Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Conclusions

Texte intégral

1Au moment de conclure, il n’est pas inutile de rappeler que notre propos n’était ni d’écrire l’histoire de la population verviétoise, ni d’entreprendre une étude démographique exhaustive. Notre objectif était de mettre au point une méthodologie de traitement par ordinateur des sources nominatives de masse et d’expérimenter cette méthode par l’analyse des structures démographiques de la population de Verviers au départ des listes nominatives de recensement de 1806 et 1846.

2Les raisons qui nous ont poussé à choisir l’analyse des structures démographiques comme champ d’expérience de nos méthodes informatiques, ont été exposées dans l’introduction. Pour en souligner l’importance, rappelons notre hypothèse de départ : constatant que, ni la hausse de la fécondité légitime, ni la baisse de la mortalité, ne rendent compte de façon satisfaisante de l’expansion de la population dans les pôles de développement économique nés de la révolution industrielle, nous considérons que la cause de cette croissance réside dans les transformations subies par les structures démographiques (âge, sexe, état matrimonial) sous l’impact des mouvements migratoires.

3En guise de conclusion, nous isolerons chacune des relations que l’analyse nous a permis de mettre en évidence et nous montrerons que leur association forme un système complet et cohérent ; jetant ainsi les bases d’un modèle de croissance original.

***

A) Les relations majeures

1) INDUSTRIALISATION ET IMMIGRATION

4L’industrialisation, consécutive au machinisme, entraîne la concentration des entreprises tant sur le plan géographique que sur celui d’une intégration plus poussée des activités. Rendue indispensable par l’extension du machinisme, cette nouvelle organisation de la production a pour conséquence de rassembler dans des fabriques plus vastes et plus groupées tous ceux qui, hier encore, exerçaient leur métier à domicile, soit en milieu rural, soit en milieu urbain.

2) IMMIGRATION ET CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE

5Dans un premier temps, pendant la révolution industrielle proprement dite, l’augmentation rapide de la production a permis le maintien provisoire du travail à domicile. L’immigration est alors modérée et n’influence pas la croissance naturelle. Avec le développement de l’industrialisation, l’immigration s’accélère au point d’assurer la plus grande part de l’expansion démographique et d’atténuer fortement, voire même de juguler, les effets négatifs des crises de subsistances et des épidémies. Les seuls facteurs externes qui influencent ces mouvements d’immigration et, parfois même, les inversent sont la crise économique (1810 et 1830) et, dans une moindre mesure, un climat d’incertitude économico-politique (1810-1815 et les premières années de l’Indépendance).

6L’immigration de la fin du 18e siècle et de la révolution industrielle présente un point commun avec les flux migratoires de la période d’industrialisation : son champ de recrutement se situe avant tout dans la région économique verviétoise et n’excède pas ou peu les limites d’un hinterland démographique formé du pays de Franchimont (Spa), de la vallée de la Vesdre d’Eupen à Olne et, surtout, du Plateau de Herve compris entre les frontières allemandes et hollandaises et l’extension Nord-Est de la région liégeoise. Les mouvements diffèrent d’abord par leur intensité, ensuite par leur structure même, les grandes vagues d’immigration présentant un caractère familial plus marqué.

3) IMMIGRATION ET STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES

7L’immigration a pour conséquence d’accroître la part relative des adultes au sein de la population (en 1826) ou de la maintenir à l’encontre des tendances naturelles au rajeunissement par la base et au vieillissement par le sommet dont elle est indirectement la cause (cfr relation suivante).

8La proportion de jeunes adultes de 15 à 24 ans augmente tandis que les taux de masculinité baissent dans les groupes d’âge les plus touchés par les mouvements migratoires. Cette dernière caractéristique résulte moins d’une demande de main-d’œuvre féminine dans l’industrie que du caractère familial de l’immigration.

9La forte densité de célibataires parmi les immigrants a pour effet de diminuer la part relative des mariés, notamment chez les femmes. Dans un premier temps tout au moins car, dans la phase de ralentissement qui suit chaque grand flux migratoire, les jeunes adultes célibataires atteignent l’âge au mariage et l’effet inverse se produit. On assiste alors à un renversement des proportions au profit des hommes et, surtout, des femmes mariées.

4) IMMIGRATION ET FECONDITE

10Pendant sa phase de haute intensité, l’immigration a eu une conséquence défavorable sur la fécondité générale et, partant, sur la natalité et l’accroissement naturel, toutes autres choses restant égales. L’arrivée d’un fort contingent de femmes célibataires entre 15 et 24 ans a pour effet de diminuer la part relative des femmes mariées en âge de procréer et, en particulier, des plus fécondes d’entre elles (entre 25 et 34 ans).

