Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Ire partie. La tradition biographique et les questions de la bibliothèque

Chapitre I. L’historiographie littéraire antique

Texte intégral

Photius est un auteur avec lequel on ne peut se permettre une distraction.
A. SEVERYNS

  • 1 Malgré sa date, le livre classique sur la question demeure celui de Fr. LEO, Die griechisch-römisc (...)

1Sans l’ombre d’un paradoxe, on pourrait soutenir que la biographie a vu le jour avec la littérature grecque. Composée aux confins de l’histoire et de la légende, l’Odyssée s’apparente au genre. C’est plus tard seulement que la biographie allait recevoir ses lettres de patente : il ne me revient pas d’en retracer l’histoire et les développements1. Souvent, ce type de production répond à des objectifs tout à fait spécifiques : lorsqu’il s’agit d’évoquer la mémoire des hommes politiques, par exemple, l’auteur épouse franchement les intérêts d’un parti, en sorte que le texte prend le ton de l’hagiographie, ou, au contraire, se revêt des couleurs acides du pamphlet. Normalement, l’historiographie littéraire est destinée à satisfaire la curiosité des gens de lettres et de l’école. Autant suggérer un âge et une date.

  • 2 JÉROME, Préface au De viris illustribus, p. 1, ll. 8-12 Herding : Fecerunt hoc idem apud Graecos H (...)

2Pour expliquer la genèse de son De viris illustribus, s. Jérôme écrit dans la préface2 :

Ont fait de même chez les Grecs Hermippe le Péripatéticien, Antigone de Caryste, le docte Satyrus et celui qui fut de loin le plus docte de tous, le musicien Aristoxène, ainsi que, chez les Latins, Varron, Santra, Népos, Hygin et Tranquillus, dont tu nous offres l’exemple comme un appel.

  • 3 Pour une analyse, on lira le chapitre « Suetons litterarische Biographien » de Fr. LEO (o.l.. pp.  (...)
  • 4 SCHMID-STÄHLIN, Geschische der griechischen Literatur, 6e édition, II, 1, Munich (dans le Handbuch(...)
  • 5 Alb. LESKY, GGL, p. 835 ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 236.
  • 6 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, pp. 83-84. Pour une analyse de sa manière, voir Fr. Leo (o.l., pp. 118 (...)
  • 7 Voir, sur ces points, SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, pp. 68-71 ; Alb. LESKY, GGL, pp. 741-742 et Fr. (...)

3L’œuvre que s. Jérôme prit pour modèle était évidemment le De viris illustribus de Suétone3, non les Vies des douze Césars. L’activité d’Hermippe de Smyrne comme biographe est bien attestée : appelé par la tradition tantôt Péripatéticien tantôt Callimachéen, il rédigea au tournant des iiie et iie siècles aCn des Vies de ceux qui se sont illustrés en matière de culture. Parmi les chapitres que l’on pouvait y lire figuraient des sections Sur Pythagore, Sur Hipponax, Sur Gorgias, Sur Isocrate, Sur les disciples disocíate, Sur Aristote, Sur Théophraste, Sur Chrysippe4. Antigone de Caryste qui vécut vers 240 aCn, avait écrit une série de biographies de philosophes5. Satyros de Callatis (vers 221-204 aCn) appartenait, lui aussi, à la même école, qui se caractérisait par le manque de sens critique et le goût pour l’anecdote. Les principales de ses Vies roulaient sur les philosophes et les poètes célèbres. Un papyrus a révélé la fin du vie livre qui, sous la forme surprenante du dialogue, abordait l’histoire des trois tragiques6. À la fin du ive siècle, Aristoxène de Tarente fut un des écrivains les plus féconds de l’Antiquité (on ne lui prête pas moins de quatre cent cinquante-trois traités) : conduit à l’étude des sons par les suggestions d’Aristote, il fut également le créateur de l’école biographique péripatéticienne. Ainsi, il avait composé, entre autres, des Vies de Pythagore, de Socrate, de Platon, de Télés, l’auteur de dithyrambes7.

