Version classiqueVersion mobile

Photios historien des lettres

 | 
Jacques Schamp

Avant-propos

Texte intégral

1Les pages qu’on va lire sont, pour partie, la réalisation d’une promesse faite au chevet d’un défunt. Il faut voir en elles d’abord un hommage rendu à la mémoire du regretté René Henry. Le projet initial était un ouvrage de synthèse sur la composition de la Bibliothèque : c’est dans ce sens que j’étudiai la somme de Photios pendant deux ans, tout en compilant un index complet que réclame un peu partout la communauté érudite. Mais un vers de La Fontaine ne tarda pas à ramener mes ambitions à des dimensions plus modestes. Malgré d’importantes publications récentes, l’entreprise était prématurée, pour un ensemble de raisons qui tiennent à l’extrême richesse de ce vaste corpus de comptes rendus et d’extraits.

2Il est peu de chercheurs, hellénistes patentés ou petits étudiants, qui, au coin d’une page, n’aient eu à citer tel ou tel passage de la Bibliothèque. En dépit d’une importante littérature sur le sujet, on a tôt fait de s’assurer que la compilation de Photios est plus fréquemment pillée qu’étudiée dans les structures qui lui sont propres. Sans doute, l’ampleur, la variété et l’opulence de cet ensemble de textes avaient-elles de quoi décourager l’amateur même hardi.

3Dès le début, mes investigations me conduisirent à la certitude que les thèses qui ont cours sur l’origine des notes bio-bibliographiques de la Bibliothèque péchaient par plusieurs vices. Dans la suite, j’expliquerai en quoi la solution de cette question importe au plus haut point à qui veut gagner une compréhension correcte de la nature de l’ouvrage. J’aurai à faire table rase de nombre d’idées reçues et à reprendre toute la question ab ovo. Ainsi se justifie la présence des éléments composant le titre :

PHOTIOS HISTORIEN DES LETTRES. La Bibliothèque et ses notices biographiques

4D’autre part, il fallait dire un mot au préalable de ce que l’on sait aujourd’hui des modes d’élaboration de l’historiographie littéraire antique jusqu’à Photios. Ce rappel n’a aucune prétention ni à la nouveauté ni à l’exhaustivité. Avant l’examen des problèmes généraux relatifs à la Bibliothèque, le premier chapitre abordera donc des questions relevant davantage d’un cours d’encyclopédie que d’une étude nouvelle. Les suivants traiteront de problèmes touchant la Bibliothèque, son auteur et la structure de l’œuvre. Pour éviter les déséquilibres, j’ai dû multiplier les subdivisions de cette première partie.

  • 1 Voir déjà mon article À propos du Plutarque de Photios : notes et conjectures, dans R.E.G., 95 (198 (...)

5Avec le présent livre, le lecteur aura seulement sous les yeux la première partie de mes recherches. En effet, l’importance de la matière est telle qu’elle oblige à scinder la publication en deux blocs. Le panneau suivant contiendra une étude sur la tradition de Plutarque. Il s’efforcera d’apporter une réponse raisonnable à la question : Photios a-t-il utilisé le recueil des Vies parallèles du sage de Chéronée1 et le traité des Orateurs attiques glissé indûment dans les Œuvres morales ? La bipartition de l’ensemble ne heurtera donc pas la logique.

  • 2 Voir VIII, p. 18, l. 21 - p. 40, l. 7. J’aurai au long de ce travail à faire référence à l’édition (...)

6J’entends par notice bio-bibliographique les indications de cet ordre venant en complément du corps des chapitres à considérer. Par définition n’entre pas dans mon projet l’examen de la Vie d’Athanase, par exemple, du codex 2582. Le Saint y est abordé en tant que chevalier du Christ et adversaire de l’arianisme : on n’y trouve pas d’allusion à son œuvre littéraire. Pareille étude relève de l’hagiographie, non pas de l’historiographie des lettres. Je n’aborderai pas davantage les références bio-bibliographiques extérieures aux notices incorporées dans les chapitres, excepté si elles présentent un problème lié directement au sujet proprement dit.

7Nonobstant, on s’apercevra, chemin faisant, que j’ai dû consacrer de rares loisirs à près d’un cinquième de la somme. Historiens, orateurs — sacrés et païens —, polygraphes, philosophes, grammairiens, théologiens défileront à leur tour. Pour chacun d’eux, il n’était pas possible d’appeler à la barre toute la littérature topique. C’est dire que l’on ne trouvera pas ici un exposé général sur ce que l’on peut savoir touchant les œuvres en question : un volume double de celui-ci y eût sans doute à peine suffi. Je suppose donc connu dès le départ tout ce que peut savoir d’elles l’honnête homme tant soit peu éclairé.

8On le verra : pour la plupart des notices biographiques, on en est réduit à appliquer la méthode d’Aristarque et à expliquer Photios par Photios. Sur le plan logique, par conséquent, le risque est grand de s’enfermer dans un cercle vicieux. Aussi fallait-il, dans la première partie, faire état des prémisses qui seront d’application tout au long de mon étude. Je montrerai pourquoi, à mes yeux, Photios ne fut ni un distrait, ni un novateur, ni un fantaisiste. Refuser a priori d’admettre ce triple postulat revient à nier toute possibilité de comprendre le projet qui aboutit à la compilation de la Bibliothèque.

9D’autre part, toute démonstration suppose rigueur et exhaustivité. Malgré les suppressions sur lesquelles je me suis expliqué plus haut, le livre qu’on va lire a quelque ampleur. C’est qu’il repose sur l’examen, tantôt très bref, tantôt passablement long, de soixante-dix auteurs différents. Dans une matière aussi riche et aussi variée, je n’ai pas cru pouvoir arbitrairement priver le lecteur des éléments sur lesquels s’est bâtie ma conviction. Puisse mon parti recueillir l’approbation.

