Version classiqueVersion mobile

Population et révolution industrielle

 | 
Claude Desama

Chapitre IV. Les structures démographiques de la population active

Texte intégral

1Avant d’aborder ce chapitre consacré à la population active, il n’est sans doute pas inutile de préciser que notre propos se limite à l’analyse des structures démographiques.

2Nous n’envisagerons pas ici la répartition de la population selon les statuts sociaux ou encore l’évolution des différentes activités professionnelles liées à la croissance économique. Non que l’ordinateur ne soit en mesure, avec notre méthode, de combiner et d’analyser les variables socio-professionnelles au même titre que les données démographiques : il s’agit, en fait, d’un autre type d’application du système Legia, d’un autre versant de la recherche qui relève de l’histoire sociale et sort de notre propos.

A) Actifs et non-actifs

3La notion même de population active prête à confusion. On entend par là tantôt l’ensemble des individus en âge de travailler, tantôt ceux qui, effectivement, exercent une activité professionnelle ou sont recensés comme tels. Conventionnellement le premier groupe est formé des hommes et des femmes âgés de 15 à 65 ans. Il représente les actifs potentiels tandis que le second groupe comprend les actifs réels. Le solde entre actifs potentiels et actifs réels mesure le niveau du sous-emploi.

  • 1 Statistiques de la population active, 1956-1966, O.C.D.E., p. 6-7, Paris, 1968 - F. Pontanus, La P (...)

4Si ces deux concepts sont généralement bien définis dans les statistiques officielles contemporaines1, il n’en va pas de même au début du 19e siècle. D’abord en ce qui concerne les actifs potentiels. Faut-il préciser qu’il n’existe pas d’âge de la retraite et que celle-ci n’intervient qu’en fonction de facteurs naturels : décès ou incapacité définitive de travail ? Faut-il rappeler en outre que nous connaissons mal le travail des enfants et que celui-ci, de toute façon, échappe au recensement ?

5Si la limite d’âge vers le haut est impossible à fixer sans tomber dans l’arbitraire, nous sommes tenus, en revanche, par les caractéristiques même de la source, à considérer la population active potentielle comme l’ensemble des individus qui comptent 12 ans et plus. Sur le plan des structures démographiques, le groupe des adolescents de 12 à 14 ans représente une catégorie particulière, ni adultes, ni enfants, qu’il convient toutefois de faire intervenir dans le calcul des taux d'activité aux âges adultes.

  • 2 Avant les premiers recensements industriels, il n’existe pas, à notre connaissance, de relevés, pa (...)

6Une deuxième observation concerne la population active réelle. Faute de disposer de statistiques comptabilisant les emplois effectivement occupés2, nous n’avons d’autres ressources que de nous fonder sur les déclarations de profession faites lors du passage de l’agent recenseur. Indépendamment de l'inévitable mobilité professionnelle, il est clair que des biais, impossibles à mesurer, se créent à ce niveau soit parce que la profession déclarée n’est pas toujours celle que l’on exerce au moment du recensement, soit parce que l’on ne révèle pas nécessairement un état de non-activité, soit encore parce que l’on déclare à l’agent recenseur un statut socio-professionnel sans préciser le métier ou la branche d’activité auquel il correspond.

  • 3 Voir notamment E. Helin, Les Codes socio-professionnels.
  • 4 F. Pontanus, op. cit., p. 10 et seq.

7Ce dernier point doit retenir tout particulièrement notre attention car ses implications sur le plan de la statistique socio-professionnelle sont loin d’être négligeables. L’ensemble des actifs potentiels dont la profession n’est pas mentionnée représentent, en fait, 51,4 % de la population adulte en 1806 et 49,5 % en 1846. Il importe donc de désagréger cet ensemble en isolant ceux que l’on peut considérer, de façon certaine, comme les actifs réels. Cette opération est effectuée par l’ordinateur au moyen du code socio-professionnel attribué automatiquement à chaque individu de plus de 12 ans3. La répartition par statuts sociaux permet, en effet, d’établir une distinction objective entre les actifs aux professions mal désignées et ceux que nous définissons comme non-actifs à savoir : les « sans profession », les chômeurs, les retraités, les indigents sans emploi, les mendiants, les hospitalisés, les ménagères, les étudiants, les infirmes et les malades mentaux pour ne citer que les principales catégories. Cette répartition ne procède pas d’un choix arbitraire ; elle est motivée par le souci de rendre nos statistiques comparables, dans le temps et dans l’espace, à celles publiées par les organismes officiels4.

1. REPARTITION PAR STATUTS DES NON-ACTIFS

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 5 La notion de retraité est bien entendu fort vague surtout en 1806. Quant aux indigents, ils n’ont (...)

8Les variations qui, entre 1806 et 1846, affectent certains statuts, tels les indigents ou les retraités, ne doivent pas être interprétées comme on ne sait quel indice de changement social. Il est clair que les retraités de 1806 et les indigents de 1846 ont été recensés sous d’autres statuts mais il ne nous est pas possible, sans tomber dans l’arbitraire, de les affecter à un autre groupe5.

  • 6 On pourrait discuter à perte de vue sur le point de savoir si les ménagères sont ou non des « acti (...)

9Tant en 1806 qu’en 1846, les non-actifs se répartissent en deux grandes catégories : les ménagères6 et les « sans profession » qui représentent près de 95 % de l’ensemble. Les autres causes de non-activité demeurent marginales.

2. LES NON-ACTIFS

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

10A quarante ans d’intervalle l’augmentation du nombre absolu des sans profession a été plus que proportionnelle à celle de la population non-active. En revanche, la proportion des ménagères a décrû de 4,2 % à cause de la diminution du pourcentage des femmes mariées aux âges adultes qui résulte de la baisse de la nuptialité depuis 1820. L’accroissement de la proportion des non-actifs, dans la population en âge de travailler, entre 1806 et 1846, provient exclusivement de l’augmentation du nombre des sans emploi.

3. LA BALANCE D’EMPLOI

statuts

1806

1846

actifs potentiels

7.932

16.620

inactifs (a)

1.905

4.266

sans emploi

750

2.457

actifs réels

5.277

9.897

(a) rappelons que ce groupe comprend les ménagères et les autres catégories d’inactifs (voir supra p. 202).
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

11L’équation entre « sans profession » et « sans emploi » peut paraître abusive si l’on entend par ce concept l’offre globale d’emploi non satisfaite. En fait, cette offre n’est pas mesurable puisque l’on ignore ceux qui, parmi les actifs déclarant une profession, sont effectivement occupés. Les « sans emploi » dont il s’agit constituent la part des demandeurs d’emploi qui n’ont pas encore exercé de profession ; en quelque sorte une réserve stratégique. Pour connaître l’importance du sous-emploi, il faudrait y ajouter ceux des actifs réels « en chômage » à l’époque du recensement mais cette donnée, bien sûr, nous fait défaut.

12Si l’on additionne les « sans emploi » aux actifs réels on obtient le nombre d’actifs disponibles, ce qui permet d’effectuer une première estimation de l’offre d’emploi non satisfaite.

4. TAUX D’ACTIVITE ET OFFRE D’EMPLOI NON SATISFAITE

1806

1846

actifs potentiels

7.932

16.620

actifs disponibles actifs réels

6.027 5.277

12.350 9.897

offre d’emploi (a) non satisfaite

12,4

19,9

taux d’activité (b) générale

49,5

43,3

(a) en % du nombre d’actifs disponibles Image
(b) en % de la population totale Image
Sources : A.V., Registre de population, 1806, 1846.

13Toutes autres choses restant égales, en l’occurrence la proportion de « chômeurs » parmi les actifs réels, l’offre d’emploi non satisfaite a crû de 7,7 % de 1806 à 1846. Malgré une diminution des inactifs (ménagères, infirmes, etc.), le taux d’activité générale a baissé, confirmant l’aggravation du déséquilibre entre l’offre de main-d’œuvre et la demande effective. Sous réserve de vérification, on peut donc émettre l’avis que le mouvement d’immigration vers le pôle verviétois a aggravé, à terme, le déficit de la balance d’emploi.

  • 7 Les étapes de la mécanisation de l’industrie drapière verviétoise ont été décrites supra p. 65 et (...)
  • 8 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 185, 212.

14La première hypothèse qui vient à l’esprit pour expliquer ce phénomène est, bien entendu, la conséquence de la mécanisation de l’industrie drapière7. Dans cette optique, tout se passe comme si l’accroissement du volume de la production avait été insuffisant pour maintenir les taux d’activité à leur niveau antérieur compte tenu des gains de productivité réalisés par l’introduction des machines8.

  • 9 Sur ce sujet voir notamment J. Stassart, Les Avantages et les inconvénients économiques d'une popu (...)

15Toutefois, avant d’aller plus loin dans ce raisonnement, il importe de savoir dans quelle mesure l’augmentation de l’offre d’emploi non satisfaite n’est pas, plus simplement, une conséquence des structures démographiques de la population active disponible. Il existe, en effet, une propension à l’activité différente selon les âges, selon le sexe et selon l’état matrimonial. Cette propension est d’ailleurs fonction de la demande elle-même. Ainsi, par exemple, l’offre de main d’œuvre masculine entre 20 et 60 ans aura-t-elle davantage de chance d’être satisfaite que celle de main-d’œuvre féminine entre 12 et 19 ans, toutes autres choses restant égales9. Il n’est donc pas interdit de penser que la diminution des taux d’activité pourrait résulter d’une inadéquation entre l’offre d’emploi et la demande de main-d’œuvre, résultant des structures démographiques de la population active. A la limite, il est parfaitement concevable qu’une part de la demande ne soit pas couverte alors même que l’offre d’emploi non satisfaite augmenterait.

16Il convient donc, avant tout, de préciser l’impact des transformations démographiques survenues entre 1806 et 1846 dans les trois groupes : les inactifs, les sans-emplois et les actifs réels.

B) Les inactifs

a) LA STRUCTURE DES AGES

17Comme nous l’avons déjà indiqué antérieurement, la catégorie des inactifs comprend les statuts suivants : les retraités, les indigents sans emploi, les mendiants, les reclus, les assistés des institutions civiles ou religieuses, les rentiers, les ménagères, les écoliers et les étudiants, les pensionnaires, les orphelins, les malades incurables, les paralytiques, les infirmes, les faibles d’esprit et les fous. Les inactifs représentent 23,7 % de l’ensemble des actifs potentiels en 1806 et 25,7 % quarante ans plus tard, soit une légère augmentation de 2 %. On peut donc considérer qu’à Verviers, pendant la première moitié du 19e siècle, un adulte sur quatre n’est pas apte ou disponible à l’activité économique.

  • 10 J.C. Toutain, La Population de la France de 1700 à 1759, p. 120-128. - R.M. Reeve, The industrial (...)

18Bien que les comparaisons soient difficiles, en raison de l’absence de toute définition conventionnelle et de la diversité des classifications selon les sources et selon les pays, il apparaît néanmoins que la proportion des inactifs soit relativement peu élevée, notamment par rapport à la France et à l’Angleterre10.

5. STRUCTURE DES AGES DES INACTIFS (en nombres absolus)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

23

21

15-19

60

31

20-24

148

172

25-29

212

334

30-34

237

432

35-39

263

529

40-44

247

508

45-49

156

512

50-54

184

393

55-59

109

382

60-64

112

335

65-69

64

274

70-74

39

161

75-79

20

106

80-84

20

52

85-89

10

16

90-94

1

6

95-99

0

2

total

1905

4266

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

6. LES INACTIFS PAR GROUPES D’AGE (en nombres relatifs)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

1,2

0,5

15-24

10,9

4,6

25-34

23,6

18

35-44

26,8

24,3

45- 54

17,8

21,2

55-64

11,6

16,8

65 et plus

8,1

14,6

total

100

100

19La comparaison des structures d’âge des inactifs en 1806 et 1846 met en lumière des différences très nettes. On observe, en effet, que la structure de 1846 est notablement plus vieille que celle de 1806. Ce vieillissement se marque au-delà de 45 ans et s’accentue au fur et à mesure que l’on monte dans les tranches des âges.

  • 11 Voir supra, p. 140-145.

20La question qui se pose est de savoir si le vieillissement est le reflet, chez les inactifs, de l’évolution générale de la structure des âges11, ou si la propension à l’inactivité dans les groupes d’âge élevé s’est accrue au cours de la période étudiée. Pour y répondre, il nous faut comparer la part relative des inactifs dans chaque groupe, respectivement en 1806 et en 1846. Dans la mesure où ce vieillissement est strictement fonction de celui que l’on observe dans la structure des âges de la population, les taux d’inactivité resteront constants dans chaque groupe d’âge. Au contraire, si l’écart entre ces taux est significatif l’explication devra être cherchée dans la propension à l’inactivité.