  • 8 Je suis l’exposé d’Alb. LESKY (CGL, p. 741).
  • 9 Oct. NAVARRE, dans son édition des Caractères de Théophraste, 2e édition, Paris, 1964, p. 20.
  • 10 Voir Fr. LEO, o.l., pp. 104-107 ; SCHMID-STÄHLIN. GGL, II, 1, pp. 81-82.

4On voit bien dans quelle direction nous conduit s. Jérôme. L’impulsion fut lancée par le Lycée. Rien de plus logique : dans le programme d’encyclopédie des connaissances que rêvait de constituer Aristote, cet aspect de l’activité humaine ne pouvait demeurer en friche. Dans le livre A de la Métaphysique, le Maître s’était intéressé à ceux qui avaient frayé la voie à son propre système philosophique, et ses livres de morale attiraient l’attention sur les diverses catégories du comportement des hommes8. Dans le prolongement, Théophraste rédigea de célèbres Caractères, qu’on a appelés9 «une galerie de portraits servant de conclusion et d’illustration concrète à un traité de morale théorique ». L’écrivain qui allait créer le genre des études biographiques dans le domaine des lettres et offrir un modèle aux recherches ultérieures de l’époque alexandrine fut Chaméléon d’Héraclée pontique : d’une lecture des textes, il déduisait traits personnels à souligner, anecdotes et trouvailles individuelles. Dans une série d’études conçues à l’imitation du dialogue perdu d’Aristote Sur les poètes, il mit à profit les œuvres de Simonide, d’Anacréon, de Lasos, d’Eschyle, d’Alcée et de Pindare entre autres10.

  • 11 D’après Souda, K 227 s.v. Καλλίμαχος = T 1 Pfeiffer : πίναϰες τῶν ἐν πάσῃ παιδείᾳ διαλαμψάντων ϰαὶ (...)

5De tout ce matériel, qui foisonna dans les premières décennies de l’époque alexandrine, Callimaque allait tirer au troisième siècle la substantifique moelle sous forme de tableaux11 :

Tableau de ceux qui se sont distingués dans tous les domaines de la culture et des œuvres qu’ils ont composées,

6et

Tableau et registre des maîtres par ordre chronologique et depuis les origines.

  • 12 Fr. LEO, o.l., p. 131.
  • 13 Je reprends Fr. LEO (o.l., pp. 134-135).

7Le nom de Callimaque symbolise en quelque sorte le processus par lequel l’héritage des biographes allait devenir celui des grammairiens12. Directeur de la Bibliothèque d’Alexandrie, une institution conçue à l’imitation du Lycée, il donna à ses Pinakes la forme qu’avaient les Didascalies d’Aristote portant sur la tragédie et la comédie. Désormais, les biographies adoptèrent la manière de l’hypomnema, du traité scientifique, et elles firent fi du style rhétorique qui avait dominé la production jusque-là. Elles se muèrent en simples notices, qui se contentèrent d’enregistrer le matériel d’érudition disponible en marquant les problèmes d’authenticité surgis au cours de la transmission des œuvres. On le sait, nous devons la plupart des grands textes de l’époque classique au zèle des philologues alexandrins. En tête des éditions critiques qu’ils procurèrent figurait un aperçu sur le genre littéraire et sur la personnalité de chaque écrivain : à l’époque antérieure, pareilles indications appartenaient au corps de recherches spéciales en la matière, qu’il a donc suffi de piller et de dépecer en fonction des besoins de la publication13.

  • 14 C’est ce qui ressort des écrivains cités par s. Jérôme, d’après Suétone. Varron s’était livré à de (...)

8Par suite, les échantillons de ce type se multiplièrent sous l’aspect soit de Génê ou de Bioi accompagnant les textes dans nos manuscrits médiévaux soit de recueils intitulés Sur les hommes célèbres ou De viris illustribus dont Suétone et, beaucoup plus tard, s. Jérôme ont donné des exemples. Naturellement, au temps du premier, ces techniques de compilation avaient gagné le terrain de la littérature romaine où, depuis belle lurette, elles s’étaient implantées14.