10On l’imagine aisément, on ne vient pas au bout d’une tâche de ce genre sans assistance nombreuse. Je dois concéder qu’elle ne m’a pas été mesurée avec parcimonie. Un peu partout, on a rédigé des articles critiques relevant des erreurs commises ici ou là par R. Henry ; j’ai dû moi-même rectifier à l’occasion diverses indications. Il fut pourtant mon premier Maître, celui à qui je dois tout : l’orientation d’une vie vouée à l’héritage grec. Ma dette vis-à-vis de Madame Henry, qui nous a malheureusement quittés en 1983, après une longue maladie, et de mon amie Renée est à peine moins lourde. Pour préparer un index de la Bibliothèque dans les meilleures conditions, j’ai reçu d’elles un riche lot de livres, de manuscrits grecs et de papiers. Les premiers m’ont été d’un inestimable appoint. Quant aux derniers, les pages qu’on va lire montreront assez combien mon point de vue sur la Bibliothèque est personnel. Quelle que soit la piété du continuateur, les notes d’autrui sont toujours difficiles à employer. Grâce à la « bourse spéciale de doctorat » qu’accorde généreusement le Fonds National de la Recherche Scientifique, j’ai bénéficié de conditions exceptionnelles de travail durant les derniers mois de rédaction. À des titres divers, j’ai quelque raison d’avoir de la reconnaissance à l’égard de M. O. Ballériaux, collaborateur près l’Université de Liège, des RR.PP. M. Aubineau et Fl. Van Ommeslaeghe, et de M. R. Staats, de l’Université de Heidelberg. De toute part, les secours bénévoles n’ont pas manqué à l’appel. Mon ami et ancien collègue, M. Aub. Martin, de l’Université de Liège, m’a éclairé sur certains points spéciaux de la tradition des textes dans le domaine arabe. M. A.-Ph. Segonds, de Paris, chargé de recherche près le Centre National de la Recherche Scientifique, a bien voulu corriger, avec une attention et une érudition exceptionnelles, un long chapitre sur Damascios. Depuis 1977, j’entretiens avec M. J. Irigoin une correspondance régulière : une existence chargée d’honneurs et de responsabilités ne l’a jamais dissuadé ni de relire des esquisses ni de répondre aux questions. Avec beaucoup de gentillesse, MM. Treadgold et Coppola (Université de Salerne) m’ont fait profiter de leurs travaux sur la Bibliothèque. En dépit de circonstances pénibles, l’Université de Liège m’a toujours réservé le meilleur des accueils. Conservateur de l’Unité de Documentation sur l’Antiquité classique, M. P. Wathelet a eu l’extrême libéralité de laisser longuement à ma disposition les ouvrages dont j’avais besoin. Monsieur le Professeur Ét. Évrard a ouvert pour moi les trésors de ses rayons. À propos de quantité de pages. Monsieur le Professeur P. Mertens m’a fait profiter de son savoir et de ses suggestions pratiques. Monsieur l’Abbé J. Mossay, professeur à l’Université de Louvain, a bien voulu relire, crayon à la main, les chapitres relevant de matières qui lui sont chères et me fournir des documents peu accessibles. Non content de m’arracher à un « sommeil dogmatique », mon excellent ami R. Halleux, Maître de recherches du F.N.R.S. près l’Université, m’a associé à d’autres de ses études. Lors d’un de ses séminaires, j’ai pu présenter une ébauche du travail qu’on lira ci-après. À son sens critique « décapant », je suis redevable de plus que je ne saurais dire. Mais, on s’en doute, c’est vis-à-vis de mon cher Maître, Monsieur le Professeur J. Labarbe, que j’ai, depuis l’âge de vingt ans, contracté les obligations les plus importantes. Promoteur d’une méthode philologique implacable, il n’a pas hésité à étudier de près, liasse après liasse, cent brouillons fort abstrus. De cette lourde tâche, il s’est acquitté avec la parfaite urbanité et le sens de l’humour qu’apprécient ses amis. J’espère ne pas blesser sa délicatesse en affirmant que c’est de sa plume que mon travail a reçu ce qu’il contient de meilleur.

11Photios plaça son livre sous le patronage d’une femme. À un échelon infiniment plus modeste, on ne verra pas d’inconvénient si je fais de même pour l’étude que voici. On devine au prix de quels sacrifices de tous ordres Marie-Paule en a facilité la genèse. Sans sa tendre collaboration de tous les instants et la compréhension de Valérie et d’Étienne, rien n’eût été possible. Il ne me déplaît pas enfin d’évoquer le souvenir des deux pères que j’ai perdus. J’ai dit ce que je devais à l’éditeur de la Bibliothèque. Modeste ouvrier flamand, l’autre m’a donné la joie de fréquenter l’Université. Là où elle est, puisse son ombre familière recueillir le témoignage de ma gratitude et de mon affection.

Notes

1 Voir déjà mon article À propos du Plutarque de Photios : notes et conjectures, dans R.E.G., 95 (1982), pp. 440-452, surtout pp. 440-441 (n. 3 à la p. 440).

2 Voir VIII, p. 18, l. 21 - p. 40, l. 7. J’aurai au long de ce travail à faire référence à l’édition de R. Henry, I-VIII, Paris, 1959-1977, Belles Lettres, Collection byzantine. Je le ferai en indiquant, sans titre, le nom de l’éditeur suivi du tome, en chiffres romains, et de la page, en chiffres arabes. Je ne rappellerai pas le numéro des pages de Bekker, reproduit dans l’édition. Dans les renvois au texte grec, je donne la numérotation des lignes, qui est également celle de Bekker.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search