7. TAUX D’INACTIVITE PAR GROUPES D’AGE (en %)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

4,4

2,4

15-24

11,4

5

25-34

25,2

23,2

35-44

32,1

33,5

45-54

29,5

39,1

55-64

31,9

42,5

65 et plus

34,1

48,2

total

23,7

25,7

21Trois constatations s’imposent à l’examen du tableau :

221° Les taux bruts d’inactivité, en 1806 et en 1846, atteignent un même niveau, ou peu s’en faut, dans les tranches d’âge de 25 à 44 ans. Leur évolution est étroitement liée aux fluctuations du nombre des ménagères et non à l’accroissement de la propension à l’inactivité.

8. TAUX BRUTS D’INACTIVITE ET PROPORTION DES MENAGERES PAR GROUPES D’AGE (a)

Image

(a) par rapport à la population dans son ensemble.

  • 12 Voir supra, graphique no 2, p. 95, p. 97 et seq. Le taux de nuptialité passe de 9,9 ‰ en 1806 à 6, (...)

232° Les variations des taux d’inactivité entre 12 et 24 ans sont fonction du « vieillissement » de la structure des âges des adolescents (12-14 ans) et de la diminution de la part relative des ménagères après 15 ans. Cette dernière observation est la plus importante. Elle tendrait à démontrer que la chute de la nuptialité12 aurait joué un rôle déterminant dans la baisse des taux d’inactivité chez les jeunes adultes. Cependant, la proportion modeste des femmes mariées dans ce groupe d’âge tant en 1806 qu’en 1846 et l’abaissement de l’âge moyen de la femme au mariage entre ces deux dates rendent très improbable une influence de la chute de la nuptialité sur cette brusque décroissance.

GRAPHIQUE No 1. TAUX D’INACTIVITE PAR AGES (en %)

Image

9. PROPORTION DES MENAGERES PARMI LES INACTIFS DE 15 A 24 ANS (en %)

groupes d’âge

1806

1846

15-19

85

32,2

20-24

93,9

97,1

243° L’augmentation des taux d’inactivité au-delà de 45 ans résulte de deux causes dont l’importance varie selon les groupes d’âge. C’est ainsi qu’entre 45 et 64 ans les taux évoluent en fonction de la proportion des ménagères et l’inactivité due à d’autres motifs que le mariage demeure marginale. A partir de 65 ans, les rapports entre le nombre relatif de ménagères et le taux d’inactivité ne sont plus aussi étroits.

10. PROPORTION DES MENAGERES CHEZ LES INACTIFS APRES 60 ANS (en %)

groupes d’âge

1806

1846

60-64

76,8

94,6

65-69

65,6

91,6

70-74

64,1

80,1

75-79

60

70,8

80 et plus

29

59,2

25En raison même de la faiblesse des effectifs, notamment après 70 ans, la comparaison des pourcentages n’a pas beaucoup de signification. L’important c’est la tendance qu’ils révèlent : à savoir qu’en 1806 l’inactivité liée à l’âge apparaît cinq ans plus tôt qu’en 1846. Il semble donc que la baisse de la mortalité aux âges élevés ait eu pour effet d’accroître la durée de la période d’activité.

26Le graphique no 1 illustre bien ce mouvement et le décalage entre la montée des courbes de la propension à l’inactivité.

27Deux nuances doivent cependant être introduites dans notre propos. La première est que l’allongement de la durée de l’activité ne concerne que des effectifs restreints (moins de 100 personnes en 1846) et qu’elle n’a donc pas eu d’effet sensible sur le marché de l’emploi. La seconde est que la proportion des ménagères est liée à la structure de la population selon le sexe et l’état matrimonial et qu’il faut préciser l’importance de cette relation avant de conclure.

b) LES STRUCTURES SELON LE SEXE ET L'ETAT MATRIMONIAL

  • 13 Ils sont indiqués comme tels dans la liste nominative ce qui élimine l’hypothèse d’une erreur.

28Etant donné la proportion élevée des ménagères parmi les inactifs, on peut s’attendre, sans trop de surprise, à ce que les taux d’inactivité soient supérieurs chez la femme. Précisons, en effet, que les hommes « tenant ménage »13 représentent seulement 0,4 % de l’ensemble des « ménagères » en 1806 et 0,3 % en 1846.

11. TAUX NETS D’INACTIVITE SELON LE SEXE (a)

Image

(a) Par rapport à l’ensemble de la population de 12 ans et plus.
(b) Nombre absolu d’inactifs de 12 ans et plus.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

29A la lecture du tableau no 11, on constate, non seulement que l’inactivité est liée au sexe, mais encore que la part relative des hommes est tout à fait négligeable. Le taux de masculinité générale parmi les inactifs atteint à peine 5 % en 1806 et 4 % en 1846. Cet état de fait a pour conséquence que la structure des âges des femmes inactives reflète très exactement celle de l’ensemble des inactifs. Elle est aussi le décalque quasi parfait de la structure des âges des ménagères.

12. STRUCTURE DES AGES DES INACTIFS SELON LE SEXE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

13. STRUCTURE DES AGES DES FEMMES INACTIVES ET DES MENAGERES (en nombres relatifs)

Image

30La propension à l’inactivité, chez l’homme, s’accroît avec l’âge et n’apparaît comme un phénomène significatif qu’après 60 ans, en 1806, et 70 ans en 1846. Chez la femme, au contraire, l’inactivité est liée quasi exclusivement à son état de ménagère. Moins de 5 % des femmes inactives ne sont pas ménagères, à la seule exception du groupe de plus de 65 ans en 1806, où ce pourcentage est plus élevé.

  • 14 Voir supra, tableau no 21, p. 153.

31La répartition des femmes inactives selon leur état matrimonial et la comparaison de cette structure avec celle des ménagères permet de préciser davantage la relation entre le mariage et l’inactivité et d’en mesurer l’importance par rapport à l’ensemble de la population féminine mariée14.

14. REPARTITION, SELON L’ETAT MATRIMONIAL, DES FEMMES INACTIVES ET DES MENAGERES. a) En nombres absolus

Image

b) En nombres relatifs

Image

32La corrélation stricte entre l’inactivité de la femme et le statut de ménagère se retrouve dans chacun des états matrimoniaux, y compris parmi les célibataires. Ces dernières sont proportionnellement plus nombreuses en 1806 qu’en 1846 tandis que la constatation inverse peut être faite pour les veuves qui, en 1846, représentent le cinquième des femmes inactives et des ménagères.

33L’accroissement de la part relative des veuves est bien entendu la conséquence du vieillissement de la structure des âges. Quant à la diminution de la proportion des célibataires parmi les femmes inactives et les ménagères, elle se circonscrit, en ordre principal, parmi les jeunes adultes comme le montre le tableau no 15. Les jeunes filles entre 15 et 24 ans qui, en 1806, tenaient le ménage de leurs parents représentaient près de la moitié des ménagères célibataires. Quarante ans plus tard, le pourcentage est tombé à 13 %. La première hypothèse que l’on serait tenté de formuler mettrait en cause l’abaissement de l’âge au mariage. Elle est démentie par la structure des âges des ménagères mariées où le groupe de 15 à 24 ans régresse de 2 % par rapport à 1806. Il faut donc conclure, sous bénéfice d’inventaire, que la diminution du nombre relatif des jeunes ménagères célibataires s’est opérée au profit, soit de la catégorie des sans-emplois, soit des actifs proprement dits.

  • 15 Voir supra, tableau no 16, p. 146, tableau no 22, p. 153.

34Si la structure des âges des ménagères mariées traduit le vieillissement de la pyramide de 1846 par rapport à celle de 1806, la répartition des célibataires par groupes d’âge montre le progrès du célibat définitif des femmes lié à la baisse de la nuptialité et à l’accroissement des excédents féminins dûs à l’immigration15.

15. STRUCTURE DES AGES DES MENAGERES CELIBATAIRES ET MARIEES

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

35La relation entre le mariage de la femme et son retrait de la vie active n’a toutefois pas la même ampleur en 1806 qu’en 1846 comme le montre le tableau suivant.

16. TAUX D’INACTIVITE (a) DES FEMMES MARIEES PAR GROUPES D’AGE

groupes d’âge

1806 taux d’inactivité (en %)

1846 taux d’inactivité (en %)

15-24

67,1

73,5

25-34

65,6

77,3

35-44

73,2

79,3

45-54

69,7

81

55-64

75

88,4

65 et plus

70

91,1

total

70

80,7

(a) par rapport à l’ensemble des femmes mariées de 15 ans et plus.

36Le taux net d’inactivité des femmes mariées est nettement plus élevé en 1846 qu’en 1806. Cet écart apparaît à chaque groupe d’âge avec une amplitude particulière entre 25 et 34 ans (± 12 %) d’une part, au-delà de 45 ans (de 12 à 21 %) d’autre part. Les seuls effets du vieillissement de la structure des âges ou de l’évolution de la nuptialité ne peuvent expliquer des différences aussi importantes.

  • 16 A.V., Registres de population, 1806-1846.

37Nous devons bien constater, à quarante ans de distance, que la propension à l’inactivité due au mariage s’est accrue parmi les femmes. La première hypothèse à laquelle on est tenté de se référer est la diminution du travail à domicile qui obligerait la femme à choisir entre le ménage et la fabrique. Cette explication ne résiste pas à l’observation de la statistique socio-professionnelle. On constate, au contraire, qu’entre 1806 et 1846 le pourcentage d’ouvrières à domicile, par rapport à l’ensemble des actives potentielles, est passé de 8,6 % à 12,4 % et que le même accroissement relatif apparaît parmi celles qui sont mariées16.

38L’augmentation sensible de la propension à l’inactivité chez les femmes mariées résulte, selon nous, de la baisse du niveau d’activité au cours de la période. Le taux d’activité générale passe, en effet, de 50,4 % à 43,2 %, entraînant un accroissement de la proportion des sans-emploi et des inactifs.

39Parmi ces derniers, ce sont les femmes mariées et, dans une moindre mesure, les veuves qui ont supporté le poids de la baisse d’activité. L’évolution des structures démographiques de 1806 à 1846 et, plus précisément, la diminution du nombre relatif de femmes mariées au profit des célibataires dans l’ensemble de la population, a atténué l’impact de ce mouvement sur le taux net d’inactivité qui s’accroît seulement de 2 %.

  • 17 Nous partageons, à ce sujet, le point de vue exprimé dans P. Lebrun, op. cit., p. s240, n. 1.

40En conclusion, nous pouvons considérer que les femmes mariées constituent, par excellence, une réserve de main-d’œuvre à laquelle il est fait appel en fonction du niveau général d’activité. L’accroissement plus que proportionnel de l’offre globale d’emplois par rapport à la demande est, pour celles-ci, une cause d’inactivité aussi contraignante que peut l’être l’éducation des enfants ou la pression sociale qui les voue aux tâches ménagères17.

C) Les sans-emploi

a) LA STRUCTURE DES AGES

  • 18 E. Helin, Les Codes socio-professionnels, p. 360 et seq.

41Nous avons défini les sans-emploi en fonction de deux critères : l’absence de profession, qui les distingue des actifs réels, et l’absence de statut qui permet de ne pas les considérer comme des inactifs18.

42Il serait sans doute excessif de prétendre que le contour de cette catégorie est toujours bien circonscrit et que certains inactifs, notamment, ne se déclarent pas « sans profession » plutôt que « ménagère » ou « indigent » pour prendre ces deux exemples. La distinction entre les « sans emploi » ou « sans profession » et les inactifs nous semble capitale pour deux raisons :

  1. Les sans-emploi ne subissent aucune contrainte à caractère social ni aucun handicap physique évident qui les rend inaptes à l’activité. Ils sont donc plus immédiatement disponibles dans le cas d’une augmentation de la demande de main-d’œuvre.
  2. Davantage encore que les ménagères, les sans-emploi forment l’armée de réserve de la croissance économique. L’évolution de leur poids relatif parmi les actifs potentiels constitue, par conséquent, le meilleur baromètre, sinon de la conjoncture économique, tout au moins du marché de l’emploi.

17. STRUCTURE D’AGE DES SANS-EMPLOI (en nombres absolus)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

221

572

15-19

187

915

20-24

70

416

25-29

52

167

30-34

41

60

35-39

22

46

40-44

22

31

45-49

21

22

50-54

22

14

55-59

12

24

60-64

19

32

65-69

22

29

70-74

17

50

75-79

11

40

80-84

10

24

85-89

1

11

90-94

0

4

95-99

0

0

total

750

2457

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

18. SANS-EMPLOI PAR GROUPES D’AGE (en nombres relatifs)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

29,5

23,3

15-24

34,3

54,2

25-34

12,4

9,2

35-44

5,9

3,1

45-54

5,7

1,5

55-64

4,1

2,3

65 et plus

8,1

6,4

total

100

100

43La répartition par âges des sans-emploi révèle une structure extrêmement jeune tant en 1806 qu’en 1846. Respectivement 63,8 % et 77,5 % d’entre eux comptent moins de 24 ans. Le sous-emploi de main-d’œuvre disponible est donc, à l’évidence, un phénomène lié à l’âge de façon plus stricte encore que l’inactivité ne l’était à l’état de femme mariée.