  • 15 Le fait a été constaté depuis très longtemps. Voir, en dernier lieu, J. BOMPAIRE, Photius et la se (...)
  • 16 Fr. LEO, o.l., pp. 258-259.
  • 17 Fr. LEO, o.l.. p. 259.
  • 18 Voir Fr. LEO, o.l., pp. 262-263 et PORPHYRE, Vie de Plotin, 24-26, I, pp. 27-31 Bréhier. Porphyre (...)

9La grande majorité des auteurs recensés par Photios appartient à la seconde sophistique, voire à une époque postérieure15. Durant cette période d’intense bouillonnement intellectuel (le manuel de Schmid-Stählin l’appelle « Der Klassizismus ») allait se renouveler le mode de présentation des notices érudites. C’est dans ce mouvement que se situaient les Vies des sophistes, rédigées aux iie-iiie siècles. Fr. Leo les décrit de la sorte16 : « Philostrate a tourné le Bios grammatical en rhétorique. La forme dans laquelle furent étudiées les personnalités littéraires et qui, depuis des siècles, s’était détournée de la présentation artistique, il l’a dépoussiérée en la rendant très élégante. » C’est ce que fit de même Apulée pour Platon, que feront par la suite Marcellinos, Sopatros d’Apamée et Olympiodore, respectivement pour Thucydide, Aelius Aristide et Platon. A l’époque de Julien, Eunape de Sardes allait s’inspirer de l’exemple de Philostrate, dont l’originalité avait consisté à grouper les notices en un recueil compact17. Néanmoins, le goût de l’époque n’empêcha point Porphyre de rédiger le Bios de Plotin pour servir d’introduction scientifique à son édition des Ennéades18.

  • 19 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 867.
  • 20 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 868.
  • 21 Voir plus loin, pp. 53-67. Contrairement à ce qu’affirment SCHMID-STÄHLIN (GGL, II, 2, p. 1039), P (...)

10L’âge béni des grammairiens que fut l’époque des Antonins vit fleurir les catalogues chers aux disciples de Callimaque, ainsi le Sur des cités et les hommes célèbres que produisit chacune d’elles de Philon de Byblos19 ou le Sur ceux qui s’illustrèrent en matière de culture de Hermippe de Bérytos20. On peut supposer qu’un personnage, dont je parlerai à nouveau plus loin, Hésychios de Milet, qui vécut dans le premier tiers du vie siècle, utilisa l’œuvre de tels prédécesseurs afin de compiler son Lexique ou tableau des (personnages) renommés en (matière) de culture21. Ainsi, avant les volumineux recueils de la période méso-byzantine, la Bibliothèque de Photios ou la Souda, l’ouvrage d’Hésychios renouait avec les techniques instaurées par Aristote et par Callimaque. A priori, on voit mal pourquoi il aurait procédé d’autre façon que ses illustres devanciers.

  • 22 EUSÈBE (Histoire ecclésiastique, I, 1,6) déclare lui-même que son œuvre est un développement plus (...)
  • 23 J. QUASTEN, Initiation aux Pères de l’Eglise, III, Paris (trad. J. Laporte) 1963 p. 445.
  • 24 EUSÈBE, H.E., I, 1, 4 : Ὅσα τοίνυν εἰς τὴν πϱοϰειμένην ὑπόϑεσιν λυσιτελεῖν ἡγούμεϑα τῶν αὐτοῖς ἐϰε (...)

11Parmi les livres que Photios étudia, près des deux tiers relèvent de la littérature chrétienne, orthodoxe, schismatique ou parachrétienne. Au ixe siècle, l’histoire ecclésiastique faisait depuis longtemps l’objet de travaux d’érudition. Toutefois, le livre d’Eusèbe qui porte ce titre fait figure d’ouvrage canonique. Conçu pour compléter la Chronique22, il « n’est qu’une collection extrêmement riche de faits historiques, de documents et d’extraits, tirés d’une multitude d’écrits de l’Eglise primitive »23. L’entreprise d’Eusèbe n’était pas sans mérite, car personne n’eut l’idée de se charger de la tâche avant lui. Aussi s’explique-t-il sur la méthode qu’il a mise en œuvre24 :

Donc, tous les éléments enregistrés ici et là par ceux-ci (sc. par nos prédécesseurs), que nous pensons profitables en vue de la réalisation du sujet proposé, nous les avons recueillis en prélevant, comme en des prairies spirituelles, le suc que recèlent les passages des écrivains anciens (...).

