LEMERLE, o.l., p. 190 : « Avec l’aide d’un secrétaire, Photius a donc consigné tous ceux (sc. les livres) dont il a conservé le souvenir, comme sa mémoire lui a présenté chacun d’eux. »

27 Marie DELCOURT, René Henry (1910-1978), dans Vie Wallonne, 52 (1978), p. 126 ; on sait qu’après le décès d’A. Severyns, ce fut M. Delcourt qui fut chargée de la révision des trois derniers volumes de l’édition de R. Henry.

28 Voir, sur ce point, mon Maxime le Confesseur et Photios. À propos d’une édition récente des « Questions à Thalassius », dans Revue belge de philologie et d’histoire, 60 (1982), pp. 169-171. On pourrait procéder à des démonstrations analogues pour quantité d’ouvrages recensés, par exemple, le De principiis d’Origène (cod. 8, I, p. 9, l. 35 - p. 10, l. 16) ou les Parénèses d’Éphrem le Syrien (cod. 196. III. p. 89, l. 32 - p. 92, l. 38). Personne ne croira que les quelque 450 noms d’écrivains cités dans l’analyse de l’Anthologie de Stobée (cod. 167, II, p. 155, l. 18 - p. 159, ll. 16-17) aient été produits à la dictée, sous l’inspiration d’une mémoire, fût-elle stupéfiante.

29 Cod. 186, III, p. 10, ll. 19-20 (Conon). Le fait est signalé par W.T. TREADGOLD, o.l., p. 23. Je ne vois pas pourquoi le savant américain voit ici pure rhétorique.

30 LAMPE, A Patristic Greek Lexicon, Oxford, 1961, s.v. μνήμη. On consultera, par exemple, PLATON, Lois, V, 741 c ; ARISTOTE, Rhétorique, I, 1361, l. 34 ; CALLIMAQUE, Aitia, III, fr. 75, v. 55, I, p. 80 Pfeiffer ; GALIEN, Sur les sectes, 2, dans G. HELMREICH. Claudii Galeni Pergameni Scripta Minora, III, p. 3 ; PHILOSTORGE, Histoire ecclésiastique, I, 2, p. 6 et VIII, 11 a, p. 112 Bidez-Winkelmann. Je reprends ici les éléments d’une conférence donnée à Cos le 16 juillet 1983 sous le titre : Photius’ Personal Share in our Knowledge of Greek Literary History through his so-called Bibliotheca, que l’on peut lire à présent dans The Patristic and Byzantine Studies, 2, 2-3 (1983) ; voir aussi mes Réflexions, pp. 157-158.

31 W.T. TREADGOLD, The Preface..., p. 347. On lira sa reconstitution du passage à la p. 345. Le terrain avait été déjà déblayé par C. COPPOLA, Contributo I.

32 J. KLINKENBERG,· De Photi Bibliothecae codicibus historias, Bonn, 1913, pp. 18-19.

33 C’est le cod. 175, II, p. 170, l. 17 - p. 171, l. 4.

34 Voir infra, pp. 73-74.

35 Voir la belle thèse d’A. MÉHAT, Études sur les « Stromates » de Clément d’Alexandrie, Paris, 1966, pp. 96-112.

36 Il en est une au moins qui paraît irrécusable. Le Contre les anoméens de Gélase de Césarée en Palestine est cité et analysé en « avant-propos » au cod. 89, II, p. 15, ll.  42-7, mais la recension ne vient qu’au cod. 102, II, p. 70, ll. 14-22. A. NOGARA, o.l., p. 229, n. 54 allègue le cas du Commentaire à la Genèse de Théodore de Mopsueste par Jean Philopon, c’est-à-dire le traité connu sous le titre De opificio mundi. Mais l’interprétation du savant italien paraît peu crédible : voir infra, pp. 479-480. Autre chose est celui d’Agatharchide (codd. 213, II, p. 123, ll. 15-19 et 250, VII, p. 189, ll. 3-16) que j’étudie longuement plus loin, pp. 369-376. Voir déjà A. NOGARA, o.l.. p. 230. D’après W.T. TREADGOLD, o.l.. p. 25, l’idée que Photios eût pu lire dans l’ordre où ils se présentent les ouvrages recensés ne tiendrait en aucun cas. Sa note 23 fournit alors une série de références. Le savant américain n’a manifestement pas étudié de près les textes en question. J’ai opéré une vérification de tous les rapprochements qu’il propose. Il en ressort que peu tiennent. Ainsi, le cod. 29, I, p. 17 ne renvoie pas (c’est moi qui souligne) au cod. 31, I, p. 17, l. 2 - p. 18, l. 14, car les historiens avaient l’habitude de définir eux-mêmes les limites chronologiques de leur œuvre. En revanche, sous le couvert d’un « etc. » commode, il oublie l’exemple que j’ai rappelé plus haut et que citait déjà R. HENRY, II, p. 12, n. 2. En quoi, comme l’affirme W.T. Treadgold, la représentation des faits que j’ai esquissée est-elle tributaire du mythe du fourgon-librairie itinérant ? C’est là un point que j’avoue ne pas comprendre.

37 Voir infra, pp. 69-75.

38 Voir supra, pp. 30-34.

39 R. HENRY, I, p. xxviii.

40 Ibid.. p. xxxii.

41 Voir infra, p. 70, n. 5 (continuée p. 71).

42 Ibid., p. xxxvi.

43 Voir infra, pp. 69-75.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search