44Le calcul des taux de sous-emploi par groupes d’âge va nous permettre d’éliminer l’influence des structures des âges respectives des populations de 1806 et de 1846. A l’instar des taux d’activité et d’inactivité, le taux de sous-emploi mesure le rapport entre le nombre des sans-emploi et les effectifs des groupes d’âge correspondants.

19. TAUX DE SOUS-EMPLOI PAR GROUPES D’AGE (en %)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

42,1

66,3

15-24

14

32,6

25-34

5,2

6,9

35-44

2,8

2,5

45-54

3,7

1,6

55-64

4,5

3,3

65 et plus

13,5

12,3

total

9,3

14,8

45Si l’on compare ce tableau avec le précédent, on constate que le vieillissement de la structure des âges des adultes en 1846 a atténué les effets de l’accroissement du taux de sous-emploi dans les groupes les plus jeunes (12-24 ans).

46Cette influence est particulièrement manifeste dans la tranche d’âge de 12 à 14 ans dont le poids relatif dans la structure diminue de 1806 à 1846 alors que le taux de sous-emploi s’accroît de quelque 24 %. Quant aux autres groupes d’âge, leur effectif est trop faible pour que l’on puisse commenter valablement les variations, par ailleurs peu importantes, des pourcentages.

  • 19 Voir supra, p. 210 et seq.

47Remarquons toutefois que, si le taux de sous-emploi est faible après 25 ans et marginal au-delà de 35 ans, il a tendance à s’élever à nouveau après 65 ans. Le même phénomène avait déjà été observé à propos des inactifs19 et l’on peut se demander s’il ne s’agit pas d’une sorte de limite naturelle à l’activité.

20. TAUX DE SOUS-EMPLOI CHEZ LES ADULTES DE 50 ANS ET PLUS (en %) (a)

groupes d’âge

1806

1846

50-54

3,6

1,4

55-59

3,6

2,6

60-64

5,2

4,2

65-69

11,2

5

70-74

13,1

14,6

75 et plus

17,6

21,8

ensemble

6,5

5,8

(a) par rapport à l’effectif total des adultes de 50 ans et plus, aux groupes d’âge considérés.

  • 20 Voir supra, tableau no 10, p. 210.

48A la lecture du tableau no 20, on constate qu’au-delà de 65 ans en 1806 et de 70 ans en 1846, le taux de sous-emploi s’élève de façon nette. Même s’il faut manier ces pourcentages avec d’autant plus de prudence que les effectifs absolus sont peu élevés, il n’en reste pas moins vrai que la tendance est indiscutable. Le parallélisme entre l’évolution du taux de sous-emploi et de la propension à l’inactivité chez les adultes20 nous paraît confirmer l’hypothèse d’un âge limite au-delà duquel l’activité baisse de façon significative. Ce seuil se situe entre 65 et 69 ans en 1806, entre 70 et 74 ans en 1846.

49Revenons à présent à l’examen des taux de sous-emploi dans les tranches d’âge les plus jeunes.

21. TAUX DE SOUS-EMPLOI DANS LES GROUPES D’AGE DE DE 12 A 34 ANS (a)

groupes d’âge

1806

1846

12-14

42,1

66,3

15-19

25,2

46

20-24

7,3

19,7

25-29

5,7

9,5

30-34

4,7

3,9

ensemble

14,1

24

(a) par rapport à l’effectif total des groupes d’âge considérés.

50Il apparaît à l’évidence que le phénomène du sous-emploi est surtout le lot des couches les plus jeunes de la population en âge de travailler. Au-delà de 20 ans, en effet, les taux de sous-emploi deviennent plus faibles et s’alignent sur ceux des autres groupes d’âge avant 65 ans.

51S’il existe une sorte d’âge limite après lequel l’activité baisse très nettement, on constate, à l’inverse, qu’un nombre non négligeable de jeunes restent sans emploi avant 20 ans et parfois même, comme en 1846, avant 25 ans. La période de pleine activité s’étend donc de 25 à 70 ans en 1846, de 20 à 65 ans en 1806, soit une durée moyenne de 45 ans. Comment faut-il interpréter ce décalage de 5 ans qui apparaît tant au début qu’à la fin de la vie active ?

  • 21 Voir supra, tableau no 13, p. 144.

52L’évolution favorable de la mortalité entre 1806 et 1846 a eu pour conséquence de provoquer le vieillissement par le haut de la structure des âges en fin de période21. L’allongement de la période d’activité serait donc un effet induit de ce changement.

53En revanche, l’accroissement notable des taux de sous-emploi entre 15 et 19 ans et la persistance d’une proportion encore élevée de sans-emploi dans la tranche d’âge suivante expliquent le recul de 5 ans, en moyenne, du début de la vie active en 1846.

  • 22 Voir supra, tableau no 1, p. 131.
  • 23 Voir supra, tableau no 31, p. 122.

54L’augmentation du sous-emploi est trop importante pour qu’on puisse l’interpréter comme la simple conséquence du rajeunissement de la structure des âges. Celui-ci est d’ailleurs à peine perceptible chez les jeunes adultes entre 15 et 24 ans (+ 0,6 %)22. L’examen des taux par âge (tableau no 19) montre bien que l’accroissement du sous-emploi résulte du déséquilibre créé par l’arrivée sur le marché de l’emploi d’un fort contingent d’immigrés de 1840 à 184623. L’offre de main-d’œuvre s’est manifestement révélée supérieure à la demande d’autant plus que ces nouveaux arrivants sont venus gonfler les classes d’âge où la proportion des sans-emploi était déjà la plus importante. On comprend mieux cette situation lorsqu’on sait que plus de 3000 immigrants se sont installés à Verviers au cours de ces six années et qu’un tiers d’entre eux avait de 12 à 24 ans. Ce déséquilibre du marché de la main-d’œuvre n’a pas eu pour seul effet d’accroître le taux de sous-emploi dans les tranches d’âge les plus jeunes. Il s’est répercuté au sein d’autres catégories (les ménagères notamment) et a provoqué l’augmentation de la propension à l’inactivité que nous avons déjà mise en évidence précédemment.

55Ceci démontre à quel point l’ajustement entre les besoins supposés de main-d’œuvre et l’immigration demeure aléatoire.

b) LA STRUCTURE SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL

56Si la relation entre le sous-emploi et l’âge est établie, il reste à savoir dans quelle mesure elle existe également avec le sexe et l’état matrimonial.

22. STRUCTURE DES SANS-EMPLOI SELON LE SEXE

Image

  • 24 Voir supra, tableau no 16, p. 104.

57Le tableau no 22 laisse apparaître des excédents féminins importants qui ne se modifient guère entre 1806 et 1846. Tout au plus note-t-on une baisse du taux de masculinité qui passe de 74,8 à 69,2, soit une évolution analogue à celle que l’on observe dans la répartition par sexe de la population24.

58Toutefois, le niveau des excédents féminins est nettement plus élevé parmi les sans-emploi que dans l’ensemble de la population et cet écart apparaît dans chacun des groupes d’âge où le nombre de sans-emploi est significatif.

23. TAUX DE MASCULINITE PAR AGE

Image

  • 25 Sur les conséquences démographiques de la conscription, voir supra, p. 148-149.

59La distribution des taux de masculinité par âge se révèlent homogènes tant en 1846 qu’en 1806. On note, cependant, pour cette dernière année, que la tranche d’âge de 15 à 24 ans, chez les sans-emploi, ne se ressent pas du déficit d’hommes constaté dans l’ensemble de la population. Leur répartition par sexe n’a donc pas été influencée par la conscription napoléonienne25.

60Lié à l’âge et au sexe, le sous-emploi se répartit de façon très inégale dans les différents états matrimoniaux.

24. REPARTITION DES SANS-EMPLOI SELON L’ETAT MATRIMONIAL

Image

  • 26 Voir supra, tableau no 20, p. 152.

61Le déséquilibre en faveur des célibataires est particulièrement net en 1846 où leur proportion s’accroît de 15 % par rapport à 1806. Cette progression s’effectue au détriment des mariés et fait du sous-emploi un problème qui devient exclusivement celui des célibataires. Sans doute l’augmentation de leur part relative dans la population entre les deux recensements26 a-t-elle renforcé cette tendance mais elle est loin de l’expliquer entièrement. Le pourcentage des célibataires s’accroît, en effet, de moins d’1 % entre 15 et 24 ans.

  • 27 Voir supra, tableau no 14, p. 213.

62Par contre, si l’on rapproche les résultats du tableau no 23 avec les constatations faites à propos de la répartition des ménagères selon l’état matrimonial en 184627, on peut se demander jusqu’à quel point le transfert des ménagères célibataires entre 15 et 24 ans ne s’est pas opéré au profit de la catégorie des sans-emploi.

63Pour tenter de répondre à cette question, examinons tout d’abord la structure par sexe des sans-emploi célibataires.

25. REPARTITION PAR SEXE ET PAR GROUPES D’AGE DES SANS-EMPLOI CELIBATAIRES (12 à 34 ans)

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 28 Voir supra, tableau no 24, p. 155.

64Le tableau no 25 révèle que, malgré la diminution de la part relative du groupe d’âge de 15 à 24 ans parmi l’ensemble des femmes célibataires en 184628, ce même groupe représente 64,2 % des femmes célibataires sans emploi contre 50,9 % en 1806. Ce constat ne suffit pas cependant à confirmer l’hypothèse du transfert même s’il la rend plausible. Encore faut-il que le déséquilibre entre les taux de sous-emploi par sexe dans ce groupe d’âge suive une évolution analogue.

26. TAUX DE SOUS-EMPLOI (a) PAR SEXE CHEZ LES CELIBATAIRES DE 15 A 24 ANS (en %)

1806

1846

hommes

13,2

25,6

femmes

17,5

45,1

ensemble

14

32,8

(a) rapport entre le nombre de sans-emploi et l’effectif total parmi les célibataires de 15 à 24 ans.

65L’accroissement plus que proportionnel des taux de sous-emploi féminin permet de considérer comme probable le transfert des célibataires « ménagères » parmi les célibataires « sans emploi ». Il s’agirait, dans ce cas, d’un changement de dénomination plutôt que d’une modification de statut et il faut nuancer en conséquence les conclusions que l’on peut tirer de l’augmentation du sous-emploi des jeunes femmes célibataires.

  • 29 Voir supra, tableau no 15, p. 214.

66En tenant compte des modifications intervenues, entre 1806 et 1846, dans la structure des âges des femmes célibataires adultes, on peut évaluer à 80 unités environ le déficit des ménagères célibataires de 15 à 24 ans en 184629. Le transfert vers les sans-emploi justifierait 30 % seulement de l’accroissement supplémentaire du taux de sous-emploi. Sur cette base, nous sommes en mesure de corriger le tableau no 26 et de mettre ainsi en évidence l’augmentation réelle du sous-emploi des jeunes femmes célibataires en 1846.

27. TAUX DE SOUS-EMPLOI PAR SEXE CHEZ LES CELIBATAIRES DE 15 A 24 ANS EN 1846 (en %)

I

II

hommes

25,6

25,6

femmes

45,1

41,9

ensemble

32,8

27,7

I : avant correction (cfr tableau no 26)
II : après correction

67Cette précision apportée, le profil démographique du sous-emploi se dégage de façon très nette. Il comporte trois traits essentiels :

  1. Le sous-emploi est lié à l’âge. Ce sont, en effet, les plus jeunes parmi les actifs potentiels qui n’exercent pas de profession. Les taux de sous-emploi sont très élevés entre 12 et 19 ans, diminuent de façon constante avant 30 ans et deviennent négligeables au-delà. Le sous-emploi s’accroît à nouveau à partir de 65 ans en 1806 et 70 ans en 1846 mais les effectifs absolus sont faibles.
  2. Le sous-emploi est lié au sexe. A un degré moindre que la propension à l’inactivité, le sous-emploi affecte davantage les femmes que les hommes. Les taux de masculinité sont faibles aux différents groupes d’âge, révélant des excédents féminins très supérieurs à ceux de la population dans son ensemble.
  3. Le sous-emploi est lié au célibat. Cette relation, déjà évidente en 1806, apparaît comme quasi exclusive en 1846 où plus de 90 % des sans-emploi sont célibataires.

68Ces caractéristiques ne se superposent pas. Elles se confondent pour donner une image claire de la catégorie des sans-emploi : des jeunes célibataires à nette prédominance féminine.

  • 30 Voir supra, tableau no 46, p. 186.