  • 25 EUSÈBE, Η.Ε., VI, 32, 3 : Τί δεῖ τῶν λόγων τἀνδϱός ἐπί τοῦ παϱόντος τòν ἀϰϱιβῆ ϰατάλογον ποιεῖσϑαι (...)

12Résultat d’une compilation, et nous avons toute raison de croire que nous connaissons en partie les sources25 :

Pourquoi devrait-on, à l’heure présente, dresser un catalogue exact des livres de cet auteur (sc. Origène) : elle requiert une étude particulière que nous avons couchée par écrit dans notre transcription de la Vie du saint martyr Pamphile. En y représentant le zèle de ce dernier à l’égard des choses divines pour montrer combien il était grand, nous avons établi les listes des livres d Origène et des autres écrivains ecclésiastiques réunis dans sa bibliothèque.

  • 26 G. BARDY, dans son introduction à l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée IV, 2e édition, Pa (...)
  • 27 JÉRÔME, o.l., p. 1, l. 13 - p. 2, l. 2 Herding : Illi enim historias veteres annalesque replicante (...)

13En outre, Eusèbe avait pu compter sur les trésors de la bibliothèque d’Aelia Capitolina26. Malgré l’œuvre de son savant prédécesseur, s. Jérôme était parfaitement conscient des difficultés de sa propre entreprise. C’est ce qu’il confie dans sa préface, non sans faire part de quelque angoisse. Sans doute faut-il voir ici une certaine coquetterie littéraire27 :

À force de compulser les rouleaux de leurs vieilles histoires et de leurs annales, ils (sc. mes prédécesseurs païens) ont pu en prélever (les fleurs) comme dans un pré immense et se tresser dans leurs opuscules une couronne qui n’était pas modeste. Mais moi, que vais-je faire, qui, sans avoir personne pour m’ouvrir la voie, n’ai, comme on dit, que le plus mauvais des maîtres, moi-même ? Cependant, dans les dix livres de son Histoire ecclésiastique, Eusèbe de Pamphile nous fut le meilleur adjuvant, et les volumes de chacun des auteurs sur lesquels nous comptons écrire portent souvent témoignage sur l’époque de leurs auteurs.

  • 28 Voir infra, pp. 62-63.

14On ne pouvait mettre davantage de bonne grâce à décliner ses sources. L’hommage à Eusèbe constituait un détour indispensable. Le complément a été fourni par les livres eux-mêmes, ou, plus précisément, par les indications d’ordre bio-bibliographique qu’avaient annexées les copistes-« éditeurs ». On conçoit qu’en dépit des négligences qui le déparent le précieux répertoire ait fait l’objet d’une traduction grecque relativement tardive : c’était là une mine d’informations où il n’y avait qu’à puiser à pleines poignées. La Souda atteste en partie sa survivance par la tradition indirecte. Comme on verra28 plus loin, les notices de la Bibliothèque confirment que Jérôme avait en effet conçu sa tâche de la sorte.

  • 29 WESTERMANN, Biographi graeci minores, Braunschweig, 1845.

15Les indications biographiques jointes aux manuscrits médiévaux sont choses des plus communes : le vieux et irremplaçable recueil de Westermann a groupé fort commodément la plupart d’entre elles29. Un regret seulement : qu’il n’ait pas joint celles qui traitent des écrivains chrétiens. Pour n’évoquer ici que les seuls auteurs dont les œuvres nous sont parvenues en tout ou en partie, Homère, Hésiode, Apollonios de Rhodes, Nicandre de Colophon, Aratos de Soles, Denys le Périégète, Oppien, Collouthos, Eschyle, Sophocle, Euripide, Lycophron, Aristophane, Pindare, Thucydide, Platon, Aristote, Isocrate, Eschine, Démosthène, Aelius Aristide, Hippocrate par exemple ont bénéficié de présentations semblables. Examiner de près les problèmes particuliers que soulèvent ces différents textes est l’affaire des érudits qui scrutent les traditions manuscrite et biographique propres à chacun des écrivains. Il suffira de souligner au passage un des aspects intéressants de cette histoire généalogique : il est loin d’être dépourvu de portée pour l’étude qu’on va lire ci-après.