11En revanche la période de ralentissement qui suit chaque vague d’immigration bénéficie au maximum de cet apport puisque les jeunes femmes célibataires entre 15 et 24 ans sont devenues des femmes mariées appartenant au groupe d’âge le plus fécond.

12Cette évolution est indépendante du niveau de la fécondité légitime qui agit sur la fécondité générale tantôt comme un frein tantôt comme un accélérateur suivant la période et suivant ses propres tendances.

13Observons ce que l’on pourrait appeler le « paradoxe de l’immigration ». Lorsqu’une phase de transition est suivie d’un flux migratoire moins intense que le précédent, l’accroissement de la fécondité générale qu’elle entraîne provoque un rajeunissement par la base de la structure des âges et donc une diminution de la proportion des adultes.

5) STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES ET NUPTIALITE

14La structure démographique résultant d’une forte immigration se caractérise par d’importants excédents féminins parmi les jeunes adultes. Elle comprend, en outre, une proportion plus élevée de célibataires qui n’ont pas atteint l’âge où l’on se marie. Sans modification de la propension au mariage, cette situation entraîne une baisse du taux de nuptialité puisque la part relative des « non-mariables » dans la population s’est accrue. Cette relation est souvent moins perceptible que les précédentes parce qu’elle est très sensible aux variations de l’âge au mariage. Si celui-ci s’élève, la tendance s’en trouve renforcée ; si, au contraire, il s’abaisse, la nuptialité remonte indépendamment de la structure démographique. Or l’âge au mariage est une donnée peu stable, même à court terme, qui subit l’influence de nombreux facteurs exogènes tels que le climat social, la conjoncture économique, les conditions de logement ou encore le niveau des salaires.

6) STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES ET MORTALITE

15L’immigration produit une augmentation plus que proportionnelle de la part relative de jeunes adultes, c’est-à-dire des groupes d’âge où les taux de mortalité sont parmi les plus faibles. Cet effet favorable est toutefois contrebalancé, et même au-delà, par les conséquences induites de l’accroissement de la fécondité pendant les périodes de transition. La mortalité infantile ne baisse, en effet, que dans la dernière décennie du 19e siècle et, avant cette époque, l’augmentation de la fécondité tend à provoquer une hausse de la mortalité, toutes autres choses restant égales. Le niveau des taux de mortalité infantile étant nettement plus élevés que ceux des âges adultes, l’évolution de la fécondité générale détermine plus nettement celle de la mortalité que la répartition des âges. Enfin la relation entre les structures démographiques et la mortalité est encore affaiblie par la sensibilité de cette variable aux facteurs exogènes. Dans un sens négatif, elle est influencée par les mauvaises conditions d’hygiène et de travail, par les crises de subsistances et surtout par les épidémies ; dans un sens positif, elle bénéficie des progrès de l’alimentation, de la salubrité publique et des découvertes médicales. C’est d’ailleurs sous l’effet de ces facteurs positifs que la mortalité engagera le processus qui conduit, dans le troisième quart du siècle, à la transition démographique.

7) STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES ET NIVEAU D’ACTIVITE

16La propension à l’inactivité des femmes mariées et des jeunes adultes célibataires, notamment du sexe féminin est un constat qui ne souffre aucune discussion au cours de la période étudiée. Elle s’observe également, à des degrés divers, dans nos sociétés contemporaines où, traditionnellement, les jeunes et les femmes mariées subissent, les premiers, les effets du chômage ou d’absence d’emploi. En période de forte immigration, l’écart entre le nombre d’actifs potentiels et les emplois disponibles s’accroît. Le déséquilibre ainsi créé entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi accentue la propension à l’inactivité chez les femmes mariées. En outre, les changements intervenus dans les structures démographiques concourent à augmenter la part relative de la catégorie la plus menacée par le sous-emploi : les jeunes célibataires à forte dominante féminine.

17La baisse du taux d’activité générale, engendrée par le volume de l’immigration et par les modifications que celle-ci produit dans les structures démographiques, a eu un effet favorable sur l’économie verviétoise. D’une part l’excédent de main-d’œuvre disponible permettait d’atteindre les objectifs de production au moindre coût salarial et dans des conditions de travail fixées par l’employeur. D’autre part « l’armée de réserve » qui rendait possible une pression constante sur les salaires n’avait rien d’une « classe dangereuse » puisqu’elle était composée de femmes mariées et de jeunes célibataires que la tradition sociale voue volontiers à l’inactivité.

18Pour leur plus grand profit et celui de leur entreprise, les fabricants verviétois ont bénéficié, pendant la période d’industrialisation, d’une paix sociale dans le sous-emploi.

8) STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES ET REPARTITION DE LA MAIN-D’ŒUVRE

19Parmi les inconvénients des populations stationnaires ou vieillissantes, on cite, le plus souvent, le manque d’élasticité du marché de l’emploi. Les débouchés créés par la croissance économique y trouvent difficilement la main-d’œuvre nécessaire lorsqu’il s’agit d’emplois moins qualifiés ou moins bien rémunérés que les activités traditionnelles.

20Le rajeunissement et la « féminisation » des structures de la population active potentielle à la suite des flux migratoires, ont enlevé toute rigidité au marché de l’emploi. Non seulement l’industrie drapière a disposé de la main-d’œuvre qualifiée qui lui était nécessaire mais encore les nouvelles activités liées à l’industrialisation et certaines branches du secteur tertiaire (transport, domesticité, commerce) ont-elles vu leur demande d’emploi satisfaite.

21Chaque unité de l’appareil de production, en ce compris les services, a pu compter sur les moyens humains qui étaient nécessaires à son fonctionnement optimum. Aucun frein, aucune rigidité sur le plan de la main-d’œuvre n’entravaient la croissance économique verviétoise.

B) Les relations secondaires

22Au cours de l’analyse de la croissance démographique nous avons vu apparaître entre les phénomènes observés des relations à la fois secondaires et hypothétiques. Secondaires parce qu’elles ne jouent aucun rôle déterminant même si on relevait ci et là une trace de leur influence éventuelle. Hypothétiques parce que, dans une large mesure, elles restent encore à démontrer.

1) CONDITIONS DE LOGEMENT ET NUPTIALITE

23L’ampleur et l’intensité de l’immigration ont provoqué un déséquilibre entre l’habitat disponible et les besoins en logements d’une population à croissance rapide. Le nombre de ménages et d’habitants par maison n’a cessé d’augmenter au cours de la période au point d’atteindre des moyennes très élevées (13 habitants par maison en 1846 contre 8 en 1806).

24Par ailleurs la nuptialité connaît une chute brutale entre 1816 et 1826, alors que les flux migratoires sont les plus importants, et se maintient à ce niveau jusqu’en 1846. Pendant la même période l’âge au mariage a eu tendance à s’élever, au moins jusqu’en 1840.

25Sans mettre en cause pour autant la relation avérée entre les structures démographiques et la nuptialité, on peut se demander dans quelle mesure la détérioration des conditions de logement n’a pas influencé, dans un sens négatif, la propension au mariage.

2) CONDITIONS DE TRAVAIL ET MORTALITE

26La comparaison des taux de mortalité par âge a mis en évidence une recrudescence de la mortalité aux âges adultes entre 1826 et 1846. Cette évolution va à contre-courant du mouvement que l’on observe, à la même époque, en Belgique et en Wallonie où les adultes et les enfants de plus d’un an sont ceux qui ont bénéficié, les premiers, de l’allongement de l’espérance de vie. Par ailleurs, nous avons constaté que les groupes d’âge où les taux de mortalité augmentent sont également ceux où les taux d’activité sont les plus élevés. Dès lors, compte tenu de ce que l’on sait de l’insalubrité du travail en fabrique et de l’accroissement du nombre d’accidents dus aux machines, nous avons émis l’hypothèse d’une relation entre la mortalité des adultes et les conditions de travail.

27Comme la précédente, cette relation ne sera confirmée ou infirmée qu’après une analyse par cohorte de la nuptialité des immigrants d’une part, de la mortalité des ouvriers de l’industrie drapière d’autre part.

***

28L’ensemble des relations que nous venons de rappeler de façon succincte forment un système à la fois cohérent et complet. Cohérent parce qu’il établit entre les variables démographiques un réseau de liaisons stables et constantes. Complet parce qu’il se suffit à lui-même sans être nécessairement fermé à l’action des facteurs exogènes. Le schéma qui met, en quelque sorte, un point final à ce travail montre bien les rapports, tantôt univoques, tantôt réciproques entre les différentes variables. A cet égard, notre système de relations constitue la base d’un modèle de croissance démographique adapté aux conditions de la révolution industrielle. Il a l’ambition de généraliser, autant que faire se peut, les conclusions tirées de l’analyse des structures démographiques de la population verviétoise.

29Certes les étais sont encore fragiles et certaines relations trop ténues mais cette tentative est, à notre connaissance, la première du genre. La richesse des sources démographiques verviétoises et l’efficacité des méthodes de traitement par ordinateur que nous avons mises au point, permettront sans doute, dans un proche avenir, de les assurer davantage.

FIGURE No 1. LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE PENDANT LA REVOLUTION INDUSTRIELLE

FIGURE No 1. LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE PENDANT LA REVOLUTION INDUSTRIELLE

Table des illustrations

Titre FIGURE No 1. LA CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE PENDANT LA REVOLUTION INDUSTRIELLE
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/6147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k

© Presses universitaires de Liège, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search