69L’accroissement du taux du sous-emploi entre 1806 et 1846 est le résultat non seulement du volume de l’immigration, mais aussi de sa structure. L’importance des flux migratoires a, selon toute vraisemblance, entraîné un déséquilibre entre l’offre et la demande sur le marché de l’emploi. Cependant, le fait que les immigrants sont surtout des jeunes célibataires où l’élément féminin domine30, n’a pas peu contribué à augmenter les taux de sous-emploi. La probabilité de voir les immigrants renforcer « l’armée de réserve » est, en effet, d’autant plus grande qu’ils forment une structure démographique où la propension au sous-emploi est la plus élevée.

70En conclusion, on peut considérer que les mouvements d’immigration, auxquels la croissance verviétoise est largement redevable, ont eu un effet défavorable sur la population active. Par leur volume, mais aussi par la structure démographique des immigrants, ils ont entraîné un accroissement de la proportion des inactifs et du niveau du sous-emploi.

D) Les actifs

  • 31 Voir supra, p. 201-202.

71Nous ne reviendrons pas sur les définitions de la population active que nous avons données antérieurement31. Rappelons, une fois pour toutes, que les actifs, dont il sera à présent question, sont les actifs réels recencés comme tels dans les listes nominatives de 1806 et 1846. Nous examinerons successivement les taux d’activité selon l’âge, le sexe et l’état matrimonial, la répartition de la population active par secteurs et branches d’activité, enfin les structures démographiques des travailleurs de l’industrie textile qui occupe plus de 60 % de la main-d’œuvre.

a) POPULATION ACTIVE ET TAUX D’ACTIVITE

72Le taux d’activité est le rapport entre le nombre d’actifs et le chiffre de la population. La question qui se pose est de savoir à quelle population nous allons rapporter le nombre d’actifs. En nous basant sur le nombre total des habitants, nous pouvons déterminer le taux d’activité générale tel qu’il est établi dans les statistiques contemporaines. Il présente toutefois les mêmes inconvénients que les taux de natalité et de mortalité dans la mesure où il est influencé par la structure des âges et, particulièrement, par le poids relatif des enfants et des vieillards. Plus ceux-ci seront nombreux, proportionnellement, dans la population, moins le taux d’activité générale sera représentatif du niveau de l’emploi. Le problème des personnes âgées ne se pose pas en cette première moitié du 19e siècle car leur activité ne cesse qu’avec la mort ou en raison d’une inaptitude physique ou mentale définitive qui les range parmi les inactifs. Ce sont, en fait, les enfants de moins de quinze ans qui déterminent le contour de la population de référence et donc le poids du dénominateur.

73Si l’on exclut les enfants de moins de quinze ans pour s’en tenir à la population adulte, on efface de la statistique les adolescents de 12 à 14 ans employés dans l’industrie et les services. Par contre si l’on rapporte ces mêmes adolescents actifs à l’ensemble de la population de moins de quinze ans, le taux d’activité perdra toute signification puisque le dénominateur comportera une majorité d’enfants que leur jeune âge exclut d’office du marché de l’emploi. Afin de pallier cet inconvénient, nous avons choisi de diviser le nombre d’actifs réels par le nombre d’actifs potentiels tels que nous les avons définis au début de ce chapitre. Les taux d’activité ainsi calculés seront identiques aux taux d’activité générale pour tous les groupes d’âge adultes, y compris ceux de 65 ans et plus. La seule différence concerne les enfants et adolescents de moins de quinze ans où le nombre d’actifs sera rapporté à la population de 12 à 14 ans.

28. STRUCTURE DES AGES DE LA POPULATION ACTIVE SELON LE SEXE. a) nombres absolus

Image

b) Nombre relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 32 Cette constatation est à mettre en rapport avec ce que nous avons dit précédemment de l’inactivité (...)

74La structure des âges de la population active n’offre aucune surprise. Tant en 1806 qu’en 1846, on observe que 90 % des actifs ont entre 15 et 64 ans et que les deux tiers environ comptent moins de 45 ans. On peut donc considérer que le travail des enfants et celui des adultes âgés de plus de 65 ans demeure marginal32. Pour le reste on aperçoit, chez les femmes comme chez les hommes, le reflet des caractéristiques relevées dans la structure des âges de l’ensemble de la population. C’est ainsi qu’en 1806 les actifs masculins de 25 à 34 ans sont, proportionnellement, plus nombreux que ceux de 15 à 24 ans, conséquence, comme nous l’avons vu, de la conscription napoléonienne. La situation inverse prévaut chez les femmes actives non seulement en 1806 mais aussi en 1846, quoique la part relative des jeunes femmes de 15 à 24 ans soit moins importante en fin de période qu’au début du siècle. Un dernier point est à mettre en évidence : le vieillissement de la structure des âges entre 1806 et 1846 ne se remarque pas au niveau de la population active. L’explication se trouve bien entendu dans la forte concentration des actifs au sein des groupes d’âge (15 à 54 ans) où ce phénomène de vieillissement n’exerce aucune influence.

  • 33 Voir supra, p. 143-144.
  • 34 Voir supra, tableau no 38, p. 237.

75Au début de ce chapitre, parlant des non-actifs, nous avons mis en évidence la baisse du taux d’activité générale en nous interrogeant sur le point de savoir si cette évolution n’était pas provoquée par le rajeunissement à la base et, surtout, le vieillissement au sommet de la structure des âges33. L’examen de la pyramide de la population active34 indique que les changements ne devraient pas avoir exercé d’influence sur le niveau de l’activité générale, tant la part relative des jeunes et des vieux, parmi les actifs, est faible. Le calcul des taux d’activité par âge et selon le sexe en apporte une confirmation décisive.

29. TAUX D’ACTIVITE PAR AGE ET SELON LE SEXE

Image

76La diminution du taux d’activité de 1806 à 1846 n’est pas un phénomène général. Relativement faible chez les hommes, elle se circonscrit avant tout au niveau de la population féminine et, plus particulièrement, dans les groupes d’âges au-dessous de 24 ans et au-dessus de 45 ans. Si le taux d’activité féminine décroît de 9 % entre les deux recensements, il connaît une chute de 25 % dans la tranche d’âge de 15 à 24 ans et une baisse de 10 à 15 % en moyenne entre 45 et 64 ans. Quant à l’évolution des taux au-deçà de 14 ans et au-delà de 65 ans, elle ne revêt guère de signification dans la mesure où les effectifs de ces classes d’âge sont réduits et où leur importance relative dans la structure des âges est marginale.

  • 35 Voir supra, tableau no 16, p. 146.

77Revenons un instant à la légère diminution du taux d’activité masculine pour souligner qu’elle résulte quasi exclusivement de celle (— 11,6 %) enregistrée dans le groupe d’âge de 15 à 24 ans. Serait-ce une exception au diagnostic que nous venons de poser tendant à limiter à la seule population féminine l’évolution défavorable du niveau d’activité ? Sauf erreur, nous considérons que cette décroissance du taux entre 1806 et 1846 provient davantage d’une surestimation de l’activité lors du premier recensement que d’un mouvement de baisse qui ne se reflète d’ailleurs dans aucun autre groupe d’âge adulte. Cette surestimation est liée au phénomène de la « classe creuse » qui, en 1806, affecte la tranche de 15 à 24 ans35. Il a pour effet d’abaisser la valeur du dénominateur et donc celle du rapport, toutes autres choses restant égales, notamment le nombre d’actifs. La conscription impériale a eu comme conséquence non de diminuer la proportion des jeunes adultes actifs mais d’éviter, à une part notable d’entre eux (10 à 15 %), de grossir les rangs des sans-emploi. La baisse du taux enregistrée en 1846, n’a, dès lors, aucune signification en soi.

  • 36 Voir supra, p. 207 et p. 217.

78Si l’observation des taux d’activité par âge et selon le sexe confirme ce que nous avait révélé l’analyse du sous-emploi et de l’inactivité36, il reste à examiner la répartition de la population active selon l’état matrimonial. Nous saurons ainsi dans quelle mesure l’évolution défavorable de l’activité est liée à l’augmentation du célibat chez les jeunes femmes et à l’accroissement de la proportion de mariées après 25 ans.

30. STRUCTURE DE LA POPULATION ACTIVE SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 37 Voir supra, tableau no 21, p. 153.

79Par rapport à la répartition des adultes selon le sexe et l’état matrimonial37, la structure de la population active présente des différences très accusées. Ainsi les femmes, qui sont majoritaires dans chaque état matrimonial de la population, sont largement minorisées chez les actifs. Le fait est particulièrement manifeste dans le groupe des mariés où les femmes ne représentent que 22 % en 1806 et 16,5 % en 1846 contre 50,8 % dans l’ensemble de la population mariée. Il en va de même pour les veuves dont la proportion diminue de moitié en 1846 (32,1 % contre 67,4 %). En revanche, le rapport de masculinité est à peine inversé parmi les célibataires.

80Ainsi se trouvent confirmées les conclusions que nous avons tirées de l’analyse des structures démographiques des inactifs. Le mariage, et son corollaire le veuvage, sont bien les facteurs déterminants de l’inactivité féminine. Leur effet sur la propension à l’inactivité est d’autant plus accusé que l’offre globale d’emploi non satisfaite est élevée. La même constatation peut être faite à propos de la tendance au sous-emploi des jeunes femmes célibataires.

31. TAUX D’ACTIVITE SELON L’ETAT MATRIMONIAL

Image

81On observe, en effet, dans le tableau no 31 une baisse sensible du taux d’activité des femmes célibataires qui ne se reflétait pas dans la structure selon l’état matrimonial de la population active. Ce paradoxe apparent s’explique par l’augmentation de la proportion de ces femmes célibataires dans la population de 1846, augmentation qui compense très exactement les effets de la décroissance du taux d’activité. Rappelons à ce propos que la propension au sous-emploi est un phénomène lié quasi exclusivement à l’état de célibataire et, dans une très large mesure, aux célibataires du sexe féminin. L’évolution du taux d’activité dans cette catégorie avère donc notre hypothèse.

82En conclusion, l’analyse conjointe des taux d’activité et des structures démographiques met en évidence deux relations fondamentales entre l’immigration et le niveau de l’activité :

  1. L’immigration induit la croissance, en valeur absolue, de la population adulte qui, à son tour, entraîne une augmentation de l’offre d’emploi plus que proportionnelle à la demande globale de main-d’œuvre.
  2. Les modifications de la structure de la population résultant de l’immigration provoquent dans le contexte d’une offre d’emploi excédentaire, une accentuation de la propension à l’inactivité des ménagères, mariées ou veuves, et un accroissement des taux de sous-emploi des jeunes femmes célibataires.

83Les flux migratoires qui se développent en direction de Verviers, entre 1816 et 1846, ont sans doute couvert les besoins de main-d’œuvre inhérents à l’industrialisation. Cependant ils ont eu surtout pour conséquence d’accroître les effectifs d’une « armée de réserve », principalement féminine, non seulement par le volume de l’immigration elle-même mais encore par les caractéristiques démographiques des immigrants.

b) SECTEURS ET BRANCHES D’ACTIVITE

84La population active est un ensemble que l’on peut désagréger de diverses manières. Pour notre part, nous nous en tiendrons à deux modes de répartition : les secteurs économiques et les branches d’activité.

  • 38 J. Fourastie, Le Progrès technique et les activités économiques dans Revue Economique, 1966.
    F. Pon (...)
  • 39 E. Helin, Les Codes socio-professionnels.

85Nous n’aborderons pas ici les controverses relatives à la division de la population en trois, quatre, cinq secteurs ou davantage38. Ce qui nous importe est d’obtenir une répartition des actifs qui mette en évidence les structures professionnelles de la population en termes suffisamment généraux pour permettre les comparaisons éventuelles et assez précis pour ne pas confondre ce qui ne peut l’être. Le code socio-professionnel, conçu par E. Hélin et que nous avons contribué à mettre au point, répond pleinement à nos desiderata. Pour sa description, nous renvoyons le lecteur à l’article consacré à ce sujet39. La division par secteurs est celle, classique, de Colin Clark qui distingue les secteurs primaire (agriculture), secondaire (industrie) et tertiaire (services). A ceux-ci nous ajoutons une catégorie inhabituelle mais rendue indispensable par l’imprécision, toute relative, de nos données : celle des « activités mal désignées ».

32. REPARTITION DE LA POPULATION ACTIVE PAR SECTEURS

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

86Comme on peut le constater à l’examen du tableau no 32, le secteur secondaire est très largement dominant au sein de la population active. Il représente à lui seul près des deux tiers des actifs, contre 10 à 15 % seulement pour le secteur tertiaire et moins d’1 % pour l’agriculture. On ne trouvera pas matière à surprise dans cette répartition étant donné le caractère industriel, et même mono-industriel, de l’économie verviétoise. En revanche, la comparaison entre la distribution de 1806 et celle de 1846 suscite quelques remarques :

871° Un actif sur quatre en 1806 et un sur six en 1846 ont une activité peu ou mal spécifiée. Il s’agit d’un contingent non négligeable, susceptible de rendre caduque la répartition de la population s’il n’était principalement composé de « journaliers ». Davantage qu’un fourre-tout aux contours imprécis, la catégorie d’« activités mal désignées » est, au contraire, relativement bien définie et, comme telle, justifiable d’une analyse particulière, tout au moins sa composante principale.