  • 30 I. DÜHRING, Aristotle in the ancient biographical tradition, Göteborg, 1957.
  • 31 Sur ce problème, voir infra, p. 96, avec la note n. 12.
  • 32 I. DÜHRING, o.l, pp. 118-119.

16Rien de plus caractéristique que le processus de transmission des Vies d’Aristote. L’enchaînement a été admirablement élucidé par I. Dühring30. Beaucoup d’entre elles avaient été conçues primitivement comme introduction aux Catégories. Dans l’école néo-platonicienne, l’enseignement de la propédeutique reposait sur une lecture commentée de l’Organon notamment, dont le professeur titulaire utilisait une édition scolaire. Une fois devenu maître à son tour, l’ancien étudiant recourait à son ἀπὸ φωνῆς31, gonflé des notes qu’il avait prises autrefois au cours des leçons. La rupture des traditions scolaires entraîna en même temps le détachement des Vies et des commentaires vis-à-vis des textes dont ils formaient le support. Désormais, les appendices étaient prêts pour servir à d’autres fins, par exemple de prélude à un corpus intégral32.

  • 33 Ibid., p. 80.
  • 34 Ibid., p. 79.
  • 35 Souda, A 3929, s.v. Ἀϱιστοτέλης.
  • 36 Je reviendrai sur cette question infra, pp. 53-67.
  • 37 Voir I. DÜHRING, o.l, respectivement pp. 117, 137 ; 142 et 192-195.
  • 38 Ibid., p. 117.

17Quand il s’agit d’un des grands noms de l’Hellade, la richesse et la diversité de la tradition biographique ne peut surprendre. Un des Bioi s’intitule simplement Vie et écrits d’Aristote. Il accompagne le plus ancien (ixe siècle) manuscrit connu des Catégories et il est précédé, sous le lemme ἐϰ τῶν σχολίων Σιμπλιϰίου, d’un extrait du commentaire au traité33. La Vie remonte à Hermippe de Smyrne, mais, attendu qu’elle charrie des fragments d’Apollodore, de Démétrios de Magnésie et de Favorinus d’Arles, force est de constater qu’elle s’est, au cours des siècles, chargée d’apports multiples34. Or, partie de cette Vie a passé dans la Souda35. Constatation gênante pour ceux qui voient dans les biographies du dictionnaire une compilation faite purement et simplement sur base d’un seul « Epitomé » interpolé, que l’on aurait tiré au ixe siècle de l’Onomatologos d’Hésychios de Milet (vie siècle)36 ! Les autres Vies (Marciana, Vulgata, latine et arabes) dépendent toutes à des degrés divers d’une matrice commune dont la rédaction fut le fait de Ptolémée, un néo-platonicien disciple de Jamblique, celui que la tradition arabe a nommé Ptolémée Al-Garib, pour le distinguer de son célèbre homonyme37. L’original avait donné lieu au préalable à un « Epitomé », qui existait déjà dans la seconde moitié du ve siècle38.

  • 39 Le texte est dans WESTERMANN, o.l.. pp. 52-60. Voir les indications de G.R. MAIR dans A.W. et G.R. (...)
  • 40 J. MARTIN, Histoire du texte des ‘Phénomènes’ d’Aratos, Paris, 1956, p. 68.
  • 41 Ibid., p. 151.

18Un cas tout aussi significatif est celui d’Aratos de Soles, dont on peut mentionner au moins quatre Bioi39. M. J. Martin a minutieusement étudié la filiation de ces documents : il en conclut qu’ils remontent tous à une Vie destinée primitivement à une édition critique des Phénomènes. Celle-ci doit avoir été constituée entre le début du iie siècle et la fin du iiie de notre ère40. Une des conclusions du savant français a valeur de leçon de méthode générale41 : « Chacun d’eux (sc. de ces Bioi) marque une étape de l’histoire des textes. L’article « Aratos » de Suidas n’est pas d’une autre provenance. On ne peut séparer les Vitae des scholies et des introductions diverses qui entourent encore aujourd’hui le poème tel que la tradition nous l’a transmis. Il en est ainsi pour tous les auteurs ; la note succincte, toujours faite de rubriques semblables (patrie, période de l’acmé, auteurs contemporains, liste des œuvres, etc.) placée par un philologue ancien en tête de son édition, a perdu peu à peu sa substance aux différentes crises de la publication, et souvent, il n’en reste, comme pour Callimaque, qu’un infime squelette enfin recueilli par un lexicographe tardif. »