  • 40 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 223.

882° La diminution de la part relative du groupe des « activités mal désignées », entre 1806 et 1846, reflète fidèlement celle de la proportion de « journaliers » au sein de la population active. Comme le suggère Pierre Lebrun, il est possible que cette décroissance provienne soit de la réduction des engagements à la journée dans l’industrie, soit de la multiplication des emplois qualifiés à cause de l’industrialisation et de l’organisation systématique de la production40. Plus la division du travail s’accentue, plus la nomenclature des professions se précise.

893° A l’appui de cette thèse, on note que le secteur secondaire augmente de près de 8 %, absorbant ainsi l’essentiel de la perte subie par les « journaliers ». Il ne s’agirait donc pas d’une croissance à proprement parler mais d’une spécification plus grande des activités, notamment dans l’industrie textile.

904° Profitant lui aussi du recul de la catégorie des « activités mal désignées », le secteur tertiaire accroît sa part relative de 3,3 %. Est-ce à dire que nous nous trouvons, là aussi, en face d’une qualification plus poussée ou d’une nomenclature plus précise qu’en 1806 ? Sous bénéfice d’inventaire, une telle explication paraît peu probable, d’abord parce que les activités de service employaient sans doute assez peu de journaliers, ensuite parce que le secteur tertiaire est, de tout temps, celui où les qualifications sont les moins définies et où la terminologie professionnelle est aussi la plus vague. Dans ce cas l’explication la plus vraisemblable est celle d’une croissance légère mais réelle des activités liées à ce secteur sans que l’on doive nécessairement faire référence à un mouvement de « tertiarisation ». Notons au passage, mais nous y reviendrons, que l’augmentation même faible du secteur tertiaire n’a pu se faire qu’au détriment du secondaire. En effet si l’on considère, par hypothèse, que les journaliers sont des travailleurs industriels et si l’on ajoute leur effectif à ceux du secteur secondaire, on constate qu’en 1846 les activités liées à l’industrie ont régressé de 3,9 %.

915° Un dernier mot enfin pour souligner le caractère quasi inexistant de l’agriculture sur le territoire de la ville de Verviers. Encore faut-il préciser que, dans le secteur primaire, sont également compris les horticulteurs, les sylviculteurs et les éleveurs. Les surfaces occupées par les terres agricoles confirment le caractère marginal de cette activité. Dans un relevé adressé en juillet 1817 à la direction des contributions directes, l’administration communale de Verviers, déclare les surfaces suivantes :

92terres labourables - 13 ha, 12 a

93prairies et vergers - 269 ha

94jardins - 15 ha, 87 a

95bois et forêts - 4 ha, 33 a

  • 41 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830) dans B.S.V.A.H., t. 7,1906, p. 144-145.

96terres incultes - 7 ha, 51 a41

97La part de l’agriculture et des professions connexes est trop insignifiante pour que l’on doive pousser davantage l’analyse. Il n’en va pas de même des autres secteurs que nous allons examiner séparément.

1) Les activités « mal désignées »

98Nous avons regroupé dans cette catégorie les actifs dont le métier ou le statut professionnel, tel qu’il figure dans le recensement, ne permet pas de les agréger avec certitude à l’une des branches d’activité du code socio-professionnel. Ainsi en va-t-il des individus qui se déclarent « ouvriers », « manœuvres », « journaliers », « contremaîtres », « employés », « chefs d’entreprise », « patrons », « apprentis », sans préciser davantage dans quelle branche ou dans quelle industrie ils exercent leur métier.

33. ACTIVITES « MAL DESIGNEES »

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

99Par sa nature même la catégorie des activités « mal désignées » constitue un ensemble hétérogène qui resterait sans doute résiduel s’il ne comprenait les journaliers. Ceux-ci mis à part, les actifs « mal désignés » représentent à peine 5 % de la population active en 1806 et 5,7 % en 1846. On y trouve des patrons, des contremaîtres, des manœuvres, des ouvriers et des employés que seuls des déclarations imprécises ou le manque de curiosité de l’agent recenseur empêchent de classer dans leurs branches d’activité respectives, c’est-à-dire, pour la plupart d’entre eux, l’industrie textile. Si l’augmentation du nombre relatif de contremaîtres, de manœuvres et d’employés peut être considérée comme un reflet de l’industrialisation croissante de la production, il n’en reste pas moins vrai que leur part dans la population active demeure très faible (respectivement 0,7 %, 1,9 % et 1,3 % en 1846). Désagréger des effectifs aussi réduits selon les variables démographiques aboutirait à des résultats dépourvus de toute signification. Il n’en va pas de même pour les journaliers qui représentent 21,6 % de la population active en 1806 et 10 % en 1846, malgré leur régression.

  • 42 P. Lebrun, op. cit., p. 223, n. 2.

100Ces journaliers forment une catégorie socio-professionnelle qui apparaît régulièrement dans l’histoire économique sans que l’on puisse toujours la définir avec précision42.

  • 43 ibidem.

101Tantôt ce terme fait référence aux migrants alternants ou périodiques qui s’en viennent travailler « leur(s) journée(s) » en fabrique puis s’en retournent, tantôt il désigne une main-d’œuvre sédentaire, engagée « à la journée », et que l’on suppose, par là même, peu qualifiée43. C’est bien, évidemment, cette seconde définition que nous retiendrons puisque les listes nominatives ne consignent que les actifs résidant à Verviers. Reste à savoir dans quelle mesure les journaliers sont surtout le produit d’une organisation du travail à un stade donné de l’évolution économique ou, plus simplement, une main-d’œuvre non qualifiée dont le mode d’utilisation, « à la journée », les situe à la limite de la non-activité. L’analyse des structures démographiques va nous permettre de choisir entre ces deux hypothèses.

34. STRUCTURE DES AGES DES JOURNALIERS SELON LE SEXE. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 44 Voir supra, p. 146.
  • 45 Voir supra, p. 217 et p. 227.

102La comparaison de la structure des âges des journaliers avec celle de la population active met en évidence la proportion plus élevée de jeunes adultes de moins de 25 ans. Ceux-ci représentent, en effet, plus de 50 % des effectifs sauf parmi les journaliers du sexe masculin en 1806. Cette exception n’a rien de surprenant dans la mesure où elle s’observe également dans la population active avec plus d’ampleur encore. Rappelons, une fois de plus, qu’elle résulte du phénomène de « classe creuse », lié à la conscription qui affecte le groupe d’âge de 15 à 24 ans44. Pour le reste, on ne note pas de différences importantes entre les structures de 1806 et de 1846 pas plus, d’ailleurs, qu’entre celles des hommes et des femmes. Si les journaliers se définissent sans conteste par leur jeune âge, ils ne présentent pas cependant de caractéristiques particulières sur le plan des rapports de masculinité. Contrairement aux inactifs et, à un degré moindre, aux sans-emploi45, le statut de journalier n’est pas réservé aux femmes. Bien mieux, il concerne même davantage les adultes du sexe masculin si l’on fait abstraction du groupe de 15 à 24 ans en 1806.

35. TAUX DE MASCULINITE PAR AGES CHEZ LES JOURNALIERS

groupes d’âge

1806

1846

15-24

85,7

106,9

25-34

126,7

114,8

35-44

156,6

118,2

45-54

139,6

62,8

55-64

82,9

100

ensemble

112

106,4

103Les effectifs réduits des groupes d’âge supérieurs à 35 ans doivent inciter à la prudence dans l’interprétation des taux de masculinité. Pour nous en tenir à l’essentiel, bornons-nous à constater que les taux sont nettement plus élevés en 1806 qu’en 1846. La part relative des femmes tendrait donc à s’accroître tout en demeurant inférieure à celle des hommes. Il est probable que cette tendance trouve son origine dans les mouvements migratoires à forte densité féminine qui se sont développés en direction de Verviers entre 1816 et 1846. Cette hypothèse est d’autant plus vraisemblable que la proportion d’immigrés parmi les journaliers s’accroît en 1846. A cette date, 49,1 % d’entre eux sont originaires d’une autre commune que Verviers contre 31,2 % au début du siècle. Par ailleurs, le rapport entre les sexes des journaliers immigrés s’inverse, en fin de période, dans les classes d’âge où les effectifs sont les plus élevés. C’est ainsi que le taux de masculinité entre 15 et 24 ans tombe à 93,2 et à 82,8 dans le groupe d’âge suivant (25 à 34 ans).

104L’influence des mouvements migratoires sur la « féminisation » des journaliers et, comme nous l’avons vu antérieurement, sur l’accroissement des taux de sous-emploi n’implique pas une répartition différentielle des actifs selon leur provenance. Autrement dit, la part relative des immigrés n’augmente pas de façon plus que proportionnelle dans les catégories les moins favorisées.

36. PROPORTION D’IMMIGRES PARMI LES SANS-EMPLOI ET LES JOURNALIERS (en %)

statuts

1806

1846

actifs potentiels (a)

35,9

49,3

sans-emploi

21,6

27,1

journaliers

31,2

49,1

(a) pour rappel : les adultes de 12 ans et plus.

105Tout au plus observe-t-on que la progression du pourcentage est un peu plus forte que parmi les actifs potentiels ; en revanche, elle est nettement moindre dans le groupe des sans-emploi.

106Nous avions déjà constaté précédemment que les immigrés ne formaient aucun isolat à caractère démographique ni sur le plan de l’âge, ni sur celui de la répartition selon le sexe ou l’état matrimonial. Sans anticiper sur l’examen des structures dans le secteur tertiaire et dans l’industrie textile, nous pouvons remarquer d’ores et déjà que la même conclusion peut être tirée au niveau de la population active.

  • 46 Voir supra, p. 172.

107Le fait qu’il n’apparaît pas de concentration plus forte d’immigrés dans les catégories comme les sans-emploi ou les journaliers s’explique par les caractères mêmes de l’immigration tant en matière de provenance qu’en matière de qualification professionnelle. Plus de la moitié des migrants venaient des autres communes de l’agglomération et de la région économique46 pour exercer, à Verviers, la même activité dans d’autres conditions. Sur le marché de l’emploi rien ne les distingue des Verviétois d’origine.

108Définis par le jeune âge, avec un taux de masculinité normal, les journaliers se répartissent de façon inégale selon l’état matrimonial.

37. REPARTITION DES JOURNALIERS SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

109Du tableau no 37 il ressort à l’évidence que les journaliers sont d’abord et avant tout des célibataires. Cette discrimination selon l’état matrimonial est, bien entendu, une conséquence de la structure des âges mais en partie seulement comme le montre la comparaison des taux de célibat entre 15 et 34 ans chez les journaliers et parmi la population active.

38. TAUX DE CELIBAT DES JOURNALIERS ET DE LA POPULATION ACTIVE ENTRE 15 ET 34 ANS

1806

1846

journaliers

77,8

86,8

population active

70,8

75,6

  • 47 P. Lebrun, op. cit., p. 223.

110Tant en 1806 qu’en 1846, la part relative des célibataires est plus grande dans la catégorie des journaliers, en dehors de l’influence de la structure des âges. Une proportion plus élevée de jeunes adultes ne fait que renforcer cette tendance et explique que le phénomène soit plus accusé encore en 1846 qu’au début du siècle. L’importance même des mouvements migratoires et surtout la structure démographique des immigrants ont donc constitué un frein à la régression du nombre de journaliers que la nouvelle organisation de la production avait entraînée47.

111En conclusion, on peut considérer que les journaliers à l’instar des sans-emploi, sont avant tout des jeunes célibataires entre 15 et 24 ans. Toutefois la majorité d’entre eux est du sexe masculin, principalement en 1806. L’évolution de la structure démographique des journaliers entre 1806 et 1846 est marquée par le triple accroissement relatif et conjoint des jeunes, des célibataires et des femmes. Elle traduit, selon nous, un changement dans leur rôle socio-économique ou, plus précisément, une accentuation du caractère de main-d’œuvre de réserve qu’atteste d’ailleurs leur décroissance au sein de la population active.

112En 1806 la structure démographique des journaliers est différente de celle des sans-emploi, même si l’on y trouve également une forte proportion de jeunes. Par ailleurs, le pourcentage d’hommes mariés est loin d’être négligeable. Les journaliers du début du siècle constituent certes une main-d’œuvre peu qualifiée mais intégrée dans la population active dont ils possèdent les traits démographiques. Sur le plan économique ils remplissent une fonction, le travail « à journée », propre à un stade donné de l’organisation de la production. L’industrialisation a modifié cette fonction dans la mesure où elle développe la division du travail et la spécialisation des ouvriers.

113Par voie de conséquence, la catégorie des journaliers change aussi de nature. Elle garde son caractère de main-d’œuvre peu qualifiée mais l’appareil de production, à cause de son organisation même, n’y fait plus appel qu’en cas de besoin et pour un temps limité. Les journaliers se situent dès lors à la frontière des actifs réels et des sans-emploi, tantôt l’un, tantôt l’autre suivant les aléas de la conjoncture. L’évolution de leurs structures démographiques confirme cette hypothèse dans la mesure où elles s’écartent des caractères propres à la population active pour adopter davantage les traits distinctifs des sans-emploi.

114Il ne nous paraît pas excessif de conclure que les journaliers, en 1846, constituent moins une catégorie d’actifs non qualifiés que le premier bataillon de l’armée de réserve de l’industrie drapière.

2) Le secteur tertiaire

  • 48 E. Helin, Les Codes socio-professionnels, p. 366.

115Le secteur tertiaire est formé de l’ensemble des activités qui ne relèvent ni de l’agriculture ni de l’industrie. Il comprend le transport, le commerce, les services privés, les professions libérales et les services publics que nous avons rassemblés selon les subdivisions du code socio-professionnel48.

39. REPARTITION DU SECTEUR TERTIAIRE PAR BRANCHES D’ACTIVITE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

116Malgré les regroupements effectués, les nombres absolus restent modestes, notamment en 1806. Cet inconvénient, joint au caractère hétérogène du secteur et de chacune de ses branches, contribue à rendre peu significative une désagrégation démographique. C’est pourquoi il nous a paru intéressant de compléter l’analyse du secteur tertiaire en tant que tel par celle des statuts sociaux ou professionnels qui couvrent une part importante des branches d’activité du secteur. Cette remarque vaut, bien entendu, pour les groupes « transport - commerce » et « professions libérales - services privés » car l’effectif des services publics est insuffisant en 1806 pour permettre une étude comparative valable. Précisons d’ailleurs, à propos des actifs des services publics, que l’augmentation de leurs nombres absolu et relatif est due essentiellement à deux catégories professionnelles : le personnel enseignant et les fonctionnaires des douanes. Pour la petite histoire... des listes nominatives, nous ajouterons que le commissaire de police disposait de cinq policiers sous ses ordres.

117Dans la branche d’activité des transports, aucune profession ou statut social n’offre des effectifs suffisants pour justifier un examen des structures démographiques. Il en va de même des professions libérales et des services « privés » à l’exception des domestiques considérés comme catégorie sociale.

118Enfin, dans le commerce, un groupe se distingue nettement, celui des « petits » commerçants.

40. PART RELATIVE DES DOMESTIQUES ET DES COMMERÇANTS DANS LEUR BRANCHE D’ACTIVITE RESPECTIVE

Image

(a) par rapport à l’effectif total de la branche d’activité.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

119La diminution de la part relative des commerçants, dans la branche d’activité « transport - commerce », entre 1806 et 1846, ne reflète pas de modification quelconque intervenue dans la structure commerciale. Elle provient exclusivement de l’accroissement de la proportion des activités liées au transport qui représentent, en 1846, 34 % de la branche contre 20 % seulement au début du siècle. Cette progression affecte les transports par homme comme par cheval mais bénéficie de l’apparition des métiers du chemin de fer (chef de station, garde-convoi, conducteur de machine). Ces derniers sont au nombre de 48, soit 8,4 % du groupe « transport - commerce ».

41. STRUCTURE DES AGES DANS LE SECTEUR TERTIAIRE. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

120La comparaison entre la structure des âges du secteur tertiaire et celle des deux principales catégories socio-professionnelles qui le composent montre bien son caractère hétérogène. Ni les domestiques, ni les commerçants n’ont une structure proche de celle du secteur mais, en outre, leur répartition par âge diffère très profondément. Plus de 65 % des domestiques en 1806 et de 70 % en 1846 ont moins de 35 ans tandis que 12 à 15 % d’entre eux à peine comptent plus de 45 ans. Nous sommes donc en présence d’une sous-population de jeunes adultes qui n’est pas sans rappeler celle des sans-emploi et des journaliers. A l’inverse les commerçants révèlent une structure des âges plutôt vieille dans laquelle les adultes de moins de 34 ans ne représentent que 24 % en 1806 et 27 % en 1846. Le groupe d’âge dont la proportion est la plus élevée est celui de 35 à 44 ans tandis que 45 % de commerçants comptent plus de 45 ans au début du siècle comme en fin de période. Si le léger rajeunissement de la structure des âges de la population active a renforcé la tendance chez les domestiques, il n’a rien modifié dans celle des commerçants en raison de l’effet contraire créé par le vieillissement au sommet de la pyramide des âges de la population.

  • 49 D’après le tableau no 28, p. 225.

121Quant à la structure des âges du secteur tertiaire, elle apparaît plus vieille que celle de la population active. L’écart est particulièrement net dans le groupe d’âge de 15 à 45 ans dont la part relative dans le secteur tertiaire varie de 16,5 % à 19 % entre 1806 et 1846 tandis que, dans la population active, ces pourcentages sont respectivement de 25,9 % et de 25,7 %49. On note un léger rajeunissement de la structure des âges en 1846 mais la proportion des jeunes adultes y demeure nettement inférieure à celle que l’on enregistre dans la population active.

122Examinons à présent la répartition selon le sexe et l’état matrimonial, en observant, plus particulièrement la catégorie des domestiques.

42. REPARTITION DES ACTIFS SELON LE SEXE DANS LE SECTEUR TERTIAIRE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 50 Voir supra, p. 243 et seq.

123Le tableau no 42 révèle des répartitions selon le sexe aussi contrastées que pouvaient l’être les structures d’âge. Comme nous nous y attendions, la proportion élevée de jeunes adultes chez les domestiques s’accompagne d’un déséquilibre très accentué entre les sexes. Plus de 85 % d’entre eux en 1806 et 77,5 % en 1846 sont des femmes. La situation inverse prévaut parmi les commerçants où les hommes représentent 60 % du total au début du siècle contre 80 % quarante ans plus tard. Les effectifs réduits que laisse apparaître la répartition des domestiques et des commerçants, par âge et selon le sexe, ne permettent pas de calculer des taux de masculinité par âge significatifs. Néanmoins on peut constater, à l’examen des tableaux détaillés50, que cet accroissement de la part relative des hommes s’opère, dans chacun des deux cas, au niveau de la tranche d’âge de 30 à 39 ans.

124En ce qui concerne le secteur tertiaire dans son ensemble le rapport entre les sexes est exactement le même en 1806 qu’en 1846. Il présente cependant un déficit d’hommes assez sensible lorsqu’on le compare à celui de la population active. L’écart est de 8,5 % en 1806 et de 12,2 % à la fin de la période. Cette différence se retrouve dans chaque groupe d’âge comme l’indique la confrontation des taux de masculinité.

43. TAUX DE MASCULINITE PAR AGE DANS LE SECTEUR TERTIAIRE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 51 Voir supra, p. 211 et seq.

125Pour en finir avec ce point, soulignons, une fois de plus, la liaison entre l’âge et les taux de masculinité. Elle est particulièrement frappante dans le secteur tertiaire où les femmes restent très nettement majoritaires au-dessous de 34 ans, avant de céder le pas aux hommes dès la tranche d’âge suivante. Nous avons déjà expliqué ce phénomène lié à l’inactivité de la femme mariée51. Remarquons au passage qu’il se répercute dans la plupart des structures à l’exception de sous-populations très caractérisées comme les sans-emploi, les domestiques et, dans une moindre mesure, les journaliers. La répartition par état matrimonial confirme deux autres relations déjà mises en évidence antérieurement : là où les femmes sont les plus nombreuses, les célibataires le sont aussi et là où la proportion des hommes est la plus élevée, celle des mariés l’est également. Ces relations procèdent de la structure des âges par sexe et de la propension à l'inactivité chez les femmes mariées.

44. REPARTITION PAR ETAT MATRIMONIAL DANS LE SECTEUR TERTIAIRE. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

126En nous arrêtant aux seuls pourcentages significatifs, on constate qu’entre 1806 et 1846 la proportion de femmes célibataires augmente encore parmi les domestiques alors que la part relative des femmes diminue légèrement. Cet accroissement suit celui des effectifs du groupe d’âge de 15 à 24 ans et reflète l’influence de l’immigration.

127Parmi les commerçants, le pourcentage d’hommes mariés décroît en relation avec le rajeunissement de leur structure d’âge et l’arrivée, dans le métier, d’un plus grand nombre de célibataires. Enfin, dans le secteur tertiaire en général, la proportion de célibataires évolue peu chez les hommes où l’on note une légère augmentation des mariés en rapport avec l’accroissement de la part relative des adultes de 25 à 44 ans. En revanche, on observe une croissance plus forte des femmes célibataires dont le pourcentage passe de 75,6 % à 84,9 %. Cette hausse, est, rappelons-le, une conséquence des mouvements migratoires à forte densité de jeunes femmes célibataires.

128Après l’analyse des structures démographiques, venons-en à la répartition selon la provenance.

45. REPARTITION DES IMMIGRES ACTIFS DU SECTEUR TERTIAIRE

Image

(a) par rapport à l’effectif total de chaque branche d’activité.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

129La part relative d’immigrés, déjà plus élevée au début du siècle dans le secteur tertiaire que dans la population active en général, subit, entre 1806 et 1846, une croissance plus que proportionnelle qui la conduit à un niveau très élevé. Près de 70 % du secteur est composé de non-Verviétois en 1846 contre 50 % seulement dans la population active.

46. PROPORTION D’IMMIGRES DANS LE SECTEUR TERTIAIRE ET LA POPULATION ACTIVE

1806

1846

secteur tertiaire (a)

49,3

68,5

population active

35,9

49,3

(a) cfr. tableau no 36, p. 236.

  • 52 Voir supra, p. 235-236.

130Le pourcentage élevé d’immigrés en 1806 tient essentiellement à la branche d’activité « professions libérales et services privés », en fait, à la catégorie des domestiques dont sept sur dix sont originaires d’une autre localité que Verviers. L’accroissement de la proportion d’immigrés au cours du demi-siècle s’effectue, en ordre principal, dans les transports et, dans une moindre mesure, le commerce et les services privés, particulièrement les domestiques. Cette évolution ne signifie pas, bien entendu, que l’apparition des nouvelles formes de transport (chemin de fer) et le développement des anciennes se soient effectués exclusivement au bénéfice de la population immigrée. Le mouvement s’opère au niveau global et n’entraîne pas d’effet mécanique sur la répartition. Quant à l’augmentation du pourcentage d’immigrés dans les services publics, elle doit être interprétée avec beaucoup de précautions étant donné la faiblesse des effectifs en 1806. En ne retenant que la tendance, elle confirme que le fait d’être immigré ne constitue pas, en soi, un facteur de sélection professionnelle. Nous avions déjà mis cette observation en évidence à propos des journaliers52.

  • 53 Les sans-emplois sont quasi exclusivement des célibataires en majorité du sexe féminin, voir supra (...)

131En conclusion l’analyse des structures démographiques montre bien le caractère hétérogène du secteur tertiaire. On y retrouve des sous-populations dont les structures sont profondément différentes sur le plan de la répartition selon l’âge, le sexe et l’état matrimonial. Par rapport aux actifs en général, on relève que la population du secteur tertiaire est légèrement plus vieille et qu’elle compte plus de 50 % de célibataires tant en 1806 qu’en 1846. D’autre part, les taux de masculinité indiquent une majorité d’hommes mais moins nette que dans la population active. Ces deux derniers phénomènes sont liés car la proportion de célibataires parmi les femmes est très élevée aussi bien au début du siècle qu’en fin de période. Si l’on excepte la structure des âges, les actifs du secteur tertiaire présentent aussi certains traits démographiques que nous avons déjà relevés chez les journaliers et, de façon plus accusée, chez les sans-emploi53. Cette observation semble indiquer que la main-d’œuvre la moins qualifiée, les journaliers dans l’industrie et le secteur tertiaire en général, se recrute principalement chez les célibataires où les femmes sont, de loin les plus nombreuses.

132Enfin il faut noter que le secteur tertiaire a exercé une attraction particulière sur les immigrés déjà en 1806. Cette tendance n’est donc pas une conséquence de l’accroissement de l’immigration sous le régime hollandais même si ce phénomène a contribué à augmenter la part relative des immigrés dans le secteur. Il existe donc une propension plus grande chez ces derniers à occuper des emplois tertiaires. Elle tient peut être à la faible qualification des jeunes immigrants mais plus sûrement au poids de la catégorie des domestiques dans le secteur.

3) Le secteur secondaire

133Le secteur secondaire regroupe l’ensemble des branches d’activité à caractère industriel : mines, métallurgie, mécanique, bois, papier, fabrication d’aliments et de produits chimiques, textile, cuir, habillement, bâtiment et matériaux de construction. Ces branches d’activité sont regroupées en cinq grandes catégories parmi lesquelles le textile occupe une place dominante.