19On le voit, les textes forment des couches successives qui s’enchevêtrent et s’interpénètrent au point de constituer un magma en perpétuelle fusion. Seul le travail d’écriture l’a figé à un moment de son histoire tourmentée. En somme, les biographies reflètent admirablement la vie de l’esprit : au seuil de cette étude, on retiendra l’image d’une tradition fluide.

20Photios, dont je traiterai longuement dans les pages qui vont suivre, fut un lecteur sagace et d’une intelligence exceptionnelle. Avant de prétendre qu’il se contenta de recopier au bas de ses esquisses tel ou tel article d’un quelconque manuel ou abrégé de littérature, on doit d’abord lui rendre justice, examiner la nature de son projet et la façon dont il s’est tiré d’affaire. A priori, il est un point que l’on peut mettre à son crédit : créateur du genre littéraire particulier que constitue le compte rendu critique, le futur patriarche a bien dû laisser deviner par un trait ou par un autre l’aspect général des livres qu’il avait eus à sa disposition. C’est, au moins en partie, ce que j’ai essayé de montrer ici.

21En tant que source pour l’histoire littéraire, la Bibliothèque est souvent mise par les érudits sur le même pied que des compilations comme la Souda ou les lexiques en général. La mémoire du prélat a souffert de ce voisinage encombrant. A-t-il, dans sa jeunesse, appliqué des méthodes identiques ? C’était là une question qui ne pouvait rester sans réponse. J’aurai ainsi à faire état maintes fois de la traduction grecque du De viris de s. Jérôme, que l’on a mise à tort sous le nom de son ami Sophronios. Fréquemment, j’y ai fait référence en indiquant simplement « Sophronios » : que l’on ne cherche pas là l’indice d’une quelconque négligence ou ignorance de ma part. Je cherchais surtout à faire bref, en épargnant au lecteur le rappel de faits rabâchés.

Notes

1 Malgré sa date, le livre classique sur la question demeure celui de Fr. LEO, Die griechisch-römische Biographie nach ihrer litterarischen Form, Leipzig, 1901. On a tôt fait de se rendre compte que le sujet n’a pas été repris sur nouveaux frais depuis, en dépit des études publiées par la suite : D.R. STUART, Epochs of Greek and Roman Biography, Berkeley, 1928 ; Albr. DIHLE, Studien zur griechischen Biographie. Göttingen, 1956 ; Arn. MOMIGLIANO, The Development of Greek Biography : Four Lectures, Cambridge, 1971.

2 JÉROME, Préface au De viris illustribus, p. 1, ll. 8-12 Herding : Fecerunt hoc idem apud Graecos Hermippus peripateticus, Antigonus Carystius, Satyrus doctus vir, et longe omnium doctissimus Aristoxenus musicus, apud Latinos autem Varro, Santra, Nepos, Hyginus et ad cujus nos exemplum provocas Tranquillus. Dans son Épître à Desiderius (47, 2), il disait de même :
J’ai écrit le Sur les hommes illustres à l’imitation de Tranquillus et du grec Apollonius.
L’un est, bien entendu, Suétone. Fr. LEO (o.l., p. 17, n. 1) s’avoue incapable de préciser de quel Apollonios il était question.

3 Pour une analyse, on lira le chapitre « Suetons litterarische Biographien » de Fr. LEO (o.l.. pp. 11-16). Par exemple, les Vies de Térence, Horace et Virgile allaient passer du recueil de Suétone dans les éditions savantes des poètes correspondants (ibid., pp. 11-13).