47. REPARTITION DU SECTEUR SECONDAIRE PAR BRANCHES D’ACTIVITE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 54 Voir supra, p. 66. Hodson, Houget et d’autres avaient installé à Verviers des fabriques où l’on co (...)

134La légère diminution de la part relative de l’industrie textile s’est faite au bénéfice du sous-secteur métallurgie - mécanique (+ 4,2 %), du « bois-papier » (+ 3 %) et, dans une mesure moindre, de la construction (+ 1,6 %). Comme on peut le constater, ces taux d’accroissement restent faibles et n’apportent aucun changement fondamental dans le contenu du secondaire. Par ailleurs, la croissance la plus sensible, celle du groupe métallurgie-mécanique, procède directement de l’activité textile puisqu’elle résulte pour les trois-quarts de l’augmentation des travailleurs affectés à la construction de machines. Leur nombre passe en effet de 21 en 1806 à 297 en 1846. Cette évolution apparaît comme la conséquence de la mécanisation croissante de l’industrie drapière54. La même remarque s’applique à la branche « bois-papier » dont l’essentiel de l’accroissement (84 %) est dû à la seule profession de menuisier, concernée au premier chef par la construction de machines dont le bois constitue encore un matériau important. L’effectif s’élève à 245 unités en 1846 contre 64 seulement en 1806.

135Ainsi peut-on considérer que le transfert de main-d’œuvre vers les branches d’activité liées à l’industrialisation n’excède pas 6 % de l’ensemble du secteur secondaire. Rapportée à la population active, cette croissance est de l’ordre de 4 %, entre 1806 et 1846, au départ d’effectifs pourtant modestes. Les emplois supplémentaires, créés par l’industrialisation en dehors même du textile, ne représentent donc pas un volume important et ne justifient, en tout état de cause, qu’une part de l’accroissement du secteur secondaire dans la population active.

136Dans le secteur textile, l’industrie drapière occupe, bien entendu, la place dominante.

48. REPARTITION DE L’INDUSTRIE TEXTILE EN BRANCHES D’ACTIVITE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

137De 1806 à 1846 on note toutefois une augmentation sensible des activités liées à l’industrie du vêtement. Cette progression concerne particulièrement le métier de « tailleur-couturier » dont l’effectif passe de 160 unités en 1806 à 756 unités quarante ans plus tard.

138Pendant la première moitié du 19e siècle, l’industrie drapière représente donc, bon an mal an, l’activité économique qui occupe le plus grand nombre de travailleurs non seulement dans le secteur textile mais aussi dans le secteur secondaire et dans l’ensemble de la population active.

49. PART RELATIVE DE L’INDUSTRIE DRAPIERE DANS LE TEXTILE, LE SECTEUR SECONDAIRE ET LA POPULATION ACTIVE (en %)

1806

1846

industrie textile

89

79,2

secteur secondaire

79,5

63,7

population active

48,3

43,6

139Malgré une régression de son poids relatif, entre 1806 et 1846, l’industrie drapière reste l’élément déterminant d’un ensemble économique que l’on peut qualifier de mono-industriel.

140Nous n’aborderons pas ici le problème de la structure professionnelle du secteur textile et des transformations qu’elle a subies sous l’impact de l’industrialisation. Il s’agit d’un sujet extrêmement important mais il dépasse, par son ampleur et par ses prolongements dans les domaines de l’histoire des techniques, de l’économie et de la société, le cadre d’un travail qui se limite à l’analyse des principales composantes démographiques.

  • 55 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 228-232, 241.

141Dans son ouvrage sur la Révolution industrielle, Pierre Lebrun publie une statistique très complète des professions de l’industrie drapière, de cinq en cinq ans entre 1806 et 184555. La comparaison entre le résultat des comptages effectués par l’auteur et ceux réalisés par l’ordinateur pour 1806 donne de très faibles écarts. Le plus grand d’entre eux concerne les laineurs pour lesquels l’ordinateur a comptabilisé 357 unités contre 343 dans les tableaux de Pierre Lebrun. Cette cohérence assez remarquable plaide sans doute en faveur de ses qualités de calculateur mais elle témoigne aussi de la bonne qualité de nos dépouillements respectifs.

142Nous nous bornerons donc à reprendre ici l’essentiel des conclusions que cet auteur tire lui-même de la statistique professionnelle.

  • 56 Les chiffres entre parenthèses sont ceux fournis par l’ordinateur.
  • 57 La mule-jenny est introduite en 1818. Vers 1845-1846 on trouve à Verviers des assortiments cardage (...)

143De 1806 à 1845, on note un accroissement très net des activités appartenant à ce qu’il est convenu d’appeler les « premiers apprêts ». Il s’élève à plus de 10 % et concerne essentiellement les teinturiers et les éplucheuses dont le nombre passe respectivement de 34 (29) et 109 (119) en 1806 à 215 et 451 en fin de période56. Le secteur de la filature est celui qui connaît la plus forte baisse après avoir progressé légèrement entre 1810 et 1825. Il compte 27 % des ouvriers de l’industrie drapière en 1806 mais la proportion tombe à 17 % en 1845. Le rassemblement en fabrique des fileurs ruraux et urbains sous le régime hollandais a permis à ce secteur de maintenir et même d’améliorer légèrement son poids relatif mais la généralisation de l’emploi de la mule-jenny a entraîné son déclin irrémédiable57. Le nombre des fileurs, qui s’élève à 538 en 1806 et à 587 en 1830, n’est plus que de 397 en 1845 et 384 l’année suivante. Dans le domaine du tissage, l’évolution est différente. Malgré quelques fluctuations, la part relative de ce secteur reste assez stable jusqu’en 1820, baisse entre 1820 et 1825 puis remonte jusqu’en 1845-1846. Le nombre de tisserands, à cette date, est de 950 contre 616 seulement en 1806.

144Les professions appartenant aux « derniers apprêts » forment un groupe dont la proportion, au sein de l’industrie drapière, demeure constante. Les tondeurs, les laineurs, les nopeuses et, après 1825, les haveteurs constituent les principaux métiers d’un sous-secteur qui occupe, à lui seul, plus de 40 % de la main-d’œuvre ouvrière.

145De ces quatre grands groupes, la filature est celui qui a subi le premier l’impact de la mécanisation. Les assortiments cardage-filature de Cockerill, puis la mule-jenny ont, dans un premier temps, augmenté la part relative des fileurs par leur regroupement dans les fabriques, puis, dans un second temps, ont précipité leur déclin. Sur l’ensemble de la période, la croissance des « premiers apprêts » s’est opérée au détriment de la filature mais le solde est, in fine, négatif puisque le « poids » de l’industrie drapière a diminué entre 1806 et 1846.

LES STRUCTURES DEMOGRAPHIQUES

146Pour apprécier les structures démographiques du secteur secondaire et en mesurer les changements entre 1806 et 1846, nous avons choisi de les analyser dans le cadre de l’industrie textile. D’abord parce que cette branche d’activité représente de 80 à 90 % du secteur secondaire, ensuite parce qu’elle constitue un ensemble homogène formé, pour l’essentiel, par les ouvriers de l’industrie drapière.

50. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE DES ACTIFS DANS L’INDUSTRIE TEXTILE. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 58 Voir supra, tableau no 29, p. 227.

147La première constatation que l’on peut tirer du tableau no 50 est la confirmation de cette « règle d’or » de la démographie verviétoise, à savoir que la structure des âges des femmes est plus jeune que celle des hommes. Entendons par là que la proportion d’adultes de 15 à 24 ans y est nettement plus élevée, non qu’il y ait davantage de femmes à ces âges mais parce que cette classe est la dernière où le taux d’activité féminin est comparable à celui des hommes58.

148Sur un plan plus général, la structure des âges de la population « textile » est légèrement plus vieille que celle de la population active. En revanche elle est plus jeune que celle du secteur tertiaire. En fait, la différence entre ces deux populations est à peine perceptible, attestant le caractère représentatif de la première qui rassemble, rappelons-le, près de 50 % des actifs. Un élément mérite cependant une attention particulière : la baisse assez nette de la proportion des adultes de 15 à 24 ans parmi les femmes en 1846. Plus accusée encore que dans la population active, cette diminution confirme que l’industrie drapière n’a pas absorbé l’essentiel du contingent de jeunes immigrantes célibataires venues à Verviers après 1840. On comprend mieux dès lors que celles-ci se retrouvent davantage dans le secteur tertiaire, parmi les domestiques notamment, mais aussi dans la catégorie des sans-emploi dont elles représentent près de 50 % des effectifs.

149A l’inverse, les mouvements migratoires ont influencé de façon significative deux groupes d’âge chez les hommes : celui de 15 à 24 ans à la suite de la recrudescence de l’immigration après 1840 ; celui de 35 à 44 ans qui subit l’impact du grand flux migratoire de la période hollandaise de 1820 à 1826. Enfin on note, en 1806, comme dans la population active, le « creux » de la tranche d’âge de 15 à 24 ans qui résulte de la conscription.

  • 59 C. El Kefi, La Population féminine active de l'industrie textile verviétoise, tableaux no 1 et no (...)

150Traditionnellement l’industrie textile passe pour employer une proportion de main-d’œuvre féminine plus élevée que dans d’autres secteurs59. De fait, un certain nombre de professions sont quasi-exclusivement réservées aux femmes : l’épluchage, le nopage, le rentrayage et, à un degré moindre, la couture. Voyons dans quelle mesure cette réputation est justifiée en 1806 et si elle se maintient encore après la période d’industrialisation.

51. TAUX DE MASCULINITE PAR AGE DANS L’INDUSTRIE TEXTILE

groupes d’âge

1806

1846

12-14

85,5

279

15-24

108,5

137,9

25-34

207,4

129,4

35-44

281

193,2

45-54

232

239,6

55-64

234,3

312,2

65 et +

190,7

436,9

ensemble

182,2

181,1

  • 60 Voir supra, p. 245-246.

151Contrairement aux idées reçues, on constate que la proportion d’hommes, mise en évidence par les taux de masculinité, est plus élevée dans l’industrie textile que dans les autres secteurs et, d’une manière générale, dans la population active. Sans parler pour autant de révision déchirante, il est clair que certaines hypothèses doivent être nuancées. Ainsi il devient difficile d’encore admettre que la forte densité de femmes dans les flux migratoires de 1816 à 1846 résulterait, en ordre principal, d’une demande effective de main-d’œuvre féminine dans l’industrie textile. Une chose est certaine cependant : même si l’industrie textile a exercé une attraction particulière sur les migrantes, elle n’a pas absorbé leur offre supplémentaire de main-d’œuvre. Comme nous l’avons vu antérieurement, celle-ci s’est dirigée vers le secteur tertiaire quand elle n’a pas été contrainte, le plus souvent, au sous-emploi60.

152Sur le plan de la répartition par âges, on observe que les taux de masculinité entre 25 et 44 ans sont nettement moins élevés en 1846 qu’en 1806. Nous sommes tentés d’y voir la conséquence de la baisse de la nuptialité, qui se manifeste après 1820, et de la diminution de la part relative des femmes mariées qui y fait suite.

153Si le rapport des sexes, dans l’ensemble, ne change guère entre 1806 et 1846, cela ne signifie pas qu’il en va de même dans chacune des professions. C’est ainsi notamment que la proportion des femmes diminue chez les tisserands mais qu’elle augmente dans la catégorie des tailleurs et couturières. Aucune de ces professions cependant ne subit les bouleversements qui ont affecté les structures par âges et par sexe des fileurs.

52. STRUCTURE DES AGES SELON LE SEXE DES FILEURS (en %)

Image

(a) proportion des femmes par rapport à l’effectif total.
Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

154Il est rare d’observer à quarante ans de distance des structures aussi radicalement différentes. D’abord sur le plan de la répartition par groupes d’âge : à la forte proportion de jeunes adultes, et même d’adolescents en ce qui concerne les hommes, qu’elle révèle en 1806, se substitue une pyramide des âges vieille. Plus de 60 % des hommes employés à la filature ont, en 1846, entre 35 et 54 ans tandis que 64 % des femmes ont plus de 45 ans. Mais le fait majeur qui ressort de cette comparaison entre les deux structures réside dans l’inversion, on ne peut plus nette, du déséquilibre entre les sexes.

155Alors qu’au début du siècle les activités de filage étaient assurées à 80 % par les femmes, celles-ci ne représentent plus que 13 % de la main-d’œuvre en 1846. La mécanisation de la filature n’a pas seulement eu comme conséquence de diminuer le nombre global de fileurs. Elle a eu surtout pour effet d’écarter de la profession les femmes et les jeunes adultes, c’est-à-dire la main-d’œuvre la moins qualifiée.

156Dans la mesure où la structure des âges dans l’industrie textile est analogue à celle de la population active et où les taux de masculinité y sont plus élevés encore, nous devons nous attendre à trouver une plus forte proportion d’hommes mariés.