4 SCHMID-STÄHLIN, Geschische der griechischen Literatur, 6e édition, II, 1, Munich (dans le Handbuch de I. von Müller, VII, I, 1), 1920, p. 84. Voir déjà Fr. LEO, o.l., pp. 124-128 et, de façon évasive, Alb. LESKY, Geschichte der griechischen Literatur, 2e édition, Berne-Munich, 1963, p. 592.

5 Alb. LESKY, GGL, p. 835 ; SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, p. 236.

6 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, pp. 83-84. Pour une analyse de sa manière, voir Fr. Leo (o.l., pp. 118-124). La référence au papyrus (no 1135 P.) figure dans Alb LESKY (GGL, pp. 397 et 542).

7 Voir, sur ces points, SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 1, pp. 68-71 ; Alb. LESKY, GGL, pp. 741-742 et Fr. LEO, o.l., pp. 102-104.

8 Je suis l’exposé d’Alb. LESKY (CGL, p. 741).

9 Oct. NAVARRE, dans son édition des Caractères de Théophraste, 2e édition, Paris, 1964, p. 20.

10 Voir Fr. LEO, o.l., pp. 104-107 ; SCHMID-STÄHLIN. GGL, II, 1, pp. 81-82.

11 D’après Souda, K 227 s.v. Καλλίμαχος = T 1 Pfeiffer : πίναϰες τῶν ἐν πάσῃ παιδείᾳ διαλαμψάντων ϰαὶ ὧν συνέγϱαψαν et πίναξ ϰαὶ ἀναγϱαφὴ τῶν ϰατὰ χρόνους ϰαὶ ἀπ’ ἀϱχῆς γενομένων διδασϰάλων. Voir Fr. LEO (o.l., pp. 130-131).

12 Fr. LEO, o.l., p. 131.

13 Je reprends Fr. LEO (o.l., pp. 134-135).

14 C’est ce qui ressort des écrivains cités par s. Jérôme, d’après Suétone. Varron s’était livré à des recherches en matière de chronologie (De actionibus scaenicis) et de biographie (De poetis et De comoediis Plautini). Voir Fr. Leo (o.l., p. 136). Santra fut un grammairien influencé par Varron : on lui connaît un De antiquitate verborum (ibid., p. 137). On ne présente pas le De viris illustribus de Cornelius Nepos. Rien toutefois ici qui rappelle peu ou prou l’érudition alexandrine ni le courant qui rattache Suétone à Varron (ibid., pp. 138-139). Les mêmes réserves valent pour ce que l’on peut connaître des travaux d’Hygin (ibid., p. 138), sauf pour son De viris Claris.

15 Le fait a été constaté depuis très longtemps. Voir, en dernier lieu, J. BOMPAIRE, Photius et la seconde sophistique, d’après la « Bibliothèque », dans Travaux et Mémoires, 8 (1981), pp. 79-86.

16 Fr. LEO, o.l., pp. 258-259.

17 Fr. LEO, o.l.. p. 259.

18 Voir Fr. LEO, o.l., pp. 262-263 et PORPHYRE, Vie de Plotin, 24-26, I, pp. 27-31 Bréhier. Porphyre donne une sorte de pinax commenté de l’œuvre éditée ; il y précise qu’ici et là, mais en peu d’endroits, il a joint de petites remarques personnelles. Le travail de Porphyre répondait à une nécessité urgente que rappelait Longin dans une lettre à l’auteur, reproduite Vie de Plotin, 19, I, pp. 19-20 Bréhier. Précédemment, Amelios avait déjà apporté des textes non contrôlés à Longin fixé alors définitivement en Phénicie.

19 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 867.

20 SCHMID-STÄHLIN, GGL, II, 2, p. 868.

21 Voir plus loin, pp. 53-67. Contrairement à ce qu’affirment SCHMID-STÄHLIN (GGL, II, 2, p. 1039), Photios ne dit nulle part dans son cod. 69 (I, p. 101, l. 36 - p. 102, l. 40) qu’Hésychios était païen : c’est là une conjecture ou plutôt une remarque naïve de l’auteur de l’article de la Souda. Sur les emprunts à Philon de Byblos, voir, par exemple, ibid., p. 1040 n. 2, où l’on trouvera toutes les références utiles.