53. REPARTITION DES ACTIFS DE L’INDUSTRIE TEXTILE SELON LE SEXE ET L’ETAT MATRIMONIAL. a) en nombres absolus

Image

b) en nombres relatifs

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

  • 61 Voir supra, tableau no 20, p. 152.

157La répartition selon l’état matrimonial confirme bien la prédominance des hommes mariés, plus nette encore en 1846 qu’au début du siècle. La comparaison des deux structures révèle cependant une diminution de la part relative des actifs mariés d’un recensement à l’autre. Comme l’indique le tableau no 53, la décroissance est surtout le fait des femmes où la proportion de mariées passe de 37,1 % en 1806 à 39 % en 1846. Une telle régression est, sans doute, en relation avec la baisse de la nuptialité et les mouvements migratoires mais elle est plus que proportionnelle à celle que l’on observe dans l’ensemble de la population61. Tout porte à croire, dès lors, que l’immigration des jeunes femmes célibataires a entraîné, pour une part, le remplacement des femmes mariées par ces dernières dans l’appareil de production. C’était déjà vrai dans le secteur tertiaire, ce l’est aussi dans l’industrie textile. Cette constatation confirme une hypothèse que nous avions formulée antérieurement : à savoir que dans un contexte d’accroissement de l’offre d’emploi non satisfaite, la propension à l’inactivité des femmes mariées augmente.

158A plusieurs reprises, nous avons mis en évidence l’influence des mouvements migratoires sur la structure démographique. Examinons, pour terminer, la proportion des immigrés, respectivement en 1806 et 1846, dans le secteur secondaire et dans l’industrie textile.

54. PROPORTION DES IMMIGRES DANS LE SECTEUR SECONDAIRE ET L’INDUSTRIE TEXTILE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

159La première conclusion à tirer de ce tableau est que l’augmentation de la part relative des immigrés dans le secteur secondaire provient exclusivement de l’industrie textile. Dans les autres branches d’activité, au contraire, la tendance générale est à la diminution de la proportion d’immigrés même si le caractère réduit des effectifs accentue les écarts en pourcentage.

160La comparaison avec la population active dans son ensemble et les autres secteurs étudiés montre cependant que l’accroissement des non-Verviétois dans l’industrie textile, et partant dans le secteur secondaire, est moins que proportionnel.

55. PROPORTION DES IMMIGRES DANS LA POPULATION ACTIVE ET DANS LES SECTEURS D’ACTIVITE

1806

1846

population active

35,9

49,3

journaliers

31,2

49,1

industrie textile

38,1

44

secteur secondaire

40,5

46,3

secteur tertiaire

49,3

68,5

161Les actifs issus des grands mouvements d’immigration du régime hollandais et, dans une moindre mesure, de la période 1840-1846, se sont répartis de façon très inégale dans les différents secteurs de l’économie verviétoise. Le tableau no 55 indique clairement que les immigrants ont trouvé davantage de débouchés dans le secteur tertiaire que dans le secteur secondaire. En outre la part relative des immigrés connaît une croissance moins élevée parmi les travailleurs « spécifiés » de l’industrie textile que parmi les journaliers. De ces comparaisons nous pouvons induire deux constatations qui confirment nos hypothèses précédentes :

  1. L’immigration à caractère professionnel, déjà importante à la fin du 18e siècle et du début du 19e siècle, a été doublée d’une immigration à caractère familial pendant la période hollandaise et après 184062. De ce fait la proportion des jeunes adultes célibataires et des femmes, s’est accrue parmi les immigrants, augmentant par voie de conséquence, la part relative de main-d’œuvre non qualifiée.
  2. L’industrie textile n’a absorbé qu’une partie limitée de l’offre d’emploi supplémentaire, en particulier la main-d’œuvre qualifiée, constituée avant tout d’hommes mariés. Si l’on excepte une substitution partielle des femmes mariées par des femmes célibataires dans le secteur textile, ces dernières ont souvent gonflé les effectifs du tertiaire, notamment des domestiques. Quant aux jeunes adultes du sexe masculin qui n’ont pû être embauchés dans l’industrie drapière, on les retrouve parmi les journaliers et dans le secteur tertiaire, en particulier dans les transports63.

162Si l’accroissement de la proportion des immigrés dans l’industrie textile est resté modéré, sa répartition entre les principales professions a subi des modifications plus significatives.

56. PROPORTION DES IMMIGRES DANS LES PRINCIPALES PROFESSIONS DE L’INDUSTRIE TEXTILE

Image

Sources : A.V., Registres de population, 1806, 1846.

163L’évolution de la part relative des immigrés chez les tisserands (+ 32,3 %) est significative de la liaison entre l’industrialisation et l’immigration. L’augmentation du nombre de tisserands résidant à Verviers en 1846 procède exclusivement des mouvements migratoires que le rassemblement en fabrique des ouvriers de l’industrie drapière a provoqués. Il s’agit bien entendu d’une immigration « courte » puisque la plupart d’entre eux (75 % environ) sont originaires de la région verviétoise. Par ailleurs, l’accroissement de l’effectif des tisserands s’accompagne d’une augmentation de la proportion des hommes. Le taux de masculinité générale passe, en effet, de 130 en 1806 à 156,6 en 1846. Quant à la structure des âges elle révèle une diminution sensible du poids des jeunes adultes (15-34 ans) dont le pourcentage tombe de 47,1 % en 1806 à 34,6 % en 1846. L’explication de ce phénomène réside dans la proportion élevée de tisserands entre 45 et 54 ans. Celle-ci augmente de 5,3 % entre les deux recensements et reflète la chronologie même de l’immigration verviétoise : les tisserands appartenant à ce groupe d’âge sont venus à Verviers dans le grand flux migratoire de 1820-1826. C’est une autre preuve du lien entre l’immigration des tisserands, déjà « urbanisés » pour la plupart, et l’industrialisation.

  • 64 Il s’agit d’une conséquence de la structure même des mouvements migratoires où dominent les femmes (...)

164L’accroissement de la proportion d’immigrés parmi les nopeuses et les éplucheuses n’entraîne aucune modification démographique : les femmes célibataires et donc jeunes y dominent davantage encore en 1846 qu’en 1806 pour des raisons que nous avons mises en évidence à plusieurs reprises64. Remarquons aussi, dans la catégorie des derniers apprêts, que les travailleurs, essentiellement masculins, tels les tondeurs et les laineurs, comptaient déjà de forts pourcentages de non-Verviétois en 1806 et que ceux-ci n’ont subi aucun changement au cours de la première moitié du 19e siècle. D’autre part, le déclin du nombre de fileurs et les transformations de leurs structures démographiques sont indépendants des flux d’immigration : ils s’opèrent sans affecter davantage les immigrés que les fileurs de souche verviétoise. La différence entre les pourcentages tient simplement à la plus grande jeunesse de la pyramide des âges des migrants.

165Enfin le cas des haveteurs montre que les nouveaux métiers ne sont pas nécessairement occupés par les immigrés. Il confirme l’absence de discrimination professionnelle, dans un sens comme dans l’autre, entre Verviétois et non-Verviétois, ainsi que l’inexistence d’une liaison ponctuelle entre l’immigration et la demande spécifique de main-d’œuvre. Cette relation se situe bien au niveau global et la répartition des immigrés entre les différents secteurs et branches d’activité procède avant tout des facteurs démographiques (âge, sexe, état matrimonial) que nous avons mis en évidence dans ce chapitre.

Notes

1 Statistiques de la population active, 1956-1966, O.C.D.E., p. 6-7, Paris, 1968 - F. Pontanus, La Population active en Belgique, 1910-1961, Bruxelles, 1974.

2 Avant les premiers recensements industriels, il n’existe pas, à notre connaissance, de relevés, par entreprise, du nombre d’ouvriers employés.

3 Voir notamment E. Helin, Les Codes socio-professionnels.

4 F. Pontanus, op. cit., p. 10 et seq.

5 La notion de retraité est bien entendu fort vague surtout en 1806. Quant aux indigents, ils n’ont été relevés systématiquement ni en 1806 ni en 1846. On ne peut donc tirer argument des listes nominatives pour apprécier le phénomène de l’indigence.

6 On pourrait discuter à perte de vue sur le point de savoir si les ménagères sont ou non des « actives ». Ce qui nous importe ici est le fait que les « travaux ménagers » ne sont pas considérés comme une activité économique. Sur ce sujet voir J.L. Yernaux, Les taux féminins d’activité dans Revue belge de Sécurité Sociale, 1964, p. 1267 et seq.

7 Les étapes de la mécanisation de l’industrie drapière verviétoise ont été décrites supra p. 65 et seq.

8 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 185, 212.

9 Sur ce sujet voir notamment J. Stassart, Les Avantages et les inconvénients économiques d'une population stationnaire, p. 86 et seq. - J. Morsa, La Population féminine active et son évolution en Belgique, Bruxelles, 1956, p. 23 et seq.

10 J.C. Toutain, La Population de la France de 1700 à 1759, p. 120-128. - R.M. Reeve, The industrial revolution 1750-1850, p. 209-214.

11 Voir supra, p. 140-145.

12 Voir supra, graphique no 2, p. 95, p. 97 et seq. Le taux de nuptialité passe de 9,9 ‰ en 1806 à 6,9 ‰ en 1846.

13 Ils sont indiqués comme tels dans la liste nominative ce qui élimine l’hypothèse d’une erreur.

14 Voir supra, tableau no 21, p. 153.

15 Voir supra, tableau no 16, p. 146, tableau no 22, p. 153.

16 A.V., Registres de population, 1806-1846.

17 Nous partageons, à ce sujet, le point de vue exprimé dans P. Lebrun, op. cit., p. s240, n. 1.

18 E. Helin, Les Codes socio-professionnels, p. 360 et seq.

19 Voir supra, p. 210 et seq.

20 Voir supra, tableau no 10, p. 210.

21 Voir supra, tableau no 13, p. 144.

22 Voir supra, tableau no 1, p. 131.

23 Voir supra, tableau no 31, p. 122.

24 Voir supra, tableau no 16, p. 104.

25 Sur les conséquences démographiques de la conscription, voir supra, p. 148-149.

26 Voir supra, tableau no 20, p. 152.

27 Voir supra, tableau no 14, p. 213.

28 Voir supra, tableau no 24, p. 155.

29 Voir supra, tableau no 15, p. 214.

30 Voir supra, tableau no 46, p. 186.

31 Voir supra, p. 201-202.

32 Cette constatation est à mettre en rapport avec ce que nous avons dit précédemment de l’inactivité et du sous-emploi liés à l’âge.

33 Voir supra, p. 143-144.

34 Voir supra, tableau no 38, p. 237.

35 Voir supra, tableau no 16, p. 146.

36 Voir supra, p. 207 et p. 217.

37 Voir supra, tableau no 21, p. 153.

38 J. Fourastie, Le Progrès technique et les activités économiques dans Revue Economique, 1966.
F. Pontanus, La Population active en Belgique, Bruxelles, 1974.

39 E. Helin, Les Codes socio-professionnels.

40 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 223.

41 J. Lejaer, Histoire de la ville de Verviers (1814-1830) dans B.S.V.A.H., t. 7,1906, p. 144-145.

42 P. Lebrun, op. cit., p. 223, n. 2.

43 ibidem.

44 Voir supra, p. 146.

45 Voir supra, p. 217 et p. 227.

46 Voir supra, p. 172.

47 P. Lebrun, op. cit., p. 223.

48 E. Helin, Les Codes socio-professionnels, p. 366.

49 D’après le tableau no 28, p. 225.

50 Voir supra, p. 243 et seq.

51 Voir supra, p. 211 et seq.

52 Voir supra, p. 235-236.

53 Les sans-emplois sont quasi exclusivement des célibataires en majorité du sexe féminin, voir supra, p. 215.

54 Voir supra, p. 66. Hodson, Houget et d’autres avaient installé à Verviers des fabriques où l’on construisait les machines textiles.

55 P. Lebrun, La Révolution industrielle, p. 228-232, 241.

56 Les chiffres entre parenthèses sont ceux fournis par l’ordinateur.

57 La mule-jenny est introduite en 1818. Vers 1845-1846 on trouve à Verviers des assortiments cardage-filature comprenant des mule-jenny de 200 à 300 broches. Voir supra, p. 66.

58 Voir supra, tableau no 29, p. 227.

59 C. El Kefi, La Population féminine active de l'industrie textile verviétoise, tableaux no 1 et no 2, p. 5-6.
Le Travail féminin en Belgique, Ministère de l’Emploi et du Travail, Bruxelles, 1963, p. 9-10.

60 Voir supra, p. 245-246.

61 Voir supra, tableau no 20, p. 152.

62 Voir supra, p. 192.

63 Voir supra, tableau no 45, p. 245.

64 Il s’agit d’une conséquence de la structure même des mouvements migratoires où dominent les femmes, les jeunes adultes et les célibataires.

© Presses universitaires de Liège, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search