22 EUSÈBE (Histoire ecclésiastique, I, 1,6) déclare lui-même que son œuvre est un développement plus ample de sa Chronique.

23 J. QUASTEN, Initiation aux Pères de l’Eglise, III, Paris (trad. J. Laporte) 1963 p. 445.

24 EUSÈBE, H.E., I, 1, 4 : Ὅσα τοίνυν εἰς τὴν πϱοϰειμένην ὑπόϑεσιν λυσιτελεῖν ἡγούμεϑα τῶν αὐτοῖς ἐϰείνοις σποϱάδην μνημονευϑέντων, ἀναλεξάμενοι ϰαί ὡς λογικῶν λειμώνων τὰς ἐπιτηδείους αὐτῶν τῶν πάλαι συγγϱαφέων ἀπανϑισάμενοι φωυνάς (...).

25 EUSÈBE, Η.Ε., VI, 32, 3 : Τί δεῖ τῶν λόγων τἀνδϱός ἐπί τοῦ παϱόντος τòν ἀϰϱιβῆ ϰατάλογον ποιεῖσϑαι, ἰδίας δεόμενον σχολῆς, ὃν ϰαί ἀνεγϱάψαμεν ἐπὶ τῆς τοῦ Παμφίλου βίου τοῦ ϰαϑ’ ἡμᾶς ἱεϱοῦ μάϱτυϱος ἀναγϱαφῆς. Ἐν ᾗ τὴν πεϱί τὰ ϑεῖα σπουδὴν τοῦ Παμφίλου ὁπόση τις γεγόνοι παϱιστῶντες, τῆς συναχϑείσης αὐτῷ τῶν τε Ὠϱιγένους ϰαὶ τῶν ἂλλων ἐϰϰλησιαστιϰῶν συγγϱαφέων βιβλιοϑήκης τοὺς πίναϰας παρεϑέμην (...).

26 G. BARDY, dans son introduction à l’Histoire ecclésiastique d’Eusèbe de Césarée IV, 2e édition, Paris, 1971, p. 114. Voir aussi Ed. SCHWARTZ, dans l’article Eusebios (24) de R.-E., VI, 1 (1907), coll. 1396-1397 = Griechische Geschichtschreiber, Leipzig, 1959, p. 534, d’après qui Eusèbe aurait purement et simplement transféré sur le terrain chrétien les méthodes et techniques de l’époque alexandrine. Pour d’autres bases de comparaison, voir ibid., coll. 1398-1399 = 537-538.

27 JÉRÔME, o.l., p. 1, l. 13 - p. 2, l. 2 Herding : Illi enim historias veteres annalesque replicantes potuerunt quasi de ingenti prato non parvam opusculi sui coronam texere. Ego, quid acturus, qui nullum praevium sequens pessimum, ut dicitur, magistrum, memet ipsum habeo ? Quamquam et Eusebius Pamphili in decem ecclesiasticae historiae libris maxime nobis adiumento fuerit et singulorum de quibus scripturi sumus volumina aetates auctorum suorum saepe testentur.

28 Voir infra, pp. 62-63.

29 WESTERMANN, Biographi graeci minores, Braunschweig, 1845.

30 I. DÜHRING, Aristotle in the ancient biographical tradition, Göteborg, 1957.

31 Sur ce problème, voir infra, p. 96, avec la note n. 12.

32 I. DÜHRING, o.l, pp. 118-119.

33 Ibid., p. 80.

34 Ibid., p. 79.

35 Souda, A 3929, s.v. Ἀϱιστοτέλης.

36 Je reviendrai sur cette question infra, pp. 53-67.

37 Voir I. DÜHRING, o.l, respectivement pp. 117, 137 ; 142 et 192-195.

38 Ibid., p. 117.

39 Le texte est dans WESTERMANN, o.l.. pp. 52-60. Voir les indications de G.R. MAIR dans A.W. et G.R. MAIR, Callimachus. Lycophron. Aratus, 2e édition, Cambridge-Londres, 1957, pp. 1-4 pour une première introduction.

40 J. MARTIN, Histoire du texte des ‘Phénomènes’ d’Aratos, Paris, 1956, p. 68.

41 Ibid., p. 